Juillet 2014

Jeudi 31 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Sanctions

Selon M. Tuomioja, la Finlande aurait souhaité une durée moins importante pour les sanctions

Les réactions du monde économique et des économistes restent modérées. Les sanctions devraient diminuer les exportations, et celles concernant le secteur bancaire pourraient créer des problèmes aux ateliers de construction mécanique et à l’industrie technologique finlandais.
M. Pekkarinen, président du groupe parlementaire centriste, a demandé au Premier ministre Stubb un rapport sur les effets des sanctions sur l’économie finlandaise. Il trouve que les analyses de ministres d’une part et des spécialistes d’autre part ont été contradictoires.
Parmi les personnalités sur la liste de sanctions, il y a M. Arkadi Rotenberg, un des propriétaires de l’arène d’événements Hartwall-areena et de l’équipe de hockey sur glace Jokerit.
Demokraatti titre sur le fait que le chantier naval Arctech Helsinki Shipyard pourrait être concerné par les sanctions. Le chantier est en copropriété de STX Finlande et du groupe russe United Shipbuilding Corporation. Ce dernier a été rajouté sur la liste américaine de sanctions.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève que la Finlande avait proposé d’instaurer les sanctions pour une durée de 6 mois au lieu d’un an. Il estime que personne ne s’attend à ce que les sanctions aient un effet rapidement.
HS/A26, AL/A6, Dem/3, AL/A6

« Les entreprises finlandaises se préparent à des contre-mesures russes » KL
« Les sanctions se verront dans les exportations avec un délai de 6 mois » KL
« On verra les effets à la fin de l’année » KS

Editoriaux
« Demander gentiment ne suffit plus » KS
« Les sanctions sont un moyen important d’essayer de trouver une solution » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les sanctions sont la bonne décision, même si les entreprises finlandaises en souffriront probablement aussi. Les effets négatifs influenceront également les relations bilatérales entre la Finlande et la Russie.
L’éditorialiste se demande d’ailleurs si ces relations pourraient rester immunes à l’éventualité que la Russie continue son intervention armée au conflit ukrainien. Est-ce que dans cette situation, la Finlande ne pourrait pas faire partie d’un autre camp ? L’éditorialiste rappelle que l’UE a commencé à instaurer des sanctions après que la Russie a annexé une partie d’un pays voisin et l’a menacé d’usage de force.
HS/A4

Point de vue
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Joenniemi, chercheur à l’Université de Finlande de l’Est, qui estime que la crise ukrainienne montre qu’il n’y a pas de retour à la politique de force entre les grandes puissances et que pour cela, il faudrait que la Finlande revoie sa politique de sécurité et étrangère.
Il estime qu’une nouvelle politique en la matière devrait pouvoir répondre avant tout au défi constitué par une Russie à la dérive et instable au niveau intérieur.
HS/A5

Libye

Selon un chercheur, la Libye pourrait risque une guerre civile
Kaleva relève que M. Mühlberger, chercheur auprès de l’UPI, institut de relations internationales, estime que l’insécurité continue en Libye au niveau politique, de sécurité et économique. Le pays pourrait risquer une guerre civile, selon lui.
Kaleva/mer/K19

« La France a évacué des Français, dont son ambassadeur, de Libye » HS

Yémen

Rançon versée pour la libération des deux Finlandais enlevés au Yémen ?
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, souligne que la Finlande n’a versé ni demandé à quelqu’un d’autre de verser aucune rançon pour la libération des deux Finlandais qui avaient été pris en otage au Yémen en décembre 2012. New York Times a écrit, hier, que des millions d’euros auraient été versés à Al-Qaïda en la matière. M. Tuomioja souligne que pour la Finlande, il s’agit d’une position claire déjà du fait que c’est conforme aux traités internationaux. Verser des rançons sert à entretenir un business d’enlèvements qui finance le terrorisme, rappelle-t-il.
M. Tuomioja relève que son ministère ne dispose d’aucune information sûre concernant le fait de savoir qui aurait payé l’éventuelle rançon. Il s’agit des spéculations et nous n’y participons pas.
M. Elfgren de la police judiciaire relève qu’il n’a aucune information sur une éventuelle rançon.
Un Australien, qui est mort depuis, est soupçonné de l’enlèvement.
www.hs.fi, HS/A6-7

Ebola

Extrêmement peu de probabilité d’une épidémie en Finlande
Selon M. Salminen de l’Institut de santé publique, les craintes britanniques que le virus se répande en Grande-Bretagne sont liées au fait qu’il y a des vols directs de l’Afrique de l’Ouest dans ce pays. Pour la Finlande, il n’y en a pas. Selon M. Salminen, il serait extrêmement peu probable que le virus puisse se répandre en Finlande même si des cas particuliers étaient découverts.
HS/A24

OTAN – Finlande

M. Jussi Niinistö souhaite un rapport immédiat sur une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN
M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, propose que la Finlande fasse un rapport à jour sur les avantages et les désavantages et le coût d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN. Pour lui, les ministères de la Défense et des Affaires étrangères pourraient se charger de la rédaction de cette étude.
M. Niinistö estime que le conflit ukrainien facilite l’évaluation du rôle actuel de l’OTAN. « L’Ukraine est donc un partenaire de l’OTAN, comme la Finlande. » Pour lui, le partenariat n’a aucune valeur. Une adhésion à l’OTAN améliorerait la capacité de défense de la Finlande, mais elle aurait également une influence importante sur son statut en matière de politique de sécurité. Jussi Niinistö souligne que les Vrais Finlandais souhaitent agir conformément à la volonté des Finlandais dans la question de l’OTAN.
Le Ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, rejette l’idée d’un rapport sur une adhésion éventuelle. « Un tel rapport n’est pas prévu. Par contre, le gouvernement est en train de préparer un bilan de la coopération en matière de sécurité qui prendra en compte tous les acteurs de l’ONU à l’OTAN en passant par l’UE et les pays nordiques et l’OSCE, et la relation entre la Finlande et la Suède.
AL/A6

Energie nucléaire – sanctions

« Les sanctions constituent un nouveau contretemps pour Fennovoima » AL
M. Erkka Railo, chercheur à l’Université de Turku, estime que le projet de Fennovoima est très compliqué du point de vue de la politique intérieure tant que de la politique étrangère. Pour lui, les personnalités politiques admettent de façon indirecte que le rôle des Russes dans le projet les inquiète.
Selon M. Mykkänen du patronat EK, les sanctions renforcées ne devraient pas empêcher la réalisation du projet dans son calendrier envisagé. Elles pourront toutefois avoir un effet sur la volonté de financeurs de participer au projet.
Hufvudstadsbladet relève que Fennovoima a plus de soucis au niveau national qu’à l’égard de l’actualité internationale.
AL/A16, HBL/4

Politique intérieure

M. Stubb

Son comportement considéré comme peu digne d’un homme d’Etat
M. Erkka Railo, chercheur à l’Université de Turku, estime que M. Stubb a gardé ses vieilles habitudes en matière de relation aux médias et aux médias sociaux en particulier. Il faudrait, selon M. Railo, des preuves d’un côté « homme d’Etat » capable de régler les problèmes de la nation. Un Premier ministre est concerné par d’autres règles qu’un ministre tout court : il représente tous les Finlandais au niveau de son action et son comportement, ce qui fait que l’on réagit facilement de façon épidermique aux messages qu’il transmet.
Pour le chercheur, M. Stubb pourrait réfléchir à l’image qu’il souhaite donner de lui-même.
KS/3

France

Cinéma

Fanny Ardant
Helsingin Sanomat publie une interview de Fanny Ardant devenue cinéaste. La cinémathèque passe Vivement dimanche de François Truffaut ce soir à Orion, à 20h10.
HS/B3

Mercredi 30 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Selon M. Stubb, il fallait agir
Le Premier ministre, M. Stubb, commente les sanctions sur son blog. Il relève que dans la situation actuelle, il fallait que l’UE et toute la communauté internationale agisse. Il regrette que l’on soit obligé à recourir aux sanctions, prises à l’unanimité, mais il espère que celles-ci puissent accélérer la recherche de solutions. Il note qu’il est du ressort des parties à la crise de trouver une solution par voie de négociation. Il relève que l’UE soutient le plan de paix du Président Porochenko.
Concernant la question de savoir comment les sanctions influenceront la Finlande, M. Stubb constate que ce n’est pas tout simple. Il estime que les mesures sur lesquelles on s’est mis d’accord, n’ont pas d’effet direct important sur l’économie nationale, mais qu’il y aura des différences entre les entreprises. Les effets indirects ne sont pas exclus avec l’affaiblissement des activités économiques russes. Les conséquences ne se traduiront toutefois pas par la disparition des milliers d’emplois, selon lui.
M. Stubb relève que les relations entre la Finlande et la Russie sont bonnes. La Finlande fait étroitement partie du front européen, tout en souhaitant maintenir un contact pour des entretiens avec la Russie. La Finlande continuera à travailler à la solution de la crise en Ukraine tant au niveau européen qu’au niveau bilatéral.
Il relève qu’en partie, les vues européennes et russes concernant la situation en Ukraine divergent beaucoup. Il s’agit de la stabilité de l’Europe, et de la sécurité de la Finlande, et pour lui, ces choses n’ont pas de prix explicite.
www.alexstubb.com

Effet des sanctions pour la Finlande
Les chercheurs estiment que si les sanctions entrent en vigueur, la Russie sera obligée d’en instaurer de son côté.
M. Kivinen de l’Institut Aleksanteri n’exclut pas la disparition de milliers d’emplois si l’économie russe se voit diminuer en raison des sanctions.
M. Sutela, professeur à l’Université technologique de Lappeenranta, estime que les contre-mesures russes pourraient concerner des produits agro-alimentaires. Cela toucherait les groupes de grande distribution S et K, ainsi que Stockmann, qui ont beaucoup investi en Russie.
Kauppalehti titre sur le fait que les sanctions ne viendront pas empêcher le genre de commerce qui est le secteur fort des Finlandais. Selon les spécialistes, le risque d’une spirale de sanctions est la menace la plus importante en ce moment.
M. Mykkänen du patronat EK ne pense pas que les nouvelles sanctions nuisent beaucoup aux exportations finlandaises. M. Hirvonen, analyste chez East Office qui promeut les relations russes des entreprises finlandaises, estime que c’est surtout l’insécurité liée à l’économie russe qui augmentera.
M. Mykkänen constate toutefois que si les sanctions étaient en vigueur pendant un an, par exemple, les conséquences seraient plus importantes. Cela pourrait engendrer une spirale de sanctions. Il estime que la France et la Grande-Bretagne pourraient souffrir plus des sanctions, du fait que l’industrie militaire et la technologie de forage du pétrole y sont des secteurs importants.
HS/A7, KL/4-5

Editorial – championnat du monde de football
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que si on souhaite influencer le Président Poutine, il ne faudrait pas oublier le sport, et que pour lui, le championnat de 2018 relève de la politique.
HS/A4

TTIP

Point de vue
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Cantell, conseiller au ministère des Affaires étrangères, qui estime que l’accord sur le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement « définira la position géopolitique de l’UE ».
HS/A5

Libye

« La France évacue ses citoyens de Libye » HBL

Gaza

Ship to Gaza
Le ministère des Affaires étrangères ne recommande pas aux Finlandais de participer à l’opération Ship to Gaza, envisagée par l’organisation Freedom Flotilla Coalition. Mme Rosvall, chef intérimaire de la direction Afrique et Proche-Orient, rappelle que dans ses conseils aux voyageurs, le ministère déconseille de se déplacer à Gaza qui constitue un risque important pour la sécurité.
TS/7

Politique intérieure

Energie nucléaire

Fennovoima continue à chercher des participants finlandais
M. Ottavainen, directeur général de la délégation VSF (Voimaosakeyhtie SF) composée des propriétaires finlandais de Fennovoima relève que des entretiens sont en cours pour trouver des nouvelles participations. Des nouveaux propriétaires sont recherchés et les entretiens concernent également les anciens pour les encourager à augmenter leur participation.
Selon M. Ottavainen, les circonstances ne sont pas favorables pour les négociations sur l’actionnariat. La crise de l’Ukraine vient s’ajouter à la situation économique difficile.
La question de l’autorisation de principe devrait être évoquée par le gouvernement dès août et remise au Parlement en septembre.
Si la part de propriété finlandaise ne dépasse pas les 50 % à ce moment-là, le projet risque d’échouer.
HS/A29

Nomination de Mme Kiviniemi

Mme Peltokorpi remplacera Mme Kiviniemi au Parlement
Terhi Peltokorpi, qui avait déjà remplacé Mme Jäätteenmäki au Parlement, en 2004, redevient députée en remplacement de Mme Kiviniemi.
SM/4

Mardi 29 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

« M. Stubb et Mme Toivakka exigent des sanctions économiques lourdes concernant la Russie » HS
Mme Toivakka, ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur, estime, sur son blog, qu’il faut que la Russie assume sa part de responsabilité en Ukraine. Pour elle, il faut que la Finlande intervienne dans les actes russes au moyen d’entretiens directs et de sanctions économiques plus lourdes mises en place au niveau européen. « L’UE utilisera le pouvoir dont elle dispose : l’économie. »
Interviewé par Yle, le Premier ministre, M. Stubb, soutient les sanctions prévues par l’UE. « Il faut que la Russie fasse clairement preuve d’une capacité de coopération afin de résoudre la crise en Ukraine. Dans la pratique, cela signifie qu’il lui faut remplir les conditions évoquées antérieurement et influencer les activités des séparatistes », dit-il.
Il relève que l’ensemble des Etats membres a négocié activement sur le paquet de sanctions et que la Finlande a souligné qu’il faut qu’elles touchent le plus possible la Russie et le moins possible les Etats membres.
M. Stubb estime que l’effet des sanctions sur l’économie finlandaise ne sera pas énorme. Le fait que l’économie russe ne soit plus en croissance joue un plus grand rôle. Si le PIB russe diminue de 3 %, l’effet sur la Finlande sera de l’ordre de 0,5 %, selon lui.
www.hs.fi, www.yle.fi

Sanctions
Kauppalehti relève que selon M. Saarinen du service des relations économiques extérieures du ministère des Affaires étrangères, la Finlande souhaite que les sanctions (de la troisième phase) soient bien ciblées et faciles à lever lors d’une amélioration de la situation, afin qu’elles ne laissent pas de traces de longue durée sur la coopération économique. M. Saarinen relève qu’il serait important de faire de sorte que les acteurs des pays qui ne sont pas concernés par les sanctions ne viennent pas remplacer les acteurs européens.
KL/A6

Gaza

Les présidents des partis sociaux-démocrates nordiques demandent un cessez-le-feu immédiat
Les présidents des partis sociaux-démocrates finlandais, norvégien, suédois et islandais ont publié une prise de position commune pour inviter Israël et le Hamas à mettre en place un cessez-le-feu immédiat et à reprendre les négociations pour la paix. Ils rappellent que les civils palestiniens et israéliens souffrent le plus de la tragédie en cours. « Israël a le droit de se défendre, mais il faut qu’il respecte le droit international et évite les victimes civiles. »
Les présidents de parti condamnent l’usage démesuré de force d’Israël, ainsi que les attaques de roquette du Hamas.
Dem/9

Libye

La Finlande invite ses citoyens à quitter la Libye
Le ministère des Affaires étrangères a demandé à l’ensemble de Finlandais de quitter immédiatement la Libye. La Finlande n’a pas d’ambassade en Libye.
HS/A22
Terrorisme – Norvège – Finlande

La police norvégienne a effectué des contrôles y compris en Finlande
La direction de la police a accordé à la police norvégienne l’autorisation d’effectuer des contrôles du côté finlandais de la frontière entre les deux pays, à Utsjoki et Nuorgam, dans le contexte de menace terroriste renforcée en Norvège.
AL/A7

Institut de relations internationales

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte des commentaires que le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a présenté concernant l’Institut de relations internationales (UPI), en notant que des représentants de cet institut, ainsi que de l’Institut Aleksanteri ont été fréquemment interrogés par les médias ces derniers temps. En théorie, la recherche de politique étrangère et de sécurité devrait disposer de l’expertise pour répondre aux besoins des décideurs.
Selon l’éditorialiste, il relève de la responsabilité des médias de choisir les spécialistes. Les commentateurs de l’UPI ont été moins des spécialistes des études russes et plus des experts sur l’OTAN, ces derniers temps. Les chercheurs interrogés auprès de l’Institut Aleksanteri par contre connaissent bien la Russie et la comprennent aussi.
L’éditorialiste estime que pour ce qui est de l’UPI, créé sous sa forme actuelle il y a quelques années, il s’agit de faire encore de la « recherche et développement » pour permettre au ministère d’obtenir la meilleure information possible.
HS/A5

Mme Tiilikainen souligne la qualité de la recherche
La directrice de l’Institut de relations internationales, UPI, Mme Tiilikainen, rappelle que la qualité de la recherche effectuée par son institut est évaluée par un comité consultatif international de haut niveau. « Nous avons obtenu des appréciations excellentes. »
M. Salonius-Pasternak, chercheur auprès de l’UPI, se félicite du fait de vivre dans un pays où un ministre peut se prononcer publiquement sur ce genre de choses.
Mme Tiilikainen relève qu’elle est prête à évoquer avec M. Tuomioja le développement de la recherche qui serve le mieux la prise de décision. Elle n’estime pas qu’il y aurait des défaillances de l’expertise concernant la Russie.
HS/A14

Russie

Viipuri
Helsingin Sanomat relève que Moscou s’est rendu compte de l’état des bâtiments historiques à Vyborg (Viipuri). Le Premier ministre, M. Medvedev a demandé à ce que l’on se charge de la préservation du centre historique de la ville. L’Etat russe et la région administrative de Leningrad ont prévu des crédits et ceux de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement viendront s’y ajouter.
La bibliothèque de Viipuri, dessinée par Alvar Aalto, a été rénovée à l’initiative du Président Poutine et ré-inaugurée en 2013.
HS/A8

Elections européennes

Financement électoral
Helsingin Sanomat rend compte des rapports des députés européens sur le financement électoral. En moyenne, l’obtention d’un siège a coûté dans les 71 900 euros. Les candidats ont utilisé en moyenne 18 180 euros de leurs propres deniers.
C’est Mme Pietikäinen (Conservateurs) qui avait le budget le plus important : 183 700 euros. Elle est suivie de M. Rehn, 145 500 euros.
M. Halla-aho a annoncé que son budget s’élevait à 4000 euros.
En moyenne, ce sont les conservateurs qui ont eu les campagnes les pus chères.
HS/A10

Politique intérieure

Critiques visant le gouvernement

Des Centristes critiquent M. Stubb
Des Centristes influents, M. Pekkarinen et Mme Anttila, critiquent M. Stubb et son gouvernement. Selon Mme Anttila, sous cette direction, la Finlande est à la dérive. Pour elle, il faudrait moins de tweets et plus d’activité de la part du Premier ministre, sinon, on a l’impression qu’il est intéressé par autre chose que le fait de diriger le pays.
SM/9

Nomination de Mme Kiviniemi

Editorial : « Les personnalités politiques ont besoin d’un bon recyclage » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat se félicite de la nomination de Mme Kiviniemi à la troïka de secrétaires générales adjoints de l’OCDE. En même temps, l’éditorialiste regrette que la Finlande ne sache toujours pas mettre pleinement à profit l’expérience de personnalités ayant occupé des postes-clé politiques, alors qu’un tel « recyclage » serait dans l’intérêt de tout le monde.
Outre les hauts postes politiques internationaux, auprès de l’UE ou de l’ONU, par exemple, les Finlandais pourraient proposer leur point de vue à tout un éventail d’organisations d’expertise, d’établissements de financement, d’ONG, etc.
HS/A4

« Le Centre perd sa locomotive de la circonscription de Helsinki » HS

France – Finlande

Livre

Guenassia, Puértolas
Hufvudstadsbladet publie une critique de la traduction suédoise de La vie rêvée d’Ernesto G. Turun Sanomat présente L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas. - HBL, TS/27.7/18

France

Tourisme

Giverny
Kaleva publie un article de Patrick Le Louarn sur Giverny.
Kaleva/lun/K21

