Décembre 2011

Vendredi 30 décembre 2011
Politique étrangère et européenne

Accord financier de l’UE

Propos de M. Stubb
Kaleva publie une interview du ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, qui estime que le gouvernement aura certainement la volonté d’adopter l’accord financier de l’UE du fait que tous les ministres souhaitent plus de rigueur budgétaire et des règles plus explicites concernant la politique économique.
Selon M. Stubb, le contenu de l’accord est marqué par la contribution finlandaise. La Finlande a œuvré pour cet accord tant au niveau politique tant qu’au niveau des fonctionnaires.
Concernant l’augmentation de l’euroscepticisme en Finlande, M. Stubb relève que la Finlande ne constitue pas une exception. La tendance est la même dans les autres Etats membres, selon lui.
Quant aux propos de M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, sur « le déclin de la préparation des questions européennes », M. Stubb rappelle que dans le contexte actuel de crise économique, on ne peut se payer le luxe de préparer les questions lors des conférences intergouvernementales qui durent des années. Pour M. Stubb, il est plus important de « se concentrer sur la substance que sur la procédure. »
M. Stubb est convaincu que l’eurogroupe arrivera à surmonter sa première crise importante. Il estime que les dirigeants devront faire preuve de sens de responsabilité et de courage afin de prouver qu’on ne peut réussir que par la voie de transparence, de l’ esprit international et par l’UE.
Kaleva/mer/6

Finlande – Russie

M. Stubb revient sur les possibilités qui s’ouvrent pour la Finlande en Russie
M. Stubb rappelle que l’adhésion de la Russie à l’OMC impliquera une stabilité et des règles et diminuera la corruption. Il encourage les entreprises finlandaises à sonder les possibilités en Russie. Il est convaincu que l’économie russe se modernisera et que l’environnement pour les investissements sera amélioré avec la participation de la Russie à l’OMC. Cela profitera aux entreprises finlandaises qui souhaiteront s’installer en Russie.
Kaleva/mer/6

Politique intérieure

Situation économique

Propos de M. Katainen à la veille du nouvel an
Le Premier ministre, M. Katainen, estime que les Finlandais auront des décisions difficiles à prendre dans le domaine économique, l’année prochaine. Il estime qu’il est approprié de faire la promesse de réaliser sans hésiter les décisions qui sont indispensables pour le maintien de l’Etat-providence finlandais.
L’objectif du gouvernement est de diminuer rapidement l’endettement au moyen des économies et des augmentations fiscales. Outre les mesures à court terme, il faut également des solutions de long terme afin de remédier aux problèmes des finances publiques, selon lui.
M. Katainen souligne qu’il faut prolonger les carrières professionnelles, améliorer la qualité de la vie professionnelle, réformer l’offre de la main d’œuvre, augmenter la productivité du secteur public et mettre en œuvre d’autres réformes structurelles.
L’objectif de maintenir l’Etat-Providence nécessitera également des mesures pour accélérer la croissance économique.
www.hs.fi

France

Politique

Génocide arménien
Helsingin Sanomat rend compte de l’adoption par l’Assemblée Nationale française de la proposition de loi concernant la pénalisation de la négation des génocides. HS relève que le projet a engendré un débat animé en France et de vives réactions des autorités et des médias turques.
HS/B3

France – Finlande

Littérature

Pilote de guerre
Turun Sanomat rend compte de la traduction en finnois de Pilote de guerre de Saint-Exupéry. Il s’agit du quatrième ouvrage de l’écrivain traduit en finnois.
TS/26

Cinéma

La cinémathèque gâtera les amateurs de films français ce printemps
Kansan Uutiset rend compte du cycle René Clair et d’une série de dix films choisis par Aki Kaurismäki, au cinéma Orion, ce printemps.
KU/34

Jeudi 29 décembre 2011
Politique étrangère et européenne

Confiance en la presse

Les Finlandais font le plus confiance à la presse en Europe
Selon un rapport de l’Eurobaromètre, les Finlandais ont plus confiance dans la presse écrite que les habitants d’aucun autre Etat membre de l’UE. 64 % des Finlandais interrogés pour cette étude sont confiants contre 35 % qui sont méfiants. Au niveau européen, 43 % des personnes en moyenne ont confiance dans la presse et 51 % s’en méfient.
Concernant la radio et la télévision, les chiffres sont également élevés, 78 % et 76 % respectivement, alors que 49 % des Finlandais ont confiance en internet.
31 % des Finlandais font confiance aux partis politiques contre 65 % qui s’en méfient. En Europe, seulement 14 % en moyenne des personnes font confiance aux partis politiques.
56 % des Finlandais ont confiance dans leur gouvernement contre une moyenne européenne de 24 %.
58 % des Finlandais font confiance à leur Parlement national, contre 44 % dans l’UE. 50 % des Finlandais se méfient de l’UE.
71 % des Finlandais défendent la monnaie unique contre 26 % qui s’y opposent. Au niveau européen, 27 % sont pour et 53 % s’y opposent.
Mille Finlandais ont été interrogés pour cette étude commandée par la Commission européenne.
HS/A12

Politique intérieure

Tempête

Les critiques visant les compagnies d’électricité augmentent
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, estime qu’il y a eu de gros problèmes et défauts dans la gestion des conséquences de la tempête, notamment concernant les compagnies électriques. Les connections téléphoniques et informatiques de ces groupes n’ont pas fonctionné, ce qui a compliqué l’information sur les coupures électriques.
Fortum a annoncé qu’il mettrait en place un service de messages sms dès printemps, afin de mieux informer ses clients des problèmes.
Au moins 50 000 ménages sont toujours privés d’électricité.
HS/A3

Présidentielle

M. Lipponen considère M. Niinistö comme un mythe
Selon Hufvudstadsbladet, M. Lipponen (PSD) estime que son rival à la présidentielle, M. Niinistö (Parti conservateur) manque de ligne claire en ce qui concerne les questions européennes. Pour lui, en tant qu’homme politique, M. Niinistö est un mythe, chose à laquelle les médias ont fortement contribué, selon lui.
M. Lipponen se considère comme « le réaliste parmi les candidats », notamment en ce qui concerne la politique européenne. Il souligne qu’il est dans l‘intérêt national de la Finlande de s’efforcer de contribuer à une solution de la crise de l’endettement et de maintenir l’UE unie.
Le scepticisme qui règne concernant l’UE vient, selon lui, du fait que pendant des années, il n’y avait pas de leadership proprement dit dans la politique européenne [de la Finlande]. Pour lui, il relève du Premier ministre et de l’ensemble de l’élite politique d’argumenter en faveur de l’UE. Il estime que personne ne connaît la ligne de M. Niinistö dans ces questions. Pour lui, il n’en dispose pas, il ne prend pas position concernant ces questions.
HBL/5

Attaques contre le site de M. Haavisto
Le site de M. Haavisto, Alliance verte, a subi d’attaques sous forme de messages inappropriés.
HS/A8

Elections municipales

Taux de participation
Uutispäivä Demari relève que selon un sondage effectué par l’Union des communes, le taux de participation aux élections municipales pourrait s’élever à 82 %. Traditionnellement, les Finlandais ont été bien moins actifs : en 2008, 61 % des électeurs finlandais se sont exprimés aux municipales.
Les personnes disposant d’un diplôme d’études supérieures, les personnes à des postes de dirigeant et les personnes de plus de 60 ans sont susceptibles de voter plus activement que les autres.
90 % des militants du Parti conservateur, du Parti suédois, du Centre et du PSD indiquent qu’ils iront voter, alors que ce chiffre est de 79 % concernant les sympathisants des Vrais Finlandais.
UD/3

Economie

Licenciements
Keskisuomalainen relève que selon les statistiques de la confédération des ouvriers, SAK, 10 000 personnes ont été licenciées cette année, contre 8700 en 2010. En 2009, ce chiffre était de 20 000. Avant la récession, en 2007, environ 5000 personnes étaient licenciées.
KS/17

Pauvreté

Problèmes financiers
650 000 ménages, soit un ménage sur quatre avait des problèmes financiers en 2010. Ce chiffre a augmenté de 50 000 par rapport à 2009.
Le Centre national d’études statistiques classe les difficultés en trois catégories. 17 % des ménages ont des petits problèmes concernant leurs factures, 5,2 % ont des difficultés et 3,2 % rencontrent de gros problèmes dans le règlement de leurs factures.
www.hs.fi

Ministère de l’Agriculture

Nomination
Mme Husu-Kallio, directrice de l’office national de sécurité alimentaire, Evira, a été désignée secrétaire générale du ministère de l’Agriculture à la succession de M. Vaittinen qui prendra sa retraite en février.
www.hs.fi

Mercredi 28 décembre 2011
Politique étrangère et européenne

Présidence danoise de l’UE

Editorial
L’éditorialiste du Hufvudstadsbladet estime que le Danemark aura un travail dur à la tête de l’UE pour trouver un équilibre dans une situation où l’UE est plus divisée qu’avant.
Elle rappelle que le Danemark s’inscrit parmi les Etats membres qui ont promis de soutenir les 17 membres de l’eurogroupe à sauver la monnaie unique.
HBL/16

Politique intérieure

Tempête

La tempête du 26 décembre a engendré des dégâts pour des dizaines de millions d’Euros.
170 000 foyers toujours sans électricité
Le vent souffle à la même puissance deux trois fois en dix ans
Jusqu’à 300 000 foyers ont subi des coupures d’électricité en raison des tempêtes des deux derniers jours, et environ 170 000 ménages manquent toujours d’électricité, surtout dans l’Est du pays. Dans le courant de la journée, pour la plupart des cas, la situation devrait être rétablie, selon les groupes électriques.
Les dégâts gênent la circulation des trains. Les chemins de fer mettent en place des bus pour remplacer des trains.
M. Partanen, directeur chargé du sauvetage au ministère de l’Intérieur, estime que les compagnies d’électricité devraient mieux informer leurs clients qui, à défaut de pouvoir contacter leur fournisseur d’électricité, ont appelé les services d’ urgence ce qui a engendré des encombrements. Même les autorités ont eu du mal de contacter les compagnies d’électricité.
Les compagnies d’assurances risquent d’avoir à payer des dédommagements s’élevant à des dizaines de millions d’euros.
Les problèmes au niveau des coupures de réseaux téléphoniques ont compliqué les contacts et l’information.
HS/A3-6

Editorial : La tempête a révélé l’importance du réseau téléphonique
L’éditorialiste du Helsingin Sanomat souligne la vulnérabilité même d’un pays développé devant les forces naturelles.
Compte tenu du changement climatique, il faut se préparer à des phénomènes extrêmes. L’essentiel serait d’assurer une bonne coopération entre les services de sauvetage et les compagnies d’électricité.
HS/A2

Température
Le lendemain de Noël était exceptionnellement doux en Finlande. A Helsinki, il faisait 9,9 ° C, ce qui a battu le record pour le mois de décembre datant de 2006.
HS/A6

Présidentielle

« L’écart diminuera au fur et à mesure que le jour de vote s’approchera » HBL
Selon un sondage effectué pour le compte de Hufvudstadsbladet, si M. Niinistö sera présent au deuxième tour, MM. Soini ou Haavisto constitueraient le plus grand menace pour lui.
Plus le taux de participation sera élevé chez les personnes âgées, plus cela profitera à M. Niinistö.
M. Paloheimo, professeur à l’Université de Tampere, estime que l’écart actuel entre M. Niinistö et les autres candidats se réduira d’ici les élections. Le fait que les personnes âgées préfèrent M. Niinistö dépend, selon lui, de sa longue expérience. L’expérience ne joue pas autant en faveur de M. Lipponen parce qu’’une grande partie des électeurs du PSD sont âgés et que pour ces gens-là, M. Lipponen est vu comme trop à droite. Il ne se distingue pas suffisamment de M. Niinistö, selon M. Paloheimo.
Si c’est MM. Soini, Haavisto ou Väyrynen qui est présent au deuxième tour avec M. Niinistö, ce serait la première fois qu’il n’y aurait pas de candidat de gauche au deuxième tour, rappelle M. Paloheimo.
HBL/2-3

Confiance en économie

La confiance des consommateurs et des entreprises a fléchi
La confiance des consommateurs en leurs finances ainsi qu’en l’économie nationale s’affaiblit. L’indice concernant cette confiance était de 13 en décembre 2010, de 1,5 en novembre cette année et de 0,4 actuellement.
14 % des Finlandais estiment que la situation économique de la Finlande s’améliorera en 2012, alors que 50% pensent le contraire.
Les attentes de la vie économique sont également plutôt pessimistes.
UD/3

Pauvreté

La pauvreté des Finlandais a doublé en vingt ans
Uutispäivä Demari relève que le taux de pauvreté des Finlandais a passé de 6 % en 1993 à 13,1 % en 2009.
L’évolution des petits revenus a été lente. Ce sont notamment les chômeurs et les retraités qui ne perçoivent que le minimum vieillesse qui entrent dans la catégorie des pauvres en Finlande.
UD/6

Population

600 000 habitants à Helsinki
La population de Helsinki frôle désormais les 600 000. Elle a augmenté de 7000 personnes cette année.
HS/A12

Vrais Finlandais

« M. Halla-aho abandonne Facebook » HS

Mardi 27 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

« Les Finlandais souhaitent garder l’euro » HS
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, 64 % des Finlandais estiment qu’il faut que la Finlande continue à participer à l’eurogroupe et garde la monnaie unique.
16 % des personnes interrogées estiment que la Finlande devrait rester dans l’UE mais quitter l’euro, et 12 % estiment que la Finlande devrait entièrement se séparer de l’UE.
Ces chiffres sont relativement stables depuis janvier 2011.
HS/mar/A9

Point de vue : « Vers une rigueur économique à l’allemande » KL
Kauppalehti publie un billet de Pia Seuguenot qui évoque la volonté de la France de s’engager dans une nouvelle rigueur économique. Mme Seuguenot estime que le tandem franco-allemand n’est pas seulement le moteur de l’Europe, c’est carrément devenu un véhicule à bord duquel les autres Etats membres sautent à pleine vitesse.
On peut se demander, selon l’auteur, si la France n’a pas déjà perdu sur les marchés une partie de sa souveraineté économique, face à des menaces de sanctions. Une rigueur – aussi « allemande » puisse-t-elle être à l’origine – et la voie d’une intégration économique plus approfondie semblent s’imposer, plutôt que d’être un choix.
KL/2

Politique intérieure

Election présidentielle

Candidats et leurs idées concernant les menaces
Helsingin Sanomat relève que les candidats présidentiels évoquent les catastrophes naturelles, le risque de l’exclusion sociale ainsi que les soucis engendrés par la crise économique parmi les menaces les plus importantes pour la sécurité finlandaise.
M. Haavisto estime que la division des finlandais, en raison de l’exclusion sociale, représente la menace la plus importante. Parmi les catastrophes touchant l’environnement, il relève que les transports pétroliers et du matériel nucléaire constituent un risque. Il évoque également l’éventualité de flux de réfugiés engendré par des conflits ou des bouleversements naturels.
M. Niinistö, quant à lui, considère le changement climatique et l’épuisement des ressources naturelles comme la plus grande menace. Le déclenchement d’une atmosphère de protestation en raison de la situation politique et démocratique dans les pays occidentaux constitue un autre risque, pour lui, ainsi que l’aggravation d’un fossé entre différentes confessions et groupements, au niveau mondial.
Outre les risques pour l’environnement, M. Soini considère l’éventualité que la Finlande se retrouve pris en étau dans un différend entre la Russie et l’OTAN comme une menace. Il évoque également le risque d’une guerre nucléaire lié au terrorisme ou à un accident.
Pour Mme Biaudet, l’atmosphère de haine intérieure qui ronge la société constitue une menace, ainsi que la crise économique et les conflits engendrés par les problèmes environnementaux.
M. Lipponen considère le risque d’une guerre au Proche-Orient comme la menace la plus importante. Pour lui, il s’agit surtout de suivre de près l’Iran. Deuxièmement, il souligne l’importance de veiller à l’intégrité de la société afin de prévenir la montée de phénomènes d’extrême. Une troisième menace pour lui est constituée par l’éventualité d’une dissolution de l’UE et un retour dans le passé. Il considère que l’UE aide la Finlande à favoriser les bonnes relations entre l’UE et la Russie. Une désunion de l’UE pourrait rendre la Finlande plus exposée à une manipulation des grandes puissances.
Sans mettre les menaces en ordre d’importance, Mme Essayah souligne l’entretien d’une confiance dans la société. Elle évoque les cyber-attaques, à l’instar de M. Arhinmäki.
Pour M. Väyrynen, le durcissement des relations entre la Russie et l’OTAN représente la seule menace.
HS/mar/A6

Les candidats – à l’exception de M. Niinistö – privilégient les droits de l’homme avant le commerce
Hufvudstadsbladet relève que les candidats présidentiels sont d’accord sur le fait que les questions des droits de l’homme sont prioritaires par rapport au commerce lors des déplacements à l’étranger du Président. Seul M. Niinistö, candidat conservateur, estime que le commerce peut être prioritaire.
HBL/mar/5

M. Lipponen privilégie la gestion de la politique étrangère
Uutispäivä Demari relève que M. Lipponen, candidat social-démocrate, estime qu’un Président doit être « économique » en ce qui concerne ses attributions et ne pas trop intervenir dans les acticités du Parlement et du gouvernement, afin de soutenir la démocratie parlementaire.
Pour lui, le Président ne devrait pas laisser ses autres tâches gêner la gestion de la politique étrangère, domaine dans lequel le président dispose toujours de véritable pouvoir.
UD/1

Présidence

« Mme Halonen a bien géré les relations avec les dirigeants russes » UD
Uutispäivä Demari relève que selon M. Kivinen, chercheur à l’Institut Aleksanteri, un domaine important du mandat de Mme Halonen comme Présidente a été la gestion des relations avec la Russie et ses dirigeants et qu’elle y a bien réussi.
Durant les deux mandats de Mme Halonen, la Russie s’est renforcée par rapport à la situation à l’époque de M. Ahtisaari, alors que M. Eltsine dirigeait la Russie.
M. Kivinen souligne que dans le contexte européen, Mme Halonen est consciente du fait que la Finlande dispose de sa propre politique bilatérale concernant la Russie et que le Président finlandais se concentre en particulier sur les questions russes.
UD/2

Energie

« Le retard de Olkiluoto 3 tiendra les centrales à charbon en marche » TS
Turun Sanomat relève que le marché électrique s’est sorti mieux que prévu du retard de plusieurs années de la fin des travaux d’Olkiluoto 3. La situation économique a fait que la consommation électrique n’a pas augmenté autant que prévu.
La capacité qu’aurait proposée Olkiluoto 3 a été remplacée par le charbon et par les importations.
Selon M. Leskelä, directeur de l’Industrie énergétique, il serait inquiétant que la demande augmente rapidement en Finlande et en Suède, en même temps, et qu’il y ait des reports de livraison. Il relève que jusqu’en 2014, date à laquelle le nouveau réacteur nucléaire devrait être en marche, le fonctionnement du marché électrique dépendra de l’évolution économique ainsi que de la disponibilité de l’énergie hydraulique.
TS/24.12/19

Retraite

Un nombre record de départs à la retraite en 2012
Uutispäivä Demari relève qu’environ 77 000 Finlandais partent à la retraite en 2012, ce qui fait 5000 personnes de plus que cette année. En 2009, il y en avait 80 000.
Après 2012, le nombre des départs devrait diminuer radicalement. Pendant les 25 à 30 ans à venir, plus de personnes quitteront la vie active qu’il n’en entrera.
UD/6

France – Finlande

Cirque

Invités français au festival de cirque à Tampere
Turun Sanomat relève que deux troupes françaises se produiront lors du festival Circus Ruska à Tampere, à la fin janvier. Il s’agit de Compagnie Morosof et de Cirque Aïtal, ainsi que de troupe franco-suédoise Magmanus.
Le festival de tiendra les 27 et 28 janvier.
TS/24.12/25

Vendredi 23 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Transit de missiles

Les missiles ne sont plus à bord de cargo Thor Liberty
Les autorités ont annoncé hier avoir arrêté le capitaine ukrainien et un autre responsable de l’équipage de Thor Liberty sur lequel ont été découverts 69 missiles Patriot ne provenance d’Allemagne.
Yle rapporte que les douanes ont saisi les missiles et tous les conteneurs de missiles ont été stockés par les forces armées. Les explosifs seront transférés dans des conteneurs ultérieurement.
La Finlande nécessite une autorisation préalable à tout transit d’armes et de matériel militaire. Le sort de missiles dépend de l’enquête ouverte par la police et les douanes.
Yle, HS

L’Allemagne a vendu les missiles à la Corée du Sud
Turun Sanomat relève que selon son correspondant en Allemagne, Risto K. Tähtinen, l’armée allemande a vendu les missiles, saisis au port de Kotka, à la Corée du Sud et qu’il s’agit d’une vente légale.
Selon le responsable des communications au ministère allemand de la défense, le lieutenant-colonel Holger Neumann, il s’agit d’un accord intergouvernemental entre l’Allemagne et la Corée du Sud. Toutes les autorisations auraient été délivrées quand le cargo Thor Liberty a embarqué la cargaison au port allemand d’Emden. Selon le lieutenant-colonel Neumann, les missiles sont la propriété de la Corée du Sud qui est responsable du transport. Les Allemands n’ont pas voulu donner des informations sur l’âge ou le nombre de missiles.
TS/14

Le cargo a été dans une tempête
Helsingin Sanomat rapporte que le cargo Thor Liberty est arrivé dans les eaux territoriales de la Finlande le vendredi 9 décembre. En raison d’une tempête sévère, il a dû demander l’aide d’un pilote finlandais pour arriver en sécurité au port de Nötö où il est resté deux jours. Thor Liberty est arrivé au port de Kotka le 13 décembre.
HS/A5

Politique intérieure

Election présidentielle

Quatre candidats se battent pour arriver au second tour avec M. Niinistö
Selon un sondage effectué pour le compte du tabloïd Ilta-Sanomat, quatre candidats, MM. Timo Soini (11 %), Paavo Väyrynen (11 %), Paavo Lipponen (9 %) et Pekka Haavisto (9 %) se battent pour arriver au second tour de l’élection présidentielle avec M. Sauli Niinistö (51 %).
Selon ce sondage, effectué par l’institut MC-Info, M. Paavo Arhinmäki aurait 4 % des voix au premier tour, Mmes Eva Biaudet et Sari Essayah 3 % chacune.
Le sondage a été effectué entre le 15 et le 20 décembre auprès de mille Finlandais.
IS

Mme Ahtisaari se déclare favorable à la candidature de Mme Biaudet
Selon Helsingin Sanomat, Mme Eeva Ahtisaari, épouse du président Martti Ahtisaari, a déclaré jeudi qu’elle soutenait la candidature de Mme Eva Biaudet à l’élection présidentielle.
HS note qu’on ignore qui est le favori de M. Ahtisaari.
HS/A6

Nucléaire

Editorial sur le retard d’Olkiluoto-3
Turun Sanomat consacre un bref éditorial au retard de la mise en service du réacteur EPR d’Olkiluoto. « Le troisième réacteur d’Olkiluoto aurait dû produire de l’électricité déjà pendant deux ans et demi. Au lieu de quatre ans, le projet prendra presque dix ans si le calendrier annoncé mercredi est exact. Le retard est essentiellement dû au système d’automation. Dans une centrale nucléaire, la sécurité est toujours plus importante que le calendrier, mais les retards coûtent cher au fournisseur et à sa crédibilité », écrit Turun Sanomat.
Teollisuuden Voima a annoncé mercredi qu’Olkiluoto-3 sera retardé à août 2014.
TS/2

Jeudi 22 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Transit de missiles

Saisie de 69 missiles Patriot au port de Kotka
Helsingin Sanomat relève que selon la ministre de l’Intérieur, Mme Päivi Räsänen, la police et les douanes ont saisi 69 missiles sol-air Patriot à bord d’un cargo, arrivé au port de Kotka (à 120 km à l’est de Helsinki) il y a une semaine.
Selon un communiqué de la police, publié jeudi, le cargo M/S Thor Liberty, battant pavillon d’île de Man, appartenant à une compagne allemande, est arrivé au port de Mussalo à Kotka en provenance d’Allemagne et a été en route pour le port de Shanghai. Selon Mme Räsänen, les missiles auraient été en route pour la Corée du Sud et les explosifs pour Shanghai.
69 missiles Patriot, 159 kg d’explosifs et des charges propulsives ont été découvertes dans le cargo. Les dockers ont d’abord découvert que les explosifs n’ont pas été mis en conteneurs d’acier comme il faut. Les autorités ont ensuite ouvert un des conteneurs scellés où ils ont trouvé des missiles.
La cargaison n’a pas eu l’autorisation pour le transit, exigée par la législation finlandaise. La police et les douanes ont ouvert une enquête pour crime lié à l’exportation illégale du matériel militaire.
Mme Räsänen estime que le transport des explosifs vers la Chine pourrait continuer. Aucune décision sur le sort des missiles n’a été prise.
HS/A3&A5

MAE

Nominations
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement propose aujourd’hui à la présidente, Mme Halonen, la nomination de M. Hannu Himanen, actuel représentant permanent de Finlande à Genève, au poste d’ambassadeur à Moscou, en remplacement de M. Matti Anttonen, à partir du début mai 2012.
HS/A10

Politique intérieure

Parlement

Le Parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement s’est réuni mercredi en dernière séance plénière avant Noël. Les derniers votes sur le budget ont eu lieu, ainsi que le vote de confiance. Le parlement a renouvelé sa confiance au gouvernement par 117 voix contre 71. Dix députés se sont abstenus.
La pause hivernale du Parlement durera environ six semaines et les députés se réuniront en séance plénière pour la prochaine fois le lundi 6 février, le lendemain du second tour de l’élection présidentiel. L’ouverture solennelle de la Diète aura lieu de mardi 7 février.
HS/A13

