Décembre 2012

Lundi 31 décembre 2012

Politique intérieure

Construction navale

Déclarations de M. Vapaavuori
Le Ministre de l’économie et de l’emploi a déclaré que la Finlande allait étudier pourquoi STX avait décidé de transférer la commande de Royal Carribean de son chantier de Turku au chantier français de Saint-Nazaire. « Nous ne savons pas comment la France a obtenu cette commande. Il est clair que nous allons nous rapprocher et de la Commission européenne et de la France. Nous voulons nous assurer que la France a bien respecté les règles de la concurrence. Même si je ne soupçonne pas la France d’avoir triché, je pense qu’il est bon ‘étudier la question car c’est un souci qui a été soulevé ».
Il souligne que le gouvernement finlandais n’a jamais été aussi loin pour attirer une commande : il avait promis 44 millions d’euros de subventions à l’innovation ainsi que des garanties au financement par Finnvera de 600 millions d’euros. En revanche, le gouvernement a estimé qu’un prêt de 50 millions d’euros pour capitaliser temporairement l’entreprise serait illégal et l’a donc refusé. Le comité interministériel de politique économique a décidé en septembre et à nouveau en novembre de repousser les demandes d’aides, ce qui a conduit Royal Carribean Cruises à demander de nouvelles offres. « Il nous est alors apparu possible que le risque de voir la commande aller à l’étranger se concrétise », relève le ministre qui critique aussi la décision de STX de faire fuiter dans la presse sa demande de prêt en capital auprès du gouvernement finlandais.
Le ministre ne considère toutefois pas que ce refus ait été décisif : « L’aide de l’Etat n’était qu’une partie du paquet. L’engagement de l’actionnaire et la compétitivité du site sont aussi importants. Précédemment, c’est Turku quoi a obtenu les commandes et l’Etat n’avait pas été appelé à y participer ». Il souligne aussi que la situation du marché de construction des grands navires de croisière est très faussée.
Le ministère de l’économie a décidé de lancer un programme de compétitivité pour l’industrie maritime spécialisé dans la construction offshore et pour les conditions arctiques. « Dans d’autres types de navires, comme les brise-glace, il est possible de construire de manière rentable. Il faut donc assainir le fonctionnement de la construction navale. Il aurait fallu le faire, même si on avait obtenu la commande d’un navire de croisière. Il aurait même fallu le faire depuis longtemps ».
Le ministre de l’emploi, M. Ihalainen (PSD) a déclaré que le gouvernement avait utilisé tous les moyens pour obtenir un financement et assurer l’obtention de la commande.
HS TS AL KS

Réactions
Outre le ministre, le président du groupe parlementaire du PSD, M. Backman, et la présidente du groupe des Vrais Finlandais, ont demandé à ce que l’on étudie si la France a respecté les règles de concurrence. « Si l’on essaie de protéger les emplois par des aides publiques, la Finlande ne pourra rivaliser avec les grands Etats. La Finlande tire au contraire profit de règles strictes condamnant les aides aux entreprises », estime M. Backman.
La présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des Gauches, Mme Lapintie souligne que la situation dans laquelle deux filiales d’une même société, STX, sont en concurrence, est pour le moins délicate. « L’objectif est d’assurer un prix le plus bas possible et d’obtenir le plus d’aide publique. Les gagnants ne sont ni les contribuables, ni les employés mais les actionnaires coréens et les clients américains ».
Le président de la région de Turku, M. Savo, regrette la perte de cette commande, qui était proposée à la Finlande. Il estime que le gouvernement a fait preuve de naïveté. « Au lieu de chercher le moyen d’obtenir la commande, les fonctionnaires du ministère de l’économie ont passé leur temps à chercher des arguments pour refuser le financement. La génération des dirigeants est naïve et inexpérimentée, elle n’a pas le courage de prendre des décisions ».
Les dirigeants des syndicats critiquent le gouvernement qui risque de faire disparaitre l’ensemble du cluster de la mer. « Comment les Français ont-il pu réunir un financement en trois semaines alors que le gouvernement finlandais n’y est pas parvenu en quatre mois ? », s’étonne M. Aalto, président du syndicat de la métallurgie.
Le politologue Ville Pernaa considère que la perte de la commande est de la responsabilité du parti conservateur qui dispose des postes décisionnels (premier ministre et ministre de l’économie) et a agit conformément à ses préceptes idéologiques visant à diminuer les aides publiques. Les conséquences politiques, en revanche, seront principalement supportées par les partis de gauches qui devraient perdre des électeurs au profit des Vrais finlandais.
Le professeur de droit européen de l’université d’Helsinki, M. Juha Raitio, estime qu’il convienr de vérifier si les garanties de l’Etat français ne violent pas les régles de concurrence du droit communautaire.
HS TS AL KS

Commentaires
Helsingin Sanomat estime que c’est la participation de l’Etat français au capital de STX qui a été déterminante. STX avait demandé un prêt en capital de 50 millions d’euros au gouvernement car il savait que ce dernier ne souhaitait pas entrer directement dans le capital. C’est aussi pour cette raison que le gouvernement a refusé ce prêt. Le quotidien considère qu’en dépit de ce revers la construction navale continuera en Finlande, mais de manière réduite et spécialisée.
Turun Sanomat rapporte que le gouvernement a choisi le dernier jour de l’année parlementaire pour refuser le prêt à STX et donc entériner en période de fête le transfert de la commande au chantier naval français. Cela ne suffira toutefois pas à étouffer politiquement l’affaire et le gouvernement sera mis à rude épreuve au début de l’année, comme en témoigne l’annonce des Vrais Finlandais de déposer une motion de censure. Le quotidien de Turku souligne que le carnet de commande du chantier naval de Turku sera épuisé en 2014, à la veille des prochaines législatives, ce qui risque de renforcer le glissement des voix, voire des candidats, des partis de gauche vers les Vrais Finlandais.
HS TS

Editoriaux
Helsingin Sanomat estime que la demande de prêt de STX avait un goût de chantage et que la perte de cette commande témoigne du caractère malsain de la concurrence en matière de construction navale. L’éditorialiste souligne que STX a mis en concurrence ses filiales en France et en Finlande et que, visiblement, la France a proposé plus que la Finlande. Le quotidien relève aussi que, ces dernières années, STX avait investi plus dans sa filiale française que finlandaise, ce qui témoigne de l’engagement de la société mère dans son site finlandais. « Est-il sage de maintenir un secteur qui n’est rentable qu’avec les aides de l’Etat, c’est-à-dire du contribuable ? » conclut HS.
Turun Sanomat exige des explications du gouvernement finlandais dont les soupçons contre la France semblent être « les réactions d’un mauvais perdant ». Le quotidien de Turku craint que la construction de navires de croisières en Finlande soit définitivement terminée.
Kaleva aussi demande des comptes au ministre : « La Finlande a toujours voulu respecter les règles de concurrence et refusé de trouver des solutions créatives alors même que le gouvernement s’est réuni onze fois sur le sujet. Si on était prêt à accorder une aide à l’innovation de 44 millions d’euros mais pas un prêt en capital de 50 millions, ce qui a causé la perte d’une importante commande qui aurait dopé la croissance, il faut que le gouvernement ait de bonnes raisons à exposer ».
HS TS Kaleva

Gouvernement

Déclarations de M. Katainen
« La Finlande n’a plus les moyens d’entretenir l’Etat providence »
Le Premier ministre Jyrkli Katainen met en garde contre le fait que les ressources actuelles ne permettent pas de maintenir l’actuel Etat providence. « Il faudra trouver des solutions au problème structurel de notre Etat providence, en dehors des questions conjoncturelles. Maintenant que la conjoncture est défavorable, il faut encore rapidement s’attaquer à ce problème ».
Il rappelle qu’en quatre ans, la Finlande a perdu 60 000 emplois en raison des restructurations industrielles. Cela a affaibli la compétitivité du pays.
« Il est honnête de respecter l’équilibre budgétaire afin de ne pas faire payer à nos enfants une dette trop importante », souligne-t-il.
AL

Sondage

Les Vrais Finlandais et les conservateurs en hausse
Selon un sondage réalisé par Yle, le parti conservateur est toujours en tête avec 21%, devant les Vrais Finlandais, 18%, le PSD, 17,9% et le Centre, 17,8%. Ces quatre principaux partis arrivent donc de nouveau dans l’ordre qu’ils avaient aux élections législatives de 2011.
Il n’y a pas de changements importants pour les autres partis : les Verts suivent avec 8,7%, l’Alliance des Gauches 7,9%, les suédophones 4,3% et les chrétiens-démocrates 3,4%.
HS

Energie nucléaire

Posiva a remis sa demande de construction d’un dépôt de stockage des déchets
Posiva a remis sa demande de construction d’un dépôt de déchets nucléaires à Olkiluoto au ministère de l’économie.
Posiva espère obtenir l’autorisation en 2014 et commencer les travaux de construction en 2015. Le dépôt des déchets pourrait commencer en 2022.
HS

Rapport sur les déchets de Fennovoima
Le groupe de travail dirigé par Herkko Plit rendra la semaine prochaine ses conclusions sur la coopération entre les entreprises énergétiques sur le stockage des déchets nucléaires. Actuellement, TVO et Fortum ont créé Posiva pour stocker leurs déchets. Fennovoima souhaiterait utiliser le site de Posiva pour ses futurs déchets.
HS

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

400 000 Russes attendus en Finlande en fin d’année
Pour les fêtes de fin d’année, on attend jusqu’à 400 000 touristes russes en Finlande dont 130 000 pour Helsinki.
Dem

Défense

Les Finlandais opposés à la participation à la surveillance de l’espace aérien islandais
Selon Hufvudstadsbladet, 56% des Finlandais sont opposés à la participation de la Finlande à la surveillance de l’espace aérien islandais. Ils ne sont pourtant que 13% à ne pas souhaiter un renforcement de la coopération nordique. L’ancienne ministre de la Défense Elisabeth Rehn estime que l’opposition des Finlandais s’explique par le lien qui est fait entre cet exercice et l’OTAN.
Selon le même sondage, 67% des Finlandais sont toujours opposés à une adhésion à l’OTAN contre 24% de favorables. De même 49% des Finlandais pensent que la Russie constitue une menace militaire pour la Finlande contre 38% qui ne le pensent pas.
Hbl

Non à la solidarité, oui à la coopération
Helsingin Sanomat relève que la coopération nordique est l’un des principaux thèmes du nouveau livre blanc de la défense. Contrairement à la Suède, la Finlande a décidé de ne pas y inscrire une clause de solidarité à l’égard des autres pays nordiques.
HS relève que le problème des rédacteurs du livre blanc finlandais est qu’ils ne partagent pas tous la même conception de ce que constitue la coopération nordique.
HS

France – Finlande

Culture

Littérature
Une nouvelle traduction du Voyage au bout de la nuit de Céline vient de paraître chez Siltala.
HS

Symbolisme
Helsingin Sanomat présente l’exposition sur le symbolisme, actuellement à l’Ateneum, qui propose de nombreuses œuvres de peintres français.
HS

Vendredi 28 décembre 2012

Politique étrangère et européenne

Rencontre de dirigeants européens à Saariselkä

MM. Katainen et Stubb réuniront une rencontre informelle en mars
Turun Sanomat relève que le Premier ministre, M. Katainen, et le ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, envisagent d’inviter des Premiers ministres européens et des ministres des Affaires européennes, ainsi que des représentants des organes européennes à une rencontre informelle en Laponie finlandaise.
Selon TS, ont confirmé leur participation, entre autres, les premiers ministres portugais, néerlandais et croate, le Président estonien et le ministre espagnol des Affaires européennes.
La rencontre est prévue du 22 au 24 mars 2013.
TS/22.12/10

Yémen

La police judiciaire participera à l’enquête sur l’enlèvement
La police judiciaire envisage d’aider les autorités du Yémen dans l’enquête sur l’enlèvement du couple finlandais. M. Elfgren, commissaire divisionnaire, a été désigné, hier, comme directeur de l’enquête. Une décision sur une date éventuelle de déplacement des autorités finlandaises sur place sera prise ensemble avec les autorités locales.
La Finlande a envoyé son ambassadeur en Arabie Saoudite au Yémen afin de négocier avec le ministre de l’Intérieur du Yémen, entre autres.
HS/B2, HBL/14

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le sauvetage des personnes enlevées au Yémen doit être de première importance dans les efforts du ministère des Affaires étrangères.
Arrêter les enlèvements s’inscrit dans la cadre des efforts internationaux de long terme, selon l’éditorialiste.
HS/A2

Politique intérieure

Energie nucléaire

Posiva remettra sa demande de construction d’un dépôt dans les jours qui viennent
Hufvudstadsbladet relève que Posiva envisage de remettre sa demande de construction d’un dépôt de déchets nucléaires à Olkiluoto au cours des derniers jours de l’année.
C’est le ministère de l’Economie qui se chargera de l’étude du dossier de demande.
En Suède, une demande similaire a été déposée en octobre, et les autorités finlandaises suivent de près l’évolution de la situation là-bas.
HBL/22.12/4

Construction navale

Déception à Turku
Le chantier naval de STX à Turku n’a pas obtenu la commande de croisière de Royal Caribbean. L’armateur a annoncé que le navire serait construit au chantier naval de STX à Saint-Nazaire.
www.hs.fi

Informatique

Les cyber-attaques ont continué, jeudi
Le site internet d’Yleisradio, ainsi que celui des chaînes de télévision MTV3 et Nelonen ont subi des cyber-attaques, hier. Selon l’agence national des communications, il semblerait que les attaques viennent à travers d’un opérateur américain, mais qu’il n’est pas exclu que l’auteur soit finlandais.
Selon des spécialistes, les sites internet sont très vulnérables, alors que l’on arrive mieux protéger les fonctions de radio et de télédiffusion.
HS/A5

Société

Le nombre de suicides commis diminue
Selon le centre national d’études statistiques, le nombre de suicides commis continue à diminuer. En 2011, 912 personnes, dont 710 hommes et 202 femmes, ont commis un suicide. Le centre d’études statistiques note que le chiffre correspond au taux des années 1960.
C’est en 1990, au début de la récession, que l’on en a commis le plus, 1520. Les années du début des années 1990, le nombre est resté élevé.
La tendance vers la baisse a été expliquée par l’augmentation de l’utilisation des antidépressifs, ainsi que par un changement d’attitude : les hommes osent de plus en plus souvent chercher une aide à leurs problèmes.
Malgré cette diminution, le nombre de suicides en Finlande est le double du nombre dans les autres pays nordiques.
HS/A5

Présidence de la République

Un tiers des Finlandais augmenterait les attributions du Président
Helsingin Sanomat rend compte d’un sondage effectué par les quotidiens Savon Sanomat et Etelä-Suomen Sanomat, selon lequel 4 % des Finlandais souhaitent diminuer les attributions présidentielles, alors qu’un Finlandais sur trois souhaite les augmenter.
Les hommes âgés en particulier souhaitent un Président avec plus de pouvoir : la moitié des hommes de 75 à 84 ans y seraient favorables.
HS/A4

Economie

La confiance des consommateurs s’améliore petit à petit
Malgré les perspectives économiques sombres, la confiance des consommateurs finlandais en économie s’est encore renforcée en décembre. L’indice du baromètre du centre national d’études statistiques était de 3,5 en décembre, contre 1 en novembre et -1,6 en octobre.
Concernant leur propre situation économique, les Finlandais sont optimistes, l’indice étant de 4,4.
23 % des Finlandais estiment que l’économie finlandaise s’améliorera au cours des douze prochains mois, alors que 40 % pensent l’inverse. 11 % s’attendent à ce que la situation d’emploi s’améliore, tandis que 61 % estiment qu’elle va détériorer.
10 % des Finlandais estiment que la menace de perdre leur emploi a diminué, alors que 21 % estiment que cette menace a augmenté. 22 % des employés considèrent qu’ils n’ont aucun risque de perdre leur travail.
HS/B5

Transports en commun

Tram
Helsingin Sanomat rend compte du projet de transformer les lignes de tram 3B et 3T qui circulent sous ce numéro depuis 1951 en 2 et 3, pour plus de clarté. Il s’agirait d’abandonner les anciens numéros à l’été, sans pour autant toucher au trajet de ces lignes.
HS/A14

France – Finlande

Famille finlandaise en France
Kaleva publie un article de Patrick Le Louarn sur une famille d’origine d’Oulu installée en France depuis plus de dix ans.
Kaleva/22.12/10

Cinéma
Les journaux rendent compte de la sortie, aujourd’hui, du film Les saveurs du Palais dans les salles finlandaises.
HBL/24

France

Gastronomie
Kaleva publie un article de Patrick Le Louarn sur des restaurants parisiens branchés.
Kaleva/jeu/15

Jeudi 27 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Yémen

Deux Finlandais enlevés à Sanaa
Le ministère finlandais des Affaires étrangères estime que l’enquête sur l’enlèvement du couple finlandais à Sanaa pourrait se prolonger. Personne ne s’est déclaré responsable de l’enlèvement. La tribu soupçonnée, Beni Dhabian, a nié à plusieurs reprises être derrière l’enlèvement.
On ne connaît pas non plus l’endroit où se trouvent les Finlandais et l’Autrichien qui a été enlevé en même temps, vendredi de la semaine dernière.
Les autorités du Yémen assurent qu’elles feront leur mieux pour trouver les intéressés.
Le ministère des Affaires étrangères se prépare à envoyer plus de représentants au Yémen.
HS/jeu/B1

Le ministère n’a pas révélé tous les cas d’enlèvement
Turun Sanomat relève que le ministère des Affaires étrangères n’a pas toujours publié les cas d’enlèvement. Le ministère admet que quelques cas ont été gérés sans aucune publicité. M. Turunen, chef des questions consulaires du ministère, relève que pour le ministère, c’est mieux, car dans ces cas, la publicité ne sert pas à améliorer la situation de la victime.
M. Turunen relève que dans les conseils aux voyageurs du ministère, les risques éventuels sont toutefois indiqués.
TS/jeu/3

Paradis fiscaux

La Finlande organisera une rencontre en la matière en avril
Le ministère des Finances est en train de préparer une conférence internationale sur les paradis fiscaux. La rencontre qui aura lieu à la Maison des Etats en avril, réunira des ministres des Finances de plusieurs Etats européens, le commissaire européen pour l’Economie, des membres du Parlement européen, des députés et des représentants des ONG. Il est prévu d’y inviter également des dirigeants de la vie économique.
La conférence sera organisée à l’initiative de Mme Urpilainen, ministre des Finances.
HS/jeu/A4

Ministère des Affaires étrangères

Travaux immobiliers
Helsingin Sanomat relève qu’en même temps que le ministère des Affaires étrangères envisage des fermetures d’ambassades dans le but de faire des économies, il se retrouve dans une situation où les travaux de rénovation indispensables demandent de plus en plus de crédits.
Il est prévu qu’environ quinze ambassades soient fermées afin d’arriver à des économies de 2,1 millions d’euros. 2 millions d’euros viennent d’être accordés à des travaux immobiliers. HS note que les travaux à la chancellerie de l’ambassade de Finlande à Paris reviennent particulièrement cher.
HS/jeu/A6

Politique intérieure

Parti du centre

99 % des centristes sont satisfaits de leur président Sipilä
Un sondage auprès des membres des conseils de district du Centre montre une très grande satisfaction en ce qui concerne le président du parti, M. Sipilä. 99 % des membres estiment que M. Sipilä a bien réussi dans ses travaux, et 66 % pensent qu’il a très bien réussi.
93 % des membres sont satisfaits de l’action du parti dans l’opposition.
HS/jeu/A6

Construction navale

Le gouvernement a ajourné la décision sur STX
Le gouvernement a décidé, vendredi dernier, de ne pas accorder le prêt de 50 millions d’euros demandé par STX Finland.
Le vice-directeur général de STX Finland, M. Anttila, estime qu’il est très probable qu’un contrat sur la commande sera conclu prochainement avec un autre chantier naval.
Le gouvernement a décidé d’accorder une subvention à l’investissement de 28,3 millions d’euros, mais selon M. Anttila, cette somme avait déjà été prise en compte dans les calculs de financement du groupe.
Les syndicats d’employés sont très déçus de la décision et regrettent l’occasion perdue pour garantir des emplois.
HS/22.12/B7

Informatique

Cyber-attaques dans des journaux en ligne
Des sites internet des journaux finlandais, dont Helsingin Sanomat, Ilta-Sanomat et Iltalehti, ont subi des cyber-attaques à Noël.
HS/jeu/A5

Sauvetage de la Finlande d’après-Nokia

Les travaux d’un groupe de travail seront publiés prochainement
Helsingin Sanomat relève que le groupe de travail désigné en mars par le ministre de l’Economie de l’époque, M. Häkämies, et présidé par M. Ala-Pietilä, un ancien directeur général de Nokia (1999-2005), publiera, le 17 janvier 2013, son rapport concernant le changement structurel lié aux licenciements de Nokia.
Outre le sauvetage des personnes ayant perdu leur emploi, le groupe est censé trouver des solutions pour rendre la Finlande de nouveau compétitive dans le secteur des technologies informatiques.
En juin dernier, le nombre de chômeurs de ce secteur s’élevait à 15 000.
M. Ala-Pietilä souligne l’importance d’un engagement à long terme et fait le parallèle avec le rétablissement du pays après la guerre. Il estime qu’un engagement de dix ans au moins, dans le développement de ce secteur sera indispensable.
HS/jeu/B11

Neige

66 cm de neige à l’aéroport de Helsinki-Vantaa
C’est à l’aéroport de Helsinki-Vantaa qu’il y a le plus de neige en Finlande actuellement. Le record, 83 cm, date de 1965.
A Kaisaniemi (centre ville), l’épaisseur de la couche de neige était de 45 cm, hier, et à Kumpula, 53 cm.
HS/jeu/A14

France – Finlande

Exposition

Northern women in Chanel
Helsingin Sanomat rend compte de l’exposition de photos à la galerie Laboratory.
HS/dim/C3

