Août 2014

Vendredi 29 août 2014

Politique étrangère et européenne

Russie – Ukraine

Propos de M. Tuomioja

Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que les rapports sur le fait que les séparatistes avanceraient en Ukraine de l’Est sont probablement justes. Pour lui, il est difficile de dire s’il s’agit d’une guerre en Ukraine, mais il faut faire arrêter la tuerie dans tous les cas.
Les éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie seront évoquées lors de conseil extraordinaire des ministres des Affaires étrangères à Milan.
HBL/11

Editoriaux et points de vue

L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que, sous couvert d’accepter des négociations diplomatiques comme en témoigne le sommet de Minsk, la Russie continue des actions de guerre en Ukraine.
Pour Turun Sanomat, « Poutine mène la danse et l’Europe ne réagit pas ».
HS TS

Sanctions économiques

La Commission européenne prévoit des aides au secteur laitier

La Commission européenne a décidé d’accorder des aides au stockage pour l’industrie laitière qui souffre des restrictions d’exportations vers la Russie. M. Orpo, ministre de l’Agriculture, se félicite du fait que cela profitera à l’industrie et aux producteurs. Il relève que la Finlande souhaite également un soutien direct pour les producteurs du secteur laitier, de viande et de poisson.
Selon des sources européennes, l’aide au stockage pourrait s’élever à 10 à 20 millions d’euros.
HS/A30, HBL/9

Finlande – Russie

Encore une violation de l’espace aérien : selon un spécialiste, les violations répétées pourraient avoir comme objectif de tester l’Etat d’alerte de la Finlande

Un avion russe a violé l’espace aérien finlandais, hier, pour la troisième fois en une semaine. Helsingin Sanomat relève que, selon un spécialiste britannique de politique de sécurité, M. Anthony, il ne s’agit pas forcément d’une coïncidence. « Des cas séparés peuvent toujours être expliqués par des raisons techniques, mais s’il s’agit d’une action qui se répète, il apparaît improbable qu’il s’agisse d’un accident. » M. Anthony, qui dirige le Stockholm International Peace Research Institute, relève que le paysage en matière de sécurité se détériore depuis plusieurs années et tout particulièrement depuis les douze derniers mois.
La direction finlandaise a condamné la nouvelle violation. Le ministre de la Défense, M. Haglund, estime qu’il est difficile de considérer les incidents comme des coïncidences. Faute d’explications convaincantes, il semble que cela ait un côté intentionnel, selon lui. Sans spéculer sur les motifs russes, M. Haglund estime qu’il faudra mettre fin aux violations. Pour lui, il ne s’agit pas de provocation de la part de la Russie, mais il estime que, dans le contexte de la situation de politique de sécurité actuelle, il est dans les intérêts de la Russie qu’il n’y en ait pas beaucoup plus.
Il faudra exprimer une désapprobation politique auprès des Russes en la matière, dit le ministre de la défense. Il relève qu’il suppose que le ministre des Affaires étrangères, M Tuomioja, évoquera la question avec son homologue M. Lavrov. La Finlande demandera une explication sur les violations.
M. Tuomioja souligne que malgré les violations de l’espace aérien, aucune menace de politique de sécurité ne vise la Finlande. Pour lui, il n’y a pas de message politique destiné à la Finlande dans les pénétrations répétées de son espace aérien. Pour l’aviation, elles constituent toutefois un danger. « Il faut qu’elles s’arrêtent. » Selon M. Tuomioja il faut mettre au clair s’il s’agit d’un accident, de nonchalance ou bien d’une action intentionnelle.
La violation a eu lieu devant Porvoo, hier à midi, et a duré quelques minutes. Un avion finlandais s’est rendu sur place pour identifier l’avion russe.
M. Tolla, chef de l’état-major des forces aériennes, ne souhaite pas spéculer sur le fait de savoir si la Finlande allait faire décoller des Hornet pour identifier des avions étrangers plus facilement qu’avant. Selon lui, les forces aériennes n’ont pas augmenté leur état d’alerte.
Pour M. Salonius-Pasternak, chercheur de l’Institut de relations internationales, les cas répétés pourraient relever d’une certaine logique, et en tout cas d’une grande nonchalance. Il estime que la Russie, sans forcément mettre en place un plan en la matière, souhaite voir comment la Finlande réagit. Il n’exclut pas que la violation ait intentionnellement eu lieu le jour d’une allégation d’attaque russe en Ukraine. La violation a attiré de l’attention aux dépens de l’Ukraine.
HS/A10, HBL/1&8, TS/13

Commentaire
La directrice de l’actualité de STT, Minna Lehtovaara estime qu’il est clair que la Russie fait exprès d’irriter la Finlande, mais que l’on peut se demander pourquoi ». « Il est toujours possible que la Russie essaie de dire qu’elle n’est pas favorable à ce que la Finlande se rapproche de l’OTAN », estime-t-elle.
KS

Défense

Les forces navales ont détecté un sous-marin russe
Mme Apajakari, chef des communications des forces navales, relève que les autorités se rendent régulièrement sur place pour identifier des navires étrangers, en mer et dans l’air.
Le sous-marin en question se trouvait dans des eaux internationales, près des eaux territoriales. Selon un particulier interviewé par Turun Sanomat, un navire des forces navales s’est rendu sur place, à 50 mètres du sous-marin.
M. Apajakari relève qu’aucun sous-marin ne s’est rendu dans les eaux territoriales de la Finlande.
TS/13

Propos du Président Niinistö
Le Président Sauli Niinistö estime qu’il est dans les intérêts de la Finlande de faire partie des réseaux internationaux même si aucune menace militaire ne la vise. Lors de son intervention devant des élèves officiers, M. Niinistö a évoqué les nouvelles menaces, comme le terrorisme et les cyber-menaces. Il rappelle que les menaces militaires, que l’on croyait déjà de l’histoire, sont redevenues d’actualité, y compris en Europe. On a toujours besoin d’une force militaire traditionnelle, selon lui.
TS/13

Conseil européen

Nominations
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb représentera la Finlande au conseil européen. L’objectif de la Finlande est un paquet de nominations équilibré.
Selon les informations de Financial Times, il y a deux véritables candidats pour le poste de président du conseil : la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt et le Premier ministre polonais Donald Tusk.
Le nom du commissaire finlandais Jyrki Katainen n’est donc plus dans les spéculations. Pour Helsingin Sanomat, il n’y a encore aucune information sur le futur portefeuille de M. Katainen dans la Commission présidée par M. Jean-Claude Juncker.
HS/A24

Politique intérieure

Budget

Le gouvernement a bouclé son budget
Helsingin Sanomat relève que le PSDF de M. Rinne a du faire marche arrière sur de nombreux points pour que le projet de budget soit adopté par le gouvernement ; le PSD a du notamment accepter que l’on revienne sur le projet de relever l’âge de la scolarité obligatoire d’un an. De même l’augmentation de 10 euros par moi du minimum retraite, promise par m. Rinne a été rejetée par le parti conservateur.
Le PSD s’est toutefois réjoui d’une enveloppe de 35 millions d’euros supplémentaires accordés pour l’école primaire.
En raison de la mauvaise conjoncture, le gouvernement a du décider d’augmenter l’endettement de 500 millions d‘euros de plus que prévu. En 2015, l’Etat devra donc emprunter 4,5 milliards d’euros (contre 7,5 milliards cette année).
Les dépenses pour 2015 s’élèveront à 53,7 milliards d’euros.
HS KL

Solidium abonde le budget de l’Etat
Solidium qui gère les actions de l’Etat dans les entreprises a versé 900 millions d’euros de recettes de dividendes dans les caisses de l’Etat en juin.
KL

Négociation sur les retraites

Il est possible que la centrale syndicale Akava reste en dehors de l’accord sur les retraites
Selon Helsingin Sanomat, les négociations sur les retraites n’ont pas avancé jeudi. Outre les problèmes déjà connus, il y a des tensions entre les grandes centrales syndicales SAK et Akava. Akava, centrale syndicale représentant les cadres, exige qu’on accumule plus de retraite avant l’âge minimum de la retraite. La SAK estime que cela n’est pas nécessaire et qu’il faut être solidaire avec les jeunes. Pour Akava, le modèle de la SAK n’incite pas à faire des études et à une longue carrière professionnelle.
Selon l’analyse de HS, il n’est pas exclu qu’Akava reste en dehors de l’accord sur les retraites. Cela pourrait toutefois être fatal pour le système tripartite.
HS/A12

Vie politique - Elections législatives

Le discours politique devient plus dur avant les élections législatives
Selon l’analyse de Helsingin Sanomat, le discours politique devient en général plus dur avant les élections. Cela est le cas de M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, dont la rhétorique est devenue plus familière dernièrement. C’est toutefois prémédité. Il y a déjà quelque temps, M. Soini a écrit sur son blog qu’ « il faut rendre plus dure la rhétorique et la ligne politique ».
Pour le politologue Erkka Railo de l’université de Turku, ces déclarations montrent la nervosité de M. Soini concernant la situation des Vrais Finlandais qui ont perdu de leur audience.
Mme Anu Kantola, chercheur à l’université de Helsinki, estime qu’une rhétorique dure est une question d’indentification pour les Vrais Finlandais. Le parti veut se situer du côté du peuple contre l’élite. Elle estime aussi que les messages du Premier ministre Stubb, adressés aux jeunes ont aussi un côté humoristique. « Il se met au même niveau que les gens. »
HS/A12

Egalité

La voie des femmes vers les hauts postes politiques est longue
Hufvudstadsbladet relève que la politologue M. K. Niemi soutiendra, samedi à l’université de Turku, sa thèse qui concerne entre autres la montée des femmes dans les hauts postes politique et les relations entre les présidents des partis politiques et les médias.
Les femmes ont commencé à avoir des postes plus importants dans la politique finlandaise dans les années 1980 mais seulement après l’année 2000 une femme a pu être nommée Première ministre (Anneli Jäätteenmäki en 2003) ou présidente d’un grand parti.
HBL/8

France- Finlande

Cirque

Editorial Trilogie cirque d’objet
Aamulehti publie une critique positive du spectacle de Jani Nuutinen dans le cadre du festival d’Helsinki
AL

Cinéma

Avant l’hiver
La presse publie des critiques positives du film de Philippe Claudel Avant l’hiver qui sort dans les salles finlandaises aujourd’hui.
HS Hbl AL TS

Jeudi 28 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Négociations secrètes organisées en Finlande en juin : « Un pas vers la paix »
Helsingin Sanomat relève que treize personnes ont participé à des négociations informelles entre spécialistes et fonctionnaires américains et russes, organisées en Finlande en juin, sur la situation en Ukraine. Boistö Agenda, un papier de 24 points a été rédigé lors de la rencontre. M. Robert Nurick, chercheur américain qui a participé aux négociations et qui est actuellement chercheur invité de l’Institut des relations internationales, relève que parmi les participants, il y en avait qui ont pu permettre le fait que l’information du contenu du papier soit transmis aux gouvernements américain et russe.
M. Andrew Weiss, spécialiste auprès de Carnegie Endowment for International Peace à Washington, relève que la Finlande était un lieu idéal pour la rencontre du fait que et les Américains et les Russes peuvent s’y sentir à l’aise.
HS relève qu’en 2010, des négociations sur la défense anti-missile ont été organisées sur cette même île entre des américains et des russes.
Du côté finlandais, c’est l’ancien ambassadeur de Finlande, M. René Nyberg, actuellement directeur général d’East Office, qui a eu un rôle important dans l’organisation de la rencontre. Le ministère des Affaires étrangères s’est chargé des frais en Finlande. Les résultats ont été rapportés au ministre russe des Affaires étrangères, M. Lavrov, et au ministère américain des Affaires étrangères, ainsi qu’à Mme Susan Rice, conseillère en matière de sécurité du Président américain.
Outre M. Nyberg, la chef de la direction Est du ministère finlandais des Affaires étrangères, Mme Terhi Hakala a été présente lors des négociations. Les Finlandais n’ont pas eu de rôle particulier lors des entretiens.
Les autres participants étaient pour les Etats-Unis, Thomas Graham (conseiller spécial du Président du temps de G.W. Bush), Rajan Menon, Deana Arsenian et, pour la Russie, Aleksandr Dynkine (conseiller économique du Premier ministre en 1998-99), Aleksei Arbatov (président adjoint de la commission de la défense de la Douma en 1995-2003), Vjatcheslav Troubnikov (ambassadeur, chef du renseignement étranger en 1996-2000, suppléant du Premier ministre en 2000-2004)), Viktor Kremenjuk, Artjom Malgine, Feodor Voitolovski et Andreï Rjabov.
Helsingin Sanomat note que la Finlande a une longue tradition d’accueillir de telles rencontres, souvent entre des Américains et des Russes : le Président Ahtisaari a accueilli les entretiens Clinton-Eltsine en 1997, le Président Koivisto ceux entre les Présidents Bush et Gorbatchev en 1990.
HS/A24-25

Défense

L’OTAN sera bientôt autorisée à organiser des manœuvres en Finlande
La Finlande signera, la semaine prochaine, lors du sommet de l’OTAN au pays de Galles, un accord concernant le statut de pays hôte. Cela signifiera que les troupes de l’OTAN pourront organiser des exercices en Finlande et que son territoire pourrait être utilisé en temps de crise. L’accord n’autorisera toutefois pas l’entrée des troupes sans une demande de la part de la Finlande, précise le ministre de la Défense, M. Haglund.
L’accord ne signifie pas non plus qu’un pays membre de l’OTAN soit automatiquement d’accord si la Finlande demande de l’aide.
Helsingin Sanomat relève que l’accord a été interprété comme un pas vers une adhésion à l’OTAN. Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a calmé les réactions en disant qu’il n’en était pas question. « L’essentiel, c’est que l’accord n’oblige ni la Finlande ni l’OTAN à accorder ou accueillir une aide ni n’oblige à autoriser le passage sur son territoire. »
Pour ce qui est d’une adhésion éventuelle à l’OTAN, M. Tuomioja estime qu’elle affaiblirait plutôt que renforcerait la situation de sécurité finlandaise. Mme Lapintie, présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des gauches, partage cet avis. Pour elle, l’accord présent relève d’un « rapprochement » avec l’OTAN.
HS relève que l’accord en question a été préparé sur l’initiative de la Finlande depuis 2001. Selon M. Haglund, l’ensemble de l’UE applique ce même accord dans le contexte de manœuvres.
HS relève que selon l’OTAN, l’accord entre dans le cadre du programme de partenariat avec la Finlande. Pour l’alliance militaire, il ne s’agit pas d’un pas vers une adhésion.
HS/A14

Exercice maritime
Les forces navales organiseront des manœuvres militaires internationales ce week-end, auxquels vont participer des troupes et vaisseaux de douze Etat européens, de pays membres de l’OTAN et de pays partenaires de l’OTAN. 3000 personnes, dont la moitié de Finlande, participeront à cet exercice dénommée Northern Coasts 2014 et qui s’étale sur deux semaines.
Il est prévu que plusieurs Etats, dont la Russie, souhaiteront suivre l’exercice depuis les eaux internationales.
HS/A14-15, TS/12

Finlande – Russie

Violation de l’espace aérien
Selon le corps de gardes-frontières, la violation de l’espace aérien finlandais qui a eu lieu, samedi, a été visiblement due à l’orage et à une nonchalance de la part du pilote. Le chef adjoint de gardes-frontières maritimes de la Golfe de Finlande, M. Siikaluoma, constate que même de telles circonstances ne justifient qu’un avion d’Etat étranger pénètre l’espace aérien finlandais sans autorisation.
HS/A12

Effets de la crise ukrainienne sur l’économie finlandaise
La situation économique s’est détériorée en raison de la mauvaise croissance économique en Russie, de la crise en Ukraine et des sanctions et mesures de rétorsion de l’UE et de la Russie.
Les sanctions russes sur les exportations finlandaises diminuent le PIB finlandais d’environ 0,1 point. L’effet de la mauvaise croissance russe est de 0,5 point de PIB, selon les estimations du ministère des Finances (effet cumulé sur 2014 et 2015) et de 0,2 point de PIB selon les estimations de la Banque de Finlande (pour 2014).
HS

Nucléaire

Sondage sur le projet de Fennovoima
Selon un sondage effectué pour le compte du magazine Seura, sur le fait de savoir s’il faudrait que Fennovoima poursuive son projet avec Rosatom, 63 % des Finlandais estiment qu’il faudrait soit abandonner le projet ou en tout cas le reporter. 30 % des personnes interrogées estiment qu’il convient de poursuivre le projet.
Mille personnes ont été interrogées en août.
KS/12

La centrale de Fennovoima devrait coûter 6 à 7 milliards
Kauppalehti rapporte que le prix de la centrale de Fennovoima à Pyhäjoki est actuellement évalué à 6 à 7 milliards d’euros.
Le directeur économique de Rosatom Overseas M. Vatcheslav Ivanov déclare qu’ily a actuellement de nombreux canaux de financements autant en Europe qu’à l’Est capables de financer ce projet. Il souligne que le prix évalué ne devrait pas évoluer et qu’il n’y aura donc pas de surprise ».
Selon lui, le fonds de providence de l’Etat russe, qui rassemble 88 milliards d’euros, a déjà réservé 2,8 milliards pour la centrale de Pyhäjoki. Cela devrait financer la construction pour les 3 à 4 premières années. Ensuite, l’agence d’assurance à l’exportation russe Exiar est prête à garantir pour 2 milliards d’euros. Si on y ajoute le capital des actionnaires, cela signifie que le financement de 90% des coûts serait bouclé.
M. Ivanov a confiance dans le fait que l’autorisation de principe sera délivrée par l’Etat finlandais.
Le PDFG de Fennovoima, M. Otavainen déclare qu’il annoncera les noms de nouveaux actionnaires bientôt.
KL

Ebola

Le MAE finlandais déconseille les voyages au Liberia et Sierra Leone en raison de l’épidémie Ebola
Turun Sanomat rapporte que le ministère finlandais des Affaires étranges a publié un communiqué pour les voyageurs où il déconseille tout voyage au Libéria et Sierra Leone, ainsi que les voyages inutiles en Guinée.
Selon le ministère, l’épidémie ne cause pas de risque important pour les touristes finlandais dans ce pays. Elle pèse toutefois sur le système de la santé publique et peut engendrer des troubles sociaux. Les vols aériens peuvent aussi être annulés, par exemple British Airways a annoncé hier annuler les vols en destination du Liberia et du Sierra Leone jusqu’à la fin de l’année.
TS/23

Commission européenne

Cabinet de M. Katainen
Helsingin Sanomat relève que M. Jyrki Katainen, qui a commencé son travail comme commissaire chargé de l’économie, a formé son cabinet. L’Allemande Valerie Herzberg, ancienne conseillère économique dans le cabinet de M. Van Rompuy, est nommée conseillère chargée de l’union bancaire, du marché des investissements et des relations avec la Banque centrale européenne.
Le Britannique Edward Bannerman, ancien conseiller économique de Mme Ashton, est nommé conseiller économique pour les relations extérieures de l’Union européenne. Le conseiller espagnol Miguel Gil Tertre qui était antérieurement conseiller du directeur général de la DG des affaires économiques entre lui aussi au cabinet de M. Katainen.
Le chef du cabinet de M. Katainen est le Finlandais Taneli Lahti qui a travaillé avant dans le cabinet de M. Olli Rehn. Son adjoint n’a pas encore été nommé, la nomination dépend du futur portefeuille de M. Katainen.
La Polonaise Karolina Leib et la Finlandaise Heidi Jern ont également travaillé dans le cabinet de M. Rehn. La seule conservatrice finlandaise Aura Salla sera chargée des contacts avec le Parlement européen et les médias finlandais.
HS/A13

Politique intérieure

Négociations sur les retraites

Il est possible que l’âge de départ à la retraite soit augmenté à 67 ans
Selon les informations de Helsingin Sanomat, l’augmentation de l’âge de départ à la retraite 65 ans est pratiquement acquise. Il s’agit maintenant du calendrier de l’augmentation. Une augmentation jusqu’à 67 ans est possible pour l’avenir, vers 2050.
Selon HS, il y a encore des problèmes importants à résoudre. Une des questions les plus difficiles est la contribution au régime des pensions. Il s’agit aussi de la première fois que les partenaires sociaux sont en train de négocier aussi bien sur l’avenir de la Finlande que des retraites. Il s’agit surtout de la question du déficit structurel.
Les centrales syndicales soulignent qu’elles ne se sont pas engagées à la prolongation des carrières professionnelles et à la diminution d’un pour cent du déficit structurel en même temps. Elles se sont engagées à la prolongation de l’âge de la retraite de 1,5 an ce qui aurait suffit pour faire diminuer le déficit structurel d’un point de PIB.
HS/A15

Négociations budgétaires

Le gouvernement poursuit les négociations budgétaires
Helsingin Sanomat relève que selon les nouvelles prévisions économiques du ministère des Finances, il n’y a pas de croissance économique du tout cette année en Finlande. Les prévisions seront publiées à la mi-septembre.
« La situation économique s’est détériorée et continue à se détériorer, ce qui a un effet sur les décisions budgétaires », selon le Premier ministre Alexander Stubb.
La situation économique est détérioré en raison de la mauvaise croissance économique en Russie, de la crise en Ukraine et des sanctions et mesures de rétorsion de l’UE et de la Russie.
Les sanctions russes sur les exportations finlandaises diminuent le PIB par environ 0,1 %. L’effet de la mauvaise croissance russe est de 0,5 %, selon les estimations du ministère des Finances et de 0,2 % selon les estimations de la Banque de Finlande.
HS/A6-7

France- Finlande

Politique

Editorial : « Les socialistes français divisés à l’approche des élections de 2017 » HS
L’éditorialiste commente le remaniement gouvernemental survenu en France.
HS

Culture

Cirque Aïtal
Demokraatti publie une critique positive du spectacle du cirque Aïtal dans le cadre du festival d’Helsinki
Dem

