Janvier 2012

Mardi 31 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« M. Katainen ne mettrait pas la Grèce sous la tutelle de l’UE » TS
« Les pays en difficultés sont responsables d’eux-mêmes » KS
« L’éléphant de la zone euro, la Grèce, gène chaque conseil européen » HS
Le Premier ministre finlandais n’est pas enthousiaste à l’idée de mettre sous la tutelle européenne les décisions de politique économique de la Grèce. Selon M. Katainen, ce sont les pays en difficultés qui doivent eux-mêmes assumer la responsabilité de leurs décisions. De plus, il faut respecter la démocratie, selon lui. Mais « les Etats qui font confiance à la Grèce actuellement ont grand besoin d’informations sur la manière dont les aides sont utilisées ».
« Quel que soit le pays face à une telle crise économique, la responsabilité d’en sortir doit toujours lui en incomber. Il serait mauvais qu’une institution extérieure décide de ce que l’on peut ou ne peut pas faire en Grèce », a déclaré le Premier ministre finlandais.
M. Katainen a aussi déclaré que la situation en Espagne et en Grèce pourrait avoir des effets massifs pour l’ensemble de l’UE : « Si à la suite de la crise actuelle, il y a en Europe des millions de jeunes qui n’entrent jamais sur le marché du travail et se trouvent exclus de la société, cela sera pour ces pays mais aussi pour l’ensemble de l’UE un immense échec social et engendrera des conséquences financières très importantes ».
Concernant l’hypothèse d’une augmentation des aides à la Grèce, M. Katainen a déclaré qu’aucun Etat n’était volontaire pour augmenter ses garanties, mais il n’a pas catégoriquement refusé une telle alternative.
Interrogé sur le projet d’union budgétaire, M. Katainen a rendu compte du fait que « la République tchèque avait un problème constitutionnel et, pour cela, n’y adhérerait pas ».
TS HS AL

M. Katainen interpelle les grévistes belges
Le Premier ministre finlandais estime que les grévistes belges devraient regarder autour d’eux et réfléchir à leur comportement. « Nous avons vu suffisamment d’exemples de pays en difficultés à cause d’un niveau d’endettement important et du risque de perte de confiance », a dit M. Katainen qui a ajouté que cela concernait tous les pays de la zone euro.
Selon lui, les pays en difficulté n’ont pas d’autre choix pour revenir à la prospérité que d’en passer par des coupes budgétaires, des hausses d’impôts et des réformes du marché du travail.
M. Katainen a du voler dans un avion de transport de l’armée finlandaise Learjet pour se rendre à Bruxelles.
TS

Editorial : « Ce n’est pas ce que l’on avait souhaité » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat commente le compromis obtenu au niveau des ministres des Finances sur la procédure de décision au MES. L’éditorialiste reconnait que finalement le projet de texte n’est pas ce que la Finlande souhaitait (la grande commission considérait en effet injuste que seuls quelques grands Etats conservent un droit de véto lors de la procédure d’urgence) « mais heureusement car le compromis obtenu est meilleur que ce que la Finlande recherchait à l’origine. En effet, si le fonctionnement du MES était soumis à la règle de l’unanimité, cet instrument aurait été si rigide qu’il n’aurait pas rempli son objectif ».
HS

Finlande – Estonie

Mme Halonen en visite d’adieu en Estonie
La Présidente, Mme Halonen, s’est rendue en Estonie afin de présenter ses adieux à son homologue, M. Ilves. Elle a également rencontré la présidente du Parlement estonien, Mme Ergma.
Mme Halonen qualifie la relation entre les deux pays d’excellente, mais également de sentimentale et toujours intéressante. Lors d’une conférence de presse, elle a dit à son collègue qu’elle ne pouvait pas promettre qu’elle arrêterait de se rendre en Estonie. M. Ilves a dit que le début de la coopération avec Mme Halonen remontait à l’époque où ils étaient ministres des Affaires étrangères tous les deux, il y a seize ans.
M. Ilves a remercié Mme Halonen pour avoir soutenu l’Estonie au moment de l’adhésion à l’UE de celle-ci. Concernant l’OTAN, Mme Halonen a rappelé qu’elle avait parlé en faveur d’une adhésion des pays Baltes à l’OTAN.
Helsingin Sanomat note que les deux pays ont une relation très différente avec la Russie. Mme Halonen estime qu’il faut respecter le droit du peuple russe de choisir son Président. Elle souhaite que le futur Président russe ait la volonté et la capacité de bien travailler avec tous les voisins. M. Ilves souhaite également que le gouvernement russe laissera les Russes voter pour le Président qu’ils veulent.
HS/A8, SM/11

Politique intérieure

Election présidentielle

Le vote par anticipation a été animé lundi
210 880 Finlandais ont voté lundi, l’avant-dernier jour du vote par anticipation. Au total 1 262 274 personnes ont donné leur voix, soit 30,3 % des électeurs.

M. Niinistö mène de loin
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage sur l’audience des candidats présidentiels, effectué entre le 26 et le 29 janvier pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup. M. Sauli Niinistö, candidat du Parti conservateur, mène avec une audience de 64 %. M. Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte, aurait 36 % des votes. 23 % des personnes interrogées ne se sont pas prononcées.
56 % des femmes voteraient pour M. Niinistö et 44 % pour M. Haavisto. 72 % des hommes sont favorables à M. Niinistö et 28 % à M. Haavisto.
L’avance considérable de M. Niinistö est due au fait que trois quarts de ceux qui voté pour MM. Soini ou Väyrynen au premier tour comptent voter pour le candidat conservateur. 91 % des partisans de Mme Essayah – quelque 50 000 personnes – sont favorables à M. Niinistö.
Les sociaux-démocrates sont partagés : 49 % pour M. Haavisto, 51 % pour M. Niinistö, de même que le Parti suédois (41 % pour M. Haavisto, 59 % pour M. Niinistö).
90 % des partisans de l’Alliance des gauches comptent voter pour M. Haavisto.
M. Haavisto est plus populaire que M. Niinistö seulement parmi les jeunes de 18 à 24 ans avec 54 % (contre 46 % pour M ; Niinistö). 85 % des personnes de plus de 65 ans sont pour M. Niinistö.
Dans la région de la capitale, l’audience de M. Niinistö est de 54 %, contre 46 % en faveur de M. Haavisto.
HS/A3&A4

Editorial : M. Niinistö a gardé son avance
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que les électeurs ont encore le temps pour évaluer les qualités des candidats et leur façon de diriger le pays.
Pour conclure, le quotidien rappelle que les Finlandais se souviennent de leurs présidents surtout en raison de leurs caractéristiques personnelles et leurs décisions pendant les moments difficiles de l’histoire.
HS/A2

Commentaire : Le président de presque tous les hommes
M. Huusko estime dans Uusisuomi que l’élément le plus révélateur du sondage d’HS est la différence entre l’audience des candidats chez les hommes et les femmes. M. Niinistö est extrêmement populaire parmi les hommes (72%), alors que les femmes sont partagées (56%). Pour M. Huusko, une des raisons principales est le clivage entre les candidats à la fois sur l’axe sous-officier de réserve contre ancien objecteur de conscience et hétérosexuel contre homosexuel.
80% des Finlandais aiment l’armée finlandaise et la plupart d’entre eux sont opposés au service civil. De plus, plus on s’éloigne de la capitale et moins l’on accepte les différences sexuelles.
uusisuomi

Qui vote pour qui ?
Selon Helsingin Sanomat, le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, social-démocrate, a annoncé hier qu’il avait décidé de voter pour M. Haavisto.
M. Paavo Lipponen, candidat social-démocrate au premier tour, a laissé entendre clairement sur Facebook qu’il avait voté pour M. Haavisto.
HS/A5

Propos de Mme Halonen
Uutispäivä Demari rapporte que la Présidente, Mme Tarja Halonen, en déplacement en Estonie, a fait l’éloge de la manière dont M. Haavisto a évoqué son orientation sexuelle. Elle a souligné aussi que le candidat vert a présenté de façon élégante son époux étranger aux Finlandais.
Malgré la mauvaise audience des candidates, elle estime que l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que l’égalité sexuelle se sont améliorées.
Pour Mme Halonen, l’Etat-providence n’est pas en crise même si le candidat social-démocrate n’a pas eu de succès. Elle souligne que l’Etat providence est une idée nationale qui n’est pas liée à un parti politique. Elle estime que les deux candidats y sont favorables.
UD/11

M. Heinäluoma souligne l’importance du gouvernement lors de la transition présidentielle
Uutispäivä Demari relève que M. Eero Heinäluoma (PSD), président du Parlement, souligne que le changement du président peut avoir un effet sur la politique étrangère. « Le gouvernement actuel représente la continuité dans la politique étrangère. Il est possible que la politique étrangère de lanlande change après l’élection du nouveau président et la nomination d’un nouveau gouvernement à l’avenir. »
UD/11

Stérilisation des transsexuels

La conseillère de la ministre des Services sociaux démissionne
Mme October, conseillère de la ministre des Services sociaux, Mme Guzenina-Richardson, qui avait promu la suppression de l’exigence de stérilisation dans le contexte de chirurgie transsexuelle, sans que la ministre en soit au courant, a démissionné. La ministre constate que sa conseillère s’était exprimée sans se rendre compte qu’elle représentait la ministre.
Mme Octobre est juriste spécialisée dans les droits de l’homme.
La législation finlandaise prévoit la stérilisation obligatoire pour les personnes qui subissent une opération transsexuelle. Le Conseil de l’Europe propose de supprimer les lois imposant une stérilisation. L’association Egalité sexuelle, Seta, souhaite inclure la réforme de la loi sur les transsexuels dans le programme sur les droits de l’homme qui est en cours de préparation.
HS/A6, AL/A8

Paternité

Un enfant né hors du mariage aura désormais le droit d’obtenir une reconnaissance juridique concernant son père
Dans une affaire de reconnaissance de paternité, la Cour suprême a donné un jugement selon lequel aucun délai ne saurait restreindre l’obtention d’une reconnaissance de paternité.
Pour la Cour suprême, un délai en la matière est contraire à la Constitution. La législation actuelle concernant la paternité date de 1976 et fixe un délai de cinq ans pour entamer une demande de reconnaissance de paternité concernant un enfant né hors mariage.
HS/A7

Economie

« OP-Pohjola s’attend à une récession courte dans la zone euro » HS
La banque OP-Pohjola estime que les facteurs qui ont ralenti la croissance sont déjà en train de s’affaiblir et que l’économie de la zone euro est en train de repartir.
Les prévisions de croissance économique pour la Finlande cette année sont de 1% : après une récession en début d’année, les exportations devraient repartir et être accélérées par un euro faible. L’année prochaine, la croissance économique pourrait être de 2%.
L’inflation devrait diminuer et le chômage rester stable.
HS

Défense

Un officier finlandais condamné pour son comportement en Afghanistan
Un soldat finlandais vient d’être condamné à payer une amende de 1 320 euros. Il avait passé le jour de l’indépendance en décembre 2010 dans un état de solide ébriété, perdu son fusil et attaqué un camarade suédois.
A ce jour, l’officier est rentré d’Afghanistan.
AL/A4

Les conscrits seront formés en matière de prévention de la violence
A l’avenir, une formation de prévention de la violence, notamment la violence familiale, sera incluse dans les cours proposés aux conscrits. Une phase pilote sera réalisée dès cette année, vraisemblablement dans la garnison de Santahamina et dans l’escadre aérienne de Satakunta. Ailleurs la formation commencera l’année prochaine.
Il ne s’agit pas seulement d’une présentation de quelques heures mais des discussions de groupe et d’éventuels exercices de situation interactive tenus par des infirmiers et assistants sociaux.
TS/6

France - Finlande

Culture

Littérature
Helsingin Sanomat rend compte de la publication, en finnois, de Pilote de guerre de Saint-Exupéry.
Kaleva publie une critique élogieuse de la nouvelle traduction en finnois des fleurs du mal de Baudelaire.
HS/C3 Kaleva

Jazz
Helsingin Sanomat publie une critique du concert de Marc Ducret, guitariste français.
HS/C4

France

Politique

« La France va adopter la taxe Tobin » KL
« M. Sarkozy déterminé » KL
Kauppalehti rapporte que le président a déclaré que la France allait adopter une taxe sur les transactions financières ; L’éditorialiste relève la détermination du président français.
KL

Lundi 30 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Développement durable

Tribune de Mme Halonen et M. Zuma
La présidente finlandaise et le président sud-africain publient une tribune dans Helsingin Sanomat pour présenter le rapport du panel qu’ils coprésident. Ce rapport intitulé Resilient People, Resilient Planet est rendu public aujourd’hui.
http://www.un.org/publications
HS

Crise financière

Le texte sur le MES pourra être adopté à la majorité au Parlement
La commission des Affaires constitutionnelles a décidé aujourd’hui que le projet de texte sur le MES ne contrevient pas à la constitution finlandaise et ne nécessite donc pas d’être adopté à la majorité qualifiée.
HS

Mer Baltique

Emissions de phosphore de l’usine russe de Kingisepp
Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, souhaite que l’on puisse trouver une position commune entre les autorités finlandaises et russes, la commission de protection de la mer Baltique Helcom, et les représentants de l’usine Fosforit afin d’entamer des mesures pour diminuer les émissions. M. Niinistö souligne qu’il ne s’agit pas de chercher des coupables mais d’améliorer l’état de l’environnement. Il souligne l’importance d’agir rapidement ensemble en la matière.
HS/sam/A5

Implants PIP

Plus de cent Finlandaises auraient eu des implants PIP en Estonie
Helsingin Sanomat relève que selon les autorités estoniennes, dans le cas de 40 à 50 % des implants PIP installés en Estonie, il s’est agi de clientes finlandaises. Jusqu’à présent, 266 cas ont été révélés. Les autorités estiment que ce chiffre ira augmentant au fur et à mesure que toutes les cliniques auront été contactées.
HS/sam/A4

Temps de travail

La semaine de travail la plus courte en Finlande
Aamulehti rapporte que c’est en Finlande que les travailleurs à temps plein effectuent la semaine de travail la plus courte de l’UE avec 37,8 heures, derrière la France 38, loin de la moyenne européenne 39,7 et surtout de la Roumanie 41,3.
Aamulehti souligne que cette étude a été réalisée selon un sondage auprès des personnes et qu’il s’agit donc aussi d’une question d’honnêteté des personnes interrogées.
Pour les travailleurs à temps plein, les conventions collectives finlandaises fixent la durée hebdomadaire de travail à 35 à 37 heures selon les branches. La durée la plus courte est dans la fonction publique et la plus longue dans l’industrie.
AL

Politique intérieure

Election présidentielle

Le taux de participation est déjà de 25 % après cinq jours de vote par anticipation
Helsingin Sanomat rapporte que le vote par anticipation a été animé pendant le week-end : plus de 120 000 Finlandais ont voté samedi et plus de 80 000 dimanche. Le nombre de ceux qui ont voté s’est déjà élevé à plus d’un million, soit à 25 % des électeurs.
HS

Audience des candidats : M. Niinistö 64 %, M. Haavisto 36 %
Iltalehti relève que selon un sondage effectué par l’institut Research Insight Finland pour le compte du tabloïd, l’audience de M. Sauli Niinistö est de 64 % et celle de M. Pekka Haavisto 36 %. 23 % des personnes interrogées ne s’expriment pas.
69 % des électeurs des Chrétiens-démocrates, qui ont voté pour Mme Essayah au premier tour, comptent voter pour M. Niinistö.
62 % des partisans de l’Alliance des gauches sont favorables à M. Haavisto et 13 % à M. Niinistö.
Un tiers des sociaux-démocrates voteront pour M. Haavisto, un tiers pour M. Niinistö et 37 % sont indécis.
Chez les centristes, 50 % sont pour M. Niinistö, 15 % pour M. Haavisto et un tiers ne sait pas encore.
42 % des partisans du Parti suédois comptent voter pour M. Niinistö, 24 % pour M. Haavisto et un tiers est indécis.
Un peu plus que la moitié des Vrais Finlandais sont pour M. Niinistö, 25 % pour M Haavisto et 21% n’a pas décidé encore.
IL/sam/2-3

Qui vote pour qui ?
Helsingin Sanomat rapporte que les partis politiques n’ont pas donné de consignes pour leurs électeurs concernant le vote au second tour.
Parmi les candidats au premier tour, M. Soini et Mme Essayah a annoncé voter pour M. Niinistö. M. Arhinmäki est favorable à M. Haavisto. Mme Biaudet vient d’annoncer son soutien à M. Haavisto.
MM. Lipponen et Väyrynen ne se sont pas prononcés.
Parmi les présidents des partis politiques, Mme Urpilainen (PSD), n’a pas révélé son candidat. M. Wallin (Parti suédois) et Mme Räsänen (Chrétiens-démocrates) ont annoncé qu’ils voteraient pour M. Niinistö.
HS/dim/A9

Partis politiques

M. Väyrynen a fait monter un peu l’audience du Centre
Kaleva rapporte que selon un sondage publié par le journal télévisé et radiophonique d’Yle, le Parti conservateur Kokoomus est encore le plus grand parti avec une audience de 23,1 %, suivi des Vrais Finlandais, 17,4 %, et du PSD, 16,3 %. Le Centre reste quatrième avec 15,6 % et dans son audience on peut voir une légère hausse qui est due au succès de M. Väyrynen au premier tour de l’élection présidentielle. L’Alliance verte est cinquième avec 9,6 %. Son audience a augmenté de 2 points.
Kaleva

Image de la Finlande

La Finlande a eu une réputation d’un pays intolérant
A la lumière s’une enquête effectuée par Helsingin Sanomat auprès de 1 126 Finlandais expatriés de 78 pays différents, l’image de la Finlande est bonne selon 79,8 %. 19,4 % estiment que l’image est satisfaisante et 0,8 % pensent qu’elle est mauvaise dans le pays où ils habitent.
Les Finlandais expatriés estiment que le succès des Vrais Finlandais aux élections législatives et leurs commentaires considérés comme racistes ont surtout détérioré l’image de la Finlande à l’étranger. Cela a été interprété dans plusieurs pays comme une montée de l’extrême-droite.
« Les Finlandais devraient comprendre que la Finlande est un petit pays qui a besoin de la coopération internationale et des immigrés étrangers », écrit Mme Anna Ndiaye de la France.
HS/dim/A4

Secrétariat du Premier ministre - nomination

M. Heinonen nommé secrétaire d’Etat de M. Katainen
M. Heinonen, directeur à Yle, a été désigné secrétaire d’Etat du Premier ministre Katainen à la succession de M. Nummikoski qui devient directeur du monopole public des machines à sous.
M. Heinonen, ancien ministre de l’Education, des Transports, des Transports et Communications, est désigné pour la durée du mandat du Premier ministre.
HS/sam/A4

Défense

Silence sur la liste des garnisons condamnées à la fermeture
Alors que le 7 février, jour présumé des annonces de fermeture des garnisons, approche, la commission parlementaire de la défense n’est toujours pas au courant de la situation.
Le président et le vice-président de la commission, M. Jussi Niinistö (vrais Finlandais) et M. Seppo Kääriäinen (Centre), affirment ne pas connaitre la liste des unités et garnisons qui devront fermer.
Selon M. Jussi Niinistö (Vrais Finlandais), les fermetures n’apporteront pas d’économies. Il affirme néanmoins que seule la fermeture de la garnison de Dragsvik et son transfert à Upinniemi serait économiquement justifiée. Par ailleurs il craint que derrière les fermetures se cache le souhait de passer à un service militaire sélectif. Il estime que la défense a besoin de plus d’argent pour garder une armée crédible.
Quant à l’ancien ministre de la Défense, M. Kääriäinen, il s’attend à un grand chamboulement qui touchera plusieurs régions et plusieurs garnisons.
Récemment en visite dans les garnisons en Laponie, le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, ne se prononce pas non plus sur les futures fermetures.
Le président du groupe de contact parlementaire sur le suivi de la réforme de la défense, M. Ilkka Kanerva (député conservateur), souhaiterait qu’au lieu de discuter du nombre des garnisons condamnées, il serait plus judicieux de parler de la performance des troupes.
M. Kanerva estime que la Finlande devra bientôt décider si elle entend se charger seule de façon indépendante de sa défense ou si elle envisage d’opter pour une coopération internationale plus conséquente. Il précise qu’une coopération internationale plus conséquente ne signifie cependant pas une adhésion à l’OTAN.
AL28.1/A5, 29.1/A8, HBL29.1/4

Licenciements de Nokia Siemens Networks

NSN supprime entre 1200 et 1300 emplois en Finlande
Nokia Siemens Networks qui a annoncé en novembre qu’il envisageait de supprimer 17 000 emplois dans le monde entier, commencera les négociations sur la suppression de 1200 à 1300 emplois en Finlande.
Au total, NSN emploie 74 000 personnes, dont 6900 en Finlande.
HS/sam/B6

RMI

Les revenus minimum d’insertion versés sont au niveau des années de crise économique
Helsingin Sanomat relève que les dépenses concernant le RMI dont les communes et l’Etat partagent la charge, ont rapidement augmenté ces dernières années après avoir fléchi au début des années 2000. En 2010, 31 % de plus d’argent a été dépensé dans le RMI qu’en 2005. Cette année-là, 7 % des ménages ont bénéficié du RMI. Aujourd’hui, les dépenses, qui s’élèvent à 630 millions d’euros, correspondent à celles de l’époque de crise économique des années 1990.
Ce qui a changé par rapport au début des années 1990, c’est que le RMI semble être devenu un moyen permanent de subsistance. 25 % des RMIstes le reçoivent depuis dix ans, 16 % depuis deux ans et 11 % depuis trois ans.
HS/lun/A7

France - Finlande

Culture

Bande-dessinée : Quai d’Orsay en finnois, artistes finlandais à Angoulême
Helsingin Sanomat publie de nombreux reportages sur le festival d’Angoulème et notamment une interview de Christophe Blain dont l’album Quai d’Orsay va paraître en finnois.
Harri Rompotti relève aussi que cinq Finlandais figuraient parmi les artistes invités à participer à l’exposition sur la vie européenne : Mari Ahokoivu, Matti Hagelberg, Kati Kovacs, Tommi Musturi et Ville Ranta.
HS

Cirque : La compagnie Morosof au festival Ruska
Aamulehti et Helsingin Sanomat publient de bonnes critiques du spectacle de la Compagnie Morosof qui s’est produite au festival Ruska, à Tampere.
AL HS

Cinéma : Le Havre obtient six Jussi et trois nominations pour les César
Le film d’Aki Kaurismäki, coproduction franco-finlandaise, a obtenu, hier, six Jussi récompensant les films en Finlande. Il est aussi nominé aux César en France dans trois catégories.

Alain Mabanckou
Hufvudstadsbladet rend compte de la traduction suédoise du roman Black Bazar d’Alain Mabanckou et note que deux autres de ses romans ont déjà été publiés en suédois.
A la même occasion, HBL publie une critique de son roman Demain j’aurai vingt ans.
HBL/dim/26-27

France

Politique

« Une bataille entre quatre candidats » TS
« M. Sarkozy sur neuf chaînes : le Président souhaite augmenter la Tva et améliorer l’emploi des jeunes » HS
Turun Sanomat présente l’élection présidentielle française à venir.
Helsingin Sanomat rapporte les principales annonces faites hier par le Président français.
TS HS

Vendredi 27 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Le gouvernement va précise la loi sur le FESF
Le ministère des Finances va proposer un projet de modification de la loi concernant les garanties finlandaises dans le FESF. La loi adoptée l’année dernière prévoit un plafond des garanties finlandaises de 13,9 milliards d’euros. L’objectif du projet de modification de la loi est de préciser l’engagement supplémentaire de la Finlande en raison des taux d’intérêt et des frais.
HS

Le projet de texte sur le MES devrait convenir au Parlement
La commission des Affaires constitutionenlles devrait décider aujourd’hui que le projet de texte sur le MES ne contrevient pas à la constitution finlandaise et ne nécessite donc pas d’être adopté à la majorité qualifiée.
Selon les experts entendus hier par la commission, le nouveau projet de texte n’est plus en conflit avec le texte de la consitution finladnaise.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

Le taux de participation est à 14,2 % après deux jours de vote par anticipation
Le vote par anticipation continue : 275 455 Finlandais ont voté hier, soit 6,6 % des électeurs.

Le premier débat télévisé entre MM. Haavisto et Niinistö a eu lieu jeudi soir
Helsingin Sanomat estime que le premier débat télévisé, celui de la chaîne TV1 d’Yle, a été une « lutte entre deux gentlemen ». Les candidats ont dû répondre aussi à des questions sur leurs époux. Selon M. Haavisto, la plupart des Finlandais ont bien accueilli le fait qu’il vit avec un homme. M. Niinistö a noté qu’il a eu de nombreux commentaires sur la différence d’âge importante entre lui et sa femme.
HS/A6

Le PSD ne donnera pas de consigne de vote
Le Parti social-démocrate a invité MM. Haavisto et Niinistö, à la réunion du groupe parlementaire et du bureau national du PSD pour interroger les deux candidats présidentiels. Le PSD a réservé une demi-heure pour chacun. Les sociaux-démocrates ont décidé de ne pas prendre position en tant que parti pour un des candidats. « Je souhaite que tous le monde aille voter », a souligné Mme Jutta Urpilainen, présidente du parti.
Quant au mauvais score de M. Lipponen, candidat social-démocrate, Mme Urpilainen a accusé la fatigue électorale. Elle estime aussi que le PSD avait commencé la campagne électorale en retard. Le journaliste Vesa Somppi estime dans Keskisuomalainen que M. Lipponen a perdu parce que sa campagne a été trop favorable à l’UE et à l’euro.
TS/13, KS/11

Yle a demandé les intentions de vote des députés
Le journal télévisé d’Yle a demandé aux députés (à l’exception des 44 députés conservateurs et dix députés verts) comment ils comptent voter au second tour. Yle a pu joindre 141 des 146 députés, dont 96 n’ont pas voulu répondre.
Le PSD en tant que parti ne prend pas position en faveur d’un des candidats mais dix députés sociaux-démocrates, dont les ministres Krista Kiuru, Maria Guzenina-Richardson et Jukka Gustafsson, ont annoncé qu’ils allaient voter pour M. Haavisto. Neuf députés de l’Alliance des gauches, dont la ministre Merja Kyllönen, ont également pris position en faveur de M. Haavisto.
Neuf députés centristes, dont les anciens ministres Sirkka-Liisa Anttila et Tapani Tölli, vont voter pour M. Niinistö, ainsi que quatre députés du Parti suédois et quatre députés des Chrétiens-démocrates, dont la présidente du parti Päivi Räsänen.
Chez les Vrais Finlandais, huit députés, dont Jussi Halla-aho, ont annoncé leur soutien à M. Niinistö, tandis qu’une seule députée, Arja Juvonen, a dit qu’elle comptait voter pour M. Haavisto.
Yle

Parti du centre

M. Pekkarinen s’intéresse à la direction centriste
Keskisuomalainen rapporte que le député centriste Mauri Pekkarinen, ancien ministre, a annoncé hier qu’il était intéressé par des tâches à la direction du parti. Il n’a pas précisé s’il s’agissait de la présidence du groupe parlementaire ou de la présidence du parti.
M. Pekkarinen souligne que pour la première fois depuis 1987, il n’a aucune tâche liée directement au travail du parti. Une autre raison pour laquelle il s’intéresse à de nouveaux défis est le succès de M. Väyrynen au premier tour de l’élection présidentielle.
KS/8

Réforme des communes

Le gouvernement s’engage dans la réforme communal, mais le PSD accuse les Conservateurs de faire cavalier seul
Helsingin Sanomat relève que selon Mme Urpilainen, ministre des Finances, le gouvernement ne s’est pas mis d’accord sur la désignation de médiateurs en matière de réforme de communes.
Mme Virkkunen, ministre des Collectivités locales, estime que la réforme ne prendra pas du retard même si des dizaines de médiateurs seront désignés pour évaluer les fusions de comunes. Elle précise qu’elle est préparée à leur désignation même s’il n’y a pas encore de décision prise.
Le rapport du groupe de travail en la matière sera publié dans deux semaines et les communes pourront le commenter du 14 février au 22 mars. Le gouvernement devra ensuite prendre une décision sur la suite. Les modalités de la réforme seraient inscrites dès ce printemps, même si les nouvelles frontières des communes ne seraient dessinées que plus tard. L’objectif est que la nouvelle division du pays en communes soit en vigueur début 2015.
Une proposition de loi pour une nouvelle structure communale devrait être remise avant les municipales de l’automne 2012, selon Mme Virkkunen.
Mme Kiviniemi, présidente du Centre, est méfiante en ce qui concerne les projets du gouvernement. Pour elle, dans la réforme, il s’agit d’un projet idéologique sans justification. Elle estime qu’il faudrait repartir de zéro.
Selon HS, l’Union des communes n’a pas d’idée claire sur le rôle des médiateurs. M. Mäki-Lohiluoma, directeur général de l’Union des communes, souhaite que les communes puissent avoir suffisamment de temps pour développer leurs propres idées.
HS/A10

Tempête – électricité

M. Häkämies augmenterait les responsabilités des fournisseurs en cas de coupures
Le ministre de l’Economie, M. Häkämies (Conservateur), souhaite augmenter le plafond des dédommagements versés concernant les coupures électriques. Un consommateur peut actuellement bénéficier d’un dédommagement de 700 euros au maximum, mais M. Häkämies souhaite que ce plafond soit fixé à 2000 euros.
M. Häkämies a donné une conférence de presse, hier, lors de laquelle il a annoncé que son ministère préparait une réforme de la législation en la matière. Il relève qu’après les tempêtes de la fin de l’année, l’information a fait défaut.
HS/A10

Démographie

Le solde migratoire exceptionnellement important en 2011
L’écart entre les émigrants et les immigrants n’a jamais été aussi important depuis l’indépendance de la Finlande. Selon l’Institut national d’études statistiques, 28 250 personnes ont immigré en Finlande en même temps que 12 470 l’ont quittée. 7700 des personnes s’étant installées en Finlande étaient de nationalité finlandaise. Parmi les immigrants, les Estoniens et les Russes se distinguent par leur nombre, par rapport à d’autres nationalités.
Les Finlandais, les Estoniens et les Russes constituent également les groupes les plus importants en matière d’émigration.
La population finlandaise s’élève à 5,4 millions.
9500 personnes de plus sont nées que décédées.
Parmi les régions, c’est Uusimaa (région de la capitale) et Pirkanmaa (autour de Tampere) qui ont le plus bénéficié de nouveaux arrivants, alors que la Savonie du Sud et Kainuu en ont le plus perdu.
HS/A10

Projet de Musée Guggenheim à Helsinki

La prise de décision prendra du retard
Helsingin Sanomat relève que les décisions politiques en matière de l’éventualité de construction d’un Musée Guiggenheim à Helsinki seront retardées d’un mois. Le maire de Helsinki, M. Pajunen, souhaite entendre des commissions centrales du point de vue du projet avant que la municipalité se prononce en la matière.
Il souhaite que la proposition qui sera remise à la municipalité, le 27 février, soit préparée de la meilleure façon possible.
M. Bergholm, président du groupe social-démocrate, estime qu’il n’est pas exclu que l’on exige également des avis extérieurs concernant les effets économique et de politique artistique du projet. Un mois risque de ne pas suffire pour cela, selon lui.
Le ministre de la Culture, M. Arhinmäki relève qu’il a fait effectuer une étude supplémentaire sur le musée. Pour lui, la valeur de la marque Guggenheim n’est pas explicite.
HS/A13

