Juin 2014

Lundi 30 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Déclarations de M. Stubb
A Bruxelles, le nouveau Premier ministre finlandais Alexander Stubb a déclaré que, M. Juncker constituait un excellent choix comme président de la Commission. Il ne pense pas que la procédure qui a conduit à son élection l’affaiblisse. « En réalité, il aura eu un soutien plus fort et un départ meilleur que ses prédécesseurs depuis Jacques Delors ; Surtout parce qu’il n’est pas un candidat de compromis. M. Juncker sera un excellent président de la Commission qui bénéficie d’un fort soutien politique ».
M. Stubb estime que les relations entre l’UE et la Grande-Bretagne vont connaître une période plus difficile. « J’espère que cela n’aura pas d’effets trop importants pour la participation de la Grande-Bretagne à l’UE car pour des pays come la Finlande, la participation de la Grande-Bretagne à l’UE est très importante. C’est pourquoi nous avons toujours soutenu Cameron qui est dans une situation difficile ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat considère que « le départ britannique de l’UE serait une grande perte. Pour la Finlande aussi il est important que la Grande-Bretagne se maintienne dans l’union comme force libérale assurant un équilibre. »
Concernant les autres postes à pourvoir dans l’UE, M. Stubb a prédit deux semaines difficiles de négociations.
Interrogé sur un assouplissement du pacte de stabilité et de croissance, M. Stubb a assuré qu’il n’en était rien. « Notre interprétation, avec l’Allemagne et les Pays-Bas, est que qu’il n’y a aucune modification en pratique du pacte ».
Concernant une possibilité de ne pas comptabiliser les dépenses d’investissement, M. Stubb a déclaré que « tout est possible dès lors que l’on s’en tient au cadre fixé par le pacte de stabilité et de croissance ».
Concernant les discussions sur la crise en Ukraine, M. Stubb a souligné que le gouvernement finlandais ferait tout son possible pour que d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie ne touchent pas plus l’économie finlandaise que celles des autres Etats membres. Il rappelle que l’IE na pas décidé la mise en place d’un troisième niveau de sanctions économiques même si la situation en Ukraine demeure tendue.
HS KS AL

Maintien de la paix

L’opération en Afghanistan a coûté de plus en plus cher à la Finlande
Aamulehti rapporte que les frais de l’armée finlandaise en Afghanistan n’ont cessé de croître dans l’opération de la FIAS qui prend bientôt fin.
Ainsi le coût en a été de 33 millions durant les années 2002-2005 mais au total de 238 millions de 2002 à 2013.
Selon le rapporte de l’inspection des finances de l’Etat, ce coût représente sur la période un quart des dépenses des opérations extérieures de la Finlande évaluées à environ 1 milliard d’euros. L’inspection des finances a critiqué les carences dans les rapports sur la participation de la Finlande à la FIAS.
AL

RCA

Les missions éducatives de l’aide de l’église finlandaise
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la première organisation finlandaise de coopération au développement, Kirkon ulkomaanapu (aide extérieure de l’église luthérienne finlandaise).
Elle a un vaste programme d’aide en RCA destiné aux écoles.
A Bangui, ce sont 800 élèves qui sont concernés et dans toute la RCA ce programme touche 15 000 élèves.
HS

Politique intérieure

Ouverture du mariage aux homosexuels

Déclarations de M. Rinne
Selon Helsingin Sanomat, le président du Parti social-démocrate, M. Antti Rinne, défend fermement l’ouverture du mariage aux homosexuels. La commission des lois du Parlement a voté la semaine dernière contre l’initiative populaire à ce sujet Le Parlement étudiera toutefois la question en séance plénière à l’automne.
M. Rinne rappelle que le PSD est favorable à l’initiative et souhaite que les députés sociaux-démocrates votent pour. « Les droits de l’homme appartiennent à tout le mode et la réalisation des droits des gens ne doit pas dépendre de la morale ou de la conscience des autres personnes », selon M. Rinne.
A la question du quotidien de savoir s’il exige que les députés du PSD votent pour l’initiative, M. Rinne répond : « Je souhaite que les sociaux-démocrates votent pour. »
HS/dim/A17

Propos du Premier ministre Stubb
Le Premier ministre Alexander Stubb écrit sur son blog qu’en 2010, le Parti conservateur a pris position en faveur de l’ouverture du mariage aux homosexuels.
Helsingin Sanomat note que les propos du Premier ministre et du ministre des Finances ont de l’importance dans l’affaire. M. Stubb a été le premier signataire de la proposition de loi il y a deux ans. Cette fois-là, le projet avait échoué au Parlement.
Le quotidien se félicite du fait que les deux ministres ont pris position à ce sujet plus fermement que leurs prédécesseurs.
HS/lun/A11

Alliance des gauches

Le groupe de gauche souhaite sa réintégration dans le parti
Turun Sanomat rapporte que MM. Markus Mustajärvi et Jyrki Yrttiaho, les deux députés ayant quitté le groupe parlementaire de l’Alliance des gauches après les élections législatives de 2011 et qui ont ensuite formé leur propre groupe de gauche, souhaitent désormais rejoindre le groupe parlementaire de l’Alliance des gauches, puisque le parti a quitté le gouvernement.
Mme Annika Lapintie, président du groupe parlementaire, se contente de dire que la question sera étudiée après la pause estivale du Parlement à l’automne.
TS/sam/7

Tabac

Le ministère des Affaires sociales souhaite une Finlande sans tabac d’ici 2040
Selon Helsingin Sanomat, le ministère des Affaires sociales et de la Santé propose de nouvelles restrictions dans la vente et la consommation du tabac. Le ministère souhaite interdire de fumer dans les voitures où il y a des mineurs. Une telle proposition a déjà été étudiée à la commission des lois constitutionnelles du Parlement qui l’avait rejeté.
Le ministère souhaite également interdire de fumer par exemple dans les parcs d’attraction et à la plage. Le ministère veut aussi unifier les paquets de cigarettes qui seraient sans logos. L’Australie a déjà réalisé ce projet et les expériences sont encourageantes.
Kaleva/sam/17

Vie professionnelle

Augmentation du chômage des diplômés
Helsingin Sanomat rapporte que le nombre de chômeurs diplômés a augmenté de 20 % dans la région de la capitale pendant les derniers douze mois ; il y en a plus de 12 000. Plus de 3 500 diplômés sont sans travail depuis plus d’un an.
Nokia avait licencié, il y a deux ans, au total 5 000 personnes. Les communes de la région de Helsinki n’étaient pas préparées à un tel chômage. Helsinki, Espoo et Vantaa se sont ensuite mis à faire de la coopération pour lutter contre le chômage des diplômés. Les communes, les autorités de l’emploi, le ministère du Travail, les syndicats dans la technologie et les entreprises ont formé des groupes de restructuration.
HS/lun/A18

France - Finlande

Economie

Habitat s’implante en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe d’ameublement Habitat va ouvrir quatre magasins en Finlande. Le premier, au centre d’Helsinki, devrait ouvrir en octobre.
HS

Vendredi 27 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« M. Stubb promeut le modèle finlandais » HS
A Ypres, le nouveau Premier ministre finlandais Alexander Stubb a déclaré que, selon lui, « l’UE avait besoin d’un même programme que le nouveau gouvernement finlandais : une rigueur budgétaire pimentée d’un peu de relance ».
M. Stubb estime qu’il y aura un conseil européen extraordinaire en juillet pour approuver la candidature de M. Juncker à la présidence de la Commission. On y discutera aussi des trois autres hauts postes : la présidence du conseil européen, la présidence de l’eurogroupe et le poste de haut représentant.
M. Stubb estime que le conseil européen actuel constitue une bonne opportunité de promouvoir les candidatures finlandaises pour ces postes.
Concernant l’opposition britannique à la nomination de M. Juncker, M. Stubb a déclaré : « la dernière réunion du PPE témoigne d’une situation plus apaisée. J’ai moi-même insisté auprès de M. Juncker pour que son programme à la tête de la Commission prenne en compte les idées de politique économique britanniques ».
Helsingin Sanomat relève que, de son côté le président du PSD Antti Rinne a participé à la réunion du PSE qui demande plus de relance et un assouplissement du pacte de stabilité et de croissance.
« Il y a là une différence de points de vue entre le PSE et le PPE », reconnaît M. Stubb
HS

Défense européenne

Déclarations de Mme Pietikäinen
Mme Sirpa Pietikäinen, ancienne ministre, a été réélue au Parlement européen sur la liste du parti conservateur. Elle dirige le petit groupe du Kokoomus au PPE.
Dans une interview accordée à Nykypäivä, elle déclare que la lors de la nouvelle législature du parlement européen, le débat sur la défense de l’UE sera primordial. « La crise en Ukraine va faire pour la politique de sécurité de l’UE la même chose que la crise financière pour la politique économique ».
Elle affirme que les garanties de sécurité qu’offre l’UE sont sous-estimées. Pour la Finlande aussi, le fait d’être membre de l’UE a pour effet qu’un éventuel ennemi doit prendre en compte ce que les Etats membres seraient prêts à faire pour la défendre.
Mme Pietikäinen se déclare pragmatique sur l’OTAN : la Finlande peut y adhérer si cela lui est profitable, mais il ne faut toutefois pas trop compter sur l’alliance. « Je ne suis pas certaine qu’elle soit le meilleur modèle. S’il y avait une petite crise locale ici, il est peu probable que les troupes de l’OTAN interviendraient », dit-elle.
Elle admet que l’OTAN peut aussi servir de dissuasion, mais précise que, selon elle, l’UE constitue une dissuasion tout aussi efficace.
Mme Pietikäinen estime que l’UE devrait assumer plus de responsabilité concernant sa sécurité et sa défense. Actuellement, elle repose beaucoup sur l’armement américain. Mais si les Américains estiment ne pas avoir à intervenir, ils n’interviendront pas. « Le problème du débat sur l’OTAN, c’est que l’on fait trop confiance à un Etat tiers. Pourquoi les Américains seraient-ils prêts à payer ? »
NP

Fonds européen d’ajustement à la mondialisation

La Finlande pourrait être plus active pour demander des aides
L’inspection des fiances de l’Etat estime que la Finlande pourrait être plus active pour demander des aides du fonds européen d’ajustement à la mondialisation.
La Finlande a dernièrement demandé ce type d’aides pour la restructuration de STX.
Depuis huit ans, la Finlande a reçu 20 millions d’euros de ce fonds. Dans le même temps, la Finlande a abondé ce fonds européen à hauteur de 10 millions d’euros.
L’inspection des finances critique le gouvernement qu’elle accuse d’interpréter les règles qui président à l’attribution de ces aides d’une manière plus stricte que la commission. La Finlande n’a demandé ‘aides que pour des plans sociaux concernant plus de 500 emplois. Or, des aides ont déjà été émises par ce fonds pour des plans sociaux de moins de cent emplois.
Yle

Construction navale

Vers un accord sur la cession du chantier de Turku ?
Turun Sanomat rapporte que le projet de rachat de STX Finlande par Meyer Werft et l’Etta finlandais arrive à terme, à la date butoir prévue de fin juin.
Le résultat de ces négociations pourrait être rendu public aujourd’hui ou, au plus tard lundi.
Turun Sanomat précise que si cette cession se réalisait, le chantier de Turku pourrait recevoir la commande de deux navires pour l’armateur américain NCL.
TS

Politique intérieure

Partis politiques

Selon un nouveau sondage, la popularité du PSD a encore baissé
Selon un sondage d’opinion effectué pour le journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, le Parti conservateur Kokoomus est encore en tête avec une audience de 20,3 % (+0,2 point par rapport au sondage de mai). Il est suivi du Parti du centre, 19,5 % (± 0) et des Vrais Finlandais, 17,9 % (qui ont perdu 1 point). La popularité du Parti social-démocrate a baissé à 14,8 % (-0,2 point).
L’audience de l’Alliance des gauches est en hausse, à 9,3 %, soit plus de 0,8 point par rapport à mai. L’Alliance verte a perdu un peu, de 9,3 à 9,0 %. Le score du Parti suédois est de 4,2 %, soit une baisse de 0,2 point. Les Chrétiens-démocrates ont obtenu 0,6 point de plus qu’en mai, soit 3,8 %.
La hausse de la popularité de l’Alliance des gauches a commencé quand ce parti a quitté le gouvernement.
L’audience du PSD n’a jamais été aussi basse selon les sondages effectués par Yle.
Le président du PSD, M. Antti Rinne, ne croit pas que les électeurs femmes auraient quitté le PSD en raison du changement du président du parti.
Taloustutkimus a effectué le sondage entre le 2 et le 25 juin auprès de 2 902 Finlandais.
Yle, HS/A13

Parti social-démocrate

Lourde amende pour M. Rinne
Helsingin Sanomat rapporte que selon le tabloïd Ilta-Sanomat, le président du parti social-démocrate, M. Anti Rinne, a eu une amende de 1 716 euros pour excès de vitesse le 22 avril dernier, pendant sa campagne pour être élu à la présidence du PSD. Il a roulé à 126 km/h sur l’autoroute de Lahti où la vitesse est limitée à 100 km/h.
HS/A13

Réforme des services sociaux et de santé

Les décisions sur les centres de soins seront toujours prises par les communes
Selon les informations de Helsingin Sanomat, les dirigeants au niveau des communes auront aussi à l’avenir le pouvoir pour prendre les décisions sur les centres de soins et les centres de consultation des nourrissons, au moins dans la région de la capitale.
Selon la ministre des Services sociaux, Mme Susanna Huovinen, « il est probable que la responsabilité des décisions incombera à ceux qui sont responsables de produire les services ». Mme Huovinen souligne que l’intention n’est pas de modifier les structures qui fonctionnent.
Les communes seront consultées sur le projet de loi à partir de début août. Le gouvernement devrait présenter le projet de loi à l’automne pour que la loi entre en vigueur en 2015.
HS/A17

Editorial : la réforme a un fondement solide
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime qu’après des décisions prises cette semaine, la réforme des services sociaux et de santé commence à avoir un fondement suffisamment solide. Les politiciens n’ont pas compris au début qu’il s’agissait d’un ensemble très compliqué et les experts n’ont pas compris que, dans la politique, les décisions prennent énormément de temps. Depuis l’échec de la réforme structurelle des communes le modèle précédent pour la réforme des services sociaux et de santé a également échoué.
Selon la ministre des services sociaux Susanna Huovinen, tous les partis politiques ont fait des compromis dans l’affaire. Le résultat s’appuie fortement sur la production de services du secteur public.
HS/A4

Gouvernement

« Le paquet de croissance est en réalité un mini-programme » HS
Selon Helsingin Sanomat, le paquet de croissance rendu public à l’issue des négociations gouvernementales est en réalité moins important qu’il ne l’a été annoncé.
HS souligne que le gouvernement n’a cessé de parler d’un paquet de 1,1 milliard d’euros sur quatre ans. Or, il n’est pas dans les habitudes en Finlande d’additionner les effets de mesures de relance sur plusieurs années. HS rappelle que le ministère des Finances n’a jamais évoqué ce chiffre de 1,1 milliard d’euros qui vient donc du gouvernement.
En réalité, le plan de relance est de 288 millions d’euros pour 2015 (uniquement des allègements fiscaux), 262 en 2016 (dont 100 millions pour la ligne ferroviaire Pisara), 222 en 2017 (dont 60 millions pour le métro) et 342 en 2018 (dont 180 millions pour le métro).
HS se demande pourquoi le gouvernement a voulu, en insistant sur le chiffre de 1,1 milliard d’euros, donner une image plus importante de la politique de relance. On peut le comprendre du point de vue du PSD et de son nouveau président M. Rinne.
En revanche, cela ne correspond pas à l’attitude adoptée par M. Stubb avant des les négociations qui, insistait-il, devaient être minimum. Ce chiffre de 1,1 milliard aurait donc été produit pour alléger la pression pesant sur M. Rinne.
Du côté de l’entourage de M. Stubb, le chiffre de 1,1 milliard d’euros est défendu car il correspond à l’endettement supplémentaire de la Finlande sur quatre ans pour financer ces mesures de relance.
HS

Concurrence

Valio condamné
Le tribunal de la concurrence a condamné Valio à une amende de 70 millions d‘euros pour abus de position dominante dans l’intention de chasser le concurrent suédo-danois Arla.
Il s’agit de l’amende la plus importante jamais infligée à une entreprise par le tribunal de la concurrence.
HS

Industrie du jeu vidéo

Un secteur en forte croissance
L’industrie des technologies de l’information et des programmes a connu une croissance de 11,4% en 2014. Ce sont surtout les entreprises du domaine des jeux qui sont à l’origine de cette croissance, rapporte Helsingin Sanomat.
HS relève aussi que la société de jeux vidéos finlandaise Grand Cru (considérée comme l’une des startups les plus prometteuses en Europe) vient de sortir un nouveau jeu Supernauts.
HS

France - Finlande

Musique

Charles Gil
Helsingin Sanomat a publié un portrait de Charles Gil, producteur de jazz et directeur de Vapaat äänet qui, depuis 1996, fait venir en Finlande des groupes de jazz français.
Helsingin Sanomat précise qu’il a pu bénéficier de l’accord d’échanges culturels franco-finlandais. La France continue à soutenir ses actions. Si la réciprocité n’est pas comparable, concernant son projet de tournées de jazz finlandais en France, il peut toutefois faire jouer des musiciens finlandais avec les Français se produisant en Finlande, précise HS.
HS

Histoire

Le soutien français à la Finlande durant la guerre d’hiver
Nykypäivä présente le livre d’Henrik Tala, Talvisodan Ranskalaiset ratkaisijat qui sortira en août sur le soutien français à la Finlande durant la guerre d’hiver, en 1939-1940.
NP

Jeudi 26 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

M. Katainen, commissaire aux affaires économiques jusqu’en octobre
Le président de la Commission a décidé de confier à M. Jyrki Katainen le portefeuille occupé par Olli Rehn à la Commission européenne.
M. Katainen sera donc commissaire aux affaires économiques jusqu’à la nomination de la prochaine commission.
HS

Ukraine

Déclarations de M. Tuomioja
Dans une interview accordée à Kauppalehti, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que la crise en Ukraine n’a pas influencé directement la situation de sécurité de la Finlande ni ne motive un changement dans la politique de sécurité de la Finlande.
Selon lui, la Russie qui a été humiliée par la chute de l’URSS recherche en prenant la Crimée une revanche sans pour autant en tirer le moindre profit. « Les discours sur le retour de la Crimée peuvent faire plaisir à court terme, mais ils n’apportent aucune providence ni de sécurité supplémentaire. Au contraire, le prix en sera et en est très élevé ». M. Tuomioja considère que l’aventure en Crimée a coûté au président russe beaucoup plus cher qu’il ne le pensait.
M. Tuomioja estime que ce prix doit intéresser les oligarques et les russes ordinaires. M. Tuomioja durcirait les sanctions à l’égard de la Russie seulement si l’on peut prouver qu’elle est coupable de la dégradation de la situation ou d’un sabotage des plans de paix. Sinon, iol faut laisser le marché agir. « Tous les coûts viennent des réactions du marché en terme de hausse des taux, de baisse des cours… ce ne sont pas les Etats qui les ont mis en place. Et les réactions des marchés ne peuvent susciter de mesures de rétorsion, au contraire des sanctions étatiques. »
M. Tuomioja voit dans cet épisode un retour du nationalisme en Russie. « Pour la Russie et Poutine, il est important de se faire respecter. C’est un traumatisme qui influence le comportement et les décisions », déclare M. Tuomioja qui regrette que l’UE n’ait pas compris les sentiments des Russes.
A l’intention du président estonien, M. Tuomioja déclare que « la conception du monde de m. Ilves s’est formée à Munich et aux Etats-Unis quand les autres continuaient à vivre sur place, en Estonie ».
M. Tuomioja souligne, que l’on ne peut comparer la situation des pays baltes ou de la Finlande à la Crimée. Il estime que la Russie ne peut intervenir en Ukraine orientale car « cela serait perçu comme une guerre fratricide ».
M. Tuomioja ne partage pas l’analyse du ministre de la défense Carl Haglund qui considère que la crise en Ukraine va pousser la Finlande à entrer dans l’OTAN. « La situation de la Finlande n’est comparable à aucun autre Etat. Nous sommes dans toute l’histoire, le voisin le meilleur et le plus pacifique » de la Russie.
M. Tuomioja souligne que lors des mini-négociations gouvernementales il n’a pas été question de modifier la position du gouvernement sur l’OTAN.
M. Tuomioja n’est pas favorable à l’adhésion de la Finlande à l’OTAN. « Cela pourrait créer des tensions dans cette région du monde qui est l’une des plus tranquille de la planète depuis 70 ans. M. Tuomioja doute même que l’OTAN protègerait réellement la Finlande. Il rappelle que la position du PSD n’a pas changé : la plupart des membres du PSD y sont opposés.
M. Tuomioja pense que l’on peut faire confiance aux Suédois pour ne pas envisager l’adhésion à l’OTAN sans consulter ou informer la Finlande.
KL

Sri Lanka

M. Ahtisaari a été nommé conseiller pour l’enquête sur les crimes de guerre
Helsingin Sanomat rapporte que le président Martti Ahtisaari a été nommé conseiller à l’enquête des Nations Unies sur les crimes de guerre au Sri Lanka pendant la guerre civile qui s’est terminée en 2009. Le Sri Lanka s’oppose à l’enquête.
Président de la Finlande de 1994 en 2000, M. Ahtisaari a reçu le prix Nobel pour la Paix en 2008. Il fait partie du groupe des « Elders ». Deux autres experts des droits de l’homme ont également été nommés conseillers à cette enquête.
HS/A25

Syrie

La destruction des déchets chimiques syriens a commencé à Riihimäki
Selon Helsingin Sanomat, la destruction des déchets chimiques syriens a commencé dimanche dans les locaux d’Ekokem à Riihimäki. Le travail continuera tout l’été.
Les déchets sont détruits dans des fours haute température. Les déchets sont les mêmes qu’Ekokem traite normalement. « Dans les déchets syriens, il y a par exemple du méthanol », selon le directeur d’Ekokem Jani Lösönen.
Il ne s’agit pas encore d’armes chimiques mais des matières avec lesquelles on peut produire des armes chimiques. Ekokem recevra plus tard des déchets des armes chimiques neutralisées.
L’ONU et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques OIAC surveillent l’opération et les observateurs de l’OIAC surveillent la destruction aussi sur place.
Ekokem emploie environ 480 personnes, dont la plupart travaillent à Riihimäki. L’entreprise a d’autres usines de traitements de déchets en Finlande et une installation en Suède.
HS/A14

Politique intérieure

Parlement

Le gouvernement aiguise ses tactiques pendant la pause estivale
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que les grandes réformes du gouvernement sont toujours en attente. Au lieu des 150 projets de lois qu’il était prévu de transmettre au parlement ce printemps, seulement 90 l’ont été. Les projets sur la réforme des services sociaux et de santé, sur la réforme des retraites et sur le programme structurel sont toujours en attente.
HS

Gouvernement

Un mini-programme sous la pression des groupes parlementaires
Selon Helsingin Sanomat, les groupes parlementaires ont exercé une pression importante sur la préparation du programme gouvernemental. Le PSD s’y était visiblement mlieux préparé que le parti conservateur qui attendait sa nouvelle direction.
Martta Nieminen souligne toutefois que de nombreux sujets sont restés ouverts et que les décisions n’ont pas été prises dans les détails. Les arbitrages budgétaires de fion août promettent donc d’être particulièrement houleux.
HS

Mariage ouvert aux homosexuels

La commission des lois a rejeté la proposition d’initiative populaire
La commission des lois a donné un avis défavorable par 10 voix contre 6 sur la proposition d’initiative populaire visant à ouvrir aux homosexuels le mariage.
On s’attendait à un vote serré. En effet, la même commission avait rejeté par 9 voix contre 8 une proposition d’origine parlementaire sur le même sujet.
La proposition sera soumise toutefois au vote en séance plénière du parlement à l’automne.
HS

