Avril 2016

Vendredi 29 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Turquie – Finlande - Presse

La Turquie compte expulser une Finlandaise
Keskisuomalainen rapporte que les médias turcs ont annoncé jeudi que la Turquie avait l’intention d’expulser une Finlandaise, arrêtée mardi dans la ville kurde de Van en Turquie orientale.
L’ambassade de Finlande à Ankara n’a pas pu confirmer cette information à l’agence de presse finlandaise STT.
Selon les médias turcs, la Finlandaise aurait séjourné à Van pendant un an pour écrire un livre sur ses voyages. Selon les autorités turques, qui accusent la Finlandaise d’espionnage, l’intéressée aurait participé aux activités du parti travailliste kurde PKK.
Selon Yle, M. Mahmut Kaçan, l’avocat de la Finlandaise, critique la décision des autorités sur cette expulsion. Il estime que les accusations concernant l’espionnage sont un prétexte pour une expulsion sans fondement.
KS/26, Yle

Développement

Critiques visant Finnfund et le projet de centrale hydraulique au Honduras
La fille d’une militante assassinée au Honduras, Zúñiga Cáceres, est actuellement en Finlande pour en appeler à ce que Finnfund se retire du financement du projet de centrale hydraulique dans son pays.
Des représentants de l’organisation Copinh qui s’oppose à ce projet de centrale sont actuellement en Finlande. Finnfund a interrompu les versements au projet d’Ague Zarca depuis l’assassinat de la militante en mars.
HS/A30

Politique intérieure

Parlement

Maximisation fiscale de Mme Toivakka
Helsingin Sanomat relève que le député social-démocrate, M. Timo Harakka, a évoqué mardi au Parlement la participation à la planification fiscale d’une entreprise familiale de Mme Lenita Toivakka, ministre du Commerce extérieur et du Développement. L’entreprise de la famille Toivakka avait créé un holding en Belgique en 2007.
Mme Toivakka a alors accusé M. Harakka de mentir, ce qui est contre les bonnes manières des députés. Elle a dû s’excuser et admettre qu’elle était juridiquement responsable, en tant que membre du conseil de l’entreprise, des décisions prises même si elle n’a pas participé aux décisions opérationnelles.
HS/A8

Initiative populaire de M. Väyrynen sur un référendum sur l’euro
Selon Helsingin Sanomat, le parlement a commencé l’étude de l’initiative populaire lacée par M. Paavo Väyrynen, parlementaire européen, afin d’organiser un référendum sur la participation de la Finlande à la zone euro.
Lors du débat sur l’initiative populaire, plusieurs députés, dont des Vrais Finlandais, critiques à l’union monétaire, ont été favorables à l’organisation d’un référendum.
Selon M. Markus Lohi, vice-président du groupe parlementaire du Centre, « le gouvernement de M. Sipilä n’a pas proposé que la Finlande quitte l’euro et il n’y a donc pas de raison pour organiser un référendum ».
Le ministre des Finances, M. Alexander Stubb, a défendu la politique du gouvernement : « quitter l’euro serait très nuisible pour l’économie finlandaise ».
L’initiative populaire a été envoyée à l’étude de la commission des lois constitutionnelles du Parlement.
HS/A10

Soldats d’Odin

Des Estoniens participent aux patrouilles
Helsingin Sanomat relève que moins de 70 personnes font partie de l’association des Soldats d’Odin d’Helsinki.
Le quotidien publie un reportage sur un groupe de sept Estoniens et huit Finlandais, accompagnés d’un bulldog américain, qui patrouille deux fois par semaine dans différents quartiers d’Helsinki.
HS note qu’une voiture de police a suivi le groupe pendant la soirée.
HS/A6-7

Université d’Helsinki

Le budget excédentaire de 46 millions d’euros en 2015
Selon Helsingin Sanomat, les syndicats des professeurs titulaires et des chercheurs se sont étonnés que l’Université d’Helsinki ait licencié beaucoup de personnes alors même que le budget de 2015 de l’université a réalisé un excédent de 46 millions d’euros.
HS/A12

Electricité

Le résultat de Fortum diminue en raison de la baisse du prix de l’électricité
Le résultat du groupe énergétique Fortum a continué à diminuer durant le premier trimestre de 2016. En janvier-février, le bénéfice est passé de 343 millions d’euros à 275 millions d’euros.
HS/A34

Industrie forestière

Stora Enso envisage d’investir en Pologne
Le groupe forestier Stora Enso envisage un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros en Pologne. Il s’agirait d’augmenter la production de carton ondulé à l’usine d’Ostroleka, ce qui nécessiterait un investissement de 350 à 400 millions d’euros durant quelques années.
Le groupe est en train d’effectuer une étude sur la rentabilité d’un tel projet. Une décision sur l’agrandissement éventuel de l’usine sera prise une fois que l’étude sera terminée, avant fin 2016.
Helsingin Sanomat note que cela va plutôt bien pour les groupes forestiers en ce moment. Outre Stora Enso, qui annonce une augmentation de 13 % de son résultat, le groupe UPM a augmenté son résultat. Metsä Board publiera ses chiffres mardi prochain.
HS/A34

Fennovoima

Manifestation
Des dizaines de personnes ont manifesté contre la construction d’un réacteur nucléaire à Pyhäjoki, cette semaine. Une voiture de police a été mise en feu, hier, sur le site de Hanhikivi. Plus de vingt personnes ont été arrêtées, dont la moitié sont des ressortissants étrangers.
Mardi, 37 personnes avaient été interpelées.
Fennovoima estime que depuis l’été dernier, les dégâts engendrés par des manifestants lui ont coûté 0,5 million d’euros.
HS note qu’il y a deux semaines aussi, une voiture a été brûlée sur la route qui mène vers le site de construction.
HS/A17

Industrie minière

L’autorisation environnementale de la mine de Talvivaara a été transformée en un permis temporaire
Une décision sur le sort de la mine de Talvivaara, actuellement gérée par le groupe Terrafame, devra être prise dans les semaines qui viennent. Le ministre de l’Economie, M. Rehn, n’exclut pas qu’il faudra envisager de mettre fin aux activités.
La cour administrative de Vaasa a modifié comme temporaire l’autorisation environnementale de la mine qui jusqu’à présent était à durée indéterminée. Une nouvelle autorisation devra ainsi être demandée au plus tard en août 2017.
Cette décision compliquera considérablement la recherche d’investisseurs privés. Un financement serait toutefois indispensable pour gérer les problèmes que le groupe a avec les réserves d’eau non-traitée.
Pour poursuivre ses activités, Terrafame aurait besoin d’un financement de 200 millions d’euros de l’Etat. Mettre fin aux activités nécessiterait 300 millions d’euros.
M. Rehn rappelle que la fermeture de la mine aurait des effets déplorables pour l’économie et l’emploi de la région de Kainuu.
HS/A32

Jeudi 28 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Défense

Rapport sur l’OTAN
Helsingin Sanomat rapporte que, selon les informations du quotidien, les experts estiment le rapport sur l’OTAN, qui sera remis vendredi au ministre des affaires Etrangères Timo Soini, a un ton neutre ou positif.
Le rapport d’environ 40 pages, rédigé en anglais, a été diffusé il y a quelques temps à un nombre restreint de personnes. Les traductions en finnois et en suédois doivent être publiées vendredi en même temps que de la remise du rapport à M. Soini.
Les détails du rapport ne sont pas encore connus mais on peut déjà en esquisser les grandes lignes. La coopération de défense entre la Finlande et la Suède prend une grande place dans le rapport, ainsi que les évaluations sur la situation en mer Baltique.
Le noyau dur du rapport est l’évaluation d’une éventuelle adhésion à l’OTAN. Il s’agit expressément d’un rapport de la Finlande, mais une adhésion est évaluée du point de vue finlandais et suédois. Selon une évaluation générale, il serait le plus facile pour les deux pays d’adhérer ensemble à l’OTAN.
Selon les sources du quotidien, le groupe de travail a spéculé sur les éventuelles réactions de la Russie de manière plus ouverte que s’il s’était agi d’un groupe de travail de fonctionnaires.
Le quotidien estime que le rapport ne fait pas de compte-rendu spécifique sur les effets d’une adhésion au système de défense finlandais. Le coût exact n’a donc pas pu être évalué non plus.
Le groupe de travail désigné en janvier dernier a été critiqué du fait que deux membres, M. René Nyberg, ambassadeur finlandais à la retraite, et l’ancien ambassadeur de Suède en Finlande, M. Mats Bergqvist, se sont déjà exprimés antérieurement contre les adhésions des deux pays. Les deux autres membres du groupe, la directrice de l’Institut des relations internationales UPI, Mme Teija Tiilikainen, et M. François Heisbourg, expert français, sont, selon les estimations, plus neutres à l’égard de l’OTAN.
HS/A8

Frontières

Un avion des gardes-frontières en Italie
L’avion de surveillance des gardes frontières finlandais participera à l’exercice Joint Operation European Patrols Network Triton 2016 au large de l’Italie. Il partira demain.
HS

Migrants

Déjà sept vols de retour vers l’Irak
La Finlande continue à affréter des vols de retour vers l’Irak.
Depuis la mi-février, la police finlandaise en a organisé sept qui ont permis à environ 700 Irakiens de retourner chez eux.
Il s’agit de migrants qui rentrent chez eux sur la base du volontariat après avoir retiré leur demande d’asile.
Il s’agit de vols directs pour Bagdad
Chaque vol coûterait, selon la police, de 150 à 200 000 euros.
HS

Climat – émissions CO2

Négociation sur les quotas d’émissions
La vie économique finlandaise s’inquiète de l’initiative française et britannique de modifier la règle du jeu des négociations sur les quotas d’émissions concernant la répartition des émissions gratuites.
Comme ces pays proposent d’exonérer des paiements de quota seulement les industries les plus intensives en matière de consommation énergétique, les « meilleurs acteurs dans toutes les branches » seraient concernés, car, dans la proposition de la Commission, ils auraient droit aux quotas gratuits.
Alors que la Commission propose deux niveaux de droits : une gratuité de 100 % ou de 30 %, la France et la Grande-Bretagne en ont quatre dans leur modèle.
Mme Ruohomäki, spécialiste des questions énergétiques et climatiques du patronat EK, s’inquiète pour le sort de l’industrie finlandaise. Elle craint que l’ensemble de l’industrie forestière soit désormais considérée comme relevant de la catégorie exonérée à seulement 60 %, ce qui augmenterait considérablement les frais. Elle souhaite plus de flexibilité de la proposition.
Mme Ruohomäki souhaite en outre qu’en définissant la répartition de la charge, on ne tienne pas uniquement compte du PIB de chaque Etat membre, mais également de l’efficacité en matière du coût des possibilités de diminuer les émissions. Si, concernant la Finlande, on ne tient compte que du PIB, le coût des droits d’émissions risque d’être très élevé, selon elle.
KL/6

Propos de M. Rehn
Le ministre de l’Economie, M. Rehn, estime lui aussi, que la répartition de la charge ne pourra pas se baser uniquement sur le PIB.
Kauppalehti relève qu’outre les droits d’émission, la Commission devra présenter plusieurs autres mesures qui auraient un impact sur la vie économique finlandaise et notamment le secteur forestier.
M. Rehn note qu’il est important pour la Finlande que les bioénergies soient inclues dans les énergies renouvelables et considérées comme ne pas dégageant d’émissions. Il note que la Finlande soutient la proposition de la Commission européenne en matière de niveaux de gratuité des émissions.
KL/7

Débat sur le bois
« Considéré que brûler le bois est bon pour le climat est une hérésie » Yle
Yle rapporte que, selon le programme gouvernemental, « la Finlande lutte contre le réchauffement climatique en brûlant toujours plus de bois ». Selon le professeur Olli Tahvonen, dire que brûler les forêts est un acte écologique est une hérésie.
Yle note que ce débat divise les chercheurs, y compris en Finlande.
Yle

Région arctique – dimension septentrionale

Perspective de contrats importants dans la région de la mer de Barents
Des investissements importants dans la construction et dans l’infrastructure sont prévus dans le Nord de la Norvège et de la Suède. Selon Ramboll, consultant du domaine du bâtiment, ils pourraient s’élever à 110 milliards d’euros d’ici 2025.
Cela pourrait ouvrir des opportunités pour des entreprises finlandaises pourvu qu’elles trouvent des partenariats avec des acteurs locaux.
KL/7

La Finlande souhaite que le câble informatique sous-marin éventuel passe par la Finlande
Le ministère des Transports et des Communications est en train d’étudier la possibilité de réaliser le projet de câble informatique sous-marin pour relier l’Europe et l’Asie par le passage du Nord-Est. La Finlande souhaite que le câble puisse passer par son territoire vers la mer Baltique.
M. Häkämies, directeur général du patronat EK, admet que l’enthousiasme le plus important s’est calmé concernant le développement de la région arctique avec la baisse du prix de l’énergie notamment, mais qu’il s’agit de s’efforcer d’identifier les projets les plus importants des décennies à venir et de les promouvoir avec détermination.
Le ministère des Transports et des Communications a désigné M. Lipponen, ancien Premier ministre, pour étudier les possibilités du projet de câble.
KS/20

Politique intérieure

Pacte de compétitivité

Propos de M. Aalto
Selon Helsingin Sanomat, le président du syndicat de la métallurgie, M. Riku Aalto, accuse le patronat d’avancer trop lentement dans les négociations sur le pacte compétitivité. La première réunion du syndicat avec le patronat de l’industrie de technologie n’a eu lieu que la semaine dernière.
« Il semble que les représentants du patronat ont autre chose à faire », selon M. Aalto, qui a participé mercredi à la réunion du conseil du syndicat de la métallurgie.
« Il est même possible que les négociations proprement dites sur les conventions collectives n’aient pas lieu avant l’automne prochain », a déclaré M. Aalto aux siens mercredi. Le quotidien note que cela signifierait l’échec du pacte de compétitivité.
M. Aalto a toutefois été plus conciliant devant la presse : « Il est inutile de spéculer sur un échec maintenant. Nous n’avons même pas commencé vraiment à négocier. »
Le secrétaire général du syndical, M. Matti Mäkelä, confirme les propos de M. Aalto. « Le patronat ne semble pas avoir envie de négocier. »
AL/A13

Réforme de la santé

Le projet ne sera présenté qu’en juin
Le projet de loi sur la réforme de la santé est en retard. Il ne devrait être prêt qu’au début du mois de juin.
HS

Nucléaire

Le sort des déchets de Fennovoima pas encore résolu
Helsingin Sanomat relève que selon Fennovoima, le sort des déchets de sa centrale nucléaire ne sera pas encore résolu cet été.
Fennovoima est censé annoncer, avant fin juin, comment l’entreprise compte organiser le stockage définitif, pour que la décision de principe du Parlement ne soit pas caduque. Fennovoima est en train de négocier avec Posiva (entreprise commune à Fortum et TVO) sur le stockage.
Jusqu’à présent, Posiva a rejeté la possibilité de stocker les déchets de Fennovoima à Olkiluoto.
Le ministre de l’Economie, M. Olli Rehn, incite Posiva à coopérer avec Fennovoima.
HS/A33

Immobilier

La demande pour l’immobilier de bureaux a chuté
Helsingin Sanomat relève que la construction d’immobilier de bureaux a chuté à un niveau très bas. Dans la région de la capitale, seulement 10 000 m2 de bureaux opnt été construits l’année dernière.
Sur une longue période, la moyenne était d’environ 100 000 m2 par an.
Il y aurait 13% de l’immobilier de bureaux qui serait vide dans la région d’Helsinki, soit le double d’avant la crise.
Dans le centre ville, le prix de location moyen serait de 31,50 euros par m2 et dans le quartier de Ruoholahti de 22,50 euros.
HS

Mercredi 27 avril 2016

France - Finlande

Economie

Nokia achète le Français Withings
Nokia brigue le marché des soins médicaux numériques en achetant le français Withings, groupe qui développe des services et produits de soins médicaux numériques. L’achat, dont la valeur s’élève à 170 millions d’euros, devrait se réaliser en juillet-septembre.
Nokia déclare avoir été intéressé par les technologies liées à la santé et que cette acquisition renforce sa position dans le domaine de l’internet des objets.
Le directeur général de Withings, M. Cédric Hutchings, se félicite de cette fusion et de la visibilité qu’elle donnera aux produits de Withings.
HS/A31

ReteeSoft a des millions de clients en France
Aamulehti présente la startup de Tampere ReteeSoft qui fournit les applications pour Orange TV. Cette société créée en 2014, emploie une dizaine de personnes et réalisera cette année un chiffre d’affaires de 0,8 million d’euros et de plus d’un million en 2017.
AL

Politique étrangère et européenne

Défense

Manœuvres Baltops
Turun Sanomat rapporte que les manœuvres Baltops auront lieu en juin pour la 44e fois. La Finlande y participe depuis 1993 mais c’est la première fois qu’une partie des manœuvres auront lieu sur le sol finlandais. Les manœuvres auront lieu entre le 5 juin et le 14 juin, et pour la partie en Finlande à Hankoniemi et dans les eaux devant Hanko du 6 eu 8 juin avec des troupes finlandaises, suédoises, américaines, allemandes, britanniques, néerlandaises et italiennes. Environ 600 soldats participeront à l’exercice de Hanko.
4 500 soldats d’une vingtaine de pays, 49 navires, 61 aéronefs et trois sous-marins au total participeront aux manœuvres. Il n’y aura pas de sous-marins dans les eaux finlandaises.
Le chef de l’état-major de la marine, l’amiral Juha Vauhkonen, estime que les manœuvres vont intéresser la Russie. « Il est toutefois impossible d’évaluer quelle sera la réaction russe », selon l’amiral Vauhkonen. Il rappelle que les activités de la Russie mais aussi d’autres pays ont augmenté en mer Baltique.
TS/9

Le budget de défense remplit les recommandations de l’OTAN
L’OTAN recommande à ses pays membres d’investir 2 % du PIB au budget de défense. Selon Turun Sanomat, la Finlande remplit ce critère si les acquisitions de nouveau matériel se réalisent comme prévu. Les opposants à une éventuelle adhésion finlandaise à l’OTAN disent souvent que l’adhésion obligerait la Finlande à augmenter son budget de défense. En 2015, seulement cinq pays de l’OTAN ont rempli ce critère budgétaire.
Le budget de la défense s’élève cette année à 2,88 milliards d’euros, soit à 1,37 % du PNB. De plus, il y a les dépenses des gardes-frontières (244 millions d’euros), les retraites des militaires (282 millions), les retraites du personnel civil (142 millions) et la gestion de crise dans le budget du ministère des Affaires étrangères (53 millions), soit au total 720 millions d’euros. Avec le budget de la défense cela serait environ 3,6 milliards d’euros, soit 1,7 % du PNB.
TS/9

Projet de loi sur l’engagement des soldats à l’étranger
Keskisuomalainen relève que le ministre de la défense Jussi Niinistö confirme au quotidien que selon la nouvelle loi sur les forces armées, les soldats seront obligés de participer aux opérations d’assistance internationale.
« La Finlande s’engagera à certaines obligations et nous devons avoir la possibilité de remplir ces obligations. A mon avis, il est naturel que les soldats professionnels s’occupent des tâches que la direction politique leur donne », selon M. Niinistö.
Le ministre considère comme invraisemblable que le Parlement autorise l’envoi des soldats finlandais pour des missions de combat dans les pays en dehors de l’Europe.
KS/12

Finlande – Estonie

Diminution des importations de boissons alcoolisées d’Estonie par les touristes finlandais
Selon une étude effectuée par l’Union du commerce, de moins en moins de Finlandais se rendent en Estonie pour acheter des boissons alcoolisées.
Contre 81 % des passagers qui en janvier-mars 2015 achetaient de l’alcool en Estonie, 69 % l’ont fait à la même époque cette année.
C’est surtout le nombre de ceux qui importent de grandes quantités qui a diminué. En 2015, 5 % des passagers se sont chargés de la moitié des importations. Depuis l’été 2014, les Douanes interviennent contre ces importations quasi-professionnelles.
Il s’avère aussi que le profil des voyageurs a changé, une plus grande partie sont désormais des femmes et des familles.
Les voyages des Finlandais en Estonie ont augmenté de 6 %.
Helsingin Sanomat rappelle que, selon l’Institut de santé publique THL, la consommation de boissons alcoolisées a diminué de 3,6 % en 2015 par rapport à 2014.
HS/A8

Politique intérieure

Vie économique

Période de calme dans les négociations sociales
Helsingin Sanomat relève que les négociations de branches sur les conventions collectives ont démarré très lentement. De nombreuses branches n’ont entamé leurs négociation que tardivement la semaine dernière même si elles devraient être bouclées d’ici fin mai.
IOl s’agirait d’une période d’attentisme : chacun attendant de savoir qui conclura le premier accord.
Ce sont traditionnellement les branches de l’industrie métallurgique ou technologique qui concluent les premiers accords collectifs. Mais pour le cycle actuel, la confédération SAK, dont dépendent les syndicats de ces secteurs, a déclaré qu’il revenait aux confédérations des employeurs ou des cadres de donner le ton.
HS estime que le secteur communal pourrait être pionnier.
Mais, selon le quotidien, il y a encore de nombreux problèmes à régler.
Par exemple, les entrepreneurs contestent l’interprétation des syndicats selon qui, pour négocier des accords d’entreprises, il faudrait que, y compris dans les entreprises non membres d’une convention collective, qu’il y ait des délégués syndicaux.
Le Premier ministre a promis aux entrepreneurs que la question dite de l’obligation d’avoir des délégués syndicaux dans les entreprises serait résolue.
HS AL

