Juin 2016

Jeudi 30 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

L’UE exige des Britanniques la libre-circulation
Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä a défendu la décision des dirigeants européens d’exiger que la Grande-Bretagne accepte les quatre libertés (libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes) pour avoir accès au marché commun. « Il ne faut pas laisser penser que les négociations puissent se dérouler en permettant de choisir à la carte », a dit M. Sipilâ.
M. Sipilä a assuré que les dirigeants européens n’avaient pas la volonté d’adopter une attitude dure à l’égard de la Grande-Bretagne. Tous veulent arriver à un accord et considèrent la Grande-Bretagne comme un partenaire important aussi après sa sortie.
M. Sipilä a aussi déclaré qu’il ne pensait pas que le résultat du référendum aurait été différent si l’UE avait fait d’importantes concessions à la Grande-Bretagne.
Concernant le visage de l’UE après le Brexit, M. Sipilä estime que les priorités demeurent les mêmes : la lutte pour la croissance et l’emploi, la politique face aux migrants et la politique de sécurité.
Les principaux problèmes selon M. Sipilä relèvent de la communication et de la mise en œuvre des décisions ;
Il estime que les dirigeants européens devraient aussi faire un travail d’introspection : « la confiance des citoyens dans l’UE ne va pas s’améliorer tant que l’on accuse toujours Bruxelles de tous les maux alors même que l’on prend soi-même les décisions ». M. Sipilä visait aussi par là son ministre des Affaires étrangères et président des Vrais Finlandais Timo Soini qui a répété son slogan selon lequel « là où agit l’UE se trouvent les problèmes ». « C’est justement le genre de déclarations qu’il faut éviter de tenir », a dit M. Sipilä.

Déclarations de Timo Soini
Le Président des Vrais Finlandais et ministre des Affaires étrangères Timo Soini a tenu hier une conférence de presse pour commenter le Brexit.
Il a déclaré notamment que, « il ne fallait pas que les autres pays paient pour le départ de la Grande-Bretagne ». Selon lui, il faudra une adaptation du budget européen sans hausse des cotisations. Il a aussi jugé qu’il y avait trop de fonctionnaires européens et que leurs statuts étaient trop avantageux.
M. Soini a répété une phrase qu’il affectionne : « Là où agit l’UE, là est le problème ». Selon lui, « ce qui vient de se passer en Grande-Bretagne n’est pas un accident, simplement un développement que l’on pouvait attendre et contre lequel on avait adressé des mises en garde ».
Il estime que les critiques contre ceux qui on voté pour le Brexit sont inappropriées. « Faudrait-il passer un test d’intelligence avant de voter ? », demande-t-il.
Concernant la Finlande, il juge que l’on n’organisera pas de référendum sur la participation à l’UE durant l’actuelle législature. « Organiser un référendum relève d’une décision du gouvernement. Durant la législature actuelle, et selon les forces en présence, on ne le fera pas. La question d’une initiative populaire est différente, cela permet de lancer un débat et c’est une bonne chose ».
M. Soini a refusé de dire quelle était la position de son parti sur l’opportunité d’organiser un référendum ainsi que sur le camp à défendre. Il s’est borné à dire que le parti définirait sa position lors de la prochaine campagne électorale, dans deux ans et demi.
« Il est sage de voir ce qui arrive à la Grande-Bretagne et d’en tirer les leçons ».
Les Vrais Finlandais sont eurocritiques mais ne demandent pas la sortie de la Finlande de l’UE, rappelle Helsingin Sanomat qui fait référence au programme gouvernemental et notamment à sa partie sur la politique européenne.
Yle uusisuomi HS AL

Point de vue
« La nouvelle UE insiste sur l’unité » HS
Helsingin Sanomat relève que « l’Allemagne et la France promeuve l’approfondissement de l’intégration ».
Selon l’éditorialiste la situation est particulièrement difficile pour les Vrais Finlandais : le Brexit devrait être un motif de réjouissance mais la participation au gouvernement les oblige à se réfréner. C’est pourquoi M. Soini doit tenir un équilibre entre ses rôles de ministre des Affaires étrangères et de chef de parti et laisser les Jaunes Vrais Finlandais et le président du groupe parlementaire Sampo Terho se charger de parler à la base. A terme la situation risque de devenir un fardeau pour le parti, juge HS.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement a rendu public ses projets de lois sur la réforme de la santé
Le gouvernement a rendu public, hier ses projets de lois sur la réforme de la santé et des services sociaux.
Les services sociaux et de santé, ne seront plus du ressort des communes mais des régions. L’autonomie des régions sera très contrôlée, souligne le nouveau ministre des Finances Petteri Orpo.
L’objectif du gouvernement est de permettre des économies de trois milliards d’euros d’ici 2029 dans la progression des dépenses du secteur de la santé et des affaires sociales.
Les régions devront créer une agence de services pour fournir les services sociaux et de santé. Ce sont les assemblées régionales qui auront la responsabilité du contrôle de ces services. Les premières élections régionales devraient avoir lieu le 28 janvier 2018, lors du premier tour des élections présidentielles.
Les services pourront être fournis par des prestataires publics ou privés. Quatre modèles sont proposés pour assurer la liberté de choix du patient.
Les employés des communes qui travaillent dans ces secteurs seront transférés à ce nouvel employeur, en gardant leurs droits. On estime que plus de 400 organisations employant 215 000 personnes vont donc passer du secteur communal à ce nouveau secteur régional. C’est au total un budget de 17,25 milliards d’euros qui passera des communes aux régions ;
Les bâtiments resteront la propriété des communes qui pourront les louer aux nouvelles organisations ou prestataires de services.
Les régions ne pourront pas lever l’impôt. Le système de dotations financières des Etats aux communes sera donc modifié : désormais les régions recevront des dotations de l’Etat et aussi des paiements des patients. La part communale de l’impôt sur le revenu va diminuer et sera transférée à la part nationale de cet impôt.
Les dix-huit régions seront réparties en cinq régions de coopération regroupées autour des hôpitaux universitaires.
HS AL TS KS

Emploi

Modification de l’assurance chômage
Le gouvernement a présenté son projet de loi sur l’assurance chômage.
La période de versement des allocations va passer de 500 jours à 400 jours (sauf pour les personnes de plus de 58 ans), à partir du 1er janvier prochain.
KS

Economie

BTP

La Finlande manque d’ingénieurs
Kauppalehti rapporte que la reprise de la construction met le secteur du BTP en difficultés : il n’y a en effet pas assez d’ingénieurs dans les bureaux d’études. Selon Kauppalehti le manque d’effectifs dans les bureaux d’études représente des centaines de poste.
Ce sont surtout les bureaux petits et moyens qui en souffrent, les grandes sociétés arrivent en effet toujours à recruter.
Depuis le début de l’année, le carnet de commandes du secteur de la construction a augmenté d’un tiers.
KL

Crédit

Un plafond aux prêts immobiliers
La Finlande va mettre en place à partir du 1er juillet un plafond aux prêts immobiliers : il faudra désormais disposer de la valeur en capital de 10% (5% pour les primo-acheteurs) du bien pour pouvoir disposer d’un crédit immobilier.
HS

Mercredi 29 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Les Britanniques devront payer pour l’accès au marché intérieur » KL
« Il est compréhensible que [les Britanniques] aient besoin d’un peu de temps, mais il ne faudrait pas perdre de temps inutile avant qu’ils déposent la déclaration de sortie, afin que la période d’incertitude soit la plus courte possible », a déclaré le premier ministre Juha Sipilä, hier, à Bruxelles.
Il estime qu’il y a parmi les dirigeants européens une opinion communément partagée selon laquelle le référendum va réellement déboucher sur la sortie britannique de l’Europe. « Dans sa campagne, M. Cameron a clairement indiqué que si le camps du Brexit l’emportait le Royaume-Uni déposerait une demande de sortie. On ne parle ici que du fait qu’il faut respecter la consultation populaire et agir en conséquence », a dit M, Sipilä.
Il déclare aussi que cet épisode l’a conduit à réfléchir qu’il fallait que l’UE se réforme et qu’il fallait « prendre au sérieux les critiques » contre l’UE. « Il y a aussi des choses à changer dans l’UE ».
« Tout changement est aussi une opportunité. C’est l’esprit qui prédomine ici. Il faut prendre cette opportunité et faire en sorte de rétablir la confiance dans l’UE », déclare M. Sipilä.
Il a aussi souligné que le Brexit n’annulait pas tous les autres sujets qui figurent à l’agenda européen, au contraire. « Les sujets autres que le Brexit sont principalement ceux où il faut avancer. Je pense que nous avons un ordre du jour concret et qu’il faut progresser concrètement », estime M. Sipilä.
Interrogé sur le possible modèle d’accord qui pourrait être proposé à la Grande-Bretagne, M. Sipilä estime que l’on trouvera « un modèle sur mesure » pour remplacer la participation à l’UE. Mais cela ne sera pas gratuit. « Il y aura quelque chose à payer », a-t-il dit hier à Bruxelles.
HS KL

Déclarations du président Niinistö
Le Président finlandais, en visite en province, a déclaré que le Brexit constituait un message sérieux pour l’UE. « Contrairement à ce que nous pensions, l’UE n’est donc pas éternelle pour tous les Etats membres ».
Il a toutefois souligné que la décision britannique n’aurait probablement pas d’importantes conséquences pour la Finlande. « Je pense que cela ne va pas beaucoup influencer notre participation à l’UE. C’est plutôt l’UE qui sera touchée. Du point de vue d’un petit Etat, une union européenne unie et intégrée constitue un environnement favorable ».
Concernant un possible effet en faveur d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN, M. Niinistö a rejeté cette idée. « J’ai du mal à voir que le Brexit changerait notre environnement de sdécurité. La Grande-Bretagne demeure membre de l’OTAN. Et la Grande-Bretagne n’avait de toutes manières pas montré de grand intérêt pour la coopération européenne de sécurité », souligne-t-il.
Interrogé sur le fait que l’on se serait réjoui du Brexit en Russie, M. Niinsitö a souligné « qu’en Finlande on n’a rien entendu dans ce sens si ce n’est de la part des Jeunes Vrais Finlandais ».
HS

Déclarations de Timo Soini
Le Président des Vrais Finlandais et ministre des Affaires étrangères Timo Soini a tenu ce matin une conférence de presse pour commenter le Brexit.
Il a déclaré notamment que, « il ne fallait pas que les autres pays paient pour le départ de la Grande-Bretagne ». Selon lui, il faudra une adaptation du budget européen sans hausse des cotisations.
Il estime que les critiques contre ceux qui on voté pour le Brexit sont inappropriées. « Faudrait-il passer un test d’intelligence avant de voter ? », demande-t-il.
Concernant la Finlande, il juge que l’on n’organisera pas de référendum sur la participation à l’UE durant l’actuelle législature. « Organiser un référendum relève d’une décision du gouvernement. Durant la législature actuelle, et selon les forces en présence, on ne le fera pas. La question d’une initiative populaire est différente, cela permet de lancer un débat et c’est une bonne chose ».
M. Soini a refusé de dire quelle était la position de son parti sur l’opportunité d’organiser un référendum ainsi que sur le camp à défendre. Il s’est borné à dire que le parti définirait sa position lors de la prochaine campagne électorale, dans deux ans et demi.
« Il est sage de voir ce qui arrive à la Grande-Bretagne et d’en tirer les leçons ».
M. Soini estime que la situation s’est un peu calmée depuis le résultat du référendum. « Le soleil brille et il n’y a pas de nuage de criquets qui s’annonce. Seulement la bourse qui souffre un peu ».
M. Soini a répété une phrase qu’il affectionne : « Là où agit l’UE, là est le problème ». Selon lui, « ce qui vient de se passer en Grande-Bretagne n’est pas un accident, simplement un développement que l’on pouvait attendre et contre lequel on avait adressé des mises en garde ».
Les Vrais Finlandais sont eurocritiques mais ne demandent pas la sortie de la Finlande de l’UE, rappelle Helsingin Sanomat qui fait référence au programme gouvernemental et notamment à sa partie sur la politique européenne.
Yle uusisuomi HS

Point de vue
L’ancienne correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat, Virve Kähkönen, écrit qu’actuellement les dirigeants européens évitent de parler d’un développement vers plus de fédéralisme. On ne veut pas à Bruxelles voir de nouveaux référendums.
Le départ des Britanniques ouvre toutefois des opportunités pour développer l’UE et on le sait bien à Berlin et Paris. Ainsi il sera plus facile d’approfondit l’UEM sans le frein britannique. Le poids de s pays non membre de la zone euro va considérablement diminuer dans l’UE.
On peut aussi attendre des avancées dans la politique de sécurité et de défense. Si la Grande-Bretagne est une grande puissance militaire, le trou qu’elle va laisser devra être comblé et un moyen de le faire sera d’accorder plus d’importance à la sécurité commune.
HS

Police

Les policiers finlandais pourront participer à des missions européennes
Le gouvernement a déposé un projet de loi visant à modifier la législation sur la police. Il devrait permettre aux policiers finlandais de participer à des opérations armées à l’extérieur des frontières du pays.
Cette nouvelle législation permettra à la police finlandaise de faire face à des situations dans lesquelles un pays membre demanderait assistance à la Finlande en cas, par exemple, de lutte contre le terrorisme.
La police va regrouper un pool international à partir de ses forces spéciales (Karhu-ryhmä) et de ses forces spécialisées (déminage…).

Finlande – Etats-Unis

Le hakker Lauri Love menacé d’extradition
Le citoyen finno-britannique Lauri Love, accusé d’intrusion par les autorités américaines, est menacé d’extradition aux Etats-Unis. Actuellement jugé à Londres, il demande à la Finlande d’intervenir pour empêcher son extradition.
HS

Mardi 28 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Réactions au Brexit

Le Parlement se réunira vendredi
Helsingin Sanomat rapporte que le parlement va interrompre ses vacances et se réunir vendredi en séance plénière pour écouter la déclaration du premier ministre Juha Sipilä sur les conséquences du référendum britannique.
HS

« La Finlande souhaite un bon accord » TS
« Selon M. Sipilä, il faut taire ses émotions et négocier sérieusement » AL
Après avoir rencontré la Grande commission du parlement, le Premier ministre finlandais Juha Sipilä a déclaré qu’il fallait donner du temps aux Britanniques pour retrouver le calme. Selon lui, les négociations commenceront à l’automne.
« Il faut rapidement en arriver à un processus [de négociations], mais il est clair que la Grande-Bretagne a besoin d’un peu de temps pour ressouder ses rangs. Il est réaliste d’attendre la déclaration de sortie pour l’automne. »
« Il est important que l’on aborde ces négociations de manière pragmatique et que l’on mette de côté les émotions. »
« Il faut faire la part des choses et obtenir un bon accord pour la Finlande ».
S’il est possible en théorie d’imaginer un modèle norvégien, « je ne pense pas que pour la Grande-Bretagne ce modèle sera le bon, mais plutôt un modèle particulier que l’on va négocier deux années ».
M. Sipilä estime que la sortie de la Grande-Bretagne va aussi peser sur l’environnement de sécurité de la Finlande à long terme. En revanche il ne pense pas que ce départ aura des effets budgétaires pour la Finlande.
Il a aussi fermement déclaré que son « gouvernement ne proposerait pas de référendum sur la sortie de la Finlande de l’UE ».
Selon lui, la position de la Finlande est qu’il faut réformer et améliorer l’UE, principalement dans la mise en œuvre des décisions. « Ce qui est décidé doit être exécuté sérieusement. C’est important pour rétablir la confiance des citoyens dans l’union ».
« Nous allons expliquer quelles sont les avantages de l’UE. Les politiciens accusent trop facilement l’UE de problèmes dont elle n’est pas responsable ».
HS

Sampo Terho : un référendum sur l’UE lors de la prochaine législature
Le président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais estime que le débat sur un référendum en Finlande relève des prochaines élections législatives. « Le référendum britannique résultait d’une promesse électorale faite par les conservateurs. Je pense qu’il faut adopter le même processus pour la Finlande. Il faut un débat sur le sujet lors des prochaines élections législatives et voir lors de la prochaine législature si cela a reçu l’assentiment populaire ».

Le Brexit fait chuter la bourse d’Helsinki
La bourse d’Helsinki a clôturé hier soir avec une chute de 8,4% par rapport à la dernière journée, soit jeudi.
Ce sont surtout les valeurs des groupes du bois-papier qui ont chuté : UPM, Metsä Board et Stora Enso ont perdu plus de 10 points.
HS

« Les effets sur l’économie finlandaise seront minimes » KL
Les économistes interrogés par le quotidien économique Kauppalehti déclarent que les effets du Brexit sur l’économie seront minimes.
En particulier, la baisse de l’euro devrait faciliter les exportations et compenser les effets de la a dépréciation de la livre britannique.
« On sera surpris par le peu d’effets pour l’économie finlandaise. La faible reprise est basée sur la consommation intérieure. Les exportations n’ont pas repris, aussi il n’y aura pas de contrecoup à attendre ».
KL

Editorial
« Un temps d’incertitudes » HS
Helsingin Sanomat relève que « les premières réactions politiques en Finlande ont été modérées. On respecte le résultat du référendum mais on espère que les décisions pourront, après une période d’accalmie, aller vite. Pour la Finlande, la sortie britannique est une importante question, pas seulement économique. Comme de nombreux petits pays, la Finlande s’est souvent satisfaite que la Grande-Bretagne s’oppose ouvertement à des décisions européennes jugées ici mauvaises. De même les pays nordiques et la Grande-Bretagne partageaient une attitude favorable au libre-échange. A l’avenir, la Finlande devra plus souvent prendre position dans les arènes européennes ».
HS

Finlande – Russie

M. Poutine en Finlande vendredi
Le Président russe Vladimir Poutine rencontrera son homologue finlandais Sauli Niinistö dans la résidence d’été des présidents finlandais, à Naantali vendredi.
Les présidents s’entretiendront des questions d’actualité : les relations bilatérales, les crises en Ukraine, en Syrie et au Proche-Orient.
La dernière visite du Président Poutine en Finlande était il y a trois ans. Depuis, le président Niinistö s’est rendu trois fois en Russie pour le rencontrer.
HS

Economie

Changement de loi sur les marchés publics

Rendre les marchés publics plus accessibles aux PME
Le gouvernement a transmis au Parlement son projet de loi pour modifier la législation sur les marchés publics. L’union des entrepreneurs est satisfaite de la mouture du texte.
La nouvelle loi va obliger à diviser les marchés publics en petits contrat afin de permettre aux PME-PMI et ETI d’y participer.
De même le seuil pour recourir à un appel d’offres va augmenter passant de 30 000 euros actuellement à 60 000 euros pour les biens et services, de 100 000 euros à 400 000 euros dans le secteur social et de la santé. Dans le BTP il restera à 150 000 euros.
HS estime qu’il risque d’y avoir un débat animé au Parlement sur les dispositions qui permettent par exemple aux régies et entreprises des communes de vendre leurs services sans appel d’offres.
La valeur des marchés publics en Finlande était, en 213, de 34 milliards d’euros, soit 5% du PIB.
HS/Lun

