Août 2012

Vendredi 31 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Les patrons finlandais ont moins confiance dans l’euro
Kauppalehti relève que les principaux patrons de Finlande, interrogés par le journal, estiment que la Finlande doit rester dans l’euro. Ils confortent donc le message délivré dernièrement par le premier ministre Jyrki Katainen.
Kauppalehti relève toutefois que l’euro n’est plus à la mode dans les cercles économiques finlandais qui avaient fait un important lobbying pour que le pays joigne la monnaie unique dès les années 90. En effet, les patrons pensent que la Finlande doit rester dans la zone euro, mais aussi ils estiment qu’il est probable que la Grèce la quitte.
Si les patrons finlandais ne font plus l’apologie de l’euro c’est que la prospérité de la Finlande ne dépend pas tant de la monnaie commune ou nationale que de décisions concernant le marché du travail et l’ensemble de la politique économique, juge KL.
KL

Point de vue : « Il faut une nouvelle ligne sur l’euro »
Le président de la chambre de commerce de Finlande, M. Risto E . J. Penttilä écrit dans Suomen Kuva lehti, que la Finlande doit revoir ses positions sur la gestion de la crise de l’euro. Selon lui, la Finlande, l’Allemagne et l’eurogroupe ont jusqu’à présent eu pour politique de défendre la zone euro, quoi qu’il en coûte. Selon M. Penttilä, la Finlande doit choisir une nouvelle politique : « Il faut défendre une zone euro viable et décider de mettre fin à la solidarité financière ».
Selon lui, il est possible de maintenir la Grèce dans la zone euro, mais cela n’est pas une solution sage. « La Finlande a toujours su s’en remettre à la realpolitique. Nous avons du céder la Carélie car on ne pouvait plus la défendre. Aujourd’hui, nous devons apprendre la realpolitique à l’ensemble de l’Europe. L’Europe doit abandonner la Grèce. On ne peut plus la défendre. Il est plus important de maintenir un euro viable que de maintenir la Grèce dans l’euro. Il est temps de changer de ligne politique », conclut M. Penttilä.
SK

Politique intérieure

Négociations budgétaires

Les négociations budgétaires sont finies mais le litige concernant la loi sur les soins aux personnes âgées continue
Helsingin Sanomat rapporte que lors d’une conférence de presse après la clôture des négociations budgétaires, les principaux partis du gouvernement, le Kokoomus et le PSD, ont exprimé des arguments contradictoires sur le contenu des décisions prises sur les soins aux personnes âgées.
Selon Mme Jutta Urpilainen, présidente du PSD et ministre des Finances, le gouvernement s’est mis d’accord sur un ratio d’au moins 0,5 dans les soins aux personnes âgées, tandis que selon le Premier ministre conservateur, M. Jyrki Katainen, « un ratio contraignant a pu être évité ». Selon la ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, rien de précis concernant le ratio n’a été décidé.
Le gouvernement a décidé de compléter la loi sur les soins aux personnes âgées par un décret d’ici 2015 si les recommandations actuelles sur le nombre d’effectifs ne sont pas mises en œuvre. Le contenu du décret, donc le modèle et le niveau du ratio des effectifs, sera décidé ultérieurement.
HS/A3&A4

Commentaire : première défaite importante pour le PSD
Selon un commentaire de HS, les négociations budgétaires se sont terminées de la même façon que dans les conseils européens : quelque chose a été décidé, mais quoi exactement ? Il est clair que les sociaux-démocrates ont dû céder. Le résultat est que le ratio n’est pas de 0,7, il n’entrera pas en vigueur en été 2013 et il ne sera pas inscrit dans la loi sur les soins aux personnes âgées. Il ne reste en effet pas de trace des revendications du PSD.
Depuis la nomination du gouvernement en juin 2011, les médias annoncent que le PSD a obtenu de grandes victoires politiques et le Kokoomus n’a fait que céder. Cette fois-ci, le PSD a toutefois dû céder, mais le Kokoomus n’a finalement rien gagné non plus. C’est l’opposition qui a remporté la victoire, parce qu’elle peut critiquer le gouvernement pour avoir trahi les personnes âgées.
HS/A4

Le montant du projet de budget s’élève à 54 milliards d’euros
Helsingin Sanomat relève que le total du projet de budget, présenté jeudi, est de 54 milliards d’euros. Le projet est basé sur la prévision du ministère des Finances d’une croissance économique d’un pour cent. La prévision est optimiste par rapport à celle publiée en juillet par le même ministère qui prévoyait alors une croissance de 0 à 1 %. La plupart des décisions budgétaires ont déjà été décidées en avril lors des négociations sur le cadre budgétaire.
La dette de l’Etat finlandais augmentera de sept milliards d’euros en 2013, au lieu de 6,6 milliards prévues par le ministère des Finances il y a un mois.
HS/A4

Critiques de l’opposition
Selon Turun Sanomat, les partis de l’opposition – les Vrais Finlandais et le Centre – ont critiqué ardemment le projet de budget et surtout la décision sur les soins aux personnes âgées. Pour Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, le gouvernement décline toute responsabilité à l’égard des personnes âgées. « Le battage médiatique, qui a duré des mois, a fait que les personnes âgées ont attendu une réforme importante. » Selon elle, un gouvernement responsable aurait dû décider d’abord le niveau financier de la réforme.
Le président du Centre, M. Juha Sipilä critique le gouvernement pour avoir ajourné les décisions difficiles après les élections municipales. Il désapprouve aussi le montant élevé de la dette.
TS/19

L’industrie mécontente de la décision du gouvernement concernant la directive soufre
L’industrie exportatrice est déçue du fait que le gouvernement n’a pas pris de décisions plus précises sur les mesures liées à la directive sur les émissions de soufre de l’UE après 2015. Le gouvernement a décidé d’accorder 30 millions d’euros – 10 millions pour 2013 – pour l’installation des instruments pour capter le dioxyde de soufre.
Les armateurs et le groupe Wärtsilä, qui fabrique ces instruments, sont plutôt satisfaits de la décision.
HS/A4

Energie nucléaire

Editorial : « Nous sommes à l’époque du gaz » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat commente le départ d’actionnaires de Fennovoima. Il cite le directeur de General Electrics, Jeff Immelt, qui estimait récemment qu’il était difficile de promouvoir le nucléaire devenu si cher alors que parmi les dirigeants des groupes d’hydrocarbures on ne jure actuellement que par le gaz. « On est à l’ère du gaz », disait-il.
Helsingin Sanomat estime qu’il y a lieu en Finlande aussi de s’interroger sur les choix énergétiques. « Une raison en est le réacteur d’OL3 qui a connu des revers, des retards et des différends entre les groupes et dont le prix final devrait être bien supérieur au prix de départ. De plus les économies d’énergie progressent et la croissance stagne ce qui pourrait amener à revoir les prévisions de besoins énergétiques. Enfin, une autorisation a été donnée aussi pour construire un quatrième réacteur à Olkiluoto.
Certains actionnaires de Fennovoima ne viennent qu’à présent, après les difficultés de TVO et les retournements de conjoncture, de réfléchir à la pertinence de leur investissement. Et ces réflexions sont aussi influencées par le fait que la question du stockage des déchets de Fennovoima n’a toujours pas été résolue.
Si les projets en construction et en prévision devenaient de plus en plus incertains, il y aurait lieu d’écouter M. Immelt. La Finlande aurait intérêt à augmenter les connexions gazières, notamment avec l’Estonie, la Norvège et le reste de l’Europe.
HS

Editorial : « Construire un réacteur n’est pas une obligation » HBL
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet commente le départ d’actionnaires du projet de Fennovoima, dont le groupe de grande distribution S, et rappelle qu’un accord de principe concernant l’autorisation de construction d’un réacteur n’inclut aucune obligation de le réaliser.
HBL/16

Violence familiale

Des drames pourraient être prévenus et empêchés
Les journaux relèvent qu’une coopération plus étroite entre différentes autorités pourrait permettre de prévenir des drames familiaux.
Selon une étude de l’Institut de santé publique, les autorités sont souvent au courant des problèmes dans une famille mais il leur manque la capacité de réagir. Par ailleurs, l’information entre différentes autorités ne passe pas de façon suffisamment bonne.
Entre janvier 2003 et janvier 2012, 48 enfants de moins de 15 ans sont morts dans le contexte d’un homicide à l’intérieur d’une famille.
C’est un groupe ministériel sur la sécurité interne qui a commandé le rapport de l’Institut de santé publique. Le groupe envisage d’évoquer des moyens pour prévenir les homicides.
AL/A6

France - Finlande

Musique

Pierre-Laurent Aimard
Les journaux publient des articles sur les concerts Collage-montage et Piano Couleurs donnés par le pianiste Pierre-Laurent Aimard dans le cadre du festival de Helsinki.
Dem/16-17, Kaleva/16, HS/C3

Eva & Manu
Le supplément NYT de Helsingin Sanomat publie une interview d’Eva et manu, un duo franco-finlandais, qui s’est produit dans ce festival, qui sort un album et qui donnera des concerts dans plusieurs villes finlandaises en septembre.
NYT/23

France

Industrie

Marché automobile
La correspondante à Paris de Kauppalehti présente la situation du marché automobile en France où « la baisse des ventes et la montée des marques coréennes provoquent des tensions jusqu’au gouvernement ».
KL

Jeudi 30 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

La Finlande a payé 127 000 euros pour les collatéraux de l’Espagne
Le ministère des Finances a payé 127 000 euros au bureau d’avocats Linklaters pour l’aide juridique concernant la conclusion de collatéraux avec l’Espagne. Le même bureau d’avocat avait facturé 596 000euros pour l’accord signé avec la Grèce.
HS

Editorial : « L’Allemagne propose des recettes contre la prochaine crise » HS
L’éditorialiste d’Helsingin Sanomat estime que les propositions de Mme Merkel posent un problème : « ce sont des recettes contre la prochaine crise économique, si tant est qu’on y arrive, c’est-à-dire que la zone euro sorte indemne de l’actuelle crise. Un approfondissement de l’union économique ne résoudra en effet pas l’actuelle crise. Les mesures que l’on attend de l’Allemagne pourraient résoudre la crise actuelle mais Mme Merkel n’y est pas favorable car elle craint qu’ensuite les pays en difficulté oublieront la nécessité de la rigueur budgétaire ».
L’éditorialiste estime que les échéances à venir sont cruciales, en ce qui concerne les prochaines visites de la troïka en Grèce ou la décision de la cour constitutionnelle allemande. Si cette dernière jugeait le MES incompatible avec la constitution allemande, la zone euro serait dans une impasse, conclut HS.
HS

Syrie

Des jeunes de Finlande en Syrie ?
Turun Sanomat rapporte que des jeunes de Finlande (nés en Finlande ou d’origine étrangère) se seraient rendus en Syrie. Il y aurait parmi eux de jeunes Finlandais convertis à l’Islam. Ce sont ces cas qui intéresseraient particulièrement la police de sûreté générale (SUPO).
La plupart de ces jeunes auraient obtenus les contacts avec la Syrie par Internet.
TS

Défense

Islande – surveillance de l’espace aérien
Helsingin Sanomat relève que la participation éventuelle de la Finlande et de la Suède à la surveillance de l’espace aérien islandais pourrait se restreindre par rapport à ce qui avait été envisagé au printemps.
Les périodes de surveillance pourraient être transformées en une participation à la surveillance assurée par la Norvège.
Les ministres finlandais, norvégien et suédois de la Défense et des Affaires étrangères devaient évoquer le projet, dimanche à Helsinki, mais cette rencontre a été annulée. Lundi, les ministres nordiques de la Défense et des Affaires étrangères se réuniront à Bodö en Norvège.
Selon HS, une des questions rendant le projet difficile a été la définition des tâches lorsque la coopération nordique devrait être adaptée à la coopération entre les Etats membres de l’OTAN.
Comme les Finlandais ont considéré le projet comme également une occasion de formation, la réduction de la tâche est problématique.
HS/A8

Pas de turban pour les recrues finlandaises
L’armée norvégienne a décidé d’autoriser les militaires à porter des couvre-chef religieux, qu’il s‘agisse de turban, foulard ou kippa.
En Finlande, les militaires ont le droit à des temps de prière ; En revanche, ils doivent respecter des règles plus strictes en matière vestimentaire ne leur permettant pas de porter les cheveux longs ni de couvre-chef religieux.
TS

Mer Baltique

Un exercice international contre la marée noire a eu lieu devant Helsinki
Helsingin Sanomat relève que la Commission de la protection de la mer Baltique a organisé son grand exercice annuel contre la marée noire, Balex Delta, devant Helsinki.
Quelque 70 bateaux et plus de 500 personnes représentant des dizaines d’organisations de tous les pays riverains de la mer Baltique ont participé à l’exercice.
Le Centre national de l’environnement Syke espère que la Finlande prendra une décision sur la construction d’un nouveau navire anti-marées noires. Selon M. Kalervo Jolma, ingénieur en chef à Syke, « l’objectif est que la Finlande, ensemble avec l’Estonie et la Russie, puisse nettoyer, en cas de marée noire, 30 000 tonnes de pétrole en trois jours. Cela nécessiterait la construction d’un nouveau navire par la Finlande et de deux navires par l’Estonie. La Russie a déjà pris soin de sa part. »
Plus de 250 millions de tonnes de pétrole est transporté en mer Baltique tous les ans. Les transports augmenteront après la construction de nouveaux ports pétroliers en Russie.
HS/A6

Poste frontière de Vaalimaa

Un casino international sera construit à Vaalimaa
Selon Helsingin Sanomat, RAY, monopole de l’Etat des machines à sous et casinos, a décidé de construire un casino dans le nouveau centre commercial de Vaalimaa. Le gouvernement a pris, en décembre 2011, une décision qui rend possible l’installation d’un casino en Finlande de l’Est.
Le casino sera construit tout près du poste de Vaalimaa, un des postes frontières les plus importants de l’Union européenne. Le nombre de passages augmente tout le temps et le casino servira surtout les touristes russes. Plus d’un million de touristes russes en destination de la Finlande sont passés par Vaalimaa en 2011. Selon les estimations, leur nombre doublera dans les années à venir. Les casinos sont strictement réglementés en Russie.
Le seul casino de Finlande se trouve à Helsinki. Le nombre de sa clientèle - 291 000 personnes en 2010 - est en baisse.
HS/A6

