Décembre 2018

Mercredi 19 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Union bancaire

La garantie commune des dépôts bloquée
Kauppalehti rapporte que le projet de garantie commune des dépôts dans l’union bancaire est actuellement bloqué.
Le quotidien relève que la Finlande est toujours très réservée sur ce sujet en raison des risques qui pèsent dans certains pays sur le secteur bancaire. « Dans la situation actuelle, nous ne pouvons pas nous porter garant [d’une garantie de dépôts] quand une partie des banques est en si mauvais état », dans l’union bancaire, a déclaré le Premier ministre Juha Sipilä au dernier conseil européen.
KL

Politique intérieure

Budget - Endettement

La dette a diminué – peut-on souffler de soulagement ?
Helsingin Sanomat revient sur l’annonce selon laquelle à la fin de l’année, la dette publique finlandaise sera inférieure à celle d’il y a un an (104,9 milliards d’euros contre 105,8).
Cela est dû à des facteurs conjoncturels souligne le quotidien. Il note que l’endettement finlandais est relativement faible, moins de 60% du PIB.
De plus, en raison de la faiblesse des taux, les intérêts payés par la Finlande sont très peu élevés, 1,2 milliard d’euros, soit environ 1% du PIB.
HS

Parlement

Le Parlement a approuvé la loi sur les licenciements
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a approuvé mardi, par 102 voix contre 72, le projet de loi contesté visant à faciliter les licenciements dans les petites entreprises. Sept députés du Parti suédois ont voté blanc et 18 députés étaient absents.
Le litige sur le projet de loi a causé des grèves et protestation au cours de l’automne.
HS/A8

Banque de Finlande

La croissance baissera en 2019
Helsingin Sanomat rapporte que selon le gouverneur de la Banque de Finlande Olli Rehn, « l’économie finlandaise croîtra encore en 2019 mais plus lentement que jusqu’à présent. On devrait aussi s’occuper du caractère durable des finances publiques en consolidant les amortisseurs ».
Selon les nouvelles prévisions de la Banque de Finlande, le PIB augmentera de 2,7 % cette année, de 1,9 % en 2019 et de 1,7 % en 2020. Encore en juin dernier, la banque centrale avait prévu une croissance de 2,9 % pour cette année et 2,2 % pour l’année prochaine.
La banque centrale estime que le plus grand risque pour l’économie finlandaise est le ralentissement plus rapide de la croissance des exportations.
HS/A7

Revenus

L’écart des revenus a augmenté
Helsingin Sanomat relève que selon le Centre national des statistiques, l’écart des revenus a augmenté en 2017 par rapport à 2016.
Les hauts salaires ont augmenté le plus, de 4,4 %. La moyenne des revenus du décile le plus riche a été de 66 100 euros par an.
Les salaires moyens ont augmenté de 1,3 %, mais les plus petits revenus de 2,2 %. Cela est dû aux transferts de revenus en 2007.
HS/A26

Environnement

Menaces sur la biodiversité
Selon Helsingin Sanomat, une étude récente sur l’état de la nature finlandaise a été publiée mardi. Selon cette étude, la moitié des habitats naturels sont menacés, surtout en Finlande du Sud. 76 % des différents types de forêts sont menacés
La nature de la Laponie est la plus menacée par le changement climatique.
Environ 120 experts ont participé à la rédaction de l’étude qui a été faite pour la deuxième fois. Ils proposent 70 différentes mesures pour améliorer la biodiversité.
HS/A12

Note aux lecteurs

La prochaine revue de presse paraîtra en janvier 2019

Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour 2019 !

Mardi 18 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Changement climatique – COP 24

Propos de M. Tiilikainen
Keskisuomalainen rapporte que le ministre l’Environnement Kimmo Tiilikainen et la négociatrice finlandaise Outi Honkatukia sont soulagés après la conférence climatique, vu que la coopération internationale, très critiquée, a enfin eu des résultats et que les règles communes pour tous de mise en œuvre de l’accord de Paris ont été approuvées à Katowice.
« Il fallait construire les structures d’abord. L’attention doit ensuite être portée sur le fait de savoir si les mesures sont suffisantes et si on peut faire plus et plus rapidement », selon M. Tiilikainen.
La volonté politique sera mesurée au sommet climatique organisé par le secrétaire général de l’ONU à l’automne prochain.
M. Tiilikainen est optimiste. ”Je pense que l’UE ne va pas seulement actualiser ses objectifs, elle ira plus loin. » Selon le ministre, « on a finalement parlé beaucoup de rapport du GIEC à Katowice. »
« Si l’Union exige qu’il faut les mêmes règles pour tous les pays, il faut qu’on soit prêt à aider les autres afin de respecter ces règles », souligne-t-il M. Tiilikainen.
Selon M. Tiilikainen, « la science nous donne des réponses sur la nécessité de la réduction des émissions mais il reste de la responsabilité des dirigeants de prendre les décisions de façon qu’elles ont le soutien et l’approbation des citoyens. Il ne faut pas oublier que les situations ne sont pas les mêmes dans tous les pays. »
KS/23

Editorial
Selon l’éditorial d’Helsingin Sanomat, une réglementation exhaustive et forte a été un objectif central de la Finlande et de l’Union européenne et le résultat de la conférence est important, vu les différences entre les Etats participants.
La conférence climatique est un processus continu et les Etats y participent de manière volontaire. On a déjà pu créer une sorte d’obligation morale pour la lutte contre le changement climatique, estime HS.
HS/A4

Chine – Finlande

« La Chine s’intéresse à la Laponie » HS
Helsingin Sanomat revient sur les projets qui intéressent les Chinois en Finlande : le projet de voie ferrée arctique de Rovaniemi à l’océan arctique (dans le contexte d’une route de la soie septentrionale), le projet de tunnel Tallinn-Helsinki, les projets d’usines de Kemi (biocarburants), de Kemijärvi (bio-raffinerie), de Paltamo (cellulose) et de Kuopio (pâte à papier). Par ailleurs, le nombre de nuitées de touristes chinois en Finlande a triplé en dix ans.
Le quotidien rappelle que dès 2014 Xi Jiping avait exprimé l’intérêt de la chine de devenir une puissance polaire.
Le quotidien rapporte que le ministère finlandais des Affaires étrangères est bien conscient que les projets d’investissements chinois ont aussi une intention géopolitique qui permettrait à, la Chine d’étendre son influence et sa présence en Finlande.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que le centre spatial de Sodankylä coopère avec l’académie des sciences de Chine. L’objectif est de construire un centre d’écoute spatiale et de partager les données.
Ainsi le centre de Sodankylä transmet à la Chine les données sur les mouvements dans la zone arctique, ce qui permet à celle-ci d’en tirer profit pour sa recherche climatique et aussi en matière de navigation dans la mer arctique. La Chine a déjà de tels centres d’étude dans d’autres pays nordiques, relève HS.
HS

Sécurité – Défense

L’ambassadeur des questions hybrides estime que les démocraties ont besoin d’être défendues
La lutte contre les menaces hybrides vient s’ajouter à la politique de défense et de sécurité. A cet effet la Finlande a nommé un ambassadeur, Mikko Kinnunen, qui a commencé son travail au ministère des affaires étrangères en avril dernier.
Influencer les élections est devenu un souci primordial pour tout le monde. M. Kinnunen affirme « qu’il y a une chose qu’il ne faut jamais rendre numérique, c’est le bulletin de vote. Il doit rester concret et physique afin de nous permettre de compter et recompter les voix ».
Il y a une ironie à constater que les plus nobles qualités de la démocratie peuvent être utilisées contre elle. « Il est triste de constater que précisément la démocratie, la liberté d’expression, le pluralisme et l’Etat de droit peuvent être utilisés contre nous. Pour tous ces éléments, nous sommes vulnérables », confirme M. Kinnunen.
« La fonction essentielle de l’ambassadeur hybride consiste à augmenter la coopération internationale de manière à la rendre cohérente afin qu’elle renforce notre sécurité », explique M. Kinnunen.
L’année dernière, un centre hybride a ouvert ses portes à Helsinki. Aujourd’hui il rassemble 20 pays.
L’atout de la Finlande réside dans l’excellente collaboration entre les autorités.
KS18.12/15

Politique intérieure

Economie - Budget

« Le ministère des Finances pessimiste sur le déficit structurel » HS
« Le retour du déficit structurel » KS
« Il n’y a pas d’amortisseur économique » KL
« La croissance continue mais se ralentit » AL
Le ministère des Finances a publié hier ses prévisions de croissance revues à la baisse. Il prévoit une croissance de 2,5% pour cette année, puis de 1,5% pour 2019, de 1,3% pour 2020, de 1,1% pour 2021 et ensuite de moins de 1% pour les années à venir, « ce qui est typique d’une population vieillissante », selon Mikko Spolander.
En dépit du ralentissement de la croissance (dû à la baisse des exportations et de la construction très nette par rapport à cette année), le ministère estime que les augmentations de salaires bien que modérées maintiendront la demande de main d’œuvre. Le ministère considère aussi que la politique de l’emploi devrait augmenter le taux d’emploi. Il devrait s’établir à 71,6 cette année ; marquant une hausse de 2,5 point en un an qui ne pourra pas être réitérée. Le taux d’emploi va néanmoins continuer à augmenter pour atteindre 73,3% en 2021, le taux de chômage diminuant à 6,6%.
Le ministère estime que le déficit structurel a de nouveau augmenté et devrait être de 9 milliards d’euros soit 4% du PIB en 2023 (contre une prévision de 3% dans les dernières publications de septembre). Au début de la législature, le ministère évaluait le déficit budgétaire à 5% (soit 11 milliards d’euros)
Le ministère ne prend en compte que les décisions politiques qui devraient influencer sur ce déficit, c’est pourquoi la réforme des Affaires sociales et de santé n’a pas été prise en compte.
HS

Editorial
« La campagne se fera dans un climat serein, la législature sera plus difficile » HS
Helsingin Sanomat estime que les chiffres publiés par le ministère des Finances donnent come message aux partis politiques qui préparent la campagne électorale que le pic de croissance est dépassé mais l’économie ira encore bien l’année prochaine. Il y a toutefois des risques, notamment liés aux guerres commerciales, aux problèmes économiques des grands Etats européens et à l’instabilité économique et politique en Russie.
La campagne est va toutefois e dérouler dans des conditions qui permettent aux partis de faire des promesses.
Mais quelle que soit la coalition gouvernementale à venir, la prochaine législature sera difficile. Il y a toujours un risque de crise dans la zone euro et, en tant que présidente de l’UE, la Finlande devra gérer la situation. Et les prévisions de croissance se dégradent, conclut l’éditorialiste.
HS

Partis politiques

M. Väyrynen a obtenu les signatures nécessaires pour créer un nouveau parti politique
Keskisuomalainen relève que le nouveau mouvement politique du député ex-centriste Paavo Väyrynen, le « Mouvement de sept étoiles », a réussi à collecter les 5 000 signatures nécessaires pour que le nouveau parti politique soit ajouté dans le registre des partis politiques finlandais, tenu par le ministère de la Justice.
Le mouvement a l’intention de désigner des candidats aux élections législatives du printemps prochain. M. Väyrynen a annoncé début décembre qu’il comptait se présenter dans la circonscription de la Laponie ou d’Uusimaa (province autour d’Helsinki).
Après avoir quitté le Centre, M. Väyrynen a représenté au Parlement d’abord le Parti des citoyens, parti qu’il avait créé lui-même. Il a ensuite quitté ce parti et créé le groupe parlementaire du Mouvement des étoiles, dont il est le seul député.
KS/18

Lundi 17 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« Les espoirs de réforme dilués dans des compromis » KS
« Les réformes de la zone euro avancent très lentement » HS
« Pas d’avancée sur la politique migratoire » HS
Le Premier ministre Juha Sipilä a souligné à Bruxelles que de ce conseil européen, il aurait très peu de choses à raconter à ses petits-enfants et aux journalistes venus l’interroger.
STT rapporte que la Finlande a fédéré la ligue hanséatique pour promouvoir une ligne très réservée sur les réformes de la zone euro. Par exemple, la Finlande est très réservée sur un budget de la zone euro. Il a toutefois été décidé de continuer la préparation d’un tel budget mais de manière très modérée, rapporte STT.
Le Premier ministre Juha Sipilä a relevé que ce budget ne serait pas utilisé pour équilibrer les mouvements conjoncturels.
M. Sipilä a aussi rapporté que l’on continuait le développement de l’union bancaire.
Concernant la politique migratoire, le Premier ministre est satisfait que l’on organise une réunion avec la ligue arabe en février. « Il est important d’avoir un dialogue », a-t-il dit.
HS KS

