Août 2013

Vendredi 30 août 2013

Politique intérieure

Budget

« Des réformes qui touchent tout le monde » HS

« Le gouvernement va obliger les communes à s’entendre » AL

« Des décisions difficiles » KS

« La fin du bras de fer » IS

Le gouvernement est arrivé, hier soir, à un accord sur un paquet de réformes structurelles dont l’effet sur le budget est évalué à près de 10 milliards d’euros. Lors d’une conférence de presse, les présidents des six partis de la coalition gouvernementale ont présenté ce paquet.
L’objectif de ce paquet de réformes est d’une part de viser à diminuer les dépenses publiques, notamment des communes, et d’autre part à augmenter l’emploi notamment en rallongeant les carrières professionnelles.
Helsingin Sanomat relève que si ces réformes se réalisent, elles toucheront la vie quotidienne des Finlandais : les impôts locaux vont augmenter, les services publics diminuer, la possibilité des chômeurs pour accepter de travailler sans voir leurs allocations diminuer sera reconnue, les aides aux femmes au foyer seront divisées par deux…
Le gouvernement attend aussi beaucoup des partenaires sociaux qui doivent s’entendre sur un accord salarial modéré (0,5%), ce qui aidera aussi à rééquilibrer le déficit structurel. Mais surtout l’apport des partenaires sociaux est important pour réaliser nombre des réformes structurelles envisagées, notamment le prolongement de la durée des carrières professionnelles (l’âge moyen de départ à la retraite devrait passer de 60,9 ans actuellement à 62,4 ans en 2025 grâce à la réforme des retraites qui doit entrer en vigueur en 2017).
Le programme de réformes sera présenté au parlement à l’automne sous la forme d’une communication du premier ministre. D’ici fin novembre, le gouvernement va s’entendre sur un calendrier de mise en œuvre de ces réformes.
Politiquement c’est pour les groupes parlementaires du PSD mais surtout des chrétiens-démocrates que le paquet de réformes a été le plus difficile à valider. En effet, pour ce parti qui défend les valeurs de la famille, il est très difficile d’accepter une division entre les deux parents des aides à la garde d’enfants à domicile. Le parti a même l’intention de réévaluer sa participation à la coalition une fois le programme de réformes défini en détails.
Pour le PSD, c’est la question des fusions forcées de communes qui aurait été la plus difficile à accepter.
HS AL TS KS

Le projet de budget 2014
Le budget 2014 prévoit 53,9 milliards d’euros (soit 1,1 milliard de moins qu’en 2013) de dépenses et 47,2 milliards d’euros de recettes. Le gouvernemnt devra donc s’endetter de 6,7 milliards d’euros et l’endettement atteindra fin 2014 près de 100 milliards d’euros.
Comme prévu, l’impôt sur les sociétés diminuera de 4,5 points pour atteindre 20% et la fiscalité des dividendes sera modifiée de telle manière que 85% des revenus de dividendes de sociétés côtés en bourse seront imposés sur le capital alors que 75% des revenus de dividendes de sociétés non cotées en bourse seront imposés sur les revenus.
L’Etat annonce des économies de plus de 600 millions d’euros pour 2014 par rapport à 2013. Cela se formalisera principalement par une baisse des dotations aux communes, une baisse des dépenses de fonctionnement et d’acquisition de la défense et une baisse de l’aide au développement.
Le budget 2014 devrait finalement être déficitaire de 6,7 milliards d’euros. La dette de l’Etat devrait atteindre environ 100 milliards d’euros fin 2014, soit 49% du PIB.
HS vn.fi

La rallonge budgétaire
La rallonge budgétaire (équivalent d’une loi de finance rectificative, NDLT) approuvée par le gouvernement comprend des mesures ciblées de relance. Ainsi 200 millions sont accordés pour la recapitalisation de Finanvia qui a lancé un programme d’élargissement de l’aéroport d’Helsinki-Vantaa. De plus 25 millions sont accordés à des projets d’infrastructure (routes et voies ferrées) et 50 millions pour la rénovation de bâtiments scolaires. L’académie de Finlande va recevoir 20 millions de plus et les instituts universitaires technologiques 10 millions supplémentaires. Le Tekes aura lui 17 millions. De plus 25 millions sont prévus pour les aides publiques à l’emploi notamment pour les immigrés et les jeunes. Enfin, 15 millions d’euros sont prévus pour l’aide à la construction de logement.
Vn.fi

Les réformes structurelles
Le gouvernement juge que le déficit structurel des finances publiques est de plus de 4,5 points de PIB. Cela signifie que d’ici 2017 il faudra trouver plus de 9 milliards d’euros de mesures d’ajustement pour rééquilibrer les finances publiques.
Le gouvernement propose donc un programme de réformes structurelles visant à combler ce déficit :
- rééquilibrer les finances publiques des communes de deux milliards d’euros, ce qui devrait permettre de combler le déficit structurel de 1 point de PIB, notamment en orientant voire forçant les communes à fusionner (pour les 12 plus grandes agglomérations et notamment la région de la capitale où sera créée une métropole) ;
- renforcer l’efficacité des services publics de 0,5% ce qui devrait permettre de combler le déficit structurel de 1,4 points de PIB, notamment par la réforme des services sociaux et de santé ;
- augmenter les carrières professionnelles de deux ans, en facilitant de 6 mois l’entrée sur le marché du travail (les bourses universitaires ne seront plus versées que pendant 5 ans et demie contre six aujourd’hui) et en repoussant de un an et demi l’âge moyen de départ à la retraite (conformément à la réforme des retraites qui doit entrer en vigueur en 2017 et visera à faire passer de 60 ,9 à 62,4 ans l’âge moyen de départ à la retraite), ce qui devrait combler le déficit structurel de 1,4 points de PIB ;
- diminuer le chômage structurel de 1% notamment en rendant plus attractif pour les chômeurs la possibilité d’accepter des heures de travail sans perdre leurs allocations, ce qui devrait combler le déficit structurel de 0,3 point de PIB ;
- renforcer le potentiel de production de l’économie de 1,5% notamment par des mesures sur le marché du logement pour augmenter la capacité de mobilité de la main d‘oeuvre, ce qui devrait combler le déficit structurel de 0,6 point de PIB.
HS vn.fi

Points de vue
« De la peur des Vrais Finlandais à la peur du centre » HS
« Des chiffres basés sur des chimères ? » AL
« Un signal fort pour les communes » TS
« Diminuez les avantages des autres ! » KS
« Un papier brouillon » IS
Helsingin Sanomat estime que cette coalition gouvernementale qui a été formée après les élections sur la base de la peur des Vrais Finlandais a longtemps été paralysée, mais la montée du parti du centre dans les sondages l’a finalement obligée à prendre des décisions difficiles.
Aamulehti pour sa part s’étonne des chiffres avancés par le gouvernement qui estime par exemple que les fusions de communes dans les grandes agglomérations pourraient diminuer le déficit structurel d’un milliard d’euros. Il semble que de nombreuses parts de ce paquet se basent sur du vent ou au moins sur des attentes, juge AL qui souligne que les autres mesures comme les allocations pour les femmes au foyer sont marginales.
Turun Sanomat souligne que le paquet de réformes structurelles est un signal fort pour la principale réforme de l’actuel gouvernement, celle des communes et des services sociaux. Le gouvernement vient de montrer qu’il était prêt à forcer les communes à fusionner.
Kesksisuomalainen rappelle pour sa part que, quand la crise économique se renforce, tout le monde est touché, néanmoins, dans les enquêtes d’opinion, les citoyens se déclarent toujours favorables à des mesures qui touchent les autres mais pas eux personnellement.
Ilta-Sanomat estime que le programme de réformes structurelles de 18 pages publié par le gouvernement contient finalement bien peu de mesures concrètes.
HS TS KS AL IS

Editoriaux
« De difficiles réformes structurelles » HS
« La confiance, cela se mérite » KL
« Le jour des décisions délicates » TS
« Le dos au mur, on prend des décisions » IS
« Le gouvernement a fait ce qu’il devait faire » Dem
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat souligne à quel point il a été difficile pour le gouvernement d’entériner ces réformes structurelles. « Le paquet est bien plus important que personne n’en attendait. Mais c’était nécessaire pour rééquilibrer le déficit structurel des finances publiques, Au moins cette fois-ci le gouvernement essaie réellement des réformes, même si cela peut paraître tardif ». L’éditorialiste relève que le Premier ministre a promis que les mesures annoncées devraient permettre de combler le déficit structurel évalué à 4,7 points de PIB. C’est beaucoup promettre, conclut HS.
Kauppalehti estime que le gouvernement paie la paralysie de ces dernières années et doit donc maintenant prendre plus de décisions. L’objectif est ambitieux puisqu’il faut combler un déficit structurel de 8 à 9 milliards d’euros, ce qui nécessitera de nombreuses années. De plus, il faut prendre en compte le risque d’une conjoncture économique plus faible que prévu, comme c’est le cas pour cette année et l’année prochaine. L’éditorialiste rappelle que le gouvernement avait pour objectif, il y a deux ans, d’inverser la courbe de l’endettement, ce qui a été reporté à cause de la crise. Par ce paquet de réformes, il essaie maintenant de maintenir le triple A finlandais au moins jusqu’à la fin de la législature.
Turun Sanomat juge que c’est en obligeant les communes à fusionner que le gouvernement a pris les décisions politiques les plus risquées car c’est le thème qui sera choisi par l’opposition et notamment le centre pour les prochaines élections législatives, et même peut-être européennes.
L’éditorialiste du tabloïd Ilta-Sanomat souligne, dos au mur, le gouvernement a donc du agir. Mieux vaut tard que jamais. L’éditorialiste relève que la plupart des mesures du paquet de réformes n’en sont qu’à la phase de préparation, mais aussi que le gouvernement s’est donné comme échéance fin novembre pour les préciser.
L’éditorialiste du quotidien du PSD Demokraatti défend le paquet de réformes qui a pour but de remettre l’économie finlandaise sur une base saine. L’éditorialiste souligne que c’est sous la direction de la ministre des Finances et présidente du parti Jutta Urpilainen que ce travail a été mené.
HS KL IS Dem

Social

« Un accord salarial global dans les prochains jours ? » Dem
Le président de la confédération syndicale SAK Lauri Lyly a annoncé que les négociations pour conclure un accord salarial global commenceraient aujourd’hui, vendredi, une fois que les partenaires sociaux connaîtraient les projets de réformes structurelles du gouvernement.
M. Lyly a précisé que le gouvernement n’avait encore rien promis en matière de mesures pur le pouvoir d’achat mais qu’une fois que l’accord salarial serait en vue les partenaires sociaux attendaient des actes du gouvernement.
Demokraatti écrit que de nombreuses sources indiquent que les consultations entre les partenaires sociaux ont bien avancé et qu’il est tout à fait possible qu’un accord salarial global soit conclu. Il s’agirait d’un accord de deux ans, très simplifié et presqu’uniquement consacré aux augmentations de salaires qui seraient d’ailleurs très modérées, environ 0,5% selon Helsingin Sanomat.
Dem Yle

Emploi

388 000 personnes réellement au chômage
Kansan UUtiset publie un article analysant l’écart des chiffres du ministère de l’Emploi et de l’Economie et ceux de l’Institut national d’études statistiques concernant le taux de chômage.
Les chiffres qui ont toujours été différents, montrent un écart plus important que jamais, cet été : 136 000 personnes.
Selon l’Institut d’études statistiques, le taux de chômage est de 6,6 % alors que le ministère parle de 12,2 %. Ainsi, selon le ministère, la situation est pire que jamais depuis le début de la crise.
Les chiffres de l’Institut d’études statistiques se basent sur des recommandations de l’OIT et de l’UE qui soulignent l’activité et la volonté dans la recherche du travail, alors que le ministère tient compte de chaque chômeur.
M. Honkanen, chercheur pour l’organisme national d’assurances sociales, Kela, estime que dans le débat national concernant les frais engendrés par le chômage dans le contexte du budget de l’Etat, il vaudrait mieux prendre en compte les chiffres du ministère. En prenant en compte toute personne sans travail, M. Honkanen relève que le nombre de chômeurs s’élève à 388 000 (contre seulement 183 000 selon les statistiques).
KU/6

Nouvelles technologies - Jeux

Supercell souhaite contenir la progression de ses effectifs
Helsingin Sanomat relève que Supercell, société productrice de jeux pour environnement Apple, a comme philosophie de rester « petit », en ce qui concerne le nombre de ses effectifs. M. Paananen, directeur général, estime que le bénéfice et le nombre de personnel ne sont pas forcément liés.
Son groupe emploie actuellement 125 personnes de 26 pays différents.
HS/A37

Construction navale

STX cherche des économies
Rauma déçu de la décision de transférer la construction à Turku
Les employés du chantier naval de STX à Rauma, déçus de l’annonce de STX Finland de donner les travaux éventuels concernant deux nouveaux ferrys au chantier de Turku, ont entamé une grève de deux jours, hier, pour protester contre la décision. Au chantier naval de Rauma, les employés étaient restés dans l’idée que les travaux relèveraient de leur chantier.
Le nombre d’effectifs de Rauma est de 700, dont 200 sont actuellement mis à pied. Les perspectives sont de plus en plus sombres.
Le vice-directeur général des chantiers de Turku et Rauma, M. Anttila, souligne que le groupe n’a jamais dit que les navires – concernant lesquels un contrat contraignant avec les danois Scandlines reste en instance – seraient construits à Rauma. L’essentiel, pour lui, est d’assurer l’obtention des commandes.
Turun Sanomat relève que, selon ses sources, des consultants extérieurs auraient évalué l’ensemble des deux chantiers, à la demande de financeurs. Ils auraient estimé qu’il y a trop de capacité.
Au total, STX emploie 2000 personnes en Finlande de l’Ouest.
TS/15

Coopération entre les forces armées et civiles
L’équipement militaire et notamment le NH-90 sert aussi pour des missions civiles
Ruotuväki, hebdomadaire militaire, relève que les forces armées assistent de plus en plus souvent avec leurs hélicoptères NH-90 les missions civiles. L’entraide administrative n’a pas augmenté en soi, mais avec l’évolution de l’équipement des forces armées, une meilleure accessibilité permet un usage plus fréquent notamment des hélicoptères NH-90.
Il s’agit par exemple de transports de personnes en cas d’inondations ou d’une assistance en cas d’incendies forestiers.
Ruotuväki n°15/3

Politique linguistique
Imatra aurait besoin de personnels russophones
Suomenmaa, l’organe du Parti du centre, publie un article sur le fait qu’à Imatra, il y aurait un grand intérêt pour l’enseignement du russe à l’école, plutôt que du suédois. M. Ollonen, président des entrepreneurs de la région d’Imatra, relève que les entreprises ont du mal de trouver du personnel parlant le russe. Elles recrutent des Russes, s’il est indispensable de connaitre le russe.
Le Centre n’exclut pas la possibilité de faire un essai régional pour proposer une autre langue à la place du suédois obligatoire. En Finlande du Sud-Est, le russe est présent dans la vie quotidienne des gens.
SM/8-9

France - Finlande

Festival de Helsinki : Compagnie Non Nova
Helsingin Sanomat publie une critique élogieuse du spectacle Après-midi d’un Foehn de la Compagnie Non Nova, à Kaapelitehdas.
HS/B6

Théâtre

Turak Théâtre
Turun Sanomat publie un article sur le stage de marionnettes donné à Turku par Michel Laubu du Turak Théâtre, et des représentations du spectacle de théâtre d’objets Deux pierres à Turku et Helsinki. L’Institut français a participé à l’organisation de cette visite.
TS/25, http://www.france.fi/?lang=fr

Familie Flöz
Demokraatti rend compte de la venue en Finlande, au Théâtre d’Espoo, de la troupe berlinoise Familie Flöz composée de personnes de 10 nationalités, dont deux Français. Les représentations du spectacle Garage d’or auront lieu en septembre.
Dem/17, http://www.espoonteatteri.fi/?page=672

Musique : Eva & Manu
Kaleva annonce le concert du duo franco-finlandais Eva & Manu, à Oulainen, le 1.11.
Kaleva/jeu/2

Jeudi 29 août 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie

Selon M. Tuomioja, l’utilisation d’armes chimiques est un crime contre l’humanité
Le Ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja écrit sur son blog que « l’utilisation d’armes chimiques est un grave crime contre l’humanité et les coupables doivent en répondre devant la justice, même si cela sera un long processus. Cela nécessite des preuves sur ce qui a été utilisé et par qui. Des accusations ont été portées et il faut les prouver en ayant à l’esprit qu’il ne faut pas recourir à des interventions sur la base d’affirmations fausses ou inexactes ».
Le ministre regrette aussi que le conseil de sécurité de l’ONU n’ait pu jusqu’à présent assumer la responsabilité qui lui incombe. Le ministre souligne que tout ce qui se passera à l’avenir doit être évalué sur la base de savoir si cela renforce ou non la possibilité d’arriver à une solution politique. Il souligne qu’il n’y a de solution militaire à ce conflit.
M. Tuomioja rappelle que la Finlande est prête à mettre à la disposition de l’ONU ses compétences dans le contrôle et la neutralisation des armes chimiques. Elle se tient aussi prête en cas d’opération massive de maintien de la paix de l’ONU.

Editoriaux
« Il est difficile d’en appeler à la raison en Syrie » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat pèse le pour et le contre sur l’opportunité de frappes en Syrie et souligne que les arguments pour (punir le régime d’utiliser les armes chimiques) et contre (éviter un renforcement de la violence) ne reposent pas sur le même plan, les uns s’en tenant aux principes et les autres aux conséquences. L’éditorialiste juge que les Etats qui préparent des frappes doivent disposer du plus large soutien possible. « Un vote à l’ONU pourrait clarifier la situation, mais il faudra d’autres interventions politiques et une certitude venant des observateurs de l’oNU sur l’utilisation des gaz. Des frappes précipitées seraient militairement inefficaces, politiquement négatives et probablement illégales. Néanmoins, le président Niinistö a eu raison de ne fermer aucune éventualité pour la Finlande qui, si elle ne va pas participer à des frappes en Syrie, fait toutefois partie de la communauté internationale qui doit décider de ce que l’on doit faire en Syrie ».
HS

« C’est le rapport de l’ONU qui est décisif » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime qu’il est inacceptable que des armes chimiques aient pu être utilisées contre des civils en Syrie, mais que pour savoir qui est responsable de l’attaque, il faudrait savoir quel gaz toxique a été utilisé. Pour l’éditorialiste, il est indispensable que les inspecteurs de l’ONU puissent faire leur travail avec le soutien de toutes les parties.
On ne peut pas faire taire les spéculations. Le régime du Président al-Assad n’a jamais nié qu’il disposait d’armes chimiques. Il a également la capacité technique de les utiliser. D’autre part, on ne peut pas non plus exclure que les rebelles soient derrière l’attaque, dans le but de faire intervenir les forces internationales.
HBL/14

Politique intérieure

Budget

« Accord sur le budget dès mercredi » TS
« Le budget était une formalité, le gouvernement négocie sur les réformes structurelles » AL
Les présidents des partis membres de la coalition gouvernementale sont arrivés rapidement hier à un accord sur le projet de budget 2014 ainsi que sur la rallonge budgétaire pour cette année. Le projet de budget et la rallonge budgétaire seront finalisés et annoncés aujourd’hui, après la réunion rassemblant l’ensemble du gouvernement.
Les discussions hier ont donc porté sur les réformes structurelles promises pour le gouvernement. Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré, hier soir, que les négociations avaient accouché d’un compromis sur de nombreux sujets qui permettrait au gouvernement de rétablir l’équilibre des finances publiques. L’objectif est de compenser totalement le déficit structurel des finances publiques estimé, selon le ministère des Finances à 4 à 5 points de PIN soit 8 à 9 milliards d’euros.
Aucune annonce n’a toutefois été rendue publique hier. Elles le seront aujourd’hui.
STT estime que le gouvernement a visiblement négocié de nombreuses possibilités de réformes structurelles. Cela concernerait notamment une réforme des aides de garde d’enfant à domicile, du droit à l’accès aux crèches ou encore des bourses étudiantes. Aamulehti estime que le gouvernement devrait aussi essayer de renforcer l’emploi en motivant les chômeurs à accepter des heures de travail jusqu’à 400 euros par mois sans perdre leurs allocations.
Le Centre a déjà annoncé qu’il s’opposait aux intentions du gouvernement de diminuer les allocations versées pour la garde d’enfants à domicile.
HS TS KS AL

Points de vue
« On attend beaucoup de la réforme des retraites » TS
« La dernière chance pour le gouvernement » AL
Kirsi Turkki rappelle que ces derniers temps le gouvernement Katainen a été beaucoup critiqué mais que son image pourrait changer radicalement s’il arrive à rétablir un déficit structurel de 8 à 9 milliards d’euros. Pour cela le gouvernement s’appuie sur une liste de 80 projets dressée par le ministère des Finances. Le montant de près de 10 milliards à trouver est si important qu’il faut s’attendre à des mesures qui touchent durement tous les citoyens. Des modifications des allocations pour les mères au foyer ou pour les étudiants ne suffiront pas. Le déficit structurel serait grandement diminué par un relèvement de l’âge de la retraite, c’est pourquoi on peut s’attendre à ce que la prochaine réforme des retraites (qui doit entrer en vigueur en 2017) figure en bonne place dans les mesures qu’annoncera le gouvernement, estime TS. On attend aussi de grandes modifications concernant le fonctionnement des communes.
Aamulehti souligne qu’il s’agit de la dernière opportunité pour le gouvernement Katainen de préparer des réformes structurelles. Si les décisions sont renvoyées au printemps prochain, elles seront encore plus difficiles à prendre à un an des élections. Les réformes structurelles auraient dues être prises au printemps dernier mais le gouvernement n’a pu s’entendre que sur la baisse de l’impôt sur les sociétés. La situation est actuellement difficile car tous les partis au gouvernement ont leur ligne rouge. Il semblait toutefois hier qu’ils étaient désormasi conscient de l’ampleur de la crise économique et qu’ils étaient prêts à des décisions. On verra donc aujourd’hui quelle est la capacité d’action de ce gouvernement, selon AL.
TS AL

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que résoudre les problèmes structurels sera dur dans un contexte où il n’y a d’aucune perspective de croissance. Le noyau dur des réformes est d’augmenter l’offre d’emplois et la productivité du secteur public. Il est clair que cela prendra un certain temps avant qu’une offre de main d’œuvre sur le marché de travail commence à engendrer une demande accrue. Le secteur intérieur de services pourrait augmenter plus rapidement que l’industrie qui exporte ses produits.
Les réformes structurelles ne sont pas populaires aux yeux des organisations syndicales. Une solution assurant le pouvoir d’achat pourrait motiver les organisations à essayer de conclure un accord salarial modéré de leur côté.
HBL/14

Social

« Des négociations sur un accord salarial global dès vendredi ? » HS
Helsingin Sanomat rapporte que les représentants des confédérations syndicales du patronat et des employés devraient se rencontrer pour évaluer dès vendredi (ou lundi) la possibilité de négocier un accord salarial global. Pour Kauppalehti l’annonce de négociations salariales pourrait même intervenir dès aujourd’hui. Cela devrait dépendre des décisions de principe prises par le gouvernement en matière de futures réformes structurelles.
Une échéance connue est que les premières conventions salariales qui doivent être renégociées concernent l’industrie technologique dont la réunion bipartite est prévue pour vendredi. Les parties en présence devraient savoir alors si elles négocient un accord de branche ou seulement préparent un accord global. Demokraatti rappelle que le secteur de l’industrie technologique rassemble 1 600 entreprises qui répondent de 55% des exportations finlandaises.
Actuellement, les syndicats seraient divisés sur le niveau des augmentations de salaires à exiger : les syndicats d’ouvriers et d’employés souhaiteraient des augmentations en valeur absolu (en euros) qui profitent plutôt aux bas salaires alors que le syndicat des diplômés du supérieur souhaiterait des augmentations en pourcentage. Il y aurait un consensus sur la durée de l’accord qui pourrait être de deux à trois ans.
HS KL Dem

Vrais Finlandais

Le parti rejette l’augmentation de l’âge de départ à la retraite
Le groupe parlementaire des Vrais Finlandais, qui s’est réuni à Jyväskylä, rejette l’idée d’augmenter l’âge de départ à la retraite. Ils seraient favorables à rallonger les carrières en introduisant des mesures pour encourager les employeurs à recruter des jeunes et des personnes âgées.
M. Soini, président du parti, propose d’introduire un plafond de 4000 euros pour les retraites.
Les Vrais Finlandais proposent de diminuer la cotisation retraite des employés de moins de 30 ans et de plus de 55 ans, et d’augmenter celle des 30-55 ans.
M. Lindström, vice-président du parti, estime que le problème [des carrières professionnelles] ne concerne pas l’âge de la retraite mais plutôt le bien-être au travail. Les Vrais Finlandais souhaitent s’y investir, et intervenir dans la discrimination liée à l’âge.
Les Vrais Finlandais proposent également d’introduire des allègements fiscaux concernant les revenus salariaux des personnes qui travaillent au-delà des 63 ans.
HS/16

Logement

Pénurie de logements à louer – cherté de la location
Helsingin Sanomat rend compte du fait que la pénurie de logements en location influence déjà l’accessibilité de la main d’œuvre dans la région de la capitale. La demande n’ira probablement pas en diminuant. Selon des estimations, 400 000 personnes s’installeront dans la région de Helsinki d’ici 2050.
Les loyers augmentent dans l’ensemble du pays, mais beaucoup plus rapidement dans la région de la capitale, et le plus à Helsinki. A la fin 2010, les loyers en Finlande s’élevaient à 11,35 euros par m2 par mois, contre 12,97 euros aujourd’hui, alors que dans la région de la capitale, ces chiffres s’élèvent à 15,68 € et 17,41 €, les loyers à Helsinki représentant 16,41 €/m2/mois en 2010 et 18,35 en 2012.
HS/A6-7

France

Louis Vuitton

« Pas que des sacs » KL Optio
Kauppalehti optio publie un reportage sur la confection des chaussures, en Italie, et de l’orfèvrerie, en France, de la première marque de luxe au monde, Louis Vuitton.
KL Optio

Mercredi 28 août 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie

La Finlande n’a pas été sollicitée
Le Président finlandais a déclaré, hier, devant la conférence des ambassadeurs finlandais que, la Finlande n’avait pas été sollicitée pour participer à une force internationale susceptible d’intervenir en Syrie.
M. Niinistö a dit qu’il souhaiterait, avant de se prononcer, avoir une certitude sur ce qui s’est passé sur place et les auteurs d’une possible attaque chimique. « Il semble qu’il il y ait des marques d’une attaque chimique. Qui les a utilisées reste incertain », a dit hier le président.
KS

L’ancien président Ahtisaari pour une solution pacifique
L’ancien président Ahtisaari estime qu’une intervention en Syrie complexifierait le conflit. Selon lui, il serait important de calmer la situation et de bien réfléchir sur la sagesse d’une intervention.
L’ambassadeur de Finlande en Syrie, M. Kari Kahiluoto lui aussi considère une intervention unilatérale comme non souhaitable car cela pourrait conduire à une escalade de la violence.
IS

La Finlande se prépare à accueillir des réfugiés
La ministre de l’Intérieur a indiqué que la Finlande était prête à accueillir des réfugiés de Syrie. Selon elle, le besoin d‘aide est important.
En juin déjà la Finlande avait signifié à l’UNHCR qu’elle était prête à accueillir des syriens dans ses quotas de réfugiés. Elle a renouvelé cette proposition en août et elle négocie actuellement avec l’UNHCR pour savoir si elle proposera ses quotas d’accueil de réfugiés aux Syriens l’année prochaine.
TS

Une vingtaine de combattants venus de Finlande en Syrie
Le ministère de l’Intérieur estime qu’une vingtaine de combattants sont venus en Syrie de Finlande. La plupart sont allés rejoindre les rangs de la résistance. Un Finlandais et une personne venue de Finlande y sont morts.
TS

Politique étrangère et de sécurité

Déclarations de M. Niinistö
« M. Niinistö défend la ligne finlandaise sur l’OTAN » SM
Le Président finlandais a déclaré, hier, devant la conférence des ambassadeurs finlandais que, même si elle adhérait à une alliance militaire, la Finlande devrait continuer à investir dans sa défense. Il a déclaré que lors du séminaire organisé à Kultaranta, cet été, il avait été clair qu’une possible entrée de la Finlande dans l’OTAN ne remplacerait pas la défense nationale. Le président a précisé que la ligne actuelle de la Finlande à l’égard de l’OTAN fonctionnait bien.
Il a souligné qu’il fallait que la Finlande soit par tous les moyens active dans le développement de la politique de sécurité et de défense européenne et dans la coopération nordique de défense. « De même une coopération renforcée dans le cadre de Weimar serait une possibilité intéressante pour nous », a-t-il ajouté. La presse rappelle que la coopération de Weimar rassemble la France, l’Allemagne et la Pologne.
SM

M. Niinistö en Russie le mois prochain
Le Président finlandais se rendra pour la première fois à l’Est de Moscou puisqu’il devrait visiter Nyagan et Salehard lors de sa prochaine visite en Russie, en septembre.
Il s’entretiendra avec son homologue Vladimir Poutine.
La visite portera surtout sur les questions économiques et arctiques. M. Niinistö a toutefois estimé que la question de la Syrie sera probablement abordée avec M. Poutine.
AL

Finlande - Estonie

Lutte contre les marées noires
Helsingin Sanomat relève que les autorités finlandaises et estoniennes ont effectué lundi et mardi, devant la ville de Kotka, un exercice commun de lutte contre les marées noires. Six bateaux finlandais et le nouveau navire combiné estonien Kindral Kurvits ont participé à l’opération.
HS/A11

Crise économique

Propos de M. Liikanen : « On a dépassé le pire en Europe »
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Liikanen, estime que la pression la plus forte sur l’économie est passée de l’Europe aux pays émergents. Il a participé au sommet Jackson Hole des gouvernants des banques centrales, et le destin de l’Europe n’y a plus été le sujet principal.
Pendant sept ans, la crise a été constamment présente, mais cet été, la situation a été plus stable, selon lui.
HS/A23

Politique intérieure

Budget

Les négociations budgétaires du gouvernement commencent aujourd’hui
Selon Helsingin Sanomat, le gouvernement commence aujourd’hui, à la Maison des Etats, ses négociations budgétaires. Au lieu de débattre du budget de l’année prochaine, les ministres se concentrent aux grandes réformes structurelles.
Selon les informations du quotidien, les propositions dans le mémoire du ministère des Finances ne sont pas très concrètes, il s’agirait plutôt d’idées au lieu de calculs.
Selon les sources conservatrices et sociaux-démocrates, le point de départ est un paquet détaillé, afin d’éliminer les litiges entre les partis au gouvernement pendant l’automne.
On estime traditionnellement que les décisions liées à la vie professionnelle relèvent des organisations du patronat et des syndicats. Le gouvernement, qui souhaite voir la naissance d’un accord salarial global, n’a aucunement envie d’irriter les partenaires sociaux.
HS/A9

« Toujours pas d’accord sur la réforme fiscale des dividendes » KS
Keskisuomalainen rapporte que le différend entre le pSD et le parti conservateur sur la réforme de la fiscalité des dividendes n’a toujours pas été tranché. Le parti conservateur souhaite toujours que les dividendes soient exonérés d’impôt jusqu’à un certain seuil de 1000 euros. Le PSD s’y oppose.
KS

Social

Accord sur les jours de formation des employés
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen (PSD) a annoncé, hier, qu’il envisageait de présenter au gouvernement la proposition concernant les trois jours de formation. La question a été bloquée au ministère des Finances qui a craint que les dégrèvements fiscaux prévus pour la formation engendrent trop de dépenses pour l’Etat.
Les organisations syndicales et le gouvernement se sont mis d’accord pour définir les mesures fiscales selon les instructions précises de l’administration fiscale, les autres modalités concernant la formation étant réglementées par la loi.
Le différend concernant les jours de formation dure depuis 2011 et Akava, confédération des professions nécessitant un diplôme d’études supérieures n’est toujours pas d’accord.
Trouver un compromis concernant ce différend pourrait faciliter les négociations salariales qui devraient commencer prochainement.
Le gouvernement étudiera la proposition, jeudi de la semaine prochaine et la loi en la matière devrait entrer en vigueur au début 2014. Il est prévu de réévaluer la décision dans deux ans et revoir les éventuels problèmes.
HS/A12, Dem/6-7

