Juillet 2019

Mardi 30 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

FMI

Le gouvernement souhaite qu’Olli Rehn puisse devenir le candidat européen à la tête du FMI
Le Premier ministre Antti Rinne a annoncé que le gouvernement finlandais souhaitait que le gouverneur de la Banque de Finlande, Olli Rehn, puisse devenir le candidat de l’Europe pour le poste de directeur du Fonds monétaire international.
Selon le Helsingin Sanomat, les autre pays nordiques ainsi que les pays Baltes soutiendraient M. Rehn pour ce poste. M. Rehn a dit qu’il était disposé à être candidat.
HS note que les spécialistes ne sont pas d’accord sur le fait de savoir si la réputation de M. Rehn, et de la Finlande, comme défenseur de la rigueur financière constituera un atout ou un handicap.
HS/sam/B8, dim/A11

Finlande – Hongrie

« M. Orbán se joint à ceux qui critiquent la Finlande » HS
« Selon Mme Tuppurainen, la Finlande fait ce qui lui revient en tant que pays assumant la présidence de l’UE » Yle
Le Premier ministre hongrois, M. Orbán, a critiqué, samedi, le système judiciaire et d’autres institutions finlandais.
Tytti Tuppurainen, ministre des Affaires européennes, rappelle que l’objectif de la Finlande de lier le respect de l’Etat de droit à l’octroi de subventions européennes n’est pas dirigé contre la Hongrie. Il s’agit d’une initiative du parlement européen, lancée il y a un an déjà.
HS, Yle

Teija Tiilikainen souhaite que l’UE puisse réagir
Interrogée par le Helsingin Sanomat, Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, estime qu’à défaut d’une réaction de la part de l’UE et si la Hongrie continue ses critiques, la crédibilité de la Finlande pourrait en souffrir, en tout cas parmi ceux qui ne la connaissent pas bien. « Il est « gonflé » et regrettable d’essayer de dénigrer la Finlande par cette propagande afin de nuire à sa crédibilité sur ces questions en tant que présidente de l’UE », dit-elle en estiment qu’il serait bon que l’UE réagisse à ces critiques.
Elle rappelle qu’il s’agit d’une disposition de l’UE contre les États qui violent les valeurs de l’Union. « C’est pour cela qu’il ne faut pas que la Finlande et la Hongrie se mettent à comparer leurs pratiques. »
Mme Tiilikainen regrette aussi que la Hongrie diffuse volontairement des informations qui mènent à des malentendus.
La ministre des Affaires européennes, Tytti Tuppurainen, assure que les relations entre les deux pays, et les contacts au niveau ministériel sont bons et solides. Elle rappelle que le système judiciaire finlandais est efficace et indépendant et qu’il tolère les critiques.
Elle souligne l’importance de lier le principe de l’État de droit aux financements européens, car il s’agit de l’utilisation de crédits communs et de ce fait de la légitimité de l’UE. Elle rappelle le soutien à un tel instrument des États membres.
HS/mar/A15

Classements
Le Hufvudstadsbladet rend compte de différents classements où la Finlande figure en bonne place : deuxième dans le monde selon l’indice sur la liberté de la presse, troisième selon le World Justice Project, première concernant l’indépendance du système judiciaire, selon le Forum économique mondial, troisième en matière de liberté d’organisation, deuxième pour l’autonomie universitaire et onzième en matière de liberté financière, selon l’Association des universités européennes.
HBL/mar/11

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage : les Vrais Finlandais continuent leur ascension
Le Helsingin Sanomat publie un sondage effectué pour son compte sur les intentions de vote des Finlandais. Les Vrais Finlandais arrivent en tête avec un score de 20,7% des intentions de vote (+1,5 point par rapport à juin), suivis du Rassemblement national, 16,7%, du PSD, 16,5% et des Verts, 14% (+0,9 point).
Le Centre arrive en cinquième position avec 12,2% des intentions de vote, suivi de l’Alliance des gauches, 8,1%, du Parti suédois, 4,5% et des Chrétiens-démocrates, 3,9%.
L’éditorialiste du HS note que les deux partis qui progressent, les Vrais Finlandais et les Verts, sont ceux qui ont bien réussi aux législatives. Pour le Centre, qui déjà a connu un revers aux élections, la situation n’est pas flatteuse. La pression pour les candidats à la présidence du parti, Mme Kulmuni et M. Kaikkonen, en est d’autant plus forte
HS/mar/A5&A8

Santé

Avortement
Le Hufvudstadsbladet rend compte des chiffres en baisse des avortements pratiqués en Finlande et note que beaucoup de communes proposent une contraception gratuite pour les jeunes et les jeunes adultes, en estimant qu’il y a certainement un lien entre ces évolutions.
8602 avortements ont été effectués en 2018, soit le nombre le plus faible depuis l’entrée en vigueur de la législation en la matière dans les années 1970.
HBL/dim/4

Economie

Terrafame
Le groupe minier Terrafame annonce un déficit de 19 millions d’euros sur le deuxième trimestre de l’année, contre un bénéfice de 3,4 millions d’euros sur la même période, en 2018.
La baisse du prix de zinc et du nickel a eu un effet sur le résultat du groupe.
Concernant la demande d’autorisation du groupe d’exploiter des mines d’uranium, Katri Kulmuni, ministre de l’Économie, a annoncé qu’elle rendrait son avis en la matière en septembre ou octobre.
HS/sam/B11, AL/26.7/A17

Confiance des Finlandais en économie
Selon le baromètre du patronat EK, la confiance des Finlandais dans l’économie de leur pays s’est affaiblie. En ce qui concerne leurs propres finances, la confiance reste stable.
HS/A25

OL-3
L’éditorialiste du Hufvudstadsbladet considère regrettable que la construction de réacteurs nucléaires dans des pays comme la Finlande et la France prenne autant de retard par rapport au calendrier. Pour elle, même s’il est évident qu’il faut accorder tout le temps nécessaire aux vérifications de sécurité, il est toutefois mauvais pour la réputation de cette forme de production électrique que les prévisions sur les délais changent constamment.
HBL/mar/5

Climat

Le golfe de Botnie se réchauffe plus rapidement que le reste de la mer Baltique
La mer Baltique est une des mers qui se réchauffent le plus rapidement du monde. Les changements concernant le golfe de Botnie entre la Finlande et la Suède sont les plus rapides.
Markku Viitasalo, professeur-chercheur au Centre environnemental de Finlande, relève que, comparé aux océans, la mer Baltique connaît un réchauffement accéléré. Elle sert de laboratoire maritime concernant le changement climatique, selon M. Viitasalo.
HS/lun A18

France – Finlande

Culture

La Philharmonie de Tampere à Montpellier
Aamulehti rend compte des concerts de l’orchestre philharmonique de Tampere au festival de musique de Montpellier.
AL/27.7&28.7/B11

Vendredi 26 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise de l’UE

Editorial
L’éditorialiste de Kansan uutiset, organe de l’Alliance des gauches, note qu’avec le passage du pouvoir à « l’imprévisible Boris Johnson » en Grande-Bretagne, la situation chaotique concernant le Brexit ne s’arrange pas.
Comme l’économie mondiale souffrira d’un éventuel Brexit sans accord, les conséquences pour les objectifs du gouvernement finlandais en matière d’emploi pourraient être graves.
KU/ven/2

Placement de produits
97 députés européens ont signé une lettre adressée à Juha Sipilä, Premier ministre en avril dernier, au sujet du placement de produits lors de réunions informelles de l’UE. Les signataires, dont le premier était Heidi Hautala (Verts), ont souhaité que la Finlande promeuve la transparence dans la prise de décision lors de sa présidence de l’UE.
Les signataires ont proposé que la Finlande abandonne l’usage des partenaires commerciaux et qu’elle recommande la même chose aux présidences suivantes.
Helsingin Sanomat note que BMW a obtenu l’exclusivité pour le placement de produits lors des réunions informelles en prêtant 100 véhicules au secrétariat du Premier ministre pour les six mois de la présidence.
HS/A12

Finlande – Hongrie

Propos de M. Haavisto sur les articles hongrois concernant la Finlande : cela ne relève pas d’échanges normaux entre des États membres
Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, interviewé pour l’émission d’actualité d’Yle, mercredi, a dit qu’il allait évoquer les articles de presse hongrois remettant en question l’indépendance du système juridique finlandais et l’état de la liberté de la presse, avec les autorités de ce pays.
« Derrière les accusations hongroises, il semblerait y avoir l’idée que l’attaque est la meilleure défense. Il ne s’agit pas d’échanges normaux entre des États européens », selon lui.
Il rappelle que l’UE attend des pays des Balkans occidentaux comme la Serbie, le Macédoine du Nord et l’Albanie, désireux d’entrer dans l’UE, des réformes pour satisfaire aux critères d’adhésion. « Si nous avons, parmi les États membres, des pays qui ne respectent pas les valeurs communes et le principe de l’État de droit, il est difficile de l’exiger des nouveaux candidats à l’adhésion. »
Selon M. Haavisto, il faudrait entamer, durant la présidence finlandaise de l’UE, les négociations d’adhésion au moins avec un nouvel État candidat.
Yle

Politique intérieure

Entreprenariat

La création d’entreprises en hausse
La création de nouvelles entreprises a beaucoup augmenté en 2018. 30 200 nouvelles entreprises ont vu le jour en 2017 et plus de 35 000 l’année dernière.
Selon Anu Järvensivu, chercheur en matière de vie professionnelle à l’Université de Jyväskylä, on distingue de plus en plus deux types d’entreprenariat : pour certains, il s’agit de la seule option, et pour d’autres, il représente une certaine liberté.
HS/A24

Centre

Propos de M. Kaikkonen
Le Keskisuomalainen, quotidien de Jyväskylä, rend compte des propos d’Antti Kaikkonen, ministre centriste de la Défense, candidat à la tête du parti.
M. Kaikkonen ne prévoit pas de remaniement ministériel dans le cas où il serait élu président du Centre en septembre. Il estime qu’il serait raisonnable que les ministres actuels assument leurs fonctions au moins jusqu’à la fin de la présidence finlandaise de l’UE.
KS/mar/9

Fusillade à Helsinki

La police demande l’incarcération de l’auteur
Le tribunal d’instance d’Helsinki rapporte que la police a demandé l’incarcération de l’homme de 32 ans soupçonné de trois tentatives de meurtre.
Le suspect serait le directeur général, d’origine kosovare, d’une entreprise du bâtiment.
Le règlement de compte serait lié à des intérêts économiques. Selon la police, ce type de criminalité, observé en Suède, en Norvège et au Danemark, existerait désormais en Finlande aussi. La police ne précise pas de quel type de criminalité grave il s’agit, mais n’aurait pas de lien avec le traffic de drogues, selon elle.
Yle, HS/jeu/A16

Santé

Obésité
Le Helsingin Sanomat rend compte de la situation de l’obésité dans le pays et note qu’il y a quelques années, l’OCDE avait classé la Finlande dixième des pays industriels en la matière. Selon les statistiques de l’Institut de santé publique THL, un Finlandais sur quatre est obèse et le surpoids est relativement courant aussi. Trois hommes de plus de trente ans sur quatre et deux femmes sur trois sont en surpoids.
Comparativement aux années 1970, la situation a radicalement changé, et de plus en plus de jeunes de 14 à 18 sont concernés.
Les chercheurs estiment que les effets du changement de notre environnement sont derrière cette évolution. Boissons et autres produits sucrés sont plus abondamment accessibles et consommés qu’avant.
HS/A10
France

Canicule

…et Notre Dame
Yle rend compte de la canicule en Europe et notamment en France. Yle note aussi que la chaleur constitue un risque d’effondrement pour Notre Dame dont les murs, encore humides après l’extinction de l’incendie, pourraient sécher trop rapidement.
Le Helsingin Sanomat rend compte de fermetures de réacteurs nucléaires en France.
Yle, HS/jeu/A23

Mercredi 24 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Grande-Bretagne

Éditoriaux concernant l’élection du nouveau Premier ministre
« L’élection de Boris Johnson aura des conséquences y compris sur la Finlande » HS
« Cela ne sera pas facile pour M. Johnson » HBL
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat estime qu’avec l’élection de M. Johnson, la politique britannique deviendra plus imprévisible. L’éventualité d’un Brexit sans accord et chaotique augmente avec son nouveau Premier ministre.
Comme la politique américaine est devenue difficilement prévisible depuis le début du mandat de M. Trump, il serait de première importance que la politique étrangère britannique maintienne sa stabilité et sa continuité.
La situation au détroit d’Ormuz sera la première épreuve diplomatique pour M. Johnson.
L’éditorialiste du Hufvudstadsbladet estime que M. Johnson devra, qu’il le veuille ou pas, prendre en compte les opposants du Brexit et ceux qui le soutiennent. Son plus grand défi sera d’unir le peuple britannique.
Il ne faut pas oublier que la Grande-Bretagne est une grande puissance et que l’Europe a besoin d’elle tout autant que les Britanniques ont besoin de l’Europe.
En tant que présidente de l’UE, il s’agira pour la Finlande de défendre les principes européens et de chercher en même temps des solutions pour le développement de la coopération entre l’ensemble des pays européens.
HS/mer/A4, HBL/mer/4

UE

Immigration
Rencontre des ministres de l’Intérieur à Paris
Le Helsingin Sanomat relève que c’est le secrétaire d’État Olli-Poika Parviainen qui a représenté la Finlande aux négociations à la place de la ministre Ohisalo qui est en congé.
Selon M. Parviainen, l’objectif des négociations est de parvenir à une solution au moins temporaire. Il regrette qu’à Paris pas plus qu’à Helsinki l’on ne se soit mis d’accord sur quelque chose de concret. La Finlande s’est engagée à poursuivre les entretiens dans l’objectif de mettre en place un système qui soit logique et prévisible.
HS/mer/A25

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Terhi Kiemunki renvoyé du groupe du parti au conseil municipal de Tampere
Les Vrais Finlandais ont renvoyé Terhi Kiemunki de leur groupe au conseil municipal de Tampere après l’avoir entendu sur le sujet du camp d’été des nationalistes. Organisé début juin par une formation dont Mme Kiemunki assume la vice-présidence, des sympathisants s’y seraient exercé au tir sur des photos de politiciens.
Yle

Gouvernement

Le ministre de l’Emploi a présenté des moyens pour atteindre l’objectif d’un taux d’emploi de 75%
Lors d’une conférence presse, le ministre de l’Emploi, Timo Harakka, a présenté les premières mesures que le gouvernement envisage de prendre pour arriver à atteindre son objectif en ce qui concerne le taux d’emploi. Les salaires subventionnés, le soutien aux chômeurs par des actions de formations comptent parmi les moyens envisagés, comme le prévoit le programme gouvernemental.
Les journalistes ont interrogé le ministre sur le nombre de nouveaux emplois que ces moyens permettraient de créer. M. Harakka a rappelé que dans la course à la création d’emplois, l’effort à mener correspondait plutôt à un marathon même si les objectifs pouvaient faire penser à une course de cent mètres.
Le Helsingin Sanomat rappelle que depuis la fin de l’année dernière, les dépenses en matière d’allocation de chômage ont dépassé celles de l’indemnité de chômage basée sur les revenus précédents. Cela veut dire qu’une plus grande partie des chômeurs qu’avant sont des chômeurs de longue durée. Selon M. Harakka, la plupart de ceux qui sont facilement employables ont déjà trouvé du travail.
Le gouvernement envisage de modifier les conditions des subventions de salaires, et d’y consacrer 18 millions d’euros supplémentaires. Il s’agit de subventionner sur le budget de l’État la moitié du salaire d’un chômeur à son embauche, afin de faciliter le recrutement.
Selon le programme gouvernemental, il est prévu que 30 000 personnes de plus travaillent d’ici août 2020. Dans l’ensemble, le gouvernement voudrait dorénavant doubler ce chiffre.
HS/mer/A12

Économie

Nokia supprime les écarts de salaire non-justifiés
Le Kauppalehti rend compte du plan mis en place par Nokia pour promouvoir l’égalité salariale entre ses employés. Selon le directeur général, Rajeev Suri, les écarts non fondés sur des différences en matière de performance, d’expérience, d’exigences ou de localisation, seront supprimés.
Derrière cette mesure, il y a la politique de Nokia qui depuis le début de l’année considère la diversité et l’égalité comme des objectifs importants.
90% des écarts non-fondés concernaient des femmes.
KL/mer/8

UPM investit en Uruguay
L’investissement du groupe forestier UPM concernant une usine de pâte à papier en Uruguay est le plus grand de l’histoire du groupe. Il s’élève à 2,4 milliards d’euros, avec une capacité annuelle de 2,1 millions de tonnes.
UPM a déjà une usine de cellulose en Uruguay, avec une capacité de 1,3 million de tonnes. Il a trois usines en Finlande, qui ont chacune une capacité de moins d’un million de tonnes.
HS/mer/A26

Fusillade en centre-ville Helsinki, mardi

L’auteur et les victimes se connaissaient, la police soupçonne un homme de 32 ans de trois tentatives de meurtre
Selon la police, qui a donné une brève conférence de presse, mercredi, il s’est agi d’un règlement de comptes entre des personnes qui se connaissaient déjà. Les trois victimes sont nées dans les années 1990.
Il y a eu plusieurs tirs, et les deux blessés étaient toujours hospitalisées, mercredi. Le troisième, n’a été touché par aucune balle.
Selon la police, les tirs ont constitué un risque concret pour les autres personnes qui se trouvaient sur place.
Mercredi, la police n’avait pas encore entendu les intéressés.
Yle

Financement électoral

Près de la moitié du financement reste caché
Quatre millions d’euros du financement électoral des députés ayant été élus aux législatives, au printemps, viennent des sources inconnues. Cette somme correspond à 40% du financement des campagnes.
A titre d’exemple, une somme de presque 100 000 d’euros du financement total de 112 700 euros d’Anti Häkkänen (Rassemblement national), ancien ministre de la Justice, est constituée par des donations de moins de 1500 euros qui ne sont pas concernées par l’obligation de déclaration.
Les entreprises ont donné 1,6 million d’euros en sommes qui ne dépassent pas le seuil de 1500 euros.
Le groupe de soutien d’Antti Rinne a canalisé des crédits vers d’autres candidats du PSD, ce qui ne serait pas conforme à l’esprit de la législation sur le financement électoral.
HS/mer/A6-8

Mardi 23 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Les fonctions de M. Katainen restreintes du fait de sa candidature à la tête de Sitra
Selon M. Katainen, les restrictions étaient prévues et sont minimes
Le Helsingin Sanomat rapporte que la Commission européenne prévoit qu’un ancien commissaire qui postule à des fonctions liées à son domaine de compétence à la Commission devra s’enquérir de l’avis de la Commission sur ses activités pendant deux ans.
M. Katainen, vice-président de la Commission européenne, dont le mandat se terminera en octobre, a posé sa candidature au poste de directeur de Sitra, et devrait commencer à exercer ses fonctions en janvier 2020.
Selon la Commission, M. Katainen ne coordonne plus aujourd’hui les réunions dont figureraient à l’ordre du jour des questions liées aux domaines d’activité de Sitra, telles que l’emploi, la croissance, les investissements et la compétitivité, et qui recouperaient les centres d’intérêt de Katainen et son équipe à la Commission.
M. Katainen n’est pas non plus censé participer à des prises de décisions qui pourraient constituer un conflit d’intérêt.
M. Katainen affirme que, son mandat touchant à sa fin, les effets des restrictions sont minimes. Mais il souligne que Sitra n’est pas un acteur économique dans le sens où il chercherait des intérêts financiers importants, et qu’on peut penser que la décision de la Commission européenne va très loin. En même temps, M. Katainen considère qu’il s’agit d’une mesure raisonnable qui augmente la transparence.
HS/dim/A14, mar/A11

UE

La Finlande cherche une solution à la négligence de la Pologne et de la Hongrie
Le Helsingin Sanomat rend compte des critiques polonaises et hongroises concernant la Finlande et son système juridique et ses médias. Le HS relève que ces critiques sont visiblement liées à la présidence finlandaise de l’UE.
La Finlande souhaite lier le respect du principe de l’État de droit aux négociations de long terme sur les financements européens. Les pays qui ne respectent pas ce principe pourraient se voir refuser certains financements.
La Finlande envisage de faire progresser la procédure de sanction à l’égard de la Hongrie, décidée par le Parlement européen. Elle compte inscrire la question de la Hongrie à l’ordre du jour du conseil ministériel de septembre.
Katalin Miklossy, chercheur à l’institut Aleksanteri, estime que le moment est propice pour évoquer cette question de façon pertinente et déterminée du fait que l’Allemagne et la France y sont favorables, ainsi que des pays comme l’Italie et l’Autriche pourtant eurosceptiques.
Les ministres européens de la Justice se sont réunis à Helsinki vendredi dernier mais le mécanisme lié au financement n’a pas été évoqué car les négociations sur le financement relèvent du conseil Affaires générales et de la ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen.
Les ministres de la Justice ont notamment examiné les possibilités de soutenir le principe de l’État de droit par des formations et par un financement des ONG. Les entretiens que la ministre de la Justice Anna-Maja Henriksson a eus avec son homologue hongroise et le sous-secrétaire d’État polonais ont porté sur la coopération juridique.
HS/sam/A11

De nouveaux articles visent la Finlande dans la presse hongroise
Le blog officiel About Hungary suit l’exemple du journal hongrois proche de Fidez, Origo, en publiant des articles critiques à l’égard de la Finlande.
HS/lun/A23

Finlande – Russie

Visa électronique, gratuit, pour certaines parties de la Russie ?
La Russie envisage de mettre en place un visa électronique gratuit pour les touristes qui visitent St-Pétersbourg ou la région de Leningrad. Le visa électronique entrerait en vigueur en octobre. Il est déjà possible pour les nationaux d’États Schengen de demander un visa en ligne pour Kaliningrad.
KL/mar/7

