Janvier 2018

Mercredi 31 janvier 2018

Politique intérieure

Partis politiques

M. Orpo favori comme prochain premier ministre
Selon sondage publié par Ilta-Sanomat sur la personne que les Finlandais considèrent comme favori pour le poste de prochain Premier ministre, le président du Kokoomus Petteri Orpo arrive en tête avec 17%, devant la présidente de l’Alliance des gauches li Andersson (13%), le Premier ministre actuel Juha Sipilä (12%), le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho (9%°, le président du PSD Antti Rinne (8%), le Président des Verts Touko Aalto (3%) et le président des Bleus Sampo Terho (2%).
IS

Conventions collectives

Plus d’un million de salariés sont encore sans accord salarial
Helsingin Sanomat relève que les accords salariaux d’environ 1,2 million de salariés ne seront plus en vigueur à partir de demain jeudi. Il s’agit d’environ 150 conventions collectives différentes.
Les syndicats exigent en général des augmentations d’au moins de 3,2 % pendant deux ans, ce qui est la ligne générale validée dans le secteur des industries exportatrices à l’automne. Helsingin Sanomat relève que les syndicats peuvent organiser des grèves quand la convention collective n’est plus en vigueur.
L’accord sur la convention collective la plus importante, celle du secteur municipal qui touche 420 000 salariés, est encore loin. Avant la signature de cet accord, il est invraisemblable de retrouver des accords qui concernent les salariés de l’Etat, des communes, de l’église, des enseignants, des médecins ou de plusieurs branches dans le privé, souligne HS.
La convention collective dans le commerce touche environ 250 000 salariés, celle dans la restauration 85 000 et celle des services immobiliers 70 000 salariés.
HS/A8-9

Défense

L’Etat critiqué par les syndicats de militaires
Les syndicats représentant les officiers de la défense nationale et du corps des garde-frontières critiquent l’Etat pour sa réticence à entamer des négociations. Les syndicats ont proposé des négociations autour de la convention collective de la fonction publique mais les employeurs ont décliné la proposition.
Les syndicats constatent que les tensions au travail ont sensiblement augmenté en raison de la situation sécuritaire de la Finlande. Les soldats s’étonnent de ce manque de respect de la part de l’employeur.
Les syndicats des officiers et celui des sous-officiers ont déposé, il y a un an, une demande de crédits supplémentaires au budget de la défense afin d’augmenter le personnel. Cette demande est restée sans réponse.
KS31.1/14

Gouvernement

Congés parentaux
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement, qui prépare une réforme des congés parentaux, compte prolonger le quota de congé fixé pour les pères et augmenter la prestation proportionnelle aux gains. L’allocation de soins à domicile jusqu’à ce que l’enfant ait trois ans diminuerait progressivement.
Dans le système actuel, la mère a un quota d’environ quatre mois qui est suivi d’un quota de 6,5 mois que la mère ou le père peuvent utiliser. Le quota fixé uniquement pour le père est actuellement de 2,2 mois.
Le nouveau modèle pourrait être par exemple 4+5+4, soit un quota de quatre mois pour la mère et le père et un quota de cinq mois pour l’un des deux.
HS/A410

Sécurité informatique dans la fonction publique

Des milliers de cas de piratage
L’année dernière un nombre record de cas de piratage ou de tentatives d’intrusion ont été détectés dans les systèmes informatiques de la fonction publique. Leur nombre s’est élevé à des milliers contre un tiers de moins en 2016.
Les violations des réseaux informatiques de la fonction publique – ministères et autres administrations – ont été originaires de la Russie, de l’Ukraine, de la Chine, du Corée du Nord, des Etats-Unis, mais également de la Finlande.
Il n’y a pas de preuve qu’il se soit agi d’acteurs étatiques.
Les cas de hacking n’ont pas entrainé de pertes financières. Il s’est agi de pannes et de blocages, non pas d’espionnage informatique ni de fuites.
Les spécialistes en la matière soulignent l’importance de la formation des usagers.
KS/12

Sécurité d’approvisionnement

Coupures d’électricité et le réseau téléphonique
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les coupures électriques vastes en raison de chutes de neige importantes au début janvier ont révélé la vulnérabilité des communications mobiles d’aujourd’hui.
Dans certaines régions touchées, les téléphones mobiles n’ont pas fonctionné même pour appeler les urgences.
Dans des régions en Finlande du Nord et de l’Est, les réseaux de téléphone fixe ont été démantelés. Or, les réseaux mobiles (les seuls qui restent) sont dépendants de l’électricité.
Les coupures de ce mois-ci ont duré cinq jours dans les pires des cas. Le courant de réserve dans les stations de téléphonie mobile n’est prévu que pour deux à six heures.
HS/A14

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

M. Katainen candidat à la présidence ?
Keskisuomalainen relève que le nom de Jyrki Katainen, actuel vice-président de la Commission européenne, circule parmi d’autres dans les spéculations sur le prochain président de la Commission en remplacement de M. Juncker.
M. Katainen ne révèle pas ses intentions. Il se contente de dire que les décisions en la matière seront prises au cours du printemps.
KS/15

Immigration

Des demandeurs d’asile convertis au christianisme
Lorsque des demandeurs d’asile ayant obtenu une réponse négative à leur demande saisissent la Cour administrative, ils utilisent souvent la conversion au christianisme comme un argument en soutien de leur demande d’appel.
Selon le directeur de l’Office national de l’immigration Migri, Esko Repo, il y a désormais une personne auprès de Migri qui s’occupe de la question des convertis.
En 2017, 40 % des demandeurs d’asile ont obtenu une réponse favorable, ce qui est un chiffre plus élevé qu’en 2016. Selon Migri, les demandeurs ont présenté, au moment de la saisie de la Cour administrative, plus de nouveaux arguments qu’avant, dont le plus souvent la conversion.
Selon Migri, la confession chrétienne justifie un asile dans le cas où l’intéressé risquerait d’être persécuté dans son pays en raison de sa religion.
L’année dernière, la conversion au christianisme était le motif le plus courant du retour d’un dossier de demande de la Cour administrative à Migri. Un autre argument est l’homosexualité.
M. Repo ne prend pas position sur le fait de savoir si ces arguments sont crédibles ou comment il serait possible en général de le vérifier.
HS/A15

Terrorisme

La nature des procès a changé depuis qu’il y a des cas liés au terrorisme
Selon l’Union des avocats, les procès concernant les cas liés au terrorisme ont introduit dans les tribunaux des pratiques qui n’étaient pas traditionnellement connues en Finlande. Les témoins ont traditionnellement été interrogés sur leurs observations concernant les évènements qui ont eu lieu, mais dernièrement, des appréciations sur la personnalité des accusés ont été demandées.
Selon l’Union des avocats, cela serait dû au fait que cet élément est lié au soupçon de motif terroriste du crime soupçonné. Cette tendance n’est pas souhaitable, selon les avocats. Ils craignent toutefois que la proposition du ministère de la Justice sur la réforme du règlement concernant les crimes terroristes aille dans ce sens.
D’autres avis de spécialistes concernant le projet de réforme critiquent l’esprit des modifications y compris du point de vue des droits fondamentaux et de l’homme.
Helsingin Sanomat rappelle que, jusqu’à présent, dans tous les procès sur des soupçons de crime terroriste, les accusations ont été rejetées.
HS/A13

Afghanistan

La Finlande pourrait doubler ses effectifs en Afghanistan

Les Etats-Unis ont demandé à la Finlande d’augmenter ses effectifs en Afghanistan dans une opération de l’OTAN commandée par les Etats-Unis.
Selon les informations du quotidien Helsingin Sanomat, la Finlande prendrait sa décision sur l’envoi de troupes supplémentaires le mois prochain. Il est question d’augmenter les effectifs actuels de quelques dizaines de soldats pour arriver à un maximum de 70-80 soldats.
Aujourd’hui, les troupes de l’opération de l’OTAN comprennent une trentaine de Finlandais. Le mandat actuel ne pourra pas dépasser 40 personnes.
« Avant de prendre sa décision, la Finlande envisage d’accroître ses effectifs à près du maximum des 40 soldats autorisés et cela au courant des six premiers mois de l’année », affirme le chef des opérations de l’armée de terre, le général de brigade Jari Kallio.
Par cette disposition, la Finlande tente d’assurer la continuité dans les fonctions déjà occupées depuis de nombreuses années par les Finlandais en Afghanistan.
La Finlande a envoyé en Afghanistan des officiers d’état-major et des conseillers de soutien à des troupes de sécurité locales. Un petit groupe de protection a également été mis en place à Kaboul.
Selon le général Kallio, les récents attentats n’ont pas eu d’effet sur la sécurité des Finlandais sur place.
HS31.1/A21

Mardi 30 janvier 2018

Politique intérieure

Elections présidentielles

M. Niinistö veut continuer sur sa lancée
La cérémonie de prise de fonction du Président Sauli Niinistö aura lieu au Parlement jeudi 1er février. Le Président y prononcera deux discours, l’un pour le Parlement, l’autre pour le gouvernement.
Dès mardi prochain, le 6 février, il se rendra à nouveau au Parlement pour l’ouverture de la session parlementaire 2018.
Mi-février, M. Niinistö se rendra en Lituanie pour le centenaire du pays puis à Munich pour la conférence sur la sécurité en Europe.
Lors de sa première conférence de presse tenue, hier, à la résidence du président, suite à sa réélection, M. Sauli Niinistö a déclaré qu’il allait continuer sur la lancée de son premier mandat. Il s’est gardé d’insister sur le triomphe de sa réélection.
« Je ne vois pas de différence [avec ma première élection]. Il était bon de recevoir le soutien du peuple, mais les compétences du président sont bien définies. Je m’y suis tenu et je continuerai à m’y tenir. Je ne sens pas que je disposerai d’une position plus forte ».
M. Niinistö a déclaré avoir conversé avec le Président Ukrainien Porochenko sur la situation en Ukraine. « Il y a actuellement des négociations sur le sujet entre russes et Américains », a-t-il dit.
Il a rappelé sa philosophie d’une politique étrangère et de sécurité reposant sur quatre piliers ; Il a aussi rappelé qu’il entendait continuer à promouvoir une clarification au niveau européen de l’interprétation de la clause d’assistance mutuelle du traité de Lisbonne.
HS

Editorial
« En six ans, la culture politique peut changer » HS
L’éditorialiste relève que dès le lendemain de la cérémonie d’entrée en fonction du président aura lieu une manifestation contre le gouvernement. Cela pourrait être interprété comme un avant-goût des années à venir : un président très populaire qui voit sa position se renforcer alors que celle d’un gouvernement qui suscite les critiques diminue. Mais la situation n’est pas aussi simple : si le second mandat de M. Niinistö peut changer la culture politique finlandaise, cela ne sera toutefois pas dans le sens d’un retour à un pouvoir présidentiel tel qu’on l’a connu il y a encore une génération, estime HS.
En effet, le président est populaire justement car il ne se mêle pas de politique intérieure, mais de politique étrangère où la propension finlandaise au consensus est plus forte. Quant au gouvernement, s’il suscite les oppositions, cela témoigne du fait que, dans le régime finlandais de plus en plus parlementaire, c’est lui qui a le pouvoir. D’ailleurs les élections législatives sont désormais au moins aussi populaires que l’élection présidentielle, juge HS.
Le quotidien estime que M. Niinistö pourrait néanmoins utiliser son pouvoir dans les sujets qui sont à l’intersection de la politique étrangère et européenne. En politique intérieure, il a dit qu’il serait très réservé.
Pour les partis politiques, la victoire de M. Niinistö clôt une ère pendant laquelle l’élection présidentielle était un champ de bataille qui leur était réservé. En 2006 encore l’élection de M. Niinistö ouvrait la voie à la montée du Kokoomus. Aujourd’hui il semble que seuls les Vrais Finlandais puisse en tant que parti tirer profit de leur résultat à la présidentielle pour les prochaines législatives.
HS estime qu’à l’avenir il est possible que l’on se dirige vers une élection présidentielle qui, à l’image de la France ou des Etats-Unis, ouvre la voie à des candidats capables de marginaliser les vieux partis ou désireux de changer leur ligne.
HS

Partis politiques

Sondage
Le tabloïd Iltalehti publie les résultats d’un sondage d’opinion sur les partis politiques, effectué pour le journal par l’institut Tietoykkönen.

Le Rassemblement national est encore en première position avec 20,9 % des intentions de vote, suivi du PSD (19,2 %) du Centre (15,4 %). Le PSD a perdu 0,9 % et le Centre 0,8% depuis le sondage précédent effectué en décembre dernier.
L’Alliance verte arrive quatrième avec un score de 14,5 % (+0,8 %), suivi de l’Alliance des gauches (8,6 %), des Vrais Finlandais (8,2 %), du Parti suédois (4,2 %), des Chrétiens-démocrates (3,6 %) et de l’Avenir bleu (2,7 %). Le sondage a été effectué entre le 19 et le 29 janvier auprès de 1 600 personnes.
IL

Parti du centre

M. Sipilä annonce sa candidature pour sa réélection à la présidence
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä s’est précipité dimanche soir pour annoncer sa candidature à la présidence du Centre pour un nouveau mandat de deux ans. La direction du parti a voulu annoncer la candidature de M. Sipilä rapidement après les élections présidentielles, pour que les centristes n’aient pas de doutes à ce sujet.
Le Centre a aussi eu peur que l’ancien président du parti Paavo Väyrynen, qui a désormais fondé son propre parti mais n’a pas quitté le Centre, décide de participer à l’élection du président du parti.
M. Sipilä, qui est député de la circonscription d’Oulu depuis 2011, préside le Centre depuis 2012. Le congrès du parti aura lieu à Sotkamo en juin prochain.
HS/A10

Parti social-démocrate

Réaction de M. Rinne
Selon Helsingin Sanomat, le président du PSD Antti Rinne estime que le mauvais résultat (3,3 %) de Tuula Haatainen, candidate du PSD aux élections présidentielles, n’aura pas d’effet sur la popularité du parti aux prochains sondages ou par exemple aux prochaines élections législatives. « Mon estimation est que le PSD sera premier ou deuxième parti aux élections législatives du printemps 2019 », a déclaré M. Rinne.
Le parlement, qui se réunira la semaine prochaine après la pause hivernale, doit élire un nouveau présidium. Selon les informations de plusieurs sources, Mme Haatainen sera la candidate du PSD pour la vice-présidence.
HS/A11

Parti des citoyens

Déclarations de M. Väyrynen
Helsingin Sanomat relève que Paavo Väyrynen, ancien centriste qui a fondé son propre Parti des citoyens, a annoncé dimanche soir que son parti participera aux prochaines élections législatives. Selon M. Väyrynen, son objectif est d’obtenir une vingtaine de députés. M. Väyrynen sera le candidat du parti pour le poste de Premier ministre.
Le Parti des citoyens organisera prochainement son premier évènement électoral à Helsinki.
M. Väyrynen, actuel parlementaire européen élu sur la liste du Centre, a décidé de redevenir au Parlement national au cours du printemps et de fonder son propre groupe parlementaire. Par contre, M. Väyrynen n’a pas dit s’il comptait quitter le Centre dont il est toujours membre et dont il préside une section locale en Laponie.
HS/A11

Réforme des services sociaux et de la santé

Billet
Il faut réformer les centres de soins
Helsingin Sanomat publie un billet de Jaana Savolainen qui rappelle que l’objectif principal de la réforme des services sociaux et de la santé était de garantir un accès dans un délai raisonnable à des soins non urgents dans l’ensemble du pays.
Actuellement le délai pour un rendez-vous chez un généraliste varie d’une à six semaines d’une commune à l’autre.
Avec la récession des années 1990, les communes ont fait des économies sur les centres de soins et les employeurs ont commencé à financer les soins dans le cadre de la médecine du travail afin de récupérer plus rapidement leurs employés souffrants.
Le système finlandais est le plus inégalitaire des pays de l’OCDE du fait que les chômeurs, les retraités et les enfants ne bénéficient pas du même niveau de services que les autres catégories de la population, notamment les travailleurs qui bénéficient des services de la médecine du travail.
HS/A4

Politique étrangère et européenne

Immigration

Des centaines de cas de tendance suicidaire chez les demandeurs d’asile
Les déclarations des centres d’accueil de réfugiés concernant des comportements autodestructeurs ont augmenté. Les centres d’accueil ont prévenu l’Office national de l’immigration Migri concernant 700 cas, en 2017. Aucune de ces menaces et tentatives ne s’est terminée en un suicide. L’année d’avant, les centres d’accueils ont rapporté 140 cas de comportement autodestructeur.
Dimanche, un demandeur d’asile a commis un suicide au centre d’accueil de Joutseno. Selon le directeur du centre, Jari Kähkönen, beaucoup de demandeurs d’asile se portent mal et la dépression est courante chez eux.
Une assistance psychiatrique a été proposée aux demandeurs d’asile du centre d’accueil de Joutseno, ainsi qu’une session de débriefing au personnel.
HS/A21

La France met fin au renvoi d’un demandeur d’asile irakien en Finlande au titre du traité de Dublin, pour risque de renvoi en Irak
Hufvudstadsbladet rend compte d’un tribunal lyonnais qui a décidé d’étudier en France la demande d’un ressortissant irakien ayant obtenu une réponse négative à sa demande d’asile en Finlande, au lieu de renvoyer l’intéressé en Finlande conformément au règlement de Dublin.
Pour le tribunal, le renvoi en Irak constitue un risque considérable en Finlande où il est difficile pour les Irakiens d’obtenir l’asile.
HBL rend compte d’un cas similaire concernant un Afghan ayant d’abord déposé une demande d’asile en Suède et, après un refus, en France.
HBL/lun/13

Finlande – Etats-Unis

Il est plus difficile qu’avant pour les Finlandais d’obtenir un permis de travail aux Etats-Unis
Il est devenu plus difficile pour les Finlandais d’obtenir un permis de travail aux Etats-Unis, en raison de la politique en matière de travailleurs étrangers du Président Trump.
Les autorités du secteur de l’immigration sont plus strictes, demandent plus de renseignements supplémentaires et ont renforcé les contrôles frontaliers, selon un spécialiste qui assiste les entreprises finlandaises.
Le spécialiste, qui s’exprime de façon anonyme, rappelle que les délais d’études des demandes de visa pour le travail sont longs même quand tout va bien.
HS/A27