Helsinki – vélib

Helsinki négocie sur 500 vélos avec JCDecaux
Helsingin Sanomat relève que la compagnie de transport public de Helsinki entamera des négociations avec JCDecaux qui pourrait fournir 500 vélos à l’usage des citadins l’été prochain, dès le mois de juillet.
Le journal distribué gratuitement Metro relève que les vélibs seraient disponibles à 34 endroits différents.
A son tour, JCDecaux aurait 45 emplacements à sa disposition pour afficher des publicités.
HS/A13, metro/4

Nokia

Nokia continue à se maintenir
Helsingin Sanomat rapporte que les bons résultats de Nokia dans le bas de gamme des télépjhones mobiles permettent au groupe de se maintenir. Le groupe vend principalement en Asie, en Afrique et en Amérique-latine. Sur tous les autres marchés, ses positions se dégradent.
Dans les smartphones, Nokia a perdu 27% de son chiffre d’affaires et 25% de son volume de vente en 2011.
Nokia reste donc le premier vendeur de téléphones portables en volume, avec 417 millions d’appareils vendus en 2011, soit plus d’un million par jour.
Il n’y a en revanche pas encore de preuve du retour de Nokia sur le marché des smartphones. Si ses téléphones sous windows ne remportent pas un succès, Nokia risque de ne devenir qu’un producteur de téléphones de bas de gamme, voire un sous-traitant, ce qui ne manquerait pas d’avoir des effets sur ll’emploi en Finlande.
Il y a aussi des interrogations concernant l’avenir de Nokia Siemens network qui a souvent changé de stratégie et de direction. .
Par ailleurs, le président de F-Secure, M. Risto Sillasmaa devrait être nommé à la présidence du conseil d’administration de Nokia.
HS

Kone

Kone progresse en Asie
Le groupe Kone a enregistré un nouveau record avec un résultat de 725 millions d’euros en 2011 pour un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards d’euros.
Le groupe est second en Chine et premier en Inde. Il dispose actuellement d’un niveau record de commandes.
HS

EADS

M. Itävuori quitte EADS
Helsingin Sanomat rapporte qu’EADS a publié, hier, un communiqué annonçant le départ de M. Jussi Itävuori qui occupait le poste de directeur des ressources humaines du groupe. Il y travaillait depuis dix ans.
« EADS s’engage dans une nouvelle phase de son intégration et il est temps de laisser la place à une nouvelle génération », a dit M. Itävuori qui est âgé de 56 ans.
HS

Jeudi 26 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Selon Mme Urpilainen, on a rapidement besoin du MES
« Du point de vue de la Finlande, il serait bon que le MES entre en vigueur le plus rapidement possible », a déclaré la ministre des Finances. Mme Urpilainen estime que le gouvernement et le parlement finlandais doivent évaluer rapidement l’opportunité d’augmenter la capacité du MES, avant le sommet européen du mois de mars. « La Finlande a participé à la décision selon laquelle la capacité totale des fonds de crise était de 500 milliards d’euros et la part de la Finlande de 14 milliards. S’il devait y avoir des modifications à ces plafonds, il faudra en discuter de nouveau au gouvernement et au parlement ».
UD

Parlement européen

Peu de Finlandais dans les missions de confiance au Parlement européen
Les députés européens finlandais sont peu nombreux à occuper des postes importants au Parlement européen. Les prochaines années, aucun Finlandais ne sera vice-président du Parlement européen, ni questeur, ni président d’une commission.
Mme Pietikäinen (PPE) et M. Haglund (Alliance des démocrates et des libéraux) seront vice-présidents respectivement de la commission du marché intérieur et de protection des consommateurs et de celle de la pêche.
AL/A6

Nations-Unies

Editorial : « Une campagne sur tous les fronts » TS
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que la Finlande mène une large campagne pour obtenir un siège au conseil de sécurité. Le bureau de campagne du ministère des Affaires étrangères a déjà visité 93 pays, y compris la Corée du nord, la Barbade ou les Seychelles, relève TS qui s’étonne toutefois que personne ne puisse néanmoins chiffrer le budget de cette campagne.
TS

Critiques contre M. Haavisto
Le journaliste A. P. Pietilä écrit dans Uusimaa que, selon des sources anonymes du ministère des Affaires étrangères, « le succès remporté par M. Haavisto dans l’élection présidentielle suscite des appréhensions au ministère des Affaires étrangères où l’on fait campagne pour que la Finlande ait un siège au conseil de sécurité. Jusqu’à présent des pays dans lesquels l’homosexualité est interdite ont exprimé leur soutien à la candidature finlandaise ». M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, met en doute l’existence d’une telle source anonyme dans son ministère et critique fermement les propos de M. Pietilä.
Tuomioja.org

Darfour – M. Haavisto et sa mission au Soudan

Le candidat présidentiel M. Haavisto revient sur sa mission au Darfour
Helsingin Sanomat a interrogé M. Haavisto sur sa mission du Darfour en raison du fait que le think-tank gérmano-américain Atlantic Community estime, dans un rapport publié en 2010, que M. Haavisto aurait outrepassé son mandat et aurait pour cela quitté ses fonctions de représentant spécial de l’UE au Soudan. Dans le rapport, on souligne qu’il s’agit d’une appréciation de l’auteur, et non pas du think-tank, ni de l’UE.
M. Haavisto, nommé à ces fonctions en 2005, dit qu’il les a quittées en 2007 parce que certains Etats membres de l’UE souhaitaient un rôle plus modéré du représentant européen.
Il relève avoir été étroitement en contact avec M. Solana, haut représentant de politique étrangère et de sécurité de l’UE, à la fin 2006. « J’ai compris, lors de ces entretiens, qu’il convenait que l’UE se retire d’une médiation active pour la paix et qu’elle la laisse à de nouveaux acteurs. Dans cet état des choses, j’ai décidé de me présenter aux législatives finlandaises du printemps 2007 », dit M. Haavisto.
Selon M. Tanner, chef de la direction générale politique du ministère des Affaires étrangères, M. Haavisto n’a pas dépassé son mandat au Soudan. En 2007, M. Tanner représentait la Finlande au comité politique et de sécurité de l’UE, auquel les représentants spéciaux remettaient leurs rapports. Il relève que les Etats membres de l’UE étaient satisfaits du travail de M. Haavisto.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, qui l’était également de 2000 à 2007, partage les vues de M. Tanner. Il estime que M. Haavisto s’est efforcé d’être « plus qu’une figure représentative portant le panneau de l’UE et dont le travail consiste d’être présent ». M. Tuomioja fait l’éloge de l’activité de M. Haavisto dans la création et le maintien des contacts entre les parties.
M. Tuomioja estime qu’il n’est pas exclu que M. Haavisto ait quitté ses fonctions parce qu’il ne s’entendait pas bien avec M. Solana. M. Haavisto n’est pas du même avis. « J’ai compris que M. Solana a reçu, de la part de quelques Etats membres dont le rôle au Soudan était important, beaucoup de critique sur le rôle actif de l’UE. Mon successeur a adopté un profil bien plus bas dans ces questions, et cela a plu à ces pays », dit-il.
HS relève que, selon des informations de Wikileaks, les diplomates américains au Soudan auraient douté de la crédibilité de M. Haavisto comme conseiller de l’ONU dans la crise du Darfour [fonctions qu’il assumait également en 2007], du fait qu’il n’allait pas s’installer à Khartoum de façon permanente. « Ces critiques étaient liées à la phase de désignation », selon M. Haavisto. « On m’a demandé comment j’allais gérer mes fonctions en n’étant pas sur place. J’ai dit que les guérillas non plus n’étaient à Khartoum. J’ai fini par passer presque tout l’été 2007 sur place et peut-être cinq jours à Helsinki. »
HS/A8

Politique intérieure

Election présidentielle

Le vote par anticipation a commencé hier
Selon Turun Sanomat, le vote par anticipation du second tour de l’élection présidentielle, qui a commencé hier, a été animé. Un nombre record, 309 301 personnes – 137 528 hommes et 171 773 femmes - ont donné leur voix, soit 7,4 % des électeurs.
Le record précédent, 7,1 %, date de l’élection présidentielle de l’an 2000.
TS/10

Sondage d’Ilta-Sanomat
Ilta-Sanomat analyse le résultat du sondage effectué pour le compte du tabloïd, selon lequel M. Niinistö aurait 65 % et M. Haavisto 35 % des voix au second tour de l’élection présidentielle.
M. Niinistö est le favori des hommes, surtout des hommes plus âgés : 81 % des Finlandais de plus de 65 % comptent voter pour lui et 70 % des hommes de tous les âges. Plus que la moitié de femmes de 18 à 34 ans, 57 %, annoncent de voter pour M. Haavisto. Parmi toutes les femmes, 41 % sont favorables au candidat vert.
Concernant les groupes de professions des électeurs, les étudiants sont le seul groupe dont la majorité, 60 %, est favorable à M. Haavisto. Les autres groupes sont majoritairement pour M. Niinistö.
Parmi les finnophones, 64 % voteraient pour M. Niinistö, contre 84 % des suédophones.
Seuls les sympathisants des Verts et de l’Alliance des gauches voteraient majoritairement pour M. Haavisto. Les sympathisants des autres partis, y compris le PSD, voteraient majoritairement pour M. Niinistö.
M. Niinistö est le plus populaire en Laponie (78 %) et à l’Ouest (70 %). Dans le département d’Oulu, M. Haavisto a eu son meilleur score, 45 %.
Un quart de personnes interrogées sont encore indécis. 6 % ne comptent pas voter du tout.
IS

Editorial : Etrange volte-face des rhinocéros pro-nucléaires
Dans son éditorial, Aamulehti s’étonne du soutien du mouvement syndical à M. Haavisto, comme si celui-ci était le candidat du PSD. Le quotidien note que même le président du syndicat Team, M. Timo Vallittu, se demande si les Verts sont ravis de voir que « les rhinocéros pro-nucléaires » rejoignent le camp de M. Haavisto.
AL/12

Analyses
Deux grands mouvements populaires – le Centre et le PSD - se sont égarés, écrit éditorialiste Juha Akkanen dans un billet à Helsingin Sanomat.
Le Parti du centre est resté un grand parti malgré l’exode rural des années 1960 et 1970. Depuis cette période, ce parti a deux ailes : une aile citadine libérale et une aile campagnarde conservatrice. Le résultat des élections législatives du printemps 2011 montre que les partisans du Centre n’ont pas apprécié la politique des Premier ministres précédents, Mme Kiviniemi et M. Vanhanen. M. Väyrynen a retrouvé les voix des centristes des campagnes. Il a également montré que le Centre devrait mener une politique critique à l’égard de l’Union européenne si la direction du parti souhaite garder les voix gagnée par M. Väyrynen.
Quant au PSD, M. Lipponen était censé sauver son parti à l’élection présidentielle. La campagne a échoué, elle était sans énergie et sans émotions. Le PSD aurait dû d’abord garantir les voix des électeurs sociaux-démocrates traditionnels.
La gauche n’a obtenu que 12,2 % des voix, M. Väyrynen tout seul en au eu beaucoup plus. Il semble que le Centre est dans une meilleure condition maintenant que le PSD.
Ilta-Sanomat estime que M. Soini a échoué à l’élection présidentielle parce que les Finlandais ont déjà assez de la crise de l’euro. Beaucoup d’électeurs n’aiment pas les propos durs des Vrais Finlandais contre l’immigration. A l’élection présidentielle, M. Väyrynen a battu M. Soini avec les thèmes eurosceptiques
HS/A2, IS/4

M. Jungner a annoncé sa démission
Le PSD en difficulté
Helsingin Sanomat rapporte que M. Mikael Jungner, secrétaire général du Parti social-démocrate, a annoncé mercredi qu’il ne comptait pas se représenter au congrès du PSD fin mai prochain, en raison du mauvais score du candidat social-démocrate, M. Paavo Lipponen, à l’élection présidentielle. La direction du parti n’a pas mis la position de M. Jungner en cause.
Le bureau national du PSD n’a pas encore évoqué les éventuels candidats pour remplacer M. Jungner. Dans les spéculations ont été mentionnés entre autres les noms de MM. Tage Lindberg, conseiller de Mme Urpilainen, Jyrki Konola, secrétaire général du groupe parlementaire, et Esa Suominen, directeur administratif du syndicat PAM.
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que la démission de M. Jungner ne résout pas les problèmes profonds du PSD. La misère de la social-démocratie est soulignée par le fait qu’en Suède la situation des sociaux-démocrates est encore pire.
HS se demande si les électeurs ne votent plus pour les sociaux-démocrates parce qu’ils estiment que l’Etat-providence va de soi. Pour conclure, l’éditorialiste souligne que le PSD doit bientôt retrouver son chemin sur la carte politique s’il veut rester un acteur politique important. HS/, A2, A6

Réforme des communes

Le gouvernement envisage de faire effectuer des études détaillées
Le gouvernement n’entend pas présenter sa propre proposition de nouvelle carte des communes en février, contrairement à ce qui était prévu à l’origine. Il envisage de désigner des dizaines de fonctionnaires pour poursuivre les préparations de la réforme. Selon Helsingin Sanomat, entre vingt et soixante-dix personnes seraient désignées pour cette fin.
Il s’agira de bien étudier cas par cas les circonstances concernant chaque commune et de faire des propositions sur le choix entre les fusions et la coopération entre les communes.
La mission des rapporteurs pourrait reporter la réforme communale d’un an. Il est prévu que les propositions des rapporteurs soient étudiées par les conseils municipaux. Dans le cas d’un rejet par la municipalité, la question reviendra à l’étude du gouvernement.
Mme Virkkunen, ministre conservatrice des Collectivités locales, souligne que le gouvernement promeut toujours la formation de grandes communes selon le programme gouvernemental. Elle insiste sur le fait que les communes auront leur mot à dire concernant le projet. Leurs avis seront entendus à compter du 14 février.
Mme Guzenina-Richardson, ministre sociale-démocrate des Services sociaux, propose un modèle qui diviserait le pays en 15 à 20 régions de services sociaux et de la santé. Ce modèle pourrait être utilisé à côté d’autres modèles.
HS/A4

Les entrepreneurs favorables aux fusions de communes
Yrittäjäsanomat, organe des entrepreneurs de Finlande, relève que quatre entrepreneurs sur cinq souhaitent l’introduction de fusions de communes – forcées ou volontaires.
Yrittäjäsanomat/4

Transport

Helsinki obligé à renégocier l’automatisation du métro
Helsingin Sanomat rapporte que la municipalité d’Helsinki a été obligée de revoir son contrat concernant l’automatisation du métro avec Siemens en raison des retards de ce dernier. Plutôt que de se lancer dans une longue procédure judiciaire, la municipalité a accepté de modifier le contrat de peur qu’un retard prolongé n’empêche la mise en circulation de la ligne ouest du métro prévue pour 2015.
HS

Aviation

Norwegian brigue une position parmi les premiers en Europe
Helsingin Sanomat relève que la compagnie aérienne Norwegian a annoncé qu’elle investirait dans 222 nouvels avions Boeing et Airbus. Avec cet achat, Norwegian, dont la flottille compte actuellement de 63 avions, deviendra une des plus grandes compagnies aériennes de l’Europe.
HS/B4

Musique numérique

20 % des enregistrements sont vendus sous forme numérique
20 % des enregistrements vendus en Finlande en 2011 étaient sous forme numérique, contre 16 % en 2010. La vente des dvd et des cd a diminué de 6 %.
La musique finlandaise continue à se vendre sous forme de cd. Leur part était de deux tiers de tous les enregistrements sous forme physique.
HS/C3

Energie

Editorial : « La capacité de transfert d’électricité lisse les prix » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti rapporte que, depuis hier, le cable Fenno Skan 2, qui relie Rauma à Finnböle, en Suède, permet une connexion, dans les deux sens, de 800 mégawatts entre la Finlande et la Suède ; Cela permet à la Finlande de diminuer ses importations d’électricité depuis la Russie. En effet, si en 2011 la consommation d’électricité en Finlande a diminué de 3,8%, les importations nettes d’électricité par la Finlande ont augmenté de 32%. Or la Finlande a importé deux fois plus d’électricité de Russie que des autres pays nordiques et occidentaux. La capacité de transfert nouvelle inaugurée cette semaine va permettre de diminuer les importations de Russie et augmenter celle des pays nordiques où l’électricité est moins chère, rapporte KL.
KL

Mercredi 25 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

« La Finlande trouve un accord sur le MES à Bruxelles » HS
Helsingin Sanomat relève que concernant l’augmentation du capital du MES, la ministre finlandaise des Finances, Mme Urpilainen, note que la Finlande part du principe que la capacité totale du MES et du FESF s’élève à 500 milliards et que s’il s’agit de la modifier, cela nécessitera une réévaluation par le Parlement et le gouvernement finlandais.
Mme Urpilainen estime que les Etats en dehors de l’Europe pourraient être mieux disposés à augmenter les ressources du FMI, si les Etats de l’eurogroupe se montrent prêts à augmenter la capacité de ces outils de crise.
Concernant l’éventuelle participation des pays qui n’appartiennent pas à l’UEM aux réunions de l’eurogroupe (en vue de la formation d’une union budgétaire), Mme Urpilainen note que la Finlande n’a rien contre la participation d’autres Etats.
HS/B6

« L’accord sur le MES convient à l’opposition, non sans critiques » AL
Le président de la commission économique du parlement, M. Pekkarinen (Centre) considère comme « bon » le compromis obtenu à Bruxelles. Il considère toutefois que les problèmes ne sont pas complètement évités puisque le MES pourra prendre des décisions accordant des aides de plusieurs milliards à la majorité qualifiée.
Le député membre de la grande commission Vesa-Matti Saarakkala (Vrais Finlandais) exige que l’on étudie en même temps le MES et le projet d’union budgétaire. « Le pouvoir budgétaire du parlement est transféré à l’étranger. Le pouvoir de la cour de justice européenne est accru. Je ne l’accepte pas ».
Le directeur de l’Etla, M. Korkman estime important qu’un accord ait été trouvé. Il considère que le danger de voir la Finlande mise en minorité seule était surestimé.
AL

Editoriaux
« Il est incertain que le fonds de crise sera suffisant » HBL
« Un petit pas vers une solution » TS
« Un accord dans l’urgence » AL
Selon l’éditorialiste de Hufvudstadsbladet, il n’est pas certain que la ministre des Finances, Mme Urpilainen, ait obtenu une grande victoire en arrivant à un accord sur la prise de décision concernant le MES. Les propos finlandais ont toutefois rendu cette prise de décision un peu plus claire, selon lui. L’éditorialiste estime qu’il serait opportun de distinguer, dans la gestion de crise financière, entre les problèmes aigus et les solutions structurelles de longue haleine. Il n’y a pas de raison pour un calendrier serré concernant ces dernières. La préparation d’un traité devrait se passer dans le calme sans se précipiter, afin d’éviter de créer des structures qui se chevauchent. Concernant les propos de Mme Lagarde, l’éditorialiste estime qu’à l’époque où elle était ministre des Finances, Mme Lagarde aurait du soutenir les euro-obligations et être prête à laisser la France prendre des risques en la matière.
L’éditorialiste de Turun Sanomat considère que l’opération par laquelle la commission des affaires constitutionnelles et la grande commission ont fait pression sur le Premier ministre n’est pas glorieuse.
Aamulehti estime que l’accord sur le MES laisse encore la part à diverses interprétations.
HBL/12 TS AL

UE – Iran

Editorial : « Où sont les nombreux outils de l’UE ? » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que les sanctions durcies contre l’Iran ne mèneront pas loin, compte tenu notamment du fait que parmi les cinq plus grands clients du pétrole iranien, il y a un seul Etats européen, l’Italie. La situation de la Grèce ira toutefois en se détériorant, ce pays ayant eu un contrat intéressant avec l’Iran.
Ce sont la Russie et Israël qui profitent de la situation, Israël dans le sens de voir son archi-ennemi sanctionné, et la Russie qui n’a rien contre les prix accrus du pétrole.
HBL/12

ONU

La campagne pour entrer au conseil de sécurité continue
Turun Sanomat rapporte que la Finlande a fait campagne pendant plus de trois ans afin d’entrer au conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2013-2014. Le vote aura lieu en octobre prochain.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, défend l’utilisation des ressources déjà mises dans la campagne et rappelle que l’Australie a investi dix fois plus de ressources dans sa campagne que la Finlande. M. Tuomioja s’inquiète toutefois du risque de faire trop de lobbying. Il souligne que cela n’est pas encore le cas.
Jusqu’à présent, les politiciens et les fonctionnaires finlandais ont effectué des centaines de voyages à l’étranger, dans les 193 pays membres de l’ONU.
Le coût du lobbying est difficile à calculer, parce qu’une partie des frais est payée par le Parlement, une autre partie par les ministères ou les partis politiques. « Le lobbying n’a pas de budget spécial, il fait partie du travail normal », souligne M. Tuomioja.
M. Tuomioja, ainsi que la Présidente Mme Halonen, le président du Parlement M. Heinäluoma, tous les ministres et par exemple le président Ahtisaari, le député Ilkka Kanerva et l’ancien commandant des forces armées, le général Kaskeala, ont participé au lobbying.
Pendant les six mois précédents, M. Tuomioja a effectué 19 voyages à l’étranger, dans 17 pays, dans le cadre de son travail ministériel.
Le chef de la diplomatie finlandaise croit fermement à un résultat favorable du point de vue finlandais. M. Tuomioja refuse de commenter la liste des Etats qui sont favorables ou défavorables au projet finlandais. « La liste est confidentielle. Les seuls pays favorables qui sont sûrs de l’être sont les pays nordiques. »
TS/3&6

Russie

Interview de Alexei Navalnyi
Helsingin Sanomat publie une pleine page consacrée à une interview d’Alexei Navalnyi, l’un des blogueurs les plus connus de Russie et figure de l’opposition au pouvoir en place.
HS

Piratage informatique

« Un soutien à la lutte contre les pirates » HS
Le groupe de travail sur la réforme de la loi sur le droit d’auteur propose que les tribunaux puissent à l’avenir obliger les téléopérateurs à suspendre les communications vers les sites dédiés au piratages qui violent les droits d’auteurs.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

Dernière minute : selon un sondage effectué pour le compte d’Ilta-Sanomat, M. Niinistö obtiendrait 65 % et M. Haavisto 35 % au second tour

Les syndicats accordent une aide à la campagne de M. Haavisto
Helsingin Sanomat rapporte que la grande centrale syndicale SAK ne compte pas prendre position en faveur d’un des candidats présidentiels. Quelques syndicats ont pris position en faveur de M. Haavisto, dont le syndicat du secteur tertiaire PAM qui a accordé 8 000 euros.
Les syndicats n’apprécient pas les propos de M. Niinistö sur l’augmentation des sanctions en cas de grèves illégales.
HS/A5

Analyse : les différences les plus importantes se trouvent dans la politique intérieure
Helsingin Sanomat note qu’à la lumière des réponses que MM. Haavisto et Niinistö ont données aux médias pendant la campagne présidentielle, il est difficile de trouver des différences dans les réponses concernant la politique étrangère et de sécurité. M. Haavisto souligne plus la surveillance des droits de l’homme que M. Niinistö. Les deux estiment qu’une adhésion à l’OTAN n’est pas d’actualité mais veulent garder une option OTAN.
Dans la politique intérieure, M. Haavisto s’oppose clairement aux fusions forcées des communes, tandis que M. Niinistö y est prudemment favorable. Cela est un point sensible surtout pour les centristes.
HS/A4

Analyses
M. Ville Pernaa, directeur du centre de recherche des études parlementaires à l’université de Turku et rédacteur en chef du mensuel Kanava, estime, dans un billet publié dans Helsingin Sanomat, que le résultat de l’élection présidentielle a un effet sur la future politique des partis. Le Parti du centre et l’Alliance verte ont perdu les élections législatives en avril 2011. « La campagne présidentielle de M. Väyrynen a été pour le Centre une phase transitoire qui permet au parti d’oublier sa période de huit ans à la direction du gouvernement et commencer à agir dans son rôle actuel de parti de l’opposition », écrit M. Pernaa.
Pour la direction du Centre, le résultat de M. Väyrynen a été le meilleur possible : l’audience s’est mise en hausse, mais pas trop. La participation au second tour de M. Väyrynen aurait été même trop pour la direction du parti.
La campagne de M. Haavisto a également réanimé la situation des Verts après la défaite électorale des élections législatives.
Les libéraux tolérants des villes du sud ont été parmi les perdants en avril 2011 mais ont eu leur revanche maintenant. Les circonscriptions d’Helsinki et d’Uusimaa ont eu un rôle décisif dimanche pour que le bloc d’électeurs eurosceptiques et nationaux ait été laissé troisième.
Depuis 2006, les sociaux-démocrates ont perdu toutes les élections, même si en 2011, le Centre et les Verts ont perdu plus que le PSD. Le PSD, qui est au pouvoir depuis 50 ans et qui tient le poste de président depuis 30 ans, n’a même pas de candidat au second tour de l’élection présidentielle.
M. Niinistö est de loin le candidat présidentiel le plus populaire depuis six ans et son succès continue. La lutte présidentielle a eu plus d’intérêt dès que l’audience de MM. Haavisto et Väyrynen s’est mise en hausse.
La situation au second tour est inédite. Ce qui compte plus que le résultat, ce sont les changements que les partis politiques comptent faire dans leur politique à la lumière des résultats. Les sondages sur l’audience des partis politiques de fin février donneront une idée sur la constellation du champ politique avant les élections municipales de l’automne.
HS/mar/A2

Défense

Le général Puheloinen donne des précisions sur les fonctions des troupes locales
Les projets de réforme de l’armée seront prêts d’ici la fin du mois, a confirmé le commandant des forces de défense, le général Ari Puheloinen, dans son discours d’ouverture des 200ème journées de la défense nationale. La publication de ces intentions dépendra des hommes politiques. Selon les informations du quotidien Helsingin Sanomat il pourrait s’agir de la seconde semaine de février, éventuellement du mardi 7 février.
Après la réforme, l’armée se trouvera sensiblement réduite, ce qui a provoqué des grognements. Des réservistes actifs craignent d’être privés de certaines activités.
Le général Puheloinen a dévoilé des détails particulièrement précis sur les fonctions des troupes locales, des activités plus ciblées leur seront confiées.
Elles pourraient notamment être chargées de la création et de la formation des troupes, de la protection, de la reconnaissance et du guidage des cibles, du secours des troupes aéroportées, des activités de guérilla et des activités intentées contre des troupes spéciales. Par ailleurs, il pourrait également s’agir de prospection, de sauvetage et de soutien aux autorités. Ces troupes locales seraient principalement organisées en bataillons.
HS24.1/A10, AL24.1/A8

L’indemnité de réinsertion pourrait éviter la marginalisation des appelés
Disparue pour des raisons d’économie en 1993, le retour de l’indemnité de réinsertion des conscrits à l’issue du service militaire a été évoqué par la présidente de la république, Mme Tarja Halonen lors de l’ouverture des journées de la défense nationale.
Selon l’état-major des forces de défense, cette indemnité éventuelle pourrait servir de carotte pour inciter de plus en plus de conscrits à effectuer un service de 12 mois. Le montant de l’indemnité serait fixé en fonction de la durée du service militaire.
AL24.1/A8

Les accords d’Ottawa entreront en vigueur en juillet
Le document d’adhésion aux accords d’Ottawa, d’ores et déjà signé par la Finlande, sera remis au secrétaire général des Nations Unies en janvier 2012. L’accord entrera en vigueur six mois après cette remise, pour la Finlande ce sera en juillet 2012.
La destruction des mines, prévue par ces accords, n’a pas encore commencée. La défense nationale envisage de le faire d’ici fin 2016.
Ruotuväki2/5

Les maisons de rééducation pour anciens combattants pourraient s’ouvrir aux casques bleus
Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, propose l’accès des maisons de rééducation pour anciens combattants aux casques bleus blessés dans des opérations de gestion de crise. Il envisage également l’ouverture éventuelle de ces établissements aux conscrits ayant été blessés pendant leur service.
KS/3

Instituts de recherche Etla et EVA

M. Vihriälä à la tête à la succession de M. Korkman
Le directeur général des instituts de recherche économique Etla et EVA, M. Korkman, qui prendra sa retraite, sera succédé de M. Vesa Vihriälä (56 ans), conseiller du commissaire Olli Rehn, à compter du 1er mars.
M. Korkman souhaite que le rôle de ces instituts puisse être important pour orienter le débat public. Pour lui, le niveau de l’analyse de politique économique qui se base sur des recherches est faible par rapport aux autres pays nordiques.
HS/B6

Situation de l’emploi

Le chômage a diminué à la fin de l’année 2011
Le taux de chômage a baissé en décembre de 0,5 points par rapport à la même époque en 2010. Selon l’Institut national d’études statistiques, le taux de chômage s’élevait à 7,4 % en décembre dernier.
192 000 personnes étaient au chômage, ce qui est 13 000 personnes de moins qu’en 2010.
Le taux d’emploi s’élevait à 67,1 % en décembre.
HS/B5

Pouvoir d’achat

La fiscalité et l’inflation rongent les augmentations salariales
Helsingin Sanomat relève que le pouvoir d’achat des consommateurs stagne. Avec l’augmentation du chômage, l’inflation et la fiscalité, l’effet des augmentations salariales se réduit à néant.
Les prix ont augmenté de 3,4 % en moyenne en 2011. Une augmentation de 2,7 % est prévue pour l’année en cours.
HS/B8

Affaires sociales

Réforme de la législation sur le revenu minimum d’insertion
Un groupe de travail désigné par me ministère des Affaires sociales et de la Santé propose de modifier la législation sur le RMI de façon à permettre aux travailleurs sociaux de déclarer à la police ou à l’Office national de l’immigration si un ressortissant étranger est accordé de façon répétée un RMI, afin de permettre à ces autorités-là d’étudier si les critères de séjourner en Finlande de la personne en question se remplissent.
Le groupe de travail propose de limiter à trois fois l’obtention du RMI. Si un ressortissant étranger se voit accorder un RMI deux fois en six mois, il serait informé que la prochaine fois qu’il le demande, le travailleur social pourrait considérer d’en informer les autorités compétentes. La police pourrait ensuite étudier l’opportunité d’expulser la personne en question.
La législation actuelle sur le RMI prévoit de garantir la subsistance à tout le monde, indépendamment de la nationalité. La loi sur les étrangers stipule toutefois que si un ressortissant étranger prend de façon répétée recours au RMI, les critères de son séjour en Finlande ne sont pas forcément remplis. La loi sur le statut et les droits d’un administré des services sociaux stipule sur la confidentialité de la part des agents.
Les travailleurs sociaux ont trouvé problématique les contradictions entre les différentes lois.
En 2011, une décision concernant une demande de RMI a été prise concernant 5800 ménages de ressortissants étrangers, à Helsinki. Ce chiffre n’inclut pas les demandeurs d’asile ni les réfugiés.
HS/dim/A8

