Avril 2015

Jeudi 30 avril 2015

Politique intérieure

Parlement

La législature a été inaugurée
Selon Helsingin Sanomat, l’ouverture solennelle de la législature a eu lieu mercredi au palais Finlandia par le discours du Président Sauli Niinistö et la réponse du président du Parlement Juha Sipilä.
La directrice de l’Institut des relations internationales UPI Teija Tiilikainen estime qu’au lieu de traiter de la situation actuelle, le Président Niinistö a voulu évoquer la continuité dans la politique étrangère finlandaise. « Son message est que la Finlande se débrouille de toutes les situations. » « M. Niinistö a été optimiste, aussi dans la politique économique. » Selon Mme Tiilikainen, le discours a été clairement adressé aux nouveaux députés et au prochain gouvernement. M. Niinistö a souligné la grande responsabilité de la direction de politique étrangère et de sécurité.
Mme Tiilikainen estime que le message du discours de M. Sipilä a visé les futurs partenaires au gouvernement, surtout les Vrais Finlandais.
Tuomas Forsberg, professeur de politique internationale à l’université de Tampere, estime aussi le thème central du discours de M. Niinistö a été la continuité de la politique étrangère et de sécurité. Le discours de M. Sipilä n’a pas été une déclaration de politique étrangère. « M. Sipilä répète le discours habituel finlandais pour satisfaire le plus large public », selon M. Forsberg.
HS/A6

M. Sipilä s’est félicité des propos du Président Niinistö
Helsingin Sanomat rapporte que M. Sipilä s’est félicité de la proposition de M. Niinistö concernant la fin du principe de l’immuabilité du programme du gouvernement.
Selon M. Niinistö, si la situation change, le gouvernement pourrait présenter un nouveau programme au Parlement pendant la législature. Il souligne que le programme du gouvernement ne doit pas être un tabou.
HS/A7

Formation d’un nouveau gouvernement

Entretien de M. Sipilä avec les représentants des partenaires sociaux
Helsingin Sanomat relève que le président du Centre Juha Sipilä, actuel président du Parlement, a eu hier un entretien avec les dirigeants des partenaires sociaux qui lui ont donné leurs réponses à des questions concernant le pacte social projeté par M. Sipilä.
Les grandes centrales syndicales SAK, STTK et Akava, la confédération du patronat et de l’industrie EK, et le patronat des communes ont donné leurs réponses, ainsi que les associations des entrepreneurs et entrepreneurs familiales et des producteurs agricoles MTK.
M. Sipilä leur avait demandé comment améliorer la productivité finlandaise de 5 % afin d’améliorer l’emploi, le secteur public et la compétitivité des entreprises. Il a demandé aussi quels sont les moyens pour faciliter le recrutement de nouveaux employés et comment on pourrait mieux utiliser les crédits destinés pour améliorer l’emploi.
Les dirigeants des organisations n’ont pas commenté vraiment le contenu de l’entretien.
Selon de directeur de l’EK Jyri Häkämies, « nous avons étudié la situation, aussi dans des groupes de travail ». Le directeur des entrepreneurs Jussi Järventaus estime qu’il n’est pas facile de trouver une ligne commune. « Le programme devrait donner suffisamment de résultats », selon M. Järventaus.
Le président de la SAK Lauri Lyly estime que l’objectif est d’effectuer un tournant économique. « Il y a certainement des différences de vues. »
Selon le président de la STTK Antti Palola, il semble que l’objectif de M. Sipilä est d’obtenir un accord au lieu d’une déclaration commune.
Selon M. Sipilä, « nous sommes en train de formuler une volonté commune. Une volonté pour effectuer un grand changement existe. Il faut voir maintenant ce qu’on peut obtenir. »
Le quotidien note que les centrales syndicales ont fait beaucoup de propositions pour le pacte social. Selon la SAK, les partenaires sociaux devraient par exemple se mettre d’accord, avant la mi-juin, sur les augmentations salariales de l’année prochaine. La SAK veut aussi améliorer la protection contre les licenciements.
HS/A11

Energie

Fortum suit la formation du gouvernement avec sérénité
Aamulehti rapporte que Fortum suit de près la formation du nouveau gouvernement. En effet, ses réacteurs nucléaires de Loviisa devront être remplacés bientôt et le groupe est aussi actionnaire minoritaire du projet de Fennovoima qui devra déposer un permis de construire au prochain gouvernement.
Aamulehti rappelle que la centrale de Loviisa aura 50 ans en 2027 et que la demande d’autorisation de principe pour remplacer ses réacteurs devra être déposée pendant la nouvelle législature.
AL

Environnement

Restructuration des laboratoires du Centre environnemental Syke
Helsingin Sanomat relève que les Centres régionaux pour le développement économique, les transports et l’environnement (ely) utilisent de plus en plus des laboratoires privées pour différentes analyses, ce qui fait que les laboratoires du Centre environnemental Syke ont vu leurs commandes diminuer radicalement. Il s’agira d’entamer les négociations concernant la suppression de la moitié des postes, ce qui toucherait une quarantaine d’employés.
Les Centres régionaux pour le développement économique, les transports et l’environnement envisagent de plus de mettre fin aux contrats des laborantins afin d’externaliser ces fonctions. Jusqu’à présent, les analyses effectuées pour le compte des centres ely ont représenté 80 % des commandes des laboratoires de Syke.
Selon le ministère de l’Environnement, cette évolution est liée au renforcement de l’efficacité de l’administration du secteur de l’environnement.
Mme Luotola, chef des laboratoires de Syke, regrette que le développement des méthodes et de la qualité du travail devienne difficile si les laboratoires n’ont pas suffisamment d’analyses à faire.
HS/A12

Politique étrangère et européenne

Défense

« La surveillance de la mer baltique fonctionne bien » KS
« Le meilleur moyen de se protéger contre un sous-marin est d’en avoir » AL
Aamulehti rapporte que, selon l’ancien président de la Commission de la défense, M. Jussi Niinistö (Vrai Finlandais), le meilleur moyen de se protéger contre un sous-marin étranger est de disposer de sous-marin. Or, la Finlande n’en a pas.
Néanmoins, M. Niinistö estime que, « comme la Suède vient de décider l’acquisition de deux nouveaux sous-marins, les Suédois pourraient être disposés à vendre ou louer deux anciens sous-marins. Cela serait une opportunité pour la Finlande. La maintenance pourrait être gérée par les chantiers suédois ».
M. Niinistö estime que l’affaire actuelle pourrait pousser la Finlande et la Suède à renforcer leur coopération.
Le problème pourrait toutefois être que la Suède n’est pas nécessairement disposée à partager ses compétences sous-marines, relève Aamulehti.
Aamulehti considère que les déclarations finlandaises et l’usage de grenades sont un message politique très fort à l’égard d’une éventuelle violation du territoire maritime finlandais.
AL

Finlandais emprisonnés à l’étranger

Dans la majorité des cas de peines longues, il s’agit d’affaires de drogue
Plus de 30 Finlandais purgent actuellement une longue peine à l’étranger, en dehors des pays nordiques. Selon le ministère des Affaires étrangères, les crimes liés à la drogue sont de loin la première raison des longues peines de prison. Outre les pays nordiques, c’est en Espagne qu’il y a le plus de Finlandais emprisonnés. M. Rale du ministère des Affaires étrangères relève que ces peines sont longues, et parmi elles, il y a des peines de perpétuité.
500 Finlandais sont emprisonnés dans les pays nordiques, le plus souvent en Suède. M. Rale relève que, concernant ces personnes, les raisons de l’emprisonnement ne sont pas connues.
HS/A22

Economie - Télécommunication

La part de marché de Microsoft a chuté
Selon les études du marché du groupe Strategy Analytics, les fabricants de téléphones mobiles ont vendu 445 millions d’appareils en janvier-mars. La part de marché de Samsung et de Microsoft a nettement diminué, alors que celle d’Apple a augmenté de 3 points.
Microsoft a acheté, il y a un an, les fonctions de téléphone mobile de Nokia. La part du marché du groupe s’élève à 7,6 %, contre 22 % en faveur de Samsung.
HS/A27

Résultats de Nokia : déception des marchés
Au premier semestre, Nokia a enregistré une augmentation de ses ventes (+20%), mais une chute de son résultat opérationnel (-64%), rapporte Yle.
L’action de Nokia a enregistré une nette baisse.
Yle

France – Finlande

Cirque

Le spectacle La Meute au festival Cirko
Le supplément Nyt de Helsingin Sanomat rend compte de la représentation de la troupe française La meute à l’occasion du festival Cirko qui se déroule à Helsinki du 7 au 17 mai.
Rappelons que la Compagnie Defracto s’y produit aussi, avec son spectacle Flaque.
HS/Nyt/3, http://www.cirko.fi/ohjelma/kategoria/cirko-festivaali

Musique

Pierre Amoyal sera juge au concours Sibelius
Helsingin Sanomat rend compte de la composition du jury du Concours Sibelius, dont fait partie le célkèbre violoniste français Pierre Amoyal.
Le concours se déroulera du 22 novembre au 3 décembre 2015.
HS/B3

Mercredi 29 avril 2015

Politique intérieure

Formation du gouvernement

M. Sipilä attend les réponses à ses quinze questions pour demain
M. Sipilä, président du Parti du centre, qui a été officiellement désigné négociateur pour la formation du gouvernement, estime que l’objectif le plus important du futur gouvernement est d’atteindre un accord sur un programme qui permette de rétablir la situation économique finlandaise. M. Sipilä souligne l’importance de former une vision d’ensemble réaliste sur la situation.
Il a présenté quinze questions aux groupes parlementaires, hier, principalement sur les mesures d’adaptation, sur la maîtrise de l’endettement, sur la fiscalité et la création d’emplois. Les politiques européenne et climatique sont également mises en avant parmi les questions. Des propositions de positions ont déjà été rédigées sur ces questions pour être incluses dans le programme gouvernemental. Le gouvernement ne serait ainsi pas favorable à augmenter les responsabilités finlandaises concernant la gestion de la crise de l’euro. M. Sipilä estime que s’il faut aider la Grèce au niveau financier, il s’agira d’utiliser le MES dans les limites de ses capacités actuelles.
M. Sipilä attend les réponses pour jeudi 14h. Il prévoit un gouvernement avec au moins trois partis et en tous cas moins de six.
M. Rinne, président du PSD, a déjà constaté que le délai imparti pour répondre est suffisant. Il considère les questions comme pertinentes mais qu’en raison de la situation économique, il y en a qui sont difficiles.
Pour le parti conservateur, le paquet de questions est bien réfléchi. M. Satonen, président du groupe parlementaire relève que le parti s’y attendait. C’est ce que dit M. Lindström, président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais aussi.
HS

Questions

1. Comment voyez-vous, en quelques mots, la « La Finlande en 2025 ». Quelles doivent être les 5 à 7 priorités du programme stratégique du gouvernemental pour atteindre avancer vers cet objectif ?

2. Partagez-vous l’analyse du ministère des Finances (publiée le 19.3.2015) sur la situation économique et les mesures d’adaptation budgétaires nécessaires ? Quel est le besoin de réduction du déficit structurel et quels doivent être les moyens entrepris ? Selon quel calendrier le rythme de désendettement de l’Etat doit être réalisé ?

3. Acceptez-vous la position selon laquelle il ne faut pas augmenter le taux des prélèvements obligatoires ? Si oui, quelles sont vos propositions concrètes de modification de la fiscalité ?

4. Quelles sont vos propositions de mesures concrètes pour la création de nouveaux emplois, la promotion de l’entreprenariat, le redémarrage de la croissance ?

5. Etes-vous engagés à mener à terme la réforme des retraites de la façon proposée par les partenaires sociaux ? Etes-vous engagés à réaliser la réforme des services sociaux et de la santé sur la base de communautés de communes ou de régions ? Etes-vous engagés à diminuer les missions des communes et à assouplir les réglementations contraignantes pour les communes en renforçant leurs pouvoirs de décision ? Comment réformeriez-vous l’administration de l’Etat et des régions ?

6. Quelles sont les orientations principales de la coopération internationale et de la politique étrangère et de sécurité de la Finlande ?

7. Quels sont les priorités de la politique européenne finlandaise ? Approuvez-vous que la proposition suivante (annexe 1) concernant la gestion de la crise de l’euro soit inscrite dans le programme gouvernemental et vous engagez-vous à ce que votre groupe parlementaire approuve au gouvernement les décisions prises selon cette proposition ?
Annexe 1 : Le gouvernement n’est pas favorable à l’augmentation des responsabilités financières de la Finlande dans la gestion de la crise de l’euro. Les mesures nationales pour assainir l’économie d’un pays en crise et la stabilisation de ses finances publiques doivent être les mesures prioritaires pour gérer les problèmes budgétaires de ce pays. Si cela ne suffit pas, un autre moyen sera de faire jouer la responsabilité des investisseurs. Les prêts bilatéraux ne sont pas de moyens acceptables par le gouvernement finlandais pour résoudre la crise de l’euro.
S’il s’agit d’utiliser le MES, il faut le faire dans le cadre de sa capacité et de sa structure de capitaux actuelles. Le gouvernement prendra les décisions concernant les mesures de stabilisation de la zone euro en tenant compte de l’intérêt national. Le développement de l’UEM devra se faire conformément à la position arrêtée par le ministère des Finances dans son rapport du 10.2.2015. Le gouvernement s’efforcera activement de rétablir le principe du no bail-out ainsi que la crédibilité du cadre de la politique économique. Le gouvernement soutient une union bancaire forte qui s’appuie sur la responsabilité des investisseurs.
Il faut abandonner toute volonté d’approfondir la coordination de la politique économique. Le cadre de cette coordination devra être simplifié et le pouvoir en matière de politique économique devra être de ce fait rendu entre les mains des Etats membres. A long terme, il s’agit de défaire les structures qui prévoient une solidarité concernant les dettes.

8. Comment entendez-vous améliorer le bien-être des familles ? Quelles mesures proposez-vous pour réduire les écarts de bien-être en la matière ?

9. Quelles mesures proposez-vous pour améliorer l’éducation et la formation ?

10. Etes-vous prêts à réduire les réglementations et la bureaucratie et à favoriser les essais novateurs ? Quelles mesures proposez-vous pour favoriser le numérique ?

11. Quelles mesures préconisez-vous pour favoriser la bio-économie, l’économie circulaire, le développement durable, la production agro-alimentaire finlandaise ?

12. Acceptez-vous d’inscrire au programme gouvernemental la proposition suivante (annexe 2) concernant la politique climatique internationale ?
Annexe 2 : Le gouvernement agit pour la conclusion d’un accord climatique exhaustif et ambitieux afin de limiter le réchauffement climatique à deux degrés. Cet accord devra diminuer le risque de fuite carbone des entreprises énergivores et créer de nouveaux marchés pour les technologies cleantech.
La Finlande atteindra d’ici la fin de la législature les objectifs définis pour 2020 concernant la part de l’énergie renouvelable et concernant la diminution des émissions.
Dans le cadre de la préparation du paquet climatique et énergétique de l’UE pour 2030, il s’agira de vérifier le fonctionnement de l’échange des droits d’émissions, ainsi qu’une efficacité et flexibilité suffisante concernant la répartition de la charge du secteur hors ETS. Le statut des carburants renouvelables de haute technologie (2ème génération) sera renforcé.

13. Avez-vous des exigences concrètes en matière de modification de la politique actuelle concernant l’immigration ou la législation à cet égard ?

14. Etes-vous engagés à respecter le futur programme stratégique du gouvernement et à réformer en conséquence les méthodes de travail du gouvernement ?

15. Etes-vous prêts à participer au gouvernement dirigé par M. Sipilä, et à vous engager à y travailler pendant l’ensemble de la législature ? Avez-vous des critères absolus concernant le programme ou la composition du gouvernement ?

Parlement

Le présidium provisoire a été élu
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a inauguré la session parlementaire en élisant son présidium. Le président du Centre Juha Sipilä a été élu président du Parlement, le président des Vrais Finlandais Timo Soini premier vice-président et le député conservateur Ben Zyskowicz deuxième vice-président du Parlement.
Il s’agit d’un présidium provisoire jusqu’à la formation du nouveau gouvernement.
L’ouverture solennelle de la session parlementaire aura lieu aujourd’hui.
HS/A19

Commissions parlementaires
Le nouveau Parlement a réparti mardi les présidences des commissions parlementaires.
Le Centre aura les présidences de quatre commissions : les finances, l’éducation, l’agriculture - sylviculture et l’administration.
Les Vrais Finlandais garderont la présidence de la commission des affaires étrangères, et auront désormais celles de l’économie et des transports.
Le Parti conservateur Kokoomus aura les présidences de la Grande commission (qui s’occupe des affaires européennes), de la défense et des lois.
Le PSD présidera les commissions des affaires sociales et de la santé, du travail et de la parité et du contrôle des comptes.
La commission des lois constitutionnelles sera présidée par l’Alliance des gauches, celles de l’environnement par l’Alliance verte et cette de l’avenir par le Parti suédois.
HS/A19

Parti social-démocrate

Relations entre M. Rinne et Mme Urpilainen
Helsingin Sanomat rapporte que le PSD a publié mardi soir un communiqué de presse commun du président du PSD Antti Rinne et de l’ex-présidente du parti Jutta Urpilainen selon lequel les malentendus entre les deux ont été réglés.
Le journal télévisé d’Yle a publié lundi un reportage où M. Rinne dit à son collègue slovaque, lors de la réunion des ministres des finances européens vendredi dernier à Riga, que Mme Urpilainen visait la présidence du PSD.
M. Rinne a annoncé mardi très brièvement qu’il s’agissait d’un malentendu.
HS/A16

Editorial : « Est-ce que le PSD est capable de participer au nouveau gouvernement ? »
Selon l’éditorial d’Helsingin Sanomat, le président du Centre Juha Sipilä a présenté son questionnaire aux partis politiques aussi pour savoir choisir entre le Parti conservateur et le PSD.
M. Sipilä n’arrête pas de souligner l’importance de la confiance entre les partenaires de la coalition gouvernementale. Pourquoi voudrait-il faire entrer au gouvernement un parti dont les dirigeants ne se font même pas confiance entre eux.
« Il semble que M. Sipilä n’aura pas à choisir entre le Kokoomus et le PSD. Les sociaux-démocrates choisiront à sa place », conclut éditorialiste d’Helsingin Sanomat.
HS/A4

Formation d’un nouveau gouvernement

M. Sipilä rencontre aujourd’hui les partenaires sociaux
M. Sipilä doit rencontrer aujourd’hui les partenaires sociaux qui ont remis, hier, leurs réponses aux trois questions que M. Sipilä leur avait posées.
HS

Propos de M. Palola
Turun Sanomat relève que le président de la grande centrale syndicale STTK Antti Palola souligne que la participation au gouvernement du PSD n’est pas nécessaire pour pouvoir former un pacte social.
M. Palola souligne que selon un sondage effectué auprès des membres de la STTK , ses membres représentent tous les quatre grands partis.
TS/14

Energie

Nouvelles centrales éoliennes
La compagnie Tuuliwatti envisage de construire des centrales éoliennes au bord de la Golfe de Botnie. L’investissement s’élève à 220 millions d’euros et concerne les communes de Simo, Raahe et Kalajoki.
HBL/9

Politique étrangère et européenne

Népal

La Finlande alloue deux millions d’euros au Népal
Le ministère des Affaires étrangères a annoncé, hier, que la Finlande accordera deux millions d’euros à l’aide des victimes du séisme. L’aide destiné aux besoins humanitaires sera transféré par la Croix rouge finlandaise, l’aide étrangère de l’église et l’ONG Sauvez les enfants.
La Croix rouge finlandaise va envoyer une unité logistique sur place.
HS

Défense

Un sous-marin dans le Golfe de Finlande ?
Les forces navales ont observé un objet non identifiable sous-marin devant Helsinki, lundi midi, et de nouveau tôt mardi matin. Le corps des gardes-frontières est en train d’étudier cet incident qui a fait l’objet par les autorités finlandaises de l’utilisation de grenades.
M. Haglund, ministre de la Défense, relève que les forces armées et les gardes-frontières travaillent actuellement sur la question qui relève de leurs attributions et que dès que l’on en saura plus, il s’agira d’évaluer si l’incident nécessite des mesures.
Selon M. Jussi Niinistö, président de la commission de la Défense, il est trop tôt pour tirer des conclusions concernant la situation de sécurité de la mer Baltique. M. Niinistö ne souhaite pas montrer du doigt la Russie. Par contre il estime que le développement de la coopération de défense entre la Finlande et la Suède est essentiel, y compris à la lumière de cet incident.
M. Haglund regrette la façon dont Rossijskaja Gazeta a rapporté cette information. Selon le journal, M. Haglund aurait déclaré qu’il s’agissait d’un sous-marin russe. Il déplore que la propagande soit privilégie dans ce genre de presse russe par rapport à la vérité.
HS

Allemagne - Finlande

Une entreprise allemande investit dans le câble sous-marin entre la Finlande et l’Allemagne
Keskisuomalainen rapporte que l’entreprise allemande Hetzner Online investit en acquérant les services du câble sous-marin entre l’Allemagne et la Finlande et projette la création en Finlande d’un centre de données pour les pays nordiques. La valeur du contrat d’utilisation du câble pour au moins 20 ans s’élève à environ 10 millions d’euros.
Selon Hetzner, les atouts de la Finlande sont le prix bon marché de l’énergie, le câble sous-marin en construction, le climat froid et la proximité de la Russie.
KS/19

Mardi 28 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Népal

Le départ de l’aide finlandaise, retardé puis annulé
Le groupe de 50 personnes qui était prêt à partir pour le Népal, mais dont le départ a été retardé par des problèmes logistiques à sa destination, ne partira finalement pas. Le ministère de l’Intérieur a annulé l’opération du fait qu’il estime que le groupe consistué pour la plupart de sauveteurs spécialisés pour retrouver les personnes sous les ruines, ne servirait plus beaucoup.
M. Rostedt, qui était en charge du groupe de sauveteurs, regrette le tournant qu’a pris le projet. Il se félicite toutefois de la capacité finlandaise à proposer rapidement une telle opération.
Dix Finlandais au Népal n’ont pas pu être joints. L’ambassadeur de Finlande à Katmandou, M. Luukkainen relève que ces personnes peuvent se trouver dans des régions sans électricité ce qui expliquerait qu’elles n’ont pas pu être contactées.
www.hs.fi, HS/A6-8

Traité sur la non-prolifération

La mission impossible de la Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que la conférence de suivi du Traité de non-prolifération des armes nucléaires a commencé lundi à New York.
Le sous-secrétaire d’Etat au ministère finlandais des affaires étrangères Jaakko Laajava mène les négociations sur la non-prolifération au Proche-Orient depuis des années. La Finlande a été sollicitée en 2011, après la précédente conférence de TNP, pour étudier les possibilités pour organiser une conférence sur le Proche-Orient.
Le quotidien estime que même si M. Laajava et son groupe ont bien travaillé, la mission est impossible. Il est vraisemblable que ce travail ne donne pas de résultats. Avant la conférence TNP, le groupe des pays arabes a annoncé qu’il voulait que le secrétaire général de l’ONU soit responsable des négociations.
HS/A11

Russie

M. Ahtisaari et les Elders à Moscou
Helsingin Sanomat rapporte que le président Martti Ahtisaari et le groupe des Elders - Kofi Annan, Lakhdar Brahimi, Gro Harlem Brundtland, Jimmy Carter et Ernesto Zedillo - se sont rendus lundi à Moscou pour s’entretenir avec des personnalités russes. Les entretiens portent sur les questions internationales d’actualité, dont le Proche-Orient, la lutte contre le terrorisme et la réforme de l’ONU.
Selon le communiqué de presse du groupe, les Elders souhaitent rencontrer le président Poutine à l’issue de leur visite de trois jours à Moscou.
HS/A23

Russie - Finlande

Le site web Sputnik en finnois aussi
Turun Sanomat relève que le site web de l’Etat russe, Sputnik, a commencé à publier des informations en finnois. Selon Sputnik, le site vise un public qui souhaite comparer les différents points de vue.
Sputnik, qui a remplacé à l’automne dernier les informations internationales de RIA Novosti et Voice of Russia, publie des informations en environ 25 langues.
TS/7

Politique intérieure

Parti social-démocrate

M. Rinne estime que Mme Urpilainen vise la présidence du parti
Helsingin Sanomat rapporte que le journal télévisé d’Yle a publié lundi un vidéoclip de 13 secondes où le ministre des finances, le président du PSD Antti Rinne dit, lors de la réunion des ministres des finances européens vendredi dernier, à son collègue slovaque que l’ancienne présidente du PSD et ex-ministre des finances Jutta Urpilainen a lancé une campagne pour être réélue à la tête du PSD.
M. Rinne et le secrétaire général du PSD Reijo Paananen ont refusé lundi de commenter cette déclaration qui a suscité beaucoup de confusion parmi les sociaux-démocrates.
M. Rinne a annoncé ce matin qu’il s’agissait d’un malentendu et qu’il en avait parlé longuement avec Mme Urpilainen.
HS/A10, Yle