Iran – Lettonie – Finlande

L’ambassade de Finlande à Téhéran a obtenu une demande d’assistance de la Lettonie
Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, a déclaré, sur Twitter, que la Finlande soutenait la Grande-Bretagne dans le différend concernant le pétrolier Stena Impero arraisonné par l’Iran. M. Haavisto s’est entretenu au téléphone avec son homologue britannique.
Kristina Kantenius, consule auprès de l’Ambassade de Finlande en Iran, confirme les informations d’agences de presse internationales sur le fait que la Lettonie a demandé l’aide finlandaise pour enquêter sur la situation d’un marin letton au bord du navire Stena Imperio. La Lettonie n’a pas de représentation à Téhéran.
HS/mar/A23

Politique intérieure

Immigration – législation sur les étrangers

Bracelet électronique pour des demandeurs d’asile ayant obtenu une réponse négative à leur demande ?
65% des Finlandais y sont favorables
Le gouvernement d’Antti Rinne prévoit, dans son programme gouvernemental, une surveillance « technique » pour les migrants ayant obtenu une réponse négative à leur demande d’asile. L’introduction d’un bracelet électronique a été évoquée, mais selon la ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo, la surveillance technique ne sera pas forcément mise en place au moyen de bracelets. Les différentes options seront étudiées lors de la préparation de la législation, selon elle.
Le Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage sur l’opportunité d’utiliser un bracelet électronique pour les demandeurs d’asile dont la demande a été refusée. 65% des personnes interrogées répondent par oui : 39% seraient entièrement d’accord, et 26 % plus ou moins d’accord.
90% des électeurs des Vrais Finlandais sont d’accord, ainsi que plus de 50% des électeurs des autres partis à l’exception de ceux de l’Alliance des gauches dont 46% seraient d’accord.
HS/lun/A14

Les députés en désaccord sur le fait de savoir si l’on s’est mis d’accord sur l’introduction du bracelet
Des députés ayant participé au même groupe de négociations gouvernementales, sur la sécurité, ne sont pas d’accord sur ce qui exactement a été dit concernant la surveillance technique des déboutés d’asile. Outre l’introduction d’un bracelet électronique, les députés ne sont pas d’accord sur le fait de savoir si la surveillance est prévue pour l’ensemble des déboutés d’asile ou bien seulement pour ceux qui remplissent les critères d’une détention.
HS/mar/A15

Demandeurs d’asile

Le Migri privilégie les nouvelles demandes
Le Hufvudstadsbladet rend compte du fait que des demandeurs d’asile arrivés en 2015 attendent toujours une réponse définitive à leur demande. Comme la législation entrée en vigueur au sujet des délais d’étude des dossiers ne concerne que les nouvelles demandes, l’Office national de l’immigration privilégie les demandes déposées après juin 2018. Pour les anciennes demandes, l’attente peut être plus longue encore qu’avant l’entrée en vigueur de la réforme qui prévoit un délai de six mois au maximum.
HBL/4-5

Culture

Sibelius
Tuomas Hannikainen, chef d’orchestre, a trouvé la partition d’une ouverture jusqu’ici méconnue de l’opéra de Jean Sibelius, La jeune fille dans la tour.
HS/mar/B2

France

Histoire

Découverte de l’épave du sous-marin Minerve
Le Helsingin Sanomat rend compte de la découverte du sous-marin Minerve disparu il y a 51 ans.
HS/mar/A22

Vendredi 19 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Réunion des ministres de l’Intérieur et de la Justice

Les ministres européens de l’intérieur ont évoqué l’avenir de la sécurité intérieure et de la politique d’immigration
Outre la sécurité intérieure et les migrations, les ministres de l’intérieur se sont intéressés à la lutte contre les menaces hybrides. Ils ont également participé au premier exercice hybride de la présidence finlandaise pour les ministres, organisé sous la forme d’une discussion basée sur des scénarios.
Mme Maria Ohisalo, ministre de l’intérieur, présidait cette réunion du 18 juillet. M. Dimitris Avramopoulos, commissaire européen pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, ainsi que M. Julian King, commissaire européen chargé de l’union de la sécurité, étaient également présents.
La première séance de travail de cette réunion informelle des ministres était consacrée à l’avenir de la sécurité intérieure. Les ministres de l’intérieur ont notamment abordé les possibilités de renforcer la coopération opérationnelle entre les autorités répressives telles que la police et les autorités de contrôle aux frontières. La discussion sur l’avenir de la sécurité intérieure se poursuivra tout au long de la présidence finlandaise.
En ce qui concerne l’immigration, la coopération avec des pays tiers, une politique efficace en matière de retour et de renvoi, ainsi que la réforme du régime d’asile commun, étaient au cœur du débat. Les ministres se sont également intéressés au rôle d’une politique d’immigration et d’asile équitable, efficace et résiliente face aux crises au regard de l’avenir de la libre circulation dans l’espace Schengen.
”Assurer une politique efficace en matière d’immigration et d’asile est une question primordiale pour l’avenir de l’UE au sens large. Nos discussions montrent que, malgré les difficultés rencontrées, les États membres partagent clairement une volonté politique pour faire avancer la réforme du régime d’asile européen commun. La présidence finlandaise entend saisir cette occasion et poursuivra cette réforme dans un esprit de coopération constructive”, déclare Mme Ohisalo.
Les ministres de l’intérieur ont tenu à Helsinki un débat politique autour d’une situation imaginaire concernant des menaces hybrides. L’objectif était de sensibiliser les ministres aux menaces hybrides, en mettant l’accent sur la sécurité intérieure. Les menaces hybrides portent ce nom car elles se situent au croisement des volets intérieur et extérieur de la sécurité.
Le but de cet exercice hybride était de renforcer le degré de préparation et les capacités d’assistance mutuelle des États membres, ainsi que de développer les mécanismes de coopération et de coordination existants. L’autre objectif était d’améliorer la capacité de réponse de l’UE et de ses États membres face aux menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN).
”Il est essentiel d’évaluer les menaces hybrides du point de vue des acteurs de la sécurité intérieure. Si l’ultime responsabilité en matière de lutte contre les menaces hybrides appartient aux États membres, des menaces hybrides peuvent affecter plusieurs pays à la fois, et il est plus efficace d’y répondre par des actions coordonnées à l’échelle européenne. La discussion d’aujourd’hui a contribué au développement des capacités de réaction de l’UE et des États membres face aux menaces hybrides ainsi qu’au renforcement de la lutte en la matière”, dit Mme Ohisalo.
L’exercice organisé pour les ministres de l’intérieur s’inscrit dans la série de discussions basées sur les scénarios qui seront organisées durant la présidence finlandaise. Ces discussions seront menées au niveau des ministres et dans les groupes de travail pour développer les capacités de l’UE, renforcer les connaissances et améliorer la coopération entre les États membres.
https://eu2019.fi/fr

« Les Ministres de l’Intérieur ont cherché une solution à la situation des migrants » HS
« La Finlande essaie de régler la situation de ceux qui se noient en Méditerranée » AL
Helsingin Sanomat souligne que les ministres de l’intérieur n’ont pas encore trouvé de solution à la question de la réparation des migrants sauvés en Méditerranée. Le quotidien juge que la réunion de jeudi à Helsinki n’a pas permis d’arriver à de grandes avancées. HS estime que l’Italie et l’Allemagne, dont les ministres étaient présents à Helsinki, sont en conflit sur cette question.
Mme Ohisalo a brièvement commenté la proposition franco-allemande de répartition du fardeau lors de la conférence de presse finale, jeudi. « Je considère que c’est un premier pas pour commencer la discussion. Ces discussions se sont poursuivies aujourd’hui au niveau politique et des hauts fonctionnaires et elles se poursuivront dans les semaines et les mois à venir ». Selon elle, la Finlande a essayé en tant que présidente de construire une atmosphère de confiance entre les Etats membres. « Je pense que la Finlande est bien placée pour conduire les discussions et essayer de réunir les Etats qui partagent les mêmes vues ».
HS

Le ministre populiste était en Finlande « pour les intérêts de l’Italie » HS
« La ligne dure de la Finlande oblige les migrants à se diriger vers Malte » HS
Helsingin Sanomat considère que le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a aujourd’hui beaucoup de pouvoirs non seulement dans son pays l’Italie mais aussi pour ce qui est de la définition de l’avenir de l’UE.
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la situation en Méditerranée où le nombre de candidats à la traversée a diminué mais le nombre de noyés est en hausse.
HS

« L’UE a raison de vouloir s’attaquer aux menaces hybrides » AL
Aamulehti relève que les ministres de l’Intérieur ont déclaré à Helsinki, hier, que l’UE avait besoin de plus de moyens pour lutter contre les menaces hybrides. Selon Aamulehti, l’inquiétude de l’UE à l’égard des menaces hybrides est fondée car la Russie notamment tend à influencer les élections en Europe depuis de nombreuses années.
AL

Les ministres de la justice discuteront à Helsinki des valeurs communes et de l’État de droit
Les migrations, les orientations de la sécurité intérieure et le renforcement des valeurs communes et de l’État de droit seront au cœur des débats lors de la réunion informelle des ministres de la justice et de l’intérieur organisée les 18 et 19 juillet à Helsinki.
La réunion des ministres de la justice sera présidée par Mme Anna-Maja Henriksson.
Le renforcement des valeurs communes et de l’État de droit est l’une des priorités de la présidence finlandaise. Lors de leur réunion informelle du 19 juillet, les ministres de la justice examineront cette question du point de vue du droit. L’efficacité, l’indépendance et la qualité des systèmes judiciaires sont des éléments essentiels dans la mise en œuvre de l’État de droit. La réalisation de ces principes a un impact sur la coopération au sein de l’espace européen de justice, qui est fondé sur la reconnaissance et la confiance mutuelles.
Le deuxième thème de la réunion sera le développement de la coopération judiciaire en matière pénale au sein de l’UE. Une coopération fluide est essentielle pour les enquêtes et les poursuites relatives à la criminalité transfrontalière. Les ministres évoqueront notamment les conditions de détention ainsi que les alternatives éventuelles à l’incarcération.
https://eu2019.fi/fr

Conseil affaires générales - Etat de droit

Le cadre financier pluriannuel et le nouveau programme stratégique à l’ordre du jour du Conseil des affaires générales
Le Conseil des affaires générales a assisté à la présentation des priorités de la présidence finlandaise pour les six prochains mois le 18 juillet à Bruxelles. La présidence a informé les ministres de ses intentions concernant les travaux relatifs au cadre financier pluriannuel pour 2021–2017. La ministre des affaires européennes, Mme Tytti Tuppurainen, a présidé cette réunion.
Les ministres ont également procédé à un échange de vues sur la mise en œuvre du nouveau programme stratégique 2019–2024. En outre, la Commission a présenté sa nouvelle communication concernant le renforcement de l’État de droit au sein de l’Union.Lors de son discours à Strasbourg, le Premier ministre Antti Rinne a insisté sur le principe de l’Etat de droit que la présidence finlandaise veut renforcer. Le même jour, la Commission a mis en garde la Pologne.
https://eu2019.fi/fr

« La Finlande pointe les problèmes de l’Etat de droit en Pologne et en Hongrie » Yle
« Nous rendons un service à la démocratie, déclare Mme Tuppurainen » Yle
La présidence finlandaise va déclencher la procédure de l’article 7 contre la Hongrie en septembre, rapporte Yle.
« Nous rendons un service à la démocratie si nous sommes actifs sur ce sujet », a déclaré la ministre finlandaise des Affaires européennes Tytti Tuppurainen après le conseil Affaires générales.
Concernant la Pologne, Mme Tuppurainen a refusé de dire si la Finlande était prête à mettre au vote la procédure de l’article 7 qui est déjà plus avancée. « Certains disent que c’est une article qu’il ne faudrait jamais mettre en œuvre [jusqu’au vote]. Qu’il est finalement plus important d’en débattre et d’être actif sur le sujet. C’est aussi comme cela que je le voie », dit-elle.
Elle souligne que la présidence se doit à une certaine humilité car on ne peut pas apporter de profonds changements en six mois. « Je ne pense pas que nous puissions durant le semestre de notre présidence changer profondément la Pologne ou la Hongrie », souligne-t-elle.
Yle rapporte qu’un outil plus efficace pourrait être de faire une pression financière sur la Pologne et la Hongrie. C’est pourquoi la Finlande veut lier le respect de l’Etat de droit et le cadre financier pluriannuel. Mais cela aussi nécessite l’unanimité. Alors il serait plus intéressant de choisir un moyen privilégiant la carotte que le bâton. « Nous recherchons un paquet où tout le monde serait gagnant », estime Mme Tuppurainen. On pourrait, selon elle, aider les régions qui renoncent au charbon pour des raisons de politiques climatiques ; mais ces subventions seraient aussi liées au respect des principes de l’Etat de droit.
Yle

Editoriaux
« On ne peut pas transiger sur les principes de l’Etat de droit » KL
Kauppalehti souligne que ce qui lie entre eux les Etats membres, ce sont les valeurs communes, c’est pourquoi la nouvelle commission européenne se devra d’être plus stricte que la précédente à l’égard des Etats qui violent l’Etat de droit.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet s’interroge sur le fait de savoir si les sanctions sur la Pologne pourront mener quelque part. Elle espère que les nouvelles personnes aux postes centraux de l’UE pourront constituer une nouvelle ouverture nécessaire dans ce sens.
Ce qui est nouveau avec la réunion informelle de Helsinki, c’est que l’Etat de droit est évoqué y compris entre les ministres de la Justice, et non pas seulement au Conseil Affaires générales.
HBL/5
KL

« La presse hongroise essaie de décridibiliser la Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le journal Origo proche du parti au pouvoir Fidez a publié des articles critiques sur les médias et le système judiciaire finlandais.
HS

FMI

Renh et Stubb toujours parmi les spéculations
Helsingin Sanomat a noté que parmi les spéculations pour succèder à Mme Lagarde à la tête du FMI sont toujours cités (notamment dans le Wall Street Journal) les noms des Finlandais, Olli Rehn le gouverneur de la Banque de Finlande, et Alexander Stubb le vice-président de la BEI.
HS

OTAN

« Selon un sondage, 26% des Finlandais soutiennent une adhésion à l’OTAN, contre 51% qui s’y opposent »
« Les jeunes ne sont pas particulièrement attirés par l’alliance atlantique »
Hufvudstadsbladet rend compte d’un sondage sur l’OTAN qu’il a fait effectuer avec l’organe de presse du Rassemblement national Nykypäivä, et le journal Maaseudun tulevaisuus.
Selon ce sondage, 26% des Finlandais soutiennent une adhésion à l’OTAN, contre 51% qui s’y opposent et 23% qui ne se prononcent pas.
Dans le cas où la direction finlandaise déciderait de soutenir une adhésion, 36% des personnes interrogées seraient prêtes à le faire aussi, contre 43% qui ne le souhaiteraient pas pour autant. Le nombre d’indécis est un peu moindre dans l’hypothèse où la direction du pays promouvrait l’adhésion, 21%.
Parmi les électeurs du Rassemblement national (57% de favorables) et du Parti suédois, il y a plus de favorables à une adhésion que chez les autres partis ; parmi les électeurs de l’Alliance des gauches, c’est l’inverse (69% d’opposants). Les personnes de plus de 70 ans sont plus favorables que les jeunes, les hommes plus que les femmes.
Teija Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, estime que les personnes plus âgées sont plus sensibles aux menaces plus traditionnelles alors que pour les jeunes, parmi les menaces liées à la sécurité il s’agit du changement climatique, de l’immigration clandestine et de pandémies.
HBL/4-5, HS

Daech – familles finlandaises

Propos de Mme Halonen
L’ancienne présidente Tarja Halonen a dit que les mineurs se trouvant sur le camp d’al-Hol en Syrie ont le droit de revenir en Finlande et qu’il conviendra d’agir selon cet objectif.
Mme Halonen qui a parlé au forum Suomi-areena à Pori, ne considère pas qu’il soit dans l’intérêt de ces enfants de les séparer de leur mère dans les camps en Syrie.
En précisant se prononcer en tant que « citoyenne », elle note que la question de la sécurité liée à ce que les femmes ont pu avoir comme activités est un défi important. Outre le fait de réfléchir à l’opportunité de faire revenir ces personnes en Finlande, il faudrait en même temps sonder les moyens d’améliorer les conditions de ces gens dans le camp.
HS/A8

Santé – épidémie - Afrique

La Finlande donne 150 000 euros à la lutte contre Ebola
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que le ministère des Affaires sociales et de la Santé a donné, lundi, 150 000 euros à l’OMS pour la lutte contre l’Ebola.
Mika Salminen, directeur auprès de l’Institut de santé publique THL, note que l’hôpital de Meilahti est équipé pour soigner des personnes éventuellement atteinte du virus Ebola.
HBL/10

Finlande – Chine – économie

Des producteurs de viande cherchent à exporter en Chine
Kauppalehti rend compte des perspectives de producteurs de viande Atria et HKScan concernant leurs exportations en Chine. Ces groupes y exportent de la viande de porc depuis quelques années avec des volumes de plusieurs millions de kilos par an.
La demande ainsi que les prix sont en hausse, en raison de la peste porcine qui touche la Chine, ainsi que du fait que la guerre commerciale a diminué les exportations américaines en Chine.
KL/5

Politique intérieure

Retraites

Selon EK, le système de pensions de retraites devient inéquitable pour ceux qui ont cotisé
Selon le patronat EK, un salarié sur quatre bénéficie actuellement du même niveau de retraite. Selon EK, cela signifie qu’une part de plus en plus importante de retraités reçoit la même somme malgré le fait de savoir s’ils ont fait une longue carrière dans un domaine de bas salaires ou bien s’il n’ont pas travaillé.
Vesa Rantahalvari, spécialiste auprès d’EK, note que, compte tenu du niveau des pensions de retraite, de l’allocation logement et de la fiscalité, les revenus disponibles d’un quart des bénéficiaires de la pension vieillesse sont les mêmes qu’ils auraient même s’ils n’avaient pas travaillé du tout.
M. Rantahalvari s’interroge sur l’opportunité de verser des cotisations retraite concernant les bas salaires si cela ne se traduit pas en bénéfice plus tard. Il remet ainsi en question l’efficacité de laugmentation des plus petites pensions de retraites prévue par le gouvernement. Il considèrerait comme plus efficace de soutenir les services de santé, le logement et l’acquisition de médicaments pour les personnes aux revenus minimes.
KL/15.7/5

Histoire

Etude sur le rôle des volontaires finlandais partis aux rangs de SS
Le directeur des Archives nationales menacé
Jussi Nuorteva, directeur des Archives nationales, relève que depuis la publication de l’étude sur les Finlandais ayant servis dans les troupes SS en février, il a reçu des messages menaçants. La police a participé à l’évaluation de ces messages mais pour l’instant, aucune plainte les concernant n’a été portée.
HS/A13

France - Finlande

Musique

L’orchestre philarmonique de Tampere à Montpellier
Aamulehti présente le programme de l’orchestre philarmonique de Tampere qui jouera deux concerts au festival de Montpellier cet été. Au programme notamment des œuvres de Sibelius, Klami et Lindberg.
AL

Jeudi 18 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Réunion des ministres de l’Intérieur et de la Justice

Les ministres européens des affaires intérieures ont discuté des accords temporaires en matière de débarquement pour la Méditerranée
La présidence finlandaise du Conseil de l’UE et les ministres de plusieurs États membres et pays associés à l’espace Schengen ont discuté, en présence de la Commission, du besoin d’établir un mécanisme temporaire de solidarité plus prévisible et plus efficace afin de garantir le débarquement rapide et digne des migrants sauvés en mer.
Ce nouveau mécanisme cherchera à améliorer les dispositions présentes, puisque la Commission doit actuellement chercher des États volontaires pour accueillir les passagers de chaque embarcation, au cas par cas.
"Les États membres comprennent bien que plutôt qu’une suite d’efforts ponctuels, nous avons besoin de dispositions robustes pour poursuivre le travail des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée. Pour que cette initiative ait du succès, la participation d’autant d’États membres que possible et le partage des responsabilités sur une base volontaire sont nécessaires. La présidence continuera à travailler à cet effet. Cela ne réduit en aucune manière le besoin de réformer le régime d’asile européen commun", a déclaré Mme Maria Ohisalo, ministre de l’intérieur finlandaise.
Les discussions sur l’avenir du régime d’asile européen commun se poursuivront jeudi.
https://eu2019.fi/fr

Parlement européen

Visite de M. Rinne à Strasbourg
« M. Rinne a insisté sur l’Etat de droit et les valeurs » HS
« M. Rinne propose une nouvelle superuniversité » AL
Le Premier ministre Antti Rinne, accompagné de la Ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen, a présenté les priorités de la présidence finlandaise au parlement européen à Strasbourg mercredi 17 juillet.
Il s’est aussi entretenu avec le nouveau président du Parlement, M. Sassolini.
Les députés européens ont pris position sur le programme de la présidence finlandaise.
Pour le PPPE, M. Muresan a déclaré qu’il souhaitait que l’on ne diminue pas les fonds de cohésion durant la présidence finlandaise. Pour les Verts, Mme Keller a souligné que le programme climatique de la présidence finlandaise était ambitieux mais qu’il fallait aussi des actes.
Le discours de M. Rinne :
https://eu2019.fi/fr/artikkeli/-/asset_publisher/paaministeri-antti-rinteen-puhe-euroopan-parlamentille?_101_INSTANCE_YCurs8qvI1NM_languageId=fr_FR

Elections de Mme von der Leyen
Editorial : « Une commission faible serait une mauvaise solution » HS
Helsingin Sanomat estime que si les chefs d’Etat et de gouvernement ont finalement imposé leur choix de Mme von der Leyen à la présidence de la Commission, son élection serrée au Parlement l’obligera à composer avec celui-ci. « Mme von des Leyen semble un bon choix, mais la procédure choisie et le résultat de cette bataille de pouvoirs risque de mener à une commission faible qui fonctionnera comme un gouvernement sans majorité », conclut HS.
HS

