Décembre 2015

Jeudi 31 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Crise migratoire

Propos de M. Orpo
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, rappelle que les raisons de devenir réfugié n’ont pas disparu et qu’il n’y a pas lieu de penser que les flux d’arrivants vont tarir. Il estime que la pression pour l’immigration clandestine pourrait repartir à la hausse au printemps.
M. Orpo rappelle que toutes les instances devront œuvrer plus, la clef étant de trouver les solutions aux situations des pays de départ et d’aider les gens sur place.
Kaleva/mer/12-13

Fiscalité

La Finlande envisage d’imposer les retraités finlandais installés en France
Après des conventions fiscales avec l’Espagne et le Portugal, la Finlande vient d’entamer discrètement des négociations sur l’imposition des retraites des ressortissants finlandais installés en France.
La précédente convention fiscale, qui a été conclue avec la France en 1970, semblait ignorer les pertes fiscales provenant des grosses retraites touchées par les directeurs généraux finlandais. Par ailleurs, le quotient familial,particularité fiscale française, permet aux couples de payer bien moins d’impôts qu’en Finlande. Ainsi, un directeur touchant une retraite confortable paiera en France un impôt de plusieurs dizaines de milliers d’euros inférieur à celui qu’il paierait en Finlande.
Le nombre des Finlandais ayant élu domicile en France a doublé en dix ans. A la fin de l’année 2014, 431 Finlandais touchaient une retraite d’une moyenne de 1 954 euros mensuels en France.
Ces retraités finlandais de France sont généralement des entrepreneurs, des cadres et des directeurs généraux bien payés.
HS/A30

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage sur l’audience
Selon les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte d’Yle par l’institut Taloustutkimus, le PSD se trouve en première position avec un score de 22,7 %. Le Centre arrive deuxième avec 21,4 % des intentions de vote, suivi du Kokoomus, 18,7 %.
L’Alliance verte est quatrième (11,7 %), devant les Vrais Finlandais (8,9 %) et l’Alliance des gauches (7,3 %).
L’audience du Parti suédois s’élève à 3,9 % et celle des Chrétiens-démocrates à 3,4 %.
Yle rappelle que le PSD n’a pas figuré au premier rang depuis 2008.
Yle, HS

Rassemblement national

Editorial : l’automne a épuisé Alexander Stubb
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la motion de censure qui a visé le ministre des Finances, M. Stubb, a peut-être plus pesé sur lui qu’il ne l’a souhaité montrer. L’incident de Tampere, où on a versé un soda sur lui, l’a peut-être marqué. L’éditorialiste rappelle que cet été, les vitres de son domicile ont été vandalisés. Son sentiment de sécurité a été ébranlé, alors que traditionnellement, les hommes politiques étaient laissés tranquilles en Finlande.
Concernant l’éventualité du renouvèlement de son mandat à la tête du parti, l’éditorialiste relève que le ministre de l’Intérieur M. Orpo est souvent évoqué comme un éventuel successeur, ainsi que M. Vapaavuori, ancien ministre de l’Economie, qui a déjà dit qu’il n’était pas exclu qu’il revienne en Finlande de la BEI.
HS/A4, mer/A21

Sûreté nationale

Neuf candidats à la direction de la Supo
Neuf personnes, dont l’actuel chef, M. Pelttari, et les chefs adjoints MM. Knape et Kolstela, ont présenté leur candidature à la tête de la Sûreté nationale.
M. Salmi qui était en congé de ce poste pour diriger le centre de situation
(SITCEN) de l’Union européenne, a été nommé à la tête de la direction Sécurité de la Commission européenne.
HS/A10

Amnistie

Le Président Niinistö amnistie moins que ses prédécesseurs
Cette année, le Président Sauli Niinistö a amnistié quatre personnes condamnées pour des crimes liés à la drogue, dont trois pour des crimes aggravés. Avant cela, il n’a pas utilisé son droit de grâce concernant des crimes aussi graves.
Durant les trois années précédentes de sa présidence, M. Niinistö a amnistié au total cinq personnes.
Cette année, 70 condamnés avaient présenté des recours en grâce.
Helsingin Sanomat relève que les prédécesseurs de M. Niinistö ont amnistié nettement plus de personnes, mais en même temps, il y a eu nettement plus de recours en grâce aussi durant leurs mandats.
HS/mer/A8

Société

Portrait : le dessinateur Ville Ranta n’a pas peur des discours de la haine
L’atmosphère générale a changé en Finlande cette année. Les attaques aux bouteilles incendiaires volent ici et là, des conseils circulent dans les médias sociaux pour mieux mettre le feu dans un centre d’accueil pour immigrés. Les Finlandais qui agissent si souvent anonymement, ne se gênent plus pour se lancer les pires ordures à visage découvert et en leurs propres noms.
Voulant jouer avec les tournures utilisées dans les médias pour qualifier les deux extrémités des discours de la haine, le dessinateur humoriste Ville Ranta vient d’écrire un essai dans lequel son alter ego souhaite passer une année entière sans inimitié avec un personnage nazi imaginaire. Selon Ranta, il s’agit d’une prise de position par rapport à la nécessité de chaque extrémité d’aller à l’encontre de l’autre, ce qui, selon lui, n’est pas possible. Dans son essai, les tentatives de dialogue s’écroulent sous l’impossibilité de s’atteindre.
« Après les attentats de Paris, j’ai fait un dessin critiquant les critiques de la politique de l’immigration après quoi je me suis retrouvé, pendant une semaine, dans l’œil du cyclone », explique Ranta. Il a été submergé par des commentaires désagréables et notamment des liens internet vers deshorreurs commises par les combattants de Daech.
Le dessinateur estime que si nous souhaitons exprimer nos opinions, nous devons désormais apprendre à vivre avec ce discours de la haine car il pense qu’il n’est pas prêt à disparaitre.
Néanmoins, il ne se plaint pas de ces retours venimeux. « Je suis la bonne cible et c’est normal car je provoque. Je n’ai absolument pas l’intention de me poser en victime. »
Il n’a pas peur non plus : « Je pense que les racistes des pages web ne sont pas des gens effrayants. Ce sont des énergumènes ordinaires. »
HS/B4

Heures d’ouverture

Le Président a consolidé la nouvelle législation
Le Président Sauli Niinistö a consolidé, hier, la loi qui met fin à la régulation des heures d’ouverture des magasins et des salons de coiffure à partir du 1er janvier 2016.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle qu’il faudra suivre de près les conséquences de la libéralisation et relève que le syndicat du secteur des services, Pam, a exprimé son souci pour les arrangements de garde d’enfant des employés.
HS/A5

France – Finlande

Cinéma

Floride
Les journaux rendent compte de la sortie en Finlande du film de Philippe Le Guay, Floride.
HBL/29

Champagne et mousseux

« Luxe pas cher »
Bulles pour le Nouvel An
Helsingin Sanomat présente les dix champagnes les moins chers de la sélection d’Alko, dont deux obtiennent cinq étoiles.
Hufvudstadsbladet qui présente des champagnes et des vins mousseux accorde quatre étoiles à deux champagnes.
HS/C8-9, HBL/33

France

Littérature

Mersault, contre-enquête
Helsingin Sanomat présente le livre de Kamel Daoud et rappelle que l’Etranger d’Albert Camus est toujours d’une actualité brûlante.
HBL/29

Mercredi 23 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Euro

Les Finlandais toujours favorables à l’euro
En cas de référendum, 54% des Finlandais voteraient pour le maintien de la Finlande dans la zone euro contre 31% qui voteraient pour son départ.
Néanmoins 44% des Finlandais estiment que la Finlande s’en sortirait mieux économiquement sans l’euro.
Yle

Défense

Polémique sur la directive sur les armes semi-automatiques
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rappelle que le ministère de la défense a lui-même définit que si le tir sportif « ne saurait être un motif pour autoriser le port de n’importe quelle arme ». Dans ce contexte, l’éditorialiste critique les réactions des ministres de la défense et de l’Intérieur MM. Jussi Niinistö et Petteri Orpo qui ont signé une lettre aux eurodéputés finlandais pour affirmer que l’interdiction des armes semi-automatiques aurait des effets significatifs sur la défense finlandaise.
L’éditorialiste rappelle que ce loisir ne concernerait qu’une infime partie de la réserve finlandaise.
HS

Critiques contre le projet d’obliger les soldats à participer à des opérations extérieures
Dans le cadre du changement de législation qui permettrait à la Finlande de participer militairement à l’assistance à un autre pays européen, le ministre Jussi Niinistö a déclaré que l’on pourrait obliger les soldats à participer à de telles missions.
L’association des sous-officiers critique ce projet.
« Actuellement, les soldats de métiers se sont orientés vers cette voie pour défendre la Finlande. Cette obligation modifierait cette orientation. Or, ils ne le savaient pas pendant leur recrutement », argue le président de l’association des sous-officiers, M. Oranen. « Je suis très réservé sur une telle obligation. Le soldat sera confronté à des situations imprévues dans lesquelles même sa vie serait en danger ». C’est pourquoi M. Oranen estime qu’il faudrait privilégier un modèle dans lequel la participation à de telles missions serait basée sur le volontariat.
Le président de l’association des officiers pour sa part estime qu’il faudrait préciser qui serait concerné par une telle obligation de servir dans des missions à l’étranger. Il se demande notamment s’il y a une rupture d’égalité si une telle obligation ne touche que les miltiaires professionnels et non d’autres professions.
Yle

Migration

M. Soini pour les accords de renvois au niveau européen
Le Ministre des Affaires étrangères souhaite des accords de renvoi au niveau européen avec les pays tiers comme l’Irak et l’Afghanistan.
M. Soini estime que si la Finlande n’arrive pas à obtenir un accord de renvoi avec l’Irak (dont la Suède dispose), la Finlande pourrait revoir les aides qu’elle accord à l’Irak et l’Afghanistan.
AL

Politique intérieure

Politique

M. Soini boycotte Huvudstadsbladet
Le Ministre des Affaires étrangères et président des Vrais Finlandais a déclaré à la presse suédophone de Finlande qu’il ne donnerait pas d’interview à Hufvudstadsbladet et aux autres journaux du groupe parce que ces médias feraient des allusions à un possible racisme de M. Soini.
Le rédacteur-en-chef de Huvudstadsvbladet souligne que les politiciens doivent accepter la critique. « Cela a été difficile pour M. Soini et d’autres Vrais Finlandais. Les médias ont peut-être traité ce parti avec trop de mansuétude », dit-il.
Hbl

Entreprises d’Etat

Affaire Finavia : vers un départ de la ministre des transports
Kauppalehti écrit que l’intervention de la ministre des Transports pour faire cesser les poursuites contre l’ancienne direction de Finavia était exceptionnelle. Le journal se demande si cette affaire ne va pas conduire à un départ de la Ministre.
KL

Emploi

Le chômage stagne
Selon l’institut des statistiques, le chômage se maintient à 8,2%, soit au même niveau qu’il y a un an.
AL

Finances

La FIVA s’inquiète de l’endettement des ménages
L’organisme de surveillance financier Fiva a exprimé son inquiétude concernant l’endettement des ménages en matière de prêts immobiliers ; Selon la Fiva, les banques devraient prendre plus en compte ce risque dans le taux qu’elles accordent aux ménages.
HS

Exportations

La Finlande exporte de moins en moins vers la suède
Les exportations vers la Suède ont chuté de 15% sur les huit premiers mois de l’année relève Kauppalehti.
KL

France

Cinéma

Sortie de Marguerite
Kesksisuomalainen publie une critique élogieuse de marguerite, nouveau film avec Catherine Frot.

Climat

Le réchauffement menace les vignobles
Keskisuomalainen publie un reportage sur le beaujolais où les vignobles sont menacés par le réchauffement climatique.
KS

Mardi 22 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Migration

Les migrants viennent désormais par la mer
De moins en moins de migrants arrivent quotidiennement en Finlande. Seulement environ 50 par jour dont la moitié vient par bateau d’Allemagne (de Travemünde). Une dizaine viennent de Russie au Nord-est de la Finlande.
Il y a environ 140 centres d’accueil dans toute la Finlande.
Le centre d’enregistrement ouvert en septembre à Tornio a enregistré plus de 15 000 personnes.
Sur les onze premiers mois de l’année, ont été prises 2817 décisions de renvois. Chaque jour, ce sont 11 nouvelles décisions de ce type qui sont prises.
HS KS

Défense

Le Pohjanmaa envoyé à la casse
Le navire Pohjanmaa qui avait été modernisé en 2011 pour participer à l’opération Atalanta va finalement pêtre envoyé à la casse par la Marine Finlandaise.
L’armateur de Turku Alfons Håkans regrette que la défense finlandaise ait rejeté son offre d’acquérir le bâtiment pour 350 000 euros.
TS

Aide au développement

L’attente après le choc
Après le choc constitué par le programme gouvernemental qui prévoit des coupes dans le budget de l’aide au développement, les ONG du secteur sont dans l’attente de savoir comment elles vont fonctionner l’année prochaine. De nombreux plans sociaux ont dé jà été mis en œuvre.
Ainsi Kepa a licencié 33 personnes et fermé 2 de ses 4 bureaux à l’étranger.
L’aide de l’église à l’étranger a licencié 15 personnes et fermé 5 programmes.
L’associaiton Fida a licencié 22 personnes, supprimé 33 missions et diminué 18 projets.
L’ONG World vision a supprimé 15 ETP.
L’ONG Plan Finland a supprimé 15 ETP et mis fin à 3 projets.
Le CMI de M. Ahtisaari a supprimé 9 postes et diminué son fonctionnement dans de nombreux bureaux à l’étranger.
TS

Politique intérieure

Social

Le syndicat du transport AKT prêt à des mouvements de grèves
Selon un sondage réalisé auprès de dirigeants du syndicat AKT des transports, 81% des chefs de section qui ont répondu se disent prêts à des mouvements de grèves au printemps 2016 si le gouvernement réalise ses projets de lois dans le domaine du travail.
TS AL

Entreprise d’Etat

Enquête de l’Inspection des Finances sur Finavia
L’inspection des Finances de l’Etat a commencé une enquête sur les raisons pour lesquelles l’entreprise d’Etat Finavia (qui gère les aéroports de Finlande) avait abandonné toute poursuite contre ses précédents dirigeants qui avaient réalisé des pertes de 34 millions d’euros en investissant dans des produits dérivés.
L’inspection veut vérifier que les personnes qui ont décidé de l’abandon de ces poursuites n’étaient pas liées à cette affaire.
Selon HS, l’abandon de ces poursuite a été décidé après une intervention de la ministre des Transports, Mme Berner. C’est pour protester contre cela que la nouvelle direction de Finavia vient de démissionner.
HS

Transport aérien

16 millions de voyageurs à Helsinki-Vantaa
L’aéroport d’Helsinki-Vantaa a enregistré un nouveau record avec plus de 16 millions de voyageurs cette année.
En termes de liaisons avec l’Asie, l’aéroport d’Helsinki-Vantaa est le cinquième en Europe. Chaque semaine sur la centaine de vols longs courriers qui quittent la Finlande, 85 vont en Asie et 15 aux Etats-Unis.
Finavia va lancer un programme d’agrandissement de l’aéroport de 900 millions d’euros qui devra être inauguré en été 2017.
Finavia.fi

Santé

Les Finlandais meurent plus tôt que leurs voisins nordiques
Selon le programme nordique Nora, parmi les hommes nés dans les années 1910, seulement 24% des Finlandais ont atteint l’âge de 75 ans contre 49% des Suédois et 42% des Danois.
En ce qui concerne les femmes l’écart est aussi sensible : 47% des Finlandaises ont atteint l’âge de 75 ans contre 67% des Suédoises et 61% des danoises.
TS

Solstice

Le jour le plus court
Aujourd’hui est le jour le plus court avec seulement 5 heures 49 minutes de jour à Helsinki et 2 heures 15 minutes de jour à Rovaniemi.
Dès demain, les jours rallongent !

France

Musées

Rodin… et bien d’autres musées à visiter à Paris
Helsingin Sanomat publie un reportage de Vesa Sirén sur le musée Rodin à Paris. Il relève aussi que l’exposition Rodin sera ouverte au Musée Ateneum d’Helsinki le 5 février. Y sera aussi exposée une œuvre de camille Claudel.
Vesa Sirén conseille aussi de se rendre à paris pour voir d’autres expositions :
-  Anselm Kiefer au centre Pompidou
-  Climats artificiels à la fondation EDF
-  Picassomania au Grand Palais
-  La prostitution dans les arts au Musée d’Orsay
HS

Lundi 21 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Conseil européen – Crise migratoire

Vers des gardes-frontières européens
Turun Sanomat rapporte que la proposition de créer un groupe de gardes-frontières européens a été bien accueillie au Conseil européen.
Le quotidien relève toutefois que cette idée suscite des débats car les Etats membres ne veulent pas abandonner leur souveraineté. C’est pourquoi il est imaginé que ce corps de gardes-frontières soit placé sous le commandement du pays dans lequel ils interviennent.
Le Premier ministre, M. Sipilä, a déclaré que « la Finlande était prête à envisager aussi des moyens pour obliger un Etat membre à demander une assistance [pour la surveillance de ses frontières]. Mais bien sûr en priorité il faut que chaque Etat réponde de ses frontières et décide lui-même de l’assistance dont il a besoin ».
TS

Migration

Plus de 32 000 demandeurs d’asile
Selon l’office des étrangers, 40 demandeurs d’asile se sont inscrits dimanche. Depuis le début de l’année, le total s’élève à plus de 32 000.
Par ailleurs, MTV rapporte que certains ont décidé de repartir avant même d’attendre la fin de la procédure. Environ 1500 personnes auraient décidé de repartir. Il s’agirait principalement d’Irakiens.