Changement climatique – COP 24

Selon M. Tiilikainen, les objectifs de l’UE et de la Finlande sont atteints
Le Ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen estime que les règles de mise en œuvre de l’accord de Paris approuvées à Katowice sont fortes et surtout les mêmes pour tous ce qui était l’objectif de la Finlande et de l’UE. « Il y a des règles communes et de la flexibilité », souligne-t-il. « Nous avons désormais des règles communes sur le moyen de diminuer les émissions. Il est bon que dans le mode actuel un système multilatéral puisse obtenir de telles règles communes », dit-il.
La négociatrice finlandaise Outi Honkatukia estime que le résultat est satisfaisant. « L’absence d’un mécanisme de marché est une meilleure solution que si l’on avait adopté de mauvaises règles », considère-t-elle.
Les représentants des ONG finlandaises estiment que les résultats sont insuffisants.
HS KS AL

Politique intérieure

Partis politiques

Les Verts en hausse
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage sur les intentions de vote, effectué pour le compte du quotidien par l’institut Kantar TNS.
Le PSD, qui a perdu un point, est encore en tête avec un score de 21,4 %, suivi du Rassemblement national, 19,4 %. Le Centre arrive troisième avec 15,6 %.
L’Alliance verte, qui avait eu 12 % eu dernier sondage, a obtenu 13,4 % après l’élection de Pekka Haavisto à la tête du parti. Il semble que les Verts ont gagné des électeurs du PSD, estime HS.
L’Alliance des gauches arrive cinquième avec un score de 9,6 %, suivi des Vrais Finlandais, 8,6 %. Le Parti suédois obtient 4,4 %, les Chrétiens-démocrates 4,1 % et les Bleus 1,2 %.
Le sondage a été effectué entre le 13 novembre et le 12 décembre auprès de 2 280 personnes.
HS/dim/A8

Parlement

Dernière semaine de travail des députés avant Noël
Helsingin Sanomat relève que le Parlement était censé étudier 241 projets de loi pendant la session automnale. Le Parlement et ses commissions sont toutefois surchargés et 31 projets de loi ont été retirés.
Le nombre de projets de loi retirés n’est cependant pas plus important qu’il y a quatre ans. Avant Noël 2014, 47 projets de loi sur le total de 305 ont été retirés.
La dernière séance plénière de cette année aura lieu le vendredi 21 décembre.
HS/dim/A13

Débat sur le budget
Helsingin Sanomat rapporte que l’étude du budget de 2019 en séance plénière commence aujourd’hui et durera toute la semaine.
La commission des finances a terminé vendredi dernier la rédaction de son rapport budgétaire. La commission s’inquiète du développent économique, estimant que la période d’une croissance rapide est finie.
Les partis du gouvernement ont la majorité dans la commission des finances. La commission a fait l’éloge du gouvernement qui a suivi le programme d’économies et la politique de rigueur aussi dans son dernier projet de loi des finances. Tous les partis de l’opposition ont protesté contre le projet.
Le budget est déficitaire de 1,6 milliard d’euros. Le total s’élève à 55,5 milliards d’euros. Il y a une diminution de 300 millions d’euros par rapport à l’année dernière, due à la baisse du nombre de chômeurs.
HS/lun/A8

Budget - Dette

La Finlande réduit sa dette
Pour la première fois depuis dix ans, les recettes de l’Etat vont dépasser les dépenses en cette année 2018. Helsingin Sanomat rapprte qu’il s’agit d’une bonne surprise pour le ministre des Finances Petteri Orpo.
En effet, le Trésor finlandais a décidé qu’il n’avait pas à lever un emprunt de 2,2 milliards d’euros comme prévu d’ici la fin de l’année.
La raison en est des recettes fiscales plus importantes que prévues ainsi que des dépenses qui ont été reportées à plus tard.
Helsingin Sanompat relève que cette année Finnvera (instrument de garanties de l’Etat aux exportations) a reçu des remboursements importants. De plus, l’Etat finlandais a vendu plus d’actifs que d’habitude.
Pour la première fois depuis dix ans, la dette de l’Etat va donc diminuer, passant de 105,8 milliards d’euros fin 2017 à 104,9 milliards d’euros fin 2018, soit une diminution de 0,9 milliard.
La dette de la Finlande est ainsi redescendue à moins de 60% du PIB.
HS

Parti du Centre

Le Centre divisé concernant son modèle de sécurité sociale
Selon Helsingin Sanomat, le Centre est encore divisé sur le modèle de sécurité sociale qu’il compte promouvoir aux élections Le congrès du parti et de conseil national ont décidé auparavant que le revenu universel faisait partie des objectifs du Centre à long terme.
Une partie des dirigeants du parti, dont le Premier ministre Juha Sipilä et les ministres Annika Saarikko et Anu Vehviläinen, ainsi que les vice-présidents du parti Juha Rehula et Hannakaisa Heikkinen, se sont opposés à un revenu universel inconditionnel, estimant que le modèle de sécurité sociale doit encourager au travail et exiger une activité de la part des chômeurs.
La rédaction du modèle de sécurité sociale du Centre ne sera pas prête avant le mois de janvier, même si la réforme de sécurité sociale est une des questions centrales de la campagne électorale.
Le Rassemblement national et le PSD ont déjà présenté leurs modèles avec des aides conditionnelles. Les Verts et l’Alliance des gauches sont favorables à un modèle faisant la part belle à un revenu inconditionnel.
HS/sam/A13

Emploi

Critiques contre le système d’activation des chômeurs
Selon une étude réalisée par la confédération syndicale SAK et le syndicat de l’industrie, seulement un tiers de chômeurs ont pu remplir en 2018 les conditions pour éviter de voir leur allocation-chômage diminuée. Les principales difficultés pour remplir ces conditions requises d’activité sont le manque de travail et le manque de services (principalement en matière de formation) pour les chômeurs.
73% des chômeurs ont indiqué que ce modèle ne les incitait pas à chercher du travail.
AL

Défense

Projet HX
Saab Gripen promet des 64 avions pour 10 milliards
La société suédoise Saab, qui participe à l’appel d’offre des futurs avions HX pour remplacer les F18 actuels, estime que son candidat Gripen sera une alternative bon marché en tenant compte de son cycle de vie de 30 ans. La société propose à l’armée de l’air finlandaise la possibilité de monter les avions en Finlande et la création d’une unité de développement Gripen en Finlande, en plus des activités de développement de Saab déjà existantes.
Magnus Skogberg qui mène la campagne HX pour Saab a déjà attiré l’attention en disant que la solution Gripen coûterait à la Finlande environ 10 milliards d’euros sur tout son cycle de vie. La somme comprendrait, outre l’acquisition, la collaboration industrielle, les simulateurs nécessaires et l’entretien des appareils.
Cette évaluation est considérée comme modeste car la Finlande se réserve entre 7 et 10 milliards d’euros pour les frais d’acquisition, sans compter l’entretien et les mises à jour des appareils. Selon Lauri Puranen, chargé de la coordination de l’acquisition HX, les frais annuels des futurs avions de combat ne doivent pas dépasser 200 millions, ce qui représenterait une somme globale de six milliards d’euros sur 30 ans.
M. Skogberg prétend que le Gripen sera opérationnel jusque dans les années 2060 ce qui est en contradiction avec les déclarations, l’année dernière, de la division du matériel du ministère de la défense suédoise qui estime que les Gripen seront utilisés jusqu’en 2040.
Uusisuomi.fi

Le prix du F-35 évoqué aux Etats-Unis
Le journal Kauppalehti relève que le bureau budgétaire du congrès des Etats-Unis, CBO, estime dans son rapport que le F-35A est le programme le plus cher jusque dans les années 2020.
Selon ce calcul l’achat de 64 appareils coûterait 15 milliards d’euros.
L’avion F-35 de l’américain Lockheed Martin est l’un des candidats en lice pour remplacer les F18 actuels de l’armée finlandaise.
Uusisuomi.fi

Débat sur le prix de l’acquisition et le nombre d’appareils
Evoqué sur les pages du quotidien en ligne Uusi Suomi, le prix de la future acquisition finlandaise suscite des réactions.
Le professeur d’économie Roope Uusitalo remet en question le besoin de la défense nationale de se procurer 64 avions de combat multi rôle pour remplacer les actuels F18 et évoque sur son compte twitter le chiffre de 47 appareils afin de réaliser une économie de quelques milliards qui serait affectée à d’autres dépenses par exemple dans le domaine social ou de l’éducation.
Par contre, le directeur général de l’union des chambres de commerce Juho Romakkaniemi suivrait les conseils de l’armée de l’air et estime qu’il ne faut pas se mettre à faire des économies dès lors qu’il s’agit de notre capacité de défense autonome, « d’autant plus que nous ne sommes pas membres de l’OTAN ».
Uusisuomi.fi

Sondage : Un tiers des Finlandais prêts à réduire les dépenses en matière de défense
Selon un sondage effectué par Uutissuomalainen, un tiers des Finlandais réduiraient les dépenses de la défense, environ 45% soutiennent les projets d’acquisition actuels et 26% réaliseraient des acquisitions nettement plus modestes que celles prévues. Neuf pourcents des personnes consultées ne feraient aucune acquisition.
Le chercheur de FIIA, Matti Pesu, pense qu’il serait judicieux de mieux présenter les questions d’acquisition au public.
KS15.12/26

France

Tourisme

« Le marché de Noël de Strasbourg de nouveau ouvert » AL
Aamulehti rapporte que dès vendredi le marché de Noël de Strasbourg était à nouveau ouvert. Il draine chaque année 2 millions de visiteurs.
AL

« Le marché d’antiquité-brocante de Paris » HS
Helsingin Sanomat publie un article sur des destinations originales et présente notamment le marché d’antiquité-brocante de Paris qui a lieu à la Porte de Vanves.
HS

Vendredi 14 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Conseil européen - Brexit

Propos du Premier ministre Sipilä
Le Premier ministre Juha Sipilä a dit, après la réunion de Bruxelles, que l’accord sur le Brexit n’était pas renégociable. Il s’agit néanmoins d’essayer de trouver une solution qui aidera Mme May à faire adopter l’accord. Il relève qu’il s’agira d’exprimer explicitement de la part de l’UE la volonté de ne pas faire entrer en vigueur le « backstop ». En Grande-Bretagne, le débat se concentre beaucoup sur cette question concernant l’Irlande, ce qui suscite des émotions, dit-il.
Pour lui, une partie des parlementaires britanniques utilisent la question de l’Irlande du Nord comme un prétexte. Il semble difficile que l’accord puisse passer au parlement britannique. Ce serait plus improbable que probable, selon lui
M. Sipilä n’exclut pas que l’on doive proposer à Mme May quelque chose de plus. Il trouve frustrant « de devoir répéter des choses que l’on a déjà dites ».
HS, KS/25, HS/A26

Changement climatique

Reforestation de l’Afrique
Le Premier ministre Juha Sipilä se méfie de l’opportunité d’augmenter la fiscalité sur les carburants proposée par le groupe de travail sur la politique climatique en ce qui concerne les transports.
Comme les transports constituent 20 % des émissions CO2 de la Finlande, il n’exclut pas des augmentations fiscales de quelque sorte à longue haleine, tout en soulignant l’importance des évolutions technologiques.
Pour lui, la Finlande pourrait lutter contre le changement climatique au moyen de la reforestation en Afrique. La Finlande a proposé, il y a quelques semaines la création d’un fonds forestier dans le cadre du programme d’investissement en faveur du développement durable en Afrique, proposé par M. Juncker.
Le fonds pourrait, selon M. Sipilä, être utilisé pour des programmes de reforestation du Sahara. Pour M. Sipilä, la reforestation serait un moyen d’intervenir dans les raisons de la migration des Africains vers l’Europe.
La Finlande envisage également de proposer une bourse de carbone qui prendrait en compte, outre les émissions, les solutions pouvant absorber du CO2.
AL/A6

Pacte de Marrakech

Propos de M. Mykkänen
Uusisuomi.fi, journal en ligne, rapporte que le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen, qui a représenté la Finlande à la conférence, a défendu le Pacte de Marrakech dans une petite vidéo qu’il a publiée sur son compte Twitter.
M. Mykkänen souligne que « le Pacte signifie que l’Europe ne pourra plus protéger les immigrés si ces personnes ne peuvent plus rentrer dans leurs pays d’origine. La coopération dans la lutte contre ceux qui organisent l’immigration clandestine sera renforcée. Le pacte ne nécessitera aucun changement dans la législation finlandaise ou les pratiques du contrôle des frontières et de l’asile. »
Selon le ministre, « l’objectif n’est pas que tous les pays soient d’accord sur toutes les 23 mesures énumérées dans le pacte. L’idée est que les pays choisissent les mesures qui leurs conviennent le mieux ».
« Il s’agit d’un pas vers une politique frontalière et de l’immigration ordonnée et régulière. Si vous n’êtes pas d’accord, lisez le texte et ne croyez pas aux braillards », conclut M. Mykkänen.
Le journal note qu’un groupuscule nationaliste organisera une manifestation devant le Parlement le lundi 17 décembre.
uusisuomi.fi

