Avril 2017

Vendredi 28 avril 2017

Politique intérieure

Gouvernement

« Les nouveaux ministres apportent de nouvelles compétences au gouvernement » KS
« La majorité des hommes au gouvernement se renforce » HS
Les partis de la coalition gouvernementale ont annoncé, hier, les députés qui entreraient au gouvernement : Jari Leppä (Centre) comme ministre de l’Agriculture et des Forêts, Antti Häkkänen (Rassemblement national) comme ministre de la Justice et Sampo Terho (Vrais Finlandais) comme ministre des Affaires européennes et de la Culture et des sports.
Les nouveaux ministres seront nommés par le Président de la république vendredi prochain.
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement comptera désormais 12 hommes et 5 femmes.
HS KS AL

« Retour des risques de conflits d’intérêts au ministère de l’Economie » HS
Le gouvernement a décidé de transférer du Premier ministre au Ministre de l’économie, la gestion du portefeuille des participations de l’Etat dans les entreprises. Cette décision a été préparée dans un petit cercle au sein du parti du Centre, rapporte HS qui précise que le groupe parlementaire du Centre n’en a été informé que cinq minutes avant la presse.
HS souligne que M. Sipilä n’a pas vraiment eut le temps de traiter les affaires des participations de l’Etat qu’il avait voulu adjoindre au poste de Premier ministre.
En effet, depuis plus d’une dizaine d’années, la gestion des entreprises publiques, qui appartient au ministère de l’Economie, avait été séparée de la gestion du portefeuille des participations de l’Etat, qui était confiée à un autre ministre. L’idée était de séparer l’autorité qui fixe les règles de celle qui possède les entreprises. C’est ainsi la raison pour laquelle, la direction de l’Energie passera du ministère de l’Economie au ministère de l’Environnement, rapportent des sources centristes. « Si les affaires énergétiques étaient restées au ministère de l’Economie, il y aurait eu un risque de conflit d’intérêt », selon le Président du groupe parlementaire Antti Kaikkonen.
Aamulehti rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a motivé cela par le fait que le Ministre de l’environnement Kimmo Tiilikainen avait en charge la politique climatique.
Aamulehti rapporte aussi que M. Lintilä, ministre de l’Economie, n’a pas, contrairement au Premier ministre Juha Sipilä, de participations dans les entreprises ni de liens avec le monde des affaires. La question s’était posée par M. Sipilä dans l’affaire Terrafame, l’année dernière.
HS

M. Leppä, nouveau ministre de l’Agriculture
M. Leppä a été choisi à l’unanimité par le Centre pour le portefeuille de ministre de l’Agriculture. Il en est à son cinquième mandat de député et préside la Commission de l’Agriculture au Parlement.
Il possède une ferme de vaches laitières dans le Savo où il a aussi des forêts. Il connaît bien els difficultés des agriculteurs et souhaite travailler à la promotion des exportations agricoles mais aussi pour rendre meilleur le circuit des produits agro-alimentaires. Helsingin Sanomat estime que ses compétences linguistiques devraient cependant limiter son pouvoir de défendre les intérêts de la Finlande à Bruxelles.
HS

M. Häkkänen, nouveau ministre de la Justice
Lui aussi choisi à l’unanimité par le Rassemblement national, Antti Häkkänen devient le benjamin du gouvernement. Il en sera aussi le seul juriste, spécialisé dans le droit fiscal et le droit du travail. Il était auparavant le principal conseiller et « bras droit » du Premier ministre Jyrki Katainen et était devenu vice-président du Rassemblement national l’année dernière.
Après sa nomination, il s’est prononcé en faveur d’une politique criminelle plus stricte, notamment contre les crimes sexuels et la violence.
Il représente l’aile la plus droitière de son parti en matière de politique du Travail, notamment à l’égard de l’inactivité et des corporations. Il est aussi favorable à l’essai sur l’abandon du suédois obligatoire à l’école.
HS

M. Terho, nouveau ministre des Affaires européennes, de la Culture et des Sports
Helsingin Sanomat relève que des Vrais Finlandais ont regretté hier que le parti perde le portefeuille de la Justice au profit du Rassemblement national.
M. Terho, qui a été choisi par le bureau politique et non par le groupe parlementaire qu’il dirigeait, s’est félicité d’avoir en charge la Culture.
Helsingin Sanomat rappelle qu’en tant qu’ancien député européen, il connaît bien les Affaires européennes. Le journal relève que l’entrée au gouvernement devrait lui apporter un élan dans sa quête de la présidence du parti des Vrais Finlandais, en juin. Mais cela vient aussi conforter ceux qui pensent qu’il est « le favori de l’élite du parti ».
HS

Commentaires et éditoriaux
« Les Vrais Finlandais ont perdu du pouvoir au profit du Rassemblement national » HS
Pia Elonen relève que les Vrais Finlandais ont donc cédé le lourd portefeuille de la Justice au profit du Rassemblement national. Ce n’est certainement pas pour obtenir la Culture et les Sports. Au contraire les motivations des Vrais Finlandais étaient d’une part d’alléger le portefeuille de M. Jari Lindström mais surtout d’assurer que le nouveau président des Vrais Finlandais puisse entrer au gouvernement sans pour autant que M. Soini perde son poste.
Les Vrais Finlandais ne peuvent pas se féliciter d’avoir obtenu le portefeuille des Affaires étrangères puisqu’ils l’avaient déjà au profit de M. Soini. Ils auraient donc pu créer un portefeuille de Ministre de la Justice et des Affaires européennes qui aurait convenu à M. Terho. D’autant plus que la Justice a en charge les questions des réfugiés.
Si la répartition des portefeuilles a été différente, c’est parce que le rassemblement national en a voulu ainsi.
La question intéressante est de savoir pourquoi les Vrais Finlandais l’ont accepté.
D’autant plus que le député européen des Vrais Finlandais Jussi Halla-aho a lui-même critiqué que son parti abandonne le portefeuille de la Justice au profit de la Culture.
Pour Mme Elonen, il faudra bien que les Vrais Finlandais arrivent à montrer ce qu’ils ont obtenu en échange de cette répartition des postes. Sinon on aura du mal à croire que la seule raison en était d’assurer le maintien du vieux président Soini à son poste.
HS

Editorial : « Terho pilote les Affaires européennes quand l’UE s’emballe » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que M. Terho aura beaucoup à faire aux Affaires européens car, si la politique européenne dépend du Premier ministre, M. Sipilä a montré le peu de passion qu’il avait pour l’UE.
Or M. Terho arrive au moment où le débat sur l’avenir de l’UE s’accélère. D’autant plus que l’élection de M. Macron en France risque d’emballer encore plus les réformes dans l’UE, juge Helsingin Sanomat. Le risque pour les Vrais Finlandais est d’arriver en fin de mandat en ayant comme bilan européen d’avoir approuvé les aides à la Grèce, admis l’augmentation de l’immigration et que la Finlande se soit engagée dans l’approfondissement d elm’intégration européenne, conclut HS.
HS

Registre des titres

Les Vrais Finlandais soutiennent désormais le projet de registre des titres
La Commission de l’économie a adopté le rapport longtemps ajourné sur le projet de loi sur le registre des titres. Les Vrais Finlandais, qui s’y étaient opposés, estiment désormais que l’impôt à la source suffisamment élevé concernant les bénéficiaires de dividendes non-identifiés encouragera l’identification.
Le registre des titres permettra à un investisseur finlandais de cacher ses placements dans un registre dont les informations ne sont pas publiques.
Kaj Turunen, président vrai finlandais de la commission de l’économie, admet que le système actuel est très bon.
Petteri Orpo, ministre des Finances, estime lui aussi que l’impôt à la source est un moyen de permettre d’imposer les dividendes. Il se félicite du fait que la question avance.
L’opposition propose que le projet soit rejeté. Lauri Ihalainen, membre social-démocrate de la commission de l’économie demande que l’on ajoute au projet de loi une défense explicite aux investisseurs d’utiliser le registre des titres y compris concernant les placements dans les titres de groupes finlandais émis à l’étranger.
KS/12

Chancelier de la Justice

La nomination a été ajournée
Helsingin Sanomat rapporte que, selon trois sources différentes, le ministère de la Justice a changé son candidat pour le poste de chancelier de la justice. Il est probable que le ministère proposera la semaine prochaine la nomination de Tuomas Pöysti, docteur en droit et sous-secrétaire d’Etat au ministère des Affaires sociales et de la Santé. Il est actuellement chargé de la réforme des services sociaux et de la santé et de la réforme administrative.
Le ministère de la Justice avait proposé, encore la semaine dernière, la nomination de Veli-Pekka Viljanen, professeur de droit constitutionnel à l’université de Turku.
Il semble toutefois que le Président Sauli Niinistö ait été mécontent de la proposition du ministère et l’affaire de nomination ait été enlevée au dernier moment de l’agenda de la réunion gouvernementale de jeudi dernier.
Le chancelier de la justice actuel, Jaakko Jonkka, prendra sa retraite fin avril. Son successeur était supposé prendre ses fonctions début mai.
La nomination du chancelier de la justice est préparée par le ministère de la Justice et présentée par le gouvernement. La décision de la nomination est ensuite prise par le Président qui n’est pas obligé de suivre l’avis du ministère ou du gouvernement.
HS/A10

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

M. Lavrov en Finlande la semaine prochaine
Helsingin Sanomat relève que le ministère des Affaires étrangères annonce que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov effectuera une visite en Finlande le 4 mai à l’invitation de son collègue finlandais Timo Soini.
Les ministres doivent évoquer les situations en Ukraine, en Syrie et en Corée, ainsi que le développement de la sécurité en mer Baltique, les questions régionales, dont la coopération arctique, et les affaires bilatérales.
M. Lavrov aura également un entretien avec le Président Sauli Niinistö.
HS/A15

Transports

La Finlande introduira une taxe pour les poids lourds
Le gouvernement a décidé de mettre en place un système de péage des camions. Il s’agira d’introduite une vignette en la matière, inspirée de la directive européenne.
La question sera préparée au ministère des Finances en coopération avec le ministère des Transports et des Communications. Selon Merja Sandell, conseillère au ministère des Finances, le calendrier de la réforme n’a pas encore été fixé.
Les transporteurs routiers professionnels auraient des compensations sur ce frais. La confédération du secteur des transports et logistiques SKAL se félicite du projet et nota que la réforme permettra d’obtenir des recettes des poids lourds étrangers qui utilisent les routes en Finlande, ce qui est déjà le cas des routiers finlandais à l’étranger, la Finlande étant un des derniers pays de l’UE a adopter cette taxe.
KS/10

Economie

Croissance

Le ministère des Finances relève les prévisions de croissance
Le ministère des Finances qui prévoyait une croissance de 0,9% pour cette année encore en décembre, estime désormais que le croissance sera de 1,2% en 2017, 1% en 2018 et 2019.
HS

France - Finlande

Légion d’Honneur

Matti Pösö chevalier de la Légion d’Honneur
Turun Sanomat relève que l’ambassadeur de France en Finlande Serge Mostura a remis les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Matti Pösö le mercredi 26 avril 2017 lors d’une cérémonie organisée à la mairie de Turku.
M. Pösö est actif au cercle franco-finlandais de Turku depuis 50 ans. Il a participé entre autres à la création d’Hexagone, crèche francophone de Turku en 1985.
TS/24

France

Election présidentielle

« Une campagne sale en perspective » NP
« M. Macron humilié à domicile » HS

Jeudi 27 avril 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Négociations sur le cadre budgétaire
« Le gouvernement a reporté à plus tard les problèmes » HS
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement avait décidé d’annoncer de nouvelles dépenses mais pas de proposer des économies lors des négociations sur le cadre budgétaire. Cela s’est donc fait au détriment de la promesse de mettre fin à l’endettement d’ici 202. Le gouvernement a donc décidé de reporter aux négociations budgétaires de l’automne les décisions sur la diminution des aides aux entreprises. Helsingin Sanomat estime que c’est en raison des incertitudes pesant sur la succession de M. Soini à la tête des Vrais Finlandais qu’il en a été décidé ainsi.
Avant tout, le gouvernement espère que la croissance résoudra les problèmes. « Tous dépend maintenant du niveau de la croissance », a dit M. Sipilä mardi.
HS

« Les nouveaux ministres choisis aujourd’hui » HS
Le parti du Centre a choisi le député Jari Leppä comme nouveau ministre de l’Agriculture. Il présidait la commission de l’agriculture au parlement.
Le parti du Rassemblement national devrait choisir aujourd’hui le prochain ministre de la justice ; le député Antti Häkkänen semble favori.
Quant au parti des Vrais Finlandais, il choisira le nouveau ministre de la culture, du sport et des affaires européennes. Le député Sampo Terho est favori pour ce poste.
HS

Editoriaux
« L’objectif d’emploi s’éloigne encore » HS
« Trois nouveaux emplois » AL
Helsingin Sanomat estime que l’objectif du gouvernement d’augmenter le taux d’emploi de 69% actuellement à 72% d’ici la fin de la législature s’éloigne. Seule une surprenante forte croissance économique permettrait d’y arriver.
Les décisions du cadrage budgétaire sont bien maigres. La pression a été reportée sur les négociations d’automne sur le budget prochain. Le gouvernement avait déjà décidé de reporter à cette date les décisions fiscales. En même temps, l’importance des conventions salariales de l’automne s’accroit.
Helsingin Sanomat estime que les décisions prises par le gouvernement pour rendre le travail plus attractif sont maigres : il faudrait en réalité réformer les assurances sociales. Le gouvernement a donc décidé de lancer une étude à long terme sur le sujet.
L’éditorialiste relève qu’à mi-mandat il est plus difficile qu’au début de s’entendre entre les partis de la coalition. De plus, le Centre et le Rassemblement national doivent être plus attentifs aux Vrais Finlandais qui se préparent à choisir leur président après la défaite essuyée aux municipales.
HS

Emploi

Baisse du chômage
Yle relève que selon l’institut des statistiques, le taux de chômage était en mars de 9,6% contre 10,1% en mars 2016.
Le taux d’emploi était de 69,2%.
Yle

Gouvernement – enseignement linguistique

Essai sur les études facultatives du suédois
Les spécialistes se soucient des inégalités que l’essai pourrait engendrer
Le gouvernement a décidé de mettre en place un essai concernant 2200 élèves pour permettre le choix d’une langue étrangère à la place du suédois/finnois jusqu’à présent obligatoire. Les communes participant à l’essai qui démarrera en août 2018 n’ont pas été désignées encore.
Il y a cinq ans, huit communes de Finlande de l’Est ont demandé à pouvoir proposer les études de russe à la place du suédois, mais leur demande a été refusée.
Certains spécialistes interviewés par Helsingin Sanomat estiment que l’essai pourrait donner un élan pour les études des langues étrangères autres que l’anglais, dans une situation où un nombre très peu élevé d’élèves opte pour les langues facultatives.
D’autre part, l’essai suscite également des soucis. Puisque les études universitaires imposent de passer un examen de suédois pour entrer dans la fonction publique, le fait que tout le monde ne l’ait pas étudié au collège peut être remis en question du point de vue de l’égalité.
Selon l’union des enseignants de langues étrangères SUKOL, le choix du suédois pourrait devenir un choix social : les familles diplômées opteraient pour le suédois tant que cette langue fera partie du cursus obligatoire des universités. Quelle serait ensuite la motivation de ceux qui n’ont pas fait de suédois pour s’orienter vers des études universitaires ?
Le syndicat des enseignants OAJ rappelle que l’essai engendrera des coûts supplémentaires.
HS/A10

Société – violence familiale

Des comités de l’ONU ont été saisis
Helsingin Sanomat rend compte du fait que des comités de l’ONU ont été saisis concernant des cas finlandais de violence familiale. Le comité Cedaw qui surveille la réalisation de la lutte contre la discrimination des femmes est saisi concernant deux cas et le comité des droits de l’enfant concernant un cas.
Les comités en question ont demandé à la Finlande d’étudier de près les soupçons des personnes qui ont porté plainte, ainsi qu’à veiller à la sécurité des enfants en question pendant l’étude des plaintes.
Selon HS, le Cedaw a déjà avant rappelé à la Finlande son souci concernant la violence touchant les femmes.
Selon Merja Pentikäinen, docteur en droit, rappelle que lorsqu’un Etat s’engage dans le respect des droits de l’homme, il s’agit de les garantir également dans la pratique. Elle relève que la violence touchant les hommes et celle touchant les femmes n’est pas pareille : alors que pour les femmes, c’est au domicile où elles y sont confrontées le plus souvent, pour les hommes c’est dans les lieux publics. Selon elle, le système juridique reconnaît mieux la violence commise dans un lieu public.
Marjatta Hiekka du ministère des Affaires étrangères estime que la Finlande s’est efforcée d’intervenir contre la violence mais que les mesures n’ont pas été suffisantes.
Les communes devraient prévoir plus de services en la matière, par exemple au niveau des soins de santé. L’information entre différentes autorités concernées par la protection de l’enfance devrait être améliorée, selon les intéressés.
HS/A12-13

Politique étrangère et européenne

Liberté de la presse

« La Finlande recule dans le classement sur la liberté de la presse » HS
« En Suède, on n’imaginerait pas de faire ce qu’a fait M. Sipilä » HS*dépassée par la Norvège et la Suède
Dans le nouveau classement sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières, la Finlande se classe au troisième rang, après la Norvège et la Suède. Ce recul est motivé par « des pressions politiques et conflits d’intérêts » survenus lors du Sipilä-gate, lorsque le premier ministre avait bombardé de mails les journalistes de Yle.
Le Premier ministre Juha Sipilä s’est défendu hier. « Je suis ainsi et je dis ce que je pense et je suis aussi capable de recevoir des critiques. Quand je fais des erreurs, je l’admets et j’en prends acte. Dans ce cas, depuis décembre je n’ai plus pris contact avec les rédactions. Et je vais m’y tenir jusqu’à la fin de la législature ».
Yrsa Stenius, journaliste finlandaise qui vit en Suède, estime qu’il ne viendrait à l’idée d’aucune personnalité politique suédoise de faire ce que M. Sipilä a fait vis-à-vis de la presse ».
HS