Politique intérieure

Gouvernement

Les conseillers de M. Katainen s’en vont
Helsingin Sanomat relève qu’après le départ de son conseiller aux affaires européennes Juho Romakkaniemi parti au cabinet de M. Rehn à Bruxelles, M. Katainen doit faire face au départ de son conseiller politique, M. Jussi Kekkonen, pour une société privée.
Selon HS, M. Kekkonen était un homme de l’ombre très influent, notamment lors des négociations pour former le gouvernement. Il a participé, depuis le début des années 2000, à la prise de pouvoir du parti conservateur avec d’autres conseillers importants de M. Katainen : M. Velipekka Nummikoski (parti à la direction de RAY, monopole des jeux) et Mikko Kortelainen (aujourd’hui conseiller du président Niinistö).
Le départ de ces conseillers de l’entourage du premier ministre expliquerait les difficultés du parti conservateur, notamment face au PSD, selon HS.
HS

Soins aux personnes âgées

Le litige sur le ratio a bloqué les négociations budgétaires
Les négociations budgétaires ont duré jusqu’à tard le soir mercredi ne raison du litige sur la loi sur les soins aux personnes âgées.
Selon les informations d’Aamulehti, le Parti social-démocrate serait prêt à accepter le ratio de 0,5 aides soignante / personnes âgées, au lieu de 0,7 exigé par la ministre social-démocrate des Services sociaux, Mme Maria Guzenina-Richardson, si le Parti conservateur approuve la proposition d’un minimum contraignant.
Les négociations budgétaires se poursuivent aujourd’hui. Le gouvernement présentera ensuite son projet de budget au Parlement. Le projet sera étudié pendant l’automne et les votes auront lieu avant Noël.
AL/A4

Endettement

L’endettement continue
Helsingin Sanomat rapporte que la dette de l’Etat finlandais s’élèvera à 95 milliards d’euros fin 2013, soit 17 500 euros par personnes.
En juin 2011, quand le gouvernement Katainen a été nommé, la dette était de 72 milliards d’euros.
HS/A4

Transports en commun

Libéralisation des bus à Helsinki
Helsingin Sanomat relève que trois compagnies de bus et la compagnie Proxion Train ont créé une nouvelle association afin de libéraliser les transports en commun à Helsinki.
HS/9

Energie nucléaire

Un revers pour le projet de Fennovoima
Six entreprises participant au projet de construction d’une centrale nucléaire ont annoncé leur retrait de Fennovoima, hier ; Leur part dans le projet de Fennovoima aurait été de quelques centaines de millions d’euros. Selon l’entreprise, leur départ ne remet pas en cause le projet. « Le financement de la phase actuelle de choix du fournisseur est assuré. Les actionnaires actuels ne devront donc pas augmenter leur participation », souligne le directeur du conglomérat d’actionnaire Voimaosakeyhtiö SF qui vient ainsi de perdre près de 10% de son actionnariat.
Parmi les groupes qui quittent le projet se trouve le distributeur S qui annonce avoir besoin d’investissements dans d’autres secteurs. Il en va de même pour le groupe agro-alimentaire Atria.
Selon Helsingin Sanomat, c’est la possibilité que les investissements nécessaires pour la construction d’une centrale soient plus importants que prévu qui a pu motiver ces départs.
Outokumpu Energia estime que l’investissement est trop important pour que la régie énergétique de cette commune continue dans le projet.
Le principal actionnaire de Voimaosakeyhtiö SF, le groupe Outokumpu continue dans le projet. Il n’a toutefois pas l’intention d’augmenter sa part.
L’autre principal actionnaire de Fennovoima, le groupe allemand E.On n’a pas commenté ces départs. Il entend toutefois avoir des entretiens avec ses partenaires finlandais.
Greenpeace s’est réjouit du départ d’actionnaires du projet de Fennovoima.
HS

Le projet de Fennovoima en difficulté
L’éditorialiste de Kauppalehti estime qu’il s’agit d’un projet si important pour l’économie finlandaise et pour les régions du Nord qu’il ne faut pas que la Finlande le manque.
« Il ne serait pas impossible que TVO et Fennovoima trouve une entente leur permettant de mutualiser leurs objectifs. Cela pourrait consister provisoirement à construire OL4 ensemble, ce qui résoudrait aussi la question des déchets. Le projet de Pyhäjoki resterait toutefois ouvert pour l’avenir. Et si TVO et Fennovoima n’arrive pas à s’entendre, il reste encore la possibilité de jouer la carte de Fortum qui aura besoin de remplacer ses réacteurs de Loviisa, écrit KL.
KL

France - Finlande

Vin

« La magie du vin français » HS
Hufvudstadsbladet publie un article de Georg H. Borgström qui fait l’éloge du vin français qu’il considère comme le modèle du vin dans le monde.
HBL/22

Mercredi 29 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

L’aide des hauts fonctionnaires finlandais en Grèce gelée
La presse rapportait hier que des hauts fonctionnaires finlandais, le sous-secrétaire d’Etat aux Finances, M. Martti Hetemäki et le sous-secrétaire d’Etat du secrétariat aux affaires européennes, M. Kare Halonen, se rendaient à Rome pour promouvoir auprès des Italiens les recettes qui ont permis à la Finlande de sortir de la crise bancaire des années 90.
Helsingin Sanomat souligne aujourd’hui que le projet finlandais d’apporter une aide technique à la Grèce en matière de contrôle budgétaire est gelé. Selon Mme Linkola, du ministère des Affaires étrangères, la Grèce s’est montrée peu active pour une telle coopération.
A l’Italie, la Finlande propose le modèle d’obligations sécurisée garanties par des actifs gouvernementaux ou des recettes fiscales. Ces solutions sont promues par le premier ministre Jyrki Katainen et la ministre des Finances Jutta Urpilainen depuis le début de l’été. De telles obligations sécurisées ont en effet été utilisées à partir de fin 1995 par la Finlande. Elles sont toutefois demeurées marginales puisque la Finlande n’en a émis que pour un demi-milliard d’euros en 1995-1996 alors qu’à la même époque, elle empruntait 21,6 milliards d’euros.
HS

M. Liikanen invite les dirigeants finlandais à surveiller leur langage
Le gouverneur de la Banque de Finlande, M. Erkki Liikanen, déclare dans une interview accordée à Aamulehti que, dans la situation actuelle de crise de l’euro, « la plus grande attention portée au choix des mots est importante pour les dirigeants. ».
Il rappelle que la Finlande est considérée comme un pays constructif dans l’UE et qu’il « ne faut pas perdre cette image ».
« Quand ont suit le débat européen, on a l’impression à Bruxelles que la Finlande est intransigeante sur tout. Dans le débat national au contraire, on a l’impression que la Finlande cède sur tout. Ces deux conceptions ne peuvent pas être vraies toutes les deux », dit M. Liikanen.
Il souligne que le message de la BCE est que le passage à l’euro est irrévocable. Selon lui, il est impérieux de couper court à tout ce qui peut susciter le doute.
Concernant la crise, M. Liikanen rappelle qu’elle dure depuis cinq ans. Selon lui, elle pourrait encore durer autant.
AL

Politique intérieure

Parlement

La Supo prend au sérieux les menaces contre le Parlement
Helsingin Sanomat relève que la police de sûreté Supo prend au sérieux les menaces contre le Parlement sur un site crypté dans un réseau anonyme. Depuis fin juillet, il y a eu des dizaines de commentaires dans le cadre d’un débat anonyme sur une éventuelle attaque contre des politiciens, dont des députés et des ministres anciens et actuels.
La police n’a pas encore examiné l’affaire. Selon la police judiciaire, il est difficile d’évaluer la crédibilité des menaces. Pour Mme Liinu Lehto-Seljavaara, chef de la communication à la Supo, il est clair que la Supo prend au sérieux ce genre de menaces et commence une enquête.
Selon un rapport récent de la Supo, il y a en Finlande des tendances idéologiques afin d’exécuter un acte de violence du même genre que le massacre perpétré en Norvège par Anders Behring Breivik il y a un an.
Le chercheur Maria Paaso, rédactrice du rapport, fait allusion à des textes publiés sur internet par un pseudonyme, Väinämöinen, en 2008 et 2009, projetant des actes violents contre les immigrés. La Supo n’a pas su qui est derrière ce pseudonyme. Selon Mme Paaso, l’idéologie de ces textes est semblable à celle du manifeste du Norvégien Anders Behring Breivik. Väinämöinen et Breivik supposent que l’immigration, notamment l’immigration musulmane, détruit la culture nationale et toute la société avec ses valeurs. « Les deux voient la violence comme le seul outil pour résoudre la situation », selon Mme Paaso.
Selon l’estimation actuelle de la Supo, la menace de terrorisme contre la Finlande ou les Finlandais n’est pas importante. Selon cette estimation, « il est toutefois difficile de prévoir la menace et les motifs exprimés par des personnes radicalisées ».
Selon Mme Lehto-Seljavaara, la Supo suit le débat anti-islamique sur internet. « Il ne faut pas oublier qu’internet est un forum excellent pour formuler des idées et des sentiments. Si des éléments suffisamment sérieux apparaissent, il faut que la police réagisse. »
HS/A4

Elections municipales

Pratiquement tous les présidents des partis politiques se présentent aux élections municipales
Turun Sanomat rapporte que tous les présidents des partis politiques représentés au Parlement, à l’exception de MM. Jyrki Katainen (Kokoomus) et Ville Niinistö (Alliance verte), présenteront leur candidature aux élections municipales d’octobre prochain. Jusqu’aux élections, M. Katainen est conseiller municipal de Siilinjärvi (circonscription de la Savonie). Avant les élections législatives de 2011, il a changé de circonscription parce qu’il habite à Espoo.
La présidente du PSD, Mme Jutta Urpilainen, représente sa candidature à Kokkola. M. Paavo Arhinmäki, président de l’Alliance des gauches, est candidat à Helsinki, M. Carl Haglund, nouveau président du parti suédois, à Espoo. Mme Päivi Räsänen, présidente des Chrétiens-démocrates, souhaite continuer au conseil municipal de Riihimäki.
Quant à l’opposition, M. Juha Sipilä, président du Centre, veut être réélu au conseil municipal de Kempele, et M. Timo Soini, président des Vrais Finlandais, à Espoo
Tous les présidents des groupes parlementaires, à l’exception de Mme Annika Lapintie (Alliance des gauches) et M. Pekka Haavisto (Alliance verte), présenteront leur candidature aux élections municipales du 28 octobre prochain : M. Jan Vapaavuori (Kokoomus) à Helsinki, M. Jouni Backman (PSD) à Savonlinna, Mme Mikaela Nylander (Parti suédois) à Porvoo, M. Peter Östman (Chrétiens-démocrates) à Pedersöre, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner (Vrais-Finlandais) à Porvoo et M. Kimmo Tiilikainen (Centre) à Ruokolahti.
TS/8

Propos de M. Soini

M. Soini a critiqué le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates
Helsingin Sanomat relève que lors d’une réunion du groupe parlementaire des Vrais Finlandais à Savonlinna, le président du parti, M. Timo Soini, a critiqué ardemment le Parti suédois et les Chrétiens-démocrates. Il a estimé que les affaires de sécurité sont mal gérées par ces deux partis. Le Parti suédois gère le portefeuille de la Défense et les Chrétiens-démocrates celui de l’Intérieur.
« Ces deux partis font tout pour pouvoir rester au gouvernement, ils sont comme du velcro. Pourquoi le PSD et le Kokoomus ne veulent pas prendre la responsabilité de la sécurité de notre pays ? », a-t-il demandé hier.
M. Soini a incité les Vrais Finlandais à travailler beaucoup pour trouver assez de candidats pour les élections municipales.
Quant à la crise économique, M. Soini a déclaré : « La crise de l’euro n’est pas encore finie, on peut le voir simplement en regardant les mines désappointées des représentants des partis traditionnels. ».
HS/A5

Budget

Editorial : « Un investissement dans l’art est important » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte de la contrainte d’économies et du fait que celles concernant les crédits du domaine culturel suscitent moins de protestation que celles liées aux soins de la santé, à l’éducation ou à la police.
Le projet de loi de finances propose de diminuer dramatiquement les crédits d’acquisition du musée national d’art. Les crédits d’achat du musée d’art contemporain Kiasma seraient le plus visés.
L’éditorialiste estime que, même si les donations privées ont depuis toujours un rôle important dans l’accumulation des collections des musées, il est symboliquement et du point de vue d’image internationale important que l’on utilise également des crédits publics pour acheter de nouvelles œuvres.
Les acquisitions d’art sont un investissement et non pas une dépense, selon l’éditorialiste. Elles augmentant le capital économique d’un Etat et le capital culturel d’une nation.
HS/A2

Médicaments

La vente de cannabis à des fins thérapeutiques sera autorisée prochainement
Selon Helsingin Sanomat, la vente du cannabis à des fins thérapeutiques sera autorisée en Finlande. Selon M. Erkki Palva, directeur à Fimea, agence nationale du médicament, la décision définitive sera prise dans les semaines à venir.
HS/A8

Nokia

Les investisseurs finlandais ont confiance dans Nokia
La part des investisseurs finlandais dans le capital de Nokia est passée de 21,85% en décembre 2011 à 24,21% en juin.
Le cours de l’action avait augmenté de 7,7% lundi ; il a baissé de 7,8% mardi. D’importants changements dans le cours d’une action est typique des sociétés en crise, rapporte Helsingin Sanomat.
HS

Energie nucléaire

Les observations dans les réacteurs belges encouragent les Finlandais à faire des inspections
Hufvudstadsbladet relève que le Centre de radioprotection et de sûreté nucléaire Stuk prend au sérieux les problèmes en Belgique (concernant des fissures dans les centrales). Stuk, ainsi que les groupes énergétiques Fortum et TVO participent d’ailleurs aux analyses menées en Belgique. Les réacteurs finlandais de Loviisa et Olkiluoto n’ont pas le même fournisseur que les Belges, mais ils seront inspectés de toute façon.
Selon M. Varjoranta, directeur général de Stuk, la Finlande investit entre 50 et 60 millions d’euros tous les ans dans les analyses sur la sécurité et dans le travail de vérification et d’amélioration. « C’est ce qui devrait se passer partout, mais ce n’est pas le cas même en Europe. »
HBL/2-3