France - Finlande

Culture

« Helsinki pourrait s’inspirer de la France » HS
Helsingin Sanomat publie une tribune de Sara Kuusi et Ari Tolvanen, employés du centre culturel de la ville d’Helsinki qui estime qu’Helsinki, qui souhaite se profiler comme ville culturelle européenne, centre des sciences et des arts, pourrait s’inspirer du modèle offert par Lyon depuis une dizaine d’années. Les chercheurs, qui ont étudié ce modèle, estiment qu’il pourrait être appliqué à Helsinki où le conseil municipal vient d’adopter sa stratégie culturelle 2012-2017.
« Quand Helsinki fait face à des décisions de nouveaux bâtiments culturels, il serait bon d’avoir à l’esprit que dans les pays aux longues traditions culturelles, la culture n’est pas seulement des bâtiments en centre ville. Nous pourrions aussi apprendre en matière de production de contenus – notamment sur les manières de rapprocher la culture de la vie quotidienne des citoyens », concluent-ils.
HS

France

Politique

« La Turquie critique la nouvelle loi française sur le génocide » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les médias et dirigeants turcs ont critiqué la loi criminalisant la négation du génocide arménien.
HS

« Les socialistes européens, en crise, placent leurs espoirs dans la France » HS
Après la démission du président du PSD suédois et le mauvais résultat du candidat du PSD à l’élection présidentielle finlandaise, les socialistes européens placent leurs espoirs dans l’élection présidentielle française et la candidature de m. Hollande, comme l’a indiqué la députée européenne Liisa Jaakonsaari.
HS

Tourisme

« Paris est le paradis des mais des antiquaires » TS
Turun Sanomat publie un reportage de Patrick Le Louarn sur le Louvre des antiquaires et les passages Jouffroy et des panoramas.
TS

Mardi 24 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

« La Finlande trouve un accord sur le MES à Bruxelles » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande et les autres pays de l’eurogroupe sont arrivés, hier, à un compromis sur la procédure d’urgence au MES. Selon la ministre finlandaise, Mme Urpilainen, ce compromis assure que l’on ne pourra pas augmenter les engagements de la Finlande contre sa volonté. « Je suis personnellement satisfaite de cette solution. Cela n’a pas été facile », a-t-elle déclaré, hier, à Bruxelles.
Selon le projet de compromis proposé par la Finlande, seules les décisions de prêts d’urgence et d’autres instruments du MES pourront être prises selon la procédure d’urgence à la majorité qualifiée, si la Commission et la BCE considèrent qu’une absence de décision pourrait mettre en danger. Toute augmentation du capital du MES nécessitera en revanche une décision à l’unanimité.
« Nous craignions que la procédure d’urgence risque de devenir un mode général de prise de décision. C’est pourquoi nous avons obtenu des changements à cet article afin que cette procédure soit réellement exceptionnelle », estime Mme Urpilainen.
La ministre ne pense pas que ce bras de fer aura grevé le capital politique de la Finlande quand bien même il lui a été difficile de promouvoir sa position auprès des autres pays membres. Aamulehti souligne que la Finlande était le seul Etat qui exigeait que les décisions soient prises à l’unanimité.
Mme Urpilainen a déclaré que le projet de traité avait été évoqué avec les experts constitutionnalistes finlandais et avec le Parlement. « Nous avons bon espoir que ces modifications pourront être approuvées par la commission des affaires constitutionnelles afin que la Parlement puisse approuver à la majorité qualifiée le traité », a déclaré Mme Urpilainen.
Concernant le paquet d’aide à la Grèce, la Ministre finlandaise des Finances s’est montré stricte contre une éventuelle augmentation du paquet de 130 milliards décidé en octobre. « L’objectif est de s’en tenir aux décisions prises en octobre quand on a déidé du nouveau paquet d’aide à la Grèce et auquel sont liées les garanties négociées par la Finlande », a-t-elle déclaré.
HS AL TS KL

BCE

M. Liikannen n’est pas candidat au directoire
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Erkki Liikanen, n’est pas candidat à une place au directoire de la BCE. Le premier ministre Katainen a déclaré que, selon lui, il serait bon que les pays du Nord de la zone euro (Luxembourg, Pays-Bas et Finlande) aient un représentant au directoire de la BCE. Cela pourrait être le président de la banque centrale luxembourgeoise. HS

Iran

L’UE durcit les sanctions contre l’Iran
Le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja souligne que « l’objectif des sanctions est de presser l’Iran à négocier. Une solution militaire, des frappes militaires, ne sont considérées par personne comme acceptables ni même efficace ».
Selon lui, aucun Etat membre ne s’est opposé à ces sanctions, même si certains s’interrogent sur leur efficacité. « Les sanctions ont certainement un effet, causant des difficultés à l’économie iranienne », estime M. Tuomioja.
HS

Croatie

Editoriaux : « La Croatie a choisi l’Europe » AL
« L’UE est le bon choix pour la Croatie » HS
L’éditorialiste estime qu’après le référendum de dimanche, les critiques des groupes nationalistes ne pourront pas arrêter la Croatie dans sa marche vers l’UE. Il reste toutefois des problèmes comme la lutte contre la corruption.
Aamulehti relève que, durant les négociations d’adhésion, « l’UE a adopté une attitude exigeante afin d’éviter les déceptions qui ont suivi l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie qui sont entrées dans l’UE avant d’y être prêtes ». Cette ligne stricte est la bonne selon Aamulehti.
AL

Politique intérieure

Election présidentielle

Calendrier du second tour
Selon Turun Sanomat, le vote par anticipation commence demain mercredi et il est organisé dans 903 bureaux de poste, bureaux municipaux, bibliothèques et centres commerciaux.
Le nombre d’électeurs est de 4 172 200 (sans compter les Finlandais expatriés). Il y a six ans, le taux de participation est monté de 73,8 % au premier tour à 77,2 % au second tour de l’élection présidentielle.
Les grands ébats électoraux télévisés commencent dans deux jours : le débat d’Yle aura lieu le jeudi 26 et celui de la MTV3 le vendredi 27 janvier. La semaine prochaine, la MTV3 organisera son débat le mercredi 1er février et Yle le jeudi 2 février.
Les Finlandais iront aux urnes le dimanche 5 févier et le nouveau président prendra ses fonctions le 1er mars.
TS/7

Différences entre les deux candidats
Helsingin Sanomat estime que les vues des deux candidats du second tour sont différentes par exemple en ce qui concerne les droits de l’homme et la position des minorités. M. Haavisto, contrairement à M. Niinistö, estime que la mondialisation peut menacer l’Etat-providence. Selon M. Niinistö, la croissance peut continuer même si on veut sauver la planète. M. Haavisto ne partage pas cet avis.
M. Niinistö s’oppose au mariage des personnes de même sexe, M. Haavisto exige que la loi soit la même pour tous. Il veut garder le droit de grâce du président, M. Niinistö veut s’en débarrasser.
HS/A3, IS/6-7

Analyses
Le tabloïd Iltalehti relève que, selon le politologue Heikki Paloheimo, professeur à l’université de Tampere, la position de M. Niinistö est la plus forte à tous points de vue. « Il se peut que la différence entre les voix des deux candidats au second tour sera beaucoup plus importante que lors des précédentes élections. » Il rappelle que M. Niinistö a obtenu plus de 1,1 million de voix au premier tour et M. Haavisto à peu près la moitié.
M. Paloheimo estime que M. Niinistö pourrait avoir environ 2 millions de voix contre un million en faveur de M. Haavisto. Il croit que le taux de participation va baisser, ce qui est avantageux pour M. Niinistö.
Selon Helsingin Sanomat, pour gagner, M. Haavisto aurait besoin de 71 % des voix des électeurs qui ont voté pour un autre candidat que lui ou M. Niinistö au premier tour. Plus de 1,3 millions d’électeurs ont voté pour MM. Väyrynen, Soini, Lipponen, Arhinmäki ou Mmes Biaudet ou Essayah au premier tour.
IL/12-13, HS/A3

45 % des personnes ayant voté au premier tour de l’élection cherchent maintenant un nouveau candidat
Helsingin Sanomat a interrogé des députés et des présidents des bureaux régionaux des partis dont le candidat n’a pas été élu au deuxième tour. Certains « notables » comme les sociaux-démocrates Mme Alho, Jaakonsaari, les députés de l’Alliance des gauches M. Korhonen et Mme Puhakka, se prononcent en faveur de M. Haavisto, d’autres, comme Mme Essayah (démocrates chrétiens) se déclarent favorables pour M. Niinistö. Un grand nombre de personnes interrogées ne souhaitent pas révéler pour qui elles envisagent voter.
HS/A5

Le PSD interrogera MM. Haavisto et Niinistö jeudi
Turun Sanomat rapporte que les sociaux-démocrates ont invité MM. Haavisto et Niinistö à une réunion du groupe parlementaire et du bureau national du PSD. Selon la présidente du parti, Mme Jutta Urpilainen, le parti décidera jeudi s’il compte soutenir un des deux candidats.
Le secrétaire général du PSD, M. Mikael Jungner, estime qu’il y a du soutien parmi les sociaux-démocrates pour les deux candidats. M. Jungner doit annoncer mercredi s’il compte se représenter pour le poste de secrétaire général.
TS/7

« M. Lipponen n’a rien proposé de nouveau » HS
Mme Kaarto de Helsingin Sanomat estime que la force de l’ensemble du parti social-démocrate a manqué à la campagne de M. Lipponen. Le mouvement syndical n’était pas derrière lui et les électeurs du parti n’ont pas pu être mobilisés.
HS relève que dans certaines analyses on relève que des dizaines de milliers d’électeurs qui ont voté pour Mme Halonen il y a six ans sont morts depuis. Les jeunes par contre ne connaissent pas l’époque des mandats de Premier ministre Lipponen. Le parti n’a pas réussi à devenir un mouvement populaire aussi important pour les jeunes qu’il l’était pour les grandes classes d’âge, selon Mme Kaarto.
Il apparaît que pour beaucoup de Finlandais, M. Lipponen, 70 ans, était trop âgé.
HS/A6, A8

M. Saarakkala critique la direction de son parti, les Vrais Finlandais
M. Saarakkala, député des Vrais Finlandais, souhaite que son parti analyse les raisons de la défaite électorale. Pour lui, la campagne était menée dans le même style que lorsque les Vrais Finlandais étaient un petit parti. « Il n’y avait rien de nouveau », regrette-t-il.
Il relève qu’aucune mobilisation plus générale n’a été organisée. Pour lui, l’élection a révélé la faiblesse de l’organisation du parti et il insiste sur l’importance de s’y investir comme il le faut s’agissant d’un grand parti.
M. Soini a obtenu 9,4 % des voix contre une audience de 19 % pour le parti aux élections législatives.
M. Soini estime qu’il ne s’agit pas de battre un record du monde à chaque fois. Pour lui, les siens préfèrent le voir à la présidence du parti plutôt que de la république. Il ne s’inquiète pas pour l’audience du parti.
HS/A6

Les présidents des sections régionales du Centre font l’éloge de la campagne de M. Väyrynen – mais ne souhaitent pas le voir à la tête du parti
M. Väyrynen a écrit dans son blog que le résultat des élections était encourageant. Pour lui, son succès montre l’exemple pour le Centre.
Les Centristes estiment que M. Väyrynen a réussi à attirer les électeurs centristes avec sa campagne qui a également empêché la fuite des voix vers les Vrais Finlandais.
Plusieurs présidents de sections régionales du parti estiment qu’il faut bien écouter M. Väyrynen et tirer les leçons de sa campagne. Ces présidents ne considèrent toutefois pas comme opportun que M. Väyrynen brigue la présidence du parti. Certains doutent même qu’il ait la motivation de le faire.
IS/12-13

Mme Halonen nostalgique à l’idée de quitter le palais présidentiel – Elle était surprise du succès de M. Haavisto
La Présidente, Mme Halonen, relève qu’elle a été quelque peu surprise du succès de M. Haavisto, alors que celui-ci lui avait laissé comprendre que l’ambiance autour de sa campagne était bonne. Elle a dit qu’elle a suivi les débats avec un petit clin d’œil : « Ils ne savent pas combien il y a de travail [comme président]. Il n’y a pas beaucoup de créneaux vides dans le calendrier », selon elle.
Mme Halonen estime que la coopération entre le futur Président et le gouvernement sera difficile dans le contexte économique actuel.
Helsingin Sanomat relève qu’un groupe de Présidents des Etats européens effectueront une visite en Finlande les 10 et 11 février afin de rencontrer le nouveau chef d’Etat finlandais. Il est prévu qu’au moins les Présidents italien, portugais, slovène, hongrois, allemand, autrichien et letton se déplaceront en Finlande.
Concernant son propre poste, Mme Halonen relève qu’il ne lui est pas difficile de quitter ses fonctions, mais que quitter le palais présidentiel la rend nostalgique.
HS/A6

Economie

Outokumpu envisage une fusion avec ThyssenKrupp
Le groupe finlandais Outokumpu pourrait devenir le premier producteur mondial d’acier inoxydable si son projet de fusion avec ThyssenKrupp réussit. Outokumpu négocie un projet de fusion qui lui permettrait de prendre le contrôle de la filiale du groupe allemand qui produit de l’acier inoxydable, Inoxum.
Ce projet pourrait avoir pour effet une augmentation de la capacité de production de l’usine d’Outokumpu à Tornio (Laponie) et, en contrepartie menacerait une usine du groupe allemand en Italie.
KL

France

Politique

« Le Sénat approuve la loi sur le génocide » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le sénat a approuvé la proposition de loi criminalisant la négation du génocide arménien.
HS

Lundi 23 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

L’union budgétaire et le MES seront liés
Helsingin Sanomat rapporte que l’Allemagne a exigé que seuls les pays qui participeraient à l’union budgétaire pourraient recevoir des aides du MES.
Le quotidien rapporte aussi, avant la réunion des ministres des Finances à Bruxelles, que la Finlande n’est pas favorable à la proposition de la Commission selon laquelle les budgets nationaux seraient contrôlés à Bruxelles. La contre proposition de la Finlande, selon laquelle les Etats qui ont bien géré leur budget ne devraient pas être soumis à un contrôle si strict de la commission, n’a pas reçu de soutiens.
HS

Criminalité électronique

« Des milliers d’attaques chaque année en Finlande » HSLes émissions de l’usine russe pourraient être évitées pour un coût de 20 millions d’euros, selon le ministre de l’Environnement
L’autorité finlandaise de contrôle électronique Cert-FI rapporte que chaque année des milliers d’intrusions criminelles ont lieu en Finlande.
La police étudie actuellement une vague d’attaques contre les réseaux bancaires. A l’aide de programme, les codes des clients ont été dérobés et des transactions réalisées pour des dizaines de milliers d’euros.
Selon la police, de nombreuses tentatives d’intrusion sur les réseaux ont pour point commun la langue russe.
HS

Le fondateur de Megaupload a un passeport finlandais
La presse rapporte que le fondateur du site Megaupload, arrêté en Australie, dispose de passeports finlandais et allemand car sa mère est Finlandaise. Il n’aurait toutefois jamais résidé en Finlande.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

MM. Niinistö et Haavisto au second tour, M. Väyrynen troisième
Helsingin Sanomat relève que le conservateur Sauli Niinistö a gagné le premier tour de l’élection présidentielle avec une audience de 37,0 % et 1 131 127 voix. Le candidat vert Pekka Haavisto a obtenu 573 872 voix, soit 18,8 %, et participera avec M. Niinistö au second tour. Le centriste Paavo Väyrynen est arrivé troisième avec 536 731 voix (17,5 %), avant M. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, qui a obtenu 287 404 voix (9,4 %). Le social-démocrate Paavo Lipponen a eu 205 020 voix (6,7 %) et le candidat de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki en au eu 167 359 (5,5 %). La candidate du parti suédois, Mme Eva Biaudet, est arrive septième avec 82 581 voix (2,7 %) et Mme Sari Essayah des Chrétiens-démocrates est restée dernière avec 75 755 voix (2,5 %).
Le taux de participation a été de 72,7 %, contre 73,9 % en 2006. Helsinki est la seule circonscription où le taux de participation, 76,5 %, a augmenté par rapport à l’élection présidentielle de 2006 (76,3 %).
HS/lun/A3

Sprint de M. Haavisto
M. Haavisto a fait un véritable sprint et a dépassé M. Väyrynen avec les voix qu’il a obtenues le jour même du vote. M. Väyrynen a obtenu 18,3 % des voix par anticipation, contre 14,6 % pour M. Haavisto. M. Niinistö a obtenu 39,6 % des voix par anticipation.
M. Haavisto a obtenu un très bon score à Helsinki, 34,5 % des voix, contre 37,2 % en faveur de M. Niinistö. Le jour même du vote, M. Haavisto a eu 39 % des voix à Helsinki, contre 33,9 % en faveur de M. Niinistö.
M. Niinistö a gagné dans toutes les circonscriptions, à l’exception des circonscriptions d’Oulu et de Laponie où M. Väyrynen a été le numéro un. Mme Biaudet a gagné aux îles Åland avec 37,9 %, devant M. Lipponen (24,7 %).
Pour la première fois depuis 1982, il n’y aura pas de candidat social-démocrate au second tour. M. Niinistö serait le premier président conservateur depuis le président Paasikivi (1946-56) M. Haavisto, quant à lui, serait le premier président vert.
HS/A3-9

Réactions des candidats
Helsingin Sanomat rapporte que M. Niinistö a été soulagé et satisfait après la publication du résultat. L’ambiance lors de sa veillée électorale a été bonne, tandis que celle chez les partisans de M. Haavisto a été enthousiaste.
M. Väyrynen a été très déçu. Sa campagne et son bon résultat ont été un succès surtout pour la direction du parti.
M. Soini n’a pas été particulièrement déçu. Il estime que les Vrais Finlandais veulent qu’il continue à présider le parti. Lors d’une interview donnée à la radio suédophone lundi matin, M. Soini a dit qu’il pourrait voter pour M. Haavisto au second tour.
HS/lun/A4-5

Le second tour aura lieu le 5 février
Le vote du second tour sera organisé le dimanche 5 février. Le vote par anticipation commencera le mercredi 25 janvier et finira le 31 janvier.

Le numéro deux du premier tour n’a jamais remporté la présidentielle
Hufvudstadsbladet relève que celui qui arrive deuxième au premier tour de la présidentielle, ne l’a jamais remporté au second tour. Selon les recherches du quotidien, le score du numéro deux a augmenté de 24 points au maximum au second tour.
La participation a toujours été plus active au second tour. Le taux le plus important, de 80,2 %, a été observé en 2000, au deuxième tour où Mme Halonen l’a remporté contre M. Aho. C’est également la fois ou l’écart entre les résultats des deux candidats a été le moindre (51,6 et 48,4).
HBL/sam/1&3

Editorial : « C’est l’ouverture qui a remporté les élections » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet revient sur les législatives qui ont donné à l’étranger l’image d’une Finlande eurosceptique, fermée et intolérante et note que cette fois, le résultat de la présidentielle parle un tout autre langage. La campagne de M. Haavisto a été marquée par l’ouverture, la tolérance et l’esprit international. Les motifs des électeurs à la présidentielle sont tellement variés qu’il est difficile de tirer des conclusions définitives du résultat. Il est clair que le résultat montre qui les Finlandais souhaitent voir comme Président, mais elle témoigne également de ce qui est important pour les Finlandais. Dans le succès de M. Haavisto, il s’agit probablement d’un souhait de montrer que la Finlande des Vrais Finlandais et des eurosceptiques n’est pas toute l’image de ce pays. Il n’est pas exclu que M. Haavisto soit devenu un symbole pour un changement politique sur plusieurs niveaux.
L’éditorialiste considère la campagne de M. Niinistö comme stable. C’est un dirigeant dans lequel les électeurs voient quelqu’un qui dispose d’un pouvoir d’influence et des connaissances économiques.
L’éditorialiste note le mauvais score de la gauche et estime que les sociaux-démocrates étaient déjà en crise avant même que M. Lipponen pose sa candidature. Il est possible qu’une partie de ceux qui se sont exprimés en faveur de M. Väyrynen l’ont peut-être fait pour donner une leçon à la direction du Parti du centre qui n’aurait pas souhaité qu’il soit le candidat centriste.
Même si M. Haavisto n’est pas un opposant léger pour M. Niinistö, il est clair que l’écart entre les deux candidats est important. Il ne semble pas probable que M. Haavisto surprenne une deuxième fois.
HBL/lun/22

Autres éditoriaux
« Haavisto a réalisé un mouvement anti-populiste » HS
« Haavisto apporte une victoire historique aux Verts » KS
« La contre-attaque de la Finlande tolérante » AL - « Haavisto arrive second » TS
« Le phénomène Haavisto » IS - « Un second tour intéressant » IL
Helsingin Sanomat estime que le mouvement libéral « anti-populiste » par rapport aux élections législatives qui avaient vu la montée des Vrais finlandais, a profité à M. Haavisto. Il L’éditorialiste souligne le caractère historique d’une élection où la gauche est évincée du second tour au profit d’un petit parti comme les Verts. Ces élections ne furent donc finalement pas un référendum sur l’euro ou sur la réforme des communes puisque les deux candidats arrivés en tête représentent une Finlande ouverte au monde et à l’Europe. Pour la première fois ce ne fut pas un combat gauche-droite et cela met fin à l’hégémonie de 30 ans du PSD sur la fonction présidentielle. Le faible résultat de M. Lipponen est pour lui un camouflet. Et après ? La supériorité de M. Niinistö semble certaine, estime l’éditorialiste.
Kesksisuomalainen souligne aussi que la montée de M. Haavisto est une réponse à la percée des Vrais Finlandais au printemps dernier. Ce qui différencie M. Niinistö de M. Haavisto, c’est l’axe conservateur – libéral, en particulier sur les valeurs. La politique partisane semble finalement avoir peu pesé sur ces élections, relève l’éditorialiste qui souligne que M. Haavisto a réussi à gommer son image de Vert qui peut repousser certains électeurs. Finalement, le résultat n’est pas surprenant et avait été annoncé par les derniers sondages.
Aamulehti rappelle toutefois qu’il y a quelques semaines encore personne n’aurait prévu un tel résultat : M. Haavisto a finalement réussi à chambouler le peloton des challengers de M. Niinistö. L’éditorialiste note qu’il a su cacher son appartenance partisane et constituer une réponse à l’intolérance. « Il sera intéressant de voir quelles lignes de faille vont naître entre M. Niinistö et M. Haavisto qui ont quasiment les mêmes positions sur la politique européenne, l’OTAN ou la politique étrangère. Mais la position de départ de M. Niinistö est si forte qu’il faudrait qu’il arrive un événement important pour qu’il perde le second tour ».
Pour Turun Sanomat, les trois vainqueurs du premier tour sont M. Niinistö qui fait campagne depuis six ans et partira en grandissime favori au second tour, M. Haavisto qui a représenté un mouvement de tolérance face au populisme du printemps dernier, et M. Väyrynen qui a prouvé l’importance de l’expérience et du travail de terrain en politique. Les battus sont surtout M. Lipponen et (la gauche nordique en général du fait de la démission du président du PSD suédois au même moment) ainsi que M. Soini qui a remarqué que la victoire n’est pas éternelle. L’éditorialiste conclut en prévoyant que, même s’il s’agissait d’élection présidentielle, ces changements ne manqueront pas de se voir dans les rapports de force entre les partis en politique intérieure.
Ilta-Sanomat relève que M. Niinistö a fait une campagne insipide, mais cela lui aura suffi pour accéder facilement au second tour Avec plus d’un tiers des voix du premier tour, il est le favori du second, même si M. Haavisto sera un adversaire plus difficile que M. Väyrynen.
Iltalehti estime que la lutte de MM. Haavisto et Väyrynen pour le second tour témoigne de l’existence de deux Finlandes : une Finlande internationale, éduquée et tolérante face aux victimes des changements tentés par l’isolement. L’éditorialiste estime que le second tour sera toutefois intéressant car de nombreux électeurs vont chercher un autre candidat.
HS KS AL IS IL

Commentaires
« La course est encore ouverte » HS
« Un résultat qui va affaiblir la coopération gouvernementale » AL
Marko Junkkari, directeur du service politique d’HS, estime que « le second tour sera en partie une lutte entre les conservateurs et les libéraux et la droit et la gauche, mais surtout une bataille de personnes entre MM. Niinistö et Haavisto. C’est pourquoi M. Haavisto a ses chances car il est sur une phase ascendante. Il faut qu’il arrive rapidement à transformer sa popularité dans les réseaux sociaux en un mouvement qui touche toute la Finlande.
Unto Hämäläinen relève que M. Niinistö serait, en l’emportant, le premier président conservateur finlandais depuis 1956. Quant à M. Haavisto, qui fut le premier ministre de l’environnement Vert en Europe en 1995, serait le premier président Vert au monde.
Aamulehti estime que le résultat des élections se fera sentir en politique intérieure. Sur le gouvernement car le résultat catastrophique du PSD devrait rendre nerveux le PSD et se voir, non seulement dans la préparation de la réforme des communes ou du budget de rigueur, mais aussi sur la politique européenne. Cela aura aussi des effets sur les futures élections municipales où le PSD devra jouer son va-tout, le Centre resserer ses troupes après la bonne campagne de M. Väyrynen et les Vrais Finlandais tenteront de reproduire leur résultat des législatives. Enfin, cela aura un effet sur la direction du centre où le poste de Mme Kiviniemi n’est pas solide.
HS

Défense

Promotions
Le général de brigade Lauri Puranen qui a travaillé en qualité de chef de la division de la logistique à l’état-major des forces de défense est nommé général de division et le colonel Pertti Laatikainen général de brigade à compter du 1er mars 2012.
Defmin

L’armée russe offre un nouveau marché aux Finlandais
Un intéressant marché d’exportation s’offre aux Finlandais dès lors que la Russie commence à renouveler les acquisitions de son armée.
Selon la représentante de Finpro, Mme Olga Makeeva, la Russie continuera à utiliser principalement des produits de fabrication russe mais aura, dans l’avenir, besoin de composants occidentaux.
KL23.1/8-9

La réserve souffre de la formation incomplète de l’armée
Selon le syndicat des officiers, durant les quatre années à venir, environ 80 000 conscrits seront formés de façon incomplète, ce qui signifie une tranche d’âge annuelle de 20 000 soldats. En même temps, les exercices pour réservistes sont réduits au minimum. L’objectif est de former environ 20 000 réservistes par an alors que maintenant le chiffre atteint difficilement 2 000.
« Si les troupes de temps de guerre sont réduites comme prévu jusqu’à 250 000, seuls 100 000 d’entre eux posséderont une bonne capacité de défense », explique le président du syndicat des officiers Harri Westerlund.
« Lorsque l’armée est passé à un service militaire de 6 mois, le nombre des journées sur le terrain a été fixé à 60. Cette année la situation économique permet d’en organiser 25 », remarque Harri Westerlund.
Les officiers estiment par ailleurs que les mines antipersonnel ne sont pas remplaçables.
Selon M. Westerlund, les officiers accusent les hommes politiques en estimant qu’ils sont les seuls responsables de la situation.
AL21.1/A7
Economie

Cartel de l’asphalte
L’Etat et quarante municipalités demandent au cartel de l’asphalte des dommages et intérêts de plus de 200 millions d’euros.
La cour suprême avait déjà condamné sept entreprises du BTP à 82,6 millions d’euros d’amende pour cartel illégal durant les années 1994 à 2000. C’est l’entreprise Lemminkäinen qui avait reçu la principale condamnation (68 millions d’euros).
HS

Cartel de l’achat de bois
Les grands groupes Stora Enso, Metsäliitto et UPM ont tenu un cartel de l’achat de bois durant les années 1997 à 2004. Le principal vendeur de bois en Finlande, la société Metsähallitus qui gère les forêts de l’Etat exige de ce cartel 159 millions d’euros.
HS

Energie

Energie marémotrice dans la mer Baltique
Hufvudstadsbladet rend compte des essais dans le domaine d’énergie marémotrice dans la mer Baltique. Une centrale a été installée dans la mer sur la côte ålandais pour des tests étalés sur deux ans. Il s’agit de faire des essais pour voir si la technique fonctionne, et ce qui se passe en hiver lorsqu’il gèle.
Le projet dont le coût est prévu s’élever à 1,6 millions d’euros, est financé par l’UE au niveau de 75 %. Les Université d’Uppsala (Suède) et de Turku, ainsi que les Îles Åland participent au projet.
HBL/dim/8

Editorial : « Les erreurs de préparation ne se reproduiront pas » TS
Turun Sanomat, qui avait publié jeudi une interview du directeur du projet OL4, estime dans son éditorial que « l’on sait maintenant que les attentes concernant la construction d’une centrale de troisième génération à Olkiluoto pour 2009 étaient irréalistes. La planification n’a commencé qu’après la signature du contrat, et l’on ne sait toujours pas quand le contrôle commande sera prêt à être installé ».
L’éditorialiste poursuit : « TVO ne veut pas admettre que des erreurs ont été commises dans la commande du troisième réacteur. Mais il semble qu’ils aient compris la leçon d’une expérience dont ils devront payer un fort prix. C’est sage : si l’on ne peut pas apprendre des erreurs des autres, il faut apprendre par ses propres erreurs. L’une des principales leçon d’OL3 est qu’il faut disposer d’une planification plus approfondie avant de pouvoir prendre la décision d’investissement d’OL4. C’est pourquoi le coût de la planification peut s’élever jusqu’à 300 millions d’euros avant le dépôt de la demande de construction », relève TS qui ajoute que TVO se prépare aussi à l’éventualité d’assumer la maîtrise de l’ouvrage, ce qui pourrait ouvrir de meilleures possibilités aux entreprises finlandaises d’y participer ».
TS

France
Défense

« La France menace de se retirer d’Afghanistan » HS
Helsingin Sanomat rapporte les propos des dirigeants français après le décès de quatre soldats français en Afghanistan.
HS

Vendredi 20 janvier 2012
Politique étrangère et européenne

Crise financière

Les négociations sur le MES pourraient durer jusqu’à mars
La ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) a déclaré hier qu’il n’y avait pas d’accord sur un compromis permettant à la Finlande d’approuver la procédure d’urgence utilisant la majorité qualifiée au MES. Les négociations continuent au niveau des hauts fonctionnaires. On cherche une solution le plus rapidement possible », selon elle. Elle souligne que la position de la Finlande est que la procédure d’urgence à la majorité qualifiée ne pourrait pas ôter le pouvoir budgétaire du parlement finlandais. Elle ajoute qu’il y a d’autres questions que la procédure de vote qui sont en suspens concernant le MES.
Elle précise que, lors de la réunion des ministres des Finances lundi, « l’objectif est d’arriver à un compromis politique sur les deux projets (d’union budgétaire et du MES) pour préparer le conseil européen du 30 janvier ».
La grande commission du parlement sera informée aujourd’hui. Selon Mme Kumpula-Natri, il est important que le parlement soit bien informé et des sommes en jeu et des risques.
AL

Editorial : « On trouvera une solution au différend sur le MES » TS
L’éditorialiste de Turun Sanomat espère que l’on trouvera facilement une solution concernant l’approbation par la Finlande des règles du MES car la pression de la crise de l’euro et des marchés rend cet accord nécessaire. L’éditorialiste estime qu’il est temps en Finlande de refermer la page du populisme pour revenir au cœur de l’union et se concentrer sur la recherche de solution à la crise de la dette souveraine. Le temps de la politique intérieure sera pour plus tard, estime l’éditorialiste qui craint que la ligne actuelle du gouvernement et de la grande commission du parlement ne conduise à ce que la Finlande soit représentée au conseil européen par un premier ministre qui ne dispose d’aucune marge de manœuvre.
TS

Selon M. Tuomioja, l’UE prend la souveraineté budgétaire à la Finlande
Kauppalehti rapporte que le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que le projet d’union budgétaire est « irrationnel, en chantier et précipité ». Il s’agit d’une proposition « sorite du chapeau et n’offrant aucune solution à la crise actuelle ». Au pire il signifie un frein à la croissance. « Il faut dire que le roi est nu », dit M. Tuomioja qui estime qu’il s’agit d’une question si importante qu’elle mérite un large débat public.
L’exigence d’un plafond au déficit budgétaire de 0,5% du PIB « constitue une camisole de force litigieuse », selon lui.
Selon M. Tuomioja, ce t accord répond à des nécessités de politique intérieure allemande.
Il souligne qu’en raison des règles de calcul de l’Europe qui prennent en compte les excédents des fonds de pension, la Finlande n’aura pas de difficulté à remplir ce critère. Il considère aussi que l’accord d’union budgétaire devrait être approuvé par le parlement, « même si de nombreux députés estime que cela n’a pas raison d’être ».
M. Tuomioja lui-même se rangera derrière la décision commune. Il déclare qu’il a déjà exprimé son opinion au sein du gouvernement, dans le comité intergouvernemental de politique européenne. Selon lui, in fine, il vaut mieux que la Finlande y soit avec les autres plutôt que reste sur la touche. Il n’a voulu lancer le débat que parce qu’il pense que, « sur un si gros sujet, il faut un débat ouvert avant de prendre une décision. C’est une question de démocratie ».
Kauppalehti, qui publie cette interview de M. Tuomioja estime que, outre les déficits budgétaires, « l’UE est aussi menacée d’un déficit démocratique. Faudrait-il là aussi fixer un plafond ? »
KL

Editorial : « Siffler la fin de la partie n’est pas un acte de courage » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que, dans son blig, M. Tuomioja fait plus preuve d’idéologie que de modération pragmatique lorsqu’il critique une politique d’austérité de droite et prend fait et cause pour le Keynésianisme.
« Les craintes de M. Tuomioja son vaines », selon HS qui relève que l’accord d’union budgétaire sera souple et ne devrait pas toucher des pays peu endettés comme la Finlande. « Il faut aussi savoir que l’UE ne peut pas faire un tournant vers la rigueur et la discipline que pour les seuls pays du sud : il faut que tous les pays s’engagent à changer de cours. Si la Finlande ne souhaite pas signer cet accord, il est vain d’exiger que l’Italie, la Grèce ou l’Espagne le signent. Le courage européen n’est pas de siffler la fin de la partie mais de continuer à jouer. La Finlande aurait intérêt à utiliser son capital politique sur la scène européenne sur d’autres batailles que celle-là ».
HS

Mer Baltique

Les émissions de l’usine russe pourraient être évitées pour un coût de 20 millions d’euros, selon le ministre de l’Environnement
Turun Sanomat relève que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, les émissions de phosphore de l’usine de Kingisepp pourraient être maîtrisées au moyen d’une solution d’épuration qui coûterait dans les vingt millions d’euros.
M. Niinistö organisera une réunion entre les parties finlandaises qui coopèrent avec les Russes afin de mettre en place des moyens pour diminuer les émissions de l’usine. Il relève que les entretiens avec les Russes seront menés à tous les niveaux politiques et avec les représentants de l’entreprise en question, Fosforit.
M. Ville Niinistö relève qu’il envisage d’envoyer un courrier à son homologue russe, M. Troutnev.
TS/12

Mme Halonen est convaincue que l’on arrivera à gérer les émissions
La Présidente, Mme Halonen, estime qu’il faudra arrêter le plus vite possible les émissions de l’usine russe Fosforit dans la mer Baltique. Helsingin Sanomat relève qu’elle est plutôt optimiste sur le fait qu’on interviendra contre les émissions maintenant qu’elles ont été découvertes. Elle rappelle que les eaux usées de Saint-Pétersbourg sont désormais traitées, alors que c’est d’une toute autre envergure que l’usine de Kingisepp.
HS/A8

Politique intérieure

Election présidentielle

Les Finlandais iront aux urnes dimanche
Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le dimanche 22 janvier et les bureaux de vote seront ouverts de 8 à 20 heures. Il y a environ 2 600 bureaux de vote en Finlande, au moins un dans chaque commune. Le dépouillement des voix par anticipation commencera dimanche à 15 heures et celui des voix données le jour même du vote après la fermeture des bureaux de vote.