Lundi 29 janvier 2018

Politique intérieure

Elections présidentielles

« Victoire écrasante de Sauli Niinistö » HS
Le Président sortant Sauli Niinistö (sans étiquette) a été réélu dès le premier tour avec 62,7% des voix, hier.
Il devance le candidat des Verts Pekka Haavisto, 12,4%, la candidate des Vrais Finlandais Laura Huhtasaari, 6,9% , le candidat sans étiquette Paavo Väyrynen, 6,2%, le candidat du Centre Matti Vanhanen, 4,1%, la candidate du PSD, Tuula Haatainen, 3,3%, la candidate de l’Alliance des Gauches Merja Kyllönen, 3% et le candidat du parti populaire suédois Nils Torvalds, 1,5%.
Le taux de participation n’est que de 69,9%.
Helsingin Sanomat relève que M. Niinistö est arrivé en tête dans toutes les communes ; il n’a fait moins de 50% des voix que dans 13 communes. Au total, il obtient entre 44% et 84% dans toutes les communes.
M. Haavisto a réalisé un bon résultat à Helsinki (25,6%). La candidate des Vrais Finlandais arrive en seconde position dans sa circonscriptiond e Pori. Le candidat sans étiquette Paavo Väyrynen arrive en seconde position dans le Nord du pays.
Le quotidien relève aussi que le score de Mme Haatainen est historiquement bas pour le PSD. La candidate des Vrais Finlandais Mme Huhtasaari a obtenu plus de voix que les candidates du PSD et de l’Alliance des gauches réunies.
HS

Réactions
Le Premier ministre Juha Sipilä a félicité le président Niinistö dès le résultat connu. M. Sipilä a souligné qu’il n’était pas atteint par le fait que le candidat sans étiquette (dissident de son parti du Centre) ait un score plus élevé que le candidat du Centre Matti Vanhanen. « Cela n’a pas plus d’effet que le score des autres candidats. M. Väyrynen a son propre parti depuis longtemps. Nous le regardons comme les candidats des autres partis », a-t-il dit.
La candidate des Vrais Finlandais Laura Huhtasaari s’est réjouie de sa troisième place. « Il s’agit d’une tendance européenne, le retour des Etats indépendants et nous en sommes pionniers ». Le président du parti, Jussi Halla-aho s’est félicité que sa candidate fasse mieux que les partis traditionnels du Centre et du PSD. Il souligne que cette campagne a permis de réconcilier les militants après la scission du parti de juin dernier.
Le candidat sans étiquette Paavo Väyrynen a déclaré que le Centre devait tirer les conclusions de cette élection et de la victoire de M. Väyrynen sur le candidat centriste Matti Vanhanen. « L’audience du parti s’est effondrée et il faut changer la ligne politique », selon lui. « Je serai candidat aux législatives », a-t-il dit, ajoutant qu’il commençait de suite sa campagne.
M. Vanhanen refuse de voir une division du Centre. Selon lui, les centristes ont surtout voté pour M. Niinistö qui est un président populaire.
Helsingin Sanomat relève que le résultat des candidats du PSD et de l’Alliance des Gauches ont été accueilli dans un silence de mort parmi leurs militants.
HS

Editoriaux
« Niinistö n’a eu besoin que d’un tour » HS
”Un mandat fort pour Sauli Niinistö” IL
”Un phénomène de longue durée” HBL
« Les Finlandais ont souhaite un Niinistö fort – comment est-ce que le Président entend mettre en œuvre son mandat historique ? » IS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le choix de M. Niinistö de se présenter sans étiquette était une excellente tactique qui lui a permis de ne pas se voir responsable de la politique du gouvernement et de se hisser au-dessus des partis.
L’éditorialiste du tabloïd Iltalehti estime que le mandat obtenu par le Président en fonction est historiquement fort, et qu’il est probable que M. Niinistö poursuivra sa ligne qui plaît bien aux Finlandais.
L’éditorialiste estime que le faible score du candidat centriste Matti Vanhanen est un coup dur pour le Premier ministre Juha Sipilä qui s’est d’ailleurs précipité pour dissocier le résultat de l’élection présidentielle de sa position à la tête du Centre.
Le mauvais résultat de la candidate sociale-démocrate Tuula Haatainen est de la même façon un coup concernant la position du président du parti, Antti Rinne. Il y a six ans, le score obtenu par Paavo Lipponen était catastrophique, 6,7 %, et cette fois on en était loin.
La gauche en général a chuté à cette élection : la Vrais Finlandaise Laura Huhtasaari a obtenu plus de voix que les deux partis de gauche ensemble.
Paavo Väyrynen quant à lui a renforcé sa position en tant que l’homme qui s’oppose à la politique finlandaise. Il constituera une grande gêne pour le parti du Centre.
L’éditorialiste du tabloïd Iltasanomat estime que le mandat extrêmement fort pourrait faire penser que soit les Finlandais ne connaissent pas les attributions d’un Président soit ils souhaitent un leader fort.
Selon un sondage de l’institut de recherche économique Eva, 60 % des Finlandais serraient prêts à donner plus de pouvoir au Président, par exemple au niveau de la politique intérieure (dissoudre le Parlement ou former un gouvernement).
IL, IS, HBL

« Le Président est désormais la personne en qui les Finlandais souhaitent avoir confiance » Yle
Pour le chercheur Markku Jokisipilä, directeur du centre d’études parlementaires, la victoire écrasante de Sauli Niinistö reflète un changement historique dans la politique finlandaise. Pour lui, le rôle des partis politiques n’est plus comme avant. M. Niinistö a réussi à se présenter comme un candidat qui convient même pour ceux qui aux législatives ne voteraient pas pour le rassemblement national. Ces gens-là n’ont pas considéré les antécédents conservateurs de M. Niinistö comme significatifs et ont précisément voulu voter pour lui en tant que personne.
M. Jokisipilä estime que la situation est intéressante dans le sens où les attributions du Président ont été restreintes ces dernières années et en même temps, même les grands partis ont du mal à dépasser les 20 % en matière d’audience. Parmi les instances de la direction du pays, le Président semble être précisément celui sur qui les Finlandais souhaitent compter.
Le mandat de M. Niinistö est extrêmement fort : il a obtenu 1,8 million de voix sur les 2,9 millions de voix exprimées.
M. Jokisipilä note que selon la Constitution, le Président dirige la politique étrangère en coopération avec le gouvernement. Le gouvernement actuel a une audience de moins de 40 %, selon des sondages, tandis que le Président dispose d’un mandat historiquement fort.
Sami Borg, spécialiste en matière d’élections, considère qu’il existe des raisons tout à fait pertinentes derrière la popularité de M. Niinistö. Le Président en fonction, s’il se présente candidat, est favorisé par le système électoral.
De plus, les Finlandais ont été satisfaits de leur Président, et de la politique exercée. En tant que personne et homme politique, M. Niinistö est très populaire et digne de confiance. Il est en outre considéré pour son expertise.
Selon M. Borg, les électeurs ont cherché une solution sûre. Il est considéré comme « présidentiel », selon M. Borg.
Yle

Analyse du résultat
« La position de M. Niinistö est particulièrement forte » HS
Pour Helsingin Sanomat, ce que l’on peut conclure de cette élection, c’est que « les Finlandais étaient satisfaits de leur président Sauli Niinistö », puisqu’ils l’ont largement réélu. « Ils voient Niinistö comme un homme politique capable de résister aux Russes. Et finalement, c’est cela le travail principal du président. »
« La popularité de Niinistö témoigne aussi du besoin de sécurité des Finlandais. On a choisi une personne qui est président depuis six ans. Il représente la continuité. »
« Ce résultat témoigne aussi de ce que la majorité des citoyens souhaitent un président qui utilise son pouvoir », estime HS.
Le quotidien considère que, après ce résultat, les premiers ministres de M. Niinistö auront du mal à lui disputer la politique étrangère et de sécurité. A l’étranger aussi M. NiinistÖ va voir son pouvoir se renforcer ; en Russie, on écoute les hommes forts. »
« Et même si le président n’a pas de pouvoir en politique intérieure, ce résultat a renforcé son pouvoir d’influence en politique intérieure et en matière de valeurs ».
Les élections ont aussi montré à quel point la fidélité politique avait disparu età quel pojnt les partis politiques étaient affaiblis, estime HS.
HS

Analyse de la campagne
« Une campagne marquée par l’ennui – ce dont il faut se réjouir » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les candidats ont mené une longue et intense campagne marquée notamment par 13 débats communs.
Dans cette campagne où se représentait un président sortant, on a beaucoup parlé du passé, c’est-à-dire du bilan de M. Niinistö. Mais les critiques étaient très feutrées.
En Finlande, il y a toujours eu un grand consensus parlementaire sur la politique étrangère et de sécurité : presque tous les candidats partagent la même position sur la ligne de politique étrangère de la Finlande, c’est pourquoi le Président sortant n’a pas été mis à mal sur les grands sujets.
En dépit (au à cause) de la ligne dure des eurosceptiques Huhtasaari et Väyrynen, il n’y a pas non plus eu de discussion de fond sur la politique européenne. Même si l’UE est à la croisée des chemins.
En revanche on a beaucoup parlé de l’OTAN, mais pour ne pas en dire grand-chose. A part Torvalds, tous les candidats disent non à une adhésion à l’OTAN. Avec des nuances pour la refuser.
Helsingin Sanomat relève finalement que cette campagne a été marquée par l’ennui. Mais il faut s’en réjouir. Quand le monde bouge, il faut de la stabilité, estime HS qui rappelle les changements en Asie, l’élection de M. Trump, le Brexit, le terrorisme, le changement climatique, les migrations…
La principale surprise est qu’il n’y a pas eu de surprise. Au moins pas encore. Si l’on na pas parlé de l’avenir, c’est qu’il est bien brumeux actuellement, conclut HS.
HS

Gouvernement

Selon M. Orpo, il n’y a pas de tensions dans la coalition
Le ministre des Finances et président du Kokoomus Petteri Orpo répond aux critiques du ministre des Affaires européennes et président des Bleus Sampo Terho qui affirmait que l’énergie des partis de la coalition gouvernementale était gaspillé à « s’épier et renégocié tout ce qui a été décidé ».
M. Orpo considère qu’il n’y a rien de dramatique au fonctionnement du gouvernement.
Il est particulièrement satisfait de la situation économique et de l’emploi et estime qu’il est possible que le gouvernement atteigne son objectif d’un taux d’emploi de 72%.
HS

Mouvement social

« Les rodomontades des syndicats se renforcent » KL
Kauppalehti rapporte qu’une dizaine de syndicats se joignent à la manifestation qui aura lieu vendredi 2 février contre le modèle d’activation des chômeurs.
Kauppalehti estime que la manifestation ne devrait toutefois que rassembler quelques milliers de personnes. Le chiffre de 10 000 personnes a été communiqué à la police dans la demande de rassemblement mais les syndicats n’ont prévu de transports sur place que pour 4000 personnes.
A l’automne 2015, la manifestation contre les projets de loi du gouvernement avait rassemblé 30 000 personnes.
KL

« Le patronat critique les menaces de grèves » HS
Les syndicats ouvriers estiment que 140 000 employés sont concernés par le préavis de grève lancé dans les secteurs qui s’associent au mouvement social contre le modèle d’activation des chômeurs.
Le patronat des secteurs de la chimie, du bois-papier et des technologies critiquent ce mouvement alors même que les conventions salariales ont été conclues dans ces secteurs.
HS

Editorial
« L’opposition des syndicats ne devrait pas conduire à une modification de la loi » HS
Helsingin Sanomat souligne que la réaction sociale contre le modèle d’activation des chômeurs arrive bien tard puisque la loi en question est déjà en vigueur.
L’éditorialiste estime que le gouvernement de M. Sipilä a réussi à réunir les syndicats et les partis de gauche contre un ennemi commun. A l’approche des éledctions législatives, cela risque de se voir dans les intentions de vote.
HS

Parlement

« Paula Risikko citée comme candidate favorite au poste de président du Parlement » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Ministre de l’Intérieur pourrait devenir la prochaine présidente du parlement le 5 février.
Dans ce cas-là il se pourrait que le ministre du Commerce extérieur Kai Mykkänen la remplace à l’Intérieur ce qui permettrait à la présidente de la grande commission Mme Virolainen de rentrer au gouvernement comme ministre du Commerce extérieur.
HS

Défense

« Jussi Niinistö et la cinquième colonne » HS
« Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (bleus), a qualifié les 105 000 Finlandais possédant la double nationalité de traitres à la patrie car les dirigeants du pays n’osent pas, en parlant de la Russie, appeler un chat un chat », écrit le journaliste Tommi Nieminen.
Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (Bleus), s’est exprimé lundi dernier à l’occasion de l’ouverture des Journées de la défense nationale, en rappelant que la Russie représente un véritable danger en voulant s’introduire dans l’appareil sécuritaire de la Finlande.
« La menace est réelle », confirme le journaliste. « Entre 2008 et 2018, c’est-à-dire depuis la guerre en Géorgie et aux guerres en Syrie et en Ukraine orientale, le Kremlin a clairement démontré que rien ne le retient dès lors qu’il s’occupe des intérêts de la Russie. Pourquoi ne pourrait-il pas, dans ce cas, s’introduire dans l’administration finlandaise ? »
La justification du ministre de la Défense a été soigneusement mijotée : « Il faut éviter la création d’une cinquième colonne en temps de paix. Nous devons avoir une confiance absolue dans les personnes que nous nommons aux postes-clefs de la défense nationale. De même, ces personnes doivent faire preuve d’une totale loyauté à la Finlande ».
Sur les 105 000 Finlandais possédant la double nationalité, il y a seulement 27 000 Russes. « Pour être précis, un collègue de Niinistö au gouvernement finlandais, Anne Berner (centriste) qui possède à la fois les nationalités finlandaise et suisse, pourrait bien être un membre potentiel de la cinquième colonne », rappelle le journaliste.
Le journaliste estime que Jussi Niinistö a visiblement envie de laisser sa griffe dans l’administration de la défense finlandaise avant les prochaines élections législatives en 2019.
Du point de vue russe, un ressortissant russe est uniquement un citoyen russe et loyal uniquement envers la Russie. Point. Par conséquent, en Finlande on craint que la Russie fasse pression sur les russo-finlandais à des postes-clé lors de leurs séjours en Russie.
Supo (la police secrète) a laissé entendre que c’est le cas.
« Comme si souvent entre la Finlande et la Russie, conclut le journaliste Nieminen, il y a en a un qui fait semblant de dire quelque chose, et l’autre qui fait semblant d’écouter et de répondre. »
HS28.1/B13

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

« Sortir de l’euro » KL
Kauppalehti publie une interview du député européen (de 2004 à 2018) Hannu Takkula (Centre) qui va devenir à partir de février membre de la cour des comptes de l’UE.
M. Takkula considère que l’intégration européenne est allée trop loin. Selon lui, le parti du Centre est en réalité effrayé par l’approfondissement de l’intégration.
M. Takkula estime que la Finlande va avoir à choisir entre sortir de la zone euro ou participer à l’approfondissement de l’intégration selon le modèle franco-allemand. Il considère que la place de la Finlande n’est pas au coeur de l’UE. Il considère qu’il seraity plus facile pour la Finlande de quitter l’euro que pour la Suède et le Danemark de le rejoindre. Selon lui, le retour au mark finlandais améliorerait la compétitivité des entreprises finlandaises.
KL

Changement d’heure

La Finlande envisage de promouvoir l’abandon de l’heure d’été
La ministre des Transports et des communications évoque l’éventualité que la Finlande change de fuseau horaire
Le comité interministériel des Affaires européennes a annoncé que sur l’initiative de la ministre des Transports et des Communications, Anne Berner, la Finlande commencerait à promouvoir l’abandon de l’heure d’été au niveau européen. Supprimer cet arrangement nécessite une initiative de la Commission européenne pour annuler ou modifier la directive en la matière.
Selon Mme Berner, la Finlande pourrait à la même occasion étudier l’opportunité de changer de fuseau horaire pour faire désormais partie de celui en vigueur en Europe occidentale. Cela relèverait de la prise de décision nationale.
Helsingin Sanomat relève toutefois que selon une étude effectuée par la Commission européenne en 2014, une majorité nette des Etats membres étaient satisfaits de l’arrangement consistant à changer d’heure.
Des représentants du patronat EK et de Nokia estiment que dans le contexte de moyens de communications modernes, un changement de fuseau horaire serait inutile.
Timo Partonen, chercheur spécialiste du sommeil, estime quant à lui, qu’un changement de fuseau horaire serait bénéfique pour le bien-être et rappelle que les Norvégiens du Nord du pays souffrent moins de symptômes de manque de lumière que les Finlandais.
HS/sam/A24, dim/A9

Défense

« La politique de l’armement de l’Union européenne est en crise », écrit la députée européenne Liisa Jaakonsaari (social-démocrate)
La politique des exportations de matériel militaire de l’Union européenne, à laquelle la Finlande s’est alliée, est basée sur une position commune approuvée par le conseil en 2008. Elle détermine des règles pour la technologie militaire et l’exportation du matériel de la défense.
Cette disposition commune interdit l’exportation des armes dans les pays sanctionnés par l’UE, tels que la Russie et la Syrie. L’exportation est également interdite dans des pays qui sont en guerre ou qui ne respectent pas les droits de l’Homme.
Cette politique de principe pose néanmoins un problème : les pays membres ne la respectent pas. C’est également le cas de la Finlande, qui n’applique pas cette ligne politique. Elle exporte des armes notamment en Arabie Saoudite et aux Emirats arabes qui sont en guerre au Yémen.
Devenu le numéro un des exportations d’armes finlandaises, le Proche-Orient représentait en 2016, 84 millions d’euros sur la totalité des 133,4 millions d’euros des exportations d’armes finlandaises.
« La politique de l’armement de l’Union européenne est en crise, car il n’y a pas de ligne commune et les règles déterminées ne sont pas appliquées. Un nouveau programme de développement industriel du secteur de la défense est en cours de création par l’UE et il sera doté d’un crédit budgétaire de 500 millions d’euros. Il aura pour but de soutenir la compétitivité et la capacité d’innovation de l’industrie de l’armement européenne. Il convient de réfléchir, simultanément avec les réformes de la politique des exportations des armes, sur les principes selon lesquels cet argent de l’Union sera utilisé », écrit la députée européenne Liisa Jaakonsaari.
HS26.1/B14

Société – Histoire

Anniversaire de la guerre civile

« Il y a cent ans à Helsinki commençait la guerre civile » HS
Le 26 janvier 1918, une lumière rouge éclairait la Maison des ouvriers d’Helsinki en signe de ralliement. Le lendemain, les rouges prenaient le pouvoir à Helsinki et occupaient le Sénat, la gare et de nombreuses administrations. Le 28 janvier, en Ostrobotnie les Blancs désarmaient les garnisons russes.
Les premeirs heurts firent suite à une guerre entre Blancs et Rouges, rapporte HS.
Le 28 janvier, le conseil du peuple annonce qu’il dirige le pays en lieu et place du sénat.
Au début de la guerre, les Rouges contrôlaient tout le sud du pays et les principales villes : Helsinki, Turku, Tampere, Hämeenlinna, Lahti, Lappeenranta et Viipuri.
La guerre civile a continué jusqu’à la mi-mai et la victoire des Blancs.
HS

Moment solennel au Parlement
Le Parlement a organisé un mouvement solennel vendredi avec une minute de silence suivie de la lecture d’un texte de réconciliation par les chefs des partis représentés au Parlement.
HS

Jeudi 25 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Politique européenne