Première neige

… dans le Grand Nord
Keskisuomalainen relève que les premières neiges sont tombées sur le sommet des monts d’Enontekiö en Laponie. La température là-haut était de 5 degrés, hier.
Selon l’institut météorologique, il n’est pas rare que la première neige tombe en août dans cette région. Elle ne reste toutefois pas avant octobre.
KS/4

France - Finlande

Musique

Pierre-Laurent Aimard au Festival de Helsinki
Hufvudstadsbladet publie un grand article consacré au concert « Piano Couleurs » de Pierre-Laurent Aimard visualisé par Norman Perryman. HBL note que M. Aimard se produira encore ce soir lors d’un concert intitulé « Collage-Montage », à l’Académie Sibelius.
HBL/24-25

Helsingin Sanomat a interviewé M. Aimard et rend compte de son concert Piano Colours. HS publie également une critique de son album de préludes de Debussy.
HS/C3

Mardi 28 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Des hauts fonctionnaires finlandais à Rome pour conseiller l’Italie
Yle rapportait hier que des hauts fonctionnaires finlandais se rendaient à Rome pour promouvoir auprès des Italiens les recettes qui ont permis à la Finlande de sortir de la crise bancaire des années 90. Il s’agit du sous-secrétaire d’Etat aux Finances, M. Martti Hetemäki et du sous-secrétaire d’Etat du secrétariat aux affaires européennes, M. Kare Halonen.
La Finlande propose à l’Italie le modèle d’obligations sécurisée garanties par des actifs gouvernementaux ou des recettes fiscales.
Ces solutions sont promues par le premier ministre Jyrki Katainen et la ministre des Finances Jutta Urpilainen depuis le début de l’été.
HS

Finlande – Russie

Visa
Hufvudstadsbladet relève que M. Paatero, chef de la police, estime que le visa entre la Russie et la Finlande pourrait être supprimé dans les dix ans qui viennent.
Le chef de la police judiciaire, M. Ranta, prévoit une augmentation de la criminalité en cas de suppression du visa. Selon lui, la suppression du visa entre la Finlande et les pays Baltes a augmenté la criminalité qui est également devenue plus brutale. Selon la police judiciaire, il y avait avant cela une dizaine de groupes derrière la criminalité organisée, contre 80 aujourd’hui. Pour la plupart du temps, ces groupes ont des liens internationaux.
La police s’inquiète des projets de diminution de crédits.
HBL/1-2

Politique intérieure

Accidents liés aux armes à feu

La police ne dispose pas de statistiques globales sur les accidents
Helsingin Sanomat relève que la police ne suit pas d’une façon globale le type d’accidents causés par une manipulation négligente d’armes. Les cas sont à chaque fois étudiés, mais les informations sont dispersées auprès des polices régionales.
Depuis les six dernières années, il y a eu vingt cas d’homicide (1) ou blessure n’entraînant pas la mort (19) involontaires. Comme les informations disparaissent dès que le cas est prescrit, il n’existe aucun suivi de l’évolution de la situation.
HS/A4

Nombre d’armes en circulation
Le nombre d’armes par personne varie selon la région. Dans les régions de Koillismaa et Kainuu (Finlande du Nord-Est) il y en a 0,7 par habitant contre une moyenne nationale de 0,29.
A Helsinki et dans la région d’Uusimaa (autour de la capitale), il y en a moins que la moyenne, seulement 0,2 ou moins.
HS/A4

Entrepôt des armes
La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, estime qu’il faudrait préciser et clarifier la législation sur les règles encadrant l’entrepôt des armes à feu.
Actuellement, il faut disposer d’un placard séparé à partir de cinq armes, mais la ministre propose de légiférer sur un entrepôt dans un placard fermé à clé déjà concernant une arme.
La législation actuelle prête trop à interprétation. Quelqu’un peut considérer un appartement ou une maison fermé à clé comme un local d’entrepôt conforme à la loi.
Le groupe de travail désigné en avril par Mme Räsänen est censé remettre son rapport cet hiver.
HBL/4, HS/A4

Sondage : les femmes seraient prêtes à entreposer les armes en dehors des maisons
Turun Sanomat publie un sondage selon lequel 50 % des Finlandais seraient prêts à entreposer les armes à feu ailleurs qu’à la maison, alors que 48 % s’opposent à cette idée.
Les femmes interrogées (62 %) y seraient plus favorables que les hommes (33 %).
Le président du groupe de travail en matière de sécurité liée aux armes, M. Normia, relève qu’entreposer beaucoup d’armes dans un même local engendre un risque pour la sécurité. Dans les villes, cela pourrait marcher, mais à la campagne il serait difficile d’organiser une surveillance.
TS/10

L’association des chasseurs rappelle l’importance de la méticulosité
M. Simenius de l’association des chasseurs estime que le renforcement de la législation sur l’entrepôt des armes ne suffira pas pour empêcher les accidents. Il souligne l’importance d’une attitude consciencieuse dans la manipulation des armes.
TS/10

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet souligne l’importance du bon sens et de la routine pour prendre les mesures qui permettront d’éviter que des accidents malheureux se reproduisent avec le maniement d’armes à feu.
HBL/12

Economie

Pohjola prévoit croissance économique et amélioration de l’emploi
La banque finlandaise OP-Pohjola a publié ses prévisions de croissance. Elle prévoit une croissance de 0,7% cette année et 1,4% l’année prochaine. Il n’y aurait donc pas de crise à attendre car les marchés des exportations finlandaises résistent bien : la Suède, la Russie et l’Allemagne.
Le chômage devrait même diminuer à 7,5% en 2013, principalement en raison des départs à la retraite des grandes classes d’âge.
HS

Manque de confiance des consommateurs et des entrepreneurs
Selon le baromètre du centre national des statistiques, la confiance des consommateurs dans leur situation économique a baissé depuis l’année dernière. Seuls 15% des particuliers pensent que la situation économique va s’améliorer contre 46% qui estiment qu’elle va se détériorer.
Il en va de même pour les résultats obtenus par le patronat auprès de ses membres.
HS

Nokia

Hausse de l’action Nokia après les déboires de Samsung
La condamnation de Samsung en Californie a eu pour effet une augmentation de l’action de Nokia à la bourse d’Helsinki de près de 8% hier. Les investisseurs pensent en effet que les fabricants qui, comme Nokia, n’ont pas choisi le système Androïd de Samsung, devraient tirer profit des difficultés du groupe coréen.
De plus, Nokia devrait présenter son nouveau Windows Phone 8 la semaine prochaine.
HS

France - Finlande

Football

Publication de la liste des joueurs finlandais retenus pour affronter la France
Le sélectionneur finlandais a rendu publique, hier, la liste des joueurs sélectionnés pour affronter la France lors de la première rencontre comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde 2014.
HS TS

Lundi 27 août 2012

Politique étrangère et européenne

Traité européen

MM. Stubb et Tuomioja sur des lignes différentes
Aamulehti rapporte que le Ministre des Affaires étrangères et le ministre chargé des Affaires européennes sont d’avis différent sur le traité européen. M. Tuomioja condamne l’intention de Mme Merkel de rouvrir le projet de traité pour le rendre plus contraignant. « Je considère que cela n’est pas réaliste. Ces questions n’ont rien à voir avec la crise de l’euro. Il faut la gérer avec les instruments que l’ont a créés », déclare M. Tuomioja.
M. Stubb estime au contraire qu’il faut rouvrir le projet de traité. « Il faut durcir les règles budgétaires européennes. C’est ce que la Finlande promeut depuis le début. Le système fondé sur le volontariat issu du pacte de stabilité et de croissance ne suffit pas ». Il demande donc à ce qu’on lance un débat en Finlande sur la nécessité de rouvrir le traité européen. « On a déjà bien focntionné dans la cadre des régles actuelles. S’il y a des questions qui nécessitent une réouverture du traité, nous devons l’envisager calmement », dit-il.
M. Tuomioja considère au contraire que les règles actuelles comme le MES et le Six pack de la Commission suffisent à gérer la crise. « Il ne faut pas prendre des décisions dans l’urgence et sous la pression car c’est justement ce qui a causé une crise de carence démocratique dans l’UE », estime-t-il.
M. Stubb considère qu’il est possible que les propositions de Mme Merkel ne soient ratifiées que par les pays de la zone euro. Il espère que les euro-sceptiques pourront se montrer favorable à une réouverture du traité car cela permettrait des réformes qui durcissent les règles et empêchent que ne se reproduisent des cas comme la Grèce ».
AL

Défense

Violation de l’espace aérien par un avion russe ?
Selon le directeur de la communication du ministère de la défense, M. Jyrki Iivonen, on soupçonne un avion de transport de l’armée russe d’avoir violé l’espace aérien finlandais, jeudi soir. Les gardes-frontières ont ouvert une enquête.
La Russie conteste la violation de l’espace aérien.
HS

Acquisition de connexions satellite en coopération avec sept Etats
Turun Sanomat relève que les forces armées finlandaises envisagent d’acquérir une connexion satellite en commun avec six autres Etats. Selon le ministère de la Défense, le coût de l’achat reviendra entre dix et vingt pour cent moins cher qu’actuellement.
Selon le ministère, les forces armées dépensent actuellement 45 000 euros par mois pour ces services.
L’achat passera désormais par l’Agence de défense européenne, ensemble avec la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, la Suède, la Pologne et la Roumanie. Le ministre de la Défense, M. Haglund a décidé, jeudi dernier, que la Finlande participerait à la cellule d’achat européenne de connexions satellite.
TS relève que la Finlande utilise les connexions satellite principalement pour rentrer en contact avec ses troupes qui participent à des opérations internationales.
TS/sam/10

Visite d’anciens navires militaires suédois
Turun Sanomat rend compte de la visite à Turku d’anciens navires des forces marines suédoises. Officiellement, il s’agit de navires aujourd’hui enregistrés comme civils.
TS/sam/7

ONU

Conseil de sécurité
Kaleva relève que la Finlande finance, dans le cadre de sa campagne pour obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU, des projets comme l’Université pour la paix au Costa Rica ou le monument pour commémorer les victimes de la traite des Noirs à New York. Pour le ministère finlandais des Affaires étrangères, cela fait partie des aides normales. Selon les critiques, la Finlande graisse les pattes des pays pauvres avant le vote à l’ONU.
Selon les informations du MAE, publiées par STT, agence de presse finlandaise, la Finlande a accordé, en 2010-2012, 710 000 dollars (environ 565 000 euros) à des différents projets, pour la plupart destinés aux pays en voie de développement.
M. Kari Kahiluoto, conseiller au MAE, souligne que les aides de la Finlande vont directement aux organisations de l’ONU et non aux pays. « L’université pour la paix, par exemple, est une institution de l’ONU. »
M. Kahiluoto note qu’une partie du financement a été accordée à la demande des pays mais il ne sait pas évaluer s’il y a eu plus de demandes d’aide en raison de la candidature finlandaise pour le conseil de sécurité. « Je dirais que la majorité est constituée de demandes d’aide que les organisations de l’ONU ont envoyées en même temps aux autres pays de l’Union européenne ou aux pays nordiques. »
M. Kahiluoto souligne que la Finlande accorde continuellement des aides à semblables projets dans le cadre de la coopération au développement normale.
Le budget de la candidature finlandaise, qui vient du budget du MAE, est de deux millions d’euros. M. Kahiluoto souligne que la somme est modeste par rapport au budget total du MAE ou à celui de l’Etat. « Selon les déclarations des autorités australiennes, ils ont un budget qui serait dix fois plus grand que le nôtre. Je ne connais pas le budget du Luxembourg. »
M. Heikki Patomäki, professeur de politique internationale à l’université de Helsinki, estime que le budget du MAE est assez modeste et qu’on peut le comparer à un budget de publicité d’une campagne électorale. « Tous les pays font aujourd’hui des campagnes dans les relations publiques. »
M. Patomäki rappelle que le vote sera secret et personne ne saura comment les différents pays votent.
Kaleva/dim/7

Politique intérieure

Elections municipales

Les sondages d’opinion des tabloïds prévoient différents résultats pour les Vrais Finlandais
Helsingin Sanomat rapporte que selon un sondage d’opinion publié par le tabloïd Iltalehti, l’audience des Vrais Finlandais est de 16,3 %, tandis que l’autre tabloïd, Ilta-Sanomat, leur prédit 12,6 %. Aux élections municipales de 2008, ce parti a obtenu un score de 5,4 %.
Les audiences du Kokoomus et du PSD ne diffèrent pas autant : Iltalehti prévoit 20,1 % et Ilta-Sanomat 21,6 % pour le Kokoomus. Le PSD aurait 19,8 % (IL) ou 20,4 % (IS).
L’audience du Centre varie entre 16,2 % (IL) et 17 % (IS).
Iltalehti prévoit 8,8 % pour l’Alliance des gauches et 7,9 % pour l’Alliance verte. Selon le sondage d’Ilta-Sanomat, l’ordre de ces deux partis est l’inverse : l’Alliance verte aurait 9,7 % et l’Alliance des gauches 9,3 %.
HS/dim/A8

Soins aux personnes âgées

Le gouvernement n’a pas encore trouvé d’accord
Selon Helsingin Sanomat, la position du gouvernement à l’égard de la proposition de la ministre des Services sociaux, Mme Maria Guzenina-Richardson, sur un ratio contraignant dans les soins aux personnes âgées reste encore en suspens.
L’approbation de cette proposition d’un ratio de 0,7 aides soignant/personnes âgées augmenterait considérablement les dépenses de l’Etat et des communes, de 73 millions d’euros à partir de 2014, selon les calculs du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Le total des soins coûterait donc 290 millions d’euros par an.
Le groupe des chefs des partis représentés au gouvernement s’est réuni vendredi soir pour étudier les questions budgétaires en suspens mais aucune entente n’a été trouvée.
HS/dim/A4