Lundi 28 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime qu’il faudrait plus d’information et d’analyses sur la situation qui s’aggrave en Ukraine. Pour lui, la recherche en politique étrangère et de sécurité ne sert pas la prise de décision : « Nous obtenons plus d’opinions que d’analyses », regrette-t-il, en évoquant le travail de l’Institut Aleksanteri et de l’Institut de relations internationales.
M. Tuomioja estime qu’il est extrêmement difficile de distinguer entre l’information et la désinformation volontaire ou involontaire. Il souhaite que la Finlande puisse disposer d’un centre d’analyses qui réagisse rapidement et dise quelles informations peuvent être confirmées.
Pour ce qui est des réactions finlandaises, M. Tuomioja estime qu’il est important que les positions restent claires et que le pays maintienne un contact avec tout le monde. Il souligne l’importance de traiter tous les conflits et problèmes de droits de l’homme avec les mêmes critères concernant tous les pays.
M. Tuomioja n’admet pas que la politique finlandaise soit excessivement guidée par les intérêts commerciaux. Il estime que la Russie paie déjà cher, mais non pas tellement en raison des sanctions, car ce sont plutôt les réactions des pouvoirs du marché qui ont eu un effet. Selon M. Tuomioja, c’est cela qui continue à influencer la Russie. « L’annexion de la Crimée est revenu plus cher que prévu par Moscou. »
Concernant les sanctions, M. Tuomioja estime que celles visant des organisations ou des entreprises auraient plus d’effet que celles qui ont été instaurées contre des personnes particulières. Il estime qu’il n’est pas raisonnable de mettre en place des sanctions qui engendrent plus de dommage aux Etats membres de l’UE qu’à la Russie. Selon lui, la Finlande n’a pas mis plus d’accent que les autres Etats membres sur ses relations bilatérales avec la Russie. La Finlande est et continuera à être un Etat voisin de la Russie. Nous ne souhaitons pas avoir de problèmes dans les relations fenno-russes. Pour ce qui est de la Finlande, on n’en a pas eu jusqu’à présent.
HS/sam/A12

Commentaires des économistes
Helsingin Sanomat relève que selon des économistes, la Russie n’a pas souffert des conséquences de sa prise de la Crimée dans le sens où le cours du rouble était déjà bas avant la crise. La dette publique du pays s’élève à 2 % du PIB selon M. Kangasharju de la banque Nordea.
M. Mykkänen du patronat EK s’étonne que M. Tuomioja fasse la différence entre les pouvoirs du marché et les sanctions. Pour lui, le marché réagit justement en raison des sanctions.
HS/dim/B2

Gaza

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères exprime son inquiétude concernant la situation à Gaza. Il estime que pour beaucoup de personnes, le conflit est une source de frustration.
Pour lui, le plus important serait d’avancer vers un véritable processus de paix par un cessez-le-feu. « Il faudra que le processus se termine par la mise en place du modèle de deux Etats. Sinon, cela se répétera. » Il estime que les Européens devraient adopter une attitude plus active dans le processus de paix. « L’UE a été passive. Il est connu que les Etats-Unis sont dans une position décisive, mais cela ne suffit pas. »
Interviewé ce matin par Yle, le ministre estime que pour résoudre le conflit, il est indispensable de pouvoir mettre en place des sanctions concernant également Israël. « Dans la situation actuelle, il faudrait être prêt à viser Israël et les Palestiniens de certaines mesures de sanction ou d’embargo et de restrictions. Le Hamas est une organisation terroriste avec qui on n’est pas en contact, mais si Israël met en place des actions surdimensionnées qu’on a déjà vues, ou n’est pas disposé à avancer dans le processus de paix, il faut bien que cela ait des conséquences. » Il faut que l’objectif soit « avant tout une paix permanente », selon lui.
M. Tuomioja estime que les Etats-Unis n’ont pas encore pris toutes les mesures possibles. Pour le Conseil de sécurité, la possibilité d’intervenir dans le conflit dépend des Etats-Unis, qui est le soutien le plus important d’Israël.
Il relève que l’UE a évoqué, outre les sanctions, les mesures d’encouragement. Il a été question, si on arrive à obtenir la paix, de soutenir le nouvel Etat palestinien et d’accorder à Israël des avantages sur le marché européen.
HS/sam/A12, www.hs.fi

Afghanistan

M. Tuomioja rappelle que la situation en Afghanistan reste fragile
M. Tuomioja regrette l’assassinat de deux Finlandaises à Herat. Il rappelle que les circonstances sont dangereuses pour tous les étrangers. Pour lui, l’attentat pourrait refléter le désespoir des Talibans. « L’attaque avait pour but de chasser les étrangers », selon lui.
Le ministre estime toutefois que le transfert de la responsabilité de la sécurité du pays aux Afghans avance. La situation du pays est fragile et elle le restera, selon lui.
HS/sam/A12

OCDE

Mme Kiviniemi désignée secrétaire générale adjointe
Mme Mari Kiviniemi, députée centriste et ancienne Première ministre, a été nommée secrétaire générale adjointe de l’OCDE.
Helsingin Sanomat note que la Finlande est membre de l’organisation depuis 1969.
Mme Kiviniemi relève que pour elle, c’est un poste de rêve qui lui permettra de mettre à profit ses points forts et son expérience. Elle s’installera à Paris avec sa famille eu août et souhaite déjà que le mandat de deux ans puisse ensuite être poursuivi.
HS/sam/A13, www.hs.fi

UE – Directive sur le soufre

Les armateurs des autres Etats ont réagi plus tôt que les Finlandais
Selon M. Kytölä de Wärtsilä, atelier de construction, les armateurs finlandais commencent à réagir à l’entrée en vigueur de la directive sur le soufre seulement maintenant. Wärtsilä fabrique des systèmes d’épuration du soufre pour les engins de transports.
A ce jour, le ministère des Transports et des Communications a prévu d’accorder pour les armateurs 25 millions pour des changements en la matière.
HS/dim/B9

Politique intérieure

Emploi

Les Finlandais souhaiteraient privilégier les Finlandais dans le recrutement
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, six Finlandais sur dix souhaiteraient que les Finlandais soient privilégiés avant les ressortissants étrangers dans le recrutement. Les personnes sans formation le pensent plus souvent que ceux qui ont un diplôme.
Huit personnes interrogées sur dix estiment que la pauvreté n’est pas la faute de la personne qui en est concernée. Six personnes sur dix estiment que tout le monde ne dispose pas des mêmes possibilités de réussir.
HS/lun/A22

France – Finlande

Accident

Deux alpinistes finlandais morts à Chamonix

France

Economie

Fusion éventuelle de PSA et Fiat
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la fusion qui nécessiterait des fermetures d’usine et des licenciements serait politiquement impossible. D’ores et déjà, le gouvernement français invite l’industrie automobile à agir conformément aux intérêts du pays et dans le sens de maintenir les emplois nationaux.
HS/lun/A5

Vendredi 25 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

« M. Poutine a du mal à conseiller les séparatistes » HBL
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Kangaspuro, professeur à l’Institut Aleksanteri de l’Université de Helsinki, qui rappelle que les séparatistes ne constituent pas un groupe uni. Le fait qu’il s’agit d’un groupe divisé diminue les possibilités de M. Poutine d’influencer sur les séparatistes.
Ce que la Russie pourrait faire, selon M. Kangaspuro, c’est de mettre en place un contrôle frontalier strict afin d’empêcher par exemple les livraisons d’armes de Russie en Ukraine. Cela nécessiterait une opération policière massive, mais pour l’instant, M. Poutine n’a pas souhaité prendre une décision en la matière.
M. Kangaspuro craint que le nombre de victimes civiles augmente considérablement avant que l’on n’arrive à trouver une solution. Le risque de l’anarchie et de l’amertume devient de plus en plus important tant que le conflit se prolonge. M. Kangaspuro souligne ainsi l’importance de mettre rapidement en place des négociations.
HBL/5

Afghanistan

Deux Finlandaises qui travaillaient pour une ONG tuées à Herat
Deux Finlandaises qui vivaient en Afghanistan depuis des années et qui travaillaient pour une association chrétienne, International Assistance Mission, ont été tuées dans une attaque à Herat.
Mme Koskinen, journaliste qui a travaillé comme formatrice en Afghanistan, relève que le destin de ces femmes reflète d’une façon choquante le statut des femmes en Afghanistan.
La direction finlandaise a présenté ses condoléances aux familles des victimes. Le Président Sauli Niinistö trouve l’acte particulièrement choquant du fait que les intéressées étaient là pour aider la population locale. Il souhaite que les autorités locales fassent tout leur possible pour attraper les auteurs.
M. Haavisto, ministre du Développement, estime que l’acte relève de violence politique qui a pour but d’intimider les organisations d’aide internationales. La Finlande envisage de poursuivre sa coopération au développement en Afghanistan comme jusqu’à présent.
Dem/3

« Selon M. Tuomioja, personne ne s’est déclaré responsable de l’acte » Yle

Le crash de l’avion d’Air Algérie

« Plus de cent morts dans le nouvel accident aérien » HBL
« Le nouvel accident frappe la France » HS

Politique intérieure

Economie

Situation de l’emploi
Editorial : « 42 000 nouveau chômeurs en un an » SM
Selon les chiffres de l’Institut d’études statistiques publiés cette semaine, le taux de chômage s’élève à 9,2 % actuellement, contre 7,8 % il y a un an. 258 000 personnes se trouvent au chômage.
SM/2

Nationalité finlandaise

Les demandes en hausse
Selon les statistiques de l’Office nationale de l’immigration, le début de l’année montre une hausse dans le nombre de demandes d’obtention de la nationalité finlandaise. En janvier-juin, 6500 demandes ont été déposées, ce qui est 30 % de plus qu’à la même période en 2013.
Ce sont les Russes, les Somaliens et les Irakiens qui le plus souvent demandent la nationalité finlandaise.
Durant la première moitié de 2014, 4000 demandeurs ont obtenu la nationalité, ce qui est moins qu’il y a un an.
Dem/6

Menace terroriste en Norvège

Selon la Supo, le risque du renforcement de la menace en Norvège ne concerne pas la Finlande
M. Portaankorva de la Sûreté nationale estime que la menace terroriste en Norvège ne signifie pas que le risque aurait augmenté en Finlande. Pour le moment, il n’y en a aucun signe. La Supo suit la situation et reste en contact avec les autorités norvégiennes.
HS/A20

France – Finlande

Musique

Eva & Manu
Demokraatti a interviewé le duo franco-finlandais Eva & Manu qui se produira à des festivals cet été et sortira un nouvel album en août.
Dem/13

Cinéma

Violette
Helsingin Sanomat publie une interview de Martin Provost, réalisateur de Violette, son dernier film qui sort dans les salles aujourd’hui. Les critiques dans tous les quotidiens sont très favorables.
HS/B1-2, HS/Nyt/10, HBL/16
Jeudi 24 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Rencontre des ministres des Affaires étrangères
Selon M. Tuomioja, la volonté de coopération de la Russie est évaluée partout tous les jours
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, constate que M. Poutine n’a rien fait de concret dans le sens de soutenir une enquête indépendante sur le crash aérien, alors que « les actes sont bien sûr ce qui est décisif, plutôt que ce qu’il dit expressément ». « Ce qu’il ne dit pas est bien sûr essentiel aussi. Il n’a pas commenté les allégations sur les livraisons d’armes, mais il apparait qu’il n’a pas souhaité les démentir non plus. »
Pour M. Tuomioja, le soutien russe à la résolution du Conseil de sécurité condamnant le fait d’abattre l’avion malaisien peut être considéré comme un acte concret. M. Tuomioja estime toutefois que cette résolution ne représente qu’une petite partie dans l’ensemble.
M. Tuomioja estime que la volonté de coopération de la Russie est certainement évaluée partout tous les jours. « Peut-être que nous nous retrouvons encore dans une phase où il n’est pas possible de faire des conclusions définitives », dit-il en estimant que à l’intérieur de l’administration russe aussi, il y a des vues et des informations différentes concernant les événements en Ukraine.
Il souligne que dans la crise, l’UE suit les activités des deux parties. L’UE a demandé à l’Ukraine le respect des droits des minorités, entre autres. « Il est important de montrer que les déclarations russes sur le fait que la minorité russe soit persécutée en Ukraine sont fausses. C’est une partie du processus politique dont il faut s’occuper. »
www.yle.fi

Propos du Président Niinistö : si la crise peut être arrêtée, on n’aura pas besoin de recourir à des sanctions lourdes
M. Niinistö s’est entretenu avec son homologue russe
Selon Sauli Niinistö, qui a parlé de l’Ukraine à l’émission d’actualité A-studio d’Yle, hier soir, la politique finlandaise en matière de sanctions a été logique. Dans les média internationaaux, il y a eu des évaluations sur le fait que la ligne finlandaise serait en train de changer dans le sens où la Finlande y serait plus favorable maintenant.
Pour lui, le fait d’avoir abattu l’avion de passagers a eu une influence sur les attitudes partout dans le monde occidental, y compris en Finlande. Pour lui, il n’y a pas pour autant eu d’effet direct sur les attitudes finlandaises à l’égard des sanctions. Il souhaite que l’on n’ait pas besoin de mettre en place des sanctions lourdes. « On n’en aura pas besoin, si on peut arrêter la crise. »
Concernant un cessez-le-feu, M. Niinistö estime que la Russie attend, et que l’Ukraine de l’Est attend et s’attend à ce que le Président ukrainien Porochenko commence un cessez-le-feu. M. Porochenko attend de son côté que les Ukrainiens de l’est y participent. Les deux parties sembleraient penser que l’autre partie l’instrumentalise pour préparer les prochaines opérations.
Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue russe, M. Niinistö a fait appel à M. Poutine pour que la Russie coopère pleinement afin de résoudre la crise ukrainienne et pour enquêter sur le crash. M. Poutine a affirmé à M. Niinistö qu’il était favorable à ce que les circonstances soient étudiées librement et dans le cadre d’une coopération internationale.
« Le crash est une chose, et l’ensemble de la crise et sa solution en sont une autre. Nous en avons parlé relativement longuement avec M. Poutine. Pour moi, il existe le risque que l’on se retrouve en crise politique plus vaste, que des nouveaux murs, mentaux en tout cas, se construisent en Europe. »
Concernant l’occupation de la Crimée, M. Niinistö relève que selon le droit international occidental, la Crimée ne fait pas partie de la Russie. « Mais il semblerait que l’interprétation russe est un peu différente. Dans le contexte actuel, le droit et la vérité ont désormais de multiples visages. » Pour lui, la Crimée sur la carte fait partie de l’Ukraine.
Concernant l’avion abattu, M. Niinistö estime qu’il est relativement évident que le missile qui l’a descendu a été tiré de l’Ukraine de l’Est, d’une zone entre les mains de séparatistes.
Le secrétariat de la Présidence a publié un communiqué sur l’entretien téléphonique entre les deux Présidents en relevant que l’entretien dominé par la crise ukrainienne a eu lieu à l’initiative de la Finlande.
M. Niinistö a dit qu’empêcher ou mettre en danger l’étude impartiale et indépendante du crash était condamnable. Pour lui, le crash renforce la crise qui risque de se retrouver dans un spirale de plus en plus difficilement contrôlable.
M. Poutine a soutenu une enquête indépendante et exhaustive, et a souligné l’importance d’obtenir un cessez-le-feu rapide en Ukraine.
www.yle.fi, www.tpk.fi

Ukraine et Gaza
Sur son compte Facebook, M. Tuomioja rend compte de son intervention à Bruxelles. Il cite son homologue allemand qui a dit qu’un cessez-le-feu en Ukraine n’était pas suffisant et qu’il fallait une solution politique. M. Tuomioja partage cet avis et relève que le même vaut pour Gaza et la situation d’Israël et des Palestiniens. Il faut qu’une solution politique en Ukraine respecte la souveraineté et l’intégrité du pays. Au Proche-Orient, il faut qu’elle respecte la sécurité en Israël et le droit des Palestiniens à un Etat viable et souverain.
M. Tuomioja rappelle que dans les deux cas, il s’agit d’une occupation et prise en possession illégale du territoire, et que dans les deux cas, il convient de logiquement exiger le respect du droit international et d’adopter la même attitude à l’égard de ceux qui le violent.
Dans aucun des deux cas, les solutions politiques durables ne se créent en coinçant une des parties et en rejetant tous ses arguments. Dans les deux cas, il faut être prêt à des mesures progressivement durcies et aux sanctions, mais il faut les mettre en place de façon permettant également une solution honorable qui relève d’une entente.
M. Tuomioja rappelle enfin que le rôle des femmes dans ces crises est celui de victime et de quelqu’un qui fait le deuil d’autres victimes. Un traité durable de paix ne pourra être obtenu qu’en y intégrant les femmes en tant qu’acteurs de plein droit et indépendants en matière de recherche de solutions.
https://www.facebook.com/erkki.tuomioja

Gaza

« Des soupçons importants de crimes de guerre à Gaza » HS
Propos de Mme Korhonen
Mme Outi Korhonen, professeur de droit international à l’Université de Turku, estime, concernant les accusations selon lesquelles notamment Israël aurait commis des crimes de guerre à Gaza, que dans toute guerre, les cibles doivent être des cibles militaires. De plus, il faut que les attaques soient raisonnables, il faut qu’elles soient proportionnelles compte tenu de ce qu’elles ont comme objectif.
M. Korhonen relève qu’un nombre raisonnable de victimes civiles n’a pas été défini par le droit international, mais elle relève que s’il y a plus de victimes civiles que de victimes militaires, « cela donne l’impression que l’on risque ces vies délibérément, ce qui est illégal ».
HS/A25

Politique intérieure

Economie

Broadcom licencie 600 personnes en Finlande
Broadcom, groupe américain de technologies informatiques, a annoncé le renvoi de 600 personnes, dont la plupart à Oulu.
HS/A26

France

Rallye

Manifestation à Helsinki en présence de Sébastien Ogier
Neste Oil organisera, samedi, à Hietalahti, une manifestation de rallye, Ralli Helsinki Battle, en présence de Sébastien Ogier, entre autres. 20 000 personnes sont attendues à l’événement.
HS/A19

Mercredi 23 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Rencontre des ministres des Affaires étrangères, propos de M. Tuomioja
Les ministres des Affaires étrangères se sont mis d’accord, à Bruxelles, sur le fait que l’UE prévoirait des sanctions supplémentaires si la Russie ne souhaitait pas aider dans l’enquête concernant le crash aérien.
Selon M. Tuomioja, l’ensemble des mesures de sanctions, y compris les plus dures, seront inévitables si la Russie n’agit pas. « Il n’y a aucun signe sûr concernant une amélioration de la coopération. Il faut espérer que le message passe », a-t-il dit.
M. Tuomioja estime que les sanctions ne sont pas une valeur en soi, l’objectif véritable étant de soutenir une solution politique qui garantisse l’unité de l’Ukraine et mette fin au conflit.
En ce qui concerne l’interdiction de vente d’armes en Russie, M. Tuomioja relève que la France a été plus ou moins seule à s’y opposer.
M. Sutela, professeur et spécialiste de l’économie russe, ne pense pas qu’il soit possible de se mettre d’accord sur des sanctions suffisamment puissantes pour que cela ait un effet sur la Russie. Pour lui, le problème des sanctions est qu’elles toucheraient également au moins quelques uns des Etats membres, ainsi que le fait qu’il est difficile de trouver le genre de sanction qui soit efficace concernant les personnes en charge de la prise de décision en Russie.
Pour M. Sutela, les décisions des ministres des Affaires étrangères relèvent « du compromis européen typique ».
HS/A7, AL/A18

Le Premier ministre Alexander Stubb s’est entretenu avec le Président ukrainien
Le secrétariat du Premier ministre a publié un communiqué, hier, sur l’entretien téléphonique que le Premier ministre, M. Stubb, a eu avec le Président Porochenko. Les deux ont souligné l’importance d’une solution par voie de négociation à la crise ukrainienne. Ils ont également partagé l’avis qu’il faut que la Russie assume sa part de responsabilité afin de calmer rapidement la situation en Ukraine de l’Est.
M. Stubb a également été en contact avec la chancelière fédérale Mme Merkel, ainsi que ses homologues néerlandais et suédois, MM. Rutte et Reinfeldt.
Les entretiens bilatéraux devront être poursuivis les prochains jours.
HS/A22, Dem/7