Politique intérieure

Justice - Nationalité

M. Mykkänen et la déchéance de la nationalité
Uussuomi.fi relève le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen propose la déchéance de la nationalité finlandaise pour des double-nationaux qui commettent des crimes sexuels. « Un crime sexuel pourrait être considéré comme une attaque contre les valeurs fondamentales finlandaises. »
M. Mykkänen souligne que l’actuel projet de loi du gouvernement, qui est en ce moment à l’étude au Parlement, concerne la déchéance de la nationalité finlandaise pour les double-nationaux coupables de crimes liés au terrorisme ou à la haute trahison.
Le ministre souligne que ni le gouvernement ni le ministère de l’Intérieur ne sont en train de préparer un tel projet de loi. « Ce gouvernement n’aura pas le temps de faire un projet pour compléter le projet en cours. J’ai toutefois demandé à la commission des affaires administratives et la commission des lois constitutionnelles de voir si les accords internationaux peuvent être interprétés de façon qu’un crime sexuel grave soit considéré comme une attaque contre les valeurs fondamentales de notre pays. »
uusisuomi.fi

Energie

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre Juha Sipilä estime qu’après le réacteur de Fennovoima – qui pourra être construit si les critères en matière de sécurité sont remplis – il n’y aurait plus nécessité de construire de nouvelles centrales nucléaires en Finlande. Il note que le prix de l’énergie éolienne a diminué de façon à ce que de nouveaux réacteurs nucléaires ne seraient même pas rentables.
AL/A6

France-Finlande

Culture

Littérature
Dans sa série d’articles avant le 175e anniversaire de la naissance de Minna Canth (1844-1897), Turun Sanomat publie un article sur cette féministe et femme de lettres finlandaise signé par Maïmouna Jagne-Soreau, chercheuse française en littérature.
TS/sam/24

Jeudi 13 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Sécurité

Billet : « L’attaque de Strasbourg nous rappelle ce que les gens souhaitent de l’UE dans le contexte de menaces internationales : la sécurité »
Helsingin Sanomat publie un billet de sa correspondante à Berlin, Anna-Liina Kauhanen, qui estime que la situation en matière de sécurité s’est détériorée ces dernières années. Cela se reflète sur les questions que les populations européennes privilégient. Outre la lutte contre le changement climatique, les Finlandais privilégient, eux aussi, la lutte contre le terrorisme et la politique de sécurité et de défense, à l’approche des élections européennes.
L’attaque de Strasbourg montre une fois de plus qu’avec des moyens policiers et de renseignement, on ne pourra pas empêcher toutes les attaques.
Les autorités ont déjà renforcé leur coopération et les échanges avec celles des autres pays.
La crise migratoire a radicalisé les populistes de droite européens. Ces mouvements sont souvent eurosceptiques, ce qui est contradictoire compte tenu du fait que pour répondre aux menaces mondiales et transfrontalières, il faut plus de coopération internationale.
Selon des études, les Européens attendent des résultats de la coopération renforcée en matière de lutte contre le terrorisme. Ils soutiennent une coopération européenne de plus en plus renforcée en matière de politique étrangère et de sécurité.
Un rapport récent finlandais fait également état de la demande accrue pour une politique commune en la matière. Le terrorisme constitue un souci plus important pour les Finlandais que la Russie, par exemple. Ils souhaitent des mesures contre le terrorisme au niveau européen justement.
HS

Défense

Une armée pour l’Union européenne – peut-être
« La France et l’Allemagne ont ressuscité les discours sur une armée commune de l’UE. Il y a cela, il y a deux raisons : la Russie et Trump », écrit la journaliste Silja Lanas Cavada de Suomen Kuvalehti.
L’environnement sécuritaire de l’Europe s’est remarquablement affaibli en raison de la crise migratoire en Méditerranée, de la situation chaotique au Proche-Orient, des menaces de terrorisme et le Brexit.
Il est difficile de parler d’une armée de l’UE sans savoir ce que cela signifie. Selon le président Sauli Niinistö, il s’agit « une coopération renforcée où chaque pays membre possède sa propre armée. »
Ces dernières années, l’Europe a vu naître une série d’initiatives en matière de défense. La Grande-Bretagne a ses troupes JEF, l’Allemagne son groupe FNC et la France son initiative d’intervention européenne EII.
Selon Tommi Koivula, chercheur en politique de défense de l’UE et professeur à l’Ecole des hautes études de défense nationale, il est possible que les grands pays membres de l’UE rassemblent autour d’eux les noyaux d’une armée européenne. « Ces initiatives peuvent être considérées comme des foyers ou des directions à suivre pour une future armée de l’UE », explique Koivula.
La Finlande fait partie de ces trois groupes. Elle a rejoint les troupes JEF à l’été 2017, le groupe FNC la même année sans toutefois s’engager dans l’utilisation des effectifs. L’intervention française regroupe huit pays membres et la Finlande.
A la suite du Brexit, l’UE cherche à répartir les parts de responsabilité et les rôles de dirigeants en matière de politique de défense. Le regard se tourne vers la France et le président Emmanuel Macron.
La proposition de la France se distingue des autres initiatives en ce sens qu’elle agirait en dehors des structures de l’OTAN et de l’UE. Elle est basée sur une dimension de la défense européenne autonome, indépendante des Etats-Unis.
Son dessein est ambitieux : développer la conception des pays membres de l’UE pour une stratégie de la défense commune, échanger des informations et apprendre à agir dans les situations concrètes de crises.
Avec sa nouvelle initiative d’intervention, la France tente de créer un contenu à la clause de défense mutuelle du traité de Lisbonne, ce que souhaite aussi depuis des années le président finlandais Sauli Niinistö.
Lorsque les deux présidents Macron et Niinistö se sont rencontrés en août dernier, ils se sont immédiatement trouvés au même diapason.
En cas d’urgence, la petite Finlande pourrait se trouver à la merci de la solidarité des autres. Néanmoins les règles de l’UE permettraient le passage à une défense commune et la création d’une armée, si l’un de ses pays membres le suggère et les autres l’approuvent. Pour l’instant, aucun pays membres n’a encore pris cette initiative.
« La Finlande pourrait-elle prendre les choses en main et proposer à l’UE la création d’une armée commune ? » demande la journaliste. Le professeur Koivula estime que oui, mais émet des réserves : « Cela me semble néanmoins très improbable ».
SK50/20-23

Economie

La Finlande n’arrive pas à obtenir les plus grands centres de données informatiques
Helsingin Sanomat rend compte du fait que d’autres pays nordiques, la Suède, la Norvège et le Danemark, accueilleront les centres de données informatique d’Amazon, de Facebook, de Google, en même temps que les projets d’en créer en place en Finlande échouent.
La fiscalité sur l’électricité serait une des raisons : la Finlande appliquerait le même taux pour ces centres qu’elle applique à l’industrie : 0,7 centimes le kWh, contre 2,25 cents concernant les consommateurs privés. Or, la Suède, par exemple, a diminué la fiscalité concernant les centres de données informatiques.
La Finlande dispose toutefois d’atouts en la matière. Alpo Akujärvi de Business Finland rappelle que la proximité de la Russie en est un, ainsi que les excellentes connexions entre l’Europe et l’Asie.
Pour ce qui est des avantages pour le pays qui accueille ces centres, M. Akujärvi note qu’ils emploient beaucoup de monde dans la phase de construction, et qu’ils conviennent bien à la production de chauffage urbain. Presque toute l’électricité utilisée se transforme en chaleur.
HS/A25

Neste investit à Singapour
Le groupe pétrolier Neste, principalement en possession de l’Etat, investira dans un central de bioraffinerie à Singapour. La valeur de l’investissement s’élèvera à 1,4 milliard d’euros et Helsingin Sanomat note, à titre de comparaison, que l’usine de biocarburants de Metsä Group à Äänekoski vaut 1,2 milliard d’euros.
Il est prévu que la production démarre en 2022.
L’usine utilisera des graisses recyclées pour produire des carburants et d’autres produits, dont des bio-plastiques.
Neste estime que, d’ici 2022, sa production de produits renouvelables s’élèvera à 4,5 millions de tonnes par an, contre 2,7 millions de tonnes actuellement, produits à Singapour, Rotterdam et Porvoo.
HS/A27

Changement climatique – industrie forestière

Débat sur les puits carbone
Le centre de ressources naturelles Luke et le ministère de l’Agriculture et de sylviculture ont publié leurs calculs sur le puits carbone que constituent les forêts finlandaises.
Le puits carbone correspondrait à 27,88 millions de tonnes d’équivalent en CO2, ce qui fait un total de 34,77 millions de tonnes avec les produits du secteur bois-papier qui absorbent du CO2, comme les produits de scierie et le papier.
Depuis 1990, la quantité de CO2 absorbé a varié entre 22 et 50 millions de tonnes, ce qui correspond de 30 à 60 % des émissions totales de la Finlande.
Il y a quelques années, Luke avait évalué à 21,2 millions de tonnes le puits constitué par les forêts. Le nouveau calcul n’est pas fait de la même manière que les précédents.
HS rappelle qu’il ne s’agit pas d’un chiffre scientifique mais plutôt d’un calcul de référence relevant de la politique climatique et conforme aux critères européens en la matière, dans le cadre de la directive Lulucf.
Otto Bruun de l’union de la protection environnementale regrette que les autorités finlandaises choisissent de privilégier les bio-économies plutôt que le climat dans leurs calculs dans l’objectif de pouvoir continuer les coupes de bois. Il regrette le manque de transparence du calcul et note que Luke a disposé de quatre options différentes pour appliquer les critères de l’UE, et qu’il a choisi celle qui est la moins ambitieuse du point de vue de la politique climatique.
Le gouvernement publiera d’autres calculs en matière d’utilisation des forêts et de puits carbone en janvier.
HS/A26

Politique intérieure

Parlement

Débat sur les questions européennes
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a eu mercredi un débat sur les questions d’actualité qui porté entre autres sur l’Union européenne et le populisme.
Selon le Premier ministre Juha Sipilä, « pendant les deux dernières années, l’Europe nous a offert une leçon sur le populisme. On propose des réponses simples à des questions difficiles et compliquées ».
Le débat a pris une tournure étrange vers la fin quand Ville Tavio, député des Vrais Finlandais, a dit qu’il se sentait être dans la minorité en Finlande parce qu’il était pour l’indépendance et l’Etat-nation. « Les fédéralistes sont en train de transformer l’Union européenne en une nouvelle Union soviétique, ou plutôt une Allemagne nazie, soit du fascisme dans une nouvelle forme », selon M. Tavio.
Antti Lindtman, président du groupe parlementaire du PSD, a été le premier à réagir aux propos de M. Tavio, « qui a dépassé toutes les limites de la décence en comparant le développement de l’Union européenne à l’Allemagne nazie ».
Le Premier ministre Sipilä et le président des Verts Pekka Haavisto entre autres ont désapprouvé fermement les propos du député Tavio.
HS/A8

Transport

Un groupe de travail propose des augmentations du coût des voitures
Helsingin Sanomat relève qu’un groupe de travail d’experts sur la politique climatique propose d’augmenter, d’ici 2030, le nombre de voitures électriques à 670 000 et celui des voiture à gaz à 130 000, ainsi que l’interdiction de la vente de voitures à essence et à diésel au plus tard en 2035. L’augmentation de l’impôt sur les carburants fossiles doit commencer graduellement dans un an et l’interdiction doit avoir lieu en 2045.
Le groupe d’experts estime que la Finlande pourrait supprimer les émissions des transports d’ici 2045.
Dans son rapport intitulé « Vers une circulation sans carbone », l’objectif du groupe d’experts est que « le pollueur doit payer ».
HS/A10

Mercredi 12 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Strasbourg

Les ministres finlandais ont condamné l’attaque
« Incertitude sur le nombre de victimes » Yle
« Beaucoup de Finlandais à Strasbourg » HS
Le Premier ministre, Juha Sipilä, a exprimé, sur Twitter, ses condoléances aux familles et amis des victimes, ainsi qu’à la population de Strasbourg et de la France. Il condamne de tels actes lâches.
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, exprime lui aussi ses condoléances ainsi que son soutien aux autorités françaises en condamnant l’acte. Il confirme la participation de la Finlande à la défense des valeurs communes européennes.
Des députés européens finlandais, ainsi que le commissaire Jyrki Katainen, des journalistes, des fonctionnaires du parlement européen et des marchands finlandais du marché de Noël local se trouvent à Strasbourg actuellement.
Yle, HS