Politique intérieure

Gouvernement

Baisse d’audience de M. Sipilä et de son gouvernement
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, en moins de six mois, le nombre de personnes défavorables au Premier ministre M. Sipilä a plus que doublé, passant de 14% à 37%. Dans le même temps, le nombre de personnes favorables a diminué de 60% à 36%.
Le nombre de personnes qui pensent que le gouvernement réussit dans sa tâche a diminué de 40% à 24%.
HS

M. Sipilä opposé à une dévaluation fiscale
Le premier ministre a rejeté, hier, l’idée d’une hausse de TVA pour compenser la baisse des charges des employeurs. Selon lui, cela serait injuste pour les retraités, chômeurs et autres personnes à faibles revenus. Il estime qu’il faut que les travailleurs compensent la baisse de charge des entreprises.
HS

Transport

Libéralisation du transport routier
La ministre des Transports Anne Berner a défendu la libéralisation du transport routier de marchandises qui, selon elle, est imposée à la Finlande par la Commission.
Actuellement, les transporteurs routiers européens en Finlande n’ont droit, au titre du cabotage, qu’à réaliser dix transports en trois mois. La Commission juge qu’il s’agit d’une limitation trop stricte, c’est pourquoi la Finlande va élargir le cabotage ne le limitant plus qu’à trois transports par semaine.
Le syndicat des transports critiques cette proposition.
Le secteur emploie environ 100 000 personnes en Finlande.
Mme Berner fait remarquer qu’elle n’est pas favorable à l’augmentation de la concurrence dans ce secteur mais que la réglementation européenne l’y contraint.
La ministre fait aussi remarquer que la libéralisation devrait avoir pour conséquence d’augmenter l’offre de transport et de diminuer les prix, ce qui devrait profiter à l’ensemble de l’économie.
Pour protéger les transporteurs finlandais, le ministère réfléchit à imposer des pneus d’hiver à tous les camions. Il est aussi étudié l’introduction d’une vignette qui serait toutefois remboursée aux transporteurs finlandais.
HS

France - Finlande

Exposition

Cartier-Bresson
Helsingin Sanomat recommande pendant les vacances d’aller voir l’exposition Henri Cartier-Bresson à Ateneum.
HS

France

Musique

Centenaire Edith Piaf
A l’occasion du centenaire de la naissance d’Edith Piaf, les journaux finlandais publient des articles sur la fameuse chanteuse de l’Hymne à l’amour.
Sa biographie a été publiée cette année en finnois, traduite par Nina Sironen chez Art House.
HS

Vendredi 18 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Emploi des personnes d’origine immigrée

Le taux d’emploi des personnes ayant vécu en Finlande depuis dix ans se rapproche de celui des Finlandais de souche
Selon une étude effectuée par l’Institut national d’études statistiques, l’Institut de médecine du travail et l’Institut de santé publique THL sur l’emploi et le bien-être des personnes d’origine étrangère en Finlande, les hommes ayant résidé en Finlande depuis plus de dix ans ont à peu près le même taux d’emploi que les personnes d’origine finlandaise.
Pour l’ensemble des immigrés, l’écart devient plus important. En 2014, le taux d’emploi des immigrés de 20 à 64 ans était de 64 % par rapport à 74 % concernant les Finlandais de souche.
Les immigrés estoniens ou venant des autres pays de l’UE ou de l’AELE, ou de l’Amérique du Nord, et disposant d’une formation supérieure trouvent le plus facilement du travail. Des connaissances linguistiques et notamment du finnois ou du suédois sont un atout.
Les personnes arrivées en tant que réfugiés ont plus de mal : parmi eux, même après dix ans, une sur deux travaille.
Les femmes d’origine étrangère ont le plus de mal à trouver du travail. Cela concerne surtout les femmes ayant longtemps élevé leurs enfants au foyer. Des connaissances linguistiques faibles, le manque d’expérience et le faible taux de formation sont les principaux obstacles à leur entrée sur le marché du travail.
Ce sont surtout les secteurs des services qui emploient les personnes d’origine immigrée. Les CDD et les contrats à temps partiel sont courants pour eux.
En 2014, il y avait 230 000 personnes d’origine immigrée en Finlande. Cela représente 6 % de la population (contre 1 % en 1990).
Les liens familiaux sont la première raison pour s’installer en Finlande. Plus de la moitié des immigrés viennent pour la famille, 18 % pour le travail. 11 % viennent comme réfugiés et 10 % pour les études.
HS/A17, KS/9

Conseil européen – Crise migratoire

Propos de MM. Sipilä et Soini
Le Premier ministre, M. Sipilä, constate qu’étaient réunis à Bruxelles, hier, les pays qui se sentent le plus concernés par la crise migratoire et qui ont le plus intérêt de mettre en place une coopération avec la Turquie.
Pour lui, la Turquie n’a pas pour l’instant fait suffisamment preuve de volonté de coopérer. M. Sipilä estime qu’en ce moment, les Etat membres sont en compétition pour savoir lequel d’entre eux aurait le moins d’attrait aux yeux des réfugiés.
M. Soini, ministre des Affaires étrangères, pose la question de la solidarité. Pour lui, on en attend des pays nordiques, lorsqu’il faut de l’argent, mais maintenant que le Nord aurait besoin d’aide, la solidarité se fait rare.
M. Soini relève que la Finlande participe aux négociations sur les accords de retour avec l’Irak et l’Afghanistan concernant les personnes n’ayant pas obtenu d’asile. Ces négociations n’ont pas abouti et M. Soini estime que l’UE serait dans une meilleure position pour négocier que la Finlande.
KS/10

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD est redevenu le plus grand parti politique
Selon les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du quotidien Helsingin Sanomat par l’institut TNS-Gallup, le PSD a dépassé de justesse le Centre et se trouve en première position avec un score de 21,1 %. Le Centre arrive deuxième avec 20,9 %, suivi du Kokoomus, 17,7 %.
L’Alliance verte est quatrième (11,3 %), avant les Vrais Finlandais (10,8 %) et l’Alliance des gauches (8,4 %).
L’audience du Parti suédois (4,3 %) et des Chrétiens-démocrates (3,5 %) n’a pas bougé depuis novembre.
Le politologue Sami Borg rappelle que l’audience du PSD a commencé à augmenter en septembre quand les syndicats ont manifesté contre le gouvernement.
Le sondage a été effectué auprès de 2 424 personnes entre le 16 novembre et le 10 décembre.
HS/A6

Editorial : « Le PSD attend les élections comme les enfants attendent Noël »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que le PSD et le Centre sont à quasi égalité selon le dernier sondage mais la première position est importante d’un point de vue psychologique pour les sociaux-démocrates.
L’éditorialiste estime que l’audience du PSD augmente surtout parce que les électeurs sont mécontents de la politique menée par le gouvernement, particulièrement par les Vrais Finlandais.
HS/A3

Gouvernement

Pendant la période des vacances, la Finlande sera gérée par cinq ministres femmes
Helsingin Sanomat relève qu’en raison de la période des vacances, la Finlande sera dirigée entre le 28 décembre et le 8 janvier par cinq ministres – ce qui est la composition minimum d’un gouvernement finlandais – qui sont toutes des femmes.
Anu Vehviläinen, ministre des collectivités locales et de la réforme, remplacera le Premier ministre, parce que le Premier ministre Sipilä, le ministre des affaires étrangères Soini et le ministre des finances Stubb seront tous en congés.
Les ministre Lenita Toivakka, Sanni-Grahn-Laasonen, Hanna Mäntylä et Anne Berner travailleront avec Mme Vehviläinen.
Toutes les cinq ministres doivent être sur place pour atteindre le quorum nécessaire pour prendre une décision gouvernementale.
HS/A10

Droits de l’homme

Débat sur les propos de Mme Huhtasaari
Selon Helsingin Sanomat, les propos de Laura Huhtasaari, députée des Vrais Finlandais, ont suscité beaucoup de critiques. Mme Huhtasaari a écrit sur Twitter que les droits de l’homme ne sont pas destinés à protéger les terroristes ou criminels de guerre mais seulement à protéger les civils.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini n’a pas commenté les propos de sa députée. La vice-présidente du groupe parlementaire Ritva Elomaa par contre a été critique, soulignant qu’il s’agissait de propos de Mme Huhtasaari et non du parti.
Martin Scheinin, professeur en droit international, souligne que les droits de l’homme appartiennent à tous et que la notion de civil ne concerne pas vraiment les droits de l’homme mais la législation sur la guerre.
Le professeur rappelle que, selon le traité de l’ONU sur les réfugiés, les personnes ayant commis des crimes aggravés n’ont pas le droit au statut de réfugié. Elles ne peuvent toutefois pas être expulsées dans un pays où elles risquent la peine de mort ou la torture.
HS/A10

Défense nationale

Un élève officier tué lors de manœuvres de tir
Un élève officier est mort d’une balle tirée par un autre élève officier à Hanko. La police enquête sur le décès du jeune homme comme homicide involontaire aggravé.
En 2005, un appelé est mort suite à l’explosion d’une grenade lors d’un exercice.
KS/9

Economie

Le suédois Boliden investit en Finlande
Le groupe minier et métallurgique suédois Boliden investit dans la construction d’une usine d’acide sulfurique de 90 millions d’euros à Harjavalta en 2016-2019.
Le ministre de l’Economie, M. Rehn, estime que les nouvelles récentes sur des investissements importants sont le signe d’un germe de croissance. Il souligne toutefois l’importance de mesures supplémentaires pour soutenir les investissements.
HS/A31

Fennovoima
L’actionnaire Voimaosakeyhtiö SF derrière le groupe énergétique Fennovoima envisage de saisir la cour d’arbitrage concernant son différend sur le financement avec le groupe de grande distribution Kesko, qui s’est retiré du projet de construction d’un réacteur nucléaire. Voimaosakeyhtiö SF considère la promesse de financement de Kesko comme juridiquement contraignante.
HS/A34

Finavia

La crise s’aggrave à Finavia
Selon Helsingin Sanomat, encore un membre du conseil de surveillance de Finavia vient de démissionner. Pirkko Salminen, membre du conseil de surveillance depuis 2012, a démissionné mercredi, sans vouloir aucunement commenter sa démission.
La présidente du conseil de surveillance Riitta Tiuraniemi et deux autres membres ont démissionné récemment. Mme Tiuraniemi a protesté contre la ministre des transports Anne Berner qu’elle accuse de s’être immiscée dans le travail du conseil.
Finavia est une société entièrement possédée par l’Etat finlandais. Le conseil de surveillance est désormais présidé par Harri Sailas qui préside également le conseil de surveillance d’Alko.
HS/A30

France - Finlande

Gastronomie

Un nouveau bistro : Basso & Baskeri
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du nouveau bistro ouvert dans le quartier de Eira à Helsinki par Kalle Kiukkainen et le Français Nicolas Thieulon.
HS/NYT

Jeudi 17 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Directive sur les armes

La Finlande souhaite obtenir une exception nationale
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö (Vrais Finlandais), relève que les négociations concernant la directive européenne se passent dans un bon esprit. Le gouvernement estime que la Finlande pourrait obtenir une exception nationale en la matière et le ministre relève que cela a valu la peine de s’efforcer de peser sur la question au niveau politique et des hauts fonctionnaires.
Selon Jussi Niinistö, l’interdiction des armes automatiques pourrait mettre fin aux tirs d’entrainement des réservistes dans un cadre bénévole et détériorerait ainsi la défense nationale.
La directive aurait également un effet sur la chasse. La Grande commission soutient le gouvernement sur cette question et la commission de l’Agriculture souligne l’importance d’une exception pour ne pas restreindre la chasse.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, relève que d’autres pays, dont la République tchèque, la Suède, l’Allemagne, l’Espagne et la Grande-Bretagne, ont également des propositions de modification concernant la directive.
M. Jussi Niinistö affirme que si la directive est adoptée, il ne compte pas présenter sa mise en œuvre en Finlande. M. Orpo estime qu’il faudra régler la question pour ne pas avoir à considérer cette option.
Selon le ministère de l’Intérieur, il y a en Finlande environ 21 000 armes entrant dans le cadre de la directive.
Le Conseil européen évoquera la directive cette semaine. La Finlande y est représentée par le Premier ministre, M. Sipilä.
Si la proposition de la Commission passe, l’Etat devrait se charger du rachat des armes en question. M. Orpo relève que c’est prévu. Le rachat s’élèverait à des dizaines de millions d’euros, selon lui.
KS/10, HS/A12

Surveillance frontalière

La Finlande ne soutient pas la proposition de la Commission telle qu’elle
La Finlande souhaite maintenir le droit de décider elle-même si des troupes de surveillance frontalière européennes viennent protéger ses frontières. Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, relève que la Finlande souhaite que chaque Etat se charge de ses frontières en premier lieu lui-même.
La Finlande soutient toutefois le renforcement de la surveillance frontalière européenne. M. Orpo estime que le seuil pour qu’un Etat accepte une aide devrait être relativement bas.
Le Premier ministre, M. Sipilä, relève que la Finlande est prudemment favorable à l’idée d’envoyer des gardes-frontières dans un pays dans le cas où la situation en matière de surveillance pose des problèmes pour les autres pays.
KS/15

La part de la Finlande dans la réserve européenne serait de 40 gardes-frontières
Si la proposition de la Commission sur une réserve de gardes-frontières communs de 1500 gardes se réalise, la part de la Finlande s’élèverait à 2 %, soit 40 gardes-frontières.
Selon lieutenant-colonel du Corps des gardes-frontières M. Rytkönen, un tel nombre de gardes ne pourrait à présent pas être détaché pour des missions internationales. Des effectifs travaillent actuellement comme renfort de la police aux frontières au Nord et à l’Est.
AL/A7

Migration

Réunion de Copenhague
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre danois des affaires étrangères, Kristian Jensen, a invité sept pays membres de l’Union européenne, ainsi que la Norvège, à participer jeudi à une réunion afin d’étudier les possibilités de renvoyer les demandeurs d’asile dans leurs pays d’origine.
Il s’agit d’une réunion au niveau des fonctionnaires. La Finlande sera représentée par Jarno Syrjälä, directeur général au ministère des affaires étrangères. Selon M. Syrjälä, les participants comptent évoquer le développement de la migration.
HS/A29

Le député Eerola souhaite bloquer l’itinéraire de l’Allemagne vers la Finlande
M. Eerola, député vrai finlandais, souhaite bloquer l’itinéraire de demandeurs d’asile qui viennent en Finlande par des ferrys partant de l’Allemagne. Il a remis une question écrite au ministre de l’Intérieur sur le fait de savoir si la Finlande envisageait des conséquences pour les compagnies de ferry dans le cas où elles auraient négligé de contrôler les documents des passagers étrangers.
Une vingtaine de demandeurs d’asile par jour arrivent en Finlande par des ferrys.
AL/A7

Union bancaire

Critiques contre le 3ème pilier de l’union bancaire
Helsingin Sanomat relève que le développement de l’union bancaire et notamment la protection des dépôts seront au menu du prochain conseil européen. La Finlande est réservée sur les propositions de protection commune des dépôts. Selon le secrétaire d’Etat aux finances Tuomas Saarenheimo, il serait toutefois exagéré que la Finlande s’y oppose ou veuille freiner ce développement. La position officielle de la Finlande ne sera définie qu’en janvier. Il est toutefois clair qu’il y a une attitude réservée à ce sujet dans l’administration finlandaise, relève HS.
Le quotidien souligne qu’en Finlande, le secteur financier s’oppose fortement à la mise en place d’une protection commune des dépôts.
HS

Politique intérieure

Parlement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Aamulehti relève que le Parlement a renouvelé, par 126 voix contre 56, sa confiance au gouvernement jeudi au vote sur la motion de censure sur la préparation du registre des titres, déposée par l’Alliance des gauches et l’Alliance verte.
Les députés sociaux-démocrates ont également voté en faveur de la motion de censure, tandis que les députés du Parti suédois et des Chrétiens-démocrates ont soutenu le gouvernement.
AL/A12

Kokoomus

Selon M. Stubb, « le Kokoomus n’est pas une marionnette »
Selon Helsingin Sanomat, le président du Kokoomus Alexander Stubb, ministre des finances, a déclaré jeudi, devant les siens, que « le Kokoomus n’était pas un prolongement du ministère des finances ».
« Le Kokoomus n’est pas une marionnette d’une organisation ou d’un groupe de pression quelconque. Nous promouvons les valeurs, idées et idéologies que sont les nôtres », a déclaré M. Stubb en réponse aux critiques selon lesquelles le Kokoomus reçoit des propositions de lois de la confédération du patronat et de l’industrie EK et gère l’économie nationale sous la stricte direction des hauts fonctionnaires du ministère des finances.
M. Stubb a critiqué les économies dans la formation, soulignant que « le Kokoomus faisait partie des défenseurs de la culture aussi dans une situation économique difficile ».
M. Stubb s’inquiète de l’ambiance négative et pessimiste dans le débat finlandais.
HS/A14

Police

Déploiement des caméras corporelles
Selon Helsingin Sanomat, la police d’Helsinki commence à tester les caméras corporelles attachées aux vêtements des agents de police sur le terrain. Quelques dizaines de policiers portent des caméras pendant les tests.
Des caméras similaires ont déjà été utilisées en France et en Grande-Bretagne. Selon la police, cela a augmenté la sécurité dans ces pays.
HS/A23

Vrais Finlandais

Peine de mort – les Vrais Finlandais se dissocient des propos du député Hakkarainen
M. Hakkarainen, député vrai finlandais, a proposé que la peine de mort soit introduite en Finlande. Le groupe parlementaire du parti se dissocie de cette proposition.
Le président du groupe, M. Terho, constate que ces propos relèvent de l’opinion de M. Hakkarainen.
Des députés ont été outrés du fait que l’on exprime de tels propos au Parlement.
KS/15

Droits de l’homme – remise en cause par la députée Huhtasaari
Mme Huhtasaari, députée vraie finlandaise, estime que l’on abuse actuellement des droits de l’homme. Elle a écrit sur Twitter que les droits de l’homme sont prévus pour protéger les civils et non pas les terroristes, criminels de guerre ou autres.
Pour elle, c’est d’abuser des droits de l’homme si l’on fait de la Finlande un asile pour des combattants de Daech.
HS/A15

Economie

La construction navale se renforce
Rauma Marine construction a annoncé avoir réalisé une augmentation de capital de 19 millions d’euros ce qui devrait permettre de renforcer l’activité de construction navale à Rauma.
L’Etat finlandais a participé à cette augmentation de capital et est désormais actionnaire à 20% de ce chantier naval.
Aamulehti estime que l’on a besoin en Finlande du chantier de Rauma pour construire les brise-glace et renouveler la flotte militaire de la Finlande.
HS AL Dem

France - Finlande

Littérature

Laurent Binet
Helsingin Sanomat a publié une bonne critique du roman de Laurent Binet, HHhH, sorti en Finlande chez Gummerus dans une traduction de Taina Helkamo.
Demokraatti publie une critique signée de l’écrivain Karo Hämäläinen qui recommande le roman de Laurent Binet.
HS Dem

Musique

Mikko Franck à Paris
Le critique de musique classique Vesa Sirén publie un reportage sur les premiers mois de Mikko Franck à la tête de l’Orchestre de radio France.
Le chef finlandais relève qu’il a été marqué par les attentats de Paris. Il souligne toutefois que « Paris reste une des villes les plus sûres du monde ».
HS

Mercredi 16 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Points de vue
« Un nouvel espoir pour le monde à Paris » HS
Le conseiller de SITRA Oras Tynkkynen et le chercheur à UPI Antto Vihma publient dasn Helsingin Sanomat un billet dans lequel ils louent les négociations et l’accord de Paris sur le climat.
Les négociations de Paris ont montré qu’il était finalement possible de négocier avec succès à un niveau global sur le climat », soulignent-ils.
HS

« La politique climatique européenne doit être revue » KL
Kauppalehti estime qu’une fois que l’on mettra en application l’accord de paris, les anciennes fractures entre pays européens vont se rouvrir.
KL

Surveillance frontalière

Propos de MM. Soini et Orpo
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime que la proposition de la Commission européenne de créer un corps de gardes-frontières commun a « un arrière-goût fédéraliste ». Pour lui, la meilleure solution pour la Finlande est que ce soient les Finlandais qui défendent et surveillent la Finlande.
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, relève que le gouvernement définera sa position à l’égard de la proposition de la Commission l’année prochaine. Selon lui, le gouvernement est favorable à l’idée d’améliorer la surveillance frontalière commune. Il ne croit toutefois pas à des mécanismes contraignants. M. Orpo estime qu’il faudra prévoir une forte obligation pour des pays disposant de frontières extérieures d’accepter une aide s’ils ne sont pas capables de surveiller leurs frontières. Il faudra prévoir de bons mécanismes pour cela.
KS/14

Finlande – Russie

Tourisme
Selon l’enquête du secteur du tourisme et de restauration, la moitié des entrepreneurs ayant répondu au sondage estiment que le nombre de touristes diminue par rapport à l’année dernière concernant la saison des fêtes de fin d’année. Un tiers des entrepreneurs interrogés estiment que la situation reste stable, alors que 6 % s’attendent à une augmentation.
Cette année, les nuitées des touristes russes devraient diminuer de plus de 40 %. Les Russes représentent traditionnellement 20 % de toutes les nuitées des étrangers.
Les nuitées des touristes asiatiques ont augmenté de 20 %.
HS

Commission européenne

Nomination de Mme Astola
Helsingin Sanomat rapporte que la Commission européenne a nommé Tiina Astola (62 ans), secrétaire générale du ministère finlandais de la justice depuis 2007, au poste de directrice générale de la justice et des consommateurs à compter du 1er février 2016.
HS/A12

Politique intérieure

Parlement

Libéralisation des heures d’ouverture des magasins
Helsingin Sanomat relève que le Parlement a approuvé mardi la libéralisation des heures d’ouverture des magasins et des salons de coiffure par 145 voix contre 31. Le changement de loi entrera en vigueur à partir du 1er janvier ou au plus tard le 1er février 2016.
Le groupe S a immédiatement publié un communiqué pour annoncer de nouvelles heures d’ouverture plus longues de ses magasins. Douze magasins Prisma dans la région de la capitale seront ouverts jusqu’à 23 heures et deux S-market seront ouverts 24/24.
Le groupe K compte encore analyser la situation avant d’élargir ses heures d’ouverture.
HS/A6

Le droit à la garde d’enfant sera limité
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a approuvé jeudi, par 114 voix contre 65, la limitation du droit subjectif à la garde d’enfant. La loi entrera en vigueur à compter du 1er août mais les communes pourront décider elles-mêmes des restrictions.
HS/A11

Gouvernement

Paquet de lois sur le travail
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a décidé de prolonger le délai de la consultation sur le paquet de lois sur le travail jusqu’au 11 janvier 2016.
Le gouvernement avait demandé 49 avis et en a reçu 35 avant mercredi dernier. Cette semaine il y avait au total 40, inclus des avis que le gouvernement n’avait pas demandé.
Sur les six avis demandés à des experts du droit constitutionnel seulement le professeur Niklas Bruun a répondu. Les cinq autres experts sont les professeurs Mikael Hidén, Tuomas Ojanen, Kaarlo Tuori, Jaakko Husa et Veli-Pekka Viljanen.
M. Hidén critique le calendrier trop court pour rendre les avis. Il ne souhaite pas non plus prendre position écrite à cette phase s’il doit plus tard donner son avis devant la commission des lois constitutionnelles du Parlement.
HS/A11

