Juin 2015

Mardi 30 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos de MM. Stubb et Sipilä
Le ministre des Finances Alexander Stubb et le premier ministre Juha Sipilä ont présenté la situation de la crise grecque à la Grande commission du Parlement, hier.
Ils ont assuré que les Etats de l’eurogroupe feraient tout pour maintenir la stabilité dans l’eurozone et éviter une propagation de la crise. Selon M. Stubb, l’on dispose aujourd’hui d’instruments permettant de l’éviter plus efficacement qu’en 2011 et 2012.
« Nous ferons tout pour que la Grèce reste dans l’eurozone » a dit M. Stubb. Il a souligné que la Grèce ne s’en sortirait pas sans aide extérieure.
« C’est la Grèce elle-même qui s’est mise dans une impasse. Nous avions tout fait dans l’eurogroupe pour trouver une solution », a-t-il déclaré. Avant le référendum, « il n’y a rien à négocier », selon lui.
M. Sipilä a déclaré que, selon lui, il ne se passerait rien cette semaine car « il faut attendre le référendum ». Il a fermement critiqué l’organisation du référendum, sa date et surtout le fait que le gouvernement demande au peuple de voter non. « Engager les gens à voter non signifie que les négociations sont rompues ».
M. Sipilä ne pense pas que la crise en Grèce aura un effet sur la vie quotidienne des Finlandais ne qu’il y aura une propagation de la crise à d’autres Etats.
M. Stubb n’a pas répondu à la question de savoir si la Finlande était prête à continuer à aider la Grèce en cas de vote non au référendum.
Le programme gouvernemental stipule qu’il n’y aura pas d’augmentation des créances de la Finlande dans la gestion de la crise financière. Selon Aamulehti, cette condition sera respectée car on peut aider la Grèce par le biais du MES existant.
La commission de l’Economie du Parlement va se réunir aujourd’hui pour discuter de la situation de la Grèce. Son président, M. Kaj Turunen (Vrai Finlandais) s’est montré pessimiste sur le fait que la Grèce puisse se rétablir. Cet été sera important. Mais la situation sera encore pire après 2020 car la Grèce aura alors d’importants paiements à réaliser.
Le comité ministériel de politique européenne suit la situation en Grèce et se réunira en tant que de besoin.
HS KL AL Dem

Transport

Financement européen pour la boucle ferroviaire d’Helsinki ?
Helsingin Sanomat relève que dans les projets d’infrastructure de transport que la Commission envisage de financer, pour un total de 13,1 milliards d’euros, figure le projet de boucle ferroviaire d’Helsinki qui pourrait obtenir un financement européen de 16,3 millions d’euros.
Y figurent aussi le projet de réseau de terminaux LNG qui pourrait recevoir 2,6 millions d’euros.
HS

Finlande – Etats-Unis

Visite en Finlande du président du congrès
Helsingin Sanomat relève que le président du congrès américain John Boehner est arrivé en Finlande lundi soir. Il aura des entretiens aujourd’hui avec le Président Sauli Niinistö, le ministre des affaires étrangères Timo Soini et la présidente du Parlement Maria Lohela.
La visite de M. Boehner est liée à la sécurité et la défense en Europe.
M. Boehner n’a pas voulu commenter sa visite à l’avance. Les entretiens pourraient porter sur les évaluations des pays voisins concernant la menace russe.
Avant la Finlande, M. Boehner a effectué une visite en Lettonie. Après la Finlande, il poursuivra sa tournée en Europe.
HS/A14

Finlande - Russie

Entretien téléphonique de MM. Sipilä et Medvedev
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Juha Sipilä a parlé au téléphone lundi pour la première fois avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. Selon un communiqué de la chancellerie du Premier ministre, il s’agit d’une initiative finlandaise.
Les Premiers ministres ont évoqué le programme du nouveau gouvernement finlandais, les relations bilatérales et les relations de la Russie avec l’Union européenne. M. Sipilä a souligné l’importance d’une solution pacifique à la crise en Ukraine par l’intermédiaire du traité de Minsk.
HS/A14

Politique intérieure

Gouvernement

Pacte social
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rapporte que le premier ministre est actuellement en train de préparer son projet de pacte social visant à diminuer le coût du travail de 5% en augmentant la durée de travail. Après avoir rencontré les partenaires sociaux ensemble la semaine dernière, M. Sipilä les voit en tête-à-tête cette semaine.
Selon l’éditorialiste, « il peut être difficile d’expliquer aux travailleurs que le chômage va diminuer si ceux qui travaillent déjà font des journées plus longues. Au début, l’emploi ne s’améliorera certainement pas, au contraire puisque les tâches seront réparties entre moins encore de travailleurs qu’à présent. Mais l’amélioration de l’emploi est fondée sur l’idée que la quantité de travail n’est pas donnée mais augmente dès lors que les produits, moins chers à produire, auront plus de débouchés. C’est seulement de la théorie économique », juge HS.
Selon le quotidien, les confédérations syndicales sont prêtes à un tel pacte pour améliorer les exportations. Mais il nécessiterait des modifications des conventions salariales qui ne relèvent aps des confédérations, mais des syndicats de branches qui eux visent à préserver les intérêts de leurs membres. C’est pourquoi HS estime que la négociation du pacte social sera difficile : puisque l’objectif est une diminution de 5% des coûts de travail, les négociations traditionnelles visant à trouver un compromis entre les parties ne seront pas possibles puisque l’on ne pourra pas prendre de mesures ayant un effet sur les charges patronales.
« Les prévisions sur un succès du pacte social ne sont pas optimistes. Mais cela serait toutefois une meilleure alternative que les économies supplémentaires promises par le gouvernement en cas d’échec du pacte social », conclut HS.
HS

Parlement

L’opposition exige des crédits pour l’emploi
Helsingin Sanomat rapporte que trois partis de l’opposition - le PSD, l’Alliance verte et l’Alliance des gauches – demandent que le gouvernement présente une rallonge budgétaire pour améliorer la situation de l’emploi et qui serait présenté au Parlement dès le début de la session parlementaire de l’automne en septembre et non fin octobre comme prévu.
Les trois partis ont présenté leur projet commun lors de l’étude de la première rallonge budgétaire du gouvernement, déposée avant la Saint-Jean. Le gouvernement n’a pas proposé d’ajouter des crédits pour l’emploi même si, selon une étude de la commission des finances du Parlement, les crédits du budget de l’année en cours sont bientôt épuisés.
HS/A14

Défense

Selon un chercheur, les attitudes des Finlandais vis-à-vis de la défense ont changé
Helsingin Sanomat relève que selon le chercheur Mika Aaltola, directeur de programmation à l’institut des relations internationales UPI, les attitudes des Finlandais ont changé. « Le changement a été rapide. Le patriotisme est en hausse.
Selon M. Aaltola, depuis le début de la crise en Ukraine, les Finlandais ont commencé à envisager les choses sous un angle pragmatique. « Je pense qu’il s’agit d’un processus qui concerne aussi bien les gens ordinaires que l’élite. »
« Le patriotisme est en hausse ; Le nationalisme est en augmentation ».
« Depuis le mois d’août dernier, la société a été mobilisée. Je pense que le Président Niinistö a eu un rôle décisif », selon M. Aaltola.
« Nous sommes devenus à un point où nous suivons la défense avec intérêt et participons au débat. Il y a plus d’échos sur ces sujets. »
« On n’avait pas vu auparavant un consensus politique favorable à l’augmentation du budget de la défense à son niveau précédent. Quelque chose a dû se passer dans toute l’atmosphère de la classe politique », conclut M. Aaltola.
HS/A13

Economie

Baisse de la confiance des consommateurs
Selon l’institut des statistiques, la confiance des consommateurs dans l’économie finlandaise a diminué en juin, passant de 15,5 à 10°,8. Elle est toutefois supérieure à ce qu’elle était en juin 2014 (8,7).
HS

Fennovoima

Dernier jour pour déposer une demande de permis de construire
Fennovoima a assuré que le groupe déposerait aujourd’hui une demande de permis de construire la centrale de Hanhikivi.
L’entreprise a assuré que la demande préciserait le détail de l’actionnariat.
Le ministère de l’Economie a assuré qu’il n’y avait pas de possibilité de transiger sur le délai requis de cinq ans entre l’autorisation de principe conférée par le parlement et le dépôt de la demande de permis de construire.
HS

Lundi 29 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos de MM. Stubb et Soini
Le ministre des Finances, M. Stubb, estime que l’annonce concernant le référendum grec a été une désagréable surprise. Il relève qu’il ne restait plus aucune confiance concernant l’action de la Grèce.
M. Stubb a toutefois souligné, samedi, que la Grèce n’avait pas quitté la zone euro ni n’envisageait de le faire. Il regrette que la Grèce ait indirectement encouragé ses citoyens à voter contre la proposition européenne, ce qui fait que, dans la pratique, il sera impossible de poursuivre les négociations.
Dans une interview publiée samedi et réalisée avant le conseil Ecofin, M. Stubb estimait que la crise de la Grèce rapprochait les Européens. « Nous pourrons observer de nouveaux pas vers un renforcement de l’union monétaire. L’union bancaire a été créée, et on avance désormais vers un marché commun des capitaux », selon lui. L’intégration avancera par l’union économique, fiscale et financière vers une union politique, selon M. Stubb.
Il estime que l’on peut difficilement accuser quelqu’un d’autre que les Grecs de la crise de ce pays.
M. Soini, ministre des Affaires étrangères, considère la situation grecque comme un revers massif pour l’UE. Pour lui, il n’y a que de mauvaises alternatives pour résoudre la situation, et il s’agit de choisir la moins mauvaise. Il ne prend pas position sur la question de savoir ce qu’il faudrait faire. Selon lui, la position du gouvernement sera déterminée aujourd’hui, lors de la réunion du comité interministériel des Affaires européennes.
M. Soini regrette que les cerveaux les plus brillants se consacrent à la situation grecque, alors qu’il faudrait réfléchir à l’amélioration de la compétitivité et à l’espace de libre-échange.
MM. Sipilä et Stubb seront entendus aujourd’hui par la Grande commission sur les contenus des réunions européennes de ces derniers jours.
KS/dim, lun/9, HS/sam/A12, dim/A6

MM. Stubb et Sipilä devant les médias
"Il n’y a rien à négocier. Il n’y a pas de compromis, qu’on pourrait construire. » M. Stubb a parlé devant les médias après les réunions de la Grande commission et du comité interministériel des Affaires étrangères.
Ont été évoquées les mesures éventuelles dans le cas où la situation mène au départ de la Grèce de la zone euro. M. Stubb estime que, même si aucune réunion n’est prévue avant le référendum, il n’est pas exclu qu’il y aura une pression pour une réunion de l’eurogroupe dans les jours qui viennent. Il souligne que la Grèce n’envisage pas de quitter l’euro, mais que le pays s’est lui-même coincé. M. Stubb estime que l’essentiel à l’heure actuelle est d’aider le peuple grec et garantir la stabilité financière afin de minimiser le « risque de contamination ». « L’UE dispose désormais de mécanismes prévus pour cela. »
M. Stubb relève que l’UE se prépare à donner une aide de crise. « Il faut disposer d’une capacité à réagir rapidement et soulager la détresse des Grecs. » Il s’agira de se mettre d’accord sur le détail de cette aide plus tard, selon lui.
M. Stubb estime qu’à long terme, la crise grecque pourra avoir des effets sur la croissance économique finlandaise, mais pas dans l’immédiat.
Les garanties négociées par la Finlande sont toujours une partie essentielle du problème, mais dans la situation aigue, elles ne sont pas d’actualité, selon lui.
M. Sipilä estime, quant à lui, que si la Grèce souhaite quitter la zone euro, il lui faudrait quitter toute l’UE. Il ne croit toutefois pas que la Grèce l’envisage.
M. Sipilä relève qu’au niveau européen, il s’agit de tout faire afin que la Grèce reste dans la zone euro. Pour l’instant, on attend les résultats du référendum grec.
www.hs.fi

Politique d’immigration

Propos de MM. Sipilä, Orpo et Soini
Pour le Premier ministre, M. Sipilä, il est clair que la Finlande participe de quelque façon à la répartition des transferts d’immigrés au niveau européen. Le nombre d’immigrés accueillis concernant la Finlande sera probablement près de ce qui a été proposé par la Commission européenne, soit 800 personnes sur deux ans. M. Sipilä considère les orientations du conseil européen comme un bon compromis. Il l’a soutenu, ce qui n’a pas plus à M. Soini, ministre des Affaires étrangères.
M. Soini considère d’ailleurs que l’idée d’un accueil sur la base du volontariat comporte la possibilité de ne pas en accueillir du tout. Pour lui, les transferts constituent un « facteur d’attrait » encourageant les départs des candidats à l’émigration.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo (Rassemblement national), estime, lui aussi, que le nombre de réfugiés concernant la Finlande sera autour de 800. Pour lui, il faudrait prendre en compte le fait que le nombre de demandeurs d’asile en Finlande est en train d’augmenter.
Il estime que se disputer au niveau finlandais n’est pas utile. Il s’agit d’un problème européen auquel il faudra trouver une solution européenne.
Il considère la solution trouvée à Bruxelles comme une aspirine qui soulage mais ne soigne pas la maladie. « Il faut réagir à la situation aigue, mais la vraie solution part du principe d’aider la situation du pays de départ et d’intervenir dans les raisons qui poussent à partir. Deuxièmement, il faut intervenir dans le trafic clandestin de personnes à travers la Méditerranée ».
KS/sam/12, HS/sam/A10

Finlande - Russie

Violation de l’espace aérien
Aamulehti relève qu’un avion de transport russe IL-76 aurait violé l’espace aérien finlandais vendredi dernier devant Porvoo vers 14 h pendant une minute. Un F-18 Hornet de l’armée de l’air est allé identifier l’avion et les forces armées ont publié sa photo.
Il s’agit de la première violation de l’espace aérien finlandais par un avion russe cette année ; en 2014 il y en a eu cinq au total.
Le ministre de la défense Jussi Niinistö souligne que toutes les violations de l’espace aérien sont sérieuses et qu’il faut les étudier de près.
Ilkka Kanerva, président de la commission de la défense du Parlement, souligne que les autorités finlandaises doivent exiger une explication des autorités russes. Il voit deux possibilités : soit il s’agit d’une erreur technique de navigation, soit « le voisin a voulu exprimer son existence ».
Le ministre des affaires étrangères Timo Soini a déclaré samedi que la Finlande prendrait contact avec les autorités russes par la voie diplomatique.
AL/sam/A7 et dim/A9

Politique intérieure

Parlement

Pause estivale
Helsingin Sanomat rapporte que la dernière séance plénière du Parlement aura lieu demain mardi avant la pause estivale. Le Parlement reprendra son travail le 8 septembre prochain.
Seppo Tiitinen, secrétaire général de l’Eduskunta, estime que le travail du nouveau Parlement a bien commencé. « Il est probable que les députés pourront prendre tranquillement leurs congés, sans être appelés à réunir en raison de la crise de la Grèce. Les mécanismes européens de soutien fonctionnent bien. La situation peut bien entendu changer pendant l’été », selon M. Tiitinen.
HS/lun/A8

Le nombre de membres des partis politique en baisse
Selon Keskisuomalainen, les huit partis politiques représentés au Parlement ont au total environ 263 000 membres. Depuis le début de la législature précédente, leur nombre a baissé de 45 000.
Le Centre a environ 119 500 membres, le PSD environ 42 000, le Rassemblement national (Kokoomus) un peu moins de 40 000, le Parti suédois environ 25 000, les Chrétiens-démocrates et les Vrais Finlandais environ 10 000, l’Alliance des gauches un peu moins de 10 000 et l’Alliance verte un peu plus de 6 300.
Depuis deux ans, seuls les Vrais Finlandais ont vu le nombre de leurs membres augmenter, d’environ 2 000, tandis que tous les autres partis en ont perdu, par exemple le Centre 30 000 et l’Alliance verte plus de 1 500.
KS

Gouvernement

La loi sur le mariage homosexuel
Turun Sanomat relève que la parade Pride a eu lieu samedi à Helsinki. Plus de 20 000 personnes y ont participé. Les participants se sont félicités de l’approbation de la loi sur le mariage pour les homosexuels.
En même temps, le président des Vrais Finlandais Timo Soini a annoncé qu’il soutenait le ministre de la justice Jari Lindström qui ne souhaite pas présenter la loi au gouvernement. Selon M. Soini, la position des Vrais Finlandais n’empêchera pas en soi l’entrée en vigueur de la loi.
La présidente des Chrétiens-démocrates Päivi Räsänen a déposé la semaine dernière une question écrite où elle encourage le gouvernement à empêcher l’entrée en vigueur de la loi.
TS/dim/6

Economie

Déclarations de M. Rehn
Dans une interview accordée à Keskisuomalainen, le Ministre de l’Economie Olli Rehn déclare que la Finlande continuera à avoir besoin de l’énergie nucléaire à l’avenir.
« On s’extraie d’une économie carbonée et le nucléaire va demeurer une base énergétique pour une longue période de transition. La direction est clairement vers des énergies durables et vertes ».
Concernant le dépôt du permis de construire de la centrale de Hanhikivi, M. Rehn souligne que l’échéance est fixée à mardi 16h30 pour Fennovoima qui devra alors disposer d’un actionnariat d’au moins 60% domestique ou européen.
Sur la mine de nickel de Talvivaara, M. Rehn déclare que l’actionnariat et le financement devront être clarifiés au plus tard en septembre. Il souligne que la somme de 300 millions d’euros évoquée pour le coût d’une fermeture de la mine est probablement sous-évaluée.
KS

Il y a la place pour des mines en Finlande
L’éditorialiste de Kauppalehti rappelle qu’il y a environ 25 mines significatives en Finlande et que le secteur emploie directement 5000 personnes et indirectement 15 000 à 20 000 personnes. L’éditorialiste estime qu’il y a la place pour un secteur minier responsable en Finlande à l’avenir aussi.
KL

Social

Un quart des Finlandais vivent des transferts sociaux
Selon une récente étude de la Banque de Finlande, la dépendance des Finlandais à l’égard des transferts sociaux ne cesse d’augmenter. Cela est du à l’augmentation du nombre de retraités et du nombre de chômeurs.
Dans les quinze prochaines années, la proportion des plus de 65 ans va passer de 20% à 25%. Or, les retraités ont de meilleures pensions puisqu’ils ont cotisé plus longtemps : le niveau médian des retraites a augmenté de 15% entre 1007 et 2013.
Néanmoins, il apparaît que les personnes âgées ont tendance à moins consommer que ce que l’on attendait. Leur volonté d’épargner a surpris les chercheurs de la Banque de Finlande, relève HS.
HS

La pauvreté au quotidien
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la pauvreté en Finlande. Le quotidien relève que le système des minimas sociaux n’a pas été conçu pour que des personnes soient réduits à en vivre pour de longues périodes. Or c’est aujourd’hui le cas.
Il y a actuellement 230 000 personnes qui vivent avec le revenu minimum et leur nombre ne cesse de croître. Selon une comparaison effectuée par la Commission européenne, les Finlandais auraient tendance à minimiser le nombre de pauvres en Finlande, écrit HS.
Le quotidien souligne aussi que les minimas sociaux sont très faibles en Finlande : selon le Conseil de l’Europe, les minimas sociaux de la Finlande seraient du niveau de la Roumanie, écrit le quotidien.
HS

Education

Plus de 100 000 jeunes sans formation dans la région de la capitale
Hufvudstadsbladet relève que, selon l’Institut national d’études statistiques, 20% des jeunes adultes de 25 à 29 ans n’ont aucune formation dans la région d’Uusimaa (autour de la capitale). Ce chiffre est nettement inférieur dans le reste du pays, 14 %.
Certaines communes, comme Hanko, sont fortement marquées par un port ou par une industrie qui ont pu donner du travail à des jeunes sans exiger de diplômes. Mais souvent, derrière l’abandon des études, il y a une dépression et des difficultés d’apprentissage.
Différents programmes sont en cours et prévus dans les établissements scolaires et dans les municipalités pour proposer un soutien à ces jeunes qui ont du mal à trouver leur voie.
HBL/sam/8-9

Technologies de l’information

Aiber Networks
Selon Aamulehti, Aiber Networks a annoncé vendredi son intention de construire un centre de données pour des ordinateurs à Tampere. L’actionnaire principal est Daniel Levin et son marché principal la Russie, Israël et la Finlande. Le projet devrait coûter 100 millions d’euros.
AL/sam/A6

Vendredi 26 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Un accord sur la Grèce pourrait nécessiter un allègement des dettes
Kauppalehti rapporte que le FMI est sceptique sur la capacité de la Grèce à faire face à son endettement, c’est pourquoi la question d’un allègement de la dette est posée.
Or, pour la Finlande et l’Allemagne notamment, la participation du FMI au plan d’aide est particulièrement importante. Mais la simple promesse d’un allègement de la dette est difficile, relève Kauppalehti.
« Cela ne fait pas partie des outils considérés comme possibles par la Finlande, comme par de nombreux autres Etats de la zone euro. J’en ai discuté avec mes collègues et je n’ai pas trouvé de personne qui y soit favorable », a dit le Premier ministre Juha Sipilä.
Il estime qu’à plus long terme un allègement de la dette aurait des effets, mais que cela ne saurait être une solution de court terme car, selon le plan prévu la grèce ne commencera à rembourser qu’à partir de 2023.
KL

La Finlande n’acceptera pas d’éponger les dettes de la Grèce
Le ministre des Affaires étrangères et président des vrais Finlandais Timo Soini a répondu, hier, aux députés, lors de la séance des questions orales au Parlement.
Il a déclaré que la Finlande n’accepterait pas un allègement des dettes de la Grèce. « La position de la Finlande est que les dettes seront payées et que les engagements seront remplis conformément aux accords signés ».
Le député du PSD Eero Heinäluoma a exprimé sa satisfaction : « Il est important que le gouvernement tienne à ce que chaque Etat soit responsable de ses dettes ».
M. Soini a aussi assuré que la Finlande allait tenir aux garanties obtenues par la précédente ministre des Finances Jutta Urpilainen. « Le programme gouvernemental stipule que les engagements financiers de la Finlande ne sauraient augmenter. La Finlande va donc maintenir ses garanties auprès de la Grèce. Certains parlent de garanties, d’autres d’un accord d’échange de titres. Mais quand la Finlande a donné un reçu, si un Finlandais ou une Finlandaise a donné sa parole, on s’y tient ». « Ce gouvernement ou le parti des Vrais Finlandais n’est pas un Syriza qui ne tient pas les engagements des précédents gouvernements ».
SM TS

Les Finlandais jetteraient les Grecs hors de la zone euro
Selon un sondage publié par Iltalehti, 48% des Finlandais (plus de la majorité des hommes et 41% des femmes ; 78% des sympathisants des Vrais Finlandais) souhaiteraient que la Grèce quitte la zone euro.
TS

Politique d’immigration

« Plus de demandeurs d’asile en Finlande que jamais » HS
Helsingin Sanomat relève que le rythme actuel d’arrivée de demandeurs d’asile en Finlande laisse supposer que leur nombre sera doublé cette année. Jusqu’à 8000 personnes pourraient demander l’asile en Finlande, cette année, le plus grand groupe étant des Irakiens.
Ces derniers temps, plus de 150 personnes et même 200 personnes par semaine sont arrivés en Finlande.
Les éventuels transferts d’immigrés au niveau de l’UE signifieraient que la part de la Finlande serait de 800 personnes en deux ans.
Cette semaine, le gouvernement a été divisé en ce qui concerne la politique d’immigration. Il n’est toujours pas clair si la Finlande compte diminuer son quota de réfugiés.
Les autorités d’immigration font peu de cas du nombre d’arrivant à titre de transferts européens. Ce qui changera, c’est le nombre accru d’arrivants : jusqu’à présent, la Finlande a été un peu à l’écart des flux d’immigrés qui désormais se dirigent également ici.
M. Orpo, ministre de l’Intérieur, relève lui aussi, que les 800 personnes éventuelles concernant les transferts européens sont une petite partie dans l’ensemble. Il estime que l’UE fait face à un des défis les plus importants de son histoire. Pour lui, il faut une solution durable pour arrêter l’immigration clandestine vers l’Europe et, pour ce faire, déployer les moyens de la gestion européenne de crise militaire, la politique commerciale et la coopération au développement. Il souligne également l’importance d’une surveillance frontalière efficace, ainsi que d’un système de retour au pays, pour décourager les départs.
Si le nombre de demandeurs d’asile double, les délais d’étude des dossiers doubleront aussi. En mai, le délai était de 161 jours en moyenne. L’Office national d’immigration vient de recevoir 700 000 euros pour le traitement des dossiers de demandes. 25 personnes seront recrutées pour le restant de l’année. Un crédit supplémentaire de 19,5 millions d’euros a été proposé pour financer le fonctionnement des centres d’accueil. Accueillir mille demandeurs d’asile coute 15 millions d’euros par an.
HS/A8-9, TS/10, KS/8

Propos de M. Sipilä
Interrogé à Bruxelles, M. Sipilä, Premier ministre, estime que la répartition européenne des 40 000 immigrés se fera sur la base du volontariat. Il regrette que le débat autour de la question ressemble à un marchandage.
Il ne prend pas position sur le nombre de personnes que la Finlande serait éventuellement prête à accueillir.
HS/A8-9

Grande-Bretagne

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre, M. Sipilä, estime que sur la liste des demandes britanniques, il y a plusieurs points qu’il est facile pour la Finlande, ou en tout cas pour son Premier ministre, de soutenir, dont la simplification réglementaire, le développement du libre-échange et du marché intérieur et le soutien à la croissance économique.
Pour M. Sipilä, il faudrait voir les demandes britanniques comme une « occasion positive de développer l’UE », et non pas comme un antagonisme entre la Grande-Bretagne et le reste de l’UE.
La Finlande ne souhaite toutefois pas modifier les traités fondamentaux.
HS/A26

