Février 2019

Jeudi 28 février 2019

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

« Selon la Commission, l’économie finlandaise a une croissance saine » HS
« La Commission inquiète pour l’avenir de la Finlande » KL
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission a loué l’état de l’économie finlandaise dans son rapport sur le semestre européen concernant ce pays. La commission relève que l’économie a une croissance saine, même si son rythme s’est ralenti.
La Commission s’étonne toutefois que les investissements se concentrent dans la construction, alors que les investissements dans la production sont faibles.
La Commission relève aussi que la chute des dépenses de R&D suite à l’effondrement du secteur des télécommunications autour de Nokia n’a toujours pas été rétablie.
Kauppalehti souligne que la commission s’inquiète du vieillissement de la population, de la baisse des naissances et du faible niveau des investissements en R&D.
Le rapport de la Commission (en anglais) :
https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/file_import/2019-european-semester-country-report-finland_en.pdf
HS KL
Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Nouvelles dissensions dans la commission des Affaires sociales et de la santé
Les journaux rendent compte de nouveaux litiges au sein de la commission chargée de la réforme « sote ». Hier, en l’absence de sa présidente sociale-démocrate Krista Kiuru (occupée par une réunion au présidium du Parlement), les membres de la commission représentant les partis du gouvernement ont voté pour ne plus solliciter d’avis d’experts sur la position du gouvernement sur l’état actuel du projet et les modifications à faire.
La commission a voté, sous la présidence de la vice-présidente centriste, Hannakaisa Heikkinen, pour l’abandon de l’écoute de spécialistes extérieurs à la fin de la réunion, lorsque Mme Kiuru a dû s’absenter, pour douze minutes.
Les membres représentants de l’opposition de cette commission sont outrés. Ils auraient souhaité encore entendre des spécialistes notamment en ce qui concerne la question de la nécessité ou non de consulter la Commission européenne sur le fait de savoir si la législation prévue était conforme à la régulation européenne des subventions de l’Etat.
HS/A8

Le gouvernement cède devant l’exigence de consulter la Commission européenne sur la liberté de choisir
La sous-secrétaire d’Etat aux Finances, Päivi Nerg, a fait état, hier, de la décision du gouvernement d’entamer une procédure de consultation concernant le projet de loi sur la liberté de choisir. Il s’agit de soumettre à l’avis de la Commission la question sur le caractère économique ou non du système des services sociaux et de la santé.
La ministre des Services sociaux, Annika Saarikko, a précisé que, pour le gouvernement, il s’agit d’une activité non-économique.
Pour le gouvernement, le projet de réforme relève désormais de la commission des affaires sociales et de la santé. Mme Saarikko estime que le calendrier est serré, mais pas impossible.
AL/A11

Soins médicaux

Selon une étude suédoise, les résultats en Finlande sont très bonsde très haut niveau dans une comparaison européenne
Helsingin Sanomat rend compte d’un rapport « Euro Health Consumer Index » du suédois Health Powerhouse, qui situe les résultats des soins médicaux finlandais au sixième rang parmi 35 pays pris en compte.
Le rapport évalue entre autres les droits du patient, l’accès aux soins et les résultats des soins (concernant notamment les infarctus, avc, cancer…).
Les soins finlandais sont critiqués pour de longs délais d’attente, une prévention insuffisante des problèmes en soignant la tension, l’usage excessif de l’alcool, le tabagisme et le peu d’activité physique.
HS/A8
https://healthpowerhouse.com/publications/#200118

PSD

Retour en politique de M. Rinne
Helsingin Sanomat publie une interview accordée par Antti Rinne, président du PSD qui reprendra son travail demain vendredi, après un congé maladie de plus de deux mois.
Le quotidien rappelle que M. Rinne avait attrapé une pneumonie lors de ses vacances de fin d’année en Espagne et a été hospitalisé le 26 décembre dernier. A l’hôpital, il a aussi eu une infection nosocomiale. Après son retour en Finlande le 11 janvier, une embolie coronarienne et un infarctus ont été détectés. En Espagne, M. Rinne a été mis dans un coma artificiel qui a duré au total 15 jours, donc pendant son rapatriement et après son retour en Finlande. Pendant tout le mois de février, il a été en convalescence.
M. Rinne annonce que, selon son médecin, il est « apte au travail, point final ». Selon le quotidien, M. Rinne semble être plus fragile et fatigué qu’avant.
Quant aux questions politiques, M. Rinne souligne que l’économie seule ne peut pas guider l’avenir de la nation. Pendant son congé maladie, il a été convaincu encore plus du fait que le prochain gouvernement devrait mettre fin au développement des inégalités. « Il faut renforcer l’Etat-providence », dit-il.
M. Rinne souhaite aussi investir plus dans le savoir-faire, la formation, la recherche et les sciences.
Il estime que le ton du débat politique est différent d’avant les élections législatives de 2015. Il y a quatre ans, le débat a été dominé uniquement par le débat sur l’exigence de trouver des économies de quatre milliards d’euros dans le budget de la Finlande.
« Le PSD veut investir dans l’avenir. Cela serait financé par notre programme fiscal qui accorderait des recettes de 1 à 1,5 milliard d’euros de plus en élargissant l’assiette fiscale sans augmenter l’impôt sur le revenu », selon M. Rinne. Le PSD projette une augmentation de l’impôt sur les revenus des capitaux.
M. Rinne estime que le Parlement actuel n’aura pas le temps de mener à bon terme la réforme des services sociaux et de la santé. « Le prochain gouvernement devra définir les orientations de la réforme et la préparer sur la base d’une coopération parlementaire entre tous les partis politiques, c’est-à-dire avec l’opposition.
HS/A6-7

Politique économique

Sondage : Les partis favorables à une diminution de la dette
Keskisuomalainen relève que, selon un sondage sur la politique économique et les économies, le nombre de Finlandais qui considèrent les économies et le remboursement de la dette publique comme très ou assez importants reste largement majoritaire même s’il a diminué de 10 points depuis le mois d’août 2017, passant de 69% à 59 %.
L’économiste principale de Handelsbanken Tiina Helenius estime que « l’équilibre de l’économie nationale s’est amélioré et les Finlandais sont moins conscients de la crise qu’avant ».
75 % des personnes de plus de 75 ans estiment que le remboursement de la dette publique est un sujet important, contre 93 % en 2017. Parmi les centristes, il y en a 85 % et parmi les électeurs du Rassemblement national 70 % (contre 94 % en 2017).
Le ministère des Finances avait évalué en 2017 que la dette publique serait de 110 milliards d’euros fin 2018, mais la dette a finalement été de 105 milliards à la fin de l’année dernière.
Handelsbanken et Danske Bank prévoient une croissance économique de 1,7 % pour cette année, OP prévoit 1,6 % et Nordea 1,5 %.
KS/16-17

Défense

Un large consensus sur les 64 avions préconisés pour le projet HX
Lors d’un séminaire sur le thème des prochaines élections organisé par le Groupe de préparation de la Communication de la Défense nationale, la question du nombre des avions de combat a encore été soulevée.
La journaliste Anita Simola rapporte que les représentants des partis suédois, conservateur, centriste, des bleus et des chrétiens-démocrates ont levé la main en signe de soutien à l’acquisition de 64 avions de combat. Ceux du parti social-démocrate et des vrais Finlandais ont levé la main « à moitié ». Seuls les représentants du parti des verts et celui de l’alliance des gauches se sont distingués, préférant ne pas s’engager sur le nombre des avions avant l’examen des offres fournies par les fabricants. De nombreux politiciens ont estimé qu’il est dommage que la discussion se concentre sur le nombre des chasseurs.
Représentant le parti des bleus, le ministre de la Défense Jussi Niinistö a réclamé 90 avions de combat, indispensables, selon lui, pour un pays non-aligné militairement comme la Finlande.
AL

La loi sur l’exemption du service militaire des Témoins de Jehova abrogée
Le parlement a approuvé mercredi la loi qui met fin au privilège des Témoins de Jehova qui bénéficiaient depuis 1987 d’une exemption totale du service militaire ou civil.
La loi pourrait prendre effet le 1er avril ou le 1er mai, date à partir de laquelle les Témoins de Jehova devront faire leur service militaire ou civil.
HS28.2./A10

Mercredi 27 février 2019

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Les Bleus réservés sur le réforme SOTE
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire des Bleus s’est réuni mardi parce que trois députés du groupe ont annoncé qu’ils ne soutenaient plus la réforme des services sociaux de la santé.
Le président du groupe parlementaire Simon Elo a annoncé lors d’une conférence de presse que les Bleus soutenaient toujours la réforme, mais sous certaines conditions. Ils n’ont en effet pas encore exprimé leur soutien définitif à la liberté de choix incluse dans la réforme avant de connaître l’avis final de la commission des affaires sociales et de la santé.
Selon M. Elo, « le débat du groupe parlementaire a été animé ».
HS/A10

Les communes dépensent en moyenne 3100 euros par habitant pour les services sociaux et de santé
Selon l’agence de la santé THL, c’est en Laponie que les dépenses des communes pour les services sociaux et de santé sont les plus élevées, d’environ 11% de plus qu’en moyenne dans le reste du pays.
En moyenne, les dépenses des communes en Finlande pour ces services sont de 3100 euros par administré. Dans la commune de Pelkosenniemi (Laponie), les dépenses étaient 53% plus élevées ; dans la commune de Miehikkälä (Sud-Est de la Finlande) au contraire de 24% de moins qu’en moyenne.
HS

Loi de finances rectificative

720 000 euros pour la surveillance de la mise en place des services aux personnes âgées et handicapées
Le gouvernement a remis sa proposition de première rallonge budgétaire de l’année, la semaine dernière. La somme proposée pour renforcer la surveillance des soins suffira pour le recrutement de douze personnes : huit dans les six agences administratives régionales de l’État, trois auprès de Valvira, Office national de surveillance sociale et sanitaire, et une au ministère des Affaires sociales et de la Santé.
Le Parlement devra adopter le projet de loi des finances rectificative prochainement.
HS/A8

Partis politiques

Candidature M. Janitskin aux législatives et européennes pour le mouvement 7 étoiles
Selon Helsingin Sanomat, Paavo Väyrynen, président du Mouvement 7 étoiles, ancien centriste, a organisé hier une conférence de presse pour annoncer la candidature dans les rangs de son mouvement, aux élections législatives et européenne d’Ilja Janitskin, ancien directeur du média électronique MV-lehti, condamné à un an et dix mois de prison ferme pour, entre autres, diffamation et incitation à la haine raciale. Il peut se présenter aux élections, le jugement n’étant pas encore exécutoire en raison de l’appel qu’il a présenté.
HS/A10

PSD

Sondage
Uusisuomi.fi relève que selon un sondage auprès des députés et membres du conseil national et du bureau national du PSD, 71,6 % souhaitent participer au gouvernement plutôt avec le Centre - mais de préférence sans le président actuel du Centre Juha Sipilä – qu’avec le Rassemblement national.
94,8 % sont favorables à la participation à un même gouvernement avec l’Alliance des gauches, 84,4 % avec l’Alliance verte et 53,1 % avec le Parti suédois.
69 % estiment que le PSD et les Vrais Finlandais n’enteraient pas dans le même gouvernement, vu que les valeurs des deux partis ne sont pas les mêmes.
Le sondage a été effectué entre le 19 et le 25 février auprès de 202 sociaux-démocrates, dont 100 ont répondu.
uusisuomi.fi

Education

Promotion de la formation continue
Le gouvernement cherche des moyens de promouvoir la formation continue et mettre à profit les modèles d’autres pays en la matière. Il a fait effectuer un rapport en la matière par un groupe de consultants Owal Group.
La ministre de l’Education, Sanni Grahn-Laasonen, estime que la Finlande pourrait mettre en place des chèques de formation, des comptes personnels de formation et des stimulants fiscaux. De telles mesures ont été testées ou envisagées dans plusieurs pays, dont la France. La ministre estime qu’une coopération plus étroite entre les établissements de formation, les apprenants et les employeurs pourraient permettre d’ouvrir de nouvelles possibilités.
Avec la transition qui touche l’emploi et les évolutions en matière d’intelligence artificielle et la robotique, le besoin de mise à jour des connaissances augmente.
Mme Grahn-Laasonen estime qu’il faudrait faire une réforme en matière de formation continue durant la prochaine législature, afin d’augmenter les opportunités de se former des adultes, à côté du travail et de façon flexible dans les différentes situations. Le rapport propose de mettre en place, à long terme, des modèles permettant de financer l’apprenant plutôt qu’uniquement les institutions.
En Finlande, la participation à des formations continues est relativement courante (1,6 million de personnes en 2017, c’est-à-dire la moitié des personnes de 18 à 64 ans), mais les participants sont souvent des personnes qui disposent déjà de formation. Il faudrait s’efforcer d’atteindre les personnes qui risquent d’être exclues des formations.
Dans certains pays, des modifications au niveau de la sécurité sociale et de la fiscalité ont été mises en place pour soutenir la formation continue. En Finlande, le fait qu’une garantie de compétences puisse relever de la sécurité sociale a déjà été évoqué et Mme Grahn-Laasonen constate que réformer la formation continue d’une part et la sécurité sociale d’autre part doivent aller de pair.
HS/A13

Chômage - Emploi

60 000 de chômeurs de moins en un an
Le taux d’emploi s’élevait à 72,6 % en janvier
Helsingin Sanomat note que selon le Centre national d’études statistiques, l’évolution favorable en ce qui concerne l’emploi se poursuit. Le taux d’emploi s’élève à 72,6 % en janvier, contre 72,5 % en décembre.
Le nombre de chômeurs a diminué de 57 000 personnes pour s’élever à 181 000.
Néanmoins ce sont seulement 35 000 personnes de plus qui travaillent.
Le nombre de chômeurs de longue durée a diminué de 27 %.
Le taux de chômage était de 6,8 % en janvier, ce qui est deux points de moins qu’il y a un an. Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans a diminué mais reste toutefois élevé, 15,7 %.
HS/A20

L’objectif des fonctionnaires du ministère de l’Emploi et de l’Economie est un taux d’emploi de 78 % pour les années 2030
Le secrétaire général du ministère de l’Emploi et de l’Economie, Jari Gustafsson, a présenté les vues des fonctionnaires du ministère concernant le marché de travail. Il souhaite que la préparation tripartite des questions entre les organisations des salariés, le patronat et le gouvernement puisse avoir un rôle plus important.
Un taux d’emploi de plus de 78 % dans les années 2030 et un taux de chômage inférieur à 5 % seraient des objectifs pertinents du point de vue de l’accès à la main d’œuvre, du financement du secteur public et de la lutte contre l’exclusion. Pour y arriver, les fonctionnaires estiment que le travail à temps partiel augmentera et que le niveau minimum de la sécurité sociale baissera.
Le rapport souligne l’importance de mesures pour améliorer le taux d’emploi des immigrés, qui est de 10 à 15 % inférieur à la population d’origine finlandaise.
Le taux de chômage finlandais est supérieur à la moyenne européenne, mais la durée de 57 % des périodes de chômage est de moins de trois mois. Parmi les 229 000 chômeurs (selon les statistiques du ministère), 66 000 sont des chômeurs de longue durée.
HS/A28

Islam

Attaque contre une salle de prière à Oulu
Helsingin Sanomat rapporte que selon la police, il y a eu, tôt mardi matin, une attaque contre une salle de prière musulmane à Oulu. Une grenade fumigène a été jetée dans le bâtiment. Selon l’imam Abdoul Mannan, il s’agit du neuvième cas de vandalisme contre ce lieu.
HS/A11

Défense

Les diabétiques ne pourront plus effectuer leur service militaire
L’état-major des forces de défense vient de prendre une décision selon laquelle les diabétiques n’auront plus le droit d’effectuer leur service militaire. La décision a été justifiée par des risques liés à la sécurité du service. Dorénavant, les diabétiques seront systématiquement exemptés du service militaire.
HS27.2.

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Affaire d’Airiston Helmi
Selon Helsingin Sanomat, le ressortissant russe, soupçonné de fraude fiscale aggravée et de blanchiment d’argent dans l’affaire d’Airiston Helmi (société basée dans l’archipel de Turku où avait eu lieu une importante perquisition l’année dernière) depuis septembre dernier, a été libéré de sa détention provisoire. La procédure d’enquête continue et devrait durer très longtemps selon la police.
HS/A15

Mardi 26 février 2019

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Plusieurs Bleus se dissocient avec la position du gouvernement en matière de « sote » - Le parti se réunit en réunion extraordinaire ce matin
Le président du groupe parlementaire des Bleus, Simon Elo, a invité les siens à une réunion extraordinaire sur les positions à l’égard de la réforme sote. En effet, trois députés, dont un membre de la commission des affaires sociales et de la santé, de l’Avenir bleu ont annoncé qu’ils n’étaient plus favorables à la réforme.
HS/A9

Editorial
”La liberté de choisir constitue fois après fois le plus grand problème du projet” HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le destin de la réforme relève désormais de la commission des affaires sociales et de la santé.
Alors que la présidente de la commission des lois constitutionnelles parle de « peaufinage » en matière de questions juridiques constitutionnelles, il s’agit toutefois en partie de points suffisamment importants pour arrêter le projet et liés notamment à la liberté de choisir prévue.
HS/A4

Energie nucléaire

OL 3
Le Stuk d’accord pour accorder l’autorisation d’exploitation
“OL3 bouleversera bientôt le marché d’électricité » KL
Les médias finlandais rendent compte du fait que selon le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire Stuk, une autorisation d’exploitation pourra être accordée à OL 3.
La mise en service du réacteur nécessitera toutefois que certains problèmes liés notamment à des vibrations dépassant les limites soient réglés. Selon Minna Tuomainen du Stuk, TVO réfléchit à deux solutions possibles pour régler le problème.
Il est prévu que la production de l’électricité commence en 2020. OL3 pourra produire 15 % de l’électricité consommée en Finlande.
C’est le gouvernement qui prendra la décision sur la licence d’exploitation pour laquelle il faut l’accord du Stuk.
Stuk supervisera les travaux et vérifiera avant le chargement du combustible, prévu pour l’été 2019, que les travaux de modification ont été effectués et que l’opérabilité de la solution choisie a été testée.
Une fois que le réacteur OL3 démarre, il aura un effet sur le marché énergétique, rappelle Kauppalehti. Actuellement, 27 % de l’électricité consommée en Finlande est produite par l’énergie nucléaire. Avec OL3, la part s’élèvera à 40 %.
HS/A25, AL/A12, KL/A8

Sûreté nationale

Le ministre de l’Intérieur intervient sur la question de la surveillance à Supo
Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen est intervenu lundi sur la pratique de la surveillance de la légitimité à Supo (Sûreté nationale) qui est effectuée par deux fonctionnaires du ministre de l’Intérieur actuellement détachés de la Supo. Mykkänen porte la responsabilité sur les activités de Supo
En effet, selon les informations du quotidien Helsingin sanomat, le directeur adjoint de Supo et son subordonné, l’inspecteur en chef Heli Heikkola, tous deux détachés de leurs fonctions à la sûreté nationale, ont procédé à une inspection à Supo notamment en novembre 2018. Les deux fonctionnaires détiennent un emploi à durée indéterminée à Supo et peuvent par conséquent y retourner dès que leur tâche au ministère se termine dans quelques années.
Le secrétaire d’Etat du ministère de l’Intérieur, Ilkka Salmi, justifiait la pratique en prétendant que ces personnes avaient la compétence requise pour effectuer cette tâche. Par contre, le professeur émérite de l’Université de Helsinki, Olli Mäenpää, estime que la situation est « très problématique ». « Une inspection crédible et efficace fait également figure d’une surveillance impartiale. Une surveillance accomplie par des fonctionnaires qui surveillent leur propre établissement pose un problème de crédibilité », affirme le professeur.
Selon Mäenpää, l’essentiel du problème réside dans le fait que dans quelques années, ces mêmes haut-fonctionnaires retourneront à leurs postes de premier rang à Supo. Il ne comprend pas les justifications de la direction du ministère de l’Intérieur sur une compétence extraordinaire de ces fonctionnaires de Supo.
HS/A11

Think Tank Sitra

« Sitra dispose-t-il de trop d’argent ? » HS
Sitra, un think tank dont le Parlement a fait don aux Finlandais en 1967, à l’occasion des 50 ans de l’indépendance du pays, dispose d’un capital de 800 millions d’euros. Ce capital n’a pas été concerné par les coupes et les économies mises en place ces dernières années.
Un comité parlementaire présidé par Matti Vanhanen, Centre, est en train d’étudier l’administration de Sitra, et éventuellement sa taille.
Le PSD a déjà évoqué que 360 millions d’euros du capital de Sitra soient transférés ailleurs.
Le rôle et les missions de Sitra ont varié selon le directeur. Au début, il a financé la R&D (c’est Tekes notamment qui a pris le relais plus tard), ensuite il s’est mis au placement de capitaux. Aujourd’hui, il peut être qualifié de think tank en matière de questions d’avenir.
En 2018, il a utilisé 37 millions d’euros aux salaires et à de nombreux projets. A titre de comparaison, l’institut national de recherche économique Vatt, le think tank Demos ou l’institut de recherche économique Etla ont chacun un budget annuel de 4 à 5 millions d’euros.
Helsingin Sanomat relève que c’est un peu le hasard qui fait que le capital de Sitra soit aussi important. Au début des années 1990, l’Etat lui a fait don d’actions de Nokia. Les actions vendues et les dividendes lui ont rapporté 460 millions d’euros de 1992 à 2016.
Un autre rapport sur Sitra est en cours de préparation, et il s’agit d’une première évaluation effectuée par une instance extérieure depuis 2011.
HS rappelle que la mission de Sitra est d’assurer un avenir durable et compétitif pour la Finlande. Son capital d’origine s’élevait à 167 millions d’euros. Il emploie actuellement 180 personnes. Beaucoup de personnel est recruté ad hoc pour des projets d’un an ou de deux.
HS/20.2/A7

Santé

Mutilation sexuelle féminine
Helsingin Sanomat rend compte du fait que des dizaines de femmes subissent une intervention permettant l’accouchement seulement à la maternité. Des représentants médicaux estiment qu’il faudrait plus activement proposer une telle intervention aux femmes concernées durant la grossesse et dès avant qu’elles soient enceintes.
L’institut national de santé publique THL établit depuis 2017 des statistiques concernant les mutilations sexuelles féminines dans le contexte d’un accouchement. En 2017, plus de cent femmes mutilées ont donné naissance, mais il manque dans les chiffres la région de Helsinki qui compte 15 000 naissances par an. Ainsi, il est probable que le chiffre soit bien plus élevé en réalité.
THL a publié, en février, un nouveau programme de lutte contre les mutilations génitales.
HS/A15

Social

Grève annulée dans le transport maritime
Helsingin Sanomat note que la menace de grève du syndicat des marins a été annulée.
HS/A15

Sécurité sociale

Les chercheurs proposent une nouvelle expérimentation sur la sécurité sociale
Le ministère des Finances annonce qu’un groupe de travail des chercheurs, dont Tuomas Matikka du Centre de recherche économique de l’Etat et Tuomas Kosonen du Centre de recherche des salariés, propose une nouvelle expérimentation sur la sécurité sociale afin de connaître les facteurs qui promeuvent l’emploi.
Selon M. Matikka, il s’agit d’une expérience plus structurée que celle sur le revenu universel en ce qui concerne l’incitation à la recherche d’emploi.
vn.fi

Présidence

M. Niinistö sera opéré demain
Helsingin Sanomat relève que la chancellerie du Président annonce que M. Niinistö sera opéré demain mercredi. Il subira une opération de la hanche.
Selon la chancellerie, le Président s’occupera de ses tâches normalement mais ne pourra pas prendre l’avion pendant un mois.
HS/A15

Démographie

Projection démographique pour 2040
Helsingin Sanomat rapporte que selon une nouvelle projection démographique, il n’y aura en 2040 que trois régions où le nombre de la population augmente considérablement.
Dans la région d’Helsinki, le nombre d’habitants (783 637 en 2017) croitrait d’ici 2040 de 21,8 %, dans la région de Tampere de 12,4 % et dans la région de Turku de 10 %.
Dans les régions de Lahti, Joensuu et Vaasa le nombre d’habitants diminuerait en même temps de près de 1%.
Le nombre d’habitants de la région d’Helsinki croitrait, d’ici 2040, de 270 000 personnes mais ailleurs en Finlande seulement de 90 000 personnes au total.
La projection a été effectuée par la société de conseil au développement régional MDI. Selon le chercheur Timo Aro, les changements dans la natalité sont le facteur plus important dans le développement de la démographie.
HS/sam/B8

Lundi 25 février 2019

Politique étrangère et européenne

Politique commerciale

Droits de douanes américain sur les véhicules : la Finlande serait touchée
Yle rapporte que l’UE attend avec effroi une éventuelle décision américaine de taxer les véhicules européens importés.
Cela toucherait principalement les véhicules de marques allemandes qui sont construits en Europe.
Mais si Daimler décidait de diminuer sa production, cela toucherait en première ligne l’usine Valmet Automotive de Uusikaupunki (Sud-Ouest de la Finlande).
En effet, les exportations de ces voitures montées en Finlande vont principalement aux Etats-Unis. Selon les douanes finlandaises, presque toute la production de cette usine de Mercedes Benz était destinée, via l’Allemagne, au marché américain.
Selon les douanes américaines, jusqu’en novembre 2018 on y a importé des véhicules de Finlande pour une valeur de 1,5 milliard d’euros, avec une augmentation de 70% sur un an.
En cas de droits de douanes sur l’importation de véhicules, les principales victimes des Etats-Unis seraient le japon et l’Allemagne. Les véhicules européens représentent 22% des véhicules importés aux Etats-Unis ; les véhicules de Finlande représentent 1%.
Yle