M. Heinäluoma exige un consensus sur le projet de loi
Helsingin Sanomat relève que M. Eero Heinäluoma (PSD), président du Parlement, exige un consensus sur le projet de loi sur les soins aux personnes âgées. « Il est grand temps pour améliorer les soins aux personnes âgées aussi bien à domicile que dans les maisons de retraite et les hôpitaux. Nous avons besoin d’une législation pour obtenir un meilleur niveau de soins », a déclaré M. Heinäluoma samedi à Lahti.
HS/dim/A4

Editorial : les partis politiques rivalisent pour soutenir la loi sur les soins aux personnes âgées
Selon un éditorial de Helsingin Sanomat, aucun parti politique n’ose s’opposer au projet de loi sur les soins aux personnes âgées. Les partis au gouvernement rivalisent pour soutenir la loi et les partis de l’opposition critiquent la lenteur du gouvernement à ce sujet. Parmi les électeurs, un nombre plus en plus grand sont vieux ou approchent la vieillesse. Un parti politique qui oublie les personnes âgées aura du mal à gagner les élections municipales d’octobre prochain.
Le problème est simple : il s’agit du financement. Ce n’est pas un problème d’inscrire un niveau de services ou un ratio dans la loi si les communes qui organisent les services en ont les moyens économiques. Les problèmes commencent si l’Etat crée des engagements contraignants pour des communes qui n’ont pas assez d’argent pour les financer.
HS/lun/A2

Economie – vie professionnelle

Propos de M. Katainen sur l’accord cadre sur les conventions salariales
Le Premier ministre, M. Katainen, s’est efforcé de calmer le débat enflammé sur l’accord cadre et les propositions sur son éventuelle annulation. Pour lui, il faudrait, au besoin, mettre pleinement à profit la flexibilité prévue dans l’accord cadre sur les conventions salariales conclu l’année dernière. Il ne pense pas que quelqu’un ait souhaité explicitement dissoudre l’accord. « Le cadre de l’accord a donc servi à créer une stabilité », rappelle-t-il.
M. Katainen souhaite que l’on puisse se disputer moins et agir plus afin de garantir des emplois et en créer de nouveaux.
HS/dim/A4

Sécurité en matière d’armes

Propos de Mme Räsänen suite de deux incidents mortels
Deux enfants ont été tués ce week-end à l’occasion des accidents d’armes à feu. La ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen, estime qu’il y a lieu de durcir la législation sur les armes.
Pour elle, la législation actuelle n’est pas explicite concernant l’entrepôt des armes.
Un groupe de travail désigné en avril par Mme Räsänen est en train d’étudier la sécurité en matière d’armes. Elle compte évoquer l’entrepôt des armes avec les membres du groupe, ainsi que la question sur le droit des enfants d’utiliser des armes à l’occasion de parties de chasse.
HS/lun/A4

Logement

Construction inexistante d’appartements destinés à la location
Helsingin Sanomat relève qu’à Helsinki, aucun projet de construction d’appartements destinés à être loués n’a été entamé cette année. La même situation prévaut pour Vantaa. A Espoo, la construction d’un immeuble de 51 appartements de location est en cours.
L’Etat avait prévu de soutenir la construction de 2500 appartements de location dans tout le pays, mais il semblerait que pas même 1500 seront construits. Le financement avait été prévu pour 240 appartements à Helsinki et 70 à Vantaa.
La municipalité de Helsinki présentera ses objectifs pour les années 2013 à 2016 au conseil municipal, mercredi. Selon le souhait de la municipalité, il faudrait que la ville se charge de la production de 1500 appartements. De plus, la municipalité souhaite que les groupes de construction construisent 3500 appartements, de location ou de pleine propriété.
HS/lun/A4

France - Finlande

Nucléaire

Areva présente son projet au nord
Kaleva rend compte de la présentation effectuée par Areva à Oulu concernant le projet de centrale de Fennovoima à Pyhäjoki.
Kaleva/Ven/2

Entreprises

Saint-Gobain concentre ses activités à Oulu
Kaleva rapporte que les entreprises Gyproc et Isover qui font partie de Saint-Gobain Rakennustuotteet Oy ainsi que Saint-Gobain Weber Oy vont utiliser un centre commun de logistique à oulu récemment construit.
Kaleva/Ven/2

Vendredi 24 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Débat sur la politique européenne de la Finlande et les propos de M. Rehn
Mme Urpilainen s’étonne des critiques de M. Rehn
La ministre des Finances et présidente du PSD, Jutta Urpilainena considéré les propos du Commissaire Olli Rehn comme surprenants, car « M. Rehn n’a jamais critiqué la politique européenne de la Finlande en ma présence ». Elle a déclaré qu’elle entendait soulever la question directement avec lui lorsqu’elle le rencontrerait. Elle a aussi déclaré qu’elle s’étonnait de ces critiques du commissaire à l’économie alors même que la Finlande est l’un des seuls pays à avoir respecté les règles du pacte de stabilité et de croissance.
La présidente de la grande commission, Mme Kumpula-Natri (PSD) a elle aussi estimé que le commissaire à l’économie ne pouvait à la fois exiger plus d’unité européenne et critiquer les Etats qui respectent les règles communes. « On peut attendre du commissaire à l’économie une attitude plus constructive envers les Etats qui aident ceux qui sont en difficulté. La crise n’est pas finie. Comment le commissaire pense-t-il que ses accusations contre son pays d’origine vont influencer la volonté des Finladnais de participer à la sortie de crise ? ».
Le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja (PSD) s’est demandé si le conseil de M. Rehn qui demande aux Finlandais de s’empêcher d’exprimer des critiques allait susciter la confiance dans l’ouverture et la démocratie européenne.

M. Katainen en appelle à un débat sur l’euro
Le premier ministre et président du parti conservateur, Jyrki Katainen a prononcé un discours en faveur de l’Europe et des propos de M. Rehn. « Nous devons agir de telle manière responsable que notre attitude ne suscite pas l’impression que nous renforçons l’instabilité », a-t-il dit, regrettant l’inflation de propos négatifs dans le débat en Finlande.
M. Katainen a prononcé un discours en faveur de l’approfondissement de l’intégration européenne et du respect des règles communes. Il a aussi exprimé ses inquiétudes sur la situation de l’Espagne et de l’Italie et jugé que, pour que ces pays puissent continuer à emprunter, « une solution serait des obligations garanties par des actifs ». M. Katainen a damndé aux autres partis, notamment de l’opposition, mais aussi aux partenaires sociaux d’exprimer et préciser leur politique européenne et leurs positions sur l’euro. « Il ne suffit pas de dire non, non, non. Où sont les solutions. On n’ose pas présenter des solutions, on se borne à dire ce que l’on ne veut pas », a-t-il critiqué. « J’attends avec intérêt de voir s’il y a en Finlande un seul groupe politique capable de proposer une alternative à la ligne du gouvernement. Une alternative qui résoudrait rapidement la crise de l’euro ».
Le ministre des Affaires européennes Alexander Stubb (parti conservateur) estime qu’il faut accepter avec modestie les critiques de M. Rehn. « M. Rehn n’est pas loin de la cérité », a-t-il jugé.
HS Dem TS

M. Soini ne comprend pas les critiques de M. Rehn
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini ne comprend pas les critiques de M. Rehn et estime que ce dernier essaie de cacher son échec à résoudre la crise de l’euro.
Il craint que l’Allemagne cède bientôt et accepte un nouveau plan d’aide à la Grèce. « Comment allons-nous expliquer dans la campagne électorale (municipale en Finlande) que nous ne pouvons pas trouver quelques dizaines de millions pour les soins aux personnes âgées quand en même temps on verse des dizaines de milliards pour aider les pays en crise.
AL

Editoriaux
« On peut critiquer les attitudes critiques » HS
« Il y a lieu d’écouter M. Rehn » TS
« Faut-il fermer les yeux ? » AL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime qu’il y a lieu d’écouter les critiques formulées par M. Rehn. Il souligne d’ailleurs que d’autres acteurs, notamment le patronat, ont mis en garde contre une poussée d’euro-scepticisme dont les effets pourraient être négatifs. L’éditorialiste estime aussi que les Finlandais ne peuvent se permettre d’être aussi critiques que les Allemands vis-à-vis de la crise de l’euro : « L’Allemagne est une grande puissance économique avec laquelle les autres pays traitent en se courbant car elle possède de nombreux atouts. La Finlande ne peut se permettre une telle attitude », conclut HS.
Turun Sanomat estime qu’il y a a lieu d’écouter les critiques de M ; Rehn car son message est d’or : l’intérêt de la Finlande est que l’Europe se porte bien.
Aamulehti considère qu’aujourd’hui il est dans l’intérêt de la Finlande d’investir dans la richesse de l’Europe. Il ne faut pas se replier sur soi.
HS TS AL

Vrais Finlandais – Politique étrangère

Sondage
Selon un sondage commandé par les Vrais Finlandais, 60 % des Finlandais soutiennent l’idée de diminuer les crédits liés aux conventions internationales jusqu’à ce que l’économie nationale reparte.
Les Finlandais seraient les plus favorables (63 %) à couper les dépenses de l’immigration, 60 % seraient prêts à diminuer les crédits au développement.
50 % des Finlandais seraient prêts à faire des concessions concernant les obligations des traités climatiques et un Finlandais sur trois sur les subventions aux sources d’énergie renouvelable.
Le sondage a été effectué au printemps. Les Vrais Finlandais se félicitent du fait que les résultats convergent avec les positions du parti.
HS/A4

M. Putkonen souhaite que la Finlande dénonce les restrictions sur le soufre
Aamulehti relève que M. Putkonen, ancien responsable syndical et aujourd’hui dirigeant des Vrais Finlandais, propose que la Finlande dénonce la convention de l’Organisation maritime internationale afin d’échapper aux exigences de la directive sur le soufre.
M. Harle, professeur de politique internationale, ne considère pas l’idée comme impossible. Il relève qu’il y a toujours des pays qui violent des conventions internationales.
AL/A6

Quotas de pêche dans la mer Baltique

Le ministère de l’Agriculture a acheté des quotas à la Lettonie
Le ministère de l’Agriculture a acheté un droit de pêche de saumons en Lettonie pour des pêcheurs professionnels finlandais. En contrepartie, il a cédé le droit de pêche pour un certain nombre de harengs.
La Finlande avait besoin d’augmenter son quota, car des pêcheurs avaient dépassé le leur.
Les pêcheurs amateurs sont vexés et considèrent que le ministère agit en cachette. Selon M. Bondestam du ministère de l’Agriculture, les échanges de quotas sont tout à fait normaux dans l’UE.
HS/A8

Nucléaire

Le directeur général de l’AIEA a été impressionné par la recherche finlandaise sur les déchets nucléaires
Turun Sanomat rapporte que le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie nucléaire, M. Yukiya Amano, a effectué jeudi une visite à Olkiluoto où il a vu le chantier de l’EPR et le centre de recherche Onkalo de Posiva qui fera partie du dépôt des déchets radioactifs. M. Amano a été impressionné par le travail de recherche et de préparation de Posiva.
M. Amano a estimé que le projet de Posiva d’enterrer le combustible radioactif en profondeur dans la roche était une bonne nouvelle pour le monde entier. Il estime que le retard du projet de construction d’Olkiluoto-3 est acceptable, vu qu’il est dû à la volonté de garantir la sécurité qui est le facteur le plus essentiel dans l’usage de l’énergie nucléaire et le traitement du combustible radioactif.
M. Amano a souligné que le temps du nucléaire n’est pas fini : « La construction des centrales nucléaires continue, en ce moment il y a plus de 60 unités en construction. »
TS/15

Politique intérieure

Partis politiques

Le PSD veut renforcer les soins aux personnes âgées, les conservateurs les allègements fiscaux sur les travaux domestiques
Réunis respectivement à Lahti et Rasepori, le PSD et le parti conservateur ont présenté leurs priorités pour les échéances budgétaires de l’automne. Helsingin Sanomat estime qu’il pourrait y avoir un accord entre les partis de gouvernement, le PSD souhaitant obtenir des engagements contraignants sur le ratio aide soignant/personnes âgées, le parti conservateur une augmentation des allègements fiscaux sur les travaux domestiques.
HS

« Le parti conservateur en difficulté » AL
« Réveillez-vous, les élections approchent » HS
L’éditorialiste d’Aamulehti estime que la faim du PSD d’augmenter les dépenses est telle que le gouvernement pourrait ne pas tenir toute la législature.
Helsingin Sanomat estime que la question la plus intéressante des prochaines élections sera de savoir si le parti conservateur demeure le plus grand parti du pays ou si le PSD le dépasse. Toutefois, cela ne devrait pas influencer le fonctionnement du gouvernement, conclut le quotidien.
HS

Le Centre déposera une motion de censure sur les soins aux personnes âgées
Helsingin Sanomat rapporte que le Centre a annoncé qu’il déposerait à la rentrée parlementaire, en septembre, une motion de censure sur les soins aux personnes âgées.
HS

Agro-alimentaire

Les Finlandais privilégient les produits domestiques
Selon une étude, 75% des produits agro-alimeentaires vendus en Finlande ont une origine domestique et seulement 25% une origine étrangère.
HS

Immobilier de l’Etat

Travaux de modernisation des bâtiments de l’Etat
Helsingin Sanomat relève que dans le but de faire des économies de l’argent et de l’énergie, l’Etat fera moderniser ses bureaux. Les travaux concernent également des locaux des ministères des Finances et de l’Emploi et de l’Economie qui auront deux au lieu de quatre bâtiments à leur disposition à compter de début 2013 et 2016.
Les travaux prévus sont également conformes à la directive sur l’efficacité énergétique qui entrera en vigueur en octobre-novembre.
HS/A8

Helsinki

La population atteint les 600 000
La population de Helsinki a atteint les 600 000 vendredi dernier. Cette année, la croissance démographique de la capitale s’est accélérée : en janvier-juillet on a enregistré une augmentation de 4039 habitants contre 3251 à la même époque en 2011.
La municipalité prévoit que la population dépassera le seuil de 650 000 habitants en 2021 et celui des 700 000 habitants en 2033.
HBL/21

France - Finlande

Cinéma

Café de Flore
Hufvudstadsbladet publie une critique du film de Jean-Marc Vallée qui sort en Finlande.
HBL/21

