Décembre 2017

Vendredi 22 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Pologne

Editoriaux
« L’UE devrait rechercher le moindre mal en Pologne » HS
Helsingin Sanomat estime que l’idée de sanctionner les populistes et ultra-conservateurs en Pologne semble bonne, mais ne l’est pas. En effet, la Pologne est membre de l’UE et ne la quittera pas. Or, il y a aussi en Pologne beaucoup de défenseurs de l’Etat de droit et de libéraux. Isoler la Pologne risque de favoriser les ultra-conservateurs. Il faut donc faire en sorte que lors des prochaines élections ce soit le moindre mal qui l’emporte », estime HS.
HS

« Un coup de baguette sur les doigts des Polonais » AL
Aamulehti souligne que l’UE est fondée sur des valeurs et qu’il est juste de condamner ceux qui menacent ces valeurs. « Menacer les fondements de l’Etat de droit dans un Etat membre est une question sérieuse », rappelle Aamulehti. « La volonté de maintenir l’unité européenne ne doit pas empêcher la Commission et les autres Etats membres d’intervenir », juge-t-il.
« Les valeurs de l’UE sont importantes. C’est pourquoi il est bon de secouer les dirigeants polonais – et d’autres au besoin ».
AL

« L’UE était obligée d’intervenir » KL
Kauppalehti rappelle qu’invoquer l’article 7 est une mesure sérieuse. Le risque est que cela renforce l’arrogance des dirigeants polonais à l’égard des règles européennes. Et aux yeux des Polonais leurs dirigeants risquent d’apparaître comme des martyrs victimes des autres Etats membres. Mais les Polonais oublient alors qu’ils ont rejoint volontairement l’UE et promis d’en respecter les règles ».
KL

Politique intérieure

Renseignement - Presse

« La Finlande moins ouverte que les autres » HS
Helsingin Sanomat rapporte que d’autres pays européens (la Suède ou l’Allemagne) communiquent plus que la Finlande sur leur renseignement militaire.
« La grande majorité des Finlandais ne connaissent rien du fonctionnement du centre de renseignement de l’armée, alors que la société finlandaise insiste sur les principes d’ouverture et de transparence. Le niveau de confidentialité dans ce secteur sépare la Finlande de nombre d’autres Etats occidentaux, juge Helsingin Sanomat.
HS

Sondage
La majorité des Finlandais n’approuvent pas la décision du Helsingin Sanomat
Selon un sondage publié par Keskisuomalainen, plus de 60% des Finlandais désapprouvent la décision du Helsingin Sanomat de publier des informations secrètes sur le centre de renseignement militaire. Seulement 16% l’approuvent.
Selon cette étude, deux tiers des Finlandais seraient toutefois favorables à ce que les médias publient des informations secrètes. Pour la majorité d’entre eux toutefois cekla n’est justifié que s’il y a un crime à révéler.
KS

Démission du président de reporters sans frontières en Finlande
Le président de la section finlandaise de reporters sans frontières ilkka Nousiainen a décidé de démissionner. Il juge en effet que Helsingin sanomat n’aurait pas du publier les informations sur le renseignement militaire. La majorité des membres du bureau de reporters sans frontières estime au contraire que les journalistes du Helsingin Sanomat ont bien fait leur travail.
Yle

Economie

Chômage

Baisse du chômage en novembre
Selon l’institut des statistiques, le taux de chômage en novembre s’établissait à 7,1%.
Selon les chiffres du ministère de l’Economie, le nombre de demandeurs d’emplois a diminué de 51 000 par rapport à l’année précédente pour s’établir à 271 000.
Vn.fi

Jeudi 21 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Pologne

« La Commission menace de suspendre les droits de vote de la Pologne » HS
Helsingin Sanomat rapporte que pour la première fois de l’histoire de l’UE, un Etat membre pourrait voir suspendu ses droits de vote pour atteinte aux droits fondamentaux.
Le Ministre de la Justice Antti Häkänen déclare qu’il considère comme bonnes les mesures envisagées par la commission. Il juge que l’UE doit défendre les principes de l’Etat de droit avant que la situation dégénère.
« L’histoire montre que le délitement de l’Etat de droit peut mener à des catastrophes », dit-il dans un communiqué. « C’est pourquoi l’Europe ne doit pas donner la moindre place à ceux qui remettent en cause l’Etat de droit ».
HS

Défense

Exercices militaires

La Finlande comme cible des simulations de bombardements des exercices russes
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que lors du manœuvre militaire russe, Zapad, cet automne, la Finlande, la Suède et les Etats européens membres de l’OTAN étaient des cibles des simulations de bombardement et d’attaques de missile.
Lors de ces manœuvres, il s’est agi de faire un exercice imitant une guerre entre la Russie et l’OTAN, selon des sources de renseignement de l’OTAN, cités dans le magazine Bild.
Les attaques en Finlande et en Suède ont concerné des aéroports et ports qui auraient pu être utilisés par des troupes de l’OTAN.
Les Russes avaient présenté leurs manoeuvres comme relevant d’antiterrorisme.
Selon les sources de Bild, dans le cas d’une guerre avec l’OTAN, la Russie ne s’attend pas à ce que la Finlande et la Suède restent neutres, même si ces dernières ne sont pas membres de l’alliance. Pour la Russie, Helsinki et Stockholm laisseraient les avions de l’OTAN utiliser leurs aéroports.
Selon la même source, une adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède ne suffirait pas à provoquer le déclenchement par la Russie d’une guerre en Europe.
HBL/1&6

Défense civile

« La Suède souhaite mettre en place une coopération de défense civile avec la Finlande » HBL
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que la Suède estime que l’on ne peut pas exclure la possibilité d’une attaque armée visant la Suède et que la Russie constitue la première menace pour la sécurité.
La défense civile – abris, dépôts, approvisionnement, etc. – devra être renforcée et de préférence en coopération avec la Finlande, qui a toujours maintenu la sienne.
La coopération avec la Finlande pourrait concerner l’approvisionnement en matière de denrées alimentaires et de carburant, ainsi que les soins de santé et les cyberattaques.
HBL/7

Politique intérieure

Parlement

Le budget approuvé, le Parlement en vacances
Le budget a été adopté hier par 101 voix contre 86.
Le Parlement est vacances jusqu’à l’élection présidentielle. Si le président est élu au premier tour, la pause hivernale du Parlement prendra fin le 1er février.
HS

Réforme des services sociaux et de la santé

Le gouvernement est arrivé à un accord sur les chèques donnant accès aux soins spécialisés
Le gouvernement a annoncé, hier, qu’il est arrivé à trouver un accord sur la liberté de choix concernant les services sociaux et de la santé dans le cadre de la réforme. Seuls les services de base, du niveau proposé par les dispensaires, seront concernés par la liberté de choix (sous la forme de chèques donnant accès aux soins dans la privé), tandis que pour les soins spécialisés, du niveau hospitalier, il n’y en aura pas.
HS/A8

Procureur général

M. Nissinen a été condamné
La Cour suprême a condamné le procureur général Matti Nissinen à une amende dans une affaire de conflit d’intérêt.
M. Nissinen avait orienté des acquisitions de formation de son service vers l’entreprise de son frère.
Le ministère de la Justice évaluera par la suite si M. Nissinen pourra garder ses fonctions.
Des spécialistes estiment qu’une condamnation détériore la confiance que les gens peuvent avoir à l’égard du service de la justice, même si les accusations ne sont pas liées à son travail comme procureur.
HS/A8

Harcèlement

« Un cinquième de femmes juristes harcelées » HS
L’association des avocats de Finlande a réalisé une enquête sur le harcèlement sexuel auprès de ses membres.
Il en ressort qu’un cinquième des femmes juristes a déclaré avoir été victime de harcèlement sexuel et près de 40% ont déclaré avoir été témoin de tels agissements.
HS

Economie

Fortum

Le projet d’acquisition de Fortum suscite des intérêts
Helsingin Sanomat rapporte que suite aux tentatives par Fortum d’acquérir l’Allemand Uniper deux fonds spéculatifs américains, Knight Vinke et Elliott Management ont annoncé avoir augmenté leur participation dans Uniper.
HS

Crédit à la consommation

Les Norvégiens proposent leur crédits à la consommation en Finlande
Un quatrième établissement de crédit norvégien vient de se lancer sur le marché en expansion du crédit à la consommation en Finlande.
Helsingin Sanomat relève que les taux pour ces crédits à la consommation peuvent atteindre 20 à 50% pour des crédits de moins de 10 000 euros et de 12 à 20% pour des crédits de plus de 10 000 euros.
HS

France

Politique

« Le franc retourne dans l’histoire » HS
Le journaliste du Helsingin Sanomat Petja Pelli relève que la Préidente du Front National marine Le Pen a changé de politique et ne demande plus une sortie de l’euro et un retour du franc. Il rappelle que lorsqu’il l’avait interviewée il y a un an, elle orientait sa campagne sur la sortie de l’euro. Or, c’est l’europhile Emmanuel Macron qui a été élu, souligne-t-il.
HS

Sciences économiques

« De plus en plus pour de moins en moins de gens » KU
Kansan Uutiset publie un article sur le rapport du groupe de travail dirigé par Thomas Piketty, World Inequality Report 2018.
KU

France - Finlande

Tourisme

Les lecteurs de Aamulehti à la découverte de Mortagne-au-Perche
Aamulehti publie un article sur le voyage gastronomique que le journal organise pour un groupe de lecteurs qui partiront une semaine en Normandie en mars.
AL

Mercredi 20 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Migration

Le nombre de sans-papiers pourrait doubler
Keskisuomalainen rend compte de l’éventualité que le nombre de sans-papiers double d’ici le printemps. Des milliers de demandeurs d’asile attendent encore une décision les concernant et il est probable qu’un grand nombre d’entre eux aura une réponse négative à leur demande.
Parmi les personnes qui ont saisi le tribunal concernant un refus de leur demande, il y a beaucoup d’Irakiens. La Finlande ne dispose pas d’un accord de renvoi avec ce pays.
Selon le ministère de l’Intérieur, il y a actuellement entre 1000 et 2000 personnes sans permis de séjour en Finlande. Les autorités ont perdu de vue 6000 personnes ayant eu une réponse négative à leur demande. La plupart d’entre eux seraient partis de Finlande.
KS/14

Politique intérieure

Renseignement

Propos du Président Niinistö
M. Niinistö s’est exprimé devant la presse après avoir eu une réunion avec le comité intergouvernemental de la politique étrangère et de sécurité qui a reçu un rapport des forces armées ainsi que de la police judiciaire. Il estime que la fuite n’a pas eu d’effet sur les relations finlandaises avec la Russie. « La Russie a l’expérience des activités de renseignement. »
Turun Sanomat rapporte que selon le Président Sauli Niinistö, la fuite ne semble pas avoir eu d’effet sur les relations internationales de la Finlande. « En tout cas, je n’ai pas entendu de commentaires significatifs sur ce sujet. Il n’y a peut-être pas eu de publication de papiers qui auraient causé une alerte », a dit M. Niinistö mardi.
« Helsingin Sanomat laisse entendre que le quotidien a encore beaucoup de matériel en sa possession. Nous n’avons aucune information concernant la source de la fuite », selon M. Niinistö. Il n’a pas voulu évaluer le calendrier de l’enquête.
TS/9

Débat au Parlement
Turun Sanomat relève que les députés ont été inquiets de la fuite. Päivi Räsänen, députée des Chrétiens-démocrates et ancienne ministre de l’Intérieur, estime qu’il faut trouver la source de la fuite. Selon elle, un seul article de presse ne met pas en danger la réputation de la Finlande dans la coopération internationale de renseignement.
Ilkka Kanerva (Rassemblement national), président de la Commission de la défense du Parlement, souligne que la Finlande ne doit pas suivre l’exemple des autres pays, dont la Suède, quant à la transparence des documents.
Pour Li Andersson, présidente de l’Alliance des gauches, il s’agit de la crédibilité du renseignement finlandais, aux yeux des partenaires et aussi des citoyens. « La façon dont le Président et les fonctionnaires ont réagi signifie qu’il s’agit d’une fuite importante. »
TS/9

« La Finlande a appris le renseignement militaire aussi au moyen de sa participation aux opérations de maintien de la paix » HS
Helsingin Sanomat a continué son feuilleton sur le renseignement militaire en s’intéressant cette fois à la formation au renseignement et aux activités de coopération internationale des Finlandais, notamment dans les opérations de maintien de la paix.
HS

Législation sur les boissons alcoolisées

La question sur la vente à distance reportée au printemps
Le Parlement a approuvé la loi sur les boissons alcoolisées. Seule la question concernant la vente à distance sera encore évoquée au printemps. La ministre des Services sociaux et de la Famille, Annika Saarikko (Centre), rappelle que le gouvernement est d’accord sur le principe de garantir le monopôle de l’Etat en la matière.
Mme Saarikko a déjà désigné un groupe de travail pour l’étude de la question et une formulation conforme aux règlements européens. La douane et le fisc sont représentés dans ce groupe de travail.
AL/A7

Emploi

Mesures pour activer les chômeurs
Le Parlement a adopté la loi sur l’assurance chômage qui prévoit un modèle d’activation des chômeurs.
Si une personne bénéficiant d’une indemnité chômage ne participe pas à des mesures prévues pour soutenir son emploi et s’il ne travaille pas au moins 18 heures pendant une période de suivi de trois mois, son indemnité sera diminuée de 4,65 %, ce qui signifie une diminution de 32,40 à 66 euros par mois.
L’opposition a critiqué le projet notamment pour un traitement qui défavorise les personnes habitant dans une région où il est plus difficile de trouver du travail que dans une autre. M. Rinne, président du PSD, accuse le gouvernement de punir les chômeurs qui ont déjà une vie dure.
M. Ville Niinistö (Verts) a dit que son parti ferait de son mieux pour supprimer le modèle d’activation au plus tard par le prochain gouvernement.
HS/A8, AL/A4

Le syndicat de l’industrie prévoit des grèves
Le syndicat de l’industrie qui relève de la confédération des ouvriers SAK prévoit des grèves pour protester contre le modèle d’activation adopté au Parlement.
AL/A4

