Août 2019

Vendredi 30 août 2019

Politique étrangère et européenne

Brexit

Propos de MM. Haavisto et Rinne
Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, n’a pas directement pris position en ce qui concerne l’action du Premier ministre Boris Johnson de geler le Parlement britannique, mais il a déploré la probabilité diminuant tous les jours d’un accord sur le Brexit.
M. Haavisto s’est entretenu avec son homologue britannique, M. Raab, en tête-à-tête en marge du Gymnich. Le sujet principal de l’entretien bilatéral était les relations entre la Finlande et la Grande-Bretagne. M. Haavisto a toutefois dit qu’il a insisté sur un accord sur le Brexit afin que les deux parties évitent les effets déplorables pour l’économie et les transports.
« Mon message au ministre britannique est que nous les verrions bien toujours membre de l’UE, mais que c’est bien sûr leur propre décision », dit M. Haavisto. Il note que la Finlande souhaite qu’un départ de l’UE puisse se passer de façon ordonnée et sur la base de l’accord existant. « Nous souhaitons qu’il n’y ait pas de Brexit sans accord, car sinon, le 1er novembre sera très, très difficile. »
Le Premier ministre Antti Rinne considère comme contradictoire l’action de la Grande-Bretagne et de M. Johnson. Il dit que, pour l’instant, il attend de voir quel genre de prises de contact il y aura de la part de ce pays, avant de proposer une aide quelconque.
Aamulehti relève que M. Haavisto envisage de faire appel à M. Raab pour que la Grande-Bretagne s’efforce de quitter l’UE avec accord plutôt que sans.
HS/A6-7, AL/A27

Hongrie

M. Haavisto rencontrera son homologue hongrois la semaine prochaine
Il est prévu que M. Haavisto s’entretiendra avec son homologue hongrois sur les relations bilatérales entre les deux pays, à Bled, en Slovénie, la semaine prochaine.
AL/A26

Rencontre des ministres de la Défense

Débat sur la sécurité dans les zones maritimes
Le ministre de la Défense, Antti Kaikkonen (Centre), a déclaré que l’UE entamera la coordination de la présence des Etats membres dans les zones maritimes afin d’améliorer la sécurité.
M. Kaikkonen estime que les évènements dans le détroit d’Hormuz ont augmenté le poids de ce projet en cours depuis quelque temps déjà. Pour lui, le débat peut être considéré comme une réaction à la présence augmentée de la Russie dans la mer Baltique. « Les tensions accrues dans la mer Baltique constituent un facteur dans cet ensemble. »
Selon M. Kaikkonen, la Finlande est favorable à la promotion de la sécurité maritime. Il est toutefois précoce d’aller dans le détail d’une participation finlandaise, car aucun débat politique n’a été mené sur ce sujet.
Il estime que ce sont plutôt des membres d’équipages que des navires qui seraient probablement envoyés de Finlande pour ce projet.
AL/A26-27

Ukraine

« Un tango à plusieurs sur l’Ukraine » Hbl
Hufvudstadsbladet rappelle que le Président Emmanuel Macron a annoncé qu’un sommet sur la situation en Ukraine serait organisé en septembre entre la France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine.
John Bolton, conseiller du président américain, vient d’effectuer une visite en Ukraine. Le Président Sauli Niinistö effectuera une visite en Ukraine les 12 et 13 septembre et rencontrera le président Volodymyr Zelensky.
Il semble de toute façon qu’il y a actuellement une volonté d’essayer de trouver une solution au conflit entre la Russie et l’Ukraine qui a commencé en 2014. Personne ne sait ce que pourrait être le résultat du sommet proposé par M. Macron. L’idée est bonne même s’il faut être prudent et ne pas avoir trop d’attentes.
HBL/15

Politique intérieure

Vrais Finlandais

M. Halla-aho exige 6 000 policiers de plus…
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais s’est réuni à Joensuu.
Selon le président du parti Jussi Halla-aho, les Vrais Finlandais exigent que le nombre de policiers soit augmenté « à un niveau européen normal », soit à environ 230 policiers pour 100 000 habitants. Cela signifierait près de 6 000 policiers de plus.
« Le nombre de policiers par habitant est le plus bas en Finlande par rapport à tous les autres pays membres de l’Union européenne. Il nous faut un financement permanent afin d’augmenter le nombre de policiers », selon M. Halla-aho.
En 2017, il y avait 130 policiers pour 100 000 habitants en Finlande. Le nombre de policiers a varié entre 7 100 et 7 390 ces dernières années.
Le Premier ministre Antti Rinne a annoncé antérieurement que le gouvernement comptait augmenter le nombre de policiers à 7 500.
HS/A15

… et souhaite modifier la législation sur l’incitation à la haine raciale
Selon Aamulehti, les Vrais Finlandais veulent revenir sur la loi sur l’incitation à la haine raciale. Le président du groupe parlementaire Ville Tavio, qui a souligné l’importance de la liberté d’expression, s’est étonné du grand nombre d’enquêtes préliminaires actuelles concernant les déclarations de plusieurs députés.
AL/A17

Vie professionnelle

Négociations salariales
Helsingin Sanomat rapporte que les négociations salariales pour de nouvelles conventions collectives sur les salaires ont commencé jeudi. Le patronat et le syndicat de l’industrie technologique se sont réunis pour leur première réunion officielle.
Les négociations sur la plupart des conventions collectives de deux ou de trois ans auront lieu à l’automne et le processus de négociations doit durer jusqu’au printemps.
Les négociations sur le secteur public commenceront au début de l’année prochaine.
HS/A16

Gouvernement

Négociations budgétaires
Helsingin Sanomat relève que le litige sur le budget de l’éducation entre le ministère de l’Education et le ministère des Finances sera résolu seulement lors des négociations d’arbitrages budgétaires proprement dites à la mi-septembre. Les deux ministères qui se sont réunis jeudi n’ont pas trouvé d’entente sur le litige qui concerne environ 100 millions d’euros.
HS/A17

Jeudi 29 août 2019

Politique étrangère et européenne

Brexit

Propos de MM. Rinne et Haavisto
Le Premier ministre Antti Rinne considère comme contradictoires les messages venant de Grande-Bretagne. Il estime que geler les activités du Parlement augmente le risque d’un Brexit sans accord. Pour lui, la situation paraît confuse.
Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, estime qu’un Brexit sans accord pourrait causer beaucoup de surprises et de risques. Il pourrait être économiquement désavantageux pour toutes les parties.
Il estime que le Brexit sera évoqué lors de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères.
Le message bilatéral de la Finlande à la Grande-Bretagne est que, indépendamment du fait de savoir si ce pays est dans l’UE ou en-dehors, il faut que la coopération continue, rien que du fait que beaucoup de Britanniques habitent en Finlande et vice versa.
Yle

Finlande – Lettonie

Déplacement en Finlande du président letton
Helsingin Sanomat rend compte de la visite en Finlande du Président letton, Egils Levits, qui a exprimé son inquiétude sur l’état de l’Union européenne. Il s’est entretenu avec son homologue Sauli Niinistö, avant de visiter le centre de lutte contre les menaces hybrides.
Selon M. Levits, l’UE est dans un état de confusion depuis des années. Pour lui, elle voit sa position s’affaiblir dans le contexte international. Par rapport à la situation d’il y a 15 ans, elle a selon lui moins de poids et son pouvoir d’influence est en train de diminuer.
Il dit être d’accord avec M. Niinistö sur le fait qu’il faudrait de nouveau trouver un fondement pour une politique commune européenne à l’égard du reste du monde, afin d’être pris au sérieux par Washington, Moscou, Pékin, et les pays émergents.
Concernant le développement fédéral, M. Levits souligne l’importance de trouver le bon niveau pour la prise de décision concernant chaque problème. Il y a des questions qu’un Parlement national ne pourra pas résoudre, telles que les questions liées au marché commun, et d’autres qui pourraient être gérées au niveau national, comme la culture, l’éducation et la santé.
M. Levits partage les idées du Président Macron sur une solution de sécurité européenne. Il estime toutefois que la sécurité devra être améliorée sur la base de l’OTAN. Il insiste sur l’importance de garantir à l’ensemble des pays le même niveau de sécurité. Il ne faut pas, selon lui, que des Etats en Europe centrale ou orientale en aient moins.
HS/A31

Brésil – Amazonie

Débat sur le soja importé du Brésil
M. Leppä (Centre), ministre de l’Agriculture, estime que, pour diminuer ou supprimer l’utilisation du soja dans le fourrage, il faut une recherche et un développement de la part de l’industrie du fourrage.
Olli-Pekka Penttilä de l’administration des Douanes ne considère pas comme réaliste d’orienter la Finlande dans ce sens par une politique nationale. Il ne croit pas non plus que l’UE envisage d’interdire les importations de soja.
Les grands acteurs finlandais du secteur agro-alimentaire exigent déjà le certificat concernant la durabilité du soja. M. Leppä précise qu’il souhaite que la Finlande puisse être pionnière en la matière.
HS/A34

Transport –UE

Voitures sans permis bridées à 60km/h
La Commission prévient contre les risques que ces voiturettes représentent
Les journaux rendent compte d’un courrier adressé au ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto par la Commission européenne, concernant le projet d’autoriser les jeunes de 15 ans sans permis à conduire des véhicules légers bridés à 60 km à l’heure (et non pas à 45 km/h comme actuellement).
Selon la Commission, ces voitures constituent un risque pour la sécurité routière.
En Finlande, la législation en la matière a déjà été adoptée et devrait entrer en vigueur en novembre.
Sanna Marin (PSD), ministre des Transports, prend au sérieux la remarque de la Commission et n’exclut pas que le gouvernement revienne sur ce projet qui avait été réalisé par le précédent gouvernement.
HS/A10, Uusisuomi

Politique intérieure

Parti du Centre

Mme Kulmuni favorite pour la présidence du parti
Aamulehti relève que, selon un sondage effectué pour le groupe Alma, Katri Kulmuni, ministre de l’Economie, est la favorite pour la présidence du parti.
Le sondage a été effectué auprès de 334 décideurs centristes, dont des députés et des membres du bureau national et des conseils des districts centristes ; 90 % d’entre eux sont des délégués qui ont le droit de participer au congrès extraordinaire du parti qui aura lieu le 7 septembre prochain à Kouvola. La moitié, soit 166 de ces personnes, ont répondu au sondage.
A ce sondage, Mme Kulmuni obtient 50 % des intentions de vote, contre 39 % en faveur d’Antti Kaikkonen, ministre de la Défense.
AL/A14

Rassemblement national

Le rassemblement national devra coopérer avec les Vrais Finlandais dans l’opposition
Helsingin Sanomat publie une analyse de la politique d’opposition du rassemblement national (Kokoomus).
Le parti a ouvert son premier automne dans l’opposition en critiquant la politique économique et les mesures de l’emploi du gouvernement. Le président du parti Petteri Orpo a présenté la semaine dernière les propositions du Kokoomus afin d’améliorer la situation de l’emploi.
Selon les estimations, la coopération du Kokoomus avec les Vrais Finlandais, le plus grand parti de l’opposition, est plus difficile qu’avec d’autres partis politiques.
Selon M. Orpo, il n’y aura pas de l’opposition unie pendant cette législature mais une coopération avec les Vrais Finlandais est toutefois possible sur quelques questions. « J’ai remarqué que nos vues sur la politique économique se ressemblent. La ligne des Vrais Finlandais dans d’autres questions n’est cependant pas claire, sauf en ce qui concerne la politique d’immigration et la politique européenne. »
HS/A15

Gouvernement

Négociations budgétaires
Selon Helsingin Sanomat, les Verts ne sont pas du tout satisfaits des crédits alloués à la protection de la nature dans le projet budgétaire du ministère des Finances.
Les Verts soulignent que les partis du gouvernement se sont mis d’accord dans les négociations gouvernementales sur l’augmentation du budget de la protection de la nature de 100 millions d’euros par an, dont 46 millions de financement permanent et le reste relevant du budget des investissements de l’avenir.
Le ministère des Finances propose toutefois un financement permanent de 25 millions d’euros dès l’année prochaine et de 46 millions seulement à la fin de la législature. La ministre de l’Environnement Krista Mikkonen entamera les négociations budgétaires avec le ministère des Finances le jeudi 5 septembre.
HS/A14

Social

Les syndicats ont les caisses pleines
Kauppalehti publie un article rendant compte des finances, et en particulier des portefeuilles en actions de différents syndicats finlandais.
Les recettes concernant ces placements sont exonérées d’impôt pour les syndicats et les organisations des employeurs. Ceci dû au fait qu’ils sont considérés comme relevant d’intérêt public.
KL a parcouru les arrêtés de comptes des plus grandes organisations qui, à l’instar des années précédentes, montrent qu’elles sont riches, et que leurs recettes en matière de placements s’élèvent à des millions d’euros.
La plupart des grandes organisations n’arrivent pas à financer leurs activités au moyen des cotisations de leurs membres. Les placements sont ainsi devenus un pilier financier de leur fonctionnement. Les placements enrichissent les syndicats ainsi que leurs caisses de secours de grève.
Le syndicat du secteur industriel relève que sa caisse de secours de grève s’élève à 600 millions d’euros. Cela permettrait à ses membres d’être en grève pendant au moins 59 jours.
La caisse du syndicat du secteur public JHL a doublé depuis 2015 en même temps que le nombre d’adhérents a considérablement diminué. La caisse s’élève à 360 millions d’euros.
Traditionnellement, les dirigeants de syndicats ont justifié de telles accumulations en arguant que, pour leur crédibilité, une marge de manœuvre suffisante est importante en cas de blocage dans les négociations salariales.
KL/26.8/6-7

Possessions de l’Etat

Solidium envisage de verser des dividendes de 338 millions d’euros à l’Etat
Helsingin Sanomat rend compte de la proposition du groupe de gestion des actions de l’Etat, Solidium, de verser à l’Etat des dividendes s’élevant à 338 millions d’euros concernant son exercice 2018-2019 terminé en juin.
Solidium est actionnaire dans 13 groupes cotés en bourse.
HS/A34

Fiscalité

La cotisation d’assurance chômage pourrait diminuer
La confédération des contribuables a revu ses calculs et prévoit un durcissement de la fiscalité concernant les salaires moyens et importants. La fiscalité des petits salaires ne devrait pas changer considérablement. Le taux d’imposition d’un salaire de 3400 euros par mois devrait augmenter de 0,4 point pour passer à 30,8%, ce qui se traduirait par une diminution de 13 euros par mois concernant le salaire net.
Le fonds pour l’emploi (anciennement fonds d’assurance chômage) a proposé une diminution de presque 0,5 point concernant la cotisation d’assurance chômage : 0,24 point concernant la cotisation patronale et 0,25 concernant la cotisation de l’employé.
Conformément au pacte de compétitivité, la cotisation d’assurance retraite augmentera de 0,4%.
HS/A33

Mercredi 28 août 2019

Politique étrangère et européenne

Brésil – Amazonie

Propos de du ministre de l’Agriculture
Jari Leppä (Centre), ministre de l’Agriculture, déclare que le soja non-certifié brésilien dont la culture engendre une destruction de forêts ne correspond pas aux critères finlandais de durabilité ni aux objectifs concernant la neutralité en matière d’économie décarbonée. Pour cela, le Centre souhaite interdire les importations de soja à compter de 2025.
M. Leppä note que l’industrie finlandaise du fourrage cherche depuis longtemps des façons d’utiliser plus de sources alternatives de protéine, telles que l’avoine, le pois, le colza, qui sont d’ores et déjà utilisés dans l’élevage. La viande de bœuf et le lait sont déjà produits sans soja en Finlande.
HBL/4-5

Mer Baltique

Billet des Premiers ministres finlandais et suédois
Helsingin Sanomat publie un billet de MM. Rinne et Löfven insistant sur l’importance d’œuvrer plus pour la protection de la mer Baltique.
HS/A5

G7

Editoriaux
« Un G7 étonnamment constructif » TS
« Une bonne surprise sur l’Iran » HS
Turun Sanomat estime que le sommet du G7 à Biarritz s’est déroulé selon le scénario écrit par le Président français. L’éditorialiste relève » que le Président Trump a quitté Biarritz après avoir fait des déclarations constructives. « Ce qui en suivra en revanche est une chose bien moins certaine ».
Helsingin Sanomat note pour sa part que l’information finalement la plus surprenante et la plus importante du G7 aura été l’annonce d’une possible rencontre entre les présidents américain et iranien.
HS TS

Politique intérieure

Partis politiques

Les Vrais Finlandais toujours en tête des sondages
Helsingin Sanomat rapporte que selon les résultats d’un sondage d’opinion sur les intentions de vote des partis politiques, effectué pour le quotidien par l’institut TNS Kantar, les Vrais Finlandais, premier parti de l’opposition, garde leur première place malgré une baisse de 0,7 %.
Les Vrais Finlandais obtiennent un score de 20,0 %, suivi du Rassemblement national (Kokoomus) qui est à 17,4 % (+0,7 %) et du PSD, à 17,2 % (+0,7 %).
Les Verts arrivent quatrième avec un score de 13,7 %, avant le Centre (12,1 %).
L’Alliance des gauches obtient 8,3 %, le Parti populaire suédois 4,4 %, les Chrétiens-démocrates 3,8 % et le mouvement Liike Nyt 1 %.
Le sondage a été effectué entre le 29 juillet et le 23 août auprès de 2 235 personnes.
Les cinq partis du gouvernement obtiennent ensemble 55,7 %, contre 55,3 % en juillet et 56,1 % en juin dernier.
HS/A10