Défense

La Finlande achète des missiles pour ses futurs bâtiments de guerre
La Finlande envisage d’acheter, pour ses bâtiments de guerre de la classe Pohjanmaa qui sont en cours de conception, un système de défense aérienne américain ESSM (Evolved Seasparrow Missile) dont le prix détaxé s’élève à 83 millions d’euros.
Le ministère ne publie pas le nombre des missiles achetés. Néanmoins, selon le ministère de la défense américain, la Finlande avait demandé, il y a un an, l’autorisation d’acheter 68 missiles Seasparrow avec leurs équipements.
HS22.2/A14

Point de vue : Les voisins alignent leurs armes
L’analyse de la situation de l’armée de l’air suédoise pour l’année 2025 véhicule un intéressant message caché, écrit Joonas Kuikka, journaliste de Lännen Media.
La défense du sud de la Suède commencerait par des batailles aériennes au-dessus de la mer Baltique. En même temps, la carte publiée indique que la Finlande aurait une grande responsabilité quant à la protection du nord-est de la Suède. Il est donc facile de comprendre que, pour la Suède, une collaboration militaire étroite et une forte défense finlandaise s’avèrent importantes.
Dans son Livre blanc, la Finlande soulève deux pays au-dessus des autres : la Suède et les Etats-Unis. Avec ces derniers, la Finlande entretient une collaboration dans le domaine du matériel militaire, et des exercices communs sont organisés. Néanmoins, la Suède possède une place singulière : aucune restriction n’a été dressée à la coopération finno-suédoise. Par ailleurs, la Finlande a de nombreux accords bilatéraux ou multilatéraux, notamment avec la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France.
A l’heure actuelle, la Finlande possède une meilleure capacité de recevoir et de donner une aide militaire internationale grâce à la loi adoptée en 2017. Ce n’est pas encore le cas en Suède. La Finlande et la Suède pensent toutes deux que la possibilité d’une aide provenant du voisin augmente la dissuasion face à une éventuelle attaque. Ainsi l’adversaire devra entrevoir le risque que l’UE, et l’OTAN par son intermédiaire, pourraient se mêler au conflit.
AL25.2/A12

Les Wallenberg s’intéressent à la Finlande et à sa ministre des Transports
La proposition de la Banque suédoise SEB de demander à la ministre finlandaise des Transports, Anne Berner, de faire partie de son conseil d’administration n’est pas passée inaperçue en Finlande. La SEB se réjouit de la réponse positive de Berner.
Le président du conseil d’administration de SEB, Marcus Wallenberg est également le président du conseil d’administration de Saab qui propose son avion de combat Jas Gripen à la défense nationale finlandaise, souligne Kauppalehti.
KL25.2/3A

Politique intérieure

Protection des données

Ouverture du registre des passeports à la police ?
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a l’intention d’élargir considérablement l’accès de la police aux informations confidentielles des personnes privées. Il s’agit des mesures envisagées pour empêcher les crimes sexuels surtout après les évènements récents à Oulu et à Helsinki. Le gouvernement compte étudier la possibilité d’ouvrir à la police le registre des photos et empreintes des passeports dans l’étude des crimes graves.
Le médiateur à la protection des données Reijo Aarnio s’inquiète du projet de loi qui, selon lui, donnerait à la police la possibilité de recueillir « toutes les informations possibles sur tout le monde ».
La commission des lois constitutionnelles a été très critique en janvier dans son avis sur le projet de loi qui est actuellement étudié par la commission des affaires administratives.
HS/lunA12

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission des lois constitutionnelles a rendu son avis
Une vingtaine de modifications
La commission des affaires constitutionnelles a rendu, vendredi, son rapport sur les lois qui constituent la réforme des services sociaux et de santé. Elle a relevé une vingtaine de points qui nécessitent d’être précisés avant que le Parlement puisse voter ces lois. La commission des affaires constitutionnelles juge toutefois que les modifications qu’elle demande sont réalisables par la Commission des Affaires sociales et de la santé.
Selon les commentateurs, ces modifications portent notamment sur des points délicats de la réforme et il semble difficile de les réaliser avant la fin de la législature. En effet, le Parlement ne se réunit plus que jusqu’au 15 mars et le présidium du Parlement a fixé que les derniers projets que l’on souhaitait soumettre au vote en séance plénière devaient être bouclés au plus tard le 5 mars.
Helsingin Sanomat estime que la question sur le fait de savoir s’il est indispensable de demander l’avis de la Commission européenne pour s’assurer que le projet d’ouverture à la concurrence des services sociaux et de santé ne va pas à l’encontre du droit européen est parmi les plus épineuses. Selon la commission des lois constitutionnelles, il y a trop d’incertitude sur cette question.
La commission n’est pas en mesure de dire si la protection en cas de faillite prévue pour des établissements publics serait contraire au droit européen du fait qu’elle fausserait la concurrence avec les entreprises privées. Evaluer ce point relève de la Commission européenne, et il revient au gouvernement de faire une notification auprès d’elle pour le demander.
Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas souhaité le faire et des spécialistes de droit européen s’étonnent de cette position qu’ils qualifient de « têtue ».
La cour administrative suprême avait constaté, dès décembre 2017 qu’une notification était indispensable. En juillet dernier, quatre professeurs de droit l’on rappelé à leur tour, mais le secrétaire d’Etat aux finances, M. Hetemäki, ainsi que le secrétaire général du ministère de la Justice, M. Timonen ont affirmé que, selon eux, une notification n’était pas nécessaire.
Aujourd’hui, des professeurs rappellent que cela fait longtemps que les experts juridiques soulignent la nécessité de demander l’avis de la Commission européenne.
Pour le reste, il semblerait que même si on parle de « peaufinage » des projets de lois, la commission des Affaires sociales et de la santé n’aura pas le temps de faire les modifications nécessaires.
Il faudrait donc que quelqu’un porte la responsabilité du fait que la réforme n’aboutira pas, demande le tabloïd Iltalehti qui estime que le coupable tout désigné par la majorité serait certainement Krista Kiuru, la présidente sociale-démocrate de la commission des affaires sociales et de la santé.
HS, IL, AL, Uusisuomi

Sécurité sociale

Réformes des aides
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail de hauts fonctionnaires, présidé par la secrétaire d’Etat Paula Lehtomäki, désigné il y a un an et demi, rendra aujourd’hui son rapport sur la réforme de la sécurité sociale.
Selon l’analyse du quotidien, tous les partis politiques souhaitent diminuer la bureaucratie et simplifier « la jungle des aides ». Il semble toutefois qu’il n’y aura pas de grande réforme pendant la prochaine législature. Il s’agirait en effet de réunir quatre prestations : les deux allocations de chômage de base, l’indemnité d’arrêt-maladie et l’allocation de garde d’enfant.
Ces quatre prestations ne représentent que 3,9 milliards d’euros, soit moins de 10 % de toutes les prestations annuelles dont le coût s’élève à 42,6 milliards d’euros.
Les partis politiques ne veulent pas toucher aux prestations proportionnelles aux cotisations ni aux retraites.
Liisa Siika-aho, directrice de l’unité des prestations au ministère des Affaires sociales et de la Santé, souligne qu’une réforme de la sécurité sociale est difficile. Un groupe de travail ambitieux avait déjà échoué à présenter une réforme il y a dix ans.
Mme Siika-aho estime qu’au lieu de réformer les aides, on devrait réformer les services.
HS/lun/A10

Elections législatives

Les Vrais Finlandais ont présenté leur programme électoral
Selon Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a présenté vendredi dernier le programme électoral de son parti.
Les Vrais Finlandais souhaitent se distinguer des autres partis surtout dans la politique climatique. Selon un sondage effectué par le parti, les Finlandais ne sont pas prêts à payer la facture de la politique climatique des autres partis, par exemple par une augmentation du prix de l’énergie ou du chauffage.
Les Vrais Finlandais sont le seul parti qui souhaite mettre fin à l’endettement de l’Etat. Ils souhaitent faire des économies en arrêtant l’immigration humanitaire et en investissant cet argent dans les soins aux personnes âgées.
Les Vrais Finlandais promettent augmenter le nombre de policiers et de diminuer la taxe sur l’électricité, ce qui coûterait 600 millions d’euros par an.
HS/sam/A15

Vendredi 22 février 2019

Politique étrangère et européenne

Conseil de l’Europe

Mme Belloubet à Helsinki
Selon un communiqué de presse publié par le ministère finlandais des Affaires étrangères, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Justice organiseront, en coopération avec le Conseil de l’Europe, une conférence sur les effets du développement de l’intelligence artificielle sur les droits de l’homme, la démocratie et l’état de droit les 26 et 27 février à Helsinki au palais Finlandia, dans le cadre de la présidence finlandaise du Conseil de l’Europe.
La ministre française de la Justice Nicole BELLOUBET, Garde des sceaux, participera à la conférence, de même que le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjørn Jagland et les ministres finlandais des Affaires étrangères et de la Justice, Timo Soini et Antti Häkkänen.
mae.fi

ONU

ONU Femmes
La directrice exécutive d’ONU Femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka effectuera une visite en Finlande les 25 et 26 février.
Elle aura des entretiens avec le Président Sauli Niinistö et la ministre du Commerce extérieur et du Développement Anne-Mari Virolainen, ainsi qu’avec Päivi Sillanaukee, secrétaire générale au ministère des Affaires sociales et de la Santé, et Elina Kalkku, sous-secrétaire d’Etat au MAE.
mae.fi

Politique intérieure

Gouvernement

Parti du centre
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire du Centre, réuni jeudi, a décidé à l’unanimité que la ministre des Transports Anne Berner conserverait son portefeuille jusqu’à la fin de la législature.
Mme Berner serait nommée au conseil d’administration de la banque suédoise SEB, dont le plus grand actionnaire est Investor, société d’investissement de la famille Wallenberg. La banque a annoncé jeudi que le mandat de Mme Berner ne commencerait pas avant le 1er juin prochain.
Selon le chancelier de la justice Tuomas Pöysti, il n’y a pas d’opposition juridique à la nomination de Mme Berner après la fin de la législature.
L’annonce du futur emploi de Mme Berner a suscité beaucoup de critiques et de spéculations parmi les centristes et dans les médias.
HS/A11

Propos du ministre Niinistö
Helsingin Sanomat relève que selon le Premier ministre Juha Sipilä, les propos du ministre de la Défense Jussi Niinistö (Vrais Finlandais) sur les experts de la Constitution, notamment le professeur Martin Scheinin, liés à l’étude du projet de loi sur le renseignement, ont suscité une plainte auprès du chancelier de la justice.
« Je ne partage pas les opinions du ministre Niinistö », a annoncé M. Sipilä devant le Parlement. La présidente du Parlement Paula Risikko a condamné antérieurement les propos méprisants du ministre.
Les présidents des groupes parlementaires de quatre partis de l’opposition – le PSD, les Verts, l’Alliance des gauches et le Parti suédois – ont envoyé jeudi une lettre ouverte au Premier ministre concernant les déclarations problématiques du ministre Niinistö.
HS/A11

Réforme Sote

Mme Lapintie est optimiste
Selon Helsingin Sanomat, la présidente de la commission des lois constitutionnelles Annika Lapintie estime que la rédaction de l’avis de la commission sur la réforme des services sociaux et de la santé pourrait être terminée vendredi : « Notre objectif est de terminer vendredi. Je commence à y croire moi-même. »
La commission des lois constitutionnelles, qui étudie de nouveau la réforme depuis novembre dernier, est censée évaluer la conformité des projets de loi à la Constitution.
HS/A11

Partis politiques

Commentaires sur le sondage d’HS
Helsingin Sanomat, qui a publié hier un sondage sur les intentions de vote en vue des élections législatives, rend compte des commentaires des représentants de trois partis, le Rassemblement national, le Centre et des Vrais Finlandais, sur les résultats.
Kalle Jokinen, président du groupe parlementaire du Rassemblement national, estime que le résultat du parti (18,6 %, soit -0,9 % par rapport au dernier sondage) est bon, même surprenant, étant donné le débat récent sur les soins aux personnes âgées où le Rassemblement national a été beaucoup critiqué. M. Jokinen juge que la lutte pour le poste de Premier ministre entre le PSD et le Rassemblement national sera rude.
La secrétaire générale du Centre Riikka Pirkkalainen admet que le score du Centre est tout simplement mauvais 14,7 %, -0,9 %). Pour elle, la baisse considérable des intentions vote en faveur du Centre au cours de la législature est un mystère, car le parti a tenu la plupart de ses promesse électorales une fois arrivé au gouvernement.
La secrétaire générale des Vrais Finlandais Riikka Slunga-Poutsalo estime que le bon score de son parti (11,4 %, +1,7 %) est le résultat logique de la politique des Vrais Finlandais. Les questions de l’immigration et des soins aux personnes âgées sont à l’agenda du parti depuis longtemps.
HS/A8

France

Politique

M. Finkielkraut
Turun Sanomat publie un article sur le philosophe Alain Finkielkraut, les gilets jaunes et l’antisémitisme.
TS/15

Jeudi 21 février 2019
Politique étrangère et européenne

Combattants de Daech

Des ressortissants finlandais parmi les enfants de combattants de Daech
Selon le ministre de l’Intérieur, on part du principe que les combattants gardent leur nationalité - Le Parlement est en train d’étudier une proposition du gouvernement selon laquelle un binational pourrait perdre sa nationalité finlandaise pour des activités terroristes
Il est fort probable qu’il y ait des enfants de djihadistes dans les camps de réfugiés syriens et irakiens, dont l’un ou les deux parents sont finlandais. Selon les estimations des autorités finlandaises, plus de dix enfants ayant un lien avec la Finlande auraient pu naître dans la zone de conflit.
Selon un rapport du ministère de l’intérieur, sur les 80 personnes qui se sont rendues dans la zone de conflit, une vingtaine seraient des femmes et une trentaine des enfants dont une partie serait déjà adultes aujourd’hui. La Supo estime qu’au moins une partie de ces personnes envisage un retour en Finlande
Parmi les 800 personnes détenues en Syrie, il n’y aurait pas de Finlandais, selon le ministère de l’Intérieur.
Le Premier ministre Juha Sipilä a déclaré, dimanche, que la Finlande ne souhaitait pas accueillir des membres de Daech détenus. Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini a affirmé qu’il n’avait aucune sympathie à l’égard des « revenants » et d leurs familles.
Selon la loi, on ne peut toutefois pas les empêcher de revenir. Les enfants aussi sont des nationaux finlandais, or, prouver les liens de famille peut s’avérer compliqué. HS note que selon Mme Tarja Minkkinen, du ministère de l’Intérieur, les responsabilités de l’Etat en matière de protection des enfants sont plus vastes que s’agissant des adultes. Les mineurs sont également protégés par la convention de l’ONU sur les droits des enfants, et par la législation finlandaise sur la protection de l’enfance.
Le ministère des Affaires étrangères relève qu’il n’a pas eu de cas similaires à celui de la Britannique Shamima Begum. Mais le ministère se prépare à cette éventualité, selon le chef de la communication Vesa Häkkinen.
Il n’y aura pas de solutions rapides car la Finlande ne dispose pas de consulat en Syrie. L’ambassade à Ankara n’est pas en mesure d’apporter son soutien à d‘éventuelles évacuations.
Quant aux procès et peines concernant les « revenants » qui auraient commis de crimes, HS relève qu’il sera difficile de réunir les témoignages et preuves, ce qui risque d’aboutir à des peines bien légères au regard de la gravité des soupçons. Si les suspects devaient être libérés, ils constitueraient une menace terroriste du fait qu’ils sont radicalisés.
Selon le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen, le niveau d’indices n’aura pas besoin d’être très élevé pour entamer des enquêtes pour suspiscion de terrorismes. M. Mykkänen note qu’il y a étonnamment peu de « revenants ».
Il estime que le débat sur les revenants de Daech montre l’importance et la nécessité de la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité finlandaise d’une personne ayant commis un acte terroriste.
HS/A20-21, Yle

Défense

Boeing propose un avion de combat électronique spécial
Le fabricant d’avion Boeing propose officiellement à la Finlande la version électronique de son avion de combat multifonctions Super Hornet. Boeing a fait savoir lundi (18.2.) que le ministère de la Défense américain a autorisé Boeing et la marine américaine à proposer à la Finlande la possibilité d’acheter des avions EA-18G Growler qui ferait partie de la réponse à l’appel d’offre du projet HX des Finlandais.
Il s’agit d’un avion de combat électronique biplace capable d’interférer, de tromper et d’intimider les systèmes électroniques de l’adversaire. Growler est utilisé par la marine américaine et l’armée de l’air australienne.
Dans son communiqué Boeing ne précise pas comment sa réponse à l’appel d’offre est répartie entre les F/A-18E et les Growler.
L’appareil de Boeing est un des cinq candidats en lice pour l’acquisition HX de la Finlande.
AL/19.2/A14

Le plus grand exercice militaire des armées de terre finlandaise et suédoise sera organisé en mars
La Finlande envoie en Suède à cet effet plus de 1 500 soldats et environ 500 véhicules dont cent chars d’assaut. L’exercice est organisé près de la frontière finlandaise à Norrbotten dans le nord de la Suède.
Il s’agit du plus grand exercice d’armée de terre de tous les temps dans le cadre de la coopération entre la Finlande et Suède.
Les troupes finlandaises qui participent à l’exercice viennent surtout de la brigade blindée, de la brigade des chasseurs, de la brigade de Kainuu et de la brigade de Pori. L’exercice Northern Wind rassemble cinq pays : la Suède, la Finlande, la Norvège, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. C’est le principal exercice militaire de l’armée de terre suédoise qui accueille 10 000 soldats et civils dont 7 000 soldats étrangers.
Les troupes finlandaises rejoignent les soldats suédois et complètent ainsi une brigade suédoise. Cela était déjà arrivé lors de l’exercice Trident Juncture organisé l’automne dernier en Suède et en Norvège.
L’exercice aura lieu en même temps que l’exercice principal de l’armée de l’air suédoise Flygvapenövning dans le nord de la Suède et de la Finlande. Il s’agit d’un exercice distinct, néanmoins coordonné avec Northern Wind.
HS/19.2/A8

Loi sur le renseignement

Le chancelier de la Justice et l’ombudsman du Parlement sur la même ligne que les spécialistes de la Constitution
Le chancelier de la Justice, Tuomas Pöysti, et l’ombudsman du Parlement, Petri Jääskeläinen, recommandent aux commissions parlementaires concernées de compléter la régulation concernant la surveillance des activités des citoyens sur internet. Pour eux, il faut plus de précisions concernant les recherches de la Sûreté nationale et du renseignement militaire lorsqu’ils filtrent les communications dépassant les frontières.
Les professeurs Juha Lavapuro et Martin Scheinin, experts consultés par la commission constitutionnelle, ont évoqué le ciblage du renseignement et la restriction des éléments de recherche en matière de télécommunications, et la définition de ces questions dans la loi.
Concernant les propos du ministre de la Défense Jussi Niinistö critiquant les interventions des deux professeurs, HS a demandé au Premier ministre Sipilä s’il les trouvait justes. Pour M. Sipilä, on est sur la limite. Il rappelle que c’est le gouvernement qui jouit de la confiance du parlement est non pas l’inverse. Il ne relève pas du gouvernement d’aiguiller les actions du Parlement ni les spécialistes que celui-ci utilise, a-t-il dit.
HS/A10-11

Elections européennes

Rencontre des Premiers ministres libéraux
Yle rend compte du fait que la rencontre en Finlande des Premiers ministres libéraux, à la veille des européennes, aurait pu être importante, mais qu’elle a suscité très peu d’intérêt dans les médias. Etonnée, Susanna Turunen écrit dans son analyse que les libéraux devront œuvrer pour convaincre les électeurs.
M. Sipilä avait invité ses collègues libéraux pour évoquer les défis actuels et futurs de l’UE. Ses homologues hollandais, estonien, danois, slovène et belge sont venus à Helsinki. M. Sipilä a dit que ces pays-là étaient les derniers à défendre le marché intérieur, à être d’accord sur le développement de l’UEM et sur le commerce. Le Hollandais Rutte a souligné l’importance de rester ensemble afin que l’unité, l’économie de marché libre et le modèle social puissent survivre. Il fallait, selon lui, rendre ce message d’autant plus clair dans le contexte du Brexit.
Yle

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage d’HS
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage sur les intentions de vote, effectué pour le compte du quotidien par l’institut Kantar TNS. Le sondage a été effectué auprès de 2 688 personnes entre le 14 janvier et le 14 février, au moment où le débat sur les soins aux personnes âgées avait déjà commencé.
Les intentions de vote en faveur des Vrais Finlandais ont augmenté le plus, 1,7 %, et le Centre et le Rassemblement national ont perdu 0,9 %.
Le PSD est encore en tête avec un score de 20,8 %. Il y a une baisse de -0,1 % par rapport au sondage précédent publié à la mi-janvier. Le PSD est suivi du Rassemblement national qui obtient 18,6 % (-0,9 %) et du Centre qui obtient 14,7 % (-0,9 %).
Les Verts arrivent quatrièmes avec 13,6 % (+0,7 %), avant les Vrais Finlandais qui obtiennent 11,4 % (+1,7 %) et l’Alliance des gauches à 8,7 % (-0,7 %).
Le Parti suédois reste à 4,3 % et les Chrétiens-démocrates à 4,0 %. Les Bleus arrivent en dernier avec 1,0 % (-0,1 %).
Les intentions de vote en faveur des trois partis du gouvernement – le Centre, le Rassemblement national et les Bleus – ne s’élèvent qu’à 34,3 %, contre 57 % au début de la législature et 47 % aux élections municipales de 2017.
L’absence du président du PSD Antti Rinne ne semble pas avoir eu beaucoup d’effet sur les intentions de vote du PSD. Il n’y a pas non plus eu de grands débats télévisés entre les présidents des partis.
Le score du Centre est le plus bas depuis décembre 2011. Le quotidien estime qu’il y a surtout eu un transfert des électeurs du Centre vers les Vrais Finlandais.
Les Vrais Finlandais gagnent des électeurs surtout dans la circonscription d’Oulu. Il y a quatre ans, le Centre y avait obtenu 40 % des voix et Juha Sipilä avait été la locomotive de toute la Finlande avec 31 000 voix.
Selon le chercheur Ville Pitkänen, il semble qu‘un quart des électeurs restent fidèles et votent toujours pour le même parti aux élections législatives.
HS/A6-7

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que le nationalisme est en hausse en Europe et aussi en Finlande, vu l’augmentation des intentions de vote en faveur des Vrais Finlandais. Leur score est le plus élevé depuis l’automne 2015.
HS souligne que le résultat des Vrais Finlandais est en général meilleur lors des élections que lors des sondages qui les précèdent.
HS/A5

Gouvernement

L’avenir de Mme Berner
Selon Turun Sanomat, le groupe parlementaire du Centre se réunira pour évoquer la situation de la ministre des Transports Anne Berner. Mme Berner vient d’annoncer qu’elle ne se représenterait plus aux élections législatives et, de plus, la banque suédoise SEB propose la nomination de Mme Berner à son conseil d’administration. Cela a beaucoup irrité les députés centristes. Le premier ministre Juha Sipilä a toutefois soutenu Mme Berner.
TS/12

Crimes sexuels

Le gouvernement a établi une liste de mesures pour prévenir ce genre de criminalité
Peines durcies et surveillance accrue des demandeurs d’asile dans l’attente d’un retour dans leur pays d’origine
Le gouvernement envisage d’augmenter les ressources de la police en ligne, durcir les peines concernant les crimes sexuels et améliorer la coopération entre les autorités, afin de lutter contre les crimes sexuels. Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen a présenté avec les députés centriste Antti Kurvinen, et de l’Avenir bleu Simon Elo, les mesures de lutte contre ces crimes et contre les crimes commis par les immigrés.
Il s’agira aussi de rendre internet plus sûr pour les enfants en « vaccinant » les jeunes contre les tentatives de séduction en ligne d‘adultes.
Des crédits sont prévus pour le soutien des victimes.
Il est prévu d’agir contre la criminalité des immigrés aux moyens de la législation sur les étrangers et de la politique d’asile. Les antécédents criminels de demandeurs d’asile seront mieux pris en compte dans le cas de décisions sur un permis de séjour au motif de protection internationale.
La surveillance de demandeurs qui attendent d’être renvoyés dans leurs pays sera renforcée. Plus d’information sur la société finlandaise sera dispensée dans les centres d’accueil.
Le gouvernement envisage de modifier la législation sur les étrangers de façon à permettre d’annuler le permis de séjour d’une personne résidant à l’étranger dans le cas où elle serait considérée comme un risque pour la sécurité nationale.
M. Kurvinen a rappelé que les auteurs de crimes sexuels contre des mineurs ne sont pas uniquement d’origine étrangère. A Oulu, il y a eu plusieurs cas où des hommes d’origine immigrée sont soupçonnés d’abus sexuel et de viol.
HS/A11

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que c’est la proximité des élections qui fait que le gouvernement et les partis représentés au Parlement ont réagi aussi rapidement aux violences contre des mineurs. L’éditorialiste regrette que le gouvernement y ait vu l’occasion de durcir sa politique d’immigration, plutôt que d’intervenir dans la criminalité sexuelle plus généralement.
HBL/4

Mariage

Le Parlement d’accord avec le ministre de la Justice pour mettre fin aux mariages avec un mineur
Le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, Rass. national, a proposé de supprimer la procédure exceptionnelle permettant un mariage avec un mineur. Pour lui, il faut que les enfants puissent rester des enfants jusqu’à ce qu’ils soient adultes.
La législation en la matière devrait entrer en vigueur aussi rapidement que possible.
Ces derniers temps, les autorisations de mariage pour des mineurs ont majoritairement concerné des filles de 17 ans. Pour la plupart, les motivations étaient religieuses.
HBL/12