Lundi 27 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Réactions au Brexit

Le Parlement se réunira la semaine prochaine
Aamulehti rapporte que Parlement devrait se réunir la semaine prochaine pour entendre une déclaration du premier ministre sur les effets du référendum britannique.
Aujourd’hui, le comité ministériel des affaires européennes se réunit, puis le Premier ministre Juha Sipilä s’exprimera devant la grande commission du parlement avant le Conseil européen. Vendredi, la grande commission se réunira à nouveau. Le Parlement devrait donc interrompre ses vacances pour se réunir en séance plénière la semaine prochaine.
La Présidente du Parlement, Mme Lohala (Vrais Finlandais) estime qu’il n’y a pas lieu de précipiter la réunion du Parlement. « Il n’y a rien d’urgent car rien ne se passe rapidement. Toutefois je pense que les députés veulent savoir ce qui s’est dit au Conseil européen, c’est pourquoi une déclaration du Premier ministre devant le parlement serait la bienvenue ».
Mme Lohela estime qu’il n’y a pas lieu d’être trop inquiet par la situaiton. « Il y aura des effets [au Brexit], mais on peut espérer que les problèmes se résoudront par la négociation ».
Elle refuse de se prononcer sur la question de savoir si le Brexit va renforcer les critiques des Vrais Finlandais contre l’UE. Elle souligne que son parti « est engagé par le programme gouvernemental ». Selon elle, il n’y a pas à l’horizon de référendum ni d’exigence de référendum de la part des Vrais Finlandais.
AL

M. Soini n’exige pas de référendum
Le Président des Vrais Finlandais et ministre des Affaires étrangères Timo Soini s’est montré très prudent quant à un référendum en Finlande. « Une chose à la fois. Le processus britannique va durer de un à deux ans. Regardons ce qui se passe ».
Le Premier ministre Juha Sipilä a fermement exclu tout référendum : « Il n’y en aura pas en Finlande », a-t-il dit.
Le Président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, Sampo Terho précise qu’il « n’y a pas à attendre de discussion sur un référendum finlandais durant cette législature. Mais pour les prochaines élections on discutera de l’opportunité d’en organiser un lors de la prochaine législature ».
HS

Selon M. Tynkkynen, une sortie de la Finlande de l’UE serait positive
Le président des Vrais Finlandais Sébastian Tynnkynen en appelle à l’organisation d’un référendum pour que la Finlande sorte de l’UE.
Son initiative, lancée la semaine dernière, avant le référendum britannique, a reçu 14000 signatures.
Il en faut 50 000 avant le 20 décembre pour la déposer au Parlement.
TS

M. Mykkänen prédit des négociations difficiles
Le nouveau ministre du Commerce extérieur Kai Mykkänen estime que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE pourraient durer de deux à huit ans. C’est pourquoi il considère qu’il n’y a pas beaucoup d’importance à ce que le Royaume-Uni dépose sa demande maintenant ou à l’automne.
Il considère aussi qu’il ne faut pas que l’UE permette aux britanniques de choisir un régime à la carte, leur permettant de conserver les éléments qui leur conviennent comme le libre-échange. Il pense aussi que le Brexit n’aura pas d’effet sur les négociations du TTIP.
KL
Selon Mme Tiilikainen, le Brexit est un saut dans l’inconnu
La directrice de l’institut des relations internationales, Mme Tillikainen juge que le Brexit est un saut dans l’inconnu qui constitue aussi un grand revers pour l’UE.
Elle estime que l’approfondissement de la zone euro va se poursuivre. « La France et l’Allemagne ont besoin l’une de l’autre et ont besoin de force pour l’intégration. Il y a deux domaines où on va la chercher : l’euro et la politique de sécurité et de défense ». Selon elle, la France et l’Allemagne ont désormais la possibilité d’avancer dans la politique de défense sans le frein britannique de ces dernières décennies.
KL

Le principal frein au développement de l’UE est levé
Le président du fonds de pension Varma, M. Risto Murto estime que le Brexit va modifier l’Europe à laquelle la Finlande a adhéré. « Le poids des pays de la zone euro va augmenter dans l’UE ». Selon lui, « la Grande-Bretagne a constitué la principale force qui a ralenti la création d’institutions de la zone euro dans l’UE. Ils ont voulu ainsi s’assurer que le développement ne se ferait pas trop selon les volontés de spays de la zone euro. Désormais la Pologne ou la Suède n’auront pas le poids nécessaire pour freiner le développement de la zone euro ».
KS

Editoriaux

« Le référendum va modifier l’UE » HS
« Le Brexit fait trembler l’union » KL
Helsingin Sanomat estime que la voie vers l’approfondissement de l’intégration est désormais fermée, car le peuple n’y est pas prêt.
Kauppalehti se demande si l’UE ne devrait pas en revenir à ses racines et ses valeurs : la défense de la sécurité, de la paix et de la liberté. Il faut en tous cas prendre au sé érieux le message du Brexit. L’UE doit se moderniser et mieux écouter la volonté de ses Etats membres ».
Aamulehti rejette toute idée d’organiser un nouveau référendum au Royaume-Uni mais estime qu’il faudrait au contraire permettre aux Ecossais de voter de nouveau pour leur indépendance afin de leur permettre de rester dans l’UE.
Pour Kesksisuomalainen, le Brexit signifie la fin des élargissements et peut-être le début d’un délitement de l’UE. « La Finlande restera dans l’UE car l’union est pour nous une décision de politique de sécurité », estime KS. « L’UE est avant tout une communauté de valeurs. Il faut qu’elle se réforme et qu’elle écoute mieux les peuples et pas seulement les élites politiques et économiques ».
Pour Turun Sanomat, avec le Brexit, l’UE va perdre une importante puissance militaire. « Le rôle de la France dans la sécurité va augmenter, comme celui de l’Allemagne en matière économique. »
HS TS AL KL KS

Jeudi 23 juin 2016

France – Finlande

Visite de Cédric Villani en Finlande

« Il souhaite sauver les mathématiques – et l’université » HBL
Selon Hufvudstadsbladet, la mission du mathématicien Cédric Villani est de sauver les crédits de l’université et de réhausser l’image des mathématiques. Médaille Fields, M. Villani a réussi avec ce premier en France et avec ce dernier partout dans le monde. Son message à Olli Rehn, ministre de l’Economie, est que la recherche ne doit pas être uniquement quelque chose de concrètement utile, elle est également une source de fierté pour une nation, et un bonheur pour les citoyens – de faire de la recherche et de découvrir.
M. Villani a donné une conférence sur les mathématiques et la créativité à l’Université de Helsinki et rencontré M. Rehn, pour des entretiens sur un sujet qu’il promeut avec beaucoup de succès en France : la lutte contre les économies concernant les crédits aux universités.
« En France, nous avons réussi à arrêter les coupes, ensemble avec sept Prix Nobel. Nous n’avons pas été soutenus par le ministre, mais par contre par le Président de la République. Les grands prix internationaux sont importants dans le sens où ils donnent du poids à leurs récipiendaires dans le débat. »
Interviewé avant de rencontrer le ministre Rehn, M. Villani espère le convaincre sur le fait que les investissements dans la recherche ne se voient pas toute de suite, mais peut-être avec un délai de plusieurs années, et peut-être même pas dans le pays qui investit. « Mais c’est un investissement collectif. Couper dans les crédits touche tout le monde et cela engendre une diminution du prestige international. »
Encourager les enfants dans le monde des mathématiques est également quelque chose qu’il promeut. Il s’agit de le faire par le jeu et non pas en les obligeant. Il estime que l’ essentiel, c’est la motivation des professeurs. Il fait l’éloge de la formation finlandaise d’enseignants et rappelle que chaque enseignant devra trouver son propre modèle. Il rappelle d’ailleurs qu’il faudrait laisser en paix les enfants timides : on a besoin de ceux qui écoutent et réfléchissent.
HBL/4&14

Politique étrangère et européenne

Economie

Nokia : Interview de M. Suri
M. Rajeev Suri, directeur général de Nokia, estime que les nouvelles technologies changeront la vie des gens et la société d’un façon inédite. Elles changeront le fonctionnement des entreprises et des sociétés, la formation et les soins médicaux. Selon lui, le plus grand changement concernera les soins de la santé.
Helsingin Sanomat rappelle qu’en mai, Nokia a acheté le groupe français Withings qui développe des appareils de ce secteur. Le groupe entamera prochainement une coopération avec les services de neurologie de HUS, hôpital régional d’Helsinki et de la région de la capitale.
Parmi les facteurs du succès de la Finlande, il évoque la main d’œuvre formée, la capacité d’innovations et un esprit d’entreprenariat. Pour lui, ce sont des atouts qui ensemble attirent des capitaux.
Il souhaite que la Finlande mette à profit la multitude de savoir-faire qui existe dans le pays et développer des technologies d’avenir. Il souhaite coopérer davantage avec les universités et estime que la Finlande est le pays de Nokia.
HS/B12-13

Politique intérieure

Economie

Prévisions du ministère des Finances
Le ministère des Finances a augmentésa prévision par rapport au printemps et prévoit une croissance du PIB de 1,4 % pour l’année en cours. En 2017, elle serait de 1 % et en 2018 de 1,3 %.
En avril, sa prévision était de 0,9 % pour cette année et de 1,2 % pour les deux années suivantes.
Selon M. Kuismanen, conseiller financier, la croissance reste modeste et se base principalement sur la demande intérieure. Il note que l’éventuelle sortie de l’UE de la Grande-Bretagne n’est pas prise en compte dans les calculs.
HS rappelle que Danske Bank a prévu une croissance de 1,2 % pour cette année, la banque OP et la Banque de Finlande une croissance de 1,1 %, Etla de 0,9 %, Pellervo de 0,7 % et la banque Nordea de 0,5 %.
Les chiffres de ces trois derniers datent de mars.
HS/B17

Partis politiques

L’audience de l’Alliance verte augmente encore
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage sur la popularité des partis politiques, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, le Centre est redevenu le plus grand parti politique avec une audience de 20,9 %, suivi du Parti social-démocrate, 20,6 % (-1,4 % par rapport au sondage précédent en mai).
Le rassemblement national, qui a perdu 0,7 % de son audience depuis le mois de mai, arrive troisième avec un score de 17,7 %.
L’Alliance verte atteint un score record, 13,6 %, soit une augmentation de 2,2 % depuis mai. Les Vrais Finlandais ont encore perdu un peu et n’ont obtenu que 9,1 %. L’Alliance des gauches arrive sixième, suivi du Parti suédois, 4,7 %, et des Chrétiens-démocrates, 3,7 %.
Le sondage a été effectué entre le 15 mai et le 16 juin auprès de 2 428 personnes.
HS/A10

Une députée des Vrais Finlandais s’est ralliée au PSD
Helsingin Sanomat rapporte que Maria Tolppanen, députée des Vrais Finlandais depuis 2011, a annoncé mercredi qu’elle quitterait les Vrais Finlandais pour se rallier au groupe parlementaire du PSD.
Mme Tolppanen est connue pour ses propos critiques sur la politique d’immigration.
HS/A11

Mercredi 22 juin 2016

Politique intérieure

Gouvernement

Les nouveaux ministres : une politicienne expérimentée et un nouveau venu
Helsingin Sanomat rapporte que les nominations ministérielles du nouveau président du Rassemblement national Petteri Orpo sont sans risque.
Paula Risikko (56 ans), actuelle vice-présidente du Parlement et ancienne ministre, députée depuis 2003, sera nommée ministre de l’Intérieur, en remplacement de M. Orpo.
Kai Mykkänen (36 ans), député depuis 2015, aura le portefeuille du Commerce extérieur et du Développement, en remplacement de Lenita Toivakka. M. Mykkänen est spécialiste des affaires russes et des questions de l’environnement. Il a entre autres travaillé pour la banque Sampo et comme économiste de l’East Office of Finnish Industries à Saint-Pétersbourg. Il a été conseiller du ministre de l’Economie Jyri Häkämies en 2011-2013. Son père, Jouni Mykkänen fût député de Laponie du rassemblement national dans les années 1970. M. Mykkänen a été chef de la campagne de M. Stubb pour la présidence du parti ce printemps.
Sanni Grahn-Laasonen continuera comme ministre de l’Education et de la Culture.
Le député Kalle Jokinen (54 ans) remplacera Arto Satonen à la tête du groupe parlementaire du Kokoomus.
HS/A3&8-9

L’Inspection des finances de l’Etat adresse des reproches à Mme Berner
Selon Helsingin Sanomat, l’Inspection des finances de l’Etat a adressé des reproches, de façon très directe, au ministère des Transports et des Communications, soit en pratique à la ministre des Transports Anne Berner, pour être intervenu de façon déplacée dans le travail du conseil de surveillance de Finavia, dans l’affaire du déficit de 34 millions d’euros lié au recours à des instruments financiers dérivés.
Selon l’Inspection des finances de l’Etat, le ministère s’est immiscé clairement dans le travail et les décisions du conseil de surveillance de Finavia. Mme Berner et son ministère ont encore déclaré mardi qu’ils ne l’avaient pas fait.
Le quotidien note que, malgré les reproches de l’Inspection des finances de l’Etat, le Premier ministre Juha Sipilä a annoncé son soutien à Mme Berner. Les deux sont centristes et ont un passé de chef d’entreprise.
HS/A32

Parlement

M. Kaikkonen élu président du groupe parlementaire du Centre
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire du Centre a élu à sa présidence le député Antti Kaikkonen, par 28 voix contre 17 en faveur du député Timo Kalli.
M. Kaikkonen, 42 ans, député de la circonscription d’Uusimaa depuis 2033, compte quitter la présidence de la commission des affaires étrangères du Parlement.
Matti Vanhanen a quitté la président du groupe centriste parce qu’il a été nommé candidat présidentiel du parti aux élections présidentielles de 2018. Il est probable qu’il soit nommé à la tête de la commission des affaires étrangères, en remplacement de M. Kaikkonen.
HS/A14

Parti suédois

M. Haglund
M. Haglund qui vient de quitter la présidence du Parti suédois, envisage également d’abandonner des fonctions comme député à compter de fin juillet pour devenir vice-directeur général du groupe de bioénergies chinois Kaidi. Il travaillera pour les projets d’investissements européens de Kaidi, dont un projet de construction d’un bio-raffinerie à Kemi en Finlande du Nord.
HS/A11

Politique étrangère et européenne

Livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité

Propos de M. Soini
Le Parlement a débattu du Livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité, hier, et beaucoup de députés se sont posé la question sur l’opportunité de sa publication maintenant, à la veille du référendum britannique. Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, ne voit pas de justification pour retarder la publication, car dans le cas d’une sortie de la Grande-Bretagne, il s’agit d’un processus qui prendra deux, trois ans. « On n’allait pas attendre tout ce temps. »
HS/A11

Migration

L’étude des dossiers avance
Les demandeurs d’asile bougent actuellement entre les centres d’accueil. Des décisions à leurs demandes arrivent et en cas d’une réponse négative, les demandeurs d’asile font appel. Il n’est souvent pas prévu qu’ils puissent rester dans le même centre d’accueil durant le délai d’attente concernant le nouveau traitement du dossier.
Cette année, la cour administrative d’Helsinki a été saisi concernant 2300 réponses négatives de Migri.
En mai, 56 % des réponses étaient négatives, contre 30 % en janvier-mai. Selon M. Repo, chef du service des asiles de l’Office national de l’immigration, la plupart des demandes étudiées en mai concernait de personnes d’origine de Bagdad. Les critères revus concernant l’Irak, l’Afghanistan et la Somalie se reflètent sur les décisions, selon lui.
HS/A12

Economie

Patronat

L’industrie forestière abandonne le patronat EK
EK affirme qu’il s’agit de rien de dramatique
La décision de la confédération de l’industrie forestière (Metsäteollisuus) de quitter le patronat EK n’est pas un signe d’une dissolution de l’organisation patronale, affirme le côté employeur. Selon M. Alahuhta, président du directoire d’EK et M. Häkämies, directeur général, aucun autre syndicat n’a eu d’approche aussi critique à l’égard d’EK que Metsäteollisuus.
M. Turunen, directeur général de l’industrie technologique, dit que ses entreprises membres sont satisfaites de l’action du patronat.
HS/A10

Energie

Etude de VATT sur les subventions du secteur énergétique
Selon le Centre national de recherche économique VATT, l’allègement de la taxe sur l’énergie a le plus profité à des grandes entreprises déjà bien rentables. Pour VATT, les allègements sont ainsi inutiles ; au contraire, ils servent à diminuer les recettes fiscales de l’Etat et ralentissent la mise en œuvre des objectifs climatiques.
VATT a publié une étude, hier, qui fait état des conséquences des allègements fiscaux introduits en 2012. Les allègements étaient prévus en compensation des effets de durcissements fiscaux concernant l’énergie, instaurés en 2011.
Le nombre d’entreprises concernés par des remboursements d’impôts a été multiplié par dix et les sommes remboursées sont passées de 10 à plus de 200 millions d’euros. 140 entreprises en ont profité.
Les remboursements profitent surtout aux grandes entreprises qui consomment beaucoup d’énergie. La moitié des remboursements est allée à l’industrie papetière.
VATT conclut que le système de remboursements pourrait être supprimé sans que cela ait d’effet sur la rentabilité ou la compétitivité des entreprises. Sa suppression encouragerait les entreprises à prendre des mesures dans le sens d’une diminution des émissions.
HS/A33

Jeux

Supercell cédé à un groupe chinois
Le groupe chinois Tencent rachète les actions du groupe de jeux Supercell dont dispose la banque japonaise SoftBank, pour 6,5 milliards d’euros. Il s’agit d’une part de 72,2 % du groupe.
Supercell insiste sur l’importance de pouvoir maintenir son indépendance concernant ses activités. M. Paananen, directeur général, note qu’il s’agit d’un groupe mondial avec les racines en Finlande. Le siège restera en Finlande où le groupe continuera à verser ses impôts.
HS/A34

Mardi 21 juin 2016

Politique étrangère et européenne

PSDC - Menaces hybrides

Selon M. Sipilä, le gouvernement souhaite accueillir en Finlande un centre de lutte contre les menaces hybrides
Turun Sanomat rapporte que selon le Premier ministre Juha Sipilä, la Commission européenne a demandé à la Finlande une proposition concernant la création d’un centre de lutte contre les menaces hybrides.
M. Sipilä souligne que la France a promis de soutenir le placement d’un tel centre en Finlande. M. Sipilä s’est entretenu, la semaine dernière, à Paris avec le Président Hollande et le Premier ministre Valls.
La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, Päivi Nerg annonce que la Finlande compte déposer son initiative à la Commission européenne déjà en juillet. « Il faut être rapide pour obtenir une position de force », selon Mme Nerg.
TS/4

