Juin 2019

Vendredi 28 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise du conseil de l’UE

Editorial
« Une crise pourrait ruiner la présidence finlandaise » KL
Kauppalehti estime que la Finlande souhaite durant sa présidence arriver à un accord sur la stratégie climatique ainsi que sur le cadre financier pluriannuel. Néanmoins, une crise imprévue pourrait ruiner ces objectifs, estime KL.
L’éditorialsite relève aussi que la Finlande devra résoudre la question du budget de la zone euro. KL rapporte que, selon Euractiv, la Finlande aurait adouci sa position sur ce sujet.
KL
https://www.euractiv.fr/section/economie/news/finland-softens-opposition-to-eurozone-budget-as-it-takes-over-eu-presidency/

Tribune de Pekka Haavisto
“L’élargissement de l’UE est dans l’intérêt de la Finlande” HS
Dans une tribune publiée dans Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères déclare qu’il faut continuer le travail pour intégrer les pays des Balkans dans la construction européenne ; Il considère que l’UE doit assumer ses engagements en faveur des pays des Balkans occidentales. Il se prononce aussi pour la poursuite du dialogue et de la coopération avec la Turquie.
HS

Politique étrangère – Défense

Interview de Pekka Haavisto
Dans une interview accordée au journal de son parti, Vihreä Lanka, le nouveau ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto (Verts) déclare qu’il entend souligner que, pour la première fois, la diplomatie finlandaise sera dirigée par un représentant des Verts. « Les droits de l’homme, la démocratie, la bonne gouvernance et la position des femmes seront mises comme priorités. la coopération avec l’Afrique ne sera plus seulement une question de coopération au développement, mais désormais une question de coopération politique et économique ».
Il entend soulever la question du climat et de l’environnement dans chacune de ses rencontres.
Interrogé sur son opinion, selon laquelle l’armée de l’air finlandaise ne devait acheter de chasseurs qu’auprès de pays favorable à la politique climatique, il répond : « Dans tous les marchés publics, il faudra réfléchir aux questions concernant le climat et l’empreinte carbone. Les forces armées ne peuvent pas être exclues de cette réflexion sur l’environnement. En réalité, le secteur de la défense l’industrie de l’armement réfléchissent beaucoup aux questions environnementales ».
Interrogé sur les réactions à avoir si les Etats-Unis ne ratifient pas l’accord sur le climat en novembre, il répond : « Il faudra réfléchir aux autres moyens pour que les différents acteurs puissent assumer leurs responsabilités environnementales si ce n’est pas par l’accord de Paris. L’UE doit réfléchir à des solutions. La situation est encore plus compliquée à cause du protectionnisme commercial qui se renforce. Comme cela intervient en même temps que le Brexit, nous rencontrons une vraie zone de turbulences ».
M. Haavisto est aussi interrogé la possibilité de s’assurer que l’interdiction d’exportation d’armement dans les pays en conflit est respectée. « Le ministère de la Défense et des Affaires étrangères étudient les demandes d’exportations ensemble, conformément au programme gouvernemental. Les questions les plus difficiles concernent les cas où des armements ont fini dans des zones de conflit en passant par différents Etats. Nous devons agir aussi pour éradiquer le trafic international d’armes illégales ».
VL

Défense – OTAN

Les propos sur l’OTAN n’emballent pas le nouveau ministre de la Défense
Le ministre de la Défense Antti Kaikkonen ne s’est pas étonné des propos de l’ambassadrice américaine auprès de l’OTAN, Kay Bailey Hutchinson qui, lors de la réunion des ministres de la défense à Bruxelles, a souhaité la bienvenue à la Finlande si toutefois elle souhaitait adhérer à l’OTAN.
En réponse à un journaliste finlandais, Hutchinson a précisé que son souhait de bienvenue vient « d’une certitude du cœur » et ne lui a pas été dicté par quelqu’un.
Antti Kaikkonen a participé au dîner de l’alliance où il a notamment été question des nouvelles technologies à usage militaire. « J’ai bien noté ce point de vue, ce sont des prises de parole qu’on a déjà entendues. Cette décision appartient à la Finlande et c’est bien ainsi », a constaté le ministre à Bruxelles qui estime que ces paroles révèlent la bonne collaboration entre la Finlande et l’alliance.
« Le programme gouvernemental souligne l’importance de conserver une marge de manœuvre. Alors qu’il n’y a pas de projet d’adhésion à l’OTAN à l’horizon, une étroite collaboration est justifiée », rajoute Kaikkonen.
HS28.6/A27

Conseil de l’Europe

Déclarations de M. Kimmo Kiljunen, chef de la délégation parlementaire finlandaise
Le député Kimmo Kiljunen (PSD) a commenté le rétablissement du droit de vote de la Russie en ces termes : « A cause de ce différend, le Conseil de l’Europe a vécu la plus grande crise de son histoire. Si la Russie avait quitté le conseil de l‘Europe complètement, cela aurait signifié notamment que les citoyens russes auraient perdu la possibilité de saisir le tribunal des droits de l’homme ».
L’agence de presse finlandaise STT rapporte que la Secrétaire d’Etat aux affaires européennes Amélie de Montchalin a défendu la décision du Conseil de l’Europe selon les mêmes arguments.
Uusisuomi souligne que la décision a été acceptée par 116 voix contre 62 et que tous les délégués finlandais ont voté en faveur du rétablissement des droits de la Russie.
Le tabloïd Iltalehti rapporte que l’Ukraine a exprimé sa colère après le rétablissement des droits de la Russie.
M. Kiljunen a condamné les propos du président de la commission des affaires étrangères russes de la Douma Leonid Slushkin qui avait estimé que, par cette décision, le Conseil de l’Europe avait pris position sur la Crimée et se préparait à admettre qu’elle appartient à la Fédération de Russie.
« Le Conseil de l’Europe est une organisation sur les droits de l’homme. Les droits de la Russie ont été acceptés en raison de ce point de vue des droits de l’homme et on a précisé dans la déclaration finale qu’il y avait des conditions sur le respect des droits de l’homme et des obligations des Etats membres. La position de M. Slutskin est regrettable et dévie le sujet sur la politique de forces, ce qui n’est pas du ressort du Conseil de l’Europe », a dit M. Kiljunen.
Yle Iltalehti uusisuomi

Débat sur le retour des enfants des combattants de Daesh

Selon M. Rinne, la Finlande ne prévoit pas de rapatrier les familles Daesh
Lors du débat des questions orales au parlement hier, le Premier ministre Antti Rinne a déclaré que le gouvernement n’avait pas de projet de rapatrier massivement les Finlandais retenus dans les camps en Syrie et Irak.
Il faudra se prononcer au cas par cas si des personnes actuellement retenues dans ces camps venaient à revenir en Finlande.
Il a aussi relevé que les femmes qui sont dans ces camps et étaient parties soutenir le terrorisme l’avaient fait alors que le soutien au terrorisme n’était pas encore pénalement répréhensible en Finlande.
HS

Sondage : les députés plus favorables à aider les enfants que leurs mères
Selon un sondage réalisé par Lännen Media auprès des députés finlandais (mais auquel seulement 44 des 200 députés ont répondu), la moitié (48%) des députés qui se sont prononcés ne souhaitent pas que la Finlande aident les femmes ni les enfants finlandais en Syrie et en Irak. Toutefois 45% souhaiteraient que la Finlande aident les enfants.
De plus 50% souhaitent que ces enfants soient retirés de leurs parents et confiés aux autorités.
AL

Politique intérieure

Intérieur

Déclarations de Maria Ohisalo
« La canicule et la sécheresse sont des menaces pour la sécurité »
Dans une interview accordée au journal de son parti, Vihreä Lanka, la nouvelle ministre de l’intérieur et présidente des Verts Maria Ohisalo déclare que l’exclusion d’une partie de la population est la principale menace qui pèse en Finlande. Elle dit aussi que, de son point de vue, le changement climatique est aussi une question de sécurité intérieure car la canicule et la sécheresse engendrent de nouvelles crises pour la protection civile en Finlande aussi et, au niveau mondial entrainent des déplacements de population.
Interrogée sur le programme gouvernemental qui prévoit une surveillance des demandeurs d’asile déboutés, elle souligne qu’il ne s’agit pas forcément de bracelet électronique mais que cela pourrait être, par exemple, sous forme de surveillance au moyen de téléphone portable.
VL

Parlement

Vacances du Parlement
Hier a eu lieu la dernière séance plénière du Parlement. Il reprendra ses travaux le 4 septembre.
Yle

Gouvernement

Vacances des ministres
Le gouvernement a publié les vacances des ministres. Seul le Ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto ne prendra aucune vacance cet été.
Le Premier ministre Antti Rinne prendra deux semaines de vacances fin juillet –début août ; il sera remplacé par M. Haavisto car le Ministre des Finances et premier ministre sera alors lui aussi en vacances.
HS

M. Rinne participera à la Pride
Pour la première fois un Premier ministre finlandais a annoncé sa particiaption à la marche des fietés qui aura lieu samedi à Helsinki.
On attend 100 000 personnes.
HS

Economie

Baisse de l’indice de confiance
Les consommateurs ont moins confiance dans l’économie de la Finlande mais aussi dans leur propre situation économique, relève le patronat EK qui publie son indice de confiance des consommateurs.
HS

Jeudi 27 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise du conseil de l’UE

« La Finlande prend la présidence dans une période difficile » HS
« La Finlande se concentre sur le climat » HS
La Finlande a publié hier le programme de sa présidence du conseil de l’UE. Il s’agit de la troisième présidence finlandaise du conseil de l’UE.
Helsingin Sanomat relève que le principal objectif de la présidence finlandaise porte sur la lutte contre le changement climatique.
Le Premier ministre Antti Rinne a présenté ce programme, hier, au Parlement. Lors du débat qui a suivi le Président du Rassemblement national Petteri Orpo a remercié le gouvernement pour son attitude pro-européenne alors que l’autre parti de l’opposition, les Vrais Finlandais, ont accusé le gouvernement d’oublier les intérêts nationaux.
Helsingin Sanomat estime que le programme est ambitieux mais que pour faire avancer les choses dans l’UE cela dépend souvent des ressources financières allouées. Souvent , à la fin d’une présidence on est finalement déçu, écrit HS.
Le programme en français :
https://eu2019.fi/fr/programme
Le discours de M. Rinne en français :
https://eu2019.fi/fr/article1/-/asset_publisher/paaministerin-ilmoitus-eduskunnalle-suomen-eu-puheenjohtajakaudesta
HS

Débat sur le retour des enfants des combattants de Daesh

Les ONG estiment qu’il faut faire revenir les enfants et les adultes des camps
Les représentants finlandais d’Amnesty International, de l’Unicef ou de la Croix-Rouge interrogés par Helsingin Sanomat estiment qu’il faudrait rapatrier en Finlande tant les enfants que les adultes qui sont actuellement dans les camps en Syrie.
Le gouvernement n’a toujours pas pris de décision.
HS

Réfugiés

Trois centres d’hébergement vont fermer
D’ici la fin de l’année, on diminuer le nombre de places dans les centres d’hébergement de 800 et fermer trois centres.
Actuellement il y a 40 centres qui fonctionnent. Ils hébergent 5600 personnes et offrent leurs services pour 9500 personnes en tout.
HS

Politique intérieure

Parti du Centre

La ministre de l’Economie Katri Kulmuni candidate à la présidence
La députée de Laponie et ministre de l’Economie Katri Kulmuni a annoncé ce matin qu’elle se présentait à la présidence du parti lors du congrès du Centre du 7 septembre.
Lors de sa conférence de presse, hier, elle a déclaré que si elle devenait présidente du parti, elle était prête à être aussi Ministre des Finlandes.
HS KL

Economie

Salaire moyen dans le privé : 3691 euros
Les différences de salaires entre hommes et femmes perdurent
Le salaire moyen dans le secteur privé était de 3691 euros l’année dernière et le salaire médian de 3278 euros.
Le salaire médian des hommes était de 3710 euros alors que celui des femmes était de 2903 euros.
HS

Défense

Nouveau commandant des forces armées
Le général de corps d’armée Timo Kivinen était le choix du président
Qualifié de modeste et d’homme de bas profil, le général de corps d’armée Timo Kivinen a aussi la réputation d’un supérieur sévère. Contrairement à son prédécesseur Jarmo Lindberg, Kivinen n’est pas un fanatique de la communication et n’utilise pas Twitter.
De la même promotion avec son prédécesseur Lindberg, le général Kivinen est sorti major de l’Ecole des élèves officiers. Il a occupé divers postes durant sa carrière. A la tête de l’état-major des forces de défense depuis 2017, il avait notamment été chef de la division de la stratégie et commandant de la brigade de Carélie. Il a notamment passé le concours de l’armée américaine Airborne and Ranger. Il est parti en opération de gestion pour la paix en Bosnie en qualité d’officier de bataillon. Il a occupé le poste d’attaché de défense à Budapest au moment où la Hongrie préparait son entrée à l’OTAN – une époque qu’il qualifie lui-même de particulièrement intéressante.
HS20.6/A8, KS20.6/16

Mercredi 26 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Débat sur le retour des enfants des combattants de Daesh

Pas de décision rapide en vue, selon M. Haavisto
Le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto déclare que la situation des enfants finlandais dans les camps en Syrie est si compliquée qu’il ne faut pas attendre une décision rapide des autorités finlandaises.
« Il y a un conflit entre les intérêts des enfants et l’origine des parents qui ont agi pour soutenir Daesh, c’est ce que nous essayons de résoudre », dit-il.
Il souligne que tous les pays européens sont actuellement dans la même situation sur ce sujet.
Il rappelle que les mères peuvent être jugées pour soutien au terrorisme par les autorités locales. « Si ces personnes ont eu un comportement répréhensible, les autorités locales ont la possibilité d’agir contre elles. Il s’agit donc d’une situation très compliquée et c’est pourquoi il est vain de croire que nous pourrions agir rapidement », dit-il.
Iltalehti rapporte que la Suède et la France » ont rapatrié des enfants de ces camps.
« Nous ne savons pas comment la France a agi. Mais nous savons que, dans le cas de la Suède, il s’est agi d’un grand-parent qui était actif et est allé chercher ses petits-enfants avec le soutien de la Suède », dit M. Haavisto.
Il rappelle aussi que l’on ne peut pas aller chercher des enfants sans l’autorisation de leurs parents. « Séparer un enfant de ses parents est une procédure lourde même si en, Finlande la protection de l’enfance peut le faire. Mais ses prérogatives ne fonctionnent pas jusqu’en Irak ou en Syrie », dit-il.
« Les autorités finlandaises ne peuvent pas intervenir dans les camps, nos contacts passent donc par la Croix-Rouge et les Nations-Unies qui peuvent y agir », dit M. Haavisto, ajoutant qu’aucune de ces organisations n’a encore pu faire sortir des personnes de ces camps, même si on est en train de l’étudier.
Il souligne aussi que la Finlande soutient l’idée d’un tribunal international en Syrie et en Irak pour juger ces personnes. Mais cette solution ne sera pas rapide.
Cette question sera néanmoins au menu de la présidence finlandaise du conseil de l’UE qui commence en juillet.
De plus, si ce tribunal devait condamner des citoyens finlandais à mort cela poserait des problèmes, relève le Ministre.
IL

Union européenne

La Finlande mène sa présidence avec un budget restreint
Helsingin Sanomat présente la présidence finlandaise du conseil de l’UE qui sera organisée à partir de juillet. Toutes les réunions auront lieu à Helsinki et il devrait y avoir en Finlande moitié moins de réunions (130 au total) qu’en Estonie il y a un an (275).
Le budget de cette présidence ne serait que de 70 millions d’euros (contre 84 millions en 1999 et 90 en 2006).
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement réfléchit à une hausse des aides aux partis politiques
Alors que les deux précédents gouvernements ont diminué les subventions aux partis politiques, le gouvernement de M. Rinne envisage de les augmenter dans le prochain budget qui sera étudié en août.
Selon Iltalehti l’augmentation pourrait être sensible, jusqu’à 25%.
HS