OSCE

Les invités russes posent des problèmes
A l’occasion des quarante ans de la CSCE, une réunion sera organisée à Helsinki à partir du 5 juillet.
Or, dans la délégation russe, six personnes, dont le président de la douma, figurent sur la liste des personnes interdites de voyager dans l’UE.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères indique que la question de leur participation à la réunion n’est pas résolue. Une solution au plus haut niveau serait recherchée selon STT.
Le problème est tant juridique que politique : à quel point souhaite-t-on que la Russie s’engage dans l’OSCE (qui a un rôle actif dans la recherche d’une solution à la crise en Ukraine) et à quel point tient-on aux sanctions de l’UE.
Selon la chercheuse Sinikukka Saari (UPI), si tous les délégués russes ne pouvaient pas venir en Finlande cela serait un échec pour l’OSCE et pour la politique de la détente, même s’il est clair que cela n’est pas la faute de l’OSCE. La situation témoigne aussi des problèmes concrets pour lesquels on a justement besoin de l’OSCE ».
KS

Russie

Selon un rapport, la Russie a fait des exercices concernant un débarquement aux Îles Åland
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, constate, concernant le rapport d’un journaliste britannique, Edward Lucas (The Coming Storm – Baltic Sea Security Report), publié par le think tank américain CEPA, sur les exercices russes concernant l’occupation des Îles Åland, du Gotland, et d’autres zones encore, qu’il ne souhaite pas tirer de conclusions hâtives de ces informations.
Il rappelle que, généralement, lors des manœuvres militaires, on utilise différents scénarios, ce qui ne signifie pas que l’on ait intention de les réaliser.
Il constate que la démilitarisation des Îles Åland représente un défi concernant sa défense, mais que la Finlande y est disposée.
HBL/4

Lutte contre le réchauffement climatique

Pour un accord ambitieux à Paris
La députée centriste Hanna Kosonen préside la commission à l’Environnement du Conseil nordique qui s’est réunie au Danemark du 21 au 23 juin.
Mme Kosonen représentera cette commission à la COP 21 à paris en décembre. Elle souhaite que l’on y arrive à un accord ambitieux. « Je souhaite aussi que nous ayons une large coopération nordique sur l’accord sur le climat. Il faut absolument obtenir un accord maintenant, sinon le processus risque de s’enrayer ».
SM

Politique intérieure

Gouvernement

M. Soini cherche un équilibre entre le gouvernement et ses militants
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais ont déjà à trois reprises pris des positions en contradiction avec le reste du gouvernement.
Les Vrais Finlandais se sont désolidarisés de la position du gouvernement à propos du quota de réfugiés car ils auraient souhaité que soit actée la diminution de ce quota.
De plus, le ministre de la Justice et de l’Emploi a exprimé son hésitation à présenter le projet de loi sur le mariage homosexuel, alors que le premier ministre avait assuré de sa préparation.
Enfin, le même ministre a évoqué un rétablissement des cotisations sociales patronales qui ne figurent pas dans le programme gouvernemental.
Selon Helsingin Sanomat, le parti a un pied au gouvernement et un pied dans l’opposition. Sur son blog, le président des Vrais Finlandais Timo Soini a écrit : « Le temps des joutes électorales est terminé. C’est maintenant le temps des décisions. Les Vrais Finlandais ont quatre ans pour marqué de leur empreinte la politique du gouvernement. On utilisera ce pouvoir ».
Les messages des vrais Finlandais à leurs électeurs se démarquent du programme gouvernemental, alors même que le premier ministre Sipilä a insisté sur l’importance de la confiance mutuelle.
Selon HS, le gouvernement réussira bien s’il se montre le plus technocrate possible. Mais dès qu’il montrera son idéologie, il risque d’être confronté à des problèmes.
La coopération gouvernementale est aussi affaire de gestion des tensions. M. Soini va chercher à équilibrer la ligne du gouvernement afin que ses électeurs ne s’estiment pas trahis, conclut HS.
HS

Police

Nomination d’un nouveau chef pour la police
M. Seppo Kolehmainen a été désigné chef de la police à compter du 1er août pour succéder à M. Paatero qui part à la retraite.
M. Kolehmainen est diplômé de sciences pédagogiques et de sciences politiques. Il est titulaire d’un diplôme du troisième cycle du droit.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, il souligne l’importance de la lutte contre la cybercriminalité.
HS/A15

Economie

Secteur de la programmation et des jeux
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude de l’Industrie technologique, qui relève que le secteur de la programmation est en croissance. Le secteur de la programmation et des services de nouvelles technologies a connu une croissance de 21 % en 2014. La branche est en croissance depuis cinq ans.
La croissance concerne notamment les groupes de jeux et les PME.
HS/A32

Jeudi 24 juin 2015

France – Finlande

Guggenheim Helsinki

Interview de Moreau & Kusunoki
Helsingin Sanomat publie une interview des architectes Hiroko Kusunoki et Nicolas Moreau, qui ont remporté le concours Guggenheim Helsinki avec leur œuvre Art in the City. Le couple d’architectes constate que la victoire et les festivités autour furent comme un ouragant pour eux. Leur agence a été fondée il y a quatre ans. Ils relèvent que l’accueil à Helsinki a été très chaleureux.
Concernant le matériel prévu dans leur projet, du bois brûlé, ils ont été en contact avec une entreprise finlandaise qui utilise cette méthode qui permet au bois de mieux résister contrre le vent et la pluie, voire la neige.
A la question de savoir si le projet sera réalisé ou non, M. Moreau constate que c’est la phase démocratique qui commence maintenant, et que le débat fait partie du projet. Mme Kusunoki affirme qu’ils feront leur tout pour favoriser la réalisation du musée.
HS/B1

« On ne cherche pas l’effet Bilbao » HS
La directrice du musée d’Ateneum, Mme Pettersson, rappelle que ce musée, construit en 1887, a été confronté à l’époque avec le même genre d’arguments que le musée Guggenheim aujourd’hui. Elle souhaite que, avec un musée Guggenheim, l’art, le design et l’architecture, tous domaines de compétences forts de la Finlande, puissent être plus valorisés à côté des lacs, des forêts, du sauna, des aurores boréales et du Père Noël communément utilisés pour faire la promotion de la Finlande.
Pour elle, il ne s’agit toutefois pas de briguer l’impact Bilbao. « Il faudrait comprendre qu’il ne s’agit pas de la même recette. On cherche un concept de musées de l’avenir, dont une des manifestations est l’architecture. »
Le souci des opposants du projet concerne la simplification de la scène artistique et la manque d’originalité face au « Starbucks du monde artistique ». Mme Pettersson rappelle qu’il serait plus constructif de penser que l’entrée de Guggenheim en Finlande augmenterait le financement de l’ensemble du domaine et créerait de nouveaux emplois.
HS/B2

« Selon Mme Viljanen, Guggenheim pourrait être réalisé en cinq ans » HS
Mme Viljanen, maire adjointe d’Helsinki, le musée Guggenheim pourrait être prêt en cinq ans, si les décideurs soutiennent le projet. La prise de décision prendrait au moins deux ans, selon elle, et, ainsi, le musée pourrait être prêt en 2019 ou 2020.
La municipalité compte faire la même sorte d’étude sur l’impact que celle déjà réalisée par le Boston Consulting Group, pour avoir une idée des recettes et dépenses, des effets sur la politique économique et sur l’emploi, etc.
Mme Viljanen admet qu’il est difficile d’évaluer de façon sûre les avantages éventuels. Mais elle relève que dès maintenant, des chaînes hôtelières et d’autres entreprises ont contacté la municipalité pour se renseigner sur les modalités d’investir en Finlande. Le projet est suivi avec un grand intérêt internationalement.
L’objectif est de terminer l’étude et les négociations avec la Fondation Guggenheim de façon à rédiger une proposition sur les principes fondamentaux permettant une étude politique par la municipalité cet automne.
HS/B2-3

Politique étrangère et européenne

Grèce

Déclarations de M. Stubb
Helsingin Sanomat écrit que les ministres des Finances des pays de la zone euro se sont réunis à Bruxelles pour constater que la compréhension entre les créanciers et la Grèce n’était pas suffisante pour permettre de prendre une décision sur la poursuite du programme d’aide.
M. Stubb, ministre des Finances, estime qu’y arriver nécessiterait un papier sur lequel on pourrait se baser. Il souhaite qu’une proposition de compromis puisse être formulée durant la matinée aujourd’hui.
HS Yle

« Si la Finlande avait vécu les mesures d’austérité grecques, le salaire moyen serait de 2000 euros (contre 3300 euros actuellement) » HS
Helsingin Sanomat relève que les mesures d’économies prises en Grèce sont de loin supérieures à ce qui a été fait en Finlande.
Selon HS, il est compréhensible que les Grecs soient réticents à de nouvelles mesures de rigueur.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

La décision sur les réfugiés divise le gouvernement
M. Stubb : il faut que la Finlande assume ses responsabilités
Selon Helsingin Sanomat, le comité interministériel aux affaires européennes a décidé de ne pas inscrire une diminution du quota de réfugiés, contrairement à ce qui était prévu. Le gouvernement n’a toutefois pas décidé de ne pas diminuer le quota et la question sera décidée ultérieurement.
Selon la position du comité interministériel, le quota annuel restera le même qu’avant, soit entre 750 et 1 050 réfugiés, plus les environ 400 réfugiés de la Méditerranée.
La décision n’a pas été unanime. Les ministres des Vrais Finlandais au comité interministériel, le ministre des affaires étrangères Timo Soini, le ministre de la justice et de l’emploi Jari Lindström et le ministre de la défense Jussi Niinistö ont voulu inscrire leur avis minoritaire dans le procès-verbal.
« Notre position est conforme au programme du gouvernement », selon M. Soini. Il ne pense pas que ce litige ait un effet sur le travail du gouvernement à long terme.
Le ministre des finances Alexander Stubb souligne qu’il faut que la Finlande assume ses responsabilités humaines et humanitaires.
Dem/6 HS/A10

La loi sur le mariage homosexuel
M. Lindström ne veut pas présenter le projet de loi
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la justice et de l’emploi Jari Lindström (Vrais Finlandais) hésite concernant la présentation du projet de loi sur le mariage homosexuel, approuvée par le Parlement précédent.
Selon lui, la question est difficile pour lui personnellement et pour son parti. Les Vrais Finlandais se sont vigoureusement opposés à l’initiative en novembre dernier.
« Je ne suis pas sûr si je peux présenter le projet de loi au gouvernement. Si je suis absent la loi sera présentée par un autre ministre. »
HS/A11

M. Lindström veut revoir la législation sur les peines
Selon Keskisuomalainen, le ministre de la justice et de l’emploi Jari Lindström veut accélérer l’étude au ministère de la justice de la législation sur les peines.
Suite à une affaire concernant un viol collectif commis par des mineurs dont certains ont été condamnés à des peines de sursis, il y a actuellement un débat public sur les peines.
KS/11

Défense

Des troupes rapides finlandaises ?
Helsingin Sanomat relève que les forces armées viennent de former un groupe de défense rapide.
La semaine dernière, l’armée a offert à une partie de ceux qui viennent de terminer leur service militaire la possibilité de s’engager à reprendre le service plus rapidement que prévue par la loi. Les manœuvres pour réservistes doivent être annoncées, selon la loi, trois mois à l’avance.
« Nous souhaitons une flexibilité pour pouvoir réunir des troupes plus rapidement », selon le colonel Mika Kalliomaa.
« Tout est lié au changement de l’environnement de sécurité. La crise en Ukraine en est un facteur essentiel. » Selon le colonel Kalliomaa, le nouveau groupe n’a pas encore de nom officiel.
HS/A8

Nucléaire

TVO ne déposera pas de demande de permis de construire
L’autorisation de principe dont disposait TVO pour déposer une demande de permis de construire va devenir caduque la semaine prochaine. TVO a confirmé qu’elle ne déposerait pas de demande dans le délai imparti, soit d’ici la fin du mois.
AL

Fennovoima
« Fortum hésite »KS
« La centrale en difficultés » HS
Fortum a annoncé, hier, qu’il ne s’engageait pas encore dans le projet de la centrale nucléaire de Fennovoima. Fortum est toutefois prêt à y participer une fois qu’il aura obtenu la majorité des centrales hydroélectriques russes qu’il convoite. Fortum poursuit les discussions sur cet achat mais ne pense pas qu’elles aboutiront avant la fin du mois.
Fennovoima a indiqué que la demande de permis de construire de sa centrale serait déposée avant la fin du mois. « Nous avons confiance dans le fait que nous arriverons à avoir un capital domestique suffisant », a déclaré la porte-parole de Fennovoima.
Le gouvernement demande que le projet de centrale ait un capital finlandais ou européen de 60%. Sinon, le permis de construire ne sera pas étudié.
L’analyste financier Markku Järvinen relève que, pour Fortum, la participation dans Fennovoima n’a d’intérêt que si le groupe obtient ses centrales hydroélectriques en Russie. Si Fortum veut investir dans le nucléaire, il peut par exemple construire lui-même une nouvelle centrale à Loviisa.
Kauppalehti relève aussi que l’Etat est l’actionnaire majoritaire de Fortum.
HS KL KS AL

Editoriaux
« Le nucléaire menacé par la récession économique » KL
« Le nucléaire n’a pas le vent en poupe » HS
Helsingin Sanomat relève qu’il est bien ironique de constater qu’il y a un gouvernement politiquement pro-nucléaire mais que la rentabilité économique de l’énergie nucléaire ne cesse de diminuer.
Kauppalehti souligne aussi que, outre les questions sur l’actionnariat de Fennovoima, ce projet est surtout menacé par des facteurs économiques comme le fait que le prix de l’électricité est appelé à rester bas.
HS KL

Emploi

Augmentation du chômage
Selon l’institut des statistiques, le nombre de chômeurs a atteint en mai 324 000 personnes, ce qui constitue un record depuis 15 ans.
Le taux de chômage a atteint 11,8% contre 10,7% en mai 2014. Le mois de mai constitue toutefois un pic régulier en raison de la fin de la scolarité. Avec les corrections saisonnières, le taux de chômage est actuellement de 9,7%.
Selon le ministère de l’emploi, le nombre de chômeurs était de 329 600 à la fin du mois de mai.
HS

France

Wikileaks

« La France irritée par les nouvelles révélations de Wikileaks » HS
Les médias rapportent que, selon des informations de Wikileaks, les services américains auraient écoutés des autorités françaises au moins de 2006 à 2012.
HS

Mercredi 24 juin 2015

France – Finlande

Guggenheim Helsinki

Titres
« Tout un village de galleries d’art » KS
« Le projet sélectionné ouvre les portes dans plusieurs directions » TS AL
« Le miracle de Bilbao est difficile à répéter » KL
« Y aura-t-il du soutien pour le projet sélectionné ? » HS
L’Agence Moreau Kusunoki Architectes a remporté, mardi 23 juin, le concours d’architecture de la fondation Solomon R. Guggenheim pour un musée Guggenheim à Helsinki.

Réactions et commentaires
Helsingin Sanomat a interrogé les 85 conseillers municipaux d’Helsinki dont 69 ont accepté de répondre à deux questions.
A la question de savoir s’ils étaient prêts à réaliser le projet de musée Guggenheim avec un faible financement privé et le reste étant supporté par la ville, seulement 6 s’y déclarent favorables et 31 conseillers défavorables ; 32 refusent de prendre position arguant du fait qu’ils souhaitent avoir plus d’information sur les frais et les autres détails du projet.
A la question de savoir s’ils sont favorables à ce projet s’il reçoit plus de fonds privés et un financement partiel de l’Etat, 24 s’y déclarent favorables et seulement 20 défavorables, 25 réservant leur décision.
HS relève que « l’opposition au projet est surtout liée à l’argent ». Le coût estimé s’élève à 130 millions d’euros, dont une part considérable serait à la charge de la municipalité d’Helsinki.
Le président de la fondation de soutien au projet, M. Lahti, relève que la fondation a pu rassembler plus de 10 millions d’euros de financement privé pour le projet, l’objectif étant d’obtenir 28 millions d’euros.
M. Lahti relève qu’outre la situation économique difficile, la collecte d’argent marche au ralenti du fait que les sponsors potentiels ne souhaitent pas s’engager avant que la position de la municipalité soit claire.
Le directeur du musée Guggenheim et président de la fondation Guggenheim, M. Armstrong, énumère comme motivations de la Fondation de créer un musée en Finlande, outre l’égalité, la démocratie et la relation exceptionnelle à l’art, l’architecture et le design des Finlandais, les touristes russes et asiatiques, l’économie stable et une direction politique forte.
Mme Honkasalo, conseillère municipale de l’Alliance des gauches, rappelle que la situation géopolitique n’est plus la même qu’au début du projet. En effet, on estimait alors que ce projet pourrait attirer des touristes russes, mais la situation n’est plus la même », selon elle.
HS souligne que plus de conseillers seraient favorables au projet si une partie plus importante du financement venait de l’Etat ou de donateurs privés.
Aamulehti relève que le professeur Wigley, président du jury, note qu’avec la publication du résultat du concours, on a un projet concret sur lequel on pourra débattre. Pour lui, Art in the City respecte les traditions et se met en dialogue avec son environnement et les bâtiments qui l’entourent. C’est un projet flexible et adaptable.
La ministre de l’Education et de la Culture, Mme Grahn-Laasonen, constate, dans un communiqué, que le gouvernement n’a pas encore évoqué le projet de musée et qu’il sera débattu une fois qu’il y aura une proposition concrète du rôle éventuel de l’Etat dans le projet. Celui-ci relève toutefois en premier lieu de la municipalité d’Helsinki et de la Fondation Guggenheim, selon elle.
M. Mukala, rédacteur en chef du magazine Arkkitehti, s’attend à beaucoup de polémique autour du projet. Il rappelle que dans le centre d’Helsinki, beaucoup de bâtiments ont été réalisés à partir de dessins qui ont remporté des concours d’architecture. On s’est beaucoup disputé et ensuite on s’y est habitué. Ce sont des bâtiments qui représentent leur époque.
HS, AL/B10-11

Editoriaux
Helsingin Sanomat estime dans son éditorial que le projet de musée pourrait faire du bien au paysage désuet à côté du port. La rénovation du marché couvert de l’autre côté du terrain en question a été réussie, selon l’éditorialiste, pour qui le musée Guggenheim serait un attrait de niveau mondial grâce auquel Helsinki pourrait relever le défi d’une concurrence sur les touristes avec Stockholm, Copenhague et Oslo.
Si Helsinki se consentait de se charger d’une partie des frais de construction, les chaînes hôtelières internationales pourraient se précipiter pour acheter un terrain à proximité du musée. La valeur du terrain qui s’étale jusqu’au terminal du port et qui sert actuellement du parking, vaut 12 millions d’euros, selon des spécialistes. Il appartient à la municipalité. L’éditorialiste estime généralement que le projet de musée ouvre d’autres possibilités de développer le quartier dans un sens plus accessible encore.
L’éditorialiste note que le projet vainqueur prévoit une construction en bois, ce qui est conforme à la promesse du gouvernement Sipilä de favoriser l’usage du bois dans les bâtiments afin d’atteindre les objectifs climatiques. Il semblerait que le gouvernement souhaite voir des bâtiments publics spectaculaires en bois aux endroits bien placés. Il ne serait pas ainsi exclu que l’Etat soit intéressé pour financer une partie du musée.
L’éditorialiste encourage les décideurs d’Helsinki et du pays à bien étudier les effets économiques et culturels du projet et à oser prendre les décisions.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que, même avec le résultat du concours il est difficile de poursuivre le projet car tout le reste est inchangé. Il lui semble même peu probable que le projet soit réalisé un jour. Le fait que le projet comprenne un élément trop haut en ce qui concerne les règles du concours pose problème, mais c’est surtout le financement qui reste un mystère.
HS/A4, HBL/24

Politique étrangère et européenne

OCSE

Menaces sur la réunion d’Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que l’assemblée parlementaire de l’OSCE sera organisée à Helsinki du 5 au 9 juillet à l’occasion de la de commémoration du 40e anniversaire de la conférence d’Helsinki.
L’organisation de l’assemblée parlementaire a été décidée bien avant la décision de l’Union européenne concernant les sanctions contre les Russes. Parmi les invités à la réunion il y a des personnes qui se trouvent sur la liste d’interdiction de voyager dans les Etats membres de l’Union, dont le président de la Douma Sergueï Narychkine.
Le ministère finlandais des affaires étrangères ne souhaite pas commenter ce problème et se contente de rappeler que l’étude de cette question est encore en cours. La situation est gênante parce que la politique dérange le travail des fonctionnaires dans la préparation de la réunion.
Le président de l’assemblée générale de l’OSCE, le député Ilkka Kanerva ne veut pas non plus évaluer les possibilités de réussite ou d’échec de la réunion.
Le Ministère finlandais des Affaires étrangères ne croit pas que la Russie essaiera de tester la situation en envoyant à la frontière des invités sans savoir s’ils peuvent entrer en Finlande.
La Finlande pourrait invoquer le fait que M. Narychkine a pu participer exceptionnellement à des évènements de l’OSCE et de l’UNESCO.
Le ministre des affaires étrangères Timo Soini, qui a participé lundi à une réunion ministérielle à Luxembourg, n’a pas voulu répondre aux questions du quotidien. La semaine dernière il a souligné que la question n’était pas à l’agenda de la réunion ministérielle.
HS

Cour européenne des droits de l’homme

La Finlande a été condamnée pour atteinte à la liberté de la presse
Selon Helsingin Sanomat, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Finlande pour atteinte à la liberté de la presse, parce qu’un journaliste avait été condamné pour diffamation.
En 2002, le magazine Seura avait critiqué ardemment le programme MOT de la TV1 d’Yle dans un article. Le journaliste de Seura avait aussi traité le journaliste de MOT de menteur sur internet.
L’Etat finlandais devra dédommager le journaliste de Seura et Otavamedia, éditeur du magazine, de plus de 30 000 euros.
HS

Construction navale

Meyer Turku attend une nouvelle commande de TUI Cruises
Turun Sanomat relève que le chantier naval de Meyer Turku est en train de construire deux bateaux de croisière pour l’armateur TUI Cruises, Men Schiff 5 et Mein Schiff 6.
Meyer Turku et TUI Cruises sont en train de négocier sur une nouvelle commande de deux bateaux. « Nous attendons des nouvelles dans les semaines à venir », a déclaré hier Jan Meyer, directeur général du chantier naval.
TS/11

Aide au développement

Kepa va supprimer 25 à 35 emplois
L’organisation qui regroupe les ONG finlandaises pour l’aide au développement, KEPA, a commencé un plan social touchant l’ensemble de son personnel, soit 80 personnes (dont 28 travaillent dans les pays en développement) et dont l’objectif est de supprimer 25 à 35 emplois.
Ce plan social est motivé par le fait que les aides publiques au développement vont diminuer de 30 à 40%.
Dem
Politique intérieure

Gouvernement

Taxe sur les véhicules
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a annoncé mardi son projet de baisser la taxe sur les voitures. La taxe serait baissée en quatre phases : début 2016, 2017, 2018 et 2019. Selon le ministère des finances, la baisse serait, d’ici 2019, d’environ mille euros au total pour une voiture qui coûte 32 000 euros maintenant. La taxe sera plus avantageuse pour les voitures économiques en termes de consommation.
HS

France

Jeux Olympiques

Candidature de Paris aux Jeux de 2024
Turun Sanomat relève que Paris a présenté mardi sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024.
TS/21

France - Finlande

Littérature

Modiano
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du livre de Patrick Modiano, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, traduit en finnois par Lotta Toivanen et publié par WSOY.
HS

Mardi 23 juin 2015

France – Finlande

Guggenheim Helsinki

Une agence française remporte le concours d’architecture du musée Guggenheim Helsinki
L’Agence Moreau Kusunoki Architectes a remporté, mardi 23 juin, le concours d’architecture de la fondation Solomon R. Guggenheim pour un musée Guggenheim à Helsinki. Plus de 1700 projets avaient été soumis et six finalistes avaient été retenus.

Présidé par le professeur d’architecture Mark Wigley et composé de membres sélectionnés par la fondation Guggenheim, les autorités finlandaises, la ville d’Helsinki et l’association des architectes de Finlande, le jury a choisi le projet de l’agence parisienne Moreau Kusunoki.

