Avril 2011

Vendredi 29 avril 2011

Politique intérieure

Gouvernement

Mme Kiviniemi a donné sa démission
Keskisuomalainen rapporte que la Première ministre, Mme Mari Kiviniemi a donné la démission de son gouvernement à la Présidente, Mme Halonen, jeudi après l’ouverture de la Diète. Le gouvernement Kiviniemi continue à assurer les affaires courantes jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement.
KS

Parlement

Discours de Mme Halonen
Aamulehti relève que les points principaux du discours de Mme Halonen devant le nouveau Parlement concernaient la nécessité d’une coopération en vue de formation d’un gouvernement, la lutte contre l’augmentation des inégalités évoquée lors des campagnes électorales et le fait que la Finlande est une partie intégrale de la communauté internationale.
La Présidente a insisté sur l’importance de pouvoir coopérer après les élections. Pour elle, le débat après les élections était aussi important que celui avant les élections. Maintenant, il s’agit de rechercher les objectifs qui peuvent être communs pour les partis politiques.
Elle estime que la lutte contre les inégalités et l’exclusion est de première importance parmi les tâches du nouveau parlement. Elle rappelle que les promesses données en la matière pendant la campagne électorale sont contraignantes.
Concernant les orientations de la Finlande en matière de politique étrangère, Mme Halonen indique que le nouveau Parlement n’engendrera pas de changements en la matière. Elle confirme qu’il règne une entente vaste sur la politique étrangère et de sécurité.
Mme Halonen a rappelé que la Finlande faisait partie du monde qui l’entoure et qu’elle en était dépendante de plusieurs façons. Elle a insisté sur l’importance des exportations pour l’économie nationale.
Concernant la sécurité, elle a noté que celle de la Finlande dépendait des événements internationaux. Il est ainsi justifié que les Finlandais s’efforcent de promouvoir la sécurité dans le monde. La prévention des crises est plus efficace et moins onéreuse que d’y mettre fin, rappelle-t-elle en défendant la participation finlandaise à la gestion de crise.
AL/A5, UD/2

M. Zyskowicz a critiqué les dirigeants d’entreprises
Helsingin Sanomat relève que lors de son discours à l’ouverture solennelle de la Diète, M. Ben Zyskowicz, actuel président du Parlement, a critiqué vigoureusement les dirigeants d’entreprises pour leurs bonus, stock options et retraites excessifs. Il estime que ses arrangements à l’américaine sont injustes aux yeux des citoyens.
Selon les commentateurs, son discours en réponse à la Présidente, Mme Halonen, a été exceptionnellement politique. Selon HS, il a profité de l’occasion, unique pour lui, parce qu’il ne veut pas continuer au présidium du Parlement ou devenir ministre, pour des raisons de santé.
M. Zyskowicz, qui a participé activement au processus de modification de la constitution, a rappelé à Mme Halonen que le Parlement avait le droit décisif de prendre les décisions sur les pouvoirs des organes étatiques.
Il a également évoqué les questions économiques, notamment les garanties au Portugal. Il a souligné les intérêts de la Finlande dans cette situation.
M. Zyskowicz préside le parlement jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement.
HS/A5

Formation du gouvernement - Portugal

Les engagements européens de la Finlande comme pomme de discorde des négociations gouvernementales
STT rapporte que le PSD attend encore du gouvernement des explications sur les engagements de la Finlande dans le paquet d’aide européen. M. Heinäluoma, président du groupe parlementaire, regrette que cet aspect n’ait pas été éclairci dans les questions posées par M. Katainen aux partis pour former un gouvernement. Selon M. Heinäluoma, le PSD répondra aux questions de M. Katainen, « mais le PSD essaiera de savoir du gouvernement sortant quels sont les engagements de la Finlande ».
M. Heinäluoma et le président des Vrais Finlandais Timo Soini ont négocié hier, après l’ouverture du Parlement.
KS

Editoriaux et Points de vue :
« M. Katainen a posé les bonnes questions » HS
Le nouveau gouvernement se concentrera sur l’essentiel » TS
L’éditorialiste de Tuirun Sanomat estime que l’intention de M. Katainen par ses questions est de faire sortir le PSD et les Vrais Finlandais de leur position d’attente où ils se sont retranchés en s’opposant au paquet d’aide. Cette tactique est claire mais comporte des risques : si le SD et les Vrais Finlandais tiennent à leur position, M. Katainen pourrait être dans l’impossibilité de former un gouvernement.
Helsingin Sanomat estime qu’il n’y a pas d’alternative à une coalition des trois grands partis. Mais comme ces partis le savent, le négociation du programme gouvernemental en est d’autant plus difficile car personne n’a intérêt à céder sur ses exigences. Dès lors, le programme gouvernemental pourrait être particulièrement précis, estime HS qui pense toutefois qu’il est improbable que la coalition bute sur des questions programmatiques.
HS TS

Vrais Finlandais

Manifestation contre les Vrais Finlandais
Une manifestation contre les Vrais Finlandais a réuni environ 750 personnes devant le Parlement, hier. Un groupe créé sur Facebook contre les Vrais Finlandais avait appelé à manifester avant d’être fermé mercredi.
KS

M. Soini réprimande un de ses députés
Le Président des Vrais Finlandais est intervenu, hier, auprès du député Teuvo Hakkarainen pour les propos tenus par ce dernier le jour de son entrée au parlement. Interrogé par Helsingin Sanomat, il avait déclaré qu’il fallait des renvois immédiats d’étrangers, avait critiqué l’arrivée de « nègres » qu’il faut entretenir. « Il y a toute sorte de musulmans qui circulent, prient et crient. On aura bientôt des minarets où on appelle à la prière », a-t-il déclaré.
Sommé de prendre soin du choix de ses expressions, M. Hakkarainen a déclaré qu’il ne savait pas que nègre était injurieux et a promis d’utiliser comme le recommande son parti les expressions de bronzé et noir.
Helsingin Sanomat rapporte que M. Hakkarainen, qui a fait campagne contre l’uE, est propriétaire d‘une scierie dont le groupe a reçu des aides européennes.
Ilta-Sanomat rapporte qu’un joueur de football de l’équipe de Finlande, Perparim Hetemaj, (dont la sœur était candidate conservatrice aux élections) a menacé sur Facebook de « frapper » M. Hakkarainen.
HS IS

« Halla-Aho accède au pouvoir » IS
Le nouveau président de la commission administrative du parlement, M. Jussi Halla-Aho (Vrai Finlandais) a déclaré qu’il avait l’intention d’assouplir la législation sur les armes et de durcir celle sur l’immigration.
IS

« La politique culturelle du troisième Reich ? »
L’écrivain finlandaise Sofi Oksanen a comparé la politique culturelle des Vrais Finlandais, telle qu’annoncée dans leur programme électoral, à celle du troisième Reich.
IS

Alliance verte

Mme Sinnemäki annoncera ses intentions cet après-midi
Selon Keskisuomalainen, Mme Anni Sinnemäki, présidente de l’alliance verte, doit annoncer cet après-midi à la réunion du bureau national de son parti si elle compte briguer un second mandat à la présidence du parti lors du congrès qui aura lieu début juin à Kuopio.
M. Ville Niinistö est le candidat le plus en vue pour la remplacer.
KS

Immigration

Les immigrés sont concentrés certains quartiers dans la région de la capitale
Helsingin Sanomat rend compte de l’évolution que l’on peut observer dans la région de la capitale, depuis le début du siècle, qui veut que, dans certains quartiers, le nombre de personnes d’origine immigrée augmente en même temps que celui des personnes d’origine finlandaise diminue.
Dans le quartier de Suvela, à Espoo, le nombre de personnes disposant d’une langue maternelle autre que le finnois ou le suédois a augmenté pour passer de 7,6 % à 20,7 % de 2000 à 2009.
Les chercheurs parlent d’une « fuite des blancs », les Finlandais de souche de langue finnoise et suédoise ayant commencé à éviter les quartiers où il y a beaucoup d’habitants immigrés.
Selon Mme Vilkama, chercheur, il y a des dizaines de telles concentrations dans la région de Helsinki. Même si cette évolution est assez récente, sa direction est claire.
Mme Bernelius, chercheur, estime qu’il faudrait intervenir dans cette évolution sans tarder. Les conditions de vie des banlieues finlandaises sont encore loin des ghettos, rappelle M. Kortteinen, professeur de sociologie urbaine.
Mme Bernelius relève qu’il ne s’agit pas uniquement de séparation ethnique : dans les banlieues de logements sociaux, il y a déjà des Finlandais moins bien lotis. Ceux qui partent sont des familles avec enfants et des personnes avec des bons revenus qui ne se sentent pas en sécurité dans un quartier où le taux de chômage est important.
HS/A16

Jeudi 28 avril 2011

Politique intérieure

Formation du gouvernement - Portugal

« M. Katainen négocie déjà sur la position de la Finlande sur la crise européenne avec le PSD et les Vrais Finlandais » TS
Le président du parti conservateur et ministre des Finances Jyrki Katainen a été nommé, hier, pour essayer de former un gouvernement. Il a donné aux présidents des huit partis représentés au Parlement une liste de sept questions écrites portant sur la future plateforme gouvernementale.
Les présidents de partis doivent répondre par écrit pour lundi 2 mai à midi. Dès mardi à 9heures, M. Katainen négociera avec les présidents des partis et devrait décider de la future coalition gouvernementale la semaine prochaine.
M. Katainen ne se fixe qu’une échéance : que le prochain gouvernement ait adopté une position sur le paquet d’aide au Portugal d’ici le 16 mai.
Il a déclaré hier que les probables partis qui formeront la coalition gouvernementale, les conservateurs, le PSD et les Vrais Finlandais vont essayer de trouver « une position commune » sur le fonds européen. Selon lui, un gouvernement des trois grands serait « une base naturelle » pour la coalition. N’importe quel président de parti un peu intelligent sait bien que l’on peut arriver à un accord de gouvernement si on est prêt à des compromis, a-t-il dit.
La Présidente du PSD, Mme Urpilainen a refusé d’évaluer si les trois grands partis arriveront à s’entendre sur le paquet d’aide européen. Pour elle aussi, les négociations gouvernementales « partent naturellement sur la base d’une coalition des trois grands ».
M. Soini s’est montré plus prudent. Il a souligné qu’il fallait évaluer toutes les alternatives. Mais que toutefois « 125 députés constituaient une base suffisante ».
La présidente des Verts a signifié, dès hier, que « les Verts sont dans l’opposition ».
Quant au centre, il pourrait même ne pas répondre au papier de M. Katainen. « Vu le résultat des élections, nous ne pouvons participer aux négociations gouvernementales », a déclaré M. Kalli, président du groupe parlementaire centriste.
TS

« Des questions sur l’économie » HS
Les questions posées aux autres partis par M. Katainen portent sur l’économie : il n’y a rien sur l’énergie, la lutte contre le changement climatique ou la pauvreté.
1. Etes-vous prêts à négocier la formation d’un gouvernement majoritaire dirigé par le parti conservateur ?
2. Etes-vous prêts à inscrire dans le programme de gouvernement les mesures permettant de garantir le caractère durable des finances publiques et de préserver l’Etat providence ?
3. Si oui, quelles sont les mesures nécessaires en matière d’allongement des carrières professionnelles, de réforme des communes, de mesures pour la croissance et l’emploi et de réduction de la dépense publique.
4. Quel calendrier pour arrêter l’endettement de la Finlande ?
5. Etes-vous prêts à approuver les engagements pris par la Finlande pour garantir la stabilité, la croissance et l’emploi de la zone euro et de la Finlande ?
6. Quels sont pour vous les priorités de la Finlande en politique européenne, étrangère et de sécurité ?
7. Comment assureriez-vous à l’avenir la position internationale de la Finlande et son influence sur les questions qui nous importent ?

Point de vue : « Un gouvernement des trois est presque une nécessité » AL
Aamulehti souligne que, puisque les Verts et le centre ont choisi l’opposition, il n’y a pas vraiment d’alternative à un gouvernement des trois grands, seul susceptible de disposer d’une majorité confortable.
AL

Parlement

M. Zyskowicz a été élu président du Parlement
Helsingin Sanomat rapporte que M. Ben Zyskowicz, député conservateur depuis 1979, a été élu mercredi, par 194 voix, président du Parlement. La nomination est intérimaire, si un conservateur est nommé Premier ministre, le PSD aura le poste de président de l’Eduskunta. Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD, a été élue première vice-présidente par 193 voix et M. Anssi Joutsenlahti, député des Vrais Finlandais, second vice-président par 184 voix. M. Joutsenlahti estime qu’il gardera ce poste aussi après les négociations gouvernementales.
Le parti du centre est irrité parce qu’il n’a pas eu de siège au présidium. Selon le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, son parti n’a rien contre le fait que le Parlement décide de changer ses règles et élire un troisième vice-président.
HS/A5

M. Sasi présidera la commission des finances, M. Tuomioja continue à la tête de la grande commission
Uutispäivä Demari relève que le parti conservateur a nommé M. Kimmo Sasi comme son candidat à la présidence de la commission des finances. Mme Raija Vahasalo continuera à présider la commission de l’éducation et de culture. M. Pertti Hemmilä sera le nouveau président de la commission des lois et M. Arto Satonen le président de la commission des transports.
Le groupe parlementaire du PSD a décidé que M. Erkki Tuomioja continuait à présidert la grande commission, Mme Johanna Ojala-Niemelä présidera la commission des lois constitutionnelles, Mme Päivi Lipponen la commission de l’avenir et M. Jukka Gustafsson la commission du travail et de la parité.
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais a élu M. Soini à la présidence de la commission des affaires étrangères. M. Jussi Niinistö présidera la commission de la défense et M. Jussi Halla-aho la commission de l’administration.
M. Martti Korhonen de l’alliance des gauches présidera la commission de l’environnement.
La commission du contrôle sera présidée par Mme Tuija Brax, députée de l’alliance verte.
UD/2, AL/A6

Mendicité

Le groupe de travail sur la mendicité n’a pas trouvé de nouvelles solutions
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail sur la mendicité de la ville de Helsinki, désigné il y a un an, a remis hier son rapport au maire, M. Jussi Pajunen. Le rapport de 20 pages ne propose pas de nouvelle solution aux problèmes liés à la mendicité.
M. Jarmo Räihä, président du groupe de travail, souligne que Helsinki ne peut pas aider les Roms étrangers. « Même si la situation des Roms est difficile, une ville seule n’est pas capable de les aider. »
Le groupe de travail ne propose pas de créer un camping spécial pour les Roms. Les billets de retour en Roumanie ou en Bulgarie ne seront plus payés, souligne M. Räihä.
HS/A14

Participations de l’Etat dans les entreprises

L’Etat finlandais dispose d’ actions à hauteur de 35 milliards
La valeur des entreprises en possession de l’Etat finlandais s’élève à 35 milliards d’euros. Ces possessions représentent de 25 à 40 % de la valeur des possessions d’ensemble brut de l’Etat. La propriété de l’Etat en matière d’actions dans des entreprises cotées en bourse s’élève à 22 milliards d’euros.
HS/B4

Politique étrangère et européenne

Libye

Mme Halonen n’exclut pas l’envoi de Pohjanmaa en Libye
La présidente, Mme Tarja Halonen, n’exclut pas la possibilité d’envoyer le navire mouilleur de mines Pohjanmaa en Libye. Elle souligne que la participation à l’opération de l’ONU dépendra de la nature de l’aide qui sera éventuellement demandée à la Finlande.
« Il faut que la situation en Libye se calme pour que nous puissions voir ce que nous pourrons y faire. Nous considérons que les tâches de surveillance des zones portuaires et frontalières nous conviendraient », affirme la présidente dans une interview à Turun Sanomat. Selon les informations détenues par le quotidien, l’envoi du Pohjanmaa en Libye, ainsi que le projet de surveillance des frontières maritimes, auraient déjà été évoqué au sein de la marine.
Le Pohjanmaa regagnera la Finlande début mai. Mme Halonen insiste sur le problème juridique lié aux contrats de l’équipage. « Les contrats sont signés à l’avance, et il semblerait qu’il n’y ait pas de prolongement prévu », constate la présidente.
Mme Halonen a également évoqué la question dans sa conférence à l’université de droit de Turku. Elle déplorait la faiblesse de la communauté internationale dans la question des pirates. « Plusieurs pays ont dû relâcher des pirates. Part rapport à certains autres pays, les Finlandais se sont comportés de manière un peu plus humaine », a constaté Mme Halonen.
Le Pohjanmaa avait relâché les 18 pirates sur les côtes somaliennes, alors que d’autres pays libèrent les Somaliens au large.
Mme Halonen considère Atalanta comme une opération réussie malgré la libération des pirates. L’opération a contribué à la sécurité des transports de vivres et à l’amélioration de la liberté du transport maritime. « A travers ces évènements, nous pouvons attirer l’attention de la communauté internationale sur le besoin de créer un tribunal international qui s’occuperait de ces cas », a-t-« elle affirmé.
TS/9

De sérieuses preuves sur la culpabilité des pirates
« Toutes les personnes soupçonnées de piraterie, arrêtées par le navire mouilleur de mines Pohjanmaa le 6.4.2011, ont été relâchées le 21.4.2011 sur ordre du commandant de l’opération, car malgré des recherches acharnées, aucun Etat n’a accepté d’accueillir les pirates présumés en vue d’un examen judiciaire », rappelle le commandant du Pohjanmaa, le capitaine de frégate Mika Raunu sur son blog.
« Sur le bateau des pirates, il y avait environ 1 000 kg de poissons pourris, plusieurs armes, notamment une lance-roquette, six fusils d’assaut, un pistolet, des couteaux, des haches, et des masses indispensables à l’ouverture des chambres fortes des navires. Par ailleurs, les hommes arrêtés ont raconté qu’à l’approche du Pohjanmaa, ils avaient jeté dans la mer des échelles, des armes et des munitions ainsi que tous leurs papiers d’identité et les documents des bateaux qu’ils avaient utilisés », écrit Mika Raunu.

Economie

Nokia

« Une réforme moins difficile que prévue » KL
« Selon M. Elop, il n’y a pas de nécessité pour de nouvelles économies » HS
Nokia va diminuer ses effectifs de 4000 personnes dans le monde dont 1400 en Finlande. En plus, Nokia va externaliser à Accenture 3000 employés.
Lors d’une conférence de presse, hier, le directeur général de Nokia, M. Elop, a assuré que concernant les Finlandais, ces chiffres seraient définitifs. Il souligne que la Finlande restera le « cœur » de Nokia et le siège social de la compagnie restera à Espoo.
Aucun des sites de Nokia en Finlande ne sera fermé, mais leur rôle changera.
Le but des réformes présentées est de concentrer la recherche et le développement afin de faciliter et d’accélérer la prise de décision et ainsi diminuer la bureaucratie.
Les délégués du personnel relèvent que les employés ont été soulagés du fait que les nouvelles n’étaient pas aussi mauvaises que prévu.
KL/4, HS/B1, IS/8

« Accenture convaincu qu’il y aura du travail pour les anciens de Nokia » HS
M. Korsström, directeur chez Accenture, se déclare optimiste en ce qui concerne la capacité du groupe de proposer du travail pour les employés de Nokia.
HS/B1

Un nombre record de cols blancs à la recherche de travail
Le syndicat représentant les ingénieurs diplômés dans des écoles professionnelles supérieures rappelle qu’autant d’employés col blanc n’ont jamais été licenciés d’un seul coup. On verra bien si le marché de travail pourra absorber ces 1400 personnes.
Selon certaines estimations, il y aurait une pénurie de la main d’œuvre dans le domaine de l’informatique.
HS/B2

« Les 1400 emplois disparus ne sont que la partie émergée d’un iceberg ? » IS
Ilta-Sanomat relève que l’emploi de milliers de Finlandais risque de disparaître dans les entreprises sous-traitantes de Nokia.
IS/8

Editorial : « Nokia est un défi important pour la Finlande » KL
Kauppalehti estime, dans son éditorial, que Nokia à l’avenir sera très différent et son rôle en tant qu’entreprise-clé de Finlande changera. Par la suite, il faudra qu’il y ait d’autres locomotives dans le domaine de la R&D finlandais. C’est un défi important à relever pour le gouvernement, plus grand que la question sur l’aide au Portugal, selon l’éditorialiste.
KL/3

Nucléaire

Fingrid étudie les effets sur l’environnement des lignes à haute tension d’Olkiluoto
Selon Turun Sanomat, Fingrid commence à préparer la construction afin de renforcer le réseau, nécessitée par l’éventuelle construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires. La construction commencera par une nouvelle ligne de haute tension de 400 km réunissant la Finlande centrale et le fleuve Oulujoki à Muhos dans le nord.
L’étude concernant les effets sur l’environnement, qui devait commence en mars dernier, a été ajourné en raison de la catastrophe nucléaire de Fukushima.
TS/21

Mercredi 27 avril 2011

Politique intérieure

Formation du gouvernement - Portugal

« Le paquet d’aide au Portugal toujours pas ficelé » KL
Le président du parti conservateur et ministre des Finances Jyrki Katainen a mentionné, parmi les questions qu’il pose aux autres partis susceptibles d’entrer dans la coalition gouvernementale, l’approbation du paquet d’aide européen au Portugal. « La crise européenne n’est pas finie. La Finlande doit participer à sa résolution », a déclaré M. Katainen qui souligne que la part de la Finlande dans le paquet d’aide n’est proportionnellement pas plus importante que les autres.
Selon une source anonyme du Parlement finlandais, citée par Kauppalehti, « la probabilité que la Finlande approuve le paquet d’aide au Portugal est de 50 – 50 ».
Si tout allait comme le souhaite l’entourage de M. Katainen, le ministre des Finances pourrait se rendre à Bruxelles le 16 mai muni d’un mandat de la Grande commission. Il serait ensuite investi Premier ministre le 17 mai et son gouvernement présenterait ensuite un rapport que l’approbation du paquet d’aide au Parlement. « Mais que le PSD et les Vrais Finlandais approuvent ce paquet est tout sauf probable, écrit Kauppalehti.
AL KL

« M. Rehn propose son aide pour résoudre le blocage du Portugal » AL
Le commissaire à l’Economie Olli Rehn est intervenu devant le Club de l’Europe à Helsinki pour défendre le paquet d’aide au Portugal. Selon lui, une liquidation des dettes souveraines serait un grand risque pour la stabilité financière de la zone euro. Cela pourrait faciliter à court terme la situation des pays en difficulté, mais pas leur permettre à long terme de s’en sortir. Il a souligné qu’il était dans l’intérêt de la Finlande de soutenir le paquet d’aide car cela permettrait d’éviter une nouvelle crise financière.
« J’aiderais volontiers à rechercher une solution qui rendra possible la participation de la Finlande au paquet d’aide. Mais il revient au gouvernement finlandais de présenter aux autres Etats membres sa position afin de trouver une solution. Quand cette position, je l’espère bientôt, sera connue, on pourra évaluer comment elle peut être prise en compte au niveau européen. Il ne revient pas aux autres Etats membres ni à la Commisison d’interpréter en avance ce qui sera la position de négociation de la Finlande ».

Editorial : « Le PSD en position de force » SM
Le journal du parti du Centre, Suomenmaa écrit que dans le débat public on spécule uniquement sur un gouvernement constitué des trois plus grands partis (conservateurs, PSD et Vrais Finlandais). « On a passé sous silence l’autre alternative possible : que les quatre partis qui étaient dans l’opposition avant les élections (PSD, Vrais Finlandais, Alliance des Gauches et Chrétiens-démocrates) forment un gouvernement. Ils rassemblent 101 sièges et pourraient même s’adjoindre le soutien du parti suédois ou des Verts pour avoir une majorité plus confortable. Un tel gouvernement ne serait pas aussi fort qu’un gouvernement des trois grands mais il pourrait être plus homogène qu’un gouvernement rassemblant les extrêmes. Le PSD a compris tout le parti qu’il pouvait tirer de cette situation politique, c’est pourquoi il ne se presse pas pour négocier avec M. Katainen. Pour le PSD, il serait bon que l’actuel gouvernement gère la crise européenne.
Suomenmaa estime qu’un gouvernement rassemblant les partis de l’opposition de la précédente législature ne serait pas une injure au résultat électoral car rejoindraient l’opposition les partis qui auraient vu leur audience diminuer le plus, y compris donc les conservateurs. . Le PSD est donc en position de force car il peut chercher à faire échouer les négociations menées par M. Katainen. Si ce dernier échoue à former un gouvernement, la tâche incombera en effet à la présidente du PSD, Mme Urpilainen. Mais diriger un gouvernement populiste serait risqué pour le PSD, conclut SM.
SM

Parlement

Les Vrais Finlandais ont obtenu les commissions qu’ils voulaient-
Helsingin Sanomat rapporte que le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, se félicité des présidences des commissions importantes que son parti a obtenu : les Vrais Finlandais présideront les commissions des affaires étrangères, de la défense et de l’administration.
Le groupe parlementaire a élu ce matin M. Soini à la présidence de la commission des affaires étrangères. M. Jussi Niinistö présidera la commission de la défense et M. Jussi Halla-aho la commission de l’administration.
Selon M. Soini, M. Halla-aho, qui a eu un grand nombre de voix dans la circonscription de Helsinki, voulait obtenir ce poste. HS rappelle qu’il est connu pour ses idées « réservées » à l’égard de l’immigration et les demandeurs d’asile. La commission de l’administration prépare les lois dans le domaine du ministère de l’intérieur, dont les affaires policières, de l’immigration et des communes.
Aamulehti rapporte que les noms des députés dans les commissions et à leurs têtes vont encore changer lorsque les portefeuilles ministériels auront été répartis. Les ministres ne sont en effet pas membres des commissions parlementaires.
Aamulehti souligne que le parti conservateur, qui avait précédemment la présidence de la commission des Affaires étrangères, a cette fois choisi la commission des Finances, en pensant que la Ministre des Finances serait certainement Mme Urpilainen (PSD).
Ilta-Sanomat relève que l’ancien président de la Commission des Affaires étrangères, le conservateur Pertti Salolainen s’étonne que les présidences de la Commission des Affaires étrangères et de celle de la Défense aient été confiées aux Vrais Finlandais. « Cela n’est pas bon. En général, les deux ne reviennent pas au même parti ». L’ancien ministre de la Justice, Mme Koskinen (PSD) estime qu’il serait peut-être exagéré si, en plus, les Vrais Finlandais obtenaient aussi le ministère de la Défense. Il craint aussi de l’effet que risque d’avoir un député Vrai Finlandais président la commission des Affaires étrangères dans les rencontres européennes. Tant M. Salolainen que M. Koskinen espèrent qu’après la nomination du nouveau gouvernement on pourra revenir sur les présidences de commissions.
HS IS AL

Le Parlement a élu son présidium (jusqu’à la formation du gouvernement) : le président du Parlement est M. Ben Zyskowicz (conservateur), la prezmière vice-présidente Mme Urpilainen (PSD) et le second est M. Anssi Joutsenlahti (Vrais Finlandais qui a obtenu 26 voix contre 12 en faveur de M. Pentti Oinonen).
HS/A6

Les négociations gouvernementales
Le tabloïd Ilta-Sanomat relève que les présidents des groupes parlementaires se réunissent aujourd’hui sous la présidence de M. Pekka ravi, président du groupe parlementaire conservateur pour désigner M. Jyrki Katainen, président du parti conservateur, en tant que négociateur principal afin de former un gouvernement.
Les partis politiques doivent ensuite donner, la semaine prochaine, leurs réponses aux questions posées par M. Katainen sur les questions essentielles concernant le programme du prochain gouvernement.
Les négociations gouvernementales proprement dites doivent se dérouler du lundi 9 mai au dimanche 15 mai. Ensuite, les partis choisiraient leurs ministres. Le nouveau gouvernement pourrait être investi le 17 mai et nommé le jeudi 19 mai.
Le parti social-démocrate est le seul parti qui a déjà nommé ses négociateurs : Mme Jutta Urpilainen, présidente du parti, et les députés Maria Guzenina, Ilkka Kantola, Pia Viitanen, Eero Heinäluoma, Miapetra Kumpula-Natri, Jukka Gustafsson, Mikael Jungner, Jouni Backman, Erkki Tuomioja et Maarit Feldt-Ranta.
IS/11

Santé

La Finlande fait des économies de la santé
Helsingin Sanomat rapporte que M. Mikko Alkio, ancien conseiller économique de l’ex-Premier ministre Vanhanen et ancien membre du cabinet du commissaire européen Olli Rehn, vient de publier un livre sur les services de santé en Finlande.
M. Alkio estime que le système est en train de devenir plus inégalitaire. Les Finlandais payent plus cher pour les services de santé, notamment pour les soins dans les centres médicaux et pour les médicaments. Il souligne que l’Etat devrait être participer aux 4 ou 5 nouvelles divisions régionales de la santé publique. M. Alkio souligne également l’importance d’une plus grande liberté de choisir son centre médical et son médecin.
HS/A7

Pauvreté et exclusion

Programme contre la pauvreté
Un groupe de travail rassemblé à l’initiative de l’église luthérienne a publié son programme pour lutte contre la pauvreté. L’exclusion des jeunes en matière notamment de formation, le chômage de longue durée et la consommation accrue d’alcool sont des points centraux de la proposition que le groupe de travail espère voire inclue dans le programme gouvernemental.
HS/A10

Nucléaire

Manifestation à Helsinki
Des centaines de personnes ont participé hier à Helsinki à une manifestation contre le nucléaire, à l’occasion du 25e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.
HS/A12

Politique étrangère et européenne

UE - Frontières

Le réseau de surveillance maritime de l’UE préparé sous direction finlandaise
Un nouveau réseau de surveillance maritime développé sous la direction de la Finlande renforcera la gestion de crise internationale. En tout, quinze pays de l’UE ont développé en collaboration un réseau de surveillance maritime destinée à être utilisé dans la surveillance maritime entre les Etats ainsi que dans les opérations conformes à la politique étrangère et de sécurité de l’UE. Le système MARSUR (Maritime surveillance Network) est actuellement dans sa phase d’essai.
Le réseau de surveillance sera présenté lors d’une manifestation organisée par l’Agence européenne de Défense (AED) le 30 juin et devrait être opérationnel à partir du 1er juillet.
Développé avec le soutien de l’Agence européenne de Défense, le système d’imagerie maritime MARSUR a été spécialement conçu pour des opérations de gestion de crise externes à l’UE. « Il peut être utilisé pour l’analyse des informations de positionnement ou pour le ciblage géographique des avions et bâtiments favorables à la surveillance maritime », explique le capitaine de frégate Pasi Staff de la marine.
En Finlande, la marine, le corps des garde-frontières et le bureau des transports mettent déjà à profit le système de l’imagerie maritime commune. A travers le projet MARSUR, il pourra bientôt être mis en place sur un plan européen.
A l’avenir, le réseau de surveillance maritime de l’UE pourrait être utilisé notamment dans des opérations militaires comme celle de la Libye.
TS/5

Libye

Le Pohjanmaa ne participera pas à l’aide en Libye
Les troupes de l’UE seront prêtes à soutenir l’ONU dans son opération en Libye, si toutefois l’ONU leur adresse une demande officielle. La participation éventuelle du navire mouilleur de mines Pohjanmaa a été évoquée. Selon l’attaché de presse du ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, le Pohjanmaa n’est cependant pas en partance pour la Libye. Le porte-parole du Pohjanmaa, M. Jussi Virkkunen ne commente pas la situation.
TS/5

Syrie

« Les Finlandais en Syrie en état d’alerte » HBL
Hufvudstadsbladet a interviewé le directeur de l’Institut finlandais à Damas, M. Kerkkänen, qui relève que la situation en Syrie s’est graduellement détériorée depuis mars. Jusqu’à présent, les protestations ont été locales, mais il existe des signes que les troubles pourraient s’étendre.
Selon l’Ambassadeur de Finlande en Syrie, M. Mäki-Reinikka, il y a une soixantaine de Finlandais qui résident en Syrie. Une partie étaient partis pour Pâques et ont préféré ne pas rentrer tout de suite, ce qui veut dire que les éventuelles évacuations concerneraient de 30 à 40 personnes.
M. Kerkkänen relève qu’il n’ose pas être optimiste. Il craint qu’il y ait de plus en plus de morts. Il rappelle d’ailleurs que les manifestations en Syrie ont une toute autre nature que celles en Egypte et en Tunisie. En Syrie, les gens ont tout simplement demandé des réformes.
Sur son blog, le ministre des Affaires étrangères Alexander Stubb écrit qu’il espère que la Syrie ne suivra pas l’exemple de la Libye et choisira au contraire la voie des réformes.
HBL/10

Editorial : « La Syrie est une bombe à retardement » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le Président syrien dispose du pouvoir formel pour les réformes. Il s’agit de savoir s’il a le courage nécessaire pour mettre en place les réformes fondamentales demandées. Il devra choisir entre sa famille et le peuple.
Pour l’éditorialiste, la situation et le rôle de la Syrie pour la paix au Proche-Orient est unique. C’est une raison de plus pour négocier une solution.
HBL/12

Wikileaks

Le numéro de Mme Halonen a été changé
Selon Turun Sanomat, Mme Eila Nevalainen, conseillère de presse de la Présidente, confirme que le numéro de téléphone portable de Mme Halonen a été changé parce qu’il a été révélé dans les télégrammes publiés par Wikileaks.
TS/11

Economie

Nokia

Nokia va diminuer ses effectifs de 1400 personnes en Finlande
Le plan social de Nokia a été annoncé ce matin. Le groupe va diminuer ses effectifs de 4000 personnes dans le monde dont 1400 en Finlande. En plus, Nokia va externaliser à Accenture 3000 employés.
Yle

Grève des employés de l’industrie papetière

Selon le syndicat Pro, le patronat viole les règles du jeu
Le syndicat des employés de l’industrie papetière (qui applique actuellement une interdiction d’effectuer des heures supplémentaires) accuse le patronat de recruter des briseurs de grève. La grève qui a commencé hier concerne les usines de Stora Enso et de Metsäliitto.
Selon M. Ahtiainen, délégué du personnel, l’employeur a utilisé des moyens plus durs qu’avant pour briser la grève. Les syndicats estiment qu’utiliser de la main d’œuvre externe va à l’encontre des conventions de l’OIT.
La confédération de l’industrie forestière estime que la Finlande n’est pas engagée à ne pas faire [faire] du travail bloqué par une grève.
Les négociations avec le médiateur Esa Lonka ont été interrompues, hier.
HS/A8

Grève dans le secteur de la pharmacie ?