Mercredi 27 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE – Finlande

Déclarations de MM. Niinistö et Stubb
Lors de la conférence des ambassadeurs finlandais, hier, le président Sauli Niinistö a insisté sur l’importance de la politique étrangère bilatérale ainsi que sur l’activité de la Finlande. Ces questions sont accentuées en raison de la crise en Ukraine, même si la Finlande est étroitement engagée par la politique de l’UE. Pour le Président Niinistö, il convient pour la Finlande d’agir de façon indépendante y compris et surtout dans le cadre de la crise en Ukraine.
Le Premier ministre, M. Stubb, a constaté que la politique étrangère bilatérale de la Finlande reste dans le cadre défini ensemble par les Etats membres de l’UE. Pour lui, il n’y a pas de contradiction entre les deux. Il a également noté que personne ne s’est douté que la Finlande ne participerait pas étroitement au front européen. « Etre membre de l’UE n’empêche pas une politique étrangère bilatérale, au contraire, cela en renforce les conditions préalables », estime M. Stubb.
Le Président Niinistö estime qu’outre des prises de position, la politique étrangère est également constituée par des actions concrètes. « Il faut réfléchir à ce que l’on souhaite et peut faire dans la pratique et ensuite s’efforcer de le faire. »
M. Niinistö a déclaré que la crise en Ukraine était « un sévère rappel de ce que la sécurité des nations n’est pas une évidence ou un acquis définitif. Même pas en Europe. Le principal aujourd’hui est d’empêcher la propagation du feu et de l’éteindre ».
Il n’a parlé que de manière générale de son voyage à Sotchi et à Kiev. « Je considère qu’il est nécessaire de maintenir un canal de communication entre les parties. Ce n’est rien d’autre que de la diplomatie ». Il estime que ces rencontres ont permis d’obtenir une image un peu plus claire sur les positions des deux pays.
M. Stubb a déclaré qu’il convenait de maintenir les relations bilatérales pour l’avenir. Il rappelé que la Russie restera un pays voisin y compris après la crise en Ukraine. « Il faut maintenir un dialogue constructif également dans le contexte difficile actuel. »
Les dirigeants finlandais ont exprimé qu’ils n’étaient pas satisfaits de la capacité de l’UE de gérer la crise en Ukraine. M. Stubb estime qu’il faut admettre que jusqu’à présent, l’UE n’a pas réussi suffisamment bien. M. Niinistö a évoqué la défense commune de l’UE en disant que l’engagement politique [en la matière] existait déjà au niveau d’aide et solidarité mutuelle. Une adhésion à l’OTAN n’est toutefois pas une option pour lui, tant qu’un soutien politique et l’accord du peuple manque. Pour lui, une adhésion éventuelle devrait être pesée de façon étendue, non pas seulement en listant les bons et les mauvais cotés. Il faut tenir compte de l’image d’ensemble ainsi que des courants « profonds » que reflète l’histoire en matière politique de sécurité et la politique des grandes puissances en particulier.
Pour le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, effectuer un rapport séparé sur l’OTAN à ce jour constituerait un mauvais signal. « La Finlande ne prépare aucun changement dans ses orientations en la matière. » Concernant les attentes finlandaises à l’égard du sommet OTAN de la semaine prochaine, M. Tuomioja constate que « la Finlande est un partenaire et non pas un membre ».
HS/A6

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat fait le bilan du discours du Président Niinistö devant les ambassadeurs finlandais en notant que la crise en Ukraine en a constitué le principal.
Le Président n’a pas précipité une adhésion à l’OTAN. Il a continué à souligner le développement d’une défense européenne.
M. Niinistö a souligné l’importance de la diplomatie et les efforts internationaux pour résoudre la crise en Ukraine. Il a été très prudent concernant les attentes liées au sommet de Minsk.
HS/A5

Négociations secrètes organisées en Finlande en juin
La presse rend compte des négociations informelles entre des spécialistes et des fonctionnaires américains et russes, organisées en Finlande en juin, sur la situation en Ukraine. Le ministère des Affaires étrangères a participé à l’organisation et s’est chargé des frais. A la demande des participants, la rencontre sur l’île Boistö devant Loviisa a été gardée secrète.
M. Tuomioja relève que des rencontres de spécialistes de ce genre sont actuellement en cours internationalement. Il ne connaît pas les détails de ces négociations.
HS/A25

Finnair reprend ses vols à travers l’espace aérien de l’Ukraine de l’Ouest
La compagnie aérienne Finnair reprendra ses vols dans l’espace aérien de l’Ukraine de l’Ouest, aujourd’hui.
Les autorités n’ont introduit aucune restriction concernant cet espace aérien. Les vols de Finnair vers la Bulgarie, la Grèce et la Turquie pourraient passer par là.
HS/A32

OTAN

Sondage sur une adhésion éventuelle de la Finlande
La cote de l’OTAN a un peu augmenté aux yeux des Finlandais depuis le début de la crise en Ukraine. 26 % des personnes interrogées se déclarent favorables à une adhésion de la Finlande à l’OTAN, contre 22 % en mars. La majorité des Finlandais, 57 % s’y opposent. 17 % ne se prononcent pas.
M. Aaltola de l’Institut de relations internationales relève que les changements sur la scène internationale se reflètent sur l’évolution de l’audience de l’OTAN en Finlande.
Compte tenu des affiliations politiques, c’est parmi les militants du Centre (30 % contre 18 % en mars) et de l’Alliance verte (29 % contre 14 % en mars) que l’audience d’une adhésion éventuelle a le plus augmenté.
HS/A7

Ebola

La Finlande préparée
Helsingin Sanomat rapporte que Helsinki se prépare à soigner des patients au cas d’une contamination par le virus Ebola. Les autorités soulignent que le risque du virus Ebola est minime en Finlande. Des cas isolés sont toutefois possibles, par exemple parmi ceux qui ont voyagé en Afrique de l’Ouest. Les éventuels patients seraient soignés de manière centralisée à l’hôpital de Meilahti à Helsinki.
HS/A10

Politique intérieure

Négociation sur les retraites

Les négociateurs n’ont pas encore trouvé d’entente
Helsingin Sanomat relève que les négociateurs ont été réunis toute la soirée mardi mais ils n’ont pas encore trouvé d’entente sur la réforme du système de retraites. Toutes les grandes questions sont encore en suspens même s’il y a eu des progrès dans les détails.
Le gouvernement a souhaité une décision sur les retraites avant les négociations sur le budget de l’année prochaine. La décision sur les retraites n’aurait pas d’effet sur les dépenses de 2015 mais elle donnerait au gouvernement de l’information essentielle sur la stabilité de l’économie finlandaise à long terme.
Il est probable que les négociations se poursuivent encore après mercredi. L’augmentation de l’âge de la retraite flexible de l’actuel 63-68 ans à 65-70 ans est difficile pour plusieurs syndicats de la centrale SAK.
HS/A15

Négociations budgétaires

Le gouvernement commence aujourd’hui ses négociations budgétaires
Selon Helsingin Sanomat, il est possible que le gouvernement, qui a entamé aujourd’hui mercredi ses négociations sur le budget 2015, annonce comment il compte faire des économies d’un milliard d’euros dans le budget des communes d’ici 2017.
Le gouvernement de M. Stubb s’est engagé dans un programme de politique structurelle afin de diminuer les obligations et tâches des communes. Le gouvernement de M. Katainen a présenté déjà fin 2013 une liste sur les économies mais le ministère des Finances l’avait condamné comme insuffisante.
Selon les informations du quotidien, des économies de 500 millions d’euros auraient été trouvées, comme l’a admis le Premier ministre Alexander Stubb lors d’une interview radiophonique dimanche.
HS/A14

Vrais Finlandais

M. Soini vise l’entrée au gouvernement
Helsingin Sanomat rapporte que les Vrais Finlandais se sont réunis hier à Vantaa. Selon le président du parti, M. Timo Soini, l’objectif de son parti est de devenir le plus grand parti finlandais aux élections législatives de 2015.
« Nos concurrents sont en mauvais état, ils sont fatigués et querelleurs. Le gouvernement est mauvais », selon M. Soini. « Il faut remplacer le gouvernement Stubb-Rinne par un meilleur gouvernement auquel les Vrais Finlandais participeront. Les Vrais Finlandais produiront un tournant. »
M. Soini a critiqué ardemment les médias sociaux, dont Twitter et Facebook. « Il faut rencontrer les gens en tête-à-tête et non sur un écran. »
Le président du groupe parlementaire, M. Jari Lindström, a rejeté la politique fiscale du gouvernement.
HS/A14

Confédération du patronat et de l’industrie EK

EK a recruté M. Lipponen comme consultant
Selon Helsingin Sanomat, la confédération du patronat et de l’industrie EK a recruté M. Paavo Lipponen, ancien Premier ministre, en tant que consultant pour rédiger un rapport sur la région arctique. EK s’intéresse surtout au contenu politique et à la mise en œuvre de la politique sur la région arctique du point de vue de la vie économique.
M. Jyri Häkämies, directeur général de l’EK, fait l’éloge de l’expérience politique de M. Lipponen, ainsi que de sa vision et ses contacts avec les milieux économiques.
HS/A30

Stockmann

M. Penttilä quittera Stockmann avant sa retraite
Helsingin Sanomat rapporte que M. Hannu Penttilä, directeur général de Stockmann depuis 13 ans, quittera l’entreprise dès maintenant, quatre mois avant sa retraite. M. Kaj-Gustaf Bergh, président du conseil de surveillance, assumera l’intérim à la tête du groupe.
HS/A30

France- Finlande

Teleste

Teleste a obtenu une commande importante de la France
Selon Turun Sanomat, l’entreprise de technologie Teleste, située à Turku, a obtenu une commande de plus de 20 millions d’euros du groupe français Altice. Il s’agit de technologie de réseau de la nouvelle génération.
TS/12

Mardi 26 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Déclarations de M. Niinistö
Lors de la conférence des ambassadeurs finlandais, ce matin, le président Sauli Niinistö a déclaré que la crise en Ukraine était un sévère rappel de ce que la sécurité des nations n’est pas une évidence ou un acquis définitif. Même pas en Europe. Le principal aujourd’hui est d’empêcher la propagation du feu et de l’éteindre ».
M. Niinistö est très prudent concernant les attentes liées au sommet de Minsk.
Il n’a parlé que de manière générale de son voyage à Sotchi et à Kiev. « Je considère qu’il est nécessaire de maintenir un canal de communication entre les parties. Ce n’est rien d’autre que de la diplomatie ».
HS

Déclarations de MM. Tuomioja et Haglund
Devant les ambassadeurs finlandais réunis à Helsinki hier, le Ministre des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’attendait pas de percée dans la crise actuelle lors du sommet de Minsk. Il estime que l’on ne peut pas exclure une dégradation de la crise. Il estime que cette rencontre pourrait toutefois décider des prochaines étapes de négociation, faute d’arriver à un cessez-le-feu.
Le ministre de la Défense Carl Haglund a déclaré lui aussi que l’on ne devait pas trop attendre de ce sommet. « L’Ukraine a le dessus sur les séparatistes, ce qui énerve Moscou. Les signaux montrent une escalade du conflit et une augmentation du rôle de la Russie, ce qui est inquiétant », selon le ministre de la Défense.
MM. Tuomioja et Haglund demandent que la Russie cesse d’aider les séparatistes.
M. Tuomioja estime qu’il faudrait laisser les dirigeants séparatistes se replier en Russie. « Il est aussi irréaliste de penser que l’on pourrait résoudre la question de la Crimée comme part du conflit en Ukraine. La question de la Crimée va rester pour très longtemps une plaie ouverte. Mais il faut d’abord arriver à mettre fin au conflit en Ukraine. »
M. Tuomioja considère que, à l’intérieur de l’UE, il est revenu à la France et à l’Allemagne de rechercher une solution politique à la crise ukrainienne, ce qui témoigne des carences de la politique étrangère et de sécurité commune.
HS

OTAN

Déclarations de M. Niinistö
Lors de la conférence des ambassadeurs finlandais, ce matin, le président Sauli Niinistö a déclaré que « l’on ne pouvait pas évaluer l’adhésion à l’OTAN seulement en dressant une liste des avantages et des inconvénients, de manière comptable. Il ne faut pas seulement voir les règles et les aspects juridiques car l’OTAN n’est pas un juge de paix. Avec la Suède, nous sommes en train de réactualiser notre partenariat avec l’OTAN et cela devrait être officialisé lors du prochain sommet de l’OTAN la semaine prochaine. Mais l’OTAN aussi est soumise à des pressions de changement dans une période où l’importance de la défense s’accroît. On verra dans quel sens l’alliance va évoluer ».
Le président a souligné que la situation de sécurité de la Finlande et de la région était stable. « La situation autour de nous est stable. La Finlande n’est pas non plus un vide de sécurité. Et nous n’avons pas intérêt à la devenir. Nous devons y veiller au niveau national et international ».
HS

Déclarations de MM. Tuomioja et Haglund
Lors de la conférence des ambassadeurs de Finlande, hier, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré qu’il ne croyait pas que la crise en Ukraine allait modifier les fondements de la politique de sécurité finlandaise.
Le ministre de la défense Carl Haglund attend du prochain de l’OTAN des avancées en ce qui concerne le partenariat pour la paix. « Pour la Finlande, les décisions de l’OTAN sont décisives », dit-il. Il attend que le patrenariat pour la paix entre la Finlande et l’OTAN soit maintenu au moins au niveau actuel, en dépit de la fin de la FIAS.
Outre le Président Sauli Niinistö, MM. Tuomioja et Haglund participeront au sommet de l’OTAN.
HS

Violation de l’espace aérien finlandais

Déclarations de M. Haglund
Le ministre de la Défense Carl Haglund ne considère pas les violations de l’espace aérien finlandais par des avions russes comme de la provocation, mais plutôt comme des marques de négligence.
Hier, le ministère de la défense a informé d’une seconde violation de l’espace aérien finlandais par un avion miliaire russe en moins d’une semaine.
M. Haglund estime qu’il est possible que les conditions météorologiques orageuses sont la cause de ces violations.
L’institut finlandais de météorologie a toutefois indiqué qu’il n’y avait pas de situation orageuse, hier, à trois heures, à Porvoo, où a eu lieu la violation de l’espace aérien.
Le ministre de la défense a déclaré qu’il fallait demander des explications à la Russie si la violation de l’espace aérien par des avions russes a bien été constatée samedi et lundi. Selon HS, le ministère des Affaires étrangères a demandé des explications à l’ambassade de Russie.
Depuis le début de l’année, il y a eu quatre violations de l’espace aérien finlandais par des avions russes, soit autant que durant toute l’année 2013.
HS KS

Politique intérieure

Budget – Réformes structurelles

Editorial : « Un budget qui va créer des différends mais pas de la croissance » HS
Helsingin Sanomat rappelle que les décisions du gouvernement Katainen avaient reporté en fin de mandat les mesures d’austérité (augmentations de la fiscalité directe et indirecte) ce qui explique que les budgets 2014 et 2015 soient des budgets d’austérité.
Pour l’éditorialiste, le plus inquiétant reste que l’incapacité du gouvernement à prendre des mesures pour garantir les ferments de la croissance, comme en témoigne la menace de diminuer le budget de l’université Aalto.
HS

Economie

OP-Pohjola revoit ses prévisions à la baisse
La banque OP-Pohjola a revu à la baisse ses prévisions de croissance : la récession continuera cette année, -0,1% d’évolution du PIB, et la croissance sera faible l’année prochaine, 0,6% (contre 2% prévus encore il y a six mois). .
KS

Gouvernement

Affaire Räty
La nouvelle ministre des Affaires sociales et de la santé a du s’expliquer, hier, sur la société de holding qu’elle avait créée en étant médecin afin de se faire payer certaines de ses activités avant qu’elle devienne maire-adjointe.
Si ces arrangements étaient à l’époque légaux, de nombreux ses personnalités politiques ont jugé qu’ils étaient immoraux puisqu’ils visaient à soustraire des honoraires à l’impôt sur le revenu et aux cotisations sociales. Mme Räty a déclaré n’avoir pas le sentiment d’avoir fauté, mais qu’elle agirait différemment si c’était à refaire ».
Marko Junkari (Helsingin Sanomat) estime que Mme Räty pourrait devenir un fardeau pour le parti conservateur qui est jugé par les électeurs comme arrogant et éloigné des préoccupations du citoyen moyen.
HS

Négociation sur les retraites

L’âge de la retraite augmentera si les négociateurs trouvent une entente
Helsingin Sanomat relève que les négociateurs n’ont pas trouvé d’entente lundi soir sur la réforme du système de retraites. Il est pourtant devenu clair qu’une entente est nécessaire pour décider l’augmentation de l’âge de la retraite, probablement de 63 à 65 ans graduellement pendant plusieurs années.
Les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur une prolongation des carrières d’un an et demi et cela nécessite une augmentation de l’âge de départ à la retraite. Selon plusieurs calculs, le déficit structurel ne peut pas être diminué autrement.
L’objectif des négociateurs est de trouver une entente mercredi, ce qui n’est pas encore la date limite. Les partenaires sociaux ont décidé auparavant de mettre fin aux négociations « avant l’automne ».
HS/A7

Confiance dans les dirigeants politiques

Les Finlandais ont le plus confiance en MM. Niinistö, Sipilä et Stubb
Turun Sanomat cite le résultat d’un sondage sur la confiance des Finlandais aux personnalités politiques, publié par le quotidien Maaseudun Tulevaisuus, organe de la centrale des producteurs agricoles MTK.
70 % des Finlandais ont confiance dans le Président Sauli Niinistö.
Parmi les présidents des partis, les Finlandais ont le plus confiance en MM. Juha Sipilä (Centre) et Alexander Stubb (Parti conservateur) et le moins en M. Timo Soini (Vrais Finlandais) et Mme Päivi Räsänen (Chrétiens-démocrates).
Un peu plus d’un quart ont confiance dans le Parlement et seulement moins de 20 % dans le gouvernement.
TS/9

Jeux

Plus de la moitié des jeunes de moins de 25 ans jouent aux jeux vidéo
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus, plus de la moitié de Finlandais de moins de 25 ans jouent aux jeux vidéo sur PC ou console chaque semaine.
On joue le plus dans les familles avec enfants. Près de la moitié des personnes de 35 à 49 ans estiment que les jeux ont nui à leurs proches. « On peut voir que les parents s’inquiètent pour leurs enfants et les jeunes. Le jeu vidéo est une typiquement une question de génération », selon M. Juha Rahkonen, directeur de recherche à Taloustutkimus. Il rappelle que la majorité estime que les jeux vidéos ne leur ont pas nui personnellement.
Les jeux vidéo divisent les opinions des Finlandais. Surtout les personnes de plus de 35 ans estiment les jeux représentent un problème en Finlande. « Cela est un peu étonnant, puisqu’il y a des jeux depuis au moins 30 ans. La génération de Commodore 64 ne joue peut-être pas autant que les jeunes », selon M. Rahkonen.
Mille Finlandais ont été interrogés pour ce sondage.
HS/A9

Kurdes

Les Kurdes de Finlande se réunissent devant la menace d’Isis
Selon Turun Sanomat, environ 300 Kurdes ont manifesté lundi à Turku contre l’organisation islamiste extrémiste Isis. « Isis représente une menace immense. Ceux sont des barbares », selon les participants.
Les Kurdes de Finlande souhaitent que l’Etat finlandais envoie une aide humanitaire aux victimes d’Isis.
TS/8

Russe

Augmentation des apprenants de russe à l’école
Helsingin Sanomat rapporte que, comme première langue, 184 élèves ont choisi le russe contre 101 en 2008.
Comme seconde langue, ce sont 469 élèves qui ont choisi le russe cette année contre 151 en 2008.
Au collège, 2313 élèves ont choisi le russe contre 1208 en 2008.
Ils ne représentent toutefois que 1,8% des élèves.
HS

France – Finlande

Cirque

Cirque Aïtal
Hufvudstadsbladet publie une critique positive du spectacle du cirque Aïtal dans le cadre du festival d’Helsinki
Hbl

Lundi 25 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Déclarations de M. Tuomioja
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, a condamné, vendredi, le fait que la Russie a forcé la frontière ukrainienne. Pour lui, sans l’accord de l’Ukraine, il s’agit d’une nouvelle provocation qui ne peut pas être acceptée.
Devant les ambassadeurs finlandais réunis à Helsinki aujourd’hui, le Ministre des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’attendait pas de percée dans la crise actuelle lors du sommet de Minsk. Il estime que l’on ne peut pas exclure une dégradation de la crise ;
HS

Déclarations de M. Stubb
Lors de son interview radiophonique, hier, le Premier ministre Alexander Stubb a souligné que les sanctions contre la Russie étaient des instruments de politique étrangère. Il estime qu’il ne faut pas répondre à la force par la force. Il insiste sur l’intérêt de garder une attitude positive à l’égard du peuple russe. « Il ne faut pas condamner les Russes, les Russes de Finlande ou le russe à cause d’actions de l’Etat russe. Nous ne parlons pas assez russe en Finlande. Si je pouvais choisir une langue étrangère supplémentaire, cela serait le russe. Si je pouvais conseiller aux jeunes une langue à apprendre, cela serait le russe ».
HS

Selon un sondage, la majorité des Finlandais soutient les sanctions
Helsingin Sanomat a fait effectuer un sondage sur les attitudes des Finlandais à l’égard des sanctions. 59 % des personnes interrogées estiment que l’UE a bien agi en instaurant les sanctions, contre 19 % qui pensent l’inverse.
La plupart des militants de tous les partis considèrent la réaction de l’UE comme bonne, les conservateurs et les verts étant les plus favorables aux sanctions.
A Helsinki, et dans la région de la capitale en général, les gens sont plus favorables aux sanctions qu’à la campagne, les personnes avec une formation supérieure sont plus favorables. Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, trouve intéressant que les personnes interrogées pensent des sanctions de la même façon que les décideurs.
Les sanctions supplémentaires éventuelles ne seraient pas accueillies aussi favorablement : 39 % des personnes interrogées seraient pour et 41 % contre. Pour Mme Tiilikainen, ces chiffres reflètent le souci des Finlandais en ce qui concerne les effets des sanctions sur la vie économique et l’ensemble de l’économie.
En ce qui concerne le fait de savoir si les sanctions ont été utiles pour atteindre les objectifs, 33 % des personnes interrogées estiment que les sanctions ont joué dans ce sens, alors que 43 % estiment que les sanctions ont gêné l’objectif.
Mme Tiilikainen estime qu’il est clair que les sanctions ne seront efficaces que si elles sont poursuivies pendant longtemps.
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Huhta, qui rappelle que selon un sondage effectué par Yle au début du mois, 56 % des Finlandais considéraient la Russie comme une menace.
HS/sam/B8-9, dim/A5

Aide finlandaise
La Finlande a annoncé, vendredi, qu’elle accorde 500 000 euros pour l’aide aux victimes de la crise ukrainienne.
HS/sam/A12

Législation sur la double-nationalité
Le ministère finlandais des Affaires étrangères suit les conséquences de la nouvelle législation russe concernant les double-nationaux et les ressortissants russes résidant à l’étranger. M. Turunen, chef des Affaires consulaires au ministère, relève que cette législation intéresse la Finlande du fait qu’elle a un effet sur la vie des Russes de Finlande.
Mme Sinkkanen, conseillère législative au ministère de l’Intérieur, précise qu’il ne s’agit pas d’intervenir sur la mise en œuvre d’une législation qui ne relève pas de la Finlande.
HS/lun/A11

Soupçon de violation de l’espace aérien finlandais
Le Premier ministre, M. Stubb relève qu’il a été informé immédiatement d’un soupçon de violation de l’espace aérien finlandais, samedi à 18h54. Il a affirmé, dimanche, avoir obtenu une bonne explication en la matière et précise que cet incident n’a rien de dramatique. Le ministère russe de la Défense nie qu’une violation aurait eu lieu.
Le directeur des communications du secrétariat du premier ministre, M. Mokko, a écrit sur Twitter que selon le premier ministre, « les Hornet n’ont pas décollé ».
HS/lun/A11

