Juin 2018

Vendredi 29 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet des présidents Trump et Poutine à Helsinki

Le sommet aura lieu le 16 juillet
Helsingin Sanomat rapporte que le Kremlin et la Maison Blanche ont confirmé en même temps jeudi après-midi que le sommet des présidents Donald Trump et Vladimir Poutine aura lieu à Helsinki le lundi 16 juillet.
Lors d’une conférence de presse organisée hier, le président Sauli Niinistö a annoncé qu’il aura un entretien privé avec M. Trump et probablement aussi avec M. Poutine. M. Niinistö compte évoquer les questions relatives à la sécurité de la mer Baltique et des thèmes sur la région arctique.
M. Niinistö estime que la Finlande, qui a de bonnes relations avec les Etats-Unis et la Russie, a une bonne réputation dans l’organisation des réunions et sommets.
Le quotidien rappelle que les commandants des forces armées américain et russe, les généraux Joseph Dunford Jr. et Valeri Gerasimov se sont rencontrés le vendredi 8 juin. Les vice-ministres des Affaires étrangères Thomas Shannon et Sergueï Riabkov ont eu un entretien à Helsinki en septembre dernier.
La rencontre convient au calendrier de M. Trump qui participera au sommet de l’OTAN les 11 et 12 juillet à Bruxelles et effectuera une visite en Grande-Bretagne le 13 juillet. M. Poutine est censé assister à la finale de la Coupe du monde de football à Moscou le 15 juillet.
Le lieu du sommet n’est pas encore connu. Dans les spéculations, on mentionne le manoir de Königstedt, où se sont rencontrés début juin les généraux Dunford et Gerasimov, Mäntyniemi, la résidence officielle du président, l’hôtel Hilton Kalastajatorppa où se situe l’hôtel du gouvernement pour les hôtes de marque, et le palais Finlandia où a été organisé le sommet de l’CSCE en 1975.
Selon le président Niinistö, l’organisation du sommet est une initiative conjointe des hauts fonctionnaires américains et russes. La demande préliminaire a été envoyée la semaine dernière.
Selon le communiqué du Kremlin, les relations bilatérales russo-américaines et leur développement futur, ainsi que les questions d’actualité internationale seront à l’agenda du sommet. La Maison Blanche mentionné également les questions de sécurité nationale.
Selon le commentaire accordé à Reuters par Youri Ouchakov, conseiller du président russe, les thèmes centraux du sommet seront entre autres la lutte contre le terrorisme, les armes nucléaires et les conflits de l’Ukraine et de la Syrie.
Selon M. Ouchakov, le sommet prendrait « quelques heures ». Outre l’entretien des deux présidents, serait organisé « un évènement protocolaire quelconque, peut-être un petit déjeuner de travail et à la fin une conférence de presse ».
Selon John Bolton, conseiller à la sécurité du président américain, la suppression des sanctions américaines ou une reconnaissance de la Crimée ne seront pas à l’agenda du sommet. M. Bolton estime que les accusations sur une intervention russe dans les élections américaines pourraient être évoquées.
Il s’agit du premier sommet bilatéral des président Trump et Poutine. La dernière rencontre à Helsinki entre les présidents américain et russe, MM. Clinton et Eltsine, a eu lieu en 1997.
HS/A14-15

Politique intérieure

Parlement

M. Väyrynen a créé un nouveau mouvement politique
Helsingin Sanomat relève que le député Paavo Väyrynen annonce qu’il a créé un nouveau mouvement politique, « Le mouvement sept étoiles ».
Il participera aux élections législatives et européennes au titre de ce mouvement parce qu’il en désaccord avec les dirigeants actuels du Parti des citoyens, parti qu’il a fondé il y a deux ans.
M. Väyrynen a été député, ministre et président du Centre. En janvier dernier, il a défié le Président Niinistö aux élections présidentielles en tant que candidat d’un mouvement populaire.
Selon M. Väyrynen, il a coopéré, au Parlement européen, avec le parti italien « Mouvement cinq étoiles ».
HS/A

Défense

Les pays JEF sont prêts en cas de crise
La Finlande pourrait participer à une opération de formation dans la région du Proche-Orient dans le cadre des troupes Joint Expeditionary Force (JEF). Il s’agirait alors d’une première opération de gestion de crise JEF.
Néanmoins, aucune décision n’a encore été prise sur le nombre des Finlandais éventuellement expédiés en Irak. La Finlande participe en Irak, depuis 2015, à l’opération OIR commandée par les Etats-Unis.
La responsabilité de commandement des pays JEF appartient à la Grande-Bretagne. Le groupement d’un maximum de 10 000 personnes regroupe la Finlande, la Suède, la Norvège, le Danemark, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et les Pays-Bas.
Selon le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, le premier exercice « maritime » en mer Baltique de JEF devrait avoir lieu l’année prochaine (2019).
HS29.6

Billet du ministre de la Défense : « Dans notre monde d’aujourd’hui, aucun pays ne peut renforcer seul sa défense »
« En dépit du Brexit, la Grande-Bretagne sera toujours en Europe et ailleurs un acteur qui inspire stabilité et sécurité », écrit Jussi Niinistö dans un billet de Helsingin Sanomat.
« Pour la Finlande, la Grande-Bretagne est un partenaire important. La coopération en matière de défense a été méthodiquement renforcée. La participation de la Finlande au
Joint Expeditionary Force (JEF) commandé par la Grande-Bretagne est une nouvelle forme de collaboration au sein du groupe nordique. Il s’agit d’un moyen pour entretenir et développer la capacité de défense, le déploiement et la disposition de fonctionnement commune à répondre à diverses menaces et crises. »
« Jeudi à Londres a été célébrée cette disposition de fonctionnement. Les ministres de la Défense de neuf pays ont signé un procès-verbal concernant les activités de ce groupe », rapporte le ministre Niinistö.
HS28.6

Patria
Le groupement de matériel de défense Patria a présenté mercredi son nouveau véhicule de transport. Il s’agit d’un véhicule de transport blindé Patria 6x6, qui succède au Panssari-Sisu (appelé Pasi) lancé dans les années 1980.
La première présentation du véhicule a eu lieu à Paris le 11 juin lors de l’exposition Eurosatory.
Le blindage de ce nouveau modèle est supérieur à celui de son prédécesseur et son moteur deux fois plus puissant. Une suspension distincte lui attribue une meilleure mobilité sur le terrain et un confort supérieur à l’intérieur du véhicule.
HS28.6

France - Finlande

Culture

Cinéma
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du film de François Ozon, « L’amant double ».
HS/B4

Jeudi 28 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet des présidents Trump et Poutine à Helsinki

Le sommet aura lieu le 16 juillet
Helsingin Sanomat rapporte que le Kremlin et la Maison Blanche ont confirmé en même temps jeudi après-midi que le sommet des présidents Donald Trump et Vladimir Poutine aura lieu à Helsinki le lundi 16 juillet.
Lors d’une conférence de presse organisée hier, le président Sauli Niinistö a annoncé qu’il aura un entretien privé avec M. Trump et probablement aussi avec M. Poutine. M. Niinistö compte évoquer les questions relatives à la sécurité de la mer Baltique et des thèmes sur la région arctique.
M. Niinistö estime que la Finlande, qui a de bonnes relations avec les Etats-Unis et la Russie, a une bonne réputation dans l’organisation des réunions et sommets.
Le quotidien rappelle que les commandants des forces armées américain et russe, les généraux Joseph Dunford Jr. et Valeri Gerasimov se sont rencontrés le vendredi 8 juin. Les vice-ministres des Affaires étrangères Thomas Shannon et Sergueï Riabkov ont eu un entretien à Helsinki en septembre dernier.
La rencontre convient au calendrier de M. Trump qui participera au sommet de l’OTAN les 11 et 12 juillet à Bruxelles et effectuera une visite en Grande-Bretagne le 13 juillet. M. Poutine est censé assister à la finale de la Coupe du monde de football à Moscou le 15 juillet.
Le lieu du sommet n’est pas encore connu. Dans les spéculations, on mentionne le manoir de Königstedt, où se sont rencontrés début juin les généraux Dunford et Gerasimov, Mäntyniemi, la résidence officielle du président, l’hôtel Hilton Kalastajatorppa où se situe l’hôtel du gouvernement pour les hôtes de marque, et le palais Finlandia où a été organisé le sommet de l’CSCE en 1975.
Selon le président Niinistö, l’organisation du sommet est une initiative conjointe des hauts fonctionnaires américains et russes. La demande préliminaire a été envoyée la semaine dernière.
Selon le communiqué du Kremlin, les relations bilatérales russo-américaines et leur développement futur, ainsi que les questions d’actualité internationale seront à l’agenda du sommet. La Maison Blanche mentionné également les questions de sécurité nationale.
Selon le commentaire accordé à Reuters par Youri Ouchakov, conseiller du président russe, les thèmes centraux du sommet seront entre autres la lutte contre le terrorisme, les armes nucléaires et les conflits de l’Ukraine et de la Syrie.
Selon M. Ouchakov, le sommet prendrait « quelques heures ». Outre l’entretien des deux présidents, serait organisé « un évènement protocolaire quelconque, peut-être un petit déjeuner de travail et à la fin une conférence de presse ».
Selon John Bolton, conseiller à la sécurité du président américain, la suppression des sanctions américaines ou une reconnaissance de la Crimée ne seront pas à l’agenda du sommet. M. Bolton estime que les accusations sur une intervention russe dans les élections américaines pourraient être évoquées.
Il s’agit du premier sommet bilatéral des président Trump et Poutine. La dernière rencontre à Helsinki entre les présidents américain et russe, MM. Clinton et Eltsine, a eu lieu en 1997.
HS/A14-15

Politique intérieure

Parlement

M. Väyrynen a créé un nouveau mouvement politique
Helsingin Sanomat relève que le député Paavo Väyrynen annonce qu’il a créé un nouveau mouvement politique, « Le mouvement sept étoiles ».
Il participera aux élections législatives et européennes au titre de ce mouvement parce qu’il en désaccord avec les dirigeants actuels du Parti des citoyens, parti qu’il a fondé il y a deux ans.
M. Väyrynen a été député, ministre et président du Centre. En janvier dernier, il a défié le Président Niinistö aux élections présidentielles en tant que candidat d’un mouvement populaire.
Selon M. Väyrynen, il a coopéré, au Parlement européen, avec le parti italien « Mouvement cinq étoiles ».
HS/A

Défense

Les pays JEF sont prêts en cas de crise
La Finlande pourrait participer à une opération de formation dans la région du Proche-Orient dans le cadre des troupes Joint Expeditionary Force (JEF). Il s’agirait alors d’une première opération de gestion de crise JEF.
Néanmoins, aucune décision n’a encore été prise sur le nombre des Finlandais éventuellement expédiés en Irak. La Finlande participe en Irak, depuis 2015, à l’opération OIR commandée par les Etats-Unis.
La responsabilité de commandement des pays JEF appartient à la Grande-Bretagne. Le groupement d’un maximum de 10 000 personnes regroupe la Finlande, la Suède, la Norvège, le Danemark, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et les Pays-Bas.
Selon le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, le premier exercice « maritime » en mer Baltique de JEF devrait avoir lieu l’année prochaine (2019).
HS29.6

Billet du ministre de la Défense : « Dans notre monde d’aujourd’hui, aucun pays ne peut renforcer seul sa défense »
« En dépit du Brexit, la Grande-Bretagne sera toujours en Europe et ailleurs un acteur qui inspire stabilité et sécurité », écrit Jussi Niinistö dans un billet de Helsingin Sanomat.
« Pour la Finlande, la Grande-Bretagne est un partenaire important. La coopération en matière de défense a été méthodiquement renforcée. La participation de la Finlande au
Joint Expeditionary Force (JEF) commandé par la Grande-Bretagne est une nouvelle forme de collaboration au sein du groupe nordique. Il s’agit d’un moyen pour entretenir et développer la capacité de défense, le déploiement et la disposition de fonctionnement commune à répondre à diverses menaces et crises. »
« Jeudi à Londres a été célébrée cette disposition de fonctionnement. Les ministres de la Défense de neuf pays ont signé un procès-verbal concernant les activités de ce groupe », rapporte le ministre Niinistö.
HS28.6

Patria
Le groupement de matériel de défense Patria a présenté mercredi son nouveau véhicule de transport. Il s’agit d’un véhicule de transport blindé Patria 6x6, qui succède au Panssari-Sisu (appelé Pasi) lancé dans les années 1980.
La première présentation du véhicule a eu lieu à Paris le 11 juin lors de l’exposition Eurosatory.
Le blindage de ce nouveau modèle est supérieur à celui de son prédécesseur et son moteur deux fois plus puissant. Une suspension distincte lui attribue une meilleure mobilité sur le terrain et un confort supérieur à l’intérieur du véhicule.
HS28.6

France - Finlande

Culture

Cinéma
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du film de François Ozon, « L’amant double ».
HS/B4

Mardi 26 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Communication téléphonique entre le Président Macron et le Premier ministre Sipilä
Aamulehti rapporte que selon la chancellerie du Premier ministre, le Premier ministre Juha Sipilä a eu lundi une communication téléphonique avec le Président Emmanuel Macron. MM. Macron et Sipilä ont évoqué, entre autres, la réunion de travail sur les questions migratoires de dimanche dernier, le Conseil européen de jeudi et la réunion de l’eurogroupe de vendredi, notamment le développement de l’UEM.
MM. Macron et Sipilä ont également évoqué la proposition concernant les centres de réfugiés.
« L’agenda des sommets de cette semaine est très lourd. Les négociations organisées à l’avance avec les collègues européens au mini-sommet ont été utiles afin de trouver des solutions européennes. Nos propres objectifs et points de vue ont bien sûr été entendus dimanche dernier », selon M. Sipilä.
Selon Riikka Pakarinen, conseillère de M. Sipilä, les questions migratoires, les relations extérieures et les mesures des Etats-Unis seront évoquées au Conseil européen. « La communication téléphonique de MM. Macron et Sipilä a été très constructive », selon Mme Pakarinen.
AL/114, vn.fi

Politique commerciale

Propos de M. Katainen dans Le Monde
Helsingin Sanomat rapporte que Le Monde a publié, dans son édition du week-end, une interview de Jyrki Katainen, le vice-président de la Commission.
Selon le Monde, la contre-offensive européenne est officiellement lancée, face aux droits de douane américains. La riposte est entrée en vigueur le vendredi dernier, sous la forme de nouveaux droits de douane imposés sur une série de produits américains, tels le beurre de cacahuète, le bourbon, les jeans ou le fond de teint.
« Nous avons choisi des produits à fort impact, économique et politique », assure M. Katainen.
« Les membres du Congrès américain, des deux partis, ne partagent pas forcément les vues du président, tout comme le secteur privé. Une fois que les mesures commenceront à faire effet, la pression va monter », explique M. Katainen. Jusqu’à inciter la Maison Blanche à faire marche arrière ? « Nous l’espérons, même si cette administration reste hautement imprévisible. »
L’Union européenne a relevé, vendredi, ses droits de douane à 25 % sur 2,8 milliards d’euros d’exportations américaines.
Le solde de 3,6 milliards d’euros sera taxé plus tard, à l’issue d’un contentieux à l’OMC, dans un délai maximal de trois ans. La réponse se veut « ferme » mais « mesurée ».
« Quand les règles internationales ne sont pas choisi de répondre en nous conformant aux règles internationales », souligne M. Katainen, avant de préciser : « Nous sommes toujours prêts à renouveler notre offre auprès des autorités américaines d’une négociation visant à améliorer nos relations commerciales avec les Etats-Unis. » Si Washington retire ses taxes punitives, Bruxelles fera de même aussitôt.
Vendredi 22 juin, Donald Trump a d’ailleurs menacé d’imposer une taxe douanière de 20% sur les voitures importées aux Etats-Unis de l’Union européenne, après l’entrée en vigueur de droits de douane additionnels en Europe sur des dizaines de produits américains.
« On ne voit pas comment les voitures peuvent être une menace à leur sécurité nationale. Et s’ils décident de relever leurs droits de douane, nous n’aurons, à nouveau, pas d’autre choix que de réagir », prévient M. Katainen. Aucun détail n’est toutefois livré sur une potentielle liste de mesures de rétorsion.
« On ne veut pas se battre sur Twitter ni via le grand public. Il faut arrêter l’escalade. »
Si la bataille se concrétise, l’enjeu, pour l’UE, sera de conserver sa cohésion. Un défi, juge M. Katainen, tant l’administration américaine semble vouloir jouer des divisions du Vieux Continent.
« C’est la première fois dans l’histoire que le président des Etats-Unis partage le point de vue du président russe : à savoir que plus l’Europe est fragmentée et faible, mieux c’est, constate-t-il. Cela nous interroge : voulons-nous continuer à défendre nos valeurs européennes, l’organisation d’un monde basé sur des règles ? Je comprends que les droits de douanes ont un impact différent sur les pays selon leur tissu industriel, mais je crois que, pour l’instant, nos dirigeants veulent rester unis. »
Les Européens affirment ne pas vouloir être durs uniquement avec M. Trump. Car celui-ci apporte de « mauvaises réponses » en s’attaquant à ses alliés et divisant le monde occidental, mais pose de « bonnes questions » : celles liées à la Chine sur les sujets de propriété intellectuelle, de transferts forcés de technologie, de subventions abusives à l’industrie.
Ces questions doivent être abordées par M. Katainen, qui se rend à Pékin pour un « dialogue économique et commercial de haut niveau » lundi. « La Chine est devenue une économie plus mature aujourd’hui qu’il y a dix ans, cela signifie qu’il lui faut prendre plus de responsabilités et jouer selon les mêmes règles que tout le monde », affirme-t-il. L’objectif est de pousser les Chinois à accepter une réforme de l’OMC.
« Nous ne savons pas encore s’ils vont nous suivre, mais même si nous avons toujours des sujets difficiles entre nous, je suis plus positif aujourd’hui sur la relation entre l’UE et la Chine, insiste Jyrki Katainen. Il faut les encourager à concrétiser leur discours en faveur du multilatéralisme. »
Le Monde, HS