Parti du Centre

La ministre de l’Economie Katri Kulmuni candidate à la présidence
La députée de Laponie et ministre de l’Economie Katri Kulmuni a annoncé ce matin qu’elle se présentait à la présidence du parti lors du congrès du Centre du 7 septembre.
Le ministre de la défense Antti Kaikkonen avait présenté sa candidature la semaine dernière.
HS

Antti Kurvinen pas candidat à la présidence
Le jeune député Antti Kurvinen, président du groupe parlementaire, a annoncé qu’il ne se présenterait pas à la présidence du parti du Centre lors du prochain congrès du 7 septembre.
HS

Renseignement

La commission parlementaire sur le renseignement nommée hier
La nouvelle commission sur le renseignement du Parlement finlandais a été nommée hier. Son président en sera le député Mika Kari (PSD) et sa vice-présidente la députée Riikka Slunga-Poutsalo (Vrais Finlandais).
Cette commission travaillera avec le nouveau médiateur au Renseignement Kimmo Hakonen.
HS

Nucléaire

Posiva construit le site d’enfouissage des déchets nucléaires à Eurajoki
Posiva a annoncé hier la construction à Eurojoki du site où seront encapsulés et enfouis les déchets nucléaires des centrales d’Olkiluoto et de Loviisa.
Il s’agira du premier cimetière pour les déchets des centrales nucléaires au monde.
Le projet coutera 500 millions d’euros et emploiera 2 500 personnes.
HS

Science

Education

Le jeu finlandais Graphogame vise à apprendre à lire en Afrique
Helsingin Sanomat présente le jeu électronique finlandais Grapohogame (sur tablette, téléphone ou ordinateur) qui permet d’apprendre à lire, notamment aux enfants dyslexiques.
Ce jeu développé par le professeur Heikki Lyytinen à Jyväskylä est utilisé en France pour les enfants souffrant de dyslexie. L’université de Jyväskylä est aussi en train de le propager dans nombre de pays d’Afrique (Zambie, Kenya, Tanzanie, Namibie) pour y développer l’apprentissage de la lecture dans les langues locales.
HS

France

Gastronomie

Le Mirazur de Menton, meilleur restaurant du monde
Iltalehti rapporte que le restaurant français Le Mirazur, installé à Menton a été choisi meilleur restaurant du monde selon le The Worlds 50 Best Restaurants.
IL

Mardi 25 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Union européenne

De nouveaux noms pour la présidence de la Commission
Uusisuomi cite Politico et estime que, face à l’opposition rencontrée par Manfred Weber, de nouvelles personnalités du PPE pourraient émerger. En effet, le PPE rechercherait des alternatives et parmi elles les noms de Michel Barnier mais aussi d’Alexander Stubb seraient évoqués.
Uusisuomi

Relations entre les Etats-Unis et l’Iran

Propos de M. Haavisto
Le nouveau ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto estime que les tensions de ces derniers jours entre les Etats-Unis et l’Iran pourraient mener à un conflit armé. « La guerre peut éclater au moindre événement », estime-t-il.
Il considère qu’il faudrait trouver un mécanisme pour engager l’Iran dans la coopération internationale. « Le pire serait que l’Iran s’isole et ce risque existe ».
« La Finlande a des relations actives avec l‘Iran et nous avons indiqué aux autorités iraniennes qu’il fallait faire preuve de modération », dit-il.
M. Haavisto souhaite que la Finlande renforce son rôle en matière de prévention des conflits. Il souligne que la Finlande offre une très bonne situation pour y tenir des négociations, mais admet qu’un sommet Iran-Etats-Unis à Helsinki n’est pas d’actualité.
Yle

Débat sur le retour des enfants des combattants de Daesh

Une décision sera prise rapidement selon M. Rinne
Le gouvernement finlandais a demandé des avis à des experts et autorités sur la question du sort des femmes et enfants finlandais dans les campas en Syrie.
Ces avis devraient être rendus sous peu et le premier ministre déclare qu’une décision sera prise « le plus rapidement possible ».
M. Rinne estime que « c’est une question très compliquée ».
« Actuellement les femmes et les enfants sont dans des camps. Mais s’ils en partaient et arrivaient à un consulat de Finlande pour demander de l’aide, notre constitution parti du principe que tout citoyen a le droit de revenir en Finlande, quel que soit qu’il ait fait », dit le Premier ministre.
IL

Propos de M. Haavisto
Le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto déclare lui aussi que la situation est loin d’être simple concernant ces personnes retenues dans les camps.
« Ces camps sont sous la responsabilité des autorités locales. On ne peut pas y appliquer les règles finlandaises de la protection des enfants, mais celles du pays ».
Selon M. Haavisto on recherche actuellement une solution qui soit la meilleure pour les enfants. Il souligne que la Croix-Rouge internationale y joue un rôle important car elle y achemine l’aide internationale.
Yle

M. Mykkänen critique l’opinion des juristes
Dans une tribune publiée dans Helsingin Sanomat, 15 professeurs de droit finlandais estiment que la loi sur les services consulaires stipule que les autorités doivent aider les enfants et leurs parents à revenir en Finlande. On ne peut pas décider de sanctionner une personne en lui enlevant le droit à cette aide consulaire.
L’ancien ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen considère que ce point de vue ne correspond pas à la réalité. Selon lui, même en temps normal, la Finlande ne va pas chercher ses ressortissants dans toutes les zones de conflit. Il souligne aussi que le ministère des Affaires étrangères exhortait ses ressortissants à ne pas se rendre en Syrie et les avertissait qu’ils n’y seraient pas secourus.
La SUPO considère pour sa part que les enfants qui pourraient revenir de Syrie pourraient constituer à terme un risque pour la sécurité si on n’arrivait pas à la intégrer.
IS

Politique intérieure

Emploi

Les premiers chiffres sur le chômage sont rassurants
Le taux d’emploi continue à progresser en Finlande : en mai il atteignait 72,6% et le taux de chômage était tombé à 6,6%.
Uusisuomi

Société

Démographie

Personne n’avait prévu la baisse de la natalité
Ilta-Sanomat rapporte que la Finlande fait face à une baisse de la natalité qu’elle n’avait jamais connue. Ce phénomène en vient à menacer les bases de l’Etat providence s’il n’y a plus assez de personnes pour financer les retraites ou s’occuper des personnes âgées.
En quelques années, le nombre d’enfants a diminué de 20% : à l’automne prochain, ce sont les enfants nés en 2012 qui feront leur rentrée des classes. Ils sont 61 000.
Mais le nombre de naissance a lui baissé à 47500. Il n’y a jamais eu aussi peu de naissances depuis la famine de 1868. Et la tendance s’aggrave puisque depuis le début de l’année, les naissances ont encore baissé de 7% par rapport à l’année dernière.
Or, la Finlande avait semblé réussir à rétablir sa natalité dans les années 2000 : après un creux du taux de fécondité passé à 1,72 en 2002, il était remonté à 1,87 en 2010.
Mais ensuite s’est passé ce que personne n’avait prévu et que personne n’arrive à expliquer : la natalité a constamment baissé et le taux de fécondité est tombé à 1,41 l’année dernière. On parle désormais d’un « nouveau Japon », selon l’experte Hanna Rotkirch.
Non seulement les Finlandais veulent des enfants de plus en plus tard (après avoir stabilisé leur situation et avoir profité de la vie), mais encore une partie d‘entre eux ne souhaite pas d’enfant du tout (15% des personnes interrogées). C’est d’autant plus paradoxal que la Finlande est considérée comme un bon pays pour les familles avec enfants.
Si les immigrés ont une fécondité plus élevée (mais très légèrement pour les Russes et les Estoniens), la solution ne viendra pas d’eux car leur apport dans les naissances est toujours minime. Et les immigrés de troisième génération ont déjà le même taux de fécondité que la population de souche, souligne IS.
Le premier effet de ces petites classes d’âge devrait se voir dans l’éducation et le syndicat des enseignants s’y prépare.
Les fermetures d’écoles devraient se poursuivre à un rythme élevé : en 2005 on comptait 3563 écoles et en 2017 il n’y en avait plus que 2373.
Il y a en Finlande 28 communes où sont nés l’année dernière moins de dix enfants. Or, il faut se demander quelle est le destin d’une commune sans école, estime Jaakko Salo du syndicat des enseignants.
Pour le système des retraites, les cotisations pourraient rester à un taux de moins de 25% tant que la fécondité sera d’environ 1,45. Mais li le taux de fécondité tombe à 1,2 alors les cotisations retraites devront atteindre le taux de 35%.
Hanna Rotkirch estiment que les dirigeants finlandais n’ont pas pris la mesure de ce problème. « Il faut avoir le courage de dire si l‘on pense vraiment que la diminution de la population est une bonne chose. Et alors il faudrait dire comment on va financer la société si nous ne sommes plus que trois millions ».
IS

Lundi 24 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Déclarations de M. Rinne
A l’issue de son premier conseil européen, le premier ministre finlandais Antti Rinne s’est félicité du fait que les priorités de l’UE allaient être définies dans un nouveau programme stratégique qui se préparé pendant la présidence finlandaise.
« Les gens attendent des politiciens des solutions et c’est ce que la Finlande veut faire. Par notre rôle actif, nous allons influencer pour que l’UE prenne le leadership sur les questions les plus importantes actuellement. Nous savons qu’une politique climatique responsable, le développement durable, la dimension sociale, la défense de l’Etat de droit et la sécurité sont des choses importantes pour les citoyens. C’est pourquoi nous sommes très satisfaits que ces priorités pour la Finlande figurent dans le programme stratégique. »
« Je veux rappeler qu’en dépit de son nom, ce programme stratégique doit être réalisé pour les citoyens ordinaires et pour améliorer leur quotidien. Cela veut dire s’occuper de leur sécurité, lutter contre le dérèglement climatique et veiller à ce que le citoyen ordinaire tire profit de la croissance économique. L’UE est là pour les citoyens et non l’inverse », a dit M. Rinne.
« Les gens attendent de l’UE une politique climatique ambitieuse. Durant sa présidence, la Finlande le promouvra car nous voulons renforcer la confiance des gens, et en particulier des jeunes, dans l’avenir. Pourquoi le dérèglement climatique est aussi le premier mot de notre programme gouvernemental ? Parce que nous ne voulons pas que le dérèglement climatique soit le dernier mot de l’humanité ».
Vnk.fi

Présidence finlandaise du conseil de l’UE

Les défis actuels de l’UE seront un test pour les qualités de gestion de la Finlande
Turun Sanomat souligne l’importance de la présidence a diminué dans l’UE depuis les précédentes présidences finlandaises dans les décennies précédentes.
Néanmoins, la Finlande sera confrontée à de sérieuses difficultés durant sa présidence qui commence le 1er juillet. Turun Sanomat considère que les principaux défis pour la Finlande seront les négociations sur le cadre financier pluriannuel, la nomination d’une nouvelle Commission et le Brexit.
TS rappelle aussi que, durant sa présidence, la Finlande organisera en Finlande six réunions informelles au niveau des ministres et une centaine d’autres réunions.
TS

Relations entre les Etats-Unis et l’Iran

Propos de M. Haavisto
Turun Sanomat rapporte que le nouveau ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto estime que les bonnes relations internationales amélioreraient les possibilités de la diplomatie finlandaise pendant sa présidence.
La Finlande pourrait même avoir un rôle de « messager » de l’Union européenne dans la situation entre les Etats-Unis et l’Iran. « L’Union pourrait influencer pour que l’Iran ne quitte pas le traité sur le nucléaire », dit-il.
M. Haavisto souligne que l’acteur le plus important de l’UE dans ce contexte est Mme Mogherini qui connaît bien la situation américano-iranienne.
Il souhaite un rapport international sur les attaques contre les navires transporteurs d’hydrocarbure dans la région.
TS/9

Politique intérieure

Gouvernement

Déclarations de M. Lintilä
Dans une interview accordée à Turun Sanomat, le nouveau Ministre des Finances Mika Lintilä déclare que le Centre ne sera pas prêt à transiger avec l’objectif du gouvernement d’arriver à l’équilibre budgétaire en 2023.
Turun Sanomat fait remarquer que cet objectif du gouvernement dépendra beaucoup de sa& capacité à atteindre un taux d’emploi de 75%.
M. Lintilä se déclare confiant, affirmant : « Nous avons confiance dans notre objectif en matière d’emploi ».
TS

Editorial
La politique de l’emploi durera toute la législature
Helsingin Sanomat souligne que la politique économique du gouvernement repose presque entièrement sur le fait que ce dernier arrivera à relever son taux d’emploi de 73% actuellement à 75%.
Les partenaires sociaux auront un rôle important à jouer pour cela. Or, HS estime qu’il n’y a pas de consensus entre les partenaires sociaux sur les mesures à prendre pour relever le taux d’emploi : le patronat souhaite des mesures coercitives dures qui ne conviennent pas aux syndicats.
HS

Opposition

Des remous en coulisses chez le Rassemblement national
Ilta-Sanomat rapporte que, dans les rangs du Rassemblement national (Kokoomus), certains souhaiteraient que le président actuel, M. Pertteri Orpo soit remplacé lors du prochain congrès de l’été 2020.
Les noms de Antti Häkkänen et Elina Lepomäki, pour succéder à M. Orpo, sont les plus souvent avancés.
Ni M. Häkänen, ni Mme Lepomäki ne se déclarent candidats à la succession de M. Orpo.
M. Orpo se déclare serein et prêt à ce que sa confiance soit mesurée lors du prochain congrès.
IS

Jeudi 20 juin 2019

Politique intérieure

Politique

Les Vrais Finlandais largement en tête
Selon un sondage réalisé pour Alma Media, les Vrais Finlandais continuent à voir leur audience augmenter et atteignent désormais 20,1% (+0,9 point), devant le Rassemblement national à 17,2% (-5 point), le PSD à 16,2% (-0,2 point), les Verts 13,6% (+1,5 point), le Centre 13% (-0,4 point), l’Alliance des Gauches 8,2% (-1,2 point), le parti populaire suédois 4,8% (+0,1 point) et les Chrétiens-démocrates 3% (-0,5 point).
Grâce à leur progression, les Verts dépassent désormais le centre.
L’avancé des Vrais Finlandais sur le second parti d’opposition est de près de 3 points, et de quatre sur le parti du premier ministre, le PSD.
Selon la politologue Karina Jutila, la rhétorique des Vrais Finlandais se distingue de celle des autres partis et ils savent parler des choses qui irritent les électeurs comme le réchauffement climatique
AL

Gouvernement

Patrimoine des ministres
M. Haavisto est le plus endetté
Les ministres ont rendu publics leurs patrimoines. Les plus endettés sont le ministre des Affaires étrangères (530 euros de prêt immobilier), des Affaires européennes (385 000 euros) et de la défense (300 000 euros).
La plupart n’ont un patrimoine composé que d’un appartement et d’un chalet d’été. Le ministre de l’emploi diuspose du principal patrimoine en actions (274 000 euros).
HS Le mouvement Nyt du député Hjallis Harkimo envisage de devenir un parti et va donc récolter les 5000 signatures nécessaires pour être inscrit sur le registre des partis politiques tenu par le ministère de la Justice.
HS