Les représentants des partenaires sociaux favorables à une modération salariale
Helsingin Sanomat a interrogé les dirigeants d’entreprises et d’organisations qui se déclarent tous favorables à la modération salariale sans toutefois prôner de baisses de salaires qui grèveraient le pouvoir d’achat et donc la consommation privée.
HS

Le président Niinistö critique les bonus des patrons de fonds de pensions
Le président de la république Sauli Niinistö a critiqué fermement les bonus des présidents de fonds de pension. « La modération n’est pas un facteur déterminant des systèmes de rétribution des dirigeants [des fonds de pension] », a-t-il fait remarquer. « Je me demande depuis longtemps si les conseil d’administration des fonds de pension ont réfléchi aux conséquences éthiques de ces décisions », a-t-il souligné.
HS

« La SAK souhaiterait un accord salarial de deux ans » Dem
Le président de la confédération syndicale ouvrière SAK M. Lauri Lyly estime que l’on saura cette semaine si les conditions sont réunies pour négocier un accord salarial global. Il a déclaré que sa confédération souhaitait un accord de deux ans. Demokratatti rappelle que le patronat souhaite un accord de trois ans.
M. Lyly souhaite savoir ce que le gouvernement prépare en matière de réformes structurelles.
Selon lui, un accord salarial global modéré garantirait aux entreprises de la prédictibilité en matière de coûts salariaux.
Dem

Sondage : Les Finlandais favorables à un accord salarial global
Selon un sondage commandé par la confédération SAK, la majorité des Finlandais (54%) souhaitent que les partenaires sociaux arrivent à un accord salarial global. Moins d’un cinquième des personnes interrogées sont favorables à des accords de branche, alors qu’un cinquième souhaitent des accords d’entreprises.
Ce sont surtout les sympathisants du PSD et de l’Alliance des gauches qui souhaitent un accord salarial global.
KS

Editorial : Un accord salarial global n’est pas si éloigné
L’éditorialiste estime que, du fait de l’accord sur les jours de formation, on peut considérer que l’on a fait un pas de plus vers un accord salarial global. Il reste toutefois encore des difficultés : d’une part les syndicats sont divisés sur le fait de savoir s’il faut des augmentations en euros ou en pourcentages et d’autres part les partenaires sociaux souhaiteraient connaître les résultats des arbitrages budgétaires du gouvernement.
HS

Economie

La consommation intérieure ne maintient plus l’économie finlandaise
Ce sont les consommateurs qui ont longtemps maintenu à flot l’économie finlandaise, mais il semble désormais que la consommation intérieure fléchisse.
Le directeur du secteur du commerce M Juhani Pekkala estime qu’il est clair que la consommation diminue puisque la fiscalité a augmenté et le pouvoir d’achat diminue. L’indicateur de confiance du patronat indique que la confiance du commerce de détail dans l’économie a chuté en août. La raison en est une forte baisse des ventes durant l’été. Le secteur du commerce estime que les ventes vont continuer à baisser dans les mois à venir.
L’indice de confiance du commerce de détail est à un niveau plus bas que lors du début de la crise en 2009 et est même à l’un des niveaux les plus bas d’Europe.
KS

Entreprises

UPM supprime 110 emplois
UPM a annoncé son intention de supprimer 110 emplois en Finlande dans ses services administratifs. De plus UPM devrait externaliser sa comptabilité. *
HS

Vrais Finlandais

Les Vrais Finlandais veulent participer au prochain gouvernement
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire des Vrais Finlandais s’est réuni à Jyväskylä. Les députés ont souligné le souhait du parti de participer au prochain gouvernement.
Le président du parti, M. Timo Soini, ne s’inquiète pas du fait qu’une partie d’électeurs des Vrais Finlandais pourraient abandonner le parti parce qu’il devrait faire des concessions pour participer au gouvernement.
Selon le député Pietari Jääskeläinen, « notre objectif est absolument la participation à la coalition gouvernementale. Nous exerçons une forte politique dans l’opposition mais en même temps nous devons penser déjà au prochain gouvernement. »
Il n’y a pas encore eu de débat ouvert sur les éventuels ministres mais dans les spéculations sont toujours évoqués les noms de M. Soini, M. Jussi Niinistö, président de la commission de la défense du Parlement, et de Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire.
HS/A12

M. Soini veut former un gouvernement avec le PSD et le Centre
Keskisuomalainen publie une interview de M. Soini. L’objectif du président des Vrais Finlandais est d’être nommé prochain Premier ministre d’une coalition gouvernementale avec le PSD et le Centre. Il ne veut cependant pas dans la coalition de petits partis pour que « le gouvernement n’en soit pas l’otage », ce qui est le cas actuellement.
Pour obtenir le poste de Premier ministre, il faut que le parti arrive premier aux élections législatives. « Si on n’arrive pas premier, mon objectif est d’avoir le portefeuille des Finances ou des Affaires étrangères », annonce M. Soini.
M. Soini souligne qu’on peut facilement trouver cinq ou six bons candidats pour des postes de ministres dans le groupe parlementaire des Vrais Finlandais. « Jussi Niinistö y est à coup sûr. Je ne veux pas encore citer d’autres noms. »
Le président du groupe parlementaire du Parti conservateur, M. Petteri Orpo, a dit récemment que la position trop stricte des Vrais Finlandais à l’égard de l’euro pourrait laisser ce parti en dehors du gouvernement. M. Soini lui répond : « Si l’audience des Vrais Finlandais est plus importante que celle du Kokoomus aux élections législatives, cela signifiera que c’est la position sur l’euro des conservateurs qui est mauvaise, et non la notre. » Pour M. Soini, le démantèlement de la zone euro est possible.
KS/9

Parlement

Le harcèlement sexuel a diminué à l’Eduskunta
Turun Sanomat relève que selon une enquête sur le bien-être au travail parmi le personnel du Parlement, le harcèlement sexuel a diminué. Parmi les 426 personnes ayant répondu à l’enquête, six ont éprouvé du harcèlement sexuel sur le lieu du travail. Il y deux ans, il y en avait 18.
72 % des personnes interrogées estiment que la parité se réalise très bien ou assez bien sur le lieu du travail. 6 % sont d’un avis opposé.
L’enquête sur le bien-être au travail, organisée tous les deux ans au Parlement, a été effectuée en mai-juin après des fonctionnaires et des assistants des députés. 68 % des effectifs ont donné leur réponse.
TS/9

Groupes d’extrême-droite

Ce sont les skinheads qui engendrent le plus de problèmes
Le ministère de l’Intérieur a effectué un rapport sur les groupes extrémistes en Finlande et constate que la sécurité de l’Etat n’est pas menacée. L’importance des groupes violents est minime. Selon le rapport, une centaine de crimes sont commis tous les ans avec une motivation liée à la participation à un groupe extrémiste. Cette année, pour la fin juillet, la police a été avertie d’une trentaine de crimes dont les motifs relèvent d’un lien avec un groupe extrémiste. La plupart des crimes violents ont été des actes violents effectués par des skinheads. Un tiers des crimes violents commis par les skinheads est motivé par le racisme.
Dans quelques cas, il s’est agi de crimes commis pas des groupes d’extrême-gauchistes.
Mme Mankkinen, chef du secrétariat de la sécurité intérieure, note que la criminalité des groupes extrémistes est minime en Finlande par rapport aux autres pays nordiques ou européens. Elle relève que l’augmentation du nombre de groupes qui fonctionnent sur internet est un nouveau phénomène.
Les statistiques de la police ne connaissent pas d’’extrêmisme musulman violent. Une vingtaine de personnes sont partis en Syrie de Finlande – pour participer aux batailles et pour des raisons humanitaires. Un Finlandais et un résidant finlandais y sont décédés. Mme Mankkinen rappelle qu’il faudra suivre les personnes rentrant de Syrie, car un tel séjour aura une influence sur elles.
Le ministère de l’Intérieur note dans son rapport, que la participation à des groupes extrémistes est souvent liée à une aliénation par rapport à la société. Les mouvements violents pourraient ainsi être évités en intervenant contre l’exclusion sociale.
HS

Mardi 27 août 2013

Politique étrangère et européenne

Conférence des ambassadeurs finlandais

Propos de M. Tuomioja sur l’espionnage, le réseau diplomatique et la Syrie
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui a parlé devant les ambassadeurs finlandais lors de leur réunion annuelle, estime qu’il faudra introduire des règles internationales strictes afin de pouvoir intervenir contre les violations de la confidentialité informatique. Il condamne l’espionnage et estime qu’il faudra que l’UE prenne des mesures afin de maîtriser l’espionnage concernant les citoyens et les organes politiques.
Il constate toutefois que l’espionnage est une activité exercée par tous les Etats dans la limite de leurs ressources et capacités techniques.
Il estime qu’il est indispensable de clarifier les choses afin de maintenir la confiance sur laquelle nous comptons pour renforcer la coopération transatlantique.
Concernant la logique des enquêtes sur l’espionnage, M. Tuomioja estime que la persécution d’une personne qui révèle des activités criminelles ne convient pas aux principes d’un Etat de droit ouvert. M. Tuomioja a précisé à Helsingin Sanomat qu’il a parlé plus généralement qu’en faisant seulement référence à M. Snowden.
Pour lui, la surveillance de l’espionnage ne relève pas uniquement de l’Europe et des Etats-Unis, elle va bien plus loin.
Concernant la représentation finlandaise à l’étranger, M. Tuomioja relève que la Finlande ne supprimera pas d’ambassades en 2014. « Outre les suppressions déjà annoncées, aucune autre fermeture de représentation n’est envisagée », selon lui.
M. Torstila, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères relève que l’évaluation de la situation, des priorités et des services des représentations se poursuit.
Les dépenses du ministère seront diminuées de 5 % en 2014 et celles des représentations de 3,5 %.
Concernant la Syrie, M. Tuomioja estime que le conflit est un exemple tragique de l’échec grave du régime syrien et de la communauté internationale pour protéger les civils. « Cet échec a nui d’une façon déplorable à la crédibilité notamment du Conseil de sécurité », selon lui.
HS/A12

Editorial : Propos de M. Stubb
Hufvudstadsbladet publie un éditorial sur les propos de M. Stubb devant les ambassadeurs. Il a choisi de parler en tant que ministre des Affaires européennes plutôt que ministre du Commerce extérieur.
L’éditorialiste s’étonne de la déclaration de M. Stubb qui rejette l’idée du rapprochement de l’UE et de ces citoyens. Pour lui, il faut que l’UE garde ses distances à l’égard des citoyens en même temps que sa mission la plus importante est de s’occuper d’eux.
HBL/12

Transport maritime - Directive sur les émissions de soufre

Propos de M. Mylly, directeur de l’Agence européen de sécurité maritime
Le chef de l’Agence européen de sécurité maritime (EMSA), M. Mylly, estime que la directive sur les émissions de soufre était une décision raisonnable. Pour lui, les transports maritimes doivent assumer leur part de responsabilité concernant la protection environnementale.
Il estime que le défi à relever par la Finlande concerne la capacité à produire des transports de façon efficace et environnementale ces prochaines années. « Le fonctionnement efficace des ports, le maintien de la construction navale et le dynamisme des activités du secteur maritime sont essentiels pour la Finlande. »
Dem/lun/13

Election européennes

Les libéraux nordique font l’éloge de M. Rehn mais n’ont rien promis
Helsingin Sanomat relève que le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, a invité ses collègues nordiques, qui représentent les libéraux européens, à un sommet nordique à Helsinki. Les représentants nordiques de l’ALDE ont fait l’éloge du commissaire européen Olli Rehn. Ils n’ont toutefois pas donné de promesses, au moins pas publiquement, afin de soutenir sa candidature comme tête de liste des libéraux européens aux élections européennes de mai 2014.
Selon M. Jan Björklund, ministre suédois de l’Education et vice-Premier ministre, « Olli est un candidat très qualifié mais nous avons plusieurs candidats en vue. Nous prendrons la décision au début de l’année prochaine. »
Selon M. Klaus Frandsen, président du parti danois Radikale Venstre, « on peut diviser les candidats en deux catégories. Les uns proposent des visions, les autres font des choses, comme Olli. Il est un candidat de genre ‘get things done’. »
Aucun des invités nordiques n’a encore promis son soutien à la candidature de M. Rehn. Le secrétaire général du Centre, M. Timo Laaninen, dit être très satisfait de ce débat positif. « Nous poursuivrons le lobbying en faveur de M. Rehn à l’automne. »
HS/A11

M. Rehn en train de sonder son audience
Selon Suomenmaa, organe du Parti du centre, M. Rehn annoncera son éventuelle candidature aux élections européennes dans les rangs du Centre avant la fin du mois de novembre. Le commissaire note que plusieurs dirigeants centristes lui ont demandé ses intentions.
M. Rehn est en train de sonder son audience, aussi bien en Finlande qu’au niveau européen. Les libéraux européens doivent nommer leurs candidats de tête de liste lors d’une réunion à Londres fin novembre.
Le conseil national du Centre nommera une partie de ses candidats européens à Kuopio les 23 et 24 novembre, une semaine avant la réunion de l’ALDE à Londres.
Selon M. Rehn, plusieurs commissaires européens actuels ont l’intention de présenter leurs candidatures aux élections européennes de l’année prochaine. Il note qu’avant aux élections européennes précédentes, les commissaires ont pris un congé électoral de cinq ou six semaines.
SM/7

Flux migratoires

La crise économique oblige des Finlandais résidant en Grèce ou en Espagne à revenir en Finlande
Kaleva note que les chiffres concernant les Finlandais revenant en Finlande ont augmenté ces derniers temps.
86 personnes de nationalité finlandaise sont rentrées de Grèce en 2012, ce qui est le double de la situation il y a cinq ans. 545 personnes sont revenues d’Espagne et 163 d’Italie. Ces chiffres sont en hausse.
Selon les statistiques, 31 280 personnes de l’étranger se sont installées en Finlande en 2012, contre 1800 de moins en 2011. 16 340 personnes sont venues des Etats européens alors que seulement 8710 personnes ont quitté la Finlande pour un autre Etat européen.
Kaleva/dim/5

Politique intérieure

Gouvernement - Economie

« Pas de solution à Heureka » HS
« L’opposition entre les partenaires sociaux était visible » KS
Le Premier ministre a réunit hier un séminaire au centre Heureka, à Vantaa. Il rassemblait 52 personnalités (dont seulement 8 femmes, soit environ 15%, souligne Helsingin Sanomat) représentant les partis politiques et les partenaires sociaux et des experts.
Le gouverneur de la banque centrale Erkki Liikanen a dressé un portrait des difficultés économiques de la Finlande. Le niveau du PIB ne progresse pas en raison de problèmes structurels. La Finlande est après le Royaume-Uni le pays de l’UE qui a perdu le plus de parts de marchés ces dernières années. La raison en est la crise de l’industrie de l’information et de l’industrie du bois-papier. Au même moment, la Finlande doit faire face au défi du vieillissement de sa population. « C’est un changement structurel particulier qui ne va pas se résoudre seulement par un retour de la croissance mondiale », a prévenu M. Liikanen qui a souligné que la compétitivité de la Finlande n’avait cessé de se réduire depuis 2007. Il a donc plaidé pour des réformes structurelles concernant l’augmentation de l’offre de main d’œuvre, le renforcement de la concurrence et l’augmentation de l’offre de logements.
Helsingin Sanomat relève que les propositions qui ont émergé lors de ce séminaire étaient connues : augmentation de l’âge de départ à la retraite, diminution des aides pour les mères au foyer, renforcement de la productivité du secteur public. Le problème est que nombre de ces sujets sont politiquement difficiles.
Le Premier ministre Jyrki Katainen a estimé que le séminaire avait permis de mieux se comprendre : « Après ces discussions, il sera plus facile de débattre avec certains car nous savons pourquoi ils défendent leurs positions », a-t-il dit.
La ministre des Finances Jutta Urpilainen a déclaré que le principal dans ce séminaire était « le processus engagé ». On a pu discuter ouvertement des défis de l’économie finlandaise. « Cela nous permet d’avoir une vision commune de la situation et des problèmes et même des solutions. Il y a en revanche des points de vue très différents sur les moyens, mais c’est déjà très important si nous arrivons à nous entendre sur la réalité des problèmes », dit la ministre qui souligne que « le plus concret dans ce forum, ce ne sont pas les solutions, mais le processus ».
STT rapporte que le séminaire a permis à tous les participants de partager leurs points de vue sur la situation économique, mais que l’on n’a pas pour autant trouvé de solution.
Les partenaires sociaux ont apprécié ce forum de discussions. « Peu de pays organisent ce genre de forums dans lesquels à la fois le gouvernement et l’opposition ainsi que les partenaires sociaux discutent de manière constructives de sujets difficiles, même si sur les solutions à prendre les positions restent divergentes. On s’est surtout concentré sur l’analyse de la situation. On est assez d’accord sur les défis existants. Mais on n’a pas vraiment pu parler des solutions à envisager », a relevé M. Lyly, président de la confédération SAK.
Les discussions sont toujours suspendues à un possible accord salarial entre les partenaires sociaux, relève Helsingin Sanomat.
Le quotidien souligne aussi que l’on n’a pas vu lors de ce séminaire d’affrontements entre gouvernement et opposition.
HS KS Dem

Points de vue
« A-t-on encore besoin du consensus en Finlande ? » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève à quel point la Finlande est un pays qui recherche le consensus.
Le chef du service politique Marko Junkkari rappelle que le temps du consensus est certainement dépassé : l’époque où les gouvernements et partenaires sociaux s’entendaient pour satisfaire leurs intérêts dans une économie fermée où la compétitivité était garantie par des dévaluations successives est dépassée. De plus, l’arrivée des Vrais Finlandais a changé la politique, relève M. Junkkari qui estime toutefois que, « même si rares sont ceux qui regrettent le consensus rigide, dans un petit pays les dirigeants doivent toutefois être capables de coopérer entre eux de manière constructive et si le forum d’Heureka y a contribué cela n’est pas négligeable ».
L’éditorialiste souligne aussi qu’il ne faut pas attendre de miracle d’un séminaire d’une journée. Tout au plus on a pu renforcer la compréhension mutuelle sur la situation. Les participants à ce forum avaient déjà un point de vue similaire sur la situation et probablement sur ce qu’il faudrait faire.
La question est de savoir si ce forum a permis de se préparer à prendre des décisions difficiles, impopulaires ? Il faut l’espérer car il faudra immanquablement prendre des décisions difficiles, écrit HS. On pourra voir la capacité des participants à ce forum à le faire dès cette semaine : le gouvernement doit boucler le projet de budget mais aussi définir les grandes lignes des réformes structurelles ; on attend des partenaires sociaux qu’ils négocient sur un accord salarial.
HS

Budget

« Les recettes fiscales augmentent bien que la croissance flanche » HS
Au début de l’année, les recettes fiscales ont augmenté de 4,8% en dépit de la contraction du PIB.
L’augmentation de ces rentrées fiscales s’explique par le fait que de nombreux impôts et taxes ont augmenté au début de l’année.
Néanmoins, le ministère des Finances a noté lors de la publication de la seconde rallonge budgétaire, la semaine dernière, que la croissance des rentrées fiscales diminuait. En effet, la consommation intérieure qui avait longtemps maintenu l’économie finlandaise a montré des signes de diminution, ce qui commence à se voir sur les recettes de la TVA, de la taxe sur les automobiles ou sur l’alcool.
Le ministère des Finances estime que les recettes fiscales pour 2013 devraient s’élever à 38,8 milliards d’euros (soit un peu moins que les 40 milliards d’euros prévus au budget initial).
HS

Economie

Prévisions de OP-Pohjola
La banque finlandaise OP-Pohjola a publié ses nouvelles prévisions. OP-Pohjola prévoit une croissance de 0% en 2013 et de 1,7% en 2014. Le chômage devrait se maintenir durant les deux années à 8,2%. La dette publique devrait continuer à augmenter, atteignant 57,6% du PIB en 2013 et 59,5% en 2014.
L’économiste de OP-Pohjola Reijo Heiskanen estime que le gouvernement devrait s’en tenir lors des arbitrages budgétaires à une politique économiquement neutre, ce qui est sage dans la conjoncture actuelle. Il faudra prendre des mesures de rétablissement des finances publiques l’année prochaine lors de la préparation du budget 2015. Il faudra alors couper dans les dépenses publiques pour éviter de recourir à des hausses d’impôts négatives pour la croissance, selon M. Heiskanen.
KL

Vie professionnelle

Selon un professeur, il faut prendre en compte les changements dus à l’âge
Helsingin Sanomat rapporte que selon M. Mika Kivimäki, professeur à University College à Londres, on n’arrive pas à faire prolonger les carrières professionnelles si on ne prend pas en compte les maladies qui mènent les employés à prendre leur retraite.
Le professeur Kivimäki, qui s’est exprimé lundi à Helsinki lors d’un séminaire intitulé « Work, Well-Being and Wealth », a rendu compte des résultats d’une étude auprès de 28 000 employés finlandais dans les communes. Il souligne que si on souhaite prolonger les carrières professionnelles, il faut empêcher de façon plus efficace les maladies physiques. En même temps, il faut évoquer les acteurs psychosociaux. Le départ anticipé à la retraite a diminué de 37 % parmi les employés, qui ont eu la possibilité d’influencer entre autres la durée de la journée du travail, les pauses et les tours de services.
HS/A13, KS11

Les employés rejettent fermement le gel des salaires
Selon un sondage effectué auprès de mille personnes pour le compte de Keskisuomalainen, 63 % des employés rejettent l’idée de geler les salaires pendant les deux prochaines années, tandis que 24 % pourraient l’approuver.
Parmi les directeurs et les entrepreneurs, 67 % ont été favorables au gel des salaires, ainsi que 57 % des retraités et 41 % des cadres supérieurs.
58 % des conservateurs et 46 % des centristes approuvent le gel, contre 39 % des sociaux-démocrates, 36 % des Vrais Finlandais et 26 % des partisans de l’Alliance des gauches.
KS/3

Droits de l’homme

Critiques contre la législation finlandaise
Turun Sanomat relève que les juristes critiquent la loi finlandaise sur les dédommagements aux victimes des violations des droits de l’homme. Contrairement à la Suède et la Norvège, la loi finlandaise n’oblige pas à verser des dédommagements aux victimes de stérilisations ou lobotomies forcées. Entre 1935-1970, près de 54 000 personnes ont été stérilisées. 1 500 lobotomies ont été effectuées entre 1946 et 1969.
Le médiateur adjoint du Parlement, M Pasi Pölönen, admet que, quant aux violations des droits de l’homme, la législation finlandaise sur les dédommagements est dépassée.
TS/3&5

Groupements d’extrême-droite

Propos de la Supo
La Sûreté nationale constate que les mouvements extrémistes ne représentent pas une menace pour la sécurité de la Finlande. Des tensions existent, mais non pas à une échelle qui constitue un risque réel.
La révélation de locaux du groupement Blood & Honour à Tattarisuo ne change pas la situation, selon M. Portaankorva, inspecteur de la Supo. Selon les informations de Helsingin Sanomat, les locaux servent de lieu de recrutement de militants, mais M. Portaankorva rappelle que l’on peut propager des idéologies où que ce soit.
Selon la Supo, il y a quelques dizaines de personnes qui sont actives dans des milieux néo-nazis.
HS/A12

Lundi 26 août 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie

Le ministère a déjà contacté Mme Ranta
Le ministère des Affaires étrangères finaldnais a déjà contacté la médecin légiste Helena Ranta pour le cas où la Finlande serait sollicitée pour participer à une mission en Syrie pour vérifier l’utilisation d’armes chimiques. Selon Mme Ranta, la Finlande peut envoyer des spécialistes en Syrie si on le lui demande ;
Mme Ranta a participé à des missions notamment au Kosovo, en Irak et en Bosnie.
TS

Mali

La Finlande participe à la Minusma
La Finlande a décidé d’envoyer cinq militaires pour participer à l’opération de l’oNU Minusma destinée à participer à la stabilisation du Mali. Les Finlandais devraient participer à des missions d’état-major.
TS

Elections européennes

M. Rehn prendra sa décision à l’automne
Le Commissaire européen à l’Economie Olli Rehn a déclaré qu’il annoncerait à l’automne s’il se présente aux élections européennes du printemps. Il avait déjà évoqué sa possible candidature comme tête de liste des libéraux européens. « Il ne s’agit pas seulement pour moi de réfléchir à la tête de liste des libéraux européens mais aussi du fait que je pense avoir été un représentant finlandais en Europe », a-t-il dit.
KS

Immigration

Politique européenne en matière d’immigration
Helsingin Sanomat rend compte de la crise sociale qui s’est créée à côté de la crise économique et dont on peut en partie accuser la politique d’immigration peu réussi de l’UE, en tout cas selon le délégué des droits de l’homme du Conseil de l’Europe, M. Muižnieks.
La moitié des entrées clandestines des immigrés dans l’espace Schengen se passent à la frontière entre la Turquie et la Grèce. M. Muižnieks regrette que la charge concernant l’immigration clandestine ne soit pas équitablement repartie en Europe.
M. Laitinen, chef de Frontex, relève que la surveillance renforcée et la coopération avec la Turquie ont permis de faire chuter le nombre de passages clandestins en 2012. Il rappelle toutefois que la pression continue à être forte. « En général, les entrées clandestines changent tout simplement d’endroit lorsqu’il y a des mesures renforcées. »
M. Laitinen souligne l’importance d’une politique d’immigration globale et rappelle que pour 200 000 immigrés clandestins, il y a quelques dizaines de millions d’immigrés légaux qui arrivent en Europe.
HS/dim/A16

Soins médicaux des sans papiers
Helsingin Sanomat relève qu’un bébé de trois semaines s’est refuser des soins dans un dispensaire de Helsinki pour défaut de permis de séjour. En effet, le service social et de la santé de Helsinki a donné à ses employés l’instruction de demander le permis de séjour aux patients étrangers. Cette modalité est motivée par des raisons économiques : l’Etat prévoit un remboursement aux communes concernant les soins des personnes disposant d’un permis de séjour.
Il est toutefois prévu de garantir les soins dans des cas urgents.
M. Pellinen du service social et de la santé estime que si les instructions ne sont pas explicites sur ce point, il faudra les revoir.
HS/sam/A17

Politique intérieure

Gouvernement

« Le gouvernement le plus mauvais dans l’histoire ? »
Helsingin Sanomat a demandé l’avis des députés lors des réunions estivales des groupes parlementaires la semaine dernière si le gouvernement Katainen était le gouvernement le plus mauvais dans l’histoire de la Finlande.
A la question de savoir de quoi les Finlandais vont se souvenir de ce gouvernement, plusieurs députés des partis au gouvernement ont souligné la crise économique difficile, qui n’est pas la faute du gouvernement, et la coalition gouvernementale large qui ne rend pas facile la prise de décision.
Les députés de l’opposition ont souligné le manque de détermination du gouvernement devant les difficultés.
HS/dim/A7

Gouvernement - Economie

Pas de décisions à attendre du séminaire du Premier ministre
Le Premier ministre réunit aujourd’hui un séminaire au centre Heureka, à Vantaa. Il rassemble des politiques, des experts et des représentants des partenaires sociaux. Les intervenants seront la directrice de l’institut de sondage TNS Mme Tiitta Vaulos, le gouverneur de la banque centrale Erkki Liikanen et le professeur d’Aalto Sixten Korkman.
Le Premier ministre Jyrki Katainen a indiqué que l’objectif était de réfléchir aux défis et à l’avenir de l’économie finlandaise. Le but est de définir une vue commune sur la situation économique de la Finlande et sur les nécessités de réformes à envisager.
« La progression des exportations finlandaises est à l’avant-dernier rang de la zone euro, juste derrière la Grèce. C’est pourquoi il faudra prendre des mesures qui renforcent notre compétitivité », a dit M. Katainen, hier.
HS AL

Le triple A finlandais menacé
L’Etat s’endette plus vite que prévu
Les économistes interrogés par STT estiment que l’endettement de l’Etat finlandais ne peut augmenter au rythme actuel très longtemps. Avant la fin de l’année, la dette devrait atteindre 93 milliards d’euros pour dépasser les cent milliards en 2014. La limite de 60% du PIB sera elle aussi bientôt atteinte, ce qui pourrait signifier la dégradation de la note finlandaise.
De nombreux économistes font aussi toutefois remarquer que la plupart des autres pays européens ont depuis longtemps dépassé cette limite.
KS

Les Finlandais approuvent les économies qui ne les concernent pas directement
Selon les résultats d’un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat sur les économies « préférées » des Finlandais, 67 % des personnes interrogées estiment que les mesures d’économies sont nécessaires. Les conservateurs (79 %) sont les plus favorables aux économies structurelles, suivi des sociaux-démocrates (80 %). Les partisans de l’Alliance des gauches (61 %) sont les plus récalcitrants.
En ce qui concerne l’augmentation de l’âge de la retraite, 63 % des personnes de plus de 65 ans y sont favorables, tandis que 56 % de la population active s’y opposent.
58 % des retraités souhaitent diminuer le temps maximal des études, contre 42 % des étudiants.
Les retraités sont contre la privatisation des services sociaux.
Le secrétaire général du PSD, M. Reijo Paananen, n’est pas surpris des résultats. Il estime que les Finlandais ne sont pas très conscients de la gravité de la crise actuelle.
Le politologue Ville Pernaa de l’université de Turku estime que les opinions différentes des partisans des partis au gouvernement créent des pressions sur le gouvernement. Chaque parti doit faire des concessions pour que la coopération gouvernementale puisse continuer.
HS/lun/A8

Gouvernement - Budget

Selon M. Katainen, les prochaines mesures d’économies seront envisagées au printemps
Le gouvernement n’a pas l’intention de présenter de nouvelles mesures d’économies ni de nouvelles augmentations fiscales lors de la réunion de la coalition pour préparer le prochain budget, mercredi et jeudi. Selon lui, le projet de budget ne visera qu’à entériner les décisions de principe prises au printemps dernier.
De nouvelles mesures d’ajustement structurel ne seront envisagées que lors des négociations de cadrage budgétaire du printemps prochain, en mars 2014.
Selon la présidente du PSD et ministre des Finances Jutta Urpilainen, les arbitrages budgétaires de mercredi et jeudi seront l’occasion de discuter des projets de réformes budgétaires à venir. Elle estime que les décisions sur ces réformes ne pourront intervenir en pratique qu’en novembre ou décembre. Selon elle, l’objectif principale de ces réformes est de garantir que la Finlande conserve sa crédibilité sur les marchés financiers.
AL HS

Rallonge budgétaire : des fonds pour les routes et les écoles
Le ministère des Finances a publié, vendredi, sa seconde rallonge budgétaire qui continent des mesures ciblées pour rénover les bâtiments scolaires (50 millions, alors que les communes en demandaient 200), mais aussi pour les banlieues (15 millions) et pour les routes (25 millions). Le Tekes reçoit aussi une rallonge de 17 millions d’euros.
HS

Vrais Finlandais

« M. Soini veut son parti au gouvernement » TS
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a déclaré que son parti devait entrer dans la prochain gouvernement, durant la prochaine législature. En effet, selon lui, une nouvelle législature dans l’opposition ne manquerait pas de grever son audience.
M. Soini estime que le prochain gouvernement sera formé avec trois des quatre grands partis de l’échiquier politique finlandais.
M. Soini a toutefois précisé que son parti ne participerait pas à un gouvernement qui approuverait un plan d’aide aux pays en difficulté de la zone euro.
HS

Selon M. Orpo, les exigences de M. Soini sont trop strictes
Le président du groupe parlementaire du parti conservateur Petteri Orpo estime que les exigences présentées par M. Soini pour participer à une coalition gouvernementale sont trop strictes. « Il est dangereux du point de vue de la Finlande de fixer de telles conditions », dit-il.
HS