Politique intérieure

Parlement

Réunion des services sociaux et de santé
Helsingin Sanomat relève que la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement s’est réunie ce matin pour étudier le calendrier de la réforme.
Selon la présidente de la commission Krista Kiuru (PSD), la commission se réunira pendant la première semaine du mois de juillet et les prochaines réunions auront lieu le 20 août et le 3 septembre.
A ce stade, il semble de plus en plus sûr que l’entrée en vigueur de la réforme serait reportée d’un an, soit au début de 2021.
Le Premier ministre Juha Sipilä devrait commenter l’état de la réforme cet après-midi.
HS

Jeudi 21 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Des demandeurs d’asile arrivent en Finlande suite à la coupe du monde de football
La coupe du monde de football, organisée actuellement en Russie, semble susciter des demandes d’asile à la frontière orientale de la Finlande. Depuis une semaine, une dizaine de personnes ont franchi la frontière pour demander l’asile en Finlande. Le directeur des gardes-frontières de Finlande du Sud-Est, le major Juha Klemetti estime que l’exemption de visa pour les titulaires de billets de la coupe du monde a favorisé cet afflux. Il s’agirait de Marocains, Sénégalais et Iraniens.
HS

Office européen de lutte antifraude (OLAF)

Ville Itälä élu à la tête de l’OLAF
Ville Itälä, membre de la cour des comptes de l’UE et ancine député européen et ministre finlandais a été élu à la présidence de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF). Il prendra ses fonctions le 1er août.
HS

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

Annulation des séances de juillet du Parlement
Le Parlement a décidé d’annuler les séances plénières prévues début juillet pour étudier la réforme. Le Parlement terminera donc ses séances plénières la semaine prochaine comme prévu auparavant.
Les commissions peuvent toutefois se réunir en juillet.
IS

Le calendrier tiendra si la Commission des Affaires sociales et de la santé finalise son projet en juillet, selon M. Sipilä
Le Premier ministre estime que la réforme des services sociaux et de santé pourra se réaliser selon le calendrier prévu seulement si la commission des Affaires sociales et de la santé arrive à soumettre son avis à la Commission des Affaires constitutionnelles en juillet. Cela permettrait d’organiser les élections régionales début 2019 et les conseils régionaux disposeraient d’au moins neufs mois pour préparer l’entrée en vigueur des régions au 1er janvier 2020. Sinon, les régions risquent de ne pas pouvoir fonctionner avant 2021.
KS

France

Tourisme

Meilleures plages et villes pour les vacances d’été
Hufvudstadsbladet publie la liste des dix plus belles plages d’Europe où fiugure en tête Paloma Beach de Saint Jean Cap Ferrat.
Le quotidien place aussi paris en tête des destinations citadines de l’été.
Hbl

Mercredi 20 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Union européenne

« La France et l’Allemagne s’entendent » KS
« La France et l’Allemagne s’accordent sur un budget de la zone euro » AL
Aamulehti rapporte que le Président français et la chancelière allemande sont arrivés à un accord en faveur de la création d’un budget de la zone euro qui se concentrerait sur les investissements. STT souligne qu’il s’agit d’une importante reconnaissance pour M. Macron qui n’a cessé de plaider en faveur de ce projet. Il a aussi reçu du soutien la réforme du mécanisme européen de stabilité et la mise en place d’un filet de sécurité pour répondre au défi de la stabilité financière.
Mais c’est la crise migratoire qui a capté le principal intérêt de cette rencontre, rapporte STT. La France et l’Allemagne soulignent qu’il faut une solution européenne à cette crise, selon STT.
KS AL

Rencontres de Kultaranta

« En faveur d’une Union européenne efficace » HS
Lors de la seconde journée des rencontres de Kultaranta (résidence d’été du président finlandais) était invité le Secrétaire général de l’ONU, M. Gutteres. Il estime que les conflits sont aujourd’hui plus difficiles à régler que par le passé et craint un retour de la guerre froide. Il a aussi appelé à un rôle plus important de l’UE dans le monde.
Lors d’un panel sur l’UE, comprenant notamment le Premier ministre Juha Sipilä et la Commissaire européen Jyrki Katainen ce dernier a déclaré que « pour la première fois dans l’histoire, le président américain a la même idée que le président russe à l’égard de l’Europe : plus l’Europe est divisée et faible, mieux c’est ». « Le Président américain élève des murs, nous construisons des accords commerciaux », a-t-il résumé ;
M. Katainen a aussi parlé en faveur d’un renforcement de la coopération de défense afin de mieux tirer profit des capacités de défense des Etats membres. Il estime que « dans quelques années, l’UE sera encore plus intégrée qu’actuellement ».
Le Premier ministre Juha Sipilä a souligné pour sa part que les conditions pour la solidarité tant recherchée en Europe sont que les citoyens ressentent que chaque Etat membre prend sa part de responsabilités. « C’est ce que se disent les citoyens au quotidien : faut-il que nous aidions les autres s’ils ne sont pas prêts à faire les réformes que nous adoptons nous-mêmes dans la douleur ». M. Sipilä estime qu’un exemple positif de cela est le Président Macron qui est devenu le leader européen et a fait des réformes en France. « Il a compris cela, il veut remettre la France en ordre de marche », selon M. Sipilä.
HS KS AL

Otan

« Pour une adhésion ensemble de la Finlande et la Suède à l’OTAN » AL
Aamulehti publie une tribune signée par des experts finlandais et suédois en faveur d’une adhésion ensemble de la Finlande et de la Suède à l’oTAN pour assurer la sécurité nordique.
AL

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

« L’entrée en vigueur de la liberté de choix des services reportée » HS
Le gouvernement a présenté hier à la commission des Affaires sociales et de santé son projet de réponse aux recommandations de la commission des Affaires constitutionnelles. Il s’agit d’un rapport de 230 pages qui servira de base au projet que la commission des affaires sociales doit soumettre à la commission des Affaires constitutionnelles.
Helsingin sanomat estime que le gouvernement a modifié son projet a minima pour répondre aux remarques de la commission des Affaires constitutionnelles. Le quotidien estime que le Centre voudra absolument faire passer ce texte car sinon il n’aura pas d’autre possibilité de créer des régions. Cela rend possible le passage de la réforme ; Mais cela comporte des risques, relève HS.
Kesksisuomalainen souligne pour sa part que la réforme devra encore faire face à de nombreux dangers. Le quotidien souligne aussi qu’une année de plus avant l’ouverture au choix des services permettra aux régions de préparer que les services publics existants puissent être prêts à affronter la concurrence.
HS KS

Editorial :
« On manque encore de logique sur le calendrier de la réforme » HS
Helsingin Sanomat considère que l’objectif du gouvernement de voir transférées les compétences des services sociaux et de santé des communes aux régions en 2020 semble très ambitieux. Pour le quotidien, il est plutôt probable que les régions commenceront à fonctionner un an plus tard.
HS

Economie

Croissance

« Le pic de la croissance est pour cette année » HS
Le ministère des Finances et la Banque de Finlande estiment que la croissance devrait être de 2,9% cette année.
Il devrait y avoir un fléchissement à partir de 2019 à 2,2% pour la banque de Finlande et même 1,8% pour le ministère des Finances. Les deux institutions prévoient 1,7% pour 2020.
HS KL

Informatique

F-Secure achète son concurrent britannique
La société d’anti-virus informatique finlandaise F-SDecure a annoncé le rachat du britannique MWR InfoSecurity pour 92 millions d’euros.
F-Secure devrait voir ses effectifs augmenter de 1200 à 1600 avec ce rachat.
HS

Energie

Wärtsilä estime que l’éolien est plus rentable que le nucléaire
La société Wärtsilä a publié une étude » selon laquelle la Finlande devrait interrompre le projet de centrale nucléaire de Fennovoima ainsi que le futur remplacement des deux réacteurs nucléaires de Loviisa. A la place Wärtsilä estime que l’éolien permet des coûts de production 27% moins élevés que le nucléaire.
HS

Armement

Exportations d’armement finlandaises
En 2017, la Finlande a exporté des armements dans 77 pays pour une valeur de 186 millions d’euros. La principale destination des exportations finlandaises dans ce domaine est l’Union européenne puis le Proche-Orient.
HS KS

Lundi 18 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontres de Kultaranta

Selon le Président Niinistö, l’UE n’est pas assez forte
Lors de la première journée des rencontres de Kultaranta (résidence d’été du président finlandais) étaient invités le président de l’assemblée générale des Nations-Unies Miroslav Lajcak, l’ancien premier ministre suédois Carl Bildt et la secrétaire générale adjointe de l’OCDE Mari Kiviniemi. Tous étaient unanimes pour regretter que l’effritement de l’ordre mondial basé sur des règles était préjudiciable surtout pour les petits pays.
Dans une conférence de presse, le Président Sauli Niinistö a déclaré qu’il fallait renforcer la dimension de défense de l’UE de manière déterminée afin que l’union soit mieux respectée dans un monde qui ne respecte plus que la force. « Je pense que l’UE manque d’une dimension importante : la capacité à protéger ses membres », a-t-il dit. « On en parle enfin depuis deux à trois ans, mais cela aurait du se passer il y a bien plus longtemps ».
Selon M. Niinistö, l’UE n’est pas assez forte pour se faire respecter. Elle semble sur la touche lorsque l’on discute des questions les plus importantes comme la Syrie, la Corée, Israël ou l’Iran. Il ne semble que les seuls pays et dirigeants appelés à en discuter sont Trump, Xi et Poutine », a-t-il regretté.
HS

Terrorisme

L’auteur de l’attaque de Turku a été condamné pour crime terroriste
Helsingin Sanomat rapporte que le tribunal de grande instance de Turku a condamné vendredi l’auteur de l‘attaque de Turku, Abderrahman Bouanane, Marocain de 23 ans, à une peine d’emprisonnement à vie pour deux meurtres et huit tentatives de meurtre commis avec une intention terroriste.
Il s’agit de la première peine pour un acte avec motif terroriste prononcée en Finlande.
Le procureur d’Etat Raija Toiviainen et l’avocat de M. Bouanane, Kaarlo Gummerus, décideront plus tard s’ils feront appel du jugement. Pendant ce temps, l’intéressé restera emprisonné dans la prison de Turku. Ensuite il restera à Turku ou sera transféré dans la prison de Riihimäki. Un transfert au Maroc est possible plus tard.
HS/sam/A10, KS/sam/16

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

L’opposition aurait souhaité un débat public sur les propositions du gouvernement
Le gouvernement a décidé de présenter son nouveau projet répondant aux recommandations de la Commission des affaires constitutionnelles sous forme d’un document transmis ce lundi à la commission des Affaires sociales et de la santé. Le chancelier de la justice a jugé vendredi que cette procédure était possible.
L’opposition aurait souhaité que le gouvernement présente son nouveau projet en séance plénière ce qui aurait permis d’ne rendre public le contenu.
HS

Partis politiques

Congrès de l’Alliance verte
Helsingin Sanomat relève que les Verts se sont réunis en congrès samedi et dimanche à Vantaa.
Les Verts organisent un congrès tous les ans mais le président et les vice-présidents du parti sont élus tous les deux ans. Le président actuel, Touko Aalto, a été élu il y a un an. Il n’y a donc pas eu de vote sur le président et les vice-présidents cette fois-ci.
L’objectif de M. Aalto est de gagner les élections législatives et obtenir plus de 15 % des voix. Le quotidien rappelle que selon le sondage d’HS publié la semaine dernière, les Verts recueillent 13,5 % des intentions de vote.
M. Aalto souligne que les Verts souhaitent participer à un gouvernement favorable à l’éducation, à une réforme de la sécurité sociale et à une réforme des congés parentaux et qui promeut la politique environnementale et climatique.
M. Aalto a critiqué ardemment le gouvernement de M. Sipilä mais n’a pas exclu une coopération gouvernementale avec le Centre ou le Rassemblement national de M. Orpo.
Le congrès des Verts a adopté un nouveau programme. Selon le député Olli-Poika Parviainen, qui a dirigé la rédaction du programme, les subventions agricoles ont suscité beaucoup de débat chez les Verts et le résultat est un compromis.
L’attitude des Verts à l’égard de l’énergie nucléaire a également suscité beaucoup de débat. Seulement une petite minorité est catégoriquement opposée au nucléaire.
HS/dim/A8, lun/A11

Avenir bleu
Selon Helsingin Sanomat, Jussi Niinistö, ministre de la Défense et député de l’Avenir bleu, a déclaré, lors d’une interview, qu’il espérait la réunification des partis des Vrais Finlandais et de l’Avenir bleu. La division des Vrais Finlandais a eu lieu il y a un an quand Jussi Halla-aho a été élu président du parti, après Timo Soini.
Selon M. Niinistö, « il est clair qu’un tel processus de réunification ne pourra pas avoir lieu dans un avenir proche. Les dirigeants des deux partis devront changer avant. »
M. Niinistö n’a pas encore décidé s’il continuerait sa carrière politique. S’il se représente, cela aura lieu parmi les rangs des Bleus.
HS/sam/A12

Défense

Centenaire de l’armée de l’air

« Le marché des chasseurs au meeting aérien de Tikkakoski » HS
Helsingin Sanomat présentait, vendredi, le meeting aérien de Tikkakoski, organisé à l’occasion du centenaire de l’armée de l’air comme l’occasion de voir les candidats au marché HX de futur avion de chasse de l’armée finlandaise.
Le meeting s’est déroulé à guichets fermés (les 16 000 billets ayant été vendus rapidement).
Le Premier ministre Juha Sipilä, passionné d’aviation, y était présent.
HS KS AL

France – Finlande

Culture

L’exposition Kupka bientôt en Finlande
Actuellement visible au Grand Palais à paris, l’exposition Kupka sera à l’Ateneum d’Helsinki au printemps prochain.
Outre Kupka, Helsingin Sanomat présente les principales expositions à voir actuellement à Paris.
HS

Francophonie – Cinéma

Mahamat-Saleh Aroun à Sodankylä
Helsingin Sanomat publie une interview du réalisateur tchadien vivant à Paris Mahamat-Saleh Aroun qui était invité au festivzal di film du soleil de miniuit à Sodankylä.