Un nombre record de Finlandais expatriés a voté par anticipation
Selon l’agence de presse finlandaise STT, un nombre record, près de 48 000 Finlandais (un peu moins de 20 % des Finlandais expatriés inscrits) ont voté par anticipation à l’étranger, soit une augmentation de 50 % par rapport à 2006.
STT

L’audience de M. Niinistö est en baisse
Helsingin Sanomat relève qu’au sondage présidentiel récent d’Yle, effectué par l’institut Taloustutkimus, 30 % des personnes interrogées ne se sont pas prononcées. L’audience de M. Niinistö a baissé à 29 %. Il est suivi de MM. Haavisto (12 %), Väyrynen (10 %), Soini (6 %), Lipponen (5 %), Arhinmäki (4 %) et Mmes Biaudet et Essayah 2 %.
Près de 1 500 Finlandais ont répondu au sondage effectué entre le 11 et le 18 janvier.
Le tabloïd Iltalehti vient de publier les résultats de son propre sondage : MM. Niinistö 32 %, Haavisto 13 %, Väyrynen 11 %, Soini 6 %, Lipponen 4 %, Arhinmäki 3 % et Mme Biaudet et Essayah 2 %.
HS/A8, IL

M. Koivisto regrette la diminution des pouvoirs du président
Helsingin Sanomat rapporte que lors du grand débat électoral organisé par la TV1 d’Yle jeudi soir, les candidats présidentiels ont parlé longtemps de la prise de position de l’ancien président, M. Mauno Koivisto. M. Koivisto (88 ans), qui fut président de 1982 en 1994, a commencé à avoir des remords parce qu’il avait fortement promu la diminution des pouvoirs du président et le renforcement du parlementarisme. Il déplore qu’après les élections législatives d’avril 2011, le président n’a pas pu aider à former le gouvernement.
Selon MM. Soini et Väyrynen, le président aurait dû avoir un rôle important dans cette situation, tandis que les autres candidats ont souligné que le président n’avait pas de pouvoir dans la politique intérieure.
HS/A7

Editoriaux
Aamulehti estime, dans son éditorial, qu’à la fin de la campagne présidentielle ce ne sont pas la droite et la gauche qui s’opposent. Cela signifie que les anciennes constellations politiques sont en train de s’effriter.
Même si l’audience de M. Niinistö a baissé, il est de loin le candidat le plus populaire. M. Haavisto a amélioré sa position et se bat avec M. Väyrynen pour la deuxième position. Quant à M. Soini, ce populiste ne semble pas remplir pas les critères pour être président.
Les caractéristiques personnelles des candidats présidentiels comptent beaucoup dans une élection directe. Ce qui compte beaucoup aussi c’est l’attitude des candidats à l’égard de l’Union européenne. MM. Väyrynen et Soini sont eurosceptiques, tandis que M. Lipponen est très pro-européen. MM. Niinistö et Haavisto se situent entre ces deux extrémités, plus près de M. Lipponen que des anti-européens.
Le quotidien Suomen Kuvalehti souligne que M. Niinistö a gardé sa position de favori sans conteste. Les plus grandes surprises sont la faible audience de M. Lipponen et la diminution du charisme de M. Soini, ainsi que la popularité de M. Haavisto. M. Haavisto est devenu le candidat d’une Finlande tolérante et civilisée – ce qui était le rôle réservée initialement pour M. Lipponen.
AL/A2, SK/n°3/5

Commentaire
Aamulehti publie un billet signé Matti Mörttinen qui souligne qu’au premier tour de l’élection présidentielle, les électeurs peuvent choisir de voter pour ou contre un candidat. Si l’électeur veut empêcher l’accès au second tour de M. Väyrynen, il a l’intérêt de voter pour M. Haavisto et vice versa, par exemple.
M. Mörttinen estime que le camp de M. Niinistö préfèrerait l’accès au second tour de M. Väyrynen, parce que de nombreux électeurs ont des antipathies contre lui. « On peut dire que de toute façon, MM. Haavisto et Väyrynen sont les candidats qui ont surpris le plus lors de la campagne présidentielle. Cette élection est devenue intéressante. »
AL/A5

Cour suprême administrative

M. Vihervuori remplace M. Hallberg
Selon Turun Sanomat, M. Pekka Vihervuori (61 ans) sera nommé président de la Cour suprême administrative KHO, en remplacement de M. Pekka Hallberg qui préside la Cour depuis 1998.
TS/13

Défense

Nomination
Le commandant de l’armée de l’air change à compter du 1er mars 2012. L’actuel chef de la logistique, le général de brigade Lauri Puranen, sera nommé aujourd’hui à la tête de l’armée de l’air.
L’actuel commandant, le général de corps aérien Jarmo Lindberg, occupera le poste de chef de la division de la gestion technologique et matérielle de la défense nationale.
L’actuel chef des commandes, le général de brigade Sakari Honkamaa prendra le poste de chef du personnel de la défense nationale à compter du 1er juillet.
Le commandant de la brigade de Kainuu, le général de brigade Jukka Ojala, sera en mission spéciale à l’état-major des forces de défense. Il succèdera au général de brigade Honkamaa.

Espionnage

Selon les archives de la Stasi, un professeur finlandais est coupable de l’espionnage
Helsingin Sanomat rapporte que selon un film documentaire allemand, M. Lassi Päivärinta (57 ans), professeur de mathématique à l’université de Helsinki et directeur de l’institut Rolf Nevanlinna, aurait espionné en faveur de la Stasi au début des années 1980.
M. Päivärinta rejette toutes les accusations. La police de sûreté finlandaise Supo a étudié son cas au début des années 1990 mais il n’a pas été accusé.
HS/A6

Législation sur les armes

Mme Räsänen n’interdirait pas le type d’arme utilisé dans les assassinats qui ont eu lieu dans des écoles
Le groupe de travail chargé d’étudier la sécurité en matière des armes à feu, désigné par le gouvernement, ne propose pas d’interdire les armes de poing semi-automatiques. Pour le groupe, l’interdiction d’un certain type d’arme ne réglerait pas les questions les plus problématiques concernant les armes de poing.
Le groupe de travail a remis son rapport à la ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, hier. La ministre n’est pas non plus favorable à l’interdiction totale de ces armes.
Helsingin Sanomat note que dans les tueries des écoles à Jokela et Kauhajoki, ainsi qu’au centre commercial Sello, vingt personnes ont été tués par des armes semi-automatiques.
HS/A5

Services postaux

Itella envisage de fermer des bureaux de poste et d’augmenter le nombre d’automates
Helsingin Sanomat relève qu’afin de diminuer ses dépenses et améliorer sa position dans la concurrence sur la livraison des paquets, Itella envisage de supprimer des bureaux de postes et augmenter le nombre des automates d’envoi et de récupération des paquets.
Itella remplacera une partie de ses bureaux de poste supprimés par des contrats avec des kiosques et magasins qui assurent également des services postaux.
Les paquets constituent actuellement 80 % des activités des postes. En raison de l’augmentation des achats en ligne, le nombre de paquets envoyés a augmenté de 15 % par rapport à la situation il y a un an.
HS/A4

Energie

Helsinki se débarrasse du charbon
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet fait un bilan sur les façons de remplacer le charbon dans la production énergétique de Helsinki. Il relève qu’à l’automne, le conseil municipal a pris la décision de participer aux dépenses de planification d’un quatrième réacteur nucléaire à Olkiluoto. Participer à l’investissement même coûterait plus d’un demi-milliard d’euros.
L’énergie nucléaire est restreinte dans le sens où elle ne peut pas être utilisée comme source d’énergie pour la production de chauffage urbain, relève l’éditorialiste.
HBL/16

Projet de Musée Guggenheim à Helsinki

Les sociaux-démocrates souhaitent un délai plus important pour la prise de décision
Uutispäivä Demari relève que les conseillers municipaux sociaux-démocrates souhaitent que la municipalité effectue sa propre étude sur le projet Guggenheim.
M. Pajamäki, conseiller municipal, estime qu’un calendrier "normal", avec un délai conséquent pour la réflexion, serait dans les intérêts de tout le monde.
UD/14
UD

France – Finlande

Musique

Tampere Filharmonia se produit avec un soliste français
L’orchestre philharmonique de Tampere se produira, ce soir à Tampere et demain à la Maison de la musique à Helsinki, avec comme soliste un pianiste français, Cédric Tiberghien.
AL/B21

Pulse : Hommage à Pink Floyd
Aamulehti rend compte du groupe Pulse et de son chanteur français Thierry Meyour (professeur d’arts martiaux à Tampere) qui se produisent en concert demain à Tampere. Au programme, un hommage à Pink Floyd.
AL/jeu/B19

Madame de C***
Le supplément NYT de Helsingin Sanomat rend compte du concert de Madame de C*** à Bar Loose, ce soir. Parisien à l’origine, ce groupe a été recréé en Finlande autour de son chanteur français, Benjamin Goursot.
NYT/8

BD

Kaisa Leka remporte le prix annuel de la bande dessinée
Helsingin Sanomat relève que c’est en France que le premier album de Kaisa Leka, créatrice de BD, I’m not these feet, a été publié en 2006.
HS/C8

France

Politique : « La dégradation de la note de la France est une arme dans la présidentielle »
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur le débat de la campagne présidentielle animé autour de la dégradation de la France par Standard & Poor’s ainsi que sur les derniers sondages qui notent une montée de la candidate du Front national.
HS

Jeudi 19 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Selon Reuters, un accord sur le MES est proche
La Finlande dément un éventuel accord européen
Reuters rapportait hier qu’un accord se profilait sur la procédure d’urgence dans le mécanisme européen de stabilité. Selon Reuters, la Finlande aurait proposé un compromis. Selon HS, ce compromis pourrait être qu’une partie du capital du MES soit disponible pour des décisions prises selon la procédure d’urgence à la majorité qualifiée.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) doit présenter la position du gouvernement devant la grande commission du Parlement vendredi. En fonction de la position de la grande commission, Mme Urpilainen pourra dire, lundi, à Bruxelles, si la Finlande est prête à accepter le texe en préparation.
Mme Urpilainen a refusé de commenter les informations de Reuters car les négociations sont en cours et il est trop tôt pour spéculer sur un accord. Le Premier ministre Jyrki Katainen a lui aussi déclaré que « les négociations sont en cours et il n’y a rien à commenter » ;
La présidente de la grande commission, Mme Kumpula-Natri a déclaré qu’elle n’était pas au courant d’un éventuel accord. Le président de la commission des affaires constitutionnelles M. Koskinen a déclaré qu’il n’était pas informé d’un accord mais que sa commission se réunissait aujourd’hui pour éventuellement discuter de ce sujet
HS KS AL

Accord au gouvernement sur le traité sur l’union budgétaire
La Finlande souhaite un assouplissement du projet d’union budgétaire qui permettrait à un Etat de violer la régle du déficit budgétaire (0,5%) si des conditions de conjoncture et d’emploi le rendaient nécessaire. Cela permettrait à des etats de relancer leur économie. Il faudrait pour cela que les Etats soient d’accord sur la satisfaction de ces conditions.
Helsingin Sanomat rappelle que le programme gouvernemental approuvé en juin en Finlande s’est fixé des objectifs bien plus ambitieux et donc rigoureux que la régle envisagée par l’accord européen (0,5% du PIB pour la déficit). Cela vient du fait que, dans les calclus européens, la Finlande profite d’un surplus de 3 points du fait que l’on compte aussi les excédents des fonds de pension.
Actuellement, le programme gouvernemental prévoit un déficit du budget de l’Etat d’au plus 1% du PIB durant la législature. Selon les critères européens, cela voudrait dire un excédent d’au moins 2%, selon un haut fonctionnaire finlandais.
Helsingin Sanomat rapporte que le budget 2012 prévoit un excédent structurel de 0,3%.
HS

Editorial : « Le ministre des Affaires étrangères se mobilise tardivement » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’un ministre ne peut pas s’exprimer en tant que personne privée dans la presse internationale, mais que le contenu même de sa déclaration mériterait d’être examiné. Pour l’éditorialiste, il existe un vide en matière de valeurs en Europe et c’est là le défaut qui est le plus souvent à la source de l’euroscepticisme.
HBL/16

Selon la banque Aktia, la Finlande est déjà en récession
Selon la banque Aktia, l’économie européenne et la Finlande sont déjà en récession. L’économie finaldnaise devrait diminuer de 0,3% en 2012 selon les prévisions d’Aktia.
TS

Hongrie

Différend entre la Hongrie et l’UE
Helsingin Sanomat estime dans son éditorial que le différend vient du fait que la Hongrie essaie de revenir sur les valeurs qu’elle avait approuvées lors de son adhésion à l’UE. L’éditorialiste estime qu’il s’agit d’une question juridique quant à savoir si la Hongrie respecte ou non les traités et qu’il ne faut pas exagérer les critiques : la Hongrie n’est pas en train de devenir totalitaire. L’éditorialiste note toutefois que l’atmosphère a changé : les modifications constitutionnelles de la Hongrie auraient pu passé il y a encore quelques années (même si elles auraient été critiquées) mais ce n’est plus le cas depuis la crise budgétaire qui a renforcé le besoin de discipline.
HS

Russie – Finlande

« Mme Halonen a fait l’éloge de ses prédécesseurs » HS
La Présidente, Mme Halonen, relève qu’elle s’efforce de rester réaliste en ce qui concerne son rôle. Elle souligne qu’il s’agit d’un sport d’équipe où il faut être conscient du pouvoir de la coopération.
Elle souligne qu’elle apprécie le travail de ses prédécesseurs et note que le Président Koivisto jouit d’un respect en Russie. Pour elle, le passé est un fondement sur lequel chaque Président et Premier ministre devra construire ses propres relations.
Helsingin Sanomat relève que les entretiens avec M. Medvedev et M. Poutine ont duré respectivement 3h30 et 2h30. Mme Halonen se félicite du fait que ce sont des saint-pétersbourgeois qui dirigent la Russie. Pour elle, cette ville « appartient un petit peu aux Finlandais ».
Elle relève que les deux dirigeants russes ont explicitement déclaré souhaiter maintenir un contact actif avec le futur Président finlandais. Pour elle, la visite représentait un bilan positif. Elle relève qu’elle a évoqué les questions environnementales ainsi que la politique intérieure [russe]. Elle a souligné l’importance d’un dialogue.
HS/A10

« Le sauna de M. Medvedev est construit selon des instructions finlandaises » IS
Ilta-Sanomat relève que le Président Medvedev a présenté à son homologie finlandaise les saunas de sa résidence, dont un est un sauna construit selon des instructions finlandaises fournies par l’épous de Mme Halonen, M. Arajärvi.
IS/3

Mer Baltique

L’usine russe et les émissions découvertes constituent la source la plus importante d’émissions dans la mer baltique
Helsingin Sanomat relève que les émissions de phosphore de l’usine d’engrais russe correspondent au total des émissions finlandaises. Selon M. Knuuttila, chercheur du Centre environnemental de Finlande, il est possible de maîtriser ces émissions rapidement.
HS/A3

Coopération nordique

Billet de M. Stubb
Hufvudstadsbladet publie un billet de M. Stubb, ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur chargé de la coopération nordique, qui souligne l’importance de l’ensemble des pays nordiques en tant qu’acteur international.
« Ensemble, nous constituons une des dix premières économies du monde », relève-t-il tout en rappelant que le concept de « nordique » suscite principalement des associations positives.
HBL/19

Politique intérieure

Election présidentielle

Les candidats n’ont rien proposé de nouveau lors du débat de la MTV3
Helsingin Sanomat rapporte que lors du grand débat électoral organisé par la chaîne de télévision commerciale MTV3, les huit candidats présidentiels ont mené un débat poli malgré le jour du vote qui s’approche. Les candidats n’ont rien proposé de nouveau ou d’inattendu. Les candidats ont essayé de défier M. Haavisto, dont l’audience est en hausse selon les sondages d’opinion, mais il est resté calme.
M. Unto Hämäläinen, journaliste à HS, écrit un blog très suivi et commenté sur l’élection présidentielle. Il estime que le débat de la MTV3 a été trop long mais a révélé un peu le vrai caractère des candidats, surtout au moment où on leur à demandé de dire du bien sur un autre candidat. M. Hämäläinen fait surtout l’éloge de l’analyse de Mme Essayah sur le rôle très important de M. Väyrynen afin de sauver le Parti du centre. Selon M. Lipponen, M. Väyrynen a privé Mme Kiviniemi de son rôle de président du Centre.
M. Hämäläinen estime que le problème de M. Soini est qu’il ne veut pas vraiment défier M. Väyrynen.
Concernant la réforme des communes, qui ne revient aucunement au président, Mme Biaudet et MM. Haavisto, Niinistö, Soini et Väyrynen ont estimé qu’il faudrait ajourner la réforme en raison des élections municipales de l’automne prochain.
HS/A8

Les sondages ne seront pas interdits
Helsingin Sanomat relève que selon le politologue Sami Borg, il n’est pas possible d’interdire les sondages d’opinion près des élections par une loi. « Il est essentiel que les instituts de sondages et les médias se mettent d’accord sur les principes de publication des résultats. »
Pour M. Juhani Pehkonen, directeur à l’institut TNS Gallup, il n’est pas du tout réaliste d’interdire les sondages. « S’ils étaient interdits en Finlande, les sondages serait effectués ailleurs, par exemple en Estonie. »
HS/A8

Vie professionnelle

Selon la SAK, les employeurs n’investissent pas dans les employés âgés
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte de la SAK, centrale syndicale, auprès de 778 délégués du personnel, seulement 3 % des employeurs travaillent activement pour que les employés âgés continuent à travailler plus longtemps. Selon M. Juha Antila, directeur à la SAK, « un tiers des employeurs ne font rien pour prolonger les carrières professionnelles ».
Les négociations sur les retraites viennent de commencer et SAK souligne l’importance de prolonger les carrières, tandis que le patronat veut augmenter l’âge de retraite de 63 à 65 ans.
HS/A6

Nucléaire

« TVO se prépare à laisser un appel d’offres pour un quatrième réacteur » TS
« TVO prêt à payer une partie des frais de planification de la construction » TS
Turun Sanomat rapporte que TVO est passé à la phase « appel d’offre et planification » dans son projet OL4. Tous les actionnaires de TVO ont décidé de participer à cette phase dont le coût pourrait s’élever jusqu’à 300 millions d’euros. C’est la somme prévue pour arriver à développer cet investissement total d’environ 6 milliards d’euros jusqu’au choix du fournisseur et au dépôt du permis de construire.
Le directeur du projet OL4, M. Janne Mokka, âgé de 39 ans, souligne que l’objectif est de construire une centrale qui pourra produire de manière compétitive de l’électricité pendant 60 ans. « C’est le principal. Un bon prix d’achat fait partie de la rentabilité, mais le plus important est que la nouvelle centrale fonctionne efficacement et produise au moindre coût de l’électricité environ 350 jours par an pendant 60 ans à 100% de sa capacité ».
Turun Sanomat, qui relève que la centrale OL3 qui devait être construite en 5 ans et demi le sera en 11 ans, rapporte que le calendrier d’oL4 sera fixé avec le fournisseur.
M. Mokka dirige une unité d’une cinquantaine de personnes, outre les compétences supplémentaires de TVO disponibles. Le coût total de la planification d’OL4 dépendra finalement du choix du fournisseur et de savoir à quel point son réacteur est prêt pour être approuvé en Finlande et par TVO.
TVO ne paiera pas les réponses à son appel d’offre mais est toutefois prêt à payer une partie de la planification d’un ou deux fournisseurs. Turun Sanomat rapporte que pour le projet d’OL3, TVO n’a pas participé financièrement à la planification du réacteur et il semble que le consortium n’a commencé réellement cette planification qu’une fois le marché signé. Cette fois-ci, TVO est prêt à faire avancer la planification avant même de prendre la décision finale. « Plus la planification est avancée avant la prise de décision, moins les risques sont élevés », déclare M. Mokka.
TVO a un contrat clés en main avec le consortium. TVO estime que les fournisseurs potentiels peuvent être intéressés par le même type de commande, mais TVO se réserve aussi la possibilité de prendrez la responsabilité du chantier de construction. C’est pourquoi la préparation de la planification est si importante : il lui faut bien connaître les coûts de l’hypothèse ou elle prendra en charge la construction et diviserait les commandes à des fournisseurs. « On prépare les deux possibilités. Pour nous en tant que client, une commande clés en mains serait plus facile, mais TVO se prépare aussi à prendre lui-même en charge les travaux de construction ».
Le calendrier sera évoqué dès la phase de planification avec le fournisseur. Pour l’instant la seule date connue est la date butoir pour laisser le permis de construction, fin juin 2015.
M. Mokka finalise actuellement l’appel d’offres qui prend plus de temps que le délai laissé aux fournisseurs potentiels pour préparer leur offre, soit moins d’un an. TVO n’a pas encore décidé s’il allait demander à tous les fournisseurs potentiels approchés de faire une offre, mais les cinq connus se préparent à en déposer une rapporte M. Mokka. « TVO est un client intéressant et sérieux », souligne-t-il.
TS

Culture

Débat sur un musée Guggenheim à Helsinki
Helsingin Sanomat publie de nombreuses contributions pour ou contre un musée Guggenheim à Helsinki. Parmi elles, l’ancienne directrice du musée Serlachius, Mme Paritta Pitkänen estime que le Louvre serait un partenaire intéressant pour Helsinki. Elle rapporte que Le Louvre va ouvrir un musée à Lens pour lequel un cinquième du financement vient de l’UE.
HS

Mercredi 18 janvier 2012
Politique étrangère et européenne

Iran

M. Tuomioja condamne des frappes
Dans une interview à la télévision, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja condamne d’éventuelles frappes contre l’Iran pour ralentir le programme nucléaire de ce pays. Il estime que cela ne convient pas à la Finlande et souligne que cela n’a pas été évoqué par le conseil de sécurité de l’ONU.
« En aucun cas des mesures militaires ne sont acceptables. Et la seule institution qui pourrait le décider est le conseil de sécurité de l’ONU. On ne voit aucune raison se propager à l’horizon qui permettrait d’arriver à une solution par ce biais ».
Selon lui, il n’y a aucune preuve tangible que l’Iran prépare une arme nucléaire. Il souligne que l’on ne prépare pas légalement de frappes militaires. « On en a à maintes reprises discuté dans l’UE entre ministres des Affaires étrangères. Et peut-être à part un ou deux ministres tous estiment que des frappes militaires ne sont pas acceptables.”
M. Tuomioja estime que les conséquences de telles frappes pourraient être catastrophiques pour la région.
Yle

Crise financière

M. Katainen critique les propos de M. Tuomioja
Le Premier ministre Jyrki Katainen (conservateur) estime que les déclarations du ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja (PSD) sur son blog et au Financial Times « ne représentent pas la position du gouvernement ». « Il s’agit de sa position personnelle et je suis diamétralement opposé à lui. La Finlande souhaite renforcer la discipline budgétaire, l’a exigé des autres et est prête à s’engager dans des mesures économiques strictes, au nom de l’intérêt commun et de notre intérêt national ».
M. Katainen estime aussi qu’il n’y a pas lieu d’augmenter le capital du FESF . Selon lui, le FESF dispose de suffisamment de fonds pour fonctionner jusqu’à ce qu’il soit remplacé par le MES. M. Katainen considère comme politiquement impossible que l’on demande aux pays notés triple A d’augmenter leur participation.
Il estime que les propos du gouverneur de la BCE, M. Draghi ont été mal interprétés.
Concernant les agences de notation, M. Katainen estime que l’on a donné trop de poids à leurs notations. « Il faut garder les pieds sur terre ».
Yle

Selon Mme Urpilainen on ne va pas augmenter la part de la Finlande dans le FESF
La ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) exclut que la Finlande augmente sa part dans le FESF. Selon elle, le FESF dispose de suffisamment de fonds pour fonctionner jusqu’en juin quand il sera remplacé par le MES. « Il faut défendre l’euro mais pas à n’importe quel prix. Il importe que chaque Etat soit responsable de l’état de ses finances ».
Elle souligne qu’il « est intéressant que les taux d’intérêt ont baissé alors que la France et l’Espagne ont vu leurs notes dégradées ».
HS TS KS

Russie – Finlande

« Mme Halonen a présenté ses adieux aux dirigeants russes » HS
La Présidente, Mme Halonen, a effectué une visite d’adieu en Russie, mardi.
Le Premier ministre russe, M. Poutine, a dit que, depuis les 12 ans du mandat de Mme Halonen, les relations bilatérales entre les deux pays s’étaient considérablement renforcées. Il a évoqué les échanges commerciaux, la multiplication des investissements directs et le train rapide entre Helsinki et St. Petersburg. Mme Halonen a souligné qu’elle a effectué 27 visites en Russie. Le plus souvent, elle y a rencontré M. Poutine, entre autres. Elle a dit à M. Poutine, ainsi qu’au Président Medvedev, qu’il était essentiel d’avoir des partenaires à qui on peut sincèrement demander comment ça va.
Helsingin Sanomat relève que Mme Halonen a évoqué les embouteillages à la frontière et les « problèmes humains », par lesquels, selon HS, elle visait sans doute les litiges de garde d’enfant entre des Russes et des Finlandais.
Concernant les achats immobiliers en Russie, elle a dit que les Finlandais en feraient sans doute plus si la procédure était plus simple. M. Poutine a incité Mme Halonen à montrer l’exemple aux Finlandais. « Entendu », a-t-elle répondu, en russe.
HS/A5, IS/12

« Mme Halonen a recommandé un dialogue avec l’opposition » Yle
Yle relève que lors d’une conférence de presse donnée ce matin à Moscou, Mme Halonen relève qu’elle a dit à MM. Medvedev et Poutine qu’entamer un dialogue avec l’opposition politique était indispensable. Elle a évoqué la politique intérieure de la Russie en particulier avec son homologue, M. Medvedev, qui, selon elle, a déjà entamé des réformes exigées par l’opposition. M. Poutine, par contre, s’est montré plus réticent à évoquer la politique intérieure, selon elle.
Mme Halonen a dit qu’elle comprend bien que la Russie mette du temps à introduire des réformes.
Concernant la zone frontalière russe, elle a proposé que près de la frontière entre les deux pays, il serait opportun de créer une zone « plus libre » qui permettrait aux entreprises et aux acteurs privés de mieux y fonctionner.
www.yle.fi

Vision de Mme Halonen et de M. Poutine : la Carélie pourrait devenir une nouvelle Alsace
L’Alsace a été évoquée entre Mme Halonen et M. Poutine à l’occasion des propos de Mme Halonen sur la difficulté des achats immobiliers en Russe par des Finlandais.
Selon le modèle alsacien, la frontière entre la Finlande et la Russie pourrait être la plus « effacée » possible de façon a permettre toutes sortes d’activités des deux côtés de la frontière sans être trop stricte sur le fait de savoir de quel côté on se trouve. Un tel modèle serait toutefois un défi important notamment en raison de la différence des sociétés. Mme Halonen estime que c’est une question à laquelle il faut réfléchir à longue terme.
M. Poutine s’est déclaré intéressé par la diminution de la bureaucratie dans la zone frontalière. Les deux ont souligné l’importance de faciliter les investissements transfrontaliers.
www.hs.fi