M. Kanerva a rencontré des parties au conflit en Autriche
Turun Sanomat relève que M. Kanerva, président de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE, a rencontré des parties au conflit ukrainien en Autriche, le week-end dernier. Il relève qu’il était mieux de le faire sans la pression que cela se sache.
Des négociations devraient avoir lieu également la semaine prochaine.
M. Kanerva estime qu’à l’échelle de la politique internationale, la situation est extrêmement difficile, mais que la volonté d’essayer de trouver une solution par voie de négociation est un bon signe. Il relève que dans les coulisses, les tons sont aussi ardents qu’en public.
Il souligne qu’il a l’intention d’assurer que l’OSCE agisse pour aider sans pour autant s’étiqueter comme s’opposant à une des parties. Concernant le crash, il souligne l’importance d’une enquête multinationale qui se base uniquement sur l’expertise.
Concernant l’idée de la séparation de Donetsk et de Louhansk de l’Ukraine, M. Kanerva estime que ce serait un mauvais moyen de s’efforcer de calmer la situation. Pour lui, il faut pouvoir éviter la dissolution de l’Ukraine, sinon, on se retrouverait dans les sphères d’intérêt de l’époque de la guerre froide.
TS/9

Des diplomates internationaux se réuniront à Savonlinna pour le Sommet Saimaa, la semaine prochaine
Yle rend compte de la tenue d’un Saimaa Summit, à Savonlinna, la semaine prochaine, en présence de 250 participants. Selon M. Jyrki Karvinen, chargé de communication de l’évenement, relève que les ambassades de Russie, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, entre autres y enverront leurs représentants.
www.yle.fi

Effets des sanctions économiques pour la Finlande
Helsingin Sanomat relève que selon le directeur du patronat EK, M. Mykkänen, parmi les Etats membres de l’UE, la Finlande est, avec les pays Baltes, de loin le pays le plus dépendant du commerce avec la Russie. Ce pays est le premier partenaire commercial de la Finlande, et la deuxième destination des exportations, après la Suède.
Selon M. Mykkänen, le durcissement des sanctions pourrait diminuer les échanges entre la Finlande et la Russie de 30 voire 40 %. Avec la baisse du tourisme, des dizaines de milliers d’emplois pourraient être en danger.
M. Mykkänen rappelle toutefois que deux tiers des exportations finlandaises se dirigent vers les marchés européen et américain, qui pourraient récompenser en quelques années une chute côté russe.
Outre le commerce, la Finlande est dépendante de l’énergie russe. Elle importe l’ensemble de son gaz naturel, 90 % du pétrole et 10 % de l’électricité de Russie.
M. Lund, professeur à l’Université Aalto, relève que le pétrole et l’électricité pourraient s’acheter ailleurs aussi, mais que cela reviendrait cher. Redémarrer des centrales à charbon pourrait être envisageable si la Russie commençait à faire pression avec l’accessibilité énergétique.
Comme la Finlande, à l’instar de l’Europe occidentale verse le prix courant à la Russie, c’est la Russie qui souffrirait de l’épuisement des revenus en la matière.
Le scénario concernant une pénurie d’énergie du marché russe est toutefois fort improbable. M. Lund rappelle que même pendant la guerre froide, l’URSS n’a pas fait de chantage sur les pays occidentaux avec la disponibilité de l’énergie.
HS/A6

France
« Selon M. Hollande, la vente des Mistrals dépendra de l’attitude russe » TS

Gaza

Editorial
« Cessez-le-feu d’abord, ensuite négociations » Dem

France

Tourisme

Paris
Aamulehti a publié, dimanche, et Turun Sanomat ce jour, un article présentant des lieux parisiens qu’on a déjà vu dans des films, ainsi que d’autres endroits qui selon l’auteur méritent une visite.
AL/dim/B38-41, TS/19

Mardi 22 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Rencontre des ministres des Affaires étrangères
Propos de M. Tuomioja : « Il faut une vision en commun et une action harmonieuse pour l’UE » Dem
Demokraatti, organe du PSD, a interviewé le ministre des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, qui relève que la situation en Ukraine et à Gaza, ainsi que les sanctions supplémentaires visant la Russie seront les thèmes principaux de la rencontre des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles, aujourd’hui. Pour lui, la situation en ce qui concerne le durcissement des sanctions reste ouverte. On attend les résultats de l’enquête sur le crash en même temps que l’on observe et suit comment la Russie agit et si elle est prête à une coopération.
Selon M. Tuomioja, il faut que l’UE dispose d’une vue unie et une action harmonieuse en ce qui concerne la Russie. Il relève qu’on ne pourra prendre de décisions que si tout le monde y participe.
M. Tuomioja estime que la troisième phase des sanctions n’est pas d’actualité. Il rappelle que concernant les sanctions, on peut avancer dans deux sens, et que si la situation change et que l’on peut envisager une coopération avec la Russie, on peut faire marche arrière aussi.
Turun Sanomat relève que selon le ministre, il faut des démarches crédibles de la part de la Russie pour couper le soutien aux séparatistes de l’Ukraine de l’Est et pour surveiller la frontière. Il estime qu’il faut que la Russie utilise tout son pouvoir d’influence concernant les séparatistes. « Nous savons que les séparatistes ne sont pas entièrement sous le contrôle de la Russie, mais ce pays dispose d’un pouvoir d’influence considérable parmi eux. »
Le ministre souhaite que la tragédie puisse constituer un tournant dans le sens où tous agissent pour mettre fin au conflit ukrainien. « Il faut faire taire les armes et former une compréhension mutuelle politique qui respecte la souveraineté ukrainienne. Une telle compréhension a déjà été obtenue à quelques reprises, mais sa mise en oeuvre n’a pas été suffisante. »
Dem/3, TS/11

Editorial
« Il faut que l’UE éclaircisse son rôle dans la crise de l’Ukraine » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il faudra que les ministres européens des Affaires étrangères qui se réunissent aujourd’hui saisissent l’occasion pour bien définir le rôle de l’UE dans la crise en Ukraine, sinon la crédibilité de l’Union diminuera en matière de politique étrangère encore plus. Pour l’éditorialiste, le Président Obama a raison de dire que l’UE devrait assumer un rôle plus central dans la politique étrangère et de sécurité de son continent.
L’éditorialiste estime que l’on s’approche peut-être du noyau dur de la crise si on encourage le Président Poutine à calmer la situation en Ukraine de l’Est en arrêtant le commerce d’armes, par exemple.
L’annulation d’un contrat qui se compte en milliards serait un coup dur pour la France qui est censée livrer des Mistral en Russie, mais resserrer la politique commune et éclaircir le rôle de l’UE coûtera de l’argent de toute façon.
Si l’UE avance vers une interdiction d’exportations et d’achat d’armement et élargit les sanctions dans le secteur du financement, elle durcit sa politique dans les bonnes dimensions, selon l’éditorialiste.
HS/A5

La Sureté nationale au courant des rumeurs concernant des Finlandais partis en Ukraine
Ni la Sûreté nationale ni le ministère des Affaires étrangères n’ont connaissance de personnes qui seraient parties de Finlande pour des combats en Ukraine. Après de telles allégations par un quotidien italien, la Russie a exigé que l’on enquête sur cette possibilité. M. Tanner, chef de l’unité des affaires consulaires du ministère, estime qu’en tout cas pour ce qui est de son unité, il n’y a pas lieu d’ouvrir une enquête même si le ministère ne peut pas exclure la possibilité que des Finlandais se soient rendus en Ukraine.
M. Tuomioja a déclaré à l’agence de presse STT que la Finlande n’envisageait pas de donner de rapport à la Russie en la matière.
Selon M. Aaltola de l’Institut de relations internationales, il s’agit de propagande dans la demande russe d’étudier la question. Pour lui, il ne serait pas impossible que des Finlandais y soient partis. Il ne s’agit pas d’une activité organisée : en tant que pays occidental démocratique, la Finlande n’est pas en mesure de contrôler ce genre d’activité, selon lui.
www.yle.fi, www.hs.fi

Gaza

Editoriaux
« La pression augmente à Gaza dans le sens d’un cessez-le-feu » HS
« Gaza est un ghetto » HBL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’un cessez-le-feu est indispensable et il s’agira de l’obtenir à un moment. L’éditorialiste ne voit toutefois rien de plus permanent à l’horizon qu’un cessez-le-feu instable, tellement l’amertume et le sentiment d’injustice chez les Palestiniens a augmenté. La volonté d’une paix permanente a diminué également en Israël.
Les mouvements extrémistes prennent force tant que les civils n’ont pas de valeur de leur vivant.
HS/A4

Propos du ministre du Développement Pekka Haavisto
Le ministre du développement, M. Haavisto, considère le rôle de l’Egypte comme important dans les efforts d’obtenir un cessez-le-feu à Gaza. Pour lui, la situation dans la région est exceptionnelle, même à l’échelle de Gaza. Le nombre de victimes civiles est énorme.
M. Haavisto estime que MM. Kerry et Ban Ki-moon qui sont actuellement au Caire, essayeront de convaincre le Hamas de consentir à un cessez-le-feu. Il estime que le problème du Hamas est qu’il n’arrive pas tout le temps à contrôler les siens, ce qui rend difficile de conclure des accords.
Ce que la Finlande peut faire, selon M. Haavisto, c’est de continuer son aide humanitaire. Le ministère des Affaires étrangères a accordé, vendredi, 850 000 euros pour l’aide aux palestiniens.
www.yle.fi

Politique intérieure

L’âge de départ à la retraite

Les Finlandais seraient favorable au départ à la retraite à 65 ans
Selon un sondage effectué pour le compte d’Yle, 60 % des personnes interrogées estiment que 63 à 65 ans serait l’âge le plus approprié pour partir à la retraite.
25 % des personnes interrogées estiment qu’il faudrait pouvoir partir plus tôt, et 10 % privilégient un départ au-delà des 65 ans.
HS/A14

Information auprès de la direction du pays

Le directeur du centre de suivi auprès du gouvernement estime que le centre est à hauteur de ses tâches malgré les critiques
Après les pénuries dans l’information concernant les violations de l’espace aérien, en mai, le centre de suivi auprès du gouvernement est accusé de manque de discernement
, notamment par le ministre des Affaires étrangères, concernant l’information sur la confiscation par les douanes d’un conteneur contenant du matériel militaire lié à des systèmes de missiles, venant du Vietnam et destiné à l’Ukraine.
M. Härkönen, directeur de sécurité, rappelle que l’information ne relève pas uniquement du centre de suivi, car les autorités informent elles aussi directement les ministres. Cette fois, les douanes, et la ministre chargé des douanes, avaient compris que le centre de suivi se chargerait d’informer la direction du pays.
Il est prévu de clarifier le rôle du centre de suivi par une loi à l’avenir proche.
HS/A8

Société

L’écart entre les classes sociales en matière d’espérance de vie
Alors que l’espérance de vie des hommes et des femmes se rapproche, l’écart en la matière selon la classe sociale est en hausse. Dans les années 1970 encore, une femme pouvait s’attendre à neuf ans de plus de longévité par rapport aux hommes, contre un écart de six ans aujourd’hui.
L’espérance de vie des femmes est de 83,8 ans et celle des hommes de 77,8 ans.
Le niveau de revenus continue toutefois à jouer sur l’espérance de vie, concernant notamment les hommes. Alors qu’un homme appartenant à la catégorie des revenus les plus élevés peut s’attendre à vivre jusqu’à 82 ans, un homme aux revenus bas a une espérance de vie de 69,5 ans. Pour les femmes, cet écart est moins important, mais il est de 7 ans quand même.
AL/lun/A4-5

Lundi 21 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja : « Les rebelles se comportent comme une bande de criminels » HS
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que le traitement des victimes de la tragédie d’aviation en Ukraine manque de respect. « Les séparatistes ne font pas preuve de pouvoir organisé, ils se comportent comme une bande de criminels. Il est apparent que sur le lieu de l’accident, tout ne fonctionne pas comme il faudrait », a-t-il dit, en estimant que qu’ils n’en ont probablement pas la compétence ni le savoir-faire.
Pour M. Tuomioja, la réaction de la communauté internationale dépendra du rôle qu’assumera la Russie. « Même si la Russie a annoncé qu’elle soutenait l’enquête internationale, il reste des questions pour lesquelles leur participation à la gestion d’une étude appropriée est cruciale.
Selon le ministre, les situations de l’Ukraine et de Gaza seront les thèmes principaux de la rencontre des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles, mardi.
Concernant les sanctions visant la Russie, M. Tuomioja relève que pour la Finlande, elles constituent une question politique, et non pas économique. « Nous partageons l’avis de l’Allemagne, de la France et des autres Etats majoritaires, alors que la Grande-Bretagne dispose en partie de ses propres orientations, ce qui est sans doute dû à leurs pressions internes », a-t-il dit.
Il a dit qu’un tel événement tragique et inattendu pourrait constituer un tournant dans la crise ukrainienne. « Si les séparatistes en sont responsables, il faut que cela mène à ce que tous se dissocient du soutien de telles forces et réclament un désarmement », a-t-il dit.
www.hs.fi, HS/sam/A7

D’autres commentaires
M. Kivinen, directeur de l’Institut Aleksanteri de l’Université de Helsinki, estime que s’il s’avère que ce sont des séparatistes soutenus par la Russie qui ont abattu l’avion, il serait surprenant que la Russie ne se dissocie pas d’eux. Il ne s’attend toutefois pas à un grand changement de politique de la part de M. Poutine.
M. Forsberg, professeur de politique internationale de l’Université de Tampere, réclame une enquête impartiale en la matière. S’il s’avère qu’il s’est agi des séparatistes, et si la Russie ne souhaite pas reconnaître les faits, cela augmentera la pression politique contre la Russie, selon lui. Si par contre il s’avère que l’Ukraine est coupable, la situation en deviendrait de plus en plus compliquée. Il y aurait un effet sur la politique occidentale, mais pour M. Forsberg, il est difficile de dire lequel. Concernant les futures nominations auprès de l’UE, M. Forsberg estime qu’une personne occupant un poste de visibilité dans l’UE ne pourra pas appartenir à un des camps constitués par ceux qui s’opposent à la Russie et ceux qui la comprennent.
TS/sam/6

« Finnair modifiera l’itinéraire de 18 vols pour éviter l’espace aérien ukrainien pour l’instant » HS

Editoriaux
« La destruction d’un avion civile changera l’Ukraine » HS
« La crise a abouti en un massacre » TS
« Arrêtez la folie » AL
« Deux crises, deux sortes de perspectives » KS
« Les compagnies aériennes ont besoin de plus d’information sur les risques » Kaleva
« Le crash aérien représentera un tournant dans le conflit ukrainien » HBL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat condamne l’attaque dont, en absence d’information sur l’auteur, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un crime de guerre ou d’un acte terroriste. Dans tous les cas, il s’agit d’un massacre qu’on ne peut pas expliquer ni auquel trouver des circonstances atténuantes.
Pour l’éditorialiste, l’Ukraine dispose désormais d’un soutien plus fort des pays occidentaux concernant ses combats dans les parties Est du pays. Une aide militaire n’est pas exclue non plus.
HS/sam/A4

UE – Russie

Propos de Mme Jaakonsaari
Mme Jaakonsaari, députée européen sociale-démocrate, estime qu’il ne faut pas oublier les valeurs dans la politique européenne en matière de Russie. Pour elle, l’économie ne pourra pas dominer cette politique.
Elle souhaite que les Finlandais comprennent que leur pays n’est pas un acteur séparé de la politique russe de l’UE. Pour elle, il faut que la Finlande participe activement à la formulation de la politique à mettre en place.
Parmi les valeurs qu’il faut que l’UE défende, elle note le principe de l’Etat de droit, les droits de l’homme et la démocratie.
Dem/3

Gaza

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que l’attaque à Gaza pourrait durer plus longtemps que l’on ne l’avait pensé. Il estime qu’il est justifié de demander si la réponse israélienne aux attaques de roquettes n’est pas surdimensionnée.
HS/dim/B3

Douanes – armes confisquées

Une enquête entamée concernant un lot de matériel militaire confisqué par les douanes
La direction du pays mal informée en la matière
Les douanes ont arrêté, fin juin, un conteneur contenant une quantité importante de matériel militaire lié à des systèmes de missiles. Le matériel venait du Vietnam et était destiné à l’ Ukraine.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a dit, vendredi, qu’il ne connaissait pas l’affaire, mais qu’il était hors de question que des autorités finlandaises puissent être impliquées dans des transports illicites.
Helsingin Sanomat relève, samedi, que la direction du pays n’avait pas été informée en la matière : le Président Sauli Niinistö dit qu’il en a eu connaissance par le quotidien. Selon le secrétariat du Premier ministre, les douanes n’avaient pas fourni d’informations suffisamment détaillées pour pouvoir informer le secrétariat de la présidence et le ministre des Affaires étrangères. Un communiqué a été envoyé vendredi soir.
HS note que c’est la ministre des Transports et des Collectivités locales, Mme Risikko, qui se charge des douanes.
HS/sam/A9, dim/A7

UE

La Commission européenne reproche à la Finlandesa façon d’interpréter la directive concernant l’accès aux soins
La Finlande souhaite distinguer, au niveau des remboursements, les soins obtenus en Finlande et ceux réalisés dans un autre Etat membre, alors que pour la Commission européenne, il s’agit de rembourser les soins de la même façon dans les deux cas. La commission a demandé à la Finlande un rapport en la matière.
HS/sam/A12

Politique intérieure

Situation d’emploi

Le gouvernement souhaite mettre en place des mesures intensifiées en faveur des chômeurs de longue durée
Le gouvernement envisage de présenter un paquet législatif au Parlement dès la rentrée afin de s’efforcer de diminuer le chômage de longue durée. Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, estime qu’il sera utile que les mesures jouissent d’un appui législatif. Il rappelle que les chômeurs de longue durée, difficilement employables, constituent près de la moitié des chômeurs. Pour ces personnes-là, le redémarrage de la croissance économique ne suffit pas, et il faut des mesures plus ciblées.
HS/sam/A12

Economie

Nordea prévoit une amélioration de la rentabilité des groupes industriels
HS relève que les perspectives de l’industrie finlandaise se sont un peu améliorées courant 2014. Selon l’Institut national d’études statistiques, le nombre de nouvelles commandes a augmenté depuis février. Dans ses prévisions, la banque Nordea estime qu’il existe des signes d’une stabilisation de la situation.
HS/lun/A26

France – Finlande

Economie

Stora Enso fermera son usine de Corbehem, 340 personnes perdront leur emploi
Stora Enso qui a en vain cherché un repreneur pour son usine française depuis octobre 2012 a annoncé qu’il la fermera. Un programme est prévu pour soutenir les personnes licenciées.
www.hs.fi

Littérature

BD
Helsingin Sanomat présente un livre sur Helsinki qui vient de paraître chez l’éditeur finlandais WSOY. Anna Rozen a écrit les textes illustrés par Charles Berberian pour l’ouvrage trilingue finnois-français-anglais Helsinki – näkymiä kaupungista (« Helsinki – vues d’une ville »).
HS/B1-2

Vendredi 18 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Avion abattu
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a écrit sur son compte Facebook, que même si personne n’aurait eu l’intention d’abattre l’avion en ligne en Ukraine, l’événement ne pourrait pas être passé sous silence en tant qu’accident, car il s’agit d’un massacre. Il rappelle que des civils et des enfants sont tout le temps tués également à Gaza et se demande si on arrivera un jour à rendre responsables les vrais coupables à ces actes.
Selon le ministère des Affaires étrangères il n’y avait aucun passager finlandais dans l’avion.
M. Henttu, directeur de l’aviation auprès de Trafi, agence nationale de sécurité des transports, la compagnie finlandaise Finnair avait décidé d’éviter l’espace aérien de l’Ukraine de l’Est après l’annonce que l’Ukraine avait fait en avril sur les risques de l’aviation.
HS/A19-20, hs.fi