France

Défense

Eurosatory
« Les hommes bientôt remplacés par des machines ? » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le Salon Eurosatory de la défense qui s’est déroulé la semaine dernière à Paris.
HS

Politique

Les réformes du président Macron
Aamulehti publie un reportage de Patrick Le Louarn sur les réformes économiques et sociales en France.
AL

Musique

Bon voyage
Aamulehti publie une critique positive du disque de Melody’s Echo Chamber (Melody Prochet), Bon Voyage.
AL

Vendredi 15 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

Un Finlandais soupçonné à Londres
Helsingin Sanomat rapporte qu’un ressortissant finlandais de 29 ans a été arrêté à Londres dimanche dernier, soupçonné de préparatifs d’un acte terroriste. L’arrestation a eu lieu à l’occasion d’une escale à l’aéroport de Heathrow mais selon la police britannique, il ne s’agissait pas d’un crime commis à l’aéroport.
Verna Leinonen, responsable de communication à la police de sûreté Supo, a annoncé jeudi que la Supo coopérait avec les autorités britanniques, sans préciser les détails de la coopération. Mme Leinonen ne donne non plus aucun détail sur le cas, par exemple pour savoir si l’intéressé habitait en Finlande, s’il était déjà connu de la Supo ou quelle était la destination de son voyage.
Il s’agit de la troisième fois depuis un peu plus de deux ans qu’un ressortissant finlandais a été arrêté en Grande-Bretagne soupçonné de terrorisme
HS/A26

Le groupe d’enquête concernant l’attaque de Turku propose des recommandations pour améliorer la sécurité
Le groupe d’enquête qui a étudié l’attaque à coups de couteau de Turku, l’été dernier, propose une liste de neuf recommandations pour une meilleure sécurité. La liste a été remise au ministre de la Justice, Antti Häkkänen (Rassemblement national), hier.
Le groupe estime, entre autres, que les délais des décisions concernant les demandes d’asile et les plaintes en la matière devraient être considérablement raccourcis. Actuellement, ils sont de un an et demi. Pour le groupe, les délais longs et les attentes peu réalistes peuvent exposer à une radicalisation.
Le groupe recommande également une étude plus efficace de l’identité et de l’âge de demandeurs, ainsi que de nouveaux moyens d’avertir la population. Il serait opportun de créer un service de conseil concernant les demandeurs d’asile, et d’examiner le financement des organisations travaillant contre la radicalisation.
Le groupe note également l’importance de la répartition des tâches entre différentes autorités. Il faudrait que ce soit clair pour tous.
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, constate que le fait que l’information ne passe pas de façon idéale et souligne que le ministre de l’Intérieur, Kai Mykkänen a lancé une coopération avec le ministère des Affaires sociales et de la Santé.
HS/A10, HBL/7

Migration

Déclarations de M. Mykkänen
Helsingin Sanomat rend compte du fait que l’Autriche et le Danemark ont demandé à la Finlande de participer à leur projet de créer un centre de renvoi de migrants en dehors de l’UE, concernant les demandeurs d’asile ayant eu une réponse négative à leur demande. Selon le ministre de l’Intérieur, Kai Mykkänen (Rassemblement national), la Finlande n’envisage pas de participer à ce projet, mais suit l’évolution des plans autrichien et danois, encore vagues.
M. Mykkänen rappelle que la base juridique de ce projet est difficile, s’agissant de droits de l’homme.
HS/A23

Migri a examiné ses procédures
L’Office national de l’immigration, Migri, a effectué une enquête sur ses propres procédures. Selon le ministre de l’Intérieur, M. Mykkänen, l’analyse pourra être considérée auprès de Migri comme une ouverture pour des discussions qui pourraient mener à des mesures là où le besoin d’amélioration est clair.
M. Mykkänen que parmi les mesures les plus urgentes identifiées, il faudra vérifier la qualité de l’interprétariat, et investir dans l’aide juridique plus précoce.
Migri admet que des erreurs ont été commises et des mauvaises décisions prises, en raison notamment de la charge de travail importante après l’arrivé d’un flux de migrants à l’automne 2015.
HBL/6

Politique intérieure

Parlement

Réforme des services sociaux et de santé
Helsingin Sanomat relève que, lors de la séance des questions orales au Parlement, l’opposition a bombardé le gouvernement de questions pour savoir pourquoi le gouvernement ne voulait pas saisir la Commission européenne du projet d’ouverture des services sociaux et de santé à la concurrence.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, des hauts fonctionnaires de la Commission auraient dit, lors d’une rencontre officieuse, que la Commission souhaitait une étude nationale de la réforme.
Le gouvernement attend la position du Chancelier de la justice à la réponse du gouvernement à la commission des affaires sociales et de la santé sur quelques détails de l’ouverture à la concurrence.
HS/A14

Gouvernement

Nouveau projet d’activation des chômeurs
Selon les informations d’Helsingin Sanomat, l’objectif du ministre de l’Emploi Jari Lindström est de présenter un nouveau modèle d’activation des chômeurs encore avant la fin du mois. Le gouvernement à l’intention d’obliger les chômeurs à poser leur candidature au moins à quatre postes par mois.
La grande centrale syndicale SAK a intitulé le nouveau projet de « modèle d’activation des chômeurs n° 2 ».
M. Lindström ne veut pas encore commenter le nouveau projet parce qu’il est en évaluation par les partenaires sociaux.
HS/A11

Energie nucléaire

Nouvelle étape dans le stockage de déchets nucléaires
Les journaux rendent compte du fait que les préparations de Posiva pour entamer le stockage définitif de déchets nucléaires sont les plus avancées au monde. La phase de tests sera entamée cet été et le creusement des tunnels sera entamé prochainement, mais cela prendra encore plusieurs années avant que le stockage commence.
Des essais sont faits à 420 mètres de profondeur avec des capsules qui ne contiennent pas encore de l’uranium.
Les 2000 tonnes de déchets des décennies passées qui sont stockés de façon temporaire à Loviisa et à Olkiluoto, vont être déplacés à Onkalo, le dépôt définitif, dans les années 2020, probablement à partir de 2024.
A terme, 6500 tonnes d’uranium des réacteurs de TVO et de Fortum y seront stockés. Le coût du stockage s’élèvera à 6 à 7 milliards d’euros.
HS/A6-7, AL/A16

Jeudi 14 juin 2018

France

Politique

« La France se réforme » KL
Kauppalehti, quotidien économique, publie un article sur les réformes en cours en France, et le fait que le Président Macron s’attend à ce que l’Allemagne de son côté remplisse ses promesses et assume sa part en matière d’approfondissement de l’intégration de la zone euro.
Les collaborateurs proches du Président estiment que les Français comprennent bien le besoin de réformes et que les protestations font partie de la culture du pays.
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti note que le programme de réformes économiques et du marché du travail est ambitieux. L’éducation connaîtra des réformes exhaustives aussi. Selon le ministère du Travail, le passage aux accords locaux sur le marché du travail est bouleversant et signifie moins de régulation au niveau national et plus au niveau des entreprises.
KL note que l’administration de M. Macron souhaite que les conditions de travail soient faites sur mesure selon les besoins de chaque entreprise. Si toutefois il n’y a pas d’accord au sein d’une entreprise, il s’agira de respecter les conventions collectives en vigueur dans le secteur.
KL rend compte des pressions qui visent le secteur public en ce qui concerne les économies.
Certains instituts de recherches sont sceptiques en ce qui concerne la volonté ou la capacité de l’Allemagne d’avancer dans l’intégration de la zone euro.
Taneli Lahti directeur du bureau à Bruxelles du patronat finlandais EK estime que la situation française avec une mise en œuvre déterminée du programme du Président Macron est impressionnante. Selon lui, les réformes fiscales et concernant le marché du travail auront des effets positifs sur l’économie du pays. La confiance se renforce et les investissements augmentent déjà.
Il estime que Mme Merkel n’a pas dû imaginer à quelle rapidité son collègue français allait promouvoir les réformes.
Pour M. Lahti, Mme Merkel aurait laissé entendre, dans le Frankfurter Allgemeine ce week-end, qu’elle envisage une réponse de la part de son pays aux propositions de M. Macron.
KL/mer/A6-7

Sommet climatique de Helsinki

« Selon M. Fabius, la politique climatique est de la politique de sécurité » HBL
Hufvudstadsbladet publie une interview de Laurent Fabius, invité du Sommet climatique finlandais organisé hier par SITRA. M. Fabius, un des architectes de l’accord climatique, estime que « si on s’efforçait de rédiger le traité de Paris aujourd’hui, on n’y arriverait pas »
Il considère qu’il nous faut diminuer nos émissions de façon considérable car le changement climatique engendrera de mauvaises récoltes et une insécurité en matière de denrées alimentaires qui, à long terme, mènera à des conflits et une migration massive.
Le défi climatique dans son ensemble est également une question de sécurité, dit M. Fabius, l’homme qui a présidé le sommet climatique historique de Paris, écrit Hufvudstadsbladet.
« Il nous faut faire plus et dans un rythme accéléré. C’est une bataille contre la montre », a déclaré M. Fabius lors du sommet climatique organisé par SITRA.
Hbl

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Migrants

Le ministre de l’Intérieur estime que la politique de l’asile européenne est schizophrène
Le Ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen (Rassemblement national) souhaite que la Finlande et les autres pays européens augmentent leurs quotas d’accueil de réfugiés. En même temps, il souhaite que le contrôle aux frontières extérieures se durcisse.
La Finlande accueille chaque année un quota de 750 réfugiés proposés par le UNHCR.
Alors que les pays européens en accueillent au total quelques dizaines de milliers, le ministre finlandais propose de relever ce nombre à plus de 100 000.
Il souligne qu’il y a environ 60 millions de personnes dans des camps et que l’UE ne peut pas accueillir un tel nombre.
Il estime qu’il est urgent de réformer la politique européenne à l’égard des réfugiés. Sinon, le risque est que les pays prennent des décisions indépendantes, ce qui, du point de vue de la Finlande, n’est pas souhaitable.
M. Mykkänen se prononce contre l’idée de camps pour les personnes qui ne peuvent être renvoyées dans leur pays mais ont été déboutées du droit d’asile. « Nous avons vu comment ces camps fonctionnent en Australie et cela ne nous satisfait pas », dit-il faisant référence aux droits fondamentaux qu’il faut respecter. « Il y a un risque de créer des concentrés de criminalité et autres effets indésirables », ajoute-t-il.
M. Mykkänen espère que la Finlande et la Suède pourront influencer en faveur d’une augmentation des quotas de réfugiés pour l’ensemble des pays européens.
HS

Terrorisme

Un Finlandais soupçonné à Londres
Helsingin Sanomat rapporte qu’un ressortissant finlandais de 29 ans est soupçonné de préparatifs d’un acte terroriste à Londres. L’intéressé a été arrêté le dimanche10 juin à 23 h à l’occasion d’une escale à l’aéroport de Heathrow.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères, qui a confirmé au quotidien qu’il s’agissait d’un ressortissant finlandais, n’a donné aucune autre information à ce sujet.
HS/A28

Défense

Tous les candidats en lice pour la future acquisition finlandaise de l’armée de l’air seront présents au meeting aérien de Tikkakoski
A Tikkakoski aux festivités du centenaire de l’armée de l’air finlandaise les 16 et 17 juin on verra tous les candidats en lice pour la future acquisition finlandaise que les spectateurs pourront ainsi comparer de leurs propres yeux.
On y verra voler le Rafale, Eurofighter Typhoon et la version EA-18G Growler des Super Hornet. Le suédois Gripen et le chasseur F-35 seront présents par des modèles grandeur nature qui resteront au sol.
Environ 30 000 personnes sont attendues à Tikkakoski.
HS1.6/A10

Etats-Unis – Corée

« Trump peut encore revenir sur ses propos », estime une chercheuse de l’Institut de politique étrangère (FIIA)
Le président des Etats-Unis a déclaré mardi que son pays arrêtait les exercices militaires annuels avec la Corée du sud et réfléchissait à sur un éventuel retrait de ses troupes de la péninsule coréenne « un de ces jours ». La chercheuse l’Institut de politique étrangère, Elina Sinkkonen, n’exclut pas la possibilité que Trump annule ses propos. Elle rappelle également que des années pourront s’écouler avant que l’idée d’un retrait des troupes ne se concrétise.
« Pour Kim, la fin des exercices militaires est une grande victoire d’image de marque sur son propre terrain », écrivent les journalistes de Helsingin sanomat.
Selon Mme Sinkkonen, la promesse de Trump d’arrêter les exercices militaires semble à l’heure actuelle trop généreuse. « C’est une manière bien saugrenue d’entamer un processus de désarmement. Une concession a été offerte à la Corée du nord sur une extraordinaire scène qui lui a permis de se présenter pratiquement en égalité avec les Etats-Unis », estime Sinkkonen.
Dans l’accord signé entre les deux dirigeants, Kim a donné une promesse sommaire d’œuvrer pour une péninsule coréenne sans armes nucléaires. Ce genre de promesse a déjà été fait par la Corée du nord - sans résultat.
Mme Sinkkonen rappelle aussi que, dans la constitution de la Corée du nord il est indiqué que le pays est une puissance nucléaire.
HS14.6/A24

Pour l’ancienne ministre de la Défense, Elisabeth Rehn, la décision appartiendra aux au peuple nord-coréen
« Cette rencontre a bel et bien eu lieu. On peut dire et promettre tout ce qu’on veut mais maintenant les deux dirigeants se sont rencontrés devant des millions de personnes. C’est absolument une bonne chose », affirme Elisabeth Rehn, ancienne ministre de la Défense.
Tout en avouant qu’elle ne comprend pas trop pourquoi cette rencontre a été organisée, l’ancienne ministre pense que les choses vont avancer lentement et qu’on n’a pas besoin de Twitter comme à l’issue de la rencontre G7 au Canada.
Pour Mme Rehn, le peuple nord-coréen est dans une position-clef pour un désarmement nucléaire en Corée du nord. « Il est évident que la Corée du nord a besoin de ce désarmement, ne serait-ce que pour des raisons économiques. Les moyens de ce projet onéreux doivent être transformés pour servir à ce peuple pauvre ».
HBL14.6/12

Politique intérieure
Sondage

Le PSD augmente son avance
Selon le sondage du Helsingin Sanomat, le PSD (21,6%) a augmenté son avance sur les partis de la coalition gouvernementale, le Rassemblement national (19,7%) et le Centre (15,8%).
PSD (Antti Rinne, opposition) 21,6%
Rassemblement national (Petteri orpo, Ministre des Finances)
Centre (Juha Sipilä, Premeir ministre) 15,8%
Verts (Touko Aalto, opposition) 13,5%
Alliance des Gauches (Li Andresson, opposition) 9,2%
Vrais Finlandais (Jussi Halla-aho, opposition) 8%
Parti populaire suédois (Anna-Maja Henriksson, opposition) 4,5%
Chrétiens-démocrates (Sari Essayah, opposition) 3,9%
Bleus (Sampo Terho, ministre des Affaires euro.) 1,7%
Helsingin Sanomat souligne que les élections législatives auront lieu dans moins d’un an et que l’on spécule sur la composition du prochain gouvernement. Actuellement, il semble que le PSD figurera dans le prochain gouvernement et pourrait même être appelé à le former.
La popularité des partis de l’actuelle coalition est tombée à seulement 37,2%, relève le quotidien.
HS

Parti social-démocrate

Thèmes du PSD dans la politique étrangère et européenne
Keskisuomalainen relève que le président du PSD Antti Rinne a déclaré être « très satisfait » des propos du Président Sauli Niinistö sur l’OTAN. M. Niinistö, s’est exprimé le week-end dernier après le congrès du Rassemblement national, n’est pas d’accord avec Petteri Orpo, président du Kokoomus, à ce sujet.
« Le Président Niinistö a géré la politique étrangère et de sécurité de manière intelligente et évalué de bonne façon la question sur l’OTAN du point de vue de la sécurité de la Finlande et des Finlandais », selon M. Rinne.
Selon M. Rinne, la majorité des Finlandais a compris qu’en ce moment il n’y a pas d’arguments en faveur d’une adhésion à une alliance militaire.
« Il y a beaucoup de questions, entre autres concernant les Etats-Unis du président Donald Trump, qui suscitent des soupçons sur les motifs du Rassemblement national de relancer le débat sur l’OTAN », selon M. Rinne.
Le PSD a évoqué mardi ses thèmes en vue de la présidence finlandaise de l’UE. Selon la députée Tytti Tuppurainen, les thèmes principaux sont la consolidation de la dimension sociale et l’économie du bien-être, la dimension arctique et les contacts septentrionaux, l’économie circulaire et la politique climatique et la lutte contre l’évasion fiscale.
KS/mer/15

Elections

Les élections législatives sont les plus importantes pour les Finlandais, selon un sondage
Demokraatti rapporte que selon un sondage effectué sur l’importance de différentes élections, 88 % des Finlandais estiment qu’il est important de voter aux élections législatives. 84 % pensent qu’il faut voter aux élections municipales, 71 % aux élections régionales et 67 % aux élections européennes.
Dem/13

Réforme des services sociaux et de santé

M. Sipilä critiqué
Helsingin Sanomat conteste les arguments avancés par le premier ministre au Parlement pour ne pas saisir la Commission européenne du projet d’ouverture des services sociaux et de santé à la concurrence.
En effet, la commission des Affaires constitutionnelles estime qu’il y a un risque que le projet de loi sur l’ouverture des services à la concurrence soit contraire au droit européen sur les aides publiques. Le Premier ministre a déclaré lors des questions au Parlement que le gouvernement avait décidé de ne pas notifier son projet à la Commission européenne car, « les hauts fonctionnaires européens consultés ont fait savoir que la Commission n’étudierait pas une telle demande ».
Helsingin Sanomat a interrogé les services de la Commission européenne qui ont répondu que la Commission étudie toujours les notifications qui lui sont adressées par les gouvernements.
Helsingin Sanopmat rapporte aussi que, selon les hauts fonctionnaires de la commission, au vu du projet finlandais, il est peu probable que la Commission prenne elle-même l’initiative d’étudier la réforme finlandaise. En revanche, elle pourrait être saisie d’une plainte. In fine, toutefois, si plainte il y avait ce serait la cour de justice de l’union européenne qui serait chargée de trancher la question, rapporte Helsingin sanomat.
HS

Emploi

Un modèle d’activation des chômeurs a augmenté le nombre de bénéficiaires du revenu minimum
Le modèle d’activation d es chômeurs a diminué les allocations chômage de plus de 80 000 personnes en avril, ce qui représente un peu moins de la moitié des personnes recevant l’allocation chômage versée par la caisse Kela. Parmi eux, 39% soit plus de 30 000 personnes ont reçu un complément au titre du revenu minimum. Cela a augmenté les dépenses de revenu minimum de 1,2 million d’euros.
Au total, 150 000 foyers touchent le revenu minimum, ce qui représente des dépenses de 60 millions d’euros par mois.
HS AL

La réforme de l’emploi menace d’être diluée
Annoncée lors du cadrage budgétaire en mars, la réforme de l’emploi qui devait aboutir à faciliter le licenciement dans les PME semble en voie d’être complètement diluée ; Helsingin Sanomat rapporte que les projets préparés par le ministère de l’Economie ne devraient pas changer sensiblement la situation actuelle.
HS