Economie

Croissance économique

Prévisions du ministère des Finances
Le ministère des Finances prévoit que la bonne conjoncture se poursuivra durant les prochaines années même si la croissance économique se ralentira à partir de 2018. Le ministère prévoit une croissance du PIB de 3,1 % en 2017 et de 2,4 % en 2018, ce qui est très proche des prévisions de la Banque de Finlande (3,1 % et 2,5 %). Pour 2019, le ministère prévoit une croissance de 1,9 %.
Le taux d’emploi devrait augmenter à 70,3% en 2018 et 70,7% en 2019.
Le déficit du budget de l’Etat devrait diminuer à 2,1% en 2018 et 1,4% en 2019.
Le taux d’endettement devrait diminuer à 60,2% du PIB en 2018 et même 59,2% en 2019.
Selon le ministère, la conjoncture favorable se traduira en emploi, en diminution du déficit de l’économie publique et en un ralentissement de l’endettement.
Les prochaines années, l’économie sera soutenue par le commerce extérieur et la demande intérieure, même si la consommation des ménages est restreinte par le ralentissement des revenus disponibles.
Le ministère estime que l’augmentation des salaires s’accélérera en 2018 et 2019. Les exportations augmenteront en 2018 et il s’agira principalement de marchandises.
La conjoncture favorable s’explique, outre la compétitivité améliorée, surtout par les meilleures perspectives de l’économie mondiale et de la zone euro.
HS/A22 KL

France

Egalité

Propos de Julie Delpy
Hufvudstadsbladet rend compte d’une interview que l’actrice et réalisatrice Julie Delpy a accordée à l’agence de presse TT dans laquelle elle parle des inégalités dans le secteur cinématographique.
HBL/21

Mardi 19 décembre 2017

Politique intérieure

Elections présidentielles

Les intentions de vote en faveur de M. Niinistö sont en hausse
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage sur les candidats présidentiels, effectué par l’institut Kantar TNS.
Les intentions de vote en facteur de Sauli Niinistö sont en hausse : en octobre il a obtenu 68 %, en novembre 67 % et en décembre 70 % des intentions de vote.
Il est suivi de Pekka Haavisto (Alliance verte) qui obtient 11 % (contre 13 % en octobre et novembre), Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) et Paavo Väyrynen 3 %, Matti Vanhanen (Centre), Merja Kyllönen (Alliance des gauches) et Tuula Haatainen (PSD) 2 %. Nils Torvalds (Parti suédois) a moins d’un pourcent des intentions de vote.
Le nom de M. Väyrynen apparait pour la première fois dans ce sondage. Le politologue Markku Jokisipilä estime que M. Väyrynen aura plus de voix au vote. « M. Väyrynen a une expérience politique importante et il ne faut pas le négliger. » Il estime qu’il n’y aura pas de second tour aux élections présidentielles.
HS/A3&13

Renseignement

« Les lois sur le renseignement pourraient renforcer les liens avec l’occident », titre Helsingin Sanomat qui pose la question sur la position de la Finlande dans la coopération internationale
Comme il l’avait annoncé samedi, mais suspendu suite aux critiques, le quotidien Helsingin Sanomat poursuit ses révélations sur le renseignement finlandais.
Les nouvelles lois sur le renseignement pourraient augmenter la valeur du renseignement finlandais. Il est par ailleurs probable que la coopération avec les Etats-Unis s’approfondirait.
Les activités du renseignement sont essentiellement basées sur des échanges entre les pays. La Finlande travaille ainsi avec une soixantaine d’Etats et environ quatre-vingt-dix services de renseignement et de sécurité.
Non négligeable, le renseignement finlandais est largement apprécié, notamment dans le domaine du renseignement par écoute de signaux électromagnétiques, estiment les spécialistes.
Néanmoins, les télécommunications passent de plus en plus de l’air vers les câbles, et la Finlande n’a, pour l’instant, pas accès aux câbles. C’est la raison essentielle pour laquelle la Finlande préconise une nouvelle loi sur le renseignement civil et militaire. La préparation de ces lois approche de sa fin.
La réalisation technique serait prise en charge par le Centre d’essai du Renseignement de Tikkakoski qui aurait le droit de s’emparer également de l’information dans des câbles de télécommunication qui passent par les frontières finlandaises et contiennent un débit internet et téléphone.
Il existe d’importantes liaisons de télécommunication allant de la Russie vers l’Europe en passant par la Finlande. Outre les câbles qui passent par la Suède, un nouveau câble nautique Sea Lion transfère des télécommunications depuis la Russie directement vers l’Allemagne en passant également par la Finlande. Ainsi la situation de la Finlande est fort intéressante, notamment pour les Américains, en ce qui concerne l’information en matière du renseignement.
La coopération finno-américaine en matière du renseignement possède une longue histoire. Apparemment les officiers finlandais entretenaient des liens étroits avec les Américains tout au long de la guerre froide.
Plus récemment, et plus précisément les 5 et 10 mai 2013, des représentants du Centre de Tikkakoski se sont rendus aux Etats-Unis dans la ville de Merrimack dans l’état de New Hampshire pour « un test d’usine ».
Les chaleureuses relations entre la Finlande et les Etats-Unis ont également été évoquées dans les révélations faites par Edward Snowden en 2013 qui indiquaient qu’un accord bilatéral de partenariat de niveau trois avait été signé avec la Finlande.
Lorsque les nouvelles lois sur le renseignement permettront à la Finlande de saisir aussi des informations en provenance de la Russie, il est possible que la valeur du renseignement finlandais augmente et dépasse celle du renseignement suédois qui, elle, pourrait baisser.
Tout en augmentant le statut du renseignement finlandais, les futures nouvelles lois soulèvent néanmoins des questions. Plusieurs services de renseignement ont des difficultés à collecter légalement des informations sur les citoyens de leurs propres pays ce qui pourrait les entrainer à externaliser la collecte de ces informations aux services de renseignement d’autres pays.
Lors du séminaire sur le journalisme tenu la semaine dernière et organisé par le groupe de planification de la communication de la défense nationale, le ministre de la Défense Jussi Niinistö (Bleus) a décrété que la Suède et les Etats-Unis détiennent une position singulière en qualité de principaux partenaires de la Finlande en matière de renseignement. Par contre, il a refusé de répondre à la question sur l’éventualité que des renseignements sur des citoyens finlandais aboutissent aux Etats-Unis.
HS19.12/A6

« De nouveaux moyens pour la Surêté Générale et la défense nationale », titre Helsingin sanomat dans un de ses articles sur la préparation de la loi sur le renseignement
Les lois sur le renseignement seront bientôt dans le cœur des discussions politiques. Le gouvernement soumettra très prochainement le projet de loi au parlement.
Le vote de ces nouvelles lois requiert des changements dans la constitution et nécessite une majorité de cinq sixième au parlement pour être approuvé en une seule fois et entrer en vigueur durant l’actuelle législature. Si ces lois sont votées, les opérations de renseignement, selon les cas, devront être dotées d’une autorisation du tribunal de grande instance d’Helsinki ou d’une décision interne prise par les autorités.
Le point le plus contesté du projet de loi réside dans l’éventuelle autorisation de surveiller des télécommunications dépassant les frontières finlandaises.
Le renseignement autoriserait également à certains agents de se présenter sous de fausses identités ou professions, de déverrouiller des appareils et des codes secrets et de copier des envois postaux.
Par ailleurs, la loi comporte aussi des restrictions : aucun domicile fixe ne serait faire l’objet d’observation ou d’écoute. A priori il serait également interdit de se présenter au domicile de quiconque sous une fausse identité dans le but de lui soustraire des informations.
HS19.12/A7

Point de vue du journaliste Antero Mukka : « Le renseignement résisterait bien à une transparence spontanée »
L’un des rédacteurs en chef du journal Helsingin sanomat prend la défense du quotidien et affirme que « les lois en préparation sur le renseignement ont une influence essentielle sur les droits fondamentaux des individus, notamment en ce qui concerne la vie privée et le secret des communications. Notre devoir est de continuer à traiter ces sujets en dépit des réactions particulièrement fortes que nous avons rencontrées de la part des autorités. »
« Les sources d’information que nous avons utilisés dans cet article traitant du Centre d’essai du Renseignement de Tikkakoski se composaient en partie de documents classés secrets mais aussi d’interviews et d’autres sources d’information. »
« Nous poursuivons donc notre travail et notre but consiste à offrir aux citoyens les informations basiques nécessaires pour évaluer les décisions prises lors des changements de lois au parlement. Ces décisions ont des conséquences de longue portée », poursuit le journaliste.
« Nous pensons que nos activités de renseignement résistent à la lumière du jour et c’est pourquoi les autorités pourraient se permettre d’éclairer spontanément ce travail accompli pour la nation », conclut le journaliste.
HS19.12/A7

Le président Sauli Niinistö ne pense pas que les révélations du quotidien puissent nuire aux relations avec la Russie
Le président de la république, Sauli Niinistö, estime néanmoins que « notre fiabilité peut souffrir aux yeux de nos partenaires du fait que des documents classés secrets aient été révélé ».
Il note cependant qu’il ne s’agit pas d’un phénomène complètement extraordinaire sur le plan international.
Le Premier ministre Juha Sipilä signale que le gouvernement se réunit aujourd’hui même pour parler de la fuite d’information
HS19.12/A8

Point de vue du professeur en cyber sécurité, Jarmo Limnell
Le professeur en cyber sécurité à l’université Aalto, Jarmo Limnell ne pense pas que la réputation des experts finlandais en matière de cyber sécurité soit mise en danger à long terme par ces révélations mais il note néanmoins que ce type de fuite est extrêmement rare en Finlande.
Il considère que le quotidien Helsingin sanomat n’aurait toutefois pas dû publier l’article.
AL19.12/A6

Economie

Prévisions de la Banque de Finlande

Le PIB atteindra en 2018 le niveau record de 2008
La Banque de Finlande estime qu’avec la croissance économique renforcée, le PIB finlandaise dépassera son niveau de l’an 2008 dès l’année prochaine, soit un an plus tôt que prévu.
L’économie finlandaise aura été en difficultés pendant bien plus longtemps que celle des autres pays de la zone euro à l’exception de la Grèce.
Le rétablissement lent est essentiellement dû aux problèmes du secteur des exportations et notamment des branches de technologies d’information et de communication et de l’industrie forestière.
Selon la Banque de Finlande, l’économie finlandaise n’est pas bien adaptée à ce genre de dérréglement.
La crise d’endettement a aggravé les problèmes économiques du pays.
Les prochaines années, la croissance sera maintenue par l’accélération du commerce international. 40 % de la valeur des exportations de marchandises va dans la zone euro. La majorité des exportations relève des biens d’investissements. La croissance forte des premiers partenaires commerciaux soutient les exportations finlandaises.
L’industrie qui exporte et les nouveaux investissements ont augmenté plus que prévu cette année. L’amélioration de la compétitivité en matière de coûts a accéléré la croissance économique.
Selon les dernières prévisions, le PIB augmenterait de 3,1 % cette année et de 2,5 % en 2018. En juin, la Banque de Finlande avait prévu une croissance de 2,1 % pour 2017 et de 1,7 % pour 2018.
La Banque de Finlande rappelle que l’augmentation des exportations améliore également la balance des opérations courantes, ce qui créé une base pour l’assainissement de l’économie.
A plus long terme, l’économie finlandaise continue à être confrontée à des problèmes. La croissance se ralentira après 2018 et, même si l’endettement diminue, l’emploi se rétablit lentement, et le vieillissement de la population constituera pendant longtemps une charge sur l’économie publique.
La Banque de Finlande se soucie particulièrement du fait que le taux de chômage continuera à être élevé (8,6 % en 2017 et 8,2 % en 2018). Le chômage est presque entièrement de nature structurelle.
Les ménages sont trop endettés.
HS/A28, KL

Politique étrangère et européenne

Travailleurs étrangers

Beaucoup de demandes de permis de travail
Des centaines d’Irakiens parmi les demandeurs
Cette année, les autorités ont pris des décisions concernant 4600 demandes de permis de travail déposées par des travailleurs étrangers, ce qui est mille de plus qu’il y a quatre ans.
Les employeurs finlandais proposent plus d’emplois pour des étrangers qu’avant. Avec la croissance économique, le nombre est parti à la hausse, alors qu’en 2008, il avait chuté.
L’arrivé de migrants en 2015 se reflète également sur le chiffre, ainsi que le conflit ukrainien. Les Ukrainiens constituent désormais le premier groupe de demandeurs de permis de travail, avant les Russes, les Vietnamiens et les Thailandais. Des centaines d’Irakiens ont également déposé une demande.
Des Ukrainiens travaillent surtout dans des fermes d’élevage, ainsi que comme travailleurs saisonniers.
HS/A10

Lundi 18 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Propos de MM. Sipilä et Katainen
Le Premier ministre Juha Sipilä estime, concernant la réforme de l’UEM, que beaucoup de pays pensent de la même façon que la Finlande. C’est un soulagement pour la Finlande qui a craint que l’on développe l’UEM trop rapidement en entamant la réforme par le mauvais bout.
M. Sipilä dit que selon ses notes le nombre des pays qui partagent les positions de la Finlande et de ceux qui pensent différemment est à peu près égal. Il estime que l’intervention de Mme Merkel a comporté beaucoup d’éléments qui correspondent aux souhaits finlandais. Quant au Président Macron, M. Sipilä estime que sa tonalité a été très constructive et conciliante.
Pour M. Sipilä, terminer le projet de l’union bancaire est le point le plus important de la réforme de l’UEM. 
M. Katainen, vice-président de la Commission, félicite la Finlande du fait d’avoir pris des initiatives dans le débat concernant la réforme de l’UEM. Pour lui, il est essentiel d’activement présenter de nouvelles alternatives. Il estime aussi qu’il faudrait pouvoir abandonner les façons de penser de l’époque de la crise de l’endettement.
M. Sipilä estime que plus on arrivera dans le débat à distinguer entre les objectifs de court et de long terme, plus les positions des Etats membres pourront converger. La réforme de l’UEM est difficile pour la Finlande, qui souhaitera toutefois mener à terme l’union bancaire. Concernant le mécanisme de stabilité, la Finlande souhaite qu’il relève y compris par la suite de la prise de décision intergouvernementale ce qui impliquera l’unanimité.
HS/sam/B7, KS/sam/23

Les Etats-Unis de M. Trump et l’UE
Propos de MM. Katainen et Soini
M. Katainen souhaite que l’UE n’ait pas besoin de remplir le vide laissé par les Etats-Unis. Il faudrait au contraire s’efforcer de les engager, même si en ce moment, cela est très difficile.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime quant à lui qu’il est clair que personne d’autre ne pourra assumer le rôle des Etats-Unis. Il rappelle que tout n’a pas changé de façon radicale, et que, par exemple concernant l’Afghanistan, il ne s’agit pas de se retirer de là-bas.
Pour M. Soini, le rôle de l’UE est très différent de celui des Etats-Unis. « L’UE ne fait pas partie du Conseil de sécurité, l’UE n’est pas un Etat, elle ne dispose pas d’armes nucléaires. Mais l’UE dispose du pouvoir d’influence « soft » par exemple dans le domaine de la médiation pour la paix, de la gestion de crise, de la reconstruction, etc. »
M. Katainen parle lui aussi du pouvoir d’influence « soft », par exemple en matière de traités commerciaux qui relèvent également d’une dimension politique du fait que ce sont aussi des vecteurs de valeurs.
HS/sam/B6

