Juin 2017

Vendredi 30 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Défense – Royaume-Uni

« Selon le ministre britannique de la Défense, la Finlande peut demander l’aide de Londres » AL TS
Alors que la Finlande a annoncé qu’elle rejoignait les troupes rapides britanniques JEF (Joint expeditionary force), Aamulehti et Turun Sanomat publient une interview du ministre britannique de la défense Michael Fallon.
La Finlande va en effet signer aujourd’hui à Stockholm l’accord pour rejoindre les troupes d’action rapide britanniques JEF.
M. Fallon souligne que les troupes JEF sont déployables plus rapidement et plus souplement que les troupes d’action rapide de l’OTAN ou de l’UE.
Il explique aussi que la Grande-Bretagne veut approfondir sa coopération bilatérale de défense avec la Finlande.
Interrogé sur une intervention britannique en cas de menace contre la Finlande, il répond : « Nous nous aiderons mutuellement. La réponse est donc oui. La Finlande n’est pas seule, ni ne doit être seule ».
Les Britanniques ont créé les JEF en 2014 avec les Pays-Bas, les pays baltes, le Danemark et la Norvège. Aujourd’hui la Finlande et la Suède rejoignent ce groupe.
« Nous sommes des pays qui partageons le même esprit et nous avons travaillé ensemble dans l’UE. Malheureusement ceci arrivera à terme dans deux ans. Nous allons quitter l’union politique et c’est pourquoi nous renforçons notre partenariat de défense. Nous sommes un pays leader en Estonie où l’OTAN a renforcé sa présence, mais nous construisons aussi ces troupes JEF plus petites et pratiques. Il est à attendre que notre coopération de défense avec la Finlande augmente », déclare le ministre Fallon.
« J’espère que ces troupes JEF vont rassurer des pays comme la Finlande et la Suède. Par ce biais ils disposent de troupes amies prêtes à agir et à aider », dit-il.
Le directeur politique du ministère de la défense Janne Kuusela déclare que « si la Finlande veut avoir de l’aide [en cas de menace], elle doit mettre en place les moyens en période de calme ».
Aamulehti rappelle que la nouvelle législation permettant à la Finlande de recevoir et prodiguer une assistance militaire entre en vigueur au 1er juillet.
AL TS

Point de vue
« Un grand pas vers l’Ouest » AL TS
Lauri Nurmi qui a réalisé l’interview de M. Fallon, estime que l’entrée de la Finlande dans les troupes JEF est un « grand pas vers l’Ouest en matière de politique de sécurité ». « Il faut arrêter de dire que la Finlande et la Suède sont dans une position trouble entre l’OTAN et la Russie.
Il souligne que le ministre britannique a utilisé le même lexique à propos de la Finlande, « reassurance » que celui des Américains à propos des baltes avec leur programme « European reassurance initiative ».
Il estime que l’on n’avait pas précédemment entendu un ministre de la défense d’une puissance occidentale dire que la Finlande n’est pas seule et ne doit pas l’être.
AL TS

Défense – Allemagne

« M. Jussi Niinistö commente l’accord avec l’Allemagne » US
Uusisuomi rapporte que, en marge du sommet de l’OTAN, la Finlande et l’Allemagne ont signé un accord bilatéral sur le cadre de leur coopération de défense.
Selon le ministre finlandais de la défense, cet accord est motivé par la promotion des projets actuels et la recherche de nouveaux projets avec l’Allemagne.
« Les domaines de coopération cités dans cet accord cadre couvrent largement le péri, y compris le dialogue politique, le développement des capacités, l’échange d’informations, la coopération dans les organisations internationales, la recherche et la coopération dans le domaine du matériel. Cet accord cadre n’est pas juridiquement contraignant. Il témoigne de l’engagement politique des parties pour approfondir la coopération », selon le ministère.
En plus de cet accord cadre, la Finlande a signé une lettre d’intention sur la participation au fonctionnement du groupe de nation cadre dirigé par l’Allemagne. L’objectif est de développer une capacité plurinationale européenne et de former des troupes par exemple pour des opérations de gestion de crise.
« En matière de coopération de défense, le principal est toujours de renforcer notre capacité de défense nationale et la Finlande doit donc profiter des possibilité d’exercice tout en gardant à l’esprit que le travail principal est de construire une défense nationale crédible en Finlande, déclare le Ministre Jussi Niinistö.
« L’accord bilatéral avec l’Allemagne rend possible l’approfondissement de la coopération avec l’Allemagne dans de nombreux domaines. Les domaines potentiels de coopération sont les menaces cyber où l’Allemagne investit beaucoup durant les prochaines années, ainsi que les autres domaines de développement de la défense nationale. Je pense qu’il faut mettre aussi la Finlande dans le sillage du moteur économique de l’Europe », dit M. Niinistö.
Par ailleurs la Finlande aussi signé une lettre d’intention pour rejoindre le groupe de travail de l’OTAN sur l’approfondissement de la coopération en matière d’acquisition et de fabrication de munitions pour l’armée de terre.
Uusisuomi

Finlande – Allemagne

MM. Sipilä et Lipponen aux obsèques d’Helmut Kohl
Keskisuomalainen rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä et l’ancien Premier ministre Paavo Lipponen participeront aux obsèques de l’ancien chancelier fédéral allemand Helmut Kohl demain à Strasbourg en France.
Helmut Kohl est décédé le 16 juin à Ludwigshafen à l’âge de 87 ans.
KS/17

Ministère des Affaires étrangères

Mme Urpilainen nommée représentante spéciale pour la paix
Selon Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a nommé Jutta Urpilainen, députée du PSD et ancien présidente du parti, comme sa représentante spéciale dans la médiation de la paix. Mme Urpilainen s’occupera surtout de l’amélioration de la situation des femmes et des jeunes en Afrique.
Mme Urpilainen remplacera Pekka Haavisto, député de l’Alliance verte, qui a été nommé candidat présidentiel de son parti. La tâche de Mme Urpilainen n’est pas rémunérée et elle continuera comme députée.
KS/17

FAO

La Finlande sera membre du conseil de l’administration de la FAO
Keskisuomalainen relève que la Finlande représentera les pays nordiques au conseil de l’administration de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture pendant trois ans à partir du début juillet.
La Finlande souligne l’importance de la sécurité alimentaire et l’usage durable des ressources naturelles. La Finlande propose que l’an 2020 soit nommé année de la santé des plantes.
Selon Jari Leppä, ministre de l’Agriculture et de la Sylviculture, se félicite de la participation finlandaise au conseil d’administration de la FAO qui est « une occasion d’évoquer au niveau international les thèmes importants pour la Finlande, ainsi que l’expertise finlandaise ».
KS/17

Coopération au développement

Selon un sondage, 85 % des Finlandais favorables à la coopération au développement
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus, 85 % des Finlandais estiment que la coopération au développement est très importante ou assez importante, contre 79 % en 2016.
Les Finlandais sont favorables surtout à l’amélioration de la situation des femmes et des jeunes filles.
59 % des personnes interrogées estiment que le niveau actuel de l’aide au développement est suffisant, 23 % souhaitent une augmentation et 15 % préfèrent une diminution.
HS/A26

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La réforme corrigée
Le calendrier de la réforme revu
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement devra modifier sensiblement son projet de réforme des services sociaux et de santé.
En effet, la commission des affaires constitutionnelles a jugé que le projet du gouvernement contenait quinze points qui étaient en contradiction avec des principes constitutionnels.
Le projet du gouvernement prévoit la création de régions auxquelles seront transférées des communes les services sociaux et de santé et cela devrait intervenir au 1er janvier 2019. De plus, ces services seraient ouverts à la concurrence avec les prestataires privés.
Si l’on n’en revient pas au point de départ, le gouvernement devra revoir sa copie pour ce qui est de la réforme des services sociaux et de santé, ce qui prendra du temps.
Le sous-secrétaire d’Etat en charge de la réforme, Tom Pöysti estime que le projet revu ne pourra pas être prêt avant novembre.
En effet, la commission des affaires constitutionnelles exige d’importants changements. Néanmoins, ces changements ne concernent pas le projet de loi sur les régions qui peut donc être étudié de suite par le Parlement.
C’est là que réside le problème politique : peut-on étudier au Parlement le projet de loi créant les régions et plus tard seulement le projet de loi sur la réforme des services sociaux et de santé ?
Or, si on fait attendre le projet de li sur les régions, il ne sera pas possible d’organiser les premières élections régionales en même temps que la présidentielle en janvier 2018.
Et si l’on reporte les élections régionales, il se peut alors que l’on n’arrive pas à disposer de régions fonctionnant début 2019. En effet, l’idée était que les conseils régionaux aient le temps de prendre les décisions nécessaires en 2018 avant l’entrée en vigueur de la réforme en 2019.
Ce qui complique encore la chose c’est que cette réforme repose sur un compromis politique : le parti du centre voulait un découpage de 18 régions et le parti du Rassemblement national voulait l’ouverture des services à la concurrence privée.
HS relève que les députés du Rassemblement national ont souvent été mis en minorité lorsqu’il a fallu voter sur certains sujets dans la commission.
Les critiques principales de la commission concerne l’obligation de transformer en entreprises les prestataires publics de services sociaux et de santé ainsi que le calendrier prévu par le gouvernement.
Les présidents des partis de la coalition gouvernementale ont prévu de se réunir aujourd’hui pour évoquer le sort de la réforme.
HS

Gouvernement

Selon un sondage, M. Orpo est plus populaire que M. Sipilä pour le poste de Premier ministre
Keskisuomalainen publie les résultats d’un sondage effectué pour le Parti des citoyens, parti fondé par le parlementaire européen Paavo Väyrynen, ancien député et président du Centre, sur la popularité de différents politiciens en vue du poste de Premier ministre.
Petteri Orpo, président du Rassemblement national, est le plus populaire (30,6 %), suivi du Premier ministre Juha Sipilä (26,4 %), du président du PSD Antti Rinne (15,3 %), du président de l’Alliance verte Touko Aalto (8,3 %), du président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho (8,3 %), de M. Väyrynen (6,9 %) et de la présidente du Parti suédois Anna-Maja Henriksson (4,2 %).
Le sondage a été effectué auprès de 1 004 personnes par l’institut Taloustutkimus entre le 19 et le 28 juin.
KS/17

Emploi

Projet de loi sur le temps de travail plus flexible
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a l’intention de mettre en œuvre son projet pour une nouvelle loi sur le temps de travail même si les partenaires sociaux ne sont pas d’accord sur le projet de loi.
Le temps de travail maximal augmenterait de 40 à 48 heures par semaine et le nombre maximum d’heures supplémentaires de 250 à 384 heures.
Dans la plupart des conventions collectives actuelles, le temps de travail hebdomadaire est inférieur à 40 heures, par exemple 37,5 heures par semaine ou même moins.
HS/A12

Jeudi 29 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande - Chine

Editorial : « L’importance de la Chine pour la Finlande augmente » TS
Alors que la visite du Premier ministre Juha Sipilä en Chine se termine, Turun Sanomat relève que l’importance de la chine pour l’économie finlandaise ne cesse de croître.
Au début de l’année, les exportations vers la Chine ont augmenté de 43%. Le nombre de touristes chinois en Finlande a augmenté de 29% l’année dernière.
Et la Chine investit aussi en Finlande, entrant dans la liste des dix plus grands investisseurs en Finlande l’année dernière. Depuis le début du siècle, la Chine a investi 6,9 milliards d’euros en Finlande, n’étant dépassé que par l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et la France, écrit TS.
TS

Finlande – Etats-Unis

Mme Lohela à Washington
Helsingin Sanomat rapporte que la présidente du Parlement Maria Lohela effectue actuellement une visite aux Etats-Unis avec les autres présidents des parlements nordiques et baltes.
Les présidents des parlements nordiques et baltes ont eu hier un entretien avec le président de la chambre des représentants Paul Ryan, ainsi qu’avec la dirigeante de l’opposition Nancy Pelosi.
Mme Lohela a évoqué les questions environnementales et climatiques lors des entretiens, souhaitant que les Etats-Unis poursuivent la coopération avec d’autres Etats dans la protection de l’environnement, notamment dans la région arctique. M. Ryan a souligné que les Etats-Unis étaient en train de développer des innovations en matière de technologie propre.
Selon Mme Lohela, les Américains se sont intéressés aux vues des présidents des parlements nordiques et baltes sur la Russie. Mme Lohela a souligné que la Finlande était engagée par la politique européenne en la matière et maintenait également les relations bilatérales avec la Russie.
Mme Lohela estime « qu’en Finlande nous portons peut-être trop d’attention aux propos et aux tweets de M. Trump. Les Etats-Unis ont une grande administration avec des fonctionnaires expérimentés. Beaucoup de choses vont progresser malgré le président ».
HS/A22

Attaque informatique

Peu de victimes en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que l’attaque informatique qui a frappé le monde entier ces derniers jours a fait peu de victimes en Finlande à ce jour. « Pas même quelques dizaines », selon l’agence de la Communication, rapporte HS qui cite le PDG de l’entreprise pharmaceutique MSD Finland touchée par le virus.
HS

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

L’autorité de concurrence s’inquiète
Selon Helsingin Sanomat, plusieurs spécialistes sont favorables à l’idée de ne pas obliger les régions à créer des entreprises prestataires de services sociaux et de santé.
Le sous-secrétaire d’Etat Tuomas Pöysti, chargé de diriger la réforme, estime aussi que les modèles du libre-choix fonctionnent bien même sans l’obligation à créer des entreprises prestataires.
Le professeur Mats Brommels, qui a développé le modèle finlandais du libre-choix, n’avait pas proposé l’obligation pour les régions de créer des entreprises prestataires.
Juhani Jokinen, directeur général de l’autorité en matière de concurrence, estime que la chose n’est pas aussi simple du point de vue de la concurrence. Selon M. Jokinen, l’obligation de créer des entreprises prestataires serait un bon modèle du point de vue de la neutralité de la concurrence.
Selon Ulla-Maija Rajakangas, directrice du patronat des entreprises privées du bien-être, les entreprises publiques et privées ne seront pas dans la même situation sans l’obligation de créer des entreprises prestataires parce que les acteurs publics ne payent pas la TVA ou la taxe foncière ou ne peuvent pas faire faillite.
HS/A10

Editorial : « Attention de ne pas aller trop vite » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti relève que la réforme des services sociaux et de santé se heurte à la constitution et met en garde le gouvernement contre la volonté de passer en force pour rapidement imposer la liberté de choix, soit l’ouverture des services à la concurrence privée. Pour l’éditorialiste, le gouvernement aurait peut-être intérêt à faire une pause.
AL

Terrorisme

La police a publié une vidéo pédagogique sur YouTube
Helsingin Sanomat relève que la police a publié mercredi une vidéo en finnois et en suédois sur YouTube pour expliquer comment agir en cas d’une attaque terroriste ou autre situation avec une menace grave de violence.
La police donne des conseils aux citoyens dans telles situations sur la vidéo intitulée « Fuit, cache-toi, alerte ».
HS/A14

Economie

Participations de l’Etat dans les entreprises

Solidium renforce sa participation dans Stora Enso
Solidium qui gère les participations de l’Etat dans les entreprises a vendu des actions R (sans droit de vote) et acheté des actions A dans Stora Enso.
Désormais, l’Etat finlandais, par le biais de Solidium est, à égalité avec la famille suédoise Wallenberg, le premier actionnaire avec 27,3% des droits de vote.
Ensemble, ils ont donc la majorité des voix.
HS

UPM

UPM investit des centaines de millions dans ses usines de cellulose
Kauppalehti rapporte que le géant du bois-papier UPM continue à investir des centaines de millions dans ses usines de cellulose, notamment celles de Kymi et de Kuusankoski.
Depuis 2013, UPM a augmenté sa capacité de production de cellulose de plus de 500 000 tonnes, rapporte Kauppalehti qui relève que la demande dans ce secteur ne cesse d’augmenter. UPM a quatre usines de cellulose dont trois en Finlande et une en Uruguay pour une capacité de production de plus de 3,6 millions de tonnes et des effectifs d’environ 1500 personnes.
UPM a aussi augmenté sa consommation de bois. Les usines de Kymi et Kaukas utilisent principalement du bouleau venant de Russie.
En un an, l’action d’UPM a augmenté de 57%.
KL

Capital-risque

La Finlande attire le plus de capital-risque en Europe
Durant les années 2012 – 2016, c’est en Finlande que l’on a fait le plus d’investissements dans les startups et les jeunes pousses en Europe selon l’association finlandaise du capital-risque. La Finlande attire deux fois plus de capital risque que la moyenne des pays européens.
HS

Restructurations

Oulu s’est bien remis de l’après-Nokia
Helsingin Sanomat relève que la Finlande sort d’une période de récession et qu’une ville comme Oulu témoigne par sa vitalité retrouvée de ces rebonds.
Oulu était un centre important pour Nokia qui y employait directement et indirectement jusqu’à 14 000 personnes en 2001, soit 16% de la main d’œuvre employée de la région. Au début du siècle ce sont d’abord les sous-traitants qui ont délocalisé leur production, puis Nokia qui a vendu sa branche téléphone mobile à Microsoft. En 2009 – 2014, ce sont 3500 personnes qui ont été licenciées dans ce secteur et le taux de chômage de la région est monté jusqu’à 18%.
Mais la réaction dans la région d’Oulu a été meilleure qu’ailleurs dans le pays : la ville, l’université, l’agence de l’économie et de l’emploi et le VTT ont promu la création d’entreprises plutôt que les aides aux industries condamnées, en application du principe de destruction créatrice.
Les investisseurs étrangers et finlandais ont utilisé ce qui était le capital le plus riche de la région, une main d’œuvre compétente. Des centaines de nouvelles entreprises ont été crées ces dernières années et il y a plus d’emplois à forte valeur ajoutée dans le domaine des technologies de l’information et de la communication qu’avant dans la région, se félicite HS.
HS

De nouvelles entreprises à Tampere sur les cendres de Nokia
Aamulehti rapporte que depuis la crise financière de 2008, Tampere, qui est la ville de la création de logiciels en Finlande, a été plus touchée que le reste du pays. Le taux de chômage est même monté jusqu’à 19% en 2015.
Le quotidien rapporte que, lorsque Nokia a vendu sa branche téléphone mobile à Microsoft, de nombreux ingénieurs spécialistes de l’Open source et de Linux ont quitté l’entreprise.
Aamulehti rapporte l’exemple de Innopalo, entreprise de logiciels créée en 2012 et qui emploie une soixantaine de personnes ou de l’entreprise BHTC qui a créé une filiale à Tampere.
« La disparition de Nokia a finalement été un bien pour la Finlande car cela a libéré un savoir-faire dont on a besoin au seuil de la digitalisation de l’économie », estime Juha Latvala, le PDG d’Innopalo.
AL

Mercredi 28 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Défense

La Finlande rejoint les troupes rapides britanniques
Keskisuomalainen rapporte que la Finlande que la Finlande va rejoindre les troupes rapides britanniques JEF. Cette décision a été préparée en étroite collaboration avec la Suède qui va elle aussi rejoindre ces troupes.
Jusqu’à présent notamment la Norvège et le Danemark ont aussi participé à ces troupes.
KS

Brexit

Tribune : « Le Brexit ne va pas menacer l’avenir des Finlandais du Royaume-Uni » HS
Helsingin Sanomat publie une tribune du Ministre britannique chargé du Brexit David Davis destinée à rassurer les Finlandais sur les conséquences du Brexit.
M. Davis écrit notamment que le Royaume-Uni va « tendre avec l’UE à trouver une solution qui garantira autant pour les Britanniques vivant en Europe que pour les Européens vivant en Grande-Bretagne un traitement équitable ».
Il rappelle que plus de 10 000 Finlandais travaillent en Grande-Bretagne et que les Britanniques souhaitent leur assurer, comme aux autres citoyens européens les mêmes conditions de vie que jusqu’à présent.
HS

Zone euro

« Le mécanisme de crise fonctionne » HS
Helsingin Sanomat a rencontré Elke König, présidente du mécanisme européen de résolution qui était de passage à Helsinki la semaine dernière. Dans son interview Mme Koning assure que désormais la résolution des crises dans la zone euro fonctionne.
HS souligne toutefois que la garantie des dépôts au niveau de la zone euro n’avance pas parce que de nombreux Etats, au premier rang desquels la Finlande et l’Allemagne, sont toujours sceptiques sur toute augmentation de la solidarité financière.
L’interview a été réalisée après que le MRC a réussi dans son opération concernant l’Espagne.
Helsingin Sanomat souligne toutefois que, après la réalisation de cette interview, l’Italie a sauvé deux banques avec l’argent des contribuables. Cette décision a suscité des critiques en Allemagne, écrit HS.
Le ministre finlandais des Finances Petteri Orpo refuse de commenter la situation en Italie. Il rappelle toutefois la position de la Finlande qui est que les crises bancaires doivent être traitées sur la base de la responsabilité des créanciers et non par un sauvetage de l’Etat. « Le point de départ du mécanisme de résolution bancaire est qu’il faut couper le lien entre les banques et les contribuables ».
HS

Point de vue
« La promotion de la solidarité financière va être encore plus difficile » HS
Paavo Teittinen dans Helsingin Sanomat estime que l’épisode récent en Italie aura des conséquences. L’union bancaire européenne venait à peine de se rétablir que sa crédibilité est à nouveau sérieusement attaquée par la décision de l’Italie.
Il critique particulièrement la Commission européenne qui a approuvé l’aide de l’Etat italien à ses banques alors que le mécanisme de résolution bancaire avait estimé que la faillite de ces banques ne menaçait pas le système financier.
« Soit la Commission a des inquiétudes plus profondes sur le secteur bancaire italien, soit elle cherche à obtenir des gains politiques en soutenant le pouvoir en place en Italie – au détriment des objectifs stratégiques de la zone euro. Ces deux explications sont toutefois inquiétantes, surtout que les banques italiennes peuvent à l’avenir avoir à nouveau besoin d’aide. Le prix à payer pour aider les banques italiennes semble donc bien élevé en comparaison de ce que cela rapporte. Cela apporte un grand discrédit à l’union bancaire. Désormais, promouvoir plus de solidarité financière dans la zone euro sera encore plus difficile ».
HS

Editorial : « « Une politique faible, des banques faibles » HS
Helsingin Sanomat estime que l’Italie devrait prendre exemple sur l’Espagne dans la façon de résoudre les crises bancaires dans la zone euro. L’éditorialiste estime que là où l’Espagne a rétabli son secteur bancaire l’Italie n’a rien fait ces dernières années. Aujourd’hui les banques espagnoles sont dans un Etat passable alors que le secteur bancaire italien constitue le maillon faible de la zone euro, écrit HS.
Le sauvetage urgent de deux banques de Vénétie ne suffira pas. Il faut réformer l’ensemble du secteur bancaire en Italie comme cela a été fait en Espagne. Mais il est à craindre que les dirigeants politiques n’en soit pas capable ni dans un avenir proche, conclut HS.
HS

Microsoft - Finlande

Microsoft a supprimé son unité téléphonique
Helsingin Sanomat rapporte que Microsoft confirme que l’entreprise a supprimé son unité téléphonique. Cela signifie que tout le personnel de Microsoft Mobile en Finlande, soit 1 350 personnes, a été licencié et les derniers ont terminé leur travail à la mi-juin.
Microsoft a encore en Finlande une filiale qui vend des services aux entreprises. La filiale donne du travail à environ 200 personnes.
HS/A31

Cyberattaque

La cyberattaque Petya s’est répandue aussi en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon la Direction nationale des communications, l’attaque s’est répandue en Finlande mardi soir mais il n’y a que quelques cas, dont la filiale d’une entreprise internationale.
Selon Jarmo Limnell, professeur en cybersécurité à l’université Aalto, « il semble qu’il s’agit d’une attaque grave qui peut avoir un effet sur les objets importants de l’infrastructure ».
HS/A22

Un « camp de paix » aux îles Åland

Des militants pour la paix russes et suédois arriveront aux îles Åland
Helsingin Sanomat relève qu’un « camp de paix » sera organisé en septembre prochain près de Mariehamn, en même temps que les exercices militaires importants de la Suède et aussi de la Russie.
Il y aura une trentaine de participants suédois et russes. Hannu Himanen, ancien ambassadeur de Finlande à Moscou, estime que l’évènement servira surtout aux intérêts de la Russie.
Selon le chercheur Jussi Lassila de l’Institut des relations extérieures UPI, avec cet évènement la Russie peut montrer qu’elle a des amis dans les pays occidentaux.
HS/A16

Politique intérieure

Parlement

Finances publiques
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a évoqué mardi le projet du gouvernement sur les finances publiques. Pour le gouvernement, la nouvelle prévision sur la croissance économique du ministère des Finances, 2,4 %, est une preuve d’une politique économique réussite du gouvernement. L’opposition souligne que la croissance économique est due à une meilleure situation de l’économie internationale.
Le gouvernement admet dans son projet sur les finances publiques qu’il n’atteindra pas son objectif du taux d’emploi de 72 % ou celui de la baisse de l’écart de viabilité à 0,5 % du PIB. L’objectif de la diminution de l’endettement ne sera pas atteint non plus.
Le ministre des Finances Petteri Orpo est toutefois optimiste. « Il y a clairement un tournant vers le mieux. »
HS/A10

Réforme des services sociaux et de la santé

Propos de M. Orpo
Selon Aamulehti, le ministre des Finances Petteri Orpo a admis mardi devant le Parlement que le modèle de la réforme des services sociaux et de santé obligeant à créer des entreprises prestataires de services sociaux et de santé n’était pas conforme à la constitution. M. Orpo tient fermement au libre-choix des services qui est très important pour le Rassemblement national qui souhaite l’ouverture à la concurrence privée de ce secteur.
Annika Lapintie, présidente de la commission des lois constitutionnelle et députée de l’Alliance des gauches, ne souhaite pas encore commenter les propos de M. Orpo. La commission des lois constitutionnelles doit présenter, avant la fin de la semaine, son avis sur le paquet de lois liées à la réforme.
AL/A8