Estonie – Finlande

Commerce
Le commerce entre la Finlande et l’Estonie est devenu déficitaire pour la Finlande. En janvier-octobre 2011, le déficit s’élevait à 259 millions d’euros, alors que pour la plupart de la décennie précédente, le commerce avec l’Estonie était excédentaire.
Les importations de l’Estonie ont augmenté de 25 % en même temps que les exportations n’ont augmenté que de 9 %.
SM/5

Mer Baltique

Nouvelles émissions de phosphore découvertes dans la mer Baltique
Un projet de recherche fenno-russe a découvert une source importante d’émissions de phosphore en Russie du Nord-Est.
Une usine d’engrais émet des quantités importantes de phosphore dans la mer Baltique. Des négociations en la matière sont prévues aujourd’hui à Saint-Pétersbourg entre la commission de protection de la mer Baltique, Helcom, et les autorités russes.
M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement, regrette l’envergure de la découverte mais se félicite des recherches qui permettent de montrer les émissions réelles.
La découverte est un revers dur dans une situation où on avait cru que l’épuration des eaux usées de Saint-Pétersbourg allait améliorer l’état de la mer Baltique.
HS/A6

Fukushima

Radioactivité détectée en Finlande
Une petite quantité de césium provenant de l’accident nucléaire de Fukushima au Japon a été détectée dans les forêts finlandaises. Selon le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire, les échantillons de mousse, lichen, champignons, viande de renne et d’élan examinés à l’automne ont révélé des taux de césium. Dans l’eau potable, dans le lait et dans d’autres produits agro-alimentaires commercialisés, aucune trace n’a pourtant été détectée.
Selon le Stuk, ces trouvailles sont sans importance.
SM/5

Défense

Une éventuelle adhésion à l’OTAN est une question politique, selon M. Katainen
Lors de son déplacement à Jyväskylä, M. Jyrki Katainen, s’est prononcé sur l’OTAN en rappelant que la décision d’une éventuelle adhésion ne se fera pas pendant cette législature.
Pour lui, une éventuelle adhésion n’est pas une réponse à une menace extérieure, mais plutôt une question politique. Il considère que l’actuelle coopération en partenariat avec l’OTAN pourrait bien suffire à la Finlande.
KS/5

Un ancien employé de Patria emprisonné dans l’affaire des pots de vin
Soupçonné d’avoir présenté des dessous de table, un ancien employé de Patria vient d’être écroué par le tribunal de grande instance d’Helsinki. Il s’agit de la vente par Patria de véhicules blindés AMV en Croatie en 2007. Déjà emprisonné en 2008 en raison des soupçons de pots de vin sur des ventes de Patria en Slovénie, l’homme occupait une position de responsabilité lors des ventes effectuées avec la Croatie et la Slovénie.
HS/B7

Politique intérieure

Election présidentielle

Lors d’un débat télévisé, les candidats ont rejeté un éventuel renforcement du FESF
Helsingin Sanomat rapporte que lors du grand débat électoral organisé par le quotidien et la chaîne de télévision commerciale Nelonen, tous les huit candidats présidentiels ont rejeté un soutien supplémentaire au FESF, proposé par le président de la Banque centrale européenne, M. Draghi.
La plupart des candidats, à l’exception des eurosceptiques Timo Soini et Paavo Väyrynen, estiment fermement que le président doit soutenir la politique européenne du gouvernement.
MM. Niinistö, Haavisto, Arhinmäki et Mme Biaudet sont prêts à interdire les sondages d’opinion juste avant les élections. M. Niinistö a rappelé que cela était le cas dans beaucoup d’autre pays. Selon M. Haavisto, les sondages d’opinion devraient être interdits dès que le vote par anticipation se termine.
Selon l’éditorialiste de Helsingin Sanomat, les candidats ont fait attention de ne pas évoquer de nouveaux thèmes lors du débat.
HS/A2, A4-5

Plus de 1,36 million Finlandais ont voté par anticipation
Helsingin Sanomat rapporte que 281 132 Finlandais ont voté par anticipation mardi, dernier jour du vote par anticipation. Traditionnellement, le dernier jour du vote par anticipation est le plus animé. Cette fois-ci, près de 100 000 électeurs de plus ont voté par anticipation par rapport à 2006 : 1 364 892 Finlandais ont donné leur voix, contre environ 1 270 000 en 2006. Le taux de participation après les sept jours du vote par anticipation est de 32,7 %. Il faut noter qu’en 2006, le vote par anticipation n’avait duré que six jours.
Les femmes ont été plus actives à voter par anticipation : 765 858 Finlandaises et 599 034 Finlandais ont accompli leur devoir civique déjà avant le jour du vote, le dimanche 22 janvier.
HS/75

Selon un chercheur, les électeurs pensent déjà au second tour de l’élection
Aamulehti relève que selon le chercheur Pertti Timonen de l’université de Tampere, les électeurs pensent à la tactique électorale et à la situation du second tour de l’élection. Les candidats commencent à être épuisés après une campagne dure. « J’ai pitié pour ceux qui devront encore faire campagne au second tour. »
M. Timonen estime que les grands débats électoraux qui ont lieu pendant la semaine de l’élection ne sont pas très utiles, notamment parce qu’un grand nombre d’électeurs ont déjà voté par anticipation. Il souligne que les femmes, qui votent plus activement que les hommes, ont les atouts dans leurs mains.
AL/A4

Comment faire échouer M. Niinistö ?
Pour le tabloïd Ilta-Sanomat, la victoire de M. Niinistö n’est pas jouée d’avance. Le challenger, M. Väyrynen ou M. Haavisto, peut avoir un atout au second tour. En 2006, M. Niinistö a été le challenger de Mme Halonen et l’a finalement menacée.
Au second tour, M. Väyrynen peut bombarder M. Niinistö avec l’OTAN. M. Haavisto peut s’avérer un challenger vif et souple qui fait que M. Niinistö semble être lent et prudent.
IS/10

Les candidats et la presse
Suomen Lehdistö, organe de l’association des journaux finlandais, rapporte que plusieurs candidats suivent, en plus de journaux finlandais, des journaux étrangers. M. Niinistö annonce qu’il lit Le Figaro et M. Lipponen Le Monde.
SL/4

Défense

La fermeture des garnisons et autres établissements militaires
Le quotidien Aamulehti rappelle que la garnison de Niinisalo est le seul champ de tir dans le sud du pays, sans elle tous les exercices de matériel lourd devront se tenir à Rovajärvi en Laponie. Faisant allusion aux fermetures d’entrepôt d’armes à Parkano, Keuruu et Ähtäri, le quotidien regrette le grand nombre de postes d’emploi qui vont se perdre dans la région et se demande pourquoi il n’est pas question de toucher aux garnisons des villes alors que celles-ci ont continuellement des problèmes avec leurs terrains d’exercices.
Selon le journal, le ministre de la défense, M. Stefan Wallin, présentera sa proposition sur la fermeture des garnisons et autres établissements militaires le 6 février.
En déplacement à Jyväskylä, le Premier ministre, M. Jyrki Katainen, a rappelé qu’il existe deux raisons aux réductions budgétaires de la défense : les économies financières et la réduction du nombre des futurs conscrits.
Le quotidien suédophone estime que la position du ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, n’est pas confortable.
A propos d’une éventuelle fermeture de la garnison suédophone à Dragsvik et de son transfert à Upinniemi, le quotidien constate que ce dernier site dernier est responsable de la défense territoriale depuis la frontière orientale du pays jusqu’à Hanko, alors que Dragsvik n’a pas cette implication.
AL/A2, KS/5, HBL/6

Augmentation du prix de l’essence

Le prix de l’essence dépasse 1,60 euros
Le prix de l’essence a augmenté de 6 centimes depuis le début de l’année. Lundi, les prix ont varié entre 1,52 et 1,72 le litre.
SM/5

Brise-glace

Le premier brise-glace démarré exceptionnellement tard
Le premier brise-glace est parti dans la Golfe de Botnie, hier. Cette date tardive constitue un record. En 2007, le premier brise-glace avait entamé ses travaux le 16 janvier, mais l’hiver dernier, c’est déjà en novembre, que le premier a démarré.
HS

Mines

Mme Hautala compare la Laponie au Congo
Selon Turun Sanomat, Mme Heidi Hautala (Alliance verte), ministre du Développement, chargée des entreprises d’Etat, estime que l’Etat finlandais pourrait être un actionnaire plus important dans l’industrie minière. « Les entreprises étrangères ont en pratique envahi la Laponie qui est devenue un Congo du Nord », a déclaré Mme Hautala.
TS/12

Médias

La chaîne SuomiTV a été vendu au groupe Fox
Selon Helsingin Sanomat, le groupe Fox du moghol médiatique Rupert Murdoch a acheté la chaîne de télévision commerciale SuomiTV, fondée fin 2009 par un groupe canadien.
HS/C2

Beaux-arts

Ateneum présentera des oeuvres internationales de haut niveau
Uutispäivä Demari relève qu’en novembre, le musée d’art Ateneum proposera une exposition de symbolistes, dont Gauguin, Van Gogh, Munch, Mondriani, Kandinsky et Monet. Les œuvres seront prêtés par le Musée d’Orsay, entre autres. Certains œuvres viennent des collections privées new yorkaises, parisiennes et italiennes.
Parmi les peintres finlandais, des œuvres de Gallen-Kallela, Simberg et Edelfeldt seront présentés.
Notons qu’une exposition d’Helene Schjerfbeck est prévue en juin-octobre, à l’occasion des 150 écoulées depuis sa naissance.
UD/14

France

Politique

« L’extrême-droite va rendre les élections françaises intéressantes » UD
Le correspondant à paris de Demari s’est intéressé à la poussée de Mme Le Pen dans les sondages.
UD

Mardi 17 janvier 2012
Politique étrangère et européenne

Union budgétaire

M. Tuomioja condamne un traité inutile
Sur son blog, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que l’on essaie de précipiter la création d’un la stabilité, la coordination et la gouvernance, au mépris de toutes les procédures normales transparentes et parlementaires. « En réalité, cet accord est au mieux inutile et au pire néfaste, c’est pourquoi la Finlande devrait s’opposer à ce projet et, au moins, ne pas y participer. »
« Cet accord n’aura aucun effet sur la résolution de la crise actuelle. Et il est peu probable qu’il permette de prévenir de nouvelles crises mieux que l’actuel programme de la Commission (sixpack) et la création du MES qui ont été approuvés et entreront en vigueur d’ici la fin de l’année prochaine. La structure et les procédures du projet d’accord viendraient bouleverser la prise de décision, affaiblir la position de la commission et créer de nouvelles fractures dans une union déjà divisée, ce qui inquiète déjà le Parlement européen. »
« Le projet d’accord vise à durcir les normes actuelles en instaurant une rigueur budgétaire fixée à 0,5% du PIB. Pris à la lettre cela constituerait une camisole de force idiote qui pourrait au pire aggraver les dégradations de conjoncture économique, affaiblir la croissance et augmenter le chômage. Les assurances selon lesquelles l’objectif de ce projet n’est pas d’empêcher une politique conjoncturelle soutenant la croissance, la stabilité et l’emploi ne semblent pas crédibles à la lueur des politiques d’austérité menées par les gouvernements de droite. »
« Pourquoi donc vouloir si fermement imposer un tel accord ? La réponse se trouve chez le principal pays mis à contribution, l’Allemagne. L’exigence de politique d’austérité est une condition de politique intérieure mise à ce que l’Allemagne accepte que la BCE fasse ce qu’elle devra de toute façon faire en tant qu’institution indépendante de l’Allemagne comme de tous les autres gouvernements afin d’empêcher une propagation et un aggravement de la crise financière. »
« Le projet de texte a déjà été toiletté afin de permettre à la Finlande de l’approuver sans qu’il viole sa constitution. Dans la situation actuelle, il est possible que nous n’ayons plus le courage nécessaire pour siffler la fin de la partie et empêcher l’aggravation des dégâts. Il faudrait néanmoins réagir au fait que l’on presse les décisions sur cet accord alors que nombre de parlements nationaux, outre celui de Finlande, ne sont même pas réunis pour prendre position ».
Tuomioja.org

M. Tuomioja réfute des dissensions au gouvernement
Interrogé à Stockholm sur des dissensions à l’intérieur du gouvernement finlandais sur l’union budgétaire, M. Tuomioja réfute. « Ce que contient mon blog ne signifie pas un différend concret avec le gouvernement. Au gouvernement nous choisissons naturellement d’approuver des décisions communes ».
TS

Selon le Financial Times, la Finlande effraie à nouveau l’Europe
Le Financial Times qui a rapporté les propos de M. Tuomioja estime que la Finlande, en menaçant le projet d’accord, effraie à nouveau l’UE.
Le ministre a précisé au journal qu’il s’agissait de sa position et non de celle du gouvernement. Il a toutefois souligné que la majorité du Parlement finlandais était de son avis.
Uusisuomi

M. Pekkarinen favorable à l’union budgétaire
Le président de la commission économique du parlement, M. Pekkarinen (Centre) estime que le projet d’union budgétaire est bon et doit être approuvé par son parti, le Centre. Il souhaite néanmoins que certains points soient éclaircis.
Uusisuomi

Crise financière

« Le taux d’emprunt de la France a diminué en dépit de la dégradation de sa note » HS
Helsingin Sanomat relève que la France n’a pas eu de difficulté à placer sa dette à un taux bas en dépit de la dégradation de sa note par une agence de notation.
HS

La dégradation du FESF inquiète la Finlande
Le président de la BCE Mario Draghi estime que le FESF aurait besoin d’un soutien supplémentaire des pays qui ont conservé leur triple A.
Le directeur d’Etla, M. Sixten Korkman considère pour sa part que la notation du FESF n’est pas très importante. Il se demande donc si la Finlande et les autres pays notés triple A devraient réellement renforcer leur part dans le FESF.
La ministre des Finances et présidente du PSD, Mme Urpilainen refuse de se prononcer sur la question de savoir qui de Standard & Poor’s et de Moody’s a raison sur la dégradation ou non de la note de la France : « chacune des agences évalue les risques. Le principal est que chaque Etat assainisse ses finances ». Selon elle, il est possible que la Finlande recoure à des mesures ciblés de relance, tout en diminuant les dépenses et augmentant la fiscalité.
Concernant le MES, elle souligne que « la Finlande ne peut pas accepter d’avoir des responsabilités supplémentaires qu’elle n’aurait pas souhaitées ».
Le président de la commission des finances du Parlement, M. Kimmo Sasi estime que la Finlande ne doit pas voir ses responsabilités augmentées au-delà des 14 milliards d’euros approuvés par le parlement. « Le fait que les Etats notés triple A soient seuls mis à contribution ne doit en aucun cas être envisagé », a-t-il dit. « On ne peut pas envisager que ceux qui ont bien géré leurs finances soient mis à contribution. Il n’y a pas de crise qui nous pousse à prendre des décisions désespérées. Il est donc facile de dire non actuellement ».
L’économiste de la banque Pohjola, M. Heiskanen estime que les demandes de M. Draghi ne sont pas surprenantes. « La BCE veut le plus de puissance de tir nécessaire. Mais les politiciens prennent les décisions et il serait étonnant que dans les pays qui ont bien géré leurs finances des demandes de contributions supplémentaires soient facilement acceptées ». Il souligne aussi que le maintien de la note finlandaise n’est pas sûr et ne dépend pas d’elle. « Rien ne garantit le maintien de notre note, même si nous suivions toutes les règles d’orthodoxie car si la confiance dans l’euro faiblit, avec la note allemande, c’est celle de la Finlande qui serait aussi, dégradée ».
Le directeur du patronat EK, M. Jussi Mustonen estime lui aussi que la contribution finlandaise n’augmentera pas. Il relève aussi que le maintien de la note finlandaise n’est pas certain et souligne qu’il faut réagir à l’endettement de la Finlande.
L’économiste de la banque Aktia critique vertement les agences de notation qui ont aggravé la crise.
HS TS IS

Editoriaux et commentaires
« Une alerte légitime » HS
« Le prix d’un A » AL
« Les dictateurs des marchés agissent enfin » HS
« Une critique saine de la gestion de la crise » HBL
Hufvudstadsbladet rend compte des propos du commissaire européen Olli Rehn, qui a critiqué les agences de notation qui recherchent à privilégier les intérêts des spéculateurs et qui fonctionnent principalement selon les conditions du capitalisme financier américain. Pour l’éditorialiste, M. Rehn a raison, mais en même temps, il est difficile de trouver une alternative à l’établissement américain. La gestion de la crise pourra devenir plus difficile si le FESF perd son triple A, mais selon l’éditorialiste, il serait positif, à ce moment-là, que cela accélère la mise en place du MES. Les critiques de Standard & Poor’s vont dans le bon sens, selon l’éditorialiste, qui estime que l’on se concentre trop à la diminution de l’endettement et trop peu à la compétitivité et la croissance.
Le directeur du service politique d’Helsingin Sanomat estime lui aussi qu’il est difficile de comprendre les critiques violentes de M. Rehn et des élites européennes contre les agences de notation. « Le meilleur moyen de diminuer le pouvoir des agences de notation est que les Etats emprunteurs comme la Finlande cessent le surendettement », conclut-il.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que la dégradation de la France était légitime et que ce pays ne remplissait plus depuis longtemps les conditions d’une note maximale. Selon HS, il est vain d’accuser les agences de notation car les problèmes ont été causés par les Etats eux-mêmes qui ont laissé leurs finances se dégrader. L’éditorialiste relève toutefois que les mesures prises portent leurs fruits et que la situation se stabilise en Europe : si les décisions de Standard & Poor’s ne changement rien à la situation et que les taux d’intérêt des Etats dégradés n’augmentent pas on aura remporté une victoire dans la lutte contre la crise. L’éditorialiste estime que la situation avait été anticipée par les marchés ; Il ne faut pas perdre son temps dans les débats et les protestations contre les agences de notation mais de demander plutôt si les critiques qu’elles émettent sont justifiées.
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que les pays du Nord de l’Europe qui ont gardé leur triple A et ne souhaitent pas renforcer leur contribution au FESF risquent d’être accusés d’une dégradation du FESF, ce qui prouve la complexité des raisons de cause à effet.
HBL HS AL

Parlement européen

M. Penttilä veut cumuler
Selon Helsingin Sanomat, M. Risto E. J. Penttilä, directeur général de la chambre centrale de commerce et premier suppléant des parlementaires conservateurs, a changé d’avis et veut désormais remplacer M. Ville Itälä au Parlement européen tout en gardant ses fonctions en Finlande à la chambre de commerce. M. Itälä a été nommé à la Cour des comptes.
HS/A9

Défense

La Finlande forme des soldats de quatre pays pour l’Afghanistan
L’armée de terre organise une formation pour 38 soldats étrangers dans la brigade d’artillerie du 15 au 21 janvier 2012. Des soldats de Grande-Bretagne, du Canada, de France et d’Allemagne y participent. La formation est basée sur le savoir faire finlandais dans la manipulation du matériel d’artillerie 122 H63 de fabrication soviétique.
Commencée en Finlande en 2008, cette septième formation fait partie de l’opération FIAS OMLT (Operational Mentoring and Liaison Team). En tout, la Finlande a déjà formé 155 soldats de six pays étrangers pour des fonctions d’autorités en Afghanistan.
puolustusvoimat

Israël
Invité par son homologue israélien, le général de corps aérien Jarmo Lindberg effectue une visite en Israël du 16 au 19 janvier 2012.

Billet de l’amiral Jan Klenberg dans le quotidien Helsingin Sanomat
« La principale menace visant la sécurité de la Finlande est une attaque réalisée par des forces restreintes qui commencerait de façon inattendue et serait rapidement menée à terme », estime l’ancien commandant des forces armées finlandaises, l’amiral Jan Klenberg, dans son billet publié dans le quotidien Helsingin Sanomat.
Selon lui une guerre atomique est peu probable. Il en est de même pour les longues et vastes guerres aux armes traditionnelles qui ne semblent plus vraisemblables en Europe.
« Par contre, l’utilisation inopinée et rapide des forces armées contre un petit Etat ne devrait pas être négligée », écrit l’amiral.
« Pour surprendre, l’attaquant devrait utiliser principalement ses forces de terre, mer et air de temps de paix. Dans cette situation, les forces aériennes constituent une menace réelle, car elles peuvent être concentrées sur ce territoire vite et de façon invisible. » Aujourd’hui, l’amiral Klenberg se soucie tout particulièrement des missiles tactiques positionnés dans les régions limitrophes de la Finlande dont la portée est de plusieurs centaines de kilomètres.
« Leur rôle est surtout dissuasif mais ils arrivent à tirer des pointes de plusieurs kilos ne serait-ce que pour briser la volonté de défense de l’adversaire. Un petit pays n’a aucun moyen pour s’en défendre », affirme l’amiral.
HS16.1/A2

Politique intérieure

Election présidentielle

Selon un nouveau sondage, MM. Haavisto et Väyrynen sont en deuxième position ex æquo
Selon un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien Helsingin Sanomat, M. Niinistö est en première position avec un score de 39 %. Il est suivi de MM. Väyrynen et Haavisto qui obtiennent tous deux une audience de 17 %. M. Soini arrive quatrième (9 %), MM. Arhinmäki et Lipponen sont cinquième avec le même score (6 %). Mme Essayah a une audience de 3 % et Mme Biaudet 2 %. Il est important de noter qu’il s’agit des personnes qui se sont exprimées.
Le nombre d’indécis reste élevé, 14 %. Il y a aussi une nouvelle catégorie : ceux qui n’ont pas voulu s’exprimer, 17 %.
Les chiffres sont récents : le sondage a été effectué entre mercredi et dimanche dernier. Le vote par anticipation a donc été en cours pendant toute cette période.
56 % des personnes interrogées sont sures de leur choix. En 2006, ce chiffre était de 68 %. Les plus sûrs, 67 %, sont les électeurs de M. Lipponen et les moins sûrs, 40 %, les électeurs de Mme Biaudet. Parmi les différents groupes, les jeunes sont les plus incertains : 40 % sont sûrs du choix de leur candidat.
Selon M. Juhani Pehkonen, directeur de recherche à l’institut TNS Gallup, le nombre d’incertains est plus important qu’il y a six ans parce qu’il s’agit d’élire un nouveau président.
87 % des conservateurs sont sûrs de voter pour M. Niinistö, tandis que 37 % des sociaux-démocrates sont sûrs de voter pour M. Lipponen. 28 % des sociaux-démocrates comptent voter pour M. Niinistö et 17 % pour M. Haavisto.
72 % des centristes sont pour M. Väyrynen et 21 % comptent voter pour M. Niinistö.
Parmi les Vrais Finlandais, 55 % sont en faveur du candidat du parti, M. Soini. 16 % sont favorable à M. Niinistö et 13 % pour M. Väyrynen.
M. Niinistö est le favori des femmes : 43 % des Finlandaises - et 36 % des Finlandais - ont l’intention de voter pour lui.
Au second tour de l’élection présidentielle, M. Niinistö gagnerait avec un score d’au moins 60 %.
HS/A3&4

M. Soini est le candidat le plus rejeté
Ilta-Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du tabloïd, 29 % des électeurs s’opposent fermement à M. Soini. 12 % détestent le plus M. Lipponen, 11 % M. Väyrynen et 9 %% M. Haavisto. 4 % seulement détestent le plus M. Niinistö. 18 % n’ont pas su ou voulu répondre.
IS/7

Les suédophones préfèrent M. Niinistö
Uutispäivä Demari relève que selon un sondage effectué parmi les suédophones, M. Niinistö est le plus populaire (31 %), suivi de Mme Biaudet (23 %) et de M. Lipponen (13 %)
UD/9

Le voté par anticipation a été animé lundi
Helsingin Sanomat rapporte que lundi a été le jour le plus animé du vote par anticipation : 232 496 Finlandais ont voté hier. Le taux de participation après les six premiers jours du vote par anticipation est de 25,8 %.
1 075 540 Finlandais ont déjà voté. Le vote par anticipation termine mardi soir.
HS/A4

Financement électoral

Une peine de prison menace M. Vihriälä
Selon Helsingin Sanomat, le procureur exige une peine de prison à M. Jukka Vihriälä, politicien centriste et ancien président du conseil d’administration de RAY, dans le cadre de l’affaire des financements électoraux des politiciens centristes. Une peine de prison avec sursis menace M. Antti Kaikkonen, député centriste dans la même affaire.
HS/A6

Réforme des communes

Mme Virkkunen souhaite maintenir le pouvoir de décision dans les conseils municipaux
Keskisuomalainen relève que selon la ministre des Collectivités locales, Mme Virkkunen, les moyens de diriger la réforme de communes seront définis au cours du printemps. Les communes pourront s’exprimer en matière du projet de réforme courant printemps : dans la pratique il s’agit de donner leur avis sur des fusions proposées.
KS/6

Le Centre : « Une guerre communale ! » SM
Suomenmaa, organe du Centre, relève que ce parti est particulièrement outré du projet de réforme communal.
M. Väyrynen déclare qu’il désignerait un nouveau groupe de travail pour étudier la question s’il était élu président. Mme Kiviniemi, présidente du parti, estime que la réforme envisagée concentrerait les habitants, les services et les emplois dans des villes centrales dirigées principalement par le Parti conservateur et le PSD. Elle relève que le Centre reconnait bien la nécessité de réformes, mais qu’il convient d’avancer en écoutant les spécialistes, les habitants des communes et les conseillers municipaux ainsi que de façon à préparer la question au Parlement en incluant l’opposition dans les travaux.
M. Manninen, ancien ministre centriste des Collectivités locales, estime que si le projet de réforme se réalise, il signifierait le déclin de la démocratie locale. Il relève que les communes finlandaises seraient les plus grandes de l’Europe, au niveau de la population, alors que le pays dispose de la plus faible densité de population en Europe. Le reste de l’Europe, a-t-il tort de mettre en œuvre une démocratie au niveau local, se demande-t-il.
SM/4-5, 9

Editoriaux
Suomenmaa publie un éditorial sur la réforme communale et estime que le gouvernement risque de se piéger par son projet qui ne pourra être réalisé que par la force. « Ce ne sera pas à la demande de la ministre des Collectivités locales que Espoo, Kauniainen et Vantaa souhaiteront fusionner avec Helsinki. »
L’éditorialiste regrette que les échéances du projet soient si serrés : il sera présenté lors de 19 manifestations régionales durant février-mars et les communes auront deux trois semaines pour s’exprimer. Quelle arrogance, estime l’éditorialiste, compte tenu de l’envergure du projet.
SM/2

Musée Guggenheim à Helsinki ?

