Juillet 2018

Lundi 30 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet #Helsinki2018

« Le message est passé, je l’ai vu sur leurs visages » NP
L’organe du Rassemblement national, Nykypäivä, rend compte du fait qu’après la visite, le Président Niinistö, qui avait fait état de ses premières impressions après la visite sur Facebook, a commenté les manifestations organisées à Helsinki. Il se félicite du fait que plusieurs d’elles défendaient d’excellentes causes. Il dit que cela l’a beaucoup aidé. « Je n’avais pas besoin de pointer du doigt les invités, car il suffisait de faire référence aux manifestations et d’énumérer les bonnes causes évoquées. Ensuite, il a suffi d’une petite réflexion innocente sur le fait que c’est sans doute pour ces raisons-là que la Finlande est le pays le plus stable, le plus libre et le plus heureux. Le message est passé, je l’ai vu à leur expression. »
NP/ven/¬6

Politique commerciale

La Finlande en désaccord avec la Commission européenne concernant les exportations de technologies adaptées à la surveillance de télécommunications
La Finlande, à l’instar de la Suède, s’opposent aux projets de la Commission européenne de restreindre, à l’initiative du Parlement européen, les exportations de technologies pouvant être utilisées dans la surveillance de télécommunications.
En effet, les deux pays sont dotés d’entreprises majeures dans le domaine des technologies de réseau, Nokia en Finlande et Ericsson en Suède. Les deux entreprises ont un rôle relativement important dans l’économie nationale.
Mme Virolainen, ministre du Commerce extérieur, précise que la Finlande ne s’oppose pas aux restrictions en soi, mais au fait que l’UE adopte sa propre liste concernant les produits à interdire. Elle estime que la question devrait être réglée au niveau de l’Arrangement de Wassenaar, ce qui rendrait la restriction plus exhaustive et appropriée du point de vue des droits de l’homme. Mme Virolainen déclare avoir évoqué la question avec ses homologues français et espagnol.
HS/26.7/A6

Rencontre Trump – Juncker
« L’accord a diminué les tensions des relations commerciales » HS
Point de vue : « Des bonnes nouvelles pour une fois » HS

Editoriaux
« Mi-temps de l’engrenage des droits de douanes des Etats-Unis et de l’UE » KL
« Un accord vague pour l’UE et les Etats-Unis » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il vaut mieux se féliciter des bonnes nouvelles et que celle concernant l’accord obtenu lors de la rencontre Trump-Juncker en est une.
Les dégâts engendrés par les obstacles au commerce touchent particulièrement les pays très dépendants du commerce extérieur, tels la Finlande.
Dans les médias internationaux, l’accord a été qualifié d’armistice et de cessez-le-feu et selon l’éditorialiste, il peut s’agir de n’importe lequel des deux…
HS/ven/A4

Parlement européen

M. Halla-aho confiant en ce qui concerne la création d’un bloc important de droit
Le président des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho, relève que les préparatifs pour la création d’un groupe de nationalistes et d’eurosceptiques, après les européennes de 2019 sont déjà en cours. Les députés européens des Vrais Finlandais font actuellement partie de l’ECR qui devra se réorganiser après le départ des Britanniques.
HS/ven/A11

Le PEE et la présidence de la Commission européenne
Nykypäivä, organe du Rassemblement national, rappelle que comme M. Katainen, actuel vice-président de la Commission européenne a annoncé qu’il ne briguait pas le poste de président de la Commission et rentrait en Finlande, une opportunité s’ouvre pour M. Stubb de devenir le candidat du PEE.
NP note que le Président Macron joue un rôle important dans la nomination du candidat en tête du groupe du fait qu’il est quelqu’un de tellement central dans les milieux européens que le PEE ne voudra pas désigner de candidat incompatible avec M. Macron. M. Stubb s’est déjà déclaré « macroniste ». NP rappelle que les concurrents de M. Stubb sont également des Français, M. Barnier et Mme Lagarde.
NP/ven/4

Défense

Editorial : « Le message russe reste clair » HBL
Hufvudstadsbladet publie un éditorial d’Yrsa Grüne, qui estime que les déclarations du ministre de la Défense russe Serguei Šhoigu comportent peu de nouveauté. Depuis le début des années 2000, on a l’habitude d’entendre régulièrement le même type d’avertissements de la part de personnes politiques variées.
En ce qui concerne le fait que le ministère de la Défense rappelle que la Finlande prend elle-même les décisions liées à sa politique de sécurité, l’éditorialiste constate que cela n’exclut pas de prendre en compte un grand voisin avec des opinions déterminées.
HBL/sam/2

Politique intérieure

Culture politique finlandaise

Editorial : « Les Vrais Finlandais ont rendu la Finlande plus européenne » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que l’arrivée des Vrais Finlandais sur la scène politique finlandaise a changé les comportements. Traditionnellement, le système finlandais pratiquait l’inclusion de ceux qui défiaient les pôles constitués par les trois « grands partis », le Centre, le Rassemblement national et le PSD. Tous les partis pouvaient légitimement participer au gouvernement.
Ce modèle est toutefois en train de changer. Les questions qui divisent le champ politique commencent à être les mêmes qu’ailleurs : en particulier le positionnement à l’égard de l’immigration et de l’intégration européenne.
Il est possible que la participation au gouvernement des Vrais Finlandais après les dernières législatives ait été la dernière fois que l’on répondait au problème en partageant le pouvoir avec le parti qui défie les autres. Il sera plus probable, à l’avenir, que le parti qui défie soit exclu de toute participation gouvernementale.
HS/sam/A5

Parlement

Plus de départs de députés que jamais
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les mouvements au parlement ont été particulièrement animés ces derniers temps. A la mi-législature, plus de députés ont déjà quitté le Parlement pour d’autres fonctions, que depuis la législature record de 1995-1999.
10 députés ont abandonné leur mandat pour prendre des fonctions au sein de diverses organisations ou dans le secteur public. De plus, trois députés élus en 2015 siègent actuellement au Parlement européen.
Le nombre de députés qui ont ainsi demandé à être libérés de leurs fonctions est le double de celui des législatures précédentes.
Mme Anttila, députée centriste et ancienne ministre, estime que les députés partent trop facilement pour d’autres fonctions. Elle considère le système actuel trop libéral. HS note que l’organe anti-corruption du conseil de l’Europe, Greco, a mis la Finlande en garde contre les conflits d’intérêt engendrés lorsque les décideurs passent de la fonction publique au service des entreprises privées.
HS/dim/A12-13

Société

Suicides
Hufvudstadsbladet rapporte que le nombre de suicides commis en Finlande a diminué de presque la moitié depuis les années 1990. Les chiffres finlandais correspondent désormais à peu près à la moyenne européenne en la matière.
Le nombre de suicides commis par des jeunes reste toutefois à un niveau inquiétant.
HBL/ven/9

Jeudi 26 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet Helsinki 2018

Une semaine après la rencontre
Yle note que le sommet a laissé plus de questions que de réponses. Une semaine après nous ne disposons de bribes d’informations sur le résultat des entretiens.
Yle fait un bilan des points évoqués et des questions sur lesquelles la rencontre pourrait avoir un effet.
Comme M. Trump a invité son homologue russe pour une visite à Washington à l’automne, les espoirs sur la poursuite du dialogue se renforcent. Pour M. Poutine, une visite aux États-Unis serait un succès dans sa stratégie pour rompre l’isolement de son pays. L’administration américaine souhaite qu’une éventuelle rencontre future soit mieux préparée et plus formelle que celle d’Helsinki.
Il n’est pas exclu que la poursuite de l’accord Start soit négocié.
Yle estime que la proposition russe d’une coopération dans l’enquête concernant une éventuelle ingérence dans l’élection américaine ne pouvait qu’être refusé par les Etats-Unis.
Concernant la Syrie, Yle note que le secrétaire d’État américain Pompeo a confirmé que la proposition russe d’un retour en Syrie de 1,7 million de réfugiés a été évoquée.
La Russie pourrait s’efforcer de servir de médiateur entre l’Iran et Israël, avec lesquels M. Poutine avait négocié avant le sommet d’Helsinki.
Selon l’ambassadeur russe aux Etats-Unis, M. Poutine a fait une proposition concrète à M. Trump concernant le conflit en Ukraine orientale. Les Etats-Unis ont rejeté l’idée d’un référendum.
Vendredi, le ministère américain des Affaires étrangères a annoncé qu’il allouait 200 millions de dollars à l’Ukraine pour renforcer sa capacité de défense.
En ce qui concerne les sanctions contre la Russie, de petites évolutions ont été observées notamment concernant une position américaine sur le retrait éventuel d’un producteur d’aluminium de la liste.
Le ministre de la Défense américain, quant à lui, n’exclut pas la possibilité d’accepter que certains pays, comme l’Inde, achètent du matériel militaire en Russie.
Concernant la coopération économique, les Présidents se sont mis d’accord sur un groupe de travail de haut niveau entre des acteurs importants de la vie économique des deux pays.
Selon Yle il n’est toutefois pas exclu que le choc engendré aux Etats-Unis par la rencontre crée une réaction dans le sens de nouvelles sanctions.
Quant à la popularité de M. Trump parmi les républicains, il semblerait que le sommet ne l’ait pas brisée, même si les premiers commentaires avaient montré une évolution dans ce sens. Les républicains continueraient de faire confiance au Président et seraient toujours prêts à le soutenir.
Yle

« La Maison Blanche a retranché de la vidéo enregistrée à Helsinki la séquence où l’on demande au Président Poutine s’il avait souhaité que M. Trump remporte l’élection” HS
Lors de la conférence de presse des deux Présidents, l’intervention russe dans l’élection présidentielle américaine a été évoquée. La Maison Blanche a supprimé une question délicate de la vidéo et de la retranscription de la conférence de presse. La vidéo d’origine est toujours trouvable sur Youtube, alors que sur le site de la Maison Blanche, il s’agit d’une version modifiée.
Lors de la conférence, un journaliste de l’agence Reuters, M. Mason, demande à M. Poutine s’il avait souhaité que ce soit M. Trump qui remporte l’élection et s’il avait demandé à ses services de l’aider à cette fin. M. Poutine répond oui en précisant que c’était parce que M. Trump avait parlé de normaliser la relation entre les États-Unis et la Russie.
La première partie de la question a été coupée sur la vidéo de la Maison Blanche, ce qui fait que le oui de M. Poutine n’est plus une réponse à la question de savoir s’il avait demandé à ses services d’aider M. Trump à remporter l’élection, mais à la question concernant une allégation selon laquelle des agents du renseignement américain auraient pu aider au transfert de crédits destiné à la campagne de Mme Clinton.
Sur le site officiel de l’État russe, les interventions de MM. Mason et Poutine sont complètes, mais la Russie a modifié la mention sur la Crimée.
HS rappelle que les versions d’origine sont consultables sur le site de plusieurs médias.
HS

Mike Pompeo entendu par la commission des affaires étrangères du Sénat américain
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères américain, Mike Pompeo, a fait état, devant la commission des affaires étrangères du sénat, du fait qu’à Helsinki, il avait été très clair avec les Russes sur le fait qu’il ne fallait pas qu’ils interviennent dans les élections américaines.
Interrogé sur les décisions prises à Helsinki, il a énuméré le renforcement des échanges entre les hommes d’affaires russes et américains, la poursuite des travaux du conseil anti-terroriste et les négociations pour améliorer la situation des réfugiés syriens.
M. Pompeo a constaté que sur l’Ukraine, les Présidents étaient d’accord sur le fait qu’ils n’étaient pas d’accord.
HS note que la prochaine rencontre entre les deux présidents n’était plus prévue pour l’automne, mais plutôt pour 2019.
HS/jeu/A18

Editorial : « Trump et Poutine ont beaucoup en commun » KS
Trump et Poutine dirigent tous deux des superpuissances réactionnaires, d’ores et déjà menacées par d’autres Etats arrivistes », écrit l’éditorialiste du quotidien Keskisuomalainen.
« Tous les deux répondent aux défis en profitant d’un nationalisme dogmatique, le regard tourné vers le passé, l’un regrettant le temps où l’Amérique était grande, l’autre nostalgique de l’époque où la plus grande tragédie géopolitique du 20e siècle n’avait pas encore fait chuter l’Union soviétique. »
« Ni l’un, ni l’autre ne semble se soucier de la démocratie, des droits de l’Homme ou de l’Etat de droit. Aucun des deux ne respecte la politique internationale basée sur des conventions et des règlements qui peuvent, à l’occasion, être violés par l’occupation de territoires d’un pays voisin ou par la dénonciation d’accords multilatéraux signés préalablement. »
« Il n’est pas étonnant que des hommes aussi semblables s’attirent l’un l’autre. »
KS/21.7/2