Commission européenne

Enthousiaste, M. Katainen prend ses fonctions comme commissaire, aujourd’hui
« M. Katainen souhaite apprendre le français » HS
M. Katainen, qui prend, aujourd’hui, ses fonctions comme commissaire à l’économie, en remplacement de M. Rehn qui devient député européen, déclare que le développement de l’Europe et de l’UE a toujours constitué un centre d’intérêt pour lui.
Il envisage d’ouvrir un compte Twitter afin de disposer d’un moyen de plus de participer au débat public. Il souhaite également améliorer ses connaissances en français, langue « qu’il comprend mieux qu’il ne la parle ». Il estime que le français lui serait utile.
M. Katainen envisage de briguer un poste de commissaire dans la nouvelle Commission européenne aussi, éventuellement autour des questions de la concurrence, du commerce ou du marché intérieur. Pour lui, il est peu probable d’obtenir un haut poste en dehors de la Commission, et pour cela, il déclare se concentrer plutôt sur ces portefeuilles. Il s’intéresse à tout ce qui est lié à l’approfondissement de la croissance, de l’économie, de la capacité d’investissement et du marché intérieur de l’UE.
Helsingin Sanomat note qu’à l’automne, M. Katainen devra attaquer des questions comme l’évaluation du règlement européen sur la rigueur budgétaire, la mise en œuvre de l’union bancaire, l’examen des plans budgétaires des Etats membres et l’étude de la situation grecque.
Concernant la politique européenne sur la rigueur budgétaire, M. Katainen estime qu’il n’y a pas lieu de changer le contenu du pacte de croissance et de stabilité, mais qu’il faut pouvoir se servir des éléments de flexibilité qui y sont prévus.
En tant que commissaire, il souhaite encourager le débat public d’une part et réformer des choses d’une façon modérée d’autre part. Il souhaiterait faire une pause en ce qui concerne les réformes institutionnelles et concernant les modifications de règlements afin de se concentrer sur les questions qui sont la raison d’être de l’intégration. Pour lui, « l’intégration n’est donc pas là pour l’UE, elle est là pour la renforcer ».
M. Katainen estime que la Commission européenne devrait se concentrer par exemple sur la création d’un marché intérieur numérique et d’une union énergétique, ainsi que sur une politique étrangère harmonieuse et sur le renforcement des structures de l’Etat de droit. Ce sont des questions sur lesquelles les populistes eurosceptiques devraient se prononcer clairement, à savoir s’ils soutiennent ce genre d’évolution. Pour M. Katainen, il est peu fructueux de se battre contre le populisme si cette bataille se réduit sur le fait de savoir si l’UE est bonne ou mauvaise. « Cela ne mène à rien », pour lui.
HS/A11

Russie – sanctions

Le renforcement des sanctions contre la Russie pourrait diminuer les exportations finlandaises vers la Russie
Helsingin Sanomat relève que comme les sanctions des Etats-Unis visant la Russie pourraient affaiblir la croissance économique russe, il n’est pas exclu qu’elles engendrent une diminution des exportations finlandaises en Russie aussi. Selon M. Mykkänen, directeur chargé de la Russie chez le patronat EK, une aggravation de la crise pourrait faire chuter les exportations de 30 à 50 % sur une période de 12 mois. Cela aurait un effet de 0,5 à 1 % sur le PIB finlandais.
Les sanctions actuelles pourraient diminuer les exportations de 20 % au maximum, selon M. Mykkänen.
M. Sutela, professeur et spécialiste de la Russie, estime que les sanctions ne pourront engendrer que peu de dégâts à l’économie russe. Il rappelle que les perspectives économiques de ce pays avaient commencé à détériorer il y a 18 mois, bien avant la crise en Ukraine.
M. Stubb, Premier ministre, a minimisé les effets des sanctions sur l’économie finlandaise. Pour lui, les sanctions constituent le seul moyen pour l’UE et la communauté internationale d’agir dans le sens à convaincre la Russie à calmer la situation en Ukraine.
M. Stubb rappelle par ailleurs que la Finlande a pu, en concertation avec d’autres, empêcher le gel des programmes transfrontaliers avec la Russie.
HS/A24

Politique intérieure

Economie

Microsoft envisage de supprimer 18 000 emplois, dont 1100 en Finlande
Microsoft a annoncé, hier, qu’il envisageait des économies qui se traduisent par une suppression de 18 000 emplois dans le monde entier. Les licenciements toucheront surtout des anciens employés de Nokia, dont 12 500 risquent de perdre leur emploi. En Finlande, Microsoft envisage de fermer son unité de recherche et développement à Oulu, ce qui ferait disparaitre 500 emplois. 600 emplois ailleurs en Finlande risquent d’être supprimés.
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, réclame de la part de Microsoft une responsabilité sociale et un soutien économique pour aider les personnes qui perdront leur travail. Il souhaite que Microsoft puisse construire son nouveau centre de traitement de données (data center) en Finlande, et plus précisément à Oulu.
A l’instar de son collègue, le Premier ministre, M. Stubb, souhaite que Microsoft assume sa part de responsabilité sociale. Il a promis que le gouvernement fera son possible pour aider à adoucir le choque.
M. Rinne, ministre des Finances, et M. Soini, président des Vrais Finlandais, ont exprimé leur déception en ce qui concerne l’action de Microsoft, qui avait promis de s’engager en Finlande.
M. Sipilä, président du Centre, estime que s’il y a la volonté, il ne sera pas impossible que les spécialistes en informatique qui se retrouvent ainsi au chômage, construisent pour la Finlande le meilleur logiciel du monde pour gérer les donnés du secteur des soins de la santé. « Et ce logiciel, il ne manquera pas d’en intéresser d’autres aussi », dit-il.
HS/A6

Jeudi 17 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

M. Katainen a été nommé commissaire
Turun Sanomat rapporte que M. Jyrki Katainen a été nommé commissaire européen chargé de l’économie jusqu’à la fin du mois d’octobre. M. Katainen et trois autres commissaires ont été élus par 421 voix contre 170.
Le parlementaire européen des Vrais Finlandais, M. Sampo Terho, a voté contre M. Katainen, Mme Heidi Hautala (verts) s’est abstenue.
M. Katainen a souligné l’importance de la rigueur économique lors de l’audition de la commission des affaires économiques.
TS/18

Conseil européen extraordinaire

Selon M. Stubb, les sanctions de l’UE contre la Russie ne concerneraient pas les programmes transfrontaliers
Selon Yle, le Premier ministre Alexander Stubb souligne que la décision des dirigeants européens, dans le cadre des sanctions contre la Russie, de ne pas interrompre les programmes transfrontaliers avec la Russie est dans les intérêts de la Finlande. « Il est possible qu’à l’avenir certains programmes soient étudiés séparément. »
Quant aux hauts postes européens, M. Stubb estime que les nominations du président du conseil, du haut représentant et du président de l’eurogroupe auront lieu plus tard. « L’équilibre est sensible et difficile et il faut négocier pendant le mois d’août. »
Yle

Politique étrangère

Débat de trois ministres à Pori
Helsingin Sanomat relève que le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja, le ministre du Développement Pekka Haavisto et la nouvelle ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur Lenita Toivakka ont participé, mercredi dans le cadre de l’Arène de Pori, à une table-ronde sur la politique étrangère.
Pour M. Tuomioja, la politique étrangère crée plus de défis en ce moment, notamment en raison de la Russie. Le chef de la diplomatie finlandaise souhaite que la Finlande ait exactement le même rôle dans la résolution de la crise entre la Russie et l’Ukraine que les autres pays membres de l’Union européenne. « Le conflit ressemble à un état de guerre. Il faut le mettre fin d’une façon que respecte l’intégrité territoriale et le droit de l’Ukraine à l’autodétermination. »
Selon M. Tuomioja, l’ère où chaque pays veillait à ses propres intérêts est passée. « Les pays ne peuvent plus défendre leurs intérêts aux dépens des intérêts d’autres pays. » Même la Russie ne peut pas le faire. « Le coût de la politique de force pour la Russie ne dépend pas des sanctions infligées par les autres pays mais des réactions des marchés. Si on n’a pas de confiance on n’investit pas. »
Mme Toivakka a rappelé que la politique de force n’a pas disparu. « La Russie a en ce moment une attitude plus négative à l’égard des pays occidentaux. » Il faut aussi être prêt à infliger des sanctions.
Pour M. Haavisto, dans la politique étrangère finlandaise, le rôle dans la construction de la paix est le plus important. Il souligne aussi l’importance de la sécurité de la mer Baltique.
Quant aux ressources de la politique étrangère finlandaise, M. Tuomioja souligne que les fermetures des ambassades seraient une erreur. « Cela diminuerait considérablement l’influence de la Finlande. »
HS/A10

Pour M. Tuomioja, « les femmes sont la clé pour sauver le monde »
Turun Sanomat rapporte que selon M. Tuomioja, « la Finlande est considérée dans beaucoup de sondages comme le pays le moins failli. Je réponds toujours que cela vient du fait que les femmes sont égales avec les hommes. L’égalité des femmes est la clé pour résoudre tous les problèmes dans le monde ».
TS/10

Parlement européen

Mme Jaakonsaari s’occupera des relations du parlement avec la Russie
Selon Helsingin Sanomat, la sociale-démocrate Liisa Jaakonsaari, qui vient d’être réélue au Parlement européen, sera élue première vice-présidente de la délégation du parlement pour les relations avec la Russie.
La sociale-démocrate Miapetra Kumpula-Natri sera membre de l’assemblée parlementaire Euronest qui vise à améliorer la dimension orientale de l’Union européenne. Elle sera également nommée membre de la délégation UE-Moldavie.
HS/A10

Politique intérieure

Elections législatives

M. Sipilä pourrait changer de circonscription
Contrairement aux informations publiées hier dans la presse, Helsingin Sanomat rapporte qu’il est possible que le président du Parti du centre, M. Juha Sipilä, change de circonscription avant les élections législatives. En 2011, il avait été élu de la circonscription de l’Ostrobotnie du nord. M. Sipilä a annoncé à Suomenmaa, organe du Centre, qu’il avait « des pressions pour se présenter ailleurs ».
M. Sipilä, qui vit à Kempele (près d’Oulu), a acheté une maison à Sipoo, pas loin de Helsinki.
HS/A10

France

Présidence

« M. Hollande a changé de style »
Kauppalehti publie un billet de sa correspondante à Paris Piia Immonen-Seuguenot sur une interview télévisée du Président Hollande dans le cadre de la célébration du 14 juillet. Selon les commentateurs, le président a adopté une prise plus ferme qu’avant.
KL/3

Mercredi 16 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Construction navale

Le sort du chantier naval de Turku n’a pas encore été décidé
Turun Sanomat rapporte que M. Peter Hackmann, chargé de communication au chantier naval allemand Meyer Werft, ne commente pas les négociations avec l’Etat finlandais. « Il faut voir ce qui se passe pendant les prochaines semaines. »
Le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, n’a pas voulu commenter l’affaire à Turun Sanomat.
Le maire de Turku, M. Aleksi Randell, estime que la commande de deux bateaux de croisière, obtenue par Meyer Werft, est positive aussi du point de vue du chantier de Turku, même si les bateaux seront construits en Allemagne. M. Randell souligne qu’il est régulièrement en contact avec le ministère de l’Emploi et de l’Economie concernant la situation du chantier de Turku.
TS/9

Microsoft

Microsoft projette des diminutions d’emplois en Finlande
Selon les sources de Helsingin Sanomat, Microsoft projette de diminuer jusqu’à mille emplois en Finlande dans sa division de téléphones mobiles. L’entreprise aurait l’intention de fermer l’unité de recherche et de développement à Oulu qui emploie 500 personnes.
Microsoft a refusé de commenter ces informations. L’agence de presse Bloomberg estime que Microsoft pourrait annoncer les diminutions d’emplois dès cette semaine.
D’environ 4 700 employés finlandais de Nokia ont intégré Microsoft fin avril dernier.
HS/A2&A26

UE - Russie

Les programmes transfrontaliers en danger en raison des sanctions de l’UE contre la Russie
Helsingin Sanomat relève que l’Union européenne projette d’interrompre les programmes transfrontaliers avec la Russie pour une période de sept ans. Cela signifierait une perte jusqu’à 200 millions euros pour la Finlande qui participe à trois programmes transfrontaliers avec la Russie.
Selon le président du Parti du centre, M. Juha Sipilä, la Finlande doit s’opposer aux nouvelles sanctions. « Les crises ne sont pas résolues avec des sanctions mais avec des négociations. »
Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, souligne que les programmes transfrontaliers concernent également la coopération dans le domaine de l’environnement et la protection de la mer Baltique.
HS/A7

Elections européennes

Le budget de la campagne de M. Stubb
Selon le tabloïd Iltalehti, le budget électoral de M. Alexander Stubb, actuel Premier ministre, aux élections européennes de juin s’est élevé à 126 000 euros. M. Stubb a obtenu environ 144 000 voix aux élections. Après les élections, il a été élu président du Parti conservateur et nommé Premier ministre.
Selon le tabloïd, « les millionnaires ont financé la campagne de M. Stubb ». Il s’agit de MM. Chaim Zabludowicz (8 000 euros), Björn Wahlroos (5 000 euros), Mikael Lilius (2 500 euros) et Kari Stadigh (2 000 euros).
Parmi les entreprises, Nokia Renkaat a donné 5 000 euros à la campagne de M. Stubb.
TS/7

Politique intérieure

Elections législatives

Les présidents des partis politiques estiment que le thème principal des élections sera l’économie
Selon Helsingin Sanomat, quatre présidents de partis politiques, MM. Antti Rinne (PSD), Juha Sipilä (Centre), Ville Niinistö (Alliance verte) et Carl Haglund (Parti suédois), réunis à l’Arène de Pori, sont unanimes sur les thèmes principaux des élections législatives du printemps 2015 : l’économie et l’emploi.
Selon un sondage récent, les Finlandais partagent l’avis des présidents des partis sur l’importance de l’économie et de l’emploi. 65 % estiment que le thème principal devrait être le fait de garantir les services sociaux et de la santé.
HS/A15

Les anciens députés souhaitent le retour au Parlement
Helsingin Sanomat rapporte que trois anciens députés sociaux-démocrates de Helsinki, Arto Bryggare, Tuula Haatainen et Pirkko Turpeinen-Saari, ainsi que M. Marko Asell de Pirkanmaa, souhaitent être élus au Parlement au printemps prochain. M. Kari Rajamäki, député social-démocrate depuis 30 ans, ancien ministre de l’Intérieur, a décidé de quitter le Parlement.
Les anciens députés verts Johanna Sumuvuori, Timo Juurikkala et Susanna Rahkonen souhaitent également être élus.
La centriste Maria Kaisa Aula projette une candidature après une pause d’une dizaine d’années.
Quant aux ministres, M. Ville Niinistö se représentera à Turku et M. Carl Haglund en Uusimaa.
HS/A14

Mardi 15 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

L’audition de M. Katainen a eu lieu hier soir devant le Parlement européen
Demokraatti rapporte que l’audition de l’ancien Premier ministre Jyrki Katainen a eu lieu lundi soir devant le Parlement européen à Strasbourg. Le vote sur la nomination de M. Katainen en remplacement du commissaire Olli Rehn aura lieu mercredi.
Le quotidien note que la période de M. Katainen en tant que commissaire chargé de l’économie ne sera pas longue parce que ce portefeuille serait accordé aux socialistes dans la future Commission.
Dem/4

Finlande - Russie

Selon un sondage, les Finlandais s’inquiètent de l’action de la Russie en Ukraine
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage sur les inquiétudes des Finlandais, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte de la Croix-Rouge finlandaise, 65 % des Finlandais sont très ou assez inquiets de l’action de la Russie en Ukraine. Les personnes de plus de 65 ans sont les plus inquiets.
M. Ilkka Ruostetsaari, professeur en sciences politiques à l’université de Tampere, souligne que ceux qui sont nés dans les années 1950 et 1960 ont connu l’atmosphère de la guerre froide.
M. Hannu-Pekka Laiho, directeur à la Croix-Rouge, souligne que l’exclusion des jeunes inquiète le plus les Finlandais, ainsi que l’état de santé des proches et l’inégalité économique en Finlande. Par contre, l’immigration n’est pas parmi les sujets qui inquiètent les Finlandais.
HS/A13

Politique intérieure

Elections législatives

Les partis politiques préparent déjà les listes de candidats
Helsingin Sanomat rapporte que le Parti conservateur a déjà nommé deux tiers de ses candidats aux élections législatives de 2015. Les Vrais Finlandais ont nommé 128 candidats sur 220 et l’Alliance verte 50 candidats sur 220. Le Parti suédois a désigné 25 candidats sur 85. Les autres partis politiques ne révèlent pas le nombre de candidats déjà nommés.
Selon la secrétaire générale du Parti conservateur, Mme Taru Tujunen, « il y a énormément de pressions dans la plus grande circonscription, celle de Uusimaa » (province autour de la capitale).
Il est presque sûr que le Premier ministre Alexander Stubb sera candidat en Uusimaa, comme en 2011. L’ancien Premier ministre Jyrki Katainen, qui ne sera plus candidat, avait obtenu 24 000 voix en Uusimaa en 2011.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, locomotive des élections de 2011, sera candidat dans la même circonscription, ainsi que le nouveau président du Parti social-démocrate, M. Antti Rinne.
Le président du Centre, M. Juha Sipilä, a annoncé qu’il se présenterait à Oulu comme avant.
Le secrétaire général du Centre, M. Timo Laaninen, souhaite que l’ancien Premier ministre Matti Vanhanen retourne en politique et se présente en Uusimaa. M. Vanhanen rejette fermement ce projet.
HS/A6-7

M. Kataja ne se présentera plus
Jusqu’à présent, 14 députés actuels ont annoncé ne plus se présenter aux prochaines élections législatives.
Le député conservateur Sampsa Kataja a annoncé hier qu’il ne se représenterait plus aux élections législatives de 2015 pour des raisons familiales.
M. Kataja est député de la circonscription de Satakunta depuis 2007. Son nom a souvent été mentionné dans les spéculations sur les éventuels ministres.
Les sociaux-démocrates Lauri Ihalainen et Heli Paasio ont entre autres annoncé quitter le Parlement au printemps 2015, ainsi que les verts Oras Tynkkynen et Satu Haapanen.
HS/A6

Parti des chrétiens-démocrates

Editorial : la révolte contre Mme Räsänen baisse
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que le poste de la présidente des Chrétiens-démocrates, Mme Päivi Räsänen, n’est probablement pas menacé. Il est possible qu’un congrès du parti anticipé n’ait pas lieu. Il est toutefois possible que Mme Sari Essayah, ancienne parlementaire européenne, soit élue présidente du parti à l’avenir.
HS/A5

Eglise

L’archevêque Mäkinen a présenté ses excuses auprès des homosexuels
Selon Helsingin Sanomat, l’archevêque Kari Mäkinen a présenté lundi ses excuses pour la façon cruelle dont l’Eglise et la société ont traité les minorités sexuelles.
M. Ismo Dunderberg, doyen de la faculté de théologie à l’université de Helsinki, se félicite des propos de M. Mäkinen. « Il est exceptionnel et tout à fait excellent que l’archevêque prenne une position aussi forte. » Il estime que ses propos suscitent un débat animé. « Il est caractéristique pour l’Eglise luthérienne finlandaise que tout le monde ne partage pas l’avis de l’archevêque. »
L’archevêque Mäkinen s’est présenté à l’arène de Pori. L’évêque de Helsinki, Mme Irja Askola, a antérieurement pris position en faveur du mariage pour les homosexuels.
HS/A7

France

Tramway

Reims
Turun Sanomat publie un article sur le tramway à Reims, ville de 180 000 habitants comme Turku. TS a interviewé M. Xavier Allard, directeur de design chez Alstom Transports qui a mis en œuvre le tramway de Reims.
TS/7

Lundi 14 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Hauts postes européens : paroxysme de la recherche des candidats
Helsingin Sanomat dresse une liste des candidats potentiels aux hauts postes européens : outre la présidence de la Commission promise à M. Juncker, il s’agit de la présidence du conseil, du poste de haut représentant et de la présidence de l’eurogroupe.
Selon le quotidien, l’ancien premier ministre Jyrki Katainen peut pour sa part espérer un portefeuille important dans la nouvelle commission : au marché intérieur, à la concurrence ou au commerce extérieur.
HS

La Commission européenne estime que la Finlande ne surveille pas assez le racisme dans la vie professionnelle
Hufvudstadsbladet rapporte que, selon un rapport de la Commission européenne, la Finlande ne fait pas assez pour remplir les critères de la directive contre le racisme.
Mme Eva Biaudet, ombudsman pour les minorités, estime que cela est dû au fait que l’ombudsman pour les minorités n’a pas de mandat pour examiner les cas apparus dans la vie professionnelle. « La Finlande estime qu’il suffit d’avoir des autorités pour la protection des travailleurs », estime Mme Biaudet.
Mme Katri Leppänen, experte juridique au sein de EK, confédération du patronat et de l’industrie, s’étonne des propos de la Commission. « Notre système actuel est parmi les meilleurs en Europe. La Commission a été mal informée. »
HBL/sam/14