Une amende prévue en cas de violation du contrat
Helsingin Sanomat relève que le contrat éventuel entre la municipalité de Helsinki et la fondation Guggenheim comporterait une clause sur une amende de plusieurs millions d’euros dans le cas où une des parties se retire du projet une fois que la convention a été conclue.
HS/A5

Les opposants au projet se mobilisent
Le président du groupe social-démocrate du conseil municipal, M. Bergholm, estime que les chiffres présentés sur la rentabilité du musée sont trop optimistes : les dépenses sont sous-estimées et les recettes surestimées, selon lui. Il estime qu’il y a un écart de 150 millions dans les deux calculs.
M. Pajunen, maire de Helsinki, considère les chiffres du rapport comme réalistes. Il rappelle que le musée serait le musée d’art le plus visité des pays nordiques.
HS/A5

Les liens de M. Gallen-Kallela-Sirén avec la fondation Guggenheim
M. projet Guggenheim, Janne Gallen-Kallela-Sirén, directeur du musée d’art de Helsinki, est membre du conseil d’administration du groupe Ekoport, dont un des propriétaires est le membre finlandais du conseil d’administration de la Fondation Guggenheim, M. Ehrnrooth. L’épouse de M. Gallen-Kallela-Sirén travaille actuellement chez Ekoport.
Selon M. Sarvilinna, juriste de la municipalité de Helsinki, M. Gallen-Kallela-Sirén n’est pas partial. Mme Haatainen, maire adjoint de Helsinki, estime de même qu’il n’existe pas de problème de récusabilité.
HS/A5

Défense

Les économies budgétaires pourraient entrainer la fermeture de 5 à 7 garnisons
Le quotidien suédophone Hufvudstadsbladet note que la garnison de Dragsvik pourrait être condamnée à la fermeture et ses fonctions ainsi que la formation des conscrits en langue suédoise pourraient transférées à Upinniemi dont la position stratégique est plus importante.
Selon Yle, la brigade de la Carélie du nord, le régiment du géni de Keuruu et la brigade d’artillerie de Niinisalo reviennent dans les discussions quant à la fermeture des garnisons. Il a également été question de la garnison suédophone de Dragsvik et du régiment de défense aérienne de Laponie à Rovaniemi.
Le ministre de la défense, M. Stefan Wallin, ne s’est pas prononcé sur la question.
Les mesures d’économies toucheront également l’armée de l’air et la marine. Selon les informations d’YLE, la position de l’escadre aérienne de Laponie serait par contre garantie.
Les décisions concernant ces économies seront publiées en février. HS/YLE HBL15.1/4-5

« C’est le ministère de la Défense qui gère la défense nationale », écrit Jyrki Iivonen
Le directeur de l’information du ministère de la Défense, M. Jyrki Iivonen, prend part à la discussion sur l’équilibre et la relation entre civils et militaires au sein du ministère dans un point de vue publié par le quotidien Helsingin Sanomat.
Il rappelle que les personnes ayant une formation militaire ne sont pas, et n’ont jamais été, prioritaires pour obtenir des postes au ministère de la défense. La part des militaires par rapport au personnel est d’environ dix pour cents.
Il signale par ailleurs que les lignes directives de la politique de défense et de sécurité sont dressées par le Livre blanc élaboré par le secrétariat du Premier ministre.
Il conclut en précisant que le ministère dirige de plus en plus les activités de la défense nationale et participe ouvertement notamment à la planification stratégique de cette administration.
HS17.1

France – Finlande

Littérature

Livres français au printemps littéraire finlandais
Helsingin Sanomat publie un choix de livres publiés courant printemps. Parmi les ouvrages français, le quotidien relève les traductions des romans d’Andreï Makine, d’Alfred de Musset et de Delphine de Vigan, ainsi que les ouvrages philosophiques d’Alain Badiou et de Gilles Deleuze, et sur Michel Foucault. A noter aussi un premier roman de Maria Rocher intitulé Enchanté, les tribulations d’une célibataire à Paris.
HS/dim/C3

France

Cinéma

The Artist remporte trois Golden Globes
Helsingin Sanomat rend compte du succès du film de Michel Hazanavicius, de son acteur principal Jean Dujardin et du compositeur Ludovic Bource à Los Angeles.
HS/C1

Lundi 16 janvier 2012
Politique étrangère et européenne

Crise financière

« La Finlande conserve sa notation » HS
« La zone euro survivra à la dégradation de la France » ALMme Tiilikainen prévoit beaucoup d’inquiétudes
La Finlande a conservé sa notation de AAA pour Standard & Poor’s mais elle a toujours une perspective négative en raison des inquiétudes concernant la zone euro.
Helsingin Sanomat relève que la baisse de sa note est un coup pour la crédibilité de la France et surtout un défi pour le Président Sarkozy en raison de la proximité des élections.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen estime que la dégradation de certains Etats n’est pas une surprise mais augmente les incertitudes dans la zone euro. Elle ne pense pas que cela crée des tensions entre les Etats : le principal est que chaque Etat s’occupe de ses finances.
Elle considère que la note de la Finlande prouve que l’agence de notation a confiance dans la politique économique du gouvernement finlandais. « Cette perspective négative montre avant tout que la crise financière européenne continue ». Selon elle, il faut aussi contenir l’endettement de la Finlande, notamment par des augmentations fiscales.
Mme Urpilainen ne pense pas que le fonctionnement du FESF soit altéré par ces dégradations. L’objectif est que la notation du FESF soit maintenue sans que l’on augmente la part de tel ou tel Etat dans le fonds. « C’est la position de la Finlande depuis longtemps : il ne faut pas augmenter la part de la Finlande dans le FESF ».
Le commissaire européen Olli Rehn a critiqué à la télévision Yle les agences de notation qui recherchent à privilégier les intérêts des spéculateurs. « Il faut se rappeler que les agences de notation ne sont pas neutres : elles ont leurs intérêts et fonctionnent principalement selon les conditions du capitalisme financier américain ».
L’économiste de la banque Sampo, M. Kuoppamäki estime que la dégradation est une défaite pour les Etats qui ont perdu leur triple A. Ce n’est pas une surprise » et cela pourrait engendrer des conséquences sur les marchés. Les incertitudes européennes devraient, selon lui, toucher la Finlande. « Ici le reisque de récession est particulièrement fort et l’Etat s’endette rapidement ».
Le directeur des placements de u fonds de pension Ilmarinen estime qu’il « n’y a rien de nouveau ».
L’économiste de la Banque Pohjola, M. Heiskanen, considère que la dégradation de la France ne va pas entraîner la zone euro dans la crise. « L’incertitude sera de courte durée », selon lui. Cela ne devrait pas non plus bouleverser le FESF. Il rappelle que depuis leur dégradation, les Etats-Unis empruntent encore moins cher.
Helsingin Sanomat estime que ce ne sont pas tant les agences de notation qui menacent la crédibilité de l’euro que les erreurs des dirigeants politiques pour résoudre la crise financière.
HS AL KS TS

Déclarations de Mme Kumpula-Natri
Dans une interview accordée à Kaleva, la présidente de la grande commission du parlement, Mme Kumpula-Natri (PSD) déclare que le premier ministre Jyri Katainen n’avait pas de mandat pour négocier l’abandon de la procédure de décision à l’unanimité au FESF. Elle souligne que la moitié des partis au gouvernement (PSD, Alliance des Gauches et chrétiens-démocrates) exigent l’unanimité dans la prise des décisions au FESF. Selon elle, il faut donc que le gouvernement trouve une solution qui ne peut pas être soit d’accepter le remplacement de l’unanimité par le majorité qualifiée soit la non participation de la Finlande au FESF.
Kaleva

Iran – nucléaire

Selon M. Heinonen, l’Iran pourrait disposer d’une arme nucléaire dans un an
Helsingin Sanomat relève que selon M. Heinonen, spécialiste au centre de recherche Belfer de l’Université d’Harvard, ancien directeur adjoint de l’AIEA, l’Iran sera capable de fabriquer une arme nucléaire en 2013.
Selon M. Heinonen, l’Iran disposera, à la fin de l’année en cours, de suffisamment d’uranium enrichi pour fabriquer une première arme nucléaire. Après, la fabrication ne prendrait que quelques mois si ce pays en décidait ainsi.
Il estime qu’une attaque ralentirait les travaux dans l’usine de retraitement de l’uranium, mais ne ferait pas disparaître le savoir en la matière. Il estime que l’Iran pourrait avoir la volonté d’un accord de quelque sorte, mais que le Président Obama aura du mal à y consentir. Le prochain Président américain, que ce soit M. Obama ou un autre, pourrait hériter d’un conflit avec l’Iran, selon lui.
HS/lun/B2

Italie

Naufrage du Costa Concordia : les Finlandais rapatriés
Aamulehti rapporte que le couple de Finlandais qui était sur la Costa Concordia qui a fait naufrage en Italie ava it dès samedi, selon l’ambassade de Finlande à Rome, regagne Milan et devait être rapatrié dimanche en Finlande.
Kesksisuomalainen rapporte que, selon STT, le responsable de l’unité de navigation maritime de l’université technologique de Kymmenlaakso s’étonne du comportement de l’équipage tant pendant l’évacuation du navire que concernant sa navigation si près des côtes.
AL KS HS

Corruption

« La Finlande est bien plus corrompue que ce que montre l’étude internationale » AL
Aamulehti relève que selon 51 % des Finlandais, la corruption est un problème important en Finlande. Ceci en dépit du fait que Transparency International situe Finlande au deuxième rang au monde pour le peu de corruption.
Des chercheurs estiment qu’en Finlande, la corruption se cache dans les structures, dans les réseaux de « copains » et dans le lobbying qui est dans la zone entre le légal et l’illégal. Transparency International ne tient pas compte de ce genre de corruption, ce qui rend son étude peu objective.
La Finlande s’est déjà vue reprocher de consacrer peu de recherche à la corruption. La corruption dans ce pays reste cachée si les médias ne l’évoquent pas.
AL/lun

Arabie Saoudite

Critiques contre les ventes de lance-grenades par Patria
Le gouvernement finlandais a donné, en décembre dernier, au groupement Patria le feu vert pour la vente de 36 systèmes de lance-grenades Nemo à l’Arabie Saoudite.
Il s’agit d’une vente conséquente dont la valeur est estimée à plus de 100 millions d’euros.
Néanmoins, l’Arabie Saoudite, est considérée par plusieurs organisations comme un pays qui viole les droits de l’Homme.
Le professeur académicien de droit international, M. Martti Koskenniemi, pense que l’exportation des lance-grenades en Arabie Saoudite viole les règlements de l’UE sur les exportations des armes.
HS15.1/D3

Politique intérieure

Election présidentielle

Selon un nouveau sondage, M. Arhinmäki a dépassé M. Lipponen
Selon un sondage effectué pour le compte du tabloïd Ilta-Sanomat, M. Niinistö est en tête avec un score de 49 %. Il est suivi de MM. Väyrynen (13 %), Haavisto (12 %), Soini (9 %), Arhinmäki (7 %) et Lipponen (5 %). Mme Essayah a obtenu 3 % et Mme Biaudet 2 %.
Le sondage a été effectué de façon traditionnelle, seulement les avis de ceux qui se sont exprimés ont été pris en compte. 18 % des personnes interrogées ne se sont pas exprimés.
Au second tour, M. Niinistö gagnerait contre M. Väyrynen avec 77 %, contre M. Haavisto avec 76 % et contre M. Soini avec 84 % des voix.
A la lumière de ce sondage, il semble que les partisans du PSD ont abandonné M. Lipponen et 36 % d’entre eux seulement voteraient pour lui.
Pour ce sondage, mille Finlandais ont été interrogés par l’institut MC-Info entre le 9 et le 11 janvier.
IS/sam/2-3

M. Lehtinen a encore confiance en M. Lipponen
Ilta-Sanomat rapporte que M. Lasse Lehtinen, qui s’est retiré de la primaire du Parti social-démocrate en faveur de la candidature de M. Lipponen, annonce avoir confiance en lui. Il ne prend toutefois pas position sur la question de savoir si lui-même aurait été un meilleur candidat présidentiel que M. Lipponen.
Mme Liisa Jaakonsaari, parlementaire européenne du PSD, estime que dans la campagne présidentielle, il y a de la discrimination fondée sur l’âge et cela touche MM. Lipponen et Väyrynen.
IS/dim/10

Pour M. Carlsson, M. Lipponen est le meilleur candidat
Uutispäivä Demari relève que M. Ingvar Carlsson, Premier ministre suédois dans les années 1980 et 1990, a participé à un séminaire dans le cadre de la campagne de M. Lipponen samedi à Porvoo. M. Carlsson, qui a fait l’éloge de M. Lipponen, souhaite un nouveau départ pour la coopération nordique.
UD/8

Le voté par anticipation n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme samedi et dimanche
Helsingin Sanomat rapporte que 105 000 Finlandais ont voté par anticipation samedi et 83 000 dimanche. Le taux de participation après les cinq premiers jours du vote par anticipation est de 20 %.
Selon le politologue Sami Borg, il est difficile à dire si le faible taux de participation au vote par anticipation est particulièrement avantageux pour un des candidats.
HS/lun/A4

Editorial : M. Haavisto a réussi au-delà de toute espérance, l’audience de M. Lipponen ne répond pas aux attentes
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat se demande qui aurait pu savoir au début de l’automne dernier que M. Haavisto, candidat de l’Alliance verte, petit parti politique, peut avoir une audience clairement supérieure à celle de M. Lipponen, candidat du PSD, deuxième parti politique.
Si la tendance continue encore, M. Haavisto a des chances d’accéder au second tour, tandis que M. Lipponen n’en a pas.
Selon HS, la popularité de M. Haavisto est peut-être une riposte des électeurs tolérants contre la victoire électorale des Vrais Finlandais aux élections législatives du printemps dernier.
HS/sam/A2

Réforme des communes

Le nombre de communes passerait de 336 à 70 ?
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet en cours présenté par l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti, vendredi, sur la réforme de communes. Mme Virkkunen, ministre conservatrice des Collectivités locales, qui a désigné le groupe de travail chargé d’étudier la question, souligne que le groupe n’a pas terminé ses travaux. Mme Laajala, directrice au ministère des Finances, présidente du groupe de travail, regrette qu’une fuite ait eu lieu et précise qu’il ne s’agit pas de la proposition du groupe.
Le groupe de travail est censé publier sa proposition au début février. Mme Laajala relève qu’il s’agira de proposer des alternatives à chaque région de façon qu’il y en ait une qui soit privilégiée. Des justifications seront également présentées.
M. Katainen, Premier ministre (Conservateur), n’a pas commenté la question. Mme Urpilainen, ministre des Finances (PSD), s’est contentée de dire que son parti n’était pas favorable à des fusions forcées.
M. Soini, président des Vrais Finlandais, rejette le projet et Mme Kiviniemi, présidente du Centre, a déclaré que faire échouer la réforme de communes était désormais sa priorité.
M. Pekkarinen (Centre), président de la Commission économique, rejette d’emblée la réforme de communes. Il estime que Mme Virkkunen ne se soucie pas de la démocratie communale.
M. Mäki-Lohiluoma, directeur général de l’Union des communes, estime que le nombre de communes n’est pas décisif et qu’ainsi, il ne devrait pas constituer le point de départ des réformes. M. Pukkinen, directeur général du patronat EK, estime que le projet fuité va dans le bon sens. Pour lui, il est primordial de diminuer l’administration. Il estime que l’on peut bien avancer sur la base du modèle présenté.
HS relève que selon des chercheurs, les avantages engendrés par les fusions de communes valent seulement tant que la population d’une commune reste inférieure à 20 000 à 30 000. Les communes plus grandes que cela souffrent souvent de beaucoup de bureaucratie.
HS/sam/A4-6, KS/sam/7

« Le pouvoir du Parti conservateur et du Parti suédois augmenteraient dans Uusimaa » HS
HS relève que compte tenu du résultat des dernières élections municipales, le pouvoir dans les communes conformément au projet fuité basculerait dans le sens où ce serait les Conservateurs ou le Parti suédois qui serait le plus grand parti dans les communes de la région d’Uusimaa.
HS/A6

L’âge de la retraite

Une proposition en mars ?
Le groupe de travail chargé d’étudier la question de la prolongation des carrières professionnelles devrait présenter ses travaux au début mars. Cela fera trois ans en février que la question est à l’étude dans différents groupes de travail.
AL/lun

Education

Enseignement de langues étrangères
Helsingin Sanomat relève que dans 40 communes finlandaises, des bains linguistiques ou un enseignement dans une langue étrangère sont proposés. Le plus souvent, il s’agit de l’enseignement en suédois ou en anglais, mais d’autres langues, dont le français et l’allemand, sont également proposées.
En règle général, les études de langues étrangères sont moins diversifiées qu’avant. Aujourd’hui, 80 % des élèves sortent du collège sans avoir étudié plus de deux langues autres que leur langue maternelle (soit en pratique l’anglais et le suédois).
L’allemand optionnel attire 75 % d’élèves en moins qu’il y a 15 ans, le français a perdu 50 % des élèves.
Outre les économies, cette tendance peut, selon des spécialistes, être expliquée par le fait que l’on pense couramment que les études de langues sont lourdes et ne conviennent qu’à peu de personnes.
HS

Défense

La destruction des mines commence
Selon l’inspecteur de géni et de défense NBC Harri Kauppinen de l’état-major de l’armée de terre, la Finlande commencera à détruire ses mines antipersonnel dès cette année. La destruction se fera dans le nord de la Finlande annuellement jusqu’au début 2016.
La destruction est liée à la décision de la Finlande, à la fin de l’année dernière, de joindre les accords d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel. L’accord prendra effet début juillet 2012.
Bien que la formation liée aux mines antipersonnel soit supprimée depuis le début de l’année, les soldats doivent être capables de les reconnaitre et les soldats du génie doivent savoir déminer. Les accords d’Ottawa permettent d’ailleurs l’existence d‘environ 16 000 mines, soit la quantité nécessaire la formation des troupes pendant 20 ans.
Il s’agit pour la défense nationale d’une tâche gigantesque car les entrepôts regroupent environ un million de mines antipersonnel.
La défense nationale devra également procéder à une révision de sa doctrine sur les mines.
HS14.1/A9

La Suède préoccupée pour les réductions budgétaires de la défense finlandaise
Le ministre suédois de la Défense, M. Sten Tolgfors, a exprimé son inquiétude sur les réductions budgétaires en matière de défense effectuées par de nombreux pays européens, comme la Finlande.
Son homologue finlandais, M. Stefan Wallin, a défendu les économies finlandaises en disant qu’une importante crise financière secoue l’Europe.
HS16.1/A6

Economie

Un contrat de plusieurs millions pour Patricomp
Le groupement Patricomp à Halli vient de signer un important contrat dont la valeur s’élève à près de 20 millions d’euros. Il commencera à fournir des pointes de stabilisateurs pour les Airbus A350. La commande concerne 800 avions.
KS14.1/16

France – Finlande

Culture

Le Figaroscope met la Finlande à l’honneur
Helsingin Sanomat rapporte que le Figaroscope met en avant la forte présence culturelle de la Finlande actuellement à paris.
HS

France

Politique

« Le Pen talonne Sarkozy » HS
Helsingin Sanomat fait état d’un sondage qui place Mme Le Pen juste derrière M. Sarkozy.
HS

Vendredi 13 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Hongrie

Mme Tiilikainen prévoit beaucoup d’inquiétudes
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, n’exclut pas la possibilité que les relations entre l’UE et la Hongrie empirent de telle façon que cela engendre beaucoup de soucis pour les Etats membres. C’est une situation qu’on n’a pas vu depuis longtemps, selon elle.
Mme Tiilikainen estime qu’il n’est pas impossible que les Etats membres punissent la Hongrie si elle continue à oppresser la démocratie. « Si la Hongrie viole le fondement des valeurs de l’UE, la partie la plus sacrée des traités fondateurs, elle pourrait, au pire, être exclue la de prise de décision européenne », dit-elle. Une autre mesure, moins dure, serait le gel des subventions européennes. Pour Mme Tiilikainen, il est clair que les Etats membres envisageront des sanctions si la Hongrie ne se soumet pas aux changements concernant sa Constitution.
Mme Tiilikainen estime que les craquements engendrés dans l’UE par la crise économique feront pression sur les Etats membres pour réprimander la Hongrie. La Hongrie constitue désormais un indice de la crédibilité, de la solidarité et de la capacité de coopération de l’UE tout comme le sont les problèmes économiques. « L’UE a fait preuve de pas mal de patience déjà. »
HS/B1

Iran

Mme Cronberg met en garde contre un blocus pétrolier
Turun Sanomat rapporte que Mme Tarja Cronberg, parlementaire européenne des Verts, présidente de la délégation Iran du Parlement européen, estime que l’Union européenne ne devrait pas participer au blocus pétrolier contre l’Iran, projeté par les Etats-Unis. Selon elle, un tel blocus pourrait amener à des suites imprévues, voire à une guerre.
« Personne ne sait quel serait l’effet des sanctions sur le marché pétrolier ou sur les conditions à l’intérieur de l’Iran. Les sanctions pourraient renforcer le soutien des Iraniens à l’administration », estime Mme Cronberg, ancienne ministre.
L’UE évoquera le blocus lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères le 23 janvier. Selon les estimations, l’EU sera favorable au blocus à l’unanimité.
TS/3&23

Ministère des Affaires étrangères

Critiques concernant la nomination du nouvel ambassadeur à Genève
L’association des agents du domaine des Affaires étrangères déplore la nomination de Mme Kairamo-Hella, secrétaire générale de la Présidence, à la tête de la représentation permanente de la Finlande à Genève, proposée par le gouvernement, hier. C’est la Présidente, Mme Halonen, qui se charge de la nomination définitive.
L’association regrette que l’on envisage de nommer à ce poste une personne extérieure alors que des diplomates mérités y ont postulé.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, a dit qu’il considère la nomination comme exceptionnellement bien justifiée. « Elle dispose d’une expérience des questions multilatérales telles que la représentation de Genève traite précisément. »
A la question de savoir si Mme Halonen avait pris l’initiative concernant la nomination, M. Tuomioja se contente de dire qu’il ne serait aucunement inapproprié si la Présidente avait été active dans cette question.
Il souligne que le ministère n’est pas un établissement fermé au niveau des carrières : on peut le quitter pour d’autres fonctions et revenir, et de même, de nouvelles personnes peuvent également l’intégrer.
Mme Kairamo-Hella, 47 ans, est sociale-démocrate. Avant d’être secrétaire générale au secrétariat de la Présidence, elle était conseillère de la Présidente.
HS/A5, HBL/7

Un musée Guggenheim à Helsinki ?

M. Katainen estime qu’il faudrait considérer le projet comme un investissement sur cent ans
Le Premier ministre, M. Katainen, se déclare fortement en faveur du projet de musée Guggenheim à Helsinki. Il estime qu’il est difficile d’imaginer quelque chose de mieux pour favoriser les exportations du domaine de design, de l’architecture et de l’art que le musée Guggenheim Helsinki. Pour les plasticiens et le design, ce serait un outil de promotion des exportations.
Pour M. Katainen, le poids du design, de l’éducation et de culture finlandais dans le monde est déjà plus important que la taille du pays ne le laisserait attendre. Il estime qu’il faut renforcer cette tendance de tous les moyens.
Il avoue que la prise de décision en la matière est difficile, notamment du point de vue économique. Pour lui, c’est un investissement qui « mentalement » s’étale sur cent ans.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, estime elle aussi qu’en raison de la mauvaise situation économique, la prise de décision des conseillers municipaux sera difficile.
HS/C2

Santé

Implants PIP
Helsingin Sanomat rapporte que trois cliniques estoniennes ont utilisé les implants PIP. Selon les sources estoniennes, ces cliniques n’ont pas eu de clientes finlandaises.
HS/A10

Politique intérieure

Election présidentielle

Près de 218 000 Finlandais ont voté par anticipation jeudi
Helsingin Sanomat rapporte que 217 616 Finlandais, soit 5,2 % des électeurs, ont voté par anticipation jeudi. Les femmes (123 053) ont été plus actives à voter hier. Le taux de participation après deux jours de vote par anticipation est de 10,7 %.
En 2006, plus de 230 000 Finlandais ont voté par anticipation pendant le deuxième jour du vote.
HS/A5

Débat des candidats à la TV1
Helsingin Sanomat relève que la TV1 a organisé jeudi soir un grand débat électoral de deux heures dans les locaux du lycée de Järvenpää (près de la capitale) où les lycéens ont aussi pu poser quelques questions aux candidats.
Le candidat des Vrais Finlandais, M. Soini, a dû se défendre devant les accusations de MM. Arhinmäki et Lipponen et Mme Biaudet concernant les déclarations racistes des députés de son parti.
Le prochain grand débat électoral télévisé avec la participation de tous les huit candidats aura lieu le mardi 17 janvier à la chaîne Nelonen à 17 heures. Il sera organisé en coopération entre Helsingin Sanomat et Nelonen, qui font partie du même groupe.
Le grand débat électoral de la chaîne MTV3 aura lieu le mercredi 18 janvier à 19h30 et celui de la TV1 le jeudi 19 janvier à 21h05.
HS/A6

Parti social-démocrate

Mme Urpilainen veut augmenter les impôts des personnes aux revenus élevés
Helsingin Sanomat relève que le bureau exécutif du Parti social-démocrate s’est réuni hier. La présidente du parti, Mme Urpilainen, ministre des Finances, a déclaré qu’il faillait augmenter les impôts des personnes aux revenus élevés.
Le PSD s’oppose à l’augmentation de la TVA et refuse encore d’augmenter l’âge de la retraite.
HS/A6

Trafic aérien

Le trafic aérien a augmenté de 39 % à Oulu et 15,5 % à Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, depuis l’arrivée des compagnies aériennes à bas prix à l’aéroport d’Oulu, le trafic aérien à augmenté de 39 % et 973 000 passagers ont passé par cet aéroport en 2011.
A l’aéroport de Helsinki-Vantaa, le nombre de passagers a atteint un nouveau record, 1 486 600 passagers, soit une augmentation de 15,5 %.
HS/A8

Nucléaire

« Les entreprises finlandaises visent une grande part des prochains projets de centrales » TS
« Finnuclear comprend déjà cent entreprises » TS
Turun Sanomat rapporte que l’on s’attend à ce que la part finlandaise des prochains projets d’investissement nucléaire en Finlande soit supérieure à celle réalisée pour la construction d’Olkiluoto 3.
Pour cela a été mise en place une structure, Finnuclear qui compte déjà une centaine d’entreprises. Turun Sanomat rappelle que trois grands projets d’investissements sont en préparation : le projet de Fennovoima de centrale nucléaire, celui de TVO et le projet de centre de stockage de Posiva.
Les entreprises partenaires de Finnuclear visent à participer à ces projets et aussi à des projets internationaux dans le domaine nucléaire.
Même si les grands travaux de sous-traitance ont été accordés principalement à des entreprises étrangères, le chantier d’Olkiluoto 3 a permis à des sociétés finlandaises d’acquérir une expérience. Il leur faut notamment avoir un excellent niveau en matière de sécurité, de travail en anglais ou de qualité.
Outre les entreprises du Sud-Ouest de la Finlande, ce sont maintenant celles du nord qui montrent leur intérêt, en raison du projet de Fennovoima, explique le directeur de projet de Finnuclear, M. Juha Miikkulainen.
Le directeur de la chambre de commerce de Rauma, M. Jaakko Hirvonsalo rapporte que presque toutes les entreprises qui ont participé au chantier d’Olkiluoto 3 souhaitent participer à celui d’Olkiluoto 4.
TS

Prix de la nourriture

PTT prévoit un ralentissement de l’augmentation des prix en Finlande
Selon l’institut de recherche économique PTT, les prix des denrées alimentaires devraient se stabiliser courant l’année 2012. En 2011, ces prix ont augmenté nettement plus rapidement que les prix à la consommation en moyenne.
En 2013, les augmentations devraient être au même niveau avec l’inflation. « Le marché s’est calmé, les prix des matières primaires ont diminué et les pressions concernant les dépenses ne sont pas aussi importantes », relève M. Yrjölä, économiste de PTT.
HS/B5

Economie

Investissements
Le patronat EK relève que selon une enquête effectuée par ses soins, les investissements de l’industrie finlandaise ont considérablement augmenté en 2011. En 2010, ils étaient à un niveau plus bas que jamais depuis les années de crise du début des années 1990.
L’année dernière toutefois, les entreprises industrielles ont investi 28 % de plus dans le bâtiment, les machines et les appareils qu’en 2010.
Les investissements dans l’industrie se sont élevés à 3,7 milliards d’euros. De plus, le domaine énergétique a investi deux milliards dans la construction et la réparation.
Les entreprises prévoient des investissements de façon à ce qu’ils augmentent de 6 % cette année, mais cela dépendra de l’évolution économique.
M. Mustonen, directeur du patronat EK se soucie pour la dégradation des circonstances de la production du fait que le matériel vieillit plus rapidement que l’on ne fait de nouvelles acquisitions.
HS/B7

France – Finlande

Cinéma

« Retour dans la Provence de Marcel Pagnol » HBL
Le dernier film de Daniel Auteuil, La fille du puisatier, sort dans les salles finlandaises ce soir.
HBL/21

Jeudi 12 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Taxe sur les transactions financières

« La France menace d’appliquer seule une taxe sur les transactions financières » KL
« Le directeur de Sampo critique la taxe » KL
« Un rapport finlandais condamnait la taxe déjà en 2001 » KL
Le directeur du groupe Sampo, M. Kari Stadigh estime qu’il n’y a pas d’argument rationnel pour défendre le projet de taxe sur les transactions financières qui n’est au fond qu’une alliance entre des politiciens populistes et les fonctionnaires de Bruxelles. Par ce moyen l’UE essaie d’obtenir une nouvelle source de financement selon lui.
M. Stadigh, qui dirige la confédération patronale du secteur financier estime que cette taxe contrevient au principe respecté dans l’UE de ne pas affaiblir la compétitivité européenne par des mesures fiscales. Selon lui, une telle taxe menacerait les emplois, la compétitivité européenne et affaiblirait les entreprises européennes.
« La situation sera encore pire si tous les pays de l’UE n’y participent pas », souligne-t-il ajoutant qu’il craint un transfert des activités financières vers Londres ou Stockholm. « Si la France décide seule d’instaurer une telle taxe elle devra reculer », dit-il en faisant référence à la Suède qui avait renoncé dès 1991 à une taxe équivalente mise en place à la fin des années 80.
Il estime qu’une telle taxe serait une menace pour le système de retraite finlandais. Les transactions financières seraient transférées de la Finlande vers Stockholm et Londres.
Kauppalehti rapporte que déjà en 2001, le ministre des Finances de l’époque avait instauré un groupe de travail qui avait rendu un rapport critique sur une taxe sur les transactions financières.
KL

Editoriaux et commentaires
« Ce sont les consommateurs qui paieraient la taxe sur les transactions financières » HS
« Maitriser les flux financiers grâce à la taxe Tobin » Kaleva
Le journaliste économique d’Helsingin Sanomat Heikki Arola se demande ce qui pousse la droite européenne à proposer une mesure qui n’était avancée que par les plus gauchistes ? Selon lui, en réalité, ce ne sont pas les établissements financiers qui seraient mis à contribution mais leurs clients, c’est-à-dire les consommateurs. C’est pourquoi, lorsqu’il était premier ministre, M. Lipponen qualifiait la taxe Tobin de « machin ».
L’éditorialiste de Kaleva estime que la taxe Tobin est une bonne idée mais qu’il est difficile d’imaginer qu’elle fonctionne bien si les principales puissances financières ne s’y soumettent pas.
Aamulehti estime que le modèle d’une taxe Tobin n’a jamais été aussi proche de se réaliser.
HS Kaleva AL

Un musée Guggenheim à Helsinki ?

