Février 2013

Jeudi 28 février 2013

Politique étrangère et européenne

Construction navale

Analyse : « Tout le monde avait besoin du chantier de Turku » HS
Helsingin Sanomat estime que le gouvernement a pu cette fois-ci assurer le financement de la construction des navires à Turku parce que toutes les parties y avaient intérêt. Cela n’était pas le cas à l’automne, lorsque STX a choisi de faire construire le navire Oasis commandé par RCC en France plutôt qu’à Turku.
Cette fois-ci, le gouvernement ne pouvait, politiquement, pas perdre cette commande. S’il aurait pu à l’automne assurer le financement de la commande de RCC, cela lui aurait coûté beaucoup plus cher et cela n’aurait certainement pas été possible sans entrer dans le capital de l’entreprise. Ou bien il aurait fallu trouver un moyen que l’UE réprouve. En effet, la réglementation européenne n’autorise que les aides à l’innovation et le gouvernement a décidé d’allouer des aides à l’innovation maximale, pour la commande de TUI comme il l’avait promis pour celle de RCC. Mais cela ne suffisait pas car la société mère coréenne n’était pas prête à suffisamment recapitaliser sa filiale finlandaise.
Ce qui a permis cette fois d’assurer le financement de la construction des navires en Finlande est que les sommes en jeu étaient bien moindre et que STX était plus enclin à participer au financement. A l’automne, le gouvernement a été sollicité pour trouver le financement du navire de RCC de près d’un milliard d’euros et des navires de TUI de 450 millions d’euros chacun. Ces jours-ci il ne s’agissait plus que de la commande de TUI, ce qui a permis de trouver une solution originale sous la forme de l’achat du terrain des chantiers navals pour l’Etat pour 23,5 millions d’euros. Or, à l’automne, STX demandait une aide bien supérieure, probablement de plus de 100 millions d’euros.
De plus, STX a pu faire chantage au gouvernement à l’automne car l’entreprise coréenne savait que le navire commandé par RCC serait construit soit dans sa filiale finlandaise, soit dans sa filiale française.
Cette fois-ci, STX avait peur que TUI passe finalement sa commande au chantier allemand Meyer. C’est pourquoi elle était prête cette fois-ci à recapitaliser sa filiale finlandaise pour ne pas perdre la commande.
TUI pour sa part était prêt à faire un geste car l’armateur allemand souhaitait que les navires soient construits à Turku pour éviter tout retard.
HS

Politique intérieure

Mariage pour tous

Une proposition d’initiative populaire lancée
La commission des lois a rejeté la proposition législative sur le mariage pour tous par 9 voix contre 8. HS note que les membres conservateurs (à l’exception de Mme Pelkonen), Vrais Finlandais, centristes et démocrate chrétien ont voté contre la motion, alors que les sociaux-démocrates, membres de l’Alliance des gauches, de l’Alliance verte et du Parti suédois ont voté pour. HS souligne que tous ceux qui ont voté contre sont plus âgés que ceux qui ont voté pour.
Les personnes promouvant une réforme de la législation en la matière mettront en place une collecte de signatures pour une proposition d’initiative populaire, relève M. Männistö, député conservateur. La campagne sera lancée à la mi-mars. Il faudra récolter 50 000 signatures pour faire avancer le projet.
Helsingin Sanomat note que, dans les autres pays nordiques, le mariage pour tous a déjà été adopté.
HS/A10

Gouvernement - Budget – Finances - Marché du travail

Séminaire gouvernemental à mi-parcours de la législature
« Pression pour une diminution de l’impôt sur les sociétés » TS
« Le patronat ouvert à un accord salarial global » KL
Turun Sanomat rapporte que, la période de faible croissance économique se poursuivant, il y a une pression pour que le gouvernement baisse le niveau de l’impôt sur les sociétés. Le gouvernement devrait se prononcer durant le séminaire à mi-parcours de la législature qui se réunit aujourd’hui à la maison des Etats.
En réaction aux propos de la ministre des Finances, Mme Urpilainen, qui déclarer espérer un accord global entre les partenaires sociaux sur la modération salariale, le président du patronat EK, M. Jyrki Häkämies déclare : « le gouvernement souhaite un accord salarial global modéré. Il fait miroiter une carotte sous la forme de baisse fiscale. Nous sommes prêts dans ce cadre ». « Même si le patronat préférerait des accords salariaux de branche, nous avons toujours dit que notre objectif est une solution qui améliore l’emploi », ajoute-t-il, précisant que la baisse de l’impôt sur les sociétés d’un ou deux points ne suffirait pas, selon lui.
TS KL

Réforme des services sociaux et de la santé

Le dépôt du rapport du groupe de travail reporté
Le groupe de travail qui étudie la réforme des services sociaux et de santé, qui devait remettre son rapport demain vendredi, a obtenu un délai supplémentaire jusqu’au 19 mars.
Le groupe de travail avait demandé, hier, à disposer de plus de temps pour la rédaction de son rapport.
Ainsi, les communes devront se prononcer sur le projet de loi sur la carte des communes, jeudi prochain, sans avoir de connaissance précise sur l’organisation des services sociaux et de santé.
Selon des informations préliminaires, les groupe de travail proposerait que de 30 à 40 districts se chargeant de l’organisation de ces services.
MM. Rehula et Tölli, députés centristes, accusent le gouvernement du fait que les plus grands projets de réformes, concernant les communes et les services en question, sont en suspens de façon inadmissible.
KS/8

Social

Proposition d’introduction d’un bas salaire pour les jeunes
Le directeur du centre national de recherche économique VATT, M. Vartiainen, et M. Soininvaara, député de l’Alliance verte, ont publié un rapport en commun qu’ils ont présenté au conseil économique présidé par le Premier ministre, M. Katainen, hier.
Helsingin Sanomat relève que, selon Yle, le rapport propose une vingtaine de mesures, dont la possibilité de verser 20 % de moins de salaire à des jeunes que prévu dans les conventions collectives.
Le rapport propose également que la majorité des décisions concernant les augmentations salariales soient prises dans les entreprises.
HS/A15

Economie

La confiance de l’industrie s’est légèrement améliorée
Selon des économistes, les perspectives économiques de la Finlande restent faibles et il n’y a pas lieu de modifier les prévisions de croissance, même si en février, la confiance de l’industrie et des consommateurs s’est un peu renforcée.
Le PIB devrait augmenter de 0,8 % cette année.
Helsingin Sanomat estime que la confiance a pu s’améliorer du fait que quelques grandes entreprises ont interrompu des mises à pied dernièrement. Wärtsilä et UPM ont vu leurs perspectives s’améliorer suffisamment pour juger opportun d’annuler des chômages techniques.
HS/B9

Licenciements

Nokia
Les négociations sur le plan social pour le personnel administratif annoncé chez Nokia en janvier sont terminées, et 210 personnes seront licenciées en Finlande. En outre, 50 employés seront licenciés à l’étranger.
Nokia a déjà annoncé qu’il externalisait des fonctions en Inde, aux groupes Tata Consultancy Services et HCL Technologies. 660 employés de Nokia seront transférés dans ces compagnies.
Au total, Nokia aura supprimé 3000 emplois en Finlande depuis juin 2012.
HS/B9

Sanoma
La maison d’édition Sanoma News entamera des négociations sur la suppression éventuelle de 84 emplois.
HS/B9

Nucléaire

TVO réclame 300 millions d’euros à ses actionnaires
Turun Sanomat rapporte que le retard du chantier de OL3 coûte cher aussi bien au fournisseur qu’au client puisque TVO a demandé à ses actionnaires un nouvel engagement de 300 millions d’euros pour financer le projet OL3.
Le conseil d’administration de TVO se prépare ainsi à disposer d’une capitalisation suffisante pour faire face aux nouveaux retards et coûts pour la suite du chantier.
TS

France

Disparition

« L’icône du mouvement Occupy Wall Street, Stéphane Hessel disparaît » HS
Helsingin Sanomat rapporte que l’écrivain et ambassadeur Stéphane Hessel est décédé&, hier. Il était à l’origine du mouvement des indignés.
HS

Mercredi 27 février 2013

Politique étrangère et européenne

Nucléaire

« Toshiba a amélioré son offre » Kaleva
Le président du conseil d‘administration de fennovoima, M. Ottavainen a raconté à Kaleva que Fennovoima avait décidé de mettre fin à l’appel d’offres auquel participaient Areva et Toshiba. « Après notre décision d’arrêter, Toshiba s’est approché de Fennovoima avec une offre bien plus intéressante. Ils avaient amélioré leur proposition si significativement qu’il était possible de commencer à négocier directement avec eux. » Areva n’était dès lors plus une option pour un grand réacteur. « Nous ne négocions avec personne d’autre, c’est décidé », a-t-il déclaré.
Fennovoima étudie toutefois en même temps la possibilité de construire un réacteur de moindre taille de 1000 à 1300 mégawatts. Le fournisseur pourrait être Toshiba, Areva, Rosatom ou un autre fournisseur.
Le directeur du STUK, M. Tiippana rapporte que le STUK a étudié le réacteur AES 2006 de Rosatom que Fortum avait envisagé lors de sa demande d’autorisation en 2009. Selon lui, « il n’y a aucun obstacle de principe pour un tel réacteur ».
Interogé sur les spéculations concernant l’entrée d’un partenaire russe dans le capital de Fennovoima, le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori a déclaré à Yle : « Dans le capital originel de Fennovoima, il y avait E.ON, qui est étranger, allemand. Alors comment peut-on se plaindre qu’une société étrangère quitte le capital puis critiquer qu’une autre société étrangère puisse y entrer ? Je n’y vois rien de surprenant », dit-il.
Le ministre a aussi souligné qu’il espérait que l’on allait construire en Finlande les deux nouveaux réacteurs nucléaires prévus dans la stratégie énergie et climat.
L’éditorialiste de Kaleva souligne que les Finlandais ont une bonne expérience des réacteurs russes et que l’annonce de Fennovoima redonne donc de l’espoir. « Ce qui est décisif c’est avant tout l’argent. Les actuels actionnaires de Fennovoima ne seront pas capables de financer le manque créé par le départ de E.ON, il leur faut donc trouver un investisseur extérieur ».
Kaleva Yle

« Les risques d’un prototype » AL
Aamulehti souligne que le réacteur de moyenne taille d’Areva comme le réacteur de grande taille de Toshiba sont des prototypes. Leur construction signifie un risque, non pas technologique mais en terme de calendrier. « C’est un risque en terme de calendrier, comme pour Olkiluoto. Il est très difficile d’évaluer de tels risques. L’avantage est néanmoins que les premiers clients peuvent obtenir un bon prix pour un nouveau type de réacteur », estime le professeur Esa Vakkilainen de l’université de Lappeenranta.
Le directeur du STUK, M. Tiippana estime qu’il est encore trop tôt pour spéculer sur un tel risque, mais abonde en ajoutant : « Le projet d’OL3 montre quel risque ont prend quand on construit un premier modèle ».
AL

Construction navale

Le gouvernement accorde une aide à STX
« Toutes les partis ont fait preuve de flexibilité » KS
« L’aide pour STX pourrait être étudiée par l’UE » AL
« Le chantier naval de Turku sauvé à la dernière minute » HS
Lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, a déclaré que la solution de financement a nécessité la participation et l’engagement du propriétaire coréen de STX, l’armateur TUI, l’Etat et Finnvera.
Le gouvernement a décidé d’accorder une aide à l’innovation de 31 millions d‘euros pour la construction des deux navires commandés par TUI à STX Finland (outre une aide précédente de 16 millions d’euros, le gouvernement ajoute donc 15 millions supplémentaires).
De plus, le gouvernement a décidé de racheter le terrain du chantier naval de Turku qu’il louera à STX. La valeur de l’opération est de 23,5 millions d’euros.
Pour M. Vapaavuori, la solution est « élégante, légitime et raisonnable ».
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, se déclare soulagé et se félicite du fait que la solution donnera du temps pour réfléchir à l’avenir du chantier naval à plus long terme.
M. Pekkarinen, président centriste de la commission de l’économie, estime qu’il faudra que l’Etat soit actif. Il faudrait que l’Etat envisage une solution d’actionnariat finlandais.
Lors des négociations entre les différentes parties, on a recherché un paquet de financement permettant à Finnvera de garantir le financement du chantier naval pendant la construction des navires. Ce qui est essentiel dans la solution obtenue, c’est que groupe coréen va recapitaliser STX Finland.
Le client TUI a été flexible, lui aussi.
Concernant l’achat du terrain, les acteurs du domaine immobilier estiment que le prix est très bas. S’il s’agissait d’un terrain destiné à la construction de logements, le prix aurait été dix fois plus élevé.
Il n’est pas exclu que l’UE souhaite étudier l’achat du terrain. Selon M. Taina, professeur émérite du domaine des transports maritimes, la légitimité de l’achat peut être remise en question, car il peut apparaître comme artificiel. Selon lui, l’achat peut s’inscrire dans le cadre de préparatifs en vue d’une situation où l’Etat deviendrait propriétaire du chantier naval. Dans le cas où l’UE s’opposerait à cette forme d’aide, l’Etat pourrait acheter une partie du capital du chantier naval.
Yle relève que M. Vapaavuori rejette les propos de M. Taina et estime que le professeur n’est pas un spécialiste de ces questions. Il souligne qu’il ne s’agit pas d’une aide.
Kirsi Turkki de Keskisuomalainen estime que la solution à une grande importance, outre l’avenir du secteur et les emplois, pour l’atmosphère au sein du gouvernement et pour les relations entre le gouvernement et le mouvement syndical.
Kauppalehti relève que selon le vice-PDG de STX Group, M. Roh, la direction du groupe n’a pas définitivement fixé quelle somme sera accordée par le groupe à sa filiale STX Finland.
Selon KL, il pourrait s’agir même de 100 à 200 millions d’euros. M. Roh souligne que l’investissement des Coréens dans STX Finland peut être interprété comme un engagement dans ce chantier naval et la construction des navires commandés par TUI.
KL relève que Finnvera pourra garantir 80 % des prêts du chantier naval, ainsi que les prêts de 700 millions d’euros pour le compte de TUI Cruises.
KS/9, AL/A4, HS/A6, www.yle.fi, KL/A6-7

Etats-Unis - Finlande

L’ambassade américaine a inauguré son centre d’innovations à Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, l’ambassadeur des Etats-Unis en Finlande, M. Bruce Oreck, a présenté aux médias finlandais hier le nouveau centre d’innovations de l’ambassade. Le Président Niinistö a participé à l’inauguration. Un immeuble de près de cent ans a été transformé en centre d’innovations et vitrine de la construction écologique américaine et finlandaise, économe en énergie. Le coût de la transformation du site s’est élevé à 94 millions d’euros. L’immeuble abrite aussi le service commercial et le service de presse de l’ambassade.
L’objectif de l’ambassade est d’ouvrir les portes du centre aux groupes qui souhaitent faire du commerce avec les Etats-Unis, promouvoir les relations culturelles ou développer les échanges de formation.
Une quarantaine d’entreprises finlandaises ont participé aux travaux, dont Peab, Rudus, Kone et Helsingin Energia.
HS/A18, KS/13, KL/A8

Editorial : la meilleure inauguration de l’année
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat fait l’éloge de l’inauguration du nouveau centre d’innovations de l’ambassade des Etats-Unis et de l’ambassadeur Oreck « qui a mené courageusement à bonne fin ce projet qui sert de carte de visite des Etats-Unis dans la technologie environnemental et la diplomatie moderne ».
« L’importance du centre d’innovations est encore plus significative pour la Finlande ; Helsinki est ainsi devenu le point central de la région. Le choix des Etats-Unis prouve que le trajet depuis Helsinki est court pour aller faire du commerce avec les pays nordique, les pays baltes et la Russie. »
« Les relations transatlantiques sont d’actualité au sein de l’Union européenne au moment où l’UE et les Etats-Unis sont en train de commencer les négociations sur le libre-échange. Même si le commerce entre la Finlande et les Etats-Unis a augmenté dernièrement, seulement environ 2 % des investissements américains dans les pays nordiques concernent la Finlande. Les sièges des entreprises sont le plus souvent créés à Stockholm. »
HS/A5

Politique intérieure

Budget – Finances - Marché du travail

Propos de Mme Urpilainen
Kauppalehti relève que selon la ministre des Finances, Mme Urpilainen, il n’est pas prévu que l’industrie aura de nouvelles charges sous forme de taxes ou de régulation durant la législature. Il s’agira de maintenir l’impôt sur les sociétés à un niveau compétitif.
« Pour moi, le fait que le gouvernement se retienne d’imposer de nouveaux coûts à l’industrie est un message important. » Elle précise qu’il ne s’agira pas d’annuler les décisions déjà prises.
Concernant la proposition du patronat EK de diminuer l’impôt sur les sociétés de l’actuel 24,5 % à 15 %, Mme Urpilainen constate qu’elle ne peut pas se permettre de commenter des propositions de telle ou telle organisation syndicale.
Elle encourage les partenaires sociaux à se mettre d’accord sur une modération salariale, ce qui permettrait une marge de manœuvre plus importante pour la politique économique et budgétaire du gouvernement.
Le gouvernement se réunira pour faire un bilan de mi-parcours de ses travaux. Mme Urpilainen note que le rapport du groupe de travail de M. Ala-Pietilä y sera évoqué. « J’aime bien l’idée de disposer d’un plan de plus long terme, de dix ans par exemple, concernant le développement et la mise à profit du savoir-faire du domaine des technologies informatiques et des communications ».
Concernant la question de l’âge de départ à la retraite, Mme Urpilainen constate que pour elle, le gouvernement ne peut pas prendre de décisions sur une réforme à la place des organisations syndicales. Elle rappelle que le groupe de travail de M. Jukka Pekkarinen a jusqu’à la fin de l’année pour terminer ses travaux. Les organisations syndicales se sont engagées à entamer les négociations une fois que les résultats de M. Pekkarinen sur l’analyse des réformes introduites en 2005 seront disponibles. Elle estime que le système de retraite est de telle envergure qu’il ne faut pas le changer trop souvent ni à la légère.
KL/4-5

Situation de l’emploi

Un quart des jeunes hommes sans emploi
Le taux de chômage des jeunes a augmenté depuis l’été dernier. Le chômage engendré par la récession est toutefois équilibré, dans les statistiques, par les départs à la retraite des grandes classes d’âge.
Le taux de chômage des jeunes hommes de moins de 25 ans s’élevait à 26,5 % en janvier, ce qui est 1,6 points de plus qu’en janvier 2012. Concernant les femmes de moins de 25 ans, ce chiffre est de 16,1 %. Il n’a pas bougé depuis janvier 2012.
Au total, le taux de chômage des jeunes est de 21 %.
Conformément à la garantie concernant les jeunes adultes, entrée en vigueur au début de l’an, il faudrait proposer du travail, des études ou une autre occupation dans un délai de trois mois après être enregistré au chômage.
Le taux de chômage général s’élève à 8,7 %.
HS/B8

Premier ministre

Le chancelier de la justice étudiera les plaintes liées au projet de recherche commandé par M. Katainen
Selon Turun Sanomat, M. Kimmo Hakonen, secrétaire général du bureau du chancelier de la justice, a annoncé mardi que le chancelier de la justice étudierait toutes les plaintes liées au projet de recherche commandé au philosophe Pekka Himanen. Au total cinq plaintes ont été déposées au bureau du chancelier de la justice et au bureau de l’ombudsman du Parlement.
Selon M. Halonen, l’étude des plaintes, qui portent essentiellement sur la procédure de la commande, prendra probablement plusieurs semaines.
La chancellerie du Premier ministre a commandé au philosophe Pekka Himanen le projet de recherche sur l’avenir sans effectuer une mise en concurrence. Le coût du projet d’élève à 70 000 euros a suscité un débat animé. Selon le Premier ministre Jyrki Katainen, il a rencontré les directeurs de l’Académie de Finlande, de Sitra et de Tekes avec le philosophe Pekka Himanen pour évoquer le financement du projet dirigé par M. Himanen.
TS/5

Présidence

La commission des lois a approuvé la baisse de la rémunération du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que la commission des lois du Parlement a approuvé hier, à l’unanimité, la baisse de la rémunération du Président Sauli Niinistö de 160 000 à 126 000 euros par an, selon le souhait de M. Niinistö.
Le changement de loi n’affectera pas les retraites des anciens présidents.
HS

Services sociaux et de la santé

Le groupe de travail propose la division de la Finlande en 35 districts
Helsingin Sanomat relève que le groupe de travail chargé de préparer la réforme des services sociaux et de la santé se réunira aujourd’hui pour se mettre d’accord de leur proposition qui serait publié vendredi de cette semaine.
Actuellement les plus de 300 communes sont chargées de l’organisation des services. Selon un expert, qui souhaite rester anonyme, le groupe de travail proposerait 34 à 35 districts qui organiseraient les services sociaux et de la santé. Les soins de santé spécialisés seraient organisés par cinq régions de responsabilité spécialisée, organisées autour des cinq hôpitaux universitaires actuels.
Les ministres chargés de la réforme se réuniront la semaine prochaine. L’objectif du gouvernement est de présenter le projet de loi au cours de ce printemps. La loi entrerait en vigueur dès 2015.
HS/A8

Ministère des Affaires étrangères

Le MAE critiqué pour ses contrats de stages
Selon le cybermagazine Uusi Suomi, le président de l’association des étudiants centristes, M. Jirka Hakala, critique sur son blog le ministère des Affaires étrangères qui recrute, d’année en année, des stagiaires non rémunérés. Les stagiaires doivent payer eux-mêmes le logement et la nourriture, les voyages et les soins médicaux. Une partie des établissements d’enseignement accorde des bourses qui sont souvent modestes.
M. Hakala souligne que le MAE a déjà été critiqué pour la même raison mais rien n’a changé. Il y a toujours des étudiants qui se battent pour pouvoir faire un stage dans les ambassades.
Uusisuomi.fi

France

Education

Débat sur les rythmes scolaires
Helsingin Sanomat rapporte que les propositions du ministère de l’Education de réduire à six semaines les vacances d »été ont créé un vif débat en France.
HS

Mardi 26 février 2013

Politique étrangère et européenne

Nucléaire

« Différend sur la question de l’autorisation de principe » HS
« Le fournisseur sera choisit en fonction de l’aspect financier » AL
« Fennovoima a besoin de plus de compétences » KS
Le ministre de l’Economie M. Jan Vapaavuori (parti conservateur) a déclaré qu’il comprenait qu’en raison de la modification de son actionnariat Fennovoima souhaite étudier la possibilité de construire un réacteur de moindre taille. Le ministre souligne que l’Etat n’étant pas partie au projet, le gouvernement n’a pas à prendre de mesure à ce stade puisque les pouvoirs publics se prononceront dans le cadre de l’étude de la demande de permis de construire. Selon lui, il ne faut pas, à ce stade demander une nouvelle autorisation au parlement.
La ministre de la coopération au développement, Mme Heidi Hautala (Verts) estime pour sa part que la situation a changé dans le projet de Fennovoima de telle manière que le Parlement devrait être à nouveau consulté sur l’autorisation de principe octroyée à Fennovoima.
M. Vapaavuori a précisé que les juristes du ministère de l’économie étaient prêts à étudier la question juridique de l’autorisation si Fennovoima le demande. Mais la législation ne permet pas au ministère de prendre une décision sur la légalité de la procédure. « Fennovoima assumera la risque juridique lorsque l’entreprise demandera le permis de construire », dit-il.
Selon le professeur de l’université de Lappeenranta Esa Vakkilainen, Rosatom a été contacté car il fournit des centrales ailleurs est considéré comme un bon fournisseur. « Techniquement, Rosatom et Toshiba sont sur un pied d’égalité. Les facteurs principaux seront la situation économique et la compétitivité financière plutôt que les aspects techniques. »
Le directeur du STUK Petteri Tippana déclare que les compétences propres de Fennovoima ne suffisent actuellement pas pour construire le projet de centrale à Pyhäjoki. Il pense que la situation était déjà la même quand E.ON était toujours présent dans l’actionnariat. C’est pourquoi, selon lui, la venue d’un fournisseur dans la capital de Fennovoima ne résoudrait pas ce problème : le manque de savoir faire en matière de construction et de sécurité nucléaires ». Le directeur du ministère de l’économie Herkko Plit déclare que lors de l’étude du permis de construire, le STUK et le ministère se prononceront sur le savoir faire de Fennovoima en la matière.
HS AL KS

Editoriaux
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’un réacteur moins puissant suffirait bien. Il rappelle qu’avec la disparition d’E.On, l’acheteur le plus important de l’énergie qui serait produit est également parti. Pour lui, une raison pour évoquer Rosatom parmi les fournisseurs éventuels est qu’il pourrait être encouragé à devenir actionnaire. Pour l’éditorialiste, il aurait fallu que tous les fournisseurs éventuels participent à une concurrence ouverte, dès le départ. Il estime qu’un réacteur moins puissant ne reviendra pas forcément beaucoup moins cher du fait qu’il s’agira de construire toute l’infrastructure à Pyhäjoki.
Concernant l’autorisation de principe accordée par le Parlement, qui pourrait être réétudié en raison des multiples changements dans le projet, l’éditorialiste estime qu’il n’y a pas de raison pour qu’elle soit annulée. Il reviendra au groupe énergétique de l’abandonner si la base d’actionnaires, le financement ou le besoin d’électricité deviennent incertains.
Le journaliste de Aamulehti Pekka Mykkänen estime que Fennovoima a besoin d’un actionnaire apportant 2 milliards de capital pour réaliser son projet ; Si l’entrée de Rosatom dans le capital de Fennovoima est improbable, il faut creuser cette possibilité. La venue de Rosatom est possible car l’entreprise construits de nombreux réacteurs de ce type et fera tout pour s’introduire sur les marchés occidentaux par le biais de fennovoima.
Selon Helsingin Sanomat, la conclusion des derniers événements est que Fennovoima joue contre la montre. Dix mois est une courte période pour mener à bien un nouveau processus d’appel d’offres. Mais la recherche d’un fournisseur de réacteur n’est pas le premier souci de Fennovoima qui a un besoin criant de capital et de compétence nucléaire. L’appel à un fournisseur russe à ce stade peut signifier que Fennovoima cherche une solution à ses problèmes à l’Est : l’entreprise russe peut apporter et capital et compétence nucléaire. Pour Rosatom, l’entrée sur le marché finlandais serait une excellente référence pour l’ensemble de l’UE où l’on connaît le niveau de sûreté exigé par le STUK. Néanmoins, les députés qui ont accordé l’autorisation de principe à Fennovoima ne devaient pas avoir à l’esprit une centrale russe, conclut HS
HBL/12 HS AL

