Avril 2014

Mercredi 30 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

M. Niinistö inquiet de l’Ukraine

Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö, qui a été mardi hôte du dîner traditionnel offert pour les diplomates à la mairie de Helsinki, estime que la crise de l’Ukraine et surtout l’action de la Russie ont rapidement augmenté la pression contre le système de sécurité européen.

Dans son discours, M. Niinistö a déploré que les mécanismes de sécurité collective n’aient pas pu empêcher la naissance et l’escalade de la crise. Il est maintenant essentiel d’assurer l’ordre de sécurité de l’Europe, a conclu M. Niinistö.
TS/14

Propos de M. Tuomioja

Selon Turun Sanomat, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que les sanctions de l’UE contre la Russie n’ont pas d’effets immédiats afin de résoudre la crise de l’Ukraine. « Si la situation poursuit et s’aggrave, on est prêt à augmenter graduellement les sanctions », selon M. Tuomioja.

Pour M. Tuomioja, les réactions des séparatistes montrent le caractère illégal de l’enlèvement des observateurs de l’OSCE.
La Commission européenne a préparé des sanctions supplémentaires qui auraient des effets sur l’économie russe. « Il se peut que ce travail soit déjà fini », selon M. Tuomioja. « On n’est toutefois pas encore dans une situation où on devrait utiliser ces sanctions. »
TS/14

M. Ahtisaari est plutôt optimiste

Helsingin Sanomat relève que le président Martti Ahtisaari a déclaré mardi à Helsinki qu’il était « assez optimiste quant à une solution paisible de la crise en Ukraine ». Il voit déjà des signes concernant « le retour à la raison ».
HS/A24

Finlande – Estonie

Visite d’Etat du Président estonien du 12 au 14 mai
Helsingin Sanomat annonce la visite d’Etat en Finlande du Président estonien, M. Ilves, du 12 au 14 mai. Les Présidents des deux pays s’entretiendront de la crise en Ukraine et des questions de politique de sécurité, entre autres.
M. Ilves rencontrera également le Premier ministre, M. Katainen, se rendra au Parlement et se prononcera devant l’Association des membres des cours de défense de Finlande.
La dernière visite d’Etat d’un président estonien en Finlande date de 2007.
HS/A7

Vols de la CIA

Pas de preuve de transports de prisonniers par la Finlande
Selon l’ombudsman adjoint du Parlement, M. Jääskeläinen, les autorités finlandaises n’ont eu aucun rôle concernant les vols de prisonniers organisés par la CIA. « Selon les documents dont je dispose, il n’y a rien qui laisse à penser que la Finlande aurait participé ou contribué au programme [de transport de prisonniers vers Guantanamo].
M. Jääskeläinen relève que l’on ne peut pas entièrement exclure l’éventualité que l’espace aérien ou les aéroports finlandais aient été utilisés pour ces vols sans que les autorités finlandaises le sachent. Aucun des vols suspects ne s’est avéré être un vol de transport de prisonniers.
L’enquête menée en Finlande à la demande de M. Jääskeläinen a concerné 15 autorités.
M. Jääskeläinen note qu’il est facile de contourner les réglementations concernant l’aviation civile. « Si la CIA a souhaité cacher la nature d’un vol en tant qu’avion étatique, elle a pu le faire sans que les autorités finlandaises en aient eu connaissance. »
HS/A10

Politique intérieure

Parti conservateur

L’objectif de M. Stubb est de devenir Premier ministre
Helsingin Sanomat rapporte que M. Alexander Stubb, ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, a annoncé mardi sa candidature à la présidence du Parti conservateur. Son annonce n’a pas constitué une surprise.
M. Stubb estime que sa ligne politique n’est pas différente de celle de M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie et candidat à la présidence du parti. Il souligne qu’une chose est claire : le nouveau président du parti doit mener les conservateurs à une victoire aux élections législatives de 2015.
M. Stubb rejette fermement les spéculations selon lesquelles il ne serait pas intéressé par la politique intérieure. Il souligne toutefois que « le président du Parti conservateur et le Premier ministre dirige la politique européenne de la Finlande ».
M. Stubb mène deux campagnes en même temps parce qu’il est également candidat aux élections européenne. Le Parlement européen sera élu le 25 mai et le nouveau président du Kokoomus le 14 juin.
Pour M. Stubb il est clair que le poste de président du parti est plus important pour lui qu’un siège au Parlement européen.
HS/A10

Mme Virkkunen ne se présentera pas
Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, a annoncé, lors d’une interview de Me Naiset, magazine féminin, qu’elle a décidé de ne pas présenter sa candidature pour la présidence du Parti conservateur.
hs.fi

Parti social-démocrate

La décision n’aura lieu qu’au dernier moment
Demokraatti souligne que les sondages et enquêtes concernant la popularité de Mme Urpilainen et M. Rinne auprès des Finlandais, des sympathisants du PSD ou des chefs de section locales, ne sont pas des études auprès des 500 délégués qui effectivement éliront le président du parti la semaine prochaine.
Selon les directeurs de campagne des deux candidats, il est probable que les candidats ne soient départagés qu’au dernier moment, notamment en fcontion de leur discours aux délégués.
Dem

Parlement

Motion de censure sur l’emploi
Selon Helsingin Sanomat, l’Alliance des gauches, qui a quitté le gouvernement il y a un mois, a signé à la motion de censure sur l’emploi proposée par le Centre. Le groupe des Vrais Finlandais et le groupe de gauche l’ont également signé. La motion de censure sera déposée aujourd’hui au Parlement.
HS/A/12

M. Zyskowicz outré des accusations de Mme Anttila contre le Premier ministre Katainen
Helsingin Sanomat relève que le député conservateur Ben Zyskowicz s’est fâché contre la députée centriste Sirkka-Liisa Anttila qui a critiqué le Premier ministre Katainen.
Mme Anttila a dit mardi à la séance plénière du Parlement que M. Katainen n’a pas défendu les intérêts de l’agriculture finlandaise dans les négociations européennes parce qu’il a voulu promouvoir sa propre carrière au sein de l’Union européenne.
HS/A13

Nokia

M. Suri devient directeur général
« Après les mesures importantes d’économie et la stabilisation du résultat, il est l’heure de se concentrer sur la croissance » HS
Le nouveau directeur général de Nokia, M. Rajeev Suri, envisage de se concentrer encore plus sur l’augmentation des activités commerciales du groupe, notamment en faisant des investissements.
Le bénéfice de 304 millions d’euros concernant le début de l’année est meilleur que prévu par les analystes.
M. Suri n’exclut pas l’éventualité de quelques restructurations minimes, même si les grands changements sont finis.
Nokia envisage d’amortir ses dettes à hauteur de deux milliards d’euros durant les deux années qui viennent. L’action de Nokia s’est renforcée à la bourse de Helsinki pour s’élèver à 5,29 euros.
Les activités de Nokia relèvent désormais des équipements et du service de réseaux, des services en matière de localisation (Here) ainsi que des technologies.
Helsingin Sanomat rend compte de de la chute des résultats de la branche des téléphones mobiles de Nokia, vendue à Microsoft, en estimant qu’il s’est agi d’une transaction raisonnable du point de vue de Nokia.
HS/A28-29

Energie

Divergence entre Neste et UPM sur le biodiesel
Le groupe forestier UPM et Neste Oil ont un bras de fer concernant le brevet lié à la fabrication du biodiesel. Neste Oil exige que le tribunal de la concurrence interdise à UPM de vendre son biodiesel en Finlande.
UPM est en train de construire une usine à Lappeenranta et la production du biodiesel (100 000 tonnes par an) devrait y commencer cet été.
M. Mikkola, juge au tribunal de la concurrence, relève qu’il faut étudier si le tribunal de la concurrence est compétent dans le contexte où le Tribunal de première instance est en train d’étudier le différend sur le brevet.
UPM a demandé l’annulation des brevets de Neste Oil qui considère quant à lui qu’UPM a violé ces brevets.
HS/A30

Projet de Musée Guggenheim

Une agence britannique pour gérer le concours d’architecture
La Fondation Guggenheim a choisi Malcolm Reading Consultants, agence de consultants de Londres, pour gérer le concours d’architecture concernant l’éventuel Musée Guggenheim à Helsinki.
Le concours sera lancé le 4 juin pour une durée d’un an.
HS/B2

France – Finlande

Cinéma

Yves Saint-Laurent
Demokraatti présente le film sur Yves Saint-Laurent qui sort dans les salles ce week-end.
Dem/13

Mardi 29 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Sanctions
Helsingin Sanomat relève, concernant les sanctions américaines contre la Russie, que selon le directeur général des chemins de fer, VR, M. Aro, il n’est pas exclu que des wagons-citernes de Transoil circulent sur les rails finlandais, car des clients de VR pourraient utiliser l’équipement de ce groupe même si ce groupe, ni aucun autre groupe sur la liste des sanctions, n’est client de VR.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève qu’en principe, les sanctions n’ont pas d’effet sur les groupes finlandais qui ont des activités en Finlande, même s’ils auraient comme clients des entreprises visées par des sanctions. Il estime toutefois qu’il relèvera aux entreprises d’évaluer les conséquences éventuelles aux Etats-Unis.
HS/A25

OTAN

L’OTAN intéressé par la Suède et la Finlande
La presse rapporte que l’ambassadeur américain en suède aurait recommandé aux partis suédois l’entrée de leur pays dans l’OTAN.
Le ministre finlandais de la Défense Carl Haglund déclare qu’il n’y a pas eu de mouvements de ce type à l’égard de la Finlande. « S’il y en avait, je pense que je le saurais », a-t-il dit
Le président de la commission parlementaire de la Défense, M. Jussi Niinistö (Vrai Finlandais) estime que, pour l’oTAN, la Suède est peut-être un candidat plus intéressant que la Finlande.
Le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja ne pense pas que les Etats-Unis auraient réellement enjoint à la Suède de rejoindre l’OTAN. Selon lui, par ailleurs, rien ne ponter que l’OTAN ait des messages différents à l’égard de la Suède et de la Finlande. Toutefois la Suède pourrait être un candidat plus intéressant pour l’OTAN car c’est un pays plus grand, avec plus de ressources et qui n’est pas frontalier [de la Russie] ». M. Tuomioja est toutefois confiant sur le fait que la Suède ne ferait pas cavalier seul en adhérant à l’OTAN sans la Finlande. « Les deux pays se tiennent bien au courant de ce qu’ils font chacun de leur côté ».
La chercheuse Hanna Ojanen estime que l’OTAN considère la Finlande et la Suède comme les candidats potentiels les plus intéressants. Si la Finlande a une fonrtière avec la russie que la Suède n’a pas, cela n’a, selon elle, pas d’importance pour l’OTAN.
Le chercheur Mika Aaltonen souligne que les positions des Etats-Unis ne constituent rien de nouveau. S’il ne s’agit pas de faire pression sur la Suède pour une entrée dans l’OTAN, il s’agit seulement d’indiquer que la possibilité d’une adhésion existe clairement.
Mme Hautala, candidate aux élections européennes et ancienne ministre (Alliance verte), a déclaré qu’elle estimait que la position de son parti contre une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN n’a pas besoin de rester éternellement la même, « même si la Finlande n’était pas directement menacée militairement ». Le président du parti Ville Niinistö souligne pour sa part qu’il est ouvert à une réévaluation de la position du parti, actuellement hostile à une entrée dans l’OTA N. Selon lui, la conclusion d’une telle réévaluation ne serait toutefois pas en faveur d’une adhésion à l’OTAN.
HS TS

Finlande – Russie – économie

Des groupes finlandais toujours prêts à investir en Russie
Helsingin Sanomat relève que, malgré le ralentissement économique en Russie, beaucoup d’entreprises finlandaises sont toujours prêtes à y investir. Les grandes entreprises sont méfiantes, selon le baromètre de la Chambre de commerce finno-russe, mais les PMI-PME sont plutôt optimistes.
Les exportations en Russie ont fléchi durant les six derniers mois, comme prévu. Les perspectives ne sont pas bonnes, mais plus d’un quart des entreprises interrogées envisagent d’investir en Russie prochainement.
HS/A35

Finlande – Estonie

Les Finlandais se rendent de plus en plus en Estonie pour faire des courses
Les visites d’une journée des Finlandais à Tallinn ont augmenté. L’institut national d’études statistiques relève qu’en même temps que les nuitées en Estonie ont diminué, les voyages d’un jour ont augmenté de 25 % en 2013 par rapport à 2012.
63 % des voyageurs relèvent que le niveau intéressant des prix en Estonie est leur principal motif de s’y rendre. Les prix des biens de consommation représentent 75 % des prix en Finlande. Les services coûtent 50 % de moins qu’en Finlande.
HS/A34

Politique européenne

La Finlande n’est pas l’élève modèle que l’on croit
Aamulehti rapporte que, selon les statistiques de la Commission, la Finlande fait partie des Etats-membres qui sont le plus en retard pour la transposition des directives. Par ailleurs la Finlande est aussi souvent l’objet de procédures devant la cour de justice.
La grande commission du parlement estime que la situation est préoccupante.
Selon le gouvernement, la lenteur en matière de transposition des directives est l’effet du Parlement qui plutôt que des ajustements législatifs préfèrent des réformes globales qui prennent plus de temps.
AL
Politique intérieure

Parti conservateur

M. Stubb candidat
Le Ministre du Commerce extérieur et candidat aux européennes Alexander Stubb a annoncé aujourd’hui sa candidature à la présidence du parti conservateur.
Le successeur de M. Katainen sera choisi lors du congrès du parti qui se tiendra en juin.
Yle

Parti social-démocrate

Les Finlandais préfèrent Mme Urpilainen à M. Rinne
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du quotidien, Mme Jutta Urpilainen, l’actuelle présidente du PSD et ministre des Finances, est plus populaire parmi les Finlandais et aussi parmi les partisans du PSD que son challenger, M. Antti Rinne, président du syndicat Pro.
Parmi tous les Finlandais, Mme Urpilainen est la préférée de 41 % des personnes interrogées ; 35 % sont favorables à M. Rinne. La popularité de Mme Urpilainen s’est accrue depuis février (32 %) et celle de M. Rinne a baissé (36 %). En février, un tiers des personnes interrogées ne savait pas répondre, tandis qu’en avril il n’y en avait plus qu’un quart.
Parmi les partisans du PSD, 52 % sont favorables à Mme Urpilainen et 39 % à M. Rinne. In ne faut toutefois pas oublier que le président du PSD sera élu par les 500 délégués au congrès du parti qui aura lieu à Seinäjoki à la fin de la semaine prochaine.
Mme Urpilainen est plus populaire aussi parmi les partisans des autres partis politiques, à l’exception des Vrais Finlandais, dont 65 % sont favorables à M. Rinne. 62 % des conservateurs, 43 % des centristes, 44 % des partisans de l’Alliance des gauches et 50 % des Verts préfèrent Mme Urpilainen. 26 % des conservateurs, 40 % des centristes, 31 % des partisans de l’Alliance des gauches et 32 % des Verts sont pour M. Rinne.
Chez les employés, M. Rinne obtient un score de 53%, contre 32 % en faveur de Mme Urpilainen. Les autres groupes préfèrent Mme Urpilainen.
Le sondage a été effectué auprès de mille personnes entre le 15 et le 26 avril.
HS/A8

Défense

L’armée créera des troupes locales
Selon Turun Sanomat, l’armée de terre créera des troupes locales au début de l’année prochaine, dans le cadre de la réforme de la défense nationale. L’effectif des troupes locales serait d’environ 30 000 réservistes.
Le général Raimo Jyväsjärvi, commandant de l’armée de terre, souligne que le nombre des appelés du contingent diminue, le matériel vieillit et la situation économique n’est pas bonne. « L’armée de terre est obligé de faire des économies de 130 millions d’euros. Le nombre de troupes diminuera de 40 % dans les années à venir. Nous avons besoin d’une nouvelle disponibilité pour le combat. »
La création des troupes locales améliorera la disponibilité des forces armées pour proposer une entraide administrative à la police et aux autorités chargées de la sécurité civile.
La direction de l’armée de terre a présenté hier son modèle de défense locale à Mikkeli.
Depuis le début de l’année prochaine, les forces armées seront constituées de troupes opérationnelles, des troupes régionales et des troupes locales.
TS/12, HS/A/10

Nokia

Rajeev Suri nouveau PDG de Nokia
Entrée du PDG d’Accor au directoire de Nokia
Nokia a nommé comme nouveau PDG à compter du 1er mai l’indien Rajeev Suri qui travaille pour le groupe depuis 1995 et dirigeait NSN.
La marque NSN sera remplacée par Nokia.
Le PDG du groupe hôtelier français Accor, M. Vivek Badrinathi entre au directoire de Nokia.
Yle

Economie

Lemminkäinen licencie 500 employés
Le groupe du bâtiment Lemminkäinen entamera les négociations concernant le licenciement de 500 personnes, dont la moitié en Finlande. Ces deux dernières années, le groupe a déjà supprimé 565 emplois en Finlande.
HS/A32

Fazer fermera des boulangeries
Les Finlandais achètent de plus en plus du pain cuit sur place dans les supermarchés. Les grandes boulangeries Fazer et Vaasan envisagent des fermetures d’usines. Les fermetures envisagées par Fazer concerneraient 146 personnes. Vaasan négocie sur le sort de 93 employés.
HS/A33

Finnair
Les négociations entre le patronat et le personnel de Finnair ont été interrompues sans résultat. Le groupe brigue des économies de 18 millions d’euros concernant le personnel de la cabine, alors que le personnel serait prêt à des économies à hauteur de 7,5 millions d’euros.
Finnair envisage d’externaliser les équipages de trois destinations cette année et plus de dix dans les années à venir. Cela correspondrait à une diminution de 540 emplois.
HS/A33

Emploi

Le chômage des femmes au foyer n’est pas pris en compte
Il y a 140 000 chômeurs en Finlande qui ne sont pas inclus dans les chiffres concernant le taux de chômage. Avec ce chômage latent, le nombre de chômeurs est de 400 000 et non pas 252 000, chiffre officiel.
Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, en 2014, le nombre de personnes employées dans l’industrie diminuera de 7000, dans la construction de 6000 et dans le secteur des services de 10 000.
Le nombre de retraités dépasse le million (contre 700 000 il y a vingt ans).
Le ministère s’inquiète du fait que les chômeurs latents sont souvent des personnes de 30 à 45 ans, souvent des femmes, qui sont par excellence en âge de travailler.
Aamulehti estime que le retour des femmes au foyer fera bientôt l’actualité en Finlande.
AL/A12

Société

51 mineurs se sont suicidés en Finlande en 2009-2011
Helsingin Sanomat relève que selon une étude récente du Centre de recherche de l’accidentologie, près de 900 mineurs sont décédés en Finlande entre 2009 et 2011, dont 669 en raison de maladies, 121 dans des accidents, dont 74 dans des accidents de la route. De plus, 51 jeunes se sont suicidés, les plus jeunes n’avaient que 13 ans.
HS/A7

France – Finlande

Littérature

Siri Kolu vise le marché international
L’écrivaine siri Kolu, spécialisée dans la littérature jeunesse est très prisée à l’international. Sa série Me Rosvolat est traduite en onze langues.
Kaleva présente la traduction en français réalisée par Alexandre André et intitulée « Les Filouttinen ».
Kaleva

Grégoire Delacourt
Turun Sanomat publie une critique favorable de « La première chose qu’on regarde » par Grégoire Delacourt, parue en finnois chez WSOY sous le titre ‘Katseenvangitsijat’, traduite par Leena Leinonen.
TS/22

France

Economie

« La vente d’Alstom se politise » KL
La correspondante à Paris de Kauppalehti présente la possible vente à GE ou Siemens d’une partie d’Alstom.
KL

Lundi 28 avril

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Des centaines d’observateurs en plus
Il y a actuellement huit Finlandais parmi les observateurs de l’OSCE en Ukraine. Trois autres s’y rendront cette semaine.
Par ailleurs une vingtaine de Finlandais devraient se rendre en Ukraine pour observer les élections présidentielles.
Le président de la délégation finlandaise et vice-président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE Ilkka Kanerva est arrivé en Ukraine dimanche avec la délégation finlandaise. La délégation aura des réunions à Kiev et à Dniepr avec les autorités et les représentants de la société civile.
Aamulehti rapporte qu’il y aura aussi des observateurs du Conseil de l’Europe fin mai pour surveiller les élections présidentielles. Parmi eux notamment le député Kimmo Sasi a l’intention de s’y rendre.
KS AL

Déclarations de M. Tuomioja
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a condamné samedi l’enlèvement d’observateurs de l’OSCE. Il a déclaré que cet enlèvement allait aggraver la situation. Selon lui, cela peut être réalisé dans l’objectif de légitimer une intervention extérieure. Il ne pense pas qu’il soit évident que la Russie soit derrière cet enlèvement. Il considère que les séparatistes sont un ramassis de criminels. « « Il y a dans ces situations beaucoup d’actions de provocation qui ne relèvent pas forcément des plus hauts dirigeants ».
KS

Sondage : les officiers méfiants en ce qui concerne la Russie
Helsingin Sanomat rend compta d’un sondage effectué par le quotidien et l’Union des officiers, selon lequel les officiers finlandais estiment que la menace militaire que représente la Russie a augmenté. Pour eux, la politique étrangère de la Russie est devenue plus agressive depuis la réélection de M. Poutine en 2012.
65,9 % des plus de 2000 officiers ayant répondu au sondage sont favorables à une adhésion de la Finlande à l’OTAN, 10,4 % souhaitent une alliance militaire avec la Suède et 23,7 % estiment que la Finlande devrait maintenir son non-alignement militaire.
HS/sam/A8-9

La majorité des candidats finlandais aux européennes souhaitent mettre fin à la dépendance en matière d’énergie russe
Helsingin Sanomat relève que quatre candidats finlandais sur cinq estiment qu’il faudrait que l’UE s’efforce de trouver un moyen de remplacer, à long terme, l’énergie venant de Russie. 33 % des candidats ayant répondu à la question en la matière sur la « machine électorale », outil qui permet aux électeurs de comparer les positions des candidats sur un nombre de questions (www.vaalikone.fi), sont entièrement d’accord avec l’idée de mettre fin à la dépendance énergétique, et 43 % le sont partiellement.
Plusieurs candidats justifient ce souhait par une indépendance politique. Mme Korhola (conservateurs) estime qu’une dépendance unilatérale met en danger l’indépendance en matière de politique étrangère. Mme Ruohonen-Lerner (vrais finlandais) estime que la Russie pourrait utiliser le commerce énergétique comme un moyen d’atteindre d’autres objectifs politiques.
Plusieurs candidats soulignent également l’importance de se débarrasser des formes d’énergie fossile. Ils mettent l’accent sur la production nationale d’énergie renouvelable.
Ceux qui ne soutiennent pas l’idée de s’efforcer de se débarrasser de la dépendance énergétique, comme M. Väyrynen (Centre), estiment qu’il s’agit d’un objectif impossible. Pour lui, il faudra toutefois essayer de diminuer cette dépendance.
L’ensemble du gaz naturel et la majeure partie du pétrole utilisé par la Finlande viennent de Russie.
HS/dim/A19

Editorial
La Russie relance l’indépendance énergétique européenne
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat rappelle que le président Poutine a récemment affirmé que la Finlande dépendant totalement de la Russie pour ses importations de gaz et qu’elle n’y voyait pas de problème. L’éditorialiste rapporte que des voix se font entendre en Europe en faveur d’une plus grande indépendance énergétique. Selon l’éditorialiste, construire une union énergétique est un projet à soutenir mais qui sera difficile à mettre en œuvre.
L’éditorialiste relève aussi que le ministre finlandais des Affaires étrangères a répondu à M. Poutine que si la Finlande était bien dépendante du gaz russe, ce gaz ne constituait qu’une petite part de l’énergie consommée et pouvait être remplacé par d’autres sources d’énergie.
HS

OTAN

Les Verts prêts à un débat
Mme Hautala, candidate aux européennes et ancienne ministre (Alliance verte), estime que la position de son parti contre une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN n’a pas besoin de rester éternellement la même, « même si la Finlande n’était pas directement menacée militairement ».
Le conseil national du parti s’est réuni ce week-end. Pour Mme Hautala, il faudrait que les Verts « apprennent » qu’il faut trouver un moyen d’arrêter la Russie et M. Poutine. « Actuellement, il s’agit de se moquer de l’accord d’après la deuxième guerre mondiale concernant les frontières en Europe. »
Le conseil national du parti estime qu’une adhésion à l’OTAN mérite d’être évoquée.
Mme Hautala a donné un rapport concernant sa visite récente à Donetsk. Selon elle, le service de sécurité russe s’est entièrement infiltré en Ukraine et les opérations d’invasion semblent bien planifiées. « Elles n’ont pas paru spontanées », selon Mme Hautala. « Dans le pire des cas, les séparatistes y attendent de nouveaux dirigeants. Si le gouvernement ukrainien perd son sang-froid, la Russie de l’autre côté de la frontière est prête à se mobiliser. »
Mme Hautala relève qu’elle a rencontré un représentant d’une administration de la république de Donetsk, qui a dit ouvertement qu’ils étaient soutenus pas la Russie. Elle relève que M. Johan Bäckman a dit qu’une ambassade de la république de Donetsk serait créée à Helsinki. « Je sais que M. Bäckman n’agit pas seul. J’espère vraiment que la direction de la politique étrangère finlandaise est vigilante. »
Pour Mme Hautala, la crise ukrainienne force à évaluer les arguments sur la base desquels la Finlande reste en dehors de l’OTAN. « Ces justifications, existent elles ? Elles partent du principe que la Finlande peut continuer sa politique impartiale entre l’Est et l’Ouest. Combien reste-t-il de place entre les deux ? Cet espace est de moins en moins large », selon elle.
HS/lun/A13

TTIP

La crise en Ukraine accélère les négociations UE – EU
Le ministre du Commerce extérieur Alexander Stubb souligne que les négociations sur un accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis témoignent aussi d’une coopération stratégique entre les deux.
« La crise en Ukraine met une pression politique et économique nouvelle sur ces négociations », estime-t-il. C’est notamment le cas pour les questions énergétiques. Mais M. Stubb rappelle que ces questions ne sont pas faciles pour les pays européens non plus.
Pour la Finlande, les priorités de ces négociations concernent les services, l’ouverture des marchés publics américains, l’harmonisation des réglementations et le démantèlement des procédures douanières. Le ministre rappelle que 6,4% des exportations finlandaises vont aux Etats-Unis et 3,4% des importations en proviennent.
M. Stubb considère que le plus difficile sera le démantèlement réglementaire.
Pour les Etats-Unis le plus difficile sera probablement l’ouverture des marchés publics. Selon M. Stubb, « en gros on peut considérer que 80% des marchés publics européens sont ouverts contre seulement 20% des marchés publics américains. »
HS

Immigration - Criminalité

Une augmentation de 25 % concernant les délits liés aux règles sur le séjour - Le nombre d’entrées illicites reste stable
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport d’un groupe de travail sur la lutte contre l’entrée illicite, les autorités ont découvert 3368 cas de résidants étrangers en Finlande qui ne disposaient pas de droit de séjour, en 2013, contre 255 de plus en 2014.
Le nombre d’entrées illicites reste stable.
Au total, le nombre de délits liés au droit de séjour – séjour sans passeport, permis de séjour ou visa, travail sans permis de travail – a toutefois augmenté d’un quart. Les autorités ont enregistré 1985 tels délits.
HS/sam/A14

Histoire

Première guerre mondiale : des Finlandais des deux côtés
Yle diffuse aujourd’hui un documentaire sur les volontaires finlandais qui se sont engagés dans l’armée russe durant la première guerre mondiale. Ils étaient environ 700 et un quart y ont trouvé la mort.
Plus connus sont les volontaires qui se sont engagés dans l’armée allemande et ont ensuite joué un rôle important dans la guerre civile en Finlande.
HS

Politique intérieure

Elections européennes

Un député européen britannique enjoint la Finlande de quitter l’euro
Le député européen du parti conservateur britannique Daniel Hanna a participé à une réunion électorale du candidat des Vrais Finlandais Simo Elo à Helsinki. Il y a déclaré qu’il souhaitait un démantèlement maitrisé de la zone euro.
Le candidat finlandais a déclaré pour sa part qu’il souhaitait que « soit la Finlande soit la Grèce quitte l’euro ».
HS

PSD

Déclarations de M. Vartiainen
Le directeur de l’institut de recherche économique de l’Etat VATT, M. Juhani Vartiainen considère que les sociaux-démocrates sont prisonniers de leur passé et se dirigent dans une impasse. Il estime que l’Etat providence et l’économie de marché ne sont pas contradictoire mais complémentaires.
Il vient de publier une étude sur le sujet du modèle social-démocrate nordique intitulée « Créer et redistribuer ».
M. Vartainen regrette que le PSD ne soit pas prêt au changement alors que le monde a changé. Il juge aussi que le PSD est devenu prisonnier du mouvement syndical qui est corporatiste.
Il critique particulièrement le programme de M. Rinne, candidat à la présidence du PSD et favorable à une intervention de l’Etat dans la politique industrielle.
M. Rinne a qualifié les positions de M. Vartiainen de droitières. La présidente du PSD pour sa part a déclaré que le débat sur le rôle du PSD était le bienvenu et qu’elle ne le craignait pas.
HS

Mme Urpilainen souhaite un référendum consultatif sur le président du parti
Selon Helsingin Sanomat, Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD et ministre des Finances, souhaite que le PSD organise, avant le congrès du parti, un référendum consultatif sur le prochain président du parti.
« Un référendum consultatif sur le président du parti restituerait du pouvoir de notre mouvement au peuple, c’est-à-dire aux membres du parti », écrit Mme Urpilainen sur son blog.
Le congrès du PSD aura lieu à Seinäjoki à la fin de la semaine prochaine.
HS/lun/A13

Parti du centre

Les dirigeants du Centre ont critiqué le Parti conservateur
Helsingin Sanomat relève que le bureau national du Centre s’est réuni samedi à Vantaa. Plusieurs dirigeants du parti, dont le président Juha Sipilä et le président du groupe parlementaire Kimmo Tiilikainen, ont critique ardemment le Parti conservateur parce que les ministres conservateurs, y compris le Premier ministre, quittent l’un après l’autre le gouvernement.
Pour M. Sipilä, « l’héritage du gouvernement Katainen est exceptionnellement mauvais ». Il souligne que le gouvernement a besoin d’un nouveau programme pour le reste de la législature, surtout pour mettre fin à l’endettement.
Selon le secrétaire général du parti, M. Timo Laaninen, le gouvernement n’arrive pas à atteindre un seul objectif de son programme initial.