Baromètre

Les Finlandais ont confiance dans la police
Helsingin Sanomat rapporte que la confiance des Finladnais dans leur police est le plus élevée des pays européens : 95% des Finlandais déclarent avoir beaucoup ou assez confiance dans leur police.
Néanmoins 18% des Finlandais déclarent croire que les policiers font des erreurs dans leur travail. De plus 40% des Finlandais pensent qu’il y a de la corruption ou des activités contraire à l’éthique dans la police.
HS

… et dans les médias
Selon une étude de Reuters dans 37 Etats, ce sont les Finlandais qui ont le plus confiance dans les médias. Ainsi 62% des Finlandais ont confiance dans les médias nationaux.
Les médias qui suscitent la plus forte confiance sont la radiotélédiffusion publique Yle, les journaux Kauppalehti et Helsingin Sanomat ainsi que l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti.
HS

Mercredi 13 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Kim

Propos de MM. Soini et Sipilä, et des chercheurs d’UPI
Keskisuomalainen rend compte des propos du Premier ministre Juha Sipilä qui estime qu’il y avait très peu de concret lors de la rencontre des dirigeants américain et nord-coréen. Pour lui, il s’agit néanmoins d’une ouverture importante. Il estime que les attentes dans le monde entier concernent sa réalisation.
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, souhaite que le processus entamé mène à un traité de paix pour la péninsule coréenne. Il rappelle que, dans cette région, les progrès se sont souvent changés en un revers. « Il faut rester optimiste, mais il n’y a pas de raison de s’affoler », selon lui.
Elina Sinkkonen de l’Institut de relations internationales UPI estime que les formulations des promesses des deux pays étaient tellement vagues qu’il n’est pas certain que les deux parties les interpréteront de la même façon. Elle aussi regrette le peu de concret dans les promesses.
Mika Aaltola, directeur à l’UPI, considère que le traité signé était plutôt un accord d’intention. Il comporte des points sur lesquels on s’était déjà mis d’accord durant les décennies passées. M. Aaltola estime toutefois qu’il est remarquable qu’un processus a été lancé. Kim Jong-un aura vu son pouvoir renforcé devant les siens. M. Trump n’a pas de garanties quant à lui sur le fait de savoir comment son collègue se comportera par la suite.
KS/20

Autres réactions et commentaires
Helsingin Sanomat a interviewé Olli Heinonen, ancien représentant de l’AIEA, qui travaille actuellement pour la Foundation for the Defense of Democracies à Washington. M. Heinonen considère ce premier pas que constitue la rencontre comme important. M. Heinonen rappelle que Mike Pompeo s’est rendu deux fois en Corée du Nord ce printemps et que ce ne devait pas être pour parler de la météo. Les attentes sont importantes, les obstacles nombreux, mais M. Heinonen estime qu’il faudra essayer.
Si la Corée du Nord renonçait à ses armes nucléaires, le résultat serait plus exhaustif que celui concernant l’accord iranien. L’Iran est autorisé à continuer à enrichir l’uranium, par exemple.
M. Heinonen note que la rencontre a reconnu le statut de M. Kim comme dirigeant et que les violations de droits de l’homme n’ont guère été évoquées, mais que l’on ne peut pas tout faire en même temps.
Arto Haapea de la direction de l’Asie de l’Est du ministère des Affaires étrangères, estime que la Corée du Nord peut être contente. Son dirigeant assume un nouveau statut parmi les chefs d’Etat. M. Haapea estime que même si le texte de l’accord est vague, on ne peut pas le considérer comme sans importance. Antti Leppänen, chercheur spécialiste de la Corée, rappelle que l’accord relève du plus haut niveau.
HS/A6, A8

Editoriaux
« Le sommet était mieux que rien » HBL
« Un message positif – et une douche froide » KS
« Le litige sur les armes nucléaires éclipsé par un brouillard festif » HS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen estime que l’annonce sur la fin de manœuvres communes devait être une surprise pour la Corée du Sud et engendrera une incertitude dans d’autres anciens Etats alliés.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que le document signé manque de contenus concrets. Pour lui, tout dépend de ce qui se passera ensuite. Un changement dans les orientations de la Corée du Nord aurait toutefois eu lieu, ce qui est remarquable.
Selon l’éditorial d’Aamulehti, personne ne peut nier l’importance le caractère historique de la rencontre de MM. Trump et Kim Jing-un. Les deux ont obtenu ce qu’ils voulaient : inscrire leurs noms dans les livres d’histoire et avoir leurs photos dans la presse partout, surtout dans leurs propres pays. Il n’est pas réaliste d’attendre qu’une telle rencontre puisse engendrer un accord détaillé. Il n’est même pas clair que les négociations puissent progresser. Un accord de paix permanent ne pourra pas être conclu sans les deux Corées, les Etats-Unis, la Russie, le Japon et la Chine.
Selon l’éditorial de Turun Sanomat, M. Trump a commencé à interpréter l’ancienne doctrine de politique étrangère - amis de près et ennemis de loin de sa propre façon. Le week-end dernier il s’est disputé avec le Premier ministre canadien et maintenant il a trouvé un nouvel ami en Corée du Nord. Le sommet de Singapour est devenu un spectacle global. La rencontre peut être un risque pour M. Trump parce que son nouvel ami de loin n’est pas connu pour avoir respecté les accords. M. Trump semble détester les accords multilatéraux mais la contribution de la Corée du Sud, du Japon, de la Chine et de la Russie apporterait au désarmement une crédibilité que MM. Trump et Kim n’ont pas quant au respect des accords.
HS KS Hbl AL/A2, TS/2

Défense

La Finlande s’entrainera à défendre la Norvège
La Finlande s’entrainera à défendre la Norvège aux côtés des pays de l’OTAN dans un des plus grands exercices militaires depuis des années.
Ces manœuvres regroupant 40 000 soldats dont 2 000 Finlandais auront lieu en octobre-novembre prochains. En tout, 29 pays de l’OTAN ainsi que la Finlande et la Suède, en qualité de partenaires de l’alliance, y participeront.
Le professeur de l’Ecole des hautes études de Défense nationale, Jyrki Raitasalo, estime que cet exercice destiné à défendre un pays de l’OTAN marque un signe de réveil de la part de l’OTAN qui a besoin de montrer, surtout aux pays membres de l’Europe orientale irrités par la Russie, qu’elle est capable de leur offrir une sécurité et que, par ailleurs, elle prend au sérieux la défense de son territoire.
« Cet exercice montre notamment que l’OTAN a sérieusement décidé de ramener l’article 5 au cœur de ses activités, en plus des discours solennels », affirme Raitasalo.
KS13.6/13

Politique intérieure

Parlement

Le retour de M. Väyrynen réduit encore la majorité
Le retour au Parlement de l’ancien centriste et député européen Paavo Väyrynen diminue encore la majorité dont dispose la coalition gouvernementale. En effet, M. Väyrynen dont le suppléant siégeait avec le Centre, a annoncé son intention de ne pas rejoindre le groupe parlementaire du parti du premier ministre mais au contraire de former son propre groupe.
Turun Sanomat relève que le député Paavo Väyrynen, qui est revenu hier au Parlement, a annoncé qu’il voterait contre la réforme des services sociaux et de santé. Cela signifie que la réforme aura seulement une majorité de 101 députés au vote.
M. Väyrynen compte pourtant voter en faveur de la réforme des régions même s’il estime qu’elle est mauvaise parce que les régions n’auront pas de droit d’imposition.
M. Väyrynen a rappelé que sa carrière parlementaire a commencé il y a 48 ans. Il estime que son parti, le Parti des citoyens, aura 15-20 sièges au Parlement aux prochaines élections législatives et un ou deux sièges aux européennes.
M. Väyrynen sera remplacé au Parlement européen par la députée centriste Mirja Vehkaperä.
HS TS/10

Gouvernement

Le gouvernement vend des actions de Neste pour près d’un milliard d’euros
Le gouvernement a décidé de vendre une partie de ces actions dans le groupe pétrolier Neste. La participation de l‘Etat dans le capital de Neste va baisser de 49,7% actuellement à 44,7%.
Cette vente devrait lui rapporter au cours actuel environ 880 millions d’euros.
HS

Gardes-Frontières

Le nouveau chef du corps des gardes-frontières estime qu’un risque de grande catastrophe couve dans la région de la mer Baltique
Le nouveau chef du corps des gardes-frontières, le général de division Ilkka Laitinen, qui prendra ses fonctions à l’automne, estime que le risque d’une grande catastrophe dans la région de la mer Baltique a augmenté.
Dans une interview à Lännen media, M. Laitinen rappelle qu’outre les menaces souvent mentionnées relatives aux évènements à la frontière orientale, aux multiples menaces hybrides, à l’immigration illégale, il ne faut pas oublier le risque d’une grande catastrophe en mer Baltique.
« Le naufrage du bateau Estonia a été notre baptême du feu et depuis, nous avons beaucoup travaillé », rappelle M. Laitinen en faisant allusion à l’accident du ferry survenu en 1994 qui a fait plus de 850 morts.
A compter de début 2019, la responsabilité des accidents environnementaux aussi sera transférée aux gardes-frontières, ce qui est une bonne chose pour M. Laitinen.
De plus, les pouvoirs des autorités de la sécurité vont certainement s’élargir. Un rapport qui propose d’accroître les pouvoirs des gardes-frontières sera bientôt traité au parlement.
Si le parlement approuve ce projet, les gardes-frontières pourraient par exemple employer les conscrits de manière plus étendue dans des fonctions de surveillance des frontières, intervenir contre les vols de drones dans les régions frontalières et offrir une aide administrative à la police dans des activités de défense contre le terrorisme, et cela non seulement dans les zones maritimes comme c’est le cas actuellement.
TS13.6/

Mardi 12 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Croissance économique

La croissance et la productivité finlandaises dépassent celles de la zone euro
Kauppalehti rend compte du bilan économique de l’institut Conference Board, qui prévoit une poursuite forte à la croissance économique mondiale.
L’institut prévoit une croissance de 2,5 % pour la Finlande, contre 2 % pour la zone euro.
Selon Ilaria Maselli, économiste de CB, la modération salariale finlandaise tombe au moment où le commerce mondial repart. La croissance de la productivité finlandaise a été plus rapide en Finlande que dans la zone euro en moyenne, cette année et l’année dernière. La Finlande est devenue plus compétitive, selon elle.
Selon l’économiste en chef de CB, Bart van Ark, les risques économiques et géopolitiques pourraient ralentir la croissance. A plus long terme, la croissance européenne pourrait s’établir à un rythme de 1,5 %.
KL/A8

Lutte contre le terrorisme

Selon M. Soini la menace du terrorisme nucléaire n’est pas élevée en ce moment
Selon Helsingin Sanomat, l’Initiative internationale de lutte contre le terrorisme nucléaire GICNT a commencé lundi une réunion à Helsinki. Environ 130 spécialistes du domaine, représentant 88 Etats, se sont réunis dans la capitale finlandaise.
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a souligné, dans son discours d’ouverture, que la lutte contre le terrorisme nucléaire était l’objectif commun de tous les Etats.
Selon M. Soini, « la menace du terrorisme nucléaire n’est pas très élevée en ce moment mais la possibilité existe partout dans le monde et cela rend la coopération internationales importante ».
HS/A23

Rencontre entre MM. Trump et Kim Jong-un

Déclarations de M. Soini
Interrogé sur la rencontre entre MM. Trump et Kim Jong-un à Singapour, M. Soini dit être optimiste. Il a toutefois rappelé que la diplomatie était lente sur le désarmement nucléaire. « Cela peut être le début pour un processus de négociations. »
Selon M. Soini, le sommet est devenu un spectacle que le monde entier suit de près. « Le monde a besoin de bonnes nouvelles. »
Il souligne qu’il ne faut aucunement oublier les violations des droits de l’Homme commises par Kim Jong-un.
Yle

Défense européenne

Editorial
« Peu de place pour l’initiative de Macron » TS
« A considérer la capacité de déploiement militaire en Europe avec les groupements tactiques de l’OTAN, les groupes JEF commandés par la Grande-Bretagne, la coopération structurée de défense et les nombreux accords de coopération bi- ou multilatéraux en matière de gestion de crise ou de défense, il reste peu de place pour les nouvelles idées d’Emmanuel Macron », écrit l’éditorialiste de Turun sanomat.
« La Finlande a été réticente vis-à-vis de l’Initiative européenne d’intervention proposée par le Président Macron en soulignant le caractère limité de ses ressources. En effet, la prudence est de mise. Il convient de développer une défense commune, mais les nouvelles idées et leur profit doivent être concrétisés. Il faut d’abord examiner de près les structures déjà existantes », estime l’éditorialiste.
TS12.6/

Politique intérieure

Elections

Editorial :
« La course électorale a commencé »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat rapporte que la course électorale a commencé le week-end dernier lors des congrès des partis du Centre et du Rassemblement national. Juha Sipilä et Petteri Orpo ont annoncé qu’ils visaient la position de plus grand parti aux élections législatives. Le président du PSD Antti Rinne a déjà annoncé le même objectif.
Dix mois avant les élections tous les trois partis ont encore la possibilité de devenir le plus grand parti. Les campagnes électorales proprement dites ne seront lancées qu’en 2019.
Selon l’éditorialiste, il semble qu’aussi bien M. Sipilä que M. Orpo se préparent à mener les négociations gouvernementales avec M. Rinne, peu importe de l’ordre des trois partis à l’issue des résultats des élections législatives.
HS/A4

Parlement

Paavo Väyrynen revient au Parlement
Helsingin Sanomat relève que Paavo Väyrynen revient aujourd’hui au Parlement, après avoir été au Parlement européen. Il vient de quitter le Parti du centre et compte créer son propre groupe parlementaire.
M. Väyrynen a été élu député du Centre pour la première fois en 1970. Il a été ministre plusieurs fois, président du Centre en 1980-1990, et candidat présidentiel quatre fois.
HS/A10

Réforme des services sociaux et de la santé

La ville de Turku veut supprimer la réforme
Turun Sanomat relève que selon le conseil municipal de Turku, le Parlement de devrait pas approuver la réforme des services sociaux et de santé. Les conseillers municipaux du Rassemblement national ont toutefois annoncé qu’ils ne partageaient pas l’avis de la majorité.
TS/3&5

Point de vue :
« La fin de la bonne ambiance entre MM. Sipilä et Orpo » US
Uusi Suomi publie un billet de son éditorialiste qui rend compte des critiques de Janne Juusela, docteur en droit, à l’égard du projet de réforme des services sociaux et de la santé. Selon M. Juusela, pour éviter tout risque de non-conformité au droit européen, il s’agira soit de modifier la proposition au Parlement de façon à doter les services relevant de la liberté de choix d’un statut non-économique, soit d’envoyer une notification à la Commission européenne en la matière, ce qui serait un processus qui prendrait des années.
Or, cela n’est pas possible, selon l’auteur, et même la première option mènerait à une situation où l‘ouverture à la concurrence des services relevant de la liberté de choix deviendrait impossible. Cela ne plairait pas au Rassemblement national qui brigue une liberté de choix la plus vaste possible.
L’auteur se demande même s’il serait possible en général d’obtenir un statut non-économique pour ces activités.
L’auteur note que, selon M. Juusela, la seule solution au problème serait d’abandonner l’idée de liberté de choix. « Tout le monde sait ce que ça signifierait. N’est-ce pas ? », conclut l’auteur.
Uusi Suomi

Lundi 11 juin 2018

Politique intérieure

Congrès du Centre et du Rassemblement national

« Les mêmes capitaines à la barre » AL
Le Parti du Centre a tenu son congrès à Sotkamo. Le Président du parti, le Premier ministre Juha Sipilä a été réélu par 2053 voix contre 19. Riikka Pirkkalainen (conseillère de la ministre des Affaires sociales) a été élue secrétaire générale du parti. Les députés Katri Kulmuni et Juha Rehula ont été réélu à la vice-présidence du parti, ainsi que la députée Hannakaisa Heikkinen qui y fait son entrée.
Le parti du Rassemblement national a tenu son congrès à Turku. Le Présidente du parti et ministre des Finances Petteri Orpo a été réélu sans vote faute d’opposant. Les ministres Antti Häkkänen (Justice) et Sanni Grahn-Laasonen (Education) continuent comme vice-présidents, avec la députée Mari-Leena Tavitie qui y fait son entrée. Par ailleurs, Aura Salla qui travaille actuellement au cabinet de M. Juncker à Bruxelles a été élue à la tête du conseil du parti.
Aamulehti estime que probablement le Centre ou le Rassemblement national risque de se retrouver dans l’opposition après les prochaines élections ; l’autre parti formant la prochaine coalition avec le PSD. Si le Centre n’arrive pas à remonter dans les sondages, il perdra les élections législatives.
Helsingin Sanomat estime aussi que le prochain gouvernement pourrait rassembler le PSD et le Rassemblement national. On en est conscient au Centre, écrit Marko Junkari.
Le rédacteur en chef de Keskisuomalainen Pekka Mervola estime que ces congrès risquent de déboucher sur une bataille entre le Centre et le Rassemblement national qui visent les mêmes électeurs de centre droit. Cela risque de rendre le travail gouvernemental plus difficile, selon lui.
AL HS KS