Vendredi 21 décembre 2012

Politique étrangère et européenne

Défense

M. Heinäluoma propose le remplacement des Hornet par des Jas Gripen
Selon Helsingin Sanomat, le président du Parlement, M. Eero Heinäluoma, a estimé jeudi, lors d’une interview de la chaîne de télévision commerciale MTV3, que la politique économique stricte pourrait amener les pays nordiques à une coopération plus étroite, aussi en ce qui concerne la défense.
M. Heinäluoma estime que l’acquisition par la Finlande des chasseurs suédois Jas Gripen serait un pas important vers une coopération plus étroite entre les pays nordiques.
« Si on veut coopérer il faut aussi y avoir de la substance. Les acquisitions communes pourraient être une forme de coopération », souligne M. Heinäluoma.
HS rappelle que les Hornet seraient hors d’usage probablement en 2025-2030. L’acquisition des chasseurs est un long processus et l’affaire serait probablement étudiée dès la prochaine législature (2015-2019).
HS/A10

Turquie

Le ministre turc des Affaires étrangères a effectué une visite en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères de la Turquie, M. Ahmet Davutoglu, a effectué jeudi une visite en Finlande. Lors d’une interview du quotidien. M. Davutoglu a souligné que la chute de l’administration du président Bachar al-Assad n’était qu’une question de temps.
« Une administration qui bat contre ses propres citoyens ne peut pas s’en sortir. » Jusqu’à présent, 145 000 réfugiés syriens sont arrivés en Turquie. Le ministre turc a assuré que la Turquie gardera ses frontières ouvertes pour les réfugiés syriens malgré le coût économique.
HS/B6

Politique intérieure

Défense

Le livre blanc promet des économies effectuées par la coopération
Le livre blanc de la défense a été présenté jeudi dans les locaux du gouvernement par le Premier ministre Katainen, le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et le secrétaire général du ministère de la Défense, M. Arto Räty. Le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, a dû s’absenter en raison d’une crise allergique qu’il a eue à l’Eduskunta.
Helsingin Sanomat souligne que le livre blanc finlandais ne contient pas de promesses de solidarité vis-à-vis des pays voisins, contrairement à celui de la Suède. La Finlande s’engage toutefois à l’approfondissement et au développement de la coopération nordique de défense, par exemple à la surveillance de l’espace aérien islandais.
« Il s’agit concrètement des acquisition communes, de la coopération dans la formation et des manœuvres communes, ainsi que de la participation aux opérations internationales de la gestion de crise », a souligné M. Katainen.
Par rapport au livre de la défense de 2009, le rapport actuel se concentre plus sur l’analyse de la dépendance mutuelle entre les Etats, augmentée par la globalisation. « Le changement des rapports de pouvoir est lié avant tout à la compétitivité des Etats. La montée de la Chine en est le meilleur exemple », selon le Premier ministre Katainen.
Selon M. Tuomioja, « la sécurité de l’Europe et le rôle de l’Union européenne sont centrales pour nous. Il est important pour la Finlande que le statut de l’UE pour maintenir la stabilité en Europe soit garanti ».
M. Katainen admet que le livre blanc ne contient rien de révolutionnaire : « Cela reflète la longue tradition de la politique étrangère, de sécurité et de défense finlandaise. »
HS/A10

Construction navale

Le gouvernement a ajourné la décision sur STX
Helsingin Sanomat rapporte que l’incertitude sur l’avenir du chantier naval de STX à Turku continue. Le comité interministériel de politique économique, réuni jeudi, a ajourné la décision sur le prêt de 50 millions d’euros demandé par STX Finland.
Le gouvernement a décidé de poursuivre l’étude de l’affaire vendredi.
Le quotidien spécule sur une vente éventuelle du chantier naval de Turku par STX. La société mère STX a peu investi à Turku, qui est en plus en concurrence avec le chantier de STX à Saint-Nazaire en France.
HS/B1

France

Présidence

Visite de M. Hollande en Algérie
Helsingin Sanomat consacre un bref article à la visite en Algérie du Président Hollande.
HS/B5

Jeudi 20 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Islande

L’OTAN a approuvé la participation finlandaise à la surveillance de l’espace aérien
Helsingin Sanomat rapporte que selon le porte-parole de l’OTAN, le conseil de l’organisation, réunie mercredi, a approuvé la participation de la Finlande et de la Suède à la surveillance de l’espace aérien de l’Islande. Le quotidien rappelle que le conseil est l’organe suprême de prise de décision de l’OTAN et les 28 pays membres n’y prennent que des décisions à l’unanimité.
Dans la pratique, l’OTAN a donné son approbation politique à la participation de la Finlande et de la Suède. « Nous respectons bien entendu toutes les décisions que la Finlande et la Suède prendront concernant leur participation », selon le porte-parole. « Selon l’usage normal de l’ONTAN, les vols de surveillance de ce genre sont effectués sans armes. »
La participation finlandaise sera présentée au Parlement sous forme d’un rapport du gouvernement. Cela signifie que l’affaire sera étudiée aussi dans les commissions du Parlement. L’étude à l’Eduskunta devrait avoir lieu en février prochain.
Selon un plan préliminaire, la Finlande et la Suède assisteraient à la Norvège dans la surveillance de l’espace aérien islandais pendant deux ou trois semaines entre janvier et avril 2014.
HS/A5

UE - Russie

« La Russie presse toujours la Finlande avec les droits de douane » TS
En dépit de son entrée dans l’OMC, la Russie cause toujours des soucis à la Finlande avec ses droits de douane.
En effet, suite à son entrée dans l’OMC, la Russie a diminué ses droits de douane à l’exportation de bouleau…mais a aussi augmenté ses droits de douane à l’importation pour 300 produits. « Une partie de ces augmentations était conforme au traité de l’OMC, une partie non. Ce sont en partie des produits importants pour la Finlande comme le papier et le carton qui ont été touchés », relève le directeur de l’accès aux marchés du ministère des Affaires étrangères, M. Ilkka Saarinen.
En dépit de l’entrée de la Russie dans l’OMC, les importations en Finlande de conifères sont aussi en pratique bloquées pour des raisons bureaucratiques : ces produits n’étant pas classés de la même manière par l’OMC et la Russie. Selon Stora 6enso, il s’agit d’une bureaucratie exigée par la Russie et qui viole les accords de l’OMC.
Il ne s’agit pas seulement de difficultés concernant la Finlande puisque, par exemple, les discriminations touchent aussi l’importation en Russie de voitures.
Le chercheur de l’UPI, M. Hiski Haukkala, ne dramatise pas ces différends et souligne qu’il y en a aussi entre l’UE et les Etats-Unis.
TS

Finlande – Namibie

Outotec
Le groupe de technologies minières Outotec a conclu un accord avec le groupe namibien Namibia Custom Smelters pour livrer des technologies d’épuration des eaux, entre autres, pour une fonderie de cuivre en Namibie. Le cout du contrat s’élève à 130 millions d’euros. Outotec négocie également des travaux de construction liés au projet.
HS

Politique intérieure

Défense

« Le livre blanc défend les structures existantes »
Le livre blanc de la défense sera présenté au Parlement aujourd’hui. Selon l’analyse de Helsingin Sanomat, signée Juha-Pekka Raeste, il est inutile de chercher des visions afin de rationaliser la répartition des tâches dans la politique étrangère et de sécurité finlandaise.
Le nouveau livre blanc sera lié essentiellement aux réformes structurelles des forces armées. La capacité de la défense devra rester au niveau approuvé par le Parlement.
La répartition des tâches dans la politique de sécurité et de défense est faite de façon que le ministre des Affaires étrangères s’occupe de la politique de sécurité et le ministre de la Défense répond pour la politique de défense. Tout cela se passe dans le cadre des limitations des pouvoirs du président.
Un groupe de contact au Parlement, qui réunit les représentants de tous les partis politiques représentés à l’Eduskunta, suit la rédaction du livre blanc de sécurité et de défense et les préparatifs des réformes structurelles des forces armées.
Lors de la rédaction du livre blanc, le ministère des Affaires étrangères a voulu souligner plus que d’habitude l’importance de la politique de sécurité parce que la réforme des forces armées, publiée il y a un an, a détourné le débat public vers les menaces de la mer Baltique et des régions limitrophes. Le MAE souligne l’importance d’une politique qui aide à construire la sécurité et le statut international de la Finlande.
La question la plus intéressante dans le livre blanc est comment il arrive à définir les changements de grandes orientations de fond dans le champ d’action de la Finlande, dont la globalisation, l’augmentation de la dépendance mutuelle et l’importance de l’économie.
Il est également important de voir comment la situation de l’Europe et les problèmes européens se reflètent dans la sécurité du tout le continent.
HS/A9

Social

M. Järventaus mettrait fin aux conventions collectives contraignantes
Le directeur général des Entrepreneurs de Finlande, M. Järventaus, estime que le système des conventions collectives universellement contraignantes a été créé pour une toute autre sorte de société que celle d’aujourd’hui.
Pour lui, il faudrait remettre en question le caractère contraignant des conventions afin de maintenir la compétitivité et les emplois. Il souhaite que l’on puisse se mettre d’accord sur les conditions d’emploi et les salaires au niveau des entreprises et que l’on puisse faire des dérogations aux conventions collectives sectorielles.
Il propose, à titre d’exemple, qu’en renonçant aux augmentations de salaire, une entreprise pourrait à son tour se retenir de licencier.
Selon M. Järventaus, l’employé pourrait toutefois garder le droit d’exiger l’observation de la convention collective.
www.yle.fi

M. Järventaus déplore le coût élevé de la main d’oeuvre
M. Järventaus relève qu’en dix ans, les salaires en Finlande ont augmenté de 42 % par rapport à l’Allemagne, où l’augmentation a été de 13 %. Il déplore le coût accru de la main d’œuvre et son effet pour la compétitivité.
M. Vanhanen, directeur général de l’union des entreprises familiales, quant à lui, parle en faveur des changements de génération dans les entreprises. Il souhaite voir des quadras à la tête des entreprises. Pour lui, cela créerait un dynamisme dans l’économie.
www.yle.fi

Prévisions économiques

Danske Bank prévoit un redémarrage pour 2014
La banque Danske Bank (anciennement Sampo) prévoit que l’économie finlandaise sera en récession jusqu’à mi-2013 pour repartir ensuite petit à petit. La croissance sera de l’ordre de 2,2 % en 2014. Le taux de chômage dépassera les 8 % en 2013 mais diminuera en-dessous de ce niveau en 2014. En novembre, la dette publique s’élevait à 84 milliards d’euros, ce qui représente 45 % du PIB.
Kaleva/9

Handelsbanken prévoit une croissance dès cette année
La banque Handelsbanken prévoit une croissance économique de près de 1 % pour l’année en cours et de 1,7 % pour 2013.
Mme Helenius, économiste de Handelsbanken, estime que la Finlande reste compétitive, mais que l’éventail de produits à l’exportation est restreint par rapport aux concurrents.
KS/23

Construction navale

STX demande un financement temporaire à l’Etat
Helsingin Sanomat spécule sur le type de prêt que STX a demandé au gouvernement. Selon le quotidien, il s’agirait d’un financement temporaire qui se situerait entre le prêt bancaire et l’entrée dans le capital. Ce prêt en capital serait à un taux plus élevé qu’un prêt bancaire, mais serait aussi plus risqué en cas de faillite. C’est pourquoi, s’il s’avérait que le taux effectif de ce prêt est trop bas, il pourrait être considéré par la réglementation européenne comme une aide déguisée interdite.
HS

Déclarations de Mme Urpilainen
La ministre des Finances a déclaré que le fait que Royal Carribean Cruises soit domicilié dans un paradis fiscal, au Libéria, n’avait pas d’importance concernant un possible prêt de l’Etat finlandais. Elle a refusé de dire quelle était sa position sur ce prêt, mais a souligné qu’il fallait surtout se préoccuper de garantir l’emploi finlandais et s’inquiéter pour les risques encourus par les contribuables. Elle reconnaît toutefois que la domiciliation du client dans un paradis fiscal n’est pas une chose positive.
Le gouvernement va étudier ce prêt aujourd’hui.
HS

La région de Turku ne peut se permettre de perdre un nouveau secteur industriel
Turun Sanomat souligne que la construction navale a permis à la région de Turku de faire face aux retournements de conjoncture ces dernières années. Ainsi pendant la crise financière de 2008, le chantier naval de Turku bénéficiait de deux grosses commandes livré »es en octobre 2009 et octobre 2010. Quand la croissance est repartie dans l’économie, le chantier naval était quasiment vide d’octobre 2010 à septembre 2011.
Durant la dernière décennie, l’industrie électronique a perdu 5000 emplois dans la région, principalement à Salo.
TS

Un nouveau brise-glace pour le chantier d’Helsinki
Le chantier naval d’Helsinki (Arctech Helsinki Shipyard), possédé à moitié par STX Finland, a enregistré, hier, la commande d’un brise-glace. Cette commande, d’une valeur de 100 millions d’euros, sera réalisée en coopération avec le chantier naval de Vyborg pour qui il s’agit du premier navire d’une série de trois commandés par le ministère des transports de Russie. TS

Olkiluoto

Inspection
Les autorités de protection de travailleurs et la police ont effectué, ensemble pour la première fois, une inspection sur le site de construction d’Olkiluoto 3. L’inspection visait les permis de travail et les contenus des contrats de travail.
Aucun défaut important n’a été observé.
Il est prévu que la coopération avec la police sera renforcée dans les sites de construction ainsi que dans d’autres secteurs.
Dem/9

Mercredi 19 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Transport

Les ministres des Transports européens discutent de la directive sur les émissions de soufre
Turun Sanomat rapporte que le sujet des effets de la directive sur les émissions de soufre sera au menu de la réunion des ministres européens des transports, demain. TS souligne que c’est une initiative de la France qui craint une hausse du coût des transports dans la Manche.
Le président du patronat (EK), M. Häkämies souligne que s’il y a des exceptions à la directive, elles devront toucher tous les pays.
TS

Commerce extérieur

Les échanges extérieurs menacés par le projet de directive sur les réglementations douanières
Kauppalehti rapporte que les coûts de transport des exportations et des importations finlandaises augmentent de 60% à cause de la directive sur les émissions de soufre dans le transport maritime.
En plus, le projet de directive sur les réglementations douanières qui prévoit l’obligation de garanties pour les transports de marchandises dans l’UE, pourrait engendrer des coûts supplémentaires de plusieurs millions d’euros pour les entreprises finlandaises.
Les entreprises finlandaises du secteur des transports demandent donc aux pouvoirs publics de faire tout leur possible pour limiter les effets négatifs de ce projet de directive sur le secteur.
KL

Biodiesel

La Commission européenne accorde une subvention importante à UPM et à Vapo
La Commission européenne a accordé une subvention de 170 millions d’euros au groupe forestier UPM pour construction d’une usine de biodiesel à Strasbourg. Le groupe dispose déjà d’une usine de papier à Strasbourg. Les négociations sur la vente de cette usine sont en cours.
Le groupe énergétique de l’Etat, Vapo, a obtenu 88,5 millions d’euros pour la construction d’une usine de biodiesel à Kemi.
Les études concernant l’opportunité de la réalisation de tels projets continuent, et les groupes prendront les décisions finales dans les 12 à 18 mois qui viennent. Le coût de la construction serait entre 400 et 500 millions d’euros. La capacité de chaque usine s’élèverait à 100 000 tonnes de carburant par an.
A Strasbourg, l’usine emploierait directement de 70 à 80 personnes et indirectement 500 personnes. L’usine de Kemi donnerait du travail à des centaines de personnes.
HS/B7

Hautes technologies

Investisseurs chinois à Oulu
Un groupe d’investissement chinois participera à hauteur de 350 000 euros aux projets d’un groupe d’Oulu, Meontrust, spécialisé dans la sécurité informatique. Ce groupe emploie actuellement 10 personnes dont une partie sont des anciens de Nokia.
Sept investisseurs chinois ont effectué une visite à Oulu, mardi, et une nouvelle rencontre est prévue pour l’été 2013, dans le but de créer des coopérations.
HS/B6

Finlande - Slovénie

Six inculpés dans l’affaire de corruption concernant Patria
La vente de véhicules blindés du groupe d’armement Patria en Slovénie a engendré la poursuite en justice de six personnes, dont le directeur général de l’époque, M. Wiitakorpi, pour des soupçons de corruption et espionnage.
L’enquête a été menée en coopération entre les autorités finlandaises, slovènes et autrichiennes. Patria a déjà été poursuivi en justice en Slovénie et en Autriche.
Helsingin Sanomat relève qu’outre la Slovénie, Patria est soupçonné notamment de corruption en Egypte et en Croatie.
HS/B7

Défense

Acquisitions d’armement
Les forces armées finlandaises ont conclu un contrat avec le groupe israélien Aeronautics pour un achat de drones Orbiter. Le groupe israélien se trouve en difficultés économiques et, dans son passé, il y a des affaires douteuses en Afrique qui ont été révélés.
M. Tuloisela du ministère de la Défense relève que l’affaire a été conclue selon les conditions générales de l’Etat concernant les acquisitions.
Helsingin Sanomat relève qu’au moment de l’appel d’offres, le prix des Orbiter était nettement inferieur à ceux proposés par l’israélien Bluebird Aero et le finlandais Patria.
Selon l’Etat-major de l’armée de terre, l’affaire a jusqu’à présent avancé normalement.
HS/A4

Diplomatie

Le Parlement critique la fermeture des représentations
Helsingin Sanomat rapporte que les députés membres de la commission des affaires étrangères du Parlement ont critiqué ardemment la décision du ministère des Affaires étrangères de supprimer des représentations à l’étranger. Une quinzaine de représentations seront fermées pour des raisons d’économie, même si le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, a parlé prudemment de 10 à 15 représentations. L’objectif des fermetures est d’économiser 2,1 millions d’euros.
La commission des Finances de l’Eduskunta a ajouté un million aux crédits du ministère des Affaires étrangères, même si la commission des affaires étrangères du Parlement en avait exigé quatre.
Les membres de la commission des affaires étrangères ont exprimé leur frustration. Pour M. Pertti Salolainen, vice-président conservateur de la commission, « il s’agit du prestige de la commission des affaires étrangères. Nous avons été unanimes à exiger plus de crédits et sommes très frustrés parce que la commission des finances n’a pas écouté notre appel ».
Le député conservateur Ilkka Kanerva, ancien ministre des Affaires étrangères, a souligné que le nombre de représentations devait être basé sur la réflexion politique, ce qui n’a pas été le cas cette fois-ci. « Il ne s’agit pas d’une décision politiquement bien considérée, basée sur les intérêts de la Finlande », selon M. Kanerva. Il a laissé entendre que la campagne finlandaise malchanceuse pour obtenir un siège au conseil de sécurité de l’ONU serait une des raisons pour les fermetures.
Selon le centriste Seppo Kääriäinen, ancien ministre de la Défense, « les économies de quelques millions d’euros causent de grands dégâts politiques ».
M. Pekka Haavisto, député vert, a proposé un modèle plus léger pour le réseau des représentations pour garantir le suivi politique à l’étranger.
Le président de la commission des finances, le conservateur Kimmo Sasi, a souligné que les dépenses du ministère des Affaires étrangères s’élevaient à 1,3 milliard d’euros et que la commission des affaires étrangères pourrait faire des transferts de crédits à l’intérieur du ministère.
M. Tuomioja a partagé le souci des députés, soulignant que l’affaire était entièrement entre les mains de l’Eduskunta.
HS/A12

Politique intérieure

Construction navale

La commande de STX ne dépend pas que des aides de l’Etat
Helsingin Sanomat rapporte que la décision de Royal Carribean de commander un nouveau navire de croisière au chantier de Turku de STX Finland ne dépend pas uniquement du possible prêt que pourrait accorder le gouvernement finlandais. « Cela dépend aussi beaucoup de STX et de son propriétaire », selon le ministre de l’économie. M. Vapaavuori refuse de se prononcer sur l’opportunité pour l’Etat finlandais de participer à la capitalisation de STX Finland. Il souligne qu’au besoin, l’Etat peut prendre une décision très vite.
Helsingin Sanomat relève que STX n’a rien à perdre dans cette affaire car le chantier de Turku est en concurrence avec le chantier de Saint-Nazaire, lui aussi possédé par STX.
Selon l’éditorialiste de Helsingin Sanomat, il semble que la société mère STX considère que le chantier naval de Turku n’est plus rentable. Pour preuve, elle y a peu investi, voire plus du tout, au contraire de Saint-Nazaire.
L’éditorialiste estime qu’il peut être opportun que l’Etat aide encore une fois la construction navale car la conjoncture est particulièrement délicate ; mais il faut toutefois regarder vers l’avenir et se spécialiser dans des navires plus petits, pour la recherche ou des brise-glace, car le temps des grands navires de croisière construits en Finlande est révolu. .
HS

Fonds de pension

Fusion d’Eläke-Fennia et d’Eläke-Tapiola
Le troisième et le quatrième assureur retraite, Eläke-Tapiola et Eläke-Fennia, ont annoncé qu’ils envisagent une fusion. La part du marché du nouveau groupe serait de 23,5 %, alors que les plus grands assureurs, Varma (35,8 % du marché) et Ilmarinen (32,9 %) occupent ensemble 70 % du marché.
Il est prévu que le nouveau groupe issu de la fusion démarre début 2014. Des licenciements ne sont pas prévus, car les suppressions de postes seront réglées à l’occasion de départs à la retraite, selon Mme Huber, directrice général d’Eläke-Tapiola.
Les économies engendrées par la fusion s’élèveront à 10-15 millions d’euros. La désignation du directeur général aura lieu au printemps.
HS/B6

Vie professionnelle

Les dirigeants des syndicats ont répondu à l’invitation du Premier ministre Katainen
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre Katainen et la ministre des Finances, Mme Urpilainen, ont rencontré mardi les dirigeants des syndicats et du patronat à Kesäranta, la résidence du Premier ministre. Les ministres ont invité les présidents des centrales syndicales SAM, STTL et Akava, ainsi que les dirigeants de la Confédération du patronat et de l’industrie EK et du patronat des communes finlandaises.
M. Katainen souhaite connaître les propositions des partenaires sociaux au plus tard le 13 février, soit avant les décisions du gouvernement sur les augmentations d’impôts et les économies pour les deux dernières années de la législature.
« Les questions sur les carrières professionnelles reviennent traditionnellement aux partenaires sociaux. Pour cela nous les avons invités à travailler avec nous », a déclaré M. Katainen. « Nous n’avons cependant pas dit quels sont les moyens qu’ils doivent proposer. »
Selon M. Katainen, l’état de l’économie finlandaise est sinistre et on a besoin des décisions au lieu des propositions. « Le gouvernement n’a rien promis aux organisations », a souligné le Premier ministre.
Les dirigeants des partenaires sociaux ont décidé de se réunir début janvier pour étudier les moyens pour augmenter le nombre d’heures travaillés.
HS/A7