Commentaire : « M. Sipilä a fait un sale coup » AL
Juha Lehtinen rappelle que cette année, le centenaire de la Finlande projette sur le pays plus d’attention de l’étranger que d’habitude. Le travail de Suomi 100 est donc de mettre en valeur les forces de la Finlande : en faveur de l’égalité et de la démocratie.
Et que fait le Premier ministre Juha Sipilä ? Par un stupide accès de colère, il réduit à néant l’image de la Finlande.
Juha Lehtinen estime que le recul de la Finlande dans le classement sur la liberté de la presse est plus dommageable que ce que l’on croit. En effet, la Finlande est en réalité peu connue à l’étranger. Son image dépend d’un nombre restreint d’informations. Dès lors, si une finformation internationale concerne le fait que le premier ministre fait pression sur des journalistes, la Finlande est automatiquement associée à des régimes auxquels elle ne voudrait pas qu’on la compare, regrette Juha Lehtinen.
AL

Terrorisme

Les Finlandais estiment qu’un attentat terroriste est probable en Finlande
Yle rapporte que selon un sondage effectué par Taloustutkimus pour le compte du journal télévisé et radiophonique d’Yle, les Finlandais estiment qu’un attentat terroriste est probable en Finlande d’ici un an.
10 % estiment qu’un attentat est très probable, 44 % pensent qu’il est assez probable, 36 % sont d’avis qu’il est assez improbable et 8 % qu’il est très improbable. 2 % ne s’expriment pas.
Les Finlandais ont toutefois confiance dans les autorités : 56 % des personnes interrogées estiment que les autorités se sont très bien ou assez bien préparées à empêcher un éventuel attentat terroriste. 28 % estiment cependant que qu’elles se sont assez ou très mal préparées.
Afin d’empêcher les éventuels attentats, 50 % sont favorables à des mesures contre l’exclusion et une politique efficace de l’intégration. 40 % souhaitent des mesures plus dures et des sanctions plus strictes.
Le sondage a été effectué auprès de 1 002 personnes.
Yle

Economie

Nokia

Résultat de Nokia du premier trimestre
Yle relève que selon le directeur général de Nokia Rajeev Suri, le résultat du premier trimestre a été de 341 millions d’euros, contre 345 millions d’euros au premier trimestre 2016. Le chiffre d’affaires a été de 5,4 milliards d’euros (-4%).
Mobile Networks a fait un bon résultat, ainsi que Nokia technologies.
M. Suri souligne que le premier trimestre de l’année est souvent faible pour Nokia. « A la lumière du résultat du premier trimestre je suis prudemment optimiste. »
Yle

France

Election présidentielle

« La France a voté contre les partis traditionnels » Dem
« En France, la défaite du système » Dem
« L’incertitude augmente en France » KU
« Le Pen n’a pas encore perdu » HS

Mercredi 26 avril 2017

Politique intérieure

Gouvernement

Négociations sur le cadre budgétaire
« Aides pour la recherche et encouragement pour les chômeurs » HS
« On a sauvé la face à M. Soini » HS
Le gouvernement a présenté les résultats de ses négociations de deux jours sur le cadre budgétaire à mi-chemin de la législature.
Une somme de 120 millions d’euros sera orientée pour la recherche, sous forme notamment d’aides à l’innovation gérées par Tekes. Environ 200 millions d’euros, issus de vente de propriété de l’Etat, seront destinés pour la capitalisation de la recherche.
La formation professionnelle sera réformée et une réforme de lycées sera également lancée.
L’allocation chômage sera modifiée de façon à la diminuer de 4,65 % au bout de trois mois si l’intéressé ne cherche pas activement du travail. La confédération des ouvriers SAK a considéré ce modèle comme une détérioration de l’assurance chômage.
La règle du jeu concernant les contrats à zéro heure sera précisée.
Le gouvernement n’envisage pas de réformer le système des congés parentaux. M. Soini, président des Vrais Finlandais, a rejeté même une étude en la matière. Teija Sutinen de Helsingin Sanomat estime dans son billet que les autres partis de la coalition gouvernementale ont rendu un dernier service à M. Soini qui quittera la présidence de son parti en juin. Le gouvernement a toutefois élargi la catégorie des familles bénéficiant d’un garde d’enfant gratuite. 6700 familles de plus bénéficieront désormais de la gratuité. Les frais de crèche de familles aux revenus moyens seront également diminués dans le but d’encourager le travail.
Les confédérations des employeurs et des employés regrettent la décision de ne pas réformer les congés parentaux. Ilkka Oksala, directeur auprès du patronat EK estime, déçu, que le fait que l’on n’entende même pas étudier la question montre que l’on n’a pas compris l’envergure de la question. Ralf Sund, économiste de la STTK, estime que le gouvernement a omis de faire la réforme peut-être la plus importante qui aurait eu un impact significatif pour l’offre de main d’œuvre.
M. Oksala fait état d’une comparaison entre la Suède et la Finlande selon laquelle le taux d’emploi des mères dont le plus jeune enfant a 1 ou 2 ans en Suède est de 58,4 % contre 42,9 % en Finlande.
MM. Oksala et Sund se félicitent de la décision de diminuer les frais de crèche qui pourront faciliter l’emploi des parents et notamment des parents seuls.
HS/A6-7, Yle

Trois nouveaux portefeuilles
Le gouvernement aura trois nouveaux ministres, un pour chaque parti. Le Rassemblement national aurait le portefeuille de la Justice avec la division en deux de l’actuel portefeuille de Jari Lindström (Emploi et Justice). Celui de Kimmo Tiilikainen, Environnement et Agriculture serait également divisé en deux et les questions agricoles attribués à un nouveau ministre, choisi par le parti du Centre. Selon M. Sipilä, le Centre évoquera la question, jeudi.
Les Vrais Finlandais auront la Culture, séparée du portefeuille de la ministre actuelle Sanni Grahn-Laasonen (Education et Culture). Selon Timo Soini, ce nouveau portefeuille aurait également les Affaires européennes qui relèvent actuellement du ministre des Affaires étrangères.
Les spéculations sur les ministrables sont en cours et selon Helsingin Sanomat, sont évoqués Antti Häkkänen (Rassemblement national), Jari Leppä et Anne Kalmari (Centre), et Sampo Terho (Vrais Finlandais).
Les nouveaux ministres devraient être connus d’ici la fin de la semaine.
HS/A7

Emploi

Comparaison entre la Finlande et la Suède sur l’emploi des femmes
Helsingin Sanomat relève que selon une recherche récente du Centre national de la statistique, il y moins de différences que prévu entre la Finlande et la Suède quant au taux d’activité des mères d’enfants en bas âge.
La différence est la plus élevée parmi les mères qui ont des enfants de 1 à 2 ans : en Finlande 42,9 % des mères travaillent, contre 58,4 % des mères suédoises.
La différence se réduit chez les mères qui ont des entrants de 3 à 7 ans : 68,6 % en Finlande et 69,7 % en Suède.
La comparaison est difficile parce que les données sont recensées différemment dans les deux pays. Il ne faut pas oublier qu’en Suède, les mères travaillent à temps partiel beaucoup plus souvent qu’en Finlande : 40 % des mères d’enfants de 3 à 6 ans travaillent à temps partiel en Suède, contre 16 % en Finlande.
HS/A32

Ministère des Finances

Le ministère a décidé de retirer une pièce spéciale sur la guerre civile
Helsingin Sanomat rapporte que le ministère des Finances a annoncé mardi qu’il allait retirer une pièce de collection qui fait partie d’une série de cinq pièces pour commémorer « les décennies de l’indépendance 1917-1939 ».
La première pièce de la collection, qui devait être mise en vente début mai, illustre la guerre civile avec une image d’un peloton d’exécution tuant des prisonniers rouges.
Le ministre des Finances Petteri Orpo a qualifié la pièce « d’un mauvais goût ». Le ministre avait signé lui-même le décret sur la publication de la série de pièces de collection. Dans un communiqué publié hier par le ministère des Finances, M. Orpo explique « qu’il n’avait pas accordé suffisamment d’attention au projet visuel du décret ».
HS/A13

Police

La police d’Helsinki a testé les caméras vidéo attachées aux survêtements
Selon Helsingin Sanomat, la police d’Helsinki, qui a testé des caméras vidéo attachés aux sur vêtements ou casques, estime que les caméras sont très utiles et améliorent la sécurité des policiers sur le terrain.
Selon le président du groupe de travail chargé de l’essai, le commissaire en chef Sami Hätönen, la décision officielle de l’acquisition de caméras attachées aux survêtements n’a pas encore été prise. La mise en œuvre de l’acquisition des caméras pourrait avoir lieu au plus tôt fin 2018. En ce moment, la police d’Helsinki a 30 caméras à sa disposition.
HS/A13

Politique étrangère et européenne

Défense

Nouveaux chasseurs pour l’armée de l’air
L’administration de défense des quatre pays fabricant de chasseurs ayant répondu à l’appel d’information lancé par la Finlande en avril 2016, seront sollicités par un appel d’offre au printemps 2018.
L’information fournie par les cinq fabricants (Rafale, Jas Gripen, Eurofighter Typhoon, Boeing et Lockheed Martin) sera étudiée par les Finlandais tout au long de cette année. Les chasseurs candidats seront testés en 2019 et la décision finale sera prise en 2021.
HBL25.4/6

« Les chasseurs américains en Estonie » HS
« Les Etats-Unis témoignent de leur engagement dans la défense de la région de la Baltique en y présentant leurs chasseurs F35A » HS
La région de la Baltique a été choisie pour présenter, pour la première fois en Europe, les chasseurs F35A de cinquième génération. Deux de ces engins ont atterri dans la base d’Ämari en Estonie dans l’après-midi de mardi 25 avril.
Il s’agit d’un des cinq modèles sélectionnés pour la future acquisition de chasseurs par la Finlande pour remplacer les vieux F-18 Hornet.
C’est l’occasion pour les Américains de faire du marketing pour leurs avions, et cela malgré les propos de la chargée d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis à Tallinn, Mme Elizabeth Horst, qui affirme qu’il s’agit simplement de témoigner de la force de dissuasion de l’OTAN.
HS26.4/A25

Centre hybride

« Le directeur par intérim du Centre européen d’excellence de lutte contre les menaces hybrides, M. Matti Saarelainen, préconise des formations pour les hommes politiques » AL
« Le nouveau Centre européen d’excellence de lutte contre les menaces hybrides installé à Helsinki pourrait prévoir des stages de formation pour divers groupements professionnels afin d’améliorer la détection des attaques de désinformation. Il pourrait notamment organiser des formations pour des hommes politiques, des journalistes ou même des professeurs », estime le premier directeur du centre, M. Matti Saarelainen.
Selon lui, les attaques de désinformation constituent une forme d’attaques hybrides contre lesquelles il est possible de se défendre avec une certaine vigilance, un esprit critique et une bonne lecture des médias.
Par ailleurs, la défense hybride a récemment été associée au projet d’augmenter le pouvoir de surveillance en matière de reconnaissance militaire et civile dont les rapports ont été remis aux ministères finlandais la semaine dernière. La législation concernant les garde-frontières sera également soumise à des modifications.
Le quartier général à Helsinki comprend une dizaine de personnes mais le centre envisage de profiter des réseaux de chercheurs et d’autorités des différents pays engagés dans les activités du centre. « Les premiers séminaires seront organisés à l’automne », promet M. Saarelainen.
Le directeur du centre estime que la société finlandaise est plutôt bien armée contre des menaces hybrides, et cela en raison du bon niveau du savoir-faire du secteur informatique privé, développé notamment par Nokia à partir du début des années 1990.
AL26.4/A10

Liberté de la presse

La Finlande dépassée par la Norvège et la Suède
Dans le nouveau classement sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières, la Finlande se classe au troisième rang, après la Norvège et la Suède.
Yle
France

Election présidentielle

« Mme Le Pen, une populiste qui essaie de faire oublier son père » AL
« La campagne de M. Macron victime de piratage informatique » HS AL
« Un peuple divisé qui se cherche un président » TS

Mardi 25 avril 2017

France

Election présidentielle

Titres
« Macron a déjà un pied à l’Elysée » AL
« La France change d’ère » KS
« La France a voté contre le système » HS

« L’Allemagne va-t-elle gâcher la vague Macron ? » KL
Le correspondant en Allemagne de Kauppalehti souligne qu’au premier tour environ 40% des Français ont choisi des candidats opposés à l’UE et à la mondialisation. « Si M. Macron n’arrive pas à réformer l’Europe, celle-ci n’aura peut-être pas de seconde chance ». « Il faut donc que les élections en Allemagne montre à l’ensemble de l’UE, et surtout aux Français, que les politiciens traditionnels peuvent aussi changer la direction de l’Europe. Quel que soit le prochain chancelier, il devra abandonner la politique d’austérité budgétaire et apporter à l’UE plus de solidarité financière. Sinon, la confiance dans l’UE, le libre-échange et la mondialisation sera durablement minée en France, en Italie et dans les autres pays l’Europe en crise. Il faut aussi plus de solidarité dans le contrôle des frontières et la sécurité ».
KL

Editoriaux

« Le pouvoir en place ébranlé » HS
Pour Helsingin Sanomat, « les élections françaises en brisant l’ancien rapport de forces entre la droite et le gauche pourraient apporter du bien : une des raisons de l’insatisfaction des Français était justement que le système politique était figé. L’alternance bipartite conduisait à se détourner de la recherche de l’intérêt général, des réformes et de la coopération – qui auraient été nécessaires pour réformer l’économie et le marché du travail français ».
« Lors de ces élections, les anciens partis n’ont récolté qu’un quart des électeurs. « Il faudra en tous cas prendre en compte que le phénomène Macron traduit la volonté des Français de changer la façon de faire de la politique. Si l’on ne répond pas à cette demande, la prochaine fois le vainqueur pourrait venir de l’extrême-droite. Les élections françaises de dimanche ont aisni pu déclencher le plus grand mouvement de réforme depuis des décennies. Et il était temps ».
HS

« Le danger n’est pas écarté » AL
Pour l’éditorialiste d’Aamulehti on semble soulagé en Europe par la probable victoire de M. Macron. Mais cela serait une erreur de croire que la crise est passée et que la vague d’ultranationalisme ne menace plus. Il faut au contraire que l’UE se réforme et devienne plus ouverte, plus démocratique et plus compréhensible pour les citoyens. Ce n’est pas en imposant la rigueur et en organisant des accords secrets entre les Etats membres que l’on y participe ». L’éditorialiste, qui compare M. Macron aux dirigeants nord-américains Obama et Trudeau estime que cela montre que les Libéraux peuvent encore remporter des élections pour améliorer le monde. Mais s’ils échoue, le risque est que l’on se tourne vers les extrêmes qui ne promettent que de renverser la table et revenir au Moyen-Age ».
AL

« Succès de M. Macron, mais rien n’est définitif » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que, même si le résultat du premier tour accorde à Emmanuel Macron une avance, l’élection n’est pas résolue encore. Pour lui, la force de Macron est en même temps sa faiblesse.
Son mouvement représente une réforme en ce qui concerne le système politique français, mais est-ce qu’il réussira à mobiliser les millions d’électeurs nécessaires afin que M. Macron aille jusqu’au bout ?
Le fait que M. Macron souhaite relâcher les règles strictes du marché de travail pourrait chasser des électeurs socialistes. Est-ce que les républicains déçus vont se sentir à l’aise avec M. Macron qui soutient activement le libre-échange et une intégration accrue ? Un budget européen commun n’attire certainement pas les électeurs qui privilégient l’intérêt de la France même s’ils ne soutiennent pas le Front national.
Le fait que M. Macron soutienne l’UE et l’euro est une bonne nouvelle pour l’UE. 40 % des électeurs se sont toutefois prononcés pour les eurosceptiques Le Pen et Mélenchon.
M. Macron peut être perçu comme un représentant de l’établissement qu’il souhaite défier et changer.
HBL/18

« L’ancien système ébranlé » TS
Pour Turun Sanomat, le résultat du premier tour ne constitue qu’un léger soulagement pour les marchés, le suspens se prolonge pour le second tour où s’affrontent deux candidats particulièrement éloignés l’un de l’autre. La victoire de M. Macron signifierait la stabilité et la sécurité qui sont aujourd’hui menacées en Europe par le nationalisme et l’antieuropéanisme.
TS

« Le second tour sera plus difficile » KL
Kauppalehtiu souligne que les élections françaises ne servent pas seulement à choisir le prochain dirigeant français mais aussi à mesurer l’opinion quand s’affrontent un Européen et une antieuropéenne, un pro-mondialisation et une protectionniste, un libéral et une conservatrice. Même si les sondages prédisent la victoire de M. Macron, il ne faut pas croire que le populisme va disparaître après les élections françaises. Si M. Macron s’avère un dirigeant faible ou si la France est ingérable, Le Pen risque de revenir encore plus forte aux prochaines élections.
KL

« M. Macron favori pour le second tour » KS
Keskisuomalainen souligne que pour la Finlande et le reste de l’Europe, les élections françaises font figurent de vote sur l’avenir de l’UE. L’éditorialiste estime que M. Macron « est une sorte de caméléon, un ancien socialiste qui promeut le libéralisme de marché. Ce qui est sa force pourrait être aussi sa faiblesse car son manque d’expérience et la faiblesse de ses troupes peuvent constituer un risque avant le second tour ».
KS

« La petite révolution française » Kaleva
Kaleva relève que le résultat des élections est étonnamment conforme à ce que prédisaient les sondages.
Kaleva