Parlement

Commissions parlementaires
Les présidences et vice-présidences des commissions parlementaires ont été validées hier.
-  Grande commission : pdt Satu Hassi (Verts), 1er vice-pdt Jani Mäkelä (VF), 2ème vice pdt Paavo Arhinmäki (All. G.)
-  Commission des Affaires constitutionnelles : pdt Johanna Ojala-Niemelä (PSD), vice-pdt Antti Häkkänen (kok.)
-  Commission des Affaires étrangères : pdt Mika Niikko (VF), vice-pdt Erkki Tuomioja (PSD)
-  Commission des Finances : pdt Johannes Koskinen (PSD), vice-pdt Antti Rantakangas (Centre)
-  Commission de l’inspection : pdt Outi Alanko-Kahiluoto (Verts), vice-pdt Merja Mäkisalo-Ropponen (PSD)
-  Commission de l’administration (Intérieur) : pdt Riikka Purra (VF), vice-pdt Mari-Leena Talvitie (kok.)
-  Commission de la justice : pdt Leena Meri (VF), vice-pdt Sandra Bergqvist (p. suédois)
-  Commission des transports et des communications : pdt Suna Kymäläinen (PSD), vice-pdt Ari Torniainen (Centre)
-  Commission de l’Agriculture : pdt Anne Kalmari (Centre), vice-pdt Ritva Elomaa (VF)
-  Commission de la défense : pdt Ilkka Kanerva (kok.), vice-pdt Jari Ronkainen (VF)
-  Commission de l’éducation et de la culture : pdt Paula Risikko (kok.), vice-pdt Eeva-Johanna Eloranta (PSD)
-  Commission des Affaires sociales et de la santé : pdt Anu Vehviläinen (Centre), vice-pdt Mia Laiho (kok.)
-  Commission de l’Economie : pdt Juhana Vartiainen (kok.), vice-pdt Arto Pirttilahti (Centre)
-  Commission de l’Avenir : pdt Joakim Strand (p. suédois), vice-pdt Pirkka-Pekka Petelius (Verts)
-  Commission de l’Emploi : pdt Anna Kontula (All. G), vice-pdt Katja Taimela (PSD)
-  Commission de l’Environnement : pdt Hannu Hoskonen (Centre), vice-pdt Tiina Elo (Verts)

Défense

Le général de corps d’armée Timo Kivinen nommé commandant des forces de défense finlandaises
Le général de corps d’armée Timo Kivinen vient d’être nommé par le président de la république Sauli Niinistö au poste de commandant des forces de défense finlandaises pour la période du 1er août 2019 au 31 mars 2024.
L’actuel commandant, le général Jarmo Lindberg, quitte ses fonctions le 1er août 2019.
M. Kivinen a fait ses études d’officier dans le même cours que M. Lindberg auquel il succède.
Après ses études en Finlande, il a étudié aux Etats-Unis, en Suède et au Royaume-Uni. Il a servie en Bosnie et été attaché militaire à Budapest.
Defmin

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Editorial
Le paquet de nominations de l’UE est complètement ouvert
L’éditorialiste de Kauppalehti souligne que les nominations à venir aux postes clés de l’UE sont totalement ouvertes.
KL

Mercredi 19 juin 2019

Politique intérieure

Gouvernement

Rallonge budgétaire
100 millions d’euros pour l’équipement
Le gouvernement a présenté hier sa première rallonge budgétaire. Il propose d’augmenter les dépenses de 162 millions d’euros dont les deux tiers pour l’équipement (routes et chemins de fer).
Les grands projets de liaisons ferroviaires rapides entre Helsinki et Turku, Helsinki et Tampere, et la ligne vers l’Est d’Helsinki ne seront décidés que l’année prochaine.
Les prévisions de recettes ont aussi été réactualisées, avec 300 milklions d’euros de plus de recettes fiscales à attendre pour cette année ; Cela signifie que l’endettement prévu sera revu à la baisse (1,7 milliard d’euros).
HS KL

Emploi – Partenaires sociaux

Un séminaire pour lancer la chasser à l’emploi
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement organise aujourd’hui avec les partenaires sociaux un séminaire sur l’emploi. Il est destiné à lancer le débat sur les moyens d’atteindre l’objectif du gouvernement d’un taux d’emploi de 75%.
HS

Parti du Centre

M. Kaikkonen candidat à la présidence du parti
Le Ministre de la Défense Antti Kaikkonen a annoncé qu’il était candidat à la présidence du parti du Centre lors du congrès du parti, le 7 septembre.
Helsingin Sanomat estime qu’il est le favori pour ce poste que pourraient aussi convoiter la ministre de l’Economie Katri Kulmuni ou le président du groupe parlementaire Antti Kurvinen.
L’éditorialiste du journal estime que le portefeuille de ministre des Finances devrait certainement revenir au prochain chef du parti.
HS

Elections législatives

Budgets des campagnes électorales stables
En 2019, le budget moyen des dépenses de campagnes des députés élus était de 35 086 euros. C’est une grande stabilité par rapport à 2015 (35 800 euros). Les plus gros budgets étaient ceux de députés du Kokoomus (Rassemblement national), Mme Elina Lepomäki (116 000 euros), devant Heikki Vestman (114 000 euros) et Antti Häkänen (113 000 euros).
HS

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Editorial
Choisir les dirigeants européens est une question de ligne politique
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il n’est pas sûr que le candidat du PPE, M. Weber, soit désigné comme président de la Commission. La Commissaire européenne à la concurrence, la danoise Vestager est bien placée. Si elle était choisie, cela ferait d’elle un présidente qui ne laisse pas les grands Etats membres diriger la Commission qui dispose du pouvoir d’initiative. Cela ne serait pas pour déplaire à la Finlande, estime HS.
Il serait d’autant plus facile de contourner M. Weber si Mme Merkel acceptait de prendre la présidence du conseil, selon HS. Dans ce cas, la BCE pourrait revenir à un candidat français. A moins qu’un candidat finlandais soit choisi comme candidat de compromis.
HS

Finlande – Suède

Antti Rinne en visite chez Stefan Löfven
Rencontre de deux Premiers ministres, de deux hommes de syndicat et de deux amis
Lors de la rencontre de courtoisie des Premier ministres suédois et finlandais, les questions du changement climatique et de la mer Baltique, tout comme la coopération entre les pays, notamment en matière de défense, étaient à l’ordre du jour. Le Suédois Stefan Löfven a confirmé que la Suède s’accorde sur les points de vue des Finlandais pour les questions climatiques.
Sur la politique de défense les deux hommes assurent qu’ils vont poursuivre une coopération déjà dense. Les exercices militaires communs seront de plus en plus nombreux. Par contre, il n’existe pas de projet d’alliance militaire et les pays n’ont pas l’intention d’adhérer à l’OTAN.
Sur la question du retour des ressortissants finlandais et suédois partis pour combattre dans les rangs de Daech et actuellement dans les camps en Syrie, les Premier ministres estiment qu’une simple décision finno-suédoise ne suffira pas, l’affaire devra être réglée au niveau européen. La Finlande soutient la proposition de la Suède sur la création d’un tribunal international. « Cela pourrait du moins être une partie de la solution », affirme Rinne.
Les premiers ministres Antti Rinne et Stefan Löfven ont noté que les actuels dirigeants de tous les pays nordiques sont issus de parti social-démocrate.
HBL19.6/12

Défense

Le général de corps d’armée Timo Kivinen nommé commandant des forces de défense finlandaises
Le général de corps d’armée Timo Kivinen vient d’être nommé par le président de la république Sauli Niinistö au poste de commandant des forces de défense finlandaises pour la période du 1er août 2019 au 31 mars 2024.
L’actuel commandant, le général Jarmo Lindberg, quitte ses fonctions le 1er août 2019.
Defmin

Le ministre de la Défense Antti Kaikkonen pourrait préconiser un service citoyen pour les femmes
Le ministre de la Défense Antti Kaikkonen (centre) apprécie son nouveau poste et précise que le portefeuille de la Défense faisait, dès le départ, partie des ministères convoités par le parti du Centre.
La première tâche de Kaikkonen consiste à présenter la nomination du nouveau commandant des forces de défense, sans doute dès la semaine précédant la St Jean.
Kaikkonen confirme que la législature actuelle mettra l’accent sur les nouvelles acquisitions militaires. Outre le projet HX qui suit son cours, l’acquisition de l’escadre 2020 est menée avec l’idée que les bâtiments seront construits en Finlande.
Kaikkonen évoque la question d’un service citoyen. « Il convient de chercher un modèle qui profiterait à notre défense et de voir en général quels sont les besoins d’un tel service. » Pour Kaikkonen, les éventuels grands changements seront reportés à la législature suivante. Pour lui, il ne faut toutefois pas forcer les femmes à effectuer un service militaire obligatoire similaire à celui des hommes. « Pour tout changement, un consensus au sein du gouvernement ne sera pas suffisant, il faudra un accord plus large », estime Kaikkonen.
Le ministre n’a pas de préférence parmi les candidats en lice pour remplacer les F-18 de l’armée de l’air finlandaise. Il rappelle que le projet HX bénéficie d’un budget indépendant.
Quant à la coopération entre la Finlande et la Suède, il précise qu’elle continuera dans l’optique de profiter aux deux pays.
AL17.6/8A16

Point de vue
Iltalehti rapporte que l’avion de combat suédois Jas-Gripen connaitrait de grosses difficultés
Le quotidien Iltalehti rapporte qu’un certain nombre d’experts finlandais, notamment une source militaire de haut rang, aurait commenté la question en disant que « la décision de la Suisse d’écarter la Suède de son appel d’offre a été vraiment fatale (à la Suède) et lui est arrivé au pire moment. La situation ne s’annonce pas bonne car le Gripen n’a pour l’instant été vendu qu’au Brésil et à la Suède elle-même. »
IL19.6

Mardi 18 juin 2019

Politique intérieure

Gouvernement - Economie

Déclarations d’Antti Rinne
Dans une interview accordée à Aamulehti, le Premier ministre Antti Rinne rapporte que le programme gouvernemental a été écrit sur la base des prévisions du ministère des Finances. « S’il devait y avoir un affaiblissement de la conjoncture, alors on fera une politique contra-cyclique. C’est ce que conseillent les principaux économistes. Pour la première fois, cela figure dans le programme gouvernemental. C’est une ligne de politique économique importante ».
M. Rinne déclare aussi que le gouvernement va lancer d’importants projets d’infrastructure ferroviaire. Il attend que ces projets reçoivent un important financement européen. « Pour qu’ils se réalisent, il faudra savoir quand et combien » on recevra de l’UE, estime Rinne.
AL

Prévisions du ministère des Finances
« De sombres prévisions » HS
Selon le ministère des Finances, la croissance devrait être seulement de 1,6% en 2019 et 1,2% en 2020
HS

Editorial
« Le programme gouvernemental perd ses fondements économiques » KL
Kauppalehti estime qu’il faudrait que la Finlande ait une croissance de 2,5% pour atteindre les objectifs du gouvernement en matière d’emploi (75% de taux d’emploi, soit 60 000 nouveaux emplois nets).
Pour atteindre cet objectif d’emploi, le gouvernement devra donc soit bénéficier d’une forte croissance soit réaliser d’importantes réformes structurelles. Or si ces réformes (remise en cause de l’assurance chômage et accords d’entreprises) ne sont pas réalisées, les finances publiques risquent d’être en piteux état à la fin de la législature, estime le quotidien économique Kauppalehti.
KL

Danske Bank revoit ses prévisions à la baisse
Danske Bank prévoit une croissance de 1,3% en 2019 et de 1% en 2020 pour l’économie finlandaise.
HS

Politique

M. Orpo défié au prochain congrès ?
Selon Yle, près de la moitié des dirigeants du Rassemblement national (Kokoomus) souhaitent qu’un candidat se présenbte contre Petteri Orpo à la tête du parti au congrès de l’année prochaine qui se tiendra à pori.
Les principaux candidats que l’on souhaite voir défier M. Orpo sont l’ancien ministre de la Justice M. Häkkänen et la députée Elina Lepomäki.
Yle

Sécurité

Une attaque cyber pourrait couper l’électricité du pays
Après l’importante coupure d’électricité en Amérique-du-Sud, les experts estiment qu’une attaque cyber pourrait aussi couper l’électricité en Finlande. C’est improbable mais possible.
HS

Science

Le super-ordinateur européen à Kajaani
La Finlande va accueillir en 2020 l’un des plus puissants super-ordinateurs européens qui sera installé à Kajaani dans une ancienne usine d’UPM. 
Ce super-ordinateur de EuroHPC sera l’un des plus puissants au monde. La Finlande pourra utiliser 24% de son temps.
C’est la société de l’Etat et des universités CSC qui, pour la Finlande, se charge de ce projet.
HS AL

Politique étrangère et européenne

Discussions sur la politique de sécurité à Kultaranta

Débat entre MM. Rinne et Halla-aho
Les discussions sur la politique de sécurité à Kultaranta ont tourné surtout autour de la politique en matière des réfugiés, du nationalisme, contrôles frontaliers et des positions des Vrais Finlandais.
A propos de la discussion sur la politique en matière des réfugiés, le Premier ministre Antti Rinne a souligné que l’UE devrait répartir l’aide aux réfugiés et s’impliquer davantage en Afrique au lieu de construire des murs. Le président des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho, a pour sa part évoqué le renforcement des contrôles frontaliers en prétendant que le système Schengen encourageait l’immigration illégale et augmentait la criminalité. Il a également regretté que les nationalistes fassent l’objet de diabolisation.
« Les USA, le Brésil et la Turquie ont connu les mêmes bouleversements politiques que l’Europe, ce qui se traduit dans les résultats des élections. L’hégémonie de l’idéologie libérale est mise en pièces. Certains ont l’air de penser que les nationalistes disparaitront avec le temps » a affirmé Halla-aho.
Cette prise de prise de parole a fait réagir vivement le député Erkki Tuomioja (PSD). « M. Halla-aho semble penser que l’UE se taira sur la destructive politique climatique des forêts du Brésil, sur la décision américaine de négliger les accords sur les droits des citoyens et la persécution de l’opposition en Turquie », a-t-il interpelé le président des Vrais Finlandais tonné depuis le public.
« La menace militaire est sérieuse en Europe. Parfois elle s’exprime sous forme de comptes web anonymes ou par le réseau Tor, parfois par des revendications territoriales dans l’Arctique ou encore sous couvert d’Airiston Helmi dans l’archipel de Turku » a expliqué le directeur de programme Mika Aaltola de l’Institut de la politique internationale.
HBL18.6/7

Point de vue
« Les Finlandais ne pourront pas compter sur une aide allemande » Hbl
Lors de la conférence à Kultaranta, à Naantali dans la résidence estivale du président, Sauli Niinistö a posé au président de la république fédérale d’Allemagne Frank-Walter Steinmeier cette question qu’il a l’habitude de poser aux chefs d’Etat européens : Que feraient-ils, si un pays européen était attaqué. « Vous êtes dans une position différente de la nôtre. Notre défense est transférée à l’OTAN », a répondu le président allemand.
« On ne peut plus clairement tendre une main froide », note la journaliste du quotidien Hufvudstadsbladet qui rajoute que la réponse de l’Allemand a laissé le public perplexe.
Le président de la commission parlementaire de défense, Ilkka Kanerva, estime que « nous devrions tester jusqu’où chaque pays de l’UE sera prêt à aller pour respecter l’article 47.2 du traité de Lisbonne. C’est extrêmement important pour un pays comme la Finlande. Nous devons savoir ce que signifie cette clause pour les différents pays ».
Pour le Premier ministre Antti Rinne, la réponse allemande est révélatrice. « Il serait important que les pays de l’UE arrivent à se mettre d’accord sur la dimension de la politique de sécurité de l’Union et il existe évidemment des différences sur ce que signifie pour chaque pays la coopération en matière de défense. »
La réponse de l’Allemand n’étonne pas outre mesure le Premier ministre. « La clause de solidarité est difficile à interpréter. Elle a été appliquée une seule fois à la suite des attaques terroristes de Paris en 2015. »
Le commandant des forces de défense, le général Jarmo Lindberg, rappelle que la Finlande est aujourd’hui en mesure de proposer une aide militaire en dehors de ses frontières à d’autres fins que celle de la gestion des crises.
« Si par exemple la Suède avait besoin que la Finlande lui vienne en aide pour chasser des sous-marins dans l’archipel de Stockholm, la Finlande pourrait lui envoyer des dragueurs de mines ».
HBL18.6/6

