"Faire revivre l’Europe comme une puissance politique stratégique" [fi]

Le Président de la République a participé ce 15 février 2020 à la Conférence de sécurité de Munich.

Le Président Emmanuel Macron a participé ce 15 février 2020 à la Conférence de sécurité de Munich qui appelle à un sursaut pour préserver une capacité d’action en matière de défense et de sécurité, pour promouvoir la paix.

La Conférence de sécurité de Munich, historiquement, est une enceinte qui a été créée en 1962 par Ewald VON KLEIST, un ancien officier allemand qui était l’un des comploteurs contre Hitler en 1944, et l’un des rares survivants du complot. Il avait fondé cette conférence avec l’idée de promouvoir la paix par le dialogue.

Pendant longtemps l’Occident a constitué un "bloc" partageant les mêmes valeurs et parlant dans le monde d’une même voix pour la paix. Aujourd’hui les pays occidentaux doutent de leurs valeurs, n’y croient plus, et sont en même temps divisés entre eux.

Souveraineté européenne, place de l’Europe comme puissance politique, en particulier comme puissance d’équilibre, complémentarité entre OTAN et Europe de la défense, relation avec la Russie, doctrine pour la dissuasion nucléaire, le Président de la République a exposé sa vision.

Echanges du Président de la République lors de la conférence de Munich sur la sécurité

PDF - 1.4 Mo
DISCOURS À LA CONFÉRENCE DE MUNICH SUR LA SÉCURITÉ 2020
DISCOURS À LA CONFÉRENCE DE MUNICH SUR LA SÉCURITÉ 2020 (PDF - 1.4 Mo)

Déclaration de la porte-parole du ministère de l’Europe et des affaires étrangères - Conférence sur la sécurité de Munich (15 février 2020)

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a participé le 15 et le 16 février 2020, à la Conférence sur la sécurité de Munich.

JPEG

Le 15 février, le ministre a réuni les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de la Norvège, le Haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité ainsi que des représentants du Royaume-Uni et de l’Italie. Le ministre a évoqué avec ses interlocuteurs l’avenir de la Coalition contre Daech, dont les moyens d’action doivent être préservés et adaptés pour poursuivre la lutte contre Daech en Irak et en Syrie. Le ministre a également évoqué la situation politique de l’Irak et la détermination de la France à œuvrer en faveur du renforcement de la souveraineté de l’Etat irakien. Enfin, le ministre a rappelé l’objectif commun de détention sûre des combattants de Daech et la nécessité d’assurer l’absence d’impunité des crimes qu’ils ont commis.

A l’occasion d’une rencontre séparée consacrée au dossier israélo-palestinien avec ses homologues allemand, égyptien et jordanien, le ministre a rappelé la disponibilité de la France à accompagner les efforts de paix qui s’inscrivent dans le cadre du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité, et d’une négociation entre les parties sur la base d’une solution à deux Etats, vivant dans la paix et la sécurité au sein de frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats.

Le ministre s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères de la République populaire de Chine, M. Wang Yi, auprès duquel il a réitéré le soutien de la France dans le cadre de la crise sanitaire du Coronavirus, et évoqué les enjeux de la coopération bilatérale.

Le ministre a rencontré le ministre des affaires étrangères du Canada, M. François-Philippe Champagne, pour évoquer les perspectives de la relation bilatérale franco-canadienne et les prochaines échéances du G7.

Le ministre a rencontré le ministre des affaires étrangères de la Turquie, M. Mevlut Cavusoglu. Le ministre a souligné l’importance de mettre pleinement en œuvre les conclusions de la conférence de Berlin, et notamment de mettre fin aux ingérences étrangères dans la crise libyenne et aux violations de l’embargo sur les armes. Il a également évoqué la situation humanitaire dramatique dans la province d’Idlib, liée à l’offensive du régime syrien et de ses alliés.

Le ministre s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères iranien, M. Javad Zarif. Il a marqué la détermination de la France à œuvrer en faveur d’une désescalade des tensions dans le Golfe et souligné la forte préoccupation de la France à l’égard des violations par l’Iran de l’accord de Vienne sur le nucléaire, dans la continuité du communiqué des chefs d’Etat et de gouvernement E3 du 5 janvier dernier. Le ministre a rappelé les attentes de la France concernant la libération de ses ressortissants détenus en Iran.

Enfin, le ministre a rencontré le premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan irakien, M. Masrour Barzani. Il a réitéré la solidarité de la France avec les autorités irakiennes et le GRK dans le cadre de la lutte contre Daech, qui doit se poursuivre, et marqué le soutien entier de la France au renforcement de la souveraineté irakienne./.

publié le 18/02/2020

haut de page