Politique étrangère et européenne

Gazoduc de la mer Baltique

Financement des entreprises énergétiques
Helsingin Sanomat relève que cinq entreprises énergétiques européennes ont promis de financer le nouveau gazoduc de la mer Baltique à hauteur de 4,75 milliards d’euros. La construction du gazoduc doit coûter au total 9,5 milliards d’euros.
L’entreprise française Engie, l’autrichienne OMW, néerlando-britannique Shell et les allemandes Uniper et Wintershall ont signé lundi un accord selon lequel chaque entreprise s’engage à financer le gazoduc pour 950 millions d’euros. L’autre moitié des frais de construction du gazoduc sera financée par Gazprom, entreprise de l’Etat russe.
HS/31

Politique intérieure

Gouvernement

Négociations sur le cadre budgétaire
Les Vrais Finlandais ont obtenu la réalisation d’un essai sur le suédois facultatif
Le gouvernement qui négocie actuellement sur le cadre budgétaire à mi-chemin de la législature, a présenté les décisions prises hier, et présenté les questions qui seront évoquées aujourd’hui.
Il est prévu de libéraliser le secteur des pharmacies en accordant plus d’autorisations pour des pharmacies tout en continuant à réguler la location des pharmacies afin de garantir l’accès dans l’ensemble du pays. Certains produits pourront être libérés pour être vendus dans des magasins, mais il ne s’agira pas d’antidouleurs, par exemple.
Le gouvernement évoquera, aujourd’hui, l’éventualité de créer de nouveaux portefeuilles ministériels. Les décisions sur l’investissement dans l’emploi et la sécurité intérieure, par exemple, devront être prises aujourd’hui.
Le gouvernement maintient son objectif de faire des économies à hauteur de quatre milliards d’euros et son programme de réformes de quatre milliards d’euros.
M. Sipilä dit que 80 % de l’objectif portant sur des économies de 10 milliards d’euros a été fait à ce jour. Les économies qui seraient obtenues avec la réforme des services sociaux et de la santé sont toutefois remises en question par les experts entendus.
Selon Anu Vehviläinen, ministre des Collectivités locales, des coupes à hauteur de 130 millions d’euros ont été effectuées.
L’objectif de mettre fin à l’endettement pour 2021 ne tient pas compte de l’acquisition de chasseurs ni de navires de combat.
Selon le ministre des Finances, M. Orpo, il n’y aura pas de nouvelles coupes. Les nouvelles prévisions de son ministère et de la Banque de Finlande ont été présentées. Selon MM. Orpo et Sipilä, on arriverait à atteindre l’objectif de taux d’emploi de 72 % si la croissance atteignait les 2 % cette année et que ce niveau était maintenu jusqu’à la fin de la législature.
Les Vrais Finlandais n’ont pas tardé à communiquer sur le fait que le gouvernement remettait pour avis un projet concernant le fait de rendre l’apprentissage de la seconde langue officielle (dans la pratique il s’agit du suédois) facultatif dans un certain nombre d’écoles. Mme Henriksson, présidente du parti suédois, regrette l’ordre de priorités du gouvernement qu’elle qualifie de tragique.
L’essai consiste à proposer à 2200 élèves la possibilité d’opter pour une autre langue à la place du suédois obligatoire. Selon les journaux, les Vrais Finlandais auraient conditionné la réforme de la formation professionnelle au fait d’obtenir l’essai sur le suédois (ou le finnois).
HS/A11, AL/A10, KS/8

Helsinki, BEI, Jan Vapaavuori

Le futur maire de Helsinki envisage de faire don de son indemnité transitoire
Le futur maire de Helsinki, Jan Vapaavuori (Rassemblement national), qui bénéficiera d’une indemnité transitoire de 9600 euros par mois concernant son transfert de la Banque d’investissements européenne à la municipalité, écrit dans son blog qu’il envisage de donner une partie de cet argent à des oeuvres de bienfaisance à l’exception de la période de transfert sans solde de février en juin. Il n’a pas encore décidé quelles associations il choisira.
Son salaire passera de 24 000 euros à 14 000 euros par mois et une indemnité transitoire lui sera versée durant 17 mois voire trois ans.
M. Vapaavuori note qu’il suit l’exemple du Président Niinistö en la matière.
Helsingin Sanomat souligne qu’Olli Rehn avait refusé l’indemnité transitoire à laquelle il avait droit lorsqu’il a quitté la Commission européenne et a été élu au Parlement finlandais.
HS/A20

Voitures électriques

Une centaine de nouveaux points de recharge
Selon Helsingin Sanomat, l’entreprise énergétique Fortum et le groupe financier OP comptent commencer une coopération afin de construire des points de recharge pour les voitures électriques à côté des agences de la banque Osuuspankki.
Le projet est lié à la nouvelle stratégie du groupe OP afin de se diversifier dans de nouveaux domaines.
Les nouveaux points de recharge feront partie du réseau nordique de Fortum de plus de 1 200 points.
HS/A31

Nokia

Le nombre de petits actionnaires en hausse
Helsingin Sanomat relève que les Finlandais continuer à avoir confiance dans les actions de Nokia.
Selon les statistiques d’Euroclear, le nombre d’actionnaires de Nokia s’est élevé, fin 2016, à 237 682 (+20 871). Elisa se trouve en deuxième position avec 198 694 actionnaires (-15 685), suivi de Fortum avec 131 873 actionnaires (+22 465).
HS/A30

Lundi 24 avril 2017

France

Election présidentielle

« Macron et le Pen au second tour » HS TS

Réactions
« MM. Sipilä et Orpo se réjouissent de la victoire de l’esprit européen – M. Soini se refuse à commenter » Yle
Yle rapporte que les deux tiers du gouvernement finlandais ont affiché leur satisfaction au vu des résultats du premier tour de l’élection présidentielle en France.
« Je suis satisfait que le candidat de la réforme et de l’esprit européen a remporté le premier tour. Il y a un clivage très clair pour le second tour : le candidat de l’Europe et de la réforme contre un candidat qui souhaite sortir de l’UE », a dit le Premier ministre Juha Sipilä.
« Je suis très content de voir qu’en tête se trouve un défenseur de l’Europe. Il faut espérer que les Français feront le bon choix car en réalité ils décident de l’avenir de l’Europe », a déclaré le ministre des Finances Petteri Orpo.
Le ministre des Affaires étrangères et président des Vrais Finlandais en revanche n’a pas souhaité commenter le résultat, se bornant à relever que « les vieux partis se sont effondrés ; M. Macron n’a pas de député et Le Pen doit en avoir seulement deux ».
Yle

Commentaires
« Les anciens partis broyés » HS
« La France dans une nouvelle ère » Yle
Helsingin Sanomat souligne que les vieux partis ont été balayés lors de ces élections et se demande si la France ne va pas devenir impossible à diriger tant il est peu certain que M. Macron obtienne une majorité aux législatives.
Petja Pelli relève cependant que cette élection aura aussi brisé la vague nationaliste et anti-européenne qui, après la victoire du Brexit et de Trump, a donc été arrêtée par les électeurs français.
Le correspondant à Bruxelles d’Yle juge que la France passe dans une nouvelle ère puisque les partis politiques de gouvernement ne sont pas représentés au second tour. Il souligne que ces partis ont toutefois appelé à voter pour M. Macron et faire barrage contre le FN. Pour lui, « dans une Europe livrée à un printemps de levée des nationalismes, on a pu craindre que cette vague se propage sur le continent, mais la France semble capable d’y faire barrage ».
Yle HS

Politique étrangère et européenne

Défense

Les hélicoptères NH-90 au service des autorités finlandaises
« Les hélicoptères de transport NH-90 de l’armée de terre assurent une quinzaine de tâches d’entraide administrative pour d’autres autorités », affirme le lieutenant-colonel Jaro Kesänen, chef de l’aviation de l’armée de terre.
Positionnés au régiment de chasseurs d’Utti, les 20 hélicoptères de transport NH-90 de l’armée de terre assurent la permanence nationale des forces armées depuis 2010.

La plupart des demandes d’entraide administrative proviennent de la police qui utilise les hélicoptères notamment pour rechercher les disparus. Les mêmes engins sont également en service lors des exercices communs de la police et des forces armées. La police finlandaise ne possédant pas d’hélicoptère, elle est obligée de solliciter l’aide des autres autorités.
Par ailleurs, les autorités de sauvetage et de secours utilisent également les hélicoptères de l’armée de terre ou éventuellement ceux des gardes-frontières qui en possèdent 14.
Ka/K1/13

Un bataillon de l’OTAN s’installe définitivement en Estonie
« L’Estonie ne sera plus jamais seule »
En tout près de deux mille soldats britanniques, français et américains, rejoints plus tard par des Danois, transforment le paysage de la petite ville de Tapa en Estonie, une ancienne base militaire des troupes soviétiques, située à environ 150 km de la frontière russe, rapporte le tabloïd Ilta-Sanomat.
L’unité de 800 Britanniques fait partie d’un ensemble de 7000 soldats que l’OTAN a décidé de placer dans les trois pays Baltes et en Pologne en vue de consolider la force de dissuasion militaire des pays alliés face à la menace russe, selon le reportage d’IS sur place.
« Les Estoniens soulignent que, selon les sondages, 80% des citoyens du pays sont favorables à l’arrivée des troupes de l’OTAN en Estonie. Par contre, les Russes d’Estonie ne sont pas forcément aussi enthousiastes. Un tiers des habitants de Tapa sont russophones », écrit le journaliste du tabloïd Timo Myllyniemi.
Les troupes britanniques ont été rejointes sur le terrain de Tapa par des Français qui ont fait apprécier au journaliste leur chant de marche. Ils appartiennent au 2ème régiment des fusiliers marins de l’armée française (2e RIMa) et ont comme matériel sur place des chars Leclerc, des VBCI et des véhicules de transport de troupes VAB.
Les Britanniques fonctionnent par rotations de de 6 à 8 mois. La prochaine relève se fera en novembre 2017. A la fin de l’année les troupes françaises seront remplacées par des Danois.
http://www.is.fi/ulkomaat/art-2000005181882.html

Gazoduc Nord Stream 2

Concernant le projet, la Finlande se concentre sur le côté environnemental, alors que d’autres se soucient pour la sécurité
Pour la Finlande, le projet Nord Stream 2 est avant tout un projet commercial, alors que par exemple la Suède et le Danemark se soucient du rôle croissant de la Russie dans la mer Baltique. Pour ces pays, il convient de voir le projet sous l’aspect de la politique de sécurité et de défense.
La Finlande ne voit pas d’obstacle pour la construction tant que les critères environnementaux sont remplis. Le rapport sur l’évaluation de l’impact environnemental est à l’étude en Finlande.
Veli-Pekka Tynkkynen, professeur en politique énergétique de l’Université de Helsinki, estime que les groupes énergétiques privés ne participeraient pas au projet s’il n’était pas commercial. Il rappelle toutefois que le caractère commercial ne signifie pas pour autant qu’il n’y aurait pas d’autres aspects. Pour lui, les gros projets énergétiques relèvent d’une logique commerciale toute particulière. Il estime que la Russie a dû proposer des « carottes » aux groupes occidentaux qui doivent songer à leur image en raison des relations tendues entre la Russie et l’Occident.
Antto Vihma, chercheur à l’Institut de relations internationales, rappelle que, dans des projets énergétiques importants, il y a toujours un aspect stratégique aussi. On les utilise politiquement pour rapprocher les relations économiques.
M. Tynkkynen relève que l’aspect environnemental relève de la politique dans le sens où on a pris une décision politique sur le fait de savoir quels sont les points environnementaux qui comptent.
Le gaz naturel russe est bon marché parce que les pays de l’UE font peu de cas du fait que la production libère du méthane. Pour lui, il ne faut pas oublier qu’en s’engageant pour le gaz naturel russe, on s’engage dans la politique climatique russe.
HS/sam/A8-9

Fuite de cerveaux

Les chercheurs souhaitent des mesures du gouvernement
La Finlande perd des chercheurs compétents vers l’étranger à un rythme croissant. Les syndicats de professeurs et de chercheurs souhaitent que cette tendance puisse être changée.
En 2005-2015, plus de 3100 doctorants sont partis de Finlande contre moins de 2000 qui sont venus. Parmi les pays destinataires de partants, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Suède, l’Allemagne et la Norvège sont les cinq premiers.
Sanni Grahn-Laasonen, ministre de l’Education et de la Culture, relève que les moyens d’attirer des cerveaux de l’étranger en Finlande seront évoqués lors des négociations budgétaires du mi-chemin de la législature.
Les chercheurs estiment que la fute de cerveaux est en grande partie due aux coupes concernant le financement des universités et de la recherche et des licenciements qui ont détérioré l’atmosphère. En 2015, 375 doctorants sont partis, contre 156 arrivés.
HS/sam/A19

Education

Les universités d’avenir devront se battre pour les talents
Helsingin Sanomat a interviewé Erkki Sutinen, professeur de sciences informatiques de l’Université de Turku, qui souhaite lancer un programme qui consiste à donner une formation en sciences informatiques en Finlande à des étudiants africains.
Il estime qu’en Afrique, il y a beaucoup de défis auxquels on pourrait répondre aux moyens des sciences et technologies. Dans son projet de formation, il ne s’agit pas de l’aide au développement mais d’un projet commercial. Les études de 2,5 ans seraient payantes et les étudiants pourraient ensuite rester et se rendre utiles à la société finlandaise ou rentrer et constituer des contacts locaux pour les besoins de l’industrie finlandaise.
Pour que le projet puisse avancer, il faudrait encore trouver le moyen de financer les études des plus pauvres. M. Sutinen n’a toutefois pas peur des risques.
HS/dim/A11

Investissements étrangers

La Finlande verse aux spécialistes un salaire inférieur par rapport au niveau nordique
Comparé à ses pays voisins nordique, la Finlande verse dans plusieurs domaines des salaires inférieurs à des diplômés d’études supérieures.
Selon Helsinki Business Hub et Amcham Finland, le coût de la main d’œuvre est à un niveau compétitif. A Stockholm, les salaires peuvent être même doubles. En même temps, l’économie suédoise augmente à un tout autre rythme que le PIB finlandais, donc il s’agit aussi d’une question d’offre et de demande.
Helsinki Business Hub envisage d’attirer des sièges sociaux d’entreprises internationales en Finlande afin de créer des emplois et des recettes fiscales. Amcham estime qu’obtenir des sièges sociaux est très important pour l’image de la Finlande, ainsi que pour lutter contre la fuite des cerveaux.
Les acteurs du domaine de la promotion de la Finlande de ce point de vue souhaitent plus d’investissements étrangers dans la R&D et dans l’innovation. Actuellement, Helsinki n’accueille que 19 sièges sociaux de grandes entreprises internationales, contre plus de cent à Stockholm et 41 à Copenhague.
HS/lun/A16-17

Migrants

Mme Risikko rejette les propos de Mme Halonen
Helsingin Sanomat a publié samedi dernier un billet signé Tarja Halonen, ancienne présidente, critiquant le processus de demande d’asile et les renvois forcés. Mme Halonen souligne que les autorités devraient se rendre plus dans les pays de conflit pour connaître les conditions et les autorités locales. Les renvois forcés devraient être interrompus pendant la mise à jour des informations.
Selon Turun Sanomat, La ministre de l’Intérieur Paula Risikko rejette les propos de Mme Halonen. « Il est bien entendu important de connaître la situation sur place mais nous ne pouvons pas interrompre les renvois. Cela donnerait un mauvais signal pour les demandeurs d’asile. »
La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur Päivi Nerg souligne que les renvois forcés ne concernent en ce moment qu’un peu plus de 300 personnes.
Le président de la commission des affaires étrangères du Parlement Matti Vanhanen n’est pas favorable aux propos de Mme Halonen. « Il ne faut pas créer de nouveaux critères. »
HS/sam/A5, TS/dim/10

Politique intérieure

Gouvernement

Négociations sur le cadre budgétaire
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement mènera aujourd’hui et demain mardi les négociations sur le cadre budgétaire à mi-chemin de la législature. La situation économie est meilleure qu’il y a deux ans mais le taux d’emploi ne s’est pas amélioré comme souhaité par le gouvernement. Il est à 69 %, contre l’objectif de 72 %.
Les négociations concerneront quatre domaines : l’emploi et la croissance, les soins, la sécurité et les réformes.
Les négociations ont été considérées antérieurement comme très importantes mais il semble maintenant qu’il n’y aura pas beaucoup de résultats en raison du mauvais résultat du Centre et surtout des Vrais Finlandais aux élections municipales. Le quotidien estime que le gouvernement a perdu des forces.
Le ministre des Finances Petteri Orpo, qui a antérieurement exigé des économies supplémentaires de 1 à 2 milliards d’euros, a changé d’avis et rejette désormais les coupes supplémentaires. « Le gouvernement devrait travailler ensemble afin d’attendre les objectifs du programme gouvernemental. »
HS/sam/A22, lun/A6-7

Difficultés de M. Sipilä
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä s’est exprimé samedi devant le bureau national du Centre. Il a admis qu’il a eu beaucoup de pressions au gouvernement et aussi aux élections municipales. Il a même parlé d’un « purgatoire personnel »
« Après deux années dures au gouvernement je n’ai pas pu gagner les élections. Je n’ai pas pu faire tout ce que j’aurais voulu. »
M. Sipilä n’a toutefois pas analysé les raisons de la défaite électorale.
HS/dim/A10

Vrais Finlandais

Sampo Terho présente ses visions
Sampo Terho a présenté, vendredi, ses idées sur la réforme des Vrais Finlandais s’il était élu président du parti, en juin. Il n’exclut pas le retour à la devise finlandaise et le considère même probable.
Pour lui, la Finlande n’aurait pas eu besoin d’un pacte de compétitivité ni d’une dévaluation intérieure si elle avait toujours disposé de son markka au lieu de l’euro.
Plus généralement, il estime qu’il est essentiel pour le parti de déterminer sa position en ce qui concerne une organisation éventuelle d’un référendum sur l’UE. Pour lui, le parti pourrait se mettre d’accord, début 2019, s’il compte promouvoir l’organisation d’un référendum. Il rappelle que c’est une décision qui devra être prise consciemment du fait que les partenaires gouvernementaux deviendront alors rares.
Keskisuomalainen rend compte du fait qu’alors que M. Terho reste « ouvert » à l’idée d’un référendum sur l’UE, M. Halla-aho promeut activement une sortie de la Finlande de l’eurogroupe et de l’UE.
Alors que M. Halla-aho se profile avant tout comme un opposant à l’immigration, M. Terho parle d’autres sujets aussi.
HS/sam/A22, KS/sam/15

Réaction de M. Salolainen
M. Salolainen, membre conservateur de la Commission des affaires étrangères, souhiate que le Premier ministre intervienne dans les propos des Vrais Finlandais sur un possible « Fixit ». Pour lui, la chute du parti aux municipales a démarré un débat qui met en danger la politique étrangère et avant tout la sécurité. M. Salolainen est convaincu de l’impossibilité d’une sortie de la Finlande de l’UE, mais il regrette qu’un débat en la matière effrite l’image de la Finlande au niveau international.
Uusi Suomi

Vendredi 21 avril 2017

Politique intérieure

Premier ministre - Liberté de l’expression

Les messages du Premier ministre à Yle critiqués
Le chancelier de la Justice adjoint, Risto Hiekkataipale, estime que les messages que le Premier ministre a envoyés au journaliste d’Yle n’étaient pas compatibles aux exigences concernant les ministres. Selon lui, il faudrait qu’un représentant des pouvoirs publics évite des actes qui peuvent être interprétés comme une tentative d’orienter, empêcher ou restreindre l’information concernant l’exécution du pouvoir public.
Selon le chancelier de la Justice, il ne peut pas être démontré que le Premier ministre ait souhaité influencer Yle dans son traitement de l’information. Cette impression a toutefois bien pu se créer du fait d’une action exceptionnelle et du choix d’expressions fortes de la part de M. Sipilä.
AL/A8

Recherche - Education

« Le gouvernement cherche de nouveaux financements » HS
Le gouvernement souhaite lors des négociations de mi-mandat sur un nouveau cadre budgétaire sauver l’innovation finlandaise qui serait menacée par les coupes budgétaires de ces dernières années, selon les esprits critiques.
Le gouvernement a promis d’importants financements supplémentaires pour la R & D et l’innovation. Selon HS, il pourrait s’agir de 100 à 200 millions d’euros.
Helsingin Sanomat relève que la Finlande consacre actuellement environ 6 milliards d’euros par an à la recherche contre plus de 7 milliards il y a cinq ans.
Le principal problème du gouvernement est de trouver des économies afin de lui permettre de financer l’innovation. Les économies pourraient porter sur les aides aux entreprises, selon HS.