Défense - Sécurité

« Pas sûr que Trump approuve une demande d’adhésion de la Finlande à l’OTAN » Hbl
Le quotidien Hufvudstadsbladet a rencontré le chercheur François Heisbourg à Paris.
« Au besoin, la Finlande pourrait devenir membre de l’OTAN en une nuit. Cependant, il existe un mais : Il n’est pas dit que Donald Trump approuverait une demande d’adhésion de la Finlande. C’est l’opinion du chercheur et ex-diplomate François Heisbourg, l’un des auteurs du rapport OTAN et la Finlande.
Il s’est passé beaucoup de choses depuis ce rapport commandé par le ministère finlandais des Affaires étrangères en 2016 sur une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN.
« Avec ce rapport sur la Finlande et l’OTAN, j’ai eu la chance de travailler avec des gens qui prenaient très au sérieux ces questions et qui, par ailleurs restaient très discrets sur la position de leur pays », affirme Heisbourg qui reçoit le quotidien Hufvudstadsbladet à la Fondation pour la Recherche stratégique à Paris.
Le rapport analysait les possibles conséquences d’une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN. Il a notamment suggéré que l’adhésion renforcerait la sécurité de la Finlande tout en provoquant une crise temporaire avec la Russie.
Le rapport arrivait à cette importante conclusion que la Finlande et la Suède devraient avancer main dans la main vers une éventuelle adhésion à l’OTAN.
Ont également participé à ce rapport l’ex-ambassadeur suédois en poste à Helsinki Mats Bergquist, l’ex-ambassadeur finlandais à Moscou René Nyberg et la directrice de l’Institut de politique internationale Teija Tiilikainen.
Heisbourg pense que « le rapport ne serait pas aussi pertinent s’il l’avait rédigé seul. La différence majeure s’était dressée entre le Suédois et les trois autres non-suédois. C’est dû au fait que les Français comme les Finlandais ont des cultures stratégiques qui se ressemblent. Nous savons ce qu’est la guerre. Néanmoins, la présence du Suédois a été irremplaçable. »
Pour Heisbourg, la Finlande serait plus encline à adhérer à l’OTAN, si toutefois la situation changeait. « Si votre président, votre gouvernement et votre parlement optait pour une adhésion à l’OTAN, l’opinion publique suivrait. Par contre, en Suède, on ne réagit pas de la même manière. Pour eux c’est une question d’identité et puis, il y a l’attitude des sociaux-démocrates qui sont contre l’adhésion.
« Il est certain que le plus simple aurait été d’adhérer à l’OTAN à la fin des années 1990. A ce moment-là, la Russie ne s’en serait pas trop soucié. »
« Lorsque, ou si, vous mettez un jour en oeuvre l’option d’entrer dans l’OTAN, cela irait très vite en raison de votre compatibilité avec l’OTAN. Les Finlandais sont tout aussi intégrés que les Suédois qui ont toujours été une sorte de membre secret de l’OTAN ou du moins un allié secret des Etats-Unis », estime Heisbourg qui rappelle qu’en 1961, sous le président Eisenhower, les USA avaient élargi leurs garanties de sécurité jusqu’à la Suède. Heisbourg n’a pas réussi à savoir si ces garanties de sécurité sont toujours en vigueur.
« Dans une situation de force majeure, la Finlande pourrait sans doute adhérer à l’OTAN presque immédiatement puisqu’elle est déjà si proche des structures de l’OTAN. Néanmoins, une différence technique existe : la Finlande n’a pas intégré le système de contrôle et de commande aériens de l’OTAN. Pour la Finlande c’est une question délicate. Si la Finlande donnait en temps réel à l’OTAN l’accès de son système de surveillance aérienne qui est au courant de ce qui se passe en Russie, cela aurait une grande importance politique et stratégique. La Finlande n’a pas intégré le système de l’OTAN car cela signifierait de facto qu’elle se rangerait aux commandes opérationnelles de l’OTAN. La Finlande a une position géographique difficile qui lui confère néanmoins un savoir unique sur ce qui se passe à des centaines de kilomètres à l’intérieur de la Russie ».
Heisbourg pense qu’un certain manque de clarté plane sur l’hypothétique position de Trump sur une éventuelle demande d’adhésion à l’OTAN. Le président américain pourrait réagir comme il l’a fait lors de l’adhésion du Monténégro l’année dernière en traitant les monténégrins d’agressifs et de méchants.
Selon Heisbourg, les projets de coopération européenne en matière de défense n’avancent pas, essentiellement en raison de l’Allemagne qui ne fait pas le pas décisif. « La France et l’Allemagne ne peuvent pas dicter aux autres ce qu’il faut faire mais tant que les deux pays n’arrivent pas à se mettre d’accord, il ne se passe rien. »
« L’Allemagne et la France n’ont pas de compréhension stratégique commune en matière de politique de défense et de sécurité. »
« Le président Macron a tenu son discours sur les lignes directives européennes en 2017 à la Sorbonne, juste après les élections allemandes, mais la France attend toujours la réaction allemande. »
Hbl/15.6

FMI

Mika Pösö au conseil d’administration
Mika Pösö, directeur à la Banque de Finlande, a été nommé comme représentant des pays nordiques et baltes au conseil d’administration du Fonds monétaire internaitonal dirigé par Mme Lagarde. Il s’agit d’un mandat de trois ans à partir de janvier prochain.
HS

Tourisme

Nice parmi les destinations de lune de miel des Finlandais
Kesksisuomalainen rapporte que parmi les derstinations préférées des couples finlandais pour leur lune de miel figure en bonne position Nice ;
KS

Lundi 17 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence de la République

« Selon M. Niinistö, il faut que l’UE fasse mieux entendre sa voix » HS
Le 7ème débat de Kultaranta (débat de politique étrangère organisé à la résidence d’été du Président finlandais) a commencé dimanche. L’invité de la première journée était le président allemand M. Stenmeier.
Le thème de cette année est « Le monde en changement – où va l’Europe, comment la Finlande s’en sort ? »
Le Président finlandais a déclaré qu’un objectif de la future présidence finlandaise de l’UE était de faire mieux entendre la voix de l’UE dans le monde sur les questions globales. « Pour maintenir la paix, il faudrait que l’on entende mieux la voix de l’Europe. L’UE est le principal acteur qui représente la paix », estime-t-il. Il regrette toutefois que l’uE soit aujourd’hui désunie à cause du Brexit, de la politique financière et de l’immigration.
Selon lui, la principale menace sur la sécurité de la Finlande n’a pas changé ces dernières années : comme en 2015 il considère que c’est toujours le changement climatique.
Helsingin Sanomat rapporte que les propos du président allemand ont fait transparaitre ses inquiétudes sur les relations entre l’Europe et la Russie. « Nous sommes dans une période de tensions et de sanctions », a-t-il dit, mettant toutefois en garde contre un refroidissement de la relation avec la Russie.
Il a relevé que « le conflit permanent en Ukraine orientale et l’annexion de la Crimée constituent de lourds fardeaux ». Il pense néanmoins que l’UE doit être consciente de ses propres limites dans ses relations avec la Russie. Le dialogue avec cette puissance est important et une politique étrangère commune de l’UE est toujours plus nécessaire.
« Je ne crois pas qu’avec la Russie nous puissions en revenir au business as usual. En revanche, Moscou va chercher de nouvelles attitudes vis-à-vis de l’UE. Beaucoup de choses laissent à penser que la Russie va se replier sur elle-même. Il faut que nous comprenions que nous arriverons de moins en moins à faire changer la Russie. Nous ne pouvons toutefois pas y échapper et la Finlande est en première ligne en la matière », a dit Stenmeier.
Le Président Niinistö a aussi souleva la question de la défense européenne. Il a demandé ce que l’UE devrait faire si un de ses membres, non membre de l’OTAN, venait à être attaqué. « On me répond souvent que l’oTAN s’en chargera. Mais qu’est-ce qu’une union qui base sa défense sur un acteur extérieur ? » a demandé M. Niinistö, qui a toutefois déclaré être satisfait qu’il y ait actuellement un débat sur la politique de sécurité.
Selon M. Stenmeier, cela s’explique par l’histoire. La Finlande est de ce point de vue dans une situation différente de l’Allemagne.
HS Yle uusisuomi

Conseil Ecofin

La réforme de l’UEM avance lentement
Helsingin Sanomat rapporte que si un accord a été trouvé sur le budget de la zone euro, à l’intérieur du budget européen, de nombreuses questions restent à régler.
« On a eu un accord politique sur le budget de la zone euro sur le fait que ces ressources pourront être utilisées pour des réformes structurelles et des investissements soutenant la croissance économique. Il reste encore à décider comment ces ressources seront collectées et selon quelle répartition entre les Etats. La position de la Finlande et que ce financement doit venir du cadre budgétaire européen », a dit le ministre des Finances Mika Lintilä à Luxembourg, vendredi.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

« Les centristes ont encore peu confiance dans le gouvernement » HS
Selon un sondage réalisé par Helsingin sanomat, les électeurs centristes sont toujours peu confiants dans la capacité du gouvernement à améliorer les finances publiques, de même en matière de fiscalité ou de politique sur l’immigration.
HS

Verts

Maria Ohisalo nouvelle présidente du parti
La ministre de l’intérieur, ancienne vice-présidente du parti, a été élue par acclamation présidente des Verts, samedi. Elle était la seule candidate à la succession de Pekka Haavisto qui avait dirigé le parti de manière temporaire depuis la fin de l’année dernière.
Mme Ohisalo, âgée de 34 ans, est sociologue, spécialisée dans la lutte contre la pauvreté.
Elle a déclaré que, selon le ministère de l’Intérieur, la principale menace pour la sécurité en Finlande était l’exclusion.
Les vice-présidents du parti sont désormais Riikka Karppinen, Fatima Diarra et Jaakko Mustakallio.
Le parti des Verts a aussi choisi les secrétaires d’Etat pour ses ministres : outre Olli-Poika Parviainen, secrétaire d’Etat à l’intérieur, il y aura Johanna Sumuvuori comme secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères pour Pekka Haavisto et Terhi Lehtonen secrétaire d’Etat à l’Environnement.
HS

Tourisme

La Finlande pas encore au niveau des autres pays nordiques
La Suède, le Danemark et la Norvège continuent à attirer plus de touristes que la Finlande. Seulement 14% des nuitées de touristes étrangers dans les pays nordiques ont lieu en Finlande.
HS

Défense

Show aérien à Turku
« Les candidats du projet HX se disputent l’attention dans le ciel de Turku – la comparaison entre les avions est une tâche énorme pour la Finlande », écrit Maria Stenroos dans YLE
Le dépouillement des appels d’offre du projet HX atteint sa première phase de négociations. L’équipe de la défense nationale et du ministère de la Défense, chargée du projet a entrepris une tournée de rudes négociations : une semaine de pourparlers avec chaque fabricant de chasseur et parcourir des offres de milliers de pages.
Divers facteurs joueront dans la sélection : la sécurité de l’approvisionnement, les coûts du cycle de vie, les possibilités d’une collaboration industrielle et la capacité des performances. La politique de sécurité et de défense joue un rôle non négligeable ainsi que le prix de l’ensemble pour la Finlande.
L’appel d’offre à proprement parler sera expédié à l’automne. La sélection sera préparée par les professionnels de l’administration de défense et du ministère de la défense. L’argent est dans la poche des hommes politiques. Selon les informations d’Yle, le gouvernement aura son mot à dire dès l’automne. Le gouvernement pourrait souhaiter souligner certains éléments ou attirer l’attention sur certains points de l’appel d’offre.
Le gouvernement d’Antti Rinne (PSD) s’est engagé à remplacer la capacité des chasseurs dans sa totalité, de 7 à 10 milliards sont alloués au projet. Les experts chargés du projet HX travaillent de façon autonome mais la sélection définitive prendra en compte le point de vue de l’équipe des experts et celui, politique, du gouvernement
« Le nombre et le prix des avions ont été beaucoup discutés. Là n’est pas toute la question », écrit Stenroos.
Parler uniquement du prix de l’avion ou de l’heure du vol serait une banale simplification. Le prix global dépend aussi de l’équipage de l’avion et des systèmes d’assistance requis, comment l’appareil s’adapte à l’infrastructure finlandaise déjà mise en place et combien les Finlandais pourront développer leur propre savoir-faire par rapport à l’avion de combat.
Les fabricants ont leurs propres spécificités qu’ils aiment à souligner, relève Maria Stenroos.
Yle

Saab propose à la Finlande, en plus des chasseurs Jas-Gripen, deux avions de reconnaissance et d’alerte Global Eye
L’offre déposée par Saab en janvier de cette année comprenait 52 avions de combat monoplaces Gripen E, 12 avions biplaces Gripen F et deux avions de reconnaissance Global Eye.
Global Eye est le nouvel avion de Saab destiné à la surveillance des zones terre, mer et air. L’armée de l’air finlandaise ne possède pas actuellement d’avions de ce type.
HS15.6/A12

Vendredi 14 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Mme Urpilainen candidate du gouvernement finlandais comme membre de la Commission européenne
Helsingin Sanomat rapporte que, hier, le gouvernement finlandais a nommé la députée Jutta Urpilainen (PSD) comme la candidate du gouvernement pour être membre de la prochaine commission européenne.
Elle sera la première femme finlandaise à devenir commissaire européen.
Selon M. Rinne, le gouvernement souhaite qu’elle obtienne un portefeuille « le plus important possible ».
M. Rinne a cité par exemple « l’éducation, la sécurité ou la coopération au développement ».
HS

Conseil Ecofin

« Le bras de fer sur le budget de la zone euro continuera pendant la présidence finlandaise » Yle
Yle Rapporte que les ministres des Finances de la zone euro se sont réunis toute la nuit dernière à Luxembourg. Ils ont décidé la création d’un budget de la zone euro à l’intérieur du budget européen.
Selon Yle, la Finlande s’est opposée jusqu’au bout à l’idée avancée par de grands Etats membres d’un budget propre de la zone euro. Lea question n’ayant pas été tranchée cette nuit, elle sera à nouveau à l’ordre du jour des prochaines réunions, sous présidence finlandaise.
Yle rapporte que cette proposition a été écartée principalement par les Pays-Bas mais aussi par les autres membres de la ligue hanséatique dont la Finlande fait partie. Il y a toutefois des différences de tonalités dans ce groupe : la Finlande est prête à accepter un instrument financier propre pour les membres de la zone euro dès lors que la participation à ce nouvel instrument serait tout à fait facultative. Yle rapporte que les Etats membres de l’UE mais pas de la zone euro ainsi que des Etats de l’Europe centrale et orientale s’opposent à un budget propre de la zone euro.
« La France considère qu’il faut renforcer l’économie de la zone euro et obtenir une source de financement propre à terme », a déclaré une source française citée par Yle qui estime qu’il est possible que la question soit soulevée au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement au prochain conseil européen.
Yle estime qu’il y a toujours des différends aussi sur la question du budget de la zone euro inclus dans le budget européen. Les pays non membres de la zone euro ne souhaitent pas participer à son financement. La question de savoir quelles sources de financement seront utilisées est aussi ouverte, de même que celle de sa réparation et sa taille. En revanche, un accord a été trouvé sur son utilisation : il sera destiné à des réformes et investissements qui promeuvent la compétitivité des Etats membres.
Lors de la réunion, il a aussi été décidé de modifier la procédure de prise de décision du MES, de l’unanimité à la majorité qualifiée. Il faudra encore que cela soit approuvé par le parlement finlandais.
Yle