Langue suédoise

Selon un sondage, la majorité des Finlandais souhaitent que le suédois devienne une langue facultative à l’école
Helsingin Sanomat relève que selon un sondage effectué par l’institut Taloustutkimus pour le compte de la radiotélédiffusion finlandaise Yle, 63 % des Finlandais souhaitent que les études du suédois soient facultatives à l’école, tandis que 29 % veulent que le suédois reste obligatoire. Le nombre d’indécis est de 8 %.
Les partisans du Parti suédois défendent à 100 % les études obligatoires du suédois. Chez les Verts, la majorité, 55 %, veulent également garder le suédois obligatoire.
La majorité des partisans de tous les autres partis politiques sont favorables à des études facultatives du suédois : 76 % des Vrais Finlandais, 73 % des sociaux-démocrates, 68 % des Chrétiens-démocrates, 67 % des centristes et 61 % des partisans de l’Alliance des gauches sont pour le suédois facultatif.
Parmi les conservateurs, les opinions sont plus divisées : 54 % sont pour le suédois facultatif et 41 % pour les études obligatoires.
Selon l’analyse du directeur de recherche auprès de Taloustutkimus, M. Juho Rahkonen, il y beaucoup d’ouvriers chez les partisans des Vrais Finlandais et du PSD. « Ceux qui travaillent dans l’industrie ne voient peut-être pas l’utilité des études du suédois de la même façon que ceux qui ont plus de formation. » Il souligne toutefois que même la majorité des diplômés de l’enseignement supérieur ne sont pas favorables au suédois obligatoire.
Le sondage a été effectué auprès de mille Finlandais.
Yle, HS/dim/A18

Propos haineux

Mme Biaudet verbalement agressée
Mme Biaudet, déléguée pour les minorités, a été verbalement agressée dans la rue à Helsinki à deux reprises en une semaine. Elle relève que l’agresseur a évoqué le parti de Mme Biaudet (Parti suédois), mais non pas ses fonctions en tant que délégué pour les minorités. Mme Biaudet s’inquiète de l’atmosphère qui règne actuellement en se demandant si elle reflète un malaise accru. Elle relève qu’elle reçoit également de plus en plus de messages haineux par courriel et par mél.
HS/sam/A15

Groupes Néo-nazis

Locaux de néo-nazis à Helsinki
Hufvudstadsbladet relève qu’un groupe néo-nazi Blood & Honour dispose de locaux à Tattarisuo à Helsinki.
M. Portaankorva de la Sûreté nationale relève que Blood & Honour fait partie des groupes que la Supo surveille.
HBL/dim/1-4

Francs-Maçons

Vieillissement des cadres
Helsingin Sanomat relève que le mouvement des francs-maçons qui compte environ 7 000 membres en Finlande subit un vieillissement de ses membres. En effet, la moyenne d’âge est d’environ 60 ans et peu de membres ont moins de 45 ans.
Le quotidien relève aussi que peu de parlementaires en font partie.
HS

Nucléaire

M. Jonkka attend d’être sollicité sur Fennovoima
Le chancelier de Justice Jaakko Jonkka s’est préparé à étudier s’il est nécessaire pour Fennovoima de demander une nouvelle décision de principe pour construire une centrale nucléaire. Toutefois, il n’ pas encore été saisi formellement.
Il, déclare s’y être néanmoins préparé, sans toutefois avoir déterminé sa future réponse.
Kaleva rapporte que le Ministre de l’Economie Jan Vapaavuori a déclaré que le gouvernement ferait étudier cette question et on estime que cette étude pourrait durer un an.
Kaleva

Turun Energia prêt à augmenter sa participation dans Fennovoima
Turun Sanomat rapporte que la régie énergétique de Turku qui possède actuellement 3,5% de Fennovoima souhaiterait accroître ses participations jusqu’à 5%. Il faut toutefois d’abord que la question de la décision de principe et la situation de Fennovoima soient éclaircies.
TS

Formation - Education

6 è 7 ans pour obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur
Depuis les années 2000, la durée des études pour obtenir un diplôme d’enseignement supérieur n’a pas changé et est restée en moyenne de 6 à 7 ans.
HS

Justice

Un cinquième des audiences criminelles annulées
Helsingin Sanomat rapporte qu’un cinquième des audiences criminelles devant les tribunaux d’instance sont annulées ou reportées, le plus souvent parce que le suspect ne se présente pas devant la justice.
HS

France - Finlande

Construction navale

Les sous-traitants finlandais font leurs offres pour Oasis 3
Après l’actuelle phase de planification, la construction du navire Oasis 3 au chantier naval de Saint-Nazaire devrait commencer l’année prochaine. Turun Sanomat relève que de nombreux sous-traitants finlandais souhaitent y participer.
Finpro est en train d’ouvrir un bureau de projet à Saint-Nazaire qui devrait fonctionner à partir de septembre pour aider les entreprises finlandaises.
TS

Vendredi 23 août 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie - Egypte

Propos de M. Tuomioja
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, estime que si le régime syrien n’accorde pas l’accès sur le terrain aux observateurs cela suscite des soupçons. Cela ne confirme toutefois pas que le régime soit coupable d’une attaque au gaz. « Il n’existe pas encore de preuves sûres de l’usage d’armes chimiques. »
HS/A21

Editorial : « Il ne faut pas que l’Egypte devienne une nouvelle Syrie » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le massacre de civils en même temps qu’une mission de l’ONU arrive dans la ville pour étudier les allégations précédentes sur l’usage de gaz toxique est une atrocité de cynisme extrême.
L’incapacité de la communauté internationale à exiger unanimement une enquête rien que sur l’attaque de gaz neurotoxique est un grand échec. L’impuissance est encore accentuée du fait qu’elle s’étend jusqu’à concerner la situation en Egypte. Les pays occidentaux essayent de jouer les équilibristes en ce qui concerne l’Egypte, ce qui est dangereux. Il faut passer aux forces armées égyptiennes un message clair contre la violence et en faveur de la démocratie, si on souhaite éviter que l’Egypte devienne une autre Syrie, écrit l’éditorialiste.
HS/A4

Russie – Jeux olympiques – minorités

Propos de M. Arhinmäki
Le ministre de la Culture et des Sports, M. Arhinmäki estime que le mouvement olympique se doit de défendre la liberté d’expression. Il s’étonne de la position du comité olympique finlandais et estime qu’au lieu de restreindre la liberté d’expression des sportifs, le mouvement olympique devrait agir pour la défendre. « Il faudrait que les sponsors et les entreprises créent une pression à l’égard du Comité olympique international afin de mieux prendre en compte les droits de l’homme. »
Concernant le comité olympique finlandais, M. Arhinmäki attend une approche active. Pour lui, il faut que les personnalités finlandaises défendent les droits de l’homme auprès du Comité olympique international. « La liberté d’expression et les droits de l’homme sont extrêmement importants en Finlande », dit il en rappelant que le mouvement olympique a défendu les droits de l’homme avant aussi.
M. Arhinmäki relève qu’il comprend bien les sportifs qui ne souhaitent pas prendre position en ce qui concerne la situation en Russie, et rappelle que le droit de se taire relève également de la liberté d’expression.
HS/A33

Editorial : « Des mauvaises couleurs aux JO » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que les propos du président du comité olympique finlandais Risto Nieminen ont suscité un étonnement lorsqu’il a dit que, selon les règles de l’olympisme, un sportif qui se colore les ongles aux couleurs de l’arc-en-ciel, pourrait être exclu des Jeux.
L’éditorialiste regrette que le business autour des Jeux soit de plus en plus dépendant de pays qui les utilisent pour consolider la position de leur direction politique.
HS/A5

Politique intérieure

Rencontre de MM. Katainen et Sipilä

L’opposition a été invitée à débattre de la réforme des services sociaux
Helsingin Sanomat relève que les groupes parlementaires du Parti conservateur et du Parti du centre se sont réunis hier à Mikkeli. Les présidents du Parti conservateur et du parti du Centre ont participé à un débat commun sur la place du marché de Mikkeli.
A cette occasion, M. Katainen a annoncé que la ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, a l’intention d’inviter les représentants de l’opposition – le Centre et les Vrais Finlandais - à un débat sur la réforme des services sociaux et de la santé. « Je souhaite, de mon côté, que le Centre et les Vrais Finlandais n’empêchent pas les fusions des communes mais les encouragent », a souligné M. Katainen.
M. Katainen fait allusion à l’appel que les partis de l’opposition ont fait en juin auprès des communes pour qu’elles décident de ne pas suivre le projet du gouvernement.
« Nous avons proposé d’attendre tranquillement les décisions sur la réforme des services sociaux avant de décider sur la structure des communes », a répondu M. Sipilä.
M. Sipilä a promis d’accepter l’invitation pour évoquer la réforme des services sociaux, même si pour lui, l’invitation arrive en retard. « La proposition pour une coopération arrive un peu en retard, vu que la loi a déjà été approuvée. »
M. Katainen a dit en avoir assez des litiges. Selon M. Sipilä, « il n’y a plus de litiges si les grands dossiers sont préparés ensemble selon une méthode parlementaire ».
M. Sipilä a encore proposé la création d’un fonds pour financer les entreprises et pour créer des emplois. M. Katainen a noté qu’il ne revenait pas à l’Etat d’écarter le financement privé. Pour lui, il ne faut pas financer les entreprises avec les deniers des contribuables.
HS/A12

Editorial : « Est-ce que les caresses entre les conservateurs le centristes sont innocentes ? »
Selon l’éditorial de Helsingin Sanomat, il semble que tous les autres partis politiques veulent être très copains avec le Centre, qui est en tête des sondages sur l’audience des partis, même si les prochaines élections législatives sont encore loin.
Le Parti conservateur s’intéresse le plus au Centre. Il est possible que l’organisation des réunions des groupes parlementaires des deux partis en même temps à Mikkeli soit une coïncidence. Le débat amical de MM. Katainen et Sipilä n’a toutefois pas été une coïncidence.
L’éditorialiste estime que les sociaux-démocrates pourraient s’inquiéter de ces tendresses centro-conservatrices. Le PSD peut cependant se consoler des résultats des sondages qui montrent que les électeurs finlandais préfèrent une coalition rouge-terre, donc entre le PSD et le Centre.
HS/A5

Endettement de l’Etat

La dette de l’Etat augmentera plus que prévu
Helsingin Sanomat rapporte que selon les informations du quotidien, le ministère des Finances prévoit que les recettes de l’Etat vont chuter cette année et que le déficit serait de neuf milliards d’euros.
Le ministère des Finances publie aujourd’hui ses estimations en même temps qu’est rendue publique la deuxième rallonge budgétaire de cette année.
Les recettes d’impôts seront 900 millions d’euros inférieures aux prévisions de mai dernier. Les recettes de la TVA diminue le plus, de 40 000 millions d’euros, ce qui signifie une diminution importante de la consommation finlandaise.
Le ministère des Finances estime qu’en 2014, l’Etat s’endettera de 6,6 milliards d’euros, au lieu de 4,9 milliards comme prévu en mars dernier.
HS/A9

Finavia

L’Etat investira 200 millions à Finavia
Selon Helsingin Sanomat, la ministre des Finances, Mme Jutta Urpilainen a annonce que l’aéroport de Helsinki-Vantaa pourrait commencer les grands travaux parce l’Etat investira 200 millions d’euros à Finavia. Le nombre de passagers à Helsinki-Vantaa s’élèverait de 15 à 20 millions par an.
HS/A8

Immobilier

Locaux de bureau de la région de Helsinki : un m2 sur dix est vide
Helsingin Sanomat relève que 11,5 % des locaux de bureau de la région de la capitale étaient vides à la fin du mois de juin. Lorsque les entreprises déménagent, le propriétaire a souvent du mal à trouver de nouveaux locataires. En effet, les entreprises préfèrent louer plutôt que d’acheter. Les quartiers de Herttoniemi et de Ruoholahti en souffrent le plus.
HS note que, selon Catella, un consultant spécialisé dans le marché immobilier, les meilleurs locaux – en centre-ville, et âgés de dix ans au maximum – attirent des locataires même en période difficile.
M. Hakala, directeur général de Catella, estime que transformer des bureaux en appartements peut être rentable malgré un coût élevé des travaux. Cela vaut pour des bureaux du centre de Helsinki qui ont souvent été des appartements à l’origine.
HS/A26

« Kivipalatsi transformé en appartements »
Des travaux sont en cours pour transformer en appartements l’immeuble connu comme Kivipalatsi (« palais de pierre ») en centre-ville de Helsinki.
11 appartements sur 27 ont déjà été vendus. HS relève qu’il y a une demande pour des appartements de luxe dans le centre de Helsinki.
HS/27

France - Finlande

La Nuit des arts

Champs harmonique
Hufvudstadsbladet et Helsingin Sanomat rendent compte du Champ harmonique proposé par Pierre Sauvageot hier, dans le cadre du festival d’Helsinki à Kaivopuisto.
HS Hbl

Jeudi 22 août 2013

Politique étrangère et européenne

Egypte

Selon M. Tuomioja, l’UE n’a pas voulu couper les contacts avec l’Egypte
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja qui a participé à la réunion du conseil affaires générales hier déclare que l’UE souhaite maintenir le contact avec le gouvernement égyptien en dépit des manifestations de violence de ces derniers jours.
Les ministres européens des affaires étrangères ont décidé hier de cesser les exportations d’armement à l’Egypte. Selon M. Tuomioja, il y a en toile de fond la réalité concernant le fait que les possibilités de faire pression sur le gouvernement égyptien sont faibles. A plus long terme, la possibilité de réévaluer les aides économiques demeure un moyen qui pourra être utilisé, estime M. Tuomioja, bien conscient que l’interdiction d’exportations des armes en Egypte ne va pas diminuer la violence dans ce pays.
TS

Grèce

« Le gouvernement finlandais n’a pas évoqué la possibilité d’un nouveau paquet d’aide à la Grèce » TS
Le gouvernement n’a pas encore évoqué l’éventualité d’un troisième paquet d’aide à la Grèce. Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré qu’il était difficile de commenter ce sujet car peu d’informations étaient actuellement disponibles. Il a aussi fait référence aux déclarations du commissaire Olli Rehn qui avait envisagé la possibilité de prolonger les délais de remboursement des précédentes aides.
La ministre des Finances et présidente du PSD Jutta Urpilainen estime qu’il n’y a riend e nouveau dans le débat sur les aides à la Grèce. « Les déclarations de ces derniers jours ne sont motivées par aucune information nouvelle sur la situation [de la Grèce], souligne-t-elle.
Le Président de l’Alliance des Gauches et ministre de la Culture Paavo Arhimäki a pour sa part déclaré qu’il fallait envisager la possibilité de renoncer au remboursement des aides versées dans le cadre du premier paquet à la Grèce qui était, selon lui, un échec. Cela permettrait d’éviter un troisième paquet d’aide.
Le président du groupe parlementaire des Verts Oras Tynkkynen a déclaré qu’avant d’envisager un troisième paquet d’aide à la Grèce il fallait mettre fin à la corruption et à l’évasion fiscale dans ce pays. Il relève que le sujet irrite les Finlandais et que la volonté d’aider les pays en crise est minime. « On pourra envisager de faire des efforts [d’aide] à l’avenir, mais à des conditions très strictes, ou pas du tout », selon lui.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini pour sa part déclare que la Finlande doit refuser ces paquets d’aide qui sont contraires aux traités fondateurs. Il estime toutefois qu’il y aura des tentatives de mettre en place un troisième paquet d’aide à la Grèce. Il pense que le gouvernement essaiera de motiver la participation de la Finlande à un tel plan en arguant de la défense de l’emploi et de la stabilité. « Le gouvernement ne sait malheureusement rien faire d’autre », selon lui.
Le président du parti suédophone et ministre de la Défense Carl Haglund critique lui aussi la gestion de la crise. « Si l’on avait eu le courage de regarder ce qu’il fallait faire dès le début, cela serait revenu moins cher », dit-il, soulignant toutefois qu’il fallait désormais faire ce que la situation exige.
TS HS

Editorial : « Une nouvelle dette ne résoudra pas les problèmes de la Grèce » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que les problèmes de la Grèce ne disparaîtront pas en construisant de nouveaux petits paquets d’aide, au contraire cela peut même les aggraver. La montagne de dettes de la Grèce est déjà si importante que le pays n’a pas de possibilités réalistes de les rembourser. Les politiciens refusent toujours d’effacer de nouvelles dettes de la Grèce. Après les élections en Allemagne, la tonalité du débat pourrait changer et il faut s’y préparer en Finlande aussi. Emettre de nouveaux prêts ne fait que reporter la solution du problème ».
HS

Postes européens

Analyse : « M. Rehn gêné par l’euroscepticisme des centristes finlandais » HS
Helsingin Sanomat souligne qu’il y a bien peu de ressemblances entre les positions des libéraux européens de l’ALDE et celles du parti du Centre finlandais qui en est néanmoins membre. Les différences de positions apparaissent clairement dans les votes des eurodéputés centristes au parlement européen.
Idéologiquement, l’une des questions les plus difficiles pour les centristes finlandais est la question du développement fédéral de l’UE.
Or ces divergences de point de vue pourraient poser des problèmes au centristes Olli Rehn qui envisage de briguer la tête de liste de l’ALDE au niveau européen pour les prochaines élections européennes.
La candidature de M. Rehn ne réjouirait pas les eurosceptiques centristes finlandais, écrit HS. En effet, lors des prochaines européennes, les centristes vont viser les mêmes électeurs que les Vrais Finlandais. Cette bataille électorale ne sera pas gagnée avec un commissaire européen qui défend les paquets d’aides aux pays de l’Europe du sud.
Même si M. Rehn représente une position modérée en matière de fédéralisme, les eurosceptiques centristes finlandais auraient du mal à avaler ses positions sur l’approfondissement de l’intégration, juge HS.
Le quotidien conclut toutefois en relevant que « M. Rehn a appris à modérer ses propos afin de ne pas effrayer les marchés pendant la crise de l’euro ; à côté de cela, trouver un équilibre entre le centre finlandais et les eurolibéraux serait certainement facile ».
HS

Point de vue : « Les femmes seront en position de force » HS
La députée européenne Liisa Jaakonsaari (PSD) demande au gouvernement d’envisager de présenter comme prochain commissaire européen un homme et une femme car elle souligne que la pression en Europe pour choisir des femmes aux plus hauts postes ne cesse d’augmenter. Elle propose notamment la candidature de la présidente du PSD et ministre des Finances Jutta Urpilainen.
HS

Climat

Empreinte écologique
Le ministère de l’Environnement publie un communiqué commun avec le WWF sur le fait qu’à compter de mercredi, les ressources naturelles renouvelables de l’année en cours seront épuisées. Alors qu’en moyenne, le monde a besoin de 1,5 Terre pour satisfaire ses besoins, les Finlandais consomment l’équivalent des ressources de trois globes.
La consommation des Finlandais, leur empreinte écologique, s’élève à 6,2 hectares globaux (hag) par personne. La capacité du pays est de 12,2 hag, mais la Terre en moyenne propose une capacité de 1,8 hag par personne, ce qui fait que la consommation finlandaise dépasse largement ce qui serait un niveau durable. www.ym.fi

Finlande – Indonésie

Coopération dans le domaine de la formation
Demokraatti relève que la ministre de l’Education, Mme Kiuru, a négocié avec ses collègues indonésiens sur l’éventualité d’y exporter le savoir-faire finlandais dans le domaine de formation.
« Nous nous sommes mis d’accord pour entamer une coopération officielle bilatérale concernant la formation, la recherche et les innovations liés à l’éducation », dit Mme Kiuru en précisant qu’un accord devrait être signé prochainement.
Les deux pays ont souligné l’importance de l’augmentation des échanges estudiantins.
Une délégation de représentants des universités et des entreprises, ainsi qu’une délégation de fonctionnaires a suivi Mme Kiuru lors de sa visite à Jakarta.
Dem/9

Transports maritimes

Nouveaux navires, nouveaux emplois
Demokraatti relève que la situation de l’emploi des marins finlandais s’est améliorée. L’année dernière, 1211 bateaux commerciaux naviguaient sous pavillon finlandais, ce qui est 39 de plus qu’en 2011.
Selon le président de l’Union des marins, M. Zitting, la nouvelle taxe sur le tonnage a permis d’éviter les transferts de pavillon de plusieurs navires. Cela a permis d’améliorer la compétitivité des armateurs finlandais.
Le nombre de marins finlandais est toutefois en baisse. Ils sont environ 7000 actuellement.
Concernant l’entrée en vigueur de la directive sur le soufre, M. Zitting constate que de petits armateurs n’auront pas les moyens de faire les investissements nécessaires. Ceux qui investiront maintenant, pourront fonctionner à un moindre coût à compter de 2015.
Dem/8-9

Pays Baltes et nordiques – circoncision

Rencontre entre les ombudsmans pour la cause des enfants
Keskisuomalainen rend compte de la rencontre entre les ombudsmans des questions liées à l’enfance des pays nordiques et Baltes, à Jyväskylä. Les ombudsmans souhaitent fixer une limite d’âge maximale pour les circoncisions des mineurs de façon à ce que les garçons puissent prendre eux-mêmes la décision sur sa mise en œuvre.
Mme Aula, ombudsman finlandaise, estime qu’il serait irréaliste d’interdire entièrement les circoncisions du fait qu’il s’agit d’une tradition importante pour plusieurs communautés religieuses.
Les ombudsmans ont également évoqué le châtiment corporel et souhaité que les gouvernements agissent contre ce genre de violence. Malgré une législation l’interdisant dans les pays nordiques et en Lettonie, une partie des adultes l’acceptent quand même. Selon les derniers sondages, 17 % des Finlandais estiment qu’ils pourraient y recourir dans certaines situations, alors que le châtiment corporel est interdit en Finlande depuis 1984.
KS/10

Russie - minorités

« Selon le comité olympique finlandais, un sportif qui soutiendrait les homosexuels aux Jeux olympiques pourrait être renvoyé » HS
La ligne du comité olympique finlandais est claire, écrit Helsingin Sanomat. Si un sportif finlandais se colore les ongles aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole des minorités sexuelles, aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, il pourra être exclu des Jeux.
Le président du comité olympique finlandais Risto Nieminen défend l’application la plus stricte des règles de l’olympisme qui interdisent tout message politique. La question a été soulevée lors de la réunion du comité olympique finlandais.
M. Nieminen souligne qu’il ne s’agit pas d’une interdiction venant du comité olympique finlandais mais que le comité olympique finlandais ne fait que suivre les règles du mouvement olympique. « C’est bien froid pour certains mais cela a permis que les Jeux se maintiennent comme phénomène mondial et sans boycotts ».
HS

Politique intérieure

Parti conservateur

La réforme des services sociaux divise les conservateurs
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire du Parti conservateur a commencé hier sa réunion estivale à Lappeenranta. Selon M. Petteri Orpo, président du groupe, « le gouvernement doit faire preuve de sa détermination. Il ne peut pas se permettre de se retrouver dans des situations de blocage idéologique. » M. Orpo a toutefois remarqué une nouvelle volonté de coopération au sein de la coalition gouvernementale.
Les députés conservateurs ont commencé à critiquer la réforme des services sociaux. Selon la députée Pia Kauma, « il faut oublier les questions de prestige et souligner l’importance de la nation ».
M. Orpo et Mmes Henna Virkkunen et Paula Risikko, respectivement ministres des Collectivités locales et des Affaires sociales et de la Santé, soulignent que la réforme des services sociaux continuera comme prévu. Selon Mme Risikko, « un ajustement de précision sera faite à l’automne ».
HS/A13

Les conservateurs fraternisent avec le Centre
Selon Keskisuomalainen, M. Orpo a déclaré à Lappeenranta que les grandes orientations du gouvernement et de l’opposition concernant la réforme des services sociaux sont les mêmes.
Selon le quotidien, le rapprochement du Parti conservateur et du Centre augmente aujourd’hui, quand les conservateurs continuent leur réunion estivale à Mikkeli où le Centre commencera sa réunion de son propre groupe parlementaire. Les présidents des deux partis, MM. Jyrki Katainen et Juha Sipilä, y participeront à un débat commun.
HS/A9

Propos de M. Orpo sur l’emploi
Aamulehti rapporte que M. Orpo critique l’adaptation de la loi sur la procédure de la concertation (concernant les plans sociaux) dans les petites entreprises. Pour lui, la procédure ne devrait pas concerner les entreprises de moins de 40-50 employés. Depuis 2008, cette loi concerne les entreprises qui ont au moins 20 employés. M. Orpo estime que cela empêche la croissance des entreprises.
Les centrales syndicales SAK et Akava ont critiqué les idées de M. Orpo. M. Nikolas Elomaa, directeur à la SAK, souligne que, selon les syndicats, la procédure devrait concerner aussi les entreprises qui ont moins de 20 employés.
AL/A6

Privatisations

M. Vapaavuori rejette les propositions centristes
Selon Helsingin Sanomat, le ministre de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, rejette les idées centristes sur la vente des actions de l’Etat, dont celles de TeliaSonera, afin de créer un fonds pour financer les PME. Le ministre souligne que le marché du crédit pour les entreprises fonctionne bien en Finlande.
M. Vapaavuori souligne qu’il ne s’oppose à des privatisations en soi.
HS/A15

Gouvernement – Budget

100 millions d’euros pour les chômeurs
Le gouvernement a décidé d’allouer 100 millions d’euros de plus dans l’aide au retour à l’emploi car le budget actuel de 1,1 milliard d’euros pour cette année ne suffit pas à couvrir les montants de ces allocations pour les chômeurs.
Ces aides au retour à l’emploi sont destinées aux chômeurs qui ne reçoivent pas l’allocation chômage (parce qu’ils n’ont pas assez cotisé ou sont chômeurs de longue durée).
HS

Social

Le consensus diminue
Helsingin Sanomat relève que pour M. Vesa Vihriälä, directeur général de l’institut de recherche de la vie économique Etla, le système tripartite traditionnel du marché du travail finlandais est en train de perdre son pouvoir et de manière définitive. « Les entreprises ont du mal à s’engager dans des décisions prises à haut niveau. »
HS/A13

Alcool

Le ministère des Affaires sociales et de la Santé souhaite intervenir contre la consommation excessive
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié, hier, un rapport sur les moyens de diminuer la consommation totale de boissons alcoolisées des Finlandais. Le ministère souhaite notamment restreindre l’accessibilité des boissons alcoolisées, l’idée principale du rapport étant que la consommation est trop importante et que les frais engendrés pour la société devront être diminués.
L’objectif du ministère est de diminuer la consommation en dessous de 8 litres d’alcool pur par personne par an, contre 9,7 litres effectivement consommés en 2012. Le nombre de décès liés à l’alcool devrait baisser de 1900 (en 2011) à 1100 d’ici 2025.
Outre la restriction de la disponibilité de boissons alcoolisées, le ministère propose de diluer la bière et de durcir la fiscalité.
Des voix critiques estiment que les restrictions joueraient sur la rentabilité des magasins et des cafés et détériorerait ainsi la situation de l’emploi. Les restrictions augmenteraient également les importations de boissons alcoolisées (principalement de l’Estonie).
HS/A8, KS/9

Energie

Projets de bioénergie
Kauppalehti rend compte de l’élan des projets de bioénergie en Finlande. Grâce au développement de nouveaux produits et à une législation favorable, les projets avancent bien. Les investissements pourraient s’élever à des centaines de millions d’euros.
UPM est en train de construire une raffinerie à Lappeenranta et Fortum à Joensuu. Six centrales devraient voir jour en 2014 et une dizaine d’autres projets sont envisagés.
M. Fredriksson, directeur de la confédération du secteur, estime que si tous les projets sont réalisés, le domaine pourra employer des milliers de personnes.
Un mécanisme qui soutient le secteur est qu’il faudra augmenter la part des bioénergies dans les carburants à 20 % d’ici 2020. Actuellement, la part du renouvelable est de 6 %. Le marché est ainsi sécurisé.
Des subventions et des allègements fiscaux sont également prévus pour les bioénergies.
KL/6-7

Science - Culture

Heureka parmi les centres scientifiques les meilleurs au monde
Le Centre scientifique Heureka, situé à Vantaa, figure au neuvième rang des meilleurs parcs scientifiques au monde selon l’association internationale Association of science-technology Center.
HS

France - Finlande

La Nuit des arts

Champs harmonique
Hufvudstadsbladet relève, parmi la multitude d’évènements qui auront lieu ce soir à Helsinki à l’occasion de la Nuit des arts, l’expérience auditive que proposera Pierre Sauvageot du 22 au 25 août. Ce compositeur français installera à Kaivopuisto durant le Festival d’Helsinki un parcours sonore parsemé d’instruments étranges dialoguant et résonnant grâce au vent. Les visiteurs pourront déambuler librement dans le parc tout profitant d’une musique toujours changeante, émanant de 500 instruments juchés sur des piques.
HBL/22, www.ambafrance-fi.org/La-France-sur-le-devant-de-la

Gastronomie

Marché français à Turku
Turun Sanomat relève que le marché français est à Turku à Vähätori devant la bibliothèque municipale jusqu’au 26 août. Le marché est ouvert de 11h à 19h tous les jours.
TS/29

Sport

Le judo finlandais vise des médailles selon des recettes françaises
Aamulehti rapporte que le nouvel entraîneur du Judo finlandais, le médaillé olympique français Pascal Tayot, a suivi les stages d’été des judokas finlandais et espère des résultats dès les championnats du monde de Rio, la semaine prochaine.
AL

Mercredi 21 août 2013

Politique étrangère et européenne

Grèce

« M. Rehn n’exclut pas un nouveau plan d’aide à la Grèce » HS
Après les déclarations du ministre allemand des Finances, le commissaire européen à l’économie Olli Rehn a déclaré à Helsingin Sanomat que la BCE et le FMI évalueront à l’automne la situation de la Grèce et qu’il n’était pas exclu qu’un nouveau plan d’aide soit possible.
La ministre finlandaise des Finances Jutta Urpilainen a en revanche refusé de commenter ces déclarations.
HS

ONU - Pays nordiques

Analyse : les pays nordiques vont disparaitre des organes-clé de l’ONU
Helsingin Sanomat relève que selon l’analyse de Kari Huhta, après la défaite à l’automne dernier de la Finlande pour un siège tournant au conseil de sécurité, et celle de la Suède au comité des droits de l’homme de l’ONU, les pays nordiques ne veulent plus organiser des campagnes de candidature à l’ONU s’ils sont sûrs de perdre. La Suède serait en train de réfléchir de ne pas présenter, à son tour, sa candidature pour le conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2017-2018.
La Finlande a déjà décidé de ne pas présenter à sa candidature pour le conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2015. Selon M. Tuomioja, il n’était pas intéressant de s’y présenter.
Tout cela a été précédé par les campagnes malchanceuses de la Finlande et de la Suède pour les organes de l’ONU, la Finlande pour le conseil de sécurité et la Suède pour le conseil des droits de l’homme.
Actuellement, le ministère suédois des affaires étrangères réfléchit à la perspective que la Suède soit candidate pour le prochain poste au conseil de sécurité. Selon les spéculations officieuses, le ministre suédois des Affaires étrangères, M. Carl Bildt, ne souhaite pas faire campagne pendant deux ans dans les pays lointains sans être sûr d’avoir du succès au vote pour un siège au conseil de sécurité pour deux ans.
Selon le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja, les autres pays nordiques ont souligné à la Suède qu’elle devait annoncer ses intentions au plus tard en septembre. « Cela pose la question de savoir si, comme jusqu’à présent, les pays nordiques sont candidats une fois sur deux ou s’il faut espacer nos candidatures, ce qui semble être déjà devenu une réalité », déclare M. Tuomioja. Selon lui, la coopération nordique dans les campagnes onusiennes ne sera pas abandonnée. En septembre, les pays nordiques pourraient se mettre d’accord pour diminuer le nombre de candidatures.
Les conséquences des revers et des tergiversations des pays nordiques sont qu’ils seront moins présents dans les compositions des organes centraux des nations-Unis pour toute la décennie, conclut HS.
HS/A11

Cyber-surveillance

Editorial : « Le sale travail des Britanniques » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat critique la décision britannique d’arrêter le compagnon du journaliste américain qui avait révélé les écoutes. Selon l’éditorialiste, « les Britanniques ont le droit de veiller au respect de leurs lois. Mais leurs agissements laissent plutôt l’impression qu’ils veillent aussi au respect des réglementations américaines », estime HS.
HS

Russie – Minorités sexuelles

Editoriaux
« Une faute de jugement de M. Arhinmäki » Kaleva
« Le coup médiatique de M. Arhinmäki » TS
Les éditorialistes de Turun Sanomat et Kaleva critiquent le geste du ministre de la Culture qui a agité un drapeau arc en ciel dans la tribune officielle aux Championnats du monde d’athlétisme à Moscou.
TS Kaleva