Industrie forestière

UPM enregistre son meilleur résultat depuis des années
Le directeur général du groupe forestier UPM, M. Pesonen, constate que le résultat du groupe est le meilleur depuis plusieurs années. Pour lui, c’est grâce à restructuration efficace du groupe, aux projets visant la croissance et à la rigueur en matière de dépenses, que l’on a pu y arriver.
Le bénéfice d’exploitation d’UPM a augmenté de 34 %.
HS/A32

Société

La Finlande réglemente l’alcool et le tabac plus strictement que le reste de l’UE
Selon l’indice de Epicenter, réseau de think tanks européens, la Finlande réglemente l’imposition et la vente des cigarettes, des cigarettes électroniques, de l’alcool et des denrées alimentaires beaucoup plus que les autres Etats membres. Même la Suède, qui arrive deuxième dans cette comparaison, est bien loin derrière la Finlande.
La Finlande est considérée comme un Etat protecteur dans l’étude, du fait qu’elle prévoit tellement de mesures pour protéger sa population.
HS/A8

Mardi 26 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande – Estonie

Déplacement du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö se rendra en Estonie les 17 et 18 mai avec son épouse Jenni Haukio pour rencontrer, entre autres, son homologue, M. Ilves, le président du parlement, M. Nestor et le Premier ministre, M. Roivas.
M. Niinistö assistera au forum sur l’avenir économique des deux pays.
HBL/6

OTAN

Visite en Finlande du président du comité militaire de l’OTAN
M. Pavel Petr, président tchèque du comité militaire de l’OTAN, en visite à Helsinki, estime que si un conflit devait avoir lieu dans la région de la mer Baltique, il ne relèverait pas que de la Russie et de l’OTAN. La Finlande et la Suède feraient partie de la même situation, qu’elles le souhaitent ou non.
En ce qui concerne les propos de l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’OTAN, M. Lute, sur l’impossibilité de l’élargissement de l’OTAN dans le contexte d’instabilité actuelle, M. Petr constate que c’est une déclaration politique et non pas militaire.
Il estime que, comme le partenariat de la Finlande avec l’OTAN est très avancé, la question d’une adhésion relèverait d’une procédure plutôt technique.
HBL/1&5

Défense

Acquisition de nouveaux chasseurs
Helsingin Sanomat relève que le ministère de la Défense a entamé une nouvelle phase dans le priocessus d’acquisition de nouveaux chasseurs pour l’armée de l’air.
Une demande d’information a été envoyée aux quatre pays des cinq fournisseurs potentiels : la Grande-Bretagne, la France, la Suède et les Etats-Unis. Ils ont jusqu’à la fin de l’année pour répondre à, cette demande d’information qui ferait plus de 300 pages selon, HS.
Le quotidien relève aussi que, sur le site du ministère finlandais de la défense, figure les vidéos de présentation des fournisseurs potentiels. Une mention spéciale pour Dassault dont la vidéo commence par un vers du Kalevala et qui a choisi Finlandia de Sibelius comme musique pour son film.
HS

Politique intérieure

Syndicats

M. Eloranta remplacera M. Lyly à la tête de la SAK
Kauppalehti rapporte que les représentants des syndicats de la SAK, sous la direction de Riku Aalto, président du syndicat de la métallurgie, ont demandé lundi à Jarkko Eloranta (50 ans), actuel président du syndicat JHL (secteur public de la santé), de présenter sa candidature à la tête de la grande centrale syndicale SAK, en remplacement de Lauri Lyly qui prendra sa retraite en juin. M. Eloranta a répondu oui à cet appel.
M. Eloranta, qui sera très probablement le seul candidat à la présidence de la SAK, souhaite une période plus calme dans le marché de travail et la reprise de la coopération tripartite pour éviter des conflits de toute sorte.
M. Eloranta est président du syndicat des employés du secteur public JHL depuis 2011 et membre du conseil de la SAK depuis 2007. Le conseil de la SAK se réunira les 6 et 7 juin à Tampere pour élire le nouveau président de la centrale.
KL/9, AL/A13

Fusion de la SAK et de la STTK
M. Eloranta a dirigé le projet de la fusion des deux grandes centrales syndicales, la SAK et la STTK. Plusieurs syndicats de la STTK ont toutefois décidé de rester en dehors de la nouvelle organisation, dont l’avenir est très incertain.
HS

Editoriaux
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que la fusion de la SAK et de la STTK est improbable. Le président actuel de la SAK, Lauri Lyly, a initialement eu l’intention de rester à son poste jusqu’à la fusion des deux centrales, soit jusqu’à la fin de l’année en cours. Il a ensuite décidé de prendre sa retraite en juin parce que la fusion n’aurait pas lieu.
Selon l’éditorial de Kauppalehti, le changement du calendrier de M. Lyly renforce l’idée selon laquelle la fusion est très incertaine. Officiellement les préparatifs continuent et les syndicats se réuniront le 1er juin pour évaluer la situation.
HS/A4, KL/5

Gouvernement

Concentration vs habitat rural
Helsingin Sanomat revient sur les propos du Premier ministre Juha Sipilä qui estime que la Finlande serait plus compétitive si, au lieu de concentrer l’habitat dans les zones urbaines, il fallait plutôt faire en sorte que toute la Finlande soit habitée.
Durant le dernier quart de siècle, la population a tendance au contraire à se concentrer autour de sept zones urbaines. La région de la capitale a gagné près de 700 000 habitants alors que les campagnes en ont perdu 200 000.
M. Sipilä estime que le travail à distance permettrait de lutter contre ce phénomène. Les experts interrogés par HS considèrent que cela n’est pas le cas.
HS

Automobile

L’âge moyen des véhicules est de 11,3 ans
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a en circulation 2,6 millions de véhicules dont l’âge moyen est de 11,3 ans.
La pluârt des véhicules en circulation sont des véhicules à essence (74%).
Le nombre de véhicules hybride n’est que de 15 000, même s’il a progressé de plus de 20% en 2015.
La prime à la casse mise en place en 2015 a profité à 8000 personnes dont 60% n’auraient pas changé de véhicules sans ce coup de pouce.
HS

France - Finlande

Exposition

Prenez un peu de lumière de Méditerranée
Aamulehti conseille à ses lecteurs en manque de soleil printanier de se rendre au musée des arts de Tampere pour y prendre un bain de soleil auprès des œuvres de l’exposiiton Lumière de Méditerranée.
AL

Mode

Des Finlandais primés à Hyères
Les Finlandais Hanne Jurmu et Anton Vartiainen ont remporté le prix du Jury et le Prix Chloé du concours de mode d’Hyères.
Outres ces élèves primés, deux autres élèves de l’université Aalto ont présenté leurs œuvres lors de cette édition du concours.
HS

France

Société

Nuit Debout
Aamulehti et Turun publient un reportage de Patrick le Louarn sur le mouvement qui a lieu actuellement place de la République.
AL TS

Lundi 25 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Climat – Signature du Traité de Paris

Propos de M. Tiilikainen
Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, M. Tiilikainen, estime que l’atmosphère à New York à l’occasion de la signature du Traité de Paris était bonne. Il note qu’un grand nombre de pays ont envoyé leur représentant pour une signature dès que possible, ce qui reflète l’esprit qui règne. Il rappelle que les Etats-Unis et la Chine ont dit qu’ils souhaitaient ratifier le traité dès cette année.
M. Tiilikainen estime que le traité a une importance. Pour lui, les marchés ont déjà réagi : les entreprises et les investisseurs ont commencé à agir. Le mouvement vers des technologies propres et les investissements en énergie renouvelable a nettement augmenté, selon lui.
Pour les entreprises finlandaises, le ministre s’attend à de nouvelles opportunités d’exportations, notamment dans le secteur forestier.
M. Tiilikainen a rencontré ses homologues brésilien et colombien et note que les forêts ont été évoquées avec les deux. Ils attendent une coopération de la part de la Finlande, notamment concernant l’inventaire des ressources forestières et la gestion des forêts.
HS/sam/B7

Migration

Soupçon de contrebande à l’aéroport de Helsinki-Vantaa
Les gardes-frontières soupçonnent un steward travaillant pour un sous-traitant chinois d’avoir participé pendant des années à une contrebande de personnes. Il aurait organisé le passage de personnes clandestines en Finlande et ensuite en Europe centrale en 15 fois depuis 2013. Au total, il se serait agi de 33 personnes.
L’intéressé, de nationalité chinoise, est soupçonné de faire partie d’un groupe de criminalité organisée fonctionnant en Chine et en Europe. Selon M. Siitari, directeur de l’enquête, les personnes passées en contrebande auraient versé au moins 10 000 euros par personne.
Finavia, groupe qui gère l’aéroport de Helsinki-Vantaa, observe les instructions des Gardes-frontières dans son fonctionnement.
HS/sam/A22

Rapport sur l’OTAN

Le rapport remis jeudi constituera également une analyse sur la Russie
Le groupe de spécialistes désigné par le ministère des Affaires étrangères remettra, jeudi, son rapport sur l’OTAN. La dernière fois que la signification d’une adhésion éventuelle à l’OTA a été évaluée date de 2007.
Le groupe composé de quatre membres, Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, M. Nyberg, ancien ambassadeur de Finlande notamment à Moscou, M. Bergquist, ancien ambassadeur de Suède en Finlande, et M. Heisbourg, chercheur de politique internationale et diplomate, avait comme mission d’évaluer l’impact d’une adhésion finlandaise à l’OTAN. Alors que le précédent rapport rendait compte du coût d’une adhésion ainsi que des réformes législatives nécessaires, le rapport présent serait, selon les informations du Helsingin Sanomat plutôt du niveau politique et constituerait en fait une analyse vaste sur la Russie.
Selon HS, le rapport examinerait le réseautage finlandaise concernant les organisations internationales. Il n’est pas prévu qu’il prenne position sur l’opportunité d’une adhésion ou non. Son cadre de référence serait la situation géopolitique dans la région de la mer Baltique et le changement du risque que constitue la Russie.
Le rapport, d’environ 50 pages, spéculerait sur la réaction russe en cas d’adhésion éventuelle de la Finlande, outre du point de vue de la politique de sécurité, en tenant compte des conséquences au niveau de la politique énergétique, commerciale et économique.
HS estime que, dans le contexte international tendu, la réaction de la Russie pourrait être plus brusque qu’il y a dix ans. En même temps, une adhésion à l’OTAN renforcerait la capacité de défense de la Finlande.
Selon HS, le rapport évalue l’impact d’une adhésion éventuelle à la sécurité d’approvisionnement militaire de la Finlande. Le rapport envisagerait également une prise de décision en cas d’une demande éventuelle d’adhésion sans organisation d’un référendum.
HS relève que le groupe de suivi parlementaire de politique étrangère et de sécurité aurait exigé que ses membres soient inclus parmi les destinataires du rapport.
HS/sam/A17, TS/lun/5

Grèce

L’allègement de la dette grecque n’est pas loin
Helsingin Sanomat rapporte que selon le ministre des finances Alexander Stubb, qui a participé à une réunion de l’eurogroupe à Amsterdam, « nous avons eu un débat constructif. Il sera même possible de pouvoir faire un premier examen à mi-parcours la semaine prochaine lors d’une réunion extraordinaire de l’eurogroupe, afin d‘éviter les problèmes en Grèce cet été ».
Selon M. Stubb, il est clair que les emprunts de la Grèce ne seront pas effacés. « On peut évoquer les conditions de remboursement (échelonnement et taux) si le FMI participe au plan, après la mise en œuvre du premier examen à mi-parcours ».
L’Allemagne exige, comme la Finlande, que le FMI participe au programme. Si le FMI ne participe pas au financement, cela change tout, selon M. Stubb.
« Il est invraisemblable que la Finlande y participe dans ce cas-là. Nous faisons tout pour que le FMI participe », selon M. Stubb.
HS/sam/B13

Portugal

L’accord finno-portugais sur l’impôt sur le revenu bientôt ratifié
Helsingin Sanomat relève que selon le cabinet du ministre des finances, M. Stubb, les gouvernements finlandais et portugais se sont mis d’accord pour mettre fin à l’exonération d’impôt sur le revenu qui concerne surtout les retraités finlandais installés au Portugal.
L’approbation de l’accord prendra des mois dans les deux pays.
HS/dim/A15

Défense

Gestion de crise
Selon Helsingin Sanomat, la Finlande enverra une section de reconnaissance blindée d’une cinquantaine de soldats pour un exercice militaire en Grande-Bretagne début mai. La section fait partie d’un groupement tactique de l’UE, dirigé par la Grande-Bretagne. Le groupement tactique sera à la disposition de l’UE de début juillet jusqu’à la fin de cette année.
Des soldats suédois, irlandais, lettons et lituaniens participeront également aux manœuvres qui auront lieu du 2 au 20 mai. La participation des troupes finlandaises de l’armée de terre à des exercices en Grande-Bretagne est exceptionnelle.
HS/lun/A8

La Finlande s’intéresse aussi aux drones
Keskisuomalainen relève que les forces armées ont envoyé une demande d’informations
à quatre gouvernements concernant le remplacement des avions de chasse. La demande concerne également les drones qui complèteraient les avions de chasse.
Selon le ministre de la défense Jussi Niinistö, le développement de la technologie des drones peut donner de nouvelles réponses au développement de la défense aérienne.
KS/sam/13

Baisse de la popularité de l’OTAN parmi les réservistes
Selon Helsingin Sanomat, à la lumière des résultats d’un sondage auprès des membres de l’association des réservistes, la popularité d’une adhésion finlandaise à l’OTAN serait de 41 %, contre 48,6 % il y a un an.
36 % des réservistes s’opposent à une adhésion et 23 % ne savent pas répondre.
HS/dim/A19

Politique intérieure

Parti du centre

M. Sipilä dément toute velléité de privatiser la Poste
Helsingin Sanomat rapporte que le conseil national du Centre s’est réuni samedi. Dans son discours, le président du parti Juha Sipilä, Premier ministre, a souligné les valeurs traditionnelles du Centre, surtout le fait qu’il faut garder tout le pays habité. Il a aussi fait l’éloge de la réforme régionale de son gouvernement.
Helsingin Sanomat a annoncé dans son édition de dimanche que le gouvernement comptait privatiser une partie de la Poste. M. Sipilä a rejeté fermement cette information. Selon lui, il est trop tôt pour évoquer la stratégie de gestion des entreprises publiques qui sera présentée au Parlement le 17 mai prochain. « Le gouvernement n’a pas encore pris de décisions. »
M. Sipilä ne veut pas commenter la situation de Finnair, parce qu’il s’agit d’une entreprise cotée en bourse.
Le congrès du Centre aura lieu à Seinäjoki du 10 au 12 juin. Le congrès élira un nouveau secrétaire général en remplacement de Timo Laaninen. Il y a quatre candidats pour l’instant : Jouni Ovaska, Mari Kokko, Riikka Pirkkalainen et Olli Riikonen.
HS/dim/A8, AL/lun/A8

Economie

Le patronat estime que la réforme du droit du travail créerait de l’emploi
Le patronat EK estime que les projets de réforme du droit du travail évoqués par le gouvernement (augmentation de la durée de la période d’essai, facilitation des CDD…) permettraient de créer 20 000 emplois.
HS

Transport aérien

Agrandissement de l’aéroport d’Helsinki-Vantaa
Le projet d’agrandissement de l’aéroport d’Helsinki-Vantaa est actuellement le plus gfrand chantier du pays, selon HS. Finavia y investit 900 millions d’euros afin d’augmenter la capacité annuelle de 16,4 millions de passagers actuellement à 20 millions en 2020.
84% des passagers utilisent des viols internationaux, relève HS.
HS

France - Finlande

Musique

« L’avenir français de l’orchestre de la ville est radieux » HS
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert de l’orchestre symphonique de la ville dirigé par Susanna Mälkki qui a notamment joué du Ravel et du Dutilleux, la semaine dernière.
Le quotidien publie aussi un portrait de la chef d’orchestre qui a longtemps dirigé l’IRCAM. 
HS
France

Politique

« Le nouvel espoir de la gauche » AL / TS
Aamulehti et Turun Sanomat publie un portrait du ministre de l’Economie Emmanuel Macron.
AL TS

Société

Nuit Debout
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le mouvement qui a lieu actuellement place de la République.
HS

Vendredi 22 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Climat – Traité de Paris

Propos de M. Tiilikainen
Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, M. Tiilikainen, constate que la Finlande n’a aucune raison d’avancer plus rapidement dans la ratification du traité de Paris que le reste de l’Union européenne. Pour lui, il faut une compréhension mutuelle avant qu’un des Etats membres passe à la ratification. Il estime que l’UE, les Etats-Unis et la Chine vont s’efforcer de ratifier le traité à peu près en même temps.
Pour Mme Honkatukia, conseiller au ministère des Finances, cela serait logique. Elle vient d’être désignée négociatrice principale de la Finlande pour le processus climatique. Il serait gênant pour l’UE de le ratifier longtemps après les Etats-Unis et la Chine : lorsque le traité entrera en vigueur, seuls ceux qui l’auront ratifié pourront participer à la prise de décision sur la suite.
HBL/4

Migration

M. Orpo croit que le modèle prôné par la Finlande sera le plus probable
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, qui a participé à la réunion des ministres de l’Intérieur à Luxembourg, estime que les Etats membres trouveront un accord en matière de réforme du système basé sur le traité de Dublin. Il estime qu’il est le plus probable de le réformer dans le sens promu par la Finlande (quotas basés sur le volontariat mais auxquels tous les Etats participent, NDLT) de façon à ce qu’il concerne les situations de crise.
Il estime qu’il n’est politiquement pas possible de remplacer le traité de Dublin par un mécanisme de répartition permanent des demandeurs d’asile.
Il note que ce que les Etats membres ont en commun, c’est l’avis que le système actuel, créé du temps de nombres de réfugiés bien inférieurs, ne fonctionne pas.
Selon M. Orpo, l’itinéraire passant de la Libye en Italie a été évoqué et constitue un grand souci.
HS/A22

Finlande – Suède

Le finnois dépassé par l’arabe en Suède
Hufvudstadsbladet relève que l’arabe a dépassé le finnois en Suède au niveau du nombre de locuteurs.
HBL/16

Politique intérieure

Gouvernement

Analyse : « Ménage à trois »
Jukka Akkanen, éditorialiste du Helsingin Sanomat, estime que le gouvernement avait souhaité montré, lors de sa création, l’image de l’unité entre trois partis. Les chefs de ces partis se présentaient comme les personnages de Walt Disney, les neveux de Donald, Riri, Fifi et Loulou. Depuis, ils ne cessent de se disputer, comme en témoignent les joutes sur la libéralisation des taxis.
Le précédent gouvernement, formé par M. Katainen, avait montré qu’il est bien difficile de prendre des décisions dans une coalition àsix partis. Mais à trois non plus cela ne semble pas facile. Si deux s’entendent entre eux, c’est souvent sur le dos du troisième.
Plutôt que de les comparer à Riri, Fifi et Loulou, M. Akanen estime que le gouvernement fait plutôt penser aujourd’hui au célèbre Western, Le bon, la brute et le truand. Désormais ils s’épient la main sur le pistolet. Qui perdra son calme le premier ?
HS

Le gouvernement obtient une mauvaise note des électeurs
Turun Sanomat rapporte que selon le résultat d’un baromètre sur les partis politiques, effectué par l’institut TNS Gallup, les Finlandais donnent une mauvaise note au gouvernement et aussi à l’opposition. La popularité du gouvernement est au même niveau que celle du gouvernement précédent, celui de M. Stubb, à l’automne 2014.
Environ 20 % seulement estiment que le gouvernement a bien ou assez bien réussi dans son travail, tandis que 69 % sont mécontents ou très mécontents. Au sondage effectué en octobre dernier, 36 % étaient encore satisfaits et 56 % mécontents.
Parmi les partis au gouvernement, les électeurs des Vrais Finlandais sont particulièrement mécontents : 21 % sont satisfait et 73 % mécontents.
La note accordée à l’opposition n’est pas beaucoup meilleure : 66 % des personnes interrogées sont assez ou très mécontentes. Le nombre de satisfaits de l’opposition a pourtant augmenté de 4 % par rapport à octobre dernier.
L’Alliance verte obtient la meilleure note (41 % de personnes satisfaites), le PSD et le Centre obtiennent 38 %. 21 % seulement sont satisfaits des Vrais Finlandais.
TS/12.