Réforme des services sociaux et de santé

Une solution a été trouvée mercredi
Selon Helsingin Sanomat, tous les partis représentés au Parlement se sont réunis pour prendre une décision concertée sur la réforme des services sociaux et de santé. Pour la ministre des Services sociaux, Mme Susanna Huovinen, qui a dirigé le groupe de travail chargé de la réforme, « il s’agit d’un résultat historique qui est utile surtout pour les citoyens qui n’ont pas jusqu’à présent obtenu les services sont ils ont besoin.
Les membres du groupe de travail soulignent que le travail continuera dans les communes, après l’entrée en vigueur de la nouvelle législation. « C’est un processus qui prendra au moins cinq ans », selon le député centriste Juha Rehula, ancien ministre des Services sociaux.
La réforme signifie la création de cinq régions de gestion de services sociaux et de santé. A l’intérieur de ces régions, les communes sont obligées de coopérer au sein des groupements de communes. Une région de gestion comprendra environ 60 communes.
Le Parlement étudiera la réforme à l’automne et la loi doit entrer en vigueur début 2015. Le nouveau système devrait être en place en 2017.
HS/A10

Coopération transfrontalière

La coopération finno-suédoise peut échouer en raison de la bureaucratie
Helsingin Sanomat relève que la commune de Pello en Laponie, à la frontière finno-suédoise, a une coopération avec la commune suédoise d’Övertorneå concernant les permanences des centres de soin.
Les autorités finlandaises menacent de mettre fin à cette coopération parce que, selon la loi finlandaise, les médecins doivent parler le finnois. « Cela est nécessaire aussi pour la sécurité des patients », souligne Mme Marja-Terttu Jolma, médecin en chef de la Laponie. La permanence des week-ends risque désormais être organisée à Rovaniemi, à cent kilomètres de Pello.
Les habitants de Pello disent qu’ils se débrouillent en finnois aussi à Övertorneå en Suède. Quatre médecins sur six sont des Finlandais.
La commune de Pello, qui est unilingue, a décidé de payer 50 euros pour 300 habitants de la commune s’ils changent leur langue maternelle du finnois vers le suédois dans les registres pour que la commune puisse devenir bilingue – et que les habitants puissent continuer à aller chez le médecin en Suède.
Le député centriste Simo Rundgren, président de la délégation finlandaise au Conseil nordique, souligne que la coopération frontalière nécessite des politiciens et des fonctionnaires une interprétation flexible des lois.
HS/A16

Education

Les enseignants finlandais satisfaits de leur emploi
Selon une étude de l’OCDE, les enseignants finlandais sont parmi les plus satisfaits de leur emploi.
95% des enseignants finlandais estiment que les avantages l’emportent sur les inconvénients dans le métier d’enseignants (contre 77% en moyenne dans l’OCDE). Ils sont 85% à déclarer qu’ils choisiraient ce métier si c’était à refaire (contre 78% en moyenne dans l’OCDE).60% des enseignants finlandais estiment que leur métier est bien reconnu (contre 5% des Suédois et 18% des Danois).
Selon les directeurs d’établissements finlandais, les absences et retards des élèves sont plus nombreuses en Finlande que dans les autres pays nordiques.
De même les enseignants ont moins de journées de formation (seulement trois par an).
Selon les statistiques, 77% des enseignants en Finlande sont des femmes, leur moyenne d’âge est de 44 ans.
HS

Entreprises

Plus de sponsoring pour le sport que pour la culture
Selon Helsingin Sanomat, les entreprises finlandaises sont plus intéressées pour sponsoriser le sport (42% des entreprises donnent des aides à des associations sportives), les services de santé (18%) ou la jeunesse (15%) que la culture (2%).
HS

Mercredi 25 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Déclarations de M. Tuomioja
Au journal télévisé de ce matin, le ministre des Affaires étrangères erkki Tuomioja a déclaré que la situation en Ukraine orientale était meilleure qu’il y a une semaine. Il estime que la situation demeure complexe mais qu’il y a des éléments positifs comme le cessez-le-feu et les négociations entre les troupes gouvernementales et les séparatistes.
Le problème demeure l’existence de troupes incontrôlables. Même si les séparatistes ne fonctionnent pas officiellement au nom de la Russie, M. Tuomioja estime que la Russie les a soutenus. « On peut conclure que la Russie a libéré le mauvais génie de la lampe à huile et a soutenus les séparatistes en leur donnant certainement à un moment des armes, des ressources et de l’argent ».
M. Tuomioja craint que la Crimée demeure une « plaie ouverte » pour longtemps.
M. Tuomioja souligne qu’il revient à l’Ukraine de décider seule ce qu’elle est prête à concéder aux séparatistes pour promouvoir le plan de paix. « Personne ne peut dicter les solutions. Surtout pas quelqu’un de l’étranger ».
Yle

RCA

Nouvelle aide de la Finlande
La Finlande alloue 1,5 million d’euros supplémentaire d’aide humanitaire à la RCA par le biais du programme alimentaire mondial.
« La situation en République centrafricaine est très alarmante. Tant en RCA que dans les pays voisins, les réfugiés sont sous-alimentés et il n’y a plus de production agricole », a déclaré le ministre du développement international Pekka Haavisto.
HS Dem

Construction navale

Meyer Werft vise deux commandes… qui pourraient être construites à Turku
Turun Sanomat rapporte que le chantier allemand Meyer Werft vise deux grandes commandes de navires qui pourraient être construits à Turku si le projet de rachat du chantier naval de STX aboutit.
TS

Politique européenne

Une plate-forme sur les « grands carnivores »
L’UE a créé une plate-forme pour contribuer à résoudre les conflits sociaux posés par les grands carnivores et qui rassemble des représentants des éleveurs, des chasseurs, des habitants, des chercheurs et des associations environnementales.
Le représentant nordique de ce groupe de travail est le président de l’union des chasseurs finlandais Lauri Kontro qui est aussi vice-président de FACE (Fédération des associations de chasse et conservation de la faune sauvage de l’UE). Il se félicite que l’on traite au niveau local la politique des grands carnivores.
La population des loups en Finlande a diminué de moitié en moins de dix ans, rappelle HS.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Nomination du gouvernement de M. Stubb
« M. Niinistö engage le gouvernement à se mettre au travail » HS
Le Président Niinistö a approuvé la démission du gouvernement Katainen et nommé le gouvernement Stubb.
« Le gouvernement a hérité de beaucoup de travail du gouvernement précédent. Les réformes structurelles dont on a beaucoup parlé doivent être finalement décidées et mises en place. On accorde beaucoup d’attention à l’image de notre action. Il faudrait maintenant se concentrer sur ses effets car nous sommes dans une période difficile », a dit le président avant de conclure à l’intention des ministres : « Montrez-nous ce dont vous êtes capables ! ».
Le premier ministre sortant, M. Katainen a déclaré que son gouvernement avait tout fait pour maintenir l’équilibre des finances publiques et contenir l’endettement. Il a reconnu que l’objectif de mettre fin à l’augmentation de l’endettement avait toujours été reporté et qu’il restait un long chemin à parcourir pour ses successeurs.
HS

Le gouvernement de M. Stubb obtient la confiance du Parlement
Le Parlement a voté aujourd’hui la confiance au gouvernement Stubb par 99 voix contre 79.
Le Premier ministre a présenté son programme gouvernemental, hier, au Parlement.
Dans son discours, M. Stubb a promis de poursuivre les réformes structurelles et les mesures d’ajustement budgétaire du gouvernement précédent. Il a aussi présenté de nouveaux investissements dans la croissance et l’emploi.
« Le programme gouvernemental comprend un paquet pour la croissance et l’emploi qui s’élèvera pour les quatre années à venir à 1,1 milliards d’euros. Ces décisions complètent le programme de croissance décidé en mars de 600 millions d‘euros qui sera mis en œuvre comme prévu. »
« Le paquet de croissance va augmenter l’endettement d’environ 200 millions d’euros par an pour les quatre prochaines années ».
« L’objectif du paquet de croissance est de renforcer le pouvoir d’achat et de réaliser des investissements publics qui ont un important potentiel de croissance. Il est toutefois important de ne pas se méprendre sur la portée de ce paquet de croissance : ses effets en 2015 seront d’environ un pour mille du PIB finlandais. Il s’agit d’un signal positif mais qui ne va pas changer tout seul la direction de l‘économie finlandaise ».
« Les décisions les plus importantes concernent la diminution de l’impôt sur le revenu qui produira une augmentation de 300 millions d‘euros du pouvoir d’achat des ménages en 2015 ». Outre ces décisions conjoncturelles, il y aura une diminution permanente de l’impôt sur le revenu de 70 millions d’euros ainsi que l’annulation de la taxe windfal sur l’énergie et de la suppression de l’exonération fiscale pour les frais de représentation des entreprises. L’effet permanent pour les rentrées fiscales annuelles est évalué à 180 millions d’euros, a précisé le Premier ministre.
L’opposition a critiqué les mesures annoncées. Le parti du centre a attaqué l’augmentation de l’endettement.
M. Soini (Vrais Finlandais) a remis en cause la réalité de l’étendue du paquet de croissance.
HS vn.fi

Commentaires
« Ce que Katainen a économisé, Stubb le dépense » HS
« Un débat sans surprise qui sentait les vacances » TS
« En toile de fond, une tactique électorale » SM
Piia Elonen (HS) rappelle que le gouvernement Katainen, sous la direction de M. Katainen et Mme Urpilainen a approuvé quatre paquets d’économies qui ont rassemblé toutes les mesures possibles de diminution de dépenses et hausses fiscales, allant même à toucher à ce que tout politicien redoute, diminuer les allocations familiales. Ces économies ont même provoqué le départ de deux ministres. La direction de la politique a changé avec l’arrivée de M. Stubb et M. Rinne. A la place de paquets d’économies, ils ont mis en place un paquet de relance : le gouvernement augmente les dépenses de 600 millions d‘euros et diminue les recettes fiscales de 410 millions. Ce paquet de 1,1 milliard d’euros peut sembler important au regard de la difficulté qu’il y avait eu à prendre des mesures d’économies. Rien que pour 2015, le gouvernement Katainen avait prévu des coupes budgétaires et augmentations d’impôts pour 5,4 milliards d’euros. Sous la direction de M. Stubb, en deux jours une partie de ce travail a été réduit à néant. M. Stubb était pressé d’obtenir la formation de son gouvernement avant la Saint-Jean. Cela nécessitait des compromis. C’est pourquoi il a été difficile au groupe parlementaire du parti conservateur d’avaler un paquet de relance bien différend de la politique de rigueur du parti conservateur. M. Stubb a fait preuve d’autorité en imposant cette décision à ses troupes, conclut HS.
Kirsi Turkki (TS) souligne pour sa part que le débat au parlement sur le programme gouvernemental s’est déroulé dans une atmosphère de départ en vacances et sans aucune surprise.
Le journal du Centre Suomenmaa revient sur la composition du gouvernement et l’important changement de ministres. Selon le chercheur Ville Pitkänen, en vue des élections législatives, il est important pour un parti que les ministres viennent des plus grandes circonscriptions. Ainsi Mme Virkkunen (de la circonscription de la Finlande centrale qui envoie 10 députés au Parlement) a quitté le gouvernement et Mme Räty (circonscription de Helsinki, 22 députés) y est entrée. De même M. Koskinen (irconscription du Häme, 17 sièges) a quitté le gouvernement et M. Orpo (Circonscription du Sud-Ouest, 17 députés) y est entré. Mme Toivakka elle aussi représente une grande circonscription (Sud-Est, 17 sièges).
HS TS SM

M. Niinistö souhaiterait renforcer la défense
Dans son discours à l’occasion de la nomination du gouvernement, le président Niinistö a déclaré que les Finlandais devaient se préparer à des acquisitions plus importantes que prévues dans le domaine de la défense ; « Une conclusion est certaine : nous devons veiller à notre capacité de défense. Cela nécessite des ressources, peut-être plus importantes que celles dont nous avons parlé jusqu’à présent ».
Aamulehti précise qu’il s’agit d’acquisitions d’armement pour l’armée finlandaise. Le quotidien souligne que, au plus tard à la fin de la prochaine législature, il faudra décider le remplacement des chasseurs de l’armée de l’air.
Aamulehti rapporte aussi que le président, en s’adressant au premier ministre sortant katainen, a déclaré sur « la coopération entre le président et le gouvernement avait fonctionné conformément au texte constitutionnel. Peut-être sommes-nous du même avis que ce texte ne doit pas être modifié dans le même sens que jusqu’à présent. Au printemps, nous avons bien vu à qel point la coopération est importante quand le même sujet est abordé tant dans l’UE que dans d’autres cercles ». Selon le quotidien, il s’agit-là d’une critique du président contre la constitution qui a limité les pouvoirs du président qui ne participe plus aux sommets européens, y compris lorsque la politique étrangère y est traitée.
AL

Réforme des services sociaux et de santé

La réforme approche du but
Helsingin Sanomat rapporte que les partis représentés au parlement tiennent aujourd’hui leur dernière réunion pôur préparer la réforme des services sociaux et de santé. En effet, si le projet de loi n’est pas bouclé avant la fin juin, il risque de ne jamais voir le jour. Pour être étudié au Parlement à l’automne, il doit en effet soumis pour avis avant durant le mois de juillet.
La loi pourrait entrer en vigueur début 2015 et le nouveau système être en place dans deux ans.
L’objectif est toujours de créer cinq régions de gestion des services sociaux et de santé.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que cette réforme est cruciale en raison du vieillissement de la population. En effet, selon une récente étude, la part des plus de 75 ans (qui utilisent le plus les services sociaux et de santé) augmente rapidement et le besoin en services sociaux et de santé devrait doubler durant le prochain quart de siècle. Or, les moyens financiers pour ces services ne peuvent augmenter à la même vitesse : on évlue leur progression sur la même période à 7%. De pluys, les différences régionales seront sensibles : la part des plus de 75 ans dans l’Est du pays sera d’un quart de la population en 2040. . Les ressopurces par personne âges seront donc moindre et il faut pour cela modifier la structure des services, relève HS.
HS

Mariage ouvert aux homosexuels

La commission des lois rejette la proposition d’initiative populaire
La commission des lois a voté aujourd’hui sur la proposition d’initiative populaire visant à ouvrir aux homosexuels le mariage. Elle a donné un avis défavorable par 10 voix contre 6.
On s’attendait à un vote serré. En effet, la même commission avait rejeté par 9 voix contre 8 une proposition d’origine parlementaire sur le même sujet.
La question n’était toutefois que de savoir si la commission donnait un avis favorable ou défavorable à la proposition qui, « de toute façon sera soumise à l’ensemble du parlement, à l’automne », précise le député Mikael Jungner.
SM Yle

Mardi 24 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Réunion des ministres des Affaires étrangères

Déclarations de M. Tuomioja
A Luxembourg, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que les ministres européens soutenaient le plan de paix du président ukrainien Porochenko.
« Le problème est qu’il y a en Ukraine des acteurs qui ne sont pas sous les ordres des dirigeants étatiques. Ils peuvent constituer un obstacle [à la paix], même si tous les Etats étaient engagés par le plan de paix ».
Dem

Syrie

Les déchets d’armes chimiques seront détruits rapidement
Helsingin Sanomat rapporte que l’entreprise de traitements de déchets Ekokem détruira à Riihimäki quelque centaines de tonnes de déchets d’armes chimiques syriennes dans le cadre de l’opération internationale surveillée par l’ONU et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques OIAC.
Le cargo norvégien Taiko est arrivé samedi matin au port de Hamina avec 50 containers de déchets qui sont transportés à Riihimäki. Les containers contiennent des liquides corrosifs, inflammables ou des substances nocives. M. Jani Lösönen, directeur d’Ekokem, souligne que le projet ne cause aucun danger pour l’environnement. « Des produits chimiques semblables sont régulièrement utilisés dans l’industrie chimique finlandaise. »
La surveillance des cargaisons de déchets arrivant des zones de crise est particulièrement stricte, selon Mme Tuuli Myllymaa de SYKE, Centre national de l’environnement.
HS/A11

Prix

Le niveau des prix finlandais parmi les plus élevés en Europe
Helsingin Sanomat relève que selon une comparaison internationale publiée lundi par le Centre national de la statistique, les pays les plus chers de l’Europe sont la Suisse et la Norvège. La Finlande se trouve en cinquième position, après le Danemark et la Suède.
HS/A11

Politique intérieure

Gouvernement

Nomination du gouvernement de M. Stubb
« M. Stubb construit déjà une équipe électorale » HS
« M. Stubb prépare ses troupes pour les élections » Hbl
« M. Stubb prépare l’arme électorale du parti conservateur » KS
Le Parlement a approuvé par 98 voix contre 76 la nomination de M. Stubb comme premier ministre. 25 députés étaient absents. Le vote a eu lieu sans débats.
Aujourd’hui, le Président Niinistö a approuvé la démission du gouvernement Katainen et nommé le gouvernement Stubb.
Après le vote au Parlement, M. Stubb a précisé qu’il n’avait pas encore été question de la répartition des tâches avec le président en politique étrangère. M. Stubb précise toutefois que la question de l’OTAN ne sera pas sujet de discorde : « la position du gouvernement sur l’OTAN est très claire : on peut en discuter mais il n’y a pas de dissensions ».
M. Stubb a annoncé qu’il se rendrait en Estonie et en Suède.
« Nous construisons une équipe en vue des élections législatives de 20125 », a déclaré M. Stubb au Parlement.
Il a donc proposé sa liste de ministres conservateurs au groupe parlementaire en insistant sur « la prise en compte de facteurs géographiques, de compétence et de genre ». Ce choix traduit aussi la volonté de réunir le partir après les élections du congrès : Mme Paula Risikko, défaite par M. Stubb pour la présidence, a choisi de changer de portefeuille. Le choix de M. Orpo vise à faire un geste pour les partisans de M. Vapaavuori.
Le groupe parlementaire du parti conservateur a choisi ses nouveaux dirigeants : le député Arto Satonen va diriger le groupe parlementaire ; les députés Outi Mäkelä, Ben Zyskowicz et Heikki Autto en son vice-présidents.
HS

Les ministres conservateurs ont de nouveaux secrétaires d’Etat
Turun Sanomat relève que le parti conservateur a aussi nommé de nouveaux secrétaires d’Etat pour ses ministres.
Le quotidien note le retour du conseiller de Katainen, M. Juho Romakkaniemi comme secrétaire d’Etat auprès de M. Stubb. C’est l’ancienne conseillère de Katainen, Mme Sirkku Linna qui sera secrétaire d’Etat de M. Vapaavuori. Le secrétaire d’Etat de Mme Risikko sera Sami Paatero, ancien secrétaire du groupe parlementaire du parti conservateur. La secrétaire d’Etat de Mme Räty sera Pia Pohja qui dirige l’union des services de santé.
Le secrétaire d’Etat des services du premier ministre, M. Olli-Pekka Heinonen est maintenu.
TS

Le PSD satisfait des négociations gouvernementales
Le conseil du PSD a décidé à l’unanimité le maintien du parti au gouvernement à l’issu des négociations gouvernementales. Le Parti est satisfait du résultat obtenu et en particulier des mesures prises pour la relance. « On va faire des investissements qui sont indispensables. Il est raisonnable de les faire lorsqu’il y a un trop plein de main d‘œuvre plutôt qu’en période de manque de main d‘œuvre », a déclaré Mme Filatov.
M. Rinne a déclaré que le programme gouvernemental portait la marque du PSD. « Le poids du PSD dans la politique finlandaise est plus important que ce qu’indiquent les sondages », a-t-il affirmé. Il a aussi souligné que, désormais, la politique européenne de la Finlande allait changer : « Nous avons pris la décision de changer de direction avec ce programme gouvernemental : nous insistons sur la croissance et la relance et non plus sur la rigueur et l’austérité ».
Le bureau des Verts a lui aussi décidé à l’unanimité le maintien du parti au gouvernement. Le parti est particulièrement satisfait des décisions en matière d’infrastructure et de transport.
Le parti populaire suédois et le parti chrétien-démocrate ont eux aussi décidé de continuer dans la coalition gouvernementale.
HS KS SM

Les Finlandais favorables à la politique de relance
Selon un sondage publié par Keskisuomalainen, une majorité des Finlandais sont favorables à ce que les recettes des privatisations soient utilisées pour des mesures de relance économique. Seulement un cinquième souhaitent que ces recettes de privatisation soient utilisées plutôt pour diminuer l’endettement.
KS

Commentaires
« Les électeurs n’ont que ce qu’ils choisissent » HS
« Les plus compétents ou les plus adéquats ? » AL
« De drôles de choix » TS
Helsingin Sanomat souligne que sur les dix-neuf ministres qui ont commencé la législature dans le gouvernement Katainen, il y a près de trois ans, seuls cinq continuent dans leurs attributions initiales. Et aucun parmi les conservateurs. L’éditorialiste considère que les partis de la coalition ont clairement fait le choix d’essayer d’attirer les électeurs mobiles plutôt que de se concentrer sur la gestion de la chose publique.
Aamulehti estime que les choix de M. Stubb montrent qu’il a bien compris la nécessité de faire des gestes en faveur des entourages de ses candidats malheureux à la présidence du parti, Mme Risikko et M. Vapaavuori. C’est pour cela qu’il n’a pas choisi de nommer ses soutiens (Mmes Mäkelä ou Grahn-Laasonen), mais plutôt ceux de ses concurrents (Mme Toivakka et M. Orpo). « Si l’on considère que la direction de la Finlande est assurée par des fonctionnaires compétents, n’importe quel politiciens digne de confiance fait un bon ministre. En effet, un ministre est celui qui dresse les grandes lignes, veille au respect du programme gouvernemental et prépare l’avenir – et se prépare aux prochaines élections ».
Turun Sanomat estime que les choix de ministres sont plus favorables à la tactique électorale du parti conservateur qu’aux intérêts de la Finlande. L’éditorialiste conclut en espérant que cette formation pourra résister à la pression des prochains arbitrages budgétaires et de la campagne électorale.
Keskisuomalainen estime que cette équipe de ministres conservateurs vise seulement à assoir M. Stubb à la tête de son parti. Cela n’est que s’il gagne les élections législatives que l’on verra l’équipe de M. Stubb.
HS AL TS KS

Parti des Chrétiens-démocrates

Les Chrétiens-démocrates projettent l’organisation d’un congrès anticipé pour changer de présidente
Selon Helsingin Sanomat, le bureau national des Chrétiens-démocrates a décidé lundi d’organiser un congrès anticipé le plus vite possible pour modifier les règles du parti pour qu’un congrès proprement dit puisse être organisé en janvier 2015, soit avant les élections législatives. L’arrière-pensée de certains membres du bureau national est que Mme Sari Essayah, ancienne parlementaire européenne – qui a obtenu 62 000 voix aux élections européennes de mai mais n’a pas été réélue – puisse se présenter pour la présidence du parti bien avant les élections législatives.
Mme Päivi Räsänen, actuelle présidente du parti et ministre de l’Intérieur, est étonnée de ce projet et s’y oppose fermement. « Il est raisonnable d’organiser le congrès du parti après les élections ». Mme Essayah ne veut pas encore dire si elle compte se présenter pour la présidence du parti. « Il est naturel de penser à la succession si une personne a présidé le parti pendant dix ans », souligne-t-elle en référence à Mme Räsänen.
HS/A11

Itella

Une grève cause des retards dans la distribution des colis postaux
Helsingin Sanomat relève qu’il est possible que les envois postaux soient en retard à la fin de cette semaine. Le syndicat des transports AKT a annoncé lundi de commencer mardi une grève de trois jours. Environ 300 employés dans les transports d’Itella, postes finlandaises, participeront à cette grève. Il s’agit de changement de description d’emplois et vingt personnes chez Itella.
HS/A24