Les dépenses de la justice augmentent en raison des demandeurs d’asile
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la justice Jari Lindström a annoncé mardi devant le Parlement que le gouvernement comptait augmenter le budget de la justice de 23,6 millions d’euros en 2016, en raison de l’augmentation des frais de la protection juridique des demandeurs d’asile.
Une centaine de nouveaux employés seront recrutés dans les tribunaux administratifs et trente à la Cour administrative suprême.
HS/A12

Le ministre de la défense n’approuve pas la directive sur les armes
Selon Helsingin Sanomat, le ministre de la défense Jussi Niinistö a déclaré hier au Parlement qu’il ne comptait pas proposer la mise en œuvre de la directive sur les armes si elle était approuvée par l’Union européenne.
Selon la position de la Finlande, le changement de la directive aurait un effet très négatif sur le travail bénévole dans le cadre de la défense nationale, la chasse et les collecteurs d’armes.
HS/A12

Augmentation des amendes
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a l’intention d’augmenter les amendes au printemps 2016.
L’augmentation fait partie du programme gouvernemental, dans le cadre des mesures d’ajustement structurel. L’Etat devrait encaisser des recettes supplémentaires de 63 à 68 millions d’euros par an.
Le projet signifierait que par exemple pour un excès de vitesse de 20 km/h l’automobiliste devrait payer une amende forfaitaire de 345 euros.
HS/A8

Radicalisation et discrimination

Selon des chercheurs, l’islamophobie offre un terreau fertile pour la radicalisation
Les musulmans de Finlande éprouvent une discrimination accrue
Selon un rapport préliminaire concernant une étude sur « la discrimination, la polarisation et la radicalisation », effectuée par les chercheurs de l’Université de Helsinki, Mme Karin Creutz, MM. Juha Saarinen et Marko Juntunen, l’atmosphère négative à l’égard des musulmans est la plus grande raison pour que des personnes quittent la Finlande pour rejoindre les rangs de Daech. Selon le rapport l’islamophobie propose un terreau fertile pour la radicalisation.
Mme Creutz relève que des personnes interrogées éprouvent que les musulmans sont étiquetés de terroristes dans le débat. Beaucoup de personnes craignent que l’atmosphère se détériore encore, et certains préfèrent partir en Syrie ou en Irak.
D’autres s’y rendent en raison d’un sentiment de solidarité à l’égard des combattants. Le rôle de la religion est minime, si ce n’est que les jeunes bien informés sur leur religion sont moins susceptibles de se radicaliser.
Selon les chercheurs, la radicalisation est le résultat de plusieurs facteurs. Des personnes moins bien loties, qui utilisent des drogues et qui ont des problèmes dans leur relation en couple ont un risque plus grand de radicalisation.
Dans la plupart des cas concernant des personnes partis dans la zone de conflit, elles y connaissaient quelqu’un.
Entre 70 et 100 personnes se sont rendus de Finlande dans les zones de conflit en Irak ou en Syrie en 2012-15. Certains sont partis pour aider les malades et blessés.

Selon le rapport, les attitudes se sont durcies depuis les quelques dernières années. L’islamophobie qui a commencé après les actes terroristes aux Etats-Unis en 2001, s’est renforcée avec les cruautés récentes. On fait le parallèle entre l’islam et le terrorisme.
Les musulmans estiment que la vie est devenue dure en Finlande, et que la plus grande raison pour la méfiance et la haine à l’égard d’eux est engendrée par certains hommes politiques et certains sites internet qui polarisent les opinions.
Répandre une méfiance profite aux groupements radicaux violents, qu’il s’agisse de musulmans radicaux ou de l’extrême droite violente.
Pour ce rapport, des proches de 14 personnes parties ont été interviewés et 13 d’entre eux ont rejoint Daech.
En 2013, 19 % des personnes de langue somalienne de Finlande en âge de travailler avaient un emploi. Concernant les arabophones, les chiffre s’élève à 27 %.
KS/5, HS/A20

Transports

Taxis Uber
La police d’Helsinki a récemment infligé des amandes à une trentaine de chauffeurs de taxis Uber pour défaut de licence prévue par la législation pour les taxis.
L’enquête sur la légalité des activités Uber (concernant la comptabilité et la fiscalité) a été menée à bien et selon la police, il n’y a pas lieu de soupçonner Uber de crime.
En ce qui concerne les licences, la police ne sait pas si la législation changera dans l’avenir.
HS/A21

France - Finlande

Energie

Un important investissement à Porvoo
Projet commun de Neste, Veolia et Borealis
Le groupe pétrolier Neste (40%), le groupe français Veolia (40%) et Borealis (20%) vont investir près de 400 millions d’euros dans une nouvelle centrale de chauffage et d’électricité à Porvoo, rapporte Helsingin Sanomat.
Le communiqué de Veolia :
http://www.veolia.com/fr/groupe/medias/actualites/finlande-veolia-neste-borealis-production-chaleur-electricite
HS

Mardi 15 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Déclarations de M. Tiilikainen
Le ministre de l’Environnement a souligné lundi que l’on ne permettrait pas des retours en arrière dans la lutte contre le changement climatique.
Il a encensé la capacité de l’UE à faire un front commun et à agréger des alliés dans cette négociation. « L’UE a montré pourquoi elle avait été crée. C’est une bonne entité pour résoudre les problèmes mondiaux. Il a aussi reconnu le talent de la présidence française d’écouter tous les points de vue.

« Un jackpot pour les entreprises » AL
« De nombreuses entreprises vont tirer profit de l’accord de Paris » HS
Aamulehti estime que le secteur du cleantech devrait connaître une forte croissance dans les années à venir.
HS AL

« Une facture énorme pour la métallurgie »KL
Kauppalehti craint que l’accoird de Paris ne signifie pour les grands groupes métallurgiques forts consommateurs d’énergie une facture très importante.

Editoriaux
« Des opportunités pour le cleantech » TS
« Une promesse d’un avenir meilleur » Kaleva
« D’importants marchés vont s’ouvrir grâce à l’accord de Paris » HS
« L’accord de Paris signifiera d’importants investissements » KL
« Les bonnes nouvelles de Paris » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que, dans le monde actuel, l’on peut sauver la planète si les décisions politiques prises permettent aux entreprises et aux industries de construire un marché qui mène le monde dans une bonne direction. L’accord de Paris comprend les mécanismes du marché et les droits mondiaux d’émissions. Il faut espérer que la combinaison mondiale d’un cadre éthique et d’activités commerciales visant les bénéfices réussira dans sa nouvelle mission obtenue à Paris.
Kaleva estime que l’accord de Paris est historique et que l’aspect principal en est le contrôle de la mise en œuvre des objectifs prévu tous les cinq ans.
Helsingin Sanomat relève que l’UE et la Finlande ont une avance en matière d’utilisation d’énergies propres et que cela pourrait leur ouvrir d’importants marchés dans le monde entier.
HBL HS Kaleva KL

Gestion de crise

Editorial : « La gestion de crise revue et corrigée » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que l’on a à plusieurs occasions demandé une assistance de crise à la Finlande et à de nombreux autres pays. Ces demandes rongent l’idée que la gestion internationale de crise militaire et le besoin d’une participation finlandaise seraient en train de s’éteindre.
L’augmentation rapide de projets militaires qui nécessitent une coopération internationale mettra fin à la baisse des activités de gestion de crise, prévue dans le programme gouvernemental, et transformera l’objectif d’économies en une dépense supplémentaire. L’idéologie derrière le projet de diminution de ces activités n’est plus de mise.
Les économies concernant la gestion de crise ont été inscrites dans le programme gouvernemental sur le souhait des Vrais Finlandais. Il était prévu qu’en 2017, 90 soldats participent à neuf opérations. Cinq millions d’euros auraient été prévus comme économies en 2016 et 15 millions d’euros par an pour 2018.
Cette même fausse évaluation a été faite lors du sommet de l’OTAN en septembre 2014.
Les Etats de l’Europe occidental devront toutefois investir dans la défense régionale et dans la gestion de crise. Ce qui est positif, c’est qu’au moins jusqu’à présent, la Finlande a pu assumer la responsabilité que l’on attend d’elle.
Avec les crises, on a compris que la défense finlandaise ne commençait pas aux frontières finlandaises, car elle commence bien plus loin, ensemble avec les autres.
HS/dim/A4

« Les grands Etats membres de l’OTAN auront une dette de reconnaissance à notre égard » AL
Aamulehti publie un billet de Lauri Nurmi, qui relève que, relativement à sa population, la Finlande participe fortement au front anti-terroriste.
Cela engendrera une dette de reconnaissance de la part de la France et des Etats-Unis, pays importants de l’OTAN. Cette dette est précieuse pour la Finlande, car elle sert à créer un capital de confiance que l’on ne peut pas créer en temps de crise.
AL/sam/A8

Immigration

L’Institut national d’études statistiques prend désormais en compte l’origine des personnes
Outre la langue maternelle, la nationalité et le pays de naissance, l’Institut national d’études statistiques prendra désormais en compte l’origine des personnes. Dans les autres pays nordiques, cette pratique est observée depuis longtemps.
L’origine est définie selon le pays de naissance des parents et de l’intéressé lui-même. Si ses parents sont nés à l’étranger, la personne en question est considérée comme ayant des origines étrangères, alors que si l’un ou les deux parents sont nés en Finlande, elle est considérée comme ayant des origines finlandaises.
Les statistiques enregistrent également le pays de naissance de l’intéressé.
Mme Helminen de l’Institut d’études statistiques relève que cette pratique a été souhaitée notamment pour les besoins de la recherche.
L’information sera utile par exemple lorsqu’on souhaite examiner les différences concernant la formation ou l’emploi.
Selon Mme Helminen, il y a environ 130 000 personnes en Finlande dont l’un des parents est né à l’étranger, l’autre en Finlande.
En 2014, 320 000 personnes avaient des origines étrangères. 15 % parmi elles étaient nées en Finlande. Par rapport aux autres pays européens, le nombre de personnes avec des antécédents étrangers est minime.
La Finlande enregistre comme immigrés les personnes arrivant en Finlande de façon permanente, c’est-à-dire pour au moins douze mois.
Mme Helminen souligne que définir la notion de Finlandais et d’étranger ne relève pas des spécialistes des statistiques.
Kaleva rappelle que, selon une étude publiée récemment, un nombre important de Finlandais ne souhaitent pas considérer comme Finlandais même les immigrés de troisième génération.
Mme Helminen constate que l’Institut d’études statistiques a pris position en matière de notion de « Finlandais » en considérant qu’une personne avec un parent finlandais est d’origine finlandaise et non pas étrangère.
La recherche connaît le concept de la « génération 2 1/2 » qui veut dire des personnes dont un des deux parents est un immigré.
D’autre part, les personnes nées en Finlande, dont les deux parents sont nés à l’étranger, sont considérées comme des personnes d’origine étrangère (soit de deuxième génération). Mme Helminen constate que plusieurs de ces personnes se sentent sans doute entièrement finlandaises.
L’Institut d’études statistiques ne connaît pas la notion d’immigré de 3ème génération du fait qu’il y en a très peu en Finlande. Ceux de deuxième génération sont encore trop jeunes pour avoir des enfants. La moitié des personnes d’origine étrangère de deuxième génération ont moins de sept ans !
Kaleva/lun/8-9

Migration

Des demandeurs d’asile arrivent par ferry de l’Allemagne
Turun Sanomat rapporte que selon la police des frontières, il y a de plus en plus de demandeurs d’asile qui arrivent en Finlande de Travemünde en Allemagne par bateau, soit les ferries de Finnlines.
Les représentants de la police et des gardes-frontières ont déjà effectué une visite en Allemagne pour évoquer la question avec les autorités allemandes. La police a également été en contact avec l’armateur Finnlines.
Une des possibilités envisagées est de fixer des sanctions aux entreprises qui transportent des passagers qui ne remplissent pas les critères d’entrée dans le pays, soit qui n’ont pas de visas ou qui ont des titres de voyage falsifiés.
Tapani Voionmaa, directeur juridique de Finnlines, souligne que Finnlines fonctionne conformément aux lois et en coopération avec les autorités. L’entreprise vérifie l’identité des passagers et fournit une liste des passagers exigée par les autorités pour des raisons de sécurité.
TS/12
Politique intérieure

Parlement

Débat sur le budget
Dans son analyse sur l’économie nationale, Helsingin Sanomat estime que le Parlement a commencé lundi la dernière étude budgétaire dans une situation où tout le monde est d’accord sur l’état lamentable de l’économie finlandais mais en désaccord sur les moyens pour l’améliorer.
Le budget est le plus grand effort annuel des députés. Les possibilités de l’opposition pour participer à l’étude budgétaire ont été améliorées. Les cinq partis de l’opposition ont proposé leur propre budget fantôme. La situation économique exceptionnelle a nécessité des moyens exceptionnels du gouvernement, ce qui a rendu le débat au Parlement très critique. L’opposition a déposé plus de motions de censure que normalement.
Lors du débat d’hier, le Premier ministre Juha Sipilä a encore souligné que le gouvernement serait prêt à abandonner sont projet de paquet de lois si les partenaires sociaux trouvaient un accord sur les économies. Le président du PSD Antti Rinne a répété que le gouvernement devrait d’abord retirer ses projets de lois.
Selon le président du groupe parlementaire du Centre Matti Vanhanen, il n’y aurait de nouvelles économies à faire l’année prochaine.
Les derniers votes budgétaires devraient avoir lieu vendredi prochain, avant la pause hivernale du Parlement.
HS/A11

Economie

La déflation continue
Selon Helsingin Sanomat, la déflation a été de 0,2 % en novembre, contre 0,3 % en octobre. En 2015, les prix ont baissé au total 0,2 %.
HS/A26

Finavia

La présidente du conseil de surveillance a démissionné
Helsingin Sanomat rapporte que Riitta Tiuraniemi, présidente du conseil de surveillance de Finavia a donné sa démission pour protester contre le ministère des transports qui s’est immiscé dans le travail du conseil. « Le rôle de la ministre des transports Anne Berner y est important », selon Mme Tiuraniemi.
Mme Tiuraniemi souligne que l’Etat a le droit de nommer ou démissionner le conseil de surveillance mais il n’a pas le droit de prendre des décisions en dehors du conseil de surveillance, ce qui a été le cas deux fois cet automne.
HS/A25

Santé

« La santé est la tache de l’égalité finlandaise »
Turun Sanomat relève que selon une comparaison effectuée par Morgan Stanley parmi 20 Etats de l’OCDE, les pays nordiques sont les pays les plus égaux. La Norvège se trouve en tête, suivie de la Suède et de la Finlande.
En ce qui concerne la santé, le succès de la Finlande a été mauvais : les différences entre l’état de santé des riches et des pauvres sont très importantes. Seulement en Belgique et en Autriche, les différences sont encore plus importantes qu’en Finlande.
Selon cette étude, les meilleurs pays pour l’égalité en matière de santé sont le Japon, la France et l’Italie.
TS

Polémique sur les aides de Tekes à la startup Valkee
Selon Aamulehti, Tekes a accordé 2,5 millions d’euros à la startup Valkee, qui fabrique des casques audio de luminothérapie. Selon les chercheurs en médecine, il s’agit d’une médecine alternative qui n’a pas d’effet sur la santé.
Selon le directeur Jukka Häyrynen, Tekes doit étudier plus de mille demandes de financement par an et n’est pas capable de les évaluer du point de vue scientifique. M. Häyrynen souligne que Tekes n’aurait pas accordé une aide à Valkee sans la participation des investisseurs privés.
AL

France - Finlande

Musique

Magnus Lindberg à Paris
Le critique musical Vesa Sirén a suivi à Londres et Paris le compositeur Magnus Lindberg dont le concert pour violon était joué par l’orchestre philarmonique de paris et le concerto pour violoncelle par l’orchestre de radio France, dirigé par Mikko Franck et avec Anssi Kartunen comme soliste.
HS/Dim

Esa-Pekka Salonen à Paris
Vesda sirén a publié un reportage sur le chef d’orchestre Esa-Pekka Salonen qui dirige à l’Opéra Garnier Le Château de Barbe-Bleue et La Voix Humaine.
HS

Littérature

Publication du Rocher de Tanios en finnois
Kaleva publie une critique élogieuse du Rocher de Tanios, roman d’Aamin Maalouf couronné du prix Goncourt en 1993 et qui vient de paraître en finnois chez Gummerus dans une traduction de Lotta Toivanen.
Kaleva

France

Elections régionales

« En dépit de ses échecs, l’extrême-droite se renforce en France » HS
« Les partis traditionnels gagnent les élections en France » Yle
Helsingin Sanomat rapporte que la montée du Front National a été endiguée au second tour des élections régionales puisque le parti n’a pas gagné de région. Les vainqueurs sont donc les autres partis traditionnels. Néanmoins, l’extrême-droite a reçu un nombre record de voix, relève HS.
Le politologue Niilo Kauppi estime que ce résultat électoral va encore renforcer le fossé politique entre le FN et les autres partis.
Helsingin Sanomat note aussi que l’audience du parti socialiste a été meilleure que ce qui était attendu. Le Président Hollande a connu un regain d’audience après la réaction aux attentats de paris et la COP21, estime HS.
Yle souligne pour sa part que s’il n’y a pas eu de vague du FN, la désaffection envers les partis politiques traditionnels n’a toutefois pas disparu.
HS Yle

Editoriaux
« La France fait barrage aux déçus de la politique » HS
Helsingin Sanomat relève que la politique française continue à privilégier une situation où les partis politiques traditionnels sont prêts à tout pour faire barrage au Front national.
L’éditorialiste estime, du point de vue de la démocratie, cela ne va pas sans poser de problèmes. Lorsque la gauche et la droite s’allient pour faire face au vote protestataire, de nombreux Français se retrouvent exclus du jeu politique et voient leurs opinions tues.
Or, la montée du Front national n’est pas seulement la croissance d’un mouvement d’opinions extrémistes. Il s’agit aussi de gens qui se retrouvent aussi sur des motivations similaires à celles que canalise nt les Vrais Finlandais : le fait que le peuple est déçu par les vieux partis et leurs modes de fonctionnement. Le chômage augmente, la croissance est faible, la nostalgie de la grandeur de la France s’effrite. Toutes ces opinions sont endiguées au même motif que l’on endigue le racisme et la xénophobie, estime HS. De plus, le mode de scrutin permet de faire barrage au FN.
Helsingin Sanomat conclut en prédisant que le risque d’une explosion des mécontentements croit, comme ce fut le cas dans les années 60.
HS

« Marine Le Pen ne laissera certainement pas tomber » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet relève que la stratégie du Parti socialiste y est pour beaucoup dans le fait que le Front National n’a pas obtenu le résultat qu’il souhaitait.
Les élections régionales étaient considérées comme un sondage d’opinions grandeur nature concernant les chances de Marine Le Pen de réussir aux présidentielles de 2017. Il ne faut toutefois pas tirer de conclusions trop hâtives du résultat présent : il ne faut pas oublier que le FN a eu presque sept millions de voix. Le parti a augmenté son audience à chaque élection.
HBL/16

Lundi 14 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Titres
« Un accord historique » TS
« Un tournant historique » KS
« L’objectif exigeant de Paris : 1,5°C » HS

Déclarations
Le ministre de l’Environnement a exprimé sa joie : « C’est extraordinaire de pouvoir connaître un tel événement durant sa propre carrière politique. L’émotion ici à Paris est palpable. C’est l’accord que nous étions venu chercher ».
Il a aussi déclaré que, selon lui, cet accord serait bon pour la compétitivité finlandaise. En effet, il considère que cet accord va augmenter la demande pour les énergies propres et que la Finlande a toutes ses chances dans ce nouveau marché. « Tout dépend désormais des Finlandais qui ont toutes les connaissances et le savoir-faire pour tirer partie du marché des énergies propres. »
Le professeur Markku Ollikainen, président du panel climatique finlandais et professeur à l’université d’Helsinki, considère que la Finlande pourra tirer profit de cet accord à plusieurs titres. En premier lieu parce qu’elle est une grande puissance pour les technologies propres dont cet accord va augmenter grandement la demande.
Le patronat EK estime que cet accord va dans le bon sens, dans la direction de la fixation d‘un prix pour les émissions et vers une coopération entre les systèmes régionaux de cessions de droits d’émissions. EK espère donc que cet accord servira de moteur poiur le secteur des énergies propres en Finlande. Pour l’expert d’EK, M. Mikeal Ohlström, le recours aux énergies fossiles devrait grandement diminuer. « Cela signifie le recours aux énergies renouvelables, des économies d’énergie ainsi que le recours au nucléaire dans les pays où il est présent ».