Russie – Ukraine - OTAN

Déclarations de M. Vanhanen
L’ancien Premier ministre Matti Vanhanen, aujourd’hui directeur de l’union des entreprises familiales et président des cercles Paasikivi, déclare que la Finlande est particulièrement fragile en cas de mesures de rétorsion russes contre les sanctions économiques occidentales. « Quand les Etats-Unis prennent des mesures économiques contre la Russie, la Finlande est toujours dans le viseur. Il n’est qu’une question de temps pour savoir quand et comment la Russie va répondre et nous serons alors les grands perdants », déclare-t-il.
M. Vanhanen estime qu’il que la Finlande renforce rapidement ses relations bilatérales avec la Russie. « Il faut gérer nous-mêmes les relations avec la Russie ». Il estime qu’il serait naturel que la commission économique mixte, au niveau des gouvernements, se réunisse. Elle devait se réunir ce printemps mais cela a été reporté suite à la décision européenne de ne pas organiser de sommets avec la Russie.
M. Vanhanen critique aussi le débat mené en Finlande sur l’OTAN. Il s’étonne des déclarations de MM. Katainen et Stubb en faveur d’une adhésion à l’OTAN. Selon lui, l’OTAN ne doit pas être un thème de la prochaine campagne législative car cela ne doit pas être un moyen de faire de la politique intérieure. « Il serait bien étrange que les partis perdent du temps dans la campagne ou lors de la formation du gouvernement sur la question de l’OTAN. En effet, tut le monde semble d’accord sur le fait que l’on ne va pas adhérer à l’OTAN car la majorité de l’opinion publique s’y oppose. »
M. Vanhanen estime qu’en temps que membre de l’OTAN la Finlande perdrait sa marge de manœuvre en politique étrangère. « Nous serions liés aux intérêts et aux décisions d’un autre Etat. »
HS

L’économie touchée avant la sécurité
Aamulehti publie une interview du sous-secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, chargé des relations extérieures économiques Matti Anttonen qui estime que la Finlande est touchée par la crise ukrainienne par le biais de l’UE. En effet, M. Anttonen estime que cette crise n’a pas eu d’effet important sur la situation de sécurité de la Finlande. En revanche, la Finlande est plus menacée de manière économique : la crise menace les investissements en Russie, ce qui pourrait influencer la Finlande et ses exportations en Russie.
Il souligne que les exportations finlandaises en Russie ont commencé à diminuer avant la crise ukrainienne.
M. Anttonen ne pense pas que les sanctions éventuelles contre la Russie vont toucher le secteur énergétique. Il souligne que les importations de gaz et d’hydrocarbure russes de la Finlande sont bon marché et ne passent pas par l’Ukraine. Selon lui, tant que l’on pourra acheter du gaz et des hydrocarbures de Russie, on le fera.
AL
Politique intérieure

Gouvernement

Les Finlandais pas convaincus de la compétence des nouveaux ministres
A la lumière des résultats d’un sondage, effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle, sur la compétence des nouveaux ministres, les personnes interrogées sont satisfaites de Mme Paula Risikko, ministre des Transport et des Collectivités locales : 52 % estiment qu’elle est compétente. 50 % estiment que la nouvelle ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Laura Räty, est compétente.
80 % des agriculteurs estiment que le nouveau ministre de l’Agriculture, M. Petteri Orpo, n’est pas compétent.
Yle

Parti des chrétiens-démocrates

Le projet d’un congrès du parti anticipé pourrait être annulé
Helsingin Sanomat relève que les Chrétiens-démocrates peuvent encore annuler le congé du parti anticipé, décidé en réunion du bureau national en juin. Les adversaires de la présidente actuelle, Mme Päivi Räsänen, souhaiteraient la remplacer par Mme Sari Essayah, ancienne parlementaire européenne.
Les choses ont toutefois pris une nouvelle tournure samedi : Mme Räsänen a annoncé samedi que Mme Essayah la soutenait à la présidence. Mme Essayah l’a confirmé dimanche.
Le vice-président du parti, M. Sauli Ahvenlahti, a ensuite annoncé qu’il n’y avait pas de sens d’organiser de congrès du parti anticipé si Mme Essayah ne se présente pas.
Le bureau national des Chrétiens-démocrates se réunira le 23 août pour prendre la décision sur l’affaire.
HS/lun/11

Politique

Débat sur la fiscalité
Demokraatti rapporte que la fiscalité est toujours un thème électoral. Mais lors des prochaines élections législatives de 20125, la fiscalité pourrait être un thème particulièrement important. En effet, depuis le début de l’été, les partis politiques ont été nombreux à demander des modifications de la politique fiscale. Le parti conservateur souhaite diminuer l’imposition sur les revenus du travail et prône une relance par la baisse fiscale.
Les partis de droite ont aussi promu la disparition de l’impôt sur les successions. Cela nécessiterait de trouver l’équivalent de 650 millions de recettes fiscales par an. STT rapporte que les économistes sont divisés sur l’effet de l’impôt sur les successions sur l’économie notamment pour les successions d’entreprises.
Keskisuomalainen relève que les Verts sont favorables à un rétablissement de l’impôt sur le patrimoine. Cette idée est partagée par l’Alliance des Gauches et parmi les députés des Vrais Finlandais.
KS AL Dem

Economie

La chute de l’économie continue
Helsingin Sanomat rapporte que, selon l’institut national des statistiques, le PIB a reculé au premier trimestre 2014 de 0,4% par rapport au trimestre précédent et de 0,3% par rapport au premier trimestre 2013.
Les exportations ont reculé de 1,7% et les importations de 3% par rapport au trimestre précédent.
On devrait enregistrer en 2014, pour la troisième année consécutive un recul des revenus réels des ménages. En 2013 et en 2012, les revenus ont diminué de 0,3% par an.
Le recul du revenu des ménages enregistré » durant la crise des années 90 avait été bien plus net : -10% entre 1992 et 19094.
HS

Hausse du chômage caché
Helsingin Sanomat rapporte que le nombre de personnes sans emploi qui ne recherchent pas activement du travail est de 140 000 soit environ le même que durant la crise des années 90.
HS

Société

Les jeunes contre l’immigration
Keskisuomalainen rapporte que l’attitude des 15-24 ans à l’égard des immigrés se durcit.
Près de la moitié des 15-24 ans (56% des hommes et 39% des femmes) estiment qu’il faudrait diminuer le nombre d’immigrés en Finlande.
De plus, 23% des jeunes déclarent avoir une attitude positive à l’égard des immigrés et 21% une attitude négative. Les plus négatifs sont les jeunes et les peu diplômés.
Cette augmentation des attitudes à l’égard de l’immigration avait déjà été mesurée par un sondage réalisé pour la délégation à la vie économique EVA au début de l’année.
De plus, les jeunes sont aussi peu favorables à l’entrée de la Finlande dans l’OTAN que leurs aînés : 41% s’y opposent et seulement 18% y sont favorables.
KS

France- Finlande

Tourisme

Carcassonne
Helsingin Sanomat publie un reportage sur Carcassonne et le pays Cathare dans son édition de samedi.
HS

Vendredi 11 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Israël

Déclarations de M. Tuomioja
« La prochaine étape risque d’être une attaque terrestre israélienne » Dem
« Les frappes ne font qu’augmenter la rancœur » Yle
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré dans une interview publiée dans Demokraatti qu’il est possible que le conflit entre Israéliens et Palestiniens se transforme en attaque terrestre de gaza. « Dans de telles situations, il y a toujours tendance que cela échappe au contrôle de tout le monde. La prochaine étape pourrait être une attaque terrestre d’Israël dans les territoires palestiniens de Gaza ».
Pour éviter de tels conflits à l’avenir, M. Tuomioja estime qu’il faut promouvoir le modèle de deux Etats dans la région et garantir un Etat palestinien indépendant à côté d’Israël.
« Le principal est de remarquer que la tension actuelle qui se transforme régulièrement en conflit va durer tant que l’on ne trouvera pas une paix permanente basée sur la coexistence de deux Etats. »
M. Tuomioja ne pense pas que le conseil de sécurité de l’ONU pourra trouver un moyen pour calmer la situation. « Je ne pense pas que le conseil de sécurité pourra faire des miracles. Précédemment en 2012 c’est l’Egypte qui avait servi de médiateur entre les parties ; Aujourd’hui les possibilités, voire la volonté de l’Egypte se sont affaiblies ».
Dans une interview accordée ce matin à Yle, M. Tuomioja a aussi déclaré que les frappes du Hamas et les bombardements israéliens ne faisaient que renforcer la rancœur au Proche-Orient. « A chaque fois que des violences ont lieu contre Israël, ils réagissent d’une façon que nombreux sont ceux à considérer comme disproportionnée ».
M. Tuomioja estime toutefois qu’il est possible d’arriver à la paix. Mais cela nécessite une plus forte pression internationale. « Par exemple, l’UE a mis en œuvre les décisions concernant l’interdiction à l’importation de produits fabriqués dans les colonies illégales. Israël a remarqué que cela lui coûtait s’il n’était pas prêt à des négociations de paix ».
M. Tuomioja ne pense pas qu’Israël aille jusqu’à une opération terrestre car il se rappelle des effets de la guerre du Liban il y a huit ans. « Cela n’a pas apporté le résultat escompté. La force militaire permet d’obtenir quelque chose à court terme mais les effets à long terme sont inverses : ils augmentent l’insécurité ».
Dem Yle

Commission européenne

Le gouvernement a nommé M. Katainen comme candidat au poste de commissaire
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a nommé M. Jyrki Katainen comme candidat finlandais au poste de commissaire européen dans la future commission.
HS/A13

Mme Anttila critique le gouvernement
Selon Keskisuomalainen, la députée centriste Sirkka-Liisa Anttila, ancienne ministre, critique le gouvernement qu’elle accuse de « se hâter inutilement dans la nomination ».
Mme Anttila exige que le gouvernement soit prêt à changer de candidat. Elle souligne qu’il risque de n’y avoir que trois ou quatre femmes dans la nouvelle Commission et rappelle que le président de la Commission démissionnaire, M. Barroso, avait promis des portefeuilles plus importants pour les pays qui proposaient des candidates femmes.
Mme Anttila désapprouve que la Grande commission du Parlement n’a même pas eu l’occasion d’entendre M. Katainen avant la nomination. Le gouvernement a ainsi négligé l’avis de la Grande commission.
KS/8

Parlement européen

Litige sur la répartition des sièges dans les commissions
Turun Sanomat rapporte que les groupes du Parlement européen ont reparti les présidences et vice-présidences dans les commissions. Les groupes pro-européens ont décidé de laisser le groupe EFDD, présidé par le britannique Nigel Farage (Ukip) sans présidence ni vice-présidence, ce qui a suscité des critiques.
Selon M. Erkki Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, « il est difficile de comprendre que cela puisse renforcer la confiance des citoyens à la démocratie européenne ». Il souligne que cette conduite ne respecte pas la règle de l’égalité entre les groupes qui est appliquée entre autres au Parlement finlandais.
Mme Liisa Jaakonsaari, parlementaire européenne du PSD, défend la décision prise en soulignant que les députés européens du groupe de M. Farage agissent contre les valeurs de l’Union européenne et ne peuvent pas représenter le Parlement européen en tant que présidents des commissions. Mme Jaakonsaari souligne que la décision a été difficile à prendre et bien réfléchie.
TS/14

M. Soini accuse les parlementaires européens de politique de discrimination
Selon Turun Sanomat, M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais et de la Commission des affaires étrangères du Parlement finlandais, estime qu’il s’agit d’une attaque sans précédent contre la démocratie. Pour lui, il s’agit d’une politique de discrimination et de racisme politique. Il exige que MM. Alexander Stubb, Antti Rinne et Juha Sipilä annoncent s’ils approuvent cette mesure ou non.
Durant la précédente législature du Parlement européen le représentant des Vrais Finlandais, M. Sampo Terho, était dans le même groupe avec Ukip. Les députés européens actuels des Vrais Finlandais, MM. Jussi Halla-aho et Sampo Terho, sont dans le groupe du CRE.
TS/14

Nucléaire

Le Stuk veut exporter ses compétences dans le golfe
Helsingin Sanomat rapporte que l’agence de sûreté nucléaire STUK, qui doit faire face au plan d’économies du gouvernement, veut compenser ses manques de recettes par la vente de services à d’autres pays. En mai, le STUK a conclu un accord de coopération avec l’Arabie Saoudite qui prévoit la construction de centrales nucléaires et souhaite consulter le STUK pour créer une agence de sûreté nucléaire nationale. Il s’agit d’un accord de trois ans mais la coopération entre le STUK et l’Arabie saoudite pourrait se poursuivre jusqu’à la construction des premières centrales, au début des années 2020.
Le STUK estime que d’autres pays de la région pourraient être intéressés par ce type de coopération : la Jordanie, les Emirats arabes unis ou la Turquie.
Le Stuk doit faire face à une baisse de ses ressources de 2,5 millions d’euros d’ici 2017. Le financement venant de l’Etat diminue d’environ 20%.
Jusqu’à présent le STUK recevait 4 millions d‘euros par an de recettes issues de ses services. Il devra les augmenter considérablement.
HS
Les économies exigées vont obliger le STUK à diminuer ses recherches.
Dans l’interview qu’il a accordée à Helsingin Sanomat, le directeur du STUK, M. Tiippana déclare que le contrôle commande d’OL3 avance.
HS

Construction navale

Le chantier d’Helsinki obtient la commande de trois brise-glace
Turun Sanomat rapporte que le chantier naval d’Helsinki (Artech Helsinki Shipyard, possédé à moitié par le russe USC et le coréen STX) a obtenu la commande de trois brise-glace du russe Sovcomflot pour une valeur de 300 millions d‘euros.
TS

Politique intérieure

Gouvernement

Mmes Henriksson et Räsänen soulignent que les témoins de Jéhovah doivent respecter la loi
Helsingin Sanomat relève que la ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson et la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, ont publié un communiqué où elles soulignent que les témoins de Jéhovah doivent respecter la loi finlandaise. « Il faut insister sur le fait que les ‘comités de droit’ des témoins de Jéhovah ne constituent pas un système parallèle avec la législation finlandaise », écrivent les deux ministres dans leur communiqué.
Mmes Henriksson et Räsänen, qui ont eu un entretien avec les représentants des témoins de Jéhovah en mai, soulignent que les communautés religieuses doivent prendre au sérieux le respect des droits fondamentaux et des droits de l’homme, inclus dans la loi sur la liberté de religion.
HS/A13

France- Finlande

Danse

Festival Urb14
Demokraatti relève que le festival de danse Urbaine d’Helsinki Urb14 propose cette année notamment la rencontre entre la troupe finlandaise Cleva et le chorégraphe franco-allemand Samir Akika.
Il y aura aussi l’œuvre Finland (Burned/Unburned) du collectif parisien Claire Fontaine.
Dem

Jeudi 10 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Commission

La Finlande vise un poste important pour M. Katainen
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré, hier, qu’il « pariait que cela serait un poste sur les questions économiques », à propos du portefeuille de M. Katainen dans la Commission Juncker.
Il affirme que M. Katainen est très haut placé dans les spéculations sur les portefeuilles et qu’il en aura donc un d’importance. « Il faut savoir qu’il a été vice-président du PPE, quatre ans ministre des Finances, trois ans Premier ministre et qu’il est un bon ami de M ; Juncker ».
M. Stubb estime qu’il faut que M. Katainen ait une vice-présidence de la Commission et un portefeuille lié aux missions de l’UE : « le marché intérieur, la concurrence, le commerce extérieur ou l’économie ».
Concernant les autres hauts postes, M. Stubb a déclaré que les choix feraient partie d’arrangements complexes et qu’il était difficile de parier sur les vainqueurs.
Aamulehti rapporte que, de toute façon le gouvernement va nommer Jyrki Katainen comme candidat finlandais au poste de commissaire dans la future commission.
Demokraatti rapporte qu’hier, le Premier ministre Alexander Stubb a présenté les résultats du dernier conseil européen à la Grande Commission du parlement et les positions finlandaises avant celui de la semaine prochaine.
La Grande commission aurait souhaité entendre le candidat finlandais au poste de commissaire avant que le gouvernement le nomme mais cela n’a pas pu se faire, écrit Demokraatti. La Grande commission souhaite toutefois entendre M. Katainen à l’automne sur les priorités de son programme.
AL Dem

Politique étrangère

Il est risqué de trop compter sur les touristes russes
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que l’année 2013 était une année record pour le tourisme russe en Finlande. Cette année, en raison de la baisse des difficultés économiques de la Russie et de la baisse du rouble, qui ont commencé avant la crise en Crimée, le tourisme russe en Finlande va diminuer nettement.
Or, les visas permettaient par exemple de couvrir 50 millions du budget des Affaires étrangères.
De plus, les touristes russes ont dépensé l’année dernière en Finlande environ 1,2 milliard d’euros dont 360 millions dans la Carélie du Sud.
La leçon à en tirer est qu’il est risqué de compter sur une croissance continue des recettes du tourisme russe. ? La Russie est toujours une économie émergente : on peut en attendre de grands profits mais cela constitue aussi des risques importants.
La Russie est aussi un Etat dans lequel les décisions politiques peuvent avoir un effet important sur l’économie, comme on a pu le voir. L’économie russe repartira certainement à la hausse, mais il est trop tôt pour dire quand. Un petit signal est le fait que le ministre Ouliakov a déclaré que l’économie avait crû plus que prévu en avril-mai.
HS

Réfugiés

Mme Räsänen veut augmenter le quota de réfugiés pour 2015
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, veut augmenter le quota annuel de réfugiés. Elle estime que le quota pourrait être augmenté de 300 Syriens, soit à 1 050.
La Finlande avait augmenté son quota annuel de 750 réfugiés aussi de 300 Syriens pour 2014.
HS/A12

Prostitution

Le gouvernement ne proposera pas l’interdiction totale
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement actuel ne compte pas proposer l’interdiction totale de l’achat de services de prostitution. Le projet de loi du ministère de la Justice a été transmis pour consultation.
La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, aurait souhaité une interdiction totale mais les autres partis du gouvernement n’ont pas partagé son avis. Selon Mme Henriksson, une interdiction totale serait le meilleur moyen de protéger les victimes de la traite des personnes et du proxénétisme. Un groupe de travail désigné par le ministère de la Justice est arrivé à la même conclusion à l’automne dernier.
Selon Mme Henriksson, les partis du gouvernement sont toutefois unanimes sur le fait que la loi actuelle, qui date de 2006, ne fonctionne pas et qu’il faut la rendre plus stricte.
Le projet de loi devrait être présenté au Parlement à l’automne.
HS/A15

Défense

Il est possible que des drones surveilleront la frontière orientale à l’avenir
Helsingin Sanomat relève que les gardes-frontières s’intéressent à l’acquisition de drones pour surveiller les passages clandestins à la frontière. Les Finlandais ont testé, en coopération avec Frontex, différents modèles mais aucune décision sur un achat n’a encore été prise. Les drones pourraient être utilisés dans les régions peu peuplées comme par exemple la Finlande du Nord.
La loi sur l’aviation sera modifiée, entre autres en ce qui concerne l’utilisation des drones. « Il faut garantir la protection de la vie privée. Nous n’avons pas l’intention de filmer les arrière-cours des gens », selon le commandant des gardes-frontières Marko Tuominen.
HS note que l’armée de terre a actuellement des drones de reconnaissance Ranger. Le commandant Tuominen souligne que ces appareils militaires sont trop massifs pour les gardes-frontières. « Les drones ne peuvent pas remplacer les gardes-frontières. Il faut que quelqu’un aille sur place si le drone détecte un passager clandestin. »
HS/16