Commission européenne

Succession de M. Juncker
Helsingin Sanomat relève que le nom de M. Katainen, vice-président de la Commission, a déjà été évoqué lors des spéculations sur la succession de M. Juncker à la tête de la Commission.
M. Katainen dit qu’il n’a pas pris de décision encore sur ce qu’il envisageait dans l’avenir. Il prévoit que le débat sur les candidats s’intensifiera après l’été 2018.
HS relève que selon une source, dans le cas où M. Katainen ne souhaiterait pas être disponible, le Rassemblement national pourrait proposer la candidature de M. Stubb.
HS/lun/A20

Politique intérieure

Elections présidentielles

« La principale menace qui pèse sur M. Niinistö est lui-même » HS
Helsingin Sanomat estime que plus la campagne va durer et plus le président sortant va prerdre de sa stature et apparaître comme un simple mortel. Il a toutefois un avantage sur ses concurrents par l’expérience et les informations dont il dispose.
Dans ces élections, en fait tous viennent défier M. NiinistÖ, mais le font de manière très gentille, relève HS. Cela rend la vie facile à M. Niinistö dans les débats et lui permet d’avoir souvent la possibilité de s’exprimer pour répondre aux autres.
HS

Avenir bleu

Le nouveau parti s’est réuni en congrès
Helsingin Sanomat relève que l’Avenir bleu, issu de la division en deux du parti des Vrais Finlandais, s’est réuni pour son premier congrès samedi à Tampere.
Sampo Terho, ministre de la Culture et des Affaires européennes, a été élu à la présidence à l’unanimité. Son mandat durera jusqu’au prochain congrès du parti en été 2019.
Jari Lindström, ministre de l’Emploi, Tiina Elovaara, députée, et Tiina Ahva, présidente de l’association des jeunes, ont été élus vice-présidents. Le député Matti Torvinen a été élu secrétaire général du parti.
Le quotidien rappelle, que dans le dernier sondage sur les partis politiques l’Avenir bleu n’a obtenu que 1,6 % des intentions de vote.
Les pères fondateurs des Vrais Finlandais, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini et l’ancien député Raimo Vistbacka, ont participé au congrès. M. Vistbacka a quitté les Vrais Finlandais juste avant le congrès pour pouvoir rejoindre à l’Avenir bleu.
M. Soini, qui a antérieurement annoncé qu’il ne se représenterait plus aux élections législatives ou européennes, a dit qu’il comptait encore y réfléchir.
HS/dim/A8

Parlement

Vote sur la nouvelle loi sur l’alcool
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a approuvé vendredi, par 98 voix contre 94, le contenu du projet de loi sur l’alcool. Le vote décisif aura lieu lundi après-midi.
Le pourcentage de l’alcool de la bière ou des autres boissons alcoolisées vendues dans les magasins de l’alimentation est actuellement limité à 4,7 % et serait augmenté à 5,5 % à partir du 1er mars 2018.
Les partis de l’opposition, surtout les sociaux-démocrates ont critiqué vigoureusement le fait que la nouvelle loi ne dit rien sur la vente à distance. Les présidents des groupes parlementaires des partis du gouvernement ont décidé vendredi de compléter, au début de 2018, la loi pour qu’elle limite la vente à distance et maintienne le monopole d’Alko.
HS/sam/A14-15

Renseignement militaire

« Une unité secrète pourrait s’emparer de vos messages électroniques », titre Helsingin sanomat dans son édition du samedi 16 décembre
« Un groupe d’officiers et de hauts fonctionnaires réunis à l’état-major des forces armées ont pour but de révolutionner d’emblée les droits de la défense nationale à procéder aux renseignements en Finlande et à l’étranger. Il est également question que la police secrète (SUPO) puisse obtenir ces mêmes droits dans le cadre du renseignement civil », écrit le journal Helsingin Sanomat dans son édition du samedi 16 décembre.
« Il n’est pas exagéré de parler de révolution car il n’existe pas en Finlande de législation exhaustive propre sur les fonctions et les pouvoirs du renseignement militaire. C’est la raison pour laquelle le renseignement militaire s’est forgé des modèles de fonctionnement secrets qui n’ont jamais été approuvés au Parlement, ni communiqués à l’extérieur », poursuit le journal.
Ce groupe de travail s’est réuni à Tikkakoski, dans le Centre d’essai du renseignement des forces armées en novembre dernier.
De nombreuses personnes extérieures ont tenté de percer le secret de Tikkakoski sans pour autant y parvenir. L’état-major des forces armées ne livre toujours aucune information, ne serait-ce qu’élémentaire sur ce Centre malgré le projet de loi sur le renseignement qui consisterait à lui conférer d’autres fonctions qui auraient un effet sur la protection de la vie privée des Finlandais. A l’avenir, le centre aurait le droit de suivre les télécommunications qui passent par les câbles.
Officiellement l’unité se concentrera sur le suivi de tous les flux mais dans la pratique il s’agit uniquement de la Russie. En temps de paix, le but du Centre d’essai du Renseignement consiste à détecter les mobilisations des troupes dans la zone militaire de l’ancien Leningrad.
En langage militaire, le Centre est chargé de créer une carte de renseignement électronique de l’ennemi.
Selon les documents obtenus par le journal Helsingin sanomat, le Centre de Tikkakoski employait, en 2010, au total 150 personnes dont 70 dans le centre de renseignement à proprement parler. Si on y rajoute les personnes travaillant pour le renseignement à l’état-major des forces armées et à la défense nationale, on arrive à un total de 320 personnes toujours en 2010, un chiffre nettement supérieur aux 225 personnes de Supo à la même époque.
Le quotidien explique que le Centre produit des rapports annuels sur un certain nombre de sujets portant, en 2008, notamment des titres comme « Les activités des forces armées russes », « L’évaluation sur la menace russe », « Evaluation d’une menace de guerre électronique ».
Ces rapports contiennent des remarques concrètes, par exemple, sur le développement de la division russe de consultation, de commandement et de conduite des opérations ainsi que sur des exercices militaires. Un rapport classé comme très secret en 2007 signale que « la qualité des exercices s’est améliorée, c’est-à-dire que la capacité des troupes augmente ».

Le renseignement relatif à l’occident n’attire pas beaucoup l’attention de ce Centre. Le rapport annuel de 2005 lui accorde une seule page sur les 43 qu’il contient, 40 pages étant consacrées à la Russie.
Hs16.12/A8-10

L’avion de reconnaissance fait partie d’un projet extra secret
Le dernier des « produits » les plus secrets du Centre d’essai du Renseignement est apparu en 2008. En langage militaire il s’agit de « recenser les cibles potentielles du point de vue d’une influence opérationnelle ».
Pour le faire, le Centre est chargé du renseignement dans l’air et l’espace. L’essentiel réside cependant dans l’écoute et la mesure électroniques qui se font à l’aide de nombreux senseurs depuis le sol mais aussi depuis l’air où le nouvel avion des forces armées détient un rôle essentiel.
« Cet avion, un Casa, ne possède pas encore d’armement à proprement parler mais devrait pouvoir se protéger notamment contre des missiles », a constaté le Centre en 2005.
Le système de renseignement aérien fabriqué par le géant de l’armement Lockheed Martin devait être prêt en 2013, mais la défense nationale indique avoir réceptionné « le système de surveillance monté sur l’avion » seulement l’été dernier, avec un retard de 4 ans.
Déjà en 2005, les exigences techniques de ce « système volant » étaient considérables : « Le système devra être capable de repérer, de localiser et reconnaitre et, simultanément suivre les signaux de reconnaissance et de radar utilisés par l’organisation ciblée (entre 1,5 MHz et 40 GHz). Pour y parvenir, le système devrait être capable de suivre conjointement au moins cent fréquences différentes.
HS16.12/A10

Polémique sur les révélations du Helsingin Sanomat
Dans son édition de samedi, le journal promettait de diffuser davantage d’information sur ce même sujet. Néanmoins, l’article ayant suscité, dès sa parution, de nombreuses réactions, le rédacteur en chef de Helsingin Sanomat, Kaius Niemi, a tenu à indiquer que « les informations secrètes ont été utilisées légalement ». Il a toutefois constaté que l’article « aurait dû être expliqué de manière plus claire ».
HS

Réaction du président de la république, Sauli Niinistö
Le président de la République, Sauli Niinistö, a publié un communiqué affirmant que « des documents confidentiels avaient été illégalement fournis au Helsingin Sanomat. Sur cette base une enquête policière a été ouverte. Révéler le contenu de documents ayant la plus importante classe de confidentialité est critique pour notre sécurité et peut être très dommageable ».
Il a déclaré à STT au sujet des révélations du quotidien : « Nous ne connaissons pas l’information que détient Helsingin sanomat et ne savons pas ce que le journal entend encore publier ».
KS17.12/6

Réaction du ministre de la Défense
Le ministre de la Défense Jussi Niinistö a déclaré samedi que les forces armées avaient porté plainte. Il s’(agissait d’une fuite qui était connue depuis quelques temps mais la plainte allait être élargie aux agissements des journalistes.

Réaction du chef de Service général du renseignement et de la sécurité
Le chef de Service général du renseignement et de la sécurité de la défense nationale, Harri Ohra-aho, commente l’article à STT en ces termes : « La sécurité de la Finlande et des Finlandais s’affaiblit à l’issue de ce genre d’écrits. Le renseignement militaire forme la première ligne de la défense de notre pays ».
Il poursuit en comparant l’irresponsabilité de ce type d’article au film Le Soldat inconnu. « C’est comme si un soldat finlandais avait crié aux ennemis : Attention ! la position de tir du caporal-chef Rokka se trouve là-bas et il a un camarade de combat aux aguets ».
KS17.12/6

Enquête policière et réactions
Les forces armées ont porté plainte pour « révélation de secrets de sécurité » suite aux révélations du Helsingin sanomat.
Dimanche soir, la police a procédé à une perquisition au domicile de l’une des journalistes qui avaient signés l’article. Les pompiers étaient auparavant intervenus à son domicile suite à un départ de feu causé par ses efforts pour détruire un disque dur.
Les policiers ont emporté des ordinateurs, disques durs, portables, tablettes et clés USB. La journaliste a indiqué que les policiers n’avaient pas d’autorisation d’un juge d’effectuer leur perquisition.
Suite aux messages envoyés au Helsingin Sanomat par des lecteurs accusant le journal d’avoir affaibli la sécurité de la Finlande, le rédacteur-en-chef Kaius Niemi a publié une lettre ouverte pour expliquer les motivations et les agissements du journal. Il a souligné l’importance d’informer les lecteurs sur ce sujet au moment de la préparation de la nouvelle loi sur le renseignement et a expliqué que les informations publiées avaient été sélectionnées pour minimiser les divulgations.
Le conseil d’administration du Helsingin Sanomat a demandé un rapport à la rédaction.
Les rédacteurs-en-chefs de médias finlandais interrogés sur cette affaire soulignent qu’une telle perquisition chez un journaliste est exceptionnel en Finlande.
HS Yle

Vive polémique
« L’article partiellement basé sur des informations de nature secrète sur le renseignement militaire, publié par Helsingin sanomat le samedi 16 décembre a suscité de nombreuses réactions enflammées dans les médiaux sociaux », écrit le journaliste Teemu Luukka dans le Helsingin sanomat de lundi.
Le candidat des Verts à la présidentielle, Pekka Haavisto, a pris position dans son blog vis-à-vis de l’article. Il considère comme important que la question du renseignement fasse partie des discussions dans les campagnes électorales. Selon lui, il est justifié que les médias aient une large liberté d’action.
Pour le spécialiste des sciences de l’informations Petteri Järvinen, l’article de Helsingin Sanomat n’a révélé aucune information sur le renseignement que l’on ne pourrait déduire des informations déjà connues.
HS18.12/A11

France

Politique

« La France, Macron et moi » HS
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du livre d’Helena Petäistö, « La France, Macron et moi ».
HS

Vendredi 15 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

« Les dirigeants européens s’efforcent de trouver une nouvelle direction » HS
« Le Premier ministre Sipilä défend la politique européenne finlandaise » HS
Le Premier ministre Juha Sipilä note dans uen interview à Helsingin Sanomat accordée à la veille du conseil européen que concernant la réforme de l’UEM, la Finlande ne souhaite pas freiner les projets, même si elle n’est pas d’accord sur nombre de propositions présentées par la Commission européenne la semaine dernière.
La Finlande ne souhaite pas de ministre européen de finances, elle n’est pas d’accord sur le modèle pour la prise de décision esquissé pour un éventuel fonds financier européen et elle ne souhaite pas la création de fonds monétaires solidaires. M. Sipilä s’interroge sur le fait de savoir ce qu’est qu’un ministre des finances sans budget. Il ne sait pas pour quel problème un ministre commun des finances pourrait apporter une solution.
M. Sipilä estime que la Finlande représente le réalisme dans la réforme de l’UEM. 
Concernant la coopération permanente structurée, M. Sipilä estime que la cyber-coopération est une priorité absolue pour la Finlande.
Quant à la défense, il estime qu’une adhésion à l’OTAN n’est pas d’actualité, mais que la coopération avec la Suède est renforcée, ainsi que celle avec l’OTAN et avec l’UE, mais qu’il s’agit bien de rester en dehors des alliances.
Concernant la proposition du Président Macron sur des contributions s’élevant jusqu’à 4 % du PIB, M. Sipilä rappelle que M. Macron a dit lui-même qu’il a adopté le rôle de quelqu’un qui lance des idées tout en sachant qu’elles ne seront pas toutes adoptées.
Concernant l’idée d’Etat fédéral avancée par Martin Schulz, M. Sipilä est convaincu qu’une telle évolution ne se réalisera pas.
HS/A6-7

Le prix international de l’égalité du gouvernement finlandais décerné à Mme Merkel
Le gouvernement finlandais a mis en place un nouveau prix international dans le domaine de l’égalité. Le prix relève des crédits finlandais au développement. Le prix a été remis à la chancelière allemande Angela Merkel, qui donnera la somme de 150 000 euros à un projet qui renforce le statut des filles et des femmes.
HS/A7, KS/10

Politique forestière

Décision sur le litige du règlement lulucf
Helsingin Sanomat rapporte que le Conseil, le Parlement et la Commission de l’Union européenne ont négocié un accord sur le litige du règlement sur la comptabilité carbone des terres forestières (lulucf). La décision signifierait que la Finlande pourrait augmenter les coupes des forêts de manière prévue.
Le Premier ministre Juha Sipilä, qui participe au conseil européen à Bruxelles, se félicite du résultat des négociations. Le ministre de l’Environnement Kimmo Tiilikainen est également satisfait du résultat « qui est conforme à l’accord de Paris ».
L’objectif de la stratégie forestière nationale est d’augmenter les coupes de 65 à 80 millions mètres cube d’ici 2024.
HS/A35