Faible représentation finlandaise aux postes importants
Les députés européens finlandais arrivent à obtenir moins de postes de présidence de commission au Parlement européen que ceux des pays voisins.
Parmi les députés européens finlandais, ce sont Heidi Hautala (Verts) et Nils Torvalds (Parti suédois) qui auront les fonctions les plus influentes. Aucun Finlandais ne devrait obtenir un poste de président de commission, par exemple.
Mme Hautala renouvelle son mandat à la vice-présidence du Parlement européen.
Nils Torvalds deviendra coordonnateur du groupe Renew Europe pour la commission de l’environnement, et d’autres Finlandais devraient être désignés coordonnateurs.
HS/A10

Etat de droit – UE

« La Commission met en garde à nouveau la Pologne – La Finlande souhaite durcir les conditions des subventions aux Etats membres qui ne respectent pas l’Etat de droit » HS
Lors de son discours à Strasbourg, le Premier ministre Antti Rinne a insisté sur le principe de l’Etat de droit que la présidence finlandaise veut renforcer. Le même jour, la Commission a mis en garde la Pologne.
Lors d’une interview, M. Rinne a déclaré avoir discuté avec les autres pays nordiques et l’Allemagne du point de vue des pays contributeurs nets au budget européen. Un moyen d’obliger les Etats à respecter l’Etat de droit serait de lier cela au cadre financier pluriannuel. Ainsi les pays qui violent ces principes pourraient être sanctionnés au niveau des subventions accordées. M. Rinne souligne que, en Finlande, il est difficile d’expliquer aux contribuables que l’on finance des Etats qui ne respectent pas les valeurs qui figurent dans les traités fondamentaux. « La question est simple. Si les Finlandais paient plus qu’ils ne reçoivent, l’argent doit aller à des fins qu’ils respectent », a-t-il dit.
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission a mis en garde la Pologne hier.
Pour ce qui est de la Hongrie, le travail commencera en septembre, selon M. Rinne.
HS

La Commission souhaite de mesures plus strictes pour veiller au principe de l’Etat de droit dans les Etats membres
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que la Commission européenne a présenté de nouvelles mesures pour renforcer et maintenir les principes de l’Etat de droit dans l’ensemble des pays membres de l’UE.
Selon la Commission, il s’agira d’investir sur la promotion d’une culture d’Etat de droit, sur la prévention de problèmes liés au principe de l’Etat de droit et renforcer les réactions lorsque le principe est violé.
La Pologne est avertie en ce qui concerne ses systèmes qui menacent le principe de l’Etat de droit.
Selon la ministre de la Justice, Anna-Maja Henriksson, le principe de l’Etat de droit sera un des thèmes principaux des entretiens lors de la rencontre ministérielle informelle Justice et Affaires intérieures qui commence aujourd’hui.
Les valeurs communes et le principe de l’Etat de droit sous forme de systèmes juridiques indépendants et de procès juridiques justes sont des priorités, selon elle. Il s’agira de s’efforcer de construire une culture européenne de l’Etat de droit, a-t-elle dit à la veille de la réunion.
HBL/5

Irak – Finlande

L’Irak précise ses informations sur les mineurs renvoyés – il s’agirait de renvois d’enfants enlevés, et ainsi sans aucun lien avec Daech
Le ministère irakien des Affaires étrangères a précisé que l’Irak aurait remis aux Finlandais deux mineurs en 2017. Le ministère finlandais estime qu’il s’agit probablement d’un cas d’enlèvement d’enfant qui a eu lieu en 2016. Les enfants ont été pris en charge par les autorités compétentes irakiennes, et remis à la Finlande, à sa demande, en 2017. Il ne s’est pas agi d’enfants de familles ayant des liens avec Daech.
Par contre, aucun enfant avec des liens avec Daech n’a été renvoyé en Finlande d’Irak.
HS/A21

Russie

L’homosexualité de Pekka Haavisto suscite des interrogations en Russie
Keskisuomalainen rend compte du fait que le journal russe Fontanka a publié une interview du ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto. Dans l’interview, le journaliste pose la question à M. Haavisto de savoir si son homosexualité constituait un gène pour ses entretiens avec la direction politique russe, ou bien si elle était un atout dans le contexte des entretiens sur les droits de l’homme.
KS/8

Mutilation génitale féminine

La cour suprême estime qu’il faut enquêter sur la menace éventuelle de mutilation avant de renvoyer des jeunes filles en Somalie
La cour suprême a remis à l’Office national de l’immigration le cas d’une somalienne qui devait être renvoyé de Finlande avec sa fille. La mère a saisi la cour suprême après que la cour administrative avait rejeté sa plainte concernant la réponse négative à sa demande d’asile.
La cour suprême estime que le renvoi ne pourra pas être mis en œuvre sans enquêter sur le risque de mutilation génitale féminine que l’enfant encourt. Pour la cour suprême, Migri aurait dû d’office enquêter sur ce risque.
HS/A10

Défense

Un avion russe soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais
Le ministère de la défense a signalé mercredi qu’un avion russe est soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais en mer Baltique devant Porvoo pendant environ deux minutes.
La veille, des avions militaires russes avaient été repérés au-dessus de la mer Baltique. Ils n’avaient cependant pas violé l’espace aérien finlandais.
Le directeur de programme de la FIIA, Mika Aaltola pense que la Finlande voulait montrer sa vigilance en publiant des photos de ces avions russes.
Cela a eu lieu le jour où le commandant de l’armée de l’air américain, le général David L. Goldfein, était en visite en Finlande. Néanmoins, Mika Aaltola ne pense pas que ces deux évènements soient liés et qu’il s’agit plutôt d’une démonstration de force. « La mer Baltique est stratégiquement primordiale pour la Russie, 60% de ses matières premières transitent par elle. La Russie veut s’y montrer visible et y affirmer sa force », estime Aaltola.
Pour Aaltola, il pourrait s’agir d’activités d’entrainement, notamment dans la région de Kaliningrad.
HS16.7

Economie

Finnair

Résultat décevant
Si Finnair a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 10,4% au second trimestre, c’est au détriment de sa rentabilité car le résultat net est en baisse de 20%.
L’action de Finnair a chuté de 13% hier.
Finnair explique ses mauvais résultats par l’augmentation du prix des carburants et des coûts de maintenance exceptionnels.
KL

Production finlandaise

Un ralentissement net de la production
La croissance de la production nationale était de moins de 1% en mai. C’est un net ralentissement alors que depuis trois ans le rythme était de 2 à 3% par an.
Le niveau de la production nationale n’a toujours pas rattrapé le niveau de 2008 : depuis une décennie, l’économie finlandaise n’a connu que trois années de croissance forte.
KL

Investissements chinois

La Finlande première au monde grâce au rachat de Amer
Kauppalehti rapporte que les investissements chinois dans le monde au premier semestre ont été au plus bas niveau depuis 2014. Ils ne représentaient que 10,9 milliards d’euros, soit en baisse de 18% par rapport au premier semestre 2018.
Dans ce contexte, le rachat de Amer par Anta Sports pour plus de 4,6 milliards d’euros fait de la Finlande depuis le début de l’année, la première destination des investissements chinois (plus que les Etats-Unis au total).
KL

Mercredi 17 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Parlement européen – Commission

M. Rinne se félicite de la nomination de femmes aux deux plus hauts postes européens
Le Premier ministre Antti Rinne estime que la nomination de Mme von der Leyen à la présidence de la Commission européenne est une bonne chose en termes d’égalité. « Du point de vue de la Finlande et de l’ensemble de l’UE, il est bon que l’on ait choisi pour la première fois des femmes à la tête de deux plus hauts postes. Je considère que cela a une signification importante en matière d’égalité », a-t-il dit, faisant aussi référence à la nomination de Mme Lagarde à la BCE.
Il est aussi satisfait que les plus hauts postes aient finalement pu être pourvus. « Nous allons pouvoir parler de la lutte contre le réchauffement climatique, du respect de l’Etat de droit et du cadre financier pluriannuel, et aussi du Brexit », a-t-il dit ajoutant que « une nomination après un vote serrée ne signifie pas que l’UE soit désunie ». Selon lui, « un vote serré signifie qu’il y a une critique sur la procédure qui a précédé cette nomination. Je pense qu’il y a des choses à améliorer de ce point de vue ».
Concernant la candidate finlandaise au poste de Commissaire, Mme Urpilainen, M. Rinne souhaite pour elle un portefeuille le plus important possible, en matière budgétaire, de relations extérieures ou chargée de l’Afrique.
Yle

Les votes des euro-députés finlandais
Helsingin Sanomat relève que les eurodéputés finlandais du PPE, de Renew Europe et de S&D ont voté pour Mme von der Leyen ; les autres ont voté contre.
HS

Présidence finlandaise

Visite de M. Rinne à Strasbourg
Le Premier ministre Antti Rinne, accompagné de la Ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen, s’est rendu à Sytrasbourg mercredi 17 juillet popur présenter les priorités de la présidence finlandaise.
Il a tenu un discours devant le parlement européen.
Il s’est aussi entretenu avec le nouveau président du Parlement, M. Sassolini.
Le discours de M. Rinne :
https://eu2019.fi/fr/artikkeli/-/asset_publisher/paaministeri-antti-rinteen-puhe-euroopan-parlamentille?_101_INSTANCE_YCurs8qvI1NM_languageId=fr_FR

Réunion des ministres de l’Intérieur et de la Justice

Les ministres de l’intérieur discuteront à Helsinki des orientations de la sécurité intérieure
Les migrations, les orientations de la sécurité intérieure et le renforcement des valeurs communes et de l’État de droit seront au cœur des débats lors de la réunion informelle des ministres de la justice et de l’intérieur organisée les 18 et 19 juillet à Helsinki.
Les ministres de l’intérieur se réuniront jeudi 18 juillet. Mme Maria Ohisalo, ministre de l’intérieur, présidera la réunion.
Les ministres de l’intérieur discuteront de l’avenir de la sécurité intérieure de l’UE. Ils évoqueront en particulier le renforcement de la coopération opérationnelle entre les autorités répressives, comme la police et les autorités frontalières, ainsi que le développement de l’Office européen de police (Europol). Ce débat sur les orientations de la sécurité intérieure continuera durant toute la présidence finlandaise.
Les ministres de l’intérieur chercheront également à savoir comment faire progresser la politique européenne en matière d’immigration. La coopération avec les pays tiers, la réforme du régime d’asile européen commun ainsi que la question des retours figureront, entre autres, à l’ordre du jour. L’objectif est de rassembler les leçons de ces dernières années et de réfléchir aux solutions possibles pour les questions encore ouvertes.
Les ministres de l’intérieur mèneront une discussion politique autour d’une situation imaginaire concernant les menaces hybrides. L’objectif est d’examiner ces menaces au regard de la sécurité intérieure. Cette discussion s’inscrit dans la démarche de la présidence finlandaise de sensibiliser les États membres aux menaces hybrides et de renforcer la coordination en matière des actions y liées.
https://eu2019.fi/fr/article1/-/asset_publisher/eu-n-oikeus-ja-sisaministerit-keskustelevat-helsingissa-yhteisista-arvoista-ja-sisaisen-turvallisuuden-suunnas-1

Irak – Finlande

L’Irak annonce avoir renvoyé des mineurs finlandais des camps de Daech – les autorités finlandaises disent ne pas être au courant
Ces derniers temps, les Finlandais ont débattu du fait de savoir si les enfants et épouses de combattants de Daech devraient être rapatriés du camp d’al-Hol en Syrie. Cette semaine, il s’est avéré que des Finlandais pourraient se trouver dans d’autres camps aussi. Le ministère irakien des Affaires étrangères a annoncé qu’il avait renvoyé des centaines d’enfants de combattants Daech et que, parmi ces enfants, il y aurait des nationaux finlandais.
Les autorités finlandaises ont accueilli cette information avec grande confusion.
La ministre de l’Intérieur Maria Ohisalo dit ne pas être au courant. Selon le conseiller du ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto, le ministère étudie la question alors que la Finlande n’a pas été contactée sur le sujet.
Le Premier ministre, Antti Rinne, n’en sait pas plus et dit que des enfants renvoyés ne sont pas arrivés en Finlande.
La direction du Proche-Orient du ministère des Affaires étrangères confirme avoir vu le communiqué irakien, mais précise qu’elle n’identifie pas l’affaire. La cheffe de la direction, Riikka Eela, note que les autorités n’informeraient pas les médias si elles apprenaient de tels développements, pour des questions de confidentialité.
La Sûreté nationale ne commente pas la situation.
Selon les informations de Helsingin Sanomat, le ministère irakien des Affaires étrangères n’a pas été en contact avec les Finlandais. Le ministère irakien n’a pas répondu aux demandes de renseignement de HS.
Le communiqué précise que le ministère irakien aurait eu des entretiens bilatéraux avec les pays d’origine pour coordonner les retours avec l’Irak par des voies diplomatiques.
Selon Mikko Patokallio de CMI, il n’est pas exclu que des autorités irakiennes détiennent des Finlandais. Outre la Syrie, des combattants finlandais sont partis en Irak.
Pour M. Rinne, le point de départ juridiquement contraignant est que les Finlandais partis dans les rangs de Daech et qui se retrouvent sur le camp d’al-Hol doivent être aidés au besoin. Des enfants s’y retrouvent dans des circonstances dangereuses. « Il faut pouvoir les aider d’une manière ou d’autre », a-t-il dit en juin, même si des mesures d’évacuation particulières ne sont pas prévues.
HS/A29

Politique intérieure

Gouvernement

Forum Suomi-areena
Débat sur l’augmentation des plus petites retraites
Les représentants du gouvernement et de l’opposition ont participé à un débat au forum Suomi-areena à Pori.
L’opposition a critiqué M. Rinne pour ses promesses d’augmenter les retraites de cent euros, ce qui semblerait maintenant se réaliser à hauteur de quelques dizaines d’euros.
Antti Häkkänen, vice-président du Rassemblement national, a accusé le Premier ministre d’avoir fait campagne avec cette promesse et estime qu’il est justifié que les électeurs s’interrogent aujourd’hui sur la question.
M. Rinne a insisté sur le fait que l’augmentation prévue maintenant représentait la première partie de la réforme qui allait être poursuivie.
HS

Opposition

Selon Ville Tavio, le Kokoomus était favorable à former un gouvernement avec les Vrais Finlandais après les élections
Dans une interview accordée à Turun Sanomat, le président du groupe Parlementaire des Vrais Finlandais Ville Tavio a déclaré qu’après les élections des discussions ont eu lieu entre les Vrais Finlandais, le Rassemblement national (Kokoomus) et le centre pour essayer de former un gouvernement. Selon lui, le Kokoomus a eu une attitude positive sur ce projet au contraire du Centre.
TS

M. Mykkänen dément
Le Président du groupe parlementaire du Kokoomus Kai Mykkänen dément que son parti ait négocié la formation d’un gouvernement avec les Vrais Finlandais. IL n’y a pas eu de discussion au niveau des partis politiques selon lui.
Il souligne la différence de valeurs entre les partis pour expliquer qu’une coopération gouvernementale entre les Vrais Finlandais et le Kokoomus aurait été difficile.
TS

Vrais Finlandais

Déclarations du Jussi Halla-aho sur le grand remplacement
« Chacun de nous a une idée intuitive de ce qu’est un Finlandais » uusisuomi
Le sujet du grand remplacement de population touchant la Finlande a été évoqué à Pori où se tenait le débat politique des Vrais Finlandais.
Ce terme, utilisé par les Vrais Finlandais, est désormais évoqué aussi dans les médias nationaux. Il est notamment utilisé par le Président du parti, M. Halla-hAho, mais aussi par le nouveau secrétaire général M. Simo Grönroos ou la députée Riikka Purra, présidente de la Commission de l’administration du Parlement (chargée des affaires intérieures).
M. Halla-aho a déclaré que, pour lui, il n’est pas possible de dire automatiquement qui est ou n’est pas finlandais. Il juge que lorsque l’on demande aux Vrais Finlandais de s’expliquer sur la notion de grand remplacement, c’est-à-dire de savoir quelle est la population qui est remplacée, il s’agit de définir ce que c’est que d’être finlandais.
« Je ne suis pas capable de définir qui est ou n’est pas finlandais. C’est au cas par cas. Je pense que tout le monde a une idée intuitive, quand il croise quelqu’un dans la rue, de savoir s’il est ou non finlandais. Et c’est une question bien plus complexe que la couleur de peau ou les racines d’une personne. On ne peut, par exemple, pas partir de l’idée que toute personne qui nait en Finlande appartiendrait par exemple à ce groupe. Peut-être peut-on penser que les finlandais sont ceux que la presse appelle aujourd’hui finlandais de souche. On a clairement besoin d’un tel terme pour cela ».
Uusisuomi

Débat sur le camp d’été des nationalistes
« A-t-on tiré sur les portraits de politiciens ? » KS
Keskisuomalainen rapporte que lors du camp d’été des nationalistes, organisé début juin, un exercice de tir sur des photos de politiciens aurait été organisé. Les photos de Georges Soros, mais aussi d’Antti Rinne ou de Li Andersson auraient été utilisées comme cible dans ce camp auquel participaient des membres du front de résistance nordique (aujourd’hui interdit) et des Vrais Finlandais.
KS/ven

Anniversaire de la République de la Finlande

Les cent ans de la République finlandaise
La République finlandaise a cent ans, aujourd’hui. La Constitution a été approuvée il y a cent ans et le régime adopté le 17 juillet 1919. La Constitution a été réformée en 2000.
La déclaration de l’indépendance date de 6 décembre 1917. Une guerre civile l’a suivie de janvier en mai 1918.
La Finlande a connu 73 gouvernements depuis 1917. 43 personnes ont été Premiers ministres et presque 600 personnes ministres.
HS/A14

Nature

Le nombre de lacs a été déterminé : 168 000 lacs d’un demi-hectare au minimum en Finlande
La Direction nationale de la cartographie et du cadastre a étudié le nombre de lacs finlandais, ce qui a nécessité de préciser la définition d’un lac. Il y a en Finlande 168 000 lacs dont l’étendu est d’un demi-hectare ou plus.
HS

Mardi 16 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise

Réunion des ministres de l’Intérieur
La Finlande rassemble les Etats membres pour trouver un système de répartition transitoire des migrants
MTV rapporte que, avec le soutien de la France et de l’Allemagne, la Finlande recherche un accord sur un système de répartition transitoire des migrants sauvés en Méditerranée. La ministre de l’Intérieur Maria Ohisalo a invité les ministres de l’Intérieur des Etats membres pour un dîner de travail mercredi soir afin de discuter de ce sujet.
La directrice générale du ministère de l’Intérieur, Mme Yli-Vakkuri déclare que « ceux qui sont sauvés dans des navires sont des rescapés de la mort ». La Finlande recherche donc à réunir le plus grand nombre d’Etats membres possible qui seraient volontaires pour participer à un tel système de répartition des migrants. En tant que présidence, la Finlande a pour mission de préparer une solution et de donner un cadre pour la discussion.
Les préparatifs n’en sont toutefois qu’au début. « Nous en avons parlé surtout avec la France et l’Allemagne. En tant que présidence la Finlande a pour responsabilité d’offrir la possibilité pour une discussion », dit-elle.
En même temps, les préparatifs pour une réforme du système de l’asile en Europe attendent la nomination de la nouvelle commission, rapporte MTV qui estime que le projet de nouvelle réglementation ne pourra pas être proposé avant la find e l’année.
MTV

Cadre financier pluriannuel
Le budget européen prendra en compte les questions climatiques
La ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen estime que le calendrier pour arriver à un accord sur le cadre financier pluriannuel est ambitieux. L’objectif est d’arriver à un accord d’ici la fin de l’année.
Mme Tuppurainen a rencontré, hier, à Helsinki, le Commissaire européen chargé de ce sujet, M. Günther Oettinger. Ils ont discuté des négociations en cours sur le cadre financier pluriannuel ainsi que des priorités de la présidence finlandaise.
Mme Tuppurainen souhaite que les priorités de la présidence finlandaises se concrétisent dans ce cadre financier pluriannuel, notamment en matière de climat.
AL

Parlement européen

Les euro-députés finlandais plutôt favorables au paquet de nominations
Les eurodéputés finlandais interrogés par Lännen Media sont plutôt favorables au paquet de nominations et devraient voter pour Mme von der Leyen. 56% d’entre eux vont voter pour elle, contre seulement 11%.
Ils soutiennent en revanche à l’avenir le processus du spitzkandidat à 78% contre 11% qui s’y opposent.
Par ailleurs, ils sont plus sceptiques sur l’accord avec le Mercosur : 44% pensent que c’est une bonne chose, 12% y sont opposés et 44% ne savent pas.
AL

Défense – Sécurité

Sécurité

La Supo cherche à recruter de la main d’œuvre à des cyber postes
Le chef de la Supo (la Sûreté nationale) Antti Pelttari qualifie le changement causé par les nouvelles lois sur le renseignement comme étant le plus important depuis 70 ans de son l’histoire. Il affirme que des modifications ont été opérées conformément aux lois sur le renseignement.
« A l’automne, des postes très intéressants seront à pourvoir dans le domaine cyber, la recherche et l’analyse des données. Le rapport gouvernemental nous accorde 90 postes et nous pourrons donc recruter du personnel en fonction de cela », explique Pelttari.
Pelttari avoue que les nouvelles lois sur le renseignement vont faciliter la collaboration internationale, notamment en Europe. « Nous aurons de meilleurs moyens pour trouver nous-mêmes des informations que nous serons ensuite en mesure d’exploiter aussi dans le cadre de la coopération internationale. Je tiens à souligner que cette collaboration se fait toujours à partir des intérêts de la Finlande ».
« Nous avons déjà coopéré au sujet de voyageurs dans les régions en conflit du Proche-Orient. Depuis dix ans avec la crise syrienne et irakienne, nous collaborons étroitement sur le plan international », assure Pelttari.
AL16.7