M. Lyly souligne l’importance d’une entente sur les trois jours de formation
Selon Demokraatti, M. Lauri Lyly, président de la SAK, il faut d’bord retrouver une entente sur le litige concernant les trois jours de formation avant de commencer les négociations proprement dites. M. Lyly estime que la situation au marché du travail n’est pas aussi difficile qu’on pourrait imaginer selon les commentaires dans les médias.
DEM/9

Parlement

Les députés doivent limiter leur usage des iPad lors des séances plénières
Selon Helsingin Sanomat, le présidium du Parlement a dû donner une nouvelle réglementation aux députés sur l’usage des tablettes : les iPad, achetés cet automne pour tous les députés, peuvent être utilisés mais de façon « limitée et discrète » lors des séances plénières. L’usage des ordinateurs portables et des téléphones mobiles est toutefois interdit.
HS/A4

Nucléaire

Posiva doit étudier la résistance des capsules en cuivre
Helsingin Sanomat rapporte que Posiva, chargé du stockage des déchets nucléaires, devra accorder aux autorités une étude supplémentaire sur la résistance des capsules en cuivre. Selon une étude suédoise récente, la résistance des capsules en cuivre n’est que mille ans au lieu de 100 000 ans comme prévu auparavant.
HS/A4

Licenciements

Accenture renvoie 275 personnes
Le consultant Accenture fermera son unité d’Oulu. 275 personnes perdront leur emploi et 46 seront mises à pied.
L’unité d’Oulu avait été créée en 2011 lorsque Nokia avait externalisé à Accenture 1200 employés du développement Symbian. La décision de Nokia de mettre fin au système d’exploitation Symbian a considérablement diminué la demande de ces téléphones-là. Ainsi, la mesure d’Accenture n’était pas une surprise, constate le maire d’Oulu, M. Pennanen.
HS/B6

France

Musée Carnavalet
Turun Sanomat consacre un article, intitulé « L’histoire de Paris à un seul coup », au Musée Carnavalet, dans le quartier du Marais, à Paris.
TS

Mardi 18 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Conseil européen

« M. Katainen vante la vitesse des réformes de la zone euro » HS
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre a commenté, hier, les résultats du conseil européen en ces termes : « Nous sommes aveuglés par la rapidité des changements. Dès que l’on ne prend pas une décision de crise dans des conditions dramatiques, on estime que rien n’a été fait ». A ceux qui estiment que les décisions ont été renvoyées à un avenir incertain, M. Katainen demande de regarder le passé : depuis deux ou trois ans, la zone euro a été refondée. « Il y a seulement six mois, on a lancé l’idée d’une union bancaire et on vient déjà de prendre la décision de principe sur sa première étape ».
La rapidité des décisions a aussi son revers : selon le professeur de sciences politiques Tuomas Ojanen, le Parlement finlandais a parfois du se prononcer dans les 24 heures. Il considère donc que la crise de l’euro met en danger les droits fondamentaux des citoyens puisque les décisions sont prises au détriment du processus démocratique normal.
Par ailleurs, M. Katainen a déclaré qu’il espérait qu’au printemps on puisse discuter de l’union européenne que l’on veut développer. Il estime que le moment opportun pourrait être la prochaine étape de l’union bancaire, l’été prochain. « On devra faire face à de nouvelles propositions l’été prochain. Il serait bon qu’en Finlande aussi on débatte avant cela de ce que nous voulons », déclare M. Katainen.
HS

Renseignement militaire de l’UE

Commodore Alafuzoff à la tête du renseignement militaire
Helsingin Sanomat relève que le commodore Georgij Alafuzoff, chef du renseignement des forces armées finlandaises, a été désigné à la tête du renseignement militaire européen à compter d’avril.
Antérieurement, M. Alafuzoff a servi dans la direction des opérations K-for au Kosovo et Eu-for au Congo.
HS/A4

Opération de maintien de paix en Syrie ?

Sondage concernant une participation éventuelle finlandaise – 50 % sont hésitants
Hufvudstadsbladetb a effectué un sondage concernant la volonté des Finlandais de participer à une opération éventuelle de l’ONU en Syrie. La moitié des personnes interrogées sont réservées (27 % sont complètement d’accord sur l’idée qu’il ne faudrait pas participer, et 22 % sont en partie d’accord), tandis qu’un tiers pensent qu’il faudrait participer (25 % le pensent en partie et 6 % pleinement). 20 % des personnes interrogées ne se prononcent pas.
Le ministre de la Défense, M. Haglund, et le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, rappellent qu’à ce jour, la question ne se pose pas. M. Tuomioja relève que lors des discussions avec les collègues nordiques, tous ont estimé qu’il serait difficile de dire non et que ce ne serait pas non plus justifié.
Selon M. Haglund, il relève de chaque Etat responsable de réfléchir aux façons de contribuer.
M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, quant à lui, est très hésitant. Pour lui, le moment ne serait financièrement pas propice dans le contexte des économies concernant les forces armées.
HBL relève que les jeunes interrogés sont plus réservés que les personnes âgées. Les militants des Vrais Finlandais et de l’Alliance des gauches sont les plus critiques, alors que ceux du Parti suédois sont les plus favorables.
M. Tuomioja rappelle que, pour entamer une opération de maintien de la paix, il faut un cessez-le-feu, un accord politique et une paix à maintenir.
Il relève, en ce qui concerne le financement, que dans la gestion de crise, on ne peut pas « faire de réservations ». S’il y a un besoin, il faut prendre une décision politique et financer la participation au moyen d’une rallonge budgétaire. Il relève qu’en Finlande, on a pensé que l’on peut envoyer jusqu’à mille soldats, et actuellement on en est encore loin. Pour lui, une participation peut être utile, car les crédits pour la formation et les préparations existent déjà.
HBL/1-3

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet note la part importante de ceux qui ne se prononcent pas dans le sondage sur une opération éventuelle en Syrie : 20 %. On dirait que la gestion de crise militaire fait hésiter les Finlandais même après l’expérience de plusieurs opérations dans les Balkans.
Pour l’éditorialiste, il faudrait clairement parler de gestion de crise militaire afin d’assurer une aide humanitaire. Cela s’inscrirait dans le cadre d’une transparence qui aiderait peut-être ceux qui n’ont pas souhaité se prononcer jusqu’à présent.
HBL/14

Finlande – Russie – UE

Visas
M. Niemeläinen, correspondant de Helsingin Sanomat à Moscou, prévoit que la question de la suppression éventuelle du visa entre l’UE et la Russie aura un rôle important lors de la rencontre des dirigeants russes et européens, vendredi.
La question est bien plus essentielle pour la Russie que pour l’UE, qui souhaiterait plutôt évoquer « la mise à jour » de l’ancien accord sur le partenariat et la coopération. Les échanges commerciaux devraient être développés et les droits de l’homme évoqués.
La Finlande est favorable à la suppression éventuelle du visa, mais elle partage les conditions européennes sur l’exigence de passeports fiables et un contrôle frontalier plus strict.
Toute en ignorant une date éventuelle de la suppression du visa, la Finlande se prépare à régler des problèmes comme les embouteillages à la frontière et l’augmentation de la criminalité.
Le pas suivant, avant la suppression du visa, pourrait être de faciliter l’obtention de visa concernant ceux qui voyagent souvent.
HS/A6

Politique intérieure

Construction navale

Le gouvernement n’a pas encore promis d’aide au chantier naval de Turku
L’aide à la construction navale est devenue un différend politique
STX Finland n’a toujours pas reçu, hier, de réponse du ministère de l’économie à sa demande d’une aide gouvernemental de 50 millions d’euros. Selon Helsingin Sanomat, la construction serait réalisée avec un si faible niveau de bénéfices que cela suscite des interrogations.
Pour que Finnvera puisse garantir le financement, il faut que, outre les quelques 100 millions d’euros trouvés par STX Finland, le gouvernement accorde un prêt de 50 millions. Mais le gouvernement craindrait que cette somme risque de ne pas suffire.
STX Sait à quel point cette commande est importante pour le chantier naval car elle garantirait 20 000 ETP.
Le gouvernement a refusé, hier, de commenter l’affaire. Mais selon le journal du PSD, le Premier ministre Jyrki Katainen et le ministre de l’Economie M. Vapaanvuori seraient opposées à l’aide du gouvernement.
Le président du syndicat des employés (STTK), M. Maenpâä demande au gouvernement d’agir sans attendre. De même que le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto.
Les entrepreneurs finlandais attendent eux aussi une aide gouvernementale.
Aamulehti rapporte que le président des Vrais Finladnais, M. Timo Soini, la présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des Gauches, Mme Lapintie et le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman se sont prononcés en faveur d’une aide du gouvernement.
Turun Sanomat rapporte que la proposition de prêt a été modifié afin que le gouvernement puisse à nouveau la traiter (le gouvernement ne peut être saisi d’une proposition qu’il a déjà rejeté). Il ne s’agirait plus d’un prêt au capital mais d’un prêt ordinaire de 50 millions d‘euros.
Turun Sanomat souligne que la question est devenu un différend politique qui oppose le ministre de l’économie et son administration, opposés à une aide, aux ministres des partis de gauche et aux syndicats.
TS souligne que STX sait aussi jouer de ces tensions politiques : le groupe a fait comprendre au gouvernement qu’un refus de prêt mettrait en danger les deux commandes dont dispose le chantier de Turku et portant sur 1,8 milliard d’euros. Dans sa manche, le groupe STX, dispose d’un atout : le chantier naval français dont il dispose aussi.
TS

En France, le financement est déjà prêt
Turun Sanomat rapporte que, selon le directeur de STX Finlande, M. Jari Anttila, avant la décision négative d’accorder un prêt par le gouvernement finlandais, Royal Carribean ne négociait qu’avec le chantier naval de Turku.
L’allemand Meyer proposerait la construction d’un plus petit navire (le chantier, situé à l’intérieur des terres, ne pouvant construire d’aussi gros navire).
Mais il semble désormais que la commande de ce troisième navire de la classe Oasis puisse partir en France : « les Français ont un paquet de financement très avancé et il y a un grand risque que cette commande leur échoir durant cette semaine », estime M. Anttila qui considère que le choix se ferait entre les deux chantiers. « En très peu de temps, en quelques semaines, on a pu en France faire passer la décision de financement alors qu’en Finlande cela fait des mois qu’on en parle », regrette M. Anttila qui estime que Royal Carribean préférerait une construction en Finlande mais pourrait devenir plus favorable aux Français qu’aux Finlandais. Il souligne que le chantier naval ne demande pas une aide mais un prêt.
Le directeur des ventes de Lautex (sous-traitant du chantier de Turku), M. Soinila déclare que « les Français pourraient nous voler cette commande si l’Etat finlandais hésite trop. Si le gouvernement ne fait pas preuve de coopération, le navire sera construit en France. Saint-Nazaire est très intéressé par ce projet ». M. Soinila déclare qu’une représentation française s’est même rendue à Miami pour négocier avec Royal Carribean.
Selon l’association de la construction navale finlandaise, une telle commande générerait des salaires de 500 millions d’euros et des recettes fiscales de 160 millions.
L’éditorialiste de Kauppalehti relève qu’en acceptant de prêter de capital à STX, l’Etta finlandais se rapprocherait en fait d’une entrée dans le capital de STX et pourrait donc voir ses responsabilités financières grandir de manière conséquente.
TS KL

Transport aérien

L’aéroport d’Helsinki bénéficiaire
Helsingin Sanomat rapporte que, si un aéroport sur deux déficitaire en Europe, laéroport d’Helsinki-Vantaa est largement bénéficiaire, ce qui permet à Finavia d’assurer ses services dans les 24 autres aéroports de Finlande.
Cet aéroport est un bon exemple de la transformation des aéroports en complexe de centre commercial et de loisirs.
HS

Vie professionnelle

Editorial : les dirigeants des syndicats ont une grande responsabilité
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat rappelle que le Premier ministre Katainen rencontrera aujourd’hui les dirigeants des syndicats et du patronat et que les participants ont une grande et lourde responsabilité.
Il ne faut toutefois pas attendre trop de résultats de la rencontre d’aujourd’hui. L’objectif est plutôt d’obtenir un point de vue commun sur l’état actuel et l’avenir de la Finlande. Il ne faut pas oublier que le ministère des Finances publiera jeudi son rapport sur la conjoncture.
Comme M. Katainen vient de le souligner lors d’une interview radiophonique d’Yle, l’économie finlandaise a aussi d’autres gros défis que la situation conjoncturelle. L’industrie est en train de vivre un changement structurel parce que les anciens produits ne se vendent plus. De plus, le vieillissement de la population signifie la diminution de la main-d’œuvre.
Quant aux récentes propositions concernant le temps de travail et les salaires, l’éditorialiste conclut qu’un travail plus léger et moins bien payé serait une meilleure solution qu’une pension pour inaptitude au travail – au mois du point de vue de la société.
HS/A2

Les syndicats se serrent les rangs
Les représentants de trois grandes centrales syndicales – SAK, STTK et Akava – se sont réunis lundi pour se préparer avant les prochaines négociations salariales.
Selon leur communiqué commun, « les propositions récentes exceptionnellement dures de la confédération du patronat et de l’industrie EK nécessitent des organisations des salariés volonté et action communes ».
Les organisations soulignent qu’il faut trouver une entente concernant le droit aux trois jours de formation, rejeté par le patronat en septembre dernier.
AL/A4

Baisse de salaires

Le centre de recherche du patronat n’est pas convaincu par la proposition de M. Vartiainen
Selon Helsingin Sanomat, la directrice d’Etla, centre de recherche du patronat, Mme Rita Asplund, n’est pas convaincue de l’utilité de la proposition de M. Juhana Vartiainen, directeur général de Vatt, concernant une baisse de salaires pour les employés âgés.
« Il faudrait d’abord étudier si ces arguments sont fondés ou non », selon Mme Asplund.
HS/A4

Santé

Selon un projet de loi, la maladie lors des vacances serait compensée
Helsingin Sanomat rapporte que selon un projet de loi du gouvernement, actuellement en rédaction au ministère des Activités économiques et du Travail, la carence lors des congés de maladie pendant les vacances serait supprimée. Selon une décision de la Cour de l’Union européenne, la loi finlandaise actuelle va à l’encontre de la directive européenne sur le temps de travail.
En ce moment, un employé peut demander à l’employeur le transfert de ses vacances s’il est inapte au travail pendant plus de sept jours pendant ses vacances. Si le projet de loi est approuvé et cette période de carence est supprimée, chaque jour de congé de maladie pendant les vacances pourra être transféré à une date ultérieure, décidée par l’employeur.
HS/A3&A6

Ville de Tampere

Tampere aura un nouveau maire
Selon Helsingin Sanomat, Mme Anna-Kaisa Ikonen (35 ans), actuelle secrétaire d’Etat de la ministre conservatrice des Collectivités locales, Mme Virkkunen, sera élue maire de Tampere. Le conseil municipal de Tampere prendra prochainement la décision définitive sur la nomination.
Mme Ikonen remplacera en janvier M. Timo P. Nieminen (68 ans), qui prendra sa retraite.
HS/A7

France - Finlande

Expositions

Northern Women in Chanel
Hufvudstadsbladet consacre un article à l’exposition photographique « Northern Women in Chanel » dans la galerie Laboratory à Helsinki, ouverte jusqu’au 27 janvier 2013.
HBL/sam/23

Lundi 17 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Conseil européen

« M. Katainen estime que les efforts continueront l’année prochaine » KS
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil européen n’a pas été, comme ses précédents, soumis à la panique des réformes, mais a au contraire fait place à plus de discussions et de patience.
Le premier ministre Jyrki Katainen estime que les décisions prises jusqu’à présent vont renforcer l’euro. « Les principaux défauts de construction de l’euro auront pu être réparés quand les décisions prises jusqu’à présent auront été mises en œuvre », estime-t-il. Pour lui, le principal concerne les règles sur la rigueur budgétaire et la création d’une union bancaire.
Le principal défi pour l’année prochaine est d’éviter la propagation et le renforcement de la crise. Ce sont surtout les grandes économies en difficultés, comme l’Italie et l’Espagne qui devront être capables de se financer sur les marchés internationaux.
Le Premier ministre souligne que le conseil européen n’a pas montré d’enthousiasme pour les propositions de M ; Van Rompuy. M. Katainen était satisfait de ce choix car il s’oppose à une capacité de financement commune qui pourrait avoir un rôle contracyclique. « On a balayé les propositions irréalistes », dit-il.
Les dirigeants européens se sont aussi entendus sur une coopération plus active en matière de capacités de défense. M. Katainen n’a pas précisé ce que cela signifiait notamment pour les futures acquisitions de matériel de défense par la Finlande.
KS

Selon M. Stubb, c’est aux Etats membres d’agir
Le ministre chargé des Affaires européennes, Alexander Stubb estime que l’UE a fait son travail dans la gestion de la crise. « On ne peut pas aller plus loin dans l’état actuel de l’intégration. On ne peut pas aller plus loin en termes de discipline budgétaire. Il revient aux Etats membres de faire des réformes pour que la croissance reparte », estime M. Stubb.
Selon lui, les marchés sont plus calmes, même si « il y a encore des Etats pour lesquels il faudra encore travailler, comme l’Espagne par exemple ».
KS

Editorial : « Une UE sans vision d’avenir » HS
Helsingin Sanomat relève que la décision d’abandonner toute précipitation vers l’approfondissement de l’intégration économique convient à la Finlande. Le Premier ministre Jyrki Katainen ne cesse d’ailleurs d’appeler de ses vœux une « intégration loyale », c’est-à-dire autre chose que les solutions proposées, qui ne sont pas utiles et dans lesquelles certains Etats sont appelés à payer pour les erreurs des autres.
L’éditorialiste s’inquiète toutefois de voir la zone euro dans un manque total de vision d’avenir. Il souligne que « ceux qui s’opposent à de nouvelles responsabilités financières, devraient y réfléchir, car on reviendra à ce thème immanquablement ».
HS

Finlande – Syrie

Lutte contre les armes chimiques
La Finlande pourrait envoyer en Syrie un laboratoire spécialisé dans les armes chimiques si le conflit s’aggrave dans le sens d’une guerre chimique.
Le ministère de la Défense prépare l’envoi d’une troupe de 55 personnes spécialisée dans les mesures de protection liées aux armes chimiques. Le groupe serait constitué de civils et de réservistes.
Selon le ministre, M. Haglund, cela serait justifié du point de vue de restreindre la détresse humaine et protéger les casques bleus finlandais qui se trouvent à la frontière libano-syrienne et à la frontière libano-israélienne.
M. Haglund dit qu’il a demandé que l’on étudie les conditions nécessaires d’un tel envoi.
Le ministre vient d’effectuer une visite au Liban. Il relève que, lors de toutes les rencontres, le souci de la communauté internationale concernant les armes chimiques de la Syrie a été évoqué.
Le laboratoire pourrait être envoyé avec un délai de 30 jours, et même plus rapidement, selon M. Haglund. Un groupe de 10 à 15 personnes pourrait être envoyé avec un délai d’une semaine.
La question n’a pas été évoquée au sein du gouvernement, mais M. Haglund dit qu’il en a parlé avec le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja.
HS/lun/A4

Opération de maintien de paix en Syrie ?
M. Haglund relève qu’il n’est pas question de déplacer les 171 casques bleus de l’opération Finul en Syrie. Le bataillon formé des Finlandais et des Irlandais sera maintenu à la frontière libano-syrienne. Lorsque les Irlandais diminueront le nombre de leurs soldats, la Finlande enverra de nouveaux casques bleus dans la région de façon à ce que leur nombre dépasse les 300. La Finlande prendra également le commandement de ce bataillon.
M. Haglund estime qu’il serait important de se préparer à l’idée d’une opération éventuelle en Syrie.
HS/lun/A4

Finlande – Russie

Espionnage
Les polices de la sûreté nationale finlandaise, suédoise et estonienne se soucient de la volonté accrue du service de sécurité russe FSB d’attirer des espions dans ces pays.
La sureté nationale finlandaise, Supo, a organisé un séminaire pour les journalistes, à Tallinn à la fin novembre.
Selon le chef de la sûreté estonienne, M. Aeg, l’objectif des différents services de sécurité russes, dont le FSB, est de disposer d’un réseau vaste dans les pays membres de l’OTAN et de l’UE.
La Supo investit à peu près autant dans la lutte contre le terrorisme que dans la lutte contre l’espionnage. Les services de sécurité russes sont une menace commune pour les polices de sûreté finlandaise, suédoise et estonienne.
Un espion par an ou tous les deux ans est révélé en Finlande. Ce sont le plus souvent des personnes qui ont comme activité de couverture la diplomatie ou encore le journalisme, les affaires ou la recherche.
Des enquêtes concernant des Finlandais ayant donné des informations sont ouvertes tous les 5 à 10 ans.
HS/dim/A6

Tourisme
400 000 touristes russes sont attendus en Finlande autour du Nouvel an, ce qui est 50 000 de plus qu’il y a un an.
90 % des demandeurs russes de visa pour la Finlande dans la région de St. Petersburg souhaitent obtenir un visa à plusieurs entrées.
Les touristes russes découvrent désormais l’ensemble du pays.
HS/lun/A6

Politique intérieure

Economie

Selon M. Katainen, la Finlande face à son destin au printemps
Le premier ministre rencontrera les partenaires sociaux demain. L’objectif est de trouver un point de vue commun sur la situation économique afin de s’entendre sur la réforme du marché du travail.
« Nous vivons une crise conjoncturelle, mais elle est en train de s’effacer. Le plus gros défi est de faire les réformes structurelles nécessaires à la croissance et aux carrières professionnelles » ;
Il estime que le gouvernement ne peut intervenir sur l’âge de la retraite car cela relève des partenaires sociaux. Le gouvernement ne peut intervenir que sur les coupes budgétaires, « qui ne créent pas d’emploi », rappelle-t-il.
Le Premier ministre rappelle que, de toute façon, lors des négociations budgétaires du printemps, il faudra que le gouvernement décide de nouvelles mesures d’économies budgétaires et de hausses fiscales.
TS