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de santé

M. Haglund critique l’accord
Le ministre de la Défense et président du parti populaire suédois Carl Haglund a déclaré dans une interview publiée hier que l’accord sur la réforme des services sociaux et de santé (Sote) engagent les partis de la coalition et de l’opposition revenait à vider de contenu ladite réforme et avait été dicté par le parti du centre.
Le Premier ministre Alexander Stubb a défendu hier cet accord, soulignant qu’il s’agissait bien d’un compromis mais que ce n’était pas un échec et que cela ne revenait pas à protéger les prestataires publics de services sociaux et de santé.
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman s’est déclaré peu surpris par les critiques de M. Haglund qui, selon lui, représentent la volonté des partis de droite de privatiser le secteur de la santé.
La ministre de la Santé Laura Räty s’est pour sa part étonnée que M. Haglund, qui a signé l’accord Sote en tant que président de parti, le critique maintenant. Elle a toutefois reconnu que l’accord prévoit qu’à l’avenir les prestataires publics de services sociaux et de santé seront prioritaires par rapport aux prestataires privés.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rappelle que la réforme Sote joue un rôle important dans les réformes structurelles du gouvernement car il est prévu qu’elle permette des économies de 2 milliards d’euros par an.
AL HS

Bâtiments publics
L’Etat veut rapidement constituer une société de BTP
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a prévu, dans son mini-programme d’étudier la création d’une société destinée à gérer les réparations et le remplacement de bâtiments publics comme les écoles.
D’ici la fin du mois, un pré-rapport sera remis au ministre des Finances sur le sujet. L’objectif serait de créer une société par actions « Valtion Remontti oy » qui ferait réparer ou construire des bâtiments publics pour ensuite les louer aux communes ou à l’Etat.
Le capital de cette société serait emprunté mais n’apparaîtrait pas dans le budget de l’Etat.
HS

Retraites
La retraite anticipée du PDG de Valio suscite une polémique
A la suite de la condamnation de Valio par le tribunal de la concurrence, son PDG, M. Pekka Laaksonen a déclaré qu’il prendrait sa retraite à l’automne, à 58 ans. Il a motivé cette décision par « la fatigue » et la frustration suite à la décision, du tribunal de la concurrence.
Même si l’âge minimum de départ à la retraite est de 63 ans, les dirigeants ont le plus souvent des contrats stipulant des règles spécifiques pour la retraite. C’est le cas de Valio.
L’ancien premier ministre Matti Vanhanen a critiqué la décision de M. Laaksonen.
Le président du syndicat des employés STTK, M. Antti Palola a aussi critiqué cette décision et souligné que « les dirigeants devraient donner le bon exemple au moment où l’on souhaite relever l’âge de départ à la retraite ».
Dem HS

Biomasse
Vers la création d’un réseau de la biomasse en Finlande
Kauppalehti rapporte que les entreprises du secteur de la biomasse ont engagé un partenariat avec la Commission européenne dans l’objectif d’augmenter le nombre de centrales pilotes ou de présentation en Europe et de renforcer la recherche et le développement dans ce domaine.
Les 60 à 70 entreprises de ce cluster ainsi que les universités vont s’engager à investir durant les sept prochaines années trois milliards d’euros dans des projets et la Commission devrait aporter un financement aussi de trois milliards d’euros.
Parmi les entreprises finlandaises de ce projet Bio-Based Industries Public Private Partnershipp on trouve notamment Kemira, Metsä Group, Stora Enso et UPM, mais aussi Metgen oy, Metla, le cluster Fibic, l’université de Oulu, le VTT et l’université suédophone de Turku.
KL

Mercredi 9 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Selon M. Kanerva, l’été va ralentir la médiation sur la crise
Dans une interview accordée à Yle, le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE Ilkka Kanerva déclare que, selon lui, en raison de la saison estivale, la médiation de l’OSCE sur la crise ukrainienne ne va pas avancer. Il souhaiterait réunir douze Etats autour d’une table de négociation mais cela ne pourra se faire ni cette semaine ni la semaine prochaine.
M. Kanerva travaille quotidiennement sur ce sujet.
Yle

Selon M. Niinistö la Finlande est active
Dans une interview accordée à Kaleva, lors de sa visite à Oulu, le président Sauli Niinistö déclare que la Finlande est l’un des pays les plus actifs pour essayer de résoudre la crise ukrainienne. Il rappelle que tant le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja, que le premier ministre Alexander Stubb ou lui-même discutent avec leurs homologues pour trouver une solution.
Il souligne que la résolution de la crise passe fortement à travers l’OSCE.
Il regrette que la situation soit depuis longtemps inquiétante. « Il y a des mouvements de va et vient perpétuels. On fait un pas en avant puis un pas en arrière ».
M. Niinistö souligne qu’il faut s’assurer que les armes et les combattants ne puissent pas passer de Russie en Ukraine. C’est une condition indispensable pour l’avancée du plan de paix.
Concernant d’éventuelles sanctions, il souligne que la Finlande doit agir pour que son économie n’en souffre pas, notamment dans le domaine du commerce.
Kaleva/ Mar

Commission

Poste de M. Katainen
Keskisuomalainen relève que M. Katainen ne sera pas longtemps Commissaire à l’économie puisque M. Juncker a promis ce poste à un membre du PSE dans la prochaine commission.
Selon la presse finlandaise, M. Katainen viserait le poste de commissaire à la concurrence ou au marché intérieur.
KS

Conseil Ecofin

Selon M. Rinne, le gouvernement finlandais est unanime
Selon STT, le ministre des Finances et président du PSD affirme que la politique européenne du parti conservateur et du PSD est la même en dépit de différences de tonalité. « Je n’ai pas remarqué que nous ayons des différences à, l’intérieur du gouvernement sur la politique européenne.
M. Rinne a aussi déclaré que le PSDF n’avait pas changé de position à l’égard des plans d’aide aux pays en difficulté dans la zone euro.
M. Rinne a aussi rappelé que, selon lui les mesures de relance au niveau européen doivent se faire dans le respect du pacte de stabilité et de croissance ;
KS Dem

Construction navale

Le rachat du chantier naval de Turku dépend des nouvelles commandes
Turun Sanomat rapporte que la vente du chantier naval de Turku de STX au consortium formé par l’Etat finlandais et le chantier allemand Meyer Werft dépend de savoir si le chantier obtient la commande de deux nouveaux navires de croisière de TUI. Les parties sont déjà arrivées à un accord sur tous les points importants de la cession, dont le prix du chantier naval de Turku. Le consortium n’est intéressé que par le chantier de Turku. Le chantier d’Helsinki, dont STX possède la moitié avec le russe USC ne fait pas partie de l’accord.
TS

Immigration

L’immigration clandestine ne se voit pas en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, l’afflux d’immigrés vers l’Europe n’atteint pas encore la Finlande. En Europe du Sud, les immigrés clandestins sont souvent des Syriens et des Erythréens qui se dirigent vers l’Allemagne ou la Suède. Les chiffres du Centre national de la statistique de janvier à juin montrent qu’il y a eu quelques demandeurs d’asile érythréens et 64 demandeurs d’asile syriens en Finlande – donc beaucoup moins que des demandeurs d’asile irakiens, russes, nigériens, afghans ou somaliens.
En 2013, les demandeurs d’asile syriens ont obtenu 145 réponses positives et 32 réponses négatives. Au total, le Centre national de l’immigration a accordé l’année dernière 1 827 réponses positives et 1 903 réponses négatives à des demandes d’asile. Le plus grand groupe de demandeurs d’asile, les Irakiens, ont obtenu 672 réponses positives et 363 réponses négatives.
Le nombre de demandeurs d’asile ukrainien n’a pas augmenté : depuis le début de l’année en cours il y en a eu une cinquantaine.
HS/A24

Diplômés finlandais à l’étranger

Plus de 4 000 diplômés quittent la Finlande tous les ans
Helsingin Sanomat relève que selon les chiffres du Centre national de la statistique, plus de 4 000 diplômés, dont environ 80 % des citoyens finlandais, quittent la Finlande par an. La plupart d’entre eux ont moins de 45 ans. Ce sont surtout ceux qui ont fait des études économiques, de sciences politiques et techniques et ils se dirigent le plus souvent en Suède, en Allemagne et aux Etats-Unis. Les diplômés étrangers se dirigent le plus souvent vers la Chine.
Le nombre de diplômés partants ayant fait des études de lettres augmente, tandis que celui de ceux qui ont un diplôme dans le domaine social ou de la santé diminue.
HS/A13

Première guerre mondiale

Il y a eu des Finlandais des deux côtés
Suomenmaa rapporte que selon une étude effectuée par l’historien Tuomas Hoppu, plusieurs milliers Finlandais ont participé à la première guerre mondiale, des deux côtés du front. Il y en a eu dans les armées de la Russie, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, des Etats-Unis et du Canada.
L’armée finlandaise n’existait plus en 1914 mais par exemple environ 600 volontaires finlandais se sont engagés dans l’armée russe. Les ouvriers qui s’engageaient fuyaient le chômage alors que les officiers visaient une carrière militaire.
Ces soldats ont surtout servi sur le front polonais. Durant la première guerre mondiale, on considère que ce sont 800 Finlandais qui ont servi dans l’armée russe et que 200 y ont péri.
Dans les années 1915-1918, près de 1900 Finlandais sont partis volontairement pour suivre une formation militaire en Allemagne. Ils ont craint un moment d’être envoyé lsur le front occidental, dans la bataille de la Somme. Cela n’a toutefois pas eu lieu. Finalement seulement une vingtaine de soldats sont tombés sur le front allemand.
Au total, on compte 45 Finlandais qui sont décédés en France ou en Belgique.
M. Hoppu rend compte par exemple du cas de Gösta Michelsson, Finlandais qui avait vécu aux Etats-Unis, qui a été exécuté près du château de Vincennes à l’automne 1917, soupçonné d’espionnage en faveur des Allemands. Il fait aussi état de Finlandais morts en ayant combattu dans les armées canadienne ou australienne. SM/15
Politique intérieure

Président Niinistö
Les Finlandais sont satisfaits du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que selon le résultat d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, la plupart des Finlandais estiment que le Président Sauli Niinistö a bien réussi dans son travail : il recueille une opinion favorable d’environ 76 % des Finlandais, contre 72 % en décembre dernier.
Le politologue Erkka Railo, directeur du centre des études parlementaires à l’Université de Turku, ne considère pas ce changement comme une amélioration dramatique. Depuis 2012, les citoyens estiment que M. Niinistö a réussi de mieux en mieux. « Les conditions économiques difficiles et les tensions dans la politique internationale font que les citoyens mettent leur espoir dans des dirigeants qui ont un mandat fort », estime M. Railo.
Quant à la réussite du président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, près de 40 % des personnes interrogées n’ont pas pris position, 45 % estiment qu’il a très bien ou assez bien réussi, contre 41 % en décembre dernier.
HS/A11

Universités
Un quart des étudiants n’avancent pas dans leurs études
Aamulehti rapporte que selon les statistiques du ministère de l’Education et de la Culture, près d’une quart d’étudiants universitaires, soit environ 30 000 personnes, n’avancent pas bien dans leurs études. De plus, il y a environ 15 000 étudiants qui annoncent être absents.
En Finlande, environ 70 % de ceux qui commencent les études universitaires arrivent à les terminer. Cela signifie qu’un tiers n’obtiennent pas de diplôme. Le ministère de l’Education s’inquiète de ce chiffre important.
M. Jari Järvenpää, de l’association des étudiants, note que certains travaillent longtemps pour finir leur mémoire de maîtrise, rencontrent des problèmes différents, certains fondent une famille, etc. Il rappelle aussi que 60 % des étudiants travaillent déjà quand ils passent leur diplôme. Certains préfèrent garder le statut d’étudiant plutôt que de pointer au chômage.
AL/A7

Natation
Un tiers des Finlandais ne savent pas nager
Selon Aamulehti, le nombre de Finlandais qui savent nager augmente tout le temps : 68 % des adultes savent nager. Mme Anne Hietanen de l’association finlandaise de sauvetage souligne que la majorité des immigrés ne savent pas nager quand ils arrivent en Finlande. L’association organise des cours de natation spécialement pour les immigrés.
En juin, seulement 12 personnes se sont noyés en Finlande, contre 20 en juin 2013. Mme Hietanen rappelle que le nombre de noyés augmente malheureusement avec le beau temps.
AL/A8

Mardi 8 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Politique étrangère

Selon M. Soini, fermer des représentations serait dommageable
Yle rapporte que le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement considère qu’il serait dommageable de fermer des représentations diplomatiques finlandaises. « Cela serait regrettable tant pour l’influence de la Finlande dans le monde que pour l’économie et les exportations finlandaises ».
M. Soini rappelle que la commission parlementaire qu’il préside a, à deux reprises, émis un avis favorable à une augmentation du budget des affaires étrangères, en vain.
Selon M. Soini, le ministère des Affaires étrangères a un besoin immédiat de l’ordre de 4 à 6 millions d’euros qui pourrait être pris sur le budget de l’aide au développement.
« Le plus probable est que le financement soit toutefois pris sur le budget général. Il le faut car c’est la seule solution rationnelle. Il est en effet idiot que l’on ferme une ambassade pour quelques centaines de milliers d’euros, comme ce fut le cas aux Philippines. Et lorsqu’il, y a eu l’ouragan, la Finlande a alloué des millions d‘euros d’aide. Il aurait été bien mieux que l’on ait encore une ambassade pour coordonner, aider et s’assurer que l’aide parvient à demeure. Ce sont des économies de courte vue ».
Le lien entre les rentrées de visas et les frais de fonctionnement des ambassades a été créé dans une période où les recettes de visas connaissaient une croissance constante. « Ce lien
N’est pas sain. On ne peut pas financer par les visas le ministère finlandais des affaires étrangères ni la politique étrangère finlandaise. On se retrouve dans une situation où de petites économies causent un dommage très important. On ne peut pas maintenir les relations économiques dans le monde sans y disposer d’une présence ».
Yle

Finpro ferme neuf bureaux
L’association de promotion des exportations Finpro a l’intention de fermer neuf bureaux : en France, en Tchéquie, en, Hongrie, en Italie, aux Pays-Bas, en Argentine, à Hong-kong, à Taiwan et au Vietnam. Après ces fermetures, Finpro, ne disposera plus que de 50 bureaux dans le monde.
Ces fermetures font partie du plan de restructuration par lequel Finpro met fin à ses services payants de consultant. Désormais Finpro se concentrera sur ses activités gratuites destinées à aider les entreprises à s’internationaliser, à créer des réseaux et à rechercher des possibilités de nouveaux marchés.
Finpro a vendu ses services de consultant à la société Soprano, ce qui conduit à diminuer de moitié le budget de Finpro qui était de 40 millions d‘euros. « Nous visons à offrir des services pour l’internationalisation des PME » déclare Outi Torniainen, directrice de la communication de Finpro.
Dans les pays où Finpro n’est pas représenté, les entreprises seront dirigées vers des consultants privés.
Finpro mène actuellement un plan social.
La refont e de Finpro sera terminée début septembre.
KL

Conseil Ecofin

M. Rinne a fait ses débuts européens
Helsingin Sanomat relève que le ministre des Finances, M. Antti Rinne, a participé hier à sa première réunion ministérielle à Bruxelles. Il estime que le changement de ministre des Finances n’a pas d’effet sur le rôle de la Finlande dans les forums européens.
Avant la réunion ministérielle, M. Rinne a eu des entretiens, avec le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, le président de l’eurogroupe Jeroen Dijsselbloem et le ministre italien des Finances Pier Carlo Padoani.
« Il faut écouter attentivement ce que dit l’Italie. Du point de vue italien, on peut se servir des possibilités de flexibilité dans le cadre des règles européennes. A mon avis, il faut le faire », a déclaré M. Rinne.
Selon le nouveau ministre finlandais, il n’y a pas encore de vue commune sur les mesures concrètes.
Avant la réunion, M. Rinne a dit qu’il pensait rendre compte de la situation économique finlandaise. « Je compte souligner que la Finlande s’attache à l’augmentation de la croissance économique et de l’emploi. »
HS/A10

Selon M. Rinne, la croissance économique européenne amène du travail aussi en Finlande
Selon Demokraatti, M. Rinne souligne que « de notre point de vue, en croissance économique en Europe est très importante parce que 55 % des exportations finlandaises vont dans les pays de l’Union européenne. Pour créer des emplois en Finlande on a besoin de la croissance. »
M. Rinne participe aujourd’hui à la réunion de l’Ecofin qui portera sur le progrès de la stratégie Europe 2020.
Dem/3

M. Rinne a commencé prudemment
Keskisuomalainen relève que le nouveau ministre des Finances, M. Antti Rinne, a commencé prudemment dans l’UE. Il n’a rien dit sur l’attitude finlandaise à l’égard de la dette gigantesque de la Grèce. « Nous devons bien réfléchir quels sont les intérêts de la Finlande dans cette situation », s’est-il contenté de déclarer.
KS/7

Etudiants finlandais à l’étranger

Plus de 6 000 Finlandais font des études à l’étranger
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques de Kela, caisse nationale d’assurances sociales, le nombre d’étudiants finlandais à l’étranger est en hausse. Pendant l’année universitaire 2013-2014, au total 6 300 étudiants finlandais ont obtenu une bourse pour étudier en vue de passer un diplôme dans les universités et établissement étrangers et 7 700 étudiants inscrits en Finlande faisaient un séjour d’échange à l’étranger. Au total, il y a peu d’étudiants finlandais, 2 %, qui font tout leur diplôme à l’étranger.
Il y a cinq ans, 4 400 Finlandais ont fait des études pour passer un diplôme et 6 700 ont fait des études d’échange.
Les pays les plus fréquentés par les étudiants finlandais sont la Grande-Bretagne, la Suède et l’Estonie.
Il y a eu 6 800 étudiants étrangers en Finlande en 2013-2014. Dans les cinq pays nordiques, il y en a eu au total 76 500, contre 55 000 il y cinq ans.
HS/A12

Politique intérieure

Ville intelligente

Tampere vise les premiers rangs des villes intelligentes
Aamulehti rapporte qu’en vertu de l’accord signé la semaine dernière entre VTT et Tampere, la ville du Häme pourrait à l’avenir être pionnière parmi les villes intelligentes pour ce qui est du transport, de la construction et des services. Cet accord devrait servir à développer des projets financés notamment par le Tekes et l’UE.
AL

France - Finlande

Mathématiques

La France et la Russie, grandes puissances des mathématiques
A l’occasion de la conférence « Mathematics meets Physics » qui se tient à Helsinki, de nombreux récipiendaires de la médaille Fields sont venus dans la capitale finlandaise ; Helsingin Sanomat présente le Russe Stanislasv Smirnov et le français Cédric Villani qui exprime notamment son goût pour Nightwish et Tove Jansson.
HS

Lundi 7 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande - Suède

M. Stubb a effectué sa première visite en Suède en tant que Premier ministre
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre, M. Alexander Stubb, a effectué vendredi sa première visite en Suède où il a eu un entretien avec son collègue, M. Fredrik Reinfeldt. Les Premiers ministres ont évoqué entre autres la coopération dans la défense et la situation en Ukraine, ainsi que les affaires européennes.
Les Premiers ministres finlandais effectuent traditionnellement leur première visite à l’étranger en Suède mais M. Stubb a d’abord effectué une visite en Estonie. Lors d’une conférence de presse commune on lui a demandé si cela était symbolique. M. Stubb a souligné qu’il s’agissait uniquement des calendriers, du sien et de celui de M. Reinfeldt, ainsi que de ceux des Estoniens.
M. Stubb a rappelé que le gouvernement actuel ne comptait pas demander l’adhésion à l’OTAN. Selon lui, les décisions seront prises indépendamment des autres pays, « à la base d’une évaluation égoïste et réaliste ». « Le fondement de la solution de défense de la Finlande est une défense indépendante et crédible. »
Quant à l’Ukraine, MM. Stubb et Reinfeldt ont évoqué les éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie. M. Stubb souhaite encore qu’on puisse éviter les nouvelles sanctions. Il a évoqué « les différents mécanismes pour compenser les pertes ». « Nous sommes toutefois prêts à en discuter pour pouvoir stabiliser la situation en Ukraine. »
HS estime que les deux Premiers ministres ont beaucoup en commun : ils ont à peu près le même âge, ils sont conservateurs et pro-européens, plutôt libéraux dans la politique économique. La coopération risque toutefois de ne pas durer très longtemps, en raison des élections législatives qui auront lieu en Suède en septembre prochain. Selon les spéculations, la coalition gouvernementale va changer.
M. Stubb a déclaré, lors d’une interview accordée au quotidien suédois Dagens Nyheter, qu’il avait souhaité l’adhésion de la Finlande à l’OTAN déjà en 1995, au moment où la Finlande est devenue membre de l’Union européenne. « J’ai toujours parlé ouvertement en faveur d’une adhésion finlandaise à l’OTAN. »
HS/sam /A10, dim/A12