Climat

Conférence de Katowice
Le ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen trouve étrange que les parties ayant commandé le rapport du GIEC n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le fait d’y faire référence. Outi Honkatukia, négociateur principal de Finlande, note qu’en même temps, les questions importantes trainent.
Concernant une flexibilité en matière d’exigences en faveur des pays pauvres, les deux Finlandais ne souhaitent pas essayer de deviner ce qu’il en sera et estiment qu’il faudra attendre jusqu’à la fin de la conférence avant que la question soit résolue. M. Tiilikainen estime qu’une certaine flexibilité sera nécessaire.
HBL/5

Retraités

Plus de 30 000 retraités finlandais habitent à l’étranger
Aamulehti relève qu’environ 32 00 retraités finlandais habitent à l’étranger. Le montant des retraites varie beaucoup en Finlande et aussi les montants payés aux Finlandais à l’étranger.
Les retraités finlandais installés au Portugal ne paient pas d’impôts en ce moment, ni au Portugal ni en Finlande. La retraite moyenne des Finlandais au Portugal s’élève à 4 890 euros par mois et celle des Finlandaises à 1 750 euros par mois. A partir de début 2019, les Finlandais seront imposés en Finlande, parce que l’ancien accord entre les deux pays va expirer.
Les retraites que les Finlandais touchent à l’étranger sont en général modestes, en moyenne de 410 euros par mois (en 2017). En Finlande, les hommes touchent en moyenne 1 874 euros et les femmes 1 476 euros de retraite par mois.
AL/A6

Sécurité – Russie

Discours de l’ambassadeur de Russie Pavel Kuznetsov
« L’ambassadeur de Russie à Helsinki a prononcé un discours en finnois sur l’état du monde et fait un aveu sincère sur les modestes fonds de l’armement des Russes contre les Américains » HS
En poste en Finlande pour la troisième fois, l’ambassadeur russe Pavel Kuznetsov a prononcé son discours d’environ trois quart d’heure en finnois devant le public du Cercle Paasikivi mardi soir à Helsinki.
”Les présidents (russe et finlandais) se sont rencontrés deux fois cette année, la visite du Premier ministre russe en Finlande s’est passé sous de bonnes augures et la commission économique s’est réunie à Moscou », expliquait Kuznetsov en justifiant ses propos sur les excellentes relations entre la Finlande et la Russie.
La guerre d’Ukraine et l’occupation de la Crimée sont, selon Kuznetsov, la faute de l’Occident. « Près du tiers des Ukrainiens, soit quinze millions de personnes, sont de langue russe. Ils ont suggéré qu’ils pourraient être à la fois avec l’Europe et avec la Russie. Comme cela ne leur convenait pas, « une guerre civile » a éclaté en Ukraine, a expliqué Kuznetsov. « Les Etats-Unis ont poussé les Ukrainiens à faire un coup d’Etat en 2014. Les séparatistes de l’est l’ont dénoncé voulant seulement être tranquilles. Cela a entrainé leur persécution », a aussi dit l’ambassadeur russe.
Il a aussi défendu le traité NFI très vivement : « Nous n’allons pas faire une course aux armements qui couterait cher, nous n’y arriverons pas. Le budget militaire russe est 15 fois inférieur à celui des Etats-Unis, et 20 fois inférieur au budget global de l’OTAN. Nous avons besoin de fonds pour résoudre nos problèmes économiques internes. C’est la raison pour laquelle les dirigeants russes ont déclaré que nous n’allons pas augmenter nos dépenses en matière de défense, nous tentons de les diminuer », a conclu Kuznetsov.
HS12.12

Politique intérieure

Partis politiques

Un nouveau parti nationaliste
Turun Sanomat rapporte qu’un nouveau parti nationaliste, Suomen Kansa Ensin (« le peuple finlandais d’abord ») a été inscrit dans le registre des partis politiques tenu par le ministère de la Justice.
Ce nouveau parti, dont la figure de proue est Marco de Wit de Tampere, exige l’indépendance politique et économique de la Finlande, c’est-à-dire la sortie de l’UE et le retour au markka finlandais, ainsi que la fermeture des frontières à ceux qui ne sont pas autorisés. Il s’oppose à l’immigration mauvaise, l’islamisation et l’OTAN.
Il y a maintenant 18 partis politiques enregistrés en Finlande.
TS/6

Partis politiques

Débat sur la réforme du système social
Helsingin Sanomat rapporte que les présidents de quatre partis, considérés comme « premiers ministrables, soit M. Sipilä (Centre), M. Orpo (Kokoomus), M. Rinne (PSD) et M. Haavisto (Verts) ont été interrogés lors d’un débat organisé par la chambre de commerce finlandaise.
Les débats ont surtout porté sur la future réforme du système de sécurité sociale qui semble être le principal projet du prochain gouvernement. Seul le Président des Verts Pekka Haavisto a défendu un revenu universel inconditionnel, relève HS.
Quant à la question de la suppression des autorisations administratives pour les permis de travail, seul le président du PSD Antti Rinne y était opposé.
HS

Défense

L’armée souhaite recenser le savoir-faire des réservistes en matière de drones
La défense nationale n’envisage pas de fonder des troupes spéciales pour lancer des drones », affirme le chef des opérations de l’armée de terre Rami Saari.
Par contre, la défense nationale souhaite recenser le savoir-faire des réservistes en matière des drones télécommandés. Selon Saari, la défense nationale souhaiterait profiter des compétences des réservistes qui pourraient être liées aux besoins de l‘armée de terre.
En Finlande il y aurait entre 50 000 et 100 000 drones télécommandés.
La défense nationale a envoyé une lettre à des réservistes propriétaires de drones en sollicitant leur intérêt à remplir « une nouvelle fonction de temps de guerre » qui impliquerait des entrainements annuels durant les manœuvres pour réservistes.« Une personne qui dès le départ sait se servir d’un drone est importante », confirme Saari.
Par ailleurs, la défense nationale entend augmenter les essais avec des drones commerciaux.
HS12.12/A13

Economie

Prévisions de croissance

Des prévisions revues à la baisse
Les banques Säästöpankki, S-Pankki et OP ont revu leurs prévisions de croissance à la baisse pour cette année et l’année prochaine.
Säästöpankki prévoit désormais 2,3% pour 2018 et 1,4% pour 2019.
S-Pankki prévoit 2,3% pour 2018 et 1,7% pour 2019. OP prévoit 2,5% pour 2018 et 1,8% pour 2019.
KL

Mardi 11 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Brexit

Editorial : « Le cercle vicieux des mauvaises décisions continue en Grande-Bretagne » HS
Helsingin Sanomat estime que de nombreux politiciens britanniques espèrent qu’en rejetant l’accord sur le Brexit avec l’UE ils pourraient obtenir d’importantes concessions de la part de l’UE. « Ces espoirs sont sans fondement. La Grande-Bretagne doit s’en remettre à ses propres décisions. Et les perspectives ne sont pas bonnes ».
« Il ne semble pas probable que la Grande-Bretagne puisse changer d’avis et revenir sur le brexit. De trop nombreuses raisons de principe et de tactique l’en empêchent. Il y aura encore des surprises, des drames et des changements de dirigeants mais la fin du mois de mars se rapproche à grande vitesse », conclut HS.
HS

Economie – Acquisitions

« Quand les groupes étrangers lorgnent sur des entreprises finlandaises » HS
Helsingin Sanomat relèvent que de grandes entreprises finlandaises sont en train d’être rachetées par des groupes étrangers : Amer Sport par le Chinois Anta pour plus de 4,6 milliards d’euros, Basware par l’américain Tradeshift pour 700 millions, Pöyry par le suédois Af pour 611 millions et Kotipizza par le norvégien Orkla pour 146 millions d’euros.
Ce qui est commun à ces acquisitions, c’est que les groupes étrangers sont prêts à payer les actions de 40 à 60% au-dessus de leur valeur.
Selon l’analyste Hannu Angervo de EQ, ce qui est commun à ces entreprises finlandaises c’est qu’elles sont parmi celles qui réussissent le mieux actuellement en bourse. Cela veut dire que c’est une grande part du savoir-faire finlandais qui sera racheté par des groupes étrangers. Selon lui, les possibilités de ces entreprises finlandaises de grossir à l’étranger étaient limitées en raison du manque de capital et de ressources. « En Finlande le manque de courage et de ressources psychiques limitent aussi souvent la croissance », estime-t-il.
L’analyste Jari Räisänen (OP) regrette lui-aussi le transfert dans uin patriomoine étranger d’entreprises finlandaises comme Amer, même s’il reconnait que ce groupe n’a plus qu’une usine en Finlande celle de Suunto.
Ces acquisitions rapportent à la Finlande des revenus. Pour les employés, c’est à la fois une opportunité (si le groupe accède à des marchés extérieurs) et une menace (par les synergies et restructurations). Si le groupe racheté ne grandit plus et que le siège social est transféré à l’étranger cela signifie aussi des diminutions de recettes fiscales. Mais les capitaux reçus lors du rachat peuvent aussi servir àç créer d’autres entreprises, conclut HS.
HS

Défense

Interview de Jarmo Lindberg
Ulkopolitikka (magazine de l’institut des relations internationales UPI – FIIA) publie une interview du général Jarmo Lindberg, commandant des forces armées. « Dans la situation politique actuelle, la Finlande tente de faire en sorte qu’elle ne soit pas le maillon faible de la région. Il faut faire comprendre aux autres que s’il se passe quelque chose dans notre entourage, la Finlande est capable de réagir immédiatement », affirme le général Jarmo Lindberg, qui assure que cela aura un effet stabilisateur.
« Quoique nous fassions, nous ne pouvons pas influencer les comportements des alliances militaires ou des grands Etats. Le rôle de la Finlande consiste à démontrer de façon constante que nous maîtrisons notre propre territoire et sommes capables de surveiller notre entourage. Tout le monde peut s’attendre de nous un comportement prévisionnel », dit-il.
Sur le plan pratique, la coopération se traduit par des exercices militaires internationaux. Les soldats finlandais ont participé cet automne à de nombreux exercices au Danemark, en Autriche, en Alaska ou en Norvège. Selon Lindberg, la Finlande est sollicitée de partout.
« Nous recevons énormément d’invitations, nos ressources et nos effectifs suffisent à un nombre infime de participations. D’après mes propres critères, nous devons participer à des exercices exigeants avec des effectifs modestes, et ensuite faire profiter au maximum l’acquis de l’exercice pour améliorer notre capacité de défense. Avec ces critères, il est relativement facile de comparer et évaluer les différentes offres et de décider des participations », dit-il.
« Avant les évènements en Crimée et en Ukraine, nous avions des échanges de visite avec la Russie mais depuis ils ont été réduit au minimum », explique le général. Le minimum signifie que la Finlande a deux attachés de défense dans son ambassade à Moscou. Ils sont en relation avec l’administration russe, suivent les exercices et les évènements organisés par le ministère de la défense et par les forces armées russes. « En contrepartie les Russes agissent de la même manière chez nous. Néanmoins, il n’y a pas eu de visites de grande envergure ces dernières années », affirme Lindberg.
Le commandant des forces de la défense finlandaises a de la chance de diriger une institution qui bénéficie d’une confiance exceptionnelle des citoyens. Selon l’eurobaromètre, 94% des Finlandais font confiance à leur défense nationale.
Jarmo Lindberg est le premier commandant des forces de la défense nationale qui possède une formation d’aviateur. L’un de ses prédécesseurs, qui s’est trouvé à la tête des forces armées pendant un an après la guerre, Jarl Lundqvist était lui aussi issu de l’armée de l’air mais n’était pas lui-même pilote. « J’avais les permis de vol à voile et de pilote d’avion avant d’obtenir mon permis de conduire, note Lindberg »
Lindberg rappelle que la guerre traditionnelle n’a pas disparu dans le monde. « Dans les discussions publiques on a parfois l’impression que tout s’est transformé en cyber. Néanmoins, il suffit de regarder les informations et on s’aperçoit que tous les foyers de crises nous véhiculent des images traditionnelles avec des fusils d’assaut, des canons et des bombes. »
« Cela dit, nous avons ces derniers temps surtout investi dans la surveillance et la reconnaissance. Nous investissons actuellement des dizaines de personnes et des millions d’euros supplémentaires dans le cyber », précise le commandant.
UP/4/2018