Parti du centre

Un tiers des centristes sont pour Mme Kiviniemi
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué pour le compte de la MTV3, chaîne commerciale, seulement 36 % des centristes sont favorables à la réélection de Mme Mari Kiviniemi à la tête du Parti du centre au congrès de l’été prochain. 14 % sont favorables à M. Tuomo Puumala, vice-président du parti, 10 % pour M. Mauri Pekkarinen, député et ancien ministre, et 9 % pour Mme Riikka Manner, parlementaire européenne.
42 % sont satisfaits de la candidature présidentielle de M. Väyrynen.
HS/A10

Nucléaire

Olkiluoto-3 prêt en 2014
Selon Helsingin Sanomat, Teollisuuden Voima a annoncé mercredi qu’Olkiluoto-3 ne sera pas prêt avant août 2014. Selon le calendrier précédent, l’unité aurait dû être prêt fin 2013.
HS/B7

Mercredi 21 décembre 2011

Politique européenne et étrangère

Arabie saoudite – Finlande

Vente d’armes
Editorial : « Les droits de l’homme à vendre » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet regrette que l’avis du ministère des Affaires étrangères n’ait pas pesé lourd lorsque la décision d’autoriser la vente d’armes en Arabie saoudite a été prise.
La majorité des ministres ont choisi de favoriser l’emploi dans un contexte de mauvaise conjoncture aux dépens de conventions internationales. Le message du gouvernement est de privilégier les relations commerciales par rapport aux droits de l’homme.
HBL/18

Durban

Les centristes critiquent le ministre de l’Environnement
Le Parlement a débattu, hier, des crédits du ministère de l’Environnement, et les centristes ont encore accusé le ministre de l’Environnement Ville Niinistö d’avoir mal géré les négociations de Durban.
M. Pekkarinen estime que les décisions de Durban « n’étaient pas héroïques » et M. Leppä se doute des promesses de l’UE dans le sens de répartition égale de la charge.
M. Niinistö souligne qu’à Durban, il s’agissait de savoir si la Finlande allait faire échouer l’accord international. C’est le choix que la Finlande avait à faire. Si la ligne de M. Pekkarinen s’était réalisée, la réputation de la Finlande serait perdue.
Les partenaires gouvernementaux des Verts ont souhaité que l’on laisse M. Niinistö travailler en paix.
Aamulehti relève que Mme Haunia, principale négociatrice à Durban, est convaincue que la situation « injuste » de la Finlande pourra être compensée au niveau européen. Elle relève que l’UE a soutenu la Finlande dans ses exigences et souligne que personne n’a souhaité que cela finisse mal pour la Finlande.
HS/A6, AL/B22

Crise de l’euro

Le ministère des Finances prévoit une croissance de 0,4 % pour 2012
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, estime que l’on ne pourra certainement pas éviter les coupes de dépenses et les augmentations fiscales en 2012. Son ministère estime que la confiance des consommateurs à l’économie a rapidement affaibli. La croissance économique risque d’être très modeste : 0,4 %. A l’automne, le ministère avait encore prévu une croissance de 1,8 %.
Afin de maîtriser l’endettement, il faudrait des coupes et des durcissements fiscaux de plusieurs milliards d’euros. M. Sasi, président de la Commission de l’Economie, estime que « cinq milliards serait optimal, mais trois milliards serait un objectif réaliste ».
Le gouvernement évoquera la situation économique ce soir.
HS/A5

Décès du Président Havel

Mme Halonen assistera aux obsèques
Uutispäivä Demari relève que la Présidente, Mme Halonen, assistera aux obsèques de M. Havel à Prague, vendredi.
UD/11

Politique intérieure

Situation d’emploi

Le taux de chômage a continué à diminuer en novembre
Hufvudstadsbladet relève que malgré les prévisions économiques de plus en plus sombres, les chiffres concernant le chômage sont plus rassurants. En novembre, il y avait 20 000 chômeurs de moins qu’à la même époque en 2010.
Le taux de chômage est de 6,2 % par rapport à 7,1 % en 2010
HBL/4

Défense

L’audience d’une adhésion à l’OTAN a chuté
Helsingin Sanomat relève que, selon un sondage sur l’audience de l’OTAN effectué en décembre pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, la popularité d’une adhésion à l’OTAN a chuté de façon dramatique depuis un an et demi. 68 % des Finlandais s’y opposent et seuls 16 % sont favorables à une adhésion et 16 % sont indécis. Encore en mars 2010, 26 % des personnes interrogées ont été favorables et 56 % se sont opposées à une éventuelle adhésion.
Pendant la guerre d’Irak en 2003, l’OTAN a été aussi impopulaire qu’en ce moment.
86 % des partisans de l’Alliance des gauches s’opposent à une adhésion. Chez les conservateurs, les avis ont changé et 54 % s’opposent à l’OTAN en ce moment.
Mme Teija Tiilikainen, directrice de l’UPI, institut de relations internationales, souligne que les candidats présidentiels n’ont pas voulu vraiment évoquer l’OTAN dans la campagne électorale. La période où le sondage a été effectué a été calme en politique étrangère.
M. Jyrki Iivonen, directeur de la communication au ministère de la Défense, rappelle que la guerre d’Irak avait eu un effet important sur les avis des Finlandais. En ce moment, il n’y a pas d’un seul conflit international en cours. M. Iivonen estime aussi que la crise de l’euro a un effet, ainsi que l’attitude générale critique à l’égard de la coopération militaire. « Les opérations de maintien de la paix n’ont pas été populaires ces dernières années. »
HS/A3 &A6

Point de vue
M. Marko Junkkari, chef du service étranger de Helsingin Sanomat, estime que les politiciens favorables à l’OTAN sont coupables de l’augmentation de l’opposition à l’alliance militaire. Une éventuelle adhésion à l’OTAN fait partie du noyau dur des pouvoirs du président mais la question a à peine été évoquée lors des débats présidentiels. Les candidats présidentiels qui sont favorables à une adhésion ne le disent pas à haute voix.
HS/A6

Propos de M. Wallin
Dans un billet publié dans Turun Sanomat, le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, déplore la qualité du débat finlandais sur l’OTAN. Il souligne que 94 % des citoyens de l’Union européenne habitent dans les pays qui sont membres de l’OTAN. « Ces pays se préparent donc à répondre aux défis de sécurité ensemble. »
TS/2

Circoncisions

La ministre compte évoquer les circoncisions au gouvernement
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson, a l’intention de commander une étude sur l’éventuelle nécessité d’une loi sur la circoncision en Finlande, parce que la situation n’est pas claire du point de vue juridique. La ministre compte évoquer la question au comité interministériel des affaires sociales et de la santé.
Mme Guzenina-Richardson évoquera aussi les circoncisions avec son collègue suédois en janvier prochain. La Suède est le seul pays à avoir une loi sur les circoncisions non médicales.
HS/A8

France - Finlande

Littérature

Houellebecq
Aamulehti publie une critique de la traduction finnoise de La carte et le territoire.
AL/B27

Mardi 20 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Politique européenne - Crise de la dette

« L’élève modèle est devenu un râleur » TS KS Kaleva
STT estime que l’année qui s’écoule aura vu la transformation de la Finlande d’élève modèle de la classe européenne en élève récalcitrant qui a exigé des garanties de la Grèce, s’est opposé à l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace schengen et, dernièrement, s’est opposé au passage des décisions du MES à la majorité qualifiée.
Ni le parti conservateur ni le PSD n’admettent pourtant de changement dans la politique européenne de la Finlande.
Le parti conservateur craint toutefois que l’attitude récalcitrante ne devienne la nouvelle politique européenne de la Finlande.
Le PSD pour sa part estime que les nœuds qu’il aura fallu résoudre ces derniers mois viennent en réalité de la politique menée par le précédent gouvernement.
Le président du groupe parlementaire du parti conservateur, M. Vapaavuori estime qu’il faudrait réfléchir à quelles sont les priorités nationales qui valent la peine que la Finlande fasse obstruction. « Pendant longtemps ont débattait de l’intérêt d’être l’élève modèle. Maintenant on a franchi le pas. On veut désormais être récalcitrant sur tous les sujets », regrette-t-il. Il souhaite que l’on y réfléchisse. Selon lui, pour le MES, l’unanimité doit être requise pour l’abondement du mécanisme mais pas pour l’utilisation des fonds.
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman, regrette que la Finlande n’a pas eu une politique européenne active lors des deux précédentes législatures, soit depuis les gouvernements Lipponen. En effet, du temps de M. Lipponen, la Finlande était capable de peser lors de la préparation des projets européens avec les grands Etats membres. « Puisque l’on pouvait influencer les projets européens, on n’avait plus besoin de s’opposer à des initiatives ou d’exiger des changements », estime-t-il. Selon lui, c’est un hasard si la Finlande s’est opposée à nombre d’initiatives européennes cette année. Concernant le MES, il estime lui aussi que « la solution sera trouvée de telle manière que la Finlande pourra, en arguant de sa constitution, maintenir la possibilité de décider elle-même de ses engagements budgétaires et qu’il n’est pas possible que les autres Etats membres le fassent pour elle » ; Il ne souhaite pas se prononcer à ce stade sur la question de l’utilisation ensuite des fonds par le MES.
TS KS

Point de vue : « La constitution n’empêche pas toutes les décisions au MES à la majorité qualifiée » TS
Le chercheur Janne Salminen estime que la constitution finlandaise n’empêche pas le parlement d’accepter, à la majorité simple, le passage de certaines décisions au MES à la majorité qualifiée. C’est pourquoi il convient dans le texte final de bien préciser l’étendue et la procédure de déclenchement de la procédure d’urgence au MES.
TS

Corée du Nord

Propos de M. Tuomioja et de Mme Halonen sur le décès de Kim-Jong il
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que le leader du Corée du Nord ne manquera sans doute à personne. Selon lui, la réaction immédiate pourrait être un durcissement du pouvoir en place, dans la crainte d’une incertitude.
M. Tuomioja souhaite des réformes et n’exclut pas la possibilité de l’ouverture de la Corée du Nord. Un changement serait indispensable surtout pour que le peuple coréen ne souffre plus de famine.
Il rappelle que le pays est tellement fermé qu’il a été très difficile de savoir qui y a exercé le véritable pouvoir.
Pour lui, il faut soutenir la Corée du Nord si elle est prête à des réformes. L’instabilité dans cette région a été une menace constante pour la paix dans le monde. Il rappelle que des changements ont eu lieu à Myanmar aussi.
La Présidente, Mme Halonen, souhaite qu’avec un nouveau leader, la Corée du Nord puisse connaître de nouvelles idéologies et habitudes, telles que la démocratie et les facteurs qui y sont liés. Pour elle, il est mieux de distinguer ces deux choses, un décès en soi comportant toujours du chagrin et un sentiment de perte.
M. Kiljunen, ancien député social-démocrate, estime que tôt ou tard, le système changera dans ce pays. Il ne pense toutefois pas que cela puisse arriver prochainement.
HS/B2, UD/1, 10-11

Durban

La Finlande et l’UE envisagent des négociations sur des compensations des frais engendrés par l’accord de Durban
La Finlande et la Commission européenne entameront, en janvier, les négociations sur la compensation des frais engendrés pour la Finlande par l’accord climatique conclu à Durban. Le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, s’en est mis d’accord avec la commissaire au climat Connie Hedegaard.
Selon M. Niinistö, l’UE a promis de revoir à l’occasion de la répartition de la charge climatique au niveau européen le coût qui sera engendré pour la Finlande du fait que les forêts en tant que puits de carbone ne pourront plus être considérées comme une compensation de la diminution de leur superficie.
Mme Hedegaard constate qu’il s’agit d’évoquer la façon dont l’accord sera mis en place en Europe.
KS

Maintien de la paix

La Finlande s’active dans deux domaines au Proche Orient
Le quotidien Keskisuomalainen évoque dans son éditorial l’activisme des finlandais au Proche Orient, l’un positif, l’autre négatif.
La participation des Finlandais à l’opération de maintien pour la paix de la Finul est une bonne chose, par contre la vente d’armes à l’Arabie-Saoudite, marquant également un intérêt des Finlandais dans la région, est beaucoup plus contestée.
Le quotidien note que lorsqu’on convoite une place au sein du conseil de sécurité de l’ONU, la présence d’armes finlandaises utilisées contre un peuple qui revendique ses droits ne sera pas certainement pas bien vue.
KS17.12/2

Les Finlandais en route vers une région dangereuse
Le quotidien Kaleva note que les activités de maintien pour la paix n’existent plus dans le sens traditionnel du terme et que les représentants de l’ONU parlent d’activités d’une quatrième génération de maintien de la paix.
Il rappelle que les Finlandais vont envoyer des soldats dans une région extrêmement difficile.
KA18.12/11

Vols de la CIA

Il n’est pas exclu que les contrôles des vols suspects n’aient pas été effectués
Les autorités frontalières et douanières ne disposent pas d’information écrite sur le fait de savoir si les vols soupçonnés d’être ceux de la CIA ont subi des contrôles en Finlande. Normalement, les passeports sont contrôlés dans le cas où la destination d’un vol est en dehors de l’espace Schengen. En cas d’escale pour le ravitaillement ou pour une autre mesure technique, les passeports ne sont toutefois pas contrôlés.
Ces contrôles ne sont enregistrés en Finlande que depuis 2010.
Kaleva

Politique intérieure

Election présidentielle

M. Niinistö est prêt à enlever le droit de grâce du président
Selon Helsingin Sanomat, M. Niinistö est le seul candidat présidentiel qui est prêt à enlever le droit de grâce du président. « Le président prend les décisions sur proposition de la Cour suprême. Le droit de grâce devrait être transféré à cette cour », a répondu M. Niinistö.
Le président n’utilise pas souvent ce droit. En 2008-2010 il y avait de 100 à 160 demandes par an et en moyenne 17 ont été approuvées annuellement.
HS/A6

Economie

Des difficultés en perspectives en 2012
La réunion informelle du gouvernement, demain soir, informera les ministres en vue des cadrages budgétaires qu’il faudra préparer au printemps. Les hauts fonctionnaires des Finances vont leur présenter de sombres perspectives budgétaires sous le thème : « l’économie publique finlandaise ». Aucune décision ne sera toutefois prise alors.
Les décisions seront prises en mars lorsque le gouvernement décidera du cadre budgétaire des quatre prochaines années.
Les prévisions de croissance ont été revues à la baisse (04% pour 2012 selon la banque de Finlande).
La Banque de Fin lande souhaite que le gouvernement décide de mesures visant à assainir les finances publiques et portant sur 4,5 à 5 milliards d’euros dès l’année prochaine pour éviter que le niveau de la dette publique dépasse la limite de 60% du PIB dès 2015. Le gouvernement n’avait jusqu’à présent tablé que sur des mesures portant sur la moitié, soit 2,5 milliards d’euros.
Le premier ministre Jyrki Katainen partage le point de vue de la banque de Finlande. C’est finalement le PSD qui est en position décisive tant il s’est opposé jusqu’à présent à tout relèvement général de la TVA. En effet, un point de TVA rapporterait 700 millions d’euros dans les caisses de l’Etat.
KS

Ministères

Un groupe de travail va étudier la fusion des ministères
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre de l’Administration et de communes, Mme Henna Virkkunen, a désigné un groupe de travail pour étudier une éventuelle fusion de tous les ministères. Le groupe de travail est présidé par M. Timo Lankinen, sous-secrétaire d’Etat à la chancellerie du Premier ministre.
Mme Virkkunen et la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, estiment que les ministères travaillent trop séparément et veulent rendre plus efficace toute l’administration centrale.
HS/A6

Imposition

La crise de l’endettement a arrêté l’allègement de la fiscalité sur les revenus salariaux
Helsingin Sanomat relève que selon une comparaison internationale, la fiscalité concernant les petits salaires est moins dure en Finlande qu’ailleurs en Europe. Pour des revenus annuels de 25 000 euros, les Finlandais sont imposés 2,4 points de moins.
Par contre, concernant les revenus plus importants, la fiscalité finlandaise est plus sévère. L’impôt sur des revenus annuels de 59 000 euros est de 2,8 points de plus en Finlande qu’en moyenne ailleurs.
HS/B8

Occupy Helsinki/Turku

Les autorités ont mis fin à la manifestation à Turku
Helsingin Sanomat relève que les autorités de la ville de Turku ont mis fin hier à la manifestation des militants exigeant plus de démocratie et de débat. La manifestation a duré plus de deux mois.
Les militants d’Occupy Helsinki restent toujours sous des tentes.
HS/A5, C6

Circoncisions

Le procureur exige une peine avec sursis aux parents de deux garçons circoncis
Helsingin Sanomat rapporte que le procureur exige une peine avec sursis pour les parents de deux garçons musulmans, de 7 et 12 ans, qui ont été circoncis à leurs domiciles en 2009 et 2010. La personne ayant effectué les opérations est accusée de coups et blessures. Il n’est pas médecin et n’a pas le droit d’agir dans le domaine de la santé en Finlande. Le garçon de 12 ans a dû s’absenter de l’école pendant un mois en raison d’une inflammation grave.
HS/A5

Turku, capitale culturelle de 2011

L’année culturelle a surpris les sceptiques
Selon Helsingin Sanomat, l’année culturelle à été un succès à Turku. Environ deux millions personnes ont suivi les 5 000 évènements, dont 70 % n’ont pas été payants. Le budget total s’est élevé à 50 millions d’euros.
HS/C3

Lundi 19 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

M. Tuomioja considère les décisions prises au Conseil européen comme une crise de la démocratie
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, regrette l’état lamentable de la préparation des questions au sein de l’UE. Pour lui, l’Allemagne et la France dictent aux autres comment gérer les choses. « La Commission européenne est entièrement mise de côté. Deux grandes puissances improvisent des prises de position avec leurs leaders de droite et les servent à l’ensemble de l’UE », regrette le ministre.
M. Tuomioja se dit particulièrement confus concernant le nouvel objectif de déficit. « Aucun débat n’a précédé la décision sur cette exigence. C’est la crise de la démocratie », dit-il. Pour lui, personne n’a une idée claire sur ce qui a été décidé.
HS/sam/A6

Critiques contre le parlement
L’ancien premier ministre Matti Vanhanen estime que le Parlement finlandais a tort d’exiger l’unanimité pour les décisions du MES. Selon lui, il aurait fallu promouvoir « une majorité qualifiée bien moins élevée que prévu actuellement afin qu’aucun Etat, pas même l’Allemagne, n’ait de droit de veto. ». M. Vanhanen regrette qu’un faible nombre d’Etats puisse s’opposer à des décisions, ce qui conduit les Etats à imposer des conditions et suscite la méfiance des marchés.
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Liikanen estime lui aussi que l’exigence de décisions prises à l’unanimité rend plus difficile la prise de décision dans le MES. Il estime que les Etats doivent s’arroger le pouvoir d’abonder le MES mais que pour l’utilisation des fonds, il faut abandonner l’unanimité qui ralentit la prise de décision en période de crise.
M. Liikanen a aussi pressé le gouvernement de prendre un nouveau plan de rigueur au plus tard en mars et de relever l’âge de départ à la retraite.
HS

Les pensions aident la Finlande à respecter les critères du pacte de stabilité
Helsingin Sanomat rappelle que la Finlande est un des rares Etats à remplir les critères du pacte de stabilité et de croissance. Une des raisons en est que le système de pensions de retraite est inclus dans le secteur public et y a apporté un important excédent équivalent à 3% du PIB, soit environ 5 milliards d’euros. Dans d’autres pays, comme les Pays-Bas, la Suède ou le Danemark, les pensions de retraites ne sont pas inclues dans le secteur public mais dans le secteur privé.
HS

Editorial : « La Commission a désormais un important soutien » HS
Helsingin Sanomat estime que, après s’être opposé à un rôle de la Commission dans le contrôle et les sanctions concernant les déficits excessifs, « de manière surprenante, le Président Sarkozy a proposé avant le dernier conseil européen, comme s’il l’avait lui-même inventé, que l’initiative des procédures de déficit excessifs revienne à la commission et que seuls les Etats membres, à la majorité qualifiée puissent s’y opposer ». « Pour un petit Etat, un tel revirement est positif car la Commission est mieux-venue et plus neutre pour assurer la discipline budgétaire que les Etats membres eux-mêmes », estime HS.
HS

Pédophilie

Une opération européenne conduit à des arrestations
La police finlandaise a arrêté 17 personnes soupçonnées de recel et diffusion de matériel pédophile. Les arrestations s’inscrivent dans le cadre d’une opération commune au niveau européen. Au total, 260 arrestations relevant de cette coopération ont eu lieu.
HS/sam/A6

Russie – OMC

« M. Stubb encourage les entreprises à viser le marché russe » KS
M. Stubb encourage les entreprises finlandaises à exporter leurs produits en Russie. Il relève que 600 entreprises finlandaises exportent en Russie alors qu’il y en a 14 000 au total qui font des exportations ailleurs.
KS/16.12/17

Russie – Finlande

La Finlande est la première destination des touristes russes
Helsingin Sanomat relève que le consulat de Finlande à Saint-Pétersbourg délivrera un nombre record de visas cette année. Il s’agira de délivrer un million de visas par rapport à 750 000 en 2010. Les Russes effectuent quatre millions de voyages en Finlande cette année. Entre le 2 et le 4 janvier, jusqu’à 50 000 Russes pourraient traverser la frontière. Les gardes-frontière finlandais ne pourront pas partir en congé à cette époque-là.
HS

Exportations finlandaises

Les téléphones mobiles en baisse, le papier et la pâte à papier augmentent en importance
Helsingin Sanomat relève que depuis que les exportations des téléphones mobiles ont chuté, les produits exportés consistent de plus en plus souvent en carburants et produits de l’industrie forestière.
Les exportations s’élèvent à 52,9 milliards d’euros. Elles représentent 28 % du PIB.
Les partenaires les plus importants sont la Suède, l’Allemagne et la Russie.
Les produits d’exportation les plus importants sont produits par Neste Oil, Nokia, Outokumpu, Stora Enso, UPM, Metsäliitto, ABB et Metso.
HS note que les exportations des téléphones mobiles s’élevaient à 6,5 milliards d’euros il y a cinq ans, contre 1,8 milliards en 2010. Nokia a délocalisé une grande partie de sa production et les prix ont diminué. Les téléphones représentent 14 % des exportations, contre 34 % il y a cinq ans.
La part du bois transformé s’élève à 40 % des exportations, contre 30 % il y a cinq ans. Concernant les produits de l’industrie forestière, le bois, l’énergie et la main d’œuvre sont finlandais.
HS/dim/E2

Innovation

Trois entreprises finlandaises se situent parmi les cent plus innovantes
Selon la liste établie par la publication américaine REd Herring, trois entreprises finlandaises se situant parmi les cent entreprises techniquement les plus innovatrices du monde. Il s’agit de Beneq, Footbalance System et Microtask.
HBL/sam/7

Politique intérieure

Election présidentielle

Selon HS, M. Niinistö encore en tête
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage d’opinion effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, l’audience de M. Niinistö, conservateur, reste à un niveau élevé, à 43 % (+ 2 % par rapport à novembre), mais il y a une baisse de 7 % par rapport à octobre. M. Niinistö est suivi de MM. Soini, 11 % (+ 2 %), Väyrynen, 9 % (+1 %), Haavisto, 6 % (+ 1 %), et Lipponen, 6 % (-1 %). M. Arhinmäki à obtenu une audience de 5 % (+ 1 %), Mme Biaudet 4 % (+ 1 %) et Mme Essayah 2 %. Le nombre des indécis est tombé à 14 %.
Selon le politologue Ville Pernaa de l’université de Turku, « on peut voir des traces du phénomène Mauno Koivisto dans la large audience de M. Niinistö ». Chez les sociaux-démocrates, M. Niinistö a une audience de 40 % et chez les Vrais Finlandais de 26 %.
Pour M. Pernaa, le succès de M. Väyrynen est inattendu. « Il est très motivé et enthousiaste. » M. Soini par contre n’y met pas tout son cœur.
HS/sam/A6

M. Lipponen a utilisé la »carte russe »
Helsingin Sanomat rapporte que le candidat social-démocrate, M. Paavo Lipponen, a encore mis en garde contre l’éventuel projet de sortie de l’euro. Dans une telle situation, la Finlande perdrait beaucoup de son influence. « La Finlande se laisserait mener par le bout du nez de Berlin et de Moscou. La Russie a toujours eu une attitude négative à l’égard de l’Union européenne qui parle d’une seule voix. Moscou préfère une relation bilatérale aussi avec la Finlande et la situation deviendrait inégale. »
M. Lipponen estime que si la Finlande quittait l’euro ou le noyau dur de l’Union, elle devrait demander de l’aide de l’Estonie.
HS/dim/A6

Les budgets des campagnes présidentielles ont diminué de façon drastique
Selon Helsingin Sanomat, le scandale des financements électoraux, la crise économique et la baisse des aides de l’Etat aux partis politiques ont fait chuter les budgets des campagnes présidentielles. Selon la nouvelle loi sur le financement électoral, les campagnes doivent annoncer les noms de ceux qui donnent plus de 1 500 euros à une campagne.
Plusieurs groupements d’intérêts et syndicats ont annoncé qu’ils ont décidé de ne pas acheter des billets pour les séminaires des candidats. Les entreprises disent qu’elles font des économies.
Les partis politiques doivent également prendre en compte l’organisation des élections municipales à l’automne 2012.
La campagne la plus chère est celle de M. Niinistö, dont le budget s’élève à 1,3 millions d’euros. Le PSD compte investir 800 000 euros dans la campagne de M. Lipponen. Le budget de Mme Essayah des Chrétiens-démocrates est le moins élevé, 70 000 euros.
HS/lun/A6

Etudiants

Travailler à côté des études facilite l’intégration dans la vie professionnelle
Selon une étude effectuée dans douze pays européens sur l’intégration des étudiants dabs la vie professionnelle une fois qu’ils ont terminé leurs études, travailler à côté des études favorise cette intégration.
Les étudiants finlandais – considérés souvent comme plutôt lents – se situent bien dans cette comparaison et intègrent la vie professionnelle un an après avoir terminé leurs études.
Les Belges, les Français et les Autrichiens intègrent la vie professionnelle plus jeunes que les Finlandais et les Norvégiens, mais il n’y a que les Autrichiens qui le font avec moins de délai après la fin des études.
HS/lun/A12

Défense

Encore du retard dans les livraisons de NH-90
Les livraisons des hélicoptères NH-90 prennent encore du retard.
Selon le ministère de la Défense, la Finlande est en négociation avec NH Industries sur de nouvelles indemnités de retard.
Sur les 20 hélicoptères de transport commandés en 2001, l’armée de terre en a reçu 12, un hélicoptère devant être livré encore cette année.
M. Jari Takanen, conseiller au ministère de la Défense estime que, dans le meilleur des cas, trois hélicoptères seront livrés l’année prochaine, puis quatre appareils dans le courant de l’année 2013.
Le contrat d’origine avait déjà été modifié en 2007 en raison des difficultés de livraison. NH Industries avait alors payé des indemnités de retard et il était convenu que tous les appareils soient livrés en 2011.
HS18.12/A11

Pas de réception de nouvel an pour la défense
Le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin, a décidé de ne pas organiser de réception de fin d’année pour des raisons d’économies.
L’annulation de la fête représente une économie de 70 000 euros.
HS17.12/A18

France – Finlande

Cinéma

Le Havre remporte le prix Louis-Delluc en France
Le dernier film d’Aki Kaurismäki, Le Havre, a obtenu le prix Louis-Delluc qui récompense chaque année le meilleur film français sorti dans l’année. Un des groupes de production du film est français.
HS/sam/C2, HBL/dim/30

Vendredi 16 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Une réunion ministérielle à Saariselkä ?