Viande

Réunion des ministres européens de l’Agriculture
Selon Helsingin Sanomat, les ministres de l’Agriculture de l’Union européenne se sont réunis lundi à Bruxelles. Les ministres de la Finlande, de la France, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne, entre autres, ont souhaité un calendrier plus rapide pour rendre plus strictes les indications d’origine, soit avant fin 2014.
En ce moment, seulement l’origine de la viande bovine doit être indiquée selon la réglementation de l’Union.
Selon le ministre finlandais de l’Agriculture, M. Jari Koskinen, la Commission européenne a promis d’accélérer le calendrier de quelques mois. « Espérons que les choses avancent plus vite, le débat à ce sujet continue », selon M. Koskinen. « Dans ce contexte, il faut aussi évoquer les plats cuisinés pour rendre plus claires les listes d’ingrédients. »
Les ministres de l’Agriculture ont également évoqué la réforme agricole de l’Union. M. Koskinen a eu un entretien avec le commissaire agricole, M. Dacian Ciolos. L’entretien a porté sur la prolongation de l’aide agricole nationale de la Finlande.
HS/B10

Ikea a retiré ses boulettes de viande de la vente
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a eu de la viande de cheval dans les boulettes de viande vendues en République tchèque par Ikea.
Ikea a décidé, lundi, de retirer de la vente ses boulettes de viande aussi en Finlande, même si on n’y a pas trouvé de traces de cheval. Les boulettes vendues en Finlande ont été produites en Suède.
HSA10

Aide au développement

Mme Hautala souhaite plus de crédits
La ministre du Développement, Mme Hautala, souhaite consacrer les crédits obtenus de la vente des droits d’émission de CO2 au financement de la coopération au développement et climatique.
Selon des estimations, il pourrait s’agir d’une somme de 100 millions d’euros. Mme Hautala estime qu’il faudrait consacrer une partie maximale de ces recettes à ces fins, « de préférence la totalité ». Elle estime que, malgré la situation économique difficile, les partis de la coalition gouvernementale pourraient arriver à un accord sur la distribution de cet argent.
HS/A16

Transport maritimes – Finlande – Suède – Estonie

Viking Line
Viking Line transférera son bateau de croisière Rosella en Suède sous pavillon finlandais, ce qui devrait créer une centaine d’emplois en Finlande et en supprimer autant en Suède. En même temps, l’armateur transférera son navire Viking XPRS en Estonie, ce qui fera disparaître 230 emplois en Suède.
Ces mesures sont motivées par le niveau des salaires et par d’autres raisons économiques. Helsingin Sanomat rappelle également que le taux de la couronne suédoise est fort par rapport à l’euro.
HS/B11

Construction navale

Le gouvernement accorde une aide à STX
Le financement des navires de TUI assuré
Lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Economie a déclaré que le gouvernement avait décidé d’accorder une aide à l’innovation de 31 millions d‘euros pour la construciton des deux navires commandés par TUI à STX Finland (outre une aide précédente de 16 millions d’euros, le gouvernement ajoute donc 15 millions supplémentaires).
De plus, le gouvernement a décidé de racheter le terrai du chantier naval de Turku qu’il louera à STX. La valeur de l’opération est de 23,5 milliards d’euros.
Selon M. Vapaavuori STX s’engage à une importante recapitalisation de plusieurs dizaines de millions d’euros.
Le ministre assure que le financement garantit la construction des deux navires commandés par TUI mais ne résout pas tous les problèmes du chantier naval

Politique intérieure

Premier ministre

M. Katainen s’est mis d’accord sur un projet de recherche sans une mise en concurrence
Selon Helsingin Sanomat, la commande par la chancellerie du Premier ministre d’un projet de recherche sur l’avenir a suscité un débat animé. Selon le Premier ministre Jyrki Katainen, il a rencontré les directeurs de l’Académie de Finlande, de Sitra et de Tekes avec le philosophe Pekka Himanen pour évoquer le financement du projet dirigé par M. Himanen.
Selon l’ancien directeur général de Tekes, M. Veli-Pekka Saarnivaara, on aurait dû organiser une mise en concurrence de ce projet, mais la chancellerie du Premier ministre n’a pas voulu le faire. M. Saarnivaara estime que cela a été dû au calendrier serré du projet.
M. Katainen rejette fermement les accusations selon lesquelles il aurait fait pression sur les participants au financement.
Les partis de l’opposition, le Centre et les Vrais Finlandais, ont critiqué le Premier ministre. Quatre plaintes ont été déposées en raison du projet.
HS/A8

Ministère des Transports

Mme Kyllönen souhaite rendre plus difficile la délocalisation du travail de Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon la ministre des Transports, Mme Merja Kyllönen, la mise en concurrence du centre d’appel téléphonique de Trafi, agence nationale de la sécurité routière, s’est passée selon la législation finlandaise et européenne.
Elle souligne que le ministère n’a pas compris qu’il aurait fallu prendre en compte la possibilité qu’une entreprise finlandaise externalise son travail à l’étranger.
Le transfert a suscité un débat sur la mise en concurrence des acquisitions publiques.
HS/A14

Gouvernement

Le secrétaire d’Etat de M. Gustafsson quitte son poste
Helsingin Sanomat relève que M. Tapio Kosunen, secrétaire d’Etat du ministre de l’Education, M. Gustafsson, quittera son poste et retournera dans ses anciennes fonctions à l’université. Son successeur n’a pas encore été nommé.
HS/A16

Nokia

Nokia envisage de lancer une concurrence au niveau des prix
Le groupe de téléphones portables Nokia envisage de lancer des téléphones bon marché afin d’arrêter la diminution de sa part du marché. Le directeur général, M. Elop a présenté quatre nouveaux modèles, au Mobile World Congress.
En quatre ans, la part du marché de Nokia est passée de 40 % à 20 %.
Il restera à voir si la vente des appareils Lumia moins chers diminuera la demande des plus chers.
HS/B7

Energie

La pénurie concernant la tourbe pousse à l’usage du charbon
En raison de l’été pluvieux, la production de tourbe n’a pas atteint son niveau habituel en 2012. L’association pour la promotion des carburants finlandais Bioenergia se soucie de la situation, car la pénurie concernant la tourbe pousse les centrales à la remplacer par le charbon.
Outre les conditions climatiques, Bioenergia voit derrière la pénurie également la politique qui n’assure pas les conditions nécessaires pour le développement de la production de la tourbe.
Alors que la consommation moyenne de la tourbe a été de 23 térawattheures depuis les 15 dernières années, la production de 2012 ne s’est élevée qu’à 11 térawattheures.
Selon le programme gouvernemental, il s’agira de diminuer l’usage de la tourbe, mais sans pour autant engendrer une augmentation de l’usage du charbon.
HS/B8

Climat

Ensoleillement
Helsingin Sanomat relève que le soleil a fait peu d’apparitions depuis le début de l’année. A l’aéroport de Helsinki-Vantaa, 36 jours entièrement nuageux (sur 56) ont été observés en janvier-février. Seulement six jours avec plus de six heures d’ensoleillement ont été observés.
A Jyväskylä, du début décembre jusqu’au 18 février, 18 heures d’ensoleillement ont été observées, ce qui est le moins depuis 50 ans.
HS/A18

France – Finlande

Musique

David Guetta
Hufvudstadsbladet relève que David Guetta qui s’est produit au festival Weekend à Espoo l’été dernier, viendra à ce festival cet été aussi. Weekend sera organisé à Helsinki cette fois, les 16 et 17 août.
HBL/19

Lundi 25 février 2013

Politique étrangère et européenne

Nucléaire

« Fennovoima envisage un fournisseur de réacteur russe » Yle
« Rosatom confirme que Fennovoima l’a contacté pour fournir un réacteur » Yle
« Rosatom entre dans la course » Kaleva
« Fennovoima cesse ses négociations avec Areva sur un grand réacteur » HS
« Fennovoima engage des négociations directes avec Toshiba » HS
« Selon Fennovoima, un réacteur de moindre taille est possible » Yle
Yle rapportait vendredi que Fennovoima, en recherche de financement étranger pour son projet de réacteur nucléaire, envisageait de trouver un fournisseur qui puisse enter dans son capital. Une solution pourrait être de faire appel à Rosatom, qui finance par exemple la construction de quatre réacteurs en Turquie. Le porte-parole de Rosatom a confirmé que l’entreprise russe était intéressée s’il s’agissait d’un réacteur d’au plus 1200 mégawatts.
Kaleva rappelle que Rosatom était intéressé par le projet de Fennovoima dès le départ mais que la décision de Fennovoima de construire un réacteur de 1600 mégawatts avait laissé de côté l’entreprise russe qui ne propose pas de réacteur de telle taille.
Le directeur-adjoint de Rosatom overseas, le finlandais Jukka Laaksonen (ex-directeur du STUK) a lui aussi confirmé que des contacts avec Rosatom avaient eu lieu récemment. « Fennovoima travaille depuis deux ans sur les offres de Toshiba et Areva et souhaite encore envisager d’autres solutions ; c’est une vraie surprise », a-t-il commenté avant d’ajouter que Rosatom pourrait proposer pour Pyhäjoki la même offre que celle faite en République tchèque.
M. Laaksonen souligne que Rosatom, contacté par le conseil d’administration de Fennovoima, construit actuellement des réacteurs qui pourraient parfaitement convenir à Fennovoima. Il cite ceux en construction en Inde ou en Turquie et rappelle que le finlandais Fortum a participé au développement de ces réacteurs et envisageait d’ailleurs un tel réacteur parmi les possibles solutions pour remplacer ses réacteurs de Loviisa.
M. Laksonen a précisé que, selon lui, faire appel à d’autres fournisseurs comme Rostaom ne nécessiterait pas de consulter le Parlement finlandais qui a délivré une autorisation de principe à Fennovoima pour construire une centrale nucléaire d’au plus 1600 mégawatts. Le président de la Commission de l’économie du Parlement et ancien ministre de l’économie Mauri Pekkarinen (parti du Centre) a lui aussi estimé qu’il n’y avait pas d’obstacle à la venue de Rosatom. « C’est à Fennovoima de la décider », souligne-t-il. Le député social-démocrate Joukko Skinbnari, ancien président de la commission de l’économie, estime que la venue de Rosatom pourrait « donner un nouvel élan dans la coopération entre la Finlande et la Russie ». Selon lui, le choix de Rosatiom ne nécessiterait pas une consultation du parlement.
Dimanche, Helsingin Sanomat rapportait que Fennovoima allait annoncer qu’il mettait fin à ses négociations avec Areva sur l’offre d’un EPR pour Pyhäjoki.
Lundi, Fennovoima a publié deux communiqués de presse affirmant que l’entreprise négociait directement avec Toshiba qui propose réacteur EU-ABWR de 1600 mégawatts pour Pyhäjoki. Parallèlement, Fennovoima va étudier la construction d’un réacteur de 100 à 1300 mégawatts. Fennovoima estime que Toshiba, Areva et Rosatom disposent de réacteurs qui pourraient convenir, mais d’autres fournisseurs restent possibles. Une fois les réacteurs envisagés définis, d’ici fin mars, Fennovoima pourrait lancer un appel d’offres.
Fennovoima précise que cette nouvelle étude concernant un réacteur de moindre taille est motivée par les changements dans l’actionnariat de l’entreprise. Selon le PDG de Fennovoima, M. Nurmi, « il est faut de dire que ce choix est guidé par la nécessité. Mais bien sûr, depuis que E.ON a décidé de renoncer à ses parts, les besoins de nos actionnaires actuels sont moindres que ceux qu’ils étaient avec E.ON dans notre capital ».
M. Nurmi souligne que cela ne change pas le calendrier du projet et l’objectif de choisir le fournisseur d’ici la fin de l’année et de déposer une demande de permis de construire d’ici l’été 2015.
M. Nurmi affirme toutefois que la décision de Fennovoima d’étudier la construction d’un réacteur de moindre taille ne signifie pas que l’entreprise a renoncé à son projet de construire un réacteur de 1600 mégawatts. Selon le communiqué, « Fennovoima a reçu les offres de Areva et Toshiba en janvier 2012. Les négociations ont duré un an et les dernières précisions ont été reçues fin janvier 2013. Sur la base d’une évaluation globale, le conseil d’administration de Fennovoima a décidé de mettre fin à cet appel d’offres et de procéder au choix du fournisseur » selon cette nouvelle procédure alliant des négociations directes avec Toshiba sur l’ABWR de 1600 mégawatts et l’étude d’un réacteur de moindre taille avec Toshiban Areva et Rosatom, voire d’autres fournisseurs.
Le président du conseil d’administration de Fennovoima, M. Ottavainen a déclaré que Fennovoima « avait reçu une offre significativement meilleure de Toshiba. C’est la globalité qui a été décisive, mais pour des raisons de confidentialité, je ne peux en dire plus ». Talouselämä rapporte que, selon M. Ottavainen, Toshiba n’a pas remporté l’appel d’offres mais que Fennovoima continue des négociations directes avec Toshiba. L’hebdomadaire économique souligne que le réacteur de Toshiba ABWR de 1600 mégawatts n’est actuellement qu’un prototype que l’entreprise japonaise n’a vendu dans aucun pays d’Europe ni d’ailleurs.
Le ministre de l’Economie M. Jan Vapaavuori (parti conservateur) a déclaré qu’il comprenait qu’en raison de la modification de son actionnariat Fennovoima souhaite étudier la possibilité de construire un réacteur de moindre taille. Le ministre souligne que l’Etat n’étant pas partie au projet, le gouvernement n’ pas à prendre de mesure à ce stade puisque les pouvoirs publics se prononceront dans le cadre de l’étude de la demande de permis de construire.
La ministre de la coopération au développement, Mme Heidi Hautala (Verts) estime pour sa part que la situation a changé dans le projet de Fennovoima de telle manière que le Parlement devrait être à nouveau consulté sur l’autorisation de principe octroyée à Fennovoima.
Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que le gouvernement allait faire réaliser une étude juridique sur la question et ne prendrait pas position avant d’en connaître les conclusions. Lors d’une conférence de presse organisée à Oulu, le directeur Europe de Toshiba, M. Yuichi Noda a déclaré que Toshiba était prêt à négocier aussi sur un réacteur de moindre taille mais n’envisageait pas d’entrer dans l’actionnariat de Fennovoima. Toshiba a présenté son projet devant la chambre de commerce d’Oulu : la société japonaise envisage de construire la centrale par modules qui seraient transportés en Finlande par transport maritime.
Selon Helsingin Sanomat, la décision d’étudier de nouvelles offres sur un réacteur de moindre taille pourrait être le moyen pour Fennovoima de maintenir la pression sur Toshiba pour que le fournisseur ne soit pas dans une position trop favorable.
Le professeur Peter Lund de l’université Aalto estime lui aussi que contacter un fournisseur russe peut être une tactique de négociation pour Fennovoima. Il souligne toutefois que, les prévisions de consommation d’électricité ayant été légèrement revues à la baisse, il peut être sage pour Fennovoima d’envisager un réacteur de moindre taille. De plus, il ne pense pas que Fennovoima soit capable de financer un réacteur de 1600 mégawatts.
Yle HS Kaleva AL talouselämä

Yémen – enlèvement

Vidéo sur l’otage autrichien
Les spécialistes estiment que la menace évoquée sur la vidéo de l’Autrichien enlevé au Yémen est exceptionnelle et n’exclue pas la possibilité qu’il s’agisse d’un nouveau type de groupe organisé avec éventuellement des liens avec les stupéfiants ou avec les armes, ce qui expliquerait le fait que les auteurs ne souhaitent pas révéler leur identité.
S’il s’agissait des tribus ou d’Al-Qaïda, les auteurs révéleraient qui est derrière l’action, selon des spécialistes yéménites.
Les autorités finlandaises n’ont pas obtenu de nouvelles informations concernant les Finlandais enlevés en même temps que l’Autrichien. Elles n’excluent pas la possibilité que les Finlandais se trouvent entre les mains d’un autre groupe.
HS/lun/B13, KS/dim/11

Viande de cheval

La Finlande presse la modification des indications d’origine
Le ministre de l’Agriculture, M. Jari Koskinen, a déclaré, lors d’une interview accordée dimanche au journal télévisé de la MTV3, que la Finlande, la France, l’Allemagne et le Luxembourg comptaient proposer aujourd’hui à Bruxelles, à l’occasion du Conseil Agriculture, que l’origine de la viande devrait être inscrite dans la liste des ingrédients des plats cuisinés.
Selon M. Koskinen, « les indications d’origine sont trop imprécises. Au sein de l’Union européenne, les indications ne seraient obligatoires pour une partie de al viande qu’à partir de décembre 2014. Nous estimons que ce calendrier est trop lent. »
HS/lun/B11

Le scandale diminue la confiance dans secteur agroalimentaire
Selon Helsingin Sanomat, l’autorité de sécurité alimentaire finlandaise Evira a des doutes quant à l’auto-surveillance des entreprises alimentaires. Selon M. Kyösti Siponen, directeur à Evira, on ne peut plus dire que les 6 000 entreprises de cette branche soient honnêtes.
L’agence de presse finlandaise STT a annoncé vendredi qu’Evira a accordé aux entreprises une autorisation de principe de pouvoir donner aux associations de bienfaisance des produits retirés de la vente, si on mentionne qu’ils contiennent de la viande de cheval. Il faut encore une approbation des autorités locales de surveillance.
HS/sam/A10

Politique intérieure

Réunion à mi-parcours du gouvernement

Les réformes importantes devront attendre
Le gouvernement se réunira, jeudi, pour un bilan de ses travaux à mi-parcours. Des économies et des durcissements fiscaux sur lesquels il s’était mis d’accord ont été effectués. Par contre, les réformes structurelles importantes trainent, notamment celles concernant les services sociaux et de la santé et les communes.
Les optimistes se font de plus en plus rares.
La réforme de l’aide à la formation est également en difficultés et le projet de la taxe sur les transactions financières a été barré de l’ordre du jour.
Le fait que la Finlande n’a pas obtenu un siège au Conseil de sécurité de l’ONU s’inscrit parmi les défaites du gouvernement.
Parmi les réussites, il y a la garantie concernant l’occupation des personnes de moins de 30 ans, or, on ne connaîtra ses résultats que plus tard. Ce qui est contradictoire, c’est qu’on a décidé de diminuer le nombre de places pour les études professionnelles.
Le gouvernement est arrivé à boucler la loi sur les soins aux personnes âgées, mais là aussi, il manque la contrainte concernant le nombre d’infirmières.
HS/lun/A16

Parlement

Le transfert en Espagne du centre d’appel de Trafi a suscité des émotions
Helsingin Sanomat relève qu’en 2012, l’agence nationale de la sécurité routière Trafi a mis en concurrence le centre d’appel téléphonique. L’entreprise finlandaise Argenta a été choisie parce que son offre a été la moins chère (982 000 euros). L’offre de l’ancien fournisseur de services, Astropolistieto à Sodankylä, aurait coûté 1,68 million d’euros. Astropolistieto a licencié une vingtaine de personnes, la moitié de ses effectifs.
Selon la ministre des Transports, Mme Merja Kyllönen, le fait qu’Argenta est situé en Espagne a été une surprise. M. Juho Nojonen, directeur général d’Argenta, rappelle que l’entreprise avait mentionné dans son offre la possibilité de transférer les services à Fuengirola en Espagne.
L’affaire a suscité un débat animé au Parlement jeudi dernier.
HS/sam/A6

L’opposition demande des comptes à Mme Kyllönen pour les licenciements
L’opposition critique Mme Kyllönen dans l’affaire Trafi. Deux députés des Vrais Finlandais, MM. Juha Väätäinen et Ismo Soukola, exigent sa démission. Mme Kyllönen a refusé de commenter l’affaire avant lundi.
Selon Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, « il est inquiétant que la ministre n’a pas été éveillée ». Elle rappelle aussi la perte récente des emplois au chantier naval de STX Finlande.
Les députés centristes de la commission des transports du Parlement exigent également une explication de Mme Kyllönen.
HS/dim/A11

Parti social-démocrate

M. Jungner nommé conseiller de communication du groupe ministériel du PSD
Keskisuomalainen rapporte que le député social-démocrate Mikael Jungner, ancien secrétaire général du parti et ancien directeur général d’Yle, a été nommé conseiller sur les questions de communication des ministres du PSD.
Son objectif est entre autres d’améliorer transmission des informations entre les ministres et le groupe parlementaire. Les conseillers des ministres devront désormais répondre aux députés dans les 24 heures qui suivent, par mèl ou par SMS. M. Jungner invite les sociaux-démocrates à sa « clinique Twitter ».
Grâce à cette nouvelle fonction, M. Jungner redeviendra membre du cercle des initiés du PSD.
KS/dim/9

Emploi

L’Etat souhaite 200 000 nouveaux emplois dans le secteur privé
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a publié un document sur les perspectives de la politique économique et industrielle dans la lumière de l’objectif de croissance. Le document relève que le ministère souhaite 200 000 nouveaux emplois dans le privé d’ici 2019, sans pour autant proposer de mesures concrètes pour y arriver.
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, relève que le document est plutôt philosophique et ne cherche pas à prendre position.
Le message principal du document est de souligner l’importance de la croissance économique. L’objectif du ministère est une croissance de 3 points par an.
Alors que le document s’oppose aux subventions inefficaces qui faussent la concurrence, il promeut une atmosphère positive pour encourager l’entreprenariat.
HS/sam/B10

Economie

Les ateliers de construction mécanique font un bon résultat
Kaleva rend compte d’une étude du groupe Balance Consulting qui montre que malgré la récession et la crise de l’euro, les résultats des plus grandes entreprises cotées en bourse sont au niveau du début des années 2000.
Alors que Nokia, l’industrie forestière et la métallurgie ont des problèmes, le groupe énergétique Fortum, ainsi que les groupes de construction mécanique Koné, Metso et Wärtsilä font un bon résultat.
70 % des 30 plus grandes entreprises ont réussi à augmenter leur chiffre d’affaires en 2012. 16 groupes ont diminué leurs effectifs, alors que 13 ont augmenté le nombre de personnel.
C’est Nokia qui a supprimé le plus d’emplois : 22 000, suivi de la maison d’édition Sanoma (qui publie Helsingin Sanomat), qui a supprimé 1200 emplois.
Kaleva/dim/6

Cleantech

Réseau social autour des technologies vertes
Kauppalehti rend compte du projet de Cleantech Finland de créer une communauté de spécialistes et décideurs du domaine des technologies vertes.
L’organisation a créé une stratégie concernant les contenus et a recouru à une agence de publicité. Aujourd’hui, elle est active sur plus de dix médias sociaux qui regroupent des acteurs internationaux.
Le secteur emploie 50 000 personnes et son chiffre d’affaires dépasse les 20 milliards d’euros. L’objectif du ministère de l’Emploi et de l’Economie est de réunir les nouvelles technologies informatiques et cleantech afin de donner un profil propre à la Finlande au niveau international.
KL/B13

Haine en ligne

Les chercheurs sont menacés sur internet
La communauté des chercheurs finlandaise a constaté que certains sujets de recherche suscitent des réactions haineuses sur internet. Les chercheurs qui étudient le racisme et le multiculturalisme ont droit à des insultes et des menaces en ligne. Il en va de même pour les personnes qui se référent à des recherches sur ces sujets.
Les réactions haineuses sont devenues de plus en plus courantes et une partie des internautes ne semble pas savoir faire la distinction entre les résultats d’une étude et les opinions personnelles d’un chercheur.
AL/lun/A9

Alcool

La cirrhose tue plus de Finlandais qu’ailleurs en Europe
Selon Helsingin Sanomat, selon un rapport récent de l’association de chercheurs EASL sur les maladies du foie, publié à Bruxelles la semaine dernière, les Européens boivent le plus d’alcool dans le monde. Environ 29 millions d’Européens souffrent d’une maladie permanente du foie.
Même si la consommation de l’alcool en Finlande n’est pas parmi les plus élevées en Europe la mortalité des maladies du foie est la plus élevée, selon cette étude, dont les chiffres datent de 2005. La mortalité en raison des maladies du foie liées à l’alcool, actuellement environ 3 000 par an, a quintuplé en Finlande en 40 ans. La cirrhose cause environ 50 décès par an.
« Selon les statistiques de l’OMS de 2010, la Finlande reste le numéro un parmi les pays nordiques et de l’Union », selon M. Martti Färkkilä, médecin en chef à HUS. « En Finlande, la mortalité chez les femmes a augmenté plus rapidement qu’ailleurs et chez les hommes, elle est la plus élevée. » L’obésité rend plus difficile les maladies du foie.
Selon M. Färkkilä, « le nombre de décès ne peut pas être diminué avec les moyens de la médecine mais avec des mesures politiques. Il est difficile de comprendre qu’on ne peut pas restreindre la publicité de l’alcool ou diluer la bière ».
L’augmentation de la consommation fait que les plus en plus jeunes ont des maladies liées à l’alcool. Les premiers décès de personnes de moins de 25 ans ont eu lieu il y a quelques années.
HS/lun/A8

France – Finlande

Théâtre
Hufvudstadsbladet rend compte de la première, vendredi prochain, d’une pièce de marionnettes de Jean Cagnard, Des papillons sous les pas, au Théâtre national.
HBL/lun/19

Vendredi 22 février 2013

Politique étrangère et européenne

Yémen

Le ministère des Affaires étrangères continue ses efforts pour libérer les Finlandais enlevés il y a deux mois
Demokraatti relève que selon M. Keijo Norvanto, directeur au service de la communication et des affaires culturelles, le ministère des Affaires étrangères poursuit son action pour libérer le couple finlandais, enlevé à Sanaa le 21 décembre dernier.
Le ministère ne donne pas de détails sur ses contacts avec les représentants du gouvernement yéménite. M. Norvanto souligne qu’il est essentiel de libérer les otages.
Dem/13

Centre arctique

La décision sur le centre arctique serait prise en été 2014
Helsingin Sanomat rapporte que selon l’ambassadeur chargé des questions arctiques, M. Hannu Halinen, le centre arctique de l’Union européenne à Rovaniemi ne sera pas créé avant l’été 2014. « Les institutions de l’Union nécessitent une étude de 18 mois et cette étude a commencé la semaine dernière. »
M. Halinen estime que le centre pourrait être inauguré à l’automne 2014. Les décisions sur le budget ou le nombre d’effectifs n’ont pas encore été prises.
HS/A11