Selon le rapport, le musée augmenterait les recettes fiscales de Helsinki
La fondation Guggenheim estime, dans son rapport, que la réalisation du musée Guggenheim à Helsinki aurait des répercutions considérables sur la vie économique de la région de Helsinki et même du reste de la Finlande.
Dans les calculs sur le nombre de visiteurs du musée, 200 000 sur les 530 000 visiteurs prévus seraient des touristes étrangers. Si cette estimation se réalisait, les recettes fiscales augmenteraient de 4,5 millions d’euros par an, réparties entre Helsinki (0,75 millions), les autres communes de la région d’Uusimaa (0,85 millions), les autres communes finlandaises (0,2 millions) et l’Etat (2,7 millions).
HS/A13

Politique étrangère

Ouvrage de M. Haukkala sur l’avenir de la politique étrangère
Aamulehti rend compte de l’ouvrage de M. Haukkala, professeur en politique internationale, sur les « coordonnées géopolitiques finlandaises en mouvement ». M. Haukkala relève qu’il a écrit son livre motivé par une certaine frustration du fait qu’en Finlande, selon lui, on mène toujours un débat relevant de la guerre froide alors que le monde autour change rapidement.
A la question de savoir pourquoi la Finlande se replie sur elle-même, M. Haukkala estime que c’est largement lié au fait que ce pays ne dispose plus de statut spécifique par rapport à la Russie et que l’on ne vient plus, comme avant, demander aux Finlandais comment il faut faire avec les Russes.
Pour M. Haukkala, le destin de la Finlande était pendant longtemps lié au triangle constitué par Stockholm, Saint-Pétersbourg/Leningrad et Berlin, qui a ensuite été remplacé par Moscou, Bruxelles et Washington, triangle qui toutefois est en mouvement aujourd’hui. L’importance des Etats-Unis et l’UE est en train de s’affaiblir, alors que celle de la Chine et de la Russie se renforce. Selon M. Haukkala, la Finlande pourrait revenir dans un cercle plus restreint. C’est pourquoi il serait dans ses intérêts d’attirer l’attention de Berlin sur ce qui se passe de son côté de la mer Baltique. Il faut, selon lui, que la Finlande maintienne une relation étroite avec l’Allemagne afin de rester au courant sur ce que les Allemands projettent avec les Russes, et afin d’avoir son mot à dire à l’occasion des prises de décision sur des questions importantes.
Dans son livre, M. Haukkala évoque la question de l’existence d’un Etat du nom de Finlande. Il faudrait que la Finlande ait une « finalité », autre que celle proposée par l’ancien président finlandais Mauno Koivisto : la survie. La Finlande s’est bien débrouillée, certes, en adoptant des vues amicalement suivistes lorsque la Russie/l’URSS se renforce, et en recherchant une coopération plus étroite avec l’Occident lors d’une évolution inverse. L’adhésion à l’UE ne s’est-elle pas réalisée après l’effondrement du communisme, et la suite logique serait que la Finlande n’adhère pas à l’OTAN, l’Orient se renforçant en ce moment, écrit Aamulehti.
Le quotidien estime que ce n’est toutefois pas l’unique raison, ni la plus importante, pour ne pas rejoindre l’OTAN. Il estime que la guerre de Géorgie en 2008 a montré que l’on ne peut pas compter sur les garanties de sécurité de l’OTAN.
AL/B18

Propos de M. Sauli Niinistö sur l’OTAN
Interviewé par le tabloïd Ilta-Sanomat, le candidat conservateur aux présidentielles, M. Sauli Niinistö, s’exprime sur l’OTAN.
Sur les possibles avantages d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN, il affirme que selon certaines estimations, l’adhésion pourrait renforcer la sécurité des Finlandais mais rappelle qu’il n’est pas forcément du même avis.
Quant aux inconvénients, il confirme que « cela signifie des réactions du côté des Russes. Par ailleurs, les coûts de l’adhésion restent ouverts, nous ne les connaissons pas ». Il ajoute néanmoins qu’il ne s’agit pas d’écouter la Russie mais d’un choix indépendant.
Il décrit l’OTAN européenne, dont il était question il y a six ans, comme une OTAN qui appliquait une façon de penser française. « La France était membre tout en étant à part, elle se plaisait à l’idée que dès son retour dans les bras de l’OTAN, l’Europe aurait un pouvoir de décision plus important. Les Français sont certes revenus au sein des activités d’une OTAN à part entière sans pour autant changer ces activités. Tout cela est maintenant de la vieille histoire. »
Il affirme qu’il n’y a pas de retour à cette « OTAN européenne » et confirme qu’il n’est pas pour une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN.
IS/10

Politique intérieure

Election présidentielle

Plus de 220 000 Finlandais ont voté par anticipation mercredi
Helsingin Sanomat rapporte que le vote par anticipation a commencé mercredi et, selon les statistiques du ministère de la Justice, 224 626 Finlandais ont voté hier, soit 5,4 % des électeurs. En 2006, le taux de participation du premier jour du vote par anticipation a été de 6,2 %.
En 2006, le taux de participation total s’est élevé à 73,9 % : 31,4 % des électeurs ont voté par anticipation et 42,5 % au jour même du vote.
M. Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections au ministère de la Justice, estime que les électeurs votent activement à l’élection présidentielle aussi cette fois. Le taux de participation à l’éventuel second tour dépend de l’identité des candidats.
HS/A5

Un mauvais score serait fatal pour le PSD
Selon une analyse d’Aamulehti, la campagne présidentielle de M. Paavo Lipponen n’a pas réveillé les électeurs. L’audience de M. Lipponen est exceptionnellement modeste, 4 % selon le dernier sondage d’Yle. Le quotidien estime que les Finlandais souhaitent voir un changement après une période de 30 ans de présidents sociaux-démocrates (MM. Koivisto, Ahtisaari et Mme Halonen).
Aamulehti souligne aussi que M. Lipponen défend l’Union européenne plus ardemment que par exemple M. Niinistö et cela peut faire diminuer sa popularité.
L’absence de M. Lipponen au second tour serait catastrophique pour le Parti social-démocrate. Du point de vue des sociaux-démocrates, l’entrée au second tour de M. Väyrynen serait encore pire que celle de M. Soini.
AL/A6

La vie économique ne se mêle plus de l’élection du président
Selon Helsingin Sanomat, M. Risto E. J. Penttilä, directeur général de la Chambre centrale de commerce, souligne que la vie économique ne se mêle plus à la campagne présidentielle comme elle le faisait encore en 1981 quand le président Kekkonen a dû démissionner.
« Le président n’a plus de pouvoir. Ce qui lui reste n’a rien à faire avec les activités économiques », a déclaré M. Penttilä.
Le quotidien estime que les représentants de la vie économiques sont calmes parce que M. Niinistö, qui fait campagne en faveur du travail et des entreprises, est en tête des sondages présidentiels.
HS/A5

Violence familiale

Le nombre de meurtres familiaux augmentent
Helsingin Sanomat relève que depuis l’an 2000, il y a déjà eu 73 victimes dans les près de trente tragédies familiales (où un membre de la famille tue ses proches). Depuis les neuf dernier mois, il y en eu six, la dernière a eu lieu mardi à Helsinki où un homme de 37 ans a tué sa femme et ses deux enfants.
HS/A3

Narcolepsie

Près de 80 enfant et jeunes auront des indemnités
Helsingin Sanomat rapporte que le paiement des indemnités en raison de la narcolepsie a commencé. En première phase, 78 enfants et jeunes auront des indemnités préliminaires qui varient entre 10 000 et 22 000 euros. Toutes les demandes n’ont pas encore été étudiées.
HS/A10

Culture - Sécurité

Alerte à la bombe
Une menace de bombe a été envoyée au centre d’information des droits d’auteur (TTVK), lundi soir, au nom du groupe de hackers Anonymous. Les relations entre les hackers, TTVK et l’association des producteurs de musique ont été tendues depuis que l’opérateur web Elisa a décidé de bloquer l’accès de ses clients au site de Pirate Bay.
Le tribunal de grande instance de Helsinki a donné l’ordre à Elisa de bloquer cet accès sur la demande des organisations de droits d’auteur.
HS/mer/A11

Culture

Les crédits de la culture n’ont pas diminué lors de la récession
Selon une étude commandée par l’Union des communes, les dépenses du domaine de la culture ont augmenté de 65 millions d’euros, soit de 16 % de 2007 en 2010.
Vaasa, Lahti et Tampere sont les villes qui investissent le plus dans la culture, de 226 à 243 euros par habitant par an.
Au total, la part de ces dépenses dans les budgets des communes ne représente que 2,2 à 4,9 %. La plus grande partie est destinée aux bibliothèques et aux autres établissements culturels. Les salaires ainsi que les loyers sont une dépense importante.
KS/21

France – Finlande

Cinéma

Neuf nominations de Jussi, l’Oscar finlandais, pour Le Havre
Le dernier film d’Aki Kaurismäki, Le Havre, a obtenu neuf nominations pour les Oscars finlandais, le prix Jussi, dont celle de meilleur acteur dans un second rôle pour Jean-Pierre Darroussin.
HS/C2

Mercredi 11 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette souveraine

« La Finlande n’a pas de raison de suivre la France sur la taxe Tobin » AL
Aamulehti rapporte que, selon l’ancien ministre de l’Economie, M. Mauri Pekkarinen (Centre), la Finlande n’a pas de raison de suivre seule la France dans son projet de taxe sur les transactions financières. « Cela n’engendrerait que des pertes », estime-t-il, craignant une fuite des activités financières vers des pays qui n’auraient pas mis en pratique une telle taxe.
M. Pekkarinen est favorable à une taxe au niveau européen.
AL

Un musée Guggenheim à Helsinki ?

Une décision attendue pour le 15 février
Le musée coûterait 140 millions d’euros
Le conseil municipal de Helsinki va étudier le dossier Guggenheim, un rapport de 173 pages rédigé par la Fondation qui gère le musée américain.
La fondation Guggenheim souhaite que le conseil municipal se prononce en la matière dès le 15 février. Si le projet était lancé, un concours international serait organisé afin de trouver un architecte. Les travaux pourraient commencer en 2015 et le musée ouvrir ses portes en 2018. Le musée serait situé à Katajanokka (dans la proximité du palais présidentiel).
La superficie du musée Guggenheim de Helsinki serait de 12 000 m2, dont 4000 m2 destinés aux expositions. Le musée serait construit et financé par la municipalité. Sa gestion serait à la chargé d’une fondation dont le conseil d’administration comprendrait quatre personnes désignées par la municipalité d’Helsinki et trois par la fondation Solomon R. Guggenheim.
Le rapport prévoit 500 000 visiteurs annuels pour le musée. Le musée d’Ateneum et le musée de l’art contemporain Kiasma ont chacun 200 000 visiteurs par an. Le rapport reste sommaire sur les contenus artistiques du projet. Il pourrait s’agir de trois grandes expositions et de trois à cinq expositions plus petites par an.
Le prix d’entrée serait de 12 euros, contre 2,5 euros en moyenne pour les musées finlandais existants.
La plupart des conseillers municipaux conservateurs sont favorables au projet, ainsi qu’un grand nombre des Verts. Parmi les indécis, il y a surtout des Verts et parmi les opposants, des conseillers de tous les partis représentés, à l’exception des Suédois.
HS/A4, A6

M. Arhinmäki se méfie du projet et rejette le rapport
Le ministre de la Culture, M. Arhinmäki (All. des gauches), relève que, dans le contexte économique actuel, il se méfie fortement de l’opportunité d’un financement national pour le projet Guggenheim. Dans le budget de la culture, il ne voit pas de tels crédits. Il se déclare sceptique en ce qui concerne les possibilités de réaliser ce projet.
Au niveau de la politique culturelle, le projet ne propose rien de nouveau pour la vie culturelle finlandaise, selon lui. Il ne considère pas comme durable l’argument sur l’augmentation du nombre de touristes à Helsinki. Il regrette le fait que le musée ne serait pas doté de sa propre collection.
HS/A5

Meilahti et Tennispalatsi menacés
Si le musée Guggenheim était réalisé, le musée d’art de la municipalité renoncerait de ses locaux à Meilahti et à Tennispalatsi.
HS/A5

Il s’agit de l’argent
Mme Haatainen (PSD), maire adjoint de Helsinki, relève qu’il est clair que les questions critiques concernent le financement. « Il n’y a pas eu d’opposition pour le principe de s’opposer », selon elle.
M. Lyytinen, chef du service culturel de Helsingin Sanomat, estime que le projet devrait être « l’affaire du siècle » pour Helsinki, et non pas uniquement pour la fondation Guggenheim, à laquelle Helsinki finirait par verser 70 millions d’euros d’ici 2032.
HS/A5

« Les plasticiens plutôt enthousiastes, les représentants des musées hésitent » HS
« Des donations importantes en vue pour le projet Guggenheim » HS
Des plasticiens estiment qu’un investissement dans l’art est toujours le bienvenu. Certains craignent que les crédits des autres établissements de l’art de Helsinki iront en diminuant.
Des voix critiques regrettent le fait que le musée Guggenheim se concentrerait sur le design et l’architecture, ce qui risque de diminuer la visibilité des beaux-arts. La prévision sur 500 000 visiteurs annuels est également considérée comme trop optimiste.
Des investisseurs éventuels soulignent le caractère international du réseau Guggenheim.
HS/A6

Editoriaux
« Le musée serait un choc positif » HS
« Bienvenue à Guggenheim ! » AL – « Un musée bien cher » KL
« Un projet bien cher » SM – « Des millions de gaspillage » KS
« Il faut regarder cette opportunité avec les pieds sur terre » UD
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat est très favorable au projet et souligne qu’un musée aux orientations internationales renforcerait l’attractivité de Helsinki et ses alentours. Le projet serait un investissement qui contribuerait à une nouvelle pensée et une nouvelle énergie dans le domaine culturel.
HS/A2

Politique intérieure

Election présidentielle

Le vote par anticipation commence aujourd’hui
Helsingin Sanomat rapporte que le vote par anticipation commence aujourd’hui et finira le mardi 17 janvier. Le vote est organisé essentiellement dans les bureaux de poste, les bureaux des communes, les écoles, les bibliothèques et les centres commerciaux. Il y en a au total 903. Selon les statistiques électorales, environ 40 % de tous ceux qui utilisent leur droit de vote votent par anticipation.
4 172 200 Finlandais – 2 021 365 hommes et 2 150 835 femmes - ont le droit de vote en Finlande et 230 422 (92 011 hommes et 138 411 femmes) à l’étranger.
Le vote par anticipation à l’étranger se termine samedi 14 janvier.
HS/A7, www.vaalit.fi

Financement des candidats par les fondations et le mouvement syndical
Selon le journal télévisé d’Yle, la différence entre la droite et la gauche est visible dans le financement des candidats. Le mouvement syndical soutient la campagne de M. Lipponen, candidat du PSD, par plus de 100 000 euros. Les syndicats ont accordé 45 000 euros à M. Arhinmäki, candidat de l’Alliance des gauches.
Les associations du patronat et de l’industrie financent la campagne de M. Niinistö, candidat conservateur, par 80 000 euros.
Les fondations suédophones ont accordé plus de 300 000 euros pour la campagne de Mme Biaudet, candidate du Parti suédois.
La campagne de 340 000 euros de M. Soini, candidat des Vrais Finlandais, est financée par le parti, celle du centriste Väyrynen est financée pour une grande partie par la tombola et la vente de mugs.
La campagne de M. Haavisto (Alliance verte) a reçu des dons d’un peu moins de 200 000 euros et celle de Mme Essayah, candidate des Chrétiens-démocrates, 10 000 euros.
HS/A7

Alcool

Lignell & Piispanen n’a pas le droit utiliser le mot ‘cognac’
Turun Sanomat relève que selon la décision de la Cour suprême administrative, le producteur d’alcool Lignell & Piispanen de Kuopio n’a pas le droit d’utiliser le mot ‘cognac’ pour vendre ses produits.
TS/5

Parlement

Les présidents des groupes parlementaires souhaitent une plus grande ouverture dans le travail des commissions
Selon Helsingin Sanomat, une grande partie de présidents des groupes parlementaires sont favorables à augmenter l’ouverture dans le travail des commissions parlementaires.
Le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a proposé que les journalistes puissent suivre les auditions des experts invités par les commissions. Les présidents des trois plus grands groupes parlementaires, MM. Vapaavuori, conservateur, et Backman, social-démocrate, et Mme Ruohonen-Lerner (Vrais Finlandais) défendent la proposition de M. Heinäluoma, tandis que le président du groupe du Centre, M. Tiilikainen, est plus réservé. Les présidents des groupes ne veulent pas ouvrir les réunions des commissions aux médias.
HS/A9

Ministères

Le ministère des Affaires sociales a été critiquée
Helsingin Sanomat rapporte que l’Inspection des finances de l’Etat critique la façon dont le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l’Agence nationale pour le développement technologique TEKES ont financé les projets informatiques dans le domaine des affaires sociales et de la santé. Les fonds publics de dizaines de millions d’euros ont été canalisés en 2003-2007 essentiellement vers des entreprises en position dominante, comme Tieto et Logica.
HS/A8

Défense

La publication de la réforme de la défense remise à plus tard
La publication de la très attendue réforme de la défense pourrait être remise à février. Selon le ministère de la Défense, le retard n’est cependant pas dû aux élections présidentielles. D’après le secrétaire d’Etat du ministère de la Défense, M. Marcus Rantala, le projet de réforme n’est pas encore terminé. Les éventuels licenciements du personnel militaire et la fermeture des garnisons constituent les questions les plus sensibles politiquement. Selon les informations du quotidien Helsingin Sanomat, une dizaine d’établissements de la défense nationale, dont quelques garnisons, seraient fermés pour des raisons économiques.
HS/A8

Mardi 10 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette souveraine

Sommet franco-allemand
« L’Europe a besoin d’emplois » HS - « La situation de la Grèce se détériore » KL
« La taxe Tobin, nouvelle pomme de discorde » TS
Helsingin Sanomat rapporte que les dirigeants français et allemand qui se sont rencontrés à Berlin souhaitent améliorer la compétitivité européenne et exigent une rapide entrée en vigueur de la taxe sur les transactions financières. Pour la correspondante du journal, il semble que « l’on a changé de disque » : on ne parle plus tant des problèmes de la dette souveraine que des questions de croissance et de compétitivité et d’emploi. Elle ajoute aussi que Merkel et Sarkozy ont exigé l’entrée en vigueur d’une taxe sur les transactions financières, même uniquement entre les pays de la zone euro si tous les pays de l’UE ne le souhaitaient pas.
Kauppalehti estime que la France et l’Allemagne souhaitent finaliser le traité sur l’union financière au mois de janvier, comme prévu. Le quotidien économique rapporte que la chancelière allemande a déclaré qu’elle soutenait la proposition française de taxe sur les transactions financières ; Mais il s’agit d’un soutien personnel car le gouvernement allemand ne devrait pas y être favorable si elle concernait seulement quelques pays de la zone euro, selon Kauppalehti.
STT rapporte que « la France a semblé isolée lundi en proposant l’instauration d’une taxe sur les transactions financières. » Selon l’agence, « cette proposition apporte un problème de plus entre la Grande-Bretagne et le reste de l’UE ».
TS HS KL

« Pour la Finlande, il faut qu’une taxe sur les transactions financières soit le plus étendue possible » TS
Helsingin Sanomat rapporte que M. Katainen et Mme Urpilainen souhaitent que l’on puisse trouver un modèle de taxe sur les transactions financières qui satisfasse la Grande-Bretagne et le reste de l’Europe.
Turun Sanomat rapporte que l’étendue des pays concernés par une taxe sur les transactions financières avancée par le président Sarkozy compte pour la Finlande. Si la Grande-Bretagne et la Suède ne l’appliquaient pas, les recettes de cette nouvelle taxe pour l’Etat finlandais seraient minimes car les grands établissements financiers transféreraient leurs activités de la Finlande vers Londres ou Stockholm.
Quant au projet de directive de la Commission, il risquerait de faire perdre à la Finlande le droit de prélever la taxe sur le transfert de patrimoine. L’expert du ministère des Finances Harry Leinonen craint que les recettes d’une taxe sur les transferts financiers soient très minimes pour la Finlande car les grands groupes utiliseraient de plus en plus de grands établissements financiers internationaux.
Le programme gouvernemental stipule que « la Finlande promeut la mise en œuvre d’une taxe sur les transferts financiers qui soit géographiquement le plus étendue possible. L’objectif est une taxe mondiale, mais dans un premier temps il pourrait s’agir d’un système mis en œuvre au niveau de l’UE ». Turun Sanomat rapporte que la Commission a travaillé sur un projet de taxe sur les transferts financiers depuis 2010. Sous l’actuelle présidence danoise, le projet de directive est à l’étude d’un groupe de travail au niveau des hauts fonctionnaires.
On a peu d’information sur le modèle de taxe proposé par la France, estime Turun Sanomat. M. Leinonen considère comme très improbable qu’une telle taxe puisse être mise en œuvre dès cette année, ne serait-ce que parce qu’une telle taxe nécessite d’importants changements dans les systèmes d’information par lesquels transitent les transactions financières. TS HS

Editoriaux et commentaires
« L’Europe parle allemand » HS
« Le fossé se creuse » KL
« Le moment est venu pour la taxe sur les transactions financières » HBL
« Une taxe Tobin serait dans l’intérêt de toute l’UE » UD
« Il y a encore des occasions pour arriver à une solution » TS
La correspondante à Berlin d’Helsingin Sanomat Katarina Baer écrit que le Président Sarkozy a invité en décembre à Paris le ministre allemand de l’emploi et l’ancien chancelier Schröder pour lui parler des mesures prises en Allemagne pour l’emploi. « Il ne faut pas chercher ailleurs l’origine des propositions de Merkel et Sarkozy pour la création de nouveaux emplois au niveau européen. En Allemagne le chômage est au plus bas et en France le Président Sarkozy va expliquer les recettes allemandes lors d’un sommet social ce mois-ci. L’Europe parle allemand. « Genau ! », a d’ailleurs dit, en allemand, Sarkozy hier après l’intervention de Merkel, conclut HS.
Le correspondant à Berlin de Kauppalehti Tapio Nurminen estime qu’aujourd’hui les différences entre l’Allemagne et les pays en difficulté comme la Grèce et l’Italie ne pourraient pas être plus grandes : quand l’Allemagne emprunte à un taux négatif, la Grèce et l’Italie ont du mal à trouver des fonds. « Le déséquilibre entre les économies de la zone euro se creuse. Seule l’Allemagne et quelques petits pays ont la confiance des marchés », s’inquiète le correspondant de Kauppalehti.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’avec la taxe Tobin il s’agit du fait que le monde de la finance participe à la gestion de crise. Il estime que si la France et l’Allemagne l’adoptent, il sera plus facile pour les petits Etats d’y participer. L’éditorialiste rappelle qu’il ne s’agit pas de la première fois que la France et l’Allemagne proposent une mesure à prendre et que la Grande-Bretagne s’y oppose. Il estime qu’il devrait y avoir une façon plus aisé de gérer les questions communes que de voir les deux plus grands Etats soit l’un soit les deux ensemble proposer quelque chose auquel ils espèrent que les autres se rallient. Il aurait été mieux de préparer l’adoption de la taxe Tobin proprement plutôt que de se retrouver dans une situation où le Président français, motivé par le souhait d’une réélection présidentielle, fasse une proposition hâtive. Pour l’éditorialiste, il n’est pas réaliste que la taxe Tobin soit adoptée globalement. Il serait toutefois bien que le plus de pays possible, la Finlande incluse, préparent un modèle qui pourrait être accepté par le plus grand nombre de pays possible. Il estime que cette taxe devrait en premier lieu être un outil pour prévenir des crises financières.
Le quotidien social-démocrate Uutispäivä Demari souligne que la proposition de Sarkozy d’une taxe sur les transactions financières suit les mêmes traces que celles des partis socialistes européens. Le fait qu’une telle exigence vienne d’un homme de droite français montre que cette proposition jouit d’un fort soutien. L’éditorialiste rapporte que la ministre des Finances et présidente du PSD, Mme Urpilainen souhaite que l’ensemble de l’Union européenne puisse faire progresser le projet de taxe sur les transactions financières. Il faut espérer que l’on pourra arriver à un consensus. La Grande-Bretagne représente toutefois un sérieux obstacle. C’est pourquoi les paris sur sa sortie de l’UE ne cessent d’augmenter.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que ce sont les pays en crise ainsi que la France et l’Allemagne qui ont les clés pour résoudre la crise européenne. « Les élections présidentielles françaises et des initiatives solitaires comme la taxe Tobin risquent de faire dévier l’intérêt de la résolution de la crise financière », regrette TS.
HS KL UD TS

Nokia

Nokia brigue une nouvelle percée aux Etats-Unis
Helsingin Sanomat relève que, pour l’instant, on ne connait pas le succès du nouveau téléphone de Nokia, Lumia, en Europe. Il semble probable que Nokia lancera Lumia sur le marché américain cette nuit. Depuis cinq ans, la part du marché américain de Nokia a chuté.
Les Lumia seront lancés en Finlande prochainement.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

La date de la fin de la présidence de Mme Halonen n’est pas encore tout à fait sure
Keskisuomalainen rapporte que la deuxième période présidentielle de Mme Tarja Halonen finira le 1er févier ou le 1er mars. Cela dépend du résultat de l’élection présidentielle : si le nouveau président est élu au premier tour le 22 janvier il prendra ses fonctions le 1er février. S’il y a un second tour le 5 février, la prise de fonctions aura lieu le 1er mars.
Si le nouveau président est élu au premier tour, Mme Halonen devra quitter la résidence présidentielle à Mäntyniemi déjà le 1er février et les députés devront interrompre leur pause hivernale pour participer à la cérémonie d’entrée en fonction du nouveau président.
KS/9

Propos de M. Lipponen sur la Russie
Selon Keskisuomalainen, le candidat présidentiel du PSD, M. Paavo Lipponen, a déclaré lors d’une interview à la TV1 que les élections russes n’étaient pas entièrement honnêtes. En tant que président il serait prêt à un entretien profond avec les dirigeants russes sur la démocratie en Russie.
KS/9

Salaires des directeurs de grandes entreprises

Réactions de Mme Urpilainen au projet de M. Cameron
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, souhaite accorder plus de pouvoir aux actionnaires concernant la définition des salaires des dirigeants d’entreprises cotées en bourse. Elle relève que, sur le long terme, les revenus des dirigeants ont augmenté nettement plus que ceux des salariés. Un pouvoir d’influence des actionnaires en la matière pourrait rendre cette évolution plus modérée, selon Mme Urpilainen.
Helsingin Sanomat, inspiré par les propos de M. Cameron en la matière, a interrogé Mme Urpilainen et M. Katainen sur l’opportunité de telles mesures en Finlande.
M. Katainen ne voit pas la nécessité de réforme de loi dans ce sens du fait que les données fiscales des directeurs sont déjà publiques. Pour lui, les actionnaires peuvent déjà influencer la rémunération des dirigeants.
Mme Horttanainen, juriste à la Chambre de commerce, relève qu’il n’existe pas de législation en matière de publicité des salaires des chefs d’entreprises cotées à la bourse. Dans la pratique, l’autorégulation fonctionne bien, selon elle.
HS/A9

Ministère des Affaires étrangères

Les Finlandais de Californie défendent leur consulat général
Turun Sanomat relève que les Finlandais de la Californie du Sud se battent pour le consulat général de Los Angeles, une des représentations finlandaises qui sont menacées de fermeture.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères a annoncé en novembre dernier qu’une partie des activités du consulat général seraient transférées dans la Silicon Valley à Santa Clara ou Palo Alto où se trouvent les antennes de Finpro et de Tekes.
M. Ari Rouhe, directeur administratif au MAE ne sait pas encore quelles sont les activités qui vont rester à Los Angeles. Il y aura en tout cas un consulat honoraire pour garantir les services pour les ressortissants finlandais.
La Finlande a ouvert son consulat général à Los Angeles en 1948. Il y a actuellement environ 4 000 Finlandais en Californie méridionale. La Finlande a une ambassade à Washington, un consulat général à New York et à Los Angeles et 31 consulats honoraires aux Etats-Unis.
TS/19

Prix de l’électricité

Les compagnies d’électricité baissent les prix d’environ 5 %
Helsingin Sanomat relève que les prix de l’électricité sont en baisse dans la bourse d’électricité nordique. La compagnie d’électricité Fortum a baissé ses prix début janvier. Vattenfall et Helsingin Energia ont annoncé une baisse à partir de début mars.
HS/B5

Tempête

Fortum promet d’accélérer le câblage sous terre
Selon Helsingin Sanomat, les tempêtes de la fin d’année ont causé à Fortum les frais de dizaines de millions d’euros et un problème important dans l’image de marque
HS/A4

Elisa

L’opérateur web Elisa a bloqué l’accès à Pirate Bay
Elisa a décidé de bloquer l’accès de ses clients au site de Pirate Bay jusqu’à nouvel ordre. Le tribunal de grande instance de Helsinki a donné l’ordre à Elisa en octobre 2011 de bloquer cet accès et l’opérateur a fait appel de ce jugement.
HS/A5

Mines d’or

Cinq nouvelles mines d’or à Ilomantsi
Helsingin Sanomat rapporte que l’entreprise Endomines projette l’élargissement de ses activités à Ilomantsi (Finlande de l’Est). Le projet comporte l’ouverture de cinq nouvelles carrières.
La commune d’Ilomantsi a adopté une attitude favorable au nouveau projet, tandis que les autorités de protection de l’environnement sont sceptiques.
HS/A11

Lundi 9 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Transit de matériel militaire

L’encadrement du cargo Thor Liberty accusé de négligence
Le procureur de l’Etat poursuit l’encadrement ukrainien du Thor Liberty en justice pour avoir omis de s’occuper de la navigabilité du cargo. Selon l’accusation, le chargement de la cargaison a été mal fait et le capitaine aurait du se rendre compte du danger de mort ainsi engendré.
Le navire a quitté la Finlande, vendredi. Les douanes continueront leur enquête sur le transit de missiles et soupçonne un délit d’exportation en la matière.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le nombre de transports de matériel militaire dans la mer Baltique ne constituent pas un risque aussi important pour la sécurité que le transport de pétrole.
HS/ven/A15, sam/A5

Russie

Selon un commodore finlandais, le système russe s’effondrera
Le commodore Gergij Alafuzoff, chef du renseignement finlandais, estime que la Russie vit une période de transition historique ou bien se trouve sur le bord d’une révolution.
Dans une interview accordée au journal économique en ligne Talouselämä, le commodore estime que le système russe pourrait changer. La future direction russe prendra des décisions sur des mesures à prendre d’ici l’été prochain, selon lui.
Le commodore estime que si la Finlande adhérait à l’OTAN, la Russie y réagirait avec des moyens de politique économique. Pour lui, la Finlande n’a pas à s’inquiéter de l’augmentation des dépenses russes en matière de défense. La capacité de défense finlandaise est à un niveau qui correspond à la menace éventuelle que représente la Russie. Pour lui, il n’y a pas de nouvelles pressions de la part de la Russie.
AL

Finlande – Russie

Touristes russes
20 500 personnes ont traversé la frontière fenno-russe au poste frontalier de Vaalimaa le 5 janvier. Au total, 50 000 personnes ont traversé ce jour-là la frontière pour venir en Finlande à l’Epiphanie.
AL

Tourisme

Helsinki bien recommandée par le New York Times
The New York Times situe Helsinki deuxième sur sa liste des destinations touristiques intéressantes. Ce sont notamment le design et la nouvelle sale de concert qui augmentent la côte de la capitale finlandaise.
Helsingin Sanomat relève par ailleurs que la Finlande est bien visible dans un supplément du Figaro.
Les acteurs du domaine culturel et touristique se félicitent de la nouvelle.
HS/dim/A12

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Haavisto deuxième après M. Niinistö, selon un sondage d’Yle
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte d’Yle par l’institut Taloustutkimus, l’audience de M. Pekka Haavisto est en hausse. M. Sauli Niinistö est encore en tête avec une audience de 37 %. Il est suivi de MM. Haavisto (8,3 %), Paavo Väyrynen (8,2 %), Timo Soini (7 %), Paavo Lipponen (4 %), Paavo Arhinmäki (4 %) et Mmes Eva Biaudet (2 %) et Sari Essayah (1 %).
Le nombre d’indécis est de 29 %. 1 463 Finlandais ont été interrogés fin décembre.
Un autre sondage, effectué pour le compte du tabloïd Iltalehti, L’audience de M. Niinistö est de 41 % et il est suivi de MM. Väyrynen (11 %) et Soini (9 %). Mille Finlandais ont été interrogés pour ce sondage fin décembre.
HS/ven/A5

M. Arhinmäki s’est marié
Helsingin Sanomat relève que le candidat présidentiel de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki (35 ans), s’est marié à l’Epiphanie avec Päivi Lahti, vétérinaire. Le premier enfant du couple est attendu avant fin janvier et M. Arhinmäki sera en congé de paternité pendant trois semaines en février. Selon Mme Sirpa Puhakka, responsable de la campagne présidentielle de M. Arhinmäki, cela n’aura pas d’effet sur le programme du candidat.
HS/dim/A5

Selon Yle, M. Niinistö a le portefeuille d’actions le plus important
Helsingin Sanomat note que selon en enquête effectué par Yle, M. Niinistö possède des actions et des parts de fonds de participation pour 600 000 euros et des biens immobiliers de 375 000 euros. Väyrynen n’arrive pas à évaluer la valeur de son appartement et de ses biens immobiliers à Tuusula et à Keminmaa. MM. Haavisto et Arhinmäki n’ont pas d’actions, M. Soini en a pour mille euros. M. Lipponen possède un grand appartement à Helsinki et a des actions pour 30 000 euros. Mme Biaudet a des actions pour 67 000 euros et Mme Essayah pour 70 000 euros.
HS/lun/A5

Les électeurs préfèrent un président pragmatique
A la lumière d’une enquête de Helsingin Sanomat, les Finlandais apprécient un président pragmatique qui n’a pas d’opinions trop catégoriques et qui sait servir de médiateur. Les Finlandais veulent aussi que leur président évoque les questions des droits de l’homme lors des visites officielles dans les pays qui les violent.
HS/sam/A9

L’opposition droite-gauche n’a plus d’importance, le second tour peut devenir un référendum sur l’UE
Keskisuomalainen rapporte que les politologues estiment que, pour la première fois dans l’histoire des élections présidentielles finlandaises, il n’y aura probablement pas un candidat de droite et un candidat de gauche au second tour de l’élection. L’attitude à l’égard de l’Union européenne divise les candidats.
A la lumière des sondages récents, il y aura deux candidats de droite et de centre-droit au second tour. Selon le politologue Ville Pitkänen de l’université de Turku, l’absence de l’opposition droite-gauche aura un effet sur le second tour, parce que jusqu’à présent, les candidats exclus du second tour on pu « léguer » leur voix à un autre candidat de la même aile politique. En 2006 par exemple, M. Vanhanen, candidat du Centre, avait déclaré après le premier tour qu’il soutenait la candidature de M. Niinistö.
M. Pitkänen estime que l’attitude à l’égard de l’Union européenne pourrait être décisive, surtout si M. Niinistö est opposé par M. Väyrynen ou M. Soini, tous deux candidats eurosceptiques. Dans ce cas-là, le PSD pourrait soutenir M. Niinistö au second tour.
KS/ven/10