Politique intérieure

Elections présidentielles

Débat télévisé
« La Finlande n’enverrait pas de soldats en Estonie » HS
Helsingin Sanomat relève que les huit candidats présidentiels ont participé jeudi à un débat télévisé organisé par Yle. Le débat a porté uniquement sur la politique étrangère et de sécurité.
Au début du débat, les candidats ont dû répondre à la question à savoir qu’est-ce qu’ils feraient en tant que Président et chef des armées si les pays baltes étaient attaqués par la Russie.
Helsingin Sanomat relève que les candidats ne seraient pas prêts à accorder une aide militaire directe à l’Estonie ou aux autres pays baltes.
Le président Niinistö et la candidate des Vrais Finlandais Laura Huhtasaari ont estimé que la Finlande devait en priorité protéger ses propres frontières.
Le candidat Paavo Väyrynen a déclaré que le traité de Lisbonne n’exigeait pas que l’on fournisse une aide militaire et qu’il ne le fallait pas.
Le candidat du Centre Matti Vanhanen a déclaré que la Finlande devait empêcher que l’on attaque l’Estonie par la finlande.
Le candidat des Verts Pekka Haavisto a donné un soutien prudent à une aide militaire qui n’avait pas à être sous la forme de troupes.
Ils ont également évoqué l’interprétation de l’article concernant l’assistance mutuelle entre les pays de l’Union européenne. Merja Kyllönen (Alliance des gauches) estime qu’on souhaite transformer l’UE en une alliance militaire. Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) ne croit pas que l’article sur l’assistance mutuelle fonctionne. Pour Nils Torvalds (Parti suédois), il serait mieux pour la Finlande d’être dans l’OTAN parce que l’article de l’UE nécessite une unanimité. Sauli Niinistö ne partage pas l’avis de M. Torvalds : « Si cet article nécessite une unanimité la Finlande l’avais violé en accordant une aide à la France. »
Les candidats ont aussi parlé de l’organisation d’un éventuel référendum sur l’OTAN. Pekka Haavisto (Alliance verte) a rappelé qu’il était contre l’organisation d’un référendum. Tuula Haatainen (PSD) estime, quant à elle, d’un référendum serait nécessaire.
HS/A11

« La Russie divise les candidats » AL
Aamulehti a retenu de ce débat que Mme Huhtasaari est la seule candidate à considérer ouvertement la Russie comme une menace potentielle du point de vue finlandais. Paavo Väyrynen estime qu’on donne une image trop pessimiste sur l’avenir de la Russie. Matti Vanhanen (Centre) s’inquiète de la période après-Poutine.
Le quotidien note que les chaînes MTV3 et Yle organiseront leurs prochains grands débats télévisés en janvier. Le premier tour des élections aura lieu le 28 janvier 2018.
HS/A11, AL/A18

Mouvements Néonazis

Le fait que l’organisation néonazie soit évoquée en public pourrait lui bénéficier
Helsingin Sanomat rend compte des propos d’un chercheur spécialisé dans l’extrême-droite, Tommi Kotonen, qui estime que le débat public et la médiatisation des questions liées au mouvement néonazi PVL pourront faire que des personnes qui autrement ne connaîtraient pas le mouvement, en deviennent conscientes. Le nombre de membres du mouvement a été multiplié en quelques annéess.
M. Kotonen rappelle que le nombre de membres de ce mouvement reste toutefois minime, entre 85 et 100 personnes.
Il estime le nombre total de néonazis en Finlande à quelques centaines.
HS/A8

Défense

Exercices militaires internationaux
Selon un sondage publié par Helsingin Sanomat, la majorité des Finlandais (56%) sont favorables à l’organisation d’exercices militaires internationaux en Finlande pour s’entraîner à recevoir une aide militaire.
A la question de savoir si la Finlande a la capacité à défendre seule son territoire, 72% des personnes pensent que non et seulement 22% que oui.
HS

Commande de véhicules
Selon Helsingin Sanomat, les forces armées ont décidé de commander quatre véhicules tout-terrain Misu PMPV 6x6 de l’entreprise finlandaise Prolab.
HS/A20

Gouvernement

Vers une interdiction des contrats zéro heure
Helsingin Sanomat rapporte que selon un projet de loi du gouvernement, à partir de juillet 2018, l’employeur ne pourrait plus recruter un employé avec un contrat zéro heure si l’employeur a besoin de l’employé de façon continue.
Une initiative populaire a été organisée afin d’interdire les contrats zéro heure.
HS/A16

Banques

Nordea fera des économies en Finlande
Selon Helsingin Sanomat, la banque nordique Nordea déménagera son siège de la Suède en Finlande début octobre 2018.
Nordea a publié jeudi de nouveaux calculs sur les économies que le déménagement en Finlande permettra. Selon les calculs, les économies seraient de 1,1 à 1,3 milliard d’euros. La plupart des économies se réaliseront après l’an 2020.
HS/A37

Politique linguistique

Editorial
« L’anglais ne suffit pas à lui seul » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle que les ressources linguistiques en Finlande ne dépendent pas uniquement des options proposées à l’école et des choix faits par les élèves. En effet, il y a 350 000 personnes de langue étrangère qui résident en Finlande et des centaines de langues y sont parlées. Il serait dans les intérêts de tout le monde de tirer profit de ces connaissances.
Dans le contexte international, il ne suffit pas que les Finlandais parlent anglais. L’éditorialiste rappelle que les connaissances linguistiques relèvent d’une capacité générale d’apprendre de nouvelles langues et non pas seulement du fait de connaître une langue en particulier.
HS/A4

Jeudi 14 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Propos du Premier ministre Sipilä sur les migrations
Le Premier ministre Juha Sipilä considère comme réaliste d’estimer qu’il n’y aura pas de système européen imposé de répartition de la charge concernant les demandeurs d’asile.
Les orientations finlandaises en la matière se sont basées sur le volontariat et continuent à le faire.
Il note que la question a été évoquée de savoir si la participation à la gestion de la charge sera récompensée et si la non-participation à son tour aura des conséquences.
M. Sipilä prévoit des divergences d’opinion en matière de quotas de réfugiés dans les Etats membres lors du conseil européen.
Il estime que la répartition de la charge est importante dans certaine situations, mais il reste favorable à un mécanisme de volontariat.
Il envisage de présenter à ses collègues le programme finlandais de six points concernant la migration.
HS/A26

Liban

La Finlande va poursuivre sa participation dans la Finul
Helsingin Sanomat relève que selon un rapport transmis au Parlement par le ministre des Affaires étrangères et le ministère de la Défense, la Finlande compte poursuivra sa participation à l’opération de gestion de crise de l’ONU au Liban au moins jusqu’à la fin 2020.
La Finlande diminuera le nombre de casques bleus dans l’opération de la Finul de 340 à 200.
La commission des affaires étrangères du Parlement étudiera le rapport vendredi. Le coût de la participation à la Finul en 2019 et 2020 s’élèvera à 31 millions d’euros.
HS/A17

Défense

Analyse
« L’armure de la Finlande est prête » HS
Kari Huhta publie une analyse sur la politique de sécurité et de défense finlandaise qui consiste à se créer « une armure » qui s’appuie sur de nombreuses coopérations de défense : avec l’UE, avec l’OTAN, au travers du Nordefco et au moyen de coopérations bilatérales avec les Etats-Unis, la Suède, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Estonie.
HS

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage
Le Kokoomus toujours en tête
Helsingin Sanomat a effectué un sondage sur les intentions de vote des Finlandais aux élections législatives. Le Rassemblement national est encore en tête, avec 22,2 % des intentions de vote, suivi du PSD (19,0 %), de l’Alliance verte (15,4 %) et du Centre (14,8 %).
L’Alliance des gauches obtient 9,3 %, les Vrais Finlande 8,0 %, le Parti suédois 4,4 %, les Chrétiens-démocrates 3,3 % et l’Avenir bleu 1,6 % des intentions de vote.
Le sondage a été effectué pour le compte du quotidien par l’institut Kantar TNS entre le 14 novembre et le 10 décembre auprès de 2 356 personnes.
HS/A8

Elections présidentielles

Premier débat télévisé
Helsingin Sanomat relève que les candidats présidentiels ont participé mercredi à un grand débat télévisé de la MTV3. Ils ont été huit, parce que Paavo Väyrynen y a participé pour la première fois. Le débat, qui a été plus animé que les précédents, a été marqué par les questions relatives à l’Union européenne, la Russie et l’OTAN. Ils ont évoqué également les ventes d’armes au Proche-Orient, le traitement des demandeurs d’asile et le harcèlement sexuel.
M. Väyrynen, candidat de son propre mouvement populaire, a tout de suite accusé le Président Sauli Niinistö de mener la Finlande vers une alliance militaire de l’Union européenne. Selon lui, M. Niinistö aurait négocié, en été dernier avec la haute représentante de l’UE Federica Mogherini sur une telle alliance militaire. Selon le quotidien, l’affirmation de M. Väyrynen est fallacieuse, parce que seul le Conseil européen peut négocier la création d’un tel projet au nom de l’UE et non M. Niinistö et Mme Mogherini. La nouvelle stratégie de l’UE avait été évoquée à Kultaranta en juin 2016.
Quant à l’OTAN, M. Niinistö a dit : « En ce moment je ne suis pas favorable à une adhésion. La situation peut changer et la Finlande aura peut-être besoin de demander une adhésion. »
Selon Matti Vanhanen, candidat du Centre, on ne peut pas demander l’adhésion à l’OTAN au moment d’une crise. Il a dit d’avoir confiance dans la coopération européenne.
M. Väyrynen a insisté sur la neutralité de la Finlande mais les autres n’ont pas été d’accord.
Pekka Haavisto (Alliance verte) et Merja Kyllönen (Alliance des gauches) ont critiqué l’exportation des armes vers le Proche-Orient.
Selon l’analyse du quotidien, M. Väyrynen aurait pu présenter ses arguments déjà lors de sa première campagne présidentielle en 1988. M. Niinistö a été plus tendu que d’habitude, surtout au début du débat, probablement en raison des attaques de M. Väyrynen.
HS/A11

Positions des candidats
Yle a publié les réponses des huit candidats à 23 questions afin que les électeurs puissent les comparer.
M. Niinistö ne répond pas à la question concernant de savoir s’il est pour ou contre une adhésion à l’OTAN. Il se contente d’expliquer que « le gouvernement actuel a déjà ouvert la possibilité de demander une adhésion et que cette possibilité en soi est déjà un instrument dans la politique de sécurité. Une éventuelle demande dépend entièrement des conditions et pour cela il est impossible de donner une réponse catégorique. »
Yle

Education

De plus en plus de bacheliers ne poursuivent pas toute de suite leurs études
Selon les chiffres de l’Institut national d’études statistiques, plus de bacheliers et surtout plus de jeunes femmes qu’avant ne poursuivent pas leurs études après le bac. En 2016, 74 % des nouvelles bachelières n’ont pas continué leurs études, contre 70 % l’année avant. Concernant les jeunes hommes, ce chiffre s’élève à 66 %.
En dix ans, le nombre de nouveaux bacheliers restés en dehors d’études est passé de 58 % à 71 %.
75 % des bacheliers ont fait un concours d’entrée, ce qui signifie que 25 % ont décidé dès le départ de faire une année sabbatique ou d’opter pour un emploi.
Pour ce qui est du collège, la situation est très différente, car à l’exception de 1400 jeunes, soit 2,5 % des personnes sortant du collège, tous ont poursuivi leurs études. En dix ans, le total de ceux qui poursuivent leurs études est passé de 91 % à 95 %. 53 % sont allés au lycée et 42 % en formation professionnelle.
HS/A14

Finlande - France

Politique

« La France, Macron et moi » Hbl
Hufvudstadsbladet publie une interview de la journaliste Helena Petäistö à l’occasion de la sortie de son livre « La France, Macron et moi ».
Hbl

Gastronomie

Châteauneuf-du-Pape
Helsingin Sanomat publie une critique de huit vins de Châteauneuf-du-Pape disponibles chez Alko.
HS

Mercredi 13 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Climat – One Planet Summit

« Le Premier ministre Sipilä a confirmé la contribution finlandaise de plus de 100 millions d’euros dans le fonds climatique » Yle
Yle note que ces dernières années, le financement finlandais pour le climat avait diminué. A Paris, M. Sipilä a dit que cela allait changer.
En effet, le Premier ministre Juha Sipilä, qui a participé au sommet One Planet piloté par le Président français M. Macron, hier, a annoncé l’intention de la Finlande d’accorder 114 millions d’euros au fonds climatique créé avec le groupe IFC dans le cadre de la Banque mondiale. Les crédits seront utilisés pour des projets dans les pays les plus pauvres plus maîtriser le réchauffement climatique. En même temps cela devrait créer des emplois et par ce biais diminuer la pauvreté, selon lui. Des investisseurs privés vont également y participer. Le fonds soutiendra des solutions d’énergies renouvelables et vertes ainsi que des projets climatiques dans des pays en voie de développement.
Dabs son intervention, le Premier ministre finlandais a rappelé que la communauté internationale devait agir maintenant pour que l’on puisse atteindre les objectifs de Paris. Il a rappelé les engagements de la Finlande qui souhaite bannir le charbon en 2030 et être une société neutre en carbone d’ici 2045. L’expérience de la Finlande prouve que développement durable et lutte contre le changement climatique vont de pair : notre changement vers une économie verte a déjà porté des fruits tant pour l’environnement que la société et notre économie. »
Yle note que le sommet a pour but de trouver des investisseurs public et privés pour la lutte contre le changement climatique. Des dirigeants politiques, des investisseurs et des organisations environnementales y ont participé, dont Michael Bloomberg et Bill Gates, Leonardo DiCaprio et John Kerry.
Le Président Trump n’était pas parmi les invités et selon M. Sipilä, cela s’est reflété sur l’ambiance du sommet, mais pas uniquement de façon négative. « L’absence des Etats-Unis semblerait avoir resserré les liens entre les autres pays. On travaille dans l’esprit qu’il ne s’agit pas de laisser l’absence d’un pays annihiler les efforts des autres ».
Le secrétariat du Premier ministre note dans son communiqué que les chefs d’Etat et de gouvernement de cent pays avaient été invités au sommet organisé pour soutenir la mise en œuvre du traité de Paris.
Le ministre de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen (Centre), a participé au sommet avec le Premier ministre. Il a souligné que, hier, à Paris, la Finlande avait aussi rejoint de nouvelles initiatives notamment concernant la diminution des émissions dans le transport maritime et la définition d’un objectif pour arriver à une économie neutre en carbone.
Yle, vn.fi