Une réunion informelle des chefs de gouvernement ?
Helsingin Sanomat rapporte la Finlande envisage d’organiser autour de Pacques une réunion informelle des chefs de gouvernement et des ministres des Affaires européennes à Saariselkä, en Laponie. En mars 2010, une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères avec Mme Ashton avait été organisée dans la station de sports d’hiver de Laponie par M. Stubb.
Cette fois, ce sont M. Katainen et M. Stubb qui inviteraient une douzaine de leurs homologues européens.
HS

Crise de la dette

Le triple A finlandais menacé
La Banque de Finlande met en garde contre l’endettement
Helsingin Sanomat rapporte que les marchés s’attendent à une dégradation de la note de pays européens. Le quotidien rapporte que l’éventuelle dégradation de la note finlandaise aurait peu d’influence car elle ne devrait pas modifier la position relative de la Finlande par rapport aux autres pays européens. La Finlande dispose d’une des meilleures capacités àç s’endetter parmi ces pays. En effet, l’Etat a de l’argent en caisse et n’aura pas à solliciter les marchés dans les mois à venir.
Helsingin Sanomat rapporte que la Banque de Finlande prévoit pour 2012 une croissance réduite à 0,4%. Le gouverneur de la banque de Finlande, M. Liikanen estime qu’il faudra prolonger les carrières professionnelles en Finlande et améliorer la compétitivité.
HS

La réalité de l’exposition de la Finlande à la crise de la dette
Dans une tribune publiée aujourd’hui en réponse à l’article d’Helsingin Sanomat révélant que l’exposition de la Finlande correspondait au montant du budget annuel de l’Etat, soit plus de 50 milliards d’euros, le sous-secrétaire d’Etat aux finances, M. Hetemäki répond que les garanties accordées par la Finlande aux pays touchés par la crise de la dette s’élevaient jusqu’à présent à 5,9 milliards d’euros.
Quant à l’exposition par le FESF elle est de 13,97 milliards plus les taux (environ 4,2 milliards) et celle via le MES de 12,58 milliards. Mais l’activation des garanties accordées par le FESF nécessite à chaque fois un accord du Parlement finlandais, souligne M. Hetemäki. Il fait remarquer que la Finlande peut négocier les conditions et les risques des plans d’aides accordés.
Par ailleurs, la Finlande promeut un rôle accru du FMI permettant de limiter les garanties accordées par la Finlande et assurant la meilleure protection à ces créances.
L’objectif de limiter l’exposition de la Finlande figure dans le programme gouvernemental, note M. Hetemäki.
HS

Le différend sur le MES témoigne de la défiance entre PSD et conservateurs
Helsingin Sanomat estime que le différend sur le mode de prise de décision au MES témoigne de la profonde défiance mutuelle entre le PSD et le parti conservateur. Alors que le PSD accuse le Premier ministre d’avoir dépassé son mandat de négociation au conseil européen, les conservateurs estiment que Mme Urpilainen s’est mise dans une impasse par ses déclarations intransigeantes.
Les conservateurs pensent qu’il faut trouver un artifice juridique permettant de faire voter les statuts du MES à la majorité simple par le Parlement. Cette porte de sortie ne convient pas au PSD qui, par la voix de Mme Urpilainen estime que la procédure de l’unanimité doit être maintenue sinon la Finlande se retirera du MES. Mais si la Finlande ne participe pas au MES, les garanties qu’elle a obtenues de la Grèce tombent puisqu’elles étaient conditionnées à ce que la Finlande abonde le MES totalement dès le début. Et si ces garanties tombent, alors la Finlande ne participera pas au second plus d’aide à la Grèce par le FESF. Or, les décisions au FESF sont prises à l’unanimité et l’absence de la Finlande ferait tomber tout le paquet d’aide à la Grèce. La situation est donc dans une totale impasse.
Le PSD semble penser que Mme Urpilainen arrivera à imposer ses vues en tapant du poing sur la table lors de la réunion des ministres des Finances, conclut HS.
HS

Arabie saoudite – Finlande

Décision du gouvernement d’autoriser une vente d’armement de Patria à l’Arabie saoudite
Le gouvernement a approuvé, hier, par 12 voix contre 4, la vente éventuelle d’armes à l’Arabie saoudite. Ce sont MM. Tuomioja (PSD), Arhinmäki (All. des gauches), Ville Niinistö (Verts) et Mme Kyllönen (All. des gauches) qui se sont opposés à l’autorisation d’exportation. Mme Hautala (Verts) qui désapprouvait cette autorisation n’ pas participé au vote car elle est chargée de la gestion des entreprises de l’Etat et donc de Patria.
L’autorisation concerne la vente de 36 systèmes de lance-grenades modernes par le groupe Patria. Les armes sont destinées à la garde nationale comme une partie de l’accord entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, relève que l’Arabie saoudite n’a jamais rempli les critères démocratiques et en matière de droits de l’homme, mais qu’en tant que pays pétrolier, il a toujours eu droit à un traitement moins sévère. Il estime qu’avec les événements du printemps arabe, la situation a changé dans le sens où les revendications démocratiques, les manifestations et l’instabilité se sont répandues sur l’ensemble de la région du golfe Persique. Dans les petits pays de cette région, l’Arabie saoudite a contribué à l’action contre les mouvements démocratiques, par exemple à Bahreïn, selon lui.
M. Tuomioja rappelle également des informations selon lesquelles en Arabie saoudite, il y a eu des manifestations contre lesquelles l’armée a fait usage de la force. Le ministre estime qu’il est impossible de savoir ce qui va se passer dans ce pays dans l’avenir. Il n’est pas exclu que se créé une situation où la Finlande serait mal vue du fait que les armes finlandaises pourraient être utilisées contre le mouvement démocratique.
Quant à l’intérêt des ventes en matière de politique commerciale et au niveau de l’emploi, M. Tuomioja rappelle que concernant certains valeurs, il ne faut pas faire de compromis.
Les ministres du parti des Verts, Mme Hautala et M. Niinistö, estiment que la dictature dirigée par la famille royale, l’Arabie saoudite ne tolère pas la pluralité politique. Les autorités exercent la torture et la peine de mort. Les ministres des Verts considèrent estiment qu’en exportant des armes dans ce pays, la Finlande donne un signal faisant penser que les violations des droits de l’homme et la dictature sont acceptables et que la Finlande est prête à les soutenir au moyen de vente d’armes.
M. Korpijärvi du syndicat de la métallurgie se félicite de l’autorisation de vente d’armes. Il insiste sur l’importance de l’affaire au niveau de l’emploi et estime qu’elle ouvrira de nouvelles possibilités d’exportations pour Patria. M. Korpijärvi estime qu’il n’y a rien de mal dans la vente d’armes tant qu’elle est effectuée selon les règlements et les pratiques de l’ONU et de l’UE.
Mme Hautala regrette que le modèle actuel de prise de décision sur de telles ventes soit que l’affaire est déjà presque conclue avant que le gouvernement soit consulté sur l’autorisation.
UD/3, TS/15

Conférence de Durban

Propos du ministre de l’Environnement
Suomen Kuvalehti a interviewé le ministre de l’Environnement Ville Niinistö sur le résultat de Durban. A la question de savoir ce qui était historique, le ministre insiste sur le fait que c’est la première fois que l’ensemble des grands Etats du monde entier sont dans le cadre d’engagements contraignants en matière de diminution d’émissions.
M. Niinistö relève que les négociations ne manqueront pas d’être animées par la suite. Des débats vont être menés au sein de l’UE tant qu’au gouvernement finlandais sur le fait d’éventuellement soutenir l’objectif de diminution des émissions de 30 %. M. Niinistö estime que s’engager dans cet objectif serait un atout pour la compétitivité de la Finlande.
Il estime que le message de Durban pour l’industrie est qu’il sera intéressant d’investir dans les technologies environnementales, dans la diminution des émissions et dans une économie efficace au niveau des ressources.
Concernant l’attitude des Etats-Unis à l’égard des négociations climatiques, M. Niinistö estime que le résultat de l’élection présidentielle peut y avoir un rôle, mais qu’il est déjà une réussite que ce pays participe à l’accord, ce qui n’était pas clair au début des négociations.
SK/10

Editorial : Il ne faut pas faire payer par les régions rurales l’accord conclu à Durban
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat se demande comment est-il possible que la Finlande dont les forêts constituent un puits de carbone important devra payer pour des émissions et que les forêts en tant que puits de carbone ne sont guère prises en compte. Selon l’éditorialiste, le Centre a déjà flairé une arme de politique de l’opposition dans l’affaire et envisage d’attaquer le gouvernement en la matière.
HS rappelle toutefois que l’UE a promis de prendre en compte le problème finlandais lorsqu’il s’agira de répartir la charge à l’intérieur de l’UE. « La Finlande, aurait-elle du mettre en danger l’accord pour une facture d’une vingtaine de millions d’euros que l’UE a promis de compenser ? », se demande HS.
Pour l’éditorialiste, il ne peut pas s’agir de faire payer aux habitants des régions rurales l’éventuel coût supplémentaire de défrichement des terrains pour la construction.
HS/A2

Russie – OMC

« La Finlande promeut le libre-échange entre la Russie et les pays de l’UE » HS
Helsingin Sanomat relève que l’adhésion de la Russie à l’OMC engendrera des économies annuelles s’élevant à des centaines de millions d’euros à des entreprises finlandaises qui exportent leurs produits en Russie. M. Stubb, ministre du Commerce extérieur, estime que même selon les évaluations les plus pessimistes, cette adhésion diminuera les droits de douanes de 300 millions d’euros d’emblée.
Pour lui, la prochaine étape sera la mise en place d’une zone de libre-échange entre la Russie et l’UE.
M. Stubb participera à la réunion ministérielle de l’OMC, aujourd’hui, à Genève.
Les représentants de différents secteurs concernés, tels le commerce, l’industrie forestière, la production agro-alimentaire, se félicitent de la perspective de la disparition des droits de douanes.
HS/B9

Politique intérieure

Election présidentielle

Les numéros des candidats tirés au sort
Le vote par anticipation du 1er tour commencera le 11 janvier
Le vote par correspondance aura lieu du 11 au 17 janvier et le premier tour le 22 janvier.
Au second tour, le vote par correspondance est ouvert du 25 au 31 janvier et le vote aura lieu le 5 février. Le nombre d’électeurs est de plus de 4,4 millions.
La commission électorale a procédé au tirage au sort des numéros des candidats à la présidentielle :
2 Pekka Haavisto (Verts)
3 Timo Soini (Vrais Finlandais)
4 Paavo Väyrynen (Centre)
5 Paavo Lipponen (PSD)
6 Sauli Niinistö (conservateur)
7 Sari Essayah (parti chrétien-démocrate)
8 Eva Biaudet (parti populaire suédois)
9 Paavo Arhinmäki (Alliance des Gauches)

Selon le sondage d’Yle, l’audience de M. Niinistö a baissé de 9 points
Turun Sanomat relève que le sondage d’opinion d’Yle, publié à l’occasion du débat télévisé de la chaîne TV1, promet une audience de 40 % pour M. Niinistö, il y a donc une baisse de 9 %. M. Niinistö est suivi de MM. Väyrynen, 9 % (+1 %), Soini, 7 % (-1 %), Haavisto, 6 %, et Lipponen, 5 % (-2 %). M. Arhinmäki et Mme Biaudet ont encore 3 % et Mme Essayah 2 % (+1 %).
Le nombre de ceux qui ne sont pas sûrs de leur candidat a augmenté de 15 à 25 %
TS/14

Pour HBL, l’élection présidentielle peut devenir un thriller
Hufvudstadsbladet rapporte que le professeur Göran Djupsund estime que M. Väyrynen pourra surprendre et arriver au second tour si M. Soini n’arrive pas à mieux démarrer sa campagne. L’élection présidentielle peut devenir un véritable thriller.
M. Djupsund estime qu’il n’y aura probablement pas deux candidats pro-européens au second tour. Il lui apparaît que M. Soini ne veut pas être élu président et cela se reflète dans sa campagne. M. Soini répète le même message qu’aux élections législatives.
Le professeur note que M. Lipponen, qui a encore un très mauvais score dans les sondages, est devenu plus actif et défend l’euro et l’Union européenne et aussi la langue suédoise. M. Lipponen ose être ce qu’il est parce qu’il n’a rien à perdre aux élections. M. Djupsund estime que M. Lipponen peut être une véritable option pour les électeurs suédophones. Il a toutefois du mal à se distinguer par rapport à M. Niinistö.
HBL/2

12 % peut être suffisant pour arriver au second tour
Hufvudstadsbladet relève que, selon M. Lasse Lehtinen, ancien député et parlementaire européen social-démocrate, il est certain que M. Niinistö sera au second tour. Il obtiendrait entre 30 et 35 % au premier tour, ce qui laisserait 65 % pour les sept autres candidats. Tous les candidats auront au moins quelques pour cent. Il est donc possible d’arriver au second tour avec un score de 12 ou 12,5 % au premier tour.
« Chacun des trois dinosaures, MM. Lipponen, Väyrynen ou Soini pourra être au second tour contre M. Niinistö », souligne M. Lehtinen. M. Lehtinen estime que M. Soini ne participe pas à la campagne du fond du cœur. « Sa fonction la plus importante est peut-être qu’il attire les mêmes voix que M. Väyrynen et M. Lipponen pourrait devenir numéro deux. »
HBL/3

Le conjoint de M. Haavisto a été condamné pour conduite en état d’ivresse
Selon Helsingin Sanomat, M. Nexar Antonio Flores, conjoint de M. Haavisto, a été condamné pour conduite en état d’ivresse en Equateur en octobre dernier. M. Haavisto déplore l’affaire et dit qu’il le prend très au sérieux. M. Flores déplore, quant à lui, dans un communiqué que M. Haavisto en a été informé par les médias.
HS/A6

Audience des partis politiques

Le parti conservateur enregistre un record d’audience
Helsingin Sanomat publie un sondage sur l’audience des partis politiques qui montre qu’en dépit de la crise de la dette européenne, le parti conservateur continue à battre des records d’audience. Le parti conservateur est crédité de 23,7%, loin devant le parti des Vrais Finlandais (20,5%, en baisse de 1,4 point par rapport à octobre) et devant le PSD (18,1%, légère baisse lui aussi) et le Centre (14,2%, en légère hausse).
Les audiences des petits partis restent stables : 7,6% pour les Verts, 7,2% pour l’Alliance des Gauches, 4,2% pour le parti populaire suédois et 3,4% pour les chrétiens-démocrates.
Le politologue Erkka Railio estime que le parti conservateur bénéficie de la très bonne popularité de son candidat aux présidentielles, M. Niinistö, crédité d’au moins 40% des intentions de vote. Quant aux Vrais Finlandais, son tassement pourrait s’expliquer par les dérapages de nouveaux députés.
HS

Editorial : « La popularité de M. Soini se tasse » HS
Helsingin Sanomat estime que la popularité du parti conservateur s’explique soit parce que l’on estime que le premier ministre Jyrki Katainen a bien réussi face à la crise de la dette ou bien parce que le parti est tiré par l’effet Niinistö, largement favori des présidentielles. Le PSD au contraire ne tire aucun avantage de son candidat, l’ancien premier ministre Lipponen, toujours plombé dans les sondages. La baisse des Vrais Finlandais s’expliquerait par l’important écho médiatique concernant les dérapages de députés du parti.
« On peut s’attendre à ce que dans les mois à venir, les audiences des partis et des candidats aux présidentielle se rapprochent », prédit HS.
HS

Négociations salariales

Propos de M. Ihalainen
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre du Travail, M. Lauri Ihalainen, souligne que la promesse de trois jours de formation dans le cadre de l’accord cadre global avait été donné aux centrales et aux syndicats et cela n’a pu être une surprise pour personne.
Les trois jours de formation promis ont déjà causé des litiges et un groupe de travail, présidé par M. Martti Hetemäki, sous-secrétaire d’Etat au ministère des Finances, est chargé d’étudier les règles du jeu d’ici fin mai 2012.
HS/A8

Parlement

Les députés ne sont pas satisfaits du budget de la police
Helsingin Sanomat relève que les députés de plusieurs partis ont estimé, lors du débat sur le budget 2012, que les crédits accordés à la police n’étaient pas suffisants.
Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur, se félicite du crédit de 2,6 millions d’euros que la commission des Finances a augmenté pour la police. « 50 agents de police de plus pourront être recrutés avec cette somme », a déclaré Mme Räsänen.
Le gouvernement est engagé à ne pas diminuer le nombre de policiers. Les crédits vont cependant diminuer de 28 millions d’euros pendant la période 2012-2015. Mme Räsänen admet que la diminution de crédits est un grand défi pour la police.
HS/A5

Les groupes parlementaires ont trouvé une entente sur le financement d’Yle
Selon Helsingin Sanomat, les groupes parlementaires ont évoqué hier lors de leurs réunions la proposition de la ministre des Communications, Mme Krista Kiuru (PSD), sur le financement d’Yle. Une entente a été trouvée sur un financement de 500 millions d’euros par an.
Selon les informations du quotidien, près de 96 % des foyers devront payer le nouvel impôt Yle, qui varie entre 50 et 140 euros par personne, à partir de 2013.
HS/A3&A6

Brise-glace

Une décision sur l’acquisition devrait être prise en 2012
La ministre des Transports, Mme Kyllönen, souhaite entendre toutes les parties concernées avant de prendre une décision sur l’acquisition d’un nouveau brise-glace. Son objectif est de pouvoir prendre une décision dans le courant de l’année prochaine.
Elle relève que des débats exhaustifs en la matière n’ont pas encore été menés. Les vues divergent en matière du type de brise-glace à acquérir. L’autorité chargée de commander et de payer le service souhaite que l’activité ne revienne pas chère. Elle estime qu’un brise-glace traditionnel destiné pour les conditions de la mer Baltique serait idéal. L’entreprise Arctia Shipping, pour qui briser la glace n’est qu’une activité parmi d’autres, souhaite que l’on commande un brise-glace à fonctions multiples qu’elle pourrait ensuite louer pour des tâches offshore telles que la construction des centrales éoliennes ou l’installation des pipelines.
Pour Mme Kyllönen, la question sur le choix du type de brise-glace relève de la société finlandaise.
HS/B11

France

Politique

« L’ancien président français condamné » HS
Helsingin Sanomat rapporte la condamnation par la justice de l’ancien président français Jacques Chirac. HS

Point de vue : « L’Europe à la schlague » HS
Helsingin Sanomat revient sur « les déclarations de politiciens français qui attise la germanophobie ». HS

France - Finlande

Cinéma

Le Havre
Suomen Kuvalehti présente le film de Kaurismäki actuellement sur les écrans en Finlande et qui sortira la semaine prochaine en France. SK

Jeudi 15 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

« Selon M. Katainen, l’exposition finlandaise dans le FESF ne va pas augmenter » Yle
Le Premier ministre dément les informations selon lesquelles le gouvernement s’apprêterait à augmenter les garanties de la Finlande dans le FESF qui s’élèvent actuellement à 14 milliards d’euros.
Yle

« Selon M. Haglund, le débat sur le MES se fourvoie » HS
Le député européen finlandais Carl Haglund (parti populaire suédois) estime qu’il ne fait pas de doute à Bruxelles que la procédure d’urgence prévue au MES pour des décisions prises à la majorité qualifiée ne concernerait que la répartition des fonds du mécanisme et qu’il faudrait toujours décider à l’unanimité pour en augmenter le capital.
HS

Editorial : « L’instabilité se renforce, la BCE peut encore éviter le pire » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat se prononce pour une intervention de la BCE afin de stabiliser rapidement l’économie et de permettre de gagner du temps. « La BCE doit se départir de son mandat de gardien de la lutte contre l’inflation. Elle doit montrer clairement qu’elle est prête à user de tous les instruments pour stabiliser la zone euro ».
HS

Economie sous-terraine

« La crise favorise l’économie sous-terraine » HS
Helsingin Sanomat rapporte les recherches du professeur Schneider faisant état de la part de l’économie sous-terraine en Finlande de plus de 13% du PIB, soit bien moins que la Grèce avec plus de 25%, mais plus que la France avec 11%.
HS

Crise Financière

Fitch dégrade la note de Pohjola
L’agence de notation Fitch a dégradé la note des obligations de la banque finlandaise Pohjola de AA- à A+.
HS

Conférence de Durban

Les décisions prises à Durban pourraient engendrer un coût supplémentaire de 20 à 30 millions d’euros à la Finlande
Helsingin Sanomat relève que la modification de la façon de calculer la capacité des puits de carbone, décidée à Durban, pourrait engendrer une facture des dizaines de millions d’euros à la Finlande. La Finlande devra sans doute acheter des droits d’émissions pour compenser les abattages d’arbres.
En Finlande, c’est notamment le secteur de la construction qui oblige à abattre des forêts pour créer de nouveaux terrains constructibles. M. Ojala, conseiller au ministère de l’Environnement, estime que la diminution de la superficie des forêts devra être minimisée au moyen de l’aménagement des territoires. L’abattage en vue de la transformation des forêts en terrains ou champs pourrait être contrôlé en imposant des frais pour ces mesures.
Selon le ministre de l’Environnement, Ville Niinistö, la Commission européenne a promis des compensations à la Finlande.
M. Fagerblom de la confédération de l’industrie forestière Metsäteollisuus, regrette que l’on ne puisse plus compenser les coupes par des forêts en croissance. « C’est idiot d’imposer des sanctions alors que le puits de carbone biologique s’accroît. »
La Finlande dispose du puits de carbone le plus important de l’Europe, s’agissant de forêts.
HS/B5

Conférence sur les armes de destruction massive

Participation d’Israël ?
Keskisuomalainen relève qu’Israël ne souhaite pas commenter encore sur sa participation éventuelle à la conférence de l’ONU sur une zone sans armes de destruction massive au Moyen Orient, qui sera organisée en Finlande à l’automne 2012.
L’ambassadeur d’Israël en Finlande, M. Ashbel, relève qu’il est précoce de confirmer une participation du fait que ni l’ordre du jour ni la liste des invités n’ont été publiés.
La Finlande souhaite que participent tous les Etats de la région, ainsi que l’Iran, entre autres, ce pays étant soupçonné de briguer une arme nucléaire sous prétexte d’un programme de l’énergie nucléaire.
M. Ashbel note qu’il est difficile d’imaginer de négocier avec un pays qui ne reconnaît pas Israël. Il souhaite de la part des pays occidentaux et de l’UE des sanctions plus sévères contre l’Iran.
La conférence de l’automne 2012 est prévue préparer la conférence destinée pour observer le traité de non-prolifération des armes nucléaires qui sera organisée en 2015.
Keskisuomalainen estime que, pour la Finlande, dans l’organisation de la conférence, il s’agit en partie d’une visibilité en vue de son souhait de participer au Conseil de sécurité en 2013-2014. La conférence constitue également un projet de politique étrangère sans risque pour la composition gouvernementale actuelle.
KS/mer/14

Médiation pour la paix

Initiative du ministère des Affaires étrangères
Hufvudstadsbladet relève que le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et la ministre du Développement, Mme Hautala, ont présenté un programme dont l’idée est que la Finlande pourrait renforcer sa réputation comme un pays neutre et digne de confiance au profit de la prévention de conflits. « Nous souhaitons devenir une grande puissance dans ce domaine, même si nous ne disposons pas des ressources d’une grande puissance », relève M. Tuomioja.
Selon Mme Hautala, une grande partie du travail serait financé par les crédits destinés au développement.
La Finlande et la Turquie ont pris une initiative, au sein de l’ONU, sur un groupe d’amitié de la médiation qui regroupe 25 pays et des organisations internationales autour de ces questions.
Ce groupe (Friends of Mediation) souligne l’importance du rôle des femmes dans la médiation pour la paix. M. Tuomioja estime que la Finlande a beaucoup à donner dans ce domaine. Il relève que lors de sa visite récente dans des pays de l’Afrique du Nord, il a fait connaissance avec les organisations de femmes dans ces pays.
Mme Hautala insiste sur l’importance de soutenir les pays comme ceux de l’Afrique du Nord, qui ne sont pas parmi les plus pauvres mais qui sont en période de transition en ce qui concerne leur développement démocratique.
HBL/7