Commentaire
« Il n’est pas étonnant en soi que M. Rinne ait peur pour sa place à la tête du parti. Le PSD a subi une défaite considérable aux élections législatives et il y a encore beaucoup d’amertume au sein du parti après le remplacement de Mme Urpilainen par M. Rinne à la présidence du parti en 2014 », écrit Marko Junkkari, chef de la rédaction politique et économique d’Helsingin Sanomat.
HS/A10

Gouvernement - Energie

Vers une nouvelle demande de construction nucléaire ?
Aamulehti relève que le groupe énergétique Fortum pourrait déposer une demande de construction d’un réacteur nucléaire dans le courant la nouvelle législature. Fortum doit en effet considérer le remplacement de ses réacteurs de Loviisa qui arriveront à fin de leur vie.
AL estime que la question pourrait engendrer un litige dans le gouvernement. Les centristes sont divisés sur la question. Les éventuels partenaires gouvernementaux, le parti conservateur et les Vrais Finlandais soutiennent le remplacement des réacteurs de Loviisa.
M. Pekkarinen, député centriste en position centrale pour des questions énergétiques dans le parti, estime que le projet de Fennovoima suffira pour la Finlande. Pour lui, le monde a tellement changé qu’il n’y a pas lieu d’accorder de nouvelles autorisations pour la construction de réacteurs nucléaires. Il estime que l’énergie éolienne et solaire seront compétitives d’ici le jour où les nouveaux réacteurs nucléaires seraient mis en route.
M. Vanhanen (ancien Premier ministre centriste) relève que la décision concernant Loviisa dépendra de la réalisation ou non des autres projets. Pour lui, remplacer les réacteurs de Loviisa par de nouveaux pourrait être raisonnable s’ils pouvaient aussi fournir du chauffage urbain pour Helsinki, à condition que cela intéresse la capitale.
Selon le groupe énergétique TVO, le projet OL4 n’a pas été enterré. Il dispose toujours d’une décision de principe accordée par le Parlement.
Dans les visions énergétiques du Parti conservateur, l’énergie nucléaire est bien placée. Le parti souligne l’importance des solutions aux conditions des marchés en ce qui concerne les énergies renouvelables.
Les Vrais Finlandais n’ont pas souhaité commenter ces questions tant que les négociations pour la formation du gouvernement sont en cours.
AL/A19

Gouvernement – Pacte social

Point de vue
L’ancien secrétaire d’Etat aux Finances Raimo Sailas (en charge des réformes qui ont rétabli les finances publiques pendant la crise des années 1990, NDLT), estime que conclure un pacte social pour le futur gouvernement reviendrait à renforcer le pouvoir des corporations, c’est –à-dire des partenaires sociaux en Finlande.
Selon lui, ce n’est pas de cela dont la Finlande a besoin, mais d’un « gouvernement fort ».
HS

Société

Aide alimentaire distribuée par l’église
Helsingin Sanomat rend compte du travail auprès des Helsinkiens que fait l’église. Les employés disent rencontrer de plus en plus de gens qui souffrent d’exclusion. 21 000 prises de contact ont été enregistrées l’année dernière et l’église a distribué des aides équivalant à 516 000 euros sous forme de subvention en matière d’achats de denrées alimentaires, de paiement de factures et d’aide en cas de crise.
La part des familles et des jeunes parmi ceux qui demandent une aide a augmenté.
121 000 sacs de denrées alimentaires ont été distribués. 30 000 repas gratuits ont été offerts.
HS/A19

Economie

VR envisage de licencier 100 personnes
Le groupe ferroviaire VR entamera des négociations concernant 300 employés du secteur de l’entretien de l’équipement, l’objectif étant de supprimer 100 emplois.
VR brigue des économies de plusieurs millions d’euros par an.
HS/A27

Lundi 27 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Ecofin

Propos de M. Rinne
Le ministre des Finances, M. Rinne, estime que la Grèce n’a pas arrêté, ce printemps, d’assurer qu’elle fera les réformes nécessaires et de demander la confiance des autres Etats de la zone euro. Il relève qu’un de ses collègues a caractérisé la situation de « déjà vu ».
M. Rinne considère le délai du 11 mai pour la prochaine réunion comme serré, du point de vue de la prise de décision concernant la Grèce.
M. Rinne relève que la situation finlandaise dans « l’après-éléctions » a évoqué un intérêt parmi des collègues. Il n’exclut pas la possibilité de continuer aux Finances si le PSD participe au gouvernement.
HS/sam/B14, Kaleva/sam/28

Politique intérieure

Formation d’un nouveau gouvernement

Discours de M. Sipilä devant les siens
Aamulehti relève que le sondage de Lännen Media relève que 55 % des centristes seraient favorables à une coopération gouvernementale entre leur parti et le PSD plutôt qu’avec le Parti conservateur. Les centristes soulignent l’importance de la participation d’un parti proche du mouvement syndical.
Le président du Centre, M. Sipilä, relève qu’il tend l’oreille aux siens, mais que les réponses des différents partis ainsi que la confiance sont des facteurs essentiels concernant les négociations gouvernementales.
Il rappelle que la paix sociale ne peut pas dépendre d’un seul parti (le PSD, NDLT)
M. Sipilä, qui a parlé devant le conseil du parti, samedi, rappelle que, dans la politique, il s’agit de travailler également avec des gens qui ont des valeurs différentes. Il estime qu’il ne faut pas soi-même construire des barrières mais s’efforcer de coopérer d’une façon exceptionnelle. Il réclame la confiance, la transparence et la volonté de se mettre d’accord ensemble sur des choses, afin d’arriver à conclure un contrat social. Il relève qu’à juger des entretiens qu’il a eus la semaine dernière, il y a une confiance et des résultats pourront être obtenus.
M. Sipilä rencontrera les représentants des groupes parlementaires séparément le 5 mai. Les groupes auront un paquet de questions, demain. M. Sipilä prévoit que la base du prochain gouvernement devrait être claire pour le 6 ou le 7 mai.
Helsingin Sanomat relève que, selon M. Sipilä, le programme gouvernemental sera un document avec de cinq à sept grandes questions. Les objectifs stratégiques ainsi que les moyens concrets pour y arriver seront inscrits, ainsi que les mesures d’adaptation. Il note que le besoin d’économies dépendra du résultat des négociations concernant le contrat social.
M. Sipilä a souligné que si le gouvernement n’arrivait pas à obtenir de résultats, il ne serait plus là dans quatre ans. Les fonctions de Premier ministre ont comme condition les résultats, pour lui.
Plus généralement, M. Sipilä a rappelé qu’il a soutenu l’UE dès le départ. Pour lui, la Finlande est essentiellement une partie de l’Occident. Aucune menace militaire ne la vise, mais il s’agit de se préparer au pire. Concernant l’OTAN il estime qu’il n’y a actuellement pas lieu de demander à y adhérer, mais qu’il faut que la Finlande maintienne sa marge de manœuvre. « Il nous faut renforcer la coopération de défense avec la Suède et continuer à développer le partenariat pour la paix de l’OTAN. »
Concernant la tolérance, et le débat en la matière qui a suivi les élections, M. Sipilä rappelle que la tolérance veut que l’on accepte également les avis des autres.
Quant à la situation économique et notamment de l’emploi, M. Sipilä estime que pour arriver à changer la vie des chômeurs, il faut que tout le monde accepte de renoncer à quelque chose. Il encourage les dirigeants des entreprises à montrer l’exemple dans le sens de la modération. Il les appelle à investir en Finlande.
AL/dim/A7, HS/dim/A12

La base du Centre préfère le PSD au Kokoomus
Aamulehti relève que selon le résultat d’un sondage effectué auprès de plus de 1 700 conseillers municipaux finlandais, 55 % des centristes estiment que le PSD devrait participer au gouvernement avec le Centre et les Vrais Finlandais. Les centristes ont peur que le contrat social proposé par le président du Centre Juha Sipilä n’avance pas si le PSD reste dans l’opposition.
« Le contrat social est essentiel pour pouvoir rétablir la compétitivité de la Finlande. La participation des centrales syndicales n’est guère possible sans les sociaux-démocrates », selon Jukka Kolmonen, conseiller municipal du centre à Oulu. « Un gouvernement de droite signifierait grèves après grèves », selon un autre conseiller municipal centriste.
89 % des centristes veulent que les Vrais Finlandais participent au gouvernement. 46 % sont favorables au Kokoomus.
La direction du parti fera sa proposition sur la coalition gouvernementale. Les décisions sur le gouvernement seront approuvées par le bureau national.
Selon le chercheur Markku Jokisipilä de l’université de Turku, « le succès du Centre dans la politique finlandaise s’explique du fait que ce parti a su coopérer aussi bien avec la droite qu’avec la gauche. Du point de vue centriste, la coopération avec le Parti conservateur risque de troubler la paix civile. L’antagonisme entre la droite et la gauche pourrait faire échouer le gouvernement dirigé par le Centre. »
M. Jokisipilä note que « le Kokoomus est idéologiquement un véritable parti de droite, tandis que le Centre est un parti « bourgeois » mais non un parti de droite ». Il rappelle que le Centre a eu des difficultés avec le Kokoomus pendant deux gouvernements (1991-1995 et 2007-2011).
Les grandes centrales syndicales SAK et STTK ont été réservées dans leurs commentaires sur le contrat social projeté par M. Sipilä. Les centrales ne sont pas d’accord sur un contrat social qui ne ferait que diminuer la situation et les avantages des salariés.
Selon ce sondage, parmi les sociaux-démocrates, la moitié souhaite participer au gouvernement et 37 % s’y opposent absolument. M. Jokisipilä estime que le PSD est devant un choix fatal, parce que le résultat des élections législatives a été le plus mauvais dans l’histoire du parti.
Les Vrais Finlandais se divisent en deux : une moitié est favorable au Kokoomus, l’autre moitié au PSD. 69 % des Vrais Finlandais souhaitent que le Parti suédois reste dans l’opposition. Parmi le Parti suédois, seulement 32 % s’opposent aux Vrais Finlandais en tant que partenaires gouvernemental.
AL/sam/A4

Sondage : 61 % souhaitent que le Vrais Finlandais soient au gouvernement
Aamulehti rappelle que selon un sondage publié par le tabloïd Iltalehti, 61 % des personnes interrogées souhaitent que les Vrais Finlandais soient au gouvernement avec le Centre. 31 % sont favorables au PSD et 30 % au Kokoomus en tant que troisième parti de la coalition.
AL/sam/A6

Selon M. Rinne, un tiers des sociaux-démocrates veulent rester dans l’opposition
Selon le président du PSD Antti Rinne, qui a été interview à Yle ce main, environ un tiers des sociaux-démocrates souhaite que le parti entre au gouvernement, un tiers vent rester dans l’opposition et un tiers hésite encore entre les deux.
Selon M. Rinne, il n’est pas encore sûr que le PSD soit invité aux négociations gouvernementales.
Yle

Moins de ministères ?
Selon Aamulehti, même si le président du Centre Juha Sipilä veut un gouvernement de douze ministres seulement, le groupe parlementaire centriste est divisé sur la nécessité de nommer un ministre de la culture. Plusieurs sources estiment qu’il n’est pas possible de supprimer le portefeuille de la culture.
L’objectif de M. Sipilä est également de supprimer les postes des secrétaires d’Etat politiques.
AL/sam/A6

Propos de M. Rehn
Aamulehti relève que selon le député centriste Olli Rehn, ancien commissaire européen, l’immigration est une des questions les plus difficiles dans les négociations entre le Centre et les Vrais Finlandais sur le programme gouvernemental. M. Rehn estime que les deux partis ont des différences dans les attitudes et aussi dans les solutions pratiques concernant l’immigration.
Contrairement aux Vrais Finlandais, le Centre estime qu’on devrait désormais pouvoir faire entrer en Finlande des travailleurs immigrés sans que l’employeur soit obligé de démontrer qu’il n’y a pas de la main-d’œuvre suffisante dans ce domaine.
Les Vrais Finlandais souhaitent diminuer l’aide au développement et le quota des réfugiés.
AL/sam/A6

Partis politiques – présidences

Position instable de M. Arhinmäki et de Mme Räsänen
Aamulehti rend compte d’un sondage effectué par Lännen Media sur notamment le statut des présidents des partis politiques. La position de M. Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches est instable en raison de son faible résultat aux élections, et celle de Mme Räsänen, présidente des chrétiens démocrates, affaiblie, face à la montée de l’ancienne eurodéputée Mme Essayah. 66 % considèrent la position de leur présidente comme affaiblie. Le prochain congrès des chrétiens démocrates aura lieu à l’automne.
Plus de la moitié (51 %) des conseillers municipaux de l’Alliance des gauches interrogés s’attendent à voir M. Arhinmäki défié lors du prochain congrès du parti en 2016, par exemple par Mme Andersson. 12 % seulement considèrent sa position comme forte.
La position de M. Rinne à la tête du PSD est stable. Un quart des sociaux-démocrates s’attendent à ce qu’il soit défié ou quitte lui-même la présidence du parti, mais 62 % se contenteraient de petites révisions de la politique du parti.
35 % des conseillers du Parti conservateur considèrent la position de leur président comme forte, 49 % estimant que des changements seront nécessaires. 85 % des Vrais Finlandais, 90 % des conseillers du Parti suédois, 91 % des conseillers verts et 97 % des centristes considèrent la position de leur président comme très forte.
AL/dim/A6-7

France – Finlande

Livre

Eddy Bellegueule
Hufvudstadsbladet publie une interview d’Edouard Louis, l’auteur du roman Eddy Bellegueule qui vient d’être traduit en suédois.
HBL/lun/21

France – Finlande

Tourisme

Paris
Helsingin Sanomat publie une double-page sur des idées de visites à Paris.
HS /Sam/D6-7

Vendredi 24 avril 2015

Politique intérieure

Formation d’un nouveau gouvernement

Calendrier
Samedi 25 avril : Le bureau national du Centre se réunira à Helsinki afin d’évoquer la situation politique actuelle. Le président du parti Juha Sipilä prononcera un discours et le bureau national doit évoquer les possibilités de la coopération gouvernementale.
Lundi 27 avril : Rentrée parlementaire : tous les députés doivent se présenter au Parlement pour leur inscription administrative.
Mardi 28 avril : Election du président et des deux vice-présidents du Parlement. Les groupes parlementaires nommeront Juha Sipilä pour chercher à former un gouvernement. M. Sipilä diffusera une liste de questions aux autres groupes parlementaires.
Les groupes parlementaires se réuniront pour se répartir les présidences des commissions parlementaires.
Mercredi 29 avril : Ouverture solennelle de la session parlementaire au palais Finlandia, discours du Président de la République et du président du Parlement.
Le gouvernement du Premier ministre Alexander Stubb demandera sa démission au Président Niinistö qui l’acceptera et demandera au gouvernement de continuer comme un gouvernement assurant les affaires courantes. M. Stubb donnera son accord.
Les députés assisteront à une représentation du « songe d’une nuit d’été » à l’Opéra.
Jeudi 30 avril, veille du 1er mai : Les groupes parlementaires rendront leurs réponses au questionnaire posé par M. Sipilä.
Vendredi 1er mai : Discours politiques du 1er mai (Vappu).
Samedi 2 – dimanche 3 mai : M. Sipilä étudiera les réponses des groupes parlementaires et se préparera au début des négociations. Il continuera à être en contact avec les autres présidents des partis politiques.
Lundi 4 mai : M. Sipilä rencontrera encore tous les groupes parlementaires.
Mardi 5 mai : M. Sipilä annoncera les partis avec lesquels il entend négocier en vue de former une coalition gouvernementale.
Mercredi 6 mai : Les négociations gouvernementales commenceront. L’objectif est que le nouveau gouvernement soit nommé au plus tard le vendredi 22 mai.
HS

Editorial : M. Sipilä n’aura guère de marge de la part des syndicats
Helsingin Sanomat rappelle, dans son éditorial, que les dirigeants des partenaires sociaux doivent répondre au plus tard mardi prochain aux trois questions que leur a envoyé le président du Centre Juha Sipilä concernant la croissance économique et l’emploi.
M. Sipilä leur a demandé comment améliorer la productivité finlandaise de 5 % afin d’améliorer l’emploi, le secteur public et la compétitivité des entreprises. Il a demandé aussi quels sont les moyens pour faciliter le recrutement de nouveaux employés et comment on pourrait mieux utiliser les crédits destinés pour améliorer l’emploi.
Les organisations, qui ont bien entendu des propositions toutes prêtes à beaucoup de questions, pourront donner leurs réponses d’ici mardi prochain. Il sera toutefois difficile de coordonner les propositions des salariés, du patronat et des entrepreneurs dans un délai de quatre semaines.
Les syndicats sociaux-démocrates des salariés veulent connaître d’abord quelle est la coalition et le programme du gouvernement avant de s’engager à quoi que ce soit. M. Sipilä souhaite, quant à lui, que le contrat social soit un pilier du programme économique du gouvernement.
Quand on y ajoute encore la méfiance traditionnelle des syndicalistes sociaux-démocrates à l’égard d’un Premier ministre centriste on peut dire que les organisations ne donneront pas un chèque en blanc à M. Sipilä, relève HS.

Parlement

M. Rinne a rejeté la candidature de Mme Urpilainen à la tête du groupe parlementaire
Helsingin Sanomat relève que selon l’ex-président du PSD Jutta Urpilainen, le président actuel du PSD Antti Rinne a rejeté l’éventuelle candidature de Mme Urpilainen à la présidence du groupe parlementaire, en raison de différences dans la ligne politique.
Mme Urpilainen dit avoir voulu respecter l’avis de M. Rinne et a retiré sa candidature.
HS/A7

Groupes parlementaires
Selon Turun Sanomat, le groupe parlementaire du Centre a réélu Kimmo Tiilikainen à sa présidence. Anne Kalmari et Tuomo Puumala ont été élus vice-présidents.
Jari Lindström continue à présider le groupe parlementaire des Vrais Finlandais. Maria Lohela et Kaj Turunen sont les deux vice-présidents.
Arto Satonen a été réélu président du groupe du Parti conservateur Kokoomus. Les vice-présidents sont Outi Mäkelä, Ben Zyskowicz et Sinuhe Wallinheimo.
Antti Lindtman a été élu président du groupe parlementaire du PSD. Johanna Ojala-Niemelä et Kristiina Salonen ont été élues vice-présidentes.
Outi Alanko-Kahiluoto continue à président le groupe de l’Alliance verte. Johanna Kariluoto et Jani Toivola ont été élus vice-présidents.
Le groupe de l’Alliance des gauches sera présidé par Aino-Kaisa Pekonen. Li Andersson et Matti Semi ont été élus vice-présidents.
Mikaela Nylander continue à président le groupe du Parti suédois. Mats Nylund et Thomas Blomqvist sont les vice-présidents.
Peter Östman a été réélu président du groupe des Chrétiens-démocrates. Sari Essayah et Antero Laukkanen ont été élus vice-présidents.
TS/10

« Le groupe parlementaire du Centre sent la campagne » TS / AL
Selon Turun Sanomat, le groupe parlementaire du Centre a eu une aile agraire importante : 17 députés sur les 49 annoncent avoir un métier ou une formation dans le domaine de l’agriculture ou de la sylviculture.
Onze députés centristes, soit plus de 20 %, sont des exploitants agricoles, dont Timo Kalli, Kimmo Tiilikainen et Anne Kalmari.
TS/10

Politique étrangère et européenne

Méditerranée

Propos de M. Stubb
Le Premier ministre, M. Stubb, relève que la Finlande contribue à la solution de la crise en accordant une aide au développement aux de l’Afrique du Nord et en délivrant du matériel prévu auparavant. Il y a quelques jours, la Finlande a accordé une somme de 2,75 millions d’euros. Des investissements supplémentaires en ce qui concerne le matériel ne sont pas possibles du fait que le corps de gardes-frontières ne dispose que de deux avions. Un avion de surveillance sera envoyé sur place pour le mois de mai et la Finlande a proposé un avion à Frontex également pour l’automne.
M. Stubb constate qu’il s’agit d’une tragédie humanitaire et rappelle qu’il faut qu’en Finlande aussi, on prenne en compte ce que ça signifie. Il relève qu’en principe, la Finlande est favorable à toutes les propositions de la Commission européenne, tout en rappelant que la charge pesant sur la Finlande concernant les réfugiés est déjà grande. Cette année, la Finlande accueille 1050 réfugiés dans la cadre du quota de l’ONU, tandis que la Suède en accueille 1900.
Concernant l’accès dans les eaux territoriales du Libye, pour une intervention éventuelle, M. Stubb estime qu’il sera difficile d’obtenir l’accord de la Libye qui n’a pas une unique administration opérationnelle.
M. Stubb estime qu’il faudra envisager une répartition de la charge économique concernant les mesures.
HS/A24, HBL/12

Russie

Les présidents finlandais et russe ont évoqué l’Ukraine lors d’une communication téléphonique
Helsingin Sanomat relève que les présidents finlandais et russe, MM. Niinistö et Poutine, se sont parlé jeudi soi au téléphone. Selon la chancellerie du Président Niinistö, cela a eu lieu à l’initiative du président finlandais.
Les présidents ont évoqué la crise de l’Ukraine, l’Iran, le développement des relations entre l’Union européenne et la Russie, la coopération arctique et les relations bilatérales.
M. Niinistö a souligné la nécessité de respecter la mise en œuvre de l’accord de Minsk et l’importance de la mission d’observation de l’OSCE en Ukraine.
HS/A12

Economie

Situation de l’emploi

Le chômage atteint 13,2 %
La situation d’emploi est toujours mauvaise et Keskisuomalainen relève que les chiffres de la Finlande centrale sont les plus tristes du pays, 17,3 %.
Selon l’Institut national d’études statistiques, la part des demandeurs d’emploi de la main d’oeuvre était de 13,2 % à la fin mars.
KS/11, HBL/9

La Poste

Annonce d’un important plan social
La Poste envisage de licencier des centaines de personnes.
Les négociations pour la suppression d’emplois, qui seront entamées mardi prochain, concerneront 477 personnes. La diminution devrait concerner au maximum 380 personnes et s’étalerait sur la période de 2015 à 2018.
La Poste envisage des coopérations avec des entreprises partenaires, ce qui permettra des heures d’ouverture plus importantes. 90 % des services de postes fonctionnent déjà avec des magasins ou des kiosques.
Le représentant du personnel du syndicat PAU condamne ce projet.
HS/A32

Nokia

Nokia cherche à vendre son service Here
Helsingin Sanomat relève que, selon l’agence de presse Bloomberg, plusieurs grands groupes, dont Apple, Alibaba, Amazon et Facebook, seraient intéressés par l’achat du service de cartes et de localisation Here de Nokia. Des investisseurs financiers seraient également intéressés.
HS/A32

France – Finlande

Théâtre

Le malade imaginaire
Helsingin Sanomat publie sa critique de la pièce de Molière qui a eu sa première au Théâtre national, avant-hier.
HS/B7

Cinéma

La famille Bélier
Le film d’Eric Lartigau sort ce soir dans les salles. Il a reçu d’excellentes critiques dans la presse.
HS/Nyt/11

Danse

Ima Iduozee
Helsingin Sanomat relève que le danseur Ima Idouozee qui vient d’obtenir le prix des critiques pour les jeunes artistes, se produira en France cette année, avec sa représentation en solo This is the Title.
HS/B5

Jeudi 23 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Méditerranée

Propos du Président Niinistö
Le président Niinistö estime qu’il est possible de trouver de nouveaux remèdes à la crise d’immigrées de la Méditerranée. Il souhaite que l’on ne voie plus de nouvelles catastrophes humanitaires. Pour lui, la situation actuelle est impossible à gérer. Il ne souhaite toutefois pas prendre position sur une question qui relève du gouvernement du fait qu’il s’agit de la politique européenne.
M. Laitinen, chef adjoint du corps de gardes-frontières (et ex-directeur de frontex) estime que renforcer la surveillance à la Méditerranée ne suffira pas à maîtriser la situation.
TS/15

Ukraine

Programme de voisinage de la Commission européenne
Keskisuomalainen rend compte de la visite en Ukraine de Mme Aaltonen, directrice de l’Agence adminstrative de l’État pour la région de la Finlande de l’Est, dans le cadre du programme de voisinage de la Commission européenne. L’objectif était de soutenir le renforcement de l’administration régionale et le développement de la législation sur l’autonomie.
Elle estime qu’il faut que l’UE contribue à soutenir le développement de la législation et de la société civile.
Selon elle, la situation à Kiev ne semble pas aussi tendue que l’on pourrait s’imaginer.
KS/17