Finnair

Finnair projette une externalisation des services de cabine
Helsingin Sanomat rapporte que Finnair projette une externalisation des services du personnel de cabine, d’ici 2016, d’une vingtaine de destinations aériennes. Le nombre d’employés diminuera de 540. Les externalisations font partie d’un programme d’économies de 200 millions d’euros.
HS/A24

France- Finlande

Champagne

Du Champagne Veuve Clicquot au fond de la mer
Selon Hufvudstadsbladet, Veuve Clicquot a immergé 350 bouteilles de champagne au fond de la mer, à 43 m de profondeur, dans l’archipel des îles Åland. « L’idée est d’étudier le processus de vieillissement du champagne », selon M. Dominique Demarville chez veuve Clicquot. Le projet doit durer au moins pendant 30 ans.
Il s’agit de 300 bouteilles normales – Yellow Label non-vintage, Vintage Rosé et du demi-sec – et 50 bouteilles magnum. En même temps, le même nombre de mêmes champagnes sont stockés dans les caves de Veuve Clicquot à Reims. Des bouteilles seront débouchées à intervalles réguliers pour que les experts de Veuve Clicquot puissent comparer le vieillissement du champagne stockée en mer et dans la cave.
HBL/6

Lundi 23 juin 2014

Politique intérieure

Gouvernement

De nouveaux ministres conservateurs
Le Parti conservateur a choisi ses nouveaux ministres. M. Alexander Stubb (46 ans), Premier ministre, sera remplacé en tant que ministre des Affaires européennes par la députée Lenita Toivakka (52 ans), vice-présidente du Parti conservateur.
Mme Laura Räty (36 ans), maire adjointe de Helsinki chargée des questions sociales et de la santé, sera nommée ministre des Affaires sociales et de la Santé, en remplacement de Mme Paula Risikko.
Mme Paula Risikko (54 ans) changera de portefeuille et sera nommée ministre des Transports et des Collectivités locales, en remplacement de Mme Henna Virkkunen, élue députée européenne.
M. Petteri Orpo (44 ans), président du groupe parlementaire conservateur, sera nommé ministre des l’Agriculture et de la Sylviculture, en remplacement de M. Jari Koskinen.
M. Jan Vapaavuori (49 ans) est le seul ministre conservateur à garder son portefeuille, celui de l’Economie.
Le bureau national du Parti conservateur a approuvé les propositions ministérielles de M. Stubb à l’unanimité.
Yle, HS

M. Stubb nommé Premier ministre demain
Helsingin Sanomat relève que M. Alexander Stubb, prochain Premier ministre, a proposé ce matin ses candidats ministériels devant le bureau national du Parti conservateur. Selon la presse, il s’agit de Mmes Lenita Toivakka, députée, et Laura Räty, maire adjointe de Helsinki, et de M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire. Le bureau national a ensuite proposé les noms des ministres au groupe parlementaire du Kokoomus qui a approuvé les nominations.
Le bureau national et le groupe parlementaire se sont réunis à dix heures pour approuver le programme gouvernemental et la décision de participer au gouvernement.
Les autres partis représentés au gouvernement doivent également approuver le programme gouvernemental et leurs ministres. Le Parti conservateur est le seul parti qui doit changer de ministres, parce que Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales a été élue au Parlement européen et M. Stubb, ancien ministres des Affaires européennes et du Commerce extérieur, remplace M. Jyrki Katainen en tant que Premier ministre.
Le Parlement votera sur le nouveau gouvernement lundi après-midi en séance plénière. Avant le vote, le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, rendra visite au Président Sauli Niinistö, qui annoncera le nom du Premier ministre.
Mardi matin, le Président Niinistö aura un entretien avec l’ancien gouvernement et lui accordera la démission. Le nouveau gouvernement, qui rendra ensuite visite chez M. Niinistö, sera nommé.
Au sein du Parti conservateur, les nominations ministérielles sont faites à l’initiative du président du parti. Cela signifie en pratique que le président du parti, M. Stubb, décide les noms des ministres, même s’il consulte la secrétaire générale, Mme Taru Tujunen.
Le Parlement doit voter mercredi sur le programme gouvernemental. Le Premier ministre Stubb partira jeudi matin pour le conseil européen qui durera deux jours. Les dirigeants européens négocieront la nomination du président de la Commission européenne et les orientations politiques des prochaines années.
HS/lun/A16

Résultats des mini-négociations gouvernementales
Helsingin Sanomat rapporte que pendant les mini-négociations gouvernementales, les partis ont décidé d’augmenter le montant du paquet de croissance et d’emploi à 1,1 milliard d’euros, dont 410 millions d’euros de baisses d’impôts et 600 millions de dépenses de relance économique.
Le gouvernement ne mettra pas en œuvre la taxe windfall qui visait à prélever 50 millions d‘euros par an sur ces centrales hydrauliques, nucléaires et éoliennes non concernées par les droits d’émission.
De même les entreprises pourront à nouveau défiscaliser la moitié de leurs frais de représentation.
Le gouvernement investit dans des projets de transport dans le sud, dont la voie Pisara à Helsinki, le métro vers l’ouest à Espoo et le tram à Tampere.
Les universités auront plus de financement.
HS/lun/A16

Réactions
Selon Helsingin Sanomat, le paquet de 600 millions d’euros pour la relance n’est pas particulièrement important par rapport au paquet de trois milliard d’euros du deuxième gouvernement Vanhanen. Selon le programme du gouvernement Katainen, les recettes devraient être canalisées pour l’amortissement de la dette publique.
La Commission européenne prévoit qu’en 2015, la dette publique finlandaise s’élèvera à 61,2 % du PIB.
Pour M. Vesa Kanniainen, professeur d’économie publique à l’université de Helsinki, le paquet de relance de 600 millions d’euros et celui de baisse d’impôts de 410 millions d’euros ne résoudront pas les problèmes de l’économie nationale finlandaise.
M. Aki Kangasharju, économiste en chef de la banque Nordea, estime que les décisions prises aux mini-négociations gouvernementales mèneront la Finlande économiquement vers la voie empruntée par l’Europe du Sud. « La Finlande prend la voie de la France, de l’Italie et de l’Espagne et recherche de la croissance et non à adapter son économie. » Pour M. Kangasharju, la mise en œuvre des réformes importantes comme celle des communes et de la politique sociale et de la santé sont plus importantes que la relance.
M. Sixten Korkman, professeur à l’université Aalto, estime que si le gouvernement décide de relier aux projets de transports la construction d’appartements les effets seront positifs.
HS/lun/A17

Commentaires
« Un ravalement de façade qui ne masque pas les vices de construction » HS
« Un milliard de plus dans ce programme gouvernemental » TS
« On freine moins sur la dépense » AL
« Stubb comme Kekkonen » Kaleva
« Le gouvernement électoral de Stubb et Rinne » KS
Selon Helsingin Sanomat, le programme gouvernemental du gouvernement Stubb n’est qu’un simple emballage du programme gouvernemental du gouvernement Katainen. En effet, il y avait peu de nouvelles promesses possibles, aussi on a essayé de les présenter de la manière la plus aguichante possible car les élections législatives sont dans moins d’un an et les marges de manoeuvre économiques sont très limitées.
Turun Sanomat souligne que le programme gouvernemental constitue un compromis entre les principaux partis au gouvernement, le parti conservateur et le PSD. Le quotidien rappelle que le programme de relance est sur cinq ans : si la taille du programme (un milliard) a surpris, cela fait toutefois une somme très maigre par an. Cela signifie une poursuite de l’endettement et il faut espérer que les agences de notation feront preuve de compréhension, relève TS.
Aamulehti estime que les attentes qui pesaient sur ces négociations étaient démesurées. En effet, on peut se demander quels sont les possibilités du gouvernement d’influencer réellement l’économie. La Finlande est un pays qui dépend des exportations. Or, même si ses clients ont connu la reprise, la Finlande n’en a pas encore profité. De plus, la Finlande souffre de la faiblesse de l’économie russe. Le paquet de relance n’est qu’une étape : il faut surtout mettre en œuvre les réformes structurelles juge l’éditorialiste de Aamulehti.
Keskisuomalainen estime que la bataille entre le parti conservateur et le Centre pour la place de plus grand parti sera rude. Avec son nouveau président, le parti conservateur a le dessus et on peut se demander quelle ligne politique M. Sipilä choisira pour maximaliser son audience. Même si un espace au centre se libère depuis le choix de M. Stubb et M. Rinne, aucune voix supplémentaire n’est gagnée automatiquement pour M. Sipilä. M. Stubb choisit de cliver : même si certains le rejettent, le parti conservateur sera satisfait si 25% des personnes aiment le style de M. Stubb. Quant au PSD, il doit faire face au mystère que constitue M. Rinne : personne ne sait s’il fera baisser ou monter l’audience du parti. KS estime que le gouvernement devrait terminer la législature probablement sans connaître de grande bataille : seuls les Verts risquent de le quitter. Les prochains mois diront comment les électeurs percevront MM. Stubb et Rinne aux prochaines élections. Tous deux doivent démontrer que le gouvernement est capable de fonctionner.
Kaleva estime que M. Stubb est un nouveau type d’homme politique dans le paysage finlandais, à la manière de Kekkonen dans les années 1950. Ilkka Lappalainen présente le succès de Stubb en trois points : avoir une attitude positive (et l’éloge de la réussite), cultiver sa différence et une éloquence bien travaillée.
HS AL TS KS Kaleva

Jeudi 19 juin 2014

Politique intérieure

Gouvernement

Le ministère des Finances prévoit une mini-croissance
Le ministère des Finances a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année : au lieu de 0,5% de croissance prévues en mars, il a ramené ses prévisions de croissances pour 2014 à 0 ,2%. En 2015 la croissance devrait être de 1,4% et en 2016 de 1,6%.
Selon le ministère, la part de la dépense publique par rapport au PIB a augmenté de 10 points en quelques années et atteint désormais un des taux les plus élevés dans l’UE. Dans le même temps le taux de prélèvements obligatoires a considérablement augmenté.
La part de la dette publique par rapport au PIB va dépasser 60% cette année.
Lors de l’ajustement budgétaire de mars, il était prévu que la part de l’endettement de l’Etat ne croitrait plus à partir de 2016 et que la part de l’endettement public ne croitrait plus à partir de 2017. En raison de la mauvaise croissance, la part de l’endettement continuera à croitre au-delà de ces années.
Pour le ministère des Finances, le principal n’est pas de savoir à quelle date la part de l’endettement cessera de croître, mais plutôt quand le déficit budgétaire structurel pourra être contenu.
KL

Difficultés dans les négociations gouvernementales
« Des diminutions fiscales en plus du paquet croissance et emploi » HS
« Les dissensions sur le paquet de croissance freinent les négociations » Yle
Helsingin Sanomat rapporte que, en compensation du plan de relance exigé par le PSD, le parti conservateur souhaite des diminutions fiscales. Il semblait donc sur hier que la taxe windfall sur les groupes énergétiques du nucléaire et hydroélectrique serait supprimée. L’imposition sur les revenus pourrait aussi être allégée. Le PSD ne souhaiterait pas que l’on touche à l’imposition sur les salaires et les Verts ne veulent pas la disparition de la taxe windfall sur l’énergie.
Le PSD exige un accord sur le plan de relance pour la croissance et l’emploi supérieur à l’enveloppe de 600 millions d’euros décidée en mars. « Sans paquet de croissance, il n’y aura pas de gouvernement » selon le PSD. Le parti conservateur craint en revanche que ce paquet ne soit trop important.
Le gouvernement envisage des mesures pour réparer les écoles, construire des logements dans la région de la capitale mais aussi pour le métro d’Helsinki à Espoo. Aamulehti rappelle que lors des négociations de mars sur l’ajustement budgétaire, le gouvernement a décidé de ne pas encore participer au financement du métro : la position du gouvernement aurait changé, rapporte le journal de Tampere qui précise que le parti conservateur est particulièrement fort à Espoo.
En revanche, il ne devrait y avoir aucun changement dans la politique européenne, étrangère et de défense.
Aamulehti rappelle qu’avant les négociations, M. Stubb a souligné qu’il s’agissait de mini-négociations et qu’il insistait sur le préfixe mini.
Il a aussi insisté sur le fait que rien ne sera décidé tant qu’il n’y aura pas un accord sur tout.
Selon les médias, les négociations seraient particulièrement difficiles. HS cite une source gouvernementale selon laquelle « la direction politique du PSD souhaite montrer que M. Stubb est inexpérimenté et n’arrive pas à boucler son paquet ».
Le même quotidien rapporte aussi que M. Stubb, face aux exigences de son propre groupe politique aurait proposé à son parti de changer de négociateur alors qu’il a été élu il y a moins d’une semaine à la tête du parti.
HS AL Yle

Transport

Le tramway de Tampere progresse
Le conseil municipal de Tampere a approuvé par 48 voix contre 18 de continuer la planification du projet de tramway.
Cela signifie que la ville va ouvrir un appel d’offres pour la réalisation de ce projet et choisir les groupes appelés à la réaliser avant la fin de l’année. Les années 2015 et 2016 seront consacrées à la planification du projet. Un budget de 10 millions d‘euros est prévu pour cela.
Les travaux devraient commencer ensuite. La ville attend de l’Etat une participation de 80 millions d‘euros.
AL/Lun

Parlement

Les députés ont approuvé la privatisation d’Altia
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a approuvé mercredi la privatisation de l’entreprise publique d’alcool Altia. La décision sur la vente sera prise ultérieurement. Il est possible que l’Etat garde une partie des actions d’Altia. Il est aussi possible que l’entreprise soit cotée en bourse.
HS/A19

Nominations

M. Luoma nommé au Centre de sécurité d’approvisionnement énergétique
Helsingin Sanomat relève que le ministère du Travail et de l’Economie a annoncé mercredi que M. Raimo Luoma, nommé secrétaire d’Etat du ministre de l’Economie Antti Rinne il y a une semaine, serait nommé directeur général du Centre de sécurité d’approvisionnement énergétique à partir du début novembre prochain. M. Luoma remplacera le directeur général Ilkka Kananen qui prendra sa retraite.
M. Luoma déclare que le changement du secrétaire d’Etat ne dérangera pas le travail du cabinet de M. Rinne.
HS/A19

Energie

La centrale Fennovoima coûtera plus de 7 milliards d’euros
Dans une interview accordée à Talouselämä, le PDG de Fennovoima M. Pekka Ottavainen se déclare optimiste pour trouver le reste des actionnaires finlandais pour boucler le capital de Voimaosakeyhtiö SF qui possède 66% de Fennovoima.
Il déclare que le prix final de la centrale sera supérieur à 7 milliards d’euros.
Talouselämä

Politique étrangère et européenne

GNL

La Commission européenne a rejeté les propositions sur les terminaux GNL
Helsingin Sanomat rapporte que les entreprises énergétiques, la finlandaise Gasum et l’estonienne Alexela, ont présenté mercredi à la Commission européenne leurs propositions en vue de la construction de terminaux GNL dans les deux pays.
La Commission a rejeté les propositions. Selon la directrice générale de Gasum, Mme Johanna Lamminen, Gasum et Alexela continuent la planification des terminaux pour que le projet remplisse les critères de l’Union européenne. Elle estime, sans aller dans les détails, que le modèle présenté à la Commission européenne a posé des problèmes juridiques. « La procédure de demande est très compliquée. »
Les deux entreprises ont proposé que les terminaux GNL soient construits à Paldiski en Estonie et à Inkoo ou à Tolkkinen (Porvoo) en Finlande. Le projet du gazoduc Balticconnector, qui connecterait les deux terminaux, a également été présenté à la Commission et aux représentants des deux gouvernements. L’Union européenne n’a pas encore pris de position sur le gazoduc.
Disposer d’un terminal GNL est important du point de vue de la sécurité d’approvisionnement énergétique. En ce moment, la Finlande est dépendante de l’importation du gaz russe.
HS/B13

Protection des animaux

Une pétition internationale pour la protection des loups en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que pendant les douze derniers mois, plus de 11 000 personnes ont signé une pétition internationale exigeant des mesures de l’Union européenne afin de protéger la population des loups en Finlande. L’association de protection de la nature Luonto-Liitto remettra la pétition aujourd’hui à Bruxelles à M. Aurel Ciobanu-Dordea, directeur-général à la Commission européenne chargé de l’environnement.
Selon la pétition, la politique finlandaise concernant les loups a échoué et le loup est en voie d’extinction, surtout en raison du braconnage. En 2005-2006, il y avait environ 250-300 loups en Finlandais, tandis qu’actuellement il y en a seulement 140-155.
Même si la Finlande s’est engagée à suivre la directive habitats de l’Union européenne, elle n’a pas réussi à maintenir un niveau de protection favorable. Selon la directive, le loup doit être strictement protégé.
Selon la pétition, « la région de l’élevage de rennes est un enfer pour le loup. L’Etat finlandais a permis de tuer en réalité tous les loups dans cette région qui couvre un tiers de la superficie de Finlande ».
HS/A12

Mercredi 18 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Jyrki Katainen candidat de la Finlande pour succéder à Olli Rehn
Le gouvernement a nommé aujourd’hui le Premier ministre démissionnaire Jyrki Katainen comme candidat de la Finlande pour être membre de la Commission européenne du 1er juillet 2014 au 31 octobre 2014 en remplacement de M. Olli Rehn, élu au parlement européen.
Vn.fi

Politique intérieure

Gouvernement

Début des négociations pour former un nouveau gouvernement
« Selon M. Stubb, le nucléaire ne sera pas un obstacle » HS
« M. Rinne : pas de concession sur l’augmentation de l’âge de la scolarité » AL
Helsingin Sanomat rapporte que les représentants des partis de la coalition gouvernementale se sont rencontrés hier pour débattre du mini-programme gouvernemental pour la fin de la législature.
Le président du parti conservateur Alexander Stubb a déclaré que le nucléaire ne devait pas être un obstacle à la formation du gouvernement. Selon lui, il ne s’agit que d’une question de « pur mécanisme de prise de décision ». HS rappelle que si le renouvellement de l’autorisation de principe de construire une centrale nucléaire pour Fennovoima est transféré par le gouvernement au parlement pour y être voté, les Verts pourraient quitter le gouvernement ce qui réduirait la majorité de la coalition à 101 sièges (le président du parlement ne prenant pas part au vote).
M. Stubb a aussi insisté sur le fait que son futur gouvernement n’aura qu’un mini-programme gouvernemental. « Et j’insiste sur le préfixe mini » plutôt que sur le reste, a-t-il précisé. « Je ne pense pas que cela sera difficile à adopter.
Les représentants des partis vont discuter ensemble de la manière de mettre en œuvre les décisions déjà prises, des problèmes existants et de la construction d’un paquet emploi et croissance. Si cela nécessite de nouvelles décisions, elles seront prises lors du cadrage budgétaire » en août.
Le groupe parlementaire du parti conservateur a insisté sur la nécessité de ne pas rouvrir les décisions prises en mars sur l’ajustement budgétaire. Si le groupe est favorable à un paquet croissance et emploi, il sera néanmoins de faible ampleur. La question demeure de son financement. Selon M. Orpo, ce paquet sera le point le plus difficile des négociations gouvernementales.
Outre ce paquet, les points de friction concernent l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire, les coupes dans les allocations familiales, les aides de garde d’enfant, l’impôt sur les successions et le nucléaire. Les conservateurs ne souhaitent ouvrir aucune de ces questions.
Le président du PSD Antti Rinne a déclaré que son parti n’était pas prêt à faire de concession sur la mise en œuvre de l’augmentation de l’âge de la scolarité obligatoire de 16 à 17 ans décidée en mars.
M. Rinne ne considère pas non plus qu’il faille ralentir la décision sur l’autorisation de construire un réacteur nucléaire pour Fennovoima.
Le président des Verts Ville Niinistö déclare s’en tenir à la formulation du programme gouvernemental initial stipulant que le gouvernement n’approuve pas de nouvelle autorisation de construire une centrale nucléaire.
« Ce qui signifie que le gouvernement ne proposera aucune autorisation de principe sous aucune forme », selon lui. Il souligne que la question n’a pas besoin d’être évoquée dans le mini-programme gouvernemental.
Le présidente du parti chrétien-démocrate Päivi Räsänen ne pense pas que la question sera résolue lors des négociations pour former le gouvernement.
HS AL KS

M. Petteri Orpo devrait entrer au gouvernement
Helsingin Sanomat rapporte que le président du groupe parlementaire du parti conservateur Petteri Orpo devrait entrer au gouvernement.
Les conservateurs doivent en effet remplacer Mme Virkkunen, ministre des collectivités territoriales et des Transports, élue au parlement, européen et M. Stubb, ministre du Commerce extérieur, chargé des Affaires européennes, futur Premier ministre. On parle aussi de la possibilité de remplacer le ministre de l’Agriculture Jari Koskinen, qui ne se présentera pas aux prochaines législatives.
Parmi les ministrables, outre Petteri Orpo, HS cite la présidente de la section de Uusimaa Outi Mäkelä, la présidente de l’association des femmes conservatrices Lenita Toivakka et la nouvelle vice-présidente du parti (et ex-conseillère de M. Stubb) Sanni Grahn-Laasonen.
HS

Economie

Danske Bank parle d’une décennie perdue
La Finlande touchée par un triple choc économique
Danske Bank estime que l’économie finlandaise va connaître une troisième année de suite de récession. Le PIB devrait diminuer de 0,2% cette année et n’augmenter qu’en 2015, de 1,5%.
Danske Bank estime que la Finlande doit faire face à un triple choc : la restructuration de son industrie, le vieillissement de la population et l’instabilité de l’économie russe.
« On peut parler d’une décennie perdue en terme économique », selon Juhana Brotherus de Danske Bank.
KL

Energie

Inquiétudes sur la dépendance énergétique
L le Centre d’approvisionnement de l’Etat a dressé la liste des menaces qui pèsent sur la Finlande : outre les cyberattaques et les maladies infectieuses, il s’agit de la dépendance énergétique de la Finlande.
La Finlande est dépendante à 100% du gaz russe. Elle dépend aussi presqu’exclusivement de la Russie pour son approvisionnement en hydrocarbures et en charbon.
Elle importe aussi 15 à 20% de son électricité, principalement de Suède.
HS

Les objectifs climatiques de l’UE couteraient 2,1 milliards d’euros à la Finlande
Le centre de recherche PTT estime que l’objectif de la politique climatique de l’UE (diminution de 40% des émissions par rapport au niveau de 1990) coûterait 2,1 milliards d’euros à la Finlande. Ce sont les secteurs du bois-papier et des industries technologiques qui devraient en assumer le principal coût.
Le président des industries du bois-papier Timo Jaatinen en appelle au gouvernement pour que l’on débatte de ce coût afin d’éviter que, comme pour la directive sur le souffre, l’industrie finlandaise pâtisse d’une décision européenne.
KL

Vie professionnelle

Les salaires des directeurs d’entreprises ont atteint un nouveau record
Helsingin Sanomat rapporte que selon une étude du quotidien, les salaires des directeurs des entreprises cotées en bourse ont atteint un nouveau record depuis neuf ans. Les directeurs de grandes entreprises ont gagné en moyenne environ 951 000 euros, soit 63 000 de plus par rapport à 2012.
M. Matti Alahuhta, ancien directeur général de Kone, a gagné 5 891 200 euros et M. Jussi Pesonen d’UPM 1 777 000 euros. M. Kari Stadigh de Sampo a obtenu des bonus de 1 029 656 euros, soit une augmentation de 64 %.
Le record a été, en 2000, les options de M. Jorma Ollila, alors PDG de Nokia : 51 millions d’euros.
Helsingin Sanomat suit régulièrement les salaires des directeurs de 43 grandes entreprises depuis 2005.
HS/A8

