Février 2015

Vendredi 27 février 2015

Politique étrangère et européenne

Défense – Politique étrangère

Propos du Président Niinistö

A l’occasion des 120 ans du quotidien, Demokraatti (journal du parti social-démocrate) publie une interview du Président Niinistö, qui estime qu’en Finlande, on a tendance à minimiser la sécurité extérieure générée par l’UE. Pour lui, c’est une grave erreur. Il pose la question de savoir ce qui se passerait si un Etat membre voyait son territoire violé.

Il relève avoir posé cette question à des collègues européens. « Si un Etat membre était envahi, est-ce que c’est un simple conseil européen qui en suivrait, afin de constater qu’il faut signer de nouveaux traités fondateurs pour une union pacifiste, du fait qu’il manque désormais un des membres ? Je ne pense pas. »
Il estime que, tenant compte de la raison d’être de l’UE, qui est la paix, l’union ne pourrait plus continuer à exister si elle avait été incapable de protéger cette paix dans une partie de son territoire.

Concernant le rôle de la Finlande comme expert en matière de la Russie, M. Niinistö estime que ce rôle n’a pas diminué, même si son caractère couvrant une multitude de domaines a moins d’utilité actuellement, du fait que les sanctions ont introduit d’autres pratiques. En matière de politique de sécurité, la Finlande pourrait par contre servir d’exemple. M. Niinistö estime qu’il faudrait que l’Ukraine trouve un nouveau modèle mode de fonctionnement à l’égard de la Russie. Beaucoup de problèmes devront être résolus, commençant par le statut des régions de l’Ukraine de l’Est, sur lesquelles il faudrait trouver une entente, et la Crimée.

M. Niinistö fait remarquer que la situation est paradoxale : en même temps que les opérations militaires continuent sur le terrain, la Russie et l’Ukraine poursuivent leurs échanges commerciaux. Peut-être que les relations économiques pourraient constituer une base pour la construction de relations permanentes, se demande M. Niinistö.
Dem/4-7

« La crise ukrainienne a renforcé le statut du président » SK

Suomen Kuvalehti estime qu’en trois ans, le Président Niinistö a restauré la primauté de la présidence sur la politique étrangère de la Finlande.
La directrice de l’Institut de relations internationales, Mme Tiilikainen, les députés MM. Haavisto (Verts), Kääriäinen (Centre) et Soini (Vrais Finlandais) sont tous d’accord sur le fait que la Russie et la crise ukrainienne ont permis au Président de prendre à nouveau la tête de la politique étrangère du pays.
Cela s’est marqué par un renforcement du rôle du président et du ministre des Affaires étrangères et par un effacement du Premier ministre.
SK/16-19

OTAN

Editorial : « On ne peut ni ne doit pas se taire sur le sujet » HBL

L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il faut que les partis politiques s’expriment explicitement sur la question de l’OTAN à l’approche des élections.
L’éditorialiste relève que ce sont les déclarations centristes qui sont les moins cohérentes. Au moment où le Centre occupe la tête des sondages, le manque de clarté est d’autant plus gênante.
HBL/38

Politique intérieure

Partis politiques

L’audience du Centre en légère baisse
Le journal télévisé d’Yle publie les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus. L’audience des trois plus grands partis est en légère baisse. Le Parti du centre, actuellement à 24,9 %, reste le premier parti même s’il a perdu 1,1 point depuis janvier et 1,9 point par rapport à décembre dernier.
Le Parti social-démocrate arrive deuxième avec un score de 16,8 % (-0,4 point par rapport à janvier), suivie du Parti conservateur, 16,2 % (-0,1), et des Vrais Finlandais, 15,4 % (+0,6 ).
L’Alliance des gauches (+0,6) et l’Alliance verte (+0,5) obtiennent tous deux un score de 8,8 %. Le Parti suédois est à 4,0 % (-0,2 ) et les Chrétiens-démocrates à 3,3 % (-0,2).
Le directeur de recherche à Taloustutkimus Jari Pajunen estime que l’audience des Vrais Finlandais, qui était de 13,3 % encore en décembre dernier, est en hausse parce que les questions sur l’économie grecque sont redevenues actuelles.
M. Pajunen souligne qu’auprès des personnes interrogées, la part de ceux qui ne se prononcent pas est exceptionnellement importante.
Taloustutkimus a interviewé 3 420 personnes, dont 57,4 % ont annoncé leurs avis, entre le 2 et le 24 février.
Yle

Réforme des services sociaux et de la santé

La commission compétente envisage de publier le projet
La commission des affaires sociales et de la santé envisage d’éventuellement publier une partie des contenus de la proposition de loi en matière de l’organisation des services sociaux et de la santé. La commission a en effet été critiquée pour avoir caché des informations, la préparation du projet ayant été exceptionnelle. Les représentants des Verts et du Parti conservateur en particulier ont exigé la publication du projet de proposition dans les meilleurs délais.
M. Rehula, président centriste de la commission en question relève que, selon les règles, un projet en instance n’est pas de nature publique, mais qu’il était dans l’intérêt de tous que la préparation soit aussi transparente que possible.
Des députés estiment aussi que le ministère des Finances devrait publier ses nouveaux calculs sur la part à payer par les communes. Ces calculs et leurs analyses seront présentés à la commission des lois constitutionnelles, aujourd’hui.
Si le projet n’est pas publié par la commission qui le prépare, il deviendra public lorsque la commission des lois constitutionnelles donnera son avis, la semaine prochaine.
HS/A12

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le Parlement risque de se coincer dans les formalités prévues pour ses activités. On aurait besoin de plus de transparence en ce qui concerne la préparation de la réforme de l’organisation des services, or, comme le travail a été effectué à la commission et non pas au gouvernement, les nouveaux articles et les calculs n’ont pas été publiés.
L’éditorialiste regrette que même les contenus essentiels modifiés ne puissent pas être publiés pour des raisons de forme.
HS/A5

Minimums sociales

Rapport sur l’insuffisance du niveau des aides
Selon un rapport de l’Institut de santé publique THL, 250 000 personnes, principalement entre 20 et 40 ans, ont comme presque seuls revenus les aides minimums sociales. Ce sont 26 000 personnes de plus qu’en 2011. Une loi instaurée il y a cinq ans prévoit un suivi concernant les aides minimums.
Le niveau des aides a augmenté de 8 %, mais il est toujours trop bas, selon le rapport. Les aides minimums représentent 71 % des sommes que l’institut de recherche des consommateurs a définies comme taux minimums : 675 euros par mois (hors frais de logement).
Le comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe a considéré le niveau des aides comme trop bas.
HS/A11

Brevets

Nokia dépose de loin le plus de demandes parmi les entreprises finlandaises
Selon l’Office européen des brevets, Nokia dépose le plus de demandes de brevets parmi les groupes finlandais. Il en a déposé plus de mille en 2014, suivi de Koné, 98, et d’ABB, 61.
La plupart des demandes sont liées à des technologies de l’avenir, comme l’internet des objets et le réseau 5g.
Nokia relève qu’il investit beaucoup dans la recherche et les innovations. Son budget en la matière s’élève à deux milliards d’euros et la R&D emploie 15 000 personnes dans le monde entier.
Selon l’OEB, compte tenu de la population, la Finlande est le deuxième pays européen en matière du nombre d’innovations, même si le nombre total de demandes de brevets a diminué de 9,3 % par rapport à 2013.
HS/A28

Transports

Boucle ferroviaire
La ministre des Transports, Mme Risikko (conservatrice), estime que la Finlande a de bonnes chances d’obtenir une pleine aide européenne pour le projet ferroviaire souterrain concernant les trains de banlieue de Helsinki, même si le gouvernement n’a pas pris de décision favorable pour démarrer le projet.
Pour elle, le gouvernement n’a pas violé l’accord conclu avec les communes de la région de la capitale. Elle relève que l’accord est en vigueur jusqu’en 2019 et que, d’ici là, les choses vont bouger.
Selon Mme Risikko, la Commission européenne a confirmé qu’un financement pourrait être obtenu.
KS/10

Croissance

Le patronat propose d’alléger la fiscalité et de raccourcir les congés
Le patronat EK a fait ses propositions concernant le budget, et estime qu’il serait opportun d’alléger la fiscalité à hauteur de 3 à 4 milliards d’euros. Cela nécessiterait d’être accompagnée de modération salariale pendant plusieurs années.
KS/10

France – Finlande

Guide Michelin

Les restaurants finlandais conservent leurs étoiles
Cinq restaurants finlandais – Ask, Chef & Sommelier, Demo, Luomo et Olo - ont gardé une étoile Michelin dans le nouveau guide. Luomo a déjà fermé ses portes. Le seul restaurant finlandais à avoir eu deux étoiles a été Chez Dominique qui a fermé en automne 2013.
Turun Sanomat déplore que les inspecteurs de Michelin n’aient visité que des restaurants à Helsinki. A la question de savoir si les inspecteurs pourraient visiter Turku un jour, la rédactrice en chef du Guide Michelin Nordic Cities Rebecca Burr répond : « Peut-être ».
HS, TS/13

Jeudi 26 février 2015

Politique étrangère et européenne

Défense

Débat électoral sur la politique de défense
Le débat organisé, hier, sur les questions de défense montre que les partis ont peu envie de se différencier en la matière. La défense est plutôt un thème qui réunit les partis politiques qui considèrent tous le renforcement de la coopération de défense avec la Suède comme important.
Une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN divise les partis, mais ce n’est pas une question qui constitue un critère au niveau de la future coopération gouvernementale.
Concernant la question sur l’opportunité d’un rapport sur l’OTAN, M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, estime qu’un nouveau livre blanc sur la politique de sécurité et de défense suffira pour évaluer la question d’une adhésion éventuelle à l’OTAN. Le député centriste M. Kâäriäinen partage cet avis.
Le Premier ministre, M. Stubb, souligne qu’il faut que le prochain gouvernement prenne garde de ne pas exclure dans le prochain programme gouvernemental la possibilité de demander une adhésion à l’OITAN.
L’augmentation des crédits des Forces armées, proposée par le groupe de travail de M. Kanerva (conservateur), figurera probablement à l’ordre du jour du prochain gouvernement. Le Centre le soutient, contrairement à l’Alliance des gauches. M. Jussi Niinistö, président vrai finlandais de la commission de la défense, relève que, pour son parti, il est exclu de participer à un gouvernement qui fasse des concessions sur cette question.
M. Tuomioja met en garde contre des engagements fermes avant les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement, « tant qu’on n’a pas besoin de définir d’où sort cet argent ».
HS/A15

Cyber-sécurité

Cartes SIM piratées
Les opérateurs minimisent le risque concernant les écourtes téléphoniques du aux fuites des clés de cryptage de cartes SIM du fabricant Gemalto. Selon l’opérateur Elisa, les clés de cryptage volées permettraient l’espionnage seulement concernant le réseau 2g, la plupart des communications passant dans les réseaux 3g et 4g.
Elisa et Telia Sonera sont tous les deux d’avis qu’il n’y a pas lieu de changer les cartes SIM. 
Sonera relève qu’un million de Finlandais disposent d’une carte SIM provenant de chez eux, dont entre 30 et 50 % sont fabriquées par Gemalto.
L’unité de cyber-sécurité de l’Autorité finlandaise de régulation des communications est en train d’étudier les effets du piratage.
HS/A10

Energie

Gaz naturel
Helsingin Sanomat rend compte du projet de la Commission européenne de prendre plus de pouvoirs sur le marché de gaz naturel en Europe. Les commissaires compétents estiment les Etats membres devraient informer la Commission européenne des entretiens qu’ils mènent sur des livraisons de gaz naturel avec des pays en dehors de l’UE. Selon HS, il faut y lire : avec la Russie.
M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, est favorable à l’idée que la Commission européenne participe aux accords concernant l’énergie. Pour lui, il est positif que le rôle de la Commission se renforce et qu’elle puisse proposer un soutien aux Etats membres.
HS/A26

Politique intérieure

Transports

Débat sur le gel du financement de la boucle ferroviaire
Les décideurs municipaux sont extrêmement déçus du tournant qu’a pris le projet de rails pour les trains de banlieue à Helsinki. Il y a trois mois, les communes de la région de la capitale et l’Etat s’étaient mis d’accord sur un paquet concernant l’aménagement du territoire, le logement et les transports. La boucle de rails souterrains, prévue pour alléger les bouchons à la gare centrale d’Helsinki et sur les rails entre le centre-ville et Pasila en libérant de la place pour les trains de grandes lignes, avait été promise pour les communes en contrepartie de décisions sur de nouveaux logements.
Des conseillers municipaux estiment que « prise d’une panique électorale » le Parti conservateur a fait échouer le projet, ce qui mettra en danger les projets de construction de nouveaux logements. Dans la conjoncture actuelle, les projets d’infrastructure donnant du travail seraient particulièrement importants. L’échec d’un projet de transports en commun n’aurait ainsi pas que des conséquences au niveau de la fluidité des transports.
Le président conservateur de la municipalité, M. Rauhamäki (parti conservateur), estime que les relations entre la ville et l’Etat ont été détériorées par cette affaire.
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Vapaavuori, considère le projet de rails comme quelque chose qui mérite d’être avancé. La rentabilité du projet a été remise en question par des députés conservateurs de la province. Le Premier ministre, M. Stubb, favorable au projet, a dû céder devant les siens.
HS/A6-7

Parlement

L’enseignement du suédois à l’école
Turun Sanomat relève qu’après avoir étudié la proposition d’initiative populaire concernant la suppression de l’enseignement obligatoire du suédois à l’école et rédigé son avis, la commission de l’éducation du Parlement, après un vote serré, a décidé de rejeter l’initiative par 9 voix contre 8. Cette initiative, signée par environ 62 000 personnes, a été déposée au Parlement au printemps 2014.
Les huit députés ayant voté en faveur de l’initiative ont déposé trois propositions divergentes avec l’avis négatif de la Commission : une par les conservateurs Pauli Kiuru et Sanna Lauslahti, une deuxième par les centristes Inkeri Kerola, Tuomo Puumala et Simo Rundgren et une troisième par les Vrais Finlandais Ritva Elomaa, Kimmo Kivelä et Mika Niikko.
Deux conservatrices, la présidente de la commission Raija Vahasalo et Leena Harkimo, tous les quatre députés sociaux-démocrates – Eeva-Johanna Eloranta, Jukka Gustafsson, Tuula Peltonen et Pauliina Viitamies – ont voté contre l’initiative, de même que les représentants de l’Alliance des gauches (Silvia Modig), de l’Alliance verte (Ville Niinistö) et du Parti suédois (Mikaela Nylander).
L’initiative populaire sera donc soumise à un vote en séance plénière.
La commission de l’éduction propose la rédaction d’un rapport sur l’ensemble de l’enseignement de langues. Mme Vahasalo souligne que le statut du suédois ne doit pas être étudié séparément de cet ensemble. La commission s’inquiète de la baisse de l’études de langues au collège et au lycée.
L’organisateurs de l’initiative populaire Ilmari Rostila se félicite de l’organisation d’un vote sur l’initiative en séance plénière. « Les électeurs sauront ainsi les avis des députés avant les élections législatives. »
TS/9

Mercredi 25 février 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

« Selon M. Rinne, la Grèce dispose désormais de quatre mois pour remplir les critères » Dem
Le ministre des Finances, M. Rinne, relève que les ministres des Finances de la zone euro sont arrivés à un accord permettant de prolonger le programme grec de quatre mois.
M. Rinne estime qu’à partir de la liste grecque sur les mesures envisagées, il sera possible de travailler sur le programme. Il souligne qu’il est toujours essentiel que la Grèce atteigne les objectifs qui lui ont été fixés. Elle a jusqu’à fin juin pour le faire.
Selon M. Rinne, la liste grecque remplit les objectifs souhaités par le parlement finlandais. Le programme existant sera poursuivi, mais aucun nouveau financement n’est prévu, selon lui.
Il relève qu’entre les ministres, des critiques à l’égard du gouvernement grec ont été énoncées. On a exprimé le souhait que le gouvernement parle de la même façon au niveau national qu’au sein de l’eurogroupe.
Dem/3, HS/A26

OCDE

Critiques visant la politique administrative finlandaise
L’OCDE a publie un rapport sur la politique réglementaire finlandaise. M. Jacobzone, économiste principal au sein de la division de la gestion de la réglementation et de la réforme réglementaire de l’OCDE, qui est intervenu lors de la publication du rapport, à Helsinki, hier, estime que la politique finlandaise en la matière devrait « se secouer » afin de rétablir sa capacité à gérer le pays et à mettre en place les réformes nécessaires.
M. Jacobzone estime que le gouvernement a tendance à accoucher aux forceps d’accords qui se révèlent ensuite impossibles à être réalisés. Il les appelle de faux accords et recommande de simplifier considérablement le programme du prochain gouvernement. Pour lui, il ne faudrait y inclure que quelques objectifs centraux.
Mme Kiviniemi, secrétaire générale adjointe de l’OCDE, ancienne Première ministre centriste de Finlande, estime qu’il faudrait plus évaluer l’effet des décisions afin de mettre à profit ces informations.
HS/A10

Politique intérieure

Economie

Dette publique – la Finlande s’endette à hauteur de 14 millions d’euros par jour
La dette publique finlandaise s’élèvera à 100 milliards d’euros à la fin 2015, ce qui représente 17 000 euros par personne. La Finlande s’endettera de 16,7 milliards d’euros cette année, dont 11,6 milliards seront utilisées au service de la dette. La dette augmentera ainsi de 5,1 milliards d’euros.
M. Koivisto du Trésor relève que la Finlande reste une économie relativement saine. Même si les perspectives sont mauvaises comparées à la Suède, à la Norvège ou à l’Allemagne, elles sont meilleures que celles de la plupart des pays européennes et du reste du monde. Il est ainsi facile pour la Finlande d’obtenir des prêts à des taux d’intérêts à peine plus élevés que ceux de l’Allemagne.
HS/A6

Réforme des services sociaux et de la santé

Un accord à la commission parlementaire
La commission des affaires sociales et de la santé est arrivée à un accord sur la réforme de l’organisation des services sociaux et de la santé. Le président de la commission, M. Rehula (Centre), relève qu’une proposition de loi en la matière pourra désormais être remis pour avis à la commission des lois constitutionnelles.
M. Rehula relève que sa commission propose d’avancer sur la base de 19 régions chargées de mettre en place les services. L’objectif est que le Parlement actuel puisse étudier la question.
Mme Sarkomaa, membre conservatrice de la commission des affaires sociales et de la santé, relève que si la commission des lois constitutionnelles exige de gros changements, il est possible que l’on n’aura pas le temps de soumettre le projet au Parlement. La commission des lois constitutionnelles entamera l’étude du projet dès aujourd’hui.
HS/A8

Transports

Gel du financement de la boucle ferroviaire à Helsinki
Le gouvernement a décidé de rejeter le financement du nouveau rail souterrain, une boucle qui relierait le centre ville, les quartiers de Hakaniemi et Töölö, et Pasila. Les conservateurs ont souhaité reporter le projet au prochain gouvernement. Le Centre s’oppose à ce projet.
M. Rinne, ministre social-démocrate des Finances, regrette la décision prise et estime qu’obtenir des aides européennes pour le projet nécessiterait une décision budgétaire du gouvernement et Parlement actuels.
Mme Risikko, ministre conservatrice des Transports, estime que la simple décision d’inclure le projet dans la loi de finances rectificative n’aurait pas suffi, et le parlement n’aurait pas eu le temps d’évoquer la question avant l’échéance de dépôt d’une demande d’aide européenne.
Le Premier ministre, M. Stubb, souligne l’importance du projet pour toute la Finlande. Il considère que la décision sur le projet n’est que reportée.
Pour le PSD, c’est considéré comme un coup d’arrêt au projet.
HS/A10

Exposition Je suis Charlie

L’exposition fermée pour la troisième fois pour des raisons de sécurité
L’exposition je suis Charlie de l’Association finlandaise de la bande dessinée a bien du mal à trouver les locaux pour son exposition. Les propriétaires des locaux (où étaient localisées les bibliothèques et la librairie Rosebud) ont demandé la fermeture de l’exposition à trois endroits différents pour des raisons de sécurité.
Des dessinateurs finlandais ont fait des œuvres pour l’exposition en l’honneur des victimes de l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo.
Selon HS, la police estime que le contenu de l’exposition n’était pas un problème de sécurité mais que « l’environnement constituait un problème de sécurité ».
HS

Voici les dessins incriminés :