Economie, recyclage, cleantech

Propos de M. Katainen
Kauppalehti rend compte des propos du vice-président de la Commission chargé de la compétitivité, de l’innovation et de l’emploi, Jyrki Katainen qui encourage les entreprises finlandaises ainsi que les personnes privées à innover en ce qui concerne les possibilités économiques du recyclage.
M. Katainen travaille actuellement sur une directive en la matière et souhaite que la Finlande puisse proposer des modèles et des exemples concernant une régulation prévue.
Dans une économie circulaire, « de recyclage », les déchets des uns constituent des ressources précieuses pour des autres, ce qui créé une valeur ajoutée.
Selon une étude récente de Sitra, l’économie circulaire pourrait proposer un potentiel de croissance de 1,5 à 2,5 milliards d’euros par an au niveau finlandais, et de 800 milliards d’euros sur le marché mondial.
La nouvelle directive concernant les déchets ainsi qu’un plan d’action concernant l’économie de recyclage seront présentés plus tard cette année. M. Katainen souhaite voir l’économie de recyclage devenir une partie centrale de l’économie de marché. Cela nécessite, outre les règles plus strictes qu’avant, des mesures d’encouragement et des opportunités favorisant la compétitivité, selon lui.
Le paquet économie circulaire de la Commission comprendra les déchets, les questions environnementales et économiques, les questions énergétique et climatiques, la sécurité alimentaire, les positions des consommateurs, la politique régionale, la bio-économie. M. Katainen relève que lier la bio-économie aux cleantech est important pour la Finlande.
Les entreprises et pays qui s’y investissent peuvent en profiter beaucoup dans une économie circulaire.
M. Katainen relève que les Etats membres ne sont pas au même niveau quant aux questions de recyclage. L’idée de la régulation est de remplacer les modèles nationaux par un modèle européen.
KL/A8

Russie

Communication téléphonique entre les présidents finlandais et russe
Helsingin Sanomat relève que les présidents finlandais et russe, MM. Niinistö et Poutine, se parleront aujourd’hui au téléphone. Ils se sont rencontrés pour la dernière fois à Sotchi en août dernier. En 2014, ils se sont parlé à quatre reprises au téléphone.
HS/A15

Aranda a dû céder le passage à un sous-marin russe
Selon Helsingin Sanomat, le navire de recherche et d’exploration Aranda du centre national de l’environnement Syke a dû céder le passage à un sous-marin russe mardi dans les eaux internationales à l’est de Gotland, à la demande de la marine russe.
Selon l’équipage finlandais et le groupe de recherche suédois à bord, la situation n’a pas été menaçante.
HS/A12
Politique intérieure

Formation d’un nouveau gouvernement

Calendrier
Aamulehti relève que les groupes parlementaires s’organisent aujourd’hui, avec l’élection des présidents et vice-présidents des groupes.
L’élection du président et des deux vice-présidents du Parlement aura lieu le mardi 28 avril.
Le Centre diffusera sa liste de questions aux autres partis le mardi 28 avril.
Le présidium du Parlement sera élu le mardi 28 avril et l’ouverture solennelle de la Diète par le Président de la République aura lieu le mercredi 29 avril au palais Finlandia.
AL/A13

Propos du Président Niinistö
Selon Demokraatti, le président Sauli Niinistö, en déplacement en Suède, estime que le résultat électoral signifie « un nouveau départ pour la Finlande »
Dem/5

M. Sipilä a eu des entretiens avec les partenaires sociaux
Helsingin Sanomat rapporte que le président du Centre Juha Sipilä a rencontré mercredi les dirigeants des partenaires sociaux et leur a donné une liste de questions concernant la croissance économique et l’emploi. Il attend des réponses pour mardi prochain.
M. Sipilä souhaite savoir comment améliorer la productivité finlandaise de 5 % afin d’améliorer l’emploi, le secteur public et la compétitivité des entreprises. Il demande aussi quels sont les moyens pour faciliter le recrutement de nouveaux employés et comment mieux utiliser les crédits déstinés pour améliorer l’emploi.
Le président de la grande centrale syndicale SAK Lauri Lyly estime que le calendrier est très serré pour répondre aux questions posées par M. Sipilä.
M. Lyly et le président de la centra syndicale STTK Antti Palola soulignent qu’il ne faut pas rouvrir l’accord obtenu à l’automne dernier entre les partenaires sociaux sur la réforme des retraites.
HS/A14

M. Sipilä poursuit ses entretiens avec les présidents des autres partis politiques
Selon Helsingin Sanomat, M. Sipilä s’est entretenu mardi avec les présidents du Parti conservateur Kokoomus, Alexander Stubb, des Vrais Finlandais, Timo Soini, du PSD, Antti Rinne, et du Parti suédois, Carl Haglund. Mercredi, il a parlé avec le président de l’Alliance verte Ville Niinistö et le président de l’Alliance des gauches Paavo Arhinmäki. L’entretien avec la présidente des Chrétiens-démocrates Päivi Räsänen a lieu aujourd’hui.
M. Sipilä donnera une liste de questions aux présidents des autres partis mardi prochain et attend des réponses au plus tard le jeudi 30 avril. Il prendra la décision sur les partis qui participeront aux négociations gouvernementales après le 1er mai.
HS/A14-15

Présidium du Parlement
Demokraatti rapporte que le présidium du Parlement changera complètement. Le président du plus grand parti, le Centre, sera élu président intérimaire et le présidium proprement dit sera élu après les négociations gouvernementales.
Selon la coutume, la place du président du Parlement revient au deuxième parti du Parlement, et donc pour la première fois aux Vrais Finlandais. Le Centre et le Parti conservateur auront les places des deux vice-présidents et le PSD, quatrième parti du Parlement, n’aura rien.
Dem/5

Participations de l’Etat dans les entreprises

Solidium
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori (Parti conservateur), est vexé de la décision prise par la ministre chargée des actions de l’Etat, Mme Paatero (PSD) de renvoyer M. Ala-Pietilä de la tête du directoire de Solidium, groupe chargé de la gestion des actions de l’Etat. M. Vapaavuori considère qu’elle aurait du en informer le Parti conservateur.
M. Vapaavuori désapprouve du moment choisi pour cette manœuvre, juste après les élections et avant la formation d’un nouveau gouvernement. Pour lui, dans une telle période il faut éviter des prises de décisions politiques importantes.
M. Sipilä, président du Centre, s’étonne de l’action de Mme Paatero, mais relève qu’il n’en connait pas le détail.
HS/A33.

Bois-papier

Stora Enso
La ministre chargée des actions de l’Etat, Mme Paatero (PSD), relève qu’elle s’inquiète du glissement d’une partie du pouvoir à la direction du groupe forestier Stora Enso dans des mains suédoises. Les positions-clé du groupe relèvent de la famille Wallenberg, alors qu’il serait naturel que les Finlandais et les Suédois se les partagent.
HS

Economie

Nouvelles perspectives américaines pour Koné
Le groupe d’ascenseurs Koné annonce de perspectives favorables et de nouvelles commandes partout dans le monde, surtout en Amérique du Nord et en Asie. Sa part du marché dans le secteur est de 19 % en 2014, contre 18,5 % l’année avant. Les attentes les plus importantes du groupe se portent sur le marché chinois. HS

France – Finlande

Boissons du Premier mai - et des autres fêtes du printemps

M. Borgström privilégie deux champagnes
Le fin connaisseur de Hufvudstadsbladet Georg Borgström accorde la meilleure note de quatre étoiles à deux champagnes dans sa comparaison entre vins mousseux et champagnes.
HBL/29

Helsingin Sanomat recommande un crémant de Loire
HS place Morin Crémant de Loire rosé devant des mousseux sud-africains, chiliens et espagnols.
HS/C8-9

Sport

Boxe : le titre européen se jouera entre Mendy et Tatli
Helsingin Sanomat présente la soirée de boxe de samedi à Helsinki où la principale affiche sera la rencontre entre le Finlandais Edis Tatli et le Français Yvan Mendy pour un titre continental.
HS

Mercredi 22 avril 2015

France – Finlande

Interview du Ministre de l’Economie Emmanuel Macron

« Selon la France, Nokia a une mission importante en Europe »
« Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a affirmé à Helsingin Sanomat que la France et la Finlande n’étaient pas concurrentes mais partenaires dans la compétition »
Nokia qui vient de réaliser la plus grande fusion-acquisition de l’histoire de l’économie finlandaise fait face à une grande mission européenne : renforcer les possibilités de notre contient dans la compétition mondiale sur le numérique.
C’est ainsi que le Ministre français de l’Economie Emmanuel Macron, qui a donné une interview à Helsingin Sanomat, voit l’avenir de Nokia.
Selon M. Macron, il ne faut pas penser que les employés finlandais et français de Nokia seraient en concurrence pour les mêmes postes. Selon lui, ils sont partenaires dans une compétition mondiale.
« Les deux pays vont pouvoir avancer ensemble pour développer les technologies de demain. Sur ce terrain, nous ne sommes pas en concurrence entre nous, mais bien en concurrence face à des pays où les coûts salariaux et les modèles sociaux ne sont pas les nôtres ».
M. Macron mentionne par exemple les prochaines générations d’équipements mobiles, la 5G, qui passe par un effort colossal de recherche et développement.
En France on s’inquiète depuis longtemps de la suprématie des grands groupes américains dans le contenu du marché numérique – presque chaque smartphone européen utilise des systèmes de Google, Appel ou Microsoft.
La production des appareils est quant à elle passée vers l’Asie : la plupart des mobiles et tablettes sont faits en Chine. Après un bon départ dans les années 1990, l’Europe est distancée sur les nouvelles technologies. Selon M. Macron, renforcé par Alcatel-Lucent, Nokia devrait fournir une solution à ce problème délicat pour l’Europe. Cette fusion, c’est aussi l’occasion de créer, à côté d’Ericsson, un second grand équipementier européen.
« Nous avons un marché de plus de 500 millions de consommateurs, appuyons-nous sur lui pour faire émerger les champions numériques de demain ».
Nokia va fusionner avec Alcatel-Lucent au début de l’année prochaine. Nokia acquiert Alcatel-Lucent par un échange d’actions. Le siège reste en Finlande et le nom de Nokia demeure.
Selon M. Macron, Nokia a pris des engagements : le maintien des emplois en France et le développement de la recherche et développement. Les détails de ces engagements n’ont toutefois pas été communiqués.
Les dirigeants français, y compris le président Hollande, ont suivi cette opération de près. La France est connue comme un pays où les droits des employés sont protégés. « Il est normal qu’un gouvernement soit vigilant aux conséquences que peut avoir une opération d’une telle ampleur », déclare M. Macron.
Sur ce point aussi M. Macron en appelle aux intérêts européens de la France e t de la Finlande. « Nous avons en Europe un modèle social qui vaut la peine d’être défendu, qui vaut la peine qu’on se batte pour lui ».
Selon M. Macron, l’opération a aussi suscité des inquiétudes parmi les employés français, « ce qui est parfaitement compréhensible ». Mais la réputation de Nokia est très bonne.
« Nokia est une entreprise connue et reconnue en France ».
HS

Politique étrangère et européenne

Méditerranée

Contribution finlandaise
A l’heure actuelle, la contribution finlandaise pour sauver la vie des gens qui s’efforcent de traverser la Méditerranée est plutôt modeste. Un navire finlandais patrouille dans l’archipel entre la Grèce et la Turquie, avec deux Finlandais et un Grec à bord.
Il est toutefois prévu, selon M. Rytkönen du corps de gardes-frontières, qu’un avion de surveillance Dornier soit envoyé à Lampedusa en mai. Une dizaine de Finlandais payés par Frontex travaillent dans la zone actuellement, selon lui. Cinq gardes-frontières finlandais participent à l’opération Poseidon Sea pilotée par la Grèce.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a estimé que la Finlande devrait augmenter sa contribution dans la solution du problème. « Il est clair qu’il nous faut assumer notre part de responsabilité », a-t-il dit, lundi, sans aller dans le détail.
M. Rytkönen estime qu’une façon rapide d’aider les gens ainsi que les pays de la région est d’envoyer du personnel et de l’équipement. Le plus essentiel serait toutefois d’intervenir dans les activités des organisateurs des traversées, y compris en détruisant leurs bateaux.
HS/A25, AL/A16-17, TS/12

Cour européenne des droits de l’homme

Nomination de Mme Koskelo
Helsingin Sanomat relève que Pauline Koskelo, présidente de la Cour suprême depuis 2006, vient d’être nommée juge à la Cour européenne des droits de l’homme à partir du début 2016 pour un mandat de neuf ans.
Le mandat de la juge finlandaise actuelle Päivi Hirvelä se terminera fin décembre prochain.
HS/A12

Politique intérieure

Formation d’un nouveau gouvernement

M. Sipilä a commencé à rechercher « de la confiance »
Helsingin Sanomat relève que le président du Centre Juha Sipilä a déjà organisé hier les premières rencontres en tête-à-tête avec les autres présidents des partis représentés au Parlement. Les rencontres sont organisées dans un lieu qui n’a pas été annoncé en public. M. Sipilä n’a donné aucune déclaration publique hier. La presse note que la confiance est la notion préférée de tous en ce moment.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a déjà eu son entretien avec M. Sipilä. « Nous avons une bonne confiance entre nous. Nous avons fait un bilan général de la situation et du calendrier. »
M. Sipilä a déclaré avent les élections législatives qu’une fois que les partis seront entrés au gouvernement ils devront y rester jusqu‘à la fin de la législature. M. Soini a annoncé hier qu’il visait à être réélu à la direction de son parti au congrès du moins d’août prochain.
Aucun parti n’a annoncé officiellement vouloir être dans l’opposition. La participation du Centre et des Vrais Finlandais est la plus probable. La participation du Parti conservateur Kokoomus est vraisemblable. Une coalition entre le Centre, les Vrais Finlandais et le PSD est également possible. Le Parti suédois pourrait participer aux deux coalitions possibles.
M. Sipilä promeut un contrat social parallèlement des négociations gouvernementales. Il rencontre aujourd’hui séparément tous les dirigeants du patronat et des centrales syndicales.
Le bureau national du Kokoomus, qui s’est réuni mardi, a donné des strictes instructions à M. Stubb en vue des négociations gouvernementales. « Nous ne pouvons plus accepter un programme gouvernemental sans y avoir une touche du Kokoomus », selon M. Stubb.
HS/A6-7

M. Soini ne veut pas spéculer sur la Grèce
Aamulehti rapporte que le président des Vrais Finlandais Timo Soini ne veut pas spéculer sur la situation de la Grèce et surtout sur le fait de savoir si l’attitude des Vrais Finlandais pourrait empêcher la participation de ce parti au gouvernement. « Je ne veux pas spéculer parce qu’en ce moment il n’y a pas de situation où on devrait prendre position pour ou contre », selon M. Soini.
M. Soini n’a pas encore voulu prendre position sur la question de savoir s’il souhaite prendre le portefeuille des finances.
Selon la coutume de politique finlandaise, les Vrais Finlandais, en tant que deuxième parti, peuvent prétendre avoir le poste de président du Parlement. M. Soini ne prend pas encore position sur la personne qui serait nommée président du Parlement.
AL

Gestion des entreprises de l’Etat

Mme Paatero envisage de changer le directeur de Solidium
La ministre chargée des entreprises de l’Etat, Mme Paatero (PSD), envisage de remplacer M. Ala-Pietilä, président du conseil d’administration de Solidium, groupe de gestion des actions de l’Etat, selon une source de Helsingin Sanomat, éventuellement par M. Bergholm, membre du conseil d’administration.
Les actions gérées par Solidium s’élèvent à huit milliards d’euros.
La situation de Solidium devra être évoquée par la commission interministérielle de politique économique, aujourd’hui. Un groupe de travail est en train d’étudier la position de Solidium. Il s’agit de réfléchir comment créer un lien plus étroit en matière de rapports plus directs entre le groupe et le ministre.
Un débat a concerné l’utilité de Solidium compte tenu que l’Etat dispose d’une direction générale de gestion des actions de l’Etat avec ses fonctionnaires.
Selon HS, le noyau dur du litige est lié au fait que les dirigeants de Solidium, M. Ala-Pietilä et le directeur général M. Järvinen, n’auraient pas bien compris qu’ils gèrent indirectement les possessions de l’Etat et non pas un portefeuille indépendant de placements.
Le groupe de travail est présidé par M. Heliövaara, chef de la direction générale de gestion des actions de l’Etat et membre du directoire de Solidium. Le ministère de l’Emploi et de l’Economie et celui des Finances y sont représentés.
HS/A29

Economie

Bois – pâte à papier
Le groupe forestier Metsä Group a confirmé, hier, son projet de construire une usine de pâte à papier à Äänekoski. L’usine devra employer 200 personnes. La demande du bois ira augmentant ce qui pourra monter les prix.
La construction sera entamée de suite et les activités pourraient ainsi démarrer à l’automne 2017. Le coût de l’investissement s’élèvera à 1,2 milliards d’euros, ce qui est le record du secteur de l’industrie forestière finlandaise. L’Etat subventionnera le projet à hauteur de 32 millions d’euros. De plus, l’Etat se chargera de l’amélioration des voies ferroviaires et routières dans la région. Ces frais s’élèveront à 100 millions d’euros.
Selon M. Jordan, PDG de Metsä Group, la Chine sera un client important avec une demande croissante.
Le Premier ministre, M. Stubb, et le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, se félicitent de la décision du groupe. M. Stubb considère que le projet montre qu’il est intéressant d’investir en Finlande, que l’industrie forestière a un avenir et que cette industrie est capable de se renouveler. M. Ihalainen considère la décision comme courageuse.
Lors des travaux de construction, le projet devrait donner du travail à 6000 personnes. La chaîne de fournisseurs comprendra 2500 emplois dont 1500 nouveaux emplois.
Dans la construction, la main d’ouvre finlandaise sera privilégiée. Pour M. Jordan, le plus près on la trouve, le plus efficace ce sera.
HS

Prêts immobiliers

Taux négatif de l’euribor
Les taux des anciens prêts pour acquisition d’un logement sont en baisse et pourraient descendre en dessous de la marge définie pour le prêt par la banque. Le taux euribor est un taux d’intérêt de référence courant en Finlande. En février 2015, la moitié des prêts immobiliers conclus étaient liés au taux euribor de 12 mois, et la plupart du reste au taux euribor de 6, 3 ou 1 mois.
Les banques observent des politiques différentes en la matière. OP et Nordea ont décidé que, concernant les nouveaux prêts, un taux négatif ne diminuerait pas l’intérêt total, c’est-à-dire que l’intérêt de référence serait toujours au moins zéro. Danske Bank applique ce principe même aux anciens prêts.
HS/A30

Médias

MTV externalise son service de journal télévisé
La chaîne de télévision MTV3 entamera des négociations pour supprimer jusqu’à 125 emplois. MTV transférera son service d’informations et d’actualités sportives dans un nouveau groupe et diminuera le nombre d’effectifs par 40 à 50.
Pour le moment, ce groupe est une filiale de MTV qui envisage pourtant le vendre.
Le délégué du personnel, M. Pyrhönen, est outré par le nombre élevé de licenciements prévus. Il craint que MTV ne tarde pas à acheter des services d’informations d’actualité à un tiers.
KS/13

Médecine

Premier cœur artificiel greffé en Finlande
Helsingin Sanomat rapporte que le premier cœur artificiel a été greffé en Finlande à l’hôpital universitaire de Meilahti à Helsinki. L’opération a eu lieu le 9 avril et le patient se porte bien.
HS/A13

Mardi 21 avril 2015

Politique intérieure

Formation d’un nouveau gouvernement

« Le Centre va négocier avec les autres partis cette semaine » STT
STT rapporte que certaines dates à venir sont déjà fixées :
-  Mercredi 21 avril le résultat des élections sera confirmé
-  Jeudi 23 avril, les groupes parlementaires éliront leurs dirigeants qui commenceront à négocier
-  Lundi 27 avril les députés feront leur entrée au Parlement
-  Mardi 28 avril le nouveau présidium (un président et deux vice-présidents) du Parlement sera élu
-  Mercredi 29 avril aura lieu l’ouverture de la session parlementaire
D’autres échéances sont prévues :
Les présidents des groupes parlementaires devraient nommer la personne amenée à essayer de former un gouvernement (M. Sipilä, président du Centre), jeudi 30 avril.
Cette personne va ensuite annoncer avec quels partis politiques elle négociera la formation du gouvernement.
Les négociations entre ces partis pour rédiger un programme de gouvernement devraient commencer à partir du 4 mai.
Le président va informer le Parlement du candidat au poste de Premier ministre et le Parlement va l’investir.
La nomination du nouveau gouvernement (et l’approbation par le Président de la démission du précédent) pourrait intervenir le vendredi 15 ou le vendredi 22 mai, estime STT.
Ensuite le Premier ministre présentera son programme gouvernemental au Parlement.
KS

Editorial : « Il faut des négociations gouvernementales rapides » IL
Iltalehti estime que la Finlande a besoin de disposer rapidement d’un nouveau gouvernement capable de prendre des décisions délicates.
IL

« Vers un gouvernement de centre-droit » HS
Le Président du Centre Juha Sipilä a déclaré qu’il avait été en contact avec les présidents des autres partis et que, selon lui, toutes les combinaisons demeuraient possibles. Il va poursuivre et approfondir ces discussions cette semaine. « Tous semblent ouverts à négocier et personne n’a dit qu’il n’était pas intéressé. Il y a beaucoup de possibilités, nous ne dépendons pas d’une seule coalition possible ».
STT et Helsingin Sanomat considèrent que le résultat des élections pencherait en faveur d’une coalition du Centre avec les Vrais Finlandais de M. Soini et le parti du Rassemblement national de M. Stubb, ce qui assurerait une majorité de 124 sièges.
M. Sipilä a répété que son objectif était un cabinet de 12 ministres.
M. Sipilä a aussi répété que, pour lui, le principal était la confiance entre les futurs membres de la coalition, avant les questions programmatiques ou le résultat des élections. « L’échec du gouvernement sortant vient principalement du manque de confiance mutuelle entre les partis », a-t-il dit.
Il va envoyer dès mardi ou mercredi prochain une liste de questions aux présidents des autres partis.
Hier, le président des Vrais Finlandais Timo Soini n’a pas fait de déclarations à la presse.
Le président du parti conservateur Alexander Stubb a déclaré que sa formation n’avait pas de condition pour participer à un gouvernement. « Le programme politique sera décisif », a-t-il dit.
Le président du PSD M. Antti Rinne a déclaré qu’il attendait de négocier avec M. Sipilâ avant de dire si la place de son parti sera dans l’opposition ou le gouvernement. Il a toutefois déclaré qu’il ne se voyait pas dans un même gouvernement avec M. Stubb.
Helsingin Sanomat relève que de nombreux centristes craignent que l’actuel Premier ministre M. Stubb n’ait un rôle trop prédominant sans la future coalition. Ils craignent aussi M. Soini qui a renforcé sa position.
Contrairement à ce qui avait été fait il y a quatre ans, M. Sipilä souhaite un programme de gouvernement très court qui se concentrerait par exemple sur cinq priorités. Des mesures plus concrètes de mises en œuvre de ces priorités seraient attendues d’ici la fin de l’été. De même qu’un programme de rétablissement des finances publiques.
Pour Aamulehti, le véritable test de ce gouvernement aura lieu lors de la préparation du budget 2016, à l’automne.
Aamulehti souligne que M. Sipilä apprécie les formules de chef d’entreprise. Outre la confiance et la collégialité des décisions, il souhaite « une simulation des questions de crise », par exemple. Il a notamment précisé que la question d’un éventuel plan d’aide à la Grèce « était l’une des plus délicates qu’il allait poser aux autres chefs de partis ».
HS AL

« La question de la Grèce sera bientôt évoquée » STT
STT rappelle que le Centre avait voté contre le second plan d’aide à la Grèce. Quant aux Vrais Finlandais ils n’ont cessé de demander un arrêt des plans d’aide.
Les experts économiques finlandais Pasi Holm (Pellervo) et Aki Kangasharju (Nordea) estiment toutefois que ces partis devraient adoucir leur ligne au gouvernement. « Si l’Allemagne dit que l’on peut donner de l’argent à la Grèce, M. Soini et ses acolytes devraient suivre », considère M. Kangasharju.
Durant la campagne, M. Soini n’a toutefois pas hésité à dire qu’il était prêt à s’opposer seul à un plan d’aide à la Grèce. Pragmatique, M. Sipilä a lui refusé de se prononcer.
Selon STT, la décision de verser la dernière tranche du plan d’aide à la Grèce devrait être à l’ordre du jour des ministres européens au plus tôt le 11 mai.
KS