Patria – Slovénie

Le procès commence aujourd’hui
Le procès concernant le soupçon de corruption dans le commerce de chars entre le fabriquant Patria et la Slovénie commence aujourd’hui. Le procureur requiert des peines contre cinq représentants de l’époque du groupe Patria.
KS/9

Politique intérieure

Gouvernement – Budget - Social

« Les partenaires sociaux inquiets pour le pouvoir d’achat » HS
« Des décisions importantes en vue » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat Juha Akkanen rappelle que des échéances importantes approchent pour les dirigeants finlandais : lundi 26 août le Premier ministre organise un séminaire économique à Heureka et mercredi 28 le gouvernement se réunit pour décider des arbitrages budgétaires et boucler le projet de budget.
Dans le même temps, les partenaires sociaux évaluent s’ils entament des négociations pour un accord salarial. Il serait possible que dès jeudi on sache si ces négociations vont commencer ou seront abandonnées (au profit de conventions salariales de branches). Pour M. Akkanen, il semble aujourd’hui qu’un accord salarial global soit plus probable qu’improbable. Il rappelle aussi qu’une fois lancées, des négociations au niveau des centrales syndicales mènent presqu’immanquablement à un accord.
M. Akkanen estime qu’entre les décisions budgétaires du gouvernement et l’accord salarial, c’est un peu comme entre la poule et l’œuf : on ne sait pas lequel doit précéder l’autre. Le gouvernement voudrait être sûr d’un accord salarial pour boucler son budget 2014 et, au besoin y inclure des incitations fiscales. Les partenaires sociaux voudraient être certains de ces incitations fiscales pour négocier un accord salarial.
Helsingin Sanomat estime qu’il est probable que le gouvernement va proposer aux partenaires sociaux des allègements fiscaux sous la forme de relèvement des barèmes de l’impôt sur le revenu afin de renforcer le pouvoir d’achat. On estime qu’en l’absence de tels relèvements, l’impôt sur le revenu devrait grever le pouvoir d‘achat de 0,8% en 2014. Le gel de ces barèmes cette année devrait permettre à l’Etat d’obtenir 340 millions d’euros de rentrées fiscales en plus.
Mais les exigences principales du patronat de l’industrie concernent surtout la possibilité pour le gouvernement de compenser l’augmentation du coût des transports. L’industrie exige ainsi une diminution voire une disparition des droits pour le transport maritime et des allègements de la fiscalité énergétique.
HS

Energie

« La Finlande modifie discrètement sa politique énergétique concernant le gaz » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat relève que le gouvernement finlandais négocie actuellement l’augmentation de sa participation au capital de Gasum (société qui gère les gazoducs finlandais). En effet, E.ON qui se désengage de Finlande a annoncé qu’il vendait sa participation d’un cinquième dans le capital de Gasum.
L’éditorialiste estime qu’il est logique qu’à terme l’entreprise soit possédée par l’Etat et les fonds de pension. En effet, Fortum et Gazprom qui possèdent respectivement 31% et 25% de Gasum devront bientôt revendre ces participations lorsque prendra fin l’exception permettant en Finlande aux entreprises énergétiques de posséder les réseaux de gazoducs.
HS

Alliance des gauches

M. Arhinmäki rejette les revendications du patronat de l’industrie exportatrice
Selon Aamulehti, les députés et ministres de l’Alliance des gauches se sont réunis à Pori. Le président du parti, M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture, a critiqué ardemment les revendications de l’industrie exportatrice pour baisser les impôts.
M. Arhinmäki défend le système d’aides aux étudiants. « Les décisions sur les aides ont déjà été prises au printemps. Les aides sont importantes, parce qu’elles accélèrent les études. »
AL/A6, HS/A12

Alliance verte

Les Verts favorables à l’augmentation de l’âge de départ à la retraite
Helsingin Sanomat relève que le groupe parlementaire de l’Alliance verte, réuni à Lahti, souhaite que le PSD abandonne sa promesse électorale et accepte la hausse de l’âge de départ à la retraite.
Selon M. Oras Tynkkynen, président du groupe parlementaire, « plusieurs députés sociaux-démocrates ont admis en privé qu’on devrait augmenter l’âge de la retraite et ils pourraient le dire aussi à voix haute ».
HS/A9

Emploi

Le taux de chômage est en baisse à 6,6 %
Augmentation du chômage selon le ministère
Les chiffres du Centre national d’études statistiques montrent une amélioration de la situation d’emploi. Par rapport à 6,9 % il y a un an, le taux de chômage s’élève maintenant à 6,6 %. Selon le ministère de l’Emploi et de l’Economie, le nombre de chômeurs s’élève toutefois à 319 000, ce qui est 43 000 de plus qu’en juillet y a un an. Par rapport à juin 2013, il y a 17 000 chômeurs de plus.
La façon de tenir compte des chômeurs du Centre d’études statistiques et du ministère est très différente. Le Centre d’études statistiques ne tient compte que des personnes qui cherchent activement du travail. En effet, les statistiques concernant les personnes en dehors de la main d’œuvre montrent une augmentation depuis juillet 2012.
Le ministre de l’Emploi, M. Ihalainen, estime qu’il n’y a pas lieu d’être trop optimiste concernant l’évolution de l’emploi. Pour lui, les chiffres du ministère sont plus réalistes que ceux du Centre national d’études statistiques. Il se fait du souci surtout pour l’augmentation du chômage de longue durée. « Il y a 75 000 personnes qui sont au chômage depuis plus d’un an. 110 000 de l’ensemble des chômeurs ont plus de 50 ans. » Une bonne nouvelle est que les périodes de chômage des moins de 25 ans sont courtes, en moyenne 11 semaines.
Selon le ministère il y avait aussi 28 000 personnes en chômage technique en juillet, ce qui est 8000 de plus qu’en juillet 2012. Selon des préavis, il est possible que 5600 personnes soient mises à pied dans un avenir proche : cette prévision est toutefois inférieure à celle d’il y a un an.
Le nombre de nouveaux emplois cette année est inférieur à celui de juillet 2012. Au total, il y avait 51 700 emplois vacants en juillet, ce qui est 2900 de moins qu’il y a un an.
Le ministère rappelle que les chiffres du Centre national d’études statistiques, qui sont internationalement comparables, sont les chiffres officiels.
KS/11, www.tem.fi

Tieto supprimera 135 emplois
Tieto, groupe de technologies informatiques, entamera les négociations pour le licenciement de 135 employés en Finlande et autant en Suède, Chine et Pologne ensemble.
KS/11

Sandvik pourrait licencier 200 personnes
Sandvik, groupe de construction mécanique du domaine minier, est en train de négocier pour la suppression éventuelle de 200 emplois. A la fin 2012, ce groupe suédois employait 1900 personnes en Finlande.
HS

Législation

Liste de lois inutiles
Helsingin Sanomat rapporte que deux députés conservateurs, Mme Sanni Grahn-Laaksonen et M. Lasse Männikkö, ont rédigé une liste de 46 lois inutiles pour susciter un débat sur la législation. Ils estiment qu’au lieu de légiférer sans arrêt, l’Etat devrait également être capable d’abroger des lois.
M. Matti Wiberg, professeur en sciences politiques à l’université de Turku, souligne qu’il s’agit d’une initiative importante.
HS/A12

Mardi 20 août 2013

Politique étrangère et européenne

Elections européennes

« La candidature de M. Rehn ne retire rien à la Finlande » HS
« M. Rehn est un bon tacticien » KL
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que si les Libéraux européens souhaitent M. Rehn comme tête de liste cela ne peut qu’être positif pour la Finlande et ne devrait pas avoir d‘effet sur la stratégie du parti conservateur qui choisira le prochain commissaire, qu’il soit M. Katainen ou M. Stubb. L’éditorialiste conclut en relevant que, dans les nominations européennes, ce sont rarement les candidats les premiers sortis du bois qui sont finalement choisis.
Pour l’éditorialiste de Kauppalehti, il est vrai que le choix de M. Rehn comme tête de liste de l’ALDE pourrait affaiblir les chances du prochain commissaire européen d’avoir un portefeuille important. Néanmoins, M. Rehn est un fin tacticien et aurait donc pu par ces déclarations chercher à obtenir un bon poste pour après 2014, soit en Europe, soit en Finlande, par exemple à la banque centrale.
HS

Egypte

Selon Mme Hautala il faut interrompre les aides de l’UE au gouvernement égyptien
La Ministre finlandaise au développement Mme Heidi Hautala (Verts) estime qu’il faut arrêter les aides de l’UE au gouvernement égyptien, sans toutefois que cela détériore la situation des plus pauvres.
« Il est clair que condamner la violence amène à réévaluer l’aide au développement. La position de la Finlande est qu’il faut interrompre l’aide de l’UE au gouvernement égyptien ou à ses proches. Dans le même temps, il faut s’assurer que l’arrêt ides ne va pas détériorer la situation des plus faibles. Il est aussi important que l’UE continue à soutenir la société civile », déclare la ministre dans un communiqué.
Cette année, la Finlande a accordé 1,9 million d’euros d’aide au développement destiné à l’Egypte. « Notre coopération en Egypte et en Afrique du Nord vise à promouvoir les femmes et la société civile. Dans la situation actuelle, la question des femmes est encore plus risquée et la poursuite de notre aide plus importante. Nous allons toutefois suivre de près l’évolution de la situation », déclare la ministre qui précise que la Finlande ne soutient le gouvernement égyptien par aucun programme bilatéral.
Uusisuomi

Libye

Opération de sécurité frontalière de l’UE
M. Antti Hartikainen, ancien directeur des Douanes, dirige l’opération de l’UE concernant la sécurité frontalière de Libye (EUBAM Libya). Des formations ont été proposées à des employés locaux. Actuellement, 30 personnes travaillent pour l’opération qui devra démarrer pleinement à la fin 2013-début 2014. Elle emploiera alors 160 personnes, dont 50 locaux.
M. Hartikainen relève qu’il y a un cercle vicieux de la violence en Libye. Le travail avance très lentement et la prise de décision est difficile, car la bureaucratie du temps de Kadhafi est toujours en place.
M. Hartikainen estime que la situation en matière de sécurité des pays de la région est extrêmement instable. Les troubles et les défauts dans la surveillance frontalière augmentent la menace de terrorisme pour l’UE.
Concernant la Libye, il note que c’est un pays riche ce qui fait que les partenaires européens peuvent se concentrer pour conseiller et proposer une formation.
HS/A22, KS/9

Cyber-surveillance

« Le savoir-faire suédois en la matière intéresse les Etats-Unis » HS
Helsingin Sanomat relève qu’outre le cleantech, la Suède s’efforce de mettre en avant ses connaissances en matière de cyber-sécurité. Selon M. Limnéll de Stonesoft, groupe de sécurité informatique, la Suède souhaite se présenter en tant que pays d’avant-garde dans la cyber-sécurité. Le thème se trouve sur l’agenda politique du pays.
HS note que les communications informatiques de la Finlande vers l’étranger passent presque toutes par la Suède, dont la législation permet de surveiller le flux informatique qui dépasse les frontières du pays.
A la question de savoir si cette législation et le fait qu’un serveur de Facebook a été ouvert en Suède en juin font de la Suède un partenaire politiquement intéressant pour la direction ou le renseignement des Etats-Unis, M. Limnéll constate que, dans tous les cas, augmenter la coopération avec un tel pays est intéressant.
M. Limnéll note que si le moteur de recherche Yandex, « Google russe », décide d’installer un serveur en Finlande, cela pourrait augmenter l’intérêt porté à la Finlande de certains pays.
M. Limnéll est convaincu que la cyber-sécurité et l’espionnage en ligne seront évoqués avec le Président Obama lors de sa visite en Suède. Il rappelle que les questions liées aux cyber-attaques, à la cyber-défense et au cyber-renseignement ont été à l’ordre du jour des rencontres internationales des dirigeants politiques, ces derniers temps.
HS/A20-21

Russie – transports

Convention TIR
Les douanes russes sont sorties de la convention de transport international routier (TIR). Helsingin Sanomat estime que le différend entre les douanes russes et les compagnies de transports russes sur les droits de douanes pourrait être évoqué lors de la rencontre entre les Présidents Niinistö et Poutine en septembre.
Le différend qui relève de la politique intérieure du pays pourrait avoir des conséquences sur le commerce entre la Russie et la Finlande et engendrer des files d’attente de camions à la frontière.
Les organisations de la vie économique finlandaise et des pays Baltes ont fait appel aux commissaires européens afin de faire pression sur la Russie pour résoudre le problème.
HS/A25

Editorial : « La Russie menace de compliquer les importations de marchandises » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la décision russe pourrait avoir des conséquences importantes sur les exportations finlandaises vers la Russie ainsi que sur les transports de transit. En tout cas, les transports d’exportations reviendraient plus chers avec toutes les nouvelles modalités et on connaîtrait des bouchons à la frontière. Les transports de transit pourraient se tarir, ce qui toucherait le plus le port de Hamina-Kotka.
L’éditorialiste souhaite que le différend puisse être négocié entre les acteurs russes afin que les tiers ne soient pas punis.
L’éditorialiste rappelle que l’adhésion de la Russie à l’OMC diminuera ses recettes en matière de droits de douanes. Il n’est pas exclu que la Russie souhaite attirer des transports de transit des ports de Finlande vers Saint-Pétersbourg.
HS/A5

Russie – Minorités sexuelles

M. Arhinmäki défend sa protestation aux Championnats du monde
Helsingin Sanomat rapporte que M. Arhinmäki, ministre de la Culture et des Sports, président de l’Alliance des gauches, a agité un drapeau de couleur arc-en-ciel samedi dans la loge des invités aux Championnats du monde d’athlétisme à Moscou. « Il est important qu’aussi les politiciens montrent leur solidarité à l’égard de ceux qui ont des difficultés avec la législation. Il ne faut jamais négliger les violations des droits de l’homme », a déclaré M. Arhinmäki.
Avant sa protestation, M. Arhinmäki a évoqué les droits de l’homme des homosexuels avec le ministre russe des sports, M. Vitali Mutko, sans le prévenir de ses intentions.
L’ambassadeur de Finlande à Moscou, M. Hannu Himanen, qui n’était pas informé du geste de M. Arhinmäki, était dans la loge avec le ministre. Selon M. Himanen, la situation n’a pas été gênante et l’ambassade de Finlande n’a reçu aucune réaction des russes.
M. Juha Väätäinen, député des Vrais Finlandais et ancien athlète, critique le ministre : « Son action a été provocatrice et arrogante. En tant que ministre des Sports invité il représentait l’Etat finlandais. »
Selon le conseiller du ministre, M. Jussi Saramo, qui a fait des photos à cette occasion, il faut évoquer la question en vue des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi.
M. Arhinmäki dit avoir reçu beaucoup de remerciements pour son geste, de la Finlande et de l’étranger. Il a également reçu beaucoup de messages hostiles et homophobes.
HS/A10

Une organisation des homosexuels russes remercie le ministre pour son soutien
Selon Aamulehti, Mme Polina Andriakova, représentante de l’organisation russe Coming Out, remercie M. Arhinmäki pour son geste. « Tout le soutien est important et nous sommes reconnaissants de la solidarité. »
AL/A10

Des ballons de couleur arc-en-ciel aussi devant le consulat général de Russie à Turku
Selon Turun Sanomat, un bouquet de ballons de couleur arc-en-ciel a été attaché à la clôture du consulat général de Russie à Turku lundi matin. Il s’agirait d’une protestation contre la loi russe limitant les droits des homosexuels.
Le consul général russe, M. Alexander B. Svertchikov, a annoncé au quotidien que « les ballons ont été enlevés. Nous ne voulons aucunement commenter cette protestation. »
Selon le commissaire Kai Loukkaanhuhta du commissariat de police du Turku, la police n’a pas été sollicitée pour surveiller le consulat général.
Selon le chef de la police ålandaise, M. Teijo Ristola, la surveillance policière du consulat russe à Mariehamn aux iles Åland a été arrêtée.
TS/6

Politique intérieure

Parti des chrétiens-démocrates

Mme Räsänen sera réélue au congrès du parti
Helsingin Sanomat relève que les Chrétiens-démocrates se réuniront pour le congrès de leur parti les 30 et 31 août à Hämeenlinna. Mme Päivi Räsänen, présidente du parti, ministre de l’Intérieur, sera réélue parce qu’il n’y aura pas d’autre candidat pour la présidence. Il y a cinq candidats pour la vice-présidence.
HS/A9

Vrais Finlandais

Propos de M. Hakkarainen sur les musulmans
Selon Helsingin Sanomat, M. Teuvo Hakkarainen, député des Vrais Finlandais, écrit sur son site que les futurs immigrés sont « une charge financière » pour la société finlandaise.
Selon son interprétation, les immigrés musulmans attendent d’être appelés à la guerre sainte, le jihad. Selon M. Hakkarainen, on tait les crimes commis par les musulmans.
M. Hakkarainen a souvent suscité l’attention par ses déclarations. Son groupe parlementaire lui a donné un avertissement en 2011. M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, n’a pas répondu à la demande de HS pour une interview.
Selon le médiateur des minorités, Mme Eva Biaudet, le procureur de l’Etat évalue le texte de M. Hakkarainen pour savoir si ses propos incitent à la haine contre un groupe ethnique.
HS/A9

Permis de conduire

Problèmes dans des permis de conduire délivrés
Helsingin Sanomat relève que selon Trafi, l’agence nationale de la sécurité routière, il y a eu, cette année, une vingtaine de cas de problèmes dans les permis de conduire délivrés. HS prend l’exemple d’un Finlandais qui a obtenu, par courrier, un permis de conduire à son nom mais avec la photo et la signature d’une femme inconnue.
Selon Trafi, les problèmes sont dus au nouveau système informatique.
HS/A9

Social

Toujours pas d’accord salarial en vue
Les représentants des partenaires sociaux interrogés par STT affirment qu’ils évaluent actuellement la situation afin de savoir si les conditions sont requises pour entamer des négociations en vue d’un accord salarial.
Selon le directeur du patronat Jyrki Hâkämies, on ne peut pas estimer actuellement que les conditions pour entamer des négociations existent.
Selon le directeur du syndicat des employés STTK, M. Mikko Mäenpää, les deux parties souhaitent savoir précisément de quel accord il pourrait s’agir.
Selon STT, les négociations du gouvernement sur les arbitrages budgétaires, en fin de semaine prochaine ne constitueraient pas une échéance pour d’éventuelles négociations salariales.
KS

Bâtiment

Destia aura bientôt un repreneur
L’Etat finlandais devrait bientôt vendre sa société de BTP Destia. « Une banque d’investissement finlandaise a été chargée de définir la valeur de l’entreprise Destia, déclare le conseiller Arto Honakinienmi qui précise que le Parlement a donné son accord à cette vente qui devrait rapporter de 150 à 200 millions d’euros à l’Etat.
Destia pourrait intéresser des groupes étrangers, selon lui.
KL

Plus d’étrangers dans le bâtiment que ce que l’on croyait
Depuis mars il est obligatoire pour tout étranger travaillant pour le bâtiment en Finlande de s’inscrire auprès de l’administration fiscale pour obtenir un numéro. Alors que l’on croyait jusqu’à présent que seulement 25 000 étrangers travailleraient dans le secteur, il s’est avéré qu’ils sont en réalité plus de 53 000.
Dem

Santé

Le coût du diabète augmente
Le nombre de diabétiques a augmenté d’environ 20% durant les cinq dernières années. Ils sont aujourd’hui plus de 330 000. Dans le même temps, le co^put de remboursement des médicaments par la sécurité sociale a augmenté de 60% et devrait atteindre plus de 200 000 euros cette année. Cela représente plus de 13% des remboursements de médicaments par la sécurité sociale finlandaise pour qui il s’agit donc du premier poste de dépenses.
KS

France - Finlande

Festival de Turku

Nathalie Dessay
Hufvudstadsbladet a publié une bonne critique de la représentation de la soprane française.
Hbl

Festival de Helsinki

Champ harmonique
Helsingin Sanomat présente l’installation Champ harmonique que présentera le compositeur Pierre Sauvageot à l’occasion de la nuit des arts, jeudi.
HS

James Thiérrée
Demokraatti publie une excellente critique du spectacle de James Thiérrée.
Dem

Lundi 19 août 2013

Politique étrangère et européenne

Elections européennes

M. Rehn tête de liste des libéraux ?
« M. Rehn vise un haut poste européen » HS
« M. Rehn intéressé par un haut poste européen » HS
« M. Rehn va-t-il gêner le parti conservateur ? » HS
Le Commissaire à l’Economie Olli Rehn, de passage en Finlande, a déclaré à Helsingin Sanomat que « l’on discutait actuellement dans les cercles des libéraux européens à la tête de liste au niveau européen pour les prochaines élections européennes. Pour ma part, je continue à être intéressé par des postes en Europe si ma popularité me le permet. Je suis donc prêt à envisager d’être candidat pour la campagne des Libéraux européens, si j’ai suffisamment de soutiens. » « Je suis un centriste libéral et je serais fort honoré », d’être choisi pour diriger la campagne européenne des Libéraux, a-t-il aussi déclaré. Il a donc l’intention cet automne de voir s’il jouit de suffisamment de soutiens au niveau européens pour briguer ce poste où ses concurrents pourraient être l’Allemand Guido Westerwelle, le Belge Verhofstadt ou le Danois Rasmussen.
Helsingin Sanomat relève qu’en Finlande les élus européens du Centre et du parti populaire suédois siègent parmi les libéraux au niveau européen. Tous deux ont commenté de manière positive la possible candidature de M. Rehn (Centre) pour prendre la tête de la liste des Libéraux européens pour les prochaines élections européennes.
Dans son analyse, le chef du service politique d’Helsingin Sanomat, M. Marko Junkari estime que la possible candidature de M. Rehn comme tête des listes des Libéraux européens pourrait gêner le parti conservateur qui a déjà préempté le prochain poste de Commissaire finlandais. En effet, les Libéraux étant le troisième groupe politique en Europe, leur chef de file ne manquerait pas de se voir proposer un haut poste européen après les élections, ce qui pourrait nuire aux ambitions du parti conservateur, et peut-être du Premier ministre Katainen lui-même, concernant un portefeuille important à la Commission européenne.
M. Junkari estime qu’en cas de bon résultat aux élections européennes, M. Rehn pourrait viser soit la présidence du Parlement européen soit le futur poste de président de l’eurogroupe.
HS

Finlande – Russie

Travaux aux postes-frontières
Helsingin Sanomat présente les travaux importants aux postes-frontières finno-russes. Dans la perspective d’un doublement des passages à la frontière dans les dix années à venir, la Finlande modernise et agrandit ses postes-frontières.
Le quotidien rappelle que depuis le début de l’année, ce sont en moyenne quotidiennement 30 000 personnes qui ont passé la frontière orientale de la Finlande.
HS

Le train remplace l’avion
Helsingin Sanomat raporte que la compagnie russe de transport aérien Rossija a mis fin à ses connexions entre Helsinki et Saint-Petersbourg
La ligne de train à grande vitesse Allegro a en effet mis à mal la rentabilité du transport aérien.
Depuis le début de l’année on note une diminution de 9% du transport aérien entre la Finlande et la Russie contre une augmentation de 20% (et même 30% pour les trains Allegro) du transport ferroviaire de passagers.
HS

Diplomatie

La police a renforcé la surveillance du consulat de Russie à Mariehamn
Selon Turun Sanomat, la police ålandaise a décidé de renforcer du consul de Russie à Mariehamn parce que des ballons de couleur d’arc-en-ciel avaient été attachés à la clôture du consulat la semaine dernière pour protester contre la loi russe limitant les droits des homosexuels.
TS/sam/4

Energie nucléaire

Le Parlement soutient toujours le projet de Fennovoima
Tekniikka & talous, magazine économique, relève que pour les députés, la participation du groupe russe Rosatom ne change pas les attitudes à l’égard du projet de construction d’un réacteur nucléaire de Fennovoima.
Selon T&T, plusieurs députés souhaitent toutefois obtenir plus d’information sur l’effet qu’aurait la participation des Russes.
40 % soit 45 des 112 députés ayant répondu au sondage de T&T voteraient en faveur de l’autorisation de principe pour Fennovoima, s’il était question d’organiser un nouveau vote. 26 députés voteraient contre.
31 députés souhaiteraient avoir plus d’information en la matière et 14 ne se prononcent pas.
En effet, un réacteur de Rosatom n’est pas mentionné comme une option dans l’autorisation de principe accordée à Fennovoima.
40 % des 112 députés ayant répondu estiment que la participation de Roratom ne mérite pas d’être évoquée au Parlement, alors que 27 députés souhaitent une nouvelle étude. Plusieurs députés estiment que les changements sont des questions purement juridiques qui ne relèvent pas de la politique ni de la sécurité.
www.tekniikkatalous.fi

Innovation

Kone, 37ème groupe en terme d’innovation
Le groupe finlandais Kone arrive désormais au 37ème rang du classement Forbes pour l’innovation. Il n’était que 42ème l’année dernière ;
C’est le seul groupe finlandais dans les cent premiers.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

Selon un sondage, les Finlandais préfèreraient une coalition gouvernementale du Centre et du PSD
A la lumière d’un sondage effectué pour le compte du tabloïd Iltalehti, les Finlandais préfèreraient une coalition gouvernementale entre le Centre et le PSD. 23 % des personnes interrogées y sont favorables, tandis que 18 % préfèrent un gouvernement de centre-droit entre le Parti conservateur et le Centre. 15 % sont favorables à une coalition bleu-rouge du Parti conservateur et du PSD et 13 % veulent un gouvernement du centre et des Vrais Finlandais.
AL/dim/A7

Privatisations

Mme Hautala souhaite privatiser Altia
Turun Sanomat rapporte que Mme Heidi Hautala, ministre du Développement, chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, s’est exprimée vendredi lors de la réunion du groupe parlementaire de l’Alliance verte à Raasepori, en faveur de la privatisation d’Altia, monopole de production d’alcool de l’Etat.
« Je souhaite que le gouvernement prenne des décisions dès cet automne, sans blocages idéologiques », a dit Mme Hautala.
Le député social-démocrate Jouko Skinnari lui a répondu immédiatement par un communiqué. Pour M. Skinnari, la privatisation d’Altia est hors de question. « Cela serait trop dangereux pour la santé des Finlandais mais aussi ce sont des affaires trop avantageuses pour être transmises à une entreprise privée. »
TS/sam/8

M. Sipilä favorable à la privatisation de TeliaSonera
Helsingin Sanomat relève que la proposition du président du Parti du centre, M. Juha Sipilä, de privatiser TeliaSonera afin de créer un fonds de croissance ne suscite pas d’enthousiasme parmi les partis du gouvernement. M. Sipilä estime que les actions de TeliaSonera ne sont plus stratégiques pour l’Etat finlandais, qui possède des actions de l’entreprise finno-suédoise pour 2,7 milliards d’euros.
Pour le vice-président du groupe parlementaire du Parti conservateur, M. Arti Satonen, « TeliaSonera n’est pas un investissement stratégique mais une source importante de revenus de dividendes ».
HS/lun/A9

Parti du centre

M. Sipilä de retour après un mois de congé de maladie
Keskisuomalainen rapporte que le président du Parti du centre, M. Juha Sipilä, a annoncé dimanche avoir terminé son congé de maladie et être parfaitement en forme pour travailler. M. Sipilä a été hospitalisé à la mi-juillet en raison d’une embolie pulmonaire.
Pour M. Sipilä, la question politique essentielle de l’automne est la création de nouveaux emplois. On ne peut pas résoudre les problèmes économiques sans des réformes structurelles, souligne-t-il.
KS/lun/3

Budget

Fiscalité des dividendes
Au printemps, le gouvernement a décidé de modifier la fiscalité des dividendes de façon à ce que ceux issus des entreprises non cotées en bourse soient considérés comme des revenus de capitaux à hauteur de 85 %. Il est aujourd’hui question de faire l’inverse et de les considérer comme des revenus salariaux à hauteur de 85 %, ce qui signifie un taux fiscal plus important.
La proposition d’origine a été critiquée pour favoriser fortement les actionnaires des groupes prospères non cotés en bourse.
Ce nouveau modèle a été présenté, mardi dernier, lors du comité interministériel de politique économique.
HS/dim/A8

Réformes structurelles

Trio pour préparer les réformes structurelles
Selon les informations de Helsingin Sanomat, le paquet de réformes structurelles afin d’améliorer l’emploi, de rallonger les carrières professionnelles et de renforcer la productivité est préparé par un groupe de trois fonctionnaires du ministère des Finances (le Secrétaire d’Etat Martti Hetemäki et le sous-secrétaire d’Etat M. Jukka Pekkarinen) et du ministère de l’Emploi et de l’Economie (le Secrétaire général Erkki Virtanen).
Mme Urpilainen, ministre des Finances, souhaite que des décisions en la matière puissent être prises encore cette année. Aucun groupe de travail n’a formellement été désigné.
Le Premier ministre, M. Katainen, a dit, la semaine dernière, que des décisions pourraient être prises pour fin novembre.
La Finlande souhaite que les réformes lui permettent de maintenir son triple A.
HS/dim/A8

Selon un sondage, les Finlandais accepteraient l’augmentation de l’âge de la retraite
Selon un sondage effectué pour le journal télévisé d’Yle, les Finlandais pourraient faire des concessions dans la vie professionnelle mais non au niveau de la sécurité sociale.
Sur les dix réformes structurelles présentées, les personnes interrogées pourraient approuver que les allocations sociales ne soient plus accordées sans contreparties (65 % des personnes interrogées) et que les augmentations salariales soient au maximum de 0,5 % (55 % des personnes interrogées).
50 % acceptent l’augmentation de l’âge de la retraite à 65 ans, tandis que 49 % s’y opposent.
90 % s’opposent à la diminution des aides aux étudiants et 88 % à celle de l’allocation de garde d’enfant à domicile.
HS/lun/A23

Documents officiels

La police critiquée par le médiateur
Les demandes de passeport ou de permis de conduire sont à remplir à la police. Or, une partie des postes de police n’accepte les demandes que sur rendez-vous préalablement pris en ligne.
Le médiateur du Parlement a jugé que les postes de police devaient d’une part accepter que les citoyens viennent sans rendez-vous déposer une demande de documents officiels et d’autre part que les postes de police les informent du temps d’attente à prévoir.
HS

Ecoles –Bâtiments – Budget

« Plus d’un millier d’écoles attendent des rénovations » Dem
« Les bâtiments moisis engloutiront un tiers du budget d’investissement d’Helsinki » HS
Les bâtiments scolaires finlandais souffrent d‘importants problèmes et nécessitent des travaux importants de rénovations.
Selon l’union des communes, ce sont 25% des écoles qui sont victimes de moisissures et dégâts des eaux. Cela représente plus d’un millier de bâtiments.
Les municipalités souhaiteraient que l’Etat participe plus fortement à ces travaux. Or, dans le même temps, l’Etta a réduit ses dotations aux communes pour l’éducation.
« Les problèmes de moisissure dans les écoles constituent une catastrophe nationale. Il faudrait améliorer la qualité de la construction », a déclaré le maire d’Helsinki Jussi Pajunen qui estime que les réparations des bâtiments vont engloutir environ un tiers des 435 millions de dépenses d’investissements de la ville d’Helsinki en 2014.
HS

Enseignement des langues étrangères

Les Finlandais font beaucoup de bruit – pour les langues nationales
Helsingin Sanomat publie un article sur la dominance de l’anglais dans les études de langues étrangères à l’école. A l’école primaire, 66,3 % des élèves font de l’anglais, 4,6 % du suédois, 4,3 % du finnois (en tant que langue étrangère), 3,7 % de l’allemand et 2 % du français.
Au collège, 99,4 % des élèves font de l’anglais, 92,2 du suédois, 10,5 % de l’allemand, 5,9 % du français.
La stratégie linguistique, rédigée sous la direction du premier ministre, se concentre sur les langues nationales et recommande d’augmenter le nombre d’heures consacrées au suédois et de proposer plus de bains linguistiques. Alors que la stratégie relève qu’il est incontestable qu’il y a un besoin pour les connaissances de langues étrangères, aucune nouvelle mesure n’est proposée dans ce sens. Pour la rédactrice de l’article, les connaissances linguistiques des Finlandais sont principalement constituées par un anglais pas trop mauvais et un suédois lamentable. On ne peut pas parler d’équité ni de diversité. Seulement dans les plus grandes villes il est possible d’étudier par exemple l’espagnol ou le chinois dès l’école primaire.
En Finlande, 148 différentes langues sont parlées comme langue maternelle. La part des personnes parlant d’autres langues que le finnois ou le suédois est de 4,5 %.
HS/dim/A15