Construction navale

Le temps presse pour la commande de STX
20 000 emplois en jeu
Turun Sanomat rapporte que cette semaine devrait être décisive pour la conclusion de la commande d’un navire de croisière pour le chantier naval de STX Finland à Turku.
On attend toujours la décision du gouvernement concernant un prêt de 50 millions que STX lui a demandé. Il faut aussi que Finnvera puisse donner ses garanties à la commande.
Concernant une commande portant sur un milliard d’euros, Finnvera peut en garantir 800 millions (conformément à la règle communautaire qui fixe à 80% le montant total de ces garanties). Il revient à STX de trouver environ 200 millions d’euros. Un peu plus de 100 millions auraient été trouvé et l’on demanderait donc 50 millions au gouvernement pour obtenir donc un capital d’environ 20% du montant de la commande.
Selon le directeur de STX Finland, M. Jari Anttila, « si les décisions ne sont pas prises, le temps passe et les concurrents voient leur position se renforcer. Il faut donc espérer qu’une décision ne sera pas prise trop tard. »
M. Anttila rappelle que STX Finland « a un accord de principe avec le client depuis juillet. Mais le financement étant ouvert, le chantier naval français a pu faire son offre ».
Le Premier ministre Jyrki katainen estime que la concurrence entre les Etats sur les commandes des chantiers navals n’est pas saine.
HS TS

Partis politiques

L’audience du Centre continue à augmenter
Helsingin Sanomat rapporte que selon le sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, le Parti conservateur Kokoomus est toujours en tête avec une popularité de 21,5 %, suivi du Parti social-démocrate (18,9 %), du Parti du centre (17,9 %) et des Vrais Finlandais (16,7 %).
L’Alliance verte arrive cinquième avec une audience de 8,6 %, suivie de l’Alliance des gauches (7,6 %), du Parti suédois (4,0 %) et des Chrétiens-démocrates (3,6%).
L’audience du Centre augmente régulièrement depuis l’automne 2011 où le parti n’a obtenu que 13,2 %.
HS/sam/A4

Patronat

« Grand ménage avant Noël à Eteläranta »
Aamulehti relève que le nouveau directeur général de la Confédération du patronat et de l’industrie EK, M. Jyri Häkämies, a nommé M. Lasse Laatunen, 62 ans, au poste de directeur chargé des questions du marché de travail et des négociations sur les conventions collectives, en remplacement de M. Jukka Ahtela. M. Laatunen, qui travaille à EK depuis 1976, a beaucoup d’influence et il est considéré comme un négociateur dur et pragmatique.
M Häkämies a nommé M. Kai Mykkänen, son ancien conseiller politique au ministère des Activités économiques, à un nouveau poste de directeur chargé de réformes.
M. Hannu Rautiainen a été nommé directeur chargé des questions relatives à la législation et l’administration.
AL/sam/A7

Propos de M. Vartiainen

M. Vartiainen propose une baisse de salaire des employés âgés
Selon Helsingin Sanomat, M. Juhana Vartiainen, directeur général de Vatt, centre de recherches économiques de l’Etat, propose une baisse de salaire pour les employés âgés qui attendent la retraite et dont la productivité a diminué.
M. Vartiainen estime que l’augmentation de l’âge de la retraite signifierait que les employés s’occuperaient plus de leur capacité professionnelle et que les employeurs seraient plus intéressés par les employés âgés.
HS/lun/A4, AL/lun/A4

Baisse de salaire

Selon un sondage, les Finlandais ne sont pas d’accord pour laisser tomber les augmentations de salaires
Turun Sanomat rapporte que selon un sondage effectué par la chaîne de télévision privée MTV3, 55 % des personnes interrogées s’opposent à la suppression des augmentations de salaires au nom de la compétitivité et des emplois. 37 % sont prêts à laisser tomber les augmentations de salaires afin de renforcer l’économie nationale.
Le sondage a été effectué auprès de 1 874 personnes entre le 10 et le 13 décembre.
TS

Hôpitaux

Turku a obtenu un hôpital de l’avenir
Selon Helsingin Sanomat, l’hôpital universitaire de Turku a inauguré jeudi un nouveau bâtiment ultramoderne, dont le prix s’est élevé à 250 millions d’euros. La permanence de 350 000 habitants de toute la région de Turku y est centralisée.
Il y a plusieurs projets de construction d’hôpitaux en cours en Finlande : dans la région de la capitale, à Tampere, Oulu, Kuopio, Jyväskylä, Kouvola, Vaasa, Seinäjoki, Pori et Kajaani. Le coût de ces projets s’élève à des milliards d’euros.
HS/ven/A10

Ecart des revenus

L’écart des revenus a augmenté encore en 2011
Selon le Centre national de la statistique, l’écart des revenus des Finlandais a augmenté l’année dernière. Selon les experts, la raison la plus importante pour cette augmentation sont les allégements fiscaux des hauts salaires effectués à la fin des années 1990 et l’impôt plus léger sur le revenu du capital.
La part de tous les revenus du dixième de la population qui gagne le plus s’élève à 23,6 %
HS/A4

Défense

La durée de vie des F-18 Hornet
Keskisuomelainen rend compte des études effectuées aux Etats-Unis concernant l’opportunité de prolonger la durée de vie des Hornet. En Finlande, les chasseurs Hornet doivent être supprimés et remplacés de 2025 à 2030. Un processus afin de choisir comment les remplacer devrait être entamé autour de 2015. En Finlande, il n’a pas été question de prolonger la durée de vie de ces chasseurs.
Selon M. Renko, directeur au centre d’acquisitions des forces aériennes, estime que la prolongation de la vie des Hornet est possible en principe, mais qu’elle peut être difficile et onéreuse.
Sur le fond, il s’agit de la sécurité de l’aviation. L’épuisement de la structure des chasseurs est une question qui est suivie de près même durant l’utilisation des Hornet. Il s’agit de juger si la prolongation serait raisonnable économiquement et du point de vue opérationnel.
KS/lun/5

De nouvelles économies
Aamulehti relève que les forces armées pourraient se trouver contraintes de faire de nouvelles économies en plus de la réforme déjà prévue.
Le livre blanc sur la défense sera remis au Parlement, cette semaine, et selon plusieurs sources, le gouvernement n’a pas prévu d’y inscrire des sommes supplémentaires nécessaires pour l’équipement de l’armée.
Le président de la commission de la Défense, M. Jussi Niinistö se déclare outré. « Si le gouvernement ne se prononce pas sur le financement, cela signifie qu’il se cache derrière le dos des forces armées », dit-il.
Le ministre de la Défense, M. Haglund, en appelle aux partis politiques pour qu’ils se prononcent sur le financement.
M. Niinistö relève qu’il avait été prévu de revenir au niveau de l’année 2011 après les années des économies, mais les chiffres évoqués ne vont pas dans ce sens. Il faudrait pourtant que l’armée se prépare à la situation d’après 2015, rappelle-t-il.
M. Koskinen, député social-démocrate, estime qu’un objectif financier pourrait être inscrit dans le Livre blanc. Pour lui, le gouvernement ne souhaite pas présenter des sommes exactes du fait que les négociations sur le cadre budgétaire auront lieu dans deux mois.
AL/lun/A5

Formation des troupes d’action rapide
Turun Sanomat relève que la formation des troupes internationales d’action rapide de Finlande sera élargie à compter du 1er janvier 2013. L’idée est de former un bataillon entier, ce qui signifie une diversification de la formation, cat jusqu’à présent, il s’est agi de chasseurs.
Le nombre d’effectifs de ce bataillon sera de 1099. La formation devrait être terminée pour fin 2016.
Malgré la formation internationale, il est prévu que ces soldats participent en premier lieu à la défense nationale, selon le commandant de la brigade de Pori, Juha Pyykönen. La Finlande désignera le bataillon pour le pôle international de gestion de crise, ce qui nécessitera une évaluation de la part de l’OTAN. Une compagnie de chasseur a déjà passé cette évaluation, et une deuxième s’y apprête.
TS/sam/11

Vendredi 14 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Conseil européen

Le nom de Mme Urpilainen évoqué pour la présidence de l’Eurogroupe
Helsingin Sanomat rapporte que le nom de la ministre des Finances Jutta Urpilainen a été évoqué pour la présidence de l’eurogroupe.
Selon le Premier ministre Jyrki Katainen, on peut s’attendre à ce que la France et l’Allemagne s’entendent sur cette présidence dans les jours à venir : « Le choix a été évoqué lors des discussions entre la France et l’Allemagne », selon lui.
HS estime que la nomination de Mme Urpilainen convient à ceux qui pensent qu’il serait bon d’y nommer une femme. Interrogée, hier, Mme Urpilainen a refusé de répondre déclarant qu’elle ne commentait pas des spéculations.
M. Katainen a lui-même été évoqué, mais « seulement parce que la question s’est posée il y a près d’un an », précise-t-il. Il souligne que personne ne lui a proposé la présidence de l’eurogroupe et souligne qu’il ne serait pas près à assumer une présidence à temps plein.
HS souligne que le fait que le poste de commissaire à l’économie soit occupé par M. Olli Rehn affaiblit les chances de la Finlande. De plus, les pays du Sud pourraient être réticents à nommer un Finlandais car la Finlande a freiné l’adoption d’un accord avec la Grèce.
Le ministre chargé des Affaires européennes, M. Alexander Stubb, estime que le prochain président de l’eurogroupe « viendra d’un pays comme la France ou les Pays-Bas ».
Helsingin Sanomat écrit que, selon certaines sources, on connait une telle aversion pour la Finlande dans certains pays membres que ni M. Katainen, ni Mme Urpilainen n’ont de possibilité pour ce poste.
L’Allemagne promouvrait la candidature du ministre néerlandais, selon HS.
HS

« Une feuille de route diluée » HS
Les négociations se sont achevées cette nuit dans un calme exceptionnel par rapport aux précédentes réunions, relève Helsingin Sanomat. « L’esprit était moins tendu que lors des précédentes réunions du conseil européen sur les mêmes sujets » a déclaré le premier ministre Jyrki Katainen.
Le quotidien rapporte que, selon le premier ministre, les sujets délicats (un budget propre pour l’eurogroupe ou un instrument financier) ont été supprimés ; ce qui a facilité les débats. « La discussion a aplani les différends. M. Van Rompuy a expliqué ses projets », rapporte M. Katainen.
Selon lui, « il semble que la précipitation pour prendre de grandes décisions et faire d’importantes réformes a diminué ».
Le quotidien souligne que de nombreuses questions et détails étaient encore en suspens, y compris en ce qui concerne la surveillance bancaire.
HS

« La surveillance bancaire n’aura pas d’effet sur les clients » HS
HS souligne que les nouvelles régles européennes de surveillance bancaire n’auront aucun effet pour les clients des groupes bancaires concernés.
Le directeur de la branche finlandaise de Nordea estime qu’il aurait été souhaitable que la Suède participe à cette surveillance bancaire.
La directrice de la branche finladnaise de Danske Bank rappelle que les régles concernant la protection des consommateurs sont toujours du ressort national.
HS

Le Parlement souhaite un rapport du gouvernement sur l’UE
La présidente de la Grande commission Mme Kumpula-Natri estime que le gouvernement devrait donner au printemps un rapport au parlement sur l’UE et sa politique économique. La grande commission a bouclé hier son avis sur l’union bancaire et le développement de l’UEM. La coalition gouvernementale soutient la politique destinée à garantir la stabilité de l’euro. Mais pas un budget propre pour l’eurogroupe, un ministère des finances ou des eurobonds.
Selon Mme Kumpula-Natri, la rigueur budgétaire ne nécessite pas une solidarité financière. Elle souligne que le Parlepment a reçu beaucoup de projets parcellaires et aurait donc besoin d’un débat sur l’avenir de la zone euro, où l’on voit les choses dans leur globalité.
TS Dem

Transports

La Finlande met en vigueur la directive sur le temps de travail des entrepreneurs
Le gouvernement a présenté jeudi son projet de loi pour limiter le temps de travail des entrepreneurs dans les transports. La Finlande s’était opposée vigoureusement à la directive européenne à ce sujet. Selon la nouvelle loi, le temps de travail est limité à 48 heures par semaine en moyenne pendant une période de six mois.
HS/A6

Politique des réfugiés

Des Soudanais dans le prochain quota de réfugiés
Helsingin Sanomat rapporte que le comité interministériel de la politique d’immigration et d’intégration a décidé jeudi qu’un nouveau groupe de 150 réfugiés soudanais feront partie du quota annuel de 750 réfugiés en 2013. Les autres nationalités concernées seront les Afghans, les Congolais, les Irakiens et les Somaliens. Un quota de cent personnes sera réservé pour les cas d’urgence.
HS/A6

Représentations à l’étranger

La commission des Finances du Parlement se soucie pour la réputation de la Finlande
Turun Sanomat relève que la commission des Finances estime que si, pour des raisons d’économies, il s’agira de restreindre le réseau diplomatique de la Finlande, cela pourrait nuire à la réputation du pays à l’étranger.
La commission s’est posé la question de savoir comment procéder à des changements sans mettre en danger les relations étrangères et sans subir de dégâts concernant le prestige.
Il n’est pas exclu que, dans les prochaines années, les restrictions concernent les ambassades situées dans des pays de l’UE et que des diplomates travaillent au sein d’une ambassade d’un autre pays nordique.
Selon Helsingin Sanomat, l’ambassade de Finlande en Slovaquie sera fermée.
TS/13, HBL/3

Finlande – Suède

Les ressortissants suédois en Finlande
Hufvudstadsbladet relève que le nombre de Suédois qui s’installent en Finlande augmente de façon à ce qu’il s’élève à 14 000 actuellement. 8500 d’entre eux sont uniquement de nationalité suédoise, alors que la bi-nationalité a augmenté.
Il y a 2500 familles en Finlande dont au moins un membre est un ressortissant suédois.
HBL/11

Politique intérieure

Budget - Economie

La Banque de Finlande revoit ses prévisions à la baisse
Selon M. Liikanen, la Finlande a besoin de faire d’importantes économies
La Banque de Finlande relève que l’économie finlandaise est à l’arrêt et les perspectives se sont affaiblies. La Banque de Finlande a revu à la baisse ses prévisions : 0,3% de croissance pour 2012 (contre des prévisions précédentes qui tablaient sur 1,5%) et 0,4% pour 2013 (contre 1,2% précédemment). En revanche, les prévisions pour 2014 sont meilleures et s’établissent à 1,5%. L’inflation devrait se maintenir à 2,4%. Le taux de chômage devrait augmenter, mais seulement à 8,4% en raison du vieillissement de la population.
La banque de Finlande estime que le déficit structurel est actuellement de 4% du PIB. Ce déficit pourrait notamment être réduit en augmentant l’immigration de travail : actuellement la Finlande n’accueille que 17 000 immigrés par an ; si ce chiffre montait à 25 000 le déficit structurel diminuerait d’un demi-point.
Le gouverneur de la Banque de Finlande, Erkki Liikanen, estime que les besoins de rééquilibrage du budget sont de l’ordre d’un milliard d’euro pour les années 2014 et 2015. « Il faudra faire des économies durant toute la décennie. Cela emploiera et le gouvernement actuel et le prochain gouvernement. Personne ne pourra échapper aux hausses d’impôts et aux coupes des dépenses ». Selon les projections actuelles, le taux d’endettement dépassera la limite de 60% du PIB en 2017. Si l’on ne commence pas à prendre dès maintenant des mesures, le coup de frein à la dépense sera brutal.
Aamulehti écrit que le message de M.Liikanen était clair : il faudra prolonger les carrières professionnelles.
Interrogé par Helsingin Sanomat sur la compétitivité finlandaise, M. Liikanen souligne qu’il ne faut pas se focaliser sur les coûts horaires. L’augmentation de la productivité horaire des Finlandais donne en effet une image trop rose de la compétitivité finlandaise. Si la productivité horaire augmente plus vite que dans les autres pays de la zone euro, en revanche le prix des produits a lui fortement diminué que cela soit les téléphones portables ou le papier. C’est le problème central pour l’industrie finaldnaise auquel M. Liikanen n’a d’ailleurs pas de solution à proposer.
HS TS AL

Patronat

« La Finlande critique les pays du Sud mais fait la même chose »
Le nouveau président du patronat, M. Kokkila, écrit dans le magazine de EK, Prima : « Nous dépensons plus que nous ne gagnons. Nous allons dans la même direction que les pays du Sud de l’Europe que nous critiquons : nous vivons à crédit ». C’est pourquoi il propose de travailler plus et refuse un accord général sur les augmentations salariales.

Deux directeurs seront licenciés
Helsingin Sanomat rapporte que selon les informations du quotidien, la Confédération du patronat et de l’industrie EK a décidé jeudi de licencier deux directeurs, MM. Jukka Ahtela et Timo Kekkonen.
M. Ahtela, bras droit de l’ancien directeur d’EK M. Mikko Pukkinen, a eu un rôle central lors des négociations sur l’accord cadre à l’automne 2011. M. Kekkonen (petit-fils du président Kekkonen) a été chargé du lobbying lié aux innovations.
Le nouveau directeur général d’EK, M. Jyri Häkämies, n’a pas voulu commenter hier les licenciements ou une éventuelle réorganisation plus large de l’organisation.
HS/A6

Economie

La commission des Finances se soucie pour la situation économique
La commission des Finances du Parlement estime que les perspectives économiques des prochains mois sont très mauvaises. Elle a présenté sa proposition pour le budget. Il s’élève à 54 milliards d’euros. La commission des Finances l’a augmenté de 51 millions d’euros.
L’Etat s’endettera à hauteur de 7,5 milliards d’euros.
Selon la commission, il sera nécessaire de trouver d’autres moyens encore que la fiscalité et les économies, afin de stabiliser l’économie.
HS/A11

Communes

Le gouvernement projette de diminuer le pouvoir de décision des communes
Selon Helsingin Sanomat, le comité interministériel des affaires sociales et de la santé propose que les communes de moins de 20 000 habitants n’aient plus de responsabilité indépendante pour organiser les services sociaux et de la santé. Les petites communes devraient former des zones « sote » (des services sociaux et de la santé) de plusieurs communes. La majorité des 336 communes finlandaises, environ 280, font partie des petites communes.
Les communes ont attendu les décisions du gouvernement pour pouvoir rédiger des rapports d’évaluation sur la façon dont les services sociaux et de la santé seront organisés à l’avenir.
Mme Paula Risikko, ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, souligne que les fusions forcées des communes sont exclues et les communes doivent coopérer. Le gouvernement estime que le nombre idéal d’habitants par commune est d’au moins 50 000 à 100 000.
Les décisions sur les services sociaux et de la santé ont été attendus déjà avant les élections municipales d’octobre mais le gouvernement n’a pas pu se mettre d’accord sur la réforme dirigée par Mme Risikko et la ministre des Services sociaux, Mme Maria Guzenina-Richardson (PSD).
L’opposition a immédiatement critiqué le projet du gouvernement. M. Juha Rehula, député centriste et ancien ministre des Affaires sociales et de la Santé, a dit que « le projet du gouvernement dit au revoir aux communes de moins de 20 000 habitants ».
HS/A4

Nominations

M. Antti Vehviläinen dirigera l’Office national des transports
La ministre des Transports, Mme Merja Kyllönen, a annoncé jeudi la nomination de M. Antti Vehviläinen, 57 ans, actuel directeur chargé de logistique à Stora Enso, au poste de directeur général de l’Office national des transports pour une période de cinq ans. M. Vehviläinen remplacera M. Juhani Tervala, que la ministre a licencié en octobre dernier.
M. Vehviläinen est un expert de logistique internationale et connait aussi le domaine des transports. Il a entre autres présidé le comité consultatif de l’Office national des transports pendant trois ans et a participé à la rédaction du livre blanc sur les transports, publié en juin dernier. M. Vehviläinen, qui n’est pas membre d’un parti politique, est actuellement vice-président du conseil de surveillance de Finavia.
HS/A4

Climat

La récession diminue les émissions de CO2
Helsingin Sanomat relève que les émissions finlandaises de CO2 correspondent au cadre défini par le traité de Kyoto. En 2011, les émissions climatiques ont diminué de 8 % par rapport à l’année d’avant, et ont été de 6 % inférieures au niveau des objectifs de Kyoto.
La récession a diminué la production de l’électricité et du chauffage. Outre la récession, le climat a eu un effet dans ce sens : les réserves d’eau ont été abondantes, ce qui fait que les sources d’énergie fossiles ont été remplacées par l’énergie hydraulique. La consommation énergétique a diminué de 5 % grâce à des températures cléments à la fin de l’année 2011.
Selon le Centre national d’études statistiques, les émissions finlandaises de CO2 s’élevaient à 66,8 millions de tonnes, le niveau objectif défini pour la Finlande étant de 71 millions de tonnes.
Les émissions de l’industrie énergétique ont diminué de 12 %. Ce secteur se charge de 46 % des émissions finlandaises. Celles des transports ont correspondu au niveau des années 1990. La croissance qui y avait été observée s’est arrêté en 2009.
Au niveau mondial, les taux de CO2 n’ont toutefois pas diminué, au contraire.
HS/A8

Nucléaire

« Selon Areva, OL3 coûtera 8,5 milliards d’euros » HS
« On évalue le coût d’OL3 à 8,5 milliards d’euros » TS
Helsingin Sanomat rapporte que la nouvelle centrale d’OL3 devrait finalement coûter 8,5 milliards d’euros, soit près de trois fois moins que le prix de vente évalué, selon Areva. C’est ce qu’à déclaré, hier, à Paris, le PDG d’Areva, M. Ourcel qui a comparé le prix d’OL3 au réacteur en construction de Flamanville.
Quand TVO a commandé l’EPR en 2003, le prix d’achat a été conclu à 3 milliards d’euros.
Selon la directrice des relations publiques de TVO, Mme Anna Lehtiranta, les nouvelles évaluations sur le coût de construction du réacteur n’ont aucun effet pour le client, TVO. « Nous avons un contrat clé en main d’environ 3 milliards d’euros avec Areva et nous ne nous prononçons pas sur le coût de construction pour Areva. »
HS relève que la facture pourrait néanmoins être plus élevée pour TVO puisque les deux parties sont engagées dans une procédure d’arbitrage concernant des demandes de dédommagements portant sur 1,9 et 1,8 milliards d’euros. La décision de l’arbitrage pourrait intervenir seulement après la construction définitive. Selon le calendrier d’Areva, la centrale sera prête en 2014, mais TVO n’y croit pas. « Quelle que soit l’issue, aucune des deux parties ne pourra considérer le projet comme une réussite », estime Mme Lehtiranta.
Interrogée par HS, Mme Moucquot-Laiho (AREVA) souligne que le chiffre de 8,5 milliards d’euros n’est qu’une estimation d’Areva et que l’on ne connaît pas le montant exact du dépassement des coûts, qui sera néanmoins fort considérable.
Areva insiste sur le fait que les projets de Flamanville et Olkiluoto sont des prototypes et que les prochains EPR seront bien moins coûteux, rapporte HS qui rappelle les difficultés rencontrées depuis le début de la construction.
Turun Sanomat relève que TVO aurait du disposer de son EPR depuis le printemps 2009 et que, comme le système de contrôle commande est toujours en retard, l’objectif d’un chargement du combustible avant la fin de l’année prochaine ne pourra pas se réaliser.
Turun Sanomat précise qu’Areva construit des EPR en Chine et est candidate pour en fournir un à Fennovoima.
HS TS