Mme Katainen candidate aux législatives
L’épouse du commissaire européen finlandais Jyrki Katainen a annoncé son intention de se présenter aux élections législatives de 2019. Ce choix pourrait avoir un effet sur la décision de M. Katainen de briguer un nouveau mandat à la Commission, estime Keskisuomalainen.
KS

Réforme Sote

Le congrès du Rassemblement national a commencé par un débat sur la réforme SOTE
Aamulehti rapporte que le président du Rassemblement national M. Petteri Orpo a défendu la réforme, vendredi à Turku, lors d’un débat organisé sur le sujet. Le maire d’Helsinki, Jan Vapaavuori, a pour sa part vivement critiqué la réforme (« personne ne sait où elle mènera ») tout en soulignant qu’il souhaitait garder de bonnes relations avec M. Orpo (« tu peux être sûr que je ne me réjouis pas d’être en désaccord avec toi »).
Le Premier ministre Juha Sipilä, en congrès à Sotkamo a commenté ces échanges en qualifiant M. Vapaavuori de « gêneur ». Le Premier ministre a assuré que son parti réaliserait la réforme « avec un calme de Bolchévique ».
Selon un sondage réalisé auprès des délégués du Rassemblement national à Turku, 72% sont favorables à ce que la réforme des services sociaux et de santé soit adoptée comme prévu.
Aamulehti estime que le Rassemblement national dispose d’une échappatoire sur le sujet : s’il apparaît à la rentrée que la réforme est diluée, il pourra toujours la faire échouer. C’est pourquoi l’été sera riche d’instabilité selon, Aamulehti.
AL HS

« Le gouvernement devra choisir entre les économies et l’ouverture à la concurrence » HS
La présidente de la Commission des Affaires sociales et de santé Krista Kiuru (PSD) estime que l’objectif de réaliser des économies par la réforme est en contradiction avec celui d’offrir plus de choix aux citoyens en matière de services en les ouvrant la concurrence privée.
HS

Selon Mme Risikko, le Parlement ne devrait pas voter pas sur la réforme avant l’été
Helsingin Sanomat relève que la présidente du Parlement Paula Risikko, qui a participé au congrès du Rassemblement national à Turku, estime qu’il est pratiquement sûr que le Parlement ne pourra pas voter sur la réforme de la santé avant la pause estivale du Parlement.
La session parlementaire dure encore trois semaines et il y a des réservations pour d’éventuelles séances plénières pour la première semaine du mois de juillet.
Elle souligne que les commissions parlementaires travaillent de façon indépendante mais il y a trop de détails à étudier pour que le vote ait lieu avant l’été.
Le Premier ministre Juha Sipilä a commenté le calendrier samedi au congrès du Centre à Sotkamo. Il souligne que le report du vote ne dérangera pas les projets du gouvernement. « L’essentiel est de mener à bon port la réforme. »
Le gouvernement doit maintenant donner sa réponse aux changements demandés par la commission des lois constitutionnelles du Parlement concernant l’ouverture à la concurrence des services.
La commission des affaires sociales et de la santé préparera ensuite un projet qui sera encore soumis à la commission des affaires constitutionnelles. La commission des affaires sociales et de la santé finira ensuite la rédaction de son avis qui sera ensuite envoyé en séance plénière pour le vote.
Selon Mme Risikko, tout ce processus ne pourra pas être achevé d’ici fin juin.
HS/dim/A7

Elections

Trois élections organisées au printemps prochain
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a trois options pour organiser les trois élections au printemps 2019 :
-  Organiser les élections régionales en janvier, les élections législatives en avril et les européennes en mai-juin ;
-  Organiser les élections régionales et législatives en même temps ;
-  Organiser les élections régionales au début de printemps et organiser simultanément les législatives et les européennes.
HS/sam/A15

Politique étrangère et européenne

Débat sure l’OTAN

Selon M. Niinistö, il est naïf de croire que la position du président ferait changer d’avis le peuple sur l’OTAN
Lors du Congrès du rassemblement national, le parti a adopté une déclaration en faveur de l’adhésion de la Finlande à l’OTAN.
Le vice-président de la BEI Alexander Stubb a déclaré dans une interview que, selon lui, si le président Niinistö s’engageait en faveur d’une adhésion de la Finlande à l’oTAN, le peuple le suivrait.
M. NiinistÖ a rappelé qu’il avait pris position sur l’OTAN lors des dernières élections présidentielles. « Et maintenant on voudrait que je change d’avis ainsi que l’avis des Finlandais. C’est une façon de pensée un peu naïve ».
Il a aussi déclaré que si certains promeuvent une idée, ils doivent être suffisamment forts pour faire passer leur message sans avoir besoin que le Président change d’avis.
KS

Défense

La Finlande prendra bientôt position vis-à-vis de l’initiative française d’intervention (IEI), selon le ministre Niinistö
« La Finlande est obligée d’examiner ses ressources lorsqu’elle prendra position à la proposition de la France concernant l’Initiative européenne d’intervention », a dit le ministre de la Défense, Jussi Niinistö, lors de sa rencontre vendredi dernier avec son homologue française Florence Parly à Bruxelles dans les coulisses de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN.
Le Ministre a déclaré lors d’une conférence de presse que son homologue française avait vivement remercié la Finlande pour sa réaction après que la France avait déclenché la clause 42.7 suite aux attentats de novembre 2015.
« Nous espérons que lorsque nous offrons de l’aide cela nous permettrait en cas de crise d’en recevoir nous aussi », a dit le Ministre.
« Il semblerait que la proposition française ne consiste pas à créer de nouvelles troupes mais les pays participeraient aux opérations avec leurs propres troupes », écrit le journaliste.
Selon Jussi Niinistö, la décision sur la position de la Finlande sera prise bientôt. « Comme je l’ai dit à la ministre française, il faut tenir compte de nos ressources », a dit Niinistö en rappelant que la Finlande vient de joindre le groupe d’Etats dirigé par l’Allemagne et les troupes JEFF commandées par la Grande-Bretagne.
A l’origine, neuf pays ont été sollicités par la France pour participer à l’IEI, par la suite la Finlande et la Suède ont également été consultées.
Selon Niinistö, il est encore trop tôt pour dire quelle forme de coopération conviendrait le mieux à l’Europe ou à la Finlande. « C’est ce que nous étudions. La Finlande participe à la coopération internationale parce qu’elle fait avancer la défense au niveau national. »
Alors que les rapports entre la Russie et l’Occident sont faibles, les pays de l’UE renforcent leur collaboration. A cet effet, Niinistö rappelle que les pays nordiques ont tous constaté que les activités d’exercices militaires ont augmenté dans la région de la mer Baltique et Arctique.
Il signale aussi que les pays européens sont obligés d’accepter le fait que la politique étrangère des Etats-Unis soit plus imprévisible qu’avant.
KS9.6/13, HS9.6/B3

Rencontre des commandants des forces armées américain et russe
Le quotidien Helsingin sanomat note que le commandant des forces armées américain est arrivé en Finlande un jour avant son rendez-vous avec son homologue russe en raison d’une rencontre avec le commandant des forces armées finlandaises, le général Jarmo Lindberg. « Les relations entre les administrations finlandaise et américaine de défense s’accentuent alors que le point de gravité de la politique étrangère américaine se trouve dispersé dans le monde.
Le quotidien Aamulehti note qu’une atmosphère de mystères régnait sur la rencontre des dirigeants militaires des deux superpuissances. Il apparait néanmoins qu’ils ont évoqué la situation sécuritaire en Syrie et en Europe dans leurs discussions tout en se gardant de ne pas révéler les détails de leurs entretiens.
Le président de la commission parlementaire de défense, Ilkka Kanerva, qualifie d’intéressante la rencontre des deux généraux : « Qu’un évènement de ce genre soit organisé sur un terrain international indique un tournant dans le domaine militaire ».
AL9.6/A23 HS9.6/A5

La Finlande prépare une acquisition de munitions pour son artillerie
Le département de la logistique de la défense nationale a publié un appel d’information international sur une acquisition d’amorces pour des grenades d’artillerie. Le projet est préalablement évalué à cinq millions d’euros (prix hors taxe). Le ministère de la défense prendra sa décision sur cet achat éventuel au printemps de l’année prochaine.
HS9.6/A12

Union européenne

Les îles Alands veulent un siège au parlement européen
Helsingin Sanomat publie un billet de l’ancienne députée Elisabeth Naucler qui en appelle à ce que la Finlande assure que la voix de la région automne des îles Alands soit écoutée dans les affaires européennes. Elle propose pour cela que les îles disposent d’un siège de député au Parlement européen.
HS

Présidence finlandaise de l’UE en 2019

La Grande commission entendra les Finlandais sur les objectifs
La Grande commission organisera quatre manifestations pour entendre les citoyens sur la détermination des objectifs dans la perspective de la présidence finlandaise du Conseil européen durant le deuxième semestre de 2019.
La première manifestation aura lieu au conseil municipal de Tampere, mercredi, où l’avenir de l’Union monétaire sera évoqué. Les trois autres auront lieu à Turku, Oulu et Kuopio.
Les Finlandais pourront s’exprimer sur les grandes lignes de la politique économique et sur l’avenir du modèle européen de société.
Comme spécialistes, on entendra le maire de Tampere, Lauri Lyly, et le professeur de l’Université Aalto, Sixten Korkman.
AL/dim/B11

Gardes-frontières

Interview du futur chef du corps de gardes-frontières
« Fermer les frontières n’apporte aucune solution »
Helsingin Sanomat a interviewé le général de division Ilkka Laitinen, chef adjoint du corps des gardes-frontières qui y deviendra le chef à la succession du général du corps d’armée Jaakko Kaukanen qui prendra sa retraite à l’automne.
M. Laitinen estime que construire des murs à la frontière ne relève pas du développement durable et n’apporte aucune solution. Un Etat de droit qui souhaite maintenir ses valeurs et sa législation, ne peut pas aujourd’hui physiquement empêcher les gens de venir. L’essentiel, c’est de les détecter et d’étudier pourquoi ils viennent et de voir à ce qu’on arrive à maîtriser la situation. Ensuite, il s’agit de renvoyer ceux qui n’ont pas de motif approprié de venir.
M. Laitinen évoque l’investissement stratégique le plus important de ces prochaines années des gardes-frontières, le remplacement du système technique de contrôle des frontières terrestres. En outre, les deux avions Dornier actuels devraient être remplacés, et deux navires de surveillance rénovés.
HS rappelle que M. Laitinen a été à Bruxelles au début du siècle en tant que spécialiste en matière de sécurité frontalière, et ensuite à Varsovie de 2005 en 2014 en tant que directeur de Frontex à la création duquel il a participé.
HS/dim/A10-11

Commerce en ligne

Entrée sur le marché finlandais d’Amazon ?
Helsingin Sanomat rend compte de la rumeur selon laquelle Amazon pourrait entrer sur le marché nordique.
Parmi les pays nordiques, les Finlandais sont les moins actifs en ce qui concerne les achats en ligne par rapport aux Suédois, Danois et Norvégiens. Par contre, lorsqu’ils en font, ils achètent plus souvent à l’étranger que leurs voisins. Serait-ce que les acteurs finlandais n’ont pas su répondre aux besoins des consommateurs ? Ainsi ils auraient plus à craindre dans le contexte de l’arrivée d’Amazon que leurs collègues nordiques.
HS/sam/B8

Islam – sharia

Selon une spécialiste, il faudrait soutenir la sharia dans l’Occident
Helsingin Sanomat publie une interview d’Asifa Quaraishi-Landes, professeur de droit à l’Université de Wisconsin, qui s’est rendue en Finlande à l’occasion de la conférence Islamic Legal Studies et de la table ronde sur la sharia organisée par l’Institut du Proche-Orient et de l’Union des journalistes.
Elle estime, concernant la sharia, que c’est plus un code qu’une loi, et qu’il faudrait dans les pays occidentaux lui accorder plus de place et la soutenir. Elle rappelle que ni les musulmans ni la sharia ne vont disparaître. Elle estime que les communautés musulmanes pourraient régler des questions civiles sur la base d’une médiation relevant de la sharia, mais qu’il faudrait que les crimes et de ce fait les peines relèvent de l’Etat et du code pénal.
HS/lun/A23

Tourisme

La balance du tourisme est déficitaire pour la Finlande
Keskisuomalainen relève que les Finlandais dépensent plus à l’étranger que les touristes étrangers en Finlande. Le déficit en la matière s’élève à 2,3 milliards d’euros aujourd’hui, contre 800 millions d’euros il y a cinq ans.
Le secteur du tourisme ne peut que rêver d’une situation où les Finlandais dépenseraient les mêmes sommes pour le tourisme dans leur propre pays, ce qui engendrait naturellement aussi des recettes fiscales.
KS/lun/40

France – Finlande

Cirque

Le Lido à Turku
Turun Sanomat rapporte que l’école du cirque Le Lido (Centre des arts du cirque de Toulouse) est actuellement à Turku et donnera un spectacle mercredi à 19h.
TS

France

Tourisme

Sur les traces de Van Gogh et Monet
Aamulehti publie un reportage sur les visites à Auvers-sur-Oise où vécut Van Gogh et présente les musées Marmottan et Jacquemart-André.
AL

Vendredi 8 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Défense

Rencontre à Helsinki des commandants des forces armées américain et russe
Aamulehti relève que la rencontre des généraux Joseph Dunford Jr. et Valeri Gerasimov est organisée par les forces armées finlandaises à l’initiative des Etats-Unis et de la Russie. Les deux auront également des entretiens séparément avec le Président Sauli Niinistö et le commandant des forces armées finlandaises, le général Jarmo Lindberg.
Les représentants des forces armées finlandaises, qui ne participeront donc pas à la rencontre des deux généraux, n’ont pas commenté la raison ou l’agenda de l’entretien.
Charly Salonius-Pasternak, chercheur à l’UPI, spécule que la raison de la rencontre pourrait être la création ou l’approfondissement des relations personnelles entre les généraux. « Les relations personnelles sont importantes en cas de crise. »
Le chercheur estime que les généraux pourraient évoquer les situations en Ukraine, au Proche-Orient ou en Syrie, ainsi qu’en Corée. Ils peuvent avoir besoin de parler en tête-à-tête sur des questions secrètes. M. Salonius-Pasternak estime que la rencontre a été préparée depuis longtemps. Helsinki a peut-être été choisi pour des raisons de calendrier.
Matti Pesu, chercheur à l’UPI, interviewé par Keskisuomalainen, estime que l’objectif principal de la rencontre est d’empêcher une escalade de la situation en cas de crise, notamment en Syrie.M. Pesu estime que la Finlande ne souhaite pas, cette fois-ci non plus, se présenter comme un médiateur.
AL/A19, KS/19

« Les tensions augmentent dans la région de la mer baltique » HS
Kari Huhta estime que ces derniers temps l’activité militaire n’a cessé d’augmenter dans la région de la mer baltique. C’est selon lui un sujet qui sera évoqué entre les généraux russe et américain.
Selon le Général Harri Ohra-Aho qui dirige le renseignement militaire, « depuis les cinq dernières années, l’activité militaire dans la région s’est renforcée tant chez les Russes que parmi les occidentaux. Pour Helsingin Sanomat, il s’agit d’une tension durable qui s’est installée dans la région.
HS

Union européenne

Propos de M. Stubb
L’ancien Premier ministre et actuel vice-président de la BEI déclare dans une interview accordée à Helsingin Sanomat qu’il réfléchira à se présenter à l’investiture du PPE pour les prochaines élections européennes seulement après que l’actuel commissaire finlandais Jyrki Katainen aura pris sa décision.
HS

Constitution – Politique étrangère

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö qui a parlé devant les journalistes politiques, estime que la Constitution finlandaise suscite certaines questions. Pour lui, il se peut que le Premier ministre se retrouve dans une situation peu commode.
Selon la Constitution, la Finlande est représentée au niveau européen par le Premier ministre, mais le Président dispose de la possibilité de participer à des réunions entre l’UE et des Etats tiers.
La politique étrangère, quant à elle, est déterminée par le Président en concertation avec le gouvernement.
M. Niinistö estime que lorsqu’on évoque, lors d’un diner européen, le fait de savoir si tous les Etats membres agissent de la même façon en politique étrangère, on n’est plus dans un contexte européen. Il se trouve tout simplement qu’autour de la table, il y a les dirigeants des Etats ou des gouvernements européens.
On pourrait imaginer que parce que la Constitution finlandaise prévoit que les décisions en matière de politique étrangères sont prises sous la direction du président en concertation avec le gouvernement, le Premier ministre se retrouve dans une situation gênante du fait que l’idée de la concentration ne se réalise pas lors d’un tel diner. Pour M. Niinistö, il existe le risque que si le premier ministre finlandais devrait aller appeler le Président au milieu du Conseil européen, les dirigeants des autres Etats membres prendraient les décisions entre temps.
M. Niinistö précise qu’il ne s’agit pas d’un reproche et que tout s’est bien passé jusqu’à présent, mais qu’il existe des signes sur le fait que cela pourrait devenir plus courant.
Il note, à titre d’exemple, qu’en 2014, le Président Poutine à été évoqué lors d’une telle occasion. Outre la liste de sanctions, il avait été question du fait qu’il ne faudrait rencontrer le Président russe, ce qui relève de la politique étrangère de chaque Etat membre.
IL