Economie

Editorial : « Les ménages de plus en plus endettés » HS
Helsingin Sanomat relève que, selon les douanes, les exportations ne cessent de baisser depuis longtemps. Néanmoins, l’économie ne se rétracte pas d’autant. Ce sont les ménages et la demande intérieure qui continuent donc à maintenir l’économie. Cet héroïsme ne se fait pas sans dommages : l’endettement des manges ne cesse de croître. Il atteignait 137,7 milliards d’euros l’année dernière.
De même les difficultés de paiement augmentent. L’éditorialiste rapporte même qu’il n’est plus rare de trouver des personnes qui ont des crédits à la consommation pour 70 000 euros. Le nombre de Finlandais qui figurent sur le fichier des incidents de remboursement au crédit des particuliers atteint désormais 371 800 personnes. Quant aux procédures de rétablissement personnel, elles ont augmenté de 12% sur les trois premiers mois de l’année.
HS

Finances publiques

Garanties de l’Etat
Selon un rapport publié par le ministère des Finances, l’Etat a accordé des garanties à hauteur de 49 milliards d’euros concernant les exportations, les prêts immobiliers, etc. C’est 8 milliards de plus qu’il y a deux ans.
M. Yläoutinen, directeur du ministère estime que l’augmentation rapide des garanties de l’Etat donne raison à une certaine inquiétude sur les risques accrus pris pesant sur les finances publiques.
HS/A27

Défense

Le ministère de la défense compte obliger les soldats de métier à accepter des missions à l’étranger
Helsingin Sanomat relève que le ministère de la défense propose que l’armée puisse obliger les soldats finlandais de participer aux combats à l’extérieur des frontières finlandaises.
Les syndicats des militaires finlandais s’y oppose et souligne qu’il faut envoyer uniquement des volontaires à l’étranger.
Selon Petteri Leino, conseiller du ministre de la défense Jussi Niinistö, les missions à l’étranger font partie des devoirs de fonction. « Tout le monde comprend que pour que l’Etat puisse remplir ses obligations, le système ne peut pas être basé sur le volontariat. »
Le gouvernement doit présenter son projet de loi sur l’assistance militaire à l’étranger au Parlement début mai.
HS/A13

Santé

Les médecins passent beaucoup de temps devant les écrans d’ordinateurs
Selon Helsingin Sanomat, à la lumière d’un sondage récent auprès de 5 700 médecins et infirmiers, près d’un tiers des médecins passent plus de six heures lors de leur tour de service devant l’écran en train d’enregistrer les informations des patients dans plusieurs systèmes d’informations. Près de la moitié des infirmiers disent passer plus de quatre heures par jours de travail devant l’ordinateur. Le quotidien note que le taux de participation au sondage a été de 9,2 %.
Selon les experts, le problème essentiel est que les médecins doivent utiliser plusieurs systèmes informatiques qui fonctionnent mal. Certaines personnes ayant répondu au sondage disent que les médecins sont devenus des secrétaires qui coutent cher.
HS/A13

Poste

Les facteurs vont tondre les pelouses
Helsingin Sanomat relève que la direction de la Poste a annoncé jeudi que les facteurs commenceraient à offrir leurs services pour tondre la pelouse, en raison du déclin du courrier.
A partir de cet été, les personnes privées pourront commander, en ligne, les services de tonte de jardins. Ce service fonctionnera seulement le mardi, jour où il y a le moins de courrier à distribuer, de la mi-mai à la fin août.
HS/A17

France - Finlande

Gastronomie

Grand Champagne
Kauppalehti présente le salon Grand Champagne qui se tient à Helsinki jusqu’à demain. Le quotidien cite parmi les orateurs des master class de ce salon Olivier Krug, de la maison du même nom, Cyril Brun de Charles Heidsieck, Clovis Taittinger et Emmanuel Lassaigne.
Plus de vingt français sont présents pour présenter plus de 200 champagnes de plus de 60 marques.
Pour cette occasion, les magasins Alko du centre ville ont élargi leur offre à une cinquantaine de champagnes.
« Cet événement est devenu le second salon du champagne après celui de New York », déclare Taru From de Ceesta Oy qui co-organise l’événement.
KL

Automobile

La nouvelle DS
Kauppalehti présente la nouvelle DS de Citroën et son concessionnaire finlandais, le réseau Auto-Bon, filiale de Veho qui importe les véhicules de PSA.
KL

France

Aviation

Un drone frôle un avion à Paris
Helsingin Sanomat rapporte que l’on a su hier qu’un drone avait frôlé un avion au-dessus de Paris.
Ce n’est pas la première fois que ce genre d’incident arrive.
On estime qu’il y aurait environ 200 000 drones utilisés à des fins civiles en France.
HS

Jeudi 21 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Migrants

En février, 176 retours volontaires de demandeurs d’asile
Selon l’Office national de l’immigration, un nombre record de demandeurs d’asile sont rentrés dans leur pays volontairement en ce début d’année. Depuis neuf mois, 871 personnes sont rentrées dans leurs pays.
En février il y en avait 176, en mars 173. Il s’est surtout agi d’Irakiens, l’Albanais et d’Afghans.
Il s’agit de personnes ayant obtenu un soutien financier pour le voyage, qui dans 80 % des cas s’est élevé à 200 euros en plus du billet de retour.
L’année dernière, la Finlande a accordé un asile ou un permis de séjour à 1795 personnes sur la base de la protection.
HS/A10

Propos de M. Orpo à la veille de la réunion des ministres de l’Intérieur
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime que le système actuel d’asile devrait être revu. « Pour la Finlande, il serait bien de pouvoir mettre en oeuvre le système des transferts internes en cas de crise, lorsque le nombre d’arrivants met en danger l’application du traité de Dublin dans un Etat membre et engendre une perturbation sérieuse à l’ensemble de l’UE. Tous les Etats membres devraient participer aux transferts internes », selon lui.
La Finlande souhaiterait un système qui définisse explicitement l’Etat en charge de l’étude d’un dossier de demande d’asile. La Finlande souhaite également que l’on arrive à rétablir la maîtrise des frontières extérieures et faire fonctionner les renvois avec des pays tiers.
La Finlande souligne l’importance d’enregistrer les arrivants et de distinguer rapidement ceux qui ont réellement besoin de protection, les autres devant être renvoyés dans leurs pays d’origine ou de transit.
La cour administrative suprême a donné un jugement concernant les renvois en Hongrie. Les lacunes dans le système d’asile de la Hongrie font que des demandeurs d’asile ne pourront pas y être renvoyés au titre du traité de Dublin.
HS/A10, HBL/10,14

Déclarations de M. Sipilä
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, le Premier ministre déclare qu’il faudra probablement un accord sur les réfugiés entre les pays d’Afrique du Nord et l’UE. En effet, suite à l’accord entre l’UE et la Turquie, la pression migratoire est désormais passée vers la Libye. « On en a beaucoup parlé au conseil européen et il faut maintenant se concentrer sur cela. La situation est délicate car il n’y a pas de gouvernement qui fonctionne actuellement en Libye », dit-il.
M. Sipilä défend l’accord entre l’UE et la Turquie. « Il y a des problèmes inhérents à cet accord, comme dans toutes les solutions à des questions sensibles. Mais je pense qu’il se concentre sur les bonnes choses. Les frontières sont contrôlées, on arrive à acheminer l’aide au plus près des zones de crise et on laisse aux personnes l’espoir de retourner un jour chez eux. On accueille aussi de manière ordonnées des réfugiés venant de ces camps ».
M. Sipilä estime que l’erreur de l’UE était de ne pas être capable d’aider les réfugiés de Syrie réfugiés dans les pays voisins. L’aide européenne devrait permettre d’y remédier.
M. Sipilä pense que le quota convenu entre l’UE et la Turquie, portant sur 72 000 réfugiés, est suffisant. S’il faut le relever, il faudra que tous les Etats membres y participent. « Dans les couloirs de Bruxelles on parle déjà de retirer les fonds aux pays qui ne participent pas au partage du fardeau. Ceux qui ne veulent pas être solidaires doivent d’une manière ou d’une autre apporter leur part ».
M. Sipilä défend aussi l’accord frontalier bilatéral avec la Russie. « Je pense que c’était un bon processus susceptible de renforcer la confiance avec notre voisin. Nous avons covenu ensemble que l’immigration clandestine de Russie ver slma Finlande n’était de l’intérêt de personne ».
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Déclarations de M. Sipilä
Un an après sa victoire aux élections législatives, M. Juha Sipilä accorde une grande interview au Helsingin Sanomat. Il y exprime sa satisfaction sur les résultats obtenus jusqu’à présent par le gouvernement.
« Cela a été une année très dure pour le gouvernement et les ministres car nous faisons face à une tâche immense. Je suis satisfait et fier de chacun de mes ministres car nous avons pu prendre des décisions en dépit de la pression très forte ».
M. Sipilä déclare que le gouvernement s’était donné pour mission de prendre toutes les grandes décisions durant la première année. Selon lui, il ne manque plus que de définir le modèle sur la liberté de choix en matière de services sociaux et de santé. Cela devrait intervenir avant l’été.
M. Sipilä critique l’opposition qui, selon lui, ne propose pas d’alternatives. Il défend la filialisation des infrastructures ou des services sociaux. Selon lui, cela ne veut pas dire que ces services seront privatisés. « Nous avons besoin de monopoles d’Etat. Il ne nous viendrait pas à l’esprit de privatiser les routes ou les voies ferrées. Je suis convaincu que cela doit rester la propriété de l’Etat ».
M. Sipilä estime qu’un déblocage mental est intervenu depuis un an en Finlande. « Les gens attendaient du gouvernement qu’il prenne des décisions et aujourd’hui, ils ressentent que ces décisions ont été prises ».
Selon M. Sipilä, la Finlande était plongée dans l’apathie. En effet, après l’ivresse des années de croissance, la Finlande était tombée dans l’arrogance. « Nous nous prenions pour un exemple et nous comportions comme un miracle économique alors que tout cela ne tenait presque qu’à une carte », dit-il.
Après cette période d’arrogance, la Finlande est tombée dans l’apathie. Il estime que pour en sortir et revenir vers une période d’innovation, il faudra faire preuve de beaucoup de détermination. C’est ce qu’il est en train de se passer, selon lui.
M. Sipilä déclare que l’objectif de son gouvernement est de retrouver l’équilibre budgétaire en 2021 et, conformément aux décisions prises et aux prévisions économiques, cela devrait se réaliser.
L’autre objectif est de hausser le taux d’emploi à 72%. Selon le rythme actuel, le taux devrait être de 69,4% à la fin de la législature. « Grâce au pacte social on devrait gagner un point de plus. Et nous avons annoncé de nouvelles mesures », fait remarquer M. Sipilä qui souligne que le gouvernement fera tout son possible pour atteindre son objectif d’emploi.
M. Sipilä reconnaît que le sort de son pacte social ou pacte de compétitivité n’est pas scellé.
Helsingin Sanomat relève que M. Sipilä a voulu d’importantes réformes structurelles, comme les accords d’entreprises mais que les résultats sont bien maigres comparés aux objectifs.
M. Sipilä estime que le gouvernement n’avait pas d’autre choix en la matière que de faire confiance aux partenaires sociaux. « Nous n’avons pas d’outil pour pouvoir modifier unilatéralement le système des conventions collectives. On ne peut pas le faire par la voie législative, il faut le faire par la négociation. On a fait un pas dans le bon sens et je pense que l’on pourra aller encore plus loin sur les accords d’entreprises ».
M. Sipilä se dit satisfait que le gouvernement ait pu décider, lors des réunions de cadrage budgétaire pluriannuel, de coupes supplémentaires de 400 millions d’euros.
« Les décisions délicates ont été faites et nous pouvons nous concentrer sur leur mise en œuvre et sur l’emploi. Les coupes budgétaires et les économies sont des décisions douloureuses et l’on ne peut alors pas penser à autre chose. C’est pourquoi il était important de les faire le plus rapidement possible ».
HS

Pacte de compétitivité

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte d’un grand nombre de syndicats qui ont des réserves concernant les propositions du gouvernement liées ou non au pacte de compétitivité. Ainsi, il y a de fortes chances que les négociations n’aboutissent pas.
L’éditorialiste estime que c’est une mauvaise politique de la part du gouvernement que de donner aux salariés une raison « ou une excuse » de menacer de faire tomber le pacte. Il estime que les acteurs du marché de travail ne devraient pas non plus fixer d’exigences trop strictes, car il pourra s’avérer difficile d’y faire des concessions.
HS/A5

Tarifs de crèches

Le gouvernement cherche des recettes de 54 millions d’euros par des augmentations de tarifs
Le gouvernement a présenté au Parlement sa proposition sur l’augmentation des tarifs de garde d’enfant. Les augmentations devraient résulter en des recettes de 54 millions d’euros par an pour les communes.
Le tarif le plus élevé serait de 354 euros par mois contre 290 euros actuellement, ce qui correspond à une augmentation de 22 %.
Le tarif concernant les parents seul aux bas salaires serait diminué quelque peu.
La proposition a été ardemment critiquée et l’opposition a souhaité voir une évaluation de l’impact sur l’emploi de cette mesure.
Les voix critiques craignent que les augmentations encouragent les parents et en particulier les mères à rester au foyer.
HS/A12

Ecole

La popularité des sciences a chuté
Yle rapporte que selon le professeur Jouni Pursiainen de l’université d’Oulu, le nombre de lycéens qui choisissent le cursus long en mathématiques et les études de physique ou de chimie continue à diminuer.
Selon M. Pursiainen, « le problème est que les lycéens doivent faire leur choix en première année du lycée. On peut dire que les élèves de 15 ou 16 ans font des décisions qui concernent toute notre vie économique ».
M. Pursiainen souligne l’importance du cursus long en mathématiques pour les études universitaires, notamment les études scientifiques, techniques, commerciales, forestières et de médecine.
Le plus il y a de matières à option au lycée le moins il y a d’élèves qui choisissent les mathématiques, la physique ou la chimie.
Yle

La ministre de l’éducation défend les matières à option
Selon Yle, la ministre de l’éducation Sanni Grahn-Laasonen défend les matières à option au lycée.
Elle admet qu’il y a un souci concernant la chute de ceux qui choisissent le cursus long en mathématiques ou les sciences mais souligne que rendre obligatoire ces matières ne peut pas résoudre le problème. Elle souligne aussi l’importance des méthodes d’enseignement.
Yle

France – Finlande

Orchestre de la ville d’Helsinki

Programmation française sous la direction de Susanna Mälkki : « De Berlioz à Boulez, de Debussy à Dutilleux et de Murail à Messiaen »
Hufvudstadsbladet publie un grand article présentant la programmation de l’Orchestre municipal d’Helsinki, très française sous la direction de Susanna Mälkki qui prendra ses fonctions comme chef d’orchestre à l’automne.
HBL/, HS/B3

Mercredi 20 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Climat – Traité de Paris

M. Tiilikainen se rendra à New York
Le traité climatique de Paris sera signé à New York, vendredi. C’est M. Tiilikainen, ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, qui le signera pour le compte de la Finlande.
HBL/6

Conseil nordique

Mme Berner a représenté la Finlande au conseil nordique
La ministre des Transports et des Communications chargée de la coopération nordique, a participé à la réunion du Conseil nordique à Oslo. Les contrôles frontaliers exceptionnellement mis en place entre pays nordiques ont été évoqués. Les ministres ont été d’accord sur le fait qu’il faut les lever le plus rapidement possible, mais que cela dépendra du contrôle européen sur les frontières extérieures et du nombre de demandeurs d’asile arrivant en Europe.
Mme Berner constate qu’il s’agit de promouvoir la libre-circulation qui est une valeur fondamentale pour les pays nordiques. Le nombre de demandeurs se dirigeant vers les pays nordiques a diminué, mais Mme Berner rappelle qu’il est difficile de savoir si la situation actuelle va continuer. Il faut pouvoir constater une période plus longue de stabilisation, selon elle.
HBL/14

UNRWA

Le directeur général de l’UNRWA en Finlande
Turun Sanomat rapporte que le directeur général de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, UNRWA, Pierre Krähenbühl, a effectué mardi une visite en Finlande à l’invitation de la ministre du commerce extérieur et du développement Lenita Toivakka.
M. Krähenbühl a également eu un entretien avec le ministre des affaires étrangères Timo Soini. Il a participé à la réunion de la commission des affaires étrangères du Parlement et a rencontré des députés et des représentants des organisations non gouvernementales.
Les entretiens ont porté sur la situation des réfugiés palestiniens dans les territoires palestiniens, en Syrie et dans les pays limitrophes.
Selon M. Krähenbühl, seuls quelques milliers de Palestiniens sont venus en Europe jusqu’à présent, partiellement en raison de l’aide accordée par l’UNRWA qui les incite à rester sur place. Il est toutefois possible qu’à l’avenir les réfugiés palestiniens se dirigent de plus en plus vers l’Europe.
En 2015, l’aide finlandaise à l’UNRWA s’est élevé à 5,5 millions d’euros, dont un million spécialement à Gaza.
TS/10

Défense

La Finlande participe aux manœuvres aériennes en Estonie
Helsingin Sanomat relève que deux avions de chasse de l’armée de l’air finlandaise participent actuellement en Estonie aux manœuvres aériennes de l’OTAN, Ramstein Alloy 1, à Ämari en Estonie. L’armée de l’air suédoise y participe également.
HS/A24

Politique intérieure

Transports

Mme Berner veut démanteler VR
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des transports Anne Berner veut démanteler VR, la société des chemins de fer de l’Etat finlandais. La ministre souhaite transférer le matériel roulant – les wagons et locomotives – dans une entreprise séparée.
Selon les informations du quotidien, le projet a avancé rapidement.
La libération du trafic sur rail est un des objectifs du Premier ministre Juha Sipilä et de la ministre des transports Berner. Cela nécessiterait en pratique que VR loue ses locomotives et wagons à l’usage des concurrents, vu l’écartement des rails finlandais qui n’est pas le même qu’en Europe.
Le transport des marchandises a déjà été libéré en 2007 mais il n’y a pratiquement pas de concurrence. Le transport des passagers devrait être libéralisé l’année prochaine, selon HS.
Mme Berner n’a aucunement commenté l’affaire. Selon le Premier ministre Sipilä, la question n’a pas encore été étudiée au gouvernement.
M. Sipilä souligne que le gouvernement s’est mis d’accord, lors des négociations sur le cadre budgétaire, sur l’étude des réformes de l’infrastructure des routes. Il ne s’agit pas de décisions du gouvernement.
Selon le Premier ministre, il soutient Mme Berner « à 110 % ».
HS/A8

Assurance chômage

Le syndicat Pro rejette l’idée d’une démonstration de compétences gratuite
Le syndicat Pro menace de se retirer des négociations des conventions collectives et donc du pacte de compétitivité si le gouvernement réalise sa proposition sur une « démonstration de compétences » gratuite pour faire preuve de ses compétences en travaillant sans être payé durant six mois.
Le ministre de l’Emploi, M. Lindström (Vrais Finlandais), souhaite que l’on puisse développer l’idée d’une démonstration de compétences en un modèle acceptable pour tout le monde. Il insiste sur le fait qu’il n’envisage pas d’en faire un modèle de travail forcé sans rémunération, mais qu’il s’agit de s’efforcer d’établir un nouveau moyen de chercher un travail permanent. « Il peut donc s’agir d’un essai d’un jour ou d’une semaine. Il est tout à fait inutile de craindre qu’il s’agisse de travail forcé. »
Pro proteste également le projet d’obligation d’accepter un travail dont la rémunération serait inférieure à l’allocation chômage.
Helsingin Sanomat estime que le retrait de Pro ferait probablement tomber le pacte de compétitivité. Pro se charge des négociations concernant 60 conventions collectives sur les 300 environ actuellement en renégociations.
Pro, qui a environ 100 000 membres dont 10 000 membres chômeurs, regrette que le gouvernement présente de telles détériorations en plein milieu des négociations sur le pacte de compétitivité. « Par manque de jugement, ou consciemment, le gouvernement de M. Sipilä empoisonne l’atmosphère et la volonté de négociation », regrette M. Malinen, président de Pro.
HS/A10

Revenu minimum

Les communes satisfaites du transfert des décisions des communes à Kela
Keskisuomalainen relève que, selon le baromètre des affaires sociales, la plupart des responsables des affaires sociales et de la santé dans les communes sont satisfaits du transfert des décisions d’accorder le revenu minimum des communes à Kela, caisse nationale d’assurances sociales.
Une partie des personnes interrogées s’inquiètent de la capacité de Kela à prendre des décisions rapides.
Helsingin Sanomat note qu’à l’heure actuelle, des dizaines de milliers de personnes qui pourraient prétendre à ce revenu ne le demandent pas. S’il était accordé par Kela, il est possible que plus de personnes qui y ont droit le demandent et l’obtiennent.
KS/24

Protection des animaux

Des carences dans la plupart des abattoirs
Helsingin Sanomat rapporte que l’Office national de la sécurité alimentaire Evira et les autorités régionales, ainsi que le groupe S, ont inspecté 16 abattoirs, les plus grands en Finlande.
Le résultat des inspections est qu’il y a des carences dans près de deux tiers des abattoirs. Des problèmes qui concernent directement le bien-être des animaux ont été constatés dans deux abattoirs.
HS/A9