Pour M. Sipilä, la position de M. Katainen sur l’OTAN est étrange
Selon Keskisuomalainen, M. Sipilä estime qu’il est étrange que le Premier ministre Katainen souhaite l’adhésion de la Finlande à l’OTAN. « A mon avis, le Premier ministre ne devrait pas donner un tel message, en même temps que le programme de son gouvernement y est tout à fait opposé. »
M. Sipilä souligne qu’il ne souhaite toutefois pas interdire le débat sur l’OTAN.
KS/dim/6
Manifestation

La police a utilisé des gaz
Helsingin Sanomat rapporte qu’environ mille personnes ont manifesté vendredi à Helsinki. Le défilé a commencé à 17h devant la Maison des Etats pour finir devant le Parlement afin de manifester, sous le thème « Ça suffit », contre la politique actuelle, surtout l’exclusion et l’inégalité.
Au début, la manifestation s’est passée calmement mais à la fin un petit groupe de manifestants est monté l’escalier du Parlement et a tenté d’entrer dans le bâtiment. La police l’a empêché en utilisant des lacrymogènes. Selon la police, personne n’a été blessé et personne n’a été arrêté.
HS/sam/A18

Consommation d’alcool

Les Finlandais ne consomment pas de l’alcool de la même façon dans tout le pays
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques de ventes d’Alko, les Finlandais de la Laponie consomment le plus d’alcool, 28,9 litres par personne en 2013. Les Ostrobotniens en consomment le moins, 17 litres par personne. Il ne faut toutefois pas négliger que les Suédois et les Norvégiens achètent beaucoup d’alcool en Finlande.
On consomme le plus d’alcool fort en Laponie, Kainuu et Savonie du Nord, tandis que la consommation des vins est importante aux îles Åland et en Uusimaa.
HS/lun/A6

Débat sur la religion à l’école

La commission constitutionnelle se prononce
La Commission des affaires constitutionnelles du parlement a défini que le seul fait de chanter un cantique ou la participation d’un fonctionnaire d’une paroisse ne faisait pas d’une manifestation dans une école une manifestation religieuse.
La participation aux manifestations proprement religieuses doit reposer sur le volontariat.
HS

Nokia

5,44 milliards
La vente de la branche de communication mobile de Nokia à Microsoft a été formalisée vendredi. Par cette transaction, Nokia recevra 5,44 milliards d’euros. De plus, sont transférés à Microsoft environ 25 000 employés dans le monde dont 4 700 en Finlande.
Les effectifs de Nokia en Finlande sont désormais de 6 000 personnes.
HS

France – Finlande

Musique

Angélique Kidjo
Helsingin Sanomat et Hufvudstadsbladet publient une interview d’Angélique Kidjo qui s’est produite à April Jazz, hier.
HS/dim/C17, HBL/dim/28

Vendredi 25 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Déclarations de M. Tuomioja
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estime que les actions de l’armée ukrainienne sont légitimes. « Le gouvernement ukrainien assume la responsabilité de ce qui se passe dans le pays. Il doit donc rétablir l’ordre et désarmer les groupes paramilitaires illégaux ».
M. Tuomioja critique les réactions russes d’organiser des manœuvres à la frontière ukrainienne. « Ce n’est pas en agitant des armes comme cela que l’on rétablit le calme dont l’Ukraine a besoin. L’Ukraine a besoin du soutien de toutes les parties et non pas d’accusations. Il faudra peut-être une intervention internationale plus forte ».
Il faut maintenant faire en sorte que la Russie n’utilise pas plus sa capacité militaire, selon lui.
Il souhaite que l’on mette désormais en œuvre les éléments conclus à Genève.
« Le gouvernement ukrainien a agi dans l’espoir que l’autre partie aussi [les séparatistes de l’Est] en ferait de même et cesserait son occupation et rendrait les armes. Or, ils ont répondu qu’ils n’en avaient pas l’intention. La Russie n’a pas condamné cela, alors même que c’est le fondement de l’accord de Genève », selon M. Tuomioja.
HS

Politique de sécurité

Le parlement a interpelé le gouvernement sur l’accord avec l’OTAN
Lors des questions orales au gouvernement, hier, les parlementaires ont interpelé les ministres sur l’accord en préparation avec l’OTAN. Les parlementaires ont regretté de n’avoir pas été suffisamment informés.
Le Premier ministre a souligné que rien n’était confidentiel et que les documents étaient à la disposition des députés.
Le Ministre des Affaires étrangères a précisé qu’il s’agissait d’un accord prévu par le partenariat et dont disposaient les autres pays partenaires de l’OTAN. Selon lui, la préparation de l’accord va se poursuivre jusqu’à l’automne et le parlementa recevra les informations nécessaires. Il a déclaré n’avoir pas lui-même encore vu toius les documents préparatoires. Le ministre de la défense a déclaré que lui non plus n’’vait pas encore étudié tous ces documents.
TS

M. Rehn pas pressé pour une adhésion à l’OTAN
Le Commissaire Olli Rehn, actuellement en campagne opour les élections européennes, estime qu’il ne faut pas se presser pour entrer dans l’OTA N. « Il ne faut pas prendre de décision précipitée au moment où on traverse une crise de politique de sécurité en Europe ».
Interrogé sur l’argument avancé par M. Katainen ou M. Ahtisaari selon qui la Finlande doit participer à toutes les organisations occidentales, il répond : « Je comprends cet argument et il est logique de participer aux mêmes organisations que les autres Etats membres de l’UE, mais cela n’est pas un argument suffisant pour revoir l’adhésion de la Finlande à l’OTAN ».
Kaleva

Européennes

La majorité des candidats finlandais ne souhaitent pas une adhésion finlandaise à l’OTAN
Helsingin Sanomat a inauguré sa « machine électorale », outil qui permet aux électeurs de comparer les positions des candidats sur un nombre de questions (www.vaalikone.fi).
73 % des candidats s’opposent à une adhésion de la Finlande à l’OTAN (47 % sont entièrement opposés, 26 % partiellement), contre 23 % qui la soutiennent (8 % pleinement et 15 % partiellement). 4 % ne se prononcent pas.
Parmi ceux qui sont partiellement contre, Mme Sinnemäki (Verts) estime qu’une fois que la crise ukrainienne sera terminée, il faudra réfléchir à la question de tous les points de vue. M. Kaikkonen (Centre) estime qu’une adhésion pourrait augmenter la tension sur la frontière Est de la Finlande même concernant des situations dans lesquelles la Finlande n’est pas impliquée.
Mme Lapintie (All. des gauches) s’oppose pleinement à une adhésion. Pour elle, l’OTAN s’appuie trop sur la puissance et la force.
M. Stubb (conservateur), qui soutient pleinement une adhésion, rappelle que 22 Etats membres et 94 % de la population de l’UE sont dans le cadre de l’OTAN. Pour lui, une adhésion augmenterait la sécurité et le pouvoir d’influence de la Finlande.
M. Halla-aho (vrai finlandais) qui soutient partiellement une adhésion, estime qu’elle clarifierait le statut de la Finlande en matière de politique de sécurité et augmenterait le seuil pour la Russie de faire pression sur la Finlande en invoquant la minorité russe ici.
Favorable à l’OTAN, Mme Jaakonsaari (PSD) constate qu’une adhésion n’est pas possible à l’heure actuelle du fait que la majorité des Finlandais ne la soutient pas.
HS/A16

Union énergétique
La candidate du PSD et présidente de la grande commission Miapetra Kumpula-Natri a commenté hier, la proposition du Premier ministre polonais d’union énergétique européenne. Selon elle, cela n’est pas réaliste. « Je crois plutôt que pour assurer l’indépendance énergétique il faudra plusieurs gazoducs et oléoducs », a-t-elle dit.
Dem

Numéros des candidats attribués
Les numéros aux élections ont été attribués aux 250 candidats des européennes qui auront lieu le 25 mai.
HS/A17

Politique intérieure

PSD

Mme Urpilainen et M. Rinne à égalité
Demokraatti rapporte que, selon une enquête de MTV auprès des membres dirigeants des sections du PSD, Mme Urpilainen recevrait 42% des voix et M. Rinne 39%.
Dem

Chômage

Hausse du chômage
Le taux de chômage était en mars de 9,5% contre 9% il y a un an, selon l’institut des statistiques.
Le taux d’emploi s’élevait à 66,7%.
Dem

Motion de censure sur le chômage
Le parti du Centre a annoncé qu’il allait déposer une motion de censure concernant la hausse du chômage. Il s’agirait de la 17ème motion de censure déposée contre le gouvernement depuis le début de la législature.
HS

Certificats énergétiques

Mme Viitanen prête à demander une modification de la directive européenne
Le Parlement a débattu hier de l’initiative populaire visant à modifier la législation sur les certificats énergétiques des habitations. Cette initiative vise notamment à ce que ces certificats fassent état de la consommation réelle en énergie des bâtiments. L’objectif aussi est que le mode de chauffage ne pénalise pas les vieux bâtiments.
Selon la législation actuelle, les certificats énergétiques seront obligatoires en 2017 pour les maisons individuelles construites avant 1980. Cette législation est la transposition de la directive européenne sur les certificats énergétiques.
La ministre du logement, Mme Viitanen a déclaré au Parlement qu’elle allait soulever cette question au niveau européen.
Le député centriste Simo Rundgren a critiqué la ministre et souligné que la Finlande avait transposé cette directive de manière plus stricte que d’autres Etats membres.
L’initiative populaire sera étudiée par la Commission de l’Environnement du parlement.
TS

Langue suédoise

Remise de l’initiative populaire
Une initiative populaire sur la suppression du caractère obligatoire de l’enseignement scolaire du suédois, signée par 62 000 personnes, a été remise au président du Parlement, M. Heinäluoma, hier.
Un débat d’orientation parlementaire en la matière aura lieu le 15 mai.
HS/A8

Langues étrangères

Le nombre de résidants parlant une langue étrangère a dépassé celui des suédophones
Helsingin Sanomat relève qu’en mars, le nombre de personnes ayant une autre langue maternelle que le finnois ou le suédois s’élève à 293 536. Il dépasse ainsi pour la première fois le nombre d’habitants suédophones, 290 764, qui représente 5,3 % de la population.
Le nombre des personnes avec une langue maternelle étrangère, le russe le plus souvent, suivi de l’estonien, a augmenté rapidement ces dernières années. L’augmentation est de 54 % depuis 2008. Il y a 67 000 personnes de langue maternelle russe en Finlande, et 44 000 de langue maternelle estonienne.
HS/A11

Débat sur la religion à l’école

Le chancelier de la justice interpelé
Le vice-chancelier de la justice Mikko Puumalainen a récemment rendu un avis sur l’organisation de manifestations religieuses dans les écoles.
A la suite de cet avis, un débat est né sur la possibilité de chanter un cantique lors des fêtes de fin d’année scolaire. Bien que ce chant ait été déclaré non religieux par l’ombudsman adjoint et n’ait pas fait l’objet de la décision du vice-chancelier de la justice, de nombreuses personnes ont estimé que cette tradition était menacée. Ils en accusent la présence d’étrangers dans les écoles, comme en témoignent les lettres de réprobation reçues par le chancelier de la justice. Ce dernier, M. Jonkka déclare n’avoir pas reçu autant de courriers vindicatifs de citoyens depuis qu’il avait reproché à la police d’utiliser le terme « neekeri » dans un communiqué.
HS

Construction navale

L’achat de STX débattu au Parlement
Lors des questions orales au gouvernement, le député Paavo Arhimäki, président d el’Alliance des gauches a demandé au ministre de l’Economie si le gouvernement était prêt à participer au rachat de STX Finlande, par exemple à hauteur de 30%.
Le ministre de l’Economie a répondu qu’il suivait de près la situation mais qu’il n’était pas encore certain que STX vende ses chantiers en Europe séparément ou non.
TS

Nokia

Que va faire Nokia de ses 5,4 milliards ?
La vente de sa branche de communication mobile à Microsoft sera formalisée aujourd’hui, annonce Nokia qui recevra 5,4 milliards d’euros.
Aamulehti se demande ce que Nokia fera de cet argent : une partie sera versée aux actionnaires sous forme de dividendes, une partie sera investie et une partie viendra consolider les comptes.
Une autre question est de savoir qui sera le nouveau PDG de Nokia : M. Timo Ihamouotila qui assure actuellement l’intérim ou l’Indien Rajeev Suri qui dirige NSN. Selon HS, cela devrait être M. Suri et M. Siilasmaa devrait continuer à la tête du conseil d’administration.
AL HS

Transport

Tampere va bientôt se prononcer sur son projet de tramway, Turku l’année prochaine
Le projet de tramway de Tampere a été rendu public hier. L’exécutif municipal en discutera le 5 mai et le conseil municipal le 26 mai. Les votes auront lieu le 2 juin pour l’exécutif municipal et le 16 juin pour le conseil municipal.
La municipalité attend encore que l’Etat s’engage à un financer 30%.
La municipalité de Turku devrait se prononcer au débbut de l’année prochaine sur son propre projet de tramway.
Dem

France – Finlande

Musique

Tia Cohen
Helsingin Sanomat publie une interview de Tia Cohen qui chante Piaf et se produira ce soir à Punavuoren ahven, et le 10 mai à Astoria-Sali.
HS/B14

Cinéma

Polanski
Les journaux font l’éloge du dernier film de Polanski, avec Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner, Venus in Fur, qui sort à Helsinki, aujourd’hui.
HS/Nyt/13 dem

Jeudi 24 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Politique de sécurité

Le parlement irrité par l’accord avec l’OTAN
Le vice-président de la commission des Affaires étrangères du parlement, M. Salolainen (conservateur) a critiqué le fait que sa commission n’ait pas été associée à la préparation du prochain accord avec l’OTAN. Il regrette qu’une fois de plus la commission en soit informée par des fuites dans la presse, comme pour l’affaire de l’espionnage des réseaux du ministère des Affaires étrangères.
Le président de l’alliance des gauches Paavo Arhimäki s’est lui aussi interrogé sur cet accord qui n’a pas été traité dans le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité dont il a fait partie jusqu’en mars.
KS

Propos du commandant des forces armées suédoises
Le commandant des forces armées suédoises, M. Göranson, estime qu’il serait souhaitable que la Finlande et la Suède envisagent des acquisitions communes de navires militaires. Les deux pays envisagent d’acquérir, vers la fin de la décennie, de nouveaux navires à fonctions multiples pour la mer Baltique ainsi que pour des opérations internationales.
Selon le commandant, les tractations sont en cours entre les deux pays, mais des décisions en la matière ne seront prises que plus tard.
M. Göranson, qui est actuellement en visite en Finlande, relève que l’éventualité que la Finlande n’achète pas de chasseurs suédois n’aurait aucun effet sur un contrat éventuel d’acquisition commune de navires.
M. Göranson rencontrera le Président Sauli Niinistö, le ministre de la Défense, M. Haglund, ainsi que des dirigeants des forces armées.
TS/5

Politique européenne

Seul le PSD favorable à une harmonisation de la fiscalité
Le patronat EK a organisé un débat entre les présidents des quatre plus grands partis sur la politique européenne.
Seule la présidente du PSD Mme Jutta Urpilainen s’est montrée favorable à un renforcement de l’harmonisation européenne en matière fiscale, ce qui pourrait, selon elle permettre de lutter contre la concurrence fiscale à l’intérieur de l’UE.
Le président du parti conservateur Jyrki Katainen a déclaré qu’il était favorable à une coordination fiscale. Les présidents du centre Juha Sipilä et des Vrais Finlandais Timo Soini se sont montrés opposés à toute harmonisation fiscale.
KS

Politique intérieure

Parti conservateur

Les femmes conservatrices cherchent une candidate
Turun Sanomat rapporte que les femmes conservatrices cherchent à présenter une candididate à la présidence du parti. Cela pourrait être les ministres Henna Virkkunen ou Paula Risikko, voire la députée européenne Sirpa Pietikäinen.
TS

M. Vapaavuori favori
Le politologue Erkka Railo considère que le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori semble disposer d’une telle suprématie pour la présidence du parti que les autres concurrents hésitent à se présenter. Il interprète ainsi la décision de M. Orpo de décliner sa candidature.
Selon M. Railo, s’il est très populaire dans l’opinion publique, le ministre du commerce extérieur Alexander Stubb suscite des réactions diverses à l’intérieur du parti et n’est donc pas aussi fort que M. Vapaavuori.
« A l’intérieur du parti, on est satisfait de la situation du parti et de la ligne politique de M. Katainen », estime M. Railo qui souligne que M. Vapaavuori est considéré comme suffisamment proche de la ligne politique de M. Katainen.
KS
Commentaires
Kirsi Hölttä (Aamulehti) estime que M. Stubb ne devrait pas manquer de se présenter à la présidence du parti. Elle souligne toutefois que certains craignent que s’il n’y a que deux candidats une division du parti est possible.
Helsingin Sanomat considère que la candidature de M. Stubb est quasiment certaine. Nombreux seraient les conservateurs qui douteraient de la capacité de M. Vapaavuori a suscité l’enthousiasme lors des prochaines campagnes électorales.
HS

Garantie jeune

Les résultats sont considérés comme décevants
L’association Soste (« Social et santé ») a effectué un sondage auprès des communes et la sécurité sociale Kela, sur les résultats de la garantie jeune. Selon plusieurs personnes interrogées, la garantie ne s’est pas réalisée comme prévu. En janvier, 21,2 % des jeunes de moins de 24 ans étaient au chômage, ce qui est un peu plus qu’il y a un an.
La garantie a quand même réussi dans l’orientation des jeunes en matière de carrières, dans l’augmentation de la formation et dans l’offre de places d’apprentissage.
Les différents acteurs ne sont pas d’accord sur le fait de savoir qui est en charge de la garantie jeune : les services régionaux d’emploi et d’activité économique, les services de l’enseignement, les communes en général ou les services sociaux.
HS/A17
HS

Bois papier

Metsä Group va investir à Äänekoski
Le groupe Metsä Group a annoncé hier qu’il allait investir 1,1 milliards d’euros dans une nouvelle unité de production de pâte à papier à Äänekoski (nord de Jyväskylä). Sa production dans ce site devrait passer de 0,5 millions de tonnes par an à 1,3 million. Les effectifs de l’usine (160 personnes) ne devraient pas augmenter mais l’augmentation de la capacité de production devrait engendrer 1500 emplois connexes.
Aamulehti rappelle qu’il y a actuellement en Finlande 20 usines de pate à papier sur 14 communes. Depuis 2000, trois autres ont été fermées.
Selon Kauppalehti, la baisse de l’impôt sur les bénéfices intervenue en janvier a contribué à convaincre Metsâ Group de prendre cette décision d’investissement.
Helsingin Sanomat estime que cet investissement n’est pas sans risque puisqu’actuellement le prix élevé de la pate à papier s’explique par la demande du marché chinois ; en cas de problèmes sur ce marché, le prix risquerait de diminuer rapidement.
HS

Editoriaux
« L’industrie forestière a enfin trouvé sa voie » HS
« L’industrie forestière se renouvelle » KL
Helsingin Sanomat souligne que, il y a six ans seulement, Stora Enso a fermé son usine de pate à papier de Kemijärvi. Or, en février UPM a annoncé l’augmentation de la capacité de son usine de pate de Kymi et Mestä group vient d’annoncer celle de Äänekoski.
L’éditorialiste souligne que Metsâ group parle d’usine de produits bio afin de rappeler qu’il s’agit d’un site qui produira, outre la pate, des bioénergies et des biomatériaux. Le rapport entre le bois et l’énergie semble s’être renversé. Il y a peu encore, les grands groupes investissaient dans des usines à papier consommant beaucoup d’électricité et ils souhaitaient donc en disposer à faible coût, ce qui explique que ces industriels ont obtenu l’élargissement du parc nucléaire dans les années 2010. Aujourd’hui, ces groupes sont revenus à une idée du bois comme source aussi d’énergie. Il est intéressant de noter que Metsä group vient de vendre sa participation dans OL1 &2 pour 75 millions d’euros.
Kauppalehti souligne aussi que la nouvelle usine de Metsâ group augmentera la part d’énergie renouvelable de la Finlande et aidera donc le pays à remplir les objectifs de neutralité carbone. Il faut toutefois que les dirigeants finlandais veillent à ce que l’UE ne prenne pas de décisions défavorables au bois utilisé par l’industrie.
HS KL

Démission de Jouko Karvinen
Le PDG de Stora Enso, M. Jouko Karvinen a annoncé sa démission, hier. Cette information a été accueillie avec surprise car le plan d’économie de Stora Enso n’est pas terminé, son usine en Uruguay ne fonctionne toujours pas et ses projets en Chine ne font que commencer.
Helsingin Sanomat considère que cette démission relance les spéculations sur une possible fusion des activités d’usine à papier de Stora Enso et UPM. 
HS

Entreprises

Koné toujours en hausse
Le groupe d’ascenseurs et d’escaliers roulants Koné annonce ses bons résultats et un bénéfice de 12,5 % en janvier-mars par rapport à 11,5 % il y a un an. Les perspectives de croissance du groupe concernent l’Asie et la région de l’Océan pacifique. La Chine représente 30 % du chiffre d’affaires du groupe et 40 % des commandes de nouveaux ascenseurs. La croissance sur le marché chinois représente 15 % en janvier-mars.
Malgré ce succès en Chine, M. Ehrnrooth, directeur général, affirme que le siège social restera en Finlande. Pour lui, le savoir-faire « profond » autour du siège social est difficilement délocalisable.
HS/A36

Transport

Tampere va bientôt se prononcer sur son projet de tramway
Le projet de tramway de Tampere devrait être rendu public aujourd’hui. L’exécutif municipal en discutera le 5 mai et le conseil municipal le 26 mai. Les votes auront lieu le 2 juin pour l’exécutif municipal et le 16 juin pour le conseil municipal.
Le coût total du projet est estimé à 320-330 millions d‘euros dont 70 à 80 milions d’euros pour l’acquisition des rames.
AL

France – Finlande

Festival de Helsinki

Cirque
Helsingin Sanomat relève que la place devant Musiikkitalo, la maison de la musique, accueillera des spectacles, concerts, débats, etc. lors du Festival de Helsinki. Parmi les artistes, se produira le duo franco-finlandais Cirque Aïtal.
Une manifestation de construction en carton à la Place du Sénat, la nuit des arts, sera animé par Olivier Grossetête, architecte et artiste français.
Le festival aura lieu du 15 au 31 août.
HS/B1

Festival de Sodankylä

Assayas parmi les invités
Hufvudstadsbladet annonce la visite au festival du cinéma de Sodankylä d’Olivier Assayas, d’Hélier Cisterne et du réalisateur d’origine tchadienne installé en France, Mahamat-Saleh Haroun. Le festival se déroulera du 11 au 15 juin.
HBL/25

France

Politique

Le gouvernement français croit dans le retour d‘une croissance forte
La correspondante à Paris de Kauppalehti présente le programme de stabilité budgétaire pour les quatre prochaines années, rendu public hier par le gouvernement.
KL

Mercredi 23 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Politique de sécurité

Sociaux-démocrates
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, et le président de la commission de la défense du Parlement suédois, M. Hullqvist, ont publié une déclaration commune sur le souhait des sociaux-démocrates finlandais et suédois de renforcer la coopération de politique étrangère et de sécurité entre les deux pays.
Il pourrait s’agir d’échanges d’information sur la planification, de la coopération au niveau de la prévention et de la formation, du développement et de l’acquisition du matériel, etc.
TS/7

Selon le Premier ministre suédois, la question d’une adhésion à l’OTAN n’est pas d’actualité en Suède
Hufvudstadsbladet a interviewé le Premier ministre suédois, M. Reinfeldt, qui relève que la Suède n’a aucune intention d’adhérer l’OTAN dans un avenir proche.
Il rappelle que la Suède a toujours dit qu’elle évoquerait la question avec la Finlande si des changements importants étaient prévus. Selon lui, deux seulement des huit partis représentés au Parlement sont favorables à une adhésion, et l’opinion publique y est plutôt opposée.
HBL/7

Editorial
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le débat sur le remplacement des chasseurs F-18 finlandais doit commencer dès la prochaine législature. HS souligne que le choix ne devra pas se faire sur une base nordique mais qu’il n’est toutefois pas judicieux d’annoncer bien en avance le choix entre les F-35 américains et les Jas Grippen. « Cela n’est pas la meilleure façon pour les Finlandais de négocier le meilleur prix et le meilleur équipement », conclut HS.
HS

Défense – diplomatie

La Finlande envisage de diminuer le nombre de ses attachés militaires
Les forces armées envisagent de restreindre le réseau d’attachés militaires pour des raisons d’économie. Actuellement, 16 attachés militaires et attachés militaires adjoints sont en poste dans 10 représentations finlandaises pour suivre la situation dans 30 pays. Une décision en la matière devrait être prise dans les trois ans qui viennent. Selon l’officier de presse de l’Etat major, M. Karhuvaara, on ne connait pas encore le détail de cette réforme.
Le ministre de la Défense, M. Haglund, se déclare satisfait du travail des attachés militaires. Il estime qu’il ne faudrait pas trop restreindre leur nombre.
HS/sam/A12

Finlande – Estonie – Alcool

Les Finlandais achètent un tiers de l’alcool vendu en Estonie
Selon une étude estonienne, les Finlandais achètent un tiers de l’alcool vendu dans tout le pays. Les voyageurs finlandais achètent en moyenne pour 122 euros d’alcool lors de leur visite dans ce pays.
HS

Syrie

Aide de Finlande à Alep
Helsingin Sanomat rend compte d’un entrepreneur d’origine syrienne qui se mobilise depuis un an et demi pour transporter des jouets et des denrées alimentaires en Syrie.
HS/A28

Sport

Match truqués : arrestation de M. Perumal en Finlande
Wilson Paj Perumal, responsable de nombreuses affaires de paris truqués concernant des matchs de football a de nouveau été arrêté en Finlande la semaine dernière ; Il est actuellement détenu à Vantaa.
Il avait déjà été condamné en 2011 en Finlande. Puis il avait été livré à la justice hongroise en 2012 pour de mêmes affaires de match truqués.
Selon Helsingin sanomat, sa présence à nouveau sur le sol finlandais veille des suspicions et est très mauvaise pour la réputation de la fédération finlandaise de football. Le quotidien souligne que la législation finlandaise n’est pas aussi stricte que les législations des autres pays européens concernant les délits sportifs, ce qui attire en Finlande des personnes souhaitant truqués des matchs afin de réaliser d’importants gains en matière de paris sportifs.
HS

Politique intérieure

Parti conservateur

M. Vapaavuori a annoncé sa candidature, M. Orpo désiste
Selon un sondage, c’est M. Stubb qui serait le plus en vue
Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, se présente pour la présidence du Parti conservateur.
M. Orpo, président du groupe parlementaire et père de deux enfants, a annoncé qu’il ne briguerait pas la présidence pour des raisons familiales.
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, 31 % des Finlandais et 43 % des conservateurs soutiennent M. Stubb pour la présidence du Kokoomus. 18 % des Finlandais et 29 % des conservateurs seraient favorables à ce que ce soit M. Vapaavuori. Les autres noms éventuels (Orpo, Virkkunen, Risikko) obtiennent moins de 10 % des voix.
M. Vapaavuori précise que les orientations du parti ne changeraient pas s’il était élu président, qu’il s’agisse de valeurs ou de la politique économique.
Mme Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, qui a lancé sa campagne aux élections européennes, a dit qu’elle se prononcerait sur sa candidature éventuelle avant la fin du mois. Le district de Kokoomus de la Finlande centrale propose Mme Virkkunen pour la présidence du parti.
M. Stubb a promis, lui aussi, de se prononcer dans les mêmes délais.
HS/A6-7, TS/7, AL/A17

Parlement

Deux nouvelles initiatives populaires bientôt étudiées
Le Parlement va étudier, jeudi, l’initiative populaire signée par 61 000 personnes et demandant la fin du suédois obligatoire à l’école.
Le même jour, le parlement va aussi étudier une autre initiative populaire visant à réformer la loi sur les certificats énergétiques des habitations.
HS

Télécommunications

Cubio mobile cesse ses activités
L’opérateur Cubio mobile cesse ses activités aujourd’hui à 16h et demande à ses clients de se tourner vers d’autres opérateurs.
HS

Projet de Musée Guggenheim

Une fondation prévue pour le projet
Une fondation dont le capital s’élèvera à 300 000 sera créée par la fondation Guggenheim, l’association des services de tourisme et de restauration MaRa et l’industrie de construction RT. La Fondation Guggenheim participera à cette fondation à hauteur de 280 000 euros.
HS/B2

France

Politique

Programme d’économies
La correspondante à paris de Kauppalehti présente le programme de 50 milliards d’économies du nouveau Premier ministre Manuel Valls.
KL

Mardi 22 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Réactions à l’accord de Genève
Le ministre finlandais des Affaires étrangères a exprimé sa satisfaction, jeu
di. Selon M. Tuomioja, l’accord trouvé à Genève était plus positif que ce que l’on espérait. « Il serait bien sûr souhaitable que la Russie diminue sa puissance militaire à la frontière. Cela renforcerait la confiance ».
HS

L’OSCE va surveiller le désarmement
Le vice-président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Ilkka Kanerva estimait, vendredi, qu’il était naturel que l’OSCE surveille le désarmement des groupes en Ukraine orientale.
Il était très prudent sur le calendrier de cette tâche. « Le ministre ukrainien des affaires étrangères a parlé d’une semaine ; C’est très ambitieux. Le calendrier n’est pas le plus important. Ce qui compte c’est d’obtenir un résultat permanent », estime M. Kanerva.
AL

Critiques au Parlement sur l’aide européenne à l’Ukraine
Le PSD, les Vrais Finlandais et l’Alliance des gauches exigent que le Parlement soit consulté a priori et non a posteriori lors des décisions d’aide européenne à l’Ukraine. Ces partis exigent aussi que le gouvernement fasse un rapport sur la manière dont ces aides seront allouées et sur le contrôle de leur utilisation. Ces partis craignent en effet que ces aides soient détournées. Ces partis ont imposé ces exigences à la commission des finances par 9 voix contre 8 (parti conservateur, centre, chrétiens-démocrates et verts).
A la suite de ce vote, la Grande commission qui avait reçu le ministre des Affaires étrangères a elle aussi décidé de soutenir ces exigences.
La grande commission a validé l’action du gouvernement dans l’aide à l’Ukraine.
HS

La crise ukrainienne met à rude épreuve la politique étrangère de Finlande
Kari Huhta souligne que la crise ukrainienne a mis à rude épreuve les décisions de politique étrangère de la Finlande qui nécessitent une coopération entre le gouvernement et le président. Cela a été le cas lorsque le conseil européen a décidé de suspendre les sommets entre pays européens e t la Russie.
Kari Huhta souligne aussi que le système finlandais de prise de décision en politique étrangère nécessite beaucoup de travail car il fait intervenir non seulement le gouvernement et le président mais aussi la commission des Affaires étrangères du parlement. Depuis le début de la crise, le comité de politique étrangère et de sécurité et le président se sont déjà réunis six fois ! De nouvelles décisions difficiles sont à attendre si l’UE décide de nouvelles sanctions économiques. On n’attend toutefois pas sur ce sujet de dissensions entre le gouvernement et le président. S’il devait y en avoir, il est clair que la position du premier ministre l’emporterait, comme en témoigne la décision de suspendre les sommets bilatéraux.
HS