Une grève pourrait fermer un grand nombre de pharmacies
Un différend sur la convention collective pourrait fermer des pharmacies pour deux jours dans deux semaines.
Selon le syndicat PAM, l’employeur a proposé une augmentation salariale de 1,3 % ce qui correspondrait à 19 à 24 euros par mois, mais PAM souhaiterait une augmentation de 55 euros par mois.
UD

Industrie forestière

La confédération Industrie forestière envisage de se plaindre auprès de la Commission européenne concernant la subvention finlandaise pour le bois comme source d’énergie
La confédération de l’industrie forestière a annoncé qu’elle avait demandé à la Commission européenne d’évaluer si la subvention envisagée par la Finlande pour le bois destiné à la production énergétique est équitable pour tous les acheteurs de bois.
L’industrie forestière craint que la subvention encourage d’envoyer dans des centrales de production énergétique du bois qui pourrait être transformé.
M. Pekkarinen, ministre de l’Economie estime que cette initiative de l’industrie forestière est insultante pour le parlementarisme.
TS/22.4/17

Activités minières

Gisement d’or à Kittilä
Helsingin Sanomat relève qu’un deuxième gisement d’or promettant a été découvert à Kittilä.
L’année dernière, la mine d’or de Suurikuusikko à Kittilä a produit 5000 kilos d’or.
HS/B7

Fonds de pension

Les fonds de pension rapportent moins que prévu pour une période de cinq ans
Les établissements ayant géré les fonds de pension des Finlandais continuent à souffrir du krach boursier d’il y a deux ans. La situation est la pire concernant le groupe Etera, dont les fonds gérés n’ont rien rapporté de 2006 à 2010.
HS/B5

France

Politique

« La France et l’Italie aplanissent leurs différends sur l’immigration » HS

France - Finlande

Culture

Patrick Gallois quittera Jyväskylä
Le flutiste Patrick Gallois, qui dirige l’orchestre philarmonique de Jyväskylä depuis 2003, a annoncé qu’il ne renouvellerait pas son mandat qui expire en juillet 2012.
Il exprime sa déception devant les difficultés à diriger un orchestre qui ne dispose pas de salle de concert.
KS

Mardi 26 avril 2011
Politique intérieure

Formation du gouvernement - Portugal

Selon M. Katainen, l’aide au Portugal est la priorité
Le PSD n’est pas d’accord avec la procédure voulue par M. Katainen
Pour le président du parti conservateur et ministre des Finances, la question du paquet d’aide au Portugal est la priorité des négociations gouvernementales.
M. Katainen souhaite trouver un accord sur le paquet d’aide au Portugal avec les partis qui souhaitent former la prochaine coalition gouvernementale. Ensuite, la position de la Finlande sera approuvée par la Grande commission du Parlement.
Le PSD a fait savoir qu’il n’était pas prêt à accepter une telle procédure. Le PSD n’a pas non plus l’intention de revenir sur sa position de fond qui concerne la responsabilité des banques et des investisseurs privés. . Le PSD souhaite que M. Katainen indique quels sont les engagements pris par la Finlande.
HS KS

Editoriaux
« La position de la Finlande dans l’UE pourrait se détériorer rapidement » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat, rappelle que le ministre suédois des Affaires étrangères a déclaré qu’« une Finlande qui tournerait le dos aux pays nordiques et à l’UE serait une autre Finlande ». L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat abonde dans ce sens. « Si le paquet d’aide au Portugal est empêché par la Finlande, cela constituerait un retournement dans la politique européenne de la Finlande depuis 16 ans ». « Déjà, avant les élections, la Finlande a décidé de se tenir éloignée de la coalition qui intervient en Libye. Les prochaines décisions de la Finlande montreront si elle choisi de se replier sur elle-même et de diminuer sa coopération, notamment avec la Suède, comme le craint M. Bildt. Renforcer se position internationale nécessite beaucoup de travail et de temps, mais on peut détériorer sa position très vite », conclut HS.
Pour Turun Sanomat, ce qui est en jeu dans le paquet d’aide au Portugal, c’est surtout un prix politique : quelle sera la politique européenne de la Finlande ? Est-ce que la Finlande va choisir le repli sur soi ou conserver une politique européenne constructive ? »
Aamulehti estime que les disputes sur la procédure parlementaire pour déterminer la position de la Finlande sur le paquet d’aide au Portugal augure de ce que seront les bras de fer du prochain gouvernement. L’éditorialiste estime toutefois que M. Katainen pourrait écouter le conseil de M. Niinistö et demander une diminution de la part de la Finlande dans le paquet d’aide.
HS TS AL

Parlement

Les présidents des groupes parlementaires n’ont pas trouvé d’entente
Helsingin Sanomat rapporte que les présidents des groupes parlementaires, réunis pendant longtemps jeudi dernier, n’ont pas trouvé d’entente sur le présidium (la présidence et les deux vice-présidences du parlement). Selon la mathématique électorale, le parti du centre, quatrième parti du Parlement, n’aurait pas de poste dans le présidium. Le deuxième groupe, le PSD, aurait le poste de président du Parlement, le plus grand parti, le parti conservateur, et le troisième parti, les Vrais Finlandais, auraient les deux postes de vice-présidents. Le centre souligne toutefois que l’opposition doit avoir un poste au présidium.
Les présidents des groupes parlementaires on pu se mettre d’accord sur la répartition des postes de présidents de commission parlementaires : les conservateurs et les sociaux-démocrates auront quatre postes de président, les Vrais Finlandais et les centristes trois. Le parti suédois, les verts et l’alliance des gauches auront un poste de président chacun et les chrétiens-démocrates n’en auront pas. HS/ven/A5

Le Parlement continue à s’organiser
Selon Helsingin Sanomat, les présidents des groupes parlementaires continuent aujourd’hui les négociations sur les postes du présidium.
Le chancelier de la justice, M. Jaakko Jonkka, vérifie les mandats des députés aujourd’hui à partir de midi.
Les députés se réuniront mercredi, sous la direction de son doyen Kauko Tuupainen (70 ans), pour élire le présidium provisoire.
M. Ben Zyskowicz a été nommé candidat des conservateurs, le plus grand groupe du Parlement, pour le poste de président provisoire (jusqu’à la formation du gouvernement). Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD, est la candidate de son parti au présidium provisoire.
HS/mar/A5

La commission des affaires étrangères sera présidée par un Vrai Finlandais
Les groupes parlementaires se sont mis d’accord sur la répartition des postes de présidents des commissions du Parlement.
Les Vrais Finlandais présideront les commissions des affaires étrangères, de l’administration (en charge des affaires de police et de l’immigration) et de la défense, ainsi que la section de la culture et des sciences de la commission des finances.
Les conservateurs auront les présidences dans les commissions des finances, de la culture, des lois et des transports, ainsi que la section de la fiscalité de la commission des finances.
Le PSD présidera la grande commission, la commission des lois constitutionnelles, celle de l’avenir, ainsi que celle du travail.
Les commissions de l’agriculture et de la sylviculture, des affaires sociales et de la sante et de l’économie seront présidé par un centriste.
L’alliance des gauches aura la commission de l’environnement et l’alliance verte celle du contrôle.
Le parti suédois et les chrétiens-démocrates n’ont obtenu aucune présidence de commission.
HS

Peu de députés ont annoncé leur financement électoral
Helsingin Sanomat relève que les députés doivent annoncer leur financement électoral dans les deux mois suivant la confirmation du résultat des élections. Un peu moins de la moitié des députés ont annoncé leur financement avant les élections et aucun député ne l’a fait entre la confirmation du résultat mercredi soir et Pâques.
HS/sam/A8

Partis politiques

Plusieurs milliers de Finlandais ont adhéré aux partis politiques
Les Finlandais se sont intéressés à la politique après les élections législatives et plusieurs milliers ont adhéré aux partis politiques. Plus de 1 200 personnes ont adhéré à l’alliance verte, un millier à l’alliance des gauches, 500 à l’association de jeunesse des Vrais Finlandais. Le parti suédois a annoncé vendredi qu’il a eu 84 nouveau membres après les élections.
HS/sam/A5

Point de vue
M. Ruostetsaari, professeur à l’Université de Tampere, relève que dans la politique économique, les Vrais Finlandais ne sont pas loin des orientations des sociaux-démocrates.
Il estime que dans les élections, il s’est agi de deux choses bien à part : les médias nationaux ont souligné des questions comme la crise de la dette, l’état de l’économie publique et la fiscalité, alors que les électeurs se sont intéressés à toutes autres questions. Les électeurs ont eu l’impression que l’élite vit dans une toute autre réalité que le peuple, et qu’elle parle en termes incompréhensibles.
KS/12

L’état de grâce devrait durer jusqu’à l’automne
Le directeur de TNS Gallup estime que l’état de grâce des partis sortis vainqueurs des élections devrait durer au moins jusqu’à l’automne.
Les directeurs de TNS Gallup et Taloustutkimus estiment que la surprise du bon résultat des Vrais Finlandais s’explique par le fait que ce parti a réussi à mobiliser ses électeurs, ce que n’a pas fait le Centre.
KS

Vrais Finlandais

Les populistes ne sont pas tous les mêmes en Europe
Le chercheur Vesa puuronen estime que les accents politiques de M. Soini sont différents de ceux de M. Le Pen ou M. Haider. Mais M. Soini a tiré profit des personnes de son parti qui expriment des opinions racistes. « C’est ce qui les rapprochent. A bien des égards, les valeurs de M. Jussi Halla-Aho sont les mêmes que celles de M. Le pen ou de M. Haider. M. Soini n’a pas pris position contre le néo-racisme ou le racisme culturel et laisse ces courants influencer son parti de l’intérieur. On peut se demander pourquoi il l’autorise ».
KS

« Le parti Sisu, bombe à retardement au Parlement finlandais » AL
Aamulehti s’inquiète du fait que le mouvement xénophobe Sisu a obtenu quatre députés au Parlement dans les rangs du parti des Vrais Finlandais. Or, ce mouvement continue à se fonder sur la différence entre les races et l’opposition au moniculturalisme.
AL

Editorial : « Le projet européen tousse » TS
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime que la montée des populistes nationalistes en Europe doit être prise au sérieux.
TS

Politique étrangère

« Au conseil de sécurité pour se taire ? » HS
Kari Huhta se demande si la Finlande va mettre de côté son ambition de faire campagne pour le conseil de sécurité de l’ONU en 2013-2014. La réponse sera connue après les négociations pour former un nouveau gouvernement et la décision de participer ou non au paquet d’aide pour le Portugal.
Mais, M. Huhta se demande s’il vaut la peine d’entrer au conseil de sécurité pour ne pas prendre position ensuite. On peut rester silencieux même en dehors du conseil de sécurité. En témoigne les déclarations des dirigeants finlandais qui clamaient que la Finlande n’avait pas à prendre position sur les opérations en Libye.
La Finlande fait actuellement campagne au conseil de sécurité au nom de son expérience et son expertise dans la gestion de la paix. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il faudra y réfléchir pendant les négociations pour former un gouvernement. En effet, au conseil de sécurité on doit se prononcer sur des questions difficiles.
HS

Immigration

Le ministère de l’intérieur souhaite une stratégie sur l’immigration
Selon Helsingin Sanomat, le service chargé de l’immigration au ministère de l’intérieur souhaite que le prochain gouvernement propose une politique de l’immigration de longue haleine. M. Pentti Visanen, directeur de ce service, souligne que la Finlande a besoin d’une stratégie sur l’immigration dès le début de la législature, au lieu de faire des changements rapides comme lors de la législature 2007-2011.
HS/A13

Politique étrangère et européenne

BCE : « Les dirigeants de la BCE bientôt à Helsinki » HS
Les dirigeants de la banque centrale européenne se réuniront jeudi 5 mai à Helsinki. Le gouverneur de la BCE, M. Trichet a accordé une interview à Helsingin Sanomat et Kauppalehti.
Sans commenter le résultat des élections en Finlande, M. Trichet loue la politique européenne de la Finlande jusqu’à présent. « Je suis content du fait que la Finlande a toujours choisi une politique européenne forte », dit-il.
HS KL

Euro : Monnaie
L’Hôtel des Monnaies finlandais a acheté une machine du fabricant allemand Saxonia Euro Coin ce qui fait de la Monnaie finlandaise le plus grand fabricant du domaine de monnayage de la zone euro. L’Hôtel des Monnaies finlandais a frappé monnaie à hauteur de 1,1 milliard de pièces pour la zone euro, l’Amérique du Sud, l’Afrique du Nord, l’Asie et l’Europe de l’Est.
L’Hôtel des Monnaies a été crée en 1860.
HS/ven/B3

Atalanta : La libération des pirates arrêtés par le Pohjanmaa
L’éditorialiste du quotidien Turun Sanomat suggère qu’aux yeux des Finlandais, les récents évènements paraissent être un gâchis pour le navire Pohjanmaa et son équipage. Il poursuit en notant qu’il n’existe pas d’alternatives pour l’opération Atalanta. Il faut continuer la chasse aux pirates, même si, par la suite, il faudra encore libérer d’autres pirates.
Le quotidien Turun Sanomat note que les pirates ont été libérés car aucun pays n’acceptait de les accueillir. Singapour et l’UE n’arrivaient pas à se mettre sur le traitement des prisonniers. Le Kenya par contre, demandait une compensation financière pour l’accueil des prisonniers, ce qu’UE Navfor ne pouvait accepter.
« La décision prise jeudi par l’UE Navfor bouleverse la marine. Libérer des criminels n’est pas une chose facile à accepter pour un militaire, sans parler de l’énorme échec médiatique. Il est inutile de parler d’une surveillance réussie, si tout le monde se souvient seulement de la libération des pirates », écrit le journaliste Toni Lehtinen dans Turun Sanomat.
TS22.4/2,7, AL/A6, HS/A9

Libye

« La Libye, sujet d’une urgence politique »
« Le rôle de l’occident prend de l’ampleur car la guerre est devenue une question de prestige qui exige une victoire rapide », écrit l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat.
« L’action tout comme l’inaction forgent les opinions du monde arabe sur l’occident ainsi que les évaluations des mouvements de libération des pays arabes sur leurs potentialités. Elles agissent sur la position de politique intérieure des dirigeants occidentaux et sur l’image qu’ont les autres pôles de puissance dans le monde sur les capacités militaires de l’Occident. »
« Dès lors que l’on utilise la force, il faut savoir évaluer les conditions de réussite, afin de ne pas créer une situation inférieure au point de départ. Ce sont là les propos tenus à Helsinki récemment par le pionnier de la protection des civils et l’ancien secrétaire général de l’ONU M. Kofi Annan. C’est avec cette exigence quasi impossible que l’on se bat continuellement en Libye », conclut l’éditorialiste.
HS23.4/A2

« La guerre en Libye affaiblit la communauté internationale »
« Dans la guerre libyenne, les objectifs humanitaires ne se réalisent pas et on peut fortement douter de l’équité de l’intervention », écrit le chercheur de l’Institut danois de politique étrangère, M. Pertti Joenniemi dans son billet. « L’impartialité avait été fixée comme objectif premier alors que la communauté internationale s’est peu à peu convertie en protagoniste de la guerre. Les mesures de force ne sont pas liés à des objectifs clairs et politiquement établis de façon cohérente, et l’intervention entière souffre d’un manque de buts décidés et réalisés d’un commun accord. La discorde et les actions en solo sautent aux yeux. »
« Auparavant seuls les Etats-Unis pouvait se permettre ces guerres, alors que désormais la même opportunité semble se présenter également à des pays européens. »
« Néanmoins, un pas en avant a été franchi dans la mesure où la communauté internationale est capable de prendre des décisions concernant des interventions humanitaires. Les décisions naissent cependant trop spontanément et comportent déjà, en tant que telles, des éléments dont la réalisation causent de graves problèmes », écrit le chercheur.
HS26.4/A2

M. Ahtisaari en Corée du Nord avec le groupe de M. Carter

La délégation présidée par l’ancien président américain, M. Carter, et dont fait également partie M. Ahtisaari, se rendra, aujourd’hui, de Pékin en Corée du Nord. Il est prévu d’y évoquer la pénurie des denrées alimentaires, la situation en matière de droits de l’homme et le programme nucléaire du pays avec Kim Jong-il et son fils.
Après Pyongyang, le groupe se rendra en Corée du Sud, jeudi. Selon Yle, il est prévu de s’entretenir avec les leaders sur les possibilités d’atténuer les tensions entre les deux pays. Le désarmement nucléaire et la situation humanitaire en Corée du Nord devront également être évoqués.
HS/mar/B1, sam/A5

Wikileaks

« Les dirigeants finlandais se critiquaient les uns les autres devant les diplomates américains » IL
Wikileaks a publié lundi les télégrammes de l’ambassade des Etats-Unis à Helsinki. Iltalehti rapporte que les dirigeants finlandais se critiquaient mutuellement devant les diplomates américains : M. Vanhanen critiquait M. Niinistö, ce dernier Mme Halo,nen et M. Lipponen les médias finlandais.
Les télégrames publiés contenaient aussi le numéro de téléphone portable de la Présidente ainsi que le numéro personnel du Premier ministre, ou le numéro du ministre des Affaires étrangères.
IL AL

Finlande – Russie

Coopération dans le domaine des nanotechnologies
Helsingin Sanomat relève que la Finlande et la Russie ont entamé une coopération dans le domaine des nanotechnologies qui devrait s’étendre sur trois ans.
De nouvelles entreprises et de nouveaux emplois, ainsi que de nouveaux produits compétitifs sont attendus de cette coopération. La recherche de partenaires pour la coopération est une partie essentielle du projet. Au fur et à mesure que le projet avance, il est prévu de rechercher des partenaires ailleurs en Europe, aux Etats-Unis, en Asie et dans la région du Pacifique.
Le projet rassemblera des universités, des entreprises et des financeurs dans le but d’accélérer le développement des produits et leur commercialisation.
Le ministère des Affaires étrangères a prévu un financement de 500 000 euros pour le projet.
HS/ven/B6

M. Nyberg regrette les stratégies des entreprises finlandaises en Russie
Kauppalehti rend compte des propos de M. Nyberg, ancien ambassadeur de Finlande, notamment à Moscou, qui estime que les groupes forestiers ont manqué leur opportunité en Russie. Les groupes auraient du investir en Russie plus énergétiquement afin de convaincre le gouvernement et les autorités russes. Les dirigeants russes n’ont pas eu une idée claire des projets d’investissements de long terme des groupes forestiers finlandais.
KL/mar/8

Augmentation du prix de visa russe en raison de l’externalisation
La Russie modifiera, à compter du 1er mai, la modalité du dépôt de demandes de visa et les concentrera dans quatre centres de visa gérés par le groupe indien VFS Global.
Le prix du visa augmentera, car les centres de visa facturent 21 euros pour leur service. Un visa avec entrées multiples coûtera désormais 131 euros, et un visa touristique 76 euros. Un visa de groupe coutera désormais dans les 66 euros par personne.
Pour un prix supplémentaire de 70 euros, il est possible de l’obtenir en trois jours.
KS/sam/13

Economie

Durée de la journée de travail

Les Finlandais et les Norvégiens ont le plus de temps libre
Selon un rapport de l’OCDE, les Finlandais effectuent moins d’heures de travail que les autres pays riches, mis à part l’Allemagne et la France. En Espagne et au Portugal, les journées sont nettement plus longues.
Réparties sur toute l’année, les heures de travail rémunérées représentent 17 % de la journée en Finlande, contre 20 % au Portugal. La part des loisirs est de 24 % en Finlande contre 16 % au Portugal.
HS/mar/B6

Nokia

Le résultat de Nokia moins mauvais que prévu
Le résultat du premier trimestre de Nokia était meilleur que prévu. Le chiffre d’affaires s’est établi à 7,1 milliards d’euros et le résultat positif à 704 millions d’euros.
Nokia devrait annoncer cette semaine son plan d’économies portant sur un milliard d’euros.
HS KL

Télécommunications

TeliaSonera se bat pour le marché turc
L’opérateur de télécommunications, TeliaSonera, qui est actionnaire à hauteur de 38 % du premier groupe de télécommunications de Turquie, Turkcell, souhaiterait obtenir la majorité dans le groupe turc. Or, TeliaSonera a des différends majeurs avec le groupe turc Cukurova, qui dispose de 13 % des actions de Turkcell. Cukurova avait vendu une part de 13 % des actions du groupe Turkcell à un groupe russe, alors que selon TeliaSonera, Cukurova aurait déjà promis de les lui vendre.
Cukurova, de son côté, accuse TeliaSonera de corruption concernant ses activités au Kazakhstan.
HS/ven/B4

Grève des employés de l’industrie papetière

1500 personnes sont concernées par la grève
Le différend derrière la grève concerne les efforts d’obtenir un système salarial qui rectifie le développement des salaires des femmes actuellement très en retard. Le syndicat Pro recherche une solution qui apporterait des augmentations salariales de 3,5 %.
UD/mar/3

France

Politique

« Forte concurrence pour la présidentielles de 2012 » Hbl
« Sarkozy propose une prime aux salariés » HS
« Au Sud de la Méditerranée, Sarkozy cherche à assouvir ses rêves de grandeur » HS

Société

En France, l’école commence à quatre ans
Helsingin Sanomat publie un reportage sur l’école maternelle.
HS

Jeudi 21 avril 2011

Politique intérieure

Formation du gouvernement - Portugal

La Grande Commission décidera la position de la Finlande sur le paquet d’aide au Portugal
Helsingin Sanomat rapporte que le cabinet du ministre des Finances M. Katainen a annoncé, hier, que le gouvernement démissionnaire (qui expédiera les affaires courantes à partir du 28 avril), présentera une proposition de position finlandaise à la Grande Commission du Parlement. La décision de la Grande Commission sera ensuite la position de la Finlande au conseil Ecofin du 16 mai.
En pratique, cela signifie que la décision d’aider le Portugal sera prise politiquement lors des négociations pour former un nouveau gouvernement, avant la mi-mai. Si M. Katainen en obtient le feu vert devant la Grande Commission, il pourra signer le paquet d’aide à l’Ecofin.
Hier, la Première ministre Mari Kiviniemi (Centre) a réitéré sa position selon laquelle, en tant que première ministre d’un gouvernement démissionnaire, elle ne pouvait pas présenter le paquet d’aide au Portugal. Selon elle, cela revient au prochain gouvernement.
Pour Turun Sanomat, M. Katainen pourrait donc lier la décision sur le paquet d’aide au programme du prochain gouvernement et à sa présentation devant le Parlement. Les partis de la nouvelle coalition, dont le PSD et les Vrais Finlandais, ne pourraient pas voter contre le programme gouvernemental.
M. Katainen doit donc désormais compter avec le nouveau parlement élu. Il doit obtenir un mandat de négociation pour l’Ecofin auprès de la Grande commission dans laquelle M. Soini devrait figurer. Il serait même possible que la Grande commission (dont la composition sera connue aujourd’hui) donne un mandat sous conditions à M. Katainen.
HS TS

Selon M. Soini, l’Europe est en crise avec les paquets d’aide
Le président des Vrais Finlandais estime que l’Europe vit une telle crise avec les paquets d’aide aux pays en difficulté que tout peut se passer avant la réunion du 16 mai. « La situation évolue tout le temps et pas seulement en Finlande, mais aussi en Europe. Ce qui sera proposé au conseil Ecofin du 16 mai peut être très différent de ce sur quoi on travaille aujourd’hui, ou bien ce la peut être un retour au point de départ. Je pense que l’on réfléchit vraiment en Europe pour savoir si ces opérations de sauvetage fonctionnent réellement. Je ne suis pas contre les paquets d’aide pour le plaisir de m’y opposer mais parce que l’estime qu’ils ne marchent pas ! », a déclaré M. Soini qui précise être informé continuellement par son réseau des eurosceptiques dans toute l’Europe.
M. Soini comprend les réticences de la Première ministre, Mme Kiviniemi, à présenter le paquet d’aide européen au nouveau parlement élu. Il estime toutefois que Mme Kiviniemi ne pourra pas fuir ses responsabilités. Selon lui, s’il n’y a pas de nouveau gouvernement formé à ce moment, le gouvernement démissionnaire devra présenter les décisions européennes au Parlement.
HS

Le commissaire Olli Rehn met en garde la Finlande de faire échouer le paquet d’aide au Portugal
Le Commissaire Olli Rehn reconnaît que la Finlande n’est pas obligée de former un nouveau gouvernement « en fonction du calendrier dicté par Bruxelles » (selon l’expression du dirigeant du PSD Eero Heinäluoma) mais qu’il faudrait que la Finlande ait une position sur le paquet d’aide au Portugal d’ici le 16 mai. « Il faut respecter le résultat des élections, mais il faut aussi que l’on puisse prendre des décisions dans l’Eurogroupe afin d’éviter que le Portugal soit en état de faillite ».
M. Rehn considère que le nouveau Parlement devra décider de la participation de la Finlande au paquet d’aide au Portugal dès après la réunion de l’eurogroupe et au plus tard le 25 mai afin que le Portugal puisse avoir accès aux mécanismes européens.
« Le nouvelle coalition gouvernementale et la nouvelle majorité parlementaire pourront prendre position sur le fait de savoir si la Finlande participe au front européen qui veut éviter que le Portugal soit en faillite ou si la Finlande se retire du paquet, avec toutes les conséquences que cela engendrera. Naturellement, j’espère que la Finlande prendra une position positive ».
M. Rehn souligne qu’une position négative de la Finlande empêcherait le Portugal d’accéder au paquet d’aide et que le pays serait en situation de faillite. M. Rehn ne pense pas qu’il soit possible que la Finlande se retire du paquet d’aide et que les autres pays de l’eurogroupe décident d’un nouveau paquet d’aide. « Pour aider le Portugal, nous avons besoin du mécanisme actuel qui est capable d’intervenir directement sur les marchés. Or, son utilisation nécessite l’unanimité », a-t-il rappelé.
HS

Selon M. Tuomioja, les Vrais Finlandais ne peuvent briser la position finlandaise sur l’UE
L’ancien ministre des Affaires étrangères réélu au Parlement, M. Tuomioja considère que, contrairement à ce que l’on entend la crise de l’euro ne sera pas le principal problème de la formation d’un nouveau gouvernement.
« On a fait de la crise de la dette une question insurmontable mais il ne fait pas de doute pour moi que l’on trouvera une solution permettant d’exprimer la mise en cause de la responsabilité des investisseurs », estime M. Tuomioja qui souligne que les Vrais Finlandais peuvent modifier la tonalité de la politique européenne de la Finlande mais pas sa continuité. Ce n’est pas un Soini qui fera sortir la Finlande de l’UE : « Puisque le peuple souhaite que l’on reste dans l’UE ».
M. Tuomioja estime qu’il est clair que le PSD va négocier une coalition gouvernementale avec les conservateurs et les Vrais Finlandais. Il est en revanche sceptique sur le résultat. En matière fiscale par exemple, il considère que le PSD est plus proche des Vrais Finlandais que des conservateurs.
UD

Déclarations de M. Lipponen
L’ancien premier ministre (PSD) Paavo Lipponen défend la position du PSD sur le paquet d’aide au Portugal. « Je pense que l’on peut légitimement adopter une position différente (du paquet d’aide). Les exigences du PSD sur la responsabilité des investisseurs doivent être prises en compte. (…) Je ne considère pas comme impossible que les positions du PSD finlandais seront prises en compte dans l’UE », déclare M. Lipponen qui ajoute toutefois que la Finlande a longtemps reçu plus de l’UE qu’elle n’y a contribué. « Aujourd’hui nous sommes contributeurs nets. Et maintenant nous serions prêts à dire que les pauvres n’ont qu’à s’en sortir tous seuls ? ».
UD

Point de vue : « La Finlande, nouveau problème de l’UE ? »
La correspondante à Bruxelles de Helsingin Sanomat estime qu’il n’est pas exagéré de dire que de faire échouer le paquet d’aide grèverait une grande part du capital politique dont la Finlande dispose à Bruxelles. Cela fut le cas pour la Slovaquie.
Selon Mme Sipilä, depuis des mois que les dirigeants finlandais souhaitent durcir les conditions d’aide aux pays en difficulté, la Finlande est considérée comme un cas difficile. Mais maintenant la situation est radicalement différente : la Finlande n’est plus un pays qui pose problème parmi ceux qui cherchent une solution à la crise de l’euro, elle est désormais une partie du problème !
HS

Editorial : « Le blocage finlandais nécessite une coopération entre les 4 grands » KS
Keskisuomalainen souligne que si le gouvernement démissionnaire acceptait de présenter le paquet d’aide devant le parlement finlandais, cela serait un cadeau du parti centriste (désormais dans l’opposition) aux partis appelés à former le nouveau gouvernement. C’est une situation politiquement impossible pour le centre qui vient de connaître une défaite historique. C’est pourquoi, si le gouvernement démissionnaire doit présenter le paquet d’aide au parlement, il faut que les quatre grands partis s’entendent sur son approbation par le Parlement, estime KS qui ajoute qu’il est bien entendu possible que la Finlande coule le paquet d’aide mais que les conséquences, notamment pour les aides agricoles finlandaises, seraient néfastes.
KS