Politique commerciale

« La menace immédiate d’une guerre commerciale semble se dissiper » HS
Helsingin Sanomat rend compte des propos de Saila Turtiainen, spécialiste de la politique commerciale du patronat EK, avant la rencontre Trump-Juncker-Malmström. Elle estime qu’il est difficile d’évaluer les développements et les résultats de la rencontre et que l’incertitude est devenue permanente concernant les relations entre l’UE et les Etats-Unis.
Concernant le premier tweet de M. Trump, l’économiste de Danske Bank Pasi Kuoppamâki ne le prend pas au sérieux.
Selon Mme Turtiainen, les négociations sur la suppression des droits de douanes sur certains produits industriels pourraient être un pas dans la bonne direction même si son impact économique ne serait pas important. Derrière l’initiative de l’UE, il pourrait y avoir l’idée de supprimer la menace de droits de douanes sur l’acier, l’aluminium et les voitures, les objectifs recherchés par M. Juncker, selon Mme Turtiainen, et qu’il aurait réussi à atteindre hier.
HS/jeu/A21

Analyse : « Mais sur quoi se sont-ils donc mis d’accord ?” HS
Helsingin Sanomat publie une analyse d’Anni Lassila sur la rencontre Trump-Juncker et l’accord obtenu. Evoquer notamment le soja serait, selon Mme Turtiainen d’EK, lié à la Chine qui a imposé des droits de douane en la matière.
Mme Turtiainen s’étonne que les voitures soient exclues des négociations du groupe de travail, alors que c’est l’un des plus importants bras de fer entre l’UE et les Etats-Unis. Elle n’est pas convaincue que l’on puisse compter sur le fait que M. Trump s’abstienne d’imposer de nouveaux droits de douanes pendant les négociations, comme prévu.
Mme Turtiainen estime que, dans l’ensemble, la rencontre a été positive pour les relations UE-USA.
HS

M. Sipilä se félicite du résultat
Janica Ylikarjula, spécialiste du patronat EK considère la nouvelle sur un accord obtenu comme très positive. L’accord a selon elle été accéléré par le fait que les Etats-Unis ont vu vers quoi menait un engrenage de contre-mesures et de menaces.
Elle se félicite aussi du fait que l’on ait évoqué la réforme de l’OMC.
Le Premier ministre Juha Sipilä et la ministre du Commerce extérieur Anna-Mari Virolainen ont publié des tweets de la même tonalité. M. Sipilä s’est félicité du fait que l’on ait pu mettre fin à l’engrenage négatif et a souligné l’importance que l’UE tienne aux principes du libre-échange.
Satisfaite, Mme Virolainen constate l’importance de lutter pour un commerce basé sur les règles.
Yle

Aviation

La police a évacué, mardi, à l’aéroport d’Helsinki un avion en provenance de Dublin en raison d’une alerte à la bombe. Rien de menaçant n’a cependant été trouvé.
HS

Défense

Propos du ministre de la Défense russe
« L’adhésion de la Finlande à l’OTAN affaiblirait la sécurité mondiale »
Selon Reuters qui cite une information d’Interfax, le ministre de la Défense russe Serguei Šhoigu aurait décrété mardi qu’une éventuelle adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède constituerait une menace pour la sécurité mondiale et que la Russie réagirait en conséquence. Il n’a toutefois pas précisé la nature des mesures éventuelles.
Le ministre a également signalé que le sommet qui s’est tenu à Helsinki le 16 juillet en réunissant Poutine et Trump, pourrait entrainer un approfondissement de la coopération militaire entre la Russie et les Etats-Unis et entre la Russie et l’OTAN.

Réaction de Jussi Niinistö aux propos de son homologue russe
Tout en relevant des détails problématiques dans les propos de son homologue russe, le ministre de la Défense finlandais, Jussi Niinistö, estime que le message des Russes est très clair : La Russie ne veut pas que la Finlande et la Suède adhèrent à l’OTAN. Pour Niinistö, ce type de discours est encore une énième tentative d’influence par le biais de l’information.
Niinistö relève deux points de malentendus flagrants. Le ministre russe appelle le Centre d’excellence contre les menaces hybrides d’Helsinki « Centre des opérations hybrides » qui serait connecté aux Etats-Unis. De plus, Shoigu a l’air de confondre la Déclaration d’intention sur la coopération en matière de Défense signée en mai par la Finlande, la Suède et les Etats-Unis avec l’accord de pays hôte que la Finlande et la Suède ont signé avec l’OTAN en 2014.
Niinistö fait remarquer qu’il pourrait s’agir d’un rappel à l’ordre. « La Russie fait face à de graves problèmes internes, dont notamment la réforme des retraites. Faire peur en évoquant l’Occident est une bonne manière de détourner l’attention des citoyens », affirme Niinistö.
Niinistö estime que les propos de son homologue russe laissent à penser que la Finlande et la Russie ont besoin de dialoguer davantage pour éviter les malentendus sur le caractère de la coopération à laquelle la Finlande et la Suède participent.
« Le président Niinistö s’est bien acquitté de cette tâche avec le président Poutine, il faut continuer ce travail à l’avenir », affirme le ministre.
Jussi Niinistö n’a pas rencontré personnellement son homologue russe mais serait prêt à le faire. Néanmoins, cette confrontation n’est pas possible en raison des sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie à la suite de l’invasion de la Crimée. « Cela pourrait être l’occasion d’expliquer à Shoigu les positions de la Finlande et de clarifier quel genre de coopération nous pratiquons et avec qui », confirme Niinistö.
HS, YLE, IS

Politique intérieure

Economie

Construction navale
Kauppalehti, quotidien d’information économique, rend compte du fait que le chantier naval de Mäntyluoto (Pori) de Technip Offshore Finland passera en possession finlandaise et deviendra Pori Offshore Constructions.
Les projets qui démarreront en août permettront d’employer une partie des membres du personnel mis à pied.
POC envisage de continuer à coopérer avec le français Technip FMC.
KL/mar/A7

Situation d’emploi
Le taux d’emploi est à 71,8 %
« De plus en plus actifs – M. Sipilä souhaite augmenter l’objectif d’emploi à 75 % » HBL
Selon les derniers chiffres de l’Institut national d’études statistiques, le taux d’emploi frôle l’objectif du gouvernement qui est de 72 %.
En six mois, 50 000 personnes ont trouvé du travail et, en un an, le double.
Le taux d’emploi des hommes s’est amélioré un peu plus que celui des femmes.
200 000 personnes étaient au chômage en juin. Le taux de chômage s’élève à 7,2 %.
Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, l’emploi s’est amélioré dans l’ensemble du pays, mais encore plus en Uusimaa (région autour de la capitale), Pirkanmaa (région autour de Tampere) et en Ostrobotnie du Nord.
Yle

Bois-papier
Les groupes forestiers UPM et Stora Enso ont amélioré leur chiffre d’affaires de 5 % durant le deuxième trimestre de l’année en cours par rapport à la même époque en 2017. Les deux bénéficient d’une demande forte et d’une augmentation de prix et ont tous les deux obtenu un bénéfice de 330 millions d’euros.
KL/mer/A4

Politique régionale

« Selon un chercheur, maintenir le peuplement de l’ensemble du pays n’est pas réaliste » HS
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué pour le compte d’Yle, selon lequel quatre Finlandais sur cinq souhaitaient garantir les services de façon à maintenir l’ensemble de la Finlande habitée.
Le Centre devrait être content de ce résultat qu’il pourra utiliser pour augmenter son audience et pour justifier ses objectifs politiques. Les centristes, y compris le Premier ministre, ont activement partagé cette nouvelle sur Twitter.
Selon un chercheur des mouvements (migratoires ?) démographiques, Timo Aro, la formulation de la question du sondage est problématique du fait qu’elle ne tient pas compte des conséquences budgétaires de mesures prises en faveur de l’objectif. Il rappelle que la démographie se développe dans un tout autre sens depuis des décennies : depuis les vingt dernières années, la population des communes urbaines a augmenté de 24 000 personnes en moyenne et celle des grandes villes de quelques milliers.
M. Aro regrette que le débat s’oriente vers la nostalgie du passé, au lieu de s’intéresser au développement futur des régions.
HS/mar/A13

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime, tout en gardant à l’esprit l’enjeu que représenterait l’effort de maintenir toute la Finlande habitée, que les réponses des Finlandais au sondage expriment un besoin de solidarité. La volonté de garantir les services comme l’éducation et les soins de santé partout dans le pays est forte.
HS/mer/A5

Astronomie

Eclipse lunaire demain
Les journaux rendent compte du fait qu’une éclipse particulièrement impressionnante sera visible demain soir. Elle devrait durer jusqu’à deux heures et sera visible dans sa totalité dans le sud du pays.
https://www.hs.fi/paivanlehti/26072018/art-2000005769001.html

France

Présidence

Editorial : « Une erreur fatale » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que l’action du Président Macron dans le contexte de l’affaire Benalla ne correspond pas aux attentes concernant un changement au palais d’Elysée.
HBL/jeu/5

Lundi 23 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Cour européenne des droits de l’homme

Les jugements concernant la Finlande ont nettement diminué
La Finlande, qui a signé la Convention européenne des droits de l’homme en 1989, a été jugée par la Cour européenne des droits de l’homme plus souvent que l’ensemble des autres pays nordiques. L’écart par rapport aux autres a toutefois diminué tout au long de la décennie en cours. Contre 28 jugements en 2009, la Finlande n’a été jugée qu’une fois l’année dernière.
Le nombre de jugements a diminué du fait de la diminution du nombre de plaintes. Selon les voix critiques, le fait de déposer une plainte est devenu trop difficile et technique depuis que les pays de l’Europe de l’Est ont rejoint la Convention.
HS/lun/A12

Politique intérieure

Avenir bleu

Moins de la moitié des députés de l’Avenir bleu sont sûrs de se porter candidats
Huit députés bleus, dont les ministres Sampo Terho (Culture et Sport), Pirkko Mattila (Affaires sociales et de la Santé) et Jari Lindström (Emploi), parmi ceux qu’a pu contacter Helsingin Sanomat sont sûrs de poser leur candidature aux législatives de 2019. Matti Torvinen, secrétaire du parti, a déclaré que les députés qui ont moins de 65 ans seraient considérés comme déserteurs s’ils ne se présentent pas pour un nouveau mandat.
Timo Soini, ministre des Affaires étrangères, qui n’a pas encore pris sa décision, reconnaît avoir du mal à se prononcer. Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö n’a pas non plus encore décidé s’il se représente. La présidente du Parlement, Maria Lohela, n’a pas pu être jointe.
L’audience du parti est très faible : 1,3 %.
HS/ven/A15

Editorial : « Les élections seront décisives pour l’avenir des Bleus » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la principale raison pour le mauvais score du parti en matière d’intentions de vote est liée au fait que le message du parti n’est pas suffisamment clair pour le distinguer des autres partis.
HS/lun/A4

Défense

Le calendrier de la loi sur le renseignement discuté à Suomi Areena
Le projet de loi sur le renseignement a été évoqué à plusieurs reprises lors des discussions survenues à Pori durant l’événement Suomi Areena. Pour la direction de la Sûreté nationale et du ministère de l’Intérieur, il est souhaitable que la loi soit votée en urgence.
« A l’automne, la commission constitutionnelle du parlement devrait attaquer la loi sur le renseignement dès ses premières séances de travail. La sûreté nationale a un besoin urgent de se mettre à examiner l’information car la présidence finlandaise de l’UE en 2019 pourrait intéresser les terroristes », estime le ministre de l’Intérieur, Kai Mykkänen.
Le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Ilkka Salmi, est sur la même longueur d’ondes que le ministre : « Dans ce monde numérique, nous devons offrir aux autorités les outils nécessaires pour qu’elles puissent répondre aux défis. Entre l’entrée en vigueur de la loi et l’activité opérationnelle il faudra compter quelque temps. »
Par contre, la présidente de l’Alliance des Gauches, Li Andersson, ne voit pas d’urgence et laisserait volontiers le projet de loi aux bonx soins du futur parlement. « Nous avons besoin d’une nouvelle loi sur le renseignement mais je me demande si la situation sécuritaire a changé au point de traiter cette loi en urgence. Une modification constitutionnelle nécessite le travail de deux parlements pour que les électeurs puissent donner leurs avis », a déclaré Li Andesson à Pori.
AL/20.7/A16

Les candidats au successeur des F-18 seront minutieusement examinés
Le prix du successeur des avions F-18 tourne entre 7 et 10 milliards d’euros. « Le budget de la défense représente 1,5 % du PNB. Après les acquisitions d’avions de combat, on arrivera à 2 % », explique le vice-président de la commission de défense, Mika Kari qui s’est exprimé à Suomi Areena.
Il précise qu’en dernier lieu, il s’agira d’une décision politique mais affirme que « personnellement je préférerais un choix durable qui mette la priorité sur la performance requise ».
La future acquisition est préparée par une organisation de cent personnes qui vont décortiquer minutieusement, pendant quatre ans, toutes les candidatures en effectuant des tests et des simulations. « Chaque candidat sera démonté jusqu’aux derniers boulons et l’entretien du moteur en situation de crise testé sur des terrains de secours », assure le directeur de la programmation du ministère de la Défense, Lauri Puranen. Il précise que la Finlande achètera un système qui comprend un avion, des armes, des senseurs, des systèmes de soutien et une formation.
Selon lui, le prix ne sera pas le critère de l’acquisition. Il explique également que la compatibilité avec l’OTAN repose avant tout sur des modes de fonctionnement. C’est la raison pour laquelle les exercices jouent un rôle-clef car ils permettront de se mettre d’accord sur des mêmes règles et de vérifier que les technologies fonctionnent ensemble.
KS/20.7/16