Israël

Sondage : les sympathies des Finlandais vont plutôt pour Israël
Selon un sondage publié par Helsingin Sanomat, dans la crise actuelle de Gaza, 24% des Finlandais se déclarent du côté d’Israël, 13% du côté du Hamas et 38% ni de l’un ni de l’autre.
Les hommes sont près de deux fois plus nombreux (29%) à se dire du côté d’Israël que les femmes.
Seuls les sympathisants de l’Alliance des Gauches et des Verts sont plus nombreux à se déclarer du côté du Hamas que d’Israël.
HS

Politique intérieure

Budget – Réformes structurelles

Déclarations de M. Stubb
Lors de son interview radiophonique, hier, le Premier ministre Alexander Stubb a admis que son gouvernement n’arriverait pas à réaliser les objectifs de réforme structurelle qui avaient été fixés, notamment concernant la diminution des missions des communes.
Il a aussi promis qu’il en ferait pas de promesse électorale avant les législatives d’avril.
Le gouvernement se réunira mercredi pour les arbitrages budgétaires.
La banque de Finlande et le ministère des Finances vont publié leur analyse sur l’effet des sanctions contre la Russie sur l’économie finlandaise.
Les partenaires sociaux, qui négocient la réforme des retraites devraient trouver une solution avant les arbitrages budgétaires.
HS

Editorial : Le paquet de réformes structurel sera difficile à tenir
Helsingin Sanomat rappelle que le gouvernement avait adopté, à la fin de l’année dernière, un paquet d’objectifs de réformes structurelles portant sur 4,7 points de PIB, soit environ 9 milliards d’euros.
Or, il apparait aujourd’hui que ces objectifs ne pourront être atteints.
Il était ainsi convenu de diminuer les missions des communes pour alléger leur budget d’un milliards d’euros et le Premier ministre vient d’admettre que cet objectif ne serait pas tenu.
Concernant la prolongation des carrières professionnelles, les partenaires sociaux qui préparent la réforme des retraites ont remis en cause cet objectif de rétablissement des finaces publiques.
Enfin, concernant la réforme des services sociiaux et de santé, seul un accord sur l’organisation des services a pu être trouvé, sans que l’on sache encore comment sera réalisé le financement des services.
HS

Nucléaire
Fennoivoima cherche des investisseurs institutionnels
Fennovoima recherche toujours des investisseurs pour compléter son actionnariat finlandais. Le groupe a admis être en contact avec des investisseurs institutionnels qui pourraient, selon la presse, être des établissements financiers ou fonds de pension.
Le PDG de fennovoima, M. Ottavainen a déclaré que son groupe remettrait son dossier au gouvernemnt mi-septembre. HS KS
Helsingin Sanomat cite encore l’exposition #snapshot parmi les manifestations à voir du festival d’Helsinki
HS
France – Finlande

Exposition
Catherine Balet au musée de la photographie
Helsingin Sanomat cite encore l’exposition #snapshot parmi les manifestations à voir du festival d’Helsinki
HS
Claire Fontaine
Helsingin Sanomat présente l’exposition du collectif Claire Fontaine à la galerie SIC.
HS

Cirque
Cirque Aïtal
Helsingin Sanomat publie une critique positive du spectacle du cirque Aïtal dans le cadre du festival d’Helsinki
HS

Ballet
Festival de Lappeenranta
Helsingin Sanomat présente les réussites du festival de danse de Lappeenranta et notammeent le duo de Laurence Laffon et Jean-Sébastien Colau.
HS

Musique
Eva & Manu
Kesksisuomalainen et Aamulehti publient de bonnes critiques du nouveau disque du diuo franco-finlandais Eva & Manu.
AL KS

Livre
Romain Puértolas
Kaleva publie une critique du roman de Romain Puértolas (l’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea) qui vient de sortir en finnois chez Otava.
Kaleva

Vendredi 22 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Commentaires sur le déplacement de M. Niinistö en Russie et Ukraine
Propos de M. Haavisto
Le ministre du Développement, M. Haavisto, qui a représenté la Finlande lors du conseil affaires générales, à Bruxelles, vendredi dernier, relève que la direction européenne a considéré l’organisation d’un sommet sur la situation en Ukraine et la participation de Présidents Poutine et Porochenko comme presque sûres dès avant le déplacement du Président Niinistö en Russie.
M. Niinistö a rencontré son homologue russe, vendredi dernier, et son homologue ukrainien, samedi. Selon M. Haavisto, le conseil affaires générales a évoqué le sommet de Minsk, vendredi dernier, de même que les déplacements de M. Niinistö.
M. Haavisto relève que la participation de M. Porochenko était prévue à condition que les choses avancent dans le bon sens. M. Haavisto a expliqué, lors son intervention au conseil, les motifs des visites du Président Niinistö. « J’ai dit que le message clé du Président était d’encourager les négociations. »
Il relève que le fait que M. Niinistö allait rencontrer M. Poutine a suscité l’intérêt de plusieurs collègues. « Certains ministres qui sont intervenus avant moi ont laissé entendre qu’ils n’étaient pas enthousiastes sur l’idée de telles rencontres à un haut niveau. Certaines interventions ont exprimé leur crainte sur la façon éventuelle des médias de l’interpréter. »
Selon M. Haavisto, le Président Niinistö a évoqué la rencontre de Minsk avec M. Poutine et M. Porochenko. « J’ai compris que M. Niinistö a encouragé les deux à participer au sommet. Le message de la Finlande était que les échanges sont essentiels. »
M. Haavisto relève qu’il ne connait pas le détail de la procédure pour se mettre d’accord sur le sommet au niveau des chefs d’Etat, ni le rôle de chacun dans les organisations.
HS relève que jeudi 14 août, veille du Conseil affaires générales, les Présidents biélorusse et kazakh avaient dit que l’on s’était mis d’accord, la veille, avec les Présidents Poutine et Porochenko sur l’organisation du sommet.
HS/A16

Double-nationalité

Le ministère de l’Intérieur effectuera un rapport sur la double-nationalité à la demande du président finlandais
Mme Räsänen, ministre de l’Intérieur, relève que le Président Niinistö avait demandé un rapport sur l’état de la bi-nationalité en Finlande. Le ministère est en train de rédiger ce rapport. Selon la ministre, le rapport n’est pas directement lié à la nouvelle législation russe, mais elle relève que puisque la question est évoquée en Russie, la Finlande souhaite également plus d’information sur le sujet.
Selon Mme Räsänen, aucun projet législatif n’est en cours.
Il y a 60 000 binationaux en Finlande.
HS/A18

La crise en Ukraine pourrait détruire des milliers d’emplois en Finlande
Aamulehti rapporte que si la crise en Ukraine se poursuivait et les sanctions économiques et mesures de rétorsion étaient maintenues une année environ 10 000 emplois seraient menacés en Finlande.
La banque Aktia estime que la crise en se prolongeant pourrait grever le pIB de la Finlande de 0,5 à 1 point de croissance.
AL

Nouvel ambassadeur d’Ukraine en Finlande
Aamulehti rapporte que l’Ukraine a nommé comme prochain ambassadeur en Finlande Andreï Olefirov.
L’Ukraine n’avait plus d’ambassadeur en Finlande depuis octobre 2012.
AL

Le nombre de touristes russe a diminué en Finlande
Turun Sanomat rapporte que pendant les six premiers mois de 2014, le nombre de touristes russes en Finlande a diminué de 10 % par rapport à 2013 et on estime que le nombre de nuitées continue à diminuer encore plus à la fin de l’année en cours.
En 2013, les touristes russes ont dépensé environ 1,4 milliard d’euros en Finlande. Cette année, la somme serait de moins de 1,3 milliard d’euros. Malgré cela, les Russes restent le plus grand groupe de touristes en Finlande.
Le quotidien note que la situation est due à la mauvaise situation économique en Russie, à l’affaiblissement du rouble et à la situation en Ukraine.
Le nombre de nuitées des touristes finlandais a diminué de 2 % et de tous les touristes étrangers de 1 %.
TS/190

OTAN

Déclarations de Gustav Hägglund
L’ancien commandant des forces armées Gustav Hägglund publie un livre. A l’occasion de la sortie de cet ouvrage, il a déclaré que, selon lui, l’adhésion à l’OTAN affaiblirait la capacité de défense nationale. « Si cela n’était pas le cas, je serais moi aussi favorable à l’entrée de la Finlande dans l’OTAN », dit-il.
SM

Défense

La Finlande commence à rechercher un successeur à ses chasseurs F-18 Hornet
Keskisuomalainen rapporte que les forces armées commencent à envisager le remplacement de leurs chasseurs F-18 Hornet. Selon KS, le choix pourrait se faire entre les F-35 américains et les Jas Gripen suédois.
KS

Israël

Aurinkomatkat annule ses voyages pour Israël
L’agence de voyages Aurinkomatkat a décidé d’annuler tous ses voyages pour Israël à partir d’octobre. Des centaines de voyages à destination de Eilat avait été réservés et sront donc annulés.
Yle

RCA

La situation se normalise à Bangui
De nombreux journaux publient un reportage de STT à Bangui auprès des soldats finlandais de la force européenne. Ils racontent que l a situation sur place et les rapports avec la population civile se sont calmés.
Les Finlandais participent à une opération européenne en RCA jusqu’en décembre.
AL KS

Demandeurs d’asile dans les pays membres de l’UE

Il y a proportionnellement le plus de demandeurs d’asile en Suède
Selon les statistiques publiées par Helsingin Sanomat, pendant les trois premiers mois de 2014, il y a eu proportionnellement le plus de demandeurs d’asile en Suède : 1 355 demandeurs par un million d’habitants. La Suède est suivie du Luxembourg (500), de Malte (475), de l’Allemagne (460) et de la Belgique (455). La France se trouve en 11e position (240) et la Finlande en 15e (135), la moyenne des pays membres de l’Union européenne étant 215.
En Suède, parmi les demandeurs d’asile il y a, en 2013 au total, le plus de Syriens (16 317 personnes), des apatrides (6 921), des Erythréens (4 844) des Somaliens (3 901) et des Afghans (3 011).
Le quotidien note que la Suède attire les réfugiés en raison de sa population importante d’immigrés
HS/A7, A8

Joensuu se prépare à l’arrivée des réfugiés syriens
Helsingin Sanomat relève que la ville de Joensuu a organisé une séance d’information aux citadins sur l’arrivée des réfugiés syriens. Le premier groupe de 15 personnes arrivera à Joensuu dans les semaines à venir. La ville de Joensuu a décidé d’accueillir 90 réfugiés syriens dans les trois ans à venir. Joensuu accueille environ 300 immigrés par an.
HS/A8

Politique intérieure

Journée de stratégie du gouvernement

Les ministres entendront des spécialistes sur les sujets de croissance et emploi
Le Premier ministre, M. Stubb, préside aujourd’hui une journée sur l’avenir de la Finlande. Hufvudstadsbladet relève que les intervenants représentent tous la droite, contrairement à ce qui était de tradition du temps de M. Katainen.
M. Stubb relève qu’il s’agira d’évoquer la croissance et l’emploi, défis de longue haleine, à la veille des pourparlers budgétaires.
Selon le directeur des communications du secrétariat du premier ministre, M. Mokko, il s’agit de rechercher la cohésion dans le gouvernement au moment où beaucoup de ministres ont changé.
Mme Bengtsson, professeur à Åbo Akademi, estime que les spécialistes que les dirigeants politiques choisissent de rencontrer jouent un rôle important. En principe, aucune recherche n’est sans fondement de valeurs et neutre, elle est toujours dirigée par les points de départ de personnes individuelles, selon elle. « Les hommes politiques choisissent souvent d’entendre un certain type de chercheurs pour renforcer les conceptions qu’ils ont déjà. »
HBL/6

Parti du centre

M. Sipilä critique le projet de budget
Helsingin Sanomat rapporte que le groupe parlementaire du Parti du centre s’est réuni jeudi à Hyvinkää. Le président du parti, M. Juha Sipilä estime que le projet de budget du ministère des Finances est basé sur des prévisions de croissance qui ne sont pas réalistes.
« En 2013, la croissance économique pour cette année a été estimée à 1,2 % mais en juin la croissance n’a été plus évaluée qu’à 0,2 %. La croissance de cette année risque être négative », selon M. Sipilä.
Les centristes ont souligné l’importance de la croissance économique, les mesures pour rendre plus facile la vie des entrepreneurs, un changement dans la politique énergétique et les mesures pour diminuer la bureaucratie.
Selon M. Sipilä, le prochain gouvernement doit fixer des objectifs stratégiques au lieu de rédiger un long programme gouvernemental. M. Sipilä souhaite diminuer les nombre de ministres et de leurs cabinets. Douze ministres seraient suffisants pou lui.
HS/A16

Chômage

Propos de M. Ihalainen
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen (PSD), relève que le gouvernement envisage d’améliorer les services prévus aux personnes qui ont du mal à trouver du travail. Le gouvernement remettra au Parlement un projet de loi en matière de réformes concernant la gestion du chômage. Il s’agira de regrouper dans un seul guichet les différents services destinés à des personnes qui sont au chômage depuis un an.
Le paquet de réforme prévoit également que la subvention versée aux employeurs qui recrutent des chômeurs de longue durée devienne permanente concernant les personnes de plus de 60 ans.
M. Ihalainen relève que l’objectif de la réforme est de revoir la répartition des coûts du chômage entre les communes et l’Etat, mais que cette question reste encore en instance.
Le ministre relève que selon les prévisions, la croissance économique sera de l’ordre de 1 % en 2015. Une croissance lente est étroitement liée au chômage, rappelle-t-il.
330 000 personnes sont actuellement au chômage, et le taux prévu pour 2015 est de 8,7 %. La part des chômeurs de longue durée représente plus de la moitié des chômeurs. Les jeunes sont au chômage pendant 11 semaines en moyenne avant de trouver du travail, la moyenne nationale étant de 43 semaines. Concernant les personnes de 55 ans et plus, il s’agit de 83 semaines.
Le coût du chômage pour les finances publiques est important. Ainsi, les économies concernant les réussites des mesures sont également importantes.
HS/A17

Egalité homme – femme

Dans le privé, les hommes gagnent près de mille euros de plus que les femmes
Selon le centre national des statistiques, en 2013, le salaire moyen dans le secteur privé était de 3 503 euros. Pour les hommes, il était de 3913 euros et pour les femmes de 3068 euros.
Le salaire médian était de 3100 euros. Pour les hommes il était de 3533 euros et pour les femmes de 2748 euros.
Le décime inférieur gagnait 2088 euros alors que le décime supérieur gagnait 5364 euros en moyenne.
SM STT

Culture

La vente de musique numérique dépasse la vente de disques
Au premier semestre 2014, la vente de musique sous forme numérique a représenté 58%, dépassant pour la première fois la vente sous format de disques.
La vente de musique connaît toutefois, au total, une nouvelle baise qui résulte de la diminution des ventes de CD et DVD.
Seuls les vinyls connaissent une progression, mais leur part reste très faible.
Yle

France – Finlande

Exposition

Catherine Balet au musée de la photographie
Helsingin Sanomat présente l’exposition de la photographe Catherine Balet « Strangers in the Light » au musée de la photographie à Kaapelitehdas.
HS

Nuit des arts

Raksa
Le journal télévisé d’Yle a rapporté le succès de l’installation d’Olivier Grossetête, hier soir, sur la place du Sénat.
La presse publie aussi des photos de cette manifestation populaire.
Yle HS Hbl

Cinéma

Diplomatie
Les médias publient des critiques positives du film Diplomatie de Volker Schlöndorff sur les dernières journées de l’occupation à Paris.
HS SK AL TS

Jeudi 21 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Le rôle de M. Niinistö
Helsingin Sanomat écrit qu’il est indéniable que c’est après avoir reçu le président Niinistö que le président ukrainien Porochenko a accepté de se rendre au sommet organisé en Biélorusie par les présidents biélorusse, kazakh et russe. Le quotidien relève aussi que M. Porochenko y a invité des représentants de l’UE.
M. Niinistö connaissait l’existence de ce sommet avant son voyage à Sotchi et Kiev, puisqu’il avait été annoncé la veille, relève HS qui estime que ces activités diplomatiques ont nécessité d’étroits échanges téléphoniques et du président finlandais et du ministre des Affaires étrangères avec les partenaires européens.
Pourquoi M. Niinistö ? se demande HS. Parce qu’il avait des contacts avec MM. Poutine et Porochenko. Mais aussi avec le président kazakh, chez qui il avait effectué une visite d’etat l’année dernière.
Le quotidien souligne toutefois que l’on ne connaît pas les intentions du président russe à l’égard de ce sommet de Minsk.
Le directeur de l’institut Aleksanteri Markku Kivinen estime que le résultat le plus concret de ce sommet pourrait être un cessez-le-feu.
La chercheuse Hanna Smith estime que ce sommet pourrait permettre de savoir ce que la Russie recherche réellement dans cette crise. Pour elle, le fait que les représentant de l’union eurasienne et de l’UE se retrouvent autour d’une même table est, du point de vue de la Russie un compromis car jusqu’à présent l’UE n’approuvait pas de discussions avec l’union eurasienne.
HS

Editorial
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que si l’on ne sait pas encore quelle était l’importance de la visite du président Niinistö en Russie et Ukraine pour permettre la future rencontre entre MM. Poutine et Porochenko, le rôle du Kazakhstan et de la Biélorussie en revanche ne fait pas de doute. Ces deux pays ont besoin de marges de manœuvre et de la Russie : c’est pourquoi une issue à la crise ukrainienne est particulièrement importante pur eux, conclut l’éditorialiste.
HS

Les effets de l’embargo se voient déjà à la frontière orientale de la Finlande
Une partie des produits laitiers exclus de l’embargo
Helsingin Sanomat rapporte que l’afflux de Russes pour venir s’approvisionner à Lappeenranta et Hamina en produits touchés par l’embargo russe commence à se voir.
La Russie a confirmé hier que certains produits ne seraient plus soumis à l’embargo : le lait et les produits laitiers sans lactose, mais aussi les semences destinés à la culture et jeunes saumons ou truites destinés à la pisciculture ainsi que des compléments d’alimentation protéinés ou vitaminés.
L’autorisation d’exporter des produits sans lactose est une décision importante pour Valio. En effet, la valeur des exportations de Valio en Russie était d’environ 250 millions d‘euros par an, dont 10% provenaient des produits sans lactose. Valio envisage de reprendre l’exportation de ces produits immédiatement.
En revanche Valio estime qu’il ne serait pas possible de contourner l’embargo en utilisant le marché biélorusse comme point d’entrée au marché russe.
HS

Nucléaire

La crise en Ukraine influence les positions des députés sur Fennovoima
Yle rapporte que la situation en Ukraine influence la position des présidents des groupes parlementaires sur le projet de Fennovoima de construire une centrale nucléaire de Rosatom.
Pour ce qui est des députés, Yle leur a demandé quelle part d’actionnariat finlandais ils exigeants pour approuver ce projet. Sur 82 députés qui ont répondu, 29 estiment que 50 – 53% suffirait, 12 qu’il faudrait 54 à 57%, 3 estiment qu’il faudrait 58 à 61% et 8 proposent 62 à 66%. Pour 30 députés, leur position sur le projet (négative ou positive) ne dépend pas du niveau d’actionnariat finlandais.
Yle

Le moment fatidique pour les projets nucléaires approche
Helsingin Sanomat rapporte qu’ne septembre le gouvernement devrait se prononcer sur les deux demandes de principe de construire une centrale nucléaire de TVO et Fennovoima.
HS estime que le problème de la demande de TVO pour OL4 est qu’elle contrevient à l’esprit de la loi sur l’énergie qui fixe qu’une autorisation de principe n’est valable que pour cinq ans et qui ne prévoit pars de prolongement d’une telle autorisation.
Pour ce qui concerne Fennovoima, HS estime que l’entreprise qui a du mal à boucler son actionnariat pourrait être tentée de diminuer l’évaluation du coût de son projet afin de diminuer par conséquent les besoins de financement actuellement manquants.
Matti Kalliokoski dans Helsingin Sanomat écrit que, il y a quatre ans, trois groupes énergétiques (TVO, Fennovoima et Fortum) ont présenté une demande d’autorisation de construire un e centrale nucléaire et que seulement deux ont été accordées, à TVO et Fennovoima. Aujourd’hui ces groupes demandent une modification ou un prolongement de leur autorisation de principe. Matti Kalliokoski relève que si aujourd’hui, les trois mêmes groupes demandaient à nouveau une autorisation de principe, le résultat pourrait certainement être différend.
M. Kalliokoksi souligne aussi la position décisive de Fortum : ce groupe est un des principaux actionnaires de TVO qui demande une autorisation de principe pour OL4. Mais Fortum est aussi le propriétaire de la centrale de Loviisa qu’il souhaiterait remplacer par une nouvelle. Fortum peut donc aussi, de l’intérieur, influencer la réalisation, ou non, du projet OL4. Et Fortum doit donc actuellement réfléchir de quel côté de la balance il faut peser la décision, conclut l’éditorialiste.
HS

Ebola

La Finlande dispose d’un plan d’action au cas de contamination
Selon l’Institut national de santé publique, THL, le risque de propagation du virus Ebola en Finlande est minime. M. Salminen, professeur auprès de l’institut, relève que la Finlande est bien préparée à fa ire face à des cas de contaminations éventuelles. Le personnel des soins de santé dispose d’un plan s’action en la matière, et THL assure une permanence pour diffuser de l’information au besoin.
Le ministère finlandais des Affaires étrangères déconseille, à l’instar des autres Etats membres de l’UE, les déplacements au Libéria, en Guinée et au Sierra-Léone.
HS/A36

Politique intérieure

Gouvernement - Rentrée politique

Le parti conservateur souhaite aider les exclus du système scolaire
Le parti conservateur rejette le coût de l’augmentation de l’âge de la scolarité
L’augmentation de la scolarité obligatoire d’une année, de 16 à 17 ans continue à diviser au sein du gouvernement. Le parti conservateur, l’union des communes et l’union des lycéens remettent en cause le coût évalué par l’institut économique de l’Etat VATT à seulement 15 millions d’euros. La ministre de l’éducation se réjouit de cette évaluation et estime que cette réforme doit être réalisée.
L’union des communes continue à estimer le coût de cette réforme à 55 millions d‘euros par an.
HS AL

Dissensions sur la compensation de la baisse des allocations familiales
Helsingin Sanomat rapporte que l’un des sujets qui divise le gouvernement concerne la compensation de la baisse des allocations familiales décidée lors du cadrage budgétaire. En effet, pour compenser la baisse des allocations familiales, il avait été envisagé d’accorder une possibilité d’allègement de l’impôt sur le revenu pour les familles.
HS souligne que tous les partis de la coalition ont des points de vue différents sur ce sujet : le PSD souhaite soumettre à un plafond de revenu ces allègements fiscaux, le parti conservateur souhaite qu’ils touchent tous les revenus, le parti chrétien-démocrate souhaite qu’il prenne en compte les familles nombreuses et le parti suédois s’oppose à un tel allègement fiscal.
Helsingin Sanomat relève par ailleurs que la diminution des allocations familiales profite au budget de l’Etat alors que la mesure compensatoire qui consiste à offrir un allègement fiscal touche le budget des communes (qui reçoivent l’(impôt sur le revenu). Il en va de même pour le projet d’augmenter le pouvoir d’achat des petits retraités en leur proposant un allègement fiscal.
Helsingin Sanomat se demande donc si le gouvernement ne contourne pas les principes qu’il s’est fixé en matière de diminutions des dépenses en utilisant des allègements fiscaux qui pèsent en réalité sur les fiances des communes et non de l’Etat.
HS