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos du Premier ministre, M. Sipilä
M. Sipilä estime qu’il faut que la Grèce s’engage aux réformes structurelles de l’économie exigées par l’UE et le FMI. Sinon, la Grèce ne pourra pas obtenir la dernière partie du paquet d’aide. M. Sipilä souligne que la position finlandaise restera inchangée : « Nous attendons de la Grèce les mesures sur lesquelles on s’est mis d’accord. »
M. Sipilä constate que les négociations se poursuivront jeudi et vendredi, au conseil européen. Pour lui, aucune entente ne se dessine à l’horizon, même si le délai arrive à échéance mardi prochain. « Il semble que nous sommes encore loin d’un accord. Il faudrait se concentrer sur le fait que la Grèce arrive à compléter les mesures prévues. Ensuite, on pourra envisager autre chose. »
Le comité interministériel des affaires européennes, présidé par M. Sipilä, a annoncé, hier, que la Finlande accepterait seulement des mesures d’aide supplémentaires qui n’impliqueront pas une augmentation des responsabilités finlandaises dans la crise de l’euro. La Finlande est réservée en ce qui concerne l’allègement éventuel des conditions du paquet actuel. Elle considère comme indispensable la participation du FMI.
Aamulehti fait état des participations finlandaises à l’aide grecque. La Finlande a accordé un prêt direct bilatéral d’un milliard d’euros à la Grèce. Elle a donné des garanties de 7 milliards d’euros par le Fonds européen de stabilité financière, dont la part de la Grèce est de 3 milliards d’euros. Le risque pris à travers le FMI et la BCE s’élève à 3 milliards d’euros. De plus, la Finlande a accordé des capitaux de 1,44 milliard d’euros au MES.
M. Kangasharju, économiste de la banque Nordea, estime que la Finlande ne récupèrera pas l’ensemble des sommes investies. Difficiles à estimer, les pertes pourraient s’élever entre 1 et 4 milliards d’euros, selon lui.
www.hs.fi, AL/A4

Méditerranée

L’UE a lancé l’opération navale contre le trafic d’être humain
Helsingin Sanomat rapporte que l’Union européenne a lancé lundi son opération contre les trafiquants qui opèrent en méditerranée.
Selon le ministre des affaires étrangères Timo Soini, « l’opération n’a pas eu le mandat de l’ONU parce que la Libye a été contre. Cela pose des problèmes mais les premiers pas ont été pris ».
La Finlande n’a pas encore décidé comment participer à l’opération. Selon M. Soini, la Finlande pourrait envoyer des spécialistes de la surveillance en mer. « Le problème est que nous n’avons pas de bateau qui convienne à une telle opération. Une opération commune par exemple avec l’Allemagne pourrait être envisagée », selon M. Soini. La Finlande doit d’abord consulter le Parlement.
M. Soini souligne l’importance d’intervenir dans les causes des afflux de réfugiés. « Une conférence UE-Afrique sera organisée à l’automne. Il sera possible d’évoquer les problèmes avec les pays africains », selon M. Soini.
HS/A20

Main-d’œuvre étranger

Nombre record de Thaïlandais en Finlande cet été
Selon Helsingin Sanomat, un nombre record de Thaïlandais est attendu cet été en Finlande pour ramasser des baies dans les forêts. 3 500 visas ont été délivrés pour les ramasseurs et 300 pour les assistants (cuisiniers, chauffeurs, etc.), contre 3 300 en été 2014.
Les premiers Thaïlandais sont arrivés dans les forêts finlandaises il y a dix ans. Pour la première fois, un accord a été noué entre les entreprises finlandaises et le ministère de l’emploi et de l’économie pour protéger les droits des ramasseurs.
HS/A8

Economie – entreprises

Bois-papier
Stora Enso ferme une usine de carton ondulé en Inde. L’usine emploie 350 personnes.
Le groupe forestier UPM a fermé définitivement une machine à papier à son usine de Chapelle Darblay en France. 187 emplois disparaîtront.
HS/A27

Entreprises étrangères en Finlande
Helsingin Sanomat relève que les entreprises étrangères installées en Finlande emploient peu de monde.
Selon l’Institut national d’études statistiques, il y a peu d’entreprises sous possession étrangères en Finlande. Ces entreprises emploient moins de personnes que les entreprises finlandaises à l’étranger, qui donnent du travail à 530 000 personnes.
Parmi les personnels industriels en Finlande, moins de 20 % travaillent pour un groupe étranger. Concernant le secteur du commerce, 16 % des personnels travaillent pour un groupe étranger.
Les groupes étrangers représentent 15 % des activités de R&D de l’ensemble des entreprises en Finlande.
HS/A28

Politique intérieure

Gouvernement

Litige au sein du gouvernement sur les demandeurs d’asile
Keskisuomalainen rapporte que le ministre des affaires étrangères Timo Soini et le ministre de l’intérieur Petteri Orpo ne sont pas d’accord sur les transferts de demandeurs d’asile au niveau européen.
M. Soini souligne que le programme gouvernemental est très clair à ce sujet : les transferts des demandeurs d’asile doivent être volontaires.
M. Orpo se défend en soulignant qu’il a agi entièrement suivant les orientations du programme gouvernemental et de la Grande commission du Parlement. La semaine dernière, M. Orpo a estimé que la majorité des Etats membres de l’UE soutenait la proposition de la Commission européenne à l’instauration des « quotas » pour la répartition des demandeurs d’asile.
Le parlementaire Jussi Halla-aho qui représente les Vrais Finlandais au Parlement européen, estime qu’il est très peu vraisemblable que la majorité des pays membres de l’UE acceptent les quotas proposés par la Commission. Il accuse M. Orpo d’avoir outrepassé son mandat.
KS/8

Campagnes électorales

Le financement des campagnes électorales a été publié
Helsingin Sanomat relève que les députés élus aux élections législatives et leurs suppléants ont dû publier le financement des campagnes électorales au plus tard hier.
Le parti du rassemblement national a fiancé l’intégralité de la campagne de son président Alexander Stubb, au total 60 000 euros. Le PSD a financé la plupart de la campagne de son président Antti Rinne, 54 000 euros sur un total de 77 000 euros.
La campagne la plus chère, 130 000 euros, a été celle de Carl Haglund, président du Parti suédois. Le parti a payé environ 44 000 euros, les entreprises 22 000 euros, les personnes privées 28 800 euros et les autres 33 000 euros. M. Haglund a payé 1 000 euros.
Le parti du centre n’a pas financé la campagne de son président Juha Sipilä.
Les investisseurs, comme Björn Wahlroos et Chaim Zabludowicz, ont accordé 6 000 euros à leurs candidats favoris, comme à Carl Haglund (Wahlroos) ou à Pentti Salolainen et Kimmo Sasi (Zabludowicz).
HS/A9

Transports en commun

Tram de Tampere
Le groupe de construction YIT et le groupe de planning et consultant Pöyry ont été choisis ensemble avec le constructeur de rails VR Track pour réaliser les infrastructures de tram à Tampere. Le coût du projet est évalué à 250 millions d’euros. Si le projet est réalisé, le tram serait terminé en deux phases, en 2019 et 2023.
HS/A28

Lundi 22 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Politique d’immigration

La Finlande veut diminuer son quotas de réfugiés
La Finlande compte diminuer son quota d’accueil de réfugiés, actuellement d’un peu plus de mille personnes, et consacrer l’argent économisé aux dépenses concernant les transferts de demandeurs d’asile au niveau européen.
Selon les sources d’Yle, le gouvernement compte diminuer le quota de réfugiés à 750, son niveau d’avant la crise syrienne, même si le programme gouvernemental prévoit de maintenir le quota à son niveau de ces dernières années.
Le gouvernement prévoit le nombre de réfugiés et demandeurs d‘asile à mille. En deux ans, la Finlande devrait accueillir 800 demandeurs d’asile au titre de transferts européens. En outre, l’UE proposerait environ 300 réfugiés à la Finlande qui les inclurait dans son quota de 750.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, relève que la majorité des Etats membres ont soutenu la proposition de la Commission européenne de partager la charge avec la Grèce et l’Italie en répartissant une partie des demandeurs d’asile entre eux. La Finlande a adopté la position de la majorité, même si elle a été opposée aux transferts. M. Orpo relève que la Finlande souhaite pouvoir influencer sur la question en participant aux préparations. Selon lui, il sera essentiel de s’assurer qu’il s’agit d’une opération temporaire.
www.yle.fi

Tourisme

De moins en moins de touristes russes
La crise économique se fait sentir sur le budget des Russes qui sont moins nombreux à venir en vacances en Finlande.
Alors qu’en 2013, le consulat de Finlande à Saint-Pétersbourg a reçu 1,3 million de demandes de visas, en 2014 ce chiffre était tombé à 910 000. Depuis le début de l’année, il a encore diminué de 40% : seulement 279 000 demandes de visas ont été déposées.
On enregistre aussi une diminution de 26% des passages de frontières par rapport à l’année dernière.
HS

OSCE

Aila Paloniemi à la présidence de la délégation parlementaire finlandaise
La députée centriste Aila Paloniemi a été choisie pour présider la délégation parlementaire finlandaise auprès de l’OSCE.
Les autres membres de la délégation sont les députés Ilkka Kanerva (Rassemblement national), Krista Kiuru (PSD), Kimmo Kivelä et Pirkko Mattila (Vrais Finlandais) et Markku Rossi (Centre).
KS

Politique intérieure

Politique

Sondage : Le PSD au plus bas
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, le centre est toujours le premier parti du pays avec 21%.
Il est suivi par le parti du Rassemblement national 18,5% qui aurait dépassé les Vrais Finlandais, 18%.
Le PSD enregistre sont plus mauvais score, soit 14,8%.
Les Verts sont crédités de 10%, ce qui constitue leur meilleure audience depuis 2012.
HS

Gouvernement

Les Finlandais favorables à une limitation de l’accès aux crèches
80% des Finlandais sont favorables à une limitation de l’accès aux crèches pour les enfants dont au moins un des parents est au chômage ou garde de jeunes enfants à domicile.
Le gouvernement envisage de limiter l’accès aux crèches pour les enfants dont au moins un des parents est au chômage ou garde de jeunes enfants à domicile ainsi que d’augmenter les tarifs des crèches.
HS

Parlement

La proposition d’interdire les contrats zéro heure bientôt au Parlement
L’initiative populaire qui vise à interdire les contrats de travail à zéro heure a récolté près de 60 000 signatures et sera donc déposée bientôt au parlement.
Il y a actuellement 83 000 personnes qui ont un tel contrat en Finlande.
HS

Jeudi 18 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Interview du Président Niinistö
Turun Sanomat publie une interview du Président Sauli Niinistö qui porte essentiellement sur sa récente visite à Moscou. Tout de suite après son voyage, il a eu une communication téléphonique avec la chancelière fédérale allemande, Mme Merkel, et aussi avec le président ukrainien, M. Porochenko.
M. Niinistö voit un peu de progrès. « Je pense que M. Poutine a été en tout un peu plus constructif qu’avant. »
« Le président Poutine a annoncé que toutes les conditions du traité de Minsk étaient bonnes pour eux. Il a annoncé qu’il les soutenait fortement. Il a naturellement dit la même chose déjà avant. »
« M. Poutine a souligné fortement les conditions juridiques : il faut une constitution, une amnistie pour ceux qui ont participé aux actes de guerre, et il faut organiser les élections locales. M. Porochenko a souligné, quant à lui, qu’il y avait tous les jours des Ukrainiens qui décèdent. Il faut un cessez-le-feu, il faut retirer les armes, il faut des casques bleus. Si une partie ne fait rien quand il y a des tirs et si l’autre ne fait rien sans le cadre juridique rien ne se passe. C’est un cercle vicieux. »
Quant aux relations fenno-russes, à la question de savoir si M. Poutine a été plus franc qu’avant sur la relation de la Finlande avec l’OTAN, M. Niinistö répond : « Je ne pense pas. On ne lui a pas posé de questions sur une adhésion de la Finlande à l’OTAN. On lui a posé des questions sur l’armement dans la région baltique et les soucis des Finlandais. Il a dû penser aux soucis des Finlandais quant il a répondu qu’il serait plus sûr de rester neutre. A une question sur une éventuelle adhésion finlandaise il aurait répondu comme avant : selon les Russes c’est non, mais cela revient aux Finlandais de décider », estime M. Niinistö.
« M. Poutine a clairement dit que selon lui, l’Ukraine ne devrait pas adhérer à l’OTAN. L’Ukraine est certainement très importante pour la Russie. On ne peut pas la comparer avec la Finlande. »
TS/6

Grèce

Déclarations de M. Sipilä
A une semaine du conseil européen, le Premier ministre finlandais estime que « la Grèce doit s’engager à tenir ses promesses. Tout le monde est fatigué par cette lenteur et il faudra bien décider à un moment donné si la Grèce en est ou pas ».
En Finlande aussi on fait des études sur un éventuel défaut de la grèce. La Finlande aurait des avoirs auprès de ce pays autour de 4 milliards d’euros, ainsi que 2 autres milliards par le biais de la BCE.
HS

M. Stubb devant la Grande commission
Selon Hufvudstadsbladet, le ministre des finances Alexander Stubb a estimé, mercredi devant la Grande commission du Parlement, que les partenaires des négociations trouveraient une solution aux problèmes de la Grèce. Après la réunion de la commission, M. Stubb a dit qu’il ne croyait pas à la sortie de l’euro de la Grèce. « Avec mon expérience de vingt ans des négociations au sein de l’Union européenne, je pense qu’on retrouvera une solution à la dernière minute. »
Selon M. Stubb, la Finlande est prête à tout faire pour que la Grèce s’en sorte. La Grèce doit toutefois respecter ses obligations.
HBL/22

Immigration

Les immigrés de la Méditerranée ne causeront pas d’importants coûts supplémentaires
Kauppalehti rapporte que selon les calculs du ministère de l’intérieur, le transfert intérieur des demandeurs d’asile de la Méditerranée ne causerait pas de coûts supplémentaires importants à l’Etat finlandais.
Le ministère de l’intérieur estime qu’environ 800 demandeurs d’asile arriveraient en Finlande pendant deux ans. L’Union européenne compenserait 6 000 euros par personnes, soit 4,8 millions d’euros.
Le gouvernement propose, dans sa deuxième rallonge budgétaire pour cette année, une augmentation de 19,5 millions d’euros dans le budget pour l’accueil des demandeurs d’asile et une augmentation de 0,7 million dans le budget de l’Office national de l’immigration pour qu’il puisse recruter 25 employés pendant cinq mois pour étudier les demandes d’asile.
KL/A7

ONG

Historiens sans frontières
L’ancien ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a organisé un séminaire d’histoire, hier, à l’université d’Helsinki. Le Prix Nobel de la Paix Martti Ahtisaari y a souligné l’importance de l’histoire dans la résolution des conflits.
A l’issue de ce séminaire, une nouvelle ONG a été créée, Historiens sans frontières, qui sera présidée par M. Tuomioja.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Talvivaara
La facture s’élever à un milliard d’euros selon KL
L’annonce de l’Etat d’investir 100 millions d’euros de plus dans la mine de Talvivaara a suscité des débats, hier, au Parlement.
Kauppalehti rapporte que, jusqu’à présent (et avec cet engagement rendu public hier), l’Etat a dépensé 600 millions d’euros pour sauver la mine. Or, on estime que la fermeture de la mine coûterait au moins 300 millions d‘euros.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que si l’argent public a permis de faire repartir le chantier naval de Turku, de telles perspectives ne se profilent pas à l’horizon pour la mine de Talvivaara.
L’ancien ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, estime que le gouvernement a changé de ligne en politique industrielle : le précédent gouvernement avait décidé de ne pas sauver seul d’entreprise si aucun investisseur privé n’était intéressé.
Helsingin Sanomat rapporte que, selon des sources confidentielles, des repreneurs seraient intéressés par la mine de Talvivaara.
HS

Communications

La Finlande se réserve 25% du nouveau câble vers l’Allemagne
L’Etat finlandais a réservé pour ses besoins 25% de la capacité du nouveau câble de communications Sea Lion qui sera posé sous la baltique entre Helsinki et Markgrafenheide en Allemagne.
Avec 78%, l’Etat finlandais est le principal actionnaire de ce projet estimé à 60 – 70 millions d’euros.
Ce câble permettra à la Finlande de disposer de télécommunications avec le reste de l’Europe ne passant pas par la Suède.
HSTS/15

Economie

Prévisions du ministère des Finances
Le ministère des Finances a revu à la baisse ses prévisions de croissance : il estime la croissance à 0,3% cette année (contre 0,5% alors de ses précédentes estimations d‘avril). En 2016, la croissance s’élèverait à 1,4%, comme en 2017.
Le principal frein à la croissance est la faiblesse des exportations.
Le ministère estime que le chômage se maintiendra à un haut niveau, 9,3%, cette année et l’année prochaine.
Le ministère estime que le déficit public sera, cette année encore de 3,2% du PIB, comme en 2014. En revanche, il devrait redescendre à 2,5% en 20126.
HS KL

Vrais Finlandais

Un député pose dans une photo avec des néo-nazis
Demokraatti relève qu’Olli Immonen, député des Vrais Finlandais, a publié hier sur Facebook une photo où il pose avec entre autres des néo-nazis connus, à l’occasion d’un évènement organisé mardi à Porvoo par l’organisation extrémiste Suomen Sisu, dont il est président.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini n’a pas voulu commenter l’affaire qui, selon lui, revient au président du groupe parlementaire de son parti.
Sampo Terho, président du groupe parlementaire, a déclaré à STT, agence de presse finlandaise, que le groupe parlementaire ne pouvait pas se mêler de la vie privée des députés. M. Terho compte toutefois évoquer la question avec M. Immonen.
Dem/6

Mercredi 17 juin 2015

Politique étrangère et européenne

Russie

Visite du Président Niinistö à Moscou
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a rencontré mardi à Moscou son homologue russe. M. Niinistö a évoqué, comme prévu, la situation en Ukraine, tandis que M. Poutine a voulu parler de la coopération économique bilatérale et aussi de la coopération nucléaire avec la Finlande.
Lors d’une conférence de presse commune, M. Niinistö a noté que « la paix ne régnait pas en Europe. Nous devons tous faire un effort pour que l’Ukraine arrive à obtenir la paix et que les tensions entre la Russie et l’Occident diminuent. »
M. Poutine n’a pas commenté la question de l’Ukraine avant que les médias finlandais lui ont posé des questions à ce sujet. Il estime que la seule solution pour résoudre la situation en Ukraine est de suivre le traité de Minsk.
M. Poutine a également commenté la sécurité de la Finlande. Interrogé sur ce qu’il avait à répondre aux Finlandais qui s’inquiètent de l’escalade de l’armement entre la Russie et l’OTAN, il a répondu que « la garantie la plus importante de la sécurité de la Finlande est le statut neutre ». Selon M. Poutine, la non-appartenance à une alliance militaire garantit la sécurité finlandaise parce que la Russie répondra si de nouvelles menaces militaires s’installent dans ses régions limitrophes. Il a noté que, jusqu’à présent, il n’avait pas noté de changements inquiétants. Il a souligné que c’était l’OTAN qui se rapprochait de la Russie et non l’inverse.
Selon le quotidien, les relations entre les deux présidents ont paru sérieuses mais distantes et réservées. Selon les sources finlandaises, il est important pour la Finlande de maintenir un contact direct avec le président Poutine. La Finlande a informé à l’avance tous les pays membres de l’Union européenne de cette visite.
HS/A8-9

La proposition de Poutine sur le nucléaire a surpris les Finlandais
Le Kremlin a annoncé avant la visite que la Russie était intéressée à construire un nouveau réacteur nucléaire dans la centrale de Fortum à Loviisa.
Le Premier ministre Juha Sipilä souligne que les dirigeants de Fortum à qui appartient la centrale de Loviisa n’ont pas été en contact avec lui.
Fortum a annoncé que la situation concernant ses réacteurs de Loviisa n’avait pas changé : leur durée de vie est estimée aller jusqu’à 2027 et 2030. Fortum ne discute actuellement pas avec Rosatom le renouvellement de ses réacteurs.
HS AL

Fortum négocie toujours sur l’hydroélectrique en Russie
Fortum et Gazprom ont de mauvaises relations
Kauppalehti rapporte que Fortum n’est toujours pas arrivé à un accord avec GE, la filiale de Gazprom pour prendre la majorité des parts d’un réseau de centrales hydroélectriques au Nord-Ouest de la Russie. Cet accord conditionne l’entrée de Fortum dans le capital de Fennovoima.
Selon le quotidien économique, les relations de Fortum avec la filiale de Gazprom sont très froides.
KL

OTAN

Un Finlandais au contre stratégique de communications de Riga
La Finlande a décidé d’envoyer en septembre un chercheur du comité de sécurité, M. Antti Sillanpää au centre stratégique de Communications de l’OTAN à Riga en Lettonie.
HS

Immigration

Propos de M. Orpo
Helsingin Sanomat relève que le ministre de l’intérieur Petteri Orpo a participé au conseil de ministres des affaires intérieures de l’Union européenne mardi à Luxembourg. Il ne veut pas deviner ce que l’Italie veut dire avec son « plan B » consistant à donner des documents de voyage aux immigrants arrivés sur ses côtes. « Je pense qu’il s’agit d’une provocation pour attirer l’attention des autres pays membres sur la situation très difficile. »
Selon M. Orpo, il semble que la majorité des pays membres serait favorable à la proposition de la Commission, soit répartir dans les Etats membres 40 000 réfugiés syriens et érythréens. La Finlande souhaite que cela puisse se faire selon le principe du volontariat.
M. Orpo pense que les dirigeants européens s’exprimeront sur la proposition de la Commission au conseil européen de la semaine prochaine.
HS/A28

Point de vue
Dans un billet Kari Huhta, spécialiste des questions de sécurité du Helsingin Sanomat estime que, en diminuant le nombre des réfugiés humanitaires qu’elle va accueillir cette année, la Finlande se place dans le groupe des pays de l’Europe orientale.
Il relève que la Finlande a l’intention de faire passer les 400 demandeurs d’asile que la Commission veut lui attribuer au titre de la répartition du fardeau dû au flux d’immigrants en Méditerranée seront inclus dans le quota de 1050 réfugiés que la Finlande s’est engagée à accueillir auprès du UNHCR. De plus, y seront aussi inclus les 293 réfugiés que la Commission a décidé de répartir entre les Etats. Il ne restera donc plus à la Finlande qu’à accueillir au plus 450 réfugiés auprès du UNHCR.
HS

Afflux de demandeurs d’asile somaliens
Depuis le début de l’année, 446 demandeurs d’asile somaliens sont arrivés en Finlande, soit plus que durant toute l’année dernière et deux fois plus que durant les années 2012 et 2013. Le nombre de demandeurs d’asile somaliens pourrait donc atteindre cette année un millier, chiffre jamais atteint depuis 2008.
Les pouvoirs publics ne s’expliquent pas cet afflux.
HS

Grèce

Propos de M. Sipilä
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Sipilä estime qu’il faut se préparer à l’insolvabilité de la Grèce. « Il est possible que la semaine prochaine, ce sera à prendre ou à laisser. »
Il souligne que la situation est difficile et le calendrier des négociations très serré. Il pense toutefois qu’un accord pourra être conclu en juin. « Il serait toutefois miraculeux que la situation se débloque la semaine prochaine ».
HS/A33 AL

Politique intérieure

Gouvernement

Déclarations de M. Sipilä sur le pacte social
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Juha Sipilä compte lancer les négociations sur le pacte social avec les partenaires sociaux dès cette semaine. « Je rencontrerais ou parlerais au téléphone avec les représentants des partenaires sociaux sur le processus et le contenu du pacte social. Un modèle qui aura des chances d’être accepté sera travaillé pendant cet été », selon M. Sipilä.
Durant l’été le gouvernement et les partenaires sociaux doivent définir les objectifs du futur pacte social. Les partenaires sociaux décideront ensuite d’ici la fin de l’été de leur participation à des négociations suivant ces objectifs. Les mesures concrètes du pacte social seraient ensuite inscrites dans les prochaines conventions salariales à partir de l’automne 2016.
Selon Aamulehti le principe d’une augmentation du temps de travail pourrait être décidé dès cet été, mais il serait ensuite traduit dans les conventions salariales, par branche, plus tard.
« Si on part du principe que le temps de travail est immuable, on ne pourra pas s’en sortir. Quand la compétitivité augmente, il y a aussi plus de travail », a dit M. Sipilä.
Suomenmaa relève que les discours sur l’augmentation du temps de travail ont été critiqués et que certains considèrent que cela pourrait même augmenter le chômage ; Le gouvernement semble au contraire convaincu de l’idée que la modération salariale et l’augmentation du temps de travail vont rendre les produits et la main d’oeuvre en Finlande meilleurs marchés ce qui devrait augmenter leur demande.
M. Sipilä souligne aussi que le gouvernement n’entend pas revenir sur les économies annoncées. De même les économies sur les allocations chômage, de 200 millions d’euros, seront mises en œuvre. « On va discuter à trois avec les partenaires sociaux de la manière de les réaliser. Nous ne pouvons pas transiger sur les coupes budgétaires », a-t-il dit. Selon Suomenmaa, M. Sipilä espère qu’un accord sur le sujet pourra être obtenu d’ici mi-octobre.
M. Sipilä a aussi écarté toute modification de la fiscalité et notamment toute augmentation de la fiscalité sur le patrimoine.
HS/A15 AL SM

Nomination de Mme Lehtomäki
Turun Sanomat relève que Paula Lehtomäki, ancienne députée et ministre centriste, sera nommée secrétaire d’Etat du Premier ministre Sipilä à partir du 1er juillet.
Le secrétaire d’Etat du Premier ministre préside les réunions des secrétaires d’Etat et des secrétaires généraux des autres ministères.
TS/15

Parlement

Initiative populaire contre la fermeture des maternités
Le projet d’initiative populaire pour empêcher la fermeture des petites maternités a récolté plus de 66 000 signatures et sera donc déposé au Parlement. Il vise à modifier la législation pour permettre le maintien des petites maternités, même en l’absence de garde chirurgicale.
HS

Economie

Le gouvernement s’apprête à investir 100 millions d‘euros de plus dans Talvivaara
Dans sa rallonge budgétaire, le gouvernement va annoncer des dépenses de plus de 100 millions d’euros dans la mine de Talvivaara. Précédemment, le gouvernement y a investi 97 millions d’euros.
HS

Regain des investissements
Le patronat estime que l’on sent actuellement un regain des investissements qui devraient atteindre 4,2 milliards d’euros cette année contre seulement 3,3 milliards en 2014 et 3,1 en 2013.
HS

Selon Danske Bank, la Finlande sort de la récession
Danske Bank prévoit une croissance de 0,5% en 2015.
HS

La Poste ferme la plupart de ses bureaux de poste
La poste finlandaise a annoncé que durant les trois prochaines années 77 de ses 98 bureaux de poste vont fermer. Les services de la poste seront disponibles dans de nombreux commerces ; actuellement il y en a 1400.
HS

Metro

Helsinki interrompt à nouveau le projet d’automatisation du métro
La régie des transports HKL a finalement décidé de ne pas relancer le projet d’automatisation du métro. Ce projet n’est toutefois pas enterré.
HS

France - Finlande

Théâtre

Les liaisons dangereuses à Suomenlinna
Le théâtre Ryhmäteatteri propose cet été au théâtre en plein air de Suomenlinna une pièce inspirée des liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.
Helsingin Sanomat et Aamulehti publient de bonnes critiques de cette pièce mise en scène par Juha Kukkonen.
HS AL

Mardi 16 juin 2015

Politique intérieure

Accord salarial

L’accord salarial garantit la paix sociale
Selon Helsingin Sanomat, les administrations des partenaires sociaux ont tous approuvé lundi l’accord salarial qui constitue la prolongation d’une année de l’accord de l’emploi et de la croissance noué pour trois ans en 2013. Les cotisations de l’assurance-chômage des salariés et des employeurs augmenteront de 0,5 %.
L’accord concerne 1,8 million de Finlandais, soit plus de 90 % des salariés.
L’accord salarial noué lundi est un peu plus avantageux pour ceux qui ont des petits salaires, parce que les salaires augmenteront de 16 euros par mois ou au minimum par 0,43 %. Ceux qui gagnent moins de 3 720 euros par mois auront 16 euros de plus et ceux qui gagnent plus de 3 720 euros auront une augmentation de 0,43 %. Par exemple quelqu’un qui travaille à mi-temps et gagne 1 500 euros par mois touchera donc 16 euros ce qui représente plus de 1 % du salaire.
Si le gouvernement met en œuvre les changements fiscaux prévus, le pouvoir d’achat de tous les salariés resterait inchangé. « Les salaires et les prix seraient au même niveau que cette année. L’économie nationale ne sera donc pas relancée par le pouvoir d’achat », note Teemu Lehtinen, directeur général de l’association des salariés.
« Cet accord améliore la situation de ceux qui ont des petits ou moyens salaires », souligne Lauri Lyly, président de la grande centrale syndicale SAK.
« L’accord coûte cher aux communes », estime Markku Jalonen, directeur du patronat des communes.
Le directeur général de la confédération du patronat et de l’industrie EK, Jyri Häkämies, souligne que l’accord ne résout pas le problème de la compétitivité de la Finlande. « Nous avons besoin de modes d’action plus flexibles dans les entreprises pour améliorer notre compétitivité. »
Antti Palola, président de la STTK, est satisfait de l’accord qui « crée plus de stabilité et de prévisibilité dans le marché du travail et soutient la croissance économique et l’emploi ».
HS/A6-7