Selon un sondage, les crises militaires préoccupent moins qu’avant les Finlandais
Un sondage commandé par Alma media révèle que les jeunes craignent davantage une attaque militaire que leurs aînés. Néanmoins, la différence entre les jeunes et les plus âgés apparaît désormais moins évidente qu’en 2016 où un tiers des jeunes (31%) estimaient qu’une attaque militaire les menaçait dans les dix années à venir, contre 20% aujourd’hui.
Cette même tendance est visible au sein de toute la population. Aujourd’hui, 6% des personnes consultées pensent que la Finlande fera l’objet d’une attaque armée dans les dix années à venir, 13% dans une période allant au-delà des dix années. A la fin de l’année 2016, les chiffres étaient respectivement de 9 et 14%.
Le professeur Jyri Raitasalo de l’Ecole des Hautes Etudes de défense nationale pense que la différence entre les générations est due aux activités militaires russes en Ukraine et en Syrie qui ont surtout eu une influence sur les jeunes.
AL/20.7/A14

Selon la société américaine F5, les réseaux finlandais ont fait l’objet d’attaques chinoises quelques jours avant le sommet Trump-Poutine
F5 qui ne fait que surveiller le trafic des réseaux, signale qu’elle n’a pas la preuve que les Chinois aient réussi leur campagne d’attaque sur la Finlande.
Le Centre de cyber-sécurité en Finlande enquête.
www.hs.fi

France – Finlande

Gastronomie

Bistro 14 à Tampere
Aamulehti publie une bonne critique du restaurant Bistro 14 à Tampere, dirigé par le chef français Marc-Olivier Kaniecki.
AL/ven/B5

Jeudi 19 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Accord UE – Japon

« Le plus grand accord de libre-échange conclu par l’UE » HS
Helsingin sanomat relève que, au lendemain de la rencontre à Helsinki des présidents russe et américain, l’UE a conclu un accord de libre-échange avec le Japon. Et la veille, l’UE et la Chine ont fait une déclaration commune pour s’engager en faveur du système commercial multilatéral.
L’experte du patronat finlandais EK Mme Saila Turtiainen estime que le protectionnisme promu par M. Trump a renforcé la volonté politique des autres acteurs en faveur du libre-échange. Elle estime qu’aujourd’hui l’UE va récupérer en Asie les positions laissées par les Américains.
HS

« La Finlande peut tirer profit de cet accord » KL
Kauppalehti estime que cet accord sera favorable à la Finlande. Le Japon est en effet, le second client de la Finlande en Asie et son 14ème partenaire commercial.
KL

Centre hybride

« Intérêt accru pour le centre finlandais » Dem
Demokraatti rapporte que le Centre de lutte contre les menaces hybrides, quia ouvert à Helsinki à l’automne, avec neuf pays en compte désormais 16. Le dernier à y adhéré a été la République tchèque.
On attend encore l’adhésion du Canada d’ici la fin de l’année.
Dem

Défense

« La défense européenne commune devient difficile sans l’apport de l’Allemagne » KL
Les chasseurs Tornado de l’armée allemande devront bientôt être remplacés et les Allemands auront à choisir entre une alternative européenne, l’Eurofigther ou l’américain F-35.
La semaine dernière à la réunion de l’OTAN, les diplomates allemands ont souligné qu’en optant pour l’Eurofighter d’Airbus, le gouvernement allemand conserverait son savoir-faire en Allemagne et en Europe. Par ailleurs, l’acquisition d’avions de combat par la plus importante économie nationale de l’UE garantirait la continuité des activités du consortium intereuropéen et renforcerait la défense européenne, écrit Kauppalehti.
KL17.7/A6

L’autre facette de la Suède
Parallèlement à la Suède qui promeut la paix dans le monde, il existe une autre Suède, un pays calculateur, maitre de la realpolitik et disposant du savoir-faire d’ingénieurs, ce qui lui permet de développer ses exportations d’industrie de défense de manière systématique depuis les années 2000. En dix ans, la valeur de ses exportations est passée de trois milliards de couronnes en 2001 à 14 milliards en 2011.
La Suède, désormais parmi les plus importants fabricants d’armes au monde, a même réussi à construire un chasseur moderne comme seules parviennent à le faire les grandes puissances. En 2011, la Suède était le plus gros exportateur d’armes au monde proportionnellement au nombre d’habitants. Cela signifie qu’elle passe devant des pays comme Israël ou la Russie.
Une coopération universitaire a commencé entre la Finlande et la Suède dans ce domaine en ce sens que la société suédoise Saab finance, d’ores et déjà, des thèses à l’université Aalto.
HS19.7.

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

« Une vague de projets de lois à l’automne » HS
La ministre des Affaires sociales et de la santé Annikka Saarikko a indiqué qu’elle avait demandé à son ministère de préparer de nombreux projets de lois liés à la réforme des services sociaux et de santé pour la session d’automne du Parlement.
Elle a précisé qu’elle avait réalisé avec son ministère de dresser la liste des projets de lois qu’il était indispensable de traiter avant la fin de la législature et la liste de ceux qui pouvaient être laissés au prochain gouvernement.
La présidente de la Commission des Affaires sociales et de santé du parlement Krista Kiuru (PSD) estime que le retard pris par le gouvernement dans la réalisation de cette réforme est dû au fait que le premier ministre Juha Sipilä avait décidé de ne pas poursuivre le projet de réforme du précédent gouvernement qui était basé sur des communautés de communes. Il avait préféré s’engager dans un autre modèle prenant en compte d’autres sujets que les services de santé et notamment une réforme créant des régions.
HS

Vrais Finlandais

Le ministre de la défense Jussi Niinistö cotise toujours pour les Vrais Finlandais
Kesksisuomalainen rapporte que le ministre de la D2FENSE Jussi Niinistö verse toujours une partie de son indemnité de conseiller municipal à Helsinki au parti des Vrais Finlandais qu’il a quitté il y a un an. Il se défend en disant qu’il s’agit d’un engagement qu’il avait pris avant la scission du parti.
KS

Mercredi 18 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet Helsinki 2018
Rencontre Trump – Poutine

« Trump est finalement revenu sur ses propos » HS
« Un très étrange sommet » HS
« Des connexions sur Israël, l’armement nucléaire et le gaz » HS
Helsingin Sanomat relève que si l’interférence russe dans les élections américaines a retenu l’attention de la conférence de presse, sur certains sujets les présidents ont exprimé des points de vue intéressant : Israël, les armes nucléaires et le marché du gaz.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que le Président américain est finalement revenu sur ses propos prononcés à Helsinki et a admis le lendemain que la Russie avait interféré dans les élections
américaines.
La correspondante à Washington du quotidien estime que ce qu’il restera du sommet d’Helsinki est un sentiment très étrange, même sur l’échelle de M. Trump, désormais critiqué par ses plus fidèles soutiens.
« Les effets les plus durables de la tournée européenne de Trump se feront sentir probablement en Europe. Même si l’OTAN semble renforcée sur le papier, Trump, par son chantage, a rendu la participation des Etats-Unis à l’oTAN conditionnelle. Et en nommant l’UE comme un ennemi, il a rejoint les mêmes rangs que Poutine. C’est très étrange du point de vue de l’UE », conclut-elle.
HS

« Pourquoi donc le sommet s’est-il tenu à Helsinki ? » HS
« Un sommet qui a coûté des millions d’euros à la Finlande » HS
Helsingin sanomat écrit que, selon ses sources, la partie russe aurait souhaité que le sommet se tienne à Vienne en Autriche. Ce serait finalement la partie américaine qui aurait préféré Helsinki.
Selon le premier ministre le sommet aurait coûté environ 10 millions d’euros à la Finlande, « mais cela valait la peine ».
HS KS

M. Niinistö soulagé
M. Sipilä satisfait
Le Président s’est déclaré soulagé à l’issue du sommet. Il estime qu’il y avait beaucoup plus de craintes que d’espoirs avant le sommet, notamment sur les relations transatlantiques, la sécurité européenne, l’Ukraine, la région baltique ou encore l’ordre international. « J’avais encore en tête en particulier les mots d’un sénateur américain qui m’avait dit : « Tu es le dernier chef d’Etat qui parlera avec Trump avant qu’il rencontre Poutine. Tout repose sur toi », a expliqué M. Niinistô qui considère que les menaces ne se sont pas réalisées, ce qui est donc un motif de grand soulagement.
Le Premier ministre Sipilä estime pour sa part que l’agenda de la rencontre était très large. Il cite notamment la Syrie, le désarmement nucléaire ou l’Ukraine.
« Poutine a mentionné l’accord de Minsk qui est important pour nous. Son respect dépend de la ruyssie et aussi de l’Ukraine. Et le message de Poutine aux Etats-Unis était de faire pression sur l’Ukraine pour que l’accord de Minsk puisse être mis en œuvre », déclare-t-il.
M. SipilPa n’avait pas de fortes attentes en matière de décisions concrètes, mais il juge que m’ouverture d’un dialogue était importante.
HS KS

Politique intérieure

Sondage sur la prochaine coalition gouvernementale

Une coalition « rouge-verte » la plus populaire
Hufvudstadsbladet publie les résultats d’un sondage effectué sur les différentes options concernant la coalition gouvernementale après les législatives.
21 % des personnes interrogées privilégient une coalition entre le PSD, l’Alliance des gauches, les Verts et le Parti suédois, alors que 11 % optent pour une coalition entre les trois plus grands partis, le PSD, le rassemblement national et le Centre, et 10 % pour une coalition entre le rassemblement national, le Centre, les Démocrates chrétiens et le Parti suédois.
21 % des personnes interrogées ne se prononcent pas.
Selon Lauri Karvonen, chercheur en sciences politiques, il s’agit d’une réaction à l’action du gouvernement actuel qui n’a pas réussi à faire passer la réforme des services sociaux et de la santé. Il rappelle que l’on a encore neuf mois avant les législatives.
Le Centre semble avoir plus de problèmes pour maintenir son audience que le rassemblement national.
HBL/5

Sondage sur l’audience des partis politiques

Le PSD continue à augmenter sa popularité
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage sur l’audience des partis. Les résultats montrent pour le PSD, qui arrive au premier rang, un score plus important que depuis plus de deux ans : 22,1 %.
Le Rassemblement national arrive au deuxième rang avec 20,2 % des intentions de vote, suivi du Centre, 15,3 % et des Verts, 13,2 %.
Le PSD est le seul à avoir une audience plus importante aujourd’hui qu’au début de l’année.
La position des partis reste la même depuis le dernier sondage. C’est en mars-avril que le PSD est passé au premier rang.
L’audience des partis du gouvernement s’élève à 36,8 %, contre 41,9 % l’été dernier.
M. Sipilä, Premier ministre centriste, estime qu’il revient aux personnes politiques de subir les critiques et la baisse de l’audience et de faire les réformes nécessaires. Au moment des élections, il est convaincu que les électeurs seront conscients du fait que les décideurs ont assumé leurs responsabilités.
M. Rinne, président du PSD, se félicite des nouveaux chiffres en estimant que le fait d’exprimer des initiatives plaît aux électeurs.
HS/A16

Sondage sur les soucis des Finlandais

Le changement climatique inquiète de plus en plus les Finlandais
Aamulehti publie un sondage sur les menaces pour l’avenir de la Finlande. 31 % des personnes interrogées considèrent le changement climatique comme une des trois menaces les plus importantes, contre 23 % il y a un an.
Pour 40 % des personnes interrogées, la division des Finlandais s’inscrit parmi les plus grandes menaces, le chômage inquiète 37 % des Finlandais (contre 46 % il y a un an), l’incapacité de la société de s’adapter au changement inquiète 36 % des personnes et le vieillissement de la population 34 % des Finlandais.
L’immigration, le terrorisme et l’éventualité d’une crise militaire ou de tensions accrus dans une région près de la Finlande inquiètent près de 30 % des personnes interrogées.
AL/A10

Présidence

Le Président Niinistö a subi une petite opération prévue à l’avance
Les journaux notent que M. Niinistö a subi une petite opération chirurgicale, hier, après laquelle il a pu rentrer le même jour. Selon un communiqué du secrétariat de la présidence, il se porte bien, mais ne pourra pas voyager durant une semaine, même s’il pourra travailler autrement.
HBL/5

Economie

Finnair
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le résultat de la compagnie aérienne Finnair correspond aux prévisions, mais que les perspectives sont plus faibles du fait du prix accru du kérosène et de la concurrence accrue concernant les vols asiatiques et nord-américains.
Ces dernières années, Finnair a pris de mesures pour diminuer les frais concernant la main d’œuvre, ce qui a été indispensable dans le contexte de la concurrence accrue, selon M. Vauramo, directeur général.
Le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 715 millions d’euros, et le bénéfice à 47,9 millions d’euros. Le chiffre d’affaires a augmenté de 13 % par rapport à la même époque l’année dernière, et le bénéfice de 28 %.
HS/A26

Mardi 17 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet Helsinki 2018
Rencontre Trump – Poutine

Titres
« Trump a lâché beaucoup de lest à Poutine » HS
« Trump 0 – Poutine 1 » KL
« Un but facile – Poutine tire et Trump contemple » AL
« Poutine : Bien sûr que je voulais Trump comme Président » Hbl