M. Sipilä propose un contrat social
Les partenaires sociaux n’ont pas d’idée claire sur le projet de M. Sipilä
M. Sipilä a dit qu’il rencontrerait des représentants des organisations syndicales et des entrepreneurs, mercredi, pour des entretiens informels sur un projet de nouveau contrat social.
Kauppalehti relève que les contenus et la forme du nouveau contrat social qu’esquisse M. Sipilä, président du Centre, ne sont pas clairs pour les partenaires sociaux.
KL relève que les organisations des salariés craignent que le point de départ du contrat social soit l’augmentation de la flexibilité du marché du travail. Les entrepreneurs, quant à eux, craignent que le contrat devienne un compromis dilué du point de vue de la compétitivité.
Les organisations comptent participer aux négociations en la matière, si on les invite, mais elles relèvent que le contenu, le but et la forme de ce contrat ne sont pas clairs pour eux. M. Palola, président de la STTK, confédération des employés, relève qu’il ne sait pas qui sont les différentes parties appelées à négocier, ni sur quoi il est prévu de se mettre d’accord.
Les organisations estiment pour l’instant qu’il s’agirait plus d’une déclaration conjointe (entre les partenaires sociaux et le gouvernement) que d’un contrat. Aucune décision sur les augmentations salariales, par exemple, ne serait prise dans le cadre de ce contrat.
M. Häkämies, directeur général du patronat EK, estime que M. Sipilä souhaitera certainement entendre leurs vues sur la gestion de l’emploi et de l’économie. M. Marttila, président de la MTK, confédération des producteurs agricoles, estime que le but des entretiens sera de sonder la volonté des organisations en matière de réformes ainsi que les interroger sur leur vision concernant la situation économique.
KL relève que M. Sipilä prévoit de négocier sur le contrat social en même temps qu’il mène les négociations en vue de la formation du prochain gouvernement. M. Lyly, président de la confédération des ouvriers, SAK, relève que la SAK ne conclura aucun accord avant que le programme gouvernemental soit décidé.
M. Järventaus, directeur général des entrepreneurs, estime que les questions liées à la compétitivité seront sans doute évoquées. Il se méfie lui aussi de l’opportunité de négocier en même temps sur le contrat social et le programme gouvernemental.
M. Lyly souligne l’importance d’améliorer les droits et la sécurité des employés en même temps que l’on prévoit d’augmenter la flexibilité.
KL/4-5

« Des objectifs en partie contradictoires » KL
KL estime que lors des négociations sur un contrat social, les organisations des salariés mettront sans doute l’accent sur les questions liées à la sécurité des employés alors que les entrepreneurs et le patronat voudront augmenter la flexibilité sur le marché du travail.
La STTK envisage d’évoquer le fait qu’elle considère qu’il est trop facile en Finlande de licencier du personnel pour des raisons économiques et liées à la productivité.
La SAK souhaite diminuer la fiscalité des petits salaires et critique les contrats « à zéro heures ».
Les entrepreneurs soulignent l’importance de pouvoir se mettre d’accord localement, c’est-à-dire dans chaque entreprise, sur certaines choses.
Le patronat EK insiste sur l’importance de l’amélioration de la compétitivité de la Finlande en matière de coûts. Le patronat souhaite également des mesures pour faciliter l’emploi telles que les contrats à temps partiel et le rallongement des périodes d’essai. EK est favorable à l’allègement de la fiscalité du travail.
La MTK promeut la création d’emplois dans le domaine de la bio-économie, en soutenant les entreprises des régions rurales et en augmentant l’utilisation des ressources naturelles renouvelables.
KL/5

Elections législatives

Les Vrais Finlandais sont et resteront là
Helsingin Sanomat relève que le succès électoral des Vrais Finlandais a stabilisé leur position parmi les grands partis politiques. En même temps, ce parti a réussi à garder sa ligne qui est différente de celle des autres partis. Les Vrais Finlandais continuent à évoquer des questions comme l’enseignement obligatoire du suédois ou l’immigration qui n’intéressent pas beaucoup les autres partis.
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais n’est plus le plus masculin au Parlement, puisqu’il compte désormais douze élues et que, depuis les élections de dimanche, il y a le moins de femmes dans le groupe parlementaire du Centre. L’âge moyen du groupe des Vrais Finlandais est de 46 ans, un peu moins que la moyenne du Parlement.
Les Vrais Finlandais ont amélioré leur audience dans les circonscriptions de Turku, de Pori et de la Finlande centrale.
Ils remportent même une circonscription pour la première fois de leur histoire. Ils sont le premier parti à Pori (circonscription de Satakunta), devant le PSD qui était traditionnellement toujours en tête de ce bastion ouvrier.
HS/A10

Editorial : « La vraie Finlande a encore organisé une surprise
Helsingin Sanomat estime, dans son éditorial, que la victoire électorale du Centre et le bon score des Vrais Finlandais montrent la division de la Finlande. La différence entre Helsinki et le reste de la Finlande s’est accentuée.
Le résultat montre que non seulement ceux qui sont mécontents de l’Union européenne ou de l’immigration votent pour les Vrais Finlandais. Mais il y aussi beaucoup, de gens qui se sentent délaissés quand bien même ils ne sont pas victimes d’un phénomène d’exclusion sociale.
Le déclin de la gauche a également marqué ces élections. Le PSD et son président Antti Rinne n’ont pas réussi à attirer les électeurs hommes qui avaient quitté l’électoral en 2011.
Le Parti conservateur Kokoomus a perdu des sièges et est devenu plus de droite, cette fois-ci en raison des jeunes députés parmi lesquels il y a plusieurs néo-conservateurs.
HS/A4

Economie

Plan social

Patria supprimera 70 emplois
Le groupe d’industrie militaire Patria a terminé ses négociations pour la suppression d’emplois et annonce que 74 personnes perdront leur emploi à Tampere et Hämeenlinna.
KS

Transports

Tram de Tampere
L’appel d’offres concernant le projet de construction de tram à Tampere a avancé au point où deux fournisseurs ont été sélectionnés pour continuer les négociations. Alstom Transport figure dans l’une des deux offres, rapporte Aamulehjti.
La municipalité devra prendre une décision et choisir son partenaire en juin. La décision sur la réalisation du projet sera prise par le conseil municipal à l’été 2016.
AL/A25

Politique étrangère et européenne

Suède

M. Niinistö à Stockholm
Helsingin Sanomat relève que le Président Sauli Niinistö et Mme Jenni Haukio effectuent aujourd’hui et mercredi une visite à Stockholm où ils participent à un concert pour célébrer le 150e anniversaire des compositeurs Jean Sibelius et Carl Nielsen.
M. Niinistö aura un entretien avec le Premier ministre suédois Stefan Löfven mercredi.
HS/A25

Défense

Les Finlandais forment des troupes en Irak
Helsingin Sanomat rapporte que la Finlande enverra, probablement d’ici fin juin, prochainement cinquantaine de soldats en Irak du Nord pour former des combattants kurdes. L’opération de formation durera environ un an près d’Erbil.
Le camp de formation est dirigé par l’Allemagne et il y a aussi des soldats néerlandais, britanniques et italiens et plus tard des norvégiens.
HS/A28

Méditerranée

L’UE a convoqué un conseil européen d’urgence
Keskisuomalainen relève que, selon le ministre des affaires étrangères Erkki Tuomioja, qui a participé à une réunion des ministres européens des affaires étrangères, les pays nordiques ont souligné l’importance d’essayer d’améliorer la situation des réfugiés. « La pauvreté absolue, les violations des droits de l’homme et les conflits continuels sont des conditions qui amènent les gens à quitter leur pays. »
Selon Turun Sanomat, la ministre de l’intérieur Päivi Räsänen estime que la Finlande pourrait proposer de l’aide plus variée. « Les programmes de protection et le système de quota de réfugiés seraient des moyens plus humains pour gérer l’immigration. »
KS, TS

Lundi 20 avril 2015

Politique intérieure

Elections législatives

Le Centre a gagné les élections
Helsingin Sanomat relève que le président du Centre Juha Sipilä a mené son parti à une victoire électorale.
Le Centre a obtenu 21,1 % des voix (+5,3 % par rapport à 2011) et 49 sièges (+14) au Parlement.
Les Vrais Finlandais arrivent deuxième avec 17,6 % (-1,4 %) et 38 sièges (-1).
Le Parti conservateur Kokoomus a eu plus de voix que les Vrais Finlandais, 18,2 % (-2,2% par rapport à 2011), mais un siège de moins, soit 37 (-7).
Le PSD a eu 16,5 % (-2,6 %) de voix et 34 sièges (-8) seulement.
L’Alliance verte arrive cinquième avec 8,5 % des voix (+1,3 %) et 15 sièges (+5).
L’Alliance des gauches a perdu deux sièges, de 14 à 12. Ce parti a obtenu 7,1 % des voix (-1,0 %).
Le Parti suédois a gardé ses 9 sièges, plus le siège accordé aux îles Åland. Il a eu 4,9 % (+0,6 %).
Les Chrétiens-démocrates ont 5 sièges (-1), avec un score de 3,5 % des voix (-0,5 %).
HS/lun

Taux de participation : 70,1 %
Le taux de participation a baissé un peu : de 70,5 % en 2011 à 70,1 %.

Défaite du PSD, transfert vers la droite
Helsingin Sanomat rapporte que les deux partis de gauches ont perdu 10 sièges et leur score total n’est que de 46 sièges sur 200. C’est la première fois dans l’histoire politique finlandaise que le PSD arrive quatrième aux élections législatives.
HS/lun

Plus de jeunes, moins de femmes
Le nombre de députées diminue : 83 femmes ont été élues, contre 86 en 2011. 42 % des électeurs ont voté pour une femme, contre 43 % en 2011. Parmi les candidats, il y a eu 1 301 hommes et 845 femmes.
L’âge moyen des députés baisse un peu, passant de 48 ans (en 2011) à 47,3 ans. Il y a 14 députés (+5) qui ont moins de 30 ans, 8 hommes et 6 femmes.
7 % des députés ont 18-29 ans, 22,5 % 30-39 ans, 24,5 % 40-49 ans, 31,5 % 50-59 ans et 14,5 % plus de 60 ans.
Ilmari Nieminen du PSD est le plus jeune : 24 ans. Pertti Salolainen, 74 ans, est le doyen.
HS/lun

M. Sipilä a le plus de voix
Le président du Centre Juha Sipilä a eu le plus de voix, 30 733, dans la circonscription d’Oulu. Il est suivi du président des Vrais Finlandais Timo Soini, 29 441 voix, du président du Parti conservateur Alexander Stubb, 27 003 voix et du président du Parti suédois Carl Haglund, 21 363 voix, tous trois dans la circonscription de uusimaa (plus grande circonscription). Le président du PSD Antti Rinne a eu 12 096 voix.
Les mieux élues pour les femmes sont Jaana Pelkonen (Kokoomus), 15 954 voix et Li Andersson (Alliance des gauches), 15 154 voix.
HS/lun

« Le Centre numéro 1 – ensuite il faudra former le gouvernement »
« M. Sipilä prévient contre de temps durs » HBL
Hufvudstadsbladet relève que selon M. Sipilä, la politique de son parti met l’accent sur les solutions. Mme Saarikko, vice-présidente du Centre, estime que les Finlandais ont souhaité un changement et que le résultat reflète cette volonté. Le résultat lie son parti, pour Mme Saarikko. M. Sipilä a souligné, devant les siens, la nécessité d’un esprit d’équipe exceptionnel afin d’achever le travail qu’il y a à faire en faveur du pays. Pour lui, il faut que tout Finlandais mette de côté ses intérêts personnels pour promouvoir ce qui est bon pour la patrie.
M. Rehn, élu d’Helsinki, estime que la formation du gouvernement devra se baser sur le résultat et les réalités économiques.
HBL/lun

Editoriaux et commentaires

Editoriaux
Hufvudstadsbladet rend compte de la soirée électorale marquée par beaucoup de suspense. Les Vrais Finlandais ont fait un bon score alors que le grand défi du parti était de mobiliser les siens. Le Kokoomus a perdu des sièges ainsi que sa position de premier parti qu’il avait obtenue aux dernières élections. Le PSD, qui avait déjà perdu, a vécu une nouvelle défaite.
Il est clair désormais que le Centre dirigera les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement. Mais ensuite, rien n’est clair. Avec ce résultat, M. Sipilä devra déterminer son choix uniquement sur les questions programmatiques.
L’éditorialiste relève que l’électorat centriste a traditionnellement préféré la coopération avec le PSD, mais qu’il est possible que la coopération avec le Kokoomus paraisse plus attractive. Il n’est pas non plus exclu que le PSD souhaite rester dans l’opposition afin de s’efforcer de se renouveler.
Dans une composition gouvernementale avec le Centre, le Kokoomus et les Vrais Finlandais, la constellation qui risque de se créer est deux contre un, ce qui fait qu’il pourrait être envisagé de prendre un ou deux plus petits partis pour la compléter. Une composition avec les quatre plus grands partis n’est pas exclue non plus.
L’éditorialiste rappelle que l’on ne sait pas quelle sorte de Premier ministre sera M. Sipilä. En tant qu’homme politique il a peu d’expérience. Dans son parti, il a introduit des méthodes qu’il a utilisées en tant que chef d’entreprise.
Concernant le taux de participation, l’éditorialiste estime que sa diminution est un défit pour le système politique.
HBL/lun/26

« Sipilä a encore plusieurs options »HS
Helsingin Sanomat estime que les différences entre les résultats des Vrais Finlandais, du Parti conservateur et du PSD ne sont pas décisives pour dicter la composition de la coalition gouvernementale. M. Sipilä a souligné hier que le programme du gouvernement serait décisif et non l’ordre d’arrivée des partis dans les élections. Il est toutefois possible qu’après son mauvais score, le PSD n’ait pas envie de participer au gouvernement.
Parmi les petits partis, le Parti suédois aurait le plus de chances de participer au gouvernement, au moins pour équilibrer le profil du gouvernement si les Vrais Finlandais y sont aussi.
HS/lun/A4

« Le résultat laisse tout ouvert »
Selon Turun Sanomat, le résultat n’a pas été une surprise mais les changements dans le nombre de sièges sont importants.
Le fait que la victoire du Centre n’est pas aussi importante que prévue dans les sondages promet des difficultés dans les négociations gouvernementales. Le Centre aurait eu besoin d’un mandat plus fort pour pouvoir mettre en œuvre les réformes nécessaires.
La législature précédente est un exemple de ce que signifient un résultat électoral trop juste et une position relativement faible du parti du Premier ministre combinés à une crise économique et une méfiance entre les principaux partis du gouvernement.
Le résultat électoral laisse la solution gouvernementale en suspens. M. Sipilä, qui a les clés de la solution dans ses mains, a souligné l’importance de la confiance, de la capacité de coopérer et du programme gouvernemental.
TS/lun/2

Ce n’est pas un tsunami
Ilta-Sanomat souligne que la victoire du Centre est relative car elle n’est pas aussi franche que ce que le parti espérait. Par ailleurs, la précédente victoire des Vrais Finlandais ne s’est pas effritée, ce qui pourrait permettre à ce parti d’entrer pour la première fois au gouvernement. Pour la constitution d’un gouvernement de centre-droit, ce qui sera décisif c’est la capacité de créer une confiance nécessaire pour gouverner entre les Vrais Finlandais et le parti conservateur de M. Stubb.
IS

« Le Centre et les Verts l’emportent ; un résultat qui permet toutes les combinaisons » IL
Iltalehti rappelle que durant la campagne on prédisait plutôt un gouvernement du Centre et des Vrais Finlandais avec le PSD. Mais « M. Sipilä devra surtout s’assurer que son gouvernement sera capable de prendre des décisions difficiles » écrit IL.
IL

Police

La police a créé une unité de cyberpoliciers
Helsingin Sanomat présente le nouveau centre de la police à Vantaa qui sera consacré notamment à la lutte contre la cybercriminalité.
Ce contre va recruter 45 personnes.
HS

Société

Trois Finlandais sur quatre estiment pouvoir travailler jusqu’à l’âge de la retraite
Selon une étude, les trois quarts des personnes interrogées pensent être en capacité de travailler jusqu’à l’âge de la retraite.
Seuls les pompiers estiment majoritairement ne pas pouvoir travailler jusqu’à cet âge.
HS

Energie

Le Stuk va étudier la cuve l’OL3
Suite aux informations concernant l’EPR de Flamanville, l’autorité de sûreté nucléaire finlandaise a annoncé qu’elle allait étudier la cuve de l’EPR d’Olkiluoto. Le Stuk précise que les cuves de ces chantiers n’ayant pas le même fabricant, il est improbable que l’on y trouve les mêmes défauts.
HS,

Economie

Valio annonce un plan social
Le groupe agro-alimentaire Valio a annoncé un plan social qui supprimera 320 emplois.
Le groupe fait face à des difficultés sur le marché finlandais et à la diminution de ses exportations vers la Russie.
HS

Politique étrangère et européenne

Conseil de l’Europe

La Finlande a approuvé la Convention d’Istanbul
La Finlande a approuvé la convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes.
La convention devrait entrer en vigueur au 1er août.
HS

Aide humanitaire

900 000 euros pour la Libye et le Yémen
La Finlande alloue 900 000 euros d’aide humanitaire pour la Libye et le Yémen. Cette aide sera versée au comité international de la Croix Rouge.
HS

Aide au développement

La Finlande est le pays de l’UE qui diminue le plus son APD
Selon les prévisions de la Commissions européenne, la Finlande est le pays de l’UE qui diminue le plus cette année la part de son aide publique au développement.
L’APD de la Finlande devrait diminuer de plus de 200 millions d’euros pour s’établir à un milliard d’euros.
AL

France - Finlande

Nokia rachète Alcatel-Lucent

« Nokia avait cinq possibilités » HS
« Ce n’est pas une fusion, c’est une acquisition » AL
La presse rapporte que les dirigeants de Nokia ont tenu, vendredi, à Espoo, une conférence de presse pour expliquer la fusion-acquisition avec le groupe Alcatel-Lucent.
Ils ont relevé que plus de deux tiers ses téléopérateurs étaient focalisés uniquement sur le sans-fil. C’est pourquoi Nokia avait besoin d’être présent aussi sur les réseaux filaires.
Ils ont souligné que cette acquisition devrait être évaluée sur le long terme. De plus, Nokia et Alcatel-Lucent disposent de suffisamment de ressources pur engager d’importants projets de R&D.
HS AL

Gastronomie

Pastis
Kauppalehti donne quatre étoiles au restaurant Pastis qui, comme son grand frère Muru. Et sous la férule du chef Timo Linnamäki, brandit crânement l’étendard de la cuisine française.
KL

France - Finlande

Nokia rachète Alcatel-Lucent

« Nokia avait cinq possibilités » HS
« Ce n’est pas une fusion, c’est une acquisition » AL
La presse rapporte que les dirigeants de Nokia ont tenu, vendredi, à Espoo, une conférence de presse pour expliquer la fusion-acquisition avec le groupe Alcatel-Lucent.

France

Politique

Front national
Helsingin Sanomat rapporte la candidature aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur de Marion Maréchal-Le Pen.
HS

La France lutte contre le racisme et l’antisémitisme
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement français a annoncé un important plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.
HS

Vendredi 17 avril 2015

France - Finlande

Nokia et Alcatel-Lucent

« Selon le ministre des Finances Antti Rinne, le risque d’être licencié est plus grand en Finlande [qu’en France] » Hufvudstadsbladet
Hufvudstadsbladet relève que le ministre des Finances et président du parti social-démocrate, M. Rinne craint que la France saura être plus dure pour maintenir les emplois dans le contexte de la fusion de Nokia et d’Alcatel-Lucent. Le Premier ministre conservateur M. Stubb, estime que cette comparaison n’est pas opportune.
A trois jour des élections législatives, M. Rinne se déclare inquiet pour les emplois en Finlande et estime qu’il faut demander à Nokia d’évaluer la situation et maintenir les emplois. « Nous avons des gens très compétents », rappelle-t-il.
Le syndicat des ingénieurs a publié un communiqué demandant aux pouvoirs publics finlandais de prendre des mesures, à l’instar du Président français François Hollande, en faveur des emplois. Selon M. Porokari de ce syndicat, licencier un ingénieur en France coûte dans les 50 000 euros, alors qu’en Finlande, aucun frais n’est engendré si la personne en question continue à travailler pendant le délai de préavis.
M. Rinne estime qu’il faudrait débattre entre les partenaires sociaux sur la signification et l’impact des licenciements pour raisons économiques et liées à la production, et envisages de règles plus strictes en la matière. Pour lui, le risque de licenciement est plus important en Finlande qu’en France.
M. Stubb n’est pas d’accord sur l’opportunité d’une telle comparaison. Il rappelle que le rôle de l’Etat dans l’économie de marché n’est pas pareil dans les deux pays. La situation en Finlande ressemble plus à celle de la Suède ou du Danemark, qui ont eux aussi un marché de travail plus flexible, ce qui sert la compétitivité dans les exportations.
Pour M. Stubb, la nouvelle concernant la fusion est surtout positive pour Nokia et pour l’emploi finlandais. Il ne voit pas de besoin pour des mesures d’encouragement particulières pour le maintien des emplois, outre les aides régionales existantes. Concernant les propos de M. Rinne, il estime que « à la veille des élections, il est facile de promettre tout et n’importe quoi ». Pour lui, les subventions existantes à titre de restructuration sont prévues en cas de changements radicaux.
Hbl

Mode

Trois stylistes de Finlande en finale du festival d’Hyères
Parmi les dix finalistes du 30ème festival international de Mode d’Hyères figurent cette année trois stylistes de Finlande, de l’université Aalto.
HS

Politique étrangère et européenne

Climat

Baromètre climatique 2015
Les Finlandais se font des soucis pour le changement climatique mais cela ne les fait pas agir pour autant. Selon le sondage « baromètre climatique 2015 », effectué à la demande du service de communications climatiques de l’Administration 77 % des personnes interrogées considèrent le dérèglement climatique comme une des plus grandes menaces mondiales et que les mesures pour sa prévention pressent. Quatre Finlandais sur cinq espèrent qu’on arrivera à conclure un nouveau traité à la conférence de Paris.
Néanmoins, un tiers seulement des Finlandais annoncent avoir changé leurs habitudes pour lutter contre le changement climatique.
Les Finlandais ont tendance à penser que le grands Etats émergents, les Etats-Unis et les grandes entreprises internationales sont en position-clé dans cette lutte. Ils considèrent les décisions prises au niveau européen comme plus importantes que les solutions nationales.
60 % des Finlandais estiment toutefois que la Finlande devrait diminuer ses émissions indépendamment de ce que font les autres pays. 66 % sont favorables à l’augmentation de la part des énergies renouvelables même dans le cas où cela reviendrait plus cher.
Plus de 80 % des personnes interrogées estiment que la lutte contre le changement climatique constitue également une opportunité économique. Le développement de solutions technologiques pourrait améliorer la compétitivité de la Finlande et créer des emplois.
La majorité des personnes interrogées pensent que le gouvernement devrait agir plus activement pour lutter contre ce phénomène de réchauffement climatique. Plus de la moitié pensent que ces questions devraient figurer parmi les thèmes principaux du prochain programme gouvernemental.
Un tiers des personnes interrogés envisage de voter pour un candidat actif sur ces questions.
KS/12, HS/A8

Allemagne - Finlande

M. Steinmeier a participé à la campagne électorale du PSD
Demokraatti relève que le ministre allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a effectué jeudi une visite à Helsinki à l’invitation de son homologue Erkki Tuomioja. Il a également rencontré le Président Niinistö.
MM. Steinmeier et Tuomioja ont donné une conférence sur la politique étrangère où ils ont évoqué surtout l’Ukraine et la Russie. Le président du PSD Antti Rinne a inauguré la conférence
Le chef de la diplomatie allemande a cité au moins deux fois le chancelier fédéral Willy Brandt. Il a souligné que le monde était compliqué, de même que la politique étrangère.
M. Tuomioja a souligné le rôle central de l’Allemagne dans solution de la crise de l’Ukraine. M. Tuomioja estime que l’Union européenne pourrait avoir un profil encore plus élevé dans le processus à l’avenir. « Nous sommes très satisfaits de la façon dont l’Allemagne et la France gèrent la crise, » a-t-il souligné.
Dem/3

Politique intérieure

Elections législatives

Sondage : Le Parti conservateur deuxième, les Vrais Finlandais troisième
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats du sondage publié jeudi soir par le journal télévisé d’Yle, effectué par l’institut Taloustutkimus, l’audience des Vrais Finlandais a augmenté de 2,1 points depuis le sondage précédent.
Le Centre est encore en tête avec un score de 24 % (-0,9 % par rapport au mois de mars), suivi du Parti conservateur, 16,9 % (+0,8 %), des Vrais Finlandais, 16,7 % (+2,1 %), du Parti social-démocrate, 15,1% (-1,1 %), de l’Alliance verte, 8,8 % (-0,1 %), de l’Alliance des gauches, 8,3 % (-0,2 %), du Parti suédois, 4,6 % (+0,1 %) et des Chrétiens-démocrates, 3,5 % (-0,4 %).
Le Premier ministre Alexander Stubb a souligné, au dernier grand débat électoral télévisé d’hier, qu’il y avait encore 40 % des électeurs qui ne se sont pas exprimés lors du débat.
Selon le directeur de recherche à Taloustutkimus Jari Pajunen, le PSD a perdu des électeurs ouvriers, surtout des femmes. Il estime que les Vrais Finlandais ont gagné des électeurs ouvriers mais non des femmes.
HS/A12