Politique étrangère

Le ministère des Affaires étrangères affecté par la baisse des visiteurs russes
Yle rapporte que la baisse des visiteurs russes et donc des visas accordés pousse le ministère des Affaires étrangères finlandais à envisager la fermeture de représentations pour faire face à la diminution de ses recettes.
On estime que le nombre de visas accordés aux russes devrait enregistrer une diminution de 15 à 20% cette année. Cela devrait engendrer pour le budget du ministère des Affaires étrangères une diminution des recettes de visas de 10 à 15 millions d‘euros. Les recettes des visas permettent traditionnellement de financer les frais de fonctionnement des représentations finlandaises.
Selon Yle, en raison des décisions prises lors du cadrage budgétaire de mars, le ministère devra fermer de 5 à 10 représentations. Le ministère des Affaires étrangères attend que le gouvernement lui alloue des recettes supplémentaires lors de la préparation du budget, en août. Sans recettes supplémentaires, le ministère des Affaires étrangères devrait être obligé de fermer jusqu’à 20 représentations, dont la plupart seraient des ambassades car il n’y a plus beaucoup de consulats à fermer. « Cela signifie que nous ne serions plus, pour notre réseau, en concurrence avec les pays nordiques mais plutôt avec les pays baltes », regrette le secrétaire d’Etat Peter Stenlund.
Ces dernières années, la Finlande a fermé ses ambassades au Venezuela, au Nicaragua, au Pakistan et aux Philippes. Cela n’a toutefois pas apporté beaucoup d’économies : moins de 4 millions d’euros.
M. Stenlund espère que le manque de ressources indu par la diminution des visas sera seulement un problème de technique budgétaire qui sera résolu par le gouvernement. « Je suis convaincu que le gouvernement ou le Parlement n’ont pas souhaité que le réseau diplomatique finlandais dépende de la valeur du rouble », estime M. Stenlund.
Yle

Politique européenne

Mme Toivakka défend la politique de rigueur
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, la ministre des Affaires européennes Lenita Toivakka se déclare réservée à l’égard de la discussion sur la modification du pacte de stabilité et de croissance. « Nous ne pouvons pas construire l’avenir avec l’argent de la dette ».
Elle estime que la politique de rigueur budgétaire au niveau européen a donné des résultats : « si l’on regarde dans quelles difficultés étaient les pays en crise il y a trois ans, aujourd’hui le Portugal a pu sortir du paquet d’aide, l’Espagne est repartie et la situation de la Grèce s’est améliorée. Si l’on compare avec la situation de départ, la politique de rigueur budgétaire et de croissance a permis d’avancer. Il n’y pas lieu de la relâcher et de penser que c’est fini ».
HS

M. Rinne veut relancer l’UE par les investissements
Le ministre des Finances et président du PSD Antti Rinne participe aujourd’hui à son premier conseil Ecofin. Il a présenté les positions finlandaises à la grande commission du parlement vendredi. Il souhaite que les ministres européens s’attaquent aux règles qui freinent les investissements. Selon lui, le financement des PME - PMI est primordial.
Dem

« Les Vrais finlandais veulent se refaire une conduite » Kaleva
Les nouveaux députés européens des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho et Sampo Terho sont satisfaits de leur nouveau groupe du CRE avec les conservateurs britanniques (alors que durant la précédente législature ils étaient dans le groupe du Ukip britannique).
Interrogés sur le fait de savoir si ce changement de groupe pourrait faciliter au parti des Vrais Finlandais l’entrée dans une coalition gouvernementale en Finlande, M. Terho répond : « La différence principale est que le Ukip est favorable à la sortie de l’UE. Le CRE ne promeut pas l’éclatement de l’UE mais sa réforme. Avant tout nous souhaitions un groupe ayant de l’influence dans le Parlement européen. Bien sûr cela peut avoir des effets en politique intérieure aussi ».
Kaleva

Economie

Le triple A finlandais menacé
Les experts économiques estiment que la Finlande pourrait perdre son triple A dans un avenir proche.
Selon l’économiste de Danske Bank, Pasi Kuoppamäki, il est possible qu’une agence de notation dégrade la Finlande. « Si la croissance économique repart, même faiblement, nous obtiendrons un répit. Si la récession continue, la note sera dégradée ».
Le directeur d’ETLA, M. Vesa Vihriälä estime que la possibilité que la Finlande soit dégradée est de 50%.
M. Kuoppamäki souligne qu’une éventuelle dégradation n’aurait pas d’autre conséquence que sur l’image du gouvernement.
AL

Politique intérieure

Interview de M. Stubb

« Les semaines les plus intensives de ma vie »
M. Stubb a accordé une interview à Hufvudstadsbladet où il exprime ses sentiments après l’annonce de M. Jyrki Katainen en avril de quitter le poste de Premier ministre et la présidence du Parti conservateur. « Cela a eu lieu au milieu de ma campagne en vue des élections européennes et j’ai dû prendre rapidement la décision sur ma candidature pour la présidence du parti. Il a été dur de mener deux campagnes électorales en même temps avec les obligations ministérielles. Sans une bonne forme physique je n’aurais pas pu le faire. »
La vie d’un Premier ministre est différente de celle des ministres. « Il y a plus de pression, il faut prendre les décisions plus rapidement. Je suis dans la politique seulement depuis dix ans et j’ai toujours voulu être moi-même. Il est vrai que le travail d’un Premier ministre est plus exigeant que celui du ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur. »
M. Stubb, sportif enthousiaste, dit qu’il arrive à s’entrainer presque autant qu’avant. Il ne compte toutefois pas participer au concours Ironman au Hawaï en octobre prochain.
M. Stubb et sa famille – Mme Suzanne Innes-Stubb et leurs deux enfants – ne vont pas déménager à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre.
Quant à la politique intérieure, M. Stubb souligne qu’il ne faut pas sous-estimer sa capacité de s’enthousiasmer pour de nouvelles choses.
M. Stubb estime que l’influence de la Finlande n’a pas diminué au sein de l’Union européenne en raison de son attitude réservée à l’égard des paquets d’aide. « Nous faisons partie du groupe des « durs » avec l’Allemagne et les Pays-Bas », dit-il.
HBL/dim/2-3

Energie

« Du gaz liquéfié pour la Finlande » HS
Helsingin Sanomat rapporte que Gasum prévoit la construction de terminaux de GNL en Finlande.
Outre le terminal de Inkoo ou Porvoo destiné à relier aussi la Finlande à l’Estonie, Gasum envisage de construire plusieurs terminaux sur les côtes finlandaises pour rendre la Finlande moins dépendante du gaz russe. Des projets existent ainsi pour un terminal à Pori et un autre à Tornio.
HS

Eltel bientôt cédé
La compagnie qui construit et maintient des réseaux électriques et de télécommunication Eltel devrait bientôt changer de propriétaire pour entrer en bourse, rapporte Blomberg.
Eltel a son siège social à Espoo et emploie 8 500 personnes dont 1 700 en Finlande. Son chiffre d’affaires est de 1,2 milliard d’euros. Eltel, qui a été crée lorsque Fortum a externalisé ses activités de construction de réseaux, est aujourd’hui active dans les pays nordiques et baltes, e, Pologne, en Allemagne et en Grande-Bretagne.
Actuellement, Eltel est possédé par un groupe d’investissement appelé 3i, qui en détient 59,5% du capital ; l’actionnaire minoritaire est BNP Paribas avec 29,5%.
HS

Vendredi 4 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Des places dans d’importantes commissions pour les Finlandais
Le parlement européen a validé, hier, la répartition des députés dans les différentes commissions.
-  M. Jussi Halla-aho (Vrai Finlandais, groupe CRE) est membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) et membre suppléant de la Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (IMCO).
-  Mme Heidi Hautala (Les Verts/Alliance libre européenne) est membre de la Commission du développement (DEVE) et de la Commission des budgets (BUDG) et membre suppléante de la Commission des affaires juridiques (JURI).
-  Mme Liisa Jaakonsaari (PSD, Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen) est membre de la Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (IMCO).
-  Mme Anneli Jäätteenmäki (parti du Centre, Groupe ALDE) est membre de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) et membre suppléante de la Commission des affaires étrangères (AFET), de la Commission des budgets (BUDG) et de la Sous-commission "sécurité et défense" (SEDE).
-  Mme Miapetra Kumpula-Natri (PSD, Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen) est membre de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE).
-  Mme Merja Kyllönen (groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique) est membre de la Commission des transports et du tourisme (TRAN) et membre suppléante de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI).
-  Mme Sirpa Pietikäinen (groupe PPE) est membre de la Commission des affaires économiques et monétaires (ECON) et membre suppléante de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) et de la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres (FEMM).
-  M. Olli Rehn (parti du Centre, Groupe ALDE) est Vice-Président du Parlement européen, membre du Bureau du Parlement européen (BURO) et de la Commission du commerce international (INTA) et membre suppléant de la Commission de l’agriculture et du développement rural (AGRI).
-  M. Petri Sarvamaa (groupe PPE) est membre de la Commission des budgets (BUDG) et de la Commission du contrôle budgétaire (CONT) et membre suppléant de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE).
-  M. Sampo Terho (Vrai Finlandais, groupe CRE) est membre de la Commission des affaires économiques et monétaires (ECON) et membre suppléant de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE).
-  M. Nils Torvalds, (parti populaire suédois, groupe ALDE) est membre de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) et membre suppléant de la Commission des budgets (BUDG) et de la Commission des affaires économiques et monétaires (ECON).
-  M. Paavo Väyrynen (parti du Centre, groupe ALDE) est membre de la Commission du développement (DEVE) et membre suppléant de la Commission des affaires étrangères (AFET).
-  Mme Henna Virkkunen (groupe PPE) est membre de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) et membre suppléante de la Commission des transports et du tourisme (TRAN).

Editoriaux et commentaires
Aamulehti estime que les députés européens finlandais ont réussi leurs choix de commissions.
Kauppalehti considère que les députés européens finlandais ont trouvé place dans des commissions importantes surtout pour le milieu des affaires finlandais.
Helsingin Sanomat juge aussi que, dans la répartition des places en commission qui dépend surtout de la taille des groupes, les Finlandais peuvent s’estimer heureux : personne n’a du se contenter des places de second choix.
AL KL HS

OSCE

M. Kanerva réunira un groupe pour résoudre le litige entre l’Ukraine et la Russie
Aamulehti relève que l’assemblée générale de l’OSCE a décidé de réunir un groupe pour résoudre le litige entre l’Ukraine et la Russie. Le député conservateur Ilkka Kanerva, qui vient d’être élu président de l’assemblée générale de l’OSCE pour un mandat d’un an, présidera ce groupe de travail composé des parlementaires des pays membres de l’OSCE.
M. Kanerva commencera à négocier immédiatement sur la composition du groupe de travail. Les négociations auront lieu au plus haut niveau. Pour M. Kanerva, la participation des Etats-Unis au groupe de travail serait importante.
M. Kanerva ne veut pas spéculer sur les possibilités du groupe de travail afin d’apaiser la situation en Ukraine. Il estime que sa présidence de l’assemblée générale de l’OSCE, ainsi que sa présidence du groupe de travail est importante du point de vue de la politique étrangère finlandaise. « En tant que vice-président, j’ai déjà participé activement au travail de réformes de l’organisation ».
M. Kanerva souligne que l’OSCE travaille activement en faveur de l’Ukraine. Six opérations de l’OSCE sont en cours et 300 experts sont sur place.
L’OSCE fêtera ses 40 ans en juillet 2015 à Helsinki, à l’occasion de l’organisation à Helsinki d’une assemblée parlementaire d’une semaine.
AL/11

Syrie

L’opération de l’unité des pionniers est terminée
Keskisuomalainen rapporte que selon les forces armées, l’unité du régiment des pionniers, qui a participé à la destruction des produits chimiques en Syrie, a terminé son opération. L’opération commune de l’ONU et de l’OIAC avait commencé en décembre 2013 en Syrie. Au total 18 Finlandais ont participé à l’opération sur place.
Selon le colonel Harri Kauppinen, « l’opération a été un succès. Toutes les armées chimiques, annoncées à l’OIAC, ont été transportées ».
« Le plus grand défi a été de remorquer et de colmater les fuites des containers. Cela s’est bien passé », selon le colonel Kauppinen.
Même si les produits chimiques ont été transportés la destruction prendra encore des mois. Les produits chimiques sont détruits aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Finlande. L’entreprise de déchets Ekokem a commencé à recevoir des produits chimiques il y a quinze jours. Quelque centaines de tonnes de déchets seront brulés à Riihimäki au cours de l’été.
KS/9

Aide au développement

Selon un sondage, les Finlandais considèrent l’aide au développement international comme important mais ont des doutes concernant les résultats
Selon Keskisuomalainen, à la lumière d’un sondage effectue en mai par l’institut Taloustutkimus, les Finlandais ont une attitude plutôt positive à l’égard de l’aide au développement international : 80 % des personnes interrogées estiment que l’aide est très ou assez importante.
Les plus positifs sont les partisans de l’Alliance verte et des Chrétiens-démocrates, 98 % considèrent l’aide comme très ou assez importante. La moitié de même les plus critiques, les Vrais Finlandais, estiment que cette aide est importante.
Les Finlandais ont toutefois des doutes concernant les résultats de l’aide au développement : 30 % estiment qu’il n’y a pas de résultats.
Le ministre du développement, M. Pekka Haavisto, estime que les Finlandais sont plutôt réalistes dans leurs estimations. Pour lui, les résultats du sondage ont positifs, vu la situation économique en ce moment.
M. Haavisto estime que la Finlande pourrait soutenir plus le développement de la bonne gestion et de l’imposition dans les pays de voie de développement.
La Finlande accorde cette année au total plus d’un milliard d’euros à la coopération au développement, soit 0,55 % du PIB.
KS/9

Immigration et émigration

Augmentation des cambriolages – Un tiers commis par des étrangers
Helsingin Sanomat rapporte que sur les six premiers mois de l’année, la police a enregistré près de 1500 cambriolages, soit 200 de plus que l’année dernière à la même période.
Depuis 2009 un tiers des cambriolages sont commis par des étrangers.
HS

Démantèlement de deux camps de Roms à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que deux camps de roms dans le centre ville ont été démantelés hier dans le centre ville d’Helsinki.
La police reçoit presque quotidiennement des plaintes concernant des camps illégaux. Elle est aussi plus prompte que l’année dernière à les démanteler.
HS

Augmentation de l’émigration vers l’Asie
Helsingin Sanomat rapporte que les Finlandais émigrent moins vers la suède, la Norvège et l’Espagne et plus vers des destinations asiatiques comme la Chine, les Emirats arabes voire l’Australie.
HS

Politique intérieure

Retraites

La Finlande est bien préparée pour faire face au vieillissement de la population
Dans un billet publié dans HS, l’économiste du centre de garantie des retraites Risto Vaittinen écrit que la Finlande est préparée depuis des décennies à faire face à l’augmentation du nombre de retraités.
En 2013, ce sont 73 000 personnes qui ont fait valoir leurs droits à la retraite.
Les dépenses de retraité étaient en 2013 de 23,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 1,5 milliard par rapport à l’année précédente. Les cotisations de retraite ont rapporté dans le même temps 19,9 milliards d’euros.
Pour la première fois, en 2013, les dépenses de retraite du secteur privé étaient supérieures aux cotisations. La différence a été compensée en utilisant les recettes des fonds de retraite. A l’avenir, c’est ce qui se passera de manière permanente. Dans le secteur public, les retraites sont financées, en plus des cotisations, par les recettes fiscales.
Le système de retraite finlandais est un système en partie par capitalisation. Ce qui permet de faire face aux mouvements de la conjoncture ou au vieillissement de la population. Les recettes des fonds de retraite sont utilisées pour les dépenses de retraite afin de n’avoir pas à trop augmenter les cotisations dans les années à venir.
Dans le secteur public aussi on récolte des cotisations dans des fonds de retraite. En 2013, les recettes des fonds de retraite des agents de l’Etat ont versé plus de bénéfices pour payer les retraites que ces fonds n’ont reçu de cotisations, relève M. Vaittinen. Pour les agents des communes, les dépenses de retraite seront supérieures aux recettes en 2017.
Les fonds de retraite rapportent en moyenne 4% par an depuis 1997.
Actuellement les dépenses de retraite représentent 23% du salaire dans le secteur public. On estime qu’avec le vieillissement de la population, cette part devrait monter jusqu’à 30%. Toutefois, en raison des recettes venant des fonds de retraite, cette part pourrait rester durablement autour de 26%.
Si on prend en compte le secteur public et le secteur privé, on estime que la part des retraites correspond à 27,6% des salaires versés. Selon le centre de garantie des retraites, les dépenses de retraite devraient pouvoir être financées de manière durable à un niveau à peine supérieur à un demi-point du niveau actuel. Cela s’explique par le fait que la pression en faveur d’une augmentation des cotisations retraite dans le secteur privé est compensée par une diminution à venir des dépenses de retraite dans le secteur public. Cela s’explique à la fois par la diminution du secteur public (sous l’effet de l’externalisation de nombreuses administrations) et par l’harmonisation des régimes entre le public et le privé.
La Finlande est, du point de vue du financement des retraites, mieux préparée à faire face au vieillissement de la population que nombre de pays de l’OCDE. Selon les statistiques de l’OCDE, la Finlande est le 5ème pays qui consacre la plus grande partie de son PIB aux dépenses de retraiter. Dans la zone euro, elle n’est dépassée que par les Pays-Bas.
HS

Energie

Helsinki investit dans l’énergie solaire
La régie électrique d’Helsinki, Hellen a décidé d’investir dans une centrale éolienne permettant de produire 260 000 kilowatts par an pour un prix de 600 000 euros. Il s’agit d’une centrale de 1200 panneaux solaires qui sera installée dans le voisinage de la centrale à charbon de Hanasaari.
HS

Jeux d’argent

Augmentation des paris en ligne
A l’occasion de la coupe du monde de football, Kauppalehti rapporte que l’engouement des Finlandais pour les jeux d’argent ne cesse d’augmenter.
En 2013, ce sont 800 000 Finlandais qui ont joué à des jeux d’argent.
Au total, les Finlandais ont joué pour 400 euros à des paris sportifs du monopole d’Etat Veikkaus. Les sommes totales sont plus importantes si on prend en compte les sommes jouées auprès d’entreprises privées étrangères en ligne.
Par rapport au reste de l’Europe, le nombre de joueurs et les sommes misées sont importants en Finlande, relève KL.
KL

Jeudi 3 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Diplomatie

Espionnage
« Des informations confidentielles ont pu être interceptées » HS
« La Finlande intéresse aussi les services des Etats occidentaux » KS
Le ministère des Affaires étrangères et la police de sureté finlandaise ont tenu, hier, une conférence de presse sur l’affaire d’espionnage dont avait été victime le ministère pendant plusieurs années et qui a été révélée au début de l’année. Selon la presse, on soupçonne que ces attaques venaient de l’Est, de Russie ou de Chine. Le directeur de la SUPO a souligné qu’il était difficile de définir quel Etat en était l’instigateur. Le secrétaire d’Etat du ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’on ne divulguerait pas les Etats visés.
Helsingin Sanomat relève que l’on sait que la NSA s’est arrogé le droit d’espionner les administrations de 190 Etats au monde, dont la Finlande. Le directeur de la SUPO n’a pas voulu répondre aux questions des journalistes concernant les Etats visés, dont les Etats-Unis. Il a souligné que la SUPO n’avait enquêté que sur les moyens utilisés pour l’espionnage. Dans un cas il s’agit ‘espionnage et dans l’autre d’espionnage aggravé.
Le professeur Martin Scheni estime qu’il est certain que la Finlande a été informée de ces attaques par la Suède. Selon lui, aussi bien les Etats-Unis que la Russie auraient un intérêt pour espionner la Finlande.
Selon les Affaires étrangères, c’est un très grand nombre d’information qui a été intercepté. L’espionnage a concerné notamment les informations européennes. On ne peut pas exclure que les espions aient eu accès à des informations confidentielles même si les informations les plus secrètes transitent par un autre réseau que celui attaqué.
Les ministres de la Défense et de l’Intérieur ont indiqué qu’il fallait renforcer la surveillance des réseaux. Un groupe de travail sur les cyber-menaces doit rendre ses conclusions à la fin de l’année.
HS