Santé

Narcolepsie
Helsingin Sanomat relève que l’institut de la santé et du bien-être THL a annoncé mardi que, selon une étude de l’institut, le risque d’avoir la narcolepsie a été élevé chez les personnes qui ont été vaccinées contre la grippe H1N1 par le vaccin Pandemrix. Jusqu’à présent, on a estimé que le risque a été élevé pendant les huit mois qui ont suivi la vaccination.
Selon THL, le risque des jeunes vaccinés, nés entre 1991 et 2005, a été treize fois plus grand pendant la première année après la vaccination et cinq fois plus grand pendant la deuxième année par rapport aux jeunes qui n’ont pas été vaccinés.
La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, déclare qu’à la lumière des résultats de la nouvelle étude, une partie de demandes d’indemnisation seront réétudiées. 23 demandes d’indemnisation ont été rejetées antérieurement parce que les symptômes de narcolepsie ont commencé après le délai de huit mois.
146 enfants et jeunes ont contracté la narcolepsie en Finlande entre 2010 et 2012. 139 d’entre eux ont été vaccinés par Pandemrix. Environ la moitié des Finlandais ont été vaccinés contre la grippe aviaire.
HS/A12

France – Finlande

Danse

Festival de danse de Kuopio
Demokraatti dresse un bilan du festival de Kuopio et cite la participation du Ballet de Paris.
Dem

Musique

RSO a enregistré Turangalîla de Messiaen
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse sur le disque de l’Orchestre symphonique de la radio finlandaise RSO, dirigé par Hannu Lintu, sur la symphonie Turangalîla d’Olivier Messiaen.
HS/B6

Mardi 17 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Commerce extérieur

La Russie n’est plus le plus grand partenaire de Finlande
Demokraatti relève que selon les statistiques de la Douane finlandaise de janvier-mars 2014, la Russie n’est plus le plus grand partenaire commercial de la Finlande. Les exportations finlandaises vers la Russie ont diminué de 16 % par rapport à janvier-mars 2013 et les importations de la Russie ont diminué de 18 %.
Cela signifie que l’Allemagne est redevenue le plus grand partenaire commercial, comme avant 2007.
Dem/9

Politique intérieure

Gouvernement

Une semaine politique animée a commencé par la démission de M. Katainen
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations sur le prochain gouvernement sont déjà en cours. Le Premier ministre Jyrki Katainen a donné sa démission et celle de son gouvernement lundi matin au Président Sauli Niinistö et en même temps les groupes parlementaires se sont préparés aux mini-négociations sur le programme du prochain gouvernement lors d’une réunion où le président du groupe parlementaire du Parti conservateur, M. Petteri Orpo a invité les présidents des autres groupes. Comme prévu, M. Alexander Stubb a été nommé négociateur principal.
La rencontre a commencé vers midi dans les locaux du Parlement. Les représentants de l’opposition sont sortis rapidement. M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, estime que « le résultat des négociations ne sera qu’un compromis cosmétique ». M. Kimmo Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Parti du centre, a peur que le prochain gouvernement ne soit qu’un « gouvernement intérimaire ». « Le gouvernement mettra en œuvre les décisions déjà prises. La Finlande sera bloquée pendant un an. »
Il n’y a pas eu de surprises lors de la conférence de presse des cinq présidents de partis de la coalition : M. Stubb dirigera les négociations et l’agenda sera divisé entre les questions déjà décidées, les décisions difficiles en suspens et les questions relatives à la croissance et l’emploi. Le point de départ est de maintenir les décisions déjà prises aux négociations sur le cadre budgétaire au printemps.
M. Stubb a souligné l’importance du maintien de la stabilité politique.
Les présidents des partis politiques et les présidents des groupes parlementaires continueront les négociations au manoir du gouvernement Königstedt.
HS/A14

L’Alliance verte souhaite ajourner les décisions sur le nucléaire
Selon Helsingin Sanomat, le président de l’Alliance verte et ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, souligne que le point de départ des verts aux négociations sur le programme gouvernemental est que le gouvernement n’accorde pas d’autorisations de construction aux centrales nucléaires pendant cette législature. Selon l’interprétation générale, si cela n’est pas le cas, l’Alliance verte quitte le gouvernement.
M. Niinistö souligne que les décisions sur le nucléaire ne devraient pas être prises avant les prochaines élections législatives.
Il y a quatre ans, le Parlement a accordé une autorisation de construction à Fennovoima pour la première centrale et à Teollisuuden Voima une autorisation pour un quatrième réacteur. L’autorisation de Fennovoima devra être réétudiée en raison des changements. Teollisuuden Voima compte demander un délai supplémentaire de cinq ans pour son projet de quatrième réacteur.
HS/A14

Défense

Mines anti-personnel
Helsingin Sanomat relève que le Parti conservateur a exigé, à l’occasion de son congrès le week-end dernier, que la Finlande se retire de l’accord d’Ottawa qui interdit les mines anti-personnel. Les Vrais Finlandais ont annoncé lundi qu’ils partageaient l’avis des conservateurs à ce sujet.
Selon le quotidien, le coût politique d’un retrait de l’accord d’Ottawa serait très élevé pour la Finlande qui s’est engagée à détruire les mines anti-personnel avant fin juin 2016. Les forces armées ont déjà détruit la plupart des mines.
HS/A15

Politique européenne

Selon M. Jungner, les conservateurs veulent une quinte flush dans les affaires européennes
Selon Demokraatti, organe du PSD, le député social-démocrate Mikael Jungner estime qu’après l’élection de M. Stubb à la présidence du Parti conservateur, les autres partis politiques n’auront qu’un rôle secondaire dans la politique européenne de Finlande.
M. Jungner estime qu’avec M. Stubb, la politique européenne sera dirigée plus par le Premier ministre qu’avant. Le parti conservateur occupera les postes du Premier ministre, du Président et aussi du commissaire européen.
M. Jungner estime que cela est inquiétant pour le Parti social-démocrate. Il se félicite toutefois du fait que M. Stubb a une attitude très favorable à l’égard de l’Europe.
Dem/9

France

Tourisme

Voyage en bateau de Helsinki à Paris
Hufvudstadsbladet publie un article dans la série d’une dizaine d’articles sur le voyage en bateau du journaliste Stefan Lundberg de Helsinki au Havre, Paris et Marseille.
HBL/17-19

Lundi 16 juin 2014

Politique intérieure

Gouvernement

M. Katainen a donné sa démission
Le Premier ministre Jyrki Katainen a donné sa démission lundi matin au Président Sauli Niinistö à Kultaranta, résidence d’été du président à Naantali. M. Niinistö a approuvé la démission du Premier ministre et lui a demandé de continuer à présider le gouvernement intérimaire jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement.
M. Katainen brigue le poste de commissaire finlandais dans la future Commission européenne. M. Katainen est toutefois censé reprendre le portefeuille du commissaire Olli Rehn début juillet. Le centriste Rehn a été élu député européen.
Le nouveau gouvernement devrait être nommé après la Saint-Jean, donc la semaine prochaine. Le Parlement devrait approuver le programme du nouveau gouvernement avant la pause estivale des députés.
Les présidents des groupes parlementaires et les présidents des partis représentés au Parlement se réunissent aujourd’hui, à l’invitation de M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire conservateur, pour nommer le dirigeant des négociations gouvernementales, donc M. Alexander Stubb.
Plus d’informations sur le calendrier des négociations gouvernementales seront données lors d’une conférence de presse cet après-midi.
Yle, HS

Parti conservateur

M. Stubb a été élu président du Parti conservateur au congrès de Lahti
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen a prononcé vendredi soir son dernier discours en tant que président du Parti conservateur à l’occasion du congrès de parti à Lahti. Il a dit dans ce discours plein d’émotion que la présidence du Kokoomus n’a pas été du travail pour lui. « Cela a été pour moi mon mode de vie, ma famille. » M. Katainen a dit avoir « tout donné, en tant que ministre des Finances, Premier ministre et président du parti ».
Le congrès de Lahti a été le congrès le plus grand des conservateurs, avec 861 délégués pour élire le nouveau président.
Au premier tour du vote, M. Alexander Stubb, ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, a obtenu 337 voix et Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, 266,4 voix. M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, qui a obtenu 258,8 voix, a été éliminé du second tour même si selon la plupart de spéculations il était le favori pour la présidence du parti.
Au second tour, M. Stubb l’a emporté avec 500 voix. Mme Risikko en a obtenu 349.
Les députés Janne Sankelo, Anne-Mari Virolainen et Sanni Grahn-Laaksonen ont été élus vice-présidents du parti. Mme Mari-Leena Talvitie présidera le conseil national du Kokoomus.
HS/sam/A20, dim/A7, lun/A8-9

Réactions
Les présidents des autres partis politiques, ainsi que quasiment tous les commentateurs estiment que la politique de M. Stubb sera plus de droite que celle de M. Katainen.
Marko Junkkari, responsable du service politique de Helsingin Sanomat, estime que l’élection de M. Stubb à la présidence est à la fois un risque et une chance pour le Parti conservateur. Les orientations politiques de M. Stubb ne sont pas connues. Il a un ego énorme, ce qui peut même être une bonne chose. Le choix de M. Stubb peut donner comme résultat une victoire importante aux prochaines élections législatives.
Certains commentateurs estiment que la base conservatrice a montré qu’elle n’était pas d’accord avec l’élite du parti.
HS/dim/A7, lun/A9

Parti du centre

Le congrès du Centre est resté à l’ombre des conservateurs
Helsingin Sanomat relève que le Parti du centre, réuni au congrès à Turku, est resté à l’ombre du congrès du Parti conservateur. M. Juha Sipilä, qui a été réélu à la présidence du parti à l’unanimité, a admis être étonné de l’élection de M. Stubb à la présidence des conservateurs.
M. Sipilä a souligné que le Centre n’était pas favorable à une adhésion à l’OTAN. M. Sipilä souhaite toutefois augmenter le budget de défense et estime que les présidents des partis politiques devraient se réunir pour évoquer la réforme de politique sociale et de la santé pour qu’elle puisse avancer.
M. Mauri Pekkarinen, ancien ministre, estime que M. Stubb et sa rhétorique forment un véritable défi pour les centristes.
Les députés Juha Rehula, Annika Saarikko et Anu Vehviläinen ont été élus vice-présidents du parti et M. Timo Laaninen continuera comme secrétaire général.
HS/dim/A9

France – Finlande

Cinéma

Olivier Assayas à Sodankylä
Helsingin Sanomat publie une interview d’Olivier Assayas qui participe au Festival du soleil de minuit à Sodankylä.
HS/lun/B4

Débat d’idées

Thomas Piketty
Helsingin Sanomat publie une interview de Thomas Piketty qui a participé à un séminaire à Helsinki la semaine dernière.
HS/sam/A8

France

Politique

Marine le Pen
Helsingin Sanomat publie un long article intitulé « Marine le Pen, la prochaine présidente de la France ? ».
HS/sam/B4

Vendredi 13 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

La menace de l’Islamisme radical en Finlande se renforce
Selon la police de sûreté de l’Etat, quelques dizaines de personnes sont parties de Finlande pour se battre en Syrie. Certains sont revenus depuis. C’est l’une des raisons pour lesquelles la SUPO a revu son analyse des risques et estime que la menace de violence venant de l’islamisme radical en Finlande a augmenté.
HS

Climat

Visite du président du Giec
Le président du GIEC R. K. Pachauri était en visite en Finlande, hier. Il a loué le travail des Finlandais en faveur du cleantech. Il a aussi mis en garde contre les effets du changement climatique qui se feront aussi sentir dans les pays nordiques et menace la diversité naturelle
AL

Politique intérieure

Gouvernement

Bilan de la carrière de M. Katainen
Helsingin Sanomat souligne que, depuis dix ans qu’il préside le parti conservateur, M. Jyrki Katainen qui a été quatre ans ministre des Finances et trois ans Premier ministère, peut se prévaloir d’avoir mené son parti à la victoire électorale à de nombreuses reprises. En revanche, il a du faire face à une période difficile marquée par la crise financière puis économique depuis 2008.
HS souligne que s’il restera comme le meilleur président du parti (en terme de résultats électoraux) son bilan de premier ministre est plus nuancé.
HS

Deux semaines décisives
Le congrès du parti conservateur va élire le nouveau président du parti demain samedi 14 juin. Il tiendra une conférence de presse demain et prononcera son premier discours de président du parti dimanche.
Lundi 16 juin, le Premier ministre Jyrki katainen se rendra à Naantali, résidence d’été du Président de la République pour remettre la démission de son gouvernement. 0 mi-jourtnée, le président du groupe parlementaire du parti conservateur va réunir ses homologues pour nommer la personne appelée à essayer de former un nouveau gouvernement, qui sera le nouveau président du parti conservateur. S’il décide de reconduire la coalition gouvernementale actuelle, les partis devront réfléchir à une révision du programme gouvernemental et au choix des ministres. Les mini-négociations pour établir un programme gouvernemental devraient avoir lieu mercredi 18 juin. Il est donc possible que le président du PSD et ministre des Finances Antti Rinne renonce à se rendre au conseil ecofin du 19 juin.
Lundi 23 juin, les partis politiques de la coalition devraient choisir les ministres et le Parlement investir le premier ministre.
Mardi 24 juin, le Président pourrait alors nommer le nouveau gouvernement. Le Premier ministre présenterait alors son programme gouvernemental au Parlement qui pourrait l’approuver mercredi 26 juin, avant de partir en congé d’été le soir même.
HS

Partis politiques

Sondage : le parti conservateur et le Centre à égalité
Selon le sondage publié par Helsingin Sanomat, le parti conservateur (20,5%) a dépassé le Centre (20,3%). Le parti des Vrais finaldnais reste stable (17,2%) alors que le pSD continuie sa chute (14,9%).
L’alliance des Gauche (9%) est repassée devant les Verts (8,5%).
Le parti populaire suédois obtient 4,4% et les chrétiens-démocrates 3,9%.
HS

Parti conservateur

Les trois candidats toujours très proches
Le journal du parti conservateur Nykypäivä rapporte que l’on ne peut pas prédire qui de M. Stubb, M. Vapaavuori ou Mme Risikko sera élu à la tête du parti conservateur demain.
Il semble sûr qu’il faudra deux tours de scrutin.
Les électeurs du candidat qui sera éliminé au premier tour seront certainement dans une position décisive pour départager le vainqueur.
NP

M. Vapavuori favori des délégués nationaux
Selon un sondage réalisé auprès des membres de la délégation nationale du parti conservateur, 46% sont pour M. Vapaavuori, 32% pour M. Stubb et 21% pour Mme Risikko.
KS

Parlement

Mme Myller à la tête de la Grande commission
La députée Riitta Myller (PSD), ancienne députée européenne, a été élue à la tête de la grande commission du Parlement en remplacement de Mme Kumpula-Natri, élue au Parlement européen.
Dem

La commission des Finances approuve la vente d’Altia
La commission des Finances a approuvé le projet du gouvernement de vendre le groupe d’Etat Altia (production de boissons alcoolisées).
Dem

Communes

Le gouvernement décide ses premières fusions forcées de communes
Pour la première fois, le gouvernement a décidé, hier, la fusion de communes en crise économique, contre la volonté des municipalités. La commune de Tarvajoki devra ainsi fusionner avec celle de Lieto, celle de Lavia avec celle de Pori et celle de Jalasjärvi avec celle de Kurikka.
KS
Turku pourrait licencier 350 personnes
La municipalité de Turku va commencer un plan social en août si le conseil municipal valide le projet de l’exécutif. Ce projet prévoit de licencier 175 personnes en 2015 et autant en 2016.
HS

Economie

Selon EVA, les exportations finlandaises sont trop concentrées dans quelques groupes
La délégation à la vie économique EVA souligne que les 130 plus grands groupes finlandais emploient autant que 300 000 PME. En ce qui concerne les exportations, la concentration dans les grandes entreprises est plus forte encore : les dix plus grands groupes assurent un tiers des exportations et les cent plus grandes entreprises les deux tiers des exportations du pays.
Selon l’analyse de EVA il y a moins de 50 startup finlandaises qui remplissent les critères pour intéresser recevoir des investisseurs en capital. EVA souligne encore que la base industrielle de la Finlande s’est rapidement délitée : le PIB industriel est passé de plus de 25% à moins de 15% depuis le début des années 2000.
HS

Construction navale

Un nouveau chantier à Rauma
Une nouvelle entreprise de construction navale a été fondée à Rauma, sur le site de l’ancien chantier de STX. Rauma Marine Constructions, dont le chantier naval de Uusikaupunki est propriétaire avec des investisseurs particuliers, emploie 50 personnes.
Dem

France – Finlande

Débat d’idées

Venue de Thomas Piketty
L’économiste Thomas Piketty était hier jeudi en Finlande pour participer à un séminaire à l’invitation de la fondation Yrjö Jahnsson qui lui avait attribué son prix de science économique l’année dernière.
Lors d’une conférence de presse, M. Piketty a notamment déclaré que la Finlande ne devait pas supprimer l’impôt sur les successions pour ne pas renforcer les inégalités de patrimoine.
TS KS AL Hbl HS

Cinéma

Alain Bergala au festival du Soleil de minuit
A l’occasion de la venue d’Alain Bergala au festival du soleil de minuit de Sodankylä, Hufvudstadsbladet publie une interview d’Alain Bergala.
Hbl

Jeudi 12 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Compétitivité

La Finlande, pays le plus compétitif au monde
Selon le forum économique mondial, la Finlande occupe le premier rang mondial en terme de compétitivité.
Selon le patronat finlandais, la Finlande dispose d’atouts incontestables en matière de compétitivité, néanmoins elle fait face aujourd’hui à une crise structurelle.
HS

Energie

Il faut que Fennovoima reste majoritairement finlandais
La dépendance à l’égard de la Russie ne diminuera pas rapidement
Le chercheur en relations internationales Pami Aalto estime qu’il faudrait que Fennovoima reste sous domination finlandaise. Il estime aussi qu’il serait important de construire le gazoduc entre la Finlande et l’Estonie pour diversifier les achats de gaz (surtout si le réseau gazier des pays baltes était unifié et raccordé à celui d’Europe occidentale).
Il s’est exprimé, hier, los d’un séminaire sur l’énergie organisé par l’institut des relations internationales.
Helsingin Sanomat rappelle que la Finlande importe de Russie la majeure partie de ses hydrocarbures et tout son gaz. La part de l’électricité importée de Russie a atteint 27% l’année dernière.
L’analyste de Nordea Thina Saltvedt estime que la dépendance énergétique de l’Europe à l’égard de la Russie continuera pour au moins 15 à 20 ans. Car il n’est pas possible de la diminuer à court terme.
L’économiste de Nordea Aki Kangasharju estime que le pire de la crise ukrainienne est derrière nous, même si les effets continuent à se faire ressentir, notamment en Finlande où la récession en Russie a diminué les exportations finlandaises vers son voisin oriental. « Mais si la crise en Ukraine venait à se renforcer, les effets pour la Finlande seraient catastrophiques », fait-il remarquer.
HS

Politique intérieure

Elections

Les élections municipales en avril 2017
Le ministère de la Justice prévoit une réforme de la législation électorale prévoyant que le troisième dimanche d’avril soit journée électorale : tous les deux ans aurait donc lieu l’élection législative ou l’élection municipale ce jour-là. Cela signifie que l’élection législative aura lieu, comme prévu, en avril 2015 et l’élection municipale en avril 2017 (au lieu d’octobre 2016).
HS

Parlement

Débat sur le budget
Le Parlement a débattu hier de l’évolution des finances publiques pour les prochaines années. Il s’agissait du premier débat en séance plénière auquel participait le nouveau ministre des Finances Antti Rinne.
HS

L’éventuel paquet de croissance du gouvernement soumis à la règle de dépenses
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement s’est fixé comme règle politique que, une somme au pus de 150 millions d’euros de recettes de privatisation peut être utilisée pour des dépenses soutenant la croissance que si, dans le même temps, 400 millions d’euros sont consacrés au remboursement de la dette ». En vertu de cette règle politique, on estime que sur les recettes escomptées de privatisation de 1,9 milliard d’euros dans les deux prochaines années seulement 600 millions d’euros pourraient être alloués à des mesures de relance.
HS souligne toutefois qu’il ne s’agit que d’une règle fondée sur un accord politique entre les partis de la coalition et donc qu’il est possible de la modifier par un même accord politique.
HS

Parti conservateur

Le congrès du parti conservateur va étudier près de 200 motions
Le congrès du parti conservateur réunira environ 850 délégués à Lahti. Ils devront étudier 199 motions.
HS

Plus de la moitié des présidents de section en faveur de M. Stubb
Sept des treize présidents de sections régionales du parti conservateur sont en faveur de M. Stubb comme prochain président du parti.
HS Le congrès du parti conservateur réunira environ 850 délégués à Lahti. Ils devront étudier 199 motions.
HS

Editoriaux
« A égalité » AL
« Une élection très serrée » HS
Aamulehti estime que le résultat de l’élection du prochain président du parti conservateur ne sera décidé qu’au dernier moment car il semble que M. Vapaavuori et Mme Risikko ont refait leur retard sur le favori M. Stubb.
Helsingin Sanomat considère lui aussi que l’élection nécessitera deux tours et que, aujourd’hui même les militants du parti ne savent pas qui sera au second tour.
AL

Economie

Lähi-Tapiola prédit une rétractation du PIB
Le groupe d’assurance Lähi-Tapiola prédit que le PIB va diminuer de 0,3% cette année. Après les banques Aktia et Nordea, c’est le troisième établissement financier à prédire une troisième année de récession pour l’économie finlandaise.
Lähi-Tapiola ne prédit qu’une croissance de 1% en 2015.
HS

Social

Grève des dockers
Le syndicat AKT a décidé d’une grève des dockers dans tout le pays pendant un jour en raison d’une menace reçue par un délégué du syndicat et émanant de l’avocat de l’armateur d’un navire russe bloqué dans le port de Tornio. Le syndicat AKT considère que les conditions de travail sur ce navire ne sont pas conformes aux conventions collectives.
HS

Mercredi 11 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Politique étrangère de la Finlande - Visite de M. Lavrov en Finlande

« Le président Niinistö exige plus de la Russie en faveur de l’Ukraine » TS
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré, hier, le président finlandais Sauli Niiinistö à sa résidence d’été de Naantali. Les entretiens d’une demi-heure ont porté sur la crise en Ukraine et les relations UE-Russie.
Après cet entretien M. Lavrov est reparti sans s’exprimer devant la presse.
Le président Niinistö a déclaré aux journalistes que les entretiens avaient surtout portés sur la crise en Ukraine. M. Lavrov a assuré que la russie faisait son possible pour calmer la situation. M. Niinistö a estimé que cela ne suffisait pas. « Je lui ai demandé que la Russie fasse tout son possible, y compris des choses autres que celles qu’elle juge comme son devoir ».
Interrogé sur le statut de Sergueï Markov qui avait critiqué la Finlande, M. Niinistö a déclaré que M. Lavrov l’avait assuré qu’il ne faisait pas partie des conseillers du président Poutine.
M. Niinistö a souligné que les relations entre la Finlande et la Russie étaient bonnes. En revanche, des problèmes sont causés par le fait que la Finlande en tant que membre de l’UE est partie prenante des différends entre l’UE et la Russie. C’est pourquoi la Finlande ne peut pas servir de médiateur entre ces parties. « Le principal pour moi est que le président Poutine a déclaré avoir très bioen compris quelle était la position de la Finlande dans l’UE et derrière les positions de l’UE ». M. Niinistö comprend donc que la Russie ne soit pas satisfaite des mesures finlandaises quand la Finlande applique la ligne européenne, comme par exemple pour l’annulation de sommets bilatéraux.
Toutefois, M. Niinistö a déclaré que la Finlande devait agir pour améliorer les relations entre l’UE et la Russie. « J’admets clairement que cela serait bon pour l’UE et pour la Russie, mais que le principal bénéficiaire en serait la Finlande ».
M. Niinistö estime qu’une des raisons à un refroidissement des relations UE-Russie réside dans les valeurs promues aujourd’hui par la Russie. « On y souligne l’importance de la religion, les vieilles valeurs russes, les valeurs familiales, etc, ce qui se voit aussi à l’extérieur ».
HS TS