Gouvernement

Le Kokoomus projette une motion de censure
Turun Sanomat relève que le Rassemblement national (Kokoomus) projette de déposer une motion de censure sur la politique économique après les négociations budgétaires si le parti estime que les mesures pour l’emploi ne sont pas suffisantes.
Le président du groupe parlementaire Kai Mykkänen a déclaré : « Nous exigeons des décisions qui couvrent les augmentations des dépenses que le gouvernement compte faire ».
Selon M. Mykkänen, les autres partis de l’opposition, tant les Vrais Finlandais que les Chrétiens-démocrates sont les bienvenus pour se joindre à la motion de censure.
TS/10

Le PSD estime qu’une motion de censure est prématurée
Selon Turun Sanomat, le Premier ministre Antti Rinne souligne que le gouvernement évaluera les résultats de ses mesures pour l’emploi dans un an, soit en août 2020, comme convenu dans le programme du gouvernement.
Selon le président du groupe parlementaire Antti Lindtman, le gouvernement vient de commencer son travail il y a quelques mois. « Si le Kokoomus dépose une motion de censure, on va évaluer surtout les résultats de la politique du Kokoomus » [dans le précédent gouvernement], a-t-il dit.
TS/10

Economie

Propos de M. Lintilä
Le ministre des Finances, Mika Lintilä (Centre), met en garde contre une faible croissance, et même une croissance « qui commence par un zéro », en tout cas si tous les risques qui existent se réalisent.
Il précise que le Brexit, la situation économique affaiblie de l’Allemagne et la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine sont parmi les facteurs menaçants.
Le ministère des Finances avait précédemment prévu une croissance de 1,6% pour cette année, et de 1,2% pour l’année prochaine.
M. Lintilä souligne que le niveau des dépenses budgétaires dépendra de la réalisation de l’objectif concernant l’emploi. D’ici 2020, il faudrait créer 30 000 d’emplois de plus.
Pour lui, il n’y a pas encore de nécessité pour une relance économique, mais il faut des investissements et une meilleure productivité ainsi qu’une compatibilité de la main d’œuvre.
Le ministère des Finances entamera ses négociations budgétaires avec les autres ministères à partir d’aujourd’hui.
HS/A14, HBL/9

Défense

« Pour un député de l’Alliance des Gauches, le projet HX de la Finlande est une catastrophe »
Dans son discours lors de la réunion estivale du groupe parlementaire de l’Alliance des Gauches, le député et membre de la commission parlementaire de l’économie, Johannes Yrttiaho, se déclare extrêmement critique vis-à-vis du projet HX de la Finlande en le considérant purement et simplement comme un risque pour la sécurité du pays.
”Dépenser des dizaines de milliards d’euros dans des buts non productifs d’un point de vue de l’économie nationale est insensé et économiquement catastrophique - mais pire encore, il s’agit d’une politique qui met en danger la sécurité de la Finlande » a déclaré Yrttiaho.
« Lors de sa visite, la semaine dernière en Finlande, les dirigeants russes ont clairement exprimé leur souci concernant l’équipement et la préparation de leurs voisins, des nouveaux essais de missiles par les Etats-Unis et des conséquences de la résiliation du traité INF. Ce n’est pas un hasard que ce souci ait été exprimé au seuil de la décision du projet HX de la Finlande », poursuivait le député en faisant allusion aux propos de Poutine lors de la visite de ce dernier à Helsinki la semaine passée.
Par ailleurs, selon le quotidien Turun Sanomat, Poutine avait signalé que « la Russie ne peut pas suivre sans réagir l’utilisation des nouveaux missiles par les Etats-Unis dans la région de l’Asie et de l’océan Pacifique, près des frontières de la Russie ».
Pour Yrttiaho, les dirigeants russes ont ainsi « exprimé leur souci sur l’équipement OTAN de la Finlande ».
Uusisuomi

Iltalehti fait état de nouveaux problèmes du F-35
Un article publié dans Defense News, énumère 13 problèmes techniques du F-35 qui attendent être résolus. Il s’agirait de problèmes graves dont certains n’ont auparavant pas été publiquement signalés.
Le F-35 est vendu dans 11 pays, y compris la Norvège et le Danemark. En Finlande il est en lice pour la prochaine acquisition du successeur des F-18.
IL

Mardi 27 août 2019

Politique étrangère et européenne

Réunion informelle des ministres des Affaires étrangères à Helsinki

Propos de M. Haavisto
Hufvudstadsbladet relève que le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto a organisé lundi une conférence de presse pour évoquer les questions d’actualité du Gymnich des ministres des Affaires étrangères de l’UE qui aura lieu les 29 et 30 août à Helsinki.
Les ministres discuteront des questions liées à la situation au Moyen-Orient, à la région arctique et aux menaces hybrides, ainsi que la coopération régionale dans les Balkans occidentaux. La réunion sera présidée par la haute représentante pour les affaires étrangères et de la politique de sécurité Federica Mogherini.
Lors de la conférence de presse, M. Haavisto a souligné l’importance de protéger la région arctique. « Quant aux questions arctiques, il s’agit de limiter les émissions et de protéger les droits de la population autochtone dans la région arctique. » Il note que la question est devenue d’actualité après la proposition du président américain d’acheter le Groenland.
Selon M. Haavisto, l’Union européenne devrait prendre un rôle plus actif dans les questions arctiques.
Vu qu’il s’agit d’une réunion informelle les ministres peuvent évoquer les questions d’actualité. La Finlande a par exemple pu ajouter aussi les incendies de l’Amazonie à l’agenda.
Après la réunion informelle M. Haavisto accueillera les ministres pour un déjeuner qui a comme thème les droits de l’homme. Plusieurs défenseurs internationaux des droits de l’homme participeront également au déjeuner.
M. Haavisto aura un entretien bilatéral avec Jeremy Hunt, ministre britannique des Affaires étrangères.
HBL/9

Finlande - Lettonie

Visite en Finlande du président Levits
Hufvudstadsbladet rapporte que le président letton Egils Levits effectuera une visite de travail en Finlande demain mercredi à l’invitation du président Sauli Niinistö.
Les présidents évoqueront les relations bilatérales, les questions relatives à la sécurité de la région de la mer Baltique et de l’Europe et le changement climatique.
M. Levits aura également un entretien avec la vice-présidente du Parlement Tuula Haatainen et visitera le Centre d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides.
Il s’agit de la première rencontre des présidents Niinistö et Levits. Le prédécesseur de M. Levits, Raimonds Vējonis, a effectué une visite en Finlande en 2016 et la dernière visite de M. Niinistö en Lettonie date de novembre 2018. M. Levits est entré en fonction le 8 juillet.
HBL/7

Guerre commerciale

L’Europe prise entre les Etats-Unis et la Chine
Kauppalehti rend compte des propos de Timo Vuori, directeur des affaires internationales de la Chambre de commerce centrale, qui estime que l’augmentation de certains tarifs douaniers ne fera pas céder la Chine qui est préparée à une longue lutte. M. Vuori estime qu’il faudra que l’UE fasse attention. La Chine est clairement intéressée pour renforcer la coopération, alors que les Etats-Unis cherchent un front commun contre la Chine.
Il estime que l’imprévisibilité internationale pèse sur l’UE et a déjà ralenti les investissements et la planification de long terme des entreprises en Europe. La crainte concernant une récession est tout à fait justifiée, selon lui. Y compris pour la Finlande, car les Etats-Unis et la Chine constituent un marché important pour les exportations compte tenu de leur impact sur le PIB.
Petri Vuorio, directeur au patronat EK, les appareils électroniques constitueront le plus grand groupe de produits concernés par les droits de douanes chinois, mais pas le seul. Indirectement, les mesures auront un impact sur l’UE et la Finlande. La guerre commerciale augmente l’insécurité générale, ce qui se reflétera sur les carnets de commande des entreprises. La surproduction chinoise pourrait être orientée vers la Russie à défaut des Etats-Unis, ce qui serait en concurrence avec les exportations vers la Russie des entreprises finlandaises.
Les Etats-Unis et l’UE négocieront, d’ici 13 novembre, sur l’éventualité de droits de douanes sur les voitures européennes. Elles auraient un impact sur l’industrie automobile finlandaise.
Valtteri Ahti de Danske Bank estime que le marché prévoit qu’il n’y aura pas d’accord avant l’élection présidentielle américaine, et que, tant qu’il n’y aura pas d’accord, le marché continuera à spéculer sur le fait de savoir à quel point la guerre commerciale pourra empirer, ce qui signifiera que l’insécurité va se poursuivre.
KL/A6, AL/A16, HS/A26

Industrie des jeux

Un groupe israélien achète le finlandais Seriously
Le groupe israélien Playtika achètera le finlandais Seriously, connu pour son jeu Best Fiends.
Selon Kauppalehti, la valeur de Seriously pourrait s’élever de 230 à 350 millions d’euros.
KL/A9

Criminalité

Deux Suédois soupçonnés d’avoir tendu un guet-apens à des policiers finlandais
Augmentation de la violence contre les policiers en Finlande aussi
La police a arrêté dimanche soir deux citoyens suédois (dont un est un binational finlandais) soupçonnés d’voir tendu un guet-apens et blessé par balles deux policiers dans la nuit de samedi à dimanche à Porvoo.
Le syndicat de la policé dénonce l’augmentation de la violence et des attaques contre les policiers qui auraient doublé durant les vingt dernières années.
Uusisuomi

Politique intérieure

Parti du Centre

Nouveau débat entre les candidats pour la présidence
Hufvudstadsbladet rapporte que les deux candidats pour la présidence du parti, les ministres Katja Kulmuni et Antti Kaikkonen, ont participé hier à un débat à Helsinki. Il y a peu de questions où les candidats ne sont pas d’accord.
Selon Hbl, Mme Kulmuni est plus prête à augmenter les impôts que M. Kaikkonen. M. Kaikkonen est un peu plus à droite dans les questions économiques.
Mme Kulmuni se déclare aussi prête à assumer le portefeuille des Finances.
HBL/8

Lundi 26 août 2019

Politique étrangère et européenne

Amazonie - Brésil

M. Lintilä propose d’étudier la possibilité d’interdire les importations de viande de bœuf brésilienne
Le ministre des Finances, Mika LIntilä (Centre), propose que l’UE et la Finlande étudient rapidement la possibilité d’interdire l’importation de viande brésilienne. Il rappelle qu’il faut à présent des démarches efficaces de l’UE et note qu’il est prêt à évoquer la question avec ses homologues qui viendront à Helsinki en septembre, s’il n’y aura pas eu de progrès en la matière avant.
Le vice-président de la Commission européenne Jyrki Katainen relève que l’UE n’envisage pas de sanctions ou d’autres mesures dures, en tout cas pas encore. Il dit que l’UE a été en contact avec le Brésil et les autres pays de la région. L’UE a proposé le système de satellite Copernic pour la lutte contre les incendies. Pour M. Katainen, il ne serait pas raisonnable de faire pression avec l’accord UE-Mercosur qui n’a pas été ratifié encore. Les possibilités d’influencer seraient plus importantes, selon lui, une fois que le traité sera en vigueur, éventuellement en 2022.
Le ministre du Développement et du Commerce extérieur, Ville Skinnari (PSD), estime, lui aussi, que le traité avec le Mercosur donnera aux Etats européens de meilleures possibilités d’intervenir dans les activités du Brésil.
D’autres personnes encore ont exprimé leur inquiétude concernant la situation. Le Premier ministre Antti Rinne (PSD) a dit qu’il fallait agir maintenant. Il a été en contact avec la Commission européenne et s’attend à ce que l’UE réagisse immédiatement. La question devra être évoquée également au niveau du Conseil européen.
La ministre de l’Intérieur, Maria Ohisalo (Verts), demande des mesures rapides pour mettre fin aux incendies.
Le Président Sauli Niinistö a évoqué la question de la coopération internationale pour lutter contre les feux et prévenir de nouveaux incendies.
Ville Niinistö (Verts), député européen, estime qu’il faudrait que le Brésil mette fin à la destruction des forêts tropicales avant que l’accord avec le Mercosur puisse être adopté. Il rappelle que les parties se sont engagées à ce que le respect de l’accord de Paris soit une condition de cet accord UE - Percosur.
Juho Romakkaniemi de la Chambre de commerce centrale estime, quant à lui, qu’il faudrait ratifier l’accord UE - Mercosur d’abord, et ensuite l’utiliser pour faire pression.
HS/sam/A8, HBL/sam/17

Un tiers du soja utilisé dans l’UE vient du Brésil
Helsingin Sanomat rend compte du fait que le soja est un produit largement exporté du Brésil et lié à la destruction de l’Amazonie. Il est un élément important dans le fourrage, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne.
La Finlande importe beaucoup de cellulose brésilienne : elle représente 41% des importations de ce pays, la viande de bœuf représentant moins d’un pour-cent (soit 4,5 millions d’euros), de même que le soja.
En Finlande, le fourrage au soja est utilisé dans la production de volailles (15%) et de porcs (6%), mais plus tellement dans la production laitière et de viande bovine.
HS/dim/A20

Brexit

Editoriaux
« La France et l’Allemagne sont unanimes : l’accord de Brexit ne sera pas réouvert » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat revient sur les déclarations suites à la visite du premier ministre britannique en Allemagne et en France. « En réalité il n’y avait pas de grande différence entre les positions de Mme Merkel et de M. Macron. On a bien sur essayé de trouver des différences en Grande-Bretagne car cela convenait à l’interprétation britannique ».
« Contrairement à ce que veut faire croire une certaine presse britannique, Mme Merkel et M. Macron ont dit la même chose. En résumé c’est que l’accord sur le Brexit négocié avec le gouvernement de Mme May ne sera pas réouvert ni renégocié ».
HS

« Il revient à Boris Johnson de chercher une solution » IL
L’éditorialiste de Iltalehti estime qu’il revient à M. Johnson de trouver une solution au problème qu’il a lui-même contribué à créer. Or l’échéance de fin octobre approche et l’heure de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.
Elle revient sur les visites de M. Johnson à Berlin et Paris et estime que « la position ferme de l’UE a toujours été d’une même logique. On ne veut pas renégocier l’accord de Brexit mais on est ouvert à des modifications de la déclaration politique et sur ce que seront les relations futures. »
« La raison pour laquelle les Etats membres de l’UE sont opposés à une réouverture de l’accord est claire. Si à l’exemple de la Grande-Bretagne un autre Etat voulait quitter l’UE et faire chantage comme Johnson pour obtenir un accord toujours meilleur, et si l’UE y cédait, cela signifierait la fin de l’union ».
« On ne peut pas être jaloux des Britanniques car le gouvernement de Johnson semble tout faire pour que le pire scénario arrive. Et en plus, ce Premier ministre britannique désespéré essaie de faire résoudre les problèmes de politique intérieure de son pays par les autres », estime IL.
IL

Politique intérieure

Gouvernement

Interview du Premier ministre Antti Rinne
Helsingin Sanomat rapporte que selon le Premier ministre Antti Rinne, qui a été interviewé dimanche à la radio, le gouvernement ne compte pas imposer des contraintes aux chômeurs afin d’atteindre son objectif de faite augmenter le nombre de la population active de 60 000 personnes d’ici 2023.
M. Rinne a cité les statistiques selon lesquelles 144 000 Finlandais sont restés en dehors du marché de travail de leur propre gré et c’est surtout eux que M. Rinne veut motiver et activer.
M. Rinne veut diminuer la bureaucratie et les périodes de carence et souhaite développer le système des emplois aidés.
Le quotidien note que la déclaration du Premier ministre est en contradiction avec les propos récents du ministre de l’Emploi Timo Harakka, lui aussi social-démocrate, qui vient d’annoncer que les sanctions n’étaient pas exclues.
HS/lun/A13

Unanimité sur les emplois aidés
Helsingin Sanomat relève que les mesures du gouvernement afin d’améliorer la situation de l’emploi ne sont pas révolutionnaires. Les mesures divisent les partenaires sociaux.
Une des rares mesures dont les partenaires sociaux sont d’accord est l’amélioration du système des emplois aidés.
M. Rinne estime qu’après la simplification du système, la population active pourrait augmenter de 10 000 – 20 000 personnes.
En Suède, les emplois aidés constituent un des instruments les plus importants de la politique active d’emploi.
L’utilisation du budget des emplois aidés a toutefois diminué en Finlande, de 300 millions d’euros en 2014 à 250 millions en 2018. L’aide a touché environ 21 000 personnes en 2018.
HS/sam/A10

Crétiens-démocrates

Mme Essayah réélue à la présidence du parti
Aamulehti rapporte que la députée Sari Essayah a été réélue, sans opposition, à la présidence des Chrétiens-démocrates au congrès du parti qui a eu lieu samedi à Oulu.
AL/dim/A18