JPEG

Mardi 24 février 2015

Politique étrangère et européenne

Cyber-sécurité

Cartes SIM piratées - propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, considère les informations concernant l’intervention éventuelle des services de renseignement américain et britannique dans les systèmes informatiques de Gemalto comme extrêmement graves.
Le vol de clés de cryptage de cartes SIM entre dans le cadre d’activités illégales qui doit faire l’objet d’une enquête, selon lui. La piraterie aura inévitablement des conséquences politiques outre en Finlande, au niveau international.
M. Tuomioja estime que le milieu du renseignement international est une sorte de Far West. Le piratage ronge la confiance en ces services au moment où les autorités finlandaises du secteur souhaitent des attributions en matière de renseignement en ligne. M. Tuomioja relève que ce débat a concerné surtout la défense de la nécessité et des capacités du cyber-renseignement, mais il ne faut pas oublier que le renforcement de la protection des données informatiques est aussi important.
Que ce soient des acteurs étatiques qui sont derrière ce genre de piratage ne le rend pas plus acceptable, selon lui.
HS/A14

Transports publics

La Commission européenne soupçonne Helsinki d’avoir favorisé son propre groupe
La Commission européenne a entamé une enquête formelle concernant des subventions que la municipalité d’Helsinki aurait de façon non-fondée accordées à son groupe de bus. Durant la période 2005-2012, la municipalité a prêté 30 millions d’euros au groupe HelB, en-dessous du prix courant.
La Finlande devra donner sa réponse en la matière en mars.
HS/A16

Politique intérieure

Economie

M. Zyskowicz propose une liste de coupes budgétaires
M. Zyskowicz, député conservateur, propose des coupes annuelles de 2,6 milliards d’euros dans le budget de l’Etat. Les plus grandes économies pourraient être obtenues, selon lui, des transferts publics concernant par exemple les familles, étudiants et chômeurs. M. Zyskowicz propose de geler ces allocations pour la législature, ce qui engendrerait des économies de 870 millions d’euros par an.
Des économies de la même échelle pourraient être obtenues en rallongeant le temps de travail d’un quart d’heure par jour dans le secteur public.
M. Zyskowicz souligne que la liste comportant ces mesures parmi d’autres est sa propre proposition et non pas celle de son parti.
HS/A7

Institut de météorologie
L’Institut national de la météorologie devra mettre en place des économies de 4,6 millions d’euros d’ici 2016. Des licenciements de 85 personnes au maximum sont à prévoir.
HS/A9

Energie nucléaire

L’industrie finlandaise n’a toujours pas digéré la décision prise l’automne dernier de rejeter la demande de construction d’OL4 par TVO
La décision du ministre de l’Economie M. Vapaavuori de rejeter la demande d’autorisation de TVO de construire un réacteur nucléaire à Olkiluoto ennuie toujours l’industrie privée en tant que grand consommateur électrique. L’industrie déplore le fait qu’un ministre conservateur ait favorisé le groupe de l’Etat Fortum au dépens du souhait de la vie économique privée.
Depuis la décision de principe favorable concernant Fennovoima, Fortum s’est associé au projet de ce dernier.
Cela ne fait guère augmenter la concurrence, au contraire. Fortum dispose de la centrale de Loviisa, un quart de celles de TVO, 15 % de Fennovoima, 20 % du réacteur suédois de Forsmark et près de la moitié du suédois Oskarshamn.
Lorsque le réacteur de Fennovoima démarrera, Fortum participera à cinq des six réacteurs dans les pays nordiques.
Fortum aura des sièges dans les conseils d’administration de toutes ces centrales, ce qui signifie qu’il sera bien au courant des projets de tous les acteurs.
Helsingin Sanomat relève que le ministère de l’Emploi et de l’Economie ne croit pas les rumeurs selon lesquelles il y aurait un lien entre le processus d’autorisation de Fennovoima et les centrales de gaz naturel de Fortum dans l’Oural, dans le sens où Fortum souhaiterait entretenir ses bonnes relations avec les autorités russes à titre de sa coopération avec Rosatom.
HS/A21

Bourse de Helsinki

Les données concernant la moitié de la valeur de la bourse de Helsinki relèvent d’un registre non public
Helsingin Sanomat relève que 90 milliards de la valeur total de 183 milliards d’euros de la bourse de Helsinki concerne des actionnaires inscrits dans un registre dont les données ne sont pas publiques.
Ce registre ne donne pas accès aux données sur l’identité de ces personnes, il mentionne seulement la banque ou autre établissement qui gère les actions en question. En Finlande, ce type de registre n’est prévu que pour des investisseurs étrangers.
La confédération du secteur des finances FK et Nasdaq qui gère la bourse promeuvent l’élargissement du registre de façon à ce qu’il puisse concerner l’ensemble des actionnaires.
HS/A22

Lundi 23 février 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos de M. Rinne
Le ministre des Finances, M. Rinne, se félicite de l’accord obtenu entre la Grèce et l’eurogroupe. Il relève que les objectifs centraux de la Finlande ont été atteints concernant le fait que la Grèce n’obtiendrait pas de fonds supplémentaires et que les conditions des prêts resteraient les mêmes que dans le programme actuel. M. Rinne a précisé qu’à la fin du mois d’avril, une analyse plus détaillée serait effectuée concernant le programme modifié des prêts.
HS/sam/B10

Editorial : « La Grèce ne pouvait pas gagner : un pays sans sous n’est pas libre » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la Grèce a perdu le bras de fer et que, dès le départ, elle n’avait pas de chances de gagner. Vendredi, il s’est agi du fait de savoir si le pays allait obtenir quelque chose ou pas. On lui a accordé une toute petite marge de manœuvre.
S’il sera difficile de présenter cela comme une victoire à Athènes, la difficulté relèvera de la responsabilité du nouveau gouvernement qui avait une tactique d’amateur à l’égard des créanciers.
Au fond, il s’agit de la confiance dans la Grèce qui fait défaut. Cela vaut tant pour le gouvernement précédent que l’actuel. La Grèce est elle-même fautive pour avoir perdu sa solvabilité économique et plus généralement la confiance des autres. La corruption, les fraudes et l’évasion fiscale en sont les raisons, écrit l’éditorialiste.
Un pays qui n’a pas de sous n’est pas libre. Un pays en qui on n’a pas confiance n’est pas libre. Il faudra que la Grèce se mette à remédier à ces deux défauts à la fois, conclut l’éditorialiste.
HS/dim/A5

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Une solution est recherchée sur la base d’un modèle de 19 régions
Helsingin Sanomat rapporte que la réforme des services sociaux et de la santé a été rejetée la semaine dernière pas la commission des lois constitutionnelles du Parlement. Le projet de loi rejeté était basé sur un modèle de cinq régions.
La commission des affaires sociales et de la santé du Parlement a commencé vendredi à planifier la réforme sur la base d’un modèle de 19 régions. « C’est la seule possibilité si nous prenons en compte les points de vue de la commission des lois constitutionnelles », selon la débutée verte Outi Alanko-Kahiluoto. Elle est assez sceptique quant au calendrier de la réforme.
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré jeudi dernier que tous les partis politiques représentés au Parlement avaient une volonté politique pour faire avancer la réforme avant la fin de la législature.
Le Parlement devrait approuver la réforme le samedi 14 mars au plus tard.
HS/sam/13

Gouvernement

M. Stubb admet que le gouvernement a échoué
Le Premier ministre, M. Stubb, a admis, hier, lors de l’interview mensuelle d’Yle, que le gouvernement n’a pas été une réussite. Il relève qu’il préfère parler franchement et constate que le gouvernement a fait de bonnes choses mais que, dans certaines domaines, il a échoué. Il se défend toutefois en disant que les difficultés et les échecs n’ont pas dépendu que du gouvernement. Le contexte international politique et économique a rendu la tâche plus difficile encore.
La législature a été marquée par des échecs et des litiges. M. Stubb n’a pas réussi à se mettre au-dessus des disputes dans son gouvernement.
Les crises concernant la Russie, l’Ukraine et la Grèce ont augmenté le travail du gouvernement.
M. Stubb estime, concernant la situation ukrainienne, que la Russie s’efforce d’en faire un conflit gelé. Malheureusement le conflit durera longtemps, selon M. Stubb, qui pense que la Russie s’efforcera de garder l’Ukraine dans sa sphère d’influence par un moyen ou un autre, et de déstabiliser la région.
HS/lun/A13

Une annonce du Premier ministre sur le paquet de réformes structurelles
M. Rinne, ministre des Finances, s’étonne du fait que le Premier ministre Alexander Stubb compte présenter au Parlement, avant la fin de la législature, une annonce sur la progression du paquet de réformes structurelles du gouvernement.
M. Stubb parle d’un « testament » de son gouvernement. M. Rinne souligne que la question ne lui a pas été présentée, alors que d’habitude, le gouvernement se met d’accord sur les annonces du Premier ministre. C’est le ministère des Finances qui est en charge du paquet de réformes structurelles, rappelle-t-il.
HS/lun/A13

Parlement

Initiatives populaires
Helsingin Sanomat relève que depuis l’entrée en vigueur de la loi sur les projets de loi d’initiative populaire le 1er mars 2012, plus de 300 initiatives ont été lancées mais seulement six ont avancé jusqu’au Parlement.
Après le lancement d’une initiative populaire, les organisateurs doivent recueillir au moins 50 000 signatures dans le délai de six mois. Les signatures sont ensuite vérifiées par les autorités, avant que l’on puisse déposer l’initiative au Parlement.
La première initiative populaire votée au Parlement, afin d’interdire l’élevage des animaux à fourrure, a été rejetée en été 2013 par 146 voix contre 36. L’initiative sur les droits d’auteur a également été rejetée à l’automne 2014.
La première initiative populaire à être acceptée est celle sur le mariage pour les couples homosexuels, votée fin 2014 par 101 voix contre 90. Suite à l’initiative sur les attestations énergétiques des maisons individuelles, en été 2014, a été prise une décision du Parlement d’essayer de modifier la directive européenne.
Deux initiatives sont actuellement à l’étude des commissions parlementaires, dont celle concernant les sanctions plus strictes pour la conduite en état d’ivresse est actuellement étudiée par la commission des lois.
L’initiative sur la suppression de l’enseignement obligatoire du suédois à l’école est en ce moment étudiée par la commission de l’éducation qui a cependant du mal à rédiger un rapport unanime soumis au Parlement. Sans l’avis de cette commission, il ne pourra pas y avoir de vote en séance plénière.
HS/dim/A8

Enseignement des langues

Helsinki compte proposer plus de russe
Helsingin Sanomat relève que l’Office municipal de l’enseignement d’Helsinki a réagi aux souhaits des familles et envisage de proposer plus d’enseignement de russe à partir de la rentrée de 2016. Si la proposition de l’office passe, les élèves pourraient opter pour le russe comme première langue étrangère ou à partir de la huitième année de scolarisation dans 18 nouvelles écoles.
Selon Mme Kyllönen, directrice de l’enseignement, ces réformes n’engendreraient pas de cout supplémentaire pour la municipalité.
L’offre de l’enseignement d’espagnol pourrait également être augmentée de façon à ce que 20 nouvelles écoles le proposent.
Par contre le nombre d’élèves requis pour former un groupe de langue étrangère, actuellement fixé entre 10 et 15 passerait à 12 au minimum.
En ce qui concerne le suédois, Helsinki envisage de proposer une heure hebdomadaire de plus d’enseignement que ce qui est requis.
HS/lun/A17

Vendredi 20 février 2015

Politique étrangère et européenne

Russie - Finlande

Les sanctions contre la Russie pénalisent les entrepreneurs de Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué auprès des entrepreneurs de la capitale pour le compte de la Chambre centrale de commerce, deux tiers des entreprises souffrent directement ou indirectement des perspectives faibles sur les marchés russes. Près de la moitié des entrepreneurs estiment toutefois que les sanctions sont nécessaires.
Selon la directrice de la chambre de commerce Pia Pakarinen, les entrepreneurs n’ont pas beaucoup confiance en l’amélioration de la situation en Russie. Deux tiers suivent la situation de près « sans prendre des mesures pour l’instant ».
« Les entreprises qui étaient actives en Russie déjà avant la crise avec l’Ukraine essayent de continuer à fonctionner normalement », estime le vice-président des entrepreneurs finlandais Antti Neimala. Il rappelle que les impacts sont différents selon le secteur d’activité.
HS

Politique intérieure

Parlement

Vote de confiance
Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement par 98 voix contre 87 au vote sur la motion de censure concernant l’avenir de l’éducation, déposée par les quatre partis de l’opposition.
Yle

Initiative populaire sur l’enseignement du suédois à l’école
L’étude de l’initiative populaire sur la suppression de l’enseignement obligatoire du suédois à l’école à la commission de l’éducation du Parlement a été reportée à la semaine prochaine, même si l’affaire devait être examinée aujourd’hui vendredi. L’étude de l’initiative populaire a déjà été ajournée antérieurement.
« Il n’y a pas eu de progrès dans les négociations. Il faut réessayer la semaine prochaine », selon la présidente de la commission Raija Vahasalo. Les membres de la commission sont loin d’être unanimes sur le contenu de l’avis de la commission. Mme Vahasalo souligne que l’objectif est de remettre un avis pour l’étude en séance plénière du Parlement.
HS

Loi sur le mariage

Le Président a ratifié le changement de la loi sur le mariage
Le Président Sauli Niinistö a ratifié vendredi le changement de la loi sur le mariage, autorisant les mariages de couples homosexuels. Il s’agit de la première initiative populaire à aboutir à une modification législative.
Près de 167 000 Finlandais ont signé cette initiative populaire et le Parlement l’a approuvé en décembre 2014. Le ministère de la justice commence à préparer les modifications dans les autres lois sur la famille et sur le PACS. Les projets de loi devraient être présentés au Parlement au cours de l’automne prochain.
La nouvelle loi sur le mariage doit entrer en vigueur le 1er mars 2017.
Yle

Helsinki

Entreprises
Helsingin Sanomat relève que selon un rapport sur le développement de Helsinki, le nombre du personnel dans des grandes entreprises a diminué de 3 700 personnes entre les années 2008 et 2012, et continue plutôt de diminuer que d’augmenter. Le taux de chômage est en hausse.
Un changement structurel causé par la digitalisation affecte surtout les grandes entreprises, et en ce moment ce sont les petites qui créent du travail. En 2012, il y avait plus de 40 000 entreprises à Helsinki, dont 97 % étaient des petites entreprises employant moins de 50 personnes.
Le nombre de personnes employées par des petites entreprises a augmenté entre 2008 et 2012 de presque 1 800 personnes. L’augmentation était encore plus marquée dans les moyennes entreprises, qui emploient entre 50 et 250 personnes. Leur nombre de personnel a augmenté d’environ 3 100 personnes.
A Helsinki il y a surtout un manque d’entreprises de taille moyenne qui emploient entre 250 et 300 personnes.
L’industrie exportatrice et les entreprises d’exportation des services sont principalement des grandes entreprises et leur nombre de personnel fluctue fortement avec les cycles d’exportation. Les PME sont aussi achetées par des grandes entreprises qui cherchent à grandir, donc les années précédentes ne préjugent pas automatiquement une tendance prolongée.
HS

France - Finlande

Goût de France

Tampere
Aamulehti rapporte que trois restaurants à Tampere proposeront un menu gastronomique français dans le cadre de l’opération Gout de France – Good France le 19 mars 2015. Il s’agit des restaurants Hella & Huone, Wistub et Quatre saisons, dont les chefs sont Arto Rastas, Guy Peled et Riku Mäkinen.
AL/B19

Jeudi 19 février 2015

Politique étrangère et européenne

Commission européenne

Mme Georgieva à Helsinki
La chancellerie du Premier ministre annonce que la vice-présidente de la Commission européenne, Mme Kristalina Georgieva, commissaire chargée des affaires budgétaires et du personnel, effectue aujourd’hui une visite à Helsinki à l’invitation de la ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur Lenita Toivakka.
L’entretien de Mmes Georgieva et Toivakka doit porter sur notamment sur l’usage efficace du budget et d’autres ressources de l’Union européenne.
Mme Georgieva aura aussi un entretien avec le Premier ministre Alexander Stubb.

Défense

Coopération de défense entre la Finlande et la Suède
Le ministre de la Défense Carl Haglund et son collègue suédois Peter Hultqvist ont présenté, mardi à Stockholm, le rapport sur la coopération de défense renforcée entre la Finlande et la Suède.
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat note que les problèmes de la coopération de défense avec la Suède ont été les mêmes que ceux de la coopération nordique en général : on en parle à haute voix mais il n’y a pas beaucoup à dire sur la substance.
La coopération entre la Finlande et la Suède a été plus développée que la coopération entre tous les pays nordiques. Avec le nouveau rapport, les possibilités de la coopération de défense peuvent êtres élargies de façon importante.
Ce qui est le plus important, ce sont les décisions politiques prises par la Finlande et la Suède afin de travailler à lever les empêchements juridiques et administratifs de la coopération de défense ne temps de crise.
Pour conclure, Helsingin Sanomat souligne que la coopération en matière de défense avec la Suède ne changera pas les fondements de la défense militaire finlandaise et ne tranchera pas la question d’une éventuelle adhésion à l’OTAN.
HS/A4

Politique intérieure

Parlement

Motion de censure
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a débattu mercredi la motion de censure concernant les économies à l’école, déposée par tous les quatre partis de l’opposition. Il s’agit de la 22e motion de censure depuis le début de la législature
Le député centriste Tuomo Puumala, premier signataire de la motion de censure, a critiqué ardemment la ministre de l’Education Krista Kiuru et le gouvernement d’avoir réalisé des économies historiques de 1,7 milliard d’euros dans l’enseignement.
Le vote sur la confiance du gouvernement aura lieu vendredi.
HS/A14

Economie

Les investisseurs se préparent aux risques du changement climatique
Helsingin Sanomat rapporte que pour que les milliards en investissements qui garantissent le niveau de vie finlandais soient en sécurité, les fonds de pension et les gestionnaires doivent se méfier de la bulle des hydrocarbones.
Si nous souhaitons limiter le réchauffement climatique à deux degrés, la plupart des réserves mondiales connues d’énergies fossiles doivent rester dans le sous-sol. Dans ce cas, la valeur des entreprises pétrolières et d’autres énergies fossiles et leurs actions courent un risque d’être surestimés et alors de baisser.
La banque Nordea a annoncé qu’elle allait retirer 100 milliards d’euros en investissements des compagnies houillères. Cette annonce est le premier de ce type en Finlande, qui réagit tardivement au risque de la bulle des hydrocarbones. Des fonds de pension en Suède et en Norvège ainsi que de grands investisseurs aux États-Unis ont déjà participé à la campagne internationale Fossil Free.
Même si selon l’AIE, la demande pour les hydrocarbones continue à diminuer, le pétrole est plus difficile à remplacer. En 2013 les investissements dans les énergies renouvelables étaient d’environ 250 milliards de dollars contre plus de mille milliards de dollars investis dans les énergies fossiles. Le programme environnemental de l’ONU est en train de préparer une définition générale du risque de bulle, mais il n’existe pas une seule solution simple. Il faut alors se préparer au risque de façon générale et bien étudier les effets divers des énergies fossiles.
HS

Science

« La science est importante – en théorie »
Helsingin Sanomat relève que les Finlandais risquent de perdre leur haut placement en sciences ou en éducation sur les listes internationales de classement et de glisser vers la médiocrité, car la Finlande n’hésite pas à continuer à réduire le budget d’éducation par milliards. Le financement pour la recherche est également en déclin.
En proportion du PIB, le total du soutien financier à la recherche et développement en Finlande reste quand même au dessus de 3 %, ce qui place le pays relativement haut au niveau mondial. La Finlande produit moins de 1 % de toute la science dans le monde.
Selon l’Académie finlandaise, le niveau de la science en Finlande est supérieur à la moyenne mondiale, mais la différence vis-à-vis des meilleurs pays est devenue plus notable, avec 14 autres pays OCDE en-dessus de la Finlande sur la liste.
Selon le professeur Osmo Kivinen et le chercheur Juha Hedman de l’université de Turku, le niveau international de la science en Finlande est en fait meilleur que ce qui est annoncé. La Finlande se situe même en deuxième place après la Suisse dans les sciences naturelles et techniques.
Selon MM. Kivinen et Hedman, les indicateurs utilisés par l’Académie favorisent les sciences dures au détriment des sciences humaines, et au lieu d’aider les autorités à choisir vers quelle direction diriger la recherche dans un environnement très compétitif, ces indicateurs ne font que causer de la confusion.
La réforme structurelle des universités, qui viserait à créer des départements de meilleur niveau, est très difficile à mettre en place parce que la Finlande manque d’une vision d’ensemble sur la politique scientifique, ainsi que d’un forum pour discuter les questions autour du sujet.
HS

France

Politique économique

Réformes économiques
Helsingin Sanomat annonce que les réformes économiques divisent les rangs des socialistes.
HS/A22