Politique étrangère et de sécurité

Le colloque à Kultaranta
Helsingin Sanomat relève que le quatrième colloque de Kultaranta a pris fin lundi à Naantali.
De façon inattendue, le Président Sauli Niinistö a dû se défendre pour ses contacts avec le président russe, M. Poutine.
La vice-présidente de la commission des affaires étrangères du parlement suédois, Karin Engström, a demandé pourquoi M. Niinistö a invité M. Poutine en Finlande pendant une période aussi tendue. Selon Mme Engström, le président russe ne serait pas le bienvenu à Stockholm en ce moment. Selon les informations du quotidien, M. Poutine effectuera une visite en Finlande le 1er juillet.
Selon M. Niinistö, « il est important que la communauté internationale montre à la Russie que sa façon d’agir a été mauvaise. Il est aussi important de maintenir un dialogue avec la Russie ».
« Je pense que vous êtes un peu en retard sur votre temps », a déclaré M. Niinistö, faisant allusion à des contacts européens récents avec la Russie et soulignant aussi que la Russie n’a aucunement fait pression sur la Finlande.
M. Niinistö a rappelé à Mme Engström que la Finlande avait une frontière de 1 300 km avec la Russie.
HS/A8

UE – Grande-Bretagne

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, s’inquiète des propos concernant une vengeance éventuelle contre la Grande-Bretagne si le pays décidait de sortir de l’UE. Il souhaite un comportement adulte et judicieux de la part des autres Etats membres, y compris concernant les négociations éventuelles sur une nouvelle relation entre l’UE et la Grande-Bretagne.
Sans mentionner un pays en particulier, M. Soini estime que les propos sur un engrenage de vengeance sont ridicules. Se venger serait bête, enfantin et irresponsable, selon lui.
M. Soini estime qu’en cas de Brexit, il faut construire une coopération d’une nouvelle façon. « Bougonner n’est pas la solution. »
Le ministre, qui a participé à la réunion avec ses homologues à Luxembourg, estime que les menaces présentées dans le contexte d’un Brexit vont trop loin. « On a toujours fait peur aux gens, qu’il se soit agi des nuages de criquets, de l’enfer ou du changement climatique, et maintenant du Brexit. » Il trouve peu intelligent de faire un tel drame autour de cette question.
M. Soini estime toutefois que la sortie de la Grande-Bretagne serait regrettable pour la Finlande, car ce pays a la même sorte d’attitude à l’égard du libre-échange, de la régulation et de l’économie que les pays membres nordiques. La sortie britannique affaiblirait considérablement ce groupe de pays : pour M. Soini, il serait catastrophique sous plusieurs aspects que la Grande-Bretagne quitte ce groupe de référence.
M. Soini rappelle que la Grande-Bretagne est la première puissance militaire de l’UE, le deuxième contributeur net et la deuxième économie.
HS/A24

Délocalisation de la production

Plus de délocalisations que de retours en Finlande
Ces derniers temps, plusieurs entreprises ont relocalisé en Finlande leur production délocalisée à l’étranger. Dans l’ensemble, il y a toutefois toujours plus de production qui est délocalisée que l’inverse.
Selon une étude effectuée à l’Université technologique de Tampere, 30 % des entreprises finlandaises ont délocalisé (une partie de) leur production à l’étranger. 13 % l’ont relocalisée en Finlande. Concernant le Danemark, les chiffres sont à peu près les mêmes, mais les entreprises suédoises ont réussi à rapatrier bien plus de production : 40 % ont délocalisé et 30 % ont fait l’inverse.
HS/A27

Politique intérieure

Gouvernement

M. Orpo a annoncé les noms des nouveaux ministres : Mme Grahn-Laasonen maintenue, Mme Risikko revient, M. Mykkänen nouveau ministre
Yle relève que le nouveau président du Rassemblement national, Petteri Orpo, nouveau ministre des Finances, a choisi ses ministres.
M. Orpo propose les nominations de Paula Risikko, actuelle vice-présidente du Parlement et ancienne ministre, au poste de ministre de l’Intérieur.
Mme Sanni Grahn-Laasonen gardera le portefeuille de l’Education et de la Culture.
Le député Kai Mykkänen serait nommé ministre du Commerce extérieur et du Développement, en remplacement de Lenita Toivakka.
Yle

Patronat

L’industrie forestière abandonne le patronat EK
La confédération de l’industrie forestière (Metsäteollisuus) envisage de quitter le patronat EK. M. Pesonen, président du directoire de Metsäteollisuus et directeur général du groupe forestier UPM, estime que la responsabilité et le pouvoir divergent trop dans les dispositions actuelles.
Le secteur forestier représente 21,7 % des exportations finlandaises. La confédération compte 90 entreprises membres. Le secteur emploie 42 000 personnes directement et 160 000 indirectement.
Selon M. Pesonen, le secteur pousse depuis cinq ans EK à changer ses priorités en matière de lobbying, qui ne correspondent pas à celles de l’industrie forestière. Il note que l’adoption du pacte de compétitivité n’était aucunement décisive pour cette décision.
EK a été créée en 2005 en fusionnant les confédérations du secteur des services et de l’industrie. Les intérêts ne sont pas toujours les mêmes.
Helsingin Sanomat estime qu’il est clair que cette décision relève des dégâts engendrés au sein du patronat durant les longues négociations sur le pacte de compétitivité. Il apparaît que l’unité a été encore plus à l’épreuve auprès des employeurs qu’au sein des employés.
HS/A6-7

Police

Fermetures de commissariats
Le ministère de l’Intérieur a annoncé la fermeture de onze commissariats dans des petites villes partout en Finlande.
L’objectif des fermetures est d’économiser 745 000 euros par an afin de maintenir des emplois.
Selon le ministère, il sera envisagé d’augmenter les patrouilles de police dans les communes touchées.
Il y aura désormais 108 commissariats en Finlande.
HS/A14

Lundi 20 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Défense

Livre blanc
Le Livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité, piloté par le ministère des Affaires étrangères, a été publié, vendredi. Le dernier Livre blanc datait de 2012. Jusqu’à présent, les rapports sur la politique de sécurité et de défense ont été rédigés une fois tous les quatre ans, mais maintenant, un rapport sur la défense séparé sera rédigé à part, par le ministère de la Défense. En mai, le ministère de l’Intérieur a publié un rapport sur la sécurité intérieure.
Selon le Livre blanc, il est caractéristique de l’environnement modifié de la politique étrangère et de sécurité que ce changement est rapide et imprévisible.
Helsingin Sanomat estime que le ton du rapport est très grave. Le durcissement de la situation en matière de sécurité en Europe a un effet direct sur la situation finlandaise. Dans ses conclusions, le rapport estime que l’usage de la force contre la Finlande, ou une menace ne peut pas être exclu.
HS estime qu’il y a une certaine contradiction dans le fait que le rapport souligne l’importance de la rapidité de réagir aux changement en même temps qu’il est prévu que le rapport serve de base pour la planification de la sécurité finlandaise durant dix ans, délai de réalisation des acquisitions importantes.
HS estime que dans le Livra blanc, il faudrait qu’on y trouve la justification du remplacement des chasseurs F18 Hornets, ce qui signifie une acquisition de chasseurs de cinq milliards d’euros, ainsi que celle d’une acquisition de navires pour la marine. Ces acquisitions relèveront du rapport sur la politique de Défense qui devrait être publié avant la fin de l’année.
Dans le Livre blanc, on estime qu’avec son action et ses interprétations, la Russie a en partie remis en question les contenus de l’ordre en matière de sécurité et l’a ébranlé durant les presque dix dernières années. La Finlande souhaite maintenir le dialogue avec la Russie, ainsi que des relations stables qui fonctionnent bien. Sinon, la Finlande base ses activités sur les positions communes de l’UE sur la Russie.
Concernant la Suède, le rapport note que la coopération avec ce pays est vaste et qu’elle est promue sur la base des intérêts commun, sans restrictions. Cette coopération est développée afin qu’elle couvre la planification opérationnelle dans toutes les circonstances.
La coopération avec la Etats-Unis est également valorisée : c’est un partenaire important avec qui on souhaite approfondir la coopération entre autres concernant les questions liées à la sécurité et à la défense.
La Finlande maintient l’option de demander une adhésion à l’OTAN en suivant de près le changement de l’environnement en matière de sécurité. Selon le Livre blanc, le partenariat actuel est un outil utile pour développer la relation avec l’OTAN, mais n’égale pas une adhésion. Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, constate qu’il n’y a pas de message caché dans le Livre blanc concernant le fait de savoir si la Finlande envisage ou non une adhésion à l’OTAN.
M. Soini estime que le changement le plus important ayant eu lieu dans l’environnement de sécurité finlandais est l’occupation illégale de la Crimée par la Russie et sa participation au conflit de l’Ukraine de l’Est. Le ministre note toutefois que la Russie ne constitue pas à l’heure actuelle une menace militaire pour la Finlande.
HS note que le Livre blanc évoque également les menaces intérieures, comme le fait que la capacité de la société à tolérer des crises pourra être mise à l’épreuve. Les changements de l’environnement extérieur se reflètent sur la sécurité intérieure qui sera ainsi sujet à de nouveaux facteurs d’incertitude.
HS/sam/A8-9

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le Livre blanc est marqué par la détérioration rapide de la situation de sécurité et par l’imprévisibilité des menaces. Le dispositif se forme ainsi : la Russie contre les autres. Il n’y a plus de rôle pour un observateur extérieur.
Pour l’éditorialiste, il est clair que s’il y avait un conflit dans la région limitrophe de la Finlande, la Finlande ne pourrait pas s’en exclure.
Concernant l’OTAN, l’éditorialiste estime que le débat est mené avec de nouvelles sortes d’arguments factuels. Les partis politiques sont en train d’actualiser leurs positions en la matière. Pour HS, le Livre blanc porte le message clair sur le fait que la Finlande prend des démarches déterminées dans le sens d’ôter tout obstacle éventuel à une adhésion si elle décidait de la demander.
HS/sam/A4

Billet commun des ministres finlandais et suédois de la Défense
Helsingin Sanomat publie un billet co-signé par les ministres finlandais et suédois de la Défense, MM. Jussi Niinistö et Peter Hultqvist, sur la coopération de défense entre les deux pays.
HS/sam/A5

Politique étrangère et de sécurité

Le colloque à Kultaranta a commencé
Helsingin Sanomat relève que le quatrième colloque de Kultaranta, qui a comme thèmes la sécurité de l’Europe du Nord et la coopération de défense entre la Finlande et la Suède, a commencé dimanche.
Avant le colloque, le président Sauli Niinistö a eu un entretien avec le Premier ministre suédois Stefan Löfven. Lors de la conférence de presse commune, M. Niinistö a déclaré qu’il ne voyait pas la Russie comme une menace du point de vue de la Finlande. « Il est toutefois réaliste que la Finlande se prépare à être la cible d’un recours à la force. Nous ne pouvons pas exclure une telle possibilité. Il n’y a toutefois aucune menace concernant notre sécurité en ce moment qui viendrait de la Russie. »
A la question de savoir si le livre blanc pourrait irriter les Russes, M. Niinistö estime que les Finlandais pensent même trop à des questions de ce genre. « Depuis que je suis président je n’ai pas remarqué une irritation quelconque chez les Russes en raison des mesures finlandaises. « Ils le disent s’ils ne sont pas d’accord et c’est une bonne chose. Nous aussi nous disons clairement si nous ne sommes pas d’accord. »
Selon le Président, si la situation de sécurité se détériore dans la région de la mer Baltique la Finlande peut demander une adhésion à l’OTAN.
M. Niinistö souligne que la Finlande et la Suède prennent leurs décisions séparément et indépendamment. Il rappelle qu’une adhésion nécessite aussi le soutien du peuple.
M. Niinistö estime que la coopération en matière de défense entre la Finlande et la Suède avance même plus vite que prévu.
Le Premier ministre suédois souligne que la Suède veut garder sa non-alliance militaire et qu’une adhésion à l’OTAN n’est pas actuelle. La Suède ne souhaite pas faire augmenter la tension dans la région.
M. Löfven note que sur la base de la déclaration de solidarité de l’Union européenne, la Suède est prête à aider la Finlande si elle en a besoin pour se défendre.
« Une coopération approfondie ne signifie toutefois pas une alliance militaire entre la Finlande et la Suède », souligne le Premier ministre suédois.
HS/lun/A8

Selon M. Rehn, « la situation de sécurité jette une ombre sur l’économie »
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de l’Economie Olli Rehn a participé au forum économie à Saint-Pétersbourg en Russie.
A l’occasion du forum économique, M. Rehn a également prononcé un discours au consulat général de Finlande à Saint-Pétersbourg où il a déclaré que la situation de sécurité dans la région de la mer Baltique avait un effet négatif aussi sur l’économie : « La situation se sécurité affaiblie jette une ombre sur le développement économique. »
M. Rehn souligne que l’économie européenne a commencé à accroitre dès 2013, malgré la cire en Ukraine, la Crimée, la crise migratoire ou la menace de Brexit. Le ministre souligne l’importance pour l’économie de maintenir la stabilité dans la région.
Selon M. Rehn, les échanges commerciaux entre la Finlande et la Russie ont chuté de 30-40 % en 2015. « Notre objectif est de faire augmenter le commerce finno-russe, malgré les sanctions. »
HS/sam/B8

Politique intérieure

Gouvernement

Super mardi
Le président du parti du Kokoomus devrait annoncer demain ses changements parmi les ministres qui seront nommés mercredi.
M. Orpo deviendra ministre des Finances et sera donc remplacé comme ministre de l’Intérieur. On en sait pas combien d’autres ministres du Kokoomus sont susceptibles de changer.
Le Centre va désigner son nouveau président du groupe parlementaire puisque l’actuel, M. Matti Vanhanen, quitte ce poste pour se consacrer à sa candidature à la présidence de la République.
Le Parlement discutera en séance plénière du livre blanc sur la sécurité publié vendredi par le gouvernement.
Enfin, on attend, peut-être pour mardi, les projets de lois du gouvernement sur la réforme des services sociaux et de santé.
AL

Emploi

Le gouvernement propose d’augmenter la période d’essai
Dans un projet de loi présenté vendredi, le gouvernement propose d’allonger de quatre à six mois la durée maximale de la période d’essai. De même, pour employer un chômeur de longue durée on pourrait recourir à un CDD sans motivation de la durée déterminée. Enfin, l’obligation de reprise d’un employé licencié pour motif économique serait réduite de neuf à quatre mois.
Ces changements pourraient intervenir à partir de l’année prochaine.
KS

Syndicats – Pacte de compétitivité

Interview de M. Lyly
Le président de la confédération SAK explique, dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, pourquoi les syndicats ont accepté le pacte de compétitivité qui détériore les conditions des travailleurs.
Lorsque, à l’automne, le gouvernement de M. Sipilä a annoncé son intention de légiférer dans le domaine du travail et des conventions collectives, les syndicats ont organisé une manifestation. Selon M. Lyly, la SAK se devait d’agir afin de conserver le pouvoir et la liberté de conclure des conventions collectives contraignantes.
« On a accepté (les détériorations des conditions des salariés car l’autre alternative était pire. On aurait eu des économies de 1,5 milliards d’euros et en plus les conditions de travail auraient été détériorées par la loi ».
« Stratégiquement, la question principale était de savoir qui continuerait à définir les conditions de travail. Actuellement, ce n’est pas la loi mais ce sont les conventions collectives que nous pouvons modifier plus tard. Cela permettait donc de garder cela entre nos mains », explique M. Lyly qui parle d’un combat idéologique. C’est lorsque le gouvernement a menacé de légiférer que la SAK a compris qu’il était sérieux.
En six jours la SAK a donc préparé une contre-proposition pour améliorer la compétitivité. Selon M. Lyly cette proposition de la SAK comprend 70 à 80% des mesures du pacte de compétitivité : la SAK proposait le gel des salaires et le transfert des cotisations patronales. Seul l’allongement de la durée du travail n’y figurait pas.
Helsingin Sanomat relève que dans le gouvernement, parmi le patronat et les économistes, nombreux étaient ceux qui auraient souhaité que le pacte de compétitivité permette d’ouvrir les accords d’entreprise, comme c’est le cas en Allemagne ou en Suède. La Finlande est en effet un des rares pays où les conventions collectives sont contraignantes, y compris pour les entreprises qui ne les ont pas signées. Dans les autres pays, il y a souvent un salaire minimum légal, écrit HS.
HS

Société

Plus de mariages civils que religieux
Keskisuomalainen que depuis 2014, le nombre de mariages religieux est inférieur au nombre de mariages civils. En 2015, la tendance s’est poursuivie : 51,6% des mariages sont des mariages civils.
KS

Vendredi 17 juin 2016

UE – Russie – Finlande

Visite en Finlande de M. Tusk
« L’UE prévoit d’imposer des sanctions supplémentaires contre la Russie » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le président du conseil européen, Donald Tusk a effectué jeudi une visite en Finlande. Il a eu un entretien avec le Premier ministre Juha Sipilä à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre.
M. Tusk met l’Europe en garde concernant un éventuel Brexit. « Le Brexit aurait des conséquences directes très graves aussi bien en Grande-Bretagne qu’ailleurs en Europe. C’est un fait. »
Selon M. Tusk, la menace ne concerne pas uniquement l’économie mais aussi la stabilité politique et la coopération internationale. « Les conséquences politiques et géopolitiques sont imprévues. Nos adversaires globaux sont plus exigeants et parfois même plus agressifs qu’avant. Cela signifie que toute la communauté occidentale doit rester unie. »
M. Tusk a effectué sa première visite en Finlande en tant que président du Conseil européen. Outre le Brexit, il a évoqué avec M. Sipilä les autres questions internationales d’actualité, dont la crise migratoire.
Le Premier ministre finlandais a répété son message selon lequel tous souhaitent que la Grande-Bretagne reste dans l’Union européenne
Helsingin Sanomat relève aussi que selon ses « sources diplomatiques » les Etats membres se préparent à poursuivre les sanctions contre la Russie et de passer de nouvelles sanctions sans en négocier, vendredi prochain. Selon les diplomates que le quotidien a entendus, aucun Etat membre de s’opposerait à la poursuite des sanctions.
M. Tusk, président du Conseil européen, qui était en visite en Finlande, hier, est convaincu que les sanctions seront poursuivies. Il rappelle que les sanctions sont toujours liées à la mise en œuvre de l’accord de Minsk.
Concernant l’effet éventuel d’un Brexit sur la volonté des Etats membres de sanctionner la Russie, M. Tusk estime la question des sanctions est moins controversée que l’on ne le croirait.
HS/A27 HS/A32

Brexit

Propos de M. Heisbourg
M. Heisbourg, président français du think tank IISS (International Institute for Strategic Studies) qui avait participé à la rédaction du rapport finlandais sur l’OTAN, estime que la sortie éventuelle de la Grande-Bretagne constituerait une menace sur la sécurité de l’Europe et ainsi pour celle de la Finlande. M. Heisbourg estime que cela signifierait des dérangements dans la politique européenne des Etats membres. L’Union deviendrait plus faible et divisée, et il lui serait peut-être plus difficile de trouver une ligne commune concernant des questions comme celles de la Russie et de l’Ukraine.
M. Heisbourg estime qu’un Brexit éventuel se refléterait sur le débat finlandais sur l’OTAN. Pour lui, une UE affaiblie ne proposerait plus autant de protection à ses membres et la Finlande et la Suède ne pourraient plus la considérer comme leur outil de sécurité prioritaire.
Le spécialiste n’estime pas pour autant que La Finlande et la Suède soient dans une situation plus faible que les autres Etats membres, en cas d’un Brexit. La ligne logique des pays nordiques dans les questions de sécurité maintient la stabilité y compris dans des temps difficiles.
HS/A14