France

Politique

Les dirigeants européens critiqués
A la veille de la rencontre des dirigeants français et allemand, Helsingin Sanomat publie un portrait de M. Hollande et Mme Merkel qui doivent faire face à des critiques intérieures.
Helsingin Sanomat rapporte surtout les critiques exprimées dans le livre de Laurent Binet, Rien ne se passe comme prévu.
HS

Economie

« Le luxe se porte bien en France » TS
Turun Sanomat rapporte que le secteur du luxe connaît une forte croissance. Il représente 50 milliards d’euros pour l’économie française.
TS

Jeudi 23 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Sondage
Helsingin Sanomat a effectué un sondage sur l’euro, selon lequel 44 % des Finlandais estiment qu’il faut que la Finlande aide les Etats membres en difficulté économique ( contre 52 % en juillet 2011) et 49 % s’y opposent.
Ce sont les militants des Vrais Finlandais qui sont le plus opposés (78 % contre et 18 % pour) et ceux des Verts qui sont les plus favorables (66 % pour et 25 % contre).
59 % des Conservateurs, 51 % des sociaux-démocrates, 51 % des militants de l’Alliance des gauches et 34 % des Centristes souhaitent continuer les mesures d’aide.
M. Pernaa, chercheur à l’Université de Turku relève qu’il trouve même surprenant qu’un nombre si élevé de Finlandais soutient encore les mesures d’aide, « après tout ce qu’on a vu ».
Il estime que l’argument d’origine sur l’effort d’empêcher l’expansion de la crise ne valant plus, des nouveaux grands Etats membres arrivant dans le cadre des mesures d’aide, les Finlandais sont devenus plus critiques.
Selon le sondage, 63 % des Finlandais souhaitent toutefois garder l’euro, contre 26 % qui ne veulent plus de monnaie unique. M. Pernaa estime que pour la majorité des Finlandais, l’euro facilite le maintien des emplois et de l’Etat-providence.
M. Ahonen, professeur à l’Université de Helsinki, estime que les Finlandais ont une bonne idée de l’état de la crise. Le résultat du sondage reflète, pour lui, le fait que les Finlandais sont bien éduqués et instruits sur les questions d’actualité. Le résultat ne traduit pas un cynisme mais plutôt un bon sens des réalités.
M. Pehkonen de l’institut TNS Gallup (qui a réalisé le sondage) rappelle que les gens ont en général tendance à souhaiter s’en tenir à l’état actuel des choses, la dissolution de l’euro représentant « un saut vers l’inconnu ».
Concernant les mesures à prendre afin de prévoir les difficultés économiques, les Finlandais privilégient les augmentations fiscales et les économies afin de maîtriser les dépenses, pour 34 % d’entre eux contre 26 % qui seraient favorables à des allègements fiscaux et à la relance et 28 % qui estiment qu’aucune nouvelle mesure n’était nécessaire.
HS/B4

Editorial : « Les Finlandais souhaitent garder l’euro malgré la crise » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que les différentes nuances des propos des personnages politiques finlandais et les allusions à un éclatement de la zone euro ont été interprétées comme des prises de position fortes. Les électeurs ont été plus stables.
Le sondage sur les Finlandais et l’euro montre que les attitudes sont restées pratiquement les mêmes le long de la crise. La popularité de la monnaie unique a légèrement diminué, mais elle reste bien au dessus de 60 %.
En même temps, la popularité de l’idée de quitter l’UE a diminué. Pour l’éditorialiste, l’opinion publique peut être interprétée ainsi : la coopération et les décisions communes européennes sont considérées comme importantes au niveau général, mais la gestion de la crise actuelle suscite un mécontentement. Les attitudes à l’égard de l’aide aux pays en crise divisent les Finlandais, l’esprit critique a augmenté par rapport à l’année dernière.
Les attitudes à l’égard de la gestion de la crise sont un thème politiquement plus attrayant que la participation à l’Union monétaire.
Les positions des partis politiques reflètent les efforts de suivre les attitudes des électeurs. A l’intérieur des partis du gouvernement, il y a plus de tolérance pour et contre les mesures de gestion de la crise, de la même façon que les électeurs sont divisés.
Quant aux Vrais Finlandais par contre, comme les militants du parti sont plus clairement contre l’euro et les mesures de sauvetage, M. Soini peut se permettre de critiquer le gouvernement sans réserves.
Les militants du Centre sont très proches de la moyenne des Finlandais et le parti a du mal à se créer un profil en la matière.
HS/A2

Propos de M. Rehn
M. Rehn, commissaire à l’économie, regrette les prises de position finlandaises de ces derniers temps concernant l’euro. Il est intervenu devant les ambassadeurs finlandais, hier. Pour lui, la Finlande donne actuellement l’impression d’un pays qui a des doutes concernant son rôle dans l’intégration européenne et qui envisage un éclatement de la zone euro.
Mme Kumpula-Natri, présidente de la Grande commission, condamne les propos de M. Rehn et relève qu’il faut que le débat dans les Etats membres évoque ouvertement l’UE et les choix de la politique économique. « Cela fait partie de la démocratie, et il faut qu’un commissaire le supporte », dit-elle.
HS/B4

Erasmus

Le nombre de pays augmentera dès 2014
Helsingin Sanomat rapporte que le programme d’échanges des étudiants Erasmus s’élargira, dès 2014, à des pays à l’extérieur de l’Europe. Selon M. Juha Ketolainen de Cimo, « les décisions définitives n’ont pas encore été prises mais on a des projets d’élargir les échanges avec les pays limitrophes de l’Union européenne ». L’Egypte, la Tunisie, l’Ukraine et la Kirghizistan pourraient éventuellement être inclus dans le programme.
Selon les statistiques récentes, la mobilité des étudiants est plus la plupart centrée en Europe. Erasmus accorde du financement à environ la moitié des étudiants universitaires qui partent en échange.
Depuis 25 ans, environ 2,5 millions d’étudiants européens ont pu profiter du programme Erasmus. Les Finlandais y ont été admis il y a vingt ans. Plus de 55 000 étudiants finlandais ont participé à ces échanges et environ 70 000 étudiants étrangers sont venus en Finlande.
La France, qui a accueilli 542 étudiants finlandais en 2011, est le cinquième pays choisi par les étudiants finlandais du programme, après l’Allemagne (975 étudiants en 2011), l’Espagne, la Grande-Bretagne et la Suède.
Parmi les étudiants étrangers en Finlande, les Allemands (1 292 étudiants) et la France (1 152 étudiants) étaient en tête en 2011.
HS/A5

Iran – AIEA – Olkiluoto

Visite en Finlande du directeur de l’AIEA
Helsingin Sanomat rend compte de la visite de M. Yukiya Amano, directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique, à l’invitation du ministre de l’Economie, M. Häkämies. M. Amano a également rencontré le Président, M. Niinistö, et le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja.
HS relève que même si l’objet de M. Amano est de visiter le site d’Olkiluoto, l’Iran a été évoqué aussi. Il relève que depuis que l’AIEA a demandé d’accéder à la base de Pars, près de Téhéran, il y a eu des travaux de déplacement et de démolition sur le site.
M. Amano estime que le problème de l’accès au site devra être résolu par des moyens diplomatiques.
Il se rendra à Olkiluoto, aujourd’hui, et visitera également Onkalo, le site prévu pour les déchets nucléaires. M. Amato constate que la Finlande travaille sérieusement pour trouver un moyen de stocker les déchets nucléaires d’une façon sûre.
Pour lui, Onkalo est un exemple sur l’importance du soutien des hommes politiques et de la société pour un tel projet. « La communauté internationale devrait mieux connaître Onkalo », selon lui.
M. Amano n’estime pas, « absolument pas », que Fukushima ait signifié la fin de l’énergie nucléaire. Selon les estimations de l’AIEA, le nombre de centrales nucléaires passera de 435 aujourd’hui à au moins 525 pour 2030.
Pour lui, la variation des prix des énergies fossiles, l’augmentation de la consommation de l’énergie au fur et à mesure que les pays se développent, la sécurité énergétique, le changement climatique sont des facteurs qui jouent en faveur de l’énergie nucléaire.
HS/B3

Syrie

Un officier finlandais est resté à Damas
Helsingin Sanomat relève que l’ONU a demandé à la Finlande de maintenir un casque bleu en Syrie pour participer à la mise en fin de l’opération. M. Pölönen, chef de bataillon, restera ainsi en Syrie encore deux semaines.
Les deux officiers rentrés, hier, constatent que la situation en Syrie s’est tout le temps empirée depuis le début de l’opération. Dix casques bleus finlandais y ont participé, et les autres sont rentrés en juillet et la semaine dernière.
HS/B2

Somalie

M. Halla-aho souhaite réévaluer le besoin de protection des Somaliens
Helsingin Sanomat relève que M. Jussi Halla-aho, député des Vrais Finlandais, estime qu’une partie des Somaliens qui habitent en Finlande n’ont plus besoin du statut de réfugié ou de protection. Dans une question écrite adressée au gouvernement, M. Halla-aho fait allusion aux informations de l’association des Somaliens, selon lesquelles des centaines de Somaliens de Finlande ont effectué l’année dernière des visites à Mogadishu, capitale de la Somalie.
Sur son blog, M. Halla-aho cite le communiqué du ministère finlandais des Affaires étrangères publié en juin, selon lequel les combats ont pris fin à Mogadishu. Il note aussi qu’une compagnie aérienne turque a commencé les vols directs entre Helsinki et Mogadishu.
M. Pekka Haavisto, président du groupe parlementaire de l’Alliance verte, estime qu’il est encore trop tôt pour évaluer le statut de réfugié des Somaliens de Finlande, même si la situation de la sécurité s’est un peu améliorée. « Il est trop tôt pour dire si le processus pour la paix est arrivé à une phase où on peut dire que la paix est en vue. »
Pour Mme Sofia From-Emmesberger, ambassadeur au Kenya, accréditée en Somalie, la situation de la sécurité en Somalie est encore fragile. Selon M. Ilkka Nordberg, conseiller au ministère des Affaires étrangères, le ministère ne conseille pas les voyages en Somalie.
HS/A5

Politique intérieure

Partis politiques

Le sondage récent sur l’audience des partis politiques a suscité des réactions
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Jyrki Katainen, président du Kokoomus, a déclaré hier, lors de la réunion du groupe parlementaire des conservateurs à Kouvola, que le parti devrait travailler encore plus.
Il a présenté un message un peu amer envers les sociaux-démocrates : malgré les élections municipales qui approchent, il ne faut pas recourir à des manœuvres politiques, il faut se concentrer sur les affaires de l’Etat.
HSA8

Métro

Selon le syndicat AKT, les constructeurs du métro sont sous-payés
Selon Helsingin Sanomat, le syndicat des transports AKT annonce que les conventions collectives ont systématiquement été violées au chantier de métro à Espoo. Des dizaines de conducteurs de poids lourds ne sont pas rémunérés comme il faut et ils ont perdu des milliers d’euros.
Selon l’AKT, les premiers cas datent de 2011.
HS/A5

Le litige sur les quais continue
Les villes de Helsinki et d’Espoo ne se sont pas encore mis d’accord sur le litige concernant les quais de métro vers Espoo. Helsinki dispose de quais de 135 m de long et Espoo construit des quais de 90 m. Selon un nouveau rapport, les quais plus courts sont suffisants au moins jusqu’à l’an 2050.
HS/A12

France

Gastronomie

Bistrots à Paris
Aamulehti publie un article présentant quelques bistros parisiens.
AL/mer/B21

Mercredi 22 août 2012

Politique étrangère et européenne

Propos de M. Niinistö

« Il ne faut pas se taire des problèmes des droits de l’homme en Russie »
« La situation de l’Europe est la plus difficile depuis la 2e guerre mondiale »
Turun Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö a défini mardi pour la première fois ses grandes orientations de la politique étrangère devant les ambassadeurs de Finlande, réunis à Helsinki. Le quotidien estime que la direction de la politique étrangère partage les mêmes orientations que celles du ministère des Affaires étrangères, parce que les commentaires sur la Russie de M. Niinistö sont dans la même ligne que les propos tenus lundi par le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja.
M. Niinistö estime que la Russie n’est pas devenue ce que les Russes auraient souhaité et cette déception et frustration se voient dans les réactions récentes de la société civile russe. « Nous ne devons pas nous taire sur les problèmes qui sont liés à l’Etat de droit, à la démocratie et aux droits de l’homme en Russie. Cela ne serait dans l’intérêt de personne », a déclaré M. Niinistö.
Il souligne toutefois que la Finlande devrait proposer des solutions au lieu de pointer du doigt où sont les problèmes de la Russie. Pour M. Niinistö, les relations entre la Finlande et la Russie sont bonnes. Les Finlandais devraient cependant améliorer leurs connaissances sur la Russie, ne serait ce que parce que les contacts économiques entre les deux pays se sont intensifiés considérablement.
TS/9

Commentaire : le retour de l’esprit Paasikivi
Selon Turun Sanomat, Mme Teija Tiilikainen, directrice de l’Institut des relations internationales UPI, estime qu’il y a une nette différence entre la façon de s’exprimer de M. Niinistö et de son prédécesseur, Mme Tarja Halonen. Mme Halonen avait souligné l’importance de la mondialisation et du développement social.
« Le discours de M. Niinistö est concentré sur la politique étrangère entre les Etats. Il a évoqué les pays nordiques et la Russie, mais aussi la région de la mer Baltique et la région arctique. »
Pour Mme Tiilikainen, les propos de M. Niinistö font penser à J. K. Paasikivi, Président de la République de 1946 à 1956 qui représentait également le Parti conservateur.
TS/9

Russie

L’adhésion de la Russie à l’OMC créera des emplois en Finlande
Helsingin Sanomat relève que selon les économistes, à la suite de l’adhésion de la Russie à l’OMC des milliers d’emplois pourraient être créés en Finlande.
Selon l’économiste à la Banque de Finlande, Mme Heli Simola, les exportations finlandaises vers la Russie augmenteraient de 300-400 millions d’euros. Cela pourrait créer de 4 500 – 6 500 emplois en Finlande. « La situation internationale est très instable et ce développement peut prendre plus longtemps. »
M. Pekka Sutela, expert de l’économie russe, estime que les exportations finlandaises de services, notamment des services bancaires et d’assurance, vers la Russie augmenteraient considérablement.
HS/B3