France - Finlande

Culture

Une pièce finlandaise au festival d’Avignon
La pièce de Kristian Smeds inspirée de crimes et châtiments de Dostoïevski, Sad Songs from the heart of Europe sera jouée 21 fois au festival d’Avignon cet été.
Ce monologue joué par Lissa Sofia Pöntinen sera mise en scène par Jari Juutinen.
HS

Sciences – Education

« Le moniculturalisme nourrit le racisme et la discrimination » HS
Helsingin Sanomat publie une interview de la doctorante française Maïmouna Jagne-Soreau qui vit depuis six ans à Helsinki où elle prépare sa thèse sur la littérature nordique.
Elle prend notamment position, comme elle l’avait fait précédemment dans un article remarqué publié dans le journal Ylioppilaslehti, contre la promotion du multiculturalisme en Finlande.
HS

France

Culture

Exposition Jardins au Grand palais
Hufvudstadsbladet publie une double page sur l’exposition Jardins au Grand palais jusqu’au 24 juillet.
Hbl

Mardi 27 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Chine

M. Sipilä souhaite attirer l’argent chinois en Finlande
Le Premier ministre Juha Sipilä qui effectue du 25 au 30 juin une visite officielle en Chine, a rencontré hier le président chinois Li Jinping.
M. Sipilä considère que de bonnes relations avec la Chine sont très importantes pour la croissance de la Finlande. « Les investissements chinois augmentent et en particulier dans les usines de biocarburants les Chinois ont été actifs. Mais on a aussi parlé d’autres investissements », a déclaré M. Sipilä.
Aujourd’hui M. Sipilä participe avec le premier ministre chinois et le premier ministre suédois au Forum économique mondial qui se tient à Dalian.
KS AL

Politique européenne

Editorial : « C’était la répétition générale du spectacle Macron - Merkel » KL
Kauppalehti estime que, si en politique commerciale l’UE ne marche pas encore à la baguette de Macron, pour la question e l’avenir de l’UE M. Macron a obtenu le soutien de l’Allemagne de Merkel, notamment sur la création d’un budget et d’un ministre des Finances de la zone euro.
L’éditorialiste relève que ces sujets sont difficiles pour la Finlande car ils augmentent la solidarité budgétaire. Il relève que le ministre du Commerce extérieur Kai Mykkänen a exprimé récemment son inquiétude concernant les projets de la Commission notamment en matière d’eurobonds.
L’éditorialiste estime qu’il est probable que Mme Merkel remporte les élections législatives et qu’ensuite l’’intégration risque de s’accélérer à nouveau. Il faudra alors que la Finlande soit active si elle veut avoir une influence sur le cours des choses. « Il y a lieu de se préparer à ce qu’à l’avenir els conseils européens soient un show Merkel – Macron. Le dernier conseil a servi de répétition générale à cela », conclut KL.
KL

Royaume-Uni – Finlande

Le ministre britannique rassure les Finlandais
Kauppalehti rapporte que, lors de sa visite à Helsinki la semaine dernière le ministre britannique du commerce lord Price a rassuré les Finlandais et son homologue Kai Mykkänen.
« Le ministre Price a déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de construire des barrière douanières. Ils vont essayer de maintenir les standards tels qu’ils sont dans l’UE », a déclaré M. Mykkänen. Il souligne que pour la Finlande la priorité est notamment l’industrie du bois-papier et des machines. Il est rassuré que les Britanniques souhaitent conserver les standards européens. « J’espère que nous n’allons pas nous retrouver avec les britanniques dans la même situation qu’avec les Américains. Les PME ne pourront pas se lancer dans un tel jeu », a dit M. Mykkänen.
Le ministre s’inquiète aussi pour la libre-circulation des experts. Il regrette aussi la lenteur des Britanniques : « cela fait un an que l’on attend les réponses aux questions importantes pour la Finlande », souligne-t-il.
Actuellement on négocie surtout sur l’organisation de la sortie britannique de l’UE et aussi du sort de la cotisation du Royaume-Uni.
« Ce sont bien sur des questions e principe difficiles. Mais pour nous, le Royaume-Uni est aussi un pays important pour nos exportations notamment de bois-papier et de machines. Si ces exportations sont menacées, cela sera plus néfaste pour nous que la question du sort de la cotisation britannique », dit M. Mykkänen.
M. Mykkänen espère aussi que le Brexit va permettre d’accélérer certaines négociations au sein de l’OMC et notamment ce qui peut faciliter les règles du commerce digital ou l’accord EGA sur les produits bons pour l’environnement.
KL

Nord Stream

La Finlande silencieuse
La demande de la Commission européenne de négocier au nom des Etats membres sur le gazoduc Nordstream a suscité des réactions contrastées.
Le directeur général du ministère de l’Economie Riku Huttunen estime que la Commission doit encore préciser son projet de mandat de négociation.
Le Ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen a souligné que le gouvernement finlandais n’avait pas encore pris de position sur le sujet.
KS

Russie - Finlande

Les employés de Telegram en Finlande ?
Helsingin Sanomat rapporte que, selon les médias russes, les autorités menacent de fermer le service de messagerie Telegram, fondé par Pavel Durov, qui aurait transféré ses employés en Finlande, près de la frontière russe à Savitaipale. Les journalistes du quotidien sont allés à Savitaipale hier mais n’ont trouvé personne sur place.
HS/A20

Politique intérieure

Parlement

Réforme des services sociaux et de santé et création des communes
Dissensions dans la coalition
Les déclarations de la Ministre de l’Intérieur Paula Risikko (Rassemblement national) sur un report de la réforme des régions sur la commission des Affaires constitutionnelles du Parlement devrait rendre un avis défavorable sur le projet de loi sur la réforme des services sociaux et de santé étaient juste une opinion, selon le député Ben Zyskowicz.
Le député du parti du Centre Matti Vanhanen avait souligné que ces propos pouvaient aussi être interprétés comme un moyen de pression sur la commission des affaires constitutionnelles.
Le Premier ministre Juha Sipilä a exigé que l’on laisse la commission des Affaires constitutionnelles travailler en paix.
KS

Les Vrais Finlandais gagent un nouveau siège
La députée Arja Juvonen Elomaa qui quitté les Vrais Finlandais après le congrès et l’élection de M. Halla-aho a décidé de réintégrer le groupe parlementaire des Vrais Finlandais qui compte désormais 17 députés.
Mme Juvonen n’avait toutefois pas rejoint le groupe de la Nouvelle alternative qui compte donc toujours 19 députés et la coalition peut donc toujours compter sur 105 députés sur les 200 de la chambre, contre 95 pour l’opposition.
yle

Gouvernement

Ministère de l’Emploi et de l’Economie : tentative de retirer les aides à l’intégration des Somaliens
Helsingin Sanomat relève que selon les fonctionnaires du ministère de l’Emploi et de l’Economie, ils ont subi une pression politique en janvier dernier de la part de Sakari Puisto, conseiller du ministre de l’Emploi Jari Lindström.
M. Puisto, qui fait partie des Vrais Finlandais, a voulu supprimer les subventions du ministère à dix organisations, dont deux organisations de Somaliens. Il a dû quitter son poste depuis la scission récente des Vrais Finlandais parce qu’il soutient Jussi Halla-aho.
Le secrétaire général du ministère Jari Gustafsson a été outré des pressions de M. Puisto. M. Gustafsson et le ministre Lindström ont ensuite eu un débat sur les limites de la direction politique du ministère. « Les conseillers politiques n’ont pas le droit de donner des ordres aux fonctionnaires. Les ordres sont toujours donnés par moi », selon M. Gustafsson.
M. Lindström a annoncé lundi au quotidien qu’il était au courant de l’action de M. Puisto qui a « simplement voulu connaître les justifications des subventions accordées aux organisations ». Selon M. Lindström, « il n’y a rien de dramatique et l’affaire est close ».
M. Gustafsson souligne que « les fonctionnaires se sont engagés à défendre les valeurs occidentales, surtout les droits de l’homme et l’égalité et ces valeurs ne peuvent pas être dépassées par les ordres de la direction politique ».
HS/A10-11

Racisme

La police a fermé le camp du mouvement « La Finlande d’abord »
Helsingin Sanomat relève que la police a fermé hier le camp des manifestants du mouvement « La Finlande d’abord » devant la gare principale à Helsinki. La manifestation avait duré pendant quatre mois.
Cette fermeture était motivée par des troubles à l’ordre public.
Le camp des migrants, situé sur la même place, peut être maintenu car il n’y a pas eu de troubles à l’ordre public.
HS/A18

Criminalité

Une pizzeria à Espoo a été incendiée
Helsingin Sanomat rapporte qu’une pizzeria a été incendiée à Leppävaara à Espoo dimanche soir par un cocktail Molotov. La police a arrêté deux personnes dans le voisinage de la pizzeria.
HS/A16

Tourisme

Les touristes russes de retour
Le secteur du tourisme et de la restauration a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 8,5% au premier trimestre. Les nuitées des touristes étrangers ont augmenté de 20%, et même de 80% pour les touristes russes.
HS

Economie

Vie professionnelle

Négociations salariales
Selon Helsingin Sanomat, Riku Aalto, président du syndicat de l’industrie technologique, estime qu’il est encore possible de retrouver un accord commun pour l’industrie exportatrice sur les augmentations salariales lors des négociations de l’automne prochain.
M. Aalto a répondu à Eeva-Liisa Inkeroinen, directrice adjointe du patronat de l’industrie technologique, qui estime que les négociations sur un « modèle finlandais » ont déjà échoué.
HS/A11

Uber
Selon Helsingin Sanomat, un procès contre Uber doit commencer prochainement au tribunal de grande instance d’Helsinki qui prendra mercredi la décision sur une éventuelle saisie conservatoire concernant les biens de Joel Järvinen, directeur d’Uber Finlande.
HS/A16

Lundi 26 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« Les dirigeants européens ont décidé une coopération renforcée en matière de défense – Selon M. Sipilä, l’Allemagne et la France sont les puissants alliés de la Finlande » HS
Les dirigeants européens ont pris la décision politique d’approfondir la coopération de défense conformément aux souhaits de la Finlande, rapporte Helsingin Sanomat. La création d’une coopération structurée permanente est pour le premier ministre Juha Sipilä un grand pas en avant. Il rappelle que dans une déclaration commune avec le Président Hollande l’année dernière il avait appelé de ses vœux une telle coopération structurée. « On ne pouvait peut-être pas à l’époque imaginer que cela pourrait être réalisé dès le mois de juin de l’année suivante. Parfois les choses peuvent avancer rapidement », a-t-il dit.
M. Sipilä souligne que la France et l’Allemagne avancent conformément aux souhaits de la Finlande. « La France et l’Allemagne sont dans ce train. Nous y avons donc des alliés puissants. C’est un sujet sur lequel on avance activement ».
M. Sipilä a déclaré avoir discuté avec le Président Macron et que les deux hommes s’étaient promis de se revoir prochainement pour discuter des modes concrets que pourrait prendre cette coopération de défense. Selon M. Sipilä cela pourrait être utile aussi pour les entreprises finlandaises, y compris les PME, dans le secteur de la défense.
Interrogé sur la signification d’une telle coopération de défense avec la France et l’Allemagne concernant d’éventuelles garanties de sécurité pour la Finlande, le premier ministre a répondu : « Pour la Finlande, l’UE a toujours constitué une coopération de sécurité. Approfondir la coopération de défense est notre priorité depuis longtemps et nous sommes actifs dans ce domaine ».
M. Sipilä souligne que les forces armées finlandaises ont plusieurs objectifs concernant cette coopération structurée : la coopération en matière de technologie spatiale, la protection des voies maritimes, les garanties d’approvisionnement et la coopération en matière cyber.
HS relève que le Président Tusk a rappelé que, selon lui, la coopération signifiait aussi « des missions exigeantes comme les opérations militaires ». Pour la Finlande, l’intérêt pour les opérations de gestion de crise est néanmoins réservé et on regarde plutôt la coopération européenne de défense du point de vue des besoins nationaux. « Je ne sais pas s’il s’agit d’un magasin de bonbons, mais il est vrai que chacun l’évalue à l’aune de ses propres besoins et intérêts et choisi les modules qui l’intéressent », estime M. Sipilä.
HS Yle

« La politique commerciale divise les Etats membres - MM. Sipilä et Macron dans des camps différents » HS
Lors de la seconde journée du conseil européen, les questions de politique commerciale ont été abordées et ont divisé les pays membres, rapportent Yle et HS.
Une partie des Etats membres souhaitaient plus de protection contre la concurrence internationale, les autres voulaient s’en tenir aux principes du libre-échange, écrit Yle. Selon le Premier ministre Sipilä, la ligne de front passe entre le Sud où on souligne l’importance de protection, et le nord où on souligne le libre-échange. Selon M. Sipilä, l’Allemagne est sur ce sujet plus proche de la France que de la Finlande. « Les pays nordiques, les pays baltes et le Benelux doivent renforcer leur coopération sur ce sujet », a dit M. Sipilä.
M. Sipilä a souligné qu’il s’agissait de faibles différences, par exemple de savoir s’il faut « contrôler » ou « analyser » les investissements étrangers. « Les différences portent sur la façon de protéger sa propre industrie. La concurrence doit être libre et loyale, il faut voir sur lequel des deux adjectifs on fait peser la priorité, c’est de cela que l’on a discuté ».
M. Sipilä souligne que l’on n’a pas besoin que la Commission intervienne si un Etat tiers veut investir dans une usine de biocarburants en Finlande.
M. Sipilä a conclu que, en matière de politique commerciale, les principaux alliés de la Finlande étaient la Grande-Bretagne, l’Irlande, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark. Après le Brexit, la Finlande a donc besoin de trouver de nouveaux alliés, a-t-il admis.
HS Yle

Brexit
Helsingin Sanomat souligne que la proposition de Mme May sur les droits des citoyens européens n’a pas été traitée par les dirigeants européens. M. Sipilä a commenté que « les négociations sont traitées sous la direction de M. Barnier et par un front uni d’Etats ». Il a aussi rappelé que la question e la situation des citoyens n’était pas la seule et qu’il s’agissait d’un tout.
Concernant la possibilité pour la Finlande d’obtenir le siège de l’agence européenne du médicament, il a rappelé que la Finlande accueillait déjà la cinquième plus grande agence européenne. Par ailleurs, Turku et Oulu sont intéressés pour recevoir le siège de l’agence européenne, alors que l’agence nationale du médicament est partagée entre Helsinki et Kuopio. « Quelles sont nos chances ? Il peut toujours y avoir des surprises quand on fait des décisions politiques. Mais nous souffrons en tant que petit Etat du fait que nous disposons déjà d’une grande agence alors que de nombreux Etats n’en ont pas », a déclaré M. Sipilä.
Il n’a pas non plus voulu dire quelle serait finalement la ville candidate pur la Finlande, mais HS estime que le gouvernement devrait porter son choix sur Helsinki.
HS

Commission européenne

Le chien viverrin inscrit sur la liste noire
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission européenne a ajouté sur sa liste noire des espèces exotiques envahissantes le chien viverrin.
La décision de la Commission a été attendue en Finlande où le chien viverrin fait partie de la liste nationale des espèces exotiques envahissantes depuis longtemps.
Le chien viverrin, qui est une espèce de l’Asie orientale, a été implanté dans les années 1930 et 1940 dans les parties européennes de l’Union soviétique. Le chien viverrin est une espèce très féconde qui peut avoir plus d’une dizaine de petits à la fois.
Le chien viverrin est également élevé en Finlande pour sa fourrure.
HS/lun/A8

Chine

M. Sipilä en Chine
Le Premier ministre Juha Sipilä effectue du 25 au 30 juin une visite officielle en Chine, à Pékin et Dalian. L’objectif est notamment la coopération commerciale.
Vn.fi

Politique intérieure

Gouvernement

La coalition perd un siège
La députée Kike Elomaa qui avait rejoint le groupe Nouvelle alternative a décidé de revenir dans le groupe parlementaire des Vrais Finlandais qui compte désormais 16 députés.
Le groupe de la Nouvelle alternative compte 19 députés et la coalition peut donc compter sur 105 députés sur les 200 de la chambre.
KS

Réforme des services sociaux et de santé
La réforme menacée – les élections régionales pourraient être retardées
La commission des Affaires constitutionnelles du Parlement devrait rendre son avis sur le projet de loi sur la réforme des services sociaux et de santé vendredi. On s’attend à ce qu’elle rejette une partie des articles et notamment ceux concernant l’obligation pour les régions de créer des entreprises chargées de fournir les services sociaux et de santé.
Le parti du Rassemblement national souhaite que ce modèle devant assurer le libre-choix des services sociaux et de santé soit étudié en même temps que le reste de la réforme.
Il existe donc le risque que le gouvernement doive revoir son projet de loi, ce qui retarderait la réforme de plusieurs mois.
Dans ce cas, il est possible que les premières élections régionales, prévues pour janvier 2018, en même temps que les élections présidentielles, doivent être reportées.
KS

La réforme du temps de travail risque d’être retardée
Kauppalehti rapporte que le groupe de travail paritaire chargé de préparé la réforme de la loi sur le temps de travail afin d’augmenter la flexibilité n’arrive pas à se mettre d’accord. Le texte était attendu pour le 7 juillet mais pourrait être retardé.
Les syndicats s’opposent à l’extension du travail de nuit et des heures supplémentaires alors que les représentants du patronat s’opposent à l’obligation de négocier localement avec des représentants du personnel.
KL

Bâtiment

La plastique cellulaire est interdite dans les immeubles à grande hauteur
Helsingin Sanomat relève que le ministère de l’Intérieur finlandais annonce, après l’incendie mortel de Londres, qu’il n’y a pas de plastique cellulaire utilisée dans la construction des immeubles à grande hauteur en Finlande.
L’usage de tels matériels est interdit dans les immeubles de plus de huit étages en Finlande. Cela n’est pas le cas en Suède où la plastique cellulaire a été une des causes d’une dizaine d’incendies.
HS/lun/A15

Université Aalto

Startups
Selon Helsingin Sanomat, l’université Aalto compte améliorer encore la coopération entre l’université et les entreprises dans le campus d’Otaniemi à Espoo qui serait dans les années à venir un des plus grands centres de startup en Europe.
Selon Tuija Pulkkinen, recteur adjoint chargé de la recherche et des innovations, l’objectif est de renforcer la coopération avec les entreprises pleines de vitalité. Cela signifiera des projets communs, de la recherche pour les entreprises et de l’ouverture de l’infrastructure de l’université pour les entreprises.
HS/lun/A30-31

France

Politique

« Les démissions de ministres témoignent des changements de culture politique en France » HS

Jeudi 22 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Visite de M. Sipilä en Allemagne

« Mme Merkel veut une coopération concrète » HS
« Developper la cyberdéfense avec l’Allemagne » KS
Lors de sa rencontre avec le premier ministre finlandais Juha Sipilâ à Berlin, la chancelière allemande Angela Merkal a soulevé la question des nouvelles sanctions américaines contre la Russie et notamment leur effet sur le gazzoduc Nordstream 2. « Les nouvelles sanctions américaines ontre la Russie suscitent des interrogations dans toute l’Europoe », relève M. Sipilä. « Nordstream 2 a été mentionné dans les annexes. Or, il n’y a eu acune consultation à l’avance et il s’agit pourtant d’une question importante. Les Etats-Unis changent désormais de façon d’agir car on a précédement covenu ensemble des sanctions contre la russie », souligne M. Sipilä. « Nous en avons parlé avec Mme Merkel. La Finlande continue à voir ce gazoduc comme un projet commercial et lié à l’environnement ».
M. Sipilä et Mme Merkel ont discuté aussi de la nouvelle position américaine sur le libre-échange et la lutte contre le réchauffement climatique. « Les Etats-Unis ont une nouvelle approche. Notre inquiétude princpale concerne l’accord de paris sur le climat et les possibles entraves au libre-échange, comme les taxes sur l’acier ou d’autres barrières pssibles pluisque leur attitude sur le libre-échange a changé ».
Le sujet principal des échanges entre M. Sipilä et Mme Merkel était toutefois la préparation du Conseil européen. Pour la Finlande la priorité est l’approfondissement de la coopération de défense européenne. La Finlande veut une coopération permanente renfrocée et que tous les Etats membres s’y engagent lors du conseil européen de l’automne. Mme Merkel a donné un appui fort sur ce point. « Comme l’a dit Mme Merkel, il y a une fenêtre ouverte pour la coopération de défense. J’insiste sur le fait qu’il faut arriver à des actions concrètes dès cette année », a dit M. Sipilä.
Selon lui, Mme merkel a souligné que, notamment la cuybersécurité était une priorité pour l’Allemagne. « C’est aussi notre sujet le plus important . Je pense que c’est l’un des premiers sujets où nous allons avancer », a-t-il dit.
La Finlande suit de très près le projet franco-italo-germanique de développementd des drones. Tous les projets liés à la Baltique intéressent aussi la Finlande.
Helsingin Sanomat relève que M. Sipilä et Mme Merkel ont aussi parlé du changement de pouvoir en France. Selon M. Sipilä l’élection de M. Macron apporte un nouvel espoir dans le développement de l’Europe. « Il a la capacité à réformer la France », a dit M. Sipilä.
HS

Conseil européen

« Analyse : Pas de crise particulière à signaler » HS
Helsingin Sanomat relève que, cette fois-ci, les dirigeants européens se réuniront dansune atmosphère apaisée. Ils pourront même rêver de plus d’intégration, d’autant que la France a un nouveau président très europhile en la personne de M. Macron.
Pour la Finlande, les attentes concernent la défense et laz création d’une coopération structurée permanente dans ce domaine. La Finlande souhaite que cette coopération aide à acquérir des capacités qui vont renforcer la défense natinale et pas seulement pour les opérations extérieures de l’union. On pourrait pâr exemple renforcer la cyberdéfense, développer la coopération en matière de satellite ou d’approvisionnement.
Le conseil européen devrait défniri els lignes politiques pour cette coopération structurée permanente et les décisions concrètes pourraient être prises d’ici la fin de l’année.
HS

Commission européenne - Médias

Les groupes privés saisissent la commission
Les groupes privés de médias finladnais ont saisi la commission européenne car ils estiment que la rédio-télédiffusion publique pratique une concurrence déloyale en produisant grâce au financement de la redevance des contenus qui n’ont pas de rapport à le service public de l’information tel que défini dans la loi et motivant le financement public.
HS

Fonds européen d’ajustement à la mondialisation

3,5 milions d’euros pour la Finlande
Suite aux plans sociaux de Microsoft qui ont touché 1248 personnes, la Finlande devrait recevoir du fonds européen d’ajustement à la mondialisation 3,5 millions d’euros.
KS

Conseil de l’europe

Nomination de Mme Mäntylä
L’ancienne ministre de la Santé et des Affaires sociales et actuelle député Hanna Mäntylä (ex Vrais Finlandais) a annoncé qu’elle quittait le Parlement finlandais pour un poste au Conseil de l’Europe, à Strasbourg.
Mme Mäntylän sera nommée experte auprès du secrétariat du Conseil de l’Europe et chargée de la lutte contre la radicalisation et l’exclusion en particulier auprès des jeunes.
KS

Terrorisme

Les réseaux de soutiens aux Jihadistes se développent en Finlande
Selon la SUPO (Sûreté générale) les personnes qui agissent dans les réseaux de soutiens aux jihadistes ont augmenté ces derniers temps en Finlande. Il y a aussi de plus en plus de monde qui ont participé à des conflits ou se sont formés pour cela.
Alors que l’on pensait jusqu’à présent que la principale menace venait de loups solitaires, il est désormais considéré qu’un groupe djihadiste pourrait frapper en Finlande aussi.
L’islamisme radical s’est propagé en Finlande où il y a désormais un terreau salafiste propice à la radicalisation, y compris des femmes.
L’attitude à l’égard de la Finlande a aussi changée : elle est désormais considérée elle aussi comme un Etat à combattre.
KS

Migrants

Des réseaux de passeurs vers la Finlande
Helsingin Sanomat publie un reportage sur un passeur Yéménite qui a transporé en Finlande par la Russie des personnes venant de la péninsule arabique ; Il y aurait en Russie des candidats au passage qui attendraient.
Le prix pour un tel voyaghe seraiut de 8000 à 10 000 euros.
HS

Politique intérieure

Sondages

L’audience du parti de Halla-aho plus forte que celle de celui de Soini
Selon un nouveau sondage publié par Helsingin Sanomat, le Rassemblement national serait toujours le premier parti, crédité de 21,2%, devant le PSD à 19% et le Centre à 16,8%, puis les Verts à 14,9% et l’Alliance des Gauches àn 8,6%.
Le parti des Vrais Finlandais de M. Halla-aho serait crédité de 6,1%, loin devant le nouveau parti de l’Abvenir Bleu qui récolterait 3,9%. Le parti populaire suédois s’intercale avec 4,3%, devant les chrétiens-démocrates à 3,3%.
HS

Augmentation de l’audience des Vrais Finlandais
Selon le sondage publié par Yle, depuis leur congrès et l’élection de Jussi Halla-aho à leur tête les Vrais finlandais ont augmenté leur audience, malgré la siscion d’une grande partie de leurs députés.
Selon ce sondage, le Rassemblement national serait toujours le premier parti, crédité de 21,3% (+0,8% par rapport au précédent sondage) devant le PSD à 17,1% (-0,6%) et le Centre à 17% (-1,4%) et les Verts à 15,1% (stable). Les Vrais Finlandais sont donc crédités de 9,7% (+0,7%), devant l’Alliance des Gauches à 8% -0,8%), le parti populaire suédois avec 4% (-0,8%) et les chrétiens-démocrates à 3,7% (stable). Le nouveau parti de la nouvelle alternative n’obtiendrait que 2,3%.
Yle

PSD

Trois candidates pour l’investiture pour la présidentielle
Les députées Tuula Haatainen, Maari Feldt-Ranta et Sirpa Paatero ont annoncé leur candidature à l’investiture du parti pour l’élection présidentielle de 2018.
HS