Editorial : les partis politiques minimisent leur rôle dans la politique étrangère
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que la politique étrangère n’a pas eu de rôle important dans la campagne électorale. Les présidents des partis politiques ont éludé les questions concernant la politique étrangère soulignant le rôle du Président de la République. Ils n’ont pas voulu rappeler aux électeurs qu’ils sont en train d’élire le Parlement et que le gouvernement - l’une des deux institutions qui gèrent la politique étrangère - doit avoir la confiance du Parlement.
La raison la plus importante pour cela est la grande popularité du Président Sauli Niinistö. Les partis politiques, plutôt peu populaires, se cachent derrière le dos de M. Niinistö.
HS/A5

M. Sipilä veut utiliser les amortisseurs de l’UEM
Helsingin Sanomat rapporte qu’à l’approche des élections, les politiciens s’intéressent de plus en plus aux possibilités d’utiliser l’argent des fonds de retraite (plus de 170 milliards d’euros).
Le président du Centre Juha Sipilä souhaite utiliser les amortisseurs de l’UEM (somme excédentaire récoltée par les fonds de retraite par rapport au minimum légal que leur fixe la légilsation, et ce depuis 1997 et la création de l’UEM, afin de faire face à une crise économique et alors que la Finlande perdait sa souveraineté monétaire et donc sa possibilité de dévaluer sa monnaie, NDLT) pour diminuer la cotisation retraite des employeurs de 2 points ce qui signifierait un allègement d’un milliard d’euros par an pour le coût du travail.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a déclaré mercredi au débat électoral de la MTV3 qu’il était d’accord avec M. Sipilä.
HS/A13

Recherche

Le nombre d’études sur les médicaments a chuté
Le nombre d’études sur les médicaments a diminué de 60 % par rapport au niveau pique de la décennie dernière. En 2014, 128 nouvelles études ont été entamées, par rapport à 152 en 2013.
HS
Jeudi 16 avril 2015

France - Finlande

Nokia et Alcatel-Lucent

Nokia se renouvelle
« Nokia brigue la position de tête du marché » KL
« Nokia fait beaucoup de promesses à la France » KL
« Nokia se force de nouveau pour être le plus grand » - « La fusion fait qu’il passe de justesse devant Ericsson » TS
« Licencier est plus cher en France » TS
« Les Français luttent pour leurs emplois » HS
« Selon M. Siilasmaa, Alcatel-Lucent est le meilleur partenaire » HS
M. Siilasmaa, président du conseil d’administration de Nokia, souligne que l’arrangement n’est pas effectué en premier lieu pour augmenter les activités, mais surtout pour compléter le choix de produits de Nokia et pour améliorer la compétitivité en gardant à l’esprit les besoins futurs. M. Siilasmaa relève qu’Alcatel-Lucent dispose d’un savoir-faire excellent en France. La Finlande dispose du meilleur savoir-faire dans le domaine de radio-technologies. Les deux se complètent, selon lui.
Kauppalehti estime que Nokia aurait pu se retrouver dans une position de challenger sans les réseaux franco-américains. Le nouveau Nokia ne tardera probablement pas à commencer à augmenter sa rentabilité.
Interrogé par Aamulehti, M. Seppälä, chercheur à l’Université Aalto, considère l’achat comme courageux et positif du point de vue finlandais. Pour lui, la lenteur du projet constitue toutefois un risque.
Helsingin Sanomat estime que Nokia achète Alcatel-Lucent, outre pour renforcer sa position sur le marché, aussi pour acquérir de nouvelles compétences et de nouveaux produits dont il ne dispose pas beaucoup actuellement. Pour HS, Nokia prend un gros risque en achetant Alcatel-Lucent. La fusion de deux grandes entreprises risque d’être plus compliquée que prévu.
HS s’étonne que le communiqué concernant la fusion énumère les fonctions qui ne seront pas supprimés en France. Selon M. Kosonen, conseiller à l’ambassade de Finlande à Paris, la législation de travail en France diffère de celle existant en Finlande. En France, c’est l’entreprise qui assume la principale responsabilité vis-à-vis des employés, alors qu’en Finlande, c’est l’Etat qui s’en charge en grande partie.
HS/A6-8, KL/A4-5, TS/18

Editoriaux et points de vue
« Il faut que Nokia s’occupe des Finlandais aussi » AL
« Nokia remonte parmi les premiers du monde de nouveau » KS
« Nokia a acheté le groupe qu’il pouvait sur le marché » HS
« C’est Nokia qui deviendra le nouveau Nokia de Finlande ? » KL
Point de vue ; « Les fonctions de Nokia en Finlande en danger » KL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat que la fusion se fait probablement parce qu’il n’y avait pas d’autre option, ni pour le vendeur ni pour l’acheteur. La solution pourra fonctionner, mais il ne s’agit pas d’un « match made in heaven », selon l’éditorialiste.
Keskisuomalainen estime qu’avec cette vente, Nokia deviendra le plus grand groupe spécialisé dans les appareils de réseaux téléphoniques et informatiques, aux côtés du suédois Ericsson, avec qui il était en concurrence sur la position du N° 1 des téléphones mobiles dans les années 1990. Nokia se renouvelle une fois de plus. Il a des chances de réussir dans la conquête de la position du plus grand dans le monde.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que les promesses concernant le maintien d’emplois en France engendrent des inquiétudes en Finlande. Comme Nokia envisage de faire des économies de près d’un milliard d’euros, il est clair qu’il faudra supprimer des fonctions qui se chevauchent. Cela signifiera des suppressions d’emploi et, s’il n’y en aura pas en France, ceux en Finlande sont menacés, selon l’éditorialiste.
L’éditorialiste d’Aamulehti estime qu’il est connu que les Français savent se défendre. Pour lui, les employés finlandais de Nokia ont de quoi s’inquiéter.
Kauppalehti estime que la France sait se défendre et que la Finlande pourrait y avoir quelque chose à apprendre.
TS/2, AL/A2, KS/2, HS/A5, KL/3

BD

Tardi
Helsingin Sanomat publie une interview de Jacques Tardi. Son album « Putain de guerre » est sorti en finnois l’année dernière.
HS/B1

Exposition

Des oeuvrs finlandaises à la Fondation Louis Vuitton
Hufvudstadsbladet relève que des tableaux de Helene Schjerfbeck et d’Akseli Gallen-Kallela sont exposés à l’exposition « Les clefs d’une passion » à la Fondation Louis Vuitton à Paris, ouverte jusqu’au 6 juillet.
HBL/23

Cinéma

Festival de Cannes
Un court-métrage de la finlandaise Salla Sorri sera projeté à Cannes dans la sélection Cinéfondation qui présente 18 films d’étudiants.
HS/B2

Politique intérieure

Elections législatives

Editorial : Sipilä choisira entre Stubb et Rinne
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat rappelle que le dernier grand débat électoral télévisé, celui de la TV1, aura lieu ce soir. Quels ont été les sujets de débat importants pendant la campagne électorale ? Les politiciens ont parlé essentiellement des questions économiques et de l’emploi. Il y a quelques différences idéologiques, l’Alliance des gauches étant le seul parti à estimer qu’il faut relancer l’économie au lieu de couper dans la dépense publique. Les autres partis ont adopté la politique de l’austérité du ministère des Finances presque telle quelle.
Quant à la croissance et l’emploi, les conservateurs souhaitent baisser l’impôt sur le revenu, les sociaux-démocrates sont favorables aux investissements publics. Le Parti conservateur veut augmenter l’offre d’emploi en diminuant les aides aux chômeurs et le PSD le rejette.
Les débats électoraux ont également été marqués par l’attitude russe de plus en plus dure à l’égard de l’occident. Les seuls partis politiques à défendre une adhésion finlandaise à l’OTAN sont le Parti conservateur et le Parti suédois.
La Grèce n’est pas devenue un véritable sujet de débat, comme l’avait souhaité le président des Vrais Finlandais Timo Soini. Il doit par contre être content que l’immigration n’ait pas été évoquée comme thème électoral.
Le président du Centre Juha Sipilä a pu poursuivre sa ligne très prudente avec succès : quand on ne dit rien, on ne fait pas d’erreurs non plus. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les concurrents traitent M. Sipilä avec prudence : ils ne veulent pas irriter le futur Premier ministre, ils montrent leur respect à M. Sipilä qui a perdu un fils et les électeurs n’apprécient pas les attaques contre les personnes, même contre les politiciens.
M. Sipilä devra toutefois prendre position, presque immédiatement après les élections, sur une question : quel est son choix de partenaire principal au gouvernement, M. Stubb ou M. Rinne ? Les deux ne pourront pas entrer dans le même gouvernement. M. Sipilä doit donc décider s’il veut former un gouvernement de centre-droit avec le parti conservateur ou un gouvernement de centre-gauche avec le PSD. Dans les deux options, les Vrais Finlandais ont de relativement bonnes chances de pouvoir participer au gouvernement, contrairement aux « petits » partis.
HS/A4

Sondage

Les Finlandais ne veulent pas relancer l’économie avec par la dette
Helsingin Sanomat rapporte que selon le résultat d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, 65 % des Finlandais estiment que l’Etat ne devrait plus s’endetter afin de relancer l’économie.
70 % estiment qu’afin d’ajuster le budget de l’Etat, il faut aussi bien couper les dépenses qu’augmenter les impôts.
HS/A10

Parlement

Clôture de la Diète
Keskisuomalainen relève que la clôture solennelle de la Diète a eu lieu mercredi au palais Finlandia. Dans son discours, le Président Sauli Niinistö a souhaité une unité des partis politiques pour que la Finlande puisse sortir de la crise économique.
M. Niinistö a mis les politiciens en garde contre une détérioration intentionnelle des relations avec la Russie qui n’est pas dans les intérêts de la Finlande.
HS/A16

Gouvernement

Fuite dans la chancellerie du Premier ministre : les conservateurs ont voulu que M. Tuomioja se taise
Selon Helsingin Sanomat, l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti annonce avoir obtenu des courriels où les conseillers de l’ancien Premier ministre Jyrki Katainen, dont le secrétaire d’Etat Olli-Pekka Heinonen, et Juha Romakkaniemi qui à l’époque travaillait au cabinet du commissaire européen Olli Rehn, ont critiqué l’action du ministre des affaires étrangères Erkki Tuomioja dans la question relative aux sanctions contre la Russie.
La Finlande était alors au cœur de l’actualité européenne car on considérait que M. Tuomioja aurait essayé d’empêcher que Dimitri Kiseljov soit ajouté à la liste des personnes visées par l’UE.
Selon M. Tuomioja, les conseillers de M. Katainen ne lui ont jamais exprimé personnellement et directement leur mécontentement concernant les sanctions. « Il s’agit d’une salade interne des conservateurs », a déclaré M. Tuomioja.
Le rédacteur en chef de Suomen Kuvalehti Ville Pernaa a refusé de commenter l’origine des courriels.
HS/A14

Education

La Finlande réussit dans les études Pisa grâce à son enseignement plus traditionnel qu’innovant
Selon un rapport du think tank britannique Centre for Policy Studies, les succès des écoliers finlandais dans l’étude Pisa se basent sur les traditions plus que sur un enseignement innovant. Selon le think tank, le système d’enseignement finlandais serait strictement contrôlé, alors que la Finlande a voulu donner une impression que c’est le rôle indépendant des enseignants et les programmes flexibles qui sont derrière ce succès.
M. Välijärvi, professeur à l’Université de Jyväskylä chargé de la coordination de l’étude Pisa, rejette ces critiques mais constate que la culture plutôt uniforme de la Finlande a pu avoir un effet sur les résultats.
HS/A25
Economie

Construction navale

Meyer rachète la totalité du chantier de Turku
Le groupe allemand Meyer Werft a acheté 70 % du chantier naval de Turku de STX Europe, en août dernier. A la même occasion, l’Etat finlandais y est devenu actionnaire à hauteur de 30 %. Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori relève que la vente garantit à l’Etat un bon bénéfice. Il rappelle que pour l’économie nationale, il est toutefois bien plus important encore que les activités de construction navale à Turku se soient avérées rentables. Le chantier a obtenu de nombreuses nouvelles commandes.
Meyer Werft et l’Etat finlandais se sont mis d’accord pour ne pas révéler le prix de rachat de la participation finlandaise.
KL/A6-7

Emploi

Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, l’objectif de 200 000 nouveaux emplois est irréaliste
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie considère qu’il n’est pas possible de créer 200 000 nouveaux emplois en une législature. Selon un rapport du ministère, l’emploi a diminué de 9000 postes nets par an de 2011 à 2014. Ces dernières années, 46 000 nouveaux emplois se sont crées par an, mais en même temps, 55 000 ont disparu par an.
Le président du parti conservateur a abandonné l’objectif du parti d’augmenter le taux d’emploi à 75 % pour la fin de la prochaine législature. Le parti parle désormais de créer 130 000 nouveaux emplois en quatre ans. Le Centre a comme objectif 200 000 nouveaux emplois en dix ans.
Dem/5

R&D

Nokia premier bénéficiaire des crédits de R&D
Helsingin Sanomat relève que Nokia a maintenu sa position comme premier bénéficiaire de crédits R&D de Tekes, agence nationale pour le développement technologique, même après la vente de ses téléphones mobiles. En 2014, plus de dix millions d’euros ont été accordés aux projets de Nokia, tandis que Sandvik Mining and Construction, qui est au deuxième rang des subventions, a obtenu la moitié de cette somme.
HS/A29

Mercredi 15 avril 2015

France - Finlande

Nokia - Alcatel-Lucent

Nokia et Alcatel-Lucent fusionnent
La presse rapporte que Nokia envisage de fusionner avec le français Alcatel-Lucent. Le groupe gardera son nom, et son siège social restera en Finlande, mais il sera fortement présent également en France. M. Rajeev Suri continuera comme directeur général du nouveau Nokia et le président actuel du conseil d’administration, M. Siilasmaa, est prévu présider celle du groupe fusionné.
Les deux groupes se sont mis d’accord sur le fait que Nokia proposera d’acheter les actions d’Alcatel-Lucent à titre d’un offre public d’échange d’actions : Nokia proposera 0,55 actions du nouveau groupe par chaque action d’Alcatel-Lucent. La valeur de la transaction s’élèvera à 15,6 milliards d’euros.
Il est prévu que les actionnaires d’Alcatel-Lucent disposeront d’un tiers des nouvelles actions et les actionnaires de Nokia de 66,5 %.
Selon le directeur général, M. Suri, les technologies des deux groupes se complètent. Le nouveau groupe s’efforcera d’être un pionnier dans les technologies et services de réseau de la prochaine génération.
Nokia dispose actuellement de 61 000 employés dans 140 pays, Alcatel-Lucent de 52 000 employés dans 52 pays. Après la fusion, 40 000 personnes travailleront dans la R&D.
M. Suri se félicite de cette opération qui se fait au bon moment et pour de bonnes raisons.
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori se félicite du fait que le siège social du groupe restera en Finlande. Il ne souhaite pas deviner si la fusion créera ou fera disparaître des emplois.
Nokia a confirmé, hier, qu’il n’excluait pas la vente de ses services de localisation, Here.
Helsingin Sanomat relève que, dans l’histoire économique de la Finlande, il s’agit de la plus grande transaction jamais réalisée. En achetant Alcatel-Lucent, Nokia aura de nouveaux clients et pourrait devenir le plus grand fabricant d’appareils de réseau. Les deux groupes ont de l’expérience de gros arrangements d’entreprises, ce qui fait qu’ils en connaissent les risques et les difficultés. Pour HS, il est probable qu’avec le temps, des milliers de personnes perdront leur emploi. L’arrangement montre que Nokia est de nouveau prêt à se renouveler.
www.hs.fi, www.yle.fi

La France suit de près les négociations
La correspondante à paris de Kauppalehti rapporte que le Président français a rencontré les dirigeants de Nokia et d’Alcatel-Lucent, hier. Les journaux télévisés ont aussi présenté cette rencontre et rapporté les propos tenus par le ministre français de l’économie, M. Macron, après cet entretien.
KL Yle MTV3

Politique étrangère et européenne

Energie

Directive ILUC
Helsingin Sanomat relève que le Parlement européen serait susceptible de céder devant les Etats membres concernant la réforme de la directive sur l’utilisation des terres (ILUC) prévue restreindre l’utilisation des ressources consommables pour la production de biocarburants.
La commission de l’Environnement du Parlement européen a adopté une proposition sur la part de 7 % de plantes consommables dans la production de biocarburants. M. Torvalds, député européen finlandais ayant présenté la proposition relève qu’il aurait souhaité « un pourcentage un peu meilleur ainsi qu’un caractère contraignant un peu plus stricte ».
3 % pourront être des biocarburants de nouvelle génération, issus par exemple des déchets de l’industrie forestière.
M. Torvalds se félicite du fait que la directive ILUC avance enfin, même s’il l’aurait souhaité plus ambitieuse.
La directrice du secteur des biocarburants finlandais, Mme Helena Vänskä, se déclare déçue par le fait que la part dévolue aux biocarburants de seconde génération soit si faible.
HS/A31 KL

Diplomatie européenne

Le service européen pour l’action extérieure souffre d’une crise d’identité, selon un spécialiste
Helsingin Sanomat rend compte des propos de l’ambassadeur Pierre Vimont, ancien secrétaire général du SEAE, qui estime que l’UE n’est pas capable de mettre à profit toutes les informations dont elle dispose. L’UE aurait du être en mesure de faire des démarches concernant Isis, être le premier à prévenir contre ce risque, mais elle n’a pas agi.
M. Vimont a suivi le développement de la politique de sécurité de l’UE de près pendant plus de quatre ans. Il a participé, la semaine dernière, à une manifestation organisée à Helsinki par l’Institut des relations internationales. Sa dernière année au SEAE a été marquée par la crise ukrainienne. Il relève qu’une fragile unité existe en matière de sanctions contre la Russie. Ce n’était pas le cas concernant Isis ; au début, il n’y avait pas de volonté commune dans l’UE, ce qui a fait que ni la Commission européenne ni le SEAE n’ont bougé.
Pour lui, une vision géopolitique sur la position ou l’objectif de l’UE fait défaut. Le SEAE souffre d’une crise d’identité entre les Etats membres et les institutions européennes. Il estime que les Etats membres sont capables de plus ensemble que tout seul, ce qui ne garantit par pour autant des résultats, rapporte Helsingin Sanomat.
HS/A26

Gouvernement

Fuite dans la chancellerie du Premier ministre
Selon Helsingin Sanomat, il y a une fuite concernant l’échange des courriels entre l’ancien Premier ministre Jyrki Katainen et ses conseillers, dont les secrétaires d’Etat Kare Halonen et Olli-Pekka Heinonen, mais aussi le conseiller Juho Romakkaniemi qui a l’époque travaillait au cabinet du commissaire européen Olli Rehn, sur les positions de la Finlande quant aux sanctions contre la Russie.
Selon Markku Mantila, responsable de communication à la chancellerie du Premier ministre, un représentant des médias a informé la chancellerie vendredi dernier de la fuite. Le Premier ministre actuel Alexander Stubb souligne qu’un soupçon de fuite est toujours inquiétant : « L’essentiel est d’examiner ce cas de fond en comble. »
HS/A12

Caricatures

Le caricaturiste Lars Vilks était à Helsinki
Helsingin Sanomat rapporte que le débat organisé mardi par Mika Raatikainen, député et candidat des Vrais Finlandais, avec la participation du dessinateur suédois Lars Vilks, sur la liberté d’expression, l’autocensure et la sécurité s’est passé sans incidents.
M. Vilks s’est présenté fermement en faveur de la liberté d’expression, même si « la menace de terrorisme fait taire les gens ». Pour lui, la liberté d’expression est un droit fondamental, et aussi une condition nécessaire pour faire de l’art.
Le dessinateur suédois s’est étonné du fait que le secrétaire général du Parlement Seppo Tiitinen ait interdit l’organisation du débat dans les locaux du Parlement. « Le Parlement ne devrait-il être la dernière forteresse à défendre la liberté d’expression ? », a-t-il interrogé.
Yle a interrogé M. Vilks sur le fait que l’inviter constituait pour les Vrais Finlandais une manouvre électorale. M. Vilks a déclaré en être conscient mais il a souligné que, selon lui, les partis de droite défendaient aujourd’hui plus la liberté d’expression.
HS/A15, Yle

Aviation

L’AESA s’inquiète du danger causé par les vols militaires non identifiés
Helsingin Sanomat relève que selon un rapport de l’agence européenne de la sécurité aérienne AESA, le nombre de rencontres d’avions civils avec les avions militaires non identifiés dans la région internationale de la mer Baltique a presque quadruplé en trois ans. En 2014, il y en a eu une vingtaine. Pendant la même période, le nombre de vols militaires a triplé.
Les avions militaires non identifiées ont souvent été des avions militaires russe qui ont éteint leurs transpondeurs, mais il y a aussi eu des avions des autres Etats.
L’AESA estime que les risques sont si importants qu’il faut prendre des mesures pour les réduire.
HS/A16

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation a été plus animé qu’il y a quatre ans
Helsingin Sanomat relève que le vote par anticipation, qui a duré une semaine dans les plus de 900 bureaux de vote, s’est terminé hier. Le dernier jour du voté a été le plus animé : 293 141 voix ont été exprimées. Au total 1,3 million de Finlandais, soit 31,9 %, ont voté par anticipation, contre 31,2 en 2011 et 29,2 % en 2007. En 2011, le vote de participation s’est élevé à 70,5 % sur le total de 4,4 millions électeurs.
Les élections législatives auront lieu le dimanche 19 avril et les bureaux de vote seront ouverts de 9 à 20h.
HS/A10

Economie

R&D

« La Finlande encourage un conservatisme chez ses entreprises » KL
Kauppalehti relève que les subventions finlandaises à titre de R&D par rapport au PIB sont parmi les plus faibles dans l’OCDE. De ce fait, les entreprises elles-mêmes y consacrent relativement beaucoup de crédits. Les innovations bouleversantes sont rares, car les entreprises ciblent leurs crédits R&D de façon conservative et en évitant les risques.
M. Kemppainen de Tekes, agence nationale pour le développement technologique, estime que les petites améliorations dans les produits n’engendrent pas pour autant d’augmentation significative de la part de marché. Les solutions devraient remettre en question la façon habituelle de faire des choses.
Le financement public de la R&D couvre entre 4 et 12 % des investissements des entreprises dans beaucoup de pays. En Finlande, il s’élève à 2,6 %. Cela se reflète dans le peu de résultats finlandais dans des comparaisons internationales, selon M. Kemppainen. Les concurrents internationaux les meilleurs, dont des entreprises américaines, françaises, britanniques, suédoises et autrichiennes, ont des projets innovants qui vont beaucoup plus loin que ceux des groupes finlandais, selon M. Kemppainen, qui estime qu’il faudrait plus de mesures d’encouragement pour l’innovation.
KL/mar/4-5

Emploi

Stockmann poursuit son plan social
Le groupe de grands magasins Stockmann entamera de nouveau des négociations pour la suppression de 260 emplois au maximum. Stockmann confirme la fermeture de son grand magasin à Oulu au début 2017 au plus tard. Le groupe brigue des économies de 50 millions d’euros par an.
Stockmann fermera également trois grands magasins à Moscou. Il lui restera quatre magasins en Russie et deux dans les pays Baltes.
HS/A28

Construction navale

Meyer veut la totalité du chantier de Turku
Kauppalehti relève que le groupe allemand Meyer Werft envisage d’acheter la part de l’Etat finlandais dans le chantier naval de Turku. Depuis l’accord conclu en août dernier, l’Etat disposait de 30 % des actions du chantier.
Le directeur général du groupe, M. Meyer ne souhaite pas révéler le prix de l’opération.
Mme Paatero, ministre chargée de a gestion des actions de l’Etat, considère la nouvelle comme excellente. Pour elle, l’intention porte un message fort sur le fait que le groupe a confiance dans la compétitivité de l’industrie navale finlandaise et qu’il est disposé à s’y engager.
Meyer Werft a annoncé qu’il compte augmenter la part des sous-traitants finlandais également concernant ses chantiers allemands. M. Meyer a rencontré une centaine de représentants de sous-traitants finlandais, mardi, à Turku.
www.hs.fi, www.kauppalehti.fi, HS/A29

Aviation

La grève a duré un jour au lieu de deux
Selon Helsingin Sanomat, la grève du syndicat de l’aviation IAU s’est terminée déjà mardi soir, parce que la médiatrice nationale Minna Helle a invité les partenaires du conflit à une médiation pour jeudi. La grève a concerné la convention collective d’Airpro et les conditions de travail de 80 personnes.
HS/A13