Crise de l’euro

Propos de M. Niinistö
Hufvudstadsbladet relève que le Président Niinistö estime que l’Europe est en train traverser sa pire crise depuis la guerre, mais que quitter l’euro ne représente pas une solution. Pour lui, la crise de l’endettement occupe les gouvernements en même temps que l’UE se retrouve dans une crise structurelle. Il n’est pas évident que les Européens puissent maintenir leur niveau de vie. La période d’adaptation n’a fait que commencer et ses conséquences sont un mystère. Selon le Président, il n’y a qu’une chose de clair : L’Europe ne sera plus jamais comme avant.
HBL/8

Point de vue : « L’Europe souffre de beaucoup de maladies » HS
Le rédacteur en chef de Helsingin Sanomat, M. Pentikäinen, estime que dans la crise européenne, il ne s’agit pas uniquement des finances, il s’agit aussi d’une crise de la compétitivité, d’une crise de déficit et d’une crise en matière de confiance tant entre les citoyens et les hommes politiques, entre les hommes politiques de différents pays, entre le Sud et le Nord, qu’entre ceux qui prêtent de l’argent et ceux qui l’empruntent.
Pour M. Pentikäinen, l’euro représente la colle d’une Europe en commun. Cette monnaie est chargée de beaucoup trop de choses précieuses pour que l’on puisse la laisser couler.
HS/A2

La Finlande la plus stable du monde

Le think-tank Fund for peace considère les pays Nordiques parmi les plus stables
Helsingin Sanomat relève que Fund for peace, un think-tank américain, classe la Finlande comme le pays le plus stable du monde. Les autres pays nordiques, la Suisse, le Luxembourg, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, le Canada, l’Autriche les Pays-Bas et l’Australie sont également parmi les plus stables, selon 12 critères sociaux, politiques et économiques pris en compte.
HS/B1

Politique intérieure

Sondage sur les partis politiques

L’audience du PSD atteint celle des Conservateurs
Helsingin Sanomat présente un sondage effectué pour son compte sur l’audience des partis. Celle du PSD s’approche les intentions de vote en faveur du Parti conservateur. Kokoomus garde sa place au premier rang avec une audience de 20,4 %. Il est suivi du PSD dont l’audience s’élève à 20,3 %.
Les Vrais Finlandais sont au troisième rang avec une audience de 16,8 % suivis du Centre, 16,4 %.
Les Verts arrivent au cinquième rang avec 8,9 % des intentions de vote, suivis de l’Alliance des gauches, 8,3 %, du Parti suédois, 4 % et des Démocrates chrétiens, 3,7 %.
Les chercheurs interrogés par HS estiment que le PSD a pu augmenter son audience en promouvant l’intérêt de la Finlande dans le contexte de la crise, en même temps que le Parti conservateur a du faire de compromis.
L’écart en faveur des Conservateurs avait été considérable depuis 2008, il s’est mais aujourd’hui réduit à 0,1 points.
Les chercheurs estiment que le fait que les Conservateurs promeuvent la réforme des communes a eu un effet sur l’évolution de leur audience. Le PSD, quant à lui, a réussi à se tenir un peu à l’écart du projet, et s’est déclaré contre les fusions forcées.
HS/A4

Le nombre des indécis a augmenté
HS relève qu’une partie plus importante que d’habitude des électeurs ne se prononce pas. Concernant les municipales, leur part est de 42 % (contre 36 % en juin).
Selon les chercheurs, la situation devrait encore changer à l’approche des élections. Les campagnes des partis n’ont pas encore vraiment démarré.
HS/A4

Parti conservateur
M. Ruostetsaari, professeur en sciences politiques à l’Université de Tampere, estime que les Conservateurs ne paraissent plus aussi unis en tant que parti qu’avant.
Les fusions de communes et la crise de l’euro suscitent des opinions variées au sein du parti. Le Premier ministre a souligné qu’il faut être capable de prendre de décisions difficiles ce qui a renforcé le débat à l’intérieur du parti et a fait surgir des différences d’opinion.
HS/A4

Municipales

L’institut de recherche EVA souhaite organiser les municipales et les législatives en même temps
L’institut de recherche économique EVA propose d’ouvrir à la concurrence les services communaux. Il critique le projet de réforme communale pour le peu de résultats au niveau de l’amélioration des services.
EVA propose également d’organiser les municipales en même temps que les législatives « afin que les programmes électoraux des partis ne paralysent pas la prise de décision tous les deux ans ».
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet craint qu’un débat sur les questions communales serait éclipsé par d’autres sujets si les élections avaient lieu en même temps.
HS/A5, HBL/14

Police

Un groupe de travail propose la suppression des brigades mobiles de la police
Un groupe de travail désigné par le ministère de l’Intérieur a remis son rapport à la ministre de l’Intérieur, Mme Räsänen. Pour faire des économies, le groupe de travail propose de supprimer les brigades mobiles. La ministre des Transports, Mme Kyllönen, ainsi que le chef des brigades mobiles, M. Rantala s’y opposent fermement.
HS/A5

Chômage

Le nombre de chômeurs est en hausse
Helsingin Sanomat rapporte que selon les statistiques du ministre du Travail et des Activités économiques, le nombre de chômeurs a augmenté de 2,9 % en juillet 2012 par rapport à juillet de l’année dernière. Le nombre total de chômeurs s’élève désormais à 274 000 personnes.
HS/B4

France

Musique

Festival de La Roque d’Anthéron
Aamulehti rend compte du festival de musique de La Roque d’Anthéron qui célèbre Debussy cette année.
AL/mar/B17

Roms

Les évacuations des campements continuent malgré des promesses électorales du Président Hollande
Helsingin Sanomat rapporte qu’il y a des divergences d’opinion dans la direction française concernant les expulsions des Roms.
HS/B2

Mardi 21 août 2012

Politique européenne et étrangère

Russie

M. Lavrov estime que la peine de prison de Pussy Riot peut être modifiée
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre russe des Affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, qui a effectué lundi une visite à Helsinki à l’invitation de son homologue finlandais, M. Erkki Tuomioja, a remercié le Finlande de son « attitude bienveillante » pour l’octroi des visas aux ressortissants russes. Le nombre de visas accordés aux Russes a augmenté cette année de 25 % par rapport à 2011. Il est possible que le nombre de visas s’élève à 1,5 million avant fin 2012. M. Lavrov, qui a été invité à participer à la réunion annuelle des ambassadeurs finlandais à Helsinki, a rappelé que l’objectif de la Russie était l’exemption de visas avec les pays de l’Union européenne.
Avant son discours devant les ambassadeurs finlandais, M. Lavrov a eu des entretiens avec le Président, M. Sauli Niinistö, le Premier ministre, M. Jyrki Katainen, et le ministre des Affaires étrangères, M. Erkki Tuomioja.
Dans son discours, M. Lavrov a rappelé les positions de la Russie dans les relations internationales, la crise en Syrie et les litiges avec l’Union européenne.
Les Finlandais ont évoqué avec le ministre russe le développement du système juridique et de la société civile de la Russie, notamment en ce qui concerne la peine de prison du groupe Pussy Riot. M. Lavrov a déclaré, devant la presse, qu’il ne fallait pas dramatiser la peine qui pourrait encore changer dans les instances supérieures.
Selon M. Tuomioja, M. Lavrov n’a pas rejeté un débat sur les questions relatives aux droits de l’homme en Russie. « M. Lavrov a noté que les droits de l’homme n’étaient pas une question propre à la Russie. » La Russie a également rédigé un rapport sur les droits de l’homme en Finlande.
« Nous sommes en train de développer la société civile et voulons évoquer ces questions avec nos partenaires », a déclaré M. Lavrov lors de la conférence de presse.
Selon HS, M. Lavrov a évoqué les questions relatives aux familles fenno-russes et aux droits des enfants avec M. Niinistö et avec M. Tuomioja.
HS/A4

M. Tuomioja : il y a des caractères inquiétants dans le développement de la Russie
Selon Demokraatti, M. Tuomioja s’est exprimé devant les ambassadeurs finlandais avant son entretien avec M. Lavrov. Selon lui, il y a caractères inquiétants dans le développement de la société et de l’Etat de droit en Russie, comme par exemple les changements imprévisibles de législation, la méfiance à l’égard de la société civile et la centralisation des prises de décision.
M. Tuomioja estime que l’adhésion de la Russie à l’OMC crée de nouvelles possibilités pour le commerce avec la Finlande. Il propose aussi l’augmentation des échanges étudiants.
Dem/5

Ministère des Affaires étrangères

MM. Tuomioja et Stubb se sont exprimés différemment sur l’euro
Helsingin Sanomat relève que MM. Erkki Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, et Alexander Stubb, ministre des Affaires européennes et du Commerce extérieur, se sont exprimés lundi devant les ambassadeurs finlandais, réunis à Helsinki pour leur conférence annuelle.
Le quotidien souligne que MM. Tuomioja et Stubb n’ont pas présenté tout à fait le même message quant à la crise de l’euro. Selon M. Stubb, il serait utile de se concentrer sur les options les plus vraisemblables. Il a souligné que « l’euro était un choix irrévocable pour la Finlande ».
M. Tuomioja a souligné l’importance d’un « débat profond et honnête » pour surmonter la crise. Pour lui, il ne s’agit pas seulement d’une crise de l’euro mais d’une crise de la démocratie qui met en cause l’existence de l’Union.
HS/A4

Crise de l’euro

Réactions aux propos de M. Soini
Editorial : « L’argent au bout de l’arc-en-ciel » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat considère la proposition de M. Soini de diviser la zone euro en deux comme économiquement et politiquement problématique. Il ne s’agit pas actuellement de se trouver des partenaires pour créer quelque chose de nouveau. On se retrouverait pur lui en plein milieu d’une crise.
Une telle division signifierait la dissolution de l’euro. Un euro septentrional créerait également une zone très forte, ce qui compliquerait les échanges.
La division signifierait également une division de l’UE. L’intégration ferait marche arrière.
L’éditorialiste note que M. Soini ne mentionne pas la France dans sa proposition. Il apparait toutefois clair que la France reste aux côtés du « sud » et l’Allemagne, quant à elle, resterait aux côtés de la France.
L’éditorialiste considère les propos de M. Soini comme absolument irréalistes, mais note que l’on aura appris que M. Soini est favorable à un euro fort.
HS/A2

« Les conservateurs divisés sur le troisième paquet d’aide à la Grèce » TS
Turun Sanomat relève qu’alors que certains conservateurs, dont MM. Zyskowicz et Sasi, s’opposent à une aide supplémentaire éventuelle à la Grèce. D’autres y seraient favorables sous certaines conditions.
M. Zyskowicz estime qu’il faudrait promouvoir, dans l’eurogroupe, l’idée de ne pas adopter un troisième paquet. Pour lui, les autres pays en crise feraient plus d’efforts pour leurs économies si l’on disait « non » à la Grèce.
M. Stubb, ministre du Commerce extérieur, ne partage pas l’avis de M. Zyskowicz. Il estime que si la Grèce remplit les critères définis, une aide est envisageable.
Concernant les propos de M. Soini sur la division de l’eurogroupe, M. Stubb estime que les conséquences pourraient être graves. L’euro du Nord serait selon lui trop fort et celui du Sud trop faible.
TS/13

Liban

La Finlande envisage de doubler ses troupes au Liban
M. Tuomioja, ministre des Affaires étrangères, qui s’est exprimé hier devant les ambassadeurs finlandais a dit que la Finlande devait pouvoir envisager l’augmentation, au besoin, du nombre des effectifs de ses troupes au Liban.
M. Tuomioja n’a évoqué aucun calendrier pour une telle mesure. Les troupes Finul finlandaises sont limitées à 200 casques bleus actuellement.
Helsingin Sanomat relève que selon ses informations, l’ONU aurait demandé à la Finlande d’assumer, après l’Irlande, la direction du bataillon auquel elle participe actuellement.
Selon une estimation, il faudrait au moins 150 casques bleus de plus pour pouvoir assumer la direction du bataillon.
Quant à la Syrie, les derniers observateurs finlandais vont quitter la Syrie avec la fin de l’opération d’observation de l’ONU.
HS/A4

Syrie

La Supo suit les déplacements dans des zones de crise
Demokraatti relève que le bruit court dans la communauté arabe de Finlande que des ressortissants finlandais seraient partis en Syrie pour participer aux batailles.
Mania Alkhatib, représentant de l’opposition syrienne résidant en Finlande, relève que cela ne serait pas impossible mais qu’il n’en sait pas plus.
La Sûreté nationale, Supo, relève qu’elle suit les déplacements de Finlande vers des zones de crise, mais qu’elle ne commente pas le cas d’un pays isolé. La Supo suit également les transferts d’argent dans des zones de crise.
Dem/14

Politique intérieure

Communes

Les Vrais Finlandais envisagent de déposer une motion de censure
Hufvudstadsbladet relève que les Vrais Finlandais envisagent de déposer une motion de censure sur des questions concernant les communes, telles que le bien-être des habitants et la démocratie locale.
Pour le parti, les municipales du mois d’octobre représentent un référendum sur la réalisation des services et la démocratie locale.
HBL/3

France

Tourisme

Les Français dépensent moins qu’avant dans leurs vacances
Demokraatti publie un article de Mikko Ruotsalainen sur l’effet de la crise économique sur les habitudes des Français au niveau de voyages lors des vacances.
Dem/13

Lundi 20 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Les propos de M. Tuomioja suscitent une tempête
Selon le Daily Telegraph, les Finlandais sont naïfs
M. Soini se réjouit des déclarations de M. Tuomioja
Les propos du ministre des Affaires étrangères qui avait déclaré au Daily Telegraph que la Finlande s’est préparée à une implosion de l’euro, ont suscité un grand intérêt, vendredi. Selon Mme Ahokas du Helsingin Sanomat, cela témoigne du fait que l’image de la Finlande comme pays « empêcheur de tourner en rond » est actuellement très forte.
Le journal du Daily Telegraph estime que les Finlandais sont naïfs s’ils ne comprennent pas l’intérêt que suscitent leurs propos sur l’euro.
Le président des Vrais Finlandais, M. Timo Soini, s’est félicité de ces propos. Selon lui, « tout le monde, sauf M. Stubb, se rapproche de ses propres positions ».
HS AL