Les Vrais Finlandais

« Les troupes de M. Soini sont dépareillées » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les députés des Vrais Finlandais sont représentatifs de ce parti dont toutes les composantes ont finalement des représentants au Parlement. Géographiquement, ils sont bien répartis sur tout le territoire.
Sur les 39 députés des Vrais Finlandais, 30 sont aussi conseillers municipaux.
On peut les diviser en trois familles. La plus importante est celle des « Soinistes » : ce sont des gens entrés en politique dans les années 2000 et insistent dans leur discours politique sur l’importance de faire entendre la voix des petites gens. La seconde famille est celle des députés focalisés sur l’immigration et menés par le conseiller municipal de Helsinki M. Jussi Halla Aho (condamné par la justice pour violation de la paix religieuse, alors qu’un autre nouveau député Vrai Finlandais a lui été condamné pour incitation à la haine raciale). Dans ces deux familles on trouve des députés qui ont été précédemment actifs en politique dans d’autres partis, et principalement chez les centristes.
La troisième famille est constituée par les anciens du parti rural SMP (ancêtre des Vrais Finlandais, au pouvoir dans les années 80). Trois députés siégeaient déjà au Parlement dans ses rangs dans les années 80 et deux députées sont filles d’anciens députés SMP.
Il y a enfin des personnes promouvant une cause particulière, comme par exemple les droits des retraités.
Toutes les classes socio-professionnelles sont représentées dans le groupe parlementaire des Vrais Finlandais avec néanmoins une surreprésentation du personnel soignant, des métiers de la sécurité et des gens d’église.
HS/19.4

Point de vue de M. Pernaa
Helsingin Sanomat publie un billet de Ville Pernaa de l’Université de Turku, qui estime que le résultat électoral pourrait signifier le début d’une nouvelle ère.
M. Pernaa estime que ce qui est notable dans la victoire électorale des Vrais Finlandais est son fonds de valeurs et sa dimension nationale. Il ne s’agissait pas de M. Soini et des députés élus dans la circonscription d’Uusimaa grâce à lui, mais d’un nombre important de voix obtenues dans toutes les circonscriptions électorales de la Finlande continentale.
Outre la région d’Uusimaa, les Vrais Finlandais ont particulièrement bien réussi dans les régions traditionnellement fortes en soutien centriste. Le PSD par contre n’a pas autant perdu de voix en faveur des Vrais Finlandais dans des circonscriptions fortes pour les sociaux-démocrates.
Concernant les valeurs, le résultat électoral signifie la victoire du conservatisme moral sur les valeurs libérales. Il signifie également que les orientations pro-européennes qui règnent depuis 1995 sont défiées et que la politique des trois grands partis est remise en question.
Les élections devaient être un affrontement entre deux blocs concernant la politique européenne, mais en fait elles sont devenues un affrontement qui montre que les antagonismes sociaux sont de retour dans la politique partisane.
HS

Point de vue : M. Katainen aura un gouvernement conservateur-gauche
M. Mäkinen fait le bilan des réponses donnés par les candidats dans les sondages que différents médias publiaient avant les législatives. Selon les réponses données à Helsingin Sanomat, les Vrais Finlandais se situent à gauche.
Avec les trois partis, les Conservateurs, le PSD et les Vrais Finlandais, éventuellement au gouvernement, la coalition penchera vers la gauche.
En Finlande, tout comme dans beaucoup de pays européens, on parle des partis populistes comme étant de l’extrême droite, alors que dans la réalité, ils sont souvent plutôt de gauche. Les Démocrates chrétiens se situent également à gauche, alors que le Centre se réparti des deux côtés de l’axe droite-gauche. Les Conservateurs sont eux aussi à cheval entre les deux, mais nettement plus à droite. Le Parti suédois couvre un champ assez vaste allant légèrement de la gauche jusqu’au plus loin de tous les partis vers la droite.
Les Verts sont également à cheval entre les deux côtés, et un peu plus loin vers la droite que le Centre, mais bien plus loin vers la gauche encore.
HS/mer/A9

Elections législatives

Le résultat des élections confirmé
Helsingin Sanomat rapporte que le résultat des élections législatives a été confirmé mercredi. Après la vérification des bulletins de vote, il y a eu un changement de député : le conservateur Lasse Männistö est élu au lieu de la conservatrice Laura Räty dans la circonscription de Helsinki. M. Männistö a obtenu 27 voix de plus que Mme Räty.
HS/A9

Les groupes parlementaires s’organisent
Le groupe parlementaire de l’alliance des gauches a réélu Mme Annika Lapintie à sa présidence mercredi. M. Ville Niinistö continue à la tête du groupe parlementaire de l’alliance verte, au moins jusqu’au congrès du parti en juin prochain. Les conservateurs ont réélu M. Pekka Ravi et les sociaux-démocrates M. Eero Heinäluoma. M. Timo Kalli continue à la présidence du groupe centriste jusqu’à nouvel ordre. Les Vrais Finlandais ont choisi Mme Pirkko Ruhonen-Lerner.
HS

M. Soini irrité par les commentaires suédois
Selon Keskisuomalainen, le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, est étonné et irrité de la façon dont les Suédois ont commenté le succès des Vrais Finlandais aux élections législatives. « J’ai lu des choses assez incroyables sur moi-même et les Finlandais. Je suis triste et choqué », a déclaré M. Soini mercredi.Le journal suédois Expressen a conseillé qu’il ne faudrait pas laisser M. Soini au gouvernement. Selon l’interprétation d’Aftonbladet, la Finlande se tourne vers l’intérieur. Le ministre suédois des affaires étrangères, M. Bildt, s’est inquiété. Selon M. Soini, « on peut avoir des opinions différentes sur la politique mais il ne faut pas critiquer la façon dont le peuple finlandais a voté. » Concernant la langue suédoise, M. Soini a déclaré : « Je suis assez étonné. Je préside le parti depuis près de 14 ans et j’ai toujours été assez modéré dans la question linguistique. Maintenant je suis devenu le diable numéro un ! »
M. Soini a confirmé qu’il briguait un nouveau mandant à la tête des Vrais Finlandais lors du congrès du parti les 18 et 19 juin à Tampere.
KS

Réponse de M. Salonius-Pasternak aux propos du député des Vrais Finlandais
Le chercheur de l’Institut de la politique étrangère, M. Charly Salonius-Pasternak, répond aux propos tenus par le nouveau député des Vrai finlandais, le professeur d’histoire militaire Jussi Niinistö, qui envisageait de fermer la garnison suédophone de Dragsvik :
« Il a déjà été question de proposer le portefeuille de la défense à M. Jussi Niinistö, mais les propos qu’il a récemment tenus portent à croire qu’une défense nationale crédible ne serait pas le point essentiel dans sa prise de décision. Tous les attaché(e)s militaires qui ont lu l’information diffusée par Yle, pourraient parfaitement écrire à leurs pays d’origine qu’à l’avenir, la politique de défense finlandaise sera éventuellement dirigée par des questions linguistiques. Dire que la brigade pourrait être remplacée par un bataillon à Upinniemi, est parfaitement sournois. Un succès électoral ne peut donner à qui que ce soit, pour des raisons linguistiques, le droit de réduire la crédibilité de la défense de notre pays. »
HS/C9

Chantier naval de STX

M. Heikinheimo est remercié
Turun Sanomat relève que le groupe STX a remercié M. Juha Heikinheimo, directeur des chantiers navals de STX Finland. Il sera remplacé provisoirement parc M. Su-Joui Kim, directeur général de STX Europe. M. Heikinheimo avait remplacé M. Martin Landtmann en juillet dernier. TS rappelle que le carnet de commandes du chantier de Turku est assez vide.
TS/3

Iles Åland

Deux bouteilles de vieux champagne seront vendues aux enchères
Selon Helsingin Sanomat, deux bouteilles de champagne du début du 19e siècle, une bouteille de Veuve Clicquot et une de Juglar, seront vendues aux enchères aux îles Åland début juin prochain.
HS/A13

Politique étrangère et européenne

Atalanta

Les pirates arrêtés par le Pohjanmaa ont été libérés
Le quotidien Turun Sanomat révèle que, pour des raisons humanitaires et parce qu’aucun pays n’en voulait, les pirates somaliens arrêtés par le navire mouilleur de mines Pohjanmaa, ont été libérés près des côtes somaliennes. Le lieu précis de la libération des pirates n’est pas encore connu. L’UE, chargée de l’opération internationale Atalanta n’a pas réussi à convaincre Singapour ou le Kenya d’accueillir les prisonniers.
Le Pohjanmaa avait arrêté 18 pirates somaliens au début du mois. Ils sont restés prisonniers à bord du mouilleur de mines pendant quinze jours.
TS/6

Libye

Pour l’OTAN, un nouveau tournant dans la guerre en Libye
« Les attaques contre les troupes militaires du dictateur Mouammar Kadhafi ont eu des conséquences positives », écrit le journaliste Jukka Huusko dans son billet publié par Helsingin Sanomat. « La plus importante est d’avoir bloqué l’avancée de Kadhafi vers la ville de Bengazi occupée par les rebelles. Ainsi, un éventuel massacre a été évité. »
« Il semblerait que pour l’OTAN, une nouvelle phase commence. Mardi, la Grande-Bretagne a fait savoir qu’elle enverrait des soldats expérimentés en Libye et des experts militaires pour former les troupes rebelles libyennes. Mercredi, l’Italie et la France ont déclaré faire de même. Cependant, pour former les troupes rebelles sorties de leur bleds, il faudra compter plus d’une nuit. Cela prendra au moins des semaines », constate le journaliste
HS/B2

Mercredi 20 avril 2011

Politique intérieure

Formation du gouvernement - Portugal

La décision sur le paquet d’aide au Portugal butte sur les négociations en vue de formation du gouvernement finlandais
Helsingin Sanomat relève que la décision sur l’aide au Portugal devrait être prise à la mi-mai, mais qu’à cette date, la Finlande ne disposera pas encore d’un nouveau gouvernement. L’ancien gouvernement ne souhaite pas assumer cette responsabilité et présenter le paquet au parlement. La Première ministre, Mme Kiviniemi estime que c’est une décision qui incombe au prochain gouvernement. « C’est une question bien trop importante pour être gérée par un gouvernement qui gère les affaires courantes. » Elle refuse donc de présenter la position finlandaise devant le Parlement avant la réunion de l’eurogroupe.
Le président du Parti conservateur et ministre des Finances M. Katainen, estime qu’il faudrait que la position finlandaise soit claire pour la réunion de l’eurogroupe, le 16 mai. Or, le nouveau gouvernement pourrait être nommé au plus tôt le 19 mai. Selon la presse, M. Katainen, qui devrait être appelé, par le nouveau Parlement, à essayer de former un gouvernement avec le PSD et les Vrais Finlandais, devrait donc essayer d’obtenir une majorité dans le nouveau Parlement derrière le paquet d’aide au Portugal. La presse souligne que les partis de l’opposition de la précédente législature, qui avaient tous critiqué ce paquet d’aide, disposent désormais d’une majorité de 101 députés contre 99. M. Katainen part de l’idée que les centristes de Mme Kiviniemi, qui ont annoncé leur départ dans l’opposition, continueront à soutenir le paquet d’aide au Portugal, ce que Mme Kiviniemi a confirmé. « Le Centre n’a aucune intention de retourner sa veste dans cette question », a-t-elle dit. M. Katainen avait compté sur le Centre en la matière. Il rappelle que l’ancien gouvernement avait éprouvé le Portugal comme un risque important pour l’économie finlandaise et que ce risque n’avait pas disparu après les élections.
Pour Turun Sanomat, « reste donc, pour M. Katainen à négocier sur deux fronts » avec le PSD et les Vrais Finlandais : un accord de gouvernement et la possibilité pour la Finlande de soutenir un paquet d’aide au Portugal. « La position de la Finlande sur le paquet d’aide sera peut-être connue avant que l’on ait un nouveau gouvernement », souligne TS.
Interrogé par la presse, M. Katainen s’est gardé de se prononcer sur la possibilité, pour son parti, d’accepter dans la future coalition des partis opposés à l’aide au Portugal. M. Katainen estime que les conditions posées par le PSD pour accepter un paquet d’aides (la mise ne cause de la responsabilité des banques) peuvent être réunies sans de trop grandes difficultés. Il suffirait alors d’adjoindre à la décision de l’eurogroupe une déclaration sur la responsabilité des établissements financiers créanciers du Portugal. Le cas des Vrais Finlandais, farouchement opposés au paquet d’aide, est en revanche un vrai casse-tête pour M. Katainen.
HS TS

« Le PSD estime qu’un accord sur le paquet d’aide est possible » AL
M. Heinäluoma, président du groupe parlementaire du PSD (et ancien ministre des Finances de 2003 à 2007), affirme que ce ne sont pas les échéances fixées par Bruxelles qui dicteront la formation du nouveau gouvernement. Il a aussi exigé de M. Katainen « des explications détaillées sur ce à quoi la Finlande s’est déjà engagée concernant le paquet au Portugal. Ce n’est qu’ensuite que l’on pourra en tirer des conclusions sur la manière de procéder ».
Mme Urpilainen, présidente du PSD, estime que les décisions finlandaises dépendent de M. Katainen et de ses propositions. Elle insiste sur l’importance de la responsabilité des investisseurs et des banques qui doivent « d’une manière ou d’une autre » apparaître dans le paquet. Elle rappelle que les négociations entre l’UE et le Portugal sont toujours en cours et que les conditions prévues pour le paquet d’aide ne sont pas encore connus.
Pour Mme Urpilainen une augmentation de la capacité de prêt du fonds européen temporaire de crise en augmentant les garanties doit également être conditionnée à la responsabilité des investisseurs et des banques.
HS TS AL

Réactions des Vrais Finlandais
A la question de savoir si les Vrais Finlandais étaient prêts à accepter la participation de la Finlande au paquet d’aide au Portugal sous sa forme actuellement prévue, la réponse de M. Soini est « non ». M. Soini est aussi opposé à une augmentation éventuelle de la contribution finlandaise.
HS

Commentaires de M. Kiander
M. Kiander, directeur adjoint de la compagnie d’assurances Ilmarinen, estime que M. Katainen dispose de deux options pour résoudre l’impasse éventuelle concernant le paquet d’aide au Portugal lors des négociations pour former un gouvernement. Il relève que la Finlande peut ne pas participer au paquet et laisser les autres Etats membres s’en occuper, ou bien essayer d’inclure dans le paquet des objectifs concernant la responsabilité des investisseurs dans l’avenir. Pour M. Kiander, la non-participation de la Finlande ne mettrait pas en danger l’aide au Portugal, car les autres pays pourraient couvrir la petite contribution finlandaise. Tôt ou tard la Finlande devrait toutefois se prononcer sur les solutions d’aide.
TS

« L’UE pourrait revoir le paquet d’aide au Portugal » AL
Aamulehti a interrogé des experts finlandais des affaires européennes qui sont divisés sur les effets d’un rejet par le nouveau gouvernement finlandais du paquet d’aide au Portugal. Pour le professeur Juha Raitio, l’adoption du paquet d’aide nécessite l’unanimité de l’eurogroupe et on ne peut pas laisser de côté la Finlande. Pour le professeur Pami Alto en revanche il est possible de faire un accord sans la Finlande.
Aamulehti estime que l’UE a l’habitude de trouver des solutions. Le journal fait référence au cas de la Slovaquie qui avait refusé son aide à la Grèce, l’été dernier. Pour Aamulehti, « l’opposition de la riche Finlande à un paquet d’aide serait toutefois moins bien comprise que celle de la pauvre Slovaquie ».

Le Centre coulé par la crise de l’euro
Selon Suomenmaa, quotidien du parti du Centre, c’est la crise de l’euro qui a été une des principales causes de la défaite électorale historique du parti de la Première ministre Mme Kiviniemi. Si le parti du Centre n’avait pas abandonné son scepticisme à l’égard de l’UE, le résultat électoral aurait été différent, estiment nombre de politiciens centristes. Les débats électoraux ont réouverts les paies du congrès du Centre de 1994 qui avait adopté une position en faveur de l’UE.
SM

Formation du gouvernement

Autres questions-clé
Helsingin Sanomat a posé à Mme Urpilainen et à M. Soini des questions qui sont susceptibles de leur être posées par M. Katainen dans les jours qui viennent, dans le cadre des pourparlers en vue de formation d’un nouveau gouvernement.
A la question de savoir si les deux partis étaient prêts à alléger la fiscalité des salariés, Mme Urpilainen relève que le programme électoral de son parti ne prévoit pas d’allègements de revenus salariaux. M. Soini n’exclut pas les allègements concernant la fiscalité des plus bas salaires. Mme Urpilainen s’oppose à l’augmentation de la TVA. M. Soini, réticent, indique que c’est une question qu’il faut négocier.
HS/A5

Elections législatives

Le succès électoral des Vrais Finlandais a surpris Mme Halonen
Helsingin Sanomat rapporte que la Présidente, Mme Tarja Halonen, a commenté mardi le résultat des élections brièvement avant le séminaire organisé à l’occasion du 10e anniversaire de CMI, créée par le président Ahtisaari. Mme Halonen déclare qu’elle avait prévu 32 sièges pour les Vrais Finlandais, au lieu des 39 obtenus aux élections législatives. Elle estime que le changement est plus grand que prévu même si un changement était dans l’air. Pour Mme Halonen, le résultat des élections signifie qu’il y a beaucoup de mécontentement parmi les électeurs.
« On peut dire que les Finlandais ont en quelque sorte retrouvé l’idée d’influencer en votant aux élections », estime Mme Halonen. « En Finlande, le changement signifie que les gens se précipitent dans les urnes et non dans la rue. »
Concernant les négociations gouvernementales, Mme Halonen se dit « assez optimiste » pour que les partis politiques trouvent une entente sur le programme gouvernemental. « Le pragmatisme finlandais mène souvent à des résultats raisonnables. »
Mme Halonen dit qu’elle ne comprend pas complètement la façon dont les médias étrangers ont décrit les résultats électoraux finlandais. Devant les médias internationaux, elle a insisté sur la liberté de l’opinion. « Les élections n’ont changé que la répartition des sièges au Parlement. Le changement commence seulement maintenant », a rappelé Mme Halonen.
HS/A9

Propos de M. Puuronen, chercheur
M. Puuronen, chercheur à l’Université de Finlande de l’Est, ne nie pas que l’on puisse dire que la rhétorique des cinq élus des Vrais Finlandais, dont M. Halla-aho, qui se déclarent « critiques à l’égard de la politique de l’immigration » ressemble à celle en vigueur Allemagne dans les années 1930. Et ceci vaut aussi dans d’autres pays que la Finlande. Il regrette que, dans ces élections, ces voix ont obtenu une légitimité politique pour s’exprimer d’une façon raciste.
HBL/4

Editorial : « Les courants anti-européens se renforcent » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur l’intérêt porté en Europe, et notamment en France, pour les élections finlandaises. Pour Helsingin Sanomat, dans la perspective des élections présidentielles, le Front national cherche à adopter la même posture et mission de parti des « Vrais Français ». On peut voir le même phénomène aux Pays-Bas ou en Hongrie, au Danemark ou en Suède. L’éditorialiste conclut en affirmant que l’intégration européenne n’a finalement pas réussi à convaincre les peuples et leur faire prendre le train de l’Europe.
HS

Le parti suédois se prépare aux négociations gouvernementales
Selon Helsingin Sanomat, le président du parti suédois, M. Stefan Wallin, souligne que son parti devrait participer au nouveau gouvernement. Il ne commente toutefois pas ses éventuels contacts avec les autres présidents des partis politiques après les élections.
« Du point de vu mathématique, plusieurs gouvernements auraient pu être formés sans le parti suédois, mais dans la situation d’après ces élections le gouvernement a surtout besoin d’un mouvement politique libéral et expérimenté », a déclaré M. Wallin. Il ne voit pas d’empêchement de principe au fait de participer au même gouvernement avec les Vrais Finlandais, même si certains candidats du parti suédois se sont présentés comme un contre-pouvoir par rapport à ce parti. Selon les spéculations, M. Katainen, président du parti conservateur, qui dirigera les négociations gouvernementales, prendrait volontiers le parti suédois dans son gouvernement, tandis que Mme Urpilainen, président du PSD, et surtout M. Soini, président des Vrais Finlandais, ne partagent pas son enthousiasme.
HS/A5

Les partis politiques ont obtenu de nouveaux membres
Helsingin Sanomat relève que l’alliance verte, qui a perdu un tiers de ses sièges au Parlement, annonce que 800 nouveaux membres se sont inscrits comme membres du parti en deux jours. L’alliance des gauches, qui a perdu trois sièges aux élections, a également eu 500 nouveaux membres depuis dimanche soir. Depuis les élections, 400 nouveaux membres ont adhéré à l’association de jeunesse des Vrais Finlandais
HS/A6

Le secrétaire général des chrétiens-démocrates quillera son poste
M. Peter Östman, secrétaire général des chrétiens-démocrates, a annoncé qu’il donnerait sa démission avant fin avril. M. Östman vient d’être élu au Parlement.
HS/A8

Défense

La réforme de la défense nationale vue par les Vrais Finlandais
Le nouveau député des Vrai finlandais, le professeur d’histoire militaire Jussi Niinistö souhaite continuer l’actuelle ligne de la politique de sécurité, augmenter le budget de la défense et orienter les généraux pour conduire la future réforme de la défense nationale. Il conserverait toutes les garnisons, mais pourrait néanmoins envisager de fermer celle de Dragsvik qui, selon lui, d’un point de vue politico-militaire et politico-territorial n’a pas de raison d’être. Selon lui, Dragsvik n’existe que pour des raisons de politique linguistique, et pourrait parfaitement être rattachée à Upinniemi.
Le secrétaire général du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, M. Jussi Niinistö a déjà exprimé son intérêt pour le portefeuille de la défense.
« Nous conserverons le service militaire, la défense territoriale, une réserve importante et considérons qu’il n’est pas nécessaire d’adhérer à l’OTAN durant cette législature. Nous pourrions procéder à une augmentation modérée du budget de la défense en raison de la future réforme et l’accroissement des prix du matériel de la défense ».
M. Jussi Niinistö réaliserait des économies en prolongeant le cycle de vie de l’artillerie de fabrication russe et en réévaluant les besoins de la défense en matière d’hélicoptères et d’équipements d’assaut des chasseurs Hornets.
« Nous ne laisserons pas carte blanche aux généraux pour conduire la réforme de la défense nationale. Nous craignons qu’elle conduise à la solution suédoise et à la suppression du service militaire obligatoire. Une orientation politique est nécessaire, et les Vrais Finlandais sont prêts à la proposer aux dirigeants de l’armée », affirme M. Jussi Niinistö.
yle

Energie nucléaire

Le Stuk prépare des instructions pour la production de l’uranium
Le Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire est en train de réformer ses instructions sur l’énergie nucléaire. Il est prévu de concentrer les 70 points actuels en 38 points après la réforme. De nouvelles instructions sont également prévues, notamment concernant la production de l’uranium.
AL/16.4/A7

Politique étrangère et européenne

Crisis Management Initiative

M. Annan a participé au séminaire de M. Ahtisaari
Aamulehti relève que l’ancien secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, a été l’invité d’honneur du séminaire organisé hier à l’occasion du 10e anniversaire du CMI, organisation créée par le président Ahtisaari pour la médiation de la paix.
M. Annan a souligné l’importance d’une solution politique concernant la Libye. « Il faut veiller à ce que la Libye ne devienne pas un nouvel Irak. »
Il a estimé que l’idée selon laquelle on pourrait mettre fin à l’immigration n’était pas réaliste. « Une telle idée peut servir la politique de quelques groupe mais elle n’est pas réaliste. »
AL/A6, HS/B2

Libye

En Libye, la solution devrait venir des révolutionnaires
Le capitaine de frégate Antero Puistola de l’Ecole supérieure de défense nationale estime « qu’il est clair pour tout le monde que la solution devrait venir des rangs des révolutionnaires, alors qu’ils n’arrivent plus à avancer ».
La pression militaire pourrait être augmentée, notamment en utilisant l’artillerie de la marine et les hélicoptères, mais selon le capitaine de frégate Puistola, cette alternative ne servirait pas à grand-chose.
UD/13

Afghanistan

Les réservistes critiques sur les opérations internationales de la défense nationale
Les réservistes finlandais se montrent critiques vis-à-vis des opérations internationales de la défense nationale, notamment sur la présence finlandaise en Afghanistan. Selon un questionnaire réalisé par le syndicat des réservistes, 60% des personnes interrogées souhaitaient le retrait des soldats finlandais de la FIAS, tout de suite ou dans un délai de quelques années. Moins d’un tiers laisseraient les troupes finlandaises en Afghanistan jusqu’à la fin de l’opération. Deux réservistes sur trois s’opposaient à la participation de la surveillance de l’exclusion aérienne en Libye. Une majorité des réservistes cibleraient les éventuelles coupes budgétaires sur les opérations internationales. On ne souhaite pas réduire le nombre des exercices pour les réservistes. Ce questionnaire a été réalisé en mars-avril sur environ 400 réservistes.
Puolustusvoimat

Mardi 19 avril 2011

Politique intérieure

Elections législatives

Ouverture de la législature et formation d’un nouveau gouvernement
Le résultat des élections législatives sera officiellement publié mercredi 20 avril.
Les groupes parlementaires se formeront jeudi 21 avril. Il est probable que les précédents présidents de groupes parlementaires seront reconduits : M. Ravi pour les conservateurs, M. Heinäluoma pour le PSD et M. Kalli pour le Centre. Lors de ces réunions de groupes, les partis discuteront de leur stratégie à tenir en vue des négociations gouvernementales.
Mardi 27 avril, les groupes parlementaires se réuniront et la répartition dans les commissions sera effectuée. On discutera aussi de la présidence du parlement : la place revient aux conservateurs.
Mercredi 27 avril, le parlement se réuni pour la première fois, d’abord sous la présidence du doyen, le député des Vrais Finlandais Kauko Tuupainen. On élit ensuite un président et deux vice-présidents : un conservateur à la présidence, un PSD à la première vice-présidence et un Vrai Finlandais à la seconde vice-présidence. Les présidents de groupes parlementaires tiennent réunion et, selon la coutume, le président du premier parti, M. Jyrki Katainen devrait être nommé pour essayer de former un gouvernement.
Jeudi 28 avril a lieu l’ouverture officielle de la législature. La Présidente de la République et le président du Parlement prononcent chacun un discours. Le premier ministre Mari Kiviniemi présente ensuite sa démission à la Présidente qui l’accepte et lui demande de continuer à gérer les affaires courantes jusqu’à la nomination d’un nouveau gouvernement. Après cela, M. Katainen adresse des questions écrites aux groupes parlementaires sur la prochaine coalition gouvernementale et les principales questions de gouvernement et leur donne quelques jours pour répondre. Les groupes qui excluent de participer au gouvernement peuvent l’indiquer dès ce moment.
Mardi 3 mai, les réponses des groupes parlementaires ont été exprimées et M. Katainen peut décider de la suite, soit de choisir les partis avec qui essayer de former un gouvernement, soit de poser de nouvelles questions.
A ce stade, la composition de la future coalition devrait être connue. Il est probable que le gouvernement soit formé avec, outre les conservateurs, le PSD et les Vrais Finlandais. Peut-être aussi le parti suédois. La question principale devrait concerner l’UE et les aides aux pays en difficulté. Au plus tard le 6 mai, on devrait connaître la personne appelée à former le gouvernement et les partis qui en seront.
Du 7 au 15 mai, la maison des états est réservée aux partis de la future coalition pour y négocier le programme gouvernemental.
Lundi 16 mai, M. Katainen devra participer au conseil des ministres des Finances européens et, à ce moment-là, il faudrait que la position de la Finlande soit déterminée et connue.
Le 17 ou le 18 mai, les partis politiques choisiront leurs ministres. Le Premier ministre sera investi par le Parlement.
Le 19 ou le 20 mai, la Présidente de la République nommera le nouveau gouvernement.
Le 20 ou le 24 mai, le gouvernement présentera son programme devant le Parlement.
HS

La nouvelle coalition gouvernementale prend forme
Helsingin Sanomat rapporte que le président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen, estime qu’une coalition gouvernementale entre le parti conservateur, le parti social-démocrate et les Vrais Finlandais est très vraisemblable : « Une telle coalition serait conforme au résultat des élections. » M. Katainen souligne que le nouveau gouvernement doit être capable de résister aux difficultés. « La Finlande doit avoir une position sur l’aide au Portugal. C’est une question importante pour la Finlande. »
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, le principal vainqueur des élections, souligne que le parti conservateur a maintenant la responsabilité de former un gouvernement. M. Soini estime que la coalition des trois grands - le parti conservateur, le PSD et les Vrais Finlandais – semble assez probable.
Ces trois partis ont une majorité de 125 députés dans le nouveau Parlement. Avec la participation du parti suédois le gouvernement aurait une majorité de 135 députés.
Pour Mme Jutta Urpilainen, président du PSD, il n’est pas sûr que ces trois partis forment le gouvernement. Elle souligne qu’il est clair que les Vrais Finlandais doivent entrer au gouvernement. Le plus grand parti, le parti conservateur, a le droit et le devoir d’essayer de former le gouvernement. Mme Urpilainen souligne que le PSD veut augmenter les crédits pour améliorer l’emploi et les impôts sur le revenu financier. Le parti ne veut pas diminuer les retraites ou augmenter l’âge de la retraite. Mme Urpilainen estime que le principal bras de fer concernera l’UE. « Il faudra que la responsabilité des banques soit prise en compte : nous ne transigerons pas sur cette ligne et, là, les Vrais Finlandais sont plus porches de nous que les conservateurs », a-t-elle affirmé.
Helsingin Sanomat estime que les trois plus grands partis peuvent se mettre d’accord sur le nombre de communes, la politique de l’immigration et la législation sur les services des personnes âgées. Les questions les plus difficiles sont cependant la politique européenne et les aides au Portugal, la hausse des impôts sur la consommation et les coupes dans les crédits de la défense nationale.
HS/A3&A4

Vers une nouvelle coalition bleu-rouge
M. Mikael Pentikäinen, rédacteur en chef de Helsingin Sanomat, estime que le nouveau gouvernement réunira le parti conservateur, le PSD, les Vrais Finlandais et le parti suédois et il y aura par exemple 19 portefeuilles, dont six pour le parti conservateur et le PSD, cinq pour les Vrais Finlandais et deux pour le parti suédois. M. Katainen serait Premier ministre, Mme Urpilainen ministre des finances et M. Soini le ministre de l’économie ou de la défense.
M. Pentikäinen estime que les futurs ministres conservateurs sont les mêmes qui étaient dans les spots télévisés du Kokoomus avec M. Katainen : MM. Häkämies et Stubb et Mmes Risikko et Virkkunen. Cette liste serait complétée avec un ministre de la circonscription de Helsinki : Mme Sarkomaa ou M. Vapaavuori. M. Stubb continuerait comme ministre des affaires étrangères. Mme Urpilainen choisirait un groupe ministériel avec beaucoup d’expérience parmi des noms comme M. Backman, Mme Huovinen, M. Ihalainen, M. Jungner et Mme Paasio. Le PSD aura le poste du président du Parlement qui serait accordé à M. Heinäluoma plutôt qu’à M. Tuomioja.
HS/A4

Plusieurs records ont été battus aux élections législatives
La victoire électorale est la plus grande en Finlande : 14,9 % de plus et 34 sièges de plus. La défait du parti du centre, 7,3 %, et 16 sièges, constitue aussi un nouveau record finlandais. Pour la première fois, le parti conservateur est devenu le plus grand parti du Parlement.
La coalition du gouvernement Kiviniemi a perdu au total 10,8 % et les partis de l’opposition ont gagné 11 %.
HS/A5

Le centre doit faire des économies
Helsingin Sanomat relève que la défaite électorale du parti du centre signifie que ce parti doit diminuer son budget. Le centre a perdu 16 sièges et cela signifie une diminution considérable des aides de l’Etat accordées aux partis politiques, soit environ 180 000 euros par député par an. Le parti du Centre ne recevrait plus que 6,3 millions d’euros par an (-2,88) et les Vrais Finlandais en recevraient désormais plus de 7 millions (contre moins d’un million avant) ! Le parti du Centre pourrait même être amené à vendre son siège social.
HS/A5

Alliance verte
Mme Anni Sinnemäki, présidente de l’alliance verte, annoncera la semaine prochaine si elle brigue un nouveau mandat à la tête du parti au congrès de juin prochain. Aux élections législatives, son parti a perdu un tiers de ses sièges au Parlement.
Helsingin Sanomat estime que le candidat le plus fort pour la remplacer est M. Ville Niinistö, député de la circonscription de Turku. Il y a deux ans, M. Niinistö n’a pas voulu se présenter pour la présidence de son parti parce que son épouse suédoise, Mme Maria Wetterstrand, venait d’être élue présidente du parti vert de Suède. Son mandat prendra fin en mai.
HS/A8

Commentaires :
« La joie fut de courte durée, les problèmes en perspective » AL
« Les Vrais Finlandais sont à la fois à gauche, à droite et au Centre » KS
« Le futur gouvernement pourrait ne pas tenir toute la législature » KS
« Les Vrais Finlandais devront choisir leur ligne … ou risquer la division » KS
« La pression pourrait aider à former un gouvernement : une coalition des trois grands est la solution la plus réaliste » IS
« Les négociations gouvernementales seront très dures » HS
« Les difficultés pour les trois grands » TS
« Cela ne sera peut-être pas si difficile que cela » KL
Les éditorialistes sont majoritaires à prévoir des négociations difficiles pour s’entendre sur un nouveau programme de gouvernement. Le plus dur étant la question de l’UE : « si l’on arrive à un compromis intellectuellement raisonnable sur l’UE, les autres secteurs politiques semblent plus facile à concilier », selon TS.
Kauppalehti estime que la coalition des trois grands devrait déplacer la politique un peu vers la gauche. Mais cela pourrait aussi avoir pour effet de stabiliser les relations sur le marché du travail avec les partenaires sociaux et relancer la réforme des communes.