Editoriaux et points de vue
Helsingin Sanomat salue l’accord de Genève mais souligne que, « il ne peut pas y avoir de solution rapide à la crise en Ukraine, en revanche, la crise peut se détériorer rapidement ».
Le quotidien relève aussi qu’une des conséquences de la crise est de rapprocher la Finlande des pays baltes qui ont, comme elle, une grave dépendance à l’égard de la Russie.
Cette crise pourrait ainsi accélérer le financement du terminal de LNG que se disputent la Finlande et l’Estonie.
Petteri Tuohinen estime qu’un accord rapide a pu être trouvé à Genève parce qu’il profite surtout à la Russie : elle a obtenu la Crimée et peut se refaire une image en évitant une guerre.
HS

Politique de sécurité

Renforcement de la coopération avec l’OTAN
Kesksisuomalainen rapporte que la Finlande va renforcer sa coopération avec l’OTAN en mai en signant un accord de soutien qui permettrait à la Finlande de recevoir de l’aide de l’alliance.
Cet accord est prévu par le partenariat signé en 2002 et ne nécessite pas de décision du parlement. Cet accord devrait être préparé par le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité et le président prochainement.
KS

Les grands partis calment le débat sur une adhésion à l’OTAN
Kesksisuomalainen rapporte que les quatre grands partis finlandais estiment qu’il n’y a pas lieu, à cause de la crise en Ukraine, de revoir la ligne de politique de sécurité de l’a Finlande ni que cela rend l’adhésion de la Finlande à l’OTAN plus d’actualité qu’avant.
« Il vaut mieux avoir un débat [sur l’adhésion à l’OTA N quand la situation se sera calmée », déclare notamment M. Stubb qui estime que l’UE ne va pas créer de défense commune à cause de la crise ukrainienne, même si la politique européenne de sécurité et de défense en sera renforcée.
Le président de la commission de la Défense Jussi Niinistö estime que la situation de politique de sécurité de la Finlande n’a pas changé » depuis 2012 quand le livre blanc a été rédigé.
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Backman considère qu’un « événement isolé en politique internationale n’est pas de nature à revoir la politique de sécurité de la Finlande à long terme. Il n’y a pas lieu de revoir les décisions fondamentales. Actuellement il n’est pas nécessaire d’adhérer à l’OTAN. »
KS

Défense

Propos de M. Haglund
Le ministre de la Défense, M. Haglund, estime que la probabilité que la Suède adhère l’OTAN a considérablement augmenté. Pour lui, il serait bon de mener un débat diversifié sur l’OTAN en Finlande.
Concernant l’achat de chasseurs prévu pour les forces armées, et la proposition du Président du Parlement, M. Heinäluoma (PSD) d’acheter des chasseurs suédois, M. Haglund rejette l’idée d’acheter des Jas Gripen suédois. « Il faut acheter pour les forces armées le meilleur équipement pour lequel il y a les crédits. Une coopération avec la Suède devra relever de questions raisonnables. Ce ne sera pas de la politique industrielle, mais de la politique de défense », selon lui.
Concernant l’acquisition du matériel, il souligne l’importance de la capacité de performance. Pour lui, le remplacement des Hornet ne pourra pas s’inscrire dans le cadre du budget de la défense, il y faut un financement séparé.
Quant à la crise en Ukraine, M. Haglund est convaincu qu’elle aura un effet sur les choix finlandais en matière de politique étrangère et de sécurité. « La crise montre que l’usage de la force militaire et la menace de le faire restent toujours parmi les outils des pays européens. Il nous faut être capables de nous y préparer », dit-il.
Pour lui, une adhésion à l’OTAN n’est pas quelque chose qui permettrait à la Finlande de laisser se dégrader sa défense. Il ne faut pas croire que quelqu’un d’autre s’occupe de la défense finlandaise et se charge de ses dépenses, rappelle-t-il.
HS/mar/A11

Propos de la ministre suédoise de la Défense
La ministre suédoise de la Défense, Mme Enström, confirme que la coopération de défense entre la Suède et la Finlande se renforce, mais que cela ne concerne que le temps de paix. Une alliance militaire ne fait pas l’objet d’un débat en Suède, selon elle.
« Une coopération [dans le domaine de la défense] n’est pas quelque chose qui remplacerait la coopération nordique ou la coopération européenne, ou une éventuelle adhésion à l’OTAN. C’est quelque chose qui viendrait les compléter. »
Dem/mar/3

Nouvelle conseillère pour M. Haglund
Mme Åsa Gustafsson, conseillère municipale à Kaarina et candidate du parti suédois aux européennes, a été désignée conseillère spéciale au ministère de la Défense, à compter du 28 avril.
HBL/ven/7

Aide au développement

Des crédits restent inutilisés
La Finlande verse moins de crédits à l’aide au développement que ce qui y serait disponible. En 2013, par exemple, 80 millions d’euros sont restés inutilisés.
Selon l’Inspection des finances de l’Etat, la somme prévue au développement dans le budget et restée inutilisée augmente les frais de gestion de la dette publique de plusieurs millions d’euros du fait que l’aide au développement est financée par des crédits empruntés.
L’inspection des finances de l’Etat trouve la situation intolérable. Selon elle, il faudrait diminuer les crédits pour quelque temps et utiliser les anciennes sommes d’abord.
Le ministère des Affaires étrangères est critiqué pour une mauvaise planification en la matière.
Le ministère se défend en disant que les sommes inutilisées concernent des projets de longue haleine. Elles sont difficilement utilisables pour d’autres fins.
HS/sam/A24

Climat

La Finlande devra renouveler son parc automobile pour remplir les objectifs
Une étude du VTT et du VATT montre que, pour remplir les objectifs définis par la Commission européenne, de diminution des émissions de 40% d’ici 2030, la Finlande devra renouveler son parc automobile et passer aux véhicules électriques. Le transport routier a engendré des émissions de 12,7 millions de tonnes en 2005. L’objectif actuel est de le réduire à 10,4 millions. Si l’objectif de la commission était validé, il faudrait le réduitre à 7 millions de tonnes en 2030.
HS

Editorial : Le nucléaire doit permettre de gagner du temps
Helsingin Sanomat estime que le nucléaire est nécessaire pour la transition énergétique car s’il ne constitue pas une énergie renouvelable, il est moins néfaste que le charbon qui cause l’effet de serre.
HS

Européennes

Les Îles Åland souhaitent obtenir un siège
Les partis politiques ålandais ont désigné un candidat commun dans l’espoir d’obtenir un siège au Parlement européen. Les vois des Ålandais ont profité au parti suédois aux européennes précédentes et ont permis à M. Haglund de passer. Depuis qu’il est devenu ministre, il a été remplacé au Parlement européen par M. Torvalds.
HS/sam/A20

Le Kokoomus bien en vue
Helsingin Sanomat relève qu’en principe, une part de 6 % des voix exprimées aux européennes devrait rapporter un siège. C’est le Parti conservateur qui est le plus en vue. L’objectif des conservateurs est d’augmenter le nombre de leurs sièges pour passer de trois à quatre. Au total, la Finlande a 13 sièges au Parlement européen.
Il est prévu que les conservateurs et le Centre obtiendront trois sièges chacun, et le PSD et les Vrais Finlandais deux sièges chacun, alors que les deux briguent trois sièges.
Les Verts risquent de perdre l’un de leurs deux sièges alors que leur objectif est de les maintenir. L’Alliance des gauches, qui n’a aucun siège actuellement, pourrait obtenir un siège, son objectif étant 1 ou deux sièges.
Le Parti suédois pourrait renouveler son mandat, alors que les spécialistes estiment que les Démocrates chrétiens qui briguent un siège n’ont guère de chances.
Les budgets des partis varient entre 500 000 euros (conservateurs, PSD, vrais finlandais, parti suédois) et 130 000 euros (Démocrates chrétiens). Le Centre a un budget de 300 000 e, l’Alliance des gauches de 330 000 e et les Verts de 135 000 e.
Le budget des Vrais Finlandais est plus du triple du budget des européennes précédents. Le parti suédois et l’Alliance des gauches ont eux aussi augmenté leurs budgets, mais pas autant. Les autres partis investissent moins cette fois.
HS/sam/A20, TS/ven/8

Sondages
Helsingin Sanomat relève que malgré les prévisions publiées sur le résultat des européennes, il est difficile de deviner le vainqueur du fait que le taux de participation risque de rester faible.
Poll Watch prévoit un meilleur résultat pour le PPE, qui accueille les conservateurs et les démocrates chrétiens. Les sociaux-démocrates finlandais appartiennent au groupe des socialistes qui pourraient arriver au deuxième rang. Il est prévu que les eurosceptiques augmentent leur audience.
Selon un député européen finlandais, il est possible que le nouveau Parlement européen soit plus réactionnaire que le conseil des Etats membres, pour la première fois.
HS/ven/A12

Politique intérieure

Parti conservateur

M. Vapaavuori candidat
Le ministre de l’Economie M. Vapaavuori a annoncé, lundi, sa candidature à la présidence du parti conservateur. Il a tenu une conférence de presse ce matin, pour lancer sa campagne. Il souligne que, même s’il change de président, le parti conservateur n’est pas en crise.
Le président du groupe parlementaire, M. Orpo, a déclaré qu’il réfléchissait à présenter sa candidature. Sa décision sera prise cette semaine. Selon lui les autres candidats devraient se déclarer dans les deux semaines ; Il estime que 4 à 5 candidats se présenteront.
Le prochain président du parti sera désigné lors du congrès de juin, à Lahti.
HS Yle

M. Vapaavuori favori des dirigeants du parti
Selon une enquête de MTV auprès des membres des exécutifs des sections du parti conservateur, le ministre de l’Economie M. Vapaavuori récolterait un quart de leurs suffrages comme prochain président du parti, devant le président du groupe parlementaire, M. Orpo (18%), la ministre des affaires sociales et de la santé, Mme Risikko (15%), le ministre du commerce extérieur M. Stubb (14%) et la ministre des collectivités territoriales Mme Virkkunen (7%).
TS

Fiscalité

Recettes en hausse pour l’impôt sur les successions
L’Etat a récolté 646 millions d’euros au titre de l’impôt sur les successions et donations en 2013. Ce chiffre est en nette hausse par rapport à 2012 (500 millions) et 2011 (400) et se rapproche du record de 2008 (651 millions).
TS

Social

Toujours pas d’accord pour les soins aux sans papiers à Helsinki
La direction générale de la santé publique a recommandé en mars que les sans papiers puissent bénéficier des mêmes soins que les Finlandais. Cette recommandation n’a toujours pas eu d’effet à Helsinki qui a décidé en décembre de limiter ces soins aux mineurs et femmes enceintes.
HS

Travaux

De nombreux travaux à Helsinki cet été
Comme tous les étés, de nombreux travaux de voirie auront lieu à Helsinki cet été et notamment aux abords de l’ambassade : à Itäinen puistotie (chauffage urbain, de mai à août), à Tehtaankatu (rails du tramway, en août) et à Olympiaterminaali (chaussée, d’avril à novembre).
HS

Capital-risque

Une nouvelle société va financer les startups
Les fondateurs de Supercell ont décidé de créer une société de capital risque, Lifeline ventures, qui va investir dans les jeunes pousses à hauteur de 15 millions d’euros.
HS

Construction navale

Une commande russe assure le fonctionnement de Arctech
Arcteh Helsinki Shipyard a reçu une commande d’un nouveau brise-glace de l’armateur russe Sovcomflot d’une valeur de 100 millions d’euros.
HS

France - Finlande

Musique

Tournée de Stéphan Oliva
Turun Sanomat présente la tournée du pianiste de jazz Stéphan Oliva qui se produit aujourd’hui à Salo, demain à Turku et la semaine prochaine à Loima.
Le quotidien publie une interview de Stéphan Oliva ainsi qu’une critique élogieuse de son dernier disque, Vaguement Godard ».
TS

Django
Kauppalehti publie une interview de l’écrivain français Noël Bale qui était cette semaine en Finlande à l’occasion de la publication en finnois de sa biographie « Django Reinhartdt, le génie vagabond ».
KL

Cinéma : Marion Cotillard
A l’occasion de la diffusion par Yle du film d’Olivier Dahan sur Edith Piaf, Helsingin Sanomat publie un portrait de Marion Cotilard qui en interprétait le rôle titre.
HS

Jeudi 17 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Selon le gouvernement finlandais, la Russie doit faire son possible pour calmer la situation en Ukraine
Le comité de politique étrangère et de sécurité et le président se sont réunis, hier, pour discuter de la situation en Ukraine.
Selon le communiqué il est possible que les violences se propagent en Ukraine. « Pour retrouver le calme et apaiser les tensions, il faut que tous, y compris la Russie, y contribuent ».
Le président Niinistö n’attend pas de solution définitive lors de la réunion quadripartite de Genève, aujourd’hui. « Le principal est qu’un dialogue soit amorcé et maintenu ».
M. Niinistö a déclaré avoir été en contact avec le président Poutine il y a environ un mois. Les relations diplomatiques entre la Finlande et la Russie sont continues.
Il a aussi été décidé que le sommet baltique de juin n’aurait pas lieu au niveau des chefs de gouvernement mais au niveau des ministres de l’environnement.
TS

Déclarations de M. Tuomioja
Dans une interview accordée à Yle ce matin, le ministre des Affaires étrangères déclare que la rencontre quadripartite d’aujourd’hui, à Genève est très importante même si on n’en attend pas de solution, mais plutôt l’ouverture d’un dialogue.
M. Tuomioja souligne que cette crise ne sera pas résolue à Washington ou à Moscou. « Il s’agit du pays des Ukrainien. Il faut partir de l’idée qu’il n’est dans l’intérêt de personne de créer un Etat défaillant en Europe. Selon lui, il faut éviter un nouveau conflit gelé. « Cela sera le cas si le pays est partagé par un conflit militaire. C’est justement ce qu’il faut éviter ».
Yle

Russie

Diminution du tourisme finlandais
Le nombre de touristes finlandais se rendant en Russie a nettement diminué selon les agences de voyage. Par exemple pour Aikamatkat, la diminution serait de 80 à 90%. Les autres agences font part de diminutions moins importantes. .
En 2013, la Russie était la quatrième destination des Finlandais après l’Estonie, la Suède et l’Espagne. Les Finlandais ont effectué en 2013 au total 417 000 voyages touristiques en Russie.
HS

Union européenne

Visite de M. Juncker en Finlande
« M. Juncker a promis à M. Katainen un poste important » HS
Le principal candidat du PPE aux élections européennes Jean-Claude Juncker a promis en cas de victoire du PPOE aux élections du 25 mai un poste important pour le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen. « Je voudrais qu’il occupe un haut poste. La Finlande a un excellent Premier ministre, très apprécié de ses collègues européens », a-t-il dit. « Mais cela ne dépend pas seulement de moi », a-t-il précisé.
M. Juncker a déclaré qu’il espérait que le gouvernement finlandais proposerait M. Katainen comme prochain commissaire. Il a déclaré que M. Katainen ferait un bon commissaire et qu’il lui donnerait un portefeuille important.
M. Juncker a déclaré être sûr de devenir président de la prochaine commission si le PPE gagne les élections européennes.
M. Katainen n’a pas précisé, hier, quel poste européen il espérait.
HS

Transport maritime

L’effet de la directive sur les émissions de souffre moins important que prévu
Le PDG de l’armateur ESL Shipping estime que l’effet de la directive qui durcit le niveau des émissions de souffre dans le transport maritime sera moins important que prévu. Selon lui, l’effet pour sa compagnie devrait être une augmentation des coûts de 5 à 15%.
Certaines compagnies avaient estimé l’effet de la directive à 30 à 40% de coûts supplémentaires.
KL

Efficacité énergétique

La Finlande menacée de sanctions par l’UE
La cour de justice de l’UE a condamné la Finlande à une astreinte de 19 000 euros par jour si les îles Åland n’approuvent pas rapidement de réglementation sur l’efficacité énergétique des bâtiments.
Selon le ministère des Affaires étrangères si le retard pris dans l’adoption de ces réglementations incombe clairement aux îles Åland, il reviendra à cette région autonome d’assumer le paiement de ces astreintes.
TS

Travailleurs détachés

La situation des travailleurs détachés sera améliorée
Le ministre du Travail Lauri Ihalainen a salué la décision du Parlement européen sur la directive sur les travailleurs détachés. Selon lui, cette directive va améliorer la situation des travailleurs détachés ainsi que le contrôle de leurs conditions de travail. C’est particulièrement important dans le secteur du bâtiment en Finlande.
Dem

Politique intérieure

Réforme des communes

Le différend sur la métropole divise conservateurs et PSD
Les relattons entre les deux principaux partis de la coalition gouvernementale se sont tendues à cause de la remise en cause du projet de réforme de la métropole du grand Helsinki. .
Le PSD est irrité par l’annonce de Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, selon qui ce projet ne serait pas nécessaire si la réforme des services sociaux et de la santé (sote) a lieu comme prévu.
Pour le PSD, les questions liées à l’administration des services sociaux et de santé n’étaient pas centrales dans le projet de métropole.
HS

PSD

Deux anciens ministres soutiennent M. Rinne
Les députés Jouko Skinnari, ancine ministre du budget, et Jukka Gustafsson, ancien ministre de l’éducation, soueitnennet la candidature de M. Rinne à la tête du PSD.
Dem

Energie nucléaire

Déclarations de M. Vapaavuori
Le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a déclaré, mardi à Oulu, qu’il était satisfait de la décision prise le même jour par les actionnaires de Fennovoima de s’engager à, construire une centrale nucléaire à Pyhäjoki. « Il est positif que le projet fasse un pas en avant ». Il regrette que des actionnaires aient quitté le projet. Il rappelle que depuis de nombreuses années l’industrie finlandaise exige de nouvelles autorisations de principes pour agrandir le parc nucléaire. « J’en appelle donc aux entreprises finlandaises pour qu’elles garantissent un actionnariat national suffisamment important pour Fennovopima ». Selon lui, cela permettrait de réduire les menaces portant sur le projet à cause de la situation internationale.
Il souligne aussi que si Fennovoima renonçait à son projet cela ne signifierait pas automatiquement une autorisation pour Fortum. « Une autorisation ne peut pas être cédée ou transférée d’un projet à l’autre. Il s’agirait alors d’une nouvelle demande d’autorisation ».
Kaleva

Editorial
Kaleva estime que le projet de Fennovoima est dans une phase critique. On attend du secteur industriel finlandais qu’il augmente sa participation dans Fennovoima. Sinon le risque est que la centrale ne sera pas construite.
Un autre facteur d’incertitude est la crise en Ukraine du fait que le réacteur devrait être fourni par le russe Rosatom, conclut Kelava.
Kaleva

France - Finlande

Culture

L’autre face des Moumines
Suomen Kuvalehti présente le film d’animation de Xavier Picard, « Les Moumines sur la Riviera » qui sortira en Finlande le 10 octobre.
SK

Django
Demokraatti rapporte que l’écrivain français Noël Bale était cette semaine en Finlande à l’occasion de la publication en finnois de sa biographie « Django Reinhartdt, le génie vagabond ».
Dem

Sport
Monsieur Magic n’est plus
Le premier footballeur finlandais à avoir connu une carrière professionnelle à l’étranger est décédé hier. Il s’agissait d’Aulis Rytkönen qui a joué au Toulouse FC de 1952 à 1960. Il était surnommé Monsieur Magic et a notamment remporté la coupe de France en 1957.
HS

Mercredi 16 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Visite du nouveau Premier ministre estonien
Visite du ministre letton des Affaires étrangères
Le nouveau Premier ministre estonien, M. Roivas, a effectué une visité en Finlande pour rencontrer le Président Sauli Niinistö et son homologue Jyrki Katainen. Lors de la conférence de presse, M. Katainen a estimé que les sanctions européennes contre la Russie ne seraient mises en place que si la Russie est coupable d’ébranler la situation en Ukraine. Pour lui, il faut avancer progressivement et prudemment. Une intervention militaire déclencherait les sanctions de la troisième phase, dit M. Katainen, tout en rappelant que définir l’intervention militaire n’est pas toujours facile.
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, qui a rencontré son homologue letton, M. Rinkevics, relève que les vues de ces deux pays étaient très similaires. Il relève, lui aussi, que la mise en place des sanctions dépend de ce qui se passe en Ukraine. Avec une intervention militaire en Ukraine de l’Est, « elles commenceraient à être inévitables », selon lui.
KS/21, HS/A29

Propos de M. Haglund
Le ministre de la Défense, M. Haglund, qui a rencontré ses homologues européens à Luxembourg, estime que l’action de la Russie en Ukraine a poussé la Finlande mentalement plus près d’une adhésion à l’OTAN que jamais. Pour lui, la situation est paradoxale, car cela n’a guère été l’intention de la Russie.
Le ministre souligne qu’il s’agit d’un état d’esprit et qu’une adhésion n’a pas été évoquée au gouvernement.
KS/21

Union bancaire

Propos de M. Terho et Mme Pietikäinen
Helsingin Sanomat relève que le projet de l’Union bancaire a avancé au Parlement européen. Le député européen vrai finlandais, M. Terho, s’est opposé aux nouvelles règles bancaires. Pour lui, la décision impliquait trop de solidarité qu’il n’approuve pas. Il estime que ce sont les clients des banques qui verseront, une fois de plus, les crédits au fonds de crise. Pour lui, la somme de 55 milliards d’euros prévue pour ce mécanisme ne mènera pas loin : « Elle suffira à sauver deux banques de taille moyenne au maximum. »
Mme Pietikäinen, députée européenne conservatrice, a voté en faveur du projet. Pour elle, il aurait été catastrophique de ne pas obtenir ce paquet durant le mandat actuel du Parlement européen et de la Commission européenne. « Cela aurait engendré une insécurité et une instabilité économique », selon elle. Rejeter le projet aurait engendré une réaction importante sur les marchés.
HS/A33

Brevets

La Finlande souhaite plus d’informations sur le nouveau système
Selon M. Korpijärvi, secrétaire d’Etat du ministre de l’Emploi, la Finlande ne prendra pas une décision sur sa participation au nouveau système européen concernant les brevets avant d’obtenir plus d’information sur les frais qui y sont liés.
M. Korpijärvi relève que la Finlande ne souhaite pas détériorer le statut de la Direction générale des brevets et du registre du commerce et des sociétés.
Le patronat EK a commandé une étude sur les effets éventuels du nouveau système sur les entreprises.
KL/A6

Pauvreté

Un quart des enfants dans les pays membres de l’UE sont en danger
Helsingin Sanomat relève que selon le rapport de l’organisation Sauvez les enfants (Pelastakaa lapset) concernant la période 2008-2012, la pauvreté des enfants et jeunes est de plus en plus courante en Europe.
La pauvreté et l’exclusion sociale menacent plus d’un quart des enfants et jeunes de moins de 18 ans – au total 27 millions enfants - dans les pays de l’UE. Le rapport concerne les 28 pays membres de l’Union, plus l’Islande, la Norvège et la Suisse.
Les enfants les plus menacés par la pauvreté vivent en Bulgarie (52,3 %) et en Roumanie (52,2 %), ainsi qu’en Hongrie (40,9 %) et en Lettonie (40,0 %).
Il y a le moins d’enfants menacés par la pauvreté en Norvège (11,9 %), en Finlande (14,9 %), au Danemark (15,3 %) et en Islande (16,0 %). En France, ce chiffre est de 23,2 %.
KS/11

Politique intérieure

Elections européennes

Les professionnels de la politique ont envahi les listes électorales
Helsingin Sanomat rapporte que les listes électorales sont closes depuis mardi et les partis politiques ont dû déposer leurs listes au comité électoral de Helsinki. Tous les partis représentés au Parlement actuel ont déposé une liste complète de vingt candidats. Six partis et une association électorale, qui ne sont pas représentés au Parlement, proposent également des candidats.
Au total, il y 251 candidats, dix de plus qu’en 2009. Aamulehti rappelle qu’en 2099, le taux de participation n’a été que de 40,3 %.
Onze parlementaires européens de la Finlande sur les 13 actuels se représentent. Mmes Satu Hassi (Alliance verte) et Riikka Pakarinen (Centre) ont décidé de ne pas représenter leur candidature.
Selon le quotidien, les listes sont pleines de ministres, de députés et parlementaires européens – actuels ou anciens. Il y a même le commissaire européen actuel, M. Olli Rehn (Centre), ainsi que le secrétaire général du PSD, M. Reijo Paananen.
« Tous les partis politiques veulent prendre ces élections au sérieux et il y a beaucoup de candidats expérimentés, des vrais professionnels de la politique », selon Mme Taru Tujunen, secrétaire générales du Parti conservateur.
Parmi les candidats, il y a trois ministres du gouvernement actuel : M. Alexander Stubb (Parti conservateur) et Mmes Henna Virkkunen (parti conservateur) et Päivi Räsänen (Chrétiens-démocrates), ainsi que deux ministres qui ont déjà quitté le gouvernement : Mmes Heidi Hautala (Alliance verte) et Merja Kyllönen (Alliance des gauches).
Il y aussi 40 députés actuels, dont Mmes Miapetra Kumpula-Natri et Riitta Myller du PSD, M. Jussi Halla-aho et Mme Pirkko Ruohonen-Lerner des Vrais Finlandais, Mme Mirja Vehkaperä du Centre, Mme Anni Sinnemäki de l’Alliance verte et M. Jorn Donner du Parti suédois.
Comme candidats, les Vrais Finlandais proposent neuf députés, le PSD et l’Alliance des gauches six, les conservateurs cinq, les verts et les Chrétiens-démocrates quatre et le Centre et le Parti suédois trois.
Parmi les candidats, il y a également des anciens députés, dont M. Kimmo Kiljunen du PSD, M. Jyrki Kasvi et Mme Johanna Sumuvuori de l’Alliance verte et M. Timo Kaunisto du Centre.
HS note qu’il y a aussi plusieurs jeunes pousses, dont Mme Li Andersson de l’Alliance des gauches, M. Eero Vainio du PSD et M. Simon Elo des Vrais Finlandais. Il est possible que leur objectif soit plutôt d’être élu aux prochaines élections législatives.
Il y a nettement moins de célébrités qu’avant. Mme Marjatta Rasi, ancienne ambassadrice, et Lisa Sounio-Ahtisaari sont candidates chez les conservateurs. L’ancien rédacteur en chef de HS, M. Mikael Pentikäinen, se présente dans les rangs du Centre et le journaliste Timo Harakka est candidat du PSD.
HS souligne qu’il est utile pour le candidat d’être connu partout en Finlande. Il y a toutefois toujours des surprises. Par exemple en 2009, les journalistes politiques omniscients de la capitale n’ont pas su prévoir l’élection de la centriste Riikka Manner (actuellement Pakarinen).
L’élection du Parlement européen aura lieu dans les pays membres de l’Union européenne entre le 22 et le 25 mai. En Finlande, élection sera organisée le dimanche 25 mai, de 9 à 20 heures. Le vote par anticipation sera organisé du 14 au 20 mai en Finlande et du 14 au 17 mai à l’étranger.
751 parlementaires européens, représentant les 28 pays membres, seront élus, y compris les 13 parlementaires européens finlandais. En Finlande, il y a une seule circonscription, les candidats sont donc les mêmes dans tout le pays. Les candidats auront leurs numéros la semaine prochaine et les campagnes électorales proprement dites commenceront ensuite.
HS/A8-9, TS/7

Pas de célébrités ou de sportifs parmi les candidats
Dans son analyse, Aamulehti souligne qu’il n’y a pas d’alliances électorales entre les partis. Encore en 2009, les Vrais Finlandais et les Chrétiens-démocrates avaient noué une alliance électorale.
AL note l’absence de M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, qui a été la locomotive des élections européennes précédentes, avec un score de plus de 130 000 voix.
L’âge des candidats varie entre 21 et 81 ans : la conservatrice Carolina Nysten a 21 ans et M. Jorn Donner du Parti suédois 81 ans.
AL/A8

Le PSD lancera sa campagne après Pâques
Selon Demokraatti, organe du PSD, le Parti social-démocrate lancera sa campagne électorale le mardi 22 avril devant la statue des Trois forgerons à Helsinki, en présence de la présidente du parti, Me Jutta Urpilainen et les candidats. L’objectif du PSD est d’obtenir trois sièges, au lieu de deux actuellement.
Dem/3

Réforme des communes

Selon Mme Virkkunen, l’administration de la métropole n’est pas nécessaire si la réforme Sote se réalise comme prévu
Selon Helsingin Sanomat, Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, estime que l’administration commune de la région de la capitale n’est pas nécessaire si la réforme des services sociaux et de la santé (sote) aura lieu comme prévu. « Il n’est pas justifié de créer une administration de la métropole, élue par les élections locales, uniquement pour s’occuper des questions de l’aménagement foncier, le logement et les transports si un autre organe possède la moitié des pouvoirs budgétaires des communes. »
Les décisions sur la réforme Sote seront prises en mai-juin.
HS/A20

Energie nucléaire

Fennovoima et Raos Voima concluent un contrat
Les groupes énergétiques Fennovoima et Raos Voima, filiale de Rosatom, ont conclu un accord contraignant sur la construction d’un réacteur nucléaire à Pyhäjoki.
M. Juhani Pitkäkoski, qui a été nommé président du conseil d’administration de Fennovoima, constate que le projet avance actuellement comme prévu. M. Ottavainen, ancien président du conseil d’administration, continue comme directeur général de Voimaosakeyhtiö SF. SF est composée de groupes énergétiques de plusieurs communes ainsi que de quelques entreprises industrielles. Il est actionnaire de Fennovoima à hauteur de 66 %.
Le financement de la part du projet incombant à SF reste indécis. M. Pitkäkoski déclare être convaincu que la participation finlandaise s’élèvera à 66 %.
Il se déclare confiant également en ce qui concerne les échéances. Il rappelle que Rosatom est en train de construire 15 réacteurs partout dans le monde.
Le gouvernement devra prendre une décision de principe concernant le projet de Fennovoima, cet été. Les questions de financement qui restent en instance devraient être résolues d’ici la fin de l’été. Le Parlement pourra rejeter ou approuver la décision de principe. Il faut une autorisation de construction afin de pouvoir entamer les travaux à l’été 2015.
Une décision concernant le stockage des déchets nucléaires devrait être prise à l’été 2016.
Mme Zoteeva, vice-pdg de Rosatom Overseas et nouvelle vice-présidente du conseil d’administration de Fennovoima, estime que les sanctions commerciales éventuelles contre la Russie n’engendreraient pas de problèmes pour le projet de Fennovoima.
HS/A33, KL/A6