La police a verbalisé huit personnes ayant fait voler des drones pendant les réunions de l’UE
L’interdiction de faire voler des drones a été plusieurs fois violée durant la semaine dernière pendant la réunion ministérielle informelle de l’UE, indique la police d’Helsinki.
La police d’Helsinki a infligé des amendes en tout à huit personnes qui ont fait voler des drones malgré l’interdiction de vol provisoire au-dessus du palais Finlandia.
HS16.7

Défense

Les F-18 de l’armée de l’air finlandaise ont repéré des avions militaires russes au-dessus de la mer Baltique
Selon l’armée de l’air, il s’agissait de trois types d’avions différents, dont un Tu-160, un avion de surveillance aérienne A-50 et un chasseur Su-35 ont été repérés. Le nombre exact des appareils n’a toutefois pas été précisé.
Les avions russes n’ont cependant pas violé l’espace aérien finlandais.
HS16.7

Politique intérieure

Fiscalité

Selon le ministre des Finances, une taxe sur le sucre serait difficile à mettre en place
Pour lutter contre le problème de l’obésité, le programme gouvernemental stipule que le gouvernement va étudier la possibilité d’une taxe sur les produits sucrés.
Le ministre des Finances Mika Lintilä considère toutefois qu’une taxe sur le sucre est très improbable. « Tout le monde sait que c’est très difficile à mettre en place. Comment par exemple les petites boulangeries indiquent la teneur en sucre de leurs produits ? Je suis membre de la commission de la fiscalité au Parlement depuis seize ans et ce sujet a toujours été évoqué depuis », dit-il.
Helsingin Sanomat souligne que le problème serait de taxer un ingrédient mais pas la production du sucre. Le problème serait que cela reviendrait à taxer tous les produits sucrés et que le contrôle de la teneur en sucre serait difficile.
HS

Gouvernement

Les centristes peu favorables aux dépenses supplémentaires
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, les électeurs centristes sont peu favorables à une augmentation des dépenses au détriment de l’équilibre budgétaire. A la question de savoir s’ils acceptaient des dépenses supplémentaires du gouvernement Rinne qui pourraient entraîner une augmentation de l’endettement, 48% des Finlandais s’y opposent et 34% y seraient favorables. Les électeurs du PSD, des Verts et de l’Alliance des gauches y sont majoritairement favorables, alors que ceux du Centre y sont opposés majoritairement.
HS

Climat

Il n’y aura pas de taxe sur le transport aérien en Finlande si elle n’est pas européenne
L’éditorialiste de Etelä-Suomen Sanomat relève que si l’on parle beaucoup d’une tendance à privilégier le transport terrestre plutôt, qu’aérien, cela ne se voit pas dans les chiffres : en juin, les aéroports finlandais ont enregistré un nouveau record d’affluence. Les transits par l’aéroport d’Helsinki-Vantaa, qui constitue une porte vers l’Asie, ont augmenté de 13%. Même si la France envisage une telle taxe et la Suède l’a mise en place l’année dernière, l’éditorialiste relève que le projet d’initiative populaire pour une taxe sur le transport aérien n’a recueilli que moins de 4000 signatures et il semble que l’on ne souhaite pas prendre une décision nationale sur un sujet aussi controversé. La Finlande attend une décision de l’UE.
HS

Seulement 55% des Finlandais sont prêts à diminuer leur niveau de vie pour le climat
EVA rapporte que, selon une étude réalisée au printemps, avant les législatives, seulement 55% des Finlandais seraient favorables à diminuer leur mode de vie pour protéger le climat. En 1992, ils étaient 75% à y être prêts. En 2009, ce taux était encore de 67% malgré la crise.
EVA

Les Finlandais de plus en plus favorables à l’élargissement du parc nucléaire
EVA rapporte que 42% des Finlandais sont favorables à l’élargissement du parc nucléaire contre 33% qui s’y opposent.
Les femmes y sont majoritairement opposées alors que les hommes y sont majoritairement favorables.
EVA

Mines

L’initiative populaire pour modifier la loi sur les mines sera transférée au parlement
L’initiative populaire pour modifier la loi sur les mines sera étudiée au parlement à la rentrée. Elle propose notamment une nouvelle répartition des minerais ainsi qu’un durcissement des règles environnementales.
Le gouvernement a prévu dans son programme gouvernemental de revoir la législation sur les mines.
KL

Lundi 15 juillet 2019

Défilé du 14 juillet
Visite du Président Niinistö à Paris

« Le président Niinistö a participé aux cérémonies de la fête nationale française – On a discuté de sécurité européenne à Paris » tpk
« Selon M. Niinistö, il faut élargir la coopération européenne en matière de défense initiée par la France » Yle
Le président français Emmanuel Macron a invité le président finlandais Sauli Niinistö à participer aux festivités du 14 juillet à Paris car le thème du défilé de cette année est basé sur la coopération européenne de défense et étaient donc conviés tous les pays membres de l’Initiative européenne d’intervention lancée par la France. Outre le président finlandais, ont participé au défilé des soldats finlandais (drapeau et garde d’honneur).
Le secrétariat de la présidence finlandaise souligne que, en marge de cette visite le Président finlandais a pu s’entretenir en tête à tête avec le président français.
L’un des buts du président français consiste à créer pour l’Europe une défense commune, rapporte Yle. « Nous participons à l’initiative d’intervention du président français et le soutenons fermement. Elle s’accorde parfaitement avec la ligne finlandaise qui espère depuis des années que l’Europe puisse prendre ses propres responsabilités », a déclaré Niinistö.
Après le défilé, durant le déjeuner offert par le président Emmanuel Macron, les questions de sécurité, notamment les divers projets sécuritaires européens ont largement été évoqués selon M. Niinistö. « L’esprit était unanime alors qu’il s’agissait tout de même de dix pays différents », a-t-il dit. « Il est agréable de voir que, ce dont nous parlons en Finlande depuis longtemps, et moi-même depuis plus de dix ans, c’est-à-dire les questions de sécurité en Europe, et il semble aujourd’hui que la sécurité soit devenu un sujet central ».
Sauli Niinistö et Emmanuel Macron se sont également rencontrés en tête-à-tête.
Le groupe des pays européens engagé dans la coopération de défense pourrait s’élargir. « Je lui ai présenté mon opinion sur la manière dont l’IEI pourrait s’élargir car il y a des candidats », a dit M. Niinistö, sans préciser lesquels. Yle rapporte toutefois que notamment la Suède et la Norvège pourraient joindre le groupe, selon la ministre de la Défense française. « L’élargissement [de l’IEI] devra être décidé bientôt », a commenté M. NiinistÖ., qui ne s’inquiète pas du développement de telles initiatives en-dehors de l’UE. « On en a discuté, de savoir comment et combien on pouvait développer des projets de sécurité différents en Europe. Personnellement je ne vois pas de grand problème à cela, en tous cas pas actuellement ».
Entre les deux présidents, la question de la politique russe a également été évoquée. M. Niinistö a déclaré qu’il écoutait volontiers les idées du Préident Macron sur la Russie. « Il a présenté l’idée d’une architecture de sécurité européenne dont un des rôles serait de clarifier ou de préciser la relation avec la Russie. Je précise toutefois que cela ne signifie en aucune manière de revenir ou d’alléger la situation existante depuis la crise en Ukraine ou d’autres raisons ».
Concernant le défilé du 14 juillet, M. Niinistö a déclaré avoir été impressionné par les présentations, notamment celle du flyboard.
Il comprend aussi les déclarations du Président Macron sur un développement de la capacité spatiale de l’armée de l’air. « Cela parait ambitieux. Mais c’est visiblement une réalité que l’on va aujourd’hui dans l’espace et que, dans ce domaine aussi les questions de sécurité sont de plus en plus discutées ».
Enfin M. Niinistö a déclaré que la Finlande avait exprimé sa compréhension pour le projet franco-germano-britannique Instex à l’égard de l’Iran.
Tpk yle HS KS

Mali

La France sollicite la Finlande pour participer à la lutte contre le terrorisme
Selon les informations d’Yle, la France et la Finlande ont entamé, à l’initiative de la France, des pourparlers préliminaires sur une éventuelle participation de la Finlande à la lutte contre le terrorisme au Mali. La Finlande étudie les modalités de cette participation et cherche par quel moyen elle pourrait se réaliser.
Le ministre de la Défense, Antti Kaikkonen (centriste) souligne que le projet n’en est qu’à ses débuts. « Il y a eu quelques discussions au niveau militaire sur l’intérêt des Finlandais. Aucun rapport militaire n’a été rédigé et au niveau politique, on n’en a pas parlé du tout », affirme Kaikkonen.
La Finlande a quelques soldats au Mali dans le cadre des opérations de l’ONU et de l’UE.
Selon le ministère de la Défense, le projet Mali ne se fait pas dans le cadre de l’Initiative européenne d’intervention, ni autour de la coopération bilatérale franco-finlandaise. L’état-major des forces de défense affirme que la question ne sera pas réglée avant l’automne, sans préciser pour autant les détails de la demande ou la proposition française.
Le professeur de l’Ecole des Hautes études de défense nationale Jyri Raitasalo estime que l’initiative européenne d’intervention lancée par la France part d’un intérêt français mais propose aussi quelque chose aux autres pays. L’opération au Mali pourrait, selon Raitasalo, servir d’essai pour concrétiser le sens de cette initiative.
Yle

Défense européenne

Six Finlandais sur dix soutiendraient un pays de l’UE menacé militairement
Selon un sondage réalisé par Verkkouutiset, Maaseudun tulevaisuus et Hufvudstadsbladet, 64 % des Finlandais seraient prêts à venir en aide à un pays membre de l’UE menacé militairement. Les plus fervents défenseurs se trouvent au sein du parti suédois (89%), du Rassemblement national (Kokoomus) (87%), du Centre (75%), du PSD (74%) et des Verts (66%). Seuls chez les vrais Finlandais, le désir de venir en aide touchent moins de la moitié des personnes interrogées (43%).
L’étude a également évoqué la ligne de fond de la politique de défense finlandaise, c’est-à-dire de savoir si les personnes interrogées étaient favorables à ce que la Finlande apporte une aide militaire à un autre pays européen. Il en ressort que 40% des Finlandais seraient prêts à proposer une aide militaire à un pays de l’UE puisque la Finlande pourrait un jour en avoir besoin aussi. Par ailleurs, 28% souhaiteraient offrir une assistance non-militaire et un quart des personnes interrogées ne veulent pas se mêler des conflits en dehors du pays.
Le rassemblement national se déclare pour une aide militaire à 68%, le parti suédois à 40%, PSD à 39%, les Verts à 38%, les centristes à 33% et l’alliance des gauches à 31%. Chez les vrais Finlandais, seulement 29% opteraient pour une aide militaire et 54% garderaient la Finlande en dehors des conflits extérieurs.
Verkkouutiset, HBL,MT

La majorité des Finlandais souhaite renforcer la défense européenne
Toujours selon ce même sondage, 51% des Finlandais renforceraient la dimension de défense de l’UE contre 30% qui se déclaraient contre et 20% qui n’avaient pas d’opinion sur la question.
Là encore, les vrais Finlandais y sont les moins favorables (36%). Chez l’alliance des gauches le chiffre était de 43% et chez les Verts de 45%.
Les plus grands défenseurs d’un renforcement de la défense européenne se trouvaient dans le parti suédois (73%), Kokoomus (71%), puis PSD (57%) et les centristes (51).
Le sondage a été effectué auprès de 1106 personnes entre le 25 et le 28 juin.
Verkkouutiset, HBL,MT

Russie

La Finlande accueille le voilier controversé Sedov
Le plus grand voilier traditionnel du monde, le Sedov, a accosté vendredi à Raahe en Ostrobotnie pour participer aux festivités des 370 ans de la ville.
Sedov sert essentiellement à la formation des élèves officiers et a souvent participé à divers évènements et fêtes. Récemment certains pays, notamment la Pologne et l’Estonie, ont néanmoins refusé son accès à leurs ports en raison de quelques élèves originaires de la Crimée qui font partie de l’équipage.
Le chef de service du département politique du ministère des Affaires étrangères, Mikko Kinnunen, assure que la Finlande s’en tient strictement aux sanctions décidées par l’UE. Il affirme qu’à la lecture des textes, les sanctions ne concernent pas ce type de visites.
Kinnunen rappelle qu’il ne s’agit pas d’une première visite en Finlande du Sedov. Par contre, en 2017 la Finlande avait refusé d’accueillir le voilier russe Kruzenštern à Mariehamn aux Iles Åland. A ce moment-là, les autorités avaient refusé de rendre publiques les raisons du refus.
HS12.7

Soudan

M. Haavisto optimiste sur un accord au Soudan
Le Ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto était la semaine dernière au Soudan pour rencontrer les parties en conflit, à la demande de la Haute représentante européenne Mme Mogherini.
Il est revenu vendrei et a affiché son optimisme sur la possibilité d’arriver à faire signer un accord aux parties cette semaine.
M. Haavisto doit présenter les résultats de sa visite au Soudan aux ministres européens des Affaires étrangères cette semaine.
HS

Présidence finlandaise

Réunion informelle des ministres de l’environnement et des changements climatiques
Encore des inquiétudes sur un accord possible entre Européens
La ministre finlandaise de l’Environnement qui a présidé la semaine dernière la réunion informelle des ministres de l’Environnement demeure optimiste sur la possibilité d’arriver à un accord au niveau de l’UE sur l’objectif de neutralité carbone à 2050.
« On va vers un accord. Je pense que nous pourrons signer avant la fin de l’année sur l’objectif de neutralité carbone pour 2050. Nous avons encore besoin de plus de compréhension sur la situation et nous promettons d’couter les inquiétudes des Etats membres », a-t-elle dit.
KS

Commission européenne

M. Katainen propose un nouveau poste
L’actuel commissaire européen Jyrki Katainen souhaite que la prochaine commission européenne ait une nouvelle vice-présidence, pour un Commissaire qui serait chargé des relations économiques extérieures.
L’idée serait notamment de se concentrer sur les relations avec l’Afrique qui ne soient pas du Développement mais plutôt des relations d’égal à égal. M. Katainen, qui a été en contact avcec Mme von der Lyen et avec le secrétaire général de la Commission M. Seymar, souligne que les questions africaines sont une priorité de la présidence finlandaise de l’UE.
La candidate finlandaise pour la Commission, Mme Urpilainen pourrait ^$etre intéressée par un tel poste.
HS

Déclarations du Premier ministre Antti Rinne

Sur les transferts internes de réfugiés
La Finlande a décidé la semaine dernière d’accueillir huit migrants débarqués en Italie puis cinq migrants débarqués à Malte.
Le Premier ministre Antti Rinne souligne que ces décisions sont prises au cas par cas ; La Finlande a décidé de ne plus accueillir de migrants recueillis en mer dans le cadre de ces transferts internes. « Nous avons dit stop : avant qu’il y ait un système transitoire, nous avons décidé de ne plus accueillir aucun migrant sauvé en mer ».
La Finlande souhaite lancer rapidement les préparatifs pour un accord sur un système transitoire de répartition des migrants. L’objectif est d’avoir derrière ce système transitoire une grande majorité d’Etats membres. M. Rinne souhaite avoir le soutien d’une vingtaine d’Etats.
« Il est possible de le mettre en place rapidement. J’en ai parlé avec Mme Merkel la semaine dernière et ils [les Allemands] soutiennent notre initiative.
Cette proposition sera étudiée cette semaine lors de la réunion informelle des ministres de l’Intérieur et de la justice à Helsinki.
Iltalehti rappelle que, précédemment les transferts internes de migrants sur lesquels l’UE s’était mis d’accord n’ont pas fonctionné correctement. En effet, une partie des Etats membres avait refusé d’y participer. Néanmoins, entre 2015 et 2017, la Finlande a accueilli 1980 migrants d’Italie et de Grèce au titre de ces transferts internes.
IL

Sur les Finlandais dans les camps de Daesh
Le Premier ministre a reçu la semaine dernière des parents de Finlandais retenus dans les camps de Daesh en Syrie. Il était notamment accompagné des ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur et des affaires sociales. Le Premier ministre a déclaré aux familels que la Finlande faisait tout son possible pour trouver une solution.
IL

Commentaires du Président Niinistö
Depuis Paris, le président Niinistö a également commenté la situation des enfants et des femmes finlandais dans les camps de Daech. Le gouvernement n’a toujours pas pris de décision concernant leur sort et pèse encore différentes alternatives.
Niinistö avoue comprendre les problèmes du gouvernement dans cette situation. « Il y a plusieurs facteurs, certains sont purement juridiques, d’autres dépendent de l’attitude des autorités locales, particulièrement de l’administration kurde qui règne dans la région », affirme Niinistö. Il évoque notamment les soupçons sécuritaires mais ajoute que les enfants ne devraient pas souffrir. « La question du rapatriement des enfants reste ouverte, ne serait-ce parce qu’on ne connait pas les attitudes sur place. Par-dessus, il y a tous ces règlements concernant questions juridiques de la famille, de la tutelle et de la garde », affirme Niinistö en faisant allusion aux mères des enfants qui décideront de l’avenir de leurs enfants.
Yle

Jeudi 11 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise

Réunion informelle des ministres de l’environnement et des changements climatiques
La Finlande veut mettre la crise de durabilité et les solutions la concernant au cœur de la politique européenne. Les changements climatiques, la perte de biodiversité et l’économie circulaire sont les principaux thèmes de la réunion informelle des ministres de l’environnement et des changements climatiques, organisée à Helsinki les 11 et 12 juillet. Il s’agit de la deuxième réunion informelle des ministres durant la présidence finlandaise. Elle sera présidée par la ministre de l’environnement et des changements climatiques, Krista Mikkonen.
En ce qui concerne l’avenir de l’Europe, il est indispensable de trouver une solution à la crise climatique et de mettre fin à l’appauvrissement de la nature. La coopération internationale pour mener des actions variées, y compris le passage à l’économie circulaire, sont nécessaires afin de pouvoir résoudre cette crise. L’économie de l’UE doit se fonder davantage sur la durabilité, en accordant une attention particulière à l’atténuation des changements climatiques, à l’utilisation des ressources renouvelables écologiquement respectueuses et d’une durée de vie plus longue, ainsi qu’au recyclage. "Ce qu’on attend de l’Europe, c’est le leadership, et la présidence finlandaise veut aider l’UE à trouver des solutions communes", déclare la ministre de l’environnement et des changements climatiques, Krista Mikkonen.
Les ministres rechercheront des solutions internationales aux changements climatiques et à l’appauvrissement de la nature.
Le 11 juillet, les ministres se réuniront pour discuter des objectifs de l’UE en matière de climat et des éventuels messages à transmettre lors du sommet sur le climat, convenu par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies pour septembre. Ils évoqueront également la promotion des objectifs internationaux en la matière. La deuxième discussion de la journée s’intéressera à la biodiversité. La discussion sera ouverte par la vice-secrétaire générale de l’ONU et secrétaire exécutive du secrétariat de la convention sur la diversité biologique, Cristiana Pașca Palmer. Les ministres chercheront à déterminer quelles sont les priorités temporelles et quel sera le cadre de l’UE concernant les actions visant à mettre fin à l’appauvrissement de la nature. En 2020, les pays de la planète devront se mettre d’accord sur les nouveaux objectifs pour stopper cette évolution et pour améliorer l’état de la nature.
La réunion du 12 juillet sera consacrée à l’économie circulaire. Les intervenants principaux seront l’expert en économie durable Per Klevnäs, et le vice-président de la Commission européenne, le commissaire Jyrki Katainen. Les ministres se concentreront sur les solutions que l’économie circulaire offre pour lutter contre la crise climatique et la perte de la biodiversité. La réunion s’achèvera par une discussion sur les secteurs auxquels l’économie circulaire devrait être étendue et sur les éventuelles façons de le faire.
https://eu2019fi/fr/

Finlande - Allemagne

Le Premier ministre Rinne à Berlin
Le Premier ministre Antti Rinne a rencontré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin.
Selon les services du Premier ministre, les entretiens ont porté sur la présidence finlandaise, notamment le rôle de la Commission et la règle de droit, ainsi que le cadre financier pluriannuel, les relations transatlantiques et le multilatéralisme.
Mme Merkel et M. Rinne ont souligné l’importance du renforcement des valeurs européennes.
HS/A19

Politique intérieure

Gouvernement

Augmentation des petites retraites
Helsingin Sanomat relève que selon un projet de loi, préparé par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, la pension de vieillesse serait augmentée au maximum de 31 euros par mois et la pension garantie au maximum de 50 euros par mois à partir du début 2020 pour ceux qui touchent une retraite de moins de 1 200 – 1 300 euros par mois.
Cela signifie qu’environ 609 000 retraités devraient bénéficier d’une augmentation de leur retraite.
HS/A6

Climat

Sondage de Sitra
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage récent sur le changement climatique, effectué pour Sitra, plus de la moitié des Finlandais sont très inquiets du changement climatique et soulignent l’importance d’une mode de vie durable, surtout les personnes de moins de 30 ans.
HS/A11

Défense

Violation de l’interdiction de vol au-dessus du palais Finlandia durant la réunion de l’UE
La police d’Helsinki a infligé des amendes à deux personnes qui ont fait voler des drones malgré l’interdiction de vol provisoire au-dessus du palais Finlandia.
En vigueur de mercredi matin à vendredi soir 21h, l’interdiction a été décrétée pour des raisons de sécurité durant la réunion informelle des ministres de l’Environnement de l’UE
L’interdiction ne concerne pas les autorités militaires et policières, ni les autorités des gardes-frontières, des douanes, de la navigation maritime et de l’aviation, ni les activités de sauvetage, les premiers soins ou les transports de patients.
HS11.7

Un chasseur F-18 contraint d’atterrir à Rovaniemi
Un chasseur a été contraint d’atterrir à Rovaniemi mercredi, vraisemblablement en raison d’une panne de pressurisation. Selon le chef d’état-major de l’escadron de Laponie de l’armée de l’air, Juri Kurttila, une enquête sera entamée pour déterminer s’il s’agit d’un défaut de capteur ou d’un véritable défaut de pressurisation.
L’appareil a pu atterrir normalement sur le tarmac.
HS11.7

Un ancien employé de la Supo accusé de divulgation de secret de sécurité
Un employé ayant travaillé sous contrat à durée déterminée pour la Supo (Sureté nationale) est soupçonné d’avoir fouillé sans permission préalable les informations sensibles du système de données de la sûreté nationale pouvant nuire à la sécurité nationale ou de l’État.
Il s’agit d’une affaire révélée au public en 2017 par la Supo.
Apparemment il ne s’agirait pas d’un espion mais plutôt d’une personne qualifiée d’instable par son entourage.
L’affaire sera jugée ultérieurement par le tribunal de grande instance d’Helsinki.
HS11.7.