« M. Macron organise un sommet sans Trump » AL / TS
Aamulehti et Turun Sanomat relève que le Président Macron a rehaussé son profil dans la lutte contre le réchauffement climatique en organisant le Sommet One Planet à Paris. « Ce sommet est un exemple concret des conséquences de la décision de M. Trump de ne pas approuver l’accord de Paris. Le Président français montre qu’il est possible d’avancer en matière d’action pour le climat même sans la première puissance mondiale.
Aamulehti et Turun Sanomat rapportent que les Etats industrialisés se sont engagés à un financement de 100 milliards d’euros pour le climat d’ici 2020. Les journaux rapportent aussi qu’ont été dévoilées les bourses pour les chercheurs, notamment américains, accueillis à Paris pour poursuivre leur recherche dans le cadre du projet « Make our Planet great again » lancé par le président Macron.
AL TS

« On sauve la planète à Paris sans M. Trump » Yle
La correspondante à Paris de Yle, Anna-Stina Heikkilä a présenté le One Planet Summit organisé par le Président Emmanuel Macron à Paris deux ans après la COP21.
Selon elle, le Président Macron prend la tête de la lutte contre le réchauffement climatique et fait de paris la capitale de cette lutte.
Yle

Editorial
« La France comble le vide » HS
Helsingin Sanomat écrit que deux ans après le Sommet de Paris, la France cherche clairement à combler le vide laissé par M. Trump lorsqu’il a annoncé en juin dernier que les Etats-Unis se retiraient de l’accord de Paris. En plus des discours, M. Macron a lancé des programmes de recherche qui permettront aux chercheurs sur le climat de quitter les Etats-Unis pour la France pour continuer leur travail. De plus, les entreprises françaises ont annoncé qu’elles investissaient des dizaines de milliards d’euros dans les éneergies renouvelables ».
« Précédement déjà le Président Macron avait essayé de prendre le leadership laissé par les Etats-Unis au Proche Orient », écrit le journal qui cite l’accueil à paris du Premier ministre libanais ou les critiques contre la déclaration de M. Trump de reconnaître Jerusalem comme capitale d’Israël.
HS

OTAN

Sondage
Seul un cinquième des Finlandais sont favorables à une éventuelle adhésion à l’OTAN, la moitié ne souhaite pas d’adhésion en dépit d’une adhésion des Suédois et la part des indécis atteint près de trente pourcents
Les Finlandais soutiennent de moins en moins une éventuelle adhésion du pays à l’OTAN, c’est ce que révèle le dernier sondage de Taloustutkimus commandé par YLE.
Seulement 19% de la population se déclarent pour l’adhésion alors qu’au début de la crise en Ukraine le pourcentage était de 26% en 2014 et encore de 22% en 2015. Le chiffre d’aujourd’hui se rapproche des 17% de 2013, avant la crise ukrainienne.
Les opinions contre l’adhésion sont nettement plus nombreuses qu’avant et atteignent maintenant 53%, la part des indécis est montée à 28%.
Le sondage démontre aussi que les citoyens ne souhaitent pas forcément suivre les décisions suédoises. Seulement 30% sont favorables à une adhésion au cas où la suède déciderait de rejoindre l’OTAN et 50% y seraient toujours opposés même dans ce cas.
La popularité du référendum sur la question de l’adhésion est également en baisse, néanmoins une majorité, soit 54%, organiseraient un vote sur la question.
www.yle/uutiset

Politique intérieure

Présidentielle

Selon un sondage réalisé par Alma Media, les Finlandais souhaitent connaitre clairement les opinions des candidats présidentiels sur une éventuelle adhésion à l’OTAN
La question de l’OTAN a été distinctement soulevée en octobre dernier lorsque le candidat Nils Torvalds (parti suédophone) a fait connaitre son avis favorable à une entrée de la Finlande dans l’OTAN.
Il est par ailleurs le seul candidat à soutenir cette opinion. A l’opposé se trouvent la candidate de l’Alliance de la gauche, Merja Kyllönen, celle des Vrais Finlandais, Laura Huhtasaari et celle de l’ancien ministre centriste Paavo Väyrynen qui se déclarent farouchement contre une éventuelle adhésion.
Il convient de noter que les candidats Matti Vanhanen (centriste), Tuula Haatainen (social-démocrate) et Pekka Haavisto (Verts) s’affirment critiques vis-à-vis de l’OTAN.
La position du président sortant, le candidat Sauli Niinistö (conservateur) reste la plus confuse. Niinistö n’a cessé de répéter qu’il considère la question de l’adhésion comme une affaire dépendant des circonstances au moment de l’éventuelle adhésion.
www.uusisuomi.fi

Loi sur le renseignement

Le budget augmenterait de 24 millions d’euros
Helsingin Sanomat relève que, si le Parlement approuve les projets de loi sur le renseignement tels quels, le budget de renseignement civil et militaire augmentera de 24 millions d’euros par an.
La police de sûreté Supo et le service de renseignement des forcée armées auraient besoin de 166 emplois supplémentaires et de 24 millions d’euros de plus par an. La somme est considérable, puisque le budget de 2017 de la Supo est de 27,6 millions d’euros. Le nombre de ses effectifs est de 320 personnes.
Selon le projet de loi, le nombre d’effectifs de la Supo augmenterait de 94 personnes dès 2019. Il a déjà été décidé que la Supo aurait 50 postes de plus à partir du début 2018 dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
La Supo compte acheter de la formation à l’étranger pour 300 000 euros par an.
Les forces armées souhaitent recruter d’abord 12 personnes et ultérieurement 36 personnes pour le renseignement militaire.
HS/A12

Projet de grande mosquée

Le projet a été rejeté par la Commission de l’urbanisme
Helsingin Sanomat rapporte que la commission de l’urbanisme du conseil municipal d’Helsinki a rejeté hier à l’unanimité la réservation d’un terrain en vue de la construction d’une grande mosquée, principalement en raison du financement qui manque de clarté.
La présidente de la commission Anni Sinnemäki, maire adjointe qui représente l’Alliance verte, a proposé le rejet du projet. Mme Sinnemäki souligne toutefois que les musulmans d’Helsinki ont besoin d’une nouvelle mosquée. « Les 22 mosquées d’Helsinki n’ont pas été construites pour pratiquer la religion. »
Le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori (Rassemblement national) a annoncé déjà au printemps dernier qu’il s’opposait au projet de construction de la grande mosquée.
La proposition de rejet par la commission de planification urbaine sera ensuite étudiée par la municipalité.
HS/A17

France

Education

Interdiction des portables dans les écoles
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère de l4educaiton envisage d’interdire l’utilisation des téléphones portables dans les écoles à l’automne prochain.
HS

Mardi 12 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Climat – One Planet Summit

Participation de M. Sipilä
Le Premier ministre Juha Sipilä se rend aujourd’hui à Paris où il participera au sommet sur le climat One Planet Summit.
Vn.fi

« On sauve la planète à Paris sans M. Trump » Yle
La correspondante à Paris de Yle, Anna-Stina Heikkilä présente le One Planet Summit organisé par le Président Emmanuel Macron à Paris deux ans après la COP21.
Yle

Défense

La Finlande entreprend de participer à trois projets UE de la défense
Les pays membres ont approuvé une liste de 17 projets
Les trois projets finlandais touchent la cyberdéfense, le radio trafic militaire ESSOR et la mobilité du matériel et des troupes militaires d’un pays à l’autre.
De la liste initiale de 50 projets, notamment les satellites ont disparus. Le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, n’a pas souhaité préciser le nombre des projets proposés au départ par la Finlande.
Conformément aux informations diffusées la semaine dernière par YLE, la Finlande n’est chef de file d’aucun de ces projets. Selon M. Soini, c’est toujours le pays ayant suggéré un projet en premier qui le dirige. En d’autres termes, aucune proposition finlandaise n’a donc été adoptée.
Ces projets forment la coopération structurée de l’UE en regroupant 25 pays qui participent chacun aux plans de leur choix. Seuls le Danemark, la Grande-Bretagne et Malte restent en dehors de cette collaboration.
Timo Soini souligne qu’il ne s’agit pas d’un projet tout prêt mais tout simplement du début de cette coopération structurée.
www.yle/uutiset

Transfert des missiles Iskander à Kaliningrad par la Russie
L’Ecole des Hautes études de défense nationale mise sur une recherche « de la compréhension de la Russie »
En référence à des informations officielles russes, le lieutenant-colonel Petteri Lalu prévoit l’arrivée de missiles Iskander dans le sud-ouest de la Russie, pour la brigade de missiles de la 152ème garde dans le district militaire occidental.
Le professeur militaire Petteri Lalu dirige à L’Ecole des Hautes études de défense nationale un groupe de recherche sur la Russie, fondé au début de l’année dont le but ambitieux consiste à promouvoir le savoir-faire finlandais en matière de stratégie et de politique de sécurité russes et la participation à des discussions sociales.
Outre la présence de Lalu, le groupe comprend le dernier attaché de défense finlandais à Moscou, le lieutenant-colonel Juhani Pihlajamaa, le lieutenant-colonel Pentti Forsström et la professeur Katri Pynnöniemi. « Nous tentons de comprendre les raisons du fonctionnement, des actes et de la logique russes », explique cette dernière.
Les Iskanders sont des missiles balistiques de courte portée, placés dans 11 brigades russes. Ils sont devenus un outil d’information considérable pour la Russie qui informe toujours de façon très visible de leurs déplacements.
Néanmoins, du point de vue de la défense nationale finlandaise, les guerres de Géorgie, d’Ukraine et de Syrie nous ont prouvé que les nouvelles armes n’écartent pas forcément les anciennes. Selon Lalu, les bruits autour des missiles Iskander font parfois sourire les soldats finlandais : « à Louga il y a des Iskanders depuis 2011 et avant cela, il y avait des missiles Toschka qui pouvaient atteindre le territoire finlandais ».
HS12.12/A6-7

Politique intérieure

Présidentielle

« Selon M. Väyrynen, M. Niinistö souhaite que l’UE devienne une alliance militaire » KS
Les journaux rendent compte du fait que M. Väyrynen a interpelé le Président Niinistö sur la dimension de sécurité européenne. M. Väyrynen dit que les orientations en matière de politique étrangère et de sécurité de M. Niinistö sont la raison pour laquelle il a souhaité présenter sa propre candidature. Il dit qu’il craint que M. Niinistö promeuve l’allignement militaire de la Finlande.
Pour lui, M. Niinistö souhaite que l’UE devienne une alliance militaire et un pilier européen de l’OTAN et que de ce fait, la Finlande sera aliée militairement. Pour M. Väyrynen, cela serait pire qu’une adhésion à l’OTAN.
KS/12

Parlement

Harcèlement sexuel
Yle a effectué une enquête au Parlement parmi les assistants des députés et des groupes parlementaires concernant le harcèlement sexuel durant la législature en cours. Le sondage a été envoyé à tous les 223 assistants, dont 95 ont répondu.
13,7 % des personnes ayant répondu annoncent avoir subi du harcèlement sexuel, notamment par les députés.
Le harcèlement sexuel au Parlement n’est rien de nouveau. En 2008 il y avait eu un scandale où plusieurs députés ont été accusés d’avoir harcelé des femmes.
Les personnes interviewées soulignent que le Parlement est un lieu de travail particulièrement hiérarchique. La présidente du Parlement Maria Lohela (Avenir bleu) ne s’étonne pas du résultat de l’enquête d’Yle.
Mme Lohela et le directeur administratif du Parlement Pertti Rauhio condamnent fermement tout harcèlement au Parlement. M. Rauhio souligne que, selon les enquêtes effectuées par le Parlement, le harcèlement sexuel aurait diminué depuis 2011.
Yle

Réforme des services sociaux et de santé

Sondage
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage effectué par l’institut Kantar TNS pour le compte du quotidien, 65 % des Finlandais souhaitent augmenter la liberté de choix des patients dans les soins médicaux et 22 % sont de l’avis opposé. 13 % ne savent pas répondre.
52 % ne sont pas favorables à l’augmentation de la part de production des entreprises privées, contre 35 % qui souhaitent augmenter les soins du secteur privé. 13 % ne répondent pas.
63 % des partisans du Rassemblement national et 47 % des centristes sont favorables aux soins par le secteur privé, tandis que seulement 6 % des partisans de l’Alliance des gauches et 22 % des sociaux-démocrates sont de cet avis.
Le sondage a été effectué entre le 24 et le 29 novembre auprès de 1 100 personnes.
HS/A8

Boissons alcoolisées

Le gouvernement ne modifiera pas la législation concernant la vente d’alcool à distance
Les partis du gouvernement se sont mis d’accord sur le fait que la législation sur les boissons alcoolisées qui actuellement n’évoque pas la vente à distance (commande en ligne) ne comprendra pas de point sur cela par la suite non plus. La vente en ligne n’est pas interdite dans la loi, mais la législation a été interprétée comme si elle l’était.
La présidente de la commission des lois constitutionnelles, Annika Lapintie (All. des gauches), estime que si la vente en ligne n’est pas pénalisée, il convient de le considérer comme permise.
Les partis du gouvernement ne sont toutefois pas d’accord sur cette interprétation.
Le projet sera évoqué en session plénière, jeudi.
HS/A12

France

Corse

« Victoire des autonomistes en Corse » HS
Pour Helsingin Sanomat, la victoire des indépendantistes en Corse est une suite de la vague des séparatismes en Europe.
HS

Lundi 11 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

USA - Israël

M. Niinistö s’étonne de la décision concernant Jérusalem
Aamulehti rend compte des commentaires du Président Niinistö en ce qui concerne l’annonce de M. Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale. « Il est difficile de comprendre les objectifs de cette opération. Il est difficile quelle utilité il peut y avoir », a dit M. Niinistö en se demandant si ceci est la bonne voie pour poursuivre le processus de paix.
AL/sam/A10

Climat

Hausses des émissions finlandaises
Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 6% en 2016 par rapport à 2017 pour la Finlande.
Cette augmentation est principalement due à une consommation accrue de charbon. De plus, on a moins utilité de biocarburants dans le transport que l’année précédente.
Cette augmentation s’explique principalement par la croissance économique selon l’institut des statistiques.
HS

Tourisme

Le nombre de touristes russes est en hausse en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le nombre de demandes de visa des Russes au consulat général de Finlande à Saint-Pétersbourg a augmenté cette année de 58 % par rapport à 2016.
550 00 demandes de visas ont été déposées avant début décembre et le consulat général attend encore environ 50 000 demandes de plus avant fin décembre.
En 2016, le consulat général à Saint-Pétersbourg a délivré 77 % de tous les visas Schengen délivrés par la Finlande.
HS/lun/A8