Résumé de la journée
Le Président américain et son épouse ont été reçus par le Président finlandais et son épouse dans leur résidence de Mäntyniemi pour un petit-déjeuner. Le Président finlandais a commenté cette rencontre en disant que les débats avaient été riches.
A la mi-journée, le Président finlandais a accueilli le Président Poutine puis le président Trump au Palais présidentiel.
Les présidents russe et américain ont brièvement parlé à la presse avant leur entretien bilatéral en tête-à-tête qui a duré près de deux heures et a été suivi d’un déjeuner entre délégations, puis d’une conférence de presse.
Le Président Poutine a commencé par déclarer que les discussions s’étaient bien passées. Il a déclaré que les relations entre les Etats avaient été difficiles, même s’il n’y avait pas de raison objective à cela. Cette rencontrer avait toutefois donné une opportunité pour un premier pas afin d’améliorer les relations. M. Poutine a déclaré qu’il fallait continuer la coopération pour poursuivre le programme START. M. Poutine a déclaré qu’il avait fait une proposition concrète pour limiter la propagation des armes nucléaires. Le président russe a aussi indiqué que les présidents avaient discuté de la sécurité régionale comme de la situation en Syrie. Il a aussi indiqué qu’ils avaient discuté de l’Urkaine. Selon lui, l’accord de Minsk est central pour résoudre la crise enUkraine.
Le Président Trump a jugé qu’avant la rencontre les relations entre la Russie et les Etats-Unis n’avaient jamais été aussi mauvaises, mais que l’on avait pu leur donner une nouvelle direction grâce à cette rencontre. Il estime que les présidents se comprennent désormais mieux.
La question de l’interférence russe durant la campagne présidentielle américaine a retenu une grande partie de l’attention de la conférence de presse et notamment des questions des journalistes. Le Président Trump a déclaré avoir interrogé le Président Poutine sur une interférence russe dans la campagne présidentielle américaine. Ils en ont parlé longtemps. Le Président Poutine a dénié toute interférence et a demandé aux journalistes de présenter des preuves de leurs allégations. Le Président Trump a déclaré qu’il croyait le Président Poutine.
Le président Trump a souligné que les discussions avaient été constructives. Il a déclaré que le Président Poutine pensait comme lui qu’il fallait arrêter la propagation des armes nucléaires. Concernant la Syrie, le Président Trump a indiqué que la Russie avait reconnu la frontière de cessez-le-feu entre Israël et la Syrie sur le Golan. Il a souligné que la coopération entre les Etats-Unis et la Russie pourrait sauver des milliers de vies. Le Président Trump a aussi déclaré que les deux pays partageaient l’idée qu’il fallait arrêter l’armement nucléaire iranien. Il a aussi dit que les deux pays coopéraient dans la lutte contre le terrorisme islamique.
A la fin de la conférence de presse, M. Poutine a offert un ballon de la coupe du monde au Président Trump.
Après la conférence de presse, le président Niinistö a eu un entretien avec le Président Poutine.
Le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini pour sa part a eu un entretien avec son homologue américain Mike Pompéo, ainsi qu’un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov. Il rencontrait M. Pompéo pour la première fois et ils ont discuté de relations bilatérales et de sécurité en Europe. Avec M. Lavrov, ils ont discuté des résultats de ce sommet Helsinki 2018.
Lors de sa conférence de presse, le Président Niinistö a déclaré qu’il ne souhaitait pas parler de ce qu’avaient discuté MM. Poutine et Trump.
Il a souligné que le choix de la Finlande pour cette rencontre était dû au fait que la Finlande était le pays le plus libre et stable au monde. Il a relevé que des médias avaient parlé de la Finlande comme pays neutre et a rappelé que la Finlande était membre de l’UE et avait des accords de coopération avec nombre de pays.
Il a aussi parlé de l’importance de l’Europe aux deux présidents et discuté avec M. Trump des exercices militaires dans la région baltique. Il leur a aussi parlé de l’Ukraine, la Russie et le désarmement nucléaire.
Il a déclaré que, pour sa part, il avait soulevé la question de l’arctique et en particulier de la suie. Selon lui, les deux présidents ont compris l’importance de ce problème.
Il estime que le principal message du sommet d’Helsinki est que MM. Poutine et Trump sont prêts à continuer les discussions sur des sujets difficiles. Ce qui est positif.
Selon lui, la communauté occidentale est unanime pour dire que l’on a besoin d’un tel dialogue. La Finlande est satisfaite d’en faire partie.
HS Yle

Editoriaux

« MM. Trump et Poutine ont entamé un dialogue » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet note que malgré l’absence d’initiatives ou de propositions concrètes, les deux Présidents ont souligné leur volonté de poursuivre le dialogue, y compris concernant le traité Start.
Un des objectifs du Président Poutine était d’atténuer l’isolement politique de son pays. Les images de la rencontre donnent du moins un signal visuel du fait que la Russie est en train de regagner le statut de grande-puissance. Rien pour cela, la rencontre était un succès pour M. Poutine.
Le fait que M. Trump n’ait même pas mentionné la Crimée – la raison la plus importante derrière les mauvaises relations entre les deux pays – fait que son appréciation était biaisée, selon l’éditorialiste.
HBL/5

« La démonstration de Poutine à Helsinki » AL
Aamulehti estime que si l’on a déclaré que la guerre froide était du passé, l’atmosphère lors du sommet et en particulier à la conférence de presse a prouvé le contraire. « Si l’on attendait un nouveau départ, la nouvelle ère ressemble effroyablement à l’ancienne – celle où l’URSS était forte. Poutine s’est présenté comme un vainqueur à la tête d‘une superpuissance. Et Trump a fait de son mieux pour que l’on y croit », écrit AL. « On s’en rappellera comme du sommet où Poutine a jeté une balle à Trump : la Russie mène la danse et les Etats-Unis se laissent conduire. Et le plus fort est que cela a lieu au moment où les Américains devraient demander des comptes aux Russes. […] Trump n’a pas rendu l’Amérique plus forte par ce sommet. Trump a fait de la Russie à nouveau une puissance forte et a remis Poutine au centre du terrain. En retour, il a reçu un petiut joujou, un ballon de foot ».
AL

Analyses et commentaires
« Une rencontre symbolique sans résultats concrets » HBL
La directrice de l’Institut de relations internationales Upi, Teija Tiilikainen, la rencontre s’est passée plus ou moins comme prévu. Les attentes n’étaient pas non plus très ambitieuses, selon elle, mais en tout cas, une longue liste de questions importantes a été évoquée. Il s’agira de suivre Twitter et voir si les entretiens mèneront à quelque chose.
Mme Tiilikainen n’exclut pas que la rencontre à Helsinki ouvre un nouveau canal de communication vers la Maison blanche.
Selon Benita Heiskanen, chercheur à l’Université de Turku et directrice de l’institut John Morton, il est clair que la question de l’intervention russe dans la présidentielle américaine devra être étudiée jusqu’au bout. Le cas n’est pas clos.
La journaliste d’Hufvudstadsbladet Anna-Lena Laurén, estime que les deux présidents s’apprécient et ne se soucient pas des critiques des autres. A une question posée sur les élections américaines, M. Poutine a dit qu’il avait bien souhaité que c’est M. Trump qui l’emporte du fait que celui-ci souhaitait améliorer les relations avec la Russie. « N’est-ce pas normal », d’aimer bien quelqu’un qui le souhaite, a-t-il noté. M. Poutine a souligné l’accord entre les deux pays concernant la coopération des autorités s’agissant des criminels. Mme Laurén note que tout en sachant que les Etats-Unis ne le feraient jamais, il a dit qu’à condition d’accorder à la Russie les mêmes possibilités concernant de ressortissants russes aux Etats-Unis, soupçonnés de crimes en Russie, son pays était prêt à accueillir un représentant officiel américain pour être présent à l’interrogatoire des douze suspects d’intervention lors des élections…
HBL/6-7

France

Tourisme

Biarritz
Hufvudstadsbladet présente Biarritz dans un article publié dimanche.
HBL/dim/30

Lundi 16 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Poutine à Helsinki

Programme de la journée
Le couple présidentiel américain qui est arrivé à Helsinki hier, est logé à Kalastajatorppa d’où il est parti ce matin à 9h25 à Mäntyniemi, résidence présidentiel, où après une cérémonie de bienvenue, il a eu un petit-déjeuner avec le Président finlandais Sauli Niinistö. Après la signature du livre d’honneur, les Trump sont rentrés à l’hôtel pour repartir à 12h40 pour le Palais présidentiel.
Le président Poutine devait arriver vers 13h. La signature du livre d’honneur au palais présidentiel ayant lieu à 13h05, suivie d’une cérémonie officielle de bienvenue à 13h10.
L’entretien bilatéral des Présidents américain et russe devait avoir lieu à 13h20, suivi d’un déjeuner de travail avec les deux délégations à 14h50.
Les Présidents donneront une conférence de presse à 16h50.
Ensuite M. Niinistö s’entretiendra avec M. Poutine.
Les Trump partiront à Washington à 18h55.
M. Niinistö donnera une conférence de presse à 18h30.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, rencontrera ses homologues, MM. Pompeo et Lavroff.

Manifestations
Des manifestations ont été organisées à Helsinki, hier. La principale, Helsinki Calling a réuni environ 2000 manifestants selon la police, 4000 selon les organisateurs. La manifestation consacrée à la défense des droits de l’homme, de la démocratie et de la paix s’est passée calmement.
Des discours ont été prononcés, dont ceux de l’écrivaine Sofi Oksanen, et de Frank Johansson (Amnesty Finlande).
Une manifestation en faveur du Président Trump a également été organisée, par les jeunes Vrais Finlandais. Elle a réuni une cinquantaine de personnes.
Plusieurs manifestations moins importantes sont prévues pour aujourd’hui, contre la politique de M. Poutine, en faveur de M. Trump, entre autres.
HS/lun/A10, HBL/lun/5

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

M. Rinne donnerait la gestion des services sociaux et de santé à des communautés de communes
Le Président du PSD souhaite garantir qu’à l’avenir aussi le secteur public assure la gestion et la production des services sociaux et de santé. Il est contre l’ouverture des services au privé. Il propose que ces services soient gérés par des communautés de communes.
AL

France

Sport

« La France est championne du monde » Yle
« La force de l’attaque des Bleus a battu la Croatie » Yle

Vendredi 13 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet de l’OTAN - Rencontre Trump–Poutine

« Trump a organisé une nouvelle scène dramatique » HS
Helsigin Sanomat rapporte que, lors de sa conférence de presse à Bruxelles, le Président américain a laissé entendre qu’il pourrait proposer au président russe, un moratoire sur les exercices militaires dans la région baltique.
Le Président Sauli Niinistö a déclaré que, pour sa part, il avait compris que le Président Trump n’en parlerait pas avec le Président Poutine.
« Cela fait partie des sujets que je soulèverait lors de ma rencontre lundi matin avec Trump, Pompeo et Bolton », a-t-il dit.
Concernant le dîner de Bruxelles, le Président finlandais a déclaré qu’il s’était déroulé dans une bonne atmosphère. « Il y a eu une vingtaine de prises de parole et aucune n’a remis en cause la coopération euro-américaine ni l’importance du travail transatlantique. Aucune n’a visé à diviser l’OTAN, au contraire ».
M. Niinistö estime que l’unité de l’OTAN est un message « fort » à l’égard de la Russie.
Le Président finlandais s’est déclaré très optimiste. « C’était un sommet de l’OTAN exceptionnel en raison des l’atmosphère de départ. Nous avons tous vu que l’on a eu évaluations les plus folles sur ce qu’il allait arriver et qui partirait au milieu du sommet. Mais en dépit de quelques moments vifs, l’OTAN a pu montrer jeudi qu’elle était unie et se renforcerait au moins financièrement. De mon point de vue rien de nouveau ne s’est passé, on en est resté aux conclusions qui ont été adoptées hier ».
Du point de vue de la Finlande, le plus important est l’opération de formation à Bagdad, à laquelle la Finlande a décidé de participer, ainsi que les conclusions sur l’élargissement de l’alliance qui permettent à la Finlande de maintenir la crédibilité de son option d’adhésion.
Le Président de la commission de la défense du Parlement, M. Ilkka Kanerva, qui était à Bruxelles, estime que l’objectif de 4% de dépenses militaires évoqué dans la presse n’est pas réaliste. « Nous savons à quel point il est difficile, même pour la Finlande, d’arriver à 2%, alors même que l’on doit peser tous les autres besoins de la société ».
Il considère qu’une course à l’armement ne renforcerait d’ailleurs pas la sécurité. Aujourd’hui, il faut se préparer à faire face aux menaces cyber, hybrides et de terrorisme aussi par d’autres moyens que militaires. « L’armement traditionnel n’est pas la seule réponse aux menaces d’aujourd’hui ». M. Kanerva estime que le sommet de Bruxelles a été un succès car les attentes en matière de division de l’oTAN ne se sont pas concrétisées. « J’ai néanmoins entendu que M. Trump était prêt à discuter de la présence de l’oTAN dans les pays baltes. Ce sont des spéculations inquiétantes. Je préfèrerais des déclarations plus positives. Les présidents [Poutine et Trump] pourraient au contraire par exemple approuver la préparation d’un mandat de l’ONU sur une opération de maintien de la paix en Ukraine orientale ».
HS