Propos de M. Soini : « Un euro à part pour l’Europe du Nord »
Kaleva relève que M. Soini, président des Vrais Finlandais, propose de créer un euro propre à l’Europe centrale et du Nord. Pour lui, deux zones euro séparées selon des critères liés « au niveau de la démocratie et de l’économie » pourraient résoudre les problèmes liés à la monnaie unique.
Un eurogroupe méridional pourrait être composé de l’Espagne, du Portugal, de la Grèce, et éventuellement de l’Italie, alors qu’un groupe septentrional compterait l’Allemagne, les Pays-Bas, les pays Baltes et les pays nordiques, selon les esquisses de M. Soini.
Il estime que le résultat des municipales donnera une idée des orientations des Finlandais en matière de l’appartenance à l’eurogroupe.
Helsingin Sanomat relève que M. Soini précise que « s’il n’y a pas de retour à la monnaie nationale, une division est la meilleure alternative. La situation actuelle est la pire option. »
Kaleva/dim/2, HS/lun/A4

Réactions
Demokraatti relève que les propos de M. Soini ont été interprétés comme favorables à la monnaie unique dans le sens où il n’exige plus le retour aux devises nationales.
M. Sasi, président conservateur de la commission des finances, estime que M. Soini « a compris que, pour la stabilité, une zone plus importante est une bonne chose ». Mme Kumpula-Natri, présidente sociale-démocrate de la Grande commission, estime que les Vrais Finlandais comptent désormais sur la force de la coopération internationale.
M. Haglund, ministre de la Défense, président du Parti suédois, rappelle que la zone proposée par M. Soini signifierait une devise plus forte ce qui compliquerait les exportations finlandaises.
Dem/6-7

Propos de M. Zyskowicz
M. Zyskowicz, député conservateur, s’oppose à un éventuel troisième paquet d’aide à la Grèce. Pour lui, les Etats membres ne devraient pas en accepter un de plus, car le système de l’euro tolérera l’effondrement de la Grèce sans que la crise de la dette empire de façon dramatique.
HS/lun/A5

Propos de Mme Ruohonen-Lerner
Mme Ruohonen-Lerner, présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, estime que le gouvernement se dispute sur la législation sur les soins des personnes âgées afin que les Finlandais fassent moins attention à la crise accrue de l’euro. « A mon avis, le gouvernement a comme stratégie de cibler le débat à ces questions nationales. »
Pour elle, assurer le ratio proposé des aides soignantes par patient ne coûterait qu’un dixième de la somme que la Finlande versera dans le fonds de crise de l’UE.
HS/dim/A5

Politique régionale

Propos de M. Pekkarinen
M. Pekkarinen, député centriste, estime que l’on pourrait mettre fin à la politique régionale de l’UE. Il estime qu’un développement régional équilibré pourrait être mieux et plus efficacement assuré par des solutions nationales.
Pour lui, il pourrait être envisageable de soutenir les pays avec des économies plus faibles en allégeant leurs contributions à l’UE.
M. Pekkarinen estime que la Finlande récupère un euro sur trois versés dans le cadre du financement régional et structurel de l’UE.
HS/dim/A6

Russie

M. Tuomioja compte évoquer les Pussy Riots avec M. Lavrov
Helsingin Sanomat rapporte que le ministre russe des Affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, effectue aujourd’hui une visite à Helsinki à l’invitation de son homologue finlandais, M. Erkki Tuomioja.
M. Tuomioja compte évoquer avec M. Lavrov la peine de prison du groupe Pussy Riot. « Notre position, qui a déjà été présentée publiquement, est que nous sommes très étonnés de la dureté de la peine », a déclaré M. Tuomioja. Selon le chef de la diplomatie finlandaise, « il est tout à fait possible qu’en Finlande une peine aurait pu être prononcée dans un cas similaire. Cette sanction de deux ans de prison est toutefois totalement démesurée ».
Lors d’une interview à Yle, M. Tuomioja a déclaré qu’en Russie, « la législation a été utilisée de façon discutable contre des personnes qui soutiennent l’opposition ». Selon HS, M. Tuomioja considère comme problématique le fait que la Russie veut indiquer que sa législation est semblable à celle des pays de l’Union européenne, mais les lois sont interprétées d’une façon différente qu’en Europe.
Selon M. Tuomioja, les ministres comptent évoquer les questions bilatérales, l’adhésion récente de la Russie à l’OMC, les questions relatives aux visas et les questions internationales d’actualité. Il estime qu’il n’y a pas de problèmes dans les relations bilatérales.
Lors de sa visite, M. Lavrov a aussi des entretiens avec le Président Niinistö et le Premier ministre Katainen.
HS/sam/B1, lun/A4

La Russie mène une lutte sur la Syrie
Demokraatti, organe du PSD, relève que selon Mme Hanna Smith, chercheur à l’Institut Aleksanteri, la Russie est en train de mener une lutte contre les pays occidentaux sur une solution au conflit de la Syrie. La Syrie est une des questions qui seront évoquées lors de la visite en Finlande de M. Lavrov.
Les vues de la Russie et de la Finlande sur la crise de la Syrie différent. La Finlande ne partage toutefois pas l’avis des Etats-Unis non plus. Le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Tuomioja, a été actif dans la question syrienne.
« La situation humanitaire en Syrie va de pire en pire avec le temps. La Finlande a traditionnellement pris fortement position sur des crises humanitaires », a déclaré Mme Smith.
Quant aux visas, Demokraatti note que selon M. Lavrov estime que l’exemption de visa entre l’Union européenne et la Russie pourrait se réaliser dans un an et demi. Pour Mme Smith, un calendrier réaliste serait de dix ans. Pour l’UE, il s’agit du développement interne de la Russie. La question n’est pas en ce moment parmi les priorités de l’Union.
Dem/11

Politique intérieure

Exportations

Les entreprises exportatrices auraient des allégements fiscaux
Selon Helsingin Sanomat, le ministre des Activités économiques, M. Jyri Häkämies, souhaite diminuer les couts de transports de l’industrie exportatrice pour compenser le cout de la directive de l’UE sur le soufre qui doit entrer en vigueur dans deux ans. Selon une estimation du ministère du Travail et des Activités économiques, la directive fera augmenter le cout des transports maritimes de l’industrie exportatrice de 400 à 600 millions d’euros par an.
M. Häkämies souhaite supprimer les frais de navigation des transports maritimes et créer un système de remboursement de la taxe diesel pour les poids-lourds. Le ministre présentera sa proposition avant la fin des négociations budgétaires.
Le patronat et les syndicats de l’industrie exportatrice ont présenté vendredi leur souci commun sur la compétitivité. Selon le directeur du patronat de l’industrie forestière, M. Timo Jaatinen, « il est clair que les Finlandais doivent payer. Sans les compensations nous pouvons perdre la croissance économique, des recettes fiscales et des emplois ».
M. Riku Aalto, président du syndicat de la métallurgie, exige des mesures immédiates : « La directive soufre a déjà des effets négatifs sur les projets d’investissement. »
M. Häkämies admet qu’il reste peu de temps d’ici 2015. « Si nous recherchons une solution rapide et efficace, la diminution des frais de navigation en est une. » Les frais de navigation rapportent à l’Etat environ 80 millions d’euros par an. Selon les estimations, la taxe diesel rapporte quelques dizaines de millions.
Les syndicats et le patronat de l’industrie exportatrice veut obtenir une compensation entière. M. Häkämies veut connaître les résultats du groupe de travail dirigé par M. Erkki Virtanen, secrétaire général du ministère du Travail et des Activités économiques, sur les mesures possibles.
HS/sam/A3&A4

Activités minières

Pénurie de la main d’œuvre
Kaleva relève que le domaine minier souffre de deux problèmes qui sont celui du manque de personnel compétent et celui de la pénurie de la main d’ouvre en général. Les villes minières se trouvant loin des grandes villes, il est difficile de faire venir de la main d’œuvre.
Le secteur aura besoin de 5600 nouveaux employés d’ici 2020. Outre ces emplois, entre 6500 et 9100 emplois se créeront autour des mines. Aucun autre secteur ne proposera autant de nouveaux emplois dans les années qui viennent.
Mme Uusisuo, chargée du secteur minier dans l’Union de Laponie, souhaite que l’on puisse envisager de mettre en place des mesures incitatives pour favoriser la mobilité de la main d’œuvre. Sinon, il s’agira de faire venir des employés de l’étranger.
Kaleva/16.8/2

Industrie maritime finlandaise

Perspectives favorables après des années difficiles
Turun Sanomat relève que l’industrie maritime finlandaise est moins menacée aujourd’hui qu’il y a encore un an. La Finlande est un acteur minime sur le marché européen, mais la tradition de la construction navale semblerait persister.
Cette branche industrielle doit toutefois faire face à une compétition notamment avec l’Allemagne dont la compétitivité est de 17 % plus élevée que celle de la Finlande.
Le rapport efficacité-coût des groupes de construction navale allemands a une avance correspondant à dix ans par rapport aux groupes finlandais. De plus, l’entrée des groupes asiatiques sur le marché a compliqué la situation des groupes finlandais.
Actuellement, le chantier naval STX Finland n’utilise que la moitié de sa capacité. Le directeur du chantier naval de Turku, M. Anttila, souhaite que le gouvernement prenne de mesures pour soutenir la branche.
TS/16.8/10

France – Finlande

Musique

Madeleine Peyroux à Huvila
Helsingin Sanomat publie une critique du concert de Madeleine Peyroux qui a inauguré la programmation de Huvila au festival de Helsinki.
HS/dim/C4

Pierre-Laurent Aimard
HS annonce les concerts du pianiste Pierre-Laurent Aimard dans le cadre du festival de Helsinki, les 27 et 29 août.
HS/sam/C1

Littérature

Jean-Michel Guenassia
Hufvudstadsbladet publie une critique du Club des incorrigibles optimistes.
HBL/dim/33

Société

Olkiluoto : une centrale qui rayonne la providence
Turun Sanomat publie un reportage sur le chantier d’Olkiluoto et ses effets sur les communes situées autour d’Eurajoki.
TS

France

Société

« Alerte à la canicule en France » HS

Tourisme

« Aix-en-Provence, ville étudiante » KL

Vendredi 17 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de l’euro

Selon M. Tuomioja, la Finlande s’est préparée à une implosion de l’euro
Selon M. Tuomioja, l’UE fonctionnerait mieux si l’euro implosait
Les médias rapportent que, dans une interview accordée au journal britannique Daily Telegraph (http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9480990/Finland-prepares-for-break-up-of-eurozone.htm) , le ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja a déclaré que la Finlande s’est préparée à une implosion de l’euro. « Nous devons envisager ouvertement la possibilité d’une implosion de l’euro. Personne ne le promeut activement en Finlande, pas même les Vrais Finlandais, encore moins le gouvernement. Mais nous devons être prêts » a dit le ministre qui a précisé que les hauts fonctionnaires finlandais avaient préparé des plans en cas d’implosion de l’euro. « Tout le monde y pense. Mais il y a un consensus sur le fait qu’une disparition de l’euro coûterait plus cher à court terme que de lutter contre la crise de l’euro. »
M. Tuomioja estime qu’à long terme, l’implosion de l’euro pourrait renforcer l’UE. « L’implosion de l’euro ne signifie pas la fin de l’UE. Cela pourrait au contraire la rendre plus efficace », dit-il. Il souligne aussi que, selon lui, les créances du MES doivent être prioritaires. « C’est pour nous une condition de participation au MES. Nous nous inquiétons de voir que les règles du MES semblent changer », souligne-t-il. Il déclare aussi n’avoir aucune confiance dans le cercle des dirigeants européens qui essaieraient d’imposer une union fiscale. Le journal mentionne notamment le gouverneur de la BCE, M. Draghi.
La présidente de la grande commission du parlement, Mme Kumpula-Natri (PSD) a déclaré au même journal que le temps des paquets d’aide touchait à sa fin. « Les gens pensent qu’il faut mettre fin (aux plans d’aide aux pays en crise). Je ne peux pas dire quelle est la limite (10% du PIB ?), car on ne l’a pas décidé. Mais il est sûr qu’un petit pays ne pourra pas éternellement aider les grands pays ».
HS Yle uusisuomi

Selon M. Tuomioja, ces déclarations sont des évidences
Interrogé à la radio finlandaise sur ces propos, M. Tuomioja a critiqué les titres choisis par le journal britannique qui, selon lui, induisent en erreur. Il a déclaré n’avoir exprimé que des évidences : « Dans une situation d’incertitude, les ministères de tous les pays se demandent s’il pourrait arriver que l’euro implose », dit-il.
M. Tuomioja a précisé ses critiques à l’égard des quatre dirigeants européens. « L’union bancaire est une affaire urgente, mais tout le reste doit être préparé autrement ».
Yle.fi

La Finlande à 100% engagée dans l’euro selon M. Stubb
Interrogé sur les propos de M. Tuomioja, le ministre chargé des Affaires européennes, M. Alexander Stubb, a déclaré que l’engagement de la Finlande dans l’euro est total. « Je veux exprimer clairement que les déclarations du ministre des Affaires étrangères ne reflètent pas la position du gouvernement. La Finlande est engagée dans l’euro à 100% ».