Politique européenne et étrangère

Portugal

La Commission européenne et le Portugal
Turun Sanomat relève que la Commission européenne s’attend à ce que la Finlande tienne sa promesse concernant sa participation au fonds temporaire de crise. La porte-parole de la Commission, Mme Ahrenkilde-Hansen, relève que la Commission ne spécule pas et ne participe pas à la formation des gouvernements des Etats membres. « Nous avons confiance en ce que les Etats membres respectent leurs résultats électoraux, mais actuellement, la Finlande ne se trouve pas dans une situation où elle envisagerait d’abandonner le paquet d’aide au Portugal », a-t-elle dit.
TS/14

Propos de M. Niinistö
Le président du Parlement, M. Niinistö, estime qu’outre les Etats de la zone euro, les autres Etats membres et le FMI devraient participer à un niveau plus important à l’opération d’aide au Portugal.
Une clé pour débloquer la situation, du point de vue finlandais, pourrait être une plus grande solidarité, selon lui. Cela signifierait que la part de la Finlande dans le paquet d’aide diminuerait.
www.uusisuomi.fi

Propos de M. Soini
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, relève que si son parti sera au gouvernement, il souhaitera que l’on modifie le paquet d’aide au Portugal de façon à ce que la Finlande ne paie pas pour les erreurs des autres. Il estime d’ailleurs qu’en raison du résultat électoral, la politique européenne de la Finlande va changer dans le sens où « l’intérêt du peuple finlandais sera mieux pris en compte ».
Yle relève que le quotidien espagnol El Mundo a cité M. Soini sur ses propos selon lesquels les élections étaient un référendum sur le Portugal. L’éditorialiste du quotidien portugais, Diario de Noticias, rappelle que, lors de la guerre d’hiver (quand la Finlande fut attaquée par l’URSS en 1939, NDLT), le Portugal avait aidé la Finlande, mais qu’aujourd’hui, une grande partie des Finlandais ne semblent pas avoir de l’empathie pour les Portugais en crise.
www.yle.fi

« Un pacte secret » qui permettrait d’aider le Portugal sans l’accord de la Finlande »
Uusi Suomi relève que, selon l’agence de presse Bloomberg, il existerait un pacte sur la possibilité de ne pas permettre à un Etat membre d’empêcher l’échec du paquet d’aide au Portugal ou à un autre Etat membre. Selon une source finlandaise, la Finlande est fermement engagée dans l’eurogroupe, et continuera à l’être.
www.uusisuomi.fi

Commentaires à l’étranger sur les élections finlandaises

Intérêt pour les Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat relève que le résultat des législatives a eu une visibilité exceptionnelle dans les médias étrangers. Des journalistes internationaux sont restés à Helsinki jusqu’à lundi pour se faire une idée de l’atmosphère après les élections.
Une correspondante allemande, Mme Buckenmeier, relève qu’en Allemagne, les médias s’intéressent énormément au résultat des élections. « Tout le monde souhaite savoir se que cela signifiera pour la politique européenne. » The Financial Times a qualifié les Vrais Finlandais de parti populiste anti-européen. Le quotidien suédois Svenska Dagbladet se demande, dans son éditorial, « s’il est sympa de travailler avec un parti qui erre entre la xénophobie et le populisme lié à la répartition de revenus ». Die Süddeutsche Zeitung estime que, jusqu’à présent, les grands partis se sont sentis trop sûrs avant les élections. Ils n’ont pas eu besoin de chercher des moyens de se distinguer les uns des autres. Les quotidiens estoniens, Postimees et Eesti Päevalehti, estiment que le statut des Vrais Finlandais aura un effet sur l’Europe.
HS/B1

Commentaires d’une experte suédoise des partis populistes
Helsingin Sanomat rend compte des analyses d’une journaliste suédoise, Mme Bjurwald, qui, même si elle n’est pas surprise du succès des Vrais Finlandais, s’étonne de l’ampleur de leur réussite. « Ils n’étaient pas loin de devenir le plus grand parti avec un programme anti-immigration malgré le fait qu’en Finlande, il y a très peu d’immigrés et de musulmans. » Elle qualifie le parti de « populistes xénophobes de droite ». Pour elle, ce parti n’est pas différent des autres partis populistes. Il est caractéristique du populisme de se présenter comme particulier à chaque pays, selon elle.
Mme Bjurwald estime qu’il peut être historiquement intéressant que les racines du parti se trouvent dans le parti rural, mais ce fait n’explique pas sa politique actuelle. A l’instar des autres partis populistes européens, les Vrais Finlandais sont xénophobes. Il est typique également d’insister sur l’UE, la fiscalité et la politique familiale. Elle rappelle également qu’il est typique des partis populistes d’avoir un leader charismatique. Les partis ont leur slogan basé sur l’idée qu’ils expriment ce que l’électeur pense. Pour Mme Bjurwald il est tragique que le discours de ces leaders fasse de l’effet auprès des électeurs qui, en soi, ne sont pas racistes. « Il est grave que l’on accepte le racisme discrètement en votant pour un parti où quelques uns le promeuvent. »
Mme Bjurwald relève que les autres partis, et les journalistes, utilisent un vocabulaire populiste lorsqu’ils parlent, comme si c’était d’une façon neutre, de l’islamisation ou du suédois obligatoire.
Elle souhaite que les hommes politiques aient le courage éthique d’intervenir contre la volonté de faire peur. Elle souhaite que les partis traditionnels défendent et justifient les choses dans lesquelles ils croient. « Que l’on a besoin de l’immigration pour la croissance économique, la pénurie de main d’œuvre et le maintien de la compétitivité. »
HS/B1

Parlement européen

M. Soini sera remplacé par M. Terho
Helsingin Sanomat relève que M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, quittera son poste au Parlement européen après avoir été élu au Parlement finlandais. Il sera remplacé à Bruxelles et à Strasbourg par son suppléant M. Sampo Terho (né en 1977), président de Suomalaisuuden liitto, l’association de la « fennitude » et ancien chercheur à l’école supérieure à la défense.
HS/A6

Atalanta

Les 18 pirates présumés toujours à bord du bâtiment
Le commandant adjoint de l’opération Atalanta, le vice-amiral Guido Rando, a visité le navire mouilleur de mines Pohjanmaa le jeudi 14 avril à Djibouti. Lors de sa visite, le vice-amiral a félicité le Pohjanmaa, notamment pour ses nombreuses tâches de convoiement. Le Pohjanmaa a rejoint l’opération début février et la quittera fin avril. Parti aujourd’hui de Djibouti, le Pohjanmaa regagne le golfe d’Aden pour y protéger le trafic maritime.
Les 18 pirates présumés arrêtés il y a une semaine, sont toujours à bord du bâtiment.
puolustusvoimat

Lundi 18 avril 2011

Politique intérieure

Elections législatives

Titres :
Timo Soini : Nous avons gagné les élections et les instituts de sondages
Révolutionnaire !
Le parti conservateur est devenu le plus grand parti
Les Vrais Finlandais ont eu une victoire écrasante
Le parti du centre a chuté
Le taux de participation des élections législatives s’est élevé à 70, 4 % (contre 67,9 % en 2007). Les Finlandais ont donné au total 2 953 977 voix.
Le parti conservateur est devenu le plus grand parti du Parlement avec 20,4 % des voix (598 369 voix) et 44 sièges, soit 6 sièges de moins qu’aux élections législatives de 2007.
Le parti social-démocrate est arrivé deuxième avec 19,1 % des voix (561 049 voix) et 42 sièges (trois sièges de moins qu’il y a quatre ans).
Les vrais Finlandais, troisième parti, ont gagné le plus par rapport à 2007. Ils ont eu 19,0 % des voix (559 342 voix) et 39 sièges, soit 34 sièges de plus qu’en 2007.
Le parti du centre a perdu les élections. Il a eu 15,8 % des voix (463 160 voix), et 35 sièges, soit 16 sièges de moins qu’il y a quatre ans. La Première ministre, Mme Kiviniemi, président du centre, a annoncé dimanche soir que son parti sera dans l’opposition.
L’alliance des gauches est arrivée cinquième avec 8,1 % (238 473 voix) et 14 sièges, soit trois sièges de moins qu’en 2007.
L’alliance verte a perdu cinq sièges sur 15. Elle a eu 7,2 % des voix (212 837 vois) et dix sièges.
Le parti suédois a reçu 4,3 % des voix (125 865 voix) et neuf sièges comme avant (plus le siège du représentant des Iles Åland).
Les chrétiens-démocrates ont obtenu 4,0 % de voix (118 514 voix) et six sièges (un de moins qu’en 2007).
Les neuf autres partis politiques qui figurent au registre des partis du ministère de la justice n’ont pas eu de sièges au Parlement. Ils ont obtenu au total environ 26 900 voix.

Le nouveau Parlement sera plus jeune que le précédent
Selon Helsingin Sanomat, le nombre de députés de moins de 30 ans augmentera dans le nouveau Parlement, même si l’âge moyen des députés sera 48 ans comme avant. Le nombre de femmes a un peu augmenté et sera de 86. 47 députés actuels n’ont pas été réélus, dont les ministres Paavo Väyrynen et Suvi Lindén.
La locomotive des élections législatives a été M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, qui a obtenu plus de 43 000 voix dans la circonscription d’Uusimaa (province autour de la capitale). Le ministre conservateur des affaires étrangères, M. Alexander Stubb, a obtenu plus de 41 000 voix et le ministre des finances et président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen, près de 24 000 voix dans la même circonscription. M. Paavo Arhinmäki, président de l’alliance des gauches, a eu 17 000 voix dans la circonscription de Helsinki. M. Jussi Halla-aho, conseiller municipal des Vrais Finlandais, a obtenu plus de 14 000 voix à Helsinki. Mme Kike Elomaa des Vrais Finlandais a été élue pour la première fois au Parlement avec 13 000 voix dans la circonscription de Turku.
Les Vrais Finlandais sont le parti qui a obtenu le score le mieux réparti dans tout le pays : ils arrivent en deuxième ou troisième place dans toutes les circonscriptions à l’exception d’Helsinki (et des îles Ålands).

Commentaires :
Propos de M. Soini
Helsingin Sanomat rapporte que M. Soini, le plus grand vainqueur des élections, a déclaré que « les Vrais Finlandais ont gagné les élections et battu les instituts de sondages ».
« Nous avons fait de l’histoire politique, sans beaucoup d’argent, avec beaucoup de cœur et beaucoup de travail. » Pour lui, « une ère d’une Finlande patriotique, égale et honnête commence après les élections ».
M. Soini veut évoquer son propre programme dans les éventuelles négociations électorales. Il promet que « le nouveau gouvernement promouvra les valeurs conservatrices si les Vrais Finlandais y sont ». Selon M. Soini, il est possible qu’il y ait des ministres qui viennent de l’extérieur du groupe parlementaire des Vrais Finlandais. Il n’a toutefois donné aucun nom. Concernant la politique européenne, M. Soini a déclaré que la politique précédente n’était plus possible après le résultat des élections. Plus tard il a dit que la position de la Finlande était un peu différente qu’avant le vote.
HS

Commentaires du parti conservateur
Le président du Parti conservateur, M. Katainen, estime, concernant la composition du nouveau gouvernement, que lorsque des personnes disposant d’un sens des responsabilités se mettent autour d’une même table, on arrive le plus souvent à une solution. M. Katainen se déclare très content et il souligne le fait que son parti est « responsable ».
Il relève que le résultat de son parti est historique dans le sens où il devient le plus grand parti. La secrétaire du parti, Mme Tujunen, s’étonne du mauvais résultat surtout des Verts mais également du Centre. Elle a minimisé le résultat du PSD en rappelant qu’il était le plus faible depuis la guerre. Concernant le prochain gouvernement, elle estime qu’une coalition du Parti conservateur, du PSD et des Vrais Finlandais est une option forte qui ne peut pas être exclue. Elle ne se soucie pas des négociations en vue de formation d’un gouvernement. Elle estime toutefois qu’il faut que l’on ait une nouvelle approche à l’égard de la base de la coalition et du programme du gouvernement.

Commentaires du parti du centre
Helsingin Sanomat relève que Mme Kiviniemi, présidente du Centre, était visiblement déçue de la défaite historique de son parti. Elle a annoncé que son parti se contenterait d’être dans l’opposition lors de la prochaine législature. Elle rappelle toutefois que l’on peut trouver dans toute défaite le germe d’une nouvelle victoire.
M. Laaninen, secrétaire du parti, estime que la raison principale pour le mauvais résultat du Centre était le fait que c’était le parti du Premier ministre. Mme Kiviniemi a estimé, elle aussi, que deux législatures avec un Premier ministre centriste ont poussé les Finlandais à souhaiter un changement.

Propos de Mme Urpilainen
Mme Jutta Urpilainen, président du PSD, a été très satisfaite du résultat de son parti, même s’il s’agit du plus mauvais résultat dans l’histoire des sociaux-démocrates.

Commentaires de Sinnemäki
La présidente de l’alliance verte, Mme Anni Sinnemäki, admet que le parti a souffert une défaite électorale importante. « Nos valeurs et nos objectifs n’ont pas gagné. » Elle estime que le parti conservateur, le PSD et les Vrais Finlandais formeront le nouveau gouvernement. Mme Sinnemäki n’a pas encore voulu estimer si elle se présentera à un nouveau mandant au congrès du parti en juin prochain.

Alliance des gauches
M. Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches, estime que son parti a réussi à surmonter la minimisation dont il a été victime, selon lui. Il estime que l’Alliance des gauches n’était pas loin d’être le deuxième vainqueur des élections. Il se félicite du fait que dans sa circonscription (celle de Helsinki) il a pu battre M. Halla-aho et l’hostilité à l’égard de l’immigration. Avec ses plus de 17 000 voix, M. Arhinmäki était le numéro un à Helsinki.

Démocrates chrétiens
Mme Räsänen, présidente des Démocrates chrétiens, considère résultat de son parti comme magnifique vu l’ensemble des circonstances. Elle relève que son parti a déjà exprimé sa volonté de coopérer. Elle estime qu’il est prématuré de deviner le résultat des négociations en vue de formation d’un gouvernement. Les négociations seront difficiles, car les orientations concernant l’Europe sont tellement différentes.

Editoriaux
« Timo Soini fait entrer ces élections dans l’histoire » HS
Helsingin Sanomat souligne que les seuls vainqueurs historiques de ces élections sont les Vrais Finlandais et M. Soini qui obtient même le plus de voix de tout le pays. M. Soini et ses sympathisants ont réussi à canaliser l’esprit protestataire qui couvait depuis longtemps dans le pays.
Le parti conservateur enregistre lui aussi une victoire historique même s’il ne réalise pas son plus grand score. Son président M. Katainen sera le premier à essayer de former un gouvernement. On peut imaginer que les négociations gouvernementales seront exceptionnellement difficiles. Il semble probable que le gouvernement sera formé autour du parti conservateur et du PSD. Si les Vrais Finlandais sont en droit de prétendre au gouvernement de part leur victoire électorale, cela pourrait buter sur les négociations gouvernementales si M. Katainen et M. Soini continuent à s’opposer sur l’aide au Portugal.
On pourrait même dire que les Vrais Finlandais ont le droit et même l’obligation morale d’entrer au gouvernement. Car un gouvernement sans eux ne rassemblerait que des partis qui auraient perdu des voix aux élections.
Le PSD a réalisé un résultat acceptable dans ces élections.
Le Centre a aussi réalisé un résultat historique, mais en matière de défaite électorale : passer du parti du Premier ministre à la quatrième place et à l’opposition. Le Centre a eu la lourde tâche d’assumer la responsabilité de la crise de l’euro. Il faut se rappeler que lorsque la Finlande est entrée dans l’euro, le Centre était dans l’opposition et contre l’entrée de la Finlande dans l’euro.
Le troisième vainqueur des élections est la démocratie parlementaire finlandaise puisque le taux de participation a augmenté, ce qui donne un mandat solide pour les députés élus.
HS

« Une bataille pour un programme gouvernemental » AL
« Les Vrais Finlandais aux portes du pouvoir » TS
Aamulehti souligne que le paysage politique finlandais a radicalement changé lorsque M. Soini a raflé la mise. Le parti conservateur est le premier mais M. Katainen ne sait pas ce qu’il fera de cette victoire. Selon le résultat électoral le gouvernement devrait rassembles conservateurs, sociaux-démocrates et Vrais Finlandais, mais M. Katainen serait en difficulté. Il faudra de nombreux retournements de vestes pour que ces trois puissent écrire un programme gouvernemental. Si le paquet d’aide européen devient le point d’ancrage, que fera M. Katainen. Et si à Bruxelles personne ne fait de geste pour la Finlande et que M. Katainen reste sur ses positions, est-ce que Mme Urpilainen et M. Soini vont chercher à former un gouvernement ? La situation est d’autant plus difficile qu’il semble impossible d’exclure M. Soini et que le centre est lui exclu des coalitions gouvernementales, tant sa défaite est aussi historique que la victoire de M. Soini.
L’analyse de ces élections prendra du temps et seul le temps montrera si le paysage électoral est durablement modifié ou si les Vrais Finlandais suivront le destin de leur prédécesseur le SMP qui n’aura tenu qu’une législature. Le principal est que M. Soini arrive à tenir son groupe parlementaire et donc à assurer une coopération avec les autres groupes politiques, conclut Aamulehti.
Pour Turun Sanomat, il ne fait pas de doute que la place des Vrais Finlandais est dans les négociations pour former un gouvernement. Une toute autre question est de savoir la marge de manoeuvre qu’il s’est laissé sur les aides européennes.
AL TS

« Les Vrais Finlandais ont la possibilité d’assumer des responsabilités » IL
Iltalehti souligne que la Finlande vient de connaître le plus grand changement dans les rapports de force entre partis politiques depuis 1907.
La vague des Vrais Finlandais ne vient pas tant des scandales de financement électoral ou de la crise de l’euro que d’un rejet d’un système dans lequel il n’existe plus de différences entre les trois grands partis qui se partagent le pouvoir. On a voulu protester avant tout contre des changements trop importants dans la société. La mondialisation empêche de se projeter vers l’avenir et il semble que le pouvoir de décision est de plus en plus éloigné.
Il faut donner la possibilité aux Vrais Finlandais d’assumer les responsabilités gouvernementales.
En théorie, les partis de l’opposition pourraient former un gouvernement, peut-être renforcé par le parti suédophone. Il serait toutefois meilleur de viser une coalition arc-en-ciel de nouvelle forme. Il faudra voir comment les Vrais Finlandais supportent les responsabilités gouvernementales. Les négociations gouvernementales promettent d’être difficiles.
IL

« Timo Soini a fait sauter la banque » IS
Ilta-Sanomat souligne que les Vrais Finlandais enregistrent une victoire plus importante que ce que leur prédisaient les instituts de sondage et ont, ainsi, profondément modifié la carte électorale. Ce changement devrait contribuer à minimiser la joie des conservateurs qui deviennent, pour la première fois, le premier parti du parlement. Le parti conservateur enregistre une victoire historique, mais les Vrais Finlandais ont encore plus marqué l’histoire politique car aucun parti n’avait gagné 34 places d’un coup.
Le président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen va maintenant essayer de former un gouvernement, mais rien ne dit qu’il y réussira. La précédente coalition est exclue car elle serait minoritaire. Les Vrais Finlandais ont gagné plus de sièges que la coalition n’en a perdus.
Former un gouvernement sera donc difficile car cela ne devrait pas être possible sans les Vrais Finlandais dont personne ne sait quelles conditions ils poseront. Si M. Soini adopte une attitude conciliante avec les autres partis, il risque d’avoir du mal à tenir son groupe parlementaire de 39 députés inexpérimentés.
Un gouvernement des trois grands partis réunirait les conservateurs, les sociaux-démocrates et les Vrais Finlandais. Il aurait une majorité de 125 sièges sur 200, mais s’entendre sur un programme risque d’être difficile. Si les conditions posées par M. Soini pour entrer au gouvernement sont trop dures, les deux plus grands partis (conservateurs et pSD) devront réfléchir à la possibilité de s’adjoindre suffisamment de petits partis.
Dans les jours à venir, on entendra de nombreuses explications à la vague des Vrais Finlandais. Peut-on imaginer qu’une explication soit que les 43% des électeurs qui ont voté non au référendum sur l’adhésion à l’UE il y a dix-sept ans se sont enfin réactivés après un long silence ?
IS

« La Finlande, année zéro » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’après le résultat des élections, les Finlandais n’auront guère moins de questions à se poser [sur l’avenir de la Finlande]. Le mouvement particulièrement animé avant les élections était le bienvenu en soi, maisil est clair qu’il compliquera la formation du gouvernement. Le suspense se maintiendra jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la formalisation du programme gouvernemental.
Les motivations de ceux qui ont voté pour les Vrais Finlandais varient beaucoup. Pour certains, il s’agit d’une protestation, pour d’autres d’un appel au secours. La montée de la dernière minute du PSD montre que Mme Urpilainen a réussi à attirer une partie de cette protestation. Ces élections sont devenues une manifestation du mécontentement économique. Ce mécontentement est toujours là, et il faudra que les autres partis le prennent en compte.
L’éditorialiste souligne le nombre important de nouveaux députés au nouveau Parlement.
La question sur l’avenir de la Finlande reste posée. Se refermera-t-elle ou s’ouvrira-t-elle ? La réponse des électeurs n’est pas tout à fait explicite et c’est là que l’interprétation des partis lors des négociations en vue de formation du gouvernement sera déterminante.
HBL/lun/20

Points de vue
« La contrattaque des électeurs » IS
Ilta-Sanomat rappelle que l’étude commandée par le journal sur les électeurs des Vrais Finlandais l’année dernière faisait apparaître que le point de ralliement est le vote protestataire. Hier, les plaques ont bougé, la terre a tremblé et c’est un tsunami politique qui a déferlé, selon IS qui souligne que nombre de Finlandais ne veulent plus de l’hégémonie des trois grands partis traditionnels. . La plupart des Finlandais ne comprennent pas que la Finlande, en prise avec ses propres difficultés économiques, doive aider le Portugal. Sans la crise de l’euro, le pSD n’aurait pas limité sa régression. Et, pour le Centre, dont la majeure partie des sympathisants sont euro-sceptiques, la crise de l’euro est arrivée au pire moment.
IS

« Où va la Finlande ? » IL
« Les Finlandais si obéissants viennent de donner une leçon à leurs élites en manquant de peu de faire du plus petit parti du Parlement le plus grand. Mais qui a gagné, qui a perdu ? Si l’on prend la victoire des Vrais Finlandais au sérieux, outre le Centre et les Verts, ce sont les conservateurs aussi qui iraient dans l’opposition car le précédent gouvernement a perdu près de 30 sièges !
Si l’on est cynique, on peut imaginer que rien ne changera et que, M. Katainen premier ministre, les troupes de M. Soini suivront les politiques fixées par les technocrates.
La dure réalité politique commence dès aujourd’hui. Qui reviendra sur ses promesses ? Qui tournera sa veste ? Il faudra que certains le fassent ;
IL

« La révolution des hommes silencieux » HS
Marko Junkkari souligne qu’il était difficile de prévoir la vague des Vrais Finlandais. Leurs résultats dans les sondages semblaient difficiles à mesurer. Et sur le terrain, les sympathisants des autres partis n’ont jamais pu débattre avec eux. « Le plus effrayant est que les sympathisants des Vrais Finlandais ne veulent pas discuter. Ils préfèrent rester chez eux. C’est la révolution des hommes silencieux », selon un vétéran de l’action politique.
Ces hommes silencieux se sont exprimés en votant. Finalement, M. Katainen peut fêter une victoire historique, mais pas avec la compagnie qu’il aurait imaginée.
HS

« La coalition actuelle ne peut être reconduite » HS
Unto Hämäläinen souligne que ces élections sont marquées par une opposition entre deux blocs : depuis un an et les difficultés de la Grèce puis le remplacement de M. Vanhanen par Mme Kiviniemi, le gouvernement s’est soudé autour de l’axe Kiviniemi - Katainen face à une opposition autour de Mme Urpilainen et de M. Soini. Il y a encore un an personne n’aurait cru que ces élections seraient un référendum sur l’UE. C’est pourtant ce qui s’est passé parce que depuis un an le gouvernement et le PSD n’ont pas réussi une seule fois à s’entendre sur la politique de la Finlande dans l’UE. La montée des Vrais Finlandais n’a fait que renforcer cette opposition entre deux blocs : Mme Uriplainene t M. Soini devant jouer à qui sera le plus ferme face au gouvernement Kiviniemi. M. Soini l’a emporté mais le PSD n’a pas été malheureux. La demande d’aide du Portugal a encore clarifié l’affrontement entre les blocs, relève Unto Hämäläinen. Selon lui, un prochain gouvernement doit réunir 110 députés et cela n’est possible qu’avec les trois grands : conservateurs, sociaux-démocrates et Vrais Finlandais, ce qui ne manquera pas de nécessiter de la souplesse et des reculades de tous.
HS

Parlement

Bienvenue aux nouveaux députés
Le résultat des élections législatives sera officiellement publié mercredi 20 avril. Les groupes parlementaires se formeront jeudi 21 avril. La première séance plénière aura lieu mardi 27 avril.
Les négociations pour former un gouvernement pourraient prendre fin avec le choix des ministres les 16 et 17 mai et le Premier ministre serait investi le 17 mai et le gouvernement nommé par la Présidente le 19 mai.
UD
Politique européenne et étrangère

Finlande – Russie

M. Stubb refuse de se prononcer sur la note russe
Le ministère finlandais des Affaires étrangères a reçu de la Russie lui une note concernant le cas du petit Anton avant les élections. Le ministre des Affaires étrangères Alexander Stubb a refusé d’interpréter le moment choisi par la Russie pour transmettre cette note. Helsingin Sanomat relève que la Finlande a, par le passé, reçu des notes de la Russie avant des élections.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères devrait mettre quelques semaines pour répondre, selon HS.
HS

La Russie externalise le service des visas de son ambassade en Finlande
Les demandes de visas de Finlandais pour la Russie seront, à compter de mai, traités dans quatre centres gérés par une société indienne VF Services à Helsinki, Turku, Lappeenranta et Maarianhamina.
L’année dernière la Russie a accordé 170 000 visas à des Finlandais.
HS

Libye

Editorial : L’Europe à l’épreuve en Libye
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat écrit que les généraux qui commandent les opérations de l’OTAN en Libye seront obligés d’accepter l’incertitude car ils agissent dans une situation nouvelle.
Il note que les Etats-Unis ont renoncé au rôle principal dans l’opération en laissant la place aux pays européens, notamment à la Grande-Bretagne et à la France.
Le cas de la Libye prouve à quel point l’UE a échoué à créer une alternative à l’OTAN. Il n’existe toujours rien pour remplacer les systèmes de l’OTAN et la contribution des Etats-Unis. La volonté de l’UE de garantir l’aide humanitaire en collaboration avec l’OTAN marque néanmoins la fin d’une longue somnolence de cette politique de sécurité commune.
HS/A2

Vendredi 15 avril 2011

Politique intérieure

Elections législatives

L’audience du parti conservateur est en hausse, celles de vrais Finlandais en baisse
Helsingin Sanomat relève qu’à la lumière d’un sondage publié hier lors du grand débat électoral d’Yle, effectué par l’institut Taloustutkimus, l’audience du parti conservateur est de 21,2 %, celle du parti du centre 18,6 %, du PSD 18,0 % et des Vrais Finlandais de 15,4 % (soit une baisse de 1,8 %). L’alliance verte a obtenu une audience de 9,0 %, l’alliance des gauches 8,2 %, parti suédois et les chrétiens-démocrates 4,2 %.
Malgré la baisse de l’audience des Vrais Finlandais M. Timo Soini, président du parti, est toutefois confiant : « La vérité définitive se trouvera dans les urnes. J’ai confiance dans le peuple finlandais. »
Tous les présidents des huit partis politiques représentés au Parlement partagent l’avis selon lequel le président du plus grand parti aux élections commencera à diriger les négociations pour former un nouveau gouvernement.
HS/A7

« Les Vrais Finlandais, seuls vainqueurs du scrutin de dimanche ? » IS
Ilta-Sanomat a interrogé le directeur de l’institut de sondage TNS Gallup qui admet que la montée des Vrais Finlandais est un phénomène très difficile à mesurer et que leur audience, actuellement mesurée à 16,9% est sujette à une importante marge d’erreur (+/- 4%). Leur réelle audience est donc entre 12% et 21%.
Ilta-Sanomat a demandé aux politologues de réaliser une projection en sièges sur la base des récents sondages. Il apparaît que le parti des Vrais Finlandais serait le seul à progresser en sièges. Le parti conservateur aurait 45 sièges (-5), le parti du Centre 40 (-11), le PSD 38 (-7), les Vrais Finlandais 36 (+31), les Verts 15 (inchangé), l’Alliance des Gauches 12 (-5), les Suédois 9 (inchangé) et les Chrétiens-démocrates 4 (-3).
IS