Aide au développement

Corruption
Selon le dernier rapport de Transparency International, les huit pays partenaires de la Finlande en matière de coopération au développement, n’ont ni amélioré ni affaibli leur position dans la comparaison sur la corruption.
Mme Hautala, ministre du Développement, estime qu’il faut plus activement qu’avant exiger une bonne administration des pays partenaires, ce qui signifie plus de transparence et de dialogue avec les citoyens.
HBL/12-13

Terrorisme

La Sûreté nationale enquête sur le lien du tueur de Florence avec la Finlande
Aamulehti relève que selon la Sûreté nationale, Supo, l’assassin de Florence était membre de l’organisation Casa Pound qui a des liens avec des Finlandais s’extrême-droite. La Supo s’intéresse aux éventuels contacts que le suspect aurait eus avec des Finlandais.
AL/A12

Défense

Affaire patria
Le journaliste de la radio-télévision finlandaise YLE condamné par un tribunal slovène à payer des dommages et intérêts à l’ancien Premier ministre slovène Janez Jansa, a l’intention de faire appel de la décision.
HBL/6

Décision du gouvernement sur la permission d’une éventuelle vente d’armes de Patria à l’Arabie saoudite
Le gouvernement devrait décider aujourd’hui d’accorder ou pas une permission de vente d’armes à Patria pour que celui-ci vende 36 systèmes de lance-grenades modernes à l’Arabie saoudite. Décidée déjà en novembre, cette vente d’une valeur de 150 millions d’euros doit cependant obtenir un permis d’exportation délivré par le gouvernement.
Même si une majorité du gouvernement risque de donner le feu vert à cette exportation, il existe des désaccords sur la question. D’une part, la vente fournit du travail à Patria, d’autre part les organisations pour la paix s’inquiète de la future utilisation de ces armes dans un pays en situation conflictuelle et incertaine.
UD/6-7

Politique intérieure

Election présidentielle

Le premier débat télévisé avec tous les candidats a eu lieu hier à la MTV3
Helsingin Sanomat relève que le premier débat télévisé où tous les huit candidats ont participé a eu lieu hier soir à la chaîne commerciale MTV3. Le quotidien estime que la lutte présidentielle proprement dite a commencé et le débat a été assez énergique.
Comme prévu, la crise de la dette a dominé le débat. MM. Timo Soini (Vrais Finlandais) et Paavo Väyrynen (Centre) ont été les seuls à penser que l’euro allait sombrer. M. Niinistö estime que le problème sera résolu avec l’inflation et en augmentant la masse monétaire. M. Pekka Haavisto (Alliance verte) estime que la crise sera résolue parce que l’Allemagne et la France ont décidé de s’occuper de l’euro. HS/A10

Parlement

Débat sur le budget
Helsingin Sanomat rapporte que le débat sur le budget en séance plénière, qui a commencé mercredi, a montré que les partis représentés au gouvernement se préparent d’ores et déjà à un nouveau plan de rigueur. Il y aura des économies et des augmentations d’impôts.
Le débat a été animé mais sans nouvelles idées. M. Kari Uotila, député de l’Alliance des gauches, estime que des augmentations d’impôts, et non les coupes budgétaires, sont nécessaires pour une relance. Le Parti suédois a évoqué une éventuelle augmentation de a TVA. Cela a réveillé Mme Mari Kiviniemi, présidente du Centre, qui a voulu savoir si la ministre des Finances, Mme Urpilainen (PSD), était d’accord. Mme Urpilainen n’a pas répondu et Mme Kiviniemi a estimé que le gouvernement était en total désaccord.
Mme Urpilainen a défendu ardemment la réforme des communes a déclaré que le gouvernement voulait aussi réformer les services sociaux et de la santé.
HS/A6

Yle

Le litige sur le financement d’Yle peut être résolu aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le litige de longue date sur le financement de la radiotélévision Yle peut être résolu dès aujourd’hui si tous les groupes parlementaires approuvent la proposition de la ministre des Communications, Mme Krista Kiuru (PSD).
Selon les informations du quotidien, la redevance actuelle – 242 euros en 2011 - serait remplacée par un impôt spécial Yle personnel qui varierait entre 50 et 140 euros par salarié suivant le niveau de revenu. Les familles à deux salariés devraient payer 280 euros par an. Les personnes sans revenus ne paieraient rien.
Selon HS, le ministère des Finances et l’administration fiscale s’opposent à ce modèle.
HS/A3&A5

Economie

« Selon la Banque de Finlande, la récession sera évitée » HS
Helsingin Sanomat rapporte que la Banque de Finlande prévoit pour 2012 une croissance réduite à 0,4%.
HS

C’est la région de la capitale qui sera touchée en premier
Selon les chiffres récents de la chambre de commerce de la région de Helsinki, c’est cette région-là qui connaîtra un fléchissement plus radical que le reste du pays. La production et le taux d’emploi ont diminué depuis cet automne alors que dans les communes autour et dans le reste du pays, la croissance continuait.
Les restructurations dans le secteur des technologies informatiques se sentent plus à Helsinki qu’ailleurs. Les licenciements chez Nokia et Nokia Siemens Networks ont une influence sur un grand nombre de sous-traitants dans la région de la capitale.
HS/B6

Energie

Olkiluoto 4 nécessitera un renforcement du réseau à haute tension
Turun Sanomat rapporte que le raccordement au réseau du futur réacteur d’olkiluoto 4 nécessitera la construction de 290 kilomètres de nouvelles lignes à haute tension.
TS

Chemins de fer

Les Finlandais visent l’océan glacial Arctique
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement et le Parlement constatent l’importance d’une liaison ferroviaire entre Rovaniemi et Kirkenes (en Norvège) pour atteindre l’océan glacial Arctique. Avec le changement climatique, le passage du Nord-Est s’ouvrira peu à peu pour le transport maritime.
Selon M. Henrik Falck de l’armateur norvégien Tschudi, qui possède le port de Kirkenes, 34 bateaux ont déjà navigué par le passage du Nord-Est cette année. En 2010, il y en avait quatre.
VR, société finlandaise des chemins de fer, ne croit toutefois pas à la rentabilité d’une telle liaison ferroviaire.
HS/A11

France – Finlande

Musique

Patrick Gallois désigné musicien de l’année
Keskisuomalainen relève que l’association des musiciens de la Finlande centrale ont désigné Patrick Gallois, chef d’orchestre de Jyväskylän Sinfonia.
KS/25

Mercredi 14 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

M. Katainen critiqué devant la Grande commission
Yle rapporte que la présidente de la Grande Commission du Parlement Mme Kumpula-Natri (PSD) a critiqué le premier ministre pour avoir mal tenu informé la Grande commission pendant le conseil européen. Selon elle, M. Katainen l’a regretté devant la grande commission. « Cela ira mieux la prochaine fois », a dit Mme Kumpula-Natri.
En ce qui concerne le contenu des négociations, Mme Kumpula-Natri n’avait pas de grief contre le Premier ministre. « Le Premier ministre a expliqué clairement que les changements dans les statuts du MES seraient fait à l’unanimité et donc la Finlande a toutes les opportunités de faire entendre son message », a souligné Mme Kumpula-Natri.
Le vice-président de la Grande commission, le député Antti Kaikkonen (Centre) a au contraire critiqué M. Katainen pour avoir accepté le passage à la majorité qualifiée au sein du MES. « Dès lors il a renvoyé la balle au Parlement et désormais ce problème occupe aussi bien le gouvernement que le Parlement », a-t-il regretté. Il estime aussi qu’il aurait été la moindre des choses que M. Katainen en informe la grande commission durant le conseil européen.
Yle

Motion de censure contre la politique européenne du gouvernement

Le gouvernement obtient la confiance du Parlement par 116 voix contre 73
Le groupe des Vrais finlandais avait déposé une motion de censure en interpelant le gouvernement sur sa préparation à un éclatement de la zone euro et sur le transfert de souveraineté budgétaire au niveau européen.
La confiance au gouvernement a été votée par 116 voix contre 73 (1à députés étaient absents et le président de séance ne vote pas). Tant le Centre que les deux députés qui ont quitté le groupe de l’Alliance des gauches ont signifié durant le débat leur intention de censurer le gouvernement.
HS Yle

Selon M. Katainen, l’exposition de la Finlande au MES ne sera pas augmentée à la majorité qualifiée
Yle rapporte que, durant le débat sur la motion de censure, hier, au Parlement, le Premier ministre a assuré en séance plénière que la Finlande n’approuverait pas que le plafond du MES (et donc l’exposition de la Finlande) puisse être augmenté par des décisions prises à la majorité qualifiée. Le débat n’a toutefois pas permis de savoir comment le gouvernement allait pouvoir rendre compatible la participation de la Finlande au MES et son exigence que les décisions y soient prises à l’unanimité.
« Nous allons continuer à négocier afin d’avoir un texte qui respecte les règles [constitutionnelles] finlandaises et qui soit acceptable par les autres Etats membres », a déclaré M. Katainen.
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Backman a déclaré que la Finlande souhaitait clairement le maintien des décisions à l’unanimité au MES pour des raisons d’&égalité entre les Etats. Selon lui, les grands Etats ne peuvent s’arroger un droit de véto. « Sur cette base il faudra négocier une solution qui prend en compte nos points de vue », a-t-il dit.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a souligné que la participation de la Finlande aux prises de décision européennes et à la défense de l’euro était de l’intérêt finlandais. Mme Urpilainen considère que la responsabilité du secteur privé est maintenue de manière satisfaite dans le MES.
M. Katainen a souligné que la Finlande n’accepterait pas un transfert de la souveraineté budgétaire au niveau européen ni les euro-obligations proposées par la Commission.
L’opposition a critiqué le gouvernement qu’elle a accusé d’avoir échoué. Selon M. Soini, la Finlande doit se préparer à l’éclatement de l’eurozone.
Yle HSa

Editoriaux
« La coalition gouvernementale divisée sur les décisions au sein de l’UE » HS
« La coopération européenne ou les Vrais Finlandais » KS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que, lors du débat en séance plénière, les divisions entre les conservateurs et le PSD sur l’exigence d’unanimité au sein du MES étaient peu visibles. En effet, M. Katainen n’a pas manqué de rappeler que la procédure d’urgence incluant les décisions à la majorité qualifiée ne serait utilisée que si le caractère durable de la zone euro était menacé. M. Katainen a assuré le Parlement que la capacité du MES et par voie de conséquences l’exposition de la Finlande ne serait pas augmentée à la majorité qualifiée. Le gouvernement a donc jusqu’au printemps pour trouver avec les autres Etats membres un compromis que même le PSD pourrait accepter. Les deux partis principaux de la coalition veulent certainement arriver à un tel compromis.
La Finlande adonc trois solutions : soit elle négocie un accord suffisamment bon, soit elle s’en tient à son exigence d’unanimité, soit elle décide de ne pas participer au MES, ce qui ne serait pas sans poser de problèmes à la Finlande. La Finlande a déjà perdu de son capital de négociation lorsqu’elle a exigé des collatéraux au printemps. A-t-elle encore suffisamment de capital européen pour s’exclure du MES ou pour le faire éclater ?, se demande HS.
Keskisuomalainen estime pour sa part que le gouvernement a bien géré la crise européenne et a fait ce que l’on pouvait raisonnablement attendre d’un petit Etat membre de la zone euro. L’éditorialiste estime que la politique des Vrais Finlandais, qui demande un retrait de la coopération européenne est irresponsable.
HS

Crise de l’euro

L’exposition au risque de la Finlande gonfle
Helsingin Sanomat relève que les engagements finlandais prévus en matière de garanties et de prêts s’élèvent à plus de 50 milliards d’euros, soit presqu’au niveau du budget finlandais pour 2012. Ils s’élèvent à 10 000 euros par chaque Finlandais.
De nombreux risques sont liés à l’augmentation importante des engagements. Si la note de la Finlande est dégradée, le risque d’endettement augmentera au fur et à mesure que le coût de la dette augmentera.
La Finlande s’endettera au niveau de 23 milliards d’euros en 2012. Seize milliards seront destinés aux amortissements des anciennes dettes.
M. Haaparanta, professeur à l’Université Aalto, estime que les durcissements de la politique budgétaire pourraient jouer contre leur objectif d’effet stabilisant. Il considère les règles très sévères de politique budgétaire comme un facteur important d’instabilité qui peut mener à une déflation. « Si l’Allemagne commence à diminuer les dépenses de son économie publique, cela augmentera les déficits des économies publiques des autres Etats. »
HS/B3

Point de vue : « Les conséquences du Conseil européen font peur » HS
M. Sajari du service économique de Helsingin Sanomat estime que le durcissement de la politique financière à la veille d’une récession revient à jouer avec le feu. Il relève que pendant des années, l’Allemagne et la France ont omis de respecter les règles du pacte de stabilité et de croissance, or ces deux pays exigent aujourd’hui une discipline afin de stabiliser les économies publiques. Pour M. Sajari, il n’est pas possible de diminuer les déficits des économies publiques sans faire de concessions sur les excédents.
M. Sajari estime que la confiance des investisseurs sur la résolution de la crise pourrait être améliorée si les dirigeants se concentraient sur la garantie de la croissance économique et ainsi sur l’amélioration de la capacité de paiement des Etats de la zone euro.
HS/B3

Crise économique

Selon la banque Sampo, la Finlande est en récession
La banque Sampo relève que le PIB devrait diminuer au dernier trimestre 2011 et continuer à diminuer jusqu’à l’été 2012. La possibilité d’une croissance minime à partir de l’été existe, selon M. Uotila, conseiller chez Sampo.
Ce sont les exportations qui sont le plus été touchées par la crise de l’endettement. La croissance dans le domaine du bâtiment s’est arrêtée, mais le commerce continue à croître.
M. Uotila relève que le taux de chômage est stable, à 8 %.
HS/B3

Parlement européen

M. Itälä remplace M. Ala-Nissilä à la Cour des comptes européenne
Selon Helsingin Sanomat, M. Ville Itälä, parlementaire européen conservateur, a été nommé à la Cour des comptes européenne, en remplacement du centriste Olavi Ala-Nissilä.
Au Parlement européen, M. Itälä sera remplacé en principe par M. Risto E.J. Penttilä, directeur général de la chambre de commerce. M. Penttilä ne veut toutefois pas aller à Bruxelles. S’il démissionne immédiatement, M. Petri Sarvamaa, ancien journaliste à Yle, serait nommé à sa place au Parlement européen.
HS/A9

Frontex

Selon M. Laitinen, l’UE pourrait participer à la surveillance frontalière des pays d’Afrique-du-Nord
Helsingin Sanomat relève que Frontex commencera à surveiller l’afflux des immigrés depuis leurs pays d’origine. Le Parlement européen a décidé antérieurement que Frontex avait la possibilité d’agir aussi à l’extérieur de la zone de l’Union européenne. L’agence pourrait par exemple envoyer des experts pour aider les nouvelles administrations des pays d’Afrique-du-Nord. Il s’agit d’un important changement stratégique dans le fonctionnement de cette agence fondée en 2004.
Le directeur de Frontex, M. Ilkka Laitinen, estime que « Frontex pourrait par exemple construire en Libye un nouveau système de surveillance frontalière ».
HS/A9

Slovénie - Finlande

Affaire Patria
La radio-télévision finlandaise YLE et l’un de ses journalistes ont été condamnés par un tribunal slovène à payer des dommages et intérêts à l’ancien Premier ministre slovène Janez Jansa. L’émission M.O.T. avait affirmé dans une émission en 2008 que le Premier ministre slovène avait reçu des pots de vin proposés par Patria.
Le tribunal a fixé le montant des dommages et intérêts à 21 500 euros, dont la part d’YLE et son journaliste s’élève à 15 000 euros.
AL, HS

Finlande – Russie

Propos de M. Stubb
M. Stubb, ministre du Commerce extérieur, qui a dirigé une délégation du monde des affaires lors de sa visite dans l’Oural, s’est gardé de prendre position sur le statut de M. Poutine. Kauppalehti relève que selon M. Stubb, la Russie est en phase de mouvement, mais il est précoce d’en évaluer les conséquences.
KL/10

Promotion du commerce extérieur

Fusion d’Invest in Finlande et de Finpro
La commission de politique économique a décidé que les fonctions d’Invest in Finlande seront fusionnées dans Finpro d’ici juin 2012. Aucune dépense important ne sera engendrée par cette manœuvre. Finpro dispose de 55 bureaux dans le monde.
KL/10

Energie nucléaire

Editorial : « Avec Fukushima, la renaissance internationale de l’énergie nucléaire est terminée, mais la Finlande tient à sa ligne malgré les problèmes à Olkiluoto » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet évoque les problèmes dans la construction du réacteur nucléaire Olkiluoto 3 et rappelle que, jusqu’à présent, ils ont concerné le béton, les soudures et les chaînes de sous-traitants. Ce n’est que maintenant que commence la partie la plus difficile qui concerne la nouvelle technologie du concept de l’eau pressurisée qui n’a pas été testée. L’éditorialiste estime que, puisqu’Areva, un groupe appartenant à l’Etat, dispose d’un statut de monopôle sur le marché français, l’énergie nucléaire finlandaise est subventionnée par les contribuables et les consommateurs électriques français. Cela ne risque pas de se reproduire, selon l’éditorialiste, si cela dépend du nouveau patron d’Areva.
HBL/18

Politique intérieure

Election présidentielle

Les valeurs de M. Lipponen sont proches aux celles des conservateurs
Selon Helsingin Sanomat, les vues des candidats présidentielles exprimées dans les machines électorales ne correspondent pas toujours aux vues de leur parti politique.
La machine de HS propose à 20 % des électeurs conservateurs de voter pour M. Lipponen, parce que ses réponses sont proches de celles des conservateurs. La machine ne propose M. Niinistö qu’à 16 % des électeurs conservateurs.
Pour les électeurs sociaux-démocrates, la machine électorale de HS propose M. Arhinmäki (29 %), M. Haavisto (15 %) ou M. Lipponen, qui est le candidat du PSD.
La machine propose pour les électeurs centristes M. Soini plus souvent que M. Väyrynen, qui est le candidat du Centre.
Le quotidien souligne que les résultats proposés par les machines électorales ne peuvent pas être comparées aux sondages d’opinion. Le quotidien a comparé les réponses d’environ 16 000 personnes début décembre. La machine a été utilisée surtout par des électeurs de moins de 30 ans qui votent le plus souvent pour les conservateurs, les Verts ou pour l’Alliance des gauches.
HS/A11

Retraites

Pour M. Ihalainen, le débat sur les retraites est inutile
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre du Travail, M. Lauri Ihalainen (PSD), est frustré par le débat sur l’augmentation de l’âge de la retraite.
« Le véritable défi est que les Finlandais prennent la retraite en moyenne à l’âge de 60 ans et pour des raisons de l’inaptitude en moyenne à 52 ans. Si on n’arrive pas à changer cela, l’âge moyen de retraite n’augmentera jamais. »
Selon M. Ihalainen, l’augmentation de l’âge de la retraite ne résoudra pas les défis économiques de la Finlande.
HS/A9

Défense

L’armée envisage de fermer des dépôts d’armes et d’explosifs
Les dépôts d’armes et d’explosifs de Toivakka et Parkano seront fermés d’ici la fin de l’année 2012. Les activités de l’Etablissement des explosifs et du Centre de tir d’essai seront regroupées et deviendront le Centre d’explosifs à partir du début 2013.
Cette décision a été prise par le ministre de la Défense, M. Stefan Wallin.
En tout, dans le secteur des
HS/A6

Emissions

Les émissions sont presque au même niveau qu’avant la crise économique
Selon l’institut national de la statistique, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté en 2010 presque au même niveau qu’avant la crise économique.
En 2010, les émissions ont été de 74,6 millions de tonnes de CO2, soit 8,5 tonnes de plus par rapport à 2009.
HS/A9

Formation

Près de 6 000 jeunes ne se sont pas engagés dans des formations
Un nombre record de jeunes, 5 710 (soit 9 %), ayant fini le collège en 2010 ne se sont pas engagés dans les formations la même année.
En 2010, 64 000 jeunes ont fini le collège et 32 700 ont obtenu le baccalauréat. Moins de 40 % des nouveaux bacheliers sont entrés dans les universités et grandes écoles à l’automne 2010.
HS/A11

France – Finlande

Danse : Des invités français à Oulu
Kaleva rend compte des spectacles français, luxembourgeois et espagnols au programme du centre de la danse JoJo à Oulu, au printemps 2012. Allège de Clément Layes est mis en valeur dans l’article.
Kaleva/mar/16

Mardi 13 décembre 2011

Politique étrangère

Conférence de Durban

La Finlande a du faire des concessions concernant les coupes de bois
Helsingin Sanomat revient sur le fait que la Finlande a dû céder dans la question de l’effet des coupes d’arbres sur les calculs d’émissions. M. Niinistö, ministre de l’Environnement, relève que la Finlande a été obligée de faire une concession sur cette question du fait que sinon, l’accord aurait risqué d’échouer.
La Finlande estime que, comme la croissance des forêts finlandaises dépasse l’effet des coupes, il serait possible d’abattre des arbres sur une étendue plus vaste que ce qui est prévu par le traité. L’UE soutient cette position. A Durban, il s’agissait toutefois de s’engager à ce que la diminution de la superficie des forêts soit comptée comme une émission de CO2.
Le président de la confédération des producteurs agricoles et sylvicoles, M. Marttila, estime que le ministre aurait dû plus vigoureusement défendre les intérêts de la Finlande.
HS/A8

M. Pekkarinen estime que les décisions de Durban reviendront chères à la Finlande
M. Pekkarinen, député centriste, estime que le résultat obtenu à Durban « punit les forêts finlandais ». Il estime que le puits carbone que représentent les forêts finlandais a été largement sous-estimé.
Le ministre de l’Environnement, M. Niinistö, donnera une conférence de presse sur Durban, dans les jours qui viennent.
KS

Editoriaux
« Surprise positive à Durban » TS
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que, compte tenu du pessimisme qui régnait au début de la conférence et de la difficulté d’arriver à obtenir des résultats, la conférence est arrivée à quelque chose de remarquable. L’éditorialiste note que les solutions concrètes concernant le financement font toujours défaut et que le résultat de Durban ne couvre que 15 % des émissions.
TS/2

« Un espoir sur un nouveau traité est né à Durban » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que les avis divergents sur le résultat de Durban sont justifiés car il y a lieu d’être et pessimiste et optimiste.
Pour l’éditorialiste, les objectifs sont bons et même ambitieux, mais il relève qu’aucun accord n’a été conclu sur le niveau des objectifs de diminution d’émissions.
L’éditorialiste souligne l’importance du rôle de l’UE lors des négociations, car c’est elle qui a exigé que l’on définisse le calendrier de négociation et d’entrée en vigueur du prochain traité.
HS/A2

Afghanistan

La Finlande investit dans la cause des femmes afghanes
« L’amélioration de la condition de la femme et le soutien aux organisations féminines fera l’objet d’un enjeu essentiel dans la future longue coopération de développement entre la Finlande et l’Afghanistan », a affirmé le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, lors d’une discussion sur le rapport sur l’Afghanistan du gouvernement lundi au parlement.
L’année prochaine, la Finlande va retirer 50 des 195 soldats de gestion de crise participant actuellement à l’opération FIAS. Depuis 2002, la Finlande a fourni au pays 120 millions d’euros en aide au développement et humanitaire.
Le problème de la drogue a également été évoqué lors de cette discussion au parlement. L’importance de la création d’emplois stables a notamment été soulignée.
UD

Lutte contre le terrorisme

Les éventuels vols de prisonniers par la CIA sont difficiles à vérifier
« Les vols américains de prisonniers qui auraient éventuellement transité par la Finlande sont difficiles à vérifier par les informations des autorités », constate le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja (social-démocrate).
Le ministre a dû s’expliquer sur la question lundi devant le parlement lors d’une discussion sur l’Afghanistan, à la suite des propos de M. Pekka Haavisto. Celui-ci avait rappelé qu’Amnesty International avait de sérieux soupçons sur d’éventuels vols transitant par la Finlande. Il a notamment fait référence à des informations obtenues par l’organisation sur un vol dont la liste de 13 passagers reste introuvable.
AL, UD

Les Finlandais à l’étranger

Des Finlandais habitent dans 172 pays dans les quatre coins du monde
Helsingin Sanomat relève que 230 000 Finlandais majeurs résident d’une façon permanente à l’étranger. 104 341 entre eux habitent en Suède, 16 685 aux Etats-Unis et 12 963 en Allemagne. 3225 Finlandais résident en France.