Immigration

Difficulté d’intégration pour les jeunes garçons
Helsingin Sanomat relève que le taux de chômage à Helsinki est de 2,4 fois plus élevé pour les gens d’origine étrangère (qui déclarent une autre langue maternelle que le finnois et le suédois) à Helsinki : 21% contre 8,7%.
Selon une étude réalisée auprès de 9000 collégiens et lycéens, les filles s’intègreraient mieux que les garçons.
HS

Politique intérieure

Partis politiques

Analyse
« Un répit pour le Centre » AL
Aamulehti estime que le dernier sondage qui fait état d’un léger mieux pour le parti du Centre du Premier ministre Juha Sipilä constitue pour ce dernier un soulagement à la veille du congrès où il sera réélu à la tête du parti pour un quatrième mandat.
AL

Le congrès du Rassemblement national va commencer par un combat sur la réforme SOTE
Aamulehti rapporte que le président du Rassemblement national M. Petteri Orpo va débuter le congrès de son parti où il n’a pas de candidat qui s’oppose à sa réélection, par un débat sur la réforme des services sociaux et de santé.
Le maire d’Helsinki, Jan Vapaavuori, qui fait figure de principal opposant à la réforme, a promis de participer à ce débat.
AL

Réforme de la santé et des affaires sociales

« Une nouvelle estimation du calendrier reportée à la semaine prochaine » KS
Le présidium du Parlement, qui devait se prononcer sur le calendrier de la poursuite de l’étude parlementaire de la réforme a reporté son évaluation à la semaine prochaine.
Il faut en effet attendre le rapport du gouvernement qui doit répondre aux questions de constitutionnalité soulevées par la commission des Affaires constitutionnelles.
Alors que le premier ministre Juha Sipilâ a annoncé que ces réponses pourraient intervenir la semaine prochaine, la Ministre des collectivités territoriales Anu Vehviläinen (Centre) s’est montrée plus prudente : « Je pense que, si tout va bien, cela pourrait même être dès la semaine prochaine ».
Par ailleurs, suite aux critiques de la commission des Affaires constitutionnelles, le ministère des Affaires sociales a annoncé avoir suspendu tous les projets pilotes qui avaient été lancés pour préparer la mise en œuvre de la réforme.
Lors des questions au gouvernement, hier, au parlement, les députés de l’opposition ont critiqué le gouvernement et notamment le refus du Premier ministre de demander par notification à la Commission européenne une évaluation sur la conformité de la réforme avec le droit européen sur les aides publiques.
HS AL KS

Editorial
« Les incertitudes se renforcent » HS
Helsingin Sanomat estime que, de jour en jour, la procédure d’étude de la réforme au parlement semble renforcer les incertitudes sur le projet Sote. Il semble désormais probable que le vote en séance plénière ne puisse avoir lieu avant l’automne.
HS

La réforme SOTE fait de l’ombre à la loi sur le renseignement
Aamulehti rapporte que le gouvernement avait pour objectif une étude rapide du projet de loi sur le renseignement afin que la législation entre en vigueur cette l’année.
Aujourd’hui, la présidente de la commission des Affaires constitutionnelles estime que l’étude des projets de loi risque de durer jusqu’à l’année prochaine. Elle ne peut pas assurer que les lois seront votées durant l’actuelle législature.
Elle souligne que de nombreuses commissions devaient rendre leur avis à la Commission des Affaires constitutionnelles pour qu’elle évalue la constitutionnalité du projet. Néanmoins, les derniers avis ne lui sont parvenus que cette semaine. Le président du groupe parlementaire du PSDD, M. Lindtman, estime que la raison en est que les partis de la coalition gouvernementale ont voulu étudier en priorité la réforme Sote dans les commissions, ce qui a retardé l’étude des projets de lois sur le renseignement.
AL

48 % des Finlandais s’opposent à ce que le parlement adopte la proposition du gouvernement de réforme SOTE
Les journaux rendent compte d’un sondage effectué pour le compte du groupe médiatique Alma sur la réforme des services sociaux et de la santé. Le sondage fait en outre état de la satisfaction des Finlandais à l’égard des services de soins actuels.
Seulement 18 % des Finlandais sont favorables à l’adoption par le Parlement du projet, alors que 48 % s’y opposent. 34 % des personnes interrogées ne se prononcent pas.
Compte tenu de l’affiliation politique, les Centristes sont plus favorables que les autres, 46 % d’entre eux se déclarent favorables à la réforme, et 29 % contre, alors que chez les électeurs des autres partis, le nombre de favorables n’atteint pas les 30 %, dépasse à peine les 10 % ou n’atteint même pas les 10 %, y compris chez le Rassemblement national et les militants de l’Avenir bleu (28 % pour les deux).
Les électeurs de plusieurs partis sont majoritairement contre le projet. Chez ceux de l’Avenir bleu, du PSD, des Vrais Finlandais, des Verts, de l’Alliance des gauches et du Parti suédois, le nombre d’opposants dépasse les 50 %.
Selon Markku Jokisipilä, directeur des études parlementaires de l’Université de Turku, ne s’étonne pas du résultat du sondage. Il rappelle que la préparation et le contenu du paquet de réforme ont été continuellement remis en question.
Les observations de la commission des lois constitutionnelles ont eu un effet sur les attitudes des gens. De plus, les déclarations de spécialistes favorables à la réforme ont été rares, note M. Jokisipilä.
Il n’exclut pas que le projet échoue. En effet, seulement 101 députés seraient favorables à la réforme, ce qui fait que la situation est très serrée.
L’échec du projet serait une défaite en matière de prestige pour le gouvernement qui pourrait tomber lui aussi. Si le projet passe par contre, il se peut que les partis du gouvernement n’auraient pas un bon score aux législatives en raison la méfiance des électeurs contre cette réforme.
Pour ce qui est des services actuels, 83 % des Finlandais sont satisfaits, dont 27 % même très satisfaits.
KL/A6-7, ALA6-7

France – Finlande

Horlogerie

Le Rhöne
Kauppalehti présente la nouvelle marque de montres de luxe franco-finlandaise Le Rhöne créée par Timo Rajakoski et Loïc Florentin.
KL/Jeu

France

Gastronomie

« Du Syrah pour vos grillades » KL
Le chef sommelier Essi Avellan conseille des produits du cépage Syrah pour accompagner les grillades et conseille certaines appellations du Rhône.
KL-Optio

Jeudi 7 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Frontières finlandaises – et de l’UE

La frontière entre la Finlande et la Russie mesurée aux moyens numériques
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les outils numériques font que la frontière finlandaise avec la Russie s’est rallongée de 20 kilomètres. HS note que sa situation reste néanmoins la même !
Avec les nouvelles technologies, il a été possible de prendre en compte les collines et les lacs qui font que la frontière n’est pas toute droite même si elle est dessinée comme telle.
Officiellement, la frontière fait 1343,6 kilomètres.
La documentation sur la frontière comprend 3000 pages, dont une partie des procès verbaux en finnois et en russe sur les 1415 bornes placées entre les deux pays.
HS/A8

Défense

Rencontre vendredi à Helsinki des commandants des forces armées américain et russe
Le commandant des forces armées américaines, le général Joseph Dunford Jr. et le commandant des forces armées russes, le général Valeri Gerasimov se rencontrent en Finlande vendredi 8 juin.
Ils verront également le président de la république Sauli Niinistö et le commandant des forces armées finlandaises Jarmo Lindberg.
L’information a été diffusé par le twitter de la défense nationale et l’agence de presse Reuters.
www.hs

OTAN

« L’OTAN a peur d’elle-même » HS
Selon l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat, la situation est bien bizarre au moment des préparatifs du plus important évènement politique en matière de la coopération de défense occidentale, le sommet de l’OTAN les 11 et 12 juillet à Bruxelles. La touche finale aux projets devrait être apportée lors de la réunion ministérielle jeudi et vendredi.
Il s’agit du second sommet où participera Donald Trump. Le précédent est encore trop bien dans la mémoire des pays de l’OTAN. L’année dernière, alors qu’il avait l’occasion de clarifier la relation des Etats-Unis avec l’Europe dans le domaine de la défense, Trump en a profité pour pester contre les dirigeants européens, et particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel et faire l’éloge du roi d’Arabie-Saoudite.
Aujourd’hui, un an après, la situation ne s’est pas améliorée, elle est juste plus compliquée.
Washington et Bruxelles sont toutes deux capables d’énumérer un certain nombre de réalisations comme les quatre bataillons multinationaux placés dans les pays baltes et en Pologne, la présence renforcée des Etats-Unis en Europe et l’augmentation du budget des troupes américaines en Europe. De plus, les dépenses des pays européens en matière de défense agrandissent, mais pas suffisamment - surtout en ce qui concerne l’Allemagne - au goût de Trump et d’autres.
Pour sauver la relation transatlantique, on ne cesse d’assurer que l’alliance survivra à la guerre commerciale entre ses pays membres. C’est possible, car l’Europe a besoin des Etats-Unis pour sa défense et les Etats-Unis ont besoin de l’Europe à ses côtés dans le monde.
Les sommets de l’OTAN sont organisés généralement tous les deux ans. La rencontre des ministres de la Défense du jeudi et vendredi est la dernière réunion préparatoire avant le sommet de Bruxelles.
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö (Avenir bleu), en tant que représentant de la Finlande, pays partenaire de l’OTAN pour la paix, participera vendredi aux discussions sur la coopération de l’OTAN et l’Union européenne, sur l’opération de l’OTAN en Afghanistan et les mesures prises contre le mouvement terroriste ISIS.
HS6.6/A4

Selon un récent sondage, 20% des Finlandais seraient pour une adhésion à l’OTAN
Selon un récent sondage réalisé par Ilta-Lehti et Uusi Suomi indique que 20% des Finlandais seraient pour une adhésion à l’OTAN contre 17% en février dernier. Inversement, la part des opposants est tombée de 55 à 50%.
Si le président de la république se prononçait pour une adhésion à l’OTAN, 42% des personnes interrogées le suivraient, 34% ne le soutiendrait pas et 24% ne se prononcent pas.
www.uusisuomi.fi

Politique intérieure

Partis politiques

Nouveau sondage : le PSD est toujours en tête, le Rassemblement national en baisse et le centre en légère hausse
Yle publie les résultats d’un sondage sur les intentions de vote des partis politiques, effectué pour son compte par l’institut Taloustutkimus.
Le Parti social-démocrate arrive en tête avec le même score qu’il y a un mois, 20,0 %. Le Rassemblement national a perdu 0,9 % depuis le sondage précédent et obtient maintenant 19,3 %. Le Centre arrive troisième avec 17,6 %, soit une hausse de 0,6 % depuis le dernier sondage.
Les Verts sont en quatrième position avec un score de 14,4 % (-0,5 %), suivis de l’Alliance des gauches (8,9 %), des Vrais Finlandais (8,3 %), du Parti suédois (3,9 %), des Chrétiens-démocrates (3,4 %) et des bleus (1,7 %).
Les intentions de vote en faveur du Rassemblement national sont en baisse et ceux du Centre en légère hausse depuis quelque mois.
La différence entre le Rassemblement national et le Centre n’est plus que de 1,7 point, contre plus de 3 points au début de l’année.
Les scores des petits partis ou ceux des partis de l’opposition n’ont pratiquement pas changé.
Le sondage a été effectué entre le 2 mai et le 5 juin auprès de 3 394 personnes.
Yle

Réforme de la santé et des affaires sociales

Cinq questions importantes à trancher
Le gouvernement prépare actuellement ses réponses aux recommandations de la Commission des Affaires constitutionnelles sur la réforme SOTE.
Les principales questions à régler portent sur l’échelonnement exigé de l’ouverture à la concurrence des services, le financement des régions, la conformité de la réforme avec le droit européen, ainsi que la protection des données et la relation entre les patients et les prestataires de services.
Pour l’instant les hauts fonctionnaires chargés de préparer la réponse du gouvernement attendent encore les orientations politiques, rapporte Helsingin sanomat. Les ministres chargés de la réforme, Mme Saarikko (Centre), M. Häkkänen (Rassemblement national) et Mme Mattila (Avenir bleu) se réunissent tous les jours mais n’ont pas encore tranché les questions politiques les plus délicates. Selon les hauts fonctionnaires, si le ministres arrivaient à s’entendre sur des orientations d’ici la fin de la semaine, l’administration pourrait préparer la réponse du gouvernement peut-être la semaine prochaine afind e la faire ensuite valider par les ministres.
Ainsi, la commission exige que l’ouverture à la concurrence soit échelonnée « de manière significative » tant de manière géographique (pas toutes les régions à la fois) que temporaire et en fonction des services.
Une autre question épineuse concerne la conformité au droit européen. Soit il faudrait notifier le projet actuel à la Commission, ce qui risque de prendre du temps, soit il faut modifier le projet et déterminer les services de santé comme des Service d’intérêt général économique, estime HS.
HS

Les votes n’auront pas lieu avant l’automne
La vice-présidente du parlement Tuula Hatainen estime qu’il est impossible que le Parlement puisse voter sur le nouveau projet du gouvernement avant l’été.
HS

Le président Niinistö estime qu’une démission du gouvernement ne mènerait pas automatiquement à une dissolution du Parlement
Helsingin Sanomat relève que les spéculations sur un possible éclatement du gouvernement s’accélèrent à cause de cette réforme. Le président a déclaré hier qu’une éventuelle démission du gouvernement ne conduirait pas automatiquement à de nouvelles élections. « Je chercherais d’bord s’il n’est pas possible de continuer avec une autre coalition », a-t-il dit.
Le Président a refusé de commenter le contenu de la réforme mais a jugé qu’il s’étonnait que « l‘on débatte principalement par médias interposés ».
HS

La réforme Sote va animer les congrès des partis
Kesksisuomalainen estime que le débat sur la réforme des services sociaux et de santé va animer les congrès des partis qui se réunissent à partir de demain.Au Congrès du Rassemblement national, c’est la venue du maire d’Helsinki Jan Vapaavuori qui intéresse. Même s’il n’est pas délégué, sa seule présence pourrait susciter l’expression de critiques contre la réforme.
Chez les Centristes, ce n’est pas tant la réforme que les mauvais sondages qui pourraient susciter les critiques contre la direction du parti.
KS

Modèle d’activation des chômeurs

Plus de bénéficiaires du revenu minimum
La caisse d’assurances sociales Kela estime que l’entrée en vigueur du modèle d’activation des chômeurs qui a eu aussi consisté à diminuer les allocations chômages a eu pour effet d’augmenter de 11 000 personnes le nombre des bénéficiaires du revenu minimum.
KS

Critiques contre le modèle d’activation
Selon une étude réalisée par la caisse d’assurance chômage YTK auprès de ses membres, 81% des personnes estiment que le modèle d’activation n’a pas soutenu le retrour à l’emploi. De plus, 75% déclarent avoiir une attitude opposée à cette réforme.
KL

Ministère de l’Intérieur

Transfert du Centre de gestion de crises de Kuopio à Helsinki
Keskisuomalainen relève que le ministère de l’Intérieur propose le transfert du Centre national de gestion de crises de Kuopio à Helsinki.
Le ministère estime que le transfert améliorerait la coopération nationale et internationale et renforcerait la position de la Finlande dans la gestion de crises internationales.
Le quotidien rappelle que le Centre de gestions de crises a été créé à Kuopio en 2007 pour des raisons de politique régionale. La plupart du personnel du centre, une vingtaine de personnes, ne souhaitent pas quitter Kuopio.
Le groupe de travail de coordination de la régionalisation, nommé par le ministère des Finances, doit déposer son avis sur le site du centre dans une semaine.
KS/16

Attitudes des Finlandais

Le sentiment patriotique réunit les Finlandais, alors que les attitudes à l’égard de l’immigration et des demandeurs d’asile les divisent
Selon une étude sur les attitudes des Finlandais, la majorité des personnes interrogées se font des soucis pour les inégalités sociales et le sort des personnes disposant de petits revenus.
80 % des personnes interrogées considèrent le sentiment patriotique comme quelque chose de positif. Parmi les électeurs de l’Alliance des gauches et des Verts, il y a plus de réticence en la matière que chez les autres, même si la majorité y reste favorable.
L’esprit de défense nationale est considéré comme positif également par 80 % des Finlandais.
L’immigration divise les Finlandais. 60 % estiment qu’être Finlandais ne dépend pas des origines des personnes, alors que 30 % considèrent que l’ethnicité est décisive.
40 % des Finlandais regrettent les conditions des demandeurs d’asile, alors que 30 % estiment que tout est trop bien organisé pour eux.
Le plus grand souci des personnes interrogées concerne la situation des bas salaires et des personnes âgées. Le précariat les inquiète plus que le chômage.
6400 personnes ont été interviewées pour l’étude.
HS/A11

Loups

C’est dans l’ouest du pays qu’il y a le plus de loups
Plus de la moitié des loups de Finlande vivent dans l’ouest du pays. Selon les dernières estimations du Centre de ressources naturelles Luke, la population des loups se compose de vingt hordes, dont seize vivent à l’ouest, où le nombre de loups a augmenté d’un tiers. Le changement le plus important s’est produit en Ostrobothnie où le nombre de loups a doublé.
A l’est, il y a cinq hordes qui bougent des deux côtés de la frontière entre la Finlande et la Russie.
La population d’ensemble s’élève à 165-190 loups, contre 150-180 en 2017.
Traditionnellement, les loups ont typiquement vécu dans l’Est, mais il semblerait qu’ils trouvent plus facilement (de chevreuils) à manger dans l’Ouest.
HS/A8