Grande distribution

Le norvégien XXL se développe
Helsingin Sanomat rapporte que la vente des chaines de distribution est en pleine expansion en Finlande : en 2015, les ventes ont augmenté de 9,7% pour l’électroménager et de 9,1% pour les articles de sport.
Le norvégien XXL connaît une progression impressionnante dans le domaine des articles de sport : ses ventes sont passées de 35 millions d’euros en 2014 à 92 millions en 2015. Le groupe qui a huit magasins envisage d’en ouvrir cinq autres.
Le groupe vient aussi de racheter la chaîne d’électroménager Expert qui va devenir Power.
HS

France

Nuit debout

« Crise de la démocratie en France » HBL
Hufvudstadsbladet publie un article de Gunn Gestrin sur les manifestations qui continuent sur la Place de la République à Paris depuis un mois.
HBL/23

Mardi 19 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Migrants

Une centaine d’arrivants par semaine
Les Afghans, Irakiens et Syriens sont les plus représentés parmi les demandeurs d’asile qui arrivent en Finlande actuellement. Les chiffres concernant les arrivants sont plutôt stables depuis sept semaines : ils varient entre 57 et 109 personnes par semaine. Depuis le 1er janvier et jusqu’au 17 avril, 2424 demandeurs d’asile sont arrivés cette année.
Les Afghans et les Irakiens se comptent en quelques centaines, alors qu’il y a eu entre 100 et 200 Syriens, Indiens et Somaliens.
HS/A9

Libye
La Finlande soutient la préparation européenne d’une opération de gestion de crise civile en Libye. La Finlande a envoyé des officiers pour l’opération militaire qui se déroule dans les eaux internationales devant la Libye.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, estime qu’il faudrait arriver à mettre en place un accord entre l’UE et la Libye, à l’instar de celui entre l’UE et la Turquie. Pour la dispersion politique du pays, ceci n’est pas réaliste à l’heure actuelle. M. Soini estime que ce qui n’est pas réaliste c’est de laisser le flux migratoire détruire la libre-circulation en Europe. L’Europe ne supporterait pas un flux tel que l’on a connu dans les Balkans, l’espace Schengen ne s’en relèverait pas, selon lui.
AL/A17

Nord Stream 2

Plusieurs pays s’opposent au projet d’un nouveau gazoduc
Helsingin Sanomat rapporte que le projet de construction de gazoduc Nord Stream 2 échauffe les esprits dans plusieurs pays européens, de même qu’avec le gazoduc Nord Stream 1, mis en œuvre en 2011.
Le quotidien note que l’Allemagne et la chancelière fédérale Mme Merkel, qui ont mené activement les sanctions contre la Russie, défendent le projet. Selon Mme Merkel, il s’agit d’affaires commerciales qui sont gérées par des entreprises.
L’ancien Premier ministre finlandais Paavo Lipponen, consultant du gazoduc (comme l’ancien chancelier fédéral allemand Gerhard Schröder) a répondu à des questions de HS. Il note que « en ce qui concerne l’Union européenne, l’affaire sera décidée par des critères juridiques, parce que le projet est commercial et non politique ».
Selon les informations d’HS, la Commission européenne n’est pas unanime quant au projet de gazoduc.
HS/A22

Nickel

Le prix du nickel augmente plus lentement que prévu
Helsingin Sanomat relève que selon les estimations récentes, le prix du nickel augmentera beaucoup plus lentement que prévu.
Parmi les entreprises finlandaises, le bas prix du nickel gêne surtout Outokumpu et Terrafame (anciennement Talvivaara).
Selon les estimations de Citigroup, il y encore plus d’un million de tonnes de nickel en stock en ce moment.
HS/A29

Politique intérieure

Transports

Mme Berner a présenté ses projets
Helsingin Sanomat rapporte que sous la direction du ministre des transports Anne Berner, le ministère des transports a l’intention de bouleverser les transports en Finlande.
L’intention du ministère est de séparer les routes et leur usage. Une entreprise de l’Etat possèderait les routes et les utilisateurs payeraient pour l’usage.
Le ministère ne veut pas seulement faire une réforme du financement mais l’intention est de créer de nouveaux services.
Jusqu’à présent, les routes ont été de la propriété commune financée par les impôts. Tout le monde a pu utiliser les routes sans rien payer. Cela est plutôt rare en Europe où on doit souvent payer pour l’usage des autoroutes.
Mme Berner souhaite aller encore plus loin et constituer une société de l’Etat, séparée du budget de l’Etat, qui achèterait les routes et les chemins de fer.
HS/A6-7

La proposition de Mme Berner sur les taxis a été rejetée
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des transports Anne Berner propose une libéralisation des permis de taxis. Mme Berner a préparé la réforme et l’a envoyée en consultation tout en sachant que le gouvernement n’est pas unanime à ce sujet.
Les Vrais Finlandais s’opposent fermement au projet de Mme Berner. Le ministre des affaires étrangères Timo Soini, président du parti, a commenté immédiatement « qu’il ne s’agissait pas de la position du gouvernement mais du ministre des transports ». Selon M. Soini, « les permis de taxis ne seront pas libéralisés ».
Le président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais Sampo Terho souligne que le gouvernement s’est mis d’accord seulement sur une étude. « Une décision aussi importante ne peut pas être réalisée sans qu’elle soit inscrite dans le programme du gouvernement. Une telle réforme nécessite aussi un mandat du peuple exprimé lors des élections. »
Matti Vanhanen, président du groupe parlementaire du Centre, confirme qu’une décision sur l’étude de ce projet a été prise lors des négociations sur le cadre budgétaire.
HS/A8

Chômage

Restrictions prévues par le gouvernement
Le gouvernement a présenté, hier, un paquet de propositions pour diminuer le chômage et les dépenses publiques. Les propositions visent les allocations chômage, dont les critères seraient durcis et le champ d’application élargi. Le ministère de l’Emploi et de l’Economie espère que ces mesures permettront de diminuer le chômage de 15 000 personnes par an. M. Lindström, ministre de la Justice et de l’Economie, note que ces mesures rapprocheraient la Finlande des systèmes en vigueur en Suède et au Danemark.
Une personne au chômage devrait désormais accepter un travail à plein temps même si le salaire serait inférieur à ses indemnités chômage. S’il n’y a pas d’emploi correspondant aux qualifications de l’intéressé, il devrait accepter du travail en dehors de ses compétences. Chaque cas serait toutefois évalué individuellement.
Refuser un emploi engendrerait une carence de 90 jours concernant les indemnités par rapport à 60 jours actuellement.
Le gouvernement encourage également à accepter un travail plus loin qu’actuellement, pourvu que des transports publics soient disponibles. Il n’est pas prévu d’imposer l’achat d’une voiture, mais, dans le cas où la personne a déjà accès à une voiture, son usage est recommandé.
Pour un temps plein, un trajet de trois heures par jour au maximum serait le plafond, et pour un temps partiel, un trajet de deux heures.
Les immigrés concernés par les programmes d’intégration devraient participer aux formations prévues.
Le gouvernement propose d’étendre l’usage des indemnités chômage de façon à permettre leur utilisation pour des mesures favorisant l’emploi ou même comme une partie du salaire.
Il n’est pas prévu d’allouer de nouveaux crédits pour la gestion du chômage.
La proposition d’une « démonstration » gratuite pour faire preuve de ses compétences en travaillant sans être payé durant six mois, beaucoup critiquée, n’a pas été évoquée, hier.
Ces propositions sont censées entrer en vigueur début 2017 pour une durée de deux ans. Elles ont été remises pour avis, hier.
HS/A9

Le ministère ne pense pas que l’impact sur l’emploi sera considérable
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie estime que les propositions du gouvernement diminueront les frais engendrés par l’assurance chômage et amélioreront l’accessibilité de la main d’œuvre. L’impact sera toutefois modeste, selon le ministère.
KL/A8

Familles

Droit de visite pour les grands-parents
Le ministère de la Justice qui est en train de revoir la législation concernant la charge d’enfant envisage de renforcer le droit de visite des grands-parents. Actuellement, en cas de séparation, le droit de visite de l’enfant ne concerne que les parents.
Il est également question de réfléchir à la possibilité d’accorder deux domiciles à un enfant qui réside chez un de ses parents à deux adresses différentes. La question de deux domiciles concerne de 11 à 13 % des enfants de parents séparés.
HS/A10

Société – adolescents

La moitié des décrocheurs s’en sortent bien
Des milliers de jeunes terminent le collège tous les ans sans être admis dans un établissement pour continuer leurs études. M. Tero Järvinen, professeur à l’Université de Turku ayant étudié ces décrocheurs note que la moitié d’entre eux s’en sortent bien et finissent par intégrer la vie professionnelle.
L’autre moitié risque toutefois d’être exclue de la société. Helsingin Sanomat rend compte d’une formation d’orientation spécifiquement destinée à des décrocheurs que propose Omnia, l’école supérieure professionnelle d’Espoo.
Pour M. Järvinen, le risque d’exclusion de ces jeunes ne sevrait pas être considéré comme un problème individuel mais plutôt comme un problème au niveau de la société. Il faudrait prévoir des mesures de soutien aux jeunes avant même que la motivation pour les études chute. A la fin du collège, il est souvent déjà trop tard.
HS/A11

France – Finlande

Festival d’Helsinki

Rétrospective Niki de Saint Phalle
Hufvudstadsbladet qui présente la programmation du Festival de Helsinki cette année, annonce l’exposition de Niki de Saint Phalle qui aura lieu à Taidehalli.
HBL/21

Lundi 18 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Etats-Unis

M. Rehn à Washington
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de l’économie Olli Rehn a effectué une visite vendredi à Washington où il a eu un entretien avec le ministre de l’énergie Ernest Moniz et a fait une conférence à l’institut Peterson.
Selon M. Rehn, l’Europe doit faire des réformes économiques au lieu d’attendre la mise en œuvre des réformes politiques. « Si nous devons attendre une union politique avant de pouvoir faire des réformes nécessaires dans l’économie et les institutions dans la zone euro, l’euro aura le temps de mourir. L’argument selon lequel une union politique est une condition pour les réformes de la zone euro est un prétexte », selon M. Rehn.
Au lieu de faire des réformes rapides après la crise économique de 2008 comme aux Etats-Unis, les pays membres de l’Union européenne ont voulu protégé leurs propres banques au nom du « nationalisme financier ». La Banque centrale européenne n’a pas les mêmes pouvoirs que la Banque centrale américaine Fed, souligne M. Rehn.
« Au lieu d’attendre, l’Europe doit rechercher les solution de bon sens », selon M. Rehn. Un des exemples est l’union bancaire qui veille sur le fonctionnement des banques. La Banque centrale européenne devrait prendre des mesures contre la déflation. Les pays membres devraient mettre en œuvre des réformes structurelles, comme les réformes finlandaises sur la retraite, le marché du travail et les services sociaux et de santé. L’Allemagne devrait accélérer la demande intérieure, ce qui serait utile pour toute l’Europe.
La presse américaine donne une image sinistre de l’Europe. M. Rehn a donné un message apaisant aux Américains. « Il n’est pas encore le temps de déclarer que l’Europe est morte. Nous nous sommes engagés à gérer les crises, une par une. »
HS/sam/A10

Visite de M. Stubb
Aamulehti relève que le ministre des finances Alexander Stubb a participé vendredi à des réunions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international à Washington.
M. Stubb déplore la politique actuelle d’isolationnisme des Etats-Unis. « L’accord TTIP serait utile pour tous, il augmenterait la croissance, l’emploi et le commerce. »
Selon M. Stubb, les politiciens américains lui posent souvent des questions sur l’éventuelle adhésion finlandaise à l’OTAN. « Je crois que les portes de l’OTAN sont ouvertes pour la Finlande. »
M. Stubb a rencontré à Washington le commissaire européen Pierre Moscovici qui a été satisfait de la lettre que lui a envoyée M. Stubb concernant l’économie finlandaise.
M. Stubb estime que les Panama papers vont accélérer l’étude du paquet fiscal à la Commission européenne.
AL/sam/A17

Migration – soupçon de trafic de personnes

150 personnes auraient été introduites en Finlande en contrebande
Le corps de gardes-frontières soupçonne qu’une organisation criminelle composée de plus de dix personnes a fait passer en Finlande plus de 150 personnes en contrebande durant l’été 2015.
Six personnes ont été interrogées dans l’affaire, trois sont détenues. Les détenus résident en Autriche et en Suède.
Depuis l’année dernière, les tentatives de contrebande de personnes ont considérablement augmenté. En janvier-mars, les gardes-frontières ont effectué 184 enquêtes préliminaires concernant l’organisation d’entrée clandestine. En 2015, 199 enquêtes ont été menées, et en 2014, 103.
HS/sam/A21

Cliniques pour les sans papiers
Keskisuomalainen rend compte de l’ouverture, à Tampere, d’une cinquième clinique prévue pour les sans papiers.
La clinique d’Helsinki, créée en 2011, soigne des centaines de patients par an. Le nombre de sans papiers est estimé à quelques milliers. Outre Helsinki et Tampere, il y a des Global Clinic à Joensuu, Oulu et Turku.
Les cliniques fonctionnent sur la base du bénévolat. Des médicaments et du matériel sont achetés avec l’argent qui vient de dons.
KS/lun/10

Etablissement en Finlande d’entreprises étrangères

Environ 200 groupes ont créé 2000 emplois dans la région d’Helsinki
Selon Helsinki Business Hub, groupe qui promeut l’installation des entreprises étrangères, 197 groupes étrangers ont investi dans la région d’Helsinki en 2015, contre 154 en 2014. Ils ont créé près de 2000 emplois.
Helsinki Business Hub estime que les professionnels du domaine des TIC licenciés de chez Nokia, ainsi que les bonnes liaisons aériennes vers l’Asie intéressent les entreprises.
31 % de ces entreprises sont suédoises, et 16 % américaines.
Selon Invest in Finland, au total 265 entreprises en possession étrangère ont fait des investissements en Finlande en 2015.
HS/sam/A32

Fiscalité

Les retraités européens cherchent l’exemption d’impôts au Portugal
Selon la presse portugaise, depuis 2009, presque 8000 personnes de différentes nationalités ont demandé un statut de retraité au Portugal leur permettant l’exemption d’impôts.
Ce statut a été accordé à 257 Finlandais de 2009 en 2014. Il s’agit principalement de retraités. Les Français sont les plus actifs à demander ce statut, suivis des Suédois. La Finlande ne se situe pas loin de ces pays.
HS/lun/A29

Politique intérieure

Vrais Finlandais

Litiges au sein des conseillers municipaux
Keskisuomalainen rapporte que depuis les élections municipales de 2012, au moins 90 conseillers municipaux des Vrais Finlandais ont quitté ou ont été exclus, soit près de 8 % sur les environ 1 200 conseillers municipaux du parti.
Le président du parti Timo Soini ne tente pas d’enjoliver la situation. « Le parti a agrandi vite et il y a aussi des gens qui ne se ont pas engagés dans l’idéologie des Vrais Finlandais. »
Aux élections municipales de 2012, le parti a gagné 750 sièges de plus. Les problèmes ont toutefois commencé peu après les élections. Il y a eu des litiges à l’intérieur des groupes des Vrais Finlandais. Il y a aussi eu ceux qui ont été déçus de la politique du parti.
Il y a eu le plus de problèmes à Hattula, Mäntsälä et Tampere et surtout à Kouvola où six conseillers municipaux sur onze ont quitté le groupe.
Selon M. Soini, les litiges sont le plus souvent liés à la distribution des sièges dans les organes municipaux.
La direction du parti a aussi mis quelques conseillers municipaux à la porte pour racisme et manque de confiance.
La plupart de ceux qui ont quitté les groupes des Vrais Finlandais dans les conseils municipaux ont créé leurs propres groupes. Une dizaine sont passés au Centre et quelques-uns au Kokoomus ou au PSD.
KS/lun/11

Elections présidentielles

Trois présidents des partis disent non à une candidature présidentielle
Selon Turun Sanomat, trois présidents des partis politiques représentés au Parlement ont déjà dit non à la candidature présidentielle de leur parti en 2018 : Juha Sipilä (Centre), Timo Soini (Vrais Finlandais) et Antti Rinne (PSD).
Le politologue Markku Jokisipilä de l’université de Turku estime que la culture politique a changé et que la candidature présidentielle n’est plus un objectif prioritaire. Le succès aux élections législatives est devenu plus important pour le président d’un parti politique
Selon M. Jokisipilä, la candidature présidentielle a auparavant été plus ou moins obligatoire pour un président du parti.
M. Jokisipilä comprend bien la décision de M. Rinne. Pour le président du PSD il est plus important de faire augmenter l’audience du parti à un niveau où elle a été traditionnellement. L’objectif de M. Rinne est de devenir Premier ministre.
M. Jokisipilä souligne que les élections présidentielles offrent aux petits partis une occasion de présenter leurs thèmes importants et de gagner des électeurs pour les élections législatives ou municipales. Il rappelle que la montée des Vrais Finlandais a commencé par la candidature présidentielle de M. Soini en 2006.
Le Centre a déjà mis haut la barre avec la candidature de Matti Vanhanen, ancien président du parti et ex-Premier ministre qui s’intéresse à la politique étrangère.
TS/sam/10

Emploi

Trappes à inactivité
Le gouvernement va dévoiler son plan de lutte contre les trappes à inactivité. Le gouvernement veut s’attaquer aux obstacles qui empêchent les personnes de rechercher ou d’accepter un emploi.
Helsingin Sanomat écrit que la lutte contre les trappes à inactivité est une question récurrente depuis le début des années 90.
Ainsi un parent isolé avec un enfant en bas âge n’a pas intérêt à travailler à moins de 2600 euros par mois (soit près de 1000 euros de plus que les salaires minimums), selon l’exemple publié par Helsingin Sanomat. De même un chômeur touchant le minimum chômage n’aurait pas intérêt à accepter un emploi payé moins de 1600 euros.
HS

De moins en moins de mères de petits enfants travaillent
Selon l’Institut national d’études statistiques, 47 % des mères d’enfants de moins de trois ans travaillaient en 2014, contre 54 % en 2008. En même temps, l’emploi des femmes de 20 à 59 ans avait diminué de 2 points.
Il n’est pas exclu que ces mères aient retardé leur retour au travail en raison de la situation économique.
Toutes ces femmes ne restent pas forcément au foyer, une partie cherche activement du travail, d’autres se sont mises à étudier.
Un tiers des mères d’enfants de deux ans seraient intéressées par un travail à temps partiel. Actuellement 28 % des mères de petits enfants travaillent à temps partiel. En même temps, faire un temps partiel n’est pas toujours possible pour des raisons économiques ou du point de vue de l’organisation du travail. Un temps partiel peut également être considéré comme désavantageux pour la carrière.
En 2006, 25 % des pères étaient intéressés par le travail à temps partiel. 3 % le font effectivement.
HS/lun/A6

En Finlande, moins de femmes travaillent à temps partiel que dans les Etats européens en moyenne
Augmenter les possibilités de travailler à temps partiel comprend le risque de créer un marché du travail parallèle pour les femmes. En même temps qu’un certain nombre de mères de famille souhaiteraient travailler à temps partiel, d‘autres le font à contrecœur.
En février 2016, 22,5 % des femmes actives travaillaient à temps partiel, contre 39 % en Suède, en 2013.
Selon les statistiques de l’OCDE, 59,1 % des femmes en Finlande travaillaient à plein temps, contre 62,9 % en Suède et 52,1 % en France.
HS/lun/A7

France – Finlande

Maison de campagne

Un trois pièces à Töölö ou un château en Bretagne ?
Hufvudstadsbladet présente les possibilités d’achat d’un château en France, pour 500 000 à un million d’euros, un prix qui correspond à un trois pièces dans le quartier de Töölö à Helsinki.
HBL/sam/28-30

Vendredi 15 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Mer Baltique

La tension augmente en mer Baltique
Helsingin Sanomat rapporte que la situation est devenue plus tendue en mer Baltique cette semaine. Le navire américain USS Donald Cool a été survolé à plusieurs reprises par deux avions de chasse russes SU-24 volant à très basse altitude, dans les eaux internationales, au large de Kaliningrad.
Le quotidien a interviewé le capitaine Juha Kukkola de la Haute école de la défense pour savoir s’il agissait d’une situation réellement dangereuse. Le capitaine Kukkola estime que la situation est très compliquée.
HS/A6

Propos de M. Soini
Turun Sanomat relève que selon le ministre des affaires étrangères Timo Soini, la Finlande suit de près la situation de sécurité en mer Baltique.
Selon M. Soini, la tension en mer Baltique est une bonne raison pour approfondir encore plus la coopération avec la Suède.
Quant aux relations fenno-russes, M. Soini considère l’accord fenno-russe sur le poste frontières en Laponie comme tout à fait indispensable. « Nous avons eu un problème et nous l’avons réglé. » Il souhaite que la situation redevienne normale à la frontière orientale, rappelant qu’il y a en Russie un grand nombre de travailleurs immigrés sans travail.
Concernant la situation des demandeurs d’asile en Europe, M. Soini note que plusieurs pays de l’Union européenne sont mécontents des pays de l’Europe de l’Est qui ne prennent pas leurs responsabilités. Selon lui, il faudra alors aussi évoquer la question des aides du fonds de cohésion ou des fonds agricoles que reçoivent ces Etats.
TS/16