France

Législation

Lutte contre la haine sur internet
Helsingin Sanomat rapporte que l’Assemblée nationale a approuvé mardi la proposition de loi controversée de lutte contre la haine sur Internet.
HS/A23

Mercredi 10 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Soudan

Visite de M. Haavisto
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto effectue aujourd’hui une visite à Addis Abeba où il rencontre des représentants de l’administration de l’Éthiopie. Demain jeudi M. Haavisto aura des entretiens au Soudan en tant que mandataire de la Haute Représentante de l’UE Federica Mogherini.
M. Haavisto s’est rendu en Éthiopie directement après la réunion ministérielle informelle de l’OSCE en République tchèque.
M. Haavisto se rendra en Egypte, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis du 16 au 18 juillet. M. Haavisto rendra un rapport aux États membres de l’UE à l’issue de ses visites.
M. Haavisto fut envoyé spécial de l’Union européenne au Soudan de 2005 à 2007.
HS/A10

États-Unis – Russie - Finlande

Rencontre des ministres américain et russe à Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, le sous-secrétaire d’État américain aux affaires politiques David Hale est arrivé mardi en Finlande pour rencontrer le vice-ministre russe des affaires étrangères Sergueï Ryabkov aujourd’hui à Helsinki.
Selon un communiqué du MAE américain, les ministres ont l’intention de préparer les entretiens politiques stratégiques entre les États-Unis et la Russie.
HS/A19

Politique intérieure

Gouvernement

Sondage sur la confiance du gouvernement
Turun Sanomat relève que selon un sondage récent, effectué pour le compte de la Fondation du développement des communs, environ un tiers des Finlandais, 35 %, font confiance au gouvernement d’Antti Rinne afin de gérer les affaires finlandaises. 26 % ont une attitude neutre et 27 % se méfient du nouveau gouvernement.
89 % des électeurs du PSD, 78 % des électeurs de l’Alliance des gauches et 64 % des Verts, mais seulement 38 % des Centristes font confiance au gouvernement.
TS/A9

Défense

La Suède participera au projet HX de la Grande-Bretagne
La Suède est en train de préparer son budget de défense. Selon les informations de Financial Times, selon des sources proches du projet, la Suède serait sur le point de joindre le projet HX Tempest de la Grande-Bretagne.
L’administration britannique a déjà investi deux milliards de livres (2,2 milliards d’euros) dans le Tempest. Il s’agit de fabriquer d’ici 2035 un appareil ultra moderne qui pourra notamment voler sans pilote.
La Suède serait ainsi le premier partenaire du Tempest, lancé publiquement par la Grande-Bretagne il y a un an.
Toujours selon le Financial Times, la participation suédoise serait annoncée à l’occasion de la fameuse manifestation aérienne, le Royal International Air Tattoo (RIAT), qui aura lieu à la fin de la semaine prochaine.
Ni les ministères de la défense britannique ou suédois, ni les fabricants Saab ou BAE Systems n’ont souhaité commenter l’information.
Néanmoins, les fabricants ont déjà travaillé ensemble sur la conception d’avions de combat. Le prédécesseur de BAE Systems, British Aerospace avait donné un coup de main à la production et au marketing des premiers chasseurs Gripen, annonce Defense News.
AL/A16

Finlande - France

14 juillet à Paris

Le Président Niinistö
Selon un communiqué de la chancellerie du Président finlandais, le Président Sauli Niinistö participera aux festivités du 14 juillet à Paris à l’invitation du Président Macron.
tpk.fi

France

Aviation

Écotaxe
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement français va mettre en place une écotaxe sur les billets d’avion à partir de 2020 pour les vols au départ d’aéroports français.
La compagnie aérienne finlandaise Finnair n’a pas commenté cette décision.
HS/A23

Mardi 9 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise

Conseil "Emploi, politique sociale, santé et consommateurs"
Les ministres européens des affaires sociales et de l’emploi se sont réunis à Bruxelles lundi 8 juillet pour discuter de l’économie du bien-être et de l’impact de la stratégie climatique à long terme de l’UE sur l’emploi.
L’économie du bien-être est l’un des principaux thèmes de la présidence finlandaise du Conseil de l’Union européenne. L’économie du bien-être souligne les interactions entre le bien-être et l’économie.
Cette réunion était présidée par la ministre des affaires sociales et de la santé, Mme Aino-Kaisa Pekonen, et le ministre de l’emploi, M. Timo Harakka.
https://eu2019.fi/

Conseil "Affaires économiques et financières"
Les ministres de l’économie et des finances des États membres se réuniront mardi 9 juillet à Bruxelles. La réunion sera présidée par le ministre des finances finlandais, M. Mika Lintilä.
Les ministres discuteront des ressources propres de l’UE et des nouvelles sources de financement possibles dans le cadre du processus relatif au cadre financier pluriannuel pour la période 2021–2027.
La présidence finlandaise présentera également son programme de travail en matière d’affaires économiques et financières.
En outre, le Conseil adoptera les recommandations par pays concluant ainsi l’exercice 2019 du Semestre européen.
https://eu2019.fi/fr/

Tunnel Helsinki –Tallinn

Le projet Finest Bay Area Development reçoit un nouvel investisseur chinois
Le projet Finest Bay Area Development de M. Vesterbacka de tunnel reliant l’Estonie à la Finlande a annoncé un nouvel investisseur chinois, CREC, le plus grand groupe de BTP au monde. Ce groupe a une forte expérience dans la construction de voies ferrées et dans le forage.
Le coût estimé de ce projet serait de 15 milliards d’euros dont 12,5 pour la construction qui durerait six ans. Le chantier emploierait environ 2000 personnes.
Yle

Politique intérieure

Gouvernement – Parti du Centre

Déclarations de M. Rinne
Les membres du gouvernement finlandais font actuellement une tournée des bibliothèques municipales à la rencontre des citoyens. Hier, c’est le premier ministre Antti Rinne qui répondait aux questions des citoyens à la bibliothèque de Riihimäki (ville située au Nord d’Helsinki).
Bien que cela soit un lundi matin de juillet à dix heures, environ 80 personnes étaient présentes, note Helsingin Sanomat.
Le Premier ministre a été interrogé sur la cherté du coût de la vie ou sur l’augmentation des pensions de retraite ou sur la fiscalité sur le climat.
HS

Les joutes oratoires entre les ministres ne gênent pas le travail de la coalition
Le Premier ministre estime que les piques que se sont lancées les partis de la coalition, notamment les Verts et les Centristes, ne gênent pas le travail au gouvernement. « Je ne parlerais pas de piques, mais plutôt du fait que les personnes qui composent le gouvernement viennent d’horizon différents », a-t-il dit. Il ne prétend pas à ce que le gouvernement fonctionne comme s’il n’y avait qu’un parti au pouvoir, mais plutôt reflète que les partis ont des tonalités différentes. « Je pense que le gouvernement sera plus homogène dans quels temps », dit-il.
HS

Fiscalité – Alcool

Pas de calendrier pour l’augmentation de la fiscalité sur l’alcool
Le ministère des Finances n’a pas encore commencé à préparer l’augmentation de la fiscalité sur l’alcool, rapporte Kauppalehti. Le Ministre des Finances a indiqué que la décision d’une éventuelle augmentation de la fiscalité sur l’alcool sera prise lors des arbitrages budgétaires. Selon lui, il faudra alors prendre en compte la décision de l’Estonie de diminuer la fiscalité de l’alcool.
Kauppalehti rappelle que le programme gouvernemental prévoit une augmentation de la fiscalité sur l’alcool qui doit rapporter 50 millions d’euros. On en sait toutefois pas à quel moment de la législature la décision sera prise.
En revanche, la décision de relever la fiscalité sur les boissons sucrées est prête et l’augmentation pourrait intervenir au début de l’année prochaine. Cela devrait rapporter 25 millions d’euros, selon le programme gouvernemental.
KL

Défense

Le navire amiral britannique en visite à Helsinki
Amarré au quai de Katajanokka, le navire amiral britannique de la Royal Navy, HMS Albion, est en visite à Helsinki du 8 au 12 juillet.
En service depuis 2001, le bâtiment fait 176 mètres de long et 28,9 mètres de large. Il accueille un équipage de 500 personnes.
www.puolustusvoimat

Service militaire : l’important est de mener son service jusqu’à son terme
« Les contingents diminuent mais l’essentiel réside dans le fait que les conscrits participent au service et le poursuivent jusqu’au bout », affirme le chef-adjoint de la compagnie de l’escadron de Satakunta, le lieutenant Mikko Rastas qui ajoute que l’escadron est bien placé et l’armée de l’air intéresse les jeunes.
En Finlande les effectifs de temps de guerre représentent 280 000 personnes dans des fonctions diverses.
En 2018, un conscrit sur six, soit 1800 jeunes, abandonnait son service avant terme.
Le service militaire dure 165, 255 ou 347 jours. La durée du service civil est de 347 jours.
Le service débute par une formation de base de huit semaines, identique pour toutes les branches de la défense.
Un concours distinct est organisé pour les unités spéciales comme les parachutistes, les plongeurs et les musiciens militaires.
AL9.7/A4

Lundi 8 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence finlandaise

Visite en Finlande du collège des Commissaires
« Le gouvernement finlandais et la Commission européenne travaillent ensemble pour la durabilité et la sécurité en Europe »
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et les autres membres du collège des commissaires ont rendu visite au Premier ministre Antti Rinne et à son gouvernement les 4 et 5 juillet à Helsinki. Leurs discussions forment une base pour la coopération entre le gouvernement finlandais et la Commission en vue de promouvoir les objectifs de la présidence finlandaise et du nouveau programme stratégique de l’UE.
Le Conseil européen est parvenu en juin à un accord sur le programme stratégique de l’UE établissant les priorités de l’Union pour les cinq années à venir. La présidence finlandaise sera la première présidence à intégrer ce nouveau programme dans les travaux du Conseil de l’UE.
"Une coopération étroite entre la présidence et la Commission est d’autant plus important que nous voulons défendre les pierres angulaires de l’intégration européenne : la paix, la sécurité, la stabilité, la démocratie et le bien-être", déclare M. Rinne.
Lors de leur rencontre, le premier ministre, M. Rinne, et le président de la Commission, M. Juncker, ont discuté des principaux thèmes de la présidence finlandaise, dont les questions climatiques, le cadre financier pluriannuel, le partenariat UE-Afrique, l’État de droit, la croissance et la sécurité.
"Nous voulons coopérer avec la Commission, notamment en matière de climat. Nous tenons à ce que l’UE parle d’une seule voix dans les négociations internationales sur le climat et qu’elle s’accorde sur l’objectif de rendre l’UE neutre en carbone à l’horizon 2050", a souligné M. Rinne.
L’élargissement et la politique arctique ont également été évoqués.
"J’ai remercié le président Juncker et sa Commission des efforts déployés pour doter l’UE d’une stratégie arctique en vue de répondre aux défis et de saisir les opportunités dans cette région. Durant sa présidence, la Finlande veut renforcer la politique arctique de l’UE en accordant une attention particulière à l’atténuation des changements climatiques", dit M. Rinne.
Réunis au Palais des États, les membres de la Commission européenne et du gouvernement finlandais ont formé trois groupes, qui se sont intéressés, respectivement, aux thèmes suivants : le cadre financier pluriannuel 2021–2027 ; une Europe équitable, durable et compétitive ; et une Europe puissante qui protège. Les conclusions de ces discussions ont été présentées lors d’une session conjointe du gouvernement et de la Commission.
Ensuite les ministres finlandais et les commissaires se sont retrouvés autour d’un déjeuner offert par le Président de la République. Pour terminer la journée, les commissaires européens ont visité le parlement finlandais. La visite de la Commission a commencé jeudi 4 juillet par un dîner réunissant les ministres finlandais et les commissaires dans la résidence officielle du Premier ministre, Kesäranta.
https://eu2019.fi/

Réunion des ministres chargés de la compétitivité
Les ministres se sont réunis à Helsinki le 5 juillet. La réunion était présidée par le ministre de l’emploi, Timo Harakka, et la ministre de l’économie, Katri Kulmuni. La commissaire pour le marché intérieur, l’industrie, l’entrepreneuriat et les PME, Elżbieta Bieńkowska, était également présente. Les ministres de l’UE ont abordé la question du marché unique et de l’économie climatiquement neutre.
https://eu2019.fi/fr/article1/-/asset_publisher/suomi-kutsuu-eu-n-kilpailukykyministerit-keskustelemaan-kestavasta-kasvus-3

Déclarations de Mme Tuppurainen
« Rendre les aides européennes conditionnelles » Yle
Yle rapporte que, durant sa présidence la Finlande souhaite que le respect de la règle de droit conditionne le versement de certaines aides européennes. La Finlande voudrait ainsi lier le respect de la règle de droit et le cadre financier pluriannuel dont elle assure la préparation en tant que présidence. « On va essayer de construire un mécanisme dans le cadre financier pluriannuel afin qu’à l’avenir, un Etat qui viole les règles fondamentales ne puisse plus à la fois faire de telles violations et recevoir des aides », dit la Ministre chargée des Affaires européennes ;
Les Etats contributeurs nets ont clairement exprimé qu’il était essentiel pour eux que l’on ait un tel mécanisme de l’Etat de droit dans le cadre financier pluriannuel et que les pays qui reçoivent ces aides le sachent. Le résultat devra être équilibré afin de satisfaire tout le monde », dit-elle.
Mme Tuppurainen a aussi indiqué qu’elle allait évoquer le cas de la Pologne et le cas de la Hongrie lors des prochaines réunions du conseil qu’elle présidera.
Yle

Allemagne

M. Rinne en Allemagne
Le Premier ministre finlandais Antti Rinne se rendra à Berlin mercredi 10 juillet. Il y rencontrera la chancelière allemande Angela Merkel. Les entretiens porteront sur le cadre financier pluriannuel, la règle de droit, l’élargissement de l’UE, le climat, mais aussi les relations transatlantiques et le multilatéralisme.
Vn.fi

Sécurité et défense

Réunion du comité interministériel des Affaires européennes
Lors de sa réunion du 5 juillet, le Comité ministériel sur les affaires de l’Union européenne a examiné les moyens d’améliorer la mobilité militaire dans l’Union européenne et a présenté la position de la Finlande lors des prochaines réunions du Conseil. L’amélioration de la mobilité militaire va de pair avec le renforcement de la stabilité et de la sécurité en Europe. La Finlande estime que l’UE a un rôle clé à jouer en ce qui concerne plusieurs aspects de la mobilité militaire et est favorable à son développement ultérieur.
Pour la Finlande, l’un des principaux objectifs de l’amélioration de la mobilité militaire est de garantir le transport des matériaux et des fournitures. La Finlande contribue aux efforts visant à améliorer la mobilité dans divers forums de l’UE, dans le cadre de la coopération NORDEFCO et du groupe du Nord. Tous les projets de mobilité militaire partagent un principe de base : chaque pays participant conserve toujours une totale autonomie pour décider de permettre ou non l’entrée dans les troupes d’un autre pays. Dans l’ensemble, il est également important de coordonner efficacement les différentes initiatives en matière de mobilité militaire.
Vn.fi

Réunion du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité
Vendredi 5 juillet, le Président de la République et le Comité interministériel de politique étrangère et de sécurité ont examiné la situation en Iran et l’évolution récente de la situation en matière de sécurité dans la région du Golfe.
La Finlande souligne la nécessité de soulager les tensions et d’éviter une escalade. La mise en œuvre de l’accord sur le programme nucléaire (JCPOA) et le maintien de l’engagement de l’Iran à cet égard sont importants. La Finlande a exprimé son soutien à Instex mis en place par la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, et évalue les conditions pour y adhérer.
Le Président de la République et le Comité du Cabinet chargé de la politique étrangère et de sécurité ont reçu un aperçu de la situation du désarmement. Dans un contexte international plus difficile, la Finlande insiste sur le renforcement du système de traités internationaux et le respect des accords existants. La Finlande appelle la Russie à revenir pour se conformer à l’accord INF et encourage les États-Unis et la Russie à discuter de la poursuite de l’accord START.
Le comité a examiné les problèmes actuels de la mobilité militaire. La mobilité militaire est abordée dans divers forums internationaux, tels que l’Union européenne, la Coopération nordique pour la défense et le Groupe Nord (avec la participation des pays baltes, des pays nordiques, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Pologne et de l’Allemagne). La mobilité militaire est considérée comme renforçant la capacité de défense de la Finlande et soutenant également notre participation à la coopération internationale. Le débat a notamment mis l’accent sur le principe fondamental d’amélioration de la mobilité militaire, selon lequel les États conservent toujours tout leur pouvoir pour accepter la venue des forces d’un autre État. Le ministre de la Défense va signer l’accord de projet de l’Agence européenne de défense visant à rationaliser les procédures d’octroi de licences transfrontalières.
En outre, le comité a examiné le lancement de la préparation du livre blanc sur la politique étrangère et de sécurité conformément au programme du gouvernement.
vn.fi

FMI

Les noms de Katainen, Rehn et Stubb parmi les spéculations
Pour succéder à Mme Lagarde à la tête du FMI, de nombreux noms circulent et parmi eux de possibles candidats finlandais : les anciens Premiers ministre Jyrki Katainen et Alexander Stubb et le directeur de la Banque de Finlande Olli Rehn.
M. Katainen a déclaré qu’il n’était pas intéressé. M. Rehn n’a pas commenté.
M. Stubb, dont le poste de vice-président de la BEI prendra fin à la fin de l’année, a été interrogé sur son intérêt pour la présidence du FMI. « Il a répondu : « On verra. Je suis honoré qu’il y ait un intérêt pour moi. Il est appréciable que, dans les spéculations internationales, on trouve des Finlandais. Je représente les pays nordiques et les pays membres de l’eurogroupe. Cela n’est certainement pas pour affaiblir mes possibilités. Peut-être est-ce venu le temps des pays nordiques ? » ».
HS

Terrorisme

Selon M. Rinne, on ne peut pas facilement aller chercher les personnes dans les camps de Daesh
Lors de la conférence de presse commune entre le Premier ministre finlandais et le président de la Commission, des questions ont porté sur le sort des Finlandais et européens retenus dans les camps en Syrie et Irak.
M. Rinne a déclaré que la situation de ces personnes était complexe car la Syrie et l’Irak étaient susceptibles de poursuivre ces personnes. Il a déclaré que « l’on ne pouvait pas aller chercher ces personnes facilement ». Il a souligné qu’il fallait prendre en compte antant les questions humanitaires que les questions de sécurité.
« Ce qui vaut pour la Finlande, vaut pour l’Europe », s’est contenté de commenter M. Juncker.
HS

Lutte contre la désinformation – Russie

Les critiques contre le système RAS sont
Le directeur de la communication du ministère finlandais des Affaires étrangères Vesa Häkkinen rejette les critiques exposées dans le New York Times contre le système européen RAS (Rapid Alert System) destiné à faire face à des tentatives de désinformations venant de la Russie, rapporte Helsingin Sanomat.
M. Häkkinen souligne que ce système est un système d’échange d’informations qui n’a pas encore été soumis d’importantes campagnes de désinformations. « On pourra juger de sa valeur quand il sera confronté à de fortes attaques. C’est un nouvel instrument parmi d’autres et je ne pense pas qu’il soit juste à ce stade de la critiquer », dit-il rappelant que la Finlande n’a par exemple pas eu à l’actionner. Il considère que, actuellement, la plus grande valeur de ce système est justement qu’il existe, ce qui constitue déjà un message pour les autres que l’Europe n’accepte pas les tentatives d’influence venant de l’extérieur.
HS

Politique intérieure

Gouvernement – Parti du Centre

Interview de Mme Kulmuni
Helsingin Sanomat publie une interview accordé par Katri Kulmuni, nouvelle ministre de l’Economie et candidate à la présidence du Parti du centre au congrès extraordinaire qui aura lieu le 7 septembre prochain à Kouvola.
Mme Kulmuni estime le Centre est en crise d’identité en ce moment. Elle souhaite augmenter la démocratie directe au sein du parti.
Mme Kulmuni (31 ans), qui se décrit comme une « centriste extrémiste », souligne l’importance pour le Centre de l’égalité entre les régions, de l’harmonie avec la nature, de l’entreprenariat et des filets de protection sociale.
Mme Kulmuni ne critique pas la politique du président actuel du Centre, l’ancien Premier ministre Juha Sipilä mais estime qu’il faut trouver de nouvelles mesures afin de renforcer la popularité du Centre.
En tant que ministre chargée des questions sur l’énergie, elle estime la Finlande doit supprimer les importations de charbon avant de supprimer la tourbe.
HS/sam/A12

Education

Age de scolarité obligatoire
Helsingin Sanomat relève que le souhait du gouvernement d’augmenter l’âge de scolarité obligatoire de 17 à 18 ans divise les Finlandais. Selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, 50 % des personnes interrogées sont favorables au projet du gouvernement, tandis que 38 % s’y opposent et 12 % ne se prononcent pas.
67 % des électeurs sociaux-démocrates, 66 % des électeurs des Verts et de l’Alliance des gauches y sont favorables, contre seulement 36 % des électeurs du Rassemblement national (Kokoomus).
HS/lun/A10

Vie professionnelle

Négociations salariales
Helsingin Sanomat rapporte que la prolongation de l’heure de travail effectué en 2016 dans le pacte de compétitivité du gouvernement Sipilä serait une question difficile lors des négociations salariales de l’automne prochain.
Selon Riku Aalto, président du syndicat de l’industrie Teollisuusliitto, « notre objectif est de mettre fin à la prolongation de l’heure de travail décidée en 2016 ». Ce syndicat négocie 33 conventions collectives différentes avec 17 organisations de patronat.
Le cycle de négociations commencera à l’automne et continuera jusqu’au printemps 2020.
HS/lun/A10

Défense

Le navire amiral des Etats-Unis en visite à Helsinki
En visite à Helsinki, le navire amiral des Etats-Unis, Mount Whitney, est un gros navire qui fait plus de cent mètres de plus que le plus grand bâtiment de combat finlandais, le mouilleur de mines finlandais, Hämeenmaa.
Au mois de juin, le bâtiment a participé à l’exercice militaire Baltops. Cet exercice organisé pour la 47ème fois a eu lieu en mer Baltique du 9 au 21 juin. La Finlande y participe depuis 1993.
HS6.7/A9

Nomination de M. Pyösti à la tête de l’état-major
Le ministère de la défense annonce que le général Eero Pyötsiä, actuel chef opérationnel des forces armées, a été nommé au poste de chef de l’état-major, en remplacement du général Timo Kivinen, nouveau commandant des forces armées.
www.defmin

Les nouveaux conscrits commencent leur service militaire
Quelques 12 000 conscrits ont commencé leur service militaire le lundi 8 juillet dans le contingent 2/19.
www.puolustusvoimat

Le syndicat des appelés propose un service militaire obligatoire pour tous
Le syndicat des appelés vient de publier sa position sur la réforme de l’actuel système du service militaire qui devrait, à l’avenir, concerner également les femmes. Selon le président du syndicat, Matias Pajula, la baisse de la volonté de défense nationale des jeunes serait essentiellement liée à l’actuel service militaire, ressenti comme injuste par les jeunes.
Selon la proposition du syndicat, les volontaires pour le service seraient choisis sur tout le contingent, indépendamment du sexe.
Selon un récent sondage effectué par Yle, une majorité des Finlandais rejette le service militaire des femmes. Néanmoins, 41% des jeunes entre 15 et 24 ans envisageraient pour les femmes une sorte de service citoyen comparable au service militaire.
En juin, le ministre de la Défense Antti Kaikkonen (centre) a demandé une étude sur le service citoyen des femmes. Il a évoqué notamment une solution qui consisterait en un service de deux mois qui serait complémentaire au système actuel. Selon le ministre de la Défense, il ne faut cependant pas obliger les femmes à effectuer le service militaire tel qu’il existe pour les hommes.
Yle8.7.