Commentaires
Helsingin Sanomat relève que l’accord obtenu à Paris est très bien rédigé car chaque partie a eu l’impression d’obtenir quelque chose. Le ministre français des Affaires étrangères et président de la COP21 Laurent Fabius a réalisé un miracle diplomatique ». Le quotidien estime toutefois que la fragilité de cet accord est qu’il constitue plus un message qu’une boite à outils.

Editoriaux
« Une nouvelle ère » HS
« Un accord historique à paris » TS
« Un nouvel espoir à Paris » AL
Helsingin Sanomat écrit que l’accord de Paris est un tournant dans la maîtrise du changement climatique. Le contenue de l’accord est plus fort que ce que l’on en attendait et les négociations ont été menées sous la direction de la France mieux que ce que l’on pouvait espérer ». L’éditorialiste juge que le moment était propice : il aurait été impossible aux négociateurs de revenir de Paris sans accord alors que l’on vit l’année la plus chaude de l’histoire ». « Mais maintenant que l’on a pris conscience de l’ampleur de la tâche, le vrai travail commence », souligne le quotidien. Il rappelle toutefois que le changement climatique peut aussi être une source pour l’innovation : les objectifs ambitieux vont nourrir le développement technologique. Précédemment on n’imaginait pas pouvoir se passer des énergies fossiles – Paris aura constitué le premier pas en ce sens ».
Turun Sanomat écrit que « la France mérite des louanges pour le résultat obtenu ».
Selon Aamulehti, cette année paris aura été la capitale du monde tant pour la terreur que pour l’espoir. Un mois après les attaques terroristes, on a pu y fêter un accord historique sur le climat. Le seul fait que personne n’ait dit « trop peu et trop tard », montre à quel point toutes les parties sont sincèrement satisfaites estime AL. Le quotidien relève toutefois que l’accord comporte des mesures contraignantes mais aussi d’autres qui sont facultatives.

Défense

« La Finlande a décidé d’aider la France » AL
La décision finlandaise d’aider la France dans la lutte contre le terrorisme devrait se traduire par l’augmentation de la présence finlandaise dans les opérations militaires extérieures.
L’assistance de la Finlande à la France et la demande d’aide des Etats-Unis pour la coalition contre Daesh étaient à l’ordre du conseil des Ministres présidé par le Président Niinistö.
« Il s’agit de la sécurité de l’Europe et peut-être aussi de la sécurité du monde ainsi que de notre propre sécurité », a dit le président Niinistö.
Le Président et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité ont discuté vendredi 11 décembre des mesures concrètes par lesquelles la Finlande va répondre à la demande d’assistance présentée à la suite des attentats terroristes du 13 novembre.
En réponse à la demande de la France, la Finlande propose de poursuivre et élargir sa participation à l’opération de formation en Irak à Erbil ainsi que d’élargir sa participation à la Finul au Liban. La Finlande avait déjà décidé de renforcer sa participation à la Minusma au Mali d’au plus 20 personnes. Vendredi, il a été décidé d’étudier la possibilité d’encore augmenter ces effectifs. De plus, le ministère de la Défense a cédé des heures de vols communes dans les avions de transport à la France.
Actuellement, la Finlande a une cinquantaine de formateur à Erbil, relève Aamulehti.
Selon Jukka Salovaara, la Finlande pourrait envoyer une centaine de soldats supplémentaires à la Finul au Liban, ce qui libérerait d’autant de Français.
Pour le mali, la position finlandaise reste ouverte : la Finlande pourrait augmenter sa présence jusqu’à 30 soldats. « Il faut encore discuter avec la France pour savoir quels sont leurs besoins », a dit le président Niinistö.
Selon lui, la décision de la Finlande correspond à ce qui lui a été demandé.
Lors de la réunion, il a aussi été question de la demande d’aide des Etats-Unis aux pays de la coalition contre Daesh, y compris la Finlande, d’augmenter leur soutien dans cette lutte. Selon le gouvernement, la poursuite et l’élargissement de la participation de la Finlande à l’opération de formation à Erbil est aussi une réponse à la demande américaine. D’autres possibilités de soutenir la stabilisation de l’Irak par des moyens économiques seront étudiées.
AL vn.fi

Surveillance frontalière européenne commune

Propos de M. Niinistö
Hufvudstadsbladet relève que, concernant la surveillance frontalière, la Finlande estime que chaque Etat doit s’en charger lui-même. Le Président Sauli Niinistö a dit, vendredi, qu’il serait important que l’UE soutienne ses Etats membres qui n’y arriveraient pas. Il souligne qu’un tel soutien ne devrait venir en question que si le pays en question le demande.
Le Président estime qu’il est difficile d’évaluer si une surveillance frontalière commune pouvait aider à maîtriser le flux des réfugiés.
HBL/sam/5

Migration

Les deux Irakiens détenus nient avoir commis un crime terroristes
Les deux Irakiens, arrêtés jeudi à Tampere, soupçonnés d’avoir tué onze prisonniers en Irak en été 2014 nient avoir commis de tels crimes.
La police judiciaire a jusqu’en avril pour étudier l’affaire. Le commissaire Jari Räty de la police judiciaire relève qu’il s’agira maintenant de créer des canaux d’échanges d’information en Irak. Il reste des personnes à entendre en Finlande et à l’étranger, selon M. Räty. Il s’agit de chercher des preuves de tous les côtés.
M. Martin Scheinin, professeur en droit international, critique la police judiciaire pour avoir utilisé le terme de « meurtre dans un but terroriste » concernant les Irakiens arrêtés. Pour lui, il s’agit plutôt d’un crime de guerre.
M. Räty relève que, comme il s’agit d’un crime commis par Daesh, et comme le fait d’avoir chargé une vidéo de propagande sur internet engendre de la terreur, les critères d’un crime terroriste sont remplis.
HS/sam/A14

Des dizaines de décisions d’expulsion de ressortissants étrangers
Cette année, la Finlande a pris 90 décisions pour expulser des ressortissants étrangers pour avoir commis un crime.
Les expulsions ne peuvent toutefois pas être toujours mise en œuvre en raison de risque de peine de mort ou torture dans le pays d’origine.
HS/sam/A14

Demandeurs d’asile mineurs
L’Office national de l’immigration souhaite contrôler de plus près l’âge des demandeurs d’asile afin de distinguer ceux qui sont véritablement mineurs et ceux qui se déclarent mineurs sans l’être forcément. Il s’agit d’éviter d’héberger des adultes dans les centres prévus pour des mineurs.
Mme Korpikari, directrice du centre d’accueil d’Oulu souhaite que l’on soit explicite concernant le fait de ne pas donner aux demandeurs d’asile l’impression que le personnel des centres d’accueil assiste la police concernant le processus de demande d’asile.
Fin novembre, il y avait 2770 demandeurs d’asile mineurs arrivés seuls.
AL/sam/A9

Encore une incendie dans des locaux prévus pour un centre d’accueil
Ce week-end, il y a eu un incendie dans un hôtel prévu accueillir un centre d’accueil à Asikkala, près de Lahti. Le ministre de l’intérieur Petteri Orpo condamne l’acte considéré comme volontaire par la police. Il déplore ces actes.
HS/dim/A10

Un demandeur d’asile agressé à Kangasala
Trois Finlandais munis de couteaux ont attaqué un demander d’asile à Kangasala, près de Tampere, samedi soir.
A Kangasala, il y avait déjà eu une agression violente du même genre par trois personnes contre un demandeur d’asile.
AL

Surveillance renforcée des centres d’accueil
Les autorités envisagent d’évaluer la sécurité des centres d’accueils et des locaux d’hébergement d’urgence. L’évaluation fait partie du bilan plus général concernant le réseau des centres d’accueil. Cette évaluation et les conclusions à en tirer entrent dans le cadre du plan d’action du gouvernement sur la politique d’asile publié la semaine dernière.
Il est prévu de renforcer la surveillance des centres d’accueil.
La Croix rouge qui gère une centaine de centres d’accueil, a déjà entamé une évaluation de son côté.
M. Löövi, directeur des activités d’assistance internationale de la Croix rouge, estime qu’il est regrettable que les personnes qui commettent des actes de violence et de tentatives d’incendie volontaire ne comprennent pas qu’il s’agit de crimes graves.
HS/lun/A12

Les risques liés aux migrations minimisés ?
Aamulehti rend compte des propos de chercheurs M. Laitinen et Mme Jukarainen, qui estiment que les risques concernant la sécurité liés à l’augmentation de l’immigration ont été minimisés dans le débat public.
Ils souhaitent que l’on puisse mener un débat pertinent politique sur les questions derrière le sentiment d’insécurité éprouvé par des gens. Ils critiquent le débat sur la politique de l’immigration. Pour eux, le dialogue n’a pas vraiment commencé encore, ce qui engendre le risque d’un engrenage de phénomènes qui mettent en danger la sécurité dans la société, tels que les antagonismes, l’étiquetage des groupements ethniques, la criminalité, l’ économie parallèle et même le terrorisme.
AL/sam/A9

Politique de l’asile

Le Centre a publié sa propre position en matière de la politique d’asile
Helsingin Sanomat relève que M. Kääriäinen, député centriste, s’attend à un débat sur le droit des personnes ayant obtenu l’asile en Finlande à une sécurité sociale égale.
Le gouvernement envisage d’étudier la possibilité de créer un système parallèle pour les demandeurs d’asile ayant obtenu un permis de séjour. M. Kääriäinen souligne l’importance d’une étude approfondie du fait qu’un tel système risque d’aller à l’encontre de la Constitution.
Le Centre a publié, vendredi, sa propre position sur la politique d’asile. M. Kääriäinen, qui a présidé le groupe de travail en la matière, relève que le Centre est d’accord avec les orientations du gouvernement. Comme la question restera d’actualité pendant longtemps, le parti a souhaité présenter son propre papier et encourage les autres partis à faire de même.
Dans son document, le Centre souligne l’importance de l’intégration, les permis de travail sans carence, les études linguistiques, une introduction à la démocratie.
HS/sam/A19

Politique intérieure

Parlement

Rejet de la motion de censure
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a renouvelé vendredi sa confiance au gouvernement par 121 voix contre 60 lors du vote sur la motion de censure sur la politique de l’emploi.
La motion de censure a été déposée par l’Alliance des gauches, le PSD et l’Alliance verte. Il s’agissait de la 4e motion de censure depuis le début de la législature. Une cinquième sera encore votée cette semaine avant la pause hivernale du Parlement.
HS/sam/A22
Mme Paavola élue secrétaire générale
Helsingin Sanomat relève que Maija-Leena Paavola (59 ans), actuelle directrice des questions juridiques, a été élue vendredi au poste de secrétaire générale du Parlement, en remplacement de Seppo Tiitinen qui prendra sa retraite à la fin de l’année. Mme Paavola, qui n’est pas membre d’un parti politique, est la première femme à ce poste.
Mme Paavola a obtenu 106 voix au vote, contre 46 en faveur du candidat du Kokoomus Antti Pelttari, directeur de la Supo, et 27 en faveur du candidat du PSD Pertti Rauhio.
Le secrétaire général du Parlement dirige le secrétariat général de 570 employés. Son salaire est plus de 13 000 euros par mois.
HS/sam/A8

Gouvernement

Les économistes se méfient des projets de lois sur le travail
Selon Helsingin Sanomat, plusieurs économistes de l’université Aalto et des centres de recherches économiques Etla et Vatt, qui ont exprimés leurs avis sur le paquet de lois du gouvernement afin d’améliorer la compétitivité-coût, se méfient de l’efficacité de ces lois.
Le département de l’économie à l’université Aalto estime qu’une dévaluation fiscale serait une option meilleure et plus simple. Une dévaluation fiscale signifie l’amélioration de la compétitivité-coût en diminuant les charges des employeurs. Cela est le plus souvent financé par l’augmentation de la TVA.
Selon Vatt, centre des recherches économiques de l’Etat, il est très vraisemblable que la dégradation des conditions de travail mène à des exigences d’augmentations de salaires plus importantes.
Une incertitude importante est liée au paquet de lois projeté par le gouvernement. Il n’est pas sûr que les projets de lois dépassent l’étude par la commission des lois constitutionnelles. Les lois entreraient en vigueur en 2017 mais leurs effets positifs prendraient trois ou quatre ans.
Une dévaluation fiscale par contre serait entièrement dans les mains du gouvernement qui pourrait la mettre en œuvre rapidement et dont les effets seraient rapides.
Le plus grand problème des lois projetées est qu’elles font des dégâts dans les relations du gouvernement avec le mouvement syndical. A l’’automne prochain, les négociations salariales serait tumultueuses.
Selon l’université Aalto, le paquet de lois diminuerait la demande finlandaise et approfondirait la crise économique, tandis que la dévaluation fiscale aurait des effets positifs à court terme dans l’économie. Les charges des employeurs pourraient être baissées rapidement mais l’augmentation de la TVA pourrait être effectuée plus tard.
HS/dim/B8

Réforme régionale

Les administrations déconcentrées régionales de l’Etat vont disparaitre
Helsingin Sanomat rapporte que la grande réforme régionale est déjà en préparation. Lauri Tarasti a été nommé à la tête du projet et il devrait proposer en détail comment les fonctions de l’administration régionale de l’Etat seraient transférées aux nouvelles régions.
M. Tarasti doit remettre son rapport à la ministre des collectivités locales et des réformes politiques Anu Vehviläinen et au sous-secrétaire d’Etat chargé de la réforme Tuomas Pöysti d’ici 22 janvier 2016.
Selon les orientations du gouvernement, les nouvelles régions seraient chargées des fonctions des agences déconcentrées régionales de l’Etat et des centres pour le développement économique, les transports, l’environnement et la sécurité civile.
Les 18 nouvelles régions commenceront leur travail au début 2019.
HS/dim/A16
France

Elections régionales

« Echec de la vague de l’extrême-droite en France » KS

Vendredi 11 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Défense européenne

La Finlande envisage d’envoyer de nouveaux soldats au Mali et en Irak du Nord
« La Finlande est à l’épreuve » HS
La Finlande envisage de répondre à la demande d’assistance française en augmentant le nombre de soldats finlandais à l’opération de l’ONU au Mali, ainsi qu’à l’opération de formation de soldats en Irak du Nord.
Selon les sources de Helsingin Sanomat, le nombre de soldats au Mali passera d’actuellement 20 à une centaine, dont la moitié seront des soldats des troupes spéciales.
La Finlande envisage en outre de proposer à la France des droits d’heures de vol dans le cadre du pôle entre l’OTAN, la Suède et la Finlande. Plus tard, la demande de la France pourra avoir un effet sur la participation finlandaise dans l’opération méditerranéenne et dans l’opération de maintien de la paix au Liban.
Le Président Sauli Niinistö et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité évoqueront la demande française, aujourd’hui.
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, estime que la demande française et la réponse finlandaise constituent un tournant historique pour la politique étrangère et de sécurité de l’UE et ainsi de la Finlande. Il s’agit là de créer pour la première fois les interprétations et pratiques concernant le fait de savoir ce que les garanties de sécurité signifient. « Il sera intéressant de voir ce que signifiera dans la pratique l’assistance proposée à la France par les Etats membres », dit-elle. « On verra à quel point les Etats modifient ce qu’ils auraient fait dans tous les cas. »
Répondre à l’obligation d’assistance est une épreuve pour la Finlande. Mme Tiilikainen estime que, pour que la politique finlandaise soit logique, la contribution finlandaise devra être telle qu’elle ne passe pas inaperçue.
Pour Mme Tiilikainen, la façon dont on teste à présent les garanties de sécurité, a été une surprise. « L’idée est d’assister la France ailleurs, au Mali et en Syrie, par exemple, de façon à ce que la France puisse déplacer ses soldats et son matériel en France. C’est une nouvelle dimension, et on peut se poser la question de savoir dans quelles autres situations les Etats membres pourront encore se trouver. »
Mme Tiilikainen rend compte de la rapidité de la France et de la réaction des autres Etats membres. Elle fait l’éloge de l’administration française qui a agi vite. Elle estime que la France pouvait être préparée à agir justement de telle manière.
Que ce soit la France qui active la clause de solidarité n’est pas surprenant en soi pour Mme Tiilikainen, la défense européenne étant chère pour la France. Elle estime que ce qui est surprenant, c’est le fait que ce soit une attaque terroriste qui le déclenche, et non pas une attaque par un Etat.
Elle estime que la France en a appelé aux Etats membres de l’UE plutôt que l’OTAN parce que l’OTAN aurait pu être plus lente à réagir. La France a également souhaité maintenir le rôle de pilote, qui dans le cadre de l’OTAN aurait relevé des Etats-Unis. « La France souhaite une direction européenne. »
On cherche également un effet d’intimidation avec les garanties de sécurité. « Plus le front est solide et la coopération étroite, plus l’effet d’intimidation se renforce. » Mme Tiilikainen note que les Etats-Unis et la Russie suivent de près l’action de l’UE. Avec sa propre demande, les Etats-Unis pourraient rappeler l’importance de la coopération transatlantique. Les réactions de la Russie n’ont pas été très visibles. « La Russie aime bien minimiser la politique de sécurité de l’UE. Son renforcement n’est naturellement pas dans ses intérêts. »
HS/A10

Terrorisme

Deux Irakiens arrêtés en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que deux Irakiens, frères jumeaux de 23 ans, ont été arrêtés jeudi à Tampere. Ils sont soupçonnés d’avoir tué onze prisonniers en Irak en été 2014. Daesh avait fait une vidéo de propagande sur l’exécution. Les intéressés sont arrivés en Finlande en septembre dernier.
La police judiciaire étudie l’affaire avec la police de sûreté SUPO. Le commissaire Jari Räty de la police judiciaire n’a pas voulu dire s’il s’agissait de demandeurs d’asile
Le ministre de l’intérieur Petteri Orpo a déclaré jeudi que la police avait bien travaillé. « Le monde a changé et la Finlande se trouve devant de nouveaux défis. Du point de vue des citoyens ordinaires, la Finlande est encore un pays sûr. »
HS/A6

« Daesh n’envoie pas de terroristes dans les petits pays »
Aamulehti, relève que selon Teemu Sinkkonen, chercheur à l’institut de relations internationales UPI, Daesh n’a pas l’habitude d’infiltrer les petits pays avec des terroristes sans connaissance de la langue locale ou contacts avec les acteurs locaux.
« L’objectif de Daesh est de maintenir leur structure étatique en Irak et en Syrie », selon M. Sinkkonen. Dans les pays occidentaux, les auteurs d’attaques terroristes sont souvent des locaux inspirés par Daesh.
AL/A7

Demandeurs d’asile

Un incendie dans un centre d’accueil à Tampere
Selon Helsingin Sanomat, un incendie a eu lieu la nuit entre mercredi et jeudi dans un centre d’accueil à Tampere où 85 demandeurs d’asile sont logés.
Selon la directrice du centre d’accueil de Rautaharkko, Päivi Nikkonen, les demandeurs d’asile ont pris la situation calmement. Mme Nikkonen, qui ne veut pas spéculer sur la source de l’incendie, souhaite attendre le résultat de l’étude de la police.
HS/A8

Espace aérien

Violation de l’espace aérien par un hélicoptère
Helsingin Sanomat relève qu’un hélicoptère non-identifié a violé jeudi matin l’espace aérien finlandais pendant six minutes près de l’île de Haapasaari (23 km vers le sud-est de la ville de Kotka).
Selon la police des frontières, le délégué frontalier de la Finlande du Sud-est a été en contact à ce sujet avec le délégué russe de la région de Vyborg.
HS/A18