Point de vue
« La France tient le guidon et l’Allemagne pédale – le tandem avance » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat Paavo Rautio estime qu’après quelques années de pause le tandem franco-allemand semble reparti. Il avait été très utilisé par Mitterrand et Kohl. Ensuite il n’a été sorti du garage qu’en de rares occasions sur les questions ponctuelles car Mme Merkel n’a pas semblé s’entendre outre mesusre avec MM. Sarkozy et hollande, juge HS.
De plus les temps n’y étaient pas favorables en période de crise de la zone euro et de récession.
Aujourd’hui les temps ont changé et les dirigeants aussi, estime M. Rautio.
Si le tandem franco-allemand veut réellement approfondir l’union, cela va obliger les autres Etats membres à s’activer, notamment sur le terrain de leur politique intérieure.
Pour M. Rautio, on n’a pas accordé suffisamment d’importance au discours de Petteri Orpo – c’es-à-dire du Kokoomus - la semaine dernière. Il a reconnu qu’il fallait prendre en compte la réalité. Il estime qu’ilm est possible que l’on doive augmenter les contributions des Etats au budget européen si l’on veut réformer ce dernier suite au brexit. Il a indiqué que la politique européenne de la Finlande pourrait être à la croisée des chemins et qu’il allait falloir choisir la direction à prendre.
Orpo mènerait volontiers la Finlande dans la même direction que le tandem franco-allemand : vers un approfondissement de l’intégration.
Si le Kokoomus veut que la Finlande grimpe sur le porte-bagages du tandem franco-allemand, il devra proposer à son gouvernement dont la coopération est de plus en plus fragile une direction qui ne plait à aucune de ses deux partenaires car ils auront bien du mal à la vendre à leurs électeurs en vue des prochaines élections, conclut Paavo Rautio.
HS

Editorial
« Des obstacles se dressent encore sur le chemin de la coaltion allemande » KL
Kauppalehti souligne qu’en Finlande on suit particulièrement de près la formation du gouvernement allemand car « l’Allemagne de Merkel a été pour la Finlande un partenaire important sur le front européen et la Finlande a besoin du soutien de l’Allemagne pour défendre ses positions sur la réforme de la zone euro ».
KL

Davos

« Les puissances européennes critiquent Trump » HS
Helsingin Sanomat rend compte des propos tenus pas le Président Macron à Davos hier.
Le quotidien souligne que le président français s’est montré sur de lui et que son discours a laissé dans l’ombre celui de la chancelière qui s’était exprimée avant lui.
HS

Politique étrangère

Palestine
La Finlande n’envisage pas de reconnaître la Palestine, selon le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini (Avenir bleu), qui rappelle que la question n’a pas fait l’objet de débats en Finlande depuis longtemps.
Pour lui, on ne trouvera de solution sur le conflit du Proche-Orient qu’en se mettant d’accord de façon multilatérale sur la reconnaissance de la Palestine, sur le statut de Jérusalem, sur les questions territoriales et sur les colonies.
KS/12

Immigration économique

La Finlande compte maintenir ses critères concernant la main d’œuvre étrangère
La Finlande n’envisage pas à d’abandonner sa politique selon laquelle les permis de travail pour des ressortissants arrivant d’en-dehors de l’UE et de l’EEE dépendent du fait de savoir si des employés finlandais ou européens sont disponibles.
Concernant des secteurs bien définis et justifiés dans certaines régions, comme le bâtiment dans la région autour de la capitale, par exemple, des dérogations sont prévues afin de pouvoir répondre rapidement au besoin de main d’œuvre étrangère.
Concernant les emplois de spécialistes nécessitant un diplôme universitaire, ce critère n’est pas appliqué.
AL/A6

Réfugiés

De nombreuses procédures en cours
Helsingin Sanomat rapporte qu’après l’arrivée massive de migrants fin 2015, les procédures d’études des demandes d’asile ne sont pas terminées. En effet, les décisions de l’agence des migrations Migri ont été souvent contestées devant les tribunaux et Migri a du revoir ses décisions jusqu’à cinq fois. En effet, il n’y a pas de limites au nombre d’appels qui peuvent être formulés contre une décision de Migri.
L’année dernière Migri a rendu environ 9 500 décisions sur des demandes d’asile et environ 2000 ont été objet d’appel devant le tribunal administratif.
L’année dernière, els tribunaux administratifs avaient au total reçu 7 500 appels contre des décisions de Migri dont la plupart concernaient des décisions prises en 2015-2016.
Les tribunaux administratifs ont renvoyé les décisions à Migri dans un tiers des cas, soit environ 2400 demandes.
Selon Migri, dans près de 70% des cas les demandeurs arguaient de leur conversion au christianisme. L’autre raison principale pour demander une réévaluation de la demande était l’orientation sexuelle (c’est-à-dire l’homosexualité).
Les tribunaux ont aussi relevé de nombreuses erreurs de procédure dans les décisions de Migri.
HS note qu’il est utile de faire appel contre les décisions de Migri car sur les deux dernières années dans environ 2000 cas suite à un appel Migri a revu sa décision et accordé l’asile dans la moitié des cas.
HS

Yle rappelait le 3 janvier que Migri avait rendu 40% de décision favorables dans des demandes d’asile en 2017 contre seulement 276% en 2016.
En 2016, Migri avait rendu 28 000 décisions contre seulement 9 400 l’année dernière.
Yle/3.1

Terrorisme

Procès de trois Finlandais qui prévoyaient un voyage en Syrie
Le tribunal d’Helsinki a libéré des charges de préparation d’un acte terroriste trois Finlandais. L’accusation n’a pas réussi à prouver que ces trois personnes qui avaient envisagé de rejoindre l’organisation Katiibat al–Muhajir préparaient un acte terroriste.
HS

Défense

Selon Keskisuomalainen, le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen, souligne l’importance des exercices internationaux pour l’armée de l’air
Interviewé par le quotidien Keskisuomalainen, le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen, affirme que les exercices internationaux ont une importance non négligeable pour l’entretien et le développement de la capacité de l’armée de l’air
L’armée de l’air participe cette année à une trentaine de manœuvres nationales et une dizaine d’exercices internationaux. Selon le général, le nombre des entrainements étant resté pratiquement le même depuis cinq ans, c’est plutôt le contenu qui a changé. « Nous nous entrainons beaucoup sur des activités de base militaire, sur la formation des conscrits, la coopération avec les autres branches de la défense et les besoins des unités de réaction rapide », explique Eskelinen.
KS24.1/9

Des obstacles sur le chemin d’une éventuelle adhésion à l’OTAN de La Suède
« A écouter les candidats à la présidence finlandaise, on pourrait penser que la Suède envisage sérieusement de demander son adhésion à l’OTAN. Ce n’est pourtant pas le cas », écrit le journal Helsingin sanomat.
Ulf Kristersson, président du parti conservateur qui est le premier parti de l’opposition suédoise, a déclaré que la Suède pourrait adhérer à l’alliance militaire dans les dix années à venir. Par ailleurs, le parti du Centre, les Chrétiens-démocrates et les Libéraux seraient partisans d’une adhésion. Cette coalition pourrait constituer le prochain gouvernement suédois après les élections de septembre.
Néanmoins, il est peu probable que la Suède dépose sa demande d’adhésion sans les Sociaux-démocrates.
La Suède n’a pas connu de guerre depuis 200 ans. Nombreux sont ceux qui estiment que c’est grâce à sa non-alliance militaire. Un récent sondage réalisé par le quotidien Dagens Nyheter révèle que 31% des Suédois se disent pour une adhésion à l’OTAN et 44% contre.
HS25.1/A25

Politique intérieure

Elections présidentielles

Editorial : « Plus de la moitié des votants ont déjà voté » HS
Helsingin Sanomat relève que plus d’un million et demi de Finlandais ont déjà voté. Le vote par anticipation a été utilisé par 36,1% des électeurs, soit plus qu’il y a six ans au premier tour.
Il est toutefois difficile de dire si la participation finale va augmenter ou non.
HS

Sondage
« M. Niinistö à 63%, M. Haavisto à 14% »
Le nouveau sondage publié par Yle fait état d’une baisse de l’audience du Président Niinistö qui récolterait néanmoins toujours 63% des intentiuons de vote, devant M. Haaviisto (14%), Mme Huhtasaari et M. Väyrynen (6% chacun), M. Vanhanen et Mme Kyllönen (4% chacun), Mme Hatainen et M. Torvalds (2% chacun).
Selon le politologue sami Borg, un second tour nécessiterait « un miracle ».
Yle

Défense

Le projet de loi sur le renseignement transmis au parlement : les sociaux-démocrates pourraient à eux seuls barrer la route à un traitement en urgence
Selon le ministre de la Justice, Antti Häkkänen (conservateur), le projet de loi sera traité en urgence ce qui nécessite une majorité des cinq sixième pour entériner des changements constitutionnels.
Néanmoins, le parti sociale-démocrate ainsi que les autres partis de l’opposition ont de sérieux doutes sur ce projet car la nouvelle loi interfèrera de manière tout à fait inédite sur l’intimité des citoyens et la protection du secret de la correspondance. En particulier, les modalités de surveillance du renseignement et les ressources des futurs responsables du renseignement soulèvent des interrogations.
Le projet de loi est soutenu par le parti du Centre, les Conservateurs et les Bleus.
Le parti social-démocrate n’a pas encore exprimé sa position sur le traitement d’urgence. Sa position est décisive car les 35 députés du parti pourraient à eux seuls stopper le projet de loi et l’empêcher de passer durant la législature actuelle.
Conformément à ce projet de loi, l’Etat finlandais aurait bientôt besoin de 24 millions d’euros supplémentaires pour faire fonctionner les activités de renseignement. Sur ce budget, 98% seraient consacrés au renseignement à proprement parler et deux pourcents à surveiller la légalité et les modalités d’interférer dans la vie privée des citoyens.
Pour plusieurs partis de l’opposition, la question du degré d’interférence sur le secret des communications des citoyens est primordiale.
Par la même, la sureté nationale Supo, et le renseignement de la défense nationale auront à leur disposition toute l’information collectée par la police pendant des dizaines d’années, et cela sans soupçons concrets de criminalité.
Une troisième question qui préoccupe le président du parti social-démocrate, Antti Rinne, est de savoir pourquoi les groupes de travail ont proposé au renseignement militaire le droit de renseignement à l’intérieur du pays sur les citoyens finlandais. Selon lui, ce droit devrait appartenir uniquement à Supo.
Le président de l’Alliance verte, Touko Aalto, se prononcera sur le caractère urgent du projet de loi à l’issue du rapport de la commission constitutionnelle. La présidente de l’Alliance de la gauche, Li Andersson juge que les critères d’un traitement d’urgence ne sont remplis et le président des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho estime que le gouvernement n’a pas suffisamment justifié le bien-fondé de ce traitement inhabituel.
www.hs

Justice

Le ministère veut démettre le procureur de la république
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Justice va proposer au gouvernement de démettre le procureur de la république Matti Nissinen récemment condamné dans une affaire de conflit d’intérêts.
HS

Conventions collectives

Le gouvernement ne souhaite pas intervenir dans les négociations
Les négociations sont en cours concernant 150 conventions collectives.600 000 personnes du secteur communal et de l’église sont concernées. Sur le secteur privé également, on négocie sur les salaires et d’autres conditions concernant 600 000 personnes.
Les représentants des syndicats communaux auront un entretien avec le Premier ministre Juha Sipilä, aujourd’hui, mais Helsingin Sanomat estime que le gouvernement ne souhaitera pas accorder des crédits pour compenser les diminutions des primes de congés (imposées dans le pacte de compétitivité), malgré l’éventualité de grèves importantes.
HS/A12

Emploi

Pénurie de main d’œuvre en Laponie
Les secteurs de la restauration et du bâtiment en Laponie souffrent de la pénurie de la main d’œuvre.
Le manque de logements rend la situation d’autant plus difficile.
HS/A15

Le secteur du commerce met en garde contre la disparition de milliers d’emplois
L’union du secteur du commerce déclare que le nombre d’emplois traditionnels ira diminuant, mais que des spécialistes seront plus demandés par la suite. Ainsi, avec la disparition d’emplois, le secteur connaîtra une pénurie de main d’œuvre.
Actuellement, le secteur emploie 300 000 personnes. Le chiffre d’affaires augmenterait de 2 % cette année et de 1,5 % en 2019, contre 5 % avant 2008.
HS/A29, KL/A6

Economie

Conjoncture

La croissance est plus forte que jamais depuis 2010, mais l’Etat continue à s’endetter
L’année dernière, la croissance économique finlandaise a fait un bond que les analystes n’avaient pas prévu. Elle serait de l’ordre de 3 % et les banques OP et Nordea prévoient une croissance du même niveau pour l’année en cours.
Ce sont surtout les exportations qui repartent qui sont derrière cette évolution. Leur rétablissement est lié à deux facteurs : la modération salariale et l’amélioration de la compétitivité des entreprises.
La demande importante au niveau des investissements dans la zone euro favorise les exportations finlandaises.
Ces dernières années, la croissance se basait sur la consommation des ménages et sur le secteur du bâtiment.
Le taux de chômage baisse. L’Institut national d’études statistiques publiera ses chiffres concernant le mois de décembre. Selon OP et Nordea, le taux était de 8,5 % en 2017 et s’élèverait à 7,5 % en 2019.
Le taux d’emploi, 70 % cette année, reste toutefois nettement inférieur à celui des autres pays nordiques et le chômage de longue durée est élevé.
Comme les chômeurs de longue durée sont difficilement embauchés, la pénurie de main d’œuvre compétente constitue un souci.
Même avec les évolutions favorables, l’Etat continue à s’endetter, ce qui est dû aux problèmes structurels de l’économie publique qui ne vont qu’empirer avec le vieillissement de la population. L’amélioration de l’emploi est ainsi d’autant plus importante.
HS/A27

Prévisions de la banque Nordea
La banque Nordea prévoit une croissance du PIB de 3 % pour cette année et de 2,5 % pour 2019. Le chômage serait à 8 % cette année et à 7,5 % en 2019. Les prix augmenteront de 1 % cette année et de 1,2 % l’année prochaine, et les salaires de 2 % les deux années.
KL/A8

L’augmentation des exportations s’est arrêtée dans les groupes technologiques
Selon l’industrie technologique, l’augmentation des commandes et des exportations n’a plus continué depuis le début de l’année dernière.
Les chiffres indiquant une croissance dépendent presque uniquement de deux commandes importantes de bateaux.
Les emplois ont diminué dans les grandes entreprises industrielles.
L’écart de la situation économique finlandaise par rapport aux pays de la zone euro est trop important pour qu’une croissance de 3 % puisse le faire disparaître.
KL/A8

Aéronautique

L’Airbus A320 continuera à donner du travail à Patria
L’unité Aerostructures du groupe de technologies de défense Patria fournira, courant cette semaine, des éléments destinés à une trentaine d’avions A320 d’Airbus. Au total, il s’agira d’en fournir à 550 avions cette année, conformément à un contrat conclu en 2016. La fabrication de ces éléments devra continuer concernant les commandes qui s’étalent sur sept ans.
AL/A13
France

Paris

Les crues menacent Paris
Helsingin Sanomat et Yle rapportent que les crues menacent Paris et notamment Le louver et notre Dame.
HS Yle

Mercredi 24 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Coopération arctique

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que la Finlande n’a pas besoin de nouvelle stratégie arctique. Pendant deux ans, depuis mai dernier, la Finlande assume la présidence du Conseil arctique. Le gouvernement doit faire de ses thèmes arctiques une priorité de sa politique, le développement du changement climatique dans les parties les plus septentrionales étant primordial pour la Finlande.
Les raisons les plus importantes du changement climatique sont causées ailleurs mais les conséquences sont particulièrement importantes dans la région arctique et se reflètent en Finlande.
La Finlande aurait souhaité organiser un sommet international au cours de sa présidence du Conseil arctique mais il est devenu clair que la coopération arctique ne pourrait pas faire venir les dirigeants américains et russes à un sommet en Finlande.
L’éditorialiste note que la coopération arctique est devenue difficile tant parce qu’elle n’est pas à l’agenda du président Trump et que pour le président Poutine le changement climatique n’est pas une priorité. La présidence finlandaise de l’arctique en est réduite à régler les affaires courantes, selon HS
HS/A4

Fiscalité

Finlande – Portugal
Le ministre des Finances, Petteri Orpo (Rassemblement national), relève que la Finlande prévoir de mettre fin à l’accord fiscal avec le Portugal qui vise à supprimer l’exonération fiscale concernant les retraités finlandais résidant au Portugal.
Le député social-démocrate Timo Harakka a déposé une question écrite en la matière au ministre.
La Finlande négocie avec le Portugal depuis 2015 pour pouvoir imposer les retraites, mais le Parlement portugais n’a pas adopté le nouvel accord fiscal.
Helsingin Sanomat note que la Finlande souhaite renégocier les accords fiscaux également avec la France et l’Espagne, où les retraités finlandais peuvent bénéficier des avantages en matière d’imposition, même si ces avantages sont moins importants qu’au Portugal.
HS/A25

Politique intérieure

Elections présidentielles

Vote par anticipation
Le vote par anticipation, qui s’est terminé mardi, a battu le record du nombre d’électeurs : 1,5 million d’électeurs, soit 36,1 %, ont voté pendant le vote par anticipation qui a été organisé entre le 17 et le 23 janvier. Selon les statistiques du ministère de la Justice, 257 000 électeurs, soit 6,1 %, ont voté hier.
En 2012, le pourcentage du vote par anticipation a été plus élevé, 36,6 %, vu que le nombre d’électeurs a augmenté depuis six ans.
vaalit.fi, HS/A7

Les candidats et l’OTAN
Helsingin Sanomat rapporte que tous les candidats présidentiels, à l’exception de Nils Torvalds (Parti suédois), estiment que la Finlande pourrait rester en dehors de l’OTAN même si la Suède rentrait dans l’OTAN.
M. Torvalds est le seul candidat à soutenir ouvertement une adhésion finlandaise dans l’OTAN.
Lors du débat électoral organisé hier par Helsingin Sanomat, Matti Vanhanen (Centre) a souligné qu’il ne fallait pas fixer la position finlandaise à l’avance. Selon Mme Haatainen (PSD), « la Finlande prend ses décisions de façon indépendante ».
HS/A6

Gouvernement

Analyse
Helsingin Sanomat relève que, selon le blog de Sampo Terho, ministre des Affaires européennes et de la Culture et président de l’Avenir bleu, le gouvernement négocie et prend des décisions mais les trois partis de la coalition, surtout le Rassemblement national, ne les respectent pas et doivent sans cesse revenir sur ces négociations. Cela prend beaucoup d’énergie des ministres et des partis.
Le quotidien note que le Premier ministre Juha Sipilä ne veut jamais évoquer en public les problèmes de coopération de son gouvernement. Les problèmes entre les trois partis de la coalition ont commencé quand Petteri Orpo a remplacé Alexander Stubb à la tête du Rassemblement national et en tant que ministre des Finances en juin 2016. M. Orpo a néanmoins une image très pure et M. Sipilä doit souvent prendre la responsabilité des décisions que les Finlandais ont du mal à avaler.
Le Rassemblement national menace de temps en temps de faire tomber le gouvernement et d’organiser des élections législatives anticipées, ce qui fait peur surtout aux centristes. La prochaine crise gouvernementale risque d’avoir lieu avant l’été, lors du débat sur l’approfondissement de l’Union européenne sous la direction de l’Allemagne et la France, estime Helsingin Sanomat.
HS/A10