Vendredi 23 août 2019

Politique étrangère et européenne

France – Finlande

« La Secrétaire d’Etat française aux affaires européennes confirme que la France soutient les objectifs de la Finlande de lier le CFP au respect de l’Etat de droit » Dem
Le quotidien Helsingin Sanomat rapportait il y a deux jours que la présidence finlandaise avait reçu le soutien de l’Allemagne pour lier les aides européennes au respect des principes de l’union. On discute beaucoup du respect de l’Etat de droit notamment à propos de la Hongrie. Demokraatti a demandé [hier] la position de la France sur ce sujet à Amélie de Montchalin qui était en visite à Helsinki pour rencontrer le Ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto et la ministre des Affaires européennes Tytti Tuppurainen. La France est le second pays contributeur net de l’UE.
« Le respect de l’Etat de droit est au cœur de l’identité européenne. L’Europe est une promesse de paix, de démocratie, de prospérité et de progrès. S’il n’y a pas d’Etat de droit, aucune de ces promesses n’est possible ni réalisable », a dit le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes à Demokraatti.
Comme le Premier ministre Rinne, Mme de Montchalin parle de conditionnalité. On ne peut pas promouvoir le principe de l’Etat de droit uniquement par des déclarations, il faut aussi des actions concrètes, tangibles et visibles.
Ainsi Mme de Montchalin déclare que la France avec la présidence finlandaise et d’autres partenaires réfléchit comment cette conditionnalité pourrait se formaliser.
Mme de Montchalin ne veut toutefois pas parler de mécanisme de sanction.
« Je dirais que si l’on ne respecte pas les valeurs ni l’esprit des traités, il doit y avoir des conséquences », dit-elle, faisant référence au fait que ces effets doivent se voir notamment dans le cadre financier pluriannuel et le budget pour ces Etats qui ne respecteraient pas le principe de l’Etat de droit.
Selon Mme de Montchalin, on réfléchit actuellement comment les conséquences aux violations de l’Etat de droit pourraient être prédictibles, annulables au besoin et aussi crédibles.
« Ces conséquences ne doivent pas devenir des standards pour le mode de vie des citoyens mais elles devraient plutôt être une pression réelle sur les effets qu’il y a si l’on ne respecte pas les valeurs communes de l’UE. »
« Nous soutenons l’idée de conditionnalité dans le cadre financier pluriannuel où l’on ferait un lien avec le respect de l’Etat de droit », résume-telle la position française et le soutien aux objectifs de la présidence finlandaise.
Lors de la conférence de presse, la Secrétaire d’Etat française a donné un fort soutien à la volonté de la présidence finlandaise de renforcer l’Europe sociale.
La Ministre Tytti Tuppurainen a déclaré que les deux Etats partageaient les mêmes positions sur l’importance de mettre le respect de l’Etat de droit très haut dans l’agenda de la présidence. Elle a remercié le soutien de la France dans ce domaine.
Les ministres ont indiqué avoir aussi discuté de la politique climatique, du cadre financier pluriannuel et de l’éventuel élargissement à la Macédoine du nord et à l’Albanie.
Tytti Tuppurainen a souligné qu’un élargissement nécessiterait des discussions fondamentales avec chacun des Etats.
Dem

Union européenne

L’adhésion à l’UE a profité à la Finlande
Selon une étude de Oxford Economics, la participation de la Finlande à l’UE a permis à l’économie finlandaise de gagner 1,2 à 1,7 point de croissance. Elle serait responsable de la création nette de 40 000 emplois.
Il est en revanche plus difficile de chiffrer l’effet pour la Finlande de sa participation à la zone euro.
HS KL

Russie – Finlande

Déplacement en Finlande du Président Poutine

Propos de M. Niinistö
Ilta-Sanomat rend compte des propos du Président Niinistö qui s’est entretenu avec la presse après la visite de son homologue russe.
M. Niinistö se félicite des contenus de la rencontre et relève qu’il s’est entretenu ouvertement sur l’Ukraine avec M. Poutine.
Concernant les propos de ce dernier sur l’essai américain de missiles, il constate que c’est le genre de discours que l’on a déjà entendu avant.
IS note que les entretiens ont continué au-delà de la conférence de presse lors du diner de travail qui a duré plus de deux heures. « Concernant l’Ukraine en particulier, la discussion a été très ouverte », a dit M. Niinistö, qui ne se déclare pas pour autant particulièrement optimiste, mais considère que la tonalité est meilleure qu’avant.
Outre l’Ukraine, la situation internationale a été évoquée, dont les relations entre l’UE et la Russie, les relations avec les Etats-Unis et « les questions géopolitiques », selon M. Niinistö.
IS

Editorial : « M. Niinistö pourrait avoir un rôle en Ukraine » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que le plus intéressant, concernant la conférence de presse des deux présidents, étaient les quelques suggestions dans le sens qu’il pourrait y avoir des avancées dans le conflit en Ukraine.
Pour l’éditorialiste, il n’est pas exclu que, dans le contexte d’une situation économique difficile, M. Poutine essaie d’arriver à une solution concernant l’Ukraine orientale afin qu’au moins une partie des sanctions soient levées. Par contre, il considère comme inimaginable que M. Poutine cède concernant la Crimée.
Comme M. Niinistö se rendra en Ukraine dans trois semaines, l’éditorialiste estime qu’il pourrait servir de messager ou peut-être même de médiateur.
HBL/4

Climat - Suie noire
M. Niinistö a déclaré être très content du fait que son homologue lui a dit que la Russie a pris au sérieux le défi concernant la suie noire et la diminution des émissions.
Selon Mikael Hildén, professeur au Centre environnemental de Finlande, président du groupe de travail du Conseil arctique sur la suie noire, la Russie s’est activée sur ce sujet vers la fin des travaux du groupe.
Pour ce qui est de la Finlande, M. Hildén note que les autres pays nordiques ont adopté des moyens plus sévères que la Finlande de diminution de la suie noire notamment concernant les saunas et les cheminées à bois.
AL/A17

Nord Stream 2
Le gazoduc Nord Stream 2 sera opérationnel dès début 2020, mais on ne sait pas encore quel pays sera le premier à acheter du gaz naturel qui y transitera. L’installation du gazoduc dans les eaux économiques finlandaises s’est terminée mercredi. M. Poutine l’a évoqué lors de sa visite.
AL/A17

Politique intérieure

Cyber-attaques

Les services de l’Etat en ligne paralysés par plusieurs attaques
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a eu jeudi des perturbations dans plusieurs services en ligne des administrations de l’Etat en raison d’attaques par déni de service.
Les attaques, qui ont commencé déjà mercredi soir, ont touché les services en ligne de la police, du centre des appels d’urgence, des impôts et du service national des frontières, entre autres, jeudi pendant la matinée et encore jeudi soir.
Le directeur Tero Latvakangas du Valtor, centre national des technologies de l’information et de la communication, n’a pas précisé l’objet principal des attaques ou si les attaques venaient de la Finlande ou de l’étranger.
Les services en ligne de l’Etat ont déjà été la cible d’attaques en août 2018 et deux fois au printemps 2016.
HS/A10, TS/14

Energie

Point de vue
« Il faut défendre le nucléaire pour des raisons climatiques » HS
Dans une tribune publiée dans Helsingin Sanomat le député des Verts Atte Harjanne et le chercheur à VTT Ville Tulkki estiment que la présidence finlandaise du conseil de l’UE ne devrait pas seulement promouvoir les énergies renouvelables mais aussi l’énergie nucléaire qui est aujourd’hui la plus importante source d’énergie sans émissions en Europe.
« La Finlande dispose des qualités pour promouvoir en Europe une politique énergétique et climatique dans laquelle on tire profit du nucléaire en parallèle des énergies renouvelables. Si l’on cherche à diminuer rapidement les émissions de CO2, il serait irresponsable de s’interdire le recours à la technologie du nucléaire. Devant la crise climatique, on ne peut pas faire la fine bouche », concluent-ils.
HS

Jeudi 22 août 2019

Politique étrangère et européenne

Russie – Finlande

Déplacement en Finlande du Président Poutine
« Selon une chercheuse, M. Poutine a pu faire passer son message sans qu’on le contredise » HS
Helsingin Sanomat rend compte des propos de Katri Pynnöniemi, professeur adjoint au Collège de défense et à l’Université de Helsinki, qui estime que le Président russe a pu librement transmettre son propre message lors de sa visite à Helsinki, hier. Pour Mme Pynnöniemi, le Président Niinistö n’a pas beaucoup remis en cause les points de vue de son homologue. Le message était conforme au noyau dur de la communication stratégique de la Russie ces derniers temps : l’allégation que les Etats-Unis prennent des décisions sans écouter les Européens et sans se soucier des intérêts de leurs alliés.
Les entretiens entre les deux présidents ont concerné des questions bilatérales, régionales et internationales, ainsi que les relations entre l’UE et la Russie du fait de la présidence finlandaise.
Les manifestations à Moscou, l’essai récent de missile américain, l’accident nucléaire d’Arkhangelsk et le gazoduc Nord Stream 2 ont également été évoqués lors de la conférence de presse.
Arkady Moshes de l’institut de relations internationales UPI, estime que rien de nouveau ou de surprenant n’a été exprimé lors de la rencontre. Il relève toutefois que M. Poutine a souligné l’importance de bonnes relations bilatérales entre les deux pays. Concernant l’Ukraine, M. Poutine a dit qu’il a informé son homologue finlandais sur ce qui se passe en Ukraine de l’Est, ce qui, pour M. Moshes, est une façon de dire que la Russie veut bien dire ce qui se passe, sans pour autant être prête à en discuter. La formulation laisse aussi entendre que les européens, représentés ici par M. Niinistö, ne sauraient pas ce qui se passe en Ukraine.
Concernant les manifestations en Russie, M. Poutine les compare aux manifestations partout dans le monde. M. Niinistö a dit qu’en Finlande, il y avait un bon contact entre les acteurs de la société civile et l’administration.
M. Poutine a confirmé qu’en octobre, les citoyens européens auraient accès à un visa électronique pour Saint-Pétersbourg et la région de Leningrad autour.
Le savoir-faire finlandais en matière de gestion des déchets et de protection environnementale intéresse les Russes.
Les Présidents ont évoqué l’Ukraine lors de la conférence de presse. M. Niinistö a dit qu’il semblerait que des avancées d’ordre pratique étaient en cours, et qu’il s’efforçait de les promouvoir. Il était prévu que les Présidents en parlent plus lors du diner.
Pekka Hakala de Helsingin Sanomat note que même si M. Niinistö n’a rien dit de bouleversant sur l’Ukraine, ce serait toutefois la première fois que lui ou quelqu’un en général dise quelque chose de positif sur la solution de la crise ukrainienne et la guerre de l’Ukraine de l’Est.
HS/A6-7, AL/A4-5

Manifestations
Hufvudstadsbladet rend compte de plusieurs manifestations organisées dans le parc de l’Esplanade contre le Président Poutine, dont celle d’Amnesty International Finlande et l’organisation des jeunes du Rassemblement national. Chacune des manifestations ont rassemblé quelques dizaines de personnes.
HBL/6

Editoriaux
« La Finlande a eu l’occasion d’évaluer les mouvements de balancier russe »
Helsingin Sanomat relève dans son éditorial que la visite du président Poutine en Finlande reflète l’état actuel des relations finno-russes. Les contacts sont réguliers et les deux parties connaissent bien les différends.
La visite s’est bien passée. La Finlande est bien à jour sur la pensée de son grand voisin. Il bon que la Russie se rende régulièrement compte du fait que l’attitude de la Finlande à l’égard de l’occupation de la Crimée et de la guerre en Ukraine n’a pas changé.
La Finlande est une démocratie occidentale et un Etat de droit. Ce n’est pas un hasard si le Président Niinistö a juste avant la visite soutenu fermement la consolidation de la politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne.
La politique russe ressemble cependant à des mouvements de balancier. Après le démantèlement de l’Union soviétique le pays a cherché le soutien de l’Occident.
Depuis une vingtaine d’années la Russie a choisi une autre direction, estimant qu’une coopération étroite avec l’Occident est inutile ou même négative. Les dirigeants estiment que le pays peut définir seul ses règles du jeu et que la coopération est un signe de la faiblesse.
Dernièrement il y a eu des signes d’une nouvelle appréciation de la coopération avec l’Occident, vu que l’économie ne se développe pas et la Chine augmente son influence.
La Finlande est pour la Russie un voisin prédictible qui tient aux accords conclus et qui surveille logiquement qu’on respecte sa propre position et ses propres principes.
L’occupation de la Crimée empêche le retour au passé mais la Russie a actuellement une bonne possibilité de mettre fin à la guerre en Ukraine orientale et améliorer ses relations avec l’Ukraine. Cela pourrait lever des obstacles de coopération aussi au sein de l’UE.
Les Finlandais ont certainement bien écouté les éventuels signes de coopération lors de la visite du président Poutine. Ce n’est pas un hasard si la visite de M. Niinistö en Ukraine en septembre a déjà été annoncée la semaine dernière, soit plus tôt que visites du président en général.
HS/A4

« Les menaces difficiles à détecter »
Turun Sanomat rappelle dans son éditorial que les présidents Niinistö et Poutine ont énuméré des résultats obtenus dernièrement dans les relations bilatérales, notamment dans les relations économiques, la coopération environnementale, le développement du tourisme et les efforts de la Finlande pour faire revenir la Russie au Conseil de l’Europe.
Selon les estimations, avant la visite, les idées du président Poutine sur la situation de sécurité en Europe et sur la géopolitique devaient être les plus intéressantes à connaître. Les réponses, en tout cas en public, n’ont pas été surprenantes.
Le ministre russe de la défense Sergueï Choïgou a évoqué, avant la visite, la tension dans les relations entre la Russie et l’Occident. Il a mentionné, parmi les raisons de cette tension, la coopération de la Finlande et de la Suède avec l’OTAN et le renforcement de l’OTAN en Europe orientale. M. Poutine a mentionné aussi les programmes de missiles des Etats-Unis.
Les manifestations actuelles sont gênantes pour le Kremlin. On essaie souvent de faire disparaître les problèmes internes en détournant l’attention vers les menaces extérieures. Il est toutefois difficile de voir des menaces du point de vue de l’Occident.
TS/2

Angoisse sur le climat

27% des Finlandais souffrent d’une angoisse concernant le changement climatique
Selon un sondage effectué par Sitra, 27% des personnes interrogées éprouvent une angoisse devant le changement climatique, ce qui ne les paralyse pas pour autant. Les informations activent les gens à agir et à changer leurs habitudes.
Parmi les personnes de moins de 30 ans, l’angoisse correspond au sentiment de 38% des Finlandais en ce qui concerne le changement climatique.
58% des Finlandais disent que la question les intéresse, et 36% sentent un espoir.
HS/A10, HBL/9

Politique intérieure

Gouvernement

Crédits pour l’éducation
Selon la ministre de l’Education, Li Andersson, pour son parti, l’Alliance des gauches, les crédits supplémentaires aux universités devraient s’élever à 60 millions d’euros en 2020, conformément au programme gouvernemental. Pour elle, il y a eu un malentendu sur le fait de savoir si les crédits devaient être étalés sur plusieurs années.
Le ministère de Finances propose seulement 10 millions d’euros supplémentaires pour les universités pour 2020, et 5 millions d’euros pour les écoles professionnelles supérieures.
Concernant le climat, Mme Andersson a dit que son parti souhaite qu’atteindre l’objectif en la matière soit évoqué à chaque fois lors des réunions budgétaires, de la même façon que l’on suit l’objectif en matière d’emploi. Ce thème traverserait ainsi l’ensemble des travaux du gouvernement, ce qui, selon la ministre, permettrait de s’orienter vers une société de moins d’émissions par des mesures fiscales.
HS/A12

Opposition

Réunion du rassemblement national
Turun Sanomat rapporte que le groupe parlementaire du Rassemblement national (Kokoomus) s’est réunis à Turku. Le président du parti Petteri Orpo a présenté mercredi un programme de 16 mesures afin de créer 60 000 emplois et atteindre un taux d’emploi de 75 % d’ici 2023.
TS/10

Mercredi 21 août 2019

Politique étrangère et européenne

Pays nordiques

Mme Merkel et les Premiers ministres nordiques à Reykjavik
Helsingin Sanomat relève que les Premiers ministres nordiques – Katrin Jakobsdóttir (Islande), Erna Sohlberg (Norvège), Mette Fredriksen (Danemark), Stefan Löfven (Suède) et Antti Rinne - réunis à Reykjavik pour une réunion informelle, ont eu un entretien avec la chancelière fédérale allemande Angela Merkel, invitée d’honneur.
Selon le Premier ministre finlandais Antti Rinne, Mme Merkel et les Premier ministres ont évoqué lors du déjeuner le changement climatique, le développement démocratique en Europe et l’avenir de système du monde à base de règles.
« Nous avons évoqué le besoin d’une coopération encore plus organisée entre l’Allemagne et les pays nordiques », a dit M. Rinne
Selon M. Rinne, Mme Merkel a renouvelé son soutien à la proposition finlandaise de lier les aides européennes au respect des principes de l’Union européenne. L’Allemagne est le contributeur net le plus important dans l’Union européenne. « Mme Merkel m’a confirmé que les contributeurs net sont derrière notre proposition de conditionnaliser les aides européennes », a déclaré M. Rinne au quotidien.
Selon M. Löfven, « nous avons une ferme entente avec l’Allemagne sur le libre-échange, le multilatéralisme, la politique de l’immigration et le climat. Plus les pays nordiques coopèrent avec l’Allemagne, plus on arrivera à obtenir des résultats ».
M. Rinne souligne que les conversations entre les Premiers ministres sur le changement climatique ont été denses et très intéressantes. « Notre message est qu’il faut que les citoyens participent et qu’ils n’ont pas à avoir peur que la lutte contre le changement climatique gâche leur vie quotidienne. »
Les pays nordiques se sont engagés à Reykjavik dans un programme Vision 2030 dans le cadre du développement durable. Ils souhaitent que la lutte contre le changement climatique crée de nouvelles possibilités pour les exportations nordiques.
Les Premiers ministres ont signé avec les directeurs généraux des grandes entreprises nordiques, dont Telenor, Hydro, SAS, Telia et Nokia, une déclaration où les entreprises s’engagent à inclure les objectifs de développement durable de l’ONU dans leurs stratégies.
La politique de l’immigration n’a pas été évoquée directement. M. Rinne est toutefois convaincu que les différends dans la politique de l’immigration sont une des plus grandes menaces pour la coopération nordique. « Nous devons être capables de créer une politique qui fait que les citoyens sentent que la situation est maitrisée », selon M. Rinne.
La situation des familles nordiques dans le camp de réfugiés al-Hol en Syrie n’a pas été évoquée même si M. Rinne avait dit à Yle avant la réunion des Premiers ministres que l’initiative suédoise sur un tribunal international serait à l’agenda.
HS/A20-2, AL/A15