« L’élection présidentielle est inutile »
Selon Aamulehti, le politologue Dag Anckar, ancien professeur à l’université suédophone Åbo Akademi, estime que l’élection présidentielle a perdu son importance, en raison de la réduction des pouvoirs du président. « Le peuple va aux urnes pour s’exprimer sur une institution relativement insignifiante. »
AL/sam/A6

Nominations à venir

Nominations pour les Douanes, l’Institut de recherche économique et l’Institut d’études statistiques
Le gouvernement devra nommer trois nouveaux dirigeants pour des instituts relevant du ministère des Finances : la Direction nationale des Douanes, l’Institut national de recherche économique (VATT) et l’Institut national d’études statistiques.
C’est Mme Virkkunen, ministre conservateur des Collectivités locales, qui est chargée de proposer un chef pour les Douanes et pour l’Institut des études statistiques, et Mme Urpilainen, ministre social-démocrate des Finances, qui s’en charge pour VATT.
HS/dim/A11

Tempête

Fortum prêt à payer 17 millions d’euros
La tempête pourrait coûter à Fortum jusqu’à 17 millions d’euros de dédommagements pour ses clients qui ont été privé d’électricité.
UD

Défense

Le réseau informatique des autorités plus vulnérable que prévu
Le réseau informatique utilisé par les forces armées, la police, les services de sauvetage et les douanes a vu 13 % de sa capacité amputée en raison des problèmes d’alimentation électrique causés par les dégâts de la tempête du lendemain de Noël.
Le réseau Virve utilise les mêmes pylônes que le réseau téléphonique commercial et un grand nombre de stations de base ont arrêté de fonctionner le 26 décembre.
L’entretien du réseau Virve coûte de 21 à 24 millions d’euros par an. Il s’agit d’étudier la nécessité de développer de nouvelles adaptations afin d’assurer le transfert de données dans l’avenir.
HS/sam/A12

Un nombre record de réservistes optent pour une formation civile
Helsingin Sanomat relève qu’en 2011, 242 personnes ayant fait leur service militaire ont refusé de participer à des manœuvres pour les réservistes et ont préféré opter pour un service complémentaire proposé par l’instance qui se charge de l’organisation du service civile. En moyenne, 166 personnes tous les ans refusent de participer aux troupes de réserve.
Après avoir refusé de participer aux manœuvres pour les réservistes, il n’est plus possible de revenir dans les troupes de réserve.
HS/ven/A5

Pauvreté

La pauvreté se transmet souvent dans la famille
Selon une étude effectuée par l’Institut de santé nationale, THL, la pauvreté finlandaise semble se transmettre de génération en génération. 70 % des enfants de parents qui ont reçu le revenu minimum d’insertion pendant plus de cinq ans, le touchent aussi.
Le plus longtemps les parents ont touché le RMI, le plus souvent leurs enfants ont des problèmes de santé mentale. La nouvelle génération de ces parents semble prendre des psychotropes plus souvent que les autres et elle est plus souvent amené à commettre des crimes.
A la question de savoir si la Finlande constitue une société de classes, les chercheurs estiment que la réponse n’est pas simple, mais qu’en tout cas, l’inégalité est explicitement observée.
Compte tenu du seuil de revenus de 1185 euros par mois, 700 000 finlandais peuvent être considérés comme pauvres. Si l’on tient compte du fait que la personne reçoit le RMI, 400 000 personnes sont classées comme pauvres.
HS/dim/A9

Universités

Le nombre de thèses de doctorat en hausse
Un nombre record de doctorants ont soutenu leur thèse en 2011. Ce sont notamment les universités de Turku, de Vaasa, de Jyväskylä, d’Oulu et de Finlande de l’Est qui ont augmenté le nombre de diplômes de doctorat.
HS/dim/A5

Nucléaire

« Un gros lot de 10 milliards d’euros » KL
Kauppalehti rapporte que les offres pour la centrale nucléaire de Fennovoima à Pyhäjoki seront remises en janvier par Toshiba et Areva. La décision de Fennovoima devrait intervenir dans un an environ.
Au même moment où Fennovoima choisira son réacteur, TVO devrait, dans un an environ donc, lancer son appel d’offres pour lequel sont en concurrence, outre Toshiba et Areva, deux sociétés japonaises une coréenne (Hitachi, Mitsubishi Heavy Industries et Korea Hydro & Nuclear power).
Le prix d’une centrale est d’environ 4 à 6 milliards d’euros.
Kauppalehti publie une interview du consultant de Toshiba, l’Amoral Kaskeala, ancien Commandant des forces armées finlandaises.
Selon lui si les grandes entreprises finlandaises dans le domaine du bâtiment unissent leurs forces et créent un consortium, il serait possible que la part domestique de la construction d’une éventuelle centrale s’élève jusqu’à 60 – 70%. Selon lui, les entreprises de BTP finlandaises en ont discuté entre elles dans un bon esprit. « Cette fois-ci, les groupes de BTP finlandais semblent intéressés », dit-il, précisant qu’il n’existe toutefois encore aucune convention écrite. Kauppalehti précise que, pour le réacteur d’Olkiluoto 3 dont le chantier est en cours, avec un certain retard, les groupes de BTP finlandais avaient finalement décidé de ne pas s’y engager.
M. Kaskeala estime aussi qu’il serait bon de réfléchir à la possibilité de construire les deux futures centrales de Fennovoima et TVO en chaîne avec deux ans d’intervalle. Cela permettrait aux mêmes constructeurs de passer d’un chantier à l’autre. Actuellement, le différentiel dans les calendriers des deux projets n’est que d’un an.
« Pour l’économie finlandaise, une construction à la chaîne serait rationnelle », estime M. Kaskeala qui fait du lobbying pour le groupe japonais. Selon lui, en choisissant le même fournisseur, Fennovoima et TVO arriveraient à une économie d’un demi-milliard d’euros.
M. Kaskeala souligne que Toshiba pourrait tenir et le budget et le calendrier de construction. Les dernières centrales construites par Toshiba l’ont été en quarante mois (entre la coulée du béton et le chargement du combustible). Un calendrier de construction réaliste pour un chantier en Finlande serait donc de cinq ans. Le secret d’un tel calendrier est la construction par module : les grands composants sont réalisés en usine. Toshiba assurerait la construction du réacteur et des turbines. Les principaux travaux de bâtiment seraient réalisés par l’Américain Shaw qui utiliserait des sous-traitants locaux, par exemple un consortium d’entreprises finlandaises qui pourrait réunir YIT, Lemminkäinen et SRV.
M. Kaskeala est confiant dans la possibilité de financer le projet, aucun analyste financier ne remettant en cause la rentabilité d’un tel projet sur 60 ans.
Kauppalehti précise que le travail de consultant de M. Kaskeala consiste à faire du lobbying auprès des politiciens, du gouvernement, des fonctionnaires et du monde des affaires finlandais au profit de Toshiba. Après la décision de principe du Parlement finlandais d’autoriser la construction de deux centrales nucléaires, le directeur de Toshiba, M. Shunichi Kimura, qui siège au conseil d’administration de Kone, a demandé conseil au président du conseil d’administration de Kone, M. Antti Herlin, qui lui a conseillé la personne de M ; Kaskeala, qui lui aussi siège dans ce conseil d’administration. M. Kaskeala a été engagé en mars dernier (une semaine avant l »’accident de Fukushima).
M. Kaskeala souligne que l’Europe est profondément divisée sur le nucléaire entre des pays qui s’en désengagent et d’autres qui y investissent. Outre la Finlande, Toshiba est intéressée par la Suède, la Grande-Bretagne, la Pologne et la république tchèque.
KL

Et si le nucléaire n’était pas la poule aux œufs d’or ?
Kaleva rapporte que selon le chercheur de l’agence des activités économiques de Laponie, M. Raimo Reiman le projet de Fennovoima est fragile car sa rentabilité est faible et les capacités de ses petits actionnaires limitées. « Dans deux ans, le projet sera bloqué par le manque de capacité de ses actionnaires », prédit-il.
Le directeur de la construction de Fennovoima, M. Timo Kallio dément de telles prévisions et assure que les capacités des petits actionnaires de Fennovoima seront suffisantes pour mener le projet à bon terme.
Kaleva

Selon le STUK, les centrales françaises peuvent s’améliorer
Kaleva publie une interview du directeur du STUK, M. Jukka Laaksonen qui estime que l’on pourrait renforcer la sécurité des centrales nucléaires françaises. Le directeur de l’autorité finlandaise estime que « surtout les anciennes centrales françaises pourraient être améliorées si on veut les utiliser encore longtemps ». « La sécurité des centrales françaises n’est pas du niveau des finlandaises. Nous n’avons pas non plus très confiance dans le travail et la qualité de là-bas, même si les autorités françaises n’ont cessé de s’améliorer », déclare M. Laaksonen qui commentait le récent rapport de l’ASN.
Kaleva

France

Politique

« M. Sarkozy fait campagne contre la Turquie » TS
« La France envisage une taxe Tobin dès cette année » HS

Littérature

Marguerite Yourcenar
Helsingin Sanomat publie une critique sur la traduction en finnois de Feux de Marguerite Yourcenar.

Le livre ne mourra pas selon MM. Ecco et Carrière
Helsingin Sanomat publie une critique signée du directeur de la bibliothèque de Kerava sur l’ouvrage de Jean-Claude Carrière et Umberto Ecco, « N’espérez pas vous débarrasser des livres ».

Jeudi 5 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Hongrie

« Selon M. Tuomioja, la Hongrie ne pourrait plus entrer dans l’UE » HS
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que le développement de la Hongrie suscite des inquiétudes ; « Il y a maintenant très clairement des réactions » dans les chancelleries européennes, déclare-t-il, exprimant ses inquiétudes. « Si un pays doté d’une telle constitution demandait à adhérer à l’UE, il ne serait pas accepté ».
Selon lui, il faudrait d’abord une réaction politique exprimant que la Hongrie n’est pas sur la bonne voie. D’éventuelles sanctions ne viendraient qu’ensuite ; « A la fin il faudra se demander si un Etat qui viole les principes fondamentaux de la démocratie peut toujours être considéré comme membre » de l’UE.
HS

Russie – Finlande

« Selon M. Tuomioja, il faut prendre au sérieux les critiques sur les droits de l’homme » Kaleva
Kaleva rapporte que le ministère russe des Affaires étrangères a publié, le 28 décembre, un rapport de 90 pages sur « la situation des droits de l’homme dans certains pays » qui critique des dizaines d’Etats, notamment les Etats de l’UE, les Etats-Unis et la Géorgie.
M. Tuomioja estime que les points soulevés dans ce rapport qui concerne la Finlande sont « une critique tout à fait légitime ».
« La Finlande peut s’améliorer en terme de délai pour rendre la justice. Il y a aussi des discriminations contre les immigrés et de la violence familiale. Aujourd’hui il est normal que les Etats soient ouverts à une critique mutuelle sur les droits de l’homme. Je pense qu’il faut prendre ce rapport au sérieux. Et il est positif que l’on mette en avant des points sur lesquels nous pouvons nous améliorer », estime le ministre qui souligne toutefois que ce rapport ne présente rien qui ne soit connu.
L’éditorialiste de Kaleva estime que ce rapport, le premier du genre, constitue une nouvelle arme pour le Kremlin qui a choisi de critiquer les pays occidentaux avec les arguments de ces derniers.
Kaleva

Les touristes russes vont dépenser 200 millions en Finlande en deux semaines
L’agence du tourisme finlandaise estime que durant les vacances de décembre-janvier, la Finlande accueille de 300 000 à 350 000 touristes russes qui devraient dépenser de 160 à 200 millions d’euros en Finlande.
KL

Transit de matériel militaire

« Les missiles Patriot ont reçu une autorisation d’exportation » HS
En raison d’une tempête sévère, le cargo Thor Liberty était arrivé dans les eaux territoriales de la Finlande le vendredi 9 décembre et avait dû demander l’aide d’un pilote finlandais pour arriver en sécurité au port de Nötö où il est resté deux jours. Thor Liberty est arrivé au port de Kotka le 13 décembre.
Les autorités ont annoncé hier avoir arrêté le capitaine ukrainien et un autre responsable de l’équipage de Thor Liberty sur lequel ont été découverts 69 missiles Patriot en provenance d’Allemagne. Les douanes ont saisi les missiles et tous les conteneurs de missiles ont été stockés par les forces armées. Les explosifs saisis sur le navire seront transférés dans des conteneurs ultérieurement.
L’armée allemande a vendu les missiles, saisis au port de Kotka, à la Corée du Sud. La Finlande nécessite une autorisation préalable à tout transit d’armes et de matériel militaire. Le gouvernement a donc décidé, hier, d’autoriser l’exportation de ces missiles vers la Corée du Sud.
Le capitaine et le responsable de l’équipage sont toujours entre les mains de la police.
Le navire pourrait repartir de Kotka aujourd’hui.
HS

« La Finlande a refusé le transit de sous-marins » HS
Helsingin Sanomat rapporte que depuis 2000, la Finlande a accordé 22 autorisations de transit pour du matériel militaire. Elle n’en a refusé que deux : pour des fusils autrichiens vers l’Inde et pour des sous-marins russes vers la Chine.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Lipponen de nouveau fâché contre Aamulehti
Le candidat du PSD M. Lipponen a annulé une intervention qu’il devait faire pour le journal Aamulehti après que ce dernier a publié un point de vue d’un chercheur spécialiste de la Russie, M. Arto Luukkanen qui estimait que les difficultés de M. Lipponen dans la campagne n’expliquaient par son expérience de consultant pour Nord Stream.
L’ancien premier ministre Matti Vanhanen a déclaré que M. Lipponen n’avait jamais fait pression auprès du gouvernement en faveur du gazoduc germano-russe.
HS

Tempête

Dédommagements importants pour les sociétés d’assurance
La tempête devrait coûter aux sociétés d’assurances finladnaises jusqu’à 70 millions d’euors.
HS

Nokia

M. Siilasmaa à la tête du conseil d’administration
L’organe qui prépare les nominations dans les instances de Nokia devrait présenter la candidature de M. Risto Siilasmaa pour succéder à Jorma Ollila à la tête du cosneil d’administration de Nokia.
M. Siilasmaa est le fondateur et PDG de F-Secure, spécialisé dans la lutte contre les virsu informatiques.
Helsingin Sanomat estime qu’il est important que ce poste reste entre les mains d’un Finlandais.
HS

Nokia ne sera-t-il bientôt plus qu’une société de brevets
Kauppalehti estime que l’un des scénarios possible à l’avenir de Nokia est que le groupe cesse de produire des téléphones portables pour finir par ne plus gérer qu’un portefeuilles de brevets dans la téléphonie qui lui rapportent déjà plus d’un demi-milliard d’euros par an.
KL

Mercredi 4 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la zone euro

Editorial : « Les réformes faites à temps profitent à l’Allemagne » HS
Helsingin Sanomat revient sur l’annonce par le Premier ministre Jyrki Katainen de futures décisions délicates en matière de politique économique. L’éditorialiste estime que l’on a besoin de décisions de long terme pour renforcer la compétitivité et l’offre d’emploi et notamment en matière de prolongement des carrières et de diminutions des communes. En revanche, comme l’endettement finlandais est moindre par rapport à des pays comme l’Italie, les décisions budgétaires délicates devraient avoir un rôle minime afin de ne pas menacer la croissance.
L’éditorialiste engage la Finlande à prendre exemple sur l’Allemagne qui, du temps du chancelier Schröder, a pris des réformes qui expliquent aujourd’hui la bonne santé de son économie.
HS

Editorial : « La Finlande doit décider de sa participation à l’union économique » AL
Aamulehti estime que la Finlande devra bientôt décider si elle s’engage dans l’approfondissement de l’intégration économique nécessaire pour sauver la zone euro. Il faudra notamment décider si la Finlande est prête à participer à une mutualisation de la responsabilité des emprunts avec les autres pays européens. Mutualiser les emprunts est autre chose que rembourser les dettes des autres et c’est là que se situe puet-être la limite acceptable pour les Finlandais, estime l’éditorialiste.
AL

Politique intérieure

Election présidentielle

Le vote par anticipation commence à bord des bateaux finlandais
Uutispäivä Demari, organe du PSD, rapporte que le vote par anticipation aura lieu du mercredi 11 janvier au mardi 17 janvier. Le vote par anticipation commence dès aujourd’hui à bord des bateaux finlandais dans le transport international. Le quotidien note qu’aux élections législatives du printemps 2011, environ 400 voix ont été données à bord de 50 bateaux finlandais.
Le vote par anticipation aura lieu du mercredi 11 au jeudi 17 janvier en Finlande et du 11 au 14 janvier dans les représentations finlandaises à l’étranger.
Un peu plus de 4,4 millions de Finlandais ont le droit de vote à l’élection présidentielle.
Les affiches électorales des candidats peuvent être exposées à partir d’aujourd’hui.
Le premier tour de l’élection aura lieu le dimanche 22 janvier et le second tour le dimanche 5 février. Le vote par anticipation du second tour commencera dès le mercredi 25 janvier et se terminera le mardi 31 janvier.
UD/10-11

M. Lipponen a des doutes concernant les études sur le changement climatique
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’une enquête parmi les candidats présidentiels effectuée par l’association des sceptiques Skepsis, M. Paavo Lipponen (PSD) n’a pas confiance dans les recherches internationales sur le changement climatique.
M. Lipponen a toutefois déclaré à HS mardi que « le changement climatique a été causé par les hommes et il faut le prendre au sérieux ».
Selon la même enquête, le candidat du Centre, M. Paavo Väyrynen n’exclut pas entièrement l’efficacité de l’homéopathie ou l’existence de la télépathie. HS/A11

Tempête

M. Häkämies estime que les compagnies d’électricité devraient indemniser plus pour les coupures
En raison d’une nouvelle tempête, environ 6 000 foyers sont privés de l’électricité en ce moment.
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Activités économiques, M. Jyri Häkämies, estime que les indemnités payées par les compagnies d’électricité à leurs clients en raison des coupures ne sont pas suffisantes. Selon la loi actuelle, les clients ont droit à une indemnité si la coupure dure plus de 12 heures.
Selon Mme Heidi Hautala, ministre chargée des entreprises de l’Etat, les compagnies d’électricité ont investi trop peu dans le réseau électrique. « On peut se demander si les compagnies ont fait de l’argent facile et évité les investissements. La participation de l’Etat peut être nécessaire parce qu’il s’agit aussi de la sécurité dans la société. »
M. Häkämies veut accélérer le câblage sous terre du réseau électrique. Mme Anne Brunila, directrice à Fortum, souligne que le câblage sous terre coût plus de 50 000 euros par kilomètre.
HS/A3&A5, KL/6

Santé

Implants PIP
Selon l’organisme de contrôle Valvira, sept Finlandaises ont des implants PIP.
HS

Mardi 3 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Zone euro

Les prêts aux entreprises parmi les moins chers en Finlande
Kauppalehti rapporte que les banques finlandaises prêtent aux entreprises à un taux de 2,69%, ce qui est, après la Belgique le taux le plus faible de la zone euro et bien inférieur à la moyenne de la zone euro, 3,40%.
En novembre, les entreprises en Finlande ont emprunté pour 6,6 milliards d’euros (soit 0,9 milliard de moins qu’en octobre et 0,5 milliard de moins qu’en novembre 2010).
KL

Politique européenne

Editorial : « Le Danemark devant une mission impossible » KL
Kauppalehti estime que le Danemark, qui prend la présidence de l’UE pour six mois, devra essayer de créer un pont entre les pays de la zone euro et les autres. C’est considéré comme une mission impossible. Durant les derniers mois, le Danemark, comme les autres pays non membre de l’eurogroupe, a été sur la touche des décisions européennes car il ne semble y avoir de place au cœur de l’UE que pour deux Etats, la France et l’Allemagne, écrit l’éditorialiste.
KL

Editorial : « La Grande-Bretagne doit choisir son camp dans l’UE » Kaleva
Kaleva estime que la politique européenne de la Grande-Bretagne est en crise. L’éditorialiste estime que tant les Britanniques que l’UE doivent se demander s’il est bon de maintenir un membre qui joue tout le temps la montre contre le reste des Etats. « On ne peut pas obliger la Grande-Bretagne à participer, mais il leur faut décider eux-mêmes s’ils veulent toujours en être. Il y a des limites à la resquille », conclut Kaleva.
Kaleva

Santé

« Le système de santé finlandais, le moins couteux des pays nordiques » HS
Selon une étude de l’OCDE, la Finlande consacre 9,2% de son PIB aux dépenses de santé, ce qui est la plus faible proportion des pays nordiques et même en-dessous de la moyenne de l’OCDE (9,6%), loin derrière la France (11,8%).
Le système de santé est financé à 75% par le public (contre 72% dans la moyenne de l’OCDE) et 25% par le privé.
En Finlande, il y a 2,7 médecins pour 1000 habitants, contre 3,1 dans la moyenne de l’OCDE.
Helsingin Sanomat rappelle aussi que selon la dernière étude de l’OMS sur les systèmes de santé, la Finlande n’arrive qu’en 31ème position dans un classement où la France était placée au premier rang.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime qu’il est difficile de comparer les systèmes de santé en matière de qualité et considère qu’il serait plus judicieux de s’attaquer en Finlande aux inégalités régionales en matière de services de santé.
HS

Politique intérieure

Election présidentielle

Selon un nouveau sondage, quatre candidats ont des chances pour arriver au second tour contre M. Niinistö
Helsingin Sanomat publie les résultats de son sondage présidentiel récent, effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien entre le 13 et le 30 décembre 2011. Le candidat conservateur Sauli Niinistö est encore en tête avec un score de 38 %, mais son audience a diminué de 5 points depuis le début du mois de décembre.
M. Niinistö est suivi de M. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, et du centriste Paavo Väyrynen, qui ont obtenu une audience de 9%. Le social-démocrate Paavo Lipponen et le candidat de l’Alliance verte, M. Pekka Haavisto, ont obtenu 7 % chacun.
M. Paavo Arhinmäki, candidat de l’Alliance des gauches, a obtenu 4 %, Mmes Eva Biaudet (Parti suédois) et Sari Essayah (Chrétiens-démocrates) 2 % chacune.
Le nombre d’indécis a augmenté, passant de 14 à 21 %. Avant les élections de 2006, leur nombre était au même niveau. M. Juhani Pehkonen, directeur de recherche à TNS Gallup, note que le nombre d’indécis peut encore augmenter une semaine avant l’élection.
A la lumière de ce sondage, M. Niinistö gagnerait au second tour de l’élection présidentielle avec un score d’au moins 67 %. Au second tour, MM. Haavisto aurait 19 %, Väyrynen 17 %, Soini 16 % et Lipponen 15 % des voix contre M. Niinistö.
Parmi ceux qui se sont exprimés, Niinistö a une audience de 48 %, Väyrynen 12 %, Soini 11 %, Haavisto 9 %, Lipponen 8 %, Arhinmäki 5 %, Biaudet 3 % et Essayah 2%. M. Pehkonen souligne que l’audience de M. Haavisto est plus importante que celle de l’Alliance verte. Cela concerne bien entendu aussi l’audience de M. Niinistö par rapport à celle du Parti conservateur.
Selon M. Soini, « l’audience de M. Niinistö baisse mais cela ne profite pas à nous les autres candidats mais aux indécis. Il y aura une véritable lutte pour la deuxième place ». A la fin de sa campagne M. Soini s’investit surtout dans les électeurs des Vrais Finlandais. L’audience de parti est autour de 20 % et cela amènerait M. Soini au second tour.
HS/A3&A5

M. Väyrynen dit qu’il est plus populaire que son score dans les sondages
Selon Helsingin Sanomat, M. Paavo Väyrynen, candidat centriste, estime que son audience est plus importante que celle qu’on voit dans les sondages. Il est convaincu d’être au second tour contre M. Niinistö.
HS/A5

Selon M. Lipponen, M. Soini a pu dicter l’agenda des médias
Helsingin Sanomat relève que M. Paavo Lipponen (PSD) minimise son mauvais score au sondage de HS. Pour lui, la véritable campagne commence maintenant. M. Lipponen veut évoquer surtout la diminution du chômage.
Il estime que certains candidats sont mieux traités dans les médias. Il a précisé que M. Soini a pu créer un agenda que les médias suivent.
Le ministre de l’emploi et ancien président de la confédération syndicale SAK, M. Ihaläinen va diriger la campagne de M. Lipponen pour les dernières semaines.
HS/A5

Editorial : M. Niinistö vers une audience normale
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime qu’il y aura un second tour et que le groupe des indécis décidera qui sera l’adversaire de M. Niinistö au second tour.
M. Väyrynen a déjà rendu un grand service au Centre, dont l’audience est repartie à la hausse. Par contre, M. Lipponen n’a pas encore été utile pour l’audience du PSD.
HS rappelle qu’une audience même en légère hausse commence à s’autoalimenter et une petite augmentation dans l’audience peut amener un candidat au second tour, comme cela avait été le cas en 1994. Mme Elisabeth Rehn, candidate du Parti suédois, avait alors dépassé les candidats du Centre et du Parti conservateur, MM. Paavo Väyrynen et Raimo Ilaskivi, au début de l’année, pour arriver au second tour contre M. Ahtisaari.
HS/A2

Tempête

De nouvelles coupures d’électricité en perspective
Une semaine après la tempête du 26 décembre, près de 5000 foyers étaient toujours privés d’électricité. Ce sont principalement des clients de Fortum.
Le directeur du centre des catastrophes M. Nurmi exige qu’à l’avenir les entreprises soient mieux préparées à faire face à d’importantes coupures d’électricité et améliorent leur capacité à communiquer en cas de crise.
De nouvelles coupures d’électricité ont été enregistrées suite aux chutes de neige, hier et il faut en attendre demain à l’occasion d’une nouvelle tempête.
HS

France

Politique

Point de vue : « Des élections sous le signe du triple A » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti estime que l’on des thèmes de la prochaine élection présidentielle sera la note de la France. « Le triple A étant menacé, les candidats devront parler de l’austérité. Ils n’ont plus la possibilité de faire de généreuses promesses. Il sera intéressant de voir quelles dures recettes seront proposées et avec quel sirop les faire avaler », conclut Mme Seuguenot.
KL

Lundi 2 janvier 2012

Politique étrangère et européenne

Coopération de défense

« Une coopération étroite de défense est dans l’intérêt de la Finlande » HS
Helsingin Sanomat publie une tribune du ministre de la défense Stefan Wallin qui rappelle que la Finlande va faire face à un important programme de rétablissement des finances publiques auquel l’administration de la défense aussi va participer. Dans ce contexte, M. Wallin souligne que développer la défense nationale sans une coopération internationale étroite n’est pas crédible ni rentable économiquement.
Le ministre fait référence aux coopérations dans le cadre de l’OTAN, de l’UE et des pays nordiques. Il souligne surtout la coopération européenne sur la base de l’initiative germano-suédoise dans le cadre de l’agence européenne de la défense. La Finlande y participe notamment en assumant la direction du programme de surveillance maritime Marsur. Le ministre cite aussi les coopérations à venir en matière de formation des pilotes des hélicoptères NH-90.
HS

Parlement européen

« Les députés européens finlandais plus loyaux envers leurs partis que leur pays » Hbl
Hufvudstadsbladet rend compte d’une étude qui fait ressortir que les députés européens finlandais votent en fonction de la discipline partisane plutôt que selon les intérêts nationaux. C’est particulièrement vrai pour les questions agricoles.
Hbl

Politique intérieure

Allocution de Mme Halonen

Selon Mme Halonen, il est possible de lutter contre les inégalités
Helsingin Sanomat rapporte que dans sa 12e et dernière allocution pour le Nouvel An, la Présidente, Mme Tarja Halonen, a souligné l’importance de lutter contre les inégalités dans la société. Elle s’inquiète des inégalités économiques qui ont des effets dans tous les domaines, dont les différences dans la santé des classes sociales. Les différences en matière d’espérance de vie ont augmenté rapidement. La pauvreté des familles avec enfant a augmenté de façon alarmante, ainsi que l’exclusion chez les jeunes. Pour conclure, elle a remercié les citoyens pour leurs soutiens chaleureux et les prises de contacts pendant ses deux mandats présidentiels.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’on peut parler d’un testament politique de Mme Halonen, qui a encore deux discours importants devant elle, ceux de l’ouverture de la Diète le 7 février et de la prise de fonctions du nouveau président le 1er mars.
Dans son discours, elle a été favorable à l’Union européenne et a souligné qu’il ne fallait pas regarder vers le passé mais essayer de résoudre les problèmes dans la coopération européenne.
L’éditorialiste note que la présidente n’a pas mentionné l’OTAN. Elle a peut-être pensé qu’il n’était pas nécessaire de réitérer son attitude négative puisque tous les candidats présidentiels sont plus ou moins opposés à une adhésion à l’OTAN.
Mme Halonen souhaite que les Finlandais aillent voter aux élections présidentielles et municipales. Pour l’éditorialiste, un taux de participation élevé est une preuve d’une démocratie puissante.
HS/lun/A2, A6

Audience des partis politiques

Le Centre a rattrapé le PSD
Kaleva relève que selon un sondage effectué pour le compte du journal d’Yle par l’institut Taloustutkimus, le Parti conservateur Kokoomus est encore e, tête avec une audience de 22,7 %, même si ce parti a perdu 1,6 point par rapport à novembre. Il est suivi des Vrais Finlandais (19,9 %).
Ce qui est nouveau, c’est que le Centre a presque rattrapé le PSD. Le PSD est en troisième position avec une audience de 16,4 %, suivi du centre (16,2 %). Le PSD aurait perdu 2,7 point depuis les élections législatives. Selon M. Jari Pajunen, directeur de recherche à Taloustutkimus, l’augmentation de l’audience du Centre est due à la campagne présidentielle plutôt réussite du candidat centriste Paavo Väyrynen. La campagne de M. Lipponen, candidat social-démocrate, fait cependant plonger l’audience du PSD.
Les quatre grands partis sont suivis de l’Alliance des gauches qui a une audience de 8,5 % (+1,5 par rapport à novembre), de l’Alliance verte (7,6 %), du Parti suédois (3,9 %) et des Chrétiens-démocrates (3,6 %).
Le sondage a été effectué entre le 7 et le 28 décembre 2011 auprès de plus de 2 400 Finlandais.
Kaleva/sam

Election présidentielle

Les pouvoirs du président dans la politique étrangère
Selon la nouvelle constitution, si le président et le gouvernement ne sont pas d’accord sur la politique étrangère, le Parlement tranchera. Helsingin Sanomat rapporte que les candidats présidentiels ont des points de vue différents sur ce point.
M. Jacob Söderman, ancien député, souligne que le pouvoir du président devient visible surtout dans les cas où le gouvernement veut changer la politique étrangère.
HS/sam/A9

Nucléaire

Tests de résistance des centrales nucléaires
L’autorité finlandaise STUK a rendu son rapport sur les tests de résistance des centrales nucléaires réalisés après l’accident de Fukushima. Selon le STUK, cet accident ne devrait pas mener à renforcer la sécurité dans les centrales finlandaises qui sont exceptionnellement bien préparées à subir des conditions exceptionnelles, notamment en matière sismique.
Le STUK va néanmoins exiger des centrales finlandaises qu’à l’avenir elles puissent faire face à des coupures d’électricité sur le réseau allant jusqu’à trois jours.
HS

publié le 01/02/2012

haut de page