Réactions
La directrice de l’institut finlandais des relations internationales Teija Tiilikainen juge que les louanges de M. Lavrov adressées à la Finlande sont le signe de la volonté de la Russie de minimiser la politique commune de l’UE au profit de relations bilatérales.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a assuré que la Finlande n’avait pas externalisé outre mesures à l’UE ses relations avec la Russie. « Nous n’avons pas de raison particulière de nous provoquer. Bien entendu sur le dossier de l’Ukraine nous avons des positions différentes ».
Les présidents des commissions parlement aire des Affaires étrangères et de la défense, MM. Soini et Jussi Niinistö (Vrais Finlandais) ont admis que les relations fenno-russes étaient bonnes même si elles sont influencées par les relations UE-Russie et la crise ukrainienne.
KS

Commentaire
Saska Saariskoksi dans Helsingin Sanomat rappelle que, depuis 1788 ( !) il existe deux positions en Finlande par rapport à la Russie : ceux prêts à faire des concessions (qui dominaient pendant le Grand-duché et la guerre froide) et ceux qui soulignent l’indépendance de la Finlande (dominants pendant l’entre-deux guerre).
Or, depuis la chute den l’URSS, les cartes ont été rebattues, écrit M. Saarikoski qui rappelle que la Finlande n’a pas voulu entrer dans l’OTAN en même temps que les ex-pays de l’Est.
Aujourd’hui, la Russie choisit la voie de l’opposition à l’occident. La Finlande aussi doit choisir sa voie. Ceux qui déclarent qu’elle passe par une adhésion à l’OTAN sont minoritaires (environ 40% des participants du séminaire de Kultaranta, juge M. Saariskoski) qui estime que M. Niinistö veut approfondir la voie européenne.
HS

Economie

M. Rinne favorable à un relâchement de la politique budgétaire
Le nouveau ministre des Finances se rendra à son premier conseil Ecofin la semaine prochaine.
Dans une interview accordée à Helsingin sanomat il insiste sur le fait que l’UE doit relâcher sa politique d’austérité, notamment en ce qui concerne les pays en difficulté comme la Grèce.
HS

Education

Une école primaire sur le modèle finlandais au Qatar
Educluster finland, filiale de l’université de Jyväskylâ, a conclu avec le ministère de l’Education du Qatar un contrat de cinq ans, avec une option de cinq ans supplémentaires, pour mettre en place une école primaire.
HS

Politique intérieure

Economie

M. Liikanen inquiet de l’endettement de la Finlande
Le gouverneur de la Banque de Finlande a présenté, hier, les prévisions de la banque centrale finlandaise.
La Banque de Finlande a revu à la baisse ses prévisions de croissance : 0% pour 2014, 1,4% pour 2015 et 1,5% pour 2016. Le chômage devrait progressivement baisser de 8,6% en 2014, à 8,3% en 2015 et 7,9% en 2016.
En revanche l’endettement devrait augmenter de 60,3% du PIB en 2014 à 61,2% en 2015 et 62,9% en 2016.
La situation économique de la Finlande doit faire face à une crise conjoncturelle doublée d’une crise de réforme structurelle qui touche tant le secteur du bois-papier que des technologies. De plus, les difficultés de l’économie russe ont aussi un effet important sur la Finlande.
Turun Sanomat rapporte que la production industrielle ne cesse de diminuer ; En revanche, les commandes de l’industrie sont reparties à la hausse depuis février 2014.
Le gouverneur Erkki Liikanen a insisté sur l’importance, pour le gouvernement, de mettre en place les ajustements budgétaires décidés en mars afin de contenir l’endettement.
Les économistes estiment que la Finlande n’a pas de marge de manœuvre pour un important plan de relance économique.
HS

France - Finlande

Débat d’idées

Venue de Thomas Piketty
L’économiste Thomas Piketty sera jeudi en Finlande pour participer à un séminaire à l’invitation de la fondation Yrjö Jahnsson qui lui avait attribué son prix de science économique l’année dernière.
La correspondante à Paris de Kauppalehti estime que M. Pikety n’est pas prophète en son pays puisque c’est surtout après son succès aux Etats-Unis qu’il a fait parler en France.
Demokraatti rapporte que le centre de recherche des salariés est particulièrement intéressé par les thèses de Piketty sur les inégalités de revenus.
KL Dem

Mardi 10 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Politique étrangère de la Finlande

Forum de politique étrangère à Kultaranta
La presse rend compte de la seconde journée du forum organisé à Kultaranta, résidence d’été du président, sur la politique étrangère et de sécurité.
Un des thèmes de discussion était « L’ours [animal symbolisant la Russie, NDLT] s’est réveillé, et la Finlande ? » Le ministre de la défense a été l’un des plus mordants intervenants, relève Turun Sanomat. M. Carl Haglund a regretté que le débat finlandais reposait sur l’illusion que la Finlande avait une option, un droit d’entrer dans l’OTAN. « La Finlande n’a pas d’option pour entrer dans l’OTAN. Nous n’avons pas de carte VIP pour rentrer sans faire la queue. Comme tous les autres Etats nous pouvons seulement solliciter une adhésion. » Il estime qu’il est quasi certain que l’OTAN accepterait la Finlande mais que l’on ne peut pas baser une politique de sécurité sur le fait que l’on pourrait rapidement devenir membre de l’OTAN. Selon lui, la Finlande est encore très loin de déposer une demande d’adhésion et d’organiser un référendum.
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb a souligné les avantages à être membre de l’OTAN. « L’OTAN renforcerait notre sécurité et nos possibilités de participer aux décisions. De plus nous ferions partie d’une communauté de valeur », a-t-il souligné.
La députée centriste et présidente du club fenno-russe, Paula Lehtomäki a souligné que « l’environnement de sécurité de la Finlande était stable et prédictible », ce qui a suscité un vif débat.
Il en est allé de même lorsqu’ont été évoquées les sanctions économiques contre la Russie. « La Finlande n’a pas intérêt à se distinguer de la ligne européenne », selon M. Stubb.
Dans ses conclusions après deux jours de séminaire, le Président Niinistö s’est déclaré étonné que les vues qu’il avait proposées sur la sécurité dans une acception plus large n’aient pas suscité plus de débat. Il a aussi constaté que la Finlande s’était désormais en partie positionnée en opposition à la Russie. Cela ne pose toutefois pas de problème selon lui. « Nous sommes d’une certaines manière en opposition [avec la Russie] puisque nous sommes du côté de l’UE. Mais on a pu voir que cela n’a pas suscité de pression ni même d’effet négatif ».
KS TS

Editoriaux
Helsingin Sanomat estime que le séminaire organisé par la présidence de la république a renforcé la dynamique du débat de politique étrangère. L’éditorialiste estime que la troisième voie proposée par M. Niinistö (une défense européenne) mérite d’être discutée si les Etats-Unis se désengagent de l’Europe. Pour l’éditorialiste le principal débat a toutefois concerné la Russie. Il reste donc à M. Niinistö de passer du débat à la pratique et d’assurer M. Lavrov que l’UE est unie, la Finlande prend ses décisions de manière souveraine et que ses relations avec son voisin oriental sont aussi bonnes qu’il est possible dans la situation internationale actuelle.
L’éditorialiste du journal du parti du Centre considère que ce dont on n’a le plus besoin actuellement en Finlande c’est de comprendre la Russie, son histoire, sa culture et ses visées politiques, afin de prendre les bonnes décisions. Pour l’éditorialiste, ce qu’il faut en Finlande comme en Europe c’est de la modération sur ce sujet.
HS SM

Visite de M. Lavrov en Finlande

« M. Lavrov loue la Finlande mais rabroue l’UE » HS
La visite de deux jours du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en Finlande est marquée par la crise en Ukraine, relève Helsingin Sanomat.
M. Lavrov était en visite en Finlande à l’invitation de son homologue Erkki Tuomioja, à Turku. Les deux ministres ont parlé de la crise en Ukraine, des relations UE-Russie et des relations bilatérales et de la coopération arctique. M. Lavrov rencontre aujourd’hui le président Sauli Niinistö dans sa résidence d’été, au lendemain du séminaire sur la politique étrangère et de sécurité qui y a été organisée.
Lors de sa conférence de presse commune avec son homologue Erkki Tuomioja, M. Lavrov a accusé l’UE de n’avoir pas d’attitude constructive à l’égard de la Russie. « Aucun politicien crédible ne peut dire que la politique de l’UE [à l’égard de la Russie] est constructive ». Selon lui, l’UE recherche à pousser la Russie à faire des concessions. « L’UE cherche souvent à se venger et à punir, mais ne protège pourtant pas les intérêts économiques de ses Etats membres », a-t-il déclaré en faisant référence aux projets de politique énergétique.
M. Lavrov a aussi commenté le débat de politique de sécurité : « Tous les pays eurotransatlantiques comme nous ont le même engagement : respecter l’intégrité de la sécurité. Il ne faut pas rechercher à renforcer sa sécurité au détriment de celle des autres. »
Les deux ministres des Affaires étrangères ont assuré que les relations entre la Finlande et la Russie étaient bonnes. « La Russie considère la Finlande comme un bon et proche voisin. Ces dernières années nous ne nous sommes pas trahis mutuellement. Nous ne voudrions pas qu’une si bonne relation soit influencée par des facteurs politiques, comme par exemple les relations entre l’UE et la Russie », a déclaré M. Lavrov qui a regretté que la Finlande ait renoncé à certaines rencontres bilatérales à cause de la crise en Ukraine.
M. Tuomioja a déclaré qu’il n’y avait pas de problème dans la relation bilatérale. Mais nous devons aussi parler des questions qui sont d’actualité en Europe et dans le ponde », a-t-il ajouté.
STT rappelle qu’à la veille de cette visite, l’ancien député Sergueï Markov avait déclaré que la Finlande, avant d’envisager une adhésion à l’OTAN, devait réfléchir au risque de déclencher une troisième guerre mondiale. Le jour même, dans une interview publiée par Interfax, le vice-ministre des Affaires étrangères Vladimir Titov avait déclaré que la Russie attachait beaucoup d’importance au non-alignement militaire de la Finlande pour la stabilité en Europe du Nord, tout en reconnaissant que la Finlande décidait seule de ses choix de politique étrangère et de sécurité. STT rapporte aussi qu’avant la venue de M. Lavrov, le ministère russe des Affaires étrangères avait critiqué la Finlande, l’accusant de d’avoir négligé les relations avec la Russie et annulé certaines rencontres à cause de la crise en Ukraine. Interrogé sur tous ces propos, M. Lavrov a déclaré qu’il « ne fallait pas trop citer » politiciens et fonctionnaires et que de telles personnes avaient certainement eues aussi d’autres déclarations.
Sur la crise en Ukraine, MM. Lavrov et Tuomioja ont déclaré que l’Ukraine devait avoir « la liberté de choisir ». M. Lavrov a toutefois regretté que les pays occidentaux aient cherché à influencer le choix de l’Ukraine. « Nous voulons voir l’Ukraine comme un pays démocratique et libre dans lequel les droits des citoyens sont protégés », a-t-il dit. Interrogé sur l’avenir européen de l’Ukraine, il a fait remarquer que l’Ukraine était membre de la communauté des Etats indépendants et que « si l’Ukraine passait un accord avec une autre zone économique, il faudrait réfléchir aux conséquences sur l’accord entre l’Ukraine et la CEI ».
KS TS

Réactions
Selon HS, le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement, M. Timo Soini (Vrai Finlandais) a admis que les relations entre l’UE et la Russie étaient actuellement mauvaises. « L’UE veut négocier avec la force de ses 28 Etats membres alors que la Russie cherche à négocier bilatéralement avec chaque Etat. C’est ce qui provoque les dissensions. Et cela sera difficile à changer ».
HS

Défense

La Finlande participe à un exercice dans les pays baltes
L’exercice annuel Saber Strike a commencé en Lettonie, hier. Il regroupe 2000 soldats des pays baltes, des Etats-Unis, de Norvège, du Danemark, de Grande-Bretagne et d’Allemagne.
La Finlande est le seul pays non membre de l’OTAN à y participer avec une compagnie d’environ 50 soldats et une brigade de 110 soldats.
HS

Politique européenne

Spéculations sur les possibilités de M. Reinfeldt
Hufvudstadsbladet relève que les possibilités du Premier ministre suédois, M. Reinfeldt, de devenir nouveau président de la Commission européenne, poste brigué par M. Katainen, ont été évoquées lors d’un mini-sommet où la Finlande n’a pas été invitée.
La Suède, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas se sont réunis sous le thème de l’économie, mais les postes européens ont également été évoqués.
HBL/6

On discute de l’UE en Suède sans la Finlande
Turun Sanomat relève que le Premier ministre suédois a invité ses homologues allemand, britannique et néerlandais mais pas le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen.
M. Katainen a souligné qu’il y avait beaucoup de réunions organisées au niveau européen, c’est pourquoi il n’avait pas réfléchi aux raisons pour lesquelles il n’était pas invité cette fois. Le Premier ministre suédois a motivé cette absence par le fait qu’il invitait seulement les pays européens les plus compétitifs. Le porte-parole de M. Reinfeldt a aussi ajouté que ces quatre pays partageaient les mêmes points de vue sur la manière de développer l’UE dans les années à venir et que, de plus, les occasions de rencontrer les Finlandais étaient nombreuses et la résidence d’été du Premier ministre suédois était si petite que l’on ne pouvait y inviter que peu de personnes.
TS

Energie

GNL – une décision serait prise dans les semaines à venir
Helsingin Sanomat relève que la Finlande et l’Estonie cherchent un compromis sur les terminaux de GNL (gaz naturel liquéfié). Les gouvernements et les groupes énergétiques des deux pays essayent de trouver une solution convenable pour tout le monde dans les semaines qui viennent.
Une rencontre entre les parties et un représentant de la Commission européenne a dû être annulée, la semaine dernière, en raison de la crise en Ukraine, mais il est prévu de trouver une nouvelle date pour la semaine prochaine, selon M. Härmälä du ministère de l’Emploi et de l’Economie. Selon lui, toutes les alternatives sont encore ouvertes. Il rappelle que la Finlande constituera le plus grand marché de ce terminal régional.
Le délai concernant les demandes de financement de projets énergétiques par la Commission européenne a été fixé pour le 19 août.
HS/A28

Aides européennes

La Finlande demande une aide pour la restructuration des chantiers navals
La Finlande demande une aide de 1,4 million d’euros du fonds européen de globalisation pour les 565 personnes qui ont été licenciées par les chantiers navals STX dans l’Ouest de la Finlande (région de Rauma et Turku).
HS

Syrie

Un Finlandais d’origine somalienne mort en Syrie
Helsingin Sanomat rend compte du décès d’un jeune homme de 23 ans d’Espoo, en Syrie. Si cette information est correcte, il s’agit de la troisième victime finlandaise de ce conflit. La Sûreté nationale n’a pas pu confirmer ce décès.
Le président de l’union somalienne de Finlande, M. Arshe Said regrette qu’un jeune homme qui a grandi et a eu une formation en Finlande parte faire la guerre ailleurs. « C’est bien grave », selon lui. Il estime qu’il serait important d’étudier les motifs de le faire.
Sur son compte Facebook, l’homme en question a laissé entendre qu’il était favorable au groupement radical Isis. M. Saarinen du Collège de la défense, chercheur en matière des mouvements djihadistes, n’exclut pas que les trois Finlandais morts en Syrie aient combattu dans les rangs d’Isis.
HS relève qu’entre 30 et 40 personnes sont partis de Finlande pour participer aux combats en Syrie. M. Saarinen relève, lui aussi, qu’il serait important de savoir ce qui les a motivé à partir, ce qu’ils ont fait en Syrie, et pourquoi ils ont décidé de rentrer en Finlande, s(ils sont rentrés.
HS/A22

Réfugiés syriens

Les réfugiés de quota syriens pourront tous être accueillis par des communes
Mme Suokonautio du ministère de l’Emploi et de l’Economie relève que les réfugiés syriens qui arriveront en Finlande cette année dans le cadre du quota seront accueillis par des communes. Concernant tous les réfugiés de quota, 300 sur 1600 attendent encore une décision d’accueil dans une commune.
Certaines communes, dont Tampere et Kuopio, ont augmenté le nombre de places accordées aux réfugiés. Selon Mme Suokonautio, la visibilité du conflit en Syrie dans les médias a augmenté la volonté des communes d’agir dans ce sens.
Les Syriens en question pourront venir en Finlande à l’automne.
HS/A17

Politique intérieure

Elections

Les Finlandais ne souhaitent pas d’élections anticipées
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage auprès de mille Finlandais sur le fait de savoir s’il faudrait avancer les législatives et de les organiser de façon anticipée après les mini-négociations gouvernementales.
La plupart des Finlandais ne souhaitent pas d’élections anticipées, ni de grandes réformes concernant les orientations du gouvernement. Même les centristes, parti de l’opposition, ne sont pas enthousiastes en ce qui concerne l’éventualité d’élections à l’automne (au lieu d’avril 2015).
29 % des Finlandais souhaitent par contre que les mini-négociations portent sur des changements en matière de politique gouvernementale.
M. Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre, souhaite que le gouvernement rédige un nouveau programme qui se concentre sur la croissance et l’emploi.
Parmi les électeurs des Vrais Finlandais, 50 % souhaiteraient des élections anticipées.
HS/A12

Fiscalité

M. Rinne ne supprimerait pas de l’impôt sur les successions
Le président du PSD et ministre des Finances Antti Rinne déclare que, même s’il est prêt à envisager des modifications sur l’impôt sur les successions, notamment pour les entrepreneurs, il n’est pas favorable à la suppression de cet impôt.
HS

Finance

Nouveau record pour les fonds de placement
Les fonds de placement enregistrés en Finlande ont atteint un nouveau record avec fin mai 2014 une valeur qui atteignait 81 milliards d’euros.
L’augmentation en mai était de plus d’un milliard, surtout pour les fonds en action (+670 millions). Cela prouve que les placements dans les actions sont toujours populaires.
HS

Communes

Lahti supprime jusqu’à 700 emplois
La municipalité de Lahti prévoit de supprimer jusqu’à 700 emplois d’ici 2017, selon les conclusions du plan social qui s’est terminé lundi.
HS

Entreprises

Tieto supprime 180 emplois de plus en Finlande
L’entreprise de technologies de l’information Tieto a annoncé la suppression de 230 emplois dont 180 en Finlande et dont 70 dans la recherche et le développement.
HS

Lemminkäinen supprime 265 emplois
L’entreprise de construction Lemminkäinen a annoncé un plan social visant à supprimer jusqu’à 265 emplois en Finlande d’ici octobre 2014.
Lemminkäinen est la première entreprise de construction qui emploie 4500 personnes en Finlande.
HS

Conflit entre Neste et UPM
Dans le conflit qui oppose UPM à Neste, le bureau des brevets finlandais a rendu un avis selon lequel la demande d’UPM concernant une annulation des brevets de Neste sur le biodiesel est infondée.
HS

Education

La part de diplômés d’études supérieures en baisse
L’augmentation du nombre de personnes disposant d’un diplôme d’études supérieures se ralentira fortement durant la prochaine décennie. La part des diplômés de la population de 20 à 40 ans diminuera par rapport aux 30 % qu’elle représente actuellement.
Depuis 25 ans, le nombre de diplômés d’études supérieures a augmenté de 19 000 tous les ans. Selon le ministère de l’Education, cette progression va diminuer à seulement 1 500 par an dans les années 2020.
Ceux qui partent à la retraite et ceux qui arrivent sur le marché du travail disposent aujourd’hui d’un niveau de formation aussi élevé, alors qu’avant, les employés qui partaient à la retraite n’avaient souvent pas de formation supérieure.
HS/A12

France - Finlande

Economie

Venue de Thomas Piketty
STT rapporte que l’économiste Thomas Piketty sera jeudi en Finlande pour participer à un séminaire à l’invitation de la fondation Yrjö Jahnsson qui lui avait attribué son prix de science économique l’année dernière.
STT rapporte que « le gourou du capital » divise les économistes.
KS

Lundi 9 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Politique étrangère de la Finlande

Forum de politique étrangère à Kultaranta
La crise ukrainienne a tout bouleversé
Helsingin Sanomat rend compte du forum organisé à Kultaranta, résidence d’été du président, sur la politique étrangère et de sécurité, les 8 et 9 juin. C’est la deuxième fois que le Président Niinistö accueille ce forum. Cette année, la crise en Ukraine et avant tout la Russie sont les thèmes les plus importants.
Outre l’évolution de la Russie, seront évoqués la situation européenne, la sécurité informatique et la cyber-sécurité, le développement de la défense ainsi que la capacité de réforme économique et sociale de la Finlande.
Environ cent spécialistes en la matière – personnalités politiques, chercheurs, représentants de l’administration, de la vie économique, des organisations, des médias et de la culture – ont été invités à participer.
Selon HS, la crise ukrainienne a bouleversé la politique étrangère finlandaise, les relations de la Finlande avec la Russie ainsi que les relations entre l’UE et la Russie.
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, UPI, relève que la Russie a dévoilé un tout nouveau visage aux Finlandais. La Russie utilise son pouvoir d’influence de toute nouvelle manière, elle s’efforce de faire de l’UE son nouvel ennemi. Pour Mme Tiilikainen, on se trouve à un tournant. La situation est unique dans son genre. Un conflit pareil n’a jamais été connu auparavant.
Mme Ojanen, professeur de la chair Jean Monnet de l’Université de Tampere, estime qu’une période de transition est en cours dans les relations bilatérales entre la Finlande et la Russie.
Selon Mme Tiilikainen, il a été nouveau pour le débat finlandais en matière de politique de sécurité qu’il n’y a pas eu de consensus. La crise marquée par la propagande, la guerre informatique et une imprévisibilité ont obligé la direction de la Finlande à y réagir ouvertement. Pour elle, il est important que le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et les autres dirigeants aient exprimé leur propre interprétation des événements. On a souhaité montrer le caractère contradictoire et difficile de la situation.
La Finlande souhaite maintenir sa propre relation bilatérale avec la Russie. Selon Mme Ojanen, au niveau européen, on n’arrive pas à trouver un compromis entre les différentes orientations.
Le Président Sauli Niinistö souhaiterait que l’UE renforce sa coopération de défense. Pour lui, les conventions le permettraient : les obstacles sont politiques. Mme Tiilikainen note que la France est la locomotive de la défense commune, et elle essaie de convaincre l’Allemagne qui de son côté essaie de trouver un équilibre qui permettrait à la Grande-Bretagne de participer. L’Allemagne n’a rien contre une coopération en soi, selon elle.
HS/dim/A6