Politique intérieure

Pacte social

Mouvement syndical
Selon Helsingin Sanomat, les centrales syndicales SAK et Akava rejettent la critique du président de la STTK, Antti Palola, qui a dit mercredi que le mouvement syndical n’est plus capable de présenter des réformes, renouveler la vie professionnelle et la société ou se renouveler. Selon lui, le mouvement syndical n’est plus novateur. « Notre rôle est de dire non », avait-il regretté. Il estimait que les syndicats devraient évoquer d’autres questions, et pas seulement l’argent. Il faut parler du bien-être au travail, cela augmente aussi la productivité. »
Le président de la SAK Lauri Lyly n’est pas d’accord : « La SAK a été responsable et a proposé des mesures afin d’améliorer la compétitivité-coût. Le mouvement syndical a été courageux. »
Maria Löfgren, directrice à Akava, souligne qu’Akava a proposé plusieurs mesures pour améliorer la vie professionnelle. « Akava a soutenu le pacte social jusqu’à la fin. Elle rappelle qu’aussi le patronat a souvent dit non, et pas seulement les syndicats.
HS/A8

Prévisions économiques

La Banque de Finlande prévoit une croissance anémique
Selon la Banque de Finlande, l’économie finlandaise continue à être paralysée. La croissance de ces prochaines années n’arrive pas à suivre le rythme moyen de la zone euro. C’est la consommation privée qui maintient une fragile croissance, selon la Banque de Finlande.
M. Pohjola, professeur de sciences économiques à l’Université Aalto, relève que presque tous les problèmes finlandais dépendent des difficultés de l’industrie.
Selon l’Institut national d’études statistiques, la production industrielle a diminué de 0,8 % en octobre. Cela fait plus de 30 mois qu’elle diminue, à quelques rares exceptions près.
M. Pohjola relève que, comme l’industrie finlandaise fabrique surtout des biens d’investissements, c’est avec le redémarrage des investissements dans le monde que l’économie finlandaise devrait commencer à se rétablir. M. Pohjola estime que la situation est tellement exceptionnelle qu’il est difficile de faire des prévisions en s’appuyant sur ce qui s’est passé avant. Il souligne l’importance des investissements dans la R&D afin de diversifier la structure de la vie économique.
M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, estime qu’améliorer la compétitivité des entreprises en matière de dépenses, et les réformes structurelles sont essentiels pour l’assainissement de l’économie.
M. Liikanen a exprimé son souci concernant l’endettement de la Finlande. La dette publique s’élèvera à plus de 68 % du PIB en 2017. L’économie est déficitaire depuis six ans.
Selon la Banque de Finlande, la politique financière s’est beaucoup basée sur la relance en Finlande en 2008-2014. M. Tuomala de l’Université de Tampere n’est pas d’accord sur la relance : il rappelle que, selon le FMI, les finances ont été durcies en 2011-2013. Pour lui, il faudrait s’assurer du fait que les revenus disponibles des ménages ne diminuent pas afin de maintenir la demande intérieure et équilibrer les changements conjoncturels notamment lorsque la demande concernant les exportations industrielles diminue.
Selon la Banque de Finlande, les exportations stagnent cette année, et augmenteront de 2,1 % en 2016 et de 2,7 % en 2017.
La production totale diminuera de 0,1 % cette année, et augmentera de 0,7 % en 2016 et de 1 % en 2017.
M. Liikanen souligne l’importance de la modération salariale, et de la flexibilité au niveau local.
HS/A30-31, HBL, KL/A6

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte des prévisions pessimistes concernant l’économie et l’avenir de la Finlande, et de l’endettement lourd de la moitié des ménages.
Comparée à d’autres Etats européens, la Finlande aurait dû agir plus tôt : le gouvernement précédent, celui de M. Katainen, a relancé lorsqu’il aurait fallu faire preuve d’austérité, et il a attendu lorsqu’il aurait fallu agir, regrette l’éditorialiste.
HS/A4

Pharmacies

La libéralisation du secteur ferait baisser les prix
Selon un rapport effectué par un député de l’Alliance verte, M. Vartia, et l’économiste M. Kiesiläinen, la libéralisation du secteur des pharmacies pourrait baisser les prix et engendrer des économies de 87 millions d’euros concernant les dépenses des Finlandais en matière de médicaments.
MM. Vartia et Kiesiläinen ont comparé la Finlande à la Suède et à la Norvège, qui ont tous les deux des prix nettement moins élevés que ceux en Finlande. Ces deux pays ont déjà libéré le secteur.
Le système finlandais a été motivé par le fait qu’il assure l’égalité régionale.
HS/A31

Nouveau centre de données informatiques

Hetzner Online construire son nouveau centre informatique près d’Helsinki
Suomenmaa rapporte que l’entreprise allemande Hetzner Online construira son nouveau centre à Tuusula, près de l’aéroport Helsinki-Vantaa.
Le ministre de l’économie Olli Rehn qui se félicité de la décision d’Hetzner, souligne que la Finlande participe activement à la compétition afin de recevoir des centres de données en Finlande.
SM/20

France – Finlande

Sport

Vatanen –Peugeot
Kauppalehti revient sur l’année 1985 marquée pour les pilotes de rallye par le titre de Timo Salonen sur une Peugeot 205, mais aussi par l’accident d’Ari Vatanen en Argentine. Le quotidien économique publie une interview d’Ari Vatanen, qui demeure une icône en France et a gardé de bonnes relations avec Peugeot et Jean Todt avec qui il travaille à la FIA.
KL

France

Elections régionales

Une vague bleue en Champagne
Helsingin Sanomat a suivi la campagne pour le second tour des élections régionales à Epernay.
HS

Jeudi 10 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Propos de M. Tiilikainen
Le ministre de l’Environnement, M. Tiilikainen, estime que la nouvelle esquisse d’accord climatique comporte les possibilités pour un bon et pour un mauvais résultat. Les formulations alternatives peuvent, selon lui, mener à un traité faible ou fort. Les chances d’obtenir un objectif ambitieux de diminution d’émissions sont toujours là.
M. Tiilikainen estime que l’évaluation définitive du traité relève du monde des entreprises concernant le fait de savoir si les investissements dans les cleantech et les sources d’énergie vertes vont se renforcer.
M. Tynkkynen, conseiller de Sitra, estime que l’esquisse actuelle comporte moins de questions ouvertes et que les options sont devenues plus explicites au fur et à mesure que l’on a avancé. Il croit que la France arrivera à trouver un compromis. Il croit au pouvoir de l’exemple : lorsqu’un pays revoit ses promesses, d’autres feront pareil. Cela créé une pression politique, selon lui.
M. Tiilikainen rappelle que, comme on est en train de rédiger un traité qui a un effet pour des dizaines d’années à venir, chaque mot compte.
KS/18, AL/A25, HBL/4

ONU : soixantième anniversaire de l’adhésion de la Finlande

Visite en Finlande de M. Ban Ki-moon
« La Finlande brigue plus de pouvoir d’influence au sein de l’ONU » HS
« M. Ban Ki-moon réclame une solidarité de la part de la Finlande » HS
Le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, qui s’est rendu en Finlande à l’occasion des festivités des 60 ans de la participation finlandaise à l’ONU, au Palais Finlandia, estime que la Finlande pourrait travailler plus en faveur de la paix et des droits de l’homme. Dans son discours, il a souligné notamment le fait de prendre soin des réfugiés. Il a félicité la Finlande pour la législation prévue pour permettre le mariage des couples homosexuels.
Il en a appelé pour que la Finlande continue à verser une aide au développement. Passer d’une aide au développement de longue haleine à une assistance de crise n’est pas une bonne solution, pour lui. Il estime que l’aide au développement et l’aide humanitaire ne devraient pas s’exclure l’une l’autre.
La Finlande a annoncé, hier, qu’elle comptait présenter sa candidature de membre du conseil des droits de l’homme pour la période 2022-2024. Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, la Finlande se concentre sur la médiation pour la paix, au sein de l’ONU.
M. Ban Ki-moon a rencontré des demandeurs d’asile à Vantaa. Il estime que, malgré la crise économique, les Etats européens auraient, du point de vue mondial, la possibilité d’assumer une plus grand part de responsabilité de la crise migratoire. Il a considère le système d’accueil finlandais comme efficace en disant qu’il pouvait constituer un standard pour les autres pays. Il a encouragé l’UE à créer un système permettant d’entrer en Europe par une voie légale. L’accueil de réfugiés ne peut pas être laissé à la charge de quelques pays seulement. M. Ban Ki-moon en appelle pour un accueil respectueux et humain des personnes souvent traumatisées.
HS

HCNUR

Visite en Finlande du Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés
Le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, M. Guterres, qui a effectué une visite en Finlande, souhaite une répartition égale du fardeau entre les Etats membres de l’UE concernant les réfugiés. Pour lui, l’UE arriverait à mieux gérer la situation en améliorant sa politique d’asile plutôt qu’en la détériorant.
Il estime également que l’UE devrait s’engager plus fortement dans les négociations pour la paix concernant la Syrie. Il faudrait donner une aide humanitaire efficace aux réfugiés qui se trouvent dans la région, dans les pays autour de la Syrie. M. Guterres évoque également les moyens légaux de se rendre en Europe.
M. Guterres souligne l’importance de maintenir l’aide au développement à un niveau correct, notamment concernant les régions qui constituent des points de départ des réfugiés, qu’il s’agisse de zones de conflits, du changement climatique ou encore d’autre chose qui chasse les gens à se mobiliser.
HS

Finlande – Iran

Visite de la ministre du Commerce extérieure en Iran
Mme Toivakka, ministre du Commerce extérieure, qui est actuellement en Iran, avec une délégation du monde d’affaires de 64 personnes, a rencontré des entrepreneures iraniennes, hier.
HS

Etats-Unis - Daesch

Les Etats-Unis ne demandent pas la participation de la Finlande à des actions de guerre
Helsingin Sanomat relève que les Etats-Unis ne demandent pas que la Finlande participe aux activités de guerre proprement dites contre Daesh, selon Timo Kantola, directeur général adjoint au ministère finlandais des affaires étrangères.
Selon le Président Sauli Niinistö, la Finlande étudiera soigneusement la demande des Etats-Unis. Il estime que la Finlande pourrait par exemple élargir la formation des combattants kurdes. « Si je comprends bien, la demande des Etats-Unis concerne aussi les opérations civiles comme celle où la Finlande forme des combattants kurdes en Irak du Nord ».
M. Niinistö souligne le fait que la Finlande souhaite participer à la coopération internationale contre le terrorisme.
M. Kantola souligne que la Finlande a été contactée par l’ambassade des Etats-Unis à Helsinki, au lieu d’une lettre envoyée des Etats-Unis.
HS/A12

Terrorisme

Près de 20 terroristes finlandais décédés en Syrie
Turun Sanomat rapporte que selon l’estimation des autorités finlandaises, de 14 à 18 terroristes finlandais sont décédés en Syrie dans les rangs de Daesh. Au moins 70 personnes, dont deux tiers sont des ressortissants finlandais, sont parties de Finlande pour la zone de guerre de Syrie. Parmi ces 70, il y a des personnes de treize nationalités.
Petri Knape, directeur adjoint à la police de sûreté Supo, ne prend pas position sur le nombre de Finlandais décédés en Syrie. Il s’inquiète de la situation en Finlande. « Nous avons plus de 300 personnes sous surveillance. Elles ont des contacts avec des activités et phénomènes liées au terrorisme ».
TS/10

Directive sur les armes semi-automatiques

La Finlande s’y oppose vigoureusement
Le ministre de la Défense, M. Jussi Niinistö, et la commission de la Défense souhaitent modifier la proposition de directive européenne concernant les armes semi-automatiques.
M. Niinistö souligne que ces armes relèvent de la solution fondamentale de la défense nationale finlandaise.
Le ministre envisage de s’entretenir, avec le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, avec des personnalités-clé à Bruxelles sur les solutions finlandaises.
KS/14

Politique intérieure

Pacte social

Les syndicats rejettent les projets de lois du gouvernement
Selon Helsingin Sanomat, les centrales syndicales SAK, STTK et Akava rejettent vigoureusement le paquet de lois projeté par le gouvernement afin d’améliorer la compétitivité-coût. Elles estiment que ces lois limiteraient considérablement la liberté contractuelle et sont en contradiction avec la constitution, avec la législation de l’Union européenne et les accords internationaux.
La confédération du patronat et de l’industrie EK souligne que les projets de loi doivent être présentés au Parlement le plus rapidement possible. EK critique le fait que les lois ne seraient par permanentes mais en vigueur pendant trois ans seulement.
HS/A18

Présidence

M. Niinistö le candidat présidentiel de loin le plus populaire
Selon un sondage effectue pour le compte d’Yle, le Président Sauli Niinistö est le candidat présidentiel le plus en vue pour les élections présidentielles de 2018 : 45 % des personnes interrogées sont favorable à M. Niinistö et 9 % au député Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance verte aux élections présidentielles de 2012.
Yle

Parlement

Motion de censure sur la politique de l’emploi
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a répondu mercredi à la motion de censure sur la politique de l’emploi, déposée par le PSD, l’Alliance des gauches et l’Alliance verte.
L’opposition n’a pas été satisfaite des réponses du ministre de l’emploi Jari Lindström et du ministre des finances Alexander Stubb.
Le président de l’Alliance des gauches Paavo Arhinmäki, premier signataire de la motion de censure, a accusé le gouvernement de vouloir détruire les règles communes de la vie professionnelles avec des tours de passe-passe. M. Lindström, très irrité, a rappelé que le gouvernement a plusieurs fois ouvert la porte aux négociations avec les partenaires sociaux.
HS/A19

Police

Registre des personnes suivies par la police
Selon Helsingin Sanomat, le registre des personnes suivies par la police compte les noms de 49 962 personnes. Le rapport d’une inspection effectuée par la direction de la police a été rendu public mercredi malgré l’opposition de la police.
Un procès a commencé hier au tribunal de grande instance d’Helsinki contre trois policiers soupçonnés d’avoir négligé la surveillance et la formation liées à ce registre.
HS/A17

Prévisions économiques

Perspectives de croissance lente pour la Finlande, selon Nordea
Selon la banque Nordea, l’économie finlandaise augmentera lentement en 2016-2017. Le chômage continuera à augmenter jusqu’en 2017.
Le PIB augmentera de 0,5 % l’année prochaine et de 0,7 % en 2017.
Selon la banque, les perspectives pour les exportations sont un peu optimistes du fait que l’économie russe reste stagnante en raison du faible prix du pétrole.
Le taux de chômage serait de 10,3 % en 2017, selon Nordea.
HS

Nominations

M. Siilasmaa présidera le patronat de l’industrie technologique
Selon la revue Visio, Risto Siilasmaa a été nommé président du patronat de l’industrie technologique à partir du 1er janvier 2016.
M. Siilasmaa continue à présider les conseils de surveillance de Nokia et de F-Secure.
Visio/n°/7

Mercredi 9 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Propos de M. Tiilikainen
Yle rapporte que le ministre de l’environnement Kimmo Tiilikainen a déclaré mardi soir : « Il faut faire l’éloge du comportement de la France. Elle a su faire participer aussi les partenaires critiques de façon à ce que tout le monde puisse adopter les idées de l’accord. »
Oras Tynkkynen, ancien député et actuel expert de Sitra, a déclaré : « J’ai participé à 16 réunions climatiques et il n’y a jamais eu avant une aussi bonne ambiance et un aussi fort soutien pour promouvoir les négociations. Cela promet un bon accord. »
Yle

Etats-Unis

Les Etats-Unis demandent la participation de la Finlande contre Daesh
Turun Sanomat relève que Timo Kantola, directeur général adjoint au ministère finlandais des affaires étrangères, a confirmé mardi soir que la Finlande, de même que la Suède et la Norvège, a reçu une demande des Etats-Unis de participer à la lutte contre Daesh. Selon M. Kantola, qui n’a pas voulu aller dans les détails, « il y a des points détaillé et généraux dans la demande ».
Le président de la commission de la défense du Parlement Ilkka Kanerva estime que la Finlande répondra par l’affirmative à la demande américaine. M. Kanerva voit cette participation comme une opération de gestion de crise. « La législation finlandaise limite nos possibilités de réagir à de telles demandes. »
La Finlande participe d’ores et déjà au travail de la coalition : une cinquantaine de soldats finlandais forment des troupes à Erbil en Irak du Nord. M. Kanerva estime qu’il s’agit de poursuivre ou renforcer cette démarche. L’envoi des troupes en Irak ou en Syrie est exclu.
Selon le ministre des affaires étrangères Timo Soini, la Finlande étudiera la demande américaine tranquillement et avec soin. « Le Président et le gouvernement devront ensuite formuler la réponse finlandaise. Il estime que la Finlande et les autres pays nordiques pourraient évoquer la question entre eux.
TS/12

Politique intérieure

Politique de l’asile

La Finlande durcit sa politique
« Selon le gouvernement, il s’agira de distinguer ceux qui ont véritablement besoin d’aide » Dem
Le gouvernement prévoit 80 démarches pour resserrer sa politique de l’asile dans le but d’accélérer les renvois et diminuer le nombre de ceux qui obtiennent l’asile.
La Finlande envisage de proposer aux demandeurs d’asile dans les centres de réfugiés le strict minimum en matière de services. Il s’agira de réévaluer deux fois par an la situation en matière de sécurité dans les pays de départ. Cette évaluation aura désormais un effet même sur un permis de séjour déjà obtenu.
Le Premier ministre, M. Sipilä, relève que la Finlande a été au bout de ses capacités ces derniers mois. Selon lui, il s’agit de revoir tout ce qui pourrait constituer un facteur d’attrait.
M. Orpo, ministre de l’Intérieur, relève qu’il s’agira de renforcer les renvois et le retour volontaire.
Plusieurs projets de loi sont en cours. La Finlande réforme sa législation de façon à ce qu’elle corresponde au minimum prévu par les directives européennes.
Helsingin Sanomat relève qu’outre ces mesures pour durcir la politique, le gouvernement prévoit également de soutenir l’intégration et l’emploi des personnes ayant obtenu un asile. Mme Lehtinen de l’ONG de soutien aux réfugiés estime que nombre de mesures sont en contradiction avec les objectifs de l’intégration, comme par exemple l’idée d’un permis de séjour temporaire dont la durée dépend de l’évolution de la situation dans le pays d’origine (le permis de séjour est actuellement accordé pour quatre ans à la fois).
La Finlande envisage de fermer des centres d’accueil, éventuellement jusqu’à 30, et de créer des centres pour les renvois, dont deux dans la région de la capitale, et dans lesquels le contrôle serait renforcé.
Le gouvernement envisage de supprimer la possibilité d’obtenir un asile pour des raisons humanitaires.
HS/A6, Dem/6

« Beaucoup de demandeurs d’asile souhaitent déjà rentrer » HS
HS relève que certains demandeurs d’asile expriment leur déception et que selon l’IOM, International Organization for Migration, le nombre de demandeurs qui souhaitent rentrer volontairement dans leurs pays a augmenté. Il s’agit surtout des Irakiens. L’IOM gère les voyages du programme de l’Office national de l’immigration.
HS/A7

Billet : « Le gouvernement se prépare au pire » HS
HS publie un billet de Mme Kauhanen qui souhaite un débat sur les mesures dures prévues par le gouvernement.
La Finlande se prépare à l’effondrement des traités de Schengen et de Dublin. La suppression de Schengen ne ferait pas disparaitre les conventions internationales.
Il y a aussi la question de la Russie, qui est une chose à laquelle la Finlande doit toujours se préparer. Il s’agit du fait de savoir par quelles règles on peut maîtriser le nombre d’arrivants par la Russie. Les cas que l’on a eus jusqu’à présent pourraient n’être qu’un début.
HS/A7

Editorial : « Mise à jour de la politique d’asile selon la situation » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note qu’à l’échelle européenne, le nouveau plan finlandais concernant la politique d’asile n’est pas exceptionnel.
Il n’est toutefois pas exclu que certains des moyens prévus soient contraires à la Constitution. L’éditorialiste estime de ce fait que le but réel est de passer un message tant aux demandeurs d’asile qu’aux électeurs.
L’éditorialiste estime que l’essentiel dans la politique de réfugiés serait de trouver une politique commune entre les Etats membres. La coopération nordique est également importante. Pour l’instant, chaque pays cherche ses propres solutions du fait que les décisions prises au niveau européen ne se transforment pas en action.
HS/A5