M. Soini rencontrera MM. Lavrov et Pompeo à Helsinki
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini rencontrera ses homologues russe et américain en marge du sommet entre MM. Trump et Poutine, lundi 16 juillet.
IS

UEM

M. Rehn souhaite accélérer la mise en place d’une garantie universelle de dépôt au niveau européen
Dans une interview accordée à Kauppalehti, le nouveau gouverneur de la Banque de Finlande déclare qu’il faut finaliser rapidement l’union bancaire. Cela nécessite la mise ne place d’une garantie de dépôt européenne.
« Le centre de gravité de la zone euro doit être la finalisation de l’union bancaire car c’est l’objectif principal en matière de stabilité du système bancaire et financier de la zone euro ».
M. Rehn estime que, depuis la crise financière, un développement positif a eu lieu. Les créances problématiques des banques ont diminué. « L’Espagne a réussi à revenir dans la moyenne européenne en ce domaine. L’Italie qui s’y est lancée plus tard a néanmoins réussi à diminuer ces créances de 16% à 11%M durant les deux dernières années. C’est une tendance positive et il faut que cela continue afin que les autres Etats membres soient convaincus du fait que ces problèmes du passé pourront être maitrisés ».
M. Rehn estime que l’on ne peut plus attendre en ce qui concerne une garantie des dépôts européenne. Elle doit être en place avant la prochaine crise.
M. Rehn considère aussi qu’il faut finaliser le fond de crise et il se réjouit de la décision prise par le conseil européen de juin en la matière.
M. Rehn considère aussi qu’il faut renforcer la capacité d’action du mécanisme européen de stabilité afin qu’il puisse prendre des décisions rapidement. S’il juge qu’à l’avenir aussi les décisions seront prises à l’unanimité, il considère qu’il faudrait permettre que, « pour des décisions de prêts et de programmes particuliers, le mécanisme européen de stabilité puisse prendre, comme le FMI, des décisions selon une procédure simplifiée et accélérée ».
KL

Politique intérieure

Gouvernement

Hausse de l’insatisfaction à l’égard du gouvernement
Helsingin Sanomat publie un sondage selon lequel 25% des Finlandais se déclarent satisfaits du gouvernement contre 39% d’insatisfaits. C’est le p^lus mauvais résulat du gouvernement depuis décembre 2016.
Le Premier ministre Juha Sipilä récolte 44% d’opinion négative pour seulement 29% d’opinion positive, soit un plus mauvais score que le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini (avenir bleu) avec 39% d’opinion négative et 24% d’opinion positive, et surtout le Ministre des Finances Petteri Orpo (Rassemblement national) qui a seulement 27% d’opinion négative et 42% d’opinion positive.
Le parti du Centre du Premier ministre ne récolte que 17% d’opinion positive et 42% d’opinion négative, alors que le Rassemblement national reçoit 24% d’opinion positive et 36% d’opinion négative.
Les partis de l’opposition non plus n’ont pas la faveur des Finlandais : les Verts reçoivent 20% d’opinion positive et 33% d’opinion négative, le PSD 18% d’opinion positive et 36% d’opinion négative et les Vrais Finlandais 8% d’opinion positive et 55% d’opinion négative.
HS

Economie

La Finlande a rattrapé son niveau d’avant la crise
Kauppalehtri rapporte que la croissance économique de la Finlande a atteint 2,8% l’année dernière. Elle a enfin quasiment rattrapé son niveau de 2008 : le pIB s’élevait à 198 milliards d’euros en 2008 et à 196 milliards d’euros à la fin de 2017.
Suite à la crise financière, le PIB finlandais avait diminué de 9% en 2009 et le niveau d’avant la crise n’a donc pu être rattrapé que dix ans après. Kauppalehti relève que pour les Etats-Unis il n’a fallu que trois ans pour rattraper le niveau d’avant la crise et pour les pays européens en moyenne que sept ans.
KL

Jeudi 12 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet de l’OTAN - Rencontre Trump–Poutine

« Trump critique ses alliés » AL
« Différend entre les Etats-Unis et l’Allemagne » HS
Aamulehti rapporte que le Président Trump, à Bruxelles, a critiqué l’Allemagne et demandé aux alliés d’augmenter leurs dépenses militaires. Le Président finlandais a commenté les critiques du président américain contre l’Allemagne. « On va voir comment la situation évolue. C’est assez intéressant ».
Concernant les demandes de Trump en matière de dépenses militaires, M. Niinistö estime que « c’est une demande récurrente des Etats-Unis depuis les années 1950. Si on prend des engagements il faut les tenir ».
AL

Editorial
Et si Trump faisait un Amexit ?
Aamulehti se demande si Trump pourrait sortir de l’oTAN. L’éditorial estime qu’il est au moins possible qu’il fasse un chantage à la sortie de l’oTAN sur ses partenaires.
AL

Près de 2000 journalistes attendus
Pour l’instant 1436 journalistes se sont accrédités pour le sommet d’Helsinki. De plus, on attend des journalistes dans les délégations des présidents américain et russe.
AL

Manifestation des écrivains
L’organisation PEN Finland organise sur l’esplanade à Helsinki une manifestation lundi 16 juillet. Des écrivains finlandais (Sofi Oksanen, Sirpa Kähkönen, Helena Sinervo et Nina Honkanen) liront des textes de l’écrivain ukrainien Oleg Sentsov.
AL

Immigration

Projet d’accord avec l’Allemagne
La Finlande s’attend à recevoir en juillet de l’Allemagne un projet d’accord bilatéral concernant les renvois de migrants. « L’objectif est de renforcer la règle des accords de Dublin », déclare le ministre finlandais de l’intérieur Kai Mykkänen. Il considère que cela permettrait même d’accélérer les procédures de renvois des migrants vers le premier pays où ils ont été enregistrés.
Le ministre finladnais est favorable à ce type d’accords qui soutiennent un modèle européen. Il espère que de tels accords pourront être signés avec d’autres pays.
AL

Maintien de la paix

Le nombre de casques bleus finlandais va diminuer
Il y a actuellement environ 500 casques bleus finlandais engagés dans neuf opérations de gestion de crise. D’ici la fin de l’année, leur nombre devrait diminuer d’une centaine en raison de la diminution des effectifs au Liban, en Irak et en Afghanistan.
Le général Jari kallio estime toutefois qu’il y aura certainement de nouvelles opérations auxquelles les Finlandais participeront.
AL

Politique intérieure

Lois sur le renseignement

Pas de calendrier en vue
Kesksisuomalainen rapporte que l’étude des projets de lois sur le renseignement au Parlement est toujours à l’arrêt et les présidents des commissions ne souhaitent pas se prononcer sur le calendrier de la procédure parlementaire. Ainsi le vice-président de la Commission de la Défense Mika Kari et le président de la Commission de l’administration Juho Eerola, responsables respectivement des projets de lois sur le renseignement militaire et civil estiment que la préparation des rapports parlementaires prendra des mois. Or, les commissions sont occupées par d’autres sujets, notamment la réforme des services sociaux et de santé.
Ils critiquent le gouvernement quoi veut faire porter la responsabilité de ce retard sur l‘opposition.
Keskisuomalainen rapporte qu’il s’agit en fait d’un paquet qui comprend :
-  Le projet de modifier la constitution afin de diminuer la protection de la correspondance privée au nom de la sécurité nationale ;
-  Le projet de contrôle du renseignement par la création d’un ombudsman spécifique ;
-  Le projet de loi sur le renseignement militaire ;
-  Le projet de loi sur le renseignement civil ;
-  La proposition parlementaire de créer une commission parlementaire chargé du contrôle du renseignement.
KS

France

Sport

Coupe du monde
« Manifestations de joie dans les rues de Paris » HS
« La France joue un autre tournoi que les autres » KS
« Le collectif français s’impose » Hbl
Keskisuomalainen estime que la coupe du monde est marquée par les difficultés des équipes favorites, sauf pour la France qui fait preuve de grande solidité.
KS

Sébastien Ogier pense rattraper Neuville
A la veille du rallye de Finlande, Kesksisuomalainen publie une interview du pilote Sébastien Ogier qui déclare notamment aimer le rallye de Jyväskylä qu’il a gagné en 2003.
KS

Mercredi 11 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Sommet de l’OTAN - Rencontre Trump–Poutine

« On se prépare au pire à Bruxelles » HS
« Une coopération de défense sans l’OTAN serait bancale » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les experts et diplomates estiment qu’à la veille du sommet de l’OTAN, « personne ne sait ce qui va se passer ». L’ambiance consistait à ce préparer au pire : personne ne sait comment M. Trump va se compter ni dans quel esprit il quittera le sommet.
Le spécialiste de politique de sécurité Kari Huhta rappelle que la base de l’existence et signification de l’OTAN est l’engagement des Etats-Unis et des autres membres dans la défense mutuelle. Il n’est pas non plus exagéré de dire que sans les Etats-Unis il n’y aurait pas d’OTAN ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Russie n’aime pas l’OTAN.
Les menaces se renforcent quand Trump exige dans un même souffle de l’Europe qu’elle augmente ses dépenses militaires et qu’elle fasse des concessions en matière commerciale. Il fait alors un chantage à la sécurité. En conclusion, M. Huhta estime qu’il faut espérer qu’à Bruxelles on réussira au moins à sauver l’OTA N.
HS

Editoriaux
« L’occident doit accepter une période d’incertitude » HS
Helsingin Sanomat estime que l’on « craint visiblement que M. Trump se dispute avec ses alliés européens sur les dépenses militaires au sommet de l’OTAN puis qu’il encense Poutine lundi à Helsinki. Cela ne sera pas forcément le cas. Mais le seul fait que cela soit possible est nouveau. C’est pourquoi les objectifs à Bruxelles et à Helsinki ne seront pas d’obtenir quelque chose mais plutôt de minimiser les dommages. L’Europe doit s’habituer à une période d’incertitude et apprendre à tirer profit de ses propres forces, qui ne manquent pas ».
HS

Brexit

Editoriaux
« On avait promis un gouvernement fort et stable, il est faible et instable » HS
« La situation de Mme May est fragile » IS
« La ligne du Brexit doux emporte une victoire » KL
Helsingin Sanomat estime que Mme May ne dirige pas le Brexit, ni son gouvernement ni même son parti. Mais l’affaiblissement de la position de Mme May est aussi un problème pour l’UE qui a du mal à voir avec quel mandat Mme May négocie. Si l’UE continue à tenir à ses exigences, qui sont par ailleurs fondées, la situation de Mme May va encore s’affaiblir juge HS.
Ilta-Sanomat juge pour sa part que la crise actuelle fait apparaître encore plus le Brexit comme une énorme catastrophe, fragilise la position du gouvernement et pourrait conduire à une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord.
Kauppalehti relève que les Britanniques auraient tort de croire qu’ils pourraient conserver tous les avantages d’une adhésion européenne sans avoir à en respecter les devoirs et en assumer les coûts.
HS IS

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD parti préféré pour la prochaine coalition gouvernementale
Interrogé sur les partis qu’ils souhaiteraient voir dans la prochaine coalition gouvernementale, 45% des Finlandais souhaitent y voir figurer le PSD, devant les Verts et le Rassemblement national, 37% chacun, suivis du Centre, 36%.
KS

Economie

Nokia

Un accord d’un milliard d’euros avec la Chine
Nokia a signé un contrat avec le téléopérateur China Mobile pour livrer des réseaux (dont la 5G) pour une valeur de 900 millions d’euros.
HS

Mardi 10 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Poutine

La manifestation reportée
La principale manifestation organisée pour ce sommet, Helsinki Calling, a finalement suite aux discussions des organisateurs avec la police, été reportée à la veille du sommet, soit dimanche 15 juillet.
HS

Les contrôles aux frontières
La Finlande va rétablir pour quatre jours à partir de vendredi les contrôles aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen.
HS

Défense

La Finlande et la Suède signent un mémorandum sur la défense
A l’occasion du centenaire de la marine finlandaise, le ministre finlandais de la défense Jussi Niinistö et son homologue suédois Peter Hultqvist ont signé un mémorandum sur la coopération entre la Finlande et la Suède en matière de défense. Ce document servira de base à la coopération de défense entre les deux pays. Il ne comprend toutefois pas de clause d’assistance mutuelle.
HS

Exportations

Augmentation des exportations finlandaises
Sur les cinq premiers mois de l’année (janvier-mai), les exportations finlandaises ont augmenté de 6,9% par rapport à l’année précédente.
HS

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La plainte contre Mme Kiuru sera étudiée à l’automne
La plainte déposée par les députés du Centre ainsi que le député de l’Avenir bleu auprès du présidium du parlement contre la façon dont la présidente de la Commission, Mme Krista Kiuru, a dirigé l’étude de la réforme des services sociaux et de santé sera étudiée à la rentrée parlementaire à l’automne, a indiqué la Présidente du parlement Mme Risikko.
La rentrée parlementaire aura lieu le 4 septembre.
AL