Economie

Viande de cheval

L’entreprise alimentaire Pouttu a retiré plus de 5 000 kg de kebab en raison de la présence de viande de cheval
Selon Helsingin Sanomat, l’entreprise alimentaire Pouttu a retiré environ 5 500 kg de kebab contenant de la viande de cheval.
Le directeur général de Pouttu, M. Pekka Kosonen, souligne que le kebab contient de la viande de cheval en raison d’un changement de recette. La liste des ingrédients n’a pas été modifiée en même temps.
Le ministre de l’Agriculture, M. Jari Koskinen, dit être étonné du grand nombre de défauts dans les listes d’ingrédients des produits finlandais.
HS/A8

Politique intérieure

Parlement

Le mariage pour tous
Helsingin Sanomat relève que la commission des lois du Parlement a décidé hier d’évoquer prochainement à la commission l’initiative concernant la loi sur le mariage pour tous, signée par 76 députés. Après le débat, la commission des lois prendra la décision sur l’éventuelle étude du projet en séance plénière du Parlement.
M. Peter Östman, président du groupe parlementaire des Chrétiens-démocrates, membre de la commission des lois, déplore la décision de la commission. Les Chrétiens-démocrates s’opposent vigoureusement au mariage pour tous.
HS/A13

Vrais Finlandais

M. Haglund accuse M. Soini d’avoir mis en cause la réputation de la Finlande
Le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, estime que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a mis en cause la réputation de la Finlande lors d’une interview de l’émission Hard Talk de BBC, diffusée mercredi.
M. Haglund accuse M. Soini de ne pas prendre au sérieux le racisme dans son propre parti. « Lors de l’interview d’un des médias les plus respectés dans le monde entier, M. Soini a minimisé sa propre responsabilité », dit M. Haglund.
Lors de l’interview de BBC, M. Soini a dit qu’il ne pouvait pas prendre tout le temps la responsabilité de ce que disent les membres de son parti. Selon l’interviewer, cela est exactement ce qu’il devrait faire.
HBL/7, HS/A11

Finlande - France

STX

Les sous-traitants finlandais ont visité le chantier de Saint-Nazaire
Turun Sanomat rapporte que les sous-traitants finlandais de STX souhaitent obtenir des commandes du chantier de Saint-Nazaire. Selon Finpro, les représentants d’une dizaine d’entreprises finlandaises ont participé à une visite au chantier français.
La direction de STX France n’a pas voulu commenter la visite.
TS/16

France

Titan

« La France choquée par la lettre de M. Taylor »
Selon Helsingin Sanomat, Les Echos a publié une lettre envoyée par le PDG de Titan, M. Maurice Taylor, au ministre français du Redressement productif, M. Arnaud Montebourg. M. Taylor a critiqué les salaires élevés et la courte durée de la journée du travail des ouvriers français.
Dans sa lettre de réponse à M. Taylor, le ministre français a vigoureusement défendu la France et les ouvriers français.
HS/B8

Jeudi 21 février 2013

Politique étrangère et européenne

Parlement européen

Nouvelle répartition des sièges
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat se félicite du résultat du vote de la commission des Affaires constitutionnelles (AFCO) du Parlement européen sur la novelle répartition des sièges et du fait que cette décision n’a pas été pris dans les coulisses mais se base sur les mathématiques.
La séance plénière du Parlement européen décidera en mars si l’Etat membre qui perdra un siège sera la Suède ou l’Autriche. La Finlande pourrait maintenir ses treize sièges de parlementaires européens. Si la Finlande perdait un siège, le Danemark et la Slovénie devraient en perdre un aussi, selon le nombre d’habitants de ces trois pays.
Le quotidien estime que le nombre de membres finlandais du Parlement européen pourrait diminuer à l’avenir, après les adhésions éventuelles de nouveaux pays à l’Union européenne.
« Le groupe de treize parlementaires européens de la Finlande est si petit que les électeurs doivent bien réfléchir à leur choix », conclut Helsingin Sanomat.
HS/A5

Economie

Viande de cheval

Plusieurs entreprises finlandaises ont retiré des produits en raison de la viande de cheval
Selon Helsingin Sanomat, plusieurs entreprises agroalimentaires, dont Pouttu, Vaasan Food Service et Sea Good Fort Deli, ont retiré des produits contenant de la viande de cheval.
Selon l’autorité de sécurité alimentaire finlandaise Evira, les produits contenant de la viande de cheval ne présentent pas de risque pour la santé.
Selon M. Kyösti Siponen, directeur à Evira, les producteurs devront répondre de leurs erreurs. « Les producteurs doivent savoir quels sont les ingrédients de leurs produits. »
HS

Ministère des Finances

M. Hetemäki : « Il est difficile d’être optimiste »
Kauppalehti, quotidien d’informations économiques, relève que M. Martti Hetemäki prendra ses fonctions de secrétaire d’Etat au ministère des Finances la semaine prochaine, en remplacement de M. Raimo Sailas.
M. Hetemäki, encore sous-secrétaire du ministère, estime que quand la crise économique se calmera, on pourra constater la faiblesse de la croissance économique faible, le niveau élevé du chômage et les difficultés de l’économie publique.
Pour lui, le déficit de la balance des opérations courantes est « un cocktail empoisonné » : « Nous avons une combinaison d’une productivité qui augmente trop lentement, d’un coût de la main-d’œuvre trop élevé et d’un faible prix de la production. »
Les balances des opérations courantes des autres pays à crédit élevé - comme la Suède, l’Allemagne et les Pays-Bas – sont excédentaires de plus de 6 %. Ce qui est inquiétant en Finlande est que le déficit existe malgré les faibles investissements de l’industrie.
Le gouvernement étudiera la semaine prochaine et plus tard en mars à l’occasion des négociations sur le cadre budgétaire les grandes orientations de la politique économique. Le patronat réclame une baisse de l’impôt sur les sociétés. M. Hetemäki estime que l’imposition est un des acteurs pour augmenter les investissements et la prise de risques. Il ne rejette pas directement par exemple le modèle fiscal estonien.
Selon M. Hetemäki, en plus de l’augmentation des investissements, la Finlande a besoin d’une modération salariale.
KL/4-5

Politique intérieure

Elections

Le nombre de circonscriptions pourrait diminuer
Aamulehti estime, dans son éditorial, que le nombre de circonscriptions pour les élections législatives pourrait encore diminuer, peut-être jusqu’à six. Actuellement il y en a douze, après la fusion récente des circonscriptions de Kymi avec la Savonie du Sud et celle de la Savonie du Nord avec la Carélie du Nord.
Le ministère de la Justice compte désigner un groupe de travail pour étudier un changement de la constitution pour réduire le nombre de circonscriptions. Les centristes s’y opposent : pour eux, cette réforme diminuerait la démocratie.
AL/A2

France

Enlèvement

Une famille française enlevée au Cameroun
Helsingin Sanomat rapporte que sept Français, dont quatre enfants, ont été enlevés au Cameroun.
HS

Musique

Festival de Helsinki
Selon Helsingin Sanomat, le Festival de Helsinki organisera cette année quatre visites d’orchestres, dont celle des Arts Florissants le 27 octobre, sous la direction de William Christie.
HS/mer/C6

Mercredi 20 février 2013

Politique étrangère et européenne

Russie

Déclaration de M. Lavrov sur l’affaire d’exportation d’armes russe vers la Syrie
Helsingin Sanomat relève que selon le ministre russe des Affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, le gouvernement russe n’a aucune part dans l’exportation, sans autorisation de transport, des pièces détachées pour blindés de la Russie vers la Syrie via la Finlande. M. Lavrov s’est exprimé lundi à Bruxelles.
« Nous tentons d’avoir des informations supplémentaires sur ce cargo. Il ne s’agit pas d’une cargaison du gouvernement », selon M. Lavrov.
Les douanes finlandaises, qui ont saisi le conteneur au port de Vuosaari à Helsinki, étudient ce cas en tant qu’exportation illicite d’équipements de défense.
HS/A13

Parlement européen

Nouvelle répartition des sièges
Selon Demokraatti, Mme Liisa Jaakonsaari, parlementaire européenne du PSD, s’est félicité du vote de la commission des Affaires constitutionnelles (AFCO) du Parlement européen selon laquelle la Finlande pourra maintenir ses treize sièges de parlementaires européens, y compris après l’entrée de la Croatie.
Douze Etats membres perdront un siège au Parlement européen qui compte 751 sièges au total.
Dem/3

Aviation

Le trafic aérien à Helsinki-Vantaa augmente de 3,7 % par an
Helsingin Sanomat rapporte que le directeur du marketing stratégique d’Airbus, M. Andrew Gordon, en visite en Finlande, estime que le nombre de passagers aériens en Finlande augmente de 3,7 % par an. Il considère par ailleurs que le trafic entre la Finlande et l’Asie devrait augmenter de 6 % par an d’ici 2031.
TS/12

Economie

Viande de cheval

Selon Evira, il y a eu de la viande de cheval dans des hamburgers
Turun Sanomat relève que l’autorité de sécurité alimentaire finlandaise Evira a annoncé mardi que quelque milliers de hamburgers surgelés contenant de la viande de cheval, produits par l’entreprise irlandaise Rangelands Foods ont été importés en Finlande. Les hamburgers ont été retirés de la vente.
Selon M. Kyösti Siponen, directeur à Evira, jusqu’à présent il n’y a pas de preuve de risques la sécurité alimentaire.
TS/10

Politique intérieure

Parlement

Pas de reproches pour Mme Holmlund
Selon Turun Sanomat, le présidium du Parlement, qui a étudié l’action de Mme Anne Holmlund, présidente de la commission des lois, estime à l’unanimité qu’on ne peut pas critiquer Mme Holmlund pour ne pas avoir accéléré l’étude de la proposition sur le mariage pour tous. La proposition a été signée par 76 députés.
M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement et président de l’Alliance verte, et le député social-démocrate Mikael Jungner avaient vigoureusement critiqué Mme Holmlund la semaine dernière pour avoir freiné l’étude de l’initiative.
Le Président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a souligné qu’au moins cent députés doivent signer une proposition pour qu’elle soit considérée comme urgente.
TS/11

Gouvernement

Rotation des ministres sociaux-démocrates ?
Le journal télévisé d’Yle a annoncé que la députée sociale-démocrate Anneli Kiljunen serait candidate pour le poste de ministre des Services sociaux, en remplacement de Mme Maria Guzenina-Richardson.
Mme Kiljunen, membre de la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement, dément cette information et souligne que la présidente du PSD, MM Urpilainen, n’a pas été en contact avec elle à ce sujet. Mme Kiljunen souhaite que Mme Guzenina-Richardson continue à son poste actuel.
Dem/3

Présidence

M. Niinistö a acheté des actions
Kauppalehti annonce que le président Sauli Niinistö a acheté 8 % des actions de l’entreprise finlandaise Suomen Kotikylmiö pour 160 000 euros. « Je veux participer aux investissements et la production industrielle finlandaise m’intéresse », a déclaré M. Niinistö.
Suomen Kotikylmiö, qui donne du travail à 52 personnes, produit entre autres des réfrigérateurs et des congélateurs à Hollola, près de Lahti. Son résultat a été de 450 000 euros en 2012. Son directeur général Timo Seppälä, était député du Parti conservateur lorsque M. Niinistö était ministre des Finances.
KL/5

Mme Halonen écrit désormais dans Demokraatti
Demokraatti, organe du Parti social-démocrate, publie aujourd’hui le premier billet signé Mme Tarja Halonen, ancienne Présidente de la République, sur le développement durable.
Dem/7

France

Economie

La croissance économique n’atteindra pas 0,8 %
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, estime que la croissance économique sera de 0,2—0,3 % en France cette année.
HS/B7

Mardi 19 février 2013

Politique étrangère et européenne

Immigration

Pour la première fois, le nombre d’immigrants russes dépasse celui des Suédois
Hufvudstadsbladet relève que selon le Centre national de la statistique, pour la première fois en Finlande depuis l’indépendance, parmi les immigrants, le nombre de Russes a dépassé celui des Suédois. Depuis le début des années 1990, l’immigration des Suédois diminue graduellement et l’immigration des Russes augmente. Les Estoniens sont toutefois le plus grand groupe d’immigrés.
En 2012, 5 796 Estoniens, 2 928 Russes et 2 608 Suédois ont immigré en Finlande Il y a eu 1 011 Britanniques et 845 Espagnols.
Selon M. Ismo Söderling, directeur de l’institut de l’immigration, environ 60 000 personnes – dont 29 500 sont des ressortissants de la Russie - parlent le russe en tant que langue maternelle en Finlande aujourd’hui. « Il est probable que l’immigration des Russes continuera. » 60 % des immigrants russe sont des femmes, 9% ont passé l’âge de la retraite.
Selon M. Söderling, concernant le phénomène de l’immigration, la Finlande reste une vingtaine d’années en retard par rapport au reste de l’Europe.
Le nombre de touristes russes en Finlande augmente de 20 % tous les ans.
HBL/dim/2-3

L’immigration clandestine à la frontière finno-russe a diminué
Selon Helsingin Sanomat, les autorités russes arrêtent la plupart des immigrants clandestins qui essaient de venir de Russie en Finlande. En 2012, il y en a eu une centaine.
La semaine dernière, les médias russes ont annoncé que trois Afghans, cachés dans une camionnette, ont tenté de passer clandestinement au poste frontière de Torfianovka, en face du poste finlandais de Vaalimaa.
En 2012, les autorités finlandaises ont examiné 35 cas d’immigration clandestine.
Selon M. Jarkko Alén, commandant adjoint de la police des frontières de la Finlande de Sud-Est, la coopération avec les autorités russes est de caractère pragmatique et fonctionne bien.
HS/A15

Economie

Viande de cheval

Lidl a retiré deux plats cuisinés en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le distributeur allemand Lidl a annoncé le retrait de la vente en Finlande de deux plats cuisinés avec des traces de la viande de cheval, le goulasch de bœuf et les raviolis de la marque Coquette. Le goulasch a été produit par l’entreprise allemande Dreistern et les raviolis par William Saurin en France. Ces plats cuisinés ont été vendus dans tous les magasins Lidl en Finlande.
L’autorité de sécurité alimentaire finlandaise Evira a annoncé lundi qu’elle préparait des prélèvements aléatoires en vue de tests ADN afin de vérifier si la viande vendue en Finlande est bien celle qui est annoncée.
Les pays membres de l’Union européenne ont décidé vendredi dernier de procéder à des tests sur la viande.
HS/A9

Nucléaire

Olkiluoto-3
Turun Sanomat rapporte qu’en raison des retards au chantier d’Olkiluoto-3, les contrats de travail d’environ 200 électriciens polonais n’ont pas été prolongés parce qu’il n’y a plus de travail pour eux.
TS/11

France

Economie

Le déficit de l’économie
Helsingin Sanomat publie un éditorial intitulé « M. Hollande devrait changer d’objectif ».
« Comme on s’y attendait, les dirigeants français ont annoncé que le déficit de l’économie publique ne diminuerait pas comme prévu », écrit HS. « A l’extérieur du gouvernement, personne n’a vraiment cru aux objectifs de croissance. La France se trouve en récession. »
« La Commission européenne pourrait inciter la France à trouver de meilleurs remèdes économiques. La Belgique par exemple a été obligée de revoir son budget. »
« On ne pourra toutefois pas donner des ordres à la France de cette façon. La France n’est pas la Belgique. »
« Selon la Cour des Comptes, les mesures d’économies déjà proposées ne produiront pas d’économies importantes à long terme. »
« Si le gouvernement souhaite des remèdes efficaces à long terme, il devra prendre des mesures pour diminuer le secteur public lourd et inefficace, ce qui signifiera des coupes dans l’administration régionale et des licenciements. La plupart des conséquences de ces mesures viseront ceux qui ont voté pour les socialistes. »
« Le gouvernement, qui recherche des économies structurelles et durables, devra inévitablement étudier le niveau des retraites et l’âge de la retraite ; »
« Après neuf mois au pouvoir, le gouvernement français et le Président François Hollande se trouvent à la croisée des chemins. L’opération réussite au Mali n’augmente pas la popularité de M. Hollande s’il attaque, avec le soutien de la Commission européenne, au lieu de Tombouctou, les forteresses des socialistes et s’il anéantit ses promesses électorales. »
HS/A5

Famille

Un père divorcé proteste à Nantes
Helsingin Sanomat consacre une page entière à Serge Charnay, 43 ans, qui s’est retranché vendredi dernier sur une grue à Nantes pour protester contre une décision de justice qui le sépare de son fils depuis deux ans.
Selon les dernières nouvelles, M. Charnay est descendu lundi après-midi, après une réunion à Paris entre la ministre de la Justice, Mme Christiane Taubira, et des associations de défense des droits des pères.
HS/B2

Lundi 18 février 2013

Politique étrangère et européenne

Exportation d’armes russes vers la Syrie.

Une cargaison sans autorisation a navigué en mer pendant trois semaines
Helsingin Sanomat rapporte que des pièces détachées pour blindés ont été transportées, sans autorisation de transport, de la Russie vers la Syrie via la Finlande.
Selon la compagnie Finnlines, le cargo Finnsun a été chargé à Saint-Pétersbourg avant Noël, le 20 décembre, et la nature du chargement a été découverte le 3 janvier à Anvers en Belgique. Avant d’arriver à Anvers, le cargo a fait escale à Kotka et à Helsinki.
La compagnie Finnlines a décidé alors de remettre le conteneur suspect aux douanes finlandaises et le Finnsun est arrivé au port de Vuosaari à Helsinki le 8 janvier.
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, aucune autorisation de transport n’a été demandée aux autorités finlandaises et de toute façon la Finalnde n’aurait jamais accordé une telle autorisation, parce que l’Union européenne a pris une décision d’embargo sur les exportations d’armes à la Syrie.
Pour M. Tuomioja, il est évident que « la Russie est derrière cette livraison si on regarde à la géographie » et « Quelque soit l’expéditeur, la Finlande aurait saisi la cargaison de la même manière. »
Les douanes finlandaises étudient ce cas en tant qu’exportation illicite d’équipements de défense.
Selon un communiqué des douanes publié vendredi, les pièces détachées pour blindés ont été découvertes lors d’un contrôle douanier au port de Vuosaari le 8 janvier.
Les pièces détachées pèsent au total 9 627 kilos. Les douanes n’ont pas révélé de quelles pièces il s’agit exactement, mais il ne s’agit pas de munitions, ni d’explosif. Il s’agit peut-être des chenilles ou des pièces de chenilles.
Toutes les pièces étaient dans un même conteneur, chargé à Saint-Pétersbourg.
Les douanes ont saisi des documents du cargo, mais ne révèlent ni l’expéditeur ni le destinataire, selon les dispositions de discrétion de la loi sur la publicité des documents. L’enquête des douanes pourra prendre plusieurs mois.
HS/sam/A6-7

Selon un chercheur russe, l’exportation des armes vers la Syrie est une affaire interne à la Russie
Dans Helsingin Sanomat, M. Iégor Korochenko, expert russe du commerce des armes, estime que la Russie a le droit de délivrer des armes à la Syrie et que tous les transports d’armes se passent selon la loi.
Selon M. Korochenko, « la Russie ne s’intéresse pas à la législation finlandaise ou européenne ».
HS/dim/A9

Mali

La Finlande a décidé d’envoyer des soldats pour la formation militaire
Le Président et le comité interministériel de la politique étrangère et de la défense ont décidé vendredi que la Finlande enverrait au maximum douze soldats au Mali pour l’opération de formation de l’Union européenne.
Selon Mme Helena Partanen, directrice au ministère de la Défense, « le nombre total sera d’environ dix Finlandais ».
HS/sam/A11

Politique intérieure

Parlement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Helsingin Sanomat relève que les députés ont voté, vendredi, sur la motion de censure des Vrais Finlandais sur la politique économique et industrielle du gouvernement.
L’Eduskunta a renouvelé sa confiance au gouvernement par 103 voix contre 67.
Il s’agit de la 11e motion de censure depuis le début de la législature en 2011.
HS/sam/A20

Politique salariale

M. Katainen favorable à des décisions salariales rapides
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Katainen, interviewé dimanche à la radio Yle, a annoncé avoir en principe une attitude positive à l’égard de la proposition du ministre du travail, M. Lauri Ihalainen, que les décisions salariales soient prises avant les négociations du gouvernement sur le cadre budgétaire.
Selon M. Katainen, les décisions salariales ont un très grand impact sur la croissance de l’économie et le niveau de l’emploi. Il a souligne que l’affaire était dans les mains des partenaires sociaux et qu’il ne fallait pas être trop optimiste.
Le Premier ministre sera en congé pendant la semaine en cours.
HS/lun/A7

Finlande - France

Cinéma

Ciné-club de l’Institut français
Le supplément hebdomadaire Nyt de Helsingin Sanomat présente quelques ciné-club qui proposent gratuitement de bons films, dont le Ciné-club de l’Institut français. Pour le programme du printemps, voir www.france.fi.
HS/Nyt/ven/6

Vendredi 15 février 2013

Politique étrangère et européenne

Libre échange entre l’UE et les Etats-Unis

« Le libre-échange UE-EU serait profitable à la Finlande » HS
« Le libre-échange apporte des avantages concrets » KL
Les éditorialistes d’Helsingin Sanomat et de Kauppalehti se prononcent en faveur d’un accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis.
HS KL

Santé

La directive sur les soins difficile à appliquer pour la Finlande
La directive européenne qui permet aux patrients de se faire soigner dans un autre pays de l’UE pose un problème à la Finlande où la différence entre les soins (et les remboursements) dans le secteur public et le secteur privé est parmi les plus tranchée des pays de l’UE. Le ministère de la Santé doit en effet déterminer si le fait pour un patient de se faire soigner à l’étranger est assimilé au fait de choisir le secteur privé (ce qui limite les remboursements) ou s’il est assimilé au secteur public (ce qui serait défavorable au secteur privé de Finladne qui fait donc un important lobbying contre une telle solution).
Helsingin Sanomlat souligne que ce débat très tendu sur la transposition de la directive montre à quel point la question des soins est actuellement très sensible en Finlande.
HS

Instituts culturels à l’étranger

La Finlande souhaite que ses représentations culturelles lui apportent plus
La Finlande dispose de 16 instituts culturels et scientifiques à l’étranger. Ils sont dotés de subventions de l’Etat allant de 400 000 à 600 000 euros par an. Leurs objectifs et modes de fonctionnement varient beaucoup selon quand, où et pourquoi ils ont été créés.
Un rapport vient d’être réalisé sur le fonctionnement et l’impact de ces instituts. L’Etat souhaite que les instituts lui rapportent quelque chose au niveau intellectuel, économique ou politique. Il faudrait qu’ils promeuvent l’image de la Finlande en participant au travail du « Team Finland », projet piloté par le Premier ministre.
Selon Helsingin Sanomat, plusieurs instituts sont toutefois réticents. Ils sont gérés par des fondations privées et se considèrent comme des vecteurs de promotion des arts et des sciences en soi, et non pas comme des instruments de la diplomatie d’influence.
HS estime que réfléchir aux partenariats et aux stratégies ne fait pas de mal à quelque organisation que ce soit. Il faut toutefois que les instituts se réservent une certaine indépendance afin de laisser de la place pour des idées et des surprises que personne n’a eu l’idée de commander.
HS/C10

Immigration

Le nombre de demandes de regroupement familial a chuté pour les Somaliens
Depuis la réforme de la législation en la matière, le nombre de demandes de regroupement familial déposées par des Somaliens a diminué de façon radicale.
Selon l’Office national de l’immigration, les Somaliens ont déposé 500 demandes, en 2012, contre 1900 l’année précédente et 3900 en 2010, année record.
La nouvelle législation est entrée en vigueur au début 2012. Depuis lors, les membres de famille concernés par la demande devront déposer leur dossier eux-mêmes auprès d’une représentation finlandaise. Avant, le membre de la famille déjà installé en Finlande pouvait s’occuper de la demande.
Aujourd’hui, il s’agit de donner les empreintes digitales au moment de déposer la demande.
Pour les Somaliens, les représentations les plus proches se trouvent en Ethiopie ou au Kenya.
Malgré la diminution du nombre de demandes, 3800 demandes sont actuellement étudiées.
En même temps, de moins en moins de demandes sont admises. Moins d’un demandeur sur cinq obtient une réponse favorable.
Les Russes sont les premiers demandeurs au titre du regroupement familial, suivis des Thaïlandais et des Somaliens.
Au total, 8600 demandes ont été déposées en 2012.
HS/A8

Politique intérieure

Social

Selon M. Katainen, les partenaires sociaux doivent assumer leurs responsabilités
Au Parlement, le Premier ministre Jyrki Katainen a souligné qu’il était de la responsabilité des partenaires sociaux d’obtenir un prolongement des carrières professionnelles.
Interrogé par l’opposition, M. Katainen a refusé de dire quelles mesures allait prendre le gouvernement.
HS

« M. Sipilä lance un ultimatum au gouvernement » KL
Le président du parti du Centre considère que le gouvernement est paralysé, notamment en raison d’une incapacité à prendre une décision sur le prolongement des carrières professionnelles. M. Sipilä estime que le Premier ministre devrait trancher la question par une dissolution du Parlement et de nouvelles élections.
KL

« Les versets sataniques du patronat » TS
Sous ce titre, le ministre de la culture et président de l’Alliance des gauches Paavo arhimäki commente la proposition du patronat et de M. Häkämies de diminuer de 9,5 points le taux de l’impôt sur les sociétés.
TS

M. Ahtisaari critique les partenaires sociaux
L’ancien président de la réopublique Martti Ahtisaari appelle les partenaires sociaux à oublier leurs différends, notamment sur les tris jours de formation et à s’inspirer des mesures prises dans les années 90. A l’époque, le président avait lancé un groupe de travail sur l’emploi avec les partenaires sociaux qui avait permis à la Finlande de sortir de la crise. Il regrette qu’actuellement il y ait une grave crise de confiance.
Dem KDS

Les blocages des négociations sociales pas résolus avant l’automne
Le représentant de la confédération des employés STTK, M. Markku Salomaa estime que les blocages des négociations sociales sont si profonds qu’ils ne seront probablement pas résolus avant l’automne et l’ouverture des prochaines négociations salariales.
« Le gouvernement a donné comme date limite le 21 mars et ses négociations budgétaires. Le gouvernement prendra ses responsabilité et prendra les décisions qu’il juge nécessaires », déclare-t-il.
Dem