France – Finlande

Culture

Exposition de František Kupka
Helsingin Sanomat publie un article de trois pages sur l’exposition de František Kupka à Ateneum. L’exposition, réalisée en coopération avec la Réunion des Musées Nationaux et du Grand Palais, sera ouverte du 22 février au 19 mai.
HS/B1-3

France

Politique

Editorial
« En France, le mouvement qui défie est défié » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte du fait que les manifestations des gilets jaunes commencent à tourner contre leurs objectifs avec les évènements du week-end dernier.
Si les gilets jaunes sont associés à l’antisémitisme et la violence dans l’esprit des Français, il sera difficile d’en tirer un bénéfice politique, ce qui servirait les intérêts du Président Macron.
HS/A4

Mercredi 20 février 2019

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Présidence finlandaise
Le Premier ministre Juha Sipilä a reçu hier trois Premiers ministres européens, Marjan Sarec de Slovénie et Mark Rutten des Pays-Bas.
Les entretiens ont porteront sur les thèmes principaux de la présidence finlandaise,l’avenir de l’UE et la promotion de l’économie circulaire.
Les Premiers ministres participeront, également à Helsinki, à la réunion des Premiers ministres de l’ALDE.
Vn.fi

Prise de décision dans l’UE

Editorial
« L’unanimité constitue un défi pour une Europe divisée » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que l’UE pourrait devenir plus efficace et plus dynamique avec un nombre plus important de décisions à majorité qualifiée. Mais pour y arriver, il faudrait l’unanimité.
L’éditorialiste note que l’Avenir bleu qui s’oppose à ce que la Finlande soutienne une application plus étendue de la majorité qualifiée, n’est pas seul, car notamment les partis eurosceptiques dans différents pays s’y opposent.
L’éditorialiste estime que le fait d’avancer à des rythmes différents dans l’UE créé des divisions entre les Etats membres et diminue les possibilités de parler d’une seule voix concernant les questions importantes. La décision à la majorité qualifiée permettrait de rendre la prise de décision plus efficace et plus rapide ce qui permettrait à son tour d’agir rapidement.
HBL/4

Combattants de Daech

La Finlande ne peut pas refuser d’accueillir les revenants
Hufvudstadsbladet relève qu’il n’est pas possible pour la Finlande de ne pas accueillir ses citoyens qui seraient partis combattre dans les rangs de Daech s’ils reviennent en Finlande.
La Sûreté nationale propose de revoir la législation concernant le terrorisme de façon à prévoir plus de peines. Sinon, la Finlande peut devenir attrayante pour ces combattants.
Selon Tarja Mankkinen du ministère de l’Intérieur, il n’est pas possible d’agir contre la loi qui ne prévoit pas d’empêcher les nationaux ni les détenteurs d’un permis de séjour en Finlande de revenir. S’agissant de crimes commis ou de soupçons de crimes, il faut saisir un tribunal. Il est important, selon Mme Mankkinen, de punir les personnes pour les crimes qu’elles ont commis.
La législation qui pénalise le fait de partir à l’étranger dans un objectif terroriste, ou de financer des activités terroristes est entrée en vigueur en décembre 2016. La plupart des combattants en question sont partis avant cette date et la loi ne peut pas être appliquée rétroactivement.
HBL relève que 85 personnes sont partis de Finlande en Syrie et en Irak, dont 20 sont déjà revenues en Finlande alors que 15 à 20 seraient décédées. Plusieurs dizaines seraient en instance de retour possible, dont des femmes et des enfants nés là-bas.
HBL/6

Droits de l’homme

La CEDH demande un rapport à La Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que la Cour européenne des droits de l’homme demande un rapport à la Finlande concernant le cas d’un Irakien expulsé qui a été tué en Irak en décembre 2017, trois semaines après son expulsion suite à une décision négative sur sa demande d’asile en Finlande.
L’appel à la DEDH a été fait par la fille de la personne expulsée qui vit en Finlande.
HS/A11

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

L’opposition serait prête à adopter des parties importantes de la réforme
Selon Hufvudstadsbladet, l’opposition souhaite rejeter le modèle sur la liberté de choisir, mais à part cela, une grande partie de la réforme « sote » pourrait être avancée.
Le président des Verts, Pekka Haavisto, estime que le projet n’aboutira pas durant la législature actuelle, et souhaite réunir les partis pour des discussions sur le fait de savoir comment avancer par la suite.
Maria Guzenina-Richardson, PSD, estime qu’il ne s’agira pas de repartir de zéro. Les 18 régions conviennent à la plupart. Mis à part les Démocrates-chrétiens et les Vrais Finlandais, les partis souhaitent prévoir le droit d’imposition pour les régions. L’opposition souhaite toutefois que l’on se concentre, dans un premier temps, sur les soins et que l’on laisse les transferts d’autres fonctions pour une phase ultérieure.
M. Haavisto note que les Verts promeuvent 12 régions mais qu’il leur est possible d’accepter les 18 régions actuellement prévues. Il souligne l’importance de prendre en compte les besoins spécifiques dans la région de la capitale. Arja Juvonen (Vrais Finlandais) séparerait Helsinki du reste de la région d’Uusimaa, pour des raisons démographiques et économiques.
Mme Guzenina-Richardson rappelle que, pour des experts, les 18 régions seraient trop nombreuses. Elle estime, à l’instar d’Anna-Maja Henriksson (Parti suédois), qu’il faut maintenir pour les communes le droit de produire des services sociaux et de santé, tandis que Li Andersson (Alliance des gauches), y est opposée.
Pour plusieurs partis de l’opposition, il serait envisageable d’introduire un chèque ou un budget personnel pour les soins.
HBL/7

Gouvernement

Mme Berner quittera le Parlement
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des Transports Anne Berner (Centre) a annoncé au quotidien qu’elle ne se représenterait plus aux élections législatives.
La banque suédoise SEB propose la nomination de Mme Berner au conseil d’administration de la banque. L’assemblée générale de la SEB sera organisée le 26 mars, soit quelques semaines avant les élections législatives finlandaises. L’entrée de la Mme Berner dans le conseil d‘administration n’interviendrait qu’en avril. SEB est la deuxième banque suédoise après Nordea.
L’annonce de la banque suédoise signifie que Mme Berner ne pourra pas être nommée ministre dans le prochain gouvernement. Une personne qui n’est pas député peut être ministre mais un ministre ne peut pas être membre du conseil d’administration d’une entreprise cotée en bourse.
Le chancelier de la Justice estime que Mme Berner pourra continuer dans un gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes. Si la formation d’un nouveau gouvernement devait prendre du temps, le chancelier de la Justice devrait réévaluer si Mme Berner pourrait continuer à siéger au gouvernement.
HS/A13

Le ministre Niinistö continue à critiquer les experts de la Constitution
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Défense Jussi Niinistö (Vrais Finlandais) continuer à critiquer ardemment les experts de la Constitution, notamment le professeur Martin Scheinin, dans le cadre du projet de loi sur le renseignement.
M. Niinistö a écrit mardi sur son blog que « les tweets des admirateurs de la société totalitaire soviétique ne peuvent plus avoir d’influence dans le Parlement de la Finlande démocratique », faisant référence au fait que M. Scheinin fut membre du Parti communiste finlandais au début des années 1980. La semaine dernière, M. Niinistö a parlé des « talibans de la Constitution » en visant ces mêmes experts.
Les professeurs Scheinin et Lavapuro ont critiqué le fait que les recommandations de la commission des lois constitutionnelles n’ont pas été suffisamment prises en compte par la commission de l’administration dans l’étude des projets de lois sur le renseignement. Pour le ministre Niinistö, il s’agit d’une action extra-parlementaire condamnable.
HS/A12

Familles

Loi sur la maternité
Aamulehti rapporte que, selon la nouvelle loi sur la maternité, qui entrera en vigueur le 1er avril, un enfant pourra avoir deux mères. La personne qui met au monde l’enfant est sa mère et la compagne de cette dernière peut reconnaître l’enfant et donc devenir aussi sa mère.
AL/A9

Retraite

Unification des systèmes privés et publics
Aamulehti relève qu’un groupe de travail commun des ministères des Affaires sociales et de la Santé et des Finances, qui a remis son rapport mardi, propose l’unification des systèmes de retraite municipale et privée. Le changement n’aurait pas d’effet sur le niveau des retraites.
AL/A7

Mardi 19 février 2019

Politique étrangère et européenne

Syrie

Timo Soini peu enthousiaste sur le retour des combattants
Yle rapporte que, selon le Ministre des Affaires étrangères Timo Soini, on ne sait pas si parmi les prisonniers combattants d’Isis ou membres de leurs familles en Syrie figurent des Finlandais. Le Président Trump a engagé les Européens à accueillir leurs nationaux. M. Soini a déclaré que cette exigence américaine ne « suscitait pas grand enthousiasme ».
« Je considère comme très condamnable que certains se soient engagés dans une organisation aussi brutale, y compris pour combattre. Et maintenant quand ils ont connu la fin qui était promise à une telle organisation, ils voudraient revenir. Je n’ai aucune sympathie pour cela », a dit le Ministre à Bruxelles, hier.
Il déclare être sur la même ligne que le Premier ministre Juha Sipilâ qui a déclaré lui aussi dimanche que la Finlande n’avait aucun intérêt pour recevoir les combattants d’Isis prisonniers en Syrie.
M. Soini est tout aussi réservé sur l’accueil de leurs familles. « Il faudra voir si la situation se présente quels sont les procédures juridiques à respecter. Ils sont toutefois des citoyens finlandais », reconnaît-il.
La SUPO estime qu’environ 80 Finlandais ont partis combattre en Syrie et Irak dont une vingtaine seraient revenus et presque autant seraient morts.
Yle

Etats-Unis - Europe

Editorial
« Les Etats-Unis repoussent leurs alliés » HS
Helsingin Sanomat estime que, durant la présidence de M. Trump, les relations avec les alliés européens sont devenues pour les Etats-Unis un outil de politique intérieure. Cela n’est pas bon pour l’Europe mais c’est aussi très difficile à éviter, regrette HS qui relève que les Républicains favorables à l’Europe ont de moins en moins de place dans ce parti.
HS relève que, selon des récents sondages, en Allemagne et en France, les Etats-Unis sont vus comme une plus grande menace que la Russie ou la Chine. Helsingin Sanomat estime que cet état de fait a de quoi réjouir la Russie mais devrait susciter des inquiétudes parmi les Américains.
HS
« Trump continue à écraser l’Allemagne » KL
Kauppalehti relève que la menace de droits de douanes sur les automobiles est une arme efficace pour les Etats-Unis afin d’humilier encore plus une Europe dirigée par l’Allemagne.
Le quotidien économique estime que le fondement avancé par les Américains pour de telles taxes est bien sûr mauvais : les voitures allemandes ne menacent pas la sécurité des Etats-Unis.
Mais les taxes sur les voitures seront mises en place si Washington en a besoin et Trump continue sa politique, juge KL.
KL

Elections européennes

On promet une défaite pour les partis traditionnels
Les médias finlandais rapportent que, selon une étude au niveau européen de Kantar Publicis, les grands partis traditionnels du Parlement européens perdraient des sièges au profit des partis populistes.
Le PPE et le parti social-démocrate perdraient la majorité actuelle (54%) pour un score de seulement 45% Le PPE perdrait 34 sièges mais c’est surtout le parti social-démocrate qui perdrait 51 sièges.
La Finlande est à contre-courant de ce phénomène puisque le PSD gagnerait jusqu’à deux sièges, passant de 2 à 4 eurodéputés. De même les Verts progresseraient, passant de 1 à 2 eurodéputés. Le Rassemblement national conserverait ses trois eurodéputés, de même que les Vrais Finlandais leurs deux sièges et l’Alliance des Gauche son siège. Le Centre perdrait un siège (de 3 à 2 eurodéputés) et le parti populaire suédois aussi le sien.
Cette projection se base toutefois pour la Finlande seulement sur le sondage réalisé pour Almamedia (dans la perspective des élections législatives).
HS

Point de vue
Le spitzkandidat pourrait être abandonné
Helsingin Sanomat estime que si le PPE et le parti social-démocrate n’obtiennent pas ensemble la majorité au parlement européen, le système du spitzkandidat promu par ces partis pourrait être abandonné. En effet, même l’Alde ne soutient plus cette procédure. De plus, rien ne dit que le conseil européen voudra la suivre.
Helsingin San,omat pense que l’on choisira probablement le président de la Commission comme avant 2014, c’est-à-dire par un compromis parmi les membres du conseil. Dès lors, les chances d’outsiders comme M. Stubb ne sont pas nulles.
hs

Finlande - Italie

M. Soini à Rome et au Vatican
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini effectue une visite à Rome et au Vatican du 19 au 21 février dans le cadre du centenaire des relations diplomatique finno-italiennes.
M. Soini aura un entretien avec son homologue italien Enzo Moavero Milanesi à Rome. Les ministres évoqueront les relations bilatérales et les questions européennes d’actualité, dont la migration, le cadre budgétaire et le Brexit, ainsi que les présidences finlandaises au Conseil arctique et au Conseil de l’Europe et la future présidence de l’UE.
M. Soini rencontrera aussi le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés et d’autres politiciens italiens.
M. Soini aura un entretien au Vatican avec le ministre des affaires étrangères Paul Richard Gallagher sur la médiation de la paix et la migration. Il effectuera une visite de politesse chez le secrétaire d’Etat Pietro Parolini.
M. Soini participera aussi à une séance du Pape ouverte aux citoyens. A l’occasion de cette séance il aura la possibilité de saluer le Pape François.
formin.fi

Business Finland

Escroquerie
Helsingin Sanomat rapporte que Business Finland soupçonne qu’un ancien agent de l’antenne de Finpro aux Etats-Unis est coupable d’avoir effectué des abus pour environ 4 millions d’euros en 2011-2017. Business Finland est né après la fusion de Tekes et Finpro qui a eu lieu début 2018.
Business Finland a déjà introduit une action en justice aux Etats-Unis.
HS/A23

Pays nordiques

Peu d’avortements en Finlande
Helsingin Sanomat relève qu’en 2015, parmi les pays nordiques, le nombre d’avortements a été le plus bas en Finlande (8,2 pour mille femmes de 15-49 ans) et le plus élevé en Suède (17,6). Au Danemark, en Norvège et en Islande, ce chiffre est autour de 12.
En Finlande, le nombre d’avortements, 9 360, est le plus bas enregistré depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’avortement en 1970.
HS/A7

Transports publics

Appel d’offres avant l’été sur les trains de banlieue de Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que HSL, qui se charge des transports publics de la région d’Helsinki, est en train de préparer l’appel d’offres sur l’organisation des transports en train dans le banlieue de Helsinki. L’appel d’offres devrait être lancé avant l’été prochain pour être conclu en avril 2020.
Sept opérateurs qui sont déjà actifs en Europe ont été choisis : les chemins de fer finlandais, VR, et suédois, SJ, le suédois Arriva Sverige, le filiale suédoise MTR Nordic du groupe de Hong Kong MTR, le suédois Transdev Sverige, et les britanniques First rail Holdings et The Go-ahead group. Helsingin Sanomat rend compte de la visite à Helsinki d’une représentation de Go-ahead group venu défendre la candidature britannique en Finlande.
HSL envisage de conclure un contrat sur dix ans.
HS/A16

Politique intérieure

Gouvernement

Litige entre M. Sipilä et les Bleus
Selon le tabloïd Ilta-Sanomat, le Premier ministre Juha Sipilä a interdit, vendredi dernier, la participation de Samuli Virtanen, secrétaire d’Etat du groupe ministériel des Bleus, aux réunions du comité interministériel des affaires européennes. Aucun ministre des Bleus n’a participé à la réunion précédente de ce comité et M. Virtanen, qui a été le seul Bleu sur place, n’a pas le droit de parole aux réunions du comité interministériel.
Les Bleus ne sont pas du même avis que le Centre et le Rassemblement national sur la prise de décision concernant le mécanisme européen de stabilité. Les deux derniers estiment que les décisions pourraient être prises avec une majorité de 85 %, tandis que les Bleus veulent garder l’unanimité.
Le président du groupe parlementaire des Bleus Simon Elo a annoncé samedi dernier que les Bleus avaient l’intention de boycotter les réunions du comité interministériel des affaires européennes en raison de l’interdiction concernant M. Virtanen.
M. Sipilä a annoncé, lors de l’interview radiophonique du Premier ministre dimanche, que Samuli Virtanen était le bienvenu à participer aux réunions du comité interministériel.
Après l’annonce du Premier ministre, Simon Elo a dit que les Bleus n’ont plus de raison pour boycotter les réunions. Comme le gouvernement finlandais n’a pas trouvé d’accord sur le MES, la décision ne sera prise que par le prochain Parlement, après les élections d’avril.
IS

Elections législatives

Sondage sur les candidats pour le poste de Premier ministre
Uusisuomi.fi relève que, selon un sondage effectué pour le compte de l’association des entrepreneurs, Pekka Haavisto, président des Verts, est le candidat le plus populaire pour le poste de Premier ministre. M. Haavisto obtient 18 %, Petteri Orpo (Rassemblement national) 15 %, Antti Rinne (PSD) 12 %, Juha Sipilä (Centre) 10 %, Jussi Halla-aho (Vrais Finlandais) 9 %, Li Andersson (Alliance des gauches) 8 % et Sampo Terho (Bleus) 1 %.
Selon ce sondage, les Finlandais ont confiance en M. Haavisto, qui obtient 48 %, suivi de Mme Andersson (35 %), M. Orpo (28 %), M. Rinne (22 %), M. Sipilä (22 %), M. Halla-aho (18 %) et M. Terho (14 %).
Selon Mikael Pentikäinen, directeur général de l’association des entrepreneurs, les présidents des trois plus grands partis ont des problèmes avec la confiance. « Les sociaux-démocrates ont plus confiance en M. Haavisto et Mme Andersson qu’en M. Rinne. Le problème de MM. Orpo et Sipilä est que les jeunes n’ont pas confiance en eux. »
Le sondage a été effectué par l’institut Kantar TNS auprès de 1 078 personnes.
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que les partis politiques représentés au Parlement se sont mis d’accord pour que le président du plus grand parti (en sièges NDLT) commence en premier à essayer former le gouvernement après les élections législatives.
uusisuomi.fi, HS/A5

Parlement

Réforme des services sociaux et de la santé et loi sur le renseignement
Beaucoup de questions à l’ordre du jour de la Commission des lois constitutionnelles cette semaine
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la Commission des lois constitutionnelles étudiera cette semaine, outre la réforme « sote » et la législation sur le renseignement, beaucoup d’autres projet de loi et notamment les lois sur le temps de travail, sur la protection de l’enfance, sur la pêche et sur les armes à feu.
AL

Editorial
« Les principaux points de la réforme sote conviennent aussi à l’opposition » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les partis politiques ne sont pas aussi en désaccord sur les questions principales de la réforme qu’on pourrait l’imaginer. Dans les régions, les préparatifs en vue de la réforme sont déjà concrètement en cours, ce qui, avec des essais, donnent déjà une idée des attitudes des partis lorsqu’on avance avec le projet. La prise de conscience en ce qui concerne les problèmes est à un tout autre niveau qu’il y a quatre ans lorsque le Parlement précédent n’a pas pu adopter la réforme, faute de temps.
L’éditorialiste note que l’ensemble des partis sont d’accord sur le fait qu’il faudra que la responsabilité de l’organisation des services relève d’une entité plus importante que les communes. Avec un nouveau gouvernement, les régions ne se réaliseront peut-être pas dans l’étendue promu pas le Centre. En même temps, avec une autre composition gouvernementale, l’idée chérie du Rassemblement nationale concernant la liberté de choisir un prestataire privé risque de disparaître du projet.
L’éditorialiste recommande au prochain gouvernement d’étudier séparément une solution pour la région de Uusimaa (autour de la capitale). En effet, Helsinki toute seule compte plus d’habitants qu’aucune région de Finlande, ce qui n’est pas bien pris en compte dans le projet du gouvernement Sipilä.
Mais si Uusimaa était constitué de plus d’une seule région, il ne faudrait pas pour autant que la circonscription actuelle, HUS (Helsinki + Uusimaa), se retrouve fractionnée, car c’est une entité qui fonctionne bien et qui produit de bons soins spécialisés au niveau de la qualité et du coût.
HS/A4

Parti des Verts

Les Verts visent une place parmi les trois plus grands partis
Le Président des Verts Pekka Haavisto a déclaré que son parti souhaitait arriver parmi les trois premiers partis aux élections législatives. Pour participer au gouvernement, le parti pose comme exigence que la coalition refuse tout racisme et discrimination et ait une attitude positive sur l’Union européenne et la monnaie commune.
Le parti continue à défendre le modèle d’un revenu de base.
AL

Emploi

Le modèle d’activation des chômeurs a poussé les gens à la pension d’invalidité
Kauppelkthi relève que le nombre de nouveaux bénéficiaires d’une pension d’invalidité a augmenté de 7% en 2018 (20 000 nouvelles personnes cette année). Il s’agit surtout de personnes de moins de 40 ans (pour des raisons psychiques) ou de plus de 60 ans (pour des raisons physiques).
Kauppalehti estime que le modèle d’activation des chômeurs a pu avoir pour effet une augmentation des demandes de pension d’invalidité. En effet, un chômeur qui a introduit une demande de pension d’invalidité est dispensé de prouver son activité sur le marché de l’emploi.
Une autre raison de cette augmentation pourrait aussi être l’entrée en vigueur de la réforme des retraites qui touche les personnes nées après 1955 et dont les premiers effets ont commencé à se faire sentir l’année dernière.
KL

France – Finlande

Restauration

Six restaurants étoilés à Helsinki
Les médias rendent compte du fait que le restaurant Palace figure parmi les restaurants qui ont obtenu une étoile Michelin. Les cinq autres établissements (Ask, Demo, Olo, Ora et Grön) qui avaient déjà obtenu une étoile, l’ont tous gardée.
Boulevard Social, Farang, Gaijing et Jord ont eu un Bip gourmand.
HS/A13

Lundi 18 février 2019

Politique étrangère et européenne

Sécurité

Réunion de Munich
”Vivons-nous la fin de la diplomatie ? Demande Sauli Niinistö” tpk.fi
”Le Président Niinistö inquiet du rôle de l’UE” HS
”L’Europe risque de se retrouver démunie” KS
Le Président Sauli Niinistö a participé à la conférence de Munich sur la sécurité. Le 16 février, il a notamment participé au panel sur le contrôle des armements où était discuté le sort du traité NFI sur les missiles nucléaires de moyenne portée.
Il a rappelé que la disparition du traité NFI était particulièrement problématique pour l’Europe qui n’est d’ailleurs même pas l’une des parties de ce traité. M. Sauli Niinistö a lancé l’idée que les parties du traité, les Etats-Unis et la Russie, pourraient s’entendre sur le fait que les missiles de moyenne portée nucléaire ne soient pas disposés de telle manière qu’ils menacent l’Europe. Il a précisé qu’il visait l’Europe, de l’Atlantique à l’Oural.
Le refus de la Chine de participer à un élargissement de ce traité était, selon le Président Niinistö, tout à fait attendu.
”Le plus inquiétant est que l’on s’engage sur un démantèlement des traités internationaux sans même penser à ce qui pourrait les remplacer. Si l’on arrive à une situation où la diplomatie ne fonctionne plus, cela sera problématique pour nous tous. Sommes-nous en train de vivre la fin de la diplomatie ? Mais si la diplomatie disparaît alors ce sont les contacts [entre les pays] qui disparaissent. C’est une situation problématique si l’on ne sait plus ce que les autres pensent”, a dit le Président aux journalistes finlandais.
Le président Niinistö estime que l’Europe devrait être capable sur ce sujet d’agir de manière crédible et déterminée. ”Comment pouvions nous créer une Europe qui soit forte et que les autres respectent. L’Europe doit parler d’une seule voix. On ne peut pas avoir d’influence s’il y a toujours des voix discordantes dans nos troupes”.
Le président Niinistö a aussi tenu un discours lors du débat sur la sécurité dans les régions arctiques. Il a insisté sur la spécificité des régions arctiques. ”L’arctique est toujours une région exceptionnelle. Nous n’avons pas vu dans la région les mêmes tensions entre les Etats qu’ailleurs dans le monde. Je propose que l’on maintienne ce caractère spécifique des régions arctiques”, a-t-il dit. Il souhaite que, en plus des appels au dialogue, on fasse des propositions concrètes sur les sujets à y discuter. Selon Keskisuomalainen le Président a laissé entendre qu’un sommet arctique durant la présidence finlandaise était improbable. Un tel sommet dépendait toujours des relations bilatérales entre les superpuissances.
Le Président a aussi estimé que les positions américaines sur Nord stream 2 était attendues, de même que celles de l’Allemagne qui doit garantir son approvisionnement énergétique alors qu’elle souhaite se passer du nucléaire et du charbon.
Le Président Niinistö estime que le discours du vice-président américain Mike Pence n’a pas diminué les inquiétudes des Européens sur l’état des relations transatlantiques.
M. Niinistö estime que cette situation convient tout à fait aux russes, ce qui explique que M. Lavrov était plus modéré que d’habitude. ”Les tensions dans la mer d’Azov sont une nouvelle difficulté. M. Trump a indiqué clairement qu’il ne rencontrerait par M. Poutine avant que les marins ukrainiens soient libérés. M. Trump a beaucoup perdu à cause dans les relations avec les Russes et il est devenu très prudent avec la Russie”, estime M. Niinistö.
Le conflit de la mer d’Azov a aussi des effets sur la présidence finlandaise du Conseil de l’Europe. Pour le président finlandais, un départ de la Russie de cette enceinte serait une défaite politique et diplomatique pour la Finlande. ”Nous essayons activement de réfléchir aux moyens de maintenir la Russie comme membre du Conseil de l’Europe”, dit-il.
Le Président Niinistö s’est aussi intéressé à l’attitude de la Chine dans les relations multilatérales et à son intérêt notamment pour les petits pays d’Europe orientale.
Finalement, le président se demande quel est le rôle de l’UE entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine ? Cela ne semble pas clair pour les Européens eux-mêmes, regrette le Président Niinistö qui souligne qu’il y a actuellement ”beaucoup de dissensions internes” au niveau européen.
Tpk.fi HS KS