France - Finlande

Festival de Turku

Nathalie Dessay
Helsingin Sanomat et Turun Sanomat ont présenté le concert de Nathalie Dessay dans leurs éditions de samedi et publié, lundi, de bonnes critiques de la représentation de la soprane française.
HS TS

Festival de Helsinki

James Thiérrée
Helsingin Sanomat publie une excellente critique du spectacle de James Thiérrée qui s’est produit au Festival de Helsinki.
HS

Festival Week-End

David Guetta
Helsingin Sanomat publie un une bonne analyse sur le succès du festival Week-End qui a à nouveau invité l’artiste français David Guetta.
HS

Gastronomie

Le Dominique de Chez Dominique
Helsingin Sanomat publie un portrait de Dominique Rubaud, chef du restaurant Oscar à paris et ancien chef en Finlande, à l’Ambassade de France puis fondateur des restaurants Huone ja Keittiö puis Chez Dominique (deux étoiles Michelin aujourd’hui), dans les années 19090.
HS

Littérature

Sofi
Kauppalehti Optio a publié un reportage sur la romancière et dramaturge Sofi Oksanen qui a vendu autant en France qu’en Finlande (un demi-million à chaque fois).
« La France m’aime et je l’aime aussi. C’est un pays exceptionnel dans lequel on accorde aussi des prix littéraires pour la littérature étrangère », souligne-t-elle.
KL

France

Science

Iter
Helsingin Sanomat publie un reportage sur le réacteur de Cadarache qui pourrait révolutionner la production d’énergie.
HS/Sam

Nouvelles technologies

Deezer
Comme application de la semaine, Hufvudstadsbladet propose Deezer, le site de musique français qui concurrence Spotify.
Hbl

Gastronomie

Alain Passard
Kauppalehti Optio a publié un reportage sur le chef français Alain Passard, célèbre pour son restaurant L’Arpège.
KL

Vendredi 16 août 2013

Politique étrangère et européenne

Visite d’Obama en Suède

« M. Niinistö invité à rencontrer M. Obama à Stockholm » AL
« Ce sont les Etats-Unis qui ont souhaité cette réunion » HS
Le président finlandais Sauli Niinistö va rencontrer le président américain Barack Obama le 4 septembre lors de la visite de ce dernier à Stockholm. M. Niinistö est invité en compagnie des autres dirigeants nordiques à un dîner de travail.
Jeudi matin, le Premier ministre suédois Frederik Reinfeldt a présenté cette invitation aux autres pays nordiques. Si les autres pays nordiques seront représentés par un Premier ministre, la Finlande sera elle représentée par son Président Sauli Niinistö. Il a reçu avec plaisir cette invitation, rapporte Yle. « Je suis surtout intéressé par la politique étrangère », a-t-il déclaré, hier précisant que les thèmes possibles seraient le développement au niveau mondial et l’accord de libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis.
Selon le secrétariat de la présidence finlandaise, l’objectif de ce dîner de travail présidé par le premier ministre suédois Reinfeldt sera de renforcer le partenariat entre les Etats-Unis et les pays nordiques pour mieux répondre aux défis de l’avenir. Au menu des conversations seront abordés la coopération en politique internationale, la croissance économique mondiale, la promotion du développement, l’énergie propre et la lutte contre le réchauffement climatique.
« C’est le Président américain qui vient, il est donc naturel qu’un président rencontre un autre président », a-t-il précisé. Selon Helsingin Sanomat, la Suède aurait demandé en début de semaine à la Finlande et à l’Islande de lui indiquer qui du président ou du Premier ministre représenterait le pays. La participation de M. Niinistö se fonde sur l’importance accordée à la politique étrangère lors de cette rencontre. Le fait que le Premier ministre Katainen a rencontré le vice-président Joe Biden l’année dernière aurait aussi joué en la faveur de la participation du président.
M. Katainen a précisé qu’il avait discuté de la participation du représentant finlandais à cette rencontre avec le Président Niinistö lors du précédent conseil des ministres. Selon lui, il est naturel que ce soit le président finlandais qui rencontre le président américain car en Finlande, c’est le président qui dirige la politique étrangère. Il souligne toutefois qu’il n’y aura pas de changement dans la pratique concernant les rencontres avec des dirigeants étrangers : « Je rencontre aussi des présidents, comme ce fut le cas lors de ma visite au Chili », a-t-il dit.
Même si la Russie n’a pas été mentionnée comme thème possible des débats, le chercheur Charly Salonius-Pasternak estime qu’Obama souhaite entendre les points de vue des pays nordiques sur la le développement politique et militaire de la Russie. Il ne pense toutefois pas que l’on discutera directement de la question de l’asile accordé à M. Snowden.
M. Niinistö estime que « la Finlande et la Norvège ont beaucoup de coopération concrète avec la Russie, ce qui est très important. Je pense que nous en parlerons certainement ».
HS Uusisuomi Yle IS AL KS

Editorial : « Saisir l’occasion » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet estime que la rencontre entre le Président Niinistö et les autres chefs d’Etats nordiques avec le Président Obama pourrait être l’occasion d’évoquer l’espionnage des communications électroniques, mais il est peu probable que cela se fera. « C’est dommage », estime l’éditorialiste. La coopération en matière de politique étrangère et la croissance économique mondiale sont parmi les sujets à l’ordre du jour. L’éditorialiste estime que les contacts directs sont précieux et que surtout entre amis, il faudrait pouvoir évoquer des questions difficiles. Plus généralement, l’éditorialiste estime que rencontrer le Président Obama ensemble avec les autres chefs d’Etats nordiques est la meilleure occasion hormis une rencontre bilatérale. HBL/12

Finlande – Russie

Transports
Kauppalehti relève que selon M. Häkämies, directeur général du patronat EK, la décision russe de sortir de la convention de transport international routier (TIR) est très inquiétante du point de vue des exportations russes. Pour lui, elle menace également le statut de la Finlande en tant que pays de transit et pourrait avoir des conséquences radicales.
Selon l’association des transports et de la logistique, SKAL, la sortie de la Russie compliquerait les modalités frontalières, engendrait des bouchons et des frais supplémentaires pour les entrepreneurs du secteur des transports. Des transports pourraient également être transférés des ports finlandais vers des ports russes, selon M. Häkämies. Il estime d’ailleurs qu’il faudrait que la Finlande en appelle rapidement à la Russie pour revenir sur sa décision. Il souhaite également que l’UE puisse se prononcer en la matière. Pour lui, la question pourrait relever d’un accord entre les douanes.
« Il faudrait essayer d’influencer sur cette décision à tous les niveaux y compris celui des dirigeants politiques », dit M. Häkämies.
KL/A6-7

Egypte – aide au développement

Propos de M. Tuomioja
Hufvudstadsbladet a interrogé le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, qui relève que la Finlande n’envisage pas de couper son aide au développement à l’Egypte.
Selon HBL, le Danemark et la Norvège envisagent de revoir leurs crédits au développement à l’Egypte. M. Tuomioja relève que la Finlande coopère surtout avec des organisations non gouvernementales et qu’il ne s’agit pas de faire comme ces deux autres pays nordiques.
Selon lui, la Finlande poursuivra les coopérations, mais n’envisage pas d’envoyer plus d’experts en Egypte en raison de la situation dans le pays.
Pour le moment, la Finlande ne verse aucune aide directe à l’Egypte, mais elle y contribue à travers la Banque mondiale et l’UE. Aucun commerce d’armes n’est actuellement en cours entre la Finlande et l’Egypte, selon le ministre. Une autorisation ne serait pas accordée dans le contexte actuel, s’il en était question, dit-il. Le commerce dans les autres secteurs continue comme avant, mais il est marginal.
M. Tuomioja relève que le gouvernement n’a pas évoqué l’éventualité de sanctions contre l’Egypte. Personnellement, il souhaite que l’on n’ait pas besoin d’y recourir, car, à la fin, les sanctions toucheraient des Egyptiens ordinaires. « Mais il est clair que cette option existe si la situation se transforme en une guerre civile », dit-il.
HBL/9

Tourisme – les agences de voyages finlandaises rapatrient leurs client d’Egypte
Le ministère des Affaires étrangères a étendu son avertissement aux voyageurs de façon à ce qu’il concerne également les destinations touristiques. Ainsi, les agences de voyages finlandaises annulent leurs voyages en Egypte d’ici début octobre et rapatrient, au plus tard lundi, les quelques deux cent touristes actuellement en Egypte.
Selon M. Turunen, chef des services consulaires du ministère, les touristes ne courent pas de risque immédiat à Hourghada. Outre les touristes, environ 300 Finlandais séjournent en Egypte.
AL/A5, HS/A20

Proche-Orient

Point de vue : « Il faut relancer les négociations sur le Proche-Orient » HS
L’ambassadeur Risto Veltheim signe une tribune dans Helsingin Sanomat pour commenter les tentatives de relancer les négociations sur le Proche-Orient (et répondre à l’éditorialiste du Helsingin Sanomat qui avait fermement critiqué la coopération euro-méditerranéenne depuis 40 ans). M. Veltheim souligne que le principal obstacle à la coopération euro-méditerranéenne a été le conflit au Proche-Orient. « C’est pourquoi la relance des négociations au Proche-Orient, et l’espoir d’un Etat palestinien sont importants non seulement pour les belligérants mais aussi pour l’ensemble de la coopération dans la région de la méditerranée.
HS

Euro

Critiques contre la monnaie unique » HS
Helsingin Sanomat rapporte les critiques exprimées par le professeur d‘économie de l’université d’Helsinki Vesa Kanniainen contre l’euro. Selon lui, si l’euro n’existait pas et que la question d’une monnaie unique se posait aujourd’hui, il est clair que l’on renoncerait à l’établir. Selon lui, l’euro est responsable de la crise actuelle.
Il estime que pour un pays comme la Finlande il serait plus judicieux de disposer d’une monnaie flottante et pense que la Suède a eu la chance de conserver la couronne.
HS

Politique intérieure

Audience des partis politiques

« Les Finlandais ne veulent plus révéler le parti politique pour lequel ils votent » HS
« Le Centre en tête, les Vrais Finlandais à égalité avec les conservateurs » HS
Helsingin Sanomat rapporte qu’à la lumière des résultats d’un sondage effectué pour le compte du quotidien par l’institut TNS Gallup, il est clair que de plus de plus souvent les Finlandais ne savent ou ne veulent pas exprimer le parti pour lequel ils souhaiteraient voter.
Lors de ce sondage, effectué entre le 10 juillet et le 9 août auprès de 2 442 Finlandais, 36 % des personnes interrogées ont choisi l’opinion « ne se prononce pas », le score le plus élevé depuis janvier 2011.
Selon ce sondage, le Parti du centre est en tête avec un score de 21,9 %, suivi du parti conservateur et des Vrais Finlandais, qui ont obtenu tous deux une audience de 18,7 %. Le PSD arrive quatrième avec 16,3 %.
L’Alliance verte a une audience de 8,2 %, l’Alliance des gauches 7,3 %, le Parti suédois 4,2 % et les Chrétiens-démocrates 3,5 %.
Pour le politologue Ville Pernaa de l’université de Turku, il est possible que cela explique le mécontentement des électeurs à l’égard du gouvernement. « Le gouvernement n’a peut-être pas su répondre aux attentes des gens qui sont en train de réévaluer leur choix de parti politique. »
M. Pernaa estime toutefois que l’intérêt vis-à-vis de la politique reste à un niveau élevé.
Le secrétaire général du Centre, M. Timo Laaninen prévoit des transferts importants dans les audiences aux prochaines élections. Pour lui, cela s’explique par cette coalition gouvernementale qui inclut les extrêmes de la politique finlandaise.
Mme Taru Tujunen, secrétaire générale du Parti conservateur, estime que l’importance de la prise de position politique et des partis est devenue obscure. Les partis ont également des problèmes avec leur communication.
La nouvelle secrétaire générale des Vrais Finlandais, Mme Riikka Slunga-Poutsalo, estime, pour sa part, que les gens ont une opinion politique bien définie mais qu’ils ne veulent pas l’exprimer à haute voix. Pour elle, il est typique pour les partisans des Vrais Finlandais qu’ils ne veulent pas exprimer leur opinion, « parce qu’on nous critique beaucoup en public ».
Les plus sûrs de leur choix ont été les partisans du Parti conservateur et des Vrais Finlandais.
HS/A6-7

Editorial
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que les modifications importantes dans les rapports de force entre les partis politiques peuvent souvent être prévues si le nombre d’indécis augmente dans les sondages. L’incertitude des électeurs a augmenté dans le sondage récent du quotidien, surtout l’incertitude chez les employés.
L’incertitude est importante aussi chez les ouvriers et les partis de gauche en souffrent en ce moment.
Les indécis décideront du sort des prochaines élections législatives de 2015, conclut l’éditorialiste.
HS/A5

Gouvernement

« Selon M. Katainen, il faut des décisions sur les réformes structurelles » HS
Lors de la réunion du groupe ministériel du parti conservateur, le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré que les décisions concernant les réformes structurelles devront être prises au plus tard fin novembre. Le gouvernement souhaite donner du temps au ministère des Finances pour préparer ces réformes. Il a aussi souligné qu’il fallait donner du temps pour qu’il n’y ait pas d’attentes irréalistes. De plus, certaines questions nécessiteront d’y associer les partenaires sociaux.
Selon lui, « dès la fin du mois d’août les décisions seront prises sur le budget 2014 et la rallonge budgétaire 2013. A l’automne, le gouvernement espère aussi un accord salarial modéré et seront préparées les réformes structurelles avec les partenaires sociaux. Au printemps prochain on verra quelles nouvelles mesures d‘ajustement sont nécessaires ».
Pour le parti conservateur, le principal est que les réformes structurelles visent à résoudre le déficit structurel des finances publiques. « Je peux vous promettre que la réalisation des réformes structurelles ne dépendra pas de nous les conservateurs », a-t-il dit.
Pour le Premier ministre, il est important que le budget 2014 fixe un objectif chiffré concernant la diminution du déficit structurel. Il considère qu’il faudra agir sur trois paniers pour le réduire : l’augmentation de l’offre de travail, le prolongement des carrières professionnelles et l’augmentation de la productivité.
Le Premier ministre a aussi déclaré qu’une diminution de la fiscalité sur les revenus lui semblait difficile dans le contexte actuel mais qu’en revanche, en contrepartie d’un accord salarial modéré cela pourrait être envisagé. Cela permettrait alors de maintenir le pouvoir d’achat, ce qui serait bon pour l’emploi.
HS IS

Point de vue : « Le championnat de catastrophisme est ouvert » IS
Kyösti Hagert écrit dans Ilta-Sanomat que « les Finlandais sont un peuple étrange, au moins en ce qui concerne l’attirance pour la fin du monde. Les Finlandais apprécient en effet le plus les politiciens qui tiennent les discours les plus catastrophiques. Or, les politiciens le savent aussi, comme en témoigne le Président Niinistö qui doit principalement sa popularité à son image de père la rigueur comme ministre des Finances puis président du parlement. »
« Cet été, le catastrophisme a atteint de nouveaux sommets, comme en témoignent les propos du gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen, du commissaire européen Olli Rehn ou plus récemment de la ministre des Finances Jutta Urpilainen. Maintenant, c’est au tour de du Premier ministre Jyrki Katainen. Il est clair que d’ici l’automne, le discours sur la rigueur ne va aller qu’en se renforçant », estime IS.

Rencontre des ministres des Finances
La Ministre des Finances Jutta Urpilainen a invité, hier, nombre de ses prédécesseurs à la tête des finances de l’Etat. Etaient présents notamment le président Sauli Niinistö, le gouverneur de la banque de Finlande Erkki Liikanen, l’ancien président Mauno Koivisto et quatre autres anciens ministres des Finances.
Avant les arbitrages budgétaires, cette rencontre visait à un échange de vues sur ce qui peut être fait dans la situation actuelle.
Le président Sauli Niinistö (ministre des Finances de 1996 à 2003) a déclaré qu’il partageait l’avis du premier ministre Katainen concernant le fait que « aujourd’hui le niveau de confort dans la société avait augmenté ». Il faudrait faire en sorte que « l’envie de confort des gens s’équilibre aussi avec l’envie de travailler. C’est le seul moyen d’arriver à équilibrer les finances publiques », a-t-il dit, soulignant que chaque époque avait ses défis et que l’on ne pouvait pas comparer les moyens de les résoudre.
IS

Criminalité - Proxénétisme

La police a révélé un cercle de proxénétisme
Helsingin Sanomat rapporte que la police est en train d’étudier la possibilité d’une enquête préliminaire sur les acheteurs dans une affaire où des milliers de Finlandais ont acheté des services sexuels d’une cinquantaine d’Estoniennes de langue russe dans une dizaine de ville finlandaises.
Le procès contre les organisateurs, deux Finlandais et trois Estoniennes, commencera lundi prochain au tribunal de grande instance de Tampere. Selon la police, les organisateurs de ce cercle ont tiré un profit d’environ 300 000 euros pendant les deux dernières années.
HS/A14

Universités

Université de Helsinki parmi les cent premières
Helsingin Sanomat relève que l’université de Helsinki est la seule université finlandaise qui se trouve, selon le classement de Shanghai, parmi les cent premières universités. Elle se trouve en 76e position cette année, contre 73e en 2012.
Le classement des universités d’Oulu et de Turku est entre 301-400e et celui des universités de Jyväskylä et de la Finlande de l’Est entre 401-500.
HS/A14

Immobilier

La Villa dessiné par Eliel Saarinen n’a toujours pas été vendue
Selon Helsingin Sanomat, la vente aux enchères à Espoo de Villa Miniato, dessiné en 1903 par le fameux architecte finlandais Eliel Saarinen (1873-1950), a été reportée pour la deuxième fois. Le prix demandé a été auparavant de 10 millions d’euros.
HS/A18

France - Finlande

Festival de Helsinki

James Thiérrée
Yle a diffusé un reportage très positif sur le spectacle de James Thiérrée qui s’est produit au Festival de Helsinki. D’autres représentation ont lieu ce soir et demain.
Yle

Festival Week-End

David Guetta
Helsingin Sanomat publie une interview du fondateur du festival Week-End qui a à nouveau invité l’artiste français David Guetta.
HS

France

Tourisme

Marseille
Kansan Uutiset publie un reportage sur Marseille qui est cette année la capitale européenne de la culture.
KU

Jeudi 15 août 2013

Politique étrangère et européenne

Visite d’Obama en Suède

M. Niinistö va rencontrer M. Obama à Stockholm
Le président finlandais Sauli Niinistö va rencontrer le président américain Barack Obama le 4 septembre lors de la visite de ce dernier à Stockholm. M. Niinistö est invité en compagnie des autres dirigeants nordiques. Il a reçu avec plaisir cette invitation, rapporte Yle.
Selon le secrétariat de la présidence finlandaise, l’objectif de ce dîner de travail présidé par le premier ministre suédois Reinfeldt sera de renforcer le partenariat entre les Etats-Unis et les pays nordiques pour mieux répondre aux défis de l’avenir. Au menu des conversations seront abordés la coopération en politique internationale, la croissance économique mondiale, la promotion du développement, l’énergie propre et la lutte contre le réchauffement climatique.
Uusisuomi Yle

Selon M. Katainen, la possibilité de rencontrer M. Obama est importante pour la Finlande
Le premier ministre Jyrki Katainen déclare qu’il est naturel que ce soit le président Sauli Niinistö qui se rende à Stockholm pour rencontrer le président américain. C’est la Suède qui invite officiellement à cette réunion entre les dirigeants américain et nordiques ;
M. Katainen a déclaré avoir discuté avec M. Niinistö de la participation du représentant finlandais à cette rencontre. M. Katainen souligne qu’il est naturel que ce sont le président finlandais qui rencontre le président américain. Yle rappelle que les sources estoniennes avaient précédemment parlé d’une rencontre au niveau des premiers ministres nordiques et baltes.
Selon M. Katainen, les thèmes principaux pour la Finlande selon l’économie et la politique étrangère, notamment la situation au Proche-Orient et en Egypte.
Yle

« Comment on invite un Président » HS
Kari Huhta écrit une tribune pour commenter le blog du ministre suédois des Affaires étrangères qui relatait comment les Suédois avaient réussi à inviter le président américain. Kari Huhta écrit que, finalement, la Suède est un grand pays nordique mais un petit pays au niveau international. La Finlande est au niveau inférieur, des pays encore plus petits.
« La Finlande a probablement fait les mêmes efforts que la Suède. Mais le principal n’est pas que Obama aille finalement en Suède – il y a de bonnes raisons à cela – ni de savoir si les dirigeants des pays voisins seront invités à la rencontrer. Pour la Finlande, le principal est de continuer les efforts en politique étrangère. Ce qui intéresse les autres Etats, ce ne sont pas les stratégies de la Finlande, mais ses actes en politique étrangère », conclut-il.
HS

Egypte

L’ambassade de Finlande au Caire conseille aux Finlandais d’éviter les villes égyptiennes
Helsingin Sanomat rapporte que dans son communiqué pour les voyageurs, l’ambassade de Finlande au Caire conseille aux Finlande d’éviter les grandes villes d’Egypte. Selon l’ambassade, la situation est instable surtout au Caire et à Alexandrie.
L’avertissement ne concerne toutefois pas les stations touristiques de la mer Rouge. Selon le ministère finlandais des Affaires étrangères, il y a actuellement un peu moins de 230 touristes finlandais à Hurghada. Le MAE conseille d’éviter les voyages vers le Sinaï.
Selon l’agence de voyage Finnmatkat, il y a eu à Hurghada des réunions pacifiques des partisans du président Morsi. Les agences de voyage ont annulé les excursions au Caire pour cet été.
HS/A25

Syrie

La Croix-Rouge finlandaise érigera un grand hôpital pour les réfugiés syriens
Kaleva relève que la Croix-Rouge dirige un groupement de quatre pays - Finlande, Norvège, Allemagne et Canada - qui mettra en place un grand hôpital de campagne en Jordanie du Nord-est pour les réfugiés syriens. La Finlande est responsable du projet et de son équipement.
L’hôpital sera inauguré en octobre-novembre et servira d’abord 55 000 personnes et plus tard jusqu’à 130 000 personnes. Il sera le seul hôpital du nouveau camp de réfugiés à Azraq.
La Croix-Rouge n’a pas encore communiqué sur le projet parce que la décision de financement d’une dizaine de millions d’euros a été en suspens.
« Les négociations avec l’Union européenne se sont achevées vendredi dernier et le bureau de l’aide humanitaire devrait prendre sa décision cette semaine », selon M. Kalle Löövi, directeur de l’aide humanitaire de la Croix-Rouge finlandaise.
La part de l’Union est environ sept millions d’euros. Le gouvernement canadien accordera 1,7 million et l’Italie un million d’euros.
Un des partenaires de la Croix-Rouge finlandaise est le groupe Airbus qui met à disposition un avion de nouveau modèle 1340/600. Le vol d’Airbus Helsinki-Amman avec dix employés et le fret décollera mardi prochain. Les quatre pays enverront en Jordanie 40 à 50 employés au début du projet.
Kaleva/mer/3

Demandeurs d’asile

Très peu de demandeurs d’asile syriens cette année
Selon Turun Sanomat, l’office national de l’immigration annonce que 57 Syriens ont demandé asile en Finlande cette année. Les Syriens sont seulement le septième groupe de demandeurs d’asile, après les Irakiens (458 demandes), les Somaliens (145), les Russes (143), les Afghans (127), les Nigériens (123) et les Iraniens (85).
En 2012, au total 183 Syriens avaient demandé asile en Finlande.
1 859 personnes ont demandé asile en Finlande depuis début janvier. 1 024 permis de séjour ont été accordés, dont 315 asiles. 1 130 demandeurs ont eu une réponse négative.
En Suède, les Syriens sont le plus grand groupe de demandeurs d’asile, avec 5 733 demandes. La Suède a obtenu au total 22 979 demandes d’asile cette année.
TS/16

Samis

La question des Samis nuit à l’image internationale de la Finlande
Mme Biaudet, déléguée aux minorités, souhaite que la Finlande ratifie le plus tôt possible la Convention de l’OIT concernant les peuples indigènes, comme le gouvernement s’y est engagé. Elle estime que la Finlande se doit de rester ambitieuse en ce qui concerne les questions de droits de l’homme. Pour elle, l’égalité et l’équité sont des piliers de ce pays et une garantie du succès.
La Finlande a été critiquée pour la non-ratification de cette convention. L’ONU et le Conseil de l’Europe le lui ont reproché. Mme Biaudet n’exclut pas que le ministre des Affaires étrangères aura petit à petit du mal à se prononcer concernant les droits de l’homme dans des arènes internationales.
Le débat finlandais sur les droits des Samis est dominé par des craintes et des mauvaises interprétations concernant la ratification de la Convention de l’OIT.
Concernant les conditions des Samis plus généralement, Mme Biaudet relève qu’elle est surprise par le fait que, selon le rapport publié au printemps sur la vie des jeunes Samis, ils rencontrent souvent des propos haineux et du racisme.
HBL/10, Dem/21

Politique intérieure

Gouvernement

« Selon M. Katainen, une crise d’autorité » HS
Lors de la réunion du groupe ministériel du parti conservateur à Jyväskylä, le Premier ministre Jyrki Katainen a jugé que dans une Finlande où l’individualisme se renforce, les autorités s’effritent. Outre les défis auxquels fait face la Finlande, cette crise d’autorité donne aussi au pays des opportunités car cela libère les forces créatrices des individus.
M. Katainen fondait son analyse sur des récentes études sur les attitudes et valeurs des Finlandais.
Selon lui, ce renforcement de l’individualisme signifie aussi que le consensus finlandais dans son sens historique n’existe plus. Pour le parti conservateur, les traditionnels moyens de prises de décision ne fonctionnent plus. « Il est important de voir comment la Finlande à changer pour pouvoir la gouverner », a-t-il déclaré. A ceux qui lui réclament de faire preuve de plus d’autorité, il répond d’ailleurs : « Je voudrais bien voir les personnes qui souhaitent être dirigées par la force ».
Il a aussi déclaré que l’on vivait dans une Finlande où il fallait construire ensemble le bien commun. « Il n’est pas conforme à l’intérêt général que l’on s’en tienne fermement à ses promesses électorale », dit-il.
La chercheuse en communication de l’université d’Helsinki Anu Kantola, interrogée par HS pour commenter le discours du premier ministre, juge qu’il fait une analyse fondée des changements mais déplore qu’il ne propose rien de concret. « Le discours de M. Katainen témoigne de la langue des consultant en entreprise, comme directement sortie d’un guide de management. C’est un bon exemple de ce qui fait défaut à ce gouvernement de six partis. Personne ne sait vraiment ce qu’il faudrait faire ».
HS

« M. Katainen grogne contre les partenaires sociaux » Dem
Le Premier ministre a remis en cause le rôle des partenaires sociaux s’ils s’avèrent incapables de s’entendre sur un accord salarial modéré. « Je pense que dans ce cas tous les Finlandais on le droit de se demander à quoi [les partenaires sociaux] servent », dit-il. S’ils ne veulent pas utiliser le pouvoir qui est le leur, il faut le leur enlever, selon lui. La presse relève que Mme Urpilainen avait tenu le même discours quelques jours auparavant.
M. Katainen a toutefois estimé qu’il avait des attentes positives concernant la responsabilité des partenaires sociaux. « Je pense qu’ils sont plus conscients de la situation économique de la Finlande. Je pense que l’on arrivera à quelque chose ».
Concernant les informations positives sur le redressement économique en Europe, il a jugé que ce la constituait « de bonnes nouvelles, mais que cela ne dispensait pas la Finlande des réformes structurelles indispensables, quelle que soit la croissance ».
Interrogé sur les relations entre les partis de la coalition, il a déclaré que « les relations étaient très bonnes ». « J’ai une relation de confiance avec Mme Urpilainen ».
AL Dem

Les petits partis de la coalition évitent les positions intransigeantes
Demokraatti relève que, parmi les petits partis de la coalition, seule l’Alliance des Gauches a fixé des conditions à sa poursuite au gouvernement. Selon ce parti, une détérioration des aides étudiantes les pousserait les quitter le gouvernement.
Le président du groupe parlementaire des démocrates-chrétiens affirme que son parti n’a pas de condition à son maintien au gouvernement. Il souligne qu’il n’est pas d’accord avec les rumeurs concernant les mauvaises relations entre conservateurs et PSD : « il s’agit surtout d’un théâtre politique à la veille des arbitrages budgétaires », selon lui.
La députée Tuija Bra x (Verts) partage cet avis : « Il n’y a pas lieu de laver le linge sale en public d’autant plus qu’il n’y a pas de linge sale ».
La présidente du groupe parlementaire du parti suédophone Mme Nylander estime elle aussi que la coalition gouvernementale va ternir et qu’il n’est pas sage, avant les arbitrages budgétaires de fixer des ultimatums.
Dem

Budget

« La relance des exportations nécessite une amélioration de la compétitivité » HS
La Ministre des Finances Jutta Urpilainen publie une tribune dans Helsingin Sanomat pour défendre le projet de budget 2014 qui vise à améliorer les capacités des entreprises à embaucher et à investir.
Elle souligne surtout que la croissance économique et l’emploi de la Finlande dépendent principalement de la capacité des entreprises à exporter. Pour cela il importe que l’on arrive à un accord salarial modéré.
« Le budget 2014, la préparation des réformes structurelles, les mesures ciblées de relance et un accord salarial modéré permettront de maintenir entre nos main l’avenir de l’Etat providence finlandais, conclut-elle.
HS

Réforme fiscale

La réforme fiscale des revenus de dividendes favorise les revenus élevés
Kauppalehti relève que selon le rapport du centre de recherche économique de l’Etat VATT, la réforme fiscale sur les revenus de dividendes favorise surtout les entrepreneurs aux revenus élevés. Inversement, les impôts des entrepreneurs aux revenus bas mais à une fortune nette importante augmentent.
HS/A15, KL/27

Revenus

Le nombre de ménages sans revenus a augmenté
Helsingin Sanomat rapporte que le nombre de ménages sans revenus a plus que doublé en dix ans, passant de 8 000 à 20 757.
Une des raisons de cette augmentation est la suppression de l’allocation pour les jeunes sans formation ou qui n’essaient pas d’entrer en formation.
Depuis 2006, les autorités de l’emploi peuvent supprimer les aides si le bénéficiaire a déjà touché une aide pendant plus de 500 jours et ne suit pas les recommandations des autorités.
HS/A17

Social- Budget

« M. Vuori souhaite une réflexion avant de toucher aux amortisseurs de l’UEM » Dem
« Les amortisseurs de l’UEM comptent près de 2 milliards d’euros » Dem
Le président du fonds de pensions Varma, M. Matti Vuori, estime qu’il faut bien réfléchir avant d’envisager un démantèlement même partiel des amortisseurs mis en place lors de l’entrée de la Finlande dans l’union économique et monétaire en 1997Il souligne que les fonds de pensions du secteur privé ne peuvent pas être considérés comme un fonds de relance au service de tous. L’idée de ces amortisseurs était, lors de la création de l’euro, de pouvoir utiliser les fonds récoltés pour, au besoin, diminuer temporairement les cotisations de retraite en cas de crise économique.
« Il faut réfléchir à ce que l’on fera quand on aura mangé ces réserves », selon lui. Il souligne qu’actuellement les cotisations retraites ne suffisent pas à payer les pensions versées.
Il souligne que ces fonds ne sont pas destinés à avoir un effet de relance sur l’économie ; mais seulement à permettre de faire face à une crise économique en maintenant les cotisations retraite au même niveau voire en les diminuant ».
Il y a actuellement une pression pour augmenter les cotisations retraites qui devraient être relevées de 4 à 5 points durant les vingt prochaines années. Mais la prochaine réforme des retraites est toujours en instance.
Demokraatti rappelle que les amortisseurs de l’UEM concernant des fonds supplémentaires qui ont été récoltés tant dans les caisses de retraite que dans les caisses d’assurance chômage pour faire face à une crise économique. Il y aurait 600 millions d’euros dans les caisses d’assurance-chômage et 1,3 milliards d’euros dans les caisses de retraites considérés comme des amortisseurs de l’UEM. 
Dem