Le gouvernement prépare un plan d’aide aux chômeurs
Pour faire face à l’augmentation du chômage, le gouvernement devrait présenter, en même temps que son projet de budget pour 2015, une rallonge budgétaire pour 2014 destinée à allouer 15 millions d‘euros pour les régions et secteurs touchés par le chômage. Une partie de cette somme pourrait toutefois être ensuite recouvrée auprès du fonds européens de lutte contre la globalisation car la région d’Oulu, touchée par la restructuration des TIC pourrait y être éligible à hauteur d‘environ 3 millions d’euros.
HS

Diminution des critiques à l’égard de Mme Räsänen
La ministre de L’intérieur et président des Démocrates-chrétiens Päivi Räsänen a réussi à diminuer la fronde à son encontre à l’intérieur de son parti.
Le parti devrait décider samedi si un congrès extraordinaire est organisé ou non avant les prochaines élections législatives d’avril.
HS

Opposition

Le groupe de Gauche ne réintégrera pas l’Alliance des Gauches
Le parti de l’Alliance des Gauches a décidé de ne pas autoriser la réintégration dans son groupe parlementaire des deux députés frondeurs qui avaient créés il y a trois ans le groupe des Gauches au Parlement.
HS

Communes

Dissensions entre les enseignants et les communes
Le syndicat des enseignants a décidé de se retirer des négociations actuelles en cours avec les communes sur la réforme du temps de travail des professeurs. L’idée de cette réforme était de modifier le temps de travail des enseignants, actuellement calculé sur la base de leurs heures de cours, au profit d’un horaire annuel qui pourrait être par exemple de 1600 heures.
En raison des mises à pied décidées par 25 communes et touchant 4 000 enseignants, le syndicat a décidé de suspendre sa participation aux négociations sur cette réforme.
HS

Education

Activités périscolaires
Aujourd’hui ce sont de plus en plus souvent les associations sportives et les organisations politiques qui proposent des activités périscolaires pour les écoliers. Il y a dix ans, les paroisses se chargeaient de 20 % de ces activités, contre 12 % actuellement. Plus de 60 % des activités sont organisées par les communes.
Les activités sont en règle générale couvertes par une cotisation versée par les familles variant entre 20 et 140 euros par mois, et une participation de la commune subventionnée par l’Etat.
La loi prévoit des activités périscolaires depuis 2004. Ces activités concernent les deux premières années de la scolarité. 53 000 écoliers participent à ces activités. Seulement trois petites communes finlandaises n’en proposent pas.
HS/A10

Harcèlement sexuel des jeunes

Une fille sur trois et un garçon sur quatre a déjà été victime de harcèlement sexuel
Selon une étude récente de l’école supérieure professionnelle de la police, concernant les adolescents de 15 ans, une fille sur trois et un garçon sur quatre a déjà été sexuellement harcelé ou victime de violence sexuelle.
Le ministère de l’Intérieur a lancé, hier, un projet « Right to Choose » financé par l’UE dans le but d’aider les jeunes à identifier les situations liées au harcèlement ou à la violence sexuels, y compris dans le cadre d’un couple. Le projet a également comme objectif de dissoudre la honte et le silence autour de ce sujet et d’insister sur le fait que la victime ne doit jamais être culpabilisée dans de tels actes.
Depuis 1988, les chiffres concernant le harcèlement de la part de personnes adultes a diminué, mais ils restent plus élevés que ceux concernant le harcèlement commis par des personnes du même âge. Le harcèlement en ligne constitue une part considérable de tout le harcèlement, notamment pour les jeunes filles.
HS

France – Finlande

Exposition

Catherine Balet au musée de la photographie
Aamulehti annonce l’exposition de la photographe Catherine Balet « Strangers in the Light » au musée de la photographie à Kaapelitehdas.
AL

Mercredi 20 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Le rôle de M. Niinistö
Helsingin Sanomat relève que les dirigeants russe et ukrainien se rencontreront à Minsk, mardi prochain, pour s’entretenir de la crise. Pour le quotidien, le Président Sauli Niinistö a contribué à ce que cette rencontre puisse se réaliser.
Selon HS, l’objectif central des entretiens que le Président Niinistö a eu en Russie et en Ukraine était de favoriser l’organisation d’un sommet sur l’avenir de l’Ukraine. M. Niinistö a rencontré son homologie russe, M. Poutine, vendredi, et son collègue ukrainien, M. Porochenko, le lendemain.
Le secrétariat de la présidence confirme que le sommet a été évoqué pendant le déplacement de M. Niinistö. Le président a relevé lui aussi lors de sa conférence de presse donnée après les entretiens, que la question avait été évoquée.
Le secrétariat de la présidence a annoncé, lundi, que M. Niinistö avait eu des entretiens téléphoniques avec le dirigeant kazakh, M. Nazarbaïev, le président de la Commission européenne, M. Barroso et le président du Conseil européen, M. Van Rompuy.
Paavo Rautio estime dans Helsingin Sanomat que l’importance accordée au voyage de M. Niinistö tient aussi à des considérations de politique intérieure : le président a satisfait les attentes de ceux qui espéraient le voir prendre à nouveau un rôle au-dessus de la politique des partis.
HS

Russie

Législation concernant les double-nationaux
Une nouvelle loi est entrée en vigueur en Russie concernant les binationaux et les ressortissants russes résidant à l’étranger de façon permanente. Ces personnes devraient communiquer les informations concernant leur lieu de domicile et leur nationalité aux autorités russes de l’immigration.
Selon M. Kivinen, directeur de l’Institut Aleksanteri, outre la surveillance des ressortissants à double-nationalité, la Russie souhaite clarifier son administration et étendre son influence. Il y a 25 millions de russophones en dehors de la Russie. « Cette loi est prévue pour rendre leur lien avec la Russie plus officiel. »
Pour M. Kivinen, la crise en Ukraine et le durcissement de l’atmosphère politique ont augmenté la volonté russe de gérer la question de la double-nationalité et d’ainsi renforcer le statut du pays à l’étranger.
Selon l’Institut national d’études statistiques, 21 500 binationaux fénno-russes et 31 000 ressortissants russes résidaient en Finlande fin 2013.
Le ministère finlandais de l’Intérieur n’a pas commenté le projet.
HS/A8

Ebola

Une infirmière finlandaise se rendra en Sierra-Léone
La Croix rouge finlandaise enverra une infirmière finlandaise en Sierra-Léone.
Mme Teinilä, qui s’y rend aujourd’hui, a déjà travaillé au Pakistan, au Zimbabwe et à Haïti. Elle travaillera à Kenema pendant un mois.
HS/A7

Politique intérieure

Gouvernement

Rentrée politique
M. Stubb souligne qu’il ne faut pas faire des économies dans la formation, la recherche ou l’innovation
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Alexander Stubb a souligné mardi, lors de la réunion du groupe parlementaire du Parti conservateur au centre scientifique Heureka à Vantaa, que le gouvernement ne doit pas faires des économies sur la formation, la recherche ou l’innovation lors des négociations budgétaires.
Selon les sources du quotidien, le ministre social-démocrate des Finances, M. Antti Rinne, aurait déjà annulé son projet de couper à hauteur de 30 millions d’euros les crédits de l’agence nationale pour le développement technologique Tekes. Le cabinet de M. Rinne l’a confirmé mardi au journal télévisé d’Yle.
Les conservateurs ont estimé hier que la décision de M. Rinne « a beaucoup amélioré l’ambiance de négociation au sein du gouvernement ».
Les négociations budgétaires du gouvernement auront lieu la semaine prochaine.
Helsingin Sanomat note aussi que les partis représentés au gouvernement ne sont pas d’accord sur les crédits accordés d’une part à l’Université Aalto et d’autre part aux autres universités. Selon une décision prise par le deuxième gouvernement de Matti Vanhanen, proposée maintenant par le ministère des Finances, le financement supplémentaire accordé à l’Université Aalto depuis sa création devrait être transféré graduellement aux autres universités entre 2015 et 2020. Le financement supplémentaire accordé à l’Université Aalto est de 70 millions d’euros pour cette année et serait, selon le projet du ministère des Finances, 48,5 millions d’euros pour 2015. Certains conservateurs, dont M. Jyri Häkämies, directeur de la confédération du patronat et de l’industrie, s’y opposent.
Les Verts ont annoncé lors de leur rentrée politique que la défense des crédits des universités et de l’éducation serait l’un de leurs objectifs pour les prochaines électins législatives.
Aamulehti rapporte qu’un autre sujet divise le gouvernement : l’augmentation de la scolarité obligatoire d’une année, de 16 à 17 ans. Le quotidien souligne que cette proposition du PSD est évaluée couter 55 millions d’euros selon l’union des communes mais seulement autour de 15 millions d’euros selon l’institut économique de l’Etat VATT.
HS/A10&12 Dem

Alliance des gauches

M. Arhinmäki critique la proposition des conservateurs d’augmenter le temps de travail
Selon Helsingin Sanomat, le groupe parlementaire de l’Alliance des gauches s’est réuni mardi à Kotka.
Le président du parti, M. Paavo Arhinmäki, a rejeté fermement la proposition du président du groupe parlementaire conservateur, M. Arto Satonen, concernant la prolongation du temps de travail de 37,5 à 40 heures par semaine. M. Arhinmäki a également critiqué les conservateurs qu’il accuse de promouvoir l’intérêt des grandes entreprises et non des entrepreneurs.
Selon M. Arhinmäki, en Suède le gouvernement conservateur perdra les prochaines élections législatives de façon écrasante.
Le président du parti est satisfait de l’audience de son parti, autour de 9 %, « avant un automne politique très animé ».
HS/A14

Emploi

Le litige sur les jours fériés continue
Helsingin Sanomat relève que les partenaires sociaux poursuivent les négociations sur les jours fériés, même si l’église luthérienne a annoncé lundi qu’elle voulait garder l’Epiphanie et l’Ascension à leurs places habituelles. Les jours fériés ne peuvent pas être modifiés sans une proposition de l’église.
Les partenaires sociaux peuvent par contre décider les conditions de travail pendant les jours fériés. Le patronat souhaite transférer l’’Epiphanie et l’Ascension à un week-end. Le patronat et les grandes centrales syndicales poursuivent les négociations sans l’église. Une évaluation à ce sujet est prévue dans le pacte de l’emploi et de la croissance d’octobre 2013.
HS/A14

France – Finlande

Nuit des arts

Projet de construction en carton à la place du Sénat
Hufvudstadsbladet rend compte du projet du plasticien français Olivier Grossetête à l’occasion de la Nuit des arts. Lors d’ateliers, les participants auront l’occasion de construire les plus grands projets architecturaux de la ville : le musée Guggenheim, le nouvel hôpital pour enfant, la nouvelle bibliothèque. Ils seront construits et exposés sur la place du Sénat, demain à partir de 15 heures.
HBL/16

Mardi 19 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Actions de M. Niinistö
« La Finlande ne tient pas les premiers rôles » HS
STT rapporte que le président finlandais Sauli Niinistö a téléphoné aux dirigeants de l’UE MM. Barroso et Van Rompuy ainsi qu’au président du Kazakhstan pour discuter de la crise en Ukraine.
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre des Affaires étrangères estonien n’a pas exprimé de satisfaction sur la visite de M ; Niinistö en Russie et Ukraine. Selon M. Paet, il « serait meilleur que les relations avec la Russie se concentrent au niveau de l’UE » et non des Etats membres. « Pour la Russie, il est meilleur de discuter le plus possible avec chaque Etat-membre et le moins possible au niveau de l’UE ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que la visite de M. Niinistö à Sotchi et Kiev a surtout été médiatisée en Finlande. Au niveau international, elle n’a pas été très en vue ni suscité de commentaire. Or, ces derniers temps, dans les médias occidentaux, on présente plutôt la Finlande comme un modèle pour l’Ukraine en tant que voisin de la Russie non membre de l’OTAN. « On peut espérer que le voyage de M. Niinistö aura renforcé l’image d’une Finlande opposée aux blocs et refusant le modèle qu’on lui propose de symboliser », conclut HS.
AL HS

Déclarations de M. Tuomioja
« La crise en Ukraine à un tournant » Dem
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja estimait, hier, que la crise ukrainienne était à un tournant : elle peut empirer ou s’améliorer.
Les discussions diplomatiques sont en cours. Par ailleurs, sur le plan militaire les forces armées ukrainiennes semblent progresser.
Dem

Aide de la Commission aux producteurs de fruits et légumes
La Commission a décidé des compensations de 125 millions d’euros pour les producteurs de furits et légumes touchés par l’embargo russe.
« Il y a certainement peut d’entreprises intéressées en Finlande car il y a peu d’exportations de fruits et légumes vers la Russie », relève le secrétaire d’Etat Risto Artjoki.
Le Premier ministre Alexander Stubb déclare comprendre que les producteurs de fruits et légumes soient prioritaires pour des dédommagements car leurs produits sont rapidement périssables. Selon M. Stubb, d’éventuels dédommagements pour les producteurs de produits laitiers seront évalués plus tard.
Des discussions avec la Commission continuent aussi pour le secteur de la production de viande, rapporte le ministre de l’Agriculture Petteri Orpo dans un communiqué.
Dem HS

Commission européenne

M. Katainen peut-être commissaire sans portefeuille
Helsingin Sanomat rapporte que, dans une interview publiée dans EUobserver, le porte-parole du prochain président de la Commission évoque la possibilité que d’anciens premiers ministres, comme les candidats à la Commission de Finlande, d’Estonie et de Lettonie puissent ne pas avoir de portefeuilles mais servir de rôle de filtre dans la nouvelle commission. Ils pourraient aussi occuper une des vice-présidences (huit actuellement).
Kauppalehti se demande si un rôle de commissaire filtrant correspondrait vraiment à ce que recherche M. Katainen.
Dans une interview accordée à Yle, l’ancien commissaire finlandais Olli Rehn estime qu’il ne faut pas rechercher un tel poste car « les postes de coordination de ce type ont tendance à être de simples missions de représentation ».
La présidente de la Grande commission du Parlement, Mme Ritta Myller, déclare que s’il s’agit de poste ayant un rôle de direction, cela pourrait correspondre à plus de pouvoirs qu’un petit portefeuille.
Par ailleurs Helsingin Sanomat rapporte que M. Katainen continue à former son cabinet. Il devrait comprendre trois Finlandais : le directeur de cabinet Taneli Lahti (qui faisait déjà partie du cabinet de M. Rehn), Heidi Jern (du parti populaire suédois, elle aussi ancienne du cabinet de M. Rehn) et la candidate du parti conservateur aux élections européennes Aura Salla. De même la polonaise Karolina Leib, du cabinet de M. Rehn, continue dans celui de M. Katainen.
HS Yle KL

Nucléaire

« La Russie ne fait pas douter les espoirs dans Fennovoima » STT
STT rapporte que le monde des affaires finlandais ne doute pas du projet de Fennovoima de construire un réacteur nucléaire fourni par Rosatom. Selon les représentants du patronat et des syndicats interrogés par STT, les agissements de la Russie ne devraient pars ralentir le projet de Fennovoima.
« L’attitude de la russie ne devrait pas limiter les capacités de Fennovoima de réaliser son projet », selon M. Juha Naukkarinen, qui dirige la branche des industries énergétiques.
« Nous ne sommes tout de même pas en guerre avec la Russie. Si on pense qu’il ne faut plus faire avoir de relations avec la Russie, cela limitera beaucoup d’autres business que ce projet de centrale nucléaire », souligne le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto.
Selon M. Naukkarinen, il faut réaliser les deux projets approuvés : et Fennovoima et Olkiluoto4. « Nous en avons besoin ainsi que de nombreux investissements dans l’énergie ».
Le président du syndicat du bâtiment, M. Harjuniemi estime qu’il « serait disproportionné envers les entreprises énergétiques de faire échouer ces projets seulement pour satisfaire la politique des Verts ».
Le président du syndicat des producteurs agricoles MTK, M. Juha Marttila estime que la Russie ne peut se payer le luxe de perdre ses projets d’exportations de technologie nucléaire qui ont un rôle stratégique important pour le pays.
Le professeur Peter Lund de l’université Aalto considère au contraire que le projet de fennovoima fait face à des risques politiques et économiques trop important pour se réaliser. Il estime aussi que l’UE pourrait par exemple décider de sanctions contre l’importation d’uranium de Russie.
STT Dem

L’Etat dans le capital de Fennovoima ?
Fennopvoima recherche toujours à compléter son capital finlandais pour boucler son actionnariat. La porte-parole Maira Kettunen déclare qu’il n’y a pas d’échéance fixée pour finaliser son actionnariat. STT rappelle que l’on a souvent évoqué la participation de Fortum, possédée à majorité par l’Etat finlandais. Fortum a toujours rejeté cette éventualité. Le professeur Lund comprend la positon de Fortum mais estime que l’Etat, en tant que principal actionnaire pourrait faire changer Fortum de position. Tout comme l’Etat a décidé de participé au capital du chantier naval de Turku, il pourrait aider Fennovoima.
STT rapporte que le ministre de l’Economie Jan Vapaavuori considère que l’Etat ne peut participer directement au projet qui doit représenter les besoins de l’industrie et des entreprises énergétiques.
Dem

Politique intérieure

Débat sur l’augmentation du temps de travail

Le Parti conservateur évoque l’augmentation du temps de travail
Le président du groupe parlementaire du parti conservateur a proposé, hier matin, l’augmentation du temps de travail, de 37,5 à 40 heures par semaine, pour renforcer la compétitivité de la Finlande. Plus tard, M. Satonen a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une proposition formelle mais de lancer un débat.
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré que l’augmentation du temps de travail n’était pas d’actualité. Selon lui, les partenaires sociaux qui mènent actuellement des négociations sur la réforme de la retraite ont besoin de calme. Le Premier ministre estime que l’augmentation du temps de travail sera certainement évoquée à l’intérieur de son groupe parlementaire. « Nous nous préparons à des élections à venir et, avec les élections le parti conservateur fera des propositions sur le monde qu’il voudrait s’il pouvait seul décider ».
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman a rejeté la proposition d’augmenter la durée de travail.
La confédération syndicale SAK s’oppose à l’augmentation de la durée de travail alors que le patronat EK y est favorable.
HS Yle

Négociations sur les retraites

Une partie des syndicats se détachent de l’objectif des négociations sur les retraites
Helsingin Sanomat rapporte qu’une partie de syndicats remettent en cause l’un des deux principaux objectifs des négociations sur la réforme des retraites : diminuer le déficit structurel.
Le président du syndicat des ingénieurs, M. Pertti Porokari, critique le lien entre l’augmentation de l’âge de retraite et la baisse du déficit structurel. « On n’arrivera pas à équilibrer les finances de l’Etat en augmentant l’âge de la retraite, il faut retrouver d’autres mesures pour cela. »
Les négociateurs se sont déjà mis d’accord sur la baisse du déficit structurel et sur l’augmentation de l’âge de retraite moyenne à 62,4 ans. Les négociations devraient se terminer bientôt, peut-être avant la fin août.
HS/A13

Réforme des services sociaux et de la santé

Le projet de loi sera présenté au Parlement en novembre
Selon Helsingin Sanomat, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié lundi le projet de loi sur l’organisation des services sociaux et de la santé. Il sera envoyé dans les communes pour avis, avant d’être présenté au Parlement en novembre.
Selon le professeur Jussi Huttunen, qui a participé aux préparatifs du projet de loi, « la loi donnera de meilleures possibilités afin de garantir aux citoyens les services égaux dans tout le pays ».
Le nouveau système devrait entrer en vigueur en 2017.
HS/A13

Emploi

Chômage technique des enseignants
Helsingin Sanomat relève que selon le directeur du patronat des communes finlandaises, M. Markku Jalonen, les chômages techniques des enseignants seront organiser de la façon qui gêne le moins possible l’enseignement dans les écoles.
Les chômages techniques des enseignants devraient concerner environ 4 000 personnes dans 25 communes.
Selon M. Jalonen, les chômages techniques dureraient en moyenne quinze jours, de préférence pendant les week-ends et les fêtes.
Les chômages techniques ne concernent pas que les enseignants mais environ 33 540 employés des communes finlandaises.
HS/A14

Parti conservateur

M. Rydman , nouveau secrétaire aux affaires internationales
Selon Hufvudstadsbladet, M. Wille Rydman, ancien président des jeunes conservateurs, a été nommé secrétaire des affaires internationales du Parti conservateur, jusqu’aux élections législatives du printemps prochain, en remplacement de Mme Anniina Iskanius, nommée conseillère de la nouvelle parlementaire européenne Henna Virkkunen.
Le quotidien note que M. Rydman est connu pour ses opinions critiques sur l’immigration. Il compte présenter sa candidature aux élections législatives de 2015.
HBL/4

Lundi 18 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Déclarations de M. Stubb
Dans une interview accordée à CNN, vendredi, le Premier ministre M. Stubb a déclaré que si la Russie ne changeait pas de politique, l’UE pouvait décider de nouvelles sanctions. Interrogé ce matin à la radio finlandaise, M. Stubb a déclaré que les relations entre l’UE et la Russie allaient connaître une période assez longue d’affaiblissement. Il estime qu’il n’est pas possible de répondre favorable à la demande d’aide militaire de l’Ukraine. « Ni de la part de l’OTAN car l’OTAN n’aide que ses membres. Et l’UE n’a pas les capacités de donner ce type d’aide ». Selon lui, le principal est d’arriver à un cessez-le-feu.
Yle

Visite du Président Niinistö à Sotchi et Kiev
Après sa visite à Sotchi et Kiev, où il a rencontré les présidents russe et ukrainien, le président finlandais a tenu une conférence de presse à Helsinki, samedi.
Selon Helsingin Sanomat, M. Niinistö est revenu avec des lueurs d’espoir. Il estime que, pour la première fois depuis longtemps, on s’est rapproché d’une sortie de crise.
M. Niinistö estime que son voyage a prouvé qu’il y avait un besoin de canal de discussion direct et d’échange de messages. Selon lui, de nombreux acteurs espèrent qu’il continuera à maintenir des contacts avec les différents acteurs. M. Niinistö a déclaré avoir fait passer un message de Russie en Ukraine.
Selon lui, le principal risque est la poursuite de la guerre dans la région. Il refuse de se voir comme médiateur pour la paix mais admet que la Finlande est engagée pour trouver une solution.
Concernant les avancées de ces derniers jours (les discussions sur l’accès de l’aide humanitaire ou la réunion de Berlin), « ce sont des premiers pays très modestes, mais on peut dire qu’une porte est sinon ouverte au moins entrouverte ».
HS Yle