Propos de MM. Sipilä et Stubb
Suomenmaa relève que le Premier ministre Juha Sipilä est satisfait de l’accord salarial qui est, selon lui, « suffisamment modéré ». Il estime que les Finlandais comprennent la nécessité des décisions difficiles.
Le ministre des finances Alexander Stubb souligne qu’il ne faut pas spéculer sur les futures décisions fiscales. Il estime toutefois que l’accord est un pas dans la bonne direction. M. Stubb rappelle que le calendrier du pacte social est clair : « La proposition du gouvernement sera faite d’ici fin juillet et l’accord au plus tard le 20 août ».
SM/6, AL/A13

Editoriaux
« Un premier pas » KL
« Un petit pas en avant » AL
« Les syndicats ont fait preuve de responsabilité » SM
« Le gouvernement a reçu le message escompté des syndicats » KS
« L’accord salarial stabilise la Finlande » HS
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que l’accord salarial modéré montre que les salariés comprennent la gravité de la situation économique. L’éditorialiste note que deux syndicats SAKistes ont voté contre l’accord, les syndicats des marins et des transports qui sont tous deux très importants du point de vue de l’industrie exportatrice. L’importance de l’accord est qu’il garantit la paix sociale pour plus d’un an, au moins jusqu’à la fin 2016. La prochaine étape est le pacte social esquissé par le Premier ministre Juha Sipilä. « La naissance d’un tel pacte n’est toutefois aucunement garantie », conclut l’éditorialiste.
Kauppalehti estime que l’annonce du gouvernement de reporter d’un an les coupes dans les allocations-chômage était certainement nécessaire pour que l’accord salarial soit conclu.
Aamulehti considère que l’accord salarial est suffisamment modéré. Selon le quotidien, dans les négociations sur le pacte social de M. Sipilä, le principal est l’objectif de réduction des coûts du travail, pas le calendrier.
Le quotidien du Centre Suomenmaa souligne l’importance du futur pacte social : il signifiera pour les Finlandais 2,5 milliards d’euros car s’il était rejeté le gouvernement supprimera un milliard d’euros d’allègements fiscaux prévus et mettra en place les économies supplémentaires de 1,5 milliards d’euros annoncées.
Pour Keskisuomalainen, « les syndicats étaient accusés d’empêcher la Finlande de retrouver le chemin de la croissance ; avec cet accord, ils signifient au gouvernement que tout le monde est dans le même bateau et que le rétablissement de l’économie est l’affaire de tous ».
HS SM KS AL KL

Gouvernement

Le programme gouvernemental provoque des tensions chez les centristes
Helsingin Sanomat rapporte qu’à l’intérieur du parti du Premier ministre, le programme gouvernemental suscite des critiques. En effet, les économies prévues vont toucher surtout les bas salaires. C’est pourquoi les centristes attendent la conclusion d’un pacte socail qui permettrait au gouvernement de réaliser les allégements fiscaux prévus d’un milliard et donc de faire preuve de justice sociale.
HS

Manifestation contre les économies dans l’enseignement
Helsingin Sanomat rapporte que la manifestation organisée hier à Helsinki pour protester contre les économies que le gouvernement projette dans l’enseignement, n’a réuni que moins de 2 000 personnes, au lieu de 10 000 inscrites sur Facebook.
Les manifestants ont demandé que le gouvernement retire au moins une partie des économies projetées dans l’enseignement.
HS/A12

Economie

Faiblesse de l’économie finlandaise
L’institut des statistiques annonce que, après une rétractation du PIB de 0,1% au premier le premier semestre, le mois d’avril a été marqué par un recul de 1,2% par rapport à avril 2014.
Sur les quatre premiers mois, le chiffre d‘affaires de l’industrie a été inférieur de 3% à la même période en 2014. HS

Etla : Les exportations ne reprendront pas sans des mesures drastiques
Dans une interview donnée à Kauppalehti, hier, le directeur du centre de recherche du patronat, Etla, M. Vesa Vihriälä regrette que la compétitivité coûts de la Finlande soit toujours mauvaise. Si la baisse du prix des hydrocarbures a relancé l’économie européenne, la Finlande n’en a pas profité. En effet, cette baisse s’accompagne d’un affaiblissement de l’économie russe qui touche la Finlande. De même la baisse de l’euro n’a pas profité à la Finlande en raison de la dépréciation de la couronne suédoise et du rouble. De plus, les décisions d’économies prives par le précédent gouvernement vont diminuer les dépenses de l’Etat de deux milliards cette année.
Dans un billet publié dans KL, M. Vihriälä écrit que « le seul moyen de renforcer les exportations et les investissements dans l’industrie est d’améliorer la compétitivité couts ». Il fait remarquer qu’une dévaluation permettrait de diminuer rapidement les coûts de production par rapport aux produits étrangers. Dans une union monétaire, un autre moyen serait la dévaluation fiscale : diminuer les charges sur le travail et augmenter la TVA, mais il faudrait que cela soit des modifications fiscales très importantes pour avoir un effet. Un moyen plus direct est de diminuer le niveau des salaires. Mais dans tous ces cas, il y a le problème de la diminution du pouvoir d’achat.
C’est pourquoi il défend la solution prônée dans le pacte social : augmenter le temps de travail sans augmentation des salaires.
Le principal problème de cette solution est que les syndicats y sont opposés, relève M. Vihriälä qui conclut qu’en cas d’échec il faudra, outre les économies envisagées par le gouvernement, se résoudre à la solution de la dévaluation fiscale.
KL

Construction navale

Grande commande pour le chantier de Turku
L’armateur Carnival a commandé au chantier Meyer quatre navires de croisières dont deux seront construits au chantier de Tuku et devront être livrés en 2019 et 2020. Le coût d’une unité est évalué à 800 – 900 millions d’euros, selon HS.
Ce sont des navires d’une capacité chacun de 6 600 passagers. Ils fonctionneront au LNG.
Meyer remercie l’agence Finvera qui a permis la conclusion de ce contrat. Selon HS, Finvera garantit plus d’un milliard d’euros.
HS

Data center

Sonera annonce la construction d’un centre de données à Helsinki
Le téléopérateur Sonera a annoncé son projet de construire un centre de données à Helsinki. C’est un investissement de 130 à 150 millions d’euros.
HS

Metro

Helsinki n’abandonne pas le projet d’automatisation
La régie des transports HKL a décidé de proposer de relancer le projet d’automatisation du métro. Il s’agit d’un projet de 250 millions d’euros qui viserait à rendre automatique le métro d’ici 2020.
Seules les nouvelles rames M300 (commandées à l’espagnol CAF) pourraient être maintenues.
HS

Politique étrangère et européenne

Russie

M. Sauli Niinistö à Moscou
Le Président finlandais rencontre aujourd’hui à Moscou le Président russe Vladimir Poutine. Les entretiens porteront sur la crise en Ukraine, les relations bilatérales et les relations UE-Russie.
Les deux présidents se sont rencontrés en août dernier à Sotchi.
Yle rapporte que, hier, dans un communiqué le Kremlin a annoncé que la Russie était intéressée à participer au remplacement des réacteurs de Loviisa. On attend toujours l’annonce par Fortum d’un éventuel projet de mander d’autorisation de principe pour construire un nouveau réacteur à Loviisa.
HS Yle

Débat de Kultaranta

Un débat électrisé par les propos de M. Koudrine
L’ancien ministre des Finances russe Alexeï Koudrine a déclaré, hier, dans le séminaire de politique internationale organisé à la résidence d’été du président finlandais que « la Russie exigeait des assurances que l’OTAN n’allait pas se propager au voisinage de la Russie ».
Le président finlandais Sauli Niinistö a alors interpelé son hôte : « J’espère que j’ai mal compris si je pense qu’il s’agirait-là d’une condition à la paix en Ukraine ». M. Koudrine a répondu qu’il n’y avait pas de lien direct, mais que « des garanties du non-élargissement de l’OTAN calmeraient la Russie et rendraient donc plus faciles la recherche d’une solution en Ukraine ».
M. Niinistö souligne que, pour la Russie, l’élargissement de l’OTAN était une question très importante. « On l’a bien entendu dans le discours de M. Koudrine qui n’a fait que reprendre la position russe ».
M. Koudrine a déclaré qu’il ne faisait qu’exprimer son propre avis. Il a aussi déclaré que, pour la Russie, tout élargissement de l’OTAN signifiait une modification dans le rapport de force entre les arsenaux militaires russes et occidentaux. « Quand la frontière bouge, le rapport de force bouge et cela se traduit aussi sur l’armement », a-t-il dit. Arrêter l’élargissement de l’OTAN diminuerait les tensions en Europe, selon lui. Il estime que, dans l’opinion publique en Europe, on surévalue la menace russe.
La directrice de l’institut finlandais des affaires internationales (UPI), Mme Tiilikainen s’est déclarée étonnée par le fait que M. Koudrine était si proche de la ligne de M. Poutine.
HS

Déclarations de M. Jussi Niinistö
Le ministre de la défense, qui a participé au séminaire de Kultaranta, a déclaré : « La Finlande doit faire en sorte qu’elle conserve une marge de manœuvre pour ses choix de défense. Il est important que nos décisions sur une adhésion à l’OTAN ne soient pas influencés par l’extérieur ».
L’ancien ministre de la défense Carl Haglund a déclaré qu’il n’était pas possible que l’OTAN donne des garanties de non élargissement.
Le président de la commission des affaires étrangères du parlement Antti Kaikkonen (Centre) a déclaré qu’il « pensait que la question de l’adhésion à l’OTAN était entre les mains de la Finlande ».
TS

Déclarations de M. Soini
Le Ministre des Affaires étrangères, qui a participé au séminaire de Kultaranta, estime qu’il n’y a pas de solution rapide à la crise en Ukraine. Il existe, selon lui, le risque que cela se transforme en conflit gelé, d’autant plus que la situation économique de l’Ukraine est précaire.
Aujourd’hui, M. Soini poursuivra ses entretiens avec M. Strobe Talbott, ancien sous-secrétaire d’Etat américain.
TS KS

Editoriaux
« La crise en Ukraine nous mène vers la guerre froide » AL
« M. Niinistö a réagi rapidement » HS
Aamulehti estime que la crise en Ukraine ne cesse de renforcer l’opposition entre l’occident et la Russie.
Helsingin Sanomat se félicite de la réaction du président de la République qui a interpelé M. Koudrine qui demandait des garanties d’un non-élargissement de l’OTAN.
HS AL

France

Aéronautique

Salon du Bourget
Helsingin Sanomat et Yle présentent le salon aéronautique du Bourget qui a ouvert ses portes hier.
HS Yle

France - Finlande

Défense

M. Jussi Niinistö en France, au Salon du Bourget
Le gouvernement finlandais annonce que le ministre finlandais de la Défense, Jussi Niinistö se rend aujourd’hui et demain au salon du Bourget où il rencontrera notamment son homologue Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense.
vn.fi

Danse

« Les Français ont brillé à Kuopio » Dem
Demokraatti Sanomat encense le spectacle Boxe Boxe de Mourad Merzouki qui était l’attraction principale du festival de Kuopio.
HS

Manuel Legris à Tampere
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du galla du ballet de vienne de Manuel Legris qui s’est produit à Tampere.
HS

Exposition

Lartigue à Turku
Turun Sanomat encense l’exposition Riviera de Jacques-Henri Lartigue, actuellement au musée des arts de la ville.
TS

Belle comme le jour
Turun Sanomat présente l’installation vidéo Belle comme le jour de Dominique Gonzalez-Foerster et Tristan Bera, visible à Pimiö jusqu’au 20 septembre.
TS

Lundi 15 juin 2015

Politique intérieure

Négociations salariales

Les partenaires sociaux ont trouvé une entente
Selon Yle, les partenaires sociaux ont trouvé cette nuit une entente sur les augmentations salariales. L’accord concerne 1,8 millions de salariés finlandais.
Les salaires augmenteront de 16 euros par mois ou au minimum de 0,43 %. L’accord nécessite encore l’approbation des grandes centrales syndicales et du patronat.
Le Premier ministre Juha Sipilä s’est félicité de l’accord. « C’est un nouveau pas pour la Finlande. Le prochain sera le pacte social. »
La confédération du patronat et de l’industrie EK a été le premier à annoncer qu’elle approuve l’accord. La grande centrale syndicale SAK a également approuvé l’accord, ainsi qu’Akava et le patronat des communes.
Le ministre des finances Alexander Stubb estime que l’accord est un pas dans la bonne direction.
Yle

Gouvernement

Deux professeurs critiquent le gouvernement
Helsingin Sanomat relève que deux professeurs en droit constitutionnel, Tuomas Ojanen (université d’Helsinki) et Juha Lavapuro (université de Tampere), critiquent le gouvernement de négliger les effets des économies sur les droits fondamentaux et de l’homme.
Les professeurs estiment que les coupes budgétaires détériorent encore la position des personnes défavorisées.
M. Lavapuro rappelle que « le comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe a estimé récemment que le niveau minimum de l’assistance sociale était trop bas en Finlande. Si elle est encore détériorée nous aurons des problèmes juridiques pour respecter la charte sociale européenne. Cela concerne aussi le statut des retraités pauvres. »
HS/lun/A13

Une manifestation contre les économies dans l’enseignement
Helsingin Sanomat rapporte qu’une grande manifestation sera organisée lundi à Helsinki pour protester contre les économies que le gouvernement projette dans l’enseignement. Plus de 10 000 personnes se sont inscrites sur Facebook à cette manifestation, initiative de deux lycéens.
Le gouvernement compte faire des économies de 681 millions d’euros dans l’enseignement, les sciences et la culture.
HS/lun/A8

Sondage

Les Finlandais contre la prolongation du temps de travail, la diminution de la protection chômage, les demandeurs d’asile et l’augmentation de l’APD
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage d’opinion effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup.
43 % des personnes interrogées sont favorables à la prolongation du temps de travail de 2 heures par semaine. 50 % s’y opposent et 7 % ne répondent pas.
43 % sont pour et 48 % contre une diminution de la durée de la protection contre le chômage.
Quant au transfert des demandeurs d’asile des pays méditerranéens, souhaité par la Commission européenne, 31 % y sont favorables, 60 % sont contre et 9 % ne répondent pas. 76 % des vrais Finlandais s’y opposent.
22 % souhaitent augmenter l’aide au développement à 0,7 % du PNB et 65 % s’y opposent. Parmi les Vrais Finlandais, 92 % s’y opposent.
Le sondage a été effectué entre le 29 mai et le 4 juin auprès de 1 014 Finlandais.
HS/sam/A7

Politique étrangère et européenne

Débat de Kultaranta

Débat sur la Russie
Le président Sauli Niinistö organise, pour la troisième année consécutive, un séminaire de politique étrangère dans sa résidence d’été les 14 et 15 juin ; le lendemain, mardi 16 juin, il se rendra à Moscou rencontrer le président Poutine.
Pour la première fois il y aura des présentations d‘hôtes étrangers : l’ancien sous-secrétaire d’Etat américain Strobe Talbott, l’ancien ministre des Finances russes Alekseï Koudrine, et le président de la conférence sur la sécurité de Munich Wolfgang Ischinger.
Il y aura cette année trois thèmes : la Russie, le renseignement et la démocratie occidentale.
Hier, M. Niinistö a parlé du rôle du renseignement, soulignant que si un Etat n’avait pas la capacité à faire du renseignement, il n’avait pas aussi la capacité à s’en protéger.
M. Niinistö a commenté les informations concernant le renforcement de l’armement des pays de l’OTAN en Europe orientale. Il a souligné que, « l’OTAN renforçant sa présence, la Russie en fera de même. « La Finlande n’est pas membre de l’OTAN, pas plus que la Russie. Pour nous il est clair que si l’on renforce l’armement dans notre voisinage, cela n’a rien de bon ».
« Bien sûr la situation en Ukraine a été un choc pour tout le monde en Europe. Mais il n’y a aucune raison pour les Finlandais d’avoir particulièrement peur ».
M. Talbott a déclaré qu’il fallait répondre à la force par la force à la Russie. Selon lui, l’OTAN et les Etats-Unis veulent augmenter le prix que la Russie devra payer pour ses actions en Ukraine et en Crimée. Le fait de placer de l’armement en Europe orientale est « un témoignage de solidarité ».
Les agissements de la Russie en Ukraine ont des effets militaires et il faut le montrer aux Russes : « La Russie a ses bottes dans ce pays et nous aussi. Mais les bottes ne suffisent pas, on a aussi besoin d’armement lourd ».
Le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Kanerva estime au contraire que seuls le dialogue politique et la diplomatie permettront de résoudre le conflit.
HS AL TS

Défense

La Finlande et la Suède préparent le renforcement de leur coopération
La coopération de défense avec la Suède a été au menu de la réunion du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité, sous la direction du Président, vendredi. Le sujet sera étudié cette semaine dans la commission de la défense du parlement.
« Les discussions sur la coopération en période de paix sont avancées. On discute maintenant de la coopération en période de crise », rapporte M. Sami Nurmi du ministère de la défense. Les ministères des deux pays discutent de cette coopération depuis 2009.
M. Nurmi souligne que l’on ne cherche pas à créer une alliance militaire et que le prochain livre blanc de la Suède sur la défense consacrera un chapitre à la Finlande.
Il faut modifier la législation pour permettre une coopération opérative entre les pays dans ce domaine. C’est le sujet d’une étude dont est chargée la directrice des affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères Päivi Kaukoranta.
« Nous avons une législation sur la participation à la gestion militaire de crise. Nous avons besoin d’une moi qui nous permet de participer à d’autre coopération internationale « dans le domaine militaire, relève Mme Kaukoranta.
HS

Gestion de crise : La Finlande continue dans la Finul
Lors de la réunion du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité, vendredi, il a été décidé que la Fin lande poursuivait sa participation dans la Finul. Le comité a aussi décidé d’avoir une réflexion en septembre sur les effets de la diminution des ressources dans la participation de la Finlande aux opérations extérieures. Il faudra décider à quelles opérations la Finlande participe à l’avenir « puisque l’on va devoir diminuer les dépenses de gestion de crise », a dit le Ministre Jussi Niinistö.
On débat en effet actuellement de savoir ce que la formulation du programme gouvernemental (qui fixe la participation annuelle de la Finlande à au plus 90 soldats) signifie.
Le comité a décidé vendredi que la Finlande poursuivait sa participation à la Minusma au Mali. En revanche, elle arrêtera de participer à l’opération au libérai.
HS

Immigration

La Finlande ne souhaite pas recevoir plus de réfugiés
Même si les demandeurs d’asile que la Commission européenne souhaiterait répartir dans les Etats membres n’ont pas le statut de réfugiés, la Finlande souhaite que, si elle en accueille, ils soient comptabilisés dans le quota des réfugiés que la Finlande s’est engagée à accueillir auprès du UNHCR.
Le directeur de l’ONG Pakolaisapu (Aide aux réfugiés) se déclare déçu par cette position du gouvernement.
Le ministre de l’Intérieur Petteri Orpo déclare que la Finlande s’oppose à ce que les Etats membres soient contraints d’accueillir des demandeurs d’asile. Il pense que cela ne devrait se faire que selon le principe du volontariat. « Mais il semble qu’il y aura une majorité qualifiée pour que l’on applique la règle de l’état d’urgence », dit-il.
La grande commission du Parlement a validé cette position.
Selon M. Orpo, la Finlande pourrait être contrainte d’accueillir environ 800 demandeurs d’asile sur deux ans. Les premiers arriveraient à la fin de l’année prochaine.
Le comité interministériel de politique européenne a décidé, vendredi, que le nombre maximum des réfugiés et demandeurs d’asile ne dépasserait pas le niveau de ces dernières années, soit 750 à 1050 personnes par an. En pratique cela veut dire que l’accueil de demandeurs d’asile se fera au détriment du nombre de réfugiés.
M. Orpo estime en effet que le nombre de réfugiés pourrait être ramené de 1050 (ces deux dernières années) à 750 (niveau précédent) pour faire face aux demandeurs s’asile.
La Commission demande aussi que la Finlande accueille 293 réfugiés au titre de la répartition du fardeau entre pays européens. Ces réfugiés seraient compris dans le quota actuel de la Finlande, selon le gouvernement.
Cela signifie donc que, durant les deux prochaines années, la Finlande accueillera moins de réfugiés des régions de crise.
Les députés du PSD de la Grande commission ont déposés une position divergente.
Les représentants des ONG Kepa et Suomalaisapu ont exprimé leur opposition aux projets du gouvernement.
HS AL

Justice

Jugement de l’affaire du China Center de Kouvola
La cour d’appel d’Helsinki a commencé à juger l’affaire du China Center de Kouvola. Le directeur de ce Centre, M. Wang Jiazhu demande à l’Etat finlandais plus de 4,4 millions pour avoir fermer ce centre chinois nordique en 2009.
Ouvert en 2007, ce centre devait être une vitrine des produits chinois dans les pays nordiques. Il a été fermé car les pouvoirs publics le soupçonnaient de servir à l’immigration illicite.
HS

France - Finlande

Danse

Boxe Boxe à Kuopio
Helsingin Sanomat encense le spectacle Boxe Boxe de Mourad Merzouki qui était l’attraction principale du festival de Kuopio.
HS

Exposition

Lartigue à Turku
Helsingin Sanomat présente l’exposition Riviera de Jacques-Henri Lartigue, actuellement à Turku.
HS

Littérature

Rencontre de Lahti
Helsingin >Sanomat rend compte de la présence aux rencontres internationales d’écrivains de Lahti de la poète française Aurélia Lassaque.
HS

France

Politique

Editorial : « Les Français vont choisir le candidat qu’ils jettent le moins » HS
Helsingin Sanomat estime que, selon les sondages, les Français auront à choisir en 2017 entre des candidats qui se distinguent par un faible niveau de popularité.
HS

Justice

Dominique Strauss-Kahn relaxé
Les médias rapportent le jugement concernant l’ancien président du FMI.
HS AL TS

Vendredi 12 juin 2015

Politique intérieure

Gouvernement

M. Sipilä : D’abord on fait les réformes, ensuite on évaluera leurs effets
Le Premier ministre a répondu aux professeurs d’université qui l’ont interpellé sur les effets de son programme sur l’égalité entre les sexes.
Il refuse de lancer une étude a priori sur les effets des réformes prévues. Selon lui, il faut d’abord arriver à réaliser ces mesures. L’étude de leurs effets viendra après.
HS

M. Soini a répondu aux députés
Selon M. Soini on peut revoir la fiscalité sur le patrimoine
En l’absence du Premier ministre, c’est M. Soini, vice-premier ministre, qui a répondu aux députés, hier, au parlement. Soumis à la pression des députés de l’opposition pour promettre un recul du gouvernement sur les économies, M. Soini a déclaré que les partis de la coalition étaient engagés dans le programme gouvernemental. Il a toutefois précisé que les cadrages budgétaires de l’automne seraient l’occasion de revoir la fiscalité si les partis de la coalition y sont tous prêts.
SM

Publication du patrimoine des élus
M. Sipilä n’a pas de dettes, M. Stubb un important emprunt immobilier
Aamulehti rapporte que les membres du gouvernement ont publié leur patrimoine. M. Sipilä annonce un important patrimoine immobilier et en produits financiers ; l’année dernière, il a reçu 75 000 euros en revenus du patrimoine.
Le ministre des Finances annonce pour sa part un emprunt immobilier de 680 000 euros.
AL

Les concessionnaires attendent les décisions du gouvernement
Le marché des véhicules neufs est actuellement en attente des promesses du gouvernement concernant une diminution de 200 millions d’euros sur la taxe sur l’achat des véhicules.
HS

Nucléaire

Le site de Posiva menacé par la prochaine ère glaciaire
Selon une étude de l’université de Turku, le site d’enfouissage des déchets nucléaires de Posiva à Onkalo pourrait être menacé en cas de nouvelle ère glaciaire.
On estime que ces ères reviennent par cycle et que la prochaine pourrait enfouir le Sud de la Finlande sous une couche de glace dans 100 000 ans.
TS

Fennovoima n’a pas bouclé son actionnariat
Voimaosakeyhtiö SF qui doit disposer de 66% de Fennovoima (Rosatom ayant 34%) n’a bouclé que 55% de ses parts.
Fennovoima doit déposer la demande de permis de construire d’ici la fin du mois. Le gouvernement avait demandé à ce que l’actionnariat domestique ou européen représente au moins 60% du capital.
HS

Economie

MTV supprime près de cent postes
La chaîne de télévision privée MTV a annoncé à l’issue de son plan social la suppression de cent postes dont 28 journalistes travaillant dans les informations.
HS

Menaces sur le transport maritime
Viking Line envisage de faire passer ses navires sous pavillon suédois.
HS

Politique étrangère et européenne

Budget

La Finlande va éviter la procédure pour déficit excessifs
Selon le Ministre des Finances, M. Stubb, la Commission considère que les éléments remis par le gouvernement finlandais sur les mesures prévues pour rétablir les finances publiques sont suffisants. « La Commisison a décidé de ne pas enclencher la procédure pour déficits excessifs contre la Finlande », a dit M. Stubb.
« Il est important de mettre en œuvre les mesures prévues dans le programme gouvernemental afin que l’on puisse montrer à l’automne que la situation va s’améliorer comme prévu ».
« La Commission estime que les mesures du gouvernement sont suffisantes. Cette étude se base sur le programme gouvernemental ».
HS

