Extrait de La Germanie de Tacite [fi]

"Quant aux Peucins,Venèdes, Finnois, les rangerai-je parmi les Germains ou les Sarmates ? Je ne sais "

La première référence aux peuples finnois apparaît dans Germania, oeuvre de l’historien et homme politique romain, Tacite, écrite vers 98.
Charles-Joseph Panckoucke est un écrivain et éditeur français qui occupa un rôle prépondérant dans la diffusion des connaissances et idées au XVIIIème siècle.

La Germanie traduite de Tacite (env. 98) par CLF Panckouke avec un nouveau commentaire extrait de Montesquieu et des principaux publicistes, Paris, 1824, (4ème ed. 1833 ; extrait et traduction p. 68-71 ; note p. 154-155)

Le tome 6 des oeuvres de Tacite sur Gallica :
http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k298133

Le passage sur les Finnois avec traduction de C-J Panckoucke et un nouveau commentaire extrait de Montesquieu et des principaux publicistes :

PDF - 630.1 ko
(PDF - 630.1 ko)

Extraits :

Page 89 :
"Quant aux Peucins,Venèdes, Finnois, les rangerai-je parmi les Germains ou les Sarmates ? Je ne sais ... [...] L’état sauvage des Finnois est extraordinaire, leur pauvreté hideuse point d’armes, point de chevaux, point de maisons ; pour nourriture, l’herbe ; pour habillement, des peaux de bêtes pour lit, la terre leur seule ressource est dans des flèches auxquelles, faute de fer, ils ajustent des os pointus. La même chasse nourrit également et le mari et la femme ; elle l’accompagne dans ses courses, et exige sa part de dépouilles leurs enfans n’ont pour refuge, contre les pluies et les bêtes féroces, que l’entrelacement de quelques branches d’arbres qui les cachent ; c’est l’asile qui reçoit les jeunes gens à leur retour, c’est la retraite des vieillards ; ils s’y croient plus heureux que de se fatiguer à cultiver des champs, à construire des maisons, à tourmenter leur fortune et celle d’autrui par l’espoir et par la crainte. Assurés contre les hommes, assurés même contre les dieux, ils ont atteint ce degré, le plus rare de la félicité humaine, celui de n’avoir pas même besoin de former un vœu.[...]
Page 174 :
Note de C-J Panckoucke
Les Finnois. Parmi les Sarmates et les nations slavones, il demeurait deux peuples d’une classe différente. Les Fenni, placés par Ptolémée au sud-ouest de la Lithuanie mais que Tacite recule plus au nord, paraissent déjà chez Strabon sous le nom de Zourni, le même que celui de Suome, que les Finnois se donnent a eux-mêmes. (Géog.-. de Malte-Brun tom. I, pag. 233.) Les Finnois ou Finlandais paraissent avoir été une race européenne indigène peut-être ne firent-ils que précéder les Sarmates dans leur émigration d’Asie....

publié le 15/02/2017

haut de page