Communes

Financement
L’Union des communes souhaite faire étudier la constitutionnalité de la réforme concernant les dotations de l’Etat. Mme Virkkunen, ministre des Collectivités locales, ne voit pas de nécessité pour ce genre d’évaluation. « Lorsque le projet de loi sur la réforme sera remis au Parlement, c’est la commission des lois constitutionnelles qui l’évaluera définitivement. »
Mme Virkkunen admet toutefois que l’Etat a imposé aux communes de nouvelles tâches que le financement actuel ne couvrira pas.
HS/A17

Finances

M. Hetemäki nommé secrétaire d’Etat aux Finances
Le gouvernement a nommé hier Martti Hetemäki secrétaire d’Etat aux Finances, à compter du 1er mars, en remplacement de M. Raimo Sailas qui a pris sa retraite.
KL

Mines

L’Etat investit dans Talvivaara
L’Etat finlandais a décidé d’investir par l’intermédiaire de Solidium dans la société minière Talvivaara.
Solidium va en effet participer à l’augmentation de capital de Talvivaara qui porte sur 260 millions d’euros. Solidium y investirait entre 23 et 53 millions d’euros.
TS

Parlement

Un débat émotionnel sur l’avortement
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a eu jeudi un débat émotionnel sur le changement de loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Trois propositions de loi ont été présentées à ce sujet.
Les signataires de deux propositions souhaitent que les médecins et infirmiers aient le droit de refuser de faire des avortements. Selon la troisième proposition, on ne pourrait plus interrompre la grossesse après la vingtième semaine. La limite dans la loi actuelle est la 24e semaine de grossesse.
Les signataires des propositions ont été pour la plupart des députés des Chrétiens-démocrates et des Vrais Finlandais.
Mme Leena Rauhala, députés des Chrétiens-démocrates, souligne que, dans les pays de l’Europe occidentale, seulement en Finlande et en Suède le personnel des hôpitaux n’a pas le droit de refuser de faire des avortements. La conservatrice Sanni Grahn-Laaksonen s’est opposée à l’initiative, soulignant que le personnel ne peut pas choisir le travail qu’il fait.
HS/A17

Mariage pour tous : Mme Holmlund irritée par les accusations
Helsingin Sanomat rapporte que la présidente de la commission des lois, la conservatrice Anne Holmlund, ancienne ministre de l’Intérieur, est très fâchée par les accusations selon lesquelles elle aurait empêché l’étude de la proposition signée par 76 députés en vue d’une loi sur le mariage pour tous. Mme Holmlund accuse, quant à elle, le député social-démocrate Mikael Jungner et le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, d’avoir dit des mensonges sur elle.
Mme Holmlund demande au présidium du Parlement d’étudier sa propre action à la tête de la commission des lois et surtout concernant la proposition en question.
Le ministre Niinistö souligne que Mme Holmlund n’a pas agi selon la décision prise lors des négociations gouvernementales. « Le Premier ministre Katainen avait dit alors que le mariage pour tous est une question qui serait étudiée sur la base d’une proposition au Parlement et qu’elle serait prise au sérieux ». M. Niinistö compte évoquer la question avec Mme Holmlund.
HS/A21

Prisons

Des combinaisons « fermées » pour les prisonniers
L’ombudsman du Parlement désapprouve l’usage des combinaisons que les prisonniers ne peuvent pas enlever eux-mêmes. Pour lui, il ne faudrait pas les utiliser tant que la Cour de justice européenne ne s’est pas prononcée en la matière.
Des prisonniers ont porté plainte auprès de la Cour de justice européenne.
Les services de l’exécution des peines et de l’insertion sociale) sont en train de réfléchir s’il faudrait mettre fin à cette pratique.
Les combinaisons ont servi à révéler des tentatives de trafic de drogue dans les prisons.
En 2012, 48 prisonniers dans six prisons se sont vus imposer une période de surveillance avec une telle combinaison. Dix avaient été en possession de drogues. Toutes les prisons ne disposent pas de ce genre de combinaisons.
L’ombudsman, M. Jääskeläinen, a demandé aux services de l’exécution des peines et de l’insertion sociale de lui rendre compte des mesures prévues en la matière. M. Vesterbacka, directeur de l’agence de l’exécution des peines, relève que la réponse est encore en cours de rédaction.
HS/A10

Débat sur les loups

La population de loups a chuté en raison du braconnage
Helsingin Sanomat relève que selon les estimations il y a en ce moment environ 120 à 135 loups en Finlande, contre 250 à 300 en 2005-2006. Les chercheurs n’ont pas pu trouver d’autres raisons que le braconnage pour expliquer cette chute de la population.
Le professeur Pertti Rannikko de l’université de Finlande de l’Est estime que le nombre de braconniers est peu élevé mais la population approuve cette action. Souvent, un loup qui a tué des chiens ou du bétail disparaît sans qu’on en parle.
Selon le professeur, la police ne se mêle pas souvent de ce phénomène qui est difficile à examiner.
Le ministre de l’Agriculture et de la Sylviculture, M. Jari Koskinen, estime qu’il est difficile de trouver une solution à ce problème.
Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, condamne le débat selon lequel on exacerbe la peur du loup. Il souligne que les loups ne dérangent pas souvent les hommes. « Les loups ne doivent toutefois pas s’installer près des habitations. »
HS/A20

France - Finlande

Economie

Mikko Salmilahti
Kauppalehti publie le portrait de Mikko Salmilahti, chasseur de tête pour le cabinet finlandais Expatria qui recherche des cadres français pour les compagnies finlandaises. Il dirige aussi la chambre de commerce des jeunes franco-finlandaises de Paris.
KL

Cinéma

Amour
La presse rend compte de la sortie du dernier film de Michael Haneke, Amour, « un des meilleurs films de la décennie » selon Helsingin Sanomat.
HS/NYT/16

France

Viande

« Une société française a vendu du cheval pour du bœuf » TS KS

Budget

« Le tabou des 3% de déficit brisé » KL

Jeudi 14 février 2013

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Budget

« M. Katainen irrité par le débat sur les chiffres » HS
Entendu par la Grande Commission du Parlement sur les résultats du Conseil européen, le premier ministre Jyrki katainen a exprimé son irritation sur le débat dans la presse concernant les différents modes de calcul de la contribution nette de la Finlande au budget européen.
Selon le mode de calcul du gouvernement finlandais, la contribution nette de la Finlande sera de 520 millions d’euros par an soit 0,27% du PIB en 2014-2020. Selon le mode de calcul de la Commission, la contribution nette de la Finlande sera de 645 millions d’euros par an soit 0,31% du PIB. Selon le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, M. Kare Halonen, le mode de calcul du gouvernement prend mieux en compte ce que la Finlande reçoit et ce qu’elle verse.
Dans la Grande Commission, l’opposition des Vrais finlandais et des centristes a critiqué le résultat obtenu par la Finlande.
HS

Viande

Traçabilité de l’origine de la viande
M. Siponen de l’agence de sécurité alimentaire Evira relève qu’il est impossible de vérifier la véracité des inscriptions sur les produits contenant de la viande. L’itinéraire de la viande peut être très complexe, ce qui fait qu’il n’est pas possible de le retracer dans son ensemble.
HS/B8

Politique intérieure

Parlement

Motion de censure sur l’industrie et la construction navale
Helsingin Sanomat rapporte que le débat sur la motion de censure, hier, au parlement a principalement porté, comme prévu, sur la construction navale.
Selon les Vrais Finlandais, la décision du gouvernement, à l’automne, de refuser un prêt de 50 millions d’euros à STX Finland est un bon exemple de l’échec de la politique industrielle du gouvernement.
Les centristes, par la voix du président de la Commission de l’Economie, Mauri Pekkarinen, ont eux aussi critiqué le gouvernement.
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori (conservateur) et la ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) ont défendu le gouvernement.
Le député de l’Alliance des Gauches Kari Uotila a toutefois déclaré que « le gouvernement avait échoué à garantir la commande de STX ».
M. Vapaavori a évité de promettre que l’Etat puisse entrer au capital de STX. Il s’est borné à dire que l’Etat ne se l’interdirait pas.
Il a assuré que le gouvernement étudiait la possibilité de trouver un nouvel actionnariat pour la construction navale en Finlande et a souligné que l’Etat participerait activement à aider le financement de la commande de TUI à STX Finland.
Aamuelhti rapporte que selon le président du sous-traitant Laivasähkö Oy M. Juha Hietarinta, les entreprises du cluster de la construction navale cherchent sérieusement un nouvel actionnariat pour les chantiers navals finlandais. Elles ont engagé deux consultants qui travaillent sur la question avec un consultant mandaté par l’Etat. Les prochaines semaines seraient cruciales pour le projet.
HS TS AL

Social

M. Katainen déçu par les partenaires sociaux
Les négociations entre les partenaires sociaux sur le prolongement des carrières professionnelles ont échoué à faire des propositions hier. Le Premier ministre considère qu’il est très regrettable que le gouvernement n’ait pas obtenu de propositions des partenaires sociaux. Il a toutefois déclaré que le gouvernement était prêt à écouter les partenaires sociaux s’ils arrivent à un résultat avant les négociations budgétaires de mars.
La ministre des Finances et présidente du PSD, Mme Jutta Urpilainen estime que le différend qui persiste sur les trois jours de formation a empêché d’arriver à un accord entre les partenaires sociaux sur la prolongation des carrières professionnelles.
Le directeur du patronat M. Kari Häkämies n’a pas commenté la situation. Il ne pense pas que les négociations puissent se prolonger.
Les représentants des syndicats d’employés, MM. Lauri Lyly (SAK) et Mikko Mäenpää (STTK) estiment qu’il s’agit d’une impasse difficile. « Nous souhaitions continuer les négociations, mais le patronat ne voulait pas discuter des sujets que nous avons proposés », a déclaré M. Lyly.
Dem

Analyse : « Les partenaires sociaux n’ont plus confiance » HS
Helsingin Sanomat relève dresse une liste des raisons pour lesquelles les partenaires sociaux n’ont pas répondu à l’appel à l’aide que leur avait lancé le Premier ministre en demandant des propositions pour prolonger les carrières professionnelles.
Les syndicats n’ont pas confiance dans le patronat et ne souhaitent pas perdre une arme de négociation (l’âge de départ à la retraite) dans les négociations futures (sur les autres aspects de la retraite comme les cotisations ou le niveau des pensions, mais aussi sur les salaires). Les syndicats ne pensent pas que le gouvernement aura le courage de recourir à d’importantes coupes budgétaires et ne considèrent pas que la question des retraites soit pressée. Elles se sentent trahies par le patronat concernant l’accord sur les trois jours de formation qui leur avait été promis puis a été refusé par la direction du patronat. Enfin, le pouvoir des confédérations a diminué en regard de celui des syndicats de branche.
Si le manque de confiance continue, le gouvernement devra se préparer à faire face à un automne de grèves lors des négociations salariales qui sont bien plus importantes pour les partenaires sociaux, conclut HS.
HS

Emploi

Etude du centre national de recherche économique VATT
Selon une étude du centre national de recherche économique VATT, les mesures prises par le gouvernement l’année dernière, c’est-à-dire les allègements fiscaux et les améliorations en matière d’assurance chômage, ont légèrement augmenté le chômage en 2012.
Le budget de l’Etat en a souffert à hauteur de près d’un milliard d’euros. L’allègement de l’impôt sur les revenus salariaux devait encourager le travail. Une partie des déductions fiscales introduites concernent même les allocations sociales, ce qui à son tour rend moins attirant le travail.
L’effet sur le budget de l’Etat a été de 920 millions d’euros.
HS/A15

Allocation étudiant

Désaccord au gouvernement sur la réforme
La réforme du système d’allocation étudiant divise le gouvernement. L’aide à la formation consiste en une allocation et un prêt. Il a été question d’augmenter la partie constituée par le prêt au fur et à mesure que les études se prolongent. M. Arhinmäki, ministre de la Culture, qui se charge de la réforme, ne souhaite pas augmenter la part du prêt.
Différents formules ont été évoqués : 3+2 et 5+1, c’est-à-dire les options d’accorder une allocation pendant 3 ou 5 ans et proposer des prêts pour le reste de la durée des études. Le parti conservateur souhaite encourager les études en sanctionnant ceux qui trainent.
Les Verts ne souhaitent pas toucher à l’allocation.
HS/A16

Communes

Endettement
Selon les informations publiées par le centre national d’études statistiques, de moins en moins de communes pourront se permettre de produire elles-mêmes leurs services et de s’occuper des investissements.
Dans cent communes seulement, les finances sont en équilibre. Les autres d’endettent.
Pour les communes de taille moyenne, de 40 000 à 100 000 habitants, la situation est la plus difficile. Plusieurs communes touchées par des changements structurels sont parmi ces communes-là.
Selon M. Kietäväinen de l’Union des communes, le nombre de communes en crise ira augmentant dès l’année en cours.
HS/A19

Défense

Selon un sondage, les Finlandais veulent rester en dehors des alliances militaires
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage sur la défense, effectué pour le compte du quotidien par l’Institut TNS Gallup, les Finlandais veulent toujours rester en dehors des alliances militaires ou, à la limite, s’allier avec la Suède. L’attitude vis-à-vis de l’OTAN reste inchangée, si ce n’est que le nombre de ceux qui ne se prononcent pas a diminué.
64 % des Finlandais s’opposent à une adhésion à l’OTAN, 19 % y sont favorables et 17 % ne savent ou ne veulent pas s’exprimer. Parmi les conservateurs, 40 % sont favorables à une adhésion.
Le nombre des personnes favorables chez les Vrais Finlandais, 24 %, est en hausse. Le président de la commission de la défense du Parlement, M. Jussi Niinistö, député des Vrais Finlandais, s’étonne de la hausse de la popularité de l’OTAN. « Le débat sur la fermeture des garnisons en 2012 peut jouer sur cela. Les gens ont le sentiment que notre défense n’est plus crédible. »
Les plus négatifs sont les partisans de l’Alliance des gauches : 92 % s’opposent à une adhésion à l’OTAN.
A la lumière de ce sondage, les Finlandais ont une attitude un peu plus positive à une éventuellement alliance de défense avec la Suède : 25 % y sont favorables, 61 % s’y opposent et 14 % ne s’expriment pas.
Quant à la défense commune de l’Union européenne, 24 % y sont favorables, 61 % s’y opposent et 15 % ne s’expriment pas.
78 % des Finlandais veulent maintenir l’armée de conscription actuelle, 14 % seulement préfèrent une armée professionnelle et 8 % ne s’expriment pas.
HS/A6

Editorial : « Une coopération militaire ? Non merci ! »
L’éditorial de Helsingin Sanomat rappelle que « les généraux mènent toujours la guerre précédente ». On pourrait dire la même chose à propos des Finlandais qui ont gardé l’image du Soldat inconnu [roman très connu de Väinö Linna, paru en 1954, ndlt] sur la Guerre de continuation et d’un peuple qui mène seul la guerre.
Pour HS, les opinions du peuple sont toutefois en profonde contradiction avec la politique de défense et de sécurité du gouvernement.
HS/A4

Santé

La grippe est arrivée en Finlande
Ilta-Sanomat rapporte que la Finlande est actuellement, comme l’année dernière à pareille époque, touchée par la grippe. Ce sont trois virus (H1N1, dite grippe porcine, H3N2, grippe saisonnière et B) qui touchent actuellement toute la Finlande et se traduisent par les mêmes symptômes (fièvre, mal de tête, douleurs musculaires).
IS

Mercredi 13 février 2013

Politique étrangère et européenne

Corée du Nord

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a constaté que la Finlande encourageait la Corée du Nord à ne pas entreprendre d’actions supplémentaires qui mettent en danger la stabilité et la sécurité de la péninsule et qui augmentent les tensions dans la région.
HS/B2

Conseil européen - Budget

« La contribution nette sera de 520 millions d’euros par an » HS
Le ministère des finances a publié les chiffres sur la contribution finlandaise dans le cadre budgétaire européen pour 2014-2020.
La contribution brute de la Finlande va passer de 12,3 milliards d’euros à 12,6 milliards pour 2014–2020.
Les sommes que la Finlande reçoit de l’UE vont diminuer de 9,46 milliards à 8,96 milliards.
La contribution nette passe donc de 2,84 milliards d’euros pour la période actuelle 2007–2013 à 3,64 milliards d’euros pour 2014-2020. Cela représentera une contribution nette par an d’environ 520 millions d’euros, en progression de 115 millions d’euros par an par rapport à la période précédente.
Selon le ministère des Finances, "la tactique de négociation choisie par la Finlande était d’améliorer la situation du pays au niveau des recettes" et notamment de "préserver les conditions de l’agriculture", "ce qui a été obtenu".
Helsingin Sanomat souligne la différence entre ces chiffres et ceux évoqués depuis vendredi, soit une contribution nette de la Finlande de 0,31% du PIB, soit environ 645 millions d’euros par an, selon les calculs reposant sur le « modèle de la Commission ». Le quotidien souligne que l’on ne peut pas comparer ces modes de calculs entre eux.
HS

« La Finlande paie un milliard au titre du rabais britannique » HS
Helsingin Sanomat relève que, sur la période actuelle 2007-2013, la Finlande paie 1,2 milliard d’euros pour le rabais négocié par les autres pays, et principalement par la Grande-Bretagne. En effet, elle verse 1 milliard pour le rabais britannique et 200 millions pour le rabais des autres pays (Allemagne, Pays-Bas, Autriche et Suède).
Le ministère des Finances ne sait pas encore quel sera le coût des rabais des autres Etats pour la période 2014-2020. Il ne devrait toutefois pas y avoir de grands changements : les rabais du Royaume-Uni et de l’Allemagne ne seront pas modifiés, ceux de l’Autriche, des Pays-Bas et de la Suède seront réactualisés et le Danemark en a obtenu un nouveau.
La presse relève que le Danemark a réussi à obtenir un rabais de 130 millions d’euros par an. L’opposition parlementaire a donc demandé aux dirigeants finlandais pourquoi la Finlande n’avait pas exigé de même.
Helsingin Sanomat souligne que le Danemark est satisfait d’avoir exigé et obtenu un rabais.
HS

Surveillance bancaire

Visite en Finlande du directeur de l’Autorité bancaire européenne
Le président de l’Autorité bancaire européenne (ABE), M. Enria, estime que le durcissement de la régulation bancaire est une bonne chose. Pour lui, omettre de le faire, menacerait l’activité économique.
Il considère comme positif l’idée de mettre en place une autorité supranationale de surveillance bancaire en Europe, au sein de la BCE. Il souligne l’importance de l’indépendance de cet organe tout en estimant que le Parlement pourrait disposer d’un droit d’être informé.
HS/B7

Une française à la tête du nouvel organe ?
Mme Nouy pourrait devenir présidente du nouvel organe de surveillance bancaire. Helsingin Sanomat rend compte des spéculations sur le rôle du Parlement européen concernant cet organe. M. Sarsa, conseiller juridique au ministère des Finances, relève que, juridiquement, il n’est pas clair si le Parlement européen pourrait obtenir un pouvoir de décision en la matière.
HS/B7

Directive sur les émissions de soufre

M. Vapaavuori évoque les remboursements concernant les dépenses engendrés
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, relève que des remboursements sont prévus pour l’industrie concernant les frais engendrés pour les exportations par la directive sur les émissions de soufre dans le transport maritime qui entrera en vigueur en 2015. Il ne s’agira toutefois pas de compensations à 100 %, relève-t-il.
HS/B8

Finlande - Russie

M. Niinistö a évoqué les problèmes familiaux
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a en mardi un entretien avec son homologue russe, M. Vladimir Poutine.
Selon le président finlandais, M. Poutine s’est intéressé aux questions économiques et n’a pas évoqué les litiges familiaux entre les deux pays. M. Niinistö, quant à lui, les a évoqués. Il est convaincu que les enfants russes sont traités en Finlande de la même façon que les enfants finlandais. Ce sujet n’a pas été développé pendant la rencontre et M. Poutine ne l’a pas commenté.
Selon le porte-parole du président russe, M. Dmitri Peskov, le thème concernant la protection des enfants ne va pas disparaitre. Il l’a mentionné en tant que problème dans les relations entre la Finlande et la Russie.
Une délégation de la vie économique a participé à la visite du travail et au déjeuner entre les présidents. La délégation était notamment composée de M. Jorma Ollila, futur président d’Outokumpu, et M. Ilpo Kokkila, président du patronat et de l’industrie EK.
Selon M. Niinistö, le président Poutine s’intéresse beaucoup aux questions économiques et est en connaît très bien les détails.
MM. Niinistö et Poutine ont également évoqué les questions internationales, dont la réunion du G20, qui sera organisée à Moscou à la fin de cette semaine.
Quant à la société des citoyens, M. Niinistö a annoncé, sans aller dans les détails, de l’avoir évoqué lundi avec le Premier ministre Medvedev.
M. Niinistö a annoncé que le président Poutine a accepté son invitation de visiter la Finlande en juin prochain.
HS/A12

Politique intérieure

Commission parlementaire de l’économie

La commission de l’Economie estime que la participation de l’Etta dans les chantiers navale est possible
Turun Sanomat rapporte que la commission de l’économie a réussi, hier, à s’entendre sur un avis concernant la politique sur les chantiers navals. Dans son avis adopté unanimement, la commission estime que l’Etat n’exclut aucune alternative concernant les chantiers navals, y compris une participation de l‘Etat dans le capital ou tout autre financement par l’Etat.
La commission considère qu’il est important que le gouvernement fasse tout son possible pour assurer le financement des navires commandés par TUI à STX Finland.
Le président de la commission, M. Pekkarinen (Centre) a indiqué qu’il s’agissait là d’un message fort à l’égard du gouvernement ainsi, que des entreprises du secteur.
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, estime que cet avis parlementaire n’est pas en contradiction avec la politique du gouvernement.
Concernant les négociations sur les navires commandés par TUI, M. Vapaavuori déclare que les négociations progressent mais ne sont pas faciles.
TS

Parlement

Le choc des titans
Helsingin Sanomat relève que le débat de l’ouverture de la session parlementaire a eu lieu hier. Selon la tradition, le Premier ministre y présente la politique du gouvernement dans les mois à venir.
Le président social-démocrate du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a voulu renouveler les vieilles traditions en créant un débat entre le Premier ministre et les dirigeants de l’opposition, sous le titre « le choc des titans ». Le Premier ministre Jyrki Katainen, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, et le président du Centre, M. Juha Sipilä, ont débattu pendant près qu’une heure sur les questions d’actualité.
Le Premier ministre Katainen a souligné l’importance du sens de responsabilité et le courage pour faire des réformes. Il a aussi fait l’éloge des deux partis de l’opposition. Selon le Premier ministre, il est à 80 % de même avis avec M. Sipilä, à l’exception de la politique sur les communes. Il estime que le gouvernement et les Vrais Finlandais ont des vue similaires sur la politique de l’emploi. MM. Katainen et Sipilä ont débattu notamment sur la réforme des communes.
M. Soini a évoqué les questions européennes et la situation des chantiers navals en Finlande. Il a aussi exigé des crédits pour les soins à domicile aux personnes âgées. Il a également exigé l’organisation d’un référendum sur la participation finlandaise à l’Union européenne et à l’euro. Selon le Premier ministre Katainen, ont ne peut pas voter sur tous les traités internationaux tous les cinq ans.
HS/A14-15

Communes

Le système des dotations de l’Etat aux communes sera corrigé
Selon Helsingin Sanomat, il y aura une réforme du système des dotations de l’Etat aux communes dans le cadre de la réforme des communes.
Dans le système actuel, 61 communes payent des compensations aux communes plus pauvres. Le rapporteur Arno Miettinen propose que désormais 29 communes devraient payer des compensations.
Les dotations de l’Etat sont à 92 % fonctions de critères comme le nombre de malades et le nombre de personnes âgées. Selon M. Miettinen, l’Etat accorde des dotations de 8,6 milliards d’euros pour les communes, sans que personne ne sache si le système de répartition de ces crédits est juste.
Dans le nouveau système, la part de la population de langue étrangère sera aussi prise en compte.
M. Miettinen compte déposer son rapport avant la fin de l’année en cours. Mme Henna Virkkunen, ministre des Collectivités locales, chargée de la réforme des communes, estime qu’il y aura de grands changements entre les communes. La nouvelle loi devrait entrer en vigueur en 2015.
HS/A16

Fiscalité

EK propose de diminuer l’impôt sur les sociétés
Le patronat EK propose de passer l’impôt sur les sociétés à 15 % au lieu de 24,5 % actuellement. EK estime qu’une telle mesure diminuerait les recettes fiscales, mais que cela serait compensé par de nouveaux investissements en Finlande et la création d’emplois.
Durant la période de transition, EK propose de privatiser des entreprises publiques (pour en financer le coût).
Le PSD rejette ces idées. M. Backman, président du groupe parlementaire, est outré. Pour lui, cette mesure engendrerait un trou de plusieurs milliards dans les finances publiques. M. Backman n’exclut toutefois pas une diminution, mais de moindre ampleur.
HS/A17

Immigration

La région de Helsinki dépendante de la main d’œuvre étrangère
Le nombre d’immigrés doublera d’ici 2030
Les prévisions démographiques relèvent que le nombre de personnes de langue maternelle autre que le finnois ou le suédois doublera dans la région de Helsinki d’ici 2030. Leur nombre serait alors de 300 000 (par rapport à 127 000 aujourd’hui), ce qui est plus que le nombre des habitants d’Espoo aujourd’hui.
Un habitant sur cinq aura une origine étrangère (contre 9,3 % aujourd’hui).
En même temps, la main d’ouvre d’origine finlandaise ira diminuant.
Mme Forsander, directrice des questions d’immigration de la ville de Helsinki, estime que cette évolution est une bonne chose tant que les immigrés trouvent du travail. Elle relève que le plus grand groupe d’immigrés est constitué par ceux qui sont mariés avec un ressortissant finlandais. Les étudiants constituent le deuxième groupe. Mme Forsander souhaite que les étudiants restent et estime d’ailleurs qu’il faut leur proposer la possibilité d’apprendre le finnois. Elle se pose des questions sur l’utilité de proposer des études en anglais : dans la région de la capitale, 2500 étudiants étrangers étudient en anglais chaque année. Pour Mme Forsander, il faudrait leur proposer le finnois dès le départ afin de leur permettre de travailler dans leur propre secteur plus tard.
Selon les estimations sur les origines linguistiques de la population immigrée de la région de la capitale, les russophones resteront le groupe le plus important (26 600 aujourd’hui et 52 800 en 2030), suivis des locuteurs de langues asiatiques (qui passeront de 20 600 à 48 000) et des langues des pays Baltes (de 19 300 à 43 800).
Les asiatiques s’installent le plus souvent à Espoo, où les entreprises de technologies informatiques emploient des Chinois et des Indiens. Les Russes et les Estoniens souhaitent souvent s’acheter un appartement et s’installent à Vantaa où le niveau des prix est moins élevé qu’à Helsinki. Les Africains vivent à Helsinki où l’atmosphère à l’égard des ressortissants de différentes cultures est positive. Helsinki s’est également investi dans la production de logements sociaux pour des familles.
HS/mar/A18, HBL/dim/1&2