Grèce

Selon M. Sipilä ce que propose la Grèce n’a pas bien fonctionné
Le premier ministre finlandais s’est entretenu à Bruxelles avec son homologue Alexis Tsipras. « Les mesures que propose la Grèce pour rétablir les finances publiques n’ont pas donné de bons résultats », estime M. Sipilä.
« Il n’y a rien de très surprenant ou nouveau. L’inquiétude concerne le fait que si l’on arrive à un accord, on peut se demander si cela ne fait pas que reporter le problème à plus tard ».
SM

Editorial : « De bonnes finances publiques constituent le meilleur ami des pauvres » SM
Le journal du centre estime que « l’exemple de la Grèce montre à quel point les plus pauvres souffrent si l’on est contraint de rétablir les finances publiques lorsque l’on est au bord du gouffre ». C’est pourquoi il faut prendre au sérieux les analyses du ministère des Finances et ne pas se bercer d’espoir comme l’a fait le précédent gouvernement finlandais », conclut l’éditorialiste.
SM

Royaume-Uni

Déclarations de M. Sipilä
Le Premier ministre finlandais a aussi rencontré son homologue britannique David Cameron à Bruxelles. Selon M. Sipilä, la Finlande soutient de nombreux objectifs du Royaume-Uni comme l’approfondissement du marché intérieur ou la déréglementation. Selon M. Sipilä, on ne peut toutefois pas accepter de modification des traités.
SM

Russie

Le Président Niinistö à Moscou
Le Président Sauli Niinistö se rendra mardi prochain à Moscou pour rencontrer le président Poutine. Les discussions porteront notamment sur la crise en Ukraine. M. Niinistö s’est récemment entretenu aussi bien avec le Président ukrainien Porochenko qu’avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon. « On réfléchit à un rôle de l’ONU en soutien à l’OSCE », a dit le Président.
« J’ai parlé de ce voyage avec les dirigeants européens. Je ne suis toutefois pas porteur d’un message. Je ne fixe pas de grands objectifs à mon voyage, mais on verra si on arrive à quelque chose ».
« Il ne semble pas qu’il y ait un seul point de l’accord de Minsk vers la paix qui ait été complètement réalisé. Le cessez-le-feu a été amplement violé ».
Concernant les sanctions, « l’UE a eu une ligne très unie. Je pense que cela a étonnamment bien tenu ».
TS

Défense

L’armée de l’air cherche à remplacer ses chasseurs
Selon M. Niinistö, un chasseur russe n’est pas envisageable
Le groupe de travail présidé par Lauri Puranen a rendu ses conclusions au ministre de la Défense Jussi Niinistö.
Il propose le remplacement des chasseurs F-18 Hornet par de nouveaux appareils multifonctions.
Le groupe ne dit toutefois pas combien d’appareils il faudrait acquérir pour remplacer les 62 chasseurs actuels.
Le ministère évalue le coût de l’acquisition à 6 à 10 milliards d’euros.
La presse rapporte que les candidats potentiels seraient le F35 de Lokheed Martin, le Super Hornet de Boeing, le Jas Grippen de Saab, le Typhoon d’Eurofighter ou le Rafale de Dassault.
AL

Sécurité

Etude sur les double-nationaux
Le groupe de travail chargé de réfléchir à la question de la double-nationalité dans la fonction publique a rendu son rapport.
Actuellement, la loi prévoit que dans la fonction publique d’Etat, il faut être Finlandais pour accéder à certains postes, comme secrétaire d’Etat, directeur général, juge, policier ou fonctionnaire aux ministères de la défense ou des affaires étrangères. Cela concerne 29 000 postes sur 74 000 dans la fonction publique d’Etat. On ne mentionne toutefois pas de restriction pour les binationaux.
On estime qu’il y a actuellement 63 000 binationaux, dont environ un tiers de Russes.
Le groupe de travail propose de limiter l’accès à certains postes aux binationaux. Il faudrait évaluer cela lors de la nomination.
HS

Climat

Explications sur le discours de M. Soini
Helsingin Sanomat écrit que le discours prononcé par le nouveau ministre des Affaires étrangères à Bruxelles, où il a parlé en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique et sur l’importance de la place des femmes sur ce sujet, a étonné plus d’un Finlandais. En effet, en Finlande M. Soini est plutôt connu comme un pourfendeur des Verts et pas comme un défenseur de l’égalité des sexes.
HS relève que le discours avait été préparé par les services du ministère, ce qui en explique la teneur.
HS

Tourisme

Augmentation des nuités des Chinois
Les nuités des chinois en Finlande ont augmenté de 490% en avril grâce au projet Stopover Finland.
HS

France - Finlande

Danse

Manuel Legris à Tampere
Le directeur français du Ballet de Vienne Manuel Legris donne une interview à Aamulehti à l’occasion de la représentation du Ballet national de Vienne à Tampere le 14 juin.
AL

Musique

Richard Clayderman à Lahti
Le pianiste français Richard Clayderman se produira à Lahti le 3 octobre.
HS

France

Société

Les enseignants manifestent
Le correspondant de Turun Sanomat et Aamulehti, Patrick Le Louarn présente les manifestations des enseignants contre la réforme du collège.
AL TS

Jeudi 11 juin 2015

Politique intérieure

Gouvernement

Manifestations contre les économies dans les crèches
Helsingin Sanomat rapporte qu’une grande manifestation a été organisée mercredi à Helsinki pour protester contre les économies que le gouvernement projette dans les crèches. Les manifestants, qui étaient plus d’un mille, se sont inquiétés surtout de l’augmentation du nombre d’enfants par groupe.
Des manifestations, sous le titre « Deux mains seulement », ont été organisées simultanément dans plusieurs villes finlandaises.
Les organisateurs estiment que les groupes trop grands ont un effet négatif sur le niveau de stress, la capacité d’apprentissage et le développement des compétences sociales des enfants. « La qualité de l’éducation de la petite enfance peut avoir des conséquences d’une grande portée », selon Anni-Maija Blomqvist, puéricultrice.
Selon Keskisuomalainen, Nina Sajaniemi, directrice des études de la puériculture à l’université d’Helsinki, estime que le harcèlement entre les enfants peut augmenter si le nombre d’enfants par groupe augmente. Elle souligne que les enfants on besoin des adultes pour traiter le stress.
Selon le projet du gouvernement, le nombre d’enfants serait augmenté de 7 à 8 par puériculteur dans les groupes d‘enfants de plus de 3 ans.
HS, KS

146 employés seront licenciés du Centre de ressources naturelles
Helsingin Sanomat relève que les négociations de concertation au Centre national de ressources naturelles Luke se sont terminées mardi. Au maximum 146 employés seront licenciés, pour la plupart dans l’administration. Au total, 210 postes seront supprimés. De plus, des postes de travail à durée déterminée ne seront plus renouvelés.
Tout le personnel, environ 1 700 personnes, sera mis en congé technique à l’automne prochain pour deux semaines au maximum.
Le budget du centre doit être diminué de 15 millions d’euros entre 2014 et 2016.
HS, KS

Critiques des professeurs contre le programme gouvernemental : ce sont les femmes qui paient la note
Helsingin Sanomat rapporte que 85 professeurs d’université et directeurs de recherches ont signé une lettre au Premier ministre pour l’accuser d’avoir oublié toute ambition en matière d’égalité entre les sexes. « Les femmes et les secteurs à fort emploi féminin vont payer une part disproportionnée, en matière économique et humaine, des mesures d’ajustement prévues », écrivent-ils.
En effet, selon eux, les mesures prévues vont surtout touchées les femmes, qui représentent 79% de l’emploi des collectivités territoriales ou sont plus concernées par les CDD.
Ils demandent donc au gouvernement d’évaluer les effets de ses mesures sur les hommes, les femmes et l’égalité.
HS

Les universités ne veulent pas dépendre des dons
Helsingin Sanomat rapporte que les universitaires sont très inquiets après les annonces d’économies les concernant puis les propositions du patronat de verser une partie de leurs salaires à des œuvres de leurs choix. Or, les universités craignent que ces dons entraînent un désengagement supplémentaire de la puissance publique. Elles font aussi remarquer que ces dons ont tendance à se concentrer dans certaines universités au détriment des autres.
HS

Editorial : Il y a trop d’universités en Finlande
Kauppalehti estime qu’il faudrait réformer le réseau des universités en Finlande. Selon le quotidien économique, on compte 2,4 universités pour un million d’habitants contre 1,5 au Danemark ou 0,8 aux Pays-Bas.
KL

Social

La STTK veut des augmentations salariales
La confédération des employés STTK a annoncé qu’elle ne se satisferait pas d’un accord salarial fixant 0% d’augmentation pour l’année prochaine. La STTK souhaite des augmentations de salaires ainsi qu’une augmentation des cotisations chômage.
La confédération a aussi fait réaliser un sondage selon lequel les Finlandais sont plutôt favorable à une modération salariale pour 3 à 4 années qu’à une augmentation du temps de travail.
« Nous comprenons très bien la situation économique et qu’il faut faire preuve de modération, mais nous voulons aussi des augmentations de salaires pour maintenir la demande intérieure », a dit M. Palola.
Si un acord est trouvé, la STTK est prête à commencer les négociations sur le pacte social. M. Palola estime toutefois que l’échéance fixée par le gouvernement au 21 aôut est très dure.
M. Sipilä a précisé qu’il tenait à son calendrier. Selon lui, cela signifie qu’il faut prendre une décision de principe avant l’automne mais que les négociations sur le contenu du pacte se feraient l’année prochaine.
HS KS

Economie

Prévisions de la Banque de Finlande
Le pacte social relancerait la croissance en 2018-2019
Selon la banque de Finlande, la croissance sera de 0,2% cette année, de 1,2% en 2016 et de 1,3% en 2017. C’est pourquoi le gouverneur de la Banque de Finlande enjoint le gouvernement à agir vite. « On a besoin de décisions et de mesures rapides », a dit M. Liikanen.
Si le pacte social est conclu, la croissance pourrait monter à 2,5% en 2018 et 2,9% en 2019.
Si le pacte social n’est pas conclu, la croissance demeurerait à 1,5 en 2018 et 1,4% en 2019.
Le professeur d’économie Markus Jäntti critique ces prévisions : selon lui, la banque de Finlande a minimisé l’effet des coupes aux transferts sociaux sur la croissance alors que l’effet du pacte social est au contraire exagéré.
HS

Editorial : De nouvelles économies seraient un poison pour la croissance
L’éditorialiste relève que la Banque de Finlande a calculé qu’un échec du pacte social, et donc l’entrée en vigueur des économies supplémentaires prévues dans ce cas dans le programme gouvernemental, auraient un effet délétère sur la croissance à partir de 2017. L’éditorialiste relève donc que la Banque de Finlande souligne que la seule modération salariale ne suffira pas ; il faut aussi d’autres mesures pour diminuer les coûts horaires de travail.
HS

Tabac

La Finlande va réglementer l’usage des cigarettes électroniques
Le ministère de la Santé prépare actuellement une loi qui limitera l’usage des cigarettes électriques dans les lieux publics.
HS

Politique étrangère et européenne

M. Stubb pas candidat à la tête de l’Eurogroupe

Le Ministre des Finances, M. Stubb, qui a reçu hier à Helsinki ses homologues espagnol M. Guindos et néerlandais M. Dijsselbloem a déclaré qu’il n’était pas candidat à la présidence de l’eurogroupe et que la Finlande n’avait pas encore choisi pour qui elle voterait.
Il a aussi discuté avec chacun d’entre eux de la Grèce.
M. Stubb a dit que la balle était dans le camp de la Grèce.
HS

M. Sipilä à Bruxelles

Le Premier ministre Juha Sipilä était hier à Bruxelles à l’occasion du sommet UE – Amérique latine. Lors d’une conférence de presse, il a déclaré qu’il y avait une contradiction entre les discours et les actes des Finlandais : la Finlande exige des réformes en Grèce même si l’année dernière le PIB a reculé de deux points en Finlande alors que la Grèce était en croissance économique.
« Nous faisons pression sur la Grèce pour qu’elle mette rapidement en place des réformes selon le calendrier que nous lui imposons, mais chez nous il y a une forte résistance qui souhaite que nous reportions les décisions. Il semble que l’on ne soit pas conscient de ce que la situation exige », a sermonné M. Sipilä à Bruxelles. « Cela remet en perspective le fait pour certains de bomber le torse », remarque-t-il. M. Sipilä a déclaré qu’il allait être assis à côté de son homologue grec lors du dîner.
M. Sipilä va aussi rencontrer son homologue britannique David Cameron. Il déclare que les positions britanniques et finlandaises sont similaires, par exemple sur l’économie ou la déréglementation. M. Sipilä ne pense toutefois pas que l’UE va modifier ses traités à cause des Britanniques.
Yle

Analyse
Helsingin Sanomat écrit que même si l’on s’est plus intéressé aux premiers pas de M. Soini sur la scène européenne, en Finlande aussi c’est le Premier ministre qui dicte la ligne européenne du pays.
Helsingin Sanomat relève que, jusque, selon les déclarations précédentes, on peut résumer ainsi les positions de M. Sipilä : « les sanctions contre la Russie sont indispensables mais on a aussi besoin de diplomatie ; la Finlande fait partie intégrante de l’occident ; il n’y a pas lieu d‘adhérer à l’OTAN, mais il faut se garder des marges de manouvres ». « La coopération avec la Suède et l’Estonie sera importante en politique étrangère mais en politique européenne elle fonctionne mal et, dans ce domaine, le principal soutien de la Finlande a toujours été l’Allemagne. Il restera donc à M. Sipilä à conserver de bonnes relations avec Mme Merkel. Le plus difficile pour lui sera les relations extérieures de l’UE en cas de décisions dures à l’égard de la Russie. C’est là que l’on prendra la mesure de la capacité de coopération entre M. Sipilä et le président Niinistö, que l’on considère comme bonne jusqu’à présent », conclut HS.
HS

OTAN

Les centristes toujours opposés à une adhésion à l’OTAN
Keskisuomalainen rapporte que si l’ancien ministre centriste de la Défense Seppo Kääriäinen est satisfait du renforcement de la coopération avec la Suède, il demeure convaincu qu’il n’y a pas de raison d’adhérer à l’OTAN.
Il relève que, s’il peut y avoir quelques députés centristes qui y sont favorables, les électeurs centristes sont à 91% selon les dernières études, opposés à une adhésion de la Finlande à l’OTAN. Selon lui, « c’est une marque du réalisme », des électeurs.
KS

Sondage
Keskisuomalainen rapporte les résultats de l’enquête du Pew Research Center selon lequel les citoyens des pays de l’OTAN ne sont pas favorables à une intervention militaire de leur pays au cas où la Russie attaquerait un de ses voisins. Ils ne souhaitent pas non plus une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN dans la situation actuelle.
KS

Défense

Editorial : Il faut un large soutien pour l’achat de nouveaux chasseurs
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement devra décider d’acheter des navires pour la Marine pour environ un milliard d’euros et préparer le remplacement des chasseurs de l’armée de l’Air pour près de dix milliards d’euros. « Peu de pays peuvent se le permettre dans leur budget de la Défense : en Finlande cette année il se monte à 2,7 milliards d’euros. Il faut donc des décisions séparées pour permettre ces acquisitions. »
HS estime qu’il faudra un large débat pour expliquer ces acquisitions et relève que la décision est in fine politique. De même pour le choix de l’appareil.
L’éditorialiste conclut que la coopération de défense avec la Suède ne dépend pas du choix du Jas Gripen et que, en position de force se trouve le F-35 de Lockheed Martin, même s’il ne faut pas demander leur avis aux dirigeants. Car il faudra une vraie concurrence ».
HS

Opération extérieure : Les Finlandais retardés en Irak
Le départ des instructeurs finlandais pour le Nord de l’Irak a été retardé en raison de problèmes concernant les visas. Alors qu’ils devaient arriver mi mai, les quatre premiers instructeurs ne sont sur place que depuis la semaine dernière.
La Finlande va envoyer au total 50 soldats à Erbil pour cette opération.
HS

Immigration

Propos de M. Orpo
Le nouveau ministre de l’intérieur Petteri Orpo, interviewé au journal télévisé d’Yle, estime qu’il faut étudier les possibilités d’empêcher le retour en Finlande des combattants partis pour la Syrie. Selon M. Orpo, le ministère de l’intérieur connait assez bien les identités de ceux qui sont partis pour la Syrie.
« Je pense que si on sait que la personne a participé à la guerre ou à une activité terroriste il faut bien réfléchir s’ils peuvent retourner en Finlande et quelles sont les mesures à prendre après leur retour », selon le ministre.
Quant aux réfugiés venant de méditerranée, M. Orpo estime que la Finlande devra recevoir des réfugiés, vu que la majorité des pays membres de l’UE semble favorable à la proposition de la Commission européenne. La part de la Finlande serait un peu moins de 800 personnes pendant deux ans. Selon la Commission, il s’agit des ressortissants syriens et érythréens.
Yle

Somalie

Une candidate à la présidentielle qui a habité vingt ans en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que Fadumo Dayib, candidate à l’élection présidentielle en Somalie a habité vingt ans en Finlande. Elle est diplômée de Harvard et prépare une thèse à l’Université d’Helsinki.
HS

Mercredi 10 juin 2015

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement ne proposera pas de carottes aux négociations salariales
M. Stubb estime qu’il ne faut pas reporter les grandes décisions
M. Soini estime que le principal est d’arriver à un pacte social
Selon Turun Sanomat, les partenaires sociaux devraient retrouver une entente sur un prolongement d’un an des conventions salariales. Le gouvernement n’entend toutefois pas proposer de mesurer fiscale pour aider à la conclusion d’un accord qui préserve la modération salariale.
« Je souhaite que le sens des responsabilités l’emporte et que des décisions soient prises », a dit le Premier ministre Juha Sipilä, à Tallinn.
Les dirigeants des centrales syndicales et du patronat n’ont pas commenté mardi la situation des négociations.
Le gouvernement a annoncé lundi qu’il reportait les coupes dans les allocations chômage de 2016 à 2017.
Jan Sundberg, professeur en sciences politiques à l’université d’Helsinki, estime que cette décision est importante pour les syndicats. Il note que le gouvernement Sipilä a été trop optimiste quant au calendrier des négociations.
La SAK et Akava proposent que le gouvernement reporte les négociations sur le pacte social à l’année prochaine.
M. Sipilä n’a pas répondu à cette demande.
Le ministre des finances Alexander Stubb souligne que « la situation économique de la Finlande est très grave en ce moment. Nous n’avons pas les moyens de reporter les grandes décisions, dont le pacte social. »
Le président des Vrais Finlandais M. Soini a déclaré que, selon lui, le principal était que l’on arrive à conclure un pacte social car il permettra de renforcer la compétitivité de l’économie finlandaise. Pour la prolongation des conventions salariales, il espère que patronat et syndicats trouveront un accord. « Le gouvernement n’y a aucun rôle », dit-il.
TS/10

Editorial : « Un agenda social très chargé » HS
L’éditorialiste du quotidien Helsingin Sanomat relève que la décision du gouvernement de reporter les économies dans les allocations chômage a satisfait la plupart des syndicats. Il est bien possible que l’on arrive à un accord sur la prolongation des conventions salariales, estime HS qui relève toutefois que, sur le fond les partenaires sociaux ne sont pas d’accord : le patronat souhaite que l’on décide d’une augmentation des coûts du travail alors que les syndicats souhaitent un accord sur une augmentation du salaire horaire ou mensuel.
Quant au pacte social, le programme gouvernemental prévoit que le gouvernement fera une proposition au plus tard le 30 juillet aux partenaires sociaux qui auront jusqu’au 21 août pour dire s’ils s’engagent à négocier. Les syndicats souhaitent que l’on ne négocie le contenu de ce pacte que l’année prochaine.
En revanche tant le ministre des Finances M. Stubb que celui de l’Economie M. Rehn considèrent qu’il n’y a pas de temps à perdre. HS juge que ces réactions témoignent du peu d’expérience de ces ministres : si le pacte social vise à diminuer le coût du travail horaire, il devra toucher des conventions qui relèvent non pas de confédérations mais de chaque branche. C’est pour cela qu’il est probable que l’on ne puisse s’entendre cet été que sur des principes tout au plus. Les négociations sur le contenu d’un accord social ne pourraient qu’être menées l’année prochaine avec les fédérations syndicales de branche et entreraient en vigueur avec les prochaines conventions collectives à partir de l’automne 2016.
HS

Un tiers des Finlandais considèrent les syndicats comme un frein
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, 36% des Finlandais considèrent que la principale menace pour le pacte social ce sont les syndicats, 22% que c’est le patronat et 16% que c’est le gouvernement.
Ils sont aussi nombreux, soit 36%, à considérer qu’il était bon que M. Sipilä lie le pacte à des menaces d’économies. En revanche 50% estiment que c’était une mauvaise chose de lier le pacte à des menaces d’économies.
HS

Les Finlandais favorables à la hausse de l’impôt sur le tabac
Selon Turun Sanomat, à la lumière d’un sondage récente, 89 % des Finlandais sont favorables à l’augmentation de l’impôt sur le tabac, proposée par le gouvernement. L’augmentation de l’impôt porterait 270 millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Le prix d’un paquet de cigarettes pourrait augmenter de 6 à 8 euros.
Environ 15 % des Finlandais de 15 à 64 ans ont fumé quotidiennement en 2014.
TS/11

Manifestations contre les économies dans les crèches
En réactions aux économies annoncées dans les gardes d’enfants, une manifestation sera organisée aujourd’hui à Helsinki.
HS

Point de vue : « L’augmentation du temps de travail n’améliore pas la productivité » HS
L’économiste de la confédération syndicale SAK Juha Antila, relève que, selon Eurostat et l’OCDE, les Finlandais travaillent en moyenne 37,2 années et 1666 heures par an. Cela fait un temps de travail supérieur à celui des Allemands, des Danois, des néerlandais ou des Norvégiens. En revanche Suédois et Britanniques travaillent plus. Mais avec la réforme des retraites qui va être mise en œuvre le temps de travail sur une carrière est prévu augmenter.
M. Antila souligne que, plus important que le nombre d’heures est ce que l’on fait de ses heures.
De plus, dans la situation actuelle où le chômage est élevé, augmenter la durée du travail augmenterait encore le chômage, ce qui aurait aussi pour effet de réduire la demande intérieure. Cela pourrait aussi réduire la productivité des salariés.
Ce n’est pas l’augmentation mécanique du temps de travail qui va sauver la Finlande. Le saut de productivité proposé par le gouvernement Sipilä sera réalisé en tirant partie du savoir faire et des initiatives des salariés, estime M. Antila.
HS

Economie

Diminution des salaires de grands patrons
Turun Sanomat rapporte que les experts de l’économie ou les Finlandais en général ne montrent pas de compréhension à la diminution des salaires de grands patrons.
Seppo Kari, directeur de recherche de VATT, est très sceptique : « Cela n’a rien à voir avec de véritables solutions aux problèmes de l’économie. »
Le professeur Vesa Kanniainen souligne qu’il y a très peu de riches en Finlande. « Cela ferait en plus diminuer les recette fiscales de l’Etat », souligne-t-il.
Helsingin Sanomat souligne que les responsables syndicaux ont eux aussi critiqué cette mesure annoncée par les grands patrons. Ils estiment qu’il serait préférable de recourir à l’impôt plutôt qu’à des dons auprès d’œuvres caritatives.
Suomenmaa relève que l’annonce des trois grands patrons de verser à de telles œuvres 5% de leurs salaires durant les quatre prochaines années représente 2 millions d’euros.
TS/10

L’institut météorologique licencie 25 personnes
A l’issue de son plan social, l’institut météorologique de Finlande a décidé de licencier 25 personnes.
HS

Politique étrangère et européenne

Finlande - Estonie

M. Sipilä à Tallinn
Keskisuomalainen rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a effectué mardi une visite en Estonie où il a eu un entretien avec le Premier ministre estonien Taavi Rõivas.
MM. Sipilä et Rõivas ont annoncé à Tallinn que leurs politiques à l’égard des quotas de réfugiés proposés par la Commission européenne étaient similaires.
L’Estonie a publié hier sa propre position : le quota proposé par la Commission est trop élevé pour l’Estonie et le transfert des personnes de la Grèce et de l’Italie vers d’autres pays de l’Union doit être basé uniquement sur le volontariat.
La Finlande n’a pas encore exprimé sa position. Selon M. Sipilä, le gouvernement évoquera la question vendredi.
KS/8

M. Soini à Bruxelles

M. Soini déclare que sa réputation est bonne
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini a participé, hier, à Bruxelles à sa première réunion européenne en tant que ministre.
Apparu avec un numéro de Charlie Hebdo qui lui consacre article, il a déclaré que sa réputation en Europe était bonne et qu’il n’agissait, ni en Finlande ni à l’international, aux conditions des autres, mais seulement à ses propres conditions.
A l’issue de sa rencontre avec Mme Mogherini, il a déclaré que la Finlande faisait partie de la communauté de valeurs européenne. Mais je dis pour ma part les sujets qui pourraient être améliorés, et en économie ils ne manquent pas ».
HS

La Grèce tente de convaincre ses créanciers avec un compromis
Keskisuomalainen relève que le ministre des affaires étrangères Timo Soini, en déplacement à Bruxelles, estime que le soutien du mécanisme européen de stabilité à la Grèce n’est pas automatique. « Il faut que l’UE négocie. Au niveau national, les décisions seront étudiées par la Grande commission du Parlement. »
Le quotidien note que les critiques de M. Soini vis-à-vis de la Grèce sont modérées. « L’Union européenne est une communauté basée sur des règles. On perd sa crédibilité si on ne suit pas les règles. »
M. Soini continue à penser que « la politique des paquets d’aide n’a pas bien réussi ». Selon lui, la Finlande doit néanmoins remplir ses engagements en matière de résolution de la crise de l’euro. « La Finlande ne peut pas se comporter comme Syriza qui ne respecte pas les traités signés ».
Les Vrais Finlandais avaient voté contre la création du MES en 2012. « Mais maintenant qu’il existe, il fait partie de la politique de la Finlande et de ses engagements », estime M. Soini.
KS/8