Syrie – Daech

Enquête sur les Finlandaises se trouvant à al-Hol
Aamulehti rend compte des propos de Helena Ranta, chercheur de crimes de guerre et dentiste légiste, ainsi que de Martti Koskenniemi, professeur en droit internationale de l’Université de Helsinki.
Mme Ranta souligne l’importance d’enquêter sur les soupçons concernant les femmes et enfants sur le camp d’al-Hol, pour la protection juridique de ces personnes. Si elles n’ont rien fait, il est important qu’elles ne soient pas victimes de quelque sorte de discrimination.
Concernant le fait de savoir qui pourrait se charger de l’enquête et s’il pourrait s’agir d’un tribunal temporaire international, M. Koskenniemi constate que toutes les options sont mauvaises. Pour lui, les expériences du droit pénal international ne sont pas encourageantes. Il est hésitant en ce qui concerne l’opportunité de mettre en place un tribunal pour les crimes commis lors de la guerre en Syrie. Cela nécessiterait une vaste entente politique.
Mme Ranta rappelle la difficulté de l’enquête : au niveau bureaucratique, mais également au niveau technique.
M. Koskenniemi n’exclut pas que l’on recoure aux tribunaux nationaux en la matière. Il regrette la tonalité du débat finlandais sur la situation des femmes du camp d’al-Hol. Selon lui, les combattants de Daech, les femmes dans le camp et les mineurs constituent trois catégories bien distinctes. Il regrette que, surtout dans la rhétorique des Vrais Finlandais, mais pas seulement, on parle de ces gens comme appartenant à la même catégorie.
Le professeur rappelle l’obligation de protéger les mineurs et estime qu’il faudrait immédiatement sortir les enfants de la zone. « Pour moi il est clair qu’il faut que les autorités finlandaises entament toutes les mesures possibles pour faire sortir les enfants de là-bas. »
AL/A11

Finlande – Russie

Visite du Président Poutine en Finlande
Lors d’une conférence de presse consécutive à son discours aux ambassadeurs, hier, le Président Niinistö a déclaré que l’on pouvait « exercer la diplomatie de manière publique mais aussi de manière confidentielle. » « Il y a des situations où il vaut mieux exprimer ses positions en coulisses », a-t-il dit, soulignant qu’il ne s’agissait pas alors d’éviter de parler de choses difficiles, mais plutôt de se concentrer sur les résultats.
Pour le Président NiinistÔ, la priroté de sa renbcontre avec M. Poutine est de savoir ce que la russie pense du développement international et de la géopolitique. « Je ne peux pas perdre cet objectif de vue en parlant d’abord des petits autres dossiers », a-t-il dit.
« Le principal est surtout la situation géopolitique, c’est-à-dire notamment la situation en Ukraine puisque je m’y rends bientôt ».
Le Président Niinistö a aussi déclaré avoir bien noté que la question des manifestations en Russie avait été relevée lors de la visite de M. Poutine en France lundi.
M. Niinistö a aussi l’intention de parler de l’accident nucléaire dans la région d’Arkangelsk.
M. Niinistö a souligné qu’il n’y avait actuellement pas de problème particulier dans les relations bilatérales avec la Russie.
Le Premier ministre Antti Rinne a déclaré pour sa part que cette visite était une bonne chose car, dans la situation actuelle il est bon que la Finlande dispose d’un dialogue aussi avec la Russie.
Lui-même rencontrera le premier ministre Medvedev à l’automne.
HS

Plusieurs manifestations
Lors de la visite du président Poutine au mojs quatre manifestationjs sont prévues dans le centre ville et devant l’ambassade de Russie. Parmi les associations appelant à manifester, Helsingin Sanomat mentionne Amnesty international, le réseau Russie libre et les jeunes du parti du Kokoomus.
HS

Réunion des ambassadeurs finlandais

Propos de M. Niinistö
”M. Niinistö a lancé l’initiative d’une réunion nordique informelle” HBL
Selon le Président Niinistö, le poids géopolitique et en matière de politique de sécurité de l’UE ne correspond pas pour l’instant à sa puissance économique. Pour lui, la situation mondiale est devenue instable. Il y a des conflits et des débuts de conflit un peu partout. Ce qui est nouveau, selon lui, c’est que la concurrence entre les grades puissances s’étend de plus en plus ouvertement sur tous les continents. En économie, les Etats-Unis et la Chine sont des puissances à part, mais avec son pouvoir militaire et politique, la Russie a incontestablement montré qu’elle constituait une troisième grande puissance.
M. Niinistö a dit qu’il a invité les Premiers ministres, ministres de la défense et de l’Intérieur finlandais, suédois et norvégiens pour une rencontre informelle début septembre, pour des échanges sur la politique de sécurité.
Lors d’une conférence de presse après l’intervention devant les ambassadeurs, M. Niinistö a noté qu’une telle rencontre prenait son inspiration des réunions nordiques qu’avait l’habitude d’organiser Aatos Erkko, ancien propriétaire du groupe médiatique Sanoma.
Depuis cinq ans, M. Niinistö rencontre des Suédois pour des entretiens extrêmement informels, et propose désormais aux Norvégiens aussi d’y participer, dans un objectif de rendre la relation nordique plus profonde encore.
Concernant le nouveau gouvernement, M. Niinistö a dit que la coopération avec lui avait bien commencé. Il souhaite des résultats concernant les priorités de la politique étrangère, l’Afrique et le changement climatique. Il souhaite également que l’UE puisse trouver une approche commune sur ces questions.
Pour lui, une meilleure logique des mesures nationales est un bon début en tant qu’objectif, mais il serait encore plus important de s’assurer que les Etats membres et les acteurs financés par eux ne prennent pas de décisions contradictoires par rapport aux autres sans le savoir.
HS/A13, HBL/10

Politique étrangère

Editorial : « Une coopération de politique étrangère plus active » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet écrit que la Finlande souhaite faire preuve d’une plus grande activité en matière de politique étrangère et de sécurité en coopération avec l’UE et les voisins nordiques, avec des accents un peu différents.
Pour l’éditorialiste, dans les déclarations de certains ministres lors des journées des ambassadeurs finlandais, on entend une tonalité différente par rapport à la politique du précédent gouvernement. Le gouvernement actuel souhaite promouvoir une politique étrangère humaniste avec des accents tels que l’égalité, la politique climatique et l’Afrique, ainsi que la défense du principe de l’Etat de droit et d’une direction démocratique.
En tant que présidence de l’UE, la Finlande a une responsabilité particulière pour veiller à ce que le fondement des valeurs de l’UE ne soit pas écrasé, rappelle le Premier ministre Rinne. Le ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, a dit que cela doit se voir dans tout ce que fait la Finlande.
HBL/4

Défense – Projet HX

Point de vue du professeur Hiilamo
« Qui contrôle le projet ? »
Dans un billet publié sur Yle, le professeur de sciences sociales Heikki Hiilamo estime qu’il faut qu’une institution extérieure à la Défense contrôle le projet HX.
En, effet, selon lui, le ministère de la Défense est juge et partie : il a intérêt à ce que la Finlande achète le plus d’appareils qui soient le plus récents possibles.
M. Hiilamo fait référence au cas de la Belgique et estime que l’on craint en Finlande que les militaires aient une préférence pour l’offre américaine et le F35 tout en donnant une évaluation sous-estimée du coût d’une telle acquisition.
Il se demande pourquoi, contrairement à la Suisse, la Finlande n’a pas fixé un plafond à son acquisition. Il s’interroge aussi pourquoi, alors que la marine américaine a décidé de prolonger la durée de vie de ses chasseurs Hornet au moins jusqu’en 2031, la Finlande veut les réformer d’ici 2030.
Enfin, il se demande pourquoi l’éventualité d’acheter des appareils d’occasion n’a pas été évoquée.
yle

Politique intérieure

Gouvernement

Critiques de M. Orpo
Selon le président du Rassemblement national, Petteri Orpo, le gouvernement de M. Rinne risque fort de gaspiller les économies que le précédent gouvernement a réussi à faire.
M. Orpo est intervenu à l’occasion de la réunion d’été de la direction de son parti. Pour lui, il y a de bons objectifs dans le programme gouvernemental, mais ils sont bâtis sur du sable.
Il rappelle qu’en juin, M. Rinne avait dit que le gouvernement n’augmenterait pas les dépenses permanentes tant qu’il n’y aurait pas de recettes permanentes.
Il estime qu’il faudrait parler de la façon de garantir les services de l’Etat-providence, et regrette que les investissements économiques du gouvernement soient trop liés à des cycles de quatre ans et une façon de penser de courte vue.
Il regrette que le gouvernement envisage de vendre des actifs de l’Etat pour trois milliards d’euros sans pour autant réinvestir l’argent dans des réformes nécessaires ou dans des projets d’infrastructure. Pour M. Orpo, c’est irresponsable.
M. Orpo relève que son parti envisage de publier un programme de politique de l’emploi pour la création de 60 000 emplois, et encourage le gouvernement à copier leurs idées.
HBL/6

Mardi 20 août 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande – Royaume-Uni

Conversation téléphonique entre M. Rinne et M. Johnson
Yle rapporte que le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé hier le Premier ministre finlandais pour s’enquérir de la position de la Finlande sur le Brexit.
M. Rinne a déclaré que l’accord avait été négocié pour les 27 et qu’il ne serait pas réouvert. Il a toutrefois déclaré qu’il était prêt à chercher une solution au nom de la présidence qu’exerce la Finlande. « Actuellement il n’y a pas beaucoup de lumière en perspective », a-t-il toutefois admis.
Les deux premiers ministres devraient se rencontrer bientôt.
Yle

Pays nordiques - Allemagne

Déplacement de M. Rinne à Reykjavik
Le Premier ministre finlandais est en Islande pour une réunion des premiers ministres nordiques.
Hier, il a rencontré son homologue islandaise, Mme Jakobsdóttir.
« Les pays nordiques doivent unir leur force pour renforcer le système international multilatéral et faire passer ce message à notre partenaire important que sont les Etats-Unis. Dans un monde international tendu, le modèle nordique est un atout », a déclaré M. Rinne.
Aujourd’hui a lieu la réunion estivale annuelle des premiers ministres nordiques qui, cette année, se tient avec la chancelière allemande Angela Merkel.
VN

Conférence des ambassadeurs finlandais

Discours de M. Rinne
« Selon le Premier ministre, la Finlande a la responsabilité de défendre les valeurs de l’UE » HS
Dans son discours devant les ambassadeurs finlandais réunis à Helsinki, le Premier ministre finlandais a insisté sur le fait que la Finlande allait comme présidente du conseil de l’UE défendre les valeurs et le principe de l’état de droit dans l’UE.
Selon lui, le changement de gouvernement en Finlande signifie que désormais, « nous avons une vision du monde basée sur les valeurs. Cela signifie que nous devons avoir le courage de défendre l’état de droit, et aussi par exemple l’égalité et la position des femmes et des filles ». Cela se verra dans la politique de la coopération, au développement ou de l’asile.
Helsingin Sanomat relève que M. Rinne a insisté sur la défense des valeurs dans l’UE et qu’il a l’intention de lier ce sujet aux négociations sur le cadre financier. De même le coût de l’accueil des migrants devra aussi être un sujet abordé lors des négociations sur le cadre financier.
Le quotidien souligne que dans leurs discours, tant le Premier ministre Antti Rinne que le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto ont déclaré que la Finlande souhaitait avoir plus d’initiative et être plus active dans la politique étrangère et de sécurité. Les lignes traditionnelles n’ont toutefois pas changé mais le gouvernement veut concrétiser son slogna d’une « Finlande plus influente que sa taille ne lui permettrait ».
M. Haavisto a précisé que les valeurs devaient être le fil rouge qui devait se voir dans toute la politique étrangère de la Finlande. « Nous ne donnons pas de leçons mais nous défendons les principes qui sont importants pour nous et promouvrons leur réalisation en pratique ». Il rappelle aussi que la Finlande peut elle aussi être la cible de critiques, comme cela a été le cas par la Hongrie. « En tant que présidence du conseil de l’UE, nous devons être être capable de supporter les critiques », a-t-il dit.
Le discours de M. Rinne en anglais :
https://valtioneuvosto.fi/en/article/-/asset_publisher/10616/paaministeri-antti-rinteen-puhe-suurlahettilaspaivilla-19-8-2019
HS

Propos de Mme Tuppurainen
Aamulehti note que la présidence finlandaise et la commission européenne s’efforceront d’arrêter le financement de pays méprisant la démocratie. La ministre des Affaires européennes, Tytti Tuppurainen, dit qu’il est probable que le principe du respect de l’Etat de droit pourra être intégré dans le cadre financier pluriannuel de l’UE.
Mme Tuppurainen, qui a parlé devant les ambassadeurs finlandais, dit qu’outre le respect de l’Etat de droit, il s’agit d’envisager d’établir des conditions de financement également concernant les objectifs climatiques et les orientations de la politique de l’immigration.
Selon Mme Tuppurainen, ce serait un outil important pour des pays comme la Pologne qui dépend largement des carburants fossiles, que de créer un fonds européen pour aider des pays à passer à une économie vers la neutralité carbone.
La ministre estime que l’atout le plus important des Etats membres lors des négociations est d’imposer aux Etats qui violent le principe de l’Etat de droit de rembourser les aides au développement régional.
AL/A15

Discours du Président Niinistö
« Le Président Niinistö favorable à un renforcement de la politique de défense européenne, même si cela devait réduire les pouvoirs du président finlandais » HS
Dans son discours devant les ambassadeurs finlandais, le Président Sauli NiinistÔ a déclaré : « Que cela soit clair : je suis très favorable à un renforcement de la politique étrangère et de sécurité commune, même si cela devait réduire les pouvoirs du président en Finlande ».
« Que nous soyons en présidence ou simple Etat membre, nous devons faire le maximum pour que l’UE parle d’une seule voie et agisse de manière unie » a-t-il dit.
Il estime qu’aujourd’hui la situation de sécurité dans le monde dépend du triangle formé par Washington, Pékin mais aussi Moscou. « Et les tensions entre les grandes puissances ne se limitent pas aux zones de crise car ce triangle influence aussi les pressions dans l’UE comme on peut le voir dans certains Etats membres. Au milieu de ce triangle, il sera toujours plus difficile de maintenir, sans même parler de renforcer, notre situation internationale ».
M. Niinistöi a souligné qu’il était important de conserver un dialogue avec chacune des pointes de ce triangle. Selon HS c’est une référence à sa prochaine rencontre avec le président russe.
« Nous ne pouvons pas modifier les lignes stratégiques décidées par ces grandes puissances, mais sur d’autres sujets nous pouvons parfois avoir une influence. Le dialogue nous donne la possibilité de prévoir certains mouvements des grandes puissances et donc de maximiser notre pouvoir de réaction. Ce dialogue nous permet aussi d’exprimer nos positions et de s’assurer qu’il n’y a pas d’ambiguïté sur notre situaiton. Nous pouvons aussi profiter de situations pour favoriser le dialogue entre les grandes puissances ».
HS.