”Un fossé glacé entre les Etats-Unis et l’Europe” KS
La directrice de l’Institut finlandais des relations internationales Teija Tiilikainen qui a suivi à Munich notamment les interventions du vice-président américain et de la chancelière allemande, estime qu’il y a désormais ”un fossé glacé” entre les Etats-Unis et l’Europe.
Elle a retenu de cette conférence d’une part le sort du traité NFI, mais aussi la forte présence de la Chine. ”La Chine suit lentement les traces de la Russie et souhaite se construire une position de superpuissance qui a toujours une légitimation de ses actes”, considère-t-elle.
KS

Conseil Ecofin

”Vers la fin des décisions à la majorité pour les questions fiscales” KL
Kauppalehti rapporte que la Commission souhaite petit à petit la suppression des décisions à l’unanimité sur les questions fiscales. Comme on pouvait s’y attendre le projet de la Commission, présenté la semaine dernière aux ministres des Finances, a suscité une forte opposition, surtout parmi les petits Etats membres ;
Le Ministre finlandais des Finances Petteri Orpo a déclaré que la Finlande était par principe opposée à ce projet. Il faut cependant selon lui être ouvert à une procédure de décision à la majorité qualifiée pour les questions concernant la lutte contre l’évasion fiscale car elles nécessitent des mesures internationales.
Kauppalehti estime que, au final, il s’agit de savoir quelle Union européenne nous voulons. L’approfondissement de l’intégration nécessite que les décisions soient supranationales. Dans une démocratie, c’est la majorité qui décide.
KL

Union européenne

Présidence finlandaise
Keskisuomalainen rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä continue les préparatifs de la future présidence finlandaise de l’UE avec trois entretiens. Il recevra mardi et mercredi trois Premiers ministres européens, Marjan Sarec de la Slovénie, Mark Russe des Pays-Bas et Charles Michel de la Belgique.
Les entretiens porteront sur les thèmes principaux de la présidence finlandaise, dont le développement du marché intérieur et les questions climatiques.
Les Premiers ministres participeront, également à Helsinki, à la réunion des Premiers ministres de l’ALDE.
KS/jeu/20

Finlande – Italie

Le mouvement Liike Nyt dans une situation embarrassante
Helsingin Sanomat rapporte qu’une représentante du mouvement Liike Nyt a participé, la semaine dernière, en Italie à une réunion avec le parti Cinq étoiles.
Pour Liike Nyt, il s’agissait uniquement de discuter d’éventuelle possibilité de coopération et pas de rejoindre un parti européen.
Le mouvement Liike Nyt n’a pas encore décidé s’il allait seulement participer aux élections européennes.
HS

Finlande - Philippines

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini écrit sur son blog que la Finlande devrait augmenter sa coopération avec les Philippines et ouvrir une ambassade à Manille. Rappelons que la Finlande a eu une ambassade dans la capitale philippine de 1980 à 2012.
M. Soini a également fait l’éloge du travail des infirmières philippines en Finlande. Il souhaite que l’on poursuive et approfondisse les relations dans ce secteur.
Le Président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a critiqué la proposition de M. Soini. « Une infirmière philippine aura les mêmes difficultés financière qu’une infirmière finlandaise qui souffre d’un salaire trop faible a-t-il souligné.
timosoini.fi

Irak - Demandeurs d’asile

Propos de l’ambassadeur d’Irak concernant la proposition d’un ancien général sur l’aide au renvoi des demandeurs d’asile irakiens
Helsingin Sanomat rend compte des propos de l’ambassadeur d’Irak en Finlande, Matheel Sabti, qui qualifie d’escroc l’ancien général de Saddam Hussein, Saad al-Obaidi, qui a proposé aux autorités finlandaises une coopération pour le renvoi de Finlande de ses concitoyens déboutés du droit d’asile.
L’ambassadeur souligne que la position du gouvernement irakien à l’égard des renvois forcés à une échelle importante reste inchangée. Pour l’instant, la position du gouvernement est que l’Irak n’acceptera pas les renvois forcés de ses ressortissants. Pour M. Sabti, il serait dans les intérêts de la Finlande d’intégrer au moins une partie des demandeurs d’asile dans la société finlandaise au lieu d’essayer de les renvoyer.
HS/dim/A12

Aéronautique

La cessation de la production des airbus 380 a des répercussions à Jämsä
La décision d’Airbus de cesser la production des A380 apporte des changements dans les usines de Jämsä où sont fabriqués les spoilers de freinage de l’appareil.
Selon le directeur des affaires du département Aerostructures de Patria, Petri Hepola, sept personnes produisent ces pièces à temps complet et il va falloir maintenant leur trouver d’autres fonctions. Les livraisons de l’A380 s’arrêteront en 2021.
KS15.2/19

Intelligence artificielle

Sécurité maritime
Hufvudstadsbladet rend compte d’un projet de recherche sur un navire de Tallink en matière de mise à profit de l’intelligence artificielle pour des fins d’amélioration de la sécurité. L’IA peut aider dans la collecte de données depuis différentes sources et dans l’analyse des informations.
Le projet est une coopération entre Fleetrange, l’Université Aalto et le centre de données géographiques de la direction nationale de la cartographie. Il est financé par l’Agence spatiale européenne.
Des intérêts humains, environnementaux et économiques sont parmi les objectifs du projet.
HBL/lun/8

Politique intérieure

Gouvernement

M. Sipilä est optimiste sur la réforme ses services sociaux et de santé
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Juha Sipilä s’est montré optimiste quant à l’approbation de la réforme Sote au Parlement avant la fin de la législature.
M. Sipilä souligne avoir confiance dans le soutien du Rassemblement national concernant la réforme. « J’ai confiance à ce que me dit Petteri Orpo (président du Rassemblement national) ».
Selon M. Sipilä, si on n’arrive pas à mener à bonne fin de grandes réformes pendant une législature il faut qu’on réfléchisse à ce qui ne va pas. Une possibilité serait d’effectuer des réformes par petits bouts.
HS/lun/A8

Parlement

L’adoption de la réforme Sote paraît de moins en moins probable
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la Commission des lois constitutionnelles, avec toutes les autres questions en instance concernant de projets de loi, ne peut pas se concentrer uniquement sur la réforme des services sociaux et de la santé.
Il est probable que la réforme échoue du fait que le Parlement n’aura tout simplement pas le temps de l’étudier.
HS/sam/A17

Propos de Mme Risikko
Kauppalehti relève que la présidente du Parlement Paula Risikko a souligné la semaine dernière que la session parlementaire ne serait pas prolongée en raison des litiges politiques. La dernière séance plénière du Parlement aura lieu le 15 mars.
Mme Risikko estime que le dépôt des projets de loi devrait avoir des dates limites comme dans les autres pays nordiques. Si un projet de loi n’est pas présenté à temps il ne sera pas étudié pendant la législature en cours.
KL/lun/A7

Elections

Positions des partis sur les finances publiques
Helsingin Sanomat lance une série d’enquêtes auprès des partis sur les thèmes que les électeurs considèrent comme prioritaires : les soins de santé, l’emploi, le climat, l’économie publique et l’immigration. Pour son édition de ce matin, le quotidien a sondé les positions des partis concernant quatre questions sur la politique économique.
Concernant les dépenses publiques, HS a demandé s’il fallait les augmenter, diminuer ou maintenir à leur niveau actuel. Le Centre, le PSD, l’Alliance des gauches et le Parti suédois souhaitent les augmenter tandis que les Vrais Finlandais et le mouvement Liike nyt de Harry Harkimo les diminueraient. Le Rassemblement national, l’Avenir bleu, les Verts, les Démocrates-chrétiens et le mouvement de M. Väyrynen n’y toucheraient pas.
En ce qui concerne la fiscalité, le Centre, les Bleus, les Vrais Finlandais et Liike nyt souhaitent l’alléger ; les partis de gauche souhaitent la resserrer alors que le reste des partis dont le Rassemblement national et les Verts la maintiendraient à son niveau actuel.
Aucun parti ne souhaite augmenter l’endettement de l’Etat, en revanche, la majorité seraient prêts à le diminuer. Seuls les Verts, les Démocrates-chrétiens et le mouvement de M. Väyrynen maintiendraient son niveau actuel.
A la question de savoir par quel moyen en priorité les partis financeraient leurs promesses électorales qui impliquent une augmentation des dépenses, la plupart des partis proposent de couper les autres dépenses. Seuls le PSD, l’Alliance des gauches et les Démocrates-chrétiens augmenteraient la fiscalité. Le Centre ne s’est pas prononcé sur cette dernière question.
HS/lun/A9

Editorial
Critique des double-candidatures
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rend compte du fait que le système électoral finlandais permet de boucler les listes de candidats pour les élections du Parlement européen le 18 avril, c’est-à-dire quelques jours après les législatives. Cela donne une deuxième chance à ceux qui ne seraient pas élus au Parlement national. Or, si des personnes qui sont élues aux législatives se présentent également aux européennes, on peut considérer que les partis et ces personnes trichent. Il faudrait que les électeurs refusent de voter pour de tels candidats aux européennes.
L’éditorialiste condamne ce genre de tactique comme peu respectueuse à l’égard des électeurs.
HBL/dim/5

Enseignement linguistique

La ministre de l’Education pour la généralisation des bains linguistiques
Sanni Grahn-Laasonen, ministre de l’Education, propose de mettre en place plus de bains linguistiques dans les crèches.
Elle envisage de désigner un groupe de travail pour chercher des moyens de renforcer un enseignement plus précoce des langues étrangères dans les crèches et les écoles.
HBL/lun/7

Défense

Réforme du service militaire
« Koulutus 2020 » (Formation 2020) est la plus grande réforme réalisées par la défense nationale depuis 20 ans. Elle sera testée dans diverses garnisons pendant deux ans. Ensuite, les pratiques qui s’avèrent opérationnelles seront adoptées.
Il s’agit de mettre à profit la nouvelle technologie d’apprentissage, comme les simulateurs et les environnements virtuels.
La réforme touchera également les acquisitions. D’ailleurs, la défense nationale vient de signaler qu’elle achètera des simulateurs de tir fabriqués par le suédois Saab. Il y aura aussi des changements dans le ravitaillement des conscrits. L’usage des « sachets repas » à emporter fait partie de la réforme.
La durée du service ne changera pas. Il y aura des modifications dans la composition de la formation qui est actuellement divisée en trois parties.
Le nouveau système prévoit une première formation de conscrits de six semaines qui s’annonce plus légère que l’actuelle. En effet, la plupart des abandons se font dans les deux premières semaines du service.
Les deux premières semaines sont appelées phase d’orientation suivie de quatre stages d’une durée d’une semaine. Ensuite la formation sera répartie entre l’armée de terre, la marine et l’armée de l’air. Au bout seulement de ces deux périodes de six semaines seront sélectionnés les élèves pour la formation de l’encadrement, c’est-à-dire, à l’école des sous-officiers.
Les stages conçus pour les conscrits pourront aussi être suivis par des réservistes.
HS16.2/A6

Vendredi 15 février 2019

Politique étrangère et européenne

Sécurité

Réunion de Munich
Helsingin Sanomat rapporte que le président Sauli Niinistö et le ministre de la Défense Jussi Niinistö participeront à la réunion de Munich sur la sécurité qui commence aujourd’hui.
HS

Réunion de l’OTAN
Le Ministre finlandais de la Défense Jussi Niinistö a participé, hier, à Bruxelles à la réunion des membres de l’OTAN et du partenariat pour la paix. Il a déclaré que la réunion avait été l’occasion de répéter que l’UE n’allait pas devenir une alliance militaire. La défense collective relève toujours de l’OTAN, dit-il.
Il considère que les propos sur une armée européenne relèvent de la rhétorique. ”La coopération de défense de lUE nbe doit pas devenir une structure conciurrente pour l’OTAN”, dit-il.
M. Niinistö poursuit son déplacement à Munich pour la conférence sur la séucrité. Un des sujets de débat sera le retrait des Ertats-Unis et de la russie du traité NFI. M. Niinistö estime que puisque l’Inde, le Pakistan, la Chine et la Corée-du-Nord n’étaient pas dans ce traité et que la russie prépare de nouveaux missiles depuis dix ans, il n’était une surprise pour personne que ce traité devienne caduque”.
M. Jussi Niinistö a aussi commenté le nom du futur exercice internaitonal que la Finlande prépare pour 2021. Il confirme que le nom de Arctic Fox, prévu au départ, sera modifié. Helsingin sanomat rappelle que ce nom était trop proche de l’opération Polarfuchs à laquelle la Finlande a participé en 1941.
HS

Défense

Le nombre des avions de combat souhaité par l’armée finlandaise est basé sur la précédente acquisition DX dans les années 1990
L’armée de l’air possède aujourd’hui 62 chasseurs F/A-18C/D. Au départ la Finlande en avait commandé 64 dont deux ont été détruits lors d’accidents. Le nombre des accidents peut être considéré comme modeste pour des appareils d’aviation militaire et en tenant compte de leur longue durée de vie.
Aujourd’hui, les bases aériennes, le personnel, les systèmes de formation et de maintenance de l’armée de l’air ainsi que toutes les autres ressources sont calculées expressément sur ces 64 avions de combat. C’est la raison pour laquelle le chiffre de 64 est un bon point de départ pour la future acquisition du projet HX.
lentoposti.fi

« L’Allemagne a pris une décision qui pourrait avoir un effet sur le futur choix de la Finlande »
La prochaine acquisition allemande en matière de matériel militaire ne sera plus qu’un duel entre l’Eurofighter Typhoon et l’américain Super Hornet de Boeing. L’autre américain, le F-35 vient d’être éliminé, écrit Jyri Raivio dans Suomen kuvalehti.
Politiquement l’Eurofighter Typhoon apparait comme un candidat nettement supérieur à son concurrent. Son choix offrirait des milliers d’emplois européens et augmenterait la crédibilité de la coopération européenne en matière de la défense, estime SK.
SK7/2019/15

Transport – Climat – Environnement

Débat au Parlement européen sur la politique commune des transports
Aamulehti rapporte que selon Taneli Lahti, directeur au bureau de l’EK à Bruxelles, qui suit surtout les changements des règles de la politique commerciale communes, souligne qu’une éventuelle interdiction des véhicules à essence et à moteur diesel n’est pas simple du tout. « Les voitures qui sont approuvées à la vente dans un Etat membre peuvent être vendues aussi dans les autres Etats membres. »
La parlementaire européenne Merja Kyllönen, ancienne ministre finlandaise des Transports de l’Alliance des gauches, qui a eu un rôle important dans la rédaction de la règlementation sur la réduction des émissions, est sceptique quant au calendrier d’une éventuelle interdiction. Elle estime qu’on a oublié l’essentiel : « Personne n’a dit ce qu’on devrait faire avec une quantité immense des voitures interdites ou comment produire l’électricité nécessaire pour les nouvelles voitures électriques ou comment produire des batteries électriques qui supportent l’hiver de la Laponie. »
AL/A16

Politique intérieure

Elections législatives

Probablement un tiers des députés vont changer
Selon Keskisuomalainen, au moins 33 députés actuels ne se représenteront pas aux élections législatives du 14 avril. La ministre des Transports Anne Berner (Centre), le ministre des Affaires étrangères Timo Soini (Bleus) et le député Toimi Kankaanniemi (Vrais Finlandais) n’ont pas encore annoncé leurs intentions.
Les annonces sur les candidatures devront être déposées au plus tard le 5 mars.
Il y a dix centristes, dont cinq anciens ministres, parmi les députés qui quitteront le Parlement de leur propre gré. Six députés sociaux-démocrates, cinq Bleus, quatre Verts et trois Kokoomus entre autres ne se représenteront plus. Dix députés ont déjà quitté le Parlement au cours de la législature.
Selon Rainer Hindsberg, chef adjoint des communications au Parlement, le nombre de partants est à peu près le même qu’avant. Il y a aussi entre 30 et 40 députés qui se représentent mais ne seront pas réélus. Cela signifie qu’un tiers de députés devrait changer lors de ces élections législatives.
KS/mar/15

Electeurs mobiles
L’hebdomadaire Suomen Kuvalehti publie une étude de l’institut Taloustutkimus sur les électeurs mobiles. Selon cette étude, environ un million d’électeurs (sur les un peu plus de trois millions d’électeurs au total) abandonneront le parti pour lequel ils sont voté il y a quatre ans.
1,2 million d’électeurs n’ont pas voté aux élections législatives de 2015 et le taux de participation a été de 70,1 %. Selon l’étude, le nombre des abstentionnistes est en hausse. Il y en aurait cette fois-ci 1,5 million d’électeurs tentés par l’abstention.
Les Vrais Finlandais perdraient la moitié de leurs anciens électeurs, surtout en raison de la division du parti en juin 2017. Environ 60 000 anciens électeurs des Vrais Finlandais voteraient pour le PSD mais seulement 20 000 pour les Bleus.
Un tiers des électeurs du PSD ont plus de 65 ans et 40 % sont à la retraite et seulement 10 % ont moins de 35 ans.
Un tiers des électeurs du Centre, des Chrétiens-démocrates et des Bleus sont à la retraite. Le taux le plus élevé de la population active est chez les Vrais Finlandais : 58,5 % de leurs électeurs travaillent.
SK/24-29, 7/2019

Parlement

Loi sur le renseignement
Helsingin Sanomat relève que la présidente du Parlement Paula Risikko a annoncé jeudi que les projets de loi sur le renseignement seraient renvoyés dans les commissions de l’administration et de la défense du Parlement.
Les commissions devront ensuite demander l’avis de la commission des lois constitutionnelles qui organisera de nouvelles auditions avec les experts de Constitution. Ce retour en commissions, qui n’était pas prévu, signifie un retard considérable dans le processus ce qui montre, selon Mme Risikko, que « le Parlement fait bien son travail ».
HS/A14

Réforme de services sociaux et de la santé

L’adoption de la réforme paraît de moins en moins probable
La commission des lois constitutionnelles se réunit aujourd’hui. Si les modifications qu’elle propose à la réforme sont importantes et très critiques, il est probable que la commission des affaires sociales et de la santé n’aura pas le temps d’effectuer les modifications avant la fin de la législature. Le Parlement terminera ses travaux le 15 mars. La présidente du Parlement, Paula Risikko, n’exclut pas de rallonger au besoin la session parlementaire de quelques jours.
Face à l’improbabilité de la réalisation de la réforme, Helsingin Sanomat fait un bilan de ce qui se passera par la suite.
A court terme, il n’y aura pas de chaos et les services sociaux et de la santé seront maintenus comme actuellement. La coopération entre les communes se renforcera toutefois et des fusions de communes ainsi que de nouvelles coopérations entre communes verront le jour dans une partie des régions finlandaises.
Les 18 régions prévues dans le projet ont chacune avancé plus ou moins dans la préparation de la réforme. Dans certaines régions, surtout dans le Nord du pays, différents services ont d’ores et déjà été intégrés sous une même direction et un même budget. Financièrement, cela sera difficile pour les communes. Les grandes villes se débrouilleront mieux que les communes en dehors des régions en forte croissance.
Il est clair, selon Tarja Myllärinen de l’Union des communes, que différentes options (sur le destin de la réforme) auront été évoquées dans les régions, même si on n’en a pas parlé publiquement pour l’instant. Il s’agit surtout de problèmes administratifs qui ne se traduiront pas en quelque chose de concret pour les habitants.
Les externalisations seront poursuivies. Le gouvernement a étendu la loi qui les restreint jusqu’à fin 2022. Cette loi prévoit la possibilité de dénoncer des contrats d’externalisation lorsqu’ils représentent plus de 30 % des dépenses annuelles de la commune dans le domaine des services sociaux et de la santé. Il est clair qu’une fois que le destin de la réforme sera scellé, concernant la législature en cours, les prestataires privés prendront activement contact avec les communes pour leur proposer leurs services.
Des centaines de fonctionnaires ont déjà planifié des choses qui pourront être mises en place dès avant la création des 18 régions. Il faudrait, selon Mme Myllärinen, que le gouvernement alloue des crédits pour les préparatifs en cours.
Les fonctionnaires qui oeuvrent sur ces questions ont des contrats à durée déterminée et le travail n’avancera pas sans eux. Entre le gouvernement actuel et un prochain, on ne peut pas se permettre que rien n’avance pendant six mois.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé dispose d’un plan B, voire C, même si on n’en parle pas officiellement.
Les fonctionnaires du ministère ne souhaitent pas spéculer sur la question tant que la Commission des lois constitutionnelles n’a pas terminé ses travaux.
Les personnes que HS a interrogées estiment que la réforme interviendra, tôt ou tard, et se basera sur des régions autonomes et sur un certain degré d’ouverture à la concurrence privée.
HS/A6-7

Social

Menace de grève dans le transport maritime
Helsingin Sanomat rapporte que le syndicat des marins a déposé jeudi une menace de grève qui toucherait tout le commerce maritime finlandais à partir du 1er mars.
HS/A17

Economie

Nominations
De nouveaux directeurs pour les instituts de recherche économique Eva et Etla
Aki Kangasharju, économiste en chef de la banque Nordea, deviendra directeur d’Etla pour remplacer Vesa Vihriälä qui prendra sa retraite.
M. Kangasharju sera remplacé par Tuuli Koivu chez Nordea.
Emilia Kullas, rédactrice en chef du quotidien économique Talouselämä, a été désignée à la tête de l’institut de recherche économique Eva en remplacement de Matti Apunen.
HS/A34

L’économie finlandaise a fortement progressé fin 2018
Selon les informations préalables de l’Institut national d’études statistiques, le PIB finlandais a augmenté de 0,9 % en octobre-décembre par rapport au trimestre précédent, et de 2,7 % par rapport à la même époque en 2017.
HS/A34

France

Gastronomie

« Le Chablis, meilleur ami des fruits de mer » KL
Kauppalehti-optio publie une liste des meilleurs Chablis disponibles à Alko.
KL

Jeudi 14 février 2019

Politique étrangère et européenne

Euro - MES

Désaccord au sein du gouvernement concernant les responsabilités finlandaises
Ilta-Sanomat rend compte du fait qu’un litige s’est créé au sein du gouvernement concernant le pouvoir de décision et les responsabilités de la Finlande concernant les prêts accordés par le Mécanisme européen de stabilité.
Le Rassemblement national et le Centre du Premier ministre Juha Sipilä seraient favorables à ce que les nouvelles décisions du MES ne nécessitent pas l’unanimité mais plutôt une majorité qualifiée de 85 %. L’Avenir bleu ne partage pas cette position.
Il était prévu que la question soit remise à la Grande commission, vendredi dernier, mais en raison de l’opposition des Bleus, cela ne s’est pas fait. La question devra être de nouveau évoquée la semaine prochaine.
IS

Demandeurs d’asile

« Dans certains cas, les demandeurs déposent jusqu’à cinq fois un dossier » IS
« Le Parlement débat de la proposition du gouvernement de légiférer séparément sur de nouvelles demandes » IS
Ilta-Sanomat relève que les Irakiens constituent le groupe qui renouvelle le plus souvent leur demande d’asile. 1347 ressortissants irakiens ont déposé une nouvelle demande après avoir obtenu une réponse négative à leur première demande.
Le Parlement est en train d’étudier la proposition du gouvernement pour modifier la loi sur les étrangers de façon à réglementer séparément sur les conditions de l’étude d’une nouvelle demande d’asile. Actuellement, le nombre de demandes n’est pas retreint. Selon l’Office national de l’immigration, deux personnes ont déposé leur cinquième demande, l’année dernière. La moitié des demandes d’asile en 2018 étaient des nouvelles demandes de personnes qui avaient déjà obtenu une réponse négative.
4548 demandes ont été déposées, dont 2409 sont des premières demandes. Ainsi 518 deuxièmes, troisièmes ou quatrièmes demandes ont été déposées en 2015, contre 834 en 2016, 1845 en 2017 et 2139 en 2018.
Selon la police, le renvoi au pays d’origine a été interrompu 47 fois d’octobre 2017 en septembre 2018 en raison d’une nouvelle demande déposée. Certains députés souhaitent accélérer le projet de légiférer en la matière et d’autres rappellent que dans 11,4 % des cas, la décision concernant une nouvelle demande après une réponse négative à la première a été positive. Des députés ont exprimé leur souci concernant la protection juridique des demandeurs d’asile en cas de durcissement des conditions de demande.
Selon IS, la politique d’immigration créé des tensions y compris au gouvernement. Des représentants du Rassemblement national ont souhaité que le ministère des Affaires étrangères cherche, sous la direction de M. Soini, plus activement une solution concernant les renvois d’Irakiens.
IS

Ministère des Affaires étrangères

Escroquerie
Helsingin Sanomat rappelle que le ministère des Affaires étrangères a subi une escroquerie à l’aide au développement pour un montant d’environ 400 000 euros en février 2018.
L’aide aurait dû être déposée sur le compte d’un projet qui développe le système de l’aide juridique en Kirghizistan mais le ministère a été induit en erreur par des mails falsifiés au nom des employés de l’UNDP et l’aide a été déposée sur le compte d’une personne privée dans un pays tiers.
Selon le commissaire de police Antti Perälä, enquêteur principal, une partie de l’argent, environ 230 000 euros, pourrait être récupérée après une demande d’entraide judiciaire.
La police judiciaire n’a pas annoncé le nom du pays tiers pour des raisons liées à l’enquête. Il y a aussi une enquête en cours concernant le blanchiment d’argent dans ce pays tiers et cinq personnes ont été interrogées. Environ 170 000 euros ont été retirés du compte en question.
Les employés du MAE finlandais ou de l’ONU ne sont pas soupçonnés.
Le projet du développement de système juridique en Kirghizistan continuera jusqu’en 2021 et son budget s’élève à 3,7 millions d’euros.
HS/A17