Economie

Le comité d’évaluation de la politique économique publie son bilan
Créé en 2014, le comité d’évaluation de la politique économique a comme objectif de présenter un point de vue indépendant basé sur des recherches. Il a publié, hier, son rapport sur la politique économique et la politique en matière d’éducation et d’innovation du gouvernement.
Le président du comité, Roope Uusitalo, a présenté le rapport selon lequel il faudrait durcir la politique financière.
En raison de la croissance économique forte et le chômage diminuant, il n’y a pas lieu d’exercer une politique financière qui renforce la demande intérieure, selon le comité. Il faudrait que cette politique se concentre à garantir la durabilité de l’économie publique à moyen et long terme. Le vieillissement de la population est le premier facteur de risque qui pèse sur l’économie publique.
Selon le comité, il faudrait resserrer la politique financière soit en diminuant les dépenses de l’économie publique, soit en durcissant la fiscalité. Le comité ne prend pas position sur le fait de savoir lequel de ces deux moyens serait plus opportun.
Le comité prévoit un déficit structurel de 1,4 % par rapport au PIB pour 2019.
Concernant la réforme des services sociaux et de la santé, le comité estime que les objectifs d’une part d’améliorer l’accès aux services et d’autre part d’en diminuer le coût sont en contradiction.
Le comité se pose la question sur le fait de savoir si les réformes effectuées concernant les études supérieures et notamment le nombre restreint d’étudiants admis à poursuivre des études dans le supérieur relève d’une politique raisonnable. Le niveau d’études des jeunes adultes a arrêté d’augmenter depuis 2000, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des autres pays de l’OCDE. Le comité rappelle l’importance de l’éducation, et de l’éducation supérieure en particulière, pour la société.
HS/A24

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que le comité d’évaluation de la politique économique n’est pas prêt à remercier le gouvernement de la croissance qui est repartie. De nouvelles mesures seraient encore nécessaires pour arriver à créer les 45 000 emplois qui manquent pour arriver à un taux d’emploi de 72 %.
Le comité regrette que les allègements fiscaux concernent une période de croissance économique forte et détérioreront l’équilibre de l’économie publique.
En ce qui concerne la réforme des services sociaux et de la santé, l’éditorialiste note que le comité n’est pas convaincu qu’elle engendrera des économies.
HS/A5

Modèle d’activation de chômeurs

La confédération des ouvriers SAK propose une alternative
Helsingin Sanomat rend compte des propositions de la confédération des ouvriers SAK comme alternative du modèle d’activation. La SAK souhaite que les mesures soient plus encourageantes et propose des périodes de carence moins strictes.
La confédération souligne l’importance de soutien et des services personnels proposés aux chômeurs.
La SAK souhaite également plus de ressources à la formation de la main d’œuvre et aux services de conseils en matière de choix de carrière.
HS/A12

Grève
La branche des transports et celle du bâtiment envisagent d’interrompre le travail le 2 février, le jour de la grève prévue par la confédération des ouvriers SAK pour protester contre le modèle d’activation des chômeurs.
L’arrêt concernera les transports publics (les bus), le ramassage de déchets, et les ports, entre autres.
HS/A12

Conventions collectives

Les représentants de 400 000 employés communaux demandent des compensations concernant la perte de primes de congés liée au pacte de compétitivité
Les représentants des syndicats communaux ont sollicité un entretien avec le Premier ministre Juha Sipilä, jeudi, pour se mettre d’accord sur les conventions collectives concernant plus de 400 000 employés afin d’éviter une grève.
Les conventions arriveront à échéance à la fin du mois.
Les salariés du secteur communal demandent des crédits pour que les communes compensent les coupes sur les primes de congés cette année et en 2019. Ils estiment que comme les finances publiques se portent désormais mieux, il serait justifié de compenser une perte dont ne souffrent pas les employés du secteur privé et qui était destinée à compenser la baisse des cotisations patronales pour les entreprises.
Selon les calculs des employeurs communaux, la compensation coûterait au moins 300 millions d’euros par an.
Le gouvernement ne souhaite toutefois pas intervenir dans les négociations sur les conventions collectives ni augmenter les dépenses. Le gouvernement est toutefois conscient du fait que le pacte de compétitivité était précisément un projet de M. Sipilä, dont le parti, le Centre, voit son audience diminuer.
HS/A11

Défense

Le projet de loi sur le renseignement sera remis demain au parlement
Le gouvernement souhaite un traitement d’urgence
Selon le ministre de la Justice, Antti Häkkänen (conservateur), le projet de loi sur le renseignement sera traité d’urgence ce qui nécessite une majorité de cinq sixième. « Les changements de la situation sécuritaire de la Finlande et le besoin de répondre à des activités menaçant la sécurité nationale créent une condition qui nécessite l’urgence », affirme Häkkänen.
Tout en souhaitant un traitement d’urgence mais ne le considérant pas comme indispensable, le Premier ministre Juha Sipilä, prétend qu’il existe, parmi tous les partis du parlement, un consensus sur le contenu et l’utilité de la loi.
www.hs

Selon Hufvudstadsbladet, le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen, n’est pas prêt à diminuer le nombre des chasseurs qui devront succéder aux F18
Pour le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen, il n’est pas question de diminuer le nombre des chasseurs que la Finlande compte acquérir dans les années 2020. Les 64 appareils prévus seront bien utiles à la défense nationale et permettront, selon lui, de couvrir la totalité de la superficie du pays.
L’éventualité d’une acquisition comprenant deux types d’appareil n’est pas, pour le général Eskelinen, une solution économiquement intéressante.
HBL24.1/10-11

France

Tourisme

Paris
Turun Sanomat publie une page entière sur Paris, notamment un article sur la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent et un autre sur le Musée Galliera.
TS/19

Mardi 23 janvier 2018

Politique intérieure

Elections présidentielles

Vote par anticipation
Selon les statistiques du ministère de la Justice, 235 000 électeurs, soit 5,5 %, ont voté lundi par anticipation.
1,29 million d’électeurs, soit 29,9 %, ont déjà voté par anticipation pendant les six premiers jours du vote par anticipation. Le vote se poursuit encore aujourd’hui.
Le nombre d’électeurs ayant donné leur vote est plus élevé qu’à ce stade il y six ans. Les chercheurs soulignent toutefois qu’un taux de participation élevé au vote par anticipation ne prévoit pas un taux de participation élevé au jour même de l’élection.
vaalit.fi, HS/A6-7

Editoriaux
L’éditorial d’Helsingin Sanomat se félicite de l’enthousiasme électoral des Finlandais qui s’intéressent aux débats électoraux et au vote par anticipation plus que prévu. Encore à l’automne dernier, les analyses ont prévu une participation plutôt faible, vu la grande popularité du président actuel.
HS note que de nouveaux thèmes ont été évoqués lors du débat électoral, par exemple le changement climatique, les défis de l’accroissement de la population et les exportations finlandaises d’armement au Proche-Orient.
HS/A5

Débats électoraux
Helsingin Sanomat rapporte que le tabloïd Iltalehti a organisé hier un débat électoral qui a porté notamment sur la politique des réfugiés.
Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte, souhait augmenter le quota de réfugiés à 3 000. Tous les candidats, à l’exception de Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais), souhaitent renforcer le rôle de l’Union européenne dans la politique des réfugiés.
Le président Sauli Niinistö a critiqué Paavo Väyrynen (dissident du Centre) qui avait accepté le poste de ministre des Affaires étrangères (2007-2011), alors qu’il lutte contre les pactes fondamentaux de l’UE.

Prévisions de Iltalehti
Iltalehti a publié une analyse, basé sur les sondages d’opinion précédents, effectuée par l’entreprise Accuscore, qui prévoit un score de 49,2 % pour M. Niinistö au premier tour, 13,6 % pour M. Haavisto, 13,2 % pour M. Väyrynen, 7,8 % pour Mme Huhtasaari (Vrais Finlandais) , 5 % pour M. Vanhanen (Centre), 4,7 % pour Mme Kyllönen (Alliance des gauches), 4,4 % pour Mme Haatainen (PSD) et 2,1 % pour M. Torvalds (Parti suédois).
HS/A7

Critiques contre le secrétariat de la présidence
Helsingin Sanomat relève que Hufvudstadsbladet avait publié, en septembre dernier, une interview de Katju Aro, présidente du Parti féministe, qui avait critiqué les propos du président Niinistö sur les parties extrêmes dans le débat sur les réfugiés.
La chancellerie du présent a ensuite demandé à Mme Aro de contacter le quotidien pour rectifier son interprétation concernant les propos de M. Niinistö.
Selon Katri Makkonen, responsable de la communication à la présidence, la chancellerie demande « de temps en temps » des rectificatifs concernant les propos du président.
HS/A12
Politique étrangère et européenne

Affairers étrangères

M. Soini défend les exportations d’armes finlandaises
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini (Bleus), défend vivement les exportations d’armes de Patria au Proche-Orient bien que du matériel de cette société aboutisse dans la guerre du Yémen. Il nie par ailleurs que les opinions des ministères des Affaires étrangères et de la Défense aient divergé sur le permis d’exportation à l’époque des ventes des véhicules blindés AMV, en novembre 2015. Selon le ministre, la situation n’était pas la même à ce moment-là et il est inutile de revenir sur la question.
Helsingin Sanomat rappelle qu’en principe la Finlande n’autorise pas les ventes de métériel militaires à des pays en guerre.
Interrogé sur cette même question, le ministre des Finances, Petteri Orpo, croit se souvenir que les ministères des Affaires étrangères et de la Défense n’étaient pas d’accord sur l’acceptation de ces exportations.
Les véhicules blindés AMV de Patria ne sont pas équipés de mitrailleuses. Néanmoins, Patria a vendu des systèmes de lance-grenade qui ont été montés sur des véhicules blindés canadiens achetés par les Saoudiens et utilisés dans la guerre au Yémen.
www.hs

Défense

La double nationalité représente une menace selon le ministre de la Défense
Le ministre de la Défense, Jussi Niinistö (Bleus), ne fait pas confiance aux personnes possédant la double nationalité pour les nommer à des postes de fonctionnaire de la défense nationale. Le ministre, qui s’est exprimé à l’occasion de l’ouverture des Journées de la défense nationale, a justifié sa position en se référant au renforcement de la sécurité interne de l’administration de défense.
« Il faut éviter la cinquième colonne en temps de paix. Nous devons avoir une confiance absolue dans les personnes que nous nommons aux postes-clefs de la défense nationale. De même, ces personnes doivent faire preuve d’une totale loyauté à la Finlande » a déclaré Niinstö.
La cinquième colonne signifie un groupe secret qui œuvre à l’intérieur d’un Etat au profit d’un ennemi extérieur. En réalité il s’agit de traîtres à la patrie, écrit HS.
La Finlande travaille actuellement sur un projet de loi tendant à limiter l’accès des personnes de double nationalité à certains postes. En ce qui concerne la défense nationale, le projet est élaboré au ministère de la Défense et pour la partie du corps des gardes-frontières, le travail se fait au ministère de l’Intérieur.
Le projet prend du retard en raison d’une étude comparative internationale qui est actuellement en cours au ministère de l’Intérieur. Du côté du ministère de la Défense, les changements ont déjà été effectués mais le calendrier d’avancement du projet n’est pas défini.
www.hs

Ilta-sanomat rappelle que l’armée de l’air a procédé aux vols d’essai des quatre candidats à la succession des chasseurs F18
L’armée de l’air a procédé aux vols d’essai de quatre candidats sur cinq à la succession des chasseurs F18.
Le commandant de l’armée de l’air, le général de division Sampo Eskelinen insiste sur le fait que les appareils d’aujourd’hui sont très différents de ceux que la Finlande compte acquérir dans les années 2020.
Le seul avion à ne pas encore avoir passé son test est l’américain F-35 qui n’existe qu’en version monoplace.
Le vol d’essai du chasseur suédois Jas-Gripen a été réalisé sur un modèle D, plus ancien, possédant des systèmes de prototypes du nouveau modèle E.
La Finlande procède en ce moment à l’évaluation des réponses envoyées par les fabricants aux demandes d’information et les vols d’essai font partie de cette phase de pré-évaluation. Les appels d’offre à proprement parler seront expédiés au printemps où l’on verra sans doute d’autres vols d’essai, éventuellement aussi en Finlande.
La décision sera prise en 2021. Les candidats retenus sont le suédois Gripen, les américains F-35 et F/A-18 Super Hornet, le français Rafale et l’européen Eurofighter Typhoon.
Bien qu’il ne soit pas officiellement exclu que l’acquisition puisse comprendre deux types d’appareil, le général Eskelinen considère cette solution comme « trop compliquée ».
IS.23.1

Economie

Entreprises

Bonne conjoncture pour les entreprises
Helsingin Sanomat rend compte du fait que l’accélération de l’économie mondiale aide beaucoup d’entreprises finlandaises. La conjoncture forte améliorera les résultats des groupes et augmentera les dividendes.
Dans les secteurs de l’industrie forestière, l’industrie énergétique et des médias, on peut s’attendre à une évolution favorable.
La croissance économique finlandaise s’est considérablement accélérée en 2017, comme prévu. Cela est prometteur pour les annonces prochaines concernant les résultats des groupes sur le trimestre octobre-décembre.
Les nouveaux investissements et les exportations de marchandises ont augmenté. La production industrielle a augmenté de 3,5 % en janvier-novembre l’année dernière, selon l’Institut national d’études statistiques. La confiance des entreprises dans l’évolution favorable de l’économie est forte.
Selon les prévisions de la banque Nordea, le chiffre d’affaires total des groupes cotés à la bourse aurait augmenté de 3 points en octobre-décembre, et le bénéfice de 25 %. Selon l’analyste de Nordea, Harri Taittonen, l’amélioration des résultats est essentiellement due au renforcement de la conjoncture.
Pour les entreprises qui sont actives sur le plan intérieur, la confiance stable des consommateurs dans l’économie a été une bonne chose.
HS/A24

Croissance

La banque OP prévoit une accélération de la croissance pour 2018
L’objectif du gouvernement sur l’emploi pourrait être atteint
Les économistes du groupe financier OP prévoient, contrairement à leurs attentes antérieures, une croissance accrue de l’économie finlandaise en 2018.
Selon les dernières prévisions d’OP, le PIB augmenterait de 3,3 % cette année, ce qui serait 0,1 point de plus qu’en 2017.
Pour 2019, OP prévoit une croissance de 2,3 %. Selon Reijo Heiskanen, économiste en chef d’OP, le taux de chômage continuera à diminuer.
Selon OP, les exportations ont été favorisées par le pacte de compétitivité, une demande forte et les investissements des entreprises. Pour OP, les investissements seront poursuivis du fait que la rentabilité des entreprises s’améliore et le financement est intéressant.
La consommation privée continuera sa croissance avec l’augmentation de l’emploi. Pour les économistes de la banque OP, l’objectif du gouvernement concernant un taux d’emploi de 72 % pourrait être atteint : il pourrait s’élever à 71,7 % et le taux de chômage à 7,4 %.
La croissance forte dans la zone euro est bénéfique pour le PIB finlandais.
HS/A25

Economie circulaire

Sitra récompensé pour ses efforts en faveur de l’économie circulaire dans le secteur public
Le Fonds national pour la recherche et le développement, Sitra, a obtenu le prix The Circulars à la réunion du forum économique mondial à Davos.
Helsingin Sanomat note que Sitra a rédigé la première feuille de route nationale dans le monde pour la période 2016 à 2025 afin de mettre en place des essais et des projets dans ce secteur.
Sitra participe à l’organisation de sommets sur l’économie circulaire, à Helsinki en 2017, au Japon cette année et de nouveau à Helsinki en 2019.
HS

Finlande – Chine

Koné a obtenu une commande importante en Chine
Le groupe d’ascenseurs Koné annonce qu’il se chargera de fournir 108 ascenseurs et escaliers roulants pour un gratte-ciel qui sera construit à Nanjing en Chine.
HS

Lundi 22 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Editorial : « La politique européenne de la Finlande en bouleversement » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte du fait que le Président Macron et le nouveau gouvernement éventuellement en formation en Allemagne sembleraient se rapprocher l’un de l’autre en matière de développement de l’UE. Le duo envisage de renforcer l’UE avec la zone euro comme priorité.
L’éditorialiste note que, jusqu’à présent, la Finlande estimait qu’il ne fallait pas participer à des projets européens qui impliquent plus de frais ou responsabilités sur les dépenses des autres. La Finlande comptait sur le fait que l’Allemagne partage cette orientation et rejette les idées françaises allant trop loin.
Aujourd’hui l’Allemagne ne semble plus être du même avis et ne dit pas non à la France aussi catégoriquement. Cela pourrait ébranler le gouvernement finlandais.
Le ministre des Finances, Petteri Orpo, a déclaré à l’Institut de relations internationales (Upi), jeudi, que la contribution finlandaise au budget européen pourrait être augmentée si le budget était rendu plus efficace.
M. Orpo a dit qu’il fallait que la Finlande fasse partie du groupe qui opte pour la voie du renforcement de l’intégration de l’Europe.
L’éditorialiste note que ces orientations ne correspondent pas à celles promues au gouvernement par exemple par l’Avenir bleu.
HS/lun/A5

Défense

Les exportations d’armes finlandaises sur la sellette
Une première confirmation prouvant que du matériel de la société nationale Patria est utilisé sur le front de la guerre au Yémen est apparue le 9 décembre sur une vidéo illustrant la guerre au Yémen publiée par l’agence de presse des Emirats arabes unis, WAM. Il s’agissait de frappes aériennes qui ont notamment détruit un hôpital civil, ce qui répond sans nul doute aux caractéristiques d’un crime de guerre.
« L’information est considérable car la Finlande n’est pas censée exporter de l’équipement militaire dans des pays en guerre. La sanglante guerre du Yémen dure depuis trois ans », écrit le journaliste de Helsingin Sanomat.
La vidéo présente des troupes des Émirats arabes unis avec des lance-grenades, puis des blindés français Leclerc et des AMV de Patria. Dès la publication de ces images, Patria a reconnu qu’il s’agissait bien de son matériel.
La politique finlandaise des exportations de matériel militaire, confirmée par la commission parlementaire de défense notamment en octobre 2016, consiste à ne pas exporter dans des pays qui sont en guerre ou qui ne respectent pas les droits de l’Homme.
Néanmoins, la Finlande n’applique pas cette ligne politique. Elle exporte des armes notamment en Arabie saoudite et aux Émirats arabes qui sont en guerre au Yémen.
Le Premier ministre Juha Sipilä et le ministre des Affaires étrangères Timo Soini n’ont pas souhaité donner d’interview à ce sujet. Quant au professeur de droit international, Martti Koskenniemi, il affirme que la Finlande va à l’encontre de la ligne de l’UE et celle de l’ONU en matière d’exportation d’armes.