Défense

Les lobbyistes recrutent d’anciens officiers
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que le bureau de communication et relatins publiques Rud Petersen , qui travaille pour Dassault, a recruté l’ancien contre amiral Kari Takanen comme consultant. Ce bureau disposait déjà des services de l’ancien secrétaire d’Etat à la défense Marcus Rantala.
L’éditorialiste rappelle qu’il y a quelques mois la société de consulting Blic qui travaille pour Boeing avait annoncé le recrutement de l’ancien Commandant des forces armées l’américal Juhani Kaskeala.
L’éditorialiste relève que tous les candidats à la fourniture du prochain chasseur des forces armées disposent des services dancieens officiers finlandais ou anciens hauts fonctionnaires du ministère de la défense.
L’éditorialiste estime qu’il faudrait réfléchir à l’adoption d’un délai de carence pour les militaires qui quittent les forces armées.
HS

Economie

Croissance

Le ministère des Finances revoit ses prévisions à la hausse
Le ministère des Finances a doublé ses prévisionsd e croissance et prévoit désormais une croissance de 2,4% en 2017, puis de 1,6% en 2018 et 1,5% en 2019.
Le ministère exige la méodération lors des négociaitons salairales collectives de l’automne.
Selon le ministère le rebond actuel est provisoire.
le ministère estime que le gouvernement n’atteindra pas son objectif d’un taux d’emploi de 72% en 2019, mais plutôt de 70%.
Le ministère considère toutefois que le rytme d’endettement du secteur public va diminuer ces prochaines années mais repartira à la hausse dans les années 2020.
HS

France

Politique

« La révolution du Président Macron » Dem
« Une nouvelle victoire pour Macron » SK
« Macron a toutes les cartes en mains » KU
« Quatre ministres démissionnent du gouvernement » HS

Mercredi 21 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Le gouvernement a défini les positions de la Finlande
Selon le communiqué du gouvernement, le comité minitériel de politique européenne a défini hier les positions de la Finlande avant le Conseil européen.
« La Finlande a fait la promotion d’un développement ambitieux de la dimension de défense de l’UE. L’objectif de la Finlande sst que l’union avance par des initiatives concrètes vers une union de sécurité forte. Le conseil européen devra convenir au niveau politique du besoin de démarrer, conformément au traité, une coopération structurée pour accélérer les projets de coopération de défense », rapporte le communiqué.
Vn.fi

« La Finlande et l’Allemagne préparent le conseil européen à Bruxelles » KS
STT rapporte que le premier ministre Juha Sipilä se rend à Berlin pour rencontrer Mme Merkel afin de préparer le prochain conseil européen.
Sur la coopération de défense, la Finlande et l’Allamagen aura facielment des positions communes juge STT.
Plus difficiles seront les discussions sur l’approfondissement de l’union monétaire. La France et l’Allemagn seraient même prêtes à envisager une révision des traités. Le gouvernemnt finlandais est réservé car il n’est pas prêt à aumgenter la solidarité financière ni à rouvrir les traités.
STT rapporte aussi que c’est le secrétaire d’etat Kare halone qui représentera la Finlande au sommet organisé par le Benelux avec les pays nordiques et baltes.
KS

« Coopération européenne en matière de politique de défense : rencontre Sipilä-Merkel à Berlin » HS
Lors de sa visite à Berlin pour les festivités des 100 de la Finlande, le Premier ministre finlandais rencontrera la chancelière Angela Merkel pendant un entretien d’une heure, notamment sur les questions de coopération européenne en matière de défense, rapporte Helsingin Sanomat.
Le quotidien souligne que, pour la Finlande, le sujet principal sera l’approfondissement de la coopération de sécurité et de défense.
Plusieurs questions restent sans réponse : Que deviendra l’UE sans la Grande-Bretagne ou encore que faire si l’on ne peut plus compter sur le soutien américain ? Que signifie « approfondir » la coopération en politique de défense pour l’Allemagne ? Et, y a-t-il du nouveau dans la coopération franco-allemande ?
Helsingin Sanomat souligne que, dans ce domaine, l’arrivée au pouvoir de M. Macron ne va pas beaucoup modifier les choses : il y a un an déjà la France e tl’Allemagne avaient fait des propositons sur l’approfondissement de la cooppéraiton en matière de sécurité, de suite après le brexit. Aujourd’hui, les autres pays membres attendent de savoir ce que proposera le couple franco-allemand. Et la Finlande n’a rien contre.
La Finlande, pour sa part, souhaite rapidement la mise en place d’une coopération structurée permanente.
Quand une telle coopération permanente aura reçu le soutien politique nécessaire et sera lancée, la Finlande souhaite en être membre parmi la première vague d’Etats. A Berlin, M. Sipilä souhaite entendre de la part de Mme Merkel quelles sont les intentions de l’Allemagne et quels projets le couple franco-allemand a l’intention de présenter.
La Finlande s’intéresse à tout ce qui pourrait améliorer ses propres capacités, telles la coopération spatiale liée aux satellites ou encore la coopération déjà entamée par la France, l’Allemagne et l’Italie sur les drones de reconnaissance et de surveillance non équipés.
Par ailleurs, la Finlande fera volontiers partie des pionniers pour contribuer à la cyber défense.
Tous les projets autour de la mer Baltique ainsi que la sécurisation des voies maritimes intéressent la Finlande. Elle participera volontiers aux projets de répartition de l’information sur la reconnaissance et les image-bilans de situation. La préparation des systèmes d’exploitation compatibles et la sécurité d’entretien font également partie des priorités finlandaises.
La Finlande participe volontiers aux évaluations régulières des besoins de défense par les pays de l’UE qui serviraient à coordonner à la fois la défense commune et les projets nationaux par pays.
La Finlande souhaiterait que la coopération de défense bénéficie de davantage de fonds par le budget européen.
L’approfondissement de la coopération de défense a également fait l’objet d’une conversation téléphonique entre Juha Sipilä et le président français, Emmanuel Macron. La question avait déjà été préparée par les deux pays dans un communiqué de politique de défense et de sécurité dont un des thèmes était l’élargissement d’une gestion de crises commune. Ces mêmes sujets figurent dorénavant sur l’agenda de l’Allemagne et la France et finalement, sur celui de l’UE toute entière.
http://www.hs.fi/politiikka/art-2000005263150.html

Point de vue
« Les eurobonds sont déjà là » HS
L’analyste en chef de nordea, Jan von Gerich signe un billet dans helsingin sanomat pour défendre le développement de l’UE. « La Finlande ne doit pas rejeter catégoriquement les réformes sur les obligations européennes », souligne-t-il.
En effet, il rappelle que, avec la mise en place des mécanismes financiers (MES et FSEF), on a déjà fait rentrer par la porte de derrière des instruments comparables à des obligations communes. Mais il n’existe pas encore de modèle vraiment efficace et il faut désormais en créer un.
« Le développement de la zone euro avance par des compromis. La Finladne aussi doit se préparer à ce que l’Allemagne soit prête à des sortes d’eurobonds si elle arrive à les intégrer dans son propre agenda. La Finlande ne devrait donc pas catégoriquement rejeter les obligations communes mais plutôt se concentrer sur l’essentiel », souligne M. von Gerich.
Il rappelle que, avec le Brexit, il semble de plus en plus clair qu’il faut désormais développer l’union afin qu’elle ait un avenir pour garantir l’élévation du niveau de vie des Européens.
La France vient de se doter d’un président très européen. Et après les élections en Allemagne on va s’intéresser au développement de la zone euro. La Finlande aussi doit être prête à présenter ses propres visions sur l’avenir de l’union monétaire. Cette vision pourrait aussi contenir l’idée d’obligations communes. On ne peut pas attendre la prochaine législature », conclut-il.
HS

Terrorisme

Les menaces ont augmenté depuis 2015
La police criminelle signale que les menaces du type de celle qui a entraîné un important déploiement de policiers à l’église sous la roche de telmpelliaukio dimanche, ont augmenté depuis 2015. Même s’il n’y avait pas eu précédementd ‘importants déploiements de forces, de telles situaitons avaient édéjà eu lieu en Finlande.
KS

Immigration – Réfugiés

M. Orpo souhaite augmenter le quotas de réfugiés
Le ministre des Finances et président du rassemblement national Petteri Orpo souhaite que le quota de réfugiés fixé à 750 pour cette année soit augmenté de 300 personnes afin d’atteindr ele niveau maximum fixé par le programme gouvernemental, soit 1050.
KS

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernemnt obtient la majorité au parlement
Le Parlement a voté par 104 voix contre 85 la confiance au gouvernement de M. Sipilä suite à la déclaration faite la veille en séance plénière.
HS

Alcool

Accord sur la réforme au gouvernement
Le gouvernemnt est arrivé à un accord sur sa réforme de la loi sur l’alcool. L’objectif est d’augmenter les horaires d’ouverture des magasins Alko et des bars et de permettre la vente de boissons plus alcoolisées dans les magasins de détail.
HS

PSD

Deux candidates pour l’investiture pour la présidentielle
Les députées Tuula Haatainen et Maari feld-Ranta ont annoncé leur candidature à l’investiture du parti pour l’élection présidentielle de 2018.
AL yle

Economie

Energie

Jorma Ollila souhaite plus de coopération nordique dans l’énergie
L’ancien PDG de Nokia et actuel directeur de shell Jorma Ollila estime que les pays nordiques devraient renforcer leur coopéraiton notamment dans la recherche sur le stockage d’énergie.
Le conseil des ministres nordiques a commandé à M. Ollila un rapport dans lequel il fait 14 propositions de coopérations entre les pays nordiques pour les dix prochaines années.
HS

Neste

Mouvement de protestation
Les employés de Neste –groupe pétrolier) ont annoncé un mouvement de protestation sous forme de grève suite à la décision du gouvernement d’autoriser la vente de participations de l’Etat dans l’entreprise. Actuellemeznt, l’Etat possède 50,1% des actions, mais le gouvernemnt de M. Sipilä a autorisé la vente d’actions jusqu’à la minorité de blocage, soit 33,4%.
Cette grève pourrait gêner la sitribution d’essence dans les stations services durant le week end de la Siant jean.
HS

Mardi 20 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Déclaration du gouvernemnt devant le parlement
Suite au changement dans la majorité parlementaire, le premier ministre Juha Sipilâ avait promis que son gouvernemnt ferait une déclaration suivie d’un vote devant le parlement.
Les principaux ministres ont donc participé à ce débat qui a eu lieu, hier. Les membres du gouvernemnt ont souligné qu’ils n’avaient pas prévu à l’avance les changements intervenus dans la majorité et notamment le départ de 20 députés des vrais Finlandais pour créer un nouveau groupe parlementaire.
L’opposition a accusé le gouvernement d’avoir prévu à l’avance ce qui allait se passer. Les députés des vrais Finlandais, désormais dans l’opposition, ont aussi critiqué ceux qui avaient quitté leurs rangs piur continuer à soutenir le gouvernement. L’opposition a critiqué le premier ministre pour n’avoir pas démissionné et constitué un nouveau gouvernemnt.
Le vbote sur la confiance aura lieu aujourd’hui.
HS Yle

Avenir bleu

Les députés de la Nouvelle alternative annoncent la création d’un nouveau parti
Le président du groupe parlementaire Nouvelle Alternative, M. Simon Elo a déclaré qu’une associaiton du nom de Sininen Tulevaisuus ou Blue Reform (Avenir bleu) avait été créée. L’objectif était de récolter les 5 000 signatures nécessaires pour la faire inscrire sur le registre des partis politiques, au plus tard à l’automne.
Le président de cette association est le ministre des Affaires européennes Sampo Terho.
HS

Politique étrangère et européenne

Brexit

Les négociations commencent
Helsigin Sanomat rapporte que les négociaitons entre l’UE et le Royaume-Uni ont commencé hier.
Selon la représentante finlandaise dans le groupe de travail pour le Brexit, Mme Lotta Nymann-Lindegren, les intentions des négociateurs britanniques sont encore très floues. « Nous savons encore très peu de ce que les britanniques souhaiten », disait-elle hier matin.
HS

Education

De plus en plus de jeunes partent étudier à l’étranger
La Suède, la Grande-Bretagne et l’Estonie sont les destinations favorites
Helsingin Sanomat rapporte qu’après le lycée de plus en plus de jeunes Finlandais choisissent d’aller étudier à l’étranger. Le nombre a doublé en dix ans et ils étaient désormais 2 500 à étudier pour obtenir un diplôme dans une université étrangère l’année dernière.
Helsingin Sanomat publie le témoignage de trois jeunes finladnais qui étudient au Royaume-Uni. Le quotidien rapporte quesuite au Brexit, l’Allemagne se préapre à accueillir plus de jeunes Finlandais qui souhaiteraient y faire leurs études.
HS

Terrorisme

La police d’Helsinki sécurise un lieu touristique
Dimanche, la police d’helsinki a fait une grande opération de sécurisation de l’église sous la roche de telmpelliaukio qui constitue l’un des principaux sites touristiques de la capitale.
Selon Helsingin Sanomat, cette opération faisait suite à un risque d’attaque terroriste sur ce site. Lundi, des barrières en béton ont été déployées devant l’église afin d’empêcher toute attaque par un véhicule bélier.
HS

Défense

Une petite entreprise familiale finlandaise signe un contrat millionnaire avec l’OTAN
Lasergas Oy fournira à l’alliance militaire des générateurs indispensables pour le fonctionnement des missiles
La petite entreprise familiale Lasergas vient de signer le contrat le plus important de son histoire : l’OTAN lui a passé une commande d’appareils de générateurs d’azote indispensables pour le refroidissement des senseurs infrarouges des missiles.
Le PDG de l’entreprise, Rauno Hakala, raconte que le contrat a été signé à l’issue de plusieurs années de négociations pendant lesquelles Lasergas s’efforçait de convaincre l’OTAN de la qualité de ses produits. « La Finlande n’étant pas membre de l’alliance, il n’est pas facile d’ouvrir un marché vers l’OTAN », précise M. Hakala.
Fondée en 1999, Lasergas est une petite entreprise familiale de quelques actionnaires spécialisée dans la production d’un azote ultra-propre vendu aux armées de divers pays. L’entreprise a auparavant travaillé pour les forces de défense finlandaises, l’armée de l’air malaisienne et les armées polonaise et hollandaise.
Les activités de Lasergas se sont rapidement orientées vers les forces de défense à la demande de l’armée de l’air finlandaise qui lui a demandé de développer les systèmes de missiles des chasseurs F-18 Hornet.
AL20.6/A17

Economie

BTP

Concentration dans le secteur du bâtiment
Les deux plus grands groupes de BTP finladnais Yit et lemminkäinen ont annoncé hier leur fusion. Leur chiffre d’affaire cumulté en 2016 était de 3,4 milliards d’euros.
Le nouveau groupe, qui s’appellera YIT aura plus de 10 000 employés das 11 pays. L’idée est d’avoir un groupe plus fort déjà implanté, outre en Finlande, en Russie, dans les pays nordiques et dans les pays d’Europe orientale.
HS

Startup

Maas Global récolte 10 millions d’euros
La Startup finlandaise Maas Global qui développe des services pour les transports a récolté dix millions d’euros pour se développer. Parmi les investisseurs figure notamment le groupe automobile Toyota.
Maas Global développe notamment l’application Whim qui permet d’utiliser pour une somme forfaitaire transpoorts en communs, taxis et voitures de location. Cette application focntionne à Helsinki et bioentôt à Birmingham et Amsterdam.
HS

France

Politique

« La France tourne la page des anciens partis » HS
« Un été difficile attend M. Macron » Hbl
Les médias finlandais rendent compte du résultat du second tour des élections législatives en France. Pour Helsingin Sanomat, M. Macron n’aura face à lui qu’une opposition très divisée au Parlement. En revanche, pour imposer ses réformes il devra faire face aux syndicats.
Selon la chercheuse spécialiste de la politique française à l’université de turku, laura Parkkinen, « même s’il n’y a finalement pas de tsunami de La République en marche, c’est toutefois une réelle vague » qui a balayé le parlemet où M. Macron disposera d’une majorité et pourra compter sur des députés soumis tant ils doivent leur place au président qui a créé le mouvement.
HS Hbl

Editoriaux
« Les puissances européennes prêtes à avancer » HS
« Vers un quotidien semé d’embûches » AL
« On va mesurer les qualités du Président maintenant » KS
« Macron en marche » Hbl
Keskisuomalainen souligne que, après la présidentielle, « la victoire de M. Macron a continué aux législatives puisqu’il obtient une claire majorité ». L’éditorialiste relève qu’il y a un grand renouvellement des parlementaires avec l’entrée de plus de jeunes, de femmes et de personnes d’origine étrangère au Parlement. Mais d’un point de vue démocratique, l’abstention constitue un réel problème, estime l’éditorialiste. Et cette passivité va affaiblir la légitimité du gouvernement. L’éditorialiste considère que les réformes promises par M. Macron ne seront « pas faciles à imposer dans un pays comme la France car les Français ont la tradition de manifester dans la rue ».
L’éditorialiste d’Aamulehti parle de « révolution politique en France ». « Si l’on espérait un parlement rafraichi, débarrassé de vieilles querrelles politiques, on peut dire que la France en a eu un ». Mais désormais M. Macron doit réaliser « les réformes qu’il a promises. Cela ne sera pas simple en France où les syndicats sont forts », prévient AL. Mais l’éditorialiste souligne que « on a tout intérêt à espérer que les nouveaux venus en politique vont réussir à apporter aux Français tout le bien promis. Cela pourrait par là même rétablir l’espoir dans la politique ailleurs dans le monde aussi ».
Helsingin Sanomat écrit pour sa part qu’il y a désiormais en Europe « deux leaders forts », Mme Merkel et M. Macron. « Il est probable que le lien entre l’Allemagne et la France se renforce encore suite au Brexit et que le couple franco-allemand se mette à approfondir l’intégration européenne, notamment en matière économique et de défense. Cela aura des effets aussi en Finlande et il faudrait s’y préparer ».
L’éditoriaislte considère que le résutat des législatives apporte une réelle fraîcheur. L’éditorialiste esprère que les réformes promises ne se brisent pas face aux syndicats et à la rue.
« Quand les élections seront apssées aussi en Allemagne à l’automne, la France et l’Allemagne vont relancer l’Europe à plusieurs vitesses. Il est très probable que l’Allemange et la France vont développer la zone euro et notamment proposer un budget commun et un ministre européen des Finances. Il est à penser que l’on ouvrira cette coopération renforcée aux pays volontaires pour y participer. Le premier ministre Juha Sipilä a, tant sur l’europe à, plusieurs vitesses et sur les coopérations renforcées que sur la coopération économique des positions réactives : selon lui, la meilleure solution serait de tous avancer ensemble et de ne pas lancer d’idée sur un budget ou un ministre communs. Mais aujourd’hui il est grand temps de se rendre compte que l’on ne fera pas l’économied e telles propositions. La Finlande devrait donc plutôt être prête à participer à leur élaboration », conclut l’éditorialiste.
HS

Lundi 19 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

La crise gouvernementale fait encore des vagues
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä fera une déclaration devant le Parlement aujourd’hui. Elle sera suivie d’un vote de confiance demain.
Le quotidien rapporte que la crise gouvernementale de la semaine dernière continue à faire des vagues notamment parmi les députés du Rassemblement national.
Le député Harry Harkimo estime que les députés et le groupe parlementaire n’ont pas été assez associés aux décisions prises au gouvernement. Il critique aussi le fait que le groupe qui a quitté les Vrais Finlandais dispose d’autant d eministres qu’avant alors que leur groupe est bien moindre.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que le président Sauli Niinistö, dans le quotidien régional Kainuun Sanomat, a déclaré que, selon lui, le gouvernemnt aurait pu choisir de démissionner la semaine dernière. « C’est surtout ma propre réflexion, mais j’aurais pensé que dans la situaiton rencontré le gouvernemnt aurait pu présenter sa démission la semaine dernière. Des constitutionnalistes plus sages semblent toutefois avait été d’avis différent, et il n’y a donc rien à redire ».
HS

Vrais Finlandais

Les députés de la Nouvelle alternative virés du parti
L’exécutif du parti des Vrais finlandais qui s’est réuni vendredi a décidé d’exclure du parti les députés qui ont formé un nouveau groupe appelé Nouvelle alternative.
KS

Un nouveau parti à l’automne
Le président du groupe parlementaire Nouvelle Alternative, M. Simon Elo a déclaré que l’objectif des députés était de créer un nouveau partid’ici l’automne. Il faut pour cela créer une association, récolter 5000 signatures et demander ensuite l’iunscription au registre des partis politiques.
Le nom de ce parti a été dévoilé aujourd’hui, il est Sininen Tulevaisuus (l’avenir bleu).
KS

Alliance verte

Touko Aalto élu président
Le député de Jyväskylâ Touko Aalto a été élu à la présidence du parti des Verts, samedi. Il succède à Vile Niinistö qui ne se représentait pas.
Il a abttu nettement la députée d’Helsinki Emma Kari qui était toutefois favorite pour ce poste.
Lors des dernières élections municipales M. Aalto avait permis aux Verts de devenir pour la première fois le pluys grand parti d’une grande ville.
Dans son discours, dimanche, M. aalto a demandé au gouvernemnt à ce qu’il associe l’opposition à la préparation de la réforme des services sociaux et de santé. Membre de la Commission des Finances au Parlement, M. Aalto est un spécialiste de la réforme des services sociaux et de santé et de la création des régions, relève HS.
HS

Parlement – Défense

Livre blanc sur la défense
« Le Parlement donne sa bénédiction pour les chasseurs » HS
Le 15 juin dernier, la commission de la défense nationale du parlement a approuvé le rapport du secrétariat du Premier ministre sur le livre blanc de la défense. Dans son rapport la commission souligne notamment l’importance de ressources suffisantes, du développement équilibré des trois branches de la défense et d’une collaboration opérationnelle entre les autorités en cas de menaces hybrides.
Ces traitements parlementaires des livres blancs ont pour but d’apporter un large soutien parlementaire aux décisions antérieures, d’abord sur les réductions des fonds de la défense et ensuite leurs augmentations. Cette année cela signifie l’approbation des grandes acquisitions qui ne pourront pas être intégrées dans le budget de la défense.
Le centre d’intérêt politique se trouve dans l’acquisition des avions de combat multirôle de l’armée de l’air finlandais (projet HX). Sa promotion obtient dans le rapport de la commission de la défense nationale la bénédiction politique indispensable, rapporte l’éditorialiste du Helsingin Sanomat.
Les décisions sur les choix des appareils et les montages financiers des acquisitions d’un minimum de 7 milliards d’euros ne sont pas encore prises. Néanmoins, ce projet qui s’étend sur plusieurs législatures nécessite d’avoir la certitude qu’il ne butera pas sur les conjonctures politiques.
HS et https://www.eduskunta.fi/FI/tiedotteet/Sivut/Puolutusvaliokunnan-selontekomietinto-15062017.aspx

Politique étrangère et européenne

Afghanistan

La Finlandaise enlevée toujours disparue
Cela fera bientôt un mois qu’une Finladnaise travaillant en Afghanistan pour une ONG a disparu.
HS

Terrorisme

La SUPO a expulsé un Kurde irakien qui avait des liens avec Isis
La BBC a annoncé que le Kurde irakien Awat Hamasalih avait été condamné en Grande-Bretagne pour lien avec l’organisation terroriste Isis.
Helsingin Sanopmat rapporte que Awat Hamasalih avait vécu en Finlande de 2013 à 2014 avant d’être expulsé par la Sûreté générale (SUPO).
HS

Agence européenne du médicament

La Finlande en mauvaise posture pour obtenir l’agence
L’agence de presse finlandaise STT rapporte que presque tous les Etats membres souhaitent accueillir l’agence européenne du médicament actuellement située à Londres.
La Finlande figure parmi les candidats, mais fait actuellement profil bas.
En effet, le gouvernemnt n’a tojjours pas réussi à décidé de la ville qui serait candidate pour l’agence.
Cette difficulté vient du fait que depuis de nombreuses années on se dispute en Finlande sur le siège de l’agence nationale du médicament, partagé entre Helsinki et Kuopio.
Or, il serait naturel que l’agence européenne soit située dans la même ville que l’agence nationale.
Selon l’experte du ministère des Affaires sociales et de la santé, Eija Pelkonen, seul Helsinki pourrait raisonnablement accueillir l’agence européenne du médicament. Néanmoins Turku et Ouluy seraitent intéressés.
STT rapprte que les chances pour la Finlande d’obtenir l’agence sont aussi affaiblies par le fait que la Finlande dispose d’jà d’une agence européenne importante, ECHA. Selon Mme Pelkonen, la Finlande a les mêmes chances que les autres pays candidats.
La campagne de la Finlande est, selon elle, bientôt prête et devrait démarrer cet été.
AL

Compétitivité

Le pacte de compétitivité a amélioré la compétitivité coût de la Finlande
Le pacte de compétitivité qui est entré en vigueur au début de l’année se voit déjà dans les statistiques européennes.
Selon l’eurobaromètre, les coûts de maind ‘œuvre en Finlande ont baissé de 2,7% au premier semestre 2017 par rapport au premier semestre 2016. La Finlande fait figure d’exception en Europe où seul le Luxembourg et les Pays-Bas ont aussi connu une diminution, mais moindre -0,1% pour les deux.
En moyenne, dans l’UE les coûts de main d’œuvre ont augmenté de 1,7% et dans la zone euro de 1,5%. Ils ont surtout augmenté dans les pays qui sont les principaux concurrents de la Finlande : la Suède (+1,9%) et l’Allemagne (+2,5%).
HS

France – Finlande

Cinéma

Bertrand Bonello à Sodankylä
A l’occasion du festival du film du Soleil de minuit dont il est l’un des invit »és, Helsingin sanomat publie une interview du réalisateur Bertrand Bonello à qui on doit notamment le film Saint Laurent (2014).
HS

Littérature

Nina Bouraoui
Hufvudstadsbladet publie une interview de l’écrivaine Nina Bouraoui.
Hbl

France

Politique

« Le parti de M. Macron signe une vctoire nette en France » KS Hbl
« Macron obtient une claire majorité » HS
Helsingin Sanomat rend compte des résultats du second tour de l’élection législative. Le quotidien souligne que M. Macron semble avoir réalisé ce qui paraissait impossible il y a encore un an : après avoir été élu président à 39 ans, sans avoir eu de mandat électif, son parti créé il y a un an dispose de la majorité absolue au parlement.
Le quotidien relève toutefois que « la République n’est pas en marche », tant le taux d’bsention a été élevé.
HS

Tourisme

Le charme de Paris
Hufvudstadsbladet publie un reportage sur paris en 2cv et donne aussi des conseils d’adresses à visiter dans la capitale.
Hbl

La sympathique Beaune
Keskisuomalainen présente Beaune et sa région et en particulire les Hospices de Beaune qui sont aujourd’hui transformés en musée.
KS

Vendredi 16 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Les députés qui ont quitté les Vrais Finlandais victimes de menaces de mort
Les groupes parlementaires se sont réorganisés hier.
Le groupe des Vrais Finlandais est présidé par Leena Meri et les vice-présidents sont Ville tavio et Sami Savio.
Le groupe de la Nouvelle alternative est présidé par Simon Elo.
Les députés de ce nouveau groupe ont indiqué avoir reçu des menaces de mort.
HS

Déclarations de M. Sipilä
« Rien n’a été manigancé à l’avance » AL
Le premier ministre Juha Sipilä dément les informations de la presse selon lesquelles dès fin mai – début juin le gouvernement se serait préparé à une scission des Vrais Finlandais.