Finlande – Grande-Bretagne

Coopération Helsinki - Londres
Helsingin Sanomat relève que le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori, qui a effectué une visite à Londres mardi et mercredi, a eu un entretien avec le maire de Londres Sadiq Khan.
M. Vapaavuori estime que le Brexit pourrait même augmenter la coopération entre Helsinki et Londres, comme entre Londres et les autres capitales. « Le Brexit, qui cause des pressions supplémentaires sur Londres, produit une raison de plus pour la coopération », selon M. Vapaavuori.
M. Khan, qui dirige la capitale britannique depuis mai 2016, a critiqué ardemment le Brexit et la politique d’immigration plus stricte qui risque d’aggraver la pénurie de main-d’œuvre de la capitale.
Les maires ont signé une déclaration commune concernant l’approfondissement de la coopération en matière de digitalisation. Le projet en la matière durera trois ans. Ils ont évoqué aussi la culture et les sans-abris. M. Vapaavuori, ancien ministre du Logement, a pu présenter à son collègue le succès d’Helsinki dans la lutte contre le problème du mal-logement.
HS/A22

Minerais

La Finlande facilitera les importations de matières primaires
Kauppalehti rend compte de la volonté du gouvernement d’assurer l’accès des entreprises à de matières primaires. Il est prévu que Finnvera, établissement public de garanties des exportations, garantisse par la suite les arrangements de financement d’un fournisseur étranger afin d’assurer l’accès à long terme à la matière primaire pour une entreprise établie en Finlande.
Il s’agira également de supprimer les sanctions prévues concernant les cas où le fournisseur n’arriverait pas à livrer les quantités prévues.
Les acteurs finlandais se félicitent de ces réformes.
KL/A6

Terrafame entamera la production en vue des produits chimiques pour batteries en 2021
Le groupe minier Terrafame note qu’il n’envisage pas de recourir à du nickel ni du cobalt importé.
Actuellement, le groupe exporte sa production en matière de raffinement de nickel, mais à compter de 2021, il l’utilisera lui-même pour ses propres besoins. L’usine de produits chimiques pour les batteries devrait démarrer début 2021. Une autorisation de construire est déjà en vigueur et l’évaluation sur l’impact environnemental est en cours.
KL/A7

Politique intérieure

Loi sur le renseignement

La présidente du parlement promet de passer en revue les éventuels problèmes liés aux projets de loi sur le renseignement
La présidente du parlement Paula Risikko, a demandé un rapport afin de déterminer si la commission de l’administration a suffisamment tenu compte des remarques faites par la commission constitutionnelle concernant les projets de loi sur le renseignement.
Le président du parlement peut empêcher le traitement d’une loi qu’il soupçonne être en contradiction avec la constitution.
Le retrait de ce projet de loi a été effectué à la demande de la commission de l’administration. Le président de cette commission, Juho Eerola (Vrais Finlandais) estime qu’il est possible que les lois sur le renseignement ne soient pas votées durant cette législature.
Mme Risikko a confirmé que les commentaires présentés par les experts consultés par la commission constitutionnelle sont à l’origine de ce retrait. Les professeurs Juha Lavapuro et Martin Scheinin estiment que la commission de l’administration n’a pas tenu compte des remarques faites notamment sur le ciblage du renseignement ou sur la restriction des éléments de recherche en matière de télécommunications.
Les deux professeurs tiennent un compte Twitter par lequel ils ont fait part de leurs évaluations. Ils ont notamment qualifié le rapport de la commission de l’administration de « copie qui serait refusée dans un examen ».
HS14.2/A12, AL14.2/A11

Défense

Les candidats au poste de commandant des forces de défense auront en entretien avec le Président
Le mandant de l’actuel commandant des forces de défense finlandaises, Jarmo Lindberg, arrivera à échéance l’été prochain et la liste des possibles successeurs contient quatre noms : le chef de l’état-major des forces de défense Timo Kivinen, le commandant de l’armée de terre Petri Hulkko le chef de la stratégie Kim Jäämeri, le chef des opérations Eero Pyötsiä – tous au grade de lieutenant-général peuvent prétendre succéder à Lindberg. Le nom du général de division Timo Rotonen serait également évoqué.
M. Lindberg a fait savoir en janvier qu’il ne sera pas candidat. Il a cependant laissé entendre que son choix pour sa succession porterait sur le chef de l’état-major des forces de défense Timo Kivinen
Selon STT, le président de la république Sauli Niinistö entend s’entretenir lui-même avec tous les candidats au poste de commandant des forces de défense. Il s’agit d’une pratique tout à fait exceptionnelle que l’histoire récente ne connait pas. Le nouveau commandant sera nommé en mars et il prendra ses fonctions l’été prochain.
La volonté du président Sauli Niinistö à s’entretenir avec les candidats témoigne de son intérêt à tenir fermement les rênes de la politique étrangère et de sécurité, rapporte Aamulehti.
AL14.2/A13, STT, HS

La Suède veut le double des avions de combat par rapport à la Finlande
L’armée de l’air suédoise estime que la Suède a besoin de maintenir nettement plus d’avions de combat que la Finlande pour assurer la défense du pays.
Tout comme en Finlande, des discussions sont en cours en Suède sur le nombre adéquat des chasseurs. A l’heure actuelle, l’armée de l’air suédoise possède 95 chasseurs Gripen répartis dans six escadres. Selon un rapport de prévisions à long terme publié l’année dernière, le nombre des escadres devrait être porté à huit le celui des chasseurs à 120 d’ici l’année 2035.
HS

La production en série des Gripen démarre
Les chasseurs Gripen E commandés par les armées de l’air suédoise et brésilienne en cours de fabrication dans l’usine Saab de Linköping commencent à « ressembler à des avions ». Pour l’instant, ce sont les deux seules commandes sûres des modèles Gripen E et F avec un total de 96 appareils. Il n’est pas étonnant que l’éventuelle future acquisition finlandaise intéresse énormément Saab.
Outre la Finlande, Saab est aussi en lice pour l’acquisition suisse d’avions de combat.
Pour l’instant, seuls deux chasseurs Gripen E ont décollé du tarmac de Linköping.
Aux journalistes finlandais en visite sur place, les cadres de Saab ont souligné les performances de l’avion en matière de guerre électronique.
KS9.2/14

Mercredi 13 février 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Visite de M. Soini à Moscou
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a rencontré son homologue russe Serguei Lavrov, hier, à Moscou.
Les ministres ont évoqué les brouillages de signaux GPS observés en Finlande du Nord à la fin de l’année et qui ont gêné les transports aériens. M. Lavrov a qualifié l’affaire de « fantaisiste » en disant que son pays n’était pas en mesure de donner des informations sur quelque chose qu’il n’avait pas observé.
M. Soini qui n’était pas convaincu, a dit qu’il ne fallait pas que la sécurité aérienne soit menacée de quelque façon que ce soit. « Nous attendons et comptons sur le fait que cela ne se reproduira pas. » M. Soini a dit que ce qui s’est passé n’a pas servi à renforcer la stabilité de la Finlande.
Les ministres ont également évoqué le Conseil de l’Europe et le traité FNI. Sur ce dernier sujet, M. Soini a dit qu’il souhaitait que les discussions se poursuivent.
HS, HBL/12

Irak - Demandeurs d’asile

Proposition d’un ancien un général irakien concernant l’aide au renvoi des demandeurs d’asile irakiens
Helsingin Sanomat rend compte d’une drôle de proposition que le député Harry Harkimo a fait au gouvernement à l’automne 2017 pour conclure un accord concernant le renvoi en Irak des demandeurs d’asile ayant obtenu une réponse négative à leur demande.
Peter Fryckman, homme d’affaires finlandais et Saad al-Obaidi, ancien général de Saddam Hussein, étaient liés à ce projet, selon lequel, pour une somme de plus de cent millions d’euros, une entreprise suédoise du secteur de la défense aurait livré à l’Irak un nombre de produits dont la facture aurait été payée par l’Etat finlandais. L’Irak de son côté aurait promis aux autorités finlandaises d’accueillir ses concitoyens déboutés du droit d’asile.
Les négociations sur les renvois entre la Finlande et l’Irak sont en cours depuis quatre ans. Les renvois n’avancent pas, au contraire. Depuis l’automne dernier, la Finlande n’a pu renvoyer en Irak pratiquement personne.
La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, a rencontré son homologue irakien à Washington. Les renvois ont été évoqués. La Finlande s’efforce de créer une pression sur l’Irak y compris à travers l’Union européenne.
Depuis les évènements d’Oulu, les dirigeants finlandais affirment qu’une solution est cherchée avec l’Irak. Comme jusqu’à présent.
HS

Jeux pour téléphones mobiles

Baisse des résultats de Supercell
La société Supercell a publié des résultats en baisse pour 2018 aussi : le chiffre d’affaires était de 1,4 milliard d’euros (contre 1,8 en 2017 et 2,1 en 2016). Le résultat était toutefois positif de 537 millions d’euros (contre 729 en 2017).
La société attend toutefois une amélioration de son chiffre d’affaire et de son résultat en 2019 en raison de son nouveau jeu, très prometteur, Brawl Stars, lancé en décembre dernier.
HS

Minerais

La Finlande premier en Europe en métaux pour les batteries
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que la Finlande dispose des réserves les plus importantes de l’Europe en matière de métaux nécessaires dans la fabrication de batteries pour les voitures électriques. Selon le président du Conseil d’administration de Terrafame, la Finlande c’est le Klondike de l’Europe.
Le quotidien rend compte aussi du projet européen pour promouvoir la fabrication de batteries en Europe, Alliance européenne pour la batterie, le secteur étant dominé par des pays asiatiques dont surtout la Chine.
La Finlande dispose de ressources en nickel, lithium et cobalt, ainsi que du savoir-faire et de la capacité de transformer les métaux.
Plusieurs projets sont envisagés. L’allemand BASF et le groupe Terrafame dans lequel l’Etat est actionnaire projettent des usines, à Harjavalta et à Sotkamo.
Terrafame dispose déjà d’une mine de nickel. 70 % de la production est destinée à la production d’acier, mais la part qui va à la fabrication de batteries augmente rapidement.
Il faut 52 kg de nickel pour une batterie de voiture électrique de 77 kWh. Selon le président du conseil d’administration de Terrafame, Lauri Ratia, la production du groupe pourrait satisfaire le besoin de 1,3 millions de voitures électriques par an. Les ressources en cobalt suffiraient pour 400 000 voitures par an.
HBL relève que le fait que la plupart du cobalt dans le monde vient du Congo est problématique. 10 % du cobalt du monde est raffiné en Finlande, à Kokkola. Le directeur australien du groupe Mawson, Michael Hudson, souhaite qu’un jour, on puisse inscrire sur les téléphones portables que le lithium et le cobalt utilisé viennent de Finlande.
HBL/5.2/4-5

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission des lois constitutionnelles continuera ses travaux
La commission des lois constitutionnelles n’a pas pu terminer sa décision concernant la réforme « sote » et ses travaux pourraient continuer toute la semaine.
HS

Soins aux personnes âgées

Propos de M. Sipilä : la rentabilité économique ne peut pas être la première priorité
Le Premier ministre, Juha Sipilä, qui a parlé devant des journalistes de rédactions politiques, estime que les entreprises de soins aux personnes âgées devraient réfléchir si elles ont choisi le bon secteur. Obtenir la plus forte rentabilité économique ne peut pas être la première priorité pour ces entreprises, il faut d’abord proposer un service de bonne qualité, selon lui.
Il rappelle qu’avant les révélations actuelles liées aux problèmes dans les soins, ces entreprises ont fait la une des médias pour leur optimisation fiscale.
Il souligne que les bons résultats financiers ne devraient en aucun cas être obtenus aux dépens de services et leur qualité. Il rappelle toutefois que l’ensemble des acteurs privés de ce secteur ne sont pas à accuser.
M. Sipilä note que les soins relèvent de la responsabilité des communes. Pour lui, il est clair que la surveillance et les connaissances en matière de sous-traitance et externalisation sont plus faibles qu’elles ne seront dans les futures régions.
Il souligne l’importance de l’adoption de la réforme Sote qui permettra de s’appuyer sur des entités plus larges que les communes.
HS

La loi sur les soins aux personnes âgées sera révisée
Le ministère des services sociaux et de la santé a décidé de confier à un groupe de hauts fonctionnaires le soin de préparer une révision de la loi sur les soins aux personnes âgées. Il devrait rendre ses travaux à la fin de l’année 2019, soit pour le prochain gouvernement.
AL

Loi sur le renseignement

Retrait surprise des projets de loi sur le renseignement de l’ordre du jour du parlement
Le parlement a décidé de retirer les projets de loi sur le renseignement civil et militaire de sa séance plénière d’aujourd’hui où ils devaient être examinés en première lecture.
Selon le communiqué du parlement, les problèmes sont liés au rapport rédigé par la commission de l’administration concernant le projet de loi sur le renseignement civil qui vient donc d’être retiré de l’ordre du jour.
La situation du projet de loi sur le renseignement avait été évoquée hier lors de la conférence des présidents de commissions qui avait demandé une évaluation sur la suite de son traitement par la chancellerie du parlement. La chancellerie a donc proposé son retrait afin d’évaluer que les recommandations de la commission des affaires constitutionnelles ont bien été prises en compte par la commission de l’administration (qui a préparé le projet de loi sui devait être soumis à la première lecture en séance plénière).
Il est exceptionnel qu’un projet de loi soit retiré de cette manière de l’ordre du jour.
YLE, HS

Le chancelier de la justice Tuomas Pöysti estime que les pouvoirs de la SUPO augmentent trop
Le chancelier de la justice Tuomas Pöysti souhaiterait examiné d’ici deux à trois ans les fonctions et les pouvoirs de la Supo ainsi que leur application. En effet, la nouvelle loi sur le renseignement risquerait de conférer à la sûreté nationale un pouvoir particulièrement puissant et l’accès à divers registres.
La raison de sa prise de position réside dans le double-rôle de Supo en qualité de police et de service de renseignement, si toutefois la loi sur le renseignement était votée et entrait en vigueur.
Les lois sur le renseignement n’ont pas pour but de collecter des informations en vue d’enquêtes pénales, néanmoins la Supo gardera des droits d’accès à des informations afin de prévenir et dévoiler des crimes.
Normalement, les services de renseignement civils sont tenus de renoncer aux pouvoirs de police mais en Finlande le service de renseignement Supo, comme le préconise le projet de loi, gardera en partie ses fonctions en qualité de police. « Dans les pays occidentaux, il est rare que la même organisation possède un droit aussi étendu, y compris pour collecter des informations secrètes », explique M. Pöysti.
Par ailleurs, les nouvelles lois sur le renseignement civil et militaire donneraient aux fonctionnaires finlandais le droit d’espionnage à l’étranger, c’est-à-dire d’enfreindre les lois des autres pays sur leurs territoires. Par conséquent, la Finlande pourrait, au besoin, participer aux opérations les plus dures, à la manière de l’américain CIA ou du russe SVR, écrit Helsingin Sanomat.
Selon la Supo, un groupe de travail du ministère de l’Intérieur avait envisagé le rôle de la Supo dans son rapport final en 2014. A ce moment-là, il a conclu qu’une solution qui prévoyait de conférer à la Supo uniquement un pouvoir de service de renseignement ne convenait pas à la Finlande. Le groupe de travail a abouti à un modèle qui relie des éléments du service de renseignement, du service de sécurité et de la police de sécurité », constate la Supo.
HS13.2/

Centre de gestion de crise civile

Le chancelier de la Justice réprimande le ministre de l’Intérieur
Le chancelier de la Justice Tuomas Pöysti réprimande le ministre de l’Intérieur, Kai Mykkänen, sur la préparation du transfert du centre de gestion de crise civile. Selon lui, la décision sur la localisation du centre aurait été prise avant de comparer les différentes villes qui auraient pu être envisagées pour accueillir le centre.
En 2007, ce centre a été établi à Kuopio. En avril 2018, le ministère a communiqué sur son transfert dans la région de la capitale.
HS/A15

Défense

Prise de position du ministre Jussi Niinistö sur les actions des troupes SS
Le ministre de la Défense Jussi Niinsitö a pris position dans son blog sur le rapport publié la semaine dernière par les Archives nationales concernant les SS Finlandais.
”Ce nouveau rapport sur les volontaires SS finlandais ne présente, à ma connaissance, aucun élément nouveau sur le fait que des Finlandais auraient participé à des crimes de guerre ou à la persécution des juifs. Par conséquent, je considère comme injuste que l’on jette sur eux l’ombre du doute sans preuves », écrit le ministre de la Défense.
Selon le rapport des Archives nationales publié lundi dernier, des Finlandais volontaires avaient participé à des exécutions et crimes de guerre au sein des troupes SS entre 1941 et 1943.
HS

Economie – Démographie

Le ratio de dépendance se creuse
Taloussanomat rapporte que le ratio de dépendance démographique de la Finlande va considérablement s’affaiblir, en particulier dans de nombreuses régions.
Deux raisons principales se conjuguent : les classes d’âges qui entrent sur le marché du travail sont maigres et le nombre de retraités ne cesse d’augmenter ;
Si l’on prend en compte la population active (âgée de 15 à 64 ans) par rapport à la population inactive (moins de 15 ans et plus de 65 ans), le seuil de 50% a été dépassé dès 2004. Il a dépassé 60% en 2017 et devrait dépasser 65% en 2023.
Il y a toutefois de fortes disparités géographiques : en 2020, ce ratio ne sera inférieur à 60% que dans la région d’Helsinki et il dépassera 80% dans nombre de régions de l’Est et du Nord.
Marko Rapo, directeur à l’institut finlandais des statistiques, souligne toutefois que, du point de vue de la Finlande, le rapport de dépendance économique (qui tient compte du taux d’emploi) est plus important.

Ratio de dépendance (en %) – prévisions à partir de 2017
https://www.is.fi/taloussanomat/art-2000005998258.html

France – Finlande

Vin

Les Finlandais aussi s’intéressent aux placements dans le vin
Helsingin Sanomat publie un reportage sur la mode des placements dans les grands vins. Ce sont les vins de Bourgogne qui ont connu la plus forte hausse concernant les prix.
HS estime qu’il y a en Finlande une centaine de personnes qui sont prêts à investir dans les vins plus de 100 000 euros.
HS

Mardi 12 février 2019

Politique étrangère et européenne

Brexit

Les Etats membres devront peut-être combler le budget européen
Si le Royaume-Uni quitte l’UE en claquant la porte au moyen d’un Brexit dur le 29 mars, cela pourrait vouloir dire un trou de plus de 16 milliards d’euros à combler dans le budget de l’UE. La part pour la Finlande serait de 287 millions d’euros, rapporte HS.
Le ministre des Finances Petteri orpo, qui participait hier à la réunion des ministres européens des Finances à Bruxelles, a déclaré que la Finlande n’avait pas encore réfléchi à une telle alternative. « Nous faisons diverses évaluations et on a mandaté certains ministères pour envisager ce que signifierait un Brexit dur. Nous ne mettons pas la charrue avant les bœufs mais nous devons être prêts à divers scénarios », a dit M. Orpo.
HS

France – Allemagne

« La France et l’Allemagne main dans la main » SK
La directrice de recherche Hanna Ojanen revient dans Suomen Kuvalehti sur le traité d’Aix-la-Chapelle signé le 22 janvier par la France et l’Allemagne. Elle souligne que le traité soutient fortement la coopération européenne. Elle revient aussi sur les polémiques suscitées par ce traité qui ont obligé à expliquer dans les réseaux sociaux ce qu’il n’était pas. Pour elle, il est aussi important de s’attacher à ce que le traité contient réellement. En particulier, le traité approfondit la coopération de défense : désormais, l’assistance mutuelle par tous les moyens est envisagée par le traité, même dans le cas où les traités européens ou de l’OTAN se déliteraient.
Il ne faut pas non plus négliger les parties consacrées à la coopération dans le domaine culturel, comme la possibilité de rapprocher les instituts culturels, relève Mme Ojanen qui imagine une réunion du Goethe-Instituut et de l’Institut français à Helsinki.
SK

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission des lois constitutionnelles continuera ses travaux aujourd’hui
La commission des lois constitutionnelles n’a pas pu terminer sa décision concernant la réforme « sote » et continuera ses travaux aujourd’hui. Les membres n’excluent pas que le travail se poursuive encore pendant des jours. Si la commission considère que le projet comprend beaucoup de points qui vont à l’encontre de la Constitution, le parlement actuel n’aura pas le temps d’étudier les projets de lois liés à la réforme. Les modifications demandés par la commission des lois constitutionnelles devront être mises en œuvre par la commission des affaires sociales et de la santé.
Helsingin Sanomat rappelle qu’en raison d’une fuite de données à la commission des lois constitutionnelles, en mai dernier, les membres de la commission lisent tous les documents confidentiels sur papier, aucun ordinateur n’étant plus admis dans la salle.
L’éditorialiste de HS estime que, durant la législature précédente, on a compris que les communes constituaient un fondement trop fragmentaire pour l’organisation des services sociaux et de la santé. Avec les aspirations politiques liées à la réforme, un avancement réaliste étape par étape a été oublié. Le fait que le pouvoir public est en dernier lieu responsable de ces services a été brouillé, selon l’éditorialiste.
AL/A5, HS/A4&A12, HS

Augmentation des crédits pour la formation du personnel soignant
Le gouvernement prévoit cinq millions d’euros de plus pour la formation des infirmières et aides-soignantes. Selon la ministre de l’Education, Sanni Grahn-Laasonen (Rass. national), l’objectif est d’entamer la formation de 500 aides-soignantes de plus, dès cette année, avec les soins aux personnes âgées comme spécialisation.
HS/A15

Retour des tests d’aptitude dans le secteur des soins
Le ministère de l’Education annonce, dans un communiqué, que les tests d’aptitude seront de nouveau mis en place dans la formation du secteur social et santé. Le ministère entamera également la préparation d’un test unique national pour ce secteur.
HS/9.2/A25

Transports publics

Des Trams à Turku ?
Turku envisage de mettre en place des trams pour le transport public, 40 ans après la disparition des rails de la ville.
Le conseil municipal devrait se prononcer en la matière ce printemps.
Les rails éventuellement prévus s’étendraient sur un trajet total de quinze kilomètres. A Tampere, les trajets s’étendent sur 20 km et à Helsinki sur 38 km.
HS

Des bus chinois avec des batteries efficaces à Espoo et Kerava
En août, des bus chinois seront introduits à Espoo et Kerava. Le groupe Pohjolan liikenne envisage d’acheter 30 bus munis de grandes batteries en Chine. Les véhicules de Yutong dont les batteries se chargent pendant la nuit, sont compétitifs, selon Pohjolan liikenne, alors que HSL, régie des transports publics de la région de Helsinki, n’est pas convaincu par la supériorité de ces batteries. HSL souligne aussi qu’opter uniquement pour ce genre de batteries exclurait tous les autres fabricants que les chinois du marché.
HS/8.2/A21

Tourisme

Augmentation des nuitées de touristes étrangers en Finlande
Le nombre de nuitées de touristes étrangers en Finlande a augmenté de 1,3 % en 2018, selon Visit Finland. En décembre, l’augmentation était de 6,9 %.
Au total, le nombre de nuitées s’élevait à 6,8 millions.
25 % des touristes étrangers séjournent en Laponie et à Kuusamo, alors que la région de la capitale accueille 43 % des touristes.
Si les Russes occupent toujours le premier rang, uUn peu plus de la moitié des touristes viennent des pays de l’UE.
HS/8.2/A29

Loi sur le renseignement

L’union des rédacteurs-en-chef critique le projet de loi
L’union des rédacteurs-en-chef critique le projet de loi sur le renseignement. Il s’agit plus particulièrement du règlement selon lequel une information demandée par inadvertance par une autorité doit immédiatement être détruite mais ne serait pas signalée à la personne concernée par une action de renseignement, comme un journaliste par exemple.
HS12.2/A10

Défense

Projet HX
« Un avion se distingue des autres » AL
« Il y a un favori en ce qui concerne l’évaluation des performances », écrit Joonas Kuikka de Lännen media dans Aamulehti. « L’américain F-35 de Lockheed Martin est l’avion de combat de l’avenir de l’armée de l’air américaine. Il possède une technologie de furtivité que les autres n’ont pas. En Finlande, l’avion de combat se trouve, dès son décollage, dans l’espace de tir des systèmes de missiles de défense aérienne. Par conséquent, il est important que le radar de l’adversaire ne perçoive pas l’appareil de loin, ni de près d’ailleurs », poursuit le journaliste qui souligne toutefois que la récente décision allemande de refuser le F-35 marque un premier échec de l’américain.
Pour l’instant, les fabricants ne se prononcent pas sur le prix exact de leur proposition, néanmoins, il semblerait qu’aucune des cinq offres ne dépasse le budget de 7 à 10 milliards d’euros pour 64 avions de combat multifonctions.
La collaboration industrielle devrait représenter un minimum de 30% de la valeur globale de l’acquisition. Saab, Eurofighter et Boeing misent sérieusement sur cela en proposant la possibilité du montage des avions en Finlande.
« En proposant ses Super Hornet, l’américain Boeing fait référence à l’histoire commune des F-18 et de son acquisition réussie. Son directeur des ventes pour la Finlande et la Suisse, Alain Garcia, rappelle que la valeur de cette collaboration qui représente à l’heure actuelle environ trois milliards d’euros, a dépassé le seuil fixé à l’origine. Selon Boeing, 60% des outils de maintenance des F-18 conviendraient à l’entretien des Super Hornet », rapporte le journal qui rapporte les commentaires de trois des fabricants (Saab, Eurofighter et Boeing).
AL10.2/A12