Projet de grande mosquée

Les adversaires s’inquiètent du financement
Helsingin Sanomat relève que les organisateurs du projet de construction d’une grande mosquée à Helsinki ont organisé vendredi une conférence de presse pour présenter le projet. Un représentant de la famille royale de Bahreïn, le cheik Abdoul Latif Mahmood al-Mahmood, a participé à la conférence de presse. Selon lui, le Bahreïn mais aussi les autres pays du Golfe seraient parmi les donateurs.
Les conseillers municipaux d’Helsinki étudieront la question demain mardi pour la première fois lors de la réunion de la commission de planification urbaine.
Le maire d’Helsinki Jan Vapaavuori est contre le projet. Les adversaires s’inquiètent surtout du financement et du fait qu’il s’agit d’un projet sunnite.
HS/sam/A25, dim/A17

Discrimination

Selon un rapport, la discrimination est particulièrement élevée en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que selon un rapport européen, la Finlande est parmi les pays européens où on discrimine le plus des immigrés venus d’Afrique.
Le rapport a été rédigé par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne et les représentants de l’agence présenteront demain leurs résultats à Helsinki.
HS/lun/A9

Politique intérieure

Présidentielle

Sondage : M. Niinistö à 64 %
« M. Niinistö pourrait se retrouver à un deuxième tour » AL
Selon un sondage effectué pour le compte d’Alma media, 64 % des Finlandais se prononceraient en faveur de Sauli Niinistö dès le premier tour de l’élection présidentielle. Pekka Haavisto, Verts, aurait 12 % des voix, alors que les autres candidats sont à 3 % (Laura Huhtasaari, Vrais Finlandais, Merja Kyllönen, Alliance des gauches, et Matti Vanhanen, Centre), ou à 2 % et 1 %. 8 % ne se prononcent pas.
Elina Kestilä-Kekkonen de l’Université de Tampere rappelle que les Finlandais suivent de près la présidentielle et que les débats électoraux, dont les principaux seront télévisés, n’ont pas encore eu lieu et auront beaucoup d’importance.
Au second tour, M. Niinistö l’emporterait contre M. Haavisto avec 79 % des voix contre 21 %, contre Merja Kyllönen avec 90 % contre 10 %, contre Tuula Haatainen (PSD) avec 91 % contre 9 %, contre Matti Vanhanen avec 93 % contre 7 % et contre Laura Huhtasaari et Nils Torvalds (Parti suédois) avec 94 % contre 6 % chacun.
Mme Kestilä-Kekkonen estime que les questions de la politique étrangère seront centrales lors des débats du fait de la situation politique internationale. Elle estime qu’avec les attributions restreintes du président finlandais, il serait difficile pour lui de se rater. De plus, les Finlandais ont très confiance en leur président.
La popularité de M. Niinistö y compris parmi les électeurs des partis de gauche serait due, selon elle, au fait que les candidatures présentées par ces partis ne sont pas très réussies.
Le prochain débat présidentiel aura lieu mercredi, sur la chaîne MTV3.
AL/ven/A6-7

« Selon les Finlandais, le Président devrait renforcer le statut de leur pays » AL
Selon le sondage d’Alma media, 26 % des Finlandais souhaitent que le président finlandais renforce le statut international de la Finlande en rencontrant d’autres chefs d’Etat.
23 % souhaitent que le Président œuvre pour diminuer les antagonismes. 19 % estiment que le Président devrait promouvoir les exportations.
Seulement 9% souhaitent qu’il renforce la politique de sécurité avec l’OTAN et les Etats-Unis.
Matti Pesu, chercheur invité à l’Institut de relations internationales, M. Niinistö a rencontré un nombre exceptionnel de chefs d’Etat cette année.
M. Pesu estime que le renforcement éventuel de la coopération de défense avec la Suède et les Etats-Unis, par exemple, fera partie des questions centrales si M. Niinistö est réélu.
AL/lun/A4

M. Niinistö a lancé sa campagne
Sauli Niinistö a officiellement lancé sa campagne, vendredi. Il a rencontré des gens à Narinkkatori et a ensuite pris le train vers Tampere. Il s’est rendu dans plusieurs villes avant de terminer le voyage à Rovaniemi, dimanche.
Il a parlé de la paix, vendredi, en soulignant que la Finlande pouvait contribuer à son maintien. Pour lui, la paix ne relève pas seulement d’un travail contre la guerre, mais également de la paix sociale et de la paix que l’on peut trouver dans la nature.
Pour lui, la paix se constitue de quatre piliers, dont un concerne le fait que l’on ne fait pas la guerre. Le deuxième concerne la nature et le climat et le troisième la formation des populations et le renforcement de la condition des femmes des pays en voie de développement. Cela permettrait de diminuer la natalité et ralentir la croissance démographique.
Le quatrième pilier concerne la paix dans la société et l’intégrité de la Finlande et de sa population.
HS/sam/A18, AL/sam/A10

Selon M. Niinistö, il faut entendre la voix des Finlandais dans la prise de décision sur l’OTAN
M. Niinistö estime qu’il convient d’entendre l’avis des Finlandais dans le cas où il s’agirait de prendre une décision sur une adhésion à l’OTAN. Pour lui, une décision prise au Parlement diviserait les Finlandais plus que depuis cent ans.
Concernant les orientations économiques et monétaires au sein de l’UE, M. Niinistö souligne qu’il souhaite que celles-ci ne soient pas accouplées avec le développement de la coopération de défense. Il note d’ailleurs qu’il préfèrerait parler de coopération en matière de sécurité plutôt que de coopération de défense.
KS/lun/15

Les entreprises se félicitent des efforts du Président Niinistö dans la promotion des exportations
Kauppalehti rend compte des propos du patronat EK qui relève que les entreprises ont été satisfaites des efforts du Président en faveur des exportations. Durant son mandat, M. Niinistö a effectué 18 déplacements avec une délégation de représentants de la vie économique. Lors de son second mandat, Mme Halonen en a fait 17.
KL/5

Parlement

Rejet de la motion de censure
Selon Keskisuomalainen, le Parlement a renouvelé vendredi sa confiance au gouvernement par 99 voix contre 84 lors du vote sur la motion de censure sur l’augmentation des inégalités.
La motion de censure a été déposée par le PSD, l’Alliance verte et l’Alliance des gauches. Le Parti suédois a également voté en faveur de la motion de censure.
KS/sam/18

Loi sur le renseignement

Les projets de loi sur le renseignement envoyés au comité de l’évaluation des projets de loi
Helsingin Sanomat relève que le ministère de l’Intérieur et de la Défense ont déposé vendredi les projets de loi sur le renseignement au comité de l’évaluation des projets de loi.
Les ministères ne souhaitent pas accorder aux citoyens le droit de savoir s’ils ont été sujets à des mesures de renseignement.
La police de sûreté Supo et le service de renseignement des forces armées pourraient entre autres effectuer des visites secrètes sur les lieux de travail et copier des documents, etc.
HS/sam/A13

Défense

L’armée veut renforcer l’interception des drones
L’apparition des drones non équipés dans la proximité des terrains des forces armées et de ses lieux d’exercices a augmenté à un tel point que la défense nationale voudrait modifier la loi.
Un groupe de travail du ministère de la Défense propose une alternative selon laquelle l’armée aurait le droit d’intervenir contre des drones suspects.
HS10.12/A8

Economie

Les exportations tirent l’industrie
Selon les douanes, les exportations de marchandises ont augmenté en octobre de 17% par rapport à 2016. Sur les neuf premiers mois, l’augmentation est de 16% ; dans le même temps, les importations ont progressé de 14%.
Selon l’institut des statistiques, les nouvelles commandes ont augmenté de 10 ,6% en octobre par rapport à l’année précédente.
Le coût de la main d’œuvre du secteur privé a diminué de 2,4% au troisième trimestre par rapport à 2016.
HS

Entreprises

Nordea commence son plan de suppression d’emplois
Nordea a annoncé le démarrage de son plan social visant à supprimer 420 emplois en Finlande.
HS

France

Lutte contre le terrorisme

La lutte contre le terrorisme porte ses fruits
Petja Pelli rapporte qu’en France on a pu déjouer treize tentatives d’attentats terroristes en 2017.
HS

Vendredi 8 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

EUM

Editorial
« Les réformes économiques un défi pour l’UE » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le travail pour réformer et renforcer l’Union monétaire et la coopération au niveau de l’euro est tout à fait central pour la réforme de l’UE, mais qu’en même temps, ce travail pourra être la partie la plus difficile de la réforme.
La Commission a présenté ses propositions pour les démarches de renforcement de l’UEM que l’éditorialiste considère comme une base préliminaire pour les discussions. On devrait avoir les premières réactions, la semaine prochaine, lorsque les dirigeants se réunissent à Bruxelles.
Selon l’éditorialiste, il ne s’agit pas de manque d’idées mais plutôt de difficulté de trouver des compromis entre les 19 Etats de l’eurogroupe.
HBL/4

Editorial
« Les banques doivent être assainies avant un saut quantitatif » KL
Kauppalehti souligne qu’ava nt de réaliser un bond en avant dans l’union monétaire il faut terminer l’union bancaire : cela ne pourra se faire que lorsque le secteur bancaire aura été assaini et les risques épurés. Cela n’est qu’après que l’on pourra parler d’une garantie des dépôts commune.
KL

Analyse
« La réforme de l’UEM est un poison pour la Finlande » HS
Le correspondant à Bruxelles de Helsingin Sanomat relève que la Finlande s’oppose à nombre de projets de la Commission d’approfondir l’union monétaire.
La Commission a présenté hier, ses projets en la matière. Selon le directeur du bureau du patronat finlandais EK à Bruxelles, M. Taneli Lahti, le paquet présenté par la Commission ne présente aucune surprise ou nouveauté.
Helsingin Sanomat rappelle que le Ministre des Finances Petteri Orpo avait assuré lundi dernier que la Finlande était engagée dans le processus de réforme de l’UEM, même si la liste des sujets auxquels s’oppose la Finlande est particulièrement longue par rapport aux autres pays.
Helsingin Sanomat estime qu’il est clair que les priorités de la Finlande sont bien éloignées de celles de la commission.
Ainsi, avant d’envisager une garantie des dépôts commune, la Finlande veut une diminution des risques. Or, selon les Finlandais, cela prendra très longtemps. Helsingin Sanomat demande au ministre si l’on parle alors de 2140 ? Le ministre estime qu’il faut d’abord définir comment on évalue ces risques.
Le développement de l’UEM sera étudié lors du prochain conseil européen, la semaine prochaine.
HS

UE

Billet
« C’est l’Europe qui rassemble Merkel et Schulz » KL
Le correspondant européen de kauppalehti, Tapio Nurminen, estime que la naissance d’une coalition CDU-CSU et PSD en Allemagne est probable. Il considère qu’il faut que soit formée une grande coalition qui se donne pour principale cause l’Europe. C’est principalement le duo Merkel – Schulz qui peut sortir l’Allemagne des tranchées où elle s’est retirée en politique européenne.
« L’UE et l’euro n’ont pas d’avenir sans plus de solidarité. Pour cela, il faut un grand compromis franco-allemand. En matière financière, il faut que la France devienne plus germanique ; et en matière de politique étrangère et de sécurité, que l’Allemagne se francise », conclut KL.

Proche-Orient

Editoriaux
« M. Trump a pris un risque sans raison apparente » HS
« Un revers pour la paix au Proche-Orient » TS
« M. Trump apparait comme un joueur de poker qui prend de grands risques mais dont personne ne peut dire le jeu qu’il joue vraiment. La plus rationnelle des explications jusqu’à ce jour est qu’il s’agit de causes liées à la politique intérieure des Etats-Unis », écrit HS qui considère que M. Trump a pris sa décision pour s’assurer le soutien de la droite chrétienne américaine.
Le journal relève que, sur Israël comme sur la Russie, c’est la même personne de l’entourage du Président qui est au centre des décisions : son gendre Jared Kushner.
Turun Sanomat cite pour sa part le professeur finlandais Hannu Juusola qui estime que le choix de M. Trump « va à l’encontre de toutes les explications rationnelles ».
HS TS

Brexit

Ces Finlandais qui ont pris le passeport britannique par crainte du Brexit
Helsingin sanomat publie un reportage sur des Finladnais qui résidaient depuis longtemps au Royaume-Uni et ont décidé de prendre le passeport britannique par peur des conséquences du Brexit.
HS

Entreprises

General Electric supprime 200 postes en Finlande
General electric a annoncé la suppression de 200 postes en Finlande ;
Le groupe emploie environ 1100 personnes, principalement dans le secteur de la santé.
HS

Politique intérieure

Parlement

Examen de la douzième motion de censure
Le gouvernement a répondu hier aux questions de l’oppision sur l’augmentationd es inégalité qui était le sujet de la douzième motion de censure déposée contre le gouvernement depuis 2015.
Les Verts envisagent de déposer une motion de censure sur l’Education. Elle devrait intervenir l’année prochaine.
HS

France

Gastronomie

Michel Bras
Kauppalehti publie un portrait du Chef Michel Bras dont le restaurant à Laguiole a trois étoiles Michelin.
KL Optio

France – Finlande

Haute-couture

Anna Ruohonen
Optio publie un article sur des couturiers dont Anna Ruohonen qui est établie à Paris. Elle y a son atelier et une boutique.
Optio/47-49

Jeudi 7 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

EU – secteur bancaire

La Banque de Finlande favorable à la garantie de dépôt européenne
La Banque de Finlande estime qu’avec le risque accru lié à l’installation du siège de la banque Nordea en Finlande, il faut mettre en place une garantie commune de dépôts. A l’automne 2018, le secteur bancaire finlandais deviendra un des plus grands de l’UE par rapport à l’économie nationale.
Marja Nykänen, membre du directoire de la Banque de Finlande, estime que la participation de la Finlande à l’Union bancaire servira déjà à protéger le pays contre les risques accrus liés à l’installation de Nordea. Mme Nykänen souhaite toutefois la mise en place de la garantie de dépôts européenne. Néanmoins, une garantie commune ne devrait, selon elle, venir en question qu’une fois que lorsque les risques du secteur auront été diminués. Selon un communiqué de la Banque de Finlande en la matière, une garantie de dépôts commune augmenterait la confiance dans le système bancaire notamment en cas de crises importantes du système financier, et faciliterait la gestion des problèmes des banques internationales.
Même si les banques finlandaises sont principalement rentables et très solides, et que les risques sont plutôt théoriques, l’augmentation du secteur bancaire et l’endettement important des ménages constituent un risque structurel.
HS/mer/A44