Politique étrangère et de sécurité

Le gouvernement publie aujourd’hui son livre blanc
Helsingin Sanomat relève que, selon les informations du quotidien, l’affaiblissement de la situation de sécurité dans la région de la mer Baltique et le souci des mesures de la Russie en Ukraine seraient accentués dans le livre blanc de la politique étrangère et de la sécurité du gouvernement qui sera publié aujourd’hui vendredi.
La ligne politique à l’égard de l’OTAN ne changerait pas : la Finlande se garde la porte entrouverte mais ne demande pas l’adhésion à l’alliance militaire maintenant.
HS note que le contenu du rapport est resté confidentiel. Selon les sources du Parlement, le livre blanc ne fait que 27 pages et ne contient pas de surprises. La Russie ne serait pas caractérisée directement comme une menace mais le texte est plus critique que dans les livres blancs précédents.
Selon le rapport, les partenaires les plus proches de la Finlande dans le maintien de la stabilité de la région baltique sont la Suède et les autres pays nordiques.
HS/A15

Propos de M. Bergqvist
Turun Sanomat publie une interview du diplomate suédois Mats Bergqvist, un des rédacteurs du rapport sur l’OTAN, publié ce printemps. M. Bergqvist participera au colloque de Kultaranta qui aura lieu les 19 et 20 juin à Naantali dans la résidence d’été présidentiel.
La sécurité de l’Europe du Nord et la coopération de défense finno-suédoise sont les thèmes du colloque. Le Premier ministre suédois Stefan Löfven y participera.
Selon M. Bergqvist, la Finlande et la Suède ont une unité de vue de l’OTAN. « La Finlande et la Suède forment, plus clairement qu’avant, une région stratégique unie dans l’Europe du Nord. Pour cela, il est important que ces pays coopèrent. »
M. Bergqvist estime que le débat suédois est plus polarisé que le débat finlandais sur l’OTAN. « En Suède, le gouvernement actuel et la gauche politique sont opposés à l’entrée dans l’OTAN alors que la droite politique y est favorable, tandis qu’en Finlande, les partis politiques sont plus divisés à ce sujet.
M. Bergqvist estime qu’il n’y aura pas de changements dans la politique suédoise à l’égard de l’OTAN avant les prochaines élections législatives qui auront lieu en Suède en l’automne 2018.
TS/12

Eurogroupe

Adieux de M. Stubb
Le ministre des Finances, M. Stubb, a participé pour la dernière fois à la réunion des pays de l’eurogroupe. Il dit que les discussions tournent principalement autour de l’éventuel Brexit. Pour lui, la sortie de la Grande-Bretagne serait triste et aurait des conséquences imprévisibles.
Concernant la directive anti-évasion fiscale, M. Stubb estime que son instauration serait un message important sur le fait que l’UE lutte contre l’évasion.
M. Stubb a fait ses adieux auprès ses collègues européens et dit qu’il peut bien quitter l’UE mais que l’UE ne le quittera pas.
HS/A33

Cabotage

La Commission européenne saisit la Cour de justice européenne concernant la Finlande
La Commission européenne envisage de faire pression sur la Finlande pour qu’elle adopte rapidement les réformes de sa législation nationale concernant le cabotage. La Commission a annoncé, hier, qu’elle saisissait la Cour de justice européenne en la matière même si la commission parlementaire des Transports a déjà adopté les modifications demandées par la Commission européenne.
La Finlande observe des règles plus strictes en la matière que celles prévues par l’UE.
HS/A33

Numérique

La Finlande au premier rang du développement numérique
Selon le baromètre d’Etlatieto effectué pour la troisième fois concernant 22 pays, la Finlande se situe au premier rang concernant l’évolution numérique. Le baromètre tient compte de 36 facteurs.
Par rapport à l’année dernière, le secteur public finlandais a beaucoup amélioré son utilisation des technologies numériques.
M. Rouvinen, directeur général d’Etlatieto, estime que malgré sa bonne situation, la Finlande ne met pas pleinement au profit les opportunités proposés par le numérique.
HS/A31

Migration

Etude des dossiers de demande d’asile
L’Office national de l’immigration envisage de rendre plus efficace l’étude des dossiers de demande d’asile. Des améliorations au système informatique ont été effectuées et les modes de fonctionnement revues.
Les dossiers sont actuellement transférés d’une autorité à l’autre sous forme numérique. Migri réforme également ses modalités concernant les interviews des demandeurs d’asile.
HS/A14

Jeudi 16 juin 2016

France – Finlande

Visite en France du Premier ministre Sipilä

« La France et la Finlande unissent leurs forces dans la politique de sécurité » TS
« La France et la Finlande souhaitent renforcer la coopération européenne dans le domaine de la défense » HS
Selon Turun Sanomat, la France promeut le renforcement de la coopération européenne indépendamment du résultat du référendum britannique. La Finlande partage la position de la France en matière de politique de sécurité et de défense. Le Premier ministre Sipilä et le Président Hollande ont prononcé une déclaration conjointe sur le renforcement de la coopération de défense européenne, hier, à l’occasion de la visite en France de M. Sipilä.
Selon TS, le message principal de la déclaration est que la défense et l’augmentation de la sécurité intérieure pourraient devenir un nouveau moteur pour l’intégration. Le renforcement de la coopération européenne dans la lutte contrer le terrorisme est une priorité pour la France. Selon TS, cette préoccupation de première importance était visible durant la visite de M. Sipilä.
TS relève que M. Hollande a évoqué la menace terroriste accrue avec l’Euro 2016, ainsi que l’assassinat de policiers qui a eu lieu cette semaine. Il a dit qu’aucun pays ne pouvait se prétendre être en sécurité.
La déclaration conjointe des deux pays prépare les orientations à rédiger à l’automne à l’UE concernant le développement de la politique de sécurité et de défense. M. Sipilä a dit qu’il faut bien sûr que le projet européen continue indépendamment du résultat du référendum britannique.
TS note que certains estiment que la sortie de la Grande-Bretagne pourrait même avancer la politique de défense européenne et que le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, a commenté la question à la veille de la visite à Paris de M. Sipilä en disant que si la France y était la locomotive, le projet pourrait avancer.
Mme Kiviniemi, secrétaire générale adjointe de l’OCDE, que M. Sipilä a également rencontré à Paris, estime que la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE pourrait être paralysante pour les efforts d’intégration de l’UE, qui déjà connaissent des contretemps.
Helsingin Sanomat relève que selon MM. Hollande et Sipilä, il faudrait institutionnaliser davantage la coopération entre l’UE et l’OTAN. « Il nous faut renforcer la coopération de défense dans l’UE, car la situation en matière de sécurité dans nos régions limitrophes – à l’Est et au Sud – a changé. Nous souhaitons, avec la France, que les Etats membres disposent de la volonté d’élargir la coopération au-delà de la gestion de crise dans la garantie de la sécurité de l’Europe et des Européens », a dit M. Sipilä.
Il estime que le Conseil européen du mois de juin et le sommet de Varsovie de l’OTAN devraient avancer la coopération qui est essentielle en particulier dans le domaine de la sécurité maritime, dans la réponse au défi que représentent les menaces hybrides et concernant les manœuvres.
HS note que les menaces hybrides sont évoquées dans la déclaration conjointe. Les deux pays soutiennent l’idée de créer un centre d’excellence commune pour les étudier au sein de l’UE.
M. Sipilä note que ce manque est désormais identifié et que la Finlande s’efforce d’obtenir ce centre en Finlande. Il dit que la Commission européenne a exprimé un soutien et un encouragement dans ce sens.
TS/11, HS/A12

Politique étrangère et européenne

Migration

L’opposition critique le projet du gouvernement de raccourcir le délai de plainte concernant les décisions sur le droit d’asile
Le gouvernement souhaite rendre plus efficace la prise de décision concernant les demandes d’asile et de diminuer le délai concernant les plaintes auprès de la Cour d’administration à 21 jours par rapport aux 30 jours actuellement. Concernant un appel auprès de la Cour administrative suprême, le délai serait de 14 jours au lieu de 30.
La commission des lois constitutionnelles n’est pas favorable à l’idée de raccourcir les délais.
La réforme de la loi sur les étrangers devrait être adoptée par le parlement avant la Saint Jean.
HS/A12

Finlande – Estonie

L’UE a accordé des crédits pour étudier l’opportunité d’un tunnel sous-marin entre Helsinki et Tallinn
L’étude est prévue coûter 1,3 millions d’euros et l’UE s’en chargera à 75 %.
HS/A19

Politique intérieure

Gouvernement

M. Stubb a refusé les postes proposés par M. Orpo
Helsingin Sanomat rapporte que l’ancien président du Rassemblement national, Alexander Stubb a organisé mercredi matin une conférence de presse pour annoncer ses intentions après le congrès du parti où M. Stubb a été remplacé à la tête du Kokoomus par Petteri Orpo.
Selon HS, le baptême du feu de M. Orpo est d’effectuer habilement le remaniement ministériel du Kokoomus. Le Kokoomus doit approuver la liste ministérielle le mardi 21 juin et les nominations seront prises officiellement le mercredi 22 juin lors de la réunion du gouvernement avec le Président.
Selon M. Stubb, il a refusé les postes que M. Orpo lui a proposés, dont le poste de ministre du Commerce extérieur et du Développement, occupé actuellement par Lenita Toivakka, ainsi que la vice-présidence du Parlement, occupée par Paula Risikko. M. Stubb compte souffler un peu pendant l’été et reprendre ensuite son travail comme député.
Les propos de M. Stubb ont mis Mme Toivakka dans une situation difficile, surtout parce que M. Stubb a dit qu’il soutenait « le nouveau ministre du Commerce extérieur ». Lapsus involontaire ou volontaire ?
Le quotidien note qu’il est tout à fait compréhensible que M. Stubb ait dit non au poste de ministre du Commerce extérieur, le même poste qu’il avait déjà occupé auparavant. La vice-présidence du Parlement est un poste prestigieux mais le président et les deux vice-présidents ne peuvent pas commenter l’actualité politique de la même façon que les ministres et les députés – et ils doivent écouter les longs discours des députés parfois jusqu’à tard le soir.
Il y a eu au Parlement plusieurs anciens présidents de partis politiques qui ont continué comme député : Jutta Urpilainen (PSD), Mari Kiviniemi (Centre) et Stefan Wallin (Parti suédois), entre autres.
Le quotidien estime qu’il est tout à fait possible que M. Stubb ne reste pas au Parlement jusqu’à la fin de la législature en cours.
M. Orpo doit retrouver pour lui son propre M. Orpo : le ministre le plus proche du président du parti, un ministre loyal. Pour M. Katainen cela a été Jyri Häkämies et pour M. Stubb ce ministre loyal a été M. Orpo.
HS/A10-11

Agriculture

Vote concernant la motion de censure
Le gouvernement a renouvelé sa confiance par 96 voix contre 61 dans le vote sur la motion de censure déposé par quatre partis de l’opposition sur la détresse des agriculteurs et notamment les retards des versements des aides agricoles.
HBL/5

Sûreté nationale

M. Knape passe de la Supo au ministère de l’Intérieur
Le chef adjoint de la Supo, M. Knape quitte ses fonctions pour devenir directeur du service policier du ministère de l’Intérieur à compter du 1er juillet. Il sera chargé des questions liées à la gestion de la Sûreté nationale.
HS rappelle que depuis le début 2016, la Sûreté national dépend du ministère de l’Intérieur et non plus de la Direction nationale de la police, comme avant.
HS/A14

Mercredi 15 juin 2016

Politique intérieure

Capacités anti-cyber

Les entreprises et la fonction publique finlandaises sont mal préparées en matière d’action contre les cyber-attaques
Selon une étude récente du groupe de services de technologie informatiques CGI, les entreprises et la fonction publique finlandaises surestiment leurs capacités de détecter les cyber-attaques. 69 % des instances interrogées comptent sur la capacité de leur organisation en la matière. 40 % se considèrent capables de détecter les attaques avancées APT (Advanced Persistent Threat).
M. Mickos de CGI estime que l’écart entre la confiance en soi des organisations et les études internationales en la matière est considérable. Il rappelle que selon des études, seuls 6 % sont capables de détecter une attaque APT.
Ce genre d’attaques sont observées en Finlande depuis plus de dix ans. La plupart sont repérées grâce à des tuyaux venus de l’étranger.
M. Mickos regrette que les attaques soient faciles et pas chères à réaliser, alors que lutter contre est difficile et onéreux.
HS/A8

Agriculture

M. Sipilä affirme que le gouvernement est conscient de l’état non-durable de l’agriculture
Le Parlement a débattu, hier, la motion de censure déposée par quatre partis de l’opposition sur la détresse des agriculteurs. Il s’est surtout agi des retards des versements des aides agricoles, du rôle du commerce et de la possibilité éventuellement de favoriser les produits finlandais.
Les conditions de vie des animaux d’élevage ont également été évoquées.
Le ministre de l’Agriculture, M. Tiilikainen (Centre), a promis que les aides en retard seraient versées pour fin juin. Il note que la Finlande promeut, à l’instar de beaucoup d’autres Etats membres, un nouveau financement européen qui puisse atténuer la crise directement au niveau des fermes et servir à stabiliser le marché. La Finlande s’est également efforcée d’accélérer les versements des aides européennes concernant l’année en cours. Selon le ministre, la Commission européenne a été plutôt favorable à la proposition de versements avancés.
M. Tiilikainen note que depuis 2013, la rentabilité du secteur agricole est faible du fait de la chute des prix au producteur alors que les frais n’ont pas diminué. Le gouvernement est en train de chercher, ensemble avec le secteur des entreprises du domaine de denrées alimentaires, de nouvelles cibles d’exportations, dans le cadre du programme Food from Finland.
HS/A10

Criminalité

Le nombre d’homicides en baisse
Selon les statistiques de la police, la Finlande est un pays plus sûr qu’avant. Le nombre d’homicides en 2015 était plus bas que jamais depuis trente ans.
La police a été avertie de 805 794 crimes en 2015, ce qui est 8000 de moins qu’en 2014. La police a été avertie de 85 homicides, ce qui est 16 de moins que l’année précédente.
Concernant l’ensemble de crimes violents, il y a toutefois eu une augmentation de 2,7 %. Le nombre d’agressions a augmenté de 2,9 % et celui des violences familiales de 3,3 % par rapport à 2014.
Le nombre de contrebande de personnes, de viols et de fraudes a également augmenté.
Le nombre d’abus sexuel des mineurs a toutefois diminué de 12,5 %. Ceci malgré le fait que la conscience concernant les abus visant les mineurs a augmenté.
La police estime qu’elle est aujourd’hui mieux avertie des crimes sexuels qui avant restaient latents.
Le chef de la police, M. Kolehmainen, estime que selon les statistiques, la Finlande est plus sûre qu’avant, même si l’environnement en la matière a changé plus radicalement que jamais en temps de paix.
En même temps, deux Finlandais sur trois éprouvent l’avenir comme peu sûr, contre 50 % il y a un an.
HS

Gouvernement

Selon M. Orpo, Le Rassemblement national prendra les décisions sur le remaniement ministériel la semaine prochaine
Helsingin Sanomat rapporte que le nouveau président du Rassemblement national, Petteri Orpo a annoncé mardi que le parti prendrait les décisions sur le remaniement ministériel le mardi 21 juin. Les nouveaux ministres devraient être nommés mercredi lors de la réunion du gouvernement avec le Président Niinistö.
M. Orpo s’est entretenu lundi, pour la première fois depuis son élection à la tête du Kokoomus, avec les autres membres du trio gouvernemental, soit le Premier ministre Juha Sipilä et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini. Ils se sont mis d’accord que le nombre de ministres n’augmenterait toutefois pas et la répartition des portefeuilles entre les trois partis du gouvernement ne changerait pas.
Selon M. Orpo, les décisions ont été prises dans un esprit amical. Le trio a décidé de faire plus attention à la lourde charge de travail de certains ministres, même si le nombre de ministres n’a pas été augmenté.
Selon le Premier ministre Sipilä, le trio n’a évoqué ni la possibilité d’augmenter le nombre de secrétaires d’Etat politiques ni celle de nommer des vice-ministres.
M. Orpo n’a pas voulu commenter les nominations ministérielles ou le sort de l’ancien président du parti, Alexander Stubb. « M. Stubb a un savoir-faire excellent. Je parlerai avec lui, avec la direction du parti et le groupe parlementaire. Les décisions seront prises après ces entretiens. »
HS/A12, TS/10

Pacte de compétitivité

L’accord a été signé
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux ont signé le pacte de compétitivité à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre.
Le Premier ministre Juha Sipilä a remercié les représentants du patronat et des syndicats du résultat. « Cela aura un effet important sur l’emploi. » L’objectif du gouvernement de de créer 110 000 nouveaux emplois avant la fin de la législature.
M. Sipilä note que le pacte de compétitivité couvre maintenant 86,52 % des salariés.
Le nouveau président de la SAK, Jarkko Eloranta a estimé après la signature du pacte qu’il n’y avait aucune raison pour sourire : « L’accord est très lourd pour les salariés. »
HS/A10

Défense

Plus de 9 000 nouveaux réservistes
Turun Sanomat relève que plus de 9 000 jeunes, dont 159 femmes, ayant fait leur service militaire seront transférés en réserve demain jeudi. Ils ont commencé leur service en juillet 2015 ou en janvier 2016.
Les nouveaux appelés, un peu moins de 12 000 jeunes, dont environ 300 femmes, commenceront leur service militaire le 4 juillet.
TS/7

La livraison d’un chasseur de mines italien en retard
Turun Sanomat rappelle que la marine finlandaise a commandé, en 2006, trois chasseurs de mines italiens de la société Intermarine S.p.a. pour le prix de 250 millions d’euros.
Les deux premiers bâtiments, Katanpää et Purunpää, ont été livrés en 2012 et 2013 mais le troisième, Vaherpää, n’est toujours pas arrivé, en raison des modifications techniques effectuées et des problèmes au chantier naval de Sarzena en Italie.
TS/5

Mardi 14 juin 2016

Politique étrangère et européenne

France - Finlande

Le Premier ministre Sipilä effectuera une visite à Paris
Selon Turun Sanomat, le Premier ministre Juha Sipilä effectuera une visite à Paris le mercredi 15 juin.
Le Président de la République François Hollande recevra M. Sipilä pour un entretien au Palais de l’Elysée. Le Premier ministre Manuel Valls recevra ensuite son homologue finlandais à l’Hôtel de Matignon.
L’entretien du Président Hollande et du Premier ministre Sipilä porterait sur les questions européennes d’actualité, dont la politique de sécurité et de défense commune, la lutte contre le terrorisme, la migration et la relation de la Grande-Bretagne avec l’Union européenne, ainsi que sur les questions économiques d’actualité.
Avec le Premier ministre Valls, M. Sipilä doit évoquer les questions bilatérales, ainsi que les questions européennes et internationales actuelles.
Le quotidien estime que la ligne de la politique de sécurité et de défense française plaît à la Finlande parce que la France, grande puissance militaire, mène activement l’approfondissement de la coopération européenne. La Finlande considère comme important les mesures communes contre les menaces hybrides.
M. Sipilä aura également un entretien à Paris avec la secrétaire générale adjointe à l’OCDE Mari Kiviniemi.
TS/9

Région arctique

La France publie sa feuille de route nationale sur l’arctique
La France a lancé dès 2013 un chantier interministériel sous l’égide de l’ambassadeur chargé des pôles, Michel Rocard, afin d’identifier et de coordonner les priorités nationales relatives à la zone boréale. La Feuille de route nationale sur l’Arctique a été présentée, aujourd’hui, par M. Rocard en présence du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Jean-Marc Ayrault, de scientifiques, élus, artistes, d’industriels et de représentants d’ONG.