Propos de M. Tuomioja
Selon Turun Sanomat, le député du PSD Erkki Tuomioja, ancien ministre des affaires étrangères, estime que la Finlande a un rôle spécial afin de calmer la situation et souligner la stabilité dans la région de la mer Baltique. Il rappelle que le Président Niinistö a utilisé le terme de « politique de stabilité active » concernant le rôle de la Finlande.
M. Tuomioja se félicite du fait que le ministre actuel des affaires étrangères, M. Soini, a su continuer la politique de bonnes relations avec la Russie. M. Tuomioja souligne l’importance des négociations, bilatérales et autres, avec la Russie. « Nous avons une frontière commune de 1 300 km. Il n’est pas non plus dans les intérêts de la Russie d’avoir des problèmes à cette frontière où tout marche bien. »
TS/16

Migrants

L’estimation du coût de l’accueil des migrants revue à la hausse
Le gouvernement a revu son estimation sur le cout engendré par l’accueil des migrants. Il est prévu que, cette année, l’immigration pèse à hauteur de 808 millions d’euros sur l’Etat et les communes, contre 381 millions d’euros en 2015. Par rapport aux décisions antérieures, l’estimation a été revue à la hausse de 400 millions d’euros par an pour la période de 2017 à 2019, et de 340 millions d’euros concernant l’année 2020.
Les frais concerneront surtout les ministères des Affaires sociales et de la Santé, ainsi que celui de l’Emploi et de l’Economie et celui de l’Education et de la Culture.
Les calculs se basent sur l’hypothèse de 10 000 arrivants par an, dont un tiers aurait un asile, et le fait que d’ici 2020, ils n’auraient pas accès à l’emploi.
L’Union des communes estime que les chiffres concernant les coûts ne sont pas réalistes car trop minorés. Pour Mme Punakallio, économiste en chef, les crédits alloués aux communes sont bien inférieurs aux frais réellement engagés.
Jusqu’à présent, on a évalué le coût journalier par migrant à 33 euros, soit 12 000 euros par an. Actuellement, l’estimation est de 50 euros par personne par jour, soit 18 000 euros par an.
HS/A10

Mme Mäntylä a visité un camp de réfugiés en Turquie
La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Mäntylä (Vrais Finlandais), a visité un camp de réfugiés en Turquie avec le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, M. Virtanen. Elle a exprimé son souci pour la condition des femmes et les enfants dans les camps.
Elle souligne qu’en Finlande, il faudrait prendre spécifiquement en compte les plus faibles, les plus nécessiteux, comme les enfants, les personnes âgées et les handicapés, dans la gestion de la situation en matière de réfugiés.
KS/13

Economie

M. Stubb a répondu à la Commission européenne
Le ministre des Finances, M. Stubb, a répondu à la Commission européenne qui en mars avait fait une remarque concernant le fait que la Finlande viole les règles européennes sur l’endettement. Selon M. Stubb, la Finlande considère qu’elle remplit tout juste les critères sur le déficit budgétaire et l’endettement, et que la violation était ainsi temporaire et exceptionnelle.
La Finlande s’attend à ce que le pacte de compétitivité se traduise en améliorations. M. Stubb note aussi que les migrants ont constitué des frais exceptionnels pour la Finlande.
HS/A10, KL/7, KS/13

Politique intérieure

Economie

Le ministère des Finances prévoit une faible croissance pour les prochaines années
Le ministère des Finances prévoit une croissance économique de 0,9 % pour l’année en cours et de 1,2 % pour les deux années qui suivent. En 2015, le PIB a augmenté de 0,5 %.
Le ministère n’estime pas que le taux d’emploi puisse augmenter à 72 % d’ici la fin de la législature, ce qui est l’objectif du gouvernement. En 2018, il serait de 69,1 % (contre 68,1% aujourd’hui). L’éventuelle réalisation du pacte de compétitivité n’a pas été prise en compte dans les calculs du ministère.
Le taux de chômage, quant à lui, devrait passer à 8,7 % en 2018 contre 9,4 % en 2015.
Les exportations seront toujours faibles et la croissance fragile se basera sur la consommation privée et le rétablissement des investissements. Les investissements sont prévus augmenter de 5,8 %, notamment dans le secteur du bâtiment.
HS/A11, KL/7

Pour M. Stubb, il y a un frémissement positif dans l’économie
M. Stubb, qui est actuellement à Washington pour participer à la réunion annuelle de la Banque mondiale et du FMI, estime que, pour la première fois depuis des années, il y a un frémissement positif dans l’économie finlandaise.
Il dit qu’il a signalé à la Commission européenne que l’endettement finlandais allait tourner à la baisse en 2019.
Concernant la fuite des documents de Panama, évoqués lors de la réunion, il estime que les informations qui ont fuité concernant l’évasion fiscale feront tomber des entreprises et des carrières politiques, mais résulteront à un changement vers quelque chose de positif.
HS/A34

Partis politiques

Le PSD à nouveau en tête des sondages
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, le Parti social-démocrate est redevenu le plus grand parti avec un score de 21,7 %.
Le PSD est suivi du Centre, 20,6 %, du Kokoomus, 17,1 %, de l’Alliance verte, 11,7 %, et des Vrais Finlandais, 9,7 %.
L’Alliance des gauches arrive sixième avec 8,7 %, suivi du Parti suédois, 4,4 %, et des Chrétiens-démocrates, 3,7 %.
La popularité totale des trois partis du gouvernement est de 47,4 %.
Le sondage a été effectué entre le 14 mars et le 11 avril auprès de 2 428 personnes.
HS/A8

Parti social-démocrate

Le PSD retire ses comptes de Nordea
Selon Helsingin Sanomat, le secrétaire général du Parti social-démocrate, Reijo Paananen, écrit sur Twitter que le PSD a décidé de retirer ses comptes de la banque Nordea, en raison des fuites dites Panama papers concernant les contacts de Nordea avec les paradis fiscaux.
Selon HS, l’Alliance des gauches est en train de préparer une décision afin de retirer ses comptes de Nordea.
HS/A19

Nucléaire

« Olkiluoto3 enfin sur de bons rails » AL TS
« La construction d’OL3 avance au milieu des différends » HS
« Selon TVO, la restructuration d’Areva n’a pas d’effet sur OL3 » KS
Aamulehti rapporte que la construction de l’EPR d’Olkiluoto est sur la dernière ligne droite. TVO a déposé hier la demande de licence d’exploitation auprès du ministère de l’Economie.
Selon le directeur de projet, M. Silvennoinen, OL3 approche du but.
TVO s’attend à recevoir la licence d’exploitation fin 2017 et la production d’électricité pourrait commencer fin 2018, écrit Aamulehti.
Le journal relève que l’obtention de la licence d’exploitation devrait être une formalité. Le STUK qui donnera son avis a déjà validé la plupart des documents qui composent la demande de licence d’exploitation.
Le quotidien note que le chef de projet pour le consortium n’a pas commenté la situation de la restructuration d’Areva ni de l’arbitrage entre Areva et TVO.
M. Silvennoinen a souligné que ces questions n’avaient pas d’effet sur Olkiluoto.
Helsingin Sanomat écrit qu’Areva a toutes les capacités pour mener à bien la fin du chantier car l’Etat français a assuré sa recapitalisation.
Aamulehti précise aussi que les test d’automatisation ont commencé en janvier et se poursuivent.
AL HS TS KS

Fennovoima lorgne un accord avec Posiva
Turun Sanomat rapporte que Fennovoima n’a toujours pas commencé les négociations avec des communes pour le stockage des déchets de son futur réacteur.
Le groupe viserait toujours la possibilité d’avoir un accord avec Posiva pour utiliser le site de ce dernier.
TS

La roulette russe
Suomen Kuvalehti publie un reportage sur le projet de Fennovoima. Selon le magazine, le projet de Fennovoima peut encore échouer.
SK

France – Finlande

Cinéma

Un film finlandais à Cannes
Le premier long métrage du cinéaste Juho Kuosmanen a été sélectionné pour la série Un certain regard du festival de Cannes.
HS/B9

Marié-Josée Croze dans un film finlandais
Le film de Mikko Kuparinen avec Marie-Josée Croze sortira aujourd’hui sur les écrans finlandais.
HS, HBL

Jeudi 14 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Propos du Président Niinistö sur l’accord frontalier
Yle a interviewé le président Sauli Niinistö qui a effectué mercredi une visite à Ivalo. Il a souligné le fait que l’accord frontalier entre la Finlande et la Russie concernant les deux postes frontières en Laponie, Salla et Raja-Jooseppi, était une idée des Finlandais et non des Russes. « Les Russes n’avaient pas eu besoin de cet accord. »
Selon M. Niinistö, l’Union européenne a voulu aussi que la Finlande s’en occupe. M. Niinistö avait rencontré les ambassadeurs des pays membres de l’UE à Helsinki et personne n’a réagi au fait que les ressortissants de l’UE ou de l’EEE ne puissent plus passer la frontière fenno-russe à Salla ou à Raja-Jooseppi pendant six mois.
M. Niinistöl ne comprend pas les propos selon lesquels la Finlande a dû céder dans cette affaire. « Même si l’accord n’est pas exactement ce que nous avons proposé au début, il ne faut pas oublier que les Finlandais ont voulu avoir un accord à ce sujet. »
Selon l’accord, seulement les ressortissants finlandais, russes et biélorusses, peuvent passer par les postes frontières de Salla et Raja-Jooseppi pendant six mois.
Yle, KS/17, HS/A11

Editorial
Dans son éditorial, Hufvudstadsbladet estime que la politique russe vis-à-vis de l’Union européenne est de diviser l’Union en négociant des accords bilatéraux séparément avec des pays membres.
L’éditorialiste estime qu’il y a très peu de ressortissants d’autres pays de l’Union qui souhaiteraient passer la frontière fenno-russe en Laponie mais il s’agit plutôt d’une question de principe.
HBL/22

Aide au développement

Les ONG estiment que les coupes dans le budget finlandais ont un impact sur la vie des centaines de milliers de personnes
Aamulehti rend compte des chiffres par lesquels se traduisent les diminutions des crédits au développement. Selon Kepa, l’organisation qui regroupe les ONG finlandaises pour l’aide au développement, les coupes annoncées à l’automne diminueront les crédits de 43 %. Début avril, des coupes supplémentaires de 25 millions d’euros ont été annoncées.
L’organisation de l’aide à l’étranger de l’église, Kirkon ulkomaanapu estime que des actions devront être supprimées concernant 190 000 personnes. World Vision qui dépend du ministère des Affaires étrangères devra arrêter 5 programmes dont deux au Kenya où 130 000 enfants sont concernés.
L’association Fida estime que les coupes ont un impact sur la vie de dizaines de milliers e personnes, et indirectement sur des centaines de milliers de personnes. Fida devra arrêter 18 projets et interrompre ses activités dans cinq pays. La Croix rouge arrête des projets et en restreint d’autres. Crisis Management Initiative devra refuser des demandes de médiation pour la paix.
D’autres ONG encore arrêtent de projets, souvent avec des enfants, des handicapés, ou liés aux droits de l’homme, par exemple.
AL/mer/A16

Immigration – asile

La législation finlandaise en la matière devrait être durcie en mai
Helsingin Sanomat rend compte des écarts entre la politique en matière d’asile en Finlande et en Suède. Généralement, la Suède accorde plus souvent l’asile que la Finlande (71 % contre 57 % de décisions favorables), mais les Somaliens et les Irakiens constituent une exception : les ressortissants de ces pays obtiennent plus facilement l’asile en Finlande qu’en Suède.
HS note que la part des Syriens parmi les demandeurs d’asile est plus importante en Suède, et que les Syriens obtiennent généralement l’asile dans les deux pays.
En Finlande, 98 % des Somaliens obtiennent l’asile, contre 66 % en Suède et 25 % en Norvège. Concernant les Afghans, les Finlandais sont plus stricts que les Suédois, alors que les Norvégiens sont les plus stricts.
Les écarts sont problématiques tant du point de vue des demandeurs d’asile que du point de vue des pays. Mme Nerg, secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, estime que c’est difficile pour les demandeurs. Elle relève qu’il y a eu des efforts pour harmoniser la législation et les pratiques entre les Etats membres. Jusqu’à présent, une politique commune a été trouvée concernant les Syriens et les Albanais.
En mai, la situation concernant les Somaliens sera probablement durcie avec l’entrée en vigueur d’une réforme de loi qui supprime une catégorie parmi les décisions favorables. Jusqu’à présent, il a été possible d’obtenir un asile, ou un permis de séjour sur la base de protection secondaire ou de protection humanitaire. Il est envisagé de supprimer la notion de protection humanitaire de la législation. En 2015, 6 % des décisions se basaient sur la protection humanitaire. Ce sont les Somaliens qui ont obtenu le plus de permis de séjour sur la base de ce critère.
HS/A10

Politique intérieure

Economie – Paquet emploi-entreprises

Les économistes considèrent les mesures du gouvernement comme de petites avancées dans le bon sens
Les économistes doutent l’effet des mesures prévues sur l’emploi. Ils estiment que le paquet entreprenariat et emploi va dans le bon sens et soutiendra éventuellement la croissance.
Mme Ilmakunnas de l’Institut de recherche des salariés se félicite du projet de lancer le « chèque innovation », mais estime que la proposition d’imposer les chômeurs à accepter plus rapidement un travail qui ne correspond pas à leur qualification est problématique dans le sens où cela va pousser des gens à s’éloigner du domaine pour lequel ils ont été formés par la société.
Mme Mörttinen, directrice générale de l’union des entreprises familiales considère le chèque innovation ainsi que la banque d’innovations comme de bonnes idées qui pourront encourager les coopérations fructueuses.
M. Malinen des Entrepreneurs de Finlande rappelle que le problème fondamental est qu’il n’y a pas de nouveaux emplois. Pour que des emplois permanents voient le jour, il faut améliorer la compétitivité, selon lui.
HS/A9

Elections

Les premières élections régionales auront lieu en janvier 2018
Helsingin Sanomat rapporte que les secrétaires généraux des partis du gouvernement ont décidé de proposer au gouvernement l’organisation des premières élections régionales en janvier 2018, en même temps que le premier tour des élections présidentielles.
Les secrétaires généraux ont étudié longtemps la possibilité d’organiser les élections régionales en avril 2018. Les Chrétiens-démocrates et l’Alliance des gauches ont été favorables à cette option.
Les secrétaires généraux ont également proposé un crédit supplémentaire de 4,5 millions d’euros dans les budgets de 2017 et 2018 afin d’activer les citoyens à voter.
HS/A11

Réforme des services sociaux et de la santé

M. Rehula défend son modèle contre les critiques
Aamulehti rappelle que le gouvernement a décidé que les 18 régions seront responsables de la production des services, et non plus les communes. Quelques députés du Centre et du Kokoomus ont critiqué cette décision.
La députée centriste Sirkka-Liisa Anttila dit être choquée. Elle souligne que les communes devraient avoir le droit de produire des services aussi à l’avenir. « La centralisation de la production au niveau des régions est une erreur. Il faut que le ministère des affaires sociales et de la santé corrige cette erreur. »
La vice-présidente du Parlement Paula Risikko, ancienne ministre des affaires sociales et de la santé du Kokoomus, veut également une étude sur la possibilité pour les communes de continuer à produire des services. Elle souligne que les régions sont très différentes les unes des autres.
Le ministre centriste des services sociaux et de la famille Juha Rehula s’étonne de ces propos. « Les communes ne sont pas capables de produire tous les services. C’est la raison pour laquelle on a lancé cette réforme. »
AL/A12

Mercredi 13 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Croix-Rouge

Visite en Finlande de M. Maurer
Helsingin Sanomat rapporte que le directeur du comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer, a effectué une visite en Finlande à l’invitation de Lenita Toivakka, ministre du commerce extérieur et du développement. M. Maurer a aussi eu des entretiens avec le ministre des affaires étrangères Timo Soini, le premier ministre Juha Sipilä et le Président Sauli Niinistö.
M. Maurer estime qu’il est encore trop tôt pour évaluer si l’Europe a réussi à gérer la crise migratoire actuelle. Il pense qu’il y aura des changements par rapport à la situation actuelle. Les pays membres de l’Union européenne vont probablement coordonner leurs procédures.
Cela signifie aussi que les demandeurs d’asile ne pourront pas choisir librement où ils s’installent, selon M. Maurer.
M. Maurer a fait l’éloge des bénévoles finlandais qui travaillent en faveur des demandeurs d’asile, ainsi que de l’intégration des enfants qui peuvent commencer l’école avec les enfants finlandais.
HS/A12

Finlande - Russie

Débat sur l’’accord frontalier
Helsingin Sanomat relève que selon un mémoire du ministère des affaires étrangères, la Finlande aurait voulu maintenir l’ouverture des postes frontières de Salla et de Raja-Jooseppi en Laponie aussi pour les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne, de l’EEE et la Suisse et que les restrictions pour les autres soient permanentes.
La Russie, de son côté, aurait souhaité que la Finlande prenne des mesures unilatérales consistant à interdire l’entrée de demandeurs d’asile sur son territoire. La Finlande souhaitait néanmoins négocier avec la Russie, c’est pourquoi l’accord frontalier a été conclu à son initative.
La Finlande a donc proposé de limiter de manière permanente le passage aux ressortissants européens et russes.
La presse rapporte que, selon le tabloïd Iltalehti, la Russie aurait souhaité que, si le poste frontière était ouvert aux ressortissants européens, il le soit aussi à ceux de l’union eurasiatique. La Finlande aurait refusé (car inclure les ressortissants de l’union eurasiatique n’aurait pas résolu le problème de l’afflux de migrants), ce qui aurait conduit la Russie à ne proposer que des restrictions temporaires et une ouverture limités aux nationaux des deux pays.
La Finlande aurait alors cédé à la Russie qui a proposé que seuls les ressortissants finlandais, russes et biélorusses, puissent passer par ces deux postes frontières pendant les six mois à venir, afin d’empêcher l’arrivée des clandestins.
Le ministère des affaires étrangères considère le résultat comme un compromis. Le président de la commission des affaires étrangères du Parlement, Antti Kaikkonen, estime « qu’il s’agit du meilleur résultat qu’on a pu obtenir ».
Le vice-président de la commission, Pertti Salolainen, regrette qu’il s’agisse de restrictions qui seront en vigueur pendant six mois seulement. « Cela signifie que l’affaire n’a pas été résolue de façon permanente et nécessitera peut-être de nouvelles négociations à l’avenir. »
Selon Keskisuomalainen, le ministre des affaires étrangères Timo Soini estime que le problème est résolu même si l’accord n’est que pour six mois. « Nous avons obtenu un résultat dans les négociations et non par une mesure unilatérale. »
HS/A8 AL

Politique intérieure

Gouvernement - Migrants

Le gouvernement a défendu sa politique sur les migrants
Helsingin Sanomat rapporte que le projet du gouvernement afin de rendre plus difficile le regroupement familial a été critiqué par l’opposition au Parlement. Plusieurs députés ont qualifié d’inhumain le projet de modification de la législation sur les étrangers.
Les représentants des partis du gouvernement ont défendu le projet. « Il s’agit de l’équité à l’égard des contribuables finlandais », selon Sampo Terho, président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais.
« Imposer un minimum de revenus amène à une situation où l’argent décide qui a le droit à une famille. C’est un principe intolérable », selon Tytti Tuppurainen, députée du PSD.
Selon le ministre de l’intérieur Petteri Orpo, la réforme est indispensable. Les demandes de regroupement familial sont en train d’augmenter considérablement et les changements doivent entrer en vigueur le plus vite possible. « Il n’y a pas de système d’asile uni dans l’Union et la Finlande doit réagir à ce que font les autres pays membres », selon M. Orpo.
HS/A11