M. Stubb à Berlin

Euro - Grèce
Le ministre des Finances Alexander Stubb a rendu visite, hier, à Berlin, à son homologue Wolfgang Schauble.
Le plus grand pays de la zone euro a demandé à M. Stubb comment la Finlande allait réduire son déficit public, rapporte HS.
« Nous avons regardé ensemble les quatre trains de mesures que la Finlande va prendre pour s’assurer de n’avoir pas à être soumises à la procédure des déficits excessifs », a dit le Ministre finlandais.
« A l’avenir aussi, la Finlande et l’Allemagne vont continuer à être dans le même camps dans l’eurogroupe. Nous avons les mêmes politiques économiques et les mêmes pensées économiques. Nos politiques budgétaires, fiscales et financières sont les mêmes », a assuré M. Stubb.
Concernant la Grèce, M. Stubb a déclaré qu’il « n’y avait pas de plan B. Nous nous en tenons à ce que la Grèce va remplir ses engagements qui permettront de terminer le second plan d’aide. Il n’y a pas lieu d’être optimiste, mais il faut être réaliste ».
Yle rapporte aussi que, selon le Financial Times, M. Stubb pourrait être un candidat de compromis pour succéder à M. Dijsselbloem à la tête de l’Eurogroupe.
Après Berlin, M. Stubb se rend en Autriche pour participer aux rencontres de Bilderberg.
HS Yle

Daech

Témoignage d’un Finlandais
Helsingin Sanomat publie l’interview d’un Finlandais qui a quitté ISIS après avoir fait de la propagande en sa faveur sur les réseaux sociaux.
Il déclare maintenant vouloir aider les Finlandais radicalisés à comprendre que Daesch n’est pas la bonne voie.
Helsingin Sanomat a réalisé cette interview par Skype après avoir obtenu les coordonnées de cette personne par un journaliste de Newsweek qui avait le premier écrit sur le sujet.
HS

Défense

Les lobbyistes attendent l’acquisition de nouveaux chasseurs par la Finlande
A l’occasion du meeting aérien de Turku, Helsingin Sanomat publie une interview de Jonathan Hoyle, ancien responsable des services britanniques du GCHQ et aujourd’hui lobbyiste de Lockheed Martin. Il était pour la troisième fois en un an en Finlande pour faire campagne pour que le F35 soit choisi pour remplacer les F-16 Hornet.
La semaine prochaine il sera à Paris au Salon du Bourget, tout comme le Ministre de la défense finlandais Jussi Niinistö qu’il rencontrera là-bas.
HS

Mardi 9 juin 2015

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement reporte les coupes dans les allocations chômage
Hier matin, avant que les syndicats réunissent leurs organes de décision, le gouvernement a annoncé que la réforme prévue des allocations chômages n’interviendrait pas en 2016 mais était reportée à 2017.
Cette annonce est intervenue avant que les confédérations SAK et Akava ne décide de continuer à négocier la prolongation d’un an des conventions salariales de 2013 qui doit être signée d’ici le 15 juin. Ces conventions concernent deux millions de salariés. En cas d’échec, il faudrait à l’automne négocier dans près de 300 branches, avec des risques de grèves.
HS relève que dans sa nouvelle décision de reporter la réforme des allocations chômages, le gouvernement n’a plus mentionné l’objectif initial qui était d’économiser 200 millions d’euros dès l’année prochaine.
Le gouvernement ne devrait toutefois pas abandonner cet objectif d’économies mais pourrait au moins en partie le faire porter par un autre secteur que l’assurance chômage.
Le gouvernement a aussi souligné qu’il allait préparer cette réforme de l’assurance chômage avec les partenaires sociaux. Il ne parle pas officiellement de prise de décision tripartite, ce qui n’est pas sans irriter les partenaires sociaux, relève HS.
Le président de la confédération des ouvriers SAK, M. Lauri Lyly a déclaré que la décision du gouvernement facilitait les négociations salariales. Il a aussi affirmé qu’il « était prêt à négocier une modernisation de l’assurance chômage mais une coupe de 200 millions d’euros dans les allocations chômage ne réussira pas ». La SAK n’est pas prête à accepter un affaiblissement de la protection chômage.
Lors de la réunion du bureau de la SAK, certains étaient prêts à exiger un abandon de tout objectif d’économies sur l’assurance chômage.
La SAK et Akava exigent aussi que le gouvernement reporte les négociations sur le pacte social à l’année prochaine. Le gouvernement souhaite que d’ici la fin de l’été les partenaires sociaux annoncent un engagement à négocier un pacte social.
« On ne peut négocier de nouvelles conventions collectives que lorsque les actuelles seront à échéance. Les mesures prévues dans la projet de pacte social ne sont prévues que pour des effets dans deux ans », a déclaré M. Lyly. La SAK souhaite aussi que le projet de pacte social prenne en compte des revendications salariales comme la sécurité de l’emploi ou un durcissement des contrats 0 heure, la formation….
HS

Editorial : « Une victoire pour les syndicats » KL
L’éditorialiste du quotidien économique Kauppalehti estime que le report d’un an de la réforme de l’assurance chômage est une victoire des syndicats sur le gouvernement.
KL

Sondage : Les économies dans l’éducation sont les moins populaires
Helsingin Sanomat a demandé dans un sondage aux Finlandais quels secteurs ils épargneraient des économies nécessaires.
C’est l’éducation qui arrive en tête, devant les services sociaux et de santé.
HS

Economie

Les patrons renoncent à une partie de leurs salaires
Helsingin Sanomat rapporte que de grands patrons finlandais comme Matti Alahuhta (président du patronat EK), Reijo Karhinen (patron du secteur financier FK) et Antti Herlin (patron de Kone) invitent les chefs d’entreprise à diminuer leurs salaires ou à en verser une partie à de bonnes œuvres de leur choix. Ils se sont engagés personnellement pendant les quatre prochaines années à diminuer leurs salaires de 5% ou verser cette somme à des œuvres caritatives.
Cette prise de position vise à relancer le pacte social et soutenir le Premier ministre Juha Sipilä.
Le patronat EK a écrit une lettre en ce sen s à ses 16 000 membres.
HS

Excédent de la balance commercial finlandaise
Les exportations étaient en avril supérieures aux importations de 545 millions d’euros. Ce bon résultat est principalement du à une rétractation des importations de 17%, en raison de la baisse de la valeur des hydrocarbures.
HS

Finnvera apporte ses garanties au projet de Äänekoski
Le fonds de garantie de l’Etat, Finnvera va apporter ses garanties à hauteur de 400 millions d’euros au projet d’usine de cellulose de Metsä group à Äänekoski.
HS

Vrais Finlandais

Editoriaux
Helsingin Sanomat estime que, si en Finlande on peut avoir une opinion positive des Vrais Finlandais, ce qui a permis aussi leur entrée au gouvernement, vu de l’étranger ils sont considérés automatiquement comme faisant partie de l’extrême-droite européenne qui protège les racistes. C’est par ses prises de positions et par ces actes que M. Timo Soini pourra modifier ou non cette représentation, conclut HS.
Hufvudstadsbladet consacre aussi un éditorial aux Vrais Finlandais, jugeant qu’en politique intérieure, ils « jouent sur deux tableaux » : alors que M. Soini a promis de défendre les plus pauvres, il participe à un gouvernement qui prévoit six milliards d’économies qui touchent ceux qui sont déjà en difficulté.
HS Hbl

Energie

Editorial : « Le charbon n’a plus beaucoup d’amis » HS
Helsingin Sanomat relève que le parlement norvégien vient de décider que les fonds du pays devaient se désengager des entreprises qui utilisent le charbon.
En Finlande, le gouvernement a prévu dans son programme d’abandonner la production énergétique au charbon durant la prochaine décennie.
HS relève qu’en Finlande il y a aujourd’hui une dizaine de centrales qui utilisent le charbon, principalement à Helsinki. Il revient à la municipalité d’Helsinki de décider soit de rénover ses vieilles centrales à charbon soit de construire une nouvelle centrale utilisant les résidus du bois.
HS

Helsinki

L’exécutif d’Helsinki valide le POS de la boucle ferroviaire
L’exécutif de la municipalité a approuvé le projet de modification de l’urbanisme pour permettre la construction de la future boucle ferroviaire ; Il reviendra au conseil municipal de valider cette décision le 17 juin.
La boucle ferroviaire ne pourra toutefois être construite qu’avec le concours de l’Etat. Or, ce projet n’est pas mentionné dans le programme gouvernemental, relève HS.
HS

Vélib
Helsinki a reçu cinq offres
La régie des transports d’Helsinki a reçu cinq offres pour le projet de vélo urbain.
La ville annoncera son choix en septembre.
HS

Nouveau changement à la tête de Kaapelitehdas
Le directeur du centre des bâtiments culturels de la ville Petri Sirviö, qui était en poste depuis moins d’un an à la tête des centres de Kaapelitehdas et Suvilahti a quitté son poste.
HS

Education

Les lycéens peu intéressés par les livres numériques
Bien que les livres de cours pour les lycéens sont disponibles depuis quelques années aussi sous forme numérique, 90% des lycéens déclarent n’en avoir jamais acheté car ils préfèrent les livres en papier.
HS

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Le président Niinistö s’est entretenu avec M. Porochenko
Le président finlandais a eu hier un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien. Ils ont notamment parlé des violations du cessez-le-feu en Ukraine orientale. Ils soulignent qu’il faut continuer la mise en œuvre des accords de Minsk.
Il ont aussi discuté » du rôle de l’ONU et de l’OSCE dans la résolution de la crise en Ukraine.
HS

Finlande - Suède

Visite du Premier ministre Sipilä à Stockholm
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a effectué lundi une visite à Stockholm où il a rencontré pour la première fois le Premier ministre suédois Stefan Löfven. Il s’agit de la première visite de M. Sipilä à l’étranger après la nomination de son gouvernement.
Les Premier ministres ont évoqué entre autres la situation de la politique de sécurité en mer Baltique. Les positions de M. Sipilä et de son gouvernement sur une éventuelle adhésion à l’OTAN ou les orientations différentes entre les deux pays ont intéressé les médias suédois. « Nous nous sommes mis d’accord, il y a déjà longtemps, de nous tenir informés réciproquement dans ces questions », a déclaré M. Sipilä.
Contrairement à la Suède, la Finlande compte rédiger un rapport sur les effets d’une éventuelle adhésion. La politique à l’égard de l’OTAN du nouveau gouvernement finlandais est plus ouverte que celle du gouvernement suédois.
HS note que le ministre de la défense Jussi Niinistö et le ministre des affaires étrangères Timo Soini ont déjà effectué leurs visites à Stockholm.
Les ministres finlandais et suédois ont évoqué la coopération de défense. Selon M. Löfven, « la situation actuelle de sécurité nous rapproche. Nous prenons au sérieux le développement de notre coopération. »
MM. Sipilä et Löfven ont évoqué aussi les perspectives de croissance et de compétitivité de l’Europe et ont souligné l’importance des échanges commerciaux entre la Finlande et la Suède.
Après sa visite en Suède, M. Sipilä effectuera une visite en Estonie.
Turun Sanomat relève que les Premier ministres ont évoqué aussi la Russie et les sanctions. « La politique de la Finlande est tout à fait claire : nous soutenons entièrement les sanctions de l’Union européenne », a déclaré M. Sipilä.
MM. Sipilä et Löfven estiment que le comportement de la Russie rend encore plus étroite la coopération en matière de défense.
HS/A13, TS/7

Lundi 8 juin 2015

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement cherche des économies dans la défense
Helsingin Sanomat relève que, en dépit des promesses d’augmentation du budget de la défense, les mesures figurant dans le programme gouvernemental pourraient signifier une diminution dans la législature de 70 millions d’euros du budget de fonctionnement de la défense.
Le ministère de la défense se déclare surpris par ces économies : « Nous craignons que les crédits supplémentaires promis vont fondre comme neige au soleil à cause de ces économies. Nous venons de mener une grande restructuration et nous ne pensions pas avoir à nouveau à faire des économies », déclare le directeur général Teemu Penttilä.
En visite à Stockholm, le ministre de la défense Jussi Niinistö a déclaré que les économies étaient sujettes à négociations.
Le président de la commission parlementaire de la défense Ilkka Kanerva estime qu’il n’y aurait pas de sens à ce que, après avoir annoncé une augmentation du budget de la défense, on constate que c’était un poisson d’avril ».
HS

Critiques des professeurs de droit du travail contre le programme gouvernemental
Le professeur de droit du travail Jaana Paanetoja estime que le programme gouvernemental aurait gagné à être revu par des juristes. Elle relève par exemple que le programme gouvernemental prévoit de « renforcer les possibilités de rupture contractuelle des contrats de travail ». Or, fait-elle remarquer, le droit du travail. De même le droit actuel permet à un employeur de recourir très facilement à un contrat à durée déterminée : il suffit d’indiquer que le besoin de main d’œuvre est ponctuel.
Le professeur Matti Mikkola estime que lorsque les propositions du programme gouvernemental devront être traduites dans la législation, elles risquent aussi d’être confrontées au droit international. Le droit européen exige ainsi que le recours à, des CDD consécutifs soit motivé.
HS

Inquiétudes sur les gardes d’enfants
Les associations de protection des enfants et les experts de la petite enfance critiquent le programme gouvernemental qui prévoit que les enfants de classe préparatoire à l’école primaire n’aient plus droit à la crèche municipale. Après leurs quatre heures de cours préparatoire, ils seraient gardés dans des club municipaux payants non régis aux mêmes restrictions que les crèches (en matière de nombre et de formation du personnel encadrant).
HS

Selon le ministère des Finances, l’Etat pourrait augmenter les impôts
Un rapport du ministère des Finances conclut que l’on peut encore durcir la fiscalité en Finlande.
« Si on étudie seulement les recettes fiscales, il apparaît que l’on a encore la marge d’augmenter les taux d’impôts, mais pas forcément de plus de deux points », selon M. Kotamäki.
Cette étude est en contradiction avec la politique du gouvernement qui s’interdit de durcir la fiscalité, écrit HS.
HS

Les syndicats exigent un report du pacte social
« Les syndicats réservés sur le pacte social » KL
Les syndicats estiment que le programme gouvernemental qui prévoit une diminution des allocations chômages en 2016 contrevient aux conventions collectives actuelles conclues en 2013 et dont la prolongation d’un an est actuellement sujette à négociations.
Les syndicats font remarquer qu’ils ont accepté la modération salariale des conventions collectives de 2013 au motif que l’assurance chômage était préservée.
Les syndicats souhaitent que le gouvernement annonce un report de ces mesures.
Le gouvernement souhaiterait toutefois que ces mesures, ainsi que le pacte social, entrent en vigueur le plus rapidement pour rassurer les agences de notation, écrit HS qui précise que, dans l’entourage du gouvernement, il y a des mouvements qui estiment qu’il ne faut faire aucune concession aux salariés.
HS

Plutôt une diminution de la durée que du niveau des allocations chômage
Selon un sondage 55% des Finlandais ont opposés à une diminution du niveau des allocations chômage contre 40% qui y sont favorables.
En revanche, 52% des personnes interrogées sont favorables à une diminution de la durée de versement des allocations contre 43% qui s’y opposent.

Les Finlandais ne veulent pas abandonner les majorations du travail dominical
Selon un sondage, 63% des Finlandais sont opposés à une suppression des majorations du travail dominical ; seulement 23% y sont favorables.
Ce sont les plus jeunes (18-24 ans et 25-34 ans) qui y sont le plus opposés.
AL

Energie
Le gouvernement va devoir décider rapidement sur l’éolien
Le gouvernement a prévu dans son programme d’économies de diminuer de 2 500 à 2 000 mégawatts la puissance jusqu’à laquelle les projets éoliens bénéficie des aides publiques.
Or, en une semaine, le bureau de l’Energie a reçu des demandes de nombre de projets pour près de 1 000 mégawatts.
Or ces demandes doivent être étudiées conformément à la législation en vigueur.
De plus, actuellement, des aides ont été émises pour des projets existants ou validés allant jusqu’à 1 4000 mégawatts.
Si toutes les demandes récemment déposées étaient validées, l’Etat devrait donc verser des aides jusqu’à la puissance prévue actuellement de 2,5 mégawatts.
Le gouvernement doit donc urgemment faire passer la modification de loi.
HS

Le gouvernement laisse la porte ouverte au nucléaire
Aamulehti relève que le programme gouvernemental ne mentionne pas le nucléaire. Cela ne signifie toutefois pas, au contraire, que le gouvernement n’est pas ouvert à étudier des projets de nouvelles centrales.
Fortum déclare attendre de voir le contenu du programme gouvernemental avant d e prendre une décision quant à une éventuelle demande pour remplacer sa centrale de Loviisa.
Quant à TVO, il attend la mise en service de la centrale d’OL3 en 2018, avant d’envisager de reprendre le projet OL4.
AL

Présidence

M. Niinistö s’est installé à Kultaranta pour l’été
Selon Turun Sanomat, le Président Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio sont arrivés samedi à Naantali pour passer l’été à Kultaranta, résidence secondaire des présidents finlandais depuis 1922.
M. Niinistö organisera, pour la troisième fois, un débat sur la politique étrangère et de sécurité à Kultaranta les 14 et 15 juin.
TS/dim/9

Vrais Finlandais

M. Soini comparé à Dracula
Helsingin Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais Timo Soini a été comparé à Dracula. Selon Graham Watson, président des libéraux-démocrates européens ALDE, qui a été invité à participer au congrès du Parti suédois samedi à Pietarsaari, « nommer Timo Soini ministre des affaires étrangères est la même chose que désigner Dracula à la tête d’une banque du sang ».
La secrétaire générale des vrais Finlandais Riikka Slunga-Poutsalo a condamné fermement la comparaison de M. Watson, qu’elle considère comme « une attaque indigne contre la démocratie finlandaise ».
HS/lun/A12

Article de Charlie Hebdo sur les Vrais Finlandais
Yle et Helsingin Sanomat rapportent que Charlie Hebdo consacre, dans son, dernier numéro, un article aux Vrais Finlandais et à leur président Timo Soini.
HS Yle

Alliance verte

M. Niinistö réélu à la tête du parti
Selon Helsingin Sanomat, le congrès de l’Alliance verte a eu lieu vendredi et samedi à Oulu. Ville Niinistö a été réélu à la présidence du parti pour la troisième – et dernière – mandat de deux ans.
Maria Ohisalo et Hanna Halmeenpää, nouvelle députée, ont été élues vice-présidents et Touko Aalto, nouveau député, a été réélu à ce poste.
HS/sam/A15, dim/A19

Parti suédois

M. Haglund continue à la présidence du parti
Helsingin Sanomat rapporte que Carl Haglund a été réélu à l’unanimité à la tête du Parti suédois.
Mikaela Björklund, Christina Dahlbom et Nicke Wulff ont été élus vice-présidents.
HS/lun/A12

Economie

Moody’s a maintenu la note AAA, mais en perspective négative
Helsingin Sanomat relève que Moody’s a maintenu le triple A de l’économie finlandaise mais l’a changé de perspectives stables en perspectives négatives.
Les économistes finlandais ne sont pas unanimes quant à l’état de l’économie actuellement : les uns parlent d’une récession et les autres d’une dépression ou d’une stagnation.
HS/dim/B10

Politique étrangère et européenne

Défense

M. Jussi Niinistö en Suède
Après le Ministre de la Défense M. Jussi Niinistö était en Suède vendredi où il a rencontré son homologue Peter Hultqvist.
Helsingin Sanomat relève que la Finlande n’a pas exclu l’adhésion à l’OTAN alors que le gouvernement suédois y a dit non. « Si la Finlande et la suède décidait un jour d‘adhérer à l’OTAN, il serait naturel que cela se fasse main dans la main. Je ne vais toutefois pas spéculer sur la question car cela ne se profile pas à l’horizon » a dit M. Niinistö.
Les ministres ont discuté en anglais : « Je comprends le suédois mais ne le parle pas trop », a déclaré le Ministre finlandais.
HS

Finlande - Russie

Un couple homosexuel russe a demande l’asile en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte qu’un couple homosexuel russe, Vladimir Naumov et Vasili Kolesnikov, ont demandé l’asile en Finlande en septembre dernier. Ils ont été transférés de Lappeenranta à un centre d’accueil à Rovaniemi il y a un mois où ils attendent la décision des autorités de Migri, agence nationale de l’immigration.
En 2014, Migri a donné 3 700 décisions concernant des demandes d’asile, dont 1 400 positives et environ 2 000 négatives. 300 demandes avaient expiré.
HS/dim/A13

Contrebande des objets d’antiquité en Russie via la Finlande
Selon Turun Sanomat, la contrebande des objets d’antiquité en Russie par l’intermédiaire de la Finlande est un nouveau phénomène pour la Douane finlandaise.
Depuis le début de l’année en cours, quatre cas ont été détectés, dont un concernant un objet supposé être syrien.
TS/sam/16

Russie

Exercice militaire russe près de la Finlande
Keskisuomalainen relève que la Russie a effectué un exercice militaire de débarquement sur l’île de Hogland (Suursaari en finnois), qui appartenait à la Finlande avant la guerre, située dans le golfe de Finlande, 180 km à l’ouest de Saint-Pétersbourg et 35 km au sud des côtes de Finlande.
KS/15

France – Finlande

Exposition

Riviera
Turun Sanomat a publié, vendredi, une élogieuse critique de l’exposition de photographies de Jacques Henri Lartigue au musée de Turku.
TS/ven

Belle comme le jour
Turun Sanomat présente le court métrage de Dominique Gonzalez Foerster et Tristan Bera, actuellement visible au musée de Turku.
TS/sam

Rokokoo
Turun Sanomat et Aamulehti présentent l’exposition « Interprétations nordiques sur le rococo », de la commissaire Laura Gutman, actuellement au musée Sinebrychoff d’Helsinki.
TS AL Kaleva

Bande dessinée

Blast
Kaleva publie une critique du quatrième tome de l’album de Manu Larcenet, publié par WSOY.
Kaleva

Ville Ranta
Kaleva rapporte que Ville Ranta prépare actuellement un roman dessiné pour un éditeur français.
A cette occasion, il publie une nouvelle issue du travail d’écriture de ce roman et intitulée Suurenmoinen voitto (la grande victoire).
Kaleva

Littérature

En finir Eddy Bellegueule
Hufvudstadsbladet publie une interview d’Edouard Louis et une critique de son roman En finir Eddy Bellegueule, publié en suédois.
Hbl

Vendredi 5 juin 2015

Politique intérieure

Parlement

Le nouveau gouvernement a eu la confiance du Parlement
Selon Aamulehti, le nouveau gouvernement de M. Sipilä a obtenu la confiance du Parlement par 114 voix contre 72. Le vote de confiance a eu lieu après le débat sur le programme du gouvernement.
AL/A9

Commissions du Parlement
Aamulehti rapporte que les groupes parlementaires ont nommé leurs candidats pour les postes de présidents des commissions du Parlement :
Grande commission : Anne-Mari Virolainen (Rassemblement national)
Commission des lois constitutionnelles : Annika Lapintie (Alliance des gauches)
Commission des affaires étrangères : Antti Kaikkonen (Centre)
Commission des finances : Timo Kalli (Centre)
Commission du contrôle des comptes : Eero Heinäluoma (PSD)
Commission de l’administration publique : Pirkko Mattila (Vrais Finlandais)
Commission des lois : Kari Tolvanen (Rassemblement national)
Commission des transports et des communications : Ari Jalonen (Vrais Finlandais)
Commission de l’agriculture et de la sylviculture : Jari Leppä / Anne Kalmari (Centre)
Commission de la défense : Ilkka Kanerva (Rassemblement national)
Commission de l’éducation : Tuomo Puumala (Centre)
Commission des affaires sociales et de la santé : Tuula Haatainen (PSD)
Commission de l’économie : Kaj Turunen (Vrais Finlandais)
Commission de l’avenir : Carl Haglund (Parti suédois)
Commission de du travail et de l’égalité : Tarja Filatov (PSD)
Commission de l’environnement : Emma Kari (Alliance verte)

Parti social-démocrate

Le PSD a dû vendre son siège
Helsingin Sanomat rapporte que le Parti social-démocrate, qui a perdu les élections législatives, a dû vendre son siège dans le quartier d’Hakaniemi. En plus, le PSD a dû licencier six employés.
L’aide payée par l’Etat aux partis politiques représentés au Parlement dépend du nombre de députés. Cette aide versé pour le PSD va diminuer d’environ 1,3 million d’euros par an, en raison de la défaite électorale.
HS/A15

Gouvernement

Quatre secrétaires d’Etat politiques au lieu de trois
Keskisuomalainen relève qu’au lieu de trois secrétaires d’Etat politiques, le gouvernement a décidé d’en nomme quatre.
Le secrétaire d’Etat du Premier ministre Juha Sipilä n’a pas encore été nommé. Olli-Pekka Heinonen continue comme secrétaire d’Etat du ministre des finances Alexander Stubb.
Le gouvernement a nommé jeudi Samuli Virtanen au poste de secrétaire d’Etat du ministre des affaires étrangères Timo Soini. Jari Partanen a été nommé secrétaire d’Etat du ministre des transports et des communications Anne Berner.
KS

Le ministère des Transports rejette l’allégation d’une baisse des investissements dans les routes
La Confédération syndicales SAK jugeait que, contrairement à ce que le gouvernement a annoncé il y aurait une diminution des budgets d’investissements pour les routes. Le paquet de 600 millions d’euros annoncé ne masquerait en effet pas le renoncement à un paquet prévu par le précédent gouvernement pour financer le déficit de réparations des routes.
Selon le ministère des Transports, l’investissement de 600 millions d’euros annoncé correspond à une augmentation nette du budget des routes.
HS

Les parents s’inquiètent de l’augmentation du nombre d’enfants dans les groupes des crèches
Selon Helsingin Sanomat, le nouveau gouvernement a l’intention de faire passer de sept à huit le nombre d’enfants par adulte dans les groupes de crèche pour enfants de plus de trois ans. Le nombre d’enfants par groupe (de trois adultes) augmenterait de 21 à 24.
En réalité, le nombre d’enfants augmenterait plus, à une trentaine, parce qu’il y a aurait plus d’enfants gardés à mi-temps, selon le syndicat des puériculteurs.
HS/A11