Déclarations de Petteri Orpo
« Le gouvernement est débarrassé des fauteurs de troubles » HS
Le ministre des Finances et président du Rassemblement national dément que le départ des députés du groupe des vrais Finlandais ait été écrit à l’avance. Il déclare que la confiance dans les Vrais Finlandais avait résidé dans la personne de M. Soini qui se portait garant du respect du programme gouvernemental. Avec son départ, il n’y avait plus de tel garant. Il souligne aussi que M. Terho, ministre des Affaires européennes, s’est désormais engagé en faveur du programme gouvernemental : « Les discours sur une sortie de l’UE ou de la zone euro sont terminés », a dit M. Orpo.
M. Orpo estime que la Finlande doit désormais promouvoir une politique européenne active car il y a au pouvoir en France et en Allemagne des sentiments en faveur d’un approfondissement d e l’intégration.
« Pour moi être patriote signifie prendre les décisions les meilleures pour les Finlandais. Cela veut dire que nous devons être un Etat membre actif et prêt à développer l’UE. L’appartenance à l’UE est dans l’intérêt des citoyens finlandais, c’est cela être patriote ».
HS

Verts

Congrès du parti
Helsingin Sanomat présente les candidats à la présidence du parti des Verts. Le parti élira un nouveau président samedi.
HS

Parlement

Législation sur les boissons alcoolisées
Les groupes parlementaires des partis représentant le gouvernement s’efforceront de se mettre d’accord sur la réforme de la législation sur les boissons alcoolisées, la semaine prochaine.
Selon les sources de Helsingin Sanomat, la proposition serait remise dans sa forme d’origine prévoyant de mettre en vente dans les magasins des boissons dont le taux s’élève jusqu’à 5,5 % (au lieu de 4,7% actuellement).
HS/A15

Réforme des régions

Des communes critiquent la réforme
Selon les plus grandes villes, la réforme des services sociaux et de la santé et celle des régions détruiront leur compétitivité. Les maires d’Helsinki, Espoo, Vantaa, Tampere, Oulu et Turku ont signé une prise de position qui demande au gouvernement de réfléchir encore sur l’opportunité de la réforme. Ces six communes remettent en question l’opportunité d’introduire la liberté de choix concernant les prestataires de services de santé dans la loi.
HS/A20, AL/A21

Coupes prévues pour les futures régions
Aamulehti rend compte du fait que dès 2019, les futures régions devront effectuer des coupes budgétaires importantes. De 2019 en 2030, il faudra qu’elles prennent des mesures d’économies à hauteur de 2,8 milliards d’euros. Les sommes par habitant varient de 715 euros en Finlande du Sud-Ouest (Varsinais-Suomi) à 296 euros en Carélie du Nord.
AL/A21

Défense

Législation sur l’état d’alerte
La commission de la Défense souhaite réformer la législation concernant l’état d’alerte dans un contexte de situation de crise. Selon la commission, les changements de l’environnement en matière de sécurité ont été tellement signifiants qu’il y a lieu de modifier la législation, réformée dernièrement en 2011. Par exemple la préparation face à des menaces hybrides n’y figure actuellement pas.
La commission de la Défense évoque ce souhait dans son rapport sur le livre blanc sur la défense du gouvernement.
La commission propose également la mise en place d’un organe pour coordonner les mesures de l’administration en matière de cyber-sécurité, et de renforcer la coopération entre les forces armées et les autorités.
La commission critique le rapport du gouvernement de trop de brièveté dans le traitement du financement de l’achat futur de chasseurs. Elle évoque l’éventualité d’une taxe de défense comme un moyen de financement.
HS/A15

Le président du parti social-démocrate, Antti Rinne préconise un impôt « défense »
Le président du parti social-démocrate, Antti Rinne, propose un impôt défense qui sera retenu sur les salaires et les capitaux. L’impôt sera à durée déterminée et valable pendant une vingtaine d’année. « Ainsi nous rendrons transparent aux citoyens le fait que la défense a besoin de davantage de fonds », précise Rinne.
Cet impôt viserait principalement à financer les acquisitions importantes pour la défense finlandaise et notamment le remplacement de ses chasseurs.
AL15.6/A8

Jyväskylä devient un véritable cybervillage
Le centre de consultation, de commandement et de conduite des opérations des forces de défense, qui fête ses dix ans d’existence, regroupe aujourd’hui à Jyväskylä un grand nombre de cyberexperts. Selon le directeur du centre, le colonel Timo Soikkeli, le centre collabore beaucoup avec l’école professionnelle supérieure et l’université de Jyväskylä.
Les forces de défense nationale envisagent de faire de Jyväskylä et Tikkakoski son centre de cyberdéfense et de reconnaissance. Le projet pourrait se réaliser dans les années qui viennent. Depuis 2015, un petit groupe de « cyberconscrits » est formé chaque année.
KS15.6/11

Politique étrangère et européenne

Défense

Un bombardier russe dans les environs de la Finlande
L’armée de l’air finlandaise a signalé que ses avions de combat multirôle ont détecté ces derniers jours dans l’espace aérien baltique et Golfe de Finlande un grand nombre d’avions militaires.
Au cours des vols de reconnaissance, l’armée de l’air finlandais a repéré notamment un Tupolev Tu-160, un bombardier rarement aperçu au-dessus de la mer Baltique et souvent qualifié de force de dissuasion nucléaire.
Les avions russes volaient dans l’espace aérien international et n’ont pas violé l’espace aérien finlandais.
L’OTAN procédait à des manœuvres maritimes simultanément à ces observations, ce qui pourrait expliquer la présence des avions russes dans la région.
AL16.6/A6

Terrorisme

« Des personnes à risque aussi en dehors de la liste de la SUPO » HS
La police criminelle a indiqué hier que, outre les personnes surveillées par la SUPO (Sûreté nationale), il y avait d’autres personnes constituant un risque en Finlande. Selon le chef de la police criminelle, M. Robin Lardot, il y en a environ autant, soit 350 personnes de plus.
Le nombre de personnes constituant un risque terroriste a augmenté rapidement puisque selon la SUPO il a augmenté de 80% depuis 2012.
Les personnes à risque surveillées par la police criminelle ne sont pas les mêmes que celles de la SUPO car elles sont mues par d’autres motivations, qui peuvent ne pas être liées au terrorisme mais être tout aussi dangereuses.
La police criminelle suit particulièrement des loups solitaires, dont certains ont des problèmes psychiatriques et d’autres une haine farouche contre la société ou d’autres encore ont souffert de brimades.
La police criminelle rappelle que dans un passé récent la Finlande a subi des crimes de masse dans des écoles, une attaque à l’explosif à Myyrmäki et une attaque à l’arme à feu à Hyvinkää. Toutes perpétrées par de jeunes hommes finlandais. Récemment le tribunal d’Helsinki a jugé une jeune femme qui préparait une attaque de masse dans une école. « Nous avons continuellement connaissance de tels cas », dit M. Lardot.
La police criminelle a constitué en 2016 un nouvel instrument pour évaluer les menaces. Elle s’appuie aussi sur la coopération internationale et sur un renseignement renforcé sur les réseaux sociaux.
HS

Editorial : « Les mises en garde servent à lutter contre le terrorisme » HS
Helsingin Sanomat estime que, en communiquant mercredi sur un passage au niveau deux sur la nouvelle échelle d’alerte sur le terrorisme, la Finlande s’est mise au niveau des autres pays européens. Cela ne signifie pas qu’une menace est imminente mais simplement que le risque est plus élevé.
HS souligne que les mises en garde sont un outil important de lutte contre le terrorisme car elles ont un effet préventif. Le problème est toutefois que les autorités ne peuvent pas préciser la nature exacte de cette menace. C’est aussi le cas pour les autorités finlandaises.
En matière de menace terroriste, comme sur les autres sujets, la Finlande fait partie de l’Europe occidentale. Lutter contre cette menace est une mission nationale et internationale qui nécessite de la détermination et de la sagesse, conclut HS.
HS

Islamophobie

Augmentation des crimes de haine en Finlande
Helsingin Sanomat publie un reportage sur une femme musulmane qui porte le voile et fait part des réactions haineuses auxquelles elle est confrontée.
HS rapporte que les crimes de haine ont augmenté de près de 50% en 2014-2015. L’année dernière, la police en a comptabilisé 1250.
HS

CMI

Plus de 600 000 euros récoltés pour M. Ahtisaari
A l’occasion de l’anniversaire du Prix Noble de la Paix Martti Ahtisaari, plus de 630 000 euros ont été récoltés auprès des Finlandais pour financer son organisation CMI.
HS

Coût de la vie

La Finlande à la neuvième place en Europe
Le niveau de prix de la consommation privée en Finlande est parmi les plus élevés en Europe, selon les chiffres publiés par l’Institut national d’études statistiques.
Le niveau des prix en Finlande dépasse la moyenne européenne de 21 % et la Finlande arrive ainsi neuvième parmi les Etats membres.
AL/A21

Numérique

La Finlande au deuxième rang parmi 22 pays
Selon un baromètre annuel sur le numérique de l’institut de recherche économique Etla, la Finlande, qui il y a un an était le premier pays en matière de numérisation, a été dépassée par la Norvège, dans une étude portant sur 22 pays et 36 différents facteurs.
Selon Petri Rouvinen d’Etlatieto, il ne s’agit pas du fait que la Finlande se serait affaiblie, mais plutôt du fait que d’autres pays ont développé leurs connaissances.
HS/A15

BEI

Alexander Stubb remplacera M. Vapaavuori
Alexander Stubb (Rassemblement national), ancien Premier ministre, a été désigné candidat de la Finlande pour le poste de vice-directeur de la Banque européenne d’investissements en succession de Jan Vapaavuori, devenu maire de Helsinki.
Pia Kauma d’Espoo deviendra députée à la place de M. Stubb.
AL/A6

Grèce

« Entente au sein de l’eurogroupe » HS
Le ministre des Finances Petteri Orpo a constaté que « la réunion s’est terminé, on est arrivé à un accord et cela a été un soulagement ». Pour lui, sans accord, on aurait eu beaucoup d’instabilité, outre en Grèce, dans la zone euro.
M. Orpo évoque le rôle du FMI en le considérant comme symbolique, surtout si on le compare à celui assumé il y a quelques années. L’Europe dispose désormais de ses propres mécanismes pour maîtriser les crises.
M. Orpo félicite les Grecs d’avoir fait ce qu’on leur a demandé de faire. Il s’est agi de décisions dures.
HS/A34

Economie

Social

Mouvement social au chantier naval de Turku
Le personnel du chantier naval Meyer de Turku a observé hier et aujourd’hui un mouvement de grève pour se plaindre des conditions de travail et du management.
Environ un millier des 1600 employés auraient observé ce mouvement selon les syndicats.
HS

France

Politique

« Le parti de M. Macron tourne autour de sa personne » HS
Helsingin Sanomat analyse la communication du parti du nouveau Président comparé à Steve Jobs à la tête d’Apple.
HS

Jeudi 15 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Changements au gouvernement et au Parlement
M. Orpo vice-premier ministre
En raison de la modification du raport de forces entre les groupes parlementaires de la coaltion gouvernemntale, ce n’est plus M. Soini mais M. Orpo qui est désormais vice-premier ministre.
Par ailleurs, la présidence du parlement devrait passer l’année prochaine au parti du Rassemblement national. De même dans les commissions parlementaires il devrait y avoir des changements afin que le gouvernemnt s’assure d’y disposer de la majorité.
HS AL

Comment l’opération de quitter les Vrais Finlandais s’est réalisée
Aamulehti rapporte que dès fin mai – début juin le premier ministre Juha Sipilä, le Ministre des Finances Petteri orpo et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini avaient discuté de la division possible du parti des Vrais Finladnais. « Il n’y a rien eu d’improvisé », souligne Lauri Nurmi (Aamulehti). Il a d’ailleurs écrit un article plus d’une semaine avant le congrès des Vrais Finlandais où il spéculait sur la possibilité que 20 députés quittent le parti si M. Halla-aho était élu président.
Helsingin Sanomat rapporte que c’est principalment le Ministre de la Défense jussi Niinistö qui a activement dirigé cette opéraiton, avec l’aide du ministre de l’emploi Jari Lindström et du Ministre des Affaires étrangères Timo Soini.
Il était particulièrement important pour les autres membres de la colation gouvernemntale, MM. Sipilä et Orpo, il était important que le gouvernemnt tienne et ne soit pas contraint de démissionner. Selon les juristes consultés, il fallait donc maintenir les mêmes ministres. C’est ce qui a permis aux cinq ministres des Vrais Finlandais d’être maintenus en dépit du fait qu’ils ne sont plus soutenus que par 20 députés au lieu de 37. Helsingin sanomat relève que les groupes parlementaires du parti du centre et du parti du rassemblement national ont exprimé des critiques contre cela car normalement, le nombre de portefeuilles dépend de la taille du groupe parlementaire.
Pour le politologue Markku Jokisipilä, un des obstacles à la coopération gouvernemntale entre les nouveaux Vrais Finlandais et MM. Sipilä et Orpo était l’intention de M. Halla-aho de nommer la députée Laura Huhtasaari comme ministre des Affaires étrangères. De plus, dans la perspective d’un renforcement de la défense européenne, « on n’aurait pas pu avancer avec des ministres qui demandent à ce que l’on se retire de l’UE », souligne M. Jokisipilä.
HS AL

Editorial
« La politique européenne de la Finlande clarifiée » HS
Helsingin Sanomat souligne que tant le Premier ministre juha Sipilä que le nouveau président des Vrais Finladnais Jussi Halla-aho ont affirmé que le principal écueil au maintien des Vrais Finlandais dans la coaltion avait été les différences de vues sur l’UE.
Après la décision britannique de quitter l’UE et l’arrivée de M. Trump au pouvoir, puis le renforcement des mouvements pro-européens, vont surgir des projets visant à approfondir la coopération des Etats membres en matière de défense, dans l’économie et les relations extérieures. Pour garantir sa position et ses intérêts la Finlande devra prendre des initiatives, estime l’éditorialiste.
Dès lors, continuer la coopération gouvernementale avec le groupe issu des Vrais Finlandais signifie certainement que ce groupe n’aura pas les mêmes réticences dans la politique européenne que le parti de M. Halla-aho. Cela irait mieux en le disant, conclut HS.
HS

Politique étrangère et européenne

Migration

Tentative de contrebande de personnes
Selon les gardes-frontières, 17 personnes sont passées en Finlande en contrebande dans un canot à moteur par le canal de Saimaa. L’équipage composé de trois Russes a été arrêté, et l’identité des personnes passées en contrebande est à l’étude.
AL/A15

Terrorisme

La Sureté nationale a relevé son évaluation sur une menace terroriste
Selon le chef de la Sûreté nationale, Antti Pelttari, la menace terroriste en Finlande est plus importante que jamais. La Supo, qui a donné une conférence de presse, hier, a adopté une nouvelle échelle pour évaluer la menace. Sur une échelle de quatre, la Supo situe la menace au niveau deux. La menace est accrue du fait que du point de vue de la propagande d’islamisme radical, le profil de la Finlande s’est renforcé, et du fait que les cibles de la lutte contre le terrorisme disposent de liens de plus en plus graves avec des activités terroristes.
Ces derniers temps, la Supo a également pris connaissance de projets et de plans terroristes plus graves qu’avant.
M. Pelttari ne précise pas si des enquêtes sont en cours concernant ces projets-là. Il relève que la Supo communique ses informations à la police judiciaire, qui note qu’elle dispose d’informations dont une partie mènent à des enquêtes.
La Supo évalue à 350 le nombre de personnes suivies pour terrorisme. Depuis 2012, il y a une augmentation de 80 %. Une partie accrue de ces personnes ont déjà participé à un conflit armé, en ont exprimé la volonté ou ont reçu une formation terroriste.
Des combattants partis de Finlande sont dans des positions importantes dans les rangs de Daech. Ils disposent, selon la Supo, de réseaux vastes à l’intérieur de l’organisation.
Selon Pekka Hiltunen, chercheur, la Finlande a jusqu’à présent été considérée comme plutôt neutre – et inconnue, alors qu’aujourd’hui, elle est cible de propagande, y compris en finnois. Elle est présentée comme hostile à l’égard de Daech, ce qui augmente le risque d’attaques en Finlande.
La police note qu’elle soutient la Supo par son renseignement et par son bilan actualisé sur la situation. Les gardes-frontières relèvent avoir renforcé les contrôles frontaliers.
M. Pelttari rappelle que la Finlande reste toutefois un des pays les plus sûrs au monde.
HS/A10

Propos de Leena Malkki, chercheur
Leena Malkki, chercheur spécialiste du terrorisme à l’Université d’Helsinki, ne s’étonne pas du fait que la Supo relève son évaluation sur la menace terroriste. La menace reste modéré, mais l’idée que quelque chose puisse se passer semble moins lointain qu’avant.
Les évènements dans des pays européens ces derniers temps et les observations concernant des réseaux existant en Finlande ont poussé à relever l’évaluation, selon elle.
Elle estime que l’atmosphère politique en Finlande s’est tendue. La probabilité d’une attaque religieuse ou politique n’est toutefois pas du tout la même qu’en Grande-Bretagne, par exemple, selon elle.
HS

Exposition universelle

La Finlande va montrer son excellence au Kazakstan
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande, qui n’avait pas de pavillon à la dernière exposition universelle de milan sera cette fois le seul pays nordique ayant un pavillon à l’exposition universelle d’astana.
Cela fait partie du programme du centenaire finlandais Suomi100.
Comme le thème de l’exposiiton est l’énergie du futur, la Finlande y exposera ses cleantech.
HS

Economie

Investissements

Le patronat EK prévoit une augmentation rapide pour les investissements
Selon une enquête effectuée par le patronat EK, les investissements fixes industriels augmenteront considérablement cette année. Ils seraient de 4,3 milliards d’euros contre 3,8 Mrds d’euros en 2016. EK note que les groupes du domaine énergétique seront particulièrement actifs pour investir cette année : une augmentation de 30 % est prévue, ce qui ferait s’élever les investissements à 2,9 Mrds d’euros.
Les investissements dans la R&D seraient toutefois toujours en baisse, ce qui est le cas depuis 2008. Penna Urrila, économiste en chef d’EK, note que c’est une évolution inquiétante mais pas inattendue.
HS/A37

Chiffres d’affaires

Industrie et services en hausse
L’industrie finlandaise se porte mieux désormais. Le chiffre d’affaires de l’industrie était de 12,2 % plus important en janvier-mars cette année qu’à la même époque en 2016. Les ventes finlandaises ont augmenté de 10 %, et le chiffre d’affaires concernant les exportations de 13,8 %, par rapport à l’année dernière.
L’industrie chimique a le plus accru, son chiffre d’affaires a augmenté de 20,9 %. Dans l’industrie métallurgique, l’augmentation était de 14,8 % alors que dans l’industrie agroalimentaire, elle n’était que 0,8 %.
Le secteur de services se porte plutôt bien aussi. Le chiffre d’affaires a augmenté de 7,7 % en janvier-mars par rapport à la même période en 2016.
HS/A37

Startups

Les startups veulent faire venir de la main d‘œuvre étrangère
Le syndicat des entreprises de logiciels souhaite que la Finlande s’inspire du Canada pour attirer de la maind ‘œuvre étrangère. Selon ce syndicat, le besoin serait d’environ 5 000 emplois par an dans le secteur.
Ce secteur est en effet en forte croissance, près de 90% des entreprises s’attendant à une augmentaiton de leur chiffre d’affaires cette année.
HS

France - Finlande

Cinéma

Festival du soleil de minuit
Helsingin Sanomat présente le festival du oleil de minuit qui accueille cette année notamment le réalisateur français Bertrand Bonello. Parmi les invités aussi cette année, la réalisatrice belge Chantal Ackerman.
HS

France

Politique

« Macron a bouleversé le paysage politique » Dem

Mercredi 14 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

« M. Soini continue à écrire l’histoire politique de la Finlande » HS
« M. Soini a détruit sa création et sauvé le gouvernement » HS

A la surprise générale, hier, le groupe parlementaire des Vrais Finlandais s’est scindé en deux. En effet, 20 députés ont décidé de quitter le groupe du parti désormais dirigé par M. Halla-aho pour créer leur propre groupe parlementaire, appelé Nouvelle alternative. Deux autres députés ont quitté le groupe sans pour autant de suite rejoindre le nouveau groupe. Ne sont restés dans le groupe des Vrais Finlandais que 15 députés sur les 37 initiaux.
Helsingin Sanomat rapporte que de nombreux députés des Vrais Finlandais envisageaient depuis quel temps de quitter le groupe si M. Halla-aho prenait la présidence du parti. Ce nouveau groupe n’a toutefois été créé que mardi. Il est présidé par le député Simon Elo, connu pour ses positions très dures sur l’immigration, rapporte HS.
Le nouveau groupe Nouvelle alternative a tenu une conférence de presse lors de laquelle M. Elo a déclaré que la création de ce groupe était une réaction à la façon dont M. Halla-aho a fait un coup d’Etat sur le parti durant le congrès de Jyväskylä.
Le groupe Nouvelle alternative a déclaré être prêt à continuer dans la coalition gouvernementale sur le programme actuel et avec les ministres actuels. Tous les ministres des Vrais Finlandais, M. Timo Soini (Affaires étrangères), M. Jussi Niinistö (Défense), M. Sampo Terho (Culture, sport et affaires européennes), M. Jari lindström (Emploi) et Mme Pirkko Mattila (Affaires sociales) font désormais partie du groupe Nouvelle alternative.
Désormais le gouvernement peut compter sur une majorité de 106 députés.
Helsingin Sanomat estime que le calme dont le premier ministre Juha Sipilä et le Ministre des Finances Petteri Orpo ont fait preuve lundi soir quand ils ont annoncé leur intention de demander la démission du gouvernement laisse penser qu’ils avaient eu vent d’une scission du groupe des Vrais Finlandais. Pour Aamulehti, M. Sipilä savait qu’une scission du groupe des Vrais Finlandais se préparait.
Mardi après-midi, M. Sipilä a néanmoins pris l’avion pour se rendre à la résidence d’été du Président Sauli Niinistö, pour lui remettre sa démission. Juste avant d’arriver, il a néanmoins fait demi-tour après avoir été informé de la création du nouveau groupe parlementaire de la Nouvelle alternative.
M. Sipilpä a tenu à l’aéroport de Turku une conférence de presse pour indiquer que la crise gouvernementale était terminée et que son gouvernement pouvait continuer.
Il a déclaré avoir consulté des juristes qui lui ont confirmé que si la composition du gouvernement ne changeait pas et si le programme gouvernemental était maintenu, un changement dans les groupes parlementaires ne motivait pas une démission du gouvernement. Il a néanmoins indiqué qu’il ferait une déclaration suivie d’un vote au parlement.
La présidente du parti populaire suédois Mme Henrikson a déclaré à STT que, selon elle, la pseudocrise gouvernemntale avait été préparée à l’avance.
Les ministres sont donc maintenus dans leurs fonctions. M. Timo Soini devrait continuer comme Ministre des Affaires étrangères. C’est Sampo Terho qui sera en charge de la coopération gouvernementale avec les chefs des autres partis de la coalition pour former, avec MM. Sipilä et Orpo, le trio chargé de régler les différends au gouvernement.
MM. Orpo et Sipilä ont souligné que les partis au gouvernement partageaient les mêmes valeurs. Pour le Rassemblement national il est important que les députés soient engagés en faveur de la politique européenne. « ce groupe est plus uni que celui que nous avions avant », a souligné M. Orpo.
Le Président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a déclaré qu’il ne s’attendait pas à un départ si massif de députés. Il a indiqu é quels députés qui quittaient son groupe seraient exclus du parti.
Le groupe Nouvelle alternative a indiqué qu’il était possible qu’un parti politique soit aussi constitué et que le nom utilisé actuellement n’était peut-être que provisoire.
Helsingin Sanomat relève que la scission du groupe parlementaire aura des effets dans de nombreux conseils municipaux où l’on verrait des scissions des groupes Vrais Finlandais. C’est notamment le cas à Helsinki, Espoo et Vantaa.
HS

Editoriaux et commentaires
« La crise a accouché d’un gouvernement quasiment inchangé » HS
« On avait commandé une farce, on a eu une farce » AL
Helsingin Sanomat souligne que finalement le principal changement du point de vue du gouvernement est que sa majorité parlementaire est un peu réduite. Mais pour la poursuite du programme gouvernemental cela ne devrait pas être décisif car, par exemple, la réussite de la réforme des services sociaux et de santé dépend plus de leur constitutionnalité que de la taille de la majorité, estime HS. Et le programme gouvernemental est inchangé. L’opposition a un groupe de plus, mais on ne peut imaginer que le front de l’opposition sera plus homogène.
Pour la politique finlandaise, d’aitres questions se posent dans la perspective des prochaines élections d’avril 2019. Et notamment la création d’un nouveau parti. Il y a de nombreuses questions ouvertes, estime HS.
Pour Aamulehti, il s’agit d’une véritable farce politique. L’éditorialiste juge que, en dépit des apparences, « le besoin d’organiser de nouvelles élections semble renforcé même si, comme par magie, on a fait disparaître la crise de gouvernement ».
HS AL