Commerce extérieur

Peu d’entreprises finlandaises ont trouvé le réseau des chambres de commerce allemandes
Les entreprises finlandaises ont pu, depuis mars dernier, acheter de services des chambres de commerce allemandes qui constituent un réseau de bureaux dans 130 villes de 90 pays. 13 entreprises finlandaises seulement ont opté pour cette possibilité.
Pour les frais, il est possible de demander une subvention de Tekes, qui au maximum peut couvrir 50 % du coût et s’élever à 5000-10 000 euros.
Cette coopération entre dans le cadre de la réforme de la promotion des exportations en cours. L’objectif est de doubler les exportations.
KL/jeu/9

Les groupes finlandais critiquent la réforme fiscale américaine
Kauppalehti publie un article sur la réforme fiscale aux Etats-Unis et du coût engendré pour les entreprises internationales. La taxe sur les importations mise en place touchera les groupes finlandais installés aux Etats-Unis.
KL/jeu/7

Finlande – Corée du Nord

La Finlande a convoqué l’ambassadeur du Corée du Nord
La Finlande, qui a convoqué l’ambassadeur du Corée du Nord en raison du récent tir de missile, a exprimé sa grande inquiétude en ce qui concerne la situation et a sévèrement condamné le tir.
Il s’agit de la première fois qu’un ambassadeur du Corée de Nord est ainsi convoqué à Helsinki, et la situation est d’autant plus particulière du fait que ce pays n’a pas d’ambassade en Finlande. La représentation à Stockholm se charge de la Finlande. La convocation a quand bien même eu lieu à Helsinki.
HS/jeu/A19

PIRLS 2016

Les enfants finlandais sont parmi les meilleurs lecteurs
Helsingin Sanomat rapporte que selon l’étude PIRLS 2016, effectuée dans 50 pays, les enfants finlandais de 10-11 ans lisent aussi bien aujourd’hui qu’en 2011.
Les élèves finlandais se trouvent en cinquième position, après la Russie, Singapour, Hongkong et l’Irlande.
HS/A17

OTAN

Selon le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini, la Finlande doit garder une possibilité crédible pour adhérer à l’OTAN
« Une adhésion à l’OTAN doit rester possible et pour la Finlande, et pour l’OTAN”, a déclaré Timo Soini lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles mardi dernier.
La question d’une éventuelle adhésion de la Finlande à l’OTAN a été débattue au courant de l’automne par des débats entre les anciens ambassadeurs finlandais à Moscou et par les candidats à l’élection présidentielle en Finlande.
Actuellement, une majorité des Finlandais, du parlement et des candidats présidentiels se déclarent contre une adhésion. Néanmoins, selon Soini, il ne serait pas judicieux de renoncer à l’idée que la situation pourrait changer.
A la suite d’un déjeuner organisé pour les ministres des pays de l’UE et le ministre américain des Affaires étrangères, M. Soini s’est exprimé en qualifiant la rencontre de « très approfondie, dépassant largement le temps prévu ayant permis de renforcer les relations transatlantiques ».
Il semblerait d’ailleurs que la place d’un ministre finlandais des Affaires étrangères dans les réunions de l’OTAN soit relativement bien assurée tant que les discussions tournent autour de la coopération entre l’UE et l’OTAN.
Ceci étant, le ministre a toutefois souligné l’importance politique de la coopération européenne en matière de défense pour la Finlande car contrairement à l’OTAN, dans l’UE la Finlande a un droit de décision.
La réunion qui a rassemblé lundi les représentants de l’UE, de l’OTAN, de la Finlande et de la Suède a décidé de présenter 32 nouveaux projets de coopération en plus des 42 déjà existants. Il s’agit notamment d’un nouveau thème qui signifie une mobilité militaire qui devrait permettre de supprimer les obstacles nationaux pour que les forces armées puissent se déplacer d’un pays à l’autre lors des exercices et opérations. L’OTAN ne possède pas les outils nécessaires pour prendre ce type de décision, contrairement à l’UE. Ce projet qui conviendrait particulièrement bien à la Finlande en raison de sa fragile situation géographique au fond de la mer Baltique gelée, consoliderait, selon les diplomates, la sécurité de l’approvisionnement.
L’OTAN prépare déjà son sommet de l’été prochain qui se déplacera de la mer Baltique vers l’Atlantique et le Proche-Orient en prenant compte la menace de la Corée du nord. Cela aura une importance concernant la Finlande.
Selon Soini, cette perspective plus large conviendrait à la Finlande. La limite se dresse au niveau où l’OTAN s’entraine pour une défense commune. « Nous ne sommes pas tenus par la clause du 5ème article, mais pas non plus protégés par lui », a déclaré Soini.
HS06.12/

Russie

Selon un chercheur, les Finlandais ne sont pas des connaisseurs de la Russie
Helsingin Sanomat relève que selon le chercheur Tomas Wallenius, le débat finlandais sur la Russie a un caractère bizarre, surtout en raison de l’histoire tumultueuse.
« L’idée d’un ″connaisseur″ de la Russie signifierait que la Russie serait un monde à part où les choses se passent différemment qu’ailleurs en Europe ou dans le monde entier. » Selon lui, cela reflète une conception « orientaliste » du monde russe.
« Pour comprendre la Russie, qui est tout de même un Etat européen, il ne s’agit toutefois pas de sciences occultes », souligne-t-il.
« La Finlande a peut-être eu des connaissances spéciales sur la Russie au sein de l’Union européenne avant l’élargissement de 2004 vers les pays de l’Est. Depuis lors, elle n’a plus ce monopole », estime le chercheur.
Il relève que la Finlande a une particularité : elle est le seul Etat membre de l’UE à avoir une frontière avec la russie et n’être pas membre de l’OTAN.
HS/mer/A36

Un avion de l’Etat russe soupçonné d’avoir violé l’espace aérien finlandais
Un avion de type Tupolev TU-154 a été détecté dans l’espace aérien finlandais pendant un court instant. Le ministère de la Défense n’a pas encore précisé de quelle manière l’avion a été reconnu, mais qualifie l’engin « d’aéronef de l’Etat russe ».
L’incident a eu lieu vers sept heures du matin au large de Porvoo en mer Baltique où la limite des eaux territoriales de la Finlande s’élargit en rendant propices les violations de territoire. Selon l’attaché de presse du ministère de la Défense, Max Arhippainen, de nombreuses violations ont été repérées précisément à cet endroit.
Le ministère des Affaires étrangères a été informé de l’incident et prendra, au besoin, les mesures qui s’imposent vis-à-vis des autorités russes.
La dernière fois qu’un incident semblable par un aéronef russe a été détecté c’était en octobre 2016.
www.hs.fi

Politique intérieure

Fête de l’indépendance

Plusieurs personnes arrêtées lors des manifestations
Les manifestations à l’occasion de la fête nationale finlandaise, hier, se sont passées pour la plupart calmement.
La manifestation des néonazis, « Vers la liberté », a réuni 450 personnes. Mardi soir, l’armateur Viking Line avait décidé de refouler du bateau 25 néonazis souhaitant se rendre de Stockholm à Helsinki.
Selon la police, environ 2800 personnes ont participé à la manifestation nationaliste 612, dont une partie étaient des manifestants de l’évènement « Vers la liberté ».
Environ mille personnes ont participé à la manifestation « Helsinki sans nazis ».
Onze personnes ont été arrêtées, et il s’est agi de manifestants tant contre les nazis que de ceux qui ont participé aux deux autres manifestations, dont l’une des néonazis et l’autre de l’extrême droite, « 612 ».
Quelques jours avant le jour de l’indépendance, un évènement pour enfants prévu être organisé au même endroit où allaient se rassembler les néonazis, a été déplacé dans un stade. Cette foire a réuni 5000 personnes.
HS/jeu

Défense

Trois nouveaux généraux le jour du centenaire de la Finlande
Le président de la république, Sauli Niinistö, a promu les colonels Antti Lehtisalo, Janne Jaakkola et Tuomo Repo au grade de général de brigade.
Les généraux de brigade Markku Myllykangas et Timo Kakkola ont été promus au grade de général de division.
HS.06.12

Election présidentielle

M. Väyrynen présente sa candidature
Selon Helsingin Sanomat, Paavo Väyrynen (71 ans), parlementaire européen, a organisé mardi une conférence de presse pour annoncer qu’il a réussi à obtenir les 20 000 signatures nécessaires pour se présenter comme candidat aux élections présidentielles.
La date limite de la collecte des signatures est le 12 décembre. Pour M. Väyrynen, il s’agit d’une quatrième candidature présidentielle. Les trois fois précédentes (1988, 1994 et 2012) il a été le candidat du Centre, mais cette fois-ci il se présente dans les rangs de son propre mouvement, fondé en 2016. Il n’a toutefois pas quitté le Centre. « Je suis centriste mais le Centre n’est plus proprement dit centriste. Les libéraux ont tout le pouvoir dans le parti du Centre. »
M. Väyrynen compte lancer sa campagne électorale la semaine prochaine. Il estime que la popularité du Président Niinistö est due, entre autres, au centenaire de l’indépendance finlandaise, parce que les autres candidats ont été invisibles.
Selon l’analyse du quotidien, la candidature de M. Väyrynen diminuerait le nombre de voix du candidat du Centre Matti Vanhanen et de Laura Huhtasaari, candidate des Vrais Finlandais.
HS/mer/A29

Mardi 5 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Euro

La rigidité dans les questions liées à l’Union monétaire risque de revenir cher
Kauppalehti note que le gouvernement finlandais pourra avoir des problèmes s’il tient à sa position dure concernant le renforcement de l’Union monétaire et continue à exiger que les finances de la zone euro soient gérées au moyen d’une rigoureuse discipline de marché.
Selon des informations qui ont fuité, la Commission européenne souhaite introduire l’accord de politique financière concernant les déficits dans la réglementation européenne.
Le déficit finlandais s’élève à 1 % cette année et passera à 1,4 % en 2018.
La Commission européenne souhaiterait également intégrer le mécanisme de stabilité dans le traité fondateur. La Finlande s’y oppose.
Le ministre des Finances, Petteri Orpo, a dit, hier, que la Finlande présenterait une feuille de route sur le fait de savoir comment avancer dans la mise en place d’une protection des épargnes.
Le think tank Lisbon Council estime qu’un Etat membre est d’autant plus fragile queson secteur bancaire est important par rapport à la capacité de l’économie du pays. Or, avec l’arrivée de Nordea, le secteur bancaire augmentera de 400 % par rapport au PIB finlandais, relève le quotidien économique.
KL/5

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait un bilan des objectifs et des réussites de l’euro et note qu’il est difficile de distinguer l’influence de la monnaie unique des différentes évolutions économiques et conjoncturelles et des changements structurels.
Selon l’Institut Delors, l’aplanissement des écarts de niveau de vie entre les Etats membres n’est pas le plus important pour l’avenir de l’euro. L’essentiel est que les Etats membres puissent être convergents en matière de conjonctures. Les hausses et les baisses simultanées rendraient plus facile la politique monétaire, ce qui soutiendrait la zone euro en tant qu’ensemble.
Selon l’agence de presse Bloomberg, la zone euro commencerait enfin à avancer au même rythme.
HS/A4

Agence européenne des produits chimiques

Nouveaux locaux
Helsingin Sanomat relève que l’Agence européenne des produits chimique Echa déménagera d’ici début 2020 de ses locaux actuels à Annankatu dans de nouveaux locaux situés dans le quartier de Telakkaranta.
Le directeur général de l’Echa, Geert Dancet, qualifie le projet de profondément européen parce que des experts de plusieurs pays européens ont participé à la planification de ces nouveaux locaux.
HS/A21

PPE

Réunion à Helsinki en 2018
Helsingin Sanomat rapporte que le congrès du Parti populaire européen sera organisé à Helsinki en l’automne prochain, dans le cadre du centenaire du Rassemblement national (Kokoomus).
Tous les dirigeants des partis européens membre du PPE sont attendus à Helsinki.
HS/A17

Politique intérieure

Elections présidentielles

Mme Haatainen a lancé sa campagne électorale
Selon Helsingin Sanomat, la candidate présidentielle du PSD Tuula Haatainen a lancé lundi sa campagne. Elle s’inquiète surtout de l’augmentation des inégalités en Finlande.
Mme Haatainen critique la façon dont le gouvernement mène la réforme des services sociaux et de la santé. « La réforme ouvrira les portes grandes ouvertes à la privatisation des services. » Elle se demande ce que doit penser le Président Sauli Niinistö de la politique du Rassemblement national, son ancien parti. « Est-ce qu’il compte rester de côté et observer seulement comment on privatise notre société du bien-être ? »
HS/A16

Propos de M. Torvalds sur la sécurité
Turun Sanomat rapporte que le candidat présidentiel du Parti suédois, Nils Torvalds, parlementaire européen, souhaite que la Finlande adhère à l’OTAN le plus vite possible en raison de l’instabilité de la Russie. Il estime que les garanties de sécurité de l’Union européenne ne sont pas crédibles dans une situation de crise.
TS/14

Euthanasie

Selon un sondage, moins de Finlandais s’opposent à l’euthanasie
Selon un sondage récent effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, 73 % des Finlandais seraient favorables à l’euthanasie, contre 77 % en avril. En même temps, moins de personnes s’y opposent, 9 % contre 14 % en avril. Le nombre des indécis est passé de 10 % en avril à 18 %.
Une initiative populaire pour l’introduction de l’euthanasie dans la législation, déposée en février, est à l’étude par la commission des affaires sociales et de la santé du Parlement.
HS/A9

Centenaire

Sondage : Plus de la moitié des Finlandais estime que le sujet de la guerre n’est pas trop mis en avant
A la veille du centenaire de l’indépendance, plus de la moitié des Finlandais estime que le sujet de la guerre n’est pas trop mis en avant dans les festivités. Néanmoins, un Finlandais sur quatre exprime un avis contraire en jugeant la part du temps de guerre et de crise trop dominante. C’est ce qui ressort du sondage d’Uutissuomalainen.
L’appartenance à un parti politique joue sur l’attitude vis-à-vis des festivités. La moitié des adeptes de l’Alliance des gauches et un tiers des sociaux-démocrates trouvent que la fête de l’indépendance est trop centrée sur la guerre et les crises. Chez les partisans du parti du Centre, des Conservateurs et des Vrais Finlandais, seul un sur cinq est de cet avis et parmi les sympathisants des Verts, un peu plus d’un sur quatre.
« L’Alliance des gauches se profile toujours comme une alternative pacifiste qui souhaite se séparer du militarisme. C’est d’ailleurs la même raison qui façonne leur attitude négative vis-à-vis de l’OTAN », estime le professeur d’histoire politique, Vesa Vares, de l’université de Turku.
KS5.12/26-27