Politique intérieure

Gouvernement

M. Orpo propose des changements dans le contenu des portefeuilles ministériels
Turun Sanomat rapporte que le nouveau président du Rassemblement national, Petteri Orpo a rencontré lundi le Premier ministre Juha Sipilä et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini. Le trio n’a rien dit en public mais M. Orpo a proposé aux autres partis du gouvernement une liste de changements dans le travail du gouvernement, entre autres l’augmentation du nombre de ministres (14 actuellement), ce qui ne doit pas plaire à M. Sipilä.
Selon les sources du Kokoomus, M. Orpo ne compte pas se presser pour nommer des nouveaux ministres. Selon les spéculations, les nominations devraient être faires pour la Saint-Jean, soit avant le vendredi 24 juin. L’éventuelle augmentation du nombre de ministres doit de toute façon être actée avant les nominations.
Les noms de Paula Risikko, vice-présidente du Parlement, d’Arto Satonen, président du groupe parlementaire, et des députés Kari Tolvanen et Antti Häkkänen circulent dans les spéculations pour le poste de ministre de l’Intérieur, en remplacement de M. Orpo qui deviendra ministre des Finances.
TS/9

Editoriaux
Selon l’éditorial d’Helsingin Sanomat, les capacités de négociateur de M. Orpo seront mises à l’éprouve au gouvernement.
Le nouveau président du Kokoomus a promis, lors du congrès du parti à Lappeenranta, que le parti ne resterait pas au gouvernement coute que coute. S’il n’y avait pas de liberté de choix pour le patient dans la réforme des services sociaux et de la santé il n’y aurait pas de nouvelles régions non plus.
HS/A4

Cyber-menaces

Un groupe de travail propose de recruter cent agents de police spécialisés dans la cybercriminalité
Outre la police, les crimes de réseau informatique sont étudiés par les Douanes, les gardes-frontières et la Sûreté nationale. L’année dernière, un service spécialisé dans les enquêtes de criminalité informatique a été créé auprès de la police judiciaire.
Un groupe de travail désigné par le Premier ministre souhaite recruter jusqu’à 101 agents de police spécialisés dans la cybercriminalité. Le groupe, composé de représentants du ministère de l’Intérieur, de la Direction nationale de la police, de la Sûreté nationale et de la police judiciaire, propose d’augmenter la formation des policiers dans ce domaine, et de réformer la législation de façon à plus facilement permettre la surveillance technique. La police souhaite étendre la surveillance aux contenus des messages.
Le gouvernement a souhaité étudier les ressources, les façons d’agir et le besoin de réformes législatives liés à la lutte contre la cybercriminalité.
Le rapport du groupe de travail sera présenté au gouvernement à l’automne.
HS

Economie

Stockmann supprime des postes
Le grand magasin Stockmann envisage de supprimer 380 emplois et renforce ainsi les mesures d’économies entamées en 2014. Depuis 2011, le groupe a déjà supprimé 6000 postes.
HS

Bois-papier : grand investissement en Finlande centrale
1300 ouvriers sont en train de construire une usine de bio-raffinerie à Äänekoski. Il s’agit du plus grand investissement de ce secteur dans l’histoire de la Finlande.
L’usine de bio-production de la nouvelle génération, qui coûtera 1,2 milliard d’euros, est bien reçue dans la ville de 20 000 habitants. A la fin 2016, le site devra déjà employer 2500 personnes.
Lorsque les travaux de construction seront terminés, l’usine n’emploiera que 160 personnes, mais elle aura des effets indirects sur le niveau d’emploi.
Cinq autres usines de l’industrie forestière sont projetées en Finlande.
HS

Transports publics

Feu vert d’Espoo pour le tram Jokeri
Le conseil municipal d’Espoo a donné son feu vert au projet de tram rapide reliant Helsinki et Espoo (Itäkeskus-Keilaniemi).
La part d’Espoo dans le projet serait de 67 millions d’euros et celle d’Helsinki de 124 millions d’euros. L’Etat envisage d’y investir 84 millions d’euros.
HS

France – Finlande

Baccalauréat

Ambassade de France en Finlande
Hufvudstadsbladet rend compte de la réception organisée à l’ambassade de France en Finlande en l’honneur des bacheliers ayant obtenu la mention laudatur à l’épreuve de français.
HBL/22

Lundi 13 juin 2016

Politique intérieure

Rassemblement national

M. Orpo élu à la tête du Kokoomus
Turun Sanomat rapporte que le congrès du Rassemblement national, Kokoomus, réuni à Lappeenranta, a élu Petteri Orpo, ministre de l’Intérieur à la tête du parti, en remplacement du ministre des Finances Alexander Stubb. M. Orpo, qui a manqué être élu dès le premier tour pour seulement 11 voix, a battu M. Stubb au deuxième tour par 441 voix contre 361.
La ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen, le député Antti Häkkänen et l’ancien député Janne Sankelo ont été élus vice-présidents.
M. Stubb ne présidait le parti que depuis deux ans.
M. Orpo (46 ans), est député depuis 2007 et ministre depuis 2014.
M. Orpo a dit antérieurement qu’il comptait prendre le portefeuille des Finances. Il y a beaucoup de spéculations sur le remaniement ministériel à venir mais le nouveau président n’a pas encore dit un mot sur le sort de M. Stubb et des autres ministres actuels.
Il y a également des spéculations sur le nombre de ministres, surtout au sein du Kokoomus. Certains souhaiteraient augmenter le nombre de trois ministres parce qu’il y a des ministres à deux casquettes, dont Mme Grahn-Laasonen (Education et Culture), M. Lindström (Emploi et Justice), M. Tiilikainen (Agriculture et Environnement), etc.
Le congrès du Kokoomus a approuvé au vote, par 249 voix contre 210, une initiative sur la suppression du caractère contraignant des conventions collectives. L’objectif concernant la suppression du droit de déduction fiscale de la cotisation syndicale a également été approuvée.
TS/dim/4, lun/4, KS/lun/8

Centre

La direction du Centre rajeunie
Selon Turun Sanomat, le congrès du Parti du centre, réuni à Seinäjoki, a élu Jouni Ovaska (29 ans) au poste de secrétaire général du parti. Le ministre Juha Rehula continue comme vice-président et les députés Katri Kulmuni (28 ans) et Antti Kurvinen (29 ans) ont été élus vice-présidents en remplacement de la ministre Anu Vehviläinen et la députée Annika Saarikko.
TS/dim/5, lun/5

Alliance des gauches

Mme Andersson élue à l’unanimité
Selon Turun Sanomat, la députée Li Andersson (29 ans) a été élue présidente de l’Alliance des gauches au congrès organisé à Oulu. Les deux autres candidats ont retiré leurs candidatures avant le congrès parce que Mme Andersson a gagné de loin le vote consultatif auprès de la base du parti.
La députée Hanna Sarkkinen (28 ans) a été élue première vice-présidente, M. Juho Kautto (44 ans) et Veronika Honkasalo (40 ans) deuxième et troisième vice-présidents. Mme Pia Lohikoski a été élue présidente du conseil national.
TS/dim/5, lun/4

Parti suédois

Mme Henriksson remplace M. Haglund
Turun Sanomat relève que le congrès du Parti suédois SFP/RKP a élu la députée Anna-Maja Henriksson (52 ans), ancienne ministre de la Justice, à la présidence du parti en remplacement de Carl Haglund au premier tour du vote par 133 voix sur 254.
Mme Henriksson est la première femme à la tête du Parti suédois.
Le député Anders Adlercreutz, Silja Borgarsdottir Sandelin et Nicke Wulff ont été élus vice-présidents.
Le congrès a décidé de proposer, après un vote, une adhésion de la Finlande à l’OTAN d’ici 2025.
HS/A8

Analyses

« Oubliez M. Orpo, c’est M. Sipilä qui a le pouvoir »
Selon une analyse publié par Aamulehti, signée Lauri Nurmi, il faut oublier le nouveau président du Kokoomus, M. Orpo. C’est n’est pas M. Orpo qui a le pouvoir politique en Finlande. Il faut également oublier le discours sur un programme de gouvernement qui serait dicté par le Kokoomus.
Un seul parti de la coalition gouvernementale est en cohérence avec ses valeurs, son président et le programme gouvernemental : le Centre. Le Premier ministre Juha Sipilä n’est peut-être pas un grand penseur politique mais il est en train de devenir un Premier ministre qui a toutes les chances de durer deux législatures.
AL/dim/A9

Revenu universel

Le projet menacé par le calendrier
Helsingin Sanomat rapporte que le projet du gouvernement de réaliser un test sur le revenu universel est en danger. En effet, il faudrait que le projet de loi soit soumis à avis avant les vacances d’été, soit dans les trois semaines, si l’on veut que le Parlement puisse le voter avant la fin de l’année pour que l’essai soit mis en place au 1er janvier.
HS

Pacte de compétitivité

Le syndicat de la métallurgie a validé l’accord
Le conseil du syndicat de la métallurgie a validé, vendredi, les conventions collectives négociées conformément au pacte de compétitivité.
Cela signifie que ce pacte sera signé dans les jours à venir par les représentants des partenaires sociaux et du gouvernement.
HS

Helsinki – Métro

Le métro en retard de plusieurs mois
La presse rapporte que le métro d’Helsinki à Espoo qui devait ouvrir sa ligne le 15 août est reporté de plusieurs mois.
La date d’ouverture de la ligne n’est pas connue. Les municipalités doivent mettre en placed es lignes de bus pour faire face à ce délai.
HS souligne que le coût de cette ligne, évalué à 454 millions d’euros en 2005, est aujourd’hui estimé à 1088 millions d’euros.
HS

Prostitution

Internationalisation de la prostitution
Helsingin Sanomat rapporte que la vente de services sexuels, qui est légale en Finlande, s’est internationalisée. Les nationalités les plus représentées parmi les prostituées sont, outres les Finlandaises, les Tchèques, les Russes et les Espagnoles.
HS

Religion

Diminution des baptêmes
Keskisuomalainen rapporte que le nombre de baptêmes dans l’église luthérienne ne cessse de diminuer. Alors que l’église réalisait près de 60 000 baptêmes par an en 1990, le nombre est tombé à moins de 40 000 en 2015.
La part des nouveaux nés baptisés par l’église luthérienne est ainsi passée de plus de 85% en 2005 à moins de 70% en 2015.
KS

Politique étrangère et européenne

OTAN

Positions des partis politiques
Le parti du Rassemblement national s’est mis d’accord, lors de son congrès, sur une position, selon laquelle il serait dans les intérêts de la Finlande de demander une adhésion à l’OTAN « dans les années qui viennent ». Le parti est favorable à une adhésion depuis son congrès de 2006, mais le calendrier est désormais précisé.
Le Centre a défini sa ligne, qui est celle de ne pas demander une adhésion dans les années qui viennent. Le parti estime qu’ensemble avec la Suède, les choix politiques de la Finlande ont constitué un facteur important pour la stabilité des pays nordiques et de la mer Baltique. Cette orientation a servi la sécurité, selon le Centre.
Le Livre blanc du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité sera publié vendredi, et des débats auront lieu sous la présidence de M. Sauli Niinistö, dimanche et lundi prochains, à sa résidence d’été, Kultaranta.
Pour le Centre, il serait justifié d’organiser un référendum sur la question de savoir si demander une adhésion à l’OTAN deviendrait d’actualité.
Il a souligné l’importance du fait que la Finlande se renouvelle, tant s’agisssant de l’économie que des autres secteurs, comme la politique étrangère et de sécurité. Il rappelle qu’il est clair pour tout le monde que l’environnement a considérablement changé et qu’il s’agit de comprendre ce que ce changement signifie pour la Finlande.
M. Sipilä souligne l’importance de maintenir une marge de manœuvre concernant une éventuelle adhésion, le noyau dur de la pensée centriste étant que la Finlande et la Suède constituent une zone stable autour de la mer Baltique, ce qui est la meilleure solution pour la sécurité de la Finlande.
M. Sipilä estime que si la Suède devait changer sa position en la matière, la situation finlandaise en serait changée, ce qui nécessiterait une réévaluation de l’orientation finlandaise.
Le Parti suédois estime que le Président Niinistö devrait se prononcer clairement sur l’OTAN. Le parti estime que la Finlande devrait être membre de l’OTAN d’ici dix ans.
L’Alliance des gauches par contre n’est pas favorable à une adhésion.
KS/lun/9, AL/sam/A10, HS/sam/A14 & dim/A8

Propos de M. Vanhanen sur la politique étrangère
M. Vanhanen, qui a été désigné candidate à la présidence de son parti, estime que la présidentielle de 2018 sera en partie aussi une élection sous le thème de l’OTAN. Pour lui, il n’y a pas de grand écart entre sa position en la matière et celle du Président Niinistö.
Il estime qu’il serait plus prudent de ne pas fixer quelque chose de précis sur les orientations finlandaises, en ce qui concerne la communication vers l’extérieur. En maintenant sa marge de manœuvre, la Finlande dispose d’un moyen qui lui permet d’influencer sur la situation internationale, selon lui.
M. Vanhanen souhaite que pendant la campagne présidentielle on puisse mener un débat pertinent sur la politique étrangère et de sécurité.
HS, KS/lun/11

Immigration

Peu de mineurs réussissent à faire venir leur famille dans le cadre du regroupement familial
Alors que les adultes ayant obtenu un asile en Finlande arrivent à faire venir leurs enfants et leurs époux ou épouses, peu de mineurs arrivés en Finlande réussissent dans le regroupement familial.
La législation et son interprétation sont très strictes, regrette Mme Rummakko, porte-parole de l’association d’information pour les réfugiés.
De 2012 en 2015, seulement 17 permis de séjour ont été accordés sur la base d’une demande de regroupement familial par un mineur arrivé seul en Finlande. Durant cette même période, 240 décisions négatives ont été prises. 8 % des décisions ont ainsi été favorables en quatre ans, contre 92 % de négatives.
Lorsqu’il s’agit de majeurs qui demandent un regroupement concernant leurs enfants, dans 73 % des cas la réponse est favorable.
S’agissant d’époux, 53 % ont une réponse favorable contre 47 % de réponses négatives.
Helsingin Sanomat relève que selon l’Office national de l’immigration, les soupçons de cas de parents qui envoient un enfant en Finlande dans l’espoir d’un regroupement familial sont rares.
HS/dim/A10

20 000 dossiers de demande en attente
Migri a encore 20 000 dossiers de demande d’asile à étudier, dont une partie ont été déposées dès l’automne dernier. L’office envisage de les étudier d’ici fin août.
Le délai moyen de l’étude est de 175 jours et ces derniers temps, de 500 à 600 décisions ont été prises par semaine. 26 % des décisions ont été favorables, le nombre de refus étant à peu près le même. Le reste de dossiers ont été sans suite ou annulés.
M. Haahtela, chef des questions d’immigration et d’emploi de la municipalité d’Helsinki, se fait des soucis pour les problèmes qu’engendre la longue attente que doivent subir les demandeurs d’asile. La passivité qui leur est imposée se reflète sur les services sociaux et de la santé, ainsi que sur une atmosphère marquée de tensions.
HS/lun/A8

France

Tourisme

Le musée du parfum
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le musée du parfum, situé près de l’Opéra Garnier à paris.
HS

Vendredi 10 juin 2016

France

Euro2016

« La France supportera-t-elle la pression du public ? » HS
« Un spectacle d’un mois qui commence aujourd’hui » AL
« La France favorite » TS

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Visite de M. Tusk en Finlande
Turun Sanomat rapporte que, selon la chancellerie du Premier ministre, le président du Conseil européen, Donald Tusk, effectuera une visite à Helsinki le jeudi 16 juin.
Il aura un entretien avec le Premier ministre Juha Sipilä et avec le Président Sauli Niinistö. Les entretiens porteront sur les questions européennes d’actualité, dont la migration et le référendum britannique, ainsi que la politique de sécurité et de défense et la croissance économique. Les mêmes thèmes seront évoqués lors du conseil européen de juin.
HS/A10

OTAN

Le Président Niinistö participera au sommet de Varsovie
Selon Helsingin Sanomat, le Président Sauli Niinistö participera, ainsi que le Premier ministre suédois Stefan Löfven, au sommet de l’OTAN qui sera organisée à Varsovie les 8 et 9 juillet.
La Finlande et la Suède participeront à l’évaluation de la coopération européenne de la politique de défense et de sécurité. Selon Kari Huhta, qui a signé l’article d’HS, il y a actuellement un débat parmi les pays membres de l’OTAN concernant un soutien à la Finlande et à la Suède en temps de crise.
Selon les sources du quotidien, la plupart des pays de l’OTAN comprennent la position centrale de la Suède et de la Finlande dans la défense de la mer Baltique.
Le cabinet du Président confirme que M. Niinistö participera à la rencontre des chefs d’Etat.
HS/A10-11

Transports

La commission des transports du Parlement a approuvé le rapport sur le cabotage
Selon Helsingin Sanomat, la commission des transports et de la communication du Parlement a approuvé jeudi le rapport élargissant le cabotage. Les membres sociaux-démocrates et de l’Alliance des gauches de la commission ont voté contre.
« Le projet de loi du gouvernement est un coup mortel pour la branche des transports », selon la députée social-démocrate Katja Taimela. Elle s’étonne du fait que l’Alliance verte et le Parti suédois ont suivi « la ligne absurde » du gouvernement et du ministre des Affaires étrangères Timo Soini. Mme Taimela souligne que les transports routiers donnent du travail à 100 000 Finlandais et l’Etat reçoit des recettes fiscales de près de trois milliards d’euros par an.
La commission des transports souligne dans un communiqué que le cabotage ne concerne pas les transports transfrontaliers entre la Finlande et les pays tiers, dont la Russie.
HS/A11