Propos de M. Sauli Niinistö
Le Président Niinistö estime que l’esprit du temps a changé et que la paix en Europe ne va plus de soi. C’est un grand changement également du point de vue de la Finlande.
L’autre changement qui a eu lieu, est celui concernant les relations de la Russie avec l’UE, avec l’OTA et avec les Etats-Unis. Il estime que la méfiance d’un coté et de l’autre est très profonde. Il constate que l’on n’avait pas su prévoir le durcissement des relations entre la Russie et les pays occidentaux.
Concernant les propos de M. Markov, ancien député russe, qui a mis en garde la Finlande contre une adhésion à l’OTAN et a considéré la Finlande comme un des pays les plus russophobes dans l’UE, après la Suède, la Pologne et les pays baltes, M. Niinistö estime qu’ils valent ce qu’ils valent. M. Markov a dit que l’antisémitisme a déclenché la deuxième guerre mondiale et que la russophobie pourrait en déclencher une troisième.
Le président finlandais affirme ne pas avoir entendu parler de M. Markov avant et rappelle qu’il ne convient pas d’interpréter les positions officielles de la Russie selon ces propos. On les connaîtra lors des entretiens avec M. Lavrov, ministre des Affaires étrangères, qui arrivera en Finlande, aujourd’hui.
Des chercheurs ont dit qu’il convenait de voir les déclarations de M. Makrov dans un contexte plus vaste. Indirectement, elles sont liées à la crise ukrainienne, et surtout à la politique intérieure russe.
M. Niinistö relève que les débats lors du forum de Kultaranta avant l’arrivée du ministre russe porteront sur la situation en Russie et les partenariats, y compris une adhésion éventuelle à l’OTAN.
M. Niinistö se félicite du fait que la Finlande n’ait pas diminué ses structures de défense après la guerre froide, à l’instar de beaucoup de pays. Pour lui, les partenariats et différentes formes de coopération militaires ne peuvent qu’appuyer une défense indépendante.
Il a répété ce qu’il a déjà dit avant sur la coopération de défense européenne : il regrette que l’on la minimise, alors que ce n’est pas conforme aux intérêts de la Finlande. Pour lui, il est inimaginable que l’UE n’aide pas un Etat membre en difficultés.
KS/lun, HBL/dim/1&2, AL/lun/A7, TS/lun/11

OTAN
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève que dans la perspective de l’opération de l’OTAN qui prend fin en Afghanistan, la Finlande et la Suède souhaitent assurer un accès continu aux réunions et à l’information qu’elles ont eu jusqu’à présent à titre de la participation à l’opération FIAS.
Les deux pays ont remis à l’OTAN, ce printemps, un papier commun concernant leur partenariat avec l’alliance militaire. Selon M. Tuomioja, la Finlande et la Suède souhaitent maintenir au moins le même type de communication avec l’OTAN. Selon lui, l’initiative a été bien reçue.
Le Président Niinistö a rappelé qu’une participation éventuelle de la Finlande à l’OTAN et les partenariats différents ne signifiaient pas pour autant que la Finlande pourrait négliger sa propre défense.
HS/lun/A10

Défense

Exercice aérien nordique à Rovaniemi
Les jeunes pilotes de chasse nordiques ont un exercice commun à Rovaniemi cette semaine. La Finlande y participe avec cinq F18 Hornet, la Norvège avec cinq F16 et la Suède avec six JAS39 Gripen.
HSLes restructurations de l’armée finlandaise sont finalement moins importantes que prévues. Les forces armées vont licencier 126 personnes cette année et 38 l’année prochaine dans le cadre d’un plan d’économie de 90 millions d’euros par an.
HS KS

Croix rouge finlandaise

M. Torstila désigné président
M. Pertti Torstila, ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, a été désigné président de la Croix rouge finlandaise.
HS/lun/A10

Parlement européen

Les Vrais Finlandais affaiblissent les populistes en Europe
En choisissant le groupe CRE, les Vrais Finlandais, comme le parti populaire danois, affaiblissent les partis populistes européens qui cherchent à former des groupes au parlement européen.
Le politologue Tapio Raunio relève que le groupe CRE convient mieux aux Vrais Finlandais que celui de l’UKIP. En effet, ce parti britannique promeut la sortie de l’UE alors que les Vrais Finlandais ne promeuvent ni la sortie de l’UE ni même de l’euro. Selon lui, le poids des Vrais Finlandais pourrait même croître dans l’UE avec ce changement de groupe car le PPE pourrait avoir besoin du soutien du CRE.
Le politologue Erkka Railo craint lui que les Vrais Finlandais pèsent moins car ils auront du mal à s’intégrer dans le groupe du CRE.
M. Railo estime que le président du parti Timo Soini a négocié l’entrée de son parti dans ce nouveau groupe tout seul, tant les eurodéputés des vrais Finlandais semblaient étonnés par ce changement de groupe.
HS

Critiques contre un haut fonctionnaire finlandais
Les Vrais Finlandais ont saisi le ministère des Affaires étrangères et le ministre Erkki Tuomioja pour savoir quel haut fonctionnaire finlandais a, sous couvert de l’anonymat, déclaré dans le Financial Times qu’il s’étonnait que les conservateurs britanniques s’allient avec ce parti xénophobe et passéiste.
Selon M. Tuomioja, rien ne prouve qu’il s’agit d’un diplomate finlandais.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

M. Rinne, nouveau ministre des Finances
Le président du PSD Antti Rinne est devenu ministre des Finances, vendredi.
Il a exprimé ses inquiétudes sur la situation économique de la Finlande et appelé à une relance économique pour améliorer la situation de l’emploi. Il n’a pas précisé les mesures envisagées. Selon lui, les solutions devront être trouvées lors des mini-négociations gouvernementales prévues fin juin.
HS

Parti conservateur

M. Stubb a un programme économique ambitieux
Le ministre du commerce extérieur, candidat à la présidence du parti conservateur, propose de diminuer à 39% la part des prélèvements obligatoire dans le pIB (actuellement plus de 421%) et à moins de 50% la part des dépenses publiques dans le pIB (actuellement 58%).
HS souligne que ces objectifs signifieraient une diminution 12 milliards d’euros par an des recettes fiscales et de 15,5 milliards d’euros des dépenses publiques.
Le quotidien rappelle aussi que le taux de prélèvement obligatoire est supérieur à 40% depuis 1987
HS

Verts

« Les Verts toujours opposés à l’OTAN » Kaleva
« Les Verts ne veulent pas durcir leur position sur le nucléaire » HS
Le congrès du parti des Verts s’est réuni à Jämsä. Les Verts ont décidé du programme politique qui servira de base à leur campagne électorale pour les législatives de 2015.
Les Verts ont rejeté une motion visant à proposer, comme en Allemagne, une fermeture accélérée du parc nucléaire. De même les Verts favorables à un assouplissement de la position sur le nucléaire sont restés minoritaires.
Selon Anniina Luotonen (STT), si le gouvernement devait valider les autorisations de principe de Fennovoima et TVO, les Verts quitteraient certainement le gouvernement. En effet, lors des dernières législatives ils avaient perdu cinq sièges, principalement parce qu’ils avaient assumé lors de la précédente législature l’élargissement du parc nucléaire.
Le président du parti a toutefois refusé de spéculer sur le départ de son parti, tant après une décision du gouvernement que du parlement.
Le parti a aussi maintenu sa position opposée à l’adhésion du pays à l’OTAN. Le parti y a ajouté l’organisation d’un référendum.
Kaleva HS KS

Fiscalité

L’idée de la suppression de l’impôt sur les successions divise les partis de la coalition gouvernementale
La suppression éventuelle de l’impôt sur les successions divise les partis du gouvernement et suscite des dissensions y compris à l’intérieur du PSD.
Outre le Parti conservateur et le parti suédois, les Démocrates chrétiens y sont favorables, alors que les Verts s’y opposent.
Parmi les sociaux-démocrates, le président du groupe parlementaire, M. Backman, s’y oppose, alors que le président du parti, ministre des Finances Antti Rinne se déclare prêt à envisager des modifications.
HS/dim/A10

Défense

L’armée licencie 126 personnes
Les restructurations de l’armée finlandaise sont finalement moins importantes que prévues. Les forces armées vont licencier 126 personnes cette année et 38 l’année prochaine dans le cadre d’un plan d’économie de 90 millions d’euros par an.
Ces licenciements font partie d’un plan visant à supprimer 2100 postes entre 2012 et 2015 : 670 militaires et 1430 civils. Outre les licenciements, ce plan se fait par des départs à la retraite non remplacés et par des externalisations.
AL

Economie

SOK supprime jusqu’à 130 emplois
Le groupe de grand magasin SOK a lancé un plan social qui concerne l’ensemble de ses employés (530) et vise à supprimer 130 emplois.
KS

Vendredi 6 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie

« La Russie ne peut pas être en même temps pompier et pyromane » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la crise en Ukraine pourra être résolue si la Russie cesse son opération pour déséquilibrer le pays.
HS

Finlande – Russie

Visite de M. Lavrov en Finlande
Le ministre russe des Affaires étrangères, M. Lavrov, se rendra en Finlande, les 9 et 10 juin, à l’invitation de son homologue, M. Tuomioja, qu’il rencontrera à Turku. M. Lavrov rencontrera également le Président, M. Niinistö, dans sa résidence d’été à Naantali.
Les entretiens porteront sur la situation en Ukraine et les autres questions d’actualité internationale, comme les relations entre l’UE et la Russie.
Les ministres évoqueront également les questions bilatérales et la coopération régionale.
Helsingin Sanomat relève que la position européenne de suspendre les rencontres du plus haut niveau avec la Russie n’empêche pas les rencontres entre les ministres des Affaires étrangères. Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, UPI, estime que les Etats membres peuvent avoir des interprétations différentes en ce qui concerne la position définie par le Conseil européen. Pour elle, les rencontres au plus haut niveau sont des rencontres entre Présidents. Une rencontre entre un Président et un ministre des Affaires étrangères n’en est pas, selon elle.
HS/A27

Défense – OTAN

Il est rare qu’un pays organise un référendum sur l’OTAN
Nykypäivä, organe du Parti conservateur, relève que parmi les 28 Etats membres de l’OTAN, seuls trois (la Hongrie, la Slovénie et l’Espagne) ont organisé un référendum sur l’adhésion. En Finlande, les partis politiques sont unanimes sur l’opportunité d’un référendum dans le cas où la question d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN deviendrait d’actualité.
NP relève que le Président Niinistö partage cette opinion.
NP note qu’en Finlande, le résultat d’un référendum n’est pas contraignant – en principe. Dans la pratique toutefois, politiquement le résultat lierait les élus, selon Mme Pimiä, chef de l’unité de la démocratie, des questions linguistiques et des droits fondamentaux du ministère de la Justice. Si un référendum devait être organisé, il s’agirait de le faire seulement une fois que la direction du pays serait déjà ouvertement favorable à une adhésion.
Deux référendums ont été organisés en Finlande : un sur la prohibition de l’alcool et un autre sur l’adhésion de la Finlande à l’UE.
NP/4

Propos du Président Niinistö : « Défendre la paix en Europe ne devrait pas être externalisé à l’OTAN » KS
Le Président, Sauli Niinistö, qui est intervenu devant des journalistes, estime que dans sa politique de sécurité, la Finlande a plus d’options que le choix entre le non-alignement militaire et une adhésion à l’OTAN. Pour lui, la Finlande pourrait également développer ses propres forces et acquérir des partenariats. Il a fait référence aux entretiens qu’il a eus en Suède et qui ont montré la volonté des Suédois de coopérer avec la Finlande.
M. Niinistö est également favorable au développement de la coopération européenne de défense. Les solutions au niveau de l’UE pourraient être harmonisées avec la défense de l’OTAN.
Le Président regrette que le débat finlandais en matière de politique de sécurité ait une attitude négative à l’égard de la coopération de défense européenne. Est-il dans les intérêts des Finlandais de la rejeter en considérant que cela ne marchera jamais ? Ne serait-il pas plus raisonnable de demander quelles sont les raisons pour que cela ne marcherait pas ?
M. Niinistö a souligné l’importance de la paix en tant que valeur fondamental de l’UE. Il a également évoqué l’influence de la crise ukrainienne pour la politique de sécurité. « Ce que nous pouvons voir aujourd’hui en Ukraine, c’est que la paix nécessite également une défense et des armes. Est-il acceptable de la garantir en l’externalisant à l’OTAN, ou aux Etats-Unis dans la pratique » se demande-t-il.
Pour M. Niinistö, le Président Obama a eu un message de politique de défense clair pour l’Europe dans ses interventions : il est temps que vous commenciez à faire quelque chose vous aussi, a été le message du président américain.
M. Niinistö critique ceux qui disent avoir toujours été pro-OTAN, mais qui ne considèrent jamais le moment comme propice pour en parler. Il serait possible de faire autrement, si un acteur politique prenait vraiment à cœur une adhésion à l’OTAN. Aucun ministre finlandais ne l’a encore proposé, fait-il remarquer.
KS/11

Sondage auprès des députés : la majorité nette s’oppose à une demande d’adhésion lors de la prochaine législature
Keskisuomalainen rend compte d’un sondage effectué pour le compte du quotidien de Kuopio, Savon Sanomat, selon lequel la majorité des députés s’oppose à une adhésion de la Finlande à l’OTAN. 115 députés sur 200 ont répondu. 66 % d’entre eux s’opposent à l’idée de demander une adhésion lors de la prochaine législature, alors que 22,6 % y seraient favorables.
Les conservateurs y sont le plus favorables, 20 députés sont pour et trois ne se prononcent pas alors que personne ne s’y oppose. L’objectif de M. Stubb, candidat à la présidence du parti, est de demander une adhésion dès la législature qui commence en 2015. Pour lui, une adhésion augmenterait la sécurité et le pouvoir d’influence de la Finlande. Il rappelle que la décision de demander une adhésion nécessite une bonne préparation.
Dans les rangs du PSD, 19 députés s’opposent à l’idée de demander une adhésion.
Les Vrais Finlandais comptent plus d’opposants que de députés en faveur. L’ensemble des centristes qui ont répondu, 21 députés, sont contre. Parmi les Verts, trois s’y opposent, et un député ne se prononce pas, alors que les 10 députés de l’Alliance des gauches ayant répondu ont dit non.
Parmi les démocrates chrétiens, trois députés ont répondu par un oui et deux ne se sont pas prononcés. Chez le parti suédois, un député était pour et un contre.
M. Salonius-Pasternak, chercheur à l’Institut de relations internationales, relève que la position des députés correspond à celle des Finlandais.
KS/jeu

Océan arctique

Le patronat EK souhaite recruter M. Lipponen comme consultant
Le patronat EK souhaite désigner l’ancien Premier ministre Paavo Lipponen (PSD) comme consultant en matière des questions liés au projet d’ouvrir des voies vers l’Océan arctique. M. Kokkila, président du conseil d’administration de la confédération, relève que favoriser les activités commerciales dans la région arctique, y compris les systèmes et connexions au niveau des transports, est important pour toute la Finlande.
HS/A37

Parlement européen

Les Vrais Finlandais dans le groupe CRE
Comme les députés danois, les deux députés européens du parti des Vrais Finlandais ont quitté le groupe EFD et vont siéger dans le groupe CRE rassemblé autour des députés du parti conservateur britannique depuis 2009.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’un tel changement de groupe convient au parti populaire danois et aux Vrais Finlandais car l’aile anti-européenne des conservateurs britanniques va se renforcer.
En revanche, M. Cameron devra des explications sur les antécédents de ses nouveaux alliés. L’éditorialiste estime que ce changement de groupe donnera plus de pouvoir d’influence aux Vrais Finlandais.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

On ne connaît toujours pas le calendrier pour le prochain gouvernemnt
Demokraatti rapporte que le parti conservateur va élire son prochain président le samedi 14 juin. L’actuel premier ministre va démissionner lundi 16 juin, ce qui signifie que l’ensemble du gouvernement démissionne et est appelé à gérer les affaires courantes jusqu’à la nomination d’un nouveau gouvernement.
Le même jour, le président du groupe parlementaire du plus grand parti du parlement, M. Orpo, réunira les autres présidents de groupe pour choisir la personne appelée à essayer de former un gouvernement qui sera certainement le nouveau président du parti conservateur. Lors de cette réunion, les partis devraient s’entendre sur un calendrier. Les négociations pour former un gouvernement seront commencées immédiatement. Selon les évaluations les plus optimistes, le programme gouvernemental pourrait être bouclé le 18 juin si les principaux partis (parti conservateur et PSD s’entendent bien).
Le Parlement est prêt à voter l’investiture du Premier ministre lundi 23 juin. Le lendemain le Premier ministre présenterait son programme gouvernemental et un vote aurait lieu mercredi 25 juin.
Demokraatti rappelle que les nouveaux députés européens doivent confirmer qu’ils acceptent leur siège le 25 mai au plus tard. De plus, les 26 et 27 juin se tiendra le conseil européen.
Dem

Parti conservateur

Un débat qui met en avant des différences
Lors du débat organisé hier par Helsingin Sanomat entre les candidats à la présidence du parti conservateur, les premières différences sensibles sont apparues, écrit HS.
M. Stubb a déclaré qu’il souhaitait supprimer l’exonération fiscale pour les cotisations syndicales. Selon lui, c’est un relent du passé et n’a plus lieu d’être : être membre d’un syndicat est comparable à être membre d’un club sportif et ne devrait pas donner doit à exonération. Il estime qu’en demander la suppression serait faire preuve d’autorité.
M. Vapaavuori et Mme Risikko ont exprimé leur opposition à une telle initiative qui risquerait de briser la paix sociale et de provoquer une grève générale. .
HS estime que, lors du débat, les trois candidats ont montré qu’ils étaient des personnalités politiques compétentes – mais avec chacune des faiblesses.
Tout le monde sait que M. Stubb parle « une centaine de langues », mais il n’a pourtant cessé de le marteler récemment. Il risque d’autre d’apparaître comme arrogant.
M. Vapaavuori a du mal à montrer ses sentiments. Quant à Mme Risikko, elle fait beaucoup de petites fautes et a montré sa faiblesse en politique étrangère.
HS

Deux cinquièmes des Finlandais pour M. Stubb
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, 38% des personnes interrogées souhaitent que M. Stubb devienne le prochain président du parti conservateur, contre 20% pour M. Vapaavuori et 19% pour Mme Risikko.
Parmi les sympathisants du parti conservateur, la moitié sont pour M. Stubb, 32% pour M. Vapaavuori et 15% pour Mme Risikko.
HS

M. Vapaavuori favori de la base
Le journal du parti conservateur a interrogé les militants du parti après les six panels entre les candidats organisés par le parti. M. Vapaavuori a été choisi comme le meilleur débatteur lors de cinq de ces six panels, rassemblant 272 voix, loin devant M. Stubb (187) et Mme Risikko (125).
Le journal du parti estime que la seule chose de sûre est qu’il faudra deux tours de scrutin au congrès pour choisir un nouveau président.
NP

Nucléaire

Fennovoima bientôt pressé
Kaleva rapporte que Fennovoima n’a plus beaucoup de temps pour trouver des actionnaires. En effet, le ministère de l’Economie attend que Fennovoima indique quelle est la part définitive de son actionnariat domestique.
Kaleva

Les Verts divisés sur l’élargissement du parc nucléaire
Le parti des Verts organise son congrès du 6 au 8 juin à Jämsä. Demokraatti rapporte que le parti va valider son programme politique qui stipule que « il ne faut pas augmenter en Finlande la part du nucléaire, cher et dépassé. »
L’eurodéputée Tarja Cronberg, qui n’a pas été réélue au parlement européen, souligne que les Verts ont tout intérêt à assumer la responsabilité gouverementale plutôt qu’à être dans l’opposition. Elle admet toutefois qu’il faut soupeser le pour et le contre d’une participation à un gouvernement.
Dem

Loi sur le climat

Le gouvernement a approuvé la proposition de loi prévoyant une diminution considérable des émissions
Le ministère de l’Environnement qui a donné une conférence de presse pour présenter la loi sur le climat, relève qu’il faudra diminuer les émissions au niveau de 80 % au moins pour 2050.
Helsingin Sanomat relève que la loi permettra de clarifier la répartition des tâches entre les autorités en matière de planification de la politique climatique.
M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement, estime que le dialogue politique sera renforcé concernant les questions climatiques, ce qui permettra au Parlement de participer plus étroitement à la formulation de la politique en la matière.
Il relève que les objectifs actuels concernant les diminutions, fixés dans la perspective de 2020, ne suffisent pas. Il conviendra de réfléchir dès maintenant à la société que nous aurons en 2050, selon lui.
M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, ne considère pas la mise en place d’une loi sur le climat comme une percée. Pour lui, on a fait des stratégies en matière énergétique et climatique depuis plusieurs législatures. M. Niinistö estime que la préoccupation principale de son collègue ministre de l’Economie concerne les frais engendrés pour l’industrie. M. Niinistö estime toutefois que la loi représente une possibilité pour l’industrie dans le sens de s’efforcer d’améliorer les choses sur plusieurs secteurs.
M. Niinistö relève aussi qu’il s’agira de s’engager sur les objectifs de diminution d’émissions de façon efficace au niveau du coût engendré afin de permettre à l’économie d’être florissante. Il s’agira d’éviter les coûts excessifs. « Il n’y aura pas de frais de plusieurs milliards comme le prétendent des populistes. »
Il est prévu que la loi entre en vigueur courant printemps 2015.
HS/A19

Jeudi 5 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Déclarations de M. Tuomioja

Le PSD pas opposé à ce que M. Katainen devienne commissaire
Capital-risque : la Finlande en tête en Europe
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que le PSD ne s’opposait pas à ce que M. Katainen remplace M. Rehn à la Commission européenne pour la fin du mandat. « Rien n’est automatique, mais nous comprenons bien que le plus grand parti propose un commissaire », dit-il.
Concernant l’avenir de M. Katainen, M. Tuomioja déclare que le PSD n’a rien contre le fait qu’un commissaire finlandais ait la position la plus haute possible. « Mais comme en témoigne l’exemple d’Olli Rehn, un commissaire finlandais ne fait pas forcément la politique le PSD souhaite soutenir. »
Dem

Parlement européen

Les Vrais Finlandais dans le groupe CRE
Les deux députés européens du parti des Vrais Finlandais vont siéger dans le groupe CRE rassemblé autour des députés du parti conservateur britannique depuis 2009.
HS écrit que ce nouveau groupe est plus modéré que celui dans lequel ils siégeaient dans la précédente législature.
Précédemment les Vrais Finlandais siégeaient dans le groupe rassemblé autour du parti britannique UKIP.
HS

OSCE

Une assemblée commémorative en Finlande l’année prochaine
A l’occasion du 40ème anniversaire des accords d’Helsinki, la Finlande accueillera l’année prochaine, au palais Finlandia une réunion de l’OSCE.
Dem

OTAN

M. Haglund à Bruxelles
Helsingin Sanomat relève que, dans le cadre de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, a participé mercredi à Bruxelles à une réunion ministérielle des Etats qui ont envoyé des troupes de gestion de crise en Afghanistan.
Selon le quotidien, l’OTAN est en train de préparer pour la Finlande et la Suède une coopération politique renforcée avec l’OTAN. La coopération militaire serait également développée. « La participation aux consultations politiques sur les question stratégiques serait incluse dans cette coopération. Cela permettrait de suivre plusieurs initiatives », selon un représentant anonyme de l’OTAN, qui n’a pas précisé quels domaines seraient concernés.
Un refus de cette coopération serait clair : les pays ne seraient pas invités aux consultations politiques et ils perdraient leur contact politique et leur capacité de coopérer avec l’OTAN.
Selon un scénario beaucoup plus sombre, l’Occident approuverait une nouvelle finlandisation où la Finlande serait bloquée à côté de la Russie, rapporte Kari Huhta.
Il est très peu vraisemblable que la Suède ou la Finlande refusent un partenariat plus étroit avec l’OTAN. Les deux pays recherchent des mesures pour rendre plus étroite leur coopération avec l’alliance militaire.
« A mon avis, nous ne pouvons pas affaiblir le partenariat avec l’OTAN », déclare M. Haglund. Il considère comme important le fait que la Finlande puisse participer aux négociations politiques au sein de l’OTAN aussi au niveau ministériel.
La Finlande et la Suède participent en tant que partenaire de l’OTAN aux manœuvres et à la gestion de crise. La limite entre les partenaires et les membres restera stricte aussi dans le cadre de la coopération renforcée.
Les diplomates des pays de l’OTAN soulignent que le projet n’a pas encore été évoqué au conseil de l’OTAN. Le programment pourrait être approuvé au plus tôt lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN qui sera organisée dans trois semaines.
HS/A10