Parlement européen

Groupe des populistes de droite
Helsingin Sanomat rapporte que les Vrais Finlandais feront partie du nouveau groupe au sein du parlement européen, celui des populistes de droite et d’eurosceptiques, Identité et démocratie.
Jussi Halla-aho n’exclut pas que d’autres députés européens rejoignent ce groupe plus tard.
Concernant les sanctions sur la Russie, M. Halla-aho dément les propos de l’Allemand Jörg Meuthen qui a dit que le groupe ne les soutenait pas. La position explicite des Vrais Finlandais est, selon lui, qu’il ne s’agira pas de lever les sanctions tant que la Russie ne change pas sa façon d’agir qui est la raison pour laquelle les sanctions ont été mises en place, c’est-à-dire tant qu’elle ne se retire pas de la Crimée qu’elle occupe illégalement.
HS/A23

Finlande – Estonie

M. Rinne en Estonie
Le Premier ministre finlandais a choisi l’Estonie comme première destination étrangère depuis sa nomination. Il y rencontrera son homologue, M. Ratas aujourd’hui.
M. Rinne se rendra en Suède la semaine prochaine.
Vn.fi

Politique intérieure

Parlement - Gouvernement

Le gouvernement a obtenu la confiance du Parlement
Le Parlement a voté sur le programme gouvernemntal suite à la motion de censure déposée par les partis de l’opposition, Kokoooumus, Vrais Finlandais et Chrétiens-démocrates, sur les orientations économiques du programme du gouvernement. Le gouvernement a obtenu la confiance du Parlement avec 113 voix contre 75.
HS/A13

Le Président du Parlement M. Vanhanen en arrêt maladie
Le Président du Parlement Matti Vanhanen est en arrêt maladie jusqu’à la fin du mois.
Il avait précédemment indiqué qu’il subirait une opération du cœur en août.
HS

Présidences des Commissions parlementaires
Des présidents ont été proposés pour les commissions parlementaires.
Le Rassemblement national présente Ilkka Kanerva à la tête de celle de la Défense et Paula Risikko à celle de la Culture. La présidence de la Commission des Finances l’Economie serait partagée entre Juhana Vartiainen et Sanni Grahn-Laasonen qui assumeraient chacun deux ans de la présidence, M. Vartiainen d’abord et Mme Grahn-Laasonen ensuite. Elina Lepomäki, qui avait brigué la présidence de la commission de la Défense, s’est vue proposer celle de la commission de l’Economie.
Antti Häkkänen est présenté comme vice-président de la commission des Lois constitutionnelles, Mari-Leena Talvitie vice-présidente de la commission de l’Administration et Mia Laiho pour la vice-présidence de la commission des Affaires sociales et de la Santé.
Les présidents et membres des commissions seront définitivement désignés la semaine prochaine, le 18 juin.
Le PSD propose de nommer Johanna Ojala-Niemelä à la présidence de la commission des lois constitutionnelles, Johannes Koskinen de celle des Finances et Suna Kymäläinen à celle des Transports et des Communications. Le PSD prendra plus tard la décision sur sa proposition à la tête de la commission de la surveillance du renseignement.
HS/A13, Uusi Suomi

Secrétaires d’Etat et conseillers de ministres
Le PSD a désigné de nouveaux secrétaires d’Etat. Pilvi Torsti deviendrait secrétaire d’Etat du ministre de l’Emploi Timo Harakka, Eila Mäkipää celle de la ministre de la Famille et des Services sociaux Krista Kiuru, Mikko Koskinen celui de la ministre des Transports et des Communications Sanna Marin, et Valtteri Aaltonen celui de la ministre des Collectivités locales et de la gestion des groupes de l’Etat Sirpa Paatero.
Matti Hirvola, Pilvi-Elina Kupias, Joonas Rahkola, Lauri Voionmaa, Tuulia Pitkänen et Dimitri Qvintus ont été nommés conseillers du Premier ministre Antti Rinne et Matti Niemi conseiller de Tytti Tuppurainen, ministre des Affaires européennes.
HS/A13, Uusi Suomi

Programme du gouvernement

Sondage : non à l’augmentation de la taxe sur les carburants
Ilta-Sanomat publie un sondage sur la fiscalité des carburants fissiles, les péages urbains et sur l’utilisation de la localisation satellite dans l’imposition des transports en voitures particulières.
Les résultats du sondage reflètent des divisions entre les régions, entre les électeurs de différents partis et entre les villes et les régions rurales.
Selon les calculs de l’Union des contribuables, l’augmentation de la fiscalité prévue pour les carburants fossiles à hauteur de 250 millions d’euros signifierait une hausse du prix du carburant de 6,5 centimes de litre d’ici la fin de la législature.
Pour un automobiliste qui conduit 17 000 km par an, cela se traduirait par un coût supplémentaire de 77 euros (essence) ou de 66 euros (diesel).
63% des personnes interrogées s’y opposent alors que 35% sont favorables à ces augmentations fiscales.
L’imposition des transports en voiture sur la base des données d’une localisation satellite des véhicules, proposée dans le projet de la ministre précédente des Transports, Anne Berner, est critiquée par 54% et soutenue par 37% des personnes interrogées.
En ce qui concerne les péages urbains concernant en particulier la région de la capitale, 55% des Finlandais y sont favorables
IS

Analyse
Les électeurs du Centre méfiants à l’égard du gouvernement et de son programme
Selon un sondage d’Ilta-Sanomat, la confiance des électeurs du Centre dans le gouvernement et la mise en œuvre de ses objectifs est très faible, par rapport aux électeurs des autres partis de la coalition.
Ainsi, seulement 42% des électeurs centristes ont confiance dans le gouvernement Rinne. Ils sont majoritaires à s’opposer aux mesures sur l’augmentation des taxes sur les carburants ou la diminution des allègements fiscaux sur les travaux à domicile.
Deux tiers des centristes considèrent que le programme gouvernemental repose sur des prévisions économiques irréalistes.
IS

Education

La loi pour prolonger la scolarité obligatoire au printemps prochain
La nouvelle ministre de l’Education li Andersson a déclaré dans une interview accordée à Helsingin Sanomat que le projet de loi pour prolonger d’une année la scolarité obligatoire serait présenté au parlement au printemps prochain.
HS

Défense

Finlande - Chine

La défense nationale achète des drones à la Chine
La défense nationale vient d’acheter 30 drones commerciaux chinois pour l’usage de ses troupes locales. Le montant de l’acquisition est de 270 000 euros.
HS14.6/A8

Programme HX

Show aérien à Turku
Trois Rafales et trois Typhoons participeront à la fin de la semaine au show aérien de Turku en Finlande.
Par ailleurs, le F-35 sera exposé sur place. C’est la première visite de l’avion en Finlande, auparavant, seul un modèle grandeur nature a été présenté.
Le F-35 est un des avions en lice dans le projet HX de la Finlande, avec le Boeing F/A-18 Super Hornet, le Saab Gripen, l’Eurofighter Typhoon et le Rafale.
HS10.6, US11.6

CEMA

”A l’approche de la nomination du commandant des forces de défense, les regards se tournent vers deux généraux » Uusi Suomi
Le commandant de l’armée de terre Petri Hulkko, le chef de la direction stratégie de la défense nationale Kim Jäämeri, le chef de l’état-major des forces de défense Timo Kivinen et le chef de la direction des opérations Eero Pyötsiä sont les candidats pour le poste du commandant des forces de défense.
Selon les sources du journal Uusi Suomi, seuls deux candidats, Hulkko et Jäämeri, resteraient en lice pour la nomination du commandant des forces de défense.
Sur ces deux généraux, Jäämeri vient de l’armée de l’air, ce qui ne serait pas forcément à son avantage car l’actuel commandant, le général Jarmo Lindberg, représente le même corps d’armée. Néanmoins, il semblerait que le général Kim Jäämeri possède un réseau de relations internationales particulièrement impressionnant.
Le secrétariat du Premier ministre présentera sa proposition pour la nomination du nouveau commandant et le président de la république procèdera à sa nomination formelle au poste.
Le Président a reçu chacun des candidats pour un entretien.
Uusi Suomi 14.6.

Economie

Masse salariale globale

Augmentation de 5,5% de la masse salariale du secteur public
Selon l’institut finlandais des statistiques, la masse salariale en Finlande a augmenté de 4,8% pour le trimestre novembre-janvier par rapport à l’année précédente. La progression sur un an en janvier est à un rythme de 4,4%.
C’est surtout dans le secteur de la santé (6,5%), de la construction (5,2%) et des services (5%) que la progression de la masse salariale est la plus forte.
Pour le secteur public, la progression était de 5,5% en novembre-janvier par rapport à l’année précédente. En janvier, le rythme de progression de la masse salariale du secteur public était de 7,9% contre seulement 3,7% dans le secteur privé.
La masse salariale comprend l’ensemble des salaires bruts. Son, augmentation est influencée par le taux d’emploi et le niveau de rémunérations.
Uusisuomi

Jeudi 13 juin 2019

Politique intérieure

Gouvernement

Critiques concernant le nombre de conseillers et secrétaires d’Etat politiques
Il est prévu que les membres du gouvernement auront 15 secrétaires d’Etat et environ 70 conseillers politiques. Le Premier ministre en aurait sept, les présidents des autres partis cinq chacun, et les autres ministres trois chacun. C’est plus que pour le gouvernement Sipilä, qui n’avait que quatre secrétaires d’Etat et 42 conseillers politiques. Le gouvernement Rinne se composera de 19 ministres contre 17 pour celui de M. Sipilä.
Comme le salaire d’un conseiller de ministre varie de 4500 à 7100 euros et que celui d’un secrétaire d’Etat est 9800 euros (12 000 euros pour celui du Premier ministre), un débat s’est créé autour du nombre de ces postes.
Le secrétaire général du PSD, Antton Rönnholm, rappelle que notamment la présidence finlandaise du Conseil de l’Union européenne engendrera du travail et les secrétaires d’Etat seront nécessaires pour remplacer des ministres aux réunions. Il ne fait pas que la gestion de différentes questions souffre de retards dans la préparation politique, selon lui. M. Rönnholm estime qu’il faudra tirer le maximum de cette présidence et que, de toute façon, dans une comparaison internationale, le nombre de conseillers finlandais est minime.
HS/A14

Débat au Parlement
Le parlement a continué à débattre du programme gouvernemental et l’opposition a étendu ses critiques de la remise en question des orientations économiques et de l’objectif de 60 000 emplois aux démarches en faveur du climat. Les Vrais Finlandais estiment que la Finlande ne pourra pas se permettre d’investir en faveur du climat et en même temps de promouvoir une politique favorable à l’égard des familles, car l’augmentation du coût de la vie engendrée par les mesures climatiques nuira à la vie familiale.
Plusieurs députés ont rappelé que les démarches climatiques étaient entreprises dans le but de garantir un avenir décent aux enfants.
HS/A14

Sondage sur le programme gouvernemental

Les Finlandais divisés
Selon un sondage effectué par Ilta-Sanomat, les Finlandais sont clairement divisés sur le fait de savoir s’ils soutiennent et ont confiance au gouvernement d’Antti Rinne. 43% des personnes interrogées ont confiance au gouvernement alors que 41% sont d’avis inverse.
Les Finlandais sont surtout divisés sur les moyens d’arriver à atteindre les objectifs du programme du gouvernement. Deux Finlandais sur trois soutiennent les objectifs de neutralité carbone (même s’ils n’y croient pas), mais 63% des personnes interrogées s’opposent à la hausse des taxes sur les carburants. Les électeurs des Vrais Finlandais s’y opposent le plus ardemment (80%), mais beaucoup de ceux du Rassemblement national et du Centre s’y opposent aussi, ainsi que 53% des électeurs du PSD, parti du Premier ministre.
55% des Finlandais seraient favorables à l’instauration de péages urbains contre 41% qui s’y opposent.
Les mesures contre les inégalités et les écarts de revenus sont favorablement accueillies, et 68% des Finlandais sont plutôt favorables à augmenter proportionnellement la fiscalité des salaires importants. 56% des Finlandais sont pessimistes en ce qui concerne la réussite dans la lutte contre les inégalités.
Concernant les attentes économiques du programme, 64% des personnes interrogées les considèrent irréalistes. Plus de la moitié des Finlandais ne croient pas non plus à une croissance économique et du taux d’emploi selon les objectifs du gouvernement.
IS

Congés parentaux

Le gouvernement envisage d’étendre les congés de maternité et de paternité
Les congés parentaux prévus pour chacun des parents devraient être rallongés et la durée totale du congé parental prévoyant une allocation proportionnelle aux revenus serait prolongée de plusieurs mois. Le modèle 5+5+5 prévoit cinq mois pour chacun des parents et 5 mois qu’ils pourraient se répartir comme ils le souhaitent.
Actuellement, la mère a droit à un congé de 4,2 mois et le père à 2,2 mois. Les deux peuvent ensuite se mettre d’accord sur un congé supplémentaire de six mois environ.
L’économiste de la banque Nordea, Olli Kärkkäinen, lui-mêem « actuellement en congé parental », selon HS, estime que la réforme nuira à l’emploi. Il note toutefois que son but n’est sûrement pas d’augmenter le taux d’emploi mais plutôt l’égalité entre hommes et femmes et le bien-être des familles.
L’estimation sur le coût de la réforme va de quelques dizaines de millions à 100 millions d’euros.
HS/A8

Santé

Comment attirer des médecins dans les communes rurales ?
Helsingin Sanomat rend compte de différentes mesures prévues pour attirer des médecins dans les « centres de santé » publics des petites communes. Un soutien et des avantages sont proposés, outre des salaires augmentés. Alors que le salaire médian des médecins de dispensaires publics est de 6550 euros par mois, les salaires mensuels varient de 6067 euros à 8926 euros selon la région, les plus élevés étant ceux de l’Ostrobotnie centrale et les moins élevés ceux de la région autour de la capitale.
Le déficit en matière de médecins peut aller jusqu’à 19,6% (Kainuu, région autour de Kajaani). Concernant cinq régions, il dépasse les 10%, et concernant cinq, il est de 5 à 10% et pour huit régions, moins de 5%. Deux régions, dont l’Ostrobotnie centrale, n’en souffrent pas.
L’argent n’est toutefois pas toujours le facteur décisif pour opter pour ces postes, et pour cela, les communes peuvent proposer des services de garde d’enfant, une aide dans la recherche du travail de l’époux(se), une aide au niveau de logement, etc.
HS/A10-11

Le parti le plus rejeté par les électeurs

34% des Finlandais nomment les Vrais Finlandais comme parti qu’ils détestent
Les Finlandais haïssent le moins le PSD, le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates, parmi les partis : 3% seulement des personnes interrogés déclarent qu’elles ne pourraient pas imaginer voter pour eux, alors que 34% refuseraient de voter pour les Vrais Finlandais, 17% pour l’Alliance des gauches et 15% pour les Verts.
Un Finlandais sur 10 ne voterait pas pour le Rassemblement national et 5% refuserait de voter pour le Centre.
IS