Mardi 15 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

« L’UE va ajouter de nouveaux noms sur sa liste » KS
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré, hier, à Luxembourg qu’il faudrait quelques jours avant que les nouveaux noms de personnalités russes soient ajoutés sur la liste des sanctions de l’UE. M. Tuomioja a déclaré qu’il n’avait pas encore été question de sanctions économiques plus larges. « Si une intervention militaire a lieu, de telles sanctions seront indispensables. Bien entendu la Commission s’y prépare au cas où on en aurait besoin. Mais nous continuons à espérer que l’on n’aura pas besoin d’y recourir ».
M. Tuomioja estime aussi que les attentes avant la réunion tripartite de jeudi ne sont pas très optimistes. « Mais c’est le seul format possible permettant de tester une solution politique ».
KS

Editorial
Helsiingin Sanomat juge que le seuil nécessaire pour prendre de nouvelles sanctions à l’égard de la Russie a déjà été dépassé. L’éditorialiste considère que, même si la décisions sont difficiles, il est urgent de les prendre car la Russie a son propre agenda.
HS

Le ministère des Affaires étrangères déconseille de se rendre en Ukraine
Le ministère finlandais des Affaires étrangères a mis à jour ses conseils aux voyages : il déconseille tout voyage en Crimée et en Ukraine orientale et déconseille de se rendre, sauf nécessité, dans le reste du pays.
Uusisuomi

OTAN

« La défense finlandaise repose sur la bonne volonté des Etats-Unis » HS
Dans un point de vue publié dans Helsingin Sanomat, Olli Kivinen estime que tous les pays ont une option d’entrer dans l’OTAN, mais qu’en cas de crise la réponse sera toujours non. Quant à l’idée de coopération nordique de défense, c’est un leurre : la Suède n’acceptera jamais d’assumer la défense de la Finlande quant à la Norvège et au Danemark, leur défense repose sur l’OTAN. La défense commune de l’UE est une bonne idée mais elle manque de moyens en pratique.
Dès lors, la peur de l’OTAN rend la Finlande toujours plus dépendante des Etats-Unis seuls capables de lui fournir des ressources nécessaires en cas de besoin. C’est en effet là que repose l’intérêt d’une alliance militaire : tous les Etats membres sont obligés de venir en aide à l’un d’eux. En revanche, aider un pays partenaire relève de décisions nationales, souligne Olli Kivinen qui rappelle que, comme l’Ukraine, la Finlande est seulement partenaire de l’OTAN. Or la leçon principale des « nouvelles menaces » est que l’OTAN n’interviendra concrètement que si un de ses membres ou de leurs intérêts vitaux sont menacés ; cette promesse ne concerne pas les Etats partenaires.
HS

Déclarations de MM. Niinistö et Kanerva
Le président de la Commission de la Défense Jussi Niinistö (Vrai Finlandais) n’est pas certain que la Finlande recevrait une aide en cas de crise, même si elle était membre de l’OTAN.
« Il n’est pas sûr que la Finlande reçoive de l’ide même si nous étions membre de l’alliance militaire », dit-il, faisant référence à la seconde guerre mondiale durant laquelle, selon lui, l’aide de l’Allemagne à la Finlande était motivée par les intérêts propres de l’Allemagne.
M. Niinistö estime que la situation de la Finlande à l’égard de l’OTAN changerait si la Suède décidait de demander l’adhésion à l’oTAN.
Il souligne que sa position à l’égard de l’OTAN est comme celle de son parti : « l’OTAN n’est considérée ni comme un épouvantail, ni comme une baguette magique ».
Le vice-président de la commission de la défense, M. Kanerva (parti conservateur) estime pour sa part que la Suède et la Finlande doivent se préparer à une coopération en temps de crise. Il estime que la sécurité sera un thème important de la prochaine campagne législative.
Yle

ECHA

« Des fonctionnaires européens qui se plaisent bien à Helsinki » HBL
Hufvudstadsbladet a interviewé trois fonctionnaires de l’agence de produits chimiques ECHA qui font l’éloge de leur milieu de travail international composé de 570 focntionnaires de 27 pays, dont 6 % de Français.
HBL/14-15

Politique intérieure

Elections européennes

M. Paananen, secrétaire du PSD, se présentera
Helsingin Sanomat relève que le PSD, qui a publié son programme électoral, promeut toujours la taxe sur les transactions financières, projet rejeté par le gouvernement finlandais à l’automne 2012.
Dans son programme électoral, le parti prend position sur plusieurs autres questions du domaine financier. Le PSD souhaiterait par exemple diviser les activités des banques à épargne et des banques d’investissements. Il propose de renforcer les mesures contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux.
Concernant la Russie, le PSD note que c’est un partenaire stratégique de la Finlande et de l’UE. La coopération avec la Russie devra se baser sur un respect mutuel et un respect du droit international. Il faut que l’UE soutienne l’évolution démocratique en Russie, selon le PSD.
Mme Urpilainen, président du parti, a noté que la crise en Ukraine a rendu de nouveau visible le travail de l’UE en faveur de la paix et de la stabilité.
M. Paananen, secrétaire du parti, a annoncé sa candidature aux européennes. Il compte rester secrétaire du parti même s’il était élu au Parlement européen. M. Paananen souhaite promouvoir les questions liées à la vie active, que la Commission européenne n’a pas fait avancer, selon lui.
Mme Urpilainen a relevé qu’elle aussi avait réfléchi sur l’opportunité de se présenter aux européennes, mais qu’elle était arrivée à la conclusion qu’il lui fallait rester en Finlande et gérer le portefeuille des Finances.
HS/A11

Avec M. Mäkinen, la liste des Conservateurs est complète
M. Tapani Mäkinen, député conservateur et président de la municipalité de Vantaa, a annoncé sa candidature aux européennes.
HBL/8

Présidence de la République

Un nouveau débat de politique étrangère cet été ?
Interrogée par les médias, la présidence de la République a refusé de confirmer ou d’infirmer la réunion d’un nouveau débat de politique étrangère, cet été, à Kultaranta, résidence d’été du président de la république.
Dem

Budget - Croissance

L’ajustement budgétaire grève la croissance
Helsingin Sanomat rapporte que la politique d’austérité budgétaire a un effet sur la croissance économique. . Le secrétaire d’Etat aux Finances Marrtti Hetemäki le reconnaît mais ajoute qu’il est difficile d’évaluer combien les mesures d’ajustement budgétaires prévues pour 2015 grèveront la croissance économique de la Finlande.
HS

Inflation

Ralentissement de l’inflation
Les prix n’ont augmenté que de 1,1% en mars par rapport à 2013. Le taux d’inflation était encore de 1,3% en février et de 1,6% en janvier.
Dans la zone euro, le taux moyen d’inflation était de 0,5% en, mars contre 0,7% en février.
HS

Entreprises

Stockmann annonce un plan social
Le groupe Stockmann a annoncé un plan social qui touchera 3 200 personnes et dont l’objectif est de supprimer 330 emplois.
Yle

Cleantech

La Finlande ne sait pas commercialiser le cleantech
Helsingin Sanomat publie un billet signé Anne Jalkala, professeur au département de gestion industrielle de l’université de technologie de Lappeenranta, sur le cleantech.
Pour Mme Jalkala, l’image de la Finlande comme un pays du cleantech ne correspond pas à la réalité. Selon les estimations de WWF et de l’institut de recherche Cleantech Group, la Finlande est parmi les pays qui investissent le plus dans la recherche et le développement du cleantech mais dans la commercialisation la Finlande de trouve seulement à la 10e position.
Il y a déjà 2 000 entreprises de cleantech en Finlande mais près de 80 % du chiffre d’affaires est fait par les dix plus grandes entreprises dans ce domaine.
L’objectif du gouvernement est de créer 40 000 nouveaux emplois de cleantech et de doubler le chiffre d’affaires à 50 milliards d’euros d’ici 2020. Pour atteindre cet objectif, il faut accorder beaucoup d’attention à la commercialisation.
Il est toutefois difficile de trouver du financement et les premiers clients pour les projets d’expérience. Les acheteurs sont conservateurs et ne veulent pas prendre de risques.
L’Etat finlandais subventionne la promotion du cleantech à hauteur de 250 millions d’euros par an mais il n’y pas de formes de financements adaptés pour tester les techniques commerciales.
Les investisseurs de capital à risques ne favorisent pas le cleantech.
Il faut une organisation indépendante pour définir ce qui est la technologie propre. La Finlande pourrait être active dans la création d’une réglementation internationale du cleantech.
L’OCDE incite la Finlande à poursuivre les investissements dans le cleantech et à évaluer le financement de manière critique.
Le cleantech est une partie intégrale de la restructuration de l’industrie. Il est essentiel pour la croissance économique et pour lutter contre le changement climatique.
HS/lun/A5

Energie

La consommation de charbon a augmenté d’un tiers en 2013
Helsingin Sanomat relève que selon le Centre national de la statistique, les centrales finlandaises ont utilisé 4,5 millions de tonnes de charbon en 2013, soit un tiers de plus par rapport à l’année précédente. La plupart, plus de trois tonnes ont été utilisés dans les centrales qui produisent de l’électricité et de la chaleur. La croissance la plus importante a été dans les centrales qui ne produisent que de l’électricité où la consommation a triplé à 1,3 millions de tonnes.
Les réserves de charbon ont diminué en raison de la demande. Fin décembre 2013, il y avait 3,3 millions de tonnes de charbon en stock, soit 18 % de moins qu’en décembre 2012.
Le prix du charbon a baissé en raison de l’augmentation de la production du gaz de schiste aux Etats-Unis. Tout le charbon est importé en Finlande, pour la plupart de la Russie mais aussi des Etats-Unis et du Canada.
Il y a une dizaine de centrales à charbon sur la cote (Pori, Naantali, Vaasa, Helsinki, Espoo, Inkoo, Kristiina, etc.). Il y aussi de grandes centrales à tourbe ou à copeaux à l’intérieur du pays qui se sont mises à investir dans le charbon.
HS/lun/A6-7

Climat

Le GIEC exige de mettre fin à la dépendance à l’égard du charbon
Selon Helsingin Sanomat, dans son nouveau rapport le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat GIEC exige le transfert rapide à l’énergie renouvelable. Il faut couper la dépendance des combustibles fossiles, dont le charbon, pour que la planète évite les conséquences les plus graves du changement climatique. La production de l’énergie renouvelable doit tripler ou quadrupler d’ici 2050.
Selon le rapport, il faut des investissements importants dans l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique. Pour remplacer les combustibles fossiles, le rapport propose l’énergie éolienne ou solaire, ainsi que l’énergie hydraulique et la bioénergie.
L’énergie renouvelable ne suffit toutefois pas pour faire changer la direction. Le GIEC propose aussi l’énergie nucléaire qui est considérée comme une source d’énergie à faible teneur en carbone.
M. Petteri Taalas, directeur général de l’Institut finlandais de météorologie et président du groupe finlandais au GIEC, est étonné du fait que les émissions ont augmenté. « Lors de la publication du rapport précédent en 2007, nous avons cru que le pire avait déjà eu lieu. Les émissions ont toutefois augmenté à une vitesse record. » La raison la plus importante de cette augmentation est la croissance économique surtout en Asie. M. Taalas s’inquiète aussi de l’augmentation de la consommation de pétrole et de gaz de schiste.
HS/lun/A8

Lundi 14 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Selon M. Tuomioja, les sanctions économiques seront inévitables en cas d’intervention russe
Le ministre des Affaires étrangères a déclaré ce matin qu’en cas d’intervention militaire russe, des sanctions économiques seraient inévitables.
« Il y a des concentrations de troupes russes près de la frontière ukrainienne depuis longtemps. Puisque on a utilisé une force militaire en Crimée, il n’est pas impossible que cela ne soit pas utilisé plus largement ailleurs en Ukraine ».
Il espère que la réunion à quatre de jeudi pourra faire évoluer la situation. Il n’y a pas d’autre issue qu’un accord qui mette fin à la violence et garantisse l’inviolabilité de l’Ukraine. Il considère que l’accord négocié entre l’administration de Janukovitch et l’opposition, en février, puisse servir de base à une nouvelle négociation.
Yle

La Grande commission favorable à une aide à l’Ukraine
Par 19 voix contre 4, la grande commission du Parlement a décidé de la participation de la Finlande à l’aide européenne au profit de l’Ukraine.
Les Vrais Finlandais ont voté contre au motif qu’ils estiment que l’UE devrait aider l’Ukraine par le seul biais du FMI.
KS

La crise ukrainienne s’invite dans le débat des européennes
La directrice de l’institut des relations internationales Teija Tiilikainen estime que le débat sur la sécurité devient un thème de la campagne électorale qui occulte les questions économiques.
Lors d’un débat organisé par Etla, la crise ukrainienne a fait réagir nombres de candidats, relève STT. Ainsi le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb considère que l’arme économique est le meilleur moyen de maintenir la paix. « La Russie ne peut se permettre de voir chuter son économie et le rouble », dit-il.
HS KS

Les russes de Finlande divisés par la crise ukrainienne
Kesksisuomalainen a interrogé la rédactrice-en-chef du mensuel russophone de Finlande Spektr diffusé à 20 – 25 000 exemplaires. Elle souligne que les russophones de Finlande sont très divisés sur la question de l’Ukraine. Elle critique la télévision d’Etat russe qui ne fait que de la propagande, mais regrette aussi que les médias finlandais ne soient pas objectifs. Selon elle, depuis l’affaire du soldat de bronze en Estonie, la confiance des russophones dans les médias finlandais a diminué.
KS

Les Baltes inquiets de l’influence des médias russes
Helsingin Sanomat rapporte que des journalistes importants des pays baltes et de Finlande, dont le candidat aux européennes Mikael Pentikainen, ont signé une lettre destiné au président de la commission européenne pour demander la création d’une télévision russophone européenne pour contrebalancer l’influence des médias russes auprès de la minorité russophone installée dans les pays européens.
HS

Editoriaux et commentaires
« La menace d’une guerre fraternelle est réelle » AL
Aamulehti estime qu’il est incroyable et irrationnel que le président Poutine soit prêt à déclencher en Ukraine un drame qui n’aura pas de vainqueur.
AL

OTAN

M. Katainen favorable à une adhésion à l’OTAN
M. Tuomioja estime que la Finlande n’a pas besoin d’être membre de l’OTAN
Le premier ministre a déclaré qu’il était toujours d’avis que la Finlande devrait être membre de l’OTAN. Il a souligné qu’il s’agissait de son opinion personnelle et que la ligne officielle de la Finlande n’avait pas changé. Il a rappelé que le gouvernement actuel ne proposerait pas l’adhésion à l’OTAN et qu’il était bien conscient d’avoir une opinion minoritaire en Finlande sur cette question.
Selon lui, il serait bon que la Finlande adhère à l’OTAN avec la Suède.
M. Katainen a aussi déclaré que la crise ukrainienne ne causait pas une menace directe pour la Finlande. Il souligne néanmoins que « la Russie a officiellement déclaré défendre ses citoyens y compris en-dehors de ses frontières ; c’est un sujet si sérieux qu’il y a lieu d’en discuter ».
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que la Finlande n’avait pas besoin d’une adhésion à l’OTAN. Il estime que le fait d’être membre de l’UE et partenaire de l’OTAN suffisait. Il souligne aussi que la crise ukrainienne n’a pas modifié la situation de la Finlande en matière de sécurité. Selon lui, une adhésion à l’OTAN pourrait être source de problèmes.
M. Tuomioja estime que M. Katainen peut désormais parler plus librement car il ne sera bientôt plus premier ministre.
Kaleva

Selon M. Stubb l’option finlandaise est désormais gelée
Le ministre des Affaires européennes estime que, dans la situation actuelle, la porte de lm’OTAN n’est pas ouverte à la Finlande. Une entrée de la Finlande dans l’OTAN ne serait pas possible durant la crise ukrainienne. « Mais quand la crise sera terminée, une adhésion sera à nouveau possible », dit-il.
TS

Point de vue : « L’adhésion à l’oTAN bien verrouillée » HS
Unto Hämäläinen relève qu’actuelleemnt un seul des quatre grands partis politiques est favorable à l’adhésion à l’OTAN, le parti conservateur. Or, pour déclencher un processus d’adhésion il faudrait que trois sur quatre y soient favorables. Concrètement, il faudrait une initiative du président et qu’ensuite le gouvernement et le parlement approuvent que la Finlande dépose sa candidature à l’alliance. Après des négociations d’adhésion, il faudrait que le président et le gouvernement la soumettent au Parlement qui la ratifierait à la majorité des deux tiers. Un référendum pourrait être organisé avant la phase parlementaire.
Selon les sondages, une nette majorité des Finlandais s’opposent à une adhésion. En réalité il semblerait plutôt que la grande majorité soit mouvante et puise basculer en faveur d’une adhésion sur la menace que constitue la Russie venait à grandir, estime Unto Hämäläinen.
HS

Les réservistes favorables à une adhésion à l’OTAN
Selon un récent sondage, 42% des réservistes sont favorables à ce que la Finlande adhère de suite ou rapidement à l’OTAN contre 30% il y a un an) et 19% s’y opposent (contre 23,5% il y a un an).
Interrogés sur la crise ukrainienne, les réservistes pensent à 35% que la Finlande doit se conformer à une ligne européenne alors que 18% pensent que la Finlande devrait négocier bilatéralement avec la Russie.
Kaleva

Finlande - Russie

Le nombre de touristes russes en Finlande a chuté
Helsingin Sanomat relève que le selon les statistiques de la douane finlandaise et de Global Blue Finland (chargé du système détaxe), le nombre d’achats invoice ou tax free par les Russes a diminué de 30 % en mars par rapport à mars 2013.
Le nombre de passages de la frontière ont diminué de 5 % en janvier-mars 2014. Jusqu’à janvier dernier, le nombre de passage avait augmenté depuis 2009.
Par exemple le nombre de clients russes et la vente en détaxe chez Stockmann à Helsinki a diminué même si les chiffres de mars ne sont pas encore disponibles. La vente de sacs à main et de chaussures de haut de gamme a diminué le plus.
La valeur du rouble a diminué considérablement par rapport à l’euro.
HS/sam/A6-7

Union européenne

Nomination de M. Vilén
Turun Sanomat rapporte que Mme Catherine Ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères, a nommé vendredi M. Jari Vilén, actuel ambassadeur de Finlande en Pologne, au poste d’ambassadeur de l’Union européenne auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg à partir de septembre 2014. Selon le ministère finlandais des affaires étrangères, il s’agit de la première nomination d’un Finlandais à un poste d’ambassadeur depuis le lancement du SEAE en 2010.
M. Vilén (50 ans) est ambassadeur en Pologne depuis 2012. En 2007-2012 il a été ambassadeur de Finlande en Hongrie. Il a été élu député du Parti conservateur en 1999 et en 2003. Il a été ministre du Commerce extérieur et des Affaires européenne de 2002 à 2003 dans le gouvernement Lipponen II. M. Vilén a présidé la Grande commission du Parlement de 2004 à 2007.
TS/sam/12

Economie

Perspective négative pour la note de la Finlande
L’agence S&P a décidé de placer sous perspective négative la note AAA de la Finlande. Le motif en est que la récession se prolonge et les perspectives de croissance s’affaiblissent.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a estimé que l’évaluation de S&P aurait pu être encore moins bonne si le gouvernement n’avait pas décidé d’importantes mesures d’ajustement budgétaire en mars. « Le gouvernement n’a pas lieu de prendre de nouvelles décisions mais de mettre en œuvre celles qu’il a prise », a-t-elle dit. Elle souligne qu’en 2012 déjà S&P avait placé la note de la Finlande sous perspective négative avant de la remettre stable un peu après.
KS

RCA

Rencontre entre les dirigeants religieux
Hufvudstadsbladet rend compte d’une rencontre organisée entre les groupements religieux centrafricains à l’initiative du gouvernement américain et de l’aide de l’église finlandaise dans le but de favoriser un dialogue et soutenir le travail pour la paix.
M. Rytkönen, représentant de l’aide de l’église, actuellement sur place à Bangui, relève que les dirigeants religieux sont tous d’accord sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un conflit religieux. Pour lui, il est de première importance actuellement de donner aux Centrafricains de l’espoir et le sentiment qu’ils n’ont pas été oubliés. Mais il faudrait des mesures concrètes rapidement, selon lui.
HBL/sam/14

Ministère des Affaires étrangères

Retard de l’enquête sur l’espionnage du réseau informatique
L’enquête sur l’espionnage du réseau informatique du ministère des Affaires étrangères se prolongera. Le cas est enquêté en tant qu’espionnage aggravé. Le Président et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité l’ont évoqué, lors de leur réunion, vendredi. Le ministère a terminé son enquête mais celle de la Sûreté nationale est encore en cours.
HS/sam/A19

Syrie – armes chimiques

La Finlande envoie des soldats pour assurer les transports
Le Président et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité qui se sont réunis, vendredi, ont décidé que la Finlande enverrait vingt soldats des forces navales au maximum pour aider à la destruction des armes chimiques syriennes. Il est prévu que les Finlandais protègent le navire américain au bord duquel le matériel sera désactivé. La mission des Finlandais pourra durer jusqu’à six mois.
Dix soldats ont auparavant participé à assurer des transports de matériel chimique dans la région méditerranéenne.
Une partie du matériel sera détruit en Finlande, par Ekokem.
HS/sam/A16, KS/sam/5

Finlande – Suède

Coopération policière
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, annonce que police finlandaise et suédoise lanceront une coopération frontalière. Les détails de l’ordre pratique seront négociés lors d’une réunion qui se tiendra à Rovaniemi, cette semaine.
Il est prévu de conclure un traité entre les deux pays afin de permettre des patrouilles en commun. Un projet commun de formation a déjà été entamé.
HS/dim/A19

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement a décidé d’enterrer les fusions forcées des communes
Selon Helsingin Sanomat, les cinq présidents des partis représentés au gouvernement ont décidé vendredi d’enterrer le paragraphe concernant les fusions forcées des communes dans le cadre de la réforme de restructuration des communes avant de présenter la réforme au Parlement.
Les représentants des communes, surtout des communes autour des grandes villes, se sont félicités de la décision du gouvernement. Selon M. Oskari Auvinen, maire de Kangasala, « le projet de loi n’aurait pas pu passer l’étude de la commission des lois constitutionnelles du Parlement parce que les fusions forcées vont à l’encontre de la constitution. Enfin on a écouté les communes ! »
Les représentants des partis du gouvernement et de l’opposition se sont félicités de cette décision. Au sein du gouvernement, les fusions forcées ont été difficiles surtout pour les sociaux-démocrates. Les centristes ont été très satisfaits de la décision : « Nous sommes contents que le gouvernement ait écouté la voix de la raison », selon M. Juha Sipilä, président du Centre.
Le quotidien estime que la décision du gouvernement a été une défaite pour Mme Henna Virkkunen, ministre conservatrice des Transports et des Collectivités locales. Selon Mme Virkkunen, la situation a été modifiée depuis la solution sur les services sociaux et de la santé (sote).
Mme Virkkunen souligne qu’il est encore très important pour le gouvernement que la réforme structurelle des communes avance.
La possibilité de fusions forcées aurait concerné les régions de Turku, Tampere, Jyväskylä, Kuopio, Vaasa, Oulu, Pori et Joensuu. Ces villes ont été plutôt favorables aux fusions forcées.
HS/sam/A8

Parti conservateur

M. Stubb favori des sondages
Selon un sondage publié par Ilta-Sanomat, M. Stubb serait le favori des Finlandais et des sympathisants du parti conservateur pour succéder à M. Katainen. Parmi les citoyens, M. Stubb récolterait 37% des suffrages et M. Vapaavuori 20%. Parmi les sympathisants du parti conservateur, M. Stubb recevrait 51% des voix et M. Vapaavuori 27%. Mme Risikko arriverait 3ème, devant M. Orpo et Mme Virkkunen.
Kaleva

Centre

M. Sipilä souhaite une nouvelle politique
Le président du Centre estime que la Finlande a surtout besoin de créer de nouveaux emplois. S’il le faut il est prêt à privatiser pour lancer une politique de création d’emplois.
M. Sipilä se montre aussi opposé à toute mutualisation des dettes dans la zone euro. Il souligne que l’UE doit rester une union d’Etats indépendants et il s’oppose à tout développement fédéral.
AL HS

Parlement

Rejet de la motion de censure
Le gouvernement a obtenu la confiance du parlement par 92 voix contre 80 sur la politique familiale.
KS

M. Heinäluoma opposé à des élections anticipées
Le président du Parlement Eero Heinäluoma considère qu’il faut éviter des élections législatives anticipées. Il admet que l’atmosphère politique est tendue, mais considère que le gouvernement doit se maintenir jusqu’à la fin de la législature.
Dem

Les politologues estiment qu’il n’y a pas lieu de dissoudre le parlement
Helsingin Sanomat a interrogé des constitutionnalistes, Tuomas Ojanen et Mikael Hidén, qui soulignent que la constitution finlandaise fixe un seuil important pour dissoudre le parlement et que, le simple départ de nombreux ministres ne motive pas l’organisation d’élections anticipées.
HS

Fiscalité

L’impôt sur les hauts revenus a rapporté 30 millions d‘euros
L’impôt sur les hauts revenus (taux marginal pour les revenus supérieurs à 100 000 euros) a rapporté 30 millions dans les caisses de l’Etat en 2013.
En mars il a été décidé que ce taux marginal sera abaissé à 90 000 euros, ce qui devrait rapporter 9 millions de plus.
KS

Universités
Critiques de M. Holmström
Le professeur d’économie au MIT, le finlandais Bengt Holmström, estime que la Finlande souffre de trois maux : une pauvreté en capital, un manque de nouvelles recettes de production et des universités faibles en raison du peu de compétition dans ce domaine.
HS

Violence
L’Institut de santé publique souhaite intervenir contre la violence
L’institut de santé publique s’inquiète pour la violence que les Finlandais rencontrent et notamment de la part de leurs proches. Selon l’institut, il faudrait que les professionnels du secteur des services sociaux et de la santé osent poser des questions en la matière à leurs patients.
Selon des estimations, une femme en couple sur cinq a déjà été victime de violence dans son couple actuel. Tous les ans, une vingtaine de femmes et cinq hommes sont tués par leur partenaire actuel ou ancien.
Mme Siukola, spécialiste auprès de l’Institut de santé publique, il faudrait activement passer le message d’encourager les victimes à chercher de l’aide. Souvent, les patients prennent des rendez-vous pour d’autres problèmes, comme la dépression, l’angoisse ou l’insomnie. Il faudrait alors que le personnel soignant évoque l’éventualité de la violence.
HS/sam/A20

Politique linguistique
Débat sur le suédois obligatoire
Hufvudstadsbladet a interrogé les députés en matière de l’initiative populaire concernant l’enseignement obligatoire du suédois à l’école.
Le quotidien a pu joindre 115 députés, dont 61 soutiennent l’idée qu’il faudrait maintenir les études du suédois pour tout le monde. 21 députés souhaitent que le statut du suédois soit changé de façon à ce que les études deviennent facultatives. 33 députés sont indécis ou ne souhaitent pas se prononcer.
Certains députés qui ne soutiennent pas l’initiative estiment toutefois que le système actuel pourrait être modifié. M. Soininvaara, député de l’Alliance verte, propose que le suédois soit facultatif au collège mais obligatoire au lycée.
L’initiative sera déposée au Parlement le 24 avril.
HBL/dim/1-3

France – Finlande

Livre
Helena Petäistö a dévoilé les secrets du président Hollande
Aamulehti rapporte que la correspondante à paris de MTV3 a participé samedi à une table ronde lors de la foire du livre de Tampere. Elle y a présenté son dernier livre, « Paris, Versailles, Giverny » publié chez Otava.
AL

Musique
David Guetta à Ruisrock
Le français David Guetta se produira au festival Ruisrock de Turku le 4 juillet.
HDS

Sport
Judo
Keskisuomalainen publie une interview de l’entraineur de l’équipe de Finlande de judo qui a pour objectif d’obtenir deux places pour des judokas finlandais aux jeux olympiques de rio.
KS

France

Tourisme
Paris
Helsingin Sanomat propose des visites originales dans les quartiers touristiques de Paris.
HS

Vendredi 11 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Conseil de l’Europe

La Russie sanctionnée
Turun Sanomat rapporte que le conseil de l’Europe a décidé de sanctionner la Russie qui s’est vue retirer son droit de vote à l’assemblée parlementaire et imposer d’autres sanctions.
Les députés qui ont participé à cette décision étaient divisés sur les sanctions. Parmi les Finlandais, Mme Guzenina-Richardson (PSD) et Mme Anttila (Centre) étaient favorables à une suspension du droit de vote mais pas aux autres sanctions. M. Sasi (conservateur) au contraire était favorable à la ligne la plus stricte à l’égard de la Russie.
« Il est regrettable que les députés russes, qui siègent aussi à l’assemblée parlementaire du conseil de l’Europe aient voté pour l’annexion de la Crimée. C’est pourquoi il faut un signal fort à l’égard de la Russie », explique M. Sasi.
« Cela risque de mener à ce que la Russie quitte totalement le conseil de l’Europe. Quel dialogue pourra-t-on avoir alors avec la Russie », s’est inquiété Mme Anttila.
TS

Finnbay

Pour le ministère des Affaires étrangères, l’affaires est close
Selon le ministère des Affaires étrangères, le site d’actualité Finnbay, que l’ambassadeur de Finlande à Moscou, M. Himanen, a considéré comme factice, n’a pas eu pour objectif de délibérément diffuser des informations qui nuisent à la Finlande.
Une partie des informations publiées par le site avaient éveillé le soupçon de liens éventuels avec la Russie.
HS/A16

OTAN

« Selon M. Ahtisaari, la place de la Finlande est dans l’OTAN » NP
L’ancien président finlandais Marrti Ahtisaari déclare qu’il est favorable à ce que la Finlande, et la Suède, prennent à un moment la décision d’adhérer à, l’OTAN.
« La Finlande aurait déjà du adhérer à toutes les organisations internationales où sont membres les démocraties occidentales. Cela veut aussi dire l’OTAN. Ma position sur l’OTAN n’est pas fondée sur une menace russe qui d’ailleurs n’existe pas ».
M. Ahtisaari estime que l’adhésion à l’OTAN profiterait à la Finlande. « L’adhésion pourrait augmenter les investissements étrangers en Finlande. En tous cas, elle n’aurait aucun effet négatif ».
M. Ahtisaari estime aussi qu’il est tout à fait incorrect de comparer la situation de l’Ukraine et de la Crimée avec celle du Kosovo.
NP

Elections européennes

Mme Räsänen candidate
La ministre de l’Intérieur et présidente du parti démocrate-chrétien, Päivi Räsänen a annoncé sa candidature aux élections européennes.
Selon Yle, il est toutefois peu probable que son parti obtienne un siège. Il en avait obtenu un aux dernières élections grâce à une alliance électorale avec les Vrais Finlandais.
Yle