Réactions
Samedi, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja partageait l’optimisme du président Niinistö. Il estimait que la visite de M. Niinistö était utile : « ce sont les actes qui sont décisifs, néanmoins les discussions donnent des possibilités pour résoudre le conflit. Les solutions ne peuvent venir que de la diplomatie ». M. Tuomioja a admis avoir informé ses homologues du voyage de M. NiinistÖ. « Il est important que la Finlande ait de bonnes relations directes et ouvertes avec les dirigeants de l’Ukraine et de la Russie. Nous n’avojns pas de mission de médiation et nous n’en recherchons pas. Nous espérons que ces discussions permettront de trouver une issue à la crise ».
Le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement Timo Soini (Vrais Finlandais) estime que le voyage du président Niinistö était utile. Selon lui, la Finlande doit garder une marge de manœuvre et pas se bétonner à l’intérieur du carcan de l’UE.
HS Yle AL TS KS

Commentaires
« Une bonne tactique » HS
Après la visite du président à Sotchi, Suvi Turtiainen (Helsingin Sanomat) écrivait que la tactique de rencontrer et le président russe et le président ukrainien était bonne et constituait le principal geste de politique étrangère du président depuis son élection. Selon elle, ce voyage était susceptible d’ouvrir de nouveaux canaux diplomatiques.
L’éditorialiste du quotidien estimait, après la rencontre de Sotchi, qu’il y avait désormais un canal de discussion grâce à l’initiative de M. Niinistö mais qu’il convenait d’avoir des attentes très modérées.
Helsingin Sanomat souligne que la rencontre de M.M. Niinistö et Poutine avait suscité des interrogations en Europe. Lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles, le ministre finlandais Pekka Haavisto avait présenté le voyage de M. Niinistö, ce qui n’avait pas provoqué de commentaire. Helsingin Sanomat relève que, dans la presse estonienne, des critiques directes ont été exprimées contre le voyage du président finlandais.
Lauri Nurmi (Aamulehti et Kaleva) estime que la Finlande demeure une étrangeté dans l’UE. Il rappelle que le président Niinistö ne cesse de souligner que « sur les 28 Etats-Membres 22 sont membres de l’UE et que 94% de la population de l’UE est dans l’OTAN ». Or, la crise ukrainienne a fait naître un paradoxe : l’audience d’une adhésion de la Finlande à) l’OTAN augmente un peu alors même qu’une telle entrée semble s’éloigner à cause de la situation de crise.
Pekka Pohjolainen (Aamulehti et STT) rappelle qu’à l’issue de la crise en Géorgie, M. Stubb, alors ministre des Affaires étrangères, avait insisté sur le fait que la Russie souhaitait utiliser la force comme outil de sa diplomatie et qu’il fallait, selon lui, adhérer à l’OTAN. Selon M. Pohjolainen, en tant que Premier ministre désormais, M. Stubb doit faire face à la même analyse : c’est pourquoi il condamne particulièrement durement les actions de la Russie en Ukraine et insère strictement la Finlande dans le front européen. En revanche, le train est passé et la crise en Ukraine risque de refermer pour longtemps la porte d’une adhésion à l’OTA N.
Selon Markku Kangaspuro (Institut Alexandre) il est normal que le président finlandais ait décidé d’être en premier ligne. « Il y a des questions nationales, comme la politique étrangère et de sécurité, que les autres Etats non plus ne souhaitent pas complètement abandonner à Bruxelles. Il est donc naturel que la Finlande ait aussi ses propres relations ».
HS Yle AL TS KS

Les Finlandais favorables aux sanctions
Selon un sondage réalisé pour Yle, 61% des Finlandais approuvent la participation de la Finlande aux sanctions européennes contre la Russie ; 28% s’y opposent.
AL

Défense

Selon M. Haglund, aucun achat d’armement en Israël n’est d’actualité
Le ministre de la Défense, M. Haglund, relève que son ministère ne projette aucune nouvelle acquisition d’armement en Israël. Il relève que la Finlande dispose des options d’achat qui datent des pourparlers antérieurs, mais qu’il est fort improbable qu’elles se réaliseront dans la situation actuelle. La Finlande n’envisage pas de demander de nouveaux devis en Israël.
HBL/lun/5

Politique intérieure

Audience des partis politiques

Le Parti conservateur continue à progresser
Le sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat sur l’audience des partis politiques montre une hausse pour le Parti conservateur et l’Alliance des gauches alors que l’audience du Centre, des Vrais Finlandais et des Démocrates chrétiens diminue par rapport au début de l’été. Les autres partis sont plutôt stables.
Le Parti conservateur arrive toujours au premier rang avec une audience de 22,1 % (par rapport à 20,5 % en mai-juin). Le Centre arrive au deuxième rang avec 19,9 % des intentions de vote (par rapport à 20,3 %), suivi des Vrais Finlandais, 15,9 % et du PSD, 14,9 %.
L’Alliance des gauches a 9,3 % des intentions de vote, les Verts 8,7 %, le Parti suédois 4,5 % et les démocrates chrétiens 3,4 %.
L’audience des Conservateurs n’a pas été aussi élevée depuis avril 2012, celle des Vrais Finlandais n’a pas été aussi basse depuis deux ans.
Si le résultat des législatives au printemps 2015 était le même que les chiffres de ce sondage, la coalition au pouvoir changerait considérablement. Le Centre et le PSD changeraient de place.
HS/lun/A12-13

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que le nombre de personnes indécises est plus important que d’habitude : 37 % des personnes interrogées ne souhaitent pas exprimer leur position ou annoncent qu’elles n’envisagent pas de voter.
Pour l’éditorialiste, un groupe d’électeurs hésitera certainement entre les Conservateurs et le Centre, tandis qu’un autre groupe aura du mal à choisir entre les Vrais Finlandais et le PSD.
Pour ce qui est du PSD, l’éditorialiste relève que les sociaux-démocrates peuvent se consoler par le fait que, par rapport au mois de juin, leur audience n’a plus diminué.
Quant à l’Alliance des gauches, quitter le gouvernement leur a permis de renforcer leur audience de deux points depuis mars.
HS/lun/A5

Budget

Le syndicat Pardia rejette la proposition de M. Rinne
Le ministre des Finances, M. Rinne, a proposé de diminuer le nombre de fonctionnaires au service de l’Etat. Le président de Pardia, M. Simola, syndicat des salariés de la fonction publique, affirme qu’il n’est pas possible de diminuer les personnels sans risquer la protection juridique des citoyens et la sécurité intérieure et extérieure du pays.
L’Etat emploie actuellement 81 000 personnes, et M. Simola rappelle qu’au début des années 1990, leur nombre était de 220 000.
En ce qui concerne les communes, M. Kietäväinen, vice-directeur général de l’Union des communes, relève que celles-ci ont été poussées à une situation où elles sont obligées de diminuer leur nombre d’employés. Les diminutions des dotations de l’Etat ne pourront pas être compensées par les seules augmentations fiscales. Les communes emploient 430 000 personnes. Selon M. Kietäväinen, ce nombre ira décroissant, même si cela engendrera des problèmes au niveau de la qualité des services et des délais d’attente.
HS/lun/A7

Vers un abandon des objectifs d’économies pour la police
Mme Nerg, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, est convaincue qu’il s’agira d’abandonner aux objectifs d’économies pour 2015 concernant la police. Selon elle, le ministère des Finances a compris que la police ne supporterait pas les coupes supplémentaires.
Le ministère avait proposé, au printemps, des économies de 6,5 millions d’euros concernant la police, et le ministre, M. Rinne aurait souhaité introduire en outre des économies s’élevant à 8,5 millions d’euros.
Lors des négociations budgétaires entre les deux ministères, jeudi, le ministère des Finances a déjà annulé la proposition concernant les 8,5 millions d’euros. Mme Nerg est confiante en ce qui concerne la somme de 6,5 millions d’euros aussi. Elle relève que cette coupe signifierait la suppression de cent postes de policiers.
Une décision définitive en la matière sera prise lors des pourparlers sur le projet de loi des finances, fin août.
HS/lun/A15

Réforme des services sociaux et de la santé

Le projet de loi sera rendu public aujourd’hui
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé publiera, aujourd’hui, son projet de loi concernant l’organisation des services sociaux et de la santé, basé sur la proposition sur laquelle les partis représentés au parlement se sont mis d’accord en juin.
Le projet sera ensuite transmis aux communes pour avis.
Des questions se poseront sans doute sur la réalisation de la réforme : comment les communes pourront-elles influencer sur l’utilisation de leurs crédits de façon démocratique ? Comment seront prises les décisions concernant le nombre d’acteurs chargés de la production des prestations ? Combien d’années faudra-t-il avant que des économies pourront être faites ?
HS/lun/A14

Vendredi 15 août 2014

Politique étrangère et européenne

Irak

Manifestations des kurdes de Finlande contre Isis
Turun Sanomat rapporte que les kurdes de Finlande ont manifesté contre l’organisation terroriste Isis, hyier, à Helsinki et demandé au gouvernement finlandais d’intervenir pour arrêter Isis. TS rapporte aussi que les Kurdes de la région de Turku vont organiser lundi 25 août une manifestation pour exprimer leur opposition aux actions terroristes des Isis en Irak et en Syrie.
Turun Sanomat rapporte que, selon l’expert suédois Magnus Ranstorp, une cinquantaine de personnes venant de Finlande auraient rejoint les troupes de ISIS au proche et moyen-orient.
TS

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Visite du Président Niinistö à Sotchi pour rencontrer le président Poutine
La présidence finlandaise a publié un communiqué pour informer que le Président Niinistö effectuerait une visite de travail pour rencontrer le président Poutine à Sotchi, en Russie, vendredi. Lors d’une conférence de presse, le président Niinistö a indiqué que M. Poutine l’avait invité il y a un an et que cette visite n’avait pu être réalisée à cause de la situation en Ukraine. M. Poutine avait plusieurs fois réitéré sa demande, mais la dernière initiative pour cette visite venait toutefois de M. Niinistö.
Il a souligné qu’il ne s’agissait pas de discuter de questions bilatérales mais de la crise ukrainienne. « Je ne pense pas être un grand médiateur de paix. J’estime toutefois qu’il est important de créer des canaux de discussion. On n’a conclu aucune paix par téléphone et ce n’est pas non plus par des communications téléphoniques que l’on résoudra cette crise. J’espère que l’ouverture de canaux de discussion pourra au moins donner des possibilités d’avancer de manière positive ».
M. Niinistö a souligné que cette rencontre avait été préparée avec les partenaires occidentaux de la Finlande. Selon lui, cette initiative a reçu, une large compréhension de la par des pays occidentaux. « Je comprends bien que la Finlande, de par sa situation de sécurité et sa stabilité a toutes les raisons d’être active. Nombreux sont ceux qui, en Finlande et ailleurs demandent à ce que la Finlande agisse. Pour moi, cela signifie qu’en tant que président j’ai l’obligation de faire quelque chose ». M. Niinistö envisage aussi de rencontrer le président ukrainien.
La directrice de l’institut des relations internationales Teija Tiilikainen estime que M. Niinistö est une sorte de porteur d e message de l’UE. « La Finlande n’a pas recherché de position de médiation car elle fait partie de l’UE et c’est une crise entre l’UE et la Russie. »
La chercheuse Hanna Smith estime que « l’Allemagne et la Finlande étant sur le long terme été les meilleurs amis de la Russie à l’intérieur de l’UE », il normal que la Russie cherche à rencontrer les pays qui sont vus de manière positive en Russie. Le chercheur Mika Aaltola souligne que ce voyage comporte des risques, notamment que la Russie l’utilise à des fins de propagande. Le chercheur du ministère des Affaires étrangères Hiski Hautala estime qu’il ne faut pas exagéré, à ce stade, la portée de cette rencontre
Le directeur de l’Institut Alexandre Markku Kivinen estime que ce voyage témoigne des grandes lignes de la politique étrangère finlandaise et des bonnes relations avec la Russie.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que les difficultés de communication entre la Russie et l’UE actuellement ont ouvert la place à une rencontre entre M. Niinistö et M. Poutine. Le journal souligne toutefois que la situation dans laquelle elle intervient comporte d’importants risques.
HS Yle

Déclarations de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja souligne que le message de M. Niinistö sera le même que celui des autres Etats-membres. « Cette rencontre a été précédée par de nombreux contacts et nous agissions dans le cadrez de l’union. Il est important aussi pour la Finlande de maintenir des canaux de discussion, mais nous soutenons là l’UE ». M. Tuomioja rejette toute idée que la Finlande puisse demander des dérogations à l’embargo commercial. Les sanctions et mesures de rétorsion ne seront pas évoquées », a-t-il dit, hier, au parlement.
Invité du journal télévisé de MTV3 ce matin, M. Tuomioja a commenté les informations concernant l’intrusion de blindés russes en Ukraine. Selon lui, il n’y a rien de très nouveau car il ne s’agit pas d’une invasion de grande ampleur. Cela ressemble à la poursuite de l’aide et de la fourniture d’armement qui vient constamment de la Russie vers les séparatistes afin de maintenir leur capacité de combat.
De la rencontre entre les présidents finlandais et russe, il attend une discussion franche et ouverte. Il ne sera pas question des sanctions mais de discuter de la sortie de cette situation.
« Trouver une solution à la crise nécessite une activité diplomatique dans laquelle la France et l’Allemagne ont joué les premiers rôles. Heureusement car il est important de maintenir les contacts. C’est la même chose pour la rencontre entre MM. Niinistö et Poutine ».
MTV3 Yle

Déclarations de M. Stubb
Dans une interview accordée au journal de son parti, Nykypäivä, le Premier ministre Alexander Stubb déclare ne pas partager les critiques exprimées par M. Tuomioja contre le manque de leadership de l’Ue dans la crise ukrainienne. Selon lui, il est normal qu’il faille du temps pour définir des positions communes au niveau européen. « L’action de l’UE au niveau des ministres des Affaires étrangères ou des chefs d’Etat et de gouvernement a été bonne », dit-il.
M. Stubb estime que le retour de la politique de force de la Russie était perceptible déjà en 2008 en Géorgie. « La pensée de zones d’influence demeure forte en Russie. Il y a une nostalgie de la politique des grandes puissances ».
NP

Le ministre de l’agriculture demande des millions de réparations
Le ministre de l’Agriculture Petteri Orpo estime que les producteurs agricoles pourraient obtenir 55 millions d’euros d’aides pour faire face à l’embargo russe ; Cela pourrait prendre la forme d’une annulation des diminutions des aides prévues. Par ailleurs, le secteur de l’industrie agro-alimentaire pourrait recevoir une aide à l’exportation de 2,5 millions d’euros.
M. Orpo souhaite obtenir du budget de l’Etat une aide totale s’élevant donc à 57,5 millions d‘euros.De plus, la Finlande va demander sa part des éventuels fonds de crise européen qui pourraient être débloqués. Cette part pour, selon M. Orpo, s’élever à des dizaines de millions d‘euros.
KL

La moitié des entreprises victimes des effets des sanctions
Selon la chambre de commerce centrale de Finlande, les deux tiers des entreprises sont favorables aux sanctions mises en place contre la Russie. Et 16% seraient même prêtes à les durcir. Seulement un quart des entreprises n’acceptent pas ces sanctions. Et 10% souhaiteraient alléger les sanctions.
Selon cette étude à laquelle ont répondu plus de 2 600 chefs d’entreprises, la moitié des entreprises finlandaises sont touchées par l’effet des sanctions et mesures de rétorsion entre l’UE et la Russie. 79% des entreprises ne vont toutefois rien faire à court terme pour pallier à leurs effets ; seulement 8% indiquent rechercher des marchés pour remplacer le commerce avec la Russie.
Kauppalehti souligne qu’actuellement la majorité des entreprises finlandaises a donc adopté une attitude attentiste à l’égard de l’évolution du commerce avec la russie
KS KL

Russia today renonce à demander une licence de radio
Rusiia Today, qui avait sollicité des rencontres avec le ministère des comlmunications finlandais a annulé sa demande de rencontre en vue d’obteniir une licence pour une radio en Finlande ;
Selon le ministère des Communications, il n’y a pas de fréquence libre d’ici 2019 et s’il y en avait, de nombreuses demandes en attente venant de groupes finlandais seraient prioritaires.
KS

Politique intérieure

Gouvernement

Déclarations de M. Stubb
Pas de nouvelles coupes budgétaires
Helsingin Sanomat publie une interview du premier ministre Alexander Stubb. Il admet avoir changé un peu son style depuis qu’il est devenu premier ministre : il parle plus lentement. Helsingin Sanomat note qu’il n’a pas révélé de grande vision. M. Stubb déclare que le principal objectif de son gouvernement est de « mettre en œuvre les décisions prises précédemment : les réformes structurelles, les cadrages budgétaires et le programme gouvernemental. Rien de nouveau ou de révolutionnaire ne sera fait. Il s’agit avant tout de gérer les affaires ».
Il admet qu’il faudra revoir à la baisse les prévisions économiques mais estime que cela ne changera pas fondamentalement la préparation du budget ; Selon lui, il n’y a d’aillerus pas de marge de manœuvre budgétaire. « C’est un budget d’austérité. On ne peut rien faire d’autre ».
Si le budget est en diminution, il n’y a toutefois pas de nouvelles coupes à attendre.
HS relève que les diminutions des aides à l’innovation ou à la recherche proposées par le PSD ne conviennent pas au parti conservateur.
M. Stubb souligne l’importance d’un gouvernement capable de fonctionner. Il espère que les Verts se maintiendront au gouvernement en dépit de l’éventuelle étude d’autorisation de principe sur le nucléaire. « S’ils partent, je comprendrais leur position de principe », admet-il toutefois, sans spéculer sur la capacité de la coalition à faire face à une majorité réduite à 101 députés.
HS

Budget

Les négociations continuent
Le ministre des Finances continue ses négociations bilatérales avec les autres ministères pour préparer le budget 2015. Aucune décision n’est toutefois prise et les arbitrages auront lieu probablement lors de la réunion des chefs des partis de la coalition gouvernementale, à la fin du mois.
HS

Nucléaire

Selon M. Vapaavuori les demandes d’autorisation de principe seront étudiées par le gouvernement en septembre
Le ministre de l’Emploi et de l’Economie a déclaré à STT que les demandes d’autorisation de construire une centrale nucléaire de Fennovoima et de TVO seront étudiées par le gouvernement en septembre. L’objectif est que si le gouvernement la ou les approuve, le Parlement en sera saisi pour une étude durant la session d’automne.
Pour la demande de Fennovoima, la question en suspens demeure l’actionnariat. Pour TVO et le projet d’OL4, tous les avis nécessaires n’ont pas été reçus.
KS

M. Pekkarinen en appelle à un actionnariat finlandais
L’ancien ministre de l’Emploi et de l’Economie Mauri Pekkarinen (Centre) estime que l’actionnariat étranger doit être limité à un tiers dans Fennovoima. Il estime qu’il faut rapidement que soit organisé l’actionnariat finlandais de Fennovoima.
SM

Editorial
Aamulehti estime qu’il est de plus en plus difficile de croire que Rosatom, qui « est dans la poche de Poutine » se plierait aux règles du jeu international dans toutes les situations. L’éditorialiste souligne que l’étude du projet de Fennovoima est une question très délicate pour le gouvernement car les verts ont annoncé leur départ du gouvernement en cas d’adoption d’une autorisation de principe.
Le report de l’étude de l’autorisation de principe donne au moins un répit au gouvernement qui peut se concentrer sur l’étude du budget, estime AL.
AL/Jeu

France – Finlande

Cinéma

Festival d’Espoo
Demokraatti rapporte que le festival Espoo ciné fête ses 25 ans du 22 au 31 août. Sous le titre « 25 ans de fête du cinéma européen », le festival propose de nombreux films du vieux continent. Il proposera notamment le dernier film d’Alain Resnais, récemment disparu.
La réalisatrice française Claire Simon est invitée du festival qui présentera ses deux derniers films.
Dem

Minuscule
Les médias publient de bonnes critiques du film « Minuscule – la vallée des fourmis perdues » qui sort aujourd’hui dans les salles en Finlande.
HS AL TS

Jeudi 14 août 2014

Politique étrangère et européenne

Irak

« Les pays occidentaux arment les Kurdes » HS
Propos de MM. Tuomioja
Les médias rapportent que de nombreux Etats occidentaux, dont la France ont décidé de livrer des armes aux Kurdes pour lutter contre les terroristes de l’ISIS.
En Finlande, le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, considère l’intervention armée des pays occidentaux en Irak comme « totalement fondée ». Selon lui, Isis « apparait comme l’une des pires organisations terroristes actuelles ».
HS

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Réunion du comité gouvernemental de politique étrangère et de sécurité
Le comité gouvernemental de politique étrangère et de sécurité s’est réuni, hier, sous la présidence du président Niinistö, pour discuter de la crise en Ukraine. « La Finlande s’inquiète d’une situation de plus en plus tendue entre l’Ukraine et la Russie et entre la Russie et les pays occidentaux. Il faut mettre fin à ce cercle vicieux. Du point de vue de la situation en Ukraine toutes les initiatives pour trouver les conditions pour une solution négociées sont importantes ».
La Finlande estime qu’une condition à une solution est que la Russie cesse d’aider les séparatistes. « Le fonctionnement de la Russie n’est pas acceptable », considère le communiqué qui rappelle que la Finlande agit par le biais de l’UE dans cette crise.
HS

La Finlande ne va pas se désolidariser du front des sanctions
Le Premier ministre Alexander Stubb a déclaré hier au journal télévisé que la Finlande n’allait pas se désolidariser des sanctions européennes. « La Russie a violé le droit international et les sanctions ont donc été mises en place pour des raisons politiques. Nos principes ne sont pas à vendre ! J’espère que les sanctions provoqueront à long terme un changement », a dit M. Stubb.
Aujourd’hui, après avoir été entendu par la commission des Affaires étrangères du parlement (voir ci-dessous), le Premier ministre a déclaré que l’on n’avait pas à attendre de mesures de rétorsion de l’UE en réponse à l’embargo russe. « Si des mesures de rétorsion sont décidées, cela sera sur une base de politique étrangère et de sécurité », souligne-t-il. Les discussions qu’il a eues avec les parlementaires ont porté sur la situation en Ukraine et de l’effet des sanctions européennes et des mesures de rétorsion russes. « Nous avons aussi discuté de la manière d’aider les entreprises finlandaises », a-t-il dit.
« Du point de vue de la Finlande, nous partons de l’idée que la situation humanitaire doit être améliorée. Nous cherchons un solution pacifique à cette crise et la Finlande doit faire son travail pour que, dans l’UE et de manière bilatérale une solution soit trouvée ».
Il a aussi commenté l’annonce de la visite du Président Niinistö à Sotchi pour rencontrer M. Poutine. « C’est une excellent preuve du fait que nous utilisons les moyens de nos relations bilatérales ». Selon lui, il ne s’agit pas d’une marque que la Finlande se détache de la ligne commune. « Nous avons toujours souligné que nous restons sur le même front que l’UE et qu’en même temps nous veillons à nos relations bilatérales ».
AL HS yle