Gouvernement - Economie

Le gouvernement a présenté de nouvelles mesures pour améliorer l’emploi
Il encourage des chômeurs à l’entreprenariat
Le gouvernement a comme objectif d’augmenter le taux d’emploi à 72 % (contre 68 % actuellement) durant la législature et de créer 110 000 nouveaux emplois d’ici 2019. Il envisage de durcir les critères des allocations chômage (ce qui sera annoncé lundi prochain). Il est également prévu d’utiliser des crédits de l’Etat de façon plus innovatrice pour favoriser l’emploi.
Le gouvernement souhaite soutenir les plus petites entreprises, les micro-entreprises. Les paquets d’entreprenariat et d’emploi publiés, hier, ont pour but d’encourager y compris les chômeurs et les immigrés à créer des entreprises.
Le ministre de l’Economie, M. Rehn, ne souhaite pas donner de chiffres précis mais promet que de nouveaux emplois verront le jour. « Ces mesures nous avanceront loin, et on sera près des 110 000 nouveaux emplois (qui figurent comme objectif dans le programme gouvernemental), mais il est difficile de dire combien d’emplois pourront être créés par ces mesures précisément. »
Selon M. Rehn, il s’agit de mesures très concrètes pour diminuer de seuil d’embauche d’un premier employé et d’encourager les personnes à s’employer elles-mêmes. L’embauche de spécialistes étrangers sera facilitée.
Les personnes au chômage devront désormais accepter du travail y compris en dehors de leur propre secteur, et plus loin que jusqu’à présent (les détails de ces limitations seront annoncés lundi prochain).
L’allocation chômage pourrait partiellement être utilisée pour favoriser l’emploi de l’intéressé, par exemple comme soutien de salaire à son embauche.
Le ministre de la Justice et de l’Emploi, M. Lindström, estime que le fait que beaucoup de chômeurs n’osent pas prendre le risque de devenir entrepreneurs est un problème.
Un paquet de soutien de recrutement est prévu pour les entreprises d’une seule personne. Un chèque dit « d’innovation » de 5000 euros est prévu pour les PMI-PME. Le gouvernement créera une banque d’innovations pour mettre à profit et commercialiser les innovations et les brevets déjà existants.
Le gouvernement souhaite également faciliter l’emploi des immigrés en allégeant la procédure de permis de séjour concernant les entrepreneurs de start-up. Il souhaite plus généralement étudier les problèmes du processus de permis de travail, considéré comme lourd.
Certaines mesures fiscales favorisant l’entreprenariat sont également prévues.
Les entrepreneurs de Finlande se félicitent de ces propositions qui pour eux sont petites mais vont dans le bon sens. Le vice-directeur général, M. Neimala, insiste sur l’importance de réformes concernant la fiscalité et concernant les possibilités d’accords locaux.
M. Lindström donnera une conférence de presse, lundi, sur les détails notamment concernant l’allocation chômage.
HS/A6-7, KS/14

Situation de l’emploi

Selon les statistiques, le chômage a encore augmenté en 2015
Selon l’Institut national d’études statistiques, il y avait 252 000 chômeurs en Finlande en 2015, soit 20 000 de plus qu’en 2014.
Le chômage augmente depuis 2012. Le taux était de 9,4 % l’année dernière contre 8,7 % en 2014.
Il y avait 2 437 000 personnes actives en 2015, ce qui était 10 000 de moins que l’année avant.
Le taux d’emploi a lui diminué, passant à 68,1% (contre 68,3% en 2014). L’objectif du gouvernement est un taux d’emploi de 72%.
HS/A7

Mardi 12 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Affaires arctiques

M. Lipponen a envoyé une lettre ouverte M. Sipilä
Helsingin Sanomat relève que Paavo Lipponen, ancien Premier ministre social-démocrate, a envoyé une lettre ouverte au Premier ministre Juha Sipilä. Dans sa lettre, M. Lipponen souligne que la Finlande devrait être plus active dans sa politique arctique.
M. Lipponen a publié lundi, avec l’entreprise de consultants Pöyry, un rapport sur les possibilités offertes par la région arctique.
La région arctique offre des possibilités importantes par exemple pour l’industrie énergétique, le cleantech et la logistique. M. Lipponen souligne que les Finlandais devraient être actifs lors des appels d’offres dans cette région.
Selon M. Lipponen, le Premier ministre devrait prendre la responsabilité de la politique arctique pour que la Finlande obtienne une part du potentiel des investissements. Il souligne que la prise de décision et la gestion de la politique arctique finlandaise doit être renforcée et rationalisée.
Après les Etats-Unis, c’est la Finlande qui assumera en 2017 la présidence du Conseil arctique.
M. Lipponen soutient l’idée du Président Sauli Niinistö de l’organisation d’un sommet arctique en Finlande en 2017. M. Niinistö a évoqué la question récemment à Washington à l’occasion du sommet sur la sécurité nucléaire.
La Finlande est en train de renouveler sa stratégie arctique. Le gouvernement y énumère les mesures qu’il compte prendre. Les grandes voies de circulation ne sont pas une priorité de la vision arctique du gouvernement.
M. Lipponen, quant à lui, souligne l’importance de la réparation de la route E-8 qui va de Tornio via Kilpisjärvi à Tromsø en Norvège. Il estime aussi qu’une voie ferrée de Finlande à l’océan glacial Arctique pourrait devenir importante pour les exportations finlandaises.
Selon M. Lipponen, les entreprises finlandaises ne sont pas à jour quand il s’agit de participer aux appels d’offres en Norvège du Nord et en Suède du Nord. « Les entreprises finlandaises ont eu du mal à fournir des devis et elles n’ont pas été intéressées non plus. La Suède exporte dix fois plus en Norvège que nous. » Il souligne qu’il faut aider les entreprises passives. « Il faut régler cela et vite ! »
HS/A30

Economie – licenciements de Nokia

Appel au fonds européen
La Finlande envisage de demander une aide européenne pour soutenir les personnes licenciées de chez Nokia. Le ministère de l’Emploi et de l’Economie est en train de préparer une demande qu’il envisage de remettre à l’automne.
Nokia envisage de licencier 1300 personnes à Espoo, Tampere et Oulu.
AL

Politique intérieure

Situation de l’emploi

Le taux de chômage pourrait baisser cet été
Selon M. Räisänen, directeur de recherche au ministère de l’Emploi et de l’Economie, il y a de fortes chances que le chômage commence à diminuer cet été.
L’estimation de M. Räisänen se base sur une tendance à la baisse de la progression du chômage qui continue depuis plus de six mois. Contre 30 000 nouveaux demandeurs d’emploi en juillet 2015, il y en avait seulement 5 600 en février. Au total, il y avait 361 000 demandeurs d’emploi en février.
M. Räisänen note qu’il est difficile d’expliquer cette tendance du fait que la croissance économique est très fragile. C’est dans le secteur des services que l’emploi devrait repartir, selon lui.
Selon l’Institut national d’études statistiques, il y avait 248 000 chômeurs en février, soit 10 000 de moins qu’à la même époque en 2015. Le taux de chômage était de 9,4 % contre 10,1 % en février 2015.
Helsingin Sanomat note que, même si le taux de chômage a diminué, l’emploi ne s’est pas amélioré. En réalité beaucoup de chômeurs ont abandonné la recherche d’emploi ou ont entamé une formation ou des études.
Le taux d’emploi des personnes de 15 à 64 ans est de 68 % depuis quelques années. Le gouvernement s’efforce de l’augmenter à 72 % pour 2019.
Le gouvernement est censé décider, aujourd’hui, de nouvelles mesures pour favoriser l’emploi et l’entreprenariat. Il s’agirait également de revoir l’allocation chômage de façon à envisager de l’utiliser comme un soutien au niveau des salaires versés.
Le gouvernement a pour but de créer 110 000 nouveaux emplois durant la législature et d’arrêter l’endettement. Le pacte de compétitivité devrait permettre la création de 35 000 à 45 000 emplois.
Il est prévu de promouvoir à l’international le savoir-faire finlandais au niveau du clean tech, de la bio-économie, des technologies liés à la santé et de la numérisation
HS/A8

Famille

Le double nom de famille pourrait se répandre en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte le ministère de la justice compte renouveler la législation sur le nom. L’objectif est de pouvoir diminuer la bureaucratie de façon que l’état civil puisse prendre des décisions sur les noms sans consulter d’abord le comité des noms. Le changement de nom ne serait plus publié au Journal officiel.
Le ministère réfléchit aussi à la possibilité de donner un nom de famille double à un enfant dont les parents ne portent pas le même nom de famille.
HS/A14

Lundi 11 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Restrictions à la frontière fenno-russe
Helsingin Sanomat relève que les restrictions décidées par les présidents Niinistö et Poutine en mars sont entrées en vigueur la nuit entre samedi et dimanche.
Seuls les ressortissants finlandais et russe, ainsi que biélorusses, et leurs familles peuvent passer par les postes frontières de Salla et de Raja-Jooseppi en Laponie.
Les restrictions seront en vigueur pendant six mois.
HS/sam/A13

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

L’opposition s’inquiète d’une augmentation du coût de la réforme
Helsingin Sanomat rapporte que les partis de l’opposition, notamment le PSD, l’Alliance des gauches et l’Alliance verte, ont été étonnés de l’annonce des grandes lignes de la réforme des services sociaux et de la santé par le gouvernement la semaine dernière.
Ces partis craignent que l’ouverture des services à la concurrence, la filialisation des services et la liberté de choix augmentent considérablement le coût de la réforme. Le gouvernement a déjà annoncé que les frais pour les administrés seront modifiés en 2017.
Selon la députée social-démocrate Tuula Haatainen, ancienne ministre des affaires sociales et de la santé, « l’objectif initial a été d’améliorer les services publics mais maintenant on veut réaliser un énorme changement dans l’Etat-providence finlandais ».
Touko Aalto, député de l’Alliance verte, estime que le projet du gouvernement a beaucoup de risque. Il s’inquiète surtout des inégalités. « Dans un pays peu peuplé la liberté de choix ne peut exister que dans les grandes villes. »
La présidence du groupe parlementaire de l’Alliance des gauches, Aino-Kaisa Pekonen, estime que le fait de transférer les services publics dans de nouvelles entreprises affaiblit leur gestion démocratique.
HS/sam/A13

Famille

Mariage pour tous
Aamulehti relève que le Président Sauli Niinistö a promulgué vendredi la loi qui ouvre le mariage pour les couples homosexuels. La nouvelle loi entrera en vigueur le 1er mars 2017.
Les couplés déjà pacsés pourront changer le pacs en mariage par une déclaration.
Le changement de la loi sur le mariage nécessite encore d’autres modifications dans la législation, en préparation au ministère des affaires sociales et de la santé.
AL/sam/A7

Economie

Nucléaire

Fennovoima - Soupçons d’abus et de négligence de sécurité de la part de Titan 2
Yle publie un rapport sur les antécédents du groupe russe Titan 2 chargé de la construction du réacteur nucléaire de Fennovoima prévu à Pyhäjoki.
Selon les enquêtes d’Yle, ce groupe a déjà eu des problèmes de paiement auprès de ses sous-traitants. Fennovoima confirme qu’au plus, Titan 2 a eu des factures impayées s’élevant à un million d’euros.
Une entreprise de sous-traitance du site de Hanhikivi relève que les travaux avancent lentement du fait que Titan 2 fait approuver chaque phase en Russie. Les directeurs ont changé plusieurs fois, ce qui retarde les travaux aussi. De plus, les négociations avec le groupe du bâtiment SRV trainent depuis des mois.
Selon Yle, il ne s’agit pas de la première fois qu’un site géré par Titan 2 a des difficultés. Le groupe a deux projets de réacteur à Sosnovyi Bor où des retards et un manque de personnel qualifié ont été rapportés. Green World, organisation environnementale, rapporte une mauvaise qualité du travail, des rapports falsifiés et des tours de service trop longs.
Le Stuk, centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, a exprimé son inquiétude concernant les informations sur des négligences au niveau de la qualité du travail.
Yle

Sécurité nucléaire – Un problème dans le système de combustible au réacteur Olkiluoto-1
Des éléments défectueux ont été détectés au réacteur nucléaire Olkiluoto 1, sans pour autant que cela ait engendré de risque pour la sécurité nucléaire. M. Kosonen, directeur de la production électrique de TVO, constate que, comme la fuite a eu lieu dans un endroit fermé, le défaut n’a engendré aucun risque pour les personnes ni pour l’environnement.
La production électrique a été interrompue durant l’entretien, probablement pour cinq jours.
Ce genre de défaut est observé « de temps en temps », selon M. Kosonen.
HS/sam/A10

Projet de construction d’un réacteur nucléaire de Fennovoima
Fennovoima aura jusqu’à fin juin pour présenter au ministère de l’Emploi et de l’Economie une solution en matière de stockage de déchets nucléaires du réacteur qu’il projette de construire à Pyhäjoki. Les négociations avec Posiva sont en cours.
Helsingin Sanomat rappelle que Posiva, possédé par TVO (60 %) et Fortum (40 %), envisage un dépôt de stockage définitif à Eurajoki. M. Mokka, directeur général de Posiva, constate que son groupe est prêt à proposer ses services y compris à Fennovoima sur une base commerciale. « Nous sommes en pourparlers sur le fait de savoir comment mettre au profit nos connaissances », dit-il. Pour ce qui est du stockage définitif de déchets, M. Mokka précise que Posiva s’en charge pour le compte de ses propriétaires.
Selon HS, la participation considérable russe dans Fennovoima compliquerait les négociations.
HS/lun/A8

Taxis Uber

Premiers jugements en Finlande
Deux chauffeurs de taxis Uber ont été condamnés, la semaine dernière, pour des activités illégales. Les deux ont été condamnés à rendre à l’Etat les recettes obtenues, 12 000 pour l’un et 3000 euros pour l’autre.
M. Nuotio, professeur de droit criminel, estime que les jugements signifient explicitement que selon la législation en vigueur, il est condamnable de faire chauffeur de taxi Uber.
AL/dim/A18

France – Finlande

Cinéma

Marie-Josée Croze
Hufvudstadsbladet a interviewé l’actrice qui joue le rôle principal féminin dans un film de Mikko Kuparinen qui sortira le 15 avril.
HBL/lun/18

Exposition

Lumière de Méditerranée
Kesksisuomalainen publie une critique positive de l’exposition Lumière de Méditerranée à Tampere.
KS

France

Expositions

Poupée Barbie
Hufvudstadsbladet rend compte d’une exposition Barbie au Musée d’art décoratif, à Paris.
HBL/dim/40-41

Carambolages au Grand Palais
Gunn Gestrin présente, dans Hufvudstadsbladet, l’exposition du Grand Palais.
HBL/sam/32-33

Vendredi 8 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Migration

La Finlande envoie des policiers en Grèce
La Finlande enverra dix policiers en Grèce ce mois-ci pour assister dans le renvoi de migrants clandestins. Les policiers y resteront un mois et travailleront dans le cadre de Frontex. C’est Frontex qui se chargera des frais.
HS/A15

Panama papers

Nordea s’efforce de dissiper les soupçons sur sa participation active à l’évasion fiscale
La banque Nordea a organisé une conférence de presse, hier, des deux côtés du Golfe de Finlande, pour faire état des mesures à prendre dans le contexte du scandale de l’affaire des Panama papers. M. von Koskull, directeur général, affirme que la banque envisage de revoir ses pratiques, les règles fiscales et les règles concernant le blanchiment d’argent.
M. Wahlroos, président du directoire de la banque, note que, jusqu’à présent, les enquêtes de Nordea n’ont pas révélé des illégalités. La banque a revu ses pratiques en 2009 dans le sens d’empêcher à ses clients l’évasion fiscale.
La commission parlementaire de l’inspection a décidé, hier, d’effectuer une enquête sur l’évasion fiscale et les paradis fiscaux.
HS/A6

Diplomatie du panda

La Finlande aura des pandas en 2017
Les autorités chinoises et finlandaises se sont mis d’accord sur le principe que des pandas pourraient être placés au zoo de Ähtäri.
Mme Husu-Kallio, secrétaire générale du ministère de l’Agriculture et de Sylviculture, affirme que les Chinois ont confirmé qu’il n’y avait pas d’obstacle pour obtenir des pandas en Finlande pour son centenaire.
Les pandas resteraient en possession chinoise, et les dépenses les concernant seraient à la charge du zoo, propriété de la commune d’Ähtäri.
HS/A11

Finlande – Etats-Unis

Strobe Talbott en Finlande à l’occasion des 15 ans de CMI
Directeur de l’institut Brookings, M. Srobe Talbott, ancien vice-secrétaire d’Etat américain, qui était à Helsinki à l’occasion des 15 ans de l’organisation Crisis Management Initiative de M. Ahtisaari, estime que le Brexit serait choquant pour son pays. Il estime qu’avec toutes les crises actuelles, l’UE se trouve dans la situation la plus difficile de son existence.
M. Talbott souligne qu’il importe pour les Etats-Unis que l’UE sorte de ses difficultés.
Concernant la Russie, il insiste sur l’importance du respect du traité de Minsk pour que les relations entre ce pays et les Etats-Unis puissent s’améliorer.
Les relations bilatérales avec la Finlande sont bonnes. M. Talbott estime que M. Obama est conscient du fait que le Président Niinistö est un grand ami des Etats-Unis.
HS/A26

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

La fiscalité locale sera modifiée
Keskisuomalainen rapporte que la réforme des services sociaux et de la santé bouleversera la fiscalité locale. Une grande partie d’impôts des citoyens payés actuellement aux communes seront transférés à l’Etat.
Le gouvernement a décidé que le taux d’imposition total et l’impôt sur le revenu ne devait pas devaient pas augmenter.
Selon une estimation récente, les impôts payés aux communes seraient diminués de 12 % environ. Il s’agit d’une baisse importante, parce qu’en 2016, le taux d’impôt local est en moyenne 19,87 %.
KS/27

Parlement

L’opposition critique ardemment le gouvernement pour les économies
Lors de l’heure des questions au Parlement, hier, l’opposition a réclamé des explications au gouvernement concernant les décisions d’économies. Les sociaux-démocrates ont remis en question les coupes liés à l’indice du coût de la vie des allocations sociales. M. Rinne, président du PSD, accuse le gouvernement Sipilä d’opprimer les personnes les plus pauvres et les familles et d’augmenter ainsi les inégalités.
Le Premier ministre, M. Sipilä, se défend en rappelant que les économies sont inscrites dans le programme du gouvernement et que le gel de l’indice figurait dans le programme électoral du PSD.
Le ministre des Finances, M. Stubb, rappelle que l’économie finlandaise est suivie par les établissements de classement et par la Commission européenne. Les économies continueront tant que l’on n’arrive pas à créer des emplois, dit-il.
M. Ville Niinistö, président des Verts, et Mme Pekonen (All. des gauches) se demandent pourquoi il fallait augmenter les frais perçus pour les soins médicaux.
Les sociaux-démocrates ont plus particulièrement visé M. Soini pour les promesses rompues. M. Soini, quant à lui, accuse le gouvernement précédent d’avoir négligé de gérer l’économie.
HS/A10

Migrants

Modification du regroupement familial
Keskisuomalainen relève que les critères du regroupement familial seront rendus plus stricts avec un calendrier rapide. Le gouvernement a toutefois décidé que l’exigence sur des revenus ne concernerait pas des Finlandais.
« C’est un modèle allégé pour qu’on puisse avancer plus rapidement », selon le ministre de l’intérieur Petteri Orpo.
Selon le projet initial, un ressortissant finlandais devrait gagner 2 600 euros net par mois pour pourvoir faire venir en Finlande son époux ou épouse et deux enfants qui ne sont pas ressortissants d’un pays de l’UE ou de l’EEE.
KS/29

Economie

Nokia

Le gouvernement français aurait défendu les emplois en France
Helsingin Sanomat fait état de sources anonymes selon lesquelles, lors de l’acquisition d’Alcatel – Lucent par Nokia, le gouvernement français aurait demandé la préservation des emplois en France.
HS

Nucléaire

Début des tests à OL3
Turun Sanomat rapporte que les tests ont commencé à Olkiluoto.
TS

Jeudi 7 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Migration – Finlande – Turquie

Visite du Premier ministre turc
Le Premier ministre turc, M. Davutoğlu, a effectué une visite en Finlande, hier. Il dément fermement les allégations d’Amnesty International selon lesquelles son pays aurait renvoyé des réfugiés en Syrie. Au contraire, il affirme que la Turquie ne pourrait demander à personne de rentrer en Syrie du fait de la brutalité de l’administration de ce pays.
Lors d’une conférence de presse, M. Davutoğlua a fait l’éloge de Finlande pour favoriser les négociations d’adhésion de la Turquie. M. Sipilä a rappelé, quant à lui, qu’il était indispensable que la Turquie mette en place des réformes qui garantissent la liberté d’expression et le respect des principes de l’Etat de droit.
M. Davutoğlu se déclare convaincu du fait que son pays disposera de tous les droits de devenir membre de l’UE. Helsingin Sanomat note que les négociations sont bloquées depuis longtemps et que M. Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, a estimé que la Turquie ne deviendra jamais membre de l’UE.
Pour M. Davutoğlu, « personne ne peut dire que nos standards ne correspondraient pas aux valeurs démocratiques. Nous sommes engagés dans les valeurs européennes même si nous faisons face au terrorisme de la part de Daech, PKK et d’autres encore. La Turquie respecte tous les droits fondamentaux et ne tolérerait jamais le fait de les restreindre. La Turquie est prête pour devenir membre de l’UE. »
M. Davutoğlu souhaite favoriser les bonnes relations entre son pays et la Finlande et augmenter les échanges commerciaux.
Outre son homologue M. Sipilä, il a rencontré le Président Sauli Niinistö, la présidente du Parlement, Mme Lohela, l’ancien Président Ahtisaari, le ministre de l’Economie, M. Rehn et le président du groupe parlementaire M. Vanhanen.
HS/A32, AL/A20