Mouvement Liike Nyt

M. Harkimo votera contre la réforme des services sociaux et de santé
Le député Harry Harkimo a indiqué qu’à l’issue de la consultation sur Internet qu’il avait lancé sur le site Liikke Nyt, il a décidé qu’il voterait contre le projet du gouvernement de réforme des services sociaux et de santé.
Ilk indique que 90% des personnes qui ont répondu à ce sondage souhaitaient que les services sociaux et de santé soient développés sur la base du modèle existant.
AL

Liike Nyt ouvre un bureau et emploie quatre personnes
Le mouvement Liike Nyt lancé par le député Harry Harkimo (Rassemblement national) et l’ancien secrétaire du PSD Mikael Jungner a indiqué que son site internet comptait 10 000 abonnés. La première étude sur le site a récolté 3500 votes.
Le mouvement a ouvert un bureau à Helsinki et compte quatre employés à plein temps.
HS

Lundi 9 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Poutine

« Un sommet écrit d’avance » AL
« De nombreuses crises internationales à régler » HS
« Où Trump sera-t-il logé ? » HS
Les médias s’interrogent sur les lieux où se déroulera le sommet Trump – Poutine à Helsinki. Le Palais Finlandia servira de centre de presse. Il semble que le président Trump rencontrera le Président Niinistö au Palais présidentiel.
Par ailleurs, la presse pense que le président Trump séjournera au nouvel hôtel Saint-Georges.
La police s’attend à ce que la principale manifestation organisée pour ce sommet, Helsinki Calling, rassemble jusqu’à 15 000 personnes, certains venant y compris de l’étranger. Le lieu de la manifestation sera fixé par la police une fois que le lieu de la rencontre entre les présidents sera connu. La police ne souhaite pas laisser les manifestants approcher trop près.
Concernant les sujets de discussions, l’ancien ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja (PSD) estime que les questions à aborder lors d’un tel sommet constituent une liste sans fin. En plus des crises actuelles, il mentionne surtout la question du désarmement car on assiste selon lui à une nouvelle course à l’armement.
Le député Pertti Salolainen (Rassemblement national) pour sa part craint que MM. Trump et Poutine s’entendent sur le dois des Européens.
HS AL

Défense

La Marine finlandaise va acheter ses nouveaux missiles à Israël
La presse rapporte que la Marine finlandaise a décidé d’acheter ses nouveaux missiles mer-mer qui équiperont les navires de classe Hamina et de classe Laivue 2000. MLe choix s’est porté sur les missiles israéliens Gabriel.
Il s’agit d’une aquisition d’un montant de 162 millions d’euros, plus une option de 193 millions d’euors.
La presse rapporte que le constructeur suédois était favori.
Des députés de l’opposition ont critiqué le choix d’armement israélien.
HS

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Sondage : Le Finlandais estiment qu’il ne faut pas se presser pour cette réforme
Selon un sondage publié par Helsingin Sanomat, 53% des personnes interrogées estiment qu’il n’est pas important que la réforme des services sociaux et de santé puisse être approuvée par l’actuelle législature.
Seulement 29% des Finlandais considèrent qu’il serait important de le faire avant les élections. Il s’agit surtout des sympathisants du parti du Centre du premier ministre Juha Sipilä.
HS

La commission des Affaires sociales et de la santé part en vacances dans une ambiance tendue
La Commission des Affaires sociales et de la santé a tenu sa dernière réunion vendredi. Elle se réunira une seule fois durant l’été, le 20 août.
A l’issue de la dernière réunion, les députés du Centre ainsi que le député de l’Avenir bleu ont signé une plainte auprès du présidium du parlement pour critiquer la façon dont la présidente de la Commission, Mme Krista Kiuru, dirigeait l’étude de la réforme. Ils estiment qu’elle freine cette étude.
Le présidium a peu de moyens d’intervenir sur le travail des commissions, relève Helsingin Sanomat.
Le quotidien rapporte que le Premier ministre a annoncé pour objectif que les premières élections régionales puissent se tenir en mai 2019. A l’issue de la réunion de la Commission de vendredi, l’atmosphère était plutôt au fait qu’il serait difficile d’atteindre cet objectif, rapporte le quotidien.
Tant le PSD que les Verts ont annoncé par ailleurs qu’ils modifieraient cette réforme s’ils entraient au gouvernement en 2019.
La politologue Jenni Karimäki considère qu’il est probable que la réforme SOTE soit au menu du prochain débat électoral. « Quand on pense que le gouvernement a assez bien réussi en politique économique et d’emploi, il semble que la réforme Sote sera le moyen pour l’opposition de critiquer le gouvernement. Mais bien entendu les possibles modifications à attendre dépendront de la dynamique de la prochaine coalition ».
HS

Gouvernement

Le gouvernement a réussi l’impossible
Helsingin Sanomat rapporte que le taux d’emploi était en mai de 71,4%. Il semble très probable que le gouvernement va réussir à ramener le taux d’emploi à 72% l’année prochaine, soit l’objectif qu’il s’était fixé et que la plupart des économistes jugeaient irréalisable il y a encore un an et demi.
Depuis mars 1990, le taux d’emploi n’avait jamais été aussi élevé en Finlande.
Les économistes considèrent toutefois que l’augmentation de l’emploi est principalement due au fait que la Finlande a enfin réussi à bénéficier de la croissance économique internationale. « Les actions du gouvernement Sipilä, comme le pacte de compétitivité et le modèle d’activation des chômeurs n’ont, selon les économiques, eu qu’au plus un petit effet positif », écrit HS.
HS

France – Finlande

Mode

Paola Suhonen fête ses 20 ans de carrière à Paris
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le défilé des 20 ans de Ivana Helsinki de Paola Suhonen à Paris.
HS

Vendredi 6 juillet

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Poutine

Le palais présidentiel accueillerait la rencontre ?
Helsingin Sanomat note que le Président américain arrivera à Helsinki le dimanche 15 juillet, veille de sa rencontre avec son homologue russe. Selon un représentant de l’administration américaine, M. Trump rencontrera ce jour-là des membres du personnel de l’ambassade des Etats-Unis à Helsinki.
Lundi, il aura un entretien avec le Président Sauli Niinistö au palais présidentiel avant son entretien avec M. Poutine. Le secrétariat du Président finlandais ne confirme pas pour autant que la rencontre Trump-Poutine aurait elle aussi lieu au palais présidentiel.
Selon le représentant de l’administration américaine, les entretiens entre MM. Trump et Poutine concerneront essentiellement la politique de sécurité. Des sujets comme le conflit syrien et la surveillance d’armement nucléaire ont été évoqués.
Un avion des forces aériennes américaines a atterri à l’aéroport de Helsinki-Vantaa, hier. Des colis auraient été transportés à l’hôtel St. Georges à Yrjönkatu en centre-ville. Les journaux spéculent sur la possibilité que le Président américain soit hébergé à cet hôtel.
HS relève que selon Petteri Järvinen, spécialiste en matière de sécurité informatique, le renseignement et l’espionnage visant la Finlande pourraient augmenter à la veille de la rencontre. Les ambassades des Etats-Unis et de la Russie sont en train de mettre au point leurs équipements d’espionnage et de contre-espionnage, selon lui. Des cibles finlandaises pourraient être la police, la Sûreté nationale et le renseignement des Forces armées.
HS/A3, A18-19

Point de vue ; « Peut-on compter sur un vrai dialogue ? »
Hufvudstadsbladet publie un billet d’Yrsa Grüne, qui rappelle que pour un dialogue, la force et le pouvoir ne suffisent pas, car il faut beaucoup de sagesse pour arriver à des compromis. Elle estime qu’il n’y a pas lieu d’être particulièrement optimiste en ce qui concerne la sagesse, compte tenu des expériences de ces dernières années concernant les Etats-Unis et la Russie.
HBL/17

Politique intérieure

Partis politiques

Vrais Finlandais
Yle rend compte des propos d’Unto Hämäläinen, journaliste politique de longue date, qui s’attend à une campagne électorale agressive de la part des Vrais Finlandais. Le parti qui a vu son audience augmenter dans le dernier sondage, se situe actuellement cinquième devant l’Alliance des gauches. M. Hämäläinen rappelle que comme les subventions pour les partis politiques sont définies une fois pas législature, aux prochaines élections ce parti aura à sa disposition des crédits correspondant à presque 40 députés, même si le parti a été divisé en deux avec la création des Bleus.
Le président du parti, Jussi Halla-aho, actuellement député européen, a annoncé qu’il rentre en Finlande pour les législatives.
Yle

Ministère de la Défense

Nomination
Le gouvernement a nommé Mme Niina Hyrsky directrice de la communication du ministère de la Défense pour une période de cinq ans. Comme il s’agit d’une amie de la famille du ministre, Jussi Niinistö, celui-ci n’a pas voté.
HS

Jeudi 5 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Rencontre Trump – Poutine

Un retour du contrôle des frontières
Un défi pour la police d’Helsinki
Au moins quatre manifestations
La Finlande envisage de réintroduire temporairement les contrôles aux frontières Schengen à l’occasion de la rencontre Trump-Poutine à Helsinki. Cela avait été fait déjà en 2005 pour les championnats du monde d’athlétisme et en 20°08 pour le sommet des ministres des affaires étrangères de l’OSCE.
Le quotidien souligne aussi à quel point le sommet constitue un défi pour la police d’Helsinki chargée d’ne assurer la sécurité.
La police a reçu des demandes d’au moins quatre manifestations. Il y a notamment les Jeunes du Rassemblement national qui manifesteront contre Poutine et sa politique en Ukraine et contre Trump et sa politique commerciale. Il y a aussi une manifestation Helsinki for Human Rights qui se veut grand public. Il y a enfin une manifestation organisée par les Russes résidents en Finlande.
HS

La conférence de presse au Finlandia
On ne connait toujours pas le lieu de la rencontre entre Poutine et Trump mais le centre de presse sera organisé au palais Finlandia, rapporte HS qui rappelle qu’il a été créé pour accueillir la CSCE de 1975 à laquelle ont participé MM. Ford et Brejnev.
HS

De longues traditions de rencontres en Finlande
STT rapporte qu’Helsinki a accueilli de nombreux sommets américano-russes. Il y a notamment eu des réunions multilatérales : les négociations SALT de 1969 à 1979 et surtout le sommet de la CSCE en 1975.
Plus récemment il y a eu la rencontre entre Bush et Gorbatchov en 1990 et celle entre Clinton et Eltsine en 1997.
STT rappelle que la rencontre entre Bush et Gorbatchov à Helsinki avait été annoncée par Moscou et Washington avant même que Russes et Américains aient informés Helsinki.
KS

« Les médias ne doivent pas tomber dans le piège du « On parle de nous » Dem
L’éditorialiste de Demokraatti souligne que le sommet Trump – Poutine constitue une rencontre internationale de très haut niveau pour Helsinki. L’éditorialiste souligne que les médias finlandais ne doivent pas se contenter d’écrire sur le fait que l’on parle de la Finlande dans les médias internationaux. Il faut aussi des analyses critiques sur les intentions réelles de ces chefs d’Etats.
Dem

Défense

« Le marché des avions de combat aura besoin d’un prix plafond » SK
Suomen Kuvalehti publie un article du spécialiste de l’aviation Jyri Raivio qui était au centenaire de l’armée de l’air finlandaise où étaient présents les candidats au marché HX de remplacement des avions de combat de la Finlande.
Si on demande à un pilote d’avion de chasse finlandais quel serait le meilleur prochain avion pour la Finlande, il répond que « sincèrement il n’en a aucune idée ». Il sait bien que le processus de choix sera long et complexe et qu’aujourd’hui personne ne sait l’appareil qui sera choisi.
M. Raivio relève que jusqu’à présent c’est le F35 qui a été le plus présent dans les médias, mais souvent pour des raisons négatives en particulier sur son coût. Ce que le constructeur dément. De même les gens de Boeing soulignent que leur appareil est compétitif en terme de prix. Et ceux de Saab considèrent que le Grippen est le moins cher tant pour l’achat que le coût d’utilisation.
M. Raivio rappelle que lors de l’achat précédent des F-18 Hornet il s’agissait seulement d’acquérir des appareils. Aujourd’hui c’est une solution globale qui est demandée : avec l’achat des armes et des sensors intégrés dans l’appareil.
L’appel d’offre contient aussi deux exigences importantes. Il ne faut pas que le coût d’utilisation du nouvel appareil diffère sensiblement de celui des appareils actuels. Et d’autre part, la Finlande souhaite que son industrie de défense tire profit à raison de 30% du coût d’achat, soit jusqu’à 3 milliards d’euros. Or, il s’agit d’en faire profiter principalement Patria et sa filiale Millog ainsi que l’entreprise familiale Insta. Une somme importante pour des entreprises dont le chiffre d’affaire total est de moins d’un demi-milliard d’euros. Cela signifie qu’il sera difficile d’y arriver sans que les appareils soient montés en Finlande (comme ce fut le cas pour les F18 Hornet, dont, en plus certains composants ont été fabriqués ici, ce qui n’a toutefois pas pu faire monter la part finlandaise au-delà de 15%).
Jyri Raivio estime qu’il est impensable d’imaginer que les F35 soient montés en Finlande.
Jyri Raivio souligne que l’envoi des appels d’offres a lancé un long marathon dont la ligne d’arrivée se profile à environ trois ans.
Mais avant cela il faudra prendre des décisions politiques importantes. Le futur avion de combat devra respecter le cadre budgétaire. Or ce dernier n’a pas été fixé. On parle de 7 à 10 milliards d’euros, soit une fourchette très large (quand on sait que le budget total de la défense est de moins de trois milliards d’euros). Les militaires devront donc savoir de quel budget ils disposent d’autant plus qu’il faudra commencer à payer à partir de 2021. Le moment naturel d’en parler sera donc les négociations pour former le prochain gouvernement au printemps 2019.
Les dirigeants politiques doivent aussi décider quel sera le meilleur choix en termes de politique étrangère et de sécurité. La seule capacité militaire de l’appareil ne saurait être le seul critère de choix.
Si la Finlande est proche des Etats-Unis en matière de défense, elle insiste aussi sur la coopération avec la Suède. Et les dirigeants finlandais, en particulier le Président de la république, insistent fortement sur le développement de la politique de défense commune de l’UE. Une défense propre de l’UE, indépendante de celle des Etats-Unis devenus si imprévisibles, restera cependant une chimère tant que l’UE ne disposera pas d’une industrie de défense suffisamment forte. Et elle n’en aura pas tant que les principales acquisitions de défense se feront auprès des Américains.
En conclusion Jyri Raivio estime que Boeing qui a fait venir deux avions Growler au meeting de Tikkakoski pour féliciter l’armée de l’air finlandaise s’en serait sorti moins cher avec un bouquet de fleurs.
SK