Vendredi 5 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Les Finlandais intéressés par le climat et l’Industrie
Les eurodéputés ont été répartis dans les commissions du parlement européen hier. Il y aura quatre Finlandais dans la commission de l’Industrie, recherche et énergie (ITRE) et trois dans celle de l’Environnement.
HS

Présidence finlandaise

« La Finlande dirige la politique climatique par le business » TS
Il faut arrêter le changement climatique au moyen de la recherchez, de l’innovation et du business. C’est ce qu’a fait comprendre la ministre de l’Economie Katri Kulmuni lors de la rencontre informelle des ministres chargés de la compétitivité, rapporte Turun Sanomat.
Les ministres ont discuté du programme Horizon de l’UE qui porte sur près de 100 milliards d’euros et dont un tiers environ seraient destinés à la lutte contre le réchauffement climatique.
Le Commissaire Carlos Moedas a invité les ministres à se préparer à ce que les Etats membres aient à se battre pour se partager les investissements dans la recherche. « Nous devons nous préparer à ce qu’à l’avenir il y ait peut-être moins d’argent dans la recherche, mais il faudra aussi savoir le répartir », a-t-il dit.
KL TS

Commission

Visite en Finlande du collège des Commissaires
Le gouvernement finlandais a reçu hier la visite des membres de la Commission européenne. Aujourd’hui, ils s’entretiendront à la Maison des Etats, puis seront reçus par le Président Sauli Niinistö puis par la Grande commission et la vice-présidente du Parlement.
L’un des principaux sujets de ces entretiens sera le cadre financier pluriannuel. Les questions climatiques et le nouveau programme stratégique seront aussi certainement évoqués.
HS AL

Point de vue
« On propose une Allemande déterminée à la tête de la Commission, et cela pourrait être une bonne chose pour la Finlande » HS
Helsingin Sanomat estime que le choix de Mme von der Leyen est une bonne chose du point de vue de la Finlande car, en tant que Ministre de la Défense allemande elle s’est montrée à l’écoute des petits pays. De plus, vu du côté de la Baltique, l’expérience de Mme von der Leyen à la défense est une bonne chose. Désormais on connaîtra bien à la tête de la Commission les questions de sécurité et de défense de la région baltique. L’Allemagne a été réluctance à prendre le leadership en Europe et encore plus à s’investir dans les questions militaires, estime HS.
Le quotidien souligne que « les nominations en Europe ne peuvent jamais satisfaire tout le monde ». « Cette fois-ci ce sont surtout les sociaux-démocrates allemands qui sont irrités. Nombreux sont ceux qui invoquent que l’on aurait « trahi » les électeurs en ne pas respectant les spitzkandidats. Mais en réalité, à part dans les petits cercles bruxellois, les électeurs européens n’ont pas choisi leur eurodéputé en pensant à ces spitzkandidats. »
« Le principal est que le choix de Mme von der Leyen et de Mme Lagarde renforce l’axe franco-allemand. L’union sera fermement dirigée depuis Berlin et Paris, qu’il se passe le Brexit, la crise financière ou une catastrophe naturelle. L’actuel président de la Commission Jean-Claude Juncker écoutait beaucoup l’Allemagne. Mais en tant qu’Allemande, Mme von der Leyen devra aussi écouter les autres ».
HS

FMI

Les noms de Katainen, Rehn et Stubb parmi les spéculations
Pour succéder à Mme Lagarde à la tête du FMI, Bloomberg cite de nombreux noms et parmi eux de possibles candidats finlandais : les anciens Premiers ministre Jyrki Katainen et Alexander Stubb et le directeur de la Banque de Finlande Olli Rehn.
M. Katainen a déclaré qu’il n’était pas intéressé.
Yle

Libre-échange

Les différends douaniers entre l’UE et les Etats-Unis menacent aussi la Finlande
Kauppalehti s’inquiète des nouvelles menaces douanières des Etats-Unis à l’encontre des produits européens qui toucheraient « non seulement les olives et le fromage, mais aussi le cuivre et la fonte », en plus de l’acier déjà frappé de 25% de droits de douanes.
Kauppalehti rapporte que la Finlande exporte aux Etats-Unis pour 110 millions de produits d’acier et fer et pour 65 millions d’euros de cuivre.
Il y aurait aussi des effets indirects importants.
KL

Transport

« La décision de la ministre a surpris le Suédois SJ intéressé par le marché de VR »
Uusisuomi rapporte que la décision de la nouvelle ministre des Transports de suspendre l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire régional du sud de la Finlande a surpris le groupe suédois SJ qui souhaitait ravir ce marché au groupe finlandais VR.
Uusisuomi

VR va investir 250 millions d’euros dans ses rames régionales
Suite à la décision de la Ministre de suspendre l’ouverture à la concurrence prévue pour 2022, VR a décidé de renouveler ses rames régionales SM2 pour une valeur de 250 millions d’euros, rapporte uusisuomi.
Uusisuomi

Migrations

La police démantèle un camp de Rom
La police d’Helsinki a démantelé hier un camp de Roms installé illégalement au nord de la baie de Töölö en plein centre-ville.
HS

Politique intérieure

Parti du Centre

Mme Pirkkalainen s’inquiète de la chute de son parti dans les sondages
Helsingin Sanomat rapporte que Riikka Pirkkalainen, secrétaire générale du Parti du Centre, s’inquiète des mauvais chiffres obtenus par le Centre aux derniers sondages sur les partis politiques. Le sondage récent d’Yle prévoit seulement 11,7 % des intentions de vote pour le Centre, ce qui est le chiffre le plus bas dans l’histoire du parti. Le dernier sondage d’Helsingin Sanomat prévoit 13,1 % pour le Centre.
Mme Pirkkalainen estime que le Centre souffre du fait que « l’audience des extrêmes est en hausse », c’est-à-dire l’audience des Vrais Finlandais et des Verts. Elle souligne que le Centre devrait faire une analyse approfondie de sa situation.
« Tout ne pourra pas être laissé sur les épaules du futur président du parti », dit Mme Pirkkalainen, estimant que le Centre est trop habitué à se reposer sur son président.
HS/A13

M. Lintilä pas candidat à la présidence du parti
Mika Lintilä, ministre des Finances, a annoncé ce matin à la télévision qu’il ne se présenterait pas pour la présidence du Centre en septembre prochain.
MTV

Editoriaux
Hufvudstadsbladet estime dans son éditorial, intitulé « Est-ce que quelqu’un peut sauver le Centre ? », qu’il n’est pas sûr que le nouveau président du parti qui sera élu en septembre au congrès extraordinaire – Antti Kaikkonen ou Katri Kulmuni – soit réélu au congrès du parti en juin 2020.
La candidate la plus populaire pour la présidence du parti est Annika Saarikko qui ne se présente pas cette fois-ci, parce qu’elle aura un deuxième enfant en septembre.
Si le nouveau président qui sera élu en septembre n’arrivait pas à faire augmenter la popularité du Centre, le congrès du parti de juin de l’année prochaine pourrait encore changer de président.
Helsingin Sanomat estime dans son éditorial que la lutte sur la présidence entre Mme Kulmuni et M. Kaikkonen sera serrée.
L’éditorialiste rappelle que, selon le tabloïd Ilta-Sanomat, Mme Saarikko est la favorite des centristes pour le congrès de juin 2020.
HBL/4, HS/A4

Défense

Nomination
Helsingin Sanomat relève que le général Eero Pyötsiä, actuel chef opérationnel des forces armées, est le candidat le plus en vue pour le poste de chef de l’état-major, en remplacement du général Timo Kivinen, nouveau commandant des forces armées.
HS/A15

Economie

« Naissance d’un grand groupe de l’industrie minière en Finlande » HS
A fusion de Metso Minerals et Outotec a été annoncée hier. Le nouveau groupe Metso Outotec sera un géant des machines, services et processus de l’industrie minière avec un chiffre d’affaires de près de 4 milliards d’euros, soit proche de ses principaux concurrents, les suédois Sandivik et Epiroc.
HS

Climat

« Une nouvelle étude montre que l’industrie forestière a des effets néfastes sur le climat plus importants que ce qu’on croyait – on utilise mal les ressources sylvicoles en Finlande » Yle
Yle rapporte qu’une nouvelle étude du Centre de l’Environnement, de l’université orientale et du centre des ressources naturelles de Finlande montre que le secteur de l’industrie forestière en Finlande émet plus de gaz à effets de serre qu’il ne permet de retenir le carbone dans les forêts et les produits du bois.
Actuellement, les coupes de bois engendrent des émissions nettes de 7 millions de tonnes équivalent de CO2, soit presque autant que le secteur des transports en Finlande.
Or, il y a encore cinq ans, les coupes de bois n’étaient de 60 millions de M3 (ce qui est le niveau moyen des coupes du secteur durant ce début de siècle), et elles n’engendraient alors pas d’émissions nettes et ne grevaient pas la capacité à la forêt se reconstituer.
Le problème selon l’étude est que le bois est actuellement utilisé pour des produits de trop courte durée d’un point de vue de la, politique climatique. Il faudrait utiliser le bois finlandais pour des usages de plus longue durée, ce qui permettrait de retenir le carbone.
Un autre problème est que l’on brûle une bien trop grande partie du bois en Finlande : le secteur forestier utilise près de la moitié du bois pour le brûler et en tirer l’énergie pour sa production. L’étude considère donc qu’il faudrait diminuer la part du bois brulé, quand bien même le bois de l’industrie forestière représente plus de la moitié de l’énergie produite à partir de source renouvelable en Finlande. Il faudrait ainsi plutôt que pour produire la cellulose on utilise l’énergie éolienne, selon le professeur Seppälä, rapporte Yle qui relève que la Finlande a toutefois réussi à atteindre les objectifs en matière d’énergie renouvelable fixés par l’UE justement grâce au bois de l’industrie forestière.
Le problème est que les produits actuels de l’industrie forestière ont un très faible effet sur le climat car ils ne permettent pas de compenser l’effet négatif des coupes de bois pour une longue durée. De plus, l’énergie produite par le bois brûle vient de moins en moins remplacer les énergies fossiles dont la part n’a cessé de diminuer.
L’article est paru dans le Journal of environnemental management
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301479719308333
Yle

France – Finlande

Cinéma

La dernière folie de Claire Darling
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet publient des critiques élogieuses du film de Julie Bertuccelli, avec Catherine Deneuve, qui sort aujourd’hui sur les écrans en Finlande.
HS Hbl

Musique

Une étoile est née
Helsingin Sanomat présente le pianiste français Alexander Kantorow, qui vient de remporte le prestigieux prix Tchaïkovski et se produira au festival de Mikkeli.
HS

Jeudi 4 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

« Les députés européens critiquent le conseil » AL
« Un accord sur les nominations qui irrite les Finlandais » HS
« La candidate à la présidence de la Commission sera soumise à une forte opposition au Parlement » KL
Quel que soit leurs groupes politiques, les députés européens finlandais interrogés par Lännen Media ont tous critiqué le mode de nomination par le conseil. Ils attaquent surtout le processus de nomination, « ce qui ne veut pas dire que les personnes proposées ne soient pas bonnes », souligne l’eurodéputé Mauri Pekkarinen. Lännen Media rappelle que « les principaux postes sont allés aux grands Etats ».
Kauppalehti souligne que le choix de Mme von der Leyen est une grande déception pour les sociaux-démocrates mais qu’il y a aussi des critiques des Verts. L’eurodéputé Ville Niinistö estime que Mme von der Leyen devra prendre en compte les objectifs des Verts dans le programme de la Commission.
Helsingin Sanomat souligne aussi que Mme von der Leyen a deux semaines pour convaincre les députés européens d’entériner son choix à la tête de la Commission.
AL

Conseil européen

Commentaires
« Des nominations qui pourraient finalement profiter à la Finlande » HS
La directrice de l’institut finlandais des relations internationales Teija Tiilikainen se réjouit du choix de Mme von der Leyen qui est une défenseur de la coopération de défense européenne, ce qui est particulièrement important pour la Finlande qui ne fait pas partie de l’OTAN. Or, en Allemagne, la question de la défense européenne suscite des interrogations, juge Mme Tiilikainen. Mme von der Leyen est aussi très forte partisane de l’intégration européenne. Pour Mme Tiilikainen, en choisissant des personnes parmi les pays fondateurs, l’UE montre qu’elle en revient à ses racines : c’est un message que l’on est fermement engagé dans le processus d’intégration, ce qui est fortement dans les intérêts de la Finlande aussi ». Pour Mme Tiilikainen c’est aussi le signe que le couple franco-allemand fonctionne bien. Elle regrette en revanche que le poste de Haut représentant aille à nouveau à un pays du Sud, elle aurait souhaité que l’on choisisse cette fois une personne du pays « plus petit et plus nordique ».
C’est aussi ce que pense le chercheur Timo Miettinen du centre d’excellence de l’Université d’Helsinki. « Après la crise de l’euro, la France et l’Allemagne se sont retrouvés et sont à l’origine des principales initiatives. Après le Brexit, cela s’est même renforcé, comme on l’a vu dans ces nominations où les propositions sont venues de la France et de l’Allemagne ».
M. Miettinen voit le choix de Mme Lagarde comme une continuité après M. Draghi en matière de politique de relance. « Du point de vue des marchés, cela n’est donc pas un choix risqué. Au contraire, il aurait été beaucoup plus inquiétant de changer la ligne choisie par M. Draghi en nommant par exemple un allemand partisan d’une orthodoxie monétaire ». M. Miettinen se félicite aussi que Mme Lagarde ait une expérience politique plutôt que d’économiste comme par exemple M. Coeuré qui avait été évoqué pour ce poste.
Le chercheur Antti Ronkainen souligne pour sa part que l’on n’a pas choisi forcément les meilleurs mais les plus adaptés car il a fallu en venir à un plan B, voir C. Le PPE peut se considérer comme le vainqueur de ces nominations qui auront enterrés le système des spitzkandidats cher à Mme Merkel.
M. Ronkainen estime que ces choix assurent une certaine continuité à attendre. Le principal changement est selon lui le choix d’une personnalité plus politique à la BCE, ce qui se justifie, selon lui, « car on admet enfin le caractère politique de la politique monétaire ». D’ailleurs, le processus de décision de l’UE risque de s’affaiblir, ce qui pourrait conduire à un renforcement du rôle de la BCE.
« Si les dirigeants politiques n’arrivent pas à s’entendre, alors la BCE pourrait bail-outer les politiciens », dit-il. Il craint d’ailleurs des difficultés pour la prise de décision sur les crises monétaires ou migratoires. « L’UE est toujours plus divisée, entre l’est et l’ouest mais aussi à l’intérieur des pays de l’Europe occidentale. Et les mécanismes de prise de décision semblent cassés », s’inquiète-t-il.
HS uusisuomi

Analyse
« Un résultat surprenant – l’UE se met à l’heure des années 1980 » Yle
Yle estime que l’on avait l’impression d’une vraie guerre entre les institutions européennes quand le Parlement demandait au conseil de respecter le résultat des élections européennes ; Après deux jours et demi de négociations, on a obtenu un résultat surprenant.
Yle estime que « l’on ne peut pas savoir si le jeu d’élimination des favoris était ou non l’objectif de Mme Merkel, mais c’est une idée alléchante tant on sait qu’elle maitrise les jeux de pouvoir. Comme l’a dit le président français lors de la conférence de presse, quand un accord est atteint, il est trouvé sur l’axe franco-allemand et Mme von der Leyen est favorable au développement de la coopération de défense européenne, ce qui sied à M. Macron ».
Le choix final a été interprété comme une victoire de la France avec Mme Lagarde à la BCE. Elle est largement reconnue pour sa compétence et fait partie des favorites de Mme Merkel », écrit Yle qui estime que son expérience politique remplacera un diplôme d’économiste et, pour la première fois on aura un gouverneur qui ne vient pas du domaine de la banque. « Peut-être saura-t-elle enfin faire abandonner à l’Allemagne se politique d’excédent commercial afin de relancer l’économie. »
« Pour la première fois, des femmes seront à la tête des principales institutions. La France et l’Allemagne quittent les coulisses pour revenir au-devant de la scène. Les forces traditionnelles de droite et du centre continuent à diriger les débats. Les Etats membres d’Europe orientale qui ne respectent pas les valeurs communes d’auront rien. Et le Parlement européen a donné une leçon aux forces populistes italiennes en choisissant M. Sassoli. Derrière ces nominations on trouve donc l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique et l’Italie, on en revient donc presque aux Etats fondateurs, ou au moins à l’Europe des douze des années 1980 grâce à l’Espagne. C’est l’Europe d’avant l’élargissement de l’Union. Ce sont tous des pays de la zone euro. C’est un deal de l’Europe de l’Ouest ».
« On peut aussi interpréter cela comme le moyen d’assurer la continuité des valeurs européennes que sont l’intégration, le respect des droits de l’homme et l’importance de la communauté. C’est entre les lignes un message pour les euro-critiques : puisque tous les Etats membres ont rejoint l’union volontairement, il faut développer l’UE et ne pas la diviser. Cela pourrait être le testament de Mme Merkel comme défenseur de l’union. Et il semble bien que les spitzkandidat soient morts, le pouvoir est au conseil entre les pains des Etats membres. »
Yle

Editoriaux
« L’Union européenne est gérée par les grands » Hbl
« Une déception pour Rinne et les sociaux-démocrates » HS
« La seule chose de sûre c’est que les nominations étaient une surprise » KL
« Le difficile choix des dirigeants européens » TS
Editorial
Hufvudstadsbladet estime, que les grands Etats membres de l’UE ont encore une fois montré leur pouvoir et en même temps leur indifférence à l’idée de le partager avec les plus petits Etats membres. L’éditorialiste se félicite des candidatures de deux femmes à des postes très importants. Il estime toutefois qu’il est plus difficile de trouver quelque chose de positif à dire sur le processus de partage des postes par le Conseil européen.
« Les grands Etats membres sont forts et dominent l’Union européenne. L’Allemagne et la France ont le plus de parlementaires européens et elles ont bien entendu un poids plus important que les Etats plus petits. Mais cela n’est pas assez. Cette fois-ci, ils ont pris en effet aussi bien la présidence de la Commission et la direction de la BCE. De plus, le secrétaire général de la Commission est actuellement un Allemand. L’axe franco-allemand Merkel-Macron a encore une fois montré son pouvoir et a obtenu ce qu’il voulait. Les candidats sont tous très compétents mais il y a des candidats compétents ailleurs aussi. Il y avait des noms est-européens et nordiques dans les spéculations mais le résultat a été nul ».
Pour le quotidien économique Kauppalehti, c’est une victoire de l’égalité hommes-femmes, du couple franco-allemand, mais aussi du PPE et des pays du sud de l’Europe. Le quotidien estime toutefois que, dans le contexte du Brexit, le fait que le couple franco-allemand fonctionne est plutôt une bonne chose. Mais il y a aussi beaucoup de perdants : la Finlande qui visait la BCE, l’Europe du Nord qui a été oubliée, les Verts eux aussi oubliés ou encore le Parlement européen car on a bien mis fin au système des spitzkandidats. Mais cela ne veut pas dire que les nominations ne soient pas démocratiques car elles viennent des dirigeants des Etats membres eux-mêmes élus démocratiquement.
Turun Sanomat écrit que si M. Timmermans, soutenu par le premier ministre finlandais Antti Rinne, n’a pas été retenu c’est finalement à cause de l’opposition des pays d’Europe centrale menés par le tchèque Babis. Le choix de Mmes von der Leyen et Largarde brise enfin le plafond de verre pour ces postes, se félicite Turun Sanomat qui estime que l’on ne peut pas contester leurs compétences pour ces postes.
Helsingin Sanomat souligne que le choix de deux femmes à la tête d’institutions européennes est une bonne nouvelle. Mais le processus de décision laisse un goût très amer : « on espérait plus de transparence on a eu une décision prise dans la pénombre des cabinets, on voulait plus de pouvoir pour les électeurs européens, on a eu des postes partagés entre la France et l’Allemagne. Un processus toujours plus difficile à défendre pour les partisans de l’Europe », selon HS. Le’ quotidien souligne aussi que c’est une défaite pour le Premier ministre finlandais Rinne (PSD) et les sociaux-démocrates européens qui pensaient que M. Timmermans serait nommé. C’est aussi une défaite pour la Finlande qui visait la BCE. Parmi les vainqueurs, le quotidien cite le PPE et les grands Etats.
KL HS Hbl TS