Retraites - Budget

Le rapport sur les retraites sera prêt à l’automne
Le groupe de travail sur la réforme des retraites dirigé par Jukka Pekkarinen aura terminé son rapport à l’automne. Le rapport doit évaluer les effets de la réforme de 2005 et envisager divers scénarios sans toutefois prendre position. Il servira de base à la prochaine réforme des retraites qui doit entrer en vigueur en 2017.
Selon M. Pekkarinen, la Finlande traverse une période dramatique : le PIB n’est toujours pas revenu à son niveau de 2007.
De plus, depuis 2007, les dépenses publiques par rapport au PIB ont augmenté de 8 points pour atteindre 56%.
Or, même si le gouvernement a pris des mesures d’économies pour assainir les dépenses publiques, de plus de cinq milliards d’euros, cela a été annulé par la croissance des dépenses sociales et de santé des communes. « Les finances des communes sont devenues déficitaires. C’est l’un des points central du problème de durabilité des finances publiques », dit-il.
KL

Economie - Production industrielle

Les attentes de la Finlande en matière de croissance les plus basses en Europe
Kauppalehti rapporte que selon l’étude Ifo WES (World Economic Survey), la Finlande occupe la dernière position des pays européens en matière d’attentes pour un redémarrage de la croissance. « Il n’y a pas en vue d’amélioration significative de la faible croissance économique de la Finlande pour les six prochains mois », selon cette étude.
KL

Reprise de l’économie finlandaise
Kauppalehti écrit que nombre d’économistes n’en ont pas cru leurs yeux, hier, lorsque l’institut des statistiques a publié les chiffres de la croissance pour se second trimestre faisant état d’une progression de 0,7% du PIB.
Demokraatti relève que cette croissance au second trimestre place la Finlande au premier rang en Europe aux côtés de l’Allemagne.
Alors que la Finlande était en tête pour la croissance, elle était en queue de peloton européen pour la production industrielle, souligne le chercheur de Nordea Aki Kangasharju.
KL Dem

Finnair

La rentabilité de Finnair s’est détériorée
Le directeur général de Finnair (depuis juin), M. Vauramo, relève, lors d’une conférence de presse, que le résultat du groupe est décevant. La rentabilité de Finnair a diminué nettement en avril-juin : le résultat s’élevait à 6 millions d’euros par rapport à 16 millions d’euros à la même époque en 2012.
Finnair estime que son chiffre d’affaires n’ira pas croissant cette année, comme prévu auparavant.
Les relations entre le personnel et l’employeur sont tendues et l’association des hôtesses de l’air et des stewards envisage de poursuivre la compagnie devant le tribunal du travail pour recrutement d’employés en dehors de conventions collectives. Pour la direction de Finnair, il s’agit de sous-traitance. M. Vauramo estime qu’il serait bien d’obtenir l’avis du tribunal en la matière.
Finnair a atteint en juin son objectif de diminuer ses dépenses de 140 millions d’euros de façon permanente. La compagnie négociera encore des économies de 60 millions d’euros, mais cela ne devrait pas engendrer de licenciements.
HS/A29

France - Finlande

Festival de Helsinki

James Thiérrée
Helsingin Sanomat publie une interview de James Thiérrée qui se produira ce soir, demain et samedi, au Festival de Helsinki.
HS/B6, http://www.ambafrance-fi.org/La-France-sur-le-devant-de-la

France

Art culinaire

Restaurants à la maison
Helsingin Sanomat publie un reportage sur des services de restauration que des gens proposent chez eux à Paris et à Londres.
HS/jeudi/8-9

Mercredi 14 août 2013

Politique étrangère et européenne

Immigration clandestine

Le corps de gardes-frontières soupçonne un groupement organisé de l’entrée ou de tentatives d’entrée illicite de 24 Vietnamiens
Les gardes-frontières soupçonnent qu’un groupement criminel international ait organisé et tenté d’organiser l’entrée illicite en Finlande de 24 Vietnamiens depuis début juillet. Finnair a mis en place, en tant que première compagnie aérienne européenne, des vols directs vers Hanoi à la mi-juin. Ainsi, les gardes-frontières ne sont pas étonnés de ces entrées clandestines.
Une partie des personnes concernées ne disposait pas de document de voyage ou bien avait de faux papiers. Neuf ont déposé une demande d’asile.
Lors des entretiens, il s’est avéré que la Finlande était plutôt un pays de transit vers des destinations du reste de l’Europe.
Les suspects sont de nationalité vietnamienne, finlandaise, allemande et chinoise avec, dans la plupart des cas, des antécédents vietnamiens. Outre l’organisation de l’entrée illicite, les soupçons concernent le trafic de personnes.
HS/A9

Finlande – Somalie

Les Somaliens de Finlande s’inquiètent pour les envois d’argent en Somalie
La banque Nordea a mis fin à son contrat avec Dahabshiil, compagnie qui gère les envois d’argent en Somalie. Dahabshiil craint que les autres banques suivent l’exemple. Selon Helsingin Sanomat, OP-Pohjola et Danske Bank suivent les risques des envois d’argent.
HS relève que 40 % de la population somalienne est dépendante des envois d’argent de l’étranger.
HS/A11

Politique intérieure

Gouvernement - PSD

Mme Urpilainen minimise les spéculations sur les litiges au gouvernement
Keskisuomalainen rapporte que Mme Jutta Urpilainen, ministre des Finances et présidente du PSD, a apaisé le débat sur les contradictions internes du gouvernement. Elle s’est exprimée lors de la conférence de presse de clôture de la réunion estivale du groupe parlementaire du PSD à Lahti.
Mme Urpilainen a souligné que ses relations avec le Premier ministre Katainen étaient excellentes et que l’ambiance au sein du gouvernement était assez bonne. Le PSD et le Parti conservateur ne sont pas d’accord sur tous les sujets mais estiment toutefois que l’intérêt commun dépasse l’intérêt des partis, selon Mme Urpilainen.
Le président du groupe parlementaire du PSD, M. Jouni Backman, estime, quant à lui, que la ministre des Finances a souvent été laissée seule à défendre les décisions prises ensemble par la coalition gouvernementale.
Pour la ministre du Logement, Mme Pia Viitanen, il n’y a rien de dramatique.
La députée Päivi Lipponen estime qu’il y a des commentaires étranges des deux côtés, ce qui a suscité une ambiance de méfiance. « Il est important que le Premier ministre prenne la place qui lui revient, parce qu’il dirige le gouvernement. »
KS/10

Propos de M. Orpo
Selon Turun Sanomat, M. Petteri Orpo, président du groupe parlementaire du Parti conservateur, propose que les partis du gouvernement mettent fin à des disputes inutiles. « La Finlande mérite maintenant une meilleure politique. »
M. Orpo, qui a été en contact avec le Premier ministre Katainen hier, est convaincu que les relations entre le Premier ministre et la ministre des Finances sont bonnes. Il rappelle que le ministère des Finances connaît le mieux les défis économiques les plus importants.
TS/10

M. Pekkarinen estime que le gouvernement va tomber
Turun Sanomat relève que selon M. Mauri Pekkarinen, député centriste et ancien ministre, les litiges entre le PSD et le Parti conservateur annoncent que le gouvernement va tomber. « Personne ne souhaite l’organisation d’élections législatives anticipées mais cette possibilité devient de plus en plus probable chaque jour », souligne M. Pekkarinen dans un communiqué.
Selon l’interprétation de M. Pekkarinen, M. Katainen a totalement lâché son emprise sur le gouvernement. « La Finlande ne peut pas se permettre d’avoir, pendant les deux années suivantes, un gouvernement qui ne peut pas fonctionner. »
TS/10

Editorial : « Le PSD ne montre pas sa situation difficile »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que même si la mauvaise audience du PSD dans les sondages stresse les sociaux-démocrates, iles ne le montrent pas vers l’extérieur.
Les relations entre la président du PSD, Mme Urpilainen, et le Premier ministre Katainen peuvent être bonnes, voire pleines de confiance mutuelle, mais il y a dans les deux groupes parlementaires des députés qui souhaitent la fin de la coalition gouvernementale le plus vite possible.
La raison pour les prises de bec entre les sociaux-démocrates et les conservateurs est claire : l’audience des deux partis est en baisse et cela porte sur les nerfs des deux camps.
Selon l’éditorialiste, Mme Urpilainen a apparemment décidé d’essayer un changement de style pour faire monter l’audience du PSD. Elle a laissé entendre que l’audience du parti était un détail sans importance parce que ce qui compte, c’est sauver la patrie.
HS/A4

Alliance des Gauches

L’Alliance des gauches précipite les mesures de relance économique
Selon Keskisuomalainen, le groupe parlementaire et ministériel de l’Alliance des gauches, réuni à Jyväskylä, exige des mesures de relance économique et de mesures pour lutter contre l’économie clandestine.
Mme Annika Lapintie, présidente du groupe parlementaire, précipite la relance économique par l’intermédiaire d’une rallonge budgétaire.
KS/9

M. Arhinmäki veut remplacer des routes aériennes par les trains à grande vitesse
Le président de l’Alliance des gauches, M. Paavo Arhinmäki, estime qu’on pourrait remplacer une partie de routes aériennes par les trains à grande vitesse, par exemple entre Helsinki et Oulu. « Cela est important aussi pour des raisons de politique climatique et de l’environnement », a déclaré M. Arhinmäki lors de la réunion de son parti à Jyväskylä.
Mme Merja Kyllönen, ministre des Transports, du même parti, est également favorable aux investissements dans les chemins de fer. « Les trains à grande vitesse nécessitent toutefois des investissements importants dans les rails. Le réseau actuel ne permet pas les grandes vitesses. » KS/9

Economie – énergie

Fortum fermera sa centrale de charbon d’Inkoo
Le groupe énergétique Fortum annonce la fermeture de sa centrale de charbon située à Inkoo en février. 80 personnes perdront leur emploi.
M. Ruotsala, directeur au groupe, relève qu’avec la récession, la consommation énergétique stagne et le prix de gros de l’électricité diminue.
L’arrivée de l’énergie renouvelable sur le marché allemand se reflète sur le marché électrique dans les pays nordiques.
HS/A24

Production industrielle

La production continue à diminuer en Finlande
Helsingin Sanomat relève qu’alors que dans beaucoup de pays européens, la production industrielle est en train de se rétablir, en Finlande elle a diminué de 6 % en juin par rapport à la même époque en 2012. Dans l’UE, la production a augmenté de 0,4 % en moyenne et de 0,3 % dans les pays de la zone euro.
Les chiffres finlandais sont uniques en Europe. Pour le ministre de l’Economie, M. Vapaavuori, ils ont dus à la compétitivité détériorée de la Finlande.
M. Kotilainen de l’institut de recherche économique Etla relève que le changement structurel de l’industrie est un autre facteur explicatif de cette tendance.
Concernant les différents secteurs industriels, la production de l’industrie électrique et électronique a diminué de 9,7 % et celle de la métallurgie de 8,5 %.
M. Vapaavuori estime qu’ailleurs en Europe, on a passé le pire, mais que cela ne veut pas dire que l’on puisse s’attendre à ce que la situation rétablie là-bas aidera la Finlande à court terme.
HS/A25

Mardi 13 août 2013

Politique étrangère et européenne

Russie

Visite en Finlande du ministre russe de l’environnement
Turun Sanomat rapporte que M. Sergueï Donskoï, ministre russe des ressources naturelles et de l’environnement, effectue actuellement une visite d’une semaine en Finlande de Sud-ouest à l’invitation du ministre finlandais de l’environnement, M. Ville Niinistö.
Selon le ministre russe, « il faut rendre compatibles les différents systèmes de suivi des pays riverains de la mer Baltique pour rendre plus efficace la protection ». M. Donskoï souligne que la Russie promouvra vigoureusement cet objectif dans les années à venir.
La Commission pour la protection de l’environnement marin de la mer Baltique Helcom est actuellement chargée du système de suivi. « Un nouveau système de suivi n’est pas une critique contre Helcom mais signifie le renforcement de ses activités. Notre objectif est une plus grande transparence dans la communication », souligne le ministre russe.
L’année 2014 sera dédiée au Golfe de Finlande. La Finlande, l’Estonie et la Russie comptent partager des informations de recherche et de suivi. Selon M. Niinistö, « l’institut russe de la météorologie a été actif dans ce projet ».
TS/8

Terrorisme

Critiques visant le projet de loi concernant la formation terroriste
Le ministère de la Justice est en train d’esquisser un projet de loi qui prévoit de criminaliser la formation terroriste. Les voix critiques estiment que, dans son état actuel, la proposition est trop imprécise et vague et que si la loi entre en vigueur telle quelle, il se peut que même une formation en informatique ou en aviation suscite des soupçons.
La Sûreté nationale (Supo) qui promeut une réforme de la législation en la matière, rappelle que des exemples internationaux montrent qu’acquérir une formation a, dans certain cas, mené à la réalisation d’acte terroriste.
HS/A10

Aides européennes

La surveillance des aides est dispersée
Helsingin Sanomat relève que la surveillance des projets réalisés avec des aides européennes est très dispersée en Finlande. Plusieurs autorités, comme les centres pour le développement économique, les transports et l’environnement, les ministères et Tekes (agence nationale pour le développement technologique), s’en chargent.
Une partie des aides est canalisée par le budget national, mais une partie vient directement de la Commission européenne. C’est le ministère des Finances qui gère la subvention la plus importante après les aides agricoles, celle concernant les fonds structurels qui s’élève à 1,7 milliards d’euros.
Selon M. Holmberg, conseiller financier, les problèmes rencontrés en Finlande sont le plus souvent liés à des appels d’offres manquants ou mal faits.
Au niveau européen, 300 millions d’euros ont été perdus en 2012 en raison de fraude ou de distribution mal justifiée. Selon la Commission européenne, l’ignorance et la négligence dans la demande et la diffusion des aides est une raison bien plus importante pour le gaspillage des crédits que la fraude.
HS/A22

Politique intérieure

Langue suédoise

Mme Henriksson veut que l’initiative populaire sur le suédois soit étudiée par la commission des lois constitutionnelles du Parlement
Turun Sanomat relève que la ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, estime que l’initiative populaire proposant que les études du suédois soient facultatives à l’école, qui a obtenu les 50 000 signatures nécessaires pour que l’initiative soit étudiée au Parlement, doit être étudiée par la commission des lois constitutionnelles du Parlement même si l’initiative n’a pas de lien direct avec le statut du suédois.
« Ces questions sont liées indirectement, parce que la Constitution garantit à tout citoyen le droit d’utiliser le finnois ou le suédois dans ses relations avec les autorités », souligne Mme Henriksson.
La ministre propose aussi l’évaluation d’une éventuelle loi sur les droits constitutionnels des citoyens.
Les députés des Vrais Finlandais se félicitent de l’initiative populaire. M. Juho Eerola, troisième vice-président de ce parti, propose l’organisation de services d’interprétariat pour garantir les services des suédophones.
TS/9

M. Stubb : « les extrémistes posent un problème »
Selon Helsingin Sanomat, M. Alexander Stubb, ministre du Commerce extérieur et des Affaires européennes, qui a grandi dans une famille bilingue, est irrité par les antagonismes du débat actuel sur le suédois. Il admet que le statut du suédois est un sujet sensible, aussi pour lui-même.
« Le problème est que nous avons des fondamentalistes linguistiques des deux côtés. » M. Stubb ne critique pas seulement les associations des jeunes conservateurs et des Vrais Finlandais qui sont, entre autres, derrière l’initiative populaire. « Il y a aussi au sein du Parti suédois des extrémistes qui ne contribuent pas à la promotion du suédois », selon M. Stubb.
M. Stubb souligne que la protection du suédois est importante parce qu’il constitue une importante partie de l’histoire, de la civilisation et du patrimoine culturel de la Finlande.
M. Stubb, qui souhaite un débat ouvert, rationnel et calme sur le statut du suédois, est favorable aux écoles bilingues, aux bains linguistiques et souhaite qu’on commence les études de suédois plus tôt. Il est également pour les études de russe dans les communes proches de la frontière est.
HS/A8

Le gouvernement n’est pas favorable à l’initiative populaire
Helsingin Sanomat estime qu’il est vraisemblable que l’initiative populaire n’avance pas au Parlement. Le quotidien souligne que les partis du gouvernement ne mènent pas la cause des études facultatives du suédois à l’école, parce qu’un tel objectif ne fait pas partie du programme du gouvernement.
HS/A8

Editorial : « La suppression des études obligatoires du suédois à l’école toucherait la Constitution »
Dans son éditorial, Helsingin Sanomat estime que l’initiative populaire sur le suédois concerne beaucoup plus la Constitution que les autres initiatives populaires. Selon la Constitution, le finnois et le suédois sont les langues nationales de la Finlande. Cela nécessite dans la pratique que les deux langues sont enseignées à tous à l’école.
L’argument selon lequel la suppression du suédois obligatoire faciliterait les études des autres langues n’est pas valable : dès la suppression, en 2005, de l’examen obligatoire du suédois au baccalauréat, le nombre de candidats ayant choisi les examens d’autres langues a chuté, ainsi que le nombre de ceux qui ont choisi le suédois.
HS/A5

Gouvernement

Mme Laavi remplacera la conseillère politique de Mme Virkkunen
Selon Keskisuomalainen, Mme Elina Laavi (31 ans) remplacera Mme Laura Rissanen pendant le congé parental de celle-ci entre le 19 août 2013 et le 30 avril 2014 en tant que conseillère spéciale de la ministre de l’Administration et des Collectivités locales, Mme Henna Virkkunen.
Mme Laavi est secrétaire générale de l’association des femmes conservatrices depuis 2007.
HS/dim/A2

PSD - Budget

« Mme Urpilainen met la pression sur les partenaires sociaux » HS
Un budget pour la première fois en baisse » Dem
Lors de la réunion d’été du groupe parlementaire du PSD, à Lahti, hier, la ministre des Finances et présidente du PSD, Jutta Urpilainen a mis la pression sur les partenaires sociaux : « Si les partenaires sociaux n’arrivent pas à assumer leurs responsabilités dans la situation actuelle, ils ne pourront pas imaginer pouvoir conserver leur pouvoir de décision dans la société », selon elle. Elle faisait référence aux négociations salariales de l’automne et a précisé qu’elle attendait que les deux parties fassent preuve de responsabilité.
« Peut-être que le discours de Mme Urpilainen témoigne des attentes importantes liées aux négociations salariales. La façon dont elle parle en revanche peut être diversement interprétée », a jugé le patron du patronat Jyrki Häkämies qui rappelle que sur le report de l’âge de départ à la retraite le patronat est prêt à des réformes que le PSD refuse durant la législature actuelle.
La présidente du PSD avait ouvert la réunion de son groupe parlementaire en affirmant que la Finlande était « dans une situation plus difficile que dans les années 1990. Le pays fait en effet face à un triple défi : la restructuration de l’industrie, une conjoncture difficile et un déficit structurel des finances publiques. Mme Urpilainen a donné quatre recettes pour s’en sortir : premièrement un budget 2014 sous le signe de l’emploi, deuxièmement des mesures de relance ciblées dans la prochaine rallonge budgétaire, troisièmement un accord sur des réformes structurelles et quatrièmement un accord salarial modéré.
Lors de la réunion de Lahti, le PSD n’a pas précisé ses intentions en matière de réformes structurelles à attendre. En revanche Mme Urpilainen a précisé qu’’il ne fallait pas en attendre pour les prochains arbitrages budgétaires de la fin du mois car « il y a si peu de temps ».
Elle souligne que si certains partis politiques considèrent les réformes structurelles comme un affaiblissement de l’Etat providence, pour le PSD il s’agit surtout d’améliorer les services publics et rendre incitative la sécurité sociale. Elle juge aussi qu’il faut, outre les réformes sociales, des mesures ciblées pour l’emploi. Elle a mentionné des mesures de relance pour les bâtiments scolaires ou les infrastructures.
Le président du groupe parlementaire Jouni Backman a critiqué les déclarations du parti conservateur et du patronat qui minimisent l’intérêt de la relance et il a demandé au premier ministre de resserrer les rangs dans son camp.
Interrogée sur l’utilisation des amortisseurs de l’UEM (proposée notamment par les Vrais Finlandais), Mme Urpilainen a déclaré qu’il revenait aux partenaires sociaux de décider de leur utilisation.
HS KSAL Dem

Alliance des Gauches

Une réforme des aides étudiantes signifierait la sortie de la coalition
Les dirigeants de l’Alliance des Gauches se sont réunis, lundi, à Jyväskylä. Le parti est opposé à toute augmentation des inégalités sociales et souhaite que l’on améliore la situation des bas salaires. Ces mêmes sujets étaient des conditions à la participation du parti à la coalition gouvernementale il y a deux ans.
Selon le secrétaire du parti Marko Varajärvi, une réforme des allocations étudiantes durant les arbitrages budgétaires « semble impossible » à accepter pour le parti. « La possibilité de quitter le gouvernement serait évoquée fortement. C’est à la direction du parti d’en décider mais personnellement je pense que l’on claquerait la porte du gouvernement », dit-il.
Dem

Economie

Konecranes envisage de supprimer 90 emplois
Le groupe Konecranes va commencer un plan social qui a pour objectif de supprimer 90 emplois. Par ailleurs le groupe prévoit la mise au chômage technique de son personnel.
KS

Metsä wood pourrait supprimer 60 emplois à Kaskinen
Metsä wood envisage de fermer son centre de production à Kaskinen ce qui signifierait la suppression de 60 emplois.
KS

Stora Enso pourrait supprimer près de 180 emplois à Imatra
Stora Enso lance un plan social dans ses deux usines d’Imatra avec pour objectif de supprimer 165 emplois dans la production et 13 dans la recherche et développement.
KS

Aviation

Grève des contrôleurs aériens
Les contrôleurs aériens ont fait un grève surprise, hier, pour protester contre l’annonce de Finavia, l’agence nationale de l’aviation civile, de déplacer les fonctions de contrôle aérien régional de Tampere à Vantaa. Finavia a remplacé des contrôleurs par des supérieurs.
Des vols domestiques ont été retardés, seuls quelques vols ont été annulés.
Il est prévu que les contrôleurs aériens reprennent le travail aujourd’hui.
Le transfert des fonctions de Tampere à Vantaa pourrait engendrer la disparition de 19 emplois.
Finavia souhaite diminuer les dépenses en déplaçant les fonctions à Vantaa où est situé le système de secours de contrôle aérien. L’association des contrôleurs considère comme risqué au niveau de la sécurité que le système de contrôle et celui de secours se trouvent au même endroit.
HS/A11

France

Beaux-arts

Georges de La Tour
Hufvudstadsbladet rend compte de l’ouvrage de Jacques Thuillier sur le peintre Georges de La Tour, publié en 1992, et aujourd’hui traduit en anglais.
HBL/16-17

Lundi 12 août 2013

Politique étrangère et européenne

Visite du président Obama en Suède

M. Obama a critiqué M. Poutine
Helsingin Sanomat rapporte que le président Obama a critiqué le président russe, M. Poutine, lors d’une conférence de presse à Washington vendredi.
La présidence russe a minimisé l’importance de la visite en Suède de M. Obama. Selon une source anonyme, « est-ce qu’il y a quelque chose à discuter avec la Suède mais pas avec la Russie, il n’y a pas de logique ».
Concernant les spéculations sur un éventuel entretien des autres dirigeants nordiques avec M. Obama à Stockholm, les cabinets du Premier ministre Katainen et du Président Niinistö soulignent que » la balle est maintenant dans le camp de Stockholm ».
HS/sam/B4

Estonie

La Finlande attire des entreprises estoniennes
Helsingin Sanomat relève que la Finlande a commencé à intéresser les entrepreneurs estoniens. Selon les statistiques de la fiscalité, environ 3 500 entreprises estoniennes se sont installés en Finlande. Il y a deux ans, il y en avait environ 1 600.
L’ambassade de l’Estonie estime que le nombre d’entreprises estoniennes qui fonctionnent vraiment serait autour de mille.
HS/dim/A2

Politique intérieure

Gouvernement - budget

Analyse : la gauche s’oppose le plus aux propositions de Mme Urpilainen
Selon une analyse de Helsingin Sanomat, les partis de gauche, surtout l’Alliance des gauches, s’opposent le plus aux propositions de Mme Urpilainen, ministre social-démocrate des Finances, sur les réformes structurelles.
Le paquet de réformes structurelles de Mme Urpilainen comprendra des projets que le gouvernement a déjà refusés, comme la réforme des allocations des étudiants, rejetée par M. Paavo Arhinmäki, ministre de la Culture et président de l’Alliance des gauches. Il est même possible que l’Alliance des gauches décide de quitter le gouvernement, même si M. Arhinmäki se plaît bien en tant que ministre.
HS/lun/A13

Parti du centre

Mme Saarikko a été hospitalisée
Selon Helsingin Sanomat, Mme Annika Saarikko (29 ans), vice-présidente du Centre, a été hospitalisée samedi en raison d’une embolie pulmonaire.
Mme Saarikko remplace, depuis début juillet, le président du Centre, M. Juha Sipilä, qui est en congé de maladie également en raison d’une embolie pulmonaire. M. Sipilä devrait reprendre son travail dans une dizaine jours, lors de la réunion estivale du groupe parlementaire du centre à Mikkeli.
HS/lun/A10

Langue suédoise

M. Haglund rejette l’initiative populaire sur le suédois
Helsingin Sanomat relève que M. Carl Haglund, président du Parti suédois et ministre de la Défense, estime que certains milieux finlandais veulent mettre fin au statut du suédois en tant que deuxième lange nationale. Il souhaite que les adversaires du suédois s’expriment ouvertement sur les objectifs.
L’initiative populaire proposant que les études du suédois soient facultatives à l’école a obtenu les 50 000 signatures nécessaires pour que l’initiative soit étudiée au Parlement.
Les associations de jeunesse des Vrais Finlandais et du Parti conservateur ont participé à la collecte des signatures.
M. Haglund estime qu’il est bien d’étudier l’affaire au Parlement. « Dans une démocratie, tous les sujets peuvent être évoqués. » Il estime que le Parlement rejettera cette initiative. « Notre pays a des défis bien plus importants que cela, comme les problèmes de la compétitivité. On ne devrait pas gaspiller de l’énergie à des sujets de ce genre. »
HS/lun/A8

Mme Nylander se félicite du débat
Selon Turun Sanomat, Mme Mikaela Nylander, présidente du groupe parlementaire du parti suédois, se félicite de la possibilité d’un débat politique sur le suédois au Parlement. Elle souligne que le débat donne aux suédophones la possibilité de justifier l’importance du bilinguisme.
Mme Nylander souligne aussi que l’étude du suédois à l’école rend possible la production des services en suédois. « Les suédophones sont dépendants du fait que les finnophones savent parler le suédois. »
TS/lun/9

Rentrée des classes

La plupart des écoliers reprennent demain
Les journaux publient de nombreux articles liés à la rentrée scolaire, qui pour la plupart des écoliers, dont 60 000 qui commenceront leur parcours scolaire, aura lieu demain. Les journaux insistent sur la sécurité des enfants et rappellent que tous les ans, 43 enfants sont blessés dans des accidents routiers à Helsinki.
HS/sam/A6

Editorial : « La situation économique difficile se reflète dans les écoles aussi » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que le maintien de la haute qualité de l’enseignement scolaire ne va pas de soi dans un contexte économique difficile. Beaucoup de communes mettent des enseignants à pied et les contraintes économiques se traduisent par des pressions au niveau de l’agrandissement de la taille des groupes d’enseignement et de coupes concernant différents services dans les écoles.
HS/lun/A3

Essai de journée « globale » flexible dans 11 communes
40 écoles dans 11 communes essaieront cette année un modèle de journée scolaire flexible qui combine l’école et les clubs d’après-midi prévus pour les plus jeunes écoliers, ainsi que les différents passe-temps pour une journée continue dans les locaux des écoles. Cela permettrait de mieux harmoniser les horaires des enfants et des parents.
HS/lun/A6-7

Education à domicile
Helsingin Sanomat publie un article sur l’école à la maison pour laquelle optent quelques centaines de familles par an. Pour la plupart de ces familles, il s’agit d’un choix motivé par l’esprit religieux, pour certains, c’est un choix qui permet plus de liberté au niveau pratique.
Selon un professeur norvégien, le succès de l’école à la maison pourrait augmenter en Finlande, à l’instar de ce qui s’est passé en Suède et au Danemark, où les parents s’intéressent à cette forme d’éducation pour passer plus de temps avec leurs enfants et pour protéger leur enfance qui, pour eux, risque d’être écourtée par la société.
HS/dim/C1-4

Calendrier des vacances scolaires
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Vapaavuori, souhaite susciter un débat parmi les autorités sur le calendrier des vacances scolaires dans le sens de les retarder afin de favoriser le tourisme. Lorsque les écoliers finlandais reprennent l’école à la mi-août, beaucoup d’attractions touristiques terminent la saison même si des touristes des autres pays européens voyagent encore.
HS/dim/A12

Protection des enfants

La ministre souhaiterait modifier les attributions en la matière
La ministre sociale-démocrate des services sociaux, Mme Huovinen, souhaiterait enlever la protection des enfants aux communes et la rétribuer éventuellement aux nouvelles régions chargés des services sociaux et de la santé.
Le dernier groupe de travail ayant étudié les problèmes et les défis de ce domaine constate que les mêmes questions sont évoquées depuis les années 1990. 54 propositions d’améliorations sont présentées par le groupe, dont une augmentation du nombre d’employés.
Mme Huovinen estime qu’il serait opportun que la responsabilité des décisions concernant la protection de l’enfance relève plus généralement du secteur communal et non pas de communes séparées. Elle souligne l’importance de mesures préventives tout en étant consciente du manque de ressources financières.
HS/sam/A8

Garde d’enfants

Des conservateurs souhaitent limiter le droit à la garde d’enfant
Mme Mäkelä et M. Satonen, vice-présidents du groupe parlementaire du Parti conservateur, seraient prêts à restreindre le droit subjectif à la garde d’enfant. Pour eux, la garde à plein temps devrait être réservée aux familles qui en ont véritablement besoin, alors que la garde à mi-temps pourrait continuer à être accessible pour tous.
HS/sam/A19

Helsinki – trams

3T et 3B deviennent 2 et 3
Les lignes de tram 3T et 3B ont changé de nom ce matin pour devenir 2 et 3 respectivement pour plus de clarté. Le 2 circulera désormais ainsi de Kaivopuisto à Töölö et l’inverse, et le 3 de Kallio à Eira et l’inverse.
HS/A17, http://www.hsl.fi/fi/mikaonhsl/liikennetiedotteet/2013/Sivut/Page_20130805012112.aspx

France - Finlande

Littérature

Traductions
Helsingin Sanomat rend compte de la rentrée littéraire et relève que des ouvrages de Thomas Bernhard, Laurent Gaudé, Théophile Gautier, Michel Foucault et Voltaire seront publiés en finnois cet automne.
HS/dim/C15-16

Vendredi 9 août 2013

Politique étrangère et européenne

Visite d’Obama en Suède

« Toujours pas d’invitation pour M. Katainen » Dem
STT rapporte que ni le Premier ministre Jyrki Katainen ni le Président de la République Sauli Niinistö n’ont encore reçu d’invitation pour se rendre à Stockholm lors de la visite du président américain M. Obama.
Le directeur de la communication du Premier ministre a déclaré qu’il revenait aux Suédois de décider des invitations.
L’agence de presse balte BNS a affirmé mercredi que lors de sa visite en Suède, le président américain rencontrerait les dirigeants des pays nordiques et baltes.
Dem