Selon un expert, le Gripen n’est pas inférieur aux autres avions de combat
Le quotidien en ligne Uusi Suomi publie les propos d’un expert en matière de l’aviation militaire qui considère que l’acquisition HX ressemble à un duel. Pour l’analyste Richard Aboulafia du groupe d‘aviation et de défense Teal Group, le F-35 est le candidat le plus cher et le plus performant et le suédois Gripen E/F représente une alternative nordique meilleur marché, une sorte de solution minimale.
La Finlande a signalé qu’elle procédera en fonction de la performance des appareils. Saab n’accepte pas d’effectuer de comparaison sur la performance entre son appareil et celui des Américains. « Nous parlons de nos propres avions et ne faisons pas ce genre de comparaison » affirme le directeur du groupe Saab, Håkan Buskhe.
Les évaluations de prix sont difficiles à effectuer car les prix unitaires ne sont pas publiés. Selon Aboulafia, le prix de départ du Gripen serait de 60 millions de dollars. Lockheed Martin aurait promis de baisser le prix du F-35 à environ 80 millions d’ici 2020.
US

France – Finlande

Culture

Concert de l’Ensemble Intercontemporain
Helsigin Sanomat publie une bonne critique du concert de l’Ensemble Intercontemporain qui s’est produit à Helsunki dans le cadre du festival Musica Nova.
HS

Lundi 11 février 2019

Politique étrangère et européenne

Présidence

Le Président Niinistö à Munich puis opéré
Le Président Sauli Niinistö participera à la conférence de Munich sur la sécurité du 15 au 17 février. Il prononcera notamment un discours sur la sécurité dans la région arctique.
Il subira à son retour une opération de la hanche.
HS

Diplomatie

M. Soini à Washington
Le Ministre des Affaires étrangères était la semaine dernière à Washington où il a rencontré& notamment le conseiller à la sécurité du Président, M. John Bolton.
M. Soini a déclaré qu’il ne pensait pas que les Américains quitteraient totalement ni la Syrie ni l’Afghanistan. Interrogé sur les déclarations de M. Trump concernant un retrait de la Syrie, M. Soini estime que « le Président américain a un fort pouvoir de décision, mais il est aussi enclin à changer d’avis ».
Concernant ses propres intentions avant les élections législatives, M. Soini déclare que la raison lui commanderait de ne pas se représenter, mais laisse entendre que son cœur le pousserait à continuer la politique.
HS

Immigration

Un test pour les demandeurs d’asile
Actuellement, les demandeurs d’asile de plus de 16 ans doivent suivre une formation sur la société finlandaise. Le ministre de l’Intérieur estime que cela ne suffit pas et qu’il faudrait s’assurer que ces valeurs sont bien comprises au moyen d’un test.
Ce projet sera présenté dans le cadre de la prochaine rallonge budgétaire.
HS

Histoire

Rapport sur les SS Finlandais pour le centre Simon Wisenthal
« Les Finlandais ont participé aux exécutions » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a publié, vendredi, le rapport sur la participation des SS Finlandais à l’exécution de Juifs, civils et prisonniers de guerre durant la période 1941-43. Ce rapport avait été initié suite à une lettre du centre Simon Wisenthal au président de la république finlandaise.
Les conclusions sont que les Finlandais ont probablement participé aux exécutions commises par ces troupes.
Au total ce sont un peu plus de 1400 volontaires Finlandais qui ont servi dans la Division SS Viking avec l’assentiment de l’Etat finlandais, rappelle HS. Ils ont servi sur le front du Sud-Est, jusqu’en 1943, après la défaite de Staliningrad.
HS
https://www.arkisto.fi/uploads/Julkaisut/sarjajulkaisut/SS-VOLUNTEERS_verkkoon.pdf

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission des lois constitutionnelles se réunit aujourd’hui
La commission des lois constitutionnelles se réunit ce midi pour peaufiner sa déclaration sur le réforme « sote » et les modifications qu’elle envisage de présenter aux projets de lois. Helsingin Sanomat rappelle que, selon différentes estimations, la commission présentera sans doute une dizaine de modifications, mais on ne sait pas pour l’instant s’il s’agit de points compliqués et difficiles ou non.
La commission est censée évoquer les parties centrales de la réforme, sur la création des régions, la production des services sociaux et de la santé et la liberté de choix.
La commission donnera son avis sur le fait de savoir si la réforme est conforme à la constitution, ce qui permettra ensuite de savoir si la commission des affaires sociales et de la santé pourra terminer les projets de loi pour les présenter en session plénière pour le vote.
Outre les questions centrales, il faudra que les questions sur le financement des régions et la réalisation de l’égalité des Finlandais partout dans le pays soient résolues.
Il est probable que les projets de loi concernant la surveillance des soins et leur transfert à une nouvelle instance qui entamerait ses travaux en 2021 ne seront pas traités durant la législature en cours.
HS estime que, parmi les lois liées à la réforme, seules les lois principales pourront être adoptées par le Parlement ce printemps. Même cela n’est pas sûr.
Celles concernant les services de l’emploi des régions ne seront probablement pas traités ce printemps. Elles constitueront une pomme de discorde lors des prochaines négociations gouvernementales.
Les travaux de la commission des lois constitutionnelles de ce jour et des jours à venir seront un bras de fer important.
HS/lun/A11

Les activités d’une autre maison de retraite suspendues, des personnes politiques demandent des sanctions pour les négligences
Les autorités ont interrompu les activités d’une maison de retraite médicalisée gérée par Attendo à Alavus en Ostrobotnie. La maison avait été ouverte il y a un mois seulement.
A Helsinki, une maison destinée à de jeunes handicapés, gérée par Esperi, a été fermée.
Des personnes politiques, dont le ministre de la Justice, Antti Häkkänen, ont demandé, dimanche, que la surveillance des acteurs du secteur des soins soit renforcée et que les sanctions soient durcies.
M. Häkkänen estime que le ministère des Affaires sociales et de la Santé devrait établir un programme d’actualisation des soins aux personnes âgées incluant une augmentation du nombre de soignants et un renforcement de la réglementation. Il estime que les problèmes du secteur sont une honte pour la Finlande.
Il n’exclut pas que les négligences constatées soient pénalement condamnables en matière de négligence, fraude ou falsification.
Antti Kaikkonen, président du groupe parlementaire du Centre, a dit qu’il souhaite que l’on étudie la possibilité de sanctions concernant les négligences. Il rappelle que les acteurs irresponsables engendrent également un problème d’image pour le secteur en tant qu’employeur attractif.
HS/lun/A10-11

Elections législatives

Les Bleus veulent jusqu’à 100 chasseurs
Le parti des Bleus a présenté samedi son programme électoral pour les législatives. Le parti souhaite notamment que la Finlande remplace la totalité de ses chasseurs de combat, soit 64 appareils. Le parti veut même une option permettant de porter ce nombre à 100 dans la décennie suivante.
Les Bleus souhaitent aussi 1000 policiers de plus.
AL

Les Chrétiens-démocrates veulent plus de policiers et d’aides-soignants
Le parti des Chrétiens-Démocrates a présenté samedi son programme électoral pour les législatives. Le parti souhaite notamment 1000 policiers de plus mais aussi 1000 postes supplémentaires dans le secteur des soins. Le parti propose aussi une prime de 1000 euros pour chaque naissance.
AL

Le Rassemblement national ouvert à toutes les coalitions
Dans une interview accordée à STT, le Président du Rassemblement national Petteri Orpo déclare que la coalition actuelle du Centre et du Kokoomus a obtenu de bons résultats et mériterait de continuer ; « Néanmoins, le résultat et les programmes électoraux seront décisifs. Il faut se réserver la possibilité de former tous types de coalitions. Contrairement à la Suède (où il y a une politique de deux blocs), la tradition finlandaise de la coopération [entre tous les partis] doit être conservée. Cela permet d’éviter de cliver et de ne pas affaiblir la capacité aux compromis ».
KS

Parlement

Proposition d’initiative citoyenne
Près de la moitié des Finlandais ont signé une proposition d’initiative citoyenne
Selon un récent sondage près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré avoir au moins une fois signé une proposition d’initiative populaire sur le site du parlement.
HS

Revenu de base

« Maigres résultat de l’expérimentation finlandaise » HS
Helsingin Sanomat estime que l’expérimentation finlandaise sur le revenu de base a peut-être été profitable en termes d’image internationale de la Finlande. Néanmoins, les résultats semblent bien maigres.
Le quotidien souligne que seulement 31% des personnes qui ont reçu le revenu de base ont répondu à l’enquête sur l’expérimentation. Le fait que les deux tiers des bénéficiaires en dit long sur cette expérimentation et ne manquera pas d’interroger sur la représentativité des réponses en général.
HS

Editorial
Le revenu de base mis en avant par ceux qui s’y opposent aussi
Helsingin Sanomat relève que le parti du Centre promeut un revenu de base qui n’en serait ni universel ni inconditionnel. L’éditorialiste estime que tous les partis, qu’ils soient ou non favorables à un revenu universel sont unanimes pour dire qu’il faut revoir les assurances sociales. Cela sera la tâche du prochain gouvernement. L’éditorialiste souligne néanmoins que le revenu de base reste un sujet à étudier. Et les résultats obtenus de l’expérimentation pourront être utiles pour les réflexions sur la réforme des assurances sociales.
HS

Vendredi 8 février 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande - Suède

Défense
Helsingin Sanomat relève que le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist a un entretien avec le Président Sauli Niinistö aujourd’hui à Helsinki.
M. Hultqvist estime que M. Niinistö est dans une position-clé quand il s’agit de la sécurité de la région baltique : « Le président finlandais a un rôle important dans la construction de l’équilibre et de la crédibilité de la politique de sécurité dans les pays nordiques. »
Quant à l’agenda de la rencontre, M. Hultqvist se contente de dire qu’il évoquera les relations finno-suédoises et la situation de politique de sécurité avec le Président Niinistö.
HS/A26

Commerce international

Outokumpu souffre des droits de douanes américains sur l’acier
Les droits de douanes américains sur l’acier ont fait chuter le résultat du groupe d’acier Outokumpu.
Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 8 % pour s’élever à 6,9 milliards d’euros. Sa rentabilité s’est toutefois fortement affaiblie.
Le résultat de l’année dernière s’élève à 130 millions d’euros, ce qui représente un tiers de celui de 2017.
HS/A32

Forte hausse des exportations finlandaises en 2018 Exportations
Les exportations finlandaises ont augmenté de 7 % en 2018, selon les Douanes. Les exportations de marchandises s’élevaient à 63,8 milliards d’euros. En 2017, elles avaient augmenté de 15 %.
L’Allemagne reste le premier partenaire de la Finlande pour les exportations, suivie de la Suède, des Etats-Unis et des Pays-Bas. La part de la Russie continue à diminuer et pour la première fois, la Chine passe devant elle parmi les pays destinataires des exportations de la Finlande.
HS/A32

Politique intérieure

Parlement

Motion de censure
Le Parlement a rejeté aujourd’hui la motion de censure de l’opposition sur les soins aux personnes âgées au vote par 99 voix contre 88 (et 12 absents).
https://www.eduskunta.fi/FI/Vaski/sivut/aanestys.aspx?aanestysnro=1&istuntonro=156&vuosi=2018

Revenu de base

Résultat de l’expérimentation finlandaise
Les tout premiers résultats de l’expérimentation qui a concerné 2000 personnes durant deux ans ont été publiés, hier, et remis à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Pirkko Mattila (Avenir bleu).
L’essai n’a pas augmenté l’emploi, mais il a rendu les personnes concernées plus heureuses : elles avaient moins de stress et de problèmes de santé, mais elles n’ont pas trouvé de débouché sur le marché de travail de façon différente des autres.
Les résultats ne concernent pour l’instant que la première année de l’essai et ceux concernant la deuxième année, qui n’a pris fin qu’en décembre, seront publiés plus tard ce printemps et en 2020.
Les partis de la coalition gouvernementale ne soutiennent pas un revenu universel non-conditionné et automatique, et le PSD n’y est pas favorable non plus.
On considère généralement que le revenu de base diminue la bureaucratie. La question se pose toutefois sur la cherté éventuelle du modèle.
Yle

https://stm.fi/artikkeli/-/asset_publisher/perustulokokeilun-alustavat-tulokset-hyvinvointi-koettiin-paremmaksi-ensimmaisena-vuonna-ei-tyollisyysvaikutuksia?_101_INSTANCE_yr7QpNmlJmSj_languageId=en_US
https://www.epressi.com/tiedotteet/hallitus-ja-valtio/preliminary-results-of-the-basic-income-experiment-les-resultats-preliminaires-de-lexperience-du-revenu-de-basepredvariteljnye-rezuljtaty-eksperimentaljnoj-koncepcii-bezuslovnogovorlaufige-ergebnisse-des-experiments-zum-grundeinkommen.html

Le Centre et les Verts ont publié leur modèle pour sécurité sociale
Les deux partis promeuvent le revenu de base, mais le Centre ne souhaiterait pas que tout le monde soit concerné
Helsingin Sanomat rend compte du fait que même si le Centre et les Verts annoncent qu’ils promeuvent la mise en place d’un revenu de base en Finlande, le modèle du Centre ne comporte pas les caractéristiques de ce qu’on comprend par ce revenu. Pour les Verts, il s’agirait d’un revenu universel sans conditions, réalisé progressivement durant deux législatures.
Pour le Centre, la question de la conditionnalité est difficile et divise le parti, mais la position de la direction du parti l’a emporté et le Centre propose désormais un revenu de base sous conditions. Le conseil national du parti aurait été favorable à un revenu universel non-conditionné. Selon la position adoptée, le parti simplifierait la sécurité sociale en fusionnant certaines allocations et indemnités (chômage et familiales) en un revenu de base de 550 à 560 euros. Il ne serait toutefois pas universel, mais seulement attribué aux bénéficaires de ces allocations ou indemnités.
Dans la proposition des Verts, il s’agirait d’un revenu non-conditionné de 600 pour tout Finlandais de plus de 18 ans hormis les retraités. Il serait automatique dès lors que les autres revenus ne dépassent pas un certain niveau. Dans une première phase, les Verts proposent de mettre en place un demi-revenu de base de 300 euros sans conditions, alors que l’autre moitié serait encore sous condition. Lors de la législature de 2023, il s’agirait de passer à un revenu de base à part entière.
Selon les calculs préliminaires des Verts, la réalisation de la première phase du revenu de base coûterait environ 500 millions d’euros par an.
HS/A12-13

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission des lois constitutionnelles se réunira en session extraordinaire, lundi
La commission des lois constitutionnelles est sur le point de terminer son évaluation sur la réforme des services sociaux et de santé « sote ». Elle se réunira exceptionnellement, lundi, et informera sur ses travaux, le même jour.
La commission étudiera, cet après-midi, la question sur le financement des Îles Åland, devenue un élément important pour l’avancement de la réforme sote.
HS/A14

Affaires sociales

Mme Grahn-Laasonen veut augmenter le contrôle des crèches
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre de l’Education Sanni Grahn-Laasonen compte proposer des crédits pour augmenter les contrôles dans les crèches lors des négociations du gouvernement sur la prochaine rallonge budgétaire prévue exceptionnellement pour février.
Dans le cadre du débat sur les soins aux personnes âgées, plusieurs cas de négligence dans l’éducation de la petite enfance ont suscité un émoi. La ministre condamne les négligences et souligne que les acteurs publics et privés doivent obéir à la loi. Il faut accorder plus de ressources pour que les autorités chargées des contrôles puissent augmenter les visites dans les crèches.
A Helsinki, il y a un cas où une chaîne privée de crèches a des unités qui ont fonctionné sans les autorisations nécessaires pendant des années. Il y a même eu une crèche municipale qui a fonctionné sans une autorisation concernant la sûreté des locaux.
HS/A19

Elections législatives

Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais ont présenté jeudi leur programme économique et de politique sociale et leurs thèmes électoraux lors d’une conférence de presse à Helsinki.
Selon le président du parti Jussi Halla-aho, l’objectif des Vrais Finlandais est de devenir le plus grand parti aux élections législatives.
Selon les Vrais Finlandais, le prochain gouvernement doit faire des économies de deux milliards d’euros en 2019-2023, soit 500 millions d’euros par an.
Le responsable de la communication Matti Putkonen veut mettre fin aux aides pour l’énergie éolienne.
Riikka Purra, qui a présenté le programme de politique sociale, et Sakari Puisto, qui a présenté le programme économique du parti, estiment, quant à eux, qu’on pourrait faire des économies de plusieurs milliards d’euros en diminuant le budget des aides sociales et de l’intégration des immigrés.
Mme Purra s’oppose à l’idée d’accorder autant ou plus d’aides aux immigrés qu’aux Finlandais. A la question de savoir comment la Finlande pourrait aller à l’encontre des accords internationaux ou de la loi, Mme Purra et M. Halla-aho ont répondu qu’on devrait interpréter différemment les accords internationaux ou modifier les lois.
Le parti n’a pourtant pas précisé le montant des économies. Selon M. Halla-aho, « la direction est plus importante que les chiffres ».
HS/A13

Jeudi 7 février 2019

Politique intérieure

Partis politiques

Le Rassemblement national chute
Selon les résultats d’un sondage d’opinion effectué pour le compte d’Yle, le PSD est encore en tête avec un score de 20,1 %, malgré une baisse de 1,1 point. Même si l’audience du Rassemblement national a baissé le plus, de 2,3 points, ce parti arrive deuxième avec 17, 3%, suivi du Centre qui obtient 15,6 % (-0,5 point).
Les Verts arrivent quatrième avec un score de 14,6 % (+1,0 point), suivis des Vrais Finlandais avec 12 % (+1,8 point) et de l’Alliance des gauches avec 8,6 %, (-0,9 point).
Le parti suédois obtient 4,0 % (+1,5 point), les Chrétiens-démocrates 3,6 % (-0,6 point) et les Bleus 1,4 % (+0,6 point).
Le score du Centre est le plus bas depuis plus de six ans et celui du Rassemblement national a été aussi bas pour la dernière fois en août 2016.
Pour la première fois depuis plusieurs mois, la différence entre le PSD et le Rassemblement national a fortement augmenté alors qu’elle avait tendance à se réduire.
Selon Tuomo Turja, directeur de recherche de l’institut, le score du Rassemblement national a chuté le plus, surtout parmi les retraités et les femmes, pendant les deux dernières semaines du sondage quand le débat sur les soins aux personnes âgées a déjà été en cours.
M. Turja note que la hausse de l’audience des Vrais Finlandais est intéressante, parce que le parti semble avoir retrouvé ses anciens électeurs. Quant aux Verts, ils ont obtenu des électeurs des autres partis, auprès du Rassemblement national mais aussi de l’Alliance des gauches.
Le sondage a été effectué entre le 14 janvier et le 5 février auprès de 2 928 Finlandais.
Yle

Projection en sièges
Yle relève qu’à la lumière des chiffres du sondage, le PSD aurait 49 sièges au nouveau Parlement, le Rassemblement national 39, le Centre 38, les Verts 26, les Vrais Finlandais 20, l’Alliance des gauches 15, le Parti suédois 8 (avec le siège des îles Åland) et les Chrétiens-démocrates 3 sièges.

Les Verts, parti des femmes, les Vrais Finlandais, parti des hommes
Yle rapporte que, selon le sondage, les Verts est le parti des femmes, parce que 71 % de son électorat sont des femmes. Dans l’électorat des Chrétiens-démocrates, il y 64 % de femmes. Chez l’Alliance des gauches, il y en a 55 %, parmi le PSD et le Parti suédois 53 %.
Dans l’électoral du Centre, il y 56 % d’hommes, chez le Rassemblement national 63 %, les Bleus 78 % et parmi les Vrais Finlandais 81 %.
Yle

Les Verts ont le plus d’électeurs de moins de 35 ans
Le sondage d’Yle montre que dans l’électorat des Verts il y 41 % d’électeurs de moins de 35 ans. Les Vrais Finlandais en ont 34 %, l’Alliance des gauches 27 %, le Rassemblement national 24 %, les Bleus 22 %, le Centre 21 %, les Chrétiens-démocrates 18 %, le Parti suédois 14 % et le PSD 10 %.
Yle

Elections législatives

Thèmes électoraux
Selon un sondage effectué pour le compte d’Helsingin Sanomat, les thèmes électoraux les plus importants pour les Finlandais sont les soins médicaux (55 %), l’emploi et le chômage (45 %), le climat, l’énergie et l’environnement (40 %), l’économie de l’Etat, les impôts et le montant de la dette (35 %), l’immigration (35 %), l’éducation et les sciences (34 %), la criminalité et la sécurité (32 %), les jeunes et l’exclusion (28 %), la pauvreté et la sécurité sociale (27 %), l’égalité (27 %), la politique étrangères et de sécurité (23 %) et les familles et la natalité (13 %).
Heikki Paloheimo, professeur émerite en sciences politiques, s’étonne du fait que les partis politiques ne s’intéressent pas plus, en tout cas dans leurs programmes électoraux, à la croissance économique et au montant de la dette publique.
HS/A6-7

Soins aux personnes âgées

Débat sur la motion de censure
Les partis représentés au Parlement souhaitent que l’on prévoie plus de personnel soignant pour les soins aux personnes âgées. Seul le Rassemblement national s’exprime de façon confuse. Petteri Orpo, président du Kokoomus, dit bien qu’il faut préciser, dans la loi, le nombre de personnel soignants [par patients], mais que cela dépendra du besoin en matière de soins. Le parti ne souhaite pas inscrire de chiffre explicite dans la loi, mais n’arrive pas à bien expliquer son alternative pour définir les soins.
Les autres partis sont d’accord pour inscrire dans la loi un ratio de 0,7 (personnel par patient) dans les maisons de retraite médicalisées.
Cela coûterait entre 200 et 300 millions d’euros, et il s’agirait de créer 4200 nouveaux postes.
La ministre des Services sociaux, Annika Saarikko (Centre), a annoncé que le gouvernement envisageait de remettre prochainement au Parlement une proposition de loi de finances rectificative qui comprenait des ressources supplémentaires pour la surveillance des soins aux personnes âgées. M. Orpo, ministre des Finances, a confirmé que la proposition serait remise au Parlement le 26 février.
Mme Saarikko a dit qu’une proposition concernant un nombre contraignant de personnel soignant ne serait pas remise durant la législature en cours, mais que la préparation d’une législation sur les services aux personnes âgées allait commencer.
L’autorité Valvira est en train d’étudier une quinzaine de soupçons sur des négligences qui auraient engendré le décès d’un patient.
HS/A9, AL/A4-5

Que veut dire un ratio de 0,5 ou 0,7 personnel soignant par patient ?
L’ancien directeur de l’hôpital universitaire d’Helsinki Aki Lindén estime que 99% des Finlandais n’ont pas conscience de ce que veut dire en pratique le débat sur le ratio de personnel soignat par patient dans les maisons de retraite médicalisées. Il explique qu’un ratio de 0,5 ne veut pas dire qu’un agent s’occupe de deux patients mais que, dans une maison de retraite médicalisée avec 28 lits, il y a le matin quatre personnes, l’après-midi trois et la nuit quatre pour s’occuper des patients. Si on monte ce ratio à 0,7, il y aura six personnes le matin et quatre l’après-midi.
Le syndicat des aides-soigantes SUPER a lui aussi publié ses chiffres pour expliquer qu’un ratio de 0,5 ne signifie pas que, dans un service de dix patients, il y a en permanence cinq soignants mais plutôt un ou deux. En effet, chaque jour il y a trois équipes et chaque membre du personnel assure cinq tours de garde dans la semaine, donc il y a en moyenne en permance 1,9 membre du personnel pour 10 patients. Par ailleurs, ils peuvent avoir à assurer des tâches supplémentaires (comme le ménage). C’est pourquoi certains partis comme l’Alliance des gauches demandent que ce ratio ne concerne que le personnel soignatn et non l’ensemble du personnel des maisons de retraite médicalisées.
Uusisuomi HS

Iles Åland

Projet de modification de la législation concernant l’autonomie des Îles Åland
Le gouvernement a annoncé, hier, qu’il allait remettre une proposition sur la modification de la législation concernant l’autonomie des Îles Åland. Il s’agit d’une proposition promue par la ministre des Transports et des Communications, Anne Berner, que le Rassemblement national et l’Avenir bleu avaient rejetée en décembre et qui comprenait un financement supplémentaire de 15 millions pour les Îles. Aujourd’hui, il s’agit de 14 millions d’euros.
La question relève des changements à venir dans la fiscalité dans le contexte de la réforme des services sociaux et de la santé. La réforme « sote » prévoit en effet d’alléger la fiscalité communale et de renforcer l’impôt national.
Or, Åland dispose de sa propre fiscalité communale à laquelle on ne peut pas toucher dans le contexte de la réforme sote.
Ainsi, suite à la réforme, l’imposition de la population des Îles se trouverait augmentée par rapport aux autres habitants (pour qui le renforcement de la part nationale de l’impôt sur le revenu serait compensée par une diminution de la part communale), ce qui créé un problème constitutionnel qui menace l’adoption de la réforme des régions et de la réforme sote.
Selon la commission des lois constitutionnelles, le changement concernant la fiscalité était liée à la modification de la législation sur l’autonomie d’Åland qui, elle, nécessite l’accord de l’administration ålandaise.
Or, les Îles Åland n’ont pas accepté la modification sans obtenir un financement supplémentaire. Le Rassemblement national et l’Avenir bleu ont été obligés à contre-cœur d’adopter une proposition qui conviendrait aux Ålandais.
HS/A10