Estonie

M. Katainen a rencontré son collègue estonien à Turku
Turun Sanomat relève que le Premier ministre Katainen s’est entretenu avec le premier ministre estonien, M. Andrus Ansip, lundi à Turku où les deux chefs du gouvernement ont participé aussi à un séminaire sur l’avenir de l’Europe.
Selon M. Ansip, le mécanisme européen de stabilité a suscité beaucoup d’émotions aussi en Estonie. Le Premier ministre estonien a fait l’éloge de la solidarité dans l’Union européenne. M. Ansip est favorable à la participation de son pays au MES et approuve le passage à la majorité qualifiée.
Le Premier ministre Katainen a rejeté les spéculations selon lesquelles il y aurait des problèmes dans la coopération gouvernementale en raison du MES.
A la question de TS de savoir pourquoi les déclarations de la ministre des Finances, Mme Urpilainen, sont en contradiction avec les propos du Premier ministre, M. Katainen a répondu : « La ministre des Finances a bien décrit la situation et maintenant nous tentons à trouver un moyen afin de respecter en même temps notre constitution et de participer au MES ».
TS/12

Politique intérieure

Présidentielle

L’UE et la Finlande : M. Lipponen estime qu’il faut que la Finlande participe pleinement au noyau dur de l’UE
M. Lipponen a inauguré sa campagne électorale, hier. Il insiste sur l’importance que le gouvernement œuvre en faveur de la participation de la Finlande à l’UE et à son noyau dur. Concernant la crise de l’euro, il estime que la Finlande ne peut pas être un pays qui fait une exception et que la Finlande avait beaucoup en jeu au niveau de l’UE.
Quant à la prise de décision dans le cadre du MES, il estime qu’il faut être capable de prendre des décisions également dans des circonstances exceptionnelles.
Il condamne les propos sur le retour du markka finlandais comme populistes. Il est convaincu que l’euro survivra.
HS relève que le budget de la campagne de M. Lipponen concernant le premier tour s’élève à 800 000 euros.
HS/A8

Parlement - Budget

La commission des finances prévoit un nouveau plan de rigueur
Helsingin Sanomat rapporte que la commission des finances du Parlement estime qu’il est clair qu’il y aura dans l’économie nationale de nouvelles mesures de rigueur importantes et des augmentations d’impôts. Le président conservateur de la commission, M. Kimmo Sasi, a noté que la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen (PSD), présenterait en février prochain à la commission ses vues sur l’évolution de la situation économique.
La commission des finances, qui a terminé lundi la rédaction de son avis sur le projet de budget de 2012, estime qu’il faut se préparer à la hausse du chômage, à la baisse de la demande nationale et à l’augmentation des coûts de la sécurité sociale. Les deux partis de l’opposition, les Vrais Finlandais et le Centre, se sont opposés à l’avis de la commission des finances.
Le montant du budget s’élève à 52,5 milliards d’euros, dont 7,3 milliards seront couverts par la dette. L’étude du projet de budget commencera mercredi en séance plénière. Les derniers votes devraient avoir lieu le mercredi 21 décembre.
HS/A6

Vrais Finlandais

Le député Hirvisaari condamné à une amende pour l’incitation à la haine
Selon Helsingin Sanomat, M. James Hirvisaari, député des Vrais Finlandais, a été condamné à une amende pour l’incitation à la haine contre un groupe ethnique. Il s’agit d’un texte que M. Hirvisaari, alors conseiller municipal d’Asikkala, avait publié sur son blog sur l’immigration des musulmans.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, ne veut prendre position sur cette affaire qu’après la décision de la Cour suprême.
Le député Jussi Halla-aho a dit que le jugement était mauvais et se demande « si les propos de Mme Halonen ont créé une ambiance favorable à un tel jugement ».
HS/A6

Qui est l’économiste derrière le texte de la motion de censure déposée par les Vrais Finlandais ?
Helsingin Sanomat rapporte que la force cachée derrière la politique économique des Vrais Finlandais, notamment du texte de la motion de censure, est le jeune économiste Oskari Juurikkala (30 ans), chercheur à l’université de Helsinki qui a fait des études entre autres à London School of Economics et qui prépare sa thèse de doctorat d’Etat en économie pour l’université de Finlande de l’Est. M. Juurikkala est catholique et membre de Opus Dei.
HS/A6

France – Finlande

Energie

Olkiluoto 3
Hufvudstadsbladet rend compte des pertes que la construction du réacteur nucléaire Olkiluoto 3 risque d’engendrer à Areva.
HBL/13

Fortum investit dans les vagues françaises
Hufvudstadsbladet relève que le groupe énergétique Fortum envisage de participer à un appel d’offres autour de l’énergie hydraulique en France. Le groupe envisage par ailleurs de coopérer avec le groupe DCNS pour développer l’énergie marémotrice.
HBL/13

France

Présidentielle

« L’annonce de M. de Villepin irrite M. Sarkozy » HBL
Hufvudstadsbladet relève que M. de Villepin se présentera à la présidentielle.
HBL/16

Littérature

Michel Houellebecq
Kaleva publie une critique de La carte et le territoire de Michel Houellebecq, traduit en finnois par Ville Keynäs.
Kaleva/lun/14

Lundi 12 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Conseil européen

Selon M. Katainen, il n’y a pas d’impasse sur le MES
Le Premier ministre était vendredi satisfait des résultats du conseil européen. « Je suis satisfait que nous ayons pu dans l’UE prendre des décisions difficiles sur des questions difficiles » ; Il souligne que la Finlande a pu voir de nombreux de ses objectifs réalisés, comme un renforcement du rôle du FMI.
Concernant l’ajout d’une note en bas de page concernant l’approbation par le Parlement finlandais du passage à la majorité qualifiée au MES, M. Katainen déclare : « Ce n’est pas une impasse, le MES sera créé quoi qu’il arrive. La question de la prise de décision et des autres détails seront décidé lorsque le texte sera rédigé », au printemps. « On verra alors si le contenu du MES a changé de telle manière que cela modifie la position de la Finlande ou non. »
Le représentant de la commission en Finlande, M. Kosonen, souligne que le texte instaurant le MES ne sera écrit que d’ici mars-avril. Cela permet d’envisager de nombreuses autres choses dans la prise de décision d’ici là.

Selon Mme Urpilainen, il n’y a que deux solutions
A l’issue du conseil européen, la Ministre des Finances et présidente du PSD a déclaré : « Nous avons deux solutions. Puisque nous avons fermement exigé les décisions à l’unanimité, soit nous nous en tenons à l’idée originelle selon laquelle les décisions sont prises à l’unanimité, soit la Finlande ne participe pas au MES. Il n’y a pas d’autre solution ».
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, estime pour sa part que le cosneil européen a été un total échec. La Finlande n’a obtenu qu’une note en bas de page et n’a réussi à faire valoir aucun de ses autres objectifs.
Le président du groupe parlementaire du Centre, M. Kimmo Tiilikainen, estime qu’il est clair, dans ces conditions, que la Finlande ne pourra pas participer au MES dans lequel les grands Etats membres dictent leurs décisions. Selon lui, M. Katainen s’est fait déborder par les dirigeants européens : il souligne que le représentant de la Finlande n’aurait pas du accepter, même avec une condition notée en bas de page, la remise en cause de l’exigence d’unanimité. « Le Premier ministre venait d’’entendre la position du parlement sur le fait qua la Finlande ne ferait pas de concession sur l’unanimité. Et là-bas on a froidement piétiné M. Katainen. Il a obtenu qu’y figure une mention sur la position du parlement, mais à quoi sert cette réserve puisque l’on connaissait déjà la position du Parlement finlandais ».
La présidente de la grande commission, Mme Kumpula-Natri exige du Premier ministre une explication pourquoi le texte sur le MES fait référence au parlement finlandais. « Je ne comprends pas ce que veut dire cette référence au parlement finlandais car l’exigence d’unanimité vient de l’interprétation de la constitution et constitue aussi un objectif du gouvernement. ». Elle considère qu’il aurait fallu effacer tout le paragraphe des conclusions faisant mention d’un changement du système de prise de décision au MES. La mention précisant que le passage à des décisions prises à la majorité qualifiée dépend de la décision du parlement finlandais est très lâche.

La situation de la Finlande en suspens
Helsingin Sanomat souligne que la question de la constitutionnalité du MES pour la Finlande reste ouverte. Le président de la commission des Affaires constitutionnelles du Parlement, M. Johannes Koskinen estime que le Parlement peut approuver la création du MES à la majorité simple si l’accord créant le MES comporte un plafond à l’engagement financier de la Finlande. Une autre solution serait que la Finlande obtienne une réserve concernant la possibilité de ne pas se soumettre aux décisions prises à la majorité qualifiée.
Selon M. Koskinen, la possibilité que l’on permette au Parlement d’approuver le MES à la majorité simple (et non comme un traité international modifiant la constitution, ce qui nécessite la majorité des deux tiers) dépend « du plafond et des détails du mécanisme de prise de décision ».

Commentaires
Helsingin Sanomat estime que le fait d’exiger l’unanimité est une rupture dans la politique européenne de la Finlande depuis les années Lipponen.
Les commentateurs interrogés par Turun Sanomat soulignent que la Finlande accepte les décisions prises à la majorité qualifiée au sein du FMI.
Helsingin Sanomat estime qua, la Finlande n’a pas la possibilité, quand bien même elle le voudrait, de ne pas participer au MES. En effet, l’accord sur les garanties obtenues de la Grèce porte pour condition que la Finlande s’engage à verser, comme seul membre du MES, l’ensemble de sa contribution, soit 1,4 milliard d’euros, dès la création du MES.
La directrice de l’institut des relations internationales (UPI), Mme Tiilikainen estime que la Finlande n’a pas à avoir honte d’avoir obtenu une réserve. « Il s’agit aussi de respecter le parlementarisme ».
Le professeur Esko Antola estime que les positions intransigeantes du PSD sont motivées par la peur des Vrais Finlandais. Il considère que la Finlande s’est mise sur la touche en exigeant l’unanimité.

Editoriaux
« Le conseil européen reste à mi-chemin » KL
« Les coureurs de marathon approchent de la fin » Hbl
« Le sommet européen a renforcé l’union à deux vitesses » HS
« A prendre ou à laisser » AL
« Il n’y a pas lieu de craindre de se retrouver seul » KS
« La Finlande limite son influence » TS
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet se demande si les forces des coureur du marathon [de l’euro] suffiront jusqu’à un sauvetage définitif de l’euro. Pour l’éditorialiste, le compromis obtenu à Bruxelles souligne le fait que l’on connaissait déjà : l’UE est devenue une union dont les membres vont à trois vitesses. Prudemment optimiste, l’éditorialiste estime que les quelques semaines avant Noël seront décisives pour la mise en œuvre des mesures de stabilisation de la zone euro. Les règles concernant la discipline budgétaire, les mesures de contrôle et la sanction automatique devront être formulés pour le traité qui est censé être ratifié au printemps. C’est là, la fin de la course.
Helsingin Sanomat s’étonne qu’en Finlande on exige plus de discipline et d’intégration des politiques économiques mais on se cabre contre les atteintes à la souveraineté budgétaire ou économique des Etats membres.
Kauppalehti estime que le conseil européen s’est arrêté à mi-chemin et n’a pas pris toutes les décisions attendues. C’est pourquoi l’alternative d’un effritement de l’union n’est pas exclue.
Aamulehti estime que, dès lors qu’il y aura un plafond de fixé au MES, il ne devrait aps être difficile d’accepter des décisions à la majorité qualifiée. On se rappelle des problèmes que pose l’opposition d’un seul pays à des décisions communes.
Keskisuomalainen estime qu’il n’y a pas à craindre de faire valoir ses intérêts nationaux ni, au besoin, de rester sur la touche.
Turun Sanomat estime au contraire qu’il ne faut pas se retrouver dans une impasse au niveau européen à cause de dissensions de politique intérieure.
Kaleva considère que, pour peser dans l’UE, la Finlande a plutôt intérêt à rechercher des solutions qu’à causer des problèmes.
HS Hbl TS AL KS

Débat sur le MES

Selon M. Tuomioja, la Finlande peut rester en dehors du MES
« Le PSD rêve de pouvoir revenir sur les décisions du sommet européen » TS
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime qu’il n’existe pas de solution juridique permettant de revenir sur l’exigence d’unanimité de la Finlande. « Des décisions à la majorité qualifiée signifieraient que l’on puisse obliger des petits Etats à participer à des plans de financement au mépris de leurs parlements et de leurs budgets. Ce n’est pas possible pour la Finlande. C’est la position univoque et unanime du gouvernement finlandais sur ce point. J’espère que l’on pourra faire en sorte que l’on en revienne à l’unanimité. Je pense que l’on estimera qu’il est dans l’intérêt de tous que tous les pays participent au MES ».
Ne pas participer au MES signifierait selon M. Tuomioja que la Finlande ne fiancerait plus les plans d’aide aux autres Etats et qu’elle ne pourrait pas en profiter, « même si théoriquement nous semblons être le dernier Etat qui pourrait en avoir besoin ». M. Tuomioja souligne que la Finlande n’est pas dans la position d’un pays qui demande de l’aide mais que sa participation au MES dépend désormais des autres : « Le MES existe afin qu’à l’avenir, si un Etat est en difficulté il pourra lui demander des aides. Heureusement, la Finlande ne sera pas la première dans ce cas car nous avons bien géré nos finances. Si les autres Etats s’en tiennent à la règle de la majorité qualifiée et donc ne veulent pas que nous y participions, c’est leur choix. » M. Tuomioja souligne que la Finlande soutenait vigoureusement le premier projet de MES qui contenait la règle de l’unanimité. « Et pour des raisons inconnues on a voulu en changer les règles. Tout le problème vient de là. Quand la France et l’Allemagne ont décidé qu’il fallait abandonner l’unanimité, ces Etats n’ont rien lâché de leurs droits ».
M. Tuomioja estime que le conseil européen a pris très rapidement des décisions dont personne ne peut évaluer les effets. « Ces mesures n’auront aucun effet direct sur la crise actuelle. Il s’agit de mesures qui vont agir dans deux ans au plus tôt ».
M. Tuomioja estime qu’il faudra évaluer de manière critique nombre de ces mesures. « Je suis personnellement très réservé sur la règle dégainée de la manche concernant la limite de 0,5% du déficit budgétaire. Cela ressemble à l’inscription dans les constitutions nationales d’une exigence de politique de la droite libérale ». M. Tuomioja souligne que cela ne figurait pas dans la proposition franco-allemande. « On ne l’avait pas précisé avant. Est-ce que cela a été avancé lors de la réunion du PPE qui a précédé le conseil européen ? Sans prendre position sur le fait de savoir si c’est acceptable, cela nécessitera d’importantes évaluations du point de vue économique, politique et juridique ».
TS KS

M. Stubb fait confiance dans l’imagination des juristes européens
Le ministre des Affaires européennes estime que l’on trouvera une solution sur le MES conforme à la constitution finlandaise. « On va digérer le résultat du conseil européen et on verra ensuite, quand le texte instaurant le MES sera écrit comment on le rend compatible avec la constitution finlandaise. Je ne pense pas que personne, notamment dans le gouvernement, ne souhaite que la Finlande ne participe pas au MES. Mais il est clair qu’il faudra trouver une solution dans les mois qui viennent. »
KS

Dissensions PSD – conservateurs
Turun Sanomat relève que le PSD, par les voix de la ministre des Finances, de la présidente de la grande commission et du président de la commission des affaires constitutionnelles fait le siège du Premier ministre Jyrki Katainen. Le gouvernement Katainen est pour la première fois dans une situation où les conservateurs et le PSD sont divisés sur l’intérêt de la Finlande. C’est une petite crise, mais encore très loin d’une crise de gouvernement. En effet, il sera certainement possible de trouver un compromis tant au gouvernement qu’e dans l’eurogroupe. L’opposition peut faire trembler le gouvernement mais pas suffisamment pour le faire tomber, estime Heikki Vento, dans TS.
Helsingin Sanomat souligne que le PSD promeut une politique de l’intransigeance (à prendre ou à laisser) alors que le parti conservateur cherche une solution de compromis. « On ne peut pas avoir deux lignes politiques concurrentes à Bruxelles. Il faut n’y promouvoir qu’une seule position finlandaise. On a encore le temps de la chercher avant de signer au printemps le traité fondant le MES » conclut HS

Déclarations de M. Katainen
Interrogé dimanche à la radio, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que tous les pays de l’eurogroupe, dont la Finlande, devaient participer au MES. « C’est très clair. Il est important que chaque pays de l’eurogroupe assume ses responsabilités. Nous cherchons une solution qui nous permettra d’y participer ».
M. Katainen a déclaré que le gouvernement cherchait « dans le calme et de manière déterminée une solution qui soit acceptable par la Finlande, respecte la constitution finlandaise et permette à la Finlande de participer au MES.
Il souligne qu’il faut regarder les choses avec modération : « Il y a deux aspects. Le premier c’est de savoir si l’on accepte que les autres décident à notre place. Le second c’est qu’il peut se trouver dans nos intérêts de sauver l’euro et que nous soyons alors confrontés à l’opposition d’un Etat qui empêcherait une décision. »
M. Katainen n’a pas précisé quel serait la solution. On en discute au gouvernement, avec les constitutionnalistes et avec la commission des affaires constitutionnelles.

M. Pekkarinen envisage la sortie de l’euro
Le président de la commission économique du parlement a déclaré que la Finlande devrait mettre en marche des préparatifs pour sa sortie de l’euro si les décisions européennes ne rassurent pas les marchés. Selon lui, la Finlande pourrait rester un pays actifs dans l’UE même en dehors de l’euro. Elle pourrait alors rechercher de nouveaux modèles et de nouveaux partenaires auprès des pays nordiques.

M. Soini loue la Grande-Bretagne
Le président des Vrais finlandais estime que la Finlande peut encore se retirer du MES. Il loue la décision de M. Cameron de rester en dehors de l’union de la stabilité budgétaire.
KS

Programme européens d’échanges

La Commission veut mettre fin aux programmes d’échanges de la jeunesse
Helsingin Sanomat relève que la Commission européenne veut mettre fin au programme d’échanges La jeunesse en action pour créer à la place un seul programme Erasmus pour tous afin d’y regrouper tous les programmes différents.
La Finlande participe aux programmes de jeunesse depuis 1994. Environ 2 000 jeunes finlandais ont participé annuellement aux programmes dans le cadre de La jeunesse en action.
HS/lun/A8

Directive sur les émissions de soufre

Le Parlement exige l’ajournement de la directive
Selon Helsingin Sanomat, la Grande commission du Parlement exige que la direction européenne sur les émissions de soufre soit ajournée d’au moins cinq ans parce que la directive augmenterait les frais des transports maritimes et diminuerait la compétitive de l’industrie exportatrice.
HS/sam/A18

Russie

Le ministère des Affaires étrangères met en garde les voyageurs à Saint-Pétersbourg
Aamulehti relève que le ministère des Affaires étrangères met en garde les voyageurs à Saint-Pétersbourg et rappelle à la prudence en cas de manifestations et dans le métro, les gares et les aéroports.
Dans son communiqué, le ministère rappelle du risque du terrorisme sporadique.
AL/sam/A12

Conférence de Durban

Les ONG sont déçues, le ministre de l’Environnement plutôt satisfait
Alors que les ONG trouvent que les résultats de la conférence de Durban se réduisent au néant, le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö (All. verte), considère que, malgré ses défauts, la conférence représente le pas en avant le plus important depuis le traité de Kyoto.
Mme Hassi, députée européenne (All. verte), considère que, selon ses convictions, on peut penser que le résultat de la conférence peut être considéré comme une percée historique ou comme tout à fait insuffisante. Elle estime qu’il est « tout juste possible » d’empêcher le réchauffement du climat au-delà des 2 degrés.
M. Tynkkynen, député des Verts et conseiller du gouvernement en matière climatique, estime que la prolongation du traité de Kyoto garantira la survie des bons éléments du traité. Il relève que l’on admet clairement l’insuffisance des engagements concernant la diminution des émissions. Pour lui, le résultat de Durban permet, si les Etats en ont la volonté, une protection climatique ambitieuse.
Aamulehti relève que la Finlande aurait souhaité que l’on inscrive une compensation concernant les forêts qui aurait permis à la Finlande de défricher plus de forêts que prévu dans le traité. M. Niinistö estime qu’insister sur cette exigence aurait mis en danger le résultat de la conférence. Il relève que la Commission européenne est désormais consciente de la concession finlandaise.
UD/lun/6, KS/lun/11, AL/lun.A4, www.ilmasto.org

Politique intérieure

Election présidentielle

Deux débats télévisés importants cette semaine
Aamulehti rapporte que les huit candidats présidentiels ont une semaine dure devant eux. IL y a deux débats télévisés importants, celui de la MVT3 mercredi et le débat de TV1 jeudi, qui est intitulé « la Finlande dans le monde » et portera sur la politique étrangère et de sécurité.
Le chercheur Juha Rahkonen de l’institut Taloustutkimus souligne l’importance de grands débats télévisés qui sont pour les électeurs des occasions de comparer tous les candidats à la fois. Il n’y a qu’une petite partie d’électeurs qui participent aux évènements organisés par les candidats séparés.
Concernant l’importance des sondages d’opinion, M. Rahkonen souligne que les sondages ne décident rien. Depuis l’établissement d’élections présidentielles directes, le candidat qui a été en tête des sondages a aussi gagné au second.
« L’élection présidentielle n’est pas une élection d’un parti politique. Selon un de nos sondages, les électeurs veulent que le président soit au-dessus des partis politiques et rassemble le peuple », selon M. Rahkonen.
AL/lun/A6

Retraites

EK évoque encore l’augmentation de l’âge de retraite
Helsingin Sanomat relève que la confédération du patronat et de l’industrie EK veut augmenter l’âge de retraite de 63 à 65 ans et diminuer la sécurité de chômage. Les centrales syndicales s’y opposent mais sont prêtes à négocier sur un accord social global.
EK s’intéresse à cette la proposition du ministre du travail, M. Lauri Ihalainen (PSD), qui concerne les retraites et le tout domaine social.
Les employeurs veulent également mettre fin au système de préretraites.
Selon les informations du quotidien, le gouvernement souhaite que le nouvel accord social global soit prêt avant les négociations sur le cadre budgétaire en mars prochain.
HS/lun/A3&A5

Economie

Arrêt de la croissance
L’arrêt des exportations finlandaises signifie un brutal arrêt de la croissance. Le retournement économique actuellement en cours ne devrait toutefois pas être aussi important qu’en 2008.
HS Kaleva

Brise-glace
Les brise-glace finlandais commence à vieillir et le gouvernement a inscrit dans son programme l’objectif de prévoir la modernisation de l’équipement en question.
Actuellement, la Finlande dispose de neuf brise-glace. Un des brise-glace de la flottille sera démantelé en 2015. Comme la construction d’un brise-glace prend au minimum deux ans, une décision sur une commande devrait être prise rapidement.
Les brise-glace traditionnels, qui sont suffisamment puissants pour toutes les conditions climatiques, ne sont pas bien adaptés pour d’autres fonctions, alors que les nouveaux modèles, à fonctionnalités multiples, se débrouillent moins bien dans des conditions dures.
M. Vauraste, directeur général de l’armateur Arctia Shipping, estime qu’il serait opportun de construire un brise-glace à multiples fonctions déstiné à d’autres conditions que seules celles de la mer Baltique. Avec l’augmentation des transports maritimes et de la production pétrolière et du gaz naturel dans les régions maritimes arctiques, la demande pour de tels navires ira croissant.
HS/dim/E1&2

Défense

L’externalisation de la restauration de la défense nationale augmente le prix des repas
La défense nationale externalise ses services de restauration à partir de l’année prochaine. Le parlement a approuvé, vendredi la proposition du gouvernement par 101 voix contre 71, l’opposition étant contre le projet. Une nouvelle compagnie, entièrement possédée par l’Etat, Leijona Catering, augmentera les prix des repas dès le début de l’année. Le déjeuner du conscrit, qui coûtait avant 4,10 euros passera à 5 euros, le petit déjeuner de 2,50 à 3 euros et le goûter du soir de 1,40 à 2,50 euros.
La directrice de la société Leijona Catering, Mme Ritva Paavonsalo, souligne que les dépenses de la défense nationale n’augmenteront pas pour autant.
La proposition a été critiquée notamment par le fait qu’elle ne prenait pas suffisamment en compte la position des femmes à bas salaires. Les salaires pourraient, en effet diminuer de 30%.
HS10.12/A19, TS10.12/9

Bilinguisme

Selon un professeur, une école bilingue ne serait idéale que pour les élèves finnophones
Helsingin Sanomat rapporte que selon le professeur de suédois Marjatta Sundman de l’université de Turku, les écoles bilingues menaceraient la langue suédoise.
Mme Sundman souligne que le suédois est une langue minoritaire et le finnois à une position très dominante dans la société finlandaise. « Le suédois a besoin d’un soutien spécial pour survivre. Une école suédophone est le meilleur milieu pour l’apprendre. Du point de vue des finnophones, une école bilingue serait avantageuse. »
Elle estime qu’il y a un grand risque que les écoles suédophones dépérissent si les familles bilingues mettent leurs enfants dans des écoles bilingues.
HS/sam/A8

Société

Infanticides
Keskisuomalainen fait état d’un rapport concernant l’étude de 200 infanticides en Finlande entre 1970 et 1994.
La Finlande occupe le premier rang en matière de décès des enfants : on enregistre 5 décès pour 100 000 enfants par an en Finlande contre seulement 0,6 en Suède.
En matière de dépression et de violence chez les enfants, la Finlande occupe le premier rang avec l’Autriche.
KS

France - Finlande

Théâtre : Une pièce de Mika Myllyaho sera mise en scène à Paris
Panique, une pièce de Mika Myllyaho, actuellement directeur du Théâtre national, sera produit à Paris, au Théâtre Saint George, en janvier 2012. Elle sera mise en scène par Jean-Claude Idée.
HBL/sam/24

Luxe : Un nouvel espace Chanel
La boutique Della Marga va ouvrir un nouvel espace Chanel dans son nouveau point de vente, à Helsinki.
Il s’agit de la seule représentante de la marque dans les pays nordiques.
Outre les étrangers (Russes, Japonais et Chinois), les Finlandais sont désormais une clientèle importante de sa boutique.
KL

France

Economie : Dassault Systèmes
Kauppalehti publie un article sur Dassault Systèmes.