Education

Poursuivre les études après le collège de plus en plus difficile
Helsingin Sanomat relève que le nombre de jeunes qui ne poursuivent pas leur études tout de suite après avoir terminé le collège continue à augmenter. Au printemps 2011, 9 % soit près de 6000 jeunes ayant terminé le collège n’ont pas continué leurs études à l’automne alors que 50 % sont entrés au lycée et 41 % dans une formation professionnelle. Presque tous ont toutefois demandé d’entrer dans un établissement.
Concernant les bacheliers, 62 % soit 20 300 n’ont pas continué leurs études. 76 % des nouveaux bacheliers avaient participé à un concours d’entrée.
Une garantie de formation prévue par le gouvernement entrera en vigueur au 1er janvier 2013. Il s’agit de garantir une place d’études à tous les jeunes qui terminent le collège.
HS/A11

France – Finlande

Musique

Concert de Jean-Yves Thibaudet
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du concert du pianiste Jean-Yves Thibaudet r avec l’orchestre philarmonique d’Helsinki, hier, à la maison de la musique.
HS

Jeudi 13 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Eurogroupe – Ecofin – Conseil européen

Le nom de M. Katainen évoqué en Allemagne pour la présidence de l’Eurogroupe
Talouselämä rapporte que le journal allemand Handelsblatt estime que la France et l’Allemagne se seraient entendues pour que leurs ministres des Finances se partegent la présidence de l’eurogroupe. Néanmoins, selon le président du FDP allemand, il serait préférable que la présidence de l’Eurogroupe échoit à un petit Etat membre, comme la Finlande ».
TE

Accord sur la surveillance bancaire
Avant la réunion des ministres des Finances, un sentiment d’espoir était perceptible, selon HS. « Je suis confiante dans le fait que nous arriverons à un accord », a déclaré la ministre finlandaise Jutta Urpilainen.
Néanmoins, il semblait qu’au moins la Grande-Bretagne et la Suède choisissent de ne pas participer à cette coopération. Selon Mme Urpilainen, la décision de la Suède de ne pas y participer « n’est pas dramatique pour la Finlande. Mais bien sûr nous espérons qu’à un moment donné, même si cela n’est pas dès le début, la Suède et le Danemark rejoindront cette coopération », a-t-elle dit.
Mme Urpilainen a précisé que l’on évoquait que les banques d’un solde de plus de 40 milliards d’euros seraient concernées par ce nouvel instrument. Mme Urpilainen a déclaré que la question du niveau minimal concernant les banques à englober dans cette surveillance n’était pas important pour la Finlande car les trois plus grands groupes bancaires en feraient de toute façon partie.
Un accord est intervenu, cette nuit, après 14 heures de négociations. Il porte sur les banques d’un solde de plus de 30 milliards d’euros ou considérées comme vitales pour un Etat. En Finlande, cela concernerait donc les trois premiers groupes : OP-Pohjola, Nordea et probablement Danske Bank.
Le conseil européen va continuer à étudier les projets concernant la surveillance bancaire. Selon M. Katainen, il n’y a pas de questions particulièrement difficiles pour la Finlande. « Nous devons avoir les outils pour intervenir sur les problèmes à venir des banques : faire en sorte que les investisseurs et les actionnaires assument la responsabilité dans tous les pays et sur des règles communes. Cela permettra de minimiser la responsabilité des contribuables », a déclaré le Premier ministre au parlement finlandais, hier.
HS TS

Politique européenne

Le représentant de la Finlande espère un changement de politique
Demari publie des extraits du rapport envoyé par l’ambassadeur de Finlande auprès de l’UE, M. Jan Sture, à son ministère.
M. Sture estime que la nouvelle attitude de la Finlande a affaibli ses possibilités d’influencer dans l’UE. Selon lui, la Finlande devrait en revenir à sa politique conciliante dans l’UE.
Il estime qu’un petit Etat membre a plutôt intérêt à se placer du côté des forces positives plutôt que dans l’opposition. S’il est parfois justifié de sortir du rang, il convient le plus souvent de faire partie des majorités. « Dans les périodes positives, il est bon de garder à l’esprit que les temps peuvent changer. Il peut arriver des moments où l’on a, nous-mêmes, besoin du soutien des autres. A ce moment là, le capital de confiance engrangé est alors utile », écrit M. Sture à son ministère.
Il s’inquiète de la dégradation de l’atmosphère des discussions avec la Commission. Avant, la Commission avait une attitude positive à l’égard de la Finlande, aujourd’hui elle est plus réservée et distante.
L’ambassadeur souhaite un changement d’attitude de la Finlande et rappelle que l’on peut à la fois être positif et dur. Mais il ne faut pas aborder les négociations par les problèmes. Il conviendrait aussi d’évaluer les propositions de la Commission sur la base de leur effet sur le développement de l’UE et d’imaginer comment la Finlande peut les soutenir.
M. Sture estime qu’il y a aussi des carences dans la préparation des questions européennes : il peut arriver qu’un fonctionnaire prépare tout seul une décision et aille jusqu’à obtenir la position du parlement. Dès lors le pouvoir politique intervient trop tard pour trancher quelles décisions seront soutenues jusqu’au bout et quelles seront sujets à compromis.
Dem

Aide au développement

Débat sur les abus dans les projets de développement
Helsingin Sanomat rapporte que selon la ministre du Développement, Mme Heidi Hautala, le ministère des Affaires étrangères contrôle seulement une partie des projets de développement. En 2011, des soupçons d’abus portant sur environ 415 000 euros ont été découverts dans les contrôles du ministère.
Le ministère a précisé mercredi que les abus portant sur 10 millions d’euros par an dans les projets de développement, annoncés par le quotidien mardi, ne sont qu’une estimation. Personne ne connaît la somme exacte.
Le ministère a découvert dans sa surveillance 16 points mal éclaircis en 2011. Selon Mme Hautala, dans la plupart des cas, les crédits ont été utilisés pour d’autres buts que prévu.
HS/A4

Contrebande

La contrebande sur le tabac qui transite par la Finlande augmente
Selon Helsingin Sanomat, la contrebande du tabac est devenue plus professionnelle. La Douane a détecté un nouveau phénomène : la contrebande des cigarettes bon marché via la Finlande vers l’Europe. Un chargement de 63 000 cartouches est arrivé de la Russie et un autre de 44 000 cartouches des Emirats arabes.
La Douane a saisi cette année environ 27,7 millions de cigarettes, soit plus du double par rapport à 2011.
HS/A4

Politique intérieure

Budget - Economie

La Banque de Finlande revoit ses prévisions à la baisse
La Banque de Finlande relève que l’économie finlandaise est à l’arrêt et les perspectives se sont affaiblies.
La Banque de Finlande a revu à la baisse ses prévisions : 0,3% de croissance pour 2012 (contre des prévisions précédentes qui tablaient sur 1,5%) et 0,4% pour 2013 (contre 1,2% précédemment). En revanche, les prévisions pour 2014 sont meilleures et s’établissent à 1,5%.
L’inflation devrait se maintenir à 2,4%.
Le taux de chômage devrait augmenter, mais seulement à 8,4% en raison du vieillissement de la population.
Yle.fi

Rapport sur le budget : la dette continue à augmenter
La commission dus Finances du parlement estime dans son rapport sur le budget que le budget 2013 est étudié dans une situation exceptionnelle de conjoncture indécise pour l’année à venir. La commission considère qu’il ne fait pas essayer de combler le déficit structurel uniquement par des mesures fiscales ou de coupes des dépenses, mais il faut aussi trouver des moyens de renforcer la croissance économique.
Yle.fi

Social

Les salariés sont confus après les attaques du patronat
Helsingin Sanomat rend compte des propos de M. Mäenpää, président de la confédération des employés, STTK, qui relève que la nouvelle direction du patronat a procédé à de telles attaques que la partie des salariés a du se mettre sur la défensive. « Nous ne sommes pas habitués à de telles interventions en public au moment où les conventions collectives sont en vigueur pour longtemps encore. » Les déclarations du patronat ont entièrement surpris les confédérations des salariés.
M. Mäenpää s’étonne également du fait que le patronat a commencé à critiquer l’accord cadre dès qu’il a été conclu à l’automne 2011. « C’est du jamais vu », selon lui.
Il a proposé, lors d’une réunion de la STTK, que l’on mette en place un nouveau modèle de marché de travail qui prenne en compte le changement de la conjoncture. Pour lui, il pourrait s’agir d’un cadre contraignant défini par les confédérations concernant les augmentations salariales. M. Häkämies, patron d’EK, qui était également sur place, partage l’avis de M. Mäenpää dans le sens où il faut trouver de nouveaux outils.
Alors que le patronat souligne l’importance d’augmenter le temps de travail tout en minimisant les salaires et les impôts, les organisations salariales estiment que, pour assurer la compétitivité, il faut des entreprises prêtes à des investissements et des employés formés et en forme qui font des innovations.
Selon HS, les échanges entre les partenaires sociaux continuent malgré les différences. La direction des confédérations se réunit, aujourd’hui, afin de chercher des positions communes.
HS/A9, KS/21

Points litigieux
Keskisuomalainen relève que selon M. Mäenpää, le litige avec le patronat concerne quatre questions, qui sont celle de la formation de trois jours, le fait qu’EK critique l’accord cadre conclu et les propositions de diminution de salaires et l’augmentation de l’âge de la retraite.
M. Mäenpää regrette que le patronat se permette d’augmenter l’insécurité des employés par de telles interventions.
M. Häkämies a dit que l’on avait été déçu de part et d’autre, mais que cela ne devrait pas empêcher la recherche de solutions.
KS/21

Débat sur l’âge de la retraite
Demokraatti rend compte des propos de M. Suoniemi, chercheur de l’institut de recherche des salariés, qui estime que l’augmentation de l’âge de départ à la retraite toucherait en particulier les petits salaires du fait que, selon des études récentes, le niveau des revenus joue beaucoup sur l’espérance de vie. Une grande partie des personnes à faibles revenus, surtout des hommes, n’atteint même pas l’âge de la retraite avant de décéder.
Dem/9

Propos de M. Pohjola, professeur à l’Université Aalto
Kauppalehti relève que selon M. Matti Pohjola, professeur en politique économique à l’Université Aalto, l’augmentation des heures de travail n’engendrerait pas de croissance ni n’augmenterait le niveau de vie.
Il trouve plutôt « humoristique » le débat de ces derniers jours sur la nécessité d’augmenter le nombre d’heures hebdomadaires. Pour lui, la hausse du niveau de vie a toujours été lié à l’augmentation de la productivité.
Pour améliorer la productivité, il faut insister sur la formation, les machines et la technologie. La technologie permet à une idée de prendre la forme d’un moyen de créer quelque chose à partir du matériel. M. Pohjola estime qu’en dernier lieu, la croissance économique est la même chose que l’augmentation des connaissances.
Le problème en Finlande est, selon lui, que la croissance s’est longtemps appuyée sur quelques rares secteurs, le bois-papier et les technologies de l’information. Il faut de nouvelles idées.
KL/A8-9

Défense

Le livre blanc sur la défense
Helsingin Sanomat relève que la rédaction du livre blanc sur la défense vient d’être achevée. Le livre blanc doit être présenté au Parlement avant la fin de la semaine prochaine.
Selon les informations du quotidien, l’administration de la défense estime avoir besoin de crédits supplémentaires d’environ 50 millions d’euros par an à partir de la prochaine législature. Les crédits de la défense à partir de 2016 ont été la question la plus difficile lors de la rédaction. Le gouvernement actuel, qui doit trouver des économies importantes encore au cours du printemps prochain, peut difficilement engager le gouvernement suivant à des augmentations de crédits.
Selon les informations de HS, il n’y a pas de changements importants dans la politique de défense prévus dans le livre blanc.
Le livre blanc sera étudié dans les commissions des affaires étrangères et de la défense avant le vote en séance plénière.
HS/A4

Propos du Président Niinistö
Ruotuväki publie une interview du Président Sauli Niinistö. Le président souligne que la Finlande s’est engagée au maintien et au développement d’une armée de conscription qui est aussi l’option la moins chère pour un pays peu peuplé mais avec une superficie assez grande comme la Finlande.
Quant à la coopération internationale, M. Niinistö souligne que les pays sont de plus en plus dépendants les uns des autres. « Il est naturel que les pays nordiques fassent une coopération aussi au domaine de la défense. Il faut que la Finlande participe également à la coopération européenne, dans le cadre de l’Union européenne et de l’OTAN. »
Ruotuväki n° 22/3

France – Finlande

Musique

Concert de Jean-Yves Thibaudet
Le pianiste Jean-Yves Thibaudet se produit ce soir avec l’orchestre philarmonique d’Helsinki, depuis la maison de la musique. Le concert est aussi diffusé à la radio et sur Internet sur le site de Yle.
Yle.fi

Mercredi 12 décembre 2012

Politique intérieure

Compétitivité

M. Häkämies propose une semaine de travail plus longue
Le directeur général du patronat EK, M. Häkämies, propose que l’on augmente la durée de travail hebdomadaire de deux heures, afin de diminuer les frais en matière de main d’œuvre des entreprises. M. Häkämies estime que la modération salariale combinée à une augmentation des heures de travail hebdomadaire correspond à une diminution salariale et une amélioration de la compétitivité sans pour autant changer le niveau de revenus.
M. Häkämies est intervenu lors d’une manifestation d’EK à l’occasion de la publication d’un rapport sur l’évolution des heures de travail.
Durant les dernières décennies, le nombre d’heures travaillées a diminué de 20 % dans le secteur privé, selon ce rapport. Le plus grand changement a été la suppression des samedis travaillés dans les années 1960.
M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, a rejeté d’emblée l’idée de M. Häkämies. Il rappelle qu’il existe un réserve de main d’oeuvre sous forme de chômeurs qui cherchent du travail. Pour lui, trouver du travail pour les 250 000 personnes au chômage est une question plus importante que les nombres d’heures travaillées. Il rappelle que le système d’horaires de travail est flexible.
Les dirigeants des organisations syndicales devraient rencontrer le Premier ministre, M. Katainen, et la ministre des Finances, Mme Urpilainen, avant Noël, afin d’évoquer la prolongation des carrières professionnelles.
M. Lyly estime, concernant la retraite, qu’il faudrait en premier lieu gérer la situation des 25 000 personnes qui, chaque année, quittent la vie active à l’âge de 52 ans en moyenne pour inaptitude au travail.
HS/A4, KS/9

Réactions
Le syndicat des professions nécessitant un diplôme universitaire, Akava, rejette l’idée de la prolongation de la semaine de travail.
Mme Löfgren, directrice auprès d’Akava, estime que s’il s’agit d’augmenter la créativité et la productivité, il faut que les employeurs s’occupent du bien-être au travail et d’une politique gratifiante en matière de personnel.
M. Ihalainen, ministre de l’Emploi, n’a pas souhaité prendre de position à la proposition d’EK, du fait que ces questions relèvent des organisations syndicales. Il a néanmoins rappelé que les heures travaillées en Finlande correspondaient à la moyenne européenne. M. Ihalainen rappelle, lui aussi, l’importance d’augmenter le taux d’emploi, concernant notamment les jeunes et les personnes qui approchent de l’âge de départ à la retraite.
M. Sipilä, président du Centre, ne voit pas d’intérêt dans les propos sur la diminution des salaires. Il n’est pas non plus favorable à la proposition de M. Häkämies. Il évoque le nombre important de chômeurs. Il estime qu’il faudrait augmenter l’âge minimum de départ à la retraite à 65 ans, ainsi qu’augmenter l’âge effectif de départ.
KS/9

Editorial
L’éditorialiste de Demari estime que le patronat envisage de détériorer les intérêts et les droits des employés en faisant appel à la situation économique difficile.
Il relève que M. Kokkila, président d’EK, a quand même privilégié l’augmentation de l’âge moyen effectif de départ à la retraite plutôt que l’augmentation de l’âge minimum « officiel » de départ.
Dem/5

Analyse : « Un pays bon et pas trop cher » HS
La journaliste d’Helsingin Sanomat, Anni lassila, se demande pourquoi, alors que la Finlande est toujours située aux premiers rangs des études internationales de compétitivité, l’industrie du pays est touchée par un vent de panique concernant le coût du travail.
« Est-ce que les instituts internationaux (qui comparent la compétitivité) et le patronat parlent des mêmes choses ? » se demande-t-elle.
La question de la compétitivité du coût de l’industrie exportatrice finlandaise est une chose, celle de la compétitivité des stratégies, des technologies, du savoir-faire est une autre chose, qui se traduit notamment dans le développement de la productivité.
Le secret de la compétitivité finlandaise réside en effet, dans les études internationales, dans un Etat providence basé sur un fort taux d’imposition. Les services publics et les assurances sociales permettent notamment un fort taux d’emploi des femmes et une mobilité sur le marché du travail.
Mais les entreprises s’intéressent, elles, à la compétitivité des coûts, souvent mesurée sur le coût/horaire du travail. De ce point de vue, la Finlande a perdu en compétitivité par rapport à ses principaux concurrents, la Suède et l’Allemagne où les coûts ont augmenté moins vite ces dernières années. C’est sur cette base que le patronat demande un gel ou une baisse des salaires.
Mais les économistes sont partagés sur l’importance de ce facteur.
Ainsi le rapport commandé par le gouvernement sur la compétitivité des exportations finlandaises fait ressortir l’influence d’autres facteurs que le seul coût de travail et montre que la compétitivité de la Finlande par rapport aux autres pays européens n’a pas évolué ces dernières années.
Selon le professeur Pertti Haaparanta, les coûts n’ont pas augmenté et la Finlande dispose d’une très bonne compétitivité internationale en ce domaine. Ce qui explique l’arrêt des exportations, c’est la récession internationale. Il s’agit donc d’un phénomène conjoncturel et les exigences du patronat en matière de baisse des salaires seraient même dangereuses car elles risqueraient de freiner la demande intérieure et la consommation.
Derrière ces exigences de baisses de salaires, on cacherait en réalité le réel problème de compétitivité : le développement de la productivité en Finlande est faible en raison de l’incapacité à créer de nouveaux produits en remplacement du bois-papier et des téléphones portables. Les problèmes sont donc plutôt d’ordre de stratégie, d’innovation et de développement technologique. M. Haaparanta cite une étude qui comparait comment les produits de divers pays se situaient sur le marché américain : la Finlande n’arrivait qu’au 26ème rang, derrière la plupart des pays européen.
Et malgré tous les efforts en matière d’innovation, il ne semble pas se profiler de rebond. C’est de cela qu’il faut s’inquiéter, estime Mme Lassila.
HS

Coopération entre les syndicats

Les syndicats du secteur industriel envisagent de renforcer leur coopération
Le statut du comité consultatif des salariés du secteur industriel sera modifié de façon à ce qu’il lui sera désormais possible de conclure des conventions collectives.
Les syndicats membres n’envisagent pas pour autant de quitter les confédérations dont ils font partie actuellement, qu’il s’agisse de la SAK, d’Akava ou de la STTK.
Il ne s’agit pas de créer une quatrième confédération, précise M. Aalto, président du syndicat de métallurgie qui présidera également la nouvelle association.
Il n’exclut toutefois pas qu’à long terme, la situation en matière des confédérations change.
HS/A4

Parlement

La loi sur la baisse de fiscalité pour les investissements dans les entreprises
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a étudié mardi la loi sur les allégements fiscaux pour les investissements dans les entreprises. Le gouvernement a présenté le projet de loi mardi matin et la commission des finances s’est réunie à l’après-midi pour rédiger son rapport sur la loi.
Le Parti du centre a critiqué vigoureusement le processus et le calendrier. Selon M. Kimmo Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre, « le processus est inadmissible, une véritable apogée de l’arrogance du gouvernement ». Les critiques des Vrais Finlandais ont été plus modérées.
Les députés de l’opposition n’ont pas critiqué le contenu de la loi, sur le contenu duquel les groupes parlementaires ont été pratiquement unanimes. Selon la loi, un investisseur pourrait faire une réduction fiscale de 50 % du capital investi en 2013-2015. La réduction varie entre 5 000 et 75 000 euros.
La loi devrait être approuvée aujourd’hui au Parlement.
HS/A7

Le projet de loi sur les personnes âgées a été modifié à la dernière minute
Helsingin Sanomat relève que la loi sur les soins aux personnes âgées, qui entrera en vigueur début juillet 2013, a été modifiée à l’étude de l’Eduskunta. La commission des lois constitutionnelles a décidé à l’unanimité que le gouvernement ne pourrait pas fixer par décret quel est le ratio soignant/patient suffisant. Selon la commission, il faut une loi pour pouvoir décider d’un ratio contraignant.
Après cette interprétation par la commission des lois constitutionnelles, la commission des affaires sociales et de la santé, chargée de peaufiner le projet de loi, a décidé de supprimer le paragraphe concernant le ratio. Cela est gênant pour le gouvernement, parce que le ratio a eu un rôle important lors des négociations budgétaires.
HS/A7

Education

Selon une comparaison internationale, les élèves finlandais ont des problèmes de motivation
Helsingin Sanomat rapporte que selon les comparaisons internationales PIRLS (Progress in international reading literary study) et TIMSS (Trends in international mathematics and science study), les élèves finlandais de 10-11 ans sont parmi les meilleurs. Ils sont deuxièmes en lecture (après Hongkong et avec la Russie) et troisième en sciences (après la Corée du Sud et Singapour) et huitièmes en mathématiques.
Quant à la motivation, les attitudes et l’engagement, les élèves finlandais de 15 ans ont toutefois été parmi les moins motivés, même si leur niveau de résultats est bon.
HS/A6

