Conférence et concert de Jacques Attali en Finlande [fi]

Invité par la fondation Väinö Tanner, Jacques Attali a donné une conférence suivie d’un concert où il dirigeait l’orchestre baroque de Finlande dans le grand amphithéâtre de l’université d’Helsinki.

Après sa conférence intitulée "L’Europe ne peut compter que sur elle-même", M. Attali a échangé avec le public nombreux et a notamment répondu à une question de l’ancien Premier ministre Paavo Lipponen.
Avec l’orchestre baroque de Finlande il a joué des oeuvres de Sibelius, Beethoven et Mozart.

Durant sa visite en Finlande, M. Attali a notamment eu l’occasion de rencontrer des décideurs finlandais à l’occasion d’un déjeuner organisé à l’ambassade de France. Il a aussi été reçu par le Ministre finlandais des Affaires étrangères Timo Soini.

JPEG

JPEG

« La peur est la clé du changement - Une guerre en Europe n’est plus impossible aujourd’hui »
Helsingin Sanomat a publié une interview de Jacques Attali à l’occasion de sa venue en Finlande à l’invitation de la fondation Väinö Tanner pour faire une conférence sur l’avenir de l’Europe et diriger l’orchestre baroque de Finlande.
La correspondante à Bruxelles du HS a interviewé à Paris Jacques Attali, ancien conseiller du Président Mitterrand et président de la BERD. Il a aussi travaillé avec l’actuel Président Emmanuel Macron dans la commission pour la libération de la croissance française qu’il dirigeait en 2007-2008. M. Attali salue l’ambition réformatrice du président Emmanuel Macron.
Interrogé sur la situation de l’Europe aujourd’hui, il exprime son inquiétude. « La situation est dangereuse. Nous sommes la partie la plus riche, la plus stable et la plus heureuse du monde mais nous ne sommes pas assez politiquement intégrés. Pour le dire simplement, nous sommes seuls. Il n’y a plus personne qui pense à nous. Les Américains, les Chinois et les Russes sont tous nos concurrents ».
M. Attali craint qu’aux élections européennes de 2019, l’UE soit victime d’une « italianisation », ce qui signifierait que « les extrêmes de droite et de gauche se lient sur un point : s’opposer à l’UE ».
M. Attali estime que l’UE est actuellement critiquée parce que les dirigeants nationaux ont tendance à mettre sur son dos tous les problèmes. « Le peuple a bien compris que l’Europe actuelle n’est pas capable de résoudre ses problèmes. Les adversaires disent que l’on n’a pas besoin de l’Europe. Mais au contraire, il faudrait dire que l’on a besoin de plus d’Europe ».
Il considère qu’il faudrait renforcer la coopération dans de nombreux domaines et par exemple dans l’industrie de défense. « Si nous ne rassemblons pas nos forces, les Russes, les Chinois et les Américains vont nous acheter morceau par morceau. Nos économies et nos cultures vont disparaître. En revanche, si nous rassemblons nos forces, nous seront l’acteur majeur du siècle ».
M. Attali pense que le moteur pour que les Européens se rassemblent sera la peur. « La clé du changement c’est la peur. Le fait que nous prenions conscience que nous sommes seuls et que personne ne viendra à notre aide si on nous attaque. C’est ce qui nous permettra d’avoir une réelle coopération », estime M. Attali qui ajoute qu’il faut défendre l’Europe car « cela ne fait pas si longtemps que l’Europe était confrontée à la& barbarie. Aujourd’hui nous considérons nos privilèges européens comme une évidence. Mais une guerre dans l’Europe actuelle n’est pas impossible ».

publié le 12/09/2018

haut de page