Politique intérieure

Partis politique

Sondage : Le PSD toujours en tête, forte poussée des Vrais Finlandais

Selon un sondage publié par Yle, le PSD est toujours en tête des partis politiques avec 20,3% (+0,3) devant le parti du Rassemblement national 19,7% (+0,4) et le Centre qui décline à 16,6% (-1).
Le parti des Verts est à 13,9% (-0,5), mais ce sont les Vrais Finlandais qui progressent le plus à 10,3% (+2) et ont dépassé l’Alliance des Gauches à 8,6% (-0,3).
Armi les petits partis, les Chrétiens-démocrates sont à 3,6% (+0,2), le parti populaire suédois à 3,3% (-0,6) et les Bleus à seulement 1,1% (-0,6 point soit un tiers de leur audience).

Analyse : Les Vrais Finlandais grignotent l’audience du PSD
Yle rapporte que même si le PSD a encore légèrement augmenté son audience il semble perdre des électeurs au profit des Vrais Finlandais. Cela se voit chez les hommes salariés, un électorat où dans les années précédentes aussi il y a eu des transferts entre ces deux partis, notamment dans les zones touchées par le déclin industriel.
Mais le PSD a réussi en même temps à augmenter son audience auprès d’autres électeurs et principalement des retraités. Il semble que les promesses d’Antti Rinne d’augmenter le minimum vieillesse aient eu un écho.
La baisse du Centre a été principalement relevée durant les deux dernières semaines et dans les zones acquises à ce parti (Nord et Est de la Finlande), ce qui fait penser que le report de la réforme des régions et des services sociaux et de santé n’a pas plus à ses électeurs.
Il est un fait que le Centre semble plus touché par l’usure du pouvoir que son parti au gouvernement le Rassemblement national. Une raison en est certainement que les électeurs de ce parti ne sont pas enthousiastes sur la réforme des régions. Et les centristes se demandent même si le parti lui-même est réellement intéressé par cette réforme.
Quant aux Bleus, leur avenir ne cesse de s’assombrir. Ils sont battus à plate couture par les Vrais Finlandais.
Yle souligne aussi que si les autres partis non représentés au parlement semblent recueillir 2,6% c’est le parti des pirates qui est le plus souvent mentionné, loin devant le mouvement de M. Harkimo ou celui de M. Väyrynen.
Yle

« Antti Rinne se réjouit de sa popularité » HS
Suite au sondage publié hier, Helsingin Sanomat a interrogé le Président du PSD sur sa popularité. Il admet que se sondage n’est pas surprenant et, « si l’on regarde la fonctionnement du gouvernement, le résultat serait le même quel que soit le président du premier parti d’opposition ».
Il souligne que l’on n’a cessé d’accuser le PSD de ne pas faire de propositions et qu’aujourd’hui on lui reproche d’en faire trop. Il estime qu’il ne va cesser de répéter ses initiatives. Il considère aussi qu’il semble très probable que l’on débattra de la réforme des services sociaux et de santé lors du débat électoral.
HS

Editorial
« La popularité d’Antti Rinne n’est pas due à Antti Rinne » HS
Helsingin Sanomat rappelle que M. Rinne a fait des propositions sur les pensions ou le système de retraite ou encore de revenir sur des décisions du gouvernement actuel. Mais il ne semble pas que ces initiatives destinées à ses électeurs soient la raison principale de sa popularité. Le fait que son audience soit surtout expliquée par l’impopularité du gouvernement pourrait être un problème pour M. Rinne estime HS. En effet, cela le fragilise. Et il faut espérer que cela ne pousse pas le PSD à se lancer dans des promesses intenables, conclut HS.
HS

Economie

Forte croissance et amélioration de l’emploi
Le Ministère de l’Economie prévoit une croissance de 2,9% pour cette année et de 1,8% pour 2019.
Le ministère estime que le taux d’emploi va passer à 72% cette année et 72,1% l’année prochaine. Les créations nettes d’emploi sont évaluées à 43 000 cette année et 30 000 l’année prochaine. Le taux de chômage devrait diminuer à 7,7% cette année et 7% l’année prochaine.
C’est surtout dans le secteur des services que l’emploi augmente.
Yle

Transport

Uber reprend ses activités en Finlande
A la faveur de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les taxis, la société Uber a recommencé à fonctionner dans la région d’Helsinki hier.
La société annonce qu’elle va augmenter le nombre de ses chauffeurs à mesure qu’ils obtiendront les licences de Trafi.
Uber avait du cesser ses activités en Finlande l’été dernier car ses chauffeurs avaient été condamné pour exercice illégal du métier de taxi.
HS

France

Culture - Tourisme

Delacroix, le volcan du Louvre
Helsingin Sanomat présente l’exposition Delacroix qui se tient actuellement au musée du Louvre. Le critique Harri Mäcklin estime qu’il s’agit de l’exposition à ne pas manquer pour tous les passionnés de l’histoire de l’art.
HS

Francophonie

Une spécialiste francophone du Kalevala honorée
Helsingin Sanomat présente la suissesse Juliette Monnin-Hornung récemment décorée par la Finlande pour son travail sur le Kalevala.
Elle a publié en 2015 Le Kalevala – ses Mythes, ses Divinités, ses héros, sa Magie. C’est aussi à elle que l’on doit la réédition en 2005 de la traduction du Kalevala en français de Jean-Louis Perret.
HS

Mercredi 4 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

OTAN

Le Président Niinistö au sommet de l’OTAN
Le Président Sauli NiinistÖ participera au sommet de l’OTAN à Bruxelles la semaine prochaine. Il est invité au dîner des chefs d’Etat mercredi ainsi qu’à la réunion sur l’opération de gestion de crise en Afghanistan organisée le jeudi.
KS

Allemagne

« L’Allemagne trouve une solution qui crée d’autres problèmes » HS
« Le jeu du un contre tous l’emporte dans l’UE » KL
« Un accord qui risque de mettre à mal l’UE » AL
Helsigin Sanomat estime que si Mme Merkel pensait que l’Allemagne pouvait éviter de créer un effet de domino en Europe avec ses décisions migratoires, c’est sans doute raté. Le quotidien pense que le chancelier autrichien Sebastian Kurz pourra en tirer profit en refusant de se présenter comme la victime de l’accord allemand.
Kauppalehti considère que si l’on laisse un seul Lander allemand faire un chantage aux Etats membres de l’UE, il sera difficile de le refuser à la Hongrie ou la Pologne. Et pourquoi pas la Finlande ? Mme Merkel a sauvé sa place mais perdu une grande partie de son autorité politique. « Le Président français n’a désormais plus à Berlin un allié fort qui lui permettrait de réaliser les réformes dans l’UE. La seule Bavière peut s’y opposer », relève le correspondant à Munich du quotidien qui pense que l’on peut s’attendre à ce que la CSU perde toutefois les élections d’automne.
Le politologue Kimmo Elo estime, dans cet épisode, Mme Merkel a montré sa faiblesse et le fait qu’elle pouvait céder au chantage. Selon lui, les pays au voisinage de l’Allemagne comme la Pologne, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie vont essayer de tirer profit de la faiblesse de Mme Merkel. « Désormais, trouver une solution européenne sera encore plus difficile. »
HS KL KS

Editoriaux
« Un compromis qui pose des questions » KS
« Mme Merkel sur un tabouret bancale » AL
« Mme Merkel a gagné le bras de fer » HS
Helsingin Sanompat estime que M. Seehofer a obtenu des concessions mais sera certainement désavoué par son parti dont l’audience continue de baisser.
Pour Keskisuomalainen il serait bon que l’Allemagne dispose d’un gouvernement solide.
Aamulehti s’inquiète que les populistes anti-migrants arrivent à ébranler les fondements et la cohésion de l’UE.
HS AL KS

Rencontre Trump – Poutine

Une rencontre à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que la rencontre entre lesq présidents russe et américain aura lieu à Helsinki et non dans le manoir de Vantaa du gouvernement jugé trop petit.
Le lieu de la rencotnre n’est pas connu.
On s’attend à un afflux de 2000 personnes à Helsinki pour ce sommet.
La presse rapporte que la police a aussi reçu au moins quatre demandes de manifestations pour le 16 juillet par diverses organisations.
HS yle

Défense

Le Rafale était bien en vue à Tikkakoski
Aamulehti rapporte que « Dassault qui jusqu’à présent était discret en Finlande a présenté son avion Rafale lors du meeting aérien de Tikkaksoski en juin ».
Le constructeur français a mis en exergue la capacité de son avion qui a été testée en conditions réelles : l’appareil peut se prévaloir de plus de 250 000 heures de vol dont plus de 30 000 lors d’opérations de combat. Les attaques en Syrie a u printemps ont même été des opérations de plus de dix heures, relève AL.
Dassault estime que le Rafale est capable de voler plus de 1000 heures par an et même de 150 heures par mois. Il faut néanmoins avoir à l’esprit que les besoins de l’armée de l’air finlandaise sont probablement moindres.
Le quotidien de Tampere publie aussi une interview du représentant de BAE sustem Stephen Young, présent lui aussi à Tikkakoski et qui estime que même si la France e tl’Allemagne préparent le nouvel avion de combat qui remplacera l’Eurofighter, ce dernier sera certainement lui aussi probablement encore en activité dans les années 2060.
AL

Politique intérieure

Partis politique

« Antti Rinne est désormais le favori comme prochain Premier ministre » HS
Selon un sondage publié par Helsingin Sanomat, le président du PSD Antti Rinne est considéré par les Finlandais comme le favori pour devenir le prochain Premier ministre.
A la question de savoir « quel est votre favori comme prochain Premier ministre ? » 22% répondent Antti Rinne (PSD), 20% Petteri Orpo (Rassemblement national), et 16% Juha Sipilâ (Centre). Les autres dirigeants de partis sont loin derrière : 3% pour Li Andersson (Alliance des Gauches), 2% pour Jussi Halla-aho (Vrais Finlandais) et 1% pour Touko Aalto (Verts).
L’autre question posée lors de ce sondage est moins favorable au PSD, relève Helsingin Sanomat.
En effet, à la question de savoir quelles sont les raisons du succès du PSD dans les sondages actuels, les personnes interrogées répondent que le succès du PSD est dû pour 61% « au désenchantement général contre le gouvernement », pour 29% à « la médiocrité des partis de la coalition gouvernementale », pour 15% à la médiocrité des autres partis de l’opposition, pour 8% aux propositions et initiatives du PSD et pour 3% à la personnalité du président du PSD Antti Rinne.
La politologue Jenni Karimäki considère que ces résultats ne sont pas étonnants car ils reflètent les audiences des partis dans les sondages actuels. Elle estime aussi que le désaveu contre le gouvernement et les partis de la coalition est le résultat des blocages sur la réforme des services sociaux et de santé. « On considère que le président du principal parti d’opposition constitue une alternative à la situation présente », souligne-t-elle. Mais elle considère que le faible résultat pour l’idéologie ou le président du parti seront un défi à relever pour le PSD dans la future campagne électorale.
Elle rappelle aussi que les élections législatives sont considérées comme des élections pour le poste de Premier ministre. « La popularité du Président du parti a toujours un effet sur les électeurs potentiels de l’ensemble des candidats du parti ».
HS

Economie

Il faut s’attendre à une croissance à 2%
L’économiste du patronat EK, M. Penna Urrila, estime que les entreprises doivent se préparer à un tassement de la croissance de près de 3% actuellement autour de 2% l’année prochaine.
Kauppalehti rapporte que les entreprises se plaignent actuellement de freins à la croissance comme le manque de main d‘œuvre.
M. Urrila souligne aussi que les tensions sur la politique commerciale internationale ont aussi des effets qui peuvent toucher les entreprises qui ont des liens avec l’économie et les marchés internationaux.
KL