Vendredi 9 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« La Grande-Bretagne et la Hongrie en-dehors de l’accord – la Finlande cause un obstacle » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’il n’a pas été possible d’envisager une réforme des traités car certains pays s’y opposaient. C’est pourquoi le sommet de Bruxelles va réunir les pays qui, au sein des 27, souhaitent créer une « union de la stabilité budgétaire ». « Il n’a pas été possible d’envisager une modification des traités ou même au niveau d’un protocole », selon M. Katainen.
A l’issue de la réunion, le Premier ministre finlandais s’est félicité que la Commission allait avoir un rôle dans le contrôle de la discipline budgétaire. « C’est l’une des questions les plus difficiles : comment adapter le rôle de la Commission. Mais nous avons été quasi unanimes à souhaiter que l’institution ait un rôle ».
M. Katainen estime que dans le texte final sur le Mécanisme européen de stabilité (MES), la responsabilité du secteur privé sera maintenue à peu près comme avant.
La Finlande a toutefois engendré une situation de blocage qu’il faudra d’une manière ou d’une autre résoudre. Alors que les autres pays souhaitent une possibilité de décision d’urgence à la majorité qualifiée de 85% au MES , M. Katainen a indiqué que la Finlande conformément à la position de la commission des Affaires constitutionnelles du Parlement, ne pouvait pas accepter l’abandon de l’unanimité au profit de la majorité qualifiée. « Le texte final mentionne donc la proposition des autres Etats concernant la majorité qualifiée, avec toutefois une mention en bas de page qui indique que le passage à la majorité qualifiée dépendra d’une décision du parlement finlandais », a indiqué le premier ministre.
« On verra ce que cela signifie », a dit M. Katainen qui souligne que la solution devra être trouvée d’ici mars lorsque l’on signera le traité fondant le MES. « Maintenant les autres Etats savent au moins qu’il n’est pas possible pour nous d’accepter la majorité qualifiée ».
Uusisuomi estime qu’il est improbable que l’on trouve une majorité des deux tiers au parlement finlandais pour accepter que les décisions soient prises à la majorité qualifiée au MES. Le site en ligne d’information rappelle que l’opposition finlandaise a clairement indiqué son intention d’empêcher la proposition franco-allemande au parlement finlandais si le Premier ministre n’y arrivait pas au conseil européen.
HS Yle uusisuomi

Réactions
Ce matin à la télévision, le président de la commission des Affaires constitutionnelles, M. Koskinen (PSD) s’est étonné des décisions prises au conseil européen. « On est parti de l’idée que l’on pouvait aller contre l’avis des petits Etats membres. Il faudrait préparer de telles propositions de telle manière que tous les Etats soient consultés de manière égale et que le président de la Commission et du conseil y participent », a dit M. Koskinen qui a critiqué un directoire de la France et de l’Allemagne dans lequel deux dirigeants d’une même courant politique ont pris le pouvoir.
La présidente de la grande commission, Mme Kumpula-Natri s’est féléicité d’un renforcmeent du contrôle de la discipline budgétaire telle que la Finlande le souhaitait. « On a regretté en finlande que les traités n’aient pas été respectés. En Finlande il a été difficile à croire que l’on fasse accepter la discipline à la France ».
Yle

La grande commission n’accepte pas l’abandon de l’unanimité au MES
Interrogée par la grande commission, la commission des Affaires constitutionnelles a décidé que la prise de décision à la majorité qualifiée et non plus à l’unanimité au mécanisme européen de stabilité serait contraire à la constitution finlandaise.
Pour être approuvée par le Finlande, cette modification devrait donc être adoptée par le parlement finlandais à la majorité des deux tiers, comme pour l’adoption d’un traité international modifiant la constitution. En effet, le mécanisme européen de stabilité aurait, selon la commission, un effet sur le pouvoir souverain de la Finlande et sur la compétence budgétaire du Parlement finlandais.
Le président de la commission des affaires constitutionnelles a toutefois indiqué que sa commission avait statué sur la base des documents alors connus et qu’elle pourrait de nouveau évaluer sa position sur la base du projet définitif des statuts du MES.
Jeudi, les présidents des deux partis de l’opposition, M. Soini (Vrais Finlandais) et Mme Kiviniemi (Centre) ont assuré que leurs partis ne soutiendraient pas le passage à la majorité qualifiée au sein du MES. Les six partis de la coalition ne pourraient pas réunir les deux tiers nécessaires au parlement puisque les deux partis d’opposition, avec 74 députés, ont plus que la minorité de blocage (67).
La grande commission a décidé, jeudi, que le Premier ministre ne pouvait même pas négocier l’assouplissement de la règle de l’unanimité au sein du MES. Selon la grande commission, l’exigence d’unanimité est indispensable à la création du MES. Selon la présidente de la Grande commission, Mme Kumpula-Natri, outre le fait que cela modifie la constitution finlandaise, cela était aussi contraire à l’égalité entre les Etats : seuls trois Etats auraient un droit de véto au MES : « La proposition consiste à ne pas autoriser de droit de véto aux autres Etats, ce qui contrevient au principe d’égalité de traitement entre les Etats ». Mme Urpilainen aussi a souligné que « l’unanimité assurait aux petits Etats membres une possibilité de peser sur les décisions ».
La grande commission estime aussi qu’il faut maintenir la responsabilité du secteur privé. Les partis d’opposition ont ajouté des avis divergents à la décision de la grande commission. Le centre pour critiquer la forme de la position du gouvernement et les Vrais Finlandais pour s’opposer à toute nouvelle aide aux pays en difficultés.
Avant le sommet européen, M. Katainen a promis de respecter l’avis de la commission des affaires constitutionnelles : « l’avis de la commission des affaires constitutionnelles est claire et il faut le respecter. Nous ne pouvons accepter que la règle d’unanimité. Aucune prise de décision en Finlande ou en Europe ne peut s’imposer à notre constitution ».
De son côté la présidente de la grande commission, Mme Kumpula-Natri a admis que la situation était difficile. « C’est une situation difficile car deux grands pays ont fait leurs propositions ». Elle estimait toutefois que la Finlande était dans une position de force car si la France et l’Allemagne pressaient pour imposer la majorité qualifiée, la Finlande pourrait, en arguant de sa constitution, ne pas participer au MES. « Cela serait un drôle de signal pour les marchés que la Finlande en sorte et la Grèce y reste », dit-elle. Elle estimait que la France et l’Allemagne pourraient céder car finalement la procédure d’urgence (et donc la majorité qualifiée) n’avait pas un rôle important.
HS

Mme Urpilainen croit toujours dans la responsabilité du secteur privé
Helsingin sanomat rapporte que l’abandon de la responsabilité du secteur privé pourrait causer des difficultés au PSD. En effet, la responsabilité du secteur privé était une condition posée par le PSD dans la campagne électorale puis dans l’accord de gouvernement avec le parti conservateur.
Hier, au Parlement, Mme Urpilainen déclarait encore que le PSD ne pourrait pas accepter d’accord ne mentionnant pas la responsabilité du secteur privé.
HS

La responsabilité de la Finlande pourrait augmenter
Helsingin Sanomat relève que le plafond du MES pourrait ne pas être limité aux 700 milliards d’euros envisagés. Dans ce cas, la part demandée à la Finlande (soit actuellement 12,6 milliards) pourrait être augmentée si le MES décidait d’augmenter son capital.
HS

Des difficultés dans la coalition
La presse rapporte qu’il y a eu, hier, trois « clash » entre le PSD et les conservateurs. D’une part, à la commission des Affaires constitutionnelles, le membre-adjoint Kimmo Sasi (qui présidait cette commission jusqu’en juin dernier) s’est arrangé pour y participer (en demandant à un membre présent de lui céder sa place) et a fait figurer un avis divergent arguant que la Finlande avait déjà accepté un transfert de souveraineté en approuvant que le MES ait un capital de 700 milliards d’euros.
Ensuite, à la réunion de la grande commission, M. Sasi a de nouveau critiqué la position de cette commission.
Enfin, lors de la réunion de la commission des Finances, M. Sasi a mené, avec les autres députés, la fronde contre une proposition des députés du PSD d’adopter une résolution sur les mesures de stabilité européennes.
M. Sasi a accusé le PSD de politiser le débat en saisissant la commission des affaires constitutionnelles. Selon lui, la commission qui avait entendu des juristes mardi, avait envisagé que la proposition franco-allemande contrevenait à la constitution finlandaise mais pourrait, en cas de certaines modifications, être considérée comme n’y contrevenant pas. Ensuite, lorsque la commission a adopté son avis, elle n’a plus repris les conditions auxquelles le passage à la majorité qualifiée pourrait ne plus nécessiter de vote du Parlement finlandais à la majorité des deux tiers.
La députée du PSD, Mme Paatero a fortement critiqué M. Sasi qu’elle a accusé de se désolidariser de la politique du gouvernement. Elle demande au parti conservateur de dire quelle est la ligne du parti et si M. Sasi n’engageait que lui-même ou l’ensemble du parti.
« Quand je regarde l’ensemble de la journée, à la commission des Affaires constitutionnelles, à la grande commission et à la commission des finances, bien sûr j’y vois des tensions », admet M. Sasi.
Le quotidien du parti conservateur estime que le jour de la fête d’indépendance finlandaise, Mme Urpilainen (PSD) avait déclaré, probablement sans en référer au premier ministre, que la Finlande n’accepterait ni le passage à la majorité qualifiée au MES ni l’abandon de la responsabilité du secteur privé. Ces déclarations ont probablement poussé à la position des membres du PSD de la commission des affaires constitutionnelles qui a conduit à diminuer la marge de manœuvre de M. Katainen au conseil européen
TS

Commentaires
« La Finlande se met sur la touche – Etrange » uusisuomi
Le chercheur Juha Jokela relève que la Finlande semble avoir changé de position en demandant désormais l’unanimité. « La Finlande a toujours demandé plus de décisions à la majorité qualifiée pour assurer la capacité de prise de décision de l’UE ».
Pour le profeseur Antola, il s’agit d’un changement de la ligne politique de la Finlande. « On a toujours été dans le noyau dur de l’Ue et on se dirige maintenant vers la touche. On ne prend pas en compte la possibilité que la Finlande soit dans la majorité qualifiée qui prenne des décisions conformes à nos intérêts. On pense étrangement que nous serons toujours mis en minorité ». Selon lui, « le PSD semble penser que si l’on ne prend pas en compte la critique venant des Vrais Finlandais, alors cela se verra dans les urnes aux prochaines élections ».
La directrice de l’UPI, Mme Tiilikainen s’étonne elle aussi que la Finlande se mette sur la touche du cœur des décisions de la coopération économique européenne. C’est un revirement dans la politique européenne de la Finlande.
uusisuomi

Editoriaux
« Le Parlement a lié les mains du Premier ministre » HS
« La Finlande s’engage dans une voie risquée » KL
Helsingin Sanomat souligne que la commission des affaires constitutionnelles a lié les mains du premeir ministre en faisant de la position finlandaise un obstacle possible pour un accord européen. L’éditorialiste rappelle que c’est d’ailleurs la Finlande, avec ses exigences de collatéraux, qui était peut-être à l’origine de l’idée d’abandonner l’unanimité pour décider de futurs plans d’aide européens.
Kauppalehti estime que la Finlande prend un risque politique de se retrouver à l’extérieur du cœur des décisions politiques européennes.
HS KL

Afghanistan

Le gouvernement compte augmenter l’aide au développement accordée à l’Afghanistan
Turun Sanomat relève que selon un compte-rendu que le gouvernement a présenté jeudi au Parlement, l’aide au développement accordée à l’Afghanistan s’élèvera à 20 millions d’euros d’ici 2014. L’aide a été de 11 à 12 millions d’euros ces dernières années. L’aide humanitaire et le soutien aux organisations non gouvernementales doivent rester au moins à leur niveau actuel.
La Finlande soutient l’Afghanistan depuis une dizaine d’années. Le gouvernement a souligné que le niveau des soins médicaux et de la formation se sont améliorés en Afghanistan et un grand nombre de filles peuvent aller à l’école. Il n’y a toutefois pas eu du progrès dans la lutte contre la corruption et contre la drogue.
TS/10

Terrorisme

La police compte demander plus de temps pour son enquête
Helsingin Sanomat rapporte que l’enquête sur le terrorisme par la police judiciaire continue et la police compte demander un délai supplémentaire jusqu’à l’été prochain. Selon le commissaire Kaj-Erik Björkqvist, « il s’agit d’une grande enquête internationale qui prend du temps ».
L’enquête est liée à un éventuel financement de l’organisation islamiste al-Shabaab. La police judiciaire a pu interroger un troisième suspect, qui est de retour en Finlande depuis quelques semaines. De plus, un homme de 34 ans de Helsinki est toujours emprisonné et une femme de 28 ans de Vantaa est obligée de se tenir à la disposition de la justice.
Selon le commissaire Björkqvist, plusieurs personnes à l’étranger sont liées à l’affaire mais la police judiciaire n’a pas pu les joindre.
HS/A6

Russie – Finlande

Chantiers navals
Kauppalehti relève que le chantier naval de Helsinki (Helsinki Arctech Shipyards) pourrait obtenir jusqu’à 15 commandes de Russie. Le ministre de l’Economie, M. Häkämies, a accueilli le ministre russe du Commerce, M. Hristenko, hier. Une conférence de presse a été organisée à l’occasion du lancement de nouveaux projets de coopération.
L’armateur russe United Shipbuilding Corporation qui dispose de la moitié des actions du chantier naval de Helsinki, a annoncé que la Russie avait prévu le financement de 15 brise-glace arctiques. Le chantier naval de Helsinki disposerait de la capacité de construction qui manque en Russie.
Pour l’instant, un accord sur la construction d’un brise-glace de sauvetage de 76 millions d’euros a été signé entre les Finlandais et les Russes.
KL/8

Etrangers

Un tiers des ouvriers dans le bâtiment sont des étrangers dans la région de la capitale
Selon Helsingin Sanomat, dans les chantiers de construction de la région de Helsinki, un tiers des ouvriers, environ 30 000 personnes, sont des étrangers. Dans ce domaine, 5 000 personnes prennent la retraite tous les ans et il n’y a pratiquement pas de chômage.
Le plus grand groupe sont les Estoniens. En Estonie, il y a eu 92 000 ouvriers dans le bâtiment en 2010 mais seulement 41 000 cette année. Une grande partie de ceux qui ont quitté l’Estonie travaillent maintenant en Finlande. Avec la croissance économique, on craint que les Estoniens restent travailler chez eux. Ils pourraient être remplacés par les Bulgares, les Roumains et les Biélorusses. Il y a déjà de nombreux immigrés africains qui travaillent dans le bâtiment. Par exemple l’entreprise du Somalien Abdi Osman donne du travail à une cinquantaine d’immigrés.
HS/A13

Politique intérieure

Retraites

M. Mäenpää rejette l’augmentation de l’âge de retraite
Keskisuomalainen relève que M. Mikko Mäenpää, président de la centrale syndicale STTK, rejette une éventuelle hausse de l’âge de retraite de 63 à 65 ans. Il rappelle que « l’un des deux principaux partis au gouvernement, le PSD, a annoncé, dans la campagne électorale qu’il ne comptait pas augmenter l’âge de retraite ».
Selon M. Mäenpää, il est toutefois possible d’augmenter l’âge de retraite avec des mesures souples. « Il faut trouver des moyens afin d’améliorer le bien-être dans le travail et une souplesse sur les heures de travail pour que les gens décident eux-mêmes de ne pas partir tôt à la retraite. »
M. Mäenpää rejette également les idées de la confédération du patronat et de l’industrie EK qui souhaite mettre fin au système de retraite pour les chômeurs de plus de 57 ans.
KS/jeu/13

Economie

« Les exportations diminuent à un rythme inquiétant » KL
Selon les derniers chiffres des douanes concernant les échanges commerciaux, les exportations finlandaises ont diminué de 500 millions en octobre par rapport à septembre, ce qui correspond à une chute de 10 % au niveau mensuel. La tendance est à la baisse depuis mai, mais en octobre, tous les secteurs importants ont fléchi.
Kauppalehti relève que cette évolution laisse deviner que la croissance de l’ensemble de l’économie sera minime durant le dernier trimestre de l’année en cours.
En Finlande, l’économie n’a rattrapé que la moitié de la chute de la récession en 2008-2009 et la diminution observée en octobre efface une partie de ce rattrapage.
KL/8

Mises à pied à M-real
Les groupes forestiers Metsäliitto et M-real donnent un avertissement sur les résultats du dernier trimestre de 2011. M-real envisage des mises à pied dans toutes ses usines en Finlande. Les négociations concerneront 1200 employés.
HS/B9

Licenciements à Tapiola
Tapiola, groupe d’assurances et banque, a annoncé la suppression de 143 emplois. A l’origine, le groupe avait estimé que jusqu’à 230 personnes pourraient être licenciées.
HS/B9

Mises à pied à Kesla
Kesla, groupe d’engins forestiers, entamera les négociations concernant la mise à pied de l’ensemble de son personnel des usines de Joensuu et de Kesälahti. Les mises à pied de 90 jours seraient mises en œuvre courant 2012 et concerneraient 178 personnes.
HS/B9

Jeudi 8 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Dernière minute : La constitution juge inconstitutionnelles la majorité qualifiée au MES
La commission des Affaires constitutionnelles a décidé à l’unanimité que la prise de décision à la majorité qualifiée au mécanisme européen de stabilité serait contraire à la constitution finlandaise. Pour être approuvée par le Finlande, le MES devrait donc être adopté par le parlement finlandais à la majorité des deux tiers.

Les conservateurs ont cherché une ligne commune à Marseille
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre finlandais a participé, hier, à, la réunion du PPE et a eu l’occasion de s’entretenir avec Mme Merkel et M. Sarkozy.

« La Finlande a toujours exigé la responsabilité du secteur privé – cette exigence pourrait être diluée » HS
Helsingin Sanomat rapporte que, dans le non papier qui circule il ressort que la responsabilité du secteur privé serait considérablement amoindrie.
Le ministère des Finances estime que cette responsabilité pourrait être explicitée dans une déclaration annexée au projet d’accord. Le caractère juridique de cette déclaration suscite des interrogations de la part de juristes finlandais.
De même, les professeurs de droit se demandent si la prise de décision à la majorité qualifiée au MES « diminuerait le pouvoir budgétaire et la souveraineté de la Finlande qui ne pourrait plus décider de l’utilisation de ses fonds ». Il n’est pas clair de savoir s’il s’agirait d’une diminution du pouvoir budgétaire. Mais en dernier ressort, il s’agit de la souveraineté de la Finlande. C’est pourquoi j’estime qu’un tel texte devrait être approuvé par le Parlement finlandais à la majorité des deux tiers » estime le professeur Tuomas Ojanen.

Selon Mme Urpilainen, les décisions à la majorité qualifiée inquiètent la Finlande
La ministre des Finances participait à un séminaire du PSD sur l’Europe. Elle a parlé en faveur d’une union budgétaire d’ici 2020.
Helsingin Sanomat relève que dans son discours, Mme Urpilainen a pris soin de ne pas divulguer les positions de la Finlande avant le conseil européen.
Mme Urpilainen était hier confiante sur la possibilité d’arriver à des décisions au conseil européen. « La proposition Sarkozy-Merkel comporte de bonnes idées, surtout en ce qui concerne le renforcement de la discipline budgétaire et des sanctions automatiques pour ceux qui violent les règles budgétaires ».
Selon Mme Urpilainen le principal problème concerne la prise de décision à la majorité qualifiée au MES. « La position de la Finlande est très claire : nous exigeons l’unanimité ».
De même la question de l’abandon de la responsabilité du secteur privé pose problème pour la Finlande car le PSD en avait fait l’un de ses principaux thèmes lors de la campagne électorale.
De plus, Mme Urpilainen n’accepte pas sans difficulté le fait que la France et l’Allemagne s’arrogent le droit de diriger la politique européenne : « Il est positif que leur coopération fonctionne, mais cela ne doit pas vouloir dire que les autres pays n’ont pas leur mot à dire ».
KS

M. Lipponen critique le tandem Merkel-Sarkozy
Lors d’un séminaire du PSD sur l’Europe, l’ancien Premier ministre paavo Lipponen a critiqué fermement M. Sarkozy et Mme Merkel : « on peut défendre leur comportement à la veille du conseil européen par la précipitation et la nécessité, mais ce duo est cette fois allé trop loin. Ils montrent leur papier quelques jours avant le conseil et le donnent à van Rompuy aujourd’hui. Ce tandem se moque des parlements nationaux qui devraient approuver en un jour des changements importants. »
« Est-ce que l’on est en train de créer un club fermé qui n’est contrôlé par aucune institution comme la Commission et que, en pratique est dirigé par la France et l’Allemagne ? ».
« Quand le tandem exige des sommets de la zone euro tous les mois, est-ce qu’il a l’intention de faire pareil : la veille il dit aux autres ce qui sera décidé ? Et ce n’est que la face immergée d’une politique du « à moi – à toi » que la France et l’Allemagne pratiquent dans les nominations. »
« Les petits Etats doivent chercher une coopération constructive avec les grands mais cela ne veut pas dire de rester sur la touche si le caractère de l’union change ».
M. Lipponen s’est proposé pour une intégration en politique économique et financière mais en accordant des pouvoirs aux parlements nationaux.

M. Katainen aura son mandat de négociation aujourd’hui
La constitution permet-elle d’approuver des décisions à la majorité qualifiée ?
La commission des Affaires constitutionnelles va se réunir aujourd’hui pour décider si la Finlande peut approuver que le mécanisme européen de stabilité prenne ses décisions à la majorité qualifiée et non à l’unanimité.
La présidente de la Grande Commission, Mme Kumpula-Natri estime en effet que sans cet avis de la commission constitutionnelle, la Grande commission ne pourra pas donner de mandat de négociation au Premier ministre avant le conseil européen. C’est aujourd’hui que la grande commission donne un mandat de négociation au Premier ministre. M. Katainen sera en contact par téléphone avec la Grande commission cet après-midi. Mme Urpilainen sera, elle, sur place à Helsinki pour recueillir la position de la grande commission.
Selon Mme Kumpula-Natri, sans cet éclaircissement juridique, la grande commission ne peut évaluer s’il peut y avoir une réflexion politique sur la possibilité d’accepter des décisions à la majorité qualifiée.
Le président de la commission des affaires constitutionnelle M. Koskinen (PSD)estime que sa commission devra évaluer si les décisions envisagées à la majorité qualifiée représentent une violation significative au pouvoir souverain ou au pouvoir budgétaire du parlement qu’il soit nécessaire, pour que la Finlande l’accepte, une décision prise conformément à la règle des modifications constitutionnelles (soit à la majorité des deux tiers, majorité qualifiée dont ne dispose pas actuellement la coalition gouvernementale). Si la commission constitutionnelle en tire cette conclusion, la Finlande pourrait faire échouer la proposition franco-allemande.
M. Koskinen (PSD) estime en revanche que la proposition de sanctions automatiques pour les pays qui violent les règles budgétaires ne serait pas contraire à la constitution.
La présidente de la grande commission Mme Kumpula-Natri jugeait qu’à la veille du conseil européen, la façon de certains Etat s de dicter les décisions n’était pas bonne. Elle attend des propositions d’ailleurs que du couple franco-allemand et notamment de la Commission.
Elle estime qu’il faut s’en terni à la position finlandaise qui consiste à exiger la responsabilité du secteur privé.
KS UD

L’opposition n’accepte pas le vote à la majorité qualifiée au MES
Les partis de l’opposition, tant les Vrais Finlandais que le Centre, n’acceptent pas la proposition franco-allemande de décisions prises à la majorité qualifiée de 85% au MES. « Cela mènerait la Finlande dans la position de payeur même si elle s’opposait à de nouveaux plans d’aide. Les petits pays seraient balayés par les grands pays. Il est important que la Finlande soit ferme sur ce sujet », selon le vice-président de la grande commission, M. Antti Kaikkonen (Centre). Le député des Vrais Finlandais Saarakala partage cette position : « Il n’est pas possible que le Parlement approuve la proposition franco-allemande. En plus, on ne sait pas exactement quel serait le champ d’application de ces décisions à la majorité qualifiée : seulement le FESF ou bien le MES ? ». M. Sarakala estime que la Finlande ne peut accepter une proposition qui donnerait un droit de veto à quelques grands Etats membres.
Le Centre et les Vrais Finlandais sont fermement opposés à un transfert de la souveraineté budgétaire des Etats membres vers l’UE. « Si le gouvernement souhaitait transférer la souveraineté budgétaire vers Bruxelles, il faudrait étudier cette proposition comme un changement constitutionnel et dans ce cas l’opposition peut l’empêcher car cela requiert la majorité qualifiée », rappelle M. Kaikkonen.
KS

M. Sasi craint un chaos provoqué par la Finlande » uusisuomi
Le député membre de la Grande commission Kimmo Sasi a, hier, mis en garde contre le risque qu’en s’opposant à la prise de décision à la majorité qualifiée, la Finlande fasse échouer un accord au conseil européen. « La position du premier ministre sera très difficile. Si l’on est dans le cas où la Finlande est le seul pays qui s’oppose et menace de faire échouer un paquet et que l’on accuse de provoquer un chaos sur les marchés financiers lundi, que fera le Premier ministre ? » demande-t-il.
« La position de M. Katainen est claire. Nous voulons que les décisions soient prises à l’unanimité. Mais si nous sommes seuls sur cette position et que la décision dépend de nous, alors cela sera une situation difficile ».
uusisuomi

Une baisse de la note aurait peu d’effets sur la Finlande
Le directeur-général du ministère des Finances Jukka Pekkarinen estime qu’une baisse de la note de la Finlande aurait peu d’effets car cela concernerait tous les pays du triple A. Cela n’aurait donc pas d’effet relatif sur la Finlande et, de plus, la Finlande ne va pas solliciter de suite les marchés en émettant de nouvelles obligations. Cette année, le trésor a récolté 25,1 milliards d’euros sur les marchés et l’année prochaine il fera de même pour 22,7 milliards d’euros.
KL