Sécurité intérieure

Le Parlement souhaite plus de policiers – la ministre de l’Intérieur promet de s’efforcer de mettre en place un financement
Selon la ministre de l’Intérieur, Mme Risikko (Rassemblement national), la sécurité est une des priorités du gouvernement lors des négociations sur le cadre budgétaire, la semaine prochaine. Elle insiste sur l’importance d’un nombre suffisant de fonctionnaires garantissant la sécurité.
Le Parlement qui a évoqué, hier, le rapport sur la sécurité intérieure, s’inquiète du fait que les ressources de la police et des gardes-frontières ont été diminuées en même temps que des menaces visent la sécurité intérieure.
Helsingin Sanomat relève que le Parlement n’est pas satisfait du rapport, et que par exemple le président de la Commission d’administration, M. Eerola (Vrais Finlandais) l’a qualifié de grand déception. Sa commission considère surtout les ressources de la police comme trop restreintes. Le budget rectificatif prévoit des crédits afin d’augmenter le nombre de policiers de 7050 à 7200. Pour la commission, il faudrait au minimum 7500 agents de police.
Dans le rapport, on soulève que l’atmosphère négative et les antagonismes ont augmenté en Finlande du fait que les services et allocations ont été coupés en même temps qu’intervenait l’arrivée de beaucoup de demandeurs d’asile.
Mme Risikko évoque l’exclusion sociale comme le plus grand risque pour la sécurité intérieure. Son ministère est en train de rédiger une stratégie sur la sécurité intérieure.
HS/A13

Un centre de renseignement en ligne sera créé à Jyväskylä
Si le parlement adopte la législation sur le renseignement, Jyväskylä pourrait obtenir un centre de renseignement du fait que les forces armées disposent déjà des services en matière de transmission à Tikkakoski, à côté de Jyväskylä.
Selon M. Ohra-aho de l’Etat-major, un nombre important d’emplois seront créés à Jyväskylä. Selon Keskisuomalainen, il s’agirait de dizaines d’emplois, dont une partie pour des civils.
Les forces armées envisagent d’investir environ 200 millions d’euros dans la cyber-défense dans les dix ans qui viennent.
KS/16

Education

Les vrais Finlandais souhaitent plus d’essais concernant l’enseignement de langues
Les Vrais Finlandais freinent un paquet de lois sur la réforme de la formation professionnelle qui est prêt depuis le début du mois. Le parti ne souhaite adopter le projet sur lequel il y avait déjà une unanimité qu’à condition que l’on fasse plus d’essais en rendant le suédois optionnel. La réforme de la formation professionnelle est censée entrer en vigueur début 2018.
Yle, HBL/6

France – Finlande

Centenaire de la Finlande

Un sauna au-dessus du moulin Rouge » HS
Helsingin Sanomat publie un article sur la façon de fêter le centenaire de la Finlande à l’étranger.
A Paris, pour l’occasion, un sauna a été construit sur la terrasse du bar situé sur le toit du moulin Rouge.
HS
France

Attentat

« Un policier tué à Paris » HS

Elections

« Un thriller français prévu » HBL
« Macron casse les traditions françaises » KL
« La direction que prendra la France ne pourrait être connue qu’en juin » KS
« Le Pen se présente en protecteur de la France » AL
« Des élections appétissante comme un croissant » AL
« Des élections qui jouent sur les nerfs de l’Europe » KL

Jeudi 20 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Législation sur le renseignement civil et militaire

Une esquisse du projet de loi sur le renseignement a été rendue publique hier
Trois groupes de travail ont étudié les besoins d’une législation sur le renseignement du point de vue civil, militaire et de sa surveillance. Ils ont remis leurs rapports aux ministères de la Justice, de l’Intérieur et de la défense, hier.
Le rôle de la Sûreté nationale, le renseignement sur les réseaux informatiques et la surveillance du renseignement ont été particulièrement évoqués.
Les nouveaux moyens de renseignement sont justifiés par les nouvelles menaces comme l’influence hybride, et par la lutte contre les cyber-attaques et le terrorisme. Plusieurs autres pays ont déjà mis en place une législation en la matière.
M. Pelttari, chef de la Supo, estime qu’à l’heure actuelle, la Finlande dépend trop de de l’aide des autres Etats. Mme Risikko, ministre de l’Intérieur, estime elle aussi, qu’il faut que la Finlande puisse acquérir des informations elle-même. Helsingin Sanomat publie un point de vue de Laura Halminen, qui estime que sans législation en la matière, le renseignement manque de règles. Elle note qu’une législation permettrait de surveiller les autorités chargées du renseignement. Il est prévu dans le projet, qu’un poste de délégué chargé de la surveillance soit créé.
M. Scheinin, professeur en droit international, estime que même si la Finlande ne dispose pas d’une loi sur le renseignement, il n’est pas non plus nécessaire d’en créer une, en tout cas sous la forme proposée. Il rappelle qu’en Finlande, il n’a pas été démontré que les attributions de la police, de la Sûreté nationale et des douanes seraient insuffisantes.
Pour le professeur, les propositions des ministères de l’Intérieur et de la Défense, notamment concernant le renseignement informatique transfrontalier touchent à la protection de la vie privée. Il estime que les personnes actives dans le débat social n’oseraient plus se prononcer en ligne par exemple sur le terrorisme par peur d’être surveillées par les autorités.
M. Lång, avocat spécialisé dans la protection des données ayant participé comme spécialiste de référence dans la préparation de la loi sur le renseignement civil, souligne l’importance d’écarter de la loi tous les éléments pouvant nuire à l’attractivité de la Finlande du point de vue des entreprises internationales et des services de technologies informatiques proposés à l’étranger.
La législation sur le renseignement nécessiterait une modification de la Constitution que le gouvernement souhaite effectuer dès la législature en cours.
Parmi les partis représentés au Parlement, seule l’Alliance des gauches s’oppose à l’idée d’une étude accélérée de la réforme de la Constitution. Certains partis n’ont pas encore pris de position.
HS/A10-11, KS/18-19

Editorial : « Dans le renseignement, l’information se trouve dans les détails » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’avec l’imprévisibilité de la Russie et la menace terroriste, il est clair qu’il existe un besoin pour une législation sur le renseignement en Finlande. Outre une vision claire sur l’ensemble, il faut faire attention aux moindres détails dans le renseignement.
HS/A4

Défense

Acquisition des chasseurs

Analyse : « Le meilleur ou le plus adapté des chasseurs ? » AL
Mikko Pulliainen, journaliste de Aamulehti, écrit que l’aspect le plus important dans l’achat des chasseurs pour l’armée de l’air finlandaise n’est pas leur capacité, leur furtivité ni leur armement mais leur fonction politique. Dèjà le Président Kekkonen l’avait compris dans les années 60 lorsque la Finlande a acheté des Mig soviétiques.
C’est aussi le même argument avancé par les députés Matti Vanhanen, Eero Heinäluoma ou Pekka Haavisto en faveur du Jas Grippen suédois.
Rachel Ellehus, directrice au Département de la Défense a dit la même chose aux journalistes finlandais en voyage de presse en mars : elle a souligné que l’achat des chasseurs F-18 Hornet par la Finlande était le fondement de la coopération de défense entre la Finlande et les Etats-Unis. Acheter un nouvel appareil américain approfondirait cette coopération et permettrait de la rendre plus fructueuse.
Les fonctionnaires du ministère américain des Affaires étrangères ont aussi promis qu’en achetant un appareil américain, la Finlande obtiendrait les mêmes informations et systèmes que les autres Etats de l’OTAN. « Nous ne vendrions pas de missile JASSM à n’importe qui. Cela en dit long », a déclaré un de ces fonctionnaires.
« Si l’armée de l’air finlandaise en venait à constater que le Typhoon européen ou le Rafale français sont le meilleur choix, elle se trouverait dans une position délicate », conclut Mikko Pulliainen.
AL

Editorial : « L’Europe d’abord ! » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti rappelle que l’achat de chasseurs pour l’armée de l’air dans les années 90 était historique. La fin de la guerre froide a permis à la Finlande de choisir un seul type d’appareils, et en plus américains. Alors qu’avant il fallait acheter des Mig soviétiques et en plus on pouvait acheter quelques appareils suédois.
Lors de l’achat des F-18 Hornet, les dirigeants finlandais ont nié toute dimension de politique étrangère de cette acquisition. Cela n’a été admis que des années plus tard. Et aujourd’hui ces appareils sont le symbole de l’interopérabilité de la Finlande avec l’OTAN. Les Américains semblent d’ailleurs croire que la Finlande voudra continuer sa ligne consistant à être le plus proche possible de l’OTAN sans en être membre.
Aamulehti estime qu’il serait cette fois-ci plus honnête de débattre de la dimension politique de cette acquisition, de manière transparente et avant la décision.
Les Etats-Unis sont passés dans l’ère de la doctrine imprévisible de Donald Trump. Le nouveau Président a gagné les élections en dévalorisant l’importance de l’OTAN, avant de se déclarer un grand ami de l’alliance. Qui sait qui sera président et selon quelle doctrine quand la Finlande achètera ses chasseurs ?
« Choisir un appareil européen serait cette fois-ci un message clair de la Finlande à l’égard de l’Est comme de l’Ouest. Mais le Typhoon pêche par la décision britannique du Brexit. Quant au Rafale, appareil français, il serait interprété comme une gifle à l’autre côté de l’Atlantique », écrit l’éditorialiste qui conclut qu’un Jas Grippen aux couleurs de la Finlande serait un message en faveur de la coopération nordique et une marque de ce que la Finlande et la Suède ont à apporter à la défense européenne,
AL

OCDE – Etude Pisa

Les élèves finlandais sont plutôt heureux
Selon l’étude Pisa, les jeunes finlandais sont très contents de leur vie et notamment les garçons la voient de façon positive. Les jeunes sont peu motivés par l’école mais ont de bons résultats quand bien même.
L’étude Pisa qui porte pour la première fois sur le bien-être des jeunes de 15 ans, montre que 45 % des jeunes finlandais sont très heureux contre une moyenne de 34 % dans les pays de l’OCDE.
Sur une échelle de 0 à 10, les Finlandais situent leur satisfaction à 7,89 ce qui les place au cinquième rang en la matière sur 49 pays.
Seulement 6 % des jeunes finlandais se déclarent malheureux, ce qui est le plus faible résultat après les Pays-Bas.
Les jeunes ressentent l’école comme détendue et peu angoissante.
Les filles se débrouillent mieux en matière de résultats scolaires en Finlande, mais les garçons manifestent plus une satisfaction dans leur vie que les filles, selon l’étude.
HS/A8

Politique intérieure

Elections régionales

« Le Centre l’emporterait » Yle
Selon une projection sur la base du résultat des élections municipales, le Centre apparaît comme le favori pour les premières élections régionales qui auront lieu en 2019.
Sur les 18 nouvelles régions, le Centre en remporterait 9, le PSD 5 et le Kokoomus 2. Une région serait administrée à égalité par le PSD et le Kokoomus et la dernière par le parti populaire suédois.
Yle

Chancelier de la Justice

Retard dans le choix de successeur pour M. Jonkka
Il était prévu que le ministre de l’Emploi et de la Justice, M. Lindström, Vrais Finlandais, présente sa proposition pour nouveau chancelier de Justice au gouvernement, aujourd’hui, mais la question a été reportée. C’est le président qui désigne le chancelier sur la proposition du gouvernement. Neuf personnes ont présenté leur candidature.
M. Jonkka, actuel chancelier de la Justice, prendra sa retraite début mai.
HBL/4

Gouvernement

Grève contre le gouvernement à Tampere
Des syndicats représentants environ 1500 ouvriers dans la région de Tampere ont annoncé une grève d’une journée contre la politique du gouvernement Sipilä qui réduit le pouvoir d’achat des travailleurs.
HS

Transports

Le Parlement approuve la libéralisation des taxis
Le parlement a approuvé hier la loi sur les services de transport. Il s’agit de la première loi mettant en œuvre la réforme des transports prévue par le gouvernement actuel.
La loi va notamment libéraliser les prix des taxis. Elle entrera en vigueur en été 2018.
HS

Verts

Candidatures à la présidence du parti
Ville Niinistö ne se présente pas à sa succession à la tête du parti des Verts lors du congrès de juin qui se tiendra à Tampere.
Les députés Maria Ohisalo, Emma Kari et Olli-Poika Parviainen ont annoncé qu’ils se présenteraient pour la présidence du parti.
HS

Forêts

« Investissements dans les forêts : le réchauffement climatique accélère la pousse des arbres et la fiscalité est favorable aux propriétaires de forêts » HS
Helsingin Sanomat présente des conseils pour investir dans l’achat de forêts en Finlande. Quand les taux sont bas, les actions et le logement chers, la forêt est en effet une cible intéressante pour les investissements si l’on cherche un bon rendement à 10 – 20 ans.
La forêt représente un dixième du patrimoine des Finlandais. Il y a 600 000 propriétaires particuliers de forêts qui vendent chaque année pour environ 1,5 milliard d’euros en coupes de bois.
HS

France

Exposition

Rodin
Hufvudstadsbladet présente l’exposition Rodin au Grand Palais, à l’occasion du centenaire du décès du sculpteur.
HBL/20-21

Presse

Interview du secrétaire général de RSF
Helsingin Sanomat publie une interview du secrétaire général de reporters sans frontières Christophe Deloire qui commente la perte par la Finlande du 1er rang du classement de la liberté de la presse, établi par RSF.
HS

Politique

« Le Pen et Macron voient leur avancée se réduire » HS
« La crise de la social-démocratie » KU
« Le suspens augmente en France – reportage à Marseille » AL

Politique internationale

« La France promet des preuves sur la culpabilité du régime syrien dans l’utilisation des gaz » HS

Mercredi 19 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Défense

« Une compagnie finlandaise au Liban » HS
« Le nombre de soldats finlandais au Liban a doublé. L’envoi de la compagnie est une réponse à la demande d’assistance de la France après les attaques terroristes de Paris » HS
Helsingin Sanomat publie un reportage de Jarkko Jokelainen sur le déploiement d’une compagnie finlandaise au Liban au sein de troupes franco-finlandaises à Srifa. Le quotidien rappelle que des Finlandais étaient déjà présents dans un bataillon finno-irlandais à Tibni.
« Cette fois, il ne s’agit pas de répondre à un affaiblissement de la situation au Liban, mais de répondre à la demande d’assistance de la France. Suite aux attaques terroristes de Paris, la France souhaitait en effet redéployer de ses troupes et la Finlande a proposé son aide », rapporte HS.
HS