Politique intérieure

Renseignement – Terrorisme

« Selon la SUPO, il y a des dizaines d’espions en Finlande » HS
Calendrier de la fin de la législature
Helsingin Sanomat rapporte que la Sûreté générale (SUPO) a publié hier son premier rapport de sécurité nationale.
Elle y indique notamment que des dizaines d’agents de services étrangers agissent de manière permanente en Finlande, en plus des agents de services étrangers qui y sont officiellement postés. La SUPO mentionne aussi que la Russie et la Chine sont actives en Finlande en matière de cyber-espionnage.
La menace terroriste qui pèse sur la Finlande est toujours évaluée au niveau 2 (sur quatre). Les personnes qui constituent une menace terroriste sont évaluées au nombre de 370 (contre 350 l’année dernière), ce qui représente une augmentation de 25% en quatre ans. Il s’agit à fois de personnes radicalisées ainsi que de personnes de retour des théâtre de guerre (Syrie et Irak).
HS AL

Editorial
« La SUPO évite de citer des noms » HS
Helsingin Sanomat estime que la SUPO évite de nommer les menaces étatiques auxquelles elle fait référence. Il faut donc lire son rapport comme un roman policier et rechercher quels acteurs sont visés. Ainsi lorsque la SUPO fait référence à des « déstabilisation de la stabilité frontalière », on ne vise pas la Suède ou la Norvège. Probablement plutôt la Russie. Et quand on parle de renforcement de l’influence économique, on vise les acquisitions par la Chine.
Enfin la SUPO mentionne un pouvoir d’influence au moyen de projets d’infrastructure. Cela pourrait viser les projets de la Russie en matière de centrale nucléaire et de gazoduc.
HS

Gouvernement - Climat

Séminaire sur le climat
Aamulehti rapporte que le Premier ministre Sipilä a organisé lundi un séminaire sur les questions climatiques.
M. Sipilä estime qu’une bourse européenne de carbone devrait être incluse dans la stratégie sur cinq ans de l’Union européenne pour que la Finlande puisse la promouvoir pendant sa présidence. Si l’idée d’une bourse de carbone n’avance pas au niveau européen, M. Sipilä pense que les pays nordiques pourraient la mettre en œuvre. La Finlande pourrait au moins réaliser une version nationale dans les années à venir.
AL/A10

Partis politiques

Les propositions des Verts afin de diminuer la pauvreté
Helsingin Sanomat relève que les Verts publient aujourd’hui leur programme sur les mesures afin d’améliorer la situation des enfants pauvres et lutter contre les inégalités.
Selon la députée verte Emma Kari, « il est clair pour les Verts que le prochain gouvernement devra trouver des mesurer pour diminuer la pauvreté des enfants ».
Les Verts proposent entre autres une augmentation de 20 euros par mois de l’allocation de subsistance pour les enfants mineurs, un supplément de 50 euros pour Noël et une augmentation de 50 euros de l’allocation parentale la plus basse.
Le coût des augmentations proposées par les Verts s’élèveraient à un peu plus de 50 millions d’euros.
Les Verts ont déjà proposé, dans leur budget alternatif publié en octobre, une augmentation du budget de l’enseignement de 771 millions d’euros. Ils souhaitent aussi diminuer le nombre d’enfants par classe dans les crèches et rendre gratuits les lycées et les lycées techniques. Cela coûterait environ 235 millions d’euros
Les Verts veulent financer leurs propositions entre autres par la diminution des subventions aux entreprises qui sont nuisibles pour l’environnement.
HS/A15

Science

Rapport de l’Académie de Finlande
Selon Helsingin Sanomat, l’Académie de Finlande a publié un rapport sur la situation de la science en Finlande. Malgré les économies, la situation de la science est stable et son niveau a même augmenté pendant la période 2015-2017.
L’Académie de Finlande publie son rapport sur la situation de la science tous les deux ans. Le financement et les effectifs de la recherche, ainsi que le nombre de publications sont évoqués dans le rapport.
HS/A14

Economie

L’emploi dans l’industrie continue à augmenter
Kauppalehti rend compte du fait que les intentions de recrutement des entreprises finlandaises sont en hausse. L’indice en la matière est toutefois plus faible qu’en 2017. Sept secteurs sur dix envisagent d’augmenter leurs effectifs, selon le baromètre sur le marché de travail du prestataire d’intérims Manpower.
Le secteur industriel envisage de recruter le plus, mais le secteur public, celui de la formation, la santé et les services sociaux, les secteurs financier, immobilier et d’assurances entre autres envisagent eux aussi de recruter.
Manpower rapporte que beaucoup de domaines sont concernés par la pénurie de main d’œuvre.
Le bâtiment fait exception à cette tendance. L’intention de recrutement est plutôt faible.
Ce sont les entreprises moyennes, de 50 à 249 salariés, qui envisagent le plus de recruter, et les petites, de moins de dix salariés qui l’envisagent le moins.
KL/A7

La production industrielle en hausse
Selon l’Institut national d’études statistiques, les commandes ont augmenté dans tous les secteurs industriels. La hausse a été la plus importante dans le domaine de la métallurgie. En octobre, elles avaient augmenté de 22,7 % par rapport à octobre 2017.
La production était de 0,8 point plus important en octobre 2018 qu’à la même époque en 2017, mais de 2,5 points inférieur par rapport à septembre 2018.
En janvier-octobre, elle a augmenté de 4 % par rapport à la même période en 2017.
HS/A29

Micro-entreprises : le ministère de l’emploi envisage d’alléger les contrôles
Le ministère de l’Economie réfléchit à la possibilité de diminuer les contrôles notamment en matière de comptabilité pour les micro-entreprises, comme cela se fait en Estonie et au Danemark.
L’objectif serait de faciliter le fonctionnement de ces entreprises et d’améliorer leur compétitivité.
KL

France – Finlande

Economie

Chanel investit dans Sulapac
Aamulehti note que Sulapac, une start-up finlandaise du domaine des emballages biodégradables, compte désormais Chanel parmi ses investisseurs.
La directrice générale de Sulapac, Suvi Haimi, se félicite de pouvoir accueillir une marque représentant le segment du luxe le plus exigeant parmi ses investisseurs.
AL/A11

Lundi 10 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Allemagne

Election de Mme Kramp-Karrenbauer à la CDU
Helsingin Sanomat estime que le changement à la tête du parti avec l’élection de Mme Merkel signifiera un grand changement pour l’ensemble de l’Europe. Mme Kramp-Karrenbauer soutient, selon le quotidien, la coopération européenne, sans être une grande réformatrice.
Les quelques années à venir vont montrer si elle arrivera à constituer un contrepoids aux populistes européens.
HS/sam/A6

Economie

Amer Sports racheté » par un groupe chinois
Kauppalehti relève que l’achat d’Amer Sports par le groupe Chinois Anta a été confirmé.
L’affaire de 4,6 milliards d’euros sera la vente la plus importante d’une entreprise finlandaise cotée à la bourse.
Amer regroupe 13 marques de sport, dont Salomon et Peak Performance.
KL note qu,e pour les actionnaires, il s’agit d’un prix de 40 euros par action. L’offre comprend une prime de 43 %, ce qui est bien plus élevé que la prime habituelle.
Le groupe d’entreprises acheteurs piloté par le chinois Anta ont pour objectif d’introduire Amer sur le marché chinois et d’augmenter les ventes sur les marchés principaux actuels d’Amer, l’Europe et aux Etats-Unis. De plus, la Chine aura un meilleur accès aux marchés occidentaux.
KL/A6-7

Politique intérieure

Parlement

Calendrier de la fin de la législature
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a présenté au Parlement, mercredi dernier, ses derniers projets de loi avant les élections législatives du mois d’avril.
Selon l’estimation du Premier ministre Juha Sipilä, le gouvernement n’aura pas le temps de présenter d’autres projets de loi au Parlement. Le Parlement n’aura même pas le temps d’étudier tous les projets de loi déjà présentés avant les élections. La commission des affaires sociales et de la santé du Parlement a été particulièrement surchargée par les projets de loi liés à la réforme de la santé.
La dernière séance plénière de cette année aura lieu le vendredi 21 décembre.
Les députés se réuniront pour une première séance plénière de 2019 déjà le mardi 8 janvier. La session parlementaire commencera un mois plus tôt que d’habitude en raison des élections législatives.
La dernière séance plénière aura lieu déjà le vendredi 15 mars, même si la clôture solennelle de la session n’aura lieu que le mercredi 10 avril, juste avant les élections législatives du 14 avril 2019.
HS/lun/A4, eduskunta.fi

Elections législatives

Popularité des Vrais Finlandais
Dans son éditorial, Aamulehti, quotidien de Tampere, estime que les sondages d’opinion sur les intentions de vote des partis politiques ne donnent pas une image correcte sur la popularité des Vrais Finlandais. Selon les sondages récents, ce parti aurait 8 à 9 % des intentions de vote mais le quotidien estime que les Vrais Finlandais pourraient obtenir plus de voix aux élections.
Le succès des Vrais Finlandais dépend bien entendu des thèmes électoraux du parti. Selon Aamulehti, l’immigration ne suffit plus comme seul thème électoral. Il faut aussi trouver de bons candidats dans toutes les circonscriptions.
Le gouvernement actuel est très impopulaire parmi les électeurs et beaucoup d’électeurs souhaitent protester lors des élections.
Les médias rapportent souvent les crimes et délits effectués par les immigrés et cela pourrait être un thème que Jussi Halla-aho, président des Vrais Finlandais, compte évoquer lors de sa campagne électorale. Il a déjà exigé de rendre plus stricte la législation sur l’immigration après les évènements d’Oulu.
AL/sam/A2

Revenu universel

Litige à l’intérieur du Centre
Selon Keskisuomalainen, le congrès du parti et de conseil national du Centre ont décidé à l’unanimité que le revenu universel était un objectif du parti à long terme.
« La direction du parti n’est toutefois pas d’accord avec cet objectif. Je ne sais pas s’il s’agit seulement de l’avis du président du parti Juha Sipilä qui est en contradiction avec la décision de la base », selon Suvi Mäkeläinen, présidente des jeunes centristes.
M. Sipilä souligne que le modèle de revenu universel doit encourager au travail et exiger une activité de la part des chômeurs.
KS/lun/16

Fiscalité

Retour d’impôts
Helsingin Sanomat relève que le retour d’impôts sera payé aux contribuables demain mardi. Près de 3,6 millions de Finlandais seront remboursés. La somme des remboursements est au total de 2,9 milliards d’euros, soit 13% de plus par rapport à 2017.
A partir de l’année prochaine, les remboursements ne seront plus payés le même jour mais graduellement à parti de la mi-août.
HS/lun/A29

Alcool

Vente de vin en ligne
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère des Affaires sociales et de la Santé a retiré le projet de loi du gouvernement concernant les restrictions à l’achat de vin en ligne parce que le Parlement n’a pas de temps pour l’étudier.
Il y a aussi eu un litige entre les deux principaux partis du gouvernement, le Centre et le Rassemblement national. Les députés du Centre ont voulu interdire l’achat en ligne et le Rassemblement national s’est opposé aux restrictions.
« Il semble que la coalition gouvernementale changera. Le résultat des élections montrera lequel des deux partis (entre le Centre et le Kokoomus) continuera au gouvernement. Si le PSD est au gouvernement il aura son mot à dire sur la vente en ligne », selon l’éditorial d’HS.
HS/lun/A5

Manifestations à l’occasion de la fête de l’indépendance

Propos de la Présidente Tarja Halonen
Interviewée à l’émission matinale d’Yle, samedi, l’ancienne présidente finlandaise, Tarja Halonen, se déclare prête à envisager l’interdiction des symboles nazis par voie de législation. Elle note qu’une telle décision mettrait la Finlande en phase avec les tendances européennes.
Elle estime toutefois que les interdictions ne suffisent pas à elles seules, car les valeurs étaient quelque chose qu’il fallait faire siennes. Pour elle, la majorité des Finlandais seraient prêts à soutenir ce genre de législation.
HS/dim/A8

Numérisation dans les écoles

Une étude sur la réussite – ou non – des projets
Helsingin Sanomat rend compte d’une étude concernant les différends projets de numérisation dans les écoles finlandaises, mis en place depuis les années 1990.
Les projets ne se sont pas avéré de gros succès du fait que l’on a essayé d’introduire des réformes de l’extérieur sans écouter les élèves, les enseignants ou les spécialistes du domaine de la pédagogie.
HS/lun/A8