Mercredi 18 février 2015

Politique extérieure

Arctech

Arctech approche la Russie pour un grand contrat
Helsingin Sanomat rapporte que l’entreprise Arctech Helsinki Shipyard, détenue par des Russes, est en négociations avec la Russie pour un contrat d’une dizaine de navires adaptés à la navigation dans les zones arctiques, au prix d’environ 100 million d’euros chacun.
Le directeur d’Arctech ne confirme pas ces informations. Si l’affaire est conclue, l’organisme spécial de financement de l’état finlandais Finnvera peut accorder des garanties normales de crédit. Le secteur de la construction navale a reçu 20 millions d’euros de soutien aux innovations, qui pourraient être aussi utilisés pour faciliter l’affaire.
Fin 2014, l’entreprise de l’Etat russe United Shipbuilding Corporation (OSK) déjà propriétaire de la moitié d’Arctech a acheté l’autre moitié de l’entreprise coréenne STX, rendant le chantier à 100% russe. OSK est la propriétaire de la plupart des chantiers en Russie, qui fournissent aussi la marine russe.
Le chantier naval d’Helsinki, qui emploie 500 personnes, a des commandes jusqu’au printemps 2017.
HS

Politique intérieure

Partis politiques

L’audience du Centre augmente encore
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien, l’audience du Parti du centre, actuellement à 26,2 %, est encore en légère hausse. Le Centre est suivi du Parti social-démocrate, 17,1 %, du Parti conservateur, 16,9 % et des Vrais Finlandais, 14,1 %.
La popularité des quatre « petits » partis n’a pas bougé. L’Alliance des gauches a obtenu un score de 8,5 %, L’Alliance verte 8,3 %, le Parti suédois 4,2 % et les Chrétiens-démocrates 3,2 %.
Le quotidien note que 38 % des personnes interrogées n’ont pas su ou voulu s’exprimer ou elles ne comptent pas voter du tout. 39 % savent pour quel parti ils vont voter. Les plus sûrs d’aller voter sont les partisans de l’Alliance des gauches, du Parti conservateur, du Centre et des Vrais Finlandais.
Le professeur en sciences politiques à Åbo Akademi (université suédophone de Turku) Kimmo Grönlund estime que « seulement un grand scandale pourrait empêcher la victoire électorale du Centre ». Selon lui, les partis politiques sont particulièrement prudents et leurs programmes électoraux sont modérés. « Les partis sont prudents partiellement parce que les retraités votent plus activement que les jeunes. »
« Les Finlandais aiment bien leur Etat-providence », cela est l’explication de M. Grönroos pur le fait que le style plus à droite du Premier ministre Alexander Stubb n’a pas convaincu les électeurs. Il s’étonne aussi du choix de mots du Premier ministre. « Pourquoi a-t-il critiqué le consensus au lieu du corporatisme ? »
M. Grönroos estime que les thèmes électoraux comme la situation en Grèce ou le terrorisme pourraient éventuellement augmenter un peu l’audience des Vrais Finlandais.
HS/A6

Parlement

La session du Parlement prolongée d’un jour
Le présidium du Parlement a décidé de prolonger la session parlementaire d’un jour, du vendredi 13 mars au samedi 14 mars, et de deux séances plénières qui seront organisées le lundi 9 mars et le samedi 14 mars, en raison du grand nombre de projets de loi à traiter.
Yle

Elections législatives

HS a lancé sa « machine électorale »
Helsingin Sanomat annonce avoir lancé sa « machine électorale », soit un programme que les électeurs à la recherche d’un candidat peuvent consulter. 1 200 candidats sur le total de 2 000 ont déjà répondu aux 30 questions posées. Par exemple la question sur l’enseignement obligatoire du suédois à l’école divise les candidats.
HS/A7

Financement électoral
Turun Sanomat rappelle, dans son éditorial, que les élections législatives de 2007 ont été suivies par un scandale sur les soutiens financiers aux élections, avec des investigations mettant à jour des organisations comme Nova, des donations des entreprises de l’Etat, et différentes autres méthodes de dissimuler l’origine du financement.
En automne 2010, une nouvelle législation sur le financement électoral et des partis politiques a été introduite, qui oblige les candidats à déclarer le total des frais de leur campagne ainsi que toute donation supérieure à 1 500 euros. Les partis politiques doivent spécifier leur financement pour les élections et publier leur clôture des comptes. L’Etat et les municipalités ne sont pas autorisés à soutenir des candidats.
Ce système n’est pas non plus sans défauts. Les organisations municipales et de base des partis ne sont pas obligées de publier les informations sur leur financement. Les partis politiques peuvent choisir eux-mêmes si leurs associations annoncent ces informations. Les partis ont environ un millier d’associations, mais seulement une fraction d’entre elles a donné l’information sur leur financement à l’organe de surveillance.
Un groupe de travail est en train de préparer des changements à la législation sur le financement des élections et des partis politiques, mais sans toucher au rôle des associations locales des partis.
TS

Mardi 17 février 2015

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

Le Danemark, la Suède et la Norvège ont plus peur d’actes terroristes que la Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon les experts, la menace d’une attaque terroriste est moins élevée en Finlande que dans les autres pays nordiques. Cela ne veut toutefois pas dire que la menace n’existe pas. La Finlande n’a pas participé de façon très visible aux opérations internationales contre le terrorisme et il n’y a pas eu de crise liée aux caricatures.
« La Finlande ne fait pas très fortement partie de l’image de l’ennemi occidental hostile », selon Jyri Rantala, responsable de communication à la police de sûreté Supo.
Marko Juntunen, lecteur en anthropologie sociale à l’université de Tampere, souligne qu’il n’y a pas de caricaturistes internationalement connus ou des acteurs politiques xénophobes connus. « Il n’y a pas en Finlande d’objets avec une valeur symbolique importante. Un acte terroriste par un acteur solitaire est bien entendu possible. »
Selon M. Rantala, le danger n’est pourtant pas loin. Le groupe le plus problématique du point de vue de la menace terroriste est les combattants islamistes extrémistes partis pour la Syrie. Il y en a plus de 50. Le nombre de personnes suivies par la police, environ 300 actuellement, a doublé depuis deux ans.
HS/A6

Défense

Exercice aérien
Helsingin Sanomat relève selon un communiqué de presse de la chancellerie du Président de la République du 16 février, que la Russie n’a pas eu d’effet sur la décision finlandaise afin de participer à l’exercice aérien en Estonie. La Finlande a pris la décision sur sa participation le 6 février au niveau des fonctionnaires. Le comité interministériel de la politique étrangère et de sécurité s’est réuni le 7 février sous la direction du Président Niinistö. L’Ambassade de Russie a été en contact avec la chancellerie le 9 février pour demander des informations sur les objectifs de l’exercice.
Selon le quotidien suédois Expressen, la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström aurait promis à un représentant de la Russie que les avions suédois n’atterriraient pas sur le sol estonien, de même que les avions finlandais.
Turun Sanomat rapporte que selon le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja, l’Ambassade de Russie a aussi été en contact avec le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense. Selon M. Tuomioja et le ministre de la Défense Carl Haglund, il n’y a eu rien de particulier dans la demande de l’Ambassade de Russie. Les Ambassades de différents pays posent souvent des questions aux ministères et les fonctionnaires répondent suivant les informations publiques, selon M. Tuomioja. « La Russie peut avoir un avis à ce sujet mais cela n’a eu aucun effet sur notre décision. »
HS/A13, TS/4

Suède

M. Haglund a un entretien avec son collègue suédois
Selon Suomenmaa, organe du Parti du centre, le ministre de la Défense Carl Haglund rencontre aujourd’hui son collègue suédois Peter Hultqvist à Stockholm. Les ministres vont évoquer, entre autres, la coopération de défense bilatérale et la participation à l’exercice aérien en mars-avril.
SM/9

Politique intérieure

Grandes entreprises

Les chiffres d’affaires en baisse
Selon Helsingin Sanomat, parmi les vingt grandes entreprises finlandaises seulement six ont vu leur chiffre d’affaires progresser en 2014, contre 14 entreprises avec un chiffre d’affaires en diminution. Même Nokia a dû se contenter d’un taux de croissance près du zéro. Pour compenser l’effet du chiffre d’affaires, les entreprises sont obligées de chercher des économies du côté de la production, ce qui se traduit par des licenciements.
La diminution du résultat des grandes entreprises a un effet sur le PIB, qui a vu sa croissance arrêtée il y a trois ans. Les consommateurs réagissent en réduisant leurs dépenses.
Les entreprises d’exportation souffrent de la stagnation dans leur plus grand marché, l’Europe. Quand la croissance dans toute la région ralentit, il est impossible pour ces entreprises d’atteindre une croissance naturelle.
Le chiffre d’affaires de Neste Oil à été le plus impacté en 2014, avec une diminution de 12,9 %, suite à la baisse des prix sur le marché et à la diminution des quantités de produits pétroliers vendus.
Le chiffre d’affaires de Fortum a baissé de 10,5 %, essentiellement en raison de la baisse du prix d’électricité et du taux du rouble.
Kone, entreprise fabriquant des ascenseurs et des escaliers roulants, bénéficie d’un résultat inverse dans son chiffre d’affaires, avec une augmentation excellente de 6 %. Malheureusement pour la Finlande, cette hausse venait principalement d’Asie de Sud-Est.
Cette récession est exceptionnelle parce que les entreprises évitent de se surendetter, mais au détriment des investissements. Selon une recherche menée par l’université Aalto et le groupe de financement OP, l’intérêt à investir est très bas, et la Finlande est en train de couper sa future croissance.
HS/dim/B6

Agriculture

La production du lait est en hausse, la consommation en baisse
Helsingin Sanomat rapporte que selon le centre de ressources naturelles Luke, les vaches finlandaises produisaient, en 2014, presque 2 300 litres de lait, plus que dans les neuf années précédentes et une hausse de 3 % par rapport à l’année 2013. Le nombre de fermes laitières a diminué, mais les fermes existantes sont de plus en plus grosses et les vaches produisent maintenant plus de lait que les générations antérieures.
Malgré le fait que les Finlandais sont au même niveau que les Irlandais et les Estoniens en termes de consommation du lait, ils boivent de moins en moins de lait. La diminution s’explique par le fait que les Finlandais consomment plus d’autres produits laitiers, surtout de fromage blanc, riche en protéines et faible en matière grasse.
Selon Valio, environ 60 % du lait produit en Finlande est utilisé dans le pays et environ 40 % des produits laitiers sont importés de l’étranger. Le lait finlandais qui surpasse la consommation est exporté. La Russie et la Suède représentant des pays traditionnels d’exportation pour Valio. Avec le ralentissement des exportations vers la Russie, Valio est obligé de vendre du lait sur les marchés mondiaux des produits industriels, sur lesquels la valeur ajoutée est faible et les prix sont bas.
HS/dim/A8

Lundi 16 février 2015

Politique étrangère et européenne

Danemark

Attentats à Copenhague
Helsingin Sanomat a interviewé le caricaturiste suédois Lars Vilks deux jours avant l’attentat au centre culturel de Krudtønden à Copenhague où il a participé samedi à un débat, aux côtés de l’ambassadeur de France au Danemark François Zimeray. Après l’attentat, Lars Vilks s’est inquiété du sort des musulmans ordinaires et de l’image de l’islam de plus en plus négative. « Il faudrait montrer maintenant le visage moderne de l’islam. »
HS/dim/A20, lun/A21

Réactions françaises
Le ministère des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné, samedi, avec la plus grande fermeté l’attaque terroriste contre la réunion publique consacrée à l’islamisme et la liberté d’expression.
Le président Hollande a assuré la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt de l’entière solidarité de la France dans cette épreuve. Il a déclaré aussi que les mêmes cibles ont été frappées samedi à Copenhague et lors des attentats à Paris en janvier. « Danemark, France, c’est aujourd’hui les mêmes nations qui éprouvent les mêmes tristesses, les mêmes malheurs, mais aussi la même volonté pour résister, combattre et vaincre le terrorisme », selon le Président Hollande.

Réactions finlandaises
Selon Yle, la chancellerie du Président de la République, M. Niinistö a présenté ses condoléances en raison de l’attaque au Danemark. Selon lui, la Finlande condamne fermement le terrorisme et les attaques contre la liberté d’expression.
Helsingin Sanomat rapporte que selon le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja, « une attaque terroriste dans un pays nordique n’est pas tout à fait une surprise ».
Le Premier ministre Alexander Stubb condamne également les attaques qui se sont dirigées contre la liberté d’expression et la société ouverte.

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne les similarités des actes terroristes à Copenhague avec ceux à Paris il y a un mois. Dans les deux cas, on a attaqué d’abord la liberté d’expression, ensuite la communauté juive.
L’Europe doit se préparer à des attaques terroristes isolées qui sont pourtant très difficiles à prévoir.
HS/lun/A5

Politique de sécurité

Le MAE finlandais a publié un rapport sur la politique de sécurité
Helsingin Sanomat relève que dans le rapport de 80 pages, sont mentionnées entre autres l’utilité du partenariat de la Finlande avec l’OTAN et l’importance des relations avec les Etats-Unis, ainsi que la coopération avec la Suède.
(Review on Finland’s security cooperation, vn.fi)
HS/sam/A22

Visites de M. Tuomioja

M. Tuomioja en Birmanie et au Cambodge
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja effectue, les 16 et 17 février, une visite en Birmanie où il a des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères U Wunna Maung Lwin et le Président U Thein Sein, ainsi que la directrice de l’opposition Aung San Suu Kyi.
Les entretiens porteront sur les relations bilatérales, le développement de la Birmanie et les questions internationales.
M. Tuomioja se rendra ensuite au Cambodge le 18 février.

Politique intérieure

Parti du centre

Propos de M. Sipilä
Helsingin Sanomat publie une interview de Juha Sipilä, président du Parti du centre. M. Sipilä dit qu’il veut devenir Premier ministre parce qu’il souhaite effectuer des réformes dans la situation économique difficile. Sans les réformes, la Finlande a devant elle le même destin que la Grèce. « Nous avons beaucoup de choses en commun avec la Grèce, par exemple la prise de décision paralysée ou l’endettement trop rapide. Si cela continue l’état-providence est en danger. »
M. Sipilä projette un gouvernement de douze ministres, un seul ministre par ministère, ce qui serait exceptionnellement peu pour un gouvernement finlandais. Il souhaite pouvoir créer 200 000 nouveaux emplois et faire des économies de 2 milliards d’euros pendant la prochaine législature. « J’ai promis de publier une liste sur les économies avant les élections et je le ferai dans un mois. »
M. Sipilä souhaite aussi présenter ses excuses aux entrepreneurs qui ont eu de graves difficultés pendant la dernière grande crise économique au début des années 1990. Plusieurs milliers d’entreprises avaient fait faillite. Il estime que le fait de se taire sur le sort des victimes de la crise économique a eu comme effet la baisse du taux de participation aux élections.
HS/sam/A20

Parlement

Le gouvernement devra répondre encore à une motion de censure
Selon Helsingin Sanomat, les quatre partis de l’opposition – les Vrais Finlandais, le Centre, l’Alliance verte et l’Alliance des gauches – ont déposé vendredi une motion de censure sur les affaires concernant l’école.
Le gouvernement donnerait sa réponse à la motion de censure mercredi prochain.
HS/sam/A22

Elections législatives

Vote par anticipation
Les élections législatives auront lieu le dimanche 19 avril. Le vote par anticipation sera organisé du 8 au 14 avril en Finlande et du 8 au 11 avril à l’étranger.
HS/lun/A12

Vendredi 13 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine/Minsk – réactions finlandaises

Propos de MM. Niinistö, Stubb, Tuomioja
Le Président Sauli Niinistö a exprimé son souci sur le fait de savoir ce qui se passera à Debaltseve avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. Dimanche est encore loin, et ces jours peuvent être très instables, selon lui. Il souhaite que depuis l’accord de septembre les parties aient pris conscience du fait qu’il faudrait tenir à l’accord tant qu’il est possible de l’obtenir.
M. Niinistö rappelle que même si le cessez-le-feu tient, il ne s’agit que d’un premier pas parmi un nombre de décisions difficiles. « Il faudra résoudre les questions sur la surveillance de la frontière entre la Russie et l’Ukraine, sur le statut juridique de l’Ukraine orientale et sur le vieux litige concernant l’harmonisation de l’accord d’association et de l’Union douanière. Il s’agira aussi de voir comment l’Ukraine pourra sortir de sa mauvaise situation économique. »
Le Premier ministre, M. Stubb, considère l’accord comme un pas dans la bonne direction tout en rappelant la fragilité de la situation. Selon lui, il suffirait de très peu pour déclencher le conflit de nouveau. Il insiste sur l’importance pour toutes les parties, séparatistes, Russes et Ukrainiens de garder leur calme et modération. M. Stubb estime que la Russie doit comprendre aussi qu’il s’agit de la dernière opportunité de trouver une solution au conflit.
Selon M. Salolainen, vice-président de la commission des Affaires étrangères, l’envoi de casques bleus finlandais en Ukraine a été évoqué au gouvernement, dans l’éventualité de l’introduction de troupes de maintien de la paix dans ce pays. Il souligne qu’il s’est agi de spéculations pour l’instant.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qualifie l’accord de positif et qui pousse à l’optimisme. Il relève qu’il s’agira de suivre de près la mise en œuvre du cessez-le-feu ainsi que le retrait des armements. Il appelle à la prudence en ce qui concerne les attentes. Il estime que le processus politique pour organiser le statut de l’Ukraine orientale dans le respect de la souveraineté de l’Ukraine sera extrêmement difficile. L’accord en donnera la possibilité. M. Tuomioja relève que si l’accord tient, il faudra progressivement envisager de lever les mesures visant la Russie.
Concernant l’accord d’une aide humanitaire à l’Ukraine, M. Tuomioja estime qu’il faut que la Finlande soit disposée à partager ses compétences. Il relève qu’en raison des opérations militaires, il n’a pas été possible de faire parvenir toute l’aide disponible. En ce qui concerne l’aide sous forme d’armement, M. Tuomioja estime que le plus grand problème a été constitué par les armes venues en Ukraine orientale à travers la frontière. Empêcher cela est toute à fait essentiel du point de vue du maintien du cessez-le-feu. Il rappelle que dans les pays européens, il n’y a pas eu de pression pour livrer des armes, mais que si l’accord de Minsk tient, cela diminuera les pressions des autres instances concernant les livraisons de matériel militaire.
M. Tuomioja a rappelé que la France et l’Allemagne ont agi au titre de leur propre mandat à Minsk. « Et c’est une bonne chose qu’elles aient agi. Sinon, la situation serait bien pire. » Il estime que si les opérations militaires se terminent vraiment, cela permettra de réformer l’économie et la société ukrainiennes. L’UE est prête à soutenir ces réformes, mais il faut que les Ukrainiens s’y investissent aussi, dit-il.
HS/A9, AL/A8, Dem/4, SM/5

Autres commentaires
Keskisuomalainen relève que M. Moshes, chercheur à l’Institut de relations internationales, s’étonne du fait que l’on ait laissé un délai pour le début du cessez-le-feu, alors qu’il aurait été techniquement possible de l’introduire toute de suite. M. Koivula, chercheur au Collège de défense partage cet avis.
M. Koivula spécule sur le fait de savoir si les séparatistes s’efforceront d’occuper Debaltseve durant ces deux jours et engendrer des pertes aux forces armées ukrainiennes.
M. Moshes estime qu’il y a maintenant plus d’espoir sur le maintien du cessez-le-feu qu’il y en avait à l’automne. L’armée ukrainienne s’est renforcé depuis et l’économie russe par contre s’est affaiblie.
KS/14

Editoriaux
« L’Ukraine décidera elle-même sur son avenir » HS
« L’accord sur un cessez-le-feu n’est qu’un début » TS
« Une petite lueur d’espoir » HBL
« Les négociations n’ont pas laissé de doute sur la gravité de la situation » KS
« Un tournant alors que l’on était au bord du précipice » AL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que l’accord de Minsk donnera des possibilités d’atteindre l’objectif d’une évolution vers un Etat de droit européen, promu par une grande majorité des Ukrainiens, même si cela ne sera pas facile. La méfiance accrue entre la Russie et les Etats occidentaux s’entendait clairement lorsque Mme Merkel et M. Hollande ont évalué le résultat de Minsk. Le Président Hollande estime que l’accord donne un espoir sérieux d’une solution en Ukraine, alors que la chancelière Merkel voit une lueur d’espoir.
A Helsinki, le président Niinistö a fait preuve de même sorte de prudence en disant qu’il faudrait beaucoup de temps pour rétablir les relations entre la Russie et l’Occident.
L’éditorialiste estime que l’espoir du maintien du cessez-le-feu est alimenté par la peur des conséquences d’un échec. L’éditorialiste rappelle que la fin de la guerre n’apporte que peu de consolation à l’Ukraine si l’économie du pays s’effondre en même temps. Il faut de l’aide de la part des autres, mais en fin de compte il faudra que les Ukrainiens s’en sortent par eux-mêmes au moyen de leurs propres décisions, conclut HS.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il ne convient pas de parler d’une percée, mais que dans le meilleur des cas, la tuerie sera enfin interrompue en Ukraine orientale.
Les éditorialistes des quotidiens sont très prudents dans leur optimisme tout en se félicitant de la possibilité de mettre fin à la tuerie. Ils se félicitent de l’autorité exercée par M. Hollande et Mme Merkel, et rappellent également l’importance de l’aide humanitaire et économique pour la population civile.
HS/A4, HBL/20