Le Parlement ne souhaite pas perdre son pouvoir au profit du Président
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement étudie actuellement le projet de loi du gouvernement destiné à permettre à la Finlande de prodiguer et de recevoir une aide militaire d’urgence, par exemple en cas de menace ou d’attaque terroriste. Ce projet a été lancé suite à la demande formulée par la France après les attaques terroristes de novembre 2015. Le projet de loi viserait une assistance entre la Finlande et des pays européens ou nordiques.
Le gouvernement avait prévu dans son projet de loi soumis à la commission constitutionnelle du Parlement que, en cas d’urgence, le Président, sur proposition du Commandant des forces armées puisse prendre la décision d’assistance tout seul, sans entendre le gouvernement et le parlement. Il aurait fallu seulement informer le gouvernement de la décision.
La Commission des Affaires constitutionnelles s’oppose à ce projet car elle estime que l’assistance même en cas d’urgence doit reposer sur l’article de la constitution qui prévoit que « le président détermine la politique étrangère en collaboration avec le gouvernement ». La décision d’assistance militaire ne s’apparenterait donc pas à une décision relevant du pouvoir qu’a le président en tant que chef des armées.
La commission des Affaires étrangères a donc modifié le projet de loi dans le sens de permettre de s’assurer que soient entendus et le Parlement et le gouvernement, tout en permettant que la décision soit prise très rapidement.
Helsingin Sanomat rapporte que, actuellement, le parlement est toujours consulté pour l’envoi de troupes dans des opérations de gestion de crise. Le Parlement ne veut pas perdre ce pouvoir, même en cas d’assistance militaire.
Le nouveau texte a été défini par la commission des Affaires étrangères mais il ne sera rendu public qu’après que la Commission des affaires constitutionnelles l’aura validé, rapporte HS.
HS

Science

Lancement du satellite Aalto2
Les journaux rendent compte du lancement du satellite finlandais Aalto 2 en Floride. Selon le professeur de l’Université Aalto, Jaan Praks, qui a piloté les travaux de construction, tout s’est très bien passé.
HS

Turquie

Editoriaux
« Turquie, le Dubaï le plus grand du monde ? » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’après le référendum, la Turquie pourra continuer à se réformer et croître en tant que pouvoir économique, mais que ce sera sur la base d’autres valeurs que celles de l’Occident.
Pour la Finlande, au niveau de la politique de sécurité, la situation turque signifie que l’on verra les relations entre l’Est et l’Ouest devenir plus tendues.
HBL/20

« Les difficultés de la Turquie viennent seulement de commencer » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que pendant longtemps, l’Occident a pensé que le développement de la Turquie allait dans le bon sens. Le pays avance actuellement vers d’importants problèmes et même une grande crise.
L’éditorialiste estime que, dans le contexte de renvois massifs de fonctionnaires et du fait que des journalistes et des représentants de l’opposition sont emprisonnés, on ne peut pas considérer le résultat du référendum comme un signe de confiance. Les observateurs ont relevé beaucoup de critiques sur le déroulement du référendum.
Le référendum est, selon l’éditorialiste, un grand pas vers de plus grands problèmes encore. La Turquie est intérieurement divisée ce qui signifie que le Président Erdogan devra recourir à plus de force encore pour maintenir son pouvoir.
HS/A4

Grande-Bretagne

Propos de M. Sipilä
Le Premier ministre finlandais estime que l’organisation prématurée des élections en Grande-Bretagne ne changera pas le processus du Brexit du fait que les Britanniques ont déjà déposé leur demande de quitter l’UE. M. Sipilä se dit étonné de la date prochaine des élections. Pour lui, elle est probablement liée à la politique intérieure du pays.
Les relations de pouvoir du futur gouvernement britannique pourront toutefois avoir un effet sur le processus, selon lui, mais il estime que le parti de Mme May a le dessus.
HS/A24

Editorial : « Une consolidation ou bien une revanche ? » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet rappelle que même si la position de Mme May est forte, les opposants au Brexit voient dans les élections une opportunité de revanche.
HBL/20

Liberté de la presse

La Finlande a perdu son premier rang
L’affaire Yle-Sipilä a fait que la Finlande a perdu, après six années de suite, sa position à la tête du rapport de Reporters Sans Frontières sur la liberté de la presse.
Selon RSF, c’est le « Sipilä-gate » où Yle a restreint ses reportages sur le Premier ministre en raison de la pression de ce dernier, qui fait que la Finlande n’arrive plus au premier rang.
HS/A12

Tourisme

Une augmentation de 20 % des passagers dans les aéroports de Laponie
Les touristes chinois ont contribué à ce que le nombre de passagers aux six aéroports de Laponie a augmenté de 20,3 % au début 2017 par rapport à la même époque en 2016. Ainsi, 180 000 passagers sont passés par l’aéroport de Rovaniemi en janvier-mars. A Enontekiö, une augmentation de 50 % a été observée.
Plus généralement, les entrepreneurs du Nord de la Finlande relèvent que la demande concernant leurs prestations a considérablement augmenté.
Selon Visit Finland, le nombre de touristes chinois en Finlande a augmenté de 35 % en 2016 par rapport à l’année précédente. Les 356 000 touristes chinois ont consommé plus de 300 millions d’euros.
Le nombre de passagers à l’aéroport Helsinki-Vantaa a augmenté de 6,1 % durant les premiers mois de l’année en cours et celui de tous les aéroports de 6,9 %, par rapport à la même période en 2016.
HS

Politique intérieure

Education

Baccalauréat
Un groupe de travail ayant étudié la réforme du baccalauréat a remis son rapport à la ministre de l’Education et de la Culture, Mme Grahn-Laasonen. Des changements importants sont proposés et notamment pour rendre les épreuves plus exigeantes. Concernant les langues étrangères, il s’agirait de tester également les connaissances à l’oral.
La réforme pourrait entrer en vigueur au plus tôt en 2021.
Un des objectifs des propositions a été de renforcer le statut du diplôme dans le contexte des concours d’entrée aux études supérieures. Un autre objectif est d’augmenter le nombre d’étudiants participant aux épreuves de mathématiques et de la deuxième langue officielle, et d’encourager les études de langues étrangères.
HS

De moins en moins d’élèves choisissent le lycée
Un Finlandais sur deux va au lycée, mais la popularité du lycée est en baisse depuis quelques années : passant de 52% d’une classe d’âge au début du siècle à 47% en 2015. A peu près la moitié des jeunes femmes ont un diplôme de baccalauréat, contre le tiers des jeunes hommes. La part des femmes a diminué plus rapidement que celle des hommes.
Hannu Karhunen, chercheur à l’école supérieure des sciences économiques de Jyväskylä, estime que comme le lycée constitue la voie la plus probable pour des études supérieures, la tendance est inquiétante dans le sens où le nombre de diplômés du supérieur n’augmentera plus.
Jouni Välijärvi de l’Université de Jyväskylä note que la tendance en Finlande n’est pas la même que la tendance internationale qui montre un intérêt croissant pour les études.
HS

De moins en moins d’élèves interrompent leurs études
Presque tous les jeunes continuent leurs études après le collège, au lycée ou à l’école professionnelle. De plus en plus souvent, ils les mènent jusqu’au bout.
Une vingtaine de pour cent des jeunes interrompent leurs études à l’école professionnelle, contre 27% auparavant.
Au lycée, il est plus rare d’interrompre sa scolarité.
HS

France

Politique

« La France va-t-elle dire adieu aux 35 heures ? » HS

Mardi 18 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Turquie

Editorial : « Turquie, où vas-tu ? » AL
L’éditorialiste d’Aamulehti spécule sur l’éventualité que des Turcs partent vers l’UE pour chercher une protection suite au référendum.
Avec le référendum, la Turquie, pays candidat pour une adhésion à l’UE, a fait un long pas de la démocratie vers l’autoritarisme. Ce qui est positif, selon l’éditorialiste, c’est que les valeurs européennes et la démocratie continuent à avoir du succès en Turquie. Il conviendra donc de maintenir les contacts avec ce pays. L’éditorialiste n’exclut pas la possibilité que les Européens puissent influencer sur les choix des Turcs.
AL/mar/A2

Point de vue : « Le référendum a transféré la Turquie de l’Europe au Proche-Orient » HS
Helsingin Sanomat publie un billet de Minna Nalbantoglu qui n’exclut pas que le résultat du référendum signifie une instabilité de longue durée en Turquie.
Elle rappelle que tout le peuple turc ne soutient pas le Président : seulement la moitié du peuple le fait. Le reste le déteste et le craint, ce qui est un sentiment réciproque. Or, ces gens n’ont plus de l’Etat dans les institutions duquel ils pourraient avoir confiance, regrette l’auteur.
HS/mar/A22

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Mme Slunga-Poutsalo souhaite se représenter
La secrétaire du parti des Vrais Finlandais, Riikka Slunga-Poutsalo, écrit dans son blog qu’elle n’est pas prête à abandonner ses fonctions dans le parti et compte se présenter pour le secrétariat au congrès du mois de juin.
AL/mar/A8

Référendum sur l’UE ?
Selon un sondage effectué par MTV3, 81 % des dirigeants régionaux des Vrais Finlandais seraient favorables à l’organisation d’un référendum sur la participation finlandaise à l’UE.
55 % de ces dirigeants souhaiteraient durcir la politique de l’immigration finlandaise, alors que 41 % sont satisfaits de la ligne actuelle.
AL/mar/A8

Transports

Les chauffeurs de taxi protesteront, mardi
Le Parlement votera, mercredi, concernant les services de transports, y compris la régulation des taxis. Les chauffeurs de taxi organiseront une manifestation à la gare, la veille du vote, en ouvrant la station le plus fréquentée d’Helsinki à tous les chauffeurs pour montrer quels seraient les effets de la libéralisation du secteur.
Les chauffeurs regrettent que le projet de loi mette fin à l’accès aux services de taxi partout dans le pays 24 heures sur 24.
HS/mar/A18

France – Finlande

Culture

Un court-métrage finlandais sélectionné à Cannes
Helsingin Sanomat rapporte que le court-métrage finlandais Katto a été sélectionné pour le festival de Cannes.
HS

Sport

Championnat du monde de Hockey
Helsingin Sanomat présente les événements sportifs de l’année susceptibles d’intéresser les touristes finlandais et en parti culier les championnats du monde de hockey qui se déroulent en France et en Allemagne. L’équipe de Finlande jouera ses rencontrent de groupe à Paris.
Le quotidien rapporte que les touristes intéressés peuvent recourir à des agences de voyages spécialisées ou prendre eux-mêmes leurs billets.
HS

France

Politique

« Emmanuel Macron, le fils prodigue vise la Présidence » AL
« Les élections françaises promettent du suspens » HS
« Les élections françaises détermineront la direction que prendra l’UE » KL

Jeudi 13 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Menaces hybrides

M. Saarelainen nommé provisoirement à la tête du Centre européen d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides
Keskisuomalainen rapporte que Matti Saarelainen, chargé du projet du Centre européen d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides, a été nommé directeur provisoire du centre. M. Saarelainen a antérieurement été directeur général à la police de sûreté Supo et il a aussi dirigé le Centre de la migration.
Le conseil d’administration du Centre d’excellence a eu mercredi sa première réunion à Helsinki. Jori Arvonen, sous-secrétaire des affaires européennes au secrétariat du Premier ministre, a été désigné président du conseil d’administration du centre.
Le secrétariat d’une dizaine de personnes sera situé à Helsinki. Il s’agit d’une coopération intergouvernementale mais l’Union européenne et l’OTAN donnent leur soutien au projet.
Neuf Etats ont signé mardi le protocole d’accord sur l’établissement du centre. Il est prévu que plusieurs autres Etats, dont la Norvège et l’Espagne, y participent en été prochain, après avoir pris des décisions nationales à ce sujet.
Le centre effectuera de la recherche, de la formation et des exercices pratiques afin d’améliorer les capacités des Etats membres pour lutter contre les menaces hybrides.
Les premiers projets de recherche seront lancés en automne prochain. Parmi ses premiers projets, le centre a l’intention de rédiger un livre sur les menaces hybrides en général.
KS/23

Politique intérieure

Gouvernement

Loi sur le renseignement
Dans son analyse, Helsingin Sanomat estime que, vu les attaques terroristes récentes, il est compréhensible que les ministres précipitent la nouvelle loi sur le renseignement parce que personne ne veut voir d’attentat terroriste en Finlande.
Parce que les ministres défendent la démocratie, ils devraient s’arrêter pour réfléchir afin de ne pas attenter eux-mêmes aux fondements de la démocratie.
Le paquet de projets de loi pour une nouvelle législation sur le renseignement est compliqué et les ministres ne le connaissent pas bien. Il y a beaucoup de détails qui sont clairs uniquement pour les spécialistes du domaine.
Le paquet de lois n’a même pas été publié encore. Il sera publié la semaine prochaine lors d’une conférence de presse de trois ministres. Les ministres exigent toutefois, avant la publication, que les députés approuvent la procédure de l’urgence du paquet de lois, encore pendant la législature en cours.
Les députés, qui ne connaissent pas le contenu de la nouvelle législation, ont été irrités par les propos des ministres. Il est probable que les députés souhaitent décider eux-mêmes s’il y a des raisons pour effectuer la procédure de l’urgence ou non.
Les députés, ainsi que les autres Finlandais, seront probablement étonnés de voir le nombre et l’efficacité des informations et renseignements que la Supo et les forces armées veulent obtenir.
HS/A15

Emploi

Revenu universel
Helsingin Sanomat continue à suivre la situation d’emploi de quelques personnes qui ont été choisies pour participer à l’expérience du revenu universel. 2 000 personnes reçoivent pendant deux ans un revenu universel de 560 euros par mois.
Une des personnes suivies, Mari Saarenpää de Paltamo, qui a été au chômage pendant trois mois avant le début de l’expérience, a trouvé du travail à mi-temps après la publication de l’article d’HS. Aux élections municipales, elle a été élue conseillère municipale de Paltamo.
Sini Marttinen d’Helsinki a également trouvé du travail à mi-temps. Lors des entretiens d’embauche, elle a vu que les employeurs lui proposent un salaire plus bas parce qu’elle reçoit le revenu universel.
L’expérience du revenu universel a suscité beaucoup d’intérêt au niveau international. Même si elles estiment qu’il est important de parler de l’expérience du revenu universel en public, Mmes Marttinen et Saarenpää disent en avoir un peu assez des demandes d’interview des médias internationaux.
HS/A12-13

Mercredi 12 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Menaces hybrides

Etablissement du Centre européen d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande et huit autres Etats – la France, la Suède, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne – ont signé mardi le protocole d’accord sur l’établissement du centre européen d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides à Helsinki.
La Finlande a été représentée par le ministre des Affaires étrangères Timo Soini. « Nous sommes fiers d’être le pays qui accueille le centre. Le centre représente la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN. L’approfondissement et le renforcement de la coopération entre ces deux acteurs est très important », selon M. Soini.
M. Soini a fait référence à la Finlande en tant que partenaire de l’OTAN qui apporte quelque chose à l’organisation.
La Commission européenne a pris la décision de principe concernant la lutte contre les menaces hybrides en 2015. Outre la création du Centre d’excellence, l’UE a décidé, au printemps 2016, de créer un centre de situation dans le cadre de l’INTCEN.
Selon M. Soini, les nouvelles tactiques et menaces sont devenues une partie permanente des conflits militaires et de la politique de force en Europe. Les Etat et d’autres acteurs les ont utilisés lors de la crise des réfugiés.
« La Finlande est également l’objet de cyber campagnes et de désinformations », selon M. Soini. Il souligne que les menaces ne sont pas limitées aux frontières des Etats. Il faut de la coordination et de la coopération. « Nous estimons que la Finlande a des choses à apporter. »
M. Soini attend une coopération avec les centres d’excellence de l’OTAN dans les pays baltes.
HS/A13

Politique intérieure

Gouvernement

Loi sur le renseignement
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement souhaite effectuer les modifications nécessaires dans la constitution en raison de la nouvelle loi sur le renseignement suivant la procédure de l’urgence encore pendant la législature en cours.
Le ministre des Finances Petteri Orpo, qui a évoqué la question plusieurs fois, en a parlé encore mardi lors d’une conférence de presse du Rassemblement national.
La ministre de l’Intérieur Paula Risikko, ainsi que le Premier ministre Juha Sipilä ont également évoqué la question.
La procédure de modification constitutionnelle d’urgence n’est toutefois pas facile parce qu’elle nécessite une majorité de cinq sixième au Parlement, soit la majorité de 166 députés. Le gouvernement n’a pas de telle majorité au Parlement. Après la déclaration d’urgence la loi peut être approuvée par une majorité de deux tiers.
L’Alliance des gauches et l’Alliance verte, qui ont au total 27 députés, ont été les plus critiques à l’égard de la procédure accélérée.
Le Parti suédois, qui a 9 députés, estime qu’il faut bien réfléchir. La présidente du parti Anna-Maja Henriksson, ancienne ministre de la Justice et actuelle membre de la commission des lois constitutionnelles, souligne que la procédure accélérée est tout à fait exceptionnelle et elle doit être bien justifiée. Il ne faut pas que l’exception devienne la procédure normale. »
Ville Niinistö, président de l’Alliance verte et membre de la commission des lois constitutionnelles, souligne également le caractère très exceptionnel de la procédure mais signale que son parti ne souhaite pas faire échouer le projet de loi. « Nous sommes prêts à en parler. »
Le PSD, le plus grand parti de l’opposition, est « prudemment positif » quant à la procédure accélérée. « Le PSD souhaite un projet de loi qui garantit la sécurité nationale, sans empiéter sur les droits fondamentaux des citoyens », selon Johanne Ojala-Niemelä, vice-présidente du groupe parlementaire social-démocrate.
La présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des gauches, Aino-Kaisa Pekonen, est plus critique quant à la procédure accélérée. « Je suis étonnée que le Premier ministre ait déjà pris fortement position sur la question », vu que les groupes de travail qui préparent le projet de loi déposeront leurs rapports seulement la semaine prochaine.
Selon Seppo Tiitinen, ancien secrétaire général du Parlement, la déclaration d’urgence est très exceptionnelle. Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution en 2000, il n’y a eu aucun cas.
HS/A13

Menace de grèves dans le commerce

Des milliers d’employés du secteur du commerce menacent d’organiser des grèves en mai
Les grèves concerneraient premièrement les grands groupes Stockmann, S et K, et se traduiraient d’abord par des arrêts d’heures supplémentaires, mais également des grèves d’une demi-journée. Les mesures auraient lieu les 2, 4 et 5 mai.
Les employés demandent une convention collective à la place des conventions locales. Le différend se poursuit depuis des années.
Les heures supplémentaires qui ne sont pas compensées à 10 % des employés, une des motivations des grèves, n’est, selon le côté patronal pas une raison de mettre en place une convention collective, le remboursement relevant de la législation sur le temps de travail.
HS/A15, KL/7