Mardi 14 avril 2015

Politique intérieure

Elections législatives

La lutte pour la 2e position devient plus serrée
Helsingin Sanomat publie les résultats d’un sondage effectué par l’institut TNS Gallup pour le compte du quotidien entre le 8 et le 12 avril, soit pendant les cinq premiers jours du vote par anticipation. Le Centre est en tête même si son audience a baissé depuis le mois de mars, passant de 24,7% à 23 %.
Le parti conservateur et le PSD arrivent deuxième avec un score identique de 17 %, suivis des Vrais Finlandais, 16,2 %.
L’Alliance des gauches arrive cinquième avec 8,5 %, suivie de l’Alliance verte, 8,1 %, du Parti suédois, 4,6 %, et des Chrétiens-démocrates, 3,7 %.
A la lumière de ce sondage, la lutte pour la deuxième position sera la plus serrée. Même si le pourcentage des voix de deux partis peut être le même, le nombre de sièges de députés peut varier suivant la situation dans les circonscriptions.
19 % des personnes interrogées ont dit avoir voté par anticipation. 69 % de ceux qui n’ont pas encore voté sont sûrs d’aller voter. 26 % des électeurs sociaux-démocrates, 29 % des partisans de l’Alliance des gauches, 21 % des centristes, 20 % des conservateurs, 19 % des Vrais Finlandais et 13 % des partisans de l’Alliance verte ont déjà voté, selon ce sondage. Le nombre d’électeurs incertains est encore important. Au total 2 000 personnes ont été interrogées pour le sondage.
HS/A6

Editorial : « le Centre pourra choisir ses partenaires de coalition »
Selon l’éditorial d’Helsingin Sanomat, il n’y a pas d’incertitude sur le vainqueur des élections législatives de dimanche prochain : le Centre a 6 points d’avance devant les trois autres grands partis. Les sondages sont loin d’être unanimes sur le numéro deux ; le Parti conservateur, le PSD ou les Vrais Finlandais peuvent arriver deuxième.
HS/A5

Dernier jour du vote par anticipation aujourd’hui
Helsingin Sanomat relève que lundi a été le jour le plus animé du vote par anticipation : 244 000 personnes, soit 5,8 % électeurs, ont voté hier. Cela signifie que 24,7 % des électeurs ont déjà exprimé leur voix.
Le vote par anticipation continue encore aujourd’hui. Les élections législatives auront lieu le dimanche 19 avril.
HS/A10

M. Steinmeier participera à la campagne du PSD
Demokraatti rapporte que le ministre allemand des affaires étrangères Frank Walter Steinmeier effectuera une visite en Helsinki le jeudi 16 avril pour participer à la campagne électorale du PSD. Il participera aussi, avec le ministre finlandais des affaires étrangères Erkki Tuomioja à un débat sur la politique étrangère, organisé par la fondation Kalevi Sorsa. Le président du PSD Antti Rinne inaugurera le débat jeudi à midi dans la maison des étudiants à Helsinki.
Dem/3

Politique étrangère et européenne

OTAN

Une réponse de la part de la Russie était attendue
M. Jussi Niinistö, président vrai finlandais de la commission de la Défense, estime qu’une réaction de la Russie à l’article des ministres nordiques était tout à fait prévisible. Pour lui, « les ministres ont envoyé un message à la Russie et la Russie a répondu ». M. Niinistö rappelle que l’OTAN est une alliance à laquelle on adhère ou on n’adhère pas.
Il estime toutefois que le ministre de la Défense, M. Haglund, aurait du informer la commission de la Défense du projet d’article commun, du fait qu’il incluait des dimensions de politique étrangère et de sécurité. Pour lui, il était irréfléchi de faire entendre que la coopération était motivée par des agressions russes.
Aamulehti relève que, selon M. Nokkala, chercheur de politique de sécurité, le texte contient des éléments qui montrent que le débat sur la politique étrangère et de sécurité a changé. La politique officielle en la matière n’a jusqu’à présent montré du doigt aucun pays en matière de menace. Le discours est devenu moins prudent et la politique plus transparente, ce qui peut paraitre problématique du point de vue des Finlandais : les différents ministres ne s’expriment plus d’une seule voix sur ces questions.
Le Président, M. Sauli Niinistö, estime que la déclaration russe reflète sans doute la pensée du pays sans révéler quelque chose de nouveau. La coopération nordique a suscité des questions auprès des Russes avant aussi, et le même genre de doutes surgissent actuellement, selon le Président. Pour lui, il convient de partir du principe que la Russie réagit si on lui envoie des messages. Ce n’est pas une raison de se taire, mais il ne faut pas non plus s’étonner que la Russie réponde.
Concernant le contenu de l’article commun des ministres nordiques, le Président Niinistö estime qu’il n’est pas justifié de créer une impression que derrière la coopération nordique de longue date il y ait une menace constituée par la Russie. « L’objectif de la coopération est de soutenir et renforcer la stabilité et la sécurité, elle ne vise personne ni ne menace personne. »
M. Sauli Niinistö note qu’il aurait été opportun que le ministre de la Défense évoque l’article auprès du comité interministériel de politique étrangère et de sécurité et du Président, puisqu’il traitait les questions de ce domaine.
Mme Søreide, ministre norvégienne de la Défense, qui était en visite en Finlande, hier, estime que la Russie n’a aucune raison de réagir au renforcement de la coopération nordique de défense qui se fait depuis 15 à 20 ans. Elle rappelle que l’OTAN est toute une autre question à laquelle la coopération nordique n’est aucunement liée. M. Haglund, ministre de la Défense, a protesté contre le fait d’étiqueter la coopération nordique comme quelque chose qui est contre la Russie ou liée à l’OTAN.
AL/A8, HS/A12

Energie

Directive ILUC
Helsingin Sanomat relève que selon le député européen Nils Torvalds, la Finlande a obtenu tous ses objectifs nationaux concernant la réforme de la directive sur l’utilisation des terres (ILUC).
La nouvelle directive restreindra l’utilisation des ressources consommables pour la production de biocarburants.
HS/A24

Economie

Bourse

« Les attentes concernant les entreprises cotées en bourse sont surestimées » KL
« Les entreprises cotées en bourse de plus en plus en forme » HS
Les cours des actions ont augmenté de 19 % depuis le début de l’année. Kauppalehti estime que le lien entre le niveau des cours et la capacité de productivité des entreprises s’est rompu. Le prix des actions augmente du fait que la BCE relance par 60 milliards d’euros par mois et qu’une partie de cet argent termine dans la valeur des actions.
KL/lun/A8, HS/A25

Nokia reprend sa place comme numéro un de la bourse
Selon les statistiques de la Bourse de Helsinki, Nokia, qui s’est situé parmi les deux premiers groupes depuis septembre 2013, est redevenu numéro un, vendredi dernier. Sa valeur marchande était de 29 milliards d’euros, lundi, devant les 27,5 Mrds de Sampo.
HS/A25

Bois-papier

Les autres acteurs du secteur protestent contre la subvention de l’Etat pour le projet de pâte à papier de Metsä Group
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie a récemment accordé une subvention de 32 millions d’euros pour le projet de l’usine de pâte à papier de Metsä Group. Les scieries estiment que le ministère soutient l’énergie renouvelable à leurs dépens.
Le ministère a préparé un projet de loi adopté au Parlement sur la diminution de la subvention de la production électrique à partir de copeaux de bois. Cela sert l’intérêt de l’industrie de pâte à papier mais néglige ceux des autres acteurs, selon la confédération des Scieries de Finlande.
Selon M. Grönlund, inspecteur en chef au ministère de l’Emploi et de l’Economie, la subvention de l’usine d’Äänekoski concerne une technologie qui n’a jamais été mise en oeuvre avant. Une subvention n’aurait pas été possible concernant une usine traditionnelle de pâte à papier, selon lui.
HS/A21

Aviation

Plusieurs vols annulés en raison d’une grève
Selon Helsingin Sanomat, une grève du syndicat de l’aviation IAU paralyse, aujourd’hui et demain, principalement entre 6h et18h, une partie de système de tri de bagages à l’aéroport d’Helsinki-Vantaa. Quelques vols ont été annulés. La grève n’a pas d’effet sur les vols de Finnair, Flybe ou Blue1.
La médiatrice nationale Minna Helle annonce que la médiation de la grève continuera « prochainement ». La grève concerne les conditions de travail de 80 personnes.
HS/A11

Lundi 13 avril 2015

Politique étrangère et européenne

OTAN

Le débat prend de nouvelles dimensions
Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré, dimanche, que le rapprochement de la Finlande et de la Suède avec l’OTAN serait extrêmement inquiétant. Cette déclaration est une réponse à l’article commun des ministres finlandais, suédois, norvégien et danois de la Défense et du ministre islandais des Affaires étrangères, publié vendredi dans le quotidien norvégien Aftenposten, dans lequel ils souhaitent une coopération de défense plus étroite entre les pays nordiques et encouragent une préparation dans la perspective de conflits éventuellement engendrés par la Russie.
Samedi, avant la déclaration russe, le Premier ministre, M. Stubb (conservateur), avait proposé de désigner un groupe de sages pour évaluer une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja (PSD), relève qu’il est connu que la position russe concernant l’élargissement de l’OTAN est négative et que, dans la réaction de la Russie, il n’y a rien de nouveau ou de surprenant.
Dimanche, Helsingin Sanomat a publié une interview de Hiski Haukkala chercheur au ministère des Affaires étrangères et professeur à l’Université de Helsinki, qui estime que demander une adhésion à l’OTAN maintenant serait l’erreur la plus fatale possible que la Finlande pourrait commettre dans sa politique étrangère et de sécurité. M. Haukkala estime que la Russie pourrait intervenir dans la sécurité intérieure de la Finlande de plusieurs façons.
M. Iloniemi, une éminence grise de la politique étrangère finlandaise connue pour être favorable à l’OTAN, estime que demander une adhésion à l’OTAN à l’heure actuelle serait mauvais.
Mme Saari, chercheuse à l’Institut de relations internationales, estime qu’il ne faut pas que la Finlande s’autocensure en ce qui concerne l’OTAN par peur de la Russie.
HS/lun/A15

Caricatures

Débat des Vrais Finlandais en présence du dessinateur suédois Lars Vilks
M. Raatikainen, député et candidat vrai finlandais a annoncé que le débat qu’il organisait au sujet de la liberté d’expression et la sécurité, aurait lieu à Kaivohuone, dans le parc de Kaivopuisto mardi 14 avril à 15h.

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation continue
Helsingin Sanomat relève qu’après cinq jours du vote par anticipation, 18,9 % des électeurs ont déjà exprimé leur voix.
Le taux de participation a été de 4,8 % mercredi, de 5,0 % jeudi, de 4,6 % vendredi, de 2,3 % samedi et de 2,1 % dimanche.
Le vote par anticipation continue encore aujourd’hui et demain mardi. Le jour du vote proprement dit sera le dimanche 19 avril.
HS/lun/A12

Juha Sipilä est le favori pour le poste de Premier ministre
Helsingin Sanomat rapporte que selon le résultat d’un sondage effectué pour le compte du quotidien du 23 février au 2 avril, 45 % des Finlandais préfèrent Juha Sipilä (Centre) comme prochain Premier ministres. 23 % sont favorable à Alexander Stubb (Parti conservateur), 13 % à Antti Rinne (PSD) et 9 % pour Timo Soini (Vrais Finlandais). 90 % des centristes souhaitent la nomination de M. Sipilä au poste de Premier ministre.
Un tiers des conservateurs estiment que M. Sipilä est le meilleur candidat pour devenir Premier ministre, tandis que 60 % sont favorables au président du parti, M. Stubb.
40 % des sociaux-démocrates sont pour M. Sipilä et 34 % pour le président du parti Antti Rinne.
45 % des partisans de l’Alliance des gauches souhaitent que M. Rinne devienne Premier ministre.
38 % des partisans de l’Alliance verte souhaitent que M. Stubb continue comme Premier ministre.
A la question de savoir quels sont les trois partis politiques préférés des personnes interrogées pour participer au gouvernement, 64 % souhaitent que le Centre soit au gouvernement, 52 % sont favorables au PSD, 39 % pour le Parti conservateur, 33 % pour les Vrais Finlandais, 23 % Pour l’Alliance vertes, 12 % pour l’Alliance des gauches, 11 % pour le Parti suédois et 8 % pour les Chrétiens-démocrates.
HS/lun/A8

Sondage publié par le tabloïd Iltalehti : le parti conservateur quatrième
Selon Aamulehti, publie les résultats d’un sondage effectué pour le compte du tabloïd Iltalehti. Le Centre est en tête avec un score de 23,5 %, suivi du PSD, 17 %, et des Vrais Finlandais, 16,6 %. Le Parti conservateur arrive quatrième avec 16,2 %.
AL/dim/A18

La popularité du gouvernement actuel encore en baisse
Helsingin Sanomat rapporte que, selon un sondage effectué pour le compte du quotidien, la popularité du gouvernement actuel n’a jamais été aussi basse qu’en ce moment. Seulement 11 % sont très satisfaits ou assez satisfaits du gouvernement, tandis que 61 % sont assez ou très mécontents. Les hommes sont plus mécontents que les femmes.
47 % sont très ou assez satisfaits du Premier ministre Alexander Stubb et 46 % sont très ou assez mécontents.
Les Finlandais sont toutefois satisfaits du Président Sauli Niinistö : 28 % sont très satisfaits, 51 % assez satisfaits, 14 % ont une attitude neutre, 4 % ne s’expriment pas, 2 % sont assez mécontents et 1 % très mécontents.
47 % sont très ou assez satisfaits du président du Parlement Eero Heinäluoma, 34 % ont une attitude neutre, 12 % ne s’expriment pas et 7 % sont assez ou très mécontents.
HS/dim/A13

Economie

Baisse de la production industrielle et des nouvelles commandes
Selon les chiffres de l’institut national d’études statistiques, la production industrielle et les nouvelles commandes ont diminué en février par rapport à la même époque en 2014. Les commandes ont diminué de 5,5 % et la diminution concerne tous les secteurs sauf le papier et le carton. La diminution de la production s’élève à 5,1 % et elle concerne l’ensemble des secteurs.
M. Kuoppamäki, économiste de Danske Bank, regrette surtout que l’industrie métallurgique qui avait déjà commencé à se rétablir ait de nouveau chuté. Il relève toutefois que les perspectives de la zone euro se sont déjà améliorées et les exportations finlandaises vers l’Allemagne ont repris.
KS/sam/18

Exportations
Kauppalehti relève que les exportations de marchandises ne se sont toujours pas rétablies. Le peu d’investissements et la mauvaise compétitivité font souffrir le domaine des exportations et surtout l’industrie mécanique.
Après un fléchissement important en 2009, et un pis qui l’a suivi un an après, les exportations restent à un niveau peu élevé depuis. Selon les Douanes, elles ont diminué de 11 % en janvier et de 4 % en février.
Selon M. Sorjonen de la banque Nordea, la zone euro commence toutefois à paraître prometteuse avec les investissements qui se rétablissent en Allemagne. Les exportations en dehors de la zone euro ne semblent plus diminuer, ce qui était à prévoir du fait de la situation plutôt bonne de la Suède et de la Grande-Bretagne. Les Etats-Unis importent bien, mais concernant la Russie c’est l’inverse.
M. Rantala de la banque Aktia estime que la Russie constitue le risque le plus important pour les exportations : la crise dans ce pays pourrait encore s’aggraver. Il n’exclut pas que les exportations finlandaises vers la Russie pourraient encore chuter de 30 % cette année.
Il estime que le prochain gouvernement ne devrait surtout pas construire son programme sur des perspectives optimistes.
M. Kilponen de la Banque de Finlande rappelle que rétablir la compétitivité prendra des années. Outre la modération salariale, il faut trouver de nouveaux produits et de nouveaux secteurs d’exportation. Il n’y a pas de tournant rapide en vue, selon lui.
Le ministère des Finances a prévu, avant Pâques, que les exportations augmenteraient de 1,5 % cette année. Aktia a prévu une augmentation de 1 % il y a un mois, mais M. Rantala estime déjà que c’est trop optimiste. Handelsbanken chiffre une croissance des exportations de 2 à 3 %, et l’institut de recherche Etla de 1 %.
KL/6-7

Finnvera augmente ses activités de soutien des exportations
Helsingin Sanomat relève que les activités de Finnvera augmentent depuis le début des années 2010. La situation économique, l’augmentation de la régulation bancaire et le durcissement de la compétition internationale concernant les exportations font qu’il y a plus de besoin pour des mesures de financement étatiques.
HS relève que l’augmentation de ces activités fait évoquer également la question de l’efficacité et des risques des activités de Finnvera.
Le gouvernement a augmenté les montants maximum des garanties de Finnvera.
M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, rappelle que la Finlande est extrêmement dépendante des exportations. C’est également un pays qui a peu de capitaux et de banques.
Le directeur général de Finnvera, M. Heikkilä, relève que la Suède et l’Allemagne ont des systèmes de financement des exportations très développés. Comme les entreprises finlandaises sont en concurrence avec celles de ces pays, il faut que la Finlande puisse proposer des mesures équivalentes.
HS relève que le président centriste, M. Sipilä, souhaite renforcer les outils de l’Etat dans le domaine de ce financement.
HS/dim/B9

Finlande - France

Sitra

Interview de Mme Fraboulet-Jussila
Turun Sanomat publie une interview de la Française Sylvie Fraboulet-Jussila, experte chez Sitra pour des questions environnementales, et vice-présidente du réseau du secteur minier. TS/dim/18

Littérature

Traduction de Diderot
Turun Sanomat publie une bonne critique de la traduction par Jan Blomstedt du recueil de contes de Denis Diderot, publié sous le titre « Ceci n’est pas un conte » (Tämä ei ole tarina) par la maison d’édition Ntamo.
TS/sam/22

France

Tourisme

Caverne du Pont de l’Arc
Hufvudstadsbladet présente la réplique de la grotte Chauvet qui ouvrira au public le 25 avril.
Hbl

Vendredi 10 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

« La Grèce jettera un ombre sur les pourparlers en vue de formation de gouvernement » TS
Turun Sanomat estime qu’il est possible que les négociations pour la formation du prochain gouvernement soient marquées par la situation économique d’un autre Etat membre, comme il y a quatre ans. Il n’est pas exclu que la Finlande devra décider sur des mesures de soutien à la Grèce lorsque la formation du gouvernement sera encore en instance.
M. Heinonen, secrétaire d’Etat au secrétariat du Premier ministre, relève que le gouvernement actuel deviendra un gouvernement assurant les affaires courantes. Dans les questions européennes, il s’agirait de demander l’accord du Parlement sur la position finlandaise, comme toujours.
Selon M. Viljanen, professeur en droit constitutionnel de l’Université de Turku, une prise de décision éventuelle concernant la Grèce devrait se baser sur la position du nouveau Parlement. Les commissions parlementaires seraient déjà formées, et la position de la Grande commission serait décisive concernant les questions européennes.
M. Viljanen note que s’il se passe quelque chose de significatif au niveau international, il est clair qu’il faut que le gouvernement gérant les affaires courantes devra réagir. « Dans l’UE, la Finlande ne pourrait pas dire qu’elle ne dispose pas d’un gouvernement qui lui permette de participer à la prise de décision. »
M. Heinonen relève qu’il n’y a pas d’ambiguïté dans le fait que la Finlande dispose toujours d’un gouvernement.
TS note que la situation grecque pourra toutefois avoir un effet sur le déroulement des négociations gouvernementales.
TS/19

Positions des présidents des quatre grands partis
Helsingin Sanomat a interrogé MM. Stubb, Sipilä, Rinne et Soini sur la Grèce, sur un nouveau financement éventuel et sur le fait de savoir si leur position sur la Grèce constitue un critère en ce qui concerne une participation au prochain gouvernement.
M. Stubb, Parti conservateur, relève que pour lui, la Grèce ne pourra obtenir la dernière partie du programme actuel que si elle arrive à rétablir son économie comme convenu. Sinon, un nouveau programme est hors de question. M. Stubb se déclare extrêmement réservé concernant une augmentation des garanties et risques finlandais en général concernant la Grèce. M. Stubb estime que définir de tels critères pour la participation au gouvernement s’est avéré nuisible pour la Finlande, pour l’Europe et sans doute également pour les partis politiques.
M. Sipilä, Centre, estime qu’il est clair que les responsabilités finlandaises ne pourront plus être augmentées. Lui aussi estime que la réalisation de la deuxième partie du programme actuel dépend entièrement de l’engagement de la Grèce dans des réformes. M. Sipilä dit que son parti n’a pas considéré qu’il y a des questions qui pourraient constituer un critère pour la participation au gouvernement. Il estime que le deuxième programme d’aide aurait suffi si la Grèce avait mené à bout les réformes.
M. Rinne, PSD, relève que pour son parti, il ne s’agit pas d’augmenter les garanties concernant la Grèce. Il ne se prononce pas sur le rôle de ces questions comme critère de participation au gouvernement. Il avoue que la Grèce est une question très importante. Pour lui, il est temps que les Grecs commencent eux-mêmes à faire le genre de politique économique qui leur permettra d’arriver à une situation durable en ce qui concerne les dettes.
M. Soini, Vrais Finlandais, rejette un éventuel nouveau financement de la Grèce. Pour lui, il est clair que ce pays ne pourra jamais rembourser ses dettes. Il estime qu’en Europe, il n’y a que l’Allemagne qui a de l’argent, ce qui fait que « tout dépend de l’Allemagne ». Concernant la participation au gouvernement, il relève qu’il ne travaille jamais selon un ordre du jour défini par quelqu’un d’autre. « J’ai une question à M. Sipilä et au Centre. Depuis trois ans et demi, vous votez au Parlement exactement comme les Vrais Finlandais. Si nous participons ensemble au gouvernement, nous disposons de la majorité. Je ne lierai pas les mains de mon parti à l’avance à quoi que ce soit. »
HS/A31

Caricatures

Menaces sur la table ronde des Vrais Finlandais en présence du dessinateur suédois Lars Vilks
M. Raatikainen, député et candidat vrai finlandais avait envisagé d’organiser une table ronde au sujet de la liberté d’expression et la sécurité, dans les locaux du Parlement, mardi prochain.
Le secrétaire général du Parlement, M. Tiitinen, a toutefois refusé l’organisation d’un tel évènement au Parlement, pour des raisons de sécurité. Selon M. Tiitinen, il s’agit de l’évaluation de la Sûreté nationale concernant le niveau de risque. M. Tiitinen souligne également qu’il ne s’agit pas d’une manifestation liée au fonctionnement du Parlement.
M. Raatikainen a publié un communiqué où il déplore que « les mouvements extrémistes ont apparemment réussi dans leur objectif d’empêcher un débat libre ». Il relève que la table ronde sera organisée de toute façon, et que M. Vilks viendra en Finlande, comme prévu.
Selon M. Rantala, chargé de communication de la Supo, les risques liés à de telles manifestations sont évalués avec beaucoup de soin. Il relève qu’il est connu que des risques sont liés à des évènements qui impliquent la présence de M. Vilks. Certaines organisations terroristes ont désigné ce dessinateur comme une cible.
M. Rantala relève que la Supo ne peut pas communiquer plus de détails sur des menaces éventuelles pour ne pas mettre en péril le travail des autorités, ni engendrer de risque pour M. Vilks ou pour la sécurité de l’évènement.
www.uusisuomi.fi, www.yle.fi

Exportations

Hausse du secteur des technologies de santé
Helsingin Sanomat relève que les exportations du secteur des technologies de santé ont battu leur record en 2014. Elles ont augmenté de 8,3 % par rapport à 2013 et s’élèvent ainsi à 1,8 milliards d’euros.
Ce domaine représente 47 % des exportations de produits de haute-technologie. Un tiers de ces exportations sont destinés aux Etats-Unis.
HS relève que 95 % de la production de ce domaine est destinée aux exportations, dont 37 % en Europe. Avec le vieillissement de la population du monde entier, les perspectives de ce secteur sont bonnes. Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, c’est un des premiers secteurs industriels de l’avenir.
HS/A35

Défense

Les ministres de la défense des pays nordiques ont publié une lettre commune
Yle rapporte que les ministres de la défense des cinq pays nordiques ont signé une lettre commune, publiée aujourd’hui dans le quotidien norvégien Aftenposten, concernant la coopération nordique en matière de défense.
Les ministres veulent augmenter le nombre d’exercices militaires communs, la coopération concernant le matériel de défense, la diffusion des informations de renseignement et les mesures contre les cyber menaces.
Selon les ministres, l’agressivité de la Russie a détérioré la situation de politique de sécurité dans la région limitrophe des pays nordiques. Même si la région est encore stable, il faut se préparer à des crises.
Selon le ministre finlandais de la défense Carl Haglund, le moment de la publication de la lettre n’a rien à voir avec les élections finlandaises. Les Suédois ont pris la décision sur la date de la publication. La lettre doit être publiée demain samedi dans Hufvudstadsbladet.
Yle