Une nouvelle tête pour la BCE
Kauppalehti estime que le choix de Mme Lagarde pour diriger la BCE est bien le fruit d’un bras-de-fer politique. Cela ne fait pas pour autant de la BCE une institution politique. « On peut s’attendre à ce que Mme Lagarde défende l’indépendance de la BCE et écoute ses experts économistes ».
KL

Présidence finlandaise

« La Finlande n’a pas l’intention de proposer une taxe sur le transport aérien » KS
La ministre de l’Economie Katri Kulmuni a déclaré que la Finlande l’allait pas promouvoir le, projet de taxe sur le transport aérien. « La Finlande qui assume la présidence de l’UE va essayer de trouver des compromis et non pas faire de nouvelles propositions. Si on a de nouvelles initiatives, il faut les présenter avant », a dit la Ministre de l’Economie.
Keskisuomalainen relève que le programme gouvernemental comprend néanmoins la promotion de l’élargissement des droits d’émission au transport aérien soit par une hausse des taxes sur le kérosène soit par une taxe sur le transport aérien.
KS

Terrorisme

Un tribunal spécial pour les combattants de Daesh
Selon Hufvudstadsbladet, les politiciens dans plusieurs pays proposent la création d’un tribunal spécial pour condamner les combattants Daesh en Irak ou en Syrie.
Le problème est qu’en Irak il y a la peine de mort et qu’elle est utilisée contre les combattants de Daesh. Neuf Français, par exemple, ont déjà été condamnés à mort en Irak et d’autres étrangers attendent encore les décisions, écrit Hbl.
Päivi Kairamo, conseillère au ministère finlandais des Affaires étrangères, souligne que « les Etats européens excluent absolument la peine de mort et cela rend difficile la création d’un tribunal en Irak ».
L’Irak et la Syrie n’ont pas reconnu la Cour pénale internationale, ce qui rend difficile de condamner les combattants Daesh à la Haye. « Il y a donc de grands défis afin de mettre en place un tribunal international », selon Mme Kairamo.
En ce qui concerne les épouses des combattants, Mme Kairamo souligne qu’il faut d’abord définir ce que c’est un crime terroriste. « En Irak, afin d’être condamné pour un crime terroriste, il suffit d’être membre dans une organisation terroriste mais cela ne suffit pas en Finlande. »
Il est sur qu’une éventuelle création d’un tribunal spécial prendrait beaucoup de temps et coûterait cher, selon Hufvudstadsbladet.
HBL/5

Les parents des Finlandais retenus dans les camps prêts à payer leur retour
Helsingin Sanomat rapporte que les parents et proches des Finlandais retenus dans les camps en Syrie et Irak sont ^prêts à payer le retour de ces personnes en Finlande. Ils soulignent que parmi ces personnes toutes ne sont pas des terroristes et ne savaient pas forcément ce qui les attendait là-bas. Ils considèrent que chaque cas doit être traité séparément et que c’est en Finlande qu’il serait possible de le faire au mieux.
HS

Défense

Dans une interview accordée à Kauppalehti, le commandant des forces de défense suédoises évoque la menace russe et félicite la coopération finno-suédoise
Pour le commandant des forces de défense suédoises, le général Micael Bydén, la menace russe n’a pas disparu et les tensions se sont renforcées également dans la mer Baltique depuis l’invasion de la Crimée.
« La mer Baltique est devenu une sorte de point d’intersection entre l’Est et l’Ouest. La présence militaire est importante sur un territoire relativement restreint, ce qui peut facilement aboutir à des situations nouvelles », affirme le commandant.
Lundi, la défense nationale suédoise a déclaré placer un système de défense aérienne dans l’Ile de Gotland. Fabriqué par Saab, le système de défense antimissile moyenne portée a été conçu dans les années 1990.
Le général Bydén qualifie l’actuelle coopération finno-suédoise d’excellente. « Elle fonctionne particulièrement bien. Nous sommes arrivés à un point où il nous sera possible de réaliser des opérations communes en Finlande ou en Suède », estime Bydén.
La Finlande organisera un exercice militaire d’envergure en 2021. Selon STT (Agence Finlande Presse) environ 20 000 soldats finlandais et des troupes internationales y participeront. « Nous avons reçu une invitation à l’exercice et bien entendu nous participerons », confirme Bydén.
UusiSuomi

Politique intérieure

Débat sur le modèle d’activation des chômeurs

« Nouvelle dispute au gouvernement » uusisuomi
« Le modèle d’activation des chômeurs sera conservé jusqu’à la fin de l’année » TS
Le Président du groupe parlementaire du Centre Antti Kurvinen a déclaré que le modèle d’activation des chômeurs du précédent gouvernement ne sera pas supprimé tant que de nouvelles mesures pour l’emploi n’existeront pas. « Le programme gouvernemental est clair en ce sens », dit-il, ajoutant que « le Centre n’acceptera pas qu’il soit supprimé si rien n’est mis à la place ».
La Ministre des Affaires sociales Aino-Kaisa Pekonen (Alliance des Gauches) avait pourtant précédemment déclaré qu’il serait supprimé « le plus rapidement possible ».
De même le Ministre de l’Emploi Timo Harakka (PSD) avait déclaré qu’il pourrait être supprimé de suite car il n’était pas efficace. Ce à quoi le ministre des Finances Mika Lintilä (Centre) avait répliqué qu’il fallait au moins attendre le rapport sur l’efficacité de ce modèle prévu pour octobre.
Helsingin Sanomat rappelle que la suppression du modèle d’activation des chômeurs est une des principales promesses électorales du PSD et de l’Alliance des gauches.
HS TS

Partis politiques

Sondage
Les Vrais Finlandais continuent à augmenter, le Centre n’a jamais été aussi bas
Selon le sondage réalisé pour Yle, depuis la formation du gouvernement, le PSD et le centre ont vu leur audience diminuer alors que les Verts et l’Alliance des Gauches augmentent.
Les Vrais Finlandais arrivent toujours en tête à 19,7% (+0,2), devant le Rassemblement national à 16,8% (+0,1) qui a désormais dépassé le PSD, troisième à 16,1% (-1,3), alors que les Verts continuent de grimper à 14,3% (+0,4), loin devant le Centre, distancé à 11,7% (-0,7), puis l’Alliance des Gauches à 8,8% (+1), le parti populaire suédois à 4,6% (+0,1), les Chrétiens-démocrates à 3,8% (+0,2) et le mouvement NYT à 1,7%.
Selon le directeur de Taloustutkimus, qui a réalisé ce sondage, les Vrais Finlandais sont le premier parti chez les ouvriers mais progressent aussi beaucoup chez les entrepreneurs.
En revanche, les électeurs centristes sont décontenancés par la décision du parti d’entrer dans la coalition gouvernementale.
Le PSD semble avoir perdu de son audience au profit de son partenaire de gouvernement l’Alliance des Gauches.
L’audience de la coalition semble stable puisque les cinq partis qui avaient rassemblés 55,7% des votes aux élections d’avril ont aujourd’hui une audience cumulée de 55,5%.
Yle

Parti du Centre

Katri Kulmuni favorite pour la présidence du parti
Selon un sondage réalisé par Ilta-Sanomat auprès de plus de 700 dirigeants du Centre (dont près de la moitié oint répondu), la Ministre de l’Economie Katri Kulmuni serait la favorite pour la présidence du pari au congrès de septembre avec 40% des voix, devant le ministre de la défense Antti Kaikkonen avec 33% et le ministre des Finances Mika Lintilä (qui n’a pas annoncé sa candidature) avec 6,7%.
IS

Les Centristes souhaiteraient toujours Mme Saarikko comme présidente
Selon le sondage d’Ilta-Sanomat, 33% des centristes souhaiteraient que la ministre de la Science et de la culture Anneli Saarikko devienne présidente du parti au congrès de 2020, devant Katri Kulmuni à 27% et Antti Kaikkonen à 21%.
IS

Défense

Le sol et les lacs finlandais sont truffés d’explosifs
Le déminage qui a commencé dans les années 1990 risque de se poursuivre encore pendant des décennies
La défense nationale a déminé et détruit environ un million d’explosifs dans les forêts et les lacs finlandais depuis les années 1990. Il s’agit d’un chiffre approximatif car la quantité exacte n’est pas connue.
Les explosifs qui se trouvent dans la nature finlandaise peuvent être répartis en deux catégories : ceux enterrés par la défense nationale finlandaise elle-même et les explosifs qui datent de l’époque de l’armée allemande. Les premiers se situent principalement dans le sud de la Finlande et les seconds en Laponie.
Le dragage des explosifs est planifié par le bataillon du génie de Kymi dans la brigade de la Carélie.
Pendant la guerre de continuation il y avait en Finlande plus de 200 000 soldats allemands venus avec des explosifs de tout genre pour une consommation d’environ un an. Les Allemands avaient aussi laissé dans le sol du nord de la Finlande des dizaines de milliers de mines. Trouver des informations sur les vieilles mines allemandes n’a pas été une mince affaire.
HS29.6/A20

Mercredi 3 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« Pour la première fois une femme au plus haut poste de l’UE » HS
« Une ministre allemande à la tête de la Commission « AL
« Un compromis trouvé lors de la réunion marathon – Ursula von der Leyen à la tête de la Commission – la Finlande échoue à obtenir le BCE » Yle
La ministre allemande de la défense Ursula von der Leyen sera la prochaine présidente de la Commission et la directrice du FMI Christine Lagarde le prochain gouverneur de la BCE ; cela signifie la fin du rêve finlandais de voir Liikanen ou Rehn à la tête de la BCE, écrit Helsingin Sanomat.
Aamulehti souligne que les quatre postes importants choisis hier vont à deux hommes et deux femmes et à l’Allemagne, la France, la Belgique et l’Espagne.
« Je suis très content de l’équilibre hommes – femmes qui a pu être trouvé dans ce paquet. Pour la première fois, la Commission sera dirigée par une femme. Mme von der Leyen est sérieuse, compétente et une bonne dirigeante », a dit le premier ministre finlandais Antti Rinne.
Il a aussi souligné qu’il avait promu la candidature des Finlandais Erkki Liikanen et Olli Rehn pour la tête de la BCE, « mais dans ce contexte les noms des candidats finlandais n’ont pas suscité d’écho ». M. Rinne juge que, dans le choix de Mme Lagarde, ont pesé non seulement la compétence et l’expérience, aussi le fait qu’elle est une femme. « J’ai défendu les candidats finlandais. Mais dans le paquet qui a été approuvé, elle [Mme Lagarde] allait mieux », a-t-il dit, soulignant que la Finlande n’aurait pas pu faire plus pour ses candidats.
Aamulehti considère que la nomination de Mme von der Leyen serait une victoire pour le PPE qui est le premier groupe au Parlement européen. Helsingin Sanomat estime que le résultat obtenu était une déception pour les sociaux-démocrates européens.
Lundi encore M. Rinne avait confiance dans les chances de M. Timmermans. Mais cela n’a pas abouti. « J’écrirai ce qui s’est passé dans mes mémoires », a dit M. Rinne à propos de ces négociations. Il ne pense toutefois pas que cela ait affaibli la crédibilité de l’UE en matière de prise de décision car, au final une solution a bien été trouvée. « On aurait pu à certains moments travailler plus efficacement et mieux communiquer », estime-t-il néanmoins.
Yle AL HS uusisuomi

« Une défenseur de la rigueur économique et des femmes » HS
Helsingin Sanomat présente Christine Lagarde comme une personne très déterminée et organisée, qui a été choisie en 2009 comme la meilleure ministre des Finances de la zone euro. De plus, à la tête du FMI, elle a suivi de près la crise de la zone euro et participé aux négociations pour aider les pays en difficultés. HS estime qu’elle défend une ligne de rigueur contrairement à d’autres économistes dont Olivier Blanchard.
HS

Point de vue
« Un débat sur les nominations qui est devenu un combat contre la fatigue » HS
La correspondante à Bruxelles du Helsingin Sanomat souligne la durée des négociations du conseil européen. Selon elle, cela prouve l’importance de ces nominations.
« Les Etats membres veulent exprimer leur opinion et ils en ont le droit. La question de qui dirige l’UE est majeure. Il est aussi important que les Etats membres puissent défendre ces choix ».
« Mais cela n’aurait toutefois pas dû se passer comme cela : aux petites heures du matin, au moment de conclure une partie des négociateurs a brutalement décidé de ne pas valider le choix, à la grande surprise de M. Rinne », juge HS qui cite aussi les critiques exprimées lundi par le président français.
« Les dirigeants européens et le président du conseil Donald Tusk ne semblaient pas savoir comment agir dans la nouvelle situation politique qui règne dans l’UE », estime HS. Alors qu’avant deux groupes se partageaient le pouvoir dans l’UE, désormais il faut compter notamment sur les Libéraux alliés avec les Verts. Le partage à moi à toi du PPE et du PS est terminé et de nouvelles divisions politiques apparaissent dans les débats entre chefs d’Etat et de gouvernement.
« Après plus de vingt heures de négociations, le sentiment qui prédominait était l’irritation », estime HS qui rappelle que c’est au conseil européen de Nice que l’on a proposé que le président de la Commission puisse être choisi à la majorité qualifié »e. A l’époque la Finlande était contre. Mais aujourd’hui c’est un soulagement qu’un seul Etat ne puisse pas s’opposer à une telle décision. Les problèmes auxquels on est confrontés ne sont donc pas nouveaux. L’UE est plus grande mais elle est aussi plus divisée qu’avant. Avant les élections européennes on craignait que les forces qui la divisent viennent du camp des populistes européens. Mais il semble désormais que même à la table des sommets on réduise en pièce l’idée de la coopération et du compromis nécessaire », regrette HS.
HS

Point de vue
« Voilà pourquoi la Finlande n’a pas réussi à promouvoir Liikanen et Rehn à la tête de la BCE » IL
Iltalehti souligne que, à la surprise de la Finlande, le compromis pour les nominations comprenait aussi le poste de président de la BCE que visait la Finlande, alors même qu’il n’était pas dans ces spéculations lundi. Et le nom de Christine Lagarde a été proposé. Cette nouvelle configuration a mené à ce que les candidats finlandais Erkki Liikanen et Olli Rehn oublient leur rêve de diriger la BCE.
C’est une déception et une défaite non seulement pour la Finlande mais aussi pour M. Rinne, estime Iltalehti. Le journal rappelle que la veille encore il s’était réjoui que ce poste ne figure pas dans les spéculations.
Iltalehti estime que, selon un diplomate, la Finlande n’aurait pas dû continuer à proposer deux candidats mais en choisir un seul : si même les Finlandais ne savaient pas lequel choisir cela ne donnait pas une image de grande détermination de la Finlande.
Par ailleurs, Iltalehti considère que la France a joué son atout mardi matin en proposant d’inclure le poste de la BCE dans le paquet. Car il s’agissait, selon Iltalehti, de la priorité de la France, avoir un Français ou une Française à la tête de la politique monétaire de la zone euro, Mme Markel obtenant en compensation le poste de la Commission pour Mme von der Leyen.
IL

Politique climatique

« Petite Finlande, grandes émissions » KS
Keskisuomalainen rappelle que les émissions de gaz à effet de serre de la Finlande était, en 2017 de 56,1 millions d’équivalent tonnes de CO2, ce qui, rapporté aux émissions mondiales de 53,4 gigatonnes, représentait 0,1% des émissions mondiales. Quand on sait que la population de la Finlande représente 0,07% de la population mondiale, la Finlande est donc, en part relative, un pays qui produit de fortes émissions.
« Il faut néanmoins avoir en tête que ces chiffres se bases sur la production en Finlande. Ils ne tiennent donc pas compte des émissions produits par les produits consommés en Finlande », souligne Mikael Hilden, directeur du Centre finlandais de l’environnement Syke. Les émissions finlandaises s’expliquent notamment par la part de l’industrie lourde.
Pour les émissions des particuliers, ce sont surtout le logement, le transport et la nourriture qui comptent. « En Finlande on continue à utiliser beaucoup les énergies fossiles pour le chauffage des maisons. Cela fait une grande différence par exemple avec la Suède où on a en pratique arrêté le chauffage au fioul » dit M. Hilden.
Il rappelle que l’empreinte carbone du Finlandais est de 10,3 tonnes de CO2 par an, alors que la moyenne européenne n’est que de 7,2 tonnes. « Au niveau international nous sommes à un niveau très élevé », dit-il.
KS

Politique intérieure

Parti du Centre

La bataille pour la présidence du Centre sera serrée » Yle
Yle qui a sondé les dirigeants centristes (députés et membres du bureau politique) estime que la bataille entre le ministre de la défense Antti Kaikkonen et la ministre de l’Economie Katri Kulmuni sera serrée. Parmi les dirigeants centristes, 29% souhaitaient M. Kaikkonen comme président du parti et 27% Mme Kulmuni.
Les dirigeants centristes sont aussi divisés sur le fait de savoir si le président du parti élu en septembre devra prendre le portefeuille de ministre des Finances : seulement 29% le souhaitent et 45% s’y opposent.
Enfin les dirigeants centristes sont toujours satisfaits d’avoir décidé de participer à la coalition gouvernementale : 81% estiment que c’était un bon choix contre 7% qui le regrettent.
Yle

Partis politiques

Les Verts bientôt plus grand parti du pays ?
Le directeur de l’institut de sondage Taloustutkimus M. Juho Rahkonen estime que la tendance à l’augmentation de l’audience des Verts est une tendance lourde qui se poursuivra. Il considère que le parti des Verts peut très bien devenir le premier parti et que M. Haavisto pourrait succéder à Sauli Niinistö comme président de la République de Finlande en 2024.
Il relève que depuis plusieurs années maintenant les Verts sont le premier parti chez les jeunes devant le Rassemblement national. « Les Verts sont le parti de l’Avenir dont le principal concurrent est les Vrais Finlandais », souligne-t-il. Selon lui, il est probable que lors des prochaines élections législatives de 2023 les Vrais Finlandais et le Rassemblement national l’emportent, mais ensuite les Verts risquent de devenir le premier parti.
M. Rahkonen estime toutefois que l’audience des Verts pourrait diminuer si la Finlande est confrontée à une grave crise économique qui mènerait les jeunes à s’inquiéter de leur avenir économique.
uusisuomi

Editorial
« Les extrêmes se renforcent les uns les autres » HS
Helsingin Sanomat estime que l’augmentation de l’audience des Verts et des Vrais Finlandais dans le dernier sondage publié montre qu’en poliique on réussit à
Progresser en s’opposant à un adversaire. En matière de valeur, ces deux partis sont les opposés l’un de l’autre.
D’ailleurs M. Halla-aho a déclaré que, selon lui, seuls les Vrais Finlandais et les Verts avaient un profil clair dans le nouvel axe mondialistes – nationalistes qui a remplacé l’ancien droite – gauche.
HS

Mardi 2 juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« 20 heures de réunion sans accord » HS
« Antti Rinne peu confiant pour les chances de M. Timmermans » US
« M. Rinne ne souhaite pas de nouveaux noms »US
A l’issue de la réunion du conseil européen sur les nominations à venir, le Premier ministre finlandais Antti Rinne a déclaré que l’accord qui aurait fait de M. Timmermans le président de la Commission semblait quasiment finalisé à six heures du matin, lundi, quand soudainement « les choses ont changé ».
« Actuellement je ne suis pas très confiant » sur les possibilités de M. Timmermans de devenir président de la Commission, a dit M. Rinne à l’issue de la réunion, hier. IL n’a toutefois pas voulu dire quels pays s’y opposaient.
M. Rinne espère qu’il n’y aura pas beaucoup de nouveaux noms qui seront proposés aujourd’hui mardi.
Le Premier ministre finlandais n’a pas caché son étonnement sur la façon de négocier au conseil européen. « Cela fait vingt ans que je participe à toutes sortes de négociations et j’ai dû conclure un millier de conventions et accords. Mais là on ne peut que s’étonner que lorsqu’un accord est quasiment finalisé, d’un seul coup on l’annule ».
Il estime que si le choix du prochain président de la BCE devait être reporté à plus tard, cela serait une bonne chose pour la Finlande [et les candidats finlandais].
« S’il n’y a pas besoin de choisir le gouverneur de la BCRE dans ces mêmes négociations tendues, cela peut être une bonne chose pour nous. Mais ce qui compte c’est surtout la compétence », des candidats », a-t-il dit.
Uusisuomi HS