Editoriaux et commentaires
« La démocratie s’efface quand l’économie vacille » KS
« On ne peut pas reporter le retour à la discipline budgétaire » TS
« Il sera long d’attendre jusqu’en mars » KL
Keskisuomalainen regrette que la zone euro semble être dirigée par les grands Etats. « Sous le règne de l’axe franco-allemand, les petits Etats peuvent être réduits au rôle d’exécutants. Cela va à l’encontre de la position finlandaise. »
Turun Sanomat estime que, lors du conseil européen, chaque Etat membre devra avaler une potion amère. Pour la Finlande, cette potion amère serait le fait de limiter la responsabilité du secteur privé au seul cas de la Grèce et de renoncer aux décisions à l’unanimité au MES. Le risque est que si le conseil européen échoue, les marchés en tireront des conclusions fatales. En revanche, en cas de réussite, la BCE pourrait intervenir plus largement.
Kauppalehti estime que la Finlande ne doit pas s’opposer à la majorité qualifiée au MES. En revanche, le quotidien économique juge qu’il serait plus difficile d’abandonner la responsabilité du secteur privé.
Interrogé sur Yle, le professeur Esko Antola jugeait lui aussi que la Finlande devrait accepter les décisions à la majorité qualifiée car c’est le seul moyen de garantir que la discipline budgétaire sera réelle.
KS TS KL

Russie - Finlande

De plus en plus de magasins finlandais en Russie
Helsingin Sanomat relève que les groupes de magasins finlandais inaugurent de plus en plus souvent de nouveaux locaux en Russie. Le marché russe s’agrandit et les Russes consomment plus. Le commerce de détail a augmenté de 6,5 % en janvier-octobre et les consommateurs sont confiants.
SOK vient d’inaugurer son neuvième Prisma. Son objectif est d’avoir 30 magasins Prisma à Saint-Pétersbourg et son voisinage. Stockmann a 47 magasins Seppälä et 16 magasins Lindex. La vente aux « journées folles » dans les sept grands magasins de Stockmann a augmenté de 59 % cette année.
L’économie russe est naturellement dépendante de l’économie mondiale et on prévoit un ralentissement dans la croissance économique russe en 2012 en raison de la crise européenne.
HS/B7

Politique intérieure

Présidentielle

Fin du dépôt des candidatures
Le dernier délai pour déposer une candidature à l’élection présidentielle était hier. Outre les huit candidats connus, aucun nouveau ne s’est présenté.
Le premier tour de l’élection se déroulera le 22 janvier 2012 et le second, deux semaines plus tard.
HS/A10

Parlement

Législation sur l’état d’alerte en cas de circonstances exceptionnelles
Le Parlement a adopté, hier, le projet de loi sur les situations de crise qui transfère une partie du pouvoir du Président au gouvernement. C’est le gouvernement qui désormais donnera un décret gouvernemental sur la mise en œuvre des attributions de temps de crise, alors que selon la législation actuelle, c’est le Président qui prend le décret.
Une crise éventuelle sera toutefois évaluée par le gouvernement et le Président.
Les Vrais Finlandais se sont opposés à la diminution des pouvoirs du Président en ce sens.
HS/A6

Projet de loi d’initiative populaire
Le Parlement a adopté une loi sur l’initiative populaire qui permettra aux citoyens de déposer un projet de loi au Parlement si 50 000 personnes qui ont le droit de vote l’ont signé.
Les signatures peuvent être récupérées traditionnellement sur papier mais également en ligne pourvu que les signataires s’enregistrent.
Le Parlement est tenu d’étudier de telles initiatives, mais il n’est pas obligé de les faire avancer s’il ne les juge pas opportun.
HS/A11

Consommation de l’alcool

Les Finlandais achètent de boissons de qualité pour Noël
Helsingin Sanomat rapporte que pendant la semaine avant Noël, environ 1,8 million de Finlandais achètent des vins et spiritueux dans les magasins d’Alko, soit 400 000 personnes de plus que pendant une semaine normale.
Pendant les fêtes de la fin d’année, la consommation d’alcool est le double par rapport à une période normale.
La vente du vin rouge augmente le plus, de 1,5 millions de litres, soit 140 %, pendant les deux semaines avant Noël. La vente du vin blanc augmente de 70 %, de plus de 400 000 litres. Les Finlandais achètent six fois plus de cognac VSOP (77 000 litres) et 7,6 fois de plus de cognac XO (35 000 litres). La vente du glögi, vin chaud, s’élève à plus de 580 000 litres.
HS/B6

Energie

Olkiluoto 4
Le groupe énergétique TVO a décidé de lancer un projet d’appel d’offres pour la planification d’un nouveau réacteur nucléaire à Olkiluoto.
Les six actionnaires de TVO sont tous d’accord pour financer cette phase. TVO estime que les préparations et la planification d’un réacteur pourraient s’élever à 300 millions d’euros au maximum. L’investissement est évalué à six milliards d’euros.
Les groupes qui le souhaitent devront déposer une demande d’autorisation de construction d’un réacteur nucléaire en juin 2015.
Cinq fournisseurs de réacteurs pourraient être intéressés : le suédo-japonais Toshiba-Westinghouse, l’américain GE Hitachi, le coréen Korea Hydro&Power, le japonais Mitsubishi Heavy Industries et le franco-allemand Areva. Selon M. Tanhua, directeur général de TVO, un appel d’offres sera sans doute envoyé à ces cinq groupes.
UD, TS

Energie éolienne
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Häkämies, à demandé à M. Tarasti d’étudier le moyens de surmonter les obstacles administratifs de construction des éoliennes.
L’objectif de la Finlande est d’augmenter la production éolienne à 6 térawattheures pour 2020, ce qui nécessiterait 700 nouvelles éoliennes. Actuellement, il y a 130 éoliennes en Finlande.
M. Häkämies estime que la planification et l’étude avant de pouvoir se mettre à construire des éoliennes prend trop de temps. Des projets correspondant à une capacité de 6000 mégawatts sont en cours.
UD

Mercredi 7 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Selon M. Katainen, le principal est que les règles soient respectées dans l’avenir
M. Katainen veut des sanctions automatiques
Le Premier ministre n’a pas souhaité lundi commenter définitivement les propositions franco-allemandes. Il a toutefois souligné que la Finlande souhaitait des sanctions le plus automatiques possibles pour les pays qui ne respecteraient pas les règles de discipline budgétaire. « Il faut renforcer les règles sur la discipline budgétaire de telles manières qu’elles seront respectées à l’avenir. Nous sommes favorables à des décisions qui permettront d’assurer le respect des règles et rendront les sanctions automatiques et non soumises à une jugement politique ». « Toutes les règles de bonne gestion budgétaire devraient être respectées et en cas de violation sanctionnées sans appel », a dit le Premier ministre après avoir présenté les positions de la Finlande avant le conseil européen devant la grande commission du parlement. La grande commission n’a pas donné de mandat de négociation au Premier ministre. Elle devrait le faire jeudi selon sa présidente, Mme Kumpula-Natri.
M. Katainen estime qu’il n’y a pas lieu de modifier les règles sur le déficit budgétaire ou sur la dette mais qu’il fallait seulement s’occuper de les faire respecter. Helsingin Sanomat estime qu’il est clairement insatisfaisant pour la Finlande que les sanctions pour violation des règles budgétaires ne soient pas totalement prédictibles mais puissent être annulées par une décision à la majorité qualifiée.
M. Katainen considère qu’il est probable que la responsabilité du secteur privé dans le mécanisme européen de stabilité sera maintenue. Helsingin Sanomat rappelle que le PSD avait insisté sur la responsabilité du secteur privé pour fonder sa position favorable au MES, au printemps dernier. Le vice-président de la grande commission, le centriste Antti kaikkonen a exprimé son inquiétude sur un éventuel affaiblissement de la responsabilité du secteur privé.
La Finlande considère aussi que les éventuelles modifications des traités doivent concerner tous les 27 Etats membres et qu’il ne faut pas augmenter le fossé entre les pays de l’eurogroupe et les autres.
M. Katainen estime que le conseil européen aura deux sujets principaux. D’une part les informations concernant les plans de rigueur de l’Italie et de l’Espagne. D’autre part la recherche de décisions pour calmer les marchés. La Finlande souhaite que le FMI joue un rôle plus important dans les plans d’aide.
TS

Mme Urpilainen rejette les propositions franco-allemande
Mme Urpilainen exige l’unanimité des décisions au MES
Dans une interview accordée à Yle, la ministre des Finances et présidente du PSD a rejeté une partie des propositions franco-allemandes. Elle a déclaré que la Finlande ne pouvait pas accepter que les décisions du mécanisme européen de stabilité puissent être prises à la majorité qualifiée. « A l’avenir, l’unanimité ne serait plus requise au MES et c’est très inquiétant pour la Finlande. La Finlande ne pourra pas l’approuver ».
Les projets d’abandonner la responsabilité du secteur privé ne conviennent pas non plus à la Finlande. Mme Urpilainen estime que les banques et le secteur privé doivent participer à l’avenir aussi aux plans d’aide ». Elle a bon espoir que la responsabilité du secteur privé soit maintenue dans le MES.
Mme Urpilainen considère comme positif dans les propositions franco-allemandes que l’on renforce le contrôle du respect des règles budgétaires.
Mme Urpilainen a déclaré que l’annonce de S&P d’une éventuelle baisse de la notation des pays de l’euro était un message fort.
HS TS AL

Selon M. Stubb, l’UE est dos au mur
Le Ministre des Affaires européennes estime que l’indécision dans la zone euro a conduit à une situation où les décisions importantes ne peuvent plus être reportées. Le prochain conseil européen sera décisif. « L’UE prend en général ses décisions importantes dos au mur. Aujourd’hui ou jamais l’UE est dos au mur ».
M. Stubb estime que les propositions franco-allemandes vont dans le bon sens lorsqu’elles insistent sur la discipline budgétaire et l’automaticité des sanctions. Toutes les propositions ne suscitent toutefois pas son enthousiasme, notamment l’idée dune réunion mensuelle de l’eurogroupe au niveau des chefs d’Etat ou de gouvernement. « Les problèmes seront réglés par des décisions et non par des réunions ».
TS

La Finlande mise sous surveillance par S&P
Le directeur-général du ministère des Finances Jukka Pekkarinen a déclaré que la décision de S&P n’était pas liée à la gestion budgétaire de la Finlande : « C’est une déclaration de principe et touche tous les pays qui ont le triple A. Cela insiste sur l’importance du conseil européen. La décision de S&P interviendra après », a-t-il souligné. Selon lui, il est impossible de savoir quel serait le coût d’une baisse de la note de la Finlande, notamment sur les intérêts des emprunts. « Cela dépend totalement des marchés, de savoir combien les taux augmenteraient ».
Le ministère des Finances a souligné que le secteur bancaire finlandais n’était pas menacé et qu’il n’y avait pas lieu de le renforcer. « Le meilleur moyen pour rétablir la confiance des marchés est de rétablir la confiance dans la zone euro, et surtout dans le caractère durable des finances des grands pays de la zone euro ».
HS TS

On réfléchit déjà à un euro allemand
STT rapporte que les commentateurs glosent sur un éclatement de la zone euro qui jne siginfierait pas forcément un retour aux monnaies nationales. On parle par exemple d’un euro allemand du nord ou « D-euro ». Selon l’économiste d’Handelsbanken Tiina Helenius, un « D-euro » serait plus fort et plus crédible que l’euro actuel. L’économiste de PTT, Pasi Holm considère au contraire qu’un tel D-euro ne serait pas favorable à la Finlande car il serait trop fort ; M. Holm préfèrerait que la France en fasse partie, ce qui garantirait une monnaie moins forte.
TS

La France et l’Allemagne veulent éviter que des petits Etats fassent cavalier seul
Ilta-Sanomat estime que les propositions franco-allemandes visent à empêcher que des petits Etats fassent désormais cavalier seul, comme la Finlande sur les garanties exigées de la Grèce. Le professeur Esko Antola estime que cela peut être une motivation à ces décisions que d’éviter que de petits Etats come la Slovaquie ou la Finlande fassent cavalier seul.
IS

Editoriaux et commentaires
« Vers plus d’intégration ou plus de division » HS
« Tenez bon Mme Urpilainen » IL
« Kivinen : L’UE et l’euro sont résistants » HS
Helsingin Sanomat estime qu’il faut trouver cette semaine les moyens de résoudre la crise à long terme et aussi de stabiliser la situation actuelle. L’éditorialiste estime que la proposition franco-allemande signifie un renforcement de l’intégration vers une union économique. Le problème n’est pas de s’y engager mais la manière de le faire : ne pas toucher aux traités pose des questions sur le respect des règles démocratiques et, au contraire, la modification des traités mène sur une voie lente et incertaine.
Un autre problème est de savoir comment faire respecter la discipline budgétaire, estime l’éditorialiste qui estime que, « su la base des déclarations de lundi, il semble que la France ait du céder à l’Allemagne et que l’on se dirige vers des sanctions automatiques, ce qui convient à la Finlande ».
Iltalehti exprime sa satisfaction concernant l’opposition de Mme Urpilainen à des décisions du MES à la majorité qualifiée et à un abandon de la responsabilité du secteur privé. « Sinon la Finlande risquerait d’être amenée à être mise à contribution pour des aides qu’elle n’aurait pas décidées ». « Ces propositions de Mme Merkel et de M. Sarkozy sont malheureuses pour la Finlande. Il ne semble pas possible que le Parlement finlandais abandonne son pouvoir de décider comment les fonds abondés par la Finlande au MES sont utilisés. Ce serait aussi en contradiction avec les promesses électorales du PSD ».
Olli Kivinen estime que « les petits Etats comme la Finlande doivent s’opposer fermement à la position de la France selon laquelle ce sont les Etats qui décident des sanctions contre les violations aux règles budgétaires et non les organes communs comme la commission et le Parlement. Dans un système intergouvernemental, les petits Etats sont toujours en position de faiblesse ».
HS IL

Brésil - Finlande

Selon la police brésilienne, l’enquête sur l’assassinat de trois Finlandais avance bien
Helsingin Sanomat relève, dans son édition de mardi, que selon la police judiciaire brésilienne, l’enquête sur l’assassinat de trois Finlandais avance bien.
Selon la police judiciaire finlandaise, les victimes sont un couple de médecins à la retraite (71 et 68 ans) et leur amie de 60 ans, tous originaires de Savonlinna. L’assassinat, qui a eu lieu vendredi dernier près de la ville de Joao Pessoa et, est probablement lié à la vente de la maison du couple au Brésil. L’acheteur aurait eu des problèmes pour financer la transaction.
HS/mar/A10

Irak

Les entreprises finlandaises souhaitent participer à la reconstruction de l’Irak
Selon Helsingin Sanomat, M. Kari Norkonmaa, président de la chambre de commerce fenno-arabe, estime que les entreprises finlandaises sont en train d’attendre pour que la situation de sécurité en Irak améliore. Il y a beaucoup de demande en attente et les Irakiens ont de l’argent.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères essaie de promouvoir les échanges commerciaux entre l’Irak et la Finlande. Le ministre irakien du commerce devrait effectuer prochainement une visite en Finlande. Une délégation commerciale finlandaise s’était rendue en Irak au printemps dernier sous la direction de M. Paavo Väyrynen, alors ministre du Commerce extérieur.
M. Norkonmaa note qu’en raison de la situation de sécurité difficile en Irak, les représentants des entreprises rencontrent des Irakiens souvent en Jordanie et aussi en Finlande.
HS/mar/B7

Russie - élections

Editoriaux
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que le résultat n’aura sans doute aucune influence sur les relations fenno-russes. M. Poutine devra désormais prêter une oreille plus attentive à ses citoyens et Russie unie sera obligée d’adopter une politique plus sociale et de diminuer les écarts économiques accrus.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la chute de l’audience du parti qui soutient M. Poutine est humiliante et signifie un message clair selon lequel le système qui se personnifie en M. Poutine ne pourra pas se poursuivre comme avant. Alors que M. Poutine accuse la situation économique du mauvais score de Russie unie, l’éditorialiste de HS estime qu’il s’agit en premier lieu d’un manque de confiance. Les électeurs sont conscients des abus et, pour eux, les élections sont devenues un instrument de protestation.
Turun Sanomat estime dans son éditorial que le résultat est une défaite amère pour MM. Poutine et Medvedev. Russie unie devra désormais apprendre à travailler sur la base d’une coalition. L’éditorialiste espère que M. Katainen, qui considère le résultat comme un signe de changement d’atmosphère en Russie, n’aura pas tort et que le changement que la Finlande attend et souhaite depuis longtemps pourra avoir lieu.
L’éditorialiste de Keskisuomalainen estime que la défaite de Russie unie était beaucoup plus importante que prévue. L’arrogance des dirigeants s’est heurtée à une protestation de la part du peuple. L’éditorialiste estime que les critiques devront être prises en compte d’une façon ou d’une autre et que, dans ce sens, le résultat peut être considéré comme un pas en avant dans l’évolution démocratique de la Russie.
L’éditorialiste d’Ilta-Sanomat considère le résultat comme une leçon pour M. Poutine. Un nombre important de Russes savent que le manque de clarté du jour des élections n’est qu’une partie du déficit en matière de démocratie. Il serait plus sage de prendre en compte les motifs du mécontentement que d’étouffer l’expression de l’insatisfaction. Avec toutes ses ressources et sa population relativement bien éduquée, la Russie aurait toutes les chances de continuer en tant qu’économie en développement, selon KL.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il ne s’agit pas d’un printemps russe – peut-être tout juste d’une petite pluie printanière.
L’éditorialiste d’Iltalehti estime que la Russie aura déjà choisi sa ligne à suivre, celle de l’ouverture internationale, et que le résultat de l’élection ne devrait pas la changer. Il regrette le nombre d’abus qui faussent le résultat et le taux de participation. Le fait que cela soit connu affaiblit la légitimité de l’administration de M. Poutine, même s’il est certainement toujours l’homme politique le plus populaire de Russie.
HS/mar/A2, TS/mar/2, KS/mer/2, KL/mer/3, HBL/mar/16, IL/mer,

Nominations au MAE

La secrétaire générale du cabinet de Mme Halonen serait nommée ambassadrice auprès de l’ONU à Genève
Helsingin Sanomat rapporte que selon les sources du quotidien, Mme Päivi Kairamo-Hella, actuelle secrétaire générale du cabinet de la Présidente, serait nommée ambassadrice de Finlande auprès de l’ONU à Genève à la fin du mandat de Mme Halonen. Mme Kairamo-Hella (47 ans), a été conseiller diplomatique de Mme Halonen avant sa nomination au secrétariat général en mars 2009.
La chancellerie de la présidence et le ministère des Affaires étrangères refusent strictement de commenter cette information.
Le quotidien rappelle que l’ancien secrétaire général du cabinet de Mme Halonen, M. Jarmo Viinanen, est actuellement ambassadeur de Finlande auprès de l’ONU à New York.
Le ministère des Affaires étrangères prépare un important tour de nomination des ambassadeurs. Avant les nominations, le ministère doit décider quelles sont les représentations qui seront fermées en 2012 pour des raisons économiques.
Selon les informations du quotidien, l’actuel ambassadeur de Finlande auprès de l’ONU à Genève, M. Hannu Himanen, serait nommé ambassadeur à Moscou.
HS/mar/A10

Maintien de la Paix - Finul

Accord du parlement sur la participation finlandaise à l’opération de la Finul
Le quotidien suédophone Hufvudstadsbladet note que la décision de la participation finlandaise à l’opération UNIFIL de l’ONU a été prise avec une étonnante facilité.
La journaliste Yrsa Grüne constate que dans le cadre du récent développement en Afrique du nord et au Proche-Orient, l’opération de l’ONU dans le sud du Liban servira de test.
Elle évoque également la future présence de quelques 200 soldats finlandais qui seront envoyés sur place en mai prochain. « Si une guerre ouverte éclate dans la région, il se pourrait que ces soldats ne partent pas ».
HBL6.12/16

Politique intérieure

Economie

L’économie finlandaise a cru en juillet-août
Helsingin Sanomat relève que selon le Centre national de la statistique, le PIB finlandais a augmenté de 2,7 % en juillet-septembre par rapport à la même période en 2010.
Le volume des exportations a augmenté en juillet-septembre de 2,4 % par rapport à avril-juin 2011, mais a diminué de 2,7 % par rapport à juillet-septembre 2010.
Les importations ont diminué de 1,7 % par rapport à avril-juin 2011 et de 7,1 % par rapport à juillet-septembre 2010.
HS/mar/A9
France

Présidentielle

L’énergie nucléaire et l’immigration des thèmes principaux ?
Hufvudstadsbladet publie un article de Gunn Gestrin qui présente le débat en France autour des candidats présidentiels. Elle estime que dans la pratique, M. Sarkozy a lancé sa campagne en s’exprimant fervemment en faveur de l’énergie nucléaire, même s’il n’a pas officiellement posé sa candidature à l’élection présidentielle.
HBL/mer/19

Lundi 5 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

Mécanisme européen de stabilité
Helsingin Sanomat estime que le projet de créer un mécanisme européen de stabilité pourrait aller à l’encontre de la constitution finlandaise. En effet, le projet de MES prévoit notamment des règles de confidentialité concernant les décisions et les documents du MES qui vont à l’encontre d la constitution finlandaise qui prévoit que le parlement finlandais a le droit d’être informé et de participer aux prises de décisions de la Finlande dans l’UE.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré que le gouvernement finlandais essayait de modifier le projet du MES afin de renforcer l’information du parlement finlandais.
Helsingin Sanomat rapporte que la finlande s’oppose aussi au projet de texte sur le MES qui permet en cas de crise la prise de décision à la majorité qualifiée : la Finlande souhaite conserver les décisions à l’unanimité.
La Finlande est en revanche d’accord pour que le PES entre en vigueur un an plus tôt que prévu, dès juillet 2012. La Finlande souhaite que le MES reprenne les fonds non utilisés du FESF sans que soit relevé le plafond du MES de 500 milliards d’euros.
HS

Editorial : « La France veut sa revanche » HS
Helsingin Sanomat estime que, dans son discours de Toulon, « M. Sarkozy envisage une discipline budgétaire qui aurait pour effet d’augmenter le pouvoir de la France et de l’Allemagne. Il n’y aurait pas de sanctions automatiques, mais un système dans lequel les Etats membres font régner la discipline budgétaire par des règles de contrôle mutuel. Cela signifierait la mise sur la touche de la Commission et du parlement. La France essaie donc de prendre sa revanche sur la Commission qui a proposé un système quasi-automatique de sanctions pour les Etats laxistes ». L’éditorialiste conclut que « la France qui a accepté d’être le soutien de l’Allemagne, attend en retour que l’Allemagne fasse preuve de mansuétude pour ses éventuelles difficultés budgétaires. Si l’Allemagne a à choisir à qui accorder sa loyauté, il ne fait pas de doute qu’elle choisira la France plutôt que la Finlande et la Commission ».
HS

Sondage : « Les Finlandais favorables à l’euro » AL
Aamulehti a publié un sondage d’où il ressort que 63% des Finlandais estiment qu’il faut sauver l’euro (81% des membres du parti conservateur contre seulement 26% des membres des Vrais Finlandais).
Interrogé sur une union monétaire limitée aux Etats qui ont bien géré leurs finances, 44% y sont favorables (62% des Vrais Finlandais et 53% des conservateurs) contre 33% qui s’y opposent.
Les commentateurs relèvent que deux tiers des centristes sont favorables au fait de sauver l’euro.
AL

« Pourquoi la Finlande est-elle entrée dans l’euro ? » HS
« Niinistö : Si j’avais su, je n’aurais pas mené la Finlande dans l’euro » VL
Helsingin Sanomat publie un article d’Unto Hämäläinen qui revient sur le débat qui a précédé l’entrée de la Finlande dans l’euro, dans les années 90. Il rappelle que l’euro fut le premier projet de l’Europe occidentale auquel la Finlande a pu participer en tant que membre fondateur. Alors que le Danemark et la suède ont envisagé l’union monétaire uniquement selon des aspects économiques, la Finlande a été influencée alors aussi par la situation de son voisin russe. L’adhésion à l’euro était la possibilité de concrétiser un ancrage à l’ouest, écrit M. Hämäläinen.
Dans une interview accordée à l’hebdomadaire des Verts, le candidat conservateur Saulii Niinistö (qui était ministre des Finances au moment de l’entrée de la Finlande dans l’euro) déclare : « Si j’avais su à l’époque que le traité ne serait pas respecté, je n’aurais pas mené la Finlande dans l’euro ».
HS VL

Russie - élections

M. Kiljunen regrette les abus et manipulations qui ont eu lieu
Aamulehti relève que selon M. Kiljunen, qui est sur place en Russie en tant qu’observateur électoral de l’OSCE, relève que les observateurs internationaux rapportent de nombreux abus et manipulations partout en Russie. Il estime que la législation électorale a été violée de manière aggravée. A des journalistes et à des observateurs a été refusé l’accès dans les locaux de vote.
Les observateurs ont également su que dans des lieux de travail et dans des établissements scolaires, les électeurs ont été appelés à voter pour le parti de M. Poutine.
M. Kiljunen relève qu’il avait pensé que la Russie serait sur la voie vers une bonne démocratie, mais qu’il est regrettable de constater que la liberté d’expression est atteinte et qu’il y a des abus flagrants.
AL/lun/A4

Russie – Finlande

Postes frontaliers : de gros travaux d’élargissement prévus
Les passages de voyageurs à la frontière fénno-russes augmentent avec une telle rapidité qu’il est nécessaire d’élargir les postes frontaliers afin qu’ils puissent répondre à la circulation accrue d’un quart depuis 2010.
Des travaux de 40 millions d’euros sont prévus pour les deux années qui viennent.
Le programme de partenariat entre l’UE et la Russie prévoit 18 millions d’euros pour le développement de la frontière Sud-Est de la Finlande. Côté russe, la même somme est prévue par ce programme, financé par l’UE, la Finlande et la Russie.
HS/lun/A6