Politique étrangère et européenne

Climat

Le réchauffement climatique ne semble pas se ralentir
Helsingin Sanomat publie un point de vue du Directeur de l’institut météorologique de Finlande Juhani Damski qui souligne que dans les zones arctiques et septentrionales les effets du réchauffement climatique sont les plus dramatiques. Pour la Finlande, un réchauffement de 6 à 8°C est même à craindre.
HS

Migration

Situation en matière de sécurité en Irak, en Somalie et en Afghanistan
Selon l’Office national de l’immigration, Migri, la situation en matière de sécurité s’est détériorée dans certaines régions en Irak, en Somalie et en Afghanistan. Ces pays restent instables, mais Migri ne prévoit aucun changement dans le nombre de décisions favorables en matière de demandes d’asile.
Une migration interne dans ces pays est toujours considérée comme une option, selon Migri.
HBL/9

Economie

Economie

La Banque de Finlande prévoit une croissance de 2,1 %
L’économie se renforce mais continue à s’endetter
La Banque de Finlande a revue à la hausse sa prévision économique. La croissance économique s’accéléra mais ne suffira pas pour autant à arrêter l’augmentation de l’endettement.
Le PIB augmentera de 2,1 % cette année, de 1,7 % en 2018, et de 1,4 % en 2019. Outre les exportations, la consommation privée et les investissements augmenteront cette année.
Juha Kilponen, chef des prévisions, relève que la croissance pourra être plus importante que cela si les investissements augmentent plus que prévu. Il note qu’il est difficile de prévoir l’augmentation de nouveaux investissements.
En mars, la Banque de Finlande avait prévu une augmentation de 1,6 %, 1,5 % et de 1,3 % pour les trois années en question.
Malgré les perspectives optimistes, la Banque de Finlande considère toujours l’état de l’économie comme vulnérable.
La dette publique atteindra le niveau de 67 % du PIB d’ici 2019. Cette année, elle s’élève à 65 % du PIB.
HS/A30

Universités

Selon une étude, les universités rapportent 14,2 Mrds d’euros à l’économie publique
Une étude récente effectuée par le consultant écossais Biggar Economics, confirme que l’investissement dans l’éducation et la recherche est rentable. Les universités finlandaises rapportent 14,2 milliards d’euros par an à l’économie publique et emploient plus de 130 000 personnes directement ou indirectement.
Un euro investi dans les universités rapporte ainsi au moins cinq euros, note Leena Wahlström d’Unifi, Union des universités finlandaises, sans aucunement souhaiter minimiser la valeur des universités au niveau de la culture.
En 2015-2016, il y avait 148 000 étudiants et 32 000 employés dans les universités finlandaises. Leur budget total s’élevait à 2,7 milliards d’euros.
HS/A31

France

Politique

« La révolution des nouveaux venus en politique » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage dans le pas de Calais sur les nouveaux venus en politique en situation d’être élus au parlement sur les listes de La république en marche.
HS

Mardi 13 juin 2017

Politique intérieure

Gouvernement

« Halla-aho rejeté – M. Sipilä recherche de nouveaux partenaires gouvernementaux » HS
« Les différends sur les valeurs ont causé la chute du gouvernement » HS

Un entretien entre les chefs des trois partis de la coalition : le Premier ministre Juha Sipilä (Centre), le ministre des Finances Petteri Orpo (Rassemblement national) et le nouveau président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho, s’est terminé sur le constat que le gouvernement allait tomber, rapporte Helsingin Sanomat.
Le quotidien souligne que l’élection de M. Halla-aho et de ses partisans à la tête du parti ont profondément modifié les Vrais Finlandais. Lundi, cela a modifié tout le système politique finlandais.
En effet, MM. Sipilä et Orpo ont tenu une conférence de presse commune pour indiquer que leurs partis ne pouvaient plus continuer la coopération gouvernementale avec les Vrais Finlandais. Ils ont indiqué que les motivations à la démission du gouvernement étaient principalement les différences de valeurs avec les Vrais Finlandais. M. Sipilä a aussi indiqué qu’il ne semblait pas possible, pour un chef de parti, de participer à la coopération gouvernementale depuis Bruxelles. Enfin, il a indiqué que les probables choix de ministres qu’aurait présenté M. Halla-aho risquaient de poser des difficultés.
M. Sipilä a indiqué qu’il allait donc très probablement aujourd’hui présenter la démission de son gouvernement au Président Sauli Niinistö.
Hier soir, les groupes parlementaires du Centre et du Rassemblement national ont approuvé le projet de démission du gouvernement.
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais se réunit aujourd’hui à 13h.
M. Sauli Niinistö a indiqué qu’il souhaitait que la Finlande se dote rapidement d’un nouveau gouvernement majoritaire.
HS

« Vers un gouvernement Sipilä II » HS
M. Sipilä a annoncé qu’il attendrait formellement la réunion du groupe parlementaire des Vrais Finlandais avant de se rendre chez le Président pour remettre la démission de son gouvernement. Il le fera donc ce soir.
Après cela, le président du plus grand groupe parlementaire, le centre, M. Antti Kaikkonen réunira les présidents des autres groupes parlementaires pour s’accorder sur ce que le président du parti ayant le plus de sièges, soit M. Sipilä essaye de former un gouvernement.
Il devrait envoyer à tous les chefs de partis une série de questions. « L’objectif est d’obtenir un gouvernement le plus rapidement possible et sur une base qui va le plus possible respecter l’actuel programme gouvernemental », a-t-il dit. « Je pense leur demander s’ils veulent entrer au gouvernement et ce qui, dans l’actuel programme gouvernemental devrait être changé ».
M. Sipilä indique que le Centre et le rassemblement national pont pris consciemment le risque de s’engager dans des négociations qui pourraient être longues.
On estime que le parti populaire suédois et les chrétiens-démocrates pourraient participer à la coalition. Cela ferait, une coalition de 101 députés.
Helsingin Sanomat souligne que la démission du gouvernement ouvre une période d’instabilité pour de nombreux projets en cours. Pour le parti du Centre, la réalisation de la réforme des services sociaux et de santé et la création des régions sont une priorité. Pour le parti du Rassemblement national, la liberté de choix entre public et privé et l’ouverture de ces services à la concurrence sont une priorité.
MM. Orpo et Sipilä ont fait comprendre hier que si les nouveaux partis qui souhaitent entrer au gouvernent ne sont pas favorables à la réforme des services sociaux et de santé, il sera impossible de former un gouvernement et il faudra en passer par les urnes, écrit HS.
Le parti populaire suédois devrait demander à ce que l’hôpital de Vaasa, qui avait été déclassé par la réforme Sote, soit rétabli dans ses fonctions.
Une autre réforme en cours concerne la législation sur l’alcool ; si les chrétiens-démocrates entrent au gouvernement, il est peu probable que cette réforme puisse passer car ce parti s’y oppose. Cela pourrait d’ailleurs lui suffire, note HS.
Kauppalehti souligne pour sa part que le nouveau programme gouvernemental pourrait être plus européen et plus ouvert sur le monde. Ainsi le projet de la ministre de l’intérieur d’augmenter les quotas de réfugiés pourrait se réaliser.
HS

« Les écrits de M. Halla-aho étaient peut-être inacceptables pour le gouvernement » HS
Helsingin Sanomat publie des extraits de blogs de M. Halla-aho qui ont motivé MM. Orpo et Sipilä à juger que les différences de valeurs avec le nouveau président des Vrais Finlandais étaient vraiment trop importantes pour une coopération gouvernementale.
HS

« Tous les partis ne peuvent plus entrer dans une coalition » KS
Le politologue Markku Jokisipilä souligne que c’est un changement important dans la vie politique finlandaise : désormais tous les partis ne sont plus considérés comme pouvant potentiellement entrer dans n’importe quelle coalition gouvernementale. « Il faut revenir à la période d’avant 1987, quand le rassemblement national était considéré comme impropre à gouverner en raison de sa politique étrangère », souligne-t-il.
Jusqu’à présent tous les partis étaient considérés comme pouvant participer à une coalition gouvernementale.
M. Jokisipilä estime que le cordon sanitaire érigé par les autres partis pourrait aussi profiter aux Vrais Finlandais en termes d’audience.
KS

Editoriaux et commentaires
« La seule bonne solution » HS
« La limite a été atteinte » HS
« La Finlande ne peut pas se payer le luxe de s’isoler » KL
Teemu Lukka dans Helsingin Sanomat défend la décision de MM. Sipilä et Orpo de mettre fin à la coopération gouvernementale avec les Vrais Finlandais. Selon lui, il est clair que la coopération serait devenue impossible. C’était aussi la seule solution possible pour la réputation de la Finlande et pour le centre et le Rassemblement national.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat considère que le système politique finlandais a passé un test : il fallait empêcher que l’on puisse penser que M. Halla-aho puisse faire entrer dans le gouvernement ses propres valeurs avec l’assentiment des autres partis.
Kauppalehti souligne que les Vrais Finlandais font partie de la même famille de partis nationalistes européens que les démocrates suédois, le Front national ou Ukip. Les audiences de ces mouvements sont sujettes à de forts changements et il ne semble pas que le « nouveau » parti des Vrais Finlandais puisse rapidement devenir un mouvement de masse. « La Finlande est un petit pays dont l’économie dépend des exportations, elle ne peut pas se payer le luxe de s’isoler », souligne KL.
KL

Réforme des services sociaux et de la santé

Panique dans des communes pour conclure des contrats
Selon Tuomas Pöysti, une méfiance en ce qui concerne l’administration régionale constitue un mauvais point de départ pour la réforme
Keskisuomalainen rend compte des propos de Tuomas Pöysti, sous-secrétaire d’Etat chargé de la réforme des services sociaux et de la santé, qui estime que beaucoup de communes prennent des décisions hâtives dans l’organisation de leurs services sociaux et de santé, à la veille des réformes concernant les services et les régions.
Il estime que lorsqu’il ne s’agit pas d’un intérêt de long terme pour les communes, concernant les négociations pour les contrats, celles-ci peuvent se contenter de termes peu avantageux en matière de contrats. Selon M. Pöysti, des entreprises et des communes ont abusé de cette disposition concernant les négociations. Il souligne que l’on peut conclure des contrats égoïstes du point de vue de la commune ou concernant toute la région, de même des contrats à courte vue ou prévoyants.
M. Pöysti rappelle que du point de vue de la Constitution, on peut difficilement restreindre les communes dans leur liberté concernant les contrats. Plus tard, ces contrats seront contraignants pour les régions qui auront à gérer ces services, ce qui préoccupe M. Pöysti.
KS/9.6/14

Politique étrangère et européenne

Kultaranta talks

Propos du Prix Nobel Bengt Holmström
Le Président Sauli Niinistö a évoqué des défis d’avenir avec Bengt Holmström, Prix Nobel de sciences économiques, hier. M. Holmström se dit inquiet des résultats d’une étude selon laquelle les jeunes apprécient de moins en moins la démocratie. Contre 75 % des jeunes il y a vingt ans, aujourd’hui seuls 25 % des jeunes interrogés considèrent la démocratie comme absolument importante. Il se demande si, avec les médias sociaux, on ne vit pas dans un monde post-démocratique.
Pour lui, remettre en cause la démocratie représentative – en Finlande, aux Etats-Unis et partout ailleurs – est le plus grand souci pour l’économie mondiale, après les guerres.
M. Holmström se félicite du fait que l’UE examine « enfin » les grandes questions telles que la défense. L’Europe est actuellement face à une situation préoccupante, mais elle dispose de l’opportunité d’engager de nouvelles orientations. Pour lui, le Président Trump a servi à réveiller l’Europe.
Concernant la Finlande, M. Holmström estime que malgré les signaux de croissance, la situation reste inquiétante. Pour lui, le mouvement syndical dispose d’un rôle excessivement fort. Il réclame des réformes et une flexibilité sur le marché de travail.
Concernant la politique plus généralement, il estime qu’elle est devenue trop transparente. La tendance qui souligne l’ouverture et la transparence fait que les citoyens commencent à considérer toutes les solutions politiques comme mauvaises. Trop de publicité fait que les décisions peuvent paraître fausses. Cela peut mener à une situation où les électeurs se méfient des personnalités politiques expérimentées et optent pours d’autres qui n’ont pas souffert de scandales. Ainsi, les politiciens n’osent pas prendre de décisions tranchantes, regrette M. Holmström. Pourtant, les citoyens ne disposent pas suffisamment d’informations concernant l’ensemble et le contexte des questions qu’ils critiquent.
Selon M. Holmström, il s’agit de la confiance dans la démocratie représentative. La tendance actuelle peut mener à ce que des dirigeants forts surgissent. Si les jeunes ne comptent pas sur la démocratie représentative, peut-être qu’un jour, il y aura un système post-démocratique. Un tel modèle inconnu serait dangereux, selon M. Holmström.
HS/A12, AL/A9

Immigration

L’Office national de l’immigration réprimandé
Le chancelier de la Justice a fait des reproches à Migri concernant la gestion de plusieurs cas de demandes d’asile. La plupart du temps, il s’agit de délais longs d’étude des dossiers. Dans un cas, un demandeur d’asile a été soumis à un test pour déterminer son âge. Le test a été effectué neuf mois après l’arrivée en Finlande de la personne en question, délai trop long, selon Petri Jääskeläinen, chancelier de la Justice. Il rappelle que, concernant les mineurs, le besoin de protection juridique est accentué.
Dans deux autres cas, le test a été effectué un an après l’arrivée en Finlande des intéressés, et l’étude du dossier a pris 17 mois dans sa totalité.
Dans un cas de demande de nationalité finlandaise, l’étude du dossier a pris 21 mois.
HS/A12

Terrorisme, trafic de personnes

Propos du chercheur du CMI, M. al-Taee
Keskisuomalainen publie un article sur les liens entre les groupements terroristes et l’organisation des entrées clandestines de personnes en Europe. Hussein al-Taee, chercheur au sein de Crisis Management Initiative, estime que les grandes organisations criminelles et terroristes disposent de moyens nécessaires pour le trafic de personnes. Les prix ont augmenté et l’activité est devenue de plus en plus professionnelle. Les recettes bénéficient à ces organisations-là.
Jari Liukku, chef chargé de la lutte contre la criminalité organisée et grave au sein de l’Europol, estime lui aussi que le rôle des organisations terroristes a augmenté. Le passage en contrebande de personnes est lié à la contrebande de drogues, de produits piratés, et d’armes, ainsi qu’à la traite des personnes.
KS/24

Défense

Un nouveau pas pour la coopération européenne en matière de défense à Tampere
Le chef de l’état-major militaire de l’UE, le général de corps d’armée Esa Pulkkinen estime que l’UE ne prendra pas la responsabilité militaire de l’Europe tant que l’OTAN existera.
Un nouveau pas pour la coopération européenne en matière de défense a été pris à Tampere le 9 juin, sous forme de vidéoconférence, lorsque le général de corps d’armée Esa Pulkkinen a pris la tête des opérations de formation UE en Somalie, en République centrafricaine et au Mali. Il aura sous ses ordres trois généraux et près de mille soldats de l’UE.
Le général Pulkkinen assure que l’UE, qui s’intéresse surtout à l’Afrique et au Proche-Orient, n’a pas pour but de remplacer l’OTAN. De même, il considère que la coopération européenne de défense dispose de tous les moyens pour se faire un profil complémentaire au sein de l’OTAN qui, seule, ne pourra pas se préparer à faire face à toutes les menaces venant de l’extérieur.
« La lutte contre le terrorisme et les cybermenaces sont des éléments concrets que nous pourrons commencer à développer très prochainement mais tout dépendra de ce que veulent les pays membres », explique Pulkkinen.
« Parmi les pays de l’UE, c’est surtout la Grande-Bretagne qui, en cherchant à éviter les clashs avec les intérêts de l’OTAN, mettait des bâtons dans les roues de l’extension de notre coopération en matière de défense. Et malgré cela, avec le Brexit nous perdons plus que nous ne gagnons. La Grande-Bretagne investissait beaucoup dans sa défense et son départ aura un effet sur la crédibilité de la politique de défense de l’UE », estime Pulkkinen.
Selon le général, l’Europe a encore des leçons à apprendre sur une bonne utilisation des fonds de défense. « L’UE possède un trop grand éventail d’équipements militaires qui lui fait perdre de l’argent. C’est aussi le cas pour son administration », conclut Pulkkinen.
AL10.6/A13

Projet HX
Saab évoque la possibilité d’une participation de la Finlande à la production et au travail de conception des chasseurs
Saab signale que le modèle Jas Gripen E fera très prochainement son vol d’essai, attendu depuis plusieurs mois.
Pour favoriser le choix de l’alternative suédoise, Saab a laissé entrevoir la possibilité d’une participation finlandaise sur le « cours de la production » des chasseurs depuis la fabrication des pièces jusqu’au montage final. Selon le directeur de campagne de Saab, Magnus Skogberg, les différentes alternatives sont actuellement évoquées en collaboration avec l’industrie finlandaise. En effet, la Finlande pourrait, à la manière du Brésil qui a déjà acheté des avions Gripen, créer un centre de conduite des opérations spécial Gripen pour des tests et un travail de conception et de développement.
KS10.6/15

Economie

Prévisions de croissance

Nordea prévoit une croissance de 3%
La banque Nordea a revu ses prévisions de croissance à la hausse pour la Finlande : elle prévoit 3% pour cette année (contre 1,3% précédemment). L’économiste de Nordea souligne que, sur les statistiques du début d’année, le rythme est même de 3,5%.
Nordea prévoit que la croissance se ralentira en 2018, à 2% (contre 1,5% précédemment) et en 2019, à 1%.
HS

France – Finlande

Nucléaire

« Olkiluoto3 enfin prêt » HS
« 8 ans et 5,5 milliards de plus que prévu » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le réacteur EPR d’OL3 devrait être mis en marche l’année prochaine. Le quotidien publie un reportage sur le site et une interview du directeur de projet Jouni Silvennoinen (TVO). TVO a organisé une conférence de presse lundi suite aux tests à froid réalisés à Olkiluoto.
HS

Littérature

Paola Pigani aux rencontres de Lahti
L’écrivain française Paola Pigani participera aux rencontres internationales des écrivains à Lahti les 16 et 17 juin.
HS

France

Politique

« Macron a fait sauter la banque pour la seconde fois » AL
« L’abstention renforce Macron » Hbl
La presse rapporte le résultat du premier tour des élections législatives marqué par les bons scores des candidats de La République en marche.
HS AL KS Hbl

Editoriaux et commentaires
« C’est en France et pas à Jyväskylä que l’on fixe la direction de l’Europe » HS
« Une révolution à la française » KL
« L’Obama européen devra faire face aux syndicats et à la rue » HS
Helsingin Sanomat estime que le résultat du premier tour des élections législatives est une nouvelle victoire pour les forces politiques pro-européennes. La marche des nationalistes populistes qui a balayé la Grande-Bretagne n’aura pas touché la France juge HS.
HS
Lundi 12 juin 2017

Politique intérieure

Vrais Finlandais

« La victoire de Halla-aho fait trembler le gouvernement » HS
« La révolution des partisans de M. Halla-aho » HS
« Un coup de froid sur le gouvernement » AL
« Une victoire écrasante » KS
L’eurodéputé Jussi Halla-aho a été élu au premier tour avec 56,2% des voix nouveau président du parti des Vrais Finlandais.
En dépit de l’appui de M. Soini qui présidait le parti depuis vingt ans, le ministre des Affaires européennes Sampo Terho M. Terho a donc été défait par Halla-aho qui avait axé sa campagne sur une ligne dure tant contre l’immigration que contre l’intégration européenne. Les partisans de M. Halla-aho occupent désormais tous les sièges de la direction des Vrais Finlandais. Les candidats soutenus par Jussi Halla-aho aux trois vice-présidences du parti, les députés Laura Huhtasaari, Teuvo Hakkarainen et Juho Eerola, ont tous été largement élus. La supériorité de M. Halla-aho se concrétise par le fait que sa candidate, Mme Laura Huhtasaari, a battu le ministre de la défense Jussi Niinistö pour le poste de premier vice-président. Helsingin Sanomat souligne qu’il s’agit d’une vrai révolution : alors que les ministres Terho et Niinistö avaient formé un ticket pour diriger le parti, ils ont été balayé et, avec eux, c’est tout l’héritage populiste de M. Soini qui est parti. Les Vrais Finlandais sont devenus en un jour un parti moderne d’extrême-droite comme les démocrates suédois.
Les autres candidats de la ligne dite « réservée sur l’immigration » complètent donc cette domination. Seule réélue, la secrétaire générale du parti Mme Riikka Slunga Poutsalo, avait elle aussi signé le manifeste sur l’immigration de M. Halla-aho.
Dès l’élection connue, le Ministre des Finances et président du parti Kokoomus Petteri Orpo a déclaré qu’il fallait « réfléchir quant à savoir si la conditions d’un maintien de la coopération gouvernementale sont toujours réunies ».
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré lui aussi que cette élection « tait un défi pour le gouvernement ».
M. Halla-aho a informé le Premier ministre qu’il était favorable au maintien de son parti dans le gouvernement mais qu’il ne souhaitait pas « rester au gouvernement à n’importe quel prix si on ne progresse pas sur les questions importantes pour les Vrais Finlandais et sur lesquelles il existe des objectifs communs aux partis de la coalition ». Il faisait référence directement à certaines mesures sur l’immigration et à des questions européennes.
Selon le président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, M. Kankaanniemi, le programme gouvernemental contient 80 mesures sur l’immigration et beaucoup reste encore à réaliser.
Selon la chercheuse Mari K. Niemi, la victoire de M. Halla-aho transforme clairement le parti des Vrais Finlandais qui coupe le cordon avec sa base populiste agrarienne et devient un parti européen moderne d’extrême-droite, comme le parti des démocrates suédois ou le parti du peuple danois. Selon Yle, M. Halla-aho envisageait de changer de groupe au parlement européen : quitter le CRE pour rejoindre l’ELDD où il était avant.
Mme Huhtasaari a souligné que « les Vrais Finlandais se placent désormais là où naissent les partis populistes européens et deviennent un parti nationaliste moderne ».
M. Halla-aho a répété que, selon lui, il n’est pas bon que l’ancien président Timo Soini continue comme ministre des Affaires étrangères. Il a déclaré qu’il avait une idée sur le nom du prochain ministre des Affaires étrangères mais n’a pas souhaité l’annoncer.
HS KS AL yle

« La démission du gouvernement est probable » AL
La présidente du parti de l’Alliance des Gauches Li Andersson a demandé de nouvelles élections.
Parmi le parti conservateur Kokoomus, membre de la coalition, les députés européens Hanna Virkkunen et Sirpa Pietikäinen ont jugé qu’une coopération gouvernementale avec les Vrais Finlandais de M. Halla-aho était inenvisageable. Le nouveau maire d’Helsinki Jan Vapaavuori a déclaré la même chose.
Le parti populaire suédois et le parti des Chrétiens-démocrates ont annoncé qu’ils étaient prêts à négocier une possible entrée au gouvernement a annoncé STT.
Selon l’agence de presse STT, les partis au gouvernement réfléchiraient à plusieurs options : soit continuer dans la coalition actuelle avec les Vrais Finlandais pour boucler la réforme des services sociaux et de santé, soit changer de coalition au profit des deux partis de droite de l’opposition le parti populaire suédois et le parti chrétien-démocrate, soit enfin envisager de négocier avec le PSD.
Dans le cas d’une démission du gouvernement, le président Sauli Niinistö a annoncé, dimanche, que la solution naturelle serait alors de chercher à former une nouvelle coalition gouvernementale. Ce n’est que si cela n’était pas possible, selon lui, qu’il faudrait alors envisager de nouvelles élections.
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré qu’il n’envisageait pas de durcir la politique de son gouvernement ni sur l’immigration ni sur l’UE.
Il a annulé sa participation à la table-ronde organisée par le Président Sauli Niinistö et « vidé son agenda » sur les trois prochains jours. Il a convié les présidents des autres partis de la coalition, M. Halla-aho et M. Orpo pour des négociations lundi 12 juin à 10h. A midi, le président des Vrais Finlandais a quitté ces négociations sans faire de déclaration.
Les groupes parlementaires des deux autres partis de la coalition, le Centre et le Kokoomus vont se réunir lundi soir.
HS KS AL Yle

Editoriaux
« La mue des Vrais Finlandais » HBL
« Une période trouble après le règne de M. Soini » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat compare le congrès des Vrais Finlandais à un parricide où l’on a tué le père, c’est-à-dire Timo Soini. Cela change durablement ce parti et le spectre politique finlandais : le parti populiste attrape-tout de M. Soini devient un mouvement anti-immigré et anti-UE. Ils ont beaucoup de partis similaires en Europe. La question est désormais de savoir qui voudra s’allier à eux en Finlande car dans aucun autre pays ils ne sont au gouvernement.
L’éditorialiste d’Hufvudstadsbladet rappelle que l’incertitude sur ce qui va se passer dans la politique intérieure est importante. Il note que l’on ne connaît toutefois pas quelle est la part de membres ou électeurs du parti qui sont favorables à Jussi Halla-aho. Les mille personnes ayant voté pour sa présidence représentent 10 % des membres du parti.
L’éditorialiste spécule sur l’éventualité que le Centre et le Rassemblement national veuillent ou non continuer la coopération gouvernementale avec M. Halla-aho à la tête des Vrais Finlandais. S’ils souhaitent poursuivre la coopération, cela signifie qu’ils ferment leurs yeux concernant ce que représente M. Halla-aho. L’éditorialiste rappelle que jusqu’à présent, une personne avec les valeurs de Halla-aho n’a jamais fait partie d’un gouvernement d’un Etat de l’Europe occidentale. La Finlande, pourrait-elle constituer l’exception ?
Ce matin, l’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que la situation politique actuelle pourrait avoir des conséquences pour le Parti suédois. Ce parti qui traditionnellement avait depuis longtemps participé au gouvernement est dans l’opposition depuis deux ans. Cela nécessite du calme et de la réflexion de la part du parti car si le gouvernement change, il faudra négocier un nouveau programme du gouvernement. L’éditorialiste note que dans son discours, lors de la réunion du Parti suédois, ce week-end, la présidente Anna-Maja Henriksson a évoqué l’importance d’une réforme de la politique familiale, l’investissement à l’éducation, l’augmentation du quota de réfugiés, une hausse de crédits au développement et une politique européenne active. La liste des priorités du parti est longue.
L’éditorialiste estime que les jours qui viennent, on va pouvoir peser les valeurs que le Centre et le Rassemblement national disent qu’ils soutiennent.
HBL/dim/30, lun/16