Dix milles Estoniens expatriés en Finlande en sept ans
En sept ans, 10 000 estoniens se sont installés dans la région de Helsinki, expatriés souvent à cause de la crise économique et du développement salarial plus faible que prévu en Estonie. Leur nombre était de 16 427 en 2012.
L’immigration depuis les pays Baltes a été 23 % plus importante que prévu par les chercheurs démographiques il y a trois ans.
HBL/mar/6-7

Logement

Le nombre des SDF augmente à Helsinki
Plus de la moitié des SDF en Finlande sont de Helsinki. Leur nombre est de 4100 concernant les célibataires et de 300 concernant les familles sans domicile.
Au total, il y avait 7850 SDF en Finlande en novembre.
A Helsinki, leur nombre a fortement augmenté, notamment concernant les personnes de moins de 25 ans et les immigrés.
Dans les autres grandes villes, la situation est stable ou s’améliore.
HS/mar/A19

Mardi 12 février 2013

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Budget

« La MTK exige une compensation à la diminution des aides » HS
« Le premier ministre nous a-t-il induit en erreur » SM
Le syndicat des exploitants agricoles MTK demande à, ce que l’Etat et la grande distribution compensent les pertes de revenus des agriculteurs en raison de la diminution des aides européennes.
La MTK juge que les agriculteurs vont perdre 40 millions d’euros par an d’aides européennes en 2014-2020. La MTK exige que l4Etat compense par des aides nationales de 30 à 40 milions d‘euros par an.
Le premier ministre Jyrki Katainen a refusé toute promesse. « Je ne promets rien à aucune branche économique. Tout le monde sait que nous devons faire des économies ». « Il faudra d’abord voir comment se réalise la modernisation de la PAC et quel est le sort des régions du Nord », souligne M. Katainen.
Les critiques contre l’accord de Bruxelles ont continué, hier. Le député Mauri Pekkarinen (Centre) a exprimé sa déception concernant les aides régionales soulignant que, actuellement, la Finlande y contribue à hauteur de 500 millions et en reçoit 250, alors que durant la prochaine période, la Finlande y contribuera pour 600 millions mais ne recevra que moins de 200 millions.
Le Premier ministre Jyrki katainen a souligné que la finlande puvait être satisfaite des résultats du sommet. « C’est la première fois que le budget européen diminue. C’est une bonne chose. La croissance de notre contribution nette est stoppée », a-t-il dit rejetant les critiques concernant le fait que son gouvernement aurait enjolivé les résultats.
L’éditorialiste du quotidien du Centre, Suomenmaa, estime que le Premier ministre a induit l’opinion publique en erreur en refusant de dire que la contribution nette de la Finlande augmentait et les aides agricoles et régionales diminuaient.
La correspondante à Bruxelles du Helsingin Sanomat estime que M. Katainen et M. Stubb auraient du présenter les résultats du conseil européen de manière moins enjolivée.
HS

Taxe sur les transactions financières

Selon M. Tuomioja, la Finlande participera à la taxe sur les transactions financières
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja se déclare convaincu que la Finlande participera finalement à la coopération renforcée sur la taxe sur les transactions financières. « Malheureusement la Finlande est restée à quai, mais on y viendra » a dit le ministre qui souhaite que la Finlande rejoigne la coopération renforcée. « La taxe sur les transactions financières est nécessaire si l’on veut renforcer la stabilité sur les marchés financiers » » dit-il.
Selon lui, la décision du gouvernement de ne pas y participer était « assez absurde » : dix ministres (du PSD, de l’Alliance des Gauches et des Verts) y étaient favorables et neuf s’y opposaient.
Dem

Euro - Chyrpe

Réunion des ministres des Finances
STT rapporte que, comme l’Allemagne, la Finlande est réservée sur une intervention contre la cherté de l’euro. « Je pense qu’il y a une répartition du travail et que c’est la BCE qui se charge de la politique monétaire » a déclaré la ministre des Finances Jutta Urpilainen.
Elle estime toutefois que la question de l’euro fort sera certainement évoquée « dans le cadre du débat sur la conjoncture économique. On peut voir un lien entre [le niveau de l’euro] et la faiblesse de la croissance et l’augmentation du chômage », reconnaît-elle, tout en soulignant que le niveau actuel de l’euro ne l’inquiète pas encore.
Concernant Chypre, Mme Urpilainen a exprimé ses inquiétudes concernant les aides bancaires à un pays en proie à des soupçons de blanchiment d’argent ; « Nous devons exiger plus d’informations pour savoir comment Chypre a mis en œuvre la législation contre le blanchiment d’argent et la fraude fiscale ».
TS

Finlande - Russie

La visite de M. Niinistö a commencé par l’économie
Helsingin Sanomat rapporte que la première journée de la visite de travail du Président Sauli Niinistö à Moscou a été dominée par les questions relatives à l’économie et aux échanges commerciaux à l’occasion de la rencontre avec le Premier ministre Dmitri Medvedev. L’entretien a duré une heure et demie et a porté aussi sur les relations entre l’Union européenne et la Russie, les questions arctiques, les possibilités de la dimension septentrionale et l’état de la mer Baltique.
Le Premier ministre russe n’a pas évoqué les litiges familiaux entre les deux pays, ce qui a presque surpris M. Niinistö, qui était prêt à en parler. Il est possible que le président Poutine soulève cette question aujourd’hui lors de son entretien avec M. Niinistö. M. Poutine a critiqué récemment les autorités occidentales dans les affaires de garde d’enfants.
Selon M. Niinistö, il est gênant pour la Finlande qu’il y ait beaucoup de désinformations en Russie.
HS/A10

Ministère finlandais des Affaires étrangères

« La mauvaise gestion a coûté des millions »
Selon Helsingin Sanomat, les coûts immobiliers du ministère des Affaires étrangères ont augmenté considérablement. Selon un rapport interne du MAE, cela est dû à la mauvaise gestion au sein de l’unité immobilière du ministère. Par exemple, les travaux à l’ambassade à Paris et à la résidence de Berlin ont coûté particulièrement cher : à Paris, le coût des travaux de climatisation a augmenté, passant de 0,8 million à 4,8 millions d’euros.
L’inspecteur de l’administration, M. Pekka Wuoristo propose une réforme profonde de l’unité chargée de l’immobilier. Selon le sous-secrétaire d’Etat Peter Stenlund, le MAE a peu de crédits pour les travaux par rapport au nombre d’immeubles.
HS/A14

Viande de cheval

« Il est difficile de s’assurer de la composition des produits » SM
« Il peut y avoir des surprises en Finlande aussi » HS
La presse rapporte que les produits incriminés pour contenir de la viande de cheval sous une étiquette indiquant viande de bœuf ne sont pas en vente en Finlande. Helsingin Sanomat rapporte les propos du ministre français de l’agriculture suite à cette affaire.
L’agence de contrôle alimentaire finlandaise Evira souligne qu’il est de la responsabilité des fabricants de s’assurer que les informations concernant le contenu des produits sont correctes.
Selon HS, le syndicat des agriculteurs MTK et l’association de consommateurs Finnwatch souhaiterait que les produits portent des indications plus précises sur l’origine de la viande qu’ils contiennent.
On estime que la consommation de viande de cheval en Finlande est d’environ un demi-kilo par an et par personne, soit autant que de viande de renne et à peine moins que de viande de mouton (0,7 kilo).
Dans le cadre de la réforme du travail parlementaire, la session de printemps va commencer par un débat en séance plénière d’une nouvelle forme. D’abord, le Premier ministre fera une déclaration suivie par les commentaires des présidents des huit groupes parlementaires.
HS SM

Politique intérieure

Nominations

M. Hetemäki remplacerait M. Sailas
Selon les informations de Demokraatti, organe du PSD, l’actuel sous-secrétaire d’Etat, M. Martti Hetemäki (56 ans), serait nommé en remplacement de M. Raimo Sailas, secrétaire d’Etat du ministère des Finances, qui prendra sa retraite à la fin du mois.
Le gouvernement devrait prendre la décision jeudi.
M. Hetemäki, docteur en sciences économiques, travaille au ministère des Finances depuis trente ans. Ces dernières années, il s’est consacré surtout à la gestion de la crise de l’euro. Avant d’être nommé sous-secrétaire d’Etat, il a dirigé le service de l’économie nationale du ministère des Finances en 1995-2003.
Dem/3

Parlement

Mariage pour tous : Mme Holmlund rejette les critiques
Turun Sanomat rapporte que la proposition de 76 députés sur le droit au mariage pour les homosexuels, qui est bloquée dans la commission des lois du Parlement, a suscité des critiques envers Mme Anne Holmlund, présidente conservatrice de cette commission et ancienne ministre de l’Intérieur. Le président de l’Alliance verte, M. Ville Niinistö, et le député social-démocrate, M. Mikael Jungner, accusent Mme Holmlund d’avoir freiné l’étude de la proposition.
Mme Holmlund rejette les critiques. Selon elle, MM. Niinistö et Jungner n’ont jamais évoqué la question avec elle. « M. Niinistö, ministre du gouvernement, a toutes les possibilités pour mener la cause du mariage pour tous au gouvernement. » Mme Holmlund souligne que la proposition n’a pas avancé parce qu’elle n’a été signée que par 76 députés. « Il n’y a eu aucune raison pour étudier cette proposition. Quel est le point dans cette affaire qui n’est pas clair pour MM. Niinistö et Jungner ? »
M. Jungner n’est pas d’accord. « Je souhaite que la commission commence l’étude de la proposition malgré le nombre insuffisant de signataires. La question est entre les mains de Mme Holmlund. » M. Jungner note qu’il existe aussi la possibilité d’une proposition d’initiative populaire qui nécessite 50 000 signatures. Il admet qu’il n’est pas facile de trouver plus de signataires au Parlement. « La question est plutôt personnelle et non politique. »
TS/9

Parlement

Nouveau débat pour le début de la session
Dans le cadre de la réforme du travail parlementaire, la session de printemps va commencer par un débat en séance plénière d’une nouvelle forme.
D’abord, le Premier ministre fera une déclaration suivie par les commentaires des présidents des huit groupes parlementaires. Ensuite, un débat permettra aux présidents des deux partis de l’opposition, MM. Soini (Vrais Finlandais) et Sipilä (Centre) de questionner le Premier ministre pendant une demi-heure avant que le débat soit ouvert à tous les députés.
L’ensemble du débat, environ 3 heures, sera télévisé.
SM

Social

Des propositions sans beaucoup d’intérêt
Les organisations syndicales doivent présenter au gouvernement des propositions pour la prolongation des carrières professionnelles, demain. M. Katainen, premier ministre, a demandé des propositions concrètes pour le 13 février.
Les présidents des organisations se sont réunis, hier, mais selon M. Fjäder (Akava), les résultats étaient maigres. Concernant le différend sur les jours de formation, M. Fjäder relève que le patronat EK présentera quelque chose de nouveau, cette semaine, « donc il y a encore de l’espoir ».
M. Katainen a menacé que le gouvernement soit obligé de faire des économies importantes concernant les dépenses si les organisations syndicales ne trouvent pas des moyens pour augmenter l’emploi.
KS, HS/A11

Fiscalité

L’Union des communes prévient que le taux fiscal des communes augmente
Selon les calculs de l’Union des communes, le taux de la fiscalité communale augmentera de 1 à 3 points d’ici 2017, si le financement ou le nombre de tâches qui relèvent des communes ne change pas.
Le besoin de mesures d’adaptation pour les finances des communes représente entre 300 et 800 millions d’euros par an. Il faudrait soit que les communes s’endettent ou alors que la fiscalité soit augmentée, car les économies concernant les dépenses ne suffisent pas. M. Kietäväinen, vice-directeur général de l’Union des communes, rappelle que l’endettement ne ferait que retarder les augmentations fiscales.
M. Kietäväinen relève toutefois qu’il faudrait protéger les bas salaires d’une charge fiscale trop lourde et cibler les augmentations sur une assiette plus large que les revenus salariaux.
HS/sam/A22

Energie

Fortum pourrait ne pas vendre son réseau de distribution
Le PDG de Fortum, M. tapio Kuula a démenti les rumeurs selon lesquelles Fortum souhaiterait se séparer de con réseau de distribution d’électricité en Finlande pour réaliser d’importants investissements.
M. Kuula souligne que cette activité n’est plus considérée par le groupe comme prioritaire. Néanmoins, Fortum serait prêt à rester actionnaire minoritaire d’une nouvelle société créée autour de son réseau de distribution.
Kauppalehti rappelle que Fortum est très endetté et engagé dans d’importants investissements en Russie où le groupe a déjà dépensé 3,8 milliards d’euros et doit y engager 500 millions euros de plus.
Le ministère de l’économie déclare suivre de prêt la cession du réseau de distribution d’électricité de Fortum. « Si l’acheteur vient de l’UE ou de l’espace économique européen et est connu et de bonne réputation, il n’y aura pas de problème », selon M. Härmâlâ.
KL

Fortum réfléchit à des mini centrales nucléaires
Fortum n’est pas intéressé pour reprendre Fennovoima si son projet de réacteur nucléaire échoue. En revanche, Fortum pourrait demander une autorisation de construction de centrale lors de la prochaine législature.
M. Kuula évoque la possibilité de construire de petites centrales de 150 à 200 mégawatts.
KL

Nucléaire

“Selon TVO, OL3 sera prêt en 2016” HS
« OL3 pourrait être retardé jusqu’en 2016 » TS
« TVO et Areva se disputent à nouveau » KL
La presse rapporte que TVO a annoncé, hier, dans un communiqué, que le réacteur Olkiluoto 3 ne serait en fonctionnement commercial qu’en 2016, soit dans trois ans.
Sa construction aura donc duré 11 ans, soit un retard de sept ans sur le calendrier initial. TVO base son estimation sur les rapports d’Areva et affirme n’avoir pas reçu de mise à jour du calendrier de la part d’Areva et considérer que le contrôle commande n’a pas avancé comme prévu.
Le directeur du projet d’OL3, M. Jouni Silvennoinen assuré néanmoins que TVO continue à coopérer avec le fournisseur, y compris pour clarifier le calendrier. Il ne pense pas que les tests en usine du contrôle commande pourront être réalisés avant l’été.
« Nous n’avons toujours pas reçu de mise à jour réelle du calendrier », souligne-t-il. Selon lui, même si TVO n’est pas satisfait des problèmes concernant la planification du projet, les travaux sur le chantier progressent. Sur le réacteur, les trois quarts des travaux d’installation ont été achevés et les composants majeurs ont été installés, relève TVO.
TVO considère que, s’agissant d’un contrat clés en main, Areva est responsable du calendrier de la construction.
Turun Sanomat relève que les opinions de TVO et Areva sont très divergentes sur le fait de savoir qui doit payer le retard.
Helsingin Sanomat relève que les divergences publiques entre les entreprises ont continué hier puisque Areva a accusé TVO de la responsabilité du retard. Selon le communiqué d’Areva-Siemens, « TVO continue à ne pas remplir ses obligations pour permettre un bon déroulement du projet ». Kauppalehti et Yle ont également repris ce communiqué.
En dépit de ces échanges, Areva est disposée à construire le prochain réacteur de TVO et propose le même modèle pour Fennovoima, conclut Helsingin Sanomat.
HS TS KL Yle

Immobilier

Les loyers et autres coûts des bureaux en hausse dans le centre de Helsinki
Kauppalehti relève que l’on attend à ce que les frais des bureaux du centre de Helsinki iront augmentant de 1,7 % durant les deux ans qui viennent. En 2014, le coût d’un espace par employé par an sera de 8500 euros par rapport à 8200 euros en 2012.
Dans une comparaison entre des villes européennes, Helsinki se situe parmi les dix plus chères. Les frais des bureaux les meilleurs de Helsinki sont de 63 % plus élevés que la moyenne européenne.
En raison du travail à distance et l’utilisation plus efficace des locaux, l’espace consacré à un employé a diminué de 6 % en cinq ans. Dans les pays nordiques, cet espace s’élève à 20 m2 en moyenne par employé, en Finlande, à 24 m2, alors qu’en Europe, la moyenne est de 14,7 m2.
KL/A8-9

France - Finlande

Construction navale : Des sous-traitants finlandais en France

Turun Sanomat rapporte que Finnpro et Team Finland organisent le déplacement de représentants de sous-traitants finlandais en France en fin de semaine prochaine.
Selon Mme Ulla KLainio, consultante de Finnpro, les entreprises finlandaises viseraient 40 à 60 millions de contrats sur la construction du nouvel Oasis pour RCC.
« Le maintien d’un réseau de sous-traitants de la cosntruciton navale est l’objectif de tous », selon Mme Heli Pasanen-Zentz, directrice du bureau de Finnpro en France.
TS

Danse : Festival de danse Sivuaskel

Helsingin Sanomat rend compte du festival de danse Sivuaskel. Au programme, des spectacles avec des danseurs et chorégraphes français ou ayant étudié en France.
HS/lun, http://www.zodiak.fi/fi/kalenteri/event/222---sivuaskel-side-step-festival-2013

Architecture : Un Finlandais dessine un atelier de mode à Paris

Helsingin Sanomat relève que M. Pekka Littow, architecte, a dessiné un atelier de mode à Paris, sur le Boulevard Raspail, pour son épouse, Mme Anna Ruohonen, couturière.
Les locaux qui s’étalent sur sept étages seront inaugurés, en mars-avril.
HS/C2

Lundi 11 février 2013

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Budget

« Un nouveau cadre budgétaire né aux forceps » HS
« La Finlande satisfaite de l’accord » HS
« La Finlande a réussi à s’opposer à une augmentation de sa contribution nette » KS
« La guerre en Finlande sur la contribution nette » IS
A l’issue du conseil européen, le Premier ministre Jyrki Katainen s’est félicité de ce que la contribution nette de la Finlande n’augmente pas par rapport à celle des pays de référence. « La Grande-Bretagne, le Danemark et la France sont à des niveaux sensiblement similaires à la Finlande. L’Allemagne, les Pays-Bas et la Suède paient beaucoup plus ». « Nous avons réussi à arrêter la croissance de notre contribution nette qui a été très significative durant les sept dernières années », s’est réjouit M. Katainen qui a souligné que la baisse du budget européen global était une nécessité.
L’objectif du gouvernement était une contribution nette de 105 euros par an par habitant alors qu’en 2011 elle avait grimpé jusqu’à 123 euros (652 millions au total).
Les aides directes à l’agriculture diminueront sur la période de 3,9 milliards d’euros à 3,4. En revanche, les aides au développement rural se maintiennent à 2,1 milliards. Pour le développement de l’agriculture, la Finlande a toutefois obtenu une enveloppe de 600 millions d’euros destinée à rééquilibrer la contribution finlandaise.
Les aides structurelles devraient diminuer sur la période de 1,7 milliards d’euros à 1,35 milliards d’euros. Les aides spécifiques pour les régions à faible densité de population du Nord et de l’Est passeront de 35 à 30 euros par personne.
Le député Mauri Pekkarinen (Centre) a exprimé sa déception concernant les raides régionales : où la Finlande va perdre 350 à 400 millions d’euros. En revanche, il considère que le résultat concernant la PAC est acceptable.
La diminution des aides était attendue car la Finlande avait pour objectif une diminution du niveau du budget européen. M. Katainen a souligné que, pour compenser la diminution de ces aides, il reviendra aux Finlandais d’être actifs pour obtenir des subventions à la recherche et au développement. Helsingin Sanomat relève que, pour la première fois, la Finlande va recevoir plus d’aides pour la compétitivité que pour la politique régionale et structurelle. En effet, la Finlande pourrait recevoir jusqu’à 1,7 milliards d’euros des fonds à la compétitivité sur la période.
Helsingin Sanomat relève que la contribution nette de la Finlande pour la prochaine période 2014-2020 devrait s’établir à 0,31% du PIB.
Helsingin Sanomat souligne que les propos du Premier ministre, sur une « baisse de la contribution nette de la Finlande » sont corrects seulement si on compare le niveau obtenu à celui de l’année 2011 où la contribution nette s’établit à 0,34% du PIB. Mais en réalité, la moyenne annuelle de la contribution nette de la Finlande pour 2007-2011 est de 0,22%. Le journal de calculer la différence que représente une augmentation de la contribution nette de la Finlande de 0,009 point : cela représente une augmentation en valeur annuelle de la contribution nette de 466 millions à 657 millions, soit près de 200 millions d’euros par an. Pour la période de sept ans, cela représente une augmentation de 1,4 milliards d’euros.
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb a contesté ces chiffres. Selon lui, pour la période actuelle 2007-2011, la contribution nette de la Finlande s’établit à 0,24-0,26% du PIB. « Mais elle était surtout très élevée durant les deux dernières années de la période, alors que pour les sept prochaines années elle ne va pas augmenter significativement ».
Les fonctionnaires du ministère des Finances soulignent que le niveau de la contribution nette de la Finlande est très proche de celui du Danemark, de la Grande-Bretagne de la France et de l’Autriche. Les plus grands contributeurs nets sont la Suède, l’Allemagne et les Pays-Bas. Ces fonctionnaires estiment que l’augmentation de la contribution nette de la Finlande par an devrait être d’au moins 200 millions d’euros par an. En Effet, pour la prochaine période, la contribution nette annuelle par tête devrait être d’au moins 120 euros.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini a déclaré que l’accord obtenu ne lui convenait pas. « On ne peut pas parler de victoire ». Il critique surtout le fait que la Finlande n’a pas demandé de rabais au contraire de nombreux autres contributeurs nets. Selon lui, la contribution nette de la Finlande pour la période 201’-2020 pourrait s’élever jusqu’à 5 milliards d’euros.
La député centriste Sirkka-Liisa Anttila a elle aussi demandé au premier ministre pourquoi la Finlande n’avait pas choisi de négocier un rabais.
Le ministre chargé des Affaires européennes Alexander Stubb a répondu : « Si nous avions choisi de demander un rabais, nous aurions perdu l’enveloppe concernant le développement rural de 600 millions d’euros. Dès lors, la France aurait demandé un rabais ce qui aurait contribué à augmenter encore notre contribution nette ».
« Sur la période 2007-2013, la Finlande a payé 12,2 milliards d’euros de contribution brute. Sur la période 2014-2020, la contribution brute sera de 12,7 milliards d’euros. Notre contribution brute augmente donc de 500 millions. Tout le reste est à ce stade encore hypothétique » déclare M. Stubb dans Ilta-Sanomat.
HS AL KS TS IS

Editoriaux et commentaires
« L’Europe se dégrade elle-même » HS
« L’UE fait des économies mais ne se réforme pas » HS
« L’UE a choisi l’agriculture plutôt que la technologie » AL
« La victoire de ceux qui voulaient des économies » TS
Helsingin Sanomat souligne que la Finlande est l’un des rares pays contributeurs nets qui ne reçoivent pas de rabais, ce qui signifie que la Finlande paie plus pour le chèqye britannique que, par exemple, la Suède. L’éditorialiste souligne estime que cela ne devrait pas avoir pour effet d’augmenter la popularité de l’Europe en Finlande.
Plus généralement, l’éditorialiste regrette que les dirigeants européens n’aient pas eu le courage de réformer l’UE car « une réforme totale de la PAC est trop difficile pour une union à 27. Il n’est pas surprenant que l’union reste engoncée dans ses vieilles habitudes de répartitions des fonds, mais c’est regrettable pour l’avenir. Au bonheur de la France, il n’y a pas de diminutions drastiques des aides agricoles car les économies ont porté surtout sur l’administration et les projets d’infrastructures et d’énergie. »
Tturun Sanomat relève qu’obtenir un accord n’a pas été facile mais regrette que l’UE n’investisse pas plus dans la compétitivité.
HS TS

Finlande - Russie

Le Président Niinistö a commencé sa visite de travail
Ilta-Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö est parti lundi matin pour Moscou pour une visite de travail de trois jours. Les entretiens porteront essentiellement sur les questions économiques, les échanges commerciaux et les investissements. Les questions familiales ne figurent pas à l’agenda.
Le Président Niinistö s’entretiendra aujourd’hui le Premier ministre Dmitri Medvedev. Il donnera également une conférence de presse dans les locaux de l’ambassade de Finlande à Moscou.
Mardi, M. Niinistö aura un entretien avec le président Poutine et visitera le salon alimentaire Prodexpo avec le ministre de l’Agriculture, M. Jari Koskinen.
Avant son départ mercredi, M. Niinistö donnera une interview à la chaîne de radio Eho Moskvy en direct.
Il s’agit de la seconde visite de M. Niinistö en Russie en tant que président. Le Premier ministre Medvedev a effectué une visite en Finlande en novembre dernier.
IS/7

ONU

M. Viinanen nommé président du conseil d’administration de l’Unicef
Selon Helsingin Sanomat, M. Jarmo Viinanen, ambassadeur de Finlande auprès de l’ONU, a été nommé président du conseil d’administration de l’Unicef, en tant que premier Finlandais à ce poste.
HS/dim/C37

Etats-Unis

Mme Räsänen en visite à Washington
Selon Helsingin Sanomat, la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, souligne qu’il est indispensable que la Finlande coopère avec les Etats-Unis dans le développement et la mise en œuvre de la cyber-sécurité. « Nous sommes dépendants de l’informatique. Les choses fondamentales dans la vie y sont liées. »
Mme Räsänen a rencontré à Washington Mme Janet Napolitano, ministre chargée de la sécurité, et M. Michal Daniel, spécialiste de la cyber-sécurité à la Maison Blanche.
HS/sam/A16