Selon le secrétaire général adjoint, l’OTAN évoque régulièrement la cyber-sécurité avec la Finlande
Selon Helsingin Sanomat, M. Jamie Shea, secrétaire général adjoint de l’OTAN, a déclaré, à l’occasion d’une conférence de sur les cyber-menaces à Tallinn, que l’OTAN évoquait régulièrement les questions liées à la cyber-sécurité avec la Finlande.
Selon M. Shea, qui fait l’éloge du partenariat pour la paix avec la Finlande, la porte de l’OTAN est ouverte mais la Finlande prend ses propres décisions.
HS/A10

Inondations dans les Balkans

La Finlande accordera 400 000 euros
Le ministère finlandais des Affaires étrangères a accordé 400 000 euros pour l’aide aux victimes des inondations dans les Balkans à travers la Croix rouge finlandaise.
Selon le ministre du Développement, M. Haavisto, le sauvetage immédiat est terminé dans la région, mais le besoin d’aide humanitaire continuera pendant des mois.
HS/A18

Energie

Biodiesel
Les raffineries d’huile de pin Arizona Chemical et Forchem ont saisi la Commission européenne concernant la décision finlandaise en matière de définition des biocarburants qui permet de soutenir indirectement la vente du biodiesel.
Le groupe forestier UPM entamera sa production de biodiesel, cet été. Les deux compagnies internationales ont des raffineries en Finlande, à Oulu et Rauma.
HS/A32

LNG – décision reportée à une date ultérieure
La rencontre entre la Finlande, l’Estonie et la Commission européenne sur la question du terminal de gaz naturel liquéfié, prévue pour le début du mois, a été reporté à une date ultérieure.
Actuellement, il est prévu que les parties remettront une proposition de compromis sur un terminal à Inkoo (Finlande) et un autre, plus petit, à Paldiski (Estonie).
Gasum, groupe énergétique censé construire le terminal finlandais, affirme que le projet avance. Selon M. Torvalds, député européen, tous les rapports en la matière ont été effectués et il ne manque plus que le courage de prendre les décisions nécessaires.
HBL/6

Politique intérieure

Parlement

Mme Urpilainen décline la présidence de la Grande commission
Mme Urpilainen qui va abandonner son portefeuille de ministre des Finances au profit de son successeur à la tête du PSD, M. Antti Rinne, a déclaré qu’elle ne deviendrait pas présidente de la Grande commission. Selon elle, il n’est pas bon qu’un ancien ministre des Finances contrôle son successeur, à la tête de la Grande commission ou de la Commission des Finances.
Quant au poste de président du Parlement, elle déclare qu’il dépend de la volonté du parti.
KL

Société de l’information
Helsingin Sanomat rapporte que les experts du droit constitutionnel estiment que la législation finlandaise en préparation sur la société de l’information ne devra pas inclure l’obligation pour les téléopérateurs de stocker les informations sur l’indentification et les informations géographiques.
La Cour de justice de l’Union européenne a condamné en avril la directive sur l’obligation de stockage de ces informations.
Dans son avis concernant le projet de loi, la commission des questions administratives du Parlement n’a pas pris en compte la décision de la Cour de justice.
HS/A14

Les retraités veulent avoir leurs représentants dans les conseils de surveillance des institutions de pensions des salariés
Selon Helsingin Sanomat, plus de 120 députés auraient signé l’initiative de loi par le député Lars Gästgivars (Pari suédois) pour que les représentants des retraités soient élus dans les conseils de surveillance des institutions de pensions des salariés. Un quart de membres des conseils de surveillance devraient être des retraités, selon M. Gästgivars. « Il en va de la transparence dans la démocratie finlandaise. »
HS/A15

Economie

La Finlande en dépression
La banque Nordea estime que la Finlande est en dépression économique.
« En économie, un pays est en récession s’il connaît une rétraction de son PIB sur deux trimestres consécutifs. Pour la Finlande cela fait dix trimestres consécutifs. De plus, en 2009, le PIB a baissé de 8,5% », estime l’économiste de Nordea, M. Kangasharju.
HS

M. Vartiainen en appelle à des mesures rapides
L’économiste du centre de recherche de l’Etat CVATT, M. Juhana Vartiainen estime que la Finlande a les moyens de réaliser un plan de relance, pour peu qu’elle mette aussi en place des réformes structurelles de l’offre.
Selon lui, la situation actuelle est mauvaise : les réformes de l’Etat stagnent et la politique économique est réservée.
HS

Entreprise d’Etat

Le dossier de Metsähallitus bloqué
Aamulehti rapporte que le projet du gouvernement de transformer l’office national des forêts en entreprise est actuellement bloqué en raison de l’opposition du PSD.
Le ministre de l’Agriculture et des Forêts Jari Koskinen (parti conservateur) a l’intention d’en parler avec le nouveau président du PSD, M. Antti Rinne.
AL

Transport

Les chemins de fer finlandais vont commander des voitures
VR va lancer un appel d’offres pour 46 voitures à deux étages avec une option de 185 voitures supplémentaires pour remplacer ses voitures des années 1970 et 1980.
Le coût des 46 voiture est évalué à plus de 100 millions d‘euros.
VR va consacrer environ 2 milliards d’euros à renouveler ses voitures d’ici la fin de la prochaine décennie.
HS

Poste

Itella souhaite doubler son activité en Russie dans les années à venir
Itella (ex-poste finlandaise) a l’intention de doubler son chiffre d’affaire en Russie d’ici 20320. La crise en Ukraine n’a pas eu d’effet sur son activité. La société croit beaucoup dans le marché russe où elle propose de nombreux services logistiques. Elle y a 3600 emplouyés dans neuf centres.
KL

Construction navale

Meyer réalise une étude – Les Coréens prêts à vendre
Turun Sanomat rapporte que la vente du chantier STX Finland de Turku a fait un pas de plus : des représentants du chantier Meyer Werk ont obtenu le droit de réaliser une étude sur la situation économique et le technique du chantier.
Le ministre de l’économie Jan Vapaavuori a confirmé ce nouveau pas vers la cession du chantier. « Le projet avance bien », a-t-il dit.
TS

Projet de Musée Guggenheim

Le concours pourrait attirer jusqu’à 1500 propositions
Le concours d’architecture en vue de construction éventuelle d’un musée Guggenheim a Helsinki a été lancé, hier. Selon M. Rautiola de l’union des architectes de Finlande, jusqu’à 1500 propositions pourraient y participer.
Le délai de la remise des propositions est le 10 septembre. Il est prévu que le bois ait un rôle dans les dessins.
M. Lyytinen, chef du service culturel de Helsingin Sanomat, note qu’avec le concours, Helsinki aura une visibilité que le musée soit réalisé ou non.
HS/B1-2

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que le projet Guggenheim est une occasion unique pour Helsinki de renforcer son statut dans le domaine de l’architecture, du design et de l’art.
Pour l’éditorialiste, il est tragi-comique que l’initiative d’une construction qui prévoit le bois sous une forme ou une autre doive venir de la part d’une fondation américaine. A Helsinki, il n’existe presque pas de bâtiments en bois, à l’exception de la chapelle de Kamppi.
HS/A5

France – Finlande

Débat d’idées

Thomas Piketty
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat Paavo Rautio et la journaliste de Kauppalehti Päivi Isotalus commente le livre de Thomas Piketty.
HS KL Optio

Mercredi 4 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Violation de l’espace aérien finlandais par des avions russes

Le Premier ministre mal informé de l’incident
Le gouvernement n’a toujours pas expliqué pourquoi les informations erronées ont circulé pendant une semaine concernant la reconnaissance des avions russes qui ont violé l’espace aérien finlandais la semaine dernière.
Tant le premier ministre que le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement ont déclaré que les chasseurs finlandais avaient décollé pour reconnaître les avions russes coupables de violations de l’espace aérien. Or ce n’était pas le cas mais le centre de crise du gouvernement avait envoyé un SMS aux dirigeants qui indiquait qu’une violation avait été reconnue par un vol de reconnaissance.
La commission de la Défense du parlement souhaite encore entendre les représentants du centre de crise du gouvernement.
La commission a entendu, hier, les représentants des forces armées et de l’état-major et est arrivée à la conclusion que, dans cette affaire, seule la communication a failli. En effet, selon la commission, la décision de ne pas envoyer de vols de reconnaissance pour les deux avions qui ont violé l’espace aérien était correcte car ces avions avaient informé qu’ils évitaient une zone orageuse.
Helsingin sanomat rappelle que le centre de crise du gouvernement a été mis en place après le tsunami de 2004 pour tenir informer 24h/2’ le gouvernement en cas de crise. Pour le quotidien, l’affaire des violations de l’espace aérien témoigne que la communication demeure l’exercice le plus difficile en cas de crise. Helsingin Sanomat estime que le gouvernement devrait réfléchir à la question de savoir comment il a été possible que le premier ministre ne savait pas pendant plusieurs jours qu’il avait fait des déclarations erronées.
KS HS

Sécurité - OTAN

Billet : « Entre l’OTAN et la Russie » HS
Kari Huhta souligne que l’on critique souvent les journalistes pour peser le pour et le contre de situations sans proposer de conclusions. Mais cela peut être fondé, souligne-t-il.
Par exemple, sur l’OTAN, la Finlande a deux alternatives et pour chacune d’entre elle il y a au moins trois points de vue, écrit-il. Il rappelle que M. Niinistö vient d’envisager l’adhésion de la Finlande à l’OTAN du point de vue de la Russie : il a engagé à réfléchir ce que signifierait un doublement de la frontière de la Russie avec l’OTAN.
M. Huhta reconnaît que la Russie est un acteur important et se demande si l’on peut aussi réfléchir à l’autre alternative, c’est-à-dire la non-adhésion de la Finlande à l’OTAN, aussi du point de vue de la Russie. Il rappelle que cela entraînerait aussi des réactions de la Russie qui ne seraient pas forcément positives pour la Finlande.
En conclusion, il estime que proposer que la Finlande demeure une zone grise entre la Russie et l’OTAN peut convenir à la Russie mais être regrettable pour la Finlande.
HS

Point de vue : « La coopération de défense est dans l’intérêt de la Finlande et de la Suède »
Le chercheur finlandais Pauli Järvenpää (ICDS) et le député suédois Mats Johansson signent un billet dans Helsingin Sanomat pour défendre le renforcement de la coopération, de défense entre la Finlande et la Suède.
Ils soulignent qu’il faut promouvoir cette coopération mais ne pas l’interpréter comme un succédané de l’adhésion à l’OTAN mais plutôt comme un moyen de soutenir une telle adhésion.
Ils proposent donc la création d’une commission commune des deux pays pour évaluer les avantages et inconvénients d’une adhésion à l’OTAN.
HS

Mer Baltique

Forum de la mer Baltique à Turku
Turun Sanomat relève que l’assemblée annuelle de stratégie de la mer Baltique de l’Union européenne, ainsi que le sommet de Baltic Development Forum se sont terminés hier à Turku.
Le Premier ministre Jyrki Katainen, son homologue estonien, M. Taavi Rõivas, et le commissaire européen Johannes Hahn ont participé aux évènements.
Le Président Sauli Niinistö a dû annuler sa participation en raison des festivités à Varsovie à l’occasion du 25e anniversaire de libération de la Pologne.
TS/8, 23

Aide au développement

Le ministère des Affaires étrangères a publié un service sur internet pour dénoncer les abus
Keskisuomalainen relève que le ministre du développement, M. Pekka Haavisto, a présenté mardi le nouveau service du MAE sur internet pour annoncer les abus soupçonnés dans la coopération finlandaise au développement.
Le MAE souhaite améliorer la transparence de la coopération au développement et empêcher les abus à l’avance.
KS/11

Politique intérieure

Circonscriptions électorales

Débat au Parlement sur le projet du gouvernement de réduire le nombre de circonscriptions électorales
Keskisuomalainen rapporte que le gouvernement propose au Parlement un changement de constitution pour réduire le nombre de circonscriptions électorales à 9 à 12. Selon la constitution actuelle, leur nombre peut varier entre 12 et 18. De plus, les îles Åland forment leur propre circonscription.
Lors du débat au Parlement, les députés se sont vigoureusement opposés à la réforme, surtout les députés des circonscriptions menacées par une fusion, comme la Finlande centrale et Satakunta (province autour de Pori).
La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, a admis que le projet du gouvernement peut échouer parce qu’il a besoin d’une majorité de deux tiers au prochain Parlement. Les députés centristes et des Vrais Finlandais voteraient contre la réforme.
En ce moment, il y a douze circonscriptions électorales en Finlande.
KS/11

Défense

Trois nouveaux généraux nommés
Selon Helsingin Sanomat, à l’occasion de la Fête du drapeau des forces armées, trois colonels ont été promus au grande de général : Petri Tolla, Jukka Sonninen et Jari Kallio (à partir du 1er juillet).
Le 4 juin, la Fête du drapeau est
Célébrée le jour de l’anniversaire du maréchal Mannerheim (né en 1867).
HS/A15

Protection des témoins

Le Parlement a débattu le projet de loi sur la protection des témoins
Helsingin Sanomat relève que les députés ont fait l’éloge du projet de loi du gouvernement sur la protection des témoins. Le projet améliorerait considérablement le statut des témoins.
Le ministère de l’Intérieur estime que le coût d’une telle loi s’élèverait à environ 700 000 euros par an mais cela dépend bien entendu du nombre de cas. « Cela ne signifie pas qu’une personne qui fait partie du programme de protection pourrait vivre toute sa vie aux fais de l’Etat », souligne Mme Päivi Räsänen, ministre de la Justice.
HS/A18

Internement

L’Etat paye des indemnités aux internés d’après-guerre
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a décidé mardi, après un débat court mais sentimental, que l’Etat paye des indemnités aux civils internés d’après-guerre. On estime qu’il y en a environ 60-100.
Mme Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice, admet que le montant de l’indemnité – 3 000 euros – était plutôt symbolique.
La Finlande a interné en 1944 environ 480 personnes, des citoyens allemand et hongrois.
Mme Elisabeth Nauclér, députée des îles Åland, souhaite que le Premier ministre Katainen présente aussi les excuses de la part de l’Etat finlandais.
HS/A9

Economie

Capital-risque : la Finlande en tête en Europe
C’est dans les startups finlandaises que les placements en capital-risque sont les plus élevés en Europe. Ces sociétés ont reçu en moyenne 0,067% du PIB national en 2013, loins devant la moyenne européenne 0,024%).
Les startups finlandaises ont reçu 20% de plus que durant les cinq années précédentes. Cette augmentation est principalement due à des investissements étrangers.
HS

Facebook achète le Finlandais Pryte
Après avoir racheté au printemps l’entreprise finlandaise Protogeon qui a développé l’application Moves, Facebook vient d’annoncer une second achat d’entreprises finlandaise, Pryte qui emploie une trentaine de personnes.
HS

Stockmann supprime 240 emplois
A l’issue de son plan social, le groupe de grands magasins Stockmann a décidé de supprimer 240 emplois.
Stockman vient par ailleurs de commencer un nouveau plan social pour supprimer 180 autres emplois.
HS

Construction navale

Meyer silencieux sur ses intentions
Les sous-traitants favorables à un rachat des chantiers
Kauppalehti rapporte que STX Finland a enregistré une perte de 53 millions d’euros pour un chiffre d’affaires d’un demi-milliard d’euros en 201 ». Selon le quotidien, le chantier allemand Meyer Werft demeure silencieux sur ses intentions de racheter le chantier naval de Turku.
La vente du chantier serait rendue difficile par le grand endettement de STX Finland.
Kauppalehti rappelle qu’il y a sept ans STX avait acheté les chantiers de Turku, Helsinki et Rauma pour environ un demi-milliard d’euros.
Turun Sanomat rapporte que les sous-traitants du chantier de Turku sont topujours prêts à participer à un rachat des chantiers.
KL TS

Mardi 3 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Violation de l’espace aérien finlandais par des avions russes

Le Premier ministre a été mal informé de l’incident
Le Premier ministre, M. Katainen, a relevé, hier, qu’il n’avait pas vérifié les informations qu’il avait obtenues concernant les violations de l’espace aérien, le 20 mai. L’information a été rectifiée, mais un malentendu a eu le temps de se créer concernant le fait que l’avion russe aurait été identifié en vol.
Le parti du Centre a souhaité que le Premier ministre donne une annonce en la matière au Parlement, mais, selon M. Katainen, il n’y a pas lieu d’en faire. Les commissions de la Défense et des Affaires étrangères auront toutes les informations qu’elles souhaitent, selon lui.
Le gouvernement précise que la mauvaise information transmise au Premier ministre et au reste de la direction du pays a été due à un malentendu créé entre les instances compétentes des forces armées et du gouvernement.
Selon M. Katainen, les parties concernées réfléchissent quelle sera la leçon à tirer de cela.
Pour lui, le dégât engendré n’est pas important.
Le commandant des forces aériennes, M. Jäämeri, sera entendu par la commission de la Défense, aujourd’hui. La commission des Affaires étrangères aura un rapport sur ces questions, jeudi.
C’est le Président Sauli Niinistö, qui a rectifié les informations concernant l’envoi des Hornet. Il a constaté, lors d’une interview, dimanche, que les Hornet n’ont été envoyés que quatre heures après la première violation.
M. Jussi Niinistö estime qu’il pourrait être mieux de ne pas débattre de ce genre de questions en public.
KS/8, HS/A8

Jussi Niinistö souhaite que l’on revoit la communication
Mme Tiilikainen insiste sur l’importance de l’information
Entre 2 et 4 violations de l’espace aérien par an
Le président de la commission de la Défense, M. Jussi Niinistö (vrai finlandais), estime qu’il faudrait revoir la façon de communiquer sur les violations de l’espace aérien en rappelant que jusqu’en 2005, ce genre de questions n’étaient pas publiques. Il n’est pas convaincu qu’il faudrait ne pas communiquer sur ces choses, mais il estime que les questions liées à l’état d’alerte sont délicates.
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, souligne l’importance de la transparence et estime qu’il faudrait même augmenter la communication sur les violations éventuelles de l’espace aérien, y compris entre les forces armées et les dirigeants politiques ainsi qu’auprès des citoyens, par les médias. Ne pas le faire engendre le risque d’une atmosphère de craintes, selon elle.
M. Arhippainen, chef des communications du ministère de la Défense, relève qu’il y a entre 2 et 4 violations de l’espace aérien au niveau annuel. La plupart de ces violations sont effectuées par des avions russes, mais il peut également s’agir d’avions suédois ou américains, selon lui.
KS/8, AL/A5, HS/A8

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que le débat finlandais qui a suivi les violations a tourné autour de la communication en la matière plutôt que sur les raisons ou motifs éventuels de la Russie.
Pour l’éditorialiste, il faut que les dirigeants politiques aient rapidement et de façon fiable les informations essentielles liées à l’intégrité territoriale de la Finlande, même si ces informations ne seraient pas rendues publiques.
HS/A4

Maintien de la paix

Soins prévus pour les casques bleus
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les soins médicaux y compris psychiatriques des casques bleus ne sont pas toujours prévus par l’Etat. Une session de réhabilitation de deux semaines a commencé hier à Laitila, mais le coût est pris en charge par une vingtaine d’entreprises et d’associations.
Une nouvelle législation concernant les accidents professionnels des soldats en fonction de gestion de crise est en cour de préparation. Il est prévu que les circonstances différentes en Finlande et en mission à l’étranger soient prises en compte dans la nouvelle loi qui devra entrer en vigueur en 2016.
HS/A6

OTAN

Editorial : « La campagne sur l’OTAN passe à la vitesse supérieure » SM
L’éditorialiste du journal du parti du centre estime que les défenseurs d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN ont vu dans la crise ukrainienne une opportunité, c’est pourquoi de nouveaux fervents partisans d’un « franc débat » apparaissent. Le dernier d’entre eux est le président Niinistö qui demande un débat de fond mais dont les propres opinions semblent bien difficiles à sonder tant il fait la part du pour et du contre, juge SM. 
Le quotidien souligne qu’il existe au moins une ligne claire sur l’OTA N, celle du parti du centre : l’adhésion de la Finlande à l’OTAN n’est pas plus d’actualité aujourd’hui qu’avant la crise en Ukraine. Selon le Centre, la non-appartenance à une alliance militaire sera à l’avenir aussi conforme aux intérêts de la Finlande. Il est toutefois fondé de continuer une coopération pratique dans le cadre du partenariat avec l’OTAN.
Cette ligne est si bonne qu’elle mérite d’être celle du parti dans la prochaine campagne électorale. La grande majorité des Finlandais partagent cet avis, conclut SM. 
SM

UE – Budget de la Finlande

La Finlande a du mal à appliquer les règles européennes
La Finlande obtient un délai
La presse rapporte que la Finlande a évité la procédure pour déficit excessif même si l’année prochaine sa dette devrait dépasser le seuil de 60% du PIB.
La Commission a pris en compte le fait que la Finlande a abondé en avance le fonds européen de stabilité. De plus, la Commission estime que les décisions d’ajustement budgétaire annoncées en mars par le gouvernement vont dans le bon sens. La Commission engage néanmoins la Finlande à mener à bien la réforme des services sociaux et de santé, à améliorer l’efficacité du marché du travail, à augmenter la concurrence dans la distribution et à soutenir l’innovation.
HS

UE - Nominations

Point de vue
L’éditorialiste de Kauppalehti Päivi Isotalus estime que les négociations pour la nomination du prochain président de la Commission promettent d’être longues et difficiles. Elle pense que M. Juncker sera finalement appelé à remplacer M. van Rompuy à la présidence du Conseil et que Me Lagarde pourrait succéder à M. Barroso à la tête de la Commission.
Quant à la présidence de l’Eurogroupe, elle pourrait échoir à un Finlandais.
KL

Immigration

Etude sur l’intégration
Selon l’analyse du centre de recherche économique de l’Etat VATT, les mesures d’intégration des étrangers (formations, cours de langue…) permettent à la fois d’augmenter sensiblement (+47% à dix ans) les revenus des étrangers qui s’installent en Finlande mais aussi sont bénéfiques au budget de l’Etat en terme de diminution des allocations versées. Deux facteurs sont déterminants : l’âge de l’immigrant à son arrivée et sa capacité à trouver du travail. Le taux d’emploi et le niveau de revenus des étrangers demeure toutefois très inférieurs à ceux de la population de souche.
HS KS

Rares sont les communes qui accueillent des réfugiés dans la région de la capitale
Helsingin Sanomat rapporte que de nombreuses communes autour d’Helsinki refusent d’accueillir des réfugiés. La Finlande accueille chaque année 750 réfugiés environ. Pour les enfants de moins de sept ans, l’Etat paye aux communes 6845 euros pendant quatre ans. Pour les personnes de plus de sept ans, l’Etat paye 2300 euros par an.
HS

Politique intérieure

Premier ministre

Le poste de Premier ministre est devenu un travail intérimaire
Keskisuomalainen rappelle que la Finlande aura un nouveau Premier ministre dans quinze jours. Il s’agit d’un troisième changement de Premier ministre dans assez peu de temps.
Selon M. Veli-Pekka Viljanen, professeur de droit constitutionnel à l’université de Turku, une telle situation est problématique du point de vue de la constitution finlandaise qui part du principe que le mandat du Premier ministre dure toute la législature, soit quatre ans.
Il souligne que le pilotage politique diminue au milieu de la législature. « A chaque fois, le nouveau Premier ministre doit tout recommencer dès le départ. Pendant cette période d’adaptation, il s’agit plutôt de gestion que de direction politique. »
Le professeur note que les projets les plus importants de ce gouvernement n’ont pas encore été présentés au Parlement.
La constitution prévoit la procédure de choix du Premier ministre après les élections législatives, ce qui est la situation normale pour la nomination. Si le Premier ministre est choisi dans la pratique par le congrès du plus grand parti politique, le contrôle démocratique sur le choix du Premier ministre reste plus faible que prévu par la constitution. Cela ne correspond pas non plus au principe de la responsabilité parlementaire, selon laquelle les électeurs peuvent changer la direction politique par les élections. « Il y a un manque de démocratie », souligne le professeur Viljanen.
Le point de départ est que le Premier ministre s’engage pour une période de quatre ans. M. Viljanen ne veut pas modifier la constitution. Jusqu’à présent, les changements de Premier ministre n’ont pas créé de crises importantes.
KS/10