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation progresse bien
Helsingin Sanomat relève qu’après deux jours de vote par anticipation, 405 361 Finlandais – 187 661 hommes et 217 662 femmes - soit 9,6 % des électeurs, ont déjà exprimé leur voix.
Sans compter les Finlandais résidant à l’étranger, le nombre d’électeurs s’élève à 4 221 236.
HS/A15

Budgets électoraux
Helsingin Sanomat rapporte que les candidats aux élections législatives ont eu du mal à trouver un financement pour les campagnes électorales, à l’exception des candidats centristes.
Selon la machine électorale d’Yle, seulement seize candidats, soit 0,9 %, annoncent avoir un budget qui dépasse 50 000 euros. Parmi eux il y a neuf conservateurs, dont Sanni Grahn-Laasonen, Elina Lepomäki, Laura Räty et Ben Zyskowicz, et six centristes, ainsi que le président du Parti suédois Carl Haglund.
En 2011, 3 % des candidats ont dépensé plus de 50 000 euros.
15 % des candidats estiment qu’ils utiliseront plus de 20 000 euros et 55 % estiment qu’ils utiliseront moins de 5 000 euros.
Il y a au total 2 034 candidats, dont 1 691 ont répondu à la question sur le financement.
Selon une recherche sur les élections législatives de 2011, les candidats avec un budget important ont été élus plus facilement. Le budget moyen des élus a été de 34 900 euros, et leurs budgets ont varié entre 1 200 et 98 000 euros. En 2011, les partis politiques et les candidats ont dépensé au total environ 35 millions d’euros dans la campagne.
Les candidats conservateurs et centristes ont le plus souvent les budgets les plus importants.
Le budget du parti le plus important cette fois-ci est celui du PSD, 1,5 million d’euros.
HS/A6-7

Sondage sur la circonscription de Turku
Turun Sanomat publie les résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien dans la circonscription de Turku.
Les Vrais Finlandais, troisième en 2011 avec 18,1 %, seraient en première position avec 21,2 %.
Le Parti conservateur, qui a été en 2011 le numéro un avec 23 %, serait numéro deux avec 19,4 %.
Le PSD, deuxième en 2011 avec 19,6 %, arriveraient en troisième position avec 17,5 %.
Le Centre, quatrième avec un score de 11,6 % en 2011, serait encore quatrième avec 16,3 %, suivi de l’Alliance des gauches (10 %), de l’Alliance verte (6,4 %), du Parti suédois (4,9 %) et des Chrétiens-démocrates (2,5 %).
Sur les 17 députés élus dans cette circonscription, le Parti conservateur perdrait un de ses quatre sièges, ainsi que le PSD. Les Vrais Finlandais auraient quatre au lieu de trois sièges et le Centre trois au lieu de deux sièges. L’Alliance des gauches garderait ses deux sièges, l’Alliance verte son seul siège et le Parti suédois son seul siège.
TS/3&7

Economie

Propos de M. Borg
Turun Sanomat relève que l’ancien ministre suédois des finances Anders Borg propose que la Finlande libère sa politique de l’immigration pour promouvoir la croissance économique. « Si vous souhaitez créer à Helsinki de 5 à 10 grandes entreprises globales, ce qui est tout à fait possible, il faut y avoir des experts de la Chine, de l’Inde, de la Russie et d’autres pays. »
M. Borg souligne qu’une telle entreprise ne peut pas attendre six mois que son employé ait un permis de travail en Finlande. « Le prochain gouvernement doit prendre rapidement des décision sur les réformes structurelles. »
TS/19

Défense

Réservistes
Selon Helsingin Sanomat, les forces armées comptent envoyer une lettre à tous les réservistes finlandais, soit à 900 000 personnes ayant fait le service militaire, pour les informer sur leur rôle en temps de guerre. Parmi eux, il y a 200 000 réservistes « en réserve » qui n’auront pas de tâche prévu mai qui pourraient en avoir en temps de guerre.
« Il s’agit d’un projet de longue date. Notre objectif est d’avoir plus de contacts avec les réservistes », selon Mika Kalliomaa, responsable de communication aux forces armées.
L’effectif de l’armée en temps de guerre diminue cette année de 350 000 à 230 000 soldats.
HS/A10

Bois-papier

L’année s’annonce difficile pour l’industrie forestière
L’institut de recherche économique PTT prévoit une année plutôt difficile pour l’industrie forestière du fait que la production du papier, de la pâte à papier et des scieries diminue. La production de l’industrie papetière est prévue diminuer 7 % cette année. Les prix à l’exportation diminueront de 2 %. La baisse est prévue continuer en 2016, une diminution de la production de 5 % est prévue pour le papier.
La consommation du papier et notamment du papier journal et magazine est en baisse depuis plusieurs années.
La production des scieries est prévue diminuer de trois ou quatre pour cent par rapport à 2014. La demande intérieure est faible.
Le carton par contre est un produit qui prête à l’optimisme. Sa production devrait augmenter de 3 % en 2015 et de 10 % en 2016.
HS/A33

Jeudi 9 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

Le ministère des finances met en garde contre un effondrement de la Grèce
Helsingin Sanomat rapporte que selon un mémoire confidentiel du ministère finlandais des finances, daté du 27 mars, la Grèce serait près d’un effondrement et même une sortie de ce pays de la zone euro est possible.
Selon le rapport, la situation et les prévisions de la Grèce sont très incertaines. « Il est vraisemblable qu’il faudra prendre, avant fin juin, des décisions politiques très difficiles qui sont liées soit à un traitement spécial accordé à la Grèce, soit à son insolvabilité, soit aux conditions lui permettant de rester dans la zone euro. »
HS/A6

Politique de sécurité

Propos de M. Tuomioja sur l’OTAN
Hufvudstadsbladet relève que, selon l’agence de presse russe, Tass, le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime qu’une éventuelle présence de l’OTAN à la frontière entre la Finlande et la Russie pourrait créer des problèmes.
Selon Tass, M. Tuomioja considère cette frontière comme une des plus calmes du monde, mais que l’arrivée de l’OTAN pourrait changer cette situation. « Personnellement, je ne pense pas que l’OTAN envisage d’attaquer la Russie, mais de tels doutes existent en Russie et il nous faut le prendre en compte. Nous ne souhaitons pas avoir de problèmes », a-t-il dit selon Tass.
HBL/9

Caricatures

Invité par les Vrais Finlandais, le dessinateur suédois Lars Vilks se rendra en Finlande
Un député et candidat aux élections des Vrais Finlandais, M. Mika Raatikainen, a invité Lars Vilks, dessinateur connu pour ses caricatures sur Mahomet, à participer à une table ronde qu’il organisera à Helsinki, la semaine prochaine, sur les thèmes de la sécurité et la liberté d’expression.
Un chercheur en matière de la Russie, M. Luukkanen, lui aussi candidat Vrai Finlandais aux élections, participera également à la table ronde.
Helsingin Sanomat publie dans ce contexte un point de vue de Mme Mahlamäki du service culturel intitulé « S’agit-il d’une provocation de plus ? » Elle relève qu’à la question de savoir quel était la menace ou l’obstacle le plus grand pour la liberté d’expression en Finlande, M. Raatikainen n’a pensé à aucun exemple concret.
HS/B3

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation a commencé mercredi
Helsingin Sanomat relève qu’un peu plus de 196 000 Finlandais, soit 4,6 % des électeurs, ont voté mercredi, premier jour du vote par anticipation des élections législatives.
Le vote a été un peu plus animé qu’il y a quatre ans : en 2011, 4,2 % des électeurs, soit 175 000 personnes, avaient voté lors du premier jour du vote par anticipation.
A Helsinki, 4,5 % des électeurs ont voté mercredi. Le record a été fait en Laponie : 6,2 % des électeurs ont déjà voté.
En 2011, 31,7 % des électeurs avaient voté par anticipation.
Le vote par anticipation continuera jusqu’au mardi 14 avril et à l’étranger jusqu’au samedi 11 avril.
HS/A12

Impôts

Les impôts indirects ont augmenté considérablement
Helsingin Sanomat rapporte que l’association des contribuables vient de publier un rapport, comparant le niveau des impôts indirects dans les pays européens et de l’OCDE, rédigé par l’économiste Leena Savolainen.
Selon le rapport, le montant d’impôts payés par les consommateurs finlandais a augmenté considérablement ces dernières années. Le montant des impôts indirects s’est élevé à plus de 29 milliards d’euros en 2014, soit à un tiers de tous les impôts cotisés.
La part des impôts indirects est un peu plus importante en Finlande par rapport aux autres pays européens. Les impôts sur la consommation ont été augmentés de 2,4 milliards d’euros au niveau annuel pendant la législature en cours depuis le début de la crise économique en 2008.
HS/A29

Services sociaux et de la santé

On pourrait faire des économies d’un milliard d’euros dans le coût des services sociaux et de la santé
Selon Helsingin Sanomat, à la lumière d’un rapport effectué par le think tank Sitra, il est possible de diminuer le coût des services sociaux et de la santé de 1,1 milliard d’euros en améliorant le management. Toutes les communes devraient arriver à baisser les frais pour atteindre le niveau national moyen. « Tous les frais devraient être transparents », selon Antti Kivelä, directeur à Sitra.
Les frais ne sont pas transparents actuellement parce que les communes ne font pas les rapports de la même façon et la comparaison entre les communes est souvent impossible.
Selon une recherche effectuée par Sitra dans 70 communes, il serait possible de faires des économies d’en moyenne 168 euros par habitant, soit 4,8 % du coût total brut. Au niveau national cela signifierait des économies de 1,1 milliard d’euros sur un coût total de 22,7 milliards d’euros (en 2013).
HS/A30

Finlande - France

Sciences

Une Française soutient sa thèse à Åbo Akademi
Turun Sanomat relève que la Française Amélie Beucher a soutenu hier sa thèse de doctorat d’Etat, « Spatial modeling techniques for mapping and charactérization of acid sulfate soils » dans le domaine de la géologie à Åbo Akademi, l’université suédophone de Turku.
TS/mer/20

Cinéma

Une partie d’un film disparu de Teuvo Tulio retrouvée en France
Helsingin Sanomat rend compte de la trouvaille de la Cinémathèque française concernant un extrait d’une vingtaine de minutes d’un film de Teuvo Tulio (1912-2000), cinéaste finlandais. Jusqu’à présent, on avait pensé que toutes les copies du film réalisé en 1937 avaient été détruites par un incendie en 1959.
L’institut national audiovisuel de Finlande, Kavi, a travaillé en coopération avec la Cinémathèque française pour faire venir en Finlande cet extrait pour être numérisé. L’extrait du film basé sur le roman Silja ou une brève destinée, du prix Nobel F.E. Sillanpää sera projeté à Logomo, Turku, le 17 avril et au cinéma Orion à Helsinki, le 19 avril.
HS/B9

Mercredi 8 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Transports
Les relations tendues entre la Russie et l’UE retardent l’ouverture à la concurrence des transports ferroviaires entre la Finlande et la Russie. Un accord en la matière a été rédigé il y a longtemps, mais il est resté bloqué à la Commission européenne censée étudier s’il est conforme au droit européen.
La Commission n’a pas présenté de calendrier final pour l’adoption du nouvel accord en raison des relations avec la Russie gelées par la crise en Ukraine. Selon M. Pursiainen, secrétaire général du ministère des Transports, l’accord a été remis à la Commission à l’automne dernier.
L’accord en question est prévu libérer à la concurrence les transports de marchandises vers la Russie. Actuellement, ils relèvent du monopole de la compagnie finlandaise VR. En Finlande, VR a déjà des concurrents concernant les transports de marchandises.
HS/A39

Exportations

La baisse continue
Selon les statistiques préalables des Douanes, la valeur des exportations de marchandises s’élevait à 4,2 milliards d’euros en février, ce qui était 4 % de moins qu’en février 2014. En janvier-février, les exportations ont diminué de 7 %, s’agissant notamment des produits pétroliers, des machines et appareils. Une augmentation a par contre été observée dans celles de véhicules, de fer et d’acier.
Les importations ont diminué de 2 % en février. Elles s’élèvent à 4,4 milliards d’euros. En janvier-février, elles ont diminué de 8 % par rapport à la même époque en 2014.
Les exportations en dehors de l’UE ont diminué de 10 %. Celles en Russie, en Suède et en Chine ont diminué le plus.
HS/A39

Climat

Billet : « Il faut que la Finlande tienne ses engagements » HS
Helsingin Sanomat publie à sa page éditoriale un billet de MM. Lappalainen et Trio, de Kepa, ONG du domaine de développement, et de Climate Action Network Europe, qui rappellent que les revenus concernant les quotas d’émissions sont censés servir pour le financement supplémentaire des mesures en faveur du climat et non pas pour être rendus aux pollueurs.
Les auteurs du billet insistent sur l’importance de soutenir les pays pauvres dans l’adaptation au changement climatique, sinon, à défaut de motivation, ils risquent de ne pas participer aux mesures communes, ce qui ferait perdre tout le monde.
La volonté de la Finlande de participer au financement climatique international favorisera le fait d’arriver à conclure un traité climatique. En même temps, la Finlande réalisera ses engagements concernant la diminution des dégâts engendrés par la pauvreté et le changement climatique.
Les auteurs déplorent que la Finlande n’accorde actuellement que 0,48 % de son PIB à l’aide au développement, au lieu de 0,7 %. Elle complète cette somme par des revenus obtenus de la vente de quotas d’émissions qui pourtant devraient être destinés à financer des mesures climatiques.
Les auteurs suggèrent que désormais, la part de 0,7 % relève du budget et que les revenus issus des quotas soient ciblés en faveur du climat, sinon les pays pauvres seront face à des choix difficiles.
Les auteurs relèvent le rôle des intérêts de l’industrie qui dirigent les choix des décideurs, y compris en Finlande. Il n’est toutefois pas dans les intérêts de la Finlande d’orienter ces sommes en faveur de l’industrie. Il serait bien imprévoyant de négliger les questions mondiales en raison des luttes électorales relevant de la politique intérieure.
HS/A5

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation commence aujourd’hui
Helsingin Sanomat relève que le vote par anticipation aux élections législatives commence aujourd’hui et continuera jusqu’au mardi 14 avril et à l’étranger jusqu’au samedi 11 avril. Il y a 912 bureaux en Finlande pour le vote par anticipation qui se trouvent principalement dans les bureaux de poste et les bibliothèques municipales. Il y a aussi un bureau de vote à l’aéroport d’Helsinki-Vantaa.
Tous les Finlandais qui ont eu 18 ans avant le 19 avril, jour du vote officiel, ont le droit de vote. Il y en a au total 4,47 millions, dont plus de 200 000 à l’étranger.
Aux élections législatives de 2011 le taux de participation a été de 70,5 % mais seulement 10,6 % à l’étranger.
Les électeurs choisissent 200 députés parmi 2146 candidats qui représentent 15 partis politiques.
HS/A16-17

Défense

Plusieurs options pour remplacer les F-18 Hornet
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre de la défense Carl Haglund a commenté un article publié par le quotidien suédois Dagens Industri, selon lequel le chasseur suédois Jas Gripen serait un candidat prioritaire vu pour remplacer les Hornet F-18.
Selon M. Haglund, Jas Gripen n’a pas de position spéciale dans l’acquisition finlandaise.
HS/A17

Tourisme

La Finlande attire encore des croisières
Selon Helsingin Sanomat, près de 500 000 touristes en croisières sont attendus en Finlande cette année. Selon les estimations, ils devraient rapporter environ 30 millions d’euros.
Environ 250 à 300 bateaux de croisière arrivent annuellement à Helsinki avec plus de 400 000 touristes. Une petite partie des bateaux de croisière font escale à Turku ou à Mariehamn.
260 places ont déjà été réservées pour les bateaux de croisière à Helsinki mais le nombre pourrait encore augmenter. 420 000 croisiéristes sont attendus dans la capitale.
Selon Pihla Väänänen de Visit Helsinki, « il semble que le nombre de bateaux diminue mais comme les bateaux sont plus grands qu’avant, le nombre de passagers augmente ».
Le plus souvent, les bateaux de croisière arrivent de Saint-Pétersbourg et partent pour Stockholm.
En 2014, il y avait le plus de voyageurs allemands, environ 110 000, dans les bateaux de croisière, suivis des Américains et des Britanniques.
Les relations difficiles entre la Russie et l’Europe n’ont pas d’effet sur le nombre de passagers parce qu’il y a peu de Russes en croisière et Saint-Pétersbourg reste la ville préférée des croisières d’une année à l’autre.
La situation est totalement différente pour les voyages en bateau entre la Finlande et la Russie où le nombre de passagers a diminué considérablement en 2014.
HS/A8

Mardi 7 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Grèce

La question de la Grèce pourrait gêner le prochain gouvernement
Kaleva rapporte qu’un éventuel troisième plan d’aide à la Grèce pourrait être étudié en même temps que la Finlande formera son prochain gouvernement.
Le politologue Juhana Aunesluoma estime toutefois que l’on n’est pas dans la même situaiton qu’en 2011 quand le plan d’aide au Portugal avait précipité la non-participation des vrais Finlandais au gouvernement.
Kaleva relève que l’opposition à des plans d’aide demeure l’un des points centraux des Vrais Finlandais. M. Soini refuse de répondre à la question de savoir si les Vrais Finlandais choisiront à nouveau l’opposition en cas de plan d’aide à la Grèce.
Le politologue Markku Jokisipilä estime que les Vrais Finlandais pourraient négocier leur participation au gouvernement en y incluant la possibilité de voter contre à un plan d’aide.
Kaleva relève que M. Soini essaie d’obtenir du président du Centre, M. Sipilä un engagement pour que la Finlande refuse de participer à des plans d’aide. Il est vrai que si c’est un gouvernement centriste qui avait approuvé le premier plan d‘aide à la Grèce, dans l’opposition les centristes ont voté contre le second plan d’aide à la Grèce et contre celui pour l’Espagne.
M. Sipilä n’exclut pas de voter le troisième plan d’aide à la Grèce : « J’attends de voir ce dont il s’agit. Il faut d’abord que la Grèce s’engage à respecter les décisions communes avant que l’on puisse voir la suite. Nous sommes toujours très critiques sur des plans d’aide », déclare M. Sipilä.
M. Soini souligne qu’en revenir à la politique du précédent gouvernement centriste favorable aux plans d’aide serait « le début de la décadence » pour le Centre.
M. Sipilä défend au contraire la ligne du Centre : « Le premier plan d’aide a été accepté car c’était une aide d’urgence, ce qui n’était plus le cas du second. Si la Grèce ne respecte pas ce qui a été décidé en commun, nous serons très réservé sur la poursuite de l’aide en faveur de la Grèce ».
Kaleva

Nordea s’attend à un troisième plan d’aide à la Grèce
L’analyste de la banque Nordea, Jan voin Gerich estime qu’il faudra dès cet été allouer un troisième plan d’aide à la Grèce. La part de la Finlande serait de quelques centaines d emillions d’euros.
HS

Conseil de l’Europe

Recommandations du Greco
Le groupe d’Etats contre la corruption du Conseil de l’Europe a publié la semaine dernière son rapport de conformité concernant les mesures prises par la Finlande en matière de prévention de la corruption des parlementaires, juges et procureurs.
Selon Turun Sanomat, le rapport estime que la Finlande a mis en œuvre la moitié des huit recommandations qui avaient été faites.
Le Greco relève notamment que désormais le parlement a adopté un code de conduite, mais que sa mise en œuvre est à un stade peu avancé.
TS
http://www.coe.int/t/dghl/monitoring/greco/evaluations/round4/RC%20IV/GrecoRC4%282015%294_Finland_FR.pdf

Finlande - Estonie

Helsingin Sanomat interrompt son concours pour trouver un surnom aux Estoniens
Turun Sanomat rapporte que le supplément mensuel d’Helsingin Sanomat, paru samedi dernier, a lancé un vote pour trouver un surnom aux Estoniens. La rédaction avait choisi trente propositions parmi des centaines suggérées par les lecteurs.
Suite au caractère injurieux de certaines propositions, le président estonien Toomas Hendrik Ilves, entre autres, a vivement désapprouvé le vote et le rédacteur en chef du quotidien Kaius Niemi s’est excusé et a annoncé l’interruption du vote.
Selon le secrétaire général du Conseil des médias JSN, Ilkka Vänttinen, le vote lancé par Helsingin Sanomat a déjà suscité quinze plaintes, ce qui est un nombre exceptionnel.
TS/mar/14

Politique intérieure

Elections législatives

Le nombre de députées n’augmentera probablement pas
Keskisuomalainen relève que, selon les experts, la part des femmes élues au Parlement resterait à environ 40 %. Le nombre de députées augmente depuis les années 1960, à l’exception des élections législatives de 1995 où le nombre de femmes avait chuté de 10 %. Dans l’assemblée sortante, il y a 85 femmes, soit 42,5 % des membres du Parlement. Aux élections législatives du 19 avril, il y a 39 % de femmes parmi les candidats.
Selon le professeur Anne Maria Holli de l’université d’Helsinki, le nombre de députées a failli diminuer aux élections législatives de 2011, en raison du succès électoral des Vrais Finlandais qui ont moins de candidates que les autres partis politiques. « Il est possible que le nombre de femmes parmi les députés diminue cette fois-ci », selon Mme Holli.
Les voix des électeurs femmes sont divisées équitablement entre les candidats et les candidates. « Selon les résultats de plusieurs recherches, les femmes qui considèrent comme importantes les questions sur la parité votent plus probablement pour une femme », selon Mme Holli.
Les Finlandais votent plus souvent pour un homme que pour une femme : en 1970, 93 % des électeurs hommes avaient voté pour un homme, contre 72 % en 2007.
Il y a 845 candidates cette fois-ci, contre 903 en 2011. Chez l’Alliance verte, 56 % des candidats sont des femmes, chez le PSD 47 %, le Parti conservateur 46 %, les Chrétiens-démocrates 46 %, le Parti suédois 44 %, l’Alliance des gauches 43 %, le Centre 40 % et les Vrais Finlandais 35 %.
KS/sam/16

Centre

M. Sipilä soutient M. Väyrynen
Keskisuomalainen rapporte que selon le président du Parti du centre Juha Sipilä, le Centre suit la « ligne Paasikivi » dans sa politique étrangère et de sécurité mais étroitement dans le même rang avec les pays de l’Union européenne.
Le parlementaire européen Paavo Väyrynen a critiqué les sanctions contre la Russie, soulignant que, pour l’ancien président Paasikivi, la politique étrangère signifiait les relations bilatérales avec la Russie.
Selon M. Sipilä, « il est clair pour moi que la Finlande fait partie de l’Occident et que nous agissons ensemble avec les pays membres de l’Union européenne par exemple quand il s’agit des sanctions. En même temps, nous gardons de bonnes relations avec nos voisins. »
Pour M. Sipilä, la ligne Paasikivi signifie aussi la non-alliance militaire. « Nous sommes, avec la Suède, des pays nordiques non-alliés qui ne constituent pas une menace pour les autres pays. C’est pour moi une question essentielle dans notre politique de sécurité aussi à l’avenir. »
KS/sam/14

Vrais Finlandais

Calculs sur le coût de l’immigration
Les Vrais Finlandais prêts à limiter l’immigration en fonction de la nationalité des arrivants
Selon Keskisuomalainen, les Vrais Finlandais ont publié jeudi dernier leurs calculs sur le coût de l’immigration qui est, selon eux, plus important que les avantages. Le coût serait de 700 millions d’euros pas an. Les coûts les plus importants seraient produits pas les immigrés somaliens et irakiens.
Yle rapporte que les Vrais Finlandais seraient prêts à limiter l’immigration en fonction de la nationalité des arrivants. Un critère pourrait être ce qu’ils coûtent ou rapportent à la société. Dans ce cas, on choisirait d’accueillir des Allemands, des Estoniens, des Chinois et des Suédois plutôt que des Somaliens et des Irakiens.
Le think tank des Vrais Finlandais a comparé le coût de dix nationalités d’immigrés en Finlande. Selon cette étude, les Allemands rapportent en moyenne 5000 euros par an alors que les Somaliens coûtent 8 000 euros.
Pour le vice-président des Vrais Finlandais Juho Eerola, ces calculs montrent que la Finlande n’a pas besoin de l’immigration pour accélérer sa croissance économique.
Les calculs des Vrais Finlandais ont déjà suscité beaucoup de critiques. « Ce genre de calculs minimisent souvent les avantages de l’immigration pour l’économie publique », selon Niku Määttänen, directeur de recherche au centre de recherche économique Etla. Il souligne que les Somaliens et les Irakiens sont pour la plupart des demandeurs d’asile et l’objectif de la politique d’asile n’est pas d’améliorer l’économie publique.
Selon Ilta-Sanomat, le chercheur Pekka Myrskylä caractérise ces calculs ”d’insensés”.
KS/ven/10