Il convient de rappeler que le gouvernement finlandais prend les décisions sur les permis d’exportation d’armes de Patria.
L’exportation d’armes de la Finlande se porte bien. En 2016, elle a atteint la somme de 212 millions d’euros dont la part du Proche-Orient, surtout l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes, représente 84 millions d’euros.
En juillet 2017, le gouvernement a traité la question du permis d’exportation aux Emirats arabes d’un matériel de la société Robonic. Le ministère des Affaires étrangères a donné une réponse négative à cette demande. Néanmoins, le ministre de la Défense Jussi Niinistö (bleus) a demandé au secrétariat du Premier ministre d’approuver la demande, ce qui a été fait.
www.hs

Les opinions des candidats aux élections présidentielles sur les exportations d’armes
Les candidats aux élections présidentielles se sont prononcés sur les exportations des armes finlandaises.
Se sont déclarés farouchement contre la candidate de la gauche, Merja Kyllönen, celui de du parti suédophone, Nils Torvalds, la sociale-démocrate Tuula Haatainen, le candidat des Verts, Pekka Haavisto.
Le candidat centriste Matti Vanhanen, le conservateur Sauli Niinistö et la représentante des Vrais Finlandais, Laura Huhtasaari, sont plus évasifs et se contentent de dire qu’il faut appliquer les règles en vigueur. Quant à Paavo Väyrynen (ancien centriste), il ignorait que les Emirats arabes étaient en guerre au Yémen et ne s’opposait pas à la politique actuelle du gouvernement.
www.hs

Politique intérieure

Élections présidentielles

Le vote par anticipation se poursuit
Selon les statistiques du ministère de la Justice, un peu plus d’un million d’électeurs, soit 24,2 %, ont déjà voté par anticipation pendant les cinq premiers jours du vote par anticipation. Le vote continue encore aujourd’hui et demain mardi.
Le samedi 20 janvier, 3,4 % des électeurs ont voté par anticipation et 2,6 % le dimanche 21 janvier.
26,4 % des femmes et 21,9 % des hommes ont déjà donné leur vote.
Notons qu’en 2012, 20 % des électeurs ont voté pendant les cinq premiers jours du vote et 32,7 % au total lors des sept jours du vote par anticipation. Le taux de participation a été de 72,8 % au premier tour des élections présidentielles en 2012.
Helsingin Sanomat rapporte que le chercheur Sami Borg de l’université de Tampere estime que la popularité écrasante du Président Niinistö peut d’une part encourager les électeurs qui lui sont favorables et d’autre part dissuader ceux qui pensent que le résultat est joué d’avance. Selon M. Borg, les recherches montrent que ce sont surtout les jeunes électeurs qui ne considèrent pas que le vote aux élections comme un devoir.
vaalit.fi, HS/dim/A12

Débats télévisés
Selon Yle, plusieurs commentateurs jugent le débat électoral peu animé. Les téléspectateurs ont toutefois beaucoup suivi les débats télévisés d’Yle où chaque candidat a été interviewé séparément pendant une heure ces deux dernières semaines.
Selon les statistiques de Finnpanel, un peu plus d’un million (1 008 000) de personnes ont suivi l’interview du Président Sauli Niinistö le lundi 15 janvier.
Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) a été suivie par 845 000 personnes, Paavo Väyrynen (dissident du Centre) par 824 000, Pekka Haavisto (Alliance verte) par 753 000, Matti Vanhanen (Centre) par 699 000, Merja Kyllönen (Alliance des gauches) par 666 000, Nils Torvalds (Parti suédois) par 544 000 et Tuula Haatainen (PSD), qui a été interviewé en dernier le jeudi 18 janvier, par 448 000 téléspectateurs.
La chaîne de télévision commerciale MTV a organisé dimanche soir un débat avec tous les candidats, exceptionnellement dans l’église de Kallio à Helsinki. Helsingin Sanomat organisera un débat mardi et Yle jeudi soir, tous deux avec tous les candidats.
Yle, HS/dim/A12

Dépouillement des voix
Le premier tour des élections présidentielles aura lieu le dimanche 28 janvier. Les urnes seront closes à 20 heures et le dépouillement commencera immédiatement. Les commissions électorales commenceront toutefois le dépouillement des votes par anticipation dès 15 heures le jour de l’élection.
Les commissions électorales annonceront ensuite les résultats aux commissions électorales des circonscriptions qui les transmettront au système national des informations électorales. Les paquets de votes scellés seront envoyés aux commissions électorales des circonscriptions qui commenceront la vérification des votes le lundi 29 janvier. Le résultat devra être prêt à 10 heures le mardi 30 janvier. La commission électorale d’Helsinki annoncera ensuite le résultat au ministère de la Justice qui annoncera s’il y aura un deuxième tour.
vaalit.fi

Politique d’emploi

Modèle d’activation
Helsingin Sanomat a interrogé des représentants des employeurs pour savoir si le modèle d’activation était intéressant de leur point de vue. Certaines grandes entreprises du domaine de services (grande distribution, services immobiliers) ont un grand besoin de main d’œuvre ce qui permet de recruter du monde même pour une petite quantité d’heures correspondant aux critères du modèle d’activation. Souvent, elles seraient toutefois plus intéressées de recruter des employés avec des contrats de plus longue durée.
Certaines petites entreprises disent que les frais patronaux liés à l’embauche peuvent être trop élevés pour qu’un recrutement pour quelques heures soit intéressant.
Minna Vanhala-Harmanen, directrice générale de l‘entreprise d’intérimaires Barona, estime que le modèle est rigide du point de vue de l’employé et de l’employeur. Elle propose que les critères soient élargis de façon à prévoir par exemple deux semaines de travail sur une période de neuf mois, au lieu de 18 heures en trois mois.
HS/sam/A20-21

France

Politique européenne et beaux-arts

Tapisserie de Bayeux
La correspondante de Helsingin Sanomat à Londres présente la tapisserie de Bayeux et son historique.
HS/sam/B5

Gastronomie

Décès de Paul Bocuse
Yle publie un article sur Paul Bocuse et interview des grands chefs finlandais qui reconnaissent l’influence du chef français dont ils font l’éloge.
Yle

France – Finlande

Exposition

Elina Brotherus
Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition Règle du jeu de la photographe Elina Brotherus à Galleria Heino et rappelle que l’exposition a été présentée au Centre Pompidou à l’automne.
HBL/sam/26

Vendredi 19 janvier 2018
Politique étrangère et européenne

Exportations

Les boissons alcoolisées occupent désormais la première place des produits agro-alimentaires exportés
Il y a deux ans, lorsque les sanctions ont fait chuter les exportations de produits laitiers vers la Russie, les boissons alcoolisées sont devenues le premier produit agro-alimentaire en matière d’exportation.
La plupart de ces exportations sont destinées à l’UE, mais la part de l’Asie a augmenté de 60 % en 2017.
Les exportations de boissons alcoolisées qui se sont élevées à 129 millions d’euros en janvier-novembre 2015 et à 154 millions en 2016, devraient s’élever à 160 à 170 millions d’euros en 2017.
HS/A32

Diplomatie du panda

Deux pandas chinois sont arrivés, hier
Les deux pandas prêtés à la Finlande par la Chine ont été accueillis, hier.
Le ministre de l’Agriculture et de Sylviculture, Jari Leppä (Centre), et l’ambassadeur de Chine en Finlande, Chen Li, étaient à l’aéroport lors de l’accueil. M. Leppä se félicite du projet et considère comme positif que la Finlande puisse ainsi contribuer à la protection de l’espèce.
Les pandas qui restent en possession chinoise, sont hébergés au zoo d’Ähtäri, petite commune en Ostrobotnie du Sud.
HS/A11

Russie

Visite à Moscou du ministre du Commerce extérieur
Aamulehti rend compte du déplacement de Kai Mykkänen, ministre conservateur du Commerce extérieur, à Moscou, où il a rencontré les présidents des commissions économiques des deux pays.
Selon M. Mykkänen, rien ne laisse envisager pour l’heure une levée des sanctions. Il n’a pas non plus été question d’en créer de nouvelles.
Une dizaine de questions concernant le commerce entre les deux pays ont été évoquées à Moscou, teles que les droits de douanes sur le bois. Selon le ministre, les problématiques des entreprises finlandaises en Russie restent les mêmes depuis les dix dernières années.
AL/A19

Acquisitions d’armement - et vente de brise-glaces

Propos de M. Haavisto
Kauppalehti rend compte des propos de Pekka Haavisto, candidat présidentiel des Verts, qui estime qu’il pourrait être opportun d’accoupler les acquisitions d’avions de chasse pour les forces armées et la vente de brise-glaces. En effet, en raison de la législation américaine, la Finlande ne peut actuellement pas vendre de brise-glaces aux États-Unis, et selon M. Haavisto, il faudrait entamer des discussions sur la suppression de tels obstacles. Pour lui, il serait naïf d’acheter des chasseurs américains compte tenu de cette réalité.
KL/A6

Politique intérieure

Election présidentielle

Même avec un fléchissement, l’avance de M. Niinistö est considérable
Helsingin Sanomat publie les derniers chiffres concernant les intentions de vote à la présidentielle. Les intentions en faveur de de Sauli Niinistö ont un peu diminué en passant de 75 en décembre à 68 % en janvier. Il en va de même pour Pekka Haavisto (Verts) avec 11 % contre 12 % en décembre.
Paavo Väyrynen, qui en décembre recueillait 3 % des intentions de vote, en recueille aujourd’hui 8 %.
Pour les autres candidats, les changements ne sont pas importants : 4 % (Laura Huhtasaari), de 3 % (Matti Vanhanen et Merja Kyllönen), 2 % (Tuula Haatainen) et 1 % (Nils Torvalds).
HS note qu’il était prévu qu’à l’approche de l’élection, qui aura lieu le dimanche 28 janvier, l’audience de M. Niinistö baisserait un peu.
HS rend compte également d’un sondage du groupe médiatique Alma, selon lequel M. Niinistö aurait 58 % des intentions de vote, contre 14 en faveur de M. Haavisto et 7 % pour M. Väyrynen.
HS/A13

France – Finlande

Cinéma

Rodin
Les journaux publient des critiques du film et Helsingin Sanomat une interview avec le metteur en scène Jacques Doillon, réalisée à Cannes en mai dernier.
HBL/18, HS/B5

Beaux-arts

Peiture et dessin
Helsingin Sanomat publie une interview avec Marie Sand, artiste française bien connue de cette ambassade qui vit actuellement en Finlande et qui parle de sa passion pour les chevaux.
HS/A22

France

Politique européenne

« La Grande-Bretagne tend les bras à la France » HS
Helsingin Sanomat publie un article sur la rencontre du Président Macron et la Première ministre May.
HS/A26-27

Jeudi 18 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Industrie d’armement

Le suédois Saab ouvre un centre technologique à Tampere
Le fabricant suédois de chasseurs (Jas Gripen) créera un centre technologique à Tampere. Selon Helsingin Sanomat, le projet n’a pas de lien direct avec l’acquisition future d’avions de chasse par l’armée finlandaise, néanmoins la coopération industrielle pourra être un critère lors de l’étude des devis en 2020.
Saab a recruté, dès l’année dernière, des ingénieurs à Tampere pour une unité du domaine de la guerre électronique qui développe par exemple des systèmes de contrôle aérien pour les chasseurs Gripen. Au total, l’unité emploiera cent personnes et en cinq ans, de 50 à 70 millions d’euros y seront investis.
Saab note qu’il a besoin de compétences en matière d’ingénieurs, ce qui est disponible en Finlande depuis le boom de Nokia.
HS/A10

Politique européenne

La France et l’Allemagne se rapprochent
Demokraatti publie un article de l’ancien ambassadeur Mikko Heikinheimo sur le couple franco-allemand.
Dem

« La France et l’Allemagne vont réformer l’impôt sur les sociétés » KL
Kauppalehti estime que le programme de la possible future coalition gouvernementale en Allemagne va accélérer l’approfondissement de l’intégration.
KL

« Un groupe d’économiste fait des propositions sur la zone euro » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’un groupe d’économistes français et allemands plaide dans un document publié hier pour un renforcement de la zone euro grâce à une plus grande transparence fiscale et à la création d’un actif synthétique "sans risque" européen en alternative aux dettes souveraines nationales.
Helsingin Sanomat rapporte que l’économiste Vesa Vihriälä, qui dirige le centre ETLA, estime que ces propositions sont intéressantes et plus réalistes que celles récemment faites par la Commission.
Pour lui, « cette ouverture du débat est la bienvenue ».
Lire le rapport du CEPR : https://cepr.org/content/new-research-cepr-policy-insight-91

Politique intérieure

Election présidentielle

La vote par anticipation a commencé hier
Helsingin Sanomat relève que les Finlandais ont voté plus activement hier que le premier jour du vote par anticipation il y a six ans.
269 937 personnes soit 6,4 % des électeurs ont voté hier, contre 5,4 % en 2012.
La vote par anticipation continuera jusqu’au 23 janvier.
HS/A9

Financement électoral
Cinq candidats à l’élection présidentielle ont déposé les informations préalables concernant leur financement électoral. Concernant l’ensemble des partis représentés à l’élection, le financement a diminué par rapport à 2012. C’est surtout les crédits obtenus des particuliers qui sont moins importants cette fois.
Sauli Niinistö a un budget de 1,5 millions d’euros, Matti Vanhanen de 550 000 euros, Nils Torvalds de 420 000 euros, Pekka Haavisto de 234 000 euros et Merja Kyllönen de 148 000 euros.
HS/A9

Revenu universel

« Un grand intérêt international sur le projet de revenu universel alors qu’en Finlande on parle désormais plus du modèle d’activation des chômeurs » HS
Helsingin Sanomat publie un article sur l’essai concernant le revenu universel qui est à mi-chemin. 2000 personnes participent à l’essai et obtiennent ainsi un revenu de 560 euros par mois durant deux ans.
Le gouvernement n’a pas alloué de crédits pour poursuivre et élargir l’essai après l’année en cours.
HS estime que le modèle d’activation des chômeurs activement débattu ces jours-ci représente une politique tout à fait inverse par rapport au revenu universel. L’un utilise le bâton et l’autre la carotte.
HS rend compte d’un essai en cours dans six communes qui vise à proposer des services aux chômeurs de longue durée. L’essai prévoit une coopération proche entre les assistants sociaux et les chômeurs pour trouver les moyens les plus appropriés pour éviter l’exclusion et améliorer la situation des intéressés.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé est en outre en train d’étudier la possibilité de mettre en place un modèle d’attirer des jeunes chômeurs de moins de 25 ans vers des activités utiles.
HS/A6

Energie nucléaire

Des acteurs souhaitent se dissocier avec le projet Fennovoima
Des conseillers municipaux d’Helsinki et de Vantaa souhaitent dissocier leur groupe énergétique commun Vantaan energia du projet de construction nucléaire de Fennovoima. Le groupe energétique Fennovoima envisage de construire un réacteur nucléaire à Pyhäjoki. Le projet qui est partiellement financé par le russe Rosatom n’a pas obtenu d’autorisation de construire encore.
Vantaan energia est actuellement le plus grand partenaire communal du projet, à hauteur de 5 %.
Ces dernières années, des groupes de grande distribution, S et Kesko, et du secteur agro-alimentaire, Atria, ont quitté le projet.
Vantaan energia s’est engagé à acheter de l’électricité à 50 euros le mégawattheure, contre un prix moyen de 23 à 30 euros/mWh actuellement sur le marché. Des conseillers municipaux se demandent s’il ne serait pas raisonnable de céder gratuitement les actions pour s’en débarrasser, dans le cas où il serait difficile de les vendre.
En outre, Vantaan energia se serait engagé à investit 90 millions d’euros dans la construction du réacteur.
HS/A17

France – Finlande

Cinéma

Rodin
Demokraatti publie une bonne critique du film Rodin qui sort demain en Finlande.
Dem

Mercredi 17 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Coopération nordique

Rencontre des responsables nordiques de la Sûreté
Les responsables de la sûreté nationale des quatre pays nordiques, la Finlande, la Suède, la Norvège et le Danemark, dont le Finlandais Antti Pelttari, se sont rencontrés, à Sälen, en Suède.
Hufvudstadsbladet note que depuis que la Finlande a réhaussé, l’été dernier, son évaluation sur le niveau de risque, les pays nordiques ont tous le même niveau désormais.
M. Pelttari et ses collègues nordiques estiment qu’il y a lieu de s’inquiéter des processus de radicalisation rapide.
Il estime que la situation en matière de terrorisme est rapidement devenue plus difficile en Finlande. Le profil de la Finlande dans la propagande islamiste radicale est devenu plus important et il existe désormais du matériel en finnois. M. Pelttari estime que le fait que parmi les personnes parties pour des combats dans les rangs de Daech il y en aient qui ont vécu en Finlande toute leur vie, et qu’ainsi la radicalisation a eu lieu ici, est particulièrement inquiétant.
Les chefs nordiques des questions de sûreté nationale soulignent l’importance de la coopération.
HBL/10

Renseignement

Le ministre de la Justice souhaite accélérer l’adoption de législation sur le renseignement
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, souhaite que le gouvernement recommande au parlement de traiter la loi sur le renseignement comme urgente de façon à la faire entrer en vigueur rapidement.
La modification qui devra être faite au niveau de la Constitution, concerne la confidentialité des lettres et autres messages.
Légiférer de façon urgente signifie qu’une modification peut entrer en vigueur à une majorité de 5/6 des voix dès la législature en cours.
Selon une procédure normale, une modification de la Constitution nécessite une majorité du Parlement actuel suivi d’une adoption par le Parlement suivant avec 2/3 des voix.
HS/A11

Politique intérieure

Défense

Remplacement des mines antipersonnel
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande développe un système permettant de remplacer les mines antipersonnel. Il s’agit d’un ensemble constitué de drones de surveillance, d’artillerie lourde ainsi que d’explosifs déclenchés à distance.
Selon le Ministre de la Défense Jussi Niinistö cette dernière composante, des explosifs déclenchés à distance, constituerait une innovation de l’industrie finlandaise et des forces armées. Des tests ont eu lieu en 2017.
HS

Centième anniversaire des forces armées
Les forces armées qui fêtent cette année leur centenaire ont lancé leurs festivités, hier au palais Finlandia.
Le commandant des forces armées, le Général Lindberg s’est féléicité du fait que les institutions dans lesquelles les Finlandais ont le plus confiance sont la police et l’armée.
Plus de cent événements auront lieu pendanbt cette année du centenaire, à Helsinki et en province.
Une semaine de célébration se tiendra à Helsinki fin mai – début juin, avant une tournée en province jusque fin août à Turku.
HS