Politique intérieure

Parlement - Construction navale

Les Vrais Finlandais ont déposé une motion de censure
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a déposé vendredi une motion de censure sur la politique économique et industrielle du gouvernement. Les Vrais Finlandais veulent surtout évoquer la situation du chantier naval de STX à Turku.
Deux députés indépendants de l’Alliance des gauches, MM. Jyrki Yrttiaho et Markus Mustajärvi, ont également signé la motion. Le Parlement étudiera la motion de censure mercredi.
HS/sam/A20, TS/sam/16

La commission des affaires économiques du Parlement n’a pas trouvé d’entente sur la participation de l’Etat aux chantiers navals
Selon Turun Sanomat, la commission des affaires économiques de l’Eduskunta, réuni vendredi, n’a pas pu retrouver d’entente sur la compétitivité de l’industrie maritime. Une éventuelle participation de l’Etat aux chantiers navals a créé un litige entre les partis politiques.
Le litige est gênant pour le Parti conservateur qui ne veut pas inscrire la participation de l’Etat dans l’avis de la commission. Les députés sociaux-démocrates de la commission ont publié vendredi un communiqué selon lequel l’Etat devrait devenir actionnaire des chantiers navals, au moins de manière provisoire.
Quant à la motion de censure à ce sujet, le député Jyrki Yrttiaho a rappelé l’importance immense de l’industrie navale pour l’économie nationale. Il estime que le gouvernement veut souligner l’importance de l’expertise arctique pour qu’on ne parle pas du financement des bateaux commandés par TUI. M. Yrttiaho souligne qu’il est essentiel de garantir le financement de la construction de ces deux bateaux.
TS/sam/16

Législation

Il n’y aura pas de mariage pour tous en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que l’initiative de 76 députés sur le droit de mariage pour les homosexuels est bloquée dans la commission des lois du Parlement. Parmi les signataires, il y a des représentants de tous les groupes parlementaires, à l’exception des Vrais Finlandais et des Chrétiens-démocrates.
HS/dim/A14

Présidence

L’état de santé de M. Niinistö est bon
Selon Helsingin Sanomat, la chancellerie de la présidence a publié le bulletin annuel de la santé du Président Niinistö. Le président Koivisto a commencé, de son propre gré, la publication de ses bulletins de santé il y a une trentaine d’années.
HS/sam/24

Social

M. Katainen et Mme Urpilainen en appellent aux partenaires sociaux
Le gouvernement en appelle aux organisations syndicales pour se mettre d’accord afin de pouvoir trouver des solutions en vue de la prolongation des carrières professionnelles. M. Katainen, Premier ministre, et Mme Urpilainen, ministre des Finances, ont chacun parlé devant les leurs ce week-end en évoquant la nécessité d’augmenter la durée du travail.
Mme Urpilainen souhaite que les confédérations des salariés et le patronat puissent se mettre d’accord sur les vieux différends et « montrer un chemin vers l’avenir et un meilleur emploi ».
Des propositions concernant la prolongation des carrières sont attendues pour mercredi, mais en raison du différend sur les jours de formation, les attentes ne sont pas énormes.
Mme Urpilainen relève que le gouvernement est prêt à entendre les souhaits des organisations syndicales si elles arrivent à présenter des propositions.
M. Katainen souhaite que les organisations, qui ont du pouvoir, puissent faire preuve d’un sens de responsabilité aussi. Il souhaite qu’un nouvel accord salarial puisse intervenir dès ce printemps afin de supprimer toutes les incertitudes pesant sur la compétitivité. Il estime que si l’accord salarial pouvait être conclu ce printemps, cela accélérerait probablement les investissements en Finlande.
Pour lui, les mesures favorisant le bien-être au travail ne suffisent pas, il faut également augmenter l’âge de départ à la retraite.
Mme Urpilainen rappelle que, pour le gouvernement, le 13 février n’est pas un délai définitif. Les négociations sur le cadre budgétaire en mars sont plus importantes.
Keskisuomalainen relève que les décisions déjà prises jouent dans le sens de la prolongation des carrières. Le système mènera automatiquement à ce que la pension ne sera pleinement gagnée qu’à l’âge de 67 ans. Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, souhaite de la patience dans le débat sur les retraites. Il estime qu’il faudrait respecter le calendrier sur lequel on s’est mis d’accord il y a un an. Il évoque le rapport du groupe de travail de M. Pekkarinen du ministère des Finances sur les effets de la dernière réforme de la retraite et sur la durabilité du financement qui devrait être terminé pour la fin de l’année en cours.
M. Ihalainen souligne également l’importance du bien-être au travail et rappelle que l’âge moyen de départ à la retraite (60,5 ans actuellement) est diminué par les départs pour inaptitude au travail. Actuellement, seulement la moitié des travailleurs restent dans la vie active jusqu’à l’âge légal de départ à la retraite.
M. Ihalainen rappelle que les études en cours devraient résulter dans des réformes entrant en vigueur en 2017.
M. Häkämies, directeur général du patronat EK, accuse les syndicats des salariés de ne pas comprendre la gravité de la situation économique. Selon Keskisuomalainen, il admet, en tout cas indirectement, que l’attitude dure du patronat a été un moyen conscient de jouer dans le sens où les salariés se rendent compte de la gravité de la situation.
Pour lui, le gouvernement est à l’épreuve. Il souhaite que le gouvernement ait la capacité de prendre les décisions nécessaires concernant les questions difficiles. Il estime que ce sont les décisions prises en février-mars, qui seront décisives en vue des législatives de 2015 : est-ce que le gouvernement aura réussi ou raté.
HS relève, concernant l’appel sur un accord salarial précoce, que le Centre estime que la responsabilité de l’ensemble de la situation économique relève du gouvernement [et non pas des organisations syndicales]. M. Häkämies comprend l’appel, mais estime qu’il n’est pas réaliste. M. Lyly, président de la SAK, se déclare plutôt réservé, mais ne l’exclut pas entièrement.
HS/dim/A9, Kaleva/dim/6, KS/dim/9, lun/8, AL/lun/A5

Stratégie énergétique et climatique

Le gouvernement confiant en ce qui concerne le rétablissement de l’industrie
Le groupe de travail ministériel a adopté une stratégie énergétique et climatique, vendredi. La stratégie sera ensuite remise à l’étude du Parlement.
Selon la stratégie, le gouvernement se montre plutôt optimiste en ce qui concerne l’évolution de l’industrie finlandaise dans les décennies qui viennent.
Le gouvernement estime que le besoin énergétique de l’industrie augmentera de 41 térawattheures en 2010 à 47 TWh en 2020 et à 51 TWh en 2030, ce qui est 20 % de plus qu’en 2010.
Dans la stratégie, on estime que la consommation électrique augmentera dans toutes les branches industrielles, et notamment dans la métallurgie.
M. Härmälä du ministère de l’Emploi et de l’Economie, qui a dirigé la préparation de la stratégie, relève que les calculs ont été effectués sur la base de la capacité actuelle.
Helsingin Sanomat relève qu’en 2008, les estimations sur l’augmentation de la demande d’électricité étaient supérieures aux chiffres de ce jour. L’accord de deux autorisations de construction nucléaire se basait sur les estimations de l’an 2008, mais selon M. Härmälä, il n’y a pas lieu de revoir la nécessité de ces autorisations. « Ce n’est pas l’Etat qui construira les réacteurs », dit-il.
HS/sam/B11

Vendredi 8 février 2013

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Budget

Les négociations continuent
Alors que les négociations de la matinée se sont terminées, la proposition débattue conviendrait aux objectifs de la Finlande, rapporte Helsingin Sanomat. La contribution nette de la Finlande n’augmenterait pas par rapport aux pays comparables.
La Finlande recevrait une enveloppe agricole de 600 millions d‘euros pour compenser la diminution des aides agricoles européennes.
La MTK (syndicat des exploitants agricoles) s’est réjouie de cela. « La tactique de négociations de la Finlande a marché et un accord acceptable semble se profiler », selon le président de la MTK, M. Marttila.
Avant la réunion de Bruxelles, hier, le Premier ministre Jyrki Katainen avait commenté la situation de la Finlande qui se trouve devant le « problème germain » : comme l’Allemagne, devenant de plus en plus riche, elle est appelée à devenir un contributeur net de plus en plus important. « La contribution de la Finlande va augmenter, mais il est important qu’elle reste à un niveau juste. Nous faisons une comparaison avec notre niveau des années précédentes et avec celui des pays semblables à nous », a souligné M. Katainen.
HS

Construction navale

Le réseau des sous-traitants regarde vers la France
Le réseau Shipsu qui regroupe des sous-traitants finlandais a rencontré la semaine dernière la direction des achats de STX France, rapporte Turun Sanomat La commission de l’Economie du parlement a fini d’entendre des experts dans le domaine de la construction navale. Elle prépare sa position sur le dossier.
TS

Finlande - Russie

Le Président Niinistö rencontrera MM. Poutine et Medvedev à Moscou
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö effectuera une visite à Moscou la semaine prochaine, du 11 au 13 février. Il s’entretiendra avec le président Poutine et le Premier ministre Medvedev.
Selon la chancellerie de la présidence, les entretiens porteront sur les questions bilatérales, les affaires concernant l’Union européenne et les questions internationales. Il y a aura aussi des visites d’entreprise et au salon alimentaire Prodexpo.
Il s’agit de la seconde visite de M. Niinistö en Russie en tant que président.
TS/10

Politique intérieure

Parlement

Les Vrais Finlandais comptent déposer une motion de censure
Selon Helsingin Sanomat, le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a décidé jeudi de déposer une motion de censure, la première depuis le début de l’année, sur la politique économique du gouvernement. Les Vrais Finlandais veulent évoquer entre autres la situation du chantier naval de STX à Turku.
TS/10

Défense

Editorial : l’importance du livre blanc diminue
Helsingin Sanomat note, dans son éditorial, que les forces armées ont eu beaucoup de compréhension pour leur besoin de crédits supplémentaires, notamment jeudi en séance plénière du Parlement où le livre blanc de la politique de sécurité et de défense a été débattue pour la première fois avant son envoi dans les commissions de l’Eduskunta.
HS estime que l’importance des livres blancs diminue parce que les partis du gouvernement doivent prendre position sur ce sujet dans leur programme gouvernemental. La formulation vague du livre blanc garantit que le gouvernement suivant retrouvera une entente sur la défense lors de la formation du nouveau gouvernement. Les forces armées doivent s’adapter à cette constellation politique.
HS/A4

La brigade de l’artillerie donne de la formation aux étrangers
La revue militaire Ruotuväki rapporte que la brigade de l’artillerie accorde, depuis 2008, une formation aux soldats étrangers sur le matériel d’artillerie soviétique qui est utilisé en Afghanistan. 235 étrangers, dont 156 Britanniques, ont déjà suivi la formation de cinq jours. Récemment en janvier ce sont 16 Américain et 12 Britanniques qui y étaient.
Ruotuväki/n°3/3

Surveillance aérienne
Ruotuväki relève que les forces aériennes ont mis en service les nouveaux radars aériens Thales Ground Master 403, fabriqués en France, en remplacement des radars finlandais des années 1970.
Selon le colonel-ingénieur Kari Renko, « le choix est basé sur la capacité et le prix. Ces radars français peuvent être déplacés facilement et leur capacité dans les conditions de perturbation électronique est bonne ».
Ruotuväki/n°3/12

Coopération nordique
Aamulehti publie un article signé général Mika Peltonen, chef opérationnelle des forces armées, président du comité militaire Nordefco en 2013, intitulé « Il n’y a pas d’alliance de défense nordique ». Le général souligne qu’il est important de ne pas placer des espoirs surdimensionnés sur la coopération de défense nordique. Les défis de la décennie en cours ne peuvent pas être résolus avec cette coopération. L’objectif d’une telle coopération n’est pas encore connu. « L’actuel Nordefco n’est pas une alliance militaire et il n’accorde pas de garanties de sécurité. La Finlande devra donc avoir sa propre capacité de défense nationale, basée sur l’aptitude de prévention », conclut le général Peltonen.
Ruotuväki rapporte pour sa part que le ministre de la défense Carl Haglund a déclaré lors des journées de la défense suédophones que, « s’il est important de développer la coopération nordique, le Nordefco n’est pas et ne sera jamais une alliance de défense ».
AL/B14

Présidence

Mme Heinonen quittera son poste
Selon Keskisuomalainen, Mme Veera Heinonen (41 ans), responsable de la communication du Président Niinistö, quittera son poste. Elle a été nommée chef de la communication de Sitra à partir du début mars.
Mme Heinonen, ancienne journaliste, fut conseillère de presse à l’ambassade de Londres et responsable des communications au ministère des Affaires étrangères avant d’être nommée à la présidence.
Le Président Niinistö a un cabinet de cinq personnes : un chef du cabinet, deux conseillers, un chef de la communication et un conseiller spécial.
KS/11

Crédit révolver

Le Parlement restreint les intérêts des prêts
Une réforme de loi fixera un plafond pour les intérêts et les frais des crédits révolver. Le Parlement a approuvé, hier, le contenu d’une loi qui est censé diminuer les problèmes engendrés par ces prêts.
HS/A15

Fortum

Le Parlement outré du projet de vente du réseau
Une partie des députés s’inquiète du projet du groupe énergétique Fortum de céder son réseau de distribution d’électricité. « Plus d’un demi-million de ménages et entreprises dépendent de l’électricité de ce groupe qui est majoritairement en possession de l’Etat et qui maintenant envisage la vente de son réseau de transfert d’électricité. Comment est-ce possible sans que la question soit évoqué au comité consultatif du groupe », se demande Mme Lipponen, députée sociale-démocrate.
Helsingin Sanomat note que Fortum ne dispose pas de conseil d’administration, il a un comité consultatif composé entre autres de députés.
Mme Lipponen craint que le prix de l’électricité aille augmentant.
D’autres députés, dont M. Pekkarinen (Centre), s’inquiètent aussi. Pour lui, il serait extrêmement dangereux du point de vue de l’approvisionnement, que le réseau soit vendu à l’étranger. Il estime que le gouvernement devrait passer un message clair à la direction du groupe dans le sens où il faudra geler le projet de vente tant que le gouvernement n’a pas étudié si la vente à l’étranger aurait un effet sur la sécurité de l’approvisionnement finlandais.
Mme Hautala, ministre chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, M. Vapaavuori, ministre de l’Economie et M. Ihalainen, celui de l’Emploi, favoriseraient tous un acheteur finlandais.
HS/A15

Construction navale

L’alliance des gauches crée un groupe de travail
Le président de l’Alliance des gauches et ministre de la culture, M. Paavo Arhimäki a visité le chantier naval de Turku, hier. Son parti a décidé de créer un groupe de travail sur l’industrie de la construction navale.
« La construction de navires de croisière est très importante. Elle emploie beaucoup, rapporte des recettes fiscales et est d’une toute autre ampleur que la construction arctique », a-t-il souligné. Selon lui, il est clair que si la Finlande perd les commandes des navires de TUI, la construction navale risque de disparaître de Finlande.
TS

Economie

« Les exportations finlandaises n’ont pas de nouveau moteur de croissance »
Kauppalehti, quotidien d’informations économiques, rapporte que le déficit structurel de la balance commerciale de la Finlande maintient aussi un déficit structurel de la balance des opérations courantes. Selon les informations préliminaires de la Douane, la valeur des exportations finlandaise est restée au niveau d’environ 57 milliards d’euros. Le déficit de la balance commerciale a diminué de 3,7 milliards d’euros en 2011 à 2,3 milliards en 2012, mais avec la structure actuelle des exportations les déficits ne vont pas disparaitre.
KL/4

Destia

Soupçon de détournement auprès du groupe de construction routière
Helsingin Sanomat relève que la police soupçonne le groupe de l’Etat Destia du domaine de construction routière d’un détournement de plus de 100 000 d’euros.
Quelques employés de Destia auraient soutiré du matériel d’un chantier pour le vendre à un ferrailleur et auraient ensuite détourné l’argent récupéré.
Selon la police, les détournements se sont poursuivis pendant plusieurs années.
La direction nationale des transports a fait une demande d’enquête en la matière fin 2012.
Au moins deux des suspects sont des cadres de Destia.
HS/B11

Education

Les filles finlandaises fortes en sciences naturelles, selon une étude de l’OCDE
L’OCDE a effectué une étude dans 65 pays sur les connaissances des jeunes de 15 ans en mathématiques et en sciences naturelles. 470 000 jeunes ont participé à l’étude.
Les jeunes asiatiques et de l’Europe du Nord réussissent le mieux dans ces tests. Les filles finlandaises sont les meilleures des pays nordiques et, après celles de Shanghai, les meilleures au monde.
HBL/11

France – Finlande

Musique

Festival de Turku
Helsingin Sanomat relève que Natalie Dessay, soprane française, se produira au Festival de musique de Turku, en août. Le festival se déroulera du 5 au 17 août.
HS/C2

BD

Plusieurs albums français sortent en finnois
Helsingin Sanomat relève que parmi les nouveautés, ce printemps, paraîtront des albums de David B, Christophe Blain & Abel Lanzac, Moebius et Benoît Sokal.
HS/C9

Jeudi 7 février 2013
Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Budget

Objectifs de la Finlande
Helsingin Sanomat relève que la délégation finlandaise est composée d’une vingtaine de personnes pilotées par le Premier ministre, M. Katainen. Le ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, M. Stubb, y participe aussi. Les hauts fonctionnaires sont représentés par M. Kare Halonen, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes et M. Jan Store, ambassadeur de la Finlande auprès de l’UE.
HS relève que, pour la Finlande, c’est la solution d’ensemble qui compte concernant les négociations. La Finlande promeut l’arrêt de la croissance des dépenses du budget européen, elle ne souhaite pas que sa propre contribution augmente, elle souhaite minimiser les coupes des aides agricoles et maintenir les aides pour les régions à faible densité de population.
En 2011, la Finlande a versé plus de 600 millions d’euros de plus à l’UE qu’elle n’en a obtenu.
Les aides agricoles qui s’élèvent actuellement à 800 millions d’euros concernant la Finlande, risquent de diminuer de plusieurs des dizaines de millions d’euros.
HS/A9

Politique agricole commune
Helsingin Sanomat estime que la stratégie de la Finlande n’améliore guère sa position lors des négociations : le pays souhaite à la fois diminuer les dépenses et maintenir les aides agricoles dont elle bénéficie actuellement. Pour le journal, il s’agit d’une « attitude schizophrène ».
Les aides européennes représentent 40 % de l’ensemble des subventions de l’agriculture finlandaise qui s’élèvent à 2 milliards d’euros annuellement.
Selon les calculs de la MTK, confédération des producteurs agricoles, les coupes prévues diminueraient les revenus des fermes finlandaises de 4000 à 5000 euros par an.
HS relève que, traditionnellement, la Finlande s’appuie sur le pouvoir d’influence français dans cette question. Le ministre de l’Agriculture, M. Koskinen, vient de rencontrer à Vincennes son homologue français pour évoquer les intérêts partagés de ces pays.
Si les diminutions sont réalisées, la Finlande obtiendra une enveloppe à titre de compensation. Selon des estimations, il s’agirait d’une somme de 500 millions d’euros pour la période 2014 à 2020.
HS/A10

Propos de M. Katainen
La Grande commission a entendu le Premier ministre, qui estime que pour arriver à un résultat, il faudra que toutes les parties fassent des concessions concernant leurs objectifs.
La Finlande brigue une solution équitable par rapport à des pays qui sont économiquement à son niveau. M. Katainen estime qu’il n’est dans les intérêts de personne que l’accord soit reporté.
Dem

Propos de M. Stubb
Le ministre aux affaires européennes déclare qu’il ne faut pas que la contribution nette de la Finlande au budget européen augmente pour atteindre le niveau de celle de l’Allemagne.
En effet, en 2011, la contribution nette de la Finlande au budget européen est en moyenne de 0,22% sur les années 2007-2011. Elle ne cesse d’augmenter et donc d’approcher le niveau de celle de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Suède qui est proche de 0,3% du PIB.
Uusisuomi

Vols de la CIA en transit en Finlande

Amnesty critique l’action du gouvernement finlandais es enquêtes sur les vols suspects
L’organisation des droits de l’homme Amnesty reproche au ministère des Affaires étrangères d’avoir omis d’étudier en profondeur les vols suspects.
Pour Mme Mehtonen, spécialiste juridique d’Amnesty, la Finlande s’est trop facilement contentée du fait que les Etats-Unis étaient réticents à donner de plus amples informations.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères dément l’idée que la Finlande aurait souhaité passer l’affaire sous silence. Selon lui, le ministère a fait tout son possible pour connaître la vérité.
Pour lui, les citations du télégramme publié par Wikileaks ne révèlent pas forcément toute la vérité sur la rencontre entre l’ambassadrice américaine et le sous-secrétaire d’Etat. « Il s’agit d’un rapport d’une des parties », dit-il.
HS/A15

Finlande - Russie

Les litiges sur les gardes d’enfants ne sont pas, prêts de s’arrêter
Keskisuomalainen relève que M. Boris Altschuler, qui a longtemps travaillé dans la protection des enfants en Russie, estime que M. Pavel Astahov, délégué russe pour l’enfance, cherche sans arrêt des conflits avec les pays occidentaux. « Ses allégations peuvent être comparées à de la propagande soviétique. »
M. Astahov, interviewé à Moscou par l’agence de presse finlandaise STT, accuse les autorités finlandaises de mauvais traitement à l’égard des familles russes en Finlande. Il propose la création d’une commission mixte finno-russe sur l’enfance que la Finlande rejette catégoriquement.
M. Astahov promet plus de problèmes pour la Finlande. « Si cela continue nous devrons peut-être déclarer la Finlande en tant que pays dangereux pour les Russes ».
KS/24

« Les médias russes et Johan Bäckman »
Ylioppilaslehti publie un article signé Arto Mustajoki, professeur titulaire de la langue et de la littérature russes à l’université de Helsinki. Selon M. Mustajoki, M. Johan Bäckman, qui porte le titre de maitre de conférences de la même université, a plus de visibilité sur internet que tous les autres professeurs ou maîtres de conférences d’Helsinki. M. Bäckman est un phénomène et il est intéressant d’analyser pourquoi la presse russe l’écoute et le croit. Pourquoi distribue-t-il de fausses informations sur la Finlande ?
M. Bäckman est très connu en Russie, plus connu que par exemple Mme Tarja Halonen ou M. Jyrki Katainen. Seul le pilote de Formule 1 Kimi Räikkönen a plus de visibilité que lui.
Il semble que la Russie a besoin de quelqu’un comme lui. Dans la politique intérieure de la Russie il y a un besoin de litiges finno-russes sur la garde d’enfants. La Russie est en train de modifier la loi qui permettrait désormais des mesures disciplinaires plus dures. Beaucoup de Russes s’opposent à cette réforme.
Lors d’une conférence finno-russe sur les médias, les journalistes russes ont dit qu’ils écoutaient M. Bäckman parce qu’il était toujours prêt à faire des déclarations provocatrices en russe. Les experts finlandais, quant à eux, ne font pas de déclarations en russe.
Les Russes apprécient M. Bäckman aussi parce qu’il est le seul occidental à prendre position en faveur de la minorité russe dans les pays baltes.
Yliopistolehti/n°1/43

Politique intérieure

Parlement

Conjoncture

Selon le patronat, on atteint le fond
La conjoncture est mauvaise pour tous les secteurs sauf les services, selon le patronat EK qui estime toutefois que l’on semble avoir atteint le fond.
Le directeur économique du patronat, M. Jussi Mustonen attend du gouvernement des mesures pour rétablir l’équilibre des finances publiques afin que le pays conserve sa bonne notation.
Il loue les mesures de la BCE qui ont permis de lever les pires menaces, mais souligne que « l’on ne voit pas la lumière au bout du tunnel ».
HS

Défense

Energie

La consommation d’électricité de l’industrie forestière a diminué
Yle rapporte que le groupe de travail ministériel de politique de l’énergie et du climat se réunit vendredi, sous la présidence du ministre de l’Economie M. Jan Vapaavuori pour entériner la mise à jour de la politique énergétique et climatique de la Finlande pour 2025.
La question des prévisions de consommation d’électricité y sera abordée.
Or, il apparaît que la consommation du secteur du bois-papier en Finlande a diminué de 8 terrawatts entre 2006 et 2012.
Selon le professeur Lauri Hetemäki, cette consommation (actuellement de 18,5 terrawatts par an) devrait se stabiliser d’ici 2020 à 17 – 19 terrawatts par an. Le ministère de l’économie prévoit lui une augmentation constante jusqu’à 21 terrawatts par an.
Yle

Construction navale

La commission de l’Economie ne devrait pas intervenir sur le financement de la commande de TUI
La commission de l’Economie du parlement a fini d’entendre des experts dans le domaine de la construction navale. Elle prépare sa position sur le dossier.
Son président, M. Pekkarinen, estime qu’il n’est pas certain que la commission arrive à une position commune sur le financement de la commande de TUI au chantier de STX Finland. « Il est possible qu’il soit plus facile de trouver une position sur la question de plus long terme de l’avenir de la construction navale en Finlande », selon lui.
TS

Culture

Nomination
Mme Minna Sirnö a été désigné par le ministre de la Culture, M. Arhinmäki, pour une période de cinq ans, à la tête du Centre de promotion artistique chargé notamment d’accorder les bourses du domaine artistique.
Mme Sirnö a été députée de l’Alliance des gauches de 2003 à 2011.
HS/C3

Mercredi 6 février 2013

Politique étrangère et européenne

Budget européen

« La France rejette une diminution drastique du budget européen » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti rapporte que, hier, lors de son discours devant le Parlement européen, le Président français François Hollande s’est prononcé contre une diminution trop importante du budget européen, à quelques jours du sommet de Bruxelles.
KL

Selon Mme Anttila, une forte diminution du budget pourrait se retourner contre la Finlande
La députée centriste et ex-ministre de l’Agriculture Sirkka-Liisa Anttila estime que la Finlande ne doit pas rechercher des coupes supplémentaires dans le budget européen car cela pourrait avoir un effet dévastateur sur les aides que reçoit la Finlande.
SM

Mali

« Les Touaregs ont trahi les islamistes » KS
Kesksisuomalainen rapporte que l’on craignait que le mali ne se transforme en un nouvel Afghanistan mais qu’en réalité il apparaît que les Islamistes sont de plus en plus isolés.
KS