OSCE

M. Kanerva a été élu président de l’assemblée générale de l’OSCE
Turun Sanomat relève que le député conservateur Ilkka Kanerva a été élu mercredi président de l’assemblée générale de l’OSCE pour un mandat d’un an. Il a remporté le vote contre le président actuel Ranko Krivokapic par 111 voix contre 96.
M. Kanerva préside la délégation finlandaise à l’OSCE depuis 2003. Il a déjà été vice-président de l’assemblée générale.
Selon M. Kanerva, l’OSCE compte organiser des séminaires sur le rôle de l’OSCE dans la crise de l’Ukraine. L’OSCE fêtera ses 41 ans en juillet 2015 à Helsinki.
TS/12

Cour européenne des droits de l’homme

Mme Koskelo parmi les candidats finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que Mme Pauliine Koskelo, présidente de la Cour suprême, figure parmi les neufs candidats finlandais pour la Cour européenne des droits de l’homme. Le ministère des Affaires étrangères proposera trois candidats au gouvernement.
L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe nomme les juges. Le mandat de neuf ans de Mme Päivi Hirvelä, juge finlandaise, prendra fin en décembre 2015.
HS/A16

Finlande – Russie

Rapatriement des corps des dépouilles de soldats russes
En vertu d’un accord bilatéral de 1992, la Finlande et la Russie sont convenus que les dépouilles des soldats enterrés dans l’un ou l’autre pays peuvent être rapatriées dans le pays d’origine des soldats.
Jusqu’à présent les Finlandais ont rapatrié plus de 1150 dépouilles dont 360 ont été identifiés.
Au départ, ces recherches étaient organisées par le ministère de l’Education. En 1998, une association a été fondée à cet effet. Elle est depuis 2009 financée par le ministère de la défense.
Les russes ont commencé leurs travaux de recherches de corps en 2006, dans la région de Kuhmo et de Salla. Jusqu’à présent environ 250 corps ont été rapatriés, dont 111 le seront cette semaine.
Selon le directeur de l’Institut Aleksanteri, la montée du patriotisme explique cet intérêt récent des russes pour les dépouilles de leurs soldats morts à l’étranger.
HS

Participation de fanfares russes à Hamina Tattoo
Helsingin Sanomat rapporte qu’une fanfare militaire russe participera au festival Hamina Tattoo comme prévu. Il n’y a eu aucune protestation de la part des autres fanfares étrangères invitées (de Norvège, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et du Japon).
Le quotidien relève qu’en mai , la Norvège a toutefois interdit à une fanfare militaire russe de se produire au festival d’Oslo.
HS

Universités

« Un cinquième des enseignants et des chercheurs sont étrangers » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la part des étrangers parmi les enseignants et les chercheurs dans les universités croît régulièrement. Depuis 2010, ils sont passés d’environ 2000 à 3000 et représentent désormais un cinquième des enseignants et chercheurs.
HS

Tourisme

Helsinki attire les croisières
Helsingin Sanomat rapporte que cet été ce sont 260 escales de navires de croisière qui auront lieu à Helsinki. Cela représente la venue de 400 000 touristes en moyenne qui passent quatre heures à terre, sont âges de 59 ans et dépensent 65 euros.
Les principales nationalités représentées sont les Allemands et les Américains, devant les Anglais, les Espagnols et les Canadiens.
HS

Nokia

Nokia acquiert une société de logiciels américaine
Helsingin Sanomat rapporte que Nokia a acheté la société SAC Wireless qui emploie 450 personnes et produit des logiciels pour les réseaux des téléopérateurs.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Selon une étude, le Parti conservateur est le meilleur parti du gouvernement
A la lumière d’une étude, effectuée par l’institut TNS Gallup pour le compte de Helsingin Sanomat sur la popularité des partis politiques représentés au gouvernement et des partis de l’opposition, le Parti conservateur est considéré comme le meilleur, avec un score de 27 % , contre 23 % en décembre dernier. Quant au Parti social-démocrate, seulement 16 % estiment que le parti a bien réussi dans sa politique. Presque la moitié estime que le PSD n’a pas réussi.
Le politologue Erkka Railo estime que malgré les décisions communes au gouvernement, on considère souvent les réformes comme des victoires pour le Parti conservateur. « Le problème du PSD a été pendant ce printemps la lutte pour le pouvoir. Les fortes contradictions diminuent toujours l’audience d’un parti. La lutte pour la présidence du Parti conservateur a cependant eu lieu dans une bonne ambiance. »
56 % des partisans de l’Alliance des gauches sont satisfaits de la politique du parti qui se trouve dans l’opposition depuis quelques mois. En décembre 2013, seulement 36 % des partisans ont été satisfaits de la politique de ce parti, alors au gouvernement.
60 % des partisans des Vrais Finlandais sont contents de la politique de ce parti. 69 % des centristes sont satisfaits de la politique du Parti du centre.
L’étude a été effectuée entre le et le 14 juin auprès de mille Finlandais.
HS/A15

Mme Toivakka quittera la présidence régionale
Selon Helsingin Sanomat, la nouvelle ministre conservatrice des Affaires européennes et du Commerce extérieur, Mme Lenita Toivakka, a décidé de quitter la présidence régionale de la Savonie du sud pendant qu’elle exerce son mandat ministériel. Elle continuera comme conseillère municipale de Mikkeli.
HS/A15

Mariages forcés

L’association de soutien aux immigrées souhaite criminaliser les mariages forcés
Turun Sanomat rapporte que l’association Monika-Naiset, qui soutient les femmes immigrées, s’inquiète des mariages forcés en Finlande. Selon la présidente de l’association, Mme Natalie Gebert, il faut criminaliser les mariages forcés.
La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, n’exclut pas la possibilité d’une criminalisation. Il faut toutefois bien évaluer les effets d’une telle loi, selon la ministre.
La Suède et la Grande-Bretagne viennent de rendre plus stricte leurs législations sur les mariages forcés.
TS/10

Culture

Le musée Kiasma fermé pour six mois
Helsingin Sanomat rapporte qu’en raison de travaux le musée d’art moderne Kiasma sera fermé pour six mois à partir de septembre.
HS

Mercredi 2 juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Autres commentaires
Turun Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, déclaré, lors une interview accordée à l’agence de presse finlandaise STT, que les effets d’une intervention militaire seraient trop importants pour la Russie et les sanctions auraient des effets graves pour l’économie russe.
Pour M. Markku Kivinen, directeur de l’Institut Aleksanteri à l’université de Helsinki, les commentaires modérés de la Russie sur la fin du cessez-le-feu en Ukraine signifie que ce pays souhaite apaiser la situation. « Il est positif que la Russie n’a pas mentionné les moyens militaires. »
M. Tommi Lappalainen de l’école nationale de la défense estime que tôt ou tard la Russie se mêlera au conflit de l’Ukraine de façon plus directe. « Il est toutefois probable que la Russie évite le recours à la force militaire. »
Selon Mme Katja Pehrman, ambassadeur de Finlande auprès de l’OSCE, cette organisation ne peut pas actuellement augmenter le nombre de ses observateurs, qui est d’environ 300, en Ukraine. « La situation de sécurité a ralenti le processus de recrutement des observateurs. »
TS/13

Construction navale

La vente du chantier de Turku dépend des nouvelles commandes
Kauppalehti rapporte que le cadre de la vente du chantier de Turku de STX Finlande à un consortium entre Meyer Werft et l’Etat finlandais sera défini dans une ou deux semaines. Tout dépend de la possibilité pour Meyer Werft de remporter un appel d’offre sur la commande d’immenses navires de croisières. Ce qui dépendrait de la rapidité à obtenir des garanties pour une telle commande, notamment auprès de l’Etat finlandais par le biais de Finnvera, rapporte KL.
Le quotidien économique rappelle que les Coréens avaient racheté les chantiers navals finlandais pour un demi-milliard d’euros. Le prix du chantier de Turku pourrait être de 200 à 300 millions d’euros.
KL précise que Meyer Werft pourrait prendre 60 à 70% des actions et le reste serait pour le Fonds d’investissement industriel de l’Etat finlandais Teollisuussijoitus.
L’éditorialiste de Kauppalehti estime qu’il s’agit de la dernière étape qui consiste à séparer le secteur de la construction navale finlandaise de l’emprise de STX. Le groupe coréen a déjà fermé le chantier de Rauma. Il est aussi en train de vendre au groupe russe USC sa participation dans le chantier d’Helsinki spécialisé dans la construction arctique.
KL

Parlement européen

M. Rehn a été élu vice-président du Parlement européen
Helsingin Sanomat relève que le nouveau Parlement européen s’est réuni pour la première fois hier à Strasbourg. Il y a treize Finlandais parmi les 751 parlementaires européens.
M. Olli Rehn, parlementaire européen centriste du groupe ALDE, a été élu à l’une des quatorze vice-présidences du Parlement. Il est le premier Finlandais à ce poste.
Parmi les parlementaires européens de Finlande il y a seulement cinq nouveaux : M. Olli Rehn, ancien commissaire européen, Mme Henna Virkkunen, ancienne ministre des Collectivités locales, Mme Merja Kyllönen, ancienne ministre des Transports, Mme Miapetra Kumpula-Natri, ancienne présidente de la Grande commission, et M. Jussi Halla-aho, ancien député des Vrais Finlandais. M. Paavo Väyrynen est de retour au Parlement européen, après une pause de sept ans.
HS/A14

Politique intérieure

Parlement

Cinq suppléants deviendront députés
Helsingin Sanomat relève que cinq suppléants remplaceront au Parlement national les quatre députés élus au Parlement européen ainsi que l’ex-Premier ministre Katainen.
M. Jussi Halla-aho (Vrais Finlandais) sera remplacé par M. Mika Raatikainen (52 ans), commissaire de police de Helsinki.
Mme Miapetra Kumpula-Natri (PSD) sera remplacée par M. Harry Wallin (61 ans), conducteur de locomotive à la retraite.
M. Mikael Palola (38 ans), directeur, remplacera Mme Henna Virkkunen (parti conservateur).
M. Jyrki Katainen (Parti conservateur) sera remplacé par Mme Elina Lepomäki (32 ans), directrice du think tank Libera.
Mme Merja Kyllönen (Alliance des gauches) sera remplacée par Mme Katja Hänninen (34 ans), vendeuse.
HS/A14

Parti des chrétiens-démocrates

Le parti projette l’organisation d’un congrès anticipé
Selon Helsingin Sanomat, le premier vice-président des Chrétiens-démocrates, M. Sauli Ahvenlahti annonce qu’il présentera sa candidature pour la présidence du parti au prochain congrès des Chrétiens-démocrates. Il souhaite deux ou trois autres candidatures pour la présidence.
Certains membres du bureau national du parti souhaitent organiser un congrès anticipé pour changer de présidente. Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur, préside le parti depuis dix ans.
La candidate malheureuse aux élections du Parlement européen, Mme Sari Essayah, qui a obtenu 62 000 voix mais n’a pas été réélue, est la candidate préférée de beaucoup de Chrétiens-démocrates. Selon les informations de la presse, Mme Essayah a été approchée pour remplacer Mme Räsänen au gouvernement de M. Stubb, mais elle a refusé. « Cela n’est pas une bonne manière pour avancer. »
M. Ahvenjärvi a évoqué, la semaine dernière lors de la réunion du bureau national du parti, l’idée de changer les règles du parti pour pouvoir organiser un congrès anticipé afin de changer de président.
HS/A15

Sécurité de l’approvisionnement

« L’Etat vend ses réserves d’hydrocarbures et de céréales » HS
Selon Helsingin Sanomat, l’Etat finlandais va vendre une partie de ses réserves d’hydrocarbures et de céréales durant les deux prochaines années pour une valeur qui devrait lui rapporter de 300 à 350 millions d’euros.
Ces ressources sont les bienvenues pour les finances de l’Etat : elles ne serviront pas à équilibrer les finances mais vont s’jouter aux recettes de ventes de biens immobiliers de l’Etat.
Elles se basent sur une décision du gouvernement qui a revu les objectifs de l’Agence nationale d’approvisionnement de l’Etat. En effet, jusqu’à présent l’Etat imposait à l’agence de stocker des hydrocarbures pour, en cas de besoin, remplacer le gaz naturel importé, pour l’équivalent de la consommation de cinq mois. Désormais l’Etat n’obligera plus l’agence à stocker des réserves pour les besoins de l’industrie.
De même pour les réserves de céréales, ce n’est plus l’équivalent de la consommation d’un an mais d’un semestre qu’il conviendra de continuer à stocker.
HS

Sylviculture

Le ministère des finances opposé au projet de loi sur l’Office national des Forêts
Le ministère des Finances a remis un avis défavorable au projet de loi sur l’office national des forêts préparé par le ministère de l’Agriculture.
Ce projet prévoit notamment de créer une société Metsätalous Oy qui gérerait les forêts de l’Etat, soit actuellement 3,5 millions d’hectares (qui rapportent plus de 100 millions d’euros par an).
Le ministère de l’agriculture motivait cela par les réglementations européennes.
Le ministère des Finances s’oppose actuellement à la transformation de l’office en société par actions.
HS

Mardi 1er juillet 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande - Estonie

M. Stubb a effectué une visite en Estonie
Helsingin Sanomat rapporte que la première visite à l’étranger de M. Alexander Stubb, depuis sa nomination au poste de Premier ministre, s’est effectuée lundi en Estonie. Sa première visite en Suède aura lieu après l’Estonie, pour des raisons de calendrier.
M. Stubb s’est entretenu avec le Premier ministre estonien, M. Taavi Rõivas, le président, M. Toomas Hendrik Ilves, et le ministre des Affaires étrangères, M. Urmas Paet.
Lors d’une conférence de presse commune des Premiers ministres, M. Stubb a noté que l’Estonie s’est encore plus engagée dans la participation aux organisations occidentales que la Finlande et la Suède, puisqu’elle est membre de l’Union européenne, de la zone euro et aussi de l’OTAN.
Selon le Premier ministre Rõivas, l’Estonie est prête à rendre plus strictes les sanctions de l’Union européenne contre la Russie si Moscou ne prend pas de mesures pour apaiser les troubles en Ukraine orientale. Il souligne que les sanctions supplémentaires sont nécessaires même si elles devaient être spécialement nuisibles pour l’Estonie et la Finlande qui ont des relations économiques étroites avec la Russie. « L’indépendance n’a pas de prix », pour M. Rõivas.
M. Stubb, plus réservé sur les sanctions économiques, estime que les sanctions de troisième phase ne se réaliseront pas encore.
Les Premiers ministres ont également évoqué la sécurité énergétique. Ils se sont mis d’accord pour accélérer le projet de construction du Balticconnector qui reliera les terminaux de gaz naturel liquéfié. La Finlande et l’Estonie achètent en ce moment tout leur gaz de la Russie.
HS/A11

Fonds structurels

Peu d‘études sur la rationalité de l’utilisation des fonds européens
Helsingin Sanomat rappelle que la Finlande s’est vu allouée 1,3 milliards d’euros au titre des fonds structurels de l’UE pour les années 2014-2020. Le quotidien regrette que l’on s’intéresse plus au respect juridique de l’utilisation de ces fonds qu’à leur effet réel ou au font de savoir si les projets qu’ils subventionnent sont de bons projets.
HS

Construction navale

La vente du chantier de Turku en train de se réaliser
L’Etta finlandais et le groupe allemand Meyer Werft ont réussi à s’entendre sur le rachat du chantier naval de Turku au groupe coréen STX, rapporte le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori. « Nous sommes arrivés à nous entendre sur les principales conditions de la vente », a-t-il déclaré, hier.
Les représentants de Meyer Werft ont confirmé cela en précisant toutefois que de nombreux détails étaient toujours en suspens.
Le groupe allemand serait l’actionnaire majoritaire et l’Etat finlandais un actionnaire minoritaire du nouveau chantier.
Selon le représentant des sous-traitants du chantier de Turku, cette cession pourrait permettre la construction à Turku de deux nouveaux navires pour l’armateur TUI.
Turun Sanomat estime que ce rachat devrait susciter des réactions parmi les concurrents : que ce soit dans les chantiers de Fincantieri ou à STX France. Les autorités de la concurrence seront certainement consultées.
HS TS

Politique intérieure

Ouverture du mariage aux homosexuels

La commission des lois du Parlement a entendu des représentants des communautés religieuses
Selon Helsingin Sanomat, M. Veli-Pekka Viljanen, professeur en droit constitutionnel à l’université de Turku, souligne que la commission des lois du Parlement, qui a rejeté la semaine dernière l’initiative populaire sur l’ouverture du mariage aux homosexuels, a entendu plusieurs représentants de communautés religieuses.
« Si on regarde à la liste d’experts entendus par la commission, les représentants de communautés religieuses sont étonnamment nombreux. Le point de départ de l’initiative populaire est toutefois qu’elle n’aurait pas d’effet sur les rite liés au mariage des communautés religieuses », selon le professeur de droit constitutionnel Viljanen qui a été un des deux experts de droit constitutionnel entendus par la commission. « Il est clair que l’ouverture du mariage aussi aux homosexuels serait meilleure du point de vue de l’égalité devant la loi que la situation actuelle », note M. Viljanen.
Selon le vice-président de la commission, M. Stefan Wallin (Parti suédois), les membres de la commission des lois ont entendu plus de 60 personnes. « Chaque membre de la commission a pu proposer des experts pour l’audition. La liste a été longue. » M. Wallin souligne que l’initiative populaire est une nouvelle institution possible et il n’y a pas encore de procédures établies pour son étude.
La commission des lois a entendu 20 représentants de différents ministères, deux experts de droit constitutionnel et quatre autres experts en droits, onze représentants des communautés religieuses, neuf représentants des organisations pour l’enfance, la jeunesse ou la famille, quatre représentants des organisations de minorités sexuelles, trois experts en médecine et neuf autres personnes.
Les experts en droit soulignent que la loi sur l’ouverture du mariage aux homosexuels devrait être étudiée du point de vue des droits fondamentaux. Dans ce domaine, la Finlande a pris du retard par rapport aux autres pays européens.
Selon M. Olli Mäenpää, professeur en droit administratif à l’université de Helsinki, la question est d’une grande importance de principe. « Il s’agit de savoir si le droit au mariage est une question qui relève de l’égalité. Les experts en droit en Europe se dirigent de plus en plus vers cette direction. »
La loi sur le partenariat civil est entrée en vigueur en 2002. Le professeur Viljanen rappelle que la commission des lois du Parlement avait alors fait référence au développement d’une nouvelle interprétation. Il souligne que l’argument sur l’adoption internationale, qui serait rendu plus difficile après l’adoption d’une nouvelle loi, n’est aucunement solide. « Les critères des autres pays, souvent peu démocratiques, ne peuvent pas définir la législation finlandaise », selon M. Viljanen.
HS/A10

Logement

Le gouvernement veut transformer des bureaux en logements
Helsingin Sanomat rapporte que le programme gouvernemental prévoit des aides pour transformer en logements des immeubles de bureaux vides.
On ne connaît pas encore le détail ni le montant de ces aides. L’objectif est de les rendre le moins bureaucratiques possibles, selon HS.
HS

Stora Enso

La mainmise du groupe Wallenberg sur Stora Enso se renforce
Le groupe industriel suédois Wallenberg possède 27% des actions de Stora Enso, l’Etat finlandais et la sécurité sociale finlandaise à eux deux 35%.
Après le départ du PDG Jouko Karvinen, le nouveau PDG est le suédois Karl-Henrik Sundström. Il a été proposé par le président du conseil d’administration, le suédois Gunnar Brock.
Selon un accord verbal, le président du conseil d’administration aurait du revenir à un Finlandais depuis 2010, mais il n’en a rien été, rapporte HS qui estime que, si la nationalité du PDG n’est pas juridiquement d’importance, il est certainement plus facile pour un suédois de fermer des usines en Finlande.
Stora Enso, au chiffre d’affaires de 10,5 milliards d’euros, emploie 28 000 personnes, dont 25% en Finlande et 19% en Suède.
HS

France

Voiture

Autolib
Kauppalehti publie un reportage sur le succès de l’Autolib à Paris.
KL

publié le 31/07/2014

haut de page