Visite du Président Niinistö à Sotchi pour rencontrer le président Poutine
Après que le Kremlin l’a annoncé, ce matin, la présidence finlandaise a publié un communiqué pour informer que le Président Niinistö effectuerait une visite de travail pour rencontrer le président Poutine à Sotchi, en Russie, demain.
Lors d’une conférence de presse, le président Niinistö a indiqué que M. Poutine l’avait invité il y a un an et que cette visite n’avait pu être réalisée à cause de la situation en Ukraine. M. Poutine avait plusieurs fois réitéré sa demande, mais la dernière initiative pour cette visite venait toutefois de M. Niinistö..
« Je ne pense pas être un grand médiateur de paix. J’estime toutefois qu’il est important de créer des canaux de discussion. On n’a conclu aucune paix par téléphone et ce n’est pas non plus par des communications téléphoniques que l’on résoudra cette crise ».
« Je comprends bien que la Finlande, de par sa situaiton de sécurité et sa stabilité a toutes les raisons d’être active. Nombreux sont ceux qui, en Finlande et ailleurs demandent à ce que la Finlande agisse. Pour moi, cela signifie qu’en tant que président j’ai l’obligation de faire quelque chose ».
M. Niinistö a souligné que cette rencontre avait été& préparée avec les partenaires occidentaux de la Finlande.
M. Niinistö envisage aussi de rencontrer le président ukrainien.
HS Yle

Réunion des commissions parlementaires
La commission des Affaires étrangères du Parlement se réunit aujourd’hui pour entendre le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères et discuter sur la situation de la crise ukrainienne.
La commission de l’agriculture va aussi se réunir aujourd’hui pour débattre de l’effet des mesures de rétorsion russes sur l’économie finlandaise.
La Grande commission se réunira le 26 août pour entendre des experts politiques et économiques sur les effets de la crise ukrainienne.
Le président du parlement, M. Heinäluoma n’a pas exclu la possibilité de réunir le Parlement si la situation l’exigeait.
Le Parlement ouvrira sa session d’automne le 2 septembre par un rapport du Premier ministre sur la situation en Ukraine.
Le groupe parlementaire du PSD a publié un communiqué pour défendre les sanctions contre la Russie considérées comme fondées et indispensables. Ces sanctions sont destinées à faire pression pour une solution politique. Il faut donc les accepter même si elles peuvent en se poursuivant affaiblir la situation économique de la Finlande.
La présidente de la Grande commission, Mme Riitta Myller (PSD) espère que l’UE pourra se concentrer sur la recherche d’une solution à la crise. « L’UE doit agir de manière crédible pour trouver un cessez-le-feu et le début de négociations », dit-elle. Cela rend aussi la nomination d’un nouveau Haut représentant encore plus importante.
Dem

Les Finlandais construisent déjà la paix en Ukraine
Aamulehti rapporte que le CMI créé par l’ancien président Ahtisaari dispose de représentants dans les zones occupées par les séparatiste en Ukraine orientale. Le CMI focntionne dans ces régions depuis des années.
Le CMI a aussi un réseau de construction de la paix dans la région de la mer noire et dédié aux conflits gelés de la région.
Le directeur de projet Ville Brummer ne souhaite pas donner d’informations supplémentaires sur ces projets et leur situation.
AL

Le risque économique du commerce russe touche les entreprises finlandaises
La chambre de commerce centrale de Finlande va présenter aujourd’hui les estimations de 2500 entreprises finlandaises sur les effets de l’embargo russe.
Helsingin Sanomat analyse l’évolution des exportations finlandaises vers la Russie et rappelle qu’à intervalles réguliers ces échanges connaissent d’importantes baisses : cela a été le cas à la fin des années 1990 et des années 2000.
Le fait que les entreprises finlandaises aient peu investi en Russie témoigne que ces entreprises n’ont pas cru à la stabilité de l’économie russe, analyse HS.
HS DEM

Nordea ferme les comptes du chantier naval d’Helsinki
Nordea a décidé de fermer les comptes d’Artech Helsingin Shipyards car la société est possédée à moitié par le groupe russe OSK qui figure sur la liste publiée par les Etats-Unis. Or, Nordea a des agences aux Etats-Unis et aurait pris un risque en maintenant ses services à OSK.
HS

Critique contre une éventuelle une radio russe en Finlande
La ministre des Communications Krista Kiuru n’a pas l’intention de délivrer une licence pour une radio publique russe en Finlande, rapporte STT.
TS

Politique intérieure

Réforme du système des retraites

Les négociations devraient être difficiles
Les représentants des salariés et ceux du patronat ont repris les négociations sur la réforme du système des retraites. Le gouvernement souhaite connaitre quelques détails essentiels avant les arbitrages budgétaires (les 27 et 28 août), même si les décisions n’auront pas d’impact sur le projet de loi de finances concernant l’année prochaine.
L’objectif des négociations sur les retraites est de prolonger les carrières professionnelles de 1,5 an, pour arriver à 62,4 ans d’ici 2025, et de diminuer le déficit structurel de façon considérable.
Les décisions concernant le système des retraites et les autres mesures en faveur du prolongement des carrières professionnelles constitueront la réponse pour l’équivalent d’un tiers du problème relevant du déficit structurel. Cette décision définira en grande partie la marge de manœuvre de l’Etat.
Helsingin Sanomat estime que même si rien n’a été définitivement décidé, on peut déjà supposer que le système va prévoir une flexibilité en matière de départ à la retraite dont les conditions en soi seront durcies.
Le système actuel qui permet à ceux qui travaillent entre 63 et 67 ans d’accumuler leur retraite à un taux plus élevé, 4,5 % au lieu de 1,5 % par an, sera certainement supprimé. Une augmentation différente serait probablement prévue pour le remplacer.
Selon HS, il est probable que le seuil de départ à la retraite augmentera progressivement de quelques années en dix ans.
Demokraatti relève que les parties des négociations se rencontrent actuellement tous les jours y compris le week-end. Il n’y a pas d’échéance pour les négociations et il est prévu qu’elles s’étendent au-delà des arbitrages budgétaires.
Mme Helle de STTK, confédération des employés, relève qu’il est extrêmement difficile pour les seniors de trouver du travail. Il ne conviendra ainsi pas de supprimer complétement la possibilité d’une retraite anticipée.
Mme Veirto de la SAK, confédération des ouvriers, estime qu’il faut prévoir une flexibilité vers la fin des carrières afin de permettre aux gens de continuer à travailler.
Les salariés considèrent que la cotisation patronale à titre d’assurance retraite devrait être augmentée d’un point, alors que le patronat n’y est pas favorable.
HS/mer/A17, Dem, KS/10

Fennovoima

L’autorisation ne serait évoquée au gouvernement que plus tard à l’automne ?
Le ministère de l’Emploi et de l’Economie avait prévu, en juin, que l’autorisation de principe accordée à Fennovoima en vue de construire un réacteur nucléaire pourrait être évoquée par le gouvernement dès le mois d’août. Le ministère attend toujours des éléments de la part de Fennovoima afin de compléter le dossier de demande déposé en mars. Ces informations concernent notamment la répartition de l’actionnariat, ainsi que certains mises à jour de détails techniques.
HS/A16

France – Finlande

Cirque

Jani Nuutinen
Helsingin Sanomat a interviewé Jani Nuutinen, professionnel et pionnier du nouveau cirque en Finlande installé en France, qui se produira à l’occasion du Festival de Helsinki du 15 au 18 août.
HS/B7

Mercredi 13 août 2014

Politique étrangère et européenne

Irak

Propos de MM. Tuomioja et Haglund
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, considère Isis comme la plus grande menace terroriste. Il a exprimé sa compréhension à l’égard de l’armement des Kurdes. Il rappelle que Isis a commis des actes comparables à un génocide. Stopper Isis aura le soutien du gouvernement irakien. Cela a été demandé par les Irakiens, relève M. Tuomioja en précisant que, dans ce sens, il n’y avait aucun problème.
Selon M. Juusola, professeur à l’Université de Helsinki, aider les Kurdes ne constitue pas une solution pour toute la crise en Irak. C’est une opération de premiers secours.
Le ministre de la défense, M. Haglund, estime que la situation en Irak pourrait nécessiter une intervention internationale. Pour lui, il est peu probable que l’on puisse arriver à trouver une solution par la voie de la négociation. La contribution internationale pourrait être composée d’un soutien militaire au gouvernement irakien et éventuellement au pouvoir kurde.
M. Haglund estime que dans le contexte afghan, il ne faut pas oublier que lorsque la communauté internationale avait quitté l’Irak, on avait estimé que la situation était maitrisée.
Le rôle de la Finlande consiste à négocier et aider dans le cadre européen et des organisations internationales.
SM/9, HBL/7

Ukraine – Russie – UE - Finlande

Convoi humanitaire russe
« Que veut la Russie ? » HS
Helsingin Sanomat estime que l’on peut se demander si le projet de convoi humanitaire russe en Ukraine orientale est un coup de publicité ou un cheval de Troie.
L’éditorialiste du quotidien estime que, dans le meilleur des cas, l’aide humanitaire russe pourrait calmer la situation s’il s’agit d’un vrai projet humanitaire auquel participent l’Ukraine et les pays occidentaux.
HS

Propos de MM. Tuomioja et Haglund
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que l’aide humanitaire russe en Ukraine pourrait être une bonne chose et qu’elle pourrait atténuer la crise humanitaire en Ukraine de l’Est. « Ce qui se passe vraiment reste toujours un peu ouvert. Mais j’ai compris que l’Ukraine est d’accord pour laisser la Russie envoyer de l’aide humanitaire et des denrées alimentaires pourvu naturellement qu’aucun soldat ne vienne avec », dit-il.
Le ministre de la Défense, M. Haglund, estime, quant à lui, que l’aide suscite des méfiances. Pour lui, l’envoi d’une aide est probablement quelque chose d’autre que ce que la Russie prétend. « Il est extrêmement inquiétant que la Russie s’efforce de déplacer des soldats en Ukraine sous le prétexte d’une aide humanitaire. » Pour M. Haglund, la seule façon d’aider les populations civiles en Ukraine de l’Est est de le faire au moyen d’une aide humanitaire approuvée par les acteurs internationaux.
HBL/10

Selon M. Tuomioja, les sanctions contre la Russie pourraient être démantelées rapidement
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja considère que les sanctions contre la Russie pourraient être supprimées rapidement. « On n’a besoin que de la certitude de savoir que la frontière entre la Russie et l’Ukraine est fermée et qu’il n’y a pas d’armes ou de soldats qui passent de Russie en Ukraine et que la Russie ne soutient pas les séparatistes ». Pour lever les sanctions, il suffirait alors d’une réunion des représentants des Etats membres.
M. Tuomioja est optimiste sur le fait qu’il n’y aura pas d’autres sanctions.
Pour lever les sanctions, il faut toutefois que et l’UE et la Russie se mettent d’accord sur les conditions : « il faut être deux pour danser le tango », rappelle M. Tuomioja.
Il souligne que l’objectif des sanctions est « de trouver une solution politique à la situation en Ukraine. Cela n’est pas de blesser la Russie. Le problème est qu’il y a eu un manque de leadership dans l’UE. Cela a créé un vide que la France et l’Allemagne ont comblé – et heureusement d’ailleurs ».
Le premier ministre Alexander Stubb souligne que pour lever les sanctions, il faut que la Russie accepte les conditions de l’UE. Il se refuse à spéculer sur leur durée. « Cela peut être une situation qui se prolonge. Il y a des avancées et des reculs ».
HS

La Finlande pourrait-elle servir de médiateur ?
Aamulehti relève que le professeur Vladislav Zubok, de la London School of economics estime que la crise pourrait être réglée par une médiation de la Finlande ou de l’Autriche.
Le président de l’assemblée parlementaire de l’OSCE, M. Illka Kanerva souligne que la Finlande ne pourrait jouer ce rôle que si les parties le lui demandaient. Il considère que l’UE ne pourrait qu’être satisfaite si un de ses Etats-membres avait un tel rôle.
AL

Le risque économique que constitue la Russie
Le responsable des placements du groupe d’assurance Ilmarinen estime que les effets de la situation de la Russie sur la Finlande sont très inquiétants. Si Ilmarinen a diminué ses placements directs en Russie, le groupe a toutefois principalement des placements dans des sociétés finlandaises ; or celles-ci peuvent être impactées par la situation en Russie, ce qui peut causer des effets indirects négatifs pour Ilmarinen.
Le groupe de distribution S craint lui aussi que la situation en Russie ne vienne diminuer ses perspectives de résultats pour le second semestre.
Kauppelehti rapporte que, selon la société de gestion de fonds de placement front, la Finlande sera victime de dommages collatéraux importants quand la Russie de Piutine s’appauvrira sous l’effet des sanctions.
Danske Bank a publié une liste d’entreprises qui seront particulièrement impactées. On y trouve les entreprises finlandaises suivantes : Fortum, Nokian renkaat, Oriola-KD, Stockmann, Tikkurila et YIT.
La directrice de la chambre de commerce finno-russe Mirja Tiri admet que le risque politique de l’investissement des entreprises en Russie est en train de se réaliser, mais elle considère que « ce risque politique vient de l’extérieur de la Russie ». Selon elle, dans le commerce avec la Russie, après chaque recul il y a toujours un nouvel essor.
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne que plutôt que la vente de produits agro-alimentaire, un bon moyen de mesurer l’état des relations économiques finno-russes est de regarder les investissements. Il est clair que ces derniers mois, les entreprises finlandaises et occidentales ont été prudentes pour investir en Russie. En revanche, l’intérêt des russes pour investir en Finlande ne semble pas diminuer comme en témoignent les commandes de construction navale et le projet de Fennovoima.
HS

Perquisition dans les locaux de Valio en Russie
Les médias finlandais rapportent que des troupes spéciales russes ont proicédé à une perquisition dans les locaux de Valio à Saint-Petersbourg, hier. Ils recherchaient des informations sur un groupe du Daguestan qui aurait pu utiliser les comptes de l’entreprise finlandaise, selon le fisc russe.
HS

La Russie a l’intention d’ouvrir une radio en Finlande
Selon Yle, le groupe Russia Today é tudie actuellement les possibilités d’ouvrir une radio en finnois en Finlande. L’entreprise pourrait recruter 25 journalistes finlandais pour fournir des informations d’un point de vue russe.
Le groupe a des stations radio à Washington, Londres et Berlin.
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja ne serait pas favorable à accorder un droit démission à une radio étrangère, rapporte Yle.
HS Yle

Aviation

Visite du Airbus A350 en Finlande
Un Airbus A350XWB s’est posé, hier, à l’aéroport d’Helsinki-Vantaa.
Finnair sera la première compagnie dotée de ces nouveaux appareils, destinés à ses vols longs courriers, dans un, peu plus d’un an.
AL

Politique intérieure

Débat sur le projet de loi des finances

Selon M. Stubb, les perspectives économiques s’assombrissent
Peu de marges de manoeuvre dans le budget
Lors de la réunion du groupe ministériel de son parti, le Premier ministre, M. Stubb, a déclaré que les perspectives de croissance du pays pour cette année devraient être certainement diminuées. En juin, le ministère des Finances prévoyait encore une croissance de 0,2%.
Selon lui toutefois, les changements à attendre pour le prochain projet de budget sont très minimes car « à 99,5% tout est ficelé ».
Il a précisé que l’objectif demeure de ne pas augmenter encore l’endettement prévu. Selon lui, le gouvernement présente un budget d’austérité et non de relance : les dépenses prévues passent de 54,6 milliards à 53 ,4.
Le PSD en revanche n’exclut pas le recours à un endettement supplémentaire pour faire face à la dégradation de la situation économique.
Turun Sanomat considère qu’il est clair que les prévisions de croissance pour 2014 et 2015 qui servent de base au projet de budget devront être revues à la baisse ; Il faudra donc soit augmenter l’endettement soit de nouvelles économies. Or, le gouvernement a communiqué sur une diminution du déficit budgétaire et aurait du mal à revenir sur son ambition de diminuer le rythme de l’endettement. Il faudra donc rechercher de nouvelles économies, non seulement pour faire face à la dégradation économique mais aussi parce que les réformes structurelles ne pourront pas toutes être réalisées, écrit TS.
HS TS

M. Heliövaara envisage de nouvelles privatisations
Dans une interview accordée à Kauppalehti, Eero Heliövaara, directeur des placements de l’Etta dans les entreprises, envisage la poursuite de la vente des participations de l’Etat dans les entreprises : il cite notamment finnair, Itella et VR.
Kauppalehti rappelle qu’avec un portefeuille de 18 milliards d’euros, l’Etat finlandais est le plus grand acteur de la bourse d’Helsinki avec environ 10% de sa valeur.
KL

Mardi 12 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – mesures de rétorsion russes

Réactions aux propos de M. Tuomioja
Le groupe parlementaire du PSD s’est réuni à Lappeenranta. Helsingin Sanomat relève que d’éminents sociaux-démocrates partagent l’avis du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja qui estimait que l’UE avait été trop hésitante et qu’elle avait commis des erreurs d’interprétation dans sa relation avec la Russie. Le président du Parlement, M. Heinäluoma, s’étonne du fait que l’UE n’ait rien appris de la coopération avec la Russie. « On peut se demander ce qui a été dit aux sommets UE-Russie si la réaction de la Russie a créé une telle surprise. »
M. Rinne, président du parti et ministre des Finances, estime que l’UE n’a pas su suffisamment bien évaluer la situation en Ukraine ni prévoir la réaction russe lorsque la crise a commencé. Pour lui, l’UE aurait du être plus active dès lors.
M. Stubb, Premier ministre, s’efforce de calmer le débat. Pour lui, la crise a rapproché les Etats membres les uns des autres et leur a permis de mieux comprendre la politique russe de chacun. Il relève que la coopération avec la Commission européenne a été étroite. Selon lui, la Commission européenne est en train d’étudier la question des moyens d’aider les pays qui seraient plus touchés que d’autres.
Le groupe ministériel du Parti conservateur s’est réuni à Seinäjoki. M. Zyskowicz, vice-président du groupe parlementaire des conservateurs, estime que la position du Centre à l’égard des sanctions n’est pas claire. Les propos de M. Sipilä se prêtent à des interprétations contradictoires, selon lui.
Des chercheurs estiment qu’une politique commune des 28 Etats membres en matière de Russie est difficile. La Russie n’est pas aussi importante pour tous les Etats membres. On n’a pas toujours su bien interpréter la Russie selon des chercheurs. Aux yeux de la Russie, l’accord entre l’UE et l’Ukraine ne relevait pas que de la politique commerciale.
M. Aunesluoma, chercheur à l’Université de Helsinki, estime que l’UE n’a pas eu une politique claire en matière de Russie. Cette politique a été à la charge des grands Etats membres, dont notamment l’Allemagne. « Le clash actuel ne s’est pas créé du jour au lendemain. »
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, regrette que la crise se soit aggravée au pire moment, avec les nominations européennes en suspens. Pour elle, le moment d’éventuelles autocritiques viendra plus tard dans l’UE. « Les questions seront nombreuses. Pourquoi l’UE n’a-t-elle pas vu que la Russie interprétait l’action européenne dans le contexte de l’accord de partenariat avec l’Ukraine comme une tentative d’élargir son territoire ? »
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat considère que dès lors qu’il existe un front commun européen pour des sanctions à l’égard de la Russie, il est important de s’y tenir, y compris pour la Finlande.
HS/A8, AL/A9

M. Orpo optimiste en ce qui concerne une aide européenne au secteur agro-alimentaire
Le ministre de l’Agriculture, M. Orpo, rappelle que l’ensemble du secteur agro-alimentaire, des producteurs aux industriels, est en crise. Il ne s’agit pas uniquement de Valio ou du secteur laitier, selon lui.
Concernant ses propositions de la semaine dernière sur des moyens d’atténuer les effets, il constate que le gouvernement devra évoquer celle de reporter les coupes budgétaires prévues pour le domaine agricole. Quant à une aide européenne au titre de fonds de crise, M. Orpo est optimiste. Il fait aussi appel aux consommateurs finlandais pour privilégier les produits finlandais dans leurs choix.
Mme Toivakka, ministre du Commerce extérieur, évoque la possibilité d’exporter plus vers le marché chinois en relevant qu’une délégation chinoise arrivera en Finlande, cette semaine. La ministre se rendra en Chine en septembre au titre d’un voyage de promotion des exportations.
TS/7, AL/A9

Vente en Finlande des produits destinés au marché russe
Evira, l’office national de sécurité alimentaire, a décidé que les produits agro-alimentaires destinés au marché russe pouvaient être vendus en Finlande. Les emballages pourront exceptionnellement être présentés sans informations en finnois et en suédois, pourvu que les magasins affichent les informations dans ces langues près de ces produits.
HS/A8

Construction navale

Une commande russe assure l’emploi du chantier naval d’Helsinki
Le chantier naval d’Helsinki, Arctech Helsinki Shipyard va engager une centaine de personnes d’ici la Fin de l’année. Le chantier a reçu du russe Sovcomflot une commande de trois navires et d’une valeur de 380 millions d’euros. Ils seront livrés entre 2016 et 2017 et seront destinés à servir sur les champs de pétrole arctiques.
Il y a actuellement 430 personnes employées dans ce chantier naval.
HS

Politique intérieure

Débat sur le projet de loi des finances

Les conservateurs et les sociaux-démocrates cherchent à résoudre leurs litiges
Lors de la réunion du groupe ministériel de son parti, le Premier ministre, M. Stubb, a souligné que l’on avait besoin du calme et de la patience dans le débat sur le projet de loi de finances. Il a dit qu’il n’avait pas de critiques à formuler contre l’action du PSD ou du ministre des Finances.
HS/A9

Lundi 11 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – mesures de rétorsion russes

M. Tuomioja regrette le manque de leadership au niveau européen
Selon M. Stubb, « on n’est pas dans une guerre commerciale »
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que l’UE se trouve dans un état de pénurie de leadership du fait que la Commission européenne va changer. Il regrette qu’il n’y ait personne qui soit précisément chargé de la politique russe de l’UE. Pour lui, c’est extrêmement inquiétant dans le contexte des décisions sur les sanctions.
Le ministre se félicite de l’activité des grands Etats membres, l’Allemagne et la France. Sans leur sens d’initiative, l’UE aurait été encore plus faible, selon lui.
Concernant les sanctions, il estime qu’il n’aurait pas été possible d’agir autrement.
M. Tuomioja estime qu’il faut trouver une façon honorable et qui convienne à tous pour sortir de la crise, sans bloquer personne.
Le premier ministre, M. Stubb, affirme lui aussi que la Finlande ne pourrait pas ne pas faire partie du front commun de l’UE.
M. Stubb a rejeté fermement l’idée que la Finlande pourrait négocier bilatéralement sur des atténuations aux sanctions. « Nous faisons partie d’un front commun et il ne faut pas oublier pourquoi. La Russie a envahi un territoire d’un autre Etat souverain et n’a pas aidé à la recherche d’une solution pacifique. »
M. Stubb a souligné que seule la Russie avait en mains les clés de la crise. « Dès que la situation sera calmée en Russie, l’UE mettra fin à ses sanctions », a-t-il déclaré.
M. Stubb ne considère pas qu’il s’agisse d’une guerre commerciale. Il relève qu’il n’y a pas de signe sur une éventuelle réponse de l’UE aux mesures de rétorsion russes.
M. Stubb a aussi souligné que la situation actuelle ne mouvait pas être comparée à celle de la guerre froide. Il insiste sur le fait que la Finlande a de bonnes relations avec la Russie. Il rappelle avoir eu avec son homologue, M. Medvedev, des discussions bonnes et constructives.
Le ministre de l’Agriculture, M. Orpo a demandé que l’Etat soutienne le secteur finlandais qui sera touché par la crise.
Les chercheurs, dont Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, excluent la possibilité de ne pas participer aux sanctions. Si un Etat s’en dissociait, cela diminuerait l’efficacité et la crédibilité des sanctions, selon elle. Elle rappelle que ni les entretiens avec la direction russe ni la diplomatie n’ont apporté de résultats.
La Grande commission se réunira, jeudi, pour évoquer la situation.
L’opposition a critiqué la Finlande de ne pas veiller à ses propres intérêts.
HS/sam/A8