« Le style des Finlandais déroute les journalistes allemands » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’un nombre importants de journalistes étrangers sont venus suivre les élections législatives finlandaises.
Les journalistes allemands, qui ont rencontré M. Soini, s’étonnent que de l’attitude en Finlande à l’égard des Vrais Finlandais. « On les considère comme un parti et un concurrent politique normal. Dans les autres pays, la classe politique n’accepte pas de discuter avec la droite populiste. De plus, par rapport aux changements importants attendus dans le système politique finlandais, les débats semblent bien calmes », estime un journaliste de Die Zeit.
HS

Un changement de plus de cent députés aurait des effets importants
Selon le journaliste de Helsingin Sanomat accrédité au parlement Jaakko Hautamäki, il est de coutume qu’un tiers des députés changent aux élections législatives tous les quatre ans. Cette fois-ci il y aura plus de changements : près de 40 députés ne se présentent plus, plusieurs députés ne seront pas réélus et un grand nombre de nouveaux députés des Vrais Finlandais auront des sièges. En ce moment, les Vrais Finlandais n’ont aucune présidence de commission parlementaire. La nomination des présidents et des membres des commissions sera une des premières tâches du nouveau Parlement.
Les nouveaux groupes parlementaires se réuniront jeudi 21 avril pour s’organiser et élire le président et les vice-présidents. Les secrétaires généraux des groupes parlementaires auront ensuite le travail ingrat pendant les fêtes de Pâques de prendre en considération les souhaits des uns et des autres concernant les postes dans les commissions.
Le chancelier de la justice recevra le 26 avril les députés pour vérifier leurs mandats.
HS/A8

La météo n’aura pas d’effet sur les électeurs
Helsingin Sanomat rapporte que selon le politologue Sami Borg, contrairement à ce qu’on dit souvent, le temps n’a pas d’effet sur les électeurs pendant le jour du scrutin.
Le directeur de l’institut de météorologie, M. Petteri Taalas, estime, quant à lui, que le temps a une influence sur le résultat des élections. Il n’y a pas d’étude scientifique sur cela, mais M. Taalas estime que les électeurs conservateurs et centristes se fichent du temps, tandis que les électeurs de la gauche et des Vrais Finlandais seraient plus dépendants du temps.
HS/A8

Législation

Tout Finlandais pourrait dans l’avenir faire une proposition de loi si 50 000 personnes la soutiennent
Selon une proposition d’un groupe de travail du ministère de la Justice, tout Finlandais qui a le droit de vote pourrait lancer une initiative auprès du Parlement concernant un projet de loi. Une personne souhaitant le faire devrait réunir 50 000 soutiens en six mois. Le Parlement devrait ensuite étudier cette initiative.
Le ministère de la Justice pourrait prévoir un système informatique afin de réunir les noms.
AL/A6

Economie

« Peu d’entreprises finlandaises envisagent leur croissance » TS
Selon une étude du Global entrepreneurship monitor, peu d’entrepreneurs finlandais envisagent la croissance de leur entreprise. Même si l’on crée en Finlande autant d’entreprises que dans les autres pays occidentaux, elles ont du mal à croître : les entrepreneurs norvégiens sont deux fois plus nombreux à envisager d’employer au moins 20 personnes dans les prochaines années.
Le ministre Mauri Pekkarinen estime que la Finlande manque de capital-risque susceptible d’investir dans les « jeunes pousses ».
TS

Les banques et les compagnies d’assurances finlandaises en bon état
Kauppalehti relève que les banques et les compagnies d’assurances se sortent bien du test de résistance de l’Inspection financière (Fiva). Fiva désapprouve toutefois des prêts importants accordés aux ménages à faibles salaires pour l’achat d’un logement.
Selon la directrice de Fiva, Mme Tuominen, la solvabilité des banques finlandaises est à un niveau très élevé, ce qui vaut également pour les compagnies d’assurances et les compagnies d’assurance retraite.
KL/6

Politique européenne et étrangère

Finlande – Russie

La Russie a remis une note à la Finlande concernant le différend sur le petit Anton
Le ministère finlandais des Affaires étrangères confirme que la Russie lui a remis une note concernant le cas du petit Anton.
Helsingin Sanomat relève que, selon un site russe, Vesti.ru, les Russes déploreraient la décision finlandaise de ne pas porter plainte contre le père du petit garçon pour l’avoir amené en Finlande en cachette. Pour la Russie, les autorités finlandaises ont violé le droit international.
L’ordonnance de non-lieu date de mars.
En 2008, la mère du petit garçon, dont la garde avait été accordée à son père, a amené son fils en Russie avec elle. Le père a ramené son fils en Finlande à l’aide du consul finlandais à Saint-Pétersbourg, en 2009.
HS/A15

France - Finlande

Cinéma

Le dernier Kaurismäki sélectionné en compétition officielle du Festival de Cannes
Hufvudstadsbladet relève que le dernier film d’Aki Kaurismäki, Le Havre, fait partie des 19 films désignés pour la compétition officielle de Cannes.
Ce film (avec André Wilms, Kati Outinen et Elina Salo) tourné en France aura sa première finlandaise le 9 septembre.
HBL/25 HS
France

Politique

Point de vue : « L’interdiction du voile intégral pousse une partie des femmes à rester chez elles » HS
Jenni Virtanen estime dans Helsingin Sanomat qu’un effet de l’interdiction du voile intégral dans les lieux publics est que certaines femmes sont cloitrées chez elles.
HS

Tourisme

Comment jouer au riche à paris
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le luxe à portée de bourse pour les touristes à Paris.
HS

Jeudi 14 avril 2011

Politique intérieure

Elections législatives

M. Sailas accuse les partis politiques de mirages économiques
Helsingin Sanomat relève que M. Raimo Sailas, secrétaire d’Etat au ministère des finances, critique ardemment les programmes économiques des partis politiques dans un article paru dans la revue Kanava. Il s’étonne surtout des promesses des partis politiques d’équilibrer l’économie en accélérant la croissance. Pour M. Sailas, il s’agit de mirages.
M. Sailas s’étonne surtout du fait que, dans les programmes électoraux, on ne voit pas l’influence de l’économie internationale. Pour M. Sailas, cela est « choquant ». Il souligne l’importance des facteurs d’insécurité, comme l’excédent de la Chine, les déficits gigantesques des Etats-Unis et du Japon, les dettes publiques record, la crise de l’euro, l’augmentation du prix des denrées alimentaires et du pétrole, l’augmentation des taux d’intérêt, l’inflation, la catastrophe naturelle au Japon et la catastrophe nucléaire, la situation instable dans les pays arabes et la crise du Portugal.
HS/A11

Débat électoral de la MTV3
Les présidents des quatre plus grands partis - Mme Kiviniemi, M. Katainen, Mme Urpilainen et M. Soini – se sont affrontés mercredi soir lors d’un débat électoral diffusé sur la chaîne privée MTV3. Les thèmes ont été les mêmes que lors des débats précédents. Helsingin Sanomat HS estime que Mme Urpilainen s’est la mieux sortie du débat.
Le dernier grand débat électoral des huit présidents des partis politiques représentés au Parlement actuel aura lieu ce soir à 21h05 à la TV1.
HS/A11

Les Vrais Finlandais sont le parti le plus populaire dans les écoles professionnelles
Selon Keskisuomalainen, selon un sondage effectué parmi les jeunes qui font les études dans les écoles professionnelles, 51 % des personnes interrogées ne savent ou veulent se prononcer. Parmi ceux qui ont choisi un parti politique, 39,1 % préfèrent les Vrais Finlandais, 12,8 % les vert et 12,3 % les centristes.
KS/19

Points de vue :
« Prévoir le résultat des élections est exceptionnellement difficile »
« La coalition actuelle pourrait se maintenir au pouvoir »
Le politologue Ville Pernaa estime que les sondages ont permis de bien prévoir les résultats électoraux durant les précédentes décennies. « La montée des Vrais Finlandais est un phénomène qu’il est difficile de mesurer dans les prévisions de vote ». Si les prévisions des sondages se réalisent dans les urnes, les négociations pour former un nouveau gouvernement seront difficiles : « D’habitude, le plus grand parti dispose de près de 25% des voix et de plus de 50 députés. Cette fois-ci on pourrait avoir des partis disposant d’à peine plus de 40 sièges. Pour obtenir la majorité, il faudra des négociations plus complexes que d’habitude ».
Le politologue Sami Borg estime qu’il est probable que les partis qui forment l’actuelle coalition gouvernementale représentent une majorité de sièges dans la prochaine assemblée. Néanmoins, il estime que si les Vrais Finlandais obtenaient ne serait-ce que les deux tiers du score qui leur est actuellement prêté, il serait difficile de les laisser dans l’opposition.
M. Borg estime que, pour la première fois depuis quinze ans, le taux de participation (qui n’a cessé de perdre deux à trois points depuis trente ans) pourrait dépasser 70%.
M. Borg souligne que, depuis 1948, aucun parti en Finlande n’a réussi à gagner plus de 10 points et plus de 20 sièges d’un coup lors d’un scrutin législatif. En 1970, le parti SMP (dont son issus les Vrais Finlandais) a gagné 9,5 points et 17 sièges supplémentaires.
On pourrait donc enregistrer un nouveau record dimanche 17 avril.
Yle

« Les Vrais Finlandais commencent à être connus en Europe » KL
La correspondante à Bruxelles de Kauppalehti écrit que les élections législatives finlandaises suscitent un intérêt exceptionnel dans les milieux européens. Elle relève que lorsqu’un Finlandais essaie d’expliquer le débat électoral finlandais sur les aides aux pays européens en difficulté, il suscite la surprise : La Finlande n’est-elle pas un pays riche ? Pourquoi aider les autres est si difficile quand on va soi-même très bien ? Pourquoi la Finlande est-elle volontiers venue en aide à l’Islande, mais pas au Portugal ?
KL

Débat sur l’immigration : Les conservateurs et les centristes souhaitent resserrer les conditions du regroupement familial
Helsingin Sanomat relève que le nombre accru de demandes d’asile a engendré plusieurs réformes durant la dernière législature. Les partis de l’actuel gouvernement estiment qu’il conviendra de resserrer la législation sur les étrangers notamment en matière de regroupement familial.
Actuellement, les dossiers concernant 5500 cas attendent d’être traités. En 2010, plus d’un quart des demandes de regroupement familial ont été refusées.
Le Parti conservateur et le Centre estiment que la Finlande ne définit pas de conditions suffisamment strictes pour le regroupement familial. M. Satonen, député conservateur, estime que la Finlande devrait suivre le modèle danois selon lequel la personne demandant un regroupement pour les membres de sa famille doit d’abord pourvoir gagner sa vie et disposer d’un logement.
M. Rantakangas, président centriste de la Commission administrative du Parlement, estime que le demandeur de regroupement familial devrait prouver qu’il a déjà pu gagner sa vie sans allocations sociales deux ans avant de déposer une demande. La commission relève que les enfants adoptifs ne seraient considérés comme membres de la famille que par les autorités finlandaises.
En 2010, pour éviter les demandes d’asile des Roms bulgares, la Finlande a accéléré l’étude des demandes des citoyens d’un autre pays membre de l’UE. La même année, la Finlande a introduit les tests d’âge concernant les jeunes demandeurs d’asile. De 2003 à 2010, le nombre d’étrangers résidant en Finlande est passé de 107 100 à 168 000. 31 % des permis de séjour sont accordés au titre du regroupement familial, 25 % pour des étudiants, 17 % pour les travailleurs ou entrepreneurs, 10 % pour des demandeurs d’asile, 14 % pour d’autres raisons encore et 3 % pour des personnes d’origine finlandaise.
Parmi les résidants étrangers, les Estoniens sont le groupe le plus important, suivi des Russes et des Suédois.
HS/A5

Elections présidentielles

Les premiers candidats seront nommés en juin
Helsingin Sanomat rapporte que les partis politiques commencent peu à peu à se préparer pour les élections présidentielles qui auront en janvier 2012 : le premier tour aura lieu le dimanche 22 janvier et le second tour le dimanche 12 février 2012.
Le parti social-démocrate a décidé que les sections du parti doivent faire leurs propositions sur les candidats au plus tard le 15 juin. S’il y a plus d’un candidat, un vote parmi les membres sera organisé en août. La décision définitive sera prise par le conseil national du parti en octobre prochain. Le nom du président du groupe parlementaire, M. Eero Heinäluoma, a souvent été mentionné dans les spéculations.
Quant au parti du centre, M. Paavo Väyrynen, ministre du commerce extérieur, a déjà présenté sa candidature. Le congrès extraordinaire du centre prendra la décision sur le candidat centriste le 29 octobre à Helsinki.
Le parti conservateur nommera son candidat à l’occasion d’un congrès extraordinaire fin novembre. M. Sauli Niinistö, président du Parlement quittant, le candidat conservateur le plus en vue, devrait annoncer ses intentions à l’automne. Si M. Niinistö dit non, le ministre des affaires étrangères, M. Stubb, pourrait se présenter.
Les Vrais Finlandais évoqueront la question présidentielle au congrès de juin prochain. Le seul nom mentionné dans les spéculations est M. Timo Soini, président du parti.
HS/A10

Education

Mme Virkkunen estime qu’il faut proposer des secteurs de formation selon l’offre d’emplois
La ministre de l’Education, Mme Virkkunen, estime que l’offre de secteurs de formation devrait être prévue pour correspondre aux possibilités d’embauche. Les diminutions de places d’entrée dans les établissements d’études supérieures concerneraient ainsi les domaines culturels, où d’ici 2016, 3000 étudiants de moins pourraient entamer leurs études. La formation en tourisme et en restauration serait également concernée.
Dans le domaine des soins, de la santé et des services sociaux par contre, une augmentation de 1700 places est prévue.
La proposition de Mme Virkkunen se base sur les travaux d’un groupe du ministère en la matière qui a suivi les objectifs du Centre national de recherche économique et de la Direction nationale de l’Education.
HS/A10, HBL/1-3

2000 garçons chaque année ont des problèmes pour apprendre à écrire
Le directeur de l’Education nationale, M. Lankinen, propose que l’on commence à donner une note à part pour l’écriture dans le bulletin des écoliers. La Direction nationale de l’Education a publié, hier, une évaluation des connaissances des élèves de la dernière année du collège en langue maternelle et littérature. Selon ce rapport, une partie des garçons et quelques filles n’apprennent pas à écrire correctement. Environ 2000 garçons sortent chaque année du collège sans savoir s’exprimer à l’écrit.
HS/A8

Défense

Point de vue sur la réforme de la défense nationale
Le journaliste Juha-Pekka Raeste du Helsingin Sanomat estime qu’une réforme de la défense nationale devrait intervenir dans les trois ans, « délai de grâce » accordé par le ministère des Finances. Il convient donc d’élaborer un programme de réforme suffisamment souple afin que le groupe de travail dirigé par le secrétaire général du ministère de la défense, le général Arto Räty, puisse en préparer un projet plus détaillé. Le groupe de travail rassemblerait des personnes du ministère de la défense, de la défense nationale, du secrétariat du premier ministre, du ministère des affaires étrangères et du secrétariat du président de la république. Le travail sera conduit en 2012 sous la direction du comité ministériel de la politique étrangère et de sécurité (UTVA), sera présenté au parlement et mis en œuvre en 2013-2015.
Les coupes budgétaires prévues par la réforme sont plus draconiennes qu’on pourrait le penser. Elles signifient des réductions pour la réserve, les effectifs, l’administration, le matériel et le personnel. Dès lors, il devient clair qu’un nombre d’unités bien plus qu’on ne le dit devront être supprimées.
Il faudra également procéder à des réductions concernant le personnel. La réserve sera réduite à 150 000 – 180 000 hommes. On ne souhaite toutefois pas réduire la durée du service. Les acquisitions de matériel seront regroupées.
HS/11.4/A8

Energie nucléaire

Selon TVO, la catastrophe de Fukushima n’a pas d’effet sur le chantier de l’EPR à Olkiluoto
Yle rapportait hier une information publiée par Les Echos et selon laquelle la catastrophe de Fukushima pourrait avoir des effets pour Olkiluoto car l’autorité française avait l’intention de contrôler tous les réacteurs en France, y compris l’EPR de Flamanville en construction.
TVO affirme que la liste des onze points à vérifier envoyée par le STUK (autorité de sûreté nucléaire finlandaise) à la suite de la catastrophe de Fukushima, « n’a eu aucun effet sur la planification ni sur les travaux » à Olkiluoto.
TVO rapporte que le réacteur devrait être mis en service en 2013.
Le syndicat de la métallurgie est revenu sur les menaces de boycotts qui planaient contre le chantier.
TS

Point de vue : L’industrie nucléaire française à la croisée des chemins
Le correspondant à Paris de Yle analyse la situation de l’industrie nucléaire en France sur la base d’une interview de l’expert Lionel Taccoen et du journaliste des Echos Thibaut Madelin.
Yle

Mercredi 13 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

« L’opération en Libye est plus difficile que prévu, selon M. Stubb » HS
Selon le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, l’opération en Libye s’avère plus difficile et plus longue que prévu, et pourrait « durer des mois ». L’OTAN est censée entretenir une pression militaire pour que l’on puisse se débarrasser de M. Kadhafi.
L’OTAN a pris la commande de l’opération début mars, mais son succès est désormais critiqué. « L’OTAN n’a pas l’air d’être troublée », a déclaré M. Stubb à l’issue de la réunion des ministres des Affaires étrangères à Luxembourg.
Par ailleurs, l’UE poursuit la préparation de l’opération de gestion de crise EUFOR. Afin de passer à l’action, il faudra cependant attendre une demande de la part de l’ONU.
Selon M. Stubb, il ne s’agira pas d’une opération militaire. « Le projet avance. Il pourrait s’agir de protéger la voie d’acheminement de l’aide humanitaire », a confirmé M. Stubb.
Selon le ministre britannique des Affaires étrangères, M. William Hague, il s’agirait vraisemblablement d’une opération menée par la voie maritime.
A l’issue d’un tête-à-tête avec le ministre britannique des Affaires étrangères, M. Stubb a confirmé que le Britannique n’a pas l’intention d’encourager la Finlande à participe à l’opération libyenne et qu’il « appartiendra à chaque pays de décider de manière indépendante ».
Selon M. Stubb, il ne faut pas sous-estimer l’importance des sanctions adoptées pour la Libye. « Ces sanctions attaquent directement l’administration de Kadhafi. L’objectif premier est de faire partir Kadhafi. Il doit comprendre qu’il ne fait pas partie de la solution, mais qu’une partie de la solution consiste à le faire partir ».
Les quotidiens Keskisuomalainen et Turun Sanomat s’intéressent aux coûts de l’opération libyenne pour les alliés et l’OTAN.
HS/B1, TS/16, HBL/12

Atalanta

Pohjanmaa poursuit ses fonctions
Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa poursuit les mêmes fonctions qu’avant en dépit des hommes présumés pirates à bord.
« Nous venons de faire un arrêt de ravitaillement de moins de 24 heures à Salala en Oman. Les tentatives de kidnapping des pirates ont augmenté durant la semaine dernière. Le besoin de protection des transports d’aide et du trafic maritime est maintenant à son maximum, car la mer est désormais plus calme », constate le commandant de Pohjanmaa, le capitaine de frégate Mika Raunu.
A la question sur l’influence des présumés pirates sur le travail à bord, le capitaine de frégate répond laconiquement : « Tout va pour le mieux, nous continuons donc nos fonctions premières. Sur le bateau il reste encore de la place pour d’éventuels arrêtés ».
Puolustusvoimat, HS/AA7

Procès du Rwandais condamné pour génocide

La cour d’appel a entamé, hier, l’étude de l’affaire
Le tribunal d’instance d’Uusimaa a condamné, en juin 2010, M. Bazaramba à une peine à perpétuité pour génocide.
Il n’est pas exclu que la cour d’appel entende des témoins en Afrique. Selon le procureur, la Zambie pourrait s’y prêter, même si le Rwanda et la Tanzanie ont également été évoqués parmi les options.
A la demande du procureur, la police judiciaire a effectué des enquêtes supplémentaires au Rwanda, qui ont permis au procureur de trouver quatre nouveaux témoins.
La défense a également appelé six nouveaux témoins.
HS/A10

UE - Justice

Pour la Finlande, la proposition de l’UE discrimine les couples pacsés
La Finlande et la Suède s’opposent à la proposition de la Commission européenne qui donnerait des droits plus importants aux couples mariés qu’aux couples pacsés. La Commission propose de donner aux couples mariés de deux nationalités différentes la possibilité de choisir le pays dont la législation sera observée en cas de divorce ou de décès d’un des époux, mais concernant les couples pacsés de deux nationalités, il s’agirait d’observer la législation du pays dans lequel le pacs a été conclu.
Mme Brax, ministre de la Justice, relève que la Finlande ne peut pas accepter un double standard en la matière.
Le pacs est en vigueur dans 14 Etats membres sur 27.
Dans l’UE, il y a 140 000 mariages de personnes de deux nationalités différentes qui se terminent par un divorce chaque année. Pour ce qui est des pacs, il y a 8500 séparations chaque année.
HS/A11

Economie

Les exportations en Russie en hausse
Selon les statistiques de la douane, après un fléchissement en 2009-2010, les exportations finlandaises vers la Russie augmentent radicalement depuis le début de l’année. En janvier, les exportations se sont élevées à 300 millions d’euros, ce qui est un tiers de plus que les deux années précédentes.
Quant au transit de voitures en Russie par la Finlande, les chiffres n’atteindront plus jamais le niveau de 2008 : en 2010, 70 000 voitures sont passées en Russie par le port de Hanko, ce qui est 250 000 de moins que deux ans auparavant. Ceci n’est pas dû à la conjoncture, mais plutôt aux changements structurels, et notamment la création de nouveaux ports en Russie.
KL/4

Voyages présidentiels de Mme Halonen

Mme Halonen effectue moins de visites qu’avant
Kaleva rapporte que le nombre de déplacements à l’étranger de la Présidente, Mme Tarja Halonen, a diminué considérablement cette année. Pendant son premier mandant de 2000 à 2006, Mme Halonen a passé en moyenne 70 jours à l’étranger par an. Le plus il y en a en en 2004, 90 jours. Depuis 2006, pendant son deuxième mandat, elle a passé en moyenne 67 jours à l’étranger.
Il n’y a pas beaucoup de différence entre les visites à l’étranger de Mme Halonen et celles de son prédécesseur, M. Ahtisaari, même si le président Ahtisaari était assez souvent critiqué pour avoir effectué trop de visites. Mme Halonen effectue cependant beaucoup moins de tournées en Finlande que M. Ahtisaari.
Depuis le début de l’année en cours, Mme Halonen s’est rendue en Afghanistan en janvier et au forum économique de Davos fin janvier. Elle a effectué une visite d’Etat en Namibie et une visite en Afrique du Sud fin février. La présidente a également participé au panel sur le développement durable de l’ONU à New York en mars. Fin mars, elle a effectué une visite officielle en Turquie, ainsi qu’une visite d’Etat en Serbie.
Kaleva/lun/3

Politique intérieure

Parlement

Clôture de la Diète
Helsingin Sanomat relève que le président du Parlement, M. Sauli Niinistö, qui ne se représente plus aux élections législatives, a souligné, dans son discours de clôture de la Diète 2007-2011, l’importance de limiter le lobbying auprès des députés. Il estime que des règles éthiques faciliteraient le travail des députés et aussi des lobbyistes. Pour M. Niinistö, ces contacts sont toutefois importants, parce que les députés ne peuvent pas s’isoler.
La Présidente, Mme Halonen, a souligné, dans son discours de clôture, que la Finlande ne pouvait avoir qu’une seule politique étrangère. Elle a également regretté l’augmentation des inégalités dans la société. Mme Halonen souhaite que cette question soit évoquée pendant les élections et aussi après les élections.
Le mandat des députés continuera officiellement jusqu’au mercredi 20 avril à 18 h quand le résultat des élections législatives sera confirmé.
HS/A6

1,3 million de Finlandais ont voté par anticipation
Le vote par anticipation qui s’est terminé mardi. 1 298 460 Finlandais - 706 709 femmes et 591 756 hommes - soit 31,2 % % des électeurs, ont voté par anticipation.
AL/A5

Débat électoral de Helsingin Sanomat
Helsingin Sanomat a organisé hier son grand débat électoral auquel les présidents des huit partis politiques représentés au Parlement actuel ont participé.
Les présidents des partis au gouvernement, ainsi que Mme Urpilainen, présidente du PSD, ne souhaitent pas modifier le calcul de retraites, même s’il est considéré comme injuste par beaucoup de retraités.
Lors d’une interview accordée aux journalistes allemands, le président des Vrais Finlandais, M. Soini, a donné son soutien à la politique finlandaise de l’immigration et s’est presque fâché quant à une question concernant son éventuelle xénophobie.
HS/A5

Points de vue
« Les partis restent sur leurs positions » HS
« Dans la dernière semaine, c’est l’image qui compte » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que les présidents de partis cherchent à éviter les erreurs à quelques jours du scrutin : ils ne prennent plus d’initiative et espèrent une erreur des adversaires.
Le journaliste politique Olli Pahjanpalo relève que les quatre grands partis ont des audience comprises entre 3,3 points. Dans la dernière semaine, c’est l’image des chefs de partis qui pourrait avoir un effet décisif sur les électeurs hésitants.
HS

« Le destin de M. Soini bientôt scellé » IS
Ilta-Sanomat se demande si l’audience des Vrais Finlandais tiendra jusqu’au scrutin du 17 avril. « Mais même si leur audience tombait à 12%, ils auraient 20 sièges, soit leur meilleur résultat de l’histoire », souligne le politologue Ville Perna.
IS

Elections Présidentielles

« M. Niinistö a pris sa décision » IS
Ilta-Sanomat rapporte que le Président du Parlement Sauli Niinistö a déjà pris la décision sur sa candidature aux présidentielles de 2012. Il n’a toutefois pas dit quand il l’annoncerait.
Il n’a pas non plus informé le président du parti conservateur Jyrki katainen.
Ilta-Sanomat estime que M. Niinistö sera très probablement candidat.
IS

Immigration

Le regroupement familial concerne environ 300 personnes par an
Selon les chiffres officiels, la moyenne annuelle des douze dernières années fait apparaître que ce sont 329 personnes par an qui viennent effectivement en Finlande au titre du regroupement familial. Le bureau de l’asile estime que les préjugés sur le nombre du regroupement familial alimentent le racisme en Finlande. En réalité, il y a moins de personnes qui viennent en Finlande à ce titre que de demandes. La moitié des demandes sont refusées et la procédure dure des années.
KS

Economie

Essor du domaine des jeux informatiques et vidéo
Il y a aujourd’hui 60 entreprises du domaine des jeux en Finlande, dont une vingtaine ont été crées depuis quelques années. En 2008, elles ont employé directement 1150 personnes, et il est prévu qu’en 2020, elles emploieront 3500 personnes.
L’année dernière, le chiffre d’affaires total de ces entreprises dépassait les 100 millions d’euros. Il pourrait s’élever à 330 millions d’euros en 2020.
HS/B4

Commerce

La grève prévue pour le domaine du commerce de détail est annulée
Les négociations entre les employés et le patronat se sont terminées hier et une nouvelle convention a été signée. Les salaires seront augmentés de 40 à 64 euros par mois selon l’échelon, ce qui correspond à une augmentation de 2,3 à 2,9 %.
AL/A6

Mardi 12 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Finlande – Etats-Unis

M. Stubb et Mme Clinton ont discuté brièvement de la Libye et de la Russie
Aamulehti rend compte de la brève visite du ministre finlandais des Affaires étrangères Alexander Stubb à Washington où il s’est entretenu avec son homologue, Mme Clinton.
Les ministres ont discuté de l’opération en Libye et de la situation en Afghanistan, ainsi que de la Russie. « La Finlande a de bonnes relations avec la Russie, c’est pourquoi nos points de vue sont écoutés avec intérêt. Nous souhaitons que la Russie modernise son économie ; nous avons aussi discuté de l’adhésion de la Russie à l’OMC », a déclaré M. Stubb.
M. Stubb a déclaré que Mme Clinton avait remercié la Finlande pour sa rapide réaction à la crise libyenne. « Nous avons été parmi les premiers à condamner les actions de M. Kadhafi et à demander des sanctions. De plus, la Finlande était parmi les premiers à envoyer de l’aide humanitaire », a déclaré M. Stubb.
Helsingin Sanomat souligne que par trois fois une rencontre entre les ministres avait du être annulée. Une brève rencontre a donc pu être organisée juste avant les élections ; M. Stubb a du pour cela faire de la place dans son calendrier chargé.
HS AL

Crise de la dette souveraine - Portugal

La Suède, peu empressée d’aider le Portugal
En visite en Finlande à l’invitation du président du parti conservateur Jyrki katainen, le Premier ministre suédois a déclaré que la participation de la Suède a un paquet d’aide au Portugal restait ouverte. Néanmoins, cela ne pourrait être envisagé que lorsqu’un plan d’aide aura été fixé.
La Suède n’étant pas dans le groupe euro, M. Reinfeld a souligné que son pays se réservait le droit de décider au cas par cas.
AL

M. Korkman met en garde la Finlande contre le déclenchement d’une nouvelle crise financière
M. Korkman, directeur de l’institut de recherche économique Etla, estime si l’on refuse d’accroder une aide au Portugal, cela risque de déclencher une nouvelle crise financière. « Le populisme de repli sur soi mènerait à une nouvelle crise bancaire. Cela serait une solution très coûteuse », estime-t-il.
Selon lui, au contraire, participer au plan d’aide européen est un risque faible en comparaison d’une crise de la zone euro.
IS

« M. Katainen irrité » IS
Lors d’une interview télévisée dans le cadre de la campagne électorale, le ministre des Finances et président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen a perdu son calme face aux journalistes qui le pressaient de questions sur les opinions de son prédécesseur et actuel président du Parlement Sauili Niinistö qui demande, comme le pSD, une mise en cause de la responsabilité des établissements financiers dans la crise de la dette souveraine.
MTV3 IS

Réfugies venant de l’Afrique du Nord

Réunion des ministres européens de l’Intérieur
Mme Holmlund, ministre de l’Intérieur, n’a pas participé à la réunion de ses homologues à Luxembourg. Afin de pouvoir mener sa campagne électorale, elle s’est fait remplacer par son secrétaire d’Etat M. Pelttari. La Finlande pourrait accueillir 72 réfugies dans le cadre des cas d’urgence de son quota annuel de réfugiés. Elle souhaiterait accueillir des personnes venant directement d’Afrique plutôt que d’un autre Etat européen. M. Pelttari relève que, selon la Finlande, chaque Etat membre devra assumer la part de responsabilité qui lui revient.
La Finlande est disposée à envoyer des experts et de l’équipement logistique dans les pays de l’Europe du Sud afin d’aider dans la gestion des flux de réfugiés.
HS/B1

Etudiants étrangers

« L’université Aalto souhaite accueillir plus d’étudiants étrangers » HS
Le recteur de l’Université Aalto, Mme Teeri, relève que l’objectif de son université dans un délai de dix ans est que la moitié des étudiants des programmes master soient des étrangers. Aalto propose 50 programmes master en anglais.
Actuellement, 20 % des étudiants du niveau master et 10 % de tous les étudiants sont de nationalité autre que finlandaise.
Mme Teeri admet que trouver du travail en Finlande pour les diplômés étrangers pose problème. Elle estime qu’il faut trouver des solutions par une réforme des structures de la société dans ce sens. « Les dirigeants politiques et l’industrie devront également réfléchir aux moyens de les faire rester en Finlande. »
HS/A8, KL/8