Partis politiques et médias sociaux

Les Vrais Finlandais maîtrisent Facebook
Iltalehti relève que parmi les publications de différents partis sur les médias sociaux, celles des Vrais Finlandais sont de loin les plus partagées et commentées. Les publications qui suscitent une réaction négative se répandent le plus efficacement.
IL

Politique étrangère et européenne

Cyber-sécurité

La Sûreté nationale n’a pas observé de tentatives de cyber-influence lors des élections
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la Supo n’a rien observé lors des législatives des signes qui laissent penser qu’un Etat étranger se soit efforcé de systématiquement influencer l’élection.
Des comptes automatiques ont publié sur Twitter, mais leur rôle reste minime.
Les autorités électorales des communes n’ont pas fait état auprès du ministère de la Justice de cas de cyber-influence.
Une tentative d’attaque visant les systèmes d’information (déni de service auprès du portail de résultats électoraux) a été détectée avant le jour de vote.
HS/A8

Familles de combattants Daech

Sondage
La moitié des Finlandais souhaitent que l’Etat se charge d’aller chercher les enfants pour les ramener en Finlande
Selon un sondage effectué pour le compte d’Yle, un tiers des personnes interrogées ne seraient pas favorables au retour en Finlande des enfants et de leurs mères restés au camp d’al-Hol en Syrie. Actuellement, 11 mères et 33 mineurs finlandais se trouveraient sur ce camp.
Un quart des personnes interrogées seraient favorables à ce que la Finlande ramène ces mères et les enfants en Finlande, alors qu’un quart ramènerait seulement les enfants.
16% des personnes ne se sont pas prononcés.
Les électeurs du Rassemblement national et des Vrais Finlandais sont les plus réservés en ce qui concerne le retour de ces personnes. Les jeunes de moins de 25 ans et les femmes sont les plus favorables au retour des femmes et des enfants.
Selon Yle, le groupe de travail de fonctionnaires ayant étudié les options en la matière terminera ses travaux cette semaine afin de remettre son rapport au gouvernement.
Maria Ohisalo (Verts), ministre de l’Intérieur, a dit que la Finlande partait du principe que les droits des enfants devaient se réaliser.
Yle

Mercredi 12 juin 2019

Politique intérieure

Gouvernement - Parlement

Kai Mykkänen et Emma Kari à la tête des groupes parlementaires
Le Rassemblement national et les Verts ont choisi leurs présidents de groupe. Kai Mykkänen présidera le groupe du Kokoomus et Emma Kari celui des Verts.
HS/A11

Critiques de l’opposition concernant le programme gouvernemental
Lors de la séance plénière du Parlement, le Premier ministre Antti Rinne (PSD) a présenté son programme gouvernemental.
L’opposition a remis en question le programme du gouvernement notamment pour ce qui est de l’équilibre des finances publiques.
Petteri Orpo, président du Rassemblement national, a ardemment critiqué la base économique peu durable du programme et le qualifiant de « bluff ».
M. Orpo est méfiant en ce qui concerne l’objectif d’augmenter le taux d’emploi.
MM. Orpo et Rinne se sont disputés sur les contenus des entretiens menés lors des négociations gouvernementales.
HS/A10

Economie publique

Prévisions de la Banque de Finlande : les risques ont augmenté
La Banque de Finlande a revu à la baisse ses prévisions de croissance.
Selon la Banque de Finlande, la croissance de l’économie finlandaise sera de 1,6% cette année, 1,5% en 2020 et 1,3% en 2021.
L’instabilité de l’économie internationale diminuera les investissements des entreprises, ce qui ralentira la croissance des exportations finlandaises.
La Banque de Finlande note que l’emploi s’est amélioré particulièrement rapidement ces dernières années, et que le taux d’emploi dépasse déjà les 72%. La phase de la croissance la plus rapide de ce taux est toutefois terminée. D’ici 2021, le taux ne devrait plus s’élever qu’à un peu plus de 73%.
L’équilibre des finances publiques ne sera pas atteint dans les années qui viennent. L’économie publique sera déficitaire à hauteur de 0,3% par rapport au PIB en 2021.
HS/A30

Fiscalité

Le gouvernement diminuera l’allègement fiscal pour les emplois à domicile
Le projet du gouvernement est de diminuer les allègements fiscaux concernant les emplois à domicile tels que les prestations de travaux de rénovation, la garde d’enfant ou le ménage, par exemple.
La demande de prestations des entreprises et l’entreprenariat en seront probablement affaiblies. Par rapport à un plafond de 2400 euros d’allègements fiscaux par an par personne actuellement concernant les travaux, la somme prévue sera de 2250 euros par personne et par an. Au lieu de pouvoir bénéficier d’un allègement de 50% sur cette somme, il s’agira désormais de 40%.
Actuellement, les personnes de 55 ans et plus utilisent cet allègement le plus. En 2017, les Finlandais faisaient faire des travaux relevant de ce droit d’allègements fiscaux pour 2,4 milliards d’euros. 58% de ce travail était effectué pour le compte de personnes ayant des revenus annuels de 35 000 euros ou plus.
Les entrepreneurs de Finlande, Suomen yrittäjät, et des entrepreneurs du secteur de la rénovation regrettent cette réforme et craignent que le travail au noir augmente par la suite. L’institut de recherche économique Etla estime, quant à lui, que l’allègement est toujours considérable. Selon le gouvernement, avec la réforme, les recettes fiscales augmenteront de 95 millions d’euros par an.
HS/A14

Emploi et chômage

Le patronat EK souhaite diminuer l’allocation chômage proportionnelle aux revenus
Comme le gouvernement souhaitera chercher des moyens de créer 60 000 nouveaux emplois et qu’il a demandé aux organisations syndicales de trouver des moyens, le patronat EK propose d’affaiblir l’assurance chômage proportionnelle aux revenus. EK propose d’augmenter l’allocation de 5% pour les trois premiers mois et de la diminuer par la suite, de 10% au bout de trois mois et de nouveau de 10% au bout de six mois.
Pour EK, le bâton est plus efficace pour activer les chômeurs que la carotte. EK estime que de 20 000 à 25 000 emplois pourraient se créer ainsi.
HS/A8

Retraite - Emploi

Les organisations syndicales souhaitent toucher au passage du chômage à la retraite et aux pensions de réversion
Les organisations syndicales proposent d’augmenter le seuil du passage directement du chômage à la retraite en le relevant de 61 ans à 62 ans. Ce passage permet à un chômeur de bénéficier de l’allocation proportionnelle aux revenus jusqu’à son départ à la retraite, sans prendre compte la durée maximale de 400 jours de cette allocation.
Timo Harakka (PSD), ministre de l’Emploi, se félicite du pas pris vers le plein emploi.
Selon le centre d’assurances retraite, le changement concernant le passage du chômage à la retraite augmentera l’emploi de 6000 personnes d’ici 2025 et de 9000 personnes pour 2055. Les employés âgés seraient moins tentés de quitter la vie professionnelle et les employeurs de leur côté moins tentés de les licencier.
Concernant la pension de réversion, il s’agira d’introduire une période de transition de plusieurs dizaines d’années afin de la restreindre à 10 ans. Actuellement, la pension de réversion est versée jusqu’au décès de l’intéressé. La réforme diminuera, de 0,4% selon EK, la pression pour augmenter la cotisation retraite sur les salaires.
HS/A8

Activités minières -Uranium

Le Stuk ne voit pas d’obstacle au projet d’extraction d’uranium de Terrafame
Le Centre national de radiodiffusion et de sûreté nucléaire Stuk qui a donné son avis au ministère de l’Emploi et de l’Economie, ne voit pas d’obstacle lié à la sécurité des populations et de l’environnement dans le projet de Terrafame de lancer l’extraction d’uranium à sa mine à Sotkamo.
HS/A27

Mardi 11 juin 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande – Corée du Sud

Visite d’Etat du Président sud-coréen en Finlande
Le Président de la Corée du Sud Moon Jae-in est actuellement en visite d’Etat en Finlande.
Les deux présidents se sont entretenus sur le changement climatique, sur un éventuel programme d’échange de jeunes travailleurs, sur l’éventualité de l’inauguration de vols entre Helsinki et Busan, mais également des coopérations en matière de start-ups, de secteur énergétique et de projets sur l’égalité.
M. Moon a dit que grâce aux vols de Finnair, Helsinki est la ville européenne la plus proche pour son pays.
Lors d’une conférence de presse avec son homologue Sauli Niinistö, on lui a posé des questions sur le processus de paix et du désarmement de la Corée du Nord. Concernant les négociations entre ce pays et les Etats-Unis, M. Moon estime que le dialogue sera poursuivi dans un avenir proche.
HS/A20

Numérique

La Finlande au 3ème rang parmi 22 pays
Selon le baromètre numérique de l’institut de recherche économique Etla, sur vingt-deux pays, la Finlande arrive au troisième rang après les Etats-Unis et le Danemark. Cela fait six ans que la Finlande se situe parmi les trois premiers.
Selon les chercheurs d’Etla, un facteur important de succès est le fait d’utiliser les mégadonnées. Environ 20% des entreprises d’au moins dix employés le font, par rapport à 15% il y a deux ans.
Dans la mise au profit des mégadonnées, la Finlande se situe au cinquième rang parmi les Etats membres de l’UE.
Néanmoins, 1% seulement des entreprises vend, achète ou partage ses données.
Selon le baromètre, malgré le fait qu’il existe en Finlande des compétences importantes en matière de sécurité des données informatiques, le pays n’arrive pas en tête de la comparaison en ce qui concerne la capacité de lutte contre les cyber-menaces.
KL/A6

Economie

Prévisions de la Banque de Finlande

Ralentissement de la croissance
La Banque de Finlande a revu à la baisse ses prévisions de croissance.
Selon la Banque de Finlande, la croissance de l’économie finlandaise sera de 1,6% cette année, 1,5% en 2020 et 1,3% en 2021.
HS

Location de matériel

Loxam rachète le Finlandais Ramirent
« Un groupe français propose de racheter Ramirent » HS
« La proposition d’achat de Ramirent arrive au bon moment » KL
Helsingin Sanomat présente l’offre d’achat de Loxam sur Ramirent pour 970 millions d’euros.
Kauppalehti remet en perspective cette acquisition, par rapport aux autres groupes finlandais qui ont été rachetés par des groupes étrangers cette année : Amer par un groupe chinois, Pöyry par un groupe suédois et Kotipizza par un groupe norvégien,.
Pour le Français Loxam, Ramirent est une bonne cible par sa présence dans les pays nordiques et d’Europe orientale. Cette offre arrive au bon moment quand en Finlande ont s’attend à un ralentissement de la construction : les analystes s’attendaient à une baisse de l’action et Loxam offre un premium intéressant, juge KL.
HS KL

Lundi 10 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Quinze secrétaires d’Etat
Uusisuomi rapporte que le gouvernement de M. Rinne va nommer 15 secrétaires d’Etat politiques. A ses débuts, le gouvernement de M. Sipilä n’en comptait que quatre.
uusisuomi

M. Raimo Luoma, secrétaire d’Etat du Premier ministre
M. Raimo Luoma qui avait déjà été secrétaire d’Etat de M. Rinne au ministère des Finances a été nommé vendredi secrétaire d’Etat auprès du premier ministre.
HS

M. Parviainen secrétaire d’Etat de Mme Ohisalo
La ministre de l’Intérieur Maris Ohisalo (qui sera aussi la prochaine présidente du parti des Verts) aura pour secrétaire d’Etat l’ancien député des Vers Olli-Pekka Parviainen.
uusisuomi

Parti populaire suédois

Mme Henriksson réélue présidente du parti
Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice, a été réélue sans opposition à la présidence du parti populaire suédois qui se réunissait à Vaasa.
Les vice-présidents sont Sandra Bergqvist, Silja Borgardsdottir Sandelin et Henriks Wikström.
HS

Parlement

M. Vanhanen Président, Mme Haatainen et M. Eerola vice-présidents
Le Parlement a élu son présidium, vendredi. M. Matti Vanhanen (Centre) est le nouveau président ; Mme Tuula Haatainen (PSD) est première vice-présidente et M. Juho Eerola (Vrais Finlandais) est second vice-président.
HS

Mika Niikko président de la Commission des Affaires étrangères
Le député des Vrais Finlandais Mika Niikko sera le président de la Commission des affaires étrangères en remplacement de Laura Huhtasaari, élue au Parlement européen. Helsingin Sanomat rapporte que M. Niikko fait partie des chrétiens fondamentalistes du Parlement. Il est favorable au créationnisme et considère que les décisions politiques doivent se fonder sur le nouveau testament, « sinon, la société risque de subir le même sort que l’empire romain ».
Les Vrais Finlandais proposent aussi Mme Leena Meri pour la présidence de la Commission des Lois et Mme Riikka Purra pour la présidence de la Commission de l’Intérieur.
Mme Meri est juriste de formation.
Mme Purra est nouvellement élue au parlement. On s’attendait à ce que le Président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho choisisse d’être président de la Commission de l’Intérieur, mais il n’en est finalement rien.
Mme Purra était la secrétaire politique du parti avant d’être élue au Parlement. Il y a huit ans, M. Halla-aho avait été élu à la présidence de cette commission mais avait dû démissionner suite à des poursuites concernant ses écrits.
HS

M. Arhinmäki président du groupe parlementaire de l’Alliance des Gauches
L’ancien ministre Paavo Arhimäki a été élu à la présidence du groupe parlementaire de l’Alliance des Gauches.
HS

M. Kurvinen, président du groupe parlementaire du Centre
Le député Antti Kurvinen a été élu à la présidence du groupe parlementaire du centre en remplacement de M. Kaikkonen devenu ministre.
HS

Programme gouvernemental

De drôles d’investissements
Helsingin Sanomat estime qu’en dépît de leur qualification d’investissements dans l’avenir, nombre de mesures figurant dans la plan d’investissement de 3 milliards d’euros du gouvernement s’apparentent plutôt à des dépenses permanentes.
Il en va ainsi de la décision de recruter pour trois ans des enseignants dans les instituts universitaires technologiques pour 235 millions d’euros.
HS

Le nucléaire quasi absent du programme gouvernemental
Helsingin Sanomat relève que le nucléaire est quasi absent du programme gouvernemental. Il est seulement indiqué que le gouvernement a une attitude positive vis-à-vis du prolongement de la durée de vie des réacteurs actuels. Cela vise la centrale de Loviisa : plutôt que de la remplace, Fotrum devrait probablement investir pour en prolonger la durée de vie, estime HS qui relève que Fortum est suffisamment occupé par le projet de Fennovoima et ne devrait donc pas demander l’autorisation pour construire un nouveau réacteur pendant l’actuelle législature.
HS

Politique étrangère et européenne

Réunion des ministres de l’Intérieur

Première réunion pour Mme Ohisalo
Helsingin Sanomat a suivi la nouvelle Ministre de l’Intérieur Maria Ohisalo pour sa première réunion à Luxembourg. Il y a été notamment question de la politique d’accueil des migrants. HS relève qu’il reviendra à la présidence finlandaise à partir de juillet d’essayer de trouver une position commune sur ces questions qui divisent les Etats.
A Luxembourg, Mme Ohisalo a présenté les objectifs de la présidence finlandaise.
HS