M. Koskenniemi condamne l’accord entre l’UE et la Turquie
Outre l’ONU et la Croix rouge, Martti Koskenniemi, professeur de droit international, trouve que l’accord entre l’UE et la Turquie est illégal et contraire au droit européen. Pour lui, c’est une question technique, dont il n’y a même pas besoin de débattre. Il estime qu’outre le droit européen, l’accord va peut-être à l’encontre de la Convention de Genève.
M. Koskenniemi note que les renvois en Syrie sont problématiques du fait que ce pays n’est pas sûr pour tous les groupes de personnes. Il rappelle que la Grèce accorde l’asile aux Kurdes de Turquie, ce qui reflète le fait que la Turquie n’est pas considérée comme sûre en tout cas pour ce groupe.
Pour M. Koskenniemi, il serait le mieux de s’efforcer de résoudre la crise migratoire sur plusieurs fronts par exemple en renforçant la capacité d’accueil des Etats et en améliorant les conditions des camps de réfugiés en Jordanie et Turquie. Il faudrait en outre se mettre d’accord sur un traitement concernant les pays Visegrad qui se dissocient du principe de responsabilité mutuelle.
HS/A32

Projet européen de réforme du traité de Dublin
M. Orpo considère la proposition de la Commission européenne comme un document ambitieux qui inclut beaucoup de bien. Pour lui, ce papier est nécessaire, car tout le monde sait que le système actuel ne fonctionne pas. « Il faudrait pouvoir identifier plus rapidement les personnes ayant besoin d’aide et les Etats membres devraient avoir les pratiques les plus convergentes possible. Pour moi, ce sont de bons points de départ. »
M. Orpo s’attend à un débat animé entre les Etats membres sur les questions de répartition de la charge. Il critique les Etats de l’Europe de l’Est pour leur réticence à participer à la gestion de la crise. « C’est insupportable, car ces pays font partie de l’UE et les autres les ont soutenu financièrement. »
Pour M. Orpo, la Finlande, en tant qu’Etat frontalier de l’UE, pourrait être la destination d’une pression migratoire pareille.
HS/A33

Propos du Président Ahtisaari
Turun Sanomat a interviewé l’ancien Président finlandais, M. Ahtisaari, à l’occasion du quinzième anniversaire de son organisation, CMI. M. Ahtisaari désapprouve le projet du gouvernement de durcir les critères du regroupement familial. Au contraire, il estime qu’il faudrait laisser venir les membres de famille des demandeurs d’asile.
M. Ahtisaari considère que les immigrés sont vus sous un mauvais angle en Finlande. Il rappelle que la population vieillissante a besoin tous les ans de 20 000 à 30 000 travailleurs venant d’ailleurs. Il insiste sur l’importance de former et employer les arrivants.
Concernant l’accord entre l’UE et la Turquie, il estime qu’il n’y a pas d’autre solution sinon voir les migrants se noyer.
Il regrette que le Conseil de sécurité de l’ONU ait gâché ses chances d’obtenir une solution au conflit syrien en 2012 en demandant le départ immédiat d’al-Assad. Pour lui, l’exemple de l’Egypte et de l’Irak montre que détruire l’ensemble de l’administration d’un Etat n’a que de mauvaises conséquences.
Il voit un peu d’optimisme dans le fait que les Etats-Unis et la Russie participent aux négociations. Pour lui, l’éventualité que la Russie aide dans la situation en Syrie pourrait déclencher quelque chose de positif en Ukraine aussi. Il se demande s’il faudrait considérer la possibilité d’une autonomie spéciale en Ukraine de l’Est, à l’instar d’Aceh. Avant cela, il s’agirait de récupérer ou détruire les armes des séparatistes.
TS/15

Politique intérieure

Réforme des services sociaux et de la santé

Le gouvernement a présenté son projet mercredi
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a annoncé mercredi, lors d’une conférence de presse, que les 18 régions auront la responsabilité des services sociaux et de la santé à partir de début 2019. Les services seront produits suivant le principe de pleine concurrence afin d’améliorer la qualité des soins et l’efficacité et faire des économies.
Les régions seront responsables de la production des services mais elles devront transférer leurs services actuels dans de nouvelles entreprises. Les services produits par le public seront en concurrence avec les entreprises privées et des organisations. Le client pourra choisir les services de base entre le secteur public, le secteur privé et le troisième secteur.
Les détails de la liberté du choix seront décidés ultérieurement.
Les 18 régions n’auront pas de droit à l’imposition, en tout cas pas pendant cette législature. L’Etat financera donc les régions.
La région produira les services seule ou en coopération avec d’autres régions. Les communes ne seront plus responsables de la production des services de santé.
Selon la ministre de la réforme et des collectivités locales Anu Vehviläinen, la date des premières élections régionales sera décidée dans les semaines à venir.
HS/A8

Gouvernement

Les allocations sociales vont diminuer
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a décidé, lors des négociations sur le cadre budgétaire pour les quatre prochaines années, de couper les allocations sociales de 0,85 %, soit au total de 195 millions d’euros.
Il s’agit des allocations familiales, de soins à domicile, du minimum chômage, du minimum vieillesse, etc.
La diminution des allocations familiales concernent plus de 550 000 familles, celle du minimum chômage près de 200 000 chômeurs et la minimum vieillesse 616 000 retraités.
HS/A10

Allocation étudiants
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a décidé de diminuer de 150 à 122 millions d’euros les coupes dans les allocations étudiants. L’objectif est de faire des économies de 70 millions d’euros pendant cette législature.
La garantie de l’Etat des prêts étudiants augmentera de 600 à 650 euros par mois.
Les partis de l’opposition, qui ont déposé une motion de censure sur les économies concernant la formation, ont continué à critiquer le gouvernement au Parlement.
La première signataire de la motion de censure, Anna-Maja Henriksson, présidente du groupe parlementaire du Parti suédois, a souligné que le chemin choisi par le gouvernement est faux. « Le succès de la Finlande indépendante est basé sur un haut niveau de formation. »
Selon la ministre de l’éducation Sanni Grahn-Laasonen, le niveau de la formation ne peut pas dépendre uniquement de l’argent.
HS/A12

Défense

Le gouvernement a présenté son projet mercredi
Selon les informations d’Helsingin Sanomat, les forces armées projettent d’utiliser ceux qui sont en train de faire leur service militaire pour repousser une éventuelle attaque surprise.
L’état-major de l’armée de terre n’a pas voulu commenter cette information.
HS/A14

Economie

Nokia

« La mue de Nokia s’accélère » HS
« Nokia supprimera jusqu’à 1300 postes en Finlande » AL
« La Finlande tirera profit de la 5G et des services du cloud » KL
Nokia a annoncé la mise en œuvre de son plan de restructuration. Il conduira à des suppressions de postes dans le monde entier, conformément aux objectifs de 900 millions d’euros d’économies qui avaient été annoncés lors de la présentation de l’acquisition d’Alcatel – Lucent, rapporte Yle.
« Lors de l’annonce de l’acquisition d’Alcatel – Lucent nous nous étions engagés à atteindre des gains de synergie de 900 millions d’euros. Notre engagement n’a pas changé », a déclaré M. Rajeev Suri, PDG de Nokia.
La presse rapporte que Nokia, qui emploie environ 104 000 personnes envisagerait de supprimer d’ici 2018, 400 emplois en France, 1400 en Allemagne et 1300 en Finlande.
En Finlande c’est donc un plan social pouvant conduire à la suppression de 1300 postes qui a donc été annoncé hier.
La presse rappelle que Nokia, qui comptait près de 25 000 employés en Finlande au début des années 2000, n’en compte plus aujourd’hui (notamment après la vente de la branche téléphones mobiles et le transfert de 4700 personnes à Microsoft) que 6850. Ces suppressions toucheraient les trois principaux sites de Nokia : 650 à Espoo (près d’Helsinki), 300 à Tampere et 300 à Oulu.
La direction de Nokia a souligné que, proportionnellement, cela n’était pas les sites finlandais qui étaient les plus touchés (mais les sites en Allemagne).
Helsingin Sanomat relève que les suppressions d’emplois en France sont moins importantes qu’en Finlande. Le quotidien écrit aussi que lors de l’acquisition d’Alcatel – Lucent, « Nokia a annoncé en septembre au gouvernement français que les effectifs dans la R&D en France seraient augmenté de 2000 à 2500 postes en trois ans et que le groupe engagerait 300 jeunes ingénieurs ».
Les syndicats ont manifesté leur étonnement, non pas sur le plan social qui était attendu, mais sur son ampleur pour la Finlande. La représentante des employés a déclaré que les salariés suivraient de très près comment les suppressions ont lieu en France car « le principal est que les licenciements soient faits partout suivant les mêmes règles. Et pas en fonction de savoir dans quel pays il est plus facile de licencier ». Elle souligne néanmoins avoir un espoir pour la Finlande où le dernier plan social s’est soldé par moitié moins de suppressions de postes que ce qui avait été annoncé.
Kauppalehti a interrogé le directeur Finlande de Nokia qui se veut optimiste : « Si 1300 emplois supprimés est un chiffre important, il faut voir qu’à long terme l’objectif est de faire de Nokia un vainqueur dans le domaine de la 5G et du cloud. On va croître en Finlande aussi car dans l’entreprise on sait bien quelle est la qualité de la Finlande pour la compétitivité de sa recherche et le développement des hautes technologies. Mercredi, on a lancé les plans sociaux dans 25 pays. Après ces coupes, le nombre d’employés et la part de la R&D sera plus importante en Finlande que, par exemple en Allemagne ou en France », déclare M. Uitto qui souligne que le siège reste en Finlande.
HS Yle AL

OL3

« Le STUK considère le calendrier d’OL3 comme réaliste » TS
« Les tests d’OL3 vont commencer ce mois-ci » HS
Helsingin Sanomat rapporte que l’agence de sécurité nucléaire finlandaise STUK attend avec enthousiasme le début des tests de l’EPR d’OL3 ce mois-ci.
« Le centrale commence à être prête », relève l’inspecteur du STUK, M. Lasse Kuosa.
Il souligne que durant la dernière année les travaux ont été très actifs après une période de calme. « Il y a enfin de la dynamique », selon lui.
On estime que le chargement du réacteur pourrait intervenir au printemps 2018. « Le calendrier est tout à fait tenable si aucune surprise n’émerge durant les tests », selon Minna Tuomainen du Stuk.
HS TS

STX

« Une grande commande pour STX en France » TS
Turun Sanomat rapporte que le chantier de STX France, qui est le principal concurrent du chantier naval de Turku, a reçu une grosse commande de MSC pour la construction de quatre navires de croisière.
TS

Mercredi 6 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Turquie

Le Premier ministre turc effectue une visite en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu effectue aujourd’hui une visite en Finlande à l’invitation du Premier ministre Juha Sipilä.
M. Davutoglu rencontrera aussi le Président Sauli Niinistö et la présidente du Parlement Maria Lohela.
TS/14

Panama papers

Nordea devra œuvrer pour rétablir sa réputation
Les spécialistes du domaine d’éthique des sociétés estiment que l’essentiel, dans le cas de la banque Nordea, c’est d’agir sans tarder et dans la transparence. Sauver sa réputation et maintenir la confiance des clients nécessitera beaucoup de travail à Nordea.
Selon M. Niskala du groupe Mitopro, les crises soulignent l’importance pour les entreprises de se tenir au courant des effets de leurs actions.
Kauppalehti rend compte des propos de M. Finér, spécialiste fiscal de l’ONG Finnwatch, qui estime que les révélations actuelles ne représentent que le sommet d’un iceberg. Pour lui, les échanges automatiques d’information entre les Etats seraient le moyen le plus important de maîtriser l’évasion fiscale.
Nordea gère les fonds de ces clients qui s’élèvent à 288,2 milliards d’euros en 2015, contre 105 mrds d’euros en 2000. Cette somme est nettement supérieure aux placements de l’ensemble du système de retraite finlandais.
Kauppalehti relève que la directrice de l’inspection interne de Nordea a démissionné en janvier, et que le processus de recrutement d’une personne à son remplacement est toujours en cours.
KL/6-7

Défense, crises, migration

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö est intervenu lors de la réunion du cours de défense. Il estime que dans le contexte des crises actuelles, il n’y avait pas lieu de s’attendre à un tournant vers quelque chose de positif dans l’immédiat.
Concernant l’accord entre l’UE et la Turquie il constate qu’il n’est pas parfait, et qu’il sera difficile de le mettre en œuvre, mais que cette solution était meilleure que de ne pas avoir de solution du tout.
Concernant le terrorisme, il privilégie l’importance de la prévention des attaques. Pour lui, la lutte contre le terrorisme devrait également inclure les mesures pour empêcher l’exclusion des jeunes en leur offrant du travail et des perspectives d’avenir.
M. Niinistö n’exclut pas l’éventualité que l’OTAN renforce sa présence et ses activités dans la mer Baltique dans l’avenir. Il note que la Finlande et la Suède ont réagi de la même façon à une situation changée dans cette région. Les deux pays investissent beaucoup dans la coopération internationale, ce qui vaut tant pour le partenariat avec l’OTAN que pour la coopération avec les Etats-Unis.
TS/10

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement s’est mis d’accord sur de nouvelles économies
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a terminé mardi les négociations sur le cadre budgétaire pour les quatre prochaines années. La conférence de presse de MM. Sipilä, Soini et Stubb a commencé tard, à 21 h mardi soir.
Le gouvernement a décidé de faire des économies supplémentaires de 370 millions d’euros. Il s’agit des économies de 25 millions d’euros sur l’aide au développement, 130 millions sur les communes mais aussi 195 millions d’euros sur la sécurité sociale (baisse générale de toutes les allocations de 0,85%).
Le gouvernement remplace l’augmentation de la taxe sur les produits sucrés, rejetée par la Commission européenne, par une augmentation de la taxe sur les carburants.
En même temps, le gouvernement a décidé de commencer des projets de transports à hauteur de 700 millions d’euros, dont l’amélioration de la route nationale 4 entre Oulu et Kemi et la route nationale 5 entre Mikkeli et Juva et la voie ferrée entre Luumäki et Imatra, mais aussi le tram Jokeri d’helsinki et le tram de Tampere.
Le gouvernement a également décidé d’investir 105 millions d’euros à l’enseignement dans les universités. L’indemnité pour les étudiants sera toutefois diminuée de 122 millions d’euros.
Selon le ministre des finances Alexander Stubb, l’augmentation de la taxe sur l’essence coûterait à un automobiliste environ 30-35 euros par an. Cette décision est difficile surtout pour les Vrais Finlandais, a admis M. Soini. Selon lui, l’augmentation de la TVA sur la nourriture aurait été encore plus difficile. M. Soini souligne que si le prix du pétrole dépasse 80 dollars par barril le gouvernement réétudiera l’augmentation de la taxe sur les carburants. « Il est même possible d’annuler l’augmentation. »
HS/A6-7

Réforme des services sociaux et de la santé
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement n’a pas encore présenté les grandes lignes de la réforme des services sociaux et de la santé lors de la conférence de presse de mardi soir mais a promis une conférence de presse pour mercredi prochain.
Selon le quotidien, il y a eu un litige sur les rôles des secteurs public et privé, surtout sur le droit du patient de choisir entre les deux. Les Vrais Finlandais s’inquiètent du sort des services publics devant la concurrence qui va commencer.
La liberté du choix est importante pour le Kokoomus. Les membres de ce parti estiment que le Kokoomus a cédé trop souvent devant le Centre, surtout en ce qui concernant l’approbation des 18 régions suivant la volonté du Centre.
HS/A6

Economie

Bourse
Kauppalehti rend compte du nombre important d’entreprises qui cherchent à entrer à la bourse. En une semaine, cinq groupes ont annoncé leur aspiration à être cotés, ce qui ne s’est pas produit depuis le début des années 2000, selon le directeur général de la Bourse de Helsinki.
KL/8

Musée Guggenheim

Finavia souhaite investir dans le projet
Finavia qui gère les aéroports et les services d’aviation, se déclare prêt à investir dans le projet d’éventuelle construction d’un Musée Guggenheim à Helsinki.
Finavia ne souhaite pas commenter la somme qui pourrait être envisagée.
Pour Finanvia, le musée servira à attirer des touristes et augmenter la demande de vols. Un million de nouveaux passagers d’avion pourraient créer mille nouveaux emplois.
HBL/12

Mardi 5 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Panama papers

La police et le fisc attendent plus d’informations
Des centaines de Finlandais sur les documents obtenus par les journalistes
Yle a publié, dimanche et hier, des informations sur la fuite selon laquelle des centaines de Finlandais seraient concernés par l’affaire. Selon Yle, il s’agit de petits entrepreneurs, des gros investisseurs, de sportifs de haut niveau, des familles, des juristes, des criminels et des entreprises. La banque Nordea est impliquée dans la création des sociétés au Panama.
Les autorités fiscales et policières se sont toute de suite intéressées aux informations concernant les Finlandais qui auraient créé des entreprises au Panama.
Selon M. Ranta-aho de la police judiciaire, la police s’intéresse surtout aux éventuelles fraudes fiscales et à la dissimulation des bénéfices obtenus par des moyens criminels.
Selon Mme Alamäki, directrice au fisc, un processus a été lancé pour obtenir les informations des journalistes ou bien des autorités d’un autre Etat. Elle note que le fisc dispose d’un accord d’échange d’informations avec le Panama. Elle note aussi que le fisc peut désormais utiliser pour ses enquêtes des informations issues de fuites.
Nordea aurait fondé 400 sociétés au Panama pour ses clients de 2004 à 2014. M. Kaperi, directeur de la branche finlandaise de Nordea, admet que 90 telles sociétés existent toujours et que la banque avait « soit disant fermé les yeux » jusqu’en 2009.
Selon M. Kaperi, la plupart des clients qui ont créé une société au Panama par Nordea sont des ressortissants étrangers. Les Finlandais concernés sont principalement des personnes installées de façon permanente à l’étranger.
Le Premier ministre, M. Sipilä, et le ministre des Finances, M. Stubb, condamnent l’évasion fiscale. M. Stubb est étonné du rôle central de Nordea. Il estime qu’il reviendra à la police et aux autorités d’étudier l’affaire et que les révélations accéléreront certainement la coopération internationale pour empêcher l’évasion fiscale.
M. Sipilä estime que payer ses impôts relève d’une question d’honneur. Pour lui, il faut des mesures déterminées au niveau de l’UE pour maîtriser l’évasion fiscale.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Soini, condamne le fait d’alimenter un paradis fiscal. Pour lui, Nordea a perdu toute crédibilité.
M. Rinne, président du PSD, estime que son parti ne pourra plus être client chez Nordea. Il rappelle que, dans les pays nordiques, on lutte pour l’Etat-providence et contre l’évasion fiscale depuis des décennies.
Le Président des Verts, M. Ville Niinistö, réclame des mesures concrètes pour lutter contre les paradis fiscaux et l’économie parallèle.
HS/A6-7, HBL/5, hs.fi

Editoriaux
« Pour cacher de l’argent, on a toujours une raison de le faire » HS
« Onze millions de documents gênants » HBL

Migration – accord avec la Turquie

11 réfugiés syriens arrivent en Finlande
La Finlande et l’Allemagne accueillent parmi les premiers Etats membres des Syriens depuis des camps de réfugiés turcs. Trois familles syriennes sont arrivées en Finlande, lundi.
Selon M. Vuorio, directeur des affaires d’immigration du ministère de l’Intérieur, la Finlande s’efforce d’accueillir des familles entières pour ne pas que d’autres membres d’une famille viennent plus tard dans le cadre d’autres processus. La Finlande a dit qu’elle accueillerait 600 Syriens de Turquie dans le cadre du quota. Elle en accueillera 150 du Liban.
M. Vuorio constate que, même sans l’accord avec la Turquie, la Finlande allait accueillir des Syriens justement, le gouvernement ayant décidé en 2015 que le quota concernerait des Syriens.
HS/A24

Défense

L’armée de l’air enverra deux F18 Hornet aux Etats-Unis
Helsingin Sanomat relève que l’armée de l’air enverra, à la mi-avril, deux avions de chasse F-18 Hornet aux Etats-Unis afin d’intégrer les nouveaux missiles de croisière Jassm aux avions de chasse finlandais.
HS/A15

Politique intérieure

Partis politiques

M. Adlercreutz se présente à la présidence du Parti suédois
Anders Adlercreutz, 45 ans, député de Kirkkonummi, a présenté sa candidature pour la présidence du Parti suédois.
Mme Henriksson qui brigue également la présidence du parti constate qu’elle aurait été étonnée de ne pas voir d’autres candidats se présenter.
HBL/10