Délinquance juvénile

Plusieurs jeunes portent des couteaux et la plupart téléchargent illégalement
Selon Helsingin Sanomat, le Centre national de la recherche en matière de politique juridique vient de publier une étude sur les crimes des jeunes de 5-16 ans.
Plus de 70% des jeunes ont téléchargé de la musique ou des films illégalement pendant l’année en cours, 50 % ont consommé de l’alcool pour devenir ivre, 40 % ont été absents de l’école sans autorisation.
Près de 10 % ont une arme, le plus souvent un canif ou un couteau. Dans 6 % de ces cas il s’est agit d’un arme à feu, la moitié pour l’autodéfense. La violence n’a pourtant pas augmenté, contrairement au vandalisme.
HS/A3&A5

Nucléaire

L’Estonie intéressée par Fennovoima
Selon la presse estonienne, il y aurait un intérêt en Estonie pour investir dans le nucléaire en Finlande. Cet intérêt serait lié au départ d’E.On de Fennovoima ainsi qu’au retard du projet de centrale en Lituanie.
Le ministère estonien de l’Economie souligne toutefois que la participation au projet de Fennovoima ne pourrait que concerner des entreprises, et pas l’Etat.
KS

France – Finlande

Metsä Board

Rachat de l’usine d’Alizay
Helsingin Sanomat rapporte le rachat public de l’usine d’Alizay de Metsä Board.
HS

Mardi 11 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Prix Nobel

Déclarations de MM. Katainen et Stubb
Le Premier ministère Jyrki Katainen a participé aux festivités à l’occasion de la remise à l’UE du Prix Nobel de la paix à Oslo. Selon lui, l’UE est face à un choix fondamental.
A Helsinki, le ministre chargé des Affaires européennes a souligné que l’UE était un système politique normal qui ne sera jamais parfait.
Il souligne que tout citoyen européen devrait être fier. « Il faut être satisfait du fait que nous n’avons pas connu de guerre entre Etats membres depuis des décennies ».
« Mais les manifestations que nous voyons dans la rue en Grèce et en Espagne ou au Portugal doivent nous rappeler d’où nous venons. Dans les années 70, l’Espagne était une distature, la Grèce une junte militaire et on ne pouvait pas appeler le Portugal une démocratie. On a fait bien du chemin en 40 ans. Toutefois, l’UE pourrait être encore plus ouverte et transparente, sa dimension démocratie meilleure et disposer de meilleurs mécanismes pour résoudre les conflits ».
HS

Conseil européen

Editorial : « Les réformes nécessitent un débat approfondi » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il sera impossible pour le Conseil européen d’avancer dans beaucoup d’autres questions que celle de l’union bancaire. Même le premier pas de ce projet demandera un esprit de compromis.
Pour l’éditorialiste, les rapports de M. Van Rompuy d’une part et de la Commission européenne de l’autre, demanderaient une réflexion approfondie pour laquelle il n’y a pas eu de temps ou d’occasion.
L’éditorialiste estime qu’il est dans les intérêts de la Finlande de défendre le modèle nordique (en matière de fiscalité et de politique de l’emploi).
HBL/12

Aide au développement

Des points mal éclaircis dans le budget des projets de développement
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère des Affaires étrangères a constaté, dans ses propres contrôles, des abus portant sur environ dix millions d’euros par an dans les projets de développement. M. Sauli Heinimaa, inspecteur en chef, estime que la Finlande devrait rendre plus stricte sa surveillance sur l’aide au développement.
A la lumière des rapports des commissaires aux comptes du ministère, par exemple une partie des organisations somaliennes devraient améliorer leur gestion comptable. Il manque par exemple des reçus dans la comptabilité de six organisations somaliennes. Ces organisations doivent produire des explications supplémentaires et le ministère décidera, au début de l’année prochaine, si les crédits ont été utilisés comme il fallait. Les organisations nient les abus.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères a peu de possibilités de surveiller les dépenses des organisations en Somalie, qui est parmi les pays les plus corrompus au monde. Les organisations somaliennes ont obtenu, en 2011, un peu moins de trois millions d’euros en aide au développement.
Mme Heidi Hautala, ministre du développement, estime qu’il n’y a pas de grands problèmes dans le soutien des organisations des immigrés. « Le ministère des Affaires étrangères veut continuer à soutenir l’action de ces organisations aussi à l’avenir et soutenir ainsi le développement des Etats faibles », selon Mme Hautala.
La Finlande a accordé environ 1,1 milliard en aide au développement en 2011. Cette année, l’aide aux organisations s’élève à 100 millions d’euros. Selon le ministère des Affaires étrangères, environ 300 organisations non gouvernementales finlandaises participent à la coopération au développement.
Le ministère des Affaires étrangères est en train d’étudier la corruption liée au programme forestier au Mozambique.
HS/A3&A4

Visites à l’étranger

La Russie a été la destination numéro un des dirigeants finlandais
Kaleva, quotidien paraissant à Oulu, relève que le selon les statistiques du protocole du ministère des Affaires étrangères, depuis le début du deuxième mandat présidentiel de Mme Tarja Halonen, en 2006, les présidents – Mme Halonen et M. Niinistö – ont effectué 15 visites d’Etat ou de travail en Russie, 9 en Estonie, 7 en Allemagne et en Norvège. Le Président Niinistö a effectué des visites en Suède, en Estonie, en Norvège, en Allemagne, en Hongrie et en Russie.
Depuis 2007 (deuxième gouvernement de M. Vanhanen), les Premiers ministres ont effectué 9 visites en Estonie et en Russie, 6 visites en Pologne, 5 en Suède et en Allemagne.
Les ministres des Affaires étrangères se sont dirigés 12 fois en Russie, 9 en Estonie et 7 aux Etats-Unis.
Quant aux visites des chefs de l’Etat étrangers en Finlande, il y en a eu 6 de Lettonie, 4 de Suède, d’Estonie et de Russie, et 3 de Lituanie.
Les Premiers ministres estoniens ont effectué 7 visites en Finlande, les Premiers ministres russes 4 visites et les Premiers ministres polonais 3 visites.
Les visites des ministres des Affaires étrangères : 9 de la Suède, 5 de l’Estonie, 4 de la Lettonie et de la Russie.
Kaleva/ven/6

R&D

Le groupe chinois Huawei envisage de créer un centre de recherche en Finlande
Huawei a organisé, hier, une présentation de son projet de créer un centre de R & D dans le domaine des technologies mobiles à Helsinki. Le coût de l’investissement devrait s’élever à 70 millions d’euros. Dans les cinq ans qui viennent, Huawei envisage de recruter cent employés.
M. Jim Lu, directeur des fonctions européennes du groupe, relève que l’esprit en matière d’innovations est ouvert en Finlande et qu’il y a un savoir-faire tant dans des petites que des grandes entreprises. De plus, les universités soutiennent la recherche et le développement, dit-il. Il relève également qu’en Finlande le réseau des fabricants et des groupes de logiciels développant des applications est expérimenté.
L’objectif de Huawei est de figurer parmi les plus grands fabricants de smartphones dans les prochaines années. Sa part du marché est de 5 %, selon Strategy Analytics.
Mme Lassila de Helsingin Sanomat note qu’un tel projet d’investissement – dans un domaine où après la chute de Nokia, il y existe une main d’œuvre compétente – est ce que la direction finlandaise à cherché. Le but du gouvernement est d’augmenter à 40 % du PIB les investissements directs étrangers d’ici 2020. Cela signifierait une augmentation de 20 à 30 milliards d’euros en plus du niveau actuel des investissements, 65 milliards d’euros.
HS//B3

Politique intérieure

Parlement

Le projet de loi sur la baisse de fiscalité des entreprises examiné aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement étudiera le projet de loi sur la baisse de fiscalité des entreprises en une seule journée. Le gouvernement présentera son projet ce matin et la commission des finances rédigera son rapport déjà cet après-midi. La loi sera approuvée mercredi. Les groupes parlementaires sont presque unanimes sur le contenu de la loi mais l’opposition critique le calendrier.
Selon le député centriste Mika Lintilä, expert en fiscalité de son groupe parlementaire, « il ne s’agit pas seulement de cette loi mais du fonctionnement du parlementarisme ».
Le député conservateur Sampsa Kataja, président de la division fiscale de la commission des finances, déplore le calendrier mais souligne que l’opposition a déjà été informée du contenu du projet de loi à l’avance.
HS/A5

Politique climatique

M. Niinistö veut des mesures plus efficaces pour réduire les émissions
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, estime que les objectifs et les mesures nationaux ne sont pas suffisants pour maîtriser le changement climatique.
« Il faut étudier comment rendre la croissance verte et les réductions ambitieuses des émissions un atout de compétitivité pour la Finlande », a souligné M. Niinistö qui propose quatre moyens : une nouvelle loi sur le climat, les réductions des émissions, la stratégie d’une énergie pure et le financement.
Le ministère de l’Environnement présentera son projet de nouvelle loi sur le climat au Parlement en 2013. Un objectif contraignant sur la réduction des émissions sera inclus dans le projet. M. Niinistö estime que la Finlande pourrait augmenter à 30 % son objectif de réduction des émissions d’ici 2020. L’objectif commun de l’Union européenne est actuellement de 20 %.
Les partis politiques représentés au Parlement ne sont pas d’accord sur cet objectif. Le Parti conservateur, le Parti suédois et les Vrais Finlandais estiment qu’il faut suivre l’objectif de l’UE.
HS/A5

Production industrielle

La diminution continue
Hufvudstadsbladet relève que la production industrielle continue à diminuer. En octobre, elle était de 0,7 % inférieure par rapport à octobre 2011. Durant janvier-octobre la production a baissé de 1,5 %.
C’est le domaine électrique et électronique qui a souffert le plus : la baisse s’élève à 11,7 %.
HBL/11

Nucléaire

Sondage : augmentation de l’audience du nucléaire
Selon le sondage annuel réalisé pour l’industrie de l’énergie, les Finlandais sont toujours partagés sur le nucléaire : 35% sont opposés à une augmentation de l’utilisation du nucléaire en Finlande, 34% y sont favorables et 24% estiment que la part actuelle est satisfaisante ; 7% ne se prononcent pas.
Depuis l’année dernière, l’audience du nucléaire s’est donc améliorée légèrement. HS estime que, l’année dernière, c’était en raison du contrecoup de Fukushima.
Ce sont les plus diplômés qui sont les plus critiques sur le nucléaire, même si ce sont aussi les personnes ayant un poste de direction qui y sont le plus favorable, note HS. Les femmes sont toujours plus critiques que les hommes ; c’est la classe d’âge des 46-55 ans qui est aussi la plus critique. Enfin, parmi les grandes villes, on est plus critique à Turku (45%) qu’à Tampere (35%), relève HS.
HS

Finnair

M. Sailas quitte le conseil d’administration
Le président du conseil d’administration du groupe d’aviation Finnair, M. Sailas, quittera ce poste au printemps. M. Sailas est directeur général du groupe d’assurance retraite Ilmarinen.
M. Sailas a été soupçonné de pot-de-vin dans l’affaire de l’appartement de M. Vehviläinen, directeur général de Finnair, mais il n’a pas été poursuivi en justice.
Il souligne qu’indépendamment de l’affaire de cet appartement, il aurait quitté la présidence du conseil d’administration de toute façon.
HS/B3

Licenciements

OP-Pohjola supprimera plus de 500 emplois
Le groupe bancaire et d’assurances OP-Pohjola a annoncé qu’il supprimera 561 emplois. Outre les licenciements, le groupe a d’autres moyens de diminuer son personnel. Le travail de 150 personnes sera externalisé.
L’objectif du groupe est de faire des économies annuelles de 150 millions d’euros d’ici 2015.
HS/B5

France – Finlande

Musique

Nathalie Dessay à Turku
La soprane française Nathalie Dessay se produira au festival de musique de Turku, l’été prochain.
TS

Lundi 10 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Union européenne

M. Rehn table sur un retour de la croissance pour 2014
M. Kaikkonen souhaite un référendum sur l’approfondissement de l’intégration économique
Le Commissaire européen Olli Rehn était entendu par la grande commission du Parlmeent vendredi pour présenter les projets de la commission sur l’intégration économique avant le conseil européen.
M. Rehn a déclaré à cette occasion que la phase la plus délicate de la crise financière en Europe était dépassée ; Il estime qu’il faut continuer les réformes économiques et que la croissance reviendra au pus tard en 2014.
M. Rehn pense qu’un accord sera trouvé au conseil européen sur l’approfondissement de la coopération économique.
La présidente de la grande Commission, Mme Kumpula-Natri (PSD) a souligné que la Finlande ne croyait pas à une union budgétaire qui comprendrait des dettes communes. « Notre message en Finlande a toujours été que les dettes communes ne sont pas le moyend ‘avancer. Il faut maintenir la rigueur budgétaire à un niveau national ».
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a peu de temps pour trouver des positions communes sur le conseil européen.
Le vice-président de la grande commission, M. Antti Kaikkonen (Centre) estime que la Finlande soutiendra une coopération en matière de surveillance bancaire. En revanche, il s’oppose à un budget ou à un ministère des Finances de l’eurogroupe. Selon lui, de tels changements devraient être soumis à référendum en Finlande.
HS

Les réformes de l’UE divisent les partis
Helsingin Sanomat relève que les partis politiques finlandais sont divisés sur les projets de réformes du développement de la coopération économique dans l’UE qui seront discutés au conseil européen.
L’union banciare, dans sa première phase rassemble une quasi-unanimité (mis à part les Vrais Finlandais), alors que la taxe sur les transactions financières est rejetée par la plupart des partis (sauf la gauche et les Verts).
L’idée d’un budget propre et d’un ministère des finances propres à l’eurogroupe est rejetée. Les eurobonds sont rejetés par tous les partis, sauf les Verts qui y sont favorables.
HS

Editorial
Helsingin Sanomat estime que l’approfondissement de l’eurogroupe est inéluctable et qu’il se traduira forcément par l’effacement d’une partie des dettes de la Grèce et une mutualisation des dettes. Selon le quotidien, il est enfin temps pour la Finlande d’arrêter de faire semblant de croire que la croissance va effacer l’endettement. Il est temps de reconnaître la réalité. Le quotidien relève néanmoins que cela ne se fera pas sans peine car il faudra alors revenir sur des nombreuses promesses électorales.
HS

Selon les députés européens, l’UE est à la croisée des chemins
Un siège menacé pour la Finlande
Neuf des treize députés européens finlandais ont participé, vendredi, à une réunion sur les sujets d’actualités. S’ils sont unanimes pour estimer que l’UE est face au choix d’un saut fédéral, ils sont divisés sur les moyens de développer l’union.
La presse rapporte aussi qu’après l’entrée de la Croatie dans l’UE, certains Etats perdront un siège de député. La Finlande serait menacée et pourrait donc voir son nombre de sièges réduit de 13 à 12. La décision serait prise au printemps.
Kaleva

Prix Nobel

M. Katainen à Oslo
Turun Sanomat relève que le Premier ministère Jyrki Katainen participera aux festivités à l’occasion de la remise à l’UE du Prix Nobel de la paix aujourd’hui à Oslo. Tous les dirigeants des pays membres de l’Union européenne y sont invités.
TS/sam/6

Négociations de Doha

M. Niinistö estime que le résultat est de « satisfaisant »
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, estime que le résultat des négociations de Doha est satisfaisant du point de vue du changement climatique. Selon M. Niinistö, le fait que les Etats membres de l’ONU ont pu se mettre d’accord sur un « accord de travail ambitieux » est une décision importante, dont l’objectif est un accord contraignant sur les émissions en 2015.
« Les Etas ont une pression pour prendre des décisions plus ambitieuses sur les émissions », souligne M. Niinistö. Selon le ministre, il est important que les Etats-Unis et la Chine se soient engagés à négocier sur une réduction volontaire avant l’an 2020. « Les Etats-Unis ont été très prudents », admet toutefois M. Niinistö.
M. Leo Stranius, expert climatique, se félicite de la suite du processus de Kyoto mais déplore le faible nombre de participants.
HS/dim/B2

Russie - Finlande

La Carélie russe essaie d’attirer des entreprises finlandaises
Selon Helsingin Sanomat, la Carélie russe et surtout son nouveau dirigeant, M. Aleksandr Hudilainen, essaient d’attirer des investissements finlandais dans la région. Dans ce but, M. Hudilainen a recruté un consultant finlandais, M. Pauli Haatainen, expert du commerce avec la Russie. Jusqu’à 2011, la Finlande avait investi 3,21 milliards d’euros en Russie mais très peu en Carélie russe. Parmi les rares entreprises finlandaises situées dans cette région il y a PKC Groupe et Saunaset à Kostamus, Rapala à Sortavala et Stora Enso à Impilahti.
HS/B8

Finlande – Russie

Placements d’enfants
Helsingin Sanomat relève que la famille de la mère russe de Vantaa a encore été évoquée par les médias russes, samedi. L’ombudsman russe des questions liées à l’enfance, M. Astahov, a dit que les quatre enfants de cette famille allaient être placés.
HS/dim

Politique intérieure

Gouvernement

Le Premier ministre a nommé une nouvelle conseillère politique
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen a nommé Mme Sirkku Linna (36 ans) au poste de sa nouvelle conseillère politique, en remplacement de M. Jussi Kekkonen, nommé directeur général de Miltton Networks en septembre. Mme Linna est conseillère financière de M. Katainen depuis cinq ans.
L’actuel conseiller des affaires parlementaires, M. Joonas Turunen (27 ans) remplace Mme Linna en tant que conseiller financier du Premier ministre.
HS/sam/A4

Le conseiller de Mme Urpilainen devient lobbyiste
M. Matti Hirvola, conseiller politique de Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances, quittera également son poste actuel pour devenir lobbyiste chez Miltton Networks début janvier 2013. Le nouveau conseiller n’a pas encore été nommé.
HS/A5

Social

Propos de M. Kokkila
Interviewé à l’émission Ykkösaamu d’Yle, samedi matin, M. Kokkila, président du conseil d’administation du patronat EK, souhaite que la décision concernant l’augmentation de l’âge minimum de départ à la retraite puisse être prise rapidement. Pour lui, c’est le seul moyen réaliste d’augmenter la durée du travail. Augmenter l’âge de départ de deux ans aurait une grande importance pour l’économie finlandaise, selon lui.
M. Kokkila se félicite du fait que le Premier ministre, M. Katainen a encouragé les organisations syndicales à prendre des décisions dans le sens de rallonger les carrières professionnelles.
M. Kokkila prévoit que les négociations salariales de l’année prochaine seront difficiles. Il estime qu’il faudrait pouvoir diminuer les coûts des entreprises et augmenter la compétitivité. Les salaires devraient plutôt être baissés qu’augmentés, dit-il, tout en admettant que cela ne serait pas facile. Il faudrait toutefois trouver de moyens pour améliorer la compétitivité. Il souhaite que l’on puisse mener les négociations sans engendrer de grèves.
HS/dim

Propos de M. Häkämies
Kauppalehti publie une interview de M. Häkämies, directeur général du patronat EK, qui relève qu’EK envisage de promouvoir une diminution considérable de l’impôt sur les sociétés lors des négociations sur le cadre budgétaire du gouvernement.
EK souhaite des décisions accélérant la croissance et, pour M. Häkämies, il s’agit là de la fiscalité. Sans donner plus de précisions, il estime qu’une diminution de 0,5 point ne serait pas suffisante. EK donnera des propositions plus détaillées en février.
M. Häkämies estime que c’est une question importante que de savoir pourquoi les entreprises finlandaises ne réussissent pas dans la concurrence internationale et quels seraient les moyens pour y remédier.
M. Häkämies souhaite que la question de l’augmentation de l’âge de la retraite puisse être évoquée dès les négociations sur le cadre budgétaire. Il rappelle qu’il s’agit de la plus grande décision structurelle qui puise être prise. Pour lui, les autres solutions seraient plus douloureuses encore. En outre, elle constituerait un signal clair pour le reste du monde sur le fait que la Finlande arrive à gérer ces questions.
M. Häkämies souhaite qu’avec les mesures de stabilisation de l’économie, on puisse minimiser les inconvénients pour les activités des entreprises. Pour EK, la croissance et l’emploi devraient être pris en compte concernant le choix des mesures à prendre.
KL/6-7

Propos de M. Mäenpää
M. Mäenpää, président du syndicat des employés STTK, se déclare beaucoup moins pessimiste que les représentants d’EK. Il rappelle que les questions fondamentales sont en ordre en Finlande.
Pour lui, le débat sur les augmentations salariales est précoce, car la plupart des conventions collectives vont jusqu’en 2014.
Pour lui, il serait essentiel de créer une stratégie de croissance en Finlande pour accélérer les réformes structurelles. Les réformes ne peuvent pas être que des coupes sur les avantages acquis, estime-t-il en souhaitant que l’on ait la patience d’attendre pour voir l’effet des mesures déjà prises en matière de retraite.
M. Mäenpää estime qu’indépendamment des perspectives économiques, il faut avoir une politique de longue haleine en matière de retraite.
M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, estime qu’il est possible de prolonger l’âge de départ à la retraite avec les solutions actuelles. La condition en est qu’il y a du travail pour tout le monde.
Dem/4-5, KL/6

Niveau des salaires

Salaire médian et moyen
Helsingin Sanomat relève qu’en 2011, le salaire médian en Finlande s’élevait à 2776 euros par mois et le salaire moyen à 3111 euros.
Le salaire horaire des femmes avec un contrat à durée indéterminée était 82 % de celui des hommes. Dans une comparaison internationale sur 72 pays, les salaires finlandais se situent au neuvième rang.
HS/dim/E1

Fonds de pension

Keva place à l’étranger
Helsingin Sanomat relève que le fonds de pension des communes, Keva, a effectué la plupart de ses placements à l’étranger. Seuls 5 % des actions sont finlandaises, et 20 % de tous les placements sont en Finlande. Pour l’assureur Varma, la partie des placements en actions finlandaises s’élève à 50 %, pour Ilmarinen à 40 %. HS relève que les placements de Keva rapportent plus que ceux des autres fonds de pension.
Varma et Ilmarinen sont des groupes privés, dont les placements sont réglementés, concernant notamment les risques. L’idée en est que le système doit être capable de verser les pensions dans toutes les circonstances.
Les placements de Keva, deuxième fonds de pension, ne sont pas réglementés du fait que les communes peuvent, le cas échéant, financer les pensions des contributions fiscales, si le fonds est déficitaire.
Les trois assureurs figurent parmi les dix plus grands fonds de pension européens.
HS/lun/B4