Société

Natalité
Le nombre de naissances a diminué en 2016. 52 814 enfants ont vu le jour en Finlande, ce qui est 2658 de moins qu’en 2015.
Il s’agit de la sixième année de suite que la natalité est en baisse. L’âge moyen des femmes qui accouchent pour la première fois est de 29,1 ans ce qui est un an de plus qu’il y a dix ans.
HS/A15

Bois – papier

Industrie de pâte à papier
Le centre de recherche PTT prévoit une augmentation importante des exportations de pâte à papier, cette année et en 2018. Pour l’année en cours, PTT prévoit une augmentation de 6 à 8 % et pour 2018, de 15 à 17 %.
L’augmentation est liée au démarrage de l’usine de Metsä Group à Äänekoski à l’automne et à l’élargissement de l’usine d’UPM à Kymi, cette année.
KS/31

Projet de mosquée

Obscurités financières derrière le projet
Les associations des acteurs derrière le projet de construction d’une grande mosquée à Helsinki ont des difficultés financières.
Muslimiliitto (l’union de musulmanes) a 2400 euros d’impôts impayés, et l’Association islamique de Finlande a des dettes de 50 000 euros.
Une grande partie des dettes de cette dernière concerne les factures impayées au Centre de foires liés au salon Islam-Expo organisé en 2014.
Helsingin Sanomat n’a pas pu joindre pour commentaires Pia Jardi de Muslimiliitto, ni Anas Hajjar de la fondation Oasis créée pour promouvoir le projet de mosquée, tous les deux actifs dans le Conseil islamique de Finlande.
HS/A20

Mardi 11 avril 2017

Politique intérieure

Elections municipales

Le PSD attend toujours une victoire
Helsingin Sanomat souligne que le PSD qui a réélu à sa tête Antti Rinne en février avait pour objectif de redevenir le premier parti aux municipales, pour la première fois depuis 2004. Ce printemps devait être le moment pour le principal parti de l’opposition, le pSD, de récolter les fruits des décisions fâcheuses du gouvernement, mais ce sont les Verts et l’Alliance des Gauches qui en ont profité.
HS relève qu’il est rare que le principal parti d’opposition ne remporte pas les élections municipales en Finlande.
Le fait pour le parti Kokoomus de remporter une troisième première place consécutive aux municipales est une victoire pour Petteri Orpo, relève HS.
HS

Parti du centre
Keskisuomalainen relève que le député centriste de longue date Seppo Kääriäinen estime que la défaite électorale du Centre est due au fait que le parti assume la responsabilité de parti du Premier ministre. « Même si l’économie est en légère hausse, il est impossible d’obtenir l’approbation de tous les électeurs. »
Selon le chercheur Jussi Westinen, le Centre n’a pas réussi à inspirer ses électeurs à aller aux urnes, même dans les régions traditionnellement centristes.
Le professeur Ilkka Ruostetsaari estime que les électeurs centristes sont exigeants et la participation au gouvernement ne leur suffit pas. Les centristes exigent des résultats.
Parmi les ministres centristes, le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement Kimmo Tiilikainen n’a pas été élu dans la circonscription d’Helsinki.
KS/12

Vrais Finlandais
Le président sortant des Vrais Finlandais Timo Soini a été parmi les locomotives à Espoo. Les Vrais Finlandais ont obtenu au total 226 700 voix, soit 8,8 %. Par rapport aux élections municipales précédentes de 2012, ils ont perdu 81 000 voix.
Aamulehti estime que M. Soini n’est pas satisfait des résultats de toutes les locomotives du parti. La députée de Pori Laura Huhtasaari, qui est pour l’élection de Jussi Halla-aho à la tête du parti, a obtenu 2 600 voix et le député de Pori Ari Jalonen, qui soutient Sampo Terho à la présidence, n’en a eu que 416. La même chose à Turku : Ville Tavio a obtenu 2 000 voix et Mari Lohela, présidente du Parlement, 877.
A Helsinki, M. Halla-aho a eu 5 641 voix et M. Terho 3 333.
AL/A18

PSD
Keskisuomalainen rapporte que les présidents des districts sociaux-démocrates souhaitent étudier les raisons du mauvais résultat électoral avant d’évoquer le statut du président du parti Antti Rinne. Sur le douze présidents, seulement quatre sont favorables à M. Rinne sans réserves.
KS/13

Gouvernement
Le Centre et les Vrais Finlandais ont eu un mauvais résultat aux élections municipales et cela aura des effets sur la politique gouvernementale.
Kauppalehti estime que le poids politique de M. Orpo augmentera au gouvernement.
Les pressions seront mesurées lors des négociations sur le cadre budgétaire les 24 et 25 avril.
KL/A6

Remplacement de M. Vapaavuori à la BEI
Helsingin Sanomat relève que le ministre des Finances Petteri Orpo, président du rassemblement national, nommera le remplaçant de Jan Vapaavuori à la Banque européenne d’investissement. M. Vapaavuori devrait être nommé maire d’Helsinki début juin.
M. Vapaavuori a été nommé vice-président de la BEI à partir du 1er septembre 2015 et son mandat, ou celui de son remplaçant, se terminera fin août 2019.
Selon le quotidien, le député Alexander Stubb est le candidat le plus vraisemblable pour ce poste, même si on ne sait pas encore si M. Stubb est intéressé. Après avoir perdu le vote pour la présidence du Rassemblement national contre M. Orpo il y a bientôt un an, M. Stubb ne semble pas être très intéressé par le travail parlementaire.
Selon Kauppalehti, Piia-Noora Kauppi, directrice du patronat du secteur financer, est la candidate la plus en vue pour ce poste. Elle sera cependant en congé de maternité à partir de début mai. HS évoque aussi le nom du député Harri Jaskari.
HS/A22

Economie - Social

Prise de position du secteur exportateur
Les principales unions syndicales d’employeurs et d’employés du secteur exportateur souhaitent que le gouvernement se focalise, concernant son bilan de mi-chemin de la législature, sur les mesures favorisant la compétitivité de l’industrie. Une dizaine de syndicats ont publié une déclaration commune en la matière, hier. Ils souhaitent que le gouvernement maintienne sa promesse de ne pas augmenter les coûts de l’industrie durant la législature.
« Pour assurer une croissance économique, il faut que la compétitivité, les exportations et les investissements soient au premier plan de la politique économique. Il faut continuer à rééquilibrer les comptes publics et rendre la fiscalité compétitive », déclarent les syndicats.
La déclaration souligne l’importance du financement public des produits de l’innovation et de leur commercialisation. L’augmentation des crédits de Tekes, par exemple, ne devrait toutefois pas augmenter les coûts pesants sur l’industrie.
Les unions souhaitent également que le gouvernement promeuve la compétitivité dans le cadre de la politique énergétique et climatique de l’UE. Les coûts devront être au même niveau que dans les principaux pays rivaux, selon eux.
Il est rappelé que les crédits de la R&D ont été diminués de 600 millions d’euros. La part dans le PIB des dépenses en R&D est passée de 3,4 % à 2,8 %.
Kauppalehti relève que les investissements des entreprises dans la R&D est en baisse depuis ces dernières années.
Le secteur exportateur rappelle que le Brexit et les déclarations américaines en faveur du protectionnisme créent des menaces pour l’industrie finlandaise, pour qui la Grande-Bretagne est un partenaire important. L’industrie finlandaise a toujours participé au développement de la relation de la Finlande avec l’UE et du libre-échange.
HS/A23, KL/9, AL/A24-25

Aides aux entreprises
Le gouvernement a promis des sommes importantes au financement de la recherche profitant aux entreprises. Le financement, qui pourrait s’élever à 200 millions d’euros, sera en grande partie canalisé par Tekes, dont le financement a été coupé. Les aides présentes seraient prises des autres subventions aux entreprises, car le gouvernement ne souhaite pas s’endetter.
Il sera politiquement difficile de prendre des décisions sur les coupes des aides, et le gouvernement s’efforcera sans doute de couper par ci par là.
Selon le ministère du Travail et de l’Economie, environ 4 milliards d’euros sont distribués aux entreprises sous forme de subventions directes (1,3 mrds) et d’aides fiscales (2,7 mrds).
HS/A31

Emploi

Les bureaux de l’emploi et l’Institut national d’études statistiques en désaccord sur le nombre d’emplois vacants
Selon le ministre de l’Economie, il y a 100 000 emplois vacants en Finlande. Le ministère base cette information sur les rapports du ministère de l’Emploi et de l’Economie, selon lequel les bureaux d’emploi avaient autant d’emplois vacants en février.
Le calcul de l’Institut national d’études statistiques est très différent et porte sur 45 000 à 50 000 emplois vacants. Sa façon de chiffrer se base sur les règles européennes en la matière.
L’Institut d’études statistiques rappelle que le nombre d’emplois vacants varie beaucoup selon les différents périodes de l’année.
Les différentes façons de calculer sont convergentes dans le sens où elles montrent si le nombre d’emplois vacants est en hausse ou en baisse.
HS/B19

Recherche

Projet d’institut économique
Helsingin Sanomat rend compte d’un projet pour créer un institut national des sciences économiques en Finlande pour répondre aux attentes concernant l’enseignement et la recherche en sciences économiques. Il s’agirait de le gérer à travers une fondation qui réunirait l’Université Aalto, l’Université d’Helsinki et l’Ecole supérieure suédophone des études commerciales.
L’économiste Sixten Korkman est une des personnalités derrière ce projet.
HS/A38

Politique étrangère et européenne

Finlande – Indonésie

Economie : coopération dans le domaine forestier
La Finlande et l’Indonésie ont signé une convention sur une coopération qui ouvrira le marché indonésien au savoir-faire finlandais du secteur forestier. La Finlande coopère avec l’Indonésie dans ce domaine depuis les années 1980, mais la convention signée par le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, M. Tiilikainen, et le ministre indonésien des forêts, Siti Nurbaya, renforcera la coopération.
La coopération pourra ouvrir des portes aux exportations de formation, ainsi qu’à des instances comme Luke (ressources naturelles), Syke (centre d’environnement) et VTT (recherche technologique). Les ONG et les entreprises du domaine du cleantech pourront également accéder sur le marché indonésien par la suite.
HS/B15

France – Finlande

Littérature

Paola Pigani
Hufvudstadsbladet publie une interview de Paola Pigani qui s’est rendue en Finlande à l’occasion de la sortie de la traduction finnoise de son roman.
HBL/48

Leena Rantanen
Keskisuomalainen a interviewé, samedi, une écrivaine finlandaise résidant à Paris, qui a écrit un livre, en finnois, sur la France et sa vie dans ce pays.
KS/sam/42-43

Lundi 10 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Stockholm

Propos de M. Niinistö
Helsingin Sanomat relève que le Président Sauli Niinistö dit, dans sa déclaration publié vendredi, qu’il est bouleversé en raison de l’attaque terroriste à Stockholm. « Des personnes innocentes ont décédé ou ont été blessées dans cet acte terroriste absurde. Chaque attaque terroriste doit être condamnée de la même façon. Les Finlandais sont profondément touchés, l’attaque terroriste ayant eu lieu chez les voisins nordiques. Je partage, au nom du peuple finlandais, le chagrin des familles des victimes et de tous les Suédois. »
HS/sam/A11

Propos des MM. Sipilä et Soini
Helsingin Sanomat rapporte que les principaux ministres du gouvernement – le Premier ministre Juha Sipilä, la ministre de l’Intérieur Paula Risikko, le ministre des Affaires étrangères Timo Soini et le ministre des Finances Petteri Orpo - ont eu une réunion d’urgence vendredi soir à 18 h en raison des évènements de Stockholm.
Selon le Premier ministre Sipilä, il semble qu’à Stockholm, il s’est agi d’un acte isolé. « Il va de soi qu’on ne peut pas exclure un tel acte en Finlande. »
M. Sipilä souligne que les Finlandais n’ont toutefois pas à avoir peur. « La police finlandaise est au niveau de ses tâches. » Il souligne qu’il n’y pas de raison pour ne pas voyager en Suède.
M. Soini souligne qu’il y des dizaines de milliers de Finlandais à Stockholm, des touristes ou gens qui y habitent. Il estime comme M. Sipilä qu’il ne faut pas éviter les voyages à Stockholm.
M. Soini ne veut pas spéculer sur la proximité de deux dernières attaques terroristes, celles de Saint-Pétersbourg et de Stockholm. « Nous vivons dans un monde des dépendances mutuelles où rien ne peut être exclu. »
HS/sam/A11

Conférence de presse du ministère de l’Intérieur avec la ministre et les représentants de la Supo et de la police
Le ministère de l’Intérieur a donné une conférence de presse, vendredi, sur le sujet de l’attaque de Stockholm. La ministre de l’Intérieur, Mme Risikko, estime que la Finlande a absolument besoin de la législation sur le renseignement qui est en cours de préparation. Elle a transmis ses condoléances aux proches des victimes et affirme que la Finlande est en alerte en cas d’actes terroristes tels que celui de Stockholm.
M. Ruotsalainen, chef adjoint de la Sûreté nationale, estime que l’attaque de Stockholm n’a aucun lien avec la Finlande et qu’il n’y a pas de menace imminente en Finlande. La menace de telles attaques a augmenté en Finlande, selon lui.
Selon M. Kolehmainen, chef de la police, il ne s’agit pas d’augmenter le niveau d’alerte dans le pays, mais la police a augmenté sa présence y compris aux aéroports et ports. M. Kolehmainen précise que la police finlandaise est capable d’arrêter ce genre d’attaque, mais le problème concerne le fait de pouvoir en être informé suffisamment en amont.
Mme Nerg, secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, constate que les informations entre les pays voisins passent rapidement.
AL/sam/A5, KS/sam/30

Propos de Mme Malkki
Leena Malkki, chercheur de terrorisme à l’Université de Helsinki, estime que l’attaque n’était pas une surprise du fait qu’en Suède, la situation est telle que l’on estime depuis longtemps que quelque chose pourrait se passer.
La façon dont l’attaque a été faite fait penser au terrorisme islamiste, mais tant que l’on n’en sait pas plus, il s’agit de spéculations. On tirera des conclusions une fois que l’on aura analysé le pourquoi de l’attaque, ce qu’il y a derrière, le fait de savoir pourquoi elle a réussi et si on aurait pu le prévoir.
AL/sam/A6

Propos de M. Tammikko
Selon Teemu Tammikko, chercheur à l’Institut de relations internationales, il s’agit de s’habituer aux attaques telles que celle de Stockholm. Le terrorisme ne disparaîtra malheureusement, selon lui. Pour lui, l’attaque relève fort probablement du djihadisme. Un moyen, pour lui, de diminuer les attaques en Europe serait de calmer et arrêter la guerre en Syrie.
Avec la guerre, une nouvelle génération de djihadistes a vu le jour et il y a également beaucoup d’européens qui en font partie. Les attaques liées en principe à des évènements en dehors de l’Europe ont un effet direct sur nous, dit-il tout en rappelant que la fin de la guerre ne signifierait pas pour autant que les attaques disparaissent entièrement.
AL/dim/A12

Editoriaux
Dans son éditorial publié samedi, Helsingin Sanomat fait référence à la proximité des attaques terroristes à Saint-Pétersbourg et Stockholm. Les Finlandais connaissent particulièrement bien Stockholm et sont profondément touchés.
Il y a encore quelques mois, les autorités de sécurité ont estimé que la menace terroriste a augmenté en Europe mais que la Finlande n’était pas une cible vraisemblable des terroristes. Une des raisons pour cela est que la Finlande n’a pas été active au Proche-Orient dans les opérations contre Daesh. L’attaque à Stockholm a changé cette impression, puisque la Suède n’a pas été très active au Proche-Orient non plus.
Les moyens utilisés par les terroristes ont changé. A Nice en 2015, à Berlin en décembre 2016 et maintenant à Stockholm les terroristes ont utilisé des camions. Il n’est pas difficile de voler un camion pour une attaque désastreuse. On ne trouve pas d’explication dans la politique étrangère ou l’activité au Proche-Orient. Il suffit qu’une personne s’inspire des exemples précédents.
Hufvudstadsbladet cite, dans son éditorial, la méditation du poète John Donne de 1623, « aucun homme n’est une île ».
L’éditorialiste estime que même si Saint-Pétersbourg est proche, mentalement Stockholm est plus proche des Finlandais.
La Suède et Stockholm ont montré ce qui est le meilleur dans nos sociétés nordiques. Même si les gens ont eu peur il n’y a pas eu de panique et les gens se sont mis à aider les blessés. Les habitants de Stockholm ont fait preuve, face à la terreur et à la haine de solidarité et d’assistance.
HS/sam/A5, HBL/dim/36

« Un gros coup contre la Suède » KL
Kauppalehti estime qu’il s’agit d’un coup important porté à un pays jugé sûr. Néanmoins, le quotidien économique considère qu’il ne peut pas s’agir d’une surprise tant une telle attaque était dans l’air.
KL

Fonds d’ajustement à la mondialisation

La Finlande reçoit 2,6 millions d’euros pour les licenciés de Nokia
La Finlande va recevoir 2,6 millions d’euros du fonds européens d’ajustement à la mondialisation au titre des anciens employés victimes du plan social de Nokia Networks systems.
HS