Politique étrangère et européenne

Débat organisé par la présidence sur la défense et la sécurité

Participation de Federica Mogherini aux Kultaranta talks
« La volonté des Européens de se préoccuper de leur défense est forte » AL

Le Président Niinistö a inauguré, hier, l’évènement « Kultaranta talks » en rappelant l’importance pour l’Europe de plus investir dans sa sécurité.
François Heisbourg, directeur de l’International institute for Strategic studies, qui a modéré le débat, a posé aux intervenants la question de savoir quelle a été leur réaction aux propos de Mme Merkel sur le destin de l’Europe suite à la visite de M. Trump. Federica Mogherini, Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et de la sécurité, a dit que l’UE était arrivée à la même conclusion il y a déjà douze mois. Elle a présenté, avec le vice-président de la Commission Jyrki Katainen, mercredi dernier, un papier sur le renforcement de la coopération de défense et estime que l’on avance désormais très rapidement dans cette question et plus concrètement que durant les dix à quinze dernières années. Selon elle, 80% des Européens le souhaitent. Elle souligne que se charger de son destin se fait parce que l’UE le veut bien et non pas parce que quelqu’un nous le demande.
« Toute union digne de ce com doit assurer la sécurité de ses citoyens », a affirmé le président Niinistö.
« Nous ne parlons pas de sécurité collective, ou au moins pas encore », a-t-il toutefois dit aussi. Il a néanmoins souligné que, les projets de la commission, qui comprenaient trois scenarios menaient finalement tous à un seul chemin où l’on marche vers une défense commune.
Rose Gottemoeller, secrétaire général adjointe de l’OTAN, a souligné que l’OTAN n’envisageait pas de se retirer de l’Europe.
Aamulehti rappelle que le sujet de la défense européenne est un des sujets de prédilection du Président Niinistö et qu’il a du être fâché que le congrès des Vrais Finlandais lui fasse de l’ombre. Le quotidien estime pour sa part que les débats de cette année étaient un peu une redite de ceux de l’année dernière.
HS/lun/A14 KS AL

Politique européenne

Déclarations de M. Lipponen
La correspondante à Berlin de Helsingin Sanomat a suivi l’ancien premier ministre paavo Lipponen en visite à Berlin pour le vernissage d’une exposition de sa fondation.
L’ancien premier ministre social-démocrate presse l’actuel PM Juha Sipilä à avoir une politique européenne plus active. Il juge que le Brexit aurait du ouvrir les yeux du gouvernement et le pousser à prendre des initiatives. « Le Brexit signifiera un pouvoir accru des pays du Sud de l’Europe juge M. Lipponen.
Il juge qu’après les élections en Allemagne, la France et l’Allemagne vont lancer des réformes en Europe et qu’il faut absolument que la Finlande y participe.
« C’est la préparation du départ. Il n’y aura pas de vacances d’été. L’agenda de l’Europe ne va pas attendre les vacances des Finlandais : le gouvernement doit être actif et rencontrer ses collègues en Europe. C’est encore la phase où on peut influencer, il faut donc se bouger ».
HS

Editoriaux
« L’UE doit se fixer des priorités » KL
Kauppalehti juge que l’UE doit apprendre des crises et éviter d’en connaître de nouvelles. C’est pourquoi, dans le débat sur l’avenir de l’UE, le quotidien économique juge qu’il faudrait choisir l’alternative consistant à ce que l’UE se concentre sur certains objectifs comme le marché intérieur ou le marché numérique. La promotion du libre-échange et la coopération de défense font aussi partie des questions clés. Néanmoins, l’un des facteurs de crise en Europe a été d’essayer d’approfondir l’intégration dans de nombreux domaines en même temps et de s’élargir au même moment. C’est pourquoi l’éditorialiste juge que l’UE doit se fixer des priorités.
KL

« Nous ne sommes pas de la même famille » HS
Helsingin Sanomat revient sur le débat actuel concernant la possibilité de mutualiser une partie des dettes en lançant des eurobonds.
L’éditorialiste se demande quelle est la motivation pour cela. En effet, est-ce qu’il y a des Etats qui ont du mal à trouver des financements ? Pas actuellement.
Or, le modèle des eurobonds tendrait à diminuer les risques en lissant les différences de taux d’emprunts entre les Etats. Or, il ne serait pas raisonnable d’avoir une politique qui tende à couper le lien entre les causes (mauvaise politique budgétaire) et les conséquences (fort taux d’emprunts). En tous cas pas du point de vue des Etats rigoureux. En effet, ces Etats empruntent quasiment gratuitement. Quelle serait donc leur motivation de s’engager avec des Etats qui n’inspirent pas la confiance ? Aucune.
Ce modèle pourrait convenir dans un vrai Etat fédéral. Mais l’UE n’en est pas un, conclut HS.
HS

Royaume-Uni

Selon MM. Sipilä et Soini, les négociations sur Brexit pourraient prendre du retard
Le Premier ministre Juha Sipilä (Centre) constate que le peuple britannique s’est exprimé et que, pendant un moment, la situation restera un peu confuse jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement. Pour la Finlande, il importe que ce gouvernement soit formé rapidement afin que l’on puisse respecter le calendrier des négociations sur le Brexit.
M. Sipilä note que, comme la Grande-Bretagne est un partenaire commercial important pour la Finlande, il serait positif que le commerce ne souffre pas d’obstacles supplémentaires.
Une priorité des négociations sera de se mettre d’accord sur le statut des Finlandais et des nationaux européens en Grande-Bretagne et de celui des Britanniques dans l’UE. Selon M. Sipilä, il faudra se mettre d’accord sur un cadre économique dans la première phase des négociations.
Pour lui, il est peu probable que l’on puisse entamer les négociations le 19 juin comme prévu. Elles ne devraient toutefois pas prendre plus de retard que nécessaire pour la formation de la coalition gouvernementale.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini (Vrais Finlandais) estime que Mme May arrivera à former un nouveau gouvernement. Pour lui, le résultat des élections n’aura aucun effet sur les relations entre la Grande-Bretagne et la Finlande. Il pense lui aussi que le début des négociations sur le Brexit pourrait être reporté.
HS/sam/B3

Editoriaux
« Les Britanniques ont rejeté la ligne de Mme May » HS
« Pas de victoire pour les conservateurs, mais plus d’instabilité » KS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que c’est M. Corbyn qui sort vainqueur de la campagne électorale.
Keskisuomalainen souligne que la principale raison à la défaite des conservateurs est la mauvaise campagne de Mme May.
HS

France

Politique

« Macron écrase la gauche et la droite » HS
« Macron vise le gros lot » HS
« Le mouvement de Macron en position de force » AL
« Le mouvement de M. Macron favori » Hbl

Vendredi 9 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Défense européenne

Tribune de M. Juncker
Helsingin Sanomat publie une tribune de Jean-Claude Juncker intitulée « L’UE protège ses citoyens ». Il y reprend les éléments présentés le 7 juin par la Commission sous le titre « Une Europe qui défend et protège ».
HS

Editorial
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que « les conditions pour un développement de la capacité de défense de l’UE n’ont jamais été aussi bonnes. Mais on progresse moins vite que ce que les plus fervents défenseurs de la défense européenne souhaiteraient. Il faut faire face tant à la réticence de certains Etats membres qu’aux attentes disproportionnées que peuvent susciter les discours dithyrambiques des plus optimistes ».
« Pour la Finlande, la dimension de défense de l’UE a une signification particulière. La clause de solidarité qui figure dans le traité de Lisbonne a motivé la nouvelle législation finlandaise sur la capacité de fournir et recevoir une assistance militaire internationale. Mais le traité européen n’est directement qu’un outil normatif pour la Finlande puisque la loi ne limite pas l’assistance militaire aux Etats membres ou à une défense européenne et qu’il n’y a pas ni ne se profile de clause de défense mutuelle ».
« Les possibilités de développement de la défense européenne sont surtout face à des menaces contre lesquelles les forces de l’OTAN ne sont pas forcément bien adaptées comme le terrorisme et les menaces cyber. Le document de réflexion de la Commission fait d’ailleurs référence à ces menaces », estime HS.
L’éditorialiste souligne aussi que le fonds européen de la défense prôné par le vice-président Jyrki Katainen constitue un pas décisif dans la coopération européenne de défense. N éanmoins, le montant de 1,5 milliard d’euros envisagé pour après 2020 est assez modeste juge le quotidien.
« La Finlande a toutes les raisons de soutenir les nouveaux projets de défense de l’UE. Le Premier ministre Juha Sipilä a estimé mercredi que le premier scénario, soit le plus lent, était celui qui convenait à la Finlande. Cela n’est pas, pour la Finlande, l’expression d’une modération mais d’une détermination ».
« La Finlande doit être active pour développer la défense européenne, mais en même temps éviter les déclarations exagérées sur son importance ».
HS

Aviation

Les chasseurs dans le ciel de Kaivopuisto
Helsingin Sanomat estime que le clou du meeting aérien de Kaivopuisto, cet après-midi sera les chasseurs qui sont en course pour le projet HX de renouvellement de l’armée de l’air finlandaise.
Le quotidien considère que, dans la course que se livre les fournisseurs, l’Américain Lockheed Marin et la Suèdois Saab sont ceux qui sont partis le plus vite et Dassault Aviation celui qui part le plus lentement.
Mais c’est surtout l’année prochaine qu’il faudra se montrer : cela sera le centième anniversaire de l’armée de l’air avec un meeting aérien à Tikkakoski où seront invités tous les candidats au remplacement des F-18 Hornet.
« On peut imaginer qu’aucun constructeur ne pourra manquer cette invitation », estime HS qui souligne que l’appel d’offres de la Finlande est particulièrement important au niveau mondial car rares sont les Etats qui peuvent acheter autant d’appareils modernes à la fois.
Le quotidien considère aussi que les politiciens finlandais auront cette fois-ci une responsabilité particulière tant l’achat est important. Il ne faudra pas comme en 1992 que le choix soit fait dans un cénacle restreint des responsables de la coalition gouvernementale d’alors : la ministre de la défense Elisabeth Rehn (parti populaire suédois), le ministre des Finances Iiro Viinanen (parti conservateur kokoomus) et le premier ministre Esko Aho (Centre).
HS

Un meeting aérien qui pourra être suivi en direct sur HSTV
Les organisateurs attendent des dizaines de milliers de spectateurs à la grande présentation en vol qui aura lieu à partir de 16 heures au-dessus du parc Kaivopuisto.
HS

Création d’un parquet européen (EPPO)

La Finlande participera au Parquet européen
La Finlande est un des 20 Etats membres qui participeront au Parquet européen (European Public Prosecutor’s Office) qui est en train de se créer.
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen (Rassemblement nationale), considère la décision comme très importante pour la Finlande. Pour lui, le travail du parquet renforcera la confiance des gens dans l’UE en tant qu’instance responsable en matière d’utilisation des recettes fiscales.
La Finlande considère qu’elle est arrivée à obtenir ses objectifs lors des négociations en la matière. En Finlande, les crimes concernant les détournements de crédits européens ou la fiscalité sont plutôt rares. En tant que contributeur net, elle bénéficie toutefois indirectement de la rigueur en matière de corruption, fraude et abus.
HS/A13

Climat

« La décision de Trump pourrait signifier un réchauffement de 0,5°C » HS
Dans ses pages « sciences », Helsingin Sanomat souligne que la décision américaine de se retirer de l’accord de paris aura des effets plus lourds pour la zone nordique et arctique que pour le reste de la planète.
HS

Finlande – Afghanistan

Finlandaise enlevée à Kaboul
L’ambassade de Finlande en Afghanistan œuvre pour la cause de la Finlandaise enlevée à Kaboul le 20 mai. Sans commenter l’enlèvement ou l’enquête, l’ambassadrice Anne Meskanen constate que le personnel travaille beaucoup sur ce sujet. Elle note que les collègues des autres pays, petits et grands, ont exprimé un énorme soutien.
Les autorités ne commentent pas en matière de solutions recherchés à la situation.
HS/A27

Commerce extérieur

La Pologne attire des investissements étrangers
Kauppalehti rend compte du fait que la Pologne, qui est un des pays les plus attractifs au niveau des investissements, depuis deux ans, reste un marché inconnu pour beaucoup d’entreprises finlandaises.
Selon la Chambre de commerce nordico-polonaise, environ 200 entreprises finlandaises sont installées en Pologne, dont 50 ont des activités dans le domaine de la production.
Esa Tuomi, directeur auprès de la banque Nordea en Pologne, rappelle que les finances publiques sont en meilleure condition en Pologne qu’en Finlande, et les prévisions de croissance sont bonnes.
KL/A11

Surveillance frontalière

Dressage de chiens pour renifler les passeports
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet des gardes-frontières pour dresser des chiens pour renifler les passeports. Les gardes-frontières souhaitent ainsi intervenir contre le trafic accru de documents de voyage destinés pour organiser une entrée clandestine.
Les chiens en questions sont dressés uniquement pour cette fin, mais pour l’instant, il s’agit d’un essai dont le financement n’est pas assuré.
Selon les autorités, on prend connaissance de quelques dizaines de cas de tel trafic par an.
Les gardes frontières disposent de plus de 200 chiens.
HS

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Terho favori des Finlandais, M. Halla-aho des Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des affaires européennes Sampo Terho est le favori des Finlandais pour succéder à M. Soini puisqu’il récolterait 36% des suffrages contre 15% au député européen Jussi Halla-aho.
En revanche, parmi, les sympathisants des Vrais Finlandais, M. Halla-aho récolte 50% des suffrages contre 30% pour M. Terho.
L’élection du nouveau président des Vrais Finlandais aura lieu samedi à Jyväskylä.
HS

Economie

Nucléaire

Fennovoima choisit Rolls Royce et Schneider Electric
Helsingin Sanomat rapporte que Fennovoima a choisi l’offre de Rolls Royce et Schneider Electric comme fournisseur du contrôle-commande de la future centrale de Pyhäjoki.
La valeur du contrat serait de centaines de millions d’euros.
HS

France – Finlande

Culture

Exposition Doisneau
Turun Sanomat présente l’exposition Robert Doisneau inaugurée hier au musée d’arts de Turku.
TS

La passion selon Eve
Turun Sanomat présente l’exposition de l’artiste finlandaise Emma Helle, ex-pensionnaire de la Cité des arts de paris, actuellement visible au studio du musée d’arts de Turku.
TS

Festival de musique de Naantali
Turun Sanomat rapporte que le 38ème festival de musique de Naantali a cette année une très importante participation française : Patrick Gallois (flûte), André Cazalet (cor), Jean-Louis Capezzali (hautbois) et Michel Lethiec (clarinette) notamment.
Le quotidien de Turku publie notamment une interview de André Cazalet.
TS

France

Politique

La France veut nationaliser ses chantiers
Turun Sanomat consacre une pleine page aux projets du nouveau président français concernant le chantier de Saint-Nazaire.
TS

Réforme du marché du travail
Kauppalehti présente les projets du nouveau gouvernement français en matière de réforme du marché du travail.
KL

Jeudi 8 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Défense

Assistance militaire internationale
Editorial : « Il faut pouvoir prendre des décisions rapides sur une assistance militaire » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’avec la loi sur la prise de décision concernant le fait de donner et de recevoir une assistance militaire internationale, adoptée par le Parlement, mardi, la défense finlandaise s’est dotée d’une dimension importante internationale. La disposition fait partie d’un paquet de lois qui permettra désormais à la Finlande par exemple d’assister la Suède dans la recherche de sous-marins ou bien de demander une assistance militaire aux autres.
Selon l’éditorialiste, sans ces lois, le réseautage accru de la défense finlandaise avec l’OTAN ou bilatéralement avec d’autres pays perdrait son importance.
La possibilité d’assistance militaire donne à la coopération de défense une crédibilité nécessaire pour qu’elle puisse constituer une force préventive en matière de crises.
L’éditorialiste estime que c’est un signe d’une certaine hypersensibilité que d’avoir formulé le texte de loi de façon à restreindre la prise de décision sur une assistance urgente aux pays de l’UE et nordiques, même si la loi n’exclut aucun pays autrement.
Conformément à la Constitution, la décision relèvera toujours du gouvernement et du Président. Il s’agira d’en informer le Parlement. L’éditorialiste regrette le peu de rapidité de la procédure sachant qu’il faudrait être capable de prendre des décisions même en quelques minutes.
L’éditorialiste note que l’importance d’une rapidité de la prise de décision n’est pas tellement liée à l’existence d’une menace soudaine, mais au fait qu’il faut qu’une législation soit crédible dans sa totalité afin de servir de dissuasion.
HS/A5

Coopération de défense européenne
Propositions de M. Katainen, réactions de MM. Sipilä, Jussi Niinistö et Orpo
Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne, qui a présenté le plan d’action de l’UE en matière de défense avec Federica Mogherini, estime qu’il faut que l’Europe prenne en main sa sécurité et sa défense. Pour lui, on sait où on va et ce sont les Etats membres qui pilotent, mais l’heure est venue de prendre une décision sur le fait de savoir quand est-ce que l’on souhaite y arriver.
Selon M. Katainen, il faudrait une clause de solidarité pour l’UE, c’est-à-dire des garanties de sécurité face à des cyber-menaces et à une guerre hybride. Cela nécessiterait un centre de commandement commun en matière de questions cyber. Il estime qu’il serait bien que tous les Etats membres ou au moins une partie d’entre-eux disposent d’une clause de solidarité automatique concernant ces menaces afin de pouvoir disposer d’un numéro où appeler et de lancer rapidement une action organisée qui aura été répétée.
Pour lui, la Finlande, par exemple, pourrait faire une initiative sur une pleine solidarité en matière de ces menaces. L’atmosphère est aujourd’hui telle, selon lui, que même les grands pays se sentent vulnérables, la présidentielle française en est un bon exemple. La Commission européenne est la cible de cyber-attaques tous les jours.
La Commission a également présenté la création d’un fonds de défense. Une partie du budget européen devrait être ciblé pour la recherche et le développement de prototypes, de drones ou de satellites, par exemple. Selon M. Katainen, il s’agirait d’encourager les entreprises à rechercher des partenaires pour la coopération et ainsi augmenter la coopération entre les Etats membres.
Concernant les acquisitions et la recherche effectuées par les Etats membres, M. Katainen note que le coût du chevauchement s’élève de 25 à 100 milliards d’euros par an.
Les acquisitions communes pourraient permettre de faire des économies de 30 % concernant les dépenses annuelles de la défense. Outre de l’argent, il s’agit de la compatibilité. Contre 30 systèmes d’armement aux Etats-Unis, il y en a 178 en Europe, selon la Commission européenne.
HS/A12-13, Yle, KS/15

Réactions et commentaires de MM. Juha Sipilä, Jussi Niinistö et Petteri Orpo
Le Premier ministre Juha Sipilä (Centre) considère les propositions européennes comme attendues et conformes aux souhaits et intérêts de la Finlande. Il estime que c’est justement dans la construction de cyber-capacités que la plupart des Etats membres souhaitent avancer. Il note que c’est le thème qu’il a le plus évoqué avec les autres.
Il ne voit toutefois pas pour autant de besoin pour des clauses de solidarité. Il estime que l’on arrivera à avancer dans ces domaines dans le cadre des traités existants. Il rappelle que le centre d’excellence de l’UE pour la lutte contre les menaces hybrides, sis en Finlande, entame ses travaux prochainement.
Selon M. Sipilä, la Finlande opterait pour le modèle A parmi ceux esquissés par la Commission, c’est-à-dire le moins ambitieux.
Selon le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (Vrais Finlandais), dans les grandes lignes, les propositions de la Commission conviennent à la Finlande. Elles ne changent pas pour autant les besoins de développement de l’armée finlandaise. La coopération pourra constituer une valeur ajoutée pour le développement de la défense finlandaise dont le noyau dur, selon lui, continuera à être développé en Finlande, plutôt qu’au sein d’une coopération au niveau européen. « On n’est pas là en train de créer une armée européenne », dit-il.
Le ministre des Finances Petteri Orpo (Rassemblement national) estime lui aussi que les propositions n’impliquent pas que la Finlande pourrait diminuer sa défense nationale. Il n’y a rien, dans les projets, qui pourrait remplacer une partie de la capacité de défense nationale.
M. Orpo estime que ces orientations européennes ne modifieront pas les contenus de la position finlandaise concernant son option à l’égard d’une adhésion à l’OTAN. Pour son parti, une participation à l’OTAN augmenterait la sécurité de la Finlande mais une adhésion n’est pas d’actualité.
Il rappelle que c’est en grande partie pour la sécurité que la Finlande a adhéré à l’UE. Le plus l’UE peut faire pour la sécurité, le mieux c’est, selon M. Orpo.
HS/A12-13, Yle, KS/15

Editorial : « Rendons l’UE grande elle aussi » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti estime qu’il est bien de développer la capacité de l’UE de se défendre en prévoyant les cyber-attaques et les autres nouvelles menaces. L’UE pourrait, par ce biais, évoluer pour devenir un acteur sérieux et crédible en matière de politique de sécurité.
L’éditorialiste se félicite du fait que les Européens montrent qu’ils peuvent prendre le développement et le financement de la défense au sérieux lorsque cela se passe dans le cadre de l’UE – et non pas sur l’exigence des Etats-Unis.
AL/A2

Economie

Editorial : « L’Europe se redresse » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que la croissance repart en Europe ce qui signifie que l’on assiste à un redressement de l’économie du continent qui avait été très touché par la crise financière puis économique.
Selon l’éditorialsite, le redressement de l’économie européenne vient contredire les oracles pessimistes qui avaient estimés que, puisque l’Europe avait choisi l’austérité plutôt que la relance, elle était condamnée à un cycle de récession et à une montée du populisme.
Pour lui, les critiques qui estimaient que la source de la crise était à rechercher dans les carences de l’euro s’est révélée fausse. C’était plutôt les politiques économiques nationales mises en œuvre par les Etats en crise qui ont empêché ses Etats de résister à la crise.
L’éditorialiste souligne que l’économie semble repartir et le populisme en passe d’être vaincu en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. « Si la croissance continue et les troubles politiques se calment, l’Europe semble sortir de cette période de récession plus forte qu’elle n’était avant », conclut HS.
HS

Point de vue : « L’UE a besoin de marchés de capitaux qui fonctionnent » KS
Kesksisuomalainen publie un point de vue des vice-présidents de la Commission européenne ValdisDombrovskis et jyrki Katainen qui prônent un marché des capitaux européen efficace.
KS

Corée

La Corée du Sud se prépare à une attaque
Helsingin Sanomat, qui propose un grand article sur la situation de sécurité en Corée, publie aussi une interview d’Elina Sinkkonen, chercheur à l’institut des relations extérieures UPI.
Mme Sinkkonen, qui dirige un projet étudiant la situation de la politique de sécurité en Corée, dit qu’elle « considère comme tout à fait possible que les Etats-Unis fassent une attaque préventive contre la Corée du Nord dans les prochaines années ».
Selon Mme Sinkkonen, la menace de la Corée du Nord est globale et que les sanctions contre ce pays ne fonctionnent pas bien.
HS/A8

Chine

Huawei investit en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le géant chinois Huawei, qui a créé une unité de développement de produits à Tampere à l’automne dernier, a recruté une centaine de personnes dans cette unité.
Selon Yanmin Wang, directeur des affaires de Huawei en Europe centrale et orientale et dans les pays nordiques, Huawei poursuivra ses investissements en Finlande. Il ne veut toutefois pas préciser le montant des investissements.
HS/A27

Aviation

Une grande présentation en vol aura lieu demain à Helsinki
Helsingin Sanomat consacre deux pages à la grande présentation en vol qui aura lieu vendredi à partir de 16 heures sur le parc Kaivopuisto.
Le nouvel Airbus A 350 de Finnair sera présenté à 18h20.
Les hélicoptères NH90 de NH Industrie seront aussi présentés.
Parmi les appareils de légende, des Fouga Magister se produiront dans le ciel de la capitale.
Enfin, trois chasseurs de constructeurs en lice pour le projet HX seront présentés : Super Hornet de Boeing (18h40), Eurofighter Typhoon de BAE Systems (19h25) et Saab Gripen (20h10).