Banque européenne d’investissements

Candidature de M. Vapaavuori
Le gouvernement a décidé hier, de désigner le ministre de l’Economie conservateur, M. Vapaavuori, candidat de Finlande pour le conseil d’administration de la BEI pour une période de quatre ans à partir du 1er septembre.
M. Vapaavuori avait dit en janvier, que s’il était nommé candidat de la Finlande, il ne présenterait pas sa candidature aux législatives.
HS/A19

Politique intérieure

Fonds de pension

Les fonds de pension du public ont de meilleurs résultats que les fonds privés
Les fonds de pension qui gèrent les placements concernant les pensions des communes et de l’Etat (Keva et Ver) ont fait un résultat qui est plusieurs centaines de millions d’euros meilleur que celui des fonds de pension privés. Leurs revenus ont augmenté de plus d’un pourcent alors que ceux des groupes d’assurance retraite ont diminue de un ou deux pourcent.
Concernant un portefeuille de dizaines de milliards d’euros, un point de pourcentage se traduit en plusieurs centaines de millions d’euros.
HS/A34

Communes

Le parti conservateur envisage de faire échouer le projet de métropole
La ministre des Transports et des Collectivités locales, Mme Risikko, a annoncé, hier, que son parti ne soutenait plus le projet de métropole (pour les 14 communes de la région de la capitale).
Mme Risikko estime que le projet risquerait d’engendrer une administration qui se chevauche et que l’état actuel de la réforme des services sociaux et de la santé ne le justifie pas.
Les sociaux-démocrates qui ont promu le projet de métropole souhaitent qu’entre les présidents des partis du gouvernement, M. Stubb « fasse preuve de leadership » afin que l’on puisse mener à bon port ce projet sur lequel le gouvernement s’est déjà mis d’accord.
HS/A10

Nucléaire

Litige sur les salaires des ouvriers polonais
Turun Sanomat relève que la Cour de justice de l’Union européenne a décidé que les électriciens polonais travaillant au chantier d’Olkiluoto avaient le droit de transmettre au syndicat finlandais du domaine de l’électricité les créances de salaire et d’exiger les avantages selon la convention collective finlandaise.
Il s’agit de créances de salaire de plusieurs millions d’euros dans l’action introduite en justice par le syndicat finlandais. 186 électriciens polonais, recrutés par l’entreprise polonaise Elekrobudowa pour un contrat à durée déterminé au chantier de construction de la centrale nucléaire, sont devenus membres du syndicat finlandais qui exige le paiement de créances de salaire pour un montant total de 6,65 millions d’euros.
Le syndicat et la centrale syndicale SAK sont satisfaits de la décision de la Cour de justice de l’Union européenne, estimant que la décision est importante du point de vue du caractère contraignant des conventions collectives finlandaises.
« Cette décision est une victoire pour le syndicat mais aussi pour les entreprises et les salariés finlandais », selon Martti Alakoski, président du syndicat du domaine de l’électricité.
TS/12

Le STUK est favorable au stockage de déchets nucléaires
Selon Turun Sanomat, le Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire STUK a étudié la sûreté du projet de stockage de Posiva pendant plus de deux ans. Il a remis jeudi son avis au ministère de l’Emploi et de l’Economie. Le STUK a annoncé être en principe favorable au projet de Posiva qui devra encore faire quelques études supplémentaires.
Le directeur Jussi Heinonen de STUK estime que l’avis favorable de STUK ne changera pas après les études supplémentaires.
Selon Posiva, le stockage des déchets des réacteurs d’Olkiluoto 1-4 et de Loviisa 1-2 pourrait commencer en 2022. Le dépôt serait fermé en 2120.
Le gouvernement prendra la décision définitive sur la construction du dépôt.
TS/12

Jeudi 12 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine

M. Kanerva souhaite une aide humanitaire en Ukraine
Selon Keskisuomalainen, le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE Ilkka Kanerva souhaite que la Finlande envoie une aide humanitaire, dont des médicaments, en Ukraine par intermédiaire de l’UNHCR ou de la Croix-Rouge.
Selon M. Kanerva, deux Etats membres de l’Union européenne et de l’OTAN ont déjà décidé de livrer des armes en Ukraine. « Il s’agit de la Pologne et de la Lituanie », selon M. Kanerva.
La Finlande a adopté une attitude négative quant à un éventuel envoi d’armes en Ukraine.
KS/14

Banque mondiale

Visite en Finlande du Directeur
Le Directeur de la Banque mondiale, M. Jim Kim, accueilli en Finlande par la ministre du Développement, Mme Paatero, rappelle que l’on a déjà craint la disparition de l’euro par le passé, mais que l’on a toujours fini par trouver une solution. Il souhaite que ce soit ce qui va se passer cette fois aussi.
M. Kim a participé à la réunion annuelle des pays membres nordiques de la Banque mondiale. Lors d’une conférence de presse, il a remercié la Finlande au nom des pays en voie de développement. « Je sais qu’il y a un débat en cours en Finlande sur la justification de l’aide au développement […] et je peux vous garantir qu’elle a un effet. » Mme Paatero a rappelé que la Finlande a elle aussi été bénéficiaire de l’aide de la Banque mondiale.
HS

ONU

La Finlande soutient la candidature de la Suède au Conseil de sécurité
Le ministre des Finances, M. Rinne, a reçu sa collègue suédoise, Mme Andersson, hier, pour des entretiens sur la crise économique. La candidature de la Suède au Conseil de sécurité pour la période 2017 - 2018 a également été évoquée et M. Rinne a déclaré que la Finlande l’appuyait.
Les ministres ont souligné l’importance de la création d’emplois et du fait de donner un élan à l’industrie. Ils relèvent que l’emploi et la croissance n’existent pas sans une forte présence du secteur des PMI-PME.
Mme Andersson a également participé à la réunion de la Banque mondiale.
Dem/3

Sécurité sociale

Le comité des droits sociaux critique la Finlande
Helsingin Sanomat relève que le comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe critique la Finlande pour son niveau bas de sécurité sociale. Les minimums de l’indemnité journalière de maladie, du revenu minimum revenu et de l’assistance-chômage sont à un niveau trop bas par rapport aux revenus moyens.
Le comité surveille la mise en œuvre de la Charte sociale européenne. La Finlande devra donner sa réponse au comité avant fin mars.
HS

Grèce

Propos de M. Rinne
Le ministre des Finances, M. Rinne relève qu’il est parti à Bruxelles avec le même mandat qu’avant, et qu’il s’agit de chercher une solution qui permette de définir un calendrier pour mettre en œuvre les objectifs du programme actuel. Il n’est pas exclu, selon lui, de modifier les objectifs selon les souhaits grecs, le principe étant de maintenir la conditionnalité et de ne pas investir plus d’argent.
M. Rinne relève que la Grèce n’a pas demandé de reporter le délai du programme actuel. La Finlande dispose d’un mandat sur le fait que les mesures prises seront évaluées à la fin février. L’objectif commun est de chercher une solution à la situation grecque. M. Rinne qualifie l’esprit des négociations de bon, tout en relevant que la situation est difficile.
HBL/6, www.yle.fi

Politique intérieure

Police

Selon le baromètre sur la police, 42 % estiment que la corruption est possible au sein de la police
Turun Sanomat rapporte que, selon le baromètre récent sur la police finlandaise, plus de 90 % des Finlandais ont très ou assez confiance en la police.
Le nombre de ceux qui estiment que la corruption au sein de la police est possible a augmenté depuis 2012 pour passer de 27 à 42 %.
La ministre de l’Intérieur Päivi Räsänen et le directeur général de la police Mikko Paatero estiment tous deux que le procès en cours contre l’ancien chef de la police anti-drogue Jari Aarnio, lié à la corruption, a un effet important sur les résultats.
Le baromètre sur la police est publié tous les deux ans depuis 1999. Un peu plus de mille Finlandais ont été interviewés pour le nouveau baromètre.
TS/10

Economie

Dividendes versés par le groupe Sampo
Helsingin Sanomat relève que la plupart des dividendes versés par le groupe financier Sampo, 600 millions d’euros, concernent des actionnaires inscrits dans un registre qui ne donne pas accès aux données sur l’identité de ces personnes. Le registre mentionne seulement la banque ou autre établissement qui gère les actions en question. En Finlande, ce type de registre n’est utilisé que pour des investisseurs étrangers.
Le plus grand bénéficiaire de dividendes est le groupe Solidium qui gère les actions de l’Etat. Les contribuables obtiendront ainsi environ 130 millions d’euros. Le directeur du groupe Sampo, M. Wahlroos, recevra des dividendes de 23 millions d’euros.
Helsingin Sanomat liste des directeurs de Sampo, d’autres directeurs d’entreprise, des groupes d’assurances retraite (Varma, Ilmarinen, Elo), des banques et des fondations parmi les bénéficiaires. 86 des personnes ou sociétés qui obtiennent des dividendes de plus de 200 000 euros sont Finlandaises.
HS/A31

Economie – aviation

Finnair recherche de nouveaux revenus en introduisant de nouveaux services
La compagnie aérienne Finnair envisage de proposer de nouveaux services payants pour ses passagers. La compagnie effectue en ce moment des sondages auprès de ses clients pour étudier leurs souhaits. M. Vauramo, directeur général de Finnair, relève que beaucoup de clients souhaitent des services sur mesure.
M. Vauramo relève qu’en 2014, le résultat du groupe était nettement déficitaire. Le chiffre d’affaires s’élevait à 2284 millions d’euros, ce qui est 5 % de moins par rapport à 2013. Les mesures d’économie prises concernant notamment les frais engendrés au niveau du personnel ont toutefois permis au résultat de s’améliorer vers la fin 2014.
Actuellement, Finnair récupère 9 euros par passager concernant les services supplémentaires, les revenus variant internationalement entre 43 euros par passagers (Quantas Airways) et 2 euros (SAS et Lufthansa).
M. Vauramo relève qu’avec ses dix millions de passagers par an, les services supplémentaires représentent un potentiel important.
Helsingin Sanomat relève par ailleurs que Finnair inaugurera son premier Airbus A350 cette année.
HS/A31

Mercredi 11 février 2015

Politique étrangère et européenne

Minsk

Commentaires finlandais
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja rappelle que depuis l’accord sur un cessez-le-feu de septembre dernier, il n’y a eu que quelques jours sans victimes de tirs.
M. Moshes, chercheur à l’Institut des relations internationales, n’attend pas grand-chose de la rencontre de Minsk. Il estime toutefois que c’est un bon signe que d’envisager des négociations en tête-à-tête. Il estime qu’il serait le plus important, pour résoudre la crise, de rétablir la frontière entre l’Ukraine et la Russie sous gestion ukrainienne. Pour lui, il ne faut pas que l’Occident soit flexible en ce qui concerne cette frontière, sinon on risque de donner l’impression qu’il a été utile pour les séparatistes d’augmenter les violences.
M. Moshes estime que l’accord précédent de Minsk est le seul sur lequel il sera possible de se baser lors des nouvelles négociations pour ne pas récompenser les rebelles d’avoir envahi de vastes territoires.
M. Moshes se déclare méfiant concernant les quelques rumeurs qui courent sur les détails d’un éventuel nouvel accord, notamment la démilitarisation de Donetsk, Louhansk et Debaltseve.
Dem/12

Afghanistan

Mme Stjernvall nommée chef de la mission Eupol en Afghanistan
Turun Sanomat relève que la Finlandaise Pia Stjernvall a été nommée mardi chef de la mission policière de l’UE en Afghanistan (Eupol). Mme Stjernvall est chef adjoint d’Eupol depuis juin dernier et chef intérimaire depuis début janvier.
Selon Mme Stjernvall, il n’y aura pas de véritable paix en Afghanistan sans une police civile compétente, crédible et appréciée.
Mme Stjernvall a beaucoup d’expérience de travail international surtout en Afghanistan et en Afrique. Elle a entre autres travaillé comme chargée d’affaires a.i. à l’Ambassade de Finlande à Kaboul et suppléante du représentant permanent de Finlande dans le cadre du programme environnemental de l’ONU (UNEP).
TS/14

Union européenne

La Finlande brigue le poste de chef de l’état-major de l’UE
Selon Helsingin Sanomat, la Finlande brigue le deuxième poste militaire de l’UE, celui de chef de l’état-major. Le comité interministériel des affaires européennes doit prendre une décision à ce sujet aujourd’hui.
Selon les informations du quotidien, le gouvernement propose la candidature du général Esa Pulkkinen, actuel directeur au ministère de la Défense. En 2008-2010, le général Pulkkinen a été le chef des opérations à l’état-major de l’Union.
La décision sur la nomination sera prise par le comité militaire de l’UE au cours du printemps.
HS/A16

Politique intérieure

Gouvernement

MM. Stubb et Rinne ont négocié avec les partenaires sociaux, en vain
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb et le ministre des Finances Antti Rinne ont négocié mardi avec les dirigeants des centrales syndicales et du patronat sur le futur accord salarial.
M. Stubb aurait voulu que les partenaires sociaux se mettent à négocier le futur accord salarial dès le printemps, soit avant les élections législatives, et non au début de l’été comme prévu. Les représentants des centrales ont toutefois rejeté cette idée.
HS/A17

La ministre de l’Intérieur a donné un avertissement au directeur général de la Douane
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de l’Intérieur Päivi Räsänen a décidé de donner un avertissement au directeur général de la Douane Antti Hartikainen entre autres parce qu’il avait critiqué en public le directeur des ressources humaines de la Douane.
M. Hartikainen est actuellement en disponibilité parce qu’il dirige l’opération libyenne de l’Union européenne jusqu’à début juin prochain.
HS/A15

Elections législatives

Le Centre ne veut plus parler de la bière pendant la campagne électorale
Helsingin Sanomat relève que le président du Centre Juha Sipilä a annoncé mardi, lors d’une conférence de presse, que son parti ne voulait plus interdire la vente de la bière moyennement alcoolisée (environ 4,5 %) dans les magasins d’alimentation.
M. Sipilä a souligné qu’il ne s’agissait pas d’un thème électoral ou d’un objectif stratégique du Centre.
HS/A16

Le parti conservateur veut diminuer les réglementations
Le groupe parlementaire du parti conservateur a rédigé une liste de 26 points sur les lois qu’on devrait supprimer afin d’améliorer l’emploi. Les conservateurs proposent par exemple de prolonger de quatre à six mois la période d’essai de nouveaux employés
Selon Helsingin Sanomat, le Parti conservateur veut aussi, par exemple, modifier la loi sur l’obligation de construire dans les bâtiments des abris en cas de catastrophes. « La législation finlandaise est particulièrement stricte à ce sujet par rapport aux autres pays européens », selon le président du groupe parlementaire conservateur Arto Satonen.
HS/A14

Syndicats

La fusion des centrales syndicales avance
Helsingin Sanomat relève que le projet de créer une grande centrale syndicale avance et au moins 42 syndicats sont prêts à commencer le travail de planification. Les syndicats ont dû répondre hier s’ils voulaient participer au projet.
Selon les estimations, la nouvelle centrale syndicale pourrait être lancée début 2017.
HS/A17

Economie

Confiance des entrepreneurs en baisse
Helsingin Sanomat relève que les PMI-PME sont devenues plus pessimistes en ce qui concerne l’évolution économique de la Finlande par rapport à l’automne dernier. Selon le baromètre des entrepreneurs de Finlande, de Finnvera et du ministère de l’Emploi et de l’Economie, 28 % des ces entreprises s’attendent à ce que la conjoncture se détériore durant l’année en cours contre 21 % qui s’attendent à une amélioration. Le nombre de pessimistes par rapport aux optimistes n’a jamais été aussi élevé depuis 2009. Cette détériaration est intervenue en peu de temps car, à l’automne dernier encore, les chiffres étaient inverses.
C’est dans le secteur du bâtiment que les perspectives sont les plus sombres.
Plus d’un tiers des PMI-PME envisagent de diminuer leurs investissements durant les 12 prochains mois, contre un huitième qui ont l’intention de les augmenter. Concernant les investissements, le pessimisme n’a jamais été aussi élevé depuis que le baromètre est effectué, soit depuis le milieu des années 1990.
HS/A32

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève qu’en même temps avec le baromètre concernant les PMI-PME, la banque-assureur OP et l’Université Aalto ont publié leur rapport sur l’atmosphère dans les grandes entreprises, également plutôt pessimiste.
Alors que la direction politique du pays et les organisations syndicales ont souligné l’importance d’augmenter le bien-être au travail dans le contexte de l’objectif de prolonger les carrières professionnelles, les grandes entreprises diminuent leurs investissements dans l’amélioration des compétences du personnel. Cette tendance, avec le gel des investissements en général, est de mauvais augure au niveau de la productivité et de l’économie nationale.
HS/A4

Transports

Trains : le monopole de VR concernant le train de banlieue se poursuivra
Le groupe de chemins de fer VR pourra probablement maintenir son monopole concernant les trains régionaux jusqu’en 2021. La régie des transports publics de la région d’Helsinki, HSL, a évoqué la question, hier.
Le contrat actuel avec VR est en vigueur jusqu’à fin 2017. Au début du mois, VR a proposé à HSL une offre difficilement refusable qui signifierait des économies de 30 millions d’euros pour HSL.
A l’heure actuelle, VR est le seul groupe exerçant des transports ferroviaires de passagers en Finlande. Un contrat allant jusqu’à 2024 lui garantit les transports nationaux.
HS/A24

Logement

Le nombre de SDF (sans domicile fixe) diminue
Un groupe de chercheurs britanniques, suédois, américains et finlandais a publié un rapport sur les mesures finlandaises en faveur des SDF.
Selon Feantsa, Fédération européenne d’associations nationales travaillant avec les sans abris, la Finlande est le seul des Etats membres de l’UE où le nombre de SDF a diminué ces dernières années.
En 2014, en Finlande, il y avait 7100 personnes seules et 427 familles sans domicile.
HS/A12

Propriété de l’Etat

Solidium met en vente la moitié de ses actions de Telia-Sonera
Le groupe qui gère les actions de l’Etat, Solidium, mettra en vente la moitié de ses actions dans le groupe de télécommunications Telia-Sonera. Il s’agit de 175 millions d’actions, ce qui représente 4 % des actions du groupe. Leur valeur s’élève à plus de 950 millions d’euros.
Outre le groupe d’assurances Sampo, les actions de Telia-Sonera ont représenté la plus grande partie du portefeuille de Solidium qui comprend des actions de douze groupes.
HS/A32

Mardi 10 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja estime, concernant les négociations de Minsk, que dans le meilleur des cas, on pourrait arriver à un cessez-le-feu en Ukraine de l’Est. Même avec un tel résultat, il resterait beaucoup de questions à négocier entre les parties.
M. Tuomioja estime qu’il n’y a pas lieu d’être trop optimiste lorsqu’on tient compte de ce qui s’est passé antérieurement. Il considère que la France et l’Allemagne se sont investies de façon exceptionnelle dans cette question. S’il n’y aura aucun résultat à Minsk, cela aura des conséquences sur les relations avec la Russie pour tous, selon lui. Il estime que personne ne considère comme opportun ou acceptable de poursuivre une guerre « à petit feu » qui fait une centaine de victimes par jour.
HBL/10

Editorial
« Sur l’Ukraine, il faut que l’occident soit uni » HS
Helsingin Sanomat souligne qu’il est indispensable que les pays occidentaux soient unis sur la position à adopter à l’égard de la situation en Ukraine. L’éditorialiste estime qu’il faut que cette position soit compatible avec la situation intérieure tant en Allemagne qu’aux Etats-Unis.
« La solution pourrait être un modèle dans lequel on accepte politiquement la livraison d’armes à l’Ukraine afin de faire pression sur la Russie mais en ne s’y résolvant toutefois que lorsque les tentatives diplomatiques auront échouées. Ce moment peut malheureusement être très proche », conclut HS.
HS