Gouvernement

Les négociations sur le cadre budgétaire ont commencé lundi
Litige sur la réforme des services sociaux et de la santé
Helsingin Sanomat rapporte que le gouvernement a entamé lundi les négociations sur le cadre budgétaire à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre Sipilä. Le gouvernement doit prendre aujourd’hui la décision sur son projet économique pour les quatre prochaines années, soit le cadre budgétaire pour 2017-2020.
Dans son programme, le gouvernement s’est mis d’accord sur des économies de 4 milliards d’euros pendant cette législature, mais il manque encore des économies budgétaires de 400 millions d’euros.
L’objectif du gouvernement est également de publier les grandes lignes de la réforme des services sociaux et de la santé aujourd’hui, en même temps avec les décisions sur le cadre budgétaire.
Selon les informations d’Helsingin Sanomat, le gouvernement avait l’intention de publier les décisions sur la réforme de la santé jeudi dernier, après la session des questions orales du Parlement. Il y a toutefois eu un litige sur les rôles des secteurs public et privé. Les Vrais Finlandais exigent que le secteur public ait le rôle principal, tandis que le Centre et le Kokoomus souhaitent des rôles égaux pour les deux.
Il y a déjà un accord sur le financement de la réforme. Il n’y aura pas de taxe « santé », en tout cas pas prochainement parce qu’il n’y a pas de temps pour mettre en œuvre un nouveau système d’impôts.
Le gouvernement a rejeté, début mars, le modèle déjà approuvé sur les 15 régions de la santé. Il sera remplacé par un modèle de cinq régions de coopération qui suivent les cinq régions actuelles de responsabilité spéciale autour des cinq hôpitaux universitaires (Helsinki, Turku, Tampere, Kuopio, Oulu).
Les ministres Juha Rehula et Anu Vehviläinen pour le Centre, Hanna Mäntylä et Jussi Niinistö pour les Vrais Finlandais et Petteri Orpo et Lenita Toivakka pour le Kokoomus ont négocié lundi sur la réforme des services sociaux et de la santé. Les résultats de cette rencontre n’ont cependant pas été annoncés.
HS

Formation

Akava met en garde devant l’affaiblissement de l’éducation
Helsingin Sanomat relève que selon une étude de l’OSCE, il y a un lien entre les résultats Pisa et la croissance économique. L’OCDE estime qu’en Finlande et dans les autre pays nordiques, ainsi qu’en Estonie, une petite augmentation dans les résultats Pisa fait augmenter considérablement le produit intérieur brut.
Selon un rapport par l’économiste principal de la centrale syndicale Akava, Eugen Koev, si les résultats Pisa se détériorent le produit intérieur brut diminuera. Selon M. Koev, la moyenne Pisa des élèves finlandais en mathématiques et sciences a diminué de 23,5 points en 2006-2012, ce qui est beaucoup. « Si cette détérioration est permanente, la croissance économique de la Finlande peut ralentir de 0,46 % par an. »
HS/A15

Stockmann

M. Thelin quittera le poste de directeur général
Helsingin Sanomat rapporte que le Suédois Per Thelin, nommé directeur général de Stockmann en novembre 2014, a dû quitter son poste lundi. Le directeur économique Lauri Veijalainen a été nommé directeur général intérimaire.
HS/A26

France - Finlande

Culture

Les trois mousquetaires
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du projet théâtral « 3 Musketeers – East of Vienna ».
HS/B3

Lundi 4 avril 2016

Politique étrangère et européenne

Sécurité – Visite de M. Niinistö à Washington

Le Président Niinistö ne pense pas que les Etats-Unis souhaitent prendre leurs distances à l’égard de l’Europe
Interrogé sur l’importance des Etats-Unis dans la politique étrangère et de sécurité de la Finlande, le Président Sauli Niinistö déclare que la situation dans la mer Baltique s’est un peu calmé ces derniers temps. Pour lui, le rôle des Etats-Unis est devenu plus visible lorsque le débat s’est animé concernant la défense des pays Baltes et concernant l’article 5 (de l’OTAN), après les interventions de la Russie dans la Crimée et en Ukraine.
M. Niinistö souligne le caractère sans problèmes des relations entre la Finlande et les Etats-Unis. Selon lui, les Etats-Unis voient la Finlande dans le contexte de la région de la mer Baltique. De plus, beaucoup d’Américains voient les pays nordiques comme un ensemble, plutôt homogène qui fait beaucoup de bien et n’engendre pas de soucis.
Selon M. Niinistö, la coopération de défense entre la Finlande et la Suède n’est pas passée inaperçue aux Etats-Unis. Le fait que cette coopération se renforce en temps de crise n’est pas sans importance du point de vue américain, ou russe.
Il dit comprendre le souci américain concernant la défense européenne. Il ne partage toutefois pas l’avis selon lequel les Etats-Unis seraient en train de prendre leurs distances concernant l’Europe.
Concernant les relations bilatérales, M. Niinistö affirme qu’elles n’ont jamais été mauvaises. Ainsi, il n’y a pas de rapprochement particulier dans l’air.
Les crises de ces derniers temps ont changé l’Europe et le monde entier sans pour autant avoir d’effet sur la relation entre la Finlande et les Etats-Unis. Sur une échelle plus grande, les crises ont un effet sur les relations entre les pays au niveau mondial. Les problèmes, notamment liés au terrorisme, renforceront la coopération liée à la sécurité. M. Niinistö souligne l’importance des échanges d’information afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’abus du matériel nucléaire ou radioactif.
Concernant la Russie, il estime qu’il serait important que ce pays participe à la coopération en matière de sécurité nucléaire. La Russie a un grand rôle concernant ces questions, selon lui.
HS/dim/A14-15, AL/dim/A26-27

Renseignement

La réforme de la législation finlandaise en la matière avance comme prévu
Les attaques terroristes de Paris et de Bruxelles n’accélèreront pas la préparation de la réforme de la législation finlandaise sur le renseignement. Mme Nerg, secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, note que les attaques soulignent l’importance de ce travail, ainsi que le fait qu’il faut soigneusement étudier le fondement constitutionnel de la réforme.
Selon M. Tölli, député centriste qui préside le groupe de suivi du projet, il est prévu qu’une proposition en la matière soit finalisée avant la fin de l’année.
Le projet de réforme est partagé entre plusieurs ministères : comme il s’agit de renseignement civil et militaire, les ministères de l’Intérieur et de la Défense sont impliqués. Le ministère de la Justice se charge des questions constitutionnelles et celui des Transports et des Communications de l’évolution de la sécurité informatique de la numérisation.
AL/sam/A17

Tourisme

Les touristes étrangers représentent 5,5 millions de nuitées en Finlande
La Finlande a enregistré 5,5 millions de visites touristiques en 2015. Les recettes en la matière s’élèvent à 4 milliards d’euros.
Alors que le nombre de touristes russes a connu une diminution de 42 % par rapport à 2014, le nombre de touristes chinois a augmenté de 40 %.
Le nombre de Français a augmenté de 6 %. Ils représentent 4 % des nuitées effectuées, à l’instar des Chinois. Ce sont les ressortissants des 28 Etats de l’UE qui représentent la plus grande partie des nuitées, 54 %.
HBL/lun/5

Les décès des touristes finlandais à l’étranger
Helsingin Sanomat relève que selon le ministère des affaires étrangères, des centaines de Finlandais meurent à l’étranger tous les ans, le plus en Thaïlande, en Estonie ou en Espagne. En 2015, 520 Finlandais sont décédés à l’étranger. En 2014, il y en a eu 512.
Le coût de rapatriement peut être élevé si la personne n’a pas pris une assurance de voyage. Selon la loi sur les services consulaires, l’Etat finlandais ne paye pas le rapatriement ou l’inhumation des Finlandais à l’étranger.
HS/A23

Politique intérieure

Gouvernement

Les négociations sur le cadre budgétaire commencent aujourd’hui
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement commence aujourd’hui les négociations sur le cadre budgétaire pour les quatre prochaines années. Selon le programme du gouvernement, il faut y trouver des économies budgétaires de 400 millions d’euros.
Il faudra également trouver des économies de 100 millions d’euros pour compenser l’augmentation prévue de la taxe sur les produits sucrés, rejetée par la Commission européenne.
Selon les informations d’HS, le gouvernement projette une augmentation de la taxe sur les carburants.
L’estimation sur le nombre de demandeurs d’asile serait baissée de 15 000 à 10 000 personnes par an, ce qui permet d’économiser dans les dépenses d’intégration prévues.
Le taux réduit de TVA, à 10 %, pourrait être haussé à 14 %.
Les trois partis représentés au gouvernement ne sont pas d’accord par exemple sur le nombre de policiers ou sur l’éventuel transfert de la Douane au ministère de l’intérieur.
HS/lun/A8

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat souligne que tout le monde estime qu’il faut modifier la direction économique de la Finlande et améliorer l’emploi. Néanmoins, faire seulement des économies n’est pas une politique économique, juge l’éditorialiste.
HS rappelle que selon une publication récente de la Banque de Finlande, le gouvernement souhaite améliorer l’économie mais il ne peut rien faire par exemple concernant le commerce avec la Russie si les sanctions ne sont pas levées. De même, les exportations finlandaises sont dominées pas les produits d’investissement et le gouvernement dépend donc de la demande étrangère pour cela.
Le gouvernement devrait se concentrer sur des questions comme l’emploi. Le nombre de la population active diminue trop rapidement : de 67 % en 2010 à 64 % actuellement. Parmi les personnes de 20-64 ans, le taux d’emploi est seulement de 72 %, contre 80 % en Suède. Le taux d’emploi des femmes de 30-40 ans est trop bas. Une chose est caractéristique à la Finlande : un grand nombre de la population habite dans les régions où il n’y a pas de travail.
L’éditorialiste juge toutefois qu’il est peu probable que le centre se lance dans une politique pour inciter les femmes à sortir du foyer ou les gens à quitter leur province.
HS/sam/A4

Politique financière

Le vieillissement de la population augmente les frais
Helsingin Sanomat publie un billet signé Markus Sovala, directeur général au ministère des finances.
Selon les informations préliminaires, le produit intérieur brut a été 6 % plus bas en 2015 qu’en 2008, juste avant le début de la crise financière internationale. Entre 2008 et 2015 les dépenses de consommation publiques ont augmenté d’environ 2 % et les investissements publics de près de 10 %.
Les dépenses de l’économie publique ne peuvent pas se développer éternellement à un rythme différent que les recettes. Le gouvernement précédent a coupé les dépenses publiques de six milliards d’euros. Le gouvernement actuel tente de mettre en œuvre un paquet de coupes de quatre milliards d’euros.
Il semble que la politique financière a été très laxiste de 2009 à 2010. On a ensuite varié entre un politique financière un peu rigoureuse ou un peu laxiste, suivant la façon de mesurer.
Les dépenses de consommation et les investissements publics ont diminué légèrement en 2014-2015. Il semble que la politique financière a alors été un peu rigoureuse.
On peut aussi mesurer la rigueur de la politique économique par la demande nationale. La consommation privée n’a jamais été aussi élevée par rapport au produit intérieur brut. Même si le produit intérieur brut est resté bas en 2012, le niveau réel des rémunérations a augmenté tous les ans depuis 2012. Même la construction, sensible aux variations de la conjoncture, a augmenté l’année précédente.
Comment est-il possible qu’on mette en œuvre des coupes de milliards d’euros mais simultanément les dépenses ne diminuent pas et la politique financière n’est qu’un peu rigoureuse ?
Dans le débat social on oublie souvent un point de vue important : la croissance des dépenses dues au vieillissement et la relance budgétaire automatique qui la suit. L’ajustement des dépenses de dix milliards d’euros a été compensé pour une grande partie par les dépenses relatives aux pensions de retraite et aux services de soins.
Selon les comptes de l’économie nationale, les dépenses relatives aux pensions de retraite ont augmenté nominalement de plus de 50 % depuis 2008. En même temps, les dépenses des communes, qui s’occupent des dépenses des services de soins, ont augmenté de 25 %.
Quand on limite l’augmentation des autres dépenses, on est en train de rediriger les dépenses publiques des autres groupes d’âge vers ceux qui vieillissent.
Une grande majorité des Finlandais veulent maintenir l’Etat-providence et ses services. Il y a toutefois un déficit important dans l’économie publique et les dépenses dues au vieillissement ne feront qu’augmenter à l’avenir. L’Etat-providence ne peut être maintenu que si la croissance économique s’accélère et si on arrive à diminuer les dépenses publiques, estime M. Sorvala.
HS

Kokoomus

Mme Lepomäki a présenté sa candidature à la présidence du parti
Helsingin Sanomat rapporte que la députée Elina Lepomäki a annoncé samedi sa candidature à la présidence du Kokoomus.
Mme Lepomäki, 34 ans, représente l’aile droite du parti. Elle s’oppose au pacte de compétitivité qu’elle considère comme nuisible pour l’économie finlandaise. Elle souhaite supprimer le caractère contraignant des conventions collectives.
HS/A19

France – Finlande

Musique

Louis Langrée a dirigé l’orchestre symphonique RSO
Helsingin Sanomat publie une bonne critique du concert de l’orchestre symphonique de la Radio-télédiffusion publique finlandaise Yle qui était dirigé par Louis Langrée. Au programme Webern, Schumann et Chostakovitch.
HS

France

Paris

Freegan Pony
Helsingin Sanomat, dans ses pages tourisme, publie un reportage sur le Freegan Pony, cantine alternative aux portes de Paris alimentée par les invendus de fruits et légumes du marché de Rungis.
HS

Point de vue
Patrick Le Louarn, qui écrit pour les quotidiens régionaux finlandais, signe un point de vue dans lequel il estime que les attitudes des Parisiens à l’égard des musulmans se sont durcies depuis les attentats de Bruxelles.
AL

Vendredi 1er avril 2016

Politique étrangère et européenne

Terrorisme

L’échange d’informations , le maillon faible du renseignement
Le ministre de l’Intérieur, M. Orpo, estime que les moyens des autorités finlandaises de récupérer des informations de renseignement sur le terrorisme sont restreints, ce qui pourrait affaiblir l’intérêt des autres Etats pour échanger des informations avec la Finlande, l’échange relèvant de la réciprocité.
Pour M. Orpo, la Finlande s’appuie grandement sur la bonne volonté de ses partenaires internationaux pour obtenir des informations de renseignement. Une source de Helsingin Sanomat estime toutefois que la Finlande dispose d’une bonne réputation en tant que partenaire digne de confiance. Cela repose sur son savoir-faire dans le domaine du contre-espionnage, ce qui se reflète également dans la lutte contre le terrorisme.
Une réforme de la législation est en cours en Finlande concernant le renseignement. Le projet devrait être déposé au Parlement à l’été 2017. Il est prévu d’augmenter les attributions des autorités notamment dans le domaine de surveillance des réseaux informatiques.
M. Orpo serait favorable au renforcement du rôle d’Europol dans la récolte et la distribution des renseignements sur le terrorisme. Il regrette que peu d’Etats aient fourni des informations à Europol.
La source de HS privilégie les accords mutuels entre les services de renseignement et de sécurité de différents pays. Il faudrait étendre ce système l’ensemble des 28 Etats.
HS/A6-7

Sécurité nucléaire

M. Niinistö à Washington : le terrorisme nucléaire constitue une menace pour tous
Le Président Sauli Niinistö, qui participe actuellement au sommet sur la sécurité nucléaire à Washington, estime que l’utilisation du matériel radioactif dans une attaque terroriste constitue une préoccupation pour la Finlande. « Nous avons le même intérêt que tous les autres de participer à lutter contre le fait que ce matériel soit utilisé avec de mauvaises intentions. Il s’agit tant d’une responsabilité universelle que d’un instinct de conservation. »
Les spécialistes finlandais du domaine de l’énergie nucléaire sont bien représentés à Washington. Ils estiment qu’il est difficile de séparer la sécurité nucléaire de la sécurité des centrales nucléaires. Les Finlandais ont pu présenter les équipements développés en Finlande pour détecter la radiation.
M. Niinistö souhaite pouvoir évoquer, outre la sécurité nucléaire, la Syrie et la coopération arctique à l’occasion des entretiens.
HS/A32

Economie

Les exportations ont chuté de 10%
Les exportations ne repartiront pas sans un renforcement net des investissements
Les douanes ont publié, hier, leurs chiffres sur des exportations pour le mois de janvier. Par rapport à celles d’il y a un an, les exportations ont chuté de 10 %. Elles s’élèvent de 3,6 milliards d’euros. Selon les douanes, la chute dépend de la diminution des quantités de marchandises exportés et non pas de leur prix. Les chiffres n’ont jamais été aussi faibles depuis le début 2010.
Selon M. Palokangas, économiste auprès de la confédération de l’industrie technologique, la capacité de production de l’industrie a diminué de 20 % depuis 2008. Le nombre d’entreprises employant plus de cinq personnes a diminué de 14 % dans l’industrie. Il estime que si les investissements ne repartent pas de façon considérable, il ne sera même théoriquement pas possible de s’attendre à une croissance dans les exportations.
M. Heiskanen, économiste de la banque OP, quant à lui, voit un brin d’optimisme concernant les investissements dans l’industrie forestière. Il estime qu’il ne faut pas tirer des conclusions à partir des chiffres sur un mois. Compte tenu des services, les exportations ont un peu augmenté l’année dernière.
Depuis 2008, le chiffre d’affaires total des entreprises de l’industrie technologique a diminué de 20 % soit de 20 milliards d’euros. Ce secteur représente la moitié des exportations finlandaises. M. Palokangas constate que les entreprises considèrent que le gouvernement n’a pas suffisamment d’énergie ni de courage. Il regrette qu’au lieu de soutenir la croissance, le gouvernement ne se soucie que du financement du secteur public. Pour lui, il faudrait des réformes dans le marché du travail et dans la fiscalité.
HS/A38

Tourisme

Les vols vers la Laponie sont pleins
Selon Helsingin Sanomat, les vols d’Helsinki vers la Laponie sont pleins de touristes étrangers en ce moment. Il y a surtout des touristes asiatiques (+ 9 % par rapport à l’hiver dernier) mais aussi européens.
Le nombre de passagers par exemple à l’aéroport d’Ivalo a augmenté de 27 % au début de l’année par rapport à 2015, à Kittilä de 17 % et à Rovaniemi de 12 %.
Les prix des billets d’avion Helsinki-Kittilä-Helsinki achetés à la dernière minute peuvent coûter de 300 à 700 euros.
HS/A21

Politique intérieure

Partis politiques

Le Centre a repris la première place
Selon les résultats d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte d’Yle, le Parti du centre est redevenu le plus grand parti avec une popularité de 21,7 % (+1,0 % par rapport au sondage précédent). Le Parti social-démocrate, qui a perdu 2,6 %, arrive deuxième avec un score de 20,3 %, suivi du Rassemblement national (Kokoomus), 17,1 % (+0,2 %).
L’audience de l’Alliance verte a augmenté de 1,8 %, à 12,5 %. Les Vrais Finlandais arrivent cinquième avec 9,5 % (+0,5 %).
L’Alliance des gauches est à 8,3 %, le parti a perdu 0,6 %. Le Parti suédois est à 4,7 % (+0,2 %) et les Chrétiens-démocrates à 3,6 % (-0,2 %).
L’audience totale des trois partis représentés au gouvernement est 48,3 %. Il semble que l’accord sur le pacte de compétitivité et l’enterrement du paquet de lois afin d’améliorer la compétitivité-coût ont augmenté la popularité du gouvernement et en même temps diminué celle du PSD.
Yle

Parti suédois

Mme Henriksson a présenté sa candidature à la présidence du parti
Helsingin Sanomat relève que la présidente du groupe parlementaire du Parti suédois Anna-Maja Henriksson a présenté jeudi sa candidature à la présidence du parti au congrès du parti en juin. Le président actuel Carl Haglund a annoncé il y a une semaine qu’il quitterait la présidence.
Mme Henriksson, juriste de 52 ans, a été ministre de la justice de 2011 à 2015 dans les gouvernements de MM. Katainen et Stubb. En 2012, M. Haglund, alors parlementaire européen, avait remporté la présidence du parti contre Mme Henriksson par 144 voix contre 106.
Mme Henriksson a été élue au Parlement pour la première fois en 2007. En 2015, elle a obtenu plus de 10 000 voix dans la circonscription de Vaasa.
Contrairement à M. Haglund, Mme Henriksson dit de ne pas avoir perdu confiance dans la politique même si plusieurs réformes avancent lentement.
HS/A19

Parti du centre

M. Sipilä a vendu sa maison à Kempele
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Juha Sipilä a vendu sa maison à Kempele. Selon le tabloïd Ilta-Sanomat, il a obtenu un prix de 570 000 euros pour la maison qu’il avait promis à l’automne dernier à l’usage des demandeurs d’asile.
HS/A19

Education - Ville d’Helsinki

Un programme numérique pour les écoles
Helsingin Sanomat relève que la commission de l’éducation a approuvé jeudi un programme numérique de 37 millions d’euros pour les écoles d’ici 2019. Il s’agit de fournir un système informatique commun pour toutes les écoles et l’achat de milliers d’ordinateurs portables.
Selon la directrice de l’éducation Liisa Pohjolainen, la réforme est en effet en cours. Des dizaines d’écoles développent d’ores et déjà de nouvelles méthodes à apprendre par l’intermédiaire de la technologie, par exemple la robotique.
La décision définitive sur la mise en œuvre du programme sera prise ultérieurement par le conseil municipal.
HS/A23

France – Finlande

Cinéma

Mustang
Les journaux rendent compte de la sortie en Finlande de Mustang de Deniz Gamze Ergüven qui a représenté la France pour le meilleur film en langue étrangère aux Oscars.
HS/B4

Oulu

Musique : Emma Tessier soliste de l’orchestre symphonique d’Oulu
La flutiste française Emma Tessier, membre de l’orchestre symphonique d’Oulu depuis 2011, se produira ce soir comme soliste pour jouer le Concerto pour flûte de Nielsen.
Kaleva publie un portrait – interview d’emma Tessier qui déclare se plaire à Oulu.
Kaleva

publié le 29/04/2016

haut de page