Politique intérieure

Gouvernement

364 millions supplémentaires pour les infrastructures
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a décidé d’accorder des crédits supplémentaires de 364 millions d’euros à l’amélioration des routes et des lignes de chemin de fer, soit 163 millions pour les routes nationales, 101 millions pour les lignes de chemin de fer, 70 millions pour les villes et 30 millions d’euros pour les routes privées.
Les plus grands projets sont la construction d’un pont à Vekaransalmi près de Savonlinna (19,4 millions d’euros) et l’amélioration de la ligne ferroviaire entre Helsinki et Turku (20 millions d’euros)
HS/A8

Economie

La Banque de Finlande prévoit un rétablissement fragile
La Banque de Finlande estime que la croissance repose sur la demande intérieure et que le rétablissement de la zone euro aidera l’économie finlandaise.
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Liikanen, note qu’après une longue période difficile, les perspectives s’annoncent un peu meilleures. Selon lui, il est toutefois clair que la croissance restera fragile tant qu’elle se basera de façon déséquilibrée sur la demande intérieure et que les recettes des exportations resteront nettement inférieures par rapport à la situation avant la récession.
La Banque de Finlande prévoit une croissance de 1,1 % pour le PIB cette année, et à peu près la même pour les deux années qui suivent. Elle a revu à la hausse sa prévision de la consommation privée qui devrait augmenter de 1,6 % cette année. Le niveau bas des taux d’intérêts, la faible inflation, et les chiffres faibles d’épargne des ménages soutiennent la consommation.
La Banque est pessimiste en ce qui concerne les exportations. Une petite amélioration de la compétitivité ne suffira pas pour les rétablir. La croissance les concernant devrait s’élever à 0,7 % cette année, à 2,4 % en 2017 et à 2,5 % en 2018.
Le rétablissement de la zone euro se reflète toutefois sur la Finlande aussi. Les exportations dans les pays de l’eurogroupe ont augmenté de 10 % en quelques années, et concernant l’Allemagne, de 38 %.
Le taux de chômage qui est en baisse se maintient toutefois à un niveau élevé. L’évolution de la productivité est faible.
M. Liikanen se félicite des mesures de la BCE et rappelle que la BCE ne manque pas d’outils si l’inflation reste éloignée de ses objectifs.
KL/A7, HS/A29

Emploi
Même si la croissance augmente, elle ne suffira pas pour atteindre l’objectif du gouvernement concernant le taux d’emploi.
Selon la Banque de Finlande, l’objectif d’un taux de 72 % ne sera pas réalisé durant la législature. Pour y arriver, il faudrait 100 000 emplois de plus.
Pour la Banque de Finlande, il faudrait que le PIB augmente de 2,5 % en moyenne en 2017-2019 pour que l’objectif puisse être atteint.
L’emploi de personnes de 15 à 64 ans devrait augmenter de 25 000 durant la législature du fait de la diminution de la population en âge de travailler.
M. Kilponen de la Banque de Finlande estime qu’il faudrait que la concurrence interne augmente pour que les prix baissent et que la demande augmente. La volonté de consommation de ménages devrait encore augmenter, les exportations devraient repartir et la productivité devrait s’améliorer avec le développement technologique, afin que l’économie augmente considérablement.
Des économistes de la Banque de Finlande rappellent qu’en 2030, la démographie finlandaise correspondra à celle du Japon aujourd’hui : la part des plus de 65 ans dans la population sera de 25 %. Cela souligne la nécessité des réformes structurelles.
HS/A29

Helsinki – Mobilier urbain

Renouvellement du contrat des abribus
Helsinki envisagerait d’acquérir de nouveaux abribus. Les actuels, dessinés par l’architecte Juha Leiviskä, appartiennent à JCDecaux et leur contrat d’entretien arrive prochainement à échéance.
Comme le nouveau contrat devra faire objet d’un appel d’offres, il n’est pas exclu que JCDecaux ne le remporte pas, ce qui signifierait que 1500 à 1600 arrêts de bus seraient alors changés, le groupe ne souhaitant pas les vendre à la municipalité.
Helsinki prévoit d’investir cinq millions d’euros dans le projet.
HS/A22

Jeudi 9 juin 2016

France – Finlande

Politique

M. Sipilä à Paris
Le secrétariat du Premier ministre annonce que le premier ministre Juha Sipilä se rendra à paris mercredi 15 juin pour rencontrer le Président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls.
Les entretiens porteront sur les questions européennes, comme la politique de défense et de sécurité commune, la lutte contre le terrorisme, les migrants et la relation du Royaume-Uni avec l’Europe. Les sujets bilatéraux porteront sur les questions économiques, rapporte le secrétariat du Premier ministre.
Durant son séjour à Paris, M. Sipilä rencontrera aussi la secrétaire-adjointe de l’OCDE, Mme Kiviniemi.
Vn.fi
Hs.fi

Politique étrangère et européenne

Politique étrangère et de sécurité

Le gouvernement présentera son livre blanc la semaine prochaine
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement devrait présenter la semaine prochaine au Parlement son livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité. Le présidium du Parlement a décidé mercredi que le premier débat sur le rapport sera organisé le mardi 21 juin.
Selon les informations du quotidien, le PSD, entre autres, aurait voulu reporter l’étude du livre blanc à l’automne.
Il y a peu d’informations sur le contenu de ce rapport d’une trentaine de pages. Le quotidien estime que les relations avec les pays occidentaux seraient soulignées plus qu’auparavant.
HS/A10

Finlande – Russie – Etats-Unis

Propos de M. Niinistö
Le Président Sauli Niinistö, qui a effectué une visite aux Îles Åland, estime que la situation dans la mer Baltique en matière de politique de sécurité s’est calmée. Il souligne l’importance du respect de l’accord de Minsk et souhaite pouvoir obtenir une rencontre des Présidents américain et russe.
Il dit que la coopération étroite avec la Suède augmente la stabilité dans la région de la mer baltique, et que le dialogue qu’il a mené avec le Président Poutine et le Président Obama vise le même but.
Il espère pouvoir, durant la présidence finlandaise du Conseil arctique, organiser une réunion à l’occasion de laquelle les présidents russe et américain pourraient se rencontrer.
HBL/14

Finlande - Russie

Un Finlandais condamné à deux ans de prison en Russie
Selon Helsingin Sanomat, un Finlandais de 70 ans a été condamné à deux ans de prison à Petrozavodsk en Carélie russe pour alcoolisme au volant et tentative de corruption d’un policier.
Le consulat général de Finlande à Saint-Pétersbourg souligne qu’il ne peut pas commenter l’affaire.
HS/A19

Politique intérieure

Partis politiques

Le Centre est de nouveau en tête des sondages
A la lumière d’un sondage sur l’audience des partis politiques, publié par Yle, le Centre est redevenu le plus grand parti avec une popularité de 20,2 % (-0,2 % par rapport à avril), suivi du parti social-démocrate, 20,1 % (-1,4 %).
Le Rassemblement national, qui a gagné 0,7 point, est à 17,7 %, suivi de l’Alliance verte, 14,8 % (+1,3 %), des Vrais Finlandais, 9,0 % (+0,5 %), de l’Alliance des gauches, 8,3 % (-,2 %), du Parti suédois, 4,2 % (-0,3 %) et des Chrétiens-démocrates, 3,5 % (-0,1 %).
L’audience totale des trois partis du gouvernement a augmenté, passant de 45,9 % en avril à 46,9 %.
L’Alliance verte n’a jamais été aussi populaire que maintenant. Les autres partis de l’opposition n’ont pas réussi à faire augmenter leur audience.
L’institut Taloustutkimus a effectué le sondage entre le 9 mai et le 7 juin auprès de 3 858 personnes.
Yle

Super week-end de la politique finlandaise
Selon Helsingin Sanomat, les centristes disent souvent que leur congrès du parti est « le deuxième congrès du parti dans le monde entier, le plus grand étant le congrès du parti communiste chinois ». En tout cas, le congrès des centristes est de loin la plus grande réunion d’un parti finlandais.
Le centre attend 4 000 personnes, dont 2 500 délégués à son congrès, à Seinäjoki pour ce week-end. Les préparatifs de la réunion ont commencé déjà il y a deux ans. Jusqu’à présent, le congrès record a été celui de Lahti en 2010 avec 4 505 participants.
Le président du parti, le Premier ministre Juha Sipilä sera réélu sans opposition. Les centristes éliront un nouveau secrétaire général en remplacement de Timo Laaninen et désigneront le candidat présidentiel pour les élections de 2018. Le président actuel du groupe parlementaire Matti Vanhanen est le seul à avoir exprimé ses intentions présidentielles.
Le Rassemblement national se réunira en congrès à Lappeenranta. Il y a trois candidats pour la présidence : Alexander Stubb, Petteri Orpo et Elina Lepomäki.
L’Alliance des gauches aura son congrès du parti à Oulu. La députée Li Andersson sera élue à la présidence en remplacement de Paavo Arhinmäki.
Le congrès du Parti suédois aura lieu à Turku. Le parti élira un nouveau président – Anna-Maja Henriksson, Anders Adlercreutz ou Ida Schauman – pour remplacer Carl Haglund.
HS/A15

Gouvernement

Débat sur l’enseignement obligatoire du suédois
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais s’inquiètent du sort de l’essai inscrit dans le programme du gouvernement concernant le suédois facultatif à l’école dans quelques communes.
La préparation de cet essai avance lentement au ministère de l’Education. Selon le ministère, l’essai nécessite un changement de loi sur l’éducation.
Selon la ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen, l’objectif est de présenter le projet de modification de la loi avant la fin de l’année en cours. L’essai pourrait donc commencer à l’automne 2017.
La députée Ritva Elomaa, représentante des Vrais Finlandais dans la commission de l’éducation du Parlement, s’inquiète de la lenteur de la procédure. « L’essai est très important pour notre parti. » Elle note aussi qu’il serait plus difficile de mettre l’essai en œuvre plus tard si le parti suédois était au gouvernement.
HS/A8

Parlement

Proposition visant à interdire la mendicité
Turun Sanomat rapporte que trois députés des Vrais Finlandais, Rami Lehto, Olli Immonen et Jari Ronkainen, ont décidé de rassembler des signatures des députés pour une proposition de loi afin d’interdire la mendicité.
Les promoteurs de l’initiative estiment que la mendicité est liée à la criminalité organisée. Des initiatives semblables ont été faites avant.
TS/10

Economie

Croissance - Exportations

Analyse concernant les chiffres récents
Selon des économistes, les exportations de marchandises donnent une fausse image sur l’ensemble des exportations
Lors de la chute en 2009, les exportations finlandaises ont diminué de 20 % et le PIB de 8,3 %. En 2010-11, l’économie a progressé, mais en 2013-2014, elle a de nouveau diminué. En 2015, elle a augmenté de 0,5 %.
L’économie finlandaise est ainsi en croissance lente, mais les exportations diminuent pour le moment. Les exportations représentent 37 % du PIB. Celles des marchandises ont diminué de 7 % durant le premier trimestre 2016, mais les exportations de services permettent un petit optimisme.
Mme Tamminen, chercheuse au Centre national de la recherche économique VATT, rappelle qu’il faudrait tenir compte de la quantité des biens importés, comme le pétrole, qui sont utilisés pour la production de biens exportés. Il n’existe pourtant pas de statistiques à jour sur cette valeur ajoutée.
Selon l’Institut national d’études statistiques, les exportations de services ont augmenté de 15 % en 2015. Elles s’élevaient à 16,9 milliards d’euros. La part des services de technologies informatiques était de 40 %.
M. Pohjola de l’Université Aalto estime que les exportations de services sont devenues un secteur de croissance pour la Finlande et que ce qui est particulièrement positif, c’est qu’il s’agit de services de haute technologie et de technologies informatiques, qui mettent à profit le savoir-faire.
Il remet en question l’idée que la croissance est actuellement uniquement sur la consommation privée et l’industrie du bâtiment. Les services constituent un facteur plus important pour la croissance actuelle.

Chiffres contradictoires de l’économie finlandaise
Helsingin Sanomat estime que pour un non-initié, les chiffres de l’économie peuvent paraître bizarres. La contradiction entre la production qui se rétablit et les faibles exportations s’explique par le fait que la croissance de la production se base actuellement principalement sur la consommation privée.
Cela veut dire que, malgré les perspectives faibles, les Finlandais ont acheté plus de biens et de services qu’avant. La Banque de Finlande rappelle que l’augmentation des prix a été modérée, ce qui a maintenu le pouvoir d’achat à un niveau raisonnable. Le nombre de retraités a augmenté et, comme les pensions sont une source de revenus relativement stable et prévisible, cela se voit dans la consommation. Les retraites sont souvent de bon niveau du fait que les grandes classes d’âge ont fait de longues carrières professionnelles. De plus, les ménages se sont endettés pour financer leurs dépenses, ce qui est plutôt rare au niveau international.
HS/A6-7

Les placements dans des start-up finlandais rapportent bien
Les jeunes start-up ont réussi à attirer de l’argent des investisseurs. Selon les statistiques de l’association des investisseurs de capitaux Invest Europe, compte tenu de la taille du PIB, c’est en Finlande qu’il y a eu le plus de placements dans des start-up en Europe. Les placements correspondent à 0,05 % du PIB finlandais. Sur une échelle de cinq ans, il n’y a que la Suède qui dépasse la Finlande à cet égard.
Selon M. Kuittinen, chef de Finnish Venture Capital Association, le succès de Rovio et de Supercell a augmenté l’intérêt porté à la Finlande même à l’étranger. L’évènement Slush a été un facteur massif pour augmenter la visibilité des entreprises. 180 entreprises ont réussi à obtenir un financement pour leurs premières phases. Il s’agit le plus souvent des entreprises du secteur des TI et de technologies du domaine de la santé.
HS/A30

Mercredi 8 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Visite à Moscou de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, qui a effectué un déplacement de deux jours en Russie, a rencontré des représentants des organisations de droits de l’homme. Le ministre estime que la législation russe concernant les agents étrangers est problématique. Deux des cinq organisations qu’il a rencontrées sont inscrites sur la liste des agents étrangers.
M. Soini a également rencontré des représentants de l’opposition qui ont exprimé leur souci sur l’évolution interne et en matière de politique étrangère et de sécurité du pays.
Une des organisations est un centre de soutien des peuples indigènes septentrionaux. Son président se félicite de la volonté finlandaise de rencontrer, outre les instances officielles, des représentants de la société civile.
M. Soini a mentionné la coopération avec ces peuples, dont une partie est de la famille fenno-ougrienne, comme un exemple des échanges de base entre la Finlande et la Russie.
M. Soini a également rencontré des représentants d’Amnesty, de Human Rights Watch et de Greenpeace.
Il dit qu’il a évoqué la situation des ONG avec M. Lavrov.
Concernant l’Ukraine, M. Soini relève que, malgré les différentes positions concernant la situation, la Finlande et la Russie continuaient à dialoguer. M. Soini estime que, même si la Russie souhaite que ce soient l’Ukraine et les dirigeants en Ukraine de l’Est qui dialoguent, la Russie souhaite obtenir une solution au conflit qui lui coûte cher politiquement et économiquement.
M. Soini dit que la Finlande informe l’UE à chaque fois qu’elle négocie bilatéralement avec la Russie. Il est clair, avec la frontière commune, que l’UE comprend qu’il faut pour la Finlande des relations avec Moscou.
HS/A28, HBL/13

Economie

Exportations
Les exportations finlandaises ont diminué de 11 % en avril par rapport à avril 2015. Ainsi les signaux positifs de l’économie ne concernent pas les exportations.
En avril, leur valeur s’élevait à 4270 millions d’euros, contre 4805 millions d’euros à la même époque il y a un an.
Selon les statistiques de la Douane, la tendance à la baisse continue depuis novembre.
HS/A35

Entreprises allemandes en Finlande

Les entreprises allemandes en Finlande sont optimistes
Kauppalehti rend compte du fait que la Chambre de commerce germano-finlandaise compte 665 entreprises parmi ses membres. 65 % d’entre elles sont finlandaises et 35 % allemandes.
Les entreprises allemandes établies en Finlande sont optimistes. 64 % d’entre elles s’attendent à une augmentation de leur chiffre d’affaires, contre 55 % en 2015.
Parmi les points forts de la Finlande, elles mentionnent le niveau élevé de la formation et les bonnes infrastructures.
KL/A8

Politique intérieure

Parti du Rassemblement national

Les trois candidats se préparent au vote sur la présidence du parti
M. Orpo est le favori
Turun Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage auprès des membres du Kokoomus, effectué pour le compte du quotidien, Petteri Orpo, ministre de l’Intérieur est le favori pour la présidence du Rassemblement national. Il a obtenu 49,8 % des voix, Alexander Stubb, président actuel du parti et ministre des Finances 31,4 % et la députée Elina Lepomäki 10,7 %. 8,1 % n’ont pas su répondre.
Le Kokoomus ne publie pas de liste sur les délégués de congrès du parti. Il faut noter que le vote sera organisé à bulletin secrets et les districts du parti ne pourront pas influencer la façon de voter des délégués. Selon les estimations, le nombre de délégués serait environ 812. Parmi les personnes interrogées, 568 ont répond. Un tiers d’entre eux sont des délégués qui ont le droit de vote au congrès du parti, organisé le week-end prochain à Lappeenranta.
TS/8

M. Stubb déplore « un jeu sale »
Selon Helsingin Sanomat, M. Stubb a minimisé les résultats du sondage sur la popularité des candidats lors d’un débat organisé par le quotidien. « Le résultat sera décidé par les délégués à Lappeenranta, non par les sondages organisés par les médias. »
Selon un sondage publié par la MTV3, 59 % les présidents des districts sont favorables à M. Orpo, 33 % à M. Stubb et 5 % pour Mme Lepomäki.
HS/A16

SAK

M. Eloranta remplace M. Lyly à la présidence de la SAK
Helsingin Sanomat rapporte que la 19e assemblée générale de la SAK, réunie à Tampere, a élu Jarkko Eloranta à la tête de la centrale syndicale pour la période 2016-2020, en remplacement de M. Lauri Lyly.
M. Eloranta, titulaire d’une maîtrise en sciences politiques et âgé de 50 ans, a fait une longue carrière dans le mouvement syndical. Avant d’être nommé à la présidence de la SAK il a présidé JHL, syndicat représentant les employés du secteur public.
M. Eloranta souligne que le mouvement syndicat doit se renouveler vu que la vie professionnelle change.
M. Eloranta estime que les salariés finlandais ont apporté leur contribution au pacte de compétitivité. « Maintenant c’est à la vie économie et aux entreprises d’agir. »
L’assemblée générale a élu mardi le conseil pour les quatre prochaines années. Ann Selin, présidente du syndicat Pam a été élue à la tête du conseil et Matti Huutola à la vice-présidence.
HS/A10