Pediga

Pediga veut aussi se répandre en Finlande
La presse rapporte que le mouvement Pediaga a organisé, hier, sa première manifestation à Malmö, en Suède.
Le promoteur suédois de ce mouvement, Henrik Rönnquist, veut aussi l’étendre en Finlande où il a créé un groupe Facebook dédié, Pediga Finland, encore peu populaire.
Un autre groupe Pediga finlandais rassemble près de 2000 personnes.
Metro

Paradis fiscaux

Le fisc s’intéresse aux comptes des Finlandais en Suisse
Selon les informations du réseau international de journalistes, 80 personnes nées en Finlande, ayant vécu en Finlande ou disposant de la nationalité finlandaise figurent sur la liste des personnes avec un compte à la banque HSBC à Genève.
M. Merisalo, juriste auprès du Fisc, rappelle que disposer d’un compte bancaire en Suisse ou ailleurs à l’étranger n’est pas criminel, mais qu’il faut penser à déclarer ses revenus salariaux et des capitaux en Finlande si on y est domicilié.
M. Merisalo relève que, même s’il est préférable d’obtenir ce genre d’informations par voies officielles, ces fuites auront peut-être pour effet d’encourager les personnes concernées à déclarer leurs revenus à l’étranger.
HBL/6

Exportations

L’Allemagne devient le premier partenaire de la Finlande avant la Suède
Les exportations de la Finlande ont légèrement diminué en 2014. Leur valeur est passée de 56 milliards d’euros en 2013 à 55,8 milliards d’euros, selon les Douanes.
L’Allemagne est devenue le premier partenaire pour les exportations, place occupée antérieurement par la Suède.
Les exportations d’équipement de transports et des technologies mobiles étaient en hausse, alors que l’industrie chimique était en baisse, principalement en raison de la baisse du prix des produits pétroliers.
Compte tenu des importations, l’Allemagne a dépassé la Russie qui jusqu’à présent a été le premier partenaire commercial de la Finlande.
Les exportations en Russie ont chuté de 13 % en janvier-novembre. Ce pays est désormais le troisième partenaire pour les exportations.
La balance commerciale de la Finlande était déficitaire de 1,8 milliards d’euros, contre un déficit de 2,4 milliards d’euros en 2013. En décembre, les exportations ont augmenté de 2 % par rapport à la même époque en 2013. Celles dans les pays membres de l’UE ont diminué de 6 % et celles en dehors de l’UE ont augmenté de 13 %. En décembre, le déficit de la balance commerciale était presque nul.
Selon M. Kuoppamäki, économiste de Danske Bank, la diminution des exportations vers la Suède et l’augmentation de celles vers l’Allemagne est temporaire. Il rappelle que les Allemands ont acheté des navires en 2014.
L’affaiblissement de l’euro ne servira la Finlande que partiellement, une grande partie des exportations concernant la zone euro.
Le budget du ministère des Finances se base sur une prévision de croissance des exportations de 4 % en 2015. La banque Handelsbanken prévoit une augmentation de 4,7%.
HS, KL/7

Politique intérieure

Parlement

Les réformes encore en instance
Hufvudstadsbladet rend compte des projets terminés par le Parlement, des réformes qui resteront en instance et des réformes qui pourraient encore échouer, comme celle concernant les services sociaux et de la santé, dont le financement n’est pas clair, celle concernant la fusion de l’administration des communes de la région de la capitale en une métropole, celle concernant la législation sur les soins aux personnes âgées ainsi que le projet de législation climatique, remis au Parlement, et auquel les commissions économique et agricole et sylvicole s’opposent.
HBL/4-5

Gouvernement

Le gouvernement a présenté une rallonge budgétaire
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a décidé de présenter une rallonge budgétaire de 314 millions d’euros afin de stimuler l’économie.
Environ cent millions d’euros sont accordés pour pallier aux frais de la mine de Talvivaara et 45 millions d’euros à Finnvera pour couvrir les engagements dans Talvivaara.
Le gouvernement a décidé d’accorder 280 millions d’euros à l’amélioration supplémentaire de l’emploi et de la croissance dans les prochaines années, dont 80 millions pour cette année.
HS

Elections législatives

« Selon le Centre, la bière ne sera pas un thème électoral »
Helsingin Sanomat relève qu’un objectif électoral du Centre, l’interdiction de vendre de la bière moyennement alcoolisée (environ 4,5 %) dans les magasins d’alimentation et les magasins de détail, a fait couler de l’encre dans la presse.
Le président du groupe parlementaire du Centre Kimmo Tiilikainen souligne toutefois qu’il ne s’agit pas d’un thème électoral prioritaire ou d’un objectif stratégique, au contraire.
Les autres partis politiques ont ardemment critiqué la proposition du Centre.
HS

Ministère de l’Intérieur

Le ministère souhaite accélérer les expulsions
Selon Turun Sanomat, la ministre de l’Intérieur Päivi Räsänen partage l’avis de l’Office national de l’immigration, estimant qu’on devrait pouvoir accélérer les procédures de mise en œuvre des décisions d’expulsion des étrangers. « Cet objectif est aussi inscrit dans le programme du gouvernement. »
Le ministère de l’Intérieur est en train d’étudier les sanctions contre les terroristes. Selon Mme Räsänen, le permis de séjour d’un étranger qui a participé aux actes terroristes pourrait être annulé et son entrée sur le territoire finlandais pourrait être interdite.
TS/4

Registre de la police
Helsingin Sanomat rend compte de la correspondance entre la Direction nationale de la police et le procureur général concernant le registre tenu par la police sur les personnes soupçonnées. La correspondance a été entamée en août 2014. Le chef de la police, M. Paatero, a relevé, lundi, que les chiffres exactes concernant le nombre de personnes figurant sur cette liste est toujours à l’étude.
Le nombre de tiers inscrits dans ce registre est ce qui intéresse le procureur en particulier. M. Paatero relève que plusieurs noms ont été inscrits à deux reprises. L’ensemble du registre devra être revu afin d’obtenir des données exactes.
HS

Immigration

M. Koskinen critique les Vrais Finlandais
Demokraatti relève que selon le président de la commission des lois constitutionnelles du Parlement Johannes Koskinen, le programme sur l’immigration publié par les Vrais Finlandais est partiellement en contradiction avec la constitution.
« Les Vrais Finlandais proposent dans leur programme le placement forcé des immigrés dans différentes parties du pays. Selon la constitution, les citoyens finlandais et les étrangers qui séjournent en Finlande de manière légale ont le droit de choisir librement leur lieu de résidence et de circuler librement dans le pays. »
Dem/7

Communauté juive

Le gouvernement accorde une subvention pour la sécurité
Helsingin Sanomat rapporte que l’Etat finlandais accorde une allocation de 100 000 euros à la paroisse juive d’Helsinki pour l’achat de matériel de sécurité pour la synagogue située à Kamppi.
HS

Energie

Les grands groupes bénéficient le plus de subventions à l’énergie éolienne
Helsingin Sanomat relève que selon les statistiques de l’Office national de l’énergie, ce sont principalement les grands groupes industriels et du commerce, ainsi que les groupes énergétiques communaux qui bénéficient des subventions à l’énergie éolienne qui se comptent en millions d’euros.
Le système d’aide nationale a été introduit en 2011 et au total 80 millions d’euros ont été alloués à ce titre. Les prochaines années, plus de centrales seront concernés par ces aides, ce qui signifiera que, dès cette année, les aides versées dépasseront les cent millions d’euros.
C’est le groupe Tuuliwatti qui jusqu’à présent a obtenu le plus d’aide, 35 millions d’euros. Ce groupe, partagé entre le groupe de grande diffusion S et le groupe de stations service St1 a des centrales éoliennes dans une dizaine de communes, ce qui représente une capacité de 200 mW.
Derrière les groupes éoliens, il y a souvent des grands groupes industriels, comme Outokumpu, SSAB, UPM et Kemira, qui ont été actifs dans la promotion de l’énergie éolienne. Ils bénéficient des aides prévues dans le budget et gérées par l’Office national de l’énergie.
HS

Entreprises

Excellent résultats de Koné
HS relève que Koné demeure le premier groupe finlandais dans la catégorie des équipements industriels. Le groupe annonce un résultat correspondant à 10,5% de son chiffre d’affaires, contre 8,9% pour le groupe Wärtsilä, qui peut donc se targuer lui aussi d’une bonne santé.
Koné n’emploie toutefois que peu en Finlande : sur ses 47 000 employés, 11 000 sont en Chine et environ 5% seulement en Finlande.
HS

Banques

OP annonce un plan social
La banque OP-Pohjola a annoncé un plan social concernant près d’un tiers de ses effectifs (12360 employés) et visant à supprimer jusqu’à 380 postes.
HS KS

France - Finlande

Musique

Concert de Musica nova
Demokraatti publie une bonne critique du concert de l’orchestre symphonique d’Helsinki qui a joué notamment des œuvres de Dutilleux et Dusapin.
Dem

France

Société

Paris diminue la circulation automobile pour améliorer la qualité de l’air
Helsingin Sanomat rapporte que la maire de Paris Anne Hidalgo a présenté, hier, son plan pour améliorer la qualité de l’air dans la capitale.
HS

Lundi 9 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Visite Hollande – Merkel
Réactions de M. Niinistö et Tuomioja
A Munich, le Président finlandais a commenté la visite du Président français et de la Chancelière allemande à Moscou. « Je ne pense pas qu’ils auront beaucoup de nouvelles propositions à faire mais c’est un important geste que de se rendre à Moscou. L’autre face de cela, c’est que l’on utilise un outil extrême. On essaie encore cela. »
Selon lui, le fait que les Etats-Unis envisagent de livrer des armes à l’Ukraine a suscité la volonté d’essayer une fois de plus de trouver une solution diplomatique. « On ne veut évidemment pas suscité d’optimisme démesuré, mais il est aussi clair que l’on n’a rien à perdre à essayer ».
Si, ce qui constitue en pratique, les derniers efforts diplomatiques pour trouver la paix, échouent, il faudra que l’UE réagisse rapidement. « Si les séparatistes continuent à grignoter du territoire, il reviendra à l’UE de réagir », dit M. Niinistö qui estime qu’il faudra alors durcir les sanctions et pas seulement rajouter de nouveaux noms aux listes existantes. Selon lui, il faudrait avoir recours « aux armes financières les plus dures ». Il a déclaré être inquiet de la déception qui pourrait envahir l’Ukraine. « Il est bien humain que si une aide a été promise, on en attendra plus que ce que l’on recevra. J’ai peur pour le débat intérieur en Ukraine. Cela pourrait faciliter une intervention extérieure, c’est-à-dire de la Russie ».
Interrogé sur les objectifs de la Russie en Ukraine, il a déclaré qu’il ne fallait pas que la Russie puise violer les règles internationales sans conséquences ; Il ne faut cependant pas non plus isoler totalement la Russie ».
Le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a lui aussi jugé que les dirigeants français et allemand avaient mis le maximum dans cette tentative. . « C’était comme si l‘on pensait qu’il s’agit de la dernière chance avant une escalade de la situation ».
Interrogé lundi matin à la télévision, il a déclaré qu’il ne fallait pas être trop optimiste. Mais il faut espérer que l’on arrivera à une solution.
« Les flammèches de la guerre devraient continuer. On ne veut pas tout lancer dans la bataille, mais des centaines de personnes meurent chaque jour. Cela n’est pas une solution », selon lui.
HS Yle KS

Russie – Finlande - Hydrocarbures

La Finlande très dépendante de la Russie
Kaleva et Aamulehti relèvent que la plupart des hydrocarbures importés en Finlande viennent de Russie : sur un total d’environ 11 millions de tonnes, ce sont plus de 9,5 millions qui viennent de Russie.
Les quotidiens soulignent que la question de l’énergie et de des hydrocarbures ne fait pas partie de la liste de sanctions à l’égard de la Russie.
Les quotidiens rapportent aussi que la Finlande est un important exportateur d’hydrocarbures raffinés. Cela vient du fait qu’il y a une surproduction d’essence dans les pays nordiques ; La Finlande en exporte notamment aux Etats-Unis.
Selon le secteur des hydrocarbures, l’industrie chimique finlandaise représente un quart des exportations du pays avec 14 milliards d’euros (+4% en 2013). La plus grande augmentation concerne les produits pétroliers qui représentent la moitié des exportations de produits chimiques.
Kaleva AL

Pays baltes

Les groupes finlandais emploient 25 000 personnes dans les pays baltes
Selon Aamulehti, le faible niveau des salaires et de la fiscalité attirent les groupes finaldnais à investir dans les pays baltes.
Selon une étude, durant la dernière décennie, les investissements finlandais dans les pays baltes ont créé plus de 25 000 emplois. La valeur totale de ces investissements est estimée à 4,2 milliards d’euros, dont la moitié en Estonie, environ un milliard en Lituanie et autant en Lettonie.
AL

Exercice aérien en Estonie

La Finlande participera depuis ses bases
La direction de politique étrangère et de sécurité a décidé, vendredi, que la Finlande participerait à l’exercice aérien avec les Américains et les Suédois en utilisant ses propres bases et non pas Ämari en Estonie. L’exercice se déroulera sur trois semaines en mars-avril. De deux à quatre F-18 Hornet finlandais y participeront, avec des chasseurs suédois Jas et américains F-16 Falcon.
Le président, M. Niinistö relève que le but des Américains est de montrer aux Estoniens que l’article V de l’OTAN est en vigueur.
M. Salonius-Pasternak de l’Institut de relations internationales estime qu’au niveau de la politique intérieure, il est clair que la question de savoir où on s’entraine n’était pas sans importance. Il était plus facile d’arranger la participation ainsi. Du point de vue de politique étrangère aussi, en tenant compte d’une réaction éventuelle de la Russie, estime le chercheur.
M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, souligne que la Finlande en souhaite par sa participation exprimer aucun message de politique étrangère.
Il relève qu’utiliser les bases finlandaises reviendra moins cher à la Finlande.
HS/sam, AL/sam/A6-7

OTAN

M. Stubb souhaite promouvoir le débat sur l’OTAN, MM. Sipilä et Tuomioja ne considèrent pas d’actualité la question d’une éventuelle adhésion
Le Premier ministre, M. Stubb, estime qu’il ne faut surtout pas exclure la possibilité de demander une adhésion finlandaise à l’OTAN, durant la prochaine législature. Son parti souhaite promouvoir le débat en la matière en introduisant un rapport sur l’OTAN au Parlement lors de la prochaine législature.
Il estime que l’on arrive à la fin d’une ère. Les institutions comme le FMI, la Banque mondiale et l’ONU ne gèrent plus le monde comme avant. Après la guerre froide, on s’était attendu à ce que la Russie s’intègre à l’Occident, mais depuis, on a vu que la Russie souhaitait plus établir des règles que de les observer. Dans ce contexte, entre autres, il faut maintenir l’option d’une adhésion à l’OTAN, estime M. Stubb. Pour lui, il serait irresponsable de ne pas débattre des différentes options de la politique étrangère et de sécurité finlandaise.
M. Stubb estime que la Finlande pourrait rédiger un rapport sur l’OTAN avec les Suédois. Afin de pouvoir mener un débat ouvert sur l’OTAN, le Parti conservateur est explicite sur le fait qu’il estime que la Finlande devrait y adhérer. Une adhésion augmenterait la sécurité en Finlande, selon lui.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime au contraire qu’une adhésion pourrait même diminuer la stabilité de la Finlande et augmenter les tensions militaires sur les frontières finlandaises et dans les régions limitrophes. Il ne comprend pas comment une adhésion militaire représenterait une Finlande ouverte et internationale.
M. Sipilä, président du Centre, relève que ses orientations se rapprochent plus de celles de M. Tuomioja que de M. Stubb. Il relève que, pour son parti, une adhésion à l’OTAN n’augmenterait pas la sécurité de la Finlande. Pour le Centre, la question d’une adhésion finlandaise n’est pas d’actualité, même s’il conviendra de maintenir cette option dans le programme gouvernemental.
M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, estime qu’un rapport commun sur l’OTAN avec les Suédois serait une bonne idée, mais que le gouvernement suédois actuel ne souhaitera pas le faire. Les Vrais Finlandais estiment qu’un rapport serait utile pour permettre un débat pertinent.
HS, AL/dim/A16, KS

Construction navale - Défense

Le chantier naval d’Helsinki ne sera pas sollicité par la marine finlandaise
Hufvudstadsbladet relève que le chantier naval de Helsinki, Arctech, possédé par la Russie, ne sera pas sollicité par la Marine finlandaise qui va renouveler sa flotte et lancer des appels d’offres pour neufs bâtiments dans un avenir proche.
Hbl

Usine de poudre de Vihtavuori

Croissance après des années déficitaires
L’usine de poudre de Vihtavuori à côté de Jyväskylä a augmenté ses ventes de 20 % après plusieurs années déficitaires. La poudre militaire et civile se vend bien et le groupe prévoit une croissance de 10 % pour l’année en cours.
Lorsque l’usine était encore en possession du groupe français Eurenco, les commandes de poudre des Forces armées finlandaises ont considérablement diminué et l’Etat était réticent à en subventionner les activités. L’année dernière, le groupe finno-norvégien AMMO a racheté l’usine et l’Etat a admis son importance pour l’approvisionnement. Les ventes sont reparties et il n’est pas exclu que la situation internationale tendue se refléte sur la demande.
La France reste un client important avec des projets entamés du temps d’Eureco.
HS/sam/A24

Politique intérieure

Parlement

Le Parlement a reconduit sa confiance au gouvernement
Helsingin Sanomat relève que le Parlement, qui a voté vendredi sur la motion de censure des Vrais Finlandais sur la Grèce, a renouvelé sa confiance au gouvernement par 97 voix contre 81.
Les neuf députés de l’Alliance verte ont voté blanc et 12 députés ont été absents du vote. Il s’est agit de la 21e motion de censure depuis le début de la législature en 2011.
HS/sam/A17

Gouvernement

Une annonce du Premier ministre sur le paquet de réformes structurelles
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb compte présenter au Parlement, avant la fin de la législature, une annonce sur la progression du paquet de réformes structurelles du gouvernement.
M. Stubb, qui parle d’un « testament » de son gouvernement, admet que le gouvernement n’a pas entièrement réussi sur ce sujet.
HS/sam/A11

Elections législatives

Réunions des bureaux des trois grands partis politiques
Helsingin Sanomat relève que les trois plus grands partis ont organisé samedi leurs réunions pour présenter leurs stratégies électorales. Les conservateurs se sont réunis à Pori, les sociaux-démocrates à Vantaa et les centristes sont partis en croisière à Tallinn.
Environ 450 conservateurs se sont réunis à Pori où le président du parti, le Premier ministre Alexander Stubb a présenté les objectifs électoraux du parti : une baisse des impôts, des économies de trois milliards d’euros et l’augmentation du taux d’emplois de 67 à 75 %. Le Parti conservateur ne veut pas toucher aux budgets de l’armée et de la police. Il souhaite rédiger, avec la Suède, un rapport sur l’OTAN.
Le président du PSD et le ministre des Finances Antti Rinne a présenté son programme à plus de 400 sociaux-démocrates à Vantaa. Son principal objectif est de diminuer la différence des revenus entre les hommes et les femmes, soit augmenter « l’euro de la femme » de 82 à 90 centimes pendant la prochaine législature. M. Rinne a aussi mentionné la solidarité plusieurs fois dans son discours.
Le président du Centre Juha Sipilä, qui a parlé devant 1 800 centristes, souhaite augmenter de 300 millions d’euros le budget accordé aux services des familles et à la protection de l’enfance. L’objectif du Centre est de faire des économies de 2,3 milliards d’euros et créer 200 000 nouveaux emplois. Il ne souhaite pas augmenter la pression fiscale. D’autres sujets importants pour les centristes sont la bioéconomie, la créativité et le savoir-faire, la baisse de la consommation d’alcool, le travail bénévole et la lutte contre l’exclusion des jeunes. Il faut aussi investir dans la lutte contre les cyberattaques.
HS

Editorial : « Tout le monde veut être ami de Juha Sipilä »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat rappelle que dans le système politique finlandais il faut avoir au moins deux grands partis et un nombre suffisant de petits partis pour former un gouvernement. La popularité du Centre est aussi importante que tous les autres partis considèrent Juha Sipilä comme le futur Premier ministre. Ils semblent tous penser que pour pouvoir participer au prochain gouvernement il ne faut pas irriter M. Sipilä avant les élections. Tous les présidents des partis représentés au Parlement croient en leur victoire électorale, au moins officiellement. La lutte la plus sévère aurait cependant lieu entre le Parti conservateur et le PSD pour arriver deuxième après le Centre.
HS/sam/A4

Transport

Réglementation pour les drones
L’agence de la sécurité des transports, Trafi, annonce qu’elle va préparer une réglementation pour les drones qui sera le plus légère et libérale possible afin de promouvoir le développement de ces objets volants télécommandés.
HS