Demandeurs d’asile

Impossibilité pour un réfugié d’ouvrir un compte bancaire en Finlande
Helsingin Sanomat relève qu’en raison de la législation sur le blanchiment d’argent d’une part et sur l’identification du client en vue du service de paiement en ligne d’autre part, les banques n’ouvrent plus de compte bancaire pour des réfugiés, qu’ils soient arrivés dans le cadre du quota annuel et aient ainsi été sélectionnés par les autorités finlandaises ou bien qu’il s’agisse de demandeurs d’asile arrivés en Finlande sans papiers.
Sans compte bancaire, la sécurité sociale et les communes ne peuvent pas verser des allocations aux réfugiés.
Le ministère de l’Intérieur envisage d’introduire une carte d’identification spéciale pour les réfugiés et destiné à leur faciliter les services bancaires.
HS/A6

Roms

Helsinki souhaite résilier prématurément le bail du centre social Satama
La municipalité de Helsinki souhaite résilier le bail du centre social Satama, qui devait être en vigueur jusqu’à fin mai, dans le but de chasser les Roms qui campent dans la cour du centre. Selon la municipalité, il y a des problèmes dans les locaux au niveau de la sécurité incendie.
HS/A14

Politique intérieure

Elections législatives

Selon un sondage récent, l’audience des Vrais Finlandais est en baisse et le parti conservateur est toujours en tête
Helsingin Sanomat rapporte que, selon un sondage effectué pour le compte du quotidien entre le 5 et le 10 avril, l’audience des Vrais Finlandais a baissé de 1,5 point depuis le sondage précédent en mars. La popularité du parti conservateur, du centre et de l’alliance verte sont également en légère baisse. Celle du PSD a augmenté un peu, lui permettant de passer devant le Centre.
Le parti conservateur est toujours en tête avec une audience de 20,2 %, suivi du PSD (18,0 %), du centre (17,9 %), des Vrais Finlandais (16,9 %), de l’alliance verte (8,3 %), de l’alliance des gauches (8,1 %), du parti suédois (4,4 %) et des chrétiens-démocrates (4,3 %).
Même si la participation au vote par anticipation a augmenté considérablement, à la lumière de ce sondage, les électeurs ne sont particulièrement sûrs de voter : parmi ceux qui n’ont pas encore voté par anticipation, 63 % sont sûrs de voter.
HS/A3&A5

Editorial : « Un scrutin très serré » HS
Selon l’éditorialiste d’Helsingin Sanomat il ne fait pas de doute que le scrutin sera très serré dimanche. Si les Vrais Finlandais semblent fléchir en fin de campagne, ils auront néanmoins un résultat historique et devraient devenir un des quatre grands partis. Les partis de la coalition gouvernementale semblent fléchir eux aussi, au profit de l’opposition de gauche. Quant aux Verts, ils ne progressent pas, même après l’accident de Fukushima.
HS

Près d’un million de Finlandais ont déjà voté par anticipation
Selon Aamulehti, plus de 252 000 personnes ont voté lundi par anticipation.
Jusqu’à lundi soir, près d’un millions Finlandais, soit 23,8 % des électeurs, ont déjà voté par anticipation. En 2007, le chiffre était de 22, 5 %.
Le vote par anticipation terminera ce soir.
AL/A5

Les partis frères étrangers viennent au secours des Finlandais
Helsingin Sanomat relève que le parti conservateur et le parti social-démocrate ont reçu lundi des invités étrangers.
Les sociaux-démocrates ont invité Mme Marita Ulfskog, social-démocrate suédoise du Parlement européen, ainsi que M. Martin Schulz, président du groupe socialiste du Parlement européen.
Le président du parti conservateur, M. Jyrki Katainen, a reçu le Premier ministre suédois, M. Fredrik Reinfeldt.
Les centristes n’ont pas invité de visiteurs étrangers pour donner du nouvel essor à la campagne électorale du parti.
HS/A5

Le centre a porté plainte pour vandalisme
Selon Helsingin Sanomat, le parti du centre a porté plainte pour vandalisme contre la campagne électorale de la Première ministre, Mme Mari Kiviniemi. Des affiches électorales de Mme Kiviniemi ont été remplacées par d’autres affiches avec la photo d’elle, la bouche tachée de sang, et des textes critiquant son attitude favorable à l’élevage d’animaux à fourrure.
HS/A9

Bagarre électorale à Oulu
Helsingin Sanomat rapporte que les hommes qui se sont bagarrés samedi à Oulu devant le stand électoral du parti conservateur font parti du SVL, mouvement finlandais de résistance. La police les a déjà libérés. Selon la police de sureté, le SVL est seul mouvement finlandais d’extrême-droite un peu actif. M. Kari Harju, chef de l’unité de sécurité de la Supo, il s’agit de quelques dizaines de militants, pour la plupart des jeunes hommes. Il ne s’agit pas d’un groupe organisé proprement dit, mais de gens qui communiquent sur internet. Le groupe, qui s’oppose entre autres au multiculturalisme, a des contacts avec les mouvements semblables en Suède et en Norvège.
HS/A8

Editorial : « Ca sent le fachisme » SM
Le quotidien du parti du Centre estime que « l’atmosphère haineuse qui anime la campagne électorale sent le fachisme ».
SM

Valeurs des partis politiques
Helsingin Sanomat a analysé le conservatisme ou le libéralisme des valeurs des partis politiques à l’égard des réponses des candidats au questionnaire électoral du quotidien concernant l’aide au développement, la politique de l’immigration et les droits des couples homosexuels.
Les candidats des Vrais Finlandais sont de loin les plus conservateurs et les candidats chrétiens-démocrates, conservateurs et centristes sont assez conservateurs en moyenne. Les plus libéraux sont les verts. Les candidats de l’alliance des gauches, du parti suédois et du PSD sont également plutôt libéraux.
HS/A11

Les électeurs s’inquiètent du chômage
Selon un sondage effectué pour le compte de Turun Sanomat et cinq autres quotidiens de province, les électeurs s’inquiètent le plus du chômage (30 %) et de l’inégalité des citoyens (12 %). 6 % seulement s’inquiètent de la situation économique et de crise de la dette européenne.
TS/12

Energie

« La police a arrêté des militants de Greenpeace à Olkiluoto » HS
Deux militants de Greenpeace qui manifestaient sur le toit de l’entrée de la centrale d’Olkiluoto ont été arrêtés lundi.
HS

Economie

Des entreprises finlandaises attirées par le pétrole souhaitent s’établir au Brésil
Kauppalehti rend compte des dix entreprises finlandaises souhaitant s’établir au Brésil, où des dizaines de groupes finlandais fonctionnent déjà avec un chiffre d’affaires annuel de 3,6 milliards.
C’est l’industrie pétrolière qui attire des entreprises, mais plus que dans le domaine du forage, les Finlandais ont des connaissances « flottantes », c’est-à-dire pour des activités connexes émergées.
KL/8

France

Interdiction du port du voile intégrale

La presse rend compte de l’entrée en vigueur de la loi qui prohibe le port du voile intégral dans les lieux publics.
HS TS

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est justifié d’exiger que l’on ne cache pas son visage sur les lieux publics, mais que les moyens de la France d’y arriver ne sont pas les bons. L’éditorialiste relève qu’il est malheureux pour la France que la nouvelle loi coïncide avec le succès accru de Mme Le Pen.
HBL/14

Espionnage industriel

Helsingin Sanomat rend compte du départ de directeurs de Renault après l’affaire de soupçons pour espionnage industriel contre des cadres de l’entreprise.
HS

Lundi 11 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Une majorité des Finlandais contre l’envoi des groupements tactiques en Libye
Alors que, parmi les dirigeants de partis politiques, seuls le président des vrais Finlandais, M. Timo Soini, et le président de l’alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, s’opposent au départ des Finlandais dans les groupements tactiques nordiques, les sympathisants de tous les partis se rangent derrière la ligne de ces deux dirigeants.
Selon un sondage réalisé par Taloustutkimus, 79% des Finlandais s’opposent à l’envoi des Finlandais en Libye dans le cadre des groupements tactiques nordiques de l’UE en alerte actuellement, qui aurait pour mission d’assurer l’opération d’aide humanitaire.
Le plus grand nombre des « oui » se trouvent parmi les sympathisants du parti suédophone RKP, dont 29% seraient d’accord pour la participation des Finlandais au sein des groupements tactiques de l’UE.
AL

Editorial : Cela n’est pas notre travail
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur le sondage qui montrait que la majorité des Finlandais s’opposent à l’envoi de soldats finlandais en Libye. « Notre volonté de ne pas remplir nos obligations en matière de garanties financières de l’UE et de nous soustraire de nos obligations internationales sont en train de changer l’image de la Finlande qui n’est plus un Etat qui tient ses engagements et assume sa responsabilité internationale », regrette HS.

La Finlande envoie à Rome deux officiers et un juriste
Un juriste de la défense nationale, le chef de division de l’état-major des opérations de l’état-major des forces de défense nationale et un officier principal de la division de la planification sont envoyés par la Finlande à Rome préparer l’opération européenne en Libye.
Le groupe de préparation, dirigé par un amiral italien, aura pour tâche notamment d’évaluer les besoins de l’opération en matière d’effectifs et de moyens.
AL9.4/A4

Atalanta

Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa dans l’attente de décisions sur les pirates
Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa attend toujours de savoir où seront transférées les 18 pirates qu’il a arrêtés. Le bâtiment doit attendre les décisions en mer car les pays de la région n’acceptent pas d’accueillir le Pohjanmaa tant que les pirates se trouvent à bord.
Les réserves de vivres et de carburant commençaient à manquer quand Oman a exceptionnellement accepté, dimanche, d’accueillir le bateau. Selon le capitaine de frégate Pasi Staff de l’état-major de la marine, la décision d’Oman est arrivée à la dernière minute. La solution de l’envoi d’une barge de logistique vers le Pohjanmaa avait été évoquée.
« La direction de l’opération, mandatée par l’UE décidera du lieu où sera menée l’enquête préliminaire. Cela nous a été consenti lorsque la Finlande a décidé de sa participation à l’opération Atalanta », a confirmé le capitaine de frégate Pasi Staff lundi matin à la télévision finlandaise YLE.
Il a également précisé qu’un éventuel transfert des pirates à Singapour nécessitera l’approbation des pays de l’UE.
Aamulehti précise que le Pohjanmaa a coulé la barque des pirates, samedi. L’ordre lui était parvenu de l’état-major des opérations de l’opération Atalanta.
yle

Crise de la dette souveraine - Portugal

Propos de M. Katainen
Le ministre des Finances, M. Katainen, estime que si le prochain gouvernement portugais ne souhaite pas observer les conditions sur lesquelles il conviendra de se mettre d’accord courant printemps, le paquet d’aide sera réduit à néant. Helsingin Sanomat relève que le paquet est prévu être plus stricte que le programme de réforme que le Parlement portugais a rejeté il y a quinze jours.
M. Katainen souligne qu’il ne s’agit pas de vouloir punir le Portugal mais de quelque chose d’indispensable. Pour la Finlande, il importe que l’on impose au Portugal de vendre son patrimoine.
HS/sam/B10

Réactions de Mme Urpilainen
Le PSD n’adopterait pas le paquet d’aide envisagé s’il était dans le prochain gouvernement. Mme Urpilainen estime qu’il faut qu’une condition à l’aide soit le fait que les banques et les investisseurs assument leur part de responsabilité et subissent des pertes pour créances douteuses.
Elle admet que ceci n’est pas possible si les crédits viennent du fonds temporaire de stabilité, mais elle estime qu’en négociant, on peut atteindre les objectifs qui sont ceux de son parti. Elle promeut un plan « maîtrisé » de réaménagement des dettes comme condition au paquet d’aide au Portugal.
Mme Urpilainen ne croit pas aux propos de M. Katainen et de Mme Kiviniemi sur le paquet de sauvetage du Portugal comme garant de la croissance économique finlandaise. Pour elle, c’est une façon de faire peur aux électeurs à la veille des élections. Elle estime d’ailleurs que les propos de ces deux ministres font penser qu’ils se croient membres éternels du gouvernement.
M. Katainen accuse les partis de l’opposition d’irresponsabilité. Il estime qu’il ne faut pas « jouer avec les emplois, les fonds de retraite et les intérêts de la dette publique ». Il rappelle aussi qu’il ne s’agit pas d’une question qui relève de la Finlande mais de toute l’Europe.
HS/sam/B10, AL, TS/sam/19

Propos de M. Rehn
M. Rehn, commissaire à l’Economie, propose que les pays de la zone euro puissent, dans l’avenir, obliger les Etats membres en difficulté économique à demander une aide. Ceci pourrait être envisagé dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme permanent de stabilité.
Selon M. Rehn, dans cette obligation, il s’agirait des responsabilités qu’un Etat membre de l’eurogroupe doit assumer vis-à-vis des autres.
Il rejette l’idée d’imposer au Portugal un plan de réaménagement des dettes. Il estime que selon les expériences un plan de réaménagement est rarement « maîtrisé » et qu’au contraire, ses conséquences ont souvent été incontrôlables. Sans vouloir se mêler dans le débat finlandais sur la politique intérieure il a dit qu’il avait confiance dans le fait que « le sens des responsabilités l’emporte » aux législatives et que le futur Parlement ne fera pas échouer le paquet d’aide au Portugal.
M. Heinäluoma, président du groupe parlementaire du PSD, estime qu’il est inadmissible que M. Rehn donne, depuis Bruxelles, des conseils aux électeurs finlandais et s’efforce de définir quelles décisions la Finlande devrait prendre.
M. Skinnari, président de la commission de l’Economie du Parlement, estime que M. Rehn reviendra cher à la Finlande. Pour lui, il promeut la cause des banques allemandes, françaises et britanniques, au lieu de défendre les contribuables des Etats européens et de la Finlande.
HS/dim/A5, UD/2

Propos de M. Korkman
M. Korkman, directeur de l’institut de recherche économique Etla, estime, contrairement à l’avis officiel de l’UE, qu’il faudrait imposer un redressement judiciaire à la Grèce dès que les tests de résistance des banques européennes seront faits.
Concernant les tests de résistance effectués l’année dernière, M. Korkman estime qu’ils étaient mal gérés.
Il relève que dans l’ensemble, en Europe, il s’agit de sauver les banques, non pas pour aider les actionnaires mais pour éviter une catastrophe européenne. Il admet que c’est une question difficilement explicable aux contribuables et aux électeurs.
TS/sam/19

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation continue
Selon Turun Sanomat, 90 900 Finlandais, dont la Présidente, Mme Halonen, ont voté dimanche par anticipation. Jusqu’à dimanche soir, un peu plus de 731 400 personnes, soit 17,6 % des électeurs, ont déjà voté par anticipation. En 2007, le niveau à ce stade était de 16,3 %. Le vote par anticipation continue jusqu’à mardi soir.
TS/lun/6

Vote par anticipation à l’ambassade de Berlin
Helsingin Sanomat relève que lors du vote par anticipation samedi à l’ambassade de Finlande à Berlin il y avait tant de Finlandais qui voulaient voter qu’il n’y avait pas assez de bulletins de vote. 649 personnes ont pu voter. Une trentaine de personnes, qui sont restés sans bulletin de vote, ont la possibilité exceptionnelle de voter par anticipation aujourd’hui à l’ambassade de Finlande à Berlin (alors que le vote par anticipation à l’étranger a pris fin samedi). Il y a quatre ans, seulement 304 Finlandais ont voté par anticipation à Berlin.
227 844 Finlandais résidant à l’étranger ont le droit de vote.
HS/lun/A5

Bagarre électorale à Oulu
Helsingin Sanomat rapporte qu’un groupe de cinq jeunes hommes représentant un mouvement d’extrême-droite a causé une bagarre samedi à Oulu devant le stand électoral du parti conservateur. La police en a arrêté trois d’entre eux. Tous les cinq portaient des gilets pare-balles.
HS note que la police de sureté suit ce groupe depuis longtemps.
HS/dim/A7

Les électeurs préfèrent faire des économies dans les cotisations à l’UE et la défense
Selon Aamulehti, à la lumière d’un sondage effectué pour le compte du quotidien, 63 % des électeurs souhaitent diminuer les paiements à l’Union européenne, 50 % l’achat d’armement, 45 % les frais de fonctionnement des forces armées, 35 % les aides agricoles, 30 % l’aide au développement, 28 % les aides à la culture et aux arts, 25 % les frais de fonctionnement des universités et 18 % les innovations et l’internationalisation des entreprises.
AL/A4

Points de vue
« La haine et les élections » AL
« La haine augmente en Finlande » HS
Matti Kuusela , journaliste d’Aamulehti, estime qu’il y a « actuellement une atmosphère haineuse en Finlande, alimentée par une radicalisation de la politique ».
La directrice des informations d’Helsingin Sanomat estime que « la minimisation du racisme et la tolérance à l’égard de propos et comportements haineux a augmenté ».
HS AL

Le parti conservateur a tourné sa veste sur les retraites
Le syndicat SAK se réjouit dans Demari de la décision du parti conservateur de ne pas chercher à relever l’âge de départ à la retraite durant la prochaine législature.
UD

Les partis doivent travailler beaucoup pour obtenir les dernières places éligibles
Dans une analyse publiée dans Helsingin Sanomat la journaliste Teija Sutinen souligne que la campagne électorale a été marquée par la popularité des Vrais Finlandais mais personne ne sait si les partisans de ce parti décideront effectivement d’aller aux urnes.
En 2007, le parti conservateur avait gagné essentiellement pour deux raisons. M. Sauli Niinistö a été extrêmement populaire et a amené avec lui au Parlement dix autres députés conservateurs de la circonscription d’Uusimaa (province autour de la capitale). Les conservateurs ont gagné aussi parce qu’ils ont obtenu dans cinq circonscriptions la dernière place éligible. En revanche, le PSD aurait obtenu six sièges de plus avec seulement 15 000 voix supplémentaires.
HS/dim/A14

Editoriaux
« Le parti conservateur de M. Katainen est prudent à la veille des élections » HS
« Une victoire du centre reposerait uniquement sur Mme Kiviniemi » HS
« Dans la dernière semaine, les partis cherchent à éviter les erreurs » IS
Helsingin Sanomat souligne que, contrairement aux conservateurs, les centristes ont axé leur campagne presque exclusivement sur leur présidente, la Première ministre Mari Kiviniemi.
Le parti conservateur pour sa part n’a jamais été aussi près de sa première victoire à des légfislatives en Finlande. Si les élections avaient eu lieu le 20 mars, comme cela était prévu avant que la dite du scrutin soit changée, M. Katainen aurait probablement eu le poste de Premier ministre. Maintenant, il doit éviter les erreurs pour ne pas perdre sa première place dans les sondages.
Ilta-Sanomat souligne lui aussi que les partis cherchent désormais à éviter les erreurs dans des élections qui ne sont pas exceptionnelles par les thèmes évoqués mais par les nouveaux rapports de forces entre les partis qu’elles révèleront.
HS IS

Immigration

Harcèlement contre les travailleurs et les chercheurs
Kesksisuomalainen publie un reportage consacré aux menaces dont sont victimes les chercheurs sur le sujet de l’immigration et les employés des services municipaux de Jyväskylä qui travaillent avec les étrangers.
KS

France

Interdiction du port du voile intégrale

Hufvudstadsbladet rend compte de l’entrée en vigueur de la loi qui prohibe le port du voile intégral dans tous les lieux publics.
HBL/lun/8-9

Politique

Front national
Dans le cadre d’une série d’articles sur les partis populistes de droite Helsingin Sanomat publie un reportage sur le Front national en Normandie.
HS

Cinéma

Océans
Helsingin Sanomat présente le film Océans qui sort sur les écrans en Finlande.
HS

Vendredi 8 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Rares sont les Finlandais qui souhaiteraient envoyer des chasseurs en Libye
Selon un sondage réalisé pour Helsingin Sanomat, seuls 6% des Finlandais sont favorables à ce que la Finlande, comme la Suède, envoie des chasseurs en Libye.
Le journal a demandé aux Finlandais sous quelle forme la Finlande devrait participer à l’opération en Libye. La moitié des Finlandais pensent, comme le gouvernement, que la participation de la Finlande devrait se situer dans la phase ultérieure, sous la forme de l’aide humanitaire. Même cette participation est rejetée par un quart des Finlandais qui considèrent que la Finlande ne devrait participer en aucune manière à l’opération dans ce pays. La moitié des sympathisants des Vrais finlandais partagent cette opinion opposée à toute participation.
Helsingin Sanomat rapporte aussi que l’opération de l’OTAN suscite des critiques après que les insurgés libyens l’ont accusé d’avoir frappé leurs troupes.
Suomen Kuvalehti publie une interview du professeur de droit public Martti Koskenniemi qui met en garde contre le risque de faire de l’intervention humanitaire une obligation en droit international.
L’éditorialiste de Suomen Kuvalehti estime qu’envoyer des chasseurs Hornet en Libye aurait été une faute ; participer à une opération humanitaire européenne est en revanche légitime, même s’il faut éviter de se précipiter dans une guerre.
HS SK

Atalanta

Les pirates arrêtés pourraient rester sur le Pohjanmaa des semaines
Mercredi 6 avril, le navire mouilleur de mines Pohjanmaa a arrêté des pirates en mer d’Arabie.
Un avion de surveillance maritime des Etats-Unis avait remarqué le bateau mardi. Le même jour dans cette zone maritime, un cargo de Singapour avait fait l’objet d’une attaque armée. De nombreuses armes, notamment des lance-roquettes, des pistolets, des fusils d’assaut et des munitions ont été retrouvées à bord du bateau.
La Finlande n’entreprend pas d’enquête sur la tentative de kidnapping du bateau survenu en mer d’Arabie. Le bureau du procureur de la république a décidé jeudi que l’affaire ne présente pas les conditions requises pour une enquête.
La décision finlandaise signifie que la responsabilité sur les personnes arrêtées est transférée à la direction de l’opération Navfor.
On négocie actuellement la possibilité de les remettre aux autorités de Singapour. Mais cela pourrait échouer si ces pirates risquaient la peine de mort ; la Finlande n’extradie pas dans des pays où le suspect risque la peine de mort.
Pohjanmaa remorque actuellement le bateau des pirates. Les hommes ont subi un contrôle médical. Le capitaine de frégate Pasi Staff assure qu’ils sont bien traités : « Ils ont reçu deux corans et l’espace où ils sont gardés est très bien ».
L’éditorialiste de Turun Sanomat espère que l’arrestation de pirates, « qui a très peu de liens avec la Finlande car le Pohjanmaa s’est seulement trouvé être le bâtiment qui les a arrêtés », ne conduira pas à un problème juridique et, surtout, n’entraînera pas un jugement des pirates en Finlande.
Defmin/ HS, TS/8

Afghanistan

Les soldats finlandais ont essuyé des tirs en Afghanistan
Des soldats finlandais ont fait l’objet de coups de feu en Afghanistan. Selon la défense nationale, personne n’a été blessé.
TS/8, AL/A6

Défense nordique

Visite en Finlande du ministre suédois de la Défense
Le ministre de la Défense suédois, M. Sten Tolgfors, sera en visite professionnelle en Finlande lundi prochain. Il sera accueilli par son homologue finlandais, M. Jyri Häkämies.
Vn.fi

Crise de la dette souveraine

Le Portugal brouille la politique finlandaise
Après l’annonce du Portugal de réclamer d’urgence une aide de l’Europe, le comité ministériel de politique européenne du gouvernement finlandais s’est réuni, hier, avant que la première ministre Mari Kiviniemi (présidente du parti du centre) et le Ministre des Finances Jyrki Katainen (président du parti conservateur) tienne une conférence de presse commune. Selon ce dernier, qui participe aujourd’hui et demain à la rencontre des ministres des Finances européens en Hongrie, la part de la Finlande dans le paquet d’aide au Portugal (75 milliards) devrait s’élever à 1,2 milliards d’euros.
La décision finlandaise n’est pas imminente, car définition du paquet d’aide prendra des semaines. La Finlande pourrait avoir à se prononcer durant les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement. Le Parlement actuel peut être convoqué jusqu’au 20 avril (jour où le résultat des législatives sera confirmé), ce serait donc probablement le nouveau parlement élu (qui devrait se réunir à partir du 26 avril, mais pourrait l’être avant) qui se prononcerait alors, sur la base du rapport effectué par l’actuel gouvernement qui expédierait encore les affaires courantes (à partir du 28 avril, lorsque Mme Kiviniemi remettra sa démission). Mme Kiviniemi et M. Katainen ont fait comprendre qu’approuver ce paquet d’aide serait une condition de la participation à un nouveau gouvernement (dont on estimait jusqu’à présent la nomination autour du 19 mai).
Mme Kiviniemi a souligné que, « en approuvant le mécanisme provisoire européen, la Finlande était aussi engagée à garantir des aides aux Etats en difficulté. A la veille des élections, on aurait toutefois pu avoir quelque chose de plus agréable que cela. La situation n’est pas agréable mais il faut parfois avaler un poison si c’est un bon remède pour l’économie européenne ». Mme Kiviniemi et M. Katainen ont expliqué quelle catastrophe pourrait advenir si l’économie portugaise s’effondrait.
Selon Aamulehti, l’effondrement du Portugal est un cadeau pour le PSD et les Vrais Finlandais qui ont là le thème principal des élections législatives. Le PSD n’acceptera pas d’aide au Portugal qui ne serait pas conditionnée à une mise en cause de la responsabilité des établissements financiers. Les Vrais finlandais s’opposent à toute nouvelle aide.
Pour le professeur de sciences politiques Tuomo Martikainen, la crise de la dette souveraine risque de faire de l’euroscepticisme un phénomène pérenne. « On craint une division au parti du Centre où les eurosceptiques pourraient quitter le parti ; au contraire, au PSD, ce sont les pro-européens qui sont sur le départ. » Cela pourrait donc profiter aux Vrais Finlandais et au parti conservateur.
HS AL TS

« Une sacrée facture pour la Finlande » IS
Le tabloïd Ilta-Sanomat rapporte que, après le Portugal, les engagements de la Finlande en faveur des pays en difficulté s’élèveront à plus de 4 Milliards d’euros, soit environ 3000 euros pour une famille finlandaise de quatre personnes.
Un sondage réalisé sur le site du tabloïd fait apparaître que 80% des internautes (50 000 réponses) y sont opposés.
IS

Commentaires
Les experts interrogés par le quotidien économique Kauppalehti ne voient rien de dramatique à la demande du Portugal qui était attendue. « Le mécanisme d’aide actuel permet de répondre aux demandes de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal », souligne M. Sixten Korkman (Etla) qui estime que l’Espagne en revanche ne doit pas s’en approcher. Le principal pour lui est toutefois que l’on fasse en Europe de vrais tests de résistance pour les établissements financiers, comme en 2009 aux Etats-Unis.
KL

Editoriaux
L’éditorialiste du tabloïd Ilta-Sanomat estime que le Portugal est un cadeau du ciel pour le parti des Vrais Finlandais. D’autant plus que la décision devra être prise après les élections et qu’il sera encore temps pour les députés élus de changer d’avis car électeurs ne pourront leur tenir rigueur de ne pas avoir tenu leurs promesses que dans quatre ans, lors des prochaines élections. Ilta-Sanomat regrette toutefois que le débat électoral tourne autour d’un sujet bien distant (la crise souveraine européenne) alors qu’il y aurait des sujets plus importants pour la Finlande qui s’endette de huit milliards d’euros par an.
Pour Kauppalehti, la demande du Portugal va tester le mécanisme européen. Plus tôt une aide sera accordée et le pays converti à la rigueur budgétaire, moins il sera probable que l’Espagne soit touchée. Kauppalehti se demande, sans trancher, qui, en Finlande, tirera profit de cet épisode, le gouvernement ou les populistes.
Helsingin Sanomat estime qu’il faut aider les pays européens en difficulté et que la principale leçon à en tirer est que les partis politiques doivent s’engager en faveur de l’assainissement des finances publiques.
Pour Turun Sanomat il est dans l’intérêt de la Finlande, donc l’économie est ouverte sur le monde, que le Portugal ne voit pas son économie s’effondrer.
Aamulehti souligne que l’économie européenne est comme une famille qui ne peut laisser un de ses membres tomber malade sans intervenir.
Le quotidien de Jyväskylä Keskisuomalainen souligne que les économies des pays de l’euro sont si imbriquées les unes dans les autres qu’il est indispensable d’intervenir. La Finlande ne doit pas s’en affranchir car elle a tiré profit de son appartenance à l’euro.
Le quotidien du Centre Suomenmaa souligne que la menace qui pèse sur l’économie européenne est telle qu’il faut que la Finlande participe à l’aide au Portugal.
IS KL HS AL TS KS SM

De nouvelles élections européennes
Le chef du service politique du tabloïd Ilta-Sanomat rappelle qu’un référendum a été organisé en 1994 pour l’adhésion de la Finlande à l’UE. On n’en a plus organisé depuis, et notamment pas pour l’entrée de la Finlande dans la zone euro. Les élections législatives organisées dans une semaine sont donc devenues, avec l’effondrement du Portugal, de nouvelles élections européennes. Pour les eurosceptiques, comme les Vrais Finlandais de M. Soini, le Portugal n’aurait pas pu s’effondrer à un meilleur moment : la crise devrait profiter aux Vrais Finlandais et non au PSD qui vient de changer de position. Pour le Centre et le parti conservateur la situation est difficile car la ligne Katainen – Kiviniemi semble trouver peu d’échos dans l’opinion publique.
IS

Politique intérieure

Elections législatives

L’atmosphère est tendue dans la campagne
Selon Helsingin Sanomat, les candidats d’autres partis politiques sont irrités par la campagne électorale agressive des Vrais Finlandais sur le terrain. Il y a plusieurs cas, dans la région de la capitale, où les partisans du parti se sont comportés agressivement vis-à-vis des candidats des autres partis. Les secrétaires généraux des partis, qui ont organisé jeudi une réunion pour évoquer les règles du jeu, déplorent que le secrétaire général des Vrais Finlandais, M. Ossi Sandvik, n’y ait pas participé.
HS/A6

L’audience des Vrais Finlandais n’est pas une bulle
Kansan Uutiset a interrogé le professeur de sciences politiques Pertti Suhonen qui se bat pour que les instituts de sondage publient leurs chiffres bruts afin que l’on sache quelles sont les marges d’erreur et les redressements auxquels ils procèdent. Il en ressort, d’après l’étude de deux sondages pour Iltalehti et Helsingin Sanomat, réalisés par Taloustutkimus et TSN Gallup, que les résultats bruts pour les Vrais Finlandais sont bien supérieurs, respectivement 26% et 24% par rapport aux chiffres redressés 17% et 17,9%. L’audience ce du parti de M. Soini n’est donc pas une bulle car, même si on rabaisse le chiffre brut obtenu auprès des personnes interrogées de 24% à 18% cela reflète une audience importante.
M. Suhonen estime que, si les Vrais Finlandais confirmaient dans les urnes un tel score, il ne fait pas de doute que les autres partis voudraient leur donner « le baiser de la mort » en les faisant participer au gouvernement comme ce fut le cas dans les années 80 avec le SMP (ancêtre des Vrais Finlandais).
KU

Défense

L’armée finlandaise teste confidentiellement des drones
Helsingin Sanomat rappelle, dans le cadre de l’abandon futur des mines antipersonnel, l’armée finlandaise a décidé de se doter de drones. Les gardes-frontières participent aux tests organisés par l’armée. Le directeur de la communication de la défense refuse de préciser qui participe à ces tests. « Nous ne communiquerons que lorsque nous en serons à la phase de choix », a déclaré M. Iivonen. « Nous cherchons à acquérir des drones nous permettant d’être bien informés ». Le quotidien rappelle que la Finlande a déjà acquis en 2001 et 2005 deux systèmes Rangers comprenant chacun six drones et basés à Niinisalo.
HS