Propos de M. Sipilä
Le président du Centre, M. Sipilä, souligne l’importance de tenir à l’esprit l’intérêt national en ce qui concerne la politique de sanctions de l’UE. Il regrette que le gouvernement finlandais n’ait pas eu une idée claire sur l’effet des sanctions sur l’économie finlandaise.
Il souligne l’importance de maintenir un contact avec la Russie sans pour autant faire de concessions en matière de politique européenne. Pour lui, renforcer les sanctions était toutefois inévitable après le crash aérien. Il estime quand même que les effets des sanctions devraient toucher les Etats membres de façon équitable. En ce qui concerne les propos sur d’éventuelles compensations européennes, M. Sipilä demande à savoir ce qu’elles sont, s’il y a eu un accord et si des fonds pourraient être envisagés.
M. Ipilâ souligne que les effets d’une guerre commerciale seront très forts pour la Finlande.
L’UE a évalué que la crise va réduire le pIB russe de 4,8 points en 2015. Or, M. Stubb a déclaré qu’une diminution de 3 points du PIB en Russie diminuait le PIB finlandais de 0,5 point.
« Avec ce raisonnement, on peut estimer que la crise va grever la croissance finlandaise de 0,8 point l’année prochaine souligne M. Sipilä. C’est tout le fondement du projet de budget qui s’effondre, selon lui.
HS/sam/A18

Propos de M. Soini
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, président de la commission des Affaires étrangères, rappelle qu’il faut que le gouvernement promeuve l’intérêt des Finlandais lorsque l’UE évoque les effets des sanctions russes. Il faudra se concentrer, selon lui, sur ce que la Finlande subira le moins possible de dégâts.
M. Soini encourage la direction finlandaise à maintenir le contact avec la Russie, pays voisin. Il a exprimé son souci sur le fait que la Commission européenne et le parlement européen sont en congé au moment où les relations avec la Russie sont tendues.
HS/dim/A14

La Grande commission se réunira en août
Mme Myller (PSD), présidente de la Grande commission, a annoncé que sa commission se réunira avant le Conseil européen en août afin d’évoquer les sanctions russes et pour entendre des spécialistes.
HS/lun/A11

Mme Toivakka souligne l’importance de trouver de nouveaux marchés
La ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, Mme Toivakka, estime que dans le contexte des sanctions russes, il est essentiel de rechercher de nouveaux marchés pour compenser les exportations vers la Russie. Pour elle, le rôle du gouvernement est très important pour cela. Elle ne souhaite toutefois pas exagérer l’importance du commerce fenno-russe qi représente 8 % des exportations finlandaises.
HBL/lun/10

Les députés veulent des compensations de la part de l’UE
Les députés interrogés par STT estiment que l’UE devrait compenser les pertes pour les Etats qui exportaient le plus vers la Russie ; Cela pourrait se faire par le biais des fonds structurels.
KS

Remplacer les exportations vers la Russie sera difficile
Les experts estiment qu’il sera difficile de trouver de nouveaux débouchés pour compenser les interdictions d’exportations vers la Russie concernant les produits agro-alimentaires.
La Russie est le principal partenaire commercial de la Finlande et son second acheteur après la Suède.
TS

Les prix des produits agro-alimentaires pourraient diminuer
Selon l’institut de recherche économique Pellervo qui est proche des producteurs agricoles le prix de la nourriture pourrait baisser en Finlande et ailleurs dans l’UE en raison de l’interdiction des exportations en Russie. L’offre sur le marché intérieur européen sera plus important ce qui devrait baisser les prix. L’organisation mondiale pour l’alimentation FAO estime que la consommation n’augmentera probablement pas. Les consommateurs pourraient acheter des produits de meilleure qualité si les prix diminuent.
Selon M. Pyykkönen de Pellervo, le lait et le saumon norvégien sont les produits les plus susceptibles de devenir moins chers.
Selon M. Lappalainen de la confédération des producteurs agricoles, MTK, il n’est toutefois pas exclu que le prix de la viande augmente du fait que le Brésil et la Nouvelle-Zélande augmenteront leurs exportations vers la Russie aux dépens du marché européen, ce qui pourrait augmenter les prix en Europe.
Helsingin Sanomat relève que le commissaire pour l’Agriculture n’exclut pas la possibilité que le fonds de crise prévu par la politique agricole de l’UE puisse être utilisé pour soutenir les pays les plus touchés.
HS/sam/A6

Valio annonce un plan social
Valio a annoncé un plan social concernant 800 personnes qui travaillent dans la production des produits laitiers destinés au marché russe. Le groupe devrait procéder à des mises en chômage technique.
KS

L’interdiction de survol de la Russie serait une catastrophe pour Finnair
Si la Russie interdisait le survol de son territoire aux compagnies européennes, Finnair serait parmi les plus touchées, juste après Air France KLM et Lufthansa.
En effet, actuellement Finnair a 115 connexions hebdomadaires qui passent au-dessus de la russie.
Un vol pour Tokyo ne ferait plus 7838 kilomètres mais près de 12000 s’il fallait éviter la Sibérie. Outre le coût en carburant (qui représente 30% des coûts de Finnair), cela pourrait aussi nécessiter une escale puisque les A3230 ont une distance de vol de 10 000 kilomètres et les A340 de 13 000.
KS souligne qu’il est plus facile de contourner la Sibérie depuis Paris ou Francfort que depuis Helsinki.
KS

Commission européenne

Propos de Mme Toivakka
La ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, Mme Toivakka, estime que « la chance des femmes dans l’UE va venir ». Le poste de commissaire à pourvoir dans la prochaine Commission européenne n’est pas une question de sexe, pour elle. Le candidat actuellement le plus fort sera présenté, dit-elle, en précisant que M. Katainen a fait preuve de talent.
Mme Toivakka propose qu’un nouveau poste de commissaire, notamment celui pour la compétitivité soit créé dans l’UE. Elle souhaite que l’on puisse enlever des obstacles bureaucratiques et autres qui freinent les activités des PMI-PME.
HBL/lun/10

OTAN

Sondage : l’audience de l’OTAN augmente
Selon un sondage réalisé pour Yle, 26% des personnes interrogées sont favorables à l’entrée de la Finlande dans l’OTAN contre près de 60% qui s’y opposent. Depuis novembre dernier, le nombre des personnes favorables à l’entrée dans l’OTAN a augmenté de 9 points.
Selon ce même sondage 56% des Finlandais considèrent aujourd’hui que la Russie constitue une menace pour la Finlande.
TS AL

Politique intérieure

Débat sur le projet de loi des finances

Critiques de M. Vapaavuori
M. Rinne se défend
Le ministre de l’Economie a critiqué la façon dont le ministre des Finances avait préparé le projet de budget sans concertation. Selon M. Vapaavuori, la confiance à l’intérieur du gouvernement est menacée parle comportement du ministère des Finances.
Le parti conservateur a critiqué notamment les allègements fiscaux pour les petites retraites et la diminution des aides à la recherche et au développement.
Le ministre des Finances a défendu son projet et sa liberté de proposition et de parole.

Economie

Diminution des nouvelles commandes pour l’industrie
L’industrie finlandaise a enregistré une diminution de 4,6% de ses nouvelles commandes en juin par rapport à l’année 2013.
La production industrielle enregistre aussi en juin une diminution de 2,3% par rapport à 2013.
KS

France

Tourisme

Route des vins en Alsace
Helsingin Sanomat présente, dans ses pages tourisme, la route des vins de Marlenheim à Thann.
Alsace-wine-route.com
HS

Vendredi 8 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine – contre-sanctions russes

« M. Tuomioja se déclare déçu de la passivité de l’UE » Dem
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime qu’avec les sanctions, l’on cherche à augmenter la pression pour trouver une solution diplomatique au conflit en Ukraine, mais qu’il semblerait que les efforts sérieux sont minimes. La Russie manque de volonté, mais l’UE n’est pas particulièrement active non plus : l’Europe est en congé et en état de pénurie de leadership, regrette-t-il.
Le ministre estime que la situation pourrait se développer en une guerre commerciale, mais que le pire serait que le conflit s’étende d’autres façons. Nous ne pouvons pas rester à attendre que la situation se détériore, dit-il.
Concernant la situation en Ukraine de l’Est, M. Tuomioja estime qu’il ne faut surtout pas que la Russie utilise les conditions humanitaires comme une excuse pour y aller. Il rappelle que les opérations russes an Abkhazie, en Ossétie du Sud et en Transnistrie ensont révélées les aspirations de politique de puissance.
En ce qui concerne l’OTAN, M. Tuomioja estime que la situation en Ukraine n’influence pas les fondements de la politique de sécurité finlandaise : elle n‘augmente pas la nécessité d’une adhésion de la Finlande à l’OTAN. Au contraire, la crise montre pourquoi il ne faut pas y adhérer : la Russie comprend qu’en tant qu’Etat membre de l’UE, la Finlande observe les décisions européennes, alors qu’elle aurait certainement moins de compréhension pour partager des frontières avec l’OTAN du côté finlandais.
Dem/3

Propos du Président Sauli Niinistö
Le Président Sauli Niinistö a exprimé son souci quant à l’engrenage de l’antagonisme qui se construit en Europe, et dont les sanctions et les contre-sanctions ne sont que des outils. Pour lui, on est aux portes d’une guerre froide. « Je suis particulièrement inquiet de savoir comment sortir de cet engrenage. Il serait primordial que le froid ne se poursuive pas et que la guerre commerciale ne s’étende pas de façon à nous obliger à utiliser d’autres termes. Commet lever les sanctions, par exemple ? Il n’y en a pas beaucoup qui y ont réfléchi. »
M. Niinistö rappelle que les contre-sanctions du secteur agro-alimentaire étaient prévues. Il estime que comme les exportations de ce secteur représentent 0,5 %, l’effet ne sera pas dramatique. Les sanctions touchent toutefois certaines entreprises de façon considérable.
Le président ne rejette pas la proposition du Premier ministre Stubb d’une demande éventuelle d’aide auprès de la Commission européenne. « Nous avons été solidaires, avons participé aux décisions communes et nous en souffrons plus que les Etats membres en moyenne. » A la question de savoir si la Finlande envisageait de négocier les sanctions directement avec la Russie, M. Niinistö constate qu’il n’a pas évoqué les sanctions avec son homologue russe. Il rappelle que la Finlande a participé à la prise de décision européenne de son plein gré. « Il ne s’agit certainement pas d’aller dire [aux Russes] que l’on n’a rien voulu de mal. »
AL/A10, HS/A6

M. Orpo évoque trois moyens d’aider le secteur agro-alimentaire
Le ministre conservateur de l’Agriculture, Petteri Orpo, relève que son ministère a réfléchi aux moyens de soutenir le secteur agro-alimentaire dans le contexte de difficultés engendrées par les sanctions russes. Il pourrait s’agir de reporter d’un an les diminutions à hauteur de 50 millions d’euros prévues concernant les aides agricoles.
L’industrie du secteur pourrait être soutenue en augmentant les crédits à la vente et au marketing afin d’aider à trouver des nouveaux clients asiatiques. Le projet budgétaire présenté hier prévoit 1,3 millions d’euros au titre des subvention aux exportations, et M. Orpo estime qu’il faut y allouer plus.
La Finlande envisage enfin être active dans l’UE afin d’étudier si les crédits du fonds de crise agricole pourraient être utilisés pour des compensations.
www.yle.fi

Les sanctions russes frapperont l’industrie agro-alimentaire
C’est le groupe de produits laitiers Valio qui souffrira le plus des mesures russes. La Russie représente 20 % des ventes du groupe qui est surpris de l’envergure des contre-sanctions. La commission parlementaire de l’Economie s’est réunie, hier, en présence des représentants de différentes instances économiques. Le Premier ministre, M. Stubb, n’a pas pu participer, contrairement à la ministre du commerce extérieur, Mme Toivakka qui a déclaré que le gouvernement ne se prononcera sur les sanctions plus en détail qu’une fois qu’il y aura de l’information officielle en la matière.
Selon M. Koikkalainen, directeur de recherche de l’Institut Etla, la croissance du PIB s’affaiblirait de 0,7 points si les exportations vers la Russie diminuaient de 20 %. Une diminution de 30 % affaiblirait la croissance d’un point.
M. Koikkalainen relève qu’il est actuellement extrêmement difficile d’estimer toutes les conséquences ainsi que la durée des sanctions. Les effets sur l’économie finlandaise se verront avec un délai. M. Koikkalainen rappelle que durant le début de l’année en cours, les exportations vers la Russie avaient déjà diminué de 15 % partiellement en raison de la crise en Ukraine.
En ce qui concerne l’interdiction éventuelle des survols de Russie, les spécialistes estiment qu’elle serait catastrophique pour Finnair qui a un chiffre d’affaires dont 40 % est composé des vols de transit entre l’Asie et l’Europe.
HS/A6-7, KL

Pour M. Stubb, il ne s’agit pas d’une guerre commerciale
Selon le Premier ministre, la Finlande sera le sixième des pays le plus touchés par les sanctions. La commission européenne est en train de rédiger une évaluation d’ensemble des effets des sanctions sur les différentes économies nationales. Pour M. Stubb, l’UE et la Finlande ne font pas de guerre commerciale. « Les clés pour la solution de cette crise sont entre les seules mains de la Russie », selon lui.
www.yle.fi

D’autres commentaires
M. Lappalainen du Collège de défense estime que l’idée que la dépendance mutuelle des économies diminuait la probabilité d’un conflit militaire a subi un coup. Pour le moment, la question relève du niveau politique, mais une guerre commerciale ne facilitera pas la normalisation des relations tendues. M. Lappalainen souligne l’importance de maintenir le contact et le fait d’avancer par des moyens diplomatiques.
M. Aalto de l’institut Jean Monnet de l’Université de Tampere estime que la guerre commerciale a un effet très négatif et de longue haleine sur les relations entre la Russie et les Etats occidentaux. Pour lui, il est rare que les sanctions aient apporté quelque chose dans la politique internationale.
M. Haukkala, chercheur auprès du ministère des Affaires étrangères, estime que les sanctions ne sont pas un outil politique très efficace. Pour lui, elles ne créent pas de place pour un dialogue.
M. Patomäki, professeur à l’Université de Helsinki, partage l’avis de M. Haukkala. Il estime qu’il faudrait s’efforcer de trouver une solution multilatérale sous la direction de l’OSCE et de l’ONU.
HS/A11, TS/16

« Valio entamera des négociations concernant l’emploi de 800 personnes » Yle

Gaza

M. Tuomioja regrette la passivité de l’UE
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que la situation à Gaza est une catastrophe totale. Le cessez-le-feu ne pourra pas tenir sans un traité de paix politique et la réalisation de deux Etats. Pour y arriver, il faut selon lui, une restauration de la paix de la part de la communauté internationale, non pas par des moyens militaires, mais en imposant des conséquences à ceux qui ne soutiennent pas réellement le processus de paix. Pour lui, il faudrait que l’UE soit bien plus active.
Dem/3

OTAN

Selon M. Haglund, « Une adhésion suédoise et finlandaise devra être débattue »
Aamulehti rend compte d’un billet co-signé par M. Haglund, ministre de la défense et président du parti suédois, et M. Björklund, ministre suédois de l’Education et président du parti libéral, dans le quotidien suédois Svenska Dagbladet, soulignant l’importance de débattre d’une adhésion à l’OTAN dans les deux pays. Les auteurs estiment qu’un partenariat ne garantit pas de protection dans un contexte de conflit.
AL/A12

Politique intérieure

Proposition pour le projet de loi des finances

Le gouvernement s’est réuni pour débattre de la règle du jeu
La proposition budgétaire du ministre des Finances a suscité des désaccords parmi les partenaires de la coalition gouvernementale. Le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori et celui de la défense, M. Haglund, ont critiqué M. Rinne pour sa façon d’agir concernant la préparation du projet budgétaire : jusqu’à présent, la coutume voulait que la proposition du ministère des Finances corresponde aux orientations sur lesquelles le gouvernement s’était mis d’accord. Or, cette fois, la plupart des ministres ont été surpris par quelques propositions de M. Rinne.
HS/A16

France – Finlande

Cinéma - Alceste à bicyclette et Lucy

Les journaux publient des critiques d’Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay et de Lucy de Luc Besson.

Cirque - Festival Future Circus

Turun Sanomat présente la troupe française Les Apostrophés qui se produira ce week-end à Turku. - - TS/20

Jeudi 7 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

« La Russie a publié sa liste de contre-sanctions » Yle
« C’est une pleine guerre commerciale » HS
« Les exportations de produits agricoles en Russie pourraient passer de 430 millions à 100 millions d’euros » Yle
La confédération des producteurs agricoles envisagerait des aides au secteur
Selon la MTK, la Finlande et les pays Baltes pourraient souffrir le plus
« Les sanctions dureraient un an » Yle
« Selon un professeur de l’Université technologique de Lappeenranta, les consommateurs russes seraient le plus touchés » Yle
Heikki Aittokoski de Helsingin Sanomat estime que si la nouvelle est véridique, elle aura des conséquences immédiates et douloureuses pour les exportations finlandaises et pour les emplois par la suite. D’un point de vue plus universel, il y a de quoi s’inquiéter pour les relations internationales. On est en pleine guerre commerciale dans un contexte d’atmosphère déjà glaciale. Il n’est pas exagéré de craindre que la crise échappe à tout contrôle. Dans cette guerre commerciale, il s’agit de bien plus que de la circulation des marchandises.
Mme Toivakka, ministre du Commerce extérieur, note que comme l’embargo russe concernera la viande et les produits laitiers, des entreprises finlandaises seront fortement touchées.
Il n’est pas exclu, selon M. Heinäluoma, président du Parlement, que les députés doivent interrompre leur congé si la situation s’aggrave encore.
www.hs.fi, www.yle.fi

Sanctions – éventualité de contre-mesures russes
Le Premier ministre Alexander Stubb relève que les effets des sanctions visant la Russie sur l’économie finlandaise ont été pris en compte dans les prévisions économiques qui serviront de base pour le projet de loi des finances. Pour lui, il est difficile d’évaluer ces effets. Selon les estimations de la Banque de Finlande, l’économie finlandaise diminuera de 0,5 % si celle de la Russie diminue de 3 %. M. Stubb estime qu’à long terme, on peut parler de centaines de millions voire de milliards d’euros.
Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une crise économique potentielle : les effets indirects des sanctions peuvent être importants, selon lui.
Le Premier ministre relève qu’il a évoqué au Conseil européen que les effets des sanctions devraient toucher les Etats membres de façon équitable. Pour lui, il s’agit d’une solidarité en matière de politique économique à laquelle il faudra tenir. Les effets étant un problème engendré d’un commun accord, « il est clair que si les sanctions frappent la Finlande de façon excessive, nous allons demander un soutien de nos partenaires européens », dit-il.
Selon M. Stubb, une solution diplomatique à la crise est également cherchée tout le temps. Les sanctions ont été instaurées afin de favoriser une solution diplomatique. Pour lui, la Russie n’a pas pour l’instant exercé d’influence suffisante sur les séparatistes, alors qu’elle en aurait la possibilité.
www.hs.fi, HS/A7, www.yle.fi

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, écrit sur son blog que la tâche la plus centrale de l’UE est d’esquisser différentes possibilités dans le sens d’une solution politique, même si la pénurie de confiance en ce qui concerne la Russie le rend très difficile.
Concernant l’Ukraine de l’Est, il estime que l’ONU et l’OSCE devraient rapidement mettre en place une opération pour soulager la situation des populations. Une opération humanitaire internationale ne pourra toutefois probablement pas être démarrée sans avoir fait taire les armes et sans une solution politique qui donne aux séparatistes et à leurs soutiens la possibilité de se retirer sans perdre la face et qui prévoie une amnistie pour tous ceux qui n’auront pas commis de crime de guerre grave. Plusieurs plans, y compris celui du Président Poroschenko, comprenaient de tels éléments, et il faut les évoquer à nouveau, écrit M. Tuomioja.
http://www.tuomioja.org

Gaza

Editorial : « Il ne s’agit pas de s’opposer à la politique israélienne en matière de Gaza par l’antisémitisme » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que les événements à Gaza cette été ont fait surgir l’antisémitisme en Europe occidentale de façon extrêmement désagréable. L’éditorialiste regrette qu’Israël tende à considérer toute critique visant sa politique militaire comme antisémitisme. Il rappelle que la différence entre l’antisémitisme et le fait de condamner le nombre de victimes civiles devra être compris dans l’autre sens aussi : tous les juifs ne sont pas responsables de la politique guerrière du gouvernement israélien.
HS/A5

Syrie

Un Finlandais d’origine somalienne fait de la propagande pour Isis
Un jeune homme d’Espoo de parents somaliens fait de la propagande pour l’organisation Isis sur Youtube. Il est le fils d’un homme politique somalien, Faisal Ali Warabe, qui se déclare déçu de la radicalisation de son fils tout en s’accusant lui-même.
Le père était candidat à l’élection présidentielle du Somaliland en 2010.
Le cousin de ce jeune homme était également parti en Syrie où il est mort cet été.
Selon la Sûreté nationale, une quarantaine de personnes sont partis se battre en Syrie et en Irak. La Supo estime que la plupart d’entre-eux font partie de l’organisation Isis.
HS/A25-26

Incendie de forêt suédois

Aide française et italienne
Helsingin Sanomat rend compte de l’opération française et italienne d’aide à l’extinction de l’incendie forestier en cours.
HS/A27