Les organisateurs attendent des dizaines de milliers de spectateurs à cet évènement organisé dans le cadre du centenaire de la Finlande. Le quartier de Kaivopuisto sera fermé aux voitures vendredi.
HS/A18-19

Politique intérieure

Terrorisme

Sondage
Aamulehti relève que selon un sondage récent, seulement 12 % des Finlandais estiment qu’une attaque terroriste est vraisemblable en Finlande. En 2015, près de 20 % étaient de cet avis.
Environ la moitié des personnes interrogées disent qu’elles ne se sentent pas en sécurité si elles sont entourées par un grand nombre d’immigrés.
Le sondage a été effectué en janvier-mars dernier auprès de 3 000 personnes.
AL/A12

Partis politiques

L’audience de l’Alliance verte n’a jamais été aussi élevée
Yle rapporte que selon un sondage d’opinion sur l’audience des partis politique, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte des informations télévisées d’Yle, le rassemblement national (Kokoomus) reste le plus grand parti et le Centre a dépassé le PSD.
Le Rassemblement national est en tête avec une audience de 20,5 % (-0,6 % par rapport au sondage précédent en avril), suivi du Centre qui a obtenu 18,4 % (même qu’en avril) et du PSD qui a 17,7 % (-0,9 %).
L’Alliance verte arrive quatrième avec une audience record de 15,1 % (+0,5 %), suivi des Vrais Finlandais qui ont obtenu 9,0 % (-0,6 %) et de l’Alliance des gauches qui a eu 8,8 % (+1,1 %).
Le parti suédois a obtenu un score de 4,8 % (+0,3 %) et les Chrétiens-démocrates 3,7 % (+0,1 %).
Jari Pajunen, directeur de l’institut Taloustutkimus souligne que l’audience de l’Alliance verte a doublé depuis juin 2011 quand Ville Niinistö a été élu président du parti, de 7,2 % à 15,1 %.
La lutte pour la présidence des Vrais Finlandais n’a pas fait augmenter l’audience de ce parti.
Le sondage a été effectué entre le 10 mai et le 6 juin auprès de 2 923 personnes.
Yle

Vrais Finlandais

Propos de M. Halla-aho
Aamulehti rapporte que Jussi Halla-aho, parlementaire européen, l’un des deux candidats les plus en vue pour la présidence des Vrais Finlandais, a déclaré concernant le statut du président sortant des Vrais Finlandais Timo Soini, « qu’il ne serait pas logique que le président sortant garde le portefeuille le plus important des ministres des Vrais Finlandais ».
M. Halla-aho souligne « le processus démocratique » du choix des ministres. « Les ministres des Vrais Finlandais doivent jouir de la confiance du groupe parlementaire, de la même façon que le gouvernement doit jouir de la confiance du Parlement. »
AL/A11

Animaux

Une nouvelle loi sur la protection des animaux
Selon Helsingin Sanomat, le ministère de l’Agriculture et de la Sylviculture a présenté hier un projet de loi - le premier depuis 21 ans – sur la protection des animaux qui devrait entrer en vigueur début 2019.
Selon Jaana Husu-Kallio, secrétaire générale du ministère, la loi améliorerait surtout les conditions des élevages porcins. « Le point de départ de la nouvelle loi est différente de celle de 1996 qui était basée sur la protection des animaux contre la douleur et la souffrance. La nouvelle loi s’intéresse surtout au bien-être des animaux. L’animal est un être sensible et qui mérite d’être respecté.
Les organisations non gouvernementales pour la protection des animaux ont critiqué le projet de loi qui n’est pas, selon elles, suffisamment novateur.
Le projet de loi sera envoyé en consultation à l’automne, avant l’étude au Parlement.
HS/A10

France – Finlande

Culture

Festival Les lumières
Demokraatti présente la quinzième édition du festival les lumières qui se tiendra ce mois-ci à Helsinki. Les principales figures en seront Marie-Antoinette et olympe de Gouges.
Dem
France

Politique

« L’effet Macron est fort » HBL
Hufvudstadsbladet publie un éditorial sur l’effet Macron qui bouleverse la politique française.
HBL

Mercredi 7 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Présidence

M. Niinistö et Mme Haukio aujourd’hui à Naantali
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio se rendront aujourd’hui à Kultaranta pour y passer l’été.
Kultaranta est la résidence d’été des présidents finlandais depuis 1922. Elle est située à Naantali, près de Turku.
TS

Kultaranta talks
Le Président Niinistö présidera, les 11 et 12 juin, l’évènement « Kultaranta talks » qui aura cette fois-ci comme thème l’avenir du point de vue de sécurité, de la politique et de l’économie, dans le cadre du centenaire de l’indépendance finlandaise.
Federica Mogherini, Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et de la sécurité, Børge Brende, ministre norvégien des affaires étrangères et Rose Gottemoeller, secrétaire général adjointe de l’OTAN participeront dimanche un débat sur l’avenir des institutions européenne de sécurité. Le débat sera modéré par François Heisbourg, directeur de l’International institute for Strategic studies.
tpk.fi

Finlande – Russie

Exportations vers la Russie en hausse
Kauppalehti rend compte des chiffres en matière d’exportations finlandaises vers la Russie qui montrent une augmentation de 29 % en janvier-mars. Il s’est surtout agi des exportations de machines et d’appareils dont la part dans ces exportations totales s’élève à 40 %.
L’agence East Office confirme que pour ses entreprises, l’économie russe est en train de se rétablir.
Selon le baromètre publié en avril par la Chambre de commerce fenno-russe, 57 % des entreprises interrogées s’attendent à ce que les exportations vers la Russie augmentent dans les six mois à venir. L’analyste d’East Office, Mikko Hietikko, note que les investissements qui avaient diminué pendant longtemps repartent maintenant à la hausse.
Selon l’institut BOFIT de la Banque de Finlande, l’économie russe augmente depuis la fin de l’année dernière, qui a marqué son pire moment. La croissance n’est pas forte mais elle se reflète toutefois par un renforcement du rouble.
KL/6-7

Exportation du matériel militaire

Moins d’autorisations accordées cette année
Le ministère de la Défense a accordé moins d’autorisations en 2016 pour des exportations du matériel de défense qu’en 2015. Contre 280 il y a deux ans, il en a accordé 212 l’année dernière.
La valeur de ces autorisations est de 102 millions d’euros, contre 377 millions d’euro en 2015.
Les pratiques du ministère en matière des autorisations n’ont pas changé, selon Riikka Pitkänen, experte au ministère.
HS/A15

Forces armées

Les drones et les hélicoptères télécommandés munis de caméra sont devenus un souci pour les forces armées
Les hélicoptères télécommandés et les drones de différentes sortes devenus de plus en plus courants ont engendré plusieurs situations de danger cette année. L’agence de sécurité des transports Trafi a fait une demande d’enquête concernant trois cas dangereux, et les forces armées les considèrent comme un ennui permanent.
Des hélicoptères munis de caméras ont été observés dans la proximité de garnisons et à l’occasion d’exercices qui ne devraient pas être filmés sans autorisation.
Une partie des drones sont soupçonnés être manœuvrés au profit d’un autre Etat, même si pour la plupart des cas, il s’agit d’amateurs privés. Le ministère de la défense a mis en place, en novembre, un groupe de travail pour étudier les moyens d’empêcher le renseignement effectué par des drones.
HS/A10

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Election du nouveau président des Vrais Finlandais
Aamulehti rapporte que selon un sondage effectué par l’institut Tietoykkönen pour le compte du quotidien, 57 % des personnes interrogées estiment que l’élection de Jussi Halla-aho, parlementaire européen, à la tête des Vrais Finlandais déstabiliserait (42 %) ou ferait même tomber (15 %) le gouvernement. 37 % pensent que son élection n’aurait pas d’effets sur le travail du gouvernement et 6 % croient que la viabilité du gouvernement s’améliorerait.
Le sondage a été effectué entre le 23 mai et le 2 juin auprès de 3 000 personnes.
Selon Emilia Palonen, chercheur spécialiste du populisme, il est clair que M. Halla-aho amènerait les Vrais Finlandais vers une autre direction que le président sortant, M. Soini. « Il y a actuellement beaucoup de mécontentement chez les électeurs des Vrais Finlandais. La logique populiste des Vrais Finlandais n’a pas fonctionné au gouvernement. »
Mme Palonen souligne qu’il est très important de savoir si les Vrais Finlandais traditionnels, qui sont favorables à la politique de M. Soini, vont participer au congrès du parti à Jyväskylä pour défendre cette politique.
« Si M. Halla-aho est élu président, il y aura un tourbillon politique », écrit Olli Ainola, journaliste au tabloïd Iltalehti.
AL/A4

Populisme

Rapport de l’EVA
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport récent de l’EVA, les attitudes des Finlandais expriment un soutien pour le populisme.
Selon le rapport, les attitudes les plus populistes sont chez les anti-européens, les électeurs des Vrais Finlandais, les chômeurs et chez ceux qui n’ont pas de formation.
Les électeurs du Rassemblement national, du Parti suédois, les personnes avec un diplôme universitaire ou ceux qui occupent des postes de premier plan sont moins populistes que la moyenne.
Contrairement à ce qu’on pense souvent, les jeunes sont parmi les moins populistes.
HS/A12

Ville d’Helsinki

Le maire et les maires adjoints prennent leurs fonctions
Helsingin Sanomat relève que le nouveau maire d’Helsinki, Jan Vapaavuori (Rassemblement national) prend aujourd’hui ses fonctions, ainsi que les quatre maires adjointes, Anni Sinnemäki (Alliance verte), Sanna Vesikansa (Alliance verte), Pia Pakarinen (Rassemblement national) et Nasima Razmyar (PSD).
HS/A6-8

Ecarts de revenus

Rapport de Heikki Hiilamo sur les mesures contre les inégalités
Les inégalités augmentent en Finlande même si les écarts de revenus ne sont pas importants à l’échelle mondiale. Heikki Hiilamo, professeur de politique sociale, s’inspire dans son rapport des moyens présentés par Anthony Atkinson de la London School of Economics, et propose des mesures afin de diminuer les écarts sociaux.
M. Hiilamo considère comme inquiétant le fait que les plus pauvres restent de plus en plus à l’écart par rapport aux autres en raison notamment du chômage de longue durée et des coupes dans la sécurité sociale.

Parmi les 15 propositions de M. Atkinson, M. Hiilamo évoque six qui pourraient être adoptées en Finlande.
1. Augmenter la concurrence dans le commerce en détail. Le fait que deux grands groupes se partagent le marché augmente l’inégalité.
2. Définir un plafond pour les salaires des dirigeants. L’augmentation des salaires des chefs d’entreprises a renforcé les écarts de revenus ces derniers temps. Les organisations devraient publier le rapport entre les salaires les plus élevés et les moins élevés qu’elles versent. Selon M. Hiilamo, on pourrait commencer, en Finlande, par une régulation concernant les organisations publiques.
3. Garantir un bénéfice minimum pour les épargnes afin de soutenir l’accumulation de la propriété des petits investisseurs.
4. Augmentation et étendre la sécurité sociale. Pour M. Hiilamo, le système de sécurité sociale n’est pas étanche et certains passent à travers les mailles du filet.
5. Augmentation de l’impôt sur l’héritage. Atkinson propose de rendre l’impôt progressif de façon qu’au maximum, il soit de 65 %.
6. Rendre l’impôt sur le capital progressif. Atkinson propose le même taux pour les revenus salariaux et du capital. Pour M. Hiilamo, cela pourrait avoir un effet positif sur l’emploi.
M. Hiilamo note qu’il est conscient de l’opposition politique que certaines de ces mesures sont susceptibles de rencontrer.
HBL/4-5, Uusisuomi

Patronat – Revenu universel

Un revenu universel pour tous est une utopie
Le patronat a présenté, hier, ce qu’il propose en matière de revenu universel. Le patronat s’oppose au système de revenu universel actuellement testé en Finlande.
Le patronat ne souhaite pas un revenu qui soit versé à tout le monde. Il propose en revanche de simplifier les allocations sociales et notamment de fondre les allocations logements et allocations de revenu minimum, ce qui pourrait constituer un bon modèle de revenu universel pour ceux qui en auraient besoin, selon le patronat.
Le patronat souhaite que le gouvernement qui compte étudier une réforme des aides sociales à l’automne y associe les partenaires sociaux.
HS

France

Politique

« Le Président français cherche des atouts » KS
« On prédit une majorité pour M. Macron » Yle HS

Mardi 6 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Union monétaire

Billet : « Les euro-obligations ne vont pas tarder à arriver » KL
Kauppalehti publie un billet de Päivi Isotalus de sa rédaction éditoriale sur l’avenir de l’Union monétaire.
Mme Isotalus fait le bilan des projets et propositions de la Commission européenne concernant les finances européennes.
Elle note que le papier sur ces projets a été présenté par MM. Dombrovskis et Moscovici, la semaine dernière, principalement en français dans un contexte où l’interprétariat en ligne ne fonctionnait pas. Etait-ce un avant-goût de l’ère de l’après-brexit, se demande-t-elle. Des cours de français pour le gouvernement finlandais ne seraient peut-être pas une mauvaise idée, juge-t-elle.
KL/3

Impôt européen sur les entreprises

Enquête auprès des entreprises européens « Future of Europe »
Kauppalehti rend compte d’une étude sur l’avenir de l’Europe effectuée auprès des entreprises européennes, qui montre que 53 % des groupes interrogés seraient favorables à un impôt commun sur les entreprises.
63 % des entreprises seraient favorables à une intégration économique de l’UE. Concernant les entreprises finlandaises, c’est le cas de 50 % d’entre elles.
56 % des entreprises ne souhaitent pas augmenter l’intégration politique. En Finlande, 20 % des entreprises ne le souhaitent pas.
KL note que 2 % des entreprises finlandaises interrogées souhaitent que la Finlande quitte l’UE, alors qu’en 2016, c’était le cas de 20 % des entreprises.
KL/6

Exportations

Les entreprises finlandaises se protègent mal contre les risques liés aux exportations
Selon Kauppalehti, il y a plus de 10 000 entreprises en Finlande qui sont actives dans le domaine des exportations. 3000 parmi elles ont des exportations importantes. Seules quelques centaines de ces entreprises disposent d’une politique quelconque en cas de risques, selon un baromètre annuel sur les PMI-PME de Finnvera (gestion du financement des exportations), les Entrepreneurs de Finlande et le ministère de l’Emploi et de l’Economie.
La plupart des entreprises ne connaîssent pas bien les mécanismes pour prévenir les risques, alors que Finnvera, les banques ainsi que des acteurs privés proposent des instruments à cette fin.
KL/10

Economie circulaire

Il faut des pionniers
La commission européenne a évalué que l’économie circulaire pourrait engendrer des économies nettes de 600 milliards d’euros pour l’Europe, ce qui correspond à 8 % du chiffre d’affaires annuel des entreprises européennes.
La Finlande souhaite faire partie de l’avant-garde du développement de l’économie circulaire et ceci dans cinq domaines en particulier : le système alimentaire durable, les forêts, la technologie, les transports et la logistique, ainsi que les mesures communes.
Helena Raunio de Kauppalehti estime que les vainqueurs de ce secteur sont les pays qui arriveront à mettre en place les pratiques et les opportunités commerciales à partir des idées afin d’en développer un ensemble qui fonctionne.
KL/28

Alcool

Le prix de l’alcool augmentera en Estonie
Helsingin Sanomat rapporte que la taxe sur l’alcool augmentera en Estonie en juillet. Les augmentations continueront graduellement jusqu’à 2020.
Selon les calculs du ministère estonien des Finances et de l’association finlandaise des contribuables, le prix d’un pack de bière, qui coûte actuellement 12 euros en Estonie, augmentera à 15 euros en juillet et à un peu plus de 18 euros début janvier 2020. En Finlande, le prix du même pack est de 25 euros actuellement.
Le gouvernement finlandais suit de près si les importations par les passagers diminuent, ce qui rendrait possible d’augmenter la taxe sur l’alcool en Finlande.
« Il est clair que l’augmentation de la taxe estonienne en juillet aura un effet sur les prix à la consommation et sur les importations par les passagers », selon le chercheur Thomas Karlsson de l’Institut national de la santé et du bien-être (THL).
Selon THL, les Finlandais ont importé en 2016 entre autres 36 millions de litres de bière, dont plus de trois quarts de l’Estonie.
L’association finlandaise des contribuables vient de proposer une légère augmentation de la taxe sur l’alcool dès les négociations budgétaires du mois d’août.
La taxe sur l’alcool rapporte environ 1,4 milliards d’euros à l’Etat. Le gouvernement n’a pas encore évoqué des mesures concrètes afin d’augmenter la taxe.
Il est possible qu’en raison des augmentations de la taxe sur l’alcool en Estonie les touristes finlandais achètent de l’alcool en Lettonie ou en Lituanie.
HS/A6-7

Politique intérieure

Elections présidentielles

Le PSD a du mal à trouver un candidat
Helsingin Sanomat relève que le député Eero Heinäluoma, ancien président du PSD, a annoncé lundi qu’il ne présenterait pas sa candidature à l’élection présidentielle. Le bureau national du PSD se réunira jeudi pour étudier la situation. Le président du parti Antti Rinne a déjà annoncé hier que l’élection du candidat aurait lieu en août.
Il y a des sociaux-démocrates qui veulent désigner un candidat social-démocrate, mais aussi certains qui sont favorables à soutenir la candidature du président actuel Sauli Niinistö (Rassemblement national) et d’autres qui souhaitent soutenir celle du député Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte.
L’ancien ministre des Affaires étrangères de longue date, Erkki Tuomioja, a proposé lundi que le PSD soutienne la candidature du Président Niinistö. La parlementaire européenne Liisa Jaakonsaari est favorable à la candidature de M. Haavisto si les sociaux-démocrates n’arrivent pas à trouver leur propre candidat.
HS/A12

Vrais Finlandais

Les Vrais Finlandais veulent que M. Soini reste ministre des Affaires étrangères
Aamulehti rapporte que, selon un sondage effectué auprès de 325 Vrais Finlandais influents, 58 % souhaitent que Timo Soini, président du parti sortant, continue comme ministre des Affaires étrangères même après l’élection d’un nouveau président.
L’un des deux candidats en vue pour la présidence du parti, Jussi Halla-aho, a annoncé antérieurement que si lui était élu président du parti, M. Soini devrait quitter son poste ministériel. Selon le sondage, les partisans de M. Halla-aho ne partagent pas tous cet avis : 26 % estiment que M. Soini doit continuer, 28 % ne savent pas et 46 % pensent que M. Soini doit quitter son poste ministériel.
Selon ce sondage, 78 % des vrais Finlandais veulent que le parti reste au gouvernement de M. Sipilä.
AL/A11

Populisme

25% des Finlandais prêtsd à voter pour un parti populiste d’extrême-droite
EVA, la délégation de la vie économique, vient de publier un rapport sur les résultats d’un sondage d’opinion, effectué en janvier dernier auprès de 2 000 Finlandais.
Selon ce sondage, 25 % des Finlandais seraient prêts à voter pour un parti populiste anti-européen, qui s’oppose strictement à l’immigration et veut fermer les frontières.
Le rapport contient aussi une interview de Bengt Holmström, prix Nobel de 2016, qui estime qu’ « une ère de dictateurs peut être devant nous mais j’espère qu’elle sera courte et que beaucoup de pays resteront démocratiques ».
hs.fi

Bourse

De nouvelles entreprises entrent à la bourse
Kauppalehti rend compte de quelques entreprises qui seront cotées à la bourse ce mois-ci. D’ici 2021, des dizaines d’entreprises pourraient y entrer.
En 2014-2016, les investisseurs ont placé 2,4 milliards d’euros dans des start-ups finlandais.
KL/5

Actions de l’Etat

Solidium s’active
Le groupe de gestion des entreprises de l’Etat, Solidium, a vendu des actions du groupe métallurgique Outokumpu et acheté des actions de Konecranes.
Le conseil d’administration de Solidium a rédigé une nouvelle stratégie pour le groupe. Le nouveau directeur général, Antti Mäkinen, a commencé ses travaux en mai.
KL/4

France

Medecine

Au cœur des vaccins
Turun Sabnomat publie un reportage dans l’usine de Sanofi-pasteur en France où sont préparés des vaccins commercialisés en Finlande.
TS

Lundi 5 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Attentat de Londres

Réactions
M. Sipilä « choqué et triste » uusisuomi
« M. Niinistö condamne fortement les attaques » AL
Le premier ministre Juha Sipilä a condamné l’attentat de Londres de même que le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini.
Le Président Sauli Niinistö a déclaré que « nous ne cèderons pas devant les vagues d’attentats car la démocratie et la liberté sont plus fortes que la haine ».
Uusisuomi AL

Editorial
Le terrorisme va continuer pendant des décennies en Europe
Kesksisuomalainen estime que les racines du terrorisme sont à rechercher dans la non intégration des immigreés dans les sociétés d’accueil.
Pour l’éditorialiste il faut se préparer à de nouvelles attaques car ceux qui reviennent de Syrie font naître en Europe une génération de terroristes. La démocratie doit seulement résister car, en fin de compte, il ne s’agit là [dans les attaques terroristes] que d’une marque de faiblesse de leurs auteurs », conclut KS.
KS

Sécurité

« Les ministres sont priés d’éviter de se déplacer à vélo » HS
Helsingin Sanomat rapporte que depuis quelques années les mesures de sécurité auprès des membres du gouvernement se sont renforcées. Alors qu’ils pouvaient se déplacer en vélo il y a encore quelques années, ils sont désormais priés d’utiliser les véhicules de fonction pour leurs déplacements.
HS

Climat

M. Niinistö croit à un dialogue avec les Américains
Le Président a déclaré que la décision du président Américain de retirer son pays de l’accord de Paris constitue un revers pour la coopération internationale. « C’est une mauvaise chose tant pour la lutte contre le réchauffement climatique que, plus largement, pour la coopération internationale ».
M. Niinistö croit toutefois qu’il est possible de continuer à dialoguer sur le sujet avec les Américains.
Le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen considère lui que l’espoir émis par M. Trump d’une renégociaiton de l’accord de Paris est vain car il n’y a pas de volonté en ce sens de la part des autres parties.
HS

Editoriaux
« La politique de Trump pourrait mener à une guerre commerciale » KS
« Un mauvais Terminator » AL
« Trump a permis aux autres de serrer les rangs » HS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen craint que la décision de M. Trump de quitter l’accord de paris ne mène à une guerre commerciale qui serait néfaste pour un pays comme la Finlande très dépendant du commerce international.
Aamulehti estime pour sa part que le retrait américain de l’accord de Paris ne signifie pas la destruction de la planète ni la fin du travail contre le réchauffement climatique. On peut seulement espérer que cela détruira la carrière politique de M. Trump, écrit le quotidien de Tampere.
Helsingin Sanomat souligne que la réaction la plus probable à l’annonce de M. Trump sera un renforcement de la coopération entre les autres Etats inquiets par le réchauffement climatique. L’éditorialiste parle de revers pour l’image internationale des Etats-Unis et souligne que les motivations du Président Trump étaient de politique intérieure.
AL KS HS

Union monétaire

M. Katainen promeut la solidarité financière auprès des Finlandais
Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne, s’efforce de rendre les Finlandais favorables à l’idée de la solidarité mutuelle au sein de l’Union monétaire. Pour lui, ce serait un moyen de diminuer les risques.
Il estime qu’il serait bien de pouvoir réfléchir au-delà des idées nationales et s’efforcer de voir comment serait une union monétaire idéale avant même de voir ce qui serait politiquement possible. Il constate qu’il comprend bien que les Finlandais soient réticents à l’idée d’une solidarité accrue mais il estime que cela empêche de développer l’union actuelle. Pour lui il faudrait partir du principe qu’il convient de définir ce qui manque.
Le Premier ministre Juha Sipilä a rejeté clairement l’augmentation d’une solidarité mutuelle.
M. Katainen argue sur le fait que si la solidarité financière pouvait mener à une diminution de risques et à plus d’efficacité, il ne faudrait pas systématiquement la rejeter.
HS/sam/B12

M. Katainen promeut le fonds européen pour les investissements stratégiques
Dans un texte publié par Aamulehti, le vice-président de la Commission Jyrki Katainen promeut le fonds européen pour les investissements stratégiques.
AL

Agence européenne du médicament

Turku candidate
Turun Sanomat rapporte que la ville de Turku a présenté vendredi, au ministère des Affaires sociales et de la Santé, sa candidature afin d’accueillir l’Agence européenne du médicament, actuellement située à Londres.
Selon les représentants de Turku, la moitié des emplois finlandais du secteur du médicament se trouve actuellement dans cette ville.
Il est vraisemblable qu’Helsinki et Oulu souhaiteront également devenir villes candidates finlandaises pour accueillir le siège de l’agence.
TS/sam/7

Défense

Le Parlement a approuvé en première lecture le projet de loi sur la modification des missions des forces armées
La loi améliorera les dispositions des forces armées de donner et de recevoir une assistance internationale. Il s’agira de principalement désigner pour ces missions du personnel qui s’est déjà engagé dans des missions internationales des forces armées, mais il n’est pas exclu que des membres du personnel soient forcés à y participer.
L’opposition a désapprouvé le fait que l’on pourra désormais obliger des personnels à participer à des missions internationales. Les représentants de l’opposition estiment que la participation devrait se baser sur le volontariat. Ils regrettent qu’il soit prévu pour l’employeur d’unilatéralement imposer des changements essentiels aux conditions de travail, contrairement aux principes de la législation sur le travail.
HS/sam/A12

« 60 chasseurs est un minimum » KS
Keskisuomalainen publie une interview du nouveau chef de l’armée de l’air, le comandant Sampo Eskelinen qui prêche pour un rétablissement du budget de fonctionnement de l’armée de l’air. Il souligne qu’il faudrait revenir à un budget permettant d’assurer plus d’heures de vols et au moins 9000 heures pour les 62 chasseurs F-18 Hornet.
M. Eskelinen affirme aussi qu’il n’est pas question selon lui, de réduire le nombre des chasseurs : il faudra donc que les Hornet soient remplacés part une soixantaine de nouveaux chasseurs.
KS

Politique intérieure

Elections présidentielles

Récolte des signatures en faveur de la candidature de M. Niinistö
Helsingin Sanomat relève que la récolte des signatures en faveur de la candidature du Président actuel Sauli Niinistö en tant que candidat d’un mouvement populaire a commencé dimanche à Helsinki. Les gens ont même fait la queue pour pouvoir signer.
Selon Pete Pokkinen, chef de la campagne de M. Niinistö, l’objectif est de recueillir les 20 000 signatures nécessaires cet été. Le coût de la campagne sera inférieur à celui de la campagne électorale de 2012 qui avait été d’un peu plus de 2 millions d’euros
Le politologue Markku Jokisipilä estime que M. Niinistö fera tout pour éviter les erreurs pendant la campagne. Il souligne que la campagne électorale sera plus courte que d’habitude parce que M. Niinistö commencera sa propre campagne seulement après les festivités de la fête nationale du 6 décembre, ce qui rendra plus difficile les campagnes des autres candidats.
HS/lun/A10