Contrôle des radiations à l’aéroport
Helsingin Sanomat rapporte que les douanes finlandaises disposent de bornes qui contrôlent la radioactivité des passagers à l’aéroport d’Helsinki – Vantaa. Il en va de même pour les passagers passant la frontière avec la Russie.
HS

France - Finlande

Musique : Concert de Musica nova
Les critiques de Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet ont apprécié le concert de l’orchestre symphonique d’Helsinki qui a joué notamment des œuvres de Dutilleux et Dusapin.
HS Hbl

France

Littérature : Houellebecq
Aki Petteri Lehtinen présente le dernier livre de Michel Houellebecq, Soumission, qui sortira cette année en finnois, traduit par Ville Keynäs.
HS

Tourisme : exposition sur la mode
Helsingin Sanomat publie un reportage sur des musées présentant des expositions sur la mode dans le monde entier. Il conseille notamment la rétrospective Jeanne Lanvin au Palais Galliera de Paris, du 8 mars au 23 août.
HS

Cinéma : Benoît Jacquot au festival de Berlin
Aamulehti publie une critique positive du nouveau film de Benoit Jacquot, Journal d’une femme de chambre, présenté au festival de Berlin.
AL

Société : La France lutte contre le terrorisme
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement français a diffusé une importante campagne de communication sur Internet pour lutter contre la propagande islamiste qui recrute sur les réseaux sociaux.
HS

Vendredi 6 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Visite Hollande – Merkel
Editorial : « Il y a des alternatives à la fourniture d’armes à l’Ukraine » TS
Turun Sanomat relève que les pays baltes et la Pologne sont les plus virulents partisans de fournir des armes à l’Ukraine. « La Finlande a déclaré par son président et son premier ministre qu’elle n’y participerait pas. Le principal est que la France et l’Allemagne aussi s’y opposent. L’accent doit être mis sur les efforts diplomatiques, et il faut se préparer à durcir les sanctions », écrit TS qui cite le voyage de François Hollande et Angela Merkel à Kiev et Moscou.
« L’attitude de la France et de l’Allemagne est fondée. Mais il n’y aura peut-être pas d’alternatives à la fourniture d’armes si la Russie et les séparatistes ferment la porte à la diplomatie », conclut l’éditorialiste.
TS

M. Haglund n’exclut pas la vente d’armes
Alors que le Président, M. Niinistö, relève que la direction de la politique étrangère estime d’un commun accord qu’il ne s’agira pas d’envoyer des armes en Ukraine, le ministre de la Défense, M. Haglund déclare qu’en vendre s’inscrirait dans le cadre du feu vert donné aux ventes de matériel militaire en Ukraine antérieurement et il ne voit pas de raison de changer de position. Il relève, dans Hufvudstadsbladet, qu’il ne s’agirait pas de vendre des armes venant des stocks finlandais.
Le président Sauli Niinistö s’inquiète du cercle vicieux que pourrait constituer une aide militaire à l’Ukraine. Il a dit qu’il est convaincu que l’UE arrivera à un consensus sur la question de l’aide militaire. Il souhaite d’ailleurs que les parties de cette crise puissent se rencontrer pour que la situation ne devienne comme une partie d’échec. Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, souligne que la question des livraisons d’armes doit être concernée par les mêmes critères indépendamment du fait de savoir qui les paie ou bien si elles sont des gratuites.
M. Salolainen, vice-président de la Commission des Affaires étrangères, déclare qu’il ne voit pas de différence entre le fait de donner ou de vendre des armes.
M. Haglund souligne qu’il n’y a aucune différence d’opinion entre lui et le Président. Il relève que, durant les douze derniers mois, la Finlande a accordé l’autorisation à une dizaine de demandes d’exportation d’équipement classé comme matériel militaire. Il ne s’est pas agi d’armes.
M. Kääriäinen, vice-président centriste de la Commission de la Défense, rappelle que cela relève du ministère des Affaires étrangères d’évaluer les conditions préalables, et du ministère de la Défense de prendre une décision en la matière.
Des députés (M. Yrttiaho, groupe de gauche, M. Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches) estiment que la Finlande ne devrait pas vendre ou envoyer des armes dans des pays en conflit.
Aamulehti relève que selon M. Haglund, la crise en Ukraine ne sera pas résolue par une augmentation de l’armement. Il rappelle que la majorité des Etats membres de l’UE sont réticents à l’idée d’envoyer du matériel militaire en Ukraine.
HBL/3&4, AL/A13

Défense

M. Haglund n’acheterait pas de matériel en Russie
Le ministre de la Défense, M. Haglund relève qu’il est méfiant en ce qui concerne le matériel militaire russe. Remplacer les F-18 par des chasseurs russes est hors de question, pour lui. Il n’est pas convaincu de la capacité technique des chasseurs russes. De plus, la Russie a violé la sécurité européenne et négligé de respecter les conventions internationales durant les 18 derniers mois, ce qui fait qu’elle n’est pas digne de confiance.
Un groupe de travail est en train d’étudier l’achat de nouveaux chasseurs, et une décision devrait être prise durant la prochaine législature.
AL/A13

Le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité évoquera l’exercice en Estonie, aujourd’hui
La direction de politique étrangère et de sécurité devra évoquer la participation éventuelle de la Finlande à l’exercice aérien en Estonie. Selon le président de la commission de la Défense, M. Jussi Niinistö, les Hornet pourraient ne pas se déplacer en Estonie mais participer à des exercices depuis les bases finlandaises.
Helsingin Sanomat estime ce modèle serait politiquement plus facile a accepter : le message explicite de la Finlande serait qu’elle ne s’entraîne pas à la défense aérienne de l’Estonie. Ce serait un signal important dans un contexte international délicat.
« Il se peut que, pour certains, cette façon de s’entraîner serait politiquement plus acceptable. D’autre part, les chasseurs finlandais se sont déjà déplacés dans différents coins du monde », dit M. Jussi Niinistö en soulignant que participer depuis la Finlande serait efficace au niveau des coûts. « Si l’exercice se passe entre la Finlande, la Suède et les Etats-Unis sur le territoire finlandais, la direction de l’aviation finlandaise et le personnel au sol auront l’occasion d’un entraînement utile. »
Jussi Niinistö relève qu’un exercice important dans la Golfe de Finlande peut être difficile en raison de la fréquence des transports aériens internationaux civils et militaires. L’espace aérien estonien est restreint, selon lui.
Jussi Niinistö dément que ce modèle serait une version diluée de l’exercice. Il n’était pas prévu à l’origine que l’armée de l’air de la Finlande irait à Ämari.
HS relève que dans les projets de coopération de défense entre la Finlande et la Suède, il a été question d’une utilisation commune des bases aériennes. Il est prévu de publier les orientations en la matière le 17 février.
HS/A10

Economie

La croissance européenne au plus bas
Kauppalehti relève que la Commission européenne a légèrement revu à la hausse les prévisions de croissance des pays européens.
Les prévisions de croissance pour la Finlande demeurent toutefois très faibles : on espère +0,8% pour 2015 et 1,4% pour 2016 (on prévoyait en novembre respectivement +0,6% et +1,1%).
KL

Editorial : « L’économie finlandaise ne va pas repartir rapidement » Dem
L’éditorialiste du journal du PSD estime qu’il n’y a pas de baguette magique pour faire repartir l’économie finlandaise.
« Nous avons fait des produits qui ne se vendent pas. Nous sommes les meilleurs pour produire le papier et les machines à papier. Mais l’utilisation du papier n’augmentez que dans les pays en développement, et même là-bas très peu. » « Il est temps de se tourner vers d’autres secteurs comme par exemple les technologies vertes », écrit Demokraatti.

« On aura besoin d’investissements publics, de réformes structurelles, de modération salariale » conclut Demokraatti qui estime qu’il faudra un Etat fort pour redresser la Finlande.
Dem

BEI

Visite de M. Taylor en Finlande
M. Jonathan Taylor, l’un des vice-présidents de la Banque européenne d’investissement, était hier, en visite en Finlande. Il a déclaré que le projet de plan d’investissement de la commission de 315 milliards d’euros sur trois ans était ambitieux mais réalisable.
Il a commenté les listes de projets susceptibles de recevoir des investissements de ce plan que les pays avaient envoyées. Il est en effet responsable du secteur géographique comprenant les pays nordiques, l’Irlande et le Royaume-Uni.
A propos des projets finlandais, il a déclaré qu’à ce stade, « ils faisaient tous partie des projets que la BEI peut imaginer financer. Il faut espérer qu’ils seront développés de telle manière qu’ils puissent être financés. Certains sont déjà l’objets de discussions actives avec la BEI », a-t-il dit sans préciser lesquels. Il a aussi déclaré que certains étaient encore trop généraux, come par exemple concernant l’Internet des objets.
KL

Fonds d’ajustement à la mondialisation

Rauma se réjouit des aides
Demokraatti rapporte que la ville de Rauma se réjouit que, suite à al fermeture du chantier de STX, la région du Sud-Ouest de la Finlande a obtenu un paquet d’aide de 2,4 millions d’euros qui proviendra à 60% du fonds européen d’ajustement à la mondialisation et pour 40% de l’Etat finlandais.
Dem

Aide au développement

Un rapport critique les programmes de coopération au développement
Helsingin Sanomat relève que le ministère des Affaires étrangères a commandé un rapport d’experts sur les programmes de politique du développement entre 2003 et 2013.
Le rapport est critique : « Il est difficile d’évaluer si les instructions des programmes sont suivies de façon logique et précise parce que la formulation des objectifs de politique du développement est en soi très floue ».
Selon le rapport, dans les programmes, il n’y a pas de définitions exactes ou d’objectifs qui peuvent être suivis. « Les programmes ne donnent pas assez d’instructions essentielles pour la gestion par résultats ou pour la mise eu œuvre de la politique du développement. »
Selon le directeur de l’unité d’évaluation au ministère des affaires étrangères Jyrki Pulkkinen, la gestion par résultats est menée à la base mais n’a pas pu concerner le niveau politique.
La ministre du développement Sirpa Paatero partage l’avis du rapport concernant la faible formulation des objectifs. « Il va de soi que nous avons besoin d’objectifs concrets et mesurables », selon Mme Paatero.
Le rapport met également en cause la publication d’un programme de politique du développement séparé pour chaque gouvernement. Mme Paatero estime que le manque de persévérance est le plus grand problème des programmes de développement.
Même si la politique du développement est en réalité stable depuis des décennies, chaque gouvernement met un accent différent et insiste sur des structures différentes.
Mme Paatero n’exclut pas de faire figurer dans la loi des objectifs de long terme.
HS/A13

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement n’a pas pu se mettre d’accord concernant la loi sur la maternité ni la loi sur le changement de sexe
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement n’a pas pu se mettre d’accord sur le projet d’une nouvelle loi sur la maternité qui permettrait à une famille à deux mères de reconnaître la parenté avant la naissance. Le gouvernement n’a pas trouvé non plus d’entente sur la suppression de la stérilisation obligatoire et de l’annulation obligatoire du mariage des personnes ayant changé de sexe.
La ministre de la Justice Anna-Maja Henriksson et le Premier ministre Alexander Stubb l’ont déploré. Selon M. Stubb, « ces deux projets de loi sont politiquement très sensibles et ont suscitent d’opinions différentes au sein du gouvernement ». Il s’agit des Chrétiens-démocrates qui se sont opposés à ces projets de loi, rédigés sous la direction de la ministre des Services sociaux Susanna Huovinen (PSD).
HS/A14

Retraite

Recul de l’âge moyen de départ à la retraite
En 2014, l’âge moyen de départ a la retraite a encore reculé pour atteindre 61,2 ans contre 60,9 ans en 2013.
Ce changement est particulièrement significatif d’autant plus qu’il intervient dans une période de récession où le chômage augmente.
La principale raison à ce recul est que les retraites anticipées pour cause de maladie ou d’invalidité ont fortement diminué : d’un quart depuis 2008.
Une autre raison est la fin des systèmes de retraite anticipée pour les gens nés après 1952.
HS

Banques

De bons résultats malgré la conjoncture économique
Helsingin Sanomat relève que les grandes banques finlandaises ont annoncé pour 2014 de bons résultats financiers en dépit d’une conjoncture économique difficile. Nordea, Danske Bank et OP-Pohjola ont tous trois amélioré leurs résultats par rapport à 2013.
A l’occasion de la publication de son résultat, la banque OP a annoncé qu’elle allait proposer à ses clients qui ont un prêt immobilier la possibilité d’en payer pendant une année que les taux d’intérêts. L’idée est que le pouvoir d‘achat supplémentaire aide à la reprise de la consommation.
La banque Danske Bank a annoncé envisager de faire la même chose. Nordea pour sa part a déclaré avoir déjà une telle possibilité pour ses clients.
Selon les économistes, l’effet sur la demande intérieure pourrait être égal à celui d’une baisse d’impôts.
HS relève que les emprunts immobiliers des Finlandais représentent 90 milliards d’euros. Ce sont 870 000 ménages qui ont un emprunt immobilier.
La seule banque OP a 300 00 clients qui ont un emprunt immobilier et remboursent chaque année environ 2,3 milliards d’euros. Si la moitié d’entre eux choisissaient de faire une pause d’un an de ces remboursements, ce sont environ 1,2 milliards d’euros qui pourraient venir augmenter la consommation intérieure.
HS

Bois- Papier

UPM réalise les meilleurs résultats
Helsingin Sanomat rapporte qu’avec un résultat de 6,3% du chiffre d’affaires en 2013, UPM devance Metsä group (+5,4%) et Stora Enso (+3%) en matière de rentabilité.
Néanmoins UPM est aussi le groupe le plus dépendant de sa branche papier qui subit le plus la récession en Europe.
UPM a répondu à ce défi en fermant des usines et restructurant sa production. Cela devrait continuer, relève HS.
HS

Jeudi 5 février 2015

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Selon le président Sauli Niinistö la Finlande ne fournira pas d’armes à l‘Ukraine
Le Président Sauli Niinistö a déclaré que la Finlande ne fournirait pas d’armes à l’Ukraine. Selon lui, les dirigeants finlandais en ont discuté.
M. Niinistö s’inquiète du cercle vicieux que pourrait constituer une aide militaire à l’Ukraine : les deux parties ne cesseraient de renforcer leurs troupes combattantes.
M. Niinistö considère que, si les séparatistes ont commencé une attaque de grande ampleur, il sera difficile de ne pas décider de nouvelles sanctions à l’égard de la Russie.
HS

Quelles menaces liées à la crise en Ukraine ?

Le comité de sécurité est en train de préparer un exercice en cas de crise
Il est prévu que les ministres du prochain gouvernement participeront à un exercice de crise dont le scénario est en cours de préparation au comité de sécurité qui dépend du ministère de la Défense.
Le secrétaire général du ministère de la Défense, M. Arto Räty, qui préside le comité créé il y a deux ans, relève que tous les acteurs concernés devront évaluer leurs propres activités. Les ministères testeront leurs ressources et compétences. Les capacités en matière d’état d’alerte militaire font partie de l’exercice. M. Räty estime que la menace d’une guerre massive est peu probable. Les relations tendues entre la Russie et les pays occidentaux suite à la crise en Ukraine marquent toutefois cet exercice.
M. Räty relève que le comité ne prend pas de décisions ni ne dirige, mais il a un rôle important en matière de capacités en cas de crise. Le comité regroupe les fonctionnaires à la tête des ministères centraux et des autres autorités (le secrétariat de la Présidence, les Forces armées, la police, les gardes-frontières et les douanes). Sa mission est de générer des informations et une pensée stratégique.
M. Räty met l’accent sur la guerre d’information et la cyber-sécurité. Les évènements en Ukraine et la fuite d’informations révélée au ministère des Affaires étrangères ont augmenté l’importance de la capacité à réagir en cas de crise même dans les ministères qui se sentaient moins concernés par ces questions avant.
HS/A14

Euro

La dépréciation de l’euro n’améliore que peu les perspectives des entreprises finlandaises
L’économiste du patronat Penna Urrila relève que l’euro s’est effectivement déprécié par rapport au dollar, mais relativement peu par rapport aux autres monnaies. Il souligne aussi que tant la couronne suédoise, que le rouble surtout, se sont dépréciés par rapport à l’euro.
Le conseiller à la banque de Finlande Lauri Kajanoja confirme que, dans son ensemble, l’évolution du cours des monnaies, a eu un impact minime par rapport à l’économie finlandaise.
HS

Réunion de l’ECR à Helsinki

Plus de 40 députés européens de l’ECR réunis à Helsinki
Helsingin Sanomat relève que le groupe des conservateurs et réformistes européens s’est réunit à Helsinki cette semaine. Les deux députés européens des Vrais Finlandais font partie
Le président du groupe Syed Kamal déclare, lors d’une interview publiée par HS, que, sur les problèmes de la zone euro, « les dirigeants européens font la politique de l’autruche. Ils font semblant que tout va bien. » M. Kamall n’est pas optimiste concernant le résultat des négociations sur la dette grecque. Il appelle l’euro « un malade qui nécessite une opération importante ».
M. Kamall, qui est membre du parti conservateur britannique et ami du Premier ministre David Cameron, fait allusion à la situation de son pays. « La Finlande devra probablement payer éternellement les factures de la Grèce, de la même façon que certaines partis de l’Angleterre payent les factures de l’Ecosse. Nous l’acceptons mais il faut être honnête avec les contribuables. »
« Angela Merkel, Alexander Stubb et les autres doivent dire aux citoyens que la Grèce restera dans l’euro et nous sommes responsables de cette facture pour l’éternité », selon M. Kamall.
Le message de M. Kamall aux Finlandais est que « vous avez de la chance d’avoir un parti politique comme les Vrais Finlandais. Je m’inquiète beaucoup de ce que les politiciens européens refusent d’écouter les soucis des citoyens concernant l’Union européenne. Dans cette situation, il n’y aura plus que des mouvements extrémistes. »
HS/A1

Politique intérieure

Parlement

Débat sur la Grèce
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a débattu mercredi sur la motion de censure déposée par les Vrais Finlandais sur la crise de l’euro et la Grèce. Les Vrais Finlandais ont demandé quelles étaient les responsabilités totales de la Finlande dans les paquets d’aide à la Grèce et aux autres pays de crise. Ils ont voulu savoir aussi si la Finlande était prête à couper les dettes occidentales des pays de crise et si la situation économique en Grèce était meilleure qu’en 2010.
Le quotidien note que, comme il s’agit de la cinquième motion de censure sur la crise de l’euro depuis le début de la législature, on a entendu au Parlement les mêmes arguments qu’avant. La situation de la Grèce est bien entendu différente, à la suite de la nomination du nouveau gouvernement.
Le Premier ministre Alexander Stubb et le ministre des Finances Antti Rinne ont souligné que la Finlande n’approuvait pas de couper les dettes de la Grèce. « C’est là où se trouve la limite de la solidarité du gouvernement », selon M. Stubb. Selon M. Rinne, à la lumière des chiffres récents, la soutenabilité de la dette de Grèce n’est pas aussi mauvaise qu’on a laissé entendre.
Le Premier ministre Stubb a admis que les mesures du nouveau gouvernement grec ont suscité des interrogations sur l’engagement de la Grèce dans les accords signés par ses prédécesseurs. Selon M. Stubb, « il n’y a pas encore eu de propositions concrètes, le débat se passe par les médias ».
Selon M. Stubb, la Finlande est prête à évoquer les détails des programmes d’aide si le gouvernement grec fait preuve de son engagement dans le renforcement de l’économie du pays. « Le report des remboursements n’est pas entièrement exclu. »
M. Rinne a rappelé que le prêt d’un milliard d’euros, accordé à la Grèce en 2010 par le gouvernement dirigé par le Centre, était la seule somme que la Finlande a envoyée directement à la Grèce.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a accusé les autres partis politiques. Selon M. Soini, la plus grave erreur du Centre a été le premier paquet d’aide accordé à la Grèce en 2010. La politique du Parti conservateur est « fausse dès le départ ». M. Soini a critiqué le PSD pour les garanties négociées par l’ancienne ministre des Finances Jutta Urpilainen.
Selon M. Soini, « le plus grand problème est que la croissance dans zone euro est la plus lente du monde entier. Cela est dû au fait que les pays comme la Finlande, l’Allemagne, le Portugal et la Grèce ne peuvent pas se débrouiller avec la même devise. »
HS/A6-7, Dem/6-7

Budget

La Finlande emprunte à un taux négatif
La Finlande a émis pour environ un milliard d’euros des obligations d’Etat sur cinq ans qui ont trouvé preneur à un taux négatif de 0,017%.
HS