France – Finlande

Documentaire

« Un regard français sur la Finlande » Hbl
« Un point de vue poli sur la Finlande » HS
« Un documentaire qui nous prend aux tripes » AL/TS
La presse publie de bonnes critiques du documentaire d’olivier Horn, « Une histoire finlandaise », réalisé par l’INA pour Arte et Yle et diffusé ce soir sur Yle Tema.
HS Hbl AL TS KS

Lundi 4 décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Immigration

Selon une étude, 47 % des Finlandais sont prêts à accueillir plus d’immigrés
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué pour son compte sur les attitudes des Finlandais à l’égard de l’immigration. 47 % des Finlandais (contre 36 % en 2010) se déclarent favorables à ce que la Finlande accueille plus d’immigrés.
En 2010, 59 % des Finlandais s’opposaient à l’accueil d’immigrés, contre 41 % aujourd’hui.
Selon Leena Näre, professeur de sociologie, il est typique qu’en période économiquement difficile les attitudes à l’égard de l’immigration se durcissent. En 2007, lorsque la Finlande connaissait une croissance depuis plusieurs années, 55 % des gens souhaitaient plus d’immigrés en Finlande.
La récession s’est reflétée sur les attitudes dans les années 2010.
Mme Näre estime qu’un autre facteur derrière les attitudes plus souples aujourd’hui est le fait que les Finlandais ont compris le défi du vieillissement de la population.
A la question de savoir s’il fallait que la Finlande accueille tous ceux qui souhaitent s’y installer pour y travailler, 67 % se déclarent d’accord, contre 50 % en 2006.
HS/dim/A6

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre, Juha Sipilä, a commenté le sondage en disant que pour lui, il a toujours été clair qu’il s’agit d’aider ceux qui fuient la guerre. Il estime qu’il faut augmenter les voies d’entrée légale et que la Finlande a besoin de main d’oeuvre qualifiée.
Il estime que l’ensemble du gouvernement est d’accord avec lui sur le fait qu’il faut à long terme augmenter le nombre de réfugiés dans le cadre des quotas.
AL/lun/A15

Politique intérieure

Elections présidentielles

Propos des candidats concernant un éventuel référendum sur l’OTAN
Helsingin Sanomat a interviewé les sept candidats présidentiels concernant la nécessité d’un référendum en cas d’adhésion de la Finlande à l’OTAN.
Pekka Haavisto (Alliance verte) est le seul à être contre un référendum, par peur des menaces hybrides.
Le Président Sauli Niinistö souligne de l’importance de la légitimité de l’éventuelle décision d’adhésion et de la nécessité d’une approbation par le peuple, par un référendum ou autre moyen.
Matti Vanhanen (Centre), Tuula Haatainen (PSD), Merja Kyllönen (Alliance des gauches) et Laura Huhtasaari (Vrais Finlandais) sont favorables à un éventuel référendum. Le candidat du Parti suédois Nils Torvalds, seul à défendre une adhésion, est également pour même s’il estime qu’un référendum serait inutile.
HS/lun/A12

Défense

La décision sur l’organisation d’un exercice militaire majeur sera prise au printemps
Le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité s’est réuni vendredi dernier sous la présidence de Sauli Niinistö pour parler de futurs exercices militaires pour l’année prochaine et du projet d’éventuels exercices majeurs pour 2020 dont une décision de principe est attendue au printemps prochain.
Le comité a décidé que la participation finlandaise à des exercices militaires internationaux restera au même niveau que cette année. Il préparera un projet sur ces exercices dont il informera ensuite le parlement avant de le rendre public. Il a également signalé que la participation finlandaise à des opérations de formation, de conseil et de soutien de l’OTAN en Afghanistan sera étudiée.
AL2.12/A13, KS2.12/17

Education

Critiques entre le Rassemblement national et les partis de l’opposition PSD et Verts
Les présidents du PSD, M. Rinne et des Verts, M. Aalto, ont accusé le gouvernement de mauvaise politique en matière d’éducation.
M. Rinne note que le gouvernement Sipilä a coupé des crédits à l’école primaire et au collège, à la formation professionnelle et aux universités. Il regrette « qu’en même temps avec ces économies absurdes, le gouvernement a allégé la fiscalité des riches ».
M. Aalto estime que l’on risque d’avoir une société de classe sociales y compris concernant les enfants.
Le président du groupe parlementaire du Rassemblement national, M. Jokinen, rejette les critiques et rappelle qu’au contraire, ces derniers temps, de nouveaux crédits ont été alloués à l’éducation.
Il rappelle que le précédent gouvernement, dans lequel siégeaient le PSD et les Verts, a diminué les dotations de l’Etat pour les communes, ce qui a signifié des coupes dans l’éducation.
HS/lun/A18

Harcèlement

M. Sipilä se déclare choqué par les témoignages
Le Premier ministre estime que beaucoup de Finlandais ont pu être surpris par l’envergure qu’a pris la campagne #metoo contre le harcèlement. Il est outré par les témoignages de femmes sur leurs expériences qu’il considère comme extrêmement importants.
Il ne pense pas qu’au moyen de la législation il sera possible de grandement remédier à ce problème, mais encourage les supérieurs et les autorités à se pencher sur une question qui relève des attitudes des gens. Il souhaite que tout le monde puisse se sentir à même d’intervenir dans de telles situations.
HS/lun/A18, AL/lun/A15

Le commandant des forces armées finlandaises ordonne l’instauration d’une formation pour l’égalité dans l’armée
Le commandant des forces armées finlandaises, Jarmo Lindberg, a pris position sur la discussion sur le harcèlement des femmes dans l’armée dont il a beaucoup été question ces jours-ci.
Il vient d’instaurer, au sein de l’armée, une formation ayant pour but de rappeler au personnel et aux appelés les principes de l’égalité et de l’équité.
« Nous ne pouvons accepter ni harcèlement sexuel, ni discrimination, ni aucun autre comportement déplacé qui doivent absolument être dénoncés », a précisé le commandant Lindberg.
Selon une information d’YLE, la semaine dernière, une femme sur quatre affirme avoir subie du harcèlement à l’armée pendant leur service militaire.
AL2.12/A15

Réforme des services sociaux et de la santé

M. Sipilä tient à la réforme
M. Sipilä a défendu la réforme des services sociaux et de la santé lors de l’heure de questions du Premier ministre, diffusé par Yle, hier. Il rappelle que les partis du gouvernement sont engagés dans la réalisation du plus grand projet depuis la guerre.
Il tient à ce que les élections régionales soient organisées à l’automne 2018.
Il souhaite par contre empêcher les communes en Laponie du sud-ouest de délocaliser leurs soins vers des acteurs privés.
Le Premier ministre a également évoqué l’exclusion sociale qu’il considère comme un des plus grands problèmes de la Finlande.
HBL/lun/8

Loi sur le renseignement

Retard du projet de loi sur le renseignement
Helsingin Sanomat rapporte que les différents ministères n’ont pas réussi à terminer la rédaction du projet de loi sur le renseignement qui devait être prêt fin novembre.
Selon la présidente du conseil d’évaluation des projets de loi, Leila Kostiainen, aucune date n’a été annoncée.
Le quotidien avait relevé début septembre que les différents ministères devaient modifier considérablement le projet après la phase consultative.
HS/sam/A16

Police

Surveillance des évènements de grand public
Helsingin Sanomat relève qu’à partir du 1er décembre, la police a plus de droits dans la surveillance de la sécurité des évènements de grand public. La police a par exemple le droit d’utiliser ses chiens détecteur ou renifleurs, ce qui n’a pas été autorisé avant.
HS/sam/A25

Vendredi 1er décembre 2017

Politique étrangère et européenne

Défense - Sécurité

Sondage : Les Finlandais, la défense et l’OTAN
Le sondage réalisé par le Comité de communication de la défense nationale révèle que le nombre des Finlandais favorables à l’adhésion à l’OTAN a diminué de 3% depuis 2016 où, un Finlandais sur quatre se déclarait pour l’adhésion contre 22% cette année. Le taux des pro-adhésions était au plus haut en 2014 avec 30%.
Les plus critiques vis-à-vis de l’OTAN sont les jeunes âgés de 25 à 34 ans avec seulement 13% d’avis favorables.
Un consensus semble régner au sujet du service militaire obligatoire car 80% de la population finlandaise le considère comme incontournable. Par contre, seuls 16% des Finlandais obligeraient les femmes à effectuer le service militaire.
HS30/A11

Un uniforme de combat identique pour tous les pays nordiques
Les forces armées suédoises, norvégiennes, danoises et finlandaises ont lancé le projet d’une acquisition commune d’uniformes de combat identiques pour les quatre pays. Le projet d’un montant global de 290 à 425 millions d’euros, dont la part finlandaise représente environ 50 à 65 millions, devrait permettre l’utilisation de ces uniformes identiques en 2020.
AL30.11/A18

Des soupçons de corruption pour Saab en Suède
La direction de la société suédoise Saab est accusée de corruption au sujet des 28 chasseurs Jas Gripen vendus en Afrique du Sud en 1999. Il s’agit du même type d’engins que Saab propose à l’armée finlandaise pour remplacer les Hornet F-18.
www.hs.fi

UE-Afrique

Éditorial : « L’immigration domine les échanges entre l’Afrique et l’UE » KS

Politique intérieure

Présidentielle

Sondage
M. Niinistö serait élu au premier tour ?
Selon un sondage d’Yle, la popularité du Président actuel, Sauli Niinistö, continue à augmenter et s’élève à 80 %. Celle des autres candidats a baissé. Johanna Vuorelma de l’Université de Helsinki considère les chiffres tout à fait historiques et rappelle que jusqu’à présent, il y a toujours eu deux tours à la présidentielle. À la lumière de ces chiffres, la perspective d’un 2e tour semble s’éloigner.
D’habitude, la popularité du Président en fonction a tendance à diminuer à l’approche de l’élection, mais cette fois, la situation est inverse.
M. Haavisto (Verts) arrive en deuxième position avec 10 % d’intentions de vote, contre 14 % en octobre.
Les Vrais Finlandais sont les seuls à s’affirmer plus sûrs de voter en faveur de leur candidat que pour M. Niinistö. Laura Huhtasaari recueille ainsi 4 % des intentions de vote. Les autres candidats stagnent autour d’1 ou 2 %.
Erkka Railo de l’Université de Turku estime lui aussi qu’il est vraisemblable que M. Niinistö l’emporte dès le premier tour.
Pour lui, la popularité du Président actuel doit beaucoup aux tensions actuelles sur la scène internationale. « Dans une situation tendue, les gens cherchent la sécurité à travers un leader fort. C’est un phénomène psychologique universel. » M. Railo note que les Finlandais ont confiance en la politique étrangère du pays, qu’incarne le Président Niinistö. Cela lui confère une certaine immunité qui, dans une large mesure, le fait échapper aux critiques.
Uusisuomi.fi, HS

Sans papiers

Helsinki a décidé d’élargir les soins prévus aux personnes résidant en Finlande sans permis
Le conseil municipal d’Helsinki a décidé, par 45 voix contre 39, d’élargir l’accès aux soins de santé prévus pour les sans-papiers. Le Rassemblement national et les Vrais Finlandais s’y sont opposés et le PSD était divisé alors que les Verts, l’Alliance des gauches, le parti suédois, le Centre, le Parti féministe et le Parti de piratage ont soutenu la décision.
Jusqu’à présent, les sans-papiers avaient droit aux soins urgents, mais désormais, il s’agit également de leur offrir les soins indispensables comme les vaccins et les médicaments pour une maladie chronique, par exemple. Les services seront désormais les mêmes que pour les demandeurs d’asile, mais restreints par rapport aux résidents.
Le ministère de l’Intérieur évalue à 1000 à 2000 le nombre de sans-papiers en Finlande, dont quelques centaines à Helsinki.
Le coût des soins des sans-papiers est évalué entre 0,5 et 1 million d’euros.
Un groupe de travail étudie actuellement la prise en charge des sans-papiers et des demandeurs d’asile et devra remettre son rapport en décembre.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat se félicite de cette décision qui, en améliorant la prévention des maladies contagieuses et en évitant des hospitalisations inutiles, devrait s’avérer bénéfique à long terme tant sur les plans sanitaire que financier.
HS/A5, A19

Partis politiques

La popularité du PSD et des Vrais Finlandais en hausse
Yle publie les résultats d’un sondage sur la popularité des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus. Le Rassemblement national, qui était redevenu le plus grand parti en mars dernier lors de la campagne des élections municipales, conserve la première place même si la popularité du numéro deux, le PSD, est en hausse. La popularité des Vrais Finlandais est celle qui a le plus augmenté en novembre (+ 1,5 %), et dépasse à présent l’Alliance des gauches.
Le Rassemblement national obtient un score de 22,5 % (une baisse de 0,5 % par rapport à septembre), suivi du PSD qui obtient 19,7 % (+1,3 %) et du Centre qui stagne à son niveau d’octobre, 17,4 %.
L’Alliance verte arrive quatrième avec 14,2 % (+0,2 %), avant les Vrais Finlandais à 8,4 % (+1,5 %) et de l’Alliance des gauches qui a perdu 1 % et n’obtient plus que 8 % d’intentions de vote.
Les Chrétiens-démocrates culminent à 3,6 % (+0,2 %) et le Parti suédois à 3,5 % (-1,4 %). L’Avenir bleu obtient 1,1 % (-0,2 %).
Selon l’analyse d’Yle, la stratégie d’opposition forte du PSD a amélioré sa popularité même si les perspectives économiques plutôt bonnes auraient logiquement dû profiter aux partis du gouvernement.
Le sondage a été effectué entre le 1er et le 28 novembre auprès de 2 963 Finlandais.
Yle

Néo-nazis

Le tribunal de grande instance a interdit deux organisations néo-nazies
Helsingin Sanomat rapporte que le tribunal de grande instance de Pirkanmaa a interdit jeudi deux organisations néo-nazies, PLV (« mouvement nordique de résistance ») et sa filiale Pohjoinen Perinne (« tradition septentrionale »).
Selon la décision de justice, l’organisation mène des objectifs qui sont en contradiction avec les valeurs démocratiques, par des moyens illégaux et contraires aux bonnes mœurs. L’organisation injurie et calomnie des groupes ethniques et incite à la haine.
Selon la décision, l’activité de l’organisation ne peut prétendre bénéficier du droit à la liberté d’association et à la liberté d’expression, en ce qu’elle viole les droits humains fondamentaux.
HS

Manifestation devant l’ambassade de Finlande en Suède
Helsingin Sanomat relève qu’un groupe néo-nazi a manifesté jeudi devant l’ambassade de Finlande à Stockholm. La raison de la manifestation est très probablement liée à la décision d’interdire l’organisation néo-nazie PLV.
HS

publié le 08/01/2018

haut de page