« Un étrange automne en politique étrangère » HS
Kari Huhta écrit que les cabinets de la politique étrangère finlandaise étaient hier animés par une étrange atmosphère. L’annonce de la possible rencontre des dirigeants finlandais avec le Président américain en Suède a constitué une surprise et suscité la confusion.
M. Huhta rappelle aussi que l’affaire Snowden pourrait aussi avoir des effets négatifs sur les relations entre la Finlande et les Etats-Unis. En effet, en Finlande, le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja avait considéré que les agissements de M. Snowden n’étaient pas illégaux, alors que l’espionnage est réprimé en droit américain comme en droit finlandais. De plus, en Finlande, c’est une ministre, Mme Hautala, qui a proposé d’accorder l’asile politique à M. Snowden, alors que dans les autres pays ce sont des ONG et non des ministres qui l’ont fait.
On ne sait pas quels seront les effets de ces déclarations lors de la préparation de la visite de M. Obama, mais on le saura bientôt, conclut M. Huhta.
HS

Editorial : « Le "sommet" avec M. Reinfeldt manque déjà de suspens » Hbl
Dans son éditorial, Hufvudstadsbladet estime que la Suède est « une visite de routine » parfaite pour le président Obama en route pour la réunion G20.
Le Premier ministre suédois, M. Reinfeldt, a été très prudent dans ses commentaires. Pour lui, l’entretien sera « une bonne occasion pour discuter le développement politique et économique dans le monde ».
Pour l’éditorialiste, la Suède a longtemps été l’amie des Etats-Unis et la politique bourgeoise de M. Reinfeldt est proche des conceptions sociales des démocrates américains. Cela promet pour M. Obama une visite à Stockholm décontractée et sans tensions et lors de laquelle toute question épineuse sera évitée.
HBL/12

Nucléaire

« La Finlande va montrer ses compétences au conseil des gouverneurs de l’AIEA » HS
Helsingin Sanomat publie une tribune du ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja qui salue l’entrée, le 1er septembre, de la Finlande, pour trois ans, au conseil des gouverneurs de l’AIEA.
Il souligne que la Finlande dispose de beaucoup de compétences en matière de technologie nucléaire qui pourra être présentée au reste du monde.
M. Tuomioja rappelle que la Finlande participe à nombre d’initiatives dans le domaine nucléaire, comme l’organisation de sommets sur la sécurité nucléaire, lancée par les Etats-Unis en 2010.
Le ministre regrette qu’il n’y ait pas eu d’avancée dans les discussions entre l’AIEA et l’Iran. En tant que membre du conseil des gouverneurs, la Finlande soutiendra les mesures de la communauté internationale pour garantir la poursuite des contrôles de l’AIEA dans ce pays et le caractère pacifique du programme nucléaire de l’Iran. On peut s’attendre à ce que les questions de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie demeurent au cœur de l’agenda, écrit-il.
M. Tuomioja souligne que, durant sa période de trois ans au conseil des gouverneurs, la Finlande aura à donner son expérience en matière de promotion de la sécurité nucléaire. Elle en a une responsabilité particulière en tant que pays utilisant le nucléaire.
Même si l’énergie nucléaire ne peut être considérée comme partie d’une économie durable, elle est acceptable comme solution transitoire pour lutter contre le réchauffement climatique, juge-t-il, rappelant que plus de vingt Etats envisagent de construire des réacteurs nucléaires.
HS

Economie

« La Finlande devient l’Italie du Nord de l’Europe » HS
L’économiste en chef du patronat EK, M. Jussi Mustonen a déclaré, hier, dans Kauppalehti que la Finlande « était désormais dans le groupe des Etats en difficulté de l’UE. L’Italie est un pays qui a le même coût du travail que la Finlande ».
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime aujourd’hui que « les temps sont finis où la Finlande était fière de sa compétitivité industrielle. Cela fait maintenant six ans que cette compétitivité diminue constamment ». « Dans le même temps, les pays en crise du Sud de l’Europe ont réformé leur économie, ce qui a amélioré leur compétitivité. Si le coût social de ces réformes a été élevé, le résultat en matière de compétitivité est remarquable : ces pays se rapprochent de l’Allemagne ». « Quel est donc le groupe de référence de la Finlande maintenant. Hier, le patronat comparait la compétitivité de la Finlande à celle de l’Italie », relève HS qui souligne qu’il ne faut toutefois pas comparer l’Italie, une des plus grandes marques au monde et qui dispose d’industries fortes et d’un important marché domestique à la Finlande dont l’industrie dépérit dans le Grand Nord.
L’éditorialiste rappelle que le patronat a dressé un portrait très pessimiste de l’économie finlandaise, ce qui est naturel, car il est dans l’intérêt de EK de diminuer les coûts des entreprises. Mais il est aussi de l’intérêt des salariés que la compétitivité des entreprises finlandaises soit la meilleure possible, rappelle HS « Le pire des scénarios serait la lente mais certaine dépréciation de l’industrie finlandaise. C’est ce qui est en train de se passer et cela ne sera pas enrayé d’un seul coup », conclut HS.
HS

Union pour la Méditerranée

Editorial
L’éditorialiste commente le rapport du CEPS et de l’ISIS sur l’Union pour la Méditerranée, lancée il y a maintenant cinq ans par le président Sarkozy.
L’éditorialiste estime que, lorsque la situation se sera calmée dans la région (et particulièrement en Syrie et en Egypte), il faudra réfléchir à une vision globale sur cette région. L’éditorialiste estime qu’il faut être pragmatique et viser un partenariat avançant à petits pas entre le Nord et le Sud.
HS

Pays nordiques

Les pays nordiques partagent les mêmes soucis concernant les communes
Helsingin Sanomat rapporte qu’une rencontre nordique sur la politique des communes et de l’administration régionale est en cours à Jyväskylä pendant trois jours sous la direction de Mme Henna Virkkunen, ministre finlandaise chargée des communes.
En Norvège, où il y a actuellement 428 communes, une réforme structurelle des communes est un des principaux thèmes des élections législatives de l’automne. L’opposition estime que le nombre de communes est beaucoup trop élevé et exige une réforme.
Au Danemark, le gouvernement est en train d’évaluer les résultats de la réforme des communes, mise en œuvre il y a six ans. En 2007, le nombre de communes a été réduit de 271 à 98.
En Suède, où il y a 290 communes, il n’y a pas de réforme en vue.
HS/A16

Politique intérieure

Gouvernement - Budget

« Les hausses fiscales ne vont pas compenser la baisse de l’impôt sur les sociétés » HS
« Un budget pour la première fois en baisse » Dem
Le projet de budget du ministère des Finances a été publié, hier ; Il ne comprend pas de nouvelles économies ou modifications de la fiscalité par rapport à ce qui avait été annoncé au printemps. La principale mesure est la décision prise au printemps de la baisse de l’impôt sur les sociétés de 4,5 points à 20%. C’est une telle baisse que les autres décisions fiscales (augmentation de la fiscalité sur l’alcool, le tabac ou les boissons sucrées) ne pourront pas la compenser.
STT rapporte que la baisse de l’impôt sur les sociétés ne constituera toutefois pas une solution miracle dans la situation économique actuelle. Selon le directeur du centre de recherche du patronat ETLA, la seule baisse de l’impôt sur les sociétés ne suffira pas, dans la situation économique actuelle, à pousser les entreprises à investir.
Demokraatti souligne que, pour la première fois, le budget de l’Etat devrait diminuer : il était passé de 49,9 milliards d’euros en 2010 à 50,4 en 2011 puis 52,2 en 2012 et 54,5 en 2013 mais pour 2014 il ne devrait être que de 53,9 milliards d’euros.
HS AL KS Dem

La pression pour fermer des ambassades augmente
Hufvudstadsbladet relève que le ministère des Affaires étrangères est déçu de la proposition du budget présenté par le ministère des Finances, qui propose quelques millions d’euros de frais de fonctionnement de moins que souhaité par le MAE.
Le MAE estime qu’il sera difficile de maintenir le réseau actuel de représentations avec le budget proposé.
Selon le projet de budget, les recettes pour la coopération au développement resteront au niveau de 2012, comme prévu dans le programme du gouvernement.
HBL/3

Social

« L’accord salarial ne va pas relancer l’économie finlandaise » Dem
Le président du syndicat de la métallurgie Riku Aalto estime que l’on attend trop des négociations salariales. « Il est clair que les augmentations de salaires, quelles qu’elles soient entre l’extrême modération du patronat et nos exigences, ne vont pas modifier la direction de l’économie finlandaise ».
Il se félicite toutefois que le président du patronat M. Häkämies n’ait plus rejeté la perspective d’un accord salarial global.
Le syndicat de la métallurgie est dans une position centrale car c’est lui qui lancera, avec le syndicat des employés et des cadres, les premières négociations avec le patronat de l’industrie technologique. M. Aalto déclare que son syndicat vise un accord de deux ans.
Dem

Economie

« Une hausse du chômage à venir » HS
Le groupe de BTP Lemminkäinen a annoncé hier un plan social qui pourrait supprimer jusqu’à 500 emplois.
Le niveau de chômage du secteur du bâtiment approche celui de la crise des années 1990 : il était de 23% en mars et pourrait monter jusqu’à 25%.
HS

Justice

Selon un rapport, il y a des propos racistes et sexistes à la cour d’appel de Helsinki
Helsingin Sanomat note que selon une étude rendue publique jeudi par le journal télévisé de la MTV3, les juges de la cour d’appel de Helsinki ont eu des propos racistes et sexistes pendant les horaires de travail, surtout entre les séances et pendant les pauses. Il y a également eu des cas de harcèlement sexuel lors des fêtes.
La ministre de la Justice, Mme Anna-Maja Henriksson, a condamné fermement le comportement des juges. Elle s’est félicitée du fait que l’affaire a été rendue publique. La présidente de la Cour suprême, Mme Pauline Koskelo, a dit être « étonnée voire choquée » par cette nouvelle.
HS/A8

Islam

On projette une formation pour les imams en Finlande
Suomenmaa rapporte que le forum culturelle et religieuse Fokus projette une formation des imams en Finlande. Selon une étude effectuée par le forum, les musulmans ont besoin d’imams qui connaissent la culture et la législation finlandaises.
M. Ilari Rantakari, conseiller au ministère des Affaires étrangères et président du forum, souligne qu’il est important de trouver une institution prête à offrir ce genre de formation.
Il y a actuellement en Finlande environ 60 000 musulmans qui représentent 35 nationalités différentes. Le niveau de formation des environ cent imams actuels varie beaucoup.
M. Rantakari souhaite que l’Etat puisse participer au financement de la formation.
SM/14

Police

L’Usage de Taser a augmenté pendant plusieurs années mais a baissé cette année
Selon Helsingin Sanomat, les premiers pistolets à impulsion électrique ont été utilisés par la police en 2006 et le Taser a été utilisé depuis plus de 1 500 fois en Finlande. Dans la plupart des cas, le policier a sorti son Taser sans l’utiliser. Un seul décès a eu lieu à Vantaa il y un an.
Il y a des pistolets à impulsion électrique dans les prisons depuis cinq ans. Les gardiens de prison, qui ont eu une formation spéciale, sortent le Taser en moyenne trente fois par an mais l’utilisent seulement de 0 à 3 fois par an.
HS/A6

France - Finlande

Cinéma

Renoir
A l’occasion de sa sortie en Finlande, Aamulehti, Demokraatti, Hufvudstadsbladet, Turun Sanomat et Suomen Kuvalehti publient de bonnes critiques du film Renoir du réalisateur Gilles Bourdos.
Dem AL Hbl SK TS

Jeudi 8 août 2013

Politique intérieure

Gouvernement - Budget

La dette se creuse
Le projet de budget du ministère des Finances comprend un déficit de 6,6 milliards d’euros pour un montant de dépenses fixé à 53,9 milliards d’euros soit inférieur au budget 2013.
Au printemps, on espérait encore que le déficit ne serait que de 4,9 milliards d’euros mais la dégradation de l’économie a creusé l’endettement à venir de 1,7 milliards d’euros, rapporte Helsingin Sanomat.
En effet, les prévisions de croissance du ministère des Finances sont passées de 1,6% à 1,2% pour l’année prochaine.
En 2012, le déficit budgétaire réalisé a été de 7,71 milliards d’euros et cette année il devrait s’établir à 7,76 milliards. Après les 6,6 milliards prévus pour 2014, la dette de la Finlande pourrait atteindre à la fin de l’année prochaine 98 milliards d’euros.
Pour le reste, le projet de budget reprend les décisions politiques prises au printemps comme la baisse de l’impôt sur les sociétés de 4,5 points à 20%. Cela représente un manque à gagner de 1 milliards d’euros pour l’Etat selon STT.
En revanche le gouvernement devra arriver à un accord sur la réforme de la fiscalité sur les dividendes qui avait suscité une polémique au printemps.
Concernant les réformes structurelles à venir (préparées par le secrétaire d’Etat aux Finances Martti Hetemäki, selon Kauppalehti), la ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) a déclaré qu’elle ne faisait pas de propositions concrètes préliminaires afin qu’elles ne soient pas rejetées par le débat public. Elle a rappelé que l’actuelle législature ne voterait pas sur la réforme des retraites mais que celle-ci pouvait être préparée par l’actuel gouvernement si les partenaires sociaux arrivaient rapidement à un accord.
L’opposition parlementaire (Centre et Vrais Finlandais) a critiqué le manque de propositions concrètes concernant les réformes structurelles à venir.
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini a demandé à ce que les amortisseurs del’UEM soient utilisés pour améliorer l’emploi. Selon lui, on pourrait au moins allouer 500 millions d’euros de ces fonds pour des mesures profitant aux employeurs et aux employés, par exemple en diminuant les cotisations patronales et augmentant le pouvoir d’achat. M. Soini rappelle que ces fonds, qui contiennent environ 5 milliards d’euros, avaient été créés avec pour objectif de disposer d’amortisseurs de 2,5 milliards d’euros. Il a aussi réitéré ses criques à l’égard de la monnaie unique : « C’est une crise constante qui ne prendra pas fin avant que la monnaie commune sous sa forme actuelle soit démantelée ».
HS Dem TS KS

« Il faut un accord salarial global » Dem
Lors de la présentation du projet de budget, la ministre des Finances et présidente du PSD Jutta Urpilainen a déclaré que « plus que jamais, il faut un accord salarial global », ce qui, selon elle, témoignerait du patriotisme des employeurs et des employés. Elle a déclaré que cela ne pouvait pas être acquis avec une stagnation salariale car « 0% n’est pas une augmentation ».
Dem

« La SAK veut un accord salarial global » Dem
L’économiste de la confédération syndicale des ouvriers M. Olli Koski déclare que la balle est dans le camp des employeurs. Selon lui, le gouvernement n’a pas beaucoup de marges de manœuvres pour aider à la conclusion d’un accord salarial.
« Tout au plus il pourra y avoir de petits allègements fiscaux. Mais la balle est dans le camp des patrons. Veulent-ils un accord salarial global signe de stabilité ? Il faut se rappeler qu’au printemps l’annonce de la baisse de l’impôt sur les sociétés était un vrai cadeau pour les employeurs. Le gouvernement et surtout les partis de gauche n’ont encore rien reçu en retour de concret des employeurs ».
Dem

M. Rehn souhaite la modération salariale
Le commissaire européen à l’économie Olli Rehn estime que l’on voit des signes d’un rétablissement de l’économie de la zone euro à la fin de cette année. Il souligne toutefois que les pays en crise n’ont pas la possibilité de relâcher leurs efforts.
Selon lui, le principal défi de la Finlande est de rétablir la compétitivité du travail. « C’est important pour la croissance économique et surtout pour l’emploi en Finlande et, en même temps il faut prendre des mesures pour rétablir les finances publiques ».
« Le principal est que l’on augmente la compétitivité de la Finlande en renforçant la formation et l’innovation mais aussi par la modération salariale. De ce point de vue, le prochain accord salarial est important », déclare M. Rehn qui rappelle qu’au printemps la Commission a recommandé à la Finlande des réformes structurelles pour renforcer l’emploi et la compétitivité ainsi que des mesures pour rétablir les finances publiques. « Ces recommandations sont toujours valables et j’ai confiance dans le fait que le gouvernement va les prendre en compte. »
KS TS

Fiscalité

Exonération fiscale pour les frais de représentation des entreprises
Helsingin Sanomat rappelle que le gouvernement a décidé, lors des négociations sur le cadre budgétaire du printemps dernier, de supprimer l’exonération fiscale pour les frais de représentation des entreprises.
La décision a été évoquée mardi par le député conservateur Sampsa Kataja qui a souligné que, selon les calculs du centre de recherche PTT, la suppression rapporterait de 9 à 16 millions d‘euros à l’Etat par an – et non 38 millions comme on l’avait estimé au printemps. PTT estime aussi que la suppression de l’exonération fait disparaitre 600 à 970 équivalent temps plein, dont 340 en Laponie.
Le Parti social-démocrate n’est pas favorable au changement de la décision prise au printemps. Selon Mme Urpilainen, ministre des Finances, le gouvernement doit suivre les décisions déjà prises.
HS/A14

Economie

De nouveaux plans sociaux en perspective
Après l’annonce, lundi, du plan social de Metso, c’est Ahlstrom qui a indiqué hier la suppression de 350 emplois. Cette fois, ce plan social touchera surtout les emplois à l’étranger (Ahlstrom n’ayant que 400 en Finlande de ses 3800 employés).
Selon l’économiste de OP-Pohjola, M. Reijo Heiskanen, il est à craindre que d’importants plans sociaux soient encore annoncés à l’automne et au printemps prochain. .
Les exportations ne sont pas reparties et ne vont donc pas sauver les entreprises qui ont de gros problèmes de rentabilité.
Les exportations de marchandises ont baissé de 6% en valeur par rapport à juin 2012 ; les importations ont connu une baisse encore plus sévère. (12%).
HS

Selon le patronat, le rétablissement de l’économie est encore retardé
Selon EK, les entreprises finlandaises estiment que la conjoncture va encore se dégrader. C’est le secteur du bâtiment qui est le plus pessimiste.
« L’attente d’un redémarrage de l’économie est de nouveau prolongée. Il n’y a pas de tournant positif à l’horizon », déclare l’économiste du patronat Penna Urrila à propos du baromètre de EK.
Cela fait maintenant deux ans que le baromètre de confiance des entreprises est négatif. « Nous subissons toujours les conséquences de la crise financière [de 2008] », selon M. Urrila.
HS

NSN va supprimer 8 500 emplois ?
La presse rapporte que, d’après Blomberg, la société NSN, aujourd’hui entièrement possédée par Nokia (et renommée Nokia Solutions Network et non plus Nokia Simens Network) va diminuer ses effectifs de 17% d’ici fin 2014 pour atteindre un niveau de 42000 employés. Il s’agirait d’une restructuration qui porterait sur la vente et la fermeture d’usines.
HS

Bois-papier

Les groupes de bois-papier à la croisée des chemins
L’éditorialiste de Kauppalehti analyse les difficultés des grands groupes de bois-papier finlandais UPM, Stora Enso et Metsä Board qui lutte tous contre la très faible rentabilité de la production de papier, surtout en Europe.
Ces groupes doivent donc se réorganiser pour rechercher de la rentabilité soit sur les nouveaux marchés, notamment en Asie, soit sur de nouveaux secteurs comme la production d’énergies renouvelables.
KL

Intérieur

Le ministère prépare un rapport sur les groupes extrémistes violents
Le ministère de l’Intérieur va publier à la fin du mois un rapport sur les groupes extrémistes violents en Finlande et organisera le 3 septembre à la maison des Etats un débat sur le sujet.
KS

Police

Un arrêté est décédé après l’usage du Taser
Selon Helsingin Sanomat, le premier décès en Finlande d’un arrêté après l’usage de pistolet à impulsion électrique par les policiers a eu lieu il y a un an au dépôt policier à Vantaa.
Dans son rapport récent, Amnesty Finlande a critiqué les mesures de la police. Le Taser a été utilisé à huit reprises de suite.
HS/A17

Beaucoup de vols de vélo à Helsinki
Depuis le début de l’année, 2 242 vols de vélo ont été annoncé à la police à Helsinki. Il y a eu le plus de vols en juin, 739, contre 521 en juillet. Environ 10 % des vélos volés sont retrouvés plus tard.
A Espoo, le nombre de vols est en baisse : 414 vols en janvier-juillet, soit 65 de moins qu’en 2012.
HS/A18

Ecoles

Décision su chancelier de la justice adjoint sur le cantique Suvivirsi
Helsingin Sanomat rapporte que selon la décision prise par le chancelier de la justice adjoint, M. Jussi Pajuoja, la religiosité des deux premiers versets du cantique « Suvivirsi » n’est pas soulignée et ils peuvent être chantés lors de la fête de fin d’année des écoles.
Ce cantique, apprécié par beaucoup de Finlandais, fait partie des traditions des écoles.
HS/A14

Musée Guggenheim

Le financement du projet de musée Guggenheim divise MM. Arhinmäki et Vapaavuori
Helsingin Sanomat relève que le ministre de la Culture, M. Paavo Arhinmäki (Alliance des gauches), a eu un entretien hier avec les représentants de la Fondation Guggenheim, MM. Richard Armstrong et Ari Wiseman. Selon M. Arhinmäki, le musée est le bienvenu à Helsinki mais son financement doit reposer principalement sur un financement privé. Le ministre souligne que les institutions culturelles ont également dû faire des économies en Finlande.
« Nous ne voulons pas d’une situation où il faudrait couper le financement des autres musées finlandais ou de la vie artistique pour pouvoir financer massivement ce nouveau projet », souligne M. Arhinmäki.
Le ministre de la Culture rejette l’idée d’éventuelles exonérations fiscales pour les donateurs : « Nous devons diminuer les exonérations fiscales au lieu de les augmenter. »
Le ministre conservateur de l’Economie, M. Jan Vapaavuori, ne partage pas l’avis de M. Arhinmäki. Il estime que la ville de Helsinki devrait d’abord prendre sa décision. « Si cette décision est positive, il est essentiel de savoir quelle est la part de Helsinki dans le financement. Ensuite on peut connaître le besoin d’un financement privé et la participation de l’Etat. »
Pour M. Vapaavuori, « il est clair que le projet a besoin d’un financement privé important ». Une participation de l’Etat est également possible. « Il s’agit d’un projet important aussi au niveau national. Une participation de l’Etat dans le financement n’est pas exclue. L’exonération fiscale des donations est une possibilité. »
La Fondation Guggenheim compte faire une nouvelle proposition sur le musée à la municipalité de Helsinki probablement fin septembre. Selon le directeur général de la fondation, M. Armstrong, la nouvelle proposition sera assez différente de la précédente.
Il y a un an, le nombre de visiteurs a été estimé à environ 500 000 personnes par an. M. Armstrong révèle que dans la nouvelle estimation, le nombre de visiteurs pourrait même augmenter.
HS/B1-2

France - Finlande

Cinéma

Renoir
A l’occasion de la sortie en Finlande du film Renoir, Demokraatti et Aamulehti publient des interviews du réalisateur Gilles Bourdos.
Dem AL

Gastronomie

Marché européen à Tampere
Le marché européen qui propose notamment nombre de produits français est à Tampere jusqu’au 12 août et sera ouvert jusqu’à minuit ce soir à l’occasion de la nuit des arts.
AL

Mercredi 7 août 2013

Politique intérieure

Gouvernement - Budget

« Selon Mme Urpilainen, la situation économique est grave, la relance portera sur quelques centaines de millions d’euros » Yle
« Selon Mme Urpilainen, il faut faire des réformes structurelles maintenant » HS
La ministre des Finances Jutta Urpilainen (PSD) a déclaré que la situation de l’économie finlandaise était plus difficile et grave que ce que beaucoup pensaient. Elle a rappelé que le niveau du PIB est tombé à celui de 2006, ce qui représente un manque de 10 milliards d’euros. C’est pourquoi le gouvernement doit accélérer certaines mesures et qu’il faut prendre dès cette année des décisions en matière de réformes. L’objectif de la ministre des Finances est d’améliorer l’emploi, d’augmenter le taux d’emploi, de prolonger la durée des carrières et de renforcer la compétitivité. Mme Urpilainen a notamment évoqué l’intérêt de relever le taux d’emploi et de prolonger les carrières professionnelles, au début et au milieu de la vie active.
La ministre a donc donné pour mission aux hauts fonctionnaires de son ministère de préparer, avec les autres ministères, des projets de réformes structurelles qui seront soumis au gouvernement lors des arbitrages budgétaires de la fin du mois d’août. Elle a aussi déclaré que, « pour une partie de ces réformes, il faudra une préparation et des décisions au niveau tripartite (entre le gouvernement et les partenaires sociaux).
La ministre a toutefois précisé que le PSD s’en tenait à sa ligne consistant à ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite durant la législature. Elle a toutefois rappelé que le gouvernement visait une réforme des retraites qui entrerait en vigueur en 2017.
Mme Urpilainen a déclaré que les réformes des communes et des services sociaux et de santé ne devaient pas être retardées.
Mme Urpilainen considère que le budget permettra de consacrer quelques centaines de millions d’euros à des mesures ciblées de relance. « Nous avons besoin de mesures ciblées qui amélioreront l’emploi ».
Mme Urpilainen estime que, pour soutenir ce budget, la Finlande a besoin d’un accord salarial modéré qui soutienne l’emploi et la compétitivité. En revanche, elle souligne que la balle est dans le camp des partenaires sociaux. « Le gouvernement ne va pas acheter un accord salarial », déclare-t-elle.
Helsingin Sanomat souligne que la Ministre s’est bien gardée de préciser de quelles réformes structurelles il pourrait s’agir. On peut toutefois imaginer que cela visera des projets qui ont été rejetés précédemment par la coalition, comme la réforme des allocations étudiantes (refusée par l’Alliance des gauches). De même le quotidien estime que le PSD sera prêt à accepter une réforme consistant à relever l’âge de départ à la retraite, pour peu qu’elle soit votée par la prochaine législature.
HS Dem KS

« Selon M. Vapaavuori, Mme Urpilainen est sur la bonne voie » Yle
Le parti conservateur a accueilli favorablement les déclarations de Mme Urpilainen. Le ministre de l’économie Jan Vapaavuori a déclaré qu’il fallait étudier tous les thèmes : les réformes des services sociaux, la réforme du système social ou des allocations étudiantes et la durée des carrières professionnelles. Selon lui, ces derniers temps, les débats ont trop tourné autour du thème de la relance. « Les arbitrages budgétaires seront difficiles car nous n’avons pas de marge de manœuvre et les lignes directrices ont été décidées au printemps. C’est pourquoi c’est une bonne occasion de se concentrer sur les réformes structurelles ».
« Je suis très content de voir que le PSD a compris que les réformes structurelles étaient nécessaires », a déclaré le président du groupe parlementaire Petteri Orpo.
De même le président du parti suédophone Carl Haglund et la présidente du parti chrétien-démocrate ont exprimé leur satisfaction concernant l’ouverture de Mme Urpilainen.
Le président du groupe parlementaire des Verts estime qu’il faut avancer avec modération en matière de réformes structurelles.
La présidente du groupe parlementaire de l’Alliance des gauches a affirmé qu’il y avait un consensus sur la nécessité de faire des réformes mais que « les problèmes surgissent quand on commence à envisager les solutions ».
HS Yle KS

Réactions des partenaires sociaux
La confédération ouvrière SAK craint que les réformes structurelles soient préjudiciables aux salariés.
Le patronat pour sa part estime que la meilleure mesure serait un relèvement de l’âge de départ à la retraite.
AL

Déclarations du Président de la république
Le Président Niinistö a déclaré, au moment de l’ouverture de la préparation budgétaire, que la Finlande vivait au-dessus de ses moyens. « Je considère comme utopistes les déclarations concernant la possibilité de rembourser notre endettement actuel par la croissance à venir. Je sais que l’on me taxe de pessimisme mais je considère qu’il est aussi dangereux d’être utopiste sur ces sujets. « Dans les années 2000 on a créé un niveau de vie mondial artificiel financé par la dette. Il ne faut pas répéter les mêmes erreurs ». M. Niinistö souligne qu’une relance domestique na va pas sauver l’économie mondiale dont dépend la Finlande
« Il faut regarder quelques années en arrière et admettre le fait que nous vivons au-dessus de nos moyens ». M. Niinistö rappelle qu’il était déjà critique lorsque la Finlande a relancé l’économie en 2008. « Je critiquais alors le fait que nous avions un déficit structurel de 7 à 8 milliards d’euros dans le budget de l’Etat. Il y est resté ».
AL Yle

Déclarations du Premier ministre
Interrogé aujourd’hui à la télévision, M. Jyrki Katainen (parti conservateur) a repoussé toute idée de relance de l’économie par l’endettement. Il considère qu’il est toutefois possible d’utiliser des fonds du cadre budgétaire pour relancer l’économie. Mais il s’agira d’une goutte d’eau dans l’océan.
« Il faut se concentrer sur les réformes structurelles et les décisions d’économies budgétaires qui ont été prises ».
M. Katainen estime qu’il y a un problème d’attitudes en Finlande puisque les chômeurs de plus de 50 ans n’arrivent pas à retrouver un emploi. Il en appelle à la responsabilité des employeurs.
Yle

Economie

UPM lance un programme d’économies
Après Stora Enso qui a annoncé un programme visant à trouver 200 millions d’économies (et à supprimer 2500 emplois), c’est l’autre géant du bois-papier UPM qui a annoncé, hier, un programme d’économies portant sur 200 millions d’euros. Le groupe n’envisage toutefois pas de fermeture de site et n’a pas précisé le nombre d’emplois à supprimer.
HS

Vie professionnelle

Beaucoup de harcèlement professionnel en Finlande
Hufvudstadsbladet, qui a interviewé des employés harcelés au travail, relève que, selon les statistiques, 4 % de la main-d’œuvre active finlandaise a été objet de harcèlement au travail en 2012. Selon les statistiques européennes, environ 20 % des employés finlandais ont été harcelés ou ont été témoins de harcèlement au travail. Ce chiffre est le plus élevé en Europe.
HS/A11

Communes

Les communes mettent 2 600 enseignants en chômage technique
Selon Helsingin Sanomat, une dizaine de communes finlandaises ont décidé de mettre des enseignants en chômage technique pour faire des économies budgétaires. Cela concerne 2 620 enseignants, dont la moitié, 1 300, à Kouvola où ces chômages techniques durent pendant trois semaines. En 2012, seulement la commune de Salo a eu recours aux chômages techniques qui ont touché 400 enseignants.
Le syndicat des enseignants OAJ s’inquiète des chômages techniques qui toucheraient environ 45 000 élèves. M. Olli Luukkainen, président du syndicat, souligne que ces mesures mettent en danger le suivi des programmes et augmentent l’insécurité dans les écoles.
HS/A10

Parlement

Le suédois divise le Parlement
Hufvudstadsbladet, quotidien d’expression suédoise, rapporte que la présidente du groupe parlementaire du Parti suédois, Mme Mikaela Nylander, attend un débat dur au Parlement l’initiative populaire proposant que les études du suédois soient facultatives à l’école.
HBL note que selon les réponses que les députés avaient données à ce sujet au questionnaire de Helsingin Sanomat avant les élections législatives de 2011, 96 députés seraient favorables au suédois obligatoire et 97 pour le suédois facultatif. Sept députés n’avaient pas répondu à cette question il y a deux ans et demi. Les plus négatifs à l’égard du suédois sont les Vrais Finlandais et l’Alliance des gauches, les plus positifs sont les députés du Parti suédois et de l’Alliance verte.
M. Jouni Backman, président du groupe parlementaire du PSD, estime que plusieurs députés ont changé d’avis depuis les élections législatives. Selon lui, son groupe votera de façon unanime pour le suédois obligatoire. « Si on souhaite des changements, il faut que cela soit mentionné dans le programme du gouvernement. »
HBL/4

Musée Guggenheim

Entretien ses dirigeants de la Fondation Guggenheim avec le maire et la maire adjointe de Helsinki
Helsingin Sanomat relève que la maire adjointe de Helsinki, Mme Ritva Viljanen, qui a eu mardi, avec le maire Jussi Pajunen, un entretien avec les représentants de la Fondation Guggenheim, MM. Richard Armstrong et Ari Wiseman, souligne que l’indépendance du musée d’art de Helsinki ne doit pas être mise en cause par le projet Guggenheim. Dans la première proposition, rejetée par la municipalité il y a un an, l’idée avait été de fusionner une partie du musée d’art de la ville avec le musée Guggenheim.
La fondation compte faire une nouvelle proposition au cours de l’automne. « Je crois que la fondation veut prendre en compte les réactions suscitées par la proposition précédente pour qu’elle donne une meilleure proposition cette fois-ci », selon Mme Viljanen.
Mme Viljanen rappelle que le financement a posé le plus de problèmes il y a un an. « Dans la proposition précédente, le financement reposait presque entièrement sur la ville de Helsinki. »
HS/B2