Finlande - Russie

Visite du président Poutine
Kauppalehti rappelle que le président Poutine effectuera une visite en Finlande demain mercredi à l’invitation du Président Sauli Niinistö et que la rencontre devrait porter sur la politique arctique, l’Ukraine et les questions liées à l’environnement.
Jussi Lassila, chercheur à l’institut des relations internationales UPI, estime que l’exercice naval russe en mer Baltique pourrait être évoqué, éventuellement aussi les manifestions à Moscou.
M. Lassila souligne que la Finlande et la Russie n’ont pas l’habitude d’évoquer les questions de politique intérieure lors des visites diplomatiques. « Le système politique russe est devenu plus autoritaire depuis 2011 et il y a de plus en plus de mécontentement contre le gouvernement, surtout à Moscou. On peut parler d’une crise politique. Moscou est une région privilégiée en Russie. La capitale a l’aspect général d’une métropole européenne et un grand nombre d’habitants veulent que cela concerne aussi le système politique », selon M. Lassila.
M. Lassila souhaite une conversation sur la situation de Moscou à l’occasion de la rencontre des présidents. « On devrait évoquer régulièrement avec Moscou la régression de l’Etat de droit et la diminution des possibilités de citoyens à agir sur la société en Russie. »
KL/lun/A8

France – Russie

M. Macron a rencontré M. Poutine avant le G-7
Helsingin Sanomat rapporte que, à quelques jours du G-7 qui se réunira à Biarritz, le Président français a reçu son homologue russe M. Poutine. Le quotidien finlandais relève que le président français a déclaré croire en une « Russie européenne ».
Helsingin Sanomat souligne que le Président russe sera reçu à Helsinki par son homologue finlandais demain mercredi.
HS

Finlande - Iran

Visite du ministre des Affaires étrangères iranien en Finlande
Helsingin Sanomat relève que le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif a rencontré hier son homologue finlandais Pekka Haavisto.
Lors d’une conférence de presse commune, M. Zarif a dit, quant à l’accord sur le nucléaire, que « Téhéran s’était engagé à poursuivre le dialogue mais la fenêtre est en train de se fermer ».
Selon le ministre iranien, « l’Iran n’a pas aimé l’accord de 2015, les Etats-Unis ne l’ont vraiment pas aimé, en fait personne n’a l’aimé et pour cela a été un très bon accord ».
A la question de savoir si la Finlande pourrait être médiateur entre l’Iran et les Etats-Unis, M. Zarif souligne que « le médiateur devrait être capable de faire venir les Etats-Unis à la table des négociations ».
HS/A21

Internet

« La Finlande particulièrement fragile » HS
Selon Helsingin Sanomlat la société finlandaise est très dépendante des réseaux internet et de l’électricité ». Selon le professeur Jarmo Limnell cela rend la Finlande très fragile.
La chambre de commerce d’Helsinki indique que 40% des entreprises finlandaises seraient paralysées en un jour en cas d’arrêt d’internet ; Un quart seulement des entreprises pourrait fonctionner sans internet.
HS

Politique intérieure

Partis politiques

Chrétiens-démocrates
Aamulehti rapporte que la présidente des Chrétiens-démocrates Sari Essayah, qui préside le parti depuis 2015, annonce qu’elle se représentera pour la présidence du parti au congrès du parti qui sera organisé à Oulu le week-end prochain et qu’elle reprendra son travail au Parlement à la rentrée parlementaire début septembre.
Mme Essayah, qui a annoncé début août qu’elle serait en arrêt maladie de deux semaines en raison d’une opération du sein, indique maintenant que son opération s’est bien passée et son cancer ne s’est pas propagé.
AL/A10

Economie

OP revoit ses prévisions à la baisse
La banque OP a revu à la baisse ses prévisions de croissance et annonce désormais 1,2% pour 2019 et 0,5% pour 2020 (contre des prévisions au printemps de 1,6% pour 2019 et 0,8% pour 2020).
HS

Investissements
Comment promouvoir les investissements privés en Finlande
Helsingin Sanomat rend compte du fait que les entreprises finlandaises n’investissent pas beaucoup, même si les coûts des financements sont moins importants que depuis longtemps. Dans une comparaison avec la Suède, la Finlande se situe loin derrière.
Après la récession des années 1990, les investissements sont partis à la hausse en Finlande. Surtout les années 2000 étaient un âge d’or, jusqu’à la crise financière en 2008. Depuis, les entreprises ont été plus prudentes pour mettre de l’argent dans de nouveaux investissements.
Dans les années 2010, le niveau des investissements net a été à un niveau zéro. Autant de capitaux ont été dépensés que d’investissements effectués. Ainsi, les capitaux en matière de production n’ont pas augmenté durant les années 2010, note Aki Kangasharju, directeur général de l’institut de recherche économique Etla.
Il estime qu’il y a une certaine peur qui règne. On a beaucoup parlé en Finlande de la pénurie de la main d’œuvre, et du déficit des finances publiques et les entreprises l’ont pris au sérieux.
Selon M. Kangasharju, la longue période de stagnation du PIB et notamment la mauvaise conjoncture de 2014 à 2016 ont laissé des traces chez les investisseurs. Ils manquent de courage. La Suède investit 30% de plus.
Pour la directrice de l’institut de recherche des salariés, Elina Pylkkänen, la volonté d’investir augmenterait s’il y avait moins d’incertitude sur le marché. L’insécurité concernant la demande est tellement importante en ce moment, que les décisions d’investissements sont difficiles à prendre.
HS/18.8/B18-19

Des carnets de commandes bien garnis
Kauppalehti relève que les carnets de commandes des entreprises cotées à la bourse sont particulièrement remplis. En même temps, l’insécurité de l’économie augmente à grand pas.
Malgré ce fait, les commandes ont augmenté de 7% en moyenne par rapport à la situation il y a un an.
Pour ce qui est de Valmet et de Konecranes les commandes ont augmenté de 20% par rapport à 2018.
KL/lun/A6

Lundi 19 août 2019

Politique étrangère et européenne

Soudan

Déplacement de M. Haavisto au Soudan
Turun Sanomat rapporte que le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto a assisté en tant que représentant de l’Union européenne samedi à Khartoum à la signature d’un accord sur la transition de l’administration militaire vers une administration civile après une période de transition de 39 mois.
Selon M. Haavisto, malgré un processus de négociation difficile, l’ambiance a été assez constructive. Il a prononcé samedi un discours où il a insisté sur le rôle des femmes et des jeunes dans le processus.
M. Haavisto souligne qu’il y a beaucoup de défis, vu que le pays doit créer des partis politiques et autres acteurs de la vie démocratique et améliorer la situation économique.
Selon M. Haavisto, le fait que le Soudan est sur la liste américaine des pays qui soutiennent le terrorisme a empêché les investissements américains dans le pays. Le nouveau gouvernement provisoire souhaite que les Etats-Unis enlèvent le Soudan de cette liste afin de pouvoir normaliser les relations avec les Américains.
TS/10

Finlande - Iran

Le ministre des Affaires étrangères iranien en Finlande
Turun Sanomat relève que le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif arrive aujourd’hui pour une visite en Finlande à l’invitation de Pekka Haavisto.
La visite précédente de M. Zarif en Finlande a eu lieu en 2016.
Selon une source diplomatique ayant travaillé en Iran, M. Zarif apprécie les pays nordiques qui sont des acteurs stables et qui cherchent à trouver des solutions. M. Zarif souhaite maintenir une relation de dialogue avec toute l’Union européenne. Il est probable qu’il présentera la version de l’Iran sur les évènements récents.
Après Helsinki, M. Zarif effectuera des visites à Stockholm et Oslo.
TS/10

Macédoine du Nord

Visite en Finlande du vice-Premier ministre Osmani
Le vice-Prémier ministre de la république de Macédoine du Nord, Bujar Osmani, a effectué une visite en Finlande pour obtenir un soutien pour l’adhésion de son pays à l’UE.
La Finlande soutient l’idée d’entamer les négociations d’adhésion, mais le processus nécessite l’approbation par l’ensemble des Etats membres.
Tytti Tuppurainen, ministre des Affaires européennes, relève que la corruption est un obstacle important pour l’adhésion. Selon des rapports européens, la Macédoine du Nord a beaucoup réussi à améliorer son administration et sa justice, mais M. Osmani admet qu’entre la loi et la pratique, il y a toujours un fossé important.
HS/sam/B10

Candidature de Mme Urpilainen pour un poste de commissaire

Propos de M. Rinne et Mme Urpilainen
Le Premier ministre Antti Rinne dit que le portefeuille de Mme Urpilainen pourrait être lié à l’économie et au budget. Cela serait conforme aux souhaits tant du gouvernement que de Mme Urpilainen. Selon M. Rinne, cela augmenterait le pouvoir d’influence de la Finlande auprès de l’UE.
Cet été, la Finlande a brigué deux postes qu’elle n’a pas obtenus : la direction du FMI pour Olli Rehn et celle de la BCE pour Erkki Liikanen.
Pour M. Rinne, ce contexte de postes qui ont échappé à la Finlande pourrait profiter à la candidature pour commissaire de Jutta Urpilainen. Selon M. Rinne, il s’agira de négocier et s’entretenir avec Mme von der Leyen.
Mme Urpilainen a dit qu’avec l’expérience qu’elle a, aux Finances et aux Affaires étrangères, elle serait le plus intéressée par les portefeuilles liés à l’économie et aux relations extérieures.
AL/dim/A22

BCE

M. Rehn annonce un plan de relance
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, le gouverneur de la Banque de Finlande Olli Rehn annonce que la BCE prépare pour sa réunion de septembre d’importances mesures de relance pour soutenir l’économie de la zone euro.
Il rappelle que ces derniers jours « il y a eu de nouvelles mauvaises informations économiques par rapport au printemps et au début de l’été ». C’est pourquoi, selon lui, on a besoin d’une politique monétaire de relance.
Il refuse toutefois de préciser quelles seront les mesures concrètes que prendra la BCE.
HS

Chine

« La Finlande n’interviendra probablement pas contre la Chine » AL
Aamulehti rend compte des propos de Matti Nojonen, professeur de société et culture chinoise à l’Université de Laponie, qui estime que la relation entre la Finlande et la Chine est « sans problèmes », ni bonne ni mauvaise. Il fait la différence entre des relations sans problème et d’autres qui comportent des défis à relever.
AL note que la France a recommandé aux autorités de Hong Kong d’entamer un dialogue constructif avec les manifestants. La Finlande n’est pas un pays duquel on attend une telle réaction. « Lorsqu’on examine l’histoire politique de la Finlande, il y a peu d’occasions où le pays aurait évoqué les questions de droits de l’homme. La Finlande suit principalement l’UE ce qui veut dire que si l’UE décide de faire quelque chose, la Finlande participera à ce front », dit M. Nojonen.
AL

Blanchiment d’argent

Soupçon sur une affaire de 130 millions d’euros
Deux Estoniens sont accusés de blanchiment d’argent aggravé dans une affaire de 130 millions d’euros sur laquelle la police judiciaire enquête depuis 2014. L’argent viendrait des activités de la criminalité organisée russe.
130 millions d’euros seraient passés par un groupe finlandais du secteur du bâtiment, dirigé par les deux Estoniens, en quatre mois, ce qui est exceptionnel en Finlande.
HS/sam/A10

Politique intérieure

Budget

La ministre de la Culture demande 60 millions d’euros pour l’éducation
Helsingin Sanomat relève que le budget supplémentaire accordé à l’éducation a déçu considérablement les organisations syndicales du secteur qui estiment qu’il ne correspond qu’à un, quart de ce qui était prévu comme augmentation pour l’Education dans le programme gouvernemental.
La ministre de la culture et des sciences Hanna Kosonen exige 40 millions de plus pour les universités et 20 millions de plus pour les instituts universitaires technologiques.
HS

Vendredi 16 août 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande - Iran

Le ministre des Affaires étrangères iranien en Finlande
Turun Sanomat relève que le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif effectuera une visite en Finlande le lundi 19 août à l’invitation du chef de la diplomatie finlandaise Pekka Haavisto.
M. Zarif rencontrera également le Président Sauli Niinistö et le ministre de la Coopération au développement et du Commerce extérieur Ville Skinnari.
Les entretiens porteront sur les relations bilatérales, les questions régionales et internationales, les droits de l’homme et la présidence finlandaise du Conseil de l’UE.
M. Haavisto souligne dans un communiqué de presse l’importance du dialogue dans la situation actuelle où les tensions dans le golfe Persique se reflètent dans le monde entier.
TS/15

Iran

Propos de M. Haavisto
Hufvudstadsbladet rend compte des propos du ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto, qui estime qu’il serait le mieux que l’Iran agisse de façon à ce qu’il n’y ait pas de nécessité d’une intervention internationale.
Dans la perspective de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères et de la Défense, organisée en Finlande à la fin du mois, M. Haavisto ne souhaite pas deviner dans quelle envergure y sera évoquée la crise du détroit d’Hormuz, mais il confirme que les questions concernant le Proche-Orient seront à l’ordre du jour.
Il note que, pour l’heure actuelle, on est dans une situation où les Etats-Unis ont essayé de réunir des pays pour une intervention dans le détroit d’Hormuz, et qu’il s’agit d’obtenir des informations sur la situation ainsi que des détails sur le caractère de l’opération.
Selon M. Haavisto, des fonctionnaires finlandais ont participé à des réunions d’information préliminaire avec des Américains. La Finlande suit naturellement avec intérêt les plans des autres, mais attend encore. Il note que différentes alternatives ont été évoquées : l’initiative américaine et celle des Britanniques, ainsi que l’éventualité d’une opération pilotée par l’UE.
Lundi, M. Haavisto recevra son homologue iranien. « Il sera intéressant d’entendre comment l’Iran vit la situation en matière de sécurité dans la région, et d’avoir leur version de ce qui s’est passé. »
Pour lui, il sera important de faire pression sur l’Iran pour que ce pays promeuve la sécurité des transports maritimes dans le détroit. Si l’Iran mettait fin à la saisie des pétroliers, il serait possible d’éviter d’aller plus loin dans une intervention, dit-il.
Le calendrier pour une prise de décision finlandaise concernant une participation éventuelle n’est pas clair mais, après la réunion ministérielle à Helsinki, on devrait en savoir plus.
M. Haavisto note que l’on connaîtra alors les vues des partenaires européens ainsi que leurs plans, ainsi que le nombre de pays qui éventuellement seraient prêts à prendre des mesures.
Selon M. Haavisto, il est prématuré de dire s’il s’agirait d’envoyer des observateurs ou des troupes militaires. « Nous suivons ce que feront les autres pays et étudierons quelle pourrait être notre contribution éventuelle dans le cadre d’une opération européenne plus importante », a-t-il dit.
A la question de savoir s’il serait plus simple pour la Finlande de participer à une opération pilotée par l’UE que par les Etats-Unis, M. Haavisto dit que ce qui est décisif, c’est le fait de savoir comment ou peut contribuer à la sécurité, comment les pays de la région prennent une intervention et quels sont les pays qui y participeraient.
Pour la Finlande, en tant que présidence de l’UE, il est essentiel que les Etats membres aient la même vue des questions de sécurité. La question de savoir s’il s’agira de coopérer avec les Etats-Unis n’est pas lié à des avantages ou des désavantages : dans le cadre d’une opération de ce genre, il s’agit le plus souvent du fait de savoir qui dispose du matériel approprié.
HBL/4

Soudan

M. Haavisto au Soudan
Turun Sanomat relève que le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto participera demain samedi à Khartoum à un évènement où sera signée la nouvelle déclaration constitutionnelle du Soudan, rédigée ensemble avec le conseil militaire et l’opposition.
M. Haavisto, qui est le seul ministre européen à assister à la signature de la déclaration, estime que l’administration militaire semble avoir un véritable souhait d’avancer vers une administration civile.
TS/15

Finlande - Russie

Visite du président Poutine
Helsingin Sanomat rappelle que le président Poutine effectuera une visite en Finlande le mercredi 21 août à l’invitation du Président Sauli Niinistö et que les présidents déjeuneront à Suomenlinna.
Le quotidien a interviewé Laura Kolbe, professeur d’histoire européenne à l’université d’Helsinki, qui souligne que la forteresse de Suomenlinna a une forte dimension symbolique.
La construction de la forteresse a commencé en 1748 et son objectif a été de défendre le royaume de Suède contre la Russie. La Suède a ensuite perdu la guerre de 1808-1809 et la Finlande est devenue un grand-duché autonome.
« A Suomenlinna on peut encore remarquer l’histoire suédoise, russe et finlandaise. L’île est un endroit profondément militaire mais aussi une espace politique », selon Mme Kolbe.
HS/A18

Explosion dans la région d’Arkhangelsk
Hufvudstadsbladet relève que selon Pia Vesterbacka, directrice à l’Agence nationale de radioprotection et de sûreté nucléaire Stuk, aucun rejet d’iode radioactif n’a été détecté en Finlande après l’explosion.
HBL/7

Analyse
« Il reste quelque chose de l’URSS » HS
Helsingin Sanomat estime que le mystère qui entoure toujours l’affaire de l’explosion dans la région d’Arkangelsk montre qu’il reste en Russie des relents de l’époque soviétique.
HS

Recherche
« La différence entre guerre et paix se dilue » HS
Le chercheur Pentti Forström (ancien attaché militaire de Finlande en Russie et en Biélorussie) vient de soutenir sa thèse sur « Les changements de la stratégie militaire de la Russie ».
Selon lui, il y a eu ces dernières années un profond changement dans la conception russe de la nature de la guerre : si la menace de conflit militaire traditionnel semble dépassée, désormais la différence entre guerre et paix s’efface. Cela s’explique par le développement technologique et les changements des institutions militaires. Cela a pour conséquence que la Russie se prépare à user de sa force militaire de manière toujours plus rapide et surprenante.
HS

Politique intérieure

Budget

Le gouvernement augmente la coopération au développement
Helsingin Sanomat relève que le budget de l’année prochaine prévoit une augmentation des dépenses de la coopération au développement de 72 millions d’euros. Par ailleurs, dans la plan d’investissement du gouvernement pour les années à venir (qui sera décidé cet automne), il est prévu des investissements dans la coopération au développement de 208 millions d‘euros pour 2020-2022.
HS rappelle que le gouvernement Sipilä avait diminué drastiquement les ressources de l’aide au développement (de 40%) et que la part du PIB finlandais consacré à l’aide publique au développement était passée de 0,48% en 2015 à 0,41% cette année.
L’Afrique sera la principale cible de la coopération au développement et le ministère souhaite investir dans des pays qui sont à la source des flux migratoires.
HS

Défense

« Le nouveau commandant des forces armées met la pression sur le projet HX » KL
Kauppalehti publie une interview de M. Timo Kivinen qui déclare que le remplacement des F-18 Hornet de l’armée de l’air est le projet le plus important de son mandat.
KL écrit que l’on estime que la position de l’armée sera décisive pour le choix du chasseur même si la Président et le gouvernement ont bien sûr leur mot à dire.
Le projet est mené par les experts de l’armée de l’air et de l’armement mais c’est le commandant des forces armées qui dit le dernier mot.
L’armée va envoyer des demandes supplémentaires aux fournisseurs cet automne. Le choix devrait se faire en 2021. « Il y a aussi les critères de politique de sécurité et de défense qui ne relèvent toutefois pas de nous les soldats », dit-il, soulignant qu’il ne souhaite pas marcher sur les pieds des politiques dans ce dossier HX.
KL

Recherche

Classement de Shangaï
Helsinki perd des places
L’université d’Helsinki, seule université finlandaise à figurer dans les cent premières de ce classement, recule de la 56ème à la 63ème place.
HS

Education

« Les choix de langues étrangères se réduisent – on cherchait l’inverse » KS
L’éditorialiste de Keskisuomalainen relève que sur les près de 1500 nouveaux écoliers de Jyväskylä qui débutent le primaire, tous auront l’anglais comme langue étrangère. Aucun groupe d’allemand ou de français comme première langue (A1) ne sera ouvert.
L’éditorialiste s’étonne de ce changement alors même que l’idée de la réforme qui consistait à avancer l’étude de la première langue étrangère dans le primais visait à élargir les choix de langue étrangère.
KS