Parti conservateur

M. Stubb souhaite une adhésion à l’OTAN
Helsingin Sanomat relève que les trois candidats pour le poste de président du Parti conservateur Kokoomus, Mme Paula Risikko, MM. Alexander Stubb et Jan Vapaavuori, ont participé à un débat lundi à Helsinki.
Le nouveau président du parti sera élu au congrès du Parti conservateur à Lahti du 13 au 15 juin. Il deviendra le nouveau Premier ministre pour la fin de la législature.
A la question de savoir qu’est-ce qu’ils souhaitent à l’avenir, M. Vapaavuori souhaite une Finlande sure avec une forte cohésion sociale, une forte économie et un peuple qui ait plus de libertés et moins de restrictions. M. Vapaavuori estime qu’il est encore plus important d’équilibrer les différences en matière de santé que de revenus.
Mme Risikko veut améliorer la situation de l’emploi et de l’économie et plus de sécurité pour que les enfants puissent aller seul à l’école et les vieillards puissent habiter chez eux. Mme Risikko souligne l’unité de la Finlande et aussi celle du Parti conservateur. « Je souhaite que le Kokoomus soit uni. Une personne peut être importante seulement dans un parti uni. »
M. Stubb veut que la Finlande devienne le meilleur pays du monde. « Je veux aussi que le Kokoomus soit le plus grand parti de Finlande, que le président soit conservateur et que la Finlande soit dans l’OTAN. » M. Stubb rappelle que le Premier ministre dirige non seulement le gouvernement mais aussi la politique européenne de la Finlande. Il souligne que le nouveau président du parti sera assis aux cotés de Mme Merkel et du Président Hollande afin de prendre des décisions sur l’avenir de l’Union européenne et sur les nominations européennes importantes. M. Stubb veut qu’à cette occasion, un « certain conservateur finlandais ait un poste très important dans l’UE ». M. Stubb, qui parle l’allemand et le français, estime « qu’il est utile de connaître ces deux personnalités et de parler leurs langues maternelles ».
Quant à l’économie et au paquet de croissance de 600 millions d’euros pour les deux prochaines années, Mme Risikko est prête à évoquer les moyens et la taille de ce paquet, tandis que MM. Stubb et Vapaavuori sont plus réservés. « Le paquet de croissance est tout à fait bon mais il ne suffit pas pour créer une relance », selon M. Stubb.
HS/A14

Gouvernement

La SAK met la pression sur les mini-négociations gouvernementales
Demokraatti rapporte que la première confédération syndicale SAK souhaite que le gouvernement revienne sur sa décision de diminuer les hausses indiciaires des allocations chômages et des pensions de retraite.
La SAK estime que ces décisions pourraient aussi rendre plus difficiles les négociations sur la réforme des retraites.
Dem

Nucléaire

La demande de Fennovoima au gouvernement en août
Le ministère de l’Economie a l’intention de proposer au gouvernement en août l’étude de la demande modifiée d’autorisation de principe de Fennovoima de construire un réacteur nucléaire. Le ministère souhaite toutefois que l’actionnariat de Fennovoima soit avant. Dem

Lundi 2 juin 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie - Otan

Réunion des ambassadeurs russes de la région baltique
M. Tuomioja peu surpris de la position russe
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré qu’il n’était pas étonné par la position critique du ministère russe des Affaires étrangères sur le débat en Finlande et en Suède concernant une éventuelle adhésion à l’OTAN.
STT rapporte que, le ministre finlandais des Affaires étrangères était invité, vendredi, à la réunion des ambassadeurs russes des pays nordiques et baltes quyi s’est tenue à Helsinki. M. Tuomioja, qui était invité à s’exprimer, a déclaré n’avoir pas été informé à l’avance de la présence du vice-ministre russe des Affaires étrangères Vladimir Titov.
STT rapporte que cette réunion état consacrée aux risques concernant des changements négatifs dans la région de la mer baltique et de l’Europe du Nord. Selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères russe, Moscou privilégie un dialogue constructif dans la région nordique et balte. La Russie souligne les effets négatifs que pourrait avoir le débat en Finlande et en suède sur une adhésion à l’OTAN. Le communiqué, rappelle qu’il y a traditionnellement peu de tensions politiques et militaires dans cette région.
« Le fait que M. Titov n’en ait pas lui-même parlé montre qu’il n’y a [dans cette position] rien de nouveau », a déclaré M. Tuomioja, samedi, à ST. M. Tuomioja déclare avoir parlé avec M. Titov de la situation en Ukraine et des relations entre l’UE et la Russie. « Ils ont déclaré qu’ils soutenaient le plan de l’OSCE et souhaitaient une solution pacifique et ne menaçaient pas l’Ukraine. C’est dans la ligne de ce qu’ils disent depuis deux semaines », a dit M. Tuomioja.
KS TS HS

M. Niinistö a discuté avec M. Poutine depuis les élections en Ukraine
La Finlande représenterait la moitié de la frontière de la Russie avec l’OTAN
Invité de l’émission politique de Yle, samedi, matin, le président Sauli Niinistö a déclaré avoir été en contact avec le président russe Vladimir Poutine après les élections en Ukraine, soit la semaine dernière. « Le message de Poutine est la volonté d’une attitude pragmatique et d’accepter le résultat de ces élections. Mon, message à Poutine était qu’il fallait que tous fassent tout leur possible pour que l’on démarre un dialogue constructif et que la violence cesse le plus rapidement possible ».
Le président a déclaré qu’il attendait que l’on en arrive enfin au contenu concernant le débat sur l’OTAN : ce que signifierait ou non une adhésion à l’OTAN. « On n’a pas beaucoup réfléchi au fait que l’entrée de la Finlande dans l’OTAN reviendrait à multiplier par deux la frontière de la Russie avec l’OTAN. Et la Finlande représenterait la moitié de cette frontière. Et si la Suède aussi entrait dans l’OTAN, la mer baltique deviendrait une mer intérieure de l’OTAN.Nous devons un peut réfléchir à ce que cela représenterait aux yeux des Russes et à ce qu’ils pourraient faire à cause de cela. D’autre part, nous devons nous demander sérieusement si nos ressources nous permettent de maintenir une défense crédible ».
Il faut aussi réfléchir aux autres possibilités de coopération. « Par exemple, la coopération de défense avec la suède a avancé à un pont que l’on n’imaginait pas ».
Le président va organiser en juin un séminaire sur les questions de politique étrangère et de sécurité, comme l’année dernière, dans sa résidence d’été.
Yle rappelle aussi que le candidat à la présidence du parti conservateur et au poste de premier ministre Alexander Stubb promeut ouvertement une adhésion à l’OTAN. M. Niinistö ne pense pas que le changement de premier ministre entrainera une modification du programme gouvernemental sur la politique de sécurité. De toute façon, cela nécessiterait d’en discuter avec le président, souligne-t-il.
M. Niinistö estime qu’une éventuelle adhésion à l’OTAN nécessiterait l’organisation d’un référendum. « Si un jour le président et le Premier ministre proposent une adhésion, il faudra un référendum admet M. Niinistö. « Il y a eu un référendum sur l’adhésion à l’UE et ce sujet serait de même niveau ».
Yle KS

Violation de l’espace aérien finlandais par des avions russes

Savon Sanomat se pose des questions sur la capacité de réaction des Hornets
Le commandant des forces aériennes dément les propos du quotidien
Certains intervenants promeuvent une augmentation des crédits de la défense
Keskisuomalainen relève que selon le quotidien de Kuopio, Savon Sanomat, les chasseurs Hornet n’auraient pas été en état d’alerte pour réagir aux violations de l’espace aérien, le 20 mai. A l’approche d’un troisième avion russe, quatre heures plus tard, le même jour, deux Hornets ont démarré pour aller à la rencontre de cet avion et ainsi empêcher une troisième violation.
Savon Sanomat insiste sur le fait que, dans son rapport, les gardes-frontières relèvent que les pilotes russes n’ont pas suivi les instructions des contrôleurs aériens finlandais, ni n’ont communiqué de façon normale avec ceux-ci. Dans une telle situation, il aurait fallu envoyer des Hornets pour un vol de reconnaissance. Selon le quotidien, en raison des récupérations après une session de manœuvres intense, l’état d’alerte des Hornet avait été réduit.
KS relève qu’en Finlande, les forces aériennes, la direction des forces armées et le ministère de la Défense admettent que l’état d’alerte ne signifie pas une capacité de réaction 24 heures sur 24.
Le chercheur de l’institut de relations internationales, UPI, M. Salonius-Pasternak, relève qu’il y a peu d’Etats qui disposent d’une telle permanence qui couvre l’ensemble du pays tout le temps.
Après les violations de l’espace aérien, le Premier ministre, M. Katainen, avait toutefois affirmé que les Hornet avaient démarré immédiatement après les violations pour être sur place en moins de dix minutes. Selon Savons Sanomat, un vol de reconnaissance a été effectué quatre heures et dix minutes après les violations. M. Katainen a dit, samedi, que sa déclaration avait été basée sur les informations dont il disposait à l’époque.
M. Jäämeri, commandant des forces aériennes, relève que dans l’article de Savon Sanomat il y avait des informations qui n’étaient pas correctes. Il souligne qu’une partie des informations relevaient de la confidentialité. Il dément que les récupérations des pilotes auraient un effet sur l’état d’alerte. Pour lui, l’état d’alerte est une question d’adéquation. Une violation de l’espace aérien concernant un avion de transport n’est pas acceptable, mais elle ne nécessite pas non plus un état d’alerte extrême des chasseurs.
M. Jäämeri souligne que le déplacement des avions russes a été suivi tout le temps.
Le ministre de la Défense, M. Haglund, a affirmé, lui aussi, que les Hornets étaient en état d’alerte normal. Il rappelle qu’il s’est agi d’avions de transport non-armés. Les avions avaient déjà été reconnus, selon lui, alors que les vols de reconnaissance des chasseurs concernent des avions non-identifiés. Il relève que le fait de n’avoir réagi qu’au troisième vol était intentionnel. Pour lui, on ne peut pas dire que l’on était quatre heures en retard puisqu’il n’était pas prévu de réagir aux deux premiers vols.
Plusieurs personnalités ont estimé qu’il faut que les crédits de la défense soient à un niveau qui permette d’empêcher que de telles situations se produisent. Pour M. Kääriäinen, vice-président de la commission de la défense, ce qui s’est passé est un mauvais signal à l’étranger. M. Jussi Niinistö, président de la même commission, estime qu’il en va de la crédibilité de la défense finlandaise. Pour lui, il y a un lien avec les économies concernant le budget de la défense.
M. Koskinen, député social-démocrate, estime qu’il s’agit plutôt d’une question d’arrangement et de répartition de tâches que d’une nécessité d’augmenter les crédits.
Le Président Sauli Niinistö a dit, samedi, que les forces aériennes avaient « manqué » les violations. Pour lui, les ressources des forces armées sont manifestement restreintes. Il estime que la question des ressources des forces armées deviendra un thème des élections législatives de 2015.
M. Jäämeri a dit que même si la crise ukrainienne a augmenté les tensions dans l’Europe occidentale, rien d’exceptionnel n’a été observé dans l’espace aérien finlandais. M. Forss du Collège de défense, quant à lui, considère que les violations sont un signe d’un changement de quelque sorte de l’atmosphère militaire. Il rappelle qu’il a été prétendu qu’un chasseur Suhoi aurait participé aux violations.
KS/sam/10, KS/dim, HS/dim/A8, AL/dim/A10, www.yle.fi

Le commandant des forces aériennes souhaite enquêter sur les nouvelles concernant les Hornet
Helsingin Sanomat relève que M. Jäämeri, commandant des forces aériennes, estime qu’il faudra enquêter sur le fait de savoir où le quotidien Savon Sanomat a obtenu ses informations qui sont erronées. Le quotidien déclare avoir suffisamment de sources pour prétendre la véracité des informations.
M. Jäämeri dément les informations selon lesquelles il aurait soupçonné une fuite d’informations en la matière.
M. Salolainen, vice-président de la commission des Affaires étrangères, regrette que la commission ait obtenu des informations en matière de politique de sécurité par les médias plutôt que par le ministère de la Défense.
M. Kääriäinen estime qu’il faut que les dirigeants politiques sachent si les déclarations de Savon Sanomat sont vraies ou pas.
HS/lun/A13, Kaleva/dim/6

Le rapport des gardes-frontières se tait sur le rôle des Hornet
Yleisradio relève sur son site que M. Salolainen s’étonne du fait que le rapport des gardes-frontières sur les violations de l’espace aérien ne contient aucune mention sur les Hornets. Pour lui, il est indispensable que la commission des Affaires étrangères soit informée de la réaction finlandaise au niveau des Hornet.
www.yle.fi

Le ministre regrette la mauvaise communication en la matière
Le ministre de la Défense, M. Haglund, relève que les avions russes n’ont pas été identifiés à l’aide des Hornet. Il relève que la confusion sur cette question a pu être engendrée par le fait que la notion de reconnaissance ou d’identification est assez floue. En principe, on utilise des radars et d’autres équipements techniques pour la reconnaissance.
Il relève que les décisions sur les opérations des Hornets ne sont pas publiques. « Dans les activités des forces armées, il y a beaucoup de questions qui ne sont pas publiques. »
M. Haglund regrette les malentendus autour de cette question en estimant que les gardes-frontières et les forces armées devraient revoir leur politique de communication.
Il estime toutefois que le suivi de la situation est bien maîtrisé par les forces armées. Il ne voit pas de raison d’augmenter la capacité en matière d’état d’alerte. L’augmenter ou spéculer en la matière pourrait donner l’impression qu’il existe des menaces contre la Finlande, ce qui n’est pas le cas, selon lui.
www.yle.fi

Ukraine – OSCE

La majorité des troupes russes s’est retirée
Le 40ème anniversaire de la CSCE menacé par la crise ukrainienne
La représentante de la Finlande auprès de l’OSCE confirme qu’il n’y avait pas de Finlandais parmi les observateurs de l’OSCE enlevés en Ukraine. Selon elle, la situation en Ukraine orientale est inquiétante.
Elle estime aussi que la crise en Ukraine empêche le projet Helsinki+40 d’avancer comme si rien ne s’était passé. La position de la Finlande demeure qu’il faut renforcer l’OSCE.
HS AL

Finlande – Estonie – LNG

Vers un soutien de l’UE à une coopération en matière de LNG
Les gouvernements finlandais et estonien et les groupes énergétiques de ces pays continuent à rechercher un compromis concernant la construction de terminal LNG et les demandes de soutien auprès de l’UE.
Selon le PDG de Gasum, avec la crise en Ukraine, l’atmosphère est devenue plus favorable à la construction de ces terminaux. L’UE apportera un soutien dès lors qu’un accord entre les pays aura été trouvé. Il semble maintenant clair que l’on construira un terminal LNG des deux côtés de la mer baltique. Ensuite un gazoduc les reliera.
HS

Mer Baltique

L’UE assumera le plus grand rôle dans la protection de la mer Baltique
Turun Sanomat rapporte que les pays riverains de la mer Baltique se sont engagés à améliorer l’état de mer mais ils sont de moins en moins d’accord sur les mesures de protection relevant de Helcom (organisation de coopération pour les questions de l’environnement).
M. Sampsa Vilhunen, responsable du programme maritime de WWF Finlande, estime que l’Union européenne aurait un rôle plus important dans la protection de la mer Baltique.
Mme Eeva-Liisa Poutanen, conseillère au ministère de l’Environnement, souligne que Helcom a un atout important : la Russie participe à la coopération au sein de Helcom qui est un forum de coopération important depuis 40 ans.
Le forum annuel de mer Baltique a lieu à Turku du 1er au 5 juin. L’entretien prévu pour les Premiers ministres a été annulé.
TS/dim/7

Politique intérieure

Partis politiques

Le Parti conservateur est devenu le plus grand parti
Selon le résultat d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, le Parti conservateur Kokoomus est redevenu le plus grand parti, avec un score de 20,1 %.
Entre avril 2013 et avril 2014, le Parti du centre a été le plus grand parti, mais son audience est en légère baisse depuis décembre dernier. M. Jari Pajunen, directeur de recherche, estime que l’enthousiasme lié au président du parti, M. Juha Sipilä, a commencé à diminuer. « La baisse du score du Centre était prévue. L’augmentation de son audience a été très rapide après l’élection de M. Sipilä et souvent la baisse de l’audience est rapide aussi », selon M. Pajunen.
L’audience du Parti social-démocrate continue à baisser (-0,8 %). Le sondage a été effectué une semaine avant et deux semaines et demie après l’élection de M. Antti Rinne à la présidence du parti. Le nombre d’électrices a diminué un peu mais celui des hommes n’a pas bougé. Selon M. Pajunen, le PSD ne fait plus partie des grands partis politiques qui sont en ce moment le Parti conservateur, le Centre et les Vrais Finlandais.
Le Parti conservateur a obtenu une audience de 20,1 % (-0,1 % par rapport à avril). Il est suivi du centre, 19,5 % (-1,5 %), des Vrais Finlandais, 18,9 % (+1,3 %), du PSD, 15,0 % (-0,8 %), de l’Alliance verte, 9,3 % (+1,1 %), de l’Alliance des gauches, 8,5 % (-0,3 %), du Parti suédois, 4,4 % (+0,3 %) et des Chrétiens-démocrates, 3,2 % (-0,5 %).
Le sondage a été effectué auprès de 3 376 personnes entre le 5 et le 27 mai. 63,5 % entre eux se sont exprimées.
Yle, HS/sam/A13

Gouvernement

M. Rinne choisit son cabinet
Le nouveau président du Parti social-démocrate, M. Antti Rinne, qui sera nommé officiellement ministre des Finances vendredi prochain, a déjà annoncé lors d’une conférence de presse mercredi que M. Raimo Luoma sera nommé son secrétaire d’Etat politique. M. Luoma a entre autres été conseiller de M. Paavo Lipponen pour les questions européennes.
La secrétaire d’Etat de Mme Urpilainen quittera le ministère des Finances en même temps avec Mme Urpilainen.
Selon les informations de HS, M. Rinne nommera aussi un nouveau conseiller de politique économique. Le conseiller de Mme Urpilainen, M. Ville Kopra, reprendra ses fonctions à la SAK.
M. Paavali Kukkonen, responsable des relations publiques au syndicat Pro, serait nommé attaché de presse de M. Rinne. Le conseiller Jyrki Konola continuerait au cabinet du ministre des Finances.
Le bureau national du PSD prendra la décision officielle sur les nominations jeudi de cette semaine.
HS/sam/A13

Parti conservateur

M. Stubb serait la locomotive des élections législatives aussi
Aamulehti estime que le Parti conservateur aurait des problèmes aux élections législatives de 2015 si M. Alexander Stubb, un des trois candidats pour le poste de président du parti, n’était pas candidat aux élections.
M. Stubb avait obtenu, près de 42 000 voix aux élections législatives de 2011 dans la circonscription d’Uusimaa (province autour de la capitale) où 35 députés - dont onze conservateurs – ont été élus.
M. Jan Vapaavuori, député de Helsinki, a obtenu 11 203 voix aux élections de 2011 et Mme Paula Risikko, députée de la circonscription de Vaasa, en a eu 11 907.
M. Stubb – et plusieurs de ses adversaires – doit calculer que sans lui le Parti conservateur ne gagnera pas les prochaines élections législatives. Aamulehti estime que si M. Stubb est Premier ministre il peut obtenir en Uusimaa de 50 à 60 000 voix aux prochaines élections législatives et le parti peut avoir entre 11 et 13 députés dans cette circonscription. Sans M. Stubb, les conservateurs n’auraient peut-être pas plus de huit députés en Uusimaa, comme en 2003 (quand M. Stubb n’a pas encore été dans la politique).
AL/sam/B5

Editoriaux
Dans son éditorial, Aamulehti estime que même si M. Stubb a été la locomotive des élections européennes avec un peu plus de 148 000 voix, il n’est pas sûr qu’il arrive à gagner les élections législatives.
La grande question qui divise en ce moment les conservateurs est de savoir si le parti peut se permettre de ne pas élire à sa tête M. Stubb.
Kaleva se demande, dans son éditorial, si le résultat de M. Stubb aux élections européennes a rendu plus compliquée la lutte pour la présidence du parti. Le choix du successeur de M. Jyrki Katainen n’est pas facile pour le Parti conservateur.
AL, Kaleva

M. Vapaavuori promeut l’énergie nucléaire
Kauppalehti rapporte que, selon M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, les projets de l’énergie nucléaire ne seront pas arrêtés pour des raisons politiques. Il promet que les projets de Fennovoima et d’Olkiluoto-4 avancent au Parlement s’ils remplissent les critères. M. Vapaavuori rejette l’idée selon laquelle les projets seraient gelés si l’Alliance verte quitterait le gouvernement.
M. Vapaavuori rejette une éventuelle participation de l’Etat finlandais. « Il s’agit de projets privés. »
Quant au chantier naval de Turku et son éventuel vente, M. Vapaavuori souligne que l’affaire n’avance pas parce que STX souhaite maximiser le prix.
M. Vapaavuori est prudent quant aux changements dans la politique étrangère et de sécurité. Il est favorable à une adhésion à l’OTAN mais ne croit cependant pas qu’une adhésion sera inscrite dans le programme du prochain gouvernement. Les partis politiques et le peuple n‘y sont pas favorables. « Tous les partenaires du gouvernement devraient être d’accord sur une adhésion pou qu’elle soit inscrite dans le programme gouvernemental. Cela peut prendre longtemps. »
KL/lun/A8

Energie

M. Pekkarinen opposé à un nouvel élargissement du parc nucléaire
Le député Mauri Pekkarinen (Centre) ancien ministre de l’Economie, estime qu’après les réacteurs de TVO (OL4) et Fennovoima (Ha1), la Finlande n’aura pas besoin de nouveaux réacteurs. Selon lui, il ne sera pas nécessaire alors d’autoriser Fortum à remplacer ses réacteurs de Loviisa.
KS

Santé

Campus des technologies de la santé à Helsinki
Helsingin sanomat présente le futur campus des technologies de la santé qui ouvrira dans le quartier de Vallila à Helsinki début juin.
Outre une quinzaine de Startup du secteur, le campus hébergera GE Heatlthcare dont le directeur est le Français Didier Deltort, de retour en Finlande après une pause de onze années à l’étranger. Le groupe, qui emploie 800 personnes vient de recruter 30 personnes, dont une partie d’anciens de Nokia.
HS

France - Finlande

Sport

Rugby
L’équipe de France féminine militaire a battu, samedi, à Turku, l’équipe de Finlande féminine de rugby par 63 à 0.
TS

Cinéma

Le vainqueur du Grand Prix de cannes à Sodankylä
La réalisatrice Alice Rohrwacher, primée du Grand Prix au festival de Cannes sera au festival du Soleil de minuit, en compagnie notamment du réalisateur français Olivier Assayas, du 11 au 15 juin, rapporte HS.
HS

Commémoration du débarquement en Normandie

35 parachutistes finlandais en Normandie
Aamulehti rapporte que 35 parachutistes finlandais participeront au 70ème anniversaire du débarquement allié en Normandie du 4 au 8 juin.
AL

publié le 30/06/2014

haut de page