Vandalisme contre le bureau électoral des Vrais Finlandais
Turun Sanomat rapporte que le bureau électoral des Vrais Finlandais dans le quartier de Vallila à Helsinki a été, pour la quatrième ou cinquième fois, l’objet de vandalisme. Les dégâts ne sont pas importants et le parti a décidé de ne pas porter plainte.
TS/sam/13

Etat des finances publiques

Prévisions du ministère des Finances
Le ministère des Finances a publié ses prévisions économiques qui sont plus sombres que celles de décembre dernier. Le ministère prévoit une croissance de 0,5 % pour l’année en cours, alors qu’en décembre il avait prévu qu’elle frôlerait 1 %.
Selon M. Kuismanen, conseiller au ministère, les signaux de reprise dans la zone euro, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis commencent déjà à être visibles. « Pas forts mais mieux que depuis quelques temps. »
Le ministre des Finances, M. Rinne, estime que la faible croissance dépend de la faiblesse des exportations. Le changement structurel de l’industrie et le peu d’investissements sont des facteurs qui expliquent l’état des exportations. M. Rinne estime qu’il faut des mesures concrètes pour encourager les exportations qui pourront créer une croissance.
Le ministère ne voit pas de croissance dépassant 1,5 % entre 2016 et 2019. Afin de remédier au financement du secteur public, il est indispensable que la Finlande arrive à obtenir une croissance forte dans le secteur privé, selon M. Kuismanen.
Le déficit budgétaire restera au-dessus de la limite de 3 % du PIB jusqu’à 2018. Cette année, il serait même de 3,4 % par rapport à 3,2 % en 2014.
Le taux de chômage serait de 8,8 % cette année. L’inflation serait de 0,3 %. La dette publique passera de plus de 59% actuellement à 62,5 %. En 2019, elle s’élèvera même à 68 % du PIB.
M. Lehto, économiste de l’institut de recherche des salariés, considère les prévisions du ministère comme trop pessimistes. Il n’exclut pas la normalisation de l’économie russe avant la fin de la décennie, le rétablissement du secteur des technologies informatiques et la hausse de la capacité de production de l’industrie forestière, facteurs qui pourront permettre une croissance de 2 % voire au-delà en 2017-19.
HS/ven/A34, KS/ven/11

Retraite

Selon un sondage de Nordea, beaucoup de Finlandais craignent un épuisement avant d’atteindre l’âge de la retraite
La banque Nordea a effectué un sondage auprès des personnes de 23 à 65 ans qui sont dans la vie active. Plus de 25 % des personnes interrogées estiment qu’elles ne pourront pas continuer à travailler jusqu’à 65 ans pour des raisons de santé. 25 % considèrent leur travail comme psychologiquement ou physiquement trop lourd pour leur permettre de travailler jusqu’à 65 ans.
Les personnes interrogées, hommes et femmes confondus, considèrent 63 ans comme un âge approprié pour un départ à la retraite. La moitié envisagent de continuer jusqu’à 65 ans, 20 % des hommes au-delà.
Concernant le montant de leur pension, la plupart des Finlandais ne pensent pas qu’il suffira pour tout ce qu’ils souhaiteraient faire à la retraite.
HS/mar/A30

Energie – Fortum

Nouveau directeur général pour le groupe énergétique
Le groupe énergétique Fortum a désigné M. Pekka Lundmark, 51 ans, son nouveau directeur général à partir de septembre prochain.
M. Lundmark a dirigé Konecranes pendant dix ans. Anciennement, il a travaillé pour Nokia et Hackman, entre autres.
HS/ven/A35

Revenus du capital

20 personnes partagent des revenus de 315 millions d’euros à titre de dividendes
Helsingin Sanomat rend compte des personnes qui dominent la liste de ceux qui obtiennent le plus de revenus de capital. La plupart de ces vingt personnes viennent de deux familles, les Herlin et les Ehrnrooth. Les deux familles ont commencé à s’enrichir depuis les années 1920. Les richesses des Herlin se basent sur les groupes Koné et Cargotec, celles des Ehrnrooth sur Wärtsilä.
La liste de HS tient compte seulement des dividendes des groupes cotés à la bourse, ce qui fait que des noms comme Fazer, Paulig, Wihuri ou Toivanen n’y figurent pas.
Certains, comme MM. Wahlroos (Sampo), Seppälä (Verkkokauppa.com), Siilasmaa (F-Secure) et Takanen (Scanfil) n’ont pas bénéficié de tels héritages mais se sont enrichis tout seuls. Leur part sur la liste s’élève à 20 %.
Les groupes versent 800 millions d’euros de plus de dividendes ce printemps qu’en 2014, soit 10,3 milliards au total.
L’Etat récupèrera près d’un dixième de cette somme, 900 millions d’euros.
191 millions d’euros sont versés dans des paradis fiscaux : 157 millions au Luxembourg, 29 millions en Suisse, 5 millions aux Pays-Bas et 327 000 à l’Île de Man.
HS/ven/A32-33

France – Finlande

Mode

Trois stylistes de Finlande en finale du festival d’Hyères
Parmi les dix finalistes du 30ème festival international de Mode d’Hyères figurent cette année trois stylistes de Finlande, de l’université Aalto.
Yle
http://www.villanoailles-hyeres.com/hyeres2015/stylistes/selection

Jeudi 2 avril 2015

Politique étrangère et européenne

Russie

M. Remes déclaré « persona non grata »
Helsingin Sanomat rapporte que la déclaration comme persona non grata de Seppo Remes, homme d’affaires finlandais, fait couler de l’encre dans la presse finlandaise et russe.
Selon la ministre des affaires européennes et du commerce extérieur Lenita Toivakka, « cette affaire inquiétante est à l’étude au ministère des affaires étrangères ».
Selon le ministère des affaires étrangères Erkki Tuomioja, « l’expulsion signifie malheureusement que toute l’action et la gestion des relations commerciales en Russie sont devenues plus compliquées ».
Le correspondant de Helsingin Sanomat à Moscou, Pekka Hakala, note que la présidence russe a été laconique dans ses commentaires concernant de cas de M. Remes.
Avant de se voir interdire l’entrée du territoire en Russie M. Remes a reçu un avertissement donné par le service de sécurité FSB, selon lequel il aurait rassemblé des informations confidentielles concernant la direction et le développement des entreprises dans le domaine de l’électricité.
Jusqu’à présent, M. Remes a fait partie, entre autres, du conseil de surveillance de Rosseti, entreprise publique dans le domaine de l’électricité. Depuis l’automne dernier, il y a un litige sur une éventuelle centralisation et nationalisation de l’entreprise. M. Remes, quant à lui, est favorable à une privatisation.
Le correspondant d’HS estime que le président Poutine n’a pas appris la nouvelle dans les journaux et qu’une éventuelle annulation de l’interdiction de l’entrée du territoire de M. Remes n’est pas vraisemblable.
HS/A6-7

Le Premier ministre Stubb a reçu Mikhaïl Khodorkovski
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministre Alexander Stubb a reçu mercredi Mikhaïl Khodorkovski à Kesäranta, résidence de fonction du Premier ministre. Selon un communiqué de presse du secrétariat de M. Stubb, la rencontre a été organisée à l’initiative de M. Khodorkovski. L’entretien a porté sur les questions d’actualité relatives à la Russie et le développement interne de ce pays.
Selon la fondation Open Russie, M. Khodorkovski, qui a quitté la Finlande peu après sa rencontre avec le Premier ministre, n’a pas voulu commenter le contenu de l’entretien.
M. Khorkovski a rencontré lundi à Stockholm Carl Bildt, ancien ministre suédois des affaires étrangères.
HS/A7

Terrosime

Une personne interdite du territoire arrêtée à Turku
Turun Sanomat rapporte que la police a arrêté Awat Hamasalih, Britannique d’origine kurde, qui a déjà été expulsé, avec interdiction du territoire pour 15 ans, en décembre dernier. Il doit être la première personne expulsée de Finlande en raison d’activité extrémiste islamique.
La police avait demandé l’expulsion de M. Hamasalih immédiatement après son arrivée en Finlande au printemps 2013 mais le processus a pris 18 mois.
Selon les informations du quotidien, l’intéressé a utilisé ce temps pour former et recruter des personnes dans des organisations terroristes.
La ministre de l’intérieur Päivi Räsänen a ensuite exigé le changement de la loi afin d’accélérer le processus d’expulsion.
TS/9

Commission européenne

Mme Tiilikainen désignée dans le groupe de travail sur le rôle de l’UE dans la politique de sécurité et de défense commune dans les années 2020
La directrice de l’Institut de relations internationales, Mme Tiilikainen, a été désignée membre du groupe de haut niveau créé par la Commission européenne pour étudier le rôle de l’UE dans la recherche liée à la politique de sécurité et de défense commune dans les années 2020.
Ce groupe est composé de 16 hauts représentants des domaines de la recherche, de l’industrie et de la politique de différents Etats. Parmi les autres membres, Helsingin Sanomat note M. Bildt, ancien Premier ministre suédois, et Mme Mogherini, haut représentant et vice-présidente de la Commission.
HS/A13

COP21

Réactions du négociateur finlandais aux annonces de promesses
M. Laurikka, négociateur en chef de la Finlande, estime que les promesses faites concernant les diminutions d’émissions constituent un bon début, mais que ce qui est essentiel, c’est ce qui se passera dans les mois prochains. Pour lui, les promesses présentes sont plus explicites que celles faites avant les conférences climatiques précédentes. Elles contiennent également des plans de longue haleine.
M. Laurikka relève que l’on s’attend généralement à ce que les promesses ne suffisent pas pour restreindre le réchauffement à 2 %. C’est pourquoi il serait essentiel de réfléchir, dans le cadre du traité, à la poursuite des négociations.
M. Laurikka se félicite du fait que le Mexique a publié sa promesse. Il estime que c’est un bon signal pour les autres économies émergentes.
HS/A22

Loups

La Commission européenne saisie en matière de chasse au loup
L’organisation de protection de la nature Luonto-Liitto a saisi la Commission européenne concernant la chasse aux loups en Finlande. L’organisation estime que la chasse de cet animal protégé viole la directive européenne en la matière tant en ce qui concerne ses justifications que sa réalisation.
Le ministère de l’Agriculture estime que comme la population de loups s’est renforcée par rapport à l’année précédente, il est possible d’entamer une chasse restreinte à titre de gestion de la population.
Selon les estimations, il y aurait de 220 à 245 loups en Finlande contre 140 à 155 en 2014.
En février-mars 2015, 17 loups ont été abattus à titre d’autorisations exceptionnelles.
HS/A18

Politique intérieure

Transport maritime

Un accord a été trouvé dans le litige sur la convention collective des brise-glaces
Helsingin Sanomat rapporte qu’une forte pression politique à mené les partenaires du litige à trouver une entente mercredi et a restauré la paix dans le transport maritime. Les syndicats avaient menacé de commencer jeudi après-midi une grève de soutien qui aurait paralysé les exportations finlandaises et une grande partie de trafic de voyageurs. La médiation du litige, qui a concerné essentiellement le caractère contraignant de la convention collective dans les brise-glaces, a duré plus de six semaines.
Selon le médiateur national Minna Helle, l’accord a été trouvé entre les négociateurs. Le patronat a approuvé le caractère contraignant de la convention collective, avec des assouplissements (il serait possible de s’en dissocier si les partenaires sociaux l’approuvent). Les augmentations de salaire suivent la ligne modérée décidée en 2013.
HS/A28

Education

De plus en plus de jeunes souhaitent une année sabbatique
Selon une étude récente, un peu plus d’un quart des jeunes envisagent de prendre une année sabbatique avant d’entamer leurs études. Il y a un an, cette option était envisagée par un cinquième des jeunes. Selon l’étude, effectuée auprès de 7200 collégiens et lycéens, ce sont surtout les jeunes filles qui s’y intéressent.
Mme Kuurila, docteur en sciences de l’éducation, estime que la réforme introduite par le gouvernement est un des facteurs derrière ce phénomène. La réforme avait comme objectif d’encourager les jeunes à commencer le plus rapidement possible leurs études. Il s’agit de réserver un quota pour ceux qui passent un concours d’entrée pour la première fois. Pour profiter de ce quota, il faut être sûr de son choix : en changeant de filière plus tard, on perd cet avantage. Mme Kuurila relève que pour cela, les jeunes souhaitent réfléchir de près à leurs choix. Une année sabbatique peut les aider à trouver un domaine qui les intéresse.
Mme Kuurila estime qu’il faudrait augmenter le soutien aux élèves concernant les choix professionnels, surtout au lycée.
HS/A18

Bourse

Le superviseur du secteur financier Fiva met en garde contre une bulle spéculative
Le superviseur du secteur financier (banques et compagnies d’assurances) Fiva prévient contre une bulle spéculative à la bourse. La valeur des actions a fortement augmenté ces derniers temps. Une chute des cours à la bourse n’est pas exclue.
HS/A30

France – Finlande

Nucléaire

TVO pourrait relever ses demandes auprès du tribunal d’arbitrage
Helsingin Sanomat rapporte que TVO pourr ait revoir à la hausse ses demandes de dommages intérêts auprès du tribunal d’arbitrage chargé de trancher le différend entre TVO et Areva. Actuellement, les demandes d’Areva se montent à 3,5 milliards d’euros et celles de TVO à 2,3 milliards.
TVIO ne pense pas que le tribunal d’arbitrage de Stockholm rendra cette année une décision même partielle.
HS
Gastronomie

Des chefs français en visite à Kuusamo
Kaleva rapporte la visite d’une délégation représentants de grands traiteurs français - Lenôtre, Saint Clair, Autret Paris - et de professionnels de la gastronomie française (dont les meilleurs ouivriers de France Guy Krenzer et Lionel Lallement) jusqu’en Laponie pour goûter des produits finlandais.
Kaleva

Opéra

Kaija Saariaho : Emilie
Helsingin Sanomat rend compte de la production de l’opéra de Kaija Saariaho sur Emilie du Châtelet à l’Opéra national. Le livret est d’Amin Maalouf.
HS/B1-2

Cinéma

Les garçons et Guillaume, à table !
Helsingin Sanomat rend compte du film du mois de Kavi, Les garçons et Guillaume, à Table ! de Guillaume Gallienne.
HS/Nyt/11, www.kavi.fi

Astérix : Le domaine des dieux
HS rend compte de la sortie du dernier Astérix, en dessin animé cette fois.
HS/Nyt/11

Mercredi 1er avril 2015

Politique étrangère et européenne

Pologne

Visite d’Etat du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio effectuent une visite d’Etat en Pologne à l’invitation du président polonais Bronislaw Komorowski du 30 mars au 1er avril.
Les deux présidents ont évoqué la sécurité de l’Europe, la crise en Ukraine, les relations avec la Russie, les relations bilatérales et la coopération dans la région baltique lors de leur entretien mardi à Varsovie.
M. Niinistö a également eu un entretien ave la Première ministre Ewa Kopacz et le président du Sénat Bogdan Borusewicz.
M. Niinistö et Mme Haukio effectueront aujourd’hui une visite à Gdansk. Le ministre de l’économie Jan Vapaavuori et le ministre de l’agriculture Petteri Orpo, ainsi qu’une délégation de la vie économique font partie de la suite du Président Niinistö
HS

Russie

Un homme d’affaires finlandais déclaré « persona non grata »
Helsingin Sanomat rapporte que Seppo Remes (59 ans), homme d’affaires finlandais, vient de se voir interdire l’entrée du territoire en Russie. Il habitait à Moscou de façon permanente depuis 1993 et faisait partie des conseils de surveillance d’une vingtaine d’entreprises russes, dont Rosseti, entreprise publique dans le domaine de l’électricité.
HS/A32

Exportations

Diminution de 11 % de la valeur des exportations de marchandises
Selon les statistiques des Douanes, les exportations finlandaises de marchandises ont diminué de 11 % en janvier par rapport à janvier 2014. Leur valeur était de 3,9 milliards d’euros. La diminution de la valeur était due à la fois à la diminution des exportations de 8,5 % et à celle des prix à l’exportation de 2,1 %.
La baisse du prix du pétrole et des produits pétroliers a diminué la valeur des exportations et des importations. Les exportations des machines et appareils, ainsi que des produits de l’industrie forestière et des métaux a été minime.
Celles des équipements de transport, d’acier, de fourrures et de médicaments ont toutefois augmenté.
Les exportations vers la Russie ont chuté de 43 %. Concernant l’UE, les exportations ont diminué de 12 %, et de 10 % concernant les pays d’en-dehors de l’UE.
Les exportations vers les Etats-Unis et les Pays-Bas ont augmenté.
La valeur des importations a diminué de 14 % (une baisse de 8,5 % des prix et de 4,2 % concernant le volume). Elle s’élevait à 4,2 milliards d’euros en janvier. Celles de Russie ont baissé de 36 %.
La balance commerciale était déficitaire de 339 millions d’euros, contre un déficit de 529 millions d’euros en janvier 2014.
HS/A34

Déficit

Le déficit dépasse la limite du pacte de solidarité et de croissance
Le centre des statistiques confirme qu’en 2014, pour la première fois, le déficit public finlandais dépasse la limite des 3% du pacte de solidarité et de croissance. Il s’établit à 3,2%.
La dette publique était elle de 59 ,3%, soit en-deçà de la limite de 60%.
Le déficit public finlandais a donc atteint 6,4 milliards d’euros l’année dernière, soit 1,3 milliard d’euros de plus qu’en 2013.
KS

Politique intérieure

Elections législatives

Débat sur l’emploi
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que les promesses des partis politiques en matière d’emploi pour la prochaine législature reposent principalement sur des spéculations. En effet, de nombreuses mesures proposées par les partis politiques ne dépendant pas du pouvoir politique mais, par exemple des partenaires sociaux et surtout de la reprise économique dans les pays clients des exportations finlandaises.
Par ailleurs, le professeur Mika Gissler relève que le parti du centre propose la création de 200 000 emplois durant la prochaine législature ; Or, en raison du vieillissement de la population, on estime que la population active va diminuer de 145 000 personnes d’ici 2019 en Finlande. Dans cette situation, la création de 200 000 emplois nécessiterait à la fois de faire travailler les séniors ainsi qu’un recours important à la main d‘œuvre étrangère.
HS

Débat sur les finances publiques et l’économie
Le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki signe une tribune dans Helsingin Sanomat. Il souligne que l’impression du débat électoral actuel semble être que l’on accuse l’actuel gouvernement d’avoir mené une politique d’austérité et d’avoir fait d’importantes coupes budgétaires.
Or, durant les trois dernières années (2011 – 2014), la part de la dépense publique dans le PIB a augmenté de 4,4 points et même de 2,2 points par rapport aux recettes publiques. Ce qui signifie que l’équilibre des finances publiques s’est dégradé de plus de deux points.
Les dépenses publiques ont augmenté durant cette période de 13 milliards d’euros par an, en dépit des coupes budgétaires. La raison en est que les pensions de retraite et les autres dépenses de redistribution ont fortement augmenté. De plus, les investissements publics ont augmenté de plus de 6% pendant les années 2011 – 2014. Il n’y a donc qu’une faible part de l’augmentation de la dépense publique qui est due à la conjoncture, comme les allocations dues à l’augmentation du chômage.
M. Hetemäki fait aussi remarquer que, tant le conseil d‘évaluation de la politique économique que les secrétaires généraux des ministères ont proposé que le prochain gouvernement réalise un redressement des finances publiques portant sur 6 milliards d’euros.
HS

Transport maritime

Le Premier ministre fait appel aux partenaires du conflit
Les voyages de dizaines de milles passagers sont menacées,
Keskisuomalainen rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb a fait appel hier aux partenaires du conflit pour trouver une solution.
« La situation économique de la Finlande est difficile en ce moment. La Finlande est un pays qui vit des exportations et un accord avant le 2 avril serait important. » M. Stubb a souligné que l’Etat n’était pas partenaire de ce conflit qui oppose Arctia Shipping à son personnel.
Selon Helsingin Sanomat, les négociations sur la grève poursuivront aujourd’hui à la direction du médiateur national Minna Helle. Il semble que les partenaires ne sont pas prêts à céder. Les syndicats exigent le caractère contraignant de la convention collective entre Arctia Shipping et son personnel et le patronat le rejette fermement.
Les syndicats ont annoncé mardi que la grève ne concernerait pas que les cargos sous pavillon finlandais mais aussi le trafic de voyageurs, soit les ferries sous pavillon finlandais.
Si la grève commence jeudi à 14 heures, les compagnies Viking Line, Tallink Silja et Eckerö Line devraient annuler les voyages d’environ 100 000 passagers. Viking Line a vendu 87 000 voyages ou croisières pour Pâques (entre jeudi 2 et lundi 6 avril), Tallink Silja un peu moins de 20 000.
KS, HS

Réunion de crise du gouvernement
Le Premier ministre Stubb a invité le comité interministériel de politique économique à une réunion téléphonique de crise cet après-midi pour que le gouvernement ait les informations exactes sur la situation. Le comité interministériel pourrait en principe empêcher la grève, puisque Arctia Shipping est une entreprise publique. Il est cependant extrêmement rare que l’Etat se mêle dans la gestion de ses entreprises dans les questions liées au marché du travail.
Le Premier ministre Stubb, le ministre des Finances Antti Rinne, le ministre de l’intérieur Päivi Räsänen, le ministre de la défense Carl Haglund, le ministre de l’économie Jan Vapaavuori et le ministre de l’emploi Lauri Ihalainen font partie du comité interministériel de politique économique.
HS

Fortum

Rejet des primes des membres du conseil d’administration
Le chef de la direction de la gestion des entreprises de l’Etat, M. Heliövaara, est intervenu fervemment en faveur de l’augmentation de la rémunération des membres du conseil d’administration du groupe énergétique Fortum. Ceci tout en sachant que la ministre du Développement chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, Mme Paatero (PSD) allait voter contre la proposition.
Le débat en la matière a divisé les actionnaires. La position de Mme Paatero a été favorablement considérée du fait qu’une augmentation aurait transmis un mauvais signal dans le contexte économique actuel.
Helsingin Sanomat relève que le même cirque est à attendre aujourd’hui à l’assemblée générale de Neste Oil.
HS/A34

Fimea

Nouveau rapport sur la délocalisation de Fimea
Helsingin Sanomat relève que la délocalisation de Helsinki à Kuopio de Fimea, agence nationale de sécurité du médicament, n’avance pas selon le calendrier prévu. La question a été évoquée à Kuopio avant les élections législatives et l’insécurité parmi les agents de Fimea augmente.
La ministre des affaires sociales et de la santé Laura Räty a annoncé mardi au quotidien qu’elle comptait nommer, après Pâques, un groupe de travail pour étudier les moyens afin de pouvoir terminer la délocalisation.
La décision sur la délocalisation a été prise il y a six ans et environ 16 agents de Fimea sur 220 travaillent encore à Helsinki.
HS/A18

Production agricole

Quotas laitiers
Le message de PTT, institut de recherche économique, pour les agriculteurs est que la suppression des quotas laitiers européens n’aura pas grand effet sur les marchés à court terme. Les prix au producteur ont fortement baissé en raison de la situation difficile concernant la demande de lait, y compris en raison des sanctions contre la Russie.
Selon PTT, le prix au producteur devrait repartir à la hausse vers la fin de l’année et augmenter de 9 % en 2016.
La confédération des producteurs agricoles, MTK, considère la suppression du système des quotas laitiers comme une menace. Il faut prendre des mesures concrètes afin d’éviter une crise laitière qui serait engendrée par la concentration de la production dans des régions de moindres coûts.
KS/16

Prix des denrées alimentaires
Selon M. Arovuori, économiste de PTT, les prix de denrées alimentaires seront de 3 % plus bas cette année que l’année dernière. La baisse des prix se ralentira toutefois vers la fin de l’année et les prix repartiront légèrement à la hausse en 2016. La baisse actuelle est liée à la diminution des frais de production, notamment de l’énergie et du fourrage.
Le prix des produits laitiers diminuera de 4,1 %, celui du pain et des céréales de 3 % et celui de la viande de 1,7 %.
KS/16, AL/A7, HS

Commerce

Lidl a gagné des parts de marché
La chaîne de grande distribution allemande Lidl a réussi à occuper une part plus importante du marché en 2014, notamment au détriment de la chaîne K. Elle a actuellement 7,6 % des ventes au détail par rapport à 6,5 % en 2013.
Le groupe S est resté stable à 45,7 % du marché, alors que le groupe K, avec sa part de 33,1 % a connu une diminution de 0,9 point.
KS/16

Economie

Baisse dans le domaine de la construction
Demokraatti rend compte des prévisions de la confédération de l’industrie du secteur du bâtiment, qui estime que les activités dans ce domaine diminueront cette année, pour la quatrième année consécutive. La diminution serait d’un point en 2015, mais si la croissance repart et le taux d’emploi s’améliore, le bâtiment devrait reprendre à hauteur de 2 à 3 % en 2016.
Dem

publié le 30/04/2015

haut de page