Politique intérieure

Elections municipales

« Les Verts progressent le plus » HS
Les élections municipales n’ont pas motivé les électeurs puisque le taux de participation était seulement de 58,8% (+0,5). La décision de tenir les élections en avril plutôt qu’en mars ne semble pas avoir eu un grand effet.
Le Rassemblement national (Kokoomus) est, comme lors des deux dernières élections municipales, arrivé en tête avec 20,7% des voix (-1,2) devant le PSD avec 19,4% (-0,2), le Centre 17,5% (-1,2), les Verts 12,4% (+3,9), l’Alliance des Gauches 8,8% (+0,8) les Vrais Finlandais 8,8% (-3,6), le parti populaire suédois 4,9% (+0,2) et les Chrétiens-démocrates 4,1% (+0,4).
Helsingin Sanomat relève que le résultat du PSD est moins bon que ce que les sondages prédisaient encore au début de l’année quand ce parti était placé en tête. Il semble que ce sont les Verts qui ont su le plus tirer profit de leur situation dans l’opposition.
Les Vrais Finlandais de M. Soini ont admis dès hier leur défaite : « C’est un échec. On ne peut pas nier que l’on a perdu ces élections », a déclaré M. Soini qui souligne que son parti va s’engager dans une nouvelle ère puisque le « vieux samouraï » qu’il représente laissera en juin sa place.
Le Premier ministre Juha Sipilä (Centre) a lui aussi admis qu’un résultat en-deçà de 18% constituait une déception.
HS

Analyse : « De nouvelles tensions au niveau national » HS
Helsingin Sanomat souligne que les élections municipales sont en réalité 300 élections locales permettant d’élire 8 999 conseillers municipaux. « Même si les partis veulent en faire un enjeu électoral national, il s’agit de 300 élections locales. Au niveau national, elles font fonction de grand sondage, ce qu’elles ne sont toutefois pas car les enjeux sont locaux », souligne le politologue Tuomo Martikainen. Il rappelle d’ailleurs qu’il ne se souvient pas d’élections municipales qui aient fait trembler une coalition gouvernementale.
Cette fois-ci, il semble que les partis au gouvernement aient reculé le plus depuis 1984, ce qui est surtout à mettre au compte de la défaite des Vrais Finlandais.
Il est aussi exceptionnel que le principal parti d’opposition, le PSD, ne réussisse pas dans une telle situation à augmenter son audience.
Il est notable que les Verts enregistrent la plus grosse progression et que cela soit désormais en Finlande, avec l’Autriche, que le parti des Verts soit le plus fort d’Europe.
Les élections municipales pourraient avoir deux effets sur le gouvernement. D’une part inciter les Vrais Finlandais à adopter une politique plus agressive, notamment sur l’immigration.
D’autre part, le résultat concrétise l’affaiblissement du Premier ministre centriste Juha Sipilä et le renforcement du troisième parti de la Coalition, le Kokoomus.
HS

Défense

Le chantier de Rauma va planifier les navires de guerre
Le ministre de la Défense a mandaté l’agence logistique des armées pour signer un accord de planification des quatre corvettes de la Marine avec Rauma Marine Construction pour une somme de 7,5 millions d’euros. L’objet est de préparer l’a construction de ces navires qui sera un marché de 1,2 milliard d’euros.
HS

Vendredi 7 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande - Chine

Propos du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö, qui a rencontré jeudi des journalistes, estime qu’il « est très important pour la Finlande de savoir ce que pensent les dirigeants des grandes puissances ». M. Niinistö a reçu cette semaine le Président chinois Xi Jinping en visite d’Etat à Helsinki. Il a également rencontré, il y a une semaine, le Président russe Vladimir Poutine à Arkhangelsk.
Lors de sa conférence de presse, M. Niinistö n’a pas admis que le poids de la Finlande dans la politique internationale ait augmenté. « Il semble que plusieurs pays s’intéressent à la Finlande en ce moment. »
M. Niinistö s’est défendu contre les critiques selon lesquelles la Finlande n’a pas osé évoquer les violations chinoises des droits de l’homme lors de la visite du Président chinois. « Nous avons plus parlé des droits de l’homme et de l’Etat de droit que des pandas. »
Il estime qu’il est important que le respect des droits de l’homme et de l’Etat de droit soit mentionné dans la déclaration commune finno-chinoise. « J’ai dit aux journalistes chinois que le respect de la démocratie, de l’égalité et des droits de l’hommes sont parmi les secrets du succès de la Finlande. »
Selon M. Niinistö, son entretien de mercredi avec M. Xi a duré trois heures et demie.
HS/A27

Syrie

Le Président a convoqué la direction de la politique étrangère en raison de la situation en Syrie
Le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) s’est réuni avec le Président Niinistö en session extraordinaire pour évoquer la situation syrienne.
M. Niinistö a commenté la situation en Syrie brièvement, hier. Il a constaté que l’attaque remplit les critères d’un crime de guerre. Il a noté qu’il ne devrait plus y avoir des armes chimiques en Syrie. Sans commenter le rôle des Etats-Unis et de la Russie dans le conflit syrien, il a noté que l’on s’était attendu à ce que la diminution du rôle de Daech calme la Syrie, mais que la situation semblait toujours mauvaise.
M. Niinistö s’est exprimé devant les médias après la réunion de l’UTVA. Il rappelle que la Finlande a condamné l’attaque chimique et souligne l’importance d’enquêter sur la question. La Finlande est également prête à contribuer à l’enquête au besoin. Il a dit qu’il sera difficile d’arriver à des solutions rapides au sein de l’ONU, mais qu’il est indispensable que la communauté internationale agisse sans tarder.
M. Niinistö a qualifié le Président Assad de principal coupable de tout ce qui se passe en Syrie.
Le Président a dit que convoquer le comité UTVA avec un délai aussi court servait aussi à tester sa capacité de rapidement prendre position sur une question. Il se félicite du fait que l’exercice montre « que l’on a été réveillé ».
Yle

Propos du lieutenant-colonel Joukas
Saku Joukas du Collège de la défense estime que l’attaque américaine hausse le seuil pour la Syrie de poursuivre ses attaques. Sinon, d’autres attaques par les Etats-Unis sont fort probables. « Il est clair qu’il existe des plans sur la suite et des plans alternatifs. » Selon M. Joukas, « c’est une démonstration symbolique pour la Russie du fait que les Etats-Unis sont disposés à utiliser la force ».
Yle

Editoriaux
« L’attaque au gaz forcera les Etats-Unis à choisir » HS
« La cruelle guerre devient de plus en plus cruelle » HBL
« La ligne rouge » AL
Les éditoriaux de Helsingin Sanomat et de Hufvudstadsbladet, rédigés avant l’attaque américaine, prévoient un tournant dans la politique syrienne de M. Trump d’une part, et un changement de la nature du conflit si jamais les Etats-Unis agissent unilatéralement.
HS/A4, HBL/24

Politique intérieure

Justice - Corruption

Etude sur les procès concernant la corruption internationale
Helsingin Sanomat rappelle que dans le rapport évaluant la Finlande, l’OCDE s’est inquiétée de la compétence professionnelle des juges finlandais dans les procès sur la corruption internationale.
Dans sa recommandation, le groupe d’évaluation a proposé des juges ou tribunaux spécialisés dans les cas de corruption internationale.
L’OCDE a souligné dans son rapport que plusieurs cas de corruption internationale ont été étudiés en Finlande mais qu’aucune peine n’a jamais été prononcée. Au total 18 personnes ont été inculpées dans cinq procès différents.
Dans un communiqué publié jeudi, Jari Lindström, ministre de la Justice, annonce que son ministère fera une étude sur le fonctionnement des procès sur la corruption internationale. L’étude prendra en compte également la corruption finlandaise. Il y aura aussi une comparaison des procès en Finlande et dans d’autres pays.
M. Lindström souhaite également améliorer le système finlandais de protection des témoins.
HS/A15

Economie

La compétitivité de Helsinki plus faible que celle des autres capitales de la région
Helsingin Sanomat rend compte des études d’Eurostat et de l’OCDE qui montrent que Helsinki traine derrière les capitales de la région de la mer Baltiques à beaucoup d’égards. Concernant le taux de chômage, il n’y a que Copenhague qui se situe derrière la région de Helsinki, et concernant la croissance du PIB, seuls Berlin et Hambourg se placent derrière Helsinki, alors que Stockholm, Oslo, Copenhague, Tallinn, Riga et Vilnius sont devant.
Concernant la part des habitants diplômés d’études supérieures, compte tenu des pays nordiques seulement, Oslo et Stockholm sont devant Helsinki qui est suivi de Copenhague.
HS/A6-7

Education

151 000 participent aux concours d’entrée des universités ce printemps
Selon la Direction nationale de l’Education, plus de 151 000 personnes souhaitent entrer dans des universités, écoles supérieures et écoles supérieures professionnelles, ce qui correspond à peu près à la situation il y a un an.
Les sciences économiques attirent le plus de monde.
HS/A8

Littérature

Mme Haukio vient de publier une anthologie
Helsingin Sanomat rapporte que Jenni Haukio, épouse du Président Niinistö, vient de publier une anthologie sur la poésie finlandaise, dans le cadre du centenaire de l’indépendance de Finlande. L’anthologie de 500 pages présente 367 poèmes de 160 poètes différents.
Mme Haukio, qui fête ses 40 ans aujourd’hui, a publié trois recueils de ses propres poèmes, en 1999, en 2003 et en 2009.
HS/B4

France – Finlande

Cinéma

Frantz, Jacques Cousteau et les manchots empereurs
Les journaux rendent compte de la sortie en Finlande de L’Odyssée, et publient une interview du réalisateur, Jérôme Salle.
La sortie de Frantz de François Ozon et de L’empereur de Luc Jacquot est également mise en valeur et Aamulehti publie une interview de François Ozon.
AL/jeu, KS/jeu, HS/B6-7, HBL, AL/B8-9

France

Politique

Mme Le Pen
L’hebdomadaire Suomen Kuvalehti publie un grand article de six pages, intitulé « Je suis Marine » (en français), signé Silja Lanas Cavada, sur Marine le Pen.
SK/n°14/30-35
Jeudi 6 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande - Chine

Visite en Finlande du Président chinois
Helsingin Sanomat rapporte que le Président chinois Xi Jinping a terminé sa visite d’Etat en Finlande.
Lors d’une conférence de presse commune, les présidents finlandais et chinois ont fait l’éloge des relations bilatérales. Les présidents n’ont toutefois pas répondu aux questions des journalistes, ce qui n’est pas de coutume lors des visites d’Etat en Finlande.
La Finlande et la Chine ont approuvé mercredi une déclaration de coopération sur « un partenariat qui s’oriente vers l’avenir ». La Chine a différentes sortes de partenariats avec plusieurs pays.Selon le président Xi, « la Chine apprécie l’engagement de la Finlande en faveur d’une politique d’une Chine ».Le Président Niinistö compte rencontrer des journalistes concernant la visite.
HS/A23

Diplomatie des pandas
Selon Helsingin Sanomat, le projet de longue date de placer deux pandas au parc animalier d’Ähtäri a été scellé lors de la visite du Président chinois.Les pandas sont attendus à Ähtäri avant la fin de l’année en cours.
HS/A11

Editorial
Dans son éditorial intitulé « La Chine a envoyé des messages à l’Est et à l’Ouest », Helsingin Sanomat souligne que les Finlandais ont eu une leçon de la façon dont la Chine mène sa politique étrangère.
Le message le plus important a peut-être été la visite même. Le Président Niinistö a eu l’occasion de recevoir, dans le cadre du centenaire de l’indépendance finlandaise, un des invités étrangers le plus recherché.
Un des messages adressés a été de donner aux petits pays l’impression qu’ils n’ont pas à avoir peur de la Chine en tant que partenaire.
Le Président Xi a peut-être voulu montrer au Président américain que la Chine souhaite coopérer avec des pays qui sont favorables au libre-échange. Il y a aussi eu des références à la résolution des problèmes liés à l’environnement, à l’importance de l’ONU et à la Finlande en tant que membre de l’UE.
L’attitude de la Russie à l’égard de la Chine est un mélange d’admiration, de jalousie et de peur. L’estime montrée par le dirigeant chinois au voisin occidental de la Russie est notée aussi à Moscou.
HS/A5

Syrie

Propos de M. Haavisto
Hufvudstadsbladet rend compte des propos de M. Haavisto qui reste confiant en ce qui concerne une solution dans la guerre syrienne. Pour lui, l’attitude de la nouvelle administration américaine sera toutefois décisive.
M. Haavisto a participé à la conférence internationale pour les médiateurs pour la paix, organisée à Helsinki sous la direction notamment de M. Ahtisaari.
M. Haavisto estime qu’il faut mettre en place un groupe d’enquête international afin d’étudier ce qui s’est passé. Il est connu, selon lui, que l’administration Assad dispose de la capacité de mener des attaques chimiques, mais en ce moment, il n’y a pas de certitude sur le fait de savoir qui est derrière l’attaque. « Quoi qu’il en soit, elle est inacceptable, primitive et contraire aux règles de la guerre. »
M. Haavisto constate avoir évoqué la Syrie avec l’envoyé spécial de l’ONU, M. de Mistura, qui estime qu’il est difficile d’avancer avant de connaître l’attitude de Washington. M. Haavisto spécule sur l’éventualité que le dialogue entre les Etats-Unis et la Russie soit facilité, ainsi que celui entre les Etats-Unis et l’Iran. Il n’exclut pas entièrement la possibilité que le Président Assad participe à un processus de paix, mais cela nécessiterait de grands changements et une volonté de compromis de toutes les parties.
Il rappelle qu’il ne convient pas de fermer les yeux sur la réalité que le Président Assad continue à contrôler des régions en Syrie et dispose d’un certain pouvoir.
M. Haavisto souhaite que le processus entamé à Astana puisse être poursuivi. Il estime qu’il faudrait compter au moins deux ans avant qu’un processus démocratique puisse être démarré. Il est toutefois convaincu que beaucoup d’Etats seraient prêts à investir dans la reconstruction de la Syrie compte tenu du coût élevé de la situation actuelle.
HBL/1&13

Mécanisme d’enquête conjoint
Helsingin Sanomat a interviewé M. Nummelin du ministère des Affaires étrangères qui note que la Finlande a accordé un million d’euros au mécanisme d’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie pour la période 2017-18.
Selon M. Nummelin, responsabiliser les pays ayant commis des crimes de guerre est difficile du fait qu’il nécessite l’unanimité du Conseil de sécurité de l’ONU. Le mécanisme créé est toutefois un pas important dans ce sens.
HS

Politique intérieure

Elections municipales

Sondage d’Yle
Yle relève qu’à la lumière de son dernier sondage d’opinion sur la popularité des partis avant les élections municipales, les trois plus grands partis sont pratiquement à égalité : le Rassemblement national obtient 18,8 % (-0,3 %), le Centre 18,6 % (+0,2 %) et le PSD 18,4 % (-0,4 %).
L’Alliance verte arrive quatrième avec 12,9 % (-0,4 %), avant les Vrais Finlandais qui obtiennent 9,6 % (-0,6 %) et l’Alliance des gauches qui obtient un score de 9,4 % (+1,1 %).Le Parti suédois est septième avec un score de 5,3 % (+0,2 %) et les Chrétiens-démocrates huitièmes avec 5,1 % (+1,5 %).
Yle

Municipales – et le choix du futur maire de Helsinki

M. Vapaavuori plus populaire que Mme Sinnemäki, mais c’est le conseil municipal qui décide
Selon un sondage effectué par Helsingin Sanomat, 31 % des helsinkiens seraient favorables à ce que M. Vapaavuori du Rassemblement national devienne maire, contre 19 % qui soutiennent Mme Sinnemäki des Verts.
Autrement, il n’y a pas de grand écart entre les audiences de ces deux partis qui sont les plus grands d’Helsinki.
Le conseil municipal élira un maire en juin. Il est probable que ce sera le candidat à la mairie du parti qui aura eu le plus de voix aux municipales du dimanche 9 avril. Jusqu’à présent, les maires ont été des fonctionnaires avec un mandat politique de sept ans. Désormais, il s’agira de personnalités politiques, pour un mandat de quatre ans.
HS

Les électeurs comptent sur les journaux, et les conseils des proches, dans leurs choix
Les électeurs privilégient les journaux, imprimés ou électroniques, comme source d’information concernant les élections municipales. 66 % des personnes interrogées pour un sondage préfèrent les journaux devant toute autre source. 62 % mettent en valeur les discussions avec la famille et les amis, et 52 % comptent sur les débats électoraux télévisés.
31 % déclarent que les médias sociaux constituent un facteur dans leur décision.
L’importance des outils en ligne (« machines électorales ») pour faciliter le choix est en hausse : aujourd’hui, 47 % les trouvent importants contre 36 % lors des législatives il y a deux ans.
HS

Parlement

Motion de censure
Helsingin Sanomat rapporte que le Parlement a renouvelé mercredi sa confiance au gouvernement par 104 voix contre 63, lors du vote sur la motion de censure déposée par les cinq partis de l’opposition sur la réforme des services sociaux et de la santé.
HS/A13

France – Finlande

Cinéma

François Ozon
Hufvudstadsbladet publie une interview de François Ozon, dont le dernier film, Frantz, sortira en Finlande, demain.
HBL/22-23

Elections présidentielles
Turun Sanomat publie un billet sur la campagne électorale, intitulé « La France à la recherche de son identité ».
TS/2

Mercredi 5 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande – Chine

Visite en Finlande du Président chinois
Helsingin Sanomat revient sur la visite en Finlande que le Président chinois Xi Jinping et son épouse Peng Liyuan ont entamée mardi en début de soirée. Les entretiens avec le Président Niinistö, ainsi qu’avec le Premier ministre Juha Sipilä et la présidente du Parlement Maria Lohela auront lieu aujourd’hui.
Jyrki Kallio, chercheur à l’Institut des relations internationales UPI, constate qu’il n’y a pas de différends entre les deux pays. Il qualifie cette visite d’Etat de victoire de la diplomatie finlandaise. Selon lui, le centenaire de l’indépendance finlandaise y est pour quelque chose. M. Kallio estime que du point de vue chinois, les vues finlandaises sur la Russie sont intéressantes.
Pour la Finlande, la Chine est importante du point de vue économique. Près de 400 entreprises finlandaises sont actuellement présentes sur le marché chinois. Les Finlandais vendent surtout de la pâte à papier, des machines-outils pour l’industrie et des fourrures en Chine. M. Kallio souhaite que les exportations des denrées alimentaires augmentent en priorité.
En 2016, le montant des investissements de la Chine en Finlande a atteint environ 6 milliards d’euros, notamment avec le rachat de Supercell.
M. Kallio souligne que les Finlandais ne doivent pas être trop humbles à l’égard de la Chine.
HS/A22-23