Les entreprises énergétiques paniquent à cause de la politique éolienne du gouvernement
Kauppalehti rapporte que la décision du gouvernement de baisser le plafond de rachat d’électricité éolienne de 2500 Mégawatts actuellement à 2000 poussent les entreprises qui avaient des projets dans l’éolien en Finlande à les accélérer pour bénéficier de cette mesure.
Actuellement, la production des centrales éoliennes (déjà en place ou approuvées par le gouvernement) correspond à plus de 1300 mégawatts ; les projets en cours correspondent à 1400 mégawatts soit bien au-delà de la capacité qu’il reste pour atteindre le nouveau plafond.
Le juriste Rabbe Sittnikov déclare que de nombreux investisseurs craignent que les millions placés dans leurs projets ne soient menacés. De plus, la réputation de la Finlande en matière de prédictibilité des investissements dans le pays pourrait être engagée.
KL

L’électricité particulièrement bon marché
Kauppalehti rapporte qu’en raison de la bonne situation hydrométrique l’électricité est particulièrement peu chère sur le marché nordique. Même la rentabilité des anciennes centrales nucléaires serait mauvaise.
Actuellement seul l’hydroélectrique est rentable selon M. Jussi Lehto de Keravan energia.
KL

Débat sur le programme gouvernemental

Des réformes pour remettre en marche la Finlande
Dans un texte publié dans le journal du Centre, le premier ministre Juha Sipilä défend son programme gouvernemental. Il insiste sur le fait que la Finlande n’a que deux possibilités : soit elle met en œuvre des réformes, soit ces réformes lui seront imposées. La Finlande risque en effet d’être en procédure de déficits excessifs et de passer sous le contrôle budgétaire de Bruxelles », écrit-il.
Il admet que les économies de 4 milliards prévues pour la législature seront douloureuses pour de nombreux groupes sociaux.
« Les salariés sont ceux qui sont le moins mis à contribution. C’est pourquoi nous proposons un pacte social qui vise à diminuer de 5% le coût du travail », écrit-il.
« Les quatre prochaines années seront difficiles. C’est notre dernière chance de changer le cours des choses. On s’en relèvera. Il faut désormais que les dirigeants s’affirment comme des réformateurs », conclut-il.
SM

Editorial : Il ne faut pas oublier l’essentiel
Le journal du Centre Suomenmaa estime que le principal est d’arriver à faire repartir l’économie finlandaise afin « d’éviter de se trouver sur la voie de la Grèce, dans une situation de soumission et de dépendance ».
« La Finlande était précédemment le meilleur élève de la classe, mais aujourd’hui elle est un élève à problèmes. Il faut réparer la situation ».
SM

M. Kääriäinen a soulevé le problème
Henna Lammi dans Suomenmaa, journal du parti du centre, commente les propos du député centriste Seppo Kääriäinen qui a écrit qu’il faudrait peut-être réétudier les décisions fiscales du nouveau gouvernement.
En effet, dès lors que le gouvernement avait exclu de revoir à la hausse le niveau de la fiscalité, les mesures budgétaires ont mis à contribution les retraités, les étudiants et les chômeurs. Mais si l‘on n’exclut d’utiliser les outils de la fiscalité, les classes aisées en revanche s’en sortent bien, relève-t-elle.
SM

Social

On se prépare déjà à des grèves
La présidente du syndicat des services PAM, Mme Ann Selin estime que la façon atypique du gouvernement d’aborder les négociations, « semble redonner du courage aux syndicats plutôt que de les anesthésier. Tous les éléments de conflits sont réunis ».
Le président du syndicat des transports, M. Piirainen parle lui « d’une déclaration de guerre du gouvernement aux syndicats ».
Les récentes déclarations ont grevé la confiance des syndicalistes dans le fait que le Premier ministre Juha Sipilä souhaiterait vraiment arriver à un accord social. « On ne veut même pas réunir les parties autour d’une négociation mais seulement faire des syndicats les boucs émissaires d’un échec des négociations », selon M. Piirainen.
Mme Selin estime que la menace d’économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros constitue un risque. « On ne sait pas si ces économies ne seront pas mises en œuvre même si l’on arrive à un accord. Le gouvernement ne semble pas tenir aux engagements passés.
KS

Le gouvernement en train d’assouplir ses positions
Aamulehti rapporte que le Ministre de l’Economie Olli Rehn a assuré que la question de la diminution des allocations chômages devait être étudiée par les voies du dialogue social et de la coopération.
Le Ministre du Travail Jari Lindström a déclaré qu’il était inquiet de la teneur du débat.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini se déclare favorable aux négociations : « si l’on veut un accord, il faut négocier ».
Le Premier ministre Juha Sipilä affirme être prêt à discuter.
Le président du groupe parlementaire du Centre, l’ancien Premier ministre Matti Vanhanen souligne que les économies prévues pourront être étalées.
« On a prévu des économies de 0,5 à 0,7 point de PIB par an, mais elles seront réparties de telle manière qu’elles gênent le moins possible la demande intérieure », dit-il.
AL

L’été sera une période test pour le consensus finlandais
Unto Hämäläinen juge dans Helsingin Sanomat, qu’il ne sera pas facile de conclure un pacte social. Actuellement les syndicats geignent et le patronat fait des rodomontades. En effet, les syndicats pleurent l’argent investi dans les partis de gauche qui ont perdu les élections. Le patronat juge qu’il doit avoir un retour sur investissement après avoir financé les partis de droite.
Il y a donc de la tension dans l’air car, des deux côtés ce sont les plus virulents qui s’expriment.
Unto Hämäläinen souligne qu’heureusement il y a aussi des personnalités plus consensuelles et expérimentées à même d’aider à la conclusion d’un accord. Il cite le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen et le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki. L’importance de telles personnalités est d’autant plus cruciale qu’il n’y a pas au gouvernement de personne ayant l’expérience des grands accords sociaux.
Unto Hämäläinen juge que le plus probable est que le gouvernement va constater à la fin de l’été qu’un pacte social ne peut être conclu et sera donc amené à poursuivre la politique qu’il a présentée.
L’alternative d’arriver à un pacte social est encore possible : l’été à venir sera un test pour le consensus social, juge Unto Hämäläinen qui souligne toutefois qu’il sera difficile pour le gouvernement de s’entendre avec les syndicats qui sont appelés à accepter d’importants sacrifices pour que le programme gouvernemental soit réalisé.
HS

Economie

La Finlande de nouveau en récession
Le PIB de la Finlande a diminué de 0,1% au premier trimestre selon l’institut des statistiques. Déjà au dernier trimestre 2014, le PIB avait reculé de 0,1%.
Avec deux trimestres consécutifs de diminution de son PIB, la Finlande est donc de nouveau en récession.
« La croissance économique que l’on attend ne se profile toujours pas à l’horizon, selon le directeur de l’institut Pellervo Pasi Holm.
La Finlande est dépassée par les autres pays de la zone euro puisque depuis 2013 le PIB ne progresse pas.
« Tous les espoirs sont dans le fait que le redémarrage de la zone euro pourrait se voir en Finlande aussi. Je suis plus optimiste pour l’automne du fait des commandes enregistrées ce printemps », dit-il.
Il regrette que la couronne suédoise se soit dépréciée encore par rapport à l’euro, de même que le rouble.
HS

Travailler plus relancerait l’économie
Selon un rapport de la Banque de Finlande, si les salariés acceptaient une augmentation du temps de travail de 100 heurs par an, le PIB finlandais augmenterait de 11 milliards d’euros durant les six prochaines années. Cela permettrait d’atteindre une croissance économique de 1,2 points de plus que les prévisions actuelles. Cela permettrait aussi de diminuer le niveau prévu de la dette de 3 points en 2021.
L’économiste du syndicat des employés STTK, M. Ralf Sund critique cette étude qui oublie, selon lui, qu’une augmentation du temps de travail pourrait inciter les entreprises à employer moins ce qui pourrait aussi se traduire par une hausse du chômage.
HS

Valio licencie près de 200 personnes
Valio a annoncé qu’à l’issue de son plan social l’entreprise allait supprimer plus de 325 postes, ce qui se traduirait notamment par 182 licenciements.
Le recul des ventes vers la Russie est avancé comme motif principal.
HS

Guggenheim

Soutien des entreprises de la restauration au projet de musée
Helsingin Sanomat relève que des grandes entreprises dans l’hôtellerie et la restauration – SOK, Nordic Choise Hotels, Scandic, etc. - ont fait un don de 2,8 millions d’euros à la fondation de soutien à Guggenheim Helsinki.
Les entreprises estiment que Guggenheim Helsinki amènerait des touristes étrangers et donnerait du travail à environ 500 personnes dans la capitale.
HS/A20

Politique étrangère et européenne

Visites

Les Ministres Finlandais en visite en Suède et Estonie
Après le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini, mardi à Stockholm et mercredi à Tallinn, c’est le ministre de la Défense M. Jussi Niinistö qui est aujourd’hui en Suède puis en Estonie.
Le Premier ministre Juha Sipilä se rend en Suède lundi puis visitera l’Estonie.
HS

Organisation météorologique mondiale

M. Taalas élu secrétaire général de l’OMM
Aamulehti rapporte que le professeur Petteri Taalas, directeur général de l’Institut météorologique national, a été élu, jeudi à Genève, au poste de secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale ;
M. Taalas a été élu à l’assemblée générale de cette organisation, sous l’égide de l’ONU, pour la période 2016-2019.
AL/A11

Finlande - Russie

Le nombre d’achat de propriétés par les Russes a chuté en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, le nombre d’achats de propriétés par les Russe a chuté : en 2014 il y en a eu 254, contre 780 en 2008, année record.
Au total, environ 60-70 000 biens immobiliers sont vendus en Finlande par an. Seulement 0,5 % sont achetés par les Russes, qui sont toutefois le plus grand groupe d’acheteurs étrangers.
En 2014, les ressortissants de 57 Etats ont acheté des biens immobiliers en Finlande. Outre les Russes, il y des Estoniens et des Suédois.
Les Russes, qui achètent des propriétés presque uniquement en Finlande de Sud-Est, ont commencé à vendre. A Imatra, ils ont vendu en 50 propriétés, la moitié à d’autres Russes et la moitié aux Finlandais.
HS/A15

Gestion de crise

Le nouveau Lilliput de la gestion de crise
Le spécialiste des affaires de sécurité du Helsingin Sanomat, Kari Huhta écrit que « si la Finlande n’a jamais été une superpuissance de la gestion de crise, l’illusion qu’elle en a donné lui aura été positive. Mais cette illusion a disparu ».
La participation active à la gestion internationale de crise avait renforcé l’image d’une Finlande comme pays occidental actif à l’international même lorsque la proximité avec l’URSS brouillait l’image de la Finlande. La gestion de crise a aussi permis la constitution d’un réseau de relations internationales qui constitue l’une des bases de la défense de la Finlande ».
« Le nouveau gouvernement en débutant ses travaux donne l’impression que la gestion de crise demeure un produit phare de la Finlande. Lors de la première réunion du comité de politique étrangère et de sécurité avec le président, il a été acté le principe de la participation à une opération de lutte contre l’immigration clandestine en méditerranée et l’envoi de formateurs en Irak. Ce sont deux opérations importantes ».
« Mais les annexes du programme gouvernemental donnent une autre image de la politique de gestion de crise. La Finlande va diminuer sa participation aux opérations que le texte nomme opération de maintien de la paix mais qui sont, selon la législation, des opérations de gestion de crise. A l’avenir, la Finlande mobilisera au plus 90 soldats dans neuf opérations. Les dépenses de ce secteur vont diminuer de 5 millions l’année prochaine et de 15 en 2018. »
« Aujourd’hui, la Finlande a 340 soldats dans la seule opération du Liban et 80 en Afghanistan. De telles participations seront à l’avenir impossibles ».
« On justifie ces économies. Tant au Liban qu’en Afghanistan les opérations doivent se terminer l’année prochaine et il ne s’en profile pas d’équivalentes à l’horizon. Le nombre de soldats engagés en Libye ou en Irak est bien moindre ».
« Il s’agit toutefois d’un changement significatif dans la politique de gestion de crise finlandaise, tant dans la pratique que dans les principes. Les économies demandées sont petites par rapport aux autres domaines, mais importantes rapportées au budget de la gestion militaire de crise de 72,1 millions d’euros en 2015, ce qui représente déjà seulement deux tiers de ce qu’il était en 2014. »
« La gestion de crise n’est même pas citée dans la position du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité. Les économies ont été décidées par le groupe de travail sur l’économie qui a préparé le programme gouvernemental. »
« On peut y déceler la volonté des Vrais Finlandais et l’indifférence du Centre et du Kokoomus ».
HS

Les inquiétudes concernant la Défense
Le journal du parti Kokoomus, Nykypäivä rapporte le débat qui agite les politiques en matière de défense.
L’ancien ministre de la Défense Carl Haglund a déclaré que les allégations du nouveau gouvernement sur une augmentation du budget de la défense étaient une vue de l’esprit. En effet, il argue du fait que les économies vont toucher tous les secteurs et donc aussi la Défense.
Le ministre de la défense Jussi Niinistö a admis que les augmentations prévues pour la défense concerneraient principalement les budgets d’acquisitions et il a exprimé ses inquiétudes sur une baisse du budget de fonctionnement.
Le ministre des Finances Alexander Stubb a souligné que les économies concernant les budgets de fonctionnement des ministères (30 millions en 2016 et 120 millions d’euros d’ici 2020) n’avaient pas encore été réparties.
Néanmoins, si elles étaient réparties au prorata des dépenses de fonctionnement, la Défense (15%) perdrait 4,5 millions l’année prochaine et 18 millions d’ici 2020. C’est ce qui inquiète M. Jussi Niinistö qui souhaiterait augmenter les exercices de rappel des réservistes ou les exercices sur le terrain des appelés.
NP

Industrie de défense

Robonic vend ses catapultes à Lockheed Martin
La société Robonic Ltd Oy, filiale de Sagem, a vendu à Lockheed Martin ses catapultes de quatrième génération destinées au lancement de drones.
Cette société de Tampere appartient depuis 2007 au groupe français Sagem. Soin directeur, M. Moisio déclare que sans l’aide de cette société mère il aurait été impossible pour Robonic de rentrer sur le marché américain.
KL

Jeudi 4 juin 2015

Politique intérieure

Pacte social

Le gouvernement pourrait reculer pour ne pas mettre en péril la paix sociale
Le gouvernement pourrait au moins en partie revenir sur sa décision de couper dès l’année prochaine dans les indemnités d’allocations chômage.
En effet, le gouvernement a prévu des économies de 200 millions d’euros dès 2016 dans les allocations chômage. Or, les partenaires sociaux négocient actuellement la prolongation d’un an des conventions salariales (de 2013), ce qui doit être conclu d’ici le 15 juin.
Les syndicats considèrent toutefois que le nouveau gouvernement a rompu l’accord salarial de 2013 en décidant de diminuer les allocations chômage.
Helsingin Sanomat juge que le gouvernement pourrait décider de reporter ces économies, d’autant plus facilement qu’il apparaît difficile que la loi soit modifiée avant la fin de l’année.
Hier, la deuxième plus importante fédération syndicale appartenant à la SAK (confédération des ouvriers) a annoncé qu’elle envisageait de se retirer des négociations salariales en cours.
Si les négociations salariales échouent à prolonger l’accord salarial d’un an, il faudra reprendre des négociations dans 300 branches, ce qui pourrait mener à des nombreuses grès, estime HS.
Demokraatti rapporte que le président de la SAK, M. Lyly a affirmé que le pacte social proposé par le gouvernement ne pourrait être conclu que par la négociation et le dialogue. « Tout est rendu plus difficile par la manière du gouvernement de menacer les Finlandais d’économies supplémentaires de 1,5 milliard d’euros si les partenaires sociaux ne signent pas le pacte social. C’est une manière très exceptionnelle de lancer des discussions et de transférer des responsabilités qui d’ordinaires ne sont pas celles des partenaires sociaux. Le gouvernement dit qu’il s’agit de transparence parce qu’il annonce les mesures qu’il prendra si on refuse de goûter à son pacte », juge M. Lyly qui précise avoir convoqué une réunion extraordinaire de la SAK pour lundi afin de décider de la suite des négociations.
HS Dem

Le gouvernement n’envisage pas de revenir sur les primes du dimanche
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré que l’idée du patronat de revenir sur les primes pour le travail du dimanche ne figurait pas dans le programme gouvernemental.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a lui aussi critiqué cette initiative.
Le Premier ministre Juha Sipilä a aussi exprimé son inquiétude concernant une tension des rapports sociaux. Il regrette aussi que le débat parlementaire se soit focalisé sur une critique du pacte social qu’il propose. « On cherche seulement des moyens pour que les travailleurs participent aux économies à réaliser ».
HS

Parti politiques

L’audience du Centre augmente depuis les élections législatives
Le journal télévisé d’Yle a publié les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus. L’audience du Centre a augmenté de 2 % depuis les élections législatives, passant à 23,1 %. La popularité des Vrais Finlandais à baissé de 0,2 %, à 17,5 %, et celle du Rassemblement national de 1,5 %, donc à 16,7 %.
La popularité du PSD, le plus grand parti de l’opposition, a également baissé de 1,5 %, à 15,0 %, tandis que celle de l’Alliance verte a augmenté de 2,0 %, donc à 10,5 %. L’Alliance des gauches a obtenu 7,5 %, soit 0,4 % de plus par rapport aux élections. Le Parti suédois a eu 4,5 % (-0,4 %) et les Chrétiens-démocrates 3,1 % (-0,4 %).
Le sondage a été effectué entre le 4 mai et le 2 juin auprès de 3 892 personnes. Yle

Parlement

M. Kaikkonen présidera la commission des affaires étrangères de l’Eduskunta
Turun Sanomat rapporte que le Centre a nommé ses candidats pour les présidences des commissions : Antti Kaikkonen présidera la commission des affaires étrangères et Timo Kalli la commission des finances.
La présidence de la commission de l’agriculture et de la sylviculture sera partagée par les députés Jari Leppä et Anne Kalmari. Les deux présideront la commission pendant deux ans.
TS/14

Défense

Le débat sur la défense est plus actif
Helsingin Sanomat, qui rappelle qu’aujourd’hui, c’est le jour de la Fête du drapeau des forces armées, a interviewé trois experts de la politique internationale sur la défense nationale.
Mika Aaltola, directeur de programmation à l’UPI, note que les Finlandais s’inquiètent en raison de la crise en Ukraine. « La société finlandaise s’est mobilisée en quelque sorte pendant la crise. Il y a actuellement presqu’une unanimité sur la nécessité de la défense nationale. »
Il estime que les affaires internationales sont restées à l’arrière-plan. On le voit par exemple dans les attitudes concernant l’aide au développement.
Heikki Patomäki, professeur en politique internationale à l’université d’Helsinki, estime qu’il y a un sentiment d’insécurité dans la société finlandaise. Il s’inquiète du fait que la politique étrangère traditionnelle reste dans l’ombre de la politique de sécurité. « Je pense toujours que les problèmes liés à la crise en Ukraine sont des problèmes de la politique étrangère. Dans une bonne politique étrangère il faut essayer de comprendre les choses du point de vue de l’autre. Le fait de comprendre ne signifie pas qu’on accepte mais qu’on comprend la logique de l’autre. »
Aki-Mauri Huhtinen, professeur à l’université de défense, estime que l’ambiance est devenue plus sensible. « Il y a une flux constante d’informations autour de l’Ukraine et de la Russie. Il ne faut cependant pas oublier que tous les évènements ne sont pas liés à cette crise. »
HS/A6-7

Politique étrangère et européenne

Immigration

M. Soini rejette des quotas de réfugiés
Après sa visite en Suède, le nouveau ministre des Affaires étrangères Timo Soini était hier en Estonie. Il a tenu sa première conférence de presse à l’étranger à Tallinn (il n’y en avait pas eu à Stockholm).
Il a déclaré qu’il fallait résoudre la question des réfugiés sur place, pas en déplaçant des populations ou en les faisant venir en Finlande.
M. Soini a déclaré que la Finlande s’opposait à la proposition de la Commission européenne de quotas de réfugiés à répartir entre les Etats membres ; « La Finlande considère que c’est une décision souveraine de chaque Etat membre », a-t-il dit.
Son homologue estonien a déclaré que l’Estonie « ne voulait pas être seulement spectateur, mais qu’il fallait prendre en compte les capacités de chaque Etat ».
Les ministres ont aussi discuté de la Russie et de l’Ukraine.
Selon M. Soini, « l’annexion de la Crimée à la Russie et la guerre en Ukraine ont modifié la sécurité en Europe, y compris dans le voisinage de la Finlande, en Pologne et dans les pays Baltes ».
M. Soini a aussi manifesté son soutien à l’agent estonien Eston Kohver, kidnappé par la Russie.
HS

Aide au développement

300 millions d’économies
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a décidé à partir de 2016 de diminuer l’aide au développement publique de 300 millions d’euros par an.
Sans cette coupe, l’APD se serait élevée à 815 millions d’euros. Les économies représentent donc environ 37% de l’APD.
Si l’on ajoute la décision de ne plus verser dans l’APD les recettes issues des cessions de droits d’émissions, on estime que les économies du budget de l’APD seront de 40 à 43% de ces fonds.
La ministre Lenita Toivakka va décider cette semaine des grandes lignes de la réalisation de ces coupes budgétaires. « La proposition finale m’appartient. Le seul chiffre que j’ai c’est celui de 300 millions d’euros d’économies », dit-elle.
Elle déclare que sa priorité en matière d’APD sera les programmes pour les femmes et contre la pauvreté. La seconde priorité concerne le soutien à la démocratie.
Elle déclare que les économies concerneront tous les projets : là où il y a le plus de moyens, on coupera le plus, selon elle.
Les économies toucheront les organisations internationales que la Finlande finance. Désormais la Finlande va se concentrer dans les domaines où elle est le principal financeur.
Les financements aux ONG finlandaises vont aussi diminuer de 30 à 40%.
L’APD représentait près de 0,5% du PIB finlandais jusqu’à présent mais devrait baisser à 0,35% l’année prochaine.
HS

Gestion de crise

Le gouvernement coupe dans le budget de la gestion de crise militaire
Selon Helsingin Sanomat, le nouveau gouvernement a l’intention d’effectuer des coupes importantes dans le budget de la gestion de crise militaire. Selon la liste des économies du gouvernement, le nombre de casques bleus qui participeront aux opérations de maintien de la paix diminuerait de 500 à une centaine (90-120) à partir de 2017.
Selon le nouveau ministre de la défense Jussi Niinistö, l’objectif du gouvernement est de participer aux opérations les plus importantes du point de vue finlandais. Cette orientation est considérée comme dramatique dans les milieux de la défense, certain parlent du démantèlement de la gestion de crise militaire.
L’ancien ministre des affaires étrangères, le député social-démocrate Erkki Tuomioja estime que la situation est inquiétante. « Cela signifie que la Finlande est en train de se retirer de toute responsabilité internationale et de se replier sur elle-même. Il s’agit d’un changement de politique qui va certainement susciter des interrogations », a déclaré M. Tuomioja.
Selon la loi sur la gestion de crise militaire, au maximum 2 000 casques bleus peuvent être en service en même temps.
HS/A8

Economie

BTP

YIT se développe en Russie
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe finlandais YIT développe son activité en Russie, notamment dans la région d’Ekaterinbourg.
En décembre 2014, YIT a vendu plus de 700 appartements, ce qui constitue un nouveau record sur un mois pour le groupe.
Désormais le marché russe est aussi important que le marché finlandais pour YIT : en 2014, son chiffre d’affaires était de 700 millions en Finlande et de 500 millions en Russie, mais la rentabilité était meilleure en Russie.
HS

Mercredi 3 juin 2015

Politique intérieure

Parlement

L’opposition a accusé le gouvernement de trahison lors de l’étude du programme gouvernemental à l’Eduskunta
Turun Sanomat rapporte que le Parlement a débattu mardi le programme du nouveau gouvernement. Le débat a été particulièrement animé, surtout en ce qui concerne le pacte social.
Les partis de l’opposition ont exigé que les bien lotis paient plus d’impôts pour que le gouvernement puisse épargner les mal lotis des coupes budgétaires. Le premier ministre Juha Sipilä a souligné que l’élite doit également participer aux économies pour que l’on puisse conclure un pacte social.
Kirsti Turkki, journaliste à la rédaction de la politique intérieure du quotidien, estime qu’un débat animé est toujours le bienvenu au parlement, mais non en ce moment où les députés doivent travailler, pendant les travaux du bâtiment du Parlement, dans les anciens locaux de l’Académie Sibelius, dont l’acoustique ne convient pas aux débats et personne n’entend rien de ce que disent les députés. La nouvelle présidente du Parlement Maria Lohela n’a pas modéré les débatteurs.
Selon TS, les meilleurs débatteurs d’hier ont été le centriste Matti Vanhanen, ancien Premier ministre, et Ville Niinistö, député de l’Alliance verte et ancien ministre de l’environnement. Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches, a plutôt fait rire, en accusant le gouvernement de trahison. Le ministre des affaires étrangères Timo Soini est visiblement très content de son nouveau rôle ministériel.
Selon Helsingin Sanomat, la présidente des Chrétiens-démocrates Päivi Räsänen a annoncé que son parti soutenait les principaux objectifs du gouvernement.
Les économies concernant l’enseignement ont été les plus critiquées par l’opposition.
Le président du Parti suédois Carl Haglund, ancien ministre de la défense, s’inquiète du budget de la défense. Les coupes concernent aussi les forces armées même si le budget des acquisitions de nouveau matériel augmente.
Pour M. Antti Rinne, président du PSD, le pacte social est devenu un moyen pour exercer un chantage sur les travailleurs.
TS/10, HS/A12