Loi sur le renseignement

Les limitations de renseignement pour Supo à l’étranger renforcées
Les commissions de l’administration publique et de la défense proposent d’élargir à l’étranger la protection des sources d’information des journalistes dès lors que la Supo (Sûreté nationale) ou le renseignement militaire ciblent leur renseignement. Ces derniers sont également tenus de respecter les messages liés au secret professionnel des pasteurs, des médecins et des avocats à l’étranger. Selon la proposition du gouvernement, ces interdictions auraient été appliquées uniquement en Finlande.
Aucune des deux commissions n’a accepté la proposition selon laquelle les citoyens seraient avertis d’une recherche de renseignement les concernant faite par inadvertance.
Néanmoins, l’annonce sur les messages saisis, appartenant aux personnes faisant l’objet d’une réelle intervention en matière du renseignement, doit être faite immédiatement.
Le projet de loi devra encore être approuvé par le parlement.
HS7.2/A11

Economie

Ralentissement dans le secteur de la construction
Helsingin Sanomat rend compte des prévisions des représentants du secteur du bâtiment sur le fait que la construction se ralentira en Finlande. Cette année, on entamera nettement moins de constructions de nouveaux logements que l’année dernière. La production du secteur diminuera de 0,5 à 2,5 % cette année et de 1,5 à 3,5 % en 2020.
En 2018, la construction avait augmenté de 3,5 %, mais à l’automne dernier elle a déjà commencé à se ralentir. Contre 44 000 à 45 000 logements lancés en 2018, la construction de 37 000 à 39 000 logements sera entamée cette année.
HS

Annonces de plans de licenciements
Des entreprises annoncent des négociations concernant des licenciements prévus. Hier, il était question de presque mille emplois, et dans les semaines précédentes, des négociations sur des centaines d’emplois ont été annoncées.
Selon la confédération des ouvriers, SAK, 3362 employés ont été licenciés en 2018, et le changement ce début de l’année semble dramatique. D’autre part, en 2012-2016, entre 10 000 et 15 000 personnes ont été victimes de plans sociaux tous les ans.
Selon Simo Pinomaa, économiste du patronat EK, il n’existe pas de signe sur une rechute plus importante : l’industrie prévoit une situation stable, et le bâtiment et le secteur des services une augmentation de personnels.
HS

Politique étrangère et européenne

Défense

Coopération finno-suédoise en matière de la défense
Propos du ministre de la défense suédois Peter Hultqvist
Le ministre de la défense suédois Peter Hultqvist affirme que la Suède et la Finlande envisagent d’accélérer leurs prises de décision dans l’éventualité d’une crise en mer Baltique qui nécessiterait une intervention militaire commune pour dissiper la menace. « Nous allons simplifier notre prise de décision politique », a dit M. Hultqvist mercredi à Stockholm.
Interviewé par le journaliste finlandais Lauri Nurmi, il s’est expliqué sur la menace que représente la Russie pour la Finlande et la Suède. « Dans nos régions voisines en Europe, il y a des conflits, il ne faut pas l’oublier. C’est la Russie qui a enfreint la loi et la justice internationales. »
Le gouvernement suédois ne s’enthousiasme pas à l’idée d’une armée européenne ni de la collaboration européenne. Il mentionne la coopération structurée permanente de l’UE et rappelle qu’elle tend essentiellement à une collaboration en matière de recherche et de consolidation de l’industrie de l’armement par des acquisitions communes. « Nous n’avons pas l’intention de changer notre ligne de non-alliance, pour nous la question de la défense est nationale ».
AL7.2/A15

Projet HX
Le commandant de l’armée de l’air suédoise prétend que le Gripen est conçu pour « tuer le Sukoï »
La réponse du fabricant Saab à l’appel d’offre finlandais a été conçue de manière à contenir 64 avions de combat. Il s’agit néanmoins de deux types d’appareils différents : 52 avions version E monoplace et 12 appareils version F biplaces.
Les biplaces peuvent servir à des fins de formation. Ayant un rôle dans des situations de crise, ils conviennent également à des missions spéciales, notamment en matière de reconnaissance et de guerre électronique.
Par ailleurs, la société Saab propose une collaboration industrielle avec le montage et la maintenance des chasseurs en Finlande. Environ 80 à 90% des interventions pourraient avoir lieu en Finlande.
Selon Yle, le commandant de l’armée de l’air suédoise, Mats Helgesson affirme que le Gripen E est spécialement conçu pour « tuer les Sukoïs » russes.
TS7.2/10, YLE

Mercredi 6 février 2019

Politique étrangère et européenne

Télécommunications

Les autorités se renseignent sur les appareils de Huawei en Finlande
Le ministère des Transports et des Communications a envoyé aux téléopérateurs qui fonctionnent en Finlande un courrier pour se renseigner sur les appareils de réseaux qu’ils utilisent, et en particulier sur le fait de connaître le fabricant de ces appareils.
Selon le ministère, la prise de contact et la demande d’informations est liée au débat sur la sécurité défectueuse en matière de données et la fuite éventuelle de données.
Selon M. Juutinen, chef au centre de cyber-sécurité du ministère, il a été décidé d’effectuer un bilan sur les appareils que les opérateurs finlandais utilisent, suite au débat sur Huawei.
M. Juutinen note que, dans les réseaux finlandais, aucune activité suspecte n’a été observée.
HS/A27

Santé

Journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines
Selon l’institut de santé publique THL, des milliers de filles en Finlande pourraient être menacées de mutilation sexuelle
10 000 femmes et filles vivant en Finlande seraient mutilées
L’institut de santé publique estime que des milliers de filles pourraient être menacées de mutilation sexuelle. Selon THL, la menace concerne de 650 à 3080 fillettes selon que l’on tient compte ou non des filles d’origine étrangère de deuxième génération dans le calcul.
Il y a en Finlande environ 38 000 femmes et filles originaires de pays qui exercent la mutilation sexuelle. 10 000 personnes auraient subi une telle intervention.
Un programme a été mis en place en Finlande pour prévenir la mutilation et l’envoi des filles à l’étranger pour des opérations. Le programme a également comme objectif de former les professionnels et transmettre une information aux groupes à risque. Il s’agit d’utiliser les « interprètes culturels » lorsqu’on évoque la question avec les familles originaires des pays qui exercent cette tradition.
Le programme a été publié aujourd’hui, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines.
HS

Politique intérieure

Soins aux personnes âgées

Parlement
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de la Famille et des Services sociaux Annika Saarikko a annoncé mardi au Parlement que « la volonté politique semble être tellement forte que je compte lancer les préparatifs d’une loi sur le ratio minimum de soignant par patient ».
Le Premier ministre Juha Sipilä, qui a déjà évoqué la question avec le Chancelier de la justice, a toutefois annoncé à l’agence de presse STT qu’on n’aura pas le temps de présenter ce projet de loi au Parlement avant la fin de la législature. Néanmoins le ministère des Affaires sociales et de la Santé peut commencer les préparatifs et évaluations du projet. M. Sipilä.
Même Petteri Orpo, président du Rassemblement national, qui s’est opposé antérieurement à la fixation d’un ratio contraignant, a annoncé approuver le projet si les autres partis politiques y sont favorables. Il a souligné ensuite que cela ne voulait pas dire que le Rassemblement national était d’accord sur le ratio de 0,7, exigé par plusieurs partis. Les propos contradictoires de M. Orpo ont suscité de la confusion au Parlement.
Les partis de l’opposition ont décidé hier de déposer une initiative afin d’inscrire dans la loi le ratio minimum de 0,7 soignant par patient.
Le débat sur la motion de censure sur les soins aux personnes âgées est en cours au Parlement aujourd’hui et le vote aura lieu vendredi.
HS/A8

Analyse
Selon l’analyse de Marko Junkkari dans Helsingin Sanomat, le Rassemblement national a commencé à paniquer hier. L’objectif du parti a probablement été de prendre l’initiative dans le débat afin de minimiser les dégâts du débat sur la motion de censure sur l’image du parti. Les messages du parti ont toutefois été obscurs et contradictoires et le résultat est une catastrophe.
Le Rassemblement national risque encore de donner l’image d’un parti qui s’intéresse plus au succès des entreprises privées qu’au bien-être des personnes âgées, conclut M. Junkkari.
hs.fi

Plusieurs cas de décès dans des maisons de retraites médicalisées à l’étude
Yle rapporte que les autorités sont en train d’étudier une quinzaine de cas de décès dans les maisons de retraite médicalisées privées ou publiques dans plusieurs communes finlandaises.
Yle

Le prix d’une réforme
Helsingin Sanomat relève que selon l’Union des communes finlandaises, l’augmentation de 0,5 à 0,7 du nombre minimum de soignant par patient coûterait de 200 à 250 millions d’euros. L’attitude de l’Union des communes à l’égard du projet est sceptique.
Les communes devraient recruter 3 800 personnes de plus pour atteindre le ratio de 0,7.
Actuellement seulement 22% des maisons de retraite médicalisées remplissent ce critère de 0,7 soignant par patient.
hs.fi

Gouvernement

M. Sipilä absent
Yle relève que, selon un communiqué de presse de son cabinet, le Premier ministre Juha Sipilä est en congé maladie aujourd’hui et peut-être encore demain en raison d’une grippe.
Selon Päivi Anttikoski, directrices des communications, cela signifie que M. Sipilä ne pourra pas participer au débat sur la motion de censure aujourd’hui au Parlement.
Yle

Economie publique

Réactions aux recommandations des fonctionnaires du ministère des Finances
« Où sont les pauvres et le climat ? » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les recommandations publiées lundi par le ministère des Finances ont suscité des critiques de la part de certains experts et économistes.
Le professeur Juho Saari, expert qui a rendu au gouvernement un rapport sur les inégalités regrette que le ministère des Finances ne mentionne pas des questions centrales comme les inégalités, la pauvreté ou l’exclusion. Le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki répond que, de son point de vue, « l’emploi est en position clé pour diminuer la pauvreté et les inégalités ».
L’économiste Tuomas Kosonen critique pour sa part la ligné du ministère favorable aux réductions budgétaires et opposée aux augmentations fiscales.
L’économiste Olli Kärkkäinen pour sa part s’étonne que le ministère porte aussi peu d’attention à la lutte contre le réchauffement climatique, sujet qui n’est abord »é que dans le 11ème chapitre du rapport.
HS

« Le ministère des Finances entraîne le pays dans la récession » Talsa
Jan Hurri dans Taloussanomat estime que la Finlande se remet à peine d’une récession que sa politique économique avait contribué à aggraver (en prônant l’austérité budgétaire en période de faible conjoncture). Or, le ministère des Finances propose de renouveler exactement la même erreur.
Talsa IS

Economie

Ecarts de revenus
Helsingin Sanomat rend compte du fait qu’en même temps que les revenus médians disponibles des 60 à 79 ans ont augmenté de 48 à 53 % depuis le début des années 2000, ceux des 20 à 29 ans n’ont augmenté que de 20 % et ceux des 30 à 39 ans de 28 %.
Les revenus médians disponibles de l’ensemble des Finlandais ont augmenté de 31 %.
Selon l’Institut national d’études statistiques, le revenu disponible après impôt et les autres cotisations d’une personne de 60 à 69 ans vivant seule est passé de 17 700 à 26 300 euros par an, et concernant une personne de 70 à 79 ans, de 14 600 à 22 300 euros.
Le niveau de revenus des jeunes adultes semble piétiner.
HS/A13

Loi sur le renseignement

Les messages détruits ne seront pas signalés
« Les citoyens ne connaitront jamais l’existence des messages prélevés par inadvertance et ensuite détruits par la Supo (Sûreté nationale). La commission parlementaire de la défense en a décidé ainsi au sujet du renseignement militaire et c’est ce même principe qui sera appliqué concernant la Supo », indique le quotidien Helsingin Sanomat.
Néanmoins, l’annonce sur les messages saisis, appartenant aux personnes faisant l’objet d’une réelle intervention en matière du renseignement, doit être faite immédiatement.
Dans son rapport, la commission de la défense n’a pas tenu compte du point de vue de la commission constitutionnelle, à savoir, qui prendra la décision sur l’utilisation des activités de couverture et des faux achats. La commission constitutionnelle estimait qu’il appartenait à la défense nationale elle-même de prendre ces décisions. La commission de la défense invoquait le fait qu’il était important que le nombre de personnes étant au courant de ces activités soit restreint à un minimum.
Le professeur de droit pénal de l’université d’Helsinki, Sakari Melander, n’est pas convaincu par les justifications de la commission de la défense. « Pour la légitimité de toute activité du renseignement il aurait été justifié que l’utilisation des compétences si étroitement liées aux droits de l’Homme reste entre les mains d’une juridiction indépendante. »
HS6.2/A9

Défense

La défense nationale signe un contrat de 13 millions d’euros
La défense nationale achète des services d’expertise en matière de reconnaissance, de surveillance et de C4I à l’entreprise Insta Defsec Oy pour la somme de 13,1 millions d’euros. Le but de l’achat consiste à consolider les capacités du département de la logistique à réaliser des acquisitions de matériel.
Faisant partie du groupement familial Insta, Insta Defsec est une société basée à Tampere spécialisée dans des systèmes de communication.
AL6.2/A17

Police

Les nouvelles Mercedes blindées de la police finlandaise mises en circulation
Les six premiers véhicules blindés ont été livrés à la police dans diverses localités, d’Helsinki à Oulu. Il s’agit d’une acquisition d’un total de 25 Mercedes blindés dont le prix unitaire est de 400 000 euros.
Environ 250 policiers suivront une formation pour conduire ce véhicule qui nécessite un permis C-1.
www.hs

Mardi 5 février 2019

Politique étrangère et européenne

Venezuela

Déclaration conjointe sur le Venezuela
Hufvudstadsbladet rapporte que la Finlande a signé, avec 18 autres Etats membres de l’Union européenne, la déclaration conjointe sur le Venezuela, selon laquelle ils reconnaissent et soutiennent Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale démocratiquement élu, comme président par intérim du Venezuela.
Le ministre finlandais des Affaires étrangères Timo Soini écrit sur Twitter que « la Finlande soutient Juan Guaidó comme président par intérim afin de promouvoir le processus constitutionnel au Venezuela ».
formin.fi, HBL/13

Finlande – Etats-Unis

M. Soini à Washington
Le ministre des Affaires étrangères Timo Soini effectue une visite à Washington du 5 au 8 février. Il participera le mercredi 6 février à une réunion ministérielle de la coalition contre Daesh à l’invitation du secrétaire d’Etat Mike Pompeo.
M. Soini aura un entretien avec John Bolton, conseiller se sécurité du Président Trump, le vendredi 8 février pour évoquer la coopération transatlantique, la sécurité en Europe et la situation en Afghanistan.
M. Soini rencontrera aussi Jason Greenblatt, représentant au Proche Orient du Président Trump, ainsi que des représentants du Sénat et des think tanks. Il participera aussi au petit-déjeuner des prières du Congrès.
formin.fi

Traité FNI

Editorial
« Sans accord sur les armes nucléaires, c’est l’Europe qui en souffrira » HS
Helsingin Sanomat considère que l’on répète la course à l’armement nucléaire qui prévalait pendant la guerre froide avant la conclusion du traité NFI Si les Etats-Unis suivent la Russie dans une nouvelle course à l’armement, c’est l’Europe qui en souffrira. La prochaine étape sera que les Etats-Unis vont réfléchir aux pays dans lesquels implanter leurs missiles en Europe. Il est fort possible’ qu’il n’y ait pas d’accord entre pays de l’OTAN et que les Etats-Unis fassent des accords bilatéraux ce qui va encore plus diviser l’alliance.
« L’Europe est la continent qui aujourd’hui souhaite que le monde soit fondé sur des règles de droit. Quand les traités sur les armes nucléaires disparaissent, la principale victime est l’Europe, et la Finlande en fait partie.
HS

Point de vue
Pour le professeur Jyri Raitasalo de l’Ecole des Hautes études de la défense nationale, le retrait de Washington et Moscou du traité FNI sur les missiles nucléaires n’est pas une surprise. Il estime néanmoins que les deux pays ont tout intérêt à trouver une solution à l’amiable sur la question.
KS3.2/14-15

OTAN

« La crise interne des Etats-Unis affaiblit l’OTAN », écrit Jyri Raitasalo
« Depuis la présidence de Donald Trump, la relation officielle avec les alliés européens a souvent été mise à l’épreuve. Les pays européens de l’OTAN ont externalisé le financement de leur propre sécurité militaire aux Etats-Unis », écrit professeur Jyri Raitasalo de l’Ecole des Hautes études de la défense nationale dans Helsingin sanomat.
« Durant les trois dernières années, le total de la capacité de défense des pays européens membres de l’Otan s’est affaibli alors qu’en même temps le nombre des pays membres a pratiquement doublé. »
« L’unité et la crédibilité d’une défense collective de l’OTAN ont déjà subi un coup, quoiqu’il arrive. Il est temps que les pays européens membres de l’OTAN en tirent les conclusions et se mettent à renforcer leur défense. »
« La crise de la défense collective de l’OTAN ne touche pas la Finlande – pas immédiatement du moins. Néanmoins, nous pouvons en tirer la leçon. »
« La coopération internationale en matière de défense est importante, mais en dernier lieu, chaque pays répond seul de sa défense et de sa sécurité. Cette responsabilité ne peut être extériorisée », conclut le professeur.
HS2.2/A5

Politique intérieure

Elections législatives

Editorial
Hufvudstadsbladet estime, dans son éditorial, qu’il y a une vraie tempête avant les élections législatives, faisant référence aux sondages récents auprès des députés et membres des conseils nationaux aussi bien du Centre que du Rassemblement national sur la coalition du prochain gouvernement.
Parmi les centristes, seulement 37 % souhaitent continuer la coopération gouvernementale avec le Rassemblement national et 63 % préfèrent le PSD. Les centristes sont encore plus favorables au Parti suédois (76,2 %) et aux Chrétiens-démocrates (75,5 %). Ces deux derniers sont des petits partis qui ne menacent pas le Centre de la même façon que le Rassemblement national.
Parmi le Rassemblement national, plus de 85 % souhaitent poursuivre la coopération avec le Centre et seulement 13 % opteraient pour le PSD. Le parti suédois et les Chrétiens-démocrates sont également très populaires aux yeux du Rassemblement national.
HBL/4

Analyse
Selon Uusi Suomi, une partie des centristes semblent penser que la politique du gouvernement actuel est trop dure et qu’il faut aller dans la direction d’une politique plus humaine. Certains estiment que le Centre devrait avoir d’autres candidats pour la présidence du parti au prochain congrès, et pas seulement le président actuel Juha Sipilä.
uusisuomi.fi

Point de vue
Kauppalehti relève que, selon la politologue Mari. K. Niemi, qui suit surtout le succès des Vrais Finalndais et des Verts aux élections, « les sondages ne disent pas toute la vérité ». Elle estime que ces deux partis pourraient avoir plus de succès aux élections législatives que prévu par les sondages.
« Le débat sur le climat est favorable aux Verts et la participation de Pekka Haavisto, président du parti, aux débats électoraux de quatre candidats au poste du Premier ministre peut augmenter l’audience des Verts », selon Mme Niemi.
« Je pense que les Vrais Finlandais feront un bon score sous la direction de Jussi Halla-aho. Les Finlandais aiment bien son style qui n’est pas typique des politiciens. »
KL/lun/A10

Avenir bleu – Education - Immigration

M. Terho propose des quotas dans les écoles
Helsingin Sanomat relève que le président des Bleus Sampo Terho, ministre de la Culture, propose des quotas pour les enfants de langue étrangère dans les écoles afin d’améliorer l’intégration des immigrés. Par exemple à Helsinki, le nombre d’enfants immigrés varie beaucoup entre les écoles.
Le syndicat des enseignants OAJ rejette la proposition du ministre, soulignant que « dans la loi, chaque enfant a le droit d’aller à l’école la plus proche de son domicile ».
HS/A15

Economie publique

Les fonctionnaires du ministère des Finances proposent des mesures d’adaptation de deux milliards d’euros
Le ministère des Finances a publié, hier, des recommandations pour le prochain gouvernement. Selon le ministère, il faudrait renforcer l’état de l’économie publique par des mesures de deux milliards d’euros d’ici 2023. Il s’agirait surtout de resserrer les dépenses, car les possibilités de durcissement de la fiscalité sont très restreintes.
Le ministère souligne l’urgence de ces mesures afin de disposer de suffisamment du temps pour créer des amortisseurs pour faire face à une prochaine récession. Le ministère propose pour la politique financière un objectif d’un excédent budgétaire de 0,5 % par rapport au PIB en 2023, soit à la fin de la prochaine législature.
Le ministère encourage la poursuite des réformes structurelles qui pourraient permettre, d’ici la fin des années 2020, de renforcer l’économie publique à hauteur de cinq milliards d’euros. Le ministère estime que cet objectif pourra être atteint si d’une part la réforme des régions et des services sociaux et de la santé pourra diminuer la croissance de dépenses à hauteur de trois milliards d’euros comme prévu. D’autre part, il faudra prendre des décisions sur des mesures permettant au taux d’emploi d’augmenter à 75 % pour 2025, ce qui correspondrait à deux milliards d’euros pour les finances publiques. Cette hausse de 3 points du taux d’emploi correspondrait à 100 000 employés de plus par rapport à la situation actuelle.
Avec tous ces objectifs, l’économie publique pourrait se renforcer à hauteur de 7 milliards d’euros pour la fin des années 2020.
Le ministère recommande de cibler les coupes dans les dépenses de façon à ne pas nuire à la croissance économique.
Concernant la fiscalité, des durcissements visant la consommation et l’immobilier affaibliraient le moins la croissance et l’emploi.
Selon le ministère, les finances publiques sont dans un état plus fragile pour faire face à une nouvelle récession qu’elles ne l’étaient au début de la crise financière en 2008.
AL/A10

Réactions des représentants de partis
Helsingin Sanomat a interrogé les représentants des six plus grands partis concernant les recommandations du ministère des Finances.
Katri Kulmuni du Centre estime que l’amélioration du taux d’emploi permettrait déjà en soi de diminuer le déficit de deux milliards. Concernant la fiscalité, elle estime qu’il ne faut surtout pas augmnter la TVA sur les denrées alimentaires ni sur celle sur les médicaments.
Petteri Orpo, président du Rassemblement national, favorable aux coupes budgétaires, souligne l’importance d’augmenter le taux d’emploi. Pour lui, il n’y a aucune marge pour durcir l’impôt sur les salaires.
Sanna Marin, vice-présidente du PSD, estime que les réformes concernant les congés parentaux ou de la sécurité sociale devraient être considérées comme des investissements qui plus tard renforceront l’emploi. Pour ce qui est des mesures d’adaptation, elle préconise les mesures fiscales plutôt que les coupes budgétaires et évoque la lutte contre l’évasion fiscale et l’examen des subventions aux entreprises.
Pekka Haavisto, président des Verts, estime que la fiscalité sur les salaires pourrait être allégée, et les impôts environnementaux augmentés.
Jussi Halla-aho, président des Vrais Finlandais, estime qu’en resserrant les critères de l’immigration, on pourrait maîtriser les dépenses publiques.
Li Andersson, présidente de l’Alliance des gauches estime que la société ne supporterait pas une autre législature marquée de coupes dans l’éducation et la sécurité sociale.
HS/A14

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il n’y a pas de grandes surprises dans les propositions du ministère et rappelle que le rapport constitue une recommandation et non pas un programme de politique économique du prochain gouvernement.
HS/A4

Commentaire
Kauppalehti présente les recommandations du ministère des Finances comme une particularité finlandaise.
Le Ministère des Finances publie ses recommandations avant les élections législatives depuis 1991. La dernière fois, il y a quatre ans, en 2015, ces recommandations ont été publiées seulement un mois avant le scrutin. Cela avait suscité un large débat sur le pouvoir de la haute administration, rappelle Kauppalehti.
Le politologue Erklka Railo a jugé dans son livre « La bataille pour le pouvoir », que l’objectif du ministère des Finances en publiant ses recommandations un mois avant les élections était d’influencer les élections. Cette année, le ministère a décidé de publier ses recommandations deux mois et demie avant le scrutin ; cela n’est pas un hasard, juge KL.
Le professeur d’économie Markus Jäntti a critiqué cette publication, jugeant ironiquement que « cela évite aux partis de préparer un programme de politique économique ». Il souligne aussi que cette pratique fait de la Finlande une exception au niveau international.
KL

Notation de Fitch

La Finlande reste stable
Fitch ratings maintient sa notation concernant l’économie finlandaise à AA+ et considère les perspectives du pays comme favorables.
Selon Fitch, la croissance du PIB de la Finlande, de 2,3 % en 2018, ralentira cette année et en 2020 pour s’élever à 1,5 % et 1,2 %.
HS/lun/A26

Salaires

Selon un rapport du secrétariat du Premier ministre, la progression des salaires finlandais est au-dessous de la moyenne de la zone euro
Ces prochaines années, l’augmentation des salaires restera inférieure par rapport à la moyenne de la zone euro.
La Commission européenne prévoit que les salaires, les rémunérations et les cotisations sociales augmenteront en Finlande de 2 % durant la période 2018-2020. En 2017, ces éléments ont diminué de 1,2 % en Finlande, alors qu’ils avaient augmenté de 1,6 % en moyenne dans la zone euro.
En 2018, ils ont augmenté de 1,4 %, contre 2,3 % dans la zone euro.
AL/sam/A25