Pacte social

Le gouvernement veut augmenter les accords locaux
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a désigné un groupe de travail tripartite pour préparer les lois afin d’augmenter les accords locaux au niveau des entreprises. Le groupe est présidé par Pekka Timonen, directeur général au ministère de l’emploi et de l’économie.
Selon le ministre de l’économie Olli Rehn, la préparation sera effectuée en coopération entre le gouvernement et les partenaires sociaux.
« L’objectif est de rédiger ensemble les règles du jeu concernant le temps de travail et les salaires, ainsi que sur les mesures afin de consolider le statut des employés. »
Il y aura des changements dans la législation sur le contrat de travail, sur le temps de travail, sur les congés annuels et sur le congé pour études.
Le groupe est censé de terminer son travail d’ici le 15 mars prochain. Après la phase consultative, le projet de loi du gouvernement pourrait être présenté au Parlement en mai et les lois entreraient en vigueur ne septembre 2016.
Selon M. Rehn, l’objectif est de consolider la confiance aux lieux de travail, augmenter à 72 % le taux d’emploi, et créer plus de 100 000 nouveaux emplois.
HS/A9

Economie

Maigres perspectives pour les exportations
Selon les premiers chiffres publiés, hier, par les douanes, les exportations auraient reculé en octobre de 11% par rapport à 2014.
Actuellement, la valeur des exportations finlandaises est de 20% inférieure à ce qu’elle était avant la crise, en 2008, regrette l’éditorialiste de Kauppalehti.
KL

Plus d’entreprises cotées en bourse que jamais depuis le début des années 2000
Turun Sanomat relève que plus d’entreprises que jamais depuis le début des années 2000 ont été introduites en Bourse, cet automne. 12 entreprises ont été introduites à Helsinki en 2015.
TS/mar/11

Espace

Une entreprise finlandaise lancera un satellite
Helsingin Sanomat relève que l’entreprise finlandaise de programmation Reaktor a l’intention de lancer un satellite commercial dans un an.
Un satellite intitulé Aalto 1, construit par l’université Aalto, sera lancé au début de l’année. Des employés de Reaktor ont participé également à la planification de ce satellite.
HS/B11

France

Elections

Editorial : « Une combinaison dangereuse » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que l’image modifiée du FN fait que les électeurs n’ont plus honte de voter pour ce parti. Les anciennes valeurs restent toutefois les mêmes.
Il serait dangereux de compter sur le fait que le succès du FN soit de nature temporaire. L’éditorialiste regrette que la réussite de ce parti encourage les partis eurosceptiques et xénophobes dans d’autres pays.
HBL/16

Mardi 8 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

La dernière semaine décisive des négociations
Diviser le fardeau sera le plus difficile
Helsingin Sanomat relève que le ministre de l’Environnement, M. Tiilikainen, représente l’UE dans un des groupes de travail les plus difficiles de la COP21. Il s’agit du groupe chargé de la répartition des responsabilités concernant la diminution des émissions, le financement des mesures et la surveillance des actions.
M. Tiilikainen relève qu’il s’agit de trouver un accord sur une solution qui nécessite autant de travail de tout le monde. Il estime que réussir ne va pas de soi. Selon lui, certains pays sont réticents, alors que d’autres sont prêts à chercher des compromis.
M. Tynkkynen, conseiller de Sitra, relève que les pays en voie de développement ont fait des concessions considérables dans la question du financement. Pour lui, il sera intéressant de voir comment on arrivera à inscrire dans le traité que le financement ne dépendra plus uniquement des grands pays industriels.
Hufvudstadsbladet relève que, selon M. Tiilikainen, parmi les pays en voie de développement il y en a une trentaine qui ont un PIB par tête plus élevé que les trois Etats membres de l’UE les plus pauvres. Pour lui, une division stricte en deux (le pare-feu) ne correspond plus à la réalité.
HS/A22, HBL/15

HSL vise des bus électriques comme ceux qui transportent les participants à Paris
La régie des transports en commun de la région d’Helsinki, HSL, teste actuellement des bus électriques. Des transports de participants de la COP21 sont assurés par ces mêmes bus de la marque Ebusco.
HS

Politique intérieure

Législation

Akava critique la direction politique du paquet de lois restrictives
Helsingin Sanomat rapporte que la centrale syndicale Akava critique la façon dont le gouvernement prépare son paquet de lois afin d’améliorer la compétitivité-coût. Maria Löfgren, directrice chargée des questions du marché de travail à Akava, a participé en tant que représentante de la centrale à la préparation du paquet.
Selon Mme Löfgren, la préparation du paquet a été faite sous une orientation politique fortement marquée. Les fonctionnaires chargés de la préparation ont dû souvent demander comment procéder. « Il est exceptionnel que même les détails sont préparés sous une direction politique », selon Mme Löfgren. Elle estime que la situation doit être difficile pour les fonctionnaires.
Selon le ministre de l’emploi et de la justice Jari Lindström, « les lois sur la compétitivité-coût ont été préparées tout à fait normalement. Il n’y a eu aucune direction politique ».
Le chancelier de la justice Jaakko Jonkka estime que la direction politique dans la préparation des lois a augmenté ces dernières années. Il ne s’étonne pas des critiques des experts juridiques. Il prend comme exemple extrême de la direction politique la réforme des services sociaux et de la santé du gouvernement précédent. La réforma a échoué en raison des problèmes constitutionnels.
HS/A12

Propos de Mme Koskelo
Selon Yle, la présidente de la Cour suprême Pauline Koskelo, qui a été nommée à la Cour européenne des droits de l’homme, estime que les dirigeants politique finlandais ne s’intéressent pas au droit et aux question juridiques.
Mme Koskelo critique surtout le financement insuffisant de tribunaux surchargés.
Yle

Pacte social

Selon la SAK, la suite des négociations dépend d’EK et du gouvernement
Helsingin Sanomat relève que selon le président de la SAK Lauri Lyly, la suite des négociations sur le pacte social dépend de la confédération du patronat et de l’industrie EK et du gouvernement.
Le conseil de la SAK, qui s’est réuni lundi, a rappelé que la proposition de négociation présentée par la centrale a expiré lundi. Il s’agissait de la proposition de la SAK de ne pas proposer d’augmenter les salaires en 2017.
Selon M. Lyly, la SAK doit redéfinir ses objectifs si les négociations continuent.
La SAK, qui rejette vigoureusement le paquet de lois préparé par le gouvernement, se prépare à convoquer les délégués centraux de ses syndicats à un débat sur la situation sur le marché du travail qui aurait lieu à Tampere fin janvier 2016.
HS/A13, Dem/3, AL/A6

Selon M. Gustafsson, une solution négociée est encore possible
Selon Kauppalehti, le secrétaire général du ministère de l’emploi et de l’économie Jari Gustafsson souhaite encore un compromis des partenaires sociaux.
Le Premier ministre Juha Sipilä a dit vendredi dernier que le paquet de lois devrait être présenté au Parlement en février. Les lois seront ensuite étudiées en commission des lois constitutionnelles et en séance plénière.
Selon M. Gustafsson, « les partenaires sociaux auront encore tout ce temps pour négocier. »
KL/4

Manifestations du 6 décembre

Une trentaine de manifestants soupçonnés de crimes ou délits
Helsingin Sanomat relève que la police a arrêté plus de 130 personnes dimanche lors des manifestations de la fête de l’indépendance. Les personnes interpellées ont toutes été libérées au plus tard lundi après-midi.
Plus de trente de manifestants sont soupçonnés de crimes ou délits, dont 24 pour refus d’obtempérer.
HS/A14

Médias

L’Etat devrait créer une nouvelle agence de presse digitale
Un groupe de travail dirigé par le professeur Anssi Vanjoki, ancien dirigeant de Nokia, considère que l’Etat finlandais devrait créer une nouvelle agence de presse qui produirait du contenu notamment poiur la presse régionale Une autre possibilité serait d’aider l’agence de presse STT.
Le groupe de travail considère aussi que la radio-télédiffusion publique Yle devrait augmenter la part de contenus qu’elle achète à l’extérieur. Actuellement cette part n’est que de 6% et devait monter jusqu’à 30% selon le groupe de travail.
HS

Industrie minière

Talvivaara
Le groupe de l’Etat Terrafame a acheté au groupe belge Nyrstar des créances s’élevant à 216 millions d’euros concernant le groupe minier Talvivaara. Le ministre de l’Economie, M. Rehn (Centre), relève que l’on cherche une solution qui facilite la coopération entre les parties afin d’assurer le fonctionnement et le financement de la mine. Nous souhaitons également promouvoir la mise en œuvre du programme de restructuration de Talvivaara, dit-il.
Helsingin Sanomat relève ainsi que la position de l’Etat concernant Talvivaara a complétement changé. A l’automne 2014, le ministre de l’Economie de l’époque, M. Vapaavuori (Rassemblement national), et M. Heliövaara, chef de l’unité chargé de la gestion des actions de l’Etat, ont souhaité mettre en faillite le groupe.
Terrafame Group qui est entièrement en possession de l’Etat dispose de 100 % de Terrafame qui est chargé des activités minières sur place.
M. Hietanen, directeur général de Terrafame Group, relève que cette solution favorise les négociations et améliore les possibilités d’obtenir une solution globale pour garantir le fonctionnement de la mine.
HS/A27

France

Elections régionales

« L’extrême-droite arrive en tête des régionales » Yle
« Quand la France bascule vers la droite, l’UE est menacée » HS
« La saga de la famille Le Pen continue » KS
« Des élections secondaires pour un grand pas vers l’Elysée » AL TS
Yle rapporte que le score obtenu par le Front national aux élections régionales est historique puisqu’il s’agit du meilleur résultat de ce parti. La correspondante à Paris de Yle écrit que « le Front national a tiré profit de la vague protestataire née de la crise économique et du chômage. De plus, les thèmes privilégiés du parti, l’immigration et la sécurité, prédomine dans le débat politique depuis les attentats de Paris. C’est pourquoi, pour les Français, le succès du Front national ne constitue pas une surprise ». Mme Heikkilä conclut que « le bon résultat aux régionales aidera Marine le Pen à renforcer l’organisation de son parti et aborder les prochaines élections nationales en meilleure position ».
La correspondante à Londres du Helsingin Sanomat considère que le succès du Front national n’a pas qu’un effet sur la politique intérieure française mais constitue aussi un défi pour l’ensemble de l’UE. Sur le plan de la politique intérieure, elle juge que, comme le dit Mme Le Pen, « les vieux partis s’effondrent ». Sur le plan de l’UE, la montée du FN signifie plus de divisions et de dissensions ; En effet, le succès du FN va conduire probablement les partis traditionnels à durcir leurs discours et leurs attitudes tant en France que dans le reste de l’UE. Le succès de Marine Le Pen et de sa nièce montrent aux autres politiciens qu’en appeler à la fermeture des frontières et aux valeurs passées reçoit un écho parmi les électeurs. C’est pourquoi cela risque d’être imité ailleurs en Europe.
Aamulehti considère que désormais le système politique français est devenu tripartite. Par ailleurs, depuis que Marine le Pen a jeté son père hors du parti, il est devenu plus facile pour certains électeurs de franchir le pas et voter FN.
HS Yle AL TS Kaleva KS

Editorial : « Une période d’instabilité qui pousse la France à droite » HS
Helsingin Sanomat juge que, traditionnellement les élections locales françaises servent de sondage en grandeur nature pour les élections nationales. Cette fois-ci, cela permet aussi de voir comment les attentats terroristes, la vague migratoire et le prolongement de la crise économique ont une influence sur les mentalités en Europe ». Selon l’éditorialiste, ces trois thèmes traduisent la période d’incertitude que nous vivons aux yeux des électeurs. C’est aussi un terreau fertile pour des partis qui proposent des réponses catégoriques, simplistes et nationales, comme le fait le FN.
Le FN est devenu plus fréquentable du temps de Marine le Pen. Il continue toutefois à recueillir de l’audience en s’opposant à l’immigration, l’islam et l’euro. Et comme celui de son père à proposer des réponses simplistes aux problèmes : fermer les frontières car tout le mal vient de l’extérieur. Dimanche, ce message a marché.
L’éditorialiste juge que, les élections régionales montrent que Mme Le Pen a amélioré ses possibilités pour les élections nationales. Mais on voit aussi ce qui se passe quand elle accède au second tour : le PS se retirant, elle ne peut pas transformer son audience en élus. Il est à penser qu’il en sera de même aux élections présidentielles.
Mais le FN ne reste toutefois pas sans pouvoir. Si le système électoral et les partis traditionnels arrivent à faire barrage à la montée de l’extrême-droite, les idées du FN se propagent et deviennent communes – il y a un durcissement du discours.
L’ancien président Nicolas Sarkozy pêchera dans les mêmes eaux que le FN car il y a visiblement beaucoup d’électeurs à y attraper et le populisme ou les politiques dures n’ont jamais effrayés M. Sarkozy.
HS

Lundi 7 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Propos de M. Tiilikainen
« Les négociations avancent lentement » HBL
« Construction de quartiers à zéro-émissions à Paris » HBL
« Esquisse pour un traité à la dernière minute » HBL
Le ministre de l’Environnement, M. Tiilikainen, (Centre), qui participe à la réunion des ministres de l’Environnement à la COP21, considère que l’on ne peut pas se permettre de laisser échouer le traité climatique qui est essentiel pour l’avenir. « Même si on réussissait très bien, les conditions de vie des millions de personnes vont se détériorer. Nous négocions des questions décisives concernant l’humanité. Et beaucoup de questions sont encore en instance. »
M. Tiilikainen estime qu’il serait important que la conférence transmette un message encourageant aux investisseurs privés pour investir dans les technologies vertes.
Le ministre se déclare optimiste en ce qui concerne l’obtention d’un traité à Paris. Il souhaite que l’on puisse clarifier le fait de savoir quelles sont les responsabilités des pays industriels et quelle est la charge à assumer par les pays en voie de développement.
Helsingin Sanomat relève que, selon M. Laurikka, négociateur principal de Finlande, le message politique est que les objectifs actuels devraient être considérablement durcis.
Kauppalehti relève que M. Laurikka estime que les négociations ont avancé trop lentement la semaine dernière. L’UE s’est efforcée de faire plusieurs propositions de compromis et a été constructive concernant les différends entre les pays industriels et ceux en voie de développement, malgré les critiques, selon lui.
HS/dim/A6-7, KL/lun/A8

Russie – Turquie

M. Niinistö a transmis des messages entre la Turquie et la Russie
Turun Sanomat relève que le Président Sauli Niinistö a répondu à des questions des citoyens samedi lors d’une émission radiophonique à Yle.
M. Niinistö a indiqué avoirit transmis des messages entre les présidents turc et russe parce qu’il les a rencontrés l’un après l’autre cet automne.
« Je ne souhaite pas m’élever au rang des médiateurs de la paix. J’estime toutefois qu’un petit pays comme nous peut avoir un rôle dans la construction de la relation entre les pays orientaux et occidentaux », a déclaré M. Niinistö.
M. Niinistö a souligné la valeur fondamentale de l’Union européenne en tant qu’union pour la paix. Il espère que l’importance de l’UE dans les relations internationales augmentera encore.
TS/dim/4

Point de vue

« L’unité entre la France et la Russie contre Daech est bien fragile » HS
Helsingin Sanomat publie un point de vue de David Cadier, chercheur à l’institut finlandais des relations internationales, qui souligne que les différences de points de vue entre la France et la Russie sur la crise en Syrie sont si importantes que, selon lui, la coopération ne pourra pas mener très loin.
HS

Migration

L’UE souhaite prolonger les contrôles frontaliers
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime qu’il faut avoir une attitude positive à l’égard de la possibilité de prolonger les surveillances frontalières dans le contexte de circonstances exceptionnelles qui ne se termineront pas toute de suite.
Pour M. Orpo, la déception et la frustration que les Etats membres éprouvent à l’égard de la Grèce commencent à se voir. Ce pays n’a pas géré ses obligations, regrette M. Orpo.
Concernant l’éventualité de gardes-frontières communs, proposés par la France, M. Orpo relève que la Finlande part du principe que chaque Etat se charge soi-même de ses frontières. La Finlande estime toutefois qu’un Etat disposant d’une frontière extérieure doit, au besoin, demander une assistance.
Concernant le « mini-Schengen », évoqué par certains, M. Orpo relève qu’il comprend une évolution dans laquelle il y aurait à l’intérieur de l’Europe une zone plus strictement contrôlée. Pour lui, la Finlande ferait partie d’une telle zone si elle devait se créer.
HS/sam/B4, KS/sam/14

Propos du Président Niinistö
Selon le Président Sauli Niinistö, l’Europe n’a pas réussi dans l’accueil de demandeurs d’asile. Pour lui, la situation n’est pas maîtrisée et les Européens peuvent s’accuser eux-mêmes, « moi y compris ». « Les passages que nous voyons dans la Méditerranée depuis des années déjà, auraient dû nous faire penser que ce phénomène n’était pas prêt de se terminer ».
M. Niinistö estime qu’après les négociations entre l’UE et la Turquie, on est arrivé à trouver une solution stable et humaine.
Pour ce qui est de la Finlande, le Président rappelle qu’il faut prendre au sérieux également les arrivants qui viennent par la Russie. Il est dans les intérêts de toutes les parties que la situation soit bien contrôlée.
Quant à ceux qui estiment qu’il faudrait que la Finlande ferme ses frontières, M. Niinistö rappelle que cela transférerait le message que l’on peut les fermer devant les Finlandais aussi. Il constate que les conventions internationales engagent la Finlande à agir d’une certaine façon.
AL/dim/A14

Terrorisme

Trois terroristes importants en Finlande ?
Aamulehti relève que, selon Iltalehti, il y aurait actuellement trois personnes en Finlande qui seraient des dirigeants de cellules terroristes.
Ces personnes se seraient vu refuser un permis de séjour mais elles auraient fait appel de cette décision.
Selon les sources d’Iltalehti, elles auraient des liens avec l’organisation Ansar al-Islam créée par mullah Krekar et devenue Rawti Shax.
La Sûreté nationale ne commente pas la question.
AL/dim/A15

Immigration

Sondage : un tiers des décideurs municipaux ne considèrent pas comme Finlandais un immigré de nationalité finlandaise
Kaleva relève que selon les prévisions de l’Institut d’études statistiques, il y aura 6,1 millions de Finlandais en 2050, soit 700 000 de plus qu’aujourd’hui.
Un million de personnes auront des origines étrangères, selon M. Söderling, ancien directeur de l’Institut de l’immigration, actuellement à la retraite.
Le nombre de musulmans augmentera à 200 000 ; celui des personnes dont langue maternelle est le russe, l’estonien ou le chinois s’élèvera respectivement à 240 000, 135 000 et 37 000.
Parmi les demandeurs d’asile de cet automne, entre 12 000 et 15 000 auront un permis de séjour et deviendront des Finlandais avec le temps.
Selon un sondage effectué auprès des décideurs municipaux, 57 % des personnes interrogées estiment qu’un immigré devient finlandais lorsqu’il obtient la nationalité finlandaise et qu’il réside en Finlande de façon permanente.
22 % des personnes interrogées n’appelleraient pas finlandais un immigré de deuxième génération et disposant de la nationalité tant qu’il n’a pas le finnois ou le suédois comme langue maternelle.
Un tiers des Vrais Finlandais ayant répondu ne considèrent pas Finlandais même un immigré de troisième génération qui parle une des langues du pays comme deuxième langue maternelle.
Kaleva/dim/20-21

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement commence à préparer son propre paquet
Helsingin Sanomat rapporte que le pacte social a échoué et le gouvernement commence maintenant à préparer son propre paquet de lois afin d’améliorer la compétitivité.
Le gouvernement prépare, simultanément avec ces projets de lois, une procédure sur les accords locaux. Le Premier ministre Juha Sipilä a évoqué les accords locaux avec les partenaires sociaux vendredi. Le gouvernement définira ses principes et objectifs cette semaine et en parlera en détail avec les partenaires sociaux plus tard.
Le ministre des finances Alexander Stubb a déclaré samedi à Kauppalehti que « les deux choses à décider localement à l’avenir sont les salaires et le temps de travail ». Pour lui, il s’agit de la plus grande réforme du marché de travail effectuée en Finlande. « Elle aura un effet sur l’emploi et la croissance. » M. Stubb souhaite que les décisions correspondent aux orientations du programme gouvernemental et du rapport rédigé sous la direction de médiateur Harri Hietala.
HS/lun/A12