Défense

Un grand nombre de candidats pour l’école de pilotes militaires
La carrière de pilote militaire intéresse de plus en plus de jeunes : cette année 870 candidats se sont présentés au concours d’entrée de l’école de pilotage de l’armée de l’air, un record depuis 18 ans alors que la moyenne annuelle est d’environ 650.
Sur les 870 candidats, on compte 44 femmes, soit deux candidates de moins par rapport à l’année dernière. L’école sélectionnera une quarantaine de candidats qui commenceront leur apprentissage en juillet 2019 à Tikkakoski.
Le directeur de l’école de pilotage de l’armée de l’air, le colonel Mikko Punnala fait actuellement l’objet d’une enquête policière, il est soupçonné d’avoir favorisé un membre de sa famille lors des sélections du concours de l’année dernière.
KS8.12/6

Les objecteurs de conscience acquittés
La cour d’appel d’Helsinki a refusé de traiter vendredi dernier les cas de trois objecteurs de conscience qui avaient été acquittés par le tribunal de grande instance d’Helsinki. Les trois hommes en question avaient refusé d’effectuer un service civil pour cause de pacifisme.
Jusqu’à l’année dernière, les objecteurs de conscience qui refusaient le service civil étaient condamnés à des peines de prison. En février 2018 le tribunal de grande instance avait, pour la première fois, acquitté des objecteurs de conscience. La décision a été justifiée par des arguments qui relevaient la situation privilégiée des témoins de Jehova qui sont exemptés du service militaire. Depuis cette décision, une dizaine d’objecteurs de conscience ont été acquittés.
HS8.12/A21

Police

Des acquisitions d’équipement prévues dans la police
La police envisage de se procurer davantage de matériel et d’équipements qu’elle avait l’habitude d’emprunter à la défense nationale.
Parmi ces acquisitions se trouvent notamment des appareils infrarouges et des drones.
La défense nationale a traditionnellement prêté à la police des véhicules blindés pour des missions considérées dangereuses. Un important matériel d’aviation a notamment été prêté par la défense nationale et les gardes-frontières dans des cas de personnes disparues ou d’incendies de forêts.
KS9.12/34

France

Tourisme

Lyon
Kauppalehti Optio publie un reportage sur Lyon et la gastronomie lyonnaise.
KL

Vendredi 7 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Immigration

Propos du ministre de l’Intérieur
Le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen n’exclut pas un test pour vérifier les comportements des demandeurs de la nationalité finlandaise face aux principes d’intégrité physique et d’égalité des sexes.
M. Mykkänen estime que les valeurs finlandaises devraient être davantage soulignées, y compris dans l’intégration des immigrés.
Il observe que des personnes d’origine finlandaise commettent aussi bien des viols que des personnes d’origine immigrée, mais que des personnes aux antécédents étrangers commettent proportionnellement plus de crimes sexuels.
HS/ven/A17

Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, a participé à la partie traitant de l’Afghanistan lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN. Il a dit, en écho à l’accusation de M. Pompeo selon lequel la Russie a accéléré le sort du traité sur les armés nucléaires INF en le violant, que la Finlande n’était pas en mesure de nier la véracité de cette affirmation.
M. Soini a estimé que la tendance à démanteler les traités et [mettre fin à des] organisations était mauvaise, surtout si l’on n’avait aucune idée sur ce qu’il pourrait y avoir à la place.
HS/jeu/A30

Politique intérieure

Fête de l’indépendance

Propos du Président Niinistö sur l’importance des échanges
Helsingin Sanomat rend compte des propos du Président Sauli Niinistö, avant la réception du 6 décembre. Il a marqué l’importance pour la Finlande et les Finlandais de s’efforcer de mieux comprendre les autres pour éviter les malentendus qui autrement risquent d’engendrer des conflits.
Il a également souligné l’importance de la démocratie et des comportements qui permettent à tout le monde d’avoir un sentiment d’appartenance à une même communauté.
Il estime que le besoin de comprendre les autres vaut également pour la politique internationale et rappelle les échanges entre les Présidents Trump et Poutine à Helsinki. Pour lui, il faut essayer de comprendre sur quelles questions l’on est d’accord et sur quels points les avis divergent.
M. Niinistö a souligné l’actualité du changement climatique et rappelé que dans les questions environnementales, la Finlande avait quelque chose à apporter au niveau mondial, par exemple dans le secteur des technologies forestières.
Mme Jenni Haukio a souligné les choix de tous les jours auxquels tout le monde peut réfléchir, en matière de régime alimentaire, de transports et de consommation en général.
HS/A7

Manifestations : 1800 personnes contre 200 néonazis
Le défilé de néonazis, issu du mouvement de la résistance nordique PVL, a réuni plus de 200 manifestants. La police a dû leur confisquer des drapeaux ornés de croix gammées et placer en détention quatre personnes soupçonnées d’incitation contre un groupe ethnique.
La manifestation « Helsinki sans nazis » a réuni pour sa part environ 1800 personnes.
HS/ven/A12

Partis politiques

Verts en hausse
Selon un sondage effectué par Yle sur les intentions de vote des Finlandais, le changement de président chez les Verts semblerait avoir entraîné à la hausse l’audience de ces derniers. Elle est actuellement de 13,9 %, soit 2,6 points de plus qu’en octobre. Le parti arrive toujours au quatrième rang avec un écart désormais moins important par rapport au Centre.
Le PSD et le Rassemblement national ont chacun perdu un peu plus d’un pour cent, mais arrivent toujours respectivement premier et deuxième, avec 21,5 % des intentions de vote pour le PSD et 19,1 % pour le Kokoomus.
L’audience du Centre a augmenté de 0,5 point, à 17 %.
L’Alliance des gauches a perdu 0,7 point et arrive au cinquième avec une audience de 8,5 %. L’audience des Vrais Finlandais qui arrivent sixième, a diminué de 1,7 point pour s’élever à 8,1 %.
Le score des Démocrates chrétiens s’élève à 4,1 %, celui du Parti suédois à 4 % et celui de l’Avenir bleu à 1,5 %, en augmentation de 0,4 point.
Yle estime dans son analyse que le bon résultat des Verts pourrait compromettre les espoirs de M. Rinne de devenir Premier ministre dans la mesure où l’audience des Verts semblerait se renforcer au détriment de celle des partis de gauche.
Yle, HS

Centre
Helsingin Sanomat publie en éditorial un billet sur le changement de génération en vue au sein du Parti du centre. Six députés centristes de longue date, âgés de 67 à 76 ans, ont annoncé qu’ils ne se présenteraient pas aux législatives.
Selon les sondages, le Centre risque de perdre plus de dix sièges au Parlement. Avec tous ceux qui se désistent, il sera ainsi plus facile pour de nouveaux candidats de réussir d’après le journal.
Selon Yle, au total 35 députés représentant l’ensemble des partis ont jusqu’à présent annoncé qu’ils ne se représenteraient pas. En règle générale, un tiers des députés change aux législatives.
HS/ven/A4

France – Finlande

Programmation informatique

L’Ecole 42 comme inspiration de l’école de programmation de Supercell
Helsingin Sanomat présente le projet du groupe d’édition de jeux Supercell de créer une école de programmation informatique Hive à Helsinki. Supercell s’est inspiré de l’Ecole 42 créée à Paris en 2013 par Xavier Niel.
HS a interviewé des étudiants et des enseignants de l’école, ainsi que sa directrice.
HS/jeu/A20-21

Mercredi 5 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Union européenne

Présidence finlandaise
Aamulehti relève que, selon Kare Halonen, secrétaire d’Etat aux affaires européennes à la chancellerie du Premier ministre, ’imprévisible’ est le mot qui caractérise le mieux la future présidence finlandaise de l’Union européenne à partir du 1er juillet 2019.
M. Halonen évoque deux choses imprévisibles liées à la présidence finlandaise : le Brexit et les élections au Parlement européen. « Il faut se préparer au fait que le Brexit soit, d’une façon ou d’une autre, à l’agenda de notre présidence. »
La Finlande devra veiller aux négociations sur le cadre budgétaire 2021-2027 qui toucheront au but. « Un accord sur le cadre budgétaire serait plus difficile à atteindre si le résultat des élections européennes crée une nouvelle constellation au Parlement européen », selon M. Halonen.
La Commission et le Conseil européen planifieront leur quinquennat après les élections européennes. Juha Jokela, directeur de programme à l’Institut des relations internationales UPI, souligne qu’en tant que président du conseil de l’UE, la Finlande participera à cette planification. La Finlande y aura une possibilité d’influencer, parce que les Etats membres veulent informer le président de leurs points de vue.
Selon M. Jokela, « selon une estimation générale, quant à l’agenda, il y un tiers d’objectifs du pays président, un tiers venant de l’Union et un tiers de questions imprévisibles ».
Arto Satonen, président de la Grande commission du Parlement, rappelle que la Finlande organisera ses élections législatives un peu avant sa présidence. Un nouveau Parlement sera élu et un nouveau gouvernement sera désigné.
Pendant sa présidence, la Finlande présidera environ 1 200 réunions différentes, dont la plupart à Bruxelles et une centaine en Finlande. La Finlande organisera aussi six réunions ministérielles informelles. La Commission européenne et le présidium du Parlement européen effectueront une visite en Finlande. Environ 16 500 personnes, y compris les représentants des médias, participeront aux réunions organisées en Finlande. L’Ecofin réunira de 300 à 400 personnes.
Les orientations politiques de la Finlande seront décidées par le comité interministériel des affaires européennes, présidée par le Premier ministre Juha Sipilä. Le secrétariat permanent des affaires européennes composé d’une trentaine de personnes sera chargé des préparatifs. Un secrétariat de la présidence de l’UE d’une vingtaine de personnes a été déjà désigné pour s’occuper de l’organisation des réunions.
Le budget de la présidence finlandaise s’élève à 70 millions d’euros.
AL/lun/A10

Migrations

Pacte de l’ONU
Keskisuomalainen rapporte qu’au moins sept Etats membres de l’Union européenne s’opposent au Pacte mondial pour les migrations de l’ONU (GCM).
Selon Renne Klinge, expert principal à l’unité de l’aide et de politique humanitaire du ministère des Affaires étrangères, « la Finlande ne s’oppose pas au pacte parce qu’il n’est pas contraignant ».
M. Klinge estime que le pacte sera approuvé à Marrakech à l’unanimité parce que les pays qui s’y opposent n’y participeront pas. La Finlande sera représentée par le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen.
KS/22

Défense

Réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bruxelles
La réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN a lieu à Bruxelles les 4 et 5 décembre. Le deuxième jour est également organisée un meeting des ministres des Affaires étrangères concernant l’opération de gestion de crises (Resolute Support, RS) de l’OTAN en Afghanistan. A cette réunion participent aussi les pays partenaires de l’Alliance. La Finlande est représentée par le ministre des Affaires étrangères Timo Soini (bleus) qui rappelle que la Finlande participe à l’opération RS depuis sa création en 2015.
L’opération RS remplace l’opération FIAS mise en route en 2001. La Finlande augmente ses effectifs RS à 60 soldats le 1.1.2019.
vn.fi

Politique intérieure

Justice – Intérieur

Crimes et nationalité
Propos de M. Mykkänen
Le tabloïd Ilta-Sanomat relève que le ministre de l’Intérieur Kai Mykkänen a été interviewé concernant un cas à Oulu où neuf hommes d’origine étrangère sont soupçonnés de crimes sexuels contre trois jeunes filles de moins de 15 ans. Un d’entre eux aurait acquis la nationalité.
Selon M. Mykkänen, le Parlement est en train d’étudier un projet de loi concernant l’aggravation des sanctions pour les crimes sexuels, notamment concernant le viol d’un mineur.
Le ministre note aussi qu’un changement de loi, qui permet d’accélérer l’expulsion des immigrés coupables de crimes graves entrera en vigueur début 2019.
M. Mykkänen estime qu’il faudrait mieux évaluer les critères de la nationalité finlandaise. « Il faut être sûr que la personne s’est intégrée, a appris la langue et s’est engagée à nous valeurs. »
IS

Manifestations

La police a le droit d’arrêter les personnes de façon préventive
Selon Helsingin Sanomat, la police finlandaise arrête des tous les ans de manière préventive des milliers de personnes qui se comportent de manière menaçante, afin d’empêcher les crimes et délits à l’avance.
A Helsinki, la police a arrêté environ 5 600 personnes pour cette raison en 2017, par exemple à la veille de manifestations.
Le 6 décembre 2017, une dizaine de personnes ont été arrêtées à l’avance afin de ne pas pouvoir participer aux manifestations.
HS/A17