Point de vue : la Finlande choisit l’austérité quand les autres Etats relancent
Demokraatti rapporte que les économistes de l’institut de recherche des salariés PT viennent de publier un pamphlet intitulé « L’Etat providence dans les années 2010 » et financé par le syndicat de la fonction publique JHL.
Selon ces économistes, contrairement à ce que l’on croit, les finances publiques de la Finlande sont dans un état meilleur que la plupart des autres pays européens. Cela est du aux fonds de pension. Or, les calculs sur le déficit structurel n’en tiennent pas compte, regrette le chercheur Heikki Taimio.
Selon ces économistes, pour améliorer la situation économique il vaudrait mieux relancer que procéder à des coupes dans le secteur public. « Dans le monde actuellement, on propose plutôt la relance que des mesures d’austérité comme celles que l’on pratique en Finlande », estime M. Taimio.
Les chercheurs soulignent que l’Etat providence existe toujours en Finlande et mettent en garde contre son démantèlement. Selon eux, il s’agit d’un tout et il est très difficile d’y introduire telle ou telle mesures issue d’’un modèle d’un autre Etat.
Dem

Fiscalité

Taux d’impôt dans les communes : d’importants écarts pour les contribuables
Aamulehti rend compte de l’étude de la confédération des contribuables sur le taux d’impôt communal sur le revenu qui varie d’une commune à l’autre. Entre les deux extrêmes, Kitee et Kauniainen, l’écart de l’impôt annuel versé concernant un ménage moyen avec deux salaires est de 4807 euros.
Les communes de la région de la capitale, Helsinki, Espoo et Vantaa, ainsi que Turku et Eurajoki, par exemple, s’inscrivent parmi les communes à plus faible taux d’impôt que la moyenne.
Mme Savolainen, l’économiste ayant effectué la comparaison, relève que le coût de la vie dans la région de la capitale est autrement plus élevé que dans le reste du pays.
AL rappelle que l’impôt de l’Etat ne varie pas d’une commune à l’autre, et que l’impôt pour les services de la radio et télédiffusion nationale, Yle, ainsi que les cotisations d’assurance maladie, chômage et retraite varient selon les revenus et non pas selon la commune de résidence.
Pour une famille avec les revenus des deux conjoints de 3036 et 3655 euros par mois, l’impôt et les autres cotisations s’élèveraient à 28 486 euros par en à Kitee contre 23 679 euros à Kauniainen.
AL/A4-5

Economie

Mme Paatero déclare avoir été surprise par les projets d’augmentation des rémunérations
La ministre en charge des participations de l’Etat dans les entreprises se déclare surprise par les projets d’augmentation des rémunérations des dirigeants dans les entreprises comme Fortum et Neste oil. Ces entreprises avaient prévu d’augmenter les rémunérations des membres des conseils de direction de 13 à 30%. Elle a donc fait signifier à ces entreprises que l’Etat, qui en est le plus grand actionnaire, allait proposer un maintien du niveau des rémunérations.
Helsingin Sanomat estime que c’est un camouflet pour M. Heliövaara, le directeur de l’unité de gestion des participations de l’Etat qui avait validé ces projets d’augmentations.
« J’ai eu une évaluation politique de ce projet et j’en ai tiré des conclusions différentes », déclare la ministre qui ajoute : « si les entreprises maintiennent leurs projets d’augmentation, j’irai moi-même personnellement voter lors de l’assemblée générale ». HS relève que si ce devait être M Heliövaara qui représentait l’Etat à ces assemblées, il devrait voter contre sa propre proposition.
HS

Des dividendes en hausse
Kauppalehti rapportait dans son édition d’hier que les 18 premiers groupes cotés à la bourse d’Helsinki qui ont publié leurs résultats de 2014 annoncent qu’ils distribueront 5,5 milliards d’euros de dividendes ce printemps.
Il faut donc s’attendre à ce que l’on distribue eau total plus de dix milliards d’euros de dividendes cette année. En 2014 ce sont 10,4 milliards d’euros de dividendes qui ont été distribués (inclus 0,9 milliards correspondant au dividende supplémentaire distribué par Nokia suite à la vente de sa branche téléphonie mobile).
L’éditorialiste de Kauppalehti estime dans l’édition de ce jour que les entreprises finlandaises sont en étonnante bonne santé malgré une conjoncture dégradée depuis maintenant 2007. Mais cette bonne santé s’explique surtout par les économies et restructurations réalisées. La possibilité de verser d’importants dividendes résulte aussi des taux bas actuels.
Mais une autre explication est plus négative : les entreprises distribuent aussi des dividendes car elles ne savent pas ou n’osent pas décider de nouveaux investissements, écrit KL.
KL

La bourse récompense Fortum
Le cours de Fortum a gagné 6% après l’annonce de ses résultats. Le groupe a en effet reçu 2 milliards d’euros de la vente de son réseau et d’autres activités. En dehors de ces cessions, le chiffre d’affaires a diminué à 1,35 milliards d’euros (contre 1,4 en 2013).
L’entreprise souffre du prix bas de l’électricité et de la baisse du rouble.
Turun Sanomat rapporte que Fortum a toujours l‘intention de participer au projet de Fennovoima à hauteur de 15%.
De plus, Fortum espère que le prochain gouvernement, et le prochain programme gouvernemental seront tels qu’ils donnent la possibilité au groupe d’&étudier le remplacement de sa centrale nucléaire de Loviisa.
En revanche, le PDG de Fortum, M. Karttinen, a refusé de se prononcer sur le projet d’OL4 (Fortum demeurant un des principaux actionnaires de TVO).
Kauppalehti relève qu’en dépit de la distribution de 1,2 milliards d’euros de dividendes, Fortum dispose d’un bon bilan et de caisses bien garnies lui permettant de réaliser des acquisitions ou investissements et de s’endetter.
Les incertitudes pèsent sur le résultat de ses activités en Russie qui sont grevés par le cours du rouble.
HS TS KL

Neste améliore sa rentabilité en fin d’année
Neste oil a réalisé un bon dernier trimestre qui lui permet d’afficher un résultat de 583 millions d’euros, proche de celui de 2013 (596 millions) malgré un chiffre d‘affaires, 15 milliards d’euros, moindre d’environ deux milliards.
HS

Stora Enso investit à Varkaus
Stora Enso a annoncé que son projet d’usine de carton en Chine était retardé de quelques mois et qu’elle ne fonctionnerait pas avant mis-2016.
Stora Enso a annoncé la construction d’une nouvelle ligne dans son usine de Varkaus qui devrait créer 150 emplois supplémentaires.
HS

Editorial : « Il y a des l’argent mais pas de perspectives » HS
Helsingin Sanomat rappelle que la capacité de production de l’industrie finlandaise demeure plus de 20% inférieure à ce qu’elle était avant la crise financière, en 2007. Pour revenir à son niveau d’il y a huit ans, il faudrait d’importants investissements. Mais ces dernières années ont plutôt montré que la structure des exportations finlandaises s’est rétrécie. Par rapport à la Suède notamment, la Finlande peine à trouver sa place dans la fourniture de biens et services aux consommateurs. D’autant plus qu’elle a perdu sa tête de gondole, les téléphones Nokia.
En se concentrant sur les biens d’investissements, les exportations finlandaises sont très sensibles aux retournements de conjoncture, relève HS.
L’éditorialiste estime que les entrepreneurs finlandais ont surtout besoin de perspectives stables, notamment de la part du pouvoir politique qui fixe les règles en matière de fiscalité et de réglementations.
HS

France – Finlande

Musica Nova

Pascal Dusapin en résidence lors du festival qui commence demain
Hufvudstadsbladet rend compte du festival Musica Nova qui se déroulera du 6 au 14 février à Helsinki.
Au programme du concert d’ouverture, entre autres, Henri Dutilleux, et le compositeur en résidence Pascal Dusapin.
Jérôme Combier, Jean-Baptiste Barrière et Kaija Saariaho sont également au programme.
HBL/34, musicanova.fi/

Mercredi 4 février 2015

Politique étrangère et européenne

Sécurité

M. Niinistö participera à la conférence du Munich
Suomenmaa rapporte que le Président Sauli Niinistö participera à la conférence sur la sécurité à Munich du vendredi 6 au dimanche 8 février. La conférence portera essentiellement sur la crise en Ukraine et ses effets sur la sécurité européenne mais aussi sur la situation au Proche-Orient et la lutte contre le terrorisme.
M. Niinistö participera à un panel de haut niveau sur le conflit en Ukraine et la sécurité européenne. Il aura également des entretiens bilatéraux.
La chancelière fédérale allemande Angela Merkel, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov doivent participer à la conférence.
La conférence de Munich est organisée depuis 1963. Plus de 400 acteurs dans la politique étrangère et de sécurité y participent, dont une vingtaines de chefs d’Etat ou de gouvernement et 60 ministres.
SM/5

OTAN

La popularité de l’OTAN est en hausse
Selon Keskisuomalainen, la popularité de l’OTAN a augmenté considérablement. Selon un sondage effectué pour le compte d’Eva, délégation de la vie économique, 26 % des Finlandais sont favorables à une adhésion à l’OTAN, contre 18 % il y un an. 43 % sont défavorables à une adhésion, contre 51 % il y a un an.
Le Premier ministre Alexander Stubb, le président du PSD Antti Rinne et le président du Centre Juha Sipilä ont participé mardi à un débat électoral organisé par Eva. Ils ne se sont pas étonnés de l’augmentation de la popularité de l’OTAN. Ils sont unanimes sur le fait qu’il faut évaluer une adhésion du point de vue de la politique de sécurité.
M. Sipilä, qui est en ce moment le candidat le plus en vue pour être nommé Premier ministre après les élections législatives, souligne qu’aux négociations gouvernementales il faut laisser ouverte la possibilité de préparer ou même demander une adhésion à l’OTAN pendant la prochaine législature.
M. Stubb ne veut pas non plus rejeter la possibilité d’une adhésion à l’OTAN, même s’il a déclaré que, en ce moment la situation internationale difficile ne le permet pas. « Une adhésion nous relierait à la communauté de valeurs à laquelle nous appartenons, c’est-à)-dire celle des démocraties occidentales. »
M. Rinne rejette les propos de M. Stubb, parce qu’il estime que la Finlande fait déjà partie de la communauté de valeurs occidentale, même sans être membre d’une alliance militaire.
KS/10

Ukraine

La Finlande et l’Estonie ne sont pas d’accord sur l’éventuel fourniture d’armes
Turun Sanomat relève que le président estonien Toomas Hendrik Ilves a annoncé mardi qu’il était favorable à l’envoi des armes en Ukraine. Les séparatistes sont munis d’armement plus moderne que l’armée ukrainienne. Selon M. Ilves, il est clair qu’il y a des soldats russes qui font la guerre en Ukraine orientale.
Le Premier ministre finlandais Alexander Stubb rejette l’idée d’une aide sous forme d’armes à l’Ukraine. M. Stubb a souligné à l’agence de presse finlandaise STT qu’il faillait éviter un conflit militaire à tout prix.
On pourrait par contre accorder une aide financière par l’intermédiaire de l’Union européenne ou du Fonds monétaire international, propose-t-il.
Pour M. Stubb, le meilleur moyen est toujours les sanctions contre la Russie, décidées ensemble avec les autres pays membres de l’UE.
Le président du Centre Juha Sipilä rejette également l’envoi d’armes. « La Finlande ne peut pas envoyer des armes dans un pays belligérant », a-t-il dit.
TS/12

Déclarations de Mme Jaakonsaari
Demokraatti publie une interview de la députée européenne Liisa Jaakonsaari, vice-présidente de la commission parlementaire chargée de la coopération UE-Russie. Elle prépare les positions du PSE sur la Russie au Parlement européen.
Elle souligne qu’il ne faut pas isoler la Russie. « Cela ne signifie pas que nous devons accepter la guerre en Ukraine ni l’annexion de la Crimée. Le principal est que l’UE reste unie et soit ferme à l’égard du Kremlin, tout en maintenant un canal de communication. Il ne faut pas céder mais il faut avoir des moyens diplomatiques pour trouver de nouveaux points de vue ».
« En tant que Finlandaise, j’ai une attitude plus calme et plus constructive que beaucoup d’autres qui ont une autre attitude en raison de l’histoire et des expériences tragiques qu’ont connues leur pays », dit-elle.
Dem

Défense

Exercice aérien en Estonie
Keskisuomalainen rapporte que si la direction politique finlandaise approuvait la participation des forces armées à l’exercice aérien avec les Américains bientôt basés en Estonie, on verrait peut-être des intercepteurs américains F-16 en Finlande centrale.
Il est possible que les avions finlandais n’atterrissent pas du tout sur le sol estonien mais participent à des exercices avec les Américains depuis les bases finlandaises, par exemple de Kuopio.
Un exercice dans l’espace aérien international est également possible mais non au-dessus du golfe de Finlande où il n’y a pas assez d’espace pour les exercices.
Selon le colonel Jari Mikkonen de l’armée de l’air, aucune décision sur la zone d’exercice n’a été prise et rien n’a pas décidé en comité interministériel de politique étrangère et de sécurité.
KS/10

L’ECR se réunit à Helsinki

Euroscepticisme - entretien avec M. Messerschmidt, député européen danois
L’ECR, le Groupe des Conservateurs et réformistes européens, dont les députés européens vrais finlandais font partie, se réunit à Helsinki cette semaine.
Helsingin Sanomat a interviewé M. Messerschmidt, député européen danois, qui estime que les questions sociales, l’immigration et la politique de l’emploi ne devraient pas être gérés à Bruxelles, mais au niveau national. Pour lui, les Etats membres devraient pouvoir intervenir tant dans la libre-circulation de la main d’œuvre et des étudiants en échange que dans le regroupement familial des immigrés. M. Messerschmidt évoque aussi la menace islamiste.
Concernant la crise de l’euro, il estime que les pays en difficultés devraient quitter la zone euro ou alors la zone devrait être divisée en deux, entre le Nord et le Sud.
HS/A12

Politique intérieure

Débat électoral d’EVA

Les présidents des partis estiment que la compétitivité a baissé à cause des augmentations salariales de 2007
L’institut de recherche économique EVA a organisé un débat électoral avec les présidents du PSD, du Parti conservateur et du Centre, MM. Rinne, Stubb et Sipilä, à l’occasion de ses 40 ans. M. Soini, président des Vrais Finlandais, a décliné l’invitation en raison du congrès de l’ECR à Helsinki.
MM. Rinne, Stubb et Sipilä estiment que les augmentations salariales trop importantes réalisées en 2007 sont la raison principale pour la dégradation de la compétitivité finlandaise en matière de coûts. M. Rinne, ministre des Finances, rappelle qu’il a lui-même participé à la prise de décision en la matière en tant que chef syndicaliste. Il relève que la modération salariale observée depuis a permis d’améliorer la situation.
M. Rinne propose d’alléger la fiscalité des petits et moyens revenus salariaux, M. Sipilä propose d’investir dans la R&D et M. Stubb, Premier ministre, propose de compenser la modération salariale extrême en allégeant la fiscalité du travail.
HS/A13

Réformes

La réforme sur les services sociaux et de santé menacée
Aamulehti rapporte que la Commission des lois constitutionnelles étudie actuellement le projet de réforme des services sociaux et de santé. Le président de cette commission a promis que l’étude serait terminée d’ici deux à trois semaines.
Selon le quotidien, il n’est pas sur que le projet soit validé par la Commission. Cela se jouera à quelques voix près.
Des questions constitutionnelles se posent en effet ; Le financement des services sociaux et de santé par les communes pose problème : pour financer ces services les communes devraient relever leur taux d’imposition. L’effet pour les communes serait divers : entre celles qui y gagneraient et celles qui y perdrait, la différence sur le taux d’impôt pourrait aller jusqu’à 11,3%. On estime que cela pourrait rompre l’égalité devant l’impôt.
AL

Les budgets de l’éducation menacés ?
Deux maires écrivent un billet dans Helsingin Sanomat pour expliquer que l’augmentation des dépenses des communes en matière de services sociaux et de santé devrait être compensée sur le reste du budget des communes. Ainsi c’est l’autre secteur principal de dépenses des communes qui en ferait les frais, l’éducation. HS

Les Chrétiens démocrates s’y opposent à la législation sur la maternité
Hufvudstadsbladet relève qu’avec le paquet de législation concernant la politique familiale, rejeté lors des négociations entre les présidents des partis de la coalition gouvernementale, la proposition de réforme de la loi sur la maternité a également été enterrée. Il avait été proposé de donner à deux mères pacsées la possibilité d’être reconnues comme parents sans passer par l’adoption.
Ce sont les Chrétiens démocrates qui se sont opposés à la proposition, qui avait été préparée au ministère de la Justice à la suite de l’adoption de la législation sur la paternité. Mme Henriksson, ministre de la Justice, se déclare déçue. Elle regrette le fait que la situation reste mauvaise surtout du point de vue de l’enfant.
HBL/4

Budget

Le centre veut un rapport du gouvernement sur le budget
Les députés du centre demandent à ce que le gouvernement, à l’occasion de l’étude de la première rallonge budgétaire au parlement, le 18 février, présente un rapport que la situation budgétaire.
En effet, le projet de budget avait été approuvé sur la base de projections prenant en compte un certain nombre de réformes qui auraient dues être mises en œuvre mais qui ne le seront pas.
SM

Economie

Activités minières : le projet de mine de phosphore à Sokli avance
Le comité économique interministériel a décidé de participer au financement de la construction d’une mine de phosphore à Sokli dans la commune de Savukoski en Laponie de l’Est, à hauteur de 140 millions d’euros destinés aux infrastructures routières. La filiale du groupe Yara prendrait une décision de principe concernant la construction de la mine à l’automne après avoir étudié la rentabilité au cours du printemps et de l’été.
Une autorisation minière a été accordée à Yara en 2013, mais la Cour administrative a été saisie en la matière. Il faut également une autorisation environnementale. Le coût de l’investissement serait d’un milliard d’euros, dont Yara se chargerait à hauteur de 860 millions d’euros.
Au lieu de connexions routières, Yara aurait souhaité que l’Etat finance une ligne ferroviaire jusqu’à Sokli. Yara estime que ce compromis n’est pas le meilleur possible. Le gouvernement souligne le fait que l’investissement dans une connexion routière servira également aux autres utilisateurs.
La ministre des Transports, Mme Risikko (conservateurs), se félicite du projet et de la perspective de la création d’emplois. M. Ville Niinistö, président des Verts, regrette que l’on ait fait un compromis qui représente un risque pour l’environnement.
HS/A25-26

Entreprises du domaine des technologies
M. Turunen, directeur général de l’Industrie technologique, relève que le chiffre d’affaires total des entreprises technologiques a augmenté de 2 % en 2014. Les domaines qui contribuent à cette croissance ne sont toutefois pas nombreux. Il s’agit des jeux, de la production d’acier et de la fabrication automobile.
10 000 emplois ont disparu dans ce secteur l’année dernière.
M. Turunen souhaite des mesures fiscales pour encourager les investissements.
Helsingin Sanomat relève que l’Industrie technologique regroupe cinq secteurs industriels dont les membres représentent la moitié des exportations finlandaises. Les 1600 entreprises membres emploient 280 000 personnes.
HS/A28

Bois-papier - le bois ne suffirait peut-être pas dans la perspective de nouveaux investissements
Helsingin Sanomat relève que selon M. Pesonen, directeur général du groupe forestier UPM, le marché du bois devrait mieux fonctionner afin que les nouveaux investissements prévus en matière d’usines de pâte à papier puissent obtenir suffisamment de matière première. Si les projets en cours concernant des usines à Äänekoski et Kuopio se réalisent, la demande de bois brut augmentera de dix millions de m3 par an.
En 2014, la capacité de coupes en Finlande du Sud (qui dans ce contexte signifie la région au sud du lac Oulujärvi) était utilisée à 75 %. Selon M. Härkönen, chercheur du Centre de ressources naturelles Luke, les investissements nécessiteraient un taux d’utilisation de 90 %.
Il n’est pas exclu qu’une partie du bois devra être importé de Russie.
M. Tiirola de la confédération des producteurs agricoles et sylvicoles, estime que ce genre d’investissements nécessitera une coopération entre l’Etat, les propriétaires forestiers et l’industrie afin de générer une prospérité pour tous.
HS/A26

Editoriaux et commentaires
L’éditorialiste de Demokraatti (journal du PSD) commente les récents projets d’investissements dans des usines de pâte à papier en Finlande et se félicite que l’industrie traditionnelle ne soit plus considérée comme un secteur dépassé.
L’éditorialiste de Surmena (journal du Centre) se félicite lui aussi du « nouvel espoir pour la Finlande » que constituent ces investissements.
Dem SM