Les juristes critiquent la préparation des lois sur le travail
Helsingin Sanomat relève que selon plusieurs professeurs en droit, dont Tuomas Ojanen, Jyrki Tala, Anssi Keinänen et Ulla Liukkunen, les lois projetées par le gouvernement n’ont pas été préparées de façon adéquate. Par exemple, quelques points importants qui figuraient dans la première version ont été supprimés du projet de loi qui est actuellement en consultation. Certains professeurs estiment même qu’il y a une direction politique derrière la préparation insuffisante.
On explique, dans la version initiale, par exemple pourquoi les diminutions de primes de congés ne tombent pas sous le coup du droit communautaire. Les justifications ont ensuite été supprimées de la version actuelle, probablement parce qu’il y a des problèmes par rapport à la législation européenne.
Tarja Kröger, conseillère chargée de la préparation des lois restrictives au ministère de l’emploi et de l’économie, souligne que normalement la rédaction de telles lois prend au moins un an, tandis que maintenant le ministère n’a eu que trois ou quatre semaines pour la rédaction, ce qui est exceptionnel. Elle note que tous les détails seront étudiés avant la version définitive du paquet de lois.
On estime que, même si certaines des mesures étaient non conformes avec le droit européen, le délai pour que les juridictions européennes statuent, deux à trois ans, permettrait toutefois à ces mesures de produire leurs effets.
HS/lun/A12

Grèves

Est-ce que la Finlande est un pays de grévistes ?
Selon Helsingin Sanomat, l’échec des négociations sur le pacte social pourrait engendrer une vague de grèves dès le printemps prochain.
Selon les estimations de la confédération du patronat et de l’industrie EK, près de 100 000 Finlandais ont fait grève cette année. La plupart des grèves s’expliquent en raison de la grande manifestation des centrales syndicales contre le gouvernement en septembre dernier.
Moins de 10 % des grèves ont concerné les conventions collectives.
Il y a au total 74 grèves cette année, ce qui est moins que d’habitude. En 2014, environ 69 000 personnes ont participé à 128 grèves. En 2005, il y a eu 365 grèves, mais en 2010 près de 140 000 personnes ont participé à des grèves.
En 2014, on a perdu environ 40 000 jours de travail en raison des grèves, contre 670 000 en 2005 et 315 000 en 2010.
Il y a plus de grève en Finlande que dans les autres pays nordiques, tandis qu’en Norvège et au Danemark plus de jours de travail sont perdus en raison des grèves.
HS/lun/A14

Economie

Le PIB finlandais a reculé de 0,2% au troisième trimestre
Selon l’institut des statistiques, le PIB de la Finlande a reculé de 0,2% au troisième trimestre par rapport à 2014. Il y a trois semaines encore, on estimait que ce recul était de 0,8%.
L’institut des statistiques a aussi corrigé à la hausse le chiffre du second trimestre : +0,7% au lieu de +0,1%.
C’est surtout la consommation intérieure qui a progressé (+1,4% au troisième trimestre par rapport à 2015).
KS

Les économies des Etats membres se relèvent à des rythmes différents
Helsingin Sanomat souligne que la croissance économique repart à des rythmes très différents dans les Etats membres de l’UE : entre 4% en Roumanie et moins de 1% en Finlande, voire 0% pour la Grèce, selon les prévisions concernant 2016.
HS

La baisse de l’euro n’a pas profité à la Finlande
STT rapporte que la Finlande ne tire pas profit de la baisse de l’euro car cet avantage est largement compensé par les difficultés à l’exportation de la Finlande dues à la baisse de la couronne suédoise et du rouble russe.
KS

Infrastructure

Un nouveau fonds pour les projets d’infrastructure
Le budget de l’Etat ne prévoit pas d’argent pour les nouveaux projets d’infrastructure. L’industrie du BTP envisage donc de créer un fonds pour financer les projets d’infrastructure de l’Etat et des communes.
C’est la banque d’investissement Icecapital qui prépare ce projet et envisage de réunir 400 millions d’euros pour ce fonds : la moitié viendrait de l’Etat et l’autre moitié des fonds de pension. Cela permettrait de lever 1,2 milliards d’euros.
HS relève que le budget de l’Etat ne prévoit actuellement pas d’investir dans les nouveaux projets d’infrastructure comme la boucle ferroviaire d’Helsinki.
HS

Fortum

Fortum a des milliards à dépenser
Fortum ayant vendu ses réseaux de distribution d’électricité en Suède et en Finlande, le groupe dispose de plus de 4 milliards d’euros que son nouveau président Pekka lundmark devra investir dans les 2 à 3 prochaines années.
HS

Nokia

La restructuration de Nokia bientôt achevée
La vente de Here sera la dernière phase de la restructuration de Nokia qui vient d’approuver le rachat d’Alcatel-Lucent pour 15,6 milliards d’euros, rapporte HS.
HS

Finnair

Finnair va recruter plus de 400 employés
Finnair qui déploie ses nouveaux appareils A350 d’Airbus a déjà recruté 70 nouveaux pilotes et 130 personnels de cabine.
La compagnie devrait encore recruter 100 pilotes et 300 personnels de cabine.
HS

France

Elections régionales
« Victoire de l’extrême-droite aux élections régionales en France » Yle
« L’extrême-droite en position de force aux élections régionales françaises » HS

Réagir en cas d’attaque terroriste
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement français a lancé une campagne de communication sur le thème « Comment réagir en cas d’attaque terroriste ».
HS

Renault : Sortie de la Talisman
Kauppalmehti présente la Talisman, nouvelle voiture de Renault qui sortira sur le marché finlandais en mars-avril. KL

Vendredi 4 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Mali

La Finlande compte envoyer plus de soldats au Mali
Helsingin Sanomat rappelle que selon le ministre des affaires étrangères Timo Soini, la Finlande envisage de répondre à la demande de la France en envoyant plus de soldats au Mali.
Le quotidien note qu’il y a une opération de maintien de la paix de 10 000 casques bleus sous l’égide de l’ONU, la Minusma, ainsi qu’une opération de formation de l’Union européenne de près de 600 personnes et une opération de la France de 3 000 soldats.
Jusqu’à présent, la participation de la Finlande a été modeste : cinq Finlandais à l’opération de l’ONU et dix à l’opération de l’UE.
L’opération de l’ONU est considérée comme une des plus dangereuses de l’organisation. L’opération de l’UE se concentre sur la formation des soldats maliens et est considérée comme moins dangereuse que celle de l’ONU.
HS/A35

Iran

Mme Toivakka en Iran avec une délégation de la vie économique
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre du commerce extérieur et du développement Lenita Toivakka effectuera une visite en Iran avec une délégation de la vie économique d’une centaine de personnes qui représentent environ 70 entreprises finlandaises, dont Valmet, Wärtsilä, Nokia, Outotec et Kone.
Mme Toivakka souligne que l’Iran est un marché de 80 millions de personnes qui devrait connaître, selon les estimations internationales, une croissance économique d’environ 5 % par an.
HS/A41

Migration

Projet de centre d’hébergement pour accueillir les migrants devant être renvoyés
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, relève que la Finlande envisage de mettre en place des centres d’hébergement spécifiquement destinés pour les personnes ayant obtenu une réponse négative à leur demande d’asile. M. Orpo relève que cela pourrait concerner des milliers de personnes.
Selon M. Orpo, dans ces centres, le contrôle serait « plus strict », mais il n’a pas précisé ce que cela signifie. « Ce ne seront pas des prisons », selon lui.
Le ministre et le reste du gouvernement sont en train de préparer d’autres orientations encore concernant la politique de l’immigration. Elles devraient être rendues publiques mardi prochain.
HS/A8

Fuite des cerveaux

Avec la disparition de jusqu’à 2000 emplois dans les universités, les jeunes chercheurs se dirigent vers l’étranger
Hufvudstadsbladet rend compte du risque que des chercheurs de haut niveau partent à l’étranger.
Les universitaires sont inquiets en ce qui concerne l’attitude du gouvernement à l’égard de la recherche. M. Koikkalainen de l’Union des chercheurs estime que le Premier ministre et le ministre des Finances parlent d’une façon dégradante des chercheurs.
Au total, 1200 emplois sont menacés à l’Université de Helsinki, 350 à l’Université Aalto, 154 à Åbo Akademi et 55 à l’Université technologique de Lappeenranta. L’Université de la Finlande de l’Est licenciera 24 personnes.
M. Hämeri, président de l’union de professeurs, relève que dans la région de la capitale, plus de 1500 emplois risquent de disparaître. Lorsque les industries licencient un grand nombre de personnes, le gouvernement prévoit des mesures de soutien, mais là, on n’a pas vu de ministres venir en proposer, regrette-t-il.
M. Koikkalainen qui rappelle que MM. Stubb et Sipilä ont tous les deux parlé de façon dégradante des ”professeurs donneurs de leçons”, se demande comment ils voient ce domaine, et s’ils comprennent bien que les chercheurs ne constituent aucunement un groupe hétérogène.
HBL/4-5

Politique intérieure

Partis politiques

Audience des partis : le PSD se rapproche du Centre
Selon les résultats d’un sondage d’opinion sur l’audience des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte d’Yle, le Centre est encore en tête avec une popularité de 21,6 % (-0,1 par rapport à novembre), suivi de près du PSD, 21,0 % (+0,3). L’audience du troisième parti, le Kokoomus n’a pas bougé : 18,3 %.
L’Alliance verte arrive quatrième avec un score de 12,6 % (+0,4). Les Vrais Finlandais ont perdu 0,9 point pendant un mois et ont obtenu 8,9 %. L’Alliance des gauches est sixième avec 8,1 % (+0,7), suivi du Parti suédois, 4,6 % (+0,2) et des Chrétiens-démocrates, 3,5 % (+0,1).
L’audience des trois partis représentés au gouvernement est de 48,8%. Depuis les élections législatives du mois d’avril, les Vrais Finlandais ont perdu la moitié de leur audience (de 17,7 à 8,9 %).
Selon Jari Pajunen, directeur de recherche à Taloustutkimus, l’audience du Kokoomus a été en légère hausse pendant les premières semaines de novembre, mais pendant la dernière semaine elle a baissé à 16 %, très probablement en raison des déclarations erronées du ministre des finances Alexander Stubb devant le Parlement.
Le sondage a été effectué entre le 9 novembre et le 1er décembre auprès de 2 408 personnes.
Yle

Beaucoup de Finlandais pensent que la politique est trop compliquée
Helsingin Sanomat rapporte que selon un rapport intitulé « Les indicateurs de la démocratie 2015 », à l’axe politique gauche-droite, la moitié des Finlandais se situent à droite, 25 % se situent au centre et 25 % à gauche.
Ce qui est étonnant, c’est que les partisans de l’Alliance verte se situent plus vers la gauche que les électeurs du PSD. Le plus grand changement s’est toutefois passé parmi les Vrais Finlandais qui se situent actuellement plus vers la droite qu’en 2011.
Le gouvernement actuel est politiquement uni, parce que les électeurs des partis du gouvernement se situent tous à droite.
Selon le rapport, les Finlandais sont satisfaits du bon fonctionnement de la démocratie.
Néanmoins, 69 % des personnes interrogées estiment cependant que la politique est trop compliquée pour qu’ils la comprennent.
Le sondage a été effectué en avril-juin 2015 auprès de 1 587 Finlandais. HS/A14

Parlement

M. Stubb s’est excusé devant les députés
Helsingin Sanomat relève que le ministre des finances Alexander Stubb, qui avait donné de fausses informations concernant le projet de loi sur le registre des titres devant le Parlement jeudi de la semaine dernière, s’est excusé hier devant les députés.
L’Alliance des gauches et l’Alliance verte ont décidé jeudi de déposer une motion de censure concernant les déclarations de M. Stubb. Le groupe parlementaire du PSD a décidé ce matin de ne pas participer à cette démarche.
Le gouvernement a décidé mardi d’abandonner le projet de loi contesté sur le registre des titres.
HS/A13

Social

Un projet de loi menace l’assurance chômage des artistes
Un projet de loi est en cours concernant le statut des artistes. Il est prévu de les considérer comme entrepreneurs, ce qui dans le pire des cas les priverait de l’assurance chômage.
HS/B4

Culture – danse

Une maison pour la danse
La ministre de l’Education et de la Culture, Mme Grahn-Laasonen, a décidé, hier, que l’Etat participerait au financement de la création et du fonctionnement d’un nouvel établissement, la « maison de la danse ».
Il s’agirait d’un financement à hauteur de six millions d’euros à compter de 2018. L’Etat prévoit en outre des crédits annuels de 650 000 pour le fonctionnement de la Maison de la danse.
La Maison de la danse serait située à côté de Kaapelitehdas.
HS/B5

France – Finlande

Gastronomie

Joyeux Noël !
« Délicieux noël, mon chéri ! »
L’hebdomadaire Anna a réalisé un reportage à la résidence de l’ambassadeur de France et publie les photos et les recettes d’un repas de Noël français. Au menu, huîtres, canard et bûche de Noël.
Anna

Jeudi 3 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Défense

Les prochains chasseurs de l’armée de l’air seront européens ou américains
Helsingin Sanomat rapporte que le commandant de l’armée de l’air, le général Kim Jäämeri annonce que les prochains avions de chasse seront britanniques, français, suédois ou américains.
« Le ministère de la défense enverra prochainement aux gouvernements de quatre pays les lettres qui seront communiqués aux fabricants d’avion dans ces pays », selon le général Jäämeri.
L’intention de l’armée de l’air est d’envoyer, d’ici fin février 2016, des demandes d’informations à cinq fabricants qui sont BAE Systems (Eurofighter Typhoon), Dassault Aviation (Rafale), Saab (Jas Gripen), Lockheed Martin (F-16 et F-35) et Boeing (F-15 et F/A-18).
Selon le général Jäämeri, il est possible de commander deux types d’avions. « Cela n’est aucunement exclu. »
L’acquisition prendrait environ 15 ans.
HS/A10

Finlande – Russie – Etats-Unis

Extradition
Selon la Cour suprême, la Finlande peut extrader aux Etats-Unis deux ressortissants russes soupçonnés là-bas d’une affaire de contrebande de cigarettes.
La Cour suprême a donné son avis au ministère de l’Intérieur qui prendra la décision en la matière.
HS/A23

Finlande – Chine

Tourisme
Helsingin Sanomat relève que, cette année, les touristes chinois dépassent en dépenses les touristes russes dans la région de Helsinki. Alors que le tourisme russe a diminué de 41 %, celui des Chinois a augmenté autant.
Selon Visit Helsinki chargé de la promotion de la capitale finlandaise, les 360 000 Chinois venus en janvier-septembre ont dépensé chacun en moyenne 380 euros, soit 137 millions d’euros au total.
Durant la même période, 546 000 Russes se sont rendus dans la région d’Helsinki. Comme ils ont dépensé en moyenne 165 euros, les recettes engendrées s’élèvent à 90 millions d’euros.
HS/A27

Développement

Les fonds investis dans Finnfund comptabilisés dans la dette publique
L’Institut national d’études statistiques a décidé que l’investissement de l’Etat de la somme de 130 millions d’euros dans le fonds Finnfund qui promeut le développement en favorisant l’entreprenariat dans les pays en voie de développement, ne peut pas être considéré comme un placement, mais qu’il faut le prendre en compte en tant que dépense publique.
Helsingin Sanomat relève que cette orientation peut être décisive concernant le fait de savoir quel est le taux d’endettement finlandais.
Dans le programme gouvernemental, les millions dirigés vers Finnfund sont présentés comme un placement financier.
Le gouvernement avait justifié les coupes concernant les ONG du secteur du développement et l’augmentation des crédits de Finnfund en argumentant sur le fait que c’était un moyen de soutenir la coopération au développement sans augmenter l’endettement de l’Etat.
HS/138

Migration

Une manifestation de remerciement à Oulu
Une centaine de demandeurs d’asile ont manifesté, mardi, à Oulu, pour exprimer leur gratitude à l’égard de la Finlande concernant le respect des droits de l’homme et l’accueil des immigrés.
Les manifestants ont également condamné les actes criminels en soulignant leur pacifisme.
Kaleva/mer/11

Politique intérieure

Pacte social

Malgré l’échec du pacte social le gouvernement a laissé la porte ouverte
Selon Helsingin Sanomat, même si les négociations en vue d’un pacte social ont échoué mercredi matin le gouvernement souhaite encore que les partenaires sociaux retournent à la table de négociations. « Il faut voir, mais cela parait difficile », selon le Premier ministre Juha Sipilä, très déçu, qui compte rencontrer les représentants des partenaires sociaux. Le gouvernement serait prêt à attendre jusqu’à lundi prochain.
Le gouvernement a toutefois l’intention de promouvoir, dans les meilleurs délais, son paquet de lois afin d’améliorer la compétitivité-coût.
Cela concerne donc la suppression de deux jours fériés (l’Epiphanie et le jeudi de l’Ascension), l’introduction d’un jour de carence par congé maladie (sauf en cas de maladie d’un enfant) et le paiement à 80% des dix jours suivants du congé maladie (contre 100% actuellement), la diminution de 38 à 30 jours des droits à congé pour certaines catégories (principalement dans le secteur public) et une coupe de 30 % de la prime de vacances.
La procédure de consultation de ce paquet de lois est en cours et sera terminée dans une semaine. L’objectif du gouvernement est de présenter le paquet au Parlement en février prochain.
Le président du PSD Antti Rinne a exigé mercredi que le gouvernement retire le paquet de lois afin d’améliorer l’ambiance des négociations. « Il faut calmer la situation pour ne pas avoir une grande crise au marché du travail », selon M. Rinne.
Selon le Premier ministre Sipilä, le paquet de lois n’a aucun effet sur l’ambiance des négociations.
Même si la situation paraît impossible, le ministre de l’emploi Jari Lindström et le ministre des finances Alexander Stubb souhaitent encore des propositions pour sortir de l’impasse actuelle. M. Stubb souligne qu’il faut faire d’importantes réformes structurelles.
Le président de la SAK Lauri Lyly estime qu’il aurait fallu trouver un accord d’abord et voir ensuite quels sont les syndicats qui y participent.
Selon le président d’EK Jyri Häkämies, les partenaires ont négocié sérieusement pendant des mois pour arriver à un compromis.
HS/A8

Parlement

Les droits à la garde d’enfants seront détériorés considérablement
Helsingin Sanomat relève que la commission de l’éducation du Parlement a approuvé mercredi, avec la majorité des députés du Centre, des Vrais Finlandais et du Kokoomus, le projet de loi qui diminuerait le droit de l’enfant à l’accès l’éducation de la petite enfance.
Cela signifie que le temps de garde ne serait que de 20 heures par semaine pour les enfants dont les parents ne travaillent pas.
HS/A20

Violence

Editorial : « La violence contre les femmes devra être évoquée » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que depuis le début des années 2000 les Helsinkiens, hommes et femmes confondus, se sentent de plus en plus en sécurité lorsqu’ils sortent en ville et la violence contre les femmes a diminué. Néanmoins, les femmes éprouvent plus de violence et de menace de violence sur leurs lieux de travail qu’avant. Cette violence que les femmes éprouvent est de nature sexuelle dans la moitié des cas..
Outre une violence à proprement parler, les femmes et les filles sont harcelées et importunées en ville. Ces cas sont rarement déclarés à la police, et c’est un phénomène qui existe depuis longtemps, avant l’arrivé du nombre exceptionnel de demandeurs d’asile de cet automne.
Sans minimiser les soupçons de crimes sexuels commis par des demandeurs d’asile, il faut que cette forme de violence soit évoquée de façon plus générale, puisque ces expériences ne constituent rien de nouveau, relève HS.
HS/A5

Conférence de presse de la police : tolérance zéro pour le harcèlement
La police qui a donné une conférence de presse, hier, encourage toute victime de harcèlement sexuel de le déclarer à la police. Selon la police, il s’est déjà avéré qu’un auteur de harcèlement éprouvé comme moins grave et pas déclaré à la police commette un viol plus tard.
La police relève aussi que le racisme quotidien est présent à Helsinki.
Outre le pic dans les viols commis par des inconnus, les statistiques montrent un pic concernant les crimes racistes.
HS/A27, KS/5

Plus de Finlandais qu’avant condamnent le racisme
Selon un sondage effectué par l’institut T-Media, 63 % des Finlandais condamnent le racisme, ce qui représente une augmentation de 10 points par rapport à 2014. Cette augmentation concerne tous les groupes d’âge, hommes et femmes confondus.
HS/A22