Social

Une grève risque de fermer cinq ports
Le syndicat de transports AKT et l’Union des marins menacent de fermer cinq ports si les groupes portuaires n’entament pas les négociations pour mettre en place une convention collective concernant les effectifs des ports.
Helsinki, Kotka et Hamina ne seraient pas concernés, mais les ports d’Oulu, Raahe, Naantali, Kokkola et Rauma le seraient, dans un premier temps.
Une telle grève gênerait considérablement les exportations. Elle pourrait commencer le 29 janvier.
HS/A11

Culture

Nouvelle directrice du salon du livre
L’écrivaine Ronja Salmi a été nommée directrice de la programmation du salon du livre d’Helsinki.
HS

Mardi 16 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Russie - Histoire

Propos de M. Lavrov
Helsingin Sanomat relève que lors d’une conférence de presse du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov hier à Moscou, une journaliste du tabloïd finlandais Ilta-Sanomat a posé une question concernant les nouvelles interprétations en Russie sur les provocations russes qui avaient servi de prétexte pour attaquer la Finlande au début de la guerre d’hiver fin novembre 1939.
M. Lavrov, qui n’a pas répondu à la question, s’est contenté de dire qu’il ne revenait pas aux diplomates mais aux historiens de débattre de cette question.
M. Lavrov a avoué que les relations entre la Finlande et la Russie n’ont pas été les meilleures possibles ces dernières années.
Le ministre russe a estimé toutefois qu’il y avait de l’espoir : « Le président Poutine a récemment remercié les Finlandais d’avoir conservé le monastère de Valamo. »
HS/A22

Jihad

Un Finlandais d’origine somalienne mort en Syrie
Helsingin Sanomat relève que Hussein Faisal Ali Warabe, Finlandais d’origine somalienne est mort en Syrie, probablement dans la bataille de Raqqa. Il avait rejoint Daesh en Syrie en 2013.
Son père, Faisal Ali Warabe avait été candidat à l’élection présidentielle en Somalie en novembre dernier.
HS

Allemagne – Europe

Editorial
« Une accélération des réformes ? « AL
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que le pré-accord de gouvernement en Allemagne devrait aboutir vers un approfondissement de la construction européenne. Mais on en attend encore les détails. « Il y a lieu de suivre de près l’Allemagne et la France », juge Aamulehti.
AL

Politique intérieure

Elections présidentielles

Vote par anticipation
Aamulehti rapporte que le chercheur Sami Borg de l’université de Tampere estime que plus de 40 % des électeurs voteront par anticipation, comme ils l’ont fait en 2016 et 2012. La majorité des retraités votent traditionnellement par anticipation. M. Borg prévoit un taux de participation final d’environ 70 %.
Le vote par anticipation commencera demain mercredi et durera jusqu’au mardi 23 janvier.
AL/A12

Y aura-t-il un deuxième tour ?
Selon Helsingin Sanomat, les électeurs suivent de près les débats électoraux télévisés qui ont un effet important sur le résultat des élections présidentielles. Un deuxième tour est toutefois peu probable, même si les intentions de vote en faveur du Président Sauli Niinistö peuvent encore baisser.
Les centristes sont très satisfaits de la réussite de Matti Vanhanen à l’émission électorale d’Yle la semaine dernière. La direction du parti, dont le Premier ministre Juha Sipilä, fait appel aux électeurs du Centre pour qu’ils votent pour M. Vanhanen.
Il est possible que Laura Huhtasaari, candidate des Vrais Finlandais, ait plus de voix que prévu dans les sondages.
HS/A10

Emploi - Social

La confédération des ouvriers organisera une manifestation pour protester contre le modèle d’activation des chômeurs
Les modifications de l’assurance chômage ont vexé les syndiqués au point où la confédération des ouvriers SAK se considère obligée de faire une action. Une manifestation politique sera ainsi organisée le 2 février, à Helsinki, afin de critiquer la législation entrée en vigueur en décembre et connue sous le nom de modèle d’activation des chômeurs.
Pour l’instant, il ne s’agirait pas d’une grève.
Selon le président de la SAK, Jarkko Eloranta, des milliers de participants sont attendus à la manifestation qui devrait avoir lieu sur la place du sénat, devant le gouvernment et le ministère des Finances.
Les directions des syndicats se réuniront le 23 janvier, afin de s’entretenir sur les principes de la manifestation et s’il s’agit de l’organiser durant les heures de travail. La SAK présentera à la même occasion sa proposition pour modèle de recherche d’emploi.
M. Eloranta invite les autres confédérations à participer à la manifestation.
La confédération des employés, STTK, n’a pas pris de décision sur des mesures pour manifester contre le modèle qu’elle ne soutient pas. Le modèle dit « 2 » en préparation, qui comprend une proposition d’imposer aux chômeurs un certain nombre de demandes d’emploi pour éviter les sanctions, est lui aussi vigoureusement critiqué par la STTK.
Antti Palola, président de la STTK, s’étonne du fait que le gouvernement ne prête pas l’oreille aux critiques.
Le modèle impose l’installation dans une autre ville pour l’emploi, mais ne prend pas en compte les arrangements que cela signifie au niveau du logement, des transports et des besoins des membres de la famille, selon la STTK.
Akava, confédération des professions nécessitant un diplôme universitaire, n’envisage pas de participer à la manifestation.
HS/A8, AL/A4-5

« Qu’est-ce que le modèle d’activation des chômeurs ? » AL
Aamulehti relève que le gouvernement a estimé que des économies de 53 millions d’euros par an pourraient être engendrées au moyen du modèle d’activation des chômeurs. Le quotidien note toutefois que deux tiers des chômeurs bénéficiant de l’assurance chômage de Kela entrent dans le cadre d’allocations sociales concernant la subsistance et le logement. Si les dépenses en matière d’autres allocations augmentent en même temps que les indemnités chômage versées diminuent, les économies obtenues au moyen du modèle d’activation ne seront peut-être pas importantes.
AL/A4

Conventions salariales

Pas de grève dans l’industrie papetière
Le syndicat Pro et l’Industrie forestière annoncent qu’ils ont adopté la proposition de l’ombudsman concernant la convention collective du secteur. La grève qui avait été prévue à partir de demain a ainsi été annulée.
2400 employés sont concernés par cette proposition qui comprend une augmentation salariale de 1,55 % pour cette année et de 1,6 % pour 2019.
La médiation continue concernant la branche mécanique de l’industrie forestière, et concernant le secteur financier.
HS

Eglise luthérienne

Le nombre de membres est en baisse
Helsingin Sanomat relève que le nombre de membres de l’église luthérienne a diminué en 2017 de près de 50 000 personnes, passant de 3 952 000 à 3 904 000, soit encore 71 % des Finlandais.
Un peu plus de 52 000 personnes ont quitté l’église et environ 16 000 y sont adhérés. Environ 34 000 bébés ont été baptisés en 2017, contre près de 37 000 en 2016.
Un peu plus de 44 000 membres de l’église sont décédés en 2017.
HS/A15

Lundi 15 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Russie - Histoire

M. Poutine a remercié la Finlande pour avoir conservé le monastère de Valamo
L’agence Tass rapporte que le Président russe estime que les Russes devraient remercier la Finlande d’avoir préservé les reliques du monastère de Valamao qui était situé sur une ile du lac Ladoga et a été évacué par la Finlande en 1939.
Il est désormais situé dans l’est de la Finlande à Heinävesi.
« Nous savons tous comment l’URSS traitait les reliques religieuses, sans la Finlande le monastère de Valamo aurait pu être supprimé », a dit M. Poutine.
HS

Allemagne – Europe

Editorial
« Si l’Allemagne bouge, la Finlande va se découvrir » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat commente l’évolution des négociations gouvernementales en Allemagne.
L’éditorialiste rappelle qu’après les élections, la montée de l’AFD avait été interprétée comme le signe que l’Allemagne modifierait sa politique européenne dans un sens plus sceptique. Ce qui n’aurait pas déplu au gouvernement finlandais, selon HS.
Or, la nouvelle coalition est le signe que le résultat des élections allemande pourrait avoir un effet en Finlande aussi – en raison du contenu du programme gouvernemental.
HS estime qu’il semble que la droite accepte les exigences de la gauche sur le fait que l’Allemagne adopte une attitude plus active dans l’UE et participe à l’approfondissement de la zone euro avec le président macron. Or, la politique européenne de la Finlande a été passive et a consisté à se protéger derrière le dos de l’Allemagne. Si un nouveau gouvernement allemand adopte une nouvelle politique européenne et si l’Allemagne bouge, la Finlande se trouvera à découvert et devra décider si elle aussi bouge dans le même sens, conclut l’éditorialiste.
HS

Médias sociaux

Des milliers de nouveaux faux comptes Twitter
Le chercheur de F-Secure Andy Patel rapporte que ces derniers mois des milliers de faux comptes twitter ont été créé en Finlande.
S’il semble peu probable qu’ils soient utilisés pour influencer l’actuelle campagne présidentielle, M. Patel considère comme possible qu’ils puissent être activés pour influencer la prochaine campagne législative.
HS

Défense

La Finlande se prépare à la menace sous-marine
La marine finlandaise va équiper ses navires de la classe Hamina et de la future classe Pohjanmaa de matériel pour déceler et détruire les sous-marins.
Depuis la fin de la guerre froide, l’activité sous-marine a diminué dans la Baltique. Néanmoins, la Marine se prépare à un renforcement de la Russie dans ce domaine.
La Finlande a décidé de choisir des torpilles suédoises qui seront achetées à Saab.
HS note que la Finlande prend un certain risque en commandant un nouveau modèle de torpilles qui est seulement en phase de recherche. Il s’agit d’une acquisition commune des marines finlandaise et suédoise, ce qui constitue l’exemple le plus concret de la coopération entre les deux pays en matière de défense.
En attendant leur livraison à horizon 2023 – 2025, la Finlande se fera prêter des torpilles d’un modèle plus ancien.
HS

Energie renouvelable

Les technologies permettent désormais une production à un coût moins élevé
Les frais de production des énergies renouvelables ont continué à baisser en 2017. Grâce aux évolutions technologiques, le coût commence à être compétitif par rapport aux énergies fossiles.
Selon les chiffres de l’organisation internationale intergouvernementale Irena, qui promeut les énergies renouvelables, la production de l’énergie solaire en particulière est devenue moins chère. Le coût change toutefois beaucoup d’une région à autre. L’énergie éolienne est jugée compétitive en Finlande aussi, selon HS.
HS/dim/A10

Politique intérieure

Elections présidentielles

Campagne de M. Vanhanen
Keskisuomalainen rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä, président du Parti du centre, a participé, samedi à Helsinki, à un évènement électoral de Matti Vanhanen, candidat centriste à la présidence.
M. Sipilä n’a aucunement voulu commenter la candidature présidentielle de l’ex-centriste Paavo Väyrynen. « Le Centre n’a qu’un seul candidat et c’est Matti Vanhanen. » Il estime que le score de M. Vanhanen, actuellement autour de 2 % des intentions de vote, augmentera d’ici la fin de la campagne.
KS/dim/11

Editorial
Helsingin Sanomat estime, dans son éditorial, qu’aux élections présidentielles, les Finlandais éliront avant tout un dirigeant de politique étrangère, vu que le président n’a plus beaucoup de pouvoirs dans la politique intérieure. La crise de l’Ukraine a également souligné le rôle du président.
L’institution présidentielle est très respectée en Finlande et les attentes des électeurs vis-à-vis de la politique étrangère du président sont peut-être exagérées.
HS/sam/A4

Gouvernement

Propos de M. Sipilä
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre Juha Sipilä, qui a accordé dimanche une interview à la radio, a annoncé qu’il souhaitait continuer comme président du Parti du centre. Ce sera le cas si le gouvernement arrive à atteindre ses objectifs et les centristes sont favorables à sa réélection à la tête du parti.
M. Sipilä admet que le résultat des élections présidentielles peut avoir un effet sur le soutien de la base centriste. Il compte annoncer ses intentions au plus tard en avril.
M. Sipilä a soutenu fermement le modèle de l’activation des chômeurs. « Il est toutefois clair que le gouvernement doit corriger ce modèle s’il ne fonctionne pas. »
Quant au projet de loi sur le renseignement, M. Sipilä est favorable à l’entrée en vigueur rapide de la loi mais souligne que la commission des lois constitutionnelles du Parlement doit évaluer les critères du processus.
HS/lun/A12

Régions

Le gouvernement s’est mis d’accord sur les compétences des régions
Le gouvernement est arrivé à un accord sur la législation lié à la réforme des régions concernant les services d’emploi et destinés aux entreprises.
La législation prévoit le transfert de la gestion de l’emploi et la promotion des activités économiques de l’Etat aux régions.
Les bureaux d’emploi ainsi que les centres pour le développement économiques, les transports et l’environnement seront supprimés d’ici 2020.
Les régions et les communes sont encouragées à coopérer sous forme d’un modèle d’alliance dans l’organisation de ces services.
Les ministres de l’Economie, Mika Lintilä (Centre), de l’Emploi, Jari Lindström (Avenir bleu) et de la Justice, Antti Häkkänen (Rassemblement national) présenteront le projet de loi au Parlement en avril.
HS/sam/A30

Social

Un nouveau registre des salaires
La loi sur le registre des revenus a été promulguée.
A partir de 2019, ce registre national récoltera chaque mois les informations sur les revenus des Finlandais (salaires, pensions…). Dans les cinq jours après le versement du salaire, il faudra renseigner ce registre national.
HS

France - Finlande

Exposition

Règle du jeu
L’exposition Règle du Jeu créée par la photographe Elina Brotherus pour le musée Pompidou à l’automne, est visible à la galerie Heino à Helsinki.
HS

Concert

Nicolas Altstaedt
Le celliste Nicolas Altstaedt s’est produit en soliste avec l’orchestre de la ville d’Helsinki, vendredi. Helsingin Sanomat publie une bonne critique de ce concert consacré à Bruckner et Haydn.

Cinéma

L’ange du nord
Le film de Jean Michel Roux, Pohjolan Enkeli, l’Ange du Nord est diffusé ce soir sur Yle 1 à 22. Il est aussi visible sur Yle Areena.
AL

France

Tourisme – Culture

Le Louvre Abou Dhabi
Aamulheti présente le nouveau musée du Louvre à Abou Dahbi.
AL

Vendredi 12 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Allemagne – Climat

« La première victime du couple Merkel – Schulz » HS
La correspondante à Berlin du Helsingin Sanomat estime que le climat est la première victime du couple Merkel – Schulz.
HS

Défense

Des véhicules blindés de Patria repérés au Yémen
Le journal norvégien Verdens Gang rapporte que des véhicules blindés fabriqués par le Finlandais Patria ont été repérés sur des images de la guerre au Yémen.
Patria, qui est possédée par l’Etat finlandais (majoriataire) et par le norvégien Kongdberg a fourni des véhicules aux Emirats arabes unis.
HS

Russie – Transport maritime

La Finlande va interroger les autorités russes
Helsingin sanomat rapporte que le ministère des Transports finlandais va interroger les autorités russes suite aux contrôles exceptionnels dont ont été victimes les navires de frets finlandais ces derniers temps en Russie.
Depuis fin décembre, sept navires de cinq armateurs finlandais ont subi de tels contrôles pointilleux dans les ports russes.
Ces contrôles ont commencé après qu’un navire russes transportant des déchets industriuels a été arrêté dans le port de Hamina en novembre.
HS

Politique intérieure

Elections

« M. Haavisto candidat contre M. Niinistö en cas de second tour » KS
Kesksisuomalainen rapporte que, selon un sondage, si le président Niinistö n’est pas élu au premier tour, les Finlandais voulaiebnt qu’il soit opposé à M. Haavisto (32%) plutôt que Mme Huhtasaari (11%) ou M. Väyrynen (11%), M. Vanhanen (8%), Mme Haatainen (6%) ou Mme Kyllönen (4%) et M. Torvalds (4%).
KS

France - Finlande

Cinéma

Le sens de la fête
Helsingin Sanomat, Hufvudstadsbladet et Turun Sanomat publient de bonnes critiques du film Le sens de la fête d’olivier Nakache et Eric Tolédano qui sort aujourd’hui en Finlande.
HS Hbl TS
Jeudi 11 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Investissements chinois

Craintes européennes concernant l’activité de la Chine au niveau des investissements pour l’économie et la sécurité
Helsingin Sanomat rend compte du souci né dans des Etats européens concernant la volonté des entreprises chinoises de l’Etat ou privés d’acheter des entreprises stratégiquement importantes du domaine de hautes technologies.
Mikael Mattlin, chercheur à l’Université de Turku, estime que ces craintes sont souvent exagérées. La Finlande a tendance à partager cet avis. Elle fait partie des pays qui s’opposent à l’initiative lancée par l’Allemagne, la France et l’Italie sur plus de contrôle européen sur les investissements chinois. L’idée de la Finlande et des autres pays qui pensent de la même façon est que la Chine ne constitue pas une menace particulière. D’autre part, ils sont prêts à accepter l’argent chinois pour leurs économies qui sortent de la récession.
La Finlande connaît elle aussi le « tsunami des investissements » chinois, s’agissant par exemple du groupe de jeux Supercell ou des groupes de technologie automobile Valmet Automotive et Rightware.
A l’instar de plusieurs Etats européens, la législation finlandaise prévoit la protection des entreprises stratégiques du point de vue de la sécurité nationale.
La Finlande n’apprécie pas l’idée que Bruxelles puisse intervenir dans des contrats concernant des Etats membres et ainsi éventuellement détériorer la réputation de l’UE comme une zone ouverte aux investissements.
Le think tank Rasmussen Global estime que les investissements chinois ont été exponentiels et que leur envergure suscite des inquiétudes concernant par exemple le maintien de la compétitivité technologique de l’Europe et la fuite en Chine de technologies militaires.
Les pays de l’Europe du Sud et de l’Est qui cherchent des investissements et les pays du Nord qui promeuvent le libre-échange ne souhaitent pas restreindre la Chine.
Rasmussen Global estime qu’entre les différentes vues des Etats membres, il pourra être difficile de trouver un accord concernant la proposition de la Commission sur le contrôle des investissements chinois, et que le projet pourra être dilué ou tomber à l’eau.
Le projet chinois de route de la soie moderne divise les Etats membres qui ne d’ailleurs sont pas tous concerné par le projet. Pour le chercheur Mattlin, la Chine exerce une politique qui vise à diviser pour régner. Pour lui, il est peu probable d’obtenir une politique européenne particulièrement stricte à l’égard de la Chine.
HS/A22-23