Défense

Projet HX

Les futures acquisitions d’avions de combat créent du business
GIPP est un programme finlandais de promotion des exportations qui ouvre les portes à des sociétés finlandaises sur les marchés des pays vendeurs de chasseurs. La visibilité qui entoure le projet HX vient de produire sa première commande pour la Finlande.
Le chantier naval américain VT Halter Marine, qui a remporté la commande de brise-glaces de la marine américaine, vient d’annoncer qu’il entame une collaboration avec le finlandais ABB dans le cadre de la construction du brise-glace.
Le programme GIPP tend à ouvrir aux entreprises finlandaises des possibilités sur les marchés des pays qui proposent leurs avions dans le cadre du projet HX de la Finlande. Cette idée créée par Business Finland et le pâtronat finlandais EK est de promouvoir les exportations finlandaises et de chercher des investissements, notamment en organisant, pour les délégations finlandaises, des voyages dans les pays dont les avions sont en lice pour le projet HX.
Dans le cadre de ce projet qui a débuté fin 2018, deux voyages ont été organisés à Washington, notamment avec des participations des entreprises Wärtsilä, ABB et Vaisala.
L’automne prochain, des déplacements sont prévus en France et en Angleterre avec des entreprises qui fournissent des services pour les aéroports.
Outre le GIPP, les acquisitions de matériel militaire pourraient engendrer une collaboration industrielle d’envergure avec les pays vendeurs de chasseurs. Les entreprises finlandaises pourraient notamment contribuer au montage des avions de combat ou encore agir en sous-traitance de sociétés constructrices.
AL7.6/A19

Défense européenne

« Les USA fâchés contre les projets communs de la défense de l’UE » TS
« Selon Lännen media, les Etats-Unis d’Amérique ne voient pas d’un bon œil la coopération structurée de défense de l’UE et le Fonds européen de défense estimant qu’ils font concurrence à l’industrie de la défense américaine de manière inutile et inéquitable », écrit Joonas Kuikka dans Turun sanomat.
Les Etats-Unis demanderaient des modifications dans les textes de ces deux accords et auraient évoqué le danger d’une détérioration des relations et d’un affaiblissement des rapports au sein de l’OTAN.
TS6.6/10

Economie

Automobile

Valmet ouvre une usine de montage de batteries automobiles à Salo
Helsingin Sanomat publie un portrait du directeur allemand de Valmet Automotive (groupe qui monte notamment des véhicules à Uusikaupunki pour Mercedes Benz) qui explique avoir décidé d’implanter en Finlande une susine de montage de batteries pour automobiles. Si le site de Salo en Finlande (ex-site de montage des téléhones mobiles de Nokia) a été choisi c’est parce qu’il était plus rapide d’y implanter une telle usine que, par exemple, en Allemagne. La décision a été& prise en janvier et l’usine ouvrira en septembre.
HS

Location de matériel

Loxam rachète le Finlandais Ramirent
Loxam SAS (Loxam) et Ramirent Plc (Ramirent) ont annoncé la signature d’un accord de rapprochement, au terme duquel Loxam lancera une offre publique d’achat recommandée en numéraire sur la totalité des actions en circulation de Ramirent.
Ramirent est l’un des leaders de la location de matériels dans les secteurs de la construction, de l’industrie et des services. Présent en Scandinavie, en Europe Centrale et en Europe de l’Est, le groupe a généré un chiffre d’affaires de 712 millions d’euros en 2018. Il emploie 2 900 collaborateurs dans 9 pays à travers un réseau de 294 agences.
Dans le cadre de l’offre publique d’achat, les actionnaires de Ramirent se verront offrir un prix en numéraire de 9€ par action, valorisant ainsi l’ensemble des actions en circulation de Ramirent à environ 970 millions d’euros.
Le rapprochement stratégique entre Loxam et Ramirent permettrait de former le leader pan-Européen et le troisième loueur de matériels au monde.
afp

France - Finlande

Visite en Finlande du navire Energy Observer

« Un bateau à hydrogène en visite en Finlande – Le navire capable de transformer l’eau de la mer en énergie navigue sans aucunes émissions autour du monde » Tekniikan maailma
« Le premier bateau à hydrogène au monde est arrivé à Helsinki – le navire Energy observer attend les visas pour poursuivre son chemin en Russie » Tekniikka&talous
« Le bateau à hydrogène extraordinaire Energy Observer présenté à Helsinki » Kippari
« Un bateau à hydrogène qui navigue autour du monde sans émissions est arrivé à Helsinki – c’est pour cette raison que Toyota s’intéresse à ce navire à mouvement perpétuel » IS
Des quotidiens et revues finlandais publient des articles sur la visite en Finlande du bateau Energy Observer qui présente son exposition à Lyypekinlaituri, Helsinki, jusqu’à lundi soir. Ces articles élogieux présentent les détails techniques de ce navire unique et les objectifs des recherches et du développement faits sur le bateau-laboratoire, qualifié d’avant-goût des sources d’énergie d’avenir des transports maritimes.
Les articles sont illustrés de photos et ils citent les membres de l’équipe et de l’équipage. Le travail d’Energy Observer promeut une prise de conscience concernant les nouvelles possibilités de production énergétique.
Tekniikka&talous relève qu’au mieux, le bateau a pu être autonome en matière d’énergie pendant sept jours et six nuits.

Vendredi 7 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Le Président a nommé le nouveau gouvernement
La Finlande a un nouveau gouvernement. Le Président Sauli Niinistö a nommé, hier, le gouvernement d’Antti Rinne.
- Premier Ministre :
M. Antti Rinne (PSD)
- Ministre des Finances (et vice-Premier ministre) :
M. Mika Lintilä (Centre)
- Ministre des Affaires européennes :
Mme Tytti Tuppurainen (PSD)
- Ministre des Affaires étrangères :
M. Pekka Haavisto (Verts)
- Ministre de la coopération au développement et du commerce extérieur :
M. Ville Skinnari (PSD)
- Ministre de la Justice :
Mme Anna-Maja Henriksson (parti populaire suédois)
- Ministre de la coopération nordique et de l’Egalité :
M. Thomas Blomqvist (parti populaire suédois)
- Ministre de l’Intérieur :
Mme Maria Ohisalo (Verts)
- Ministre de la Défense :
M. Antti Kaikkonen (Centre)
- Ministre des collectivités locales et de la participation de l’Etat dans les entreprises :
Mme Sirpa Paatero (PSD)
- Ministre de l’Education :
Mme Li Andersson (Alliance des gauches)
- Ministre des sciences et de la culture :
Mme Annika Saarikko (Centre)
- Ministre de l’Agriculture :
M. Jari Leppä (Centre)
- Ministre des Transports et des communications :
Mme Sanna Marin (PSD)
- Ministre de l’Emploi :
M. Timo Harakka (PSD)
- Ministre de l’Economie :
Mme Katri Kulmuni (Centre)
- Ministre des affaires sociales et de la Santé :
Mme Aino-Kaisa Pekonen (Alliance des Gauches)
- Ministre de la famille et des services sociaux :
Mme Krista Kiuru (PSD)
- Ministre de l’Environnement et du climat :
Mme Krista Mikkonen (Verts)

« Plus de femmes et d’expérience » HS
Le gouvernement de M. Rinne compte plus de femmes (58%) que le gouvernement Sipilä (35%).
Alors que seulement cinq ministres du gouvernement Sipilä avaient une expérience ministérielle, plus de la moitié des ministres de M. Rinne (11 sur 19) ont déjà une telle expérience.
HS

« On exigera beaucoup de vous, a dit le président Sauli Niinistö » AL
Aamulehti relève que le Président a dit au nouveau gouvernement que « dans un gouvernement de grande coalition il était important d’être uni et de pouvoir compter les uns sur les autres. Dans un gouvernement la prise de décision est collégiale : on décide ensemble et on en assume tous la responsabilité. La confiance qui règne au gouvernement est aussi la base de la confiance des citoyens dans le système politique ».
Il a aussi félicité M. Rinne pour avoir réussi à former son gouvernement rapidement après les élections.
AL

« Le pouvoir a changé – il faut désormais relever le taux d’emploi à tout prix » AL
Aamulehti rapporte que, lors de la première conférence de presse du govuernement, c’est le question de l’emploi qui a été& la priorité car elle conditionne le reste du fonctionnement du gouvernement.
Il faut rapidement prendre des mesures pour l’emploi. Le gouvernement devrait prendre ses décisions en la matière dès le mois d’août lors de la préparation du budget.
AL

Sondage sur les partis politiques

Les Vrais Finlandais à la hausse, le Centre toujours en baisse

Yle publie son sondage sur les partis politiques. Depuis les législatives, les intentions de vote des Finlandais n’ont pas beaucoup bougé.
Les Vrais Finlandais continuent néanmoins à augmenter leur audience ; rester dans l’opposition semblerait convenir à ce parti mieux qu’au Rassemblement national qui connaît une légère baisse de 0,2 point.
L’audience des Vrais Finlandais a augmenté de 0,7 point pour s’élever à 19,5%, et le parti arrive à la première place, suivi du PSD à 17,4%, du Rassemblement national à 16,7%, et des Verts à 13,9%.
Le Centre perd 0,9 point à 12,4%. Il arrive ainsi au cinquième rang devant l’Alliance des gauches à 7,8%, le parti suédois à 4,5% et les Démocrates-chrétiens à 3,6%.
Selon l’institut de recherche Taloustutkimus, le Centre perd des électeurs surtout en faveur des Vrais Finlandais.
Les partis de la nouvelle coalition gouvernementale ont ensemble une audience de 56%.
Yle

Politique étrangère et européenne

Union européenne

« M. Barnier : Je me concentre seulement sur le Brexit » AL
Rapport du Conseil de l’Europe
Helsingin Sanomat rapporte que Michel Barnier était en Finlande pour la conférence TEPSA 2019 Finnish-Pre Presidency. Il a déclaré que « le Brexit était un jeu, où tout le monde est perdant. Et si nous ne sommes pas vigilant, nous risquons de régresser » dans la construction européenne.
Il estime qu’il faut veiller à conserver les différences entre les Etats car l’objectif de l’union n’est pas l’uniformité mais l’unité de l’Europe.
Interrogé sur ses intentions concernant la présidence de la Commission, il a déclaré qu’il se concentrait uniquement sur le BVrexit.
Lors de sa visite en Finlande, il a aussi rencontré les membres du nouveau gouvernement : le Premier ministre Antti Rinne, la Ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen et le Ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto.
HS AL

France - Finlande

ENA

« Vers la fin de l’ENA » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage sur l’Ecole nationale d’administration dont la fin a été annoncée. Le journal a aussi interviewé danciens élèves finlandais de l’ENA, Kirsi Vanamo-Satacruz, Kimmo Narhinen et Tytti Yli-Viikari.
HS

Jeudi 6 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Tous les ministres connus
Le parti du Centre et l’Alliance » des Gauches se sont réunis, hier, pour décider de leur participation au gouvernement et choisir leurs ministres.

Le parti du Centre a approuvé la participation au gouvernement puis validé la proposition du président Juha Sipilä en ce qui concerne les ministres centristes :
- Ministre des Finances :
M. Mika Lintilä, 53 ans, ancien ministre de l’Economie du gouvernement de Juha Sipilä.
- Ministre de la Défense :
M. Antti Kaikkonen, 45 ans, président du groupe parlementaire et considéré comme l’un des favoris pour succéder à Juha Sipilä à la présidence du parti du Centre en septembre prochain.
- Ministre de l’Agriculture :
M. Jari Leppä, 59 ans, ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement de Juha Sipilä.
- Ministre de l’Economie :
Mme Katri Kulmuni, 31 ans, députée de Laponie.
- Ministre des sciences et de la culture :
Mme Annika Saarikko, 35 ans, ancienne ministre de la famille et des services sociaux du gouvernement de Juha Sipilä. Durant son congé maternité d’août 2019 à août 2020, elle sera remplacée par Mme Hanna Kosonen, 43 ans, députée.

Le parti de l’Alliance des Gauches a approuvé sa participation au gouvernement. Un vote consultatif de l’ensemble des membres avait été réalisé. Selon cette consultation, 97% des membres étaient favorables à l’entrée dans le gouvernement.
Les ministres de l’Alliance des Gauches ont été choisies après une longue réunion :
- Ministre de l’Education :
Mme Li Andersson, 32 ans, présidente du parti de l’Alliance des Gauches
- Ministre de la Santé :
Mme Aino-Kaisa Pekonen, 40 ans, présidente du groupe parlementaire sera ministre jusqu’en 2021, puis pour la seconde moitié de la législature, Mme Hanna Sarkkinen, 31 ans, députée.

Ces noms viennent donc s’ajouter aux précédents ministres connus :
Pour le PSD :
Premier Ministre : M. Antti Rinne
Ministre des Transports et des communications : Mme Sanna Marin
Ministre de la coopération au développement et du commerce extérieur : M. Ville Skinnari
Ministre des collectivités locales : Mme Sirpa Paatero
Ministre des Affaires européennes : Mme Tytti Tuppurainen
Ministre de la famille et des services sociaux : Mme Krista Kiuru
Ministre de l’Emploi : M. Timo Harakka, 56 ans, ancien journaliste entré sur le tard en politique, spécialiste des questions économiques au PSD.
Pour les Verts :
Ministre des Affaires étrangères : M. Pekka Haavisto
Ministre de l’Environnement et du climat : Mme Krista Mikkonen
Ministre de l’Intérieur : Mme Maria Ohisalo
Pour le parti populaire suédois :
Ministre de la Justice : Mme Anna-Maja Henriksson
Ministre de la coopération nordique et de l’Egalité : M. Thomas Blomqvist

Editorial
« Il y a toujours un bon esprit au début d’un gouvernement » HS
Helsingin Sanomat s’attend à des tensions dans la coalition au fil du temps et notamment sur des questions comme la vente d’actifs de l’Etat ou bien les finances publiques, en particulier entre les partis de gauche et les partis de centre-droit que sont le Centre et le parti populaire suédois.
HS

« On n’a toujours pas résolu le déficit structurel de 10 milliards d’euros » KL
Kauppalehti rapporte que le ministère des Finances doit publier son évaluation sur le déficit structurel ce mois-ci. Il publiera ses prévisions de croissance le 17 juin et devrait aussi évaluer le programme gouvernemental.
Kauppalehti relève que le nouveau gouvernement ne va pas pouvoir se soustraire à la question du déficit structurel (notamment dû au vieillissement de la population) évalué à 10 milliards d’euros.
KL

« La Commission européenne conseille à la Finlande d’augmenter ses investissements » HS
Helsingin Sanomat relève que les recommandations de la Commission sont en adéquation avec ce que prévoit le programme gouvernemental.
HS

Parlement

M. Vanhanen serait nommé président du Parlement
Helsingin Sanomat relève que le Centre aurait le poste de président du Parlement. Le PSD aurait la première vice-présidence et les Vrais Finlandais la deuxième vice-présidence.
Selon les informations du quotidien, le député Matti Vanhanen, ancien président du Centre et ex-Premier ministre, serait le candidat du Centre pour ce poste prestigieux qui est, selon le protocole, le poste de numéro deux après le Président et avant le Premier ministre.
Selon la coutume, le deuxième parti du gouvernement prend le poste de président du parlement mais cela n’est pas inscrit dans la loi. Les Vrais Finlandais, deuxième parti du Parlement, ont déjà critiqué cette procédure.
Le vote sur le président et les deux vice-présidents aura lieu vendredi.
HS/A10

Vrais Finlandais

M. Halla-aho souhaite continuer à la tête du parti
Helsingin Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho, qui préside le parti depuis la scission de juin 2017, a indiqué mercredi qu’il voulait continuer à la tête du parti. Il souhaite que d’autres candidats postulent aussi pour ce poste.
Le congrès des Vrais Finlandais aura lieu les 29 et 30 juin à Tampere. Le congrès élira aussi les vice-présidents. Un nouveau secrétaire général sera élu pour remplacer Riikka Slunga-Poutsalo, élue députée.
La première vice-présidente Laura Huhtasaari vient d’être élue au Parlement européen. Les députées Leena Meri et Riikka Purra ont déjà exprimé leur intérêt pour ce poste.
HS/A11

Politique étrangère et européenne

Traite des personnes

Rapport du Conseil de l’Europe
Helsingin Sanomat rapporte que selon un rapport récent du Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) du Conseil de l’Europe, le nombre de victimes de la traite des personnes a triplé en Finlande depuis 2015.
Selon les statistiques du système finlandais de l’aide des victimes de la traite des personnes, 163 personnes ont été concernées en 2018, contre seulement 52 en 2015.
Selon le rapport du groupe, la situation des victimes de la traite des personnes s’est améliorée en Finlande depuis 2015. Les autorités finlandaises devraient toutefois développer le système afin de mieux prendre en compte la situation des enfants qui arrivent seuls en Finlande.
HS/A16

France

Sport

Coupe du monde de football
« La France sera favorite de la coupe du monde qu’elle organise » TS

Mercredi 5 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Dix nouveaux ministres connus
Le parti social-démocrate et les Verts ont choisi hier leurs ministres.
Ces noms viennent s’ajouter à ceux déjà connus du pari populaire suédois qui avait choisi les siens dès lundi :
-  Anna-Maja Henriksson, présidente du parti qui deviendra Ministre de la Justice,
-  Thomas Blomqvist, président du groupe parlementaire, qui sera Ministre de la coopération nordique et de l’égalité.
L’Alliance des Gauches se réunit mercredi pour décider, sur la base de la consultation faite auprès de ses membres, de participer au gouvernement. Si la réponse est affirmative, les ministres seront choisis lors de la même réunion, à partir de 16h.
Le parti du Centre se réunit ce matin pour décider de sa participation au gouvernement. Si la réponse est affirmative, il y aura une réunion ce soir à partir de 17h pour choisir les ministres centristes.