France – Finlande

Livre

Histoire de la gauche française
Kansan uutiset publie une critique du livre de Jorma Turunen, Histoire de la gauche française, de la Révolution à nos jours, publié par Into.
KU

Jeudi 15 août 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande - Russie

Visite du président Poutine
Helsingin Sanomat rapporte que selon un communiqué de la présidence finlandaise, le président russe Vladimir Poutine effectuera une visite en Finlande le mercredi 21 août à l’invitation du Président Sauli Niinistö.
L’entretien des deux présidents, qui aura lieu au palais présidentiel à Helsinki, portera sur les relations bilatérales finno-russes et les questions régionales et internationales. Après les entretiens officiels les présidents déjeuneront à Suomenlinna.
MM. Niinistö et Poutine se sont rencontrés précédemment à Saint-Pétersbourg en avril dernier. M. Poutine a rencontré le président américain Donald Trump à Helsinki l’été dernier.
HS/A8

« La Russie déclare que l’explosion était un accident » TS
La presse finlandaise rapporte les déclarations du Kremlin sur l’explosion dans la région d’Arkhangelsk.
« S’il s’agissait d’un test sur un missile, cela nous met en garde contre les dangers du développement des arsenaux militaires », a déclaré le Ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto.
Le professeur du collège de défense Petteri lalu estime que la compétition a changé depuis la période de la guerre froide. « A l’époque, le principal était le nombre de têtes nucléaires, mais aujourd’hui il semble que la compétition porte que la qualité et les capacités des armements », dit-il.
TS

L’armée russe a construit une base héliportée aux portes de la Finlande
Yle rapporte que l’armée russe a construit une base héliportée sur l’île de Hogland située à 40 kilomètres de Kotka.
Le chercheur militaire finlandaise Simo Pesu estime que cela montre que, pour la Russie, il est important de renforcer sa capacité militaire et que l’importance de cette $ile en matière stratégique augmente.
Il estime que cette île est importante pour la sécurité de Saint-Petersbourg mais aussi que la Ruszsie veut protéger ses gazoducs et ses câbles sous-marins.
La Russie l’utilise aussi dans la guerre médiatique comme en témoigne la sortie en sous-marin de M. Poutine en juillet ou les exercices militaires qui y ont eu lieu l’année dernière avant le sommet Poutine – Trump à Helsinki.
Yle

Finlande - Afghanistan

Soupçons de détournement de fonds d’aide au développement
Helsingin Sanomat relève que, selon le ministère finlandais des Affaires étrangères, on soupçonne le détournement de fonds de coopération au développement dans un projet dans le secteur de l’enseignement.
Les soupçons ont été présentés lors d’une vérification des comptes par la Banque mondiale. La Finlande avait accordé environ 2,5 millions d’euro par an à ce projet en 2014-2017.
HS/A12

Présidence finlandaise du Conseil de l’UE

La voix de M. Trump se fait entendre à Bruxelles
Kauppalehti publie une interview de l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’uE qui était hier en visite en Finlande. M. Sondland déclare qu’il attend la nomination d’un nouveau commissaire européen au commerce pour reprendre les négociations avec l’UE. « Je pense que nous sommes en train de recréer complètement nos relations. Les deux parties veulent vraiment tourner une page », dit-il.
« Il faut se concentrer sur le déséquilibre des relations commerciales entre l’URE et les Etats-Unis », selon lui. « Je pense que les Européens ont compris qu’il n’y avait pas d’intérêt à retarder les négociations pour attendre les prochaines élections présidentielles américaines. D’ailleurs les démocrates sont plus ou moins sur la même ligne [que celle de M. Trump]. M. Trump a fixé un deadline [sur les taxes sur les voitures]. J’espère que puisque les négociations vont avancer on n’en aura pas besoin. Mais les taxes sur les automobiles font partie des outils dont nous disposons ».
M. Sondland souligne que les négociations avec la Chine ne constituent pas une pression pour arriver à un accord avec l’UE. « L’UE espère peut-être que les choses sont liées, mais ce n’est pas le cas. Quand on négocie avec l’UE, on négocie avec des amis, alors que la Chine est un adversaire. Il est dans les intérêts de nous deux que le commerce mondial se fasse selon, les standards occidentaux. Cela serait plus facile si les Etats-Unis et l’UE s’accodaient sur ce sujet ».
KL

Politique intérieure

Budget

Le gouvernement augmente les dépenses et l’endettement
Le ministre des Finances a présenté hier le projet de cadre pour le budget de 2020. Les dépenses seraient portées l’année prochaine à 57 milliards d’euros, soit 1,5 milliard de plus qu’en 2019. Le déficit budgétaire serait de 2,3 milliards d’euros. Le gouvernement maintient toutefois soin objectif d’arriver à l’équilibre budgétaire en 2023.
Le budget prévoit une augmentation de la taxe sur les carburants qui devrait rapporter 250 millions d’euros ; elle n’entrera toutefois en vigueur qu’en août prochain (6,5 centimes par litre). La taxe sur le tabac va augmenter (de 45 centimes) et devrait rapporter 50 millions de plus ; celle sur les boissons sucrées augmentera ( de 10 centimes) et devrait rapporter 25 millions d’euros de plus. En revanche la taxe sur l’alcool n’augmentera pas.
Le budget prévoit des allègements de l’impôt sur le revenu pour les salaires petits et moyens à hauteur de 200 millions d’euros. Les petites retraites vont augmenter de 31 à 50 euros.
L’aide au développement va augmenter de 72 millions d’euros et les capacités de Business Finland de 33 millions d’euros. La protection de la nature voit ses ressources augmenter de 25 millions d’euros.
Un plan d’augmentations de 300 millions d’euros pour les infrastructures est prévu.
Par ailleurs, le Ministre des Finances a demandé à son secrétaire d’Etat Martti Hetemäki de préparer un plan pour renforcer les investissements privés en Finlande.
HS AL KL

Sondage

Les Finlandais opposés à l’augmentation de la taxe sur les carburants
Helsingin Sanomat relève que selon les résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien, 68 % des Finlandais s’opposent à une augmentation de la taxe sur les carburants et seulement 24 % y sont favorables.
Parmi les partisans de différents partis politiques, les Verts (57 %) sont les seuls à approuver majoritairement une augmentation.
Une augmentation de la taxe sur les carburants de 250 millions d’euros d’ici 2023 est prévue dans le programme du gouvernement Rinne. Le ministère des Finances propose des augmentations à partir du mois d’août 2020.
HS/A8

Nomination – Affaires sociales et santé

Nomination du secrétaire général du ministère des Affaires sociales
Selon les informations de Helsingin Sanomat, Kirsi Varila remplacerait Päivi Sillanaukee au poste de secrétaire général du ministère des Affaires sociales et de la Santé.
Mme Sillanaukee avait été nommée à ce poste en 2013 par la ministre des Affaires sociales et de la Santé Paula Risikko (Rassemblement national - Kokoomus).
Mme Varhila, social-démocrate, a participé étroitement à la préparation de la réforme des services sociaux et de la santé pendant la législature précédente.
HS/A12

Mercredi 14 août 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande - Hongrie

Le Président Niinistö commente les critiques de M. Orban
Helsingin Sanomat relève que le Président Sauli Niinistö a effectué mardi une visite aux îles Åland. Lors d’une rencontre avec la presse, M. Niinistö a entre autres commenté les propos critiques du Premier ministre hongrois sur la Finlande.
M. Niinistö connait M. Orban depuis les années 1990. « Il a ensuite modifié sa ligne conciliante. Je pense qu’il vaut mieux faire la sourde oreille par rapport à ce qu’il dit. Ses manières et son style sont connus partout en Europe. »
Selon M. Niinistö, il y a des avis différents au Parlement finlandais sur les questions de politique étrangère, comme dans les autres parlements européens. « Il semble que la politique de M. Orban plaît aux Vrais Finlandais et ils le disent ouvertement. »
HS/A10

Finlande - Russie

Propos du Président Niinistö
Le tabloïd Ilta-Sanomat rapporte que lors son déplacement aux îles Åland, M. Niinistö n’a pas souhaité révéler, pour des raisons de politesse, les sujets d’entretien lors de la prochaine visite du président Poutine en Finlande. « Nous nous sommes rencontrés tant de fois et il n’y a pas de tabous parmi les sujets de conversation. »
Selon les informations du tabloïd, la visite de M. Poutine aurait lieu la semaine prochaine. M. Niinistö ou sa chancellerie n’ont pas encore voulu confirmer la date de la visite.
Quant aux manœuvres militaires organisées par la Russie début août, M. Niinistö admet que cela a été une surprise. « Je dirais toutefois qu’il n’est pas une surprise que la Russie organise des surprises. »
M. Niinistö n’a pas voulu spéculer sur l’explosion à Arkhangelsk mais a déploré la course aux armements en général.
M. Niinistö estime que l’accent est mis sur la mer Baltique et de plus en plus sur la région arctique. Il pense qu’on a encore besoin d’organiser un sommet arctique même si cela n’a pas pu être réalisé pendant la présidence finlandaise du Conseil arctique.
IS

Russie

Accident nucléaire
Hufvudstadsbladet publie un article de sa correspondante en Russie, Anna-Lena Laurén, qui relève que les autorités russes évacuent la population de Nionoksa, mais ne donnent autrement pas plus d’informations sur l’accident.
Mme Laurén cite une collègue de Novaja Gazeta, Julia Latynina, qui compare la situation à Tchernobyl : il est impossible de comprendre ce qui s’est passé exactement.
Turun Sanomat relève que, selon Pia Vesterbacka, chef de surveillance et alerte nucléaire du Stuk, Centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, les taux de radiation en Finlande sont normaux et ne montrent aucun changement. Le Stuk ne dispose toutefois d’aucune information confirmée de l’accident survenu en Russie.
Hanna Smith, directrice de recherche du centre d’excellence hybride, estime que le peu d’information lié à l’accident rappelle l’époque soviétique et la façon dont les évènements de Tchernobyl ont été cachés en 1986.
Selon elle, les médias russes contrôlés par l’Etat donnent des évènements l’image que souhaite la direction politique, qu’il s’agisse des manifestations, des incendies de forêts ou d’un accident nucléaire. « Tchernobyl est un des cas qui a montré comment fonctionnait l’Union soviétique. Les médias contrôlés par la Russie sont sélectifs de la même façon dans leurs rapports. »
Pour Mme Smith, les Finlandais devraient s’inquiéter à chaque fois que des choses pareilles se passent dans la proximité de leurs frontières, en Russie. « Tant que la Russie dispose d’une administration autoritaire, comme maintenant, il nous faut être vigilant et à l’écoute. »
Si l’accident avait été plus important et que le vent avait pris une autre direction, l’accident aurait touché la Finlande aussi, conclut Turun Sanomat.
HBL/mer/10, TS/mer/12

ONU

Ouverture d’un nouveau bureau de l’UNOPS à Helsinki
Turun Sanomat relève que le nouveau bureau de l’Initiative d’investissements sociaux de l’UNOPS, Bureau de l’ONU pour les services d’appui aux projets, sera fondé à Helsinki dans les locaux de Sofia Future Farm.
L’accord a été signé lundi par le ministre de la Coopération au développement et du Commerce extérieur Ville Skinnari et la directrice exécutive de l’UNOPS Greta Faremo.
TS/8, mae.fi
https://www.unops.org/fr/news-and-stories/news/unops-social-impact-investing-initiative-opens-new-base-in-finland

Présidence finlandaise du Conseil de l’UE

Les ministres européens de la défense discuteront à Helsinki de la coopération en matière de défense
Durant la réunion informelle des ministres de la défense, les 28 et 29 août, les ministres européens de la défense aborderont la question des nouvelles technologies et des mutations mondiales. Ils évoqueront notamment l’intelligence artificielle et les effets des changements climatiques sur la défense et la sécurité.
La réunion sera présidée par Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. La Finlande, actuellement à la présidence du Conseil de l’Union européenne, sera représentée par le ministre de la défense, M. Antti Kaikkonen.
Dans le sillage des nouvelles technologies
"Les nouvelles technologies, comme l’IA, modifient l’environnement opérationnel de la défense. Pour développer et utiliser au mieux ces nouvelles technologies, il est nécessaire de coopérer. L’UE, à travers une coopération efficace, peut influencer ces transformations à l’échelle mondiale", déclare M. Kaikkonen.
La réunion informelle des ministres débutera avec une discussion sur l’IA et les nouvelles technologies. Les ministres de la défense évalueront la situation avec des experts du secteur privé. Ces discussions permettront de mieux comprendre les défis et les opportunités que l’IA et les nouvelles technologies offrent au secteur de la défense. Des représentants de l’ONU, de l’OTAN et un groupe d’experts (Global Tech) seront présents, à l’initiative de Mme Mogherini.
Les ministres de la défense chercheront à savoir comment utiliser l’IA pour développer la défense européenne et comment faire en sorte que l’UE reste en tête des avancées technologiques mondiales. Les ministres aborderont également la question des défis éthiques et juridiques liés au numérique et à l’IA.
La coopération en matière de défense, pilier de la sécurité globale
Ces dernières années, la coopération européenne en matière de défense s’est considérablement renforcée. Durant sa présidence, la Finlande veut encourager ce renforcement et rappeler le rôle de l’UE dans la coopération en matière de défense.
Cette coopération, par le biais d’instruments européens, permet d’améliorer la sécurité des États membres. Récemment, la coopération en matière de défense s’est étendue pour couvrir plus de domaines. Le Fonds européen de la défense, par exemple, améliore la compétitivité industrielle de l’UE. Les déplacements de troupes et de matériel ont également été concrètement facilités.
L’UE développe sa coopération avec des partenaires proches. Des représentants de l’ONU et de l’OTAN assisteront à la réunion d’Helsinki.
"La coopération en matière de défense est devenue plus importante ces dernières années. Mais il est nécessaire de l’examiner sous différents angles et de penser également à l’avenir", rappelle M. Kaikkonen.
Jeudi, lors de la première séance de travail, les ministres discuteront de l’impact des changements climatiques sur le secteur de la sécurité et de la défense. Cette séance sera suivie d’une séance sur la sécurité maritime, puis, en fin de journée, d’une discussion avec les ministres des affaires étrangères, sur le thème des menaces hybrides. Les ministres évalueront les résultats préliminaires et les retours d’expérience des discussions basées sur des scénarios tenues à Helsinki en juillet dernier. Ces discussions basées sur différents scénarios avaient pour but de renforcer la résilience de l’UE ainsi que de sensibiliser aux menaces hybrides.
https://eu2019.fi/fr/article1/-/asset_publisher/eu-n-puolustusministerit-keskustelevat-helsingissa-puolustusyhteistyon-tulevaisuudesta

Politique intérieure

Economie

Croissance de 0,9% au second trimestre
Selon les premiers chiffres de l’institut des statistiques, la croissance au second trimestre était de 0,9% par rapport au trimestre précédent et de 1,8% par rapport à l’année précédente.
Les économistes considèrent que ce sont de bons chiffres.
HS

Budget

L’amélioration de l’emploi comme priorité
Lors de sa conférence de presse à l’ouverture de la réunion de deux jours du ministère des Finances pour préparer le projet de budget, le Ministre des Finances Mika Lintilä (Centre) a déclaré que la priorité du budget 2020 serait de promouvoir l’emploi.
Il se déclare inquiet de la compétitivité finlandaise mais souhaite laisser les partenaires sociaux négocier afin de faire des propositions.
Concernant les négociations salariales, il a déclaré que le gouvernement était prêt à les aider avec une envelopper de 200 millions d’euros d’allègements sur l’impôt sur le revenu pour les salaires petits et moyens.
Uusisuomi

Partenaires sociaux

Première réunion préliminaire
Les partenaires sociaux se rencontrent aujourd’hui informellement pour préparer les négociations salariales qui viseront cet automne à conclure de nouvelles conventions collectives sur les salaires.
uusisuomi

Sort du pacte de compétitivité

Selon Etla, le pacte a favorisé l’emploi
Helsingin Sanomat rend compte d’un rapport de l’institut de recherche économique Etla commandé par les Unions des Industries technologiques, des Industries forestières et des Industries de produits chimiques.
Etla estime que le pacte de compétitivité mis en place en 2016 contribue considérablement à l’augmentation de l’emploi. L’augmentation du temps de travail de 24 heures annuelles non rémunérées pourrait hausser le taux d’emploi de 8000 à 16 000 personnes d’ici 2022. Avec les autres mesures relevant du pacte, l’emploi pourrait s’améliorer par 20 000 à 42 000 personnes d’ici 2022.
Antti Kauhanen, directeur de recherche auprès d’Etla, note que la fourchette importante concernant l’estimation de l’impact des mesures dépend du mode de calcul utilisé.
Etla estime que, jusqu’à présent, la part de l’augmentation du temps de travail pour l’amélioration de l’emploi représente 40%. L’impact du pacte pour le PIB a été de 0,5% par rapport à une situation où le pacte n’aurait pas été mis en place. Au moment de l’entrée en vigueur du pacte l’effet a toutefois été inverse du fait qu’il a affaibli le pouvoir d’achat des consommateurs.
Il est prévu que le pacte sera un bras de fer important lors des négociations de la rentrée concernant les conventions collectives. Le patronat souhaitera maintenir l’augmentation du temps de travail, alors que les représentants des employées ne seraient pas d’accord de le faire sans rémunération. Le président de la confédération des ouvriers SAK, Jarkko Eloranta, a noté, hier, que la croissance économique finlandaise ne pouvait pas reposer sur un travail effectué gratuitement. Il rappelle qu’il faudra pouvoir vivre de son salaire et il faut que la sécurité sociale soit suffisante.
Ilkka Kaukoranta, économiste en chef de la SAK, relève que le rapport d’Etla exagère l’impact du pacte sur l’emploi et rappelle que tous les secteurs n’avaient pas adopté l’augmentation du temps de travail. 81% des salariés sont concernés par le pacte, selon lui, ce qui ferait que l’impact sur l’emploi serait plutôt de l’ordre de 6000 à 12 000 que 8000 à 16 000.
Il estime que la compétitivité se compose de tellement d’éléments qu’il ne faudrait pas trop souligner l’importance du temps de travail.
Dans son rapport, Etla note que le temps de travail hebdomadaire moyen est inférieur en Finlande par rapport à la moyenne des Etats membres de l’UE.
HS a posé la question de savoir comment un allongement du temps de travail peut augmenter l’emploi. M. Kauhanen affirme que le pacte a rendu le recrutement plus rentable, ce qui aurait même pu avoir un effet sur des prises de décision des entreprises internationales concernant la localisation de leur production.
HS/mar/A13