Défense

Le défilé du jour de l’indépendance aura lieu à Mikkeli
Réunissant en tout quelques 900 personnes, le défilé national du jour de l’indépendance est organisé à Mikkeli et a pour thème « La Défense nationale – 100 ans de déploiement ».
Tous les corps d’armée, les garde-frontières et l’Ecole des hautes études de défense nationale participent à l’évènement. Des représentants d’anciens combattants et d’organisations de la défense nationale seront également présents.
Le commandant de l’armée de terre Petri Hulkko passera en revue le défilé commandé par le chef d’état-major de l’armée de terre Markku Myllykangas.
Une cinquantaine de véhicules et d’hélicoptères de l’armée de terre, des chasseurs et des avions à réaction de l’armée de l’air participeront aux festivités.
HS5.12

Le parti de l’Avenir bleu veut une garnison dans chaque province
Selon eux, la Finlande devrait dénoncer l’accord d’Ottawa qui interdit les mines anti-personnel
Dans leur programme de politique de défense, les Bleus proposent de fonder une garnison dans chaque province afin de mieux défendre le pays.
Le parti propose également de créer un ministère de la sécurité qui unirait le ministère de la défense et le ministère de l’intérieur.
Dans les visions des Bleus, les garde-frontières feraient partie de la défense nationale. Le parti voit d’un mauvais œil que la législation concernant les garde-frontières se fasse au ministère de l’intérieur, séparément de la défense nationale.
Le parti veut par ailleurs que la Finlande dénonce l’accord d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel.
Yle4.12

Culture

Inauguration de la bibliothèque Oodi à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que la nouvelle bibliothèque Oodi au centre-ville d’Helsinki ouvre ses portes aujourd’hui.
L’inauguration de ce « ciel de la littérature » terminera ainsi les festivités du centenaire de la Finlande.
HS/B1-3

Mardi 4 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Conférence climatique de Katowice

Le Président Niinistö demande des mesures plus strictes « de nous tous »
Helsingin Sanomat rend compte de l’intervention du Président Sauli Niinistö, à Katowice, hier. M. Niinistö demande des mesures plus strictes pour ralentir le changement climatique en disant que l’on a encore de l’espoir mais qu’on n’a pas de temps à perdre. « Il nous faut agir toute de suite et par « nous », je veux dire chacun de nous. »
M. Niinistö a relevé que la Finlande était parmi les premiers pays ayant défini des objectifs contraignants en 2015. L’usage du charbon dans la production énergétique prendra fin d’ici 2029. Il faut quand même, selon lui, que l’on accélère les démarches. « Je me félicite de voir que dans la société finlandaise il y a de plus en plus de volonté dans ce sens. La Finlande souhaite montrer qu’il est possible pour une société d’atteindre une neutralité en matière de carbone sans pour autant sacrifier la croissance économique. »
HS/A9

UE - UEM

Editorial
« La ligue hanséatique se réveille » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que « pour un petit pays comme la Finlande il est indispensable de s’allier à des pays qui ont le même esprit si on veut influencer la politique européenne. Après le Brexit, la Finlande a encore plus besoin d‘alliés qui défendent le libre-échange et le marché intérieur. La ligue hanséatique semble se prévaloir aussi de la discrète
Approbation de l’Allemagne qui toutefois n’en fait pas partie car elle souhaite préserver l’unité de l’UE en demeurant unie à la France et recherchant des compromis. »
« Après les élections en France et en Allemagne, on pensait qu’il y avait une fenêtre de tir pour approfondir l’UEM, mais il semble aujourd’hui qu’elle ne soit pas si ouverte qu’on le croyait il y a encore deux ans », estime KL.
KL

Egalité

Rapport de l’EIGE
Turun Sanomat rapporte que la Finlande est en troisième position, après la Suède et le Danemark et avant les Pays-Bas et la France, parmi les 28 Etats membres de l’Union européenne dans l’indice d’égalité de genre publié tous les deux ans par l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE).
TS/9

Slush 2018

« Le contenu de Slush ce sont les rencontres entre entreprises » KL
Le salon des Startups Slush se réunit aujourd’hui et demain à Helsinki. On attend 20 000 participants et des startups de 130 pays différents.
Au total ce sont environ 300 manifestations différents qui ont lieu dans et autour de ce salon à Helsinki.
KL HS

Politique intérieure

Economie

Fortum investit dans des start-ups
Le groupe énergétique Fortum annoncé qu’il investira 150 millions d’euros dans des jeunes start-ups sur une période de dix ans. Les crédits seront placés dans le fonds américain Valo Ventures, et il s’agira de trouver des start-ups qui cherchent des solutions aux défis de l’urbanisation, du changement climatique et de l’économie circulaire.
Fortum envisage de profiter de nouvelles innovations pour devenir un des premiers groupes du secteur énergétique à mettre à profit la technologie numérique.
HS/A33

Fiscalité des voitures
Le ministère des Finances annonce que l’impôt sur les véhicules sera modifié de façon à mieux prendre en compte les émissions selon la nouvelle norme WLTP qui remplace l’ancien test NEDC.
Le gouvernement propose ainsi d’alléger la taxe notamment sur les voitures aux émissions moyennes et importantes de CO2.
HS/A33

Transports

Ferry automatique
Helsingin Sanomat rend compte d’un essai sur la navigation automatique et autonome d’un ferry de Finnferries dans l’archipel de Turku. Rolls-Royce, qui est propriétaire de Finnferries avec l’Etat finlandais, emploie 400 personnes en Finlande et dispose d’un centre de développement de navires automatiques à Turku.
HS/A34

Recherche

Deux satellites conçus en Finlande lancés
Avec le lancement du lanceur Falcon 9 du groupe spatial SpaceX en Californie, le satellite finlandais Suomi 100 est partie dans l’espace. Parmi les 64 satellites ainsi lancées, il y a un autre, X2 du groupe Iceye, qui a été conçu en Finlande, à l’Université Aalto.
Le satellite Suomi 100 qui relève du partenariat entre Aalto et l’institut national de météorologie, permettra d’étudier les phénomènes de la météo spatiale et les aurores boréales, par exemple.
Avec ces deux satellites, il y aura désormais six satellites d’origine finlandaise dans l’espace.
HS/A27

Défense – Justice

Une condamnation pour de graves crimes pourrait causer le retrait de la nationalité finlandaise
Cette semaine, le gouvernement dépose au parlement un projet de loi selon lequel un binational finlandais pourrait perdre sa nationalité finlandaise en raison d’une condamnation pour des crimes graves.
Pour l’instant un ressortissant finlandais ne peut perdre sa nationalité finlandaise que dans l’éventualité où il donne de fausses informations lors de sa demande de nationalité.
En 2016, il y avait en Finlande environ 105 000 binationaux avec une majorité de russo-finlandais. Parmi les ressortissants suédois, somaliens, estoniens et américains il y a également de nombreux binationaux.
Le projet de loi est actuellement traité par la commission constitutionnelle, déjà fort occupée.
La nationalité finlandaise pourrait être retirée à une personne condamnée pour haute trahison ou pour un crime terroriste dont la peine maximale serait de huit ans de prison. La décision serait prise par le Bureau de l’immigration avec une possibilité de recours devant le tribunal administratif.
Ce projet de loi a déjà été critiqué en raison de son manque de précision, de son inefficacité dans la lutte contre le terrorisme et du fait qu’elle traite de façon inégale les ressortissants de différents pays.
HS4.12/A10

Extrême-droite

« De nombreux criminels dans les mouvements d’extrême-droite » Yle
Selon une étude d’Yle, une grande partie des membres du mouvement néo-nazi PVL (mouvement de résistance nordique) et du groupe des soldats d’Odin ont été condamnés pour des crimes ou délits, pour la plupart liés à la violence.
L’étude concerne 61 personnes, tous militants de PVL et des soldats d’Odin. 43 militants sur 61 ont été condamnés et sept ont eu des peines de prison ferme.
Selon Yle, la police de sûreté (SUPO) estime que PVL a environ 100 à 120 membres. Le fondateur des soldats d’Odin Mika Ranta estime que le mouvement aurait environ 300 membres.
Dernièrement, les deux mouvements ont coopéré étroitement, selon Yle.
Yle, HS/A10

Santé

Vaccinations
Helsingin Sanomat rapporte qu’il n’y a pas eu de nouveaux cas de rougeole dans la région de Pietarsaari en Ostrobotnie. L’enfant, qui n’avait pas été vacciné, a probablement attrapé la rougeole lors d’un voyage à l’étranger.
Annika Saarikko, ministre de la Famille et des Services sociaux, qui n’est pas favorable à une obligation de faire vacciner les enfants, rappelle que les vaccinations ne sont pas obligatoires dans les pays nordiques. Il y a par contre 14 pays européens ou au moins une vaccination est obligatoire. « La couverture vaccinale est toutefois meilleure dans les pays nordiques », selon la ministre.
Mme Saarikko est prête à inclure dans le programme gouvernemental de 2019 l’objectif de faire augmenter la couverture vaccinale en Finlande.
HS/A12, AL/A6

France - Finlande

Culture

Sofi Oksanen chevalier des Arts et Lettres
La presse rapporte que l’écrivaine finlandaise Sofi Oksanen a été promue chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres.
TS Yle Hbl

Lundi 3 décembre 2018

Politique étrangère et européenne

Conférence climatique de Katowice

« Pas de grandes attentes » HS
Selon Helsingin Sanomat, les attentes sont modérées en ce qui concerne la possibilité d’obtenir des progrès à la conférence de Katowice. Le ministre de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen estime que la conférence sera plus politique que jamais depuis celle de Paris. Il considère qu’il faudra faire plus et avancer plus rapidement.
Mme Outi Honkatukia, négociateur principal de Finlande, estime qu’il serait essentiel pour la crédibilité du traité de Paris que l’on puisse se mettre d’accord sur des règles concrètes de mise en œuvre du traité qui date d’il y a trois ans. Pour elle, ce qui compte c’est le fait de savoir si on arrive à se mettre d’accord sur un mécanisme qui puisse réellement encourager et pousser les pays à faire plus.
Le Président Sauli Niinistö dirige la délégation finlandaise et interviendra à Katowice aujourd’hui. Il a signé, avec 15 autres chefs d’Etat un appel pour des mesures plus ambitieuses en faveur du climat.
Mme Kaisa Kosonen, conseillère de Greenpeace en matière de politique climatique, ne s’attend pas à une solution aux inquiétudes éveillées par le rapport du GIEC
M. Tiilikainen et Mme Honkatukia estiment qu’il sera possible d’obtenir un mécanisme pour déclarer des objectifs plus ambitieux, mais qu’il n’y a pas de certitude du niveau de l’ambition.
HS/lun/A16-17

Editorial : « La conférence montrera le chemin » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que l’on n’entendra pas de nouvelles ouvertures à la conférence de Katowice. Généralement, les conférences climatiques ne permettent pas d’atteindre suffisamment de progrès, mais elles servent à montrer le chemin. Elles constituent également un signal pour les acteurs économiques et un signal politique sur le fait qu’il est intéressant d’investir dans des technologies vertes.
L’éditorialiste estime que la conférence de Paris peut être considérée comme une réussite importante de la diplomatie française et de la coopération internationale. Les démarches essentielles pour changer les orientations se font ensuite dans les entreprises et localement.
HS/lun/A4

Conseil Ecofin

Le Parlement pas favorable à un approfondissement de l’UEM
Kauppalehti rapporte que la grande commission du Parlement a confirmé, la semaine dernière, la position du gouvernement pour le conseil Ecofin. Le Parlement n’est pas favorable à un approfondissement de l’UEM. La Grande commission est opposée aux propositions de la Commission en matière financière. En cela, elle suit les propositions du gouvernement finlandais, relève Kauppalehti.
Le quotidien souligne que, outre les partis de la coalition, le PSD ne souhaite pas non plus donner plus de pouvoirs à la Commission en matière de monitoring de la politique financière nationale. Ils se basent d’ailleurs sur les mêmes arguments que le gouvernement : d’une part il est problématique d’évaluer le déficit structurel et d’autre part cela affaiblirait le pouvoir des parlements nationaux.
Kauppalehti relève toutefois que l’Italie se dispute actuellement avec la Commission sur son budget et que, à la connaissance du journal, la Finlande n’a pas défendu le pouvoir en la matière du parlement italien.
KL