Point de vue : « La réforme de la défense nécessite des décisions douloureuses » HS
Le nouveau secrétaire général du ministère de la Défense, le général Arto Räty répond au rédacteur en chef d’Helsingin Sanomat qui avait publié un article visionnaire intitulé « Vers une nouvelle armée ». M. Räty souligne que la Défense n’a pas de planification de ses réformes aussi poussée que ce que l’on lui prête ou ce que prévoit le quotidien. Pour M. Räty, « la défense finlandaise doit faire face à sa plus grande réforme depuis la guerre ». Il souligne que les coûts des acquisitions de matériel augmentent rapidement et que, donc, tout le matériel qui arrive en fin de vie ne pourra être remplacé. Il faudra faire des choix et cela reviendra au prochain parlement élu de le faire.
HS

Nominations
Le directeur de la division du matériel de l’armée de terre, le général de division Raimo Jyväsjärvi, est nommé commandant de l’armée de terre à compter du 1er juillet 2011.
Le major-général de l’armée de l’air, le général de brigade Lauri Puranen, est nommé chef de la division de logistique à l’état-major des forces de la défense. L’actuel chef de la logistique, le général de brigade Kyösti Halonen, est nommé directeur de la division du matériel de l’armée de terre.
Le chef de la division des C4i de la défense nationale, le général de brigade Kari Salmi est nommé major-général de l’armée de l’air.
Actuellement en mission spéciale à l’état-major des forces de la défense, l’ingénieur général de division Jukka Juusti, est nommé au poste d’ingénieur principal de la défense nationale pour la période du 1er juin 2011 au 31 mai 2015, et il est nommé chef de la gestion technologique et matérielle à la défense nationale à compter du 1er juillet.
KS/13

Hôpitaux

250 000 Finlandais habitent à trois heures d’un hôpital
Helsingin Sanomat relève que, selon une étude récente effectuée à l’université d’Oulu, l’organisation des zones des cinq hôpitaux universitaires finlandais fait que 250 000 Finlandais habitent à trois heurs du plus proche hôpital universitaire. Si les zones étaient organisées différemment leur nombre passerait en-dessous de 200 000.
Les districts des hôpitaux universitaires ont été adoptés en 1989.
HS/A8

Pédophilie

Des dizaines de cas d’abus sexuel sur des enfants dans le mouvement lestadien depuis les années 1980
Helsingin Sanomat rapporte que selon une étude interne de l’église lestadienne, qui est un mouvement pour la propagation de la foi à l’intérieur de l’église luthérienne, il y a eu de 70 à 100 cas d’abus sexuel ou de pédophilie depuis les années 1980. Dans la plupart des cas, il s’agit d’actes de pédophilie à l’intérieur des familles lestadiennes.
La direction du mouvement déplore le fait qu’elle n’a pas su traiter correctement ces cas.
HS/A6

Transport maritime

Un navire russe est resté pris dans les glaces pendant trois semaines devant Pori
Selon Helsingin Sanomat, l’état des glaces devant les ports du golfe de Botnie est encore difficile, notamment devant les ports de Pori et Kaskinen. Un navire russe de 19 000 tonnes Kapitan Nazarev est resté trois semaines pris dans les glaces devant le port de Pori.
HS/A8

Neste

Le fournisseur en huile de palme de Neste accusé de détruire la nature
Helsingin Sanomat relève que l’association RSPO, qui promeut la production durable de l’huile de palme, n’accorde pas pour l’instant de certificat à l’entreprise indonésienne IOI, fournisseur important de Neste en huile de palme.
Selon le site de RSPO, IOI est accusé de détruire des forêts. L’entreprise, qui a aussi des litiges avec les habitants locaux, a annoncé qu’elle travaillait avec RSPO pour trouver une solution.
Selon le directeur Simo Honkanen, Neste suit l’affaire de près. « Nos fournisseurs doivent obtenir un certificat. » Il souligne que Neste n’achète pas d’huile de palme des zones cultivées en question.
HS/B6

France

Politique

Le PS exige une réforme fiscale
La correspondante à Paris de Kansan Uutiset présente le programme du parti socialiste.
KU

Laïcité

L’interdiction du voile menace la paix publique en France
Turun Sanomat et Keskisuomalainen rapporte qu’un débat sur la laïcité a été organisé par le parti UMP et que l’interdiction de porter le voile intégral dans les lieux publics entrera en vigueur lundi prochain.
TS KS

Jeudi 7 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Afrique

Points de vue sur l’action de la France en Côte d’Ivoire
Helsingin Sanomat, Turun Sanomat et Hufvudstadsbladet publient des articles sur les actions de la France en Côte d’Ivoire.
Helsingin Sanomat a interrogé le professeur de droit international Lauri Hannikainen qui souligne que les frappes françaises dans ce pays étaient fondées sur le droit international. Le chercheur de l’Ifri Cyril Musila en revanche est plus critique et estime que M. Ouattara devra beaucoup à la France.
Turun Sanomat a interrogé Liisa Laakso de l’université d’Helsinki qui estime que le rôle de la France en Afrique de l’Ouest est mû plus par des raisons d’influence politique et culturelle qu’économiques.
Dans un article intitulé « Sarkozy veut rétablir la France comme grande puissance », Hufvudstadsbladet a cite le chercheur de l’UPI Timo Behr, ainsi que les chercheurs français François Heisbourg et Dominique Moisi.
HS TS Hbl

Libye

Selon le général Puheloinen, « la Finlande sollicitée pour préparer l’opération en Libye
Le commandant des forces armées, le général Ari Puheloinen, affirme que la Finlande a été sollicitée mercredi matin pour préparer l’opération de l’UE en Libye. « Nous sommes prêts à envoyer trois personnes à l’état-major de l’opération, composé par l’UE, pour planifier une éventuelle opération d’aide. Deux officiers et un juriste sont prêts à partir sous cinq jours ».
Selon le général, la meilleure façon pour une éventuelle participation finlandaise en Libye, serait d’y envoyer les groupements tactiques de l’UE, qui comprennent près de trois cents Finlandais. « Dans l’éventualité d’autres effectifs, le délai de déploiement serait nettement plus long ».
Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa quitte l’opération de gestion de crise en Afrique en avril. Etant donné qu’il regagnera la Finlande vraisemblablement par la Méditerranée, sa participation à l’opération a également été évoquée. Pour le général Puheloinen ce n’est pas une éventualité réaliste. Il estime qu’on a besoin du bâtiment en Finlande. « Il faudra du temps pour le recrutement des casques bleus. De plus, la mission de Pohjanmaa serait difficile à définir, car il ne conviendra pas, par exemple, à des fins d’évacuation en raison de l’agencement de son espace »,
HS/A5

Déclarations des présidents des partis politiques sur une éventuelle participation finlandaise en Libye
M. Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches) et M. Timo Soini (Vrais Finlandais) sont les seuls présidents de parti politique à s’opposer à une éventuelle participation finlandaise en Libye.
Mme Mari Kiviniemi (Centre) estime qu’il n’y a pas lieu de s’impatienter. Mme Jutta Urpilainen (parti Social-démocrate) rappelle que la décision devrait être prise d’un commun accord par le gouvernement, le parlement et la présidente.
Les conservateurs, l’Alliance des gauches et les sociaux-démocrates préconiseraient des économies pour les dépenses de l’armée.
AL/A6

Le groupement tactique nordique
Le groupement tactique nordique NBG11 comprend 2 102 personnes ; 1 600 de Suède (qui commande le groupement), 200 de Finlande, 100 de Norvège, puis 50 d’Irlande et 50 d’Estonie.
« Ils ont le meilleur entrainement qu’un soldat finlandais puisse avoir », explique le capitaine de frégate Jörgen Engroos en parlant des soldats finlandais qui font partie du groupement tactique nordique, le NBG 11. Ces soldats parlent plusieurs langues ; un tiers parlent suédois ou sont bilingues (finnois-suédois), tous se débrouillent très bien en suédois. De plus, le groupe suit des cours de français et d’arabe. L’âge moyen de ces soldats est de 27 ans. Deux femmes font partie du groupement. La moitié de ces soldats ont déjà servi dans des opérations internationales.
Le capitaine de frégate Engroos souhaite qu’en cas de participation finlandaise, la totalité de ces effectifs puissent partir car il s’agit « d’une entité où chacun a sa place, comme les briques d’une maison ».
HBL/2-3

Editoriaux sur la Libye
Aamulehti estime que la modération de la Finlande a divisé l’élite finlandaise. Le quotidien rappelle que la Finlande avait, depuis début 2010, la possibilité d’envoyer des avions de chasse Hornet et une unité aérienne de 250 personnes dans des fonctions de gestion de crise militaire. Néanmoins, les dirigeants finlandais ne l’ont pas voulu, et ne veulent surtout pas le faire en ce moment, juste avant les élections. « Ils en avaient tout à fait le droit, cependant ils auraient du présenter clairement les autres mesures concrètes préconisées pour garantir la paix et les droits de l’Homme en Libye », note le journal.
La journaliste Yrsa Grüne de Hufvudstadsbladet évoque l’armée de l’air finlandaise et remarque qu’il aurait été préférable de dire clairement que les Hornets sont parfaitement adaptés pour ce type d’action (en Libye), mais que c’est la volonté politique qui manque. « Il est ironique que les fonctions des groupements tactiques risquent d’être plus dangereuses que celles liées à la surveillance de l’exclusion aérienne », note le quotidien qui conclut en disant que la Finlande s’est précédemment engagée en matière de gestion de crise militaire dans les Balkans et en Afghanistan. « Si nous revenons maintenant à une ancienne ligne plus réservée, il faudra le dire clairement ».
HBL/18, TS/2, AL/A2

Atalanta

Le navire mouilleur de mines Pohjanmaa a arrêté des pirates présumés
Le mercredi 6 avril, tôt le matin, le navire mouilleur de mines Pohjanmaa a arrêté des pirates présumés en mer d’Arabie. Ils ont été remarqués à environ 500 km au sud-est de Salalah en Oman, alors qu’ils naviguaient sur un bateau de type ravitailleur, qui remorquait deux bateaux. A l’approche de Pohjanmaa, le navire a tenté de se sauver. A ce moment-là, des objets ont été jetés à la mer. Le Pohjanmaa a dû utiliser des feux d’alarme pour stopper le bateau.
L’unité de vérification des navires de Pohjanmaa a trouvé à bord du matériel lié à la piraterie. Dans le bateau se trouvaient 18 pirates présumés. Pohjanmaa poursuit son enquête sur les lieux. Des groupes de ce type ont tenté récemment de kidnapper des navires marchands dans la région. En ce moment même, EUNAVFOR, chargé de l’opération Atalanta, étudie les mesures à suivre.
Defmin/ HS

Crise de la dette souveraine

Un paquet d’aide pour le Portugal évoqué dans les semaines à venir
Helsingin Sanomat relève que le Portugal devrait être, après la Grèce et l’Irlande, le troisième pays à demander de l’aide pour financer sa dette. La question sera évoquée lors de la rencontre des ministres des Finances à laquelle participe M. Jyrki Katainen, vendredi et samedi en Hongrie.
HS

Réunion des présidents d’Etats membres de l’UE

Mme Halonen et les huit autres présidents se réuniront à Budapest
Suomenmaa relève que la Présidente, Mme Tarja Halonen, participera les 8 et 9 avril à Budapest à une réunion des présidents de la République des pays membres de l’Union européenne. Les présidents doivent évoquer la coopération régionale, le multiculturalisme, l’identité de l’Europe et la stratégie de l’avenir de l’Union.
La première réunion de ce genre a été organisée en 2003.
SM/9

Etats-Unis

M. Stubb rencontrera Mme Clinton à Washington
Le ministre des affaires étrangères, M. Alexander Stubb, effectuera une visite à Washington le lundi 11 avril à l’invitation de la secrétaire d’Etat, Mme Clinton.
Les ministres doivent évoquer la situation en Afrique du Nord, l’Afghanistan, la Russie et les questions relatives à la sécurité de l’Europe.
M. Stubb a rencontré Mme Clinton précédemment à Washington en mai 2009.
TS/8

Irak

M. Väyrynen effectue une visite en Irak
Turun Sanomat rapporte que le ministre du commerce extérieur, M. Paavo Väyrynen, s’est rendu en Irak avec une délégation de la vie économique d’une vingtaine de personnes. M. Väyrynen a rencontré hier le Premier ministre al-Maliki et le vice-Premier ministre al-Mutlaq. La dernière visite d’un ministre finlandais en Irak remonte en 1985.
M. Väyrynen a évoqué le retour d’un ambassadeur de Finlande à Bagdad. Cela pourrait avoir lieu en 2013. Les diplomates finlandais avaient quitté l’Irak il y a vingt ans. M. Harri Mäki-Reinikka, ambassadeur de Finlande en Syrie, qui représente la Finlande en Irak, souligne que l’ambassade à Bagdad n’a jamais été entièrement fermée. La Suède a envoyé un ambassadeur à Bagdad en 2009.
TS/17

Politique intérieure

Elections législatives

4,2 % des électeurs ont voté hier par anticipation
Keskisuomalainen relève que selon le ministère de la justice, 4,2 % des électeurs ont voté mercredi, premier jour du vote par anticipation.
Le vote par anticipation, qui a commencé mercredi, se terminera le mardi 12 avril.
KS/7

Visibilité des campagnes des partis politiques
Selon Helsingin Sanomat, les affiches électorales des candidats conservateurs sont les plus visibles dans toute la Finlande. Selon les estimations, les candidats dépensent autant qu’avant dans leurs campagnes, malgré la nouvelle législation sur le financement électoral. Les candidats financent cependant eux-mêmes les campagnes beaucoup plus qu’avant.
L’ancien secrétaire général du parti du centre, M. Jarmo Korhonen, dépense au moins 80 000 euros dans sa campagne. Le budget de la conservatrice Marja Tiura s’élève à 50 000 euros au moins. La conservatrice Arja Karhuvaara dépense 70 000 euros. Le social-démocrate Lauri Ihalainen, ancien président de la SAK, annonce que son budget s’élève à 46 500 euros.
HS/A5

Le patronat s’étonne des propos de M. Katainen sur la retraite
Dans un billet publié dans Turun Sanomat, le chef du parti conservateur avait écrit que son parti ne souhaitait pas relever l’âge de la retraite durant la prochaine législature. Le patronat réagit par la voix du directeur juridique Lasse Laatunen qui a précédemment envisagé un relèvement de l’âge de la retraite de 63 à 65 puis 67 ans.
« La position de M. Katainen constitue une surprise car tous les faits parlent pour une décision rapide [de relèvement de l’âge de la retraite]. La situation est si grave qu’il faudrait que, quelle que soit la coalition au pouvoir, elle puisse prendre des décisions claires et tranchées. Dans les débats électoraux tous les partis ont tendance à user de la langue de bois que personne ne comprend. On sous-estime les électeurs et on évite de prendre positions sur les sujets délicats », regrette M. Laatunen.
KL

Communes

Le centre est irrité par un rapport du ministère des affaires sociales
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe de travail nommé par le ministère des affaires sociales et de la santé, la Finlande devrait avoir entre 20 et 50 communes, au lieu des 336 communes actuelles, pour bien organiser les services sociaux et de santé. Le groupe de travail a été désigné par la ministre conservatrice des services de base, Mme Paula Risikko.
Deux ministres centristes, MM. Juha Rehula (affaires sociales) et Tapani Tölli (collectivités locales), irrités des propos du groupe de travail, soulignent que la structure des communes n’est pas décidée au ministère des affaires sociales.
Mme Risikko rejette également le modèle de 20 communes.
HS/A9

Roms

La sécurité civile a coupé l’électricité à Kalasatama
Selon Helsingin Sanomat, le service de sécurité civile de la ville de Helsinki a donné l’ordre, il y a quinze jours, de vider le camp de Roms dans le quartier de Kalasatama. Le camp n’a pas été vidé et ce service a coupé hier l’électricité de l’immeuble.
HS/A19

Mercredi 6 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

Réunion du comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA)
Le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) a décidé que la Finlande continue la préparation de l’opération de l’UE en Libye. La présidente et le gouvernement soulignent toutefois que l’affaire en est à son début : une participation militaire finlandaise est cependant toujours possible.
La participation de la Finlande à l’opération EUFOR Libye, créée vendredi dernier par l’UE, doit encore passer par plusieurs phases. Une demande du bureau de l’aide humanitaire de l’ONU doit être formulée à l’UE. Par la suite, le conseil ministériel de l’UE décidera quel type d’aide il sollicitera des pays membres. En ce qui concerne l’utilisation des groupements tactiques, la décision finlandaise devra être prise sous cinq jours à compter de la demande lors d’une séance plénière au parlement.
Selon le ministère de la défense, une éventuelle opération de l’UE en Libye est planifiée à l’état-major des opérations à Rome, sous la présidence de l’Italie. Le personnel de l’état-major est composé de personnels des différents pays de l’UE. Un représentant civil et deux officiers finlandais participent à la planification.
Yle

Déclaration de la présidente, Mme Tarja Halonen, à l’issue de la réunion d’UTVA
Selon Mme Tarja Halonen, la Finlande doit prochainement décider si des Finlandais, dans le cadre des groupements tactiques de l‘UE, participent à l’opération libyenne mandatée par l’ONU. Selon elle, il est crucial de suivre la situation pour voir si l’ONU sollicite ce type d’aide. Une fois que l’UE aura répondu à la demande, la Finlande pourrait prendre position par rapport à une éventuelle participation à l’opération de gestion de crise.
Mme Halonen estime que les élections finlandaises n’ont pas d’influence sur le calendrier car l’emploi du temps de l’ONU ne dépend pas des élections de la Finlande. « L’important est que nous souhaitons participer comme avant », a affirmé la présidente.
La Finlande fait actuellement partie de deux groupements tactiques de l’UE, l’un nordique l’autre européen de l’ouest, avec des effectifs de moins de 300 hommes. En principe, les deux groupements pourraient participer à l’opération. « Les groupements tactiques de l’UE pourraient être rassemblés au plus vite en dix jours », a confirmé Mme Halonen.
HS

« La Finlande a envoyé des officiers pour planifier l’opération de l’UE » TS
La Finlande pourrait envoyer l’un de ses deux groupements tactiques de l’UE en Libye. Si une demande émanait du bureau OCHA (bureau de la coordination des affaires humaines), l’unité faisant partie du groupement tactique nordique pourrait partir. Selon la présidente, Mme Tarja Halonen, « l’autre groupement ne serait pas envoyé, car l’Allemagne n’a pas voulu s’engager ». La période d’alerte des groupements se termine fin juin.
Le groupement nordique aurait pour mission prioritaire d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire, l’assistance aux refugiés et l’évacuation des personnes.
Le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) a décidé mardi d’envoyer à Rome trois officiers pour planifier l’opération.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, estime que la participation finlandaise dépendra du contenu de l’éventuelle demande. « Il est important que nous participions à la planification », a dit M. Stubb, qui a précisé que la décision prise mardi n’avait rien à voir avec les critiques formulées sur l’absence de l’invitation des Finlandais à la réunion de Londres traitant de la surveillance de l’exclusion aérienne.
Le ministre des Affaires étrangères ne voulait pas spéculer sur l’importance des effectifs participant à l’opération de maintien pour la paix, ni sur la part des Finlandais envoyés sur place.
Le Premier ministre, Mme Mari Kiviniemi a souligné que la position finlandaise sur une possible participation était globalement positive. Elle a précisé qu’il ne serait sans doute pas nécessaire de convoquer le parlement au cas où ces groupements seraient utilisés. Il suffirait d’en informer la commission parlementaire des affaires étrangères.
De toute manière, la décision définitive d’envoi de troupes sera prise par la présidente de la république.
TS/15, AL/A4, HS/A11

Les pays nordiques et la Libye
Lors de leur réunion mardi à Helsinki, les ministres des Affaires étrangères danois, norvégien, suédois, islandais et finlandais ont approuvé, comme prévu, une clause de solidarité commune en politique étrangère et de sécurité.
Dans une résolution commune, les ministres ont exigé le départ immédiat du dictateur Mouammar Kadhafi, tout en soulignant l’importance d’une solution politique dans la crise libyenne. Le ministre finlandais, M. Alexander Stubb, a été largement soutenu par ses homologues nordiques sur la question libyenne, notamment par la ministre danoise, Mme Lene Espersen, qui a rappelé combien M. Stubb avait été actif au sein de l’Union pour exiger des sanctions. Selon le suédois, M. Carl Bildt, l’opération militaire est facile comparée à la stabilisation politique du pays.
AL/A4

Déclarations de M. Ahtisaari
Selon le président, M. Martti Ahtisaari, une solution par le biais des négociations n’est pas envisageable avec Mouammar Kadhafi et son entourage. M. Ahtisaari regrette qu’au début de la guerre, certains s’empressaient de souligner que l’objectif n’est pas d’écarter Kadhafi.
M. Ahtisaari a toutefois félicité la résolution du conseil de sécurité de l’ONU, qui a pu être réalisée avec une rapidité étonnante et sans discordes.
La discussion à Helsinki entre M. Ahtisaari et le ministre suédois des Affaires étrangères, M. Carl Bildt, a porté sur la question de savoir si en matière de médiation de la paix des coupables pouvaient rester sans punition, dans le cas où une promesse d’immunité pouvait aboutir plus rapidement à la paix et épargner des vies humaines. Aucun des deux médiateurs de la paix ne s’accrocherait dans, ce cas-là, à la condamnation des coupables.
HS

Evacuation d’une famille fenno-libyenne
Helsingin Sanomat raconte l’évacuation d’une famille fenno-libyenne qui a quitté Bengazi pour la Turquie.
HS

Russie

Augmentation d’un tiers des passages à la frontière fenno-russe
Depuis le début de l’année, les passages de personnes à la frontière fenno-russe ont augmenté de près d’un tiers pour atteindre au premier trimestre deux millions de personnes. La plus grande partie des voyageurs sont des Russes.
Le transport de marchandises a augmenté d’un sixième. Il atteint un niveau encore très en-deçà de ce qu’il était avant la crise.
HS

Politique de l’intégration

La Finlande se situe au quatrième rang dans une étude comparative sur la politique de l’intégration de 31 pays
L’institut de recherche Migrant Policy Group a publié son étude MIPEX (Migrant Integration Policy Index) effectuée dans les Etats membres de l’UE, en Suisse, au Canada et aux Etats-Unis sur le fait de savoir si la législation et la politique de l’immigration de ces pays favorisent l’intégration. La Finlande arrive au quatrième rang après la Suède, le Portugal et le Canada.
La Finlande est critiquée dans l’étude pour peu favoriser le séjour à long terme des immigrés. Officiellement, la Finlande prétend qu’on peut venir en Finlande et y rester, mais M. Saukkonen, chercheur à l’Université de Helsinki, se demande si, dans le système, il y a quelque chose qui n’encourage pas à rester. Ainsi l’obtention de la nationalité est difficile car les critères de connaissances linguistiques sont parmi les plus strictes des pays concernés par l’étude. M. Thors, ministre de l’Immigration, relève que les résultats montrent que la politique finlandaise en la matière n’est pas aussi souple que certains le prétendent.
Selon l’étude, la Finlande a particulièrement bien réussi dans la réalisation des possibilités d’influencer politiquement des immigrés ainsi que dans le travail contre la discrimination. L’étude fait l’éloge de la création en Finlande d’un bureau de délégué pour les minorités.
M. Saukkonen estime qu’il faudra que la Finlande investisse dans l’intégration de la « deuxième génération » des immigrés. Il relève également que l’étude ne concerne pas la réalisation de l’intégration dans la pratique.
HS/A8, TS/15

Politique intérieure

Elections législatives

Le vote par anticipation commence aujourd’hui
Helsingin Sanomat rapporte que le vote par anticipation commence aujourd’hui et se terminera dans une semaine, le mardi 12 avril. Il est organisé dans 901 bureaux de vote, essentiellement dans des bureaux de poste et des bibliothèques municipales. Il y a une quarantaine de bureaux de plus par rapport au vote par anticipation aux élections législatives de 2007.
Les électeurs peuvent voter par anticipation où ils veulent. Chaque citoyen finlandais ayant eu 18 ans au plus tard le jour du vote, le dimanche 17 avril, a le droit de vote.
Le vote par anticipation a été adopté en 1970. Parmi les électeurs qui votent, environ 40 % donnent leur voix par anticipation. Le dépouillement des votes donnés par anticipation commencera le 17 avril à 15 heures, dans les grandes circonscriptions dès midi.
A l’étranger, le vote par anticipation est en principe organisé du 6 au 9 avril.
HS/A6

L’audience des Vrais Finlandais n’augmente plus
Selon Turun Sanomat, à la lumière d’un sondage sur l’audience des partis politiques, effectué pour le compte du journal télévisé de la MTV3, les Vrais Finlandais sont en quatrième position avec une audience de 16,2 %. Le parti conservateur est en tête avec 19,9 %, suivi du parti du centre (19,8 %) et du PSD (18,1 %).
L’alliance verte aurait 8,4 % des intentions de vote, l’alliance des gauches 7,7 %, le parti suédois 4,2 % et les chrétiens-démocrates également 4,2 %.
L’institut Research Insight Finlande a effectué le sondage entre le 7 mars et le 4 avril auprès de près de 2 000 Finlandais.
Les autres sondages publiés récemment ont prévu une augmentation de l’audience des Vrais Finlandais.
TS/8

Trois quarts des jeunes comptent voter
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage effectué auprès d’environ 1 100 jeunes de 18 à 28 ans, trois quarts entre eux comptent voter aux élections législatives. Le quotidien rappelle que le taux de participation aux élections législatives précédentes de 2007 a été de 67,9 %. Selon les estimations, les jeunes s’intéressent aux thèmes évoqués récemment, par exemple les questions liées à l’Etat-providence, les inégalités et le chômage des jeunes.
HS/A9

Bois-papier

Grève chez UPM
Plus de mille employés du groupe forestier UPM entameront une grève de deux semaines qui menace d’arrêter des usines à papier dès les prochains jours, car le traitement des commandes et la planification de la logistique s’arrêtera. Le patronat de l’industrie forestière considère les revendications salariales comme surdimensionnées. 1300 personnes sont concernées par la grève.
M. Ovaska du groupe UPM se demande s’il ne faut pas commencer à sonder les pays où les employés se mettent moins facilement en grève.
HS/A15, AL/A10

Radioactivité

Toujours un taux de radiation datant de Tchernobyl observé dans les champignons
En Finlande centrale, on observe toujours de radiation dans les champignons et, selon Evira, agence de sécurité alimentaire, le taux dépasse les recommandations.
Les quantités observées dans les baies sauvages, dans le poisson et le gibier sont minimes.
AL/A11

Société

Deux Finlandais sur trois se considèrent comme doués pour la cuisine
L’institut Taloustutkimus a effectué une étude commandée par le groupe laitier Valio sur les habitudes culinaires des Finlandais chez eux. La moitié des personnes interrogées se déclarent comme enthousiastes en ce qui concerne la cuisine. Quatre personnes sur cinq sont satisfaites des résultats obtenus dans la cuisine et deux sur trois se considèrent comme doués pour la cuisine.
AL/A11

Mardi 5 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

La Libye et les pays nordiques
Le ministre de la Défense, M. Jyri Häkämies, affirme que l’envoi des chasseurs Hornets en Libye couterait des millions. Il souligne que les armées de l’air finlandaises et suédoises ne fonctionnent pas de la même manière. « Pour nous la défense de notre pays est l’objectif numéro un. La Suède y a renoncé et se concentre aux fonctions internationales. »
Le ministre norvégien des affaires étrangères, M. Jonas Gahr Store, affirme que la coopération nordique est renforcée par la participation de la Norvège, de la Suède et du Danemark dans les interventions militaires en Libye mandatées par l’ONU. Il n’a pas commenté la décision finlandaise de ne pas participer aux interventions militaires commandées par l’OTAN. « Je respecte le choix des Finlandais », a-t-il déclaré. Par ailleurs, le ministre a confirmé que les ministres des Affaires étrangères des pays nordiques ont l’intention d’approuver, mardi à Helsinki, une clause de solidarité commune. Il s’agit d’un engagement de coopération dans la lutte contre terrorisme et autres menaces du même type.
HS/ ALA4

Déclarations de M. Stubb
Le ministre des affaires étrangères, M. Alexander Stubb admet que le groupe de déploiement finlandais de chasseurs Hornet est davantage conforme aux normes de l’OTAN que celui des chasseurs Jas suédois. Néanmoins, il s’accorde avec le ministre de la Défense, M. Jyri Häkämies, pour dire que les avions de chasse Hornet ont été acquis pour être destinés à la défense de la Finlande.
« Avant que l’UE ne puisse prendre des décisions, l’ONU devra l’y inviter. Ensuite, la Finlande serait en mesure de prendre des décisions même rapidement », a affirmé le ministre des affaires étrangères.
La Finlande fait actuellement partie de deux groupements tactiques de l’UE en alerte, mais selon M. Stubb, il est peu probable que des groupements entiers soient envoyés en Libye, il s’agirait tout au plus d’en expédier des parties. Le quotidien suédophone Hufvudstadsbladet relève que M. Alexander Stubb n’exclut toutefois pas la possibilité d’appeler le parlement à se réunir avant les élections pour décider d’une éventuelle intervention des groupements tactiques de l’UE.
KS/11 Hbl

M. Ahtisaari soutient la ligne finlandaise
Selon le président, M. Martti Ahtisaari, il aurait été insensé d’envoyer des chasseurs Hornets finlandais en Libye. Il estime que la Finlande a agi de façon très responsable. Lors d’une manifestation organisée par le ministère finlandais des affaires étrangères, M. Ahtisaari a affirmé que ce type de discussion n’a pas réussi à l’enthousiasmer : « Je ne vois pas de raison pourquoi les Finlandais y seraient allés avec leurs avions ». Il a précisé qu’à la place du commandant de l’opération aérienne il n’aurait pas souhaité commander une unité aérienne regroupant 20 à 30 pays, ne serait-ce que pour des problèmes de coordination.
Le quotidien suédophone Hufvudstadsbladet rapporte que l’ancien président Ahtisaari estime « qu’avant même de réfléchir sur un envoi des troupes de terre, il faudra pouvoir répondre à cette question essentielle : Comment faire comprendre au pouvoir libyen que leur temps est compté et qu’il est temps de quitter le pays ».
La députée européenne et ancienne Première ministre, Mme Anneli Jäätteenmäki (Centre), défend la ligne finlandaise. Elle rappelle que l’union européenne n’a pas de politique étrangère commune. Elle estime par contre, que l’UE a beaucoup à offrir dans le domaine du travail humanitaire.
HS Hbl

Critiques contre la position finlandaise
L’ancien secrétaire général au ministère de la Défense (2001-2005), le général de corps d’armée de réserve Matti Ahola donne une très mauvaise note aux dirigeants de la politique étrangère finlandaise sur la question libyenne. Il estime que la Finlande tarde à exprimer sa position alors que les autres pays nordiques ont agi rapidement tout en informant sur leurs décisions. Le général qualifie le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) de « forum de discussion où personne n’ose prendre des décision ».
AL/A4 SM/4-5

Monde arabe

Débat public avec les ambassadeurs de Finlande dans les pays arabes
Le ministère des Affaires étrangères a organisé un débat ouvert au public avec les ambassadeurs de Finlande en poste dans les pays arabes. Environ 300 personnes ont suivi le débat sur la situation dans le monde arabe à la Maison des états à Helsinki.
KS