Présidence finlandaise du conseil de l’UE

Lettre aux Européens d’Antti Rinne
« La résolution de la crise climatique peut constituer le prochain exploit européen »
Chers amis européens, chères amies européennes ! J’ai l’honneur de m’adresser directement à vous, les Européens. Je m’adresse à vous, que vous viviez à Kalix, dans le nord de la Suède, à Krosno, en Pologne, à Nice, dans le sud de la France, à Bologne, en Italie ou à Bad Segeberg, au nord de l’Allemagne.
Je vous écris, car mon pays, la Finlande, assumera la présidence du Conseil de l’Union européenne à partir du 1er juillet, et que je suis le Premier ministre de la Finlande. Je suis européen, comme vous. Et j’en suis fier.
Hors de l’Union européenne, connaissez-vous un seul endroit au monde où une coopération internationale de ce type serait mise en place ? Nous sommes un cas exceptionnel, au sens positif du terme. Je pense que le meilleur mot pour décrire l’histoire européenne est "unique".
Aujourd’hui, quand des Allemands traversent la frontière afin de rendre visite à leurs amis en France, il est difficile de croire que ces deux pays se sont affrontés deux fois durant le 20e siècle, dans des guerres violentes et sanglantes.
Dans ce continent qu’un mur et des barbelés divisaient il y a seulement 30 ans, une génération complète, qui ne connaît que la libre circulation, est née et a grandi.
Ce continent, qui a vécu les atrocités du totalitarisme et des guerres, et qui a été témoin d’un terrible génocide il y a 80 ans, se trouve aujourd’hui au premier rang mondial des défenseurs de la démocratie et de la paix.
Notre histoire unique est source de fierté, mais elle engendre aussi de grandes responsabilités, car l’UE fait maintenant l’objet de nouvelles attentes. Garantir la stabilité et la paix se trouvent toujours au cœur des actions de l’UE, mais d’autres questions majeures touchant l’humanité attendent également des réponses.
En effet, alors que l’on nous rappelle chaque jour l’instabilité du monde, il est nécessaire d’y opposer des forces stabilisatrices. Il faut des puissances qui recherchent la coopération plutôt que les conflits, et comprennent que cette coopération est une précondition aux solutions durables.
Nous avons besoin de celles et ceux qui osent défendre la liberté d’expression, la démocratie, la justice, les droits de l’homme et l’État de droit, en cette période où les tenants d’une ligne dure sont trop souvent perçus comme les plus courageux. C’est la mission de l’Union européenne, tant en Europe qu’ailleurs dans le monde.
Europe durable – Avenir durable
Le slogan de la présidence finlandaise est Europe durable – Avenir durable. Pour moi, la durabilité, c’est un avenir socialement, économiquement et écologiquement durable pour tous les Européens et pour toute l’Europe.
Partout, en Europe et dans le monde, chacun s’inquiète des changements climatiques. Et au-delà de l’inquiétude, chacun demande des solutions. Dans ma jeunesse, les adolescents séchaient les cours pour faire de la mobylette ou pour voir leurs amis ; les jeunes Européens d’aujourd’hui se réunissent pour manifester devant les parlements nationaux afin de faire part d’une question qui les préoccupe : la crise climatique.
Ils n’ont qu’un seul message à nous faire passer à nous, responsables politiques : "Prenez les décisions communes pour lesquelles vous avez été élus ! Prenez les décisions nécessaires pour sauver l’avenir de l’humanité et de notre planète !"
Durant la présidence finlandaise, ces jeunes seront non seulement entendus, mais nous leur répondrons. Pendant notre présidence, nous voulons démontrer que la volonté politique – le principal élément pour pouvoir stopper la crise climatique – est une ressource renouvelable.
Quelques personnes m’ont demandé pourquoi le programme gouvernemental commence par les mots "changements climatiques". La réponse est très simple. Le programme gouvernemental commence par ces mots, parce que nous ne voulons pas que ce soient les derniers mots de l’humanité.
Je suis convaincu que la coopération, couplée à une politique courageuse tournée vers l’avenir, permettront de réaliser une Europe et un avenir durables. Ainsi notre histoire unique pourra continuer. La résolution de la crise climatique peut constituer le prochain exploit européen, qui suscitera l’étonnement et les louanges à l’avenir. La présidence finlandaise s’engage à poursuivre cet objectif. Le moment est venu pour nous de trouver les solutions.
Antti Rinne, Premier ministre
https://eu2019.fi/fr/article1/-/asset_publisher/paaministeri-antti-rinteen-kolum-2
Pour le représentant du patronat à Bruxelles Taneli Lahti, la Finlande a tout à gagner de sa présidence : en effet, elle prend sa présidence dans des conditions si difficiles et incertaines que tout ce que la Finlande arrivera à accomplir sera considéré comme une victoire.

Politique climatique

Une initiative populaire sur le climat a été déposée
Hufvudstadsbladet relève qu’une initiative populaire, exigeant une politique climatique plus ambitieuse, a été déposée lundi au ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen.
L’initiative a été signée par 63 000 personnes et 150 organisations.
Mme Tuppurainen a rappelé que la priorité de la présidence finlandaise du Conseil de l’Union européenne était d’être à l’avant-garde de la politique climatique globale. Le slogan de la présidence est « Une Europe durable – un avenir durable ».
HBL/9

Accord UE – Mercosur

Editorial
« L’accord avec le Mercosur ouvre de nouveaux horizons » KL
Kauppalehti se réjouit de l’accord signé entre l’UE et le Mercosur. Selon l’éditorialiste, « l’UE veut montrer par cet accord qu’elle ne dépend pas des Etats-Unis. En même temps, cela lui permet de prendre fermement en main les rênes du libre-échange ».
L’éditorialiste relève toutefois que ce n’est pour l’instant qu’une signature et qu’il faudra l’accord du Parlement européen et des parlements nationaux. Or, cet accord suscite les critiques des producteurs agricoles européens. Le syndicats finlandais des exploitants agricoles MTK a lui aussi exprimé ses inquiétudes contre la viande d’Amérique du sud. L’éditorialiste relève aussi que les organisations environnementales s’inquiètent de cet accord avec le brésil de M. Bolsonaro qui pourrait suivre l’exemple de M. Trump et se retirer de l’accord de Paris. C’est pourquoi l’accord stipule bien que les deux parties respectent l’accord de Paris.
KL

Concurrence

La commission européenne condamne Helb
La Commission européenne a décidé que la ville d’Helsinki avait versé des aides publiques interdites à sa compagnie de bus Helb ces dernières années. La Commission a décidé de condamner la ville à rembourser ces aides pour un montant de 54,2 millions d’euros.
La plainte venait du concurrent d’Helb, la société Nobina qui a saisi la commission en 2015. L’enquête de la commission porte sur les années 2002-2012.
Depuis, la société Helb a été vendue par la municipalité d’Helsinki à la société finlandaise Koivisto. Cette dernière a l’intention de faire appel de cette décision.
HS

Finlande – Suède - Défense

Coopération de défense
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la Défense Antti Kaikkonen a rencontré lundi à Stockholm son homologue suédois Peter Hultqvist.
M. Kaikkonen estime qu’il y aura de nouvelles ouvertures dans la coopération de défense entre le Finlande et la Suède. Les ministres souhaitent étudier de nouveaux pas à prendre dans le domaine de la coopération.
« Il faut toutefois plus de préparation avant que je puisse en informer plus », a dit le ministre finlandais.
Selon le programme du nouveau gouvernement, la coopération de défense bilatérale et régionale sera renforcée.
HS/A

Nouveaux missiles sur l’île suédoise de Gotland
Selon Hufvudstadsbladet, le nouveau ministre finlandais de la Défense a appris lundi par son collègue suédois que la Suède vient d’installer de nouveaux missiles Robot 23 Bamse sur l’île de Gotland.
Selon M. Hultqvist, la décision, qui a été prise par les forces armées, a également une dimension politique.
HBL/13

Réfugiés

La Finlande, la France, l’Allemagne, le Luxembourg et le Portugal se répartissent les 42 réfugiés sauvés à Lampedusa
Aamulehti rapporte que le comité interministériel des affaires européennes a décidé vendredi d’accueillir huit réfugiés sur les 42 personnes qui sont à bord du Sea Watch 3 à la demande expresse de la Commission européenne. Jusqu’à présent la Finlande avait refusé d’accepter des réfugiés sauvés en mer au titre des transferts intérieurs à l’espace Schengen. C’est pourquoi le comité interministériel des affaires européennes a souligné que cette décision ne faisait pas jurisprudence.
AL

Politique intérieure

Gouvernement

Division sur la politique à l’égard des réfugiés
Analyse
Aamulehti relève que les partis du gouvernement interprètent différemment la décision que le comité interministériel des affaires européennes avait pris vendredi afin d’accueillir huit réfugiés de l’île italienne de Lampedusa.
La ministre de l’Intérieure Maria Ohisalo (Verts) a déclaré vendredi à HS que l’orientation de la politique finlandaise relative aux réfugiés avait changée. Le président du groupe parlementaire du Centre Antti Kurvinen a souligné vendredi qu’il ne s’agissait pas de changement de la politique finlandaise en matière de réfugiés.
Le Premier ministre Antti Rinne (PSD) estime, quant à lui, « qu’il s’agit d’une décision spécifique » et qu’il n’y a pas de changement de ligne politique à venir.
Aamulehti estime que ces déclarations n’expriment pas tant un différend entre les partis au gouvernement que des positions destinées à leurs électeurs.
Il est important pour le Centre et le PSD de ne pas perdre d’électeurs vers les Vrais Finlandais. Néanmoins, le Centre ne doit pas non plus faire croire que sa ligne est aussi dure que celle des Vrais Finlandais, ce qui pourrait effrayer une partie des centristes.
L’augmentation de l’audience des Vrais Finlandais dans les sondages montre que les Finlandais s’inquiètent de l’immigration. C’est pourquoi il ne faut pas attendre de profonde modification de la politique de la Finlande à l’égard des réfugiés.
Le débat sur les Finlandais retenus dans les camps de Daesh est un bon exemple de ce dilemme, estime Aamulehti.
Quant aux Verts, leur discours est surtout dirigé vers leurs électeurs (et moins vers leurs partenaires de gouvernement) car ils veulent montrer que l’on fait une autre politique que celle du gouvernement Sipilä.
C’est pourquoi on ne peut pas encore parler de dissensions dans la coalition, juge Aamulehti. Il s’agit plutôt d’interprétations sciemment divergentes des mêmes décisions.
Aamulehti considère toutefois que de vrais divergents risquent de survenir si les sondages montrent un effritement de l’audience de certains partis qui seront alors soumis à la pression et pourraient refuser les compromis nécessaires aux décisions gouvernementales.
Ce qui sera décisif c’est finalement de savoir quelle sera la ligne du prochain président du Centre élu en septembre, notamment sur les réfugiés, mais aussi l’économie et le climat. Et ce que les autres partis de la coalition seront prêts à concéder au Centre comme compromis ?
HS/dim/A8

Partis politiques – Sondage

La montée des Vrais Finlandais se poursuit
Helsingin Sanomat publie son sondage mensuel sur l’audience des partis politiques ;
Les Vrais Finlandais continuent leur progression à 19,2% (+1 point), devant le PSD à 17,5% et le Rassemblement national à 17,3%.
Les Verts progressent eux aussi à 13,1% (+1,1 point) désormais à égalité avec le Centre à 13,1% lui aussi.
L’Alliance des Gauches n’est crédité que de 8%.
Le parti populaire suédois est à 4,4%, les chrétiens-démocrates à 3,7% et le Mouvement Nyt à 1,4%.
HS

Un soulagement pour le gouvernement Rinne
Helsingin Sanomat estime que ce sondage est un soulagement pour le gouvernement Rinne puisque l’audience de la coalition a légèrement augmenté passant de 55,7% à 56,1%, principalement grâce à la progression des Verts.
L’éditorialiste relève qu’il est notable que l’audience de la coalition n’a pas baissé après la publication de son programme gouvernemental.
HS

Transports

Après s’être attaquée à la réforme du transport ferroviaire, la ministre s’attaque à la réforme des taxis
La Ministre des Transports Sanna Marin (PSD) a décidé la semaine dernière de suspendre la préparation de l’ouverture à la concurrence des trains régionaux dans le Sud de la Finlande.
Elle a décidé aussi de revenir sur la réforme des taxis, ouverts à la concurrence il y a un an par sa prédécesseur Anne Berner.
HS uusisuomi

Emploi

Le ministre de l’Emploi estime que l’on peut supprimer le modèle d’activation des chômeurs
Le ministre de l’emploi a déclaré que l’on pouvait sans attendre supprimer le modèle d’activation des chômeurs mis en place par le précédent gouvernement sans attendre de nouvelles mesures sur l’emploi.
Le Ministre Timo Harakka (PSD) estime en effet que le modèle d’activation des chômeurs avait eu si peu d’effets sur l’emploi qu’il n’y a pas besoin d’attendre d’autres mesures pour l’emploi avant de le supprimer.
HS

Banque

380 000 Finlandais sur le fichier des défauts de paiement
Ce sont surtout les jeunes qui figurent sur le fichier des défauts de paiement. Ainsi cela concerne 13,2% des 30 – 34 ans. Ce sont surtout les hommes qui sont concernés.
En juin, un nouveau record a été enregistré avec 382700 personnes concernées ce qui est nettement plus qu’en 2010 avec 310 500 personnes. .
A l’automne la loi sur les crédits à la consommation va changer et le taux de crédit maximum de 20% sera appliqué.
HS

Nordea
Casper von Koskull poussé vers la retraite ?
Kauppalehti se demande si l’annonce du prochain départ à la retraite du PDG de Nordea, le Finlandais Casper von Koskull ne cache pas un départ forcé. Il dirige le groupe depuis 2015 et a mené d’importantes réformes internes plutôt que de chercher à augmenter ses parts de marché. Kauppalehti souligne que la valeur de l’action n’a pas progressé » aussi vite que celle de ses concurrents sur la même période.
KL

Construction navale

Le changement de propriétaire du chantier d’Helsinki a apporté de trouver de nouvelles commandes
Le chantier naval d’Helsinki a obtenu de nouvelles commandes de la part des armateurs du groupe qui en a pris la propriété, le russe Algador Holdings.
Helsingin Sanomat relève que le précédent propriétaire du chantier d’Helsinki, le russe USC, figurait sur la liste des sanctions américaines contre la Russie ce qui rendait plus difficile les commandes.
KL

Lundi 1er juillet 2019

Politique étrangère et européenne

Conseil de l’Europe

Analyse
Jussi Niemeläinen (Helsingin Sanomat) revient sur la décision du Conseil de l’Europe de rétablir les droits de vote de la Russie. Il relève que cette décision a suscité l’irritation de l’Ukraine, la Géorgie, la Pologne et les pays baltes.
HS estime que le Conseil de l’Europe créé en 1047 est aujourd’hui marqué par une forte division. Selon HS, un groupe mené par l’Allemagne et la France estime qu’il vaut mieux intégrer la Russie dans un système d’accords internationaux quand bien même elle ne respecte pas toutes les règles et n’est pas devenu une démocratie et un Etat de droit. Le groupe des Etats quoi s’opposaient au rétablissement des droits de la Russie part lui du fait que le conseil de l’Europe oublie que la Russie viole la souveraineté de son voisin. Un troisième groupe souligne pour sa part, non sans hypocrisie, selon HS, que, du point de vue des citoyens russes il vaut mieux que la Russie fasse partie du Conseil de l’Europe.
La Finlande aussi a un rôle dans ce différend, écrit HS. C’est la Finlande qui a contribué à trouver une solution quand elle assumait la présidence au printemps. La décision a en effet été prise au conseil des ministres à Helsinki. La décision était d’ailleurs conforme à la ligne de la Finlande et les membres finlandais de la délégation ont tous voté pour le rétablissement des droits de la Russie. « Un compromis pragmatique » qui néanmoins va à l’encontre de l’idée de justice de beaucoup, écrit HS.
HS

Accord UE – Mercosur

M. Katainen loue l’accord
Le vice-président de la Commission Jyrki Katainen s’est félicité de l’accord de libre-échange entre l’UE et le Mercosur. Selon lui, « c’est un engagement fort en faveur d’un ordre du monde fondé sur le droit international et le libre-échange ».
HS

G-20

« On a évité une catastrophe » KS
L’agence de presse finlandaise STT a interrogé des économistes qui estiment que la reprise des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine était la plus importante et la plus attendue des décisions lors de ce G20.
« On a évité une catastrophe, mais cela ne supprime pas l’incertitude qui pèse sur le commerce mondial », estime Tuuli Koivu, économiste de la banque Nordea.
Selon elle, cette incertitude fait peser des effets sur la Finlande aussi. « Cela touche en particulier les exportations finlandaises qui dépendent beaucoup des investissements ».
KS

Editorial
« Le protectionnisme vide le G-20 de sens » HS
Helsingin Sanomat estime que le G20 ne permet plus de promouvoir le commerce international à cause du renforcement du protectionnisme. Ce sont surtout les rencontres bilatérales en marge du G20 qui attirent l’attention, regrette l’éditorialiste.
HS

Présidence finlandaise du conseil de l’UE

« La Finlande prend la présidence dans une période difficile » KL
Pour le représentant du patronat à Bruxelles Taneli Lahti, la Finlande a tout à gagner de sa présidence : en effet, elle prend sa présidence dans des conditions si difficiles et incertaines que tout ce que la Finlande Arrivera à accomplir sera considéré comme une victoire.
KL

Editoriaux
« La Finlande souhaite redevenir un pays au cœur de l’intégration » HS
« Une présidence avec de larges thèmes » KS
Helsingin Sanomat rappelle que c’est la troisième présidence du conseil de l’UE pour la Finlande. Antti Rinne semble vouloir s’inspirer de Paavo Lipponen qui dirigeait la première présidence et souhaitait que la Finlande soit au coeur de la construction européenne et ait une influence plus importante que ce que sa taille lui permettrait de prétendre.
HS

Point de vue
« On pourrait supprimer les présidences tournantes » HS
La directrice de l’institut finlandais des relations internationales Teija Tiilikainen estime dans Helsingin Sanomat que le système des présidences tournantes n’est plus justifié aujourd’hui dans l’UE.
HS

Réfugiés

La Finlande prête à accueillir des réfugiés de Lampedusa
Helsingin Sanomat rapporte que le comité interministériel des affaires européennes a décidé vendredi d’accueillir au maximum huit réfugiés sur les 40 personnes qui sont à bord du bateau qui se trouve au port de l’île italienne de Lampedusa et que l’Italie refuse d’accueillir.
Cela est la première fois que la Finlande propose de participer à des mesures d’urgence de ce genre.
HS/sam/A12

Politique intérieure

Gouvernement

Division sur la politique à l’égard des réfugiés
Helsingin Sanomat relève que les partis du gouvernement interprètent différemment la décision que le comité interministériel des affaires européennes avait pris vendredi afin d’accueillir huit réfugiés de l’île italienne de Lampedusa.
La ministre de l’Intérieure Maria Ohisalo (Verts) a déclaré vendredi à HS que l’orientation de la politique finlandaise relative aux réfugiés avait changée. Elle estime qu’en tant que pays qui assume la présidence du Conseil de l’Union européenne, la Finlande doit prendre ses responsabilités à ce sujet. Un refus d’accueillir des réfugiés de Lampedusa aurait donné un mauvais exemple aux autres pays membres.
Le Premier ministre Antti Rinne (PSD) estime, quant à lui, « qu’il n’y a pas de changement de ligne politique à venir ».
« Il s’agit d’une décision spécifique qui est liée au fait que plus de 40 personnes se trouvent en mer depuis quinze jours. Nous avons voulu décider de prendre nos responsabilités au début de notre présidence de cette façon – cette fois-ci », a déclaré M. Rinne.
Le président du groupe parlementaire du Centre Antti Kurvinen a également souligné vendredi qu’il ne s’agissait pas de changement de la politique finlandaise en matière de réfugiés.
HS/dim/A8

Vrais Finlandais

M. Halla-aho réélu à la présidence du parti
Helsingin Sanomat rapporte que les Vrai Finlandais, réunis en congrès à Tampere ce week-end, ont réélu Jussi Halla-aho à l’unanimité à la présidence du parti.
La nouvelle députée Riikka Purra a été élue première vice-présidente, la députée Arja Juvonen la deuxième vice-présidente et le député Juho Eerola troisième vice-président.
Simo Grönroos devient le nouveau secrétaire général du parti.
Dans son discours, M. Halla-aho a déclaré que les Vrais Finlandais étaient le premier parti de l’opposition et que le parti n’était pas populiste.
M. Halla-aho a souligné l’importance d’une nouvelle législation sur le droit d’expression « qui est un droit fondamental essentiel pour les Vrais Finlandais ».
« Pendant la guerre froide, il n’était pas de bon ton de critiquer l’URSS et cela vous faisait risquer d’être mis sur la touche. Dans la Finlande d’aujourd’hui et dans l’occident en général, l’immigration, l’islam, les minorités sexuelles, l’Union européenne et certains autres sujets sont devenus de nouveaux URSS. Si on exprime des avis divergents sur ces sujets, on est assimilé à la force du mal. Et pire encore, on risque des sanctions juridiques pour nos opinions », selon M. Halla-aho.
Il a aussi déclaré que « la grande question aujourd’hui est de savoir si l’Etat doit protéger les siens ou s’il doit se transformer en assistante sociale pour l’ensemble de l’humanité ».
HS/lun/A14 uusisuomi

Baccalauréat

Selon un sondage, les Finlandais s’opposent au suédois obligatoire au bac
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué en ligne, 61 % des Finlandais s’opposent au projet du gouvernement de remettre la langue suédois comme matière obligatoire aux épreuves du baccalauréat, contre 31 % de personnes favorables au projet ; 9 % ne s’expriment pas.
Au printemps 2017, moins de 50 % des lycéens ont choisi le suédois comme matière à présenter au baccalauréat.
HS/sam/A18

publié le 30/07/2019

haut de page