France – Finlande

Economie

Nokia – Alcatel-Lucent
« Le retour de Nokia au plan international » KS
L’assemblée générale de Nokia a approuvé l’achat d’Alcatel-Lucent pour une valeur de 15,6 milliards d’euros.
Le directeur général de Nokia, M. Suri, souligne que les produits des deux groupes se complètent. Il insiste sur l’importance de la taille dans le contexte de la concentration du marché des opérateurs.
M. Suri n’exclut pas les licenciements concernant le personnel. Pour lui, la Finlande va rester un des centres du R&D de Nokia.
M. Siilasmaa, président du conseil d’administration, a insisté sur le fait que le nouveau Nokia était un groupe qui « avait une de ses racines en Finlande ».
HS/A27, KS/17

Mercredi 2 décembre 2015

Politique étrangère et européenne

Mali

Selon M. Soini, la Finlande soutiendra la France au Mali
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, qui a participé à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, hier, confirme que la Finlande envisage de répondre prochainement à la demande de la France de la soulager en envoyant des troupes au Mali. Le nombre des effectifs envoyés sera su lorsque le Président et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité en prendront la décision, vendredi.
Les troupes finlandaises actuellement en Afghanistan y resteront.
M. Soini considère comme très important la participation finlandaise à la stabilisation de l’Afghanistan. Pour lui, cela sert également à diminuer les flux de réfugiés vers l’Europe.
M. Soini souhaite que la Finlande puisse participer aux réunions ministérielles de l’OTAN plus souvent qu’actuellement.
Yle

OTAN

La Finlande et la Suède associées à un rapport de l’OTAN
Selon Helsingin Sanomat, la Finlande et la Suède ont participé à la rédaction d’un rapport confidentiel de l’OTAN sur la situation de sécurité de la mer Baltique. Dans ce rapport, selon des sources diplomatiques, on estime que la situation est très instable.
La participation de deux Etats, qui ne sont pas membres de l’OTAN, à la rédaction d’un rapport de l’OTAN peut signifier, selon différentes estimations, une nouvelle coopération que l’OTAN avait promise à la Suède et à la Finlande en septembre 2014.
Le ministre des affaires étrangères Timo Soini, qui a participé mardi à une partie de la réunion des ministres étrangères de l’OTAN à Bruxelles, ne considère toutefois pas cette coopération comme exceptionnelle.
Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a eu un entretien avec M. Soini et la ministre suédoise des affaires étrangères Margot Wallström avant la réunion de l’OTAN. Selon les sources suédoises, les détails du rapport sur la mer Baltique n’ont pas été évoqués.
La Suède et la Finlande ont été invitées, dès maintenant, à participer à un exercice important qui aura lieu en Norvège en 2018. Cela signifierait qu’elles pourraient avoir une influence sur le contenu de l’exercice.
HS/A12

Commission européenne

Nomination de M. Salmi
Helsingin Sanomat rapporte que l’actuel directeur intérimaire de l’Intcen, centre de l’Union européenne pour l’analyse d’information, Ilkka Salmi, ne reprendra pas comme prévu ses anciennes fonctions à la tête de la Supo, police de sûreté finlandaise.
Selon les informations du quotidien, les commissaires européens ont décidé mercredi de nommer M. Salmi au poste de directeur de sécurité à la Commission européenne. Il s’agit du service chargé, entre autres, de la lutte contre le terrorisme, du contre-espionnage, de la cybersécurité et de la sécurité des commissaires européens.
HS/A13

Migration

Intégration
Editorial : « Un défi énorme » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les autorités sont arrivées à relativement bien gérer la situation en matière de demandeurs d’asile même si, au début, la situation ne semblait pas être maîtrisée.
Même si moins de la moitié des arrivants pourront rester en Finlande à titre de protection internationale, entre 12 000 et 15 000 personnes s’installeront dans les communes finlandaises. La plupart sont des hommes adultes, à qui il faudra trouver une préoccupation, une formation supplémentaire, un logement. Beaucoup d’entre eux souhaiteront faire venir leurs familles.
3000 mineurs seuls sont également arrivés en Finlande, ce qui représente un autre défi.
Le gouvernement a adopté un plan d’intégration selon lequel il s’agira de rapidement recenser la formation, l’expérience professionnelle et la capacité linguistique des arrivants.
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie envisage d’étudier la possibilité de rendre plus flexible pour les demandeurs d’asile l’accès au travail dès lors où ils résident encore dans un centre d’accueil. Le délai de carence actuel de trois ou de six mois décourage ceux qui seraient enthousiastes pour s’occuper. M. Lindström, ministre de l’Emploi, verrait bien les demandeurs d’asile travailler dans des tâches bénévoles comme le débroussaillage ou le déblayage de la neige.
Le ministère souhaite qu’une fois que les demandeurs quittent les centres d’accueil ils s’installeront dans les communes partout en Finlande, même si c’est la région de la capitale qui les attire le plus. Les grandes villes ont le plus d’expérience en ce qui concerne l’intégration, mais elles ne sont pas préparées à faire face au nombre actuel d’arrivants.
L’éditorialiste estime que les communes et l’Etat ont besoin du soutien de la vie économique et des organisations afin d’assurer l’intégration et l’adaptation à la société finlandaise des arrivants, sachant qu’une occupation sensée est essentielle dans ce sens.
HS/A4

Un immeuble prévu pour accueillir un centre d’accueil a brûlé à Niinisalo
Un immeuble qui devait héberger un centre d’accueil à partir de la semaine prochaine a brûlé à Niinisalo, Kankaanpää. La police soupçonne qu’il s’agit d’un incendie volontaire.
Le ministre de la Justice, M. Lindström, condamne vigoureusement l’acte soupçonné en relevant que des personnes frustrées cherchent des solutions aux mauvais moyens. Pour lui, les demandeurs d’asile qui commettent des crimes et les mouvements extrémistes qui font des actes de vandalisme constituent une menace aussi grave pour la sécurité. Il s’agit de condamner les actes criminels indépendamment de leurs auteurs.
Il est prévu que les demandeurs d’asile seront hébergés dans d’autres locaux, avec un retard d’une semaine.
Yle, AL/A14

La Finlande entamera les renvois immédiats vers la Russie
L’Office national de l’immigration envisage de mettre en place les renvois immédiats en Russie de personnes disposant d’un permis de séjour russe. Il est prévu de réaliser les renvois sous huit jours.
Au total, 255 personnes sont arrivées en Finlande par la frontière entre la Finlande et la Russie, 150 d’entre eux étant des Afghans. Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, rappelle que les chiffres concernant les arrivants sont minimes.
AL/A9

Violence

Les femmes éprouvent plus de violence en Finlande que dans beaucoup d’autres Etats européens
Helsingin Sanomat rend compte des statistiques concernant les actes de violences contre les femmes en Europe. La Finlande arrive au deuxième rang après le Danemerk en ce qui concerne le nombre de femmes qui déclarent avoir déjà éprouvé des violences. 47 % des Finlandaises ont été victimes d’actes de violence, et 30 % d’entre elles déclarent qu’il s’est agi d’un acte de l’actuel ou de l’ancien conjoint. En Suède, ces chiffres sont 46 % et 28 %, en France 44 % et 26 %. Les Polonaises déclarent le moins de violences, 19 % (et 13 %).
HS rappelle que toutes les violences sexuelles ne sont pas déclarées à la police, et que cela varie encore d’un pays à l’autre.
Selon les études, 98 % des violeurs sont des hommes, dans la plupart des cas connus par les victimes.
Cette année, la police a reçu une dizaine de plaintes pour viols dont le suspect est un demandeur d’asile. Un milliers de viols par an sont déclarés à la police.
Par ailleurs, 5000 cas de violence conjugale sont déclarés à la police. 70 % de ces cas touchent les femmes et 30 % les hommes. 80 % des auteurs sont des hommes et 20 % des femmes.
Selon l’Institut de recherche de politique judiciaire, les chiffres concernant les viols commis par des personnes d’origine immigrée sont plus élevés que ceux concernant les Finlandais de souche, notamment concernant les immigrés arrivés du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. Les personnes de langue maternelle étrangère nées en Finlande violent 3,5 fois plus souvent que les personnes d’origine finlandaise. Cet écart vaut également pour les finnophones nés en Suède, par rapport aux Suédois de souche.
Hufvudstadsbladet a interviewé M. Lehti, chercheur à l’Institut de criminologie et de politique judiciaire, qui rappelle que les immigrés ne doivent et ne peuvent pas être considérés comme un groupe homogène. Il relève que les écarts entre différents groupes d’immigrés peuvent être plus importants que ceux entre les immigrés et les Finlandais.
M. Lehti relève également que la démographie d’un groupe d’immigrés peut être extrêmement différente de celle de la population de souche. Les jeunes hommes commettent plus de crimes que les personnes des autres groupes d’âge.
Selon M. Lehti, parmi les facteurs de risque à l’égard de la criminalité, ce n’est pas l’âge, le sexe ni l’ethnicité qui constitue le plus grand dénominateur en commun, c’est le fait d’avoir un travail ou non. Cela vaut tant pour les personnes d’origine finlandaise que d’origine immigrée.
HS/A6-7, HBL/5

La police rappelle que les femmes et les filles sont tout le temps menacées de harcèlement et de violence
Mme Holm, inspectrice à la Direction nationale de la police, relève que la violence contre les femmes n’est aucunement un nouveau phénomène.
Elle rappelle que dans la plupart des cas de viol, l’auteur et la victime se connaissent.
HS/A7

Conférence de presse de la police
La police a donné une conférence de presse, ce matin, concernant la criminalité liée aux demandeurs d’asile, mais également sur la sécurité routière et les enquêtes de crimes liés à la drogue.
Cette année, il y a eu un pic concernant les viols commis par des inconnus (des victimes). Il y a eu 14 cas cette année, contre 9 en 2014. Depuis août 2015, la police d’Helsinki enquête sur une dizaine de cas de violence ou de harcèlement sexuel, dont trois viols, dont l’auteur soupçonné est un demandeur d’asile.
A Helsinki, on observe annuellement 300 crimes sexuels. De 20 à 30 % des crimes sexuels sont commis par des étrangers.
La police relève que les viols commis par des inconnus ont le plus souvent été commis dans des endroits situés le long de la ligne de chemin de fer qui mène d’Helsinki vers le nord.
La police relève qu’elle est le plus appelée pour des problèmes dans les centres d’accueil s’agissant le plus souvent des différends entre des résidents.
Au total, il y avait, fin novembre, 30 565 demandeurs d’asile en Finlande, dont 6234 à Helsinki.
Une décision concernant les demandes de 5695 personnes a été prise, 1526 décisions étaient favorables. Ainsi, environ 26 000 personnes attendent une décision concernant leur demande.
Yle

Politique intérieure

Pacte social

Les négociations sur le pacte social ont échoué
Selon Yle et Helsingin Sanomat, les négociations en vue d’un pacte social ont échoué ce matin.
Le président de la grande centrale syndicale SAK, Lauri Lyly a annoncé que la SAK avait voulu poursuivre les négociations mais la confédération du patronat et de l’industrie EK a estimé qu’il n’y avait pas de possibilités de les poursuivre.
EK accuse le syndicat du secteur des transports AKT qui a décidé de se dissocier du pacte social. Selon le président d’EK Jyri Häkämies, « il n’est pas possible de continuer les négociations si un groupe n’y participe pas ».
Le patronat des communes a également exigé la participation de toutes les organisations, ainsi que la centrale syndicale Akava.
La SAK et la STTK auraient néanmoins voulu poursuivre les négociations. Selon les calculs de la SAK, même sans la participation du syndicat AKT le pacte aurait couvert 97 % des employés.
Yle, HS

Gouvernement

Le gouvernement abandonne le projet de loi sur le registre des titres
Helsingin Sanomat rapporte que les trois présidents des partis représentés au gouvernent, Juha Sipilä, Timo Soini et Alexander Stubb ont décidé mardi d’abandonner le projet de loi contesté sur le registre des titres.
Le ministre des finances Alexander Stubb a annoncé : « nous avons constaté aujourd’hui qu’il n’était pas raisonnable de continuer à promouvoir le registre des titres dans cette situation ».
Selon M. Stubb, les trois présidents de parti estiment qu’il n’est pas possible, selon le calendrier prévue, de modifier le projet de loi.
HS/A10

Education

Manifestations contre le gouvernement
Dans de nombreuses villes universitaires (Helsinki, Tampere, Turku, Jyväskylâ et Joensuu) des manifestations ont eu lieu hier contre les coupes budgétaires décidées par le gouvernement.

Mardi 1er décembre 2015

Politique étrangère et européenne

COP21

Inauguration du sommet de la COP21
« Le traité climatique est plus important que jamais » AL
Le Président finlandais Sauli Niinistö a constaté, lors de son discours, que l’on n’avait pas d’autre alternative que d’arriver à l’unanimité sur un traité climatique qui nous permettra d’éviter les pires conséquences du réchauffement climatique. « Nous n’avons pas de planète B, celle-là est la seul dont nous disposons. »
M. Niinistö a relevé que la Finlande se chargeait de sa part de responsabilité en tant que membre de l’UE et s’était engagée à des diminutions d’émissions de 40 % pour 2030. La nouvelle législation climatique prévoit en outre des diminutions de 80 % pour 2050.
Keskisuomalainen relève que M. Niinistö souhaite que le traité climatique définisse des orientations claires concernant les mesures pour contrôler le réchauffement climatique. Il ne peut plus s’agir de petits pas, selon lui. Pour que le traité ait une signification, il faut qu’il comporte un objectif mondial de long terme concernant la diminution des émissions.
Un tel objectif guidera les investissements et les innovations qui proposent de nouvelles opportunités au développement durable et à la croissance.
HS/A24, KS/13

Propos de M. Tiilikainen
Turun Sanomat rapporte que le ministre de l’environnement Kimmo Tiilikainen, qui présidera la délégation finlandaise à paris du samedi 5 au vendredi 11 novembre, estime que les négociations climatiques ont plus de chances de réussir qu’avant. « Pratiquement tous les pays ont fait des promesses climatiques. C’est la preuve d’une volonté politique. »
Selon M. Tiilikainen, « j’attends cet accord qui sera un point culminant. Il ne faut toutefois pas croire que cela va de soi ».
M. Tiilikainen souligne le rôle important de la France. « Quand on recherche les derniers compromis, le pays hôte fait souvent des propositions. De nombreux pays souhaitent la réussite de la France, et pas seulement en raison des attaques terroristes de Paris. »
TS/11

Les rôles principaux du « théâtre du climat » HBL
Peter Buchert de Hufvudstadsbladet présente les rôles principaux de la COP21 : Le Président, M. Hollande, le ministre des Affaires étrangères, M. Fabius, la ministre de l’Environnement et de l’Energie, Mme Royal, et l’envoyé spécial du Président, M. Hulot.
HBL/lun/10-11

Terrorisme, climat

Interview de l’économiste en chef de la Banque mondiale
Helsingin Sanomat a interviewé M. Kaushik Basu, l’économiste en chef de la banque mondiale, qui estime que la politique de développement devrait avoir un rôle essentiel dans la lutte contre le terrorisme. Il souligne l’importance d’investir dans le développement même dans les moments économiquement difficiles. Les sociétés inégalitaires constituent un terreau fertile pour les mouvements extrémistes, même si la pauvreté n’a pas de lien direct explicite avec la radicalisation, selon des études.
M. Basu, qui a participé à un conférence organisée par le ministère finlandais des Affaires étrangères, rappelle qu’inclure les groupes de personnes victimes d’exclusion dans la société fait qu’il est plus difficile de les recruter dans des mouvements extrémistes.
Il craint que les Etats se replient sur eux-mêmes au lieu d’intervenir dans les problèmes, alors que cela serait dans nos intérêts.
Le changement climatique est un problème central. Si le réchauffement climatique et ses conséquences dramatiques ne peuvent pas être maîtrisés, la pauvreté extrême augmentera, ainsi que la menace terroriste. En Syrie, la sécheresse historique qui a commencé en 2006 a poussé des millions de personnes dans une pauvreté extrême. Des situations similaires risquent de se reproduire notamment en Afrique sub-saharienne.
Le risque de radicalisation est une menace réelle en Afrique si un grand nombre de jeunes n’ont pas d’espoir.
M. Basu ne se déclare pas pessimiste et rappelle qu’il y a un potentiel énorme pour un développement en Afrique. Supprimer la pauvreté extrême est l’objectif de la Banque mondiale pour 2030. M. Basu relève qu’ensuite, il s’agit d’intervenir dans les conditions de ceux qui vivent juste en-dessous du seuil de pauvreté.
HS/A26-27

Politique intérieure

Conflit social de la Poste

Les partenaires du conflit ont approuvé la proposition de Mme Helle
Helsingin Sanomat relève que les partenaires du conflit social de la Poste ont approuvé la proposition de compromis de la médiatrice nationale Minna Helle et la grève s’est terminée lundi après-midi.
Selon le compromis, les employés (qui étaient menacés de coupes dans leurs compléments de salaires) auront en fin de compte une augmentation de salaire de 15 euros par mois. L’employeur pourra désormais recruter plus facilement des intérimaires et faire appel à des sous-traitants.
Les partenaires du conflit ont exprimé leur satisfaction concernant ce compromis.
HS/A8

Pacte social

La fin de la grève de la Poste promeut les négociations
Selon Helsingin Sanomat, les partenaires sociaux estiment que la fin de la grève de la Poste peut relancer les négociations sur le pacte social. Les négociateurs ont décidé d’en appeler, encore une fois, au syndicat du secteur des transports AKT de revenir sur sa décision de ne pas participer au pacte social.
Le président de la confédération du patronat et de l’industrie EK, Jyri Häkämies, estime qu’il revient à la grande centrale syndicale SAK de convaincre l’AKT.
Le président de la SAK Lauri Lyly s’étonne de la position stricte d’EK. Il ne semble pas très optimiste quant à la participation d’AKT.
HS/A6

Gouvernement

Projet de loi sur le registre des titres
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement doit étudier aujourd’hui le projet de loi sur le registre des titres. Les vrais Finlandais s’y opposent et, la semaine dernière, deux députés centristes se sont prononcés contre le projet.
Le ministre des finances Alexander Stubb a admis lundi à Tampere qu’il était possible de retirer la partie du projet de loi qui concerne le registre des titres.
Selon le quotidien, il est possible que les fausses informations données jeudi dernier par M. Stubb au Parlement sur le registre des titres puissent mener à un vote de confiance sur la position du ministre des finances.
HS/A8

M. Stubb chahuté à Tampere
Selon Helsingin Sanomat, quelques étudiants ont manifesté lundi contre le ministre des finances, M. Stubb, à l’université de Tampere.
Plus tard, dans un café à Tampere, une personne a jeté le contenu d’un verre de Coca-Cola, à la figure de M. Stubb et l’a traité de menteur.
La personne a été interpelée par les gardes de sécurité du ministre.
HS/A8

Economie

VR fermera ses guichets dans 13 gares et licenciera 157 personnes
Le groupe ferroviaire VR qui a annoncé en août que 570 de ses emplois étaient en danger, annonce qu’il supprimera la vente de billets à 13 gares, ce qui fera disparaitre au moins 157 emplois.
Les billets dans les villes en questions pourront être achetés par exemple dans les kiosques ou en ligne. 15 % des passagers achètent actuellement leurs billets dans les guichets des gares.
HS

Social

Demande accrue pour une nouvelle confédération syndicale
Les 49 syndicats qui participent à l’étude concernant l’éventuelle création d’une nouvelle confédération salariale estiment que le besoin d’avoir une telle institution dans le contexte actuel du marché de travail s’est accru. Dans la pratique, il s’agirait d’une fusion des confédérations des ouvriers SAK et des employés STTK.
Les syndicats soulignent que l’insécurité sur le marché de travail a augmenté avec les contrats intérimaires, les contrats à zéro heure, le précariat, etc.
La prochaine réunion en la matière est prévue en mars 2016.
HS

Violence

Viol dans Helsinki
Un viol a eu lieu, vendredi marin, dans le parc d’Hesperiankatu, en plein centre d’Helsinki.
Selonb Iltalehti, il aurait été commis par un demandeur d’asile.
HS

Fusillade à Vantaa
Une fusillade a eu lieu, hier soir à 17h30 à la gare de Myyrmäki, à Vantaa. Deux personnes ont été hospitalisées dont une pour blessure par balles.
HS

France

Tourisme

Côte d’Azur
Hufvudstadsbladet publie un article présentant les villes de la Côte d’Azur, dont Eze.
HBL/dim/42-43

publié le 04/01/2016

haut de page