Union bancaire

La Finlande soutient le durcissement de la surveillance bancaire
La Finlande soutient les propositions de la Commission en matière de durcissement de la surveillance bancaire. Cela pourrait revenir à séparer les activités de spéculation sur les marchés des activités de crédit.
Selon le ministère des Finances, en Finlande cinq établissements de crédit pourraient être concernés : Nordea, Danske Bank, Svenska Handelsbanken, Swedbank et Skandinaviska Enskilda Banken.
HS

Politique intérieure

Immigration

Selon un sondage, les Finlandais estiment que la politique finlandaise de l’immigration est trop souple
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte du parti des Vrais Finlandais, 51 % des Finlandais estiment que la politique finlandaise de l’immigration actuelle est trop souple. Parmi les partisans des Vrais Finlandais, 86 % sont de cet avis. Néanmoins, seulement 8 % des Finlandais – et 19 % des Vrais Finlandais - souhaitent rendre cette politique plus stricte.
Même si à la lumière de ce sondage, les Vrais Finlandais ont une attitude plus négative à l’égard de l’immigration que les partisans des autres partis, ils n’ont pas des attitudes aussi négatives vis-à-vis des Roms que les partisans du Parti suédois. Les Vrais Finlandais ne sont pas aussi négatifs vis-à-vis des musulmans que les Chrétiens-démocrates.
71 % des partisans du Parti suédois et 63 % des Vrais Finlandais souhaitent restreindre l’arrivée en Finlande des Roms.
Les Vrais Finlandais veulent limiter surtout l’immigration des Somaliens et des Russes. Ils sont plus stricts que les autres à l’égard du regroupement familial.
94 % de tous les Finlandais veulent limiter l’immigration des criminels. 83 % s’opposent à l’immigration des musulmans extrémistes.
M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais et membre de la commission de l’administration qui traite les questions de l’immigration, estime que les Vrais Finlandais sont critiques vis-à-vis de l’immigration mais ils ne sont pas xénophobes. « Les Vrais Finlandais souhaitent donc des améliorations qualificatives dans la politique de l’immigration. »
32 % des personnes interrogées disent que dans leur choix électoral, les positions des candidats à l’égard de l’immigration ont beaucoup d’importance. Pour 75 % des électeurs des Vrais Finlandais ces positions ont beaucoup d’importance.
Selon M. Halla-aho, les partisans des Vrais Finlandais attendent de ce parti une politique critique à l’égard de l’immigration. « C’est un des thèmes les plus importants pour voter pour ce parti. »
HS/A10

M. Halla-aho mettrait fin au traité de Schengen
Selon Suomenmaa, M. Halla-aho veut mettre fin au traité de Schengen, parce que la libre circulation pose des problèmes, notamment concernant l’augmentation de la criminalité et de l’immigration clandestine.
SM/15

Roms

Selon un sondage, deux tiers des Roms se sentent discriminés
Helsingin Sanomat rapporte que le selon un sondage récent sur la discrimination des Roms, effectué pour le bureau du médiateur des minorités, 68 % des Roms finlandais se sont sentis discriminés depuis les douze dernier mois.
« Ce résultat est choquant. Cela montre que la vie quotidienne des Roms est rendue difficile par le racisme et la discrimination », selon Mme Eva Biaudet, ombudsman des minorités.
Selon ce sondage, les Roms ont eu plus d’expériences de discrimination que les Somaliens ou les russophones.
Mme Biaudet critique toutefois quelques coutumes de la communauté des Rom qui sont liées par exemple au fait que les familles n’ont pas toujours le droit d’habiter dans le même immeuble. Les femmes qui portent des robes traditionnelles ont souvent eu du mal à trouver un emploi.
HS/A13, Dem/8

Parlement

Débat sur la motion de censure
Selon Helsingin Sanomat, les députés de l’opposition ont vigoureusement critiqué la décision du gouvernement de baisser les allocations familiales lors du débat sur la motion de censure au Parlement jeudi. Les députés de l’Alliance des gauches, qui a quitté le gouvernement officiellement il y une semaine et qui est ainsi devenu un parti de l’opposition, n’on pas signé la motion de censure du Centre et des Vrais Finlandais sur la politique familiale du gouvernement.
Le président du Centre, M. Juha Sipilä, a proposé qu’au lieu de couper les allocations familiales, le gouvernement devrait augmenter l’impôt sur le tabac. Selon M. Kaj Turunen, député des Vrais Finlandais, le montant des allocutions familiales devraient être lié aux revenus des familles.
Le Premier ministre Katainen a critiqué les Vrais Finlandais qui s’opposent à toutes les coupes. Selon vous, « la seule chose qu’on a le droit de couper est le budget de la coopération au développement », a-t-il critiqué. Il a souligné que les « économies faciles » ont déjà été faites il y a longtemps.
HS/A12

M. Katainen

« Sept années bien maigres » HS
Helsingin Sanomat dresse un bilan de M. Katainen au gouvernment. Il a été quatre ans ministre des Finances et trois ans Premier ministre.
Durant cette période, la Finlande a subi la crise financière puis économique. Si ce choc externe n’est pas à mettre sur le compte des dirigeants politiques, la gestion de cette crise relève de leur responsabilité.
Selon le directeur des statistiques M. Lehtinen, une erreur de M. Katainen concerne l’accord salarial de 2007 qui a grevé la compétitivité, « même si l’économie ne serait pas brillante sans cela ».
L’historien Markku Kuisma estime lui aussi que M. Katainen n’a pas pu changer en victoire cette période, « mais personne ne l’aurait pu ». M. Kuisma lui reproche « la farce de la réforme fiscale et l’accord a minima sur la réforme SOTE qui grève la confiance ». Il estime que, « à la lueur des chiffres, M. Katainen est le premier keynésien de Finlande même s’il jure le contraire ».
HS

PSD

Election des derniers délégués
Six des sections du PSD n’ont pas encore choisi leurs délégués pour le congrès du 8-9 mai. Ces élections auront lieu ce week-end, notamment pour la section du Sud-Est de la Finlande, la plus importante, qui se réunira à Mäntyharju.
Dem

Centre

Déclarations de M. Sipilä
Dans une interview accordée à Kesksisuomalainen, le président du centre Juha Sipilä déclare qu’en dépit de l’accord de son parti avec les conservateurs sur la réforme SOTE (des services sociaux et de santé), le Centre a une divergence importante avec les conservateur sur la place de l’Etat dans l’économie et notamment la politique de la création d’emplois. Le Centre estime que l’Etat peut mener une politique industrielle pour créer 200 000 emplois alors que le parti conservateur fait confiance au marché. « C’est la principale différence » entre les deux partis, selon M. Sipilä.
Interrogé sur des rumeurs faisant état de négociations entre le Centre et le parti conservateur pour former une prochaine coalition gouvernementale, M. Sipilä déclare qu’il n’y a eu aucune négociation entre les partis.
Concernant des élections anticipées, il souligne qu’il ne revient pas à l’opposition de les demander, cette question est entièrement entre les mains du parti conservateur.
M. Sipilä s’interroge aussi sur le projet de Fennovoima. Il rappelle que l’autorisation de principe avait été accordée à Fennovoima sur la base d’une demande pressante d e l’industrie finlandaise. « L’intérêt de l’industrie finlandaise était fort. S’il ne l’est plus aujourd’hui, il faut se demander si ce projet est bien nécessaire », dit-il. Il ne pense pas qu’il revienne à l’Etat, par le biais de Solidium, d’assurer un actionnariat finlandais à Fennovoima.
KS

Energie

« Le SUK demande des précisions sur le contrôle-commande » TS
« TVO critique Areva » HS
Turun Sanomat rapporte que le STUK a publié son évaluation du design du contrôle-commande d’Ol3. « En pratique, le STUK a approuvé le contrôle-commande mais exige pour une validation formelle des précisions », rapporte TS.
TS

Le nucléaire fait fuir les investisseurs
Le journal du parti des Verts, Vihreä lanka rapporte que les investisseurs finlandais ne se bousculent pas pour entrer dans le capital de Fennovoima. VL

Rien de nouveau sur OL4
Le journal du parti des Verts, Vihreä lanka a interrogé TVO sur le projet OL4. « Il n’y a rien de nouveau. Il y a toujours cinq alternatives comme fournisseur. Tous sont toujours dans la course », déclare Pasi Tuohimaa.
Il souligne que le retard sur OL3 n’a pas d’effet sur la position d’Areva comme possible fournisseur d’OL4.
VL

La croissance continue de l’énergie renouvelable continue
Helsingin Sanomat relève qu’au niveau mondial, 44 % de la nouvelle production électrique vient des sources renouvelables. Les prix de l’énergie éolienne et solaire sont en train de baisser. Le succès des énergies renouvelables continue même si les investissements dans la production de celles-ci ont diminué de 14 % en 2013.
Malgré cette croissance, l’énergie renouvelable ne représente que 8,5 % de l’électricité au monde.
HS/B11

Industrie

Hausse des commandes
Les commandes dans l’industrie ont augmenté de 7% en février par rapport à l’année précédente. Cette hausse est surtout sensible dans la métallurgie (+14%).
HS

Technologie

Le Prix millenium à Stuart Parkin
Le prix Millenium a été attribué cette année à Stuart Parkin pour ses découvertes en magnétoélectronique. SK

Codenomicon à l’origine de la découverte du bug Heartbleed
C’est une société finlandaise de Oulu, Codenomicon qui a découvert le bug Heartbleed à l’origine de l’importante campagne actuelle dans le monde pour changer les mots de passe. HS

Vie professionnelle

Les employés souffrent du harcèlement, des réformes et du surmenage
Helsingin Sanomat a fait un sondage auprès de ses lecteurs sur les problèmes sur les lieux de travail. Les employés souffrent surtout s’il y a du harcèlement, si les réformes dans l’organisation échouent ou s’il y a trop de travail. Les incertitudes liées au changement augmentent également le stress.
HS/dim/D3

Retraites

Les organisations syndicales critiquent un gel de l’indice qui diminuera les retraites
Le gouvernement a décidé de geler les augmentations indexées des retraites, ce qui signifiera qu’en 2015, les retraites augmenteront de 0,4 %, ce qui est très peu par rapport aux années précédentes.
L’augmentation indexée a été coupée la dernière fois lors de la crise économique des années 1990.
Le gouvernement rappelle que les augmentations salariales seront, elles aussi, minimes en 2014. Tout le monde fait des concessions au niveau d’une croissance minimale des revenus et d’un affaiblissement du pouvoir d’achat.
Les organisations des retraités, et celles des salariés critiquent cette décision. Pour elles, il aurait fallu les entendre lors de la prise de décision concernant les retraites.
L’augmentation indexée se serait élevée à 150 millions d’euros en 2015. Cette somme ne correspond toutefois pas à une épargne de l’Etat, elle restera dans les caisses des assurances retraite en vue des retraites versées à l’avenir.
Les économies concernant les pensions, les retraites des employés de l’Etat et la part relevant de l’Etat des pensions des entrepreneurs et des producteurs agricoles représenteront 98 millions d’euros au total.
Les communes sont perdantes, à hauteur de 100 millions d’euros, car les retraités contribuent plus à l’impôt communal que de l’Etat.
HS/A8

France – Finlande

Livre

« Avec Helena Petäistö à Versailles et dans le jardin de Monet » Dem
Demokraatti publie une bonne critique du livre d’Helena Petäistö, « Paris, Versailles, Giverny » qui sort ce mois-ci.
Dem

Champagne

Festival du champagne
Hufvudstadsbladet présente le festival du champagne qui se déroule à Korjaamo ce week-end.
HBL/20-21

Jeudi 10 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie – Ukraine

Déclarations de M. Soini
Le président des Vrais Finlandais et de la Commission des Affaires étrangères du parlement, Timo Soini estime qu’il faudrait faire pression sur la Russie par la politique énergétique plutôt que par des sanctions économiques. "Ce qui serait efficace serait de pouvoir influer sur le prix de l’énergie dans le monde. Les pays arabes pourraient injecter plus de pétrole. Le peuple russe le supporterait mais les oligarques s’inquièteraient ».
Le principal problème selon lui est que personne ne sait ce que veut la Russie. « Ce que je sais c’est qu’ils ne veulent pas la Finlande », dit-il.
La situaiton à l’Est de l’Ukraine est toutefois inquiétante. « Si cela s’aggrave encore, cela pourrait avoir des effets déplorables pour l’économie européenne mais c’est une chose su laquelle les Finlandes n’ont actuellement quasiment pas de prise. »
M. Soini est convaincu qu’il faut résoudre la situation sans recours à la violence.
KS

Déclarations de M. Skinnari
Le député Joukko Skinnari, membre de la délégation au conseil de l’Europe souligne qu’il faut résoudre la crise ukrainienne par la négociation entre l’Ukraine, la Russie, l’UE et les Etats-Unis.
Il estime que la défense des droits de l’homme revient au Conseil de l’Europe.
Dem

Politique européenne

Déclarations de M. Soini
Le président des Vrais Finlandais et de la Commission des Affaires étrangères du parlement, Timo Soini estime que le politique étrangère et de sécurité commune de l’UE n’avance pas parce que trop d’Etats membres font partie de l’OTAN. « Ils estiment que cela fait redondance ; mais pour des pays comme la Finlande, cela aurait un intérêt dans les missions de maintien de la paix et de gestion civile et militaire de crise. ». M. Soini critique aussi le fait que les groupements tactiques ne soient pas utilisés. « C’est un gaspillage de ressources. On ne peut pas les utiliser. Il aurait fallu les envoyer en RCA mais là-bas, la France gère son près carré et l’Allemagne et la Grande-Bretagne considèrent que cela ne les regarde pas ».
Les Vrais Finlandais voudraient que l’UE redevienne une simple zone de libre-échange. « Il y a bien une idée fondée sur la paix en Europe, mais si cela n’était qu’une zone de libre-échange et un marché commun de 600 millions d’habitants, cela suffirait. Les Etats qui ont besoin de clause de sécurité adhèrent à l’OTAN ».
Selon M. Soini, la Grèce et les autres Etats en difficulté dans la zone euro doivent être mis dehors. « L’Euro est une monnaie politique et s’en sortent assez bien l’Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande aussi, mais les pays de l’Europe du sud ne seront jamais compétitifs dans cette monnaie ». M. Soini considère que même la Finlande ne doit pas exclure d’en sortir. « On ne pourra pas approuver un développement fédéral vers une mutualisation des dettes entre les pays de la zone euro ».
M. Soini déclare aussi qu’il exclut toute coopération au parlement européen avec le parti des démocrates suédois. Selon lui, ni l’idéologie, ni les objectifs de ce parti conviennent aux Vrais Finlandais. En revanche, il envisage de continuer à coopérer avec le parti du peuple danois.
M. Soini prévoit une victoire des partis eurosceptiques aux européennes. Les Vrais Finlandais pourraient rester dans le groupe actuel EFD ou dans le groupe ECR. « Nous pourrions être dans les deux et chacun de ces groupes nous veut ».
KS TS Dem

Déclarations de Mme Kumpula-Natri
La présidente de la Grande Commission et candidate aux élections européenne Miapetra Kumpula-Natri estime que les collatéraux négociés par la Finlande avec la Grèce sont utiles et dans l’intérêt des Finlandais.
Le commissaire Olli Rehn, candidat du centre aux européennes a critiqué ces collatéraux.
Dem

Fiscalité – Finlande - Suède

M. Wahlroos désormais domicilié en Suède
M. Wahlroos, grand actionnaire de la banque Sampo notamment, et un des personnes les plus riches de Finlande, a décidé de transférer son domicile en Suède. Si ses enfants (âgés de 34 et 36 ans) font pareil, ils éviteront des impôts sur les successions de plus de 100 millions d’euros, compte tenu du cours actuel des actions de Sampo. La Suède ne perçoit pas d’impôt sur les successions ni sur les donations. En Finlande, le taux concernant la catégorie qui serait appliqué à la famille Wahlroos serait de 19 %.
Selon le fisc finlandais, les enfants pourraient également être domiciliés dans certains autres pays que la Suède pour éviter les impôts.
La propriété immobilière de M. Wahlroos continuera d’être imposable en Finlande.
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, déplore la décision de M. Wahlroos. Elle rappelle que M. Wahlroos a pu profiter de services mis en place grâce aux recettes fiscales, dont la formation. « Il est regrettable que par sa propre action, il ne souhaite pas mettre ces choses en valeur. »
HS/A29

Terrorisme

Un projet de loi pour criminaliser la préparation d’un acte terroriste
Selon Helsingin Sanomat, le Parlement a commencé mercredi l’étude du projet de loi afin de criminaliser la préparation d’un acte terroriste. Mme Anna-Maja Henriksson, ministre de la Justice, souligne que le gouvernement souhaite empêcher des actes terroristes à l’avance avec ce supplément au code pénal. Elle note qu’il est en soi exceptionnel de criminaliser une formation ou l’acquisition des informations. La peine maximale pour la participation à une formation terroriste est trois ans de prison.
Jusqu’à présent, personne n’a été condamné pour un acte terroriste en Finlande. Selon Mme Henriksson, il y a des personnes qui sont allées à l’étranger pour se former au terrorisme.
Plusieurs députés des Vrais Finlandais ont estimé que la loi ne fonctionnerait pas dans la pratique. M. Tom Packalén estime qu’il est difficile de prouver la culpabilité à ces crimes. MM. Jussi Halla-aho et Olli Immonen estiment qu’on ne devrait pas laisser entrer en Finlande des personnes qui promeuvent le fanatisme, par exemple les prédicateurs musulmans radicaux. M. Veli-Matti Saarakkala souhaite que les personnes coupables de terrorisme puissent être expulsées. Il estime aussi qu’on devrait avoir la possibilité enlever la nationalité finlandaise de telles personnes.
Mme Henriksson souligne qu’il ne faut pas exagérer les menaces terroristes.
HS/A16, TS/14

Politique intérieure

Parti conservateur

Mme Kauppi décline, M. Orpo candidat aujourd’hui
L’ancienne députée européenne Piia-Noora Kauppi a déclaré qu’elle n’était pas candidate à la présidence du parti conservateur.
La section de Turku tient aujourd’hui une réunion supplémentaire pour proposer la candidature du président du groupe parlementaire Petteri Orpo à la présidence du parti.
Dem

PSD

Déclarations de M. Rinne
A Yle, hier, le candidat à la présidence du PSD, M. Antti Rinne a déclaré qu’il était favorable à une réflexion sur la décision du gouvernement de diminuer les allocations familiales.
Il déclare, que, sur certains points, le PSD aura une politique plus à gauche s’il en devient président.
M. Rinne propose aussi d’évaluer la possibilité que Fortum entre dans le capital de Fennovoima.
Yle

Editorial : le choix du président du PSD plus décisif que celui du Kokoomus
Aamulehti estime que, pour le maintien du gouvernement, le choix entre Mme Urpilainen et M. Rinne à la tête du PDSD est plus important que celui du nouveau président du parti conservateur.
L’éditorialiste relève que, dans ses déclarations, M. Rinne remet en cause non seulement les diminutions des allocations familiales, mais plus généralement le fait que l’ajustement budgétaire touche plus de diminutions de dépenses que de hausses fiscales. S’il entrait au gouvernement, il serait difficile d’imaginer qu’il revienne sur ses propos, relève AL.
AL

Energie

Déclarations de M. Palola
Le président du syndicat des employés STTK, M. Antti Palola déclare qu’il est favorable à ce que, lors des prochaines mini-négociaitions gouvernementales, suite au changement de premier ministre, le programme gouvernemental soit modifié en ce qui concerne le nucléaire. Il estime que si l’on y incluait la possibilité pour le gouvernement d’autoriser Fennovoima à construire sa nouvelle centrale, les Verts n’auraient pas besoin de quitter le gouvernement.
M. Palola estime aussi que le précédent gouvernement a fait une erreur en n’autorisant pas Fortum à construire une centrale pour remplacer celle de Loviisa. Il considère aussi qu’il faudrait envisager que Fortum participe au projet de Fennovoima.
Dem

Social

« La SAK critique le cadrage budgétaire » Dem
Le bureau de la principale confédération syndicale SAK s’est réuni pour évaluer les décisions prises par le gouvernement lors du cadrage budgétaire. La SAk a critiqué les décisions consistant à diminuer les retraites et les allocations chômage. Selon la SAK, il s’agit de décisions qui relève de la coopération tripartite entre l’Etta et les partenaires sociaux.
Dem

Gouvernement

Le gouvernement a encore beaucoup de travail
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement a encore beaucoup de travail avant les élections législatives d’avril 2015. Le fonctionnement du gouvernement sera de toute façon bouleversé cet été en raison du changement de Premier ministre et peut-être aussi de ministre des Finances si Mme Urpilainen est remplacé par M. Antti Rinne à la présidence du PSD.
Environ 80% de programme du gouvernement a été mis en œuvre. Le gouvernement a toutefois été obligé de traiter très souvent des questions qui ne sont pas inscrites dans le programme, surtout en raison de la crise économique, du programme structurel plus large et des modifications dans la politique de formation. La réforme structurelle des communes avance aussi selon un calendrier différent que prévu.
Il est possible que l’Alliance verte quitte le gouvernement en juin ou à l’automne en raison du projet de la centrale nucléaire de Fennovoima. Le président du parti, le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, veut se dépêcher de promouvoir les projets importants pour les Verts, dont la réforme sur la protection de l’environnement qui en effet avance bien. La situation de la loi sur le climat n’avance toutefois pas aussi bien, il n’est même pas clair si le projet de loi sera présenté au Parlement ou non.
Le quotidien rappelle que le gouvernement doit se mettre d’accord sur la façon dont les économies et mesures d’ajustements seront faite. Il doit mener à bonne fin la réforme structurelle des communes et cette des affaires sociales et de la santé. La réforme sur l’âge de la retraite n’a pas encore été faite. Il faut aussi une réforme de la législation sur l’alcool. Le gouvernement n’a pas encore décidé de ratifier le traité sur les peuples autochtones.
HS/A14

Emploi

Etude sur les effets de la garantie-jeune
Hufvudstadsbladet rend compte d’un rapport effectué par le ministère de l’Emploi et de l’Economie sur les expériences de la première année de la garantie jeune.
Les services d’emploi sont devenus plus accessibles pour les jeunes depuis que la garantie est entrée en vigueur.
Selon le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, la garantie a été bien accueillie chez les jeunes, qui se déclarent plus motivés du fait que les projets d’avenir deviennent plus clairs avec la garantie.
M. Ihalainen note que le défi le plus important concernant le jeunes est de pallier à la pénurie des soins psychiatriques et ceux prévus pour les toxicomanes. Mme Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, partage cet avis.
Le délai de trois mois pour proposer du travail, une formation, des soins, etc. à des jeunes a réussi dans 75 % des cas concernant les moins de 25 ans et dans 60 % des 25 à 29 ans.
L’écart entre les résultats dans différentes régions de la Finlande est important.
HBL/9, KS/12, Dem/4

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il est difficile d’évaluer l’effet de la garantie jeune, le chômage des jeunes dépendant de nombreux facteurs. Pour l’éditorialiste, l’essentiel dans l’évaluation des effets de la garantie est le fait de savoir si on arrive à atteindre les jeunes qui risquent l’exclusion.
HS/A5

Selon un sondage, les jeunes sont prêt à accepter presque n’importe quel travail
Helsingin Sanomat rapporte que le selon un sondage récent, les jeunes de 18 à 29 ans ont plutôt une image sur la vie professionnelle. Près de trois quarts souhaitent avoir un travail dans les douze mois qui suivent.
Plus de la moitié de jeunes sont prêts à accepter presque n’importe quel travail et 68 % pourraient accepter un travail à mi-temps.
A la lumière de ce sondage, les jeunes estiment que le travail est une partie importante de a vie. Quant au salaire, ils ne sont pas exigeants, en moyenne ils se statisferaient d’un salaire net de 1453 euros. « Cela signifie que l’idée sur les jeunes qui sont paresseux est un mythe. Ils ont une image plutôt réaliste et une attitude positive sur la vie professionnelle. »
HS/A13

Salaires
Helsingin Sanomat a fait un sondage en ligne sur le montant de salaire juste dans certains métiers. Les personnes qui ont répondu sont contre un grand écart des salaires : l’écart ne devrait pas dépasser 1 789 euros par mois. En réalité, les écarts sont beaucoup plus importants.
Le salaire moyen des Finlandais est actuellement d’environ 3 100 euros par mois. Selon le sondage, un salaire de 3 900 euros par mois serait juste.
HS/sam/D2-3

Les entrepreneurs proposent un salaire minimum
Une nouvelle fois l’association des entrepreneurs finlandais a présenté, hier, ses positions sur un salaire minimum remplaçant les salaires d’embauche prévus dans les conventions collectives. L’association des entrepreneurs proposerait un salaire minimum compris entre 1000 et 1500 euros.
Les syndicats ont rejeté cette proposition qui vise, selon eux, à remettre en cause le caractère contraignant des conventions collectives.
Uusisuomi relève qu’actuellement, dans le secteur du commerce, le salaire minimum est de 1688 euros.
Dem

Carrières professionnelles

De plus en plus de personnes souhaitent travailler à la retraite
Selon l’institut des études statistiques, les Finlandais sont de plus en plus prêts à prolonger leurs carrières professionnelles en travaillant même à la retraite. Trois personnes de plus de 50 ans sur quatre déclarent être prêtes à envisager de travailler à la retraite, à temps partiel, à plein temps ou temporairement.
En 2008, environ 50 % des employés étaient prêts à le faire.
En 2013, 37 % des salariés de plus de 50 ans ont estimé qu’ils partiraient à la retraite à 64 ans, contre 28 % en 2008.
Les écarts entre différents métiers concernant ce souhait sont toutefois grands ; alors que les médecins et les cadres supérieurs, par exemple, sont nombreux à souhaiter continuer à travailler au-delà de 63 ans, les ouvriers le souhaitent moins souvent.
HS/A28

Garantie jeune

Violence

Attaque à Espoo contre une dame qui parlait suédois
Une dame a été agressée dans un bus à Espoo par un co-voyageur. Selon la police, l’attaque était motivée par le fait que la dame parlait suédois.
HS/A20, HBL/7

France – Finlande

Musique

Uusinta Ensemble joue l’œuvre d’Antonin Servière à Tampere
Helsingin Sanomat publie une interview d’Antonin Servière, compositeur français avec des attaches en Finlande, dont l’œuvre Kumahdukset sera joué par Uusinta Ensemble à l’occasion de la biennale de Tampere, ce soir.
HS/B7

Mercredi 9 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie – Ukraine

M. Tuomioja considère la situation en Ukraine de l’Est comme très grave
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, n’exclut pas que M. Ianoukovitch et la Russie soient impliqués dans les évènements de l’Ukraine de l’Est. Pour lui, le but des manifestations pourrait être l’ébranlement du gouvernement de Kiev. « Il semblerait qu’il y a une tentative bien organisée pour ébranler le gouvernement de Kiev qui déjà est instable et souffre de problèmes économiques importantes. L’intention pourrait être de créer une excuse pour une intervention », dit M. Tuomioja.
Pour lui, il ne s’agit toutefois pas d’un grand soulèvement populaire, alors que l’on peut avoir l’impression, avec quelques centaines de manifestants qui envahissent des locaux et présentent des exigences au nom du peuple.
M. Tuomioja estime que personne ne souhaite que ce qui s’est passé en Crimée se reproduise en Ukraine de l’Est. Il ne pense pas que c’est ce qui va se passer. « Je pense que la retenue est importante, car les conséquences seraient à une toute autre échelle que ce qu’on a vu jusqu’à présent. Elles toucheraient l’évolution interne de la Russie, peut-être même avec un délai court, donc il faut espérer qu’on n’en sera pas là. »
« La voie de la négociation existe dans tous les cas. C’est la seule possibilité, et il faut la saisir. La voie de la négociation peut permettre de trouver une solution permettant à l’Ukraine de rester incontestablement un pays uni où les minorités et les groupements linguistiques peuvent vivre en sécurité chez eux. »
Concernant les sanctions économiques, M. Tuomioja estime qu’il pourrait s’agir d’en mettre en place en cas d’une intervention armée en Ukraine. Pour lui, une intervention rendrait indispensable de mettre en place de telles mesures.
Quant à l’OTAN, M. Tuomioja note que ce n’est pas l’acteur qui pourrait apporter le plus d’aide, car l’OTAN n’y interviendra pas militairement. En ce moment, ce sont l’Ukraine et la Russie elles-mêmes, ainsi que l’UE et les Etats-Unis, qui pourraient former un groupe de négociation pour s’efforcer de diminuer les tensions, selon lui.
www.yle.fi

La Russie critique les propos de Mme Thors sur l’Ukraine
Le ministère russe des Affaires étrangères a critiqué les positions de Mme Thors, ombudsman de l’OSCE pour les minorités, concernant la situation en Ukraine en matière des droits de l’homme. Selon M. Loukaschevitch, représentant du ministère russe, il ne s’agit pas de la première fois que les appréciations de Mme Thors « divergent entièrement de la réalité ».
L’OSCE relève sur son site que Mme Thors s’inquiète du statut des Ukrainiens et notamment des Tatars qui habitent en Crimée.
M. Loukaschevitch a dit que les menaces explicites touchant la population russophone en Ukraine ont obligé les autorités de la Crimée de mettre en place un référendum qui était entièrement légal. « Mme Thors ne prend pas en compte ces faits », selon lui. Il estime que les déclarations de Mme Thors sur la position des russophones en Ukraine sont excessivement calmes. « Cela fait que nous nous méfions de sa capacité d’objectivement évaluer la situation en Ukraine. Nous souhaitons que cette approche simpliste change. »
www.yle.fi

La crise en Crimée ronge la croissance économique finlandaise
Selon les calculs de la Banque de Finlande, la crise de la Crimée pourrait diminuer les importations vers la Russie de 25 % et affaiblir le rouble. Cela engendrerait un ralentissement de 3 points des exportations finlandaises.
La croissance du PIB diminuerait de 0,8 point. La banque-assureur OP-Pohjola prévoit une diminution de croissance de 0,7 point en raison de la crise en Ukraine.
Outre les exportations, les investissements en Russie, et le nombre de touristes russe se rendant en Finlande diminueront.
HS/A30

Fortum diminue ses objectifs de résultat en Russie
Le groupe énergétique Fortum envisage de revoir à la baisse ses objectifs en Russie en raison de circonstances défavorables en matière de perspectives économiques en Russie.
Fortum avait eu comme objectif des bénéfices annuels de 500 millions d’euros à compter de 2015.
Le groupe vend de l’électricité et du chauffage urbain à l’industrie russe.
HS/A31

Union européenne

Echéances pour les candidats finlandais à de hauts postes
Helsingin Sanomat rend compte des grandes décisions à prendre au niveau européen cette année. Les têtes de listes des différents groupements politiques se rencontreront pour un débat télévisé une semaine avant les européennes, le 15 mai. Le Parlement européen souhaiterait que la tête de liste du groupe qui remporte les européennes devienne président de la Commission européenne, mais ceci n’est pas certain. Il est possible qu’un candidat de compromis soit désigné, et M. Katainen fait partie de ces personnes.
Comme il n’est pas candidat aux européennes, qui auront lieu du 22 au 25 mai, il ne pourra pas être nommé président du Parlement européen.
Les Etats membres devront se mettre d’accord sur le candidat pour la présidence de la Commission au Conseil européen des 26 et 27 juin. Les autres hauts postes seront également évoqués : la présidence du Conseil européen, le haut représentant pour les affaires étrangères, et éventuellement le président de l’eurogroupe.
Si M. Rehn, candidat aux européennes, est élu au Parlement européen, il faudra que la Finlande choisisse un commissaire intérimaire pour le remplacer. Il s’agira probablement d’une personne qui serait ensuite commissaire dans la prochaine Commission aussi. En Finlande, c’est le premier ministre qui dans la pratique choisit le commissaire.
Du 14 au 17 juillet, le Parlement européen votera sur la proposition des Etats membres pour valider le président de la Commission européenne.
Le candidat comme commissaire finlandais pourrait être M. Katainen ou M. Stubb, comme il est prévu que le poste relèvera des conservateurs. Il n’est pas exclu que le président de la Commission ait des souhaits concernant ce commissaire, par exemple que ce soit une femme.
Dans le cas où M. Katainen obtiendrait le poste du président de la Commission européenne ou du haut représentant pour les affaires étrangères, la Finlande n’aurait pas un poste de commissaire. Par contre, obtenir le poste du président du Conseil européen ou de l’eurogroupe n’ôterait pas le poste de commissaire.
Dans ce cas là, le poste de commissaire pourrait toutefois être donné à un autre parti de la coalition gouvernementale.
Le parlement européen approuvera les commissaires en septembre-octobre. Le mandat de la commission actuelle prendra fin au 1er novembre et celui de la nouvelle commercera. Le mandat de M. Van Rompuy à la tête du Conseil européen prendra fin au 1er décembre et celui du nouveau président commencera, pour une durée de 2,5 ans, prolongeable une fois.
HS/A12

.