Politique européenne

Point de vue
« On ne peut pas laisser la direction de l’UE seulement à la France et l’Allemagne » HS
Dans un billet publié dans le courrier des lecteurs du Helsingin Sanomat, l’ancien commissaire européen et ministre finlandais Olli Rehn réagit à l’éditorial du quotidien publié samedi et affirmant que la France et l’Allemagne déterminaient la politique européenne (cf Revue de la presse du 8.1.2018).
« L’éditorial du Helsingin Sanomat constatait que l’année 2018 serait, suite aux élections en France et en Allemagne, celle de la reconstruction dans l’UE. La Finlande doit s’y préparer et être active pour orienter les changements. L’éditorial donnait cependant l’impression que les autres pays que la France et l’Allemagne n’avaient aucun pouvoir d’influence dans l’UE », relève M. Rehn.
Il revient sur l’exemple donné par l’éditorialiste qui rappelait suite à l’accord de Deauville entre M. Sarkozy et Mme Merkel en octobre 2010, « le sommet européen avait consisté à maugréer et obtempérer au diktat des deux grands ». M. Rehn considère que les choses ne se sont pas passées ainsi. Après l’accord de Deauville, les ministres des Finances finlandais et néerlandais ont coopéré avec la commission pour modifier les règles financières et réparer les dommages causés à Deauville. Et le Parlement européen a fini de réparer ces effets indésirables six mois plus tard lors de l’adoption du Six Pack, juge M. Rehn.
« L’Allemagne et la France sont les moteurs de la construction européenne. Sans eux, l’UE n’avance pas. Mais la leçon à tirer de Deauville est que l’Europe est un bien trop précieux pour être confié seulement à l’Allemagne et à la France. Il faut aussi se rappeler qu’en 2004, avec le soutien de l’Italie, ces deux pays ont dilué le pacte de solidarité et de croissance. Dans le processus de décision européen il faut donc mieux que tous les pays soient impliqués – y compris les petits Etats membres – afin que les décisions soient communes et aient réellement des effets. C’est ce que l’on appelle la méthode communautaire », conclut M. Rehn.
HS

Politique intérieure

Elections

Point de vue
« Les partis politiques se préparent aux élections législatives » HS
Helsingin Sanomat estime, dans son analyse de la politique intérieure, que les partis politiques se préparent déjà aux élections législatives du printemps 2019.
Les élections présidentielles crée une impression d’élections intermédiaires mais les politiciens devraient apprendre que l’institution présidentielle jouit d’une grande confiance parmi les électeurs. Selon un sondage récent, près de 80 % des Finlandais ont confiance dans le Président et alors que un peu moins de 40 % ont confiance dans le Parlement et le gouvernement.
Ce manque de confiance n’est pas étonnant : même si l’économie est en croissance et le gouvernement a pu faire son pacte de compétitivité, il a pris des décisions peu populaires entre autres parmi les femmes qui travaillent dans le secteur public.
Il est difficile de comprendre pourquoi le gouvernement a voulu réduire à 20 heures par semaine le droit subjectif à la crèche, ce qui rend difficile la situation des chômeurs qui doivent par ailleurs participer à des formations pour ne pas perdre l’indemnité de chômage.
Le gouvernement, qui a également promis de diminuer toute sorte de bureaucratie, en ajoute par son modèle de l’activation des chômeurs. Le seul travail certain généré par cela semble être celui de l’administration nationale de l’emploi, juge HS.
HS/A4

Réforme des services sociaux et de la santé

La Cour suprême administrative souhaite saisir la Commission européenne
La Cour suprême administrative estime qu’il faut soumettre le projet de loi concernant la réforme des services sociaux et de la santé à l’étude de la Commission européenne. La sous-secrétaire d’Etat, Päivi Nerg, qui pilote le projet, ne voit pas la nécessité d’une telle étude.
Selon la Cour suprême administrative, le nouveau système prévu pourrait inclure des subventions publiques à des acteurs publics (les régions) de façon à fausser la concurrence. Juridiquement, une étude de la Commission européenne serait la seule façon durable selon la Cour administrative, et ceci avant l’entrée en vigueur de la législation en la matière. La Cour administrative estime qu’il faudra surtout mettre au clair si les acteurs des régions sont prévus recevoir des subventions interdites dans la réglementation européenne, et si ces régions sont des acteurs commerciaux ou pas.
Mme Nerg estime qu’une étude européenne en la matière ne serait pas nécessaire. Le ministère des Affaires sociales et de la santé et des juristes ont étudié la question et ont conclu qu’il ne s’agissait pas d’une activité commerciale mais qu’elle était de nature publique qui ainsi relève de la prise de décision nationale.
Mme Nerg rappelle que la Cour administrative a donné son avis en novembre et que depuis, le projet de loi a changé.
HS/A11

Police

Le nombre d’agents en baisse
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le nombre de policiers est en baisse : contre 7800 en 1999 et 7200 en 2017, il y en a actuellement de 7000. La baisse concerne toutefois surtout les chefs, dont le nombre est passé de 140 à 50.
HS/A11

Haute fonction publique

Défiance envers le Procureur de l’Etat
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien parmi les procureurs, 79,6 % des personnes interrogées estiment que le procureur de l’Etat Matti Nissinen ne jouit plus de leur confiance. 49,2 % des procureurs ont répondu au sondage.
HS/A13

Enquête sur le Directeur général des Douanes
Selon Helsingin Sanomat, Antti Hartikainen, directeur général de la Douane, sera inculpé de manquement à ses obligations professionnelles. En mars 2016, M. Hartikainen a participé à une réunion qui concernait indirectement l’embauche de son épouse.
HS/A30

Loi sur le renseignement

Propos du général Heiskanen sur les problèmes de recrutement des professionnels des cyber-questions
Selon le chef de la division de consultation, de commandement et de conduite des opérations, le général de brigade Mikko Heiskanen, la défense nationale n’a pas les moyens ou la volonté de partir en compétition avec le secteur privé pour recruter des spécialistes du renseignement. Il a notamment déclaré : « Nous motivons nos candidats avec la pertinence du travail proposé. Chez nous il est possible de faire légalement des choses qui partout ailleurs sont illégales. Par exemple s’introduire dans les systèmes d’information et y modifier des données. »
Néanmoins, la défense nationale n’a pas, à l’heure actuelle, le droit de le faire à l’exception de certains cas isolés bien spécifiés. Elle peut, dans certains cas de contre-renseignement, bénéficier des mêmes pouvoirs d’écoute que la police.
C’est là une des raisons pour lesquelles le gouvernement et le parlement veulent modifier la loi sur le renseignement.
Le professeur émérite en droit public, Teuvo Pohjalainen qualifie les propos du général d’irréfléchis et doute que ce type d’intrusion dans les systèmes d’information soit conforme à la loi.
Pour se défendre, le général explique que la défense nationale crée des réseaux fermés qui lui permettent de s’introduire dans les systèmes d’information et de perfectionner la cyber-défense.
HS11.1/A8

Défense

Le ministre de la Défense Jussi Niinistö ne souhaite pas élargir à des entreprises privées le droit de demande d’assistance
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö trouve que l’actuelle pratique sur le droit de demande d’aide des autorités est suffisante et n’a pas lieu d’être modifiée.
Le centre de sauvetage de Kainuu, où l’abondance de la neige a provoqué de nombreuses coupures d’électricité a demandé une aide aux autorités à la défense nationale. Auparavant des sociétés d’électricité avaient émis la même demande mais ne pouvaient la recevoir. La législation actuelle ne permet pas en effet à la défense nationale de venir en aide à des sociétés privées. Seuls la police et les centres de secours et de sauvetage peuvent en bénéficier.
Bien que le ministre estime la pratique actuelle fonctionnelle, il vient de lancer un projet pour clarifier le rôle des volontaires de la défense nationale dans des fonctions d’aide aux autorités.
AL11.1/A9

Le service militaire des femmes n’enthousiasme pas les candidats aux présidentielles
Seuls la candidate sociale-démocrate Tuula Haatainen et le candidat des Verts, Pekka Haavisto, se déclarent pour l’obligation d’un service militaire pour les femmes, tous les autres candidats aux élections présidentielles sont contre.
Par contre, l’éventuel projet d’un service civique pour hommes et femmes obtient davantage le soutien des candidats.
KS10.1/14

Mercredi 10 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Climat

M. Tiilikainen évoque une sortie du charbon pour dès 2025
Le ministre du Logement, de l’Energie et de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen (Centre), relève qu’il s’agira d’étudier la possibilité de mettre fin à l’utilisation du charbon dès 2025. Un rapport sera rédigé en la matière dans le contexte du travail déjà entamé pour préparer la législation qui a pour objectif d’arrêter le charbon pour 2030, ce qui est conforme à la stratégie actuelle du gouvernement.
M. Tiilikainen estime qu’il faudrait rendre plus facile pour les municipalités de sortir de la production énergétique au charbon. L’imposition sur l’énergie devrait être modifiée de façon à rendre le gaz naturel plus compétitif par rapport au charbon, et ceci dès 2019, selon le ministre.
www.vn.fi

Russie / Loi sur le renseignement

« Aux aguets dans l’ombre de la Russie » KS
« Les éventuelles connections de l’encadrement politique finlandais avec la Russie auraient dû être examinées à l’époque, au moment où l’on commençait à se préparer à la guerre de l’information », estime le colonel à la retraite Martti J. Kari qui a quitté son poste de chef adjoint du renseignement de l’état-major des forces de défense au début de l’année.
Durant les deux dernières années de son activité, Kari a participé à la préparation de la loi sur le renseignement civil et militaire.
Selon lui, les Finlandais sont trop naïfs vis-à-vis de la Russie, notamment en ce qui concerne les tentatives d’influence de la Russie dans la cyber-guerre. Il s’étonne « qu’un si grand nombre d’hommes politiques finlandais croient que la construction de la centrale nucléaire par Rosatom à Pyhäjoki se fera uniquement pour des raisons de business ».
« Nous les Finlandais, nous considérons la sincérité comme une qualité alors qu’en Russie la franchise est synonyme de stupidité. Les Russes se moquent bien de la sincérité finlandaise qu’ils trouvent ridicule », affirme le colonel.
Il estime par ailleurs que l’occident n’a toujours pas saisi le talent avec lequel la Russie opère pour arriver à ses fins. « En occident, nous reconnaissons deux états de fait : la guerre et la paix sans comprendre qu’entre les deux il y a une grande zone grise où la Russie agit avec beaucoup d’habileté et comme nous ne reconnaissons pas cette zone grise, on ne détecte pas forcément ce qui s’y passe. »
Il prend également l’exemple de la ligue russe de hockey sur glace (KHL) qui, selon lui, représente le « soft power russe » à travers lequel le pays cherche à développer ses intérêts en Finlande car l’équipe finlandaise Jokerit joue au sein de la ligue. « Cette équipe est déficitaire depuis de nombreuses années. Qui paie ces pertes, et sur quelle base ? », demande Kari.
Le traitement des nouvelles lois sur le renseignement devrait débuter au parlement en février. Pour faire passer les lois, il faudra procéder à des modifications de la constitution. L’objectif consiste à faire passer ces lois durant la législature actuelle, c’est-à-dire d’ici le printemps 2019 ce qui ne sera possible qu’avec le soutien de l’opposition. Pour procéder aux changements exigés selon la procédure accélérée, une majorité de cinq sixièmes sera nécessaire.
KS10.1/12-13

Télécommunications

Projet de câble dans le passage du nord-Est
L’entreprise Cinia qui a il y a deux ans inauguré un câble entre la Finlande et l’Allemagne regarde désormais vers le nord-Est. Le projet consisterait à installer un câble entre la Finlande et l’Asie par le passage du nord-Est. Il y aurait un intérêt en Russie, en Chine et au Japon.
Selon un rapport remis par l’ancien premier ministre Paavo Lipponen ce projet serait réalisable.
Cinia est une société possédée par l’Etat finlandais, la Banque OP et le fonds de pension Ilmarinen.
AL/Sam

Entreprenariat

La part des entrepreneurs d’origine étrangère en hausse
Helsingin Sanomat rend compte de la montée en importance d’entrepreneurs d’origine étrangère et souligne que la gamme de domaines d’activité est variée et plus diversifiée qu’on ne le pense généralement, même si la restauration reste un secteur important.
HS publie dans ce contexte le témoignage d’un Français, William Lemoine, qui a créé son entreprise d’entrainement psychologique pour des sportifs depuis un mois.
En 2016, l’Institut national d’études statistiques rapportait que la part des entrepreneurs de langue étrangère représentait 6 % entrepreneurs.
HS/A30-31

Politique intérieure

Elections présidentielles

Propos de M. Niinistö
Plusieurs quotidiens publient des interviews de tous les candidats présidentiels. Kauppalehti, quotidien d’informations économiques, interviewe dans son édition de mercredi le Président Sauli Niinistö.
Même si les questions économiques ne font pas partie des responsabilités du président, M. Niinistö souligne l’importance d’une politique économique d’austérité aussi quand la croissance est revenue.
M. Niinistö rappelle qu’il avait été ministre des Finances des deux gouvernements de Paavo Lipponen. Le premier gouvernement Lipponen a dû faire des coupes budgétaires, tandis que la situation économique a connu une hausse importante lors du deuxième gouvernement Lipponen. « J’ai souligné à l’époque qu’il était facile d’être ministre des Finances quand les temps étaient difficiles et difficile quand l’économie était en hausse parce que tout le monde exigeait d’avoir plus. »
Quant à l’économie européenne, M. Niinistö estime qu’il « est tout à fait possible qu’on devra évoquer les problèmes économiques italiens au sein de l’Union ».
Concernant l’OTAN, M. Niinistö souligne que, dans les circonstances actuelles, on ne peut pas dire oui ou non à l’OTAN.
Hufvudstadsbladet rapporte que M. M. Niinistö a répondu à des questions des lecteurs du quotidien.
Dans son éditorial, Hufvudstadsbladet rappelle que le vote par anticipation commencera dans une semaine, estimant que la campagne présidentielle a enfin commencé.
KL/A10, HBL/6

Parlement

Initiative populaire
Keskisuomalainen relève que selon Tuomas Ojanen, professeur de droit constitutionnel à l’université d’Helsinki, on devrait réfléchir à une éventuelle augmentation du nombre de signatures, actuellement 50 000, nécessaires pour soumettre au parlement une initiative populaire.
La loi sur l’initiative populaire est entrée en vigueur en 2012 et le Parlement a déjà étudié 18 initiatives ayant obtenu plus de 50 000 signatures. Au total plus de 600 projets d’initiatives ont été lancés. En ce moment, les Finlandais préparent 33 nouvelles initiatives populaires.
HS/A12

Chômage

Débat sur le modèle d’activation des chômeurs
Kauppalehti rend compte des propos de Martti Hetemäki, directeur général du ministère des Finances, qui rejette l’idée d’inclure dans le modèle d’activation des chômeurs le travail de bénévolat non-rémunéré. Il estime que cela risquerait de fausser le marché du travail et augmenterait la quantité du travail non-rémunéré.
M. Hetemäki estime que le modèle a été critiqué sur la base de mauvais arguments et qu’il existe des malentendus autour de la question.
Le groupe de travail sur la question de l’activation avait étudié au total six modèles différents dont celui adopté était le moins sévère. M. Hetemäki insiste sur le grand risque de pauvreté lié au chômage et souligne l’importance des mesures pour améliorer l’emploi.
KL/A8

Harcèlement

Selon une étude, il y a eu plusieurs cas de harcèlement au ministère des Affaires étrangères
Helsingin Sanomat rend compte d’une enquête effectuée en novembre, au ministère des Affaires étrangères sur l’atmosphère au travail. Les réponses au questionnaire évoquent des comportements inappropriés, du harcèlement et du harcèlement sexuel dans les représentations à l’étranger et au ministère. Une vingtaine d’employés rapportent des cas d’harcèlement sexuel.
Riitta Korpivaara, chef du service de développement et du bien-être au travail du ministère, relève que tous les cas ont été étudiés et gérés. Elle relève que le ministère est très stricte concernant ces questions.
HS rappelle qu’il y a un an et demi, l’ambassadeur de Finlande à Stockholm a dû être rappelé à Helsinki pour des soupçons de harcèlement.
Une cinquantaine d’agents des représentations finlandaises à l’étranger font état de harcèlement et 220 agents de comportements inappropriés. Au ministère il s’agit respectivement de 30 et de 100 agents.
HS/A6

Economie

Aviation - Finnair
Chiffre record concernant les passagers en décembre
La compagnie aérienne Finnair a eu un nombre record de passagers en décembre, 951 400. Sur la totalité de l’année 2017, le nombre de clients a augmenté de 10 % pour s’élever à 12 millions de passagers. Les vols vers l’Asie ont augmenté de 18 % en 2017, et de 23,6 % en décembre.
Le groupe propose plus de vols qui en même temps se remplissent bien : le taux de remplissage est de 83,3 %, ce qui est 3,5 points de plus qu’en 2016.
Pour les vols intérieurs, le taux est moins élevé, 67 %.
HS/A33

Défense

Grand show aérien en juin à Jyväskylä
Le plus grand show aérien finlandais de tous les temps aura lieu les 16 et 17 juin prochain à Jyväskylä pour fêter le centenaire de l’armée de l’air du pays.
En tout 30 000 visiteurs sont attendus à cet évènement payant dont le budget tourne autour d’un demi-million d’euros.
Tout le matériel de l’armée de l’air finlandaise et l’unité de voltige aérienne Midnight Hawks participeront au spectacle qui réunira également l’Union de l’aviation finlandaise et Keski-Suomen ilmailijat (Aviateurs de la Finlande du centre).
KS10.1/5

France – Finlande

Concert

Musique Molère en musique
Helsingin sanomat présente le concert de la claveciniste Elina Mustonen, intitulé « Jouez ! Promenade avec Molière » et consacré à la musique française au temps de Molière, avec des passage des pièces du dramaturge français.
Les concerts auront lieu les 12 et 26 janvier.
HS/Lun

France

Economie

Livre de Jean Tirole
Le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen a signé dans helsingin Sanomat une bonne critique du livre du prix nobel d’économie Jean tirole, Economics for the common good.
HS/Jeu

Tourisme

Ski de fond dans les Alpes
Keskisuomaklainen a publié une double page sur le ski dans les Alpes et co,nseille notamment la station des Saisies en France.
KS/Dim

Mardi 9 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Education

Le ministère de l’Education envoi des représentants à l’étranger
Helsingin Sanomat relève que selon le ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen, le ministère finlandais de l’Education a décidé d’envoyer à l’étranger des « ambassadeurs » des hautes études et de la recherche.
« Ce réseau, Team Finland Knowledge, a comme objectif de créer des liens, accélérer l’internationalisation et faire connaitre la Finlande en tant que pays des sciences et des innovations », selon Mme Grahn-Laasonen.
Le réseau doit aussi attirer des experts étrangers en Finlande et promouvoir les exportations dans le domaine de l’éducation en coopération avec la Direction de l’éducation.
Le ministère de l’Education commencera à construire le réseau en été prochain, d’abord en Chine, ensuite à Singapour.
Les représentants du réseau seraient situés dans les ambassades de Finlande.
HS/A12