Lundi 12 août 2019

Politique étrangère et européenne

Désarmement nucléaire

Propos de Pekka Haavisto
La Finlande ne signera probablement pas le traité sur les armes nucléaires
Turun Sanomat rend compte des propos du ministre des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, qui note, concernant le traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires, qu’aucune puissance nucléaire ne souhaite le rejoindre. Pour lui, l’objectif du traité est bon mais il faudrait pouvoir mettre en place un système auquel participeraient les Etats disposant d’armes nucléaires.
La Finlande s’efforcera, selon M. Haavisto, d’assumer un rôle actif dans la politique en matière d’armes nucléaires qui actuellement est essentiellement déterminé selon les conditions de la Russie, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de la Chine, qui sont engagés dans le traité de non-prolifération TNP.
M. Haavisto a participé, en juin à Stockholm, à une conférence organisée par son homologue suédoise, Margot Wallström. A l’occasion de cette rencontre, le projet d’examiner le TNP au printemps prochain a été évoqué. Selon M. Haavisto, les différents pays souhaitent renforcer ensemble ce traité notamment de façon à faire engager les Etats signataires au désarmement nucléaire et aux mesures restreignant les armes nucléaires. M. Haavisto estime que s’il semble réaliste de vouloir restreindre les armes nucléaires et de relancer les négociations, la voie esquissée à Stockholm pourrait être la bonne.
Il note toutefois que l’état international des choses ne donne pas lieu à beaucoup d’optimisme. Pour lui, la situation en matière des armes nucléaires est inquiétante : les nouvelles menaces et la crise concernant les accords existants comme le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, pourront mener à une nouvelle course à l’armement.
M. Haavisto rappelle que même du temps de la guerre froide, il était possible de se mettre d’accord sur des restrictions d’armement, alors que là, la situation est plus anarchique. Il est très parlant que l’on n’arrive pas à se mettre d’accord même sur les questions de base concernant l’utilisation et le développement des armes nucléaires.
TS/sam/12

Russie

Editorial
La Finlande peut s’attendre à des surprises venant de Russie
Helsingin Sanomat estime que, à une semaine de la visite en Finlande du Président Poutine, la Russie est marquée par une vague de mécontentement. Cela fait que le voisin de la Finlande est une Russie dont on peut attendre des surprises.
L’imprévisibilité de la Russie semble cette fois venir de sa situation intérieure. Mais les conséquences des luttes de pouvoir et de la répression pourraient aussi avoir des effets au-delà de ses frontières, estime HS.
HS

Le gazoduc dope les exportations finlandaises
La construction du gazoduc Nord Stream 2 a eu pour effet une augmentation temporaire des exportations finlandaises en Russie. Sur les cinq premiers mois de l’année, cela a représenté une augmentation de 500 millions d’euros. En mai, les exportations de Nord Stream 2 ont représenté une augmentation des exportations vers la Russie de 40% par rapport à mai 2018.
Toutefois cela n’est que temporaire. De plus, le niveau des exportations finlandaises vers la Russie n’a toujours pas retrouvé celui d’avant la crise ukrainienne : les exportations finlandaises vers la Russie représentaient 5,4 milliards d’euros en 2012 et en 2013 contre seulement 3,3 milliards d’euros en 2018.
AL

Energie

Ardian cherche des opportunités en Finlande
Kauppalehti rapporte que le groupe français Ardian cherche des opportunités en Finlande pour investir dans les énergies renouvelables. Le groupe qui a déjà investi en Suède et en Norvège recherche à acquérir deux à trois grandes cibles d’investissement en Finlande. Le montant total pourrait s’élever à 2 à 3 milliards d’euros, rapporte Kauppalehti.
Cet investissement fait partie de la constitution d’une nouvelle plateforme sur les énergies renouvelables dans les pays nordiques. « La Finlande contient de nombreuses opportunités intéressantes dans ce secteur, notamment dans les éoliennes et les biocarburants », selon Simo Santavirta de Ardian. Il relève que l’atout de la Finlande par rapport à ses voisins nordiques est l’euro ce qui diminue les risques pour les investissements.
M. Auranne, de Adrian, estime que c’est dans l’énergie éolienne que les investissements se feront le plus probablement.
KL

Rapport du GIEC

Editorial
« Le climat est le carburant le plus important de la politique » KL
L’éditorialiste de Kauppalehti estime que la division entre la gauche et la droite commence à être dépassée. Ce qui divise les gens désormais, ce sont les questions liées au climat.
Pour l’éditorialiste, les décideurs politiques sont lents à réagir s’ils ne sentent pas une pression venant de la part des citoyens. De ce fait, chaque personne ainsi que les ONG ont un rôle important à jouer.
KL/9.8/5

Politique intérieure

Popularité

Les personnalités politiques les plus populaires
Selon le sondage réalisé par Alma Media, les personnalités politiques les plus populaires sont toujours le Président Sauli Niinistö et le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto.
A la question de savoir « A quelle personnalité donneriez-vous plus de pouvoirs ? », M. Niinistö reçoit 66% de suffrages, devant M. Haavisto (48%) et Mme Jutta Urpilainen (34%).
Parmi les chefs de partis politiques, c’est Mme Li Anbdersson qui est la première citée (33%), devant Sari Essayah (26%), Jussi Halla-aho (25%), Petteri Orpo (23%), Antti Rinne (22%), Anna-Maja Henriksson (20%), Maria Ohisalo (17%) et Juha Sipilä (15%).
AL

Parti du Centre

Premier débat entre M. Kaikkonen et Mme Kulmuni
Samedi a eu lieu le premier débat entre les candidats à la présidence du parti, le Ministre de la Défense Antti kaikkonen et la ministre de l’Economie Katri Kulmuni.
Selon un sondage publié par Maaseudun Tulevaisuus, les deux candidats ont la même audience, environ 40%, parmi les électeurs centristes.
Le premier débat n’a pas permis de les départager, les candidats n’exprimant que de légères différences de tonalités, selon Aamulehti.
Tous deux estiment que le Ministre des Finances Mika Lintilä pourra continuer à son poste au moins jusqu’à la fin de l’année.
AL uusisuomi

Gouvernement

Modèle d’activation de chômeurs
Helsingin Sanomat relève que, selon ses sources, le gouvernement envisage de supprimer la mesure prévue pour couper de 4,65% les indemnités de chômage concernant les personnes qui travaillent moins de 18 heures sur une période de trois mois.
Par contre, il s’agira de maintenir la diminution du nombre de jours de carence (passé de sept à cinq) au début du chômage. Ainsi, concernant le premier mois de chômage, l’allocation resterait à un niveau plus élevé.
Un projet de loi en la matière devrait être remis pour avis, cette semaine. Le Premier ministre, Antti Rinne, affirme que la diminution de l’indemnité sera supprimée au début 2020.
HS/dim./A13

France - Finlande

Littérature

Zeniter, Slimani, Louis et Proust au menu de la rentrée littéraire en Finlande
Helsingin Sanomat publie une critique de L’art de perdre d’Alice Zeniter, paru en finnois, et annonce la sortie de la traduction des premiers romans de Leila Slimani et d’Edouard Louis.
HS rend compte aussi d’un article de The Guardian sur la publication, en octobre, d’une collection de textes inédits de Marcel Proust.
HS/sam/C4, dim/C4

Musique

Bonnes critiques pour l’orchestre de Tampere
Aamulehti rapporte que l’orchestre philarmonique de Tampere qui a donné deux concerts à Montpellier a reçu les éloges des critiques dans la presse française et spécialisée.
AL

Vendredi 9 août 2019

Politique étrangère et européenne

Réactions à la publication du rapport du GIEC

« Le rapport demande des actions – qu’entend faire la Finlande ? » HS
Helsingin Sanomat publie un article rendant compte de quatre mesures différentes pour diminuer les émissions liées à l’utilisation du sol. Les ministres de l’Environnement, Krista Mikkonen (Verts) et de l’Agriculture, Jari Leppä (Centre), évaluent les moyens de leur éventuelle mise en oeuvre.
HS/ven/A6-7

Editorial
« Il faut une véritable politique en la matière, et non pas seulement s’en remettre au choix des particuliers » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat note que les recommandations du rapport du GIEC susciteront certainement un débat vaste en Finlande, car il touche le quotidien de tout le monde, ainsi qu’une grande partie de la vie économique.
Souligner les choix des individus est important afin de créer une pression politique, mais il peut être difficile pour une personne privée de bien distinguer entre ce qui est essentiel et ce qui est accessoire.
Le problème du changement climatique exige maintenant des solutions politiques qui se basent sur les travaux de la recherche. Il faut une prise de décision politique qui fixe des objectifs, se procure des études sur les alternatives, évalue l’impact des différents choix, en privilégie certains.
Pour un tel processus, la coopération internationale est particulièrement importante afin d’arriver à mettre en place des mesures efficaces et de parvenir à une répartition acceptable du fardeau. Il faut un effort sans précédent pour mettre en place cette coopération entre les pays du monde entier.
Au niveau européen, le système de quotas d’émission fait que le marché pousse le système énergétique vers la neutralité en matière d’émissions. Il s’agira de trouver une approche similaire pour la production alimentaire, pour l’utilisation des sols et pour l’industrie forestière.
HS/ven/A4

Centre de menaces hybrides

Teija Tiilikainen nommée à la tête du Centre d’excellence européen de lutte contre les menaces hybrides
Alors Directrice de FIIA (Institut finlandais des Affaires internationales) depuis 2010, Teija Tiilikainen est nommée à la tête du Centre d’excellence européen de lutte contre les menaces hybrides, qui a été créé à Helsinki en 2017.
« Le Centre d’excellence européen de lutte contre les menaces hybrides est un outil important qui renforce la coopération entre l’UE et l’OTAN. C’est une organisation de spécialistes où la recherche et l’expertise sur les menaces hybrides vont de pair avec des actions de formation, des experts-conseils d’experts et un service d’information aux gouvernements », déclare Mme Tiilikainen.
Teija Tiilikainen prendra ses fonctions pour une durée de cinq ans à la tête du Centre au courant de l’automne.
Le nouveau directeur de FIIA n’a en revanche toujours pas été nommé.
HS

Demandeurs d’asile

Le gouvernement a décidé d’accueillir cinq migrants de Malte
Le gouvernement a décidé d’accueillir cinq migrants secourus en Méditerranée, d’ici la fin de l’année.
Les demandes d’asile de ces personnes seront étudiées selon la procédure normale en matière d’asile.
Le gouvernement avait déjà pris, le 11 juillet, une décision concernant l’accueil de huit migrants secourus en Méditerranée.
Désormais, la Finlande indique qu’elle ne participera pas à d’autres opérations de débarquement tant qu’un accord sur un arrangement temporaire n’aura pas été trouvé.
vn.fi

Finlande – Russie

Base d’hélicoptères militaires à Suursaari
Hufvudstadsbladet rend compte des commentaires de Charly Salonius-Pasternak, expert à l’Institut finlandais des relations internationales concernant la construction par la Russie d’une base pour hélicoptères sur l’île Suursaari (Gogland en russe) qui se situe à 40 km au large de Kotka. Le chercheur estime que la base entre dans la logique de la Russie d’affirmer sa puissance militaire, non seulement à ses frontières mais aussi au-delà.
HBL rappelle que la majorité des exportations finlandaises de biens passent par le port de Mussalo à Kotka.
Pour M. Salonius-Pasternak, la base ne revêt pas un intérêt militaire ou stratégique direct pour la Finlande, mais plutôt une importance politique.
HBL/ven/8

Hongrie

Propos de l’ambassadeur de Hongrie en Finlande
Aamulehti publie une interview de l’ambassadeur de Hongrie en Finlande. M. Urkuti défend les critiques hongroises visant la Finlande et estime que l’UE n’arrivera pas à lier l’octroi des fonds de cohésion pour le développement régional à la question de l’Etat de droit.
Le cadre financier pluriannuel est adopté à l’unanimité, rappelle M. Urkuti. Pour lui, la question de l’Etat de droit, « à laquelle la Hongrie s’est engagée », ne peut pas être liée au financement des fonds de cohésion pour les régions, censé diminuer des inégalités. Le lier à de tels crédits serait pour lui en soi contraire au principe de l’Etat de droit.
AL/jeu/A18

Politique intérieure

Partis politiques

Sondage : la popularité d’ensemble des partis du gouvernement augmente
Yle publie son sondage mensuel sur les partis politiques. La popularité totale des cinq partis de la coalition gouvernementale augmente pour la première fois pour s’élever à 57%, les Verts poursuivant sa hausse (+0,8) et le Centre endiguant sa chute (+0,9).

Les Vrais Finlandais arrivent toujours au premier rang avec 19,6% des intentions de vote, suivis du Rassemblement national à 16,8% et du PSD à 16,3%.
Les Verts arrivent au 4ème rang avec 15,1%, suivis du Centre à 12,6%, de l’Alliance des gauches à 8,7%, du Parti populaire suédois à 4,3% et des Chrétiens-démocrates à 3,5%.
Yle

Gouvernement

Hanna Kosonen, nouvelle ministre de la Science et de la Culture
Hanna Kosonen (Centre) est nommée ministre en remplacement d’Annika Saarikko qui part, aujourd’hui, en congé de maternité. Mme Saarikko envisage de reprendre ses fonctions en août 2020.
HS

Déclaration de M. Rinne

Politique climatique
Le Premier ministre Antti Rinne a rencontré des journalistes politiques pour la première fois depuis son retour de congés. Il dit être convaincu que le gouvernement arrivera à se concerter dans sa politique en matière de forêts et de climat.
Les mesures en faveur du climat devront être socialement équitables de façon à ce que tous les Finlandais puissent les vivre comme justes, déclare M. Rinne.
Le gouvernement est lié par son programme selon lequel les coupes de bois pourront être augmentées. Le programme ne prévoit pas de diminuer l’usage de la tourbe. A la question de savoir ce que le gouvernement peut faire pour le climat au niveau de l’utilisation des sols et des forêts, M. Rinne note qu’il faudra investir dans la recherche et développement et dans l’innovation afin de renforcer les puits de carbone.
HS/jeu/A10

Social

Editorial : Une rentrée difficile en matière sociale
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat anticipe des négociations difficiles entre les partenaires sociaux à la rentrée. La poursuite ou non de l’augmentation du temps de travail au-delà des trois ans écoulés du pacte de compétitivité créera des tensions alors que le patronat et les salariés ne sont pas d’accord sur le fait de savoir s’il s’agissait d’une mesure permanente ou conjoncturelle.
M. Rinne a souhaité que les partenaires sociaux recherchent ensemble une solution au différend, mais comme le patronat a rejeté les négociations centralisées il y a plusieurs années déjà, il n’est pas enthousiaste à l’idée d’une éventuelle participation du gouvernement aux pourparlers.
HS/jeu/A4

Economie

Industries technologiques
Selon l’économiste en chef de l’Union des Industries technologiques, les commandes du secteur sont 15% plus importantes qu’il y a un an, et du même niveau que durant le trimestre précédent. Les industries technologiques emploient 320 000 personnes et sont un secteur essentiel pour les exportations finlandaises.
HS/jeu/A29

Le directeur général de Ramirent démissionne
A la tête de l’entreprise depuis 2016, le directeur général de Ramirent, Tapio Kolunsarka démissionne.
La société de location de matériel professionnel Loxam avait signalé en juin dernier qu’elle comptait acquérir l’entreprise finlandaise Ramirent. Loxam serait ainsi sur le point de détenir 90% des actions de Ramirent.
Ramirent a environ 2 900 employés dont 500 en Finlande.
HS

France – Finlande

Gastronomie

Samuil Angelov
Helsingin Sanomat a interviewé le sommelier et restaurateur Samuil Angelov à l’occasion de ses 40 ans.
HS/mer/B16

Mardi 6 août 2019

Politique étrangère et européenne

FMI

Olli Rehn s’est retiré
Le gouverneur de la banque de Finlande, Olli Rehn, qui a retiré sa candidature pour la direction du FMI, admet qu’il regrette sa décision du fait que les fonctions auraient été intéressantes et motivantes.
Mika Lintilä, ministre des Finances (Centre), se pose, lui, la question de l’âge de Mme Georgieva en rappelant que selon le règlement du FMI, le nouveau directeur devrait avoir moins de 65 ans au moment de sa nomination. Il regrette que l’on change les règles au milieu du processus.
M. Lintilä estime qu’il faudra que la Finlande renforce son réseautage avec l’Allemagne et la France et mette en valeur ses propres candidats de compromis.
HS/sam/B10, AL/dim/A17