Politique intérieure

Parti conservateur

MM. Orpo et Vapaavuori sont les favoris du groupe parlementaire
A la lumière des résultats d’un sondage effectué par Yle auprès des membres du groupe parlementaire du Parti conservateur, MM. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire, et Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, seraient les favoris du groupe pour la présidence du parti en remplacement de M. Katainen.
Environ trois quarts des membres du groupe parlementaire, 34 députés, ont répondu au sondage : sept députés sont favorables à M. Orpo, cinq à M. Vapaavuori, un à M. Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes, et un à Mme Lenita Toivakka, députée. Personne n’a mentionné Mme Henna Virkkunen, ministre des Transports et des Collectivités locales, ou Mme Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé. 18 députés n’ont pas mentionné leur favori.
M. Vapaavuori rappelle que le président du parti est élu par le congrès du Kokoomus, non par le groupe parlementaire.
MM. Orpo, Vapaavuori ou les autres éventuels candidats à la présidence du parti n’ont pas encore annoncé leurs intentions.
Le nouveau président sera élu le 14 juin à Lahti.
Yle, HS/A14

Parlement

Un débat virulent sur l’économie entre le gouvernement et l’opposition
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement a présenté mardi ses projets économiques pour 2015-2018.
Lors du débat, la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen, et le Premier ministre Jyrki Katainen ont attaqué ardemment, beaucoup plus que d’habitude, contre l’opposition, surtout le Parti du centre. Cela a montré qu’aux yeux du gouvernement, le Centre est le parti dirigeant de l’opposition.
Les conservateurs ont critiqué les centristes qui se sont opposés à toute augmentation d’impôts. M. Juha Sipilä, président du Centre, a toutefois proposé hier que l’augmentation de l’impôt sur le tabac puisse compenser l’augmentation des allocations familiales.
Pour M. Katainen, « l’intervention de M. Sipilä a été vague comme les objectifs du programme du parti ». Mme Urpilainen a critiqué M. Sipilä de ne pas présenter une option crédible : « La Finlande a besoin de réponses concrètes ».
HS/A10

Gouvernement

Il reste des décisions à prendre
Aamulehti relève que même si le gouvernement de M. Katainen a pris des décisions importantes, il en reste aussi pour le nouveau Premier ministre qui remplacera M. Katainen. Il y en a entre autres les décisions sur la centrale nucléaire de Fennovoima, les détails de la politique des affaires sociales et de la santé, la réforme structurelle des communes, les difficultés de l’économie nationale, l’augmentation de l’âge de la scolarité.
AL/A12

Industrie

Le Centre favorable à la construction d’une nouvelle usine de pâte à papier
Helsingin Sanomat relève que le président du Centre, M. Juha Sipilä, s’est exprimé hier à un évènement de l’association des scieries et des entrepreneurs de l’industrie du bois.
M. Sipilä est favorable à la construction d’une nouvelle usine de pâte à papier en Finlande. Il estime qu’il y a de la place pour une nouvelle usine parce que les forêts s’accroissent plus que les coupes. 60 millions m³ de bois son coupés par ans. Selon M. Sipilä, il est possible d’en couper 80 millions m³. La demande chinoise est forte en ce moment.
UPM a annoncé qu’elle augmenterait la production en Finlande. L’entreprise compte investir 160 millions dans l’usine de Kymi.
HS/A32

Démographie

La métropole attire beaucoup de gens
Helsingin Sanomat rapporte que le nombre d’habitants de la région de la métropole a augmenté de 18 000 personnes en 2013. Cela est le record des 14 communes de la région depuis 1972. Le nombre d’habitants de Helsinki a augmenté de 8 600 personnes.
« L’attrait de la région de Helsinki s’est amélioré par rapport aux autres régions de la Finlande. Il y a de plus en plus d’Estoniens qui viennent ici », selon M. Pekka Vuori, directeur du centre d’informations de la ville de Helsinki.
HS/A18

Communications

Mme Kiuru se félicite de l’interdiction de sauvegarder l’identification de l’appelant
Helsingin Sanomat relève que Mme Krista Kiuru, ministre de l’Education et des Communications, se félicite de la décision de la Cour de justice de l’Union européenne d’interdire aux téléopérateurs la sauvegarde des informations sur l’identification de l’appelant. Elle souligne que les Finlandais ont toujours eu confiance dans la confidentialité des communications.
M. Reijo Aarnio, médiateur à la protection des données, se félicite également de cette décision. « Il s’agit d’une décision très importante. La solution de la Cour de justice de l’UE reflète bien les valeurs européennes. »
HS/A6

Economie

Perspectives dans le domaine des services
L’institut national de recherche économique, VATT, publie une étude de trois de ses chercheurs qui estiment que l’élargissement des activités du secteur des services permettra une croissance économique considérable dans les années qui viennent.
Pour les chercheurs, la Finlande est en train de passer d’une ère industrielle à une ère des services. Ils soulignent le fait qu’il est essentiel que les services soient innovants et compétitifs.
HS/A31

Formation - Emploi

Accès aux études difficile pour les jeunes d’origine immigrée
Les étrangers sont le plus souvent affectés aux emplois de nettoyage
Les jeunes d’origine immigrée de Helsinki ont plus du mal que les autres d’accéder aux études après le collège. 14 % des helsinkiens de 13 à 29 ans, soit 21 000 jeunes, parlent une autre langue que le finnois ou le suédois comme langue maternelle.
Il est prévu qu’en 2030, ce chiffre s’élèvera à 32 000.
Un groupe de travail désigné il y a un an a présenté ses propositions pour augmenter l’accès à la formation des jeunes d’origine immigrée. Mme Pohjolainen, présidente du groupe de travail, estime qu’il faudrait proposer des groupes sur mesure pour ces jeunes et combiner les études professionnelles et linguistiques.
Helsingin Sanomat rend aussi compte d’une enquête qui montre que les étrangers sont le plus souvent affectés aux emplois de nettoyage (13%).
HS/A25

Mardi 8 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Propos de M. Illarionov
M. Illarionov, chercheur à l’institut Cato à Washington et ancien conseiller économique de M. Poutine, estime que la Finlande devrait suivre de près l’action de M. Poutine en Ukraine. Il considère que la menace que la Russie constitue pour la Finlande n’est pas immédiate, mais qu’elle pourrait se réaliser dans l’avenir, « en fonction du succès de M. Poutine en Ukraine et dans quelques autres pays ». Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a rejeté les propos de M. Illarionov, ce week-end.
M. Illarionov rappelle qu’il y a encore quelque temps, les dirigeants ukrainiens auraient eux aussi considéré un débat sur une attaque russe comme inutile. Concernant l’invasion de la Crimée et la déstabilisation des régions du Sud et de l’Est de l’Ukraine, M. Illarionov estime que « si ce a été possible en Ukraine, pour quelles raisons le ministre des Affaires étrangères pense que ce ne serait pas possible en Finlande ».
HS/A22

Finnbay
Helsingin Sanomat relève que l’éditeur de Finnbay se cache, qu’aucune information n’est disponible sur le rédacteur en chef et que les coordonnées du site sont fausses.
HS n’a pas pu confirmer qu’il y aurait un lien entre le site et Moscou. Finnbay a été cité de temps en temps par des médias internationaux.
Aamulehti relève que l’ambassade de Finlande à Moscou a confirmé avoir reçu un mél proposant un entretien avec l’ambassadeur, M. Himanen.
Selon Keskisuomalainen, le ministère finlandais des Affaires étrangères a enquêté sur le site, sans souhaiter pour autant évaluer s’il a un lien avec l’administration de M. Poutine.
HS/A8, KS/13, AL/A15

Débat sur les idées d’Aleksandre Dougine
Suomen kuvalehti relève que l’idée du Président Poutine sur une Union de l’Eurasie se base grandement sur les théories géopolitiques de philosophe nationaliste Aleksandre Dougine. En Finlande, les idées de Dougine ont en premier été étudiées par Thomas Parland, dans sa thèse de doctorat sur l’extrême droite russe soutenue en 1993. Depuis, M. Juntunen, professeur émérite du Collège de Défense, a étudié les œuvres de Dougine.
Jukka Mallinen, écrivain et traducteur, a lui aussi analysé la pensée de Dougine ainsi que de Limonov. Il trouve qu’au fond, ces deux sont très différents.
SK note que professeur Juntunen avait déjà prévu, dans plusieurs de ses écrits, un retour de l’empire russe. La crise en Ukraine ne l’a pas surpris.
SK relève que M. Dougine a des relations étroites avec l’extrême-droite française. Il a connu Alain de Benoist à Paris à la fin des années 1980.
En Finlande, son « discipline » le plus connu est Johan Bäckman, qui défend fanatiquement la politique de M. Poutine et qui diffuse des mensonges dans les médias russes.
SK/20-25

Ukraine

Propos de M. Skinnari
Demokraatti rend compte des propos de M. Skinnari, député social-démocrate, qui participera à l’assemblée du Conseil de l’Europe à Strasbourg, qui devra évoquer la situation en Ukraine.
Il estime qu’il faudrait que l’Europe soit plus active et cherche des solutions à la situation gênante, où la Russie et les Etats-Unis s’efforcent de se mettre d’accord sur comment gérer les choses en Europe.
Il a été proposé de supprimer à la Russie son siège ou son droit de vote auprès du Conseil de l’Europe. M. Skinnari ne voit pas de sens de les exclure d’un forum européen aussi important. Pour lui, cela ne servirait à rien et n’améliorerait aucunement l’atmosphère. Une bonne ambiance est nécessaire pour trouver une solution politique par des moyens diplomatiques, rappelle-t-il.
Dem/4

Economie

Les exportations finlandaises en dehors de l’UE en baisse
Selon les statistiques préliminaires des Douanes, les exportations finlandaises en dehors de l’UE ont diminué de 9 % en février. Les exportations ont diminué notamment concernant la Chine et la Russie.
Au total, les exportations ont diminué de 2 %. Elles s’élèvent à 4,3 milliards d’euros. Les Douanes ont enregistré des chiffres aussi bas pour la dernière fois en décembre 2012.
Les importations en Finlande de l’extérieur de l’UE ont elles aussi diminué, de 7 %. Au total, elles ont diminué de 3 % pour s’élever à 4,3 milliards d’euros.
Les exportations dans l’UE ont toutefois augmenté de 4 %, et les importations de l’UE sont stables par rapport à 2013.
HS/A30

Investissements - TTIP

Propos de M. Stubb
Le ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, a effectué une visite aux Etats-Unis pour des négociations en promotion du traité de commerce et d’investissement entre l’UE et les Etats-Unis.
Selon Aamulehti, la Finlande souhaite accueillir des investissements américains. Le ministre était accompagné des représentants des organisations syndicales SAK (ouvriers), EK (patronat) et MTK (producteurs agricoles), ainsi que des représentants de la commission parlementaire des Affaires étrangères. Les organisations des salariés (SAK, STTK et Akava) souhaitent que l’accord commercial entre l’UE et les Etats-Unis soit conclu.
AL estime que les PMI-PME en particulier bénéficieraient du libre-échange. Un traité en la matière rapporterait un milliard par an à l’économie finlandaise.
AL/A13

Brésil

Le ministre Niinistö a promu le cleantech
Helsingin Sanomat relève que le ministre de l’Environnement, M. Ville Niinistö, président de l’Alliance verte, a effectué une visite de promotion des exportations du cleantech au Brésil, avec une délégation de représentants d’une trentaine d’entreprises finlandaises.
Pour M. Niinistö, « le Brésil propose énormément de possibilités pour le cleantech finlandais, notamment dans la technologie minière et le traitement des déchets ».
Le ministre souligne que « le secteur du cleantech finlandais a connu une croissance de 15 % en 2013 malgré les difficultés dans l’économie et l’industrie ».
HS rappelle que le Premier ministre Katainen, le ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, la ministre de l’Education, Mme Kiuru, et le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, ont effectué des visites au Brésil ces dernières années.
HS/A31

Politique intérieure

Gouvernement

Des élections anticipées ?
Helsingin Sanomat analyse les conséquences de l’annonce du départ du président du parti conservateur et Premier ministre Jyrki Katainen. Selon le quotidien aucun des partis de la coalition gouvernementale ne souhaitent des élections anticipées mais tous sont prêts à y faire face.
Vu les sondages, des élections anticipées n’apporteraient pas forcément de bouleversement sur la carte politique, ce qui signifierait des négociations très difficiles pour former un nouveau gouvernement. Des élections anticipées ne sont pas considérées comme une probabilité mais comme une possibilité.
Sur proposition du Premier ministre, le président peut dissoudre le Parlement et des élections législatives ont lieu 50 à 75 jours après. Il n’y a pas eu de dissolution depuis l’entrée en vigueur de la réforme constitutionnelle de 2000 ; le président Kekkonen a dissous trois fois le Parlement, pour la dernière en 1975. Le président de la commission constitutionnelle Johannes Koskinen relève qu’il y a aujourd’hui deux verrous pour une dissolution : le Premier ministre et le président. Il faudrait donc une crise politique majeure.
Les partis au gouvernement étaient préparés à une annonce de M. Katainen tout comme ils se préparent à la possibilité que Mme Urpilainen quitte la présidence du PSD et que les Verts quittent le gouvernement à cause du nucléaire.
Il est relativement facile aux partis pour se préparer à de nouvelles élections : les partis qui ont leur congrès cet été vont viser à faire adopter leur programme électoral. Les élections européennes ayant lieu en mai, l’organisation électorale des partis est mobilisée. Dès ce printemps les sections du PSD commencent à choisir les candidatures pour les prochaines législatives.
Le parti conservateur attend d’un nouveau président qu’il tire l’audience du parti vers le haut. Il risque donc de provoquer des tensions dans la coalition. Sa marge de manœuvres sera toutefois difficile, relève HS, en raison des contraintes budgétaires.
Il en va de même au PSD, un nouveau président pourrait avoir envie de rehausser le profil du parti.
Quant aux Verts, si le projet de Fennovoima ne disparaît pas et doit être décidé par le gouvernement, les Verts quitteront la coalition. Cela pourrait signifier la fin de celle-ci ou bien elle pourrait se maintenir avec une majorité d’une voix.
Le changement de Premier ministre signifiera cet été de mini-négociations gouvernementales. Soit il s’agira d’ajustements techniques soit le programme gouvernemental pourrait être revu. Les Verts pourraient en profiter pour quitter la coalition. De toutes manières, les marges de manœuvres seront limitées. Helsingin Sanomat relève aussi que les importantes réformes du gouvernement sont en train d’être finalisées. En cas de dissolution de la coalition ce travail serait réduit à néant.
Le président de la commission constitutionnelle Johannes Koksinen (PSD) estime que les mini-négociations gouvernementales prévues cet été pourraient permettre d’intégrer la décision de Fennovoima dans un programme gouvernemental ce qui permettrait aux verts de ne pas quitter la coalition.
Pia Elonen d’Helsingin Sanomat considère que le plus probable est que le gouvernement va continuer à cinq partis et essaiera, même à quatre en cas de départ des Verts, de se maintenir jusqu’à la fin de la législature.
HS

Selon MM. Rehn et Pentikainen : il y aura de nouvelles élections à l’automne
Les candidats centristes aux européennes Olli Rehn et Mikael Pentikäinen estiment que la Finlande ne peut gaspiller un année à attendre des élections. C’est pourquoi il faudrait organiser des élections dès l’automne.
SM

Les politologues opposés à des élections anticipées
Les politologues Erkka Railo et Tapio Raunio ne considèrent pas que le changement des présidents des principaux partis de la coalition gouvernementale soient un motif pour organiser des élections anticipées.
SM

Les économistes peu inquiets du changement de Premier ministre
Les économistes interrogés par STT se déclarent peu inquiets par l’effet de l’annonce de m. Katainen. Ils soulignent que les décisions politiques importantes ont été prises et que leur mise en œuvre comptera plus que de savoir qui dirige le pays.
Selon eux, la situation avec la Russie constitue la principale menace pour l’économie finlandaise.
KS

Quel avenir européen pour M. Katainen ?
Kauppalehti estime que, en tant qu’ancien Premier ministre et ministre des Finances, M. Katainen pourrait avoir des possibilités de viser soit la présidence du conseil soit la présidence de l’eurogroupe.
L’éditorialiste d’Helsingin sanomat considère que la présidence de l’europgroupe ou un portefeuille important à la Commission sont les plus probables. L’éditorialiste relève aussi que si M. Katainen avait un poste en-dehors de la Commission, la pression pour nommer une femme et pas un conservateur à la Commission serait forte et pourrait ouvrir une perspective à Mme Urpilainen.
HS

Parti conservateur

M. Stubb réfléchit à une candidature
Helsingin Sanomat rapporte que M. Alexander Stubb, ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, est en train de réfléchir à une candidature en vue de la présidence du Parti conservateur.
Cela n’a toutefois pas d’effet sur la candidature de M. Stubb aux élections européennes. « Mon objectif est d’être élu et d’obtenir le plus de voix possible pour que Kokoomus gagne les élections et ait quatre sièges au Parlement européen », écrit M. Stubb sur Facebook.
HS/A17

Le district de Turku souhaite la candidature de M. Orpo
Selon Turun Sanomat, le président du district de la région de Turku du Parti conservateur, M. Heikki Arikka, souhaite la candidature de M. Petteri Orpo, député de Turku et président du groupe parlementaire conservateur.
M. Orpo annonce qu’il est en train de réfléchir une éventuelle candidature et que cela prendra au moins une semaine.
HS/8

Parti social-démocrate

Mme Urpilainen a lancé sa campagne
Helsingin Sanomat relève que la présidente du PSD, Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances, a lancé hier sa campagne en vue d’une réélection à la tête du parti au congrès du mois de mai. Parmi les ceux qui ont été sur place pour soutenir sa candidature le quotidien mentionne entre autres Mme Liisa Jaakonsaari, parlementaire européenne, et M. Lauri Ihalainen, ministre du Travail.
Les participants ont fait de l’éloge des actions de Mme Urpilainen en tant que ministre des Finances.
Mme Urpilainen estime elle-même qu’elle s’est améliorée et aussi devenue plus humble depuis son élection à la tête du PSD en 2008. Elle souhaite une campagne ouverte et honnête qui ne divise pas le parti.
Mme Urpilainen et son challenger à la lutte pour la présidence, M. Antti Rinne, président du syndicat Pro, auront au moins un débat électoral dans la région de Helsinki début mai.
Helsingin Sanomat rappelle qu’à la lumière d’un sondage effectué pour le quotidien en mars, 44 % des délégués au congrès du parti seraient favorables à M. Rinne et 31 % à Mme Urpilainen. 21 % des personnes interrogées ne se sont pas exprimées.
HS note qu’il y a très peu de cas dans l’histoire politique finlandaise où le président d’un parti politique a perdu au vote contre son challenger. Le quotidien estime que Mme Urpilainen n’a rien à perdre mais beaucoup à gagner dans ce vote.
HS/A16

Universités
L’expérience concernant les études payantes a échoué
Turun Sanomat rapporte que le groupe de travail chargé de l’expérience des études payantes pour les étrangers hors UE a remis hier son rapport à Mme Krista Kiuru, ministre de l’Education.
Selon Mme Riitta Pyykkö, professeur et présidente du groupe de travail, estime que l’expérience de 2010-2014 a échoué parce qu’elle a duré trop peu de temps et en plus n’a pas été obligatoire. Seulement 40 programmes d’études y ont participé. « Cette expérience nous a montré seulement qu’il ne faut jamais effectuer des expérience de cette façon », selon Mme Pyykkö. L’expérience n’a concerné que 355 étudiants étrangers, dont 300 ont eu une bourse pour compenser le coût.
Mme Kiuru est favorable aux études payantes pour les étrangers. Elle souligne que le nombre d’étudiants étrangers a haussé en même temps que le nombre de places d’étudiant n’a pas augmenté. Des milliers de jeunes restent sans place d’étudiant chaque année. Mme Kiuru estime aussi que l’intégration des étudiants étrangers dans la société finlandaise a échoué parce qu’ils n’apprennent pas le finnois ou le suédois et n’ont pas de contacts avec la vie professionnelle.
TS/9

Soins médicaux à Helsinki
De grandes différences dans l’accès aux soins entre les quartiers pour
Helsingin Sanomat relève que le temps d’attente pour avoir un rendez-vous chez le médecin varie beaucoup entre les différents quartiers de Helsinki.
Pour obtenir un rendez-vous non urgent dans les centres médicaux de Kallio, Lauttasaari, Munkkiniemi ou Myllypuro il faut souvent attendre un mois, tandis qu’à Maunula, Herttoniemi ou Laajasalo il faut attendre un jour ou deux.
A Helsinki, les patients peuvent choisir le médecin qu’ils souhaitent consulter et cela a un effet sur le temps d’attente.
HS/lun/A21

Lundi 7 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie

Réaction de M. Tuomioja aux propos d’un ancien conseiller de M. Poutine
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, rejette les propos sur le fait que la Russie pourrait empêcher une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN sur la base du traité entre la Finlande et la Russie ou que ce traité serait une menace pour la Finlande.
M. Tuomioja affirme que le traité ne représente aucune menace. Pour lui, une telle spéculation est « un peu malade et inutile ». « Tout d’abord, nous n’avons aucune intention de demander une adhésion à l’OTAN, et si on en avait, ce traité n’aurait aucune influence. Point final. »
M. Tuomioja ne voit aucune raison pour la modification du traité entre les deux pays.
M. Illarionov, un ancien conseiller économique de M. Poutine, a dit, lors d’une interview accordée au tabloïd Ilta-Sanomat, que si la Finlande entamait des consultations avec l’OTAN ou y adhérait, cela créerait une menace pour la Russie et qu’une réaction sous forme d’une attaque quelconque n’était pas exclue.
Le traité entre les deux pays a remplacé, en 1992, le traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle que la Finlande avait signé avec l’URSS.
Helsingin Sanomat relève que dans le traité, il est stipulé que les parties n’utilisaient ni ne laissaient leur territoire être utilisé pour une attaque armée contre l’autre signataire et que la Finlande et la Russie se retenaient de menacer avec la force et de l’utiliser contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’autre partie.
M. Aho, Premier ministre à l’époque, estime qu’il faudrait se calmer et éviter toute spéculation sur ces questions. Il rappelle que le traité conclu en 1992 est un traité qui a permis d’en faire disparaître dans l’histoire un autre. Pour lui, il convient de voir la question dans le contexte des autres traités que la Russie a conclu avec des Etats européens.
M. Iloniemi, ancien diplomate, déclare ne pas être inquiet. Pour lui, M. Illarionov fait « pas mal bluff » et ne doit pas être pris au sérieux.
M. Katainen, Premier ministre, rappelle qu’une adhésion éventuelle à l’OTAN relève de la décision finlandaise. « Il est impossible d’imaginer qu’un Etat, notre Etat voisin, essaie d’influencer sur le droit d’autodétermination du peuple finlandais. Il est hors de question que nous l’accepterions », a-t-il dit.
HS/dim/B5

Ukraine
M. Tuomioja, qui a participé à la réunion des ministres étrangères à Athènes, estime que la menace immédiate d’une expansion de la crise en Ukraine semblerait avoir diminué. Il estime que la situation est apaisée.
« Il semblerait que la Russie est plus disposée qu’il y a quelques jours à chercher une solution politique », dit-il. La Russie serait en contact avec l’administration ukrainienne sans pour autant que des négociations soient en cours.
M. Tuomioja affirme que la Russie dispose toujours, à la frontière ukrainienne, de troupes suffisantes pour une intervention militaire, mais il estime que la Russie ne projette toutefois pas de les déployer du fait de conséquences graves. « Le coût [des évènements] pèse déjà sur leur économie », selon lui.
M. Tuomioja a effectué une visite de deux jours en Moldavie avant la réunion d’Athènes. Il relève que l’atmosphère dans le pays est marquée par une inquiétude. « L’essentiel est naturellement de respecter les choix des Moldaves. »
KS/sam/14

Diplomatie téléphonique
Helsingin Sanomat relève que les contacts téléphoniques maintiennent leur rôle important malgré tous les nouveaux moyens de communication. M. Tuomioja relève qu’il passe plusieurs communications par semaine à ses collègues, le plus souvent nordiques. « Pour M. Lavrov, mon homologue russe, j’envoie d’abord un sms la plupart du temps. »
Il relève qu’avec toutes les nouvelles technologies, il n’y a rien qui remplace un tête-à-tête.
HS/sam/B7

Finnbay
M. Himanen, ambassadeur de Finlande à Moscou, a qualifié, sur Twitter, le site Finnbay de faux site d’actualités. Finnbay avait publié un article, selon lequel la Finlande continuait la coopération avec la Russie indépendamment de ce qu’en disent l’UE et les Etats-Unis. Après le tweet de M. Himanen, Finnbay l’a menacé de mesures juridiques.
M. Aaltola, chercheur à l’Institut de relations internationales, considère que les activités de Finnbay font penser à une « opération de désinformation » qui a pour but de créer une confusion dans l’opinion publique. Pour lui, l’idée de l’article de Finnbay est de souligner le fait que la Finlande serait dans une situation contradictoire et s’appuierait sur la Russie. Cette communication soutenue par la Russie s’inscrit dans le cadre de la communication stratégique dans laquelle la Russie dispose d’une longue expérience, « ainsi que le font d’ailleurs les Etats-Unis et Israël aussi », selon M. Aaltola.
HS/lun/A14 ; www.hs.fi

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que dans une défense crédible, il ne s’agit pas seulement de la capacité de répondre à des menaces militaires, mais également du fait de garantir sa liberté de négociations politiques. Elle rend compte de quelques dépendances énergétiques et du fait que l’Ukraine de l’Est a beaucoup d’attrait pour la Russie. Elle estime qu’il n’est pas exagéré de dire que les intérêts économiques dirigent également le conflit en Ukraine. La construction de la paix consiste à utiliser tous les canaux de la diplomatie - l’ONU, l’UE, l’OSCE, l’OTAN et les relations bilatérales - ainsi que dans l’augmentation de la compréhension de l’autre.
Pour l’éditorialiste, le sondage qui montre que les Finlandais comptent sur l’aide de l’UE et de l’OTAN reflète à quel point ils ont adopté le mantra politique, alors que « l’UE n’est tout simplement pas en mesure de donner une aide militaire, et l’OTAN est claire sur le fait que sa clause de solidarité ne concerne que les Etats membres, comme l’a rappelé M. Salonius-Pasternak, chercheur, récemment ».
Pour l’éditorialiste, la question la plus importante à laquelle il faut répondre concerne le fait de savoir comment la Finlande peut le mieux assurer sa liberté de négociation concernant des pressions politiques et économiques – en s’alliant politiquement et militairement à une alliance occidentale ou en comptant sur une tactique de l’ère kekkonienne qui consiste à se faire tout petit.
HBL/sam/14

Guinée – fièvre Ebola

La Croix rouge enverra des volontaires
La Croix rouge finlandaise relève qu’une dizaine de volontaires se sont déjà inscrits pour partir en Guinée. Le cas échéant, il pourrait s’agir de les envoyer courant une semaine.
HS/sam/B8

RCA

La Finlande envisage de participer à hauteur de 25 soldats
L’église finlandaise active en RCA
La Finlande envisage d’envoyer 25 soldats en Centrafrique dans le cadre de l’opération de gestion de crise de l’UE dans laquelle huit Etats membres participeront. La Finlande est en train de former 35 soldats en la matière.
L’organisation de l’aide de l’église a un projet de formation en cours en République centrafricaine. L’organisation est également en train de mettre en place un projet de médiation pour la paix avec les dirigeants religieux du pays.
L’aide de l’église participe à l’organisation d’un sommet à Bangui afin de chercher des solutions au conflit.
HS/sam/B6, KS/sam/14

Syrie – Finlande

Visite en Finlande de l’ex-Premier ministre adjoint
Kaleva rend compte de la visite en Finlande de M. Abdallah al-Dardari, ancien Premier ministre adjoint de Syrie, qui travaille actuellement pour le comité économique et social de l’ONU pour l’Asie occidentale, à l’occasion d’une conférence internationale sur la médiation pour la paix.
M. al-Dardari souligne l’importance d’un dialogue national – au niveau de la société civile. Pour lui, la société civile fonctionne en Syrie même si la coopération politique est impossible.
Il estime que la Finlande, en tant que pays qui n’a pas de passé colonialiste, pourrait avoir un rôle dans les efforts pour la paix en Syrie. La Finlande pourrait accueillir des parties du conflit pour des négociations, selon lui.
Kaleva/dim/8