Mercredi 6 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Editorial
« L’Europe avant tout » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti souligne que, par le passé, les dirigeants en Europe étaient pro-européens alors que les peuples étaient moins europhiles. Aujourd’hui, comme en témoigne la situation en Italie, il semble que cela soit plutôt l’inverse.
L’éditorialiste relève en effet quez, selon l’eurobaromètre, la popularité de l’Europe n’a jamais été aussi forte depuis 35 ans : deux tiers des Européens estiment que leur pays a tiré profit de son adhésion à l’UIE et une majorité d’européens considèrent que leur voix pèse dans les processus de décisions européens.
En revanche, il semble que nombre de dirigeants estiment qu’il est plus facile de se faire élire en s’opposant à l’UE, regrette Aamulehti, qui souligne toutefois que l’élection du Président Macron en France avait au contraire laissé penser que la défense de l’UE pouvait être un bon avantage politique. L’exemple italien montre l’inverse : alors que la majorité des italiens sont attachés à l’Europe et à l’euro, ils ont un gouvernement populiste qui promeut une ligne opposée.
L’éditorialiste souligne que les Européens doivent en plus faire face à des pressions venant de l’étranger, en la personne de MM. Trump et Poutine. « Face à des pressions extérieures, il faudrait que les dirigeants européens réfléchissent à une réponse commune plutôt que de calculer les effets sur chaque pays séparément. Et surtout il faudrait cesser de penser comment les citoyens vont réagir au changement. Il suffit de regarder les résultats de l’eurobaromètre pour se rappeler que l’Europe n’est pas considérée simplement comme un bouc émissaire par les citoyens ».
AL

PAC

« Les coupes toucheront également les subventions aux entreprises du secteur agricole » KL
Kauppalehti, quotidien économique, note que les coupes proposées par la Commission européenne toucheraient d’autres acteurs que les agriculteurs en Finlande. Le Centre de ressources naturelles Luke (2,1 millions d’euros), le groupe laitier Valio (1,8 million d’euros), les Universités de Helsinki (0,9 million d’euros) et de Turku (0,8 million d’euros), entre autres, sont sur la liste des bénéficiaires des aides.
Au total, 1,9 milliards d’euros d’aides ont été versées en Finlande en 2017, dont 860 000 euros relevaient des subventions européennes et 1,1 milliard d’euros d’aides nationales.
Selon les calculs du ministère de l’Agriculture, la Finlande perdrait durant la période de sept ans environ 80 millions d’euros en aides directes, et 330 millions d’euros concernant les crédits au développement des régions rurales, dans le cadre desquels s’inscrivent les aides aux entreprises du secteur.
Les aides directes aux fermes seraient restreintes au-delà de 60 000 euros et seraient au maximum de 100 000 euros. En 2016, il y avait en Finlande 701 fermes qui bénéficiaient d’aides de plus de 60 000 euros et 192 fermes dont les aides s’élevaient à plus de 100 000 euros.
La Finlande s’oppose vigoureusement aux coupes concernant les fermes du fait qu’elles freineraient la croissance des fermes et les investissements.
KL/A9

Secteur bancaire

Un nouveau moyen de sauvetage de banques en cours de préparation
Helsingin Sanomat rend compte du projet des Etats de la zone euro de mettre en place un nouveau moyen de sauvetage pour le secteur bancaire.
Selon Pauli Kariniemi, conseiller au ministère des Finances, l’option la plus évoquée a été de prévoir que le mécanisme de stabilité européen prête au besoin au maximum 60 milliards d’euros au fonds de résolution unique.
La contribution finlandaise au total de 80 milliards d’euros du MES s’élève à 1,5 milliard d’euros.
M. Kariniemi n’exclut pas le fait de prévoir que le MES prête de l’argent au fonds de résolution unique. Il est toutefois trop tôt de dire comment il s’agira d’avancer. Dans tous les cas, la Finlande soutient un calendrier moins rapide que ce que propose la Commission européenne. Selon M. Kariniemi, il serait naturel de réaliser ce projet dans le contexte de la réforme d’ensemble du MES, du fait qu’elle nécessiterait de toute façon de revoir le traité fondateur du MES.
HS/2.6/B10

Droits de douanes américaines

Risques pour le groupe SSAB de Hämeenlinna
Kauppalehti rend compte du groupe d’acier SSAB de Hämeenlinna qui ces dernières années a augmenté ses ventes outre en Europe aussi pour l’industrie automobile aux Etats-Unis. Selon le directeur de SSAB Europe, Olavi Huhtala, les exportations sont concernées par de nouveaux droits de douanes de 25 %, ce qui pourra engendrer des pertes de recettes y compris pour l’usine de Hämeenlinna.
Il estime que l’UE pourrait envisager des « opérations de mesures de rétorsion » contre les droits de douanes américains.
M. Huhtala rappelle que les industries américaines pourront demander des autorisations exceptionnelles pour éviter les droits de douanes si leur production risque de s’arrêter du fait d’un manque d’éléments en acier. Comme les droits de douanes viennent d’entrer en vigueur, les usines américaines n’ont pas pris contact sur ce sujet encore, selon M. Huhtala.
KL/A8

Diplomatie

Conférence sur la lutte contre le terrorisme nucléaire
Iltalehti rapporte que le ministère finlandais des Affaires étrangères, en collaboration avec la Russie et les Etats-Unis accueillera la semaine prochaine, les 11 et 12 juin, une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme nucléaire (Global Initiative to Combat Nuclear Terrorism).
IL

Politique intérieure

Réforme de la santé et des affaires sociales

Débat sur le calendrier du travail parlementaire
La présidente de la commission des affaires sociales et de la santé Krista Kiuru a déclaré que sa commission devait traiter des documents représentant 3850 pages afin de finaliser sept mémoires et de rendre deux avis.
Selon la commission des Affaires constitutionnelles, les articles qu’il est nécessaire de modifier dans la loi sur l’ouverture des services à la concurrence représentent environ, 400 pages.
Si la commission des Affaires sociales et de la santé n’arrive pas au bout de cette tâche d’ici l’été, l’ensemble du paquet de lois que représente la réforme sera reporté à la session d’automne.
Cela reporterait aussi les élections régionales.
AL

« Le Parlement se prépare à reporter le vote sur le réforme à l’automne » Yle
Yle rapporte que le présidium du Parlement devrait se prononcer sur le calendrier parlementaire demain. Selon Yle, il semblerait que l’on donne du temps pour le travail en commission. Les commissions pourraient ainsi se réunir au besoin en août mais le vote en séance plénière n’aurait lieu qu’après la rentrée parlementaire en septembre.
La vice-présidente du parlement Tuula Hatainen (PSD) estime qu’un vote en juillet est impossible : il faudrait que la commission des Affaires constitutionnelles auditionne les experts sur la nouvelle version de la réforme en juillet, ce qui ne semble pas réalisable.
Yle HS

Editorial
« Spéculations sur le calendrier des élections » HS
Helsingin Sanomat relève que trois élections seront organisées en 2019. Les élections législatives sont prévues pour le 14 avril. Les élections européennes devraient avoir lieu fin mai – début juin.
La date des élections régionales dépend encore de l’approbation de la réforme SOTE.
L’éditorialiste se félicite qu’aucune élection ne soit prévue en 2020 car une indigestion d’élections menace pour 2019.
HS

Initiative populaire

Modification de la législation sur le viol
Selon Helsingin Sanomat, le recueil de signatures pour une nouvelle initiative populaire, Suostumus 2018 (consentement 2018), a été lancé afin de modifier la définition du viol.
Plusieurs organisations non gouvernementales et personnes privées, qui promeuvent l’initiative populaire, soulignent que les rapports sexuels sans consentement constituent un viol.
Les signatures seront recueillies d’ici la fin de l’année. S’il y a les 50 000 signatures nécessaires pour une initiative populaire, elle sera présentée au nouveau gouvernement qui sera nommé après les prochaines élections législatives.
HS/A10

Transports

Les chemins de fer VR et le ministère des Transports ont trouvé un accord
Helsingin Sanomat relève que la compagnie ferroviaire de l’Etat VR et le ministère des Transports se sont mis d’accord sur la structure de privatisation des transports ferroviaires.
Contrairement aux spéculations, seulement l’équipement du trafic de banlieue de VR (les trains Sm2 et Sm4) sera transféré dans une nouvelle compagnie.
VR gardera l’équipement du trafic de grandes lignes en sa possession.
HS/A10

Industrie maritime

« Une Silicon Valley de l’industrie maritime »
Kauppalehti relève que, selon Kim Wikström, professeur d’économie industrielle à Åbo Akademi, université suédophone de Turku, « la Finlande commence à ressembler à une Silicon Valley de l’industrie maritime ».
« On parle souvent des bateaux de croisière mais il ne faut pas oublier les innovations liées à la logistique. Il y a en Finlande trois entreprises de l’automatisation des ports de haut niveau dans ce domaine : Cargotec, Konecranes et ABB Marine ans Ports », selon M. Wikström.
Selon Elina Vähäheikkilä, directrice de Meriteollisuus ry, patronat de l’industrie maritime, il y a environ 3 000 entreprises dans le cluster maritime et mille dans l’industrie maritime même.
Le cluster de l’industrie maritime représente une valeur de 8 milliards d’euros et le cluster de la mer une valeur de 13 milliards d’euros, selon KL.
KL/B14-15

Mardi 5 juin 2018

Politique étrangère et européenne

Présidence

M. Niinistö organisera « Kultaranta Talks » les 17 et 18 juin
Selon Turun Sanomat, la chancellerie de la présidence annonce que le Président Sauli Niinistö organisera, pour la sixième fois, Kultaranta Talks, une réunion sur la politique étrangère et de sécurité à Naantali les 17 et 18 juin. Une centaine de personnes ont été invitées à participer à l’évènement.
Le secrétaire général de l’ONU António Guterres participera à l’évènement et prononcera le discours de clôture lundi après-midi. Il aura également un entretien tête-à-tête avec M. Niinistö.
Le thème de l’évènement sera l’avenir du système international. Les pourparlers commenceront le dimanche 17 juin à 18h avec le discours du Président Niinistö, intitulé « Le pouvoir et la force ou un système commun ? ». Parmi les participants de la première session on peut mentionner Miroslav Lajcak, président de l’assemblée générale de l’ONU, Carld Bildt, ancien Premier ministre suédois, Mari Kiviniemi, secrétaire général adjointe de l’OCDE, et le président Martti Ahtisaari.
TS/7, tpk.fi

Le président participera au sommet de l’OTAN les 11 et 12 juillet
Les dirigeants finlandais et suédois seront présents à Bruxelles les 11 et 12 juillet au sommet de l’OTAN. Des sources diplomatiques affirment que le président Sauli Niinistö participerait au dîner et à la partie concernant la stabilisation de l’Afghanistan.
L’information n’a cependant pas été confirmée par le secrétariat du président.
La participation de la Finlande aux réunions traitant des gestions de crises de l’OTAN s’est établie il y a une dizaine d’années mais la possibilité d’assister aux dîners des discussions politiques s’est ouvert seulement depuis la participation de la Finlande et la Suède au partenariat renforcé de l’OTAN. Les pays partenaires ne peuvent cependant pas prendre part aux décisions du conseil du Nord-Atlantique de l’OTAN.
HS

Union monétaire

Editorial :
« L’Allemagne appuie sur l’accélérateur et la freine en même temps » IS
L’éditorialiste d’Iltasanomat estime que réformer l’Union monétaire est difficile du fait que les dirigeants européens ne sont d’accord que sur les problèmes d’origine. La chancelière allemande a donné, ce week-end, la réponse la plus explicite jusqu’à présent concernant les initiatives ambitieuses du Président français pour réformer la zone euro. Dans moins d’un mois, les dirigeants européens devraient arriver à formuler une vision commune sur le développement de l’union monétaire.
Mme Merkel semble être favorable à plusieurs réformes proposées par M. Macron, telles que la création d’un fonds de devise européen et d’un nouveau type de fonds conjoncturel, ainsi que le fait de réserver des crédits budgétaires pour soutenir les Etats de la zone euro souffrant de problèmes structurels.
Pour l’éditorialiste, Mme Merkel n’est toutefois pas très enthousiaste dans son soutien. A première vue, elle présente le même genre de propositions que M. Macron, mais en même temps, elle y inclut de telles restrictions et conditions préalables que, dans la pratique, elles diluent la plupart des propositions centrales de M. Macron.
Le Président français souhaiterait accélérer la réforme de la zone euro, alors que Mme Merkel accélère et freine en même temps.
Elle est rodée à ce genre d’action. Elle n’a pas besoin de rejeter les initiatives qui ne lui plaisent pas. Il suffit de les soutenir mais à des conditions que les autres n’accepteront pas.
Une grande différence entre les initiatives des deux est que M. Macron souhaiterait augmenter de plusieurs façons la solidarité économique mutuelle et transférer une partie du pouvoir de prise de décision à la Commission, alors que Mme Merkel souhaiterait renforcer la rigueur budgétaire des Etats de la zone euro et maintenir le pouvoir aux Etats membres, estime Ilta-Sanomat.
La Finlande, par contre, avec les Pays-Bas et quelques autres Etats membres n’a fait que freiner la réforme par des orientations communes publiées en mars.
Il y a quelque temps encore, on avait l’impression que le nouveau gouvernement allemand reprenait la position « nein » du précédent gouvernement, mais depuis, Mme Merkel s’approche par petits pas la France.
Ainsi, pour la France, elle est trop réticente, mais pour le groupe Hansa trop enthousiaste. C’est pourquoi, le conseil européen ne promet rien de bouleversant.
Tant que les dirigeants ne se mettront pas d’accord sur les objectifs et les moyens pour améliorer l’union monétaire, celle-ci restera en mauvais état.
IS

Droits de douanes américains

Propos de Mme Virolainen
Selon la ministre du Commerce extérieur, Anne-Mari Virolainen, l’OMC pourrait intervenir concernant les droits de douanes américaines, mais le processus serait lent et le résultat peu sûr.
« Je ne pense pas qu’on pourrait y obtenir une quelconque décision avant les autres démarches. Je considère les deux autres mesures européennes s’efforçant de garantir un équilibre et une protection, comme plus rapides et plus précises », a-t-elle dit.
La ministre s’étonne de la volonté des Etats-Unis de faire obstacle au travail de l’organe de saisine en matière de plaintes alors qu’ils sont un Etat fondateur de l’organisation. Rien ne semble suffire aux Etats-Unis, regrette-t-elle.
Mme Virolainen souligne que malgré les mesures de rétorsion, l’UE continuera de négocier avec les Etats-Unis, qui est un partenaire de longue date en matière de commerce et d’investissements. Pour elle, il serait dans les intérêts des Etats-Unis de rechercher une solution qui serve aux deux parties.
KL/A7

Défense

Propos du ministre Niinistö sur l’acquisition HX
« En ce qui concerne les problèmes que représentent les différents avions de combat multi rôle, candidats pour l’acquisition finlandaise, un civil n’a pas intérêt à trop s’y pencher car certains fabricants en parlent plus ouvertement que d’autres. Par exemple le F-35, beaucoup critiqué, a ouvertement exposé ses problèmes alors que d’autres constructeurs n’évoquent aucun obstacle », déclare le ministre de la Défense Jussi Niinistö (Avenir bleu) dans Kauppalehti.
Le journaliste Markku Huusko (Almamedia) s’étonne d’entendre le ministre prononcer le nom d’un des candidats. Surgit la question de savoir s’il s’agit de son candidat préféré, mais ce n’est qu’une impression. « J’ai encouragé tous les hommes politiques à ne pas préférer ouvertement tel ou tel type d’appareil ou fabricant », assure le ministre.
En 2012, le président du parlement, Eero Heinäluoma (social-démocrate), avait évoqué la solution du suédois Jas Gripen ce qui a fait la grande joie des médias suédois. Par la suite il a été suivi par le président de la commission parlementaire des affaires étrangères, Matti Vanhanen (centre) et, plus récemment, durant la campagne présidentielle de cette année par la candidate de l’alliance des gauches, Merja Kyllönen.
« Je trouve ces prises de position plutôt irréfléchies », commente le ministre Niinistö.
« La décision sera prise en 2021 et même si Niinistö rêve d’être le ministre de la Défense qui le jour venu présentera la décision HX au futur gouvernement, il y a des chances qu’on n’y verra plus de représentants de l’Avenir bleu », remarque le journaliste de Kauppalehti.
KL5.6/A10

L’armée teste un viseur intelligent israélien
La défense nationale vient de tester des viseurs intelligents montés sur des fusils d’assaut qui ont pour but de faire de tout tireur un tireur d’élite.
Il s’agit du produit israélien Smart Shooter qui a organisé un évènement de démonstration en Finlande. La défense nationale n’a cependant pas de projet d’acquisition concernant ces appareils.
HS1.6/A15