Vols de la CIA

Propos du capitaine Teirilä
La fondation Open Society a publié un rapport sur le programme d’interrogatoires de la CIA en 2001-2006. Le rapport relève que la volonté de la Finlande d’étudier les soupçons de vols de la CIA transités par la Finlande a été de très courte durée : la Finlande s’est contentée de la réponse donnée par l’ambassade des Etats-Unis en Finlande qui ne souhaitait ni confirmer ni démentir les informations.
Selon un télégramme publié par Wikileaks, M. Lyra, sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères à l’époque, s’est entretenu avec l’ambassadrice des Etats-Unis, Mme Ware, sur un reportage télévisé concernant les vols de prisonniers, en mai 2006. L’ambassadrice s’est félicitée de la façon de M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères actuel et de l’époque, de minimiser les informations de l’émission. M. Lyra a relevé que le gouvernement finlandais ne souhaitait pas monter en épingle les déclarations soulevées par l’émission.
Aujourd’hui, M. Lyra relève qu’il s’agissait de la position du gouvernement, formulée en commun accord entre des fonctionnaires. « Nous avions compris que nous n’obtiendrions pas d’informations définitives, et avons constaté qu’il fallait passer à autre chose. »
M. Tuomioja dit qu’il n’a pas été au courant de l’entretien de M. Lyra à l’ambassade américaine et qu’il ne l’a pas évoqué avec lui.
Depuis, les vols n’ont pas été étudiés. Le rapporteur spécial du Conseil de l’Europe, M. Marty a demandé des informations concernant 41 vols suspects en 2006, mais la Finlande n’a pas réagi.
En novembre 2011, le ministère des Affaires étrangères a publié les détails concernant 150 vols éventuellement liés au programme de transferts de prisonniers, dont un était considéré comme éventuellement illégal, les autres étant des vols civils. Open Society note qu’il est connu que la CIA utilisait des groupes d’aviation commerciaux dès le départ.
HS/B2

Conseil arctique

Convention sur la prévention contre les marées noires
Helsingin Sanomat rend compte des réactions des organisations environnementales qui considèrent la nouvelle convention des Etats arctiques pour la prévention contre les marées noires comme insuffisante. Il est prévu que la convention sera signée en mai.
Les ministres de l’Environnement des pays membres du Conseil arctique, dont M. Niinistö, sont réunis actuellement en Laponie suédoise. M. Niinistö relève qu’il comprend que l’on puisse critiquer la convention : « C’est un pas en avant, mais ce n’est pas un pas considérable ». Il rappelle toutefois que, jusqu’à présent, il n’existait aucune capacité, règle du jeu ou répartition des responsabilités. »
M. Niinistö relève qu’il s’efforcera d’introduire encore quelques modifications au projet de convention.
Demokraatti relève que, selon M. Niinistö, les risques de l’exploitation des ressources naturelles des régions arctiques sont plus importants que les avantages, si les menaces ne sont pas prises au sérieux.
HS/B4, Dem/8-9

Internationale Socialiste

Mme Halonen devient présidente d’honneur de l’organisation
Mme Halonen, ancienne Présidente finlandaise, a été désignée présidente d’honneur de l’Internationale Socialiste lors du Conseil de l’IS au Portugal, hier.
M. Heinäluoma, président du Parlement, vice-président de l’IS, a été désigné membre du comité de l’égalité de l’organisation.
Dem/13

Youtube

Lancement d’une chaîne destinée aux Finlandais
Google a lancé une chaîne de Youtube destinée aux Finlandais. Il sera désormais possible de cibler des publicités vers des internautes finlandais.
Conclure un accord avec Youtube permettra aux annonceurs de récupérer de l’argent et en redistribuer aux détenteurs des droits, c’est-à-dire les maisons d’édition et de production. Ainsi, les auteurs pourront toucher leur part.
71 % des internautes finlandais se connectent sur Youtube tous les mois.
HS/B5

Politique intérieure

Parlement

Ouverture de la session de printemps
Helsingin Sanomat rapporte que l’ouverture solennelle de la session parlementaire a eu lieu jeudi.
Dans son discours, le président Niinistö a condamné la violence et a fait appel en faveur de l’intégrité de la démocratie. « Ce sont des valeurs importantes qui se basent sur le respect de l’humanité et des pensées d’autrui. »
« Si quelqu’un promeut, dans la démocratie, sa cause en ayant recours à la violence, cela signifie la violence contre tous », a conclut M. Niinistö. Il a fait allusion à l’agression survenue à la bibliothèque municipale de Jyväskylä il y a une semaine.
Dans son discours de réponse, le président de l’Eduskunta, M. Eero Heinäluoma, a également condamné la violence.
Le président Niinistö a dit dans son discours qu’il voulait créer une table ronde annuelle sur la politique étrangère, suivant le modèle suédois des rencontres de Sälen. M. Niinistö a demandé à Mme Teija Tiilikainen, directrice de l’institut des relations internationales UPI, de préparer une telle rencontre avec la chancellerie de la présidence.
Les députés de plusieurs partis ont fait l’éloge du premier discours d’ouverture de la Diète de M. Niinistö en tant que président. Les conservateurs ont été particulièrement satisfaits d’entendre un président conservateur depuis l’ère de trente ans de trois présidents sociaux-démocrates.
HS/A10

Défense

Selon M. Haglund, il faut évoquer le remplacement des chasseurs F-18
Helsingin Sanomat relève que prochain litige sur la politique de défense concernera l’achat des intercepteurs de la prochaine génération. M. Carl Haglund, ministre de la Défense, souligne qu’il faudra commencer, dans les années à venir, un débat sur l’acquisition des chasseurs. « Il faut répondre à ce défi par une solution politique, en accordant des ressources supplémentaires ou avec un débat sur les options pour savoir comment organiser la défense aérienne de notre pays. » Il n’a pas précisé quelles sont les options, mais cela signifierait adhérer à une alliance militaire.
Les chasseurs actuels, F-18 Hornet, seront utilisés jusqu’à la fin des années 2020. Le ministère de la Défense rappelle que le choix et l’acquisition des chasseurs suivants prendra une dizaine d’années. Le Parlement, qui sera élu en 2015, devra commencer le débat sur l’achat, mais les décisions définitives seront prises par le Parlement suivant.
L’acquisition coûterait au moins cinq milliards d’euros, soit le double par rapport à l’acquisition des Hornet qui a commencé dans les années 1990.
M. Haglund a précisé que cette somme correspondrait au budget d’acquisitions des forces armées de dix ans. « Cela signifie qu’il faut trouver un financement séparé pour l’achat des chasseurs. »
Selon M. Haglund, un chasseur couterait entre 70 et 80 millions d’euros, indépendamment de la marque choisie.
Il semble que le ministère de la Défense estime qu’une défense crédible nécessite environ 60 chasseurs. Il y a en ce moment 62 Hornets.
HS/A12

Analyse : il y a quelques nouveautés dans le livre blanc de la défense
Helsingin Sanomat publie une analyse de Kari Huhta sur les nouveautés du livre blanc sur la politique de sécurité et de défense.
Concernant la coopération nordique, « la capacité pour une concertation opérationnelle dans notre territoire et dans les régions de proximité sera développée encore ». Selon le ministre de la Défense, M. Haglund, cela ne signifie pas une défense nordique commune. La formulation est toutefois nouvelle.
Quant à la modification de la législation dans le cadre de l’aide militaire mentionnée dans le traité de Lisbonne, M. Haglund souligne qu’il s’agit d’une question politique.
L’importance accordée aux Etats-Unis dans le livre blanc reste énigmatique. Selon M. Haglund, cette partie du texte a été rédigée au ministère des Affaires étrangères. Cela lui convient, mais « il ne s’agit pas d’une prise de position dans la direction de l’OTAN ».
A/12

Social

Jours de formation
Les confédérations des salariés, SAK, STTK et Akava, ont déposé au patronat EK, hier, une proposition commune pour la mise en œuvre du droit aux trois jours de formation. Les confédérations viennent de rejeter la proposition d’EK. M. Salomaa de la STTK relève que l’on est loin d’un accord en la matière.
Dem/6

SAK
20 % des membres de la confédération des ouvriers SAK ont moins de 30 ans. Le nombre des membres de moins de 30 ans a augmenté de 10 000 en 2012.
Dem/7

Chômage

Les statistiques sur le chômage varient considérablement
Selon Turun Sanomat, il y a eu, à la fin de 2012, une différence considérable, environ 100 000 personnes, sur le nombre de chômeurs entre les statistiques du ministère de l’Economie et celles du Centre national de la statistique.
Selon le ministère, il y avait 282 000 chômeurs et selon le Centre national de la statistique 180 000 chômeurs, fin décembre 2012.
Selon l’actuaire principal au Centre national de la statistique, M. Kalle Sinivuori, « la différence entre les statistique est en général la plus importante en décembre, mais elle a rarement été aussi importante que cette fois-ci ».
Selon le Centre de la statistique, le nombre de chômeurs a baissé de 12 000 personnes, tandis que le ministère dit qu’il a augmenté de 27 000 personnes.
M. Sinivuori souligne que les différences sont dues à différentes méthodes de calcul. Le chômage n’est qu’un des facteurs dans les deux statistiques.
Les études sur l’emploi (utilisées par le centre national des statistiques) qui sont comparables au niveau international mesurent la demande et l’offre de la main-d’œuvre dans l’économie nationale.Dans les études de l’emploi, qui suivent les méthodes de l’Organisation internationale du travail, la définition du chômage est assez stricte et nécessite que la personne se livre à une recherche active du travail pendant les quatre semaines précédentes.
Les chiffres du ministère sont eux basés sur le nombre de demandeurs d’emploi, actifs ou passifs.
TS/dim/11

Economie

Baisse du PIB de 1,2% en novembre
Le PIB finlandais a baissé de 1,2% en novembre 2012 par rapport à novembre 2011. Le recul par rapport au mois précédent (octobre 2012) est de 0,4%.
Le PIB est en baisse depuis juin.
KS

STX

Les Finlandais divisés sur une aide publique aux chantiers navals
Selon un sondage publié dans Helsingin Sanomat, 38% des Finlandais souhaitent que l’Etat entre dans le capital de STX Finland. Les plus favorables y sont les centristes (51%) et les Vrais Finlandais (48%). Les plus opposés sont les conservateurs (63% contre). Les électeurs du PSD sont divisés : 44% pour et 41% contre.
Interrogés plus généralement sur la possibilité que l’Etat aide des entreprises privées, 50% des Finlandais y sont favorables et 35% opposés. Il est à noter que les électeurs de gauche y sont le moins enclins : seuls 38% des électeurs du PSD et 45% de ceux de l’Alliance des Gauches, l’approuvent. En revanche, 53% des électeurs conservateurs, 57% de ceux des Vrais Finlandais et 61% de ceux du Centre y sont favorables.
Interrogés sur la possibilité pour l’aider d’aider une entreprise en difficulté pour sauvegarder l’emploi, 54% des Finlandais y sont favorables et 35% y sont opposés. Dans ce cas, ce sont les partis de gauche qui y sont le plus favorables : 64% des électeurs du PSD et 63% de ceux de l’Alliance des gauches. Y sont le plus opposés, les électeurs conservateurs (58% contre et seulement 39% pour).
Selon le directeur de l’institut de sondage, ces résultats révèlent l’idéologie du parti conservateur qui est favorable au soutien des branches en croissance.
Helsingin Sanomat souligne que la situation de STX est un cauchemar pour le PSD qui est très divisé sur la question. Heureusement pour ce parti, c’est aussi un sujet qui divise l’opposition. Les Vrais Finlandais ne devraient même pas proposer au centre de s’associer à leur motion de censure sur le sujet.
HS

Les sous-traitants cherchent toujours à sauver le chantier de Turku
Turun Sanomat rapporte que des investisseurs finlandais seraient intéressés par le financement du chantier naval de Turku. C’est ce qui est ressorti de la réunion d’une trentaine de sous-traitants, hier, à Turku. L’opération de sauvetage des chantiers rassemble actuellement environ 40 entreprises et on en attend d’autres.
M. Mäkiranta, de l’entreprise Merima Oy ne pense pas que les sous-traitants pourront seuls sauver le chantier naval de Turku. « Il est possible que TUI ou RCC participent à une solution de financement. Ou bien que la direction coréenne de STX cède et décide finalement de financer leur filiale finlandaise », pense-t-il.
TS

Etudes linguistiques

« Les connaissances de l’anglais ne suffisent pas »
Kaleva relève que les experts de l’enseignement des langues s’inquiètent du fait que les Finlandais ne connaissent pas suffisamment d’autres langues étrangères que l’anglais.
Les Finlandais apprécient de moins en moins la connaissance de plusieurs langues étrangères. Selon l’Eurobaromètre effectué en 2012, seulement 37 % des Finlandais estiment que chacun devrait savoir parler plus d’une seule langue étrangère. Ce chiffre est parmi les plus bas en Europe.
« Cela est incompréhensible. Notre langue maternelle est une petite langue qui n’est pas parlée ailleurs. C’est nous qui devrions connaître d’autres langues, selon Mme Anna-Kaisa Mustaparta, conseillère au ministère de l’Education et de la Culture. Elle estime que le résultat est d’autant plus étrange que les Finlandais font partie de ceux qui parlent le plus de langues en Europe.
En ce moment, environ 25 % des élèves choisissent d’étudier une deuxième langue de cursus « longue », tandis que dans les années 1990 il y en avait 40 %. Surtout la popularité de l’allemand est en baisse.
Kaleva/dim/3

France

Bande-dessinée

Uderzo
Kaleva publie un reportage sur le festival d’Angoulême où le dessinateur d’Astérix a été honoré.
Kaleva

Exposition

Dalí au Centre Pompidou
Hufvudstadsbladet rend compte de l’exposition et son succès à Paris.
HBL/17

Mardi 5 février 2013
Politique étrangère et européenne

Aide au développement

« De nouvelles idées pour l’aide » AL
La ministre chargée du développement, Mme Heidi Hautala (Verts) et la ministre des Finances Mme Jutta Urpilainen (PSD), signent une tribune dans Aamulehti sur les nouveaux financements de l’aide au développement.
« On a toujours besoin des ressources économiques de la coopération au développement », rappellent les ministres qui soulignent que la pauvreté n’a pas disparu et que de nouvelles menaces pèsent sur le développement des Etats.
Elles estiment que « l’on a besoin d’une nouvelle manière de réfléchir au développement et à son financement. Une partie du financement est constitué par les nouvelles sources innovantes, notamment pour les programmes de vaccination ou la lutte contre les maladies transmissibles. Pour promouvoir ce financement du développement, la Finlande œuvre comme présidente du groupe pilote du financement innovant qui se réunit à Helsinki le 6 février. »
La Finlande a aussi décidé de diriger une partie des ressources des droits d’émissions vers l’aide au développement, précisent les ministres.
Les ministres soulignent qu’une source de financement peut aussi être la taxe sur les transactions financières qui permettra, lorsqu’elle sera en vigueur, d’augmenter les moyens disponibles pour la coopération au développement. Au moins onze Etats membres souhaitent participer à une coopération renforcée pour mettre en œuvre une taxe sur les transactions financières. La France a déjà adopté une telle taxe et verse 10% de ses recettes à la coopération au développement. Même si la Finlande ne participe pas à cette coopération renforcée, elle suit activement sa préparation », écrivent les ministres.
Le groupe pilote vise aussi à lutter au niveau mondial contre l’évasion fiscale, soulignent-elles.
AL

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est problématique qu’il soit difficile de montrer des résultats explicites concernant l’aide au développement. Les donateurs sont dirigés par une idéologie, la politique et les intérêts économiques.
L’éditorialiste estime que M. Stubb, ministre du Commerce extérieur, n’a pas tort lorsqu’il dit que la politique finlandaise du développement est vieillie. Selon elle, Mme Hautala, ministre du Développement, a raison elle aussi, lorsqu’elle dit que l’aide orientée à des entreprises ne suffit pas.
Pour l’éditorialiste, les deux pourraient avoir tort de considérer les microcrédits comme quelque chose de purement positif.
Elle rappelle que la pauvreté constitue un terrain fertile pour la violence, ainsi que la plus grande menace pour la démocratie. L’aide au développement de longue haleine doit être constamment réévaluée. Aucun événement n’est séparé du reste dans le contexte de la mondialisation. Ainsi la pauvreté n’est pas le problème de pays isolés, elle concerne tout le monde.
La Finlande peut et doit exiger transparence et démocratie. Le choix des mesures à prendre ne doit toutefois pas être manichéen, il faut des alternatives concernant les moyens.
HBL/14

Mali

Propos du capitaine Teirilä
M. Teirilä de l’institut stratégique du Collège de la Défense estime qu’au Mali, il existe le risque que la situation évolue dans le même sens qu’en Irak il y a dix ans et en Afghanistan il y a cinq ans. Au Mali, ce sont les vastes étendues désertes du Nord du pays qui constituent un problème. Ni les Maliens ni les Français n’ont les ressources de chasser les rebelles là-bas, regrette M. Teirilä.
Il estime que les décisions les plus importantes concernant l’avenir du Mali ne seront pas prises dans le désert, mais autour d’une table de négociation. Il se déclare préoccupé par la montée de l’extrémisme islamique en Afrique du Nord mais relève qu’il est plutôt optimiste en ce qui concerne le Mali. L’évolution démocratique positive du pays pourrait bien se poursuivre, selon lui.
HBL/ 12

Contrôle bancaire

M. Liikanen contre l’utilisation des dépôts pour la spéculation
Le gouverneur de la Banque de Finlande explique dans Helsingin Sanomat que son groupe de travail européen souhaite qu’à l’avenir les banques ne puissent plus utiliser les dépôts des épargnants pour leurs activités spéculatives.
HS

Football

Paris truqués
« Trois rencontres en Finlande concernée par l’affaire des paris truqués »
« Selon le police finlandaise, des soupçons concernent aussi des rencontres de l’année dernière » IS
M. Soini s’inspire des propos de M. Cameron
La presse rapporte que sur l’affaire internationale de plus de 400 rencontres de football truquées, trois avaient eu lieu en Finlande. Le commissaire de police Ari Karvonen a participé, hier, à la conférence de presse d’Interpol sur cette affaire. Il regrette que la police finlandaise ne dispose pas de moyens suffisants pour étudier la criminalité organisée dans le football.
Helsingin Sanomat rapporte que le Singaporais Wilson Raj Perumall a corrompu les rencontres de trois clubs (de Tampere, Rovaniemi et Pori) et a même fait un court séjour en prison en Finlande avant d’être livré à la justice en Hongrie.
Le commissaire de police Jouko Ikonen rapporte que la police soupçonne aussi des joueurs étrangers d’avoir truqué des rencontres en Finlande l’année dernière.
HS IS

Internet

Les grands groupes américains échappent à l’impôt en Finlande
Helsingin Sanomat relève que Google, Facebook et Appel échapent à l’impôt en Finlande pour leurs recettes de publicités et d’applications. De plus, Appel et d’autres groupes étrangers ne payent pas la TVA sur les jeux et applications achetés en ligne par des Finlandais.
Les groupes échappent à l’impôt car ils ont concentré leur activité sur un ou deux Etats, l’Irlande pour Google et Facebook, le Luxembourg pour Apple.
Il est toutefois difficile de dire quelles recettes fiscales la Finlande perd ainsi.
HS

UPM

Restructuration internationale d’UPM
UPM commence un plan de restructuration qui touche ses activités dans 18 pays afin de mettre en œuvre son plan d’économies visant à réduire ses effectifs de 860 postes. Le premier plan social annoncé concerne 450 personnes.
UPM cède ou ferme des unités de production en Finlande, en Allemagne et en France.
En Finlande, les diminutions de postes devraient toucher 54 personnes à l’usine de Laukaa de Lappeenranta, 45 à celle de Jämsänkoksi. De plus 38 postes dans la recherche devraient être supprimés en Finlande (Lappeenranta) et en Allemagne.
HS

Fortum

Fortum désireux de vendre son réseau de distribution
L’agence nationale pour l’approvisionnement inquiète d’une vente à l’étranger
Fortum a annoncé son intention de céder son réseau de distribution d’électricité qui représente 20% du marché finlandais. Le président de l’agence nationale pour l’approvisionnement Ilkka Kananen espère que ce réseau ne sera pas cédé à une entreprise étrangère, en tous cas pas à une entreprise de l’extérieur de l’UE ou de l’AELE.
TS

Politique intérieure

Parlement

Le présidium a été réélu, malgré la candidature de Mme Kiviniemi
Helsingin Sanomat rapporte que les députés se sont réunis lundi pour élire le président et les deux vice-présidents du Parlement. L’ouverture solennelle de la Diète aura lieu aujourd’hui.
M. Eero Heinäluoma (PSD) a été réélu président de l’Eduskunta par 153 voix. M. Pekka Ravi (Parti conservateur), qui a obtenu 181 voix, continuera comme premier vice-président. M. Anssi Joutsenlahti (Vrais Finlandais) a été réélu second vice-président avec 114 voix.
Avant le vote, la députée centriste Mari Kiviniemi, ancienne Première ministre, a présenté sa candidature pour le poste de second vice-président. Au vote, Mme Kiviniemi a obtenu 49 voix, même s’il n’y a que 35 députés dans le groupe parlementaire du Centre. Le Parti du centre a voulu ainsi remettre en cause la tradition parlementaire selon laquelle les postes du président et des vice-présidents sont réservés au trois plus grands partis du Parlement.
Au vote sur le présidium et sur les sièges dans les commissions parlementaires, les députés votent généralement suivant les arrangements décidés entre les partis au début de la législature.
Selon l’interprétation des autres partis, le Centre a rompu cette tradition. Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, a été particulièrement irrité par le comportement des centristes. « Je suis très étonné que l’ancienne Première ministre a voulu participer à cette opération. »
Le président du Parlement, M. Heinäluoma, a déploré le processus. Il souhaite que les groupes parlementaires devraient de mettre d’accord sur les choix et les procédures.
M. Jouni Backman, président du groupe parlementaire du PSD, condamne le comportement des centristes. « Si on souhaite modifier la procédure, il faut le faire par des négociations. » Il rappelle qu’au début de la législature, tous les groupes ont participé aux négociations sur les sièges.
La presse note qu’il y a eu un adversaire au vote sur un des trois présidents du Parlement la dernière fois en 1965.
HS/A6, TS/9

Les présidents des groupes parlementaires continuent
Selon Turun Sanomat, les présidents de tous les groupes parlementaires - M. Petteri Orpo (Parti conservateur), M. Jouni Backman (PSD, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner (Vrais Finlandais), M. Kimmo Tiilikainen (Centre), Mme Annika Lapintie (Alliance des gauches), M. Pekka Haavisto (Alliance verte) et Mme Mikaela Nylander (Parti suédois) - ont été réélus.
TS/9

Le Parlement devra étudier 118 projets de loi au cours de la session du printemps
Demokraatti relève que le Parlement commencera la session du printemps par l’étude du livre blanc de politique étrangère et de sécurité, déposé avant Noël par le gouvernement.
Le gouvernement compte proposer au parlement 118 projets de loi, dont 40 avec mention urgente qui devraient être étudiés avant la Saint-Jean et votés au plus tard au début de la session automnale.
Dem/3

La lutte sur les crédits de l’armée commencera bientôt au Parlement
Selon Aamulehti, quant à l’étude du livre blanc sur la politique de sécurité, qui commencera demain à l’Eduskunta, M. Jussi Niinistö (Vrais Finlandais), président de la commission de la défense du Parlement, souligne qu’il ne faut pas faire plus d’économies dans les frais de défense. « On pourrait faire des économies dans la gestion de crise. Il est inutile d’envoyer des Finlandais à l’opération Atalanta. »
Selon M. Niinistö, « en 2016, on pourrait accorder à l’armée 50 millions d’euros des crédits de l’aide au développement et d’ici 2020 150 millions d’euros. »
AL/A8

Vrais Finlandais

M. Turunen n’a pas présenté sa candidature pour la tête du groupe parlementaire
M. Kaj Turunen, député des Vrais Finlandais, qui devait être adversaire de Mme Ruohonen-Lerner au vote sur le président du groupe parlementaire, a décidé à la dernière minute de ne pas se présenter.
Selon M. Turunen, le président du parti, M. Soini, n’y est pour rien. « Le vote aurait été inutile, parce Mme Ruohonen-Lerner a dit être favorable à mes idées pour partager différemment le pouvoir et les responsabilités au sein du groupe parlementaire. »
TS/9

Un conseiller municipal propose d’interdire aux femmes de voter…
Selon le tabloïd Ilta-Sanomat, M. Teuvo Roskala, nouveau conseiller municipal des Vrais Finlandais à Kankaanpää (près de Pori), a écrit vendredi sur Facebook qu’on devrait interdire aux femmes de voter. Selon M. Roskala, il s’agit d’humour, parce que, selon les nouveaux sondages, les femmes votent moins pour les Vrais Finlandais que les hommes…
IS/18

Social - Jours de formation

Les confédérations des salariés ont rejeté la proposition du patronat
La SAK et la STTK ont rejeté, hier, la proposition du patronat EK sur l’organisation de la formation dans les lieux de travail. Pour les représentants des salariés, la proposition aurait garanti aux entreprises des allègements fiscaux sans pour autant offrir aux employés quelque chose de nouveau par rapport à la situation actuelle.
Les confédérations SAK, STTK et Akava présenteront, aujourd’hui, leur proposition.
Le conseil du patronat se réunira jeudi soir pour décider si les négociations seront poursuivies.
HS/A11

Incident de Jyväskylä

La personne détenue avait des antécédents violents
L’homme de 27 ans, de Jyväskylä, incarcéré dans le contexte de l’enquête sur l’agression survenue à la bibliothèque municipale de Jyväskylä, la semaine dernière, est étudiant en technologies de l’information à l’Université de Jyväskylä. Il a déjà publié du matériel sur le site d’un mouvement d’extrême-droite. Le jour de l’agression, il a publié un tweet en éloge à Adolf Hitler.
HS/A9

Animaux sauvages

Loups
L’organisation de protection de la nature Luonto-Liitto rejette l’idée d’accorder une autorisation supplémentaire d’abattre des loups. Le ministère de l’Agriculture et de Sylviculture propose d’augmenter le quota de cinq loups. Pour le ministère, il s’agirait d’abattre des bêtes qui s’approchent des habitations.
Luonto-Liitto accuse le ministère de réagir au problème de braconnage en augmentant les abatages. Pour l’organisation, la proposition est provocatrice et manque de logique.
HS/A9