Endettement des ménages finlandais

72 % des dettes finlandaises sont des prêts pour l’acquisition d’un logement
Selon l’Institut national d’études statistiques, 1,4 millions de ménages finlandais avaient des dettes en 2017. Ils avaient au total 120,9 milliards d’euros de dettes, dont la plupart des emprunts immobiliers, soit 86,8 Mrds d’euros.
Un tiers des ménages avaient un emprunt immobilier, pour un montant moyen de 98 740 euros.
En 2018, les emprunts immobiliers ont augmenté de 11 milliards d’euros. L’intérêt moyen les concernant s’élevait à 0,98 %.
Les prêts à la consommation s’élevaient à 15,9 milliards d’euros et les autres prêts à 17,1 milliards d’euros.
AL/lun/A4-5

Défense

Dix généraux ont signé un contrat sur un délai de carence de six mois
Une dizaine de généraux auraient signé un contrat concernant un délai de carence qui prendra effet à la fin de leur carrière professionnelle. Selon les termes de ce contrat, ces généraux peuvent toucher leur salaire, au maximum pendant une période de six mois.
AL4.2/A13

« Le calme sur l’acquisition HX durera au-delà des élections » HS
L’éditorialiste de Helsingin sanomat estime que la question de l’acquisition HX de nouveaux chasseurs pour l’armée de l’air finlandaise ne sera sans doute pas un sujet majeur et épineux durant la campagne électorale, ni lors des négociations gouvernementales. C’est en tout cas, le but des experts qui œuvrent pour l’avancement du projet HX.
Les partis ont, pour leur part, désamorcé la tension en décidant que l’acquisition se fera en dehors du budget de la défense. Cela pourrait éviter les comparaisons et le sentiment que l’argent des HX serait retiré par exemple aux dépenses de santé. Il convient cependant de noter que le prix des avions sera finalement payé par les contribuables finlandais, même dans l’éventualité où le paiement serait remis à plus tard par un règlement à crédit.
« De toute manière, la décision politique du projet HX aura lieu en 2021, c’est-à-dire pratiquement au milieu du prochain mandat législatif. C’est là que la politique entrera en scène. Dans la situation mondiale actuelle, deux ans c’est long et beaucoup de choses peuvent se passer. Durant la procédure d’acquisition du précédent chasseur, l’Union soviétique s’est effondrée et la Finlande a adhéré à l’Union européenne », rappelle l’éditorialiste.
Keskisuomalainen constate que tous les partis représentés au parlement, excepté l’Alliance des gauches, se sont engagés vis-à-vis d’une acquisition envisagée. Il convient cependant de se préparer à ce que la solution ne soit pas facile ».
Rappelons que les candidats en lice sont le français Dassault Rafale, l’Eurofighter Typhoon, le suédois Saab Gripen E et les américains Lockheed Martin F-35 et Boeing F/A-18 Super Hornet.
HS4.2/A4, KS2.2/4

Le commandant de l’armée de l’air Sampo Eskelinen n’est pas suspendu de ses fonctions
La fin du mandat d’Eskelinen aura été marquée par les inculpations dans l’armée de l’air liées au comportement de l’ex commandant de l’escadron de Carélie Markus Päiviö.
Le ministère de la défense prend au sérieux les soupçons qui pèsent sur Eskelinen de ne pas avoir demandé, dans les délais, une enquête sur les évènements durant l’exercice facultatif de Lemmenjoki mais estime qu’il n’y a pas lieu de le suspendre de ses fonctions pour les quelques mois qui lui restent de son mandat, avant fin mars.
Le commandant de l’armée de l’air Eskelinen est en congé jusqu’à cette date.
TS2.2

Loi sur le renseignement

Editorial
« Une faiblesse pourrait résider dans la loi sur le renseignement » HS
« Le 1er févier, est entré en vigueur la loi sur la surveillance du renseignement. Elle prévoit notamment que les médecins, les avocats, les pasteurs et les journalistes ne seraient pas avisés d’une demande de reconnaissance militaire faite par erreur les concernant. Par contre, le message émis par inadvertance devra être détruit immédiatement », note l’éditorialiste.
« Dès lors, il existe le danger qu’entre les articles de loi il reste un vide qui, par la suite, donnera lieu à un nouvel usage dans le pays », écrit le journaliste. « On se retrouvera avec des imprudences qui ne laisseront aucune trace ni à la personne qui a fait l’objet du renseignement, ni au surveillant de la légalité. Cela pourra créer un mode de fonctionnement qui récompense les fonctionnaires pour avoir commis une négligence et non pour avoir tenté de l’éviter », conclut l’éditorialiste.
HS2.2/A5

France – Finlande

Musique

Cellofest
Helsingin Sanomat présente le nouveau festival Cellofest qui a été lancé conjointement par le professeur finlandais Martti Roussin et la celliste française Laura Martin.
HS

Lundi 4 février 2019

Politique étrangère et européenne

Cour de justice de l’Union européenne

Nomination de M. Jääskinen
Helsingin Sanomat rapporte que Niilo Jääskinen, juge à la Cour suprême, a été nommé vendredi juge à la Cour de justice de l’Union européenne, en remplacement d’Allan Rosas qui vient de prendre sa retraite.
Le mandat de M. Jääskinen durera jusqu’au moins d’octobre 2021.
HS/dim/A11

Changement d’heure

La Finlande préfère l’heure d’hiver
Helsingin Sanomat relève, dans le cadre des négociations européennes sur le changement de l’heure, que selon le ministère des Transports et de la Communication, le gouvernement finlandais est favorable de rester définitivement à l’heure d’hiver.
Selon la ministre des Transports Anne Berner, la position finlandaise a été préparée après avoir entendu les citoyens, la vie économique et d’autres parties prenantes.
HS/sam/A12

Immigration - Criminalité sexuelle

Sondage : 65 des Finlandais estiment qu’une culture et une religion différente expliquent les crimes sexuels
Les vues des Verts et celles des Vrais Finlandais entièrement opposées
Helsingin Sanomat a effectué un sondage sur les positions des Finlandais concernant la criminalité sexuelle. La lutte contre les crimes sexuels et leur lien avec l’immigration se sont fortement immiscées dans l’agenda politique depuis les affaires de crimes sexuels à Oulu.
HS rappelle que des personnes d’origine immigrée ont été surreprésentées dans cette criminalité et que le gouvernement et l’opposition se sont mis d’accord pour mettre en place des durcissements de la législation.
Le débat autour de ces questions a été fortement divisé entre ceux qui accusent l’immigration et d’autres qui n’ont pas souhaité souligner la nationalité des auteurs de ces crimes. Les résultats du sondage reflètent cette division et les avis varient selon l’affiliation politique. La majorité des électeurs des Vrais Finlandais estiment que les différences culturelles sont les principaux facteurs derrière les crimes sexuels. Ils estiment de même que le nombre de demandeurs d’asile en Finlande est un problème.
Les électeurs des Verts et de l’Alliance des gauches pensent majoritairement de façon inverse. Les électeurs des autres partis se situent entre les deux.
17 % seulement des électeurs des Vrais Finlandais estiment que les décideurs politiques ont bien répondu au souci suscité par les crimes sexuels, alors que 63 % des centristes et 54 % des électeurs du Rassemblement national l’estiment.
Concernant les moyens de lutter contre ces crimes, 26 % des personnes interrogées estiment que le durcissement des peines serait bon et 19 % estiment qu’il faudrait une meilleure information sur les lois et les valeurs des Finlandais.
20 % des Finlandais estiment que le plus efficace, ce serait de restreindre l’immigration humanitaire ou l’immigration en général.
HS/lun

Politique intérieure

Parti du centre

Le Centre a lancé sa campagne électorale
Helsingin Sanomat relève que le Centre a lancé sa campagne électorale samedi à Helsinki. Le lancement a été suivi d’une croisière électorale.
Selon le président du parti, le Premier ministre Juha Sipilä, le Centre est prêt à investir 600 millions d’euros dans l’amélioration de la sécurité sociale et 400 millions d’euros dans la recherche et développement et la formation.
L’objectif social principal est d’augmenter le minimum vieillesse d’environ cent euros par mois, soit à environ 900 euros par mois.
L’objectif du Centre est d’augmenter le taux d’emploi à 75 %, soit en créant 100 000 emplois. La promesse électorale la plus surprenante est de baisser l’âge de vote de 18 à 16 ans, non seulement aux élections municipales mais aussi aux élections législatives et régionales (s’il y en a).
Selon M. Sipilä, si le PSD gagnait les élections il détruirait les résultats du gouvernement actuel dans l’emploi.
Selon l’analyse du quotidien, le Centre souhaite revenir à ses racines, pour promouvoir « la cause des pauvres ».
HS/dim/13, lun/A14-15

Analyse : « Le Centre a une arme secrète »
Selon une analyse de Marko Junkkari d’Helsingin Sanomat, un centriste lui a souligné, lors de la croisière électorale du Centre, que les propriétaires des forêts votent pour la plupart pour le Centre.
Il y a en Finlande plus de 630 000 personnes qui sont propriétaires de forêts. Le nombre est plus élevé que le nombre de voix obtenus par le plus grand partis politiques aux dernières élections.
Même si le nombre de propriétaires habitant dans les villes est en hausse, encore 40 % habitent dans les exploitations agricoles et 55 % dans les zones rurales.
« Les propriétaires des forêts font en effet partie du noyau dur des électeurs du Centre », conclut Marko Junkkari qui juge que ces électeurs ne permettront pas au Centre de remporter les élections, mais ils pourraient lui permettre d’éviter une débâcle.
HS/dim/B11

Baccalauréat

Il n’y aura pas de baccalauréat en anglais
Selon Helsingin Sanomat, la commission de l’éducation du Parlement a supprimé le projet de baccalauréat en anglais de son avis sur le changement de la loi sur le baccalauréat et les lycées pour des raisons constitutionnelles.
La commission des lois constitutionnelles du Parlement est surchargée en ce moment et l’étude du statut constitutionnel d’un baccalauréat en anglais aurait pu retarder tout le changement de loi.
HS/dim/A11

PSD

M. Rinne est sorti de l’hôpital
Helsingin Sanomat rapporte que le président du PSD Antti Rinne, en congé de maladie depuis un mois, est sorti de l’hôpital de Meilahti mais n’est pas encore autorisé à rentrer à son domicile. Il est en maison de convalescence. Son retour en politique est prévu pour la fin du mois.
HS/lun/A15

Soins aux personnes âgées

Etat de l’organisation des soins aux personnes âgées
Il est prévu que les dépenses des soins aux personnes âgées doublent d’ici vingt ans pour s’élever au-delà de 10 milliards d’euros. Leur part du PIB, actuellement dans les 2,2 %, s’élèvera à plus de 3,5 % en 2037.
Augmenter l’exigence sur le nombre minimum de soignant par patients et le définir à 0,7 coûterait selon l’Union des communes, de 200 à 250 millions d’euros. 95 % des prestataires dépassent la recommandation actuelle (0,5) et ont un ratio moyen de 0,64-0,66 soignant par patient.
Actuellement, les soins que les communes achètent aux entreprises reviennent moins chers que ceux qu’elles produisent elles-mêmes, 124 euros en moyenne par jour, contre 172 euros. Ceci est dû au fait que les salaires dans le privé sont un peu moins élevés, mais surtout au fait que les communes sont bloquées avec leurs locaux qui ne sont pas toujours adaptés pour une organisation efficace des soins.
Il y a aujourd’hui 1,1 million de personnes de plus de 65 ans. Contre moins de 25 % actuellement, leur part de la population représentera 35 % en 2070.
HS

Débat au Parlement
L’opposition a remis sa motion de censure concernant les soins aux personnes âgées, vendredi. Un débat en la matière aura lieu, mercredi, et un vote, vendredi.
La vice-présidente du PSD, Sanna Marin, a exprimé son souci sur le statut de plus en plus fort des grandes entreprises du secteur de soins, si la réforme des services sociaux et de la santé passe.
Leena Meri, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, regrette que le Rassemblement national, qui ne souhaite pas déterminer de chiffre contraignant sur le nombre de patients par soignant, ait pris en otage tout le gouvernement avec le projet de liberté de choisir de la réforme des services sociaux et de santé.
La ministre des Services sociaux Annika Saarikko a rencontré des acteurs du secteur des soins (représentants des employés et du patronat, des autorités et de ministères) pour des entretiens. Une liste de 25 mesures d’amélioration des services et soins pour les personnes âgées a été établie et il s’agira de la rendre publique mercredi.
HS/sam/A6-10

Retraités

Selon un sondage, les pensions suffisent moins bien
Le groupe d’assurances retraite Ilmarinen a effectué un sondage selon lequel les pensions suffisent à moins de choses qu’il y a cinq ans, date du précédent sondage en la matière. Après les dépenses obligatoires, impôts, logement, nourriture et médicaments, il restait aux personnes interrogées 500 euros par mois, contre 563 euros en 2014.
Ilmarinen rappelle que pour beaucoup de gens, il reste moins de 300 euros par mois. Pour 20 %, il ne reste rien.
HS/sam/A15

Transports

Création d’un nouveau groupe pour promouvoir les connexions ferroviaires rapides
Le gouvernement mettra en place un nouveau groupe d’Etat, Suomen rata, pour favoriser la mise en concurrence des transports ferroviaires, et développer les connexions rapides entre Helsinki et Turku ainsi que Helsinki et Tampere.
Les fonctions de VR en matière d’équipements et d’immobilier deviendront des filiales de Suomen rata (rails de Finlande). Le groupe consacré au projet de train d’une heure à Turku, ainsi que Rail Baltica feront aussi partie de Suomen rata.
VR continuera à se charger de la maintenance et des transports de passagers et de marchandises.
Un groupe commun de l’Etat et des municipalités d’Helsinki, Vantaa et Tampere est en cours de préparation notamment pour ouvrir un lien vers l’aéroport pour les trains des grandes lignes.
La ministre des Transports et des Communications, Anne Berner, note qu’il n’est pas possible de réaliser les investissements ferroviaires indispensables par les budgets publics et qu’il s’agira de les obtenir d’autres instances comme les actionnaires des groupes de ce secteur.
HS/sam/A20

Cyber-sécurité

Un groupe associé à l’espionnage a des activités en Finlande
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le groupe de cyber-sécurité Dark Matter qui a espionné des personnes politiques, des militants de droits de l’homme et des journalistes dans le monde entier, a des activités aussi en Finlande. Une vingtaine de personnes travailleraient pour le groupe en Finlande. L’unité finlandaise du groupe est enregistrée ici sous le nom de Zeline 1.
Helsingin Sanomat n’a pas réussi à joindre des représentants du groupe pour se renseigner sur le genre d’activités que le groupe a en Finlande.
HS/sam/A18

Crimes

Le nombre de crimes en baisse
Helsingin Sanomat relève qu’en 2018, la police a reçu moins de dépôts de plaintes, environ 319 000, qu’en 2017 (322 000).
La direction générale de la police estime que cela est dû au fait que la police n’a pas de temps pour étudier toutes les plaintes.
HS/sam/A12

France – Finlande

Musique

Musica nova
Hufvudstadsbladet rend compte du festival et du concert avec les pianistes Katia et Marielle Labèque
L’Ensemble intercontemporain se produira, le 9 février.
HBL/dim/34-35

France

Politique

Débat national
Aamulehti publie un article de Patrick Le Louarn qui rend compte d’une session du grand débat national, à Paris.
AL/lun/A16-17

Vendredi 1er février 2019

Politique étrangère et européenne

Parlement européen – Avenir de l’UE

Le Premier ministre finlandais devant le Parlement européen
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä s’est exprimé jeudi devant le Parlement européen, dans le cadre d’une série de discours des dirigeants des Etats membres de l’Union européenne, dont le Président Macron et la chancelière fédérale Merkel, sur l’avenir de l’Europe.
Le quotidien estime que les propos de M. Sipilä, qualifiés de « discours pratique d’un ingénieur », ont été importants parce qu’il s’agissait peut-être de son dernier grand discours européen en tant que Premier ministre.
Le moment de la visite de M. Sipilä au Parlement européen est intéressant, à l’approche du Brexit et de la présidence finlandaise du Conseil européen à partir du début juillet.
Le discours a porté surtout sur les principaux thèmes de la présidence finlandaise, dont le cadre financier pluriannuel et les migrations, ainsi que le changement climatique.
Selon M. Sipilä, « l’UE doit prouver sa crédibilité via des actions concrètes ». Il a souligné que regagner la confiance des peuples en luttant contre le populisme passait par ‘‘une prise de décision et une mise en œuvre des décisions au niveau national et ici à Bruxelles’’.
Quant au développement de l’Union économique et monétaire, M. Sipilä a critiqué entre les lignes l’idée d’augmenter la solidarité.
Concernant la politique migratoire, il a souligné la nécessité d’une approche globale. Les causes profondes des migrations doivent être traitées de façon plus efficace, et l’UE devrait faire tout son possible pour rendre la politique de retour plus efficace.
Enfin, M. Sipilä a affirmé que l’UE devrait être en première ligne dans la lutte en matière d’action climatique : ‘‘Nous devons faire plus et plus vite. Nous devons réduire les émissions, augmenter les puits de carbone et adopter de nouvelles technologies’’.
M. Sipilä a promis que, pendant sa présidence, la Finlande ne donnerait pas de cadeaux traditionnels, comme des foulards, cravates ou parapluies. Ce budget, environ 500 000 euros, sera investi pour compenser les émissions de CO2.
HS/A24

Dimension septentrionale

Position de la commission des Affaires étrangères
La commission parlementaire des Affaires étrangères a remis sa prise de position sur la dimension septentrionale au gouvernement.
La commission considère comme important pour la Finlande que l’UE continue à financer les projets de coopération dans ce cadre, concernant l’UE, la Russie, la Norvège et l’Islande.
La prise de position s’inscrit dans le contexte des inquiétudes concernant la période de financement 2021–2027, mais également par le fait que les sanctions économiques contre la Russie ont coupé le financement des partenariats des domaines de l’environnement, des transports et de la logistique.
La commission souligne l’importance des sanctions contre la Russie mais regrette leurs conséquences. Elle rappelle que, dans la région limitrophe de la Finlande et dans la région arctique, il y a des dizaines de centrales énergétiques qui pourraient être modernisées afin de diminuer considérablement les émissions de suie noire.
La commission encourage le gouvernement à chercher des moyens d’augmenter le financement des principaux projets environnementaux pour l’UE.
Avec des crédits relevant de de la dimension septentrionale, il a été possible de mettre en place, en Russie, plusieurs projets importants pour améliorer l’état de la mer baltique, tels la rénovation des centrales d’épuration des eaux usées de St. Pétersbourg ou Kaliningrad .
Concernant les partenariats du domaine des transports, le président de la commission, Matti Vanhanen (Centre), rappelle que l’amélioration des connexions vers l’Asie est importante pour la Finlande et que cela nécessite une coopération avec la Russie. La dimension septentrionale propose un cadre pour cette coopération, et il faut y tenir même si la situation en Ukraine a un impact sur cette disposition. Si la situation en matière de politique internationale change, on pourra utiliser ses structures, rappelle M. Vanhanen.
La commission considère la réunion de haut niveau sur le renforcement de la coopération régionale dans le Nord, prévue lors de la présidence finlandaise de l’UE, comme une occasion de promouvoir un soutien pour la dimension septentrionale. La commission souhaite que des ONG et la société civile puissent participer à cette réunion.
Eduskunta.fi

Sécurité

La guerre serait la première menace pour les Finlandais
Les résultats d’une évaluation des risques conforme aux instructions de l’UE viennent d’être publiés par le ministère de l’Intérieur. Il en sort que la guerre représente le plus grand risque pour les Finlandais. En deuxième position arrivent les cyberattaques et en troisième se trouve l’accident nucléaire.
AL1.2/A18

Politique intérieure

Partis politiques

Selon un sondage, la chute du Centre continue
Aamulehti publie les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politique, effectué par l’institut Tietoykkönen pour le compte le groupe Alma Media.
Le PSD est encore en tête avec un score de 21,0 %, soit une petite hausse de 0,3 % par rapport au dernier sondage. Il est suivi du Rassemblement national qui a obtenu 19,7 %.
Le Centre, qui a obtenu 14,4 %, continue à chuter et l’Alliance verte n’est pas loin avec un score de 13,0 %.
La popularité des Vrais Finlandais (9,9 %) augmente encore. Maintenant ils ont 1 point de plus que l’Alliance des gauches (8,9 %).
Les Chrétiens-démocrates ont obtenu 4,3 %, le Parti suédois 4,2 % et les Bleus 2,1 %.
II faut noter que le sondage a été effectué par téléphone et par internet, entre le 14 et le 28 janvier auprès de 1 500 personnes.
AL/A8

Soins aux personnes âgées

Débat au Parlement
Seul le Rassemblement national s’oppose à l’inscription dans la loi d’un minimum concernant le nombre de patients par soignant
Le Parlement a débattu des soins aux personnes âgées lors de la séance des questions orales au gouvernement, hier. L’Opposition remettra sa motion de censure en la matière, aujourd’hui.
Le gouvernement a été interrogé sur le fait de savoir si, durant la législature en cours, il était question d’introduire un projet de loi sur un nombre de soignant par patient. Actuellement, il existe une recommandation sur un ratio minimum de 0,5 soignant par patient.
Le Rassemblement national est maintenant le seul parti qui ne souhaite pas mettre en place une exigence contraignante sur le nombre de personnel. Petteri Orpo, ministre des Finances, remet en question l’utilité « d’une décimale ». Il propose la mise en place d’un groupe de travail parlementaire pour proposer des améliorations en vue du prochain programme gouvernemental.
Après que la ministre de la santé Mme Mattila ait déclaré que, pour l’Avenir bleu, il fallait inscrire une exigence contraignante dans la législation, le Centre a annoncé qu’il souhaiterait 0,7 soignant par patient.
Selon Annika Saarikko (Centre), ministre de la Famille et des Services sociaux, on n’aura toutefois pas le temps, durant cette législature, de modifier la législation. L’opposition rappelle que des projets de loi continuent à être présentés, malgré l’approche de la fin de la législature.
Mme Saarikko aura aujourd’hui une réunion de travail avec des acteurs et entreprises du secteur des soins aux personnes âgées.
HS/A10, AL/A15

Politique familiale

Le Centre souhaite investir 200 millions d’euros dans une réforme des congés familiaux
Selon Annika Saarikko, ministre de la Famille et des Services sociaux, les familles ont besoin de flexibilité et liberté de choix concernant les congés parentaux. Selon le Centre, il faut 200 millions d’euros pour réformer ces congés. L’année dernière, le Centre a fait échouer une réforme promu par le Rassemblement national à l’époque.
HS/A10

Défense

Programme HX
Les cinq fabricants d’avion de combat ont répondu à l’appel d’offre
Les cinq fabricants en lice pour remplacer les F-18 de l’armée de l’air finlandaise ont répondu à l’appel d’offre à la date butoir du 31 janvier.
Les candidats sont le français Dassault Rafale, l’Eurofighter Typhoon, le suédois Saab Gripen E et les américains Lockheed Martin F-35 et Boeing F/A-18 Super Hornet.
Selon le ministère de la défense, ces réponses contiennent des informations fermes sur chaque avion de combat multi rôle avec des solutions l’accompagnant. Outre les 64 appareils proposés, les offres traitent des systèmes techniques nécessaires, des systèmes de formation, des équipements de maintien, des appareils de tests et des pièces détachées ainsi que des armes et des senseurs.
HS1.2.

Position de l’alliance des gauches sur le programme HX
L’Alliance des gauches vient de publier son programme électoral qui note ceci : « L’Alliance des gauches propose une étude critique sur le projet HX qui ne doit pas laisser carte blanche à la défense nationale mais faire l’objet d’une large discussion politique. Il ne faut pas acheter les avions de combat d’un pays en guerre. »
Uusi Suomi se demande ce que signifie dans ce programme le terme de « pays en guerre ».
Uusi Suomi

L’Eurofighter propose une vaste collaboration
Les pays de l’Eurofighter promettent une vaste collaboration industrielle à la Finlande si l’armée de l’air venait à choisir son appareil pour remplacer les chasseurs F-18.
Des représentants d’Eurofighter sont venus présenter leur chasseur dans un évènement organisé jeudi à Helsinki, en présence des ambassadeurs des quatre pays à l’origine de l’Eurofighter (Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne).
Concrètement il s’agit de divers scénarios qui permettraient à la Finlande de garantir à l’industrie locale de créer un savoir-faire sur le montage et les activités de maintien et de développement de l’appareil jusqu’à la fin de son utilisation en 2060.
Selon le représentant de BAE Systems Finlande, Paul Hitchcock, la réponse à l’appel d’offre comprend 64 avions de combat monoplaces. « Si la Finlande désire avoir des appareils biplaces, on pourra en discuter. Néanmoins ils ne sont pas nécessaires pour la formation ».
AL1.2/A12

Renseignement

Qui sera le surveillant de la légalité du renseignement ?
La Sureté nationale et le Renseignement militaire auront bientôt un nouveau surveillant qui aura accès à tous leurs dossiers.
Le gouvernement nommera le futur surveillant pour une période de 5 ans. Trois noms sont cités par le quotidien Helsingin sanomat. Si le gouvernement apprécie particulièrement une expérience en matière du renseignement, l’ancien procureur de la république Ari-Pekka Koivisto et l’actuel procureur de la république Jukka Haavisto auront leurs chances.
Si par contre un savoir en matière des droits de l’Homme est mis en avant, le choix pourrait se porter sur le docteur en droit et avocat Markku Fredman.
HS1.2/A8

France – Finlande

Musique

Des Français se produisent au festival Musica nova
Helsingin Sanomat présente le festival et interviewe les pianistes Katia et Marielle Labèque qui se produiront, avec l’orchestre de la ville de Helsinki, au concert d’ouverture de Musica nova, ce soir, à Musiikkitalo.
L’Ensemble intercontemporain se produira le 9 février.
HS/B2

publié le 01/03/2019

haut de page