Mardi 7 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Visite à Moscou de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, a effectué un déplacement en Russie, lundi. Il a eu des entretiens avec son homologue M. Lavrov.
L’exercice militaire internationale Baltops qui se déroule actuellement dans la mer Baltique, y compris sur la côte finlandaise, a suscité des questions de la part des journalistes. M. Soini a été interrogé sur le fait de savoir « pourquoi la Finlande avait choisi la voie de la tension en laissant l’OTAN mener des manœuvres sur son territoire ».
M. Soini a rappelé que ces manœuvres étaient organisées avec une participation finlandaise depuis 1993 et que l’unique objectif de la Finlande était de développer la défense et la sécurité de la Finlande.
On a posé la question à M. Lavrov de savoir pourquoi la Russie considérait comme une menace les manœuvres auxquelles elle avait participé encore il y a trois ans. M. Lavrov estime que les exercices sont aujourd’hui un moyen de fomenter une hystérie anti-russe. Il a dit que la Russie éprouvait comme une menace l’élargissement de l’OTAN et le fait de placer du matériel militaire à proximité de ses frontières. Il précise que l’existence de l’OTAN en soi n’est pas une menace pour la Russie et que la Russie n’envisageait pas d’attaquer un des Etats membres de l’OTAN.
M. Soini a souligné que, pour la Finlande, il était essentiel de participer à des exercices qui développaient la défense nationale finlandaise. M. Lavrov a dit qu’il relevait de la Finlande de décider par quels moyens augmenter sa sécurité.
Concernant l’Ukraine, M. Soini relève qu’il a exprimé son inquiétude sur les violences accrues. Il a dit qu’il était difficile d’avancer dans l’accord de Minsk sans un cessez-le-feu permanent.
M. Lavrov a accusé l’administration ukrainienne du manque de volonté pour un dialogue.
HS/A24, KS/10

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö a évoqué la visite prochaine en Finlande de son homologue russe, M. Poutine, devant la confédération des ouvriers SAK. Pour lui, la visite était une suite naturelle des échanges entre les deux pays et les visites en Russie du Président finlandais.
Il a dit que la ligne finlandaise n’était pas différente de celle des autres pays de l’UE.
Selon lui, les sujets d’actualité internationale et l’économie bilatérale allaient être évoqués. Il a constaté qu’avec la situation internationale, les tensions dans la mer Baltique avaient accru.
KS/10

Défense

Exercice Baltops
L’exercice militaire internationale Baltops qui se déroule actuellement dans la mer Baltique, a pour thème le fait d’assurer l’aide humanitaire. M. Foggo, commandant, constate qu’il s’agit également de faire preuve de force, d’unité et de solidarité dans l’OTAN à l’égard de la région de la mer Baltique.
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö a estimé que si la Finlande souhaitait entrer dans l’OTAN, il conviendrait d’organiser un référendum.
AL/A11

Défense

Livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité
Selon Helsingin Sanomat, la situation détériorée en matière de sécurité dans la région de la mer Baltique constitue un cadre pour la préparation du rapport du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité. Les orientations concernant l’OTAN ne seront pas modifiées, selon les informations de HS.
L’esquisse de Livre blanc analyse l’action de la Russie dans la crise de Crimée ainsi que son influence hybride. « La Russie a détérioré l’environnement de sécurité de façon à rendre l’éventualité d’une adhésion à l’OTAN plus compréhensible. Le rapport dresse une image plutôt réaliste de l’action russe », selon une source gouvernementale citée par HS.
Le Livre blanc constate qu’une adhésion à l’OTAN nécessiterait le soutien de la direction politique et des Finlandais. L’organisation d’un référendum n’y est pas évoquée.
Le Livre blanc d’une trentaine de pages considère, selon la source de HS, les relations avec les Etats-Unis comme un pilier de la politique étrangère. La coopération de défense avec la Suède est également considérée comme centrale.
Le rapport évalue le développement des structures de défense européenne et fait le bilan des relations entre la Russie et l’OTAN.
Le Livre blanc est prévu pour être remis au Parlement avant la Saint Jean. Il sera débattu après les congés. M. Kaikkonen, président de la Commission des Affaires étrangères, estime qu’il sera mieux de le débattre après le vote britannique, ce pays étant la plus grande puissance militaire de l’UE.
HS

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le Président Niinistö a remercié M. Lyly
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a prononcé un discours lundi à l’occasion de l’assemblée générale de la confédération syndicale SAK à Tampere. Il a remercié le président sortant de la SAK Lauri Lyly « pour sa griffe importante » dans les négociations sur le pacte de compétitivité et dans la société finlandaise en général. Le Président a fait l’éloge de l’accord qui « signifie un tournant clair dans la façon de faire pendant les huit dernières années ».
M. Niinistö a souligné l’importance de la modération pour la société finlandaise.
Dans son discours, M. Lyly a exprimé son inquiétude pour la baisse de la croissance de productivité en Finlande et dans les autres pays occidentaux.
L’assemblée générale élira aujourd’hui Jarkko Eloranta à la tête de la SAK, en remplacement de M. Lyly.
HS/A13

Immobilier

Les prix des logements sont en hausse à Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, les prix des appartements à Helsinki et dans la région de la capitale sont en hausse depuis le mois d’avril. Les prix ont augmenté de 4,7 % en avril par rapport à avril 2015. Dans tout le pays, les prix ont augmenté de 1,7 %.
Le montant de prêts pour l’acquisition de logements (1,6 milliard d’euros en avril) a également augmenté.
HS/A34

Alliance des gauches

Mme Li Andersson sera élue présidente du parti
Helsingin Sanomat relève que la députée Li Andersson (29 ans) sera élue la prochaine présidente de l’Alliance des gauches au congrès du parti le week-end prochain.
Plus de 6 000 membres du parti ont participé au vote consultatif sur le nouveau président. Mme Andersson a obtenu 3 900 voix, soit 62 %. La députée Aino-Kaisa Pekonen a eu 26 % des voix et le député Jari Myllykoski 12 %. Après la publication du décompte des voix lundi, Mme Pekonen et M. Myllykoski ont retiré leur candidature de la présidence. Ils ont montré clairement leur soutien à Mme Andersson qui sera la seule candidate au vote du congrès pour la présidence.
Selon Mme Andersson, le gouvernement finlandais actuel mène « une exceptionnelle politique de droite ». Elle souligne que l’Alliance des gauches compte attirer de nouveaux électeurs en se concentrant sur la réduction des inégalités et l’amélioration de l’emploi. Les objectifs de Mme Andersson sont une victoire électorale et une place au gouvernement.
En tant que nouvelle présidente du parti, Mme Andersson, qui succédera à Paavo Arhinmäki, mènera l’Alliance des gauches vers les élections législatives de 2019.
L’Alliance des gauches a obtenu 7,1 % des voix et 12 députés aux élections législatives de 2015, soit deux de moins par rapport à la législature précédente. Selon un sondage récent, l’audience du parti serait actuellement de 9,0 %.
HS/A8

Société - Famille

Les familles finlandaises souhaitent manger ensemble plus souvent
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage, effectué pour le compte du ministère de l’Agriculture, seulement une famille finlandaise sur deux mange ensemble tous les jours ou presque.
La Finlande se trouve en 25e position selon une étude internationale sur le temps que les familles passent ensemble à table.
Selon le Centre national de la statistique, le temps que les familles passent ensemble en général diminue depuis longtemps.
« Les études montrent que les repas en commun semblent compliqués et même étranges selon beaucoup de personnes interrogées », note le chercheur Antti Maunu. La plupart des personnes interrogées souhaitent toutefois augmenter les possibilités de manger ensemble.
Le sondage a été effectué en avril par l’institut Taloustutkimus auprès de 2 000 personnes.
HS/A15

France – Finlande

Musique

Vocal Espoo et son concours de composition : un Français primé
Le compositeur Jean Luc Gillet a été primé lors du concours de musique pour chorales du festival Vocal Espoo en cours jusqu’à samedi.
HS/B5, vocalespoo.fi

Lundi 6 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Visite en Finlande du Président Poutine
Le Président russe effectuera une visite de travail en Finlande cet été, probablement en juillet.
M. Poutine a effectué sa dernière visite en Finlande en juin 2013. Entretemps, M. Niinistö s’est rendu trois fois en Russie.
Helsingin Sanomat estime qu’outre les relations bilatérales, la situation en Ukraine et les relations entre l’UE et la Russie pourraient être évoquées.
HS/sam/A15

Immigration

Polémique sur le regroupement familial
M. Orpo, ministre de l’Intérieur, a demandé des explications à l’Office national de l’immigration concernant le cas d’une famille irakienne dont la mère et la fille de 3 ans devront quitter la Finlande alors que le père et un bébé de trois mois pourraient rester. M. Orpo souhaite que les différents cas puissent être étudiés de façon individuelle et que l’intérêt des enfants puisse être pris en compte le mieux possible.
Il regrette le fait que l’UE ne dispose pas de législation harmonieuse concernant la politique d’asile. « A défaut d’une législation uniforme au niveau européen, nous avons été contraints en Finlande de proposer une réforme de la loi sur les étrangers prévoyant de resserrer les critères du regroupement familial. »
M. Kurttila, ombudsman de la cause de l’enfance, estime que, dans ses décisions, la Finlande ne prend pas en compte l’intérêt des enfants. La Convention sur les droits des enfants n’est pas respectée en Finlande, selon lui. Il estime que les décideurs devraient être honnêtes et admettre que la Finlande n’applique plus l’article 9 de la Convention.
HS/dim/A18, lun/A8

Le nombre de retours volontaires en baisse
Selon Migri, 872 personnes sont rentrées dans leur pays de juillet 2015 en mars 2016 dans le cadre du programme de retour volontaire des demandeurs d’asile. Les frais par personne s’élevant en moyenne à 1356 euros, le coût total des retours s’élève à 1,18 millions d’euros.
Après presque 200 demandeurs rentrés en février et mars, le nombre était de 97 en avril et de 63 en mai.
Un certain nombre de personnes sont également rentrées de leurs propres moyens.
La plupart des personnes rentrées dans leur pays étaient des Irakiens, environ 200 sont rentrées en Albanie et une cinquantaine en Afghanistan.
AL/sam/A10

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Les accords de branche approuvent le pacte de compétitivité
Helsingin Sanomat rapporte que l’accord sur le pacte de compétitivité a été validé vendredi après-midi, après des négociations de treize mois.
Ce sont les négociations entre le syndicat de la métallurgie et le patronat de l’industrie technologique qui ont duré le plus longtemps et le bureau du syndicat a enfin approuvé l’accord par 12 voix contre 8. Sans l’approbation de ce syndicat le pacte de compétitivité aurait échoué.
Il faut encore attendre l’approbation de l’accord par le conseil de ce syndicat qui se réunira le vendredi 10 juin. Les représentants des organisations syndicales et la confédération du patronat et de l’industrie EK devront ensuite signer l’accord à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre Juha Sipilä.
Le bureau de EK a approuvé l’accord à l’unanimité. Le directeur général de EK Jyri Häkämies s’est félicité de l’accord mais a souligné qu’il fallait faire encore plus pour améliorer la compétitivité de la Finlande.
Le président de la SAK Lauri Lyly est satisfait de l’accord. Pour lui, il s’agit de son dernier grand accord salarial parce qu’il prendra sa retraite. Le nouveau président de la SAK sera élu lors de l’assemblée générale du syndicat qui commence aujourd’hui.
Selon les calculs de EK, l’accord couvre 85 % des salariés, soit 1,8 million personnes, ce qui signifiera, selon la promesse du gouvernement, des allègements fiscaux de 415 millions d’euros pour 2017. L’accord couvre 80 % des salariés du secteur privé et 100 % des salariés du secteur public.
Parmi les syndicats qui ont choisi dès le départ de rester en dehors du pacte de compétitivité il y a les syndicats des transports, du bâtiment, du secteur alimentaire, des hôtesses de l’air et stewards, du secteur laitier et des TIC.
En plus, la confédération des entrepreneurs a rejeté le compromis proposé par le gouvernement.
HS/sam/A12

Editoriaux
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que les négociations ont été cette fois-ci particulièrement difficiles parce que les conditions des salariés ont été détériorées.
Le rôle du gouvernement et la promesse concernant des allègements fiscaux ont été décisifs lors des derniers jours de négociations.
Il faudra attendre quelques années pour savoir si le pacte de compétitivité atteindra son but. Une chose est toutefois claire : la compétitivité salariale s’améliorera par rapport aux pays concurrents - l’Allemagne et la Suède – parce que les salaires ne seront pas augmentés du tout en Finlande en 2017.
HS/A4

Commentaires des économistes
Keskisuomalainen relève que, selon les économistes, on risque de confondre les effets du pacte de compétitivité avec les effets de la croissance économique.
Les économistes Seija Ilmakunnas et Pasi Kuoppamäki estiment que le pacte aura des effets sur les exportations finlandaises dès l’année prochaine. Les effets sur les investissements prendront plus longtemps.
Selon les estimations du ministère des Finances, l’accord engendrera jusqu’à 35 000 nouveaux emplois. Mme Ilmakunnas et M. Kuoppamäki sont plus prudents dans leurs estimations.
Le politologue Erkka Railo de l’université de Turku estime que l’accord n’aura pas d’effets immédiats sur l’économie ou sur l’audience de partis politiques au gouvernement.
KS/dim/8

L’accord a enterré la fusion de la SAK avec la STTK
Selon Keskisuomalainen, Mikko Majander, directeur d’un think tank social-démocrate et Lasse Laatunen, ancien directeur de EK, estiment que les longues négociations sur le pacte de compétitivité ont fait échouer la fusion entre les centrales syndicales SAK et STTK.
« Le gouvernement a politisé, de manière maladroite, le mouvement syndical. Les syndicats de la STTK ont ensuite pensé que les syndicats de la SAK sont trop politisés », selon M. Majander.
« Le projet a échoué en raison des soupçons. Les syndicats de la STTK ont estimé que leur statut pourrait s’affaiblir à la suite de la fusion », selon M. Laatunen.
M. Laatunen estime que la fusion sera évoquée plus tard mais cela peut prendre plusieurs années.
KS/lun/13

Economie

La croissance finlandaise s’est accélérée
Le PIB finlandais a augmenté de 1,6 % en janvier-mars par rapport à la même époque en 2015.
Par rapport au trimestre précédent, la croissance était de 0,6 %.
La dernière fois que la croissance a été plus rapide, c’était il y a cinq ans. De 2012 en 2014, le pays était en récession.
Les chiffres consolidés concernant octobre-décembre dernier montrent que durant le dernier trimestre de 2015, le PIB a augmenté de 1,2 % par rapport à 2014 et de 0,5 % par rapport au trimestre précédent, alors qu’on avait annoncé 0,6 % et 0,1 % précédemment.
Selon Mme Schauman de la banque Aktia, les investissements et la consommation privée sont en légère hausse. La croissance repose fortement sur cette dernière, ce qui selon elle n’est pas tenable à la longue.
Les exportations ont toutefois diminué de 1,1 % par rapport au trimestre précédent, et de 2,6 % par rapport au janvier-mars 2015.
HS/sam/B11

Moody’s a baissé la notation de la Finlande de AAA à AA1
Moody’s justifie la baisse par les faibles perspectives économiques et l’endettement de la Finlande.
Des économistes estiment que le changement de notation a très peu d’effet concret, mais que l’importance symbolique n’est pas négligeable.
HS/sam/B11, dim/B11

94 % des économistes interrogés par HS estiment que la récession est finie
Helsingin Sanomat a interrogé plus de 60 économistes, dont la grande majorité, 94 %, estiment que la récession est terminée. La croissance ne reprendra toutefois proprement que lorsque les exportations repartiront. A l’heure actuelle, la croissance s’appuie sur la construction et la consommation intérieure.
55 % des économistes estiment que la croissance, plutôt lente, ne suffit pas pour améliorer la situation de l’emploi, en tout cas de façon considérable.
Comme la construction a cru de 8 % durant le premier trimestre 2016, c’est elle qui renforce la croissance.
M. Kärkkäinen de la banque Nordea rappelle qu,e psychologiquement, même une croissance faible est importante alors que du point de vue de l’économie nationale, elle a moins de signification.
HS énumère quelques signaux positifs et relève que 12 entreprises sont entrées en bourse l’année dernière, contre aucune en 2014. La vente du champagne a augmenté de 6 % en janvier-mars par rapport à la même époque en 2015. Le nombre de spectateurs à l’opéra a augmenté, ainsi que celui des prêts pour l’acquisition d’un logement. Au 1er mars, il y avait 48 000 postes vacants à pourvoir, ce qui est 9 % de plus qu’il y a un an.
HS/dim/C1-C5

Climat

Les émissions du CO2 en baisse dans la région de la capitale
Les émissions du CO2 de la région d’Helsinki continuent à diminuer. En 2015, elles ont diminué de 7 % par rapport à 2014. La diminution la plus importante concerne l’électricité et le chauffage urbain, qui bénéficient d’une production moins polluante.
Le groupe énergétique d’Helsinki, Helen, s’est engagé à abandonner le charbon. A long terme, l’importance de cette promesse est tout à fait sans égale, selon le service environnemental d’Helsinki, HSY.
Par rapport à 1990, les émissions CO2 ont diminué de 11 % en même temps que 300 000 personnes de plus se sont installées dans la région de la capitale. Elles pourront diminuer de 20 % pour 2020, comme prévu.
HS/sam/A26

France – Finlande

Vélos en libre-service

Succès du vélo, succès du vélo urbain
Helsingin Sanomat rend compte de la popularité accrue du vélo à Helsinki. Des records ont été battus, non seulement grâce à la météo favorable cette année, mais également en raison du marketing réussi et des voies améliorées.
L’objectif défini pour l’enregistrement d’utilisateurs pour le vélo urbain Smoove a déjà été atteint avec plus de 10 000 utilisateurs depuis le début mai.
HS/sam/A24

France

Tourisme

« La joie de vivre sur la Côte d’Azur » KS
Kesksisuomalainen publie un reportage sur Antibes et Juan-les-pins.
KS

Inondations

« Le niveau des eaux a atteint son pic » HS

Vendredi 3 juin 2016

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

Le gouvernement envisage de criminaliser les voyages liés au terrorisme
Voyager dans le but d’effectuer un acte terroriste sera criminalisé en Finlande. Le gouvernement a remis une proposition de loi en la matière au Parlement, hier. Le gouvernement propose de pénaliser même la tentative d’un tel crime, ainsi que le financement du voyage.
Il est également envisagé d’étendre le mandat des autorités en matière de renseignement concernant les soupçons de crime sérieux.
HS/A13