Politique intérieure

Gouvernement

Déclarations de M. Katainen
« Un portefeuille le plus lourd possible pour la Finlande » KS
Dans une interview accordée à STT, vendredi et publiée dans les éditions de samedi, le premier ministre Katainen se prononce sur l’UE. Il déclare que les crises, comme cella actuellement entre la Russie et l’Ukraine, ont pour effet de resserrer les rangs au sein, de l’UE et de préparer les esprits à un approfondissement de la politique étrangère et de sécurité commune.
Il souligne que l’UE a mobilisé une grande part de son travail de premier ministre. Il souligne que, dans l’E, le pouvoir dépend beaucoup des relations entre les personnes.
Il souligne que, pour la prochaine commission européenne, l’objectif de la Finlande est d’obtenir un portefeuille le plus lourd possible ainsi qu’une vice-présidence de la Commission, si la présidence n’est pas disponible. Les portefeuilles les plus intéressants pour la Finlande seraient l’Economie, le marché intérieur, l’Energie, l’Environnement ou le climat.
Il souligne que, pour prétendre à un poste important, il n’est pas nécessaire de se présenter aux élections européennes.
KS/SAM

Editorial : Des portefeuilles lourds ou pas
Helsingin Sanomat estimait, samedi matin, que la Finlande ne devrait pas s’attendre à se voir confier un portefeuille important comme celui de M. Rehn qui gérait l’économie. Dans la prochaine commission, la Finlande aura probablement un petit portefeuille ».
HS

M. Katainen vise l’Europe - Le Premier ministre finlandais changera cet été
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen, président du Parti conservateur Kokoomus, a annoncé samedi soir qu’il quittera la présidence du parti au congrès de juin et quittera également le poste de Premier ministre.
« J’ai bien réfléchi et décidé de ne plus me présenter pour la présidence du Kokoomus. Je ne suis pas non plus candidat aux élections européennes », a-t-il annoncé lors du lancement de la campagne européenne des candidats conservateurs.
« Le Parti conservateur a besoin de nouvelles personnes et de nouvelles idées. Je veux faire de la place à la direction pour quelqu’un d’autre. Je souhaite avancer dans la vie et essayer une vie différente », a déclaré M. Katainen devant les conservateurs.
« Je ne suis pas fatigué, je n’ai pas marre. Je suis de bonne humeur et j’ai pris la bonne décision », selon M. Katainen.
« Les tâches internationales m’intéressent, par exemple le poste de commissaire finlandais et les autres postes qui seront attribués après les élections européennes. » Helsingin Sanomat dresse une liste des postes susceptibles d’intéresser M. Katainen, outre celui de commissaire finlandais : la présidence de la Commission, la présidence du conseil, le poste de haut représentant, la présidence de l’eurogroupe.
M. Katainen préside le Parti conservateur depuis dix ans. Il a été élu député à 27 ans en 1999.
Le successeur de M. Katainen sera élu le 14 juin au congrès du parti à Lahti.
Selon Helsingin Sanomat, les éventuels candidats à la succession de M. Katainen, dont MM. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, Alexander Stubb, ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, et Petteri Orpo, président du groupe parlementaire, et Mmes Henna Virkkunen, ministre des Communes, et Paula Risikko, ministre des Affaires sociales et de la Santé, n’ont pas encore annoncé leurs intentions. Personne n’a toutefois refusé de se présenter au congrès de juin.
HS/dim/A2, A8-11

Réactions
Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances et présidente du PSD, a remercié M. Katainen pour la bonne coopération au gouvernement. « Malgré les divergences d’opinion, nous avons toujours pu trouver une entente sur toutes les questions », selon Mme Urpilainen. Elle a souligné, comme son challenger Antti Rinne d’ailleurs, que la coalition gouvernementale survivrait à des changements de personnes.
M. Juha Sipilä, président du Parti du centre, a déclaré être étonné de la décision prise par M. Katainen. Par exemple il y a quinze jours, lors de la solution sur la politique sociale et de la santé rien ne signalait que M. Katainen avait décidé de quitter son poste. M. Sipilä comprend toutefois sa décision : « Dix ans est long pour présider un parti. »
Le président du groupe parlementaire du Centre, M. Tiilikainen estime qu’il faut maintenant réfléchir à redonner l’initiative au peuple et donc aux électeurs.
M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, estime que la démission de M. Katainen donnera plus de poids à Mme Urpilainen au gouvernement. Selon lui, si Mme Urpilainen est battue à la présidence de son parti, il faudra organiser des élections anticipées. Pour le président des Vrais Finlandais, l’annonce du départ de M. Katainen signifie en pratique le départ de la prochaine campagne législative.
La présidente du groupe parlementaire des Verts estime que le sort réservé à Mme Urpilainen qui vise sa réélection à la tête du PSD et les élections européennes scelleront le sort du gouvernement. « Des élections anticipées sont possibles si tout le gouvernement est modifié ».
HS/dim/A11

Commentaires
« Le départ de M. Katainen affaiblit encore le gouvernement » HS
« Le gouvernement s’effrite de l’intérieur » AL
Les commentateurs soulignent que M. Katainen avait bien caché sa décision. Tous les commentateurs s’interrogeaient depuis de nombreux mois sur le choix qu’il ferait. Selon des sources proches du parti, il n’aurait pris sa décision que quelques jours avant de l’exprimer. Il lui aurait été d’autant plus facile de céder sa place que l’audience du parti remonte, il a gagné toutes les élections de puis 2008 (municipales, européennes, législatives et présidentielles) et il a déjà l’une des plus importantes longévités à la tête du parti.
Helsingin Sanomat souligne que M. Vapaavuori est considéré comme le favori pour succéder à M. Katainen même si M. Stubb est le plus populaire dans l’opinion publique.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que le départ de M. Katainen affaiblit le gouvernement et que l’hypothèse d’une dissolution du parlement (qui doit être demandée par le Premier ministre) augmente. Un moment propice à cela serait les arbitrages budgétaires du mois d’août. Dans ce cas, des élections pourraient avoir lieu à l’automne. Tant les conservateurs que les centristes viseraient certainement une coalition rassemblant ces partis de droite avec de de petits partis supplétifs.
Helsingin sanomat souligne qu’il n’y aura pas forcément besoin de stratégie tactique pour faire tomber le gouvernement. En effet, lors du changement de Premier ministre, il y aura certainement comme en 2010 de « mini-négociations gouvernementales » entre les partis de la coalition. Cette fois-ci cela pourrait être de réelles négociations. Par exemple, les Verts pourraient exiger l’opposition à Fennovoima, ce que les autres partis lui refuseront.
Le politologue Erkki Railo considère lui aussi que le test pour le prochain premier ministre sera la préparation du projet de budget, en août. « On verra alors si le gouvernement tient ou non ». Selon lui, il n’est pas dans l’intérêt du parti conservateur de provoquer des élections car il est distancé par le centre dans les sondages. En revanche, les dirigeants de l’opposition sont sincères quand ils déclarent vouloir des élections anticipées.
L’éditorialiste d’Helsingin sanomat écrit qu’actuellement l’attitude des partis à l’égard d’élections anticipées dépend de leur position et de leurs attendes électorales. L’éditorialiste écrit que, du point de vue de la Finlande, il n’est pas possible de passer un an de paralysie à attendre un prochain gouvernement prêt à prendre des décisions.
Aamulehti estime que le parti conservateur devrait bien supporter le départ de M. Katainen car de bons candidats sont susceptibles de lui succéder. Le quotidien considère toutefois que le départ de M. Katainen va paralyser la prise de décision au sein du gouvernement. En revanche, si le syndicaliste Antti Rinne devenait en mai le prochain président du PSD et ministre des Finances, il est fort possible que le gouvernement n’y survivrait pas.
Aamulehti considère que le départ de M ; Katainen affaiblit les chances de Mme Urpilainen d’être réélue à la tête du PSD : les délégués du parti pourraient eux aussi vouloir changer de président et élire à la tête du parti un nouveau visage.
Keskisuomalainen estime qu’il serait enfin temps que le parti conservateur soit dirigé par une femme.
L’éditorialiste du journal du PSD considère pour sa part que le départ de M. Katainen ne va pas causer de crise gouvernementale.
HS AL KS Dem

PSD

Mme Urpilainen s’inquiète d’une division du parti
Mme Urpilainen stricte à l’égard de la Grèce
La présidente du PSD s’inquiète d’une division du parti à cause de la campagne pour la présidence du parti. Elle souhaite que l’on respecte les opinions de toutes les parties. Elle espère un débat constructif.
La ministre des Finances estime que ce qui la distingue de son concurrent Antti Rinne c’est notamment son attitude à l’égard des plans d’aide à la Grèce. Selon elle, « il ne faut pas effacer la dette de la Grèce ». Elle ne souhaite pas non plus de mutualisation des dettes.
HS KS

Parlement

Motion de censure
Les Vrias Finlandais, le centre et les deux députés de gauche vont déposer une motion de censure sur la politique de la famille du gouvernement et les récentes décisions de diminuer les allocations familiales.
L’Alliance des Gauches, qui vient de quitter le gouvernement, ne s’y est pas associée.
HS

Religion : Le cantique d’été maintenu
La commission constitutionnelle du Parlement a décidé de préparer un avis destiné à la direction de l’enseignement sur le type de fêtes traditionnelles qui peuvent être organisées dans les écoles publiques. Selon le président de la Commission, les chansons de Noël et le cantique d’été (« Suvivirsi ») font parties des traditions finlandaises et ne violent pas les confessions religieuses.
Le vice-chancelier de la Justice avait, dans un avis, déclaré qu’il ne faudrait pas organiser dans les écoles publiques des manifestations dont le contenu correspond à certaines confessions religieuses particulières.
HS

Energie : Fortum réfléchit à sa stratégie
Kauppalehti rapporte que l’assemblée générale annuelle de Fortum, demain, sera l’occasion pour le groupe de réfléchir à sa stratégie et à la Russie. On attend des annonces concernant les investissements de Fortum qui vend ses réseaux de distribution.
KL relève que Fortum est intéressé pour investir dans le nucléaire en Finlande. Le groupe pourrait entrer dans le capital de Fennovoima. Néanmoins, cela n’est pas l’intérêt stratégique de Fortum quoi vise à remplacer ses réacteurs de Loviisa. La décision pourrait être prise par le prochain gouvernement.
KL

Métallurgie : Outokumpu a levé 640 millions d’euros
Le groupe Outokumpu a leva 640 millions d’euros lors d’une augmentation de capital qui a donc récolté 23% de plus que prévu.
Le groupe finalise son plan de restructuration qui comprend la fermeture du site de Bochum, en Allemagne et la suppression de 3 500 emplois, principalement à l’étranger.
HS

France

Nouveau gouvernement

« Les ministres changent, la direction demeure » HS
« M. Valls pourrait être isolé dans le nouveau gouvernement » Kaleva
Helsigin Sanomat et Kaleva soulignent que de nombreux ministres ont été conservés dans le nouveau gouvernement français.
HS Kaleva

Paris

Les animaux sauvages dans la région parisienne
Patrick Le Louarn rapporte que les animaux sauvages comme les sangliers sont en recrudescence dans la région parisienne.
AL

Mölkky
Helsingin Sanomat présente les endroits où jouer au Mölkky à Paris.
HS

Vendredi 4 avril 2014

Politique étrangère et européenne

Finlande – Russie – Crise ukrainienne

La Finlande continue sur le front européen
Le Président et le gouvernement ont décidé, hier, quela Finlande continuera à mettre en œuvre les décisions européennes prises sur la crise ukrainienne et insistera sur l’importance de l’unité de l’UE dans cette crise.
En cas de besoin, la Finlande pourra avoir des contacts avec les plus hauts dirigeants de la Russie.
Selon le ministère des Affaires étrangères, trois réunions bilatérales de haut niveau opnt été reportées à cause de la crise ukrainienne.
KS

Selon M. Katainen, la Finlande ne fait pas la politique de l’autruche
Lors des questions orales au parlement, hier, le Premier ministre a déclaré que la Finlande était fermement engagée sur la ligne européenne dans la crise ukrainienne. Il a rejeté les accusations du député de gauche M. Mustajarvi sur le fait que la Finlande était un Etat vassal de l’UE. M. Katainen a souligné que la Finla nde était engagée pour défendre la démocratie, l’état de droit et le droit à la souveraineté de l’Ukraine.
Concernant les relations avec la Russie, il a déclaré qu’il fallait garder le bon sens pour décider comment les relations concrètes étaient gérées. « Le président finlandais sera surement en contact avec son homologue [russe] s’il y a des questions qui ont une signification particulière pour la Finlande. Ou s’il y a des situations qui rendent indispensable que les dirigeants des Etats en discutent ».
M. Katainen a aussi défendu la décision de reporter la tenue d’une commission mixte dans les affaires économiques. Les centristes, dont M. Sipilä ont condamné cette décision.
KS

« Il faut reporter les rencontres » NP
Le chercheur Tuomas Forsberg défend la décision de reporter la commission économique bilatérale entre la Finlande et la Russie. Il souligne d’ailleurs que cette commission aurait été présidée, côté russe, par le vice-premier ministre Dimitri Kozac qui par ailleurs dirige la région économique spéciale de la Crimée occupée.
NP

Les sanctions ne menacent pas le forum baltique
Le maire de Turku est actuellement en viste à Saint-Petersbourg pour préparer les sommets baltiques qui auront lieu cet état à Turku.
En effet, il y aura en juin à Turku le sommet du Baltic development Forum ainsi que la réunion annuelle de la stratégie baltique de l’UE.
M. Randell ne sait toutefois pas si une rencontre au niveau des premiers ministres pourra être organisée.
TS

Les décisions de politique de sécurité doivent être prises en dehors des périodes de crise
Le secrétaire général du ministère de la défense, M. Arto Râty estime que les débats sur la manière dont la Finlande assure sa défense à l’avenir doivent être conduits en période de calme. Ce n’est pas en période de crise qu’il faut, par exemple, chercher à adhérer à l’OTAN. « Je pense que dans ces périodes, les membres de l’OTAN ne souhaitent pas accueillir de nouveaux membres ».
Il estime que la Finlande ne dispose pas d’une « option » particulière pour entrer dans l’OTAN. « Nous avons seulement la possibilité de décider si nous posons notre candidature ou non. Après il faut que les 28 membres l’approuvent à l’unanimité ».
Lors d’une réunion organisée par le groupe parlementaire et le comité de politique de sécurité du parti du centre, M. Räty a souligné que l’on ne pouvait pas prendre les décisions de politique de sécurité au moment où on était menacé. « Il faut prendre nos décisions avant et vivre ensuite avec ».
Le député conservateur Ilkka Kanerva a déclaré que, selon lui, il existait une option [d’entrer dans l’OTAN] et il fallait que les dirigeants finlandais aient toujours la possibilité de prendre de nouvelles décisions. Un référendulm serait probable, mais il faut aussi qu’il soit possible de faire autrement si les conditions l’exigent. Les partis et les dirigeants doivent avoir une position bine arrêtée sur ces sujets. Avant un référendum j’attends de mon parti et des autres partis une position sur le sujet ».
Le président du comité de politique de sécurité du centre, M. Seppo Kääriäinen estime qu’il faut d’abord que les dirigeants aient clairement pris position sur une adhésion ou non avant même de parler d’un référendum.
SM

La crise en Ukraine pourrait révolutionner le marché du bois
Selon l’institut de recherche Pellervo, si la crise en Ukraine se prolonge et les sanctions se développent et touchent le bois, l’industrie forestière finlandaise pourrait avoir d’importants marchés en Europe occidentale. En effet, la Russie exporte en Europe 3,2 millions de m3 de bois par an. La Finlande n’en exporte que 2,9 millions.
Concernant les échanges, la Finlande n’importe de Russie que 13% du bois qu’elle utilise.
HS

Européennes

Centre : M. Rehn en congé sans solde durant sa campagne
Keskisuomalainen relève que le commissaire Olli Rehn se mettra en congé sans solde à partir de lundi prochain et jusqu’au 26 mai pour faire sa campagne électorale. Il ne sera pas autorisé à utiliser du personnel de la Commission européenne ni des ressources matérielles à cette fin. Il sera remplacé par l’Estonien M. Kallas.
Le Centre qui a publié son programme électoral, hier, n’exclut pas la possibilité d’obtenir 4 sièges au parlement européen.
M. Sipilä, président du parti, ne voit pas de problème, du point de vue des électeurs, dans le fait que des candidats, dont MM. Rehn et Väyrynen, aient des divergences d’opinion. Selon lui, il règne une unanimité en ce qui concerne les grandes questions centrales.
M. Laaninen, secrétaire du parti, souhaite que le taux de participation s’élève au moins à 50%.
Le Centre souligne qu’il faut que la Finlande s’occupe de son économie et notamment lendettement. Le parti estime qu’il faut que chaque Etat membre observe une politique économique déterminée et se charge de ses dettes. M. Sipilä estime qu’il faut se débarrasser des paquets d’aide aux pays en crise.
Le parti souligne qu’il faut prendre les décisions européennes au niveau approprié : les petites questions devraient relever du niveau local ou national, selon le Centre.
KS/11

Alliance des gauches
L’ex-conseiller de l’ex-ministre Arhinmäki, M. Saramo, se présentera aux européennes. Avec cette candidature, la liste du parti est complète.
KS/11

Régulation bancaire

Propos de M. Liikanen
Kauppalehti rend compte des propos de M. Liikanen, gouverneur de la Banque de Finlande, qui ne trouve pas beaucoup de défaillances dans le projet de l’union bancaire. Un élément manque toutefois toujours : la réforme structurelle des grandes banques.
Autrement, M. Liikanen estime que le projet a avancé étonnamment vite. Pour lui, une prise de décision rapide a été possible en raison de la crise. Concernant le résultat final, il estime que le mécanisme de gestion de crise est encore meilleur qu’il avait prévu. Il faut encore trouver une solution pour les banques « too big to fail » (trop gros pour faire faillite), selon lui.
Il considère que la proposition de M. Barnier a pris un pas vers le modèle américain.
KL/A9

Politique intérieure

Gouvernement

Le gouvernement va inverser la courbe de l’endettement en trois ans
Helsingin Sanomat analyse les décisions annoncées lors du cadrage budgétaire ainsi que les nouvelles prévisions du ministère des Finances.
La croissance est évaluée à 0,5% cette année et 1,8% en 2015. Cette année, ce sont uniquement les exportations qui vont tirer la croissance mais la consommation devrait repartir l’année prochaine. Le chômage devrait augmenter pour atteindre 8,4% cette année. Le plan d’économies approuvé en mars est le quatrième du gouvernement. Il devrait permettre de retrouver un équilibre des finances publiques vers 2018.
HS

Parti social-démocrate

Répartition des portefeuilles
Turun Sanomat relève que tous les membres du groupe parlementaire et du bureau national du Parti social-démocrate n’ont pas été satisfait du fait que le PSD ait eu le portefeuille de ministre de la Culture et des Sports et non celui des Transports.
Selon le président du groupe parlementaire, M. Jouni Backman, « nous avons plusieurs spécialistes de la politique des transports dans le groupe. Les affaires liées aux transports sont considérées comme importantes dans les provinces ».
La répartition des tâches du ministre de la Culture et des Sports en soi n‘a pas été difficile pour le PSD. Mme Pia Viitanen, ministre du Logement et des Communications, a obtenu le portefeuille de la Culture et des Sports et a cédé les communications à la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru. Mme Susanna Huovinen, ministre des Services sociaux, a eu les affaires de l’égalité et de la parité.
Mme Jutta Urpilainen, présidente du parti, a souligné qu’il était naturel d’accorder les communications à Mme Kiuru qui prépare actuellement une réforme du système scolaire qui concerne aussi l’utilisation des nouvelles technologies.
TS/14

Vrais Finlandais

M. Soini a publié un livre
Helsingin Sanomat rapporte que M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, a publié jeudi un livre sur les évènements politiques, sa propre carrière et les actes des députés des Vrais finlandais.
M. Soini révèle qu’au printemps 2012, lors des élections présidentielles, il a été grièvement malade et son cœur a été opéré.
M. Soini, fier de ses bons résultats en tant que président du parti, écrit que « j’ai réussi, en coopération avec la base du parti, à créer un mouvement modéré qui respecte les règles de la démocratie ». « Le populisme n’est pas pour moi de flatter le peuple. C’est une manière populaire d’exprimer et de promouvoir mon programme et mon idéologie ».
Selon M. Soini, Mme Thatcher a été une source de l’inspiration pour lui en tant que président du parti.
Selon le quotidien, la croissance de la popularité des Vrais Finlandais n’aurait pas été possible sans M. Soini et ses qualités politiques.
Dans son livre, M. Soini, qui préside les Vrais Finlandais depuis 17 ans, se plaint aussi des problèmes que lui causent les Vrais Finlandais, surtout les députés comme Jussi Halla-aho, Teuvo Hakkarainen et James Hirvisaari. Il estime toutefois que M. Halla-aho se réussit en tant que parlementaire européen.
« Je ne peux tout simplement pas quitter la présidence du parti parce que nous n’avons pas de dirigeant que la base pourrait approuver pour me remplacer. » Son favori pour présider le parti à l’avenir est le député Jussi Niinistö.
M. Soini promet d’amener les Vrais Finlandais au gouvernement. Il admet être plus intéressé par le portefeuille des affaires étrangères ou du commerce extérieur que de celui des finances.
HS/A18

Garantie jeunesse

Un employeur sur sept seulement la connait
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la garantie jeunesse, et le fait qu’un employeur qui recrute un jeune chômeur (de moins de 25 ans) ou une personne de moins de 30 ans qui vient de terminer ses études, peut obtenir une subvention, n’est connu que par peu d’employeurs.
Des crédits de 60 millions d’euros ont été accordés à la garantie de jeunesse.
HS relève qu’en 2013, 38 834 jeunes de moins de 25 ans ont été au chômage au moins une partie de chaque mois de l’année, ce qui est 21 % de plus qu’en 2012. 2941 personnes de 25 à 29 ans qui ont terminé leurs études étaient au chômage tous les mois, ce qui est 29 % de plus que l’année dernière.
76,4 % des périodes de chômage ont été interrompues avant le délai de trois mois. Une partie des personnes concernées ont trouvé un emploi, d’autres ont participé à une formation en vue de recherche du travail.
16 000 personnes de moins de 30 ans ont bénéficié d’une subvention salariale.
10 079 jeunes de 15 à 24 ans ont eu un contrat d’apprentissage en 2012.
HS/A10

Nucléaire

Editorial : « Un, deux ou zéro réacteur ? » HS
Matti Kalliokoski écrit dans Helsingin Sanomat que les projets de réacteurs de fennovoima (HA1) et de TVO (OL4) sont menacés : pour le premier c’est la taille du réacteur, son fournisseur et son actionnariat qui ont changé, pour le second, c’est le précédent projet qui n’est pas terminé. De plus, le marché de l’électricité est au plus bas.
M. Kalliokoski estime qu’il n’est pas impossible que le projet de Fennovoima échoue et que certains de ses actionnaires entrent dans le projet OL4. Il y a déjà une vingtaine d’actionnaires communs. A moins que les deux projets finissent par se faire. Ou qu’ils échouent tous les deux.
HS

« Fennovoima ou Russovoima ? » NP
Le professeur d’économie Peter Lund estime que l’Etat finlandais pourrait encore sauver le projet de Fennovoima. Cela signifierait que Outokumpu augmente encore sa participation ou Fortum y entre. Ou alors il faut que l’on laisse Rosatom augmenter sa participation.
Pour M. Lund, les objectifs de Rosatom dans ce projet sont avant tout commerciaux, même si, ensuite, ils ont pu changer. Fennovoima serait la première ouverture pour Rosatom qui vendrait alors un réacteur à un pays occidental. De plus, il sera bientôt possible de vendre de l’électricité en Russie : la centrale de fennovoima serait alors un back up pour la région de Saint-Petersbourg.
Nykypäivä publie une traduction de la conversation, rendue publique, entre le pDG de Rosatom, M. Kirilenko, et le président Poutine. M. Kirilenko y défend son projet d’investissement dans Fennovoima à un président qui craint notamment que ce projet soit néfaste pour Gazprom (l’électricité produite par la centrale de Fennovoima venant remplacer l’énergie – du gaz – acheté par la Finlande à Gazprom).
NP

Point de vue : « On ne peut pas comparer une centrale nucléaire à un gratte-ciel » HS
Helsingin Sanomat publie la réponde de la directrice de communication d’Areva, Mme Moucquot-Laiho, à un article du journal qui comparait le coût d’OL3 à un gratte ciel.
HS

France

Nouveau gouvernement

« M. Hollande prend un risque » KL
« Entre la farce et le politique » Dem
Kauppalehti estime qu’en choisissant M. Valls pour faire une politique social-démocrate voire social-libérale, M. Hollande prend un risque sin on interprète le signal de mécontentement des électeurs de gauche.
KL

Jeudi 3 avril 2014

Politique étrangère et européenne

UE – Afrique

Propos de M. Katainen
Le Premier ministre Jyrki katainen estime que les difficultés de l’UE à lancer l’opération en RCA témoignent des carences de la politique étrangère et de sécurité commune. « Le retard pour lancer cette opération prouve d’une part que les ressources financières sont comptées dans de nombreux pays, ce pourquoi il a été difficile de prendre des décisions sur l’envoi de troupes. Cela témoigne aussi du faible développement de la politique étrangère et de sécurité commune. Nous avons beaucoup de voix en Europe mais peu de muscles ou même de volonté ». Selon lui, l’UE doit approfondir sa politique étrangère et de sécurité si elle veut faire entendre sa voix dans le monde. « C’est ce qu’il faudra durant le mandat de la prochaine commission ».
HS

Guinée – fièvre Ebola

La Croix rouge finlandaise envisage d’envoyer des experts en Guinée
Hufvudstadsbladet relève que la Croix rouge finlandaise est prête à envoyer des experts pour lutter contre l’épidémie d’Ebola à laquelle fait face la Guinée. La Croix rouge internationale a demandé aux Finlandais s’ils pouvaient envisager de participer à une opération. Une évaluation est en cours sur place concernant la nécessité de mobilisation d’un groupe international de volontaires.
M. Löövi, chef de l’aide internationale de la Croix rouge finlandaise, relève qu’il pourrait s’agir d’envoyer un ou deux Finlandais en Guinée, dans le cadre d’une douzaine de volontaires internationaux. Le rôle de la Croix rouge internationale serait de travailler avec les locaux en faveur de la prévention et de les soutenir au niveau de l’information.
HBL/12

Finlande – Russie – Crise ukrainienne

M. Tuomioja fixe de strictes conditions à une aide financière à l’Ukraine
Demokraatti publie une interview du ministre des Affaires étrangères qui commente la crise ukrainienne.
« La Russie considère la Crimée comme une affaire intérieure. On ne reconnaîtra pas le rattachement de la Crimée à la Russie. Il faut espérer qu’avec le temps les relations avec la Russie vont se normaliser. Il n’y aura pas d’investissements occidentaux en Crimée ».
Selon lui, le principal souci réside sur la situation en Ukraine. « Je ne pense pas que le silence qui règne actuellement en Ukraine va durer. Il faut que l’avenir de l’Ukraine soit entre les pains des Ukrainiens. Il est bon que les ministres des affaires étrangères américain et russe négocient, mais aucune décision ne peut être prise par-dessus la tête des Ukrainiens. »
M. Tuomioja estime que l’Ukraine aura besoin d’importantes aides financières mais qu’il faudra fixer de strictes conditions. « L’aide à l’Ukraine doit être soumise à de strictes conditions en terme de réforme économique, d’utilisation des fonds et de développement de la démocratie. Il faut se rappeler que l’Ukraine est un des Etats les plus corrompus au monde », dit-il. Il souligne aussi qu’il faut fixer des conditions politiques : il faut veiller au respect de la démocratie, des droits des minorités... Il rappelle qu’outre les russophones, il y a en Ukraine d’autres minorités. « Je viens de rencontrer le ministre arménien des Affaires étrangères qui m’a affirmé qu’il y avait 300 000 arménien en Ukraine. Il faut que tout le monde se sente en sécurité en Ukraine. »
« Il y a aussi des éléments d’extrême-droite en Ukraine. La propagande sur un coup d’état fasciste est un pur mensonge. Mais il y a des fascistes en Ukraine et il faut être très strict à leur égard ».
M. Tuomioja se demande aussi si l’UE a agi à l’égard de la Russie de la manière la plus sage. La façon dont la politique du voisinage a été menée depuis 2008 a pu faire penser à la Russie que l’on voulait la couper de son voisinage historique. « ce n’était bien entendu pas l’intention de l’UE ».
Dem

M. Tuomioja rejette la carte de l’Otan
M. Tuomioja déclare qu’en dépit des sondages qui montrent qu’une une nette majorité des Finlandais est opposée à l’entrée dans l’OTAN, il y a toujours la tendance à agiter la carte e l’OTAN. « Les attitudes traditionnelles à l’égard de l’OTAN se trouvent renforcées : ceux qui y étaient favorables le sont encore plus et ceux qui y étaient opposés en sont ecnore plus convaincus ».
M. Tuomioja estime que le choix d’un ancien premier ministre PSD norvégien à la tête de l’OTAN n’aura aucune influence : ce n’est pas première fois que de bons socialistes sont à la tête de l’OTAN.
Dem

Billet de M. Haglund : « On parle de politique de défense même à table » HBL
Le ministre de la Défense, M. Haglund, écrit dans un billet publié dans Hufvudstadsbladet, qu’un débat animé sur la politique de défense est en cours partout. Les gens montrent un intérêt plus important que jamais à l’égard de son travail. L’avenir, la Russie, l’Ukraine, l’OTAN et la défense sont évoqués.
M. Haglund estime que la coopération de défense avec la Suède se renforcera dans les années à venir. Il relève qu’il est en train de préparer, avec son homologue suédois, un plan ambitieux pour le renforcement de la coopération de défense en temps de paix. Quant aux temps de crise, M. Haglund estime qu’il faut des engagements et des accords au niveau des Etats. Il souhaite que l’on puisse débattre de la défense à l’occasion des législatives de 2015. Il estime que, quoi que l’on décide à l’avenir, il est essentiel de maintenir la capacité de défense nationale.
Dans le débat finlandais sur les formes de coopération dans le domaine de la défense, on se pose traditionnellement la question de la réaction de la Russie. Il est d’autant plus ironique, selon M. Haglund, qu’avec ses actions de ces derniers temps, la Russie a poussé la Finlande, et la Suède aussi sans doute, vers une adhésion à l’OTAN. Ce n’était certainement pas son intention, écrit M. Haglund.
HBL/17

Editoriaux et points de vue
« L’OTAN n’a qu’un rôle secondaire dans la crise ukrainienne » HS
Helsingin Sanomat souligne que, dans la crise ukrainienne, les décisions de l’OTAN n’ont pas eu de rôle principal mais elles se sont calquées sur celles de l’UE. Selon l’éditorialiste, il est bon que l’OTAN reste en coulisse dans cette crise, car cela assure que le risque d’un élargissement militaire reste lui aussi au second plan.
Kari Huhta souligne dans Helsingin Sanomat que la principale menace pour la Finlande n’est pas d’ordre militaire mais politique. En effet, « le principal est de garder une crédibilité politique. Il faut dire qu’on ne veut pas être avec la Biélorussie mais que la place de la Finlande est dans l’UE. Il n’y a pas d’autre groupe de référence dans cette crise. Si des individus isolés souhaitent que l’on se démarque des sanctions européennes, ce n’est pas grave. Il y a toujours des voix divergentes, ailleurs aussi. Mais il faut que la ligne du gouvernement soit claire afin de ne pas perdre sa crédibilité, ce qui serait sujet de réelle peur ».
HS