Bourse de Helsinki

Baisse des échanges
HS relève que le marché d’actions à la bourse de Helsinki est calme depuis le début de l’année. Les échanges d’actions a diminué de 36,5 % en novembre par rapport à la même époque en 2011.
Le nombre des ventes et des achats était de 57 545 par jour en novembre par rapport à 92 578 il y a un an.
HS/lun/B4

Exportations finlandaises

Les exportations se sont améliorées en octobre
Selon les statistiques de la Douane, les exportations finlandaises se sont augmentées en octobre de 12 % par rapport à octobre 2011. Les exportations des produits pétroliers (raffinés en Finlande), du bois, des métaux et des machines ont augmenté le plus.
La balance commerciale reste cependant déficitaire de 225 millions d’euros.
HS/sam/B8

Nucléaire

Fennovoima
Helsingin Sanomat publie un portrait du nouveau directeur de Fennovoima, M. Juha Nurmi.
M. Nurmi souligne que les négociations concernant les offres des deux sociétés candidates pour fournir le réacteur, Areva et Toshiba, sont dans une phase délicate. Le choix sera fait avant la fin de l’année prochaine.
HS

Energie

Trois projets de terminaux de LNG en Finlande
Aamulehti rapporte que Gasum projette une terminal de LNG à Inko et à Porvoo. Il existe aussi un projet fenno-suédois (Outokumpu, Rautaruukki, EPV Energi et LKAB) à Tornio.
AL

Construction navale

Un retard des garanties du groupe, des commandes qui pourraient aller en France
Kauppalehti rapporte que le gouvernement devrait de nouveau étudier les garanties de l’Etat pour la construction d’un nouveau bateau de croisière à Turku. Le point de discorde concerne le refus de la maison mère coréenne STX de refuser de donner des garanties.
Selon le quotidien STX aurait fait miroiter un possible transfert de la commande en France. Les Coréens auraient aussi pu évoquer aux Finlandais la possibilité d’une participation de l’Etat dans le chantier naval, comme en France.
Kauppalehti spécule aussi sur l’arrivée des Russes dans le chantier naval de Turku, comme cela s’est produit dans le chantier naval d’Helsinki où STX coopère avec le russe Uninted Shippbuilding.
KL

Mines

Tasma Metals
Helsingin Sanomat publie un portrait du directeur de l’entreprise australienne Tasma Metals qui possède six demandes de prospection concernant des recherches minières en Finlande.
En effet, en Europe on ne trouve qu’en Suède, en Norvège et en Finlande nombre des terres rares nécessaires pour la production de produits électroniques.
HS

France

Automobile

Peugeot
Turun Sanomat publie une interview du directeur de la marque Peugeot, M. Picat, qui présente les projets de son groupe pour le marché chinois.
TS

France – Finlande

Exposition

Modèles de chez Chanel
Hufvudstadsbladet rend compte d’une exposition de photographes Northern Women in Chanel à la galerie Laboratory, à Helsinki.
HBL/lun/17

Vendredi 7 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Finlande – OTAN

Selon M. Tuomioja, la coopération entre la Finlande et l’OTAN est transparente
En visite à Bruxelles à une réunion de l’OTAN, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que la Finlande n’avait rien à cacher sur ses relations avec l’OTAN. Il affirme que le scepticisme des Finlandais à l’égard de l’Alliance (47% des Finlandais sont opposés à l’OTAN), ne vient pas du gouvernement.
Il regrette que l’on croie plutôt le secrétaire général de l’oTAN M. Rasmussen que le gouvernement concernant le fait que la participation à la surveillance du ciel islandais relève de la coopération nordique et non de l’oTAN.
HS

Union européenne

M. Stubb ne croit pas à un départ des Britanniques
Interrogé par Keskisuomalainen, le ministre chargé des Affaires européennes déclare ne pas croire que le Royaume-Uni quitte l’UE. Selon lui, « la direction que prend actuellement la Grande-Bretagne est inquiétante. Je ne pense toutefois pas qu’un départ des Britanniques de l’UE soit dans une perspective proche. Il est dans leurs intérêts de rester dans l’UE ».
Il souligne que la Finlande souhaiterait que la Grande-Bretagne soit un partenaire de la Finlande dans le cœur de l’intégration européenne, ce qu’elle n’est pas actuellement.
Selon lui, la Grande-Bretagne se sent étrangère dans l’UE car elle n’est pas dans l’
eurogroupe.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini estime pour la part que si la Grande-Bretagne quittait l’UE, elle serait suivie par d’autres pays.
KS

Budget européen

Editorial : « La Finlande aussi doit demander une réduction de sa contribution » HS
L’éditorialiste d’HS estime que la Finlande aussi doit demander une réduction sur sa contribution au budget européen afin que des pays comme l’Autriche ou le Danemark ne profitent pas d’une situation trop favorable au détriment des Finlandais. Il faut toutefois garder une position constructive dans les négociations. Le principal est de diminuer le niveau total du budget et d’opérer les bonnes coupes budgétaires.
HS

Elargissement de l’UE

La commission des Affaires étrangères favorable à une adhésion de la Croatie
La commission parlementaire des Affaires étrangères estime que la Croatie a bien avancé dans ses efforts de remplir les critères d’adhésion à l’UE, même s’il s’agira toujours de poursuivre les réformes.
Les Vrais Finlandais ont souhaité qu’on inscrive leur avis divergent dans le rapport de la commission.
TS/jeu/15

Corruption

La Finlande toujours bien placée dans une comparaison internationale
Le rapport de Transparency International situe la Finlande au premier rang partagé avec le Danemark et la Nouvelle Zélande d’une comparaison sur la corruption. Le président de Transparency Finland, M. Laukkanen, rappelle qu’il y a de la corruption cachée en Finlande.
Les autres pays nordiques se situent également bien dans la comparaison.
HS/jeu/B7

R&D

Le groupe chinois Huawei envisage de créer un centre de recherche en Finlande
Helsingin Sanomat relève que des dizaines de nouveaux emplois du domaine des technologies mobiles seront créés à Helsinki avec la mise en place d’un centre de recherche par le groupe chinois Huawei.
M. Pajunen, maire de Helsinki, se félicite du projet et note que c’est exactement le genre d’investissements que la municipalité souhaite.
Le groupe organisera, lundi prochain, une soirée lors de laquelle il s’agira de donner plus de détails sur le projet.
HS/jeu/B7

Politique intérieure

Réactions aux propos de M. Katainen

Les syndicats opposés au discours de M. Katainen
Les syndicats ont réagi aux propos du Premier ministre sur un allongement des carrières professionnelles.
Les présidents de la SAK et de la STTK, MM. Lyly et Mäenpää ont rappelé que les partenaires sociaux se sont entendus au printemps sur des mesures qui devraient rallonger d’un an les carrières professionnelles.
Le vice-président de la SAK, M. Huutola a mis en garde le premier ministre contre des tensions sur le marché du travail si le gouvernement légiférait sur le rallongement des carrières professionnelles sans consulter les partenaires sociaux.
Le président de Pro rejette les « menaces » du Premier ministre.
En revanche, le président du patronat M. Häkämies et le directeur de l’emploi des communes sont favorables aux propositions de M. Katainen.
HS

Analyses
« Le gouvernement devra toucher à l’âge de la retraite » AL
« S’exprimer est un risque pour le gouvernement » HS
Helsingin Sanomat et Aamulehti estiment que le gouvernement prendra des déciisions en mars, lors des négociations budgétaires, sur le temps de travail. HS estime que le gouvernement va toutefois s’efforcer de garder secrètes ses intentions le plus longtemps possible.
HS AL

Editoriaux
« Le gouvernement face à d’importantes difficultés » AL
« Le moment de prendre des décisions difficiles approche » HS
Aamulehti souligne que les propos du Premier ministre visaient non seulement les syndicats mais aussi le PSD qui est opposé à un relèvement de l’âge de départ à la retraite.
Helsingin Sanomat écrit que les partenaires sociaux pourraient être prêts à relever l’âge de départ à la retraite et prendre des décisions douloureuses. Mais que fera le PSD qui a promis avant les élections de ne pas toucher à l’âge de la retraite
AL

Ministère de l’Emploi et de l’Economie

Nouvelle secrétaire d’Etat
Mme Marja Rislakki, conseillère au ministère des Affaires étrangères, a été désignée secrétaire d’Etat du ministre de l’Economie, M. Vapaavuori. Mme Rislakki a été ambassadeur à la représentation permanente de la Finlande auprès de l’UE. Elle a également travaillé dans les ambassades de Finlande à Londres et à Bruxelles.
HS/jeu/A4

Economie

La Finlande est en récession
L’économie finlandaise est officiellement en récession. Selon le centre national d’études statistiques, le PIB a diminué de 0,1 % en juillet-septembre par rapport à avril-juin. En avril-juin, le PIB avait diminué de 1,1 % par rapport à janvier-mars.
Le PIB de juillet-septembre était de 1,2 % inférieur par rapport à la même période en 2011.
Le centre d’études statistiques relève que comme la diminution est minime, il n’est pas exclu qu’au fur et à mesure que les informations seront précisées, on s’apercevra qu’il ne s’agit pas de récession.
Les prévisions de différents établissements concernant la croissance économique de l’année en cours varient entre + 1,5 % et - 0,4 %. En ce qui concerne 2013, les derniers chiffres sont ceux de la banque Nordea qui prévoit une croissance de 1 %, et de 2,7 % pour 2014.
HS/jeu/B5, TS/jeu/23

Les effets de la chute de Nokia – on ne connaitre tous les dégâts que plus tard
Keskiuomalainen publie un article sur les effets des fermetures de Nokia en Finlande. L’emploi souffre le plus en Finlande de Sud-Ouest et en Ostrobotnie du Nord. Les diminutions de production ont été très radicales à Oulu et à Salo.
Outre Nokia, l’industrie de technologie électronique en général a subi des coupes. Au pire, tous les effets des diminutions ne se verront qu’en 2013.
Dans toute la Finlande, 70 000 emplois du secteur privé ont disparu depuis le début de la crise financière. Les nouveaux emplois se sont crées principalement dans le secteur public. Il y en a 40 000, mais il y a des différences importantes entre les régions finlandaises.
Le taux d’emploi a diminué le plus en Ostrobotnie du Nord, de 6 points. Dans cinq régions, le taux a diminué entre 1,2 et 6 points, alors que dans le reste du pays, il s’agit d’une diminution de 0 à 0,8 point. Le plus d’emplois ont disparu en Finlande du Sud-Ouest, 7400. Les disparitions se comptent en milliers dans cinq régions, alors que pour d’autres, il s’agit de centaines. La Laponie et les Îles Åland constituent une exception : le taux d’emploi et le nombre des emplois ont légèrement augmenté dans ces régions.
KS/jeu/20

Taxe sur les transactions immobilières

Une augmentation en mars
L’augmentation de la taxe sur les transactions immobilières, qui était prévu augmenter au début de l’année 2013, prendra effet début mars. La taxe, qui est actuellement de 1,6 %, passera à 2 %.
TS/jeu/15

Mercredi 5 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Surveillance bancaire

Propos de Mme Urpilainen
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, estime qu’on arrivera à trouver une décision politique en matière de surveillance bancaire avant la fin de l’année, comme prévu. Elle admet toutefois qu’il ne reste plus beaucoup de temps.
Il serait important pour la Finlande que la Suède et le Danemark y participent du fait que des banques suédoise et danoise ont des filiales en Finlande. Mme Urpilainen espère que l’on puisse arriver à un accord que ces pays pourront adopter, la semaine prochaine.
HS/B6, AL/A14

Finlande – Russie

Visa entre l’UE et la Russie
Hufvudstadsbladet relève que si le visa entre la Finlande et la Russie était supprimé en 2014, il se pourrait qu’il n’y ait pas suffisamment de gardes-frontières à la frontière Est de la Finlande.
Le nombre de passages à la frontière devrait être multiplié par trois avec la suppression de l’obligation de visa.
M. Talvitie, ancien ambassadeur de Finlande à Moscou, président de l’association Finlande-Russie, estime que le calendrier de suppression des visas pour les JO de 2014 est très optimiste.
Parmi les Etats européens, il y en a qui s’opposent à la suppression des visas.
En 2005, la Finlande a accordé 365 000 visas pour des Russes. En 2011, ce chiffre s’élevait à 1,2 million. La Finlande émet plus de 30 % des visas Schengen accordés à des Russes.
Les touristes russes apportent un milliard d’euros en Finlande tous les ans. Une partie des Russes transite par la Finlande pour aller dans d’autres pays de l’espace Schengen. On ne connaît pas les chiffres concernant les transits.
HBL/2-3

Israël

Le MAE a convoqué l’ambassadeur d’Israël
Helsingin Sanomat relève que la Finlande est déçue de la décision d’Israël d’élargir les colonies dans la région palestinienne. Le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur d’Israël, M. Dan Ashbel, au ministère mardi.
Le secrétaire d’Etat, M. Pertti Torstila, a exprimé à M. Ashbel la déception profonde de la Finlande en raison de la décision d’Israël.
M. Torstila s’est inquiété des effets négatifs sur le processus de paix au Proche-Orient et a fait appel à Israël pour qu’il revienne sur sa décision.
La Grande-Bretagne, la France et la Suède ont convoqué les ambassadeurs d’Israël lundi.
HS/A4

Politique intérieure

Propos de M. Katainen

Le Premier ministre exige des décisions sur les retraites
Helsingin Sanomat publie une interview accordée par le Premier ministre Jyrki Katainen sur la politique économique et les retraites.
M. Katainen souligne que les Finlandais doivent travailler plus et que les moyens pour le faire doivent être trouvés au plus tard au printemps prochain. Selon le Premier ministre, les partenaires sociaux doivent trouver des solutions. Selon l’accord du printemps dernier entre les partenaires sociaux, le prolongement des carrières professionnelles sera étudié jusqu’à la fin de 2013.
Selon le Premier ministre, si les partenaires sociaux veulent maintenir leur rôle traditionnel dans les décisions sur les questions relatives aux retraites il faut qu’ils s’expriment rapidement, au plus tard avant les négociations gouvernementales sur le cadre budgétaire en mars prochain. « Je ne cois pas que les partenaires sociaux veulent que le gouvernement prenne les décisions à leur place », souligne M. Katainen.
Selon M. Katainen, la Finlande doit répondre à trois défis, dont l’augmentation des heures travaillées. Pour pouvoir augmenter les heures travaillées il faut créer de nouveaux emplois dans le secteur privé, ce qui est selon lui un défi aussi pour les partenaires sociaux. « Un moyen rapide pour augmenter les emplois est un accord salarial qui fait augmenter et non diminuer les emplois. »
Du point de vue des employeurs, la Finlande est devenu un pays plus cher que les pays concurrents. L’accord cadre salarial actuel, critiqué par les employeurs pour sa cherté, est en vigueur jusqu’à la fin 2013.
Le Premier ministre exige troisièmement que l’économie nationale soit réformée en raison de la crise de l’euro et l’endettement. Il faut donc faire des économies et augmenter les impôts.
« On a du mal à croire que notre crédibilité par exemple aux yeux des agences de notation reste à un bon niveau si on n’arrive pas à maintenir les fondamentaux en ordre. »
Selon le programme du gouvernement, il faut que le ratio de la dette par rapport à la production totale commence à baisser. M. Katainen dit qu’il y tient.
Le Premier ministre fait un appel fort aux partenaires sociaux. « Il serait très dommage d’augmenter les impôts pour rien ou faire des économies pour rien, juste parce que nous n’arrivons pas à retrouver des décisions sur l’augmentation des heures travaillées. »
M. Katainen compte rencontrer les dirigeants du patronat et des centrales syndicales avant Noël. Les présidents des partis représentés au gouvernement poursuivront le dialogue sur l’état de l’économie nationale.
HS/A4

Parlement

L’opposition contre la hausse de l’âge de la retraite des policiers
Selon Helsingin Sanomat, les députés ont débattu mardi le projet de loi sur l’âge de la retraite des policiers. Le gouvernement propose la hausse de 60 à 63 ans, avec la possibilité de travailler jusqu’à 68 ans. Le gouvernement veut prolonger les carrières professionnelles et souhaite mettre les policiers dans la même situation que les autres fonctionnaires et employés de l’Etat et des communes.
Le Centre et les Vrais Finlandais se sont opposés au projet de loi du gouvernement. Ils proposent de maintenir l’âge de 60 ans, avec la possibilité de continuer à travailler jusqu’à 68 ans.
HS/A10

Marché du travail

Diminutions de salaire ?
Le patronat EK estime que la possibilité d’introduire des diminutions de salaire sera évoquée lors des prochaines négociations entre les partenaires sociaux.
Jusqu’à présent, cette question n’a pas été abordée par les organisations syndicales.
La confédération des ouvriers, SAK, n’envisage pas de négocier sur des diminutions, pour elle, il ne s’agit que d’augmentations.
Les organisations des salariés rappellent que les diminutions de salaires détériorent le pouvoir d’achat. Elles notent également que les mises à pied sont une forme de diminution de salaire.
HBL/12

Chômage

La situation de l’emploi des personnes de plus de 55 ans se détériore
Helsingin Sanomat relève que selon les statistiques du ministère des Activités économiques et du Travail, le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a augmenté, de fin août à fin octobre, plus que le nombre de chômeurs de moins de 50 ans. Le chômage des femmes et des jeunes de moins de 25 ans a même diminué, tandis que celui des hommes a augmenté de 4,8 %.
Le nombre de chômeurs a augmenté de 10 % d’octobre 2011 en octobre 2012. Environ 250 000 personnes cherchent du travail. Ceux qui ont été licenciés lors des négociations de concertation cet automne ne sont pas encore compris dans ce chiffre.
HS/A5

Prévisions économiques

La banque Nordea estime que l’économie finlandaise repartira bientôt
Aamulehti relève que selon la banque Nordea, l’économie finlandaise a atteint le fond et repartira en hausse en 2013. Les économistes de la banque estiment que la croissance repartira dès avant l’été du fait que la demande internationale relancera les exportations.
La croissance sera modeste même en 2013, de l’ordre de 1 %. Pour l’automne 2013, le taux de chômage passera à 8,4 %. Le nombre de chômeurs augmentera de 20 000 personnes d’ici l’automne prochain. Nordea ne prévoit pas d’amélioration de la situation de l’emploi avant fin 2013.
La consommation privée augmentera plus lentement que d’habitude durant les quelques années à venir.
Les salaires et les pensions augmenteront, mais la détérioration de l’emploi, le durcissement de la fiscalité et l’augmentation des prix freineront l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages.
AL/A13

Energie nucléaire

Réactions finlandaises à l’annonce d’EDF
Helsingin Sanomat relève que l’annonce d’EDF sur le prix du réacteur nucléaire de Flamanville engendrera des problèmes concernant les projets de TVO et de Fennovoima qui ont demandé une autorisation de construction pour un réacteur de 1600 MW et ont évalué le prix à six milliards d’euros au maximum. A la lumière de l’annonce d’EDF, cette estimation paraît trop optimiste.
HS note que l’estimation sur le coût correspond au rapport récent de l’Université de Lappeenranta : selon ce rapport, le coût de l’investissement de Fennovoima s’élèverait à 8,6 milliards d’euros.
HS rappelle que le directeur général de Fennovoima, M. Nurmi, a évoqué la possibilité de construire un réacteur moins puissant, ce qui signifierait des risques moins importants, au niveau du financement et autrement.
Selon HS, Fortum a également considéré la possibilité d’envisager des unités de moindre capacité.
HS/B4

Point de vue sur le financement du projet de Fennovoima
M. Tyynysniemi du service économique de Helsingin Sanomat écrit sur la tendance d’évoquer les fonds de pension comme un moyen de financement lorsque de gros projets pouvant employer beaucoup de monde risquent de ne pas se réaliser.
Une idée tentante d’une certaine façon, admet l’auteur, tout en se demandant si on souhaite vraiment placer les pensions sur des placements que les autres investisseurs semblent fuir, pour une raison ou une autre.
HS/B4

Mardi 4 décembre 2012

Politique européenne et étrangère

Eurogroupe

Débat sur l’effacement de la dette grecque
« Selon M. Katainen, il est possible d’effacer une partie de la dette grecque » TS
« Selon M. Katainen, la positon sur la Grèce n’a pas changé » HS
Après les déclarations de la chancelière allemande, la Ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré, lundi, à Bruxelles, que les spéculations sur un effacement d’une partie de la dette grecque étaient vaines. « Je pense qu’il ne faut pas spéculer sur ce qui se passera dans l’avenir mais plutôt se concentrer sur ce que nous avons décidé la semaine dernière. Il est important que les décisions puissent être mises en œuvre ».
Mme Urpilainen souligne que les pays de l’eurogroupe sont unanimes sur le fait que, actuellement, on ne va pas effacer la dette grecque mais s’efforcer, par tous les autres moyens de diminuer le fardeau de la dette.
A Helsinki, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que la Finlande pouvait envisager l’effacement d’une partie de la dette grecque si cela s’avérait nécessaire. « Si cela signifie de diminuer la dette publique, alors on effacera une partie des emprunts bilatéraux versés. J’espère que nous pourrons éviter une telle situation, mais personne ne peut le promettre. Maintenant, on cherche des solutions pour éviter cela tout en diminuant le fardeau de la dette, par exemple en diminuant le taux d’intérêt. » M. Katainen espère donc qu’en diminuant les taux d’intérêt et prolongeant la durée des emprunts, on pourra diminuer le fardeau de la dette sans avoir à en effacer une partie, rapportait Yle.
Interrogé sur un possible changement de la position finlandaise, jusqu’ici opposée à un effacement de la dette grecque, M. Katainen a toutefois précisé à Helsingin Sanomat que la position de la Finlande n’avait pas changé : « C’est la même chose que si l’on me demandait si dans vingt ans je veux aller sur la lune, je dirais que c’est envisageable. Donc, la position finlandaise à l’égard de la dette grecque n’a pas changé », dit-il.
TS HS

Notations

La note finlandaise sous surveillance
Helsingin Sanomat relève que la question de la note finlandaise est sur toutes les lèvres : des politiciens comme des économistes.
La Finlande dispose de la note la plus élevée (AAA) auprès de toutes les agences. Elle est toutefois en perspective négative par S&P depuis près d’un an. On ne s’attend pas à une baisse de la note mais plutôt à ce que les autres agences la mette aussi sous perspective négative.
HS

Israël

La pression sur Israël
Analyse : « Israël a gâché une opportunité » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la France, la Grande-Bretagne et la Suède ont réagi après la décision d’Israël concernant la colonisation dans la zone de Jérusalem Est ;
Le ministère finlandais des Affaires étrangères n’a, lui, pas réagi. Mme Helena Tuuri a déclaré que la Finlande n’avait pas convoqué l’ambassadeur d’Israël.
Helsingin Sanomat écrit qu’Israël a gâché une opportunité de montrer qu’il était sincèrement intéressé par un processus de paix. « Le premier ministre israélien qui se prépare pour les élections a montré qu’il n’était nullement intéressé par la paix avec les Palestiniens », conclut HS.