Politique intérieure

Chômage

Débat sur le modèle d’activation des chômeurs
Le ministre de l’Economie n’exclut pas de considérer le bénévolat comme rentrant dans le cadre des exigences imposés aux chômeurs
Helsingin Sanomat relève que le débat sur le modèle d’activation continue et que parmi les partis du gouvernement, il y a des députés qui ont évoqué la possibilité d’élargir les moyens par lesquels les intéressés pourraient éviter de voir leurs allocations diminuées ou interrompues. Il a été évoqué que le travail de bénévolat non-rémunéré pourrait être considéré comme une activité remplissant les critères de l’allocation chômage.
Le ministre de l’Economie, Mika Lintilä (Centre) n’exclut pas cette possibilité et note que le modèle sera évalué en avril. Il estime qu’il sera intéressant de voir quel type de rôle pourrait jouer le secteur associatif.
Arto Satonen, vice-président du Parlement (Rassemblement national), estime que le bénévolat pourrait sous des conditions bien définies être considéré comme entrant dans le cadre des activités du modèle d’activation des chômeurs.
Le ministre de l’Emploi, Jari Lindström (Avenir bleu), se déclare plus méfiant : il estime que le bénévolat est un bon moyen de maintenir actifs dans la société surtout les chômeurs de longue durée, mais qu’actuellement aucun registre n’existe sur la contribution de chômeurs à de tels travaux. Il faudrait un système pour un tel suivi, et définir le type de travail qui pourrait entrer dans ce cadre ne serait pas facile, selon lui.
Il rappelle que la loi a été débattue et adoptée par le Parlement.
HS note que le modèle adopté par le parlement, inspiré du système danois, a fait l’objet de critiques notamment de la part de la confédération des ouvriers SAK.
HS/A14

« Le modèle pourra être amélioré » KL
Kauppalehti, quotidien économique, rend compte des avis d’économistes qui estiment que le modèle d’activation des chômeurs pourra fonctionner une fois que les quelques problèmes seront résolus.
Heikki Taulu, économiste du syndicat des professions nécessitant un diplôme universitaire, Akava, regrette que le modèle ne prenne pas en compte l’activité du demandeur d’emploi tant que cela n’aboutit pas. M. Taulu rappelle qu’il existe des secteurs où des emplois de courte durée sont typiques, alors que d’autres secteurs ne les connaissent pratiquement pas.
Vesa Vihriälä, directeur de l’institut de recherche économique Etla, se demande si les autorités disposent des capacités et des ressources de soutenir les chômeurs notamment de longue durée dans leurs démarches de recherche du travail.
La confédération des ouvriers SAK regrette que le modèle ne tienne pas compte des différences régionales en matière de possibilités de recrutement et de services proposés en matière de recherche d’emploi.
KL/A6-7

Renseignement

Préparation de la nouvelle loi sur le renseignement
Le projet de nouvelle loi sur le renseignement comporte une proposition concernant la création de deux nouveaux organismes destinés à contrôler le renseignement civil et militaire de la Finlande. Le contrôle parlementaire sera assuré par une commission parlementaire de surveillance du renseignement. Pour la surveillance juridique, un nouveau fonctionnaire, un chargé du renseignement, sera désigné.
Pour la légitimité du renseignement, un rapport annuel, rédigé par le chargé du renseignement, constituera le document fondamental.
Le rapport annuel comportera une partie publique et une partie classée secrète. La partie secrète sera remise à la commission parlementaire de surveillance du renseignement, au médiateur du parlement et aux ministères chargés du renseignement.
Helsingin Sanomat relève que la surveillance du renseignement est un sujet dont il a beaucoup été question récemment en Finlande qui comme dans plusieurs pays, avec comme modèle la Grande-Bretagne. En Grande-Bretagne, l’organisme fondamental du renseignement est appelé Intelligence and Security Committee (ISC). Ce comité de neuf membres possède l’accès aux informations les plus secrètes. Il publie un rapport annuel de son travail de surveillance et, le cas échéant, des rapports spéciaux. Publié peu avant noël, le dernier rapport d’une centaine de pages de ce comité révèle bien des faits sans pour autant contenir des informations secrètes sur les opérations de reconnaissance. La Grande-Bretagne démontre que l’activité des directions de renseignement peut devenir plus transparente sans pour autant être mise en danger, juge Helsingin Sanomat.
HS6.1/A23

Défense

L’âge de départ à la retraite augmente dans la défense nationale
La réforme sur l’âge minimum de retraite dans la défense nationale a pris effet au début de l’année 2018. A partir de cette année, l’âge minimum de départ à la retraite vieillesse de toutes les catégories de personnel augmentera de trois mois par an. La période de transition durera jusqu’en 2025. Désormais les personnes nées en 1970 et après pourront partir à la retraite à 57 ans alors que les personnes nées en 1962 et avant prenaient leurs retraites à 55 ans. La réforme concerne environ 7 800 militaires et 550 civils.
AL2.1/A15

Harcèlement sexuel dans la défense nationale
Près d’une personne sur cinq au sein de la défense nationale affirme avoir été victime de harcèlement sexuel au travail. C’est ce que révèlent les résultats d’un sondage réalisé par voie interne à la défense nationale.
Environ 700 personnes ont répondu à ce questionnaire. Le questionnaire précisait que le harcèlement signifiait par exemple des propos déplacés ou des attouchements non-désirés. 17% des personnes interrogées ont répondu avoir fait l’objet de harcèlement au travail régulièrement, parfois ou une seule fois.
Une majorité, soit 77%, a toutefois estimé ne jamais avoir été victime de harcèlement sexuel sur le lieu de travail.
AL9.1/A7

Economie

Fortum a acquis 47 % des actions d’Uniper
Helsingin Sanomat rapporte que l’objectif de Fortum de racheter l’entreprise énergétique allemande Uniper est de plus en plus proche. Le géant énergétique E.on a annoncé lundi qu’il comptait vendre 47 % des actions d’Uniper à Fortum et le prix de l’achet s’élève à 3,76 milliards d’euros. Le total de l’achat des actions d’Uniper s’élèvera à 8 milliards d’euros.
La direction d’Uniper s’est opposée fermement à la vente de l’entreprise à Fortum. Elle a entre autres publié dans la presse une déclaration d’une page entière pour énumérer des raisons contre la vente.
Fortum s’intéresse surtout à l’énergie hydraulique d’Uniper et aux centrales nucléaires en Suède.
Pekka Lundmark, directeur général de Fortum, se félicite de la décision d’E.on.
HS/A30

Lundi 8 janvier 2018

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Editorial
« L’Allemagne et la France détermine la politique européenne » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que l’on peut prédire que l’Allemagne va bientôt se doter d’un gouvernement de coalition : les chrétiens-démocrates vont accepter les conditions de politique européenne posées par le SDP car Mme Merkel ne prendra pas le risque d’une instabilité politique. De plus, accepter ces conditions n’est pas pour déplaire à Mme Merkel, car « elle le doit au Président Emmanuel Macron qui a sauvé l’UE et maintenant réforme l’économie française conformément aux souhaits de l’Allemagne », écrit l’éditorialiste.
Selon lui, les planètes sont désormais bien alignées pour la relance de l’Europe. Il considère que l’on a mal interprété en Finlande ce que cela veut dire. Les propositions de M. Macron ont été considéré »es comme radicales et donc des idées à oublier car inapplicables. C’est ce que l’on a pensé en Finlande, y compris au gouvernement car il est bloqué sur ces thèmes. En effet, les Vrais Finlandais et une partie du centre cherchent leur audience en s’opposant à toute solidarité européenne supplémentaire.
Or, les oppositions comme celles de la Pologne ou de la Hongrie ne sont pas des freins au changement mais plutôt des incitations à institutionnaliser d’une manière ou d’une autre la coopération renforcée.
L’éditorialiste estime que les Finlandais ont tendance à oublier les leçons de l’histoire européenne : quand la France et l’Allemagne arrivent à s’accorder, elles arrivent aussi à imposer leurs décisions.
HS/Sam

Politique intérieure

Elections présidentielles

Nouveau sondage
Keskisuomalainen rapporte que selon un sondage sur les intentions de vote des Finlandais aux élections présidentielles, publié par Yle, le score du Président Sauli Niinistö est écrasant, 72 %, même s’il a perdu 8 % depuis le mois de novembre.
M. Niinistö est suivi de Pekka Haavisto (Alliance verte), 11 % (+1 %), de Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais), 5 % (+1 %), de Paavo Väyrynen (4 %), de Tuula Haatainen (PSD), 3 % (+1 %), de Matti Vanhanen (Centre), 2 %, de Merja Kyllönen (Alliance des gauches), 2 %(+1 %) et de Nils Torvalds (Parti suédois), 1 %.
L’institut Taloustutkimus a effectué ce sondage pour le compte d’Yle entre le 27 décembre et le 3 janvier auprès de 1 363 personnes.
Rappelons que selon le sondage récent d’Helsingin Sanomat, M. Niinistö aurait 70 % et M. Haavisto 11 % des intentions de vote.
KS/sam/10

Selon les chercheurs, il n’y aura qu’un seul tour
Keskisuomalainen relève que plusieurs chercheurs estiment que M. Niinistö aura la majorité des votes déjà au premier tour.
Le professeur Kimmo Grönlund d’Åbo Akademi (université suédophone de Turku), estime que M. Niinistö n’a pas de vrai challenger. Cela peut diminuer le taux de participation.
« Le taux pourrait être moins de 70 % », selon M. Grönlund. Il estime que le score du sondage récent est particulièrement gênant pour le Centre et le PSD, deux grands partis traditionnels.
Le professeur Ilkka Ruostetsaari de l’université de Tampere souligne qu’aux élections présidentielles les Finlandais votent pour une personne et non pour un parti politique.
KS/sam/10

Editorial
Dans son éditorial, Keskisuomalainen estime qu’il serait une grande surprise s’il y avait un deuxième tour aux élections présidentielles, cela serait même la première fois dans l’histoire politique finlandaise. Il semble qu’on connaitra le résultat dans trois semaines avec le premier tour.
KS/sam/’

Présidence du Parlement

Débats au sein du Rassemblement national sur la désignation du président du Parlement
Le Parlement aura un nouveau président à la fin février du fait qu’avec la division des Vrais Finlandais, le Rassemblement national est devenu le deuxième parti du Parlement. Ce parti désignera son candidat dans les semaines qui viennent.
A l’automne, il paraissait pratiquement sûr que M. Kanerva, actuellement président de la Commission de la Défense, deviendrait président du Parlement. Dans le contexte de la campagne #metoo, des discordes ont toutefois commencé à surgir sur le fait de savoir s’il serait approprié de nommer M. Kanerva à ces fonctions sachant qu’il a dû démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères en raison d’une affaire de sms envoyés à des femmes. Cette affaire est considérée par plusieurs conservateurs comme un fardeau qui continue à peser sur M. Kanerva.
Mme Virolainen, présidente de la Grande commission, a présenté sa candidature, et certains députés conservateurs, dont Mme Lepomäki, la soutiennent. Certains estiment aussi qu’il serait opportun de nommer une femme à ce poste.
M. Satonen, vice-président du Parlement, a également présenté sa candidature.
Le nom de la ministre de l’Intérieur, Mme Risikko, a été évoqué, mais elle ne s’est pas prononcée en la matière.
HS/sam/A10

Réforme des services sociaux et de la santé

Le rassemblement national cède sur son exigence de proposer l’option de soins spécialisés dans le privé
Le gouvernement étudiera, cette semaine, les derniers points concernant la réforme des services sociaux et de la santé. HS note qu’avant Noël, les négociations menées sur la question de la liberté de choix concernant les services ne se faisaient pas entre les ministres chargés de la réforme, mais entre les trois présidents des partis de la coalition, MM. Orpo, Sipilä et Terho.
Lors de ces négociations, M. Orpo a cédé en ce qui concerne l’exigence de son parti d’obtenir une vaste possibilité d’utilisation de chèques permettant d’opter pour des soins hospitaliers dans le secteur privé.
La plupart des avis de spécialistes en la matière rejette l’ouverture vaste aux soins spécialisés privés. L’opinion publique commençait, elle aussi, à craindre les effets néfastes pour le secteur public. En effet, il serait possible qu’avec la concurrence qu’auraient créée ces chèques, des médecins du secteur public auraient été débauchés par le secteur privé.
Avec le retrait par le rassemblement national de son exigence, les chèques ne seront distribués que lorsque les régions de santé n’arriveront pas à proposer des soins hospitaliers dans un délai de six mois.
Pour le Kokoomus, qui s’était longtemps battu pour les chèques, il s’agit d’un échec politique. La décision garantit néanmoins un certain degré de liberté de choix concernant les services de santé basiques.
HS/lun/A8

Réforme de la politique de l’emploi

Critiques contre la politique d’activation des chômeurs
En décembre, le parlement a approuvé le projet de loi sur l’activation des chômeurs. Désormais, un chômeur qui n’aura pas, durant les trois derniers mois, travaillé au moins 18 heures ou suivi une formation d’une semaine, ou gagné 241 euros comme entrepreneur, verra son indemnité diminuer de 4,65% pour un mois.
Cette mesure a suscité des larges critiques.
Une initiative populaire pour abroger cette loi a été lancée sur Internet et a récolté plus de 100 000 signatures alors que 50 000 sont nécessaires pour qu’elle puisse être transmise au Parlement pour y être étudiée.
Le principal syndicat SAK a lui aussi critiqué l’activation des chômeurs et déterminera d’ici le 15 janvier les actions qu’il est susceptible de prendre sur ce sujet. Selon la SAK, la mesure « est humiliante pour les chômeurs.
Les principaux syndicats (SAK, STTK et AKAVA) critiquent une mesure qui va augmenter la bureaucratie et créer des inégalités entre les chômeurs en fonction de la possibilité qu’ils auraient d’avoir accès à des formations.
Le président du PSD Antti Rinne a lui aussi vigoureusement critiqué cette mesure.
AL HS

L’obligation de candidater à des postes sera présentée
Le ministre du Travail, Jari Lindström (Bleus) confirme que le gouvernement va présenter un projet de loi obligeant les chômeurs à se porter candidats à au moins 12 emplois sur les trois derniers mois sous peine de perdre leurs indemnités pendant deux mois. De plus, les chômeurs devraient remplir chaque semaine un rapport sur leurs activité comme demandeurs d’emplois.
AL

Défense

Armement

L’explosion de l’obusier K9 Thunder, tout récemment acheté par la Finlande, soulève des questions
Les causes de l’explosion qui a eu lieu en août dernier près de la frontière des deux Corées, intéressent la Finlande qui vient d’acquérir 48 obusiers sud-coréens d’occasion.
Selon l’armée de terre sud-coréenne, l’accident a été causé par un défaut mécanique. Selon le communiqué, « l’amorce a explosé toute seule et certaines pièces fonctionnaient de façon anormale”. Une éventuelle erreur humaine serait donc écartée.
Selon l’inspecteur de l’artillerie, le colonel Pasi Pasivirta, l’explosion n’aura pas d’effet sur l’acquisition de la Finlande car les engins ont déjà été embarqués sur un cargo et sont en route vers la Finlande.
Il n’exclut pas l’éventualité d’une erreur humaine et souligne qu’il ne s’agit pas d’un rapport officiel de l’Etat sud-coréen qui devrait être publié d’ici la fin de l’année.
La Finlande suit l’enquête sur les causes de l’accident avec la Norvège qui vient, elle aussi, de passer une commande de 24 obusiers K9 Thunder neufs.
HS28.12

Les appels d’offre des avions de combat multi rôle seront envoyés au printemps prochain
Le prochain avion de combat multi rôle de l’armée de l’air finlandaise sera sélectionnée en 2021 parmi cinq candidats, européens et américains. Les appels d’offre à proprement parler seront envoyés au printemps 2018.
Le travail de conception sur les types d’engin se poursuit continuellement. Lorsque la Finlande réceptionnera son premier nouvel avion en 2025, l’équipement du chasseur ne sera pas identique à celui des actuels Rafale, Eurofighter Typhoon, Gripen E, F-35 ou Super Hornet. Notamment les casques, les tableaux de bord des cockpits, les radars et l’armement font l’objet de perpétuelles mises à jour et conceptions. Les nouvelles menaces exigent de nouvelles solutions.
Tout en constatant qu’ils remplissent parfaitement les capacités recherchées par l’acquéreur, les cinq avions candidats sont, selon les experts, « très différents » les uns des autres.
La Finlande a offert aux fabricants la possibilité de compléter la capacité des avions de combat multi rôle par des drones ce qui n’a cependant pas été fait.
KS28.12/10

Les nouveaux bâtiments de guerre devront surtout être de rapides mouilleurs de mines
Les quatre corvettes multi rôle de l’escadre 2020 seront construites en Finlande, mais l’armement et les censeurs seront achetés à l’étranger.
Critiquée par certains experts, la grande taille de ces bâtiments de guerre servirait néanmoins à posséder la capacité, en début d’une éventuelle crise, à mouiller rapidement des mines. Par la suite, les navires pourront se cacher dans l’archipel.
Ces nouveaux navires possèderont également la capacité de circuler en mer gelée. Ils seront dotés d’une hélice à la fois puissante et silencieuse qui résiste bien à la glace. La marine rappelle que la Finlande est le seul pays au monde où tous les ports gèlent en hiver.
La construction de ces nouveaux bâtiments débutera en 2019.
KS28.12/11

Service militaire

Le service militaire débute pour le contingent 1/18
Environ 12 500 conscrits, dont environ 400 femmes volontaires, entrent dans les casernes ce lundi 8 janvier.
Un majeure partie de ces appelés, près de 10 000, commencent leur service dans l’armée de terre, 1 500 dans la marine. Le reste est réparti entre le corps des gardes-frontières et les différentes unités de l’armée de l’air.
Le service militaire dure 165, 255 ou 347 jours, selon les formations.
www.iltasanomat

Médias

Le quotidien Helsingin sanomat crée un groupe de travail sur la politique de sécurité et des cyberquestions
Helsingin sanomat vient de mettre en place un groupe de travail qui rallie plusieurs services du journal sur la politique de sécurité et sur les cyberquestions. Il sera coordonné par le journaliste des affaires étrangères Jussi Niemeläinen qui a travaillé notamment en qualité de correspondant du quotidien à Moscou et de directeur du service des affaires domestiques. Il a dernièrement occupé le poste de correspondant à Riga.
www.hs.

France

Politique

Editorial
« Les élections ont débloqué les freins aux réformes économiques » HS
Helsingin Sanomat estime que pendant très longtemps il a été difficile de réaliser des réformes économiques en France du fait de la bipolarité et des alternances : la droite et la gauche n’arrivaient pas à, s’entendre pour des réformes et tour à tour bloquaient les tentatives de réforme.
« Après les élections présidentielles et législatives, ce verrou s’est cassé. Le Président Macron a été élu au centre, en promettant des réformes économiques, en défendant les entreprises et en gagnant la majorité au parlement. »
« Les réformes du marché du travail qui facilitent l’embauche, le licenciement et les accords d’entreprises et diminuent la bureaucratie économique ont été approuvées, sans susciter d’importants mouvements de grève et M. Macron peut même bénéficier d’audience en hausse ».
« L’ascension de M. Macron par le centre de l’échiquier politique a poussé les forces traditionnelles vers les extrêmes. Cela tend à les marginaliser encore plus, ce qui rend service au Président Macron ».
HS/Lun

publié le 01/02/2018

haut de page