Banque de Finlande

M. Välimäki entre au directoire
Tuomas Välimäki a été nommé comme membre du directoire de la Banque de Finlande. Il travaillait dans cette institution depuis 1995 et était à la tête de la direction de la politique monétaire et de la recherche depuis 2013.
KL

Nokia

Nokia recrute pour la 5G
Aamulehti rapporte que Nokia a du mal à recruter pour le développement de la 5G en Finlande. Des dizaines d’offres d’emplois sont actuellment vacantes à Tampere et Oulu pour le développement de la 5G.
AL

Mardi 3 juillet 2018

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« Une solution minimale – Un pansement sur les plaies des migrations » HS
Helsigin Sanomat rapporte que le conseil européen a accouché, sur les questions migratoires, d’une « solution à minima qui ne cache pas le fait que l’union est incapable de trouver une réponse globale pour gérer et maitriser les migrations ».
Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä a défendu les décisions « par lesquelles on essaie de sauver des vies humaines et de diminuer les trafics clandestins ainsi que la circulation des migrants d’un pays européen à l’autre. L’UE renforce aussi son soutien aux pays africains afin que les personnes n’aient plus à partir pour des raisons économiques ».
Le conseil a aussi conclu que l’UE devait assumer une plus grande responsabilité sur sa sécurité et renforcer sa coopération de défense. Une discussion avec le secrétaire général de l’OTAN sur un renforcement de la coopération entre l’UE et l’OTAN a aussi eu lieu. « Le message de la Finlande est clair : nous devons continuer à travailler pour arriver à des résultats concrets. La Finlande promeut toujours activement un renforcement de la sécurité et de la défense européenne. La coopération de l’UE dans la lutte contre les menaces hybrides est un bon exemple d’une action efficace et rapide », a déclaré M. Sipilä. « Il faut continuer la coopération avec l’OTAN. L’action de l’UE ne doit pas être redondante avec le travail de l’oTAN, il faut que les actions de l’UE et de l’OTAN se soutiennent mutuellement », a-t-il ajouté.
Le conseil a aussi donné un fort soutien aux mesures européennes de rétorsion contre les mesures commerciales américaines. « La situation mondiale est difficile. Nous devons défendre l’économie européenne et nos possibilités de faire du commerce », a dit M. Sipilâ.
Il s’est félicité que le conseil européen ait été l’occasion de continuer les discussions sur l’innovation et le numérique sur la base du rapport présenté par la Finlande au sommet de Sofia. « J’ai soulevé au conseil européen l’importance des innovations disruptives, comme dans le passé Internet et le téléphone mobile. L’UE doit viser de telles innovations qui renforcent la compétitivité européenne et crée des emplois et de la croissance en Europe. La position adoptée par le conseil européen est conforme aux objectifs de la Finlande ».
La question de la taxation des services numériques a aussi été abordée. La Finlande considère qu’il faut que l’on trouve une solution au niveau mondial afin que la compétitivité de l’UE soit préservée.
HS vn.fi

« La question du budget de la zone euro est restée en suspens » AL
Helsingin Sanomat rapporte que les propositions françaises de réforme de la zone euro se sont confrontées au réalisme du conseil européen. Le quotidien souligne toutefois que certaines de ces propositions ont été promues.
Aamulehti rapporte que le projet franco-allemand de budget de la zone euro n’a pas avancé. La Finlande, comme nombre d’autres pays de l’Eurozone, est très réservée sur le sujet. « Nous ne voyons pas de grand besoin pour cela », a dit le Premier ministre Juha Sipilä. La Finlande est toutefois prête à certaines concessions et estime que l’on pourrait imaginer discuter, dans le projet de nouveau cadre financier pluriannuel, d’un budget de la zone euro à l’intérieur du budget de l’UE. « Si c’est à l’intérieur du budget de l’UE, on pourrait par cela soutenir les réformes structurelles dans les pays de la zone euro. Mais il faut espérer que cela reste d’un montant final suffisamment faible », estime M. Sipilâ.
Aamulehti rapporte que d’autres sujets ont avancé et que les ministres des finances vont préparer une feuille de route pour finaliser l’union bancaire.
« On s’est engagé aussi à préparer une garantie des dépôts commune. Les grandes lignes ont été fixées », dit M. Sipilä qui précise que pour la Finlande il s’agit d’un élément important pour couper le lien entre les banques et les Etats.
Il y a aussi eu un accord pour développer le mécanisme européen de stabilité, relève Aamulehti.
AL HS

Editoriaux
« L’UE se concentre pour resserrer ses rangs » HS/SAM
« On a juste gagné du temps » AL/SAM
« L’UE ne peut pas reculer devant Trump » HS/MAR
Helsingin Sanomat regrette que le conseil européen ait donné l’impression d’un match entre l’Italie, la France et l’Allemagne. « Tant que l’UE donnera l’impression que les Etats membres se battent entre eux sur les thèmes importants, l’UE perdra », conclut HS.
Aamulehti estime que la solution envisagée pour répondre à la crise migratoire consiste à gérer l’urgence mais ne constitue pas une solution à terme. On connait les raisons aux mouvements migratoires mais ont reporte à plus tard le traitement de ces causes, regrette l’éditorialiste.
Helsingin Sanomat défend les décisions européennes en matière de mesures de rétorsion contre les Etats6unis et leurs entraves au commerce. Le quotidien souligne que les mesures américaines sont plus dures contre ses alliés européens que contre la Chine. « L’UE ne peut pas reculer devant les menaces de Trump », estime HS.
HS AL

Point de vue
« L’Europe doit miser sur sa défense », écrit Jyri Raitasalo
A l’approche du sommet de l’OTAN, l’unité est en danger », écrit le professeur de l’Ecole de hautes études de défense nationale, Jyri Raitasalo.
« Cela fait trois décennies que les pays européens de l’OTAN ne remplissent pas leur contrat en matière de développement de leur défense. La sécurité militaire de l’Europe est pratiquement extériorisée sur le dos des Etats-Unis qui déclarent maintenant que « l’aide pour les pauvres » aux riches pays européens prendra fin », poursuit Raitasalo.
« En tant que pays non allié, la Finlande ne subit pas les mêmes pressions sur son budget de la défense. Néanmoins, les exigences vis-à-vis de la défense du pays ont augmenté. »
« Le développement de l’OTAN dans les années à venir se reflètera sur l’Europe, aussi sur la Finlande. Une Europe sans défense n’est pas de l’intérêt de la Finlande non plus. »
« Les mauvaises relations entre les Etats-Unis et l’Europe ne devraient pas se ressentir sur le domaine de la sécurité militaire », conclut le professeur.
HS2.7/A5

Finlande – Suède

Jussi Niinistö : « Nous suivrons les élections suédoises »
Dans une interview accordée au journal du parti conservateur Nykypäivä, le ministre de la Défense Jussi Niinistö affirme que si les partis de droite gagnaient les futures élections suédoises en septembre et décidaient d’adhérer à l’OTAN, cela ferait basculer la collaboration finno-suédoise en matière de la défense. Il ne dit pas que la Finlande suivrait l’exemple de la Suède mais estime qu’il faudrait réévaluer la politique finlandaise de défense à ce moment-là.
HBL1.7/9

Rencontre Trump – Poutine

Editorial : « L’imprévisible M. Trump est un casse-tête pour la Finlande aussi – cela pourrait modifier notre politique de défense » IS
Ilta-Sanomat estime que la rencotnre Poutine –Trump à Helsinki dans douze jours suscite la crainte que les deux présidents s’entendent sur le dos de l’Europe.
« Quels sont les effets de cette rencontre pour la Finlande ? De prime abord on pourrait penser que la Finlande les accueille et c’est tout. Mais si ces dirigeants s’entendent sur le dos de l’Europe, la Finlande ne peut regarder ailleurs, elle est au cœur des décisions. La Finlande n’est plus un pays neutre mais un membre de l’Union européenne qui est au bord de la guerre commerciale avec l’Amérique de Trump. »
« Si Trump se désengage militairement de l’Europe, alors aussi la partie de la politique de défense de la Finlande qui est basée sur un renforcement des exercices militaires avec les Etats-Unis sera jetée à la poubelle. Si Trump et Poutine s’entendent sur un arrêt de l’élargissement de l’oTAN et que les Américains quittent l’Europe, la Finlande sera laissée à la porte de l’OTAN. Après cela, ce n’est que la coopération de défense européenne qui constituera la seule voie pour la Finlande pour participer aux structures internationales de sécurité ».
L’éditorialiste relève aussi que le columniste du Washington Post Max Boot a ressorti à cette occasion le terme de finlandisation non pas pour parler de la Finlande mais pour considérer que Trump finlandise tant bien l’URE que les Etats-Unis au bon vouloir de la Russie. Même si c’est vrai c’est une mince consolation pour la Finlande. Ce terme aurait pu rester dans les armoires de l’historie, conclut IS.
IS

Point de vue
« Trump ne va pas finlandiser les Etats-Unis, mais Poutine a tout à gagner à Helsinki » IS
Seppo Varjus estime que Max Boot se méprend en parlant de finlandisation à propos de Trump. Il souligne que ce terme a été inventé du temps de l’URSS (or la Russie n’est pas l’URSS) et pour parler des petits Etats (or les Etats-Unis ne sont pas un petit Etat).
Seppo Varjus considère qu’en venant à Helsinki M. Trump a l’ambition et la pression devant le reste du monde de prouver qu’il est bien le faiseur de deal qu’il prétend être. C’est pourquoi à Helsinki M. Poutine a toutes les cartes en mains pour en tirer le plus grand profit, estime M. Varjus.
IS

Politique intérieure

Parlement - Réforme des services sociaux et de santé

« Le Parlement en vacances » AL
« La maladie Sote est contagieuse » AL
Aamulehti a interrogé les députés qui partaient en vacances, vendredi, après les dernières séances plénières du Parlement.
Il en ressort que la plupart des députés se plaignent que l’étude de la réforme Sote ait mobilisé toute l’énergie du Parlement ce printemps. Parmi les principales victimes, ce sont les lois sur le renseignement qui n’ont pu avancer et sont pourtant urgentes selon les députés Antti Kurvinen (Centre, majorité) et Sari Essayah (chrétien-démocrate, opposition).
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini relève lui aussi qu’il n’a pas été interrogé au Parlement sur les questions de politique de sécurité et de défense, ni sur la rencontre Trump-Poutine.
AL

Défense

Centenaire de la marine finlandaise
La marine finlandaise fêtera ses cent ans avec des festivités à Turku les 8 et 9 juillet. Des bâtiments venant de Suède, du Danemark, de Lettonie, de Lituanie, d’Estonie, du Royaume-Uni et de Pologne rejoindront les navires finlandais.
HS2.7/A8

Acquisition par la marine finlandaise d’un missile de défense surface-surface
Impasse dans les négociations avec le chantier naval de Rauma sur la nouvelle classe de bâtiments de guerre
La Finlande devrait décider la semaine prochaine de l’acquisition de nouveaux missiles de défense surface-surface pour la marine. L’annonce de l’acquisition pourrait concorder avec le centenaire de la marine finlandaise.
Selon les informations qui nous sont parvenues, des offres auraient été faites du moins par le fabricant d’armes suédois Saab et l’américain Boeing.
Ce système de missiles sera monté sur les quatre corvettes de l’escadre 2020, encore en phase de conception.
Les corvettes d’environ 105 m de long au prix de 1,2 milliards d’euros devraient être construites en Finlande. La défense nationale a signé, l’année dernière, un contrat de conception avec Rauma Marine Constructions. Par contre, le contrat de construction prend du retard. Fondé en 2014, le seul candidat qu’est le chantier naval de Rauma s’avère être trop petit pour la défense nationale qui souhaite obtenir des garanties sur les capacités de constructeur de Rauma dans la mesure où il s’agit d’un contrat particulièrement onéreux.
La construction de la classe Pohjanmaa est répartie en deux phases : une première consiste à la construction des navires en Finlande et la seconde à la réalisation de son système de combat.
Le suédois Saab, l’allemand Atlas Elektronik et le canadien Lockheed Martin Canada sont en lice pour le système de combat.
HS30.6

Prolongation du contrat d’entretien des radars avec Thales LAS France S.A.S
Le contrat d’entretien des radars KAVA et KEVA avec Thales LAS France S.A.S a été reconduit jusqu’aux années 2018-2023.
Le radar KAVA est un système de radar fixe de l’armée de l’air destiné au contrôle de longue distance atteignant de hautes altitudes acquis initialement en 1988. Le radar KEVA constitue la pièce maitresse de la surveillance aérienne possédant une capacité de transmission. Il est également utilisé en Estonie.
www.puolustusvoimat.fi

Service militaire : fin des privilèges pour les Témoins de Jéhova ?
Le groupe de travail du ministère de la défense propose de supprimer la loi qui exempte les Témoins de Jéhova du service militaire. Aujourd’hui, ils n’effectuent ni service militaire, ni service civil.
La suppression de cette loi rétablira l’égalité entre les diverses religions et convictions.
Le groupe de travail a remis aujourd’hui sa proposition au ministre Jussi Niinistö et suggère que la loi entre en vigueur le plus vite possible.
www.hs

publié le 02/08/2018

haut de page