Narcolepsie

174 demandes de dédommagement
Jusqu’à ce jour, 174 personnes ont déposé une demande de dédommagement concernant la narcolepsie déclenché par le vaccin contre le H1N1 il y a quelques années.
119 personnes ont déjà obtenu une réponse favorable à leur demande, 37 demandes ont été refusées.
Les personnes de moins de 20 ans seulement sont concernées par des remboursements.
HS/A9

France - Finlande

Bibliothèque

La révolution française, thème du mois de février à la bibliothèque de Turku
Turun Sanomat rapporte que la bibliothèque de Turku présente des documents sur la révolution française, ce mois-ci.
TS

Lundi 4 février 2013

Politique étrangère et européenne

Aide au développement

« Selon M. Stubb, la coopération au développement est une vache sacrée » KS
« M. Stubb exige une ré&forme radicale de l’aide au développement » HS
Keskisuomalainen rapporte que le ministre du Commerce extérieur Alexander Stubb considère les moyens de la coopération finlandaise au développement dépassé. Il espère qu’ils pourront être radicalement réformés. « La coopération au développement est comme une vache sacrée que l’on ne peut toucher ».
M. Stubb estime que l’aide d’Etat à Etat n’est pas forcément le meilleur moyen de faire de la coopération au développement. « Le micro-crédit pour les femmes est par exemple un bon moyen de réaliser la coopération au développement », dit-il. « Le niveau actuel de l’aide au développement de la Finlande est bon mais les moyens de la distribuer doivent être réévalués », selon le ministre. Il ne critique pas les ministres actuels et précédents de la coopération au développement, Mme Hautala et M. Väyrynen. Mais, « les grandes structures internationales rendent difficile la modernisation de la coopération au développement, mais aussi le fait que certains fonctionnaires sont habitués à distribuer un certain nom bred e millions d’une certaine manière ».
Le président du comité du développement de l’OCDE avait critiqué l’émiettement de la coopération au développement de la Finlande.
Le conseiller à la politique de coopération au développement du ministère des Affaires étrangères de la Finlande, Mme Iina Soiri souligne que la Finlande actualise constamment sa coopération au développement.
La ministre chargée du développement Mme Heidi Hautala a rejeté les critiques de M. Stubb. Elle estime que son collègue n’a pas eu le temps de suivre les réformes faites et en cours en matière de coopération au développement. « On actualise constamment la coopération et la politique de développement afin qu’elles répondent aux exigences d’un monde changeant », souligne-t-elle.
Elle souligne que le commerce ne peut être la solution à tous les problèmes de développement, comme la santé et l’éducation. « Les entreprises demandent à l’Etat de meilleures conditions pour travailler, ce qui veut dire un renforcement de la transparence, de l’Etat de droit, de l’administration et des droits de l’homme. Cela se réalise au mieux par des moyens traditionnels de la coopération au développement », explique-t-elle.
KS HS

Politique intérieure

Propos de M. Soini

M. Soini s’inspire des propos de M. Cameron
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, souhaite que la Finlande renégocie, aux côtés de la Grande-Bretagne, son traité d’adhésion à l’UE et organise ensuite un référendum.
M. Soini estime qu’il faut que la Finlande saisisse l’occasion qui s’est ouverte avec l’initiative de M. Cameron. Pour lui, la Commission européenne ne pourra pas refuser les négociations avec une puissance économique telle que la Grande-Bretagne.
Il estime que le fait que des élections auront lieu en Grande-Bretagne et en Finlande au printemps 2015 parle en faveur des renégociations en même temps. Il promet d’entamer des négociations avec la Commission européenne s’il devient Premier ministre après les législatives de 2015.
M. Sipilä, président du Parti du centre, s’est déclaré réservé en ce qui concerne l’idée d’organiser un référendum sur la séparation de la Finlande de l’UE. Il estime que si l’UE évolue clairement dans le sens d’un Etat fédéral, il s’agira de mettre en place un référendum.
Pour lui, il faut développer l’UE en tant qu’organisation intergouvernementale.
M. Soini considère les propos de M. Sipilä comme peu clairs et se demande si le Centre se prend pour un parti du gouvernement sans portefeuillles, qui soutient les positions du Parti conservateur, du PSD et des Verts selon qui un référendum n’est pas d’actualité.
Kaleva/dim/5, AL/dim/A8

Sondage

Les « oui » remporteraient si un référendum était organisé en Finlande
Aamulehti rend compte d’un sondage effectué par l’institut de recherche YouGov sur les intentions de vote des citoyens de différents pays européens si un référendum était organisé sur la participation à l’UE.
47 % des Finlandais (et 51 % des Allemands ou 43 % des Français) voteraient en faveur de rester dans l’UE, alors que 32 % voteraient contre (32 % des Français et 29 % des Allemands).
Outre la Finlande, la France et l’Allemagne, les voix en faveur de l’UE l’emporteraient au Danemark, alors qu’en Grande-Bretagne et en Suède, c’est les « non » qui remporteraient le vote.
M. Ervasti, professeur à l’Université de Turku, relève que la confiance dans les hommes politiques a chuté dans les années 2010, mais que celle en l’UE reste relativement élevée.
AL/A8

Présidence

« M. Niinistö rejette un référendum sur l’UE » KS
Dans une interview accordée à Kesksisuomalainen le président de la république estime « qu’il n’y a pas lieu en Finlande d’organiser un référendum sur l’appartenance à l’UE ». « Il y en a déjà eu un. Si nous n’étions pas européens, que serions-nous ? » dit-il.
Le président explique pourquoi il avait dit sur CNN que le fait que la Grande-Bretagne vote sur son appartenance à l’UE était une bonne chose. M. Niinistö déclare qu’il voulait signifier par là que cela mettrait fin à l’éternelle question de savoir si la Grande-Bretagne se maintient dans l’UE. Il considère qu’un changement dans la position britannique serait problématique : « Dans le pire des cas, les autres Etats membres eux aussi sont impliqués dans ce référendum britannique sur l’UE. Les Britanniques peuvent continuellement invoquer le besoin d’obtenir des concessions pour que leur appartenance à l’UE soit votée. Mais on va d’abord voir quels articles ils souhaitent rouvrir ».
Le président déclare aussi que l’économie européenne traverse une période délicate en raison des élections en Italie mais aussi de l’aide demandée par Chypre.
KS

« On peut encore augmenter les impôts » KS
Dans la même interview le président déclare qu’une augmentation de l’impôt sur le revenu ne serait pas un problème. Il souligne que le taux de cet impôt a été bien diminué ces dernières années et qu’il est actuellement bien plus bas que lors des périodes difficiles antérieurement.
M. Niinistö estime aussi que l’on pourrait supprimer le droit de grâce dont dispose le président.
KS HS

« Les nouveaux pouvoirs réduits du président conviennent à M. Niinistö » HS
Les politologues interrogés par Helsingin Sanomat considèrent que le nouveau président s’est bien accommodé de la réforme constitutionnelle qui a diminué ses prérogatives.
HS

Audience des partis politiques

Les hommes préfèrent les Vrais Finlandais
Selon un sondage d’opinion, effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, l’audience du Parti conservateur Kokoomus et du PSD a augmenté et celle des Vrais Finlandais et du Centre a baissé depuis le dernier sondage en décembre.
Le Kokoomus est encore en tête avec une audience de 21,9 % (+0,9 %), suivi du Parti social-démocrate, 18,7 % (+0,8 %), des Vrais Finlandais, 17,7 % (-0,3 %) et du Parti du centre, 17,1 % (-0,7 %).
L’Alliance verte obtient 8,9 %, l’Alliance des gauches 7,9 %, le Parti suédois 3,9 % et les Chrétiens-démocrates 3,1 %.
Les Vrais Finlandais est le parti préféré des hommes : 23,6 des Finlandais voteraient pour eux, 20,4 % pour le Kokoomus, 17,9 % pour le PSD, 16,6 % pour le Centre.
Chez les femmes, les Vrais Finlandais ne sont pas aussi populaires : 23,4 % des Finlandaises voteraient pour le Kokoomus, 19,6 % pour le PSD, 17,7 % pour le Centre et 11,3 % seulement pour les Vrais Finlandais.
Parmi les jeunes de 18-24 ans, le Kokoomus aurait 30,6 %, les Verts 15 et le Centre 14,5 %.
Parmi ceux qui ont 35-49 ans, les Vrais Finlandais auraient 23,1, le Kokoomus 22 % et le PSD 17 %.
Les retraités préfèrent le Centre (27,7 %), le Kokoomus (25,1 %) et le PSD (22,2 %).
Taloustutkimus a interviewé 3 405 personnes pour ce sondage, effectué entre le 7 et le 29 janvier.

Parlement

Le coût des travaux a plus que doublé
Helsingin Sanomat rapporte que le bureau immobilier du Parlement estime que le coût des travaux de rénovation du bâtiment du Parlement s’est élevé de 100 millions à 225 millions d’euros. Au lieu de cinq ans, les travaux prendront dix ans.
Les travaux dans la grande salle de l’Eduskunta doivent commencer après la session parlementaire du printemps 2015, plus précisément le 13 mars 2015. Après les élections législatives, le nouveau Parlement se réunira dans la salle de concerts de l’Académie Sibelius jusqu’à l’automne 2017.
HS/sam/A18

Economie nationale

Propos de M. Haglund
Helsingin Sanomat a interviewé le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, ministre de la Défense. M. Haglund exige une stricte discipline économique. Sa recette en vue des négociations budgétaires du gouvernement en février-mars est qu’il faudra baisser l’impôt sur les sociétés pour pouvoir créer des emplois dans le secteur privé.
Il souligne aussi que le gouvernement doit maintenir ses objectifs concernant l’équilibre de l’économie, inscrits dans le programme gouvernemental. IL faut aussi diminuer la dette publique.
M. Haglund participera pour al première fois aux négociations du gouvernement sur le cadre budgétaire.
HS/dim/A14

Retraites

« L’âge de la retraite augmentera dans les années à venir »
Keskisuomalainen relève que le vice-président de la grande centrale syndicale SAK, M. Matti Huutola, et M. Lasse Laatunen, directeur chargé des questions relatives au marché du travail à l’EK, confédération du patronat et de l’industrie, estiment tous deux que l’âge de la retraite sera augmentée à 65 ou même à 67 ans d’ici 2025.
M. Huutola estime qu’en 2025 il n’y aura plus de trois grandes centrales syndicales en Finlande (SAK, STTK et Akava). Selon M. Laatunen, STTK serait devisé entre SAK et Akava.
M. Laatunen considère comme étonnant que les salariés n’ont pas réagi contre la cherté des cotisations des syndicats : « Les syndicats doivent devenir plus grands, plus efficaces et moins chers. »
KS/sam/11

« Les dirigeants doivent montrer l’exemple pour prolonger les carrières »
Selon Keskisuomalainen, l’âge moyen de la retraite des directeurs de grandes entreprises est 61,6 ans.
Mme Kaija Kallinen, directrice des questions relatives aux carrières professionnelles à SAK, « il n’est pas juste que les dirigeants puissent négocier leur contrat pour obtenir un âge de la retraite plus bas en même temps qu’on exige que les employés doivent travailler plus longtemps ».
M. Vesa Rantahalvari, expert à EK, souligne qu’il est important que les dirigeants montrent le bon exemple dans la prolongation des carrières professionnelles.
Les directeurs généraux de Kone, M. Matti Alahuhta, de Kesko, M. Matti Halmesmäki, et de Stockmann, M. Hannu Penttilä, dont l’âge de la retraite est de 60 ans, ont annoncé avoir prolongé leurs contrats de travail.
KS/sam/13

Finnair

Mme Hautala réduirait la part de l’Etat dans Finnair
La ministre en charge des participations de l’Etat dans les entreprises, Mme Hautala a indiqué que l’Etat devait rapidement abandonner sa participation majoritaire dans la compagnie d’aviation Finnair. Cela pourrait se faire dès le printemps.
Cela pourrait se réaliser par d’autres moyens qu’une cession des actions de l’Etat : soit par une augmentation de capital soit par une fusion-acquisition.
HS

Sociétés possédées par l’Etat

Part des femmes dans les conseils d’administration
Helsingin Sanomat rend compte sur le nombre de femmes représentés dans les conseils d’administration des entreprises où l’Etat est un actionnaire considérable. Dans les 20 plus grandes entreprises dans lesquelles l’Etat participe, la part des femmes dans les conseils d’administration est de 34 %, alors que dans les reste des ces 58 groupes, la part est de 41 %.
Dans les groupes où l’Etat est le principal actionnaire, ce taux s’élève à 44 %.
Selon M. Väisänen, chef de l’unité de gestion des groupes de l’Etat, parmi les plus grandes entreprises dans lesquelles l’Etat participe, sa participation est minoritaire. Les autres actionnaires de ces entreprises désignent moins volontairement que l’Etat des femmes comme membres des conseils d’administration.
Dans les groupes où l’Etat est actionnaire, la part des femmes est toutefois plus importante que dans les autres groupes côtés à la bourse. Selon la chambre du commerce, elle y est de 20 %. Ce chiffre serait néanmoins en train de s’accroître.
Parmi les 58 groupes où l’Etat est un actionnaire important, trois ont une directrice générale.
HS/B12

Taxe bancaire

Les banques créatives pour éviter de payer la taxe
Le gouvernement avait l’intention de récolter 170 milions d’euros par la taxe bancaire créée cette année. La banque Nordea a toutefois trouvé un moyen de transférer ses risques en Suède ce qui diminuera de 30 millions la valeur de la taxe qu’elle devait payer. On s’attend à ce que Sampo fasse de même.
HS

Industrie métallurgique

Améliorations en perspective
Le secteur de la métallurgie connait une crise de surcapacités. Outokumpu ne fermera pas d’usine en Finlande mais en Allemagne à Krefeld en 2013 et Bochum en 2016. Ces fermetures d’usines devraient permettre d’assurer l’avenir de l’usine de Tornio.
HS

Nucléaire

« Le démantèlement va commencer en Finlande » TS
Le démantèlement du nucléaire pourrait commencer l’année prochaine en Finlande en ce qui concerne le réacteur d’étude de VTT à Otaniemi.
Les réacteurs de Fortum à Loviisa pourraient être démantelés à partir de 2027 et 2030. Ceux de TVO à Olkiluoto seront fermés en 2030 et 2040 mais le démantèlement ne devrait commencer qu’en 2060.
Selon les estimations de Fortum, le démantèlement de ses réacteurs de Loviisa reviendrait à 360 millions d’euros, soit un cinquième de ce qui est prévu en Allemagne. Pour TVO le démantèlement est prévu coûter 195 millions d’euros.
TS

Défense

M. Haglund est déçu de la faible confiance des Finlandais dans la capacité de défense
Turun Sanomat rapporte que le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, est étonné du mauvais résultat d’un sondage effectué pour le compte du tabloïd Iltalehti, selon lequel seulement 40 % des Finlandais croient à la capacité de la Finlande de se défendre en cas de guerre sans l’aide d’une adhésion à l’OTAN. 47 % estiment que la Finlande a besoin de l’OTAN pour se défendre.
M. Haglund estime que la réforme des forces armées, effectuée il y a un an, a été présentée au public sous une lumière négative. Le ministère de la Défense n’a pas réussi à convaincre les citoyens du fait que la réforme n’a pas affaibli la capacité de défense.
TS/dim/11

France

Mali

« Vive la France ! Vive Hollande ! » HS
Helsingin Sanomat relève que le Président français a eu un chaleureux accueil lors de sa visite au Mali.
HS

Mode

Chanel
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le dernier défilé de Chanel à Paris.
HS

Vendredi 1er février 2013
Politique étrangère et européenne

Surveillance bancaire

« Une surveillance trop stricte menace la croissance » HS
« M. Tuomioja met en garde contre une dilution des exigences de contrôle » Dem
Helsingin Sanomat rapporte que les propositions du groupe de travail européen dirigé par le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen rencontrent des critiques car elle sont jugées trop strictes en matière de surveillance des activités bancaires. On estime que la proposition finale du commissaire en charge du secteur, M. Barnier, pourrait être plus proche des propositions franco-allemandes que d groupe de travail de M. Liikanen, rapporte HS.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja écrit sur son blog et déclare dans une interview accordée à Demokraatti qu’il ne faut pas abandonner l’idée d’un sévère contrôle des activités financières, notamment les règles de Bâle III.
HS DEM

Fonds d’ajustement à la mondialisation

La Finlande demande une aide européenne
Selon Turun Sanomat, la Finlande compte demander, pour une seconde fois, une aide du Fonds d’ajustement à mondialisation de l’Union pour réduire les conséquences des licenciements de Nokia. La demande à la Commission européenne concerne 850 licenciés de Nokia et de ses sous-traitants.
La première demande, qui a été déposée en juillet 2012, concernait mille licenciés de l’usine de Nokia à Salo (sud-ouest).
Le Fonds d’ajustement à la mondialisation peut accorder une aide pendant deux ans dans des cas où au moins 500 personnes ont été licenciées.
TS/3&12

PAC

Les négociations redémarreront la semaine prochaine
Helsingin Sanomat relève que les négociations sur les aides agricoles qui devaient être menés de telle façon que les nouvelles pratiques pour la période 2014 à 2020 entrent en vigueur en 2014, ont été retardés et que, concernant l’année 2014, il s’agira de décision à part.
Selon M. Valonen du ministère de l’Agriculture, les principes des aides et des subventions resteront les mêmes, mais leur niveau pourra changer par rapport aux années précédentes.
HS/B7

Diplomatie

Mouvements à la tête des représentations finlandaises
STT annonce que le représentant de la Finlande auprès de l’UE, M. Jan Store, quittera ses fonctions fin août. Il sera remplacé par l’Ambassadrice de Finlande à Paris, Mme Pilvi-Sisko Vierros-Villeneuve.
Mme Hillka Neunonen sera nommée ambassadrice de Finlande en Irlande.
M. Aapo Pölhö sera nommé ambassadeur de Finlande en Inde et Mme Anu Laamanen en Autriche.
AL

Somalie

L’entrainement en vue de l’opération Atalanta a commencé
Helsingin Sanomat rapporte que la marine a commencé à Turku l’entrainement des soldats finlandais qui partiront pour la Somalie dans le cadre de l’opération Atalanta. Le premier conteneur d’équipements des troupes a déjà été envoyé à Djibouti, base de l’opération.
Le comité interministériel de la politique étrangère et de sécurité s’est mis d’accord, l’année dernière, sur l’envoi de troupes en Somalie. L’affaire sera ensuite étudiée à la commission des affaires étrangères du Parlement.
« La Finlande serait prête à commencer l’opération dès le 1er mars. La date exacte dépend de la date d’arrivée du cargo Caroline Scan qu’on doit protéger », selon le commandant Arvi Tavaila de l’état-major de la marine.
Trente soldats, soit deux groupes de quinze personnes seront envoyés en Somalie pour cette opération qui durera cinq mois. Cela coutera environ cinq millions d’euros à l’Etat finlandais.
HS/A16

Finlande - Russie

La construction du casino de Vaalimaa a pris du retard
Selon Helsingin Sanomat, les accords sur la construction du centre de distractions Vaalimaa Shopping Center qu’un groupe d’investisseurs russes compte créer à Vaalimaa, tout près du poste frontière entre la Finalnde et la Russie, n’ont toujours pas été signés.
Le nouveau casino de Raha-automaattiyhdistys (RAY), qui gère les machines à sous, serait locataire du centre. « La date de la signature des accords n’a pas encore été fixée », selon M. Marko Hurme, directeur à RAY.
A12

Transport ferroviaire

L’agence de la concurrence va étudier le fonctionnement de VR
Helsingin Sanomat annonce que l’agence de la concurrence et du droit des consommateurs va étudier la position de la compagnie de chemins de fer VR.
Il s’agit notamment de savoir si VR devrait aussi louer ses locomotives à la concurrence.
HS

Chantier naval

STX prête à vendre sa part de Aker Arctic ?
Turun Sanomat fait par de rumeurs portant sur la vente par STX de ses parts (71%) dans Aker arctic. Pour le quotidien, cela pourrait être pour l’Etat finaldnais un bon moyen d’investir dans le domaine de la cosntruciton navale. Mais cela pourrait aussi intéresser des investisseurs russes, voire l’italien Fincantieri qui a repris les activités offshore de STX.
TS rapporte aussi que les négociations sur la commande de TUI continuent. Le quotidien estime toutefois que les allégations d’un investissement venant des Coréens sont sans fondement. Finnvera procède à sa sixième analyse de risque concernant STX
Le quotidien de Turku souligne que la pression politique pour arriver à une solution sur la commande de TUI ne cesse de se renforcer à l’approche de la rentrée parlementaire et du dépôt d’une motion de censure.
Dans le quotidien du PSD, le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori revient sur l’échec de la commande de RCC. Il estime que le refus du gouvernement de prêter 50 millions d’euros vient du fait qu’il était clair que cette somme n’aurait pas suffis : elle aurait créé un précédent et aurait permis à STX de demander plus. De plus, d’autres entreprises d’autres secteurs auraient aussi été en droit de demander une intervention de l’Etat.
« Je ne sais pas combien de temps on continuera à construire des paquebots de croisière en Finlande, mais je sais que la construction navale ne disparaîtra pas », conclut le ministre.
TS Dem

Politique intérieure

Extrême droite

La police a interrogé plusieurs personnes après la rixe de Jyväskylä
La police a arrêté et interrogé plusieurs personnes dans le contexte des événements intervenus à la bibliothèque municipale de Jyväskylä, avant-hier. Elle n’a pas souhaité révéler le nombre de personnes interrogées. L’enquête reste toujours en instance. La police enquête sur l’incident en tant que coups et blessures aggravés et coups et blessures.
Selon les organisateurs de la manifestation liée à un essai sur l’extrême droite en Finlande, les agresseurs étaient des représentants d’un mouvement d’extrême-droite, qui s’appellent des patriotes. La police ne l’a pas confirmé.
Les organisateurs avaient prévu des problèmes sans pour autant s’attendre à des coups de couteau.
Selon la Sûreté nationale, Supo, les activités des mouvements extrémistes et les tensions entre eux en Finlande se sont renforcées ces dernières années. M. Portaankorva, inspecteur chez la Supo, souligne que le nombre des mouvements et de leurs membres reste minime en Finlande. Selon lui, ils ne représentent pas une menace considérable pour la sécurité de la société. Dans ces mouvements, il s’agit principalement d’activités locales. Les groupements comptent quelques dizaines de membres.
Dans son rapport, le ministère de l’Intérieur estime que la criminalité liée à l’extrême-droite est le plus souvent spontanée plutôt que planifiée. Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, a condamné toute violence violant le droit de réunion et d’expression et a regretté l’incident de Jyväskylä.
M. Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches et ministre de la Culture, estime, contrairement à la Supo, que l’on ne peut pas considérer ce genre d’incidents comme des cas isolés. « On ne peut pas permettre la création d’une situation où les gens doivent se poser la question de savoir ce qu’on ose dire et à quoi on ose participer », a-t-il dit.
HS/A7

Réactions
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, relève que la police enquêtera sur le crime, ses motifs et ses liens éventuels, ainsi que les antécédents des auteurs. Elle souligne l’importance de ne pas tirer de conclusions avant que l’enquête soit terminée.
M. Arhinmäki estime qu’il faut intervenir sur l’évolution dans le sens où l’extrême-droite arrive par des perturbations et des agressions à s’attaquer à la démocratie finlandaise et à une société ouverte.
Le Premier ministre, M. Katainen, a écrit sur son blog qu’il n’y avait qu’une société transparente qui est réellement saine. Pour lui, la liberté d’expression, ainsi que la liberté de réunion, sont des conditions nécessaires absolues d’une société démocratique ouverte. Ces droits sont inviolables et il ne faut montrer aucune tolérance à l’égard de leur violation.
M. Katainen a souligné l’importance d’une responsabilité commune qui revient à tout le monde, indépendamment du statut, du rôle, pour intervenir dans l’agitation haineuse. Il faut condamner et rejeter les propos haineux et le racisme, écrit-il.
M. Ville Niinistö, président de l’Alliance verte, estime que la liberté de réunion, comme la liberté d’expression, est un des droits politiques des plus fondamentaux de la démocratie.
Il s’étonne des propos de la Supo sur les tensions entre les groupements extrémistes, et critique son attitude consistant à faire le parallèle entre un suppléant de l’Alliance des gauches et un représentant de l’extrême-droite.
M. Koivulaakso, un des auteurs du livre en question, regrette la Supo soit trop passive à l’égard de l’extrême-droite. Pour lui, on minimise les dégâts engendrés par les activités de ces groupes.
IS/6-7

Santé

La taxe sur le sucre ne sera pas élargie
Helsingin Sanomat relève que le groupe de travail chargé d’étudier un éventuel élargissement de la taxe sur le sucre propose que la nouvelle taxe ne concerne pas les viennoiseries et les biscuits. Le groupe préfère une taxe limitée sur le sucre.
La loi actuelle concerne les bonbons, la glace et les limonades. Son montant est de 95 cent pas kilo ou 11 cents par litre.
Cette année, la taxe devrait rapporter environ 200 millions d’euros à l’Etat.
HS/A10

Vie professionnelle

Baromètre sur le bien-être au travail
Helsingin Sanomat relève que selon le baromètre sur les conditions au travail, effectué pour le compte du ministère du Travail et des Activités économiques, les employés estiment que la situation de l’emploi se détériorera encore. 42 % estiment qu’ils pourraient peut-être trouver un nouvel emploi et 36 % seulement en sont sûrs.
Le ministre du Travail, M. Lauri Ihalainen, souligne toutefois que selon une comparaison européenne, la vie professionnelle en Finlande est parmi les meilleures, en quatrième position. Le ministère compte augmenter cette position pour arriver au premier rang d’ici 2020 par l’intermédiaire d’un nouveau programme.
HS/A10

Electricité

Fortum envisage de vendre ses réseaux
Fortum, qui est le plus grand distributeur d’électricité dans les pays nordiques, envisage de vendre ses fonctions de transfert d’électricité. Le groupe a 1,6 millions de clients dans les pays nordiques, dont 900 000 en Suède, 600 000 en Finlande et 100 000 en Norvège.
Fortum souhaite se concentrer sur la production d’énergie hydraulique et nucléaire, et HS relève que le groupe a un projet d’achat de centrales hydrauliques en France, dans les Alpes.
HS/B8

Nucléaire

Cinq offres pour OL4
TVO a reçu hier les cinq offres demandées pour OL4.
TVO commence désormais sa phase d’étude des offres qui devrait mobiliser 150 personnes.
TS

publié le 28/02/2013

haut de page