Finlande - Estonie

Projet de tunnel ferroviaire
Helsingin Sanomat rapporte que le projet de tunnel ferroviaire reliant Helsinki à Tallin est toujours à l’étude. L’UE a alloué des fonds pour une étude sur ce projet baptisé Talsinkifix.
HS

Développement

Plus de financement privé ?
Hufvudstadsbladet rend compte d’un séminaire sur le financement du développement durable dans l’avenir, qui se tient à Espoo, aujourd’hui.
Concernant le financement par des entreprises, et le partenariat entre le secteur public et le secteur privé, des spécialistes mettent en garde contre le fait que ce partenariat signifie des investissements seulement dans les pays où il y a des perspectives pour des bénéfices. Les plus pauvres n’ont aucune chance.
Mme Pennanen de Kepa, ONG du domaine de la coopération au développement, rappelle qu’il faut résoudre les questions structurelles importantes telles que le changement climatique, les paradis fiscaux et la règle du jeu inexistante concernant les activités minières en Afrique, par exemple.
M. Griffith d’Eurodad (European Network on Debt and Development), réseau de financement du développement et de lutte contre la pauvreté, relève qu’il n’est dans les intérêts de personne de diminuer l’aide au développement qui sert à lutter contre la pauvreté mondiale, diminuer les troubles et freiner les flux d’immigrants.
Il estime que les problèmes sociaux en Finlande, par exemple, et la pauvreté extrême dans le monde sont deux choses bien distinctes. Des sommes qui ne sont pas importantes par rapport au PIB finlandais peuvent faire toute la différence dans les pays en voie de développement.
Il faudrait, selon M. Griffith, que les pays riches éliminent les paradis fiscaux. Une grande partie de l’argent qui s’y cache vient des bénéfices obtenus en Afrique par des compagnies multinationales. Les pays membres de l’UE sponsorisent les paradis fiscaux, selon lui. Il faudrait rendre le système transparent afin de permettre l’imposition là où il le faut.
HBL rappelle que la Finlande accorde 0,53 % de son PIB au développement (par rapport à la Suède, par exemple, qui y consacre 0,99 % de son PIB). Le taux finlandais correspond à 202 euros par habitant par an, soit 55 centimes par jour.
HBL/8

Elections européennes

M. Donner a présenté sa candidature
Selon Helsingin Sanomat, le Parti suédois a présenté mercredi la candidature en vue des élections du Parlement européen de M. Jörn Donner (81 ans), actuel député et ancien parlementaire européen. Il est de retour au Parlement depuis l’automne dernier. Le poste de député s’est libéré après la nomination de Mme Astrid Thors au poste d’ombudsman des minorités à l’OSCE. M. Donner, candidat indépendant, a décidé de se présenter pour lutter contre le populisme d’extrême droite et en faveur d’une Europe unie.
Le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, souligne apprécier l’expérience et les connaissances de M. Donner surtout dans la politique étrangère. M. Donner est membre de la commission des affaires étrangères du Parlement. M. Donner, qui a changé de parti politique plusieurs fois pendant sa longue carrière, avait obtenu, aux élections européennes de 1996, plus de 80 000 voix. Il a été alors candidats du PSD.
HS/A13

Politique intérieure

Partis politiques

Selon un sondage récent, le Parti conservateur se rapproche du Parti du centre
Selon un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du journal télévisé d’Yle par l’institut Taloustutkimus, la popularité du Centre a baissé de deux points depuis février et celle du Parti conservateur a augmenté d’un point – de même que celle des Vrais Finlandais.
L’audience du Centre est de 20,9 % et celle du Parti conservateur de 20,3 %. Les Vrais Finlandais ont obtenu un score de 17,8 % et le PSD 15,5 %.
L’audience de l’Alliance verte est de 8,7 % et celle de l’Alliance des gauches 7,7 %. Le Parti suédois a obtenu 4,3 % et les Chrétiens-démocrates 3,5 %.
Le sondage a été effectué auprès de 3 898 personnes entre le 5 mars et le 1er avril.
Le Premier ministre Jyrki Katainen, président du Parti conservateur, n’a pas encore voulu commenter ses propres projets pour l’avenir. Il a promis antérieurement d’annoncer au cours du mois d’avril s’il compte continuer à la tête de son parti après le congrès de l’été prochain.
M. Juha Sipilä, président du Centre, souligne qu’il ne s’inquiète pas pour la baisse de l’audience de son parti.
Yle

Gouvernement

Répartition des portefeuilles
Le conseil national et le groupe parlementaire du Parti social-démocrate ont décidé de répartir le portefeuille de la culture et des sports entre trois ministres. Mme Pia Viitanen, actuel ministre du Logement, sera aussi ministre de la Culture et des Sports. Elle transmettra les affaires de communication à la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru. Mme Susanna Huovinen, ministre des Services sociaux, s’occupera des affaires de l’égalité et de la parité.
M. Jouni Backman, président du groupe parlementaire du PSD, rappelle que le groupe parlementaire a été favorable à la répartition des tâches ministérielles entre les ministres actuels.
hs.fi

« La Finlande du Nord n’a plus aucun ministre »
Kaleva, quotidien paraissant à Oulu, critique le fait qu’après la démission de Mme Merja Kyllönen du poste de ministre des Transports, aucun ministre du gouvernement ne représente plus la Finlande du Nord.
Kaleva/mer/2

Le nombre de conseillers des ministres est critiqué
Keskisuomalainen relève que la décision du gouvernement d’embaucher cinq nouveaux conseillers à la place des conseillers sortants de l’Alliance des gauches, un pour chaque parti du gouvernement, a suscité beaucoup de critiques.
Mme Tuija Brax (Alliance verte), présidente de la commission de l’inspection du Parlement, souligne que cette décision est en contradiction avec l’avis de la commission exprimée en février. La commission avait alors critiqué entre autre le nombre élevé de conseillers du gouvernement.
Selon Mme Päivi Räsänen, présidente des Chrétiens-démocrates et ministre de l’Intérieur, son parti aurait dû exiger plus de conseillers déjà pendant les négociations gouvernementales. Mme Räsänen, seule ministre de son parti, est membre de tous les douze groupes ministériels et de quatre comités interministériels. Elle a deux conseillers politiques.
KS/11

Parti social-démocrate

Mme Urpilainen n’aurait pas la majorité des présidents des districts derrière elle
Yle rapporte que selon ses informations, Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD, la majorité des présidents des districts du parti ne serait pas favorable à sa réélection au congrès du parti en mai. Un groupe de présidents de trois grands districts souhaiterait avoir un entretien avec Mme Urpilainen pour évoquer la situation avec elle.
Mme Urpilainen s’est contentée de dire qu’elle comptait commencer sa campagne électorale lundi prochain.
Yle

Vrais Finlandais

16 députés proposent une baisse de l’âge de la retraite pour les femmes mariées avec enfants
Selon Helsingin Sanomat, 16 députés des Vrais Finlandais ont signé lune initiative de loi qui signifierait une baisse de l’âge de la retraite des femmes mariées qui ont donné naissance à des enfants. Le premier enfant ferait baisser l’âge de la retraite de trois ans, le deuxième et le troisième de deux ans. Les signataires soulignent que cela améliorerait la situation des femmes et aussi l’importance du mariage.
HS/A13

Economie

Baisse de l’emploi des jeunes femmes
Helsingin Sanomat relève qu’en période de crise économique, le taux d’emploi des femmes de 35 – 44 ans diminue plus rapidement que celui des hommes du même âge. A cause de la situation de l’emploi, les femmes restent plus longtemps à la maison pour élever les enfants.
Au niveau international, le taux d’emploi des femmes finlandaises demeurent toutefois parmi les plus élevés.
HS

Nordea pourrait supprimer 300 emplois
La banque Nordea a l’intention de supprimer en 2014 et 2015 de 250 à 300 emplois en Finlande.
Actuelleement Nordea emploie 7 700 personnes en Finlande dans 270 agences.
Nordea a commencé son plan social hier.
HS

Nucléaire

Le contrôle-commande d’OL3 ne sera pas ramené d’Allemagne cette année
Turun Sanomat présente les premiers tests qu’Areva vient de commencer à Erlangen, en Allemagne. TS

France

Nouveau gouvernement

Mme Royal revient au plus haut niveau de la politique
Helsingin Sanomat présente le nouveau gouvernement et estime que le nom le plus intéressant des personnes qui y entre est celui de l’ancienne candidate à la présidence.
HS

Billet : « Des personnes d’origine immigrée à la tête de Paris et de la France »
Hufvudstadsbladet publie un billet de Mme Gestrin sur le résultat des élections en France et le remaniement gouvernemental. Elle estime que M. Valls aura à sa charge de renforcer l’économie, mais également l’équité sociale.
Elle estime qu’avec M. Valls, on peut espérer une ligne plus claire, des décisions qui tiennent et moins de compromis.
HBL/18

Histoire

Jacques Le Goff
Helsingin Sanomat publie une nécrologie du célèbre médiéviste qui vient de disparaître.
HS

Mercredi 2 avril 2014

Politique étrangère et européenne

UE – Afrique

Propos de M. Tuomioja
Le sommet UE-Afrique commence aujourd’hui à Bruxelles dans l’esprit de développer la relation entre les deux parties vers un partenariat égal. M. Tuomioja ministre des Affaires étrangères, qui a participé à la préparation de la réunion, note qu’il ne s’agit pas d’une relation d’aide mais de coopération.
Outre les relations commerciales et les flux d’immigrants, la répartition des responsabilités dans la gestion de crises devra être évoquée. Selon M. Tuomioja, les Africains sont aujourd’hui plus prêts qu’avant à résoudre eux-mêmes des crises, mais ils ont toujours besoin d’aide dans ce domaine. HS note que l’opération militaire en Centrafrique, entamée hier, devra être transférée sous la responsabilité de l’Union africaine d’ici six mois.
HS/A24

RCA
Les Etats membres de l’UE ont adopté l’opération en RCA, hier. La Finlande enverra 25 soldats en République centrafricaine. Selon le commandant Engroos, représentant militaire adjoint de la représentation finlandaise auprès de l’UE, l’envoi des troupes avancera progressivement de façon à ce que les premiers pourront partir immédiatement.
Quatre Finlandais sont actuellement en Grèce à l’Etat-major de l’opération pour les préparatifs. Les Finlandais seront divisés en deux groupes dont un sera chargé de la gestion des explosifs et l’autre de la création de liens entre l’opération et l’administration locale. Deux Finlandais seront placés au nouvel Etat-major qui sera créé à Bangui.
Selon M. Engroos, dans la pratique, les Finlandais pourront se rendre en RCA à la fin avril-début mai, 20 jours de l’adoption définitive du démarrage de l’opération.
HS

Finlande – Russie

La Finlande reporte une réunion prévue avec la Russie
Yleisradio a rapporté, hier, que selon le ministre du Commerce extérieur, M. Stubb, la rencontre de la commission économique fénno-russe sera reportée. Il s’agit d’une réunion ministérielle qui se tient tous les ans, et généralement au printemps.
M. Stubb a dit que le report était dû à la politique adoptée au niveau européen en raison de la situation en Ukraine. Pour lui, le report n’engendrera pas de gène pour la Finlande. Les questions de routine seront gérées au niveau des fonctionnaires, et la rencontre sera certainement organisée à une date ultérieure. Il ne s’attend pas à des réactions, « c’est business as usual », selon lui.
Le directeur des douanes russes, M. Belianinov, a annulé sa visite en Finlande, prévue pour jeudi et vendredi. Il aurait eu un empêchement. Le directeur des douanes finlandaises, M. Nissinen, relève qu’il est possible que son homologue soit en déplacement dans les environs de la Crimée.
Les autorités finlandaises avaient souhaité que la situation des transports TIR ait pu être évoquée lors de cette visite. Pour M. Nissinen, ces transports ne sont pas liés à la question ukrainienne. « La question des transports TIR sera évoquée entre la Commission européenne et les douanes russes ainsi qu’auprès des organisations internationales de ces transports. L’objectif principal de la Finlande est que le commerce extérieur et les transports de marchandises continuent à la frontière Est. »
Les douanes russes ont informé la Finlande sur le fait que l’accueil des transports TIR serait arrêté au poste frontalier de Vaalimaa.
HS/A31
Ukraine

Propos de M. Tuomioja
Demokraatti, organe du PSD, relève que selon le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, les évènements en Ukraine traduisent le retour – momentané – de la politique de force. « Il ne faut pas que le conflit prenne d’envergure, car cela pourrait avoir des conséquences vastes », a-t-il dit lors d’un débat organisé sur les nouveaux défis de la politique étrangère entre les ministres et les candidats aux européennes du PSD.
M. Tuomioja est convaincu que le seuil d’un usage de la force est très élevé pour la Russie. Il y aurait une opposition en la matière même parmi les russophones de l’Ukraine, selon lui. Les semaines qui viennent seront déterminantes, pour lui.
Les sociaux-démocrates ont considéré qu’il convient de maintenir des contacts normaux avec la Russie et son Président. Ils ont souligné l’importance de la présence des observateurs de l’OSCE en Ukraine. Les problèmes de l’Ukraine, dont la corruption, ont également été évoqués.
M. Tuomioja a constaté qu’il faut soutenir l’Ukraine, mais avec certaines conditions. Il estime qu’il serait une bonne chose si le parlement ukrainien condamnait l’antisémitisme. Cela servirait à éliminer des outils à la propagande. Il ne faut surtout pas, selon le ministre, donner un pouvoir quelconque aux forces de l’extrême droite du pays.
Concernant les rumeurs de l’intérêt de M. Poutine quant au territoire finlandais, M. Tuomioja affirme qu’ils sont encore moins réalistes que le retour de la Carélie dans le giron de la Finlande.
Dem/4

Editorial : « On peut féliciter le ministre des Affaires étrangères » HS
Kari Huhta estime dans Helsingin Sanomat que c’est le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja qui, en Finlande, a été le plus clair pour exprimer la ligne finlandaise depuis le début de la crise en Ukraine. Il est celui qui a le plus clairement indiqué que la Finlande était entièrement engagée dans une ligne commune européenne.
HS

Grèce

Propos de Mme Urpilainen
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, souhaite une mise en œuvre rapide pour le paquet de sauvetage de la Grèce.
Elle note qu’il s’agira de soulager les problèmes de financement futurs par des mesures favorisant la croissance économique. Les allègements de dette n’ont pas été évoqués, à Athènes, selon elle.
En ce qui concerne les réformes législatives grecques, Mme Urpilainen relève qu’il faudra veiller à ce qu’elles pourront être réalisées.
SM/9

Trafic d’or

Une entreprise de Helsinki a passé 255 kilos de lingots d’or en contrebande
Un groupe helsinkien est soupçonné d’avoir organisé le trafic de 255 kilos d’or de Belgique en Norvège en passant par la Finlande. Deux Finlandais et un Estonien sont soupçonnés dans cette affaire.
Le fisc estime ses pertes à hauteur de 2,3 millions d’euros.
KS/4
Nucléaire

« Selon M. Katainen, le nucléaire doit rester entre les mains finlandaises » AL
Aamulehti publie une interview du Premier ministre Jyrki Katianen. Le quotidien écrit que, après les décisions sur le cadrage budgétaire, la prochaine question de poids du gouvernement sera la décision sur Fennovoima.
En effet, les Verts ont clairement indiqué que transmettre au parlement le complément d’autorisation de principe conduirait à leur départ du gouvernement, ce qui réduirait à quatre partis la coalition gouvernementale.
M. Katainen souligne que Fennovoima a obtenu une autorisation de principe de construire une centrale. Selon lui, il ne faut pas politiser le complément d’autorisation de principe. Si les juristes le proposent et si le projet avance comme prévu, il faut donc transmettre le dossier au Parlement.
Interrogé sur la diminution de l’actionnariat finlandais et la possibilité que Rosatom prenne la majorité de Fennovoima, le Premier ministre répond : « Je ne vois aucune possibilité pour cela. Pour construire une centrale en Finlande, il faut que la majorité de l’actionnariat soit finlandais ».
Il souligne toutefois qu’actuellement la Finlande importe de Russie une électricité dont la production est à 100%% russe.
AL

« Olkiluoto 3 est plus cher qu’un gratte-ciel » HS
Helsingin Sanomat compare le prix de la centrale actuellement construite à Olkiluoto avec de grands bâtiments et projets énergétiques à travers le monde.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Mme Virkkunen aura le portefeuille des transports
Le PSD se répartira le portefeuille de la culture et des sports
Selon Helsingin Sanomat, Mme Henna Virkkunen, ministre conservatrice chargée des communes, aura en plus le portefeuille du ministre des Transports à partir de vendredi prochain.
Le gouvernement a décidé de ne pas nommer de nouveaux ministres pour remplacer les deux ministres sortants de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, et Mme Merja Kyllönen, ministre des Transports. La démission des ministres de l’Alliance des gauches aura lieu officiellement vendredi.
Mme Virkkunen estime qu’elle a suffisamment de temps pour s’occuper aussi des transports même si elle est candidate aux élections européennes. « Il faut revoir le calendrier pour les prochaines semaines. J’ai eu l’intention de prendre quelques jours de congé en mai pour faire ma campagne électorale mais cela ne sera peut-être pas possible. »
Mme Virkkunen ne veut pas se prononcer sur les affaires des transports avant sa nomination officielle vendredi. Elle ne sait pas encore comment elle compte partager son temps entre les deux ministères. En tant que ministre chargée des communes elle travaille au ministère des Finances, situé à la pace du sénat, et en tant que ministre des Transports, suitué à Eteläesplanadi.
L’opposition, notamment les députés centristes ont beaucoup critiqué la décision du Parti conservateur. MM. Markku Rossi et Timo Kalli, tous deux membres de la section des transports de la commission des finances du Parlement, estiment que le Parti conservateur ne s’intéresse pas vraiment à la politique des transports.
Selon les informations du quotidien, les conservateurs estiment que la mission du ministre chargé de la réforme des communes est déjà accomplie. Ils estiment aussi que Mme Virkkunen sera élue au Parlement européen et souhaitent construire un portefeuille important pour le futur ministre.
Le PSD s’occupera du portefeuille de la culture. Le bureau national du PSD se réunira mercredi et le groupe parlementaire jeudi pour décider de la répartition des affaires de la culture et des sports. Il est probable que la ministre de l’Education, Mme Krista Kiuru, aura la plupart de ces tâches. Les affaires liées à l’égalité seraient transmises à Mme Susanna Huovinen, ministre des Services sociaux et les affaires liées à la jeunesse à M. Lauri Ihalainen, ministre du travail.
HS/A13

Le gouvernement embauchera cinq nouveaux conseillers
Helsingin Sanomat relève que le gouvernement compte embaucher cinq nouveaux conseillers à la place des cinq conseillers sortants de l’Alliance des gauches, un à chaque cinq parti du gouvernement.
Selon la chancellerie du Premier ministre, les salaires de deux ministres, d’un secrétaire d’Etat et de cinq conseillers s’élèvent à environ 812 000 euros par an. Le coût de cinq conseillers s’élève à environ 420 000 euros et le gouvernement ne fait que 400 000 euros d’économies par an. Le salaire d’un conseiller varie entre 4 500 et 6 500 euros par mois.
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat rappelle que le nombre de conseillers du gouvernement a augmenté considérablement ces dernières années.
HS/A13, A5

Jeunesse

Pisa 2012
Helsingin Sanomat rapporte que selon, les résultats de Pisa 2012, les Finlandais de 15 ans sont parmi les meilleurs en Europe pour résoudre des problèmes d’ordre pratique. Cette capacité a été évaluée pour la première fois.
Parmi tous les pays, les Finlandais sont arrivés neuvième. Les trois premiers ont été les jeunes de Singapour, de la Corée et du Japon.
Parmi les Finlandais, les filles se sont mieux débrouillées que les garçons. Les immigrés ont eu de mauvais résultats par rapport aux Finlandais.
Dans son éditorial, le quotidien déplore surtout le mauvais score des garçons. « Le système scolaire finlandais aurait aussi à apprendre des autres pays, » estime HS.
HS/A16, HS/A5

Métropole

Le groupe de travail propose une région de dix communes pour la métropole
Selon Helsingin Sanomat, le groupe de travail présidé par Mme Päivi Laajala, directrice au ministère des Finances, a remis mardi son rapport à la ministre conservatrice chargée des communes, Mme Virkkunen et à la ministre social-démocrate du Logement, Mme Pia Viitanen. Le groupe de travail propose que dix communes – Helsinki, Espoo, Vantaa, Kauniainen, Kirkkonummi, Kerava, Järvenpää, Nurmijärvi, Tuusula et Sipoo – forment la région de la métropole.
« La région serait unie et urbaine », selon Mme Laajala. Le groupe de travail propose que le conseil de la métropole soit élu dans une seule circonscription électorale.
HS/A18

Budget

Les allocations familiales n’ont été diminuées qu’en tant de récession
Helsingin Sanomat rappelle que les allocations familiales existent en Finlande depuis 1948. Elles ont augmenté jusqu’au début des années 1990. A la suite de la crise, elles n’avaient cessé de diminuer en valeur réelle.
A la fin des années 1980, le gouvernement les avait doublées. 90 la suite de la crise, le gouvernement Lipponen avait du les diminuer de 700 millions de markkas, soit l’équivalent de 160 millions d’euros actuels.
HS

Les communes s’endettent à rythme élevé
Kesksisuomalainen souligne que les communes finlandaises ne cessent de s’endetter depuis le début des années 2000. L’endettement moyen par habitant est passé d’un peu plus de 750 euros par habitants à près de 2300 euros en 2012. A Vantaa, c’est plus de 5000 euros par habitant et à Jyväskylä, Oulu et Turku plus de 3000 euros.
KS

Plan social à Jyväskylä
La municipalité de Jyväskylä, qui emploie 6 800 personnes a terminé la deuxième phase de son plan social. Tous les agents de la ville devront être mis à pied deux semaines cette année.
Par ailleurs, les suppressions d’emplois pourraient concerner plus de 100 personnes.
KS

Economie

Une proposition d’achat du groupe Metso
Helsingin Sanomat relève que le rival écossais de Metso, Weir Group, a fait une offre publique d’achat, à la surprise du conseil d’administration de Metso.
Selon The Times, Weir Group aurait proposé 4 milliards d’euros pour Metso.
Le groupe Solidium chargé des actions de l’Etat est actionnaire dans Metso à hauteur de 11 %.
HS/A29

Talvivaara – une pause
Le groupe minier Talvivaara qui souffre de problèmes économiques graves s’est mis d’accord avec le groupe belge Nyrstar sur un arrangement de prêt de 20 millions d’euros qui lui permettra de continuer ses efforts d’équilibrer ses finances.
Nyrstar est un client important de Talvivaara.
HS/A30

Mardi 1er avril 2014

Politique étrangère et européenne

EU - Afrique

M. Katainen participera au sommet entre l’UE et l’Afrique
Turun Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen participera mercredi à Bruxelles au quatrième sommet entre l’Union européenne et l’Afrique qui portera sur les thèmes de la paix, de la sécurité et du bien-être.
Selon la chancellerie du Premier ministre, M. Katainen prononcera un discours lors de la séance sur l’Etat providence.
Le Premier ministre Katainen participera également à une rencontre restreinte qui précède le sommet, qui sera présidé par le Président Hollande, le président du conseil européen M. van Rompuy, le président de l’Union africaine Abdel Azizi, président mauritanien.
Dans le cadre du sommet, M. Katainen aura des entretiens avec les présidents de la Tunisie et du Ghana et le vice-président d’Angola.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, représentera la Finlande à la réunion des ministres des affaires étrangères qui précède la réunion des chefs d’Etat et de gouvernement.
TS/9

Finlande – Kosovo

Visite en Finlande du ministre kosovar des Affaires étrangères
Hufvudstadsbladet rend compte de la visite en Finlande du ministre kosovar des Affaires étrangères, M. Hoxhaj, qui souhaite que les évènements de ces derniers temps en Ukraine puissent pousser l’UE à s’intéresser plus activement aux Balkans. Pour lui, faire le parallèle entre la situation en Crimée et la déclaration d’indépendance du Kosovo est « criminel ».
M. Hoxhaj a déjeuné, hier, avec son homologue, M. Tuomioja. Il a souligné l’esprit pro-européen de son pays en estimant que l’entrée des pays Balkans dans l’UE ne serait pas un élargissement mais plutôt une consolidation. Le Kosovo, et les Balkans en général, font géographiquement, historiquement et culturellement partie de l’Europe, selon lui.
Concernant son pays, il affirme qu’il n’y a pas de « mauvais sang » entre les différents groupes de population. Pour lui, la coopération avec la Serbie représente un problème plus important.
Il estime que le Kosovo pourrait être membre de l’UE dans 7 à 10 ans.
HBL/10

Climat

Réactions au nouveau rapport du GIEC
Le rapport du GIEC sur les effets du réchauffement climatique et l’adaptation au changement relève qu’une augmentation de la température de deux degrés pourra rétracter l’économie mondiale de 0,2 à 2 points. M. Taalas, directeur de l’Institut météorologique de Finlande, relève que ce qui est nouveau par rapport aux informations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publiées à l’automne dernier, est que l’accessibilité des ressources d’eau sera dérangée.
Les phénomènes climatiques extrêmes s’intensifieront également en Finlande. « Il nous faut renforcer la capacité de la société de gérer les risques liés au changement climatique », dit Mme Husu-Kallio, directrice générale du ministère de l’Agriculture.
C’est l’agriculture qui parmi les activités économiques fera face à le plus de changements. La chaleur, la sécheresse et les précipitations vont augmenter.
Déjà maintenant, on observe une diminution des récoltes locales s’élevant jusqu’à 10 %, selon Mme Hakala, chercheur à l’institut de recherche agro-alimentaire, un des cinq chercheurs Finlandais qui ont participé à la rédaction du rapport du GIEC.
Même s’il est difficile d’estimer le coût financier engendré par le changement climatique, M. Granholm du ministère de l’Agriculture relève que l’on peut en avoir une idée en considérant le coût des phénomènes isolés, tels que les tempêtes connus en Finlande ces dernières années : 100 millions d’euros pour les compagnies d’assurance et 50 millions d’euros pour les groupes d’électricité.
Le rapport met l’accent sur les mesures d’adaptation. Mme Husu-Kallio souligne l’importance d’une mise à jour des systèmes de préparation, concernant par exemple les inondations. Elle réclame une meilleure communication et formation en la matière. Elle n’exclut pas la possibilité que le changement climatique engendre des innovations et des activités économiques, en matière de clean-tech et des systèmes de suivi, par exemple.
Des représentants des ONG finlandais ont exprimé leur souci concernant la lenteur avec laquelle les mesures pour lutter contre le réchauffement sont prises.
M. Hildén, professeur au Centre environnemental de Finlande, a noté que le rapport émettait le message explicite que l’Europe n’était pas un îlot séparé du reste du monde.
HS/B8, KL/A8, KS/11

Politique intérieure

Gouvernement

Répartition des portefeuilles
Selon les informations de Helsingin Sanomat, le gouvernement ne compte pas nommer deux nouveaux ministres pour remplacer les deux ministres sortants de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, et Mme Merja Kyllönen, ministre des Transports.
Les présidents des cinq partis du gouvernement ont décidé de répartir les deux portefeuilles entre le Parti conservateur et le Parti social-démocrate. Un ou plusieurs ministres conservateurs s’occuperont des tâches du ministre des Transports et un ou plusieurs ministres sociaux-démocrates des tâches du ministre de la Culture.
Le Parti conservateur et le PSD n’ont pas encore décidé les détails de la répartition des portefeuilles.
Selon les informations du quotidien, un seul ministre conservateur serait chargé des tâches du ministre des Transports, ou bien M. Jan Vapaavuori, ministre de l’Economie, ou Mme Henna Virkkunen, ministre chargée des communes.
Il est possible que les sociaux-démocrates partagent les tâches du ministre de la Culture et des Sports entre deux ministres, dont Mme Krista Kiuru, ministre de l’Education.
Le gouvernement veut ainsi montrer qu’il est capable de faire des économies. Le nombre de ministres baisserait de 19 à 17. Il y a douze ministères. Le poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de la culture et des sports ne sera pas pourvu.
M. Arhinmäki et Mme Kyllönen donneront officiellement leur démission vendredi lors de la réunion commune du Président et le gouvernement. La répartition des tâches des ministres sera annoncée à cette occasion.
HS/A12

Alcool

Le prix des alcools forts pourra être annoncé sur Internet
Helsingin Sanomat relève qu’à partir d’aujourd’hui, Alko et les compagnies aériennes et de bateaux ont le droit d’annoncer sur leur site internet les prix des alcools forts (+22 %). Jusqu’à présent, les prix ont pu être annoncés sur un catalogue écrit seulement.
Cela est une exception dans la loi sur la publicité des boissons alcoolisées. La publicité pour les alcools forts restera interdite aussi à l’avenir.
HS/A8

Forces armées

Nomination du nouveau commandant de l’armée de l’air
Keskisuomalainen rapporte que le général Kim Jäämeri a été nommé lundi commandant de l’armée de l’air, en remplacement du général Lauri Puranen.
Le quotidien rappelle que le futur commandant des forces armées, le général Jarmo Lindberg a précédé au général Puranen en tant que commandant de l’armée de l’air.
KS/24

France – Finlande

Exposition

Peintres finlandais en France
Hufvudstadsbladet présente l’exposition au Musée Sinebrychoff sur les parcours des peintres femmes finlandaises à l’étranger et notamment en France, dont Helene Schjerfbeck, Helena Westermarck, Ellen Thesleff, Amélie Lundahl et Ada Thilén, entre autres.
HBL/18

France

Municipales

« Une vague bleue, une claque et un remaniement » HS
« Mme Hidalgo prend les commandes de Paris » TS
« La gauche a perdu à cause du chômage » Dem
« La défaite des socialistes, un défi de plus pour l’assainissement des finances publiques » KL
Turun Sanomat présente la nouvelle maire de Paris. Helsingin Sanomat analyse les résultats des élections municipales.
Le quotidien du PSD, Demokraatti considère que les électeurs ont exprimé leur déception concernant le fait que la promesse présidentielle d’inverser la courbe du chômage n’ait pas été tenue.
Kauppalehti estime que le déficit public plus important que prévu va rendre la situation du gouvernement, à la suite de la défaite électorale, encore plus difficile que prévu.
HS TS Dem KL

Gouvernement

« M. Valls nommé Premier ministre » HS
« M. Valls est le nouveau Premier ministre » TS
STT et Helsingin Sanomat présentent le nouveau Premier ministre, Manuel Valls.
TS HS

publié le 02/05/2014

haut de page