Brésil – Finlande

Trois Finlandais assassinés au Brésil
Un couple finlandais et une amie à eux ont été trouvés assassinés, vendredi, au Brésil. Selon Helsingin Sanomat, le motif du meurtre pourrait être lié à la vente de la maison du couple.
L’ambassade de Finlande au Brésil, ainsi que la police judiciaire finlandaise ont été informés de l’enquête en cours. La police finlandaise ne prévoit pas de déplacement au Brésil pour assister à l’enquête.
HS/lun/A10

Politique intérieure

Partis politiques

L’audience des Vrais Finlandais est en baisse pour la première fois depuis les élections législatives
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du journal d’Yle, le Parti conservateur Kokoomus est encore le plus grand parti avec une audience de 24,3 %, suivi des Vrais Finlandais, 19,9 %, du Parti social-démocrate, 17,6 %, et du Centre, 13,9 %.
L’audience des petits partis n’a pas bougé beaucoup.
L’audience du PSD et celle du Centre sont en légère hausse. Pour la première fois depuis les élections législatives du printemps dernier, la popularité des Vrais Finlandais a baissé au-dessous de la barre des 20 %.
HS/sam/A6

Selon M. Soini, les dérapages verbaux ont fait baisser la popularité des Vrais Finlandais
Selon Helsingin Sanomat, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, annonce qu’il n’est pas étonné de la baisse de l’audience de son parti. Il estime qu’une partie des électeurs des Vrais Finlandais n’ont pas apprécié les propos inconsidérés de certains députés. « Je fais référence à des cas connus, non à Jussi Halla-aho, mais concernant le bal de la Présidente. » Le député Pentti Oinonen a fait savoir qu’il ne voulait pas participer au bal du 6 décembre parce qu’il « ne peut pas tolérer que les hommes dansent entre eux ».
Il y a maintenant de nouveaux propos sur les homosexuels par un militant des Vrais Finlandais. Il s’agit de M. Janne Toivonen, président des Vrais Finlandais de Sysmä, qui a envoyé à plusieurs journaux, dont Helsingin Sanomat, un courrier condamnant sévèrement les homosexuels avec des termes bibliques. Aucun journal ne l’a publié.
M. Jukka Jusula, responsable de la campagne présidentielle de M. Soini, annonce être outré des propos de M. Toivonen et les condamne strictement.
HS/sam/A6

Election présidentielle

Les budgets électoraux ont diminué de moitié par rapport à 2006
Keskisuomalainen relève que les budgets des campagnes électorales des candidats présidentiels ont diminué de moitié par rapport à l’élection présidentielle 2006. Cette fois-ci, les candidats et leurs partis investissent dans les campagnes moins de 4 millions d’euros au total, tandis qu’en 2012, les campagnes avaient coûté 7,5 millions d’euros.
La vie économie et les organisations sont plus prudentes dans le financement qu’avant. Cela est probablement du aux scandales de financement électoral depuis les élections législatives de 2007. Les budgets ont diminué aussi parce que l’Etat n’accorde plus d’aide électorale directe pour les partis politiques. Encore il y a six ans, l’Etat avait accordé 600 000 euros aux trois plus grands partis.
La diminution des pouvoirs du président a peut-être aussi un effet dans le financement, ainsi que le fait que les élections législatives ont eu lieu récemment.
Le budget électoral du conservateur Sauli Niinistö s’élève à 1,3 million d’euros. Il y a six ans, son budget était de 2,2 millions d’euros.
En 2006, la campagne de Mme Halonen avait coûté un peu moins de 1,8 million. Elle avait été la candidate du PSD et de l’Alliance des gauches, et les deux partis ont financé sa campagne. Le candidat actuel du PSD, M. Paavo Lipponen, a un budget de 800 000 euros, dont le parti finance la moitié.
Il y a six ans, le budget du candidat centriste, le Premier ministre Matti Vanhanen, avait été de 2,3 millions d’euros. Le candidat centriste d’aujourd’hui, M. Paavo Väyrynen, doit se débrouiller avec un budget de quelques centaines de milliers d’euros.
M. Timo Soini, candidat des Vrais Finlandais, peut dépenser 340 000 euros dans sa campagne, contre 40 000 euros il y six ans. Selon M. Jusula, responsable de sa campagne, le parti finance entièrement la campagne de M. Soini, sans chercher un financement extérieur.
La campagne de Mme Eva Biaudet, candidate du Parti suédois, coûte 400 000 euros, dont la plupart, 300 000 euros, est financé par la Fondation pour la Finlande bilingue.
M. Pekka Haavisto, candidat de l’Alliance des gauches, ne connaît pas encore le total de son budget, qui serait entre 150 000 et 300 000 euros.
Le budget de M. Paavo Arhinmäki de l’Alliance des gauches sera de 150 000 euros et celui de Mme Sari Essayah des Chrétiens-démocrates 70 000 euros.
KS/sam/15

Spéculations sur les élections
Dans son supplément mensuel, Helsingin Sanomat publie un article signé Unto Hämäläinen, soulignant l’importance du mois de décembre pour les campagnes. Les candidats sont déjà connus et il y a des débats électoraux pratiquement tous les soirs à la télévision. Les journaux et revues publient des interviews des candidats et des comptes-rendus sur leurs antécédents. Les débats télévisés surtout ont une grande importance.
Selon les sondages, les électeurs prennent leurs décisions sur leur candidat pendant les premières semaines de janvier. Le choix n’est pas facile, parce qu’il faut déjà penser au second tour.
M. Hämäläinen souligne qu’au début décembre, il est clair que M. Niinistö est le favori numéro un et qu’il sera au second tour. Mais qui y sera avec lui ?
HS/Kuukausiliite12/38

Parlement

Augmentations fiscales concernant les carburants
Le Parlement a adopté les augmentations fiscales concernant l’essence et le diesel prévues dans le programme du gouvernement.
Le prix de l’essence augmentera de 2,88 centimes de litre et le diesel de 3,26 centimes. Au prix du diesel viendra s’ajouter une augmentation plus importante adoptée antérieurement et qui sera mise en place au début 2012. Au total, le prix du diesel augmentera de 13 centimes par litre.
Cette mesure devrait rapporter 125 millions d’euros par an dans les caisses de l’Etat.
La fiscalité concernant la tourbe sera également augmenté afin de récupérer 20 millions d’euros par an.
M. Sasi (conservateur) relève que ces mesures sont prises afin de stabiliser l’économie et de favoriser une politique environnementale responsable.
Les voix critiques craignent que l’augmentation concernant les carburants soit trop dure pour le secteur des transports de marchandises et pousse à l’économie parallèle.
M. Lintilä (centriste) craint que le durcissement de la fiscalité concernant la tourbe favorisera l’utilisation du charbon.
HS/sam/A10

Changement climatique et pauvreté

Financement des mesures
Hufvudstadsbladet relève que le Centre de services du domaine de l’aide au développement, Kepa, se soucie pour le fait que les crédits destinés à la lutte contre le changement climatique dans les pays en voie de développement soient fusionnés aux crédits d’aide au développement. Mme Hakkarainen de Kepa rappelle que le premier objectif de la coopération au développement est de diminuer la pauvreté. Elle souhaite un financement séparé pour la lutte contre le changement climatique.
Mme Honkatukia du ministère des Finances estime toutefois que les mesures en faveur du climat dans les pays en voie de développement relèvent également de la politique de développement. M. Sundman du ministère des Affaires étrangères ne voit pas de différence dans la canalisation des crédits en faveur du climat par des crédits d’aide au développement. Pour Mme Hakkarainen, l’aide au développement est toutefois une aide destinée à ces pays, alors que le financement des mesures climatiques est plus une compensation liée au fait que ce sont ces pays qui souffrent le plus du changement climatique que les pays riches ont engendré.
HBL/lun/6

Energie

L’université d’Oulu lance des formations pour le nucléaire
Kaleva rapporte que l’université d’Oulu et l’institut technologique d’Oulu se prépare à former des ingénieurs et techniciens pour le futur réacteur de Fennovoima à Pyhäjoki. Ces formations se réaliseront en coopération avec l’école d’ingénieur de Lappeenranta ainsi qu’avec l’école Hochschule Aalen, en Allemagne.
Kaleva

Economie

Lemminkäinen pourrait licencier jusqu’à 300 personnes
Le groupe de construction Lemminkäinen a annoncé qu’il était possible qu’il licencie 300 personnes en 2012, dont la plupart en Finlande.
HS/sam/B15

Société

L’utilisation du cannabis a augmenté d’un tiers chez les jeunes adultes, en dix ans
36 % des personnes de 25 à 34 ans ont déjà essayé le cannabis contre 10 % en 2002.
HS/sam/A11

Vendredi 2 décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

« Qu’arrivera-t-il à l’euro ? » HS
Helsingin Sanomat se demande si l’euro va disparaître. Le quotidien estime qu’il n’y a pas lieu de paniquer. Même un nouveau markka finlandais serait une monnaie relativement forte car l’économie finlandaise est forte et peu endettée.
HS

La BCE se prépare à assumer un rôle plus important » KS
La presse rapporte que le gouverneur de la BCE a laissé penser que la banque centrale était prête à intervenir plus activement pour sauver la zone euro.
KS HS

« Les traités fondateurs seront revus » AL
« La France et l’Allemagne veulent de nouveaux traités » TS
La presse rapporte que dans son discours tenu hier à Toulon le président français a déclaré que la France et l’Allemagne allaient présenter des propositions pour réformer les traités, lundi.
AL TS KS

« Les obligations françaises et espagnoles mieux vendues que prévu » TS
Turun Sanomat rapporte que la France et l’Espagne ont pu écouler à un meilleur taux que précédemment leurs obligations d’Etat à dix ans.
TS

Editoriaux
« Le temps presse, seule la BCE peut nous sauver » HS
« Le temps des décisions difficiles est arrivé » TS
« De la crise de la dette à une crise de la démocratie » AL
« L’Europe se remettra difficilement de la crise de confiance » KS
Helsingin Sanomat estime que la BCE hésite à intervenir avant que la zone euro s’engage dans une plus forte discipline budgétaire et que les Etats s’engagent à restreindre leur souveraineté économique ; Il en va de même de l’Allemagne. Il est regrettable que l’on dise aujourd’hui à la zone euro ce que l’on sermonnait avant à la Grèce : vous recevrez de l’aide si vous acceptez de mettre en œuvre des plans d’austérité, conclut HS.
Turun Sanomat estime que la crise vient principalement du surendettement et du non respect du pacte de stabilité et de croissance. C’est pourquoi la confiance sera rétablie dans l’euro dès lors que les nouvelles disciplines budgétaires seront en vigueur et les fiances publiques des Etats plus saines.
Aamulehti estime que l’euro ne va pas disparaître mais que, au contraire le résultat de la crise en sera, que l’on le veuille ou non, « plus d’Europe » et beaucoup à rembourser puisque les dettes seront d’une manière ou d’une autre re-réparties entre les Etats. Ce qui constitue un terreau particulièrement fertile pour le populisme en Europe.
Kesksisuomalainen estime aussi que la crise de la dette va disparaître mais qu’elle laissera des traces, aussi bien dans les pays en crise que dans les autres. Pour la Finlande aussi, cela signifie une nécessité de restreindre les dépenses publiques.
AL

Iran

La Finlande soutient un boycott éventuel du pétrole
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève que la Finlande est favorable à l’idée d’un boycott européen du pétrole iranien. Selon lui, c’est le cas de la nette majorité des Etats membres.
La Grèce s’opposerait à un boycott en raison d’un contrat avantageux conclu avec l’Iran. Turun Sanomat relève que le ministre français des Affaires étrangères, M. Juppé, a dit qu’il s’agirait de trouver des sources alternatives pour la Grèce pendant le boycott.
M. Tuomioja estime qu’un boycott pourrait être mis en place dès avant Noël.
Le ministre relève que l’ambassadeur d’Iran en Finlande a été convoqué pour un entretien concernant l’attaque contre l’ambassade britannique à Teheran.
HBL/15, TS/25

Climat - Durban

Frustration
M. Uosukainen, négociateur pour le compte de la Finlande, relève que l’on avait attendu que les pays en voie de développement présentent un papier dans le sens du protocole de Kyoto pour 2002. Mais on sait depuis 2001 qu’ils n’ont jamais commencé à en parler, ce qui a créé une grande frustration.
HBL/15

Corruption

La Finlande a amélioré son rang dans la comparaison de Transparency International
Dans son éditorial, Turun Sanomat se félicité que la Finlande est classée deuxième, avec le Danemark, dans la comparaison des Etats les moins corrompus par Transparency International. La Nouvelle-Zélande est en première position. Il y a un an, la Finlande était quatrième.
Selon cette organisation, « les problèmes de la zone euro sont dus pour une grande partie à la corruption et à la fraude fiscale ». Dans la comparaison de 183 Pays, la Grèce se trouve à la 80e position.
Parmi les dernier pays, il y a la Somalie, la Corée du Nord, la Birmanie et l’Afghanistan.
TS/2, HS/A5

Politique intérieure

Motion de censure

Le gouvernement répondra le 13 décembre
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a déposé une motion de censure sur la gestion de la crise de la dette et le sort de l’euro. Le gouvernement a décidé qu’il y répondrait en séance plénière le 13 décembre. Le vote aura lieu le lendemain.
AL

Parlement

Débat sur la loi sur l’adoption
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a eu jeudi un débat sur le projet de loi sur l’adoption. La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson (Parti suédois), a souligné que la loi sur l’adoption ne concernait que des couples mariés et non des couples non-mariés ou homosexuels. Une partie de députés veulent promouvoir leur droit à l’adoption.
Les Vrais Finlandais ont voulu inscrire dans la loi que l’enfant adoptif devait être placé dans une famille avec un père et une mère. Le député Mika Niikko entre autres a souligné l’importance du droit de l’enfant.
Selon le député Peter Östman (Chrétien-démocrate), « l’adoption n’est pas un droit fondamental qui appartient automatiquement à tous les majeurs ».
HS/A8

Economie

Le pouvoir d’achat croîtra un peu en 2012
Helsingin Sanomat relève que le pouvoir d’achat des salariés doit s’accroitre un peu l’année prochaine, en moyenne de 0,6 %, selon les calculs de l’association des contribuables, publiés jeudi. Un Finlandais aux revenus moyens, soit de 3 000 euros, gagnerait 15 euros par mois de plus.
Pendant l’année en cours, le pouvoir d’achat a diminué de 0,8 % par rapport à 2010.
La croissance prévue pour l’année prochaine est due aux augmentations salariales qui ont rendu possibles la naissance de l’accord cadre salarial.
L’accord cadre ne plaît pas entièrement au président de l’association des contribuables, M. Teemu Lehtinen, qui estime que l’augmentation des salaires ne renforce pas la compétitivité de la Finlande. Il aurait préféré garantir le pouvoir d’achat par des baisses d’impôts.
HS/A1&

Climat

Désignation d’une table ronde nationale de treize personnes
Hufvudstadsbladet relève qu’un chercheur de renommé internationale, M. Kulmala de l’Université de Helsinki, présidera la table ronde nationale sur le climat que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, a désignée.
M. Kulmala insiste sur l’importance que la politique climatique se base sur des faits et non pas sur des opinions. Pour lui, cela fait un moment qu’il existe une demande pour une table ronde en la matière. Il se félicite du fait que la composition du panel soit pluridisciplinaire et pourra ainsi prendre en compte la complexité des secteurs concernés par le climat.
M. Niinistö se félicite du fait que les sciences seront désormais plus importantes dans la politique climatique ce qui lui donnera plus de visibilité dans le débat public.
HBL/12

Energie

Helsinki investit et dans le nucléaire et dans les énergies renouvelables
L’éditorialiste de Kauppalehti loue la stratégie de la municipalité d’Helsinki dont l’entreprise Helsingin Energia a décidé d’investir dans les énergies renouvelables et dans le futur réacteur OL4.
UD

Bois - Papier

Nouveau plan social d’UPM
Helsingin Sanomat rapporte qu’UPM a commencé un nouveau plan social portant sur 700 emplois : 150 seraient menacés et 550 pourraient se voir être mis en chômage technique tout l’hiver.
Le quotidien rapporte aussi qu’en raison de la crise la demande en papier en Europe a fortement diminué cette année.
HS

Culture

Littérature : le Pris Finlandia attribué à Rosa Liksom
Rosa Liksom a reçu, hier, le princiapl prix de la littérature finlandaise, le prix Finlandia pour son nouveau roman Hytti n°6.
Ses précédents livres ont été traduits en français chez La découverte (Noirs paradis, Le creux de l’oubli et Bamalama).

Jeudi 1er décembre 2011

Politique étrangère et européenne

Union européenne - Crise de la dette

On renforce le rôle du FESF
Les ministres des Finances ne rassurent pas les marchés
La ministre des Finances Jutta Urpilainen estime que la décision prise par les ministres européens des Finances de renforcer le rôle du FESF est importante. « On augmente la confiance en mettant en œuvre ce que l’on avait promis », a-t-elle dit. Elle n’a pas souhaité commenter si les ministres avaient discuté du rôle de la BCE.
Mme Urpilainen est optimiste quant à la possibilité d’arriver à une solution au conseil européen. « Il y a sur la table toutes les mesures permettant de créer un pare-feu afin que la crise ne se propage pas », a-t-elle dit ;
Mme Urpilainen était très satisfaite de la décision de renforcer le rôle du FMI. Elle considère qu’il n’est pas honteux pour les pays européens de se tourner vers le FMI. Cela n’est pas une marque de défiance envers l’UE. « Si ce qui se passe en Europe influence le reste de l’économie mondiale, il est compréhensible que l’on recherche des épaules plus larges pour résoudre la crise ».

Commentaires
« Les pressions sur l’Allemagne augmentent » HS
« L’immobilisme de l’Allemagne menace l’euro » KL / AL
La correspondante à Bruxelles d’Helsingin Sanomat estime que tout le monde fait maintenant pression sur l’Allemagne pour que le pays accepte que les pays en bonne santé financière financent directement ou par la BCE les pays endettés.
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti estime que, « de la décision de Mme Merkel dépend le sauvetage ou l’implosion de l’euro et de la construction européenne. « Un changement des traités européens ne servira à rien si les marchés ne font plus confiance dans la zone euro ».
KL

Editoriaux
« Le moment décisif bientôt pour le sauvetage de l’euro » UD
« La coopération des banques centrales est nécessaires » KL
« Tous les chemins mènent à la Banque centrale » HBL
Le quotidien social-démocrate estime que l’on aura besoin de l’intervention et de la BCE et du FMI pour circonscrire la crise.
Kauppalehti commente les actions de banques centrales pour soutenir la zone euro. Pour l’éditorialiste, les mesures prises par les banques centrales sont d’une grande importance.
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’aucune caisse d’urgence ne sera suffisante sans que la BCE la soutienne avec son arsenal. Selon lui, les tensions à l’intérieur de la zone euro continueront à constituer un défi à relever même si la crise aigue pourra être résolue.
HBL UD KL

Maintien de la paix

La participation finlandaise à l’opération de la Finul a obtenu le soutien unanime du parlement
Un large front de députés soutient la participation finlandaise à l’opération de gestion de crise de l’ONU au Liban.
Aucune prise de parole durant la discussion ne s’était prononcée contre l’envoi, au printemps prochain, de 200 soldats finlandais dans l’opération de la Finul de surveillance de la frontière entre Israël et le Liban.
Le président de la commission de politique étrangère du parlement, M. Timo Soini (Vrais finlandais) a rappelé que le renforcement de la stabilité au Proche-Orient est aussi dans l’intérêt de la Finlande.
La participation finlandaise avait déjà été traitée dans les réunions entre la présidente et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité.
Après les discussions au parlement, la décision définitive sur la participation sera prise par la présidente sur proposition du gouvernement.
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, la participation finlandaise au maintien pour la paix est aujourd’hui particulièrement faible.
« En règle générale, nous avions environ mille soldats dans ces fonctions. Même en prenant en compte cette décision, nous n’en sommes qu’à 500. C’est un chiffre historiquement très faible », constate le ministre.
Selon le ministre, cette décision pourrait améliorer les possibilités de la Finlande de devenir membre du conseil de sécurité de l’ONU en 2013.
La Finlande s’apprête à envoyer les premiers officiers d’état-major pour la préparation de l’opération courant décembre. Le groupe de tête ira sur place en mai 2012.
Le coût de l’opération est évalué à environ 20,9 millions d’euros.
Les Finlandais opèrent au Liban avec des soldats irlandais.
UD/3, HS/A10

Croix-Rouge

M. Stenbäck nommé à la commission permanente
Selon Turun Sanomat, M. Per Stenbäck (70 ans), ancien ministre et président du Parti suédois, a été élu mercredi à Genève à la commission permanente de la Croix-Rouge internationale lors de la réunion de la 31e conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge.
Les représentants de la Croix-Rouge et de plusieurs Etats souhaitent un contrôle plus strict des violations du droit humanitaire, rapporte Turun Sanomat.
TS/6

Familles russophones résidant en Finlande

Le nombre de familles russophones a augmenté de 800 en 2010
Helsingin Sanomat relève que les familles russophones sont devenues un peu plus nombreuses en Finlande que les familles bilingues fenno-russes. Il y a actuellement 7700 familles russophones en Finlande contre 300 il y a une vingtaine d’années.
Compte tenu des familles monoparentales, le nombre de familles russophones s’élève à 11 200. Ces familles constituent le groupe le plus important de familles de langue étrangère en Finlande.
HS/A10

Ethiopie

M. Halla-aho est satisfait de son voyage
Helsingin Sanomat relève que le président de la commission des affaires administratives du Parlement, M. Jussi Halla-aho (Vrais Finlandais), a effectué un voyage en Ethiopie avec le conseiller de la même commission, M. Ossi Lantto.
M. Halla-aho, qui a critiqué entre autres le regroupement familial des Somaliens pendant la campagne des élections législatives, a été positivement surpris par l’organisation efficace des l’interviews liées au regroupement familial à l’ambassade de Finlande à Addis Abeba. Les interviews sont menées de façon approfondie, ce qui signifie que le processus est lent. Environ 10 000 demandes de regroupement familial, dont plus de 6 000 déposées par des Somaliens, sont en attente.
M. Halla-aho estime que les demandes de regroupement familial devraient être payantes.
HS/A8

Politique intérieure

Election présidentielle

Pour M. Niinistö, le débat entre les candidats sur l’OTAN a été malhonnête
Kaleva rapporte que le candidat présidentiel conservateur, M. Sauli Niinistö, désapprouve le débat sur l’OTAN entre les candidats présidentiels qui luttent pour savoir qui est le plus opposé à l’alliance militaire. Il rappelle que les candidats, qui ont été ministres, ont approuvé l’option d’une adhésion à l’OTAN. M. Niinistö souligne qu’il n’a pas proposé d’adhésion à l’OTAN. Une éventuelle adhésion nécessiterait en tout cas, selon lui, l’organisation d’un référendum.
Pour M. Niinistö, il est important dans la politique étrangère que le contact entre le président et le gouvernement soit bon. Il souligne l’importance de la stabilité des relations extérieures, de l’Europe et des bonnes relations avec la Russie. Il estime aussi que les bonnes relations entre les pays nordiques pourraient être utilisées de façon plus efficace.
Kaleva/2

Décorations

Selon un sondage, les Finlandais n’apprécient pas beaucoup les distinctions
Keskisuomalainen relève que selon un sondage récent, 8 % des Finlandais apprécient beaucoup et 38 % plutôt bien les décorations. 41 % les apprécient peu et 10 % pas du tout. Les centristes et les conservateurs les apprécient nettement plus que ceux qui votent pour la gauche.
Les trois ordres nationaux - Croix de la liberté, Rose blanche de Finlande et Lion de Finlande – ont accordé quelque 4 200 décorations il y a un, contre plus de 5 000 en 2007. Les ordres doivent publier aujourd’hui les noms des récipiendaires des décorations à l’occasion de la fête de l’indépendance le 6 décembre.
KS/5

Confiance en avenir des jeunes

Les lycéens sont très confiants en ce qui concerne leur avenir professionnel
L’union des lycéens a publié une enquête sur les visions des lycéens concernant leur avenir professionnel. Plus d’un tiers des personnes interrogées sont convaincues qu’elles réussiront mieux que leurs parents dans la vie professionnelle, six personnes sur dix estiment qu’elles réussiront à peu près comme leurs parents et quatre sur cent seulement pensent qu’elles réussiront moins bien que leurs parents.
83 % des 3400 lycéens interrogés avaient déjà eu un travail d’été, contre 10 % qui n’avaient aucune expérience professionnelle.
Une autre étude publiée hier montre que, même si les jeunes sont plutôt pessimistes en ce qui concerne l’évolution de la situation économique finlandaise, leur confiance dans leurs propres finances était stable. 80 % croient à une évolution favorable les concernant alors que 48 % sont optimistes quant à l’économie nationale.
HS/A11

Banque de données et échantillons biologiques

Une « biobanque » sera inaugurée à Helsinki
Helsingin Sanomat relève qu’une première banque de données et échantillons de cellules et de tissus sera inaugurée à Helsinki, la semaine prochaine, même si la législation en la matière est en instance. C’est l’association d’hématologues qui se charge de la banque, dont le but est de soutenir les chercheurs dans la quête de nouveaux soins.
HS/A11

Activités minières

Talvivaara obtient l’autorisation de vendre de l’uranium
La mine de Talvivaara a obtenu l’autorisation de l’Euratom pour vendre de l’uranium au groupe Cameco. Talvivaara envisage d’extraire et de vendre de l’uranium en tant que sous-produit de ses autres productions. Avant de réaliser ce projet, il lui faudra encore l’accord de la Commission européenne, une autorisation environnementale, ainsi que l’accord du gouvernement finlandais.
Le groupe attend ces autorisations durant les six premiers mois de 2012.
UD

publié le 30/12/2011

haut de page