Journée Ahtisaari

La journée en honneur de M. Ahtisaari sera consacrée au travail de médiation pour la paix
La journée Ahtisaari, qui, par la suite sera fêtée en novembre, sera organisée en deux parties cette année. La première manifestation, un séminaire autour des grands noms de la médiation pour la paix, sera organisée le 19 avril au Théâtre national en présence de l’ancien secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan.
Selon M. Ahtisaari, l’idée du séminaire est de présenter différents points de vue dans la résolution de conflits et la médiation, ainsi que de souligner l’importance de la paix pour le bien-être des personnes et des Etats.
Le ministre des Affaires étrangères, M. Stubb, propose que l’on organise des manifestations dans les écoles autour du thème de la réconciliation.
La deuxième partie de la journée sera organisée à Oulu, en novembre. Selon Mme Heinonen, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, il est prévu que, dans les années à venir, des séminaires et des débats ouverts au public seront organisés partout en Finlande afin de toucher le plus de Finlandais possible en dehors de la région de la capitale.
M. Stubb relève que la Finlande souhaite investir encore plus dans la médiation au moyen de laquelle on peut influencer sur les différentes phases d’un conflit.
HS/A8, KS/10

Biélorussie

Des séminaires sur la Biélorussie sont organisés pour les entreprises
Helsingin Sanomat relève que la coopération entre les entreprises finlandaises et biélorusses s’est accélérée même si l’Union européenne a imposé une interdiction de visas à la Biélorussie. Un séminaire sera organisé à Tampere, un autre à Lapua pour que les entreprises puissent évoquer les possibilités de coopération avec les entreprises biélorusses. Les séminaires seront organisés entre autres par l’association de commerce finno-biélorusse, la commune de Lapua et la chambre de commerce de l’Ostrobotnie du Sud. Un représentant de la Banque de Finlande devrait y participer. HS a interviewé le conseiller Timo Lahelma du ministère des affaires étrangères, ancien ambassadeur de Finlande en Biélorussie, qui souligne que le MAE n’a aucun moyen pour se mêler à l’organisation de tels séminaires en Finlande. M. Lahelma note que la Finlande participe aux sanctions contre la Biélorussie suivant les décisions de l’UE et en bonne coopération avec l’Union.
HS/A8

Fukushima – économie – énergie

Les nouvelles orientations allemandes en matière d’énergie menacent les industries finlandaises en Allemagne
Les groupes forestiers Stora Enso et UPM ont de grandes usines qui consomment beaucoup d’électricité en Allemagne. Les nouvelles orientations de ce pays en matière de politique énergétique et l’éventuel abandon de l’énergie nucléaire pourront avoir un effet sur la production des groupes finlandais qui ont chacun quatre usines de papier en Allemagne.
Pour l’instant, les groupes ont des contrats en vigueur avec des fournisseurs d’électricité, mais il n’est pas exclu que la nouvelle politique ait un effet sur les contrats des années à venir.
M. Vanhanen, directeur à Stora Enso, estime que l’énergie éolienne et solaire ne constitue pas une véritable alternative qui pourrait faire tourner l’industrie.
HS/B4

Politique étrangère

Editorial : « Qu’arrrive-t-il donc à l’Allemagne ? » IS
Le tabloïd Ilta-Sanomat se demande ce qui arrive à l’Allemagne, après les réactions à la politique de ce pays engendrées par la catastrophe de Fukushima ou la guerre en Libye. 3Le géant politique va-t-il se réduire à un nain politique », se demande l’éditorialiste.
IS

Point de vue : « Le Sarkozy mondial – La France pousse ses troupes en Libye et en Côte d’Ivoire » HS
Jenni Virtanen commente dans Helsingin Sanomat les interventions françaises dans les crises internationales actuelles, à la lumière des analyses d’Yves Boyer, de la fondation pour la recherche stratégique et de Pami Aalto de l’université de Tampere. Tous deux estiment que, au moment où les Etats-Unis prenent leurs distances, la France a choisi de réagir à des crises qui touchent son pourtour. « La France s’est engagée à assumer son rôle historique ».
HS

Politique intérieure

Elections législatives

Budgets électoraux des partis politiques
Helsingin Sanomat rapporte que le budget électoral du parti du centre aurait dû être autour de 800 000 euros, soit à la moitié du budget des élections législatives de 2007. Selon le secrétaire général du centre, M. Timo Laaninen, le budget électoral du parti sera toutefois de près d’un million d’euros, donc au même niveau que les budgets du parti conservateur et du PSD. Les partis politiques ont également reçu des donations des personnes privées et des associations. Les sommes supérieures à 1 500 euros doivent être déclarées. Le parti du centre en a reçu au total 76 000 euros avant la mi-mars.
Les candidats ont par contre remis très peu de déclarations sur leur financement électoral. Seulement 277 candidats sur 2 315 l’ont fait. Les déclarations à l’avance ne sont pas obligatoires. Par exemple la présidente de l’alliance verte, Mme Anni Sinnemäki, a annoncé que sa campagne coûtera 40 000 euros, dont elle finance elle-même 38 000 euros.
Le vote par anticipation commencera demain mercredi.
HS/A5

Les observateurs de l’OSCE suivent les élections finlandaises pendant quinze jours
Selon Helsingin Sanomat, huit observateurs électoraux de l’OSCE sont arrivés à Helsinki. Ils ont eu lundi un entretien avec les fonctionnaires du ministère de la justice. Selon M. Arto Jääskeläinen, directeur chargé des élections, « les observateurs suivent l’ensemble des élections », notamment le financement électoral, l’accès des partis politiques aux médias et la future législation électorale.
HS/A5

Les trois grands partis ont commencé leurs campagnes à la télévision
Selon Helsingin Sanomat, la campagne publicitaire à la télévision est lancée. Contrairement aux campagnes télévisées précédentes, pour le PSD, il n’y a pas d’images, juste des textes sur un fond blanc plus une voix masculin qui présente les objectifs du parti. Selon M. Mikael Jungner, secrétaire général du parti, le but du PSD est d’utiliser les mots dans leur signification correcte. Dans la publicité du parti conservateur on voit les ministres conservateurs dans un bus en train de discuter. Les publicités du parti du centre se concentrent sur la présidente du parti, Mme Kiviniemi.
HS/A6

M. Katainen promet de ne pas relever l’âge de la retraite
Dans un billet publié dans Turun Sanomat, le chef du parti conservateur écrit que son parti ne souhaite pas relever l’âge de la retraite durant la prochaine législature. Le principal est de faire en sorte que l’âge moyen de départ effectif à la retraite augmente.
TS

Point de vue :
« Dans le débat européen, il faudrait aborder le contenu » HS
Le chef du service politique d’Helsingin Sanomat relève que le débat électoral, notamment dans les joutes télévisées, se concentre sur des affirmations techniques concernant les débtails du mécanisme européen de stabilité financière. Or, il est apparu que nombre de députés et même de ministres ne savent pas ce que sont le FESF (fonds européen de stabilité financière) ou le MES (mécanisme européen de stabilité). Le FESF est devenu le principal thème de la campagne alors même que les dirigeants politiques ne le connaissent pas bien.
« Le PSD et le Centre sont sur ce sujet en position délicate. Le PSD a du mal à expliquer sa ligne européenne alors qu’il exige aujourd’hui la responsabilité des banques privées après avoir approuvé l’été dernier, la participation de la Finlande à ce même fonds, sans implication de la responsabilité des banques privées. Quant à la présidente du Centre, Mme Kiviniemi, elle doit éviter le sujet pour ne pas froisser l’opposition interne de son parti menée par les ministres Paavo Väyrynen et Mauri Pekkarinen. L’affrontement sur cette question européenne autour d‘un axe entre les Vrais Finlandais et le parti conservateur s’explique donc par le fait que les électeurs sont censés savoir quelles positions défendent ces partis. »
« Il faut espérer que durant les deux dernières semaines de campagne, on parlera moins des détails du FESF que du rôle de la Finlande dans l’UE et dans le monde. La crise de la dette souveraine et la création d’un pacte de compétitivité semblent témoigner d’un approfondissement de l’intégration européenne et il serait bon que les partis expliquent quelle union ils veulent construire. Même M. Soini devrait dire ce qu’il entend par « moins d’UE ». HS

Editorial
« Jusqu’où le parti de M. Soini ira-t-il ? »
Helsingin Sanomat se demande « pourquoi le vote protestataire se porte sur les Vrais Finlandais et non sur le premier parti de l’opposition, le PSD ? Visiblement, le peuple est las des trois grands partis qui, à tour de rôle, forment des coalition qui reproduisent la même politique ».
HS

Main d’œuvre étrangère

Les entreprises souhaitent recruter des travailleurs immigrés
Hufvudstadsbladet relève que 70 % des directeurs d’entreprise estiment que la Finlande a besoin de main d’œuvre étrangère. Ils n’arrivent toutefois pas à employer les immigrés qui sont déjà là.
Les candidats des partis représentés au Parlement se sont réunis, hier, pour débattre de l’immigration et de l’économie. M. Penttilä, directeur général de la Chambre de commerce finlandaise, relève que la majorité des directeurs d’entreprise dans tous les secteurs estiment que la Finlande a besoin de main d’œuvre étrangère susceptible d’apporter de la compétence, des contacts ou de la créativité. En même temps, il est difficile pour les immigrés installés en Finlande de trouver du travail.
M. Penttilä estime que les entreprises qui recrutent souvent auprès des universités et des écoles supérieures professionnelles ne sont pas habituées à recruter des employés avec des profils différents.
HBL/6

Lundi 4 avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

La présidente et le gouvernement vont se pencher sur l’opération de l’UE en Libye
La présidente, Mme Tarja Halonen, et le comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) se réunissent mardi pour décider si la Finlande se préparera à participer à l’éventuelle opération en Libye de l’UE, en faveur de l’aide humanitaire. Le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb, estime que la Finlande peut tirer profit de sa participation à la stabilisation de la guerre civile en Libye. Un bénéfice évident pourrait être par exemple « de stopper les courants de réfugiés ». Concrètement cela signifie qu’on empêchera les personnes fuyant la guerre libyenne de partir librement en Europe.
« L’UE, c’est-à-dire nous, a pris une décision concernant l’opération Eufor Libye et a nommé une personne à la tête de l’opération. La phase suivante sera la planification, elle sera décidée mardi en Finlande. Ensuite, au besoin, nous prendrons position sur la manière à participer », a affirmé le ministre des Affaires étrangères, M. Alexander Stubb.
Le ministre de la Défense, M. Jyri Häkämies, a confirmé samedi dans le quotidien Savon Sanomat, que la Finlande a les capacités nécessaires pour envoyer en Libye par exemple des véhicules et du matériel.

Propos du Premier ministre, Mme Mari Kiviniemi
Selon le Premier ministre, Mme Mari Kiviniemi, un éventuel envoi des chasseurs Hornets en Libye et une participation à des activités militaires pour la réalisation de l’exclusion aérienne auraient marqué une modification de la ligne de la politique étrangère et de sécurité de la Finlande. La décision concernant la position finlandaise quant à l’opération a été prise au sein du comité ministériel de politique étrangère et de sécurité (UTVA) le 18 mars 2011. « La décision est au diapason de la ligne générale et elle a été prise en accord avec la présidente de la république. Elle était unanime. Lorsque l’UE préparera les opérations de gestion de crise, il y aura des tâches auxquelles la Finlande pourra prendre part. Mais, on n’en est pas encore là », a dit Mme Kiviniemi, pour qui la Finlande, ayant préalablement exprimé sa position, ne s’attendait pas à recevoir d’invitation à la réunion de Londres.
Mme Kiviniemi rappelle que la Finlande participe à l’aide pour la Libye dès lors que la phase de l’aide humanitaire sera d’actualité.
KS2.4/12

Critiques contre la décision de ne pas envoyer de chasseurs Hornet en Libye
L’ancienne ministre de la Défense, Mme Elisabeth Rehn (parti suédophone), affirmait samedi dans l’émission de télévision Ykkösaamu (YLE) que le non-envoi des chasseurs Hornets n’avait pas été justifié comme il fallait. Elle soupçonnait que la proximité des élections législatives en serait la cause. L’ancien Premier ministre, M. Matti Vanhanen (centre), avait exprimé le même avis dans le hebdomadaire Suomen Kuvalehti. Le tabloïd Ilta-Sanomat écrit que les personnalités qui ne sont plus en fonction souhaiteraient participer à l’opération en Libye contrairement aux hommes politiques qui craignent les élections. Le quotidien fait allusion à l’ex-commandant des forces de défense Gustav Hägglund, l’ex-Premier ministre, M. Matti Vanhanen et l’ex-ministre de la Défense, Mme Elisabeth Rehn.
Selon le ministre de la Défense, « la fonction des Hornets est limitée à la défense de la Finlande et nous ne participons pas à des activités extérieures à nos frontières avec ces avions. » M. Häkämies a rappelé que « la marine avait attendu pendant des années, avant de participer, de manière réfléchie, à une opération. On ne peut pas tout faire à la fois. »
« Je ne comprends pas vraiment le fétichisme autour des Hornets dans cette discussion en ce moment. Ce n’est qu’une petite partie de l’opération totale », a déclaré M. Alexander Stubb tout en rappelant que l’OTAN comprend 28 pays dont 11 seulement ont envoyé des chasseurs en Libye.
La présidente, Mme Tarja Halonen, a défendu samedi la position de la Finlande de rester à l’écart des premières interventions militaires. « J’estime qu’il convient de se limiter à des domaines que nous connaissons et je pense que c’est la coopération entre les activités civiles et militaires, dont on aura certainement besoin en Libye aussi » a-t-elle déclaré.
AL3.4/A4, HS3.4/A6 YLE, KS3.4/2, HS3.4/A6 IS/8

Editoriaux
L’éditorialiste du quotidien Kaleva qualifie d’imprévoyante la décision de la Finlande de ne pas participer militairement à l’opération ONU en Libye et espère qu’il ne s’agit pas d’un signe d’isolement. Il note que ce qui importe dans la décision de la Finlande c’est le principe de ne pas participer. Il rappelle qu’il y a quelques années, en Finlande il était beaucoup question des garanties de sécurité de l’UE. Quelle que soit l’importance de ces garanties à l’époque, la décision finlandaise concernant la Libye fait surgir la question de savoir si elles n’ont plus du tout d’importance.
L’éditorialiste de Turun Sanomat estime qu’il ne faut pas parler de crise de la politique étrangère finlandaise. En effet, la coopération au comité interministériel de politique étrangère et de sécurité fonctionne bien. Les positions ont seulement été trouvées selon une vieille ligne traditionnelle et prudente.
L’éditorialiste de Keskisuomalainen signale que ceux qui critiquent la non-participation de la Finlande à la crise libyenne, n’ont pas remarqué la nomination du général de division Juha Kilpiä au poste de commandant de l’opération ONUST. Il s’agit, note l’éditorialiste, d’une des plus importantes nominations finlandaises dans des opérations de maintien pour la paix de l’ONU.
KS4.4/2 KA1.4/18 TS

Mme Thors estime que la Finlande pourrait accueillir 60 à 70 réfugiés libyens
Selon Mme Thors, ministre chargée de l’Immigration, la Finlande pourrait accueillir de 60 à 70 réfugiés du Libye, dans le cadre d’une partie (100 personnes) du quota annuel de 750 réfugiés que la Finlande s’engage à accueillir. Mme Thors relève que la Finlande participe sur ce sujet à des négociations avec le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.
M. Kekomäki, conseiller spécial auprès du secrétariat aux Affaires européennes du secrétariat du Premier ministre, souligne l’importance de la solidarité à l’égard des Etats membres touchés par un afflux de réfugiés.
HBL/sam/14-15

Terrorisme

La Supo lutte contre le terrorisme en sélectionnant réfugiés, immigrés et – touristes
Aamulehti relève que la Sûreté nationale, Supo, participe, depuis 2001, au processus de sélection des réfugiés entrant dans le cadre du quota annuel, ainsi que, depuis un an, des personnes arrivant en Finlande de certains pays du Proche-Orient et de l’Afrique.
L’année dernière, la Supo a participé à la sélection des réfugiés en Syrie, en Thailande et en Iran afin de donner son avis sur les risques éventuels pour la sécurité. 445 réfugiés de ces pays sont arrivés en Finlande. Concernant l’année en cours, la Supo n’a pas encore pris la décision sur le fait de savoir dans quels pays elle participera à la sélection. Il est prévu que des réfugiés seront accueillis, en 2011, de Thaïlande, d’Iran et du Rwanda.
La Supo dispose actuellement d’un représentant à Damas et à Islamabad. Il s’agit de missions de quelques semaines à quelques mois dans les représentations de Finlande à l’étranger.
AL/sam/A4

Crise financière

Le directeur du fonds européen de stabilité financière, M. Regling, comprend la difficulté de la prise de décision finlandaise
M. Regling, qui accordé une interview à quatre quotidiens européens, dont Helsingin Sanomat, relève qu’il est connu que les pays qui sont à la veille d’élections législatives ont du mal à prendre des décisions difficiles. « Il est préférable d’attendre. Cela fait partie du processus démocratique normal. Le seul inconvénient, c’est que parmi les 17 pays de l’eurogroupe, il y en a toujours un qui a de tels problèmes. »
Le gouvernement finlandais a souhaité qu’avant de prendre de décision sur l’augmentation des garanties du fonds de stabilité, on étudie d’autres possibilités. M. Regling relève que l’on est en train de faire le bilan des autres options, qui sont toutefois peu nombreuses.
HS/sam/B9

Selon M. Hetemäki, sous-secrétaire d’Etat, la crise est loin d’être finie
M. Hetemäki, sous-secrétaire d’Etat au ministère des Finances, estime qu’il est précoce de dire que l’on soit en train de sortir de la crise financière. Il estime que le sort de l’Espagne est déterminant, car c’est une économie bien plus importante que les trois autres.
Concernant la Grèce, il estime que la liquidation de la dette n’est pas la solution. Pour lui, ce n’est pas une méthode durable. Il recommande plutôt la vente du patrimoine de l’Etat grec.
La Finlande a une créance de 1,5 milliards d’euros sur la Grèce. M. Hetemäki relève que la France en a plus que les banques allemandes, qui, à leur tour, en ont sur l’Irlande.
KL/1.4/4-5

Propos de M. Stubb
Hufvudstadsbladet relève que, selon M. Stubb, ministre des Affaires étrangères, M. Soini mène le débat sur le fonds européen de stabilité avec des arguments faux et erronés. « Sans mécanismes de soutien, on serait en pleine guerre sur les marchés financiers, les marchés des devises et entre les Etats membres de l’UE », dit-il.
M. Tuomioja, ancien ministre des Affaires étrangères, président de la Grande commission, estime que M. Stubb s’exprime de manière trop dramatique et que la Finlande aurait d’autres options que de participer au fonds européen.
M. Tuomioja rappelle qu’au Mexique, en Argentine et en Russie, des redressements ont été mis en œuvre. Pour lui, si on est bien préparé, une liquidation des dettes peut engendrer moins de dégâts que ne le feraient d’autres options. Il souligne l’importance d’une taxe internationale sur les transactions et une régulation plus stricte des banques.
M. Tuomioja considère le pacte de compétitivité comme une déclaration politique adoptée principalement par des gouvernements conservateurs. Pour lui, son contenu penche très vers la droite sans correspondre aux défis d’aujourd’hui.
HBL/dim/2

Politique intérieure

Elections législatives

Les Vrais Finlandais ne sont pas aussi populaires à Helsinki qu’ailleurs
Helsingin Sanomat rapporte que, dans la circonscription de Helsinki, la popularité de M. Soini et des Vrais Finlandais n’a pas augmenté autant qu’ailleurs en Finlande : l’audience des Vrais Finlandais est actuellement à 11,6 % à Helsinki, contre environ 18 % dans l’ensemble du pays. Ce parti gagnerait deux sièges dans cette circonscription où ils n’en ont aucun en ce moment. Le parti conservateur et le PSD perdraient un siège chacun dans cette circonscription où 21 députés sont élus.
Selon le sondage effectué pour le quotidien, les candidats les plus populaires à Helsinki – pour lesquels les électeurs de tous les partis politiques pourraient voter – sont MM. Osmo Soininvaara (vert), Pekka Haavisto (vert), Ben Zyskowicz (conservateur), Erkki Tuomioja (social-démocrate), Paavo Arhinmäki (alliance des gauches), Mme Anni Sinnemäki (verte), MM. Jan Vapaavuori (conservateur), Jörn Donner (parti suédois), Mmes Mari Kiviniemi (centriste) et Sari Sarkomaa (conservatrice).
HS/sam/A6

M. Stubb est toujours le favori à Uusimaa
Helsingin Sanomat relève que les conservateurs ont une audience de 26,5 % à Uusimaa, province autour de la capitale. Les Vrais Finlandais ont dépassé le PSD pour prendre la deuxième position avec une audience de 18 %. Ce parti, qui a actuellement deux sièges, en gagnerait cinq de plus. Le parti conservateur, le PSD, le centre et les verts perdraient un siège chacun. 35 députés seront élus contre 34 aux élections législatives il y a quatre ans.
Les candidats les plus populaires sont MM. Alexander Stubb (conservateur), Timo Soini (Vrais Finlandais), Jyrki Katainen (conservateur), Mmes Maria Guzenina-Richardson (PSD), Tuija Brax (verte), Leena Harkimo (conservatrice), Paula Lehtomäki (centriste), MM. Mikael Jungner (PSD), Lauri Ihalainen (PSD) et Jyrki Kasvi (vert).
HS/dim/A5

Le peuple veut mettre fin à l’endettement
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, 74 % des personnes interrogées veulent mettre fin à l’endettement de l’Etat finlandais. La majorité est cependant contre l’augmentation des impôts. Il semble donc que les Finlandais préfèrent les coupes dans les dépenses de l’Etat au lieu des augmentations d’impôts.
Seulement 23 % estiment qu’on n’aura pas besoin de coupes budgétaires lors de la nouvelle législature 2011-2015.
HS/lun/A9

Les candidats veulent restreindre le droit à l’achat de terrains pour les Russes
Le tabloïd Ilta-Sanomat rapporte que 60 % des candidats aux élections législatives estiment qu’il faudrait restreindre le droit des Russes d’acheter des terrains en Finlande, parce que les Finlandais n’ont pas le même droit en Russie. 93 % des candidats des Vrais Finlandais sont favorables aux restrictions, tandis que seulement 34 % des candidats de l’alliance des gauches partagent cet avis.
IS/lun/6

Energie nucléaire

Fortum souhaite qu’on puisse éviter des décisions hâtives
Turun Sanomat relève que le groupe énergétique Fortum souhaite des délais plus importants dans la prise de décision en matière d’énergie nucléaire par crainte de décisions hâtives. Il relève que, pour Fortum, l’accident de Fukushima n’a pas changé les intentions du groupe concernant le remplacement des deux réacteurs de Loviisa.
M. Kuula, directeur général du groupe, est conscient des inquiétudes accrues concernant l’énergie nucléaire. Il comprend bien que la volonté de s’engager politiquement dans un investissement en matière de remplacement des réacteurs de Loviisa est devenu plus difficile.
TS/1.4/16

Les groupes industriels et de grande distribution toujours engagés dans le projet de Fennovoima
Le groupe métallurgique Outokumpu, qui est le plus grand actionnaire finlandais de Fennovoima, et le plus grand consommateur électrique finlandais, ainsi que les groupes de grande distribution S et Kesko confirment leur engagement dans le projet de Fennovoima de construire un réacteur nucléaire.
Le groupe agro-alimentaire Atria estime qu’il faudra tenir compte de l’évolution de l’opinion publique en la matière.
HS/sam/B9

Le maire de Simo estime que Fukushima n’a eu aucun effet sur les attitudes des habitants
Helsingin Sanomat rapporte que, selon le maire de Simo, M. Tavia, l’opposition au projet nucléaire de Fennovoima n’a pas augmenté depuis les évènements de Fukushima.
Fennovoima a effectué cinq sondages, dont le dernier en septembre-octobre 2010, à Simo et à Pyhäjoki sur les attitudes des habitants de ces communes. Le dernier sondage montre un soutien de 61 % des habitants de Pyhäjoki et de 67 % de ceux de Simo pour le projet de Fennovoima. Si on tient compte des attitudes des communes autour de chacune de ces communes, les chiffres sont respectivement de 61 % et de 57 %.
Un sondage est prévu pour ce printemps. Il rendra compte de l’effet éventuel de Fukushima.
HS/sam/B9

Vendredi 1er avril 2011

Politique européenne et étrangère

Libye

La décision appartient à la Finlande
Le secrétaire général de l’oTAN, M. Anders Fogh Rasmussen a déclaré qu’il revenait à chaque Etat de décider ou non de sa participation à l’opération militaire en Libye. « La Finlande est l’un de nos partenaires les plus proches. Nous savons que la Finlande est capable de nous offrir une aide très précieuse. Mais finalement la décision est nationale ».
KS

Selon M. Vanhanen, les dirigeants finlandais ont fuit leurs responsabilités
L’ancien Premier ministre Matti Vanhanen (Centre) écrit dans Suomen Kuvalehti que les dirigeants de la politique étrangère finlandaise ont fuit leurs responsabilités en excluant une participation de la Finlande à l’opération en Lybie. « Pourquoi intervenir contre les pirates somaliens ou en Afghanistan mais pas en Libye ? Si la Finlande n’a pas l’intention d’y participer, mieux vaut le dire directement et l’expliquer plutôt que de se retrancher derrière une invitation qui ne nous aurait pas été faite ? ».
M. Vanhanen souligne que M. Kadhafi aurait écrasé l’opposition si les autres Etats n’étaient pas intervenus.
TS

Critique contre l’intervention occidentale
Le chercheur de l’institut de la paix de Tampere, M. Melasuo, critique dans Viikkolehti, l’intervention occidentale en Libye qui, selon lui, risque de finir come en Irak.
Il juge que la Finlande doit se tenir éloignée de ce conflit.
KU

Fukushima

Un Finlandais à la tête d’un groupe de travail européen chargé de développer des critères communs en matière de sécurité nucléaire
L’association des responsables des Autorités de sûreté nucléaire d’Europe de l’Ouest, Wenra, a désigné M. Reiman, directeur au Stuk, président d’un groupe de travail chargé de développer des critères de sécurité communs pour les réacteurs nucléaires européens. Hufvudstadsbladet rappelle que M. Laaksonen, directeur général du Stuk, préside le Wenra.
HBL/11

Le Centre finlandais de gestion civile des crises envoie des détecteurs de radiation au Japon
Le ministère de l’Intérieur a décidé d’envoyer 50 détecteurs de radiation au Japon de son Centre de gestion civile de crises situé à Kuopio.
HS/A5

Climat

La température moyenne de la Finlande augmente
Selon les statistiques de l’Institut météorologique, la température annuelle moyenne en Finlande est de 2,3 degrés. Cette information confirme le fait que le climat finlandais se réchauffe et que cette évolution correspond aux calculs effectués concernant le changement climatique.
Cette moyenne se base sur la moyenne des trois dernières décennies. Si on tient compte de la moyenne de longue terme, de 1847 à 2010, qui est de 1,4 degré, on peut dire que le climat finlandais s’est réchauffé de près d’un degré.
La température moyenne en 1971-2000 était de 1,9 degrés, et celle en 1961-1990 de 1,6 degrés.
Mme Ruuhela de l’Institut météorologique relève que le dernier changement, 0,4 degrés (de 1,9 à 2,3) s’inscrit exactement à l’échelle prévue.
Mme Ruuhela relève que quatre des dix années les plus chaudes des cent dernières années datent des années 2000. Il semblerait actuellement que la température moyenne augmente de 0,4 degrés en dix ans.
TS/7

Les airelles et les myrtilles en voie de disparition
Selon une étude internationale, le réchauffement climatique n’est pas favorable à toutes les plantes. L’airelle et la myrtille souffrent du changement climatique et produisent jusqu’à 95 % de moins de baies.
TS/7

Négociations climatiques à Bangkok
Mme Haunia représentera la Finlande lors des négociations climatiques extraordinaires qui auront lieu à Bangkok du 5 au 8 avril.
TS/7

Politique intérieure

Elections législatives

Débat électoral
Un débat électoral a opposé hier, les présidents des quatre partis en tête des sondages et donc considérés comme de possibles futurs premiers ministres : M. Katainen (parti conservateur), Mme Kiviniemi (Centre), Mme Urpilainen (PSD) et M. Soini (Vrais Finlandais).
Aamulehti relève que les représentants du gouvernement M. Katainen et Mme Kiviniemi, ont évité de s’affronter et que l’essentiel des débats a porté sur la crise de la dette souveraine dans l’UE, sujet sur lequel M. Soini s’est retrouvé isolé dans son refus à toute aide de la Finlande.
Pour l’éditorialiste d’Aamulehti, « la crise de la dette est venue comme le pain béni pour M. Soini, mais, en s’y opposant il se met lui-même à l’écart des possibilités de former une prochaine coalition ».
Pour Kauppalehti, ce sont deux positions sur l’UE qui s’affrontent. Dans ce différend, les Vrais Finlandais et les conservateurs ont fait le choix tactique de s’opposer, ce qui pourrait leur profiter dans ces élections, au détriment du Centre et du PSD. Ra res sont ceux qui auraient pu penser qu’une question européenne complexe puisse monopoliser le débat électoral. Rares sont ceux qui peuvent dire comment les marchés réagirait si le prochain gouvernement finlandaise devait être construit autour du bloc eurosceptique de M. Soini. C’est improbable mais pas impossible.
AL

Politique linguistique

Manifestation contre le suédois obligatoire à l’école
Environ deux cent manifestants se sont réunis devant le Parlement, hier, pour s’opposer à l’enseignement du suédois obligatoire à l’école. Une contre-manifestation, avec moins de participants, a été organisée par le Parti suédois, et la rencontre des deux groupes de militants a été animée, selon les journaux.
HS/A10

Aviation

Norwegian vient en Finlande pour gagner de l’argent
La compagnie Norwegian, qui offre déjà des vols d’Helsinki pour Oslo et Stockholm va ouvrir des lignes intérieures en Finlande aujourd’hui et d’ici l’été vers d’autres villes européennes et notamment Nice.
Le PDG de Norwegian estime que les prix des billets d’avion en Finlande pourraient êtrte baissés de 40%.
HS

Finnair licencie 450 personnes
Finnair a décidé de diminuer de 450 postes ses effectifs dans la maintenance des appareils.
HS

Défense

Rénovation des casernes
Helsingin Sanomat relève qu’un tiers seulement des casernes sont en bon état, 43 casernes étant en état satisfaisant et 18 en mauvais état. En raison de la réforme prévue des Forces armées et la suppression éventuelle de certaines garnisons, la prise de décision sur la rénovation des casernes en mauvais état a trainé.
Les garnisons de Kajaani, Säkylä et Vekaranjärvi sont parmi les investissements les plus sûrs.
HS/A5

Roms

La police n’a pas chassé les Roms de Kalasatama
Le centre municipal des affaires de la jeunesse a demandé une assistance à la police dans la question des Roms qui campent dans la cour du centre social Satama. La municipalité continue à offrir aux Roms la possibilité de passer la nuit dans les locaux destinés aux SDF, dans le quartier de Kamppi, mais les Roms ont préféré rester à Kalasatama.
La police n’a pas souhaité annoncer quand elle envisageait éventuellement de vider le camp.
HS/A13

Commerce

Le marché dominé par deux groupes de grande distribution
Hufvudstadsbladet relève que les groupes de grande distribution S et Kesko représentent ensemble 80 % du commerce de biens de consommation courante. Les deux groupes ont vu leur part du marché augmenter en 2010.
L’Office national de la concurrence estime que le renforcement de l’oligarchie dans le commerce est mauvais et regrette la difficulté de petits acteurs d’entrer sur le marché.
HBL/9

publié le 02/05/2011

haut de page