Le pacte social menacé ?
Le Premier ministre Juha Sipilä a souligné que l’élite devait également participer aux économies pour que l’on puisse conclure un pacte social. Il s’est dit prêt à revoir ses rémunérations (environ 11 000 euros par mois).
La presse rappelle que le Président Sauli Niinistö avait montré l’exemple en 2012 en décidant de diminuer ses émoluments.
L’archevêque luthérien Kari Mäkinen a déclaré à Yle qu’il était prêt à accepté une baisse de ses rémunérations, si cela se faisait par le biais d’une hausse des impôts.
Le député centriste Seppo Kääriäinen s’est déclaré sur la même ligne que M. Mäkinen : selon lui, une société équitable socialement ne peut se baser sur la charité. Il estime qu’il est possible que le nouveau gouvernement puisse revoir sa position sur la fiscalité.
Le directeur du patronat EK, M. Häkämies, a déclaré qu’il était prêt à diminuer ses rémunérations qui, selon la presse s’élevaient à plus de 360 000 euros en 2013. Il ne se déclare pas favorable à une baisse des salaires mais souhaite qu’outre l’augmentation de la durée du travail, on envisage de revenir sur les compensations pour le travail du dimanche. Selon lui, il s’agit d’une relique d’un passé où le dimanche était un jour religieux.
« Dans ce pays, il est plus facile de trouver du financement pour un musée Guggenheim que de faire ouvrir un restaurant le dimanche en juin – juillet »a-t-il déclaré.
Le directeur de la confédération SAK, M. Lyly estime que les exigences de M. Häkämies montrent que le patronat « tape profondément dans le portefeuille des travailleurs ».
« On parle de diminuer les salaires de 5%, d’interdire les augmentations pendant six ans, d’augmenter la durée du travail. Et quoi encore ? ».
« On rompt la paix sociale pour moins que cela ».
Il fait aussi remarquer que les compensations pour le travail dominical sont un complément du salaire. « J’ai aussi remarqué que les patrons apprécient de ne pas travailler le dimanche », souligne-t-il.
KS Yle

Quel est le sort du mariage pour tous ?
Turun Sanomat relève que le sort du mariage pour les homosexuels, ou plutôt le sort de la législation qui doit être modifiée pour être conforme à cette nouvelle loi, approuvée en novembre dernier par 105 voix contre 92, n’est pas très clair à la lumière du matériel de fond du gouvernement, publié mardi. La majorité des députés du centre, des Vrais Finlandais et du Rassemblement national avaient alors voté contre la loi.
Selon le Premier ministre Sipilä, les préparatifs de la mise en œuvre de la loi se poursuivent normalement.
TS/10

Selon M. Saarakkala : M. Soini menace d’exclusion si on refuse de voter
Le député des Vrais Finlandais Vesa-Matti Saarakkala se déclare opposé à la politique européenne du nouveau gouvernement favorable aux aides à la Grèce.
Il a toutefois affirmé que le président du parti Timo Soini avait menacé d’exclure les députés qui ne voteraient pas le programme gouvernemental.
HS

Défense

M. Niinistö veut revoir les économies de la Défense
Le nouveau ministre de la défense Jussi Niinistö remet en cause le tout nouveau programme gouvernemental qui prévoit des économies dans le budget de fonctionnement de la défense.
Uusi suomi juge qu’il s’agit là, de la part d’un ministre des Vrais Finlandais, d’un nouveau cas où l’on se démarque du programme gouvernemental.
Uusisuomi

Immigration – Réfugiés

Selon M. Orpo le quota de réfugié pourrait être revu à la baisse
Le programme gouvernemental prévoit que le quota de réfugié sera du niveau de ce qu’il était ces dernières années.
Pour les Vrais Finlandais, il s’agit de 750 réfugiés par an, ce qui était le niveau moyen, mis à part les deux dernières années où il a été porté à 1050.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, déclare que l’on n’a pas fixé de chiffre et que cela doit donc être fixé autour de 750 – 1050.
Il déclare aussi qu’il y a une pression de l’UE à accepter plus de réfugiés.
Yle

Gouvernement

M. Heinonen continue comme secrétaire d’Etat politique de M. Stubb
Selon Suomenmaa, le rassemblement national a nommé Olli-Pekka Heinonen au poste de secrétaire d’Etat politique du ministre des finances Alexander Stubb.
M. Heinonen, ancien ministre et ex-directeur à Yle, a également été secrétaire d’Etat politique des Premiers ministres Stubb et Katainen.
SM/9

Politique étrangère et européenne

Russie

M. Niinistö pense que la liste noire sera évoquée avec la Russie
Le président Niinistö a déclaré que la question de la liste noire de personnes non admises à se rendre en Russie sera évoquée lors d’échanges avec le Président russe. Il pense aussi que le sujet sera évoqué au niveau du ministère des Affaires étrangères.
AL

Présidence

M. Pokkinen nommé conseiller de M. Niinistö
Suomenmaa rapporte que Pete Pokkinen a été nommé conseiller spécial du Président Sauli Niinistö à partir du 2 juin.
M. Pokkinen a antérieurement travaillé comme conseiller spéciale du Premier ministre Stubb et des ministres de l’économie Jan Vapaavuori et Kari Häkämies. Il était depuis cinq mois responsable des relations publiques pour le groupe chinois Huawei.
M. Pokkinen fût porte-parole de M. Niinistö pendant la campagne présidentielle en 2012.
Mikko Kortelainen, conseiller spécial de M. Niinistö depuis son élection à la présidence, a été nommé conseiller spécial du ministre de l’intérieur Petteri Orpo.
SM/9

Isis

Le recrutement d’Isis continue en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, Tuomas Portaankorva, inspecteur en chef à la Police de sûreté Supo, estime que le recrutement des combattants pour les rangs d’Isis (Daech) est actuellement fait plus ouvertement. On cherche des personnes prêtes à partir pour la Syrie ou l’Irak même dans la rue. Malgré cela, le recrutement n’est pas aussi bien organisé en Finlande qu’ailleurs en Europe.
La Supo connaît au moins 60 cas des personnes qui ont quitté la Finlande pour les régions contrôlées par Isis en Syrie ou en Irak. Parmi elles, une vingtaine sont ethniquement de souche entièrement finlandaise.
HS/A23
Economie

Talvivaara

L’Etat demande un financement
Helsingin Sanomat relève que selon les sources du quotidien, l’Etat finlandais aurait demandé à Talvivaara (entreprise cotée en bourse) de participer au financement de la mine de Talvivaara Sotkamo. Talvivaara possède 86 % et Outokumpu 14 % des actions de Talvivaara Sotkamo.
Jusqu’à présent, l’Etat a voulu empêcher la participation de Talvivaara. L’entreprise britannique Audley Capital Advisors n’a pas réussi à obtenir assez de moyens pour racheter la mine, avec l’Etat finlandais.
HS/A28

Mardi 2 juin 2015

Politique intérieure

Nouveau gouvernement

« La formation continue encore un mois » AL
Aamulehti rapportait, dans son édition de dimanche, que la rédaction du programme gouvernemental avait pris deux semaines et demie et mobilisé 90 négociateurs.
Que va-t-il désormais se passer ? Le travail ne fait que commencer : il va falloir compter à plusieurs reprises les économies promises. Les familles pleurent leurs allègements, les étudiants manifestent et les syndicats aiguisent leurs lames. Avant tout cela la colation va se réunir pour un mois dans un bureau paysager.
AL

« Les coupes budgétaires touchent surtout les retraités et les familles » KS
Selon les estimations du ministère des Finances, les coupes budgétaires et les modifications fiscales prévues dans le programme gouvernemental devraient toucher surtout les retraités (-15% des économies prévues) et les familles avec enfants (-15%), ainsi que les chômeurs (-13%).
Le seul groupe qui devrait voir son pouvoir d’achat augmenter serait celui des salariés (+7% des augmentations prévues).
KS HS

Selon la SAK, les coupes budgétaires gênent les négociations salariales
La confédération des ouvriers SAK estime que la décision du gouvernement de couper de 200 millions d’euros les allocations chômage vient gêner les négociations actuelles sur l’emploi et la croissance (visant à reconduire pour un an les conventions collectives salariales conclues en 2013) qui ont commencé hier et doivent aboutir le 15 juin. Selon M. Lyly, il est exclu que l’on conclut l’accord salarial en même temps que le pacte social : l’accord salarial doit être rapidement conclu car certaines conventions collectives arrivent à échéance dès octobre.
KS

« Le mythe de la liste cachée demeure » HS
Même si le gouvernement dément l’existence d’une liste secrète d’économies supplémentaires à celles rendues publiques, l’idée d’une pression exercée par le gouvernement sur les syndicats demeure dans le débat public.
Helsingin Sanomat écrit qu’il ne semble pas qu’une telle liste ait été établie ; en revanche, les mesures évoquées à l’encontre des syndicats (imposition des cotisations syndicales, création d’une caisse d’assurance chômage indépendante, augmentation des amendes pour grève illégale) auraient été évoquées lors des négociations gouvernementales.
Pour la plus grande déception des syndicats, le programme gouvernemental ne mentionne pas les « négociations tripartites » (décisions prises par l’Etat, le patronat et les syndicats), mais seulement un « dialogue » social.
HS

Le financement des projets du gouvernement demeure en suspens
Helsingin Sanomat souligne que le programme gouvernemental mentionne 26 projets prioritaires. Ils ne sont pas classés par ordre d’importance ; certains sont à court terme d’autres pour la décennie ; leur financement n’est pas détaillé. Il s’agit par exemple de la numérisation des services publics. On parle beaucoup pour ces projets de faire des « études, évaluations, développement ».
« Beaucoup dépendra des négociations à venir. Comme par exemple du dialogue avec les partenaires sociaux sur la réforme de l’assurance chômage. « Un dialogue qui ne se présente pas de façon prometteuse », conclut l’éditorialiste.
HS

« Les Vrais finlandais doivent s’attendre à des difficultés »TS
Le directeur de recherche de Taloustutkimus Juho Rahkonen estime que les Vrais Finlandais, qui se présentent comme un parti des travailleurs sans idéologie de gauche, doivent s’attendre à des difficultés dans le nouveau gouvernement de droite.
« Les Vrais finlandais se présentent comme un parti des travailleurs. Ils doivent donc promouvoir leurs intérêts. Le ministre de l’Emploi Jari Lindström représente de ce point de vue le cœur des Vrais Finlandais », estime M. Rahkonen qui prédit d’importantes dissensions dans le gouvernement à l’automne lorsqu’il faudra négocier un pacte social.
Le rapport des Vrais Finlandais avec les syndicats est très compliqué. Malgré la venue dans le parti de Matti Putkonen (ancien président de syndicat), le parti n’a pas réussi à prendre pied dans les syndicats où le pouvoir des partis de gauche est bétonné.
Selon M. Rahkonen, les propos du ministre de l’Emploi à l’égard du patronat ont été considérés comme du bluff par les syndicalistes.
Le chercheur Erkka Railo juge lui aussi que l’on va voir à de nombreuses reprises d’autres exemples du même type prouvant que « les Vrais Finlandais sont dans le mauvais gouvernement ». Il s’étonne d’ailleurs que ce parti qui n’a cessé d’accuser le PSD d’avoir oublié les travailleurs ait choisi de s’engager dans un gouvernement avec le centre et le Kokoomus.
TS SM

« La réalité a rattrapé le gouvernement dès dimanche » KL
Kauppalehti souligne que le communiqué de presse diffusé par le ministre de l’Emploi dimanche marque un dur retour à la réalité pour le gouvernement nommé vendredi. Si l’on a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une initiative isolée d’un ministre, il est désormais établi que le président des Vrais Finlandais Timo Soini en avait été informé et qu’il a validé ce communiqué.
« Le rôle de M. Soini est bien intéressant. Il s’est extrait des joutes de politique intérieure en choisissant le ministère des Affaires étrangères et il soutient en sous-main ses ministres qui se désolidarisent du programme gouvernemental, et en même temps il apparait faire front avec MM. Sipilä et Stubb. »
« Si la confiance mutuelle qui lie ce gouvernement est de cette qualité, on peut se demander combien de temps il va durer. En tous cas, l’unité artificielle de ce gouvernement a connu sa première brèche », conclut KL.
KL

Immigration : les entreprises déçues par le maintien des autorisations administratives
Helsingin Sanomat rapporte que le patronat est déçu que le gouvernement n’ait pas supprimer les autorisations administratives concernant les permis de travail pour les immigrants de pays tiers. Le Centre et le Kokoomus souhaitaient supprimer ces autorisations administratives alors que les Vrais Finlandais ont souhaité les conserver.
HS

Patronat

Propos de M. Häkämies : Le patronat aura un été chargé
Kauppalehti publie une interview de Jyri Häkämies, directeur général de l’EK, confédération du patronat et de l’industrie, ancien ministre et député du Rassemblement national.
Le quotidien estime que le patronat est soulagé du fait que le PSD soit resté dans l’opposition et les partis de droite au gouvernement promeuvent les mêmes objectifs que le patronat.
Le patronat avait voulu reprendre les négociations sur un pacte social déjà avant la rédaction du programme gouvernemental. M. Sipilä a toutefois mis fin à des négociations qui n’avançaient pas.
L’objectif de l’EK est de prolonger le temps de travail et le nouveau gouvernement a adopté le même but. Le patronat souhaite également la baisse de 5 % du coût unitaire de la main-d’œuvre. Et des mesures améliorant la productivité dans les entreprises.
Il est paradoxal que dans les comparaisons sur la compétitivité la Finlande se situe parmi les premiers pays. « La Finlande est comme un athlète qui se débrouille bien pendant la période d’entraînement mai échoue lors des compétitions », selon M. Häkämies.
M. Häkämies, ancien ministre de la défense, connaît bien le rythme des acquisitions du matériel de la défense. Il souligne que les deux grands investissements des forces armées, les avions (environ 6 milliards d’euros) et les bateaux (un milliard), offrent des possibilités importantes pour l’industrie finlandaise.
« Le savoir-faire des chantiers navals finlandais est de haute qualité. Il est possible que les bateaux soient construits ici ».
Les chasseurs seraient commandés par le prochain gouvernement dans quatre ans. « Cette commande offre des possibilités pour une coopération industrielle et la promotion des investissements en Finlande. »
« Il s’agit de la promotion des exportations finlandaises dans le pays qui fournit les chasseurs ou de la promotion des investissements étrangers en Finlande. »
Les chasseurs américains sont en vue, ainsi que les JAS Gripen suédois, selon le quotidien.
KL/B10-13

Parti des chrétiens-démocrates

Mme Räsänen quittera la présidence du parti
Selon Turun Sanomat, Päivi Räsänen, présidente des Chrétiens-démocrates depuis 2004, ministre de l’intérieur des gouvernements Katainen et Stubb, a annoncé lundi qu’elle ne briguait plus la présidence de son parti.
« L’objectif du parti a été de gagner les élections et continuer au gouvernement. Cela ne s’est pas réalisé », souligne Mme Räsänen. « Le parti pourra rechercher une nouvelle audience dans l’opposition sous la direction d’un nouveau président. »
Les Chrétiens-démocrates n’ont obtenu que cinq députés dans le nouveau Parlement.
Le congrès du parti aura lieu les 28 et 29 août prochain à Savonlinna.
La députée Sari Essayah, ancienne parlementaire européenne, a déjà annoncé sa candidature pour le poste de président du parti.
TS/9

Parlement

Les Vrais Finlandais ont élu le président et les vice-présidents du groupe parlementaire
Turun Sanomat rapporte que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais, réuni lundi, a élu le député Sampo Terho à la présidence du groupe parlementaire. M. Terho, ancien parlementaire européen, a été élu député pour la première fois aux élections législatives d’avril. L’ancien président du groupe parlementaire, Jari Lindström, a été nommé ministre de l’emploi et de la justice.
Ritva Elomaa a été élue première vice-présidente et Ari Jalonen deuxième vice-président du groupe parlementaire.
TS/9

M. Vanhanen présidera le groupe parlementaire du Centre
Le député Matti Vanhanen, ancien Premier ministre (2003-2010) et président du parti, a été élu, à l’unanimité, à la présidence du groupe parlementaire du Centre.
Les députés Elsi Katainen et Markus Lohi ont été élus vice-présidents.
HS

France - Finlande

Expositions

Jacques Henri Lartigue à Turku
Turun Sanomat relève qu’une exposition des photographies de Jacques Henri Lartigue aura lieu au musée d’art de Turku du 5 juin au 20 septembre.
TS/15

France

Politique

Les Républicains
Turun Sanomat, Aamulehti et Kaleva présentent la nouvelle formation de Nicolas Sarkozy.
TS AL Kaleva

Lundi 1er juin 2015

Politique intérieure

Formation du gouvernement

Le gouvernement Sipilä nommé par le Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö a nommé le nouveau gouvernement vendredi 29 mai.
Turun Sanomat rapporte que lors de la conférence de presse ; les nouveaux ministres n’ont pas eu le temps de beaucoup profiter de leur nomination tant ils ont du « jusqu’à l répondre aux questions sur les économies de 600 millions d’euros dans l’éducation ».
Dans sa déclaration au nouveau gouvernement le président Niinistö a insisté sur l’importance de la confiance mutuelle au sein du gouvernement.
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement est composé, à deux exceptions près de ministres âgés de 44 à 54 ans (M. Sipilä étant le plus âgé).
HS TS

Les entreprises s’en sortent bien
Helsingin Sanomat souligne que les aides aux entreprises n’ont pas été la cible d’importantes coupes budgétaires dans le programme gouvernemental. En revanche les aides à l’innovation, et en particulier les budgets de Tekes ont été fortement amputés : Tekes est soumis à des économies de 130 millions d’euros, touchant surtout les Centres d’excellence (SHOKIT).
HS

Parlement

Nouveau présidium
Le Parlement a élu un nouveau présidium composé de Maria Lohela (Vrais Finlandais), Mauri Pekkarinen (Centre) et Paula Risikko (Rassemblement national).
Turun Sanomat souligne que Mme Lohela a été interrogée sur ses positions sur l’immigration mais n’a pas voulu y répondre.
Elle a notamment déclarée en 2008 craindre l’islam et être inquiète de la croissance du nombre de musulmans en Finlande, rapporte TS.
TS

Ministre de la Justice

Interview
Helsingin Sanomat a publié, samedi, une interview du nouveau Ministre de l’Emploi et de la justice Jari Lindström, ancien président du groupe parlementaire des Vrais finlandais.
Il déclare notamment être entré en politique au milieu des années 2000 après la fermeture de l’usine de papier de Voikkaa où il travaillait. Il aurait pu choisir l’Alliance des gauches mais a préféré les Vrais Finlandais notamment par admiration pour Tony Halme (ancien catcheur devenu député des Vrais Finlandais en 2003 et mort d’une overdose en 2010) et ses déclarations contre l’immigration.
M. Lindström déclare être très enthousiaste à l’idée d’avoir été choisi comme ministre de l’Emploi ; interrogé sur l’idée d’y adjoindre le ministère de la Justice, il répond qu’il faut demander à Timo Soini.
Dans la même interview M. Lindström est interrogé sur la peine de mort qu’il défendait encore en 2011. « Je pourrais toujours l’envisager pour des crimes particulièrement cruels, mais je ne vais pas en faire la promotion ».
HS
Pacte social

Les syndicats refusent l’augmentation de la durée du travail
Turun Sanomat se demande si le gouvernement fait un chantage ou au minimum de la pression sur les syndicats. En effet, le programme gouvernemental prévoit qu’il faudra arriver à un pacte social permettant de réduire de 5% les coûts du travail (soit d’augmenter de 100 heures par an la durée du travail), sinon des économies de 1,5 milliards d’euros seront mises en œuvre.
Si les partenaires sociaux s’engagent d’ici le 21 août dans un processus visant à conclure un tel pacte social alors le gouvernement ne mettra pas en œuvre son projet d’économies de 1,5 milliards d’euros mais est même prêt à des allègements fiscaux de 1 milliard d’euros.
HS TS

STTK propose un plan B
Le syndicat STTK propose un plan B au gouvernement : il souhaite que plutôt que d’augmenter le temps de travail on s’entende sur un programme de modération salariale qui permette d’arriver à un coût du travail inférieur à celui de l’Allemagne.
Il estime que les syndicats n’accepteront pas d’augmentation du travail sans contrepartie. « Si les carnets de commande étaient pleins, je comprendrais une volonté d’augmenter le temps de travail. Et cela se verrait sur les fiches de salaires », dit-il.
TS

Déclarations du nouveau ministre de l’Emploi
Le ministre de la l’Emploi Jari Lindström (Vrais Finlandais) a déclaré dimanche qu’il fallait équilibrer les négociations sur le pacte social. Si le pacte n’était pas conclu à cause de la passivité du patronat, il faudrait alors envisager le rétablissement de la part patronale des cotisations sociale. Ces cotisations patronales ont été supprimées en 2010 et représenteraient environ 800 millions d‘euros par an.
Le patronat a critiqué ces propos du nouveau ministre, soulignant que cela ne figurait pas dans le programme gouvernemental. TS relève que le directeur du patronat, M. Häkämies, a remise le ministre en place au nom du gouvernement.
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré que le gouvernement n’avait jamais envisagé de rétablir les cotisations sociales du patronat.
Le même jour le tabloïd Iltalehti a indiqué qu’il existait une liste cachée d’économies prévues par le gouvernement afin de faire pression sur les syndicats. Dans cette liste figurerait notamment la suppression de l’exonération fiscale des cotisations syndicales.
Le Premier ministre Juha Sipilä a démenti l’existence de telles listes cachées.
Le député du Rassemblement national Juhana Vartiainen a défendu le gouvernement. Selon lui, il est bon que le gouvernement veuille réduire le pouvoir des syndicats qui ont plus de pouvoirs en Finlande que dans les autres pays nordiques. Il justifie le projet d’augmenter la durée du travail : « La compétitivité finlandaise est faible et il est quasiment impssible de réduire les salaires. Augmenter le temps de travail est un moyen d’arriver au même objectif ».
TS HS Yle

Ministre des Affaires sociales et de la santé

Mme Mäntylä estime qu’on pourrait encore baisser les remboursements pour les soins dans le privé
La nouvelle ministre des affaires sociales et de la santé Hanna Mäntylä (Vrais Finlandais) a déclaré lors d’une interview de la télévision commerciale MTV qu’elle était prête à diminuer encore plus que prévue dans le programme gouvernemental les remboursements pour les soins dans le privé.
Selon le programme du gouvernement, ces remboursements seront diminués de 20 %.
HS

TTIP

Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement
Selon Aamulehti, le professeur de droit international à l’université d’Helsinki, Martti Koskenniemi, qui a été très critique à l’égard du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, se félicite du fait que le nouveau gouvernement semble plus conscient des problèmes du traité.
Selon le programme gouvernemental, « le TTIP doit garantir le principe de l’Etat de droit et la sécurité alimentaire, ainsi que le droit des Etats membres à une règlementation non discriminatoire entre autres afin d’améliorer la protection de l’environnement et la protection des consommateurs ».
Selon la nouvelle ministre du commerce extérieur et du développement Lenita Toivakka, cette phrase a été ajoutée dans le programme gouvernemental pour augmenter la confiance. Elle souligne que le gouvernement est unanime que le TTIP est un objectif important. La ministre ne sait pas encore si le Parlement approuvera le traité.
« Il faut moderniser la protection des investissements. Le message aux commissaires à la dernière réunion des ministres du commerce a été qu’on allait dans la bonne direction. On le verra au plus tard à l’automne, lors de l’étude de la question au niveau national », selon Mme Toivakka.
AL/lun/A11

Défense

L’armée de l’air lancera des bombes air-sol en Laponie
Selon Helsingin Sanomat, l’armée de l’air organisera des essais de bombardement dès cette semaine en Laponie pour tester les bombes Jdam (Joint Direct Attack Munition).
Les essais sont liés à la mise à jour des F-18 Hornet. Jusqu’à présent ces appareils n’étaient pas dotés d’armes air-sol.
HS/dim/A8

Politique étrangère et européenne

Défense

Des concurrents pour le remplacement des chasseurs présentés à Turku
Turun Sanomat relève qu’un évènement de l’aviation, Turku Air Show, sera organisé à Turku vendredi prochain. Deux avions de l’armée de l’air suédoise, Saab 39 Gripen, seront sur place. Deux autres concurrents, le consortium Eurofighter et l’américain Lockheed Martin (qui construit le F-35 Lightning II) auront aussi leurs pavillons.
TS/dim/9

UE - Russie

Mme Hautala sur la liste noire russe des personnalités européennes interdites d’entrée en Russie
Helsingin Sanomat rapporte qu’un seul nom finlandais, celui d’Heidi Hautala, figure sur la liste noire interdisant l’entrée en Russie à 89 personnalités européennes. Pour Mme Hautala, parlementaire européenne de l’Alliance verte, qui a critiqué ardemment la Russie à maintes reprises, « cela n’est pas une surprise en soi ».
Elle estime que cette mesure est liée au fait que l’Union européenne doit réfléchir prochainement au sort des sanctions contre la Russie.
Le nouveau ministre des affaires étrangères Timo Soini n’a pas voulu commenter l’affaire vendredi. Il a écrit sur son blog samedi « qu’il ne fallait pas trop dramatiser l’affaire. La liste noire n’est pas une grande surprise. Je n’ai rien à ajouter aux commentaires de Mme Hautala. »
Mme Hautala a critiqué les commentaires de M. Soini, estimant que la Finlande devrait évoquer la question avec la Russie, comme le font plusieurs autres pays membres de l’Union. M. Soini a noté ensuite que la Finlande réagirait au niveau des hauts fonctionnaires.
Quant aux sanctions de l’UE, M. Soini souligne que leur sort dépend du développement en Ukraine.
Mika Aaltola, responsable de programmes à l’UPI, estime que la Russie a encore envie d’augmenter la pression pour que l’Union abandonne les sanctions.
Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européennes, estime, quant à lui, que la liste russe montre malheureusement que la crise en Ukraine n’est pas prête d’être résolue, malgré les accords existants.
HS/sam/A10, dim/A8, lun/A15, AL/dim/A21

Economie

Startups

Les startups finlandais attirent des investissements
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a un intérêt particulier des investisseurs de capital-risque envers les jeunes entreprises startup finlandaises qui sont en effet en deuxième position en Europe (par rapport au PNB) après la Suède et l’Irlande, la Grande-Bretagne, la Suisse et la Norvège.
Le nombre d’investissements est plus que le double par rapport à la moyenne européenne, vu la taille de l’économie. Les investissements en janvier-mars 2015 se sont élevés à 466 millions d’euros, contre 100-300 millions d’habitude.
HS/lun/A27

France - Finlande

Musique

Emmanuel Pahud
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert du flutiste Emmanuel Pahud qui s’est produit vendredi avec l’orchestre symphonique d’Helsinki.
HS

France

Politique

Les Républicains
Helsingin Sanomat rapporte que l’UMP a changé de nom.
HS

Société

Baccalauréat
Les quotidiens de Lännen Media publient un article de Patrick Le Louarn sur le baccalauréat français.
TS AL Kaleva

publié le 30/06/2015

haut de page