UPM
Le groupe de bois-papier UPM a publié ses résultats qui font état d’un bénéfice en augmentation (+8,6% en 2014 contre +6,8% en 2013) malgré une diminution du chiffre d‘affaires dues à la fermeture d’usines et au plan de restructuration.
Selon Aamulehti, le plan de restructuration qu’a mené UPM pourrait donner lieu à la fermeture d’unité de production supplémentaire en Europe : la stratégie d’UPM étant de fermer des capacités pour garder un prix de vente élevé. En effet, la rentabilité de la production de papier demeure faible (3,4%). C’est aussi la raison pour laquelle les secteurs les plus stables et retables d’UPM sont ceux de l’énergie et de la cellulose.
AL KL

Mardi 3 février 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos de M. Rinne
Le Ministre des Finances Antti Rinne (PSD) estime comme Gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen, que la Grèce sera capable de rembourser sa dette si la croissance économique qu’elle connait actuellement se poursuit.
Il pense que la Grèce peut remplir son objectif d’une dette ramenée à 120% du PIB en2022.
« Il faut qu’il existe en Grèce la volonté de bien gérer les affaires.
Il rappelle que la Grèce ne commencera à rembourser sa dette aux pas de la zone euro que dans huit ans.
TS

BEI

M. Rinne propose la nomination de M. Vapaavuori
Le ministre social-démocrate des Finances M. Antti Rinne a confirmé hier qu’il proposerait le ministre de l’Economie M. Vapaavuori (parti conservateur) pour le poste de vice-président de la BEI.
TS

Politique intérieure

Gouvernement

« Le calvaire du gouvernement continue » KS
« Nouvel échec du gouvernement » KS
« Le gouvernement a déjà cessé d’y croire » HS
La presse souligne que l’abandon de la réforme sur les lois sur la garde d’enfants marque un nouvel échec pour le gouvernement. STT dresse la liste des réformes enterrées (la réforme de la carte et des missions des communes, la réforme de l’âge de la scolarité obligatoire, la réforme de la politique familiale) ou des réformes en grande difficulté en fin de législature (la réforme des services sociaux et de santé, le projet de li sur la métropole).
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que seule la réforme des retraites a abouti… mais dans ce cas le gouvernement n’était que spectateur.
KS HS

Réseaux informatiques

Les centres de données pourraient créer des milliers d’emplois
Selon le rapport du groupe de consultants Ox¬ford Re¬search financé par Google, les investissements des dix prochaines années dans de nouveaux centres de données pourraient créer des milliers d’emplois : 50 000 ETP sur dix ans, ce qui corroespondrait à 5 000 emplois dans les centres et dans leur construction.
L’impact économique pourrait être de 11 milliards d’euros en dix ans.
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport, la Finlande a des atouts au niveau de l’énergie, du climat et des réseaux qui lui permettent de se bien placer concernant l’accueil de nouveaux centres de données.
Le centre de Google à Hamina emploie actuellement 230 personnes.
Le Premier ministre, M. Stubb, et la ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur, Mme Toivakka, ont visité le centre de data de Hamina, hier. M. Stubb estime qu’il faudra améliorer les connexions des réseaux en promouvant la construction de câbles de la Finlande vers l’Asie par l’Océan arctique. M. Stubb souhaite que la Finlande puisse devenir un lien entre l’Europe et l’Asie en matière du transfert des données. Géographiquement, la Finlande s’y prête bien, et M. Stubb souligne que son économie stable et dynamique crée un environnement favorable.
HS, KS

Ministère de l’Intérieur

Mme Räsänen victime d’un accident de la circulation
Victime d’un accident de la route, la Ministre de l’Intérieur a du être hospitalisée hier. Elle ne reprendra ses fonctions que le 8 février.
HS

Ministère de l’Economie

Nombreuses candidatures pour le poste de Secrétaire général
Dix-neuf personnes ont présenté leurs candidatures pour le poste de secrétaire général du ministère de l’Economie.
Parmi elles, notamment M. Harri Pursiainen qui occupe actuellement le poste de Secrétaire général du ministère des Transports, ainsi que M. Olli Heinonen qui est secrétaire général du premier ministre.
TS

Douanes

Le directeur général des douanes menacé
Le directeur général des douanes, M. Antti Hartikainen, actuellement en disponibilité pour diriger l’opération de l’UE en Libye, risque de ne pas pouvoir retrouver son poste à la tête des douanes finlandaises en mai.
En effet, la direction des douanes a demandé à la ministre de l’intérieur de ne pas le reconduire. Il est notamment accusé d’avoir favorisé sa femme pour un emploi.
HS

Alcool

Un petit nombre de personnes importe la moitié de l’alcool venant d’Estonie
Selon une étude, on estime que les Finlandais importent chaque année 64 millions de litres de boissons alcoolisées de leurs voyages en Estonie. Il s’agit principalement de bière (32 millions de litres).
En réalité, 5% des voyageurs importent la moitié de ces quantités.
En Finlande, les secteurs de la distribution, du tourisme et des débits de boisson considèrent que l’Estonie fausse la concurrence.
KS

LNG

Démarrage des travaux du terminal de Tornio
Les travaux de construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié ont commencé à Tornio. Il s’agit d’un terminal de 50 000 m3, soit le plus grand dans les pays nordiques. C’est un consortium de groupes industriels et énergétiques Manga LNG qui se charge du projet.
Cinq terminaux au total sont prévus en Finlande. Un terminal de 30 000 m3 est en cours de construction à Pori par Skangass, Aga envisage un terminal de 10 000 m3 à Rauma et Haminan energia un terminal de 30 000 m3 à Hamina.
Le gouvernement a alloué une aide s’élevant au total à 100 millions d’euros pour ces 4 investissements. La part du terminal de Tornio représente 33 millions d’euros.
Un terminal régional plus important est prévu à Inkoo. Il ne s’inscrit pas dans le cadre des aides nationales. L’objectif du gouvernement est d’obtenir une aide de la Commission européenne pour ce projet.
HS/A12

Bois-papier

Un projet d’usine de pâte à papier à Kuopio
Un groupe d’industriels du secteur bois-papier projette de mettre en place, à Kuopio, une usine de pâte à papier dont la capacité serait de plus d’un million de tonnes par an. Il s’agit d’un projet de plus d’un milliard d’euros.
L’étude sur l’impact environnemental de l’usine sera entamée ce printemps.
Le projet est piloté par le groupe Finnpulp. Les personnes participant au projet sont des anciens de groupes comme Forc¬he¬m, Veit¬si¬luoto et Met¬sä Fib¬re, ce qui fait qu’ils connaissent le secteur depuis longtemps.
Outre la pâte à papier, l’usine produirait du bio-diesel issu de résine de pin, ainsi que de l’électricité pour le réseau national. L’usine couterait 1,4 milliard d’euros et donnerait du travail à 200 personnes dans la production. Elle donnerait du travail indirectement à des fournisseurs du bois et dans les transports, jusqu’à 1300 emplois.
Met¬sä Group a annoncé qu’il envisage de construire une usine de pâte à papier de la même envergure à Ää¬ne¬kos¬ki qui est situé à 80 km de Kuopio.
Keskisuomalainen relève que, selon M. Marttila, président de la confédération des producteurs agricoles et sylvicoles, MTK, les différents projets ne se menacent pas. Pour lui, la Finlande pourrait en accueillir même trois. Du point de vue des propriétaires de forêts, il est bien qu’il y ait de la concurrence.
M. Ihalainen, ministre de l’Emploi, se félicite du projet d’investissement et estime que les deux projets ne se font pas courrence.
HS/A20, KS/8

Talvivaara

Trois candidats pour racheter les activités de la mine ?
Selon deux sources de Helsingin Sanomat, trois candidats étrangers seraient intéressés pour racheter les activités de Talvivaara. Cinq consortiums d’industriels et d’investisseurs ont fait une offre et trois d’entre eux sont restés actifs au niveau des négociations. Le groupe belge Nyrs¬tar, grand créancier de Tal¬vi¬vaa¬ra Sot¬ka¬mo participerait à un des consortiums.
HS relève que le groupe minier suédois Bo¬li¬den a également fait une offre concernant l’achat des activités de Talvivaara Sotkamo, dans lequel Talvivaara est actionnaire à hauteur de 86 % et Outokumpu de 14 %.
L’Etat est actionnaire dans Talvivaara à hauteur de 15 % par son groupe d’investissements Solidium.
Selon le plan établi l’automne dernier, l’objectif du liquidateur est de créer un nouveau groupe avec un des candidats, Talvivaara et probablement l’Etat comme actionnaires.
HS/A21

Lundi 2 février 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Propos de M. Liikanen
Le Gouverneur de la Banque de Finlande a déclaré qu’il considérait que la Grèce était capable de rembourser sa dette si elle respectait le plan d’austérité qui lui avait été fixé. Il souligne que l’économie grecque a connu une évolution positive.
Il affirme que l’on ne peut pas annuler les dettes de la Grèce car cela reviendrait à ce que la BCE donne une aide directe à la Grèce.
M. Liikanen a aussi expliqué pourquoi (contrairement à ses collègues allemand et néerlandais) il avait été favorable à la décision prise la semaine dernière par la BCE.
HS

Ukraine

Un jeune homme formé en Finlande parti en Ukraine
Hufvudstadsbladet rapporte qu’un combattant finno-suédois qui a fait son service militaire en Finlande est parti dans les rangs ukrainiens.
L’état-major de l’armée finlandaise relève que depuis que la Suède a mis fin à son service militaire, on n’a pas observé en Finlande une augmentation de l’intérêt de Finlandais résidant en Suède pour effectuer leur service militaire en Finlande.
M. Portaankorva de la Sûreté nationale rappelle que des aventuriers qui cherchent à être recrutés par des armées étrangères ont toujours existé. La Supo n’a pas observé un intérêt accru pour participer au conflit ukrainien.
Mme Smith, chercheuse à l’institut Aleksanteri, ne pense pas que le cas du soldat fénno-suédois en Ukraine créé des tensions dans la relation entre la Finlande et la Russie. Un tel cas individuel ne sera pas évoqué eu niveau des Etats, selon elle.
HBL/sam/6

Interpol

67 Finlandais recherchés
Les mandats d’arrêt lancés par la Finlande auprès d’Interpol concernent 117 personnes. Au total, 67 personnes de nationalité finlandaise sont recherchées, dont 44 pour un soupçon de crime ; 20 personnes sont recherchées comme disparues.
Selon M. Kautto du service international de la police judiciaire, parmi les personnes recherchées, il y en a nettement plus qui sont soupçonnés pour de la criminalité économique que pour la criminalité contre les personnes.
Ces dernières années, le nombre de personnes extradées en Finlande s’est élevé à 80 à 100 par an. Une cinquantaine de personnes recherchées par Interpol sont retrouvées en Finlande annuellement pour être extradées vers d’autres pays ayant lancé un mandat.
Kaleva/dim/2

Arabie Saoudite

Manifestation
Une manifestation pour Raif Badawi a été organisée devant l’ambassade d’Arabie Saoudite à Helsinki, vendredi.
HBL/sam/10

BEI

M. Vapaavuori favorable à une candidature à la Banque européenne d’investissement
Helsingin Sanomat rapporte le ministre social-démocrate des Finances Antti Rinne est chargé de la nomination du candidat finlandais au poste de vice-président à la Banque européenne d’investissement. M. Rinne a été élu président du PSD en été 2014, en remplacement de Jutta Urpilainen. Mme Urpilainen confirme que M. Rinne lui avait proposé ce poste à l’automne dernier mais elle l’avait refusé.
Le ministre conservateur de l’Economie Jan Vapaavuori, favorable à une candidature à ce poste, souligne qu’il s’agit d’un poste européen très important.
M. Vapaavuori souligne qu’il ne quitterait pas le gouvernement avant la fin de la législature et qu’il participerait à la campagne électorale du Parti conservateur aux côtés d’Alexander Stubb comme prévu.
HS/sam/A14

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement renonce à réformer les lois sur les gardes d’enfant
Dimanche soir, les présidents des partis membres de la coalition gouvernementale ont annoncé qu’ils renonçaient à réformer la politique de garde d’enfant en raison du fait que les avantages à attendre d’une telle réforme sur les finances publiques n’auraient pas l’effet escompté.
Au départ cette réforme faisait partie du plan de réforme structurelle du gouvernement.
Cette réforme devait revenir sur le droit objectif des enfants à obtenir un système de garde publique ainsi que sur la durée du congé parental de garde d’enfant qui aurait du être partagé par les deux parents.
Le Centre avait annoncé qu’il s’opposait à cette réforme et envisageait même de revenir dessus s’il accédait au gouvernement.
Le parti Chrétien-démocrate y était aussi opposé et, dès lors que l’on a su que l’effet pour les finances publiques serait minime, ce parti menaçait de quitter le gouvernement.
Le PSD s’est finalement désolidarisé de la réforme ce week-end.
HS

M. Stubb propose un plan de réforme du marché du travail
Le Premier ministre et président du parti conservateur a déclaré, dimanche, devant les entrepreneurs finlandais, qu’il était favorable à des mesures de flexibilité sur le marché du travail : faciliter e recours au contrat à durée déterminée, rendre plus flexible les horaires de travail et les horaires d’ouverture des magasins, notamment.
KS

L’Etat licencie de plus en plus
Keskisuomalainen relève que l’Etat finlandais employait encore 123 721 personnes en 2000 contre seulement 78 767 en 2014.
Longtemps, les diminutions de personnels dans la fonction publique d’Etat ont été obtenues par non renouvellement des départs à la retraite.
Désormais, depuis l’année dernière ils s’opèrent aussi par des licenciement s à la suite de plans sociaux.
L’année dernière, ce sont 852 licenciements qui sont intervenus dans les administrations de l’Etat, principalement au VTT, dans les centres régionaux du ministère de l’Economie et de l’emploi et dans la défense et la direction des affaires sociales et de la santé.
KS

Elections législatives

Candidature de M. Rehn
Helsingin Sanomat relève que l’actuel parlementaire européen du Centre Olli Rehn, ancien commissaire européen (2004-2014), sera candidat aux élections législatives dans la circonscription d’Helsinki. M. Rehn, a été le centriste le plus populaire aux élections européennes de 2014 avec plus de 70 000 voix.
Selon M. Rehn, la décision de participer aux élections législatives n’a pas été facile mais il a décidé de « proposer toute son expérience européenne à la Finlande qui est dans une situation exceptionnellement difficile ». Il rejette les propos du président du Parlement Eero Heinäluoma concernant un « shopping électoral ».
La presse note que son épouse Merja Rehn est candidate du Centre dans la circonscription de Finlande du sud-est.
M. Paavo Väyrynen, également parlementaire européen du Centre, est lui aussi candidat aux élections législatives.
HS/samA12

Les centristes se félicitent de la candidature de M. Rehn
Selon Helsingin Sanomat, Helsinki est traditionnellement une circonscription difficile pour le Centre qui y a actuellement un seul siège. Les centristes se félicitent de la candidature de M. Rehn et l’objectif du parti est d’obtenir deux ou même trois sièges à Helsinki. Mme Paula Lehtomäki, ancienne ministre, a déjà présenté sa candidature à Helsinki, ainsi que entre autres le secrétaire général du parti Timo Laaninen et le professeur Pekka Puska.
Le quotidien estime que, pour le Parti conservateur, la candidature de M. Rehn n’est pas positive, surtout que M. Jan Vapaavuori, actuel ministre de l’Economie, quitterait le Parlement. Les centristes estiment qu’une partie des électeurs de M. Vapaavuori pourraient voter pour M. Rehn, les deux ayant un profil de spécialiste en économie. Le Parti conservateur est à la recherche de nouveaux candidats pour Helsinki où il a actuellement six sièges (contre huit en 2007-2011). Les députés actuels comme Ben Zyskowicz, Pertti Salolainen, Sari Sarkomaa et Laura Räty ont des chances d’être réélus.
Le PSD a actuellement quatre députés à Helsinki, dont Eero Heinäluoma, Erkki Tuomioja et Päivi Lipponen qui sont candidats, ainsi que l’ancienne ministre Tuula Haatainen et Pentti Arajärvi, époux de Mme Halonen.
L’Alliance verte a quatre députés à Helsinki, dont deux, Osmo Soininvaara et Anni Sinnemäki quitteront le Parlement et Pekka Haavisto et Outi Alanko-Kahiluoto se représentent.
Chez les Vrais Finlandais (trois députés à Helsinki), Jussi Halla-aho a déjà quitté le Parlemen pour Strasbourgt, tandis que le parlementaire européen Sampo Terho présente sa candidature pour le Parlement national.
Les deux députés de l’Alliance des gauches, Paavo Arhinmäki et Silvia Modig ont des chances d’être réélus.
Le nombre de députés à Helsinki augmentera de 21 à 22.
HS/sam

« On commence à voir les différences entre les quatre grands partis » HS
Selon l’éditorial de Helsingin Sanomat, le Premier ministre Alexander Stubb, qui a participé au premier débat électoral entre les présidents des quatre plus grands partis, n’a pas encore trouvé son style de Premier ministre ou qui serait naturel pour lui.
Les trois autres présidents ont souligné l’importance du consensus politique, tandis que M. Stubb l’a attaqué. C’est risqué du point de vue de son parti, selon l’éditorialiste.
HS/sam/A4

Police

Registre des personnes soupçonnées
La Direction nationale de la police a publié un communiqué concernant son registre sur les personnes soupçonnées. La police a refait ses calculs concernant ce registre suite à des informations selon lesquelles il y aurait 180 000 personnes sur le registre. Le procureur général a estimé que le registre comportait des inscriptions illégales.
La Direction nationale de la police relève que, selon les nouvelles informations, il y a 50 000 noms dans le registre. Toutes ces personnes sont considérées comme suspectes ou ayant pu contribuer à des actes illicites.
La police relève, à titre de comparaison, que 400 000 personnes sont inscrites tous les ans dans le fichier des plaintes. De plus, 90 000 noms figurent dans le casier judiciaire maintenu par le ministère de la Justice.
La Direction de la police relève que 200 personnes ont demandé au délégué de la protection des données de vérifier si les informations éventuelles les concernant dans le registre sur les personnes soupçonnées sont conformes à la loi. A l’occasion de ce contrôle, le délégué n’a pas demandé à la police de supprimer des informations dans le registre.
HS/sam/A10

Jeunes immigrés

Sentiment d’insécurité
Le centre d’informations de la municipalité d’Helsinki a effectué une étude sur le sentiment de sécurité des jeunes d’origine étrangère, nés ou scolarisés en Finlande. Les jeunes femmes d’origine étrangère éprouvent plus d’insécurité que les jeunes femmes en général, qui déjà se sentent moins en sécurité que les jeunes hommes de leur âge.
Les jeunes hommes d’origine étrangère ne se sentent pas plus menacés que la majorité des jeunes hommes en général.
Les jeunes interrogés proposent de mieux éclairer les parcs et les rues, d’augmenter les patrouilles de police et le gardiennage. Ce que les jeunes d’origine étrangère proposent d’autre que la majorité de la population est le contrôle accru de la consommation d’alcool.
La moitié des jeunes d’origine étrangère déclare ne pas boire de l’alcool contre seulement 20% des jeunes d’origine finlandaise.
HBL/lun/4-5

France – Finlande

Charlie Hebdo

Vente d‘exemplaires en Finlande
Turun Sanomat rapporte que l’engouement des acheteurs qui avaient commandé leur numéro à Turku.
Kaleva publie un article sur le centre de bande dessinée d’Oulu qui a affiché un numéro qui est donc consultable sur place.
TS Kaleva

Musique

Electro
Helsingin Sanomat rapporte que David Guetta se produira au festival week-End qui a lieu à Helsinki les 7 et 8 août.
HS

Chanson
Aamulehti publie un critique très positive du concert d’irina Björklund qui s’est produite à Tampere Talo le 29 janvier.
AL

France

Politique

Augmentation de la popularité de François Hollande
Helsingin Sanomat rapporte que le Président français a vu sa popularité s’améliorer en janvier. Le quotiden note que la popularité de Mme Le Pen demeure très élevée.
HS

Tourisme

La fondation Vuitton, la Philarmonie, Sonia Delaunay…
Helsingin Sanomat publie un reportage de Vesa Sirén pour présenter de très nombreuses raisons de se rendre à Paris ce printemps. La principale est de découvrir les œuvres architecturales de Frank Gehry et Jean Nouvel à qui on doit la Fondation Louis Vuitton et la Philarmonie de Paris.
Vesa Sirén conseille notamment les concerts de l’Opéra bastille (avec Karita Mattila), et de la Philarmonie (dirigés par Esa-pekka Salonen ou Mikko Franck), ainsi que les expositions Jeff Koons et Sonia Delaunay.
Marja-Terttu Kivirinta signe une critique élogieuse de l’exposition Les coulertus de l’abstraction de Sonia Delaunay au musée d’art moderne.
HS

publié le 17/03/2015

haut de page