Politique intérieure

Gouvernement

Selon un sondage, le soutien des citoyens au gouvernement a diminué
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’Institut TNS-Gallup, la popularité du gouvernement est en baisse : 30 % des personnes interrogées estiment que le gouvernement a bien réussi dans sa tâche. En mai dernier, 38 % étaient de cet avis ; 46 % ont une attitude neutre, contre 39 % en mai. Le nombre de mécontents n’a pas changé : 20 % sont mécontents maintenant, contre 19 % en mai dernier.
Les chiffres sont meilleurs qu’en septembre 2011 où 24 % avaient été satisfaits, 47 % neutres et 24 % mécontents du gouvernement.
Le nombre de satisfaits de tous les partis au gouvernement a baissé, à l’exception du Parti suédois : 58 % sont satisfaits, contre 50 % en mai dernier.
Les partis de l’opposition ont amélioré leur image et le Centre est mieux vu que les Vrais Finlandais. 26 % sont satisfait du Centre (contre 20 % en mai dernier) et 23 % sont mécontents, contre 38 % en mai. 25 % sont actuellement contents des Vrais Finlandais, contre 16 % en mai dernier. 35 % sont mécontents des Vrais Finlandais, contre 53 % en mai.
Le Premier ministre Katainen reste populaire : 51 % sont contents et 18 % mécontents de lui. Les Vrais Finlandais sont les plus mécontents de M. Katainen.
La popularité du Président Niinistö a augmenté : 68 % sont satisfaits de lui (contre 62 % en mai dernier).
Le sondage a été effectué entre le 23 novembre et le 2 décembre auprès de mille Finlandais.
M. Seppo Hentilä, professeur en histoire politique à l’université de Helsinki, souligne qu’il ne faut pas donner trop d’importance aux sondages. Le professeur souligne que les Finlandais préfèrent les dirigeants forts, comme MM. Niinistö et Katainen, surtout pendant une crise économique.
Le politologue Erkka Railo estime que l’incertitude devant l’avenir fait que la confiance dans le gouvernement diminue. Les litiges à l’intérieur du gouvernement baissent également la popularité du gouvernement.
HS/A4

Pressions sur le gouvernement et doutes concernant la durabilité du programme gouvernemental
Des pressions pour des modifications pèsent sur le programme gouvernemental. Plusieurs partis de la coalition gouvernementale estiment qu’avec l’affaiblissement de la situation économique, les promesses et les objectifs ne sont plus réalistes.
Le gouvernement a été écrit alors que les prévisions de croissance étaient de 2,8% pour cette année et de 2,4% pour l’année prochaine. Ces prévisions ont depuis été revues à la baisse : 1% pour les deux années.
Le gouvernement a dû adopter un programme d’ajustement budgétaire de 5 milliards d’euros. Pour des raisons politiques, il doit être également réparti entre hausses fiscales et diminutions de dépenses. Le gouvernement avait aussi prévu d’augmenter le pouvoir d’achat. Mais cette promesse pourrait ne pas se réaliser. Les impôts sur le revenu augmenteront ainsi que la TVA, d’un point.
M. Kataja, député conservateur, estime que l’objectif du gouvernement sera toujours de ralentir l’endettement, maîtriser le déficit et garder la meilleure notation (AAA) en matière de solvabilité. L’objectif d’améliorer le pouvoir d’achat ne se réalisera peut-être pas, selon lui.
M. Backman (PSD) relève que la croissance et l’emploi seront parmi les premiers objectifs.
HS/lun/A8 KS/Lun

Selon M. Katainen, les décisions seront prises au printemps
A Kuopio, le Premier ministre a déclaré que le moment pour prendre des décisions concrètes sera le printemps, à mi-parcours de la législature. Il faudra prendre les décisions pour renforcer la croissance et rallonger la durée du travail.
Selon lui, la question principale n’est pas de modifier le programme gouvernemental mais d’arriver à rallonger la durée du travail : « au début, au milieu et à la fin » des carrières ». Dans une tribune publiée dans Turun Sanomat, il souligne : « nous avons besoin de plus d’heures, de mois et d’années de travail ».
KS TS

Commentaires et analyses
« Le baptême du feu pour le gouvernement est à venir » HS
« Le moment fatidique pour sauver le pays » HS
Le rédacteur-en-chef d’Helsingin Sanomat écrivait, dimanche, qu’il est temps pour le gouvernement de s’attaquer au problème de compétitivité du pays. Les moyens sont connus, mais reste à savoir si la volonté politique suffira, estime HS qui doute principalement de la volonté des syndicats d’employés, même si on peut l’espérer car ils ont traditionnellement choisi la responsabilité plutôt que le populisme, écrit HS.
Dans son édition d’aujourd’hui, l’éditorialiste estime que « le réalisme pourrait l’emporter sur l’idéologie au gouvernement car il y a désormais une longue période sans élections. Il faut donc espérer que les prochaines prévisions du ministère des Finances renforceront la conscience du gouvernement concernant l’ampleur de la crise ».
HS

Economie

« Baisse des investissements, maintien des commandes » KL
Kauppalehti relève que les sociétés finlandaises cotées en bourse semblent mieux supporter la crise que l’économie nationale. Elles ont sensiblement diminué leurs investissements (6,6 milliards d’euros depuis le début de l’année contre 11% sur la même période en 2011), mais elles n’ont diminué leurs effectifs que de 1,4%. De plus, elles bénéficient d’un niveau important de leurs carnets de commandes (31 milliards d’euros au total dont 1 milliard pour Kone et 700 millions pour Wärtsilä), même si on enregistre une faible baisse au troisième trimestre.
Kauppalehti souligne que les entreprises sont donc en meilleure santé que l’économie nationale, en grande partie grâce aux marchés étrangers et aux délocalisations. On peut aussi regretter le faible niveau d’investissements étrangers en Finlande : « nous devons certainement être aux yeux des étrangers un pays à faible densité de population, sous l’influence de la Russie, avec un coût du travail élevé et un faible niveau de pouvoir d’achat », résume KL qui regrette que le gouvernement n’ai pas encore déclenché un plan de sauvetage national.
KL.

Gaz naturel liquéfié

Projets de terminaux pour les besoins de l’industrie et des transports maritimes
Dans la perspective de l’entrée en vigueur de la directive sur les émissions de soufre, l’industrie finlandaise prévoit une augmentation considérable du coût des transports maritimes et envisage d’augmenter l’usage du gaz naturel comme carburant des transports.
Etant donné que les émissions de gaz naturel sont moins importantes, l’industrie s’y intéresse de plus en plus.
Le groupe de gaz naturel Gasum projette de mettre en place un terminal de gaz naturel liquéfié à Inkoo ou Porvoo sur la côte sud.
L’Etat est actionnaire dans Gasum à hauteur de 24 %, Fortum y est actionnaire à hauteur de 31 %. Les groupes énergétiques russe Gazprom et allemand E.on disposent respectivement 25 et 20 % des actions de Gasum.
Helsingin Sanomat relève qu’outre le projet de Gasum, les groupes métallurgiques Rautaruukki et Outokumpu, ensemble avec le groupe énergétique EPV Energy, ont un projet de construction d’un terminal à Tornio sur la côté nord du golfe de Botnie. Des dépôts seraient construits à Rauma, Pori, Turku, Helsinki, Kotka et, éventuellement, à Maarianhamina.
HS rappelle que, selon un rapport présenté récemment par la Commission européenne, la Finlande est une candidate forte pour accueillir un terminal de gaz naturel liquéfié, financé par l’UE. Gasum envisage de construire un gazoduc vers l’Estonie, si son projet se réalise.
L’Etat n’a pas évoqué l’éventualité de participer au financement de ces projets.
HS relève qu’outre l’industrie et les groupes énergétiques, les armateurs, les chantiers navals et le fabricant de moteurs Wärtsilä s’intéressent aux terminaux de LNG, également en raison de frais prévus être engendrés par la directive sur le soufre
HS/sam/B11

Editorial : « Il faut que la Finlande saisisse l’occasion en matière de LNG » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime qu’il faut que la Finlande suive de près l’évolution de la position du gaz naturel liquéfié dans le contexte du débat énergétique. Le LNG pourrait s’avérer essentiel pour la Finlande, du point de vue de la politique énergétique et industrielle.
La Finlande pourrait obtenir des subventions européennes pour de tels projets, mais il est aussi dans les intérêts de la Finlande d’encourager les investissements dans ce sens.
L’éditorialiste estime que pour assurer la compétitivité des acteurs maritimes, il faut que la Finlande soit à l’avant-garde de la mise à profit du LNG. De nouveaux terminaux créeraient une compétition saine sur le marché énergétique du fait que Gazprom ne serait plus le seul fournisseur de gaz naturel. Les investissements liés aux terminaux et aux navires donneraient un élan aux investissements actuellement faibles.
KL/3

Importation de l’électricité

La consommation forte hivernale demandera des importations équivalant à la production d’un réacteur nucléaire
Turun Sanomat relève qu’il est prévu que les pics de consommation électrique hivernale atteindront les chiffres de l’hiver dernier, c’est-à-dire 15 000 MW. La capacité finlandaise s’élève à 13 300 MW.
Selon les prévisions de Fingrid, groupe chargé de la distribution de l’électricité, il faudra importer 1700 MW d’électricité de Suède, Estonie et de Russie, les jours les plus froids. Ce chiffre correspond à la capacité de OL-3 ou à celle de deux réacteurs anciens.
La consommation électrique de l’industrie a diminué par rapport à l’année dernière, mais à plus long terme, elle a augmenté.
Selon M. Ruusunen, directeur général de Fingrid, aucun grand changement n’a eu lieu concernant la capacité de production, si ce n’est qu’en raison des pluies abondantes l’été dernier, on n’a pu récupérer que la moitié de la quantité prévue de la tourbe.
TS relève qu’en Europe, par exemple la France, le Danemark, la Lettonie et la Pologne recourent à des importations lorsque la consommation électrique est très importante.
TS/18

Education

Un groupe de travail propose des moyens pour améliorer l’égalité
Helsingin Sanomat relève que le groupe, désigné par le ministère de l’Education pour étudier l’amélioration de l’égalité dans l’éducation, a remis lundi son rapport au ministre de l’Education, M. Jukka Gustafsson. Le groupe énumère 35 mesures à ce sujet. Parmi les propositions, il y a par exemple l’obligation pour les communes de proposer des activités organisées avant et après l’école pour les élèves de première et deuxième classe (7-9 ans). Cela coûterait environ 40 millions d’euros, dont la part de l’Etat serait de 17,2 millions et celle des communes de 22,8 millions d’euros.
HS/A6

Défense

Investissements dans l’armement
Selon Turun Sanomat, les forces armées examinent les possibilités de remplacer les fusils d’assaut par un modèle plus récent. Il s’agit d’un investissement de centaines de millions d’euros. Le projet n’avancera guère pendant la législature en cours.
« Dans la situation économique actuelle, un tel investissement n’est pas possible. Nous avons assez de fusils d’assaut pour nos soldats », souligne le ministre de la Défense, M. Carl Haglund.
TS/dim/8

France – Finlande

Musique

Conte musical Antti Puuhaara
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet publient des critiques favorables sur le conte musical du compositeur finlandais Tapio Tuomela produit par le groupe français Musicatreize à Musiikkitalo.
HS/C3, HBL/20

Lundi 3 décembre 2012
Politique européenne et étrangère

Développement de l’Union monétaire

L’opposition demande un débat en Finlande
L’opposition parlementaire réclame un débat en Finlande sur les projets d’approfondissement de l’union monétaire. « Nous sommes très près du point où nous devrions remettre en cause notre appartenance à l’union monétaire », estime M. Sarakkala, des Vrais Finlandais.
Le député centriste M. Kaikkonen demande si « c’est bien l’Union à laquelle nous souhaitons appartenir ? » et il ajoute que le Centre est favorable à l’organisation d’un référendum sur le développement fédéral de l’UE.
Le premier ministre Jyrki Katainen a déclaré vendredi que le gouvernement allait débattre des propositions de M. Van Rompuy et de M. Barroso. « Le principal n’est pas le projet de m. Barroso mais celui de M. Van Rompuy », souligne-t-il. Il précise que les propositions à long terme de M. Barroso ne conviennent pas à la Finlande. Selon lui, les propositions de la Commission sont à dessein provocatrices : on sait par avance qu’elles ont peu de chances d’être adoptées. « L’objectif de la commission est d’avoir un débat de fond. Je ne sais pas si c’est sage. Bien sûr c’est sage si on est favorable à ces positions. Mais cela n’est pas la meilleure méthode possible car cela suscite surtout des inquiétudes. On se met à douter des plus petites propositions », estime M. Katainen.
Helsingin Sanomat relève que les propositions de la Commission sont considérées comme impossible à réaliser notamment par la directrice de l’UPI, Mme Tiilikainen ou l’ancien directeur général du ministère des Finances, M. Nyberg.
HS

Gestion de crise

La Finlande prête à envoyer 25 soldats en Somalie
Vendredi, le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité présidé par le président ont défini que la Finlande était prête à envoyer 25 soldats pour les opérations de surveillance maritime au large de la Somalie. Leur mission serait de protéger les transports de vivres.
La Finlande se prépare aussi à augmenter son contingent dans la Finul au Liban de 200 à, au plus, 350. En effet, à l’automne, la Finlande prendra la tête du bataillon qu’elle partage avec l’Irlande.
Actuellement, 380 Finlandais sont engagés dans des opérations de maintien
KS

Défense

Un nouveau système de missiles anti-aériens
Les forces armées ont commencé à mettre en place un nouveau système de missiles anti-aériens Nasams. Des formations sont en cours en la matière.
Il s’agit d’un des achats d’armement les plus chers de l’histoire finlandaise. La Finlande l’a acheté en Norvège en 2009 et le coût s’élevait à 366 millions d’euros. Les missiles n’étaient pas compris dans l’acquisition et la Finlande les a achetés aux Etats-Unis. Les premiers devraient être livrés à la fin de l’année.
Le système Nasams, baptisé ITO 12 dans les forces armées finlandaises, est censé protéger Helsinki et les ports abritant des forces navales ainsi que les bases des chasseurs F-18 Hornet.
HS/sam/A9

Propos de M. Salolainen

M. Salolainen rejette les accusations d’antisémitisme
Helsingin Sanomat rapporte que M. Pertti Salolainen, député conservateur et vice-président de la commission des affaires étrangères du Parlement, ancien ambassadeur de Finlande à Londres, a été interviewé samedi à une émission de la TV1 où il a noté que « les Etats-Unis ont du mal à adopter une position neutre à l’égard de la Palestine parce qu’ils ont une communauté juive influente qui a l’argent et les médias entre ses mains ».
L’organisation Simon Wiesenthal estime que les propos de M. Salolainen sont antisémites. L’organisation a pris contact avec l’ambassade de Finlande à Washington en exigeant que la Finlande rejette les propos de M. Salolainen et que le gouvernement le démette de ses focntions.
Selon le président du conseil des associations juives de Finlande, M. Gideon Bolotowsky, M. Salolainen a nuit aux relations extérieures de la Finlande aussi bien avec Washington que Jérusalem et il devrait démissionner.
Selon M. Salolainen, il est absurde de l’accuser de l’antisémitisme.
HS/dim/A5

Exportations

Diminution des exportations
La valeur des exportations, 4,6 milliards d’euros, a diminué de 8% en septembre par rapport à l’année dernière. La valeur des importations, 4,7 milliards d’euros, a baissé de 6% sur la même période.
Le déficit est de 1,5 milliards d’euros depuis le début de l’année.
HS

Politique intérieure

Taxe sur les transactions financières

Le gouvernement divisé
La Finlande ne souhaite pas participer à la coopération renforcée pour développer une taxe sur les transactions financières. Le PSD, les Verts et l’Alliance des gauches considèrent que c‘est une erreur de ne pas y participer. Le PSD l’aurait souhaité afin de pouvoir promouvoir les questions essentielles pour la Finlande ainsi que les particularités finlandaises comme les fonds de pension.
Le Parti conservateur s’oppose à la taxe et le Parti suédois et les Démocrates chrétiens partagent cette opinion. Les conservateurs craignent que si la Suède n’adopte pas la taxe, des emplois disparaitront en Finlande.
Pour le PSD, il est gênant d’être parmi les pays qui s’y opposent car, d’habitude, la Finlande a toujours souhaité appartenir aux groupes qui prennent les décisions.
La confédération du secteur financier, le patronat EK et la Chambre de commerce sont satisfaits de la décision du gouvernement.
Yle a rapporté que le différend sur la question de la taxe était tel qu’il a engendré un risque d’éclatement de la coalition gouvernementale. Helsingin Sanomat relève que plusieurs ministres démentent les informations d’Yle. Selon plusieurs sources de HS, M. Katainen n’a pas évoqué une démission.
Mme Urpilainen a estimé qu’il ne faudrait pas dramatiser les différences d’opinion sur la taxe.
HS note que les présidents des partis partagent les mêmes inquiétudes sur la situation économique du pays. L’objectif est de mettre en place un programme afin de renforcer les finances finlandaises et la compétitivité de l’industrie.
HS/sam/A6, dim/A5

Pressions sur le gouvernement et doutes concernant la durabilité du programme gouvernemental
HS relève que des pressions pour des modifications pèsent sur le programme gouvernemental. Plusieurs partis de la coalition gouvernementale estiment qu’avec l’affaiblissement de la situation économique, les promesses et les objectifs ne sont plus réalistes.
M. Kataja, député conservateur, estime que l’objectif du gouvernement sera toujours de ralentir l’endettement, maîtriser le déficit et garder la meilleure notation (AAA) en matière de solvabilité. L’objectif d’améliorer le pouvoir d’achat ne se réalisera peut-être pas, selon lui.
M. Backman (PSD) relève que la croissance et l’emploi seront parmi les premiers objectifs.
HS/lun/A8

M. Heinäluoma souhaite un programme industriel
Le président du Parlement, M. Heinäluoma (PSD) s’est exprimé dans la presse régionale en faveur d’un programme de relance industrielle. Il souligne notamment que la Finlmande a besoin de chantiers navals.
Il souligne que la Finlande a besoin d’exporter et que pour cela il faut assurer une production d’énergie compétitive.
Kaleva

Fonds de pension

La capitalisation des fonds de pension a considérablement augmenté
La capitalisation des fonds de pension a augmenté cette année malgré l’insécurité de la conjoncture. Elle a augmenté de 10,8 milliards d’euros durant les neuf premiers mois de l’année en cours, soit de 8 %, alors que la croissance annuelle moyenne a été de 6,5 % depuis 2004.
La capitalisation totale des fonds s’élève actuellement à 147 milliards d’euros.
47,1 % de tous les placements sont des placements à taux d’intérêt, 42,3 % sont des placements en actions et 10,6 % des investissements immobiliers.
HS/sam/B13

Partis politiques

L’audience du Centre est en hausse
Selon Helsingin Sanomat, à la lumière d’un sondage sur l’audience des partis politiques publié par Yle, le Parti conservateur Kokoomus est encore le parti numéro un avec une popularité de 21,1 %. Il est suivi du PSD, 18,8 %, et du Centre, 18 %. Les Vrais Finlandais arrivent quatrième avec une audience de 16 %.
HS/lun/A6

Parlement

M. Heinäluoma souhaite continuer à son poste actuel
Helsingin Sanomat relève que le président du Parlement, le social-démocrate Eero Heinäluoma, ne s’intéresse pas d’un portefeuille ministériel lors d’un éventuel remaniement des ministres sociaux-démocrates au printemps prochain.
M. Heinäluoma annonce qui souhaite continuer à son poste actuel. A la question de savoir s’il intéresserait au poste de président, il a dit de soutenir le président actuel.
HS/dim/A5

Plus de crédits pour les routes dans le budget
La commission des transports du Parlement a décidé vendredi d’ajouter dans le budget 50,9 millions d’euros, dont 10 millions d’euros dans les crédits pour améliorer les routes et 3,4 millions prou les services de soutien aux familles. Cela fait partis des crédits appelés « cadeaux de Noël » que le Parlement peut ajouter dans le budget.
Le montant du budget s’élève à 54,5 milliards d’euros.
HS/sam/A6

Propos de M. Niinistö

Le président a été interviewé à la radio
Selon Helsingin Sanomat, le président Sauli Niinistö a répondu aux questions des auditeurs samedi à la radio. Il a souligné que le mauvais état de l’économie était dû aux erreurs effectuées dans la politique économique lors de la haute conjoncture. « One ne comprend pas que les bons temps ne vont pas continuer éternellement », selon M. Niinistö.
Selon le président, la dette finlandaise ne permet pas ou très peu de nouvelles mesures de relance
HS/dim/A5

Nucléaire

Dissensions sur la rentabilité du nucléaire
Helsingin Sanomat rapporte que Talouselämâ a publié les analyses de l’université technologique de Lapeenranta sur le nucléaire. Selon cette université, construire un réacteur à Pyhäjoki reviendrait, pour Fennovoima à 8,6 milliards d’euros au lieu des 4 à 6 milliards budgétisés dans le projet actuel.
Construire un réacteur sur un site déjà prévu pour cela reviendrait en revanche à 6,3 milliards d’euros.
Helsingin Sanomat souligne qu’il y a une grande différence entre ces prix : à 6 milliards c’est un investissement très rentable que de construire une centrale, à 8 milliards cela ne l’est plus.
Fennovoima a contesté les évaluations publiées dans Talouselämä.
Kauppalehti publie aussi une tribune signée de dirigeants de deux actionnaires de Fennovoima (Outokumpu et Vantan Energia) pour défendre le projet de Fennovoima.
HS KL KS

publié le 02/01/2013

haut de page