Confiance dans l’UE

58% des Finlandais comptent sur l’UE
Selon l’Eurobaromètre, la confiance des Finlandais dans l’UE a augmenté, à l’instar des populations de 19 autres Etats membres.
L’immigration est considérée comme le plus grand problème de l’UE (pour 34% de personnes interrogées, contre 40% il y a un an), suivie du changement climatique, de l’économie et du terrorisme. L’année dernière, la préoccupation à l’égard duclimat arrivait au cinquième rang.
HS/mar/A10

Traite des êtres humains

Selon Migri, des personnes ont été obligées à faire la manche
L’Agence nationale de l’immigration, Migri, révèle que deux personnes l’ont contactée, cette année, alors qu’elles auraient été obligées de mendier en Finlande.
Fin juin, 115 personnes nouvelles se sont inscrites dans le système d’assistance des victimes de traite des êtres humains, ce qui est le double du chiffre de juin 2018.
HS/mar/A13

Politique intérieure

Chrétiens-démocrates

Mme Essayah en congé de maladie
La présidente des Chrétiens-démocrates, Sari Essayah, a annoncé qu’elle sera en arrêt maladie de deux semaines pour suivre un traitement contre le cancer du sein. Elle indique qu’il lui faudra réfléchir à l’opportunité de présenter sa candidature pour poursuivre son mandat à la tête du parti. Le congrès du parti aura lieu à la fin du mois, à Oulu. Aucun autre candidat ne s’est déclaré pour l’instant.
HS/dim/A10

Liberté d’expression et responsabilité des députés

La police envisage d’ouvrir une enquête à l’encontre de plusieurs députés
La police est en train d’étudier si elle ouvre une enquête sur des propos exprimés par Päivi Räsänen (Chrétiens-démocrates), Hussein Al-Taee (PSD) et Juha Mäenpää (Vrais Finlandais). Pour ce qui est de M. Al-Taee, les soupçons concernent des faits qui seraient déjà anciens (le délai de prescription étant de cinq ans), alors que les messages incriminés sur Facebook étaient encore visibles en 2016-2017.
Mme Räsänen a publié des messages offensants à l’occasion de Pride 2019, et M. Mäenpää a tenu des propos hostiles aux demandeurs d’asile.
HS/dim/A10

Tourisme

Visit Finland a payé des séjours finlandais à des touristes à des fins de marketing
Dans le cadre de sa campagne « Rent a Finn », Visit Finland a fait venir 18 touristes étrangers en Finlande, dont des Français, en leur payant un séjour en compagnie des Finlandais. Il s’agit de montrer aux touristes les plaisirs simples du quotidien des nationaux dans l’espoir que le bouche à oreille suscite une publicité favorable pour le pays.
HS/mar/A11

Economie

Perspectives économiques
Helsingin Sanomat rend compte des mauvaises perspectives économiques pour la production industrielle au sein de la zone euro et du fait que celles pour la Finlande sont devenues plus sombres aussi, notamment du fait que l’Allemagne, son premier partenaire commercial, enregistre ses pires résultats depuis sept ans.
40% de la valeur des exportations finlandaises de biens sont destinés à la zone euro.
HS/sam/B11

« Les droits de douanes de M. Trump pourraient avoir un impact en Finlande » HS
Selon Timo Vuori de la Chambre nationale de commerce, la prolongation du litige commercial entre les Etats-Unis et la Chine pourra impacter la Finlande de plusieurs façons. Les effets immédiats concerneront l’insécurité économique, selon lui, mais plus long terme, les effets indirects pourront être bien plus importants notamment du fait que 76% des produits d’exportation finlandais sont des éléments de chaînes de valeur dépassant le cadre national, tels que les voitures montées à Uusikaupunki qui selon les statistiques sont exportées en Allemagne, mais qui dans la réalité partent principalement aux Etats-Unis.
HS/sam/B11

Perspectives du commerce de détail
L’union des commerçants table sur une croissance de 2% pour l’année en cours et de 1% pour 2020. Ces faibles perspectives sont liées notamment au tassement de la croissance économique, au brexit, à la guerre commerciale et au ralentissement des exportations.
Les ventes au détail ont perdu beaucoup en chiffre d’affaires et n’ont toujours pas retrouvé leur niveau d’avant la crise financière.
L’union des commerçants prévoit une diminution importante du nombre de magasins d’ici à 2030. Par rapport au nombre actuel de 23 900, 5 600 à 9 600 magasins pourraient disparaître. Les ventes en ligne ont également un rôle important dans cette évolution. Avec cette disparition de magasins, entre 11 000 et 25 000 emplois pourraient disparaître d’ici 2030.
KL/mar/A6

Défense

Le mouilleur de mines Hämeenmaa s’est égaré dans les eaux territoriales russes
En mission de surveillance territoriale dans la partie orientale du golfe de Finlande le 1er août, le mouilleur de mines Hämeenmaa est entré par inadvertance dans les eaux territoriales russes sur un court parcours d’un maximum de 600 mètres. Une fois l’erreur constatée, le bâtiment a immédiatement rejoint les eaux territoriales internationales. La marine a ouvert une enquête sur l’affaire.
Les autorités finlandaises ont été en contact avec la Russie et déploré l’incident.
puolustusvoimat

Promotion de généraux
Sur recommandation du ministre de la défense Antti Kaikkonen, le président de la république Sauli Niinistö a promu les généraux suivants à compter du 1er août : le général de division Ilkka Korkiamäki est promu au grade de général de corps d’armée, le général de brigade Pasi Välimäki est promu au grade de général de division et le colonel Mika Kalliomaa est promu au grade de général de brigade.
Defmin.fi

Ilkka Kanerva qualifie l’exercice militaire russe de « relativement robuste »
« C’est un exercice relativement robuste, spectaculaire, précédé d’une longue période de préparation qui ne peut pas être organisé sur un coup de tête », estime le président de la commission parlementaire de la défense Ilkka Kanerva (conservateur) en parlant des manoeuvres militaires entamées par les Russes en mer Baltique.
Commencé jeudi dernier, l’exercice qui se terminera le 9 août, rassemble 49 bâtiments de combat, 20 ravitailleurs, près de 11 000 soldats et 58 avions de soutien et avions de combat.
M. Kanerva estime que les manœuvres font partie du dialogue est-ouest et rappelle que, pour sa part, la Finlande participait au grand exercice des troupes JEF commandés par les Britanniques près de Kaliningrad en juin dernier.
Cet exercice militaire prouve, selon M. Kanerva, que la mer Baltique n’est pas sortie du cercle des tensions internationales. « La Russie veut affirmer sa présence militaire en mer Baltique. Or, le contrôle de la mer Baltique est primordial pour un pays comme la Finlande dont 90% du commerce extérieur passe par elle. »
Pour Ilkka Kanerva, l’exercice militaire russe n’a pas été une surprise.
IS

”Les fuites ébranlent la crédibilité de l’armée”, écrit Suomen kuvalehti
Le 12 juillet, l’Agence de presse finlandaise STT a révélé que le contre-amiral Georgij Alafuzoff est soupçonné d’une fuite concernant des documents secrets du renseignement qui seraient parvenus au journal Helsingin Sanomat, écrit l’hebdomadaire Suomen Kuvalehti.
M. Alafuzoff dirigeait le renseignement militaire dans les années 2007-2013 et a ensuite occupé les fonctions de directeur du renseignement militaire de l’UE avant de prendre sa retraite en 2016.
L’affaire a commencé par un article paru dans Helsingin Sanomat le 16 décembre 2017 sur le Centre d’essai de transmission de la défense nationale situé à Tikkakoski. L’article utilisait comme source des documents secrets des années 2002-2010 du centre, dont une partie classée dans la catégorie du plus haut secret.
Si toutefois M. Alafuzoff est à l’origine de cette fuite, trois alternatives se présentent selon le journal.
Si la fuite a eu lieu juste avant la publication de l’article, M. Alafuzoff, alors à la retraite, se serait trouvé en possession des documents secrets ce qui, indépendamment de la fuite, constituerait un délit.
Par ailleurs, le journal n’exclut pas que M. Alafuzoff aurait pu transmettre le matériau alors qu’il était encore en exercice au sein de la défense nationale et que le quotidien aurait été en possession des documents depuis longtemps. Pourquoi, dans ce cas, aurait-il attendu aussi longtemps ?, s’interroge le journal.
Et enfin, selon la troisième alternative, les documents seraient parvenus au journal par l’intermédiaire d’un tiers. En effet, STT ne précise pas si, outre M. Alafuzoff, d’autres personnes font l’objet de soupçons.
Ceci étant, il pourrait également s’agir de négligence ce qui, pour la défense nationale, serait tout aussi embarrassant, conclut le journal.
SK29/2019

France

Culture

Le Chant du loup
SK a interviewé Antonin Baudry, metteur en scène du Chant du loup, et rend compte du succès en France du film, disponible sur Netflix.
SK/2.8/54

Louvre
Hufvudstadsbladet rend compte du fait que le Louvre encourage ses visiteurs à réserver leur billet en avance en ligne, ce qui deviendra obligatoire d’ici la fin de l’année. En 2018, 10 millions de personnes ont visité le musée.
HBL/dim/35

France – Finlande

Musique

Festival de musique de Mänttä
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du concert du pianiste Marc-André Hamelin à Mänttä.
HS

Vendredi 2 août 2019

Politique étrangère et européenne

Finlande – Hongrie

Propos de M. Rinne
Le Premier ministre Antti Rinne évoque la possibilité que les contributeurs nets de l’UE diminuent leurs versements en protestation contre les violations de l’Etat de droit de la Hongrie.
Yle

« Selon le professeur émérite Kaarlo Tuori, il y a bien une définition pour l’Etat de droit » HS
Helsingin Sanomat a interviewé Kaarlo Tuori, professeur émérite en droit, qui affirme qu’il existe un contenu juridique précis concernant le concept de l’Etat de droit. Il rappelle que le comité de Venise qui dépend du Conseil de l’Europe, et dans les travaux duquel il a participé, a rédigé une liste détaillée sur ce que comprenait cette notion.
M. Tuori estime que dans la situation hongroise, il s’agit des valeurs fondamentales de l’UE. Si elles ne sont pas respectées, le fondement de la coopération européenne au niveau de l’UE et du Conseil de l’Europe n’est plus là. La Hongrie s’est engagée à les observer auprès de ces deux instances, rappelle M. Tuori.
HS/ven/A11

Finlande – Russie

Visa
Pasi Tuominen, chef des services consulaires au ministère des Affaires étrangères, relève que la Russie a communiqué de façon officielle sur un décret présidentiel sur l’introduction, en octobre, d’un visa gratuit électronique pour les voyages limitrophes des Finlandais dans la région de Saint-Pétersbourg.
La Finlande de son côté mettra en place les mêmes conditions que les autres Etats Schengen concernant les pièces-jointes d’une demande de visa Finlandais par les Russes. Ces conditions ont été mises en place en 2009, mais la Finlande a appliqué ses propres conditions, moins lourdes, concernant la Russie.
HS/ven/A8

Politique intérieure

Partis politiques

Les anciens partis principaux chutent
Le Helsingin Sanomat rend compte du fait que dans le nouveau sondage, l’audience totale du PSD, du rassemblement national et du Centre ensemble ne s’élève plus qu’à 45,4%, ce qui est moins que jamais. Depuis l’indépendance de la Finlande, ces trois partis ont toujours eu un soutien de 60% des Finlandais, et au-delà, mais aux législatives, le résultat n’a pas atteint les 50% et cette tendance continue.
Les Vrais Finlandais et les Verts connaissent un autre type de tendance. Ces jeunes (par rapport aux trois autres) partis avec des orientations opposées en matière d’immigration et de changement climatique ont ensemble un soutien de 34,7%.
Ce genre de phénomène, chute des vieux partis et ascension de nouveaux, est observé généralement en Europe, y compris en France, en Suède et en Estonie.
HS/mer/A11

Popularité du gouvernement

La moitié des Finlandais sont satisfaits du gouvernement Rinne
Selon un sondage effectué pour le compte de Lännen media, la moitié des Finlandais sont satisfaits du gouvernement : 47% sont très ou assez satisfaits, alors que 28% des personnes interrogées sont très ou assez mécontents. Un quart des personnes ne se sont pas exprimées.
Il y a quatre ans, 59% des Finlandais étaient satisfaits du gouvernement de M. Sipilä. A l’époque, le nombre des incertains était moins important, ce qui pourrait vouloir dire qu’aujourd’hui, les orientations du gouvernement ne sont pas claires pour beaucoup de Finlandais.
Parmi les militants de partis de la coalition gouvernementale, ce sont les sociaux-démocrates qui sont le plus satisfaits, 85%, le taux étant de 54% pour les centristes.
65% des électeurs des Vrais Finlandais et 70% de ceux du Rassemblement national sont mécontents.
Yle

Défense

Forces armées
Le nouveau commandant des forces armées, général Timo Kivinen, a pris ses fonctions, jeudi, en succession du général Jarmo Lindberg. Les cérémonies en la matière ont eu lieu à Santahamina, mercredi.
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rappelle que les personnalités qui participeront à la prise de décision concernant l’acquisition d’avions de chasse, sont désormais en fonction.
Le général Kivinen dit que la Finlande pourrait diminuer sa participation à des exercices militaires internationaux. Ces dernières années, il y en a eu beaucoup, 92 cette année et 81 l’année dernière, et selon M. Kivinen, la Finlande a appris à identifier quels exercices étaient les plus utiles.
HS/jeu/A5&A11, ven/A13

Acquisition d’avions de chasse
Suomen Kuvalehti publie un article de Jyri Raivio sur le projet d’acquisition d’avions de chasse et note que les nouveaux avions plus efficaces que les anciens, et que pour remplacer la capacité des chasseurs Hornet actuels, un nombre bien moindre d’avions suffirait. Le ministre de la Défense, Antti Kaikkonen, Centre, ne s’enthousiasme pas de cette logique.
Selon le programme gouvernemental, la capacité de l’équipement d’Hornet sera remplacée à 100% et l’accord d’acquisition sera conclu en 2021.
Le valeur de l’acquisition s’élèvera à 7 à 10 milliards d’euros, ce qui correspond à ce qu’avaient dit au moins les sociaux-démocrates, l’Alliance des gauches et les Verts, parmi les partis de la coalition gouvernementale, lors des débats avant les législatives.
La Finlande dispose de 64 chasseurs Hornet dont 62 toujours en usage, achetés sur la base de décisions prises en 1992. Trois partis de la coalition gouvernementale et désormais donc le gouvernement dans son ensemble, n’ont pas souhaité s’engager à un certain nombre de nouveaux HX. Pour le gouvernement, il s’agit de remplacer la capacité.
Le ministre de la Défense, M. Kaikkonen, dit que la formulation du programme gouvernemental en la matière vient assez directement du rapport sur la politique de défense du parlement précédent. « Je n’ai pas personnellement participé au groupe de travail qui a rédigé ce point, mais j’ai compris qu’aucun grand bras de fer n’y était lié. »
Une décision HX est attendue du gouvernement Rinne bien avant la publication du choix entre les candidats à l’automne 2021. La fourchette de 7 à 10 milliards d’euros devra être transformée en un crédit disponible que le gouvernement présentera à l’adoption du Parlement. Selon M. Kaikkonen, cette décision sera probablement prise avant la fin de l’année. Les premières sommes devront être versées au fabricant dès 2021.
SK/19.7/18-21

« Estimation erronée »
SK rend compte des erreurs dans les calculs au moment de l’achat des chasseurs Hornet. A l’origine, le coût de l’achat des avions devait s’élever à 3,2 mrds d’euros et les dépenses à 1,5 milliard d’euros durant les 30 ans d’utilisation.
Normalement, pour une acquisition de cette envergure, l’achat représente un tiers et les frais d’utilisation deux tiers du coût. C’est ce qui va se passer avec les Hornet aussi : ils ont couté 4,4 milliards d’euros (hormis les mises à jour à un milliard d’euros), tandis que les frais s’élèveront à 7,5 à 8 milliards d’euros.
SK note que les Forces aériennes sont réticentes à donner des réponses sur le fait de savoir de quoi dépendent les écarts aussi importants entre l’estimation et le coût réel. L’hebdomadaire suppose toutefois que le nombre d’heures de vol joue un rôle pour le coût. A l’origine, il était prévu un total de 12 000 heures de vol pour les avions or, il ne s’agira que de 4500 heures.
SK rappelle que dans le choix des Hornet, il avait été souligné que la marine américaine allait développer ce type d’avion durant les 30 ans que la Finlande allait les utiliser. Les dernières et finales mises à jour datent toutefois de 2016.
Les Forces aériennes ont assuré plusieurs fois qu’elles étaient satisfaites de ces avions.
SK/19.7/21

Criminalité

La police rend compte d’un nouveau type de criminalité
Dans le contexte de la fusillade en centre-ville de Helsinki, la semaine dernière, la police avait parlé d’un nouveau type de criminalité atterri désormais en Finlande à l’instar de la Suède et du Danemark.
Helsingin Sanomat publie un entretien avec Jonna Turunen, inspectrice en chef de la police de Helsinki, qui précise qu’il s’agit de tensions et de règlements de compte entre des familles ou groupes aux origines étrangères et qui peuvent impliquer du chantage, des questions liées à l’honneur ou à des territoires, ainsi que de la violence.
Traditionnellement, la criminalité violente finlandaise s’effectue dans des lieus privés, alors que là, il n’est pas exclu qu’elle ait lieu dans un lieu public ou les passants risquent d’être en danger.
HS/mer/A16

publié le 02/09/2019

haut de page