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le gouvernement a présenté ses allègements fiscaux
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement de M. Sipilä a promis jeudi d’accorder des allègements fiscaux importants de centaines de millions d’euros si le pacte de compétitivité se réalise de façon exhaustive.
Le gouvernement promet les allègements fiscaux dès le début de 2017 : les allègements seront de 315 millions d’euros si le pacte de compétitivité couvre moins de 85% des salariés, 415 millions d’euros si le pacte couvre plus de 85 % des salariés et 515 millions d’euros si le pacte couvre 90 % ou plus de salariés.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, les allègements fiscaux compenseraient l’augmentation des cotisations sociales des employés (en raison du transfert de ces charges des employeurs vers les employés) qui sera réalisée en 2017.
Si les allègements fiscaux étaient de 515 millions d’euros le pouvoir d’achat d’un salarié moyen augmenterait de 150 euros par an, selon M. Sipilä.
Le ministre des Finances Alexander Stubb précise que les allègements fiscaux concernent toutes les catégories des salariés. Contrairement à ce qui a été inscrit dans le programme gouvernemental, le gouvernement ne compte donc pas mettre l’accent des allègements fiscaux sur les salariés aux revenus modestes ou moyens.
Les dirigeants syndicaux se sont félicités de l’annonce du gouvernement. La présidente de du syndicat du secteur tertiaire Pam, Ann Selin estime qu’il est excellent que le gouvernement ait donné des chiffres exacts. Elle croit que cela aidera Pam quand ce syndicat prendra sa décision sur l’accord.
Olli Koski, économiste principal de la SAK, est content de la proposition du gouvernement, ainsi que de la décision explicite du gouvernement d’enterrer les économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros.
Le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto a annoncé jeudi que le syndicat, qui continue encore les négociations avec le patronat de l’industrie technologique, se prononcerait à ce sujet vendredi.
HS/A6-7

Propos de MM. Lyly et Häkämies
Yle a interviewé vendredi matin le président de la SAK Lauri Lyly et le directeur général de la confédération du patronat et de l’industrie Jyri Häkämies. Les deux sont optimistes et attendent les derniers résultats des négociations sur le pacte de compétitivité.
Mme Lyly et Häkämies sont satisfaits des promesses du gouvernement concernant les allègements fiscaux.
M. Häkämies attend qu’au moins 80 % des salariés soient couverts par l’accord. M. Lyly ne croit pas que la couverture de l’accord puisse s’élever à 90 %. « Si tout va bien il y a des chances d’attendre 85 % », selon M. Lyly.
Yle

La SAK approuvera le pacte de compétitivité si…
Helsingin Sanomat relève que la confédération SAK est prête à approuver le pacte de compétitivité à la condition que les syndicats du secteur tertiaire PAM et de la métallurgique approuvent l’accord.
hs.fi

Agriculture

Motion de censure
Les Démocrates chrétiens, les Verts, l’Alliance des gauches et le Parti suédois envisagent de déposer une motion de censure concernant l’inactivité du gouvernement concernant la crise de l’agriculture.
Le gouvernement a été critiqué du retard dans le versement des aides agricoles.
HS/A14

France – Finlande

L’Euro 2016

« La France et l’Allemagne favoris »
Le supplément TV de l’hebdomadaire Suomen kuvalehti a interviewé Tero Karhu, commentateur sportif à la télé finlandaise, qui estime, enthousiaste, que la France et l’Allemagne sont les favoris pour remporter l’Euro.
TV-maailma/4-5

Automobile

Citroën DS
Hufvudstadsbladet rend compte de l’anniversaire de la DS qui fête ses 60 ans depuis que la première est arrivée en Finlande. Un défilé a été organisé, samedi dernier, en l’honneur de ce classique du design.
HBL/21

Jeudi 2 juin 2016

Politique étrangère et européenne

OCDE

Selon l’OCDE, les Finlandais sont heureux
Selon une étude de l‘OCDE, les Finlandais sont plus contents de leur vie que les ressortissants des autres pays de l’OCDE en moyenne.
Sur une échelle de un à dix, les Finlandais évaluent la note qu’ils donnent à leur vie à 7,4 contre 6,5 en moyenne pour les autres citoyens de l’UE. La Finlande se situe huitième parmi 38 pays. La formation, la propreté de l’environnement et le sentiment de sécurité sont des facteurs pour que les Finlandais se sentent heureux.
HS/A32

Education

Editorial : « La Finlande peut être fière de ses enseignants » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte de l’étude effectuée par l’OCDE selon laquelle les enseignants finlandais estiment que leur travail est apprécié et qu’ils peuvent influencer sur le fait de savoir combien les élèves apprécient d’apprendre.
L’éditorialiste rappelle que la formation universitaire des enseignants est unique à l’échelle internationale. Le haut niveau de la formation explique aussi que le métier est apprécié. Les étudiants de cette branche sont talentueux et motivés.
L’éditorialiste estime que la qualité de la formation des professeurs est une des raisons principales derrière le succès des élèves finlandais dans les tests Pisa.
Le modèle actuel de l’école est menacé par les changements en cours dans la société, qu’il s’agisse de la numérisation ou de l’immigration. Est-ce que l’école pourra changer de façon à pouvoir le mieux possible répondre aux besoins d’une part de ceux qui vivent déjà pleinement dans l’ère numérique et d’autre part de ceux qui ont des antécédents très diversifiés.
Beaucoup de pressions pèsent sur le système scolaire. Malheureusement les économies prévues auront des effets directs et indirects sur l’école, les groupes d’enseignement, sur la formation des enseignants et sur les enseignants. Les coupes ont également un effet sur le niveau d’engagement des professeurs dans leur travail.
La société finlandaise a confiance dans ses professeurs et il faudrait que les professeurs puissent eux aussi avoir confiance dans la société.
HS/A4

Des milliers de jeunes partent étudier à l’étranger
La difficulté d’être admis pour faire des études en Finlande fait que de plus en plus de jeunes partent étudier à l’étranger. Selon les statistiques du Cimo, centre de mobilité internationale, 7100 Finlandais étudiaient dans des universités à l’étranger en 2014, contre 4400 dix ans plus tôt.
Le fait de souhaiter créer une carrière internationale est une autre motivation pour partir étudier à l’étranger. Dans ce cas, les langues et les cultures étrangères intéressent les jeunes.
D’autres encore partent par pure curiosité.
Les Finlandais partent surtout en Suède, en Grande-Bretagne et en Estonie.
HS/A9

Economie

Notation de la Finlande : la Finlande mieux notée que l’état de son économie
Helsingin Sanomat note que la notation de la Finlande est meilleure que laisserait attendre sa situation économique.
La stabilité politique et la compétitivité expliquent la bonne notation dans un contexte d’affaiblissement important de l’économie.
Des économistes du MES ont étudié l’écart entre des niveaux objectifs des économies et les évaluations des instituts de notation. L’écart concernant la Finlande était plus important que celui d’aucun autre pays de la zone euro.
Selon les économistes la Finlande a pu bénéficier de cet écart.
Mme Carlson, analyste de Moody’s, rappelle le rôle des critères qualitatifs et note que la compétitivité au niveau mondial, le soutien ciblé à l’enseignement et à la recherche et au développement, ainsi que des institutions fortes parlent en faveur de la Finlande. De plus, le système politique finlandais fonctionne bien et il y a extrêmement peu de corruption.
HS/A34

Diplomatie

Editorial : « Le mauvais ministre des Affaires étrangères » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti s’étonne du peu d’attention porté sur les déclarations du ministre des Affaires étrangères, M. Soini, lors du séminaire de l’UPI sur les crises européennes. Pour l’éditorialiste, les propos du ministre étaient contradictoires concernant l’UE et la Russie.
Le fait que le Président ait pris la direction de la politique étrangère de manière exceptionnellement ferme entre ses mains au moment de l’arrivée de M. Soini à la t^te des affaires étrangères est intéressant selon Aamulehti. Si c’est un hasard, c’est un heureux hasard, souligne l’éditorialiste.
AL/A2

Finlande - Russie

M. Soini à Moscou
Selon Turun Sanomat, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini effectuera une visite à Moscou le lundi 6 juin.
Son entretien avec le ministre russe Sergueï Lavrov doit porter sur l’Ukraine, la situation en Syrie, la sécurité dans la région de la mer Baltique et les autres questions internationales d’actualité, ainsi que les questions bilatérales et la coopération régionale.
TS

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Un accord sur le pacte de compétitivité pour vendredi ?
Helsingin Sanomat rapporte que l’objectif est de trouver un accord sur le pacte de compétitivité pour vendredi, même si maintenant les accords conclus ne concernent que 44 % des salariés. L’objectif du gouvernement est que les détériorations des conditions de travail concernent pratiquement tous les salariés.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, des accords couvrant 90 % des salariés seraient suffisants.
Le président de la grande centrale syndicale SAK, Lauri Lyly a été optimiste mercredi. « Il y a des négociations en cours et les dirigeants des organisations se réuniront vendredi. « 
Le président d’Akava, Sture Fjäder, estime que l’accord pourrait couvrir même plus de 90 % des salariés.
Le conseil du syndicat du secteur tertiaire Pam s’est réuni mercredi, sans prendre de décision sur l’accord négocié. Les membres du conseil n’ont pas confiance dans le gouvernement ni dans ses promesses sur les allègements fiscaux, selon la presse. Or, il n’y aura pas de pacte de compétitivité sans ce syndicat.
Le conseil de Pam se réunira encore vendredi à midi. Selon la présidente de Pam, Ann Selin, le syndicat n’a plus besoin de négocier avec le patronat. Cela signifierait que Pam est prête à approuver le résultat des négociations si les mesures fiscales proposées par le gouvernement sont suffisantes.
Le Premier ministre Sipilä a répété que les allègements fiscaux pendant cette législature ne pourront pas dépasser un milliard d’euros. « Il sera extrêmement difficile de trouver un accord sans Pam ou l’industrie technologique. Nous sommes toutefois tous assez optimistes. » Le syndicat de la métallurgie et l’industrie technologique ont repris hier les négociations, interrompues mardi.
HS/A12

Le gouvernement doit présenter sa « carotte fiscale » aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement doit présenter aujourd’hui le niveau des allègements fiscaux dans le cadre du pacte de compétitivité. Ces allègements interviendraient à condition que les syndicats de la métallurgie et du secteur tertiaire approuvent l’accord.
Selon les informations du quotidien, le gouvernement doit révéler aujourd’hui seulement les allègements fiscaux projetés pour 2017. Les décisions pour les années 2018 et 2019 seront prises ultérieurement.
Il y a des spéculations sur le niveau des allègements fiscaux parce que les partis représentés au gouvernement n’avaient pas évoqué la question. Le quotidien estime qu’en 2017, les allègements seraient de 300 à 400 millions d’euros.
Selon le président du groupe parlementaire du Centre, Matti Vanhanen, « notre objectif est d’avoir un accord. Les allègements fiscaux font partie de l’accord mais je ne veux rien dire sur les chiffres ».
HS/A12

La confédération des entrepreneurs a rejeté le compromis proposé par le gouvernement
Keskisuomalainen relève que la confédération des entrepreneurs a rejeté mercredi le compromis sur les accords locaux au niveau des entreprises, proposé par le gouvernement. Cela signifie que les accords locaux ne concerneront pas les entreprises non syndiqués.
KS/20

Fusion des centrales syndicales

La fusion de la SAK et de la STTK a échoué
Selon Helsingin Sanomat, le projet d’une nouvelle centrale syndicale entre 49 syndicats de la SAK et de la STTK, représentant 1,7 million de salariés, a échoué. La nouvelle centrale aurait dû commencer ses activités début 2017.
HS/A15

Droit de vote

Le Parlement a célébré le droit de vote des femmes
En Finlande, les femmes ont obtenu le droit de vote et l’éligibilité il y a 110 ans. Le Parlement a organisé à cette occasion une séance solennelle sur le thème de l’égalité en tant que vecteur de la stabilité et du développement de la société.
Mme Lohela, présidente du Parlement, a déclaré être fière du fait que la Finlande a été un précurseur dans l’égalité entre les hommes et les femmes à l’époque où le droit de vote des femmes n’était qu’un rêve lointain dans beaucoup de pays.
AL/A14

Culture

Erkki Korhonen à la tête du festival d’orgue d’Espoo
Erkki Korhonen a été désigné directeur artistique du festival d’orgue d’Espoo (Urkuyö ja Aaria) à compter du 1er septembre.
Les concerts auront lieu le jeudi tout l’été.
HS/B4

Mercredi 1er juin 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Iran

Visite en Finlande du ministre iranien des Affaires étrangères
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, a reçu, hier, son homologue iranien, M. Zarif, qui a évoqué les problèmes de transfert d’argent qui gênent l’intérêt porté sur les échanges avec son pays.
Helsingin Sanomat rappelle que la ministre du Commerce extérieure, Mme Toivakka, s’était rendue en Iran, en décembre, avec une délégation de représentants de plus de 70 entreprises. M. Zarif est suivi de représentants de 60 directeurs d’entreprise iraniens. Selon lui, les transports, le cleantech, l’agriculture et les technologies informatiques sont des secteurs qui intéressent l’Iran.
M. Karetie, spécialiste de la politique commerciale et de l’internationalisation auprès du patronat EK, estime que les besoins iraniens sont sans limites. L’Iran a besoin du développement de l’infrastructure et d’une remise à jour de l’ensemble de sa production industrielle, selon lui. Les possibilités d’exportation finlandaise en Iran concernent l’équipement de la production industrielle, minière et énergétique, les technologies du domaine de la santé, la gestion des déchets et des eaux usées, ainsi que les secteurs plus traditionnels comme le bois, selon M. Karetie.
Il y a dix ans, les exportations finlandaises en Iran s’élevaient à une vingtaine de millions d’euros par mois. Ces derniers temps, elles se sont élevées à quelques millions d’euros par mois.
M. Soini relève, concernant la politique iranienne, que les droits de l’homme orientent la politique étrangère finlandaise et que ces questions étaient toujours évoquées. Il estime toutefois qu’il ne faut pas être hypocrite et toujours remettre en question certains pays et pas d’autres. Il rappelle qu’il y a beaucoup de pays qui « ont toujours le problème » de la peine de mort.
Il estime que la paix est parmi les premiers droits de l’homme et qu’il est important de la garantir dans la région où l’Iran constitue un acteur avec un important pouvoir d’influence. Plus généralement, M. Soini estime qu’il faut que les entreprises finlandaises tiennent compte des questions de droits de l’homme. Il rappelle qu’à la longue, il est gênant pour les affaires si les questions de droits de l’homme ne sont pas réglées. Ce sont des questions à évoquer au niveau national et européen. Il a dit qu’il les a évoquées avec son homologue, en tête à tête, et qu’elles ont été évoquées lors de la conférence de presse.
M. Zarif a éludé la question sur l’état de la démocratie en Iran et du statut des minorités.
M. Soini estime que, sous la direction de M. Zarif, on a avancé dans le bon sens. Il y a eu beaucoup de développement en Iran, il faut bien commencer quelque part, rappelle-t-il. « Il y a des problèmes, mais c’est un dialogue et non pas deux monologues. »
M. Zarif a également rencontré le Président Sauli Niinistö,
HS/A29, KS/20

Manifestation
Une trentaine de personnes ont manifesté en jetant des œufs et bloquant des voies, à Helsinki, contre l’Iran. La police a interpelé quatre personnes.
HS relève que le représentant de l’organisation iranienne de l’opposition sise à Paris, NCRI (National Council of Resistance in Iran) rejette les estimations qui présentent le Président Ruhan et M. Zarif comme des modérés.
HS/A29, KS/20

Investissements

Prolongation du « programme Katainen »
La Commission européenne envisage de prolonger le programme d’investissements lancé en 2015 pour une durée déterminée. Le programme qui avait comme objectif de démarrer des investissements de 300 milliards d’euros en Europe a été un succès. C’est M. Katainen, vice-président de la Commission qui est en charge du programme.
Il estime que l’idée du programme fonctionne bien et même mieux que prévu. Il note que la Commission lance, aujourd’hui, un site internet qui présente les possibles cibles d’investissement.
Pour la Finlande, ce sont l’usine de Äänekoski et le chantier de Pasila (Tripla) qui sont les principaux projets financés.
HS/A37

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Le pacte de compétitivité est à nouveau remis en question
Turun Sanomat rapporte que le pacte de compétitivité a encore été mis en péril mardi parce que les négociateurs du syndicat de la métallurgie et du patronat de l’industrie technologique n’ont pas pu trouver un accord sur la prolongation du temps de travail annuel. Il semble que le syndicat des ouvriers souhaitait que l’allongement du temps de travail soit pour une durée déterminée alors que le patronat voulait un accord pérenne d’allongement du temps de travail.
Les négociations entre le patronat de l’industrie technologique et les syndicats Pro et YTN ont également été interrompues hier.
Selon les estimations, le pacte de compétitivité échouerait sans la participation de la branche de la métallurgie, plus grand syndicat de l’industrie finlandaise.
Le président de la SAK Lauri Lyly et le directeur général de EK Jyri Häkämies ont publié un communiqué commun où ils souhaitent la poursuite des négociations même si la date butoir a expiré mardi à 16 heures.
Le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto a estimé mardi soir que la poursuite des négociations était possible.
Le syndicat Pro du secteur tertiaire a demandé hier un délai supplémentaire pour les négociations.
Le Premier ministre Juha Sipilä et le ministre de l’Emploi Jari Lindström n’ont pas voulu commenter les négociations. Le ministre des Finances Alexander Stubb s’est contenté de dire que le gouvernement ne posait pas de conditions à cette phase.
TS/A3

Les négociations continuent
Selon Helsingin Sanomat, les chances de la mise en œuvre du pacte de compétitivité se sont améliorées mercredi matin quand le syndicat Pro et le patronat du secteur tertiaire ont trouvé une entente sur la question de la prolongation du temps de travail annuel. Le conseil de Pam s’est réuni ce matin. Même si la présidente de Pam, Mme Ann Selin a souhaité une courte réunion il semblait qu’elle allait durer longtemps.
Dans son analyse, le quotidien note que mardi a été une journée dramatique pour les négociations qui ont déjà duré treize mois.
Dans le pire des cas, le pacte de compétitivité peut échouer. Les tournants inattendus font toutefois partie des négociations salariales. La situation peut paraitre impossible mais les partenaires sociaux peuvent toujours retourner à la table de négociations – s’ils ont tous une volonté pour retrouver un accord.
Un accord est important pour les syndicats des salariés parce que les partenaires sociaux ont du pouvoir seulement s’ils arrivent à conclure des accords.
Si le pacte de compétitivité échoue, le gouvernement peut mettre en œuvre une partie de son programme d’économies afin d’améliorer la compétitivité-coût, enterré à l’automne dernier. Ce programme consiste en économies supplémentaires de 1,5 milliards d’euros et en augmentations d’impôts. Les relations entre le gouvernement et le mouvement syndicat pourraient se détériorer encore, ce qui signifierait des grèves – et une situation économique encore plus faible.
hs.fi

Selon M. Aalto, les négociations poursuivront avec le patronat
Le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto a annoncé sur Twitter que les négociations entre le syndicat et le patronat de l’industrie technologiques se poursuivront cet après-midi.
Yle

Loi de finances rectificative

Crédits supplémentaires pour l’immigration et pour Talvivaara
Le gouvernement a remis au Parlement sa deuxième proposition de loi de finances rectificative. La proposition augmenterait la dette publique de 233 millions d’euros.
Un crédit supplémentaire de 230 millions d’euros est proposé pour la gestion de l’immigration. Le gouvernement base ses calculs sur l’estimation de l’arrivée de 10 000 demandeurs d’asile cette année.
Le gouvernement propose de prévoir 144 millions d’euros pour la poursuite des activités minières de Talvivaara jusqu’à la fin de l’année. Il s’agira de préparer la fermeture de la mine.
HS/A24

publié le 01/07/2016

haut de page