Les ministres PSD et la candidate au poste de Commissaire
M. Rinne a présenté, hier, lors d’une conférence de presse, les personnes qui seront nommées ministres ainsi que la candidate du futur gouvernement au poste de commissaire européen :
-  M. Antti Rinne, président du parti, Premier ministre
-  Mme Tytti Tuppurainen, ministre des Affaires européennes
-  Mme Sanna Marin, Ministre des Transports
-  M. Ville Skinnari, Ministre du Développement et du Commerce extérieur
-  Mme Krista Kiuru, Ministre de la famille et des services sociaux
-  Mme Sirpa Paatero, Ministre des collectivités locales et des participations de l’Etat dans les entreprises
-  M. Timo Harakka, Ministre de l’Emploi
Helsingin Sanomat note que M. Harakka constitue une surprise. ON s’attendait plutôt à ce que le président du groupe parlementaire, Antti Lindtman, entre au gouvernement. Il aurait toutefois refusé préférant rester président du groupe parlementaire. C’est pourquoi M. Rinne a finalement proposé le poste de ministre du travail à M. Harakka, mardi matin. Selon HS, on avait envisagé à ce poste, au PSD, Mme Haatainen ou Mme Filatov, toutes deux anciennes ministres, mais comme il y avait déjà quatre femmes et deux hommes, M. Rinne souhaitait un équilibre le plus proche possible de l’égalité homme-femme et aurait choisi un homme.

Lors de la conférence de presse, M. Rinne a présenté Mme Jutta Urpilainen comme la future candidate de la Finlande au poste de Commissaire européen. Elle continuera comme députée jusqu’en novembre quand devrait être nommée la future commission. La Finlande va essayer d’avoir un portefeuille le plus important possible dans cette commission. Cela pourrait être dans le domaine de « l’éducation, la connaissance, la sécurité ou la coopération au développement », selon Mme Urpilainen.
HS

Les ministres des Verts
Les Verts ont choisi leurs ministres hier, lors d’une réunion qui s’est terminée en fin de soirée. Ils ont même du voter pour le poste de ministre de l’Environnement et du climat.
-  M. Pekka Haavisto, Ministre des Affaires étrangères
-  Mme Maria Ohisalo, Ministre de l’Intérieur
-  Mme Krista Mikkonen, ministre de l’Environnement et du Climat
Lors du vote organisé par le parti, Mme Mikkonen, présidente du groupe parlementaire, ne l’a emporté que d’une voix (29 contre 28) contre Oras Tynkkyen.
HS

Partis politiques

Selon un nouveau sondage, les Vrais Finlandais sont toujours en tête
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage d’intentions de vote (pour les élections législatives), effectué pour le compte du quotidien entre le 6 mai et le 2 juin, les Vrais Finlandais sont encore en tête avec 18,2 %, même si le parti a perdu 0,5 % depuis le sondage précédent.
Le Rassemblement national (Kokoomus) et le PSD ont chacun 17,5 % ce qui signifie une légère hausse pour les deux. Le Centre arrive quatrième avec 13,2% devant les Verts à 12,2 %, l’Alliance des gauches à 8,5 %, le Parti populaire suédois à 4,5 %, les Chrétiens-démocrates à 3,9 % et le mouvement Liike Nyt à 2,1 %.
Les cinq partis du prochain gouvernement ont un peu moins de 56 % des intentions de vote, soit autant qu’aux élections législatives du mois d’avril.
HS souligne qu’à la lumière des résultats du sondage par rapport aux dernières élections, il est évident que les électeurs font une différence claire et nette entre les élections législatives et européennes.
Le sondage a été effectué par l’institut Kantar TNS auprès de 2 314 personnes.
HS/A8

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

Combattants finlandais de Daesh
Helsingin Sanomat relève que selon Leena Malkki, chercheur sur le terrorisme, une partie des combattants finlandais de Daesh ont quitté la Syrie et l’Irak pour d’autres zones de conflit, sans que l’on sache les pays en question.
« Il s’agit vraisemblablement de pays où Daesh a annoncé avoir des activités », selon Mme Malkki qui s’est exprimée mardi dans le cadre d’un séminaire de l’Institut des relations extérieures UPI.
Mme Malkki souligne que les autorités finlandaises ont très peu d’informations sur les Finlandais en Syrie. Elle estime que les combattants de retour en Finlande peuvent avoir une influence importante sur le futur développement du djihadisme en Finlande. Certains pourraient participer à des activités djihadistes ou même devenir des militants-clé pour organiser des activités et développer les réseaux.
HS/A13

Mardi 4 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Calendrier de la nomination du gouvernement
Helsingin Sanomat rapporte que les cinq partis du futur gouvernement doivent approuver maintenant le résultat des négociations gouvernementales selon leurs propres procédures, aujourd’hui et demain.
Jeudi matin, le Président Niinistö aura un entretien avec le candidat pour le poste de Premier ministre, Antti Rinne. Après cet entretien, M. Niinistö annoncera au Parlement le nom du candidat et le Parlement votera sur le candidat. Si le candidat obtient la majorité des voix il est investi Premier ministre. Cela devrait avoir lieu jeudi.
Le Président acceptera la démission de l’ancien gouvernement et nommera ensuite le nouveau Premier ministre et les nouveaux ministres et se tiendra la première séance du Conseil des ministres, probablement vendredi matin.
Le nouveau gouvernement se réunira immédiatement après sa nomination. Le programme du gouvernement sera ensuite annoncé au Parlement qui votera sur la confiance du gouvernement.
hs.fi

Les cinq partis réunis pour un séminaire de deux jours
Jutta Urpilainen exige que le poste de Commissaire revienne à une femme
Les cinq partis du futur gouvernement poursuivent leur séminaire encore aujourd’hui à l’hôtel Korpilampi à Espoo.
Ilta-Sanomat souligne que « le club des cinq » a réussi ses aventures à la Maison des Etats où se négociait le programme gouvernemental. En revanche, il est possible que « le club des cinq » soit bientôt en difficulté, dès lors qu’il faudra interpréter le programme gouvernemental.
Le futur Premier ministre Antti Rinne n’a pas encore commenté les noms des ministres sociaux-démocrates même s’il les connaît déjà. Les noms des ministres seront rendus publics aujourd’hui après la réunion commune du groupe parlementaire et du bureau national.
Le nom de l’actuel président du groupe parlementaire du PSD Antti Lindtman a circulé dans les spéculations ministérielles. M. Lindtman a toutefois annoncé qu’il ne souhaitait pas participer au gouvernement mais continuer à son poste actuel.
La députée Jutta Urpilainen, ancienne présidente du PSD, a annoncé qu’elle visait le poste de commissaire européen. M. Rinne a souligné antérieurement qu’il voulait nomme une femme au poste de commissaire.
Les Verts se réuniront également aujourd’hui pour décider les noms de leurs ministres. L’actuel président du parti Pekka Haavisto sera très probablement le nouveau ministre des Affaires étrangères. Un nouveau nom est apparu dans les spéculations ministérielles : Oras Tynkkynen, ancien député, a annoncé sa candidature pour le poste de ministre de l’Environnement et du Climat.
Le Parti populaire suédois a nommé hier ses deux ministres : Anna-Maja Henriksson, présidente du parti, et Thomas Blomqvist, président du groupe parlementaire.
L’Alliance des gauches a commencé hier après-midi le vote consultatif qui durera jusqu’à ce soir minuit. Le groupe parlementaire et le bureau national se réuniront mercredi. La présidente du parti Li Andersson souhaite prendre le portefeuille de l’Education.
Le Centre se réunira mercredi pour nommer ses ministres.
hs.fi, yle.fi

Titres
« Le programme de Rinne dépend du nombre d’emplois » HBL
« Les cinq se voient comme des vainqueurs » HBL
« Le Centre a triomphé dans le puzzle gouvernemental » HBL
« Des objectifs excellents, un financement incertain » TS
« Le programme du gouvernement divise le peuple » TS
« La politique fiscale fait un pas vers la gauche » TS
« M. Sipilä soutiendra le gouvernement en coulisses » TS
« Les finances publiques sont la grande interrogation de ce programme gouvernemental » HS
« Les carburants et le tabac vont augmenter » AL

Editoriaux
« Le programme gouvernemental repose trop sur des espoirs » KL
« Des espoirs mis en avant, les différends mis en retrait » HS
« Un programme gouvernemental basé sur un très fort optimisme » AL
L’éditorialiste de Kauppalehti (quotidien économique) considère qu’il est positif que les pires craintes sur un tsunami fiscal aient pu être écartées.
Aamulehti relève pour sa part que le programme gouvernemental ne décide finalement pas de grand-chose. Dans le texte, il est mentionné 130 fois que « le gouvernement étudiera… ».
Helsingin Sanomat estime aussi que ce programme contient à la fois des objectifs qu’avaient les différends partis de la coalition, mais aussi des compromis entre ceux-ci. Quant à savoir ce qu’il sera possible de financer, cela repose en partie sur des espoirs. Sur de nombreux sujets, les décisions sont repoussées à plus tard. Comme il est de tradition dans les négociations entre partenaires sociaux, on a décidé de confier à des comités les questions délicates et difficiles. Cela promet une législature animée. En conclusion, Helsingin Sanomat considère que le coût des réformes ne sera finalement connu que lorsque l’on saura comment elles seront réalisées. C’est pourquoi on peut mentionner dans ce programme de nombreuses réformes, mais on ne saura que plus tard ce que l’on aura les moyens financiers de mettre en œuvre.
HS KL AL

Politique étrangère et européenne

Egalité

La Finlande en 2e position selon Equal Measures 2030
Helsingin Sanomat relève que selon une nouvelle comparaison internationale sur l’égalité entre hommes et femmes dans 129 pays, Equal Measures 2030, la Finlande arrive deuxième après le Danemark et avant la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, la Slovénie, l’Allemagne, le Canada, l’Irlande et l’Australie.
La comparaison a pris en compte les objectifs du développement durable de l’ONU en ce qui concerne la santé, la formation ou la vie professionnelle.
Selon cette étude, seulement 8 % des filles et des femmes au monde vivent dans des pays qui sont au bon niveau du point de vue de l’égalité.
HS/A28

Lundi 3 juin 2019

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Publication du programme gouvernemental
Les présidents des partis de la future coalition ont présenté le programme gouvernemental, lundi matin, à la bibliothèque municipale d’Helsinki où ils étaient arrivés en tramway.
Le programme gouvernemental fiat 190 pages. Il a été publié sur le compte twitter du gouvernement :
https://t.co/jkAjb3C3oY

Le programme comprend :
-  une introduction
-  une liste de six promesses aux citoyens en matière de réforme de la politique
-  une partie budgétaire en faveur d’une économie durable
-  sept stratégies :
o environnementale
o de politique étrangère et européenne
o en matière de sécurité intérieure et de défense
o en matière d’économie, de transport et d’agriculture
o sur l’emploi
o sur les affaires sociales
o sur l’éducation et l’innovation
-  une partie sur la gouvernance publique
-  cinq annexes

« Adieux à la Finlande de l’austérité de M. Sipilä » HS
« Un texte avec un esprit de gauche mais également la touche du Centre » HS
Le programme gouvernemental créé sous la direction du président social-démocrate Antti Rinne est intitulé « Une Finlande de la participation et de la connaissance - pour une société socialement, économiquement et écologiquement durable », et il compte 190 pages.
Il y a quatre ans, le programme du gouvernement Sipilä annonçait des économies de quatre milliards d’euros visant l’éducation, la coopération au développement et la sécurité sociale. Le gouvernement Rinne augmentera les dépenses de 1,2 milliard d’euros.
Selon le « slogan » du programme, « dans un Etat-providence nordique, l’économie est au service de l’homme et non pas le contraire ».
Helsingin Sanomat note que même si, dans ses tonalités, le programme relève d’un esprit de gauche, le Centre a pu fortement y laisser sa trace. La liste de mesures en faveur de l’agriculture est très longue. Le niveau des subventions sera maintenu.
Le Parti suédois a obtenu de renforcer le statut de l’hôpital central de Vaasa. De même la seconde langue nationale (le plus souvent le suédois) redevient obligatoire au baccalauréat.
HS/lun/A6

Le gouvernement comprendra 19 ministres
Répartition des portefeuilles entre les cinq partis
Le futur Premier ministre Antti Rinne a confirmé, lors de la conférence de presse lundi matin, la répartition des portefeuilles, au total 19, entre les cinq partis de son gouvernement. Les partis décideront les noms des ministres ultérieurement. Certains partis nommeront leurs candidats à ces postes mardi, et d’autres (dont le Centre), mercredi.

PSD
-  Premier ministre
-  Ministre des Affaires européennes
-  Ministre des Collectivités locales (en charge des entreprises d’Etat)
-  Ministre du Développement et du Commerce extérieur
-  Ministre de la Famille et des Services sociaux
-  Ministre des Transports
-  Ministre de l’Emploi

Centre
-  Ministre des Finances
-  Ministre de la Science et de la Culture
-  Ministre de l’Economie
-  Ministre de la Défense
-  Ministre de l’Agriculture et des Forêt

Verts
-  Ministre des Affaires étrangères
-  Ministre de l’Environnement et du Climat
-  Ministre de l’Intérieur

Alliance des Gauches
-  Ministre de l’Education
-  Ministre des Affaires sociales et de la santé

Parti populaire suédois
-  Ministre de la Justice
-  Ministre de la Coopération nordique et de l’Egalité

Le président du PSD Antti Rinne sera donc le Premier ministre. Selon les spéculations, il est très probable que Pekka Haavisto, actuel président des Verts, sera nommé ministre des Affaires étrangères et Anna-Maja Henriksson, présidente du Parti populaire suédois, sera la nouvelle ministre de la Justice. La présidente de l’Alliance des gauches Li Andersson sera ou bien ministre des Affaires sociales et de la Santé ou ministre de l’Education.
Il est très probable que l’actuel président du Centre Juha Sipilä ne sera pas ministre.
HS IL

publié le 01/07/2019

haut de page