Politique intérieure

Economie

« Les partis du gouvernement accusent M. Rinne de faire cavalier seul » HS
Le ministère des Finances a mené des pourparlers internes sur le budget. Les autres partis du gouvernement ont exprimé leur irritation en considérant la politique du ministre des Finances comme étrange et exceptionnelle. Pour le ministre de la Défense, M. Haglund, la façon de faire du ministre des Finances, M. Rinne, n’éveille pas une confiance quant à la poursuite de la procédure. « Les pourparlers à proprement dit seront extrêmement difficiles », dit-il.
M. Tiilikainen, président du groupe centriste, estime qu’il faudra évaluer les effets de la situation ukrainienne et russe pour l’économie finlandaise avant d’étudier le projet de loi des finances au Parlement.
M. Soini, président des Vrais Finlandais, estime qu’il faudra interrompre les congés des députés si les contre-mesures russes touchent les exportations de produits agro-alimentaires. « Il faut un rapport sur la situation avant les négociations budgétaires », selon lui.
M. Rinne a présenté, hier, le projet de son ministère. « On investit dans la croissance économique et la création d’emplois. » Le budget s’élèverait à 53,4 milliards d’euros.
Le gouvernement débattra du projet les 27 et 28 août.
HS/A14-15, www.vn.fi

Editorial : « Les deux défis économiques : la Russie et le voisin oriental » HS

Société – économie

Ecarts de revenus
L’Institut de recherche économique Etla prévoit une croissance de l’écart de revenus en Finlande.
L’augmentation du nombre à la fois des emplois bien payés et mal payés joue dans le sens d’une telle évolution.
HS/A32

France – Finlande

Culture

Photographie
Un reportage photographique de Meeri Koutaniemi est candidat pour un prix français, Daily Press Award, d’un festival de photojournalisme organisé à Perpignan.
www.hs.fi, http://www.visapourlimage.com

Mercredi 6 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Sanctions – contre-mesures
« Les conséquences seraient dramatiques pour Finnair » KL
L’interdiction des survols de la Sibérie par la Russie frapperait lourdement la compagnie aérienne Finnair qui dessert 15 destinations asiatiques. Mme Sotaniemi du ministère des Transports et des Communications relève qu’il n’y a eu aucune annonce officielle de la part des autorités russes. Elle relève qu’il n’existe aucun règlement international qui pourrait empêcher la Russie d’instaurer une interdiction de survols.
Le trafic aérien entre la Finlande et la Russie se base sur une convention bilatérale qui date de 1993 et qui est revue régulièrement.
HS/A31, www.hs.fi, KL/A6

Gaza

Editorial : « Le conflit entre Israël et la Palestine ne sera pas résolu en faisant la guerre à Gaza » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que militairement, Israël a besoin du soutien des Etats-Unis, mais qu’économiquement, ce pays a besoin de l’Europe et d’un nombre d’autres pays. Israël pourra constater la réaction outrée de ces Etats face au bombardement des écoles de l’ONU à Gaza encore à de nombreuses occasions, écrit l’éditorialiste.
HS/A5

Ebola

La Croix rouge finlandaise envisage d’envoyer des volontaires au Sierra Léone
Les premiers volontaires finlandais pourraient partir au Sierra Léone dès cette semaine. La Croix rouge finlandaise relève qu’une vingtaine de personnes ont manifesté leur intérêt pour partir porter assistance, notamment par la diffusion de l’information.
HS/A14

UE

« Contribution nette de la Finlande : 112 euros par personne » SM
La contribution nette finlandaise à l’UE s’élevait à 604 millions d’euros, en 2013, ce qui représente 112 euros par habitant par an. En 2012, la contribution nette finlandaise s’élevait à 659 millions d’euros.
SM/7

Défense

La Finlande pourrait acheter du matériel militaire en Israël
Taloussanomat relève que la Finlande envisage d’acheter du matériel militaire en Israël à hauteur de plusieurs millions d’euros durant les deux années à venir. Selon M. Koski, directeur de l’unité d’armement du département de politique en matière des ressources du ministère de la Défense, les acquisitions ne sont pas concernées par des critères éthiques, elles sont purement commerciales.
M. Haglund, ministre de la défense, relève que la Finlande observe les orientations de l’UE et surtout de l’ONU dans ses acquisitions. Il relève que les achats sont préparés par le service de politique de ressources du ministère et qu’il s’agit d’un processus auquel le ministre ne participe pas.
HS/A19, www.taloussanomat.fi

Politique intérieure

Economie

Selon M. Rinne, les prévisions économiques ne changeront pas par rapport à juin
« M. Rinne a confiance en exportations et il n’a pas peur de la Russie » AL
Les instituts de recherche de la vie économique et des salariés soutiennent prudemment l’optimisme de M. Rinne » AL
« M. Tiilikainen s’étonne de l’optimisme de M. Rinne concernant les effets des sanctions » SM
Le ministère des Finances a entamé ses pourparlers internes sur le budget, hier. Le ministre des Finances, M. Rinne, a annoncé que le ministère maintenait, contrairement aux attentes, ses prévisions économiques du mois de juin : une croissance de 0,2 % pour l’année en cours et de 1,4 % pour 2015. M. Rinne a toutefois admis qu’il n’était pas exclu que la situation change rapidement. La crise en Ukraine et les sanctions visant la Russie constituent « une ombre », mais elles ne sont pas prises en compte dans le projet budgétaire.
Il est prévu que l’Etat s’endette à hauteur de quatre milliards d’euros l’année prochaine, ce qui est la moitié du montant de cette année. De nouvelles économies ne sont pas prévues, selon le ministre.
M. Rinne souligne l’importance de réfléchir aux mesures en faveur de l’emploi. Le fait que les chômeurs et les emplois à pourvoir ne soient pas toujours au même endroit, voire dans le même secteur, constitue un problème de plus en plus aigu.
Les négociations sur le projet de loi de finances commenceront le 27 août. Helsingin Sanomat relève que se sera dans des circonstances particulières du fait que les présidents de deux grands partis de la coalition gouvernementale auront changé récemment. De plus, le PSD souffre d’une faible audience.
HS/A18, Dem/5, AL/A8, SM/9

Construction navale

« Les sous-traitants se félicitent » HS
M. Holm de l’institut de recherche économique PTT estime que la transaction concernant une partie du chantier naval de Turku était une bonne chose pour l’Etat. Les possibilités au niveau d’emploi favoriseront les finances publiques. Pour lui, l’Etat a un intérêt durable dans l’industrie navale, notamment en raison du maintien du savoir-faire arctique.
Choisir de ne pas soutenir l’industrie dans le contexte où d’autres Etats le font engendre des problèmes à la longue, selon M. Holm.
HBL/10

Rapport sur la sécurité

Communiqué de la présidence
Le secrétariat de la présidence a publié un communiqué, hier, pour préciser que le Président et le comité interministériel de politique étrangère et de sécurité avaient décidé le 2 juillet, qu’il s’agirait de dresser un bilan d’ensemble de la coopération en matière de sécurité. Ce rapport concernera les partenariats, y compris bilatéraux, leur situation actuelle et l’évolution ainsi que le fait se savoir jusqu’où on peut y avancer.
www.tpk.fi

France – Finlande

Culture

Exposition
Kaleva rend compte d’une exposition dans la galerie Kajaste à Oulu, réalisée en coopération avec le centre culturel français Espace Prévert. Vincent Descotils, Charlotte Herben, Agnès Maitrejean et Véronique Maury présentent leurs oeuvres de différents domaines artistiques jusqu’au 24 août.
Kaleva/3.8/2K2

Cirque
Turun Sanomat rend compte du festival Future Circus à Turku, du 6 au 10 août. La troupe française Les Apostrophés se produira avec son spectacle Cabaret désemboité.
TS

Espoo Ciné
Helsingin Sanomat rend compte du festival du cinéma qui commence le 22 août et qui présentera des films d’Olivier Assayas, d’André Téchine et qui aura comme invité Claire Simon.
HS/B3

Mardi 5 août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

Sanctions
Helsingin Sanomat rend compte des propos de M. Timtchenko, qui admet qu’être visé par les sanctions américaines lui crée des inconvénients. M. Timtchenko, qui a la nationalité finlandaise, est actionnaire dans l’équipe de hockey sur glace Jokerit.
HS/A23

La commission de l’Economie évoquera les sanctions
La commission parlementaire de l’Economie se réunira, jeudi, pour une séance extraordinaire afin de débattre des sanctions visant la Russie et de leurs effets en Finlande.
La commission entendra des représentants du secrétariat du Premier ministre, du patronat EK et de l’Industrie technologique.
Aamulehti note que les partis politiques représentés au Parlement soutiennent en grande partie les sanctions.
AL/A11

Immigration

102 ressortissants ukrainiens ont demandé l’asile en Finlande depuis le début de l’année. En 2013, la Finlande a reçu cinq demandes de réfugiés ukrainiens.
KS/1

Rapport sur la sécurité

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat est favorable à l’idée d’effectuer un rapport sur la politique de sécurité, en rappelant que le processus habituel est lourd et lent. La crise en Ukraine constitue une occasion de faire un bilan de la situation plus tôt que prévu.
« Le statut de la Finlande en tant qu’Etat occidental s’est clarifié durant la crise. Il faudrait à l’heure actuelle un rapport sur ce que les différentes options de coopération de défense signifient pour la Finlande. Le rapport sur la sécurité prévu pour la fin de l’année par le gouvernement ne suffit pas dans le contexte d’une Europe déchirée par la crise en Ukraine », écrit l’éditorialiste.
HS/A4

Construction navale

« Une journée parfaite pour le chantier naval » TS
La Finlande tient à ses chantiers navals – « Une bonne nouvelle pour tous »
Le constructeur naval allemand Meyer Werft et l’Etat finlandais ont annoncé, hier, leur achat du chantier naval de Turku au groupe STX. Meyer Werft deviendra actionnaire principal avec une part de 70 % du chantier, alors que l’Etat finlandais aura 30 % des actions, qui seront gérées par son groupe d’investissements industriels Teollisuussijoitus. Le chantier naval de Turku s’appellera désormais Meyer Turku Shipyard. Le prix de l’achat n’a pas été publié.
Les acheteurs ont annoncé une nouvelle commande dont la valeur s’élèvera à un milliard d’euros. L’armateur Tui Cruises commandera deux navires de croisière au chantier de Turku.
Les réactions à la transaction commerciale ont été très favorables et M. Vapaavuori, ministre de l’Economie, se félicite de l’arrangement en le considérant « classe », légal, raisonnable et conforme aux conditions du marché.
Turun Sanomat relève que le déplacement de M. Vapaavuori en Allemagne en novembre dernier a été essentiel pour le processus qui a ainsi été conclu. Le ministre rappelle que la construction de navires de croisière demande une expertise de très haut niveau. Il est essentiel d’avoir obtenu des commandes à Turku.
De nouveaux recrutements ne sont pas exclus. Le vice-directeur général de STX Finland, M. Anttila se déclare soulagé.
Selon M. Kujala, professeur des technologies maritimes de l’Université Aalto, la spécialisation des chantiers navales et les exigences accrues en matière d’efficacité énergétique des navires aideront la Finlande à maintenir son industrie de construction maritime. Il existe des marchés où la Finlande peut être très bonne, même si le secteur est dominé par la Chine, le Corée du Sud et le Japon.
HS/A6-7, TS/6-7

Editoriaux
« Turku aura un propriétaire de chantier naval engagé » Dem
« Meyer était la meilleure option pour acheter le chantier naval de Turku » HS
« M. Vapaavuori « sauve » les bateaux » HBL

Politique intérieure

Conférence de l’Unesco sur la liberté des médias

La Finlande accueillera la conférence en 2016
La Finlande accueillera, en mai 2016, la conférence de l’Unesco à l’occasion de la journée de la liberté de la presse.
HS/B4

Climat

On n’est pas loin de battre les records
Lundi était la journée la plus chaude de cet été ; 32,8 °C ont été observés à Pori. On a eu jusqu’à présent une période de canicule continue – le critère finlandais de canicule étant une température de 25 °C ou plus – de 31 jours, le record étant 38 journées continues. Ce record date de 1973.
Le record de température de tout temps est de 37,2 °C et il date de 2010.
HS/A7

Lundi 4 août 2014

Politique étrangère et européenne

OTAN – Finlande

Le Président Niinistö favorable à un bilan sur la coopération de sécurité
Le Président Sauli Niinistö estime qu’un rapport sur une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN ne serait pas suffisant. Le rapport devrait concerner également la coopération de défense entre la Finlande et la Suède, ainsi que la coopération nordique et au sein de l’UE.
Concernant la coopération avec l’OTAN, M. Niinistö relève que deux facteurs sont en train de changer : avec l’Afghanistan, la coopération d’ordre pratique diminuera, « et puis il y a la crise en Ukraine ». L’augmentation des activités de manœuvres sera un des thèmes des discussions, selon lui.
Concernant les sanctions visant la Russie, M. Niinistö note qu’il faudra être préparé à des contre-mesures. Son dialogue avec la Russie concerne toutefois des thèmes plus généraux que les sanctions. Il regrette qu’il semble y avoir une spirale de négativité qui caractérise les relations entre les pays occidentaux et la Russie. Cela n’a jamais fait du bien à personne. Cela ne fait surtout pas de bien à la Finlande, dit-il.
Pour M. Niinistö, les sanctions auront des effets économiques indirects plus importants que directs, car elles modifieront le comportement des marchés, ce qui se reflétera sur les investissements et les prêts.
HS/sam/A13

Gaza

« M. Soini accepte les attaques à Gaza jusqu’à un certain point » HS
M. Soini, président des Vrais Finlandais et président de la commission des Affaires étrangères, se félicite de l’action du Président Niinistö et du ministre des Affaires étrangères Tuomioja dans la crise de l’Ukraine. Quant aux propos critiques de M. Tuomioja concernant l’action d’Israël sur la question palestinienne, M. Soini est moins satisfait. « Il vaudrait mieux se taire si on n’a rien de raisonnable à dire », estime-t-il. M. Soini ne souhaite pas condamner Israël pour usage de force excessif. "J’accepte l’action d’Israël, jusqu’à un certain point », dit-il.
Mme Jaakonsaari, députée européenne sociale-démocrate, s’étonne des propos de M. Soini et estime que le président de la commission des Affaires étrangères ne devrait pas présenter des positions aussi tranchées.
HS/sam/A18, dim/A10

Finlande – Birmanie

La Finlande augmentera son aide au développement à la Birmanie
Helsingin Sanomat relève que la Finlande envisage d’augmenter considérablement son aide au développement à la Birmanie. Elle passerait à 16 millions d’euros par an d’ici 2018, par rapport à 3 millions d’euros actuellement.
Selon M. Kuuttila de la représentation finlandaise en Birmanie, la Finlande souhaite à l’instar des autres Etats européens soutenir l’évolution démocratique du pays. L’évolution démocratique politique pourrait rester à mi-chemin si l’économie publique et le niveau de vie des habitants ne s’améliorent pas, selon M. Kuuttila.
HS/lun/A21

Politique intérieure

Rentrée politique

L’énergie nucléaire sera une des questions
Le ministère des Finances entamera ses pourparlers, demain
Le ministère des Finances entamera demain ses pourparlers internes concernant la loi de finances. Les négociations entre les Finances et les autres ministères, un à la fois, commenceront à la mi-août.
HS/lun/A12

Défense

Le nouveau commandant des forces armées a pris ses fonctions le 1er août
Le commandant des forces armées, général Jarmo Lindberg, a donné une conférence de presse, vendredi, à l’occasion de sa prise de fonctions ce jour-là. Il a évoqué les économies budgétaires de la défense. Il souhaite que la diminution prévue, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2015 et qui consiste à passer le budget annuel des acquisitions de 700 millions à 500 millions d’euros, puisse être atténuée. Sinon, il ne sera pas possible, selon lui, de remplacer tous les systèmes condamnés.
Les forces armées s’efforcent de diminuer de 50 % les économies déjà prévues.
Le général Lindberg relève que la crise ukrainienne a animé le débat finlandais sur la politique de défense. L’atmosphère a été telle qu’il y a peut-être une volonté de revoir à la hausse ces crédits, selon lui. A la fin de la décennie, une quantité considérable du matériel de l’armée de terre arrivera en fin de vie, et dans les années 2020, du matériel de l’armée de l’air et ensuite de la marine vieillira.
Le général Lindberg souhaite maintenir le fondement des forces armées finlandaises, c’est-à-dire le service militaire universel et le non-alignement militaire. Pour lui, l’armée n’aura pas besoin d’achats massifs d’armes pourvu de bien cibler les acquisitions.
M. Lindberg relève toutefois que si les crédits ne sont pas augmentés, il s’agira de toucher aux fondements. Si le financement reste à son niveau actuel, cela sera une réalité lors de la législature qui commencera en 2019. Si le gouvernement suivant continue les coupes, cette situation sera d’actualité dès avant 2019.
S’il faut toucher au service militaire universel, il faudra se poser la question de la capacité de défendre l’ensemble du pays. Ensuite, il faudra soulever la question de savoir si on peut se permettre de rester militairement non-aligné, dit-il tout en rappelant que ce ne sont pas des questions qui relèvent des soldats. Elles relèvent de la direction du pays et d’un grand débat public.
Pour lui, un débat sur une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN, et un débat sur la politique de défense en général, est toujours bienvenu pourvu qu’il se base sur des faits.
Selon le général, la crise ukrainienne n’a pas augmenté les risques concrets menaçant la Finlande. Elle augmente toutefois la mobilisation russe et des pays membres de l’OTAN. Il rappelle qu’un nombre important de troupes de l’OTAN vont être libérées d’Afghanistan. Des manœuvres deviendront plus fréquentes en Europe. L’OTAN a exprimé sa volonté de maintenir la capacité de coopération qui s’est créée lors de l’opération en Afghanistan. Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils augmentaient les crédits prévus pour les manœuvres en Europe.
M. Lindberg effectuera ses premières visites en Suède, ensuite en Estonie et en Norvège, à la mi-août.
HS/sam/A10, SK/22-29

Société – église

Les Finlandais sont divisés en matière d’appartenance à l’église
A Helsinki, 58 % des habitants sont membres de l’église luthérienne, contre 94 % à Perho en Ostrobotnie du Nord. En 2013, 75,2 % de toute la population étaient membres de l’église.
HS/dim/A6-7

France – Finlande

Musique

Turun Sanomat a interviewé Philibert Perrine, qui a remporté le concours de hautbois, ce week-end, à l’occasion du festival de musique Crusell qui s’est tenu à Uusikaupunki.
TS/sam, dim/17

Vendredi 1er août 2014

Politique étrangère et européenne

Ukraine

M. Kanerva ne croit pas à une solution rapide en Ukraine
M. Kanerva, président de l’assemblée générale de l’OSCE, qui estime qu’instaurer des sanctions était nécessaire pour maintenir une crédibilité politique, craint que l’on n’ait pas encore vu le pire dans la crise ukrainienne. Il estime que les pays occidentaux ne devraient pas couper le contact avec la Russie. Les sanctions ne sont pas un remède, elles constituent un moyen indispensable d’essayer d’influencer sur une situation aigue. Les négociations sont indispensables afin que l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est n’avancent pas dans des directions opposées.
HS/A17

UE

M. Katainen
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que M. Katainen est parmi les candidats éventuels pour le poste de commissaire aux finances. On ne connaîtra le poids de ce portefeuille que plus tard. Du point de vue du rétablissement de l’économie européenne, de la durabilité du secteur bancaire et de la stabilité, il faut espérer que l’on puisse, plus tard, qualifier ce portefeuille de très léger.
HS/A5

OTAN – Finlande

Des députés favorables à un rapport sur une adhésion éventuelle de la Finlande à l’OTAN
M. Salolainen, vice-président conservateur de la commission des Affaires étrangères, estime qu’il serait opportun d’établir une étude sur la situation finlandaise en matière de politique de sécurité. Le ministre de la Défense, M. Haglund, n’exclut pas un nouveau rapport toute en précisant que le débat sur l’OTAN ne marque pas le pas en raison d’un défaut d’enquêtes.
HS/A13

Energie nucléaire – EDF

Le groupe énergétique français propose une coopération avec Olkiluoto
EDF propose son expertise pour le chantier de construction d’Olkiluoto 3 à la condition que le groupe énergétique TVO et le fournisseur du réacteur Areva se mettent d’accord concernant leur différend.
HS/A24

Institut de relations internationales

Mme Tiilikainen bien placée pour un nouveau mandat à la tête de l’UPI
L’UPI devra désigner un directeur à la mi-août. Mme Tiilikainen, actuelle directrice, est bien placée pour renouveler son mandat. 26 autres candidatures ont été déposées.
HS/A7

UPI et Institut Aleksanteri

Les chercheurs rejettent les propos sur une politisation de la recherche
Hufvudstadsbladet et Demokraatti relèvent que selon M. Kivinen, directeur de l’Institut Aleksanteri, les médias ont tendance à présenter les chercheurs comme représentant un avis explicite, alors que cela n’existe pas.
Mme Tiilikainen, directrice de l’Institut de relations internationales, estime que le conflit ukrainien suscite des réactions et émotions fortes dans l’ensemble de la société civile. Les spécialistes peuvent facilement être vus sous une lumière politique dans ce contexte, dit-elle. Elle ne nie pas que les chercheurs puissent avoir des opinions politiques tranchées, mais il ne faut pas laisser cela fausser la recherche.
HBL/6, Dem/6

Politique intérieure

Energie nucléaire – Fennovoima

Des entreprises du Nord de la Finlande investiront 24 millions d’euros dans Fennovoima
Une quinzaine d’entreprises de la région de la Finlande du Nord investiroent 24 millions d’euros dans Fennovoima. La participation dans le groupe énergétique du consortium que ces PME créeront courant l’année s’élèvera à 1,25 %.
www.kaleva.fi, www.hs.fi

Audience des partis politiques

« Le PSD toujours en baisse » HS
Yle a effectué un sondage sur l’audience des partis auprès de 2400 personnes. Le PSD et les Vrais Finlandais sont en baisse alors que le Parti conservateur et le Centre sont en hausse.
C’est le Parti conservateur qui arrive au premier rang avec une audience de 21,8 %, suivi du Centre, 20,9 %. Les Vrais Finlandais arrivent au troisième rang avec une audience de 16 %. Le PSD n’a que 13,8 % des intentions de vote.
L’audience de l’Alliance des gauches est de 9,3 %, celle des Verts de 8,8 %, celle du Parti suédois de 3,9 % et celle des Démocrates chrétiens de 3,4 %.
HS/A13

Défense

Le nouveau commandant des forces armées prend ses fonctions aujourd’hui
Suomen Kuvalehti publie une interview de M. Jarmo Lindberg à l’occasion de sa prise de fonctions comme commandant des forces armées, aujourd’hui.
Le commandant affirme qu’il n’y a aucune menace immédiate qui concerne la Finlande. Il rappelle toutefois qu’il faut que le renseignement et la surveillance soient dans un état d’alerte suffisant.
SK/22-29

France

URB

Festival international d’art urbain
Helsingin Sanomat présente le festival URB qui se déroule à Helsinki du 1er au 10 août. La troupe française Dans6T et le collectif Claire Fontaine se produiront respectivement les 7 et 8 août et du 2 au 31 août.
http://www.kiasma.fi/nayttelyt-ja-ohjelmisto/kiasma-teatteri/urb-14/, HS/B2

France- Finlande

Peinture

Kaleva publie un article de Patrick Le Louarn sur Leena Nousiainen, peintre d’origine d’Oulu installée en France depuis trois ans.
Kaleva/jeu/6K2

publié le 02/09/2014

haut de page