Passeports

Problèmes dans la livraison des passeports
Helsingin Sanomat rapporte que depuis le début de la délivrance des passeports, fin avril dernier, aux kiosques R, il y a quelques problèmes, notamment dans les SMS envoyés aux demandeurs de passeport. Tous les destinataires n’ont pas reçu le SMS leur permettant de venir retirer leur passeport, ce qui a prolongé le processus de livraison.
M. Kimmo Nuotio, professeur en droit pénal à l’université de Helsinki, souligne que « le passeport est une preuve très importante dans l’identification d’une personne ». Il est très grave si un passeport est délivré à une autre personne, ce qui s’est passé récemment.
M. Jan Karlsson, directeur chargé des kiosques R, souligne que les kiosques ont déjà délivré plus de 100 000 passeports et une seule fois une personne a eu le passeport de quelqu’un d’autre. Selon M. Karlsson, la chaîne R compte augmenter la formation du personnel.
La demande de passeport doit être déposée au commissariat de police. Dès que le passeport est prêt, la police envoie un SMS avec un code de livraison et le destinataire peut aller retirer son passeport au kiosque R le plus porche de son domicile.
HS/A8

Mardi 6 août 2013

Politique intérieure

Gouvernement - Budget

« Selon M. Katainen, le gouvernement est prêt à soutenir un accord salarial » KS
« M. Katainen propose une relance ciblée et son aide pour un accord salarial » HS
Le Premier ministre Jyrki Katainen (conservateur) a donné une interview à Helsingin Sanomat et à STT trois jours après son retour de vacances passées principalement aux Etats-Unis.
Il déclare que le gouvernement est prêt à aider à la conclusion d’un accord salarial global si c’est nécessaire. Il n’a toutefois pas de rendez-vous prévu avec les partenaires sociaux. « Nous n’avons pas de rendez-vous prévu mais j’essaie de voir quel est le niveau de volonté des partenaires sociaux. L’intérêt de la Finlande serait que l’on arrive à un accord qui satisfasse à la fois le pouvoir d’achat des employés et la compétitivité des entreprises », dit-il, ajoutant à HS qu’il sera en contact avec les partenaires sociaux.
Il admet que la situation est difficile actuellement. « Il y a tant d’incertitudes que cela suscite une atmosphère négative. Nous avons tous dans notre entourage des proches touchés par un plan social », dit-il. Il s’inquiète particulièrement de l’augmentation du chômage des diplômés de l’enseignement supérieur qui remet en cause la foi dans l’éducation et la formation. Il espère que, pour contrer cet engrenage, les décideurs pourront faire preuve de détermination. « Nous avons besoin de confiance et de coopération plutôt que d’affrontements catégoriels », dit-il.
Il essaiera de rapprocher les partenaires sociaux lors du séminaire de politique économique qu’il organise à la fin du mois à Heureka. « J’espère que nous pourrons nous parler et rétablir la confiance entre nous », dit-il.
Selon lui, un accord salarial global serait un bon message prouvant que l’on peut créer, développer et investir en Finlande.
M. Katainen ne souhaite pourtant pas dire à ce stade comment concrètement le gouvernement pourrait aider à la conclusion d’un tel accord. « Le gouvernement pourrait faire des efforts pour la compétitivité des entreprises et la rentabilité de l’emploi », se borne-t-il à dire. Il estime que l’allègement de la fiscalité sur les revenus est une possibilité mais qu’elle doit être ciblée de telle manière que l’Etat, en retour, reçoive de nouvelles rentrées fiscales si l’emploi augmente. Il rappelle que, sur les salaires, un point de plus correspond à un milliard d’euros ce qui explique que les moyens soient limités. Il estime qu’il est toutefois réellement possible d’arriver à un accord garantissant compétitivité et pouvoir d’achat : il faudra pour cela une modération salariale supérieure à celle des pays concurrents. Il rappelle toutefois que, même si le gouvernement peut aider les partenaires sociaux, le principe est toutefois que ceux-ci négocient d’abord entre eux.
Lors des négociations budgétaires de la fin du mois, le gouvernement devra définir des priorités dans sa politique économique. M. Katainen souligne que le programme gouvernemental est en partie dépassé mais que l’objectif de mettre fin à l’augmentation du rythme d’endettement demeure central. Le gouvernement va donc essayer de diminuer la part de la dette sur le PIB d’ici la fin de la législature. « Actuellement, c’est très difficile car les mesures d’aménagement structurel ont un effet négatif sur la croissance à court terme. Mais à long terme, il est important pour le caractère durable des finances publiques de remplir cet objectif ».
En revanche, le gouvernement devra faire des concessions sur l’objectif de déficit budgétaire (au maximum de 1%) car « c’est trop ambitieux car cela nécessiterait de trop importantes hausses fiscales et coupes budgétaires, ce qui creuserait le chômage et grèverait la croissance ».
En matière de relance ciblée, M. Katainen souligne que cela sera dans le cadre du budget prévu et de moins de 200 millions d’euros. L’objectif sera de dépenser chaque euro pour l’emploi.
Interrogé par Helsingin Sanomat sur les difficultés de son gouvernement à prendre des décisions, M. Katainen estime que les politiques ont tendance à se cacher derrière le légalisme : on déclare une réforme impossible parce que la législation l’empêcherait. Ou bien on cherche trop à préparer une réforme parfaite et on a peur des erreurs ou on se perd dans les détails.
M. Katainen est irrité par les spéculations sur sa « fatigue » et son usure. « Nombreux sont ceux qui voudraient en conclure que je suis grillé. J’étais fatigué fin mars mais plus en avril », dit-il.
M. Katainen souligne que le parti conservateur ne va pas chercher à faire des coups pour remonter dans les sondages et que le parti n’a pas l’intention de changer de ministres comme l’a fait le PSD. « Je vais faire ce que je pense bien et espère que cela éveillera la confiance », dit-il.
KS HS

Parti social-démocrate

M. Lindtman est le candidat favori pour remplacer Mme Urpilainen
Turun Sanomat relève que selon une enquête d’Yle auprès des membres du conseil national et des présidents des districts régionaux du Parti social-démocrate, un quart estime que le parti devrait changer de président. La moitié estime que Mme Jutta Urpilainen doit continuer à la tête du parti et un quart ne s’exprime pas.
Le candidat favori de ceux qui souhaitent changer de président est M. Antti Lindtman, député et vice-président du PSD.
La majorité des responsables du PSD estiment que le parti a dû participer à prendre de mauvaises décisions et son audience souffre des responsabilités gouvernementales.
TS/8

Emploi

150 personnes difficilement employables
Près de la moitié des chômeurs en Finlande sont dans une situation qui les rend difficilement employable sur le marché du travail, selon le ministère de l’emploi. Il s’agit de personnes en chômage de longue durée (plus d’un an sans emploi) ou qui enchaînent périodes de formation et de chômage. Les autorités soulignent aussi que l’on manque de connaissances sur les effets de l’alcool sur le chômage, alors même que la dépression est la première cause d’invalidité. « Or il est difficile de savoir ce qui précède, l’alcoolisme ou la dépression ».
HS

Economie

Metso supprime 750 emplois
Le groupe Metso a annoncé un plan social touchant 2800 employés en Finlande et ayant pour objectif de supprimer 750 emplois principalement en Finlande dans le secteur du papier et de la cellulose. Près de la moitié des employés de Metso dans le secteur du papier travaillent à Jyväskylä.
HS

La Suède plus attractive que la Finlande pour les investissements dans le papier
Selon le Centre de recherche Pellervo, durant les années 2001-2014, les groupes de bois-papier suédois et finlandais ont annoncé beaucoup plus d’augmentation de capacités de production en Suède qu’en Finlande.
Cela s’expliquerait par le fait que l’économie suédoise a connu une plus forte croissance que l’économie finlandaise sur cette période. De plus, les coûts horaires de production ont diminué en Suède alors qu’ils ont augmenté en Finlande.
HS

Energie

« Rosatom propose une centrale convenable » Kaleva
Kaleva rapporte que, après les vacances, Fennovoima se concentre actuellement sur la poursuite des négociations avec Rosatom Overseas.
Le réacteur AES-2006 devrait passer les premières évaluations du STUK mais ce n’est qu’à l’automne 2014 que l’on devrait savoir si le projet de Fennovoima nécessitera d’être étudié à nouveau par le Parlement qui a délivré son autorisation de principe en juillet 2010.
Actuellement, on évalue qui le réacteur proposé par Rosatom est « suffisamment semblable » à ceux proposés par Areva et Toshiba et figurant dans la demande de décision de principe. Tout dépendrait donc de l’interprétation juridique et politique qui sera faite de la décision de principe.
Fennovoima doit donc d’abord réaliser sa propre étude de sécurité du réacteur de Rosatom avant de la soumettre au STUK qui réalisera lui aussi une étude. « « Le fait que le réacteur de Rosatom ne figurait pas dans la demande initiale de Fennovoima doit être compensée d’une manière ou d’une autre », selon Keijo Valtonen, directeur au STUK.
Kaleva

Débat sur la politique énergétique allemande
« L’Allemagne est aussi un mauvais exemple » KL
« Le tournant énergétique allemand est très risqué » HS
Le correspondant de Kauppalehti en Allemagne écrit un point de vue dans l’édition du jour pour critiquer la politique énergétique du gouvernement Merkel et affirmer que : « les fanatiques verts finlandais sont admiratifs du fait que la plus grande économie de la zone euro a tourné le dos au nucléaire et s’est concentrée sur les énergies renouvelables : il ne faut pas suivre cet exemple d’une politique énergétique qui s’est écrasé dans le mur ».
Dans Helsingin Sanomat, c’est l’expert de l’industrie énergétique finlandaise Lauri Muranen qui estime que la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne est critiquable et affirme que les émissions ont augmenté l’année dernière en Allemagne.
KL HS

Reportage sur l’énergie éolienne off shore
Kauppalehti publie un reportage sur le port de Breme, au Nord de l’Allemagne, où se développe un secteur tourné notamment vers les énergies éoliennes offshore. Le journaliste a notamment visité Areva Wind qui y emploie 800 personnes.
KL

Parlement

L’initiative populaire sur le suédois
Selon Helsingin Sanomat, il semble que l’initiative populaire proposant que les études du suédois soient facultatives à l’école pourrait atteindre les 50 000 signatures nécessaires pour que l’initiative soit étudiée au Parlement. Jusqu’à présent, 46 000 personnes l’ont signée.
Une initiative populaire sur le changement de la loi sur les droits d’auteur et une autre sur le mariage pour tous attendent l’étude du Parlement.
HS/A11

Musée Guggenheim

Les dirigeants de la Fondation Guggenheim auront un entretien avec le maire de Helsinki
Helsingin Sanomat relève que le maire de Helsinki, M. Jussi Pajunen, et la maire adjointe, Mme Ritva Viljanen, auront un entretien avec les représentants de la Fondation Guggenheim, MM. Richard Armstrong et Ari Wiseman. Même si sa première proposition avait été rejetée par la municipalité, la fondation s’intéresse encore à un projet de musée à Helsinki et on attend, au cours de l’automne, une nouvelle proposition américaine.
MM. Armstrong et Wiseman ont rencontré lundi M. Carl Haglund, président du Parti suédois. Ils doivent s’entretenir aujourd’hui avec MM. Ville Niinistö, président de l’Alliance verte, et Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches.
HS/A13

Passeports

Les kiosques R délivrent des passeports
Depuis le 29 avril dernier, les Finlandais peuvent aller chercher leurs nouveaux passeports au kiosque R de leur quartier, au lieu de faire la queue à la station de police.
Helsingin Sanomat rapporte qu’un kiosque R a délivré récemment à un Finlandais le passeport d’une autre personne. Les autorités sont en train d’étudier le cas.
HS/A25

Cueillette

Un nombre record de Thaïlandais en train de cueillir des baies en Finlande
Hufvudstadsbladet rapporte que selon les statistiques du ministère des affaires étrangères sur les visas accordés, le nombre de Thaïlandais venus pour cueillir des baies dans les forêts finlandais s’élève à un nouveau record cet été, à 3 200 personnes. Au total, il y a environ 4 000 étrangers non-Européens en train de cueillir des baies en Finlande – des mûres des marais, des myrtilles et des airelles.
HBL/4

Lundi 5 août 2013

Politique intérieure

Gouvernement - Budget

M. Katainen n’a pas l’intention de démissionner avant la fin de la législature
Le Premier ministre Jyrki Katainen (conservateur) a donné une interview télévisée à Yle et MTV3 pour affirmer que, contrairement aux rumeurs qui circulent, il n’a pas l’intention de démissionner au milieu de la législature. Il a déclaré qu’il indiquerait au printemps s’il se présente à sa réélection comme président du parti conservateur. Le congrès du parti aura lieu l’été prochain.
Concernant le débat sur la relance économique, M. Katainen a déclaré que l’ampleur du paquet de relance sera de quelques centaines de millions d’euros. « Le paquet de relance ne va pas faire repartir l’économie mais il peut toutefois avoir un effet positif sur l’emploi », selon lui. Les fonds pour ce paquet de relance seront pris dans les limites du cadre budgétaire ou sur des coupes budgétaires. M. Katainen n’a pas l’intention de vendre des actions d’entreprises de l’Etat.
KS

« Le budget donnera lieu à un bras de fer » KS
Keskisuomalainen estime que les principaux partis de la coalition gouvernementale sont divisés sur l’opportunité de prévoir de nouvelles coupes budgétaires et hausses d’impôts dans le prochain budget. Le parti conservateur souhaiterait augmenter la fiscalité sur la consommation et la fiscalité environnementale pour rétablir l’équilibre budgétaire. Le PSD estime que les réformes fiscales entérinées au printemps suffisent et qu’il faut désormais réfléchir à des investissements de la part de l’Etat. Pour le PSD, les prochaines mesusres de réajustement des finances publiques devront être prises au printemps prochain et non cet automne.
KS

Préparation du budget
Kauppalehti rapporte que la ministre des Finances et les hauts fonctionnaires de son ministère vont se réunir cette semaine pour préparer le projet de budget pour 2014. Selon Kauppalehti ce projet devrait respecter le cadre décidé au printemps de dépenses de l’Etat portant sur 42,5 milliards d’euros. Le paquet de relance ne portrait que sur un maximum de 200 millions d’euros.
Le projet du ministère des Finances sera publié sur le site du ministère le 8 août.
Les 13 et 14 août des réunions auront lieu entre le ministère des Finances et les autres ministères.
Les 28 et 29 août, le gouvernement se réunira pour décider des arbitrages budgétaires.
le projet de budget du gouvernement sera transmis au Parlement le 16 septembre.
KL

Le patronat préfère des accords de branche
Le président exécutif du patronat EK, M. Jyrki Häkämies a déclaré » vendredi que le patronat était prêt à discuter d’un accord salarial global. Le patronat maintient toutefois sa ligne officielle qui stipule que les prochains accords salariaux seront négociés au niveau des branches et non au niveau des confédérations.
Pour l’instant, le seul rendez-vous tripartite prévu est le séminaire organisé par le Premier ministre Jyrki Katainen à la fin du mois.
Les partenaires sociaux ont toutefois des contacts étroits et des rendez-vous entre syndicats et patronats sont déjà prévus.
M. Häkämies souligne que le patronat se prépare donc à des négociations salariales de branche. De nombreux accords salariaux arrivent à échéance en octobre et à l’automne les partenaires sociaux doivent aussi décider du niveau des cotisations retraites pour l’année prochaine et ils devraient aussi relancer les négociations sur la réforme des retraites.
M. Häkämies déclare que le patronat souhaiterait des accords salariaux très modérés, proche de 0% d’augmentation, et que le gouvernement décide d’allègements fiscaux. Cela garantirait à la fois la compétitivité et le pouvoir d’achat.
Concernant le débat sur la relance, M. Häkämies estime que le gouvernement n’en a pas les moyens et qu’il serait préférable que l’Etat se lance dans des réformes structurelles. Il évoque des emplois à bas salaire sur le modèle de ce que proposent MM. Vartiainen et Soininvaara.
HS

« Le gouvernement est responsable de la compétitivité de la Finlande » HS
Le directeur du centre de recherche économique de l’Etat (VATT), M. Vartiainen estime que le gouvernement devrait privilégier les réformes structurelles qui assurent le rétablissement des finances publiques avant de prendre des mesures de relance. Comme réforme structurelle possible, il mentionne celles qui tendent à rendre plus incitatives les politiques sociales, comme il n’a déjà souligné dans son ouvrage publié en mars et intitulé Plus d’emploi à bas salaire.
HS

Mme Risikko veut réformer les aides sociales
La ministre de la santé Paula Risikko (parti conservateur) a proposé dimanche d’en finir avec une politique sociale qui donne des allocations sans contreparties. « L’idée serait d’élargir le système de garantie emploi-formation pour les jeunes à toutes les catégories de population. On pourrait alors mettre en place une politique sociale incitative qui lutte contre l’exclusion », déclare le ministre qui considère que le système d’allocations sociales actuel rend passif les bénéficiaires en âge de travailler.
Mme Risikko propose par exemple que les chômeurs soient contraints de participer à des activités. Elle a mis en place un groupe de travail pour réfléchir à une réforme du système social.
La ministre des Transports Merja Kyllönen (alliance des gauches) a condamné cette proposition de Mme Risikko.
AL HS

L’âge demeure un obstacle pour la recherche d’emploi
Selon une récente étude, les séniors finlandais ont des difficultés à trouver du travail. Durant les dix dernières années, la volonté des employeurs d’embaucher des séniors n’a pas augmenté. Il y a en Finlande une culture des départs en préretraite depuis les années 1980 et les attitudes n’ont pas changé depuis.
Ainsi un cinquième des employeurs considèrent que l’âge minimal de départ à la retraite de 63 ans est trop élevé. Si la plupart des employeurs sont satisfait de cet âge, seulement 6% des employeurs considèrent que l’âge de départ à la retraite est trop bas. Dès lors, si l’on augmentait rapidement l’âge minimal de départ à la retraite, un des effets à craindre serait l’augmentation de la durée de chômage des séniors.
La difficulté des séniors à trouver du travail touche plus les hommes que les femmes qui trouvent plus facilement des emplois dans les secteurs sociaux où on manque de main d’œuvre.
HS

Police

La police va acquérir un cheval de Troie
La police finlandaise a décidé d’acquérir un programme informatique pour surveiller les ordinateurs des criminels. La législation permet désormais à la police, avec l’accord de la ,justice, d’espionner les réseaux informatiques des criminels notamment en matière de lutte contre les trafics de stupéfiants.
La police n’a pas encore décidé si elle va utiliser son propre programme ou acheter un programme d’espionnage. Probablement les deux.
HS

Baisse des homicides
Il n’a a jamais eu aussi peu d’homicides en Finlande depuis 43 ans ! En 2012, le nombre d’homicides était seulement de 89 contre encore 144 en 2004. Le comportement des Finlandais en matière d’homicides se rapproche de celui de l’Europe occidentale, rapporte HS qui souligne que la baisse de la criminalité est une tendance générale en Europe occidentale.
HS
France - Finlande

Cinéma

Renoir
Helsingin Sanomat publie une critique du film Renoir de Gilles Bourdos qui sort cette semaine en Finlande.
HS

La palme d’or au festival d’Helsinki
Le festival Amour et Anarchie ouvrira sur la projection de la palm d’or de Cannes, le film Adela d’Abdellatif Kechiche.
HS

Sport

« Les Sébastiens, rois de la terre battue » HS
« Un rêve concrétisé » KS
Sébastien Ogier a remporté le Rallye de Finlande, un an après son compatriote Sébastien Loeb.
Il est le premier non scandinave à gagner la même année les rallyes de Finlande et de Suède.
Il a aussi battu ses concurrents finlandais sur la légendaire spéciale d’Ouninpohja, où il a établi un nouveau record, à plus de 130 km/h de moyenne.
HS KS

France
Tourisme
« Disneyland paris profite à toute la région » TS
Turun Sanomat rapporte que le parc d’attraction de Disneyland Paris profite bien au-delà la Marne-la-Vallée. Le parc a accueilli 16 millions de visiteurs l’année dernière.
TS

Vendredi 2 août 2013

Politique intérieure

Sondage

« Le paquet de relance ciblé sera minime » HS
Yle a publié hier un sondage sur l’audience des partis politiques selon lequel le Centre renforcerait son avance, les conservateurs arrêteraient leur recul alors que le PSD continueraità s’effriter.
Le centre est toujours le premier parti avec 22,8% (+1,3% par rapport à juin), devant le parti conservateur 18,8% (+0,4%), les Vrais Finlandais 18% (-0,6%), le PSD 15,6% (-0,5%), les Verts 8,4% (-0,9%), l’alliance des Gauches 7,2% (-0,3%), le parti populaire suédois 4,4% (+0,4%) et les chrétiens-démocrates 3,6% (+0,1%).
Yle souligne que ce sont les Verts qui ont le plus perdu parmi les partis de la coalition gouvernementale.
La coalition gouvernementale voit son audience diminuer de 0,8% en un mois et a surtout perdu 6,4 points depuis le début de l’année.
Les deux partis de gauche ne totalisent que 22,8% (soit plus de 4 points de moins qu’au début de la législature).
Yle

Politique économique

On attend peu de choses du séminaire de M. Katainen
Le quotidien du PSD Demokraatti estime qu’il y a peu de choses à attendre du grand séminaire économique convoqué par le premier ministre Jyrki Katainen au centre Heureka de Vantaa à la fin du mois. Il devrait y avoir une cinquantaine de participants, y compris avec les dirigeants des associations de jeunes des partis politiques. L’esprit de la réunion devrait être plutôt un échange d’idées.
Dem

Déclarations de M. Vanhanen
L’ancien Premier ministre centriste Matti Vanhanen estime que, plutôt qu’un plan de relance, le gouvernement devrait mettre en place des réformes structurelles. Il en propose quatre.
Premièrement, il faudrait que le gouvernement soutienne un accord salarial très modéré pour garantir la compétitivité finlandaise.
Deuxièmement, le gouvernement devrait décider avec les partenaires sociaux un relèvement de l’âge de départ à la retraite.
Troisièmement, il faut diminuer le nombre de fonctionnaires municipaux comme cela a été fait au niveau de la fonction publique nationale.
Quatrièmement il faut améliorer la capacité des entreprises à trouver des financements, notamment par des incitations fiscales.
HS

Social

L’industrie technologique souhaite des accords salariaux de branche
L’industrie technologique exige la suppression des amortisseurs de l’UEM
Le syndicat patronal de l’industrie technologique estime que l’économie finlandaise est dans une situation telle que les amortisseurs mis en place lors de l’entrée de la Finlande dans l’Union économique et monétaire doivent être utilisés pour faire face à la mauvaise conjoncture.
A de nombreuse reprise le patronat a déjà proposé que ces amortisseurs soient utilisés par exemple pour baisser les cotisations retraites, mais les syndicats d’employés s’y opposent car ils estiment qu’il ne s’agit pas d’une crise touchant particulièrement la Finlande et nécessitant le démantèlement de ces fonds.
Ces amortisseurs constitués par des cotisations retraites excédentaires seraient d’un montant d’un à cinq milliards d’euros.
Selon le communiqué de l’industrie technologique publié hier, la production industrielle finlandaise devrait reculer de plusieurs points cette année. Le carnet de commande de l’industrie technologique (qui constitue plus de la moitié des exportations finlandaises) accuse un recul de 10% par rapport à l’année dernière.
Depuis 2010, seuls la Grèce, l’Italie, l’Espagne et le Portugal ont connu un recul de la production industrielle plus important que la Finlande.
En juin, le secteur de l’industrie technologique n’employait plus que 289 000 personnes (contre près de 320 000 en 2008). Il avait ainsi perdu 6000 emplois par rapport à 2012 et, de plus, 15 000 personnes étaient en chômage technique.
L’industrie technologique souhaite une réforme du dialogue social afin que soient mieux prises en compte les spécificités de chaque branche. Le secteur se prépare donc à conclure un prochain accord salarial de branche et demande au gouvernement des mesures fiscales pour soutenir le pouvoir d’achat.
HS

Société

Ecrits antisémites : Magneettimedia va modifier sa ligne éditoriale
A lka suite d’écrits antisémites publiés dans le journal gratuit Magneettimedia, le Centre Simon Wisenthal avait saisi l’attention du Président de la République Sauyli Niinistö.
La nouvelle direction de l’entreprise J. Kärkkäinen Oy qui possède Magneettimedia a demandé à l’ancien fondateur du groupe et toujours rédacteur-en-chef du journal gratuit, de changer de ligne éditoriale. M. Juha Kärkkäinen, qui a perdu le contrôle de l’entreprise qu’il avait créé à la suite d’une faillite, estime qu’il s’agit là d’une atteinte à la liberté d’expression.
HS

Sport

Rallye de Finlande
Après la première journée d’hier, le français Sébastien Ogier était second au classement du Rallye de Finlande.
HS
Jeudi 1er août 2013

Politique étrangère et européenne

Syrie

Mort d’un combattant finlandais en Syrie
Turun Sanomat rapporte qu’un jeune finlandais qui combattait dans les rangs de la rébellion en Syrie est mort cet été. Il serait décédé fin juin à Alep lors de combats entre la rébellion et les forces du gouvernement.
Il s’agirait d’un jeune homme finlandais de Turku qui s’était converti à l’islam et était parti en Syrie avec son épouse.
La Sûreté finlandaise ne confirme ni n’infirme mais déclare qu’une telle information ne constitue pas une surprise. Selon la SUPO, le nombre de Finlandais partant en Syrie a augmenté cette année.
La SUPO s’inquiète du fait que ces Finlandais qui participent à des conflits reçoivent sur place des modèles de pensée de groupes extrémistes. Or, comme ils reviennent ensuite en Finlande le risque est que ces groupes extrémistes fasse de la Finlande une zone d‘action. La SUPO est aussi inquiète du fait que ces jeunes mettent leur vie en danger en participant à des conflits.
TS

OSCE

La nouvelle haut commissaire de l’OSCE pour les minorités
L’ancienne députée et ministre Astrid Thors prendra le 20 août ses fonctions de haut commissaire de l’OSCE pour les minorités. Elle va déménager aux Pays-Bas d’où elle gérera le plus haut poste de l’OSCE jamais conféré à un Finlandais.
Dans une interview accordée à Helsingin Sanomat, Mme Thors estime que les minorités sont aujourd’hui dans une situation plus difficile qu’il y a quinze ans. « On a vu ces derniers temps des signes du fait que les tensions qui semblaient disparaître en Europe dans les années 90 sont de retour. A la suite de la crise économique, on voit ressurgir un nouveau discours de haine. Avec lui, il y a une nouvelle vague d’antisémitisme et, plus généralement, des problèmes dans le dialogue entre les minorités ».
Un exemple en est les problèmes dans les Balkans.
« Mais si l’on regarde seulement l’UE, il est clair que c’est la minorité des Roms qui est dans la position la plus difficile », dit-elle.
HS

Politique intérieure

Gouvernement

« Le paquet de relance ciblé sera minime » HS
Helsingin Sanomat estime qu’en dépit des débats sur la relance, il est probable que le paquet économique du gouvernement sera faible.
S’il semble acquis que les arbitrages budgétaires de fin août contiendront des mesures ciblées de relance, elles seront faibles. En effet, le gouvernement devrait s’en tenir à sa promesse consistant à arrêter la croissance de l’endettement d’ici la fin de la législature, ce qui ne permettrait pas de relancer par la dette. Au contraire, le gouvernement devrait probablement trouver entre 0,5 et 1 milliard au printemps prochain.
De plus, il est peu probable que d’ici la fin du mois le gouvernement décide de vendre des actions d’entreprises ou de nouvelles économies. Dès lors, les mesures de relance ne devraient porter que sur environ 200 millions d’euros, selon HS. En fait, il s’agirait là d’utiliser la plus grande partie des dépenses du budget précédent qui n’ont pas été réalisées (300 millions d’euros).
Cette relance portant sur 200 millions d’euros représenterait seulement un pour mille du PIB finlandais.
L’éditorialiste de Kauppalehti juge que la Finlande a besoin d’un paquet de relance qui soit crédible afin que le pays prenne le bon train de la croissance de la zone euro.
HS KL

« Les ministres reviennent de vacances pour continuer à se disputer » AL
La plupart des ministres reviennent de vacances au début du mois d’août, rappelle Aamulehti. Selon le professeur de sciences politiques Tapio Raunio, la colation gouvernementale ne devrait toutefois pas être capable de lancer de nouveaux projets. Elle va certainement se concentrer sur la réalisation de la réforme des services sociaux et de santé. Il attend un projet de budget très prudent et des mesusres de relance ciblées très faibles.
AL

Editorial : « Le difficile retour de vacances de M. Katainen » HS
« Si la Finlande, le gouvernement et le parti conservateur étaient dans une situation délicate avant les vacances de M. Katainen, les quatre dernières semaines n’ont fait qu’empirer la chose, estime l’éditorialiste qui mentionne la chute de M. Katainen dans les sondages, les tensions concernant les projets de fréforme du gouvernement (de la santé et des communes).
M. Katainen n’est pas fini mais il aura besoin de résultats rapides qui satisfont les conservateurs et les font remonter dans les sondages, juge l’éditorialiste.
HS

Economie

« La Finlande a des atouts » HS
Helsingin Sanomat dresse une liste dans atouts de la Finlande pour se sortir de la crise économique :
-  le bon niveau de formation de la population :
-  un secteur bancaire sain qui soutient les entreprises ;
-  une faible corruption ;
-  un bon recouvrement des taxes et impôts ;
-  la proximité de la Russie qui profite à une Finlande située à la périphérie de l’UE ;
-  l’ouverture au monde des jeunes start up finlandaises (jeux, cleantech…) ;
-  la relative bonne santé de l’économie publique ;
-  la croissance des investissements dans la R&D, le management, le marketing…
-  le fort taux d’emploi des femmes ;
-  la stabilité du système de retraites.
HS

Voiture électrique

Helsinki crée 30 postes de rechargement
La municipalité d’Helsinki va construire avant la fin de l’année trente postes de rechargement publics pour les véhicules électriques.
HS

Construction

« Faiblesse des grandes constructions en bois » HS
« La Finlande derrière la Norvège et même la France » HS
Alors que le projet qui a remporté l’appel d’offres architectural pour la nouvelle bibliothèque comporte une grande façade en bois, Helsingin Sanomat souligne que pour les grandes constructions la Finlande ne privilégie pas le bois. Une des raisons en était la crainte des incendies qui avait conduit à interdire la construction de maisons de plus de deux étages en bois au XIXème siècle et qui n’a été levée que dans les années 1990.
« La Finlande est connue comme un pays spécialisé dans la construction en bois et dans la construction écologique ce qui est en partie vrai et en partie un mythe », selon le professeur d’architecture en bois de l’université Aalto Pekka Heikkinen. M. Heikkinen souligne qu’en France il a actuellement beaucoup de création dans la construction en bois : « un bon mélange de la créativité française et de la rigidité finlandaise serait bon », dit-il.
HS

Helsinki

Changement des lignes de tramway
A compter de la rentrée, le 12 août, les lignes de tramway qui desservent notamment l’ambassade de France, 3B et 3T vont changer de dénomination : la ligne 3B sera désormais la ligne 3 et la 3T la ligne 2.
HS

Histoire

Le finnois, langue officielle depuis 150 ans
C’est le 1er août 1863 que fut publié le décret linguistique conférant au finnois le statut de langue officielle, prioposé par le sénateur J. V. Snellman et signé le 30 juillet par le Tsar Alexandre II. Le décret stipulait que, dans les vingt années suivantes, le finnois devait être utilisé à tous les niveaux de l’enseignement, la justice et l’administration ».
Dem

France - Finlande

Construction navale

Des contrats pour les entreprises finlandaises pour le navire construit en France
Aamulehti rapporte que même si le navire Oasis 3 sera construit à Saint-Nazaire, les sous-traitants finlandais devraient recevoir de nombreux contrats. Selon Finnpro cette part des sous-traitants finlandais pourrait porter sur 40 à 60 millions d’euros. Environ 20 à 30 entreprises finlandaises participeraient à ce chantier.
AL

publié le 30/08/2013

haut de page