Vrais Finlandais

MM. Terho et Halla-aho sont à l’égalité avant le vote sur le président du parti
Turun Sanomat rapporte que selon un sondage effectué auprès de plus de 300 Vrais Finlandais, les deux principaux candidats, Jussi Halla-aho, député européen, et Sampo Terho, ministre de la Culture et des Affaires européennes, sont à égalité.
M. Terho serait crédité de 43 %, M. Halla-aho 42 %, la députée Leena Meri 4 % et la députée Veera Ruoho 3 % au premier tour du vote. Un peu moins de 8 % ne se prononcent pas.
M. Terho aurait 51 % et M. Halla-aho 49 % au deuxième tour.
Encore il y a trois mois, M. Terho était de loin le favori, avec 63 % contre 37 % en faveur de M. Halla-aho.
TS/sam/9

Verts

Emma Kari favorite
Le parti des Verts élira son nouveau président le 17 juin. Selon un récent sondage, la députée Emma Kari est favorite (28% des militants voteraient pour elle) devant le vice-président du parti Touko Aalto (15%).
KS

Défense

Fête du drapeau des forces armées – intervention du Président Niinistö
Les forces armées ont célébré leur fête du drapeau (dont la date est celle de l’anniversaire du Maréchal Mannerheim), hier, avec un défilé et des festivités sur la place du Sénat. Le Président Sauli Niinistö a fait un discours lors duquel il a souligné l’importance d’une défense nationale stable pour une Finlande indépendante. Il a rappelé que la Finlande était « l’Etat le plus stable du monde » et considère cela comme précieux.
M. Niinistö a parlé du rôle des forces armées dans la Finlande d’aujourd’hui. Il se félicite du fait que la Finlande a maintenu le service national universel. Il a rappelé qu’en même temps que les forces armées constituent un obstacle pour l’ennemi, elles peuvent également attirer des coopérations. Elles servent de force unificatrice pour les Finlandais, et le rôle du service national universel ne réside pas uniquement dans la défense, mais également dans son caractère social.
HS

Police

Propos racistes dans un groupe Facebook fermé des policiers
Le magazine en ligne Long Play a eu connaissance des publications racistes dans un groupe Facebook de policiers. Selon Long Play, le groupe fermé aurait 2800 membres dont des agents de police et des hommes politiques ayant eu une carrière à la police.
Selon Long Play, les commentaires ouvertement racistes sont courants dans ce groupe.
Le chef de la police, Seppo Kolehmainen, qui condamne ce genre de propos, estime qu’il faut saisir le service du procureur de l’Etat en la matière afin d’obtenir une évaluation objective du matériel. C’est ce service qui décide s’il conviendra de lancer une enquête en la matière.
Paula Risikko, ministre de l’Intérieur (Rassemblement national), estime que la question devra être étudiée et que le racisme n’est absolument pas toléré dans ce contexte.
HS/dim/A15

Vendredi 2 juin 2017

Politique étrangère et européenne

Climat

Retrait américain de l’Accord de Paris – premières réactions en Finlande

Propos du Premier ministre Sipilä
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre centriste Juha Sipilä a tweeté en anglais jeudi soir l’appel des cinq Premiers ministres nordiques adressé au Président Trump : « Nous vous demandons de montrer le leadership global, nous avons besoin des Etats-Unis dans notre équipe ».
M. Sipilä a déclaré jeudi au Parlement lors de la séance des questions orales qu’il avait déjà évoqué la question avec les autres Premiers ministres nordiques. Selon M. Sipilä, l’Union européenne doit dorénavant assumer un rôle plus important dans la lutte contre le changement climatique et la Chine devrait être le partenaire de l’Union dans cette lutte.
M. Sipilä a souligné que le retrait des Etats-Unis ne détruira aucunement l’Accord de Paris. « Nous ne devons pas être découragés et nous qui restons des acteurs actifs de l’accord devons faire plus ensemble. »
« Je suis personnellement prêt à rendre plus stricts nos objectifs », selon le Premier ministre Sipilä.
En réponse au député vert Pekka Haavisto, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini a souligné que la mise en œuvre de l’Accord de Paris restait un objectif prioritaire de la présidence finlandaise du Conseil de l’Arctique.
hs.fi

Propos du ministre de l’Environnement Tiilikainen
Le ministre centriste de l’Environnement Kimmo Tiilikainen a publié tard jeudi soir un communiqué après la publication de la décision américaine.
« Je suis déçu de la décision des Etats-Unis. Le pays le plus riche du monde entier fait preuve d’indifférence à l’égard de l’avenir de l’Humanité. La réputation internationale des Etats-Unis en prend un coup. Si elle l’avait voulu, l’administration américaine aurait pu rester partie à l’Accord de Paris et mettre en œuvre la politique industrielle nationale du Président Trump », déclare M. Tiilikainen.
Lors d’une interview téléphonique sur Yle vendredi matin, M. Tiilikainen souligne que la vision de M. Trump concernant les nouvelles négociations climatique n’est pas réaliste.
« Comme je l’ai déjà dit hier, l‘Amérique n’a jamais été aussi petite à mes yeux », selon M. Tiilikainen.
Selon M. Tiilikainen, « l’annonce du retrait des Etats-Unis nécessite maintenant des actions résolues de l’Europe et de la Chine afin de mettre en œuvre l’Accord de Paris et de promouvoir la lutte contre le changement climatique ». vn.fi, yle.fi

Selon les experts, « M. Trump peut promouvoir le terrorisme avec le retrait des Etats-Unis »
Le président du panel climatique Markku Ollikainen estime, lors d’une interview accordée à Yle, que « le changement climatique a des effets négatifs partout dans le monde, dont l’afflux des réfugiés et d’autres crises qui engendrent le terrorisme. M. Trump oublie complètement qu’il est en effet en train de promouvoir le terrorisme quand il quitte l’Accord de Paris. Le Pentagone considère le changement climatique comme une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis ».
yle.fi

Immigration

Le fonds européen d’investissements accordera 10 millions d’euros pour un projet finlandais en faveur de l’emploi des immigrés
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie rend compte d’un projet en matière d’emploi rapide d’immigrés qui consiste à les former pour les besoins des entreprises avec des capitaux privés. Le fonds européen d’investissements investit 10 millions d’euros dans ce projet.
Des investisseurs finlandais, dont le groupe de grande distribution S, participent.
La formation comprendra également un enseignement linguistique et un modèle destiné à faciliter l’intégration des intéressés.
Le projet, qui s’étalera sur trois ans, est coordonné par le ministère et le fonds national pour la recherche et le développement, Sitra. L’objectif est d’employer au total 2500 personnes.
Les investisseurs assumeront dans un premier temps la charge financière de l’opérationle alors que l’Etat ne contribuera que dans un second temps en réaffectant une partie des recettes fiscales. Les entreprises qui participeront au projet ne débourseront rien pour la formation qui sera faite sur mesure pour répondre à leurs besoins. En revanche, elles s’engagent à verser un salaire qui correspond aux conventions collectives.
Des entreprises des secteurs du commerce, de la restauration, du bâtiment, de l’immobilier et de l’industrie participeront à cette initiative.
HBL/10, AL/A11

Politique intérieure

Présidence de la république

Si l’élection avait lieu maintenant, Sauli Niinistö la remporterait au premier tour
Selon un sondage effectué pour le tabloïd Ilta-Sanomat, l’actuel Président Sauli Niinistö renouvèlerait son mandat dès le premier tour si l’élection était organisée maintenant. Il aurait 72 % des voix contre 12 % en faveur de Pekka Haavisto, candidat des Verts qui était au deuxième tour avec M. Niinistö la dernière fois.
Les autres candidats sont crédités de moins de 5 % des intentions de vote.
HBL/6

Point de vue : Une primaire avec un seul candidat
Helsingin Sanomat publie un billet de Matti Kalliokoski, chef de la rédaction éditoriale, qui estime que même si le Président Sauli Niinistö ne fera activement campagne pour la présidentielle qu’après la Fête nationale le six décembre, sa campagne a réellement commencé lundi. Sa décision de s’écarter de son parti fait, selon l’auteur, qu’il a introduit une sorte de primaire à l’élection.
C’est pour lui une façon intelligente de mobiliser une partie des électeurs dès maintenant.
HS/A4

Croissance économique

Le PIB a augmenté de 2,7 % durant le premier trimestre
Selon l’Institut national d’études statistiques, le PIB finlandais a augmenté de 2,7 % durant le premier trimestre de l’année en cours par rapport à la même époque en 2016.
Selon Reijo Heiskanen de la banque OP, la croissance concerne plus de secteurs qu’avant. L’augmentation ne vient pas uniquement des investissements et de la consommation, car les exportations repartent aussi à la hausse.
M. Heiskanen note que plusieurs facteurs expliquent l’amélioration du niveau des exportations. La demande s’accroît, le commerce mondial se développe, les investissements augmentent et l’économie russe sort de la récession. De plus, la Finlande dispose de nouvelles capacités d’exportation dans différentes branches, allant de l’industrie forestière aux chantiers navals et à l’industrie automobile.
Si OP prévoit une croissance de 2 à 3 % cette année, M. Heiskanen dit qu’il ne serait pas étonné si elle se révélait plus importante encore.
L’économiste de la banque Nordea, Aki Kangasharju, et Heidi Schauman de la banque Aktia notent pour leur part que la croissance finlandaise dépasse celle en Suède.
HBL/8

Défense

L’armée convoite les amateurs de jeux électroniques de sport
L’état-major des armées envisage d’envoyer les meilleurs joueurs de jeux électroniques de sport à l’Ecole des sports des forces de la défense.
Aucune décision n’a encore été prise mais les préparatifs du projet pourraient permettre sa réalisation dans de brefs délais.
Les conscrits de l’Ecole des sports des forces de la défense sont affectés, soit au sein du régiment des chasseurs de la Garde à Helsinki, soit dans la brigade de Kainuu à Kajaani.
HS/A8

France – Finlande

Cinéma

Kino Engel rouvre après travaux et reste fidèle à son « faible pour les films français »
Hufvudstadsbladet présente les locaux rénovés du cinéma Kino Engel et rend compte des propos du directeur de Cinéma Mondo qui gère le cinéma, qui avoue un faible pour le cinéma français.
HBL/26-27

Jeudi 1er juin 2017

Politique étrangère et européenne

Climat

« Les Etats-Unis vont quitter l’accord de Paris » KS
La presse rapporte que l’on s’attend à ce que le Président Trump annonce que son pays se retire de l’accord de Paris sur le climat.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, si cette information se précise, cela signifie qu’il faudra encore augmenter la coopération internationale. « Cela signifie que nous qui continuerons à applique l’accord de Paris, devront renforcer notre coopération et faire plus si une partie si importante quitte l’accord ».
Le ministre de l’environnement Kimmo Tiilikainen regrette le possible départ des Etats-Unis mais ne pense pas que cela détruise l’accord. « Le nombre d’Etats nécessaires à l’entrée en vigueur de l’accord est si important que même si les Etats-Unis reviennent sur leur engagement cela ne changera rien ». Il ne pense pas non pus que de nombreux Etats suivront l’exemple américain. « L’engagement en faveur de cet accord est si large que je ne vois pas qu’il y ait de nombreux Etats qui suivront cet exemple. La plupart des Etats vont vouloir mettre en œuvre cet accord comme jusqu’à présent. C’est même encore plus nécessaire que jamais si les Etats-Unis commencent à revenir sur leurs objectifs ».
M. Tiilikainen souligne qu’un retrait américain constituerait un revers pour l’image internationale des Etats-Unis. Il souligne qu’il est désormais particulièrement important que « les autres Etats agissent comme ils se sont engagés à le faire ». « De toutes façons, la lutte contre le changement climatique est une politique de longue haleine. On a besoin de mesures rapidement, mais même si les Etats-Unis freinent au début, il y aura de nombreuses élections avant que l’on ait atteint les objectifs de long terme », rappelle M. Tiilikainen.
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini estime que l’on ne pourra maintenir les Etats-Unis dans l’accord que par la négociation. « Faire la tête ne servira à rien, il faut au contraire coopérer. Ce sera la seule possibilité pour que, il faut l’espérer, les Etats-Unis reviennent s’engager en faveur du climat ».
Le président du panel climatique Markku Ollikainen estime qu’un retrait des Etats-Unis aurait des conséquences dramatiques. « L’effet sur le réchauffement climatique pourrait être de 0,3°. Or si l’accord de Paris aurait permis d’arriver à un réchauffement limité à 2,7 à 3°, l’effet direct d’un désengagement américain pourrait être d’un réchauffement allant jusqu’à 3,4°. Or, si le réchauffement est de 4° sur le globe, cela signifiera 8° en Finlande. C’est une augmentation insoutenable ».
Selon lui, un retrait des Etats-Unis nécessiterait une réaction de la part des autres Etats. « Il est clair qu’il faut appliquer une sanction de quelque sorte ».
Il souligne que, puisque l’on sait que l’on n’arrivera pas à l’objectif de 2°, il faudrait de nouveaux engagements. Or, le retrait des Etats-Unis rend le durcissement des engagements plus difficile. « Il est même possible que les Etats-Unis commencent à promouvoir activement une politique opposée à la lutte contre le changement climatique », craint-il.
KS AL HS

Selon des analystes, il est irrationnel de la part du Président Trump de quitter l’accord de Paris
Hufvudstadsbladet rend compte des propos des spécialistes finlandais du climat, Oras Tynkkynen, spécialiste climatique auprès du fonds national pour la recherche et le développement, Sitra, et Antto Vihma, analyste auprès de l’Institut de relations internationales, UPI, concernant l’intention des Etats-Unis de se retirer de l’accord de Paris.
M. Tynkkynen estime qu’il s’agirait d’une décision irrationnelle et peu logique qui ne serait pas dans les intérêts des Etats-Unis mais qui par contre pourrait nuire aux autres. La réussite du traité ne dépend pas pour autant des Etats-Unis, selon lui.
M. Vihma estime que compte tenu de la politique de M. Trump, il n’est pas sûr que cela soit mieux que les Etats-Unis participent au traité, en tout cas du point de vue du droit international. Pour lui, il aurait été extrêmement peu probable que les Etats-Unis arrivent à remplir leurs engagements, du fait des décisions de politique énergétique prises récemment. Selon M. Vihma, il restait le choix entre quitter le traité ou rester et l’ignorer, ce qui aurait baissé le niveau d’ambition.
M. Tynkkynen note que les Etats-Unis risquent se retrouver dans le même groupe de référence avec la Syrie et le Nicaragua. Le coût diplomatique de la manœuvre sera cher à payer pour les Etats-Unis. Il ne considère pas comme grand le risque d’effet boule de neige. Les Philippines pourraient éventuellement suivre l’exemple américain, mais « probablement aucun pays avec d’importantes émissions ».
M. Vihma note que les Etats-Unis renforcent toutefois les forces conservatrices de plusieurs pays avec un argument important.
HBL/12

Editorial
« A l’Europe de jouer » AL
L’éditorialiste de Aamulehti souligne que alors que le Parlement finlandais débattait de la politique étrangère et européenne du gouvernement, est tombé le tweet de Trump annonçant un possible retrait américain de l’accord de Paris.
« Parmi les crises internationales actuelles, du point de vue de la Finlande on peut résumer les changements politiques à deux mots : Brexit et Trump.
Or, l’éditorialiste regrette que le premier ministre finlandais actuel, M. Sipilä ne soit pas aussi allant sur l’Europe que son prédécesseur, M. Stubb. « La Finlande de Sipilâ est favorable au renforcement de l’UE, mais elle n’est pas prête à des mesures radicales ».
« Et comment la Finlande devrait répondre aux défis actuels ? Tout part de la réponse de Mme Merkel après la visite de Trump. L’Europe doit assumer ses responsabilités. Cela signifie un approfondissement de l’intégration européenne dans de nombreux secteurs. La Finlande ne devrait pas à tout prix s’arcbouter contre une transformation de l’union monétaire en réelle union économique avec non seulement une monnaie commune mais aussi des dettes communes. De même la Finlande ne doit pas continuer à dire que l’UE doit se réformer sans toucher aux traités fondateurs. Le moment ne serait-il pas venu de s’assoir tous autour de la table pour discuter de la façon d’assumer nos responsabilités. Si tous les Etats, y compris les plus petits, ne sont pas prêts à prendre part aux décisions, l’Allemagne et la France les dicteront ».
AL

Réforme de la zone euro

”La zone euro sera complètement réformée” KL
Kauppalehti présente les projets de la Commission pour réformer la zone euro.
Le papier de la Commission n’a pas surpris le ministre des Finances Petteri Orpo. Il déclare qu’il va l’étudier en détail.
La Finlande souligne l’importance de la finalisation de l’union bancaire. Selon M. Orpo, il faut diminuer et assainir les risques avant de penser à une mutualisation des risques et des dettes.
M. Orpo se déclare ouvert aux propositions et ”ouvertement réservé” sur un fonds de résolution unique. Il est toutefois opposé à un ministre européen des finances et à un budget européen.
Il pense que cela risquerait de diminuer la volonté des Etats d’assainir leurs finances. ”Je crois dans le système actuel dans lequel chaque Etat répond de ses propres actes et de ses propres dettes”.
La Finlande se contenterait d’une amélioration du système actuel. Néanmoins, si les autres Etats décident d’approfondir l’intégration, la Finlande ne sautera pas du train. ”L’intérêt de la Finlande est qu’il y ait une zone euro unie, forte et efficace”, déclare M. Orpo.
Le directeur du bureau du patronat finlandais à Bruxelles Taneli Lahti estime que le document de la Commission constitue une proposition intéressante sur laquelle on pourra avoir un débat dépassionné. Il souligne que de nombreuses propositions seront difficiles pour la Finlande. Mais il relève que, ces derniers temps, l’Allemagne a changé de tonalité et est plus favorable à un développement de l’UEM. Il faut selon lui que les Finlandais participent à ce débat.
KL HS

Réactions de M. Katainen et M. Sipilä
Selon Jyrki Katainen, vice-président de la Commission, il s’agit de susciter un débat sur le fait de savoir quel serait le modèle idéal pour la nouvelle union économique, ce qui manque dans la situation actuelle et ce qui pourrait être renforcé.
M. Katainen se félicite du fait qu’il est envisagé de réduire le lien entre les Etats et les banques. Il note qu’actuellement, il n’y a aucune limite sur combien les banques peuvent disposer de titres de créances de leur pays. « Je veux bien voir des restrictions dans ce sens, afin de diminuer les risques », dit-il.
Concernant les propos du Président français, M. Macron, sur un eurogroupe plus intégré, M. Sipilä, Premier ministre, répète ce qu’il a dit avant sur le fait que la Finlande ne soutient pas l’idée d’une solidarité mutuelle concernant les dettes nationales des pays, ni une répartition accrue des risques dans le secteur bancaire. Il faut maintenir la responsabilité des investisseurs, souligne-t-il.
HSL/11

Le ministère des Finances freine des quatre fers
Kauppalehti rapporte que les journalistes finlandais ont reçu, avant la publication des propositions de la Commission, un rapport du ministère des Finances sur l’UEM. ”La Finlande se dirige vers une intégration de la zone euro en freinant des quatre fers”, en conclut Kauppalehti.
En effet, le rapport du ministère ne conseille pas plus d’intégration. Il considère au contraire qu’il faut simplifier le pacte de stabilité et de croissance, en supprimant le caractère contraignant des critères de déficit budgétaire. Le ministère estime en effet qu’il faut laisser le marché opérer la régulation, comme c’était le cas avant la crise financière.
Ce papier n’est pas une surprise pour Kauppalehti.
Néanmoins, ”l’UE va toutefois dans la direction opposée. La Commission et les grands Etats que sont l’Allemagne et la France accélèrent un approfondissement de l’intégration. Si les discours de Mme Merkel et M. Macron se réalisent, on peut estimer que le papier du ministère finlandais des finances poussera la Finlande à sortir de la zone euro ou bien qu’il ne représentera plus la position de la Finlande”, conclut KL.
KL

Politique européenne

Le Premier ministre a reproché M. Terho de ses propos concernant l’organisation d’un référendum en Finlande
Le ministre des Affaires européennes, Sampo Terho, qui fait actuellement sa campagne pour la présidence des Vrais Finlandais, a évoqué, à la fin de son intervention au Parlement dans le cadre du débat sur l’environnement de politique étrangère et de sécurité de la Finlande, son souhait que le gouvernement prochain organise un référendum sur la participation de la Finlande à l’UE.
Les propos de M. Terho ont été considérés comme irresponsables par beaucoup de députés.
Le Premier ministre, M. Sipilä, a constaté, lors d’une conférence de presse, que les propos de M. Terho étaient inappropriés pour un ministre. De plus, il s’est dissocié de ces propos et de l’organisation d’un référendum en général. Il a dit qu’il envisageait d’évoquer la question avec son collègue en tête à tête.
HS/A12

Médias

M. Orpo pour une imposition des grands groupes internationaux
Le ministre des Finances Petteri orpo estime que les grands groupes de médias que sont Google et Facebook devraient payer des impôts en Finlande pour le chiffre d’affaires qu’ils y réalisent. En effet, les médias finlandais considèrent que la concurrence avec ces grands groupes est déloyale.
« Le traitement fiscal de ces grands groupes internationaux devrait être étudié. Il est clair que la Finlande est favorable à imposer dans le pays où la valeur ajoutée est créée. Il faut toutefois arriver à des décisions au niveau international car Internet ne connait pas de frontières », déclare M. Orpo.
KS

Transport

« Les camions étrangers pourront travailler plus librement en Finlande » KS
Keskisuomalainen rapporte que, si le projet de la Commission se réalise, les transporteurs routiers étrangers pourront travailler plus librement en Finlande. La commission propose que les transporteurs européens puissent, après avoir livré leur frêt en Finlande, faire autant de trajets que possible en Finlande pendant cinq jours. Aujourd’hui, ils sont limités à trois transports sur sept jours.
Le secteur finlandais du transport était satisfait de la règlementation existante mais regrettait le peu de contrôle mis en place.
KS

Compétitivité

La Finlande gagne quelques places
La Finlande est passée du 20ème au 15ème rang dans le classement de l’institut suisse IMD sur la compétitivité. Elle se classe néanmoins après ses voisins nordiques danois, suédois et norvégiens.
KS

Commerce extérieur

Les exportations dépassent les importations
En mars, les exportations ont augmenté de 21% par rapport à l’année 2016 pour atteindre 5,4 milliards d’euros. Les importations n’ont augmenté que de 11% pour atteindre 5,3 milliards d’euros.
L’excédent était donc de 117 millions d’euros en mars ; mais sur le premier trimestre la Finlande enregistre toutefois un déficit de sa balance des exportations de 624 millions d’euros.
HS

Chantier naval d’Helsinki

Une commande japonaise importante
Helsingin Sanomat rapporte que le chantier naval d’Helsinki, possédé par l’entreprise russe Arctech, attend une commande japonaise d’environ 200 millions d’euros concernant la construction d’Ecoship « le bateau le plus vert au monde ». Arctech a signé la lettre d’intention et l’accord devrait être signé dans quelques mois.
Le bateau de croisière pour 2 000 passagers a été commandé par Peace Boat, organisation japonaise des droits de l’homme et de l’environnement qui organise des « croisières pour la paix ».
Selon le directeur général du chantier naval Esko Mustamäki, l’effet de la commande serait directement de 1 500 ETP et indirectement 4 000 ETP.
HS/A34

Politique intérieure

Elections

Organisation des élections en 2019
Keskisuomalainen relève que selon le ministère de la Justice, l’éventuelle organisation le même jour des élections législatives et européennes de 2019 serait décidée au Parlement pendant l’automne prochain.
Le groupe de travail des secrétaires généraux des partis politiques, qui travaille depuis novembre dernier, n’a pas réussi jusqu’à présent à trouver une entente sur ce sujet. Pour cela, le groupe a remis la question au ministre de la Justice Antti Häkkänen.
La plupart des secrétaires généraux sont favorables à l’organisation des deux élections le même jour mais le PSD, le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates s’y opposent.
Selon un calendrier normal, les élections législatives auraient lieu le 14 avril 2019 et les élections européennes le 9 juin 2019.
M. Häkkänen est plutôt favorable à l’organisation simultanée des deux élections. Il admet toutefois qu’il y a des points de vue constitutionnels qu’il faut prendre en compte.
Le secrétaire général du PSD Antton Rönnholm souligne que la Finlande doit absolument avoir un gouvernement opérationnel début juillet 2019 quand la Finlande aura la présidence de l’Union européenne.
KS/14

Gouvernement

La réforme de la loi sur l’alcool est devenue une farce
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a rejeté mercredi le deuxième compromis proposé par les présidents des groupes parlementaires des trois partis représentés au gouvernement.
Le Premier ministre Juha Sipilä a dit lors d’une conférence de presse que le gouvernement continuerait à étudier la réforme.
Les grandes lignes de la réforme avaient déjà été approuvées au gouvernement il y a un an, mais le groupe parlementaire du Centre a retourné sa veste après avoir connu les avis plutôt négatifs des experts sur le projet de loi, ce qui a beaucoup irrité les groupes parlementaires des Vrais Finlandais et du Rassemblement national.
Un tiers des députés du Centre s’opposés au projet de loi permettant, entre autres, la vente dans les magasins d’alimentation des boissons contenant 5,5 % d’alcool, au lieu de 4,7 % actuel. Le Centre a proposé que le vote sur le projet de loi soit une question de conscience mais les Vrais Finlandais exigent la discipline de vote sur ce sujet. Les Vrais Finlandais sont amers parce qu’ils ont été obligés de voter en faveur de la loi sur le registre des titres.
HS/A14

Médias

Subvention pour les journaux télévisés commerciaux : le gouvernement accorde un million d’euros
Conformément à la proposition d’un groupe de travail, le gouvernement envisage d’accorder une subvention d’un million d’euros aux journaux télévisés commerciaux.
Actuellement, aucune des chaînes commerciales ne remplit pourtant pas les critères définis pour l’obtention de cette subvention, concernant notamment le rythme de diffusion des émissions et la facilité d’accès pour les publics handicapés.
HS/B3

publié le 30/06/2017

haut de page