Editorial : « Un président fort renforce la Chine » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que même si les entretiens entre les deux présidents devraient concerner en grande partie l’économie et les relations commerciales, il faudrait également pour lui évoquer la question des droits de l’homme.
L’éditorialiste estime que la visite du Président chinois est très importante pour la Finlande même s’il s’agit, pour M. Xi, d’une escale avant de rencontrer le Président Trump.
Plus généralement, l’éditorialiste considère que le rôle de la Chine comme puissance mondiale augmente à mesure que les Etats-Unis de M. Trump se replient sur eux-mêmes. M. Xi s’exprime en faveur du libre-échange et de la mondialisation. Il souligne également l’importance de respecter les accords signés et la poursuite des efforts pour diminuer les émissions.
HBL/26

Attentat de Saint-Pétersbourg

Editorial : « La terreur se rapproche » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est possible que le Président Poutine et les services de sécurité resserrent leur emprise sur la société en Russie après l’attentat et qu’en tout cas à court terme, l’opposition aura une marge de manœuvre de plus en plus resserrée.
Pour l’éditorialiste, le lien entre un terrorisme accru et l’engagement de la Russie en Syrie est évident. La guerre a fait de la Russie une cible de l’islamisme radical et plus Daech a du mal à s’implanter en Syrie et en Irak, plus le risque est grand de la voir frapper des grandes villes où les attaques provoquent beaucoup de pertes humaines.
Avec l’attentat de Saint-Pétersbourg, la terreur se rapproche des frontières finlandaises.
HBL/26

Renvois par avion de demandeurs d’asile

Les renvois par avion de demandeurs d’asile entamés vers l’Afghanistan
Manifestations à Helsinki, y compris devant le ministère de l’Intérieur
La Finlande a conclu, en octobre, un accord avec l’Afghanistan sur le renvoi des demandeurs ayant essuyé un refus de leur demande d’asile. Mme Nerg, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, constate qu’il s’agit de renvoyer ceux qui n’ont pas accepté un retour volontaire une fois leur demande examinée par toutes les instances juridiques.
La Finlande renvoie des personnes dans cent pays. En 2016, il y a eu 30 renvois par avion, et cette année six, dont trois vers l’Afghanistan.
Selon Mme Nerg, l’Office national de l’immigration et les tribunaux observent les critères communs européens dans leurs jugements.
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés considère le nombre de refus de demandes d’asile dans les Etats membres de l’UE, y compris en Finlande, comme inquiétant.
Selon Mme Nerg, l’accord sur le renvoi des demandeurs d’asile prévoit que ces personnes soient accueillies de façon humaine dans leurs pays d’origine. A Kaboul, hier, c’est l’OIM qui les a accueillies. Un représentant de l’ambassade de Finlande était également présent.
La Finlande envisage de négocier avec l’Irak un accord de réadmission. Le ministre de l’Intérieur irakien a été invité à se rendre en Finlande pour des entretiens concernant le contenu de l’accord.
HS/A10

Géologie

Gisement important de lithium à Kaustinen et Kokkola
Helsingin Sanomat publie un article sur un gisement de lithium en Ostrobothnie centrale, qui serait parmi les plus importants d’Europe.
Le groupe minier Keliber envisage d’ouvrir une mine et une usine dans la région en 2019.
HS/B8-9

Politique intérieure

Elections municipales

Vote par anticipation
Helsingin Sanomat relève que le vote par anticipation s’est terminé mardi. Le vote par anticipation, qui a duré sept jours, a été assez suivi : 26,3 % des électeurs (28,4 des femmes et 24,2 % des hommes), soit 1 157 000 personnes, ont voté.
Près de 4,4 millions personnes ont le droit de vote aux élections municipales. Le dimanche 9 avril sera le jour de vote proprement dit.
HS/A13

Débat électoral
Helsingin Sanomat rend compte d’un débat électoral organisé par le quotidien. Tous les présidents des partis représentés au Parlement y ont participé.
Les présidents des trois partis du gouvernement, le Premier ministre Juha Sipilä (Centre), le ministre des Affaires étrangères Timo Soini (Vrais Finlandais) et le ministre des Finances Petteri Orpo (Rassemblement national) sont apparus détendus même si, selon les commentateurs, ils ne sont pas loin d’une crise gouvernementale au sujet de la réforme des services sociaux et de la santé.
Les présidents des partis de l’opposition, Antti Rinne (PSD), Ville Niinistö (Alliance verte), Li Andersson (Alliance des gauches), Anna-Maja Henriksson (Parti suédois) et Sari Essayah (Chrétiens-démocrates) ont attaqué ensemble le gouvernement, notamment en ce qui concerne la réforme des services de santé.
Selon les commentateurs, les huit présidents ont plutôt bien réussis lors du débat. MM. Sipilä et Orpo se sont modérés en raison de leurs rôles ministériels.
HS/A6-7

France – Finlande

Cinéma

François Ozon
Helsingin Sanomat publie une interview de François Ozon, dont le dernier film, Frantz, sortira dans les salles en Finlande, vendredi.
HS/B1-2

Mardi 4 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande – Chine

Visite d’Etat du Président chinois
A l’occasion de la visite en Finlande du Président Xi Jinping, Hufvudstadsbladet publie une interview de M. Majander, chercheur en histoire politique, qui estime que l’économie semble être devenue une nouvelle religion en Chine. Selon lui, le pays est un marché où la politique et le commerce font bon ménage et il ne faut pas s’imaginer que la Chine ne cherchera pas à augmenter son influence dans le monde à travers un pouvoir économique accru.
Amnesty International a demandé, hier, que le Président Niinistö évoque les droits de l’homme avec son homologue. M. Majander estime que le fait que Sauli Niinistö rencontre le Président Xi ne vaut pas reconnaissance de la façon dont la Chine traite les droits de l’Homme.
Pour la Finlande, la Chine est le cinquième partenaire commercial de la Finlande. En proportion de sa population, la Finlande investit le plus en Chine parmi les pays de l’UE. Les 400 compagnies finlandaises installées en Chine emploient 60 000 personnes. Pour sa part, la Chine a investi 7 milliards d’euros en Finlande de 2000 en 2016, et des investissements à hauteur de 2 milliards sont prévus pour les projets en cours.
En outre, le nombre de touristes chinois en Finlande est en hausse constante.
HBL/12-13

… et de Mme Peng
Helsingin Sanomat consacre un article à la carrière artistique de Peng Liyuan, épouse du président chinois, à l’occasion de la visite d’Etat en Finlande du président Xi Jinping.
HS/A21-22

Circulation lors de la visite
Il y aura d’importantes perturbations dans les transports au centre d’Helsinki demain mercredi lors de la visite du président chinois. La circulation devant le Palais présidentiel sera coupée mercredi matin de 9 h à 13 h 30 et le soir de 18 h 30 à 21 h 30.
TS/10

Immigration

La Finlande envisage de durcir les critères de séjour
La Finlande recherche actuellement des moyens de maîtriser les séjours clandestins dans le pays. Un groupe de travail ministériel a approuvé, hier, un programme de 25 recommandations pour la période 2017 à 2020.
Le groupe de travail propose d’annuler les permis de séjour de personnes partis dans les rangs de Daech. Le ministère de l’Intérieur et la Sûreté nationale enquêteront sur la possibilité d’annuler un permis de séjour accordé sur la base de la protection internationale dans le cas où la personne en question peut constituer un risque pour la sécurité nationale ou pour l’ordre public.
Il s’agira également de durcir les peines concernant les violations de la législation sur les étrangers. Le groupe de travail évoque également la possibilité de confisquer le document de voyage d’un demandeur d’asile pour la durée du processus d’instruction de sa demande.
HS/A8

Les renvois par avion de demandeurs d’asile entamés vers l’Afghanistan ?
La police a confirmé l’information sur un vol vers l’Afghanistan pour y renvoyer des demandeurs d’asile ayant essuyé un refus de leur demande.
Des manifestations ont été organisées hier au centre d’accueil de réfugiés de Metsälä, devant le commissariat de police à Pasila et à l’aéroport afin de protester contre les retours forcés. Une manifestation aura lieu, aujourd’hui, en face du Parlement, devant la Musiikkitalo.
Selon Helsingin Sanomat, il se serait agi, hier, du troisième vol pour renvoyer des Afghans.
Mme Nerg, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, insiste sur le fait que la Finlande observe les conventions internationales et que personne n’est renvoyé « pour mourir ».
HS/A8, HBL/6

Radicalisation

Des dizaines de prisonniers radicalisés en Finlande
Keskisuomalainen et Aamulehti rend compte des propos du vice-directeur de la prison de Vantaa, M. Jokinen, qui estime que l’augmentation de la popularité de l’islam radical dans les prisons va de pair avec un accroissement de la popularité de la pensée d’extrême-droite. « L’augmentation du nombre d’islamistes radicaux et de [prisonniers de] nationalité étrangère mène inévitablement à ce que les néonazis deviennent plus visibles aussi et s’efforcent d’attirer de nouveaux membres avec une pensée raciste », dit-il.
KS/lun/6

Politique intérieure

Elections municipales

Lutte pour la place de plus grand parti
Helsingin Sanomat rapporte qu’à la lumière d’un sondage sur la popularité des partis politiques à la veille des élections municipales, trois partis luttent pour la place de plus grand parti : le Rassemblement national qui obtient un score de 19,7 %, le PSD 19,3 % et le Centre 18,9 %.
Il y a trois semaines, le PSD occupait la première place et le Rassemblement national la troisième.
L’Alliance verte recueille une audience de 11,9 %, suivi des Vrais Finlandais (10,7 %), de l’Alliance des gauches (8,1 %), du Parti suédois (4,8 %) et des Chrétiens-démocrates (3,9 %).
Le sondage a été effectué entre le 23 et le 30 mars auprès de 2 000 personnes.
Le quotidien souligne qu’il est important pour les partis politiques de pouvoir garder leurs anciens électeurs et en attirer de nouveaux. Le nombre de candidats joue un grand rôle.
Le taux de participation aux élections municipales est généralement moins élevé en Finlande qu’en Suède (80 % aux dernières élections municipales) ou au Danemark (70 %).
Le quotidien rappelle que traditionnellement un taux de participation bas favorise les partis de droite, dont le Rassemblement national.
Helsingin Sanomat organisera ce soir de 17 à 19 h un grand débat électoral entre les présidents des partis représentés au Parlement.
HS/A10-11, hs.fi/live

Vote par anticipation
Selon Helsingin Sanomat, l’avant-dernier jour du vote par anticipation a été animé : 20,1 % des électeurs avaient voté par anticipation avant 20 h lundi soir jusqu’à présent.
Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections au ministère de la Justice, estime que le taux de participation aux élections municipales pourrait atteindre 59 voire même 60 %.
HS/A13

Gouvernement

Les Vrais Finlandais ne croient plus au calendrier de la réforme des services sociaux et de la santé
Helsingin Sanomat relève que les Vrais Finlandais ont fait une déclaration très critique concernant le calendrier de la réforme des services sociaux et de la santé.
Selon un communiqué signé par la secrétaire générale du parti, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, le calendrier de la réforme introduisant la liberté de choix des services ne sera respecté. « Il faut l’accepter pour que l’on puisse avoir un système qui fonctionne », selon Mme Slunga-Poutsalo.
Elle estime que le calendrier prévu est trop favorables aux prestataires de services privés.
Le ministère des Finances estime également que le calendrier de la réforme n’est pas réaliste.
Le gouvernement fait l’objet d’une motion de censure des partis de l’opposition sur cette réforme.
HS/A13

Lundi 3 avril 2017

Politique étrangère et européenne

Finlande – Chine

Visite en Finlande du Président chinois
Editorial : « L’économie fait du leader chinois un invité d’Etat important » KS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen note que les investissements chinois en Europe augmentent de 40 à 50 % tous les ans. En Finlande, les Chinois sont présents notamment dans des projets de pâte à papier et de bio-raffinerie. Huawei et CATL sont également présents en Finlande.
L’éditorialiste note que ces projets ont en commun de tous concerner les hautes technologies.
L’éditorialiste estime qu’outre l’économie, il faudra, lors de la visite en Finlande du Président Xi évoquer les droits de l’Homme. Pour la Finlande, le respect des droits de l’Homme est un facteur indispensable à la réussite de tout projet.
KS/lun/2

Article d’Helsinki Times
Yle relève que le journal en ligne Helsinki Times publie un article très favorable sur la Finlande, signé par le président chinois Xi Jinping à la veille de sa visite d’Etat en Finlande. L’article est intitulé « Notre amitié immuable ».
Le président chinois arrivera à Helsinki demain mardi. Mercredi, il aura des entretiens avec le président Sauli Niinistö, le Premier ministre Juha Sipilä et la présidente du Parlement Maria Lohela.
Après la Finlande, il effectuera une visite aux Etats-Unis.
Voir l’article : http://www.helsinkitimes.fi/149-finland/14658-our-enduring-friendship.html
Yle

Centre de lutte contre les menaces hybrides

Le secrétariat commencera ses travaux à Helsinki, début septembre
Le texte établissement le nouveau centre d’excellence de lutte contre les menaces hybrides sera signé la semaine prochaine à Helsinki, le 11 avril. Outre la Finlande, dix pays, dont la France, devraient participer au projet.
Selon M. Saarelainen, directeur désigné du Centre, il est prévu que le secrétariat entame ses travaux début septembre.
Outre le fait de prévoir les menaces hybrides, le centre a comme objectif d’augmenter la compréhension des Etats participants dans ce domaine. Selon M. Saarelainen, il s’agit de dresser un inventaire des vulnérabilités de la société et de les traiter. L’accent sera mis sur les activités de recherche, d’analyse, de formation et d’organisation d’exercices conjoints.
Le budget annuel du centre s’élève à deux millions d’euros. La Finlande souhaite que le directeur du centre soit finlandais. Le personnel sera composé de spécialistes envoyés par les pays participant au projet et seront au nombre de 10 à 15.
HS

Réunion de l’OTAN

Propos de M. Soini
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime qu’il était extrêmement important pour la Finlande de pouvoir participer à la réunion de Bruxelles, qui était la première pour M. Tillerson. Il a puà cette occasion échanger quelques mots avec son homologue américain.
M. Soini a également pu s’entretenir avec son homologue turc concernant les exercices de l’OTAN. Il estime que dans le contexte de son différend avec l’Autriche, la Turquie serait prête à œuvrer pour une solution qui permette aux pays partenaires, à l’exception de l’Autriche, de participer aux exercices. Le ministre ne souhaite pas prendre de position sur le fait de savoir si l’arrangement conviendrait à l’OTAN, qui traditionnellement traite ses partenaires de façon équitable.
M. Soini note que son homologue a été très explicite sur les sanctions contre la Russie et qu’il s’est accordé avec lui sur le fait que les raisons pour lesquelles elles ont été mises en place sont toujours là.
HBL/sam/14, AL/sam/A33

Politique intérieure

Social

Initiative populaire sur l’interdiction de contrats « zéro heure »
Le Parlement a rejeté l’initiative populaire concernant l’interdiction des contrats de travail de « zéro heure », c’est-à-dire qui n’engagent pas l’employeur à garantir un certain nombre d’heures de travail par semaine.
Le Parlement reconnait les problèmes de tels contrats et le gouvernement est en train de préparer une réforme de la législation afin d’introduire une règle du jeu concernant ce genre de situations.
HS/sam/A12

Elections municipales

Le vote par anticipation continue
Selon Yle, un total de 667 000 Finlandais, soit 15,2 % des électeurs, ont voté par anticipation pendant les cinq premiers jours du vote, de mercredi à dimanche. 16,2 % des femmes et 14,2 % des hommes sont déjà allés aux urnes.
Lors des dernières élections municipales en octobre 2012, 14,1 % des électeurs avaient voté pendant les cinq premiers jours du vote par anticipation.
Le vote par anticipation continue jusqu’à mardi soir.
Yle

Petits partis politiques à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que les huit partis politiques représentés au Parlement ont tous des candidats à Helsinki.
Il y a aussi six partis politiques enregistrés qui n’ont pas de représentants au Parlement ou au conseil municipal d’Helsinki, dont le parti qui défend les droits des animaux (4 candidats), le parti féministe (24 candidats), le parti pour l’indépendance (7 candidats), le parti travailleur communiste (7 candidats), le parti libéral (16 candidats) et le parti Pirate (21 candidats).
HS/lun/A16

Selon un sondage, la majorité des habitants d’Helsinki est favorable à la construction d’une grande mosquée dans la capitale
Selon un sondage d’opinion effectué pour le compte d’Helsingin Sanomat, 54 % des habitants d’Helsinki ont une attitude favorable à l’égard de la construction d’une grande mosquée à Helsinki, dans la mesure où elle est réalisée sans financement de la ville ou de l’Etat.
40 % des habitants d’Helsinki sont contre, dont 25 % fermement contre et 15 % plutôt contre.
65 % des électeurs des Vrais Finlandais s’opposent fermement à la construction, tandis que 74 % des partisans de l’Alliance verte lui sont favorables.
Le sondage a été effectué entre le 10 et le 23 mars auprès de mille personnes.
HS/lun/A18

France

Langue française

Les difficultés linguistiques peuvent engendrer des inégalités
Aamulehti publie un article de Patrick Le Louarn sur le français et la réforme linguistique prévue en France.
AL/dim/A36-37

Politique

Elections présidentielles
Yle publie un reportage, de sa correspondante à Paris, Annastiina Heikkilä, sur la campagne électorale à trois semaines du premier tour des élections présidentielles en France.
Yle

publié le 02/05/2017

haut de page