L’Europe est-elle en train de se diviser en deux ? La Ligue hanséatique irrite les pays du Sud
Yle rapporte que la nouvelle ligue hanséatique est un projet très important pour les Pays-Bas. La Finlande est tire profit surtout par le fait qu’elle s’y retrouve avec des pays qui partagent des positions importantes pour elle. « Les pays de la Hanse sont de petites économies ouvertes qui dépendent du commerce mondial et sont favorables à la rigueur budgétaire », déclare le président de la Grande commission du parlement, M. Arto Satonen (Kokoomus).
M. Satonen déclare que les parlements des pays de la Hanse ont été en contact les uns des autres. Il a lui-même négocié avec des membres du parlement néerlandais.
La ligue hanséatique a été lancée au niveau des ministres des Finances. « Mais il y a aussi une idée plus importante derrière cela. Comment l’UE doit fonctionner et qu’est-ce qui est de la responsabilité des Etats membres ? Faut-il que l’UE intervienne sur tout ou ne doit-elle prévoir qu’un cadre ? L’idée de base de ce groupe hanséatique est qu’avec de simples cadres au niveau européen, il y aurait plus de marges de manœuvre, ce qui permettrait la subsidiarité », estime M. Satonen.
Selon, lui, « il s’agit d’un groupe de pays qui ont le même esprit et il est naturel que la coopération s’agrandisse. L’importance de ce groupe va probablement se renforcer », prévoit-il.
Certains considèrent que le but de ce groupe est de tuer le débat en Europe sur la solidarité financière. « Le débat ne va pas s’arrêter là, mais il s’agit de notre part de prendre position dans ce débat. Si on pense par exemple à la situation de l’Italie, il est évident que l’on a besoin dans l’UE de forces qui défendent aussi la rigueur budgétaire et la responsabilité de chaque Etat membre sur son économie », estime-t-il.
M. Satonen souligne qu’il ne faut toutefois pas exagérer le rôle de la Hanse. « C’est seulement un acteur existant par d’autres. Les autres Etats membres ont des interactions. Afin de faire avancer ses propositions, le groupe de la Hanse aura besoin de trouver d’autres partenaires », dit-il.
Yle

Transports

Projet de tunnel entre Helsinki et Tallinn
Les ministres finlandais et estonien des Transports ainsi que la direction de Helsinki et de Tallinn se sont rencontrés à Helsinki, vendredi, pour se mettre d’accord sur la poursuite des études concernant le projet de tunnel entre les deux villes. Les parties confirment leur engagement dans un projet qui s’inscrirait dans la prolongation du projet ferroviaire de Tallinn à Varsovie. La Finlande envisage de prendre part en tant qu’actionnaire au projet RB Rail des pays baltes.
Anne Berner, ministre des Transports, a dit que l’Etat pouvait participer au projet de tunnel à condition qu’il y ait un financement européen, et que le tunnel soit rattaché au système de transports publiques et que le tunnel soit prévu tant pour les passagers que pour le fret.
Les seules études de faisabilité en la matière prendront 5 à 6 ans, selon elle.
M. Westerbacka, connu pour son action dans le groupe de jeux Rovio, a annoncé une conférence de presse sur son projet de tunnel parallèle, qui serait en partie financé par la Chine, et qui ouvrirait dès 2024.
HS/sam/A14

Politique intérieure

Partis politiques

La popularité des Verts en légère hausse
Selon les résultats d’un sondage sur les intentions de vote, effectué en novembre pour le compte d’Aamulehti, le PSD est encore à la tête avec un score de 21,4 % (-0,6 %), suivi du Rassemblement national (19,8 %, contre 19,9 % en octobre) et du Centre (15,1 %, -0,1 %)).
L’Alliance verte arrive quatrième avec un score de 13,6 %, soit une augmentation de 0,7 % par rapport au mois d’octobre.
L’Alliance des gauches obtient 9,3 % et les Vrais Finlandais 8,4 % (+0,7 %). Le parti suédois obtient 4,5 %, les Chrétiens-démocrates 3,7 % et les Bleus 2,2 %.
Quant à la popularité des politiciens, le Président Sauli Niinistö est crédité d’une cote de popularité de 67 % (contre 64 % au printemps dernier). Pekka Haavisto, président des Verts, obtient 44 % (contre 41 % au printemps), et Li Andersson, présidente de l’Alliance des gauches, 31 %. Le président du PSD Antti Rinne a une popularité de 24 %, Petteri Orpo, président du Rassemblement national, 21 %, le Premier ministre Juha Sipilä (Centre) 17 % et Sampo Terho, président des Bleus, 12 %. Le président des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a un score de 13 % et Harry Harkimo (Mouvement Nyt) de 16 %.
Le sondage a été effectué par l’institut Tietoykkönen du 14 au 23 novembre auprès de 1 505 personnes par téléphone et par internet.
AL/sam/A10

PSD

« Maintenant ou jamais » SK
Suomen Kuvalehti publie une interview du président du PSD, M. Antti Rinne, qui se prépare déjà la fonction de Premier ministre. Il évoque déjà les questions qu’il pourrait poser aux autres présidents de partis afin de former la prochaine coalition gouvernementale.
La première questions serait : « Est-ce que votre parti politique est prêt à soutenir un programme d’investissements publics qui renforcent l’économie finlandaise pour les années 2030 ? »
La seconde question serait : « Comment arrêter et inverser la tendance à une inégalité des revenus ? Par quels moyens ? »
La troisième serait consacrée à la réforme des services sociaux et de santé du gouvernement Sipilä. « Etes-vous prêts à résoudre la réforme d’une telle manière que le secteur public soit à l’avenir aussi le fournisseur des services sociaux et de santé qui ne seraient donc pas transférés au secteur privé comme le prévoir l’actuelle réforme ? ». Suomen Kuvalehti relève que cette question est délicate pour les deux partis de l’actuelle coalition. M. Rinne et le PSD souhaitent modifier la réforme actuelle, même si le Parlement l’approuvait avant la fin de la législature. Il souhaite revenir sur l’ouverture au privé des services et réévaluer la réforme des régions. Pour cela il envisage de mettre en place un comité avant de porter la réforme devant le Parlement. Le PSD prévoir aussi de donner un droit à lever l’impôt aux régions (ce qu’approuvent le centre et les Verts mais pas le Kokoomus).
M. Rinne souhaite relever le taux d’emploi jusqu’à 80% mais avec des recettes « très social-démocrates », estime SK. Il souhaite une réforme des congés parentaux et rallonger la durée de la scolarité obligatoire. Il envisage aussi des emplois aidés ainsi que de faciliter le passage des chômeurs de longue durée à la retraite.
Il souhaite aussi mettre au cœur de son projet la politique climatique. Il ne souhaite pas diminuer les puits carbone des forêts. En, matière énergétique, il estime que le prochain gouvernement devra se prononcer sur la prolongation ou le remplacement de la centrale nucléaire de Fortum à Loviisa.
SK

Défense

Déclarations du ministre Jussi Niinistö
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö n’est pas favorable aux propositions qui, d’une part, permettraient aux femmes de rompre leur service militaire dans les 45 premiers jours et, d’autre part, leur supprimeraient l’indemnité journalière majorée qui leur permet de se procurer des sous-vêtements et des produits d’hygiène. Ces propositions ont été recensées dans une étude qui avait interrogé des femmes ayant effectué un service militaire. Ces propositions relevées par l’étude de Kaisa Tölli ont été justifiées par le fait que ces privilèges affaiblissent l’esprit de corps dans l’armée.
Environ 20% des femmes interrompent leur service militaire durant les 45 premiers jours, notamment en raison des efforts physiques.
Quant à la mise en place d’un service citoyen concernant les hommes et les femmes, le ministre Niinistö réplique que « le service militaire tel qu’il existe aujourd’hui, fonctionne très bien. Il ne faut pas le confondre avec un service citoyen » qui ne lui conviendrait que s’il remplaçait le service civil actuel qui, selon lui, « n’est pas opérationnel ».
Le nombre des futurs avions de combat multifonctions est aussi sujet de débat puisque le député Kari Uotila (alliance des gauches) se contenterait de 40 avions au lieu des 64 préconisés. Ce chiffre ne satisfait pas le ministre de la Défense pour qui le nombre de 64 est un minimum pour défendre le pays.
AL1.12/A20

« Le ministre se campe en passéiste »
« L’actuel ministre de la Défense, Jussi Niinistö, refuse toutes les réformes proposées par un haussement d’épaule et des commentaires arrogants », écrit Antti Launonen dans le quotidien Keskisuomalainen.
« Le ministre se soucie de supprimer le droit des témoins de Jehova à ne pas effectuer le service militaire et de ridiculiser l’alimentation végétarienne. Le plus extraordinaire de ses propos consistait à diminuer le service militaire volontaire des femmes. Jeudi dernier, il qualifiait le réchauffement climatique de phénomène de mode », poursuit le journaliste.
« De toute manière, les futurs gouvernements seront forcés de réformer la défense nationale. Il faudrait le faire tant que la volonté de défendre le pays affiche encore des chiffres élevés », conclut Launonen.
KS1.12/24

Parlement

La loi sur le renseignement avance, les problèmes continuent
Le professeur de droit international Martin Scheinin a recensé dans le projet de la loi sur le renseignement 30 points qui sont contraires à la constitution et estime qu’il s’agit sans doute d’un record en Finlande.
Le professeur poursuit en disant que les changements nécessaires seront faits par la commission parlementaire de la défense pour la partie renseignement militaire et par la commission administrative pour la partie civile. Il n’exclut pas que des erreurs constitutionnelles soient commises par les parlementaires dans le traitement de la loi.
Pour la présidente de l’Alliance des gauches, Li Andersson, la procédure accélérée et le contenu de la loi posent problème.
Andersson note que, selon le projet de loi, les autorités ne sont pas tenues d’informer la personne dont le message aurait été ouvert par inadvertance. « Si l’on fait partie des personnes dont les messages ne font pas l’objet d’une demande de renseignement, il serait logique que la personne soit informée du fait que les autorités se sont trompées. »
Par ailleurs, le futur comité de surveillance du renseignement pose problème. Selon le projet, tous les membres du comité subiraient une enquête de sécurité exhaustive par la sûreté nationale (SUPO). Pour Mme Andersson, il est inconcevable que l’instance à surveiller (la SUPO) participe aussi massivement au choix des parlementaires chargés de la surveiller. Elle rappelle que ni les ministres, ni même le président de la république ne sont assujettis à de telles enquêtes alors qu’ils traitent de dossiers bien plus secrets que les députés.
KU30.11/18-19

L’allocation d’adaptation pour les députés
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a décidé vendredi dernier de mettre fin au système de retraite d’adaptation des députés et de le remplacer par une allocation d’adaptation aussi pour les anciens députés qui ont été élus au Parlement avant 2011. 29 anciens députés ont touché une retraite d’adaptation, considérée par la plupart comme trop généreuse.
L’allocation d’adaptation, qui varie entre 2 100 et 4 000 euros par mois, sera payée pendant un, deux ou trois ans suivant la longévité de la carrière parlementaire.
Les Vrais Finlandais n’ont pas participé à la décision.
HS/sam/A8

Santé

Vaccination des enfants contre la rougeole
Helsingin Sanomat rappelle qu’un petit enfant, qui n’a pas été vacciné, a attrapé la rougeole dans la commune suédophone de Luoto en Ostrobotnie où seulement 75 % des enfants sont vaccinés contre cette maladie très contagieuse. Pour obtenir une couverture vaccinale suffisante, il faut que 95 % des enfants soient vaccinés.
Sanni Grahn-Laasonen, ministre de l’Education, propose une étude pour savoir si les autorités devraient lier le paiement des allocations familiales au respect du programme national de vaccinations.
Annika Saarikko, ministre de la Famille et des Services sociaux, n’est pas favorable à une obligation des vacciner les enfants.
HS/lun/A8

Croissance économique

Une augmentation de 2,4 % en juillet-septembre 2018
Selon les chiffres récents de l’Institut national d’études statistiques, le PIB a augmenté de 2,4 points en juillet-septembre par rapport à la même époque en 2017. Il a augmenté de 0,4 point par rapport à avril-juin.
Une raison importante derrière l’augmentation est le fait que les stocks de l’industrie ont augmenté, ce qui surprend les spécialistes.
La consommation privée a augmenté de 0,4 % par rapport à 2017, et la consommation publique de 0,8 %. Les économistes estiment qu’avec l’amélioration de l’emploi et une hausse de salaires, la consommation aurait pu augmenter plus.
Les exportations et les investissements ont diminué d’un pour cent.
HS/sam/B16

Aviation

Perturbations possibles concernant les vols intérieurs et des régions limitrophes
Les pilotes du groupe Norra qui opère 150 vols de Finnair quotidiennement ont lancé une interdiction des permanences concernant les remplacements. Ils n’ont pas réussi à obtenir de nouvelle convention collective en remplacement de celle qui est arrivée à échéance vendredi.
Les perturbations éventuelles concerneraient les vols en Finlande, dans les pays Baltes et pour les destinations de l’Europe du Nord en général.
HS/sam/A14

publié le 03/01/2019

haut de page