Politique intérieure

Réforme de la santé et des affaires sociales

« La modification des projets a commencé » HS
La commission des affaires sociales et de la santé a commencé hier son travail pour modifier les projets de lois conformément aux exigences de la commission des Affaires constitutionnelles, rapporte Helsingin Sanomat. Elle devrait se réunir toute la semaine jusqu’à jeudi ; vendredi il n’y a pas de réunion en raison des congrès des partis politiques.
Lundi se sont aussi réunis les ministres chargés de piloter la réforme qui doivent eux aussi préparer, avec les ministères, la modification des projets de lois.
Aamulehti estime qu’il est impossible à l’heure actuelle de dire combien de temps sera nécessaire à la commission des Affaires sociales et de la santé pour son travail.
HS

Le Premier ministre confiant
Dans une interview accordée à Yle le Premier ministre a déclaré qu’il était confiant que la réforme puisse être menée à bon port. Il a envisagé que les élections régionales puissent être organisées début 20129 et que loes élections législatives soient repoussées d’avril à fin mai pour se tenir en même temps que les Européennes.
HS

Tampere adopte une déclaration critique
Comme Helsinki il y a un mois, la municipalité de Tampere a adopté, hier, une déclaration critique sur la réforme Sote.
AL

Editorial
« Le Parlement a assumé sa part de responsabilité dans la surveillance du respect de la constitution » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat se félicite du travail de la commission constitutionnelle pour contrôler la constitutionnalité du projet de réforme des services sociaux et de la santé. Les difficultés du gouvernement actuel et précédent ont été dus aux problèmes et contradictions des orientations politiques et non pas à une interprétation trop stricte de la Constitution.
La relation avec la Constitution est devenue plus logique et le gouvernement s’efforce d’éviter qu’une législation aille à son encontre.
L’éditorialiste estime toutefois qu’il serait opportun de moderniser le contrôle par les tribunaux. Il faudrait une instance pour vérifier que la législation en vigueur soit constitutionnelle. Cela n’aurait pas besoin de relever de la commission des affaires constitutionnelles. Les tribunaux pourraient être dotés d’un mandat plus important de contrôle de constitutionnalité a posteriori, à l’instar de la plupart des Etats européens.
L’éditorialiste estime qu’il serait intéressant d’obtenir un avis juridique sur la réalisation du traitement égal des citoyens dans les lois prévues de la réforme sote.
HS/A5

Finances

Le ministère des Finances met en garde devant les risques
Le tabloïd Iltalehti relève que les risques dans l’économie de l’Etat ont augmenté rapidement, ce qui diminue la marche de manœuvre en cas de crises économiques, selon un rapport publié par le ministère des Finances.
Les risques de Finnvera (garanties des exportations) s’élèvent déjà à 27,7 milliards d’euros.
La dette publique a presque doublé durant les dix dernières années ; fin 2017 elle a été de 105 milliards d’euros et s’élèvera, selon les estimations du gouvernement, à 108 milliards d’euros d’ici fin 2018.
IL

Lundi 4 juin

Politique étrangère et européenne

Présidence

M. Niinistö a critiqué M. Soini et a évoqué les droits de douane sur l’acier
Selon Aamulehti, le Président Sauli Niinistö a critiqué, dans une interview de Talouselämä, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini qui avait déploré sur son blog le résultat du référendum irlandais sur l’avortement et participé, en déplacement officiel, à un évènement Pro Life contre l’avortement au Canada.
Selon M. Niinistö, un ministre ne peut pas se considérer comme une personne privée lors d’une visite à l’étranger, surtout s’il prend position sur un sujet de politique intérieure débattu dans le pays en question.
M. Niinistö a également répondu à une question concernant les droits de douane sur l’acier et l’aluminium. Il estime qu’ils sont très graves du point de vue du commerce et aussi pour les relations transatlantiques.
L’Union européenne devrait toutefois adopter une attitude « sérieuse, tout en gardant son sang-froid ». « Par cela, je veux dire que M. Trump est capable de faire marche arrière, comme nous l’avons vu plusieurs fois », selon le Président.
M. Niinistö admet que l’Union ne pourra probablement pas éviter les mesures de rétorsion.
AL/dim

M. Niinistö au Financial Times : « Les Finlandais ne sont pas favorables à une adhésion à l’OTAN, et je suis Finlandais » Yle
Dans une interview accordée au Financial Times, le Président explique que la possibilité pour la Finlande d’être candidat à l’OTAN renforce déjà la sécurité de la Finlande. Il rappelle que les Finlandais ne sont pas favorables à une adhésion et fait remarquer que lui aussi est Finlandais.
Il exprime son inquiétude pour un délitement de la relation transatlantique.
Yle

Défense

La gestion de crise continue en Irak, davantage de soldats en Afghanistan
La Finlande continue de participer aux opérations de gestion de crise en Irak l’année prochaine avec 80 soldats et renforce ses effectifs dans l’opération équivalente en Afghanistan.
Le président de la République et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité du conseil d’Etat ont pris cette décision vendredi dernier.
Le président et le comité ministériel ont décidé d’augmenter à 60 soldats le nombre des finlandais dans l’opération de gestion de crise de l’OTAN en Afghanistan.
La Finlande compte aujourd’hui 30 soldats en Afghanistan. Le mandat actuel permettrait d’augmenter leur nombre à 40.
KS

La toute fraiche coopération européenne en matière de défense s’élargit
L’agence européenne de la défense située à Bruxelles est dans une position-clef dès lors que l’on démarre de nouveaux projets en matière de défense. « Nous sommes à un stade où les structures de la coopération commencent à se mettre en place », dit le directeur adjoint de l’agence depuis mars dernier, Olli Ruutu.
Selon lui, un grand changement s’est récemment opéré dans les pays européens : « Le but du développement des talents consiste précisément à protéger l’Europe. Il ne s’agit plus uniquement des opérations de gestion de crises ».
Alors que les 25 pays de l’UE entament leur coopération, le président Emmanuel Macron fait avancer son projet d’initiative européenne d’intervention européenne.
Le projet semble faire concurrence à la coopération européenne de défense, notamment parce que l’Union possède déjà ses propres troupes de combat, estime Keskisuomalainen. « Tous les projets ne se réaliseront pas forcément dans le cadre de l’UE mais ils tendent à améliorer la capacité de défense européenne. De ce point de vue ils ne sont pas contradictoires. Il convient néanmoins de s’assurer que les projets se soutiennent mutuellement. »
Les pays européens n’ont pas encore pris la décision de savoir si les pays non membres de l’UE pourront participer à la coopération structurée permanente. L’activité de la France pourrait véhiculer un désir de garder la Grande-Bretagne dans le projet alors que celle-ci est en train de sortir de l’UE, estime Keskisuomalainen.
KS4.6/14

Budget européen – Politique agricole Commune

Les coupes proposées par la Commission européenne s’élèveraient à 420 millions concernant la Finlande
Selon le ministre de l’Agriculture, il s’agira de tenter de les rejeter
Le ministre de l’Agriculture, Jari Leppä (Centre), dit que la Finlande envisage de sonder les autres Etats membres pour trouver du soutien dans le but de faire tomber les coupes proposées par la Commission européenne. Il estime que les coupes sont plus importantes que ce à quoi la Finlande s’était attendue. Il estime, à l’instar du Premier ministre Juha Sipilä, que la Finlande ne pourra pas accepter les coupes telles que proposées par la Commission.
M. Leppä estime que la Finlande pourra se féliciter toutefois du fait que les conditions climatiques des régions septentrionales auront été prises en compte. Cela permettra de poursuivre la culture dans la région septentrionale, ce qui concerne la Finlande.
La confédération des producteurs agricoles, MTK, estime que la proposition de la Commission signifie que les agriculteurs finlandais devraient payer pour le déficit engendré par le Brexit. Il lui serait impossible d’accepter les nouvelles exigences dans le contexte d’une extrêmement mauvaise rentabilité.
La confédération rappelle que la politique proposée mettrait en danger le travail entrepris depuis longtemps en faveur de la protection environnementale et du bien-être des animaux. Le président de la MTK, Juha Marttila estime qu’avec l’augmentation des exigences bureaucratiques, les cultivateurs risquent de s’épuiser. Pour lui, les conditions d’obtention d’aides sont trop détaillées. Selon la MTK, la Finlande ferait partie des Etats membres qui souffriraient proportionnellement le plus des coupes.
Le ministre Leppä rappelle de son côté que les sanctions russes et les pertes engendrées par la dernière récolte se voient toujours dans le secteur.
Durant la période de 2021 à 2027, la Finlande perdrait 420 millions d’euros au total, dont 80 millions sous forme d’aides directes et 330 millions d’euros dans le cadre des aides au développement des régions rurales.
Anneli Jäätteenmäki, députée européenne centriste, se déclare inquiète en matière de possibilités de garantir la sécurité alimentaire finlandaise et européenne. Elle rappelle, elle aussi, la situation économique difficile des fermes.
KS/sam/14, AL/sam/A10, HS/sam/A10

Editorial : « La Commission est sur la bonne voie » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la proposition concernant le budget européen, donnée par la Commission européenne il y a un mois, est un pas dans la bonne direction. Il s’agirait de couper les subventions des anciennes politiques. Les projets qui promeuvent un changement souffriraient moins de coupes ou bénéficieraient de plus d’aides.
L’éditorialiste note que la sécurité, la surveillance frontalière, le développement de l’intelligence, la recherche et les échanges estudiantins – domaines qui représentent l’avenir et le progrès – obtiendraient plus de crédits.
HS/sam/A5

Politique intérieure

Réforme de la santé et des affaires sociales

« La commission s’est contentée de critiques sérieuses » HS
« La réforme à nouveau retoquée pour des questions constitutionnelles » AL
La commission des Affaires constitutionnelles a rendu vendredi son rapport sur la réforme des services sociaux et de santé. Elle exige des modifications du projet mais considère que ces modifications pourront intervenir en commission.
La commission des Affaires constitutionnelles estime que la nouvelle version du projet qui lui a été présenté prenait mieux en compte la constitution que l’année dernière mais qu’il y avait encore des modifications (une vingtaine, dont la plupart sont purement technique mais certaines ont aussi des conséquences politiques) nécessaires.
La commission estime que la réforme présente un calendrier d’entrée en vigueur des différentes phases trop serré ce qui pourrait conduire à des risques voire mettre en danger la sécurité des patients. Elle souhaite donc que le projet prévoie une entrée en vigueur progressive des réformes.
D’autre part, la commission exige que la loi sur le financement soit modifiée de telle manière qu’il garantisse un financement suffisant des services de santé, surtout en cas de situation exceptionnelle.
Enfin, la commission estime qu’il ne faut pas que l’ouverture à la concurrence des services s’effectue avant que l’on ait vérifié auprès de l’UE que le système prévu ne contrevienne pas aux règles européennes sur les aides publiques.
HS AL

Le gouvernement confiant dans le fait que la réforme progresse
Les responsables des partis de la coalition ont exprimé leur satisfaction. Le Premier ministre Juha Sipilä a assuré que les modifications exigées par la Commission des Affaires constitutionnelles seraient réalisées.
Le Président du Rassemblement national Petteri Orpo a souligné, concernant les critiques sur le calendrier des phases de la réforme que son part n’accepterait pas que les régions soient créées maintenant et que l’ouverture à la concurrence soit renvoyée à des années après. « C’est un paquet », a-t-il souligné.
HS

Débat sur le calendrier parlementaire
Le constitutionnaliste Juha Lavapuro estime qu’il est peu probable que la réforme puisse être votée avant l’été. Selon lui, les modifications exigées par la Commission des Affaires constitutionnelles nécessiteront un long travail parlementaire.
D’abord la commission des Affaires sociales et de la santé doit étudier le rapport de la Commission des Affaires constitutionnelles mardi ou mercredi. Il faut ensuite attendre les commentaires du gouvernement, ce qui prendra une semaine ou deux. Il faut ensuite que la commission des Affaires sociales boucle le nouveau projet et le soumette à la Commission des Affaires constitutionnelle qui consultera des experts avant de rendre son rapport. Ce n’est qu’ensuite que la commission des Affaires sociales pourra présenter son projet en séance plénière.
Helsingin Sanomat estime que ce travail parlementaire risque de dépasser la date fixée actuellement pour les sessions parlementaires soit le 5 juillet. Il est possible de rallonger la session en juillet. Le quotidien estime toutefois qu’il est aussi possible que les projets ne soient votés qu’en septembre et entrent en vigueur en octobre.
Par ailleurs, la question de la conformité de la réforme au droit européen demeure. La commission demande à ce que les risques en la matière soient levés. Cela pourrait signifier que le gouvernement adresse une notification à la Commission ; mais il faudrait alors attendre la réponse plusieurs mois.
HS KS AL

Partis politiques

Selon un sondage récent, le PSD est encore en tête
Le tabloïd Iltalehti et Uusi Suomi, journal en ligne, rendent compte des résultats d’un sondage sur les partis politiques, effectué en mai.
Le Parti social-démocrate est encore en tête avec un score de 21,2 %, suivi du Rassemblement national, qui a obtenu 19,5 %.
Le Centre a chuté à 15,1 %. L’Alliance verte arrive quatrième avec 13,1 % des intentions de vote.
IL, uusisuomi.fi

Parlement

Les députés ne sont pas favorables à la création d’une cour constitutionnelle
Aamulehti rapporte que selon un sondage effectué auprès des députés, 85 % souhaitent garder la commission des lois constitutionnelles du Parlement et seulement 9 % sont favorables à la création d’une cour constitutionnelle. 6 % ne se sont pas exprimés.
108 députés sur 200 ont répondu au sondage, sont 65 % des députés membres et suppléants de la commission des lois constitutionnelles.
AL/dim/A10

France – Finlande

Musique

Charlotte Gainsbourg au festival Flow
Helsingin Sanomat publie une interview de Jane Birkin et Charlotte Gainsbourg qui se sont produites au festival Primavera Sound à Barcelone.
Charlotte Gainsbourg sera au festival Flow d’Helsinki le 11 août.
HS

Cinéma

Masterclass d’Olivier Assayas à Sodankylä
Le réalisateur Olivier Assayas fera une masterclass sur Ingmar Bergman au festival du Soleil de minuit qui a lieu à Sodankylä du 13 au 17 juin.
Hbl

Vendredi 1er juin 2018

Politique étrangère et européenne

Droits de douane sur l’acier et l’aluminium

Propos de Mme Virolainen
Hufvudstadsbladet relève que selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, la ministre du Commerce extérieur et du Développement Anne-Mari Virolainen déplore la décision de M. Trump concernant les droits de douane sur l’acier et l’aluminium.
« Les arguments qui motivent des restrictions sont artificiels, parce que les exportations de l’acier ou de l’aluminium de l’Union européenne ne menacent aucunement la sécurité nationale des Etats-Unis. Les droits de douane ne pourront pas non plus résoudre le problème de la surproduction. Il s’agit d’un problème qui doit être résolu dans les forums internationaux indépendamment de la décision américaine », selon Mme Virolainen.
HBL/10

Politique intérieure

Réforme de la santé et des affaires sociales

« Le Premier ministre Juha Sipilä a confiance » AL
Dans une interview accordée à Aamulehti a déclaré qu’il avait confiance dans sa réforme des services sociaux et de santé. Selon lui, les régions se préparent déjà bien à cette réforme.
Il attend avec sérénité le rapport de la commission des Affaires constitutionnelles et a une entière confiance dans le président du rassemblement national Petteri Orpo et le président du groupe parlementaire Kalle Jokinen qui ont assuré que le projet serait mené à bon port.
AL

« La commission du contrôle budgétaire du parlement voit des risques dans la réforme » HS
La commission du contrôle budgétaire du Parlement a rendu son avis sur le projet de loi d’ouverture des services sociaux et de santé à la concurrence. Elle souligne que le projet contient de nombreux risques et que notamment les effets budgétaires de cette réforme ne sont pas suffisamment connus.
HS

Présidence

M. Niinistö aura une petite opération cet été
Selon Helsingin Sanomat, Yle a demandé et obtenu le dernier certificat médical du Président Sauli Niinistö. Son état de santé est bon.
Le Président aura toutefois une petite opération cet été et la période de convalescence serait d’environ une semaine. Pendant cette période il pourra travailler mais pas voyager.
Le caractère ou la date de l’opération n’ont pas été précisés.
HS/A17

Nomination

Mme Kiviniemi quittera l’OCDE pour diriger l’Association du commerce
Aamulehti rapporte que Mari Kiviniemi, secrétaire générale adjointe de l’OCDE depuis 2014, est nommé directrice générale de l’Association finlandaise du commerce à partir du 1er janvier 2019.
Mme Kiviniemi a été Première ministre en 2010-2011, députée du Centre en 1995-2014 et présidente du Centre en 2010-2012.
AL/A16

Energie nucléaire

L’autorisation d’exploitation des deux premiers réacteurs d’Olkiluoto sera prolongée
Helsingin Sanomat relève que STUK a décidé de prolonger d’ici 2038 l’autorisation d’exploitation des deux premiers réacteurs d’Olkiluoto. Le premier réacteur a été construit en 1978.
Le gouvernement prendra ensuite sa décision à ce sujet.
HS/A34

publié le 06/07/2018

haut de page