Point de vue : « La Finlande a choisi sa voie, aux côtés de l’Allemagne » AL
Dans une interview accordée à Aamulehti, le président des Chambre de commerce M. Risto Penttilä déclare que la Finlande a choisi, en politique économique, de se mettre à la traîne de l’Allemagne. « Ce n’est pas la meilleure solution, mais c’est la seule », dit-il avant de se demander quel serait l’effet sur le PIB finlandais d’une sortie de la Grèce de la zone euro.
Il pense que l’Allemagne aurait été prête au printemps, à faire sortir la Grèce de la zone euro, mais cela n’a pas eu le temps de se faire avant qu’éclate la crise en Espagne. Si ‘lon devait le décider aujourd’hui, ni la Grèce ni le Portugal ne seraient accepté dans la zone euro. Mais on n’y peut plus rien. « La Finlande peut très peu influencer la situation. C’est pourquoi on a décidé que la Finlande devait suivre l’Allemagne ».
M. Penttilä estime que l’Europe du Nord ne cesse de voir son pouvoir augmenter dans l’UE. Derrière la locomotive allemande, la Finlande suit avec son économie forte. L’Europe est désormais divisée en deux camps : « l’un est la zone euro, sous la direction de l’Allemagne, avec une forte coopération économique ; l’autre est constitué des autres Etats membres qui ont choisi de s’en tenir au libre-échange comme avant dans l’AELE ou la CEE ».
M. Penttilä estime que la Finlande ne peut sortir de l’a zone euro car les effets en seraient catastrophiques. Il pense en revanche que le temps des paquets d’aide touche à sa fin. Il faut donc se préparer à ce qu’un pays fasse défaut.
AL

Point de vue : « Vers l’inconnu »
Dans une interview accordée à Kauppalehti, le directeur du centre de recherche du patronat ETLA, M. Vesa Vihriälä déclare qu’il faut bien réfléchir avant de parler d’une sortie de la zone euro. « Sortir de la zone euro ne serait pas facile. Il y aurait des turbulences et des problèmes d’adaptation. Il faudrait être sûr que cela apporterait des avantages économiques bien supérieurs pour seulement l’envisager. Or cela n’est pas une perspective qui se profile à l’horizon. Il faut d’ailleurs remarquer que la popularité de l’appartenance à la zone euro n’a cessé de se renforcer durant la crise ».
M. Vihriälä estime toutefois que la zone euro risque d’évoluer. « La probabilité que la Grèce quitte l’euro est grande, mais il est difficile de dire si un autre Etat l’accompagnera. Le cœur de la zone euro va continuer car les effets d’un éclatement sont inconnus et peut-être catastrophiques. C’est pourquoi dans les pays de la zone euro on acceptera des décisions difficiles jusqu’au bout. Mais rien n’est impossible. On a déjà vu des unions monétaires éclater. En Tchécoslovaquie c’est même un Etat entier qui a éclaté ».
KL

Entreprises internationales : fiscalité

Propos de Mme Hautala
La ministre du Développement chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, Mme Hautala, souhaite que le gouvernement évoque l’évasion fiscale des entreprises internationales. En intervenant sur la fiscalité de ces entreprises. Elle relève que les Finlandais ne vont pas accepter de continuer à faire des économies sans bien connaître les dépenses.
AL/A6

Syrie

Les derniers observateurs finlandais rentrent
Les cinq derniers observateurs finlandais vont quitter la Syrie avec la fin de l’opération d’observation de l’ONU.
M. Iivonen, chef de communications du ministère de la Défense, relève qu’il ne semblait pas possible de réussir à diminuer la violence ou redémarrer les négociations.
HS/B3

« Liste de Shanghai »

Cinq universités finlandaises dans le classement de Shanghai
L’Academic Ranking of World Universities a inclu cinq universités finlandaises sur sa liste de 500 établissements d’études supérieures. L’Université de Helsinki partage le 73ème rang avec l’Ecole normale supérieure, la néerlandaise Leiden et la suédoise Uppsala.
Outre Helsinki, figurent sur la liste les universités d’Oulu, de Turku, de Finlande de l’Est et de Jyväskylä.
Dans une comparaison par domaine, l’Université Aalto se situe parmi les 200 meilleures dans deux catégories.
HS/A4

Finlande – Russie

100 000 nuitées de Russes en Finlande
Le nombre de touristes russes a augmenté de 25 % en juin par rapport à la même époque en 2011. En juin 2012, on enregistre 100 000 nuitées de Russes en Finlande. 76 000 Allemands et 61 000 Suédois ont passé la nuit en Finlande. Par contre, les Espagnols et les Italiens sont moins nombreux aujourd’hui à venir en Finlande.
HS/A4

Politique intérieure

Gouvernement

Litige au gouvernement sur les soins aux personnes âgées
Helsingin Sanomat relève que le Parti conservateur est le seul parti au gouvernement qui s’oppose à la proposition de la ministre social-démocrate des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson, concernant un ratio de personnes soignantes par patient de 0,7.
L’Alliance des gauches, l’Alliance verte et les Chrétiens-démocrates sont favorables à une loi ou un décret qui comprend un ratio contraignant du nombre de personnes soignantes. Ils estiment que la proposition de Mme Guzenina-Richardson sur un ratio de 0,7 est en principe raisonnable. « 0,7 n’est aucunement un ratio trop élevé », selon Mme Aino-Kaisa Pekonen, vice-présidente de l’Alliance des gauches.
Le président du Parti suédois, M. Carl Haglund, estime que l’usage du même ratio partout n’est pas adéquat. « Il est bon de fixer un minimum de personnes soignantes, mais le niveau minimum doit répondre aux besoins factuels de services. »
Mme Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur et présidente des Chrétiens-démocrates, estime qu’un budget supplémentaire de 140 millions d’euros par an n’est pas une contribution trop importante.
Les verts n’ont pas encore décidé leur position au projet de loi. Selon le président du parti, M. Ville Niinistö, ministre de l’Environnement, « l’essentiel est d’améliorer les services et soins à domicile pour que les personnes âgées puissent vivre chez elles le plus longtemps possible ».
Le Parti conservateur est prudemment soutenu par le Centre, parti de l’opposition qui était au gouvernement précédent avec les conservateurs. Selon Mme Annika Saarikko, vice-présidente du Centre, le débat se dirige vers le mauvais sens : « Tout l’esprit de cette loi est qu’il faut diminuer les soins à l’hôpital et développer les soins à domicile. » Mme Saarikko ne s’oppose pas en soi au ratio proposé, mais estime qu’il ne propose pas de solution à l’ensemble des soins aux personnes âgées.
La présidente du groupe parlementaire des Vrais Finlandais, Mme Pirkko Ruohonen-Lerner, exige que Mme Guzenina-Richardson tienne ses promesses. « Mmes Guzenina-Richardson et Risikko doivent ensuite décider si elles veulent faire des économies en coupant les services à domicile ou les remboursements des médicaments. »
HS/A5

Analyse : un jeu politique avec les soins aux personnes âgées
Le chef du service politique de HS Marko Junkkari estime dans son analyse que la préparation de la loi sur les soins aux personnes âgées a été un processus tragicomique. Pour lui, il s’agit d’un jeu politique brutal.
Les stratèges du PSD ont compris que cette loi est une arme parfaite en vue de la campagne des élections municipales et surtout un moyen pour se distinguer du Parti conservateur « Les banques sont-elles plus importantes pour le Kokoomus que les personnes âgées ? », s’est demandé récemment Mme Pia Viitanen, vice-présidente du PSD, dans un communiqué de presse.
Quant aux conservateurs, le Premier ministre Jyrki Katainen a retourné sa veste. Encore la semaine dernière, il estimait qu’une loi avec un ratio de personnes soignantes était possible. Il y a quelques jours, M. Katainen a toutefois soutenu fermement Mme Paula Risikko, ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, qui s’oppose au ratio.
Le litige concernant la loi sur les soins aux personnes âgées convient parfaitement au Kokoomus et au PSD, parce qu’il s’agit d’une polémique qui ne met pas réellement en cause la coopération gouvernementale. Le litige idéologique permet aux deux partis de réhausser leur profil avant les élections municipales. Ils souhaitent que l’autre litige beaucoup plus compliqué, la réforme des communes, soit laissé à l’ombre.
HS/A5

Les propos de M. Katainen sur une diminution des salaires des apprentis irritent les sociaux-démocrates
Selon Aamulehti, les sociaux-démocrates disent non à la proposition du Premier ministère Jyrki Katainen concernant une éventuelle diminution des salaires des apprentis. Selon M. Jouni Backman, président du groupe parlementaire du PSD, les sociaux-démocrates disent oui au développement des contrats d’apprentissage mais non à une diminution des salaires.
M. Arto Sorvali, secrétaire général du syndicat des transports, se demande si un apprenti Premier ministre devrait toucher moins par exemple pendant les deux premières années en fonction.
AL

Le Premier ministre a défié les lycéens
Helsingin Sanomat rapporte que le Premier ministre Katainen a lancé un programme innovant Innolukio pour les lycéens finlandais. M. Katainen demande aux lycéens de présenter des améliorations dans les services publics afin de les rendre plus pratiques, efficaces et écologiques.
L’objectif du programme, financé par la direction nationale de l’enseignement, est de réhausser le profil des lycées en général et de mettre à profit la créativité des lycéens.
HS/A4

Démographie

Un million de personnes de 65 ans ou plus
La population finlandaise compte aujourd’hui plus d’un million de personnes de 65 ans ou plus. 580 000 de ces personnes sont des femmes.
La Finlande compte aujourd’hui 5,4 millions d’habitants.
HS/A4

France – Finlande

Musique

Madeleine Peyroux à Huvila
Helsingin Sanomat publie une interview avec Madeleine Peyroux qui se produira, ce soir, à Huvila, lors d’un concert qui inaugurera la programmation de ce lieu dans le cadre du Festival de Helsinki.
Eva et Manu assurent la première partie du concert.
HS/C2

Le Concert d’Astrée
Hufvudstadsbladet rend compte du concert de l’ensemble français à Turku, avant-hier.
HBL/19

Jeudi 16 août 2012

Politique étrangère et européenne

Conseil de sécurité

Point de vue : « La Finlande pourrait avoir des choix difficiles à faire » HS
Helsingin Sanomat publie un point de vue de Mme Jarna Petman, vice-directrice de l’Institut Erik Castrén et maître de conférences en droit international à l’Université de Helsinki, qui évoque la responsabilité de protéger les civils en cas de conflit armé et relève qu’en tant que membre du Conseil de sécurité de l’ONU, la Finlande aurait des choix à faire concernant l’opportunité d’intervenir ou non dans différents contextes.
Pour Mme Petman, il est dans les intérêts des petits Etats comme la Finlande de maintenir élevé le seuil de l’usage de force. Il serait ainsi dans les intérêts de la Finlande d’évoquer la notion globale de sécurité dans le contexte du débat sur la responsabilité de protéger les populations.
HS/A2

Immigration : regroupement familial

Les autorités et ONG entendus s’opposent à l’idée de durcir les critères
Le ministère de l’Intérieur a proposé, au printemps, de demander plus souvent aux immigrés de faire état de leurs moyens de subsistance avant de pouvoir obtenir la venue de sa famille en Finlande dans le cadre du regroupement familial. Helsingin Sanomat relève que les autorités ont entendu les ONG sur l’idée de durcir les critères de regroupement familial.
Parmi les partis politiques, se sont prononcés le PSD, L’allaince des gauches, les Verts, les Démocrates chrétiens et le Parti suédois qui à l’exception des Chrétiens se sont tous déclarés réservés à l’égard de durcissements avant d’évaluer l’effet des réformes antérieures.
2000 personnes ont demandé un regroupement familial en 2011. Une décision a été prise concernant 1500 cas, dont un tiers a été favorable.
HS/A8

Roms

Helsinki souhaite que le policier roumain reste en Finlande jusqu’à fin septembre
Helsingin Sanomat relève que la criminalité commise par des Roumains a diminué à Helsinki, cet été. Selon M. Niinimäki, commissaire de la police judiciaire de Helsinki, le policier roumain qui a assisté la police finlandaise cet été a été très utile.
Le nombre de mendiants a diminué considérablement durant l’été. Le policier roumain leur a expliqué la règle du jeu.
M. Niinimäki souligne que la police ne surveille pas une nationalité en particulier, « mais lorsqu’on parle du policier roumain, il est naturel d’évoquer l’évolution de la criminalité commise par des Roumains. »
Il est prévu que le policier roumain quitte la Finlande à la fin du mois.
HS/A9

Manifestation en soutien aux Pussy Riot

Manifestation devant l’ambassade de Russie
Trois femmes ont manifesté en faveur des Pussy Riot devant l’ambassade de Russie, hier.
HS/A9

UE

Centres régionaux d’information sur l’Europe
Demokraatti rend compte de la fermeture des douze centres régionaux d’information sur l’Europe, à la fin de l’année. Cette mesure s’inscrit dans le cadre des économies du ministère des Affaires étrangères.
Les services d’information seront concentrés à Helsinki, où six nouveaux employés seront recrutés.
Le centre de Rovaniemi sera toutefois maintenu, car Rovaniemi souhaite accueillir le centre d’information arctique de l’UE.
Jusqu’à présent, les centres d’information se sont occupés également de l’information concernant la Commission européenne, qui devra chercher un nouveau partenaire. La Commission européenne souhaite que son réseau d’information soit dense. Il est possible que la Commission lance une coopération dans ce sens avec l’association Eurooppalainen Suomi (La Finlande européenne).
Dem note que les centres régionaux ont eu 7100 visites et 6600 coups de fil par an. Le site internet accueille entre 120 000 et 140 000 visiteurs tous les ans.
Dem/6

Politique intérieure

Président Niinistö

« M. Niinistö commence à ressembler à un de ses prédécesseurs » HS
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat analyse la façon d’agir de M. Niinistö depuis les premiers mois en tant que Président. Dans la politique étrangère, il semblerait qu’il utilise beaucoup de temps pour suivre la situation en Russie et en tirer des conclusions.
Le gouvernement étant étroitement lié par la crise de l’euro, qu’il n’y a eu aucun litige avec ce dernier concernant la Russie. C’est une répartition du travail naturel du point de vue du rôle du Président selon la Constitution.
M. Niinistö représente le même type de Président que M. Koivisto. Les deux ont fait l’effort de garder une distance présidentielle et de s’exprimer avec une certaine réserve. Ils ont la même interprétation de la fonction la plus importante du Président : Même si les questions économiques peuvent être ce qui les intéresse le plus, la première fonction d’un chef d’Etat doit être de suivre de près ce qui se passe dans les régions limitrophes.
HS/A2

Soins aux personnes âgées

Polémique au gouvernement
Helsingin Sanomat relève qu’il y a un litige au sein du gouvernement entre les ministres conservateurs et sociaux-démocrates concernant le projet de loi sur les soins aux personnes âgées.
La ministre social-démocrate des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson, vient de proposer un ratio de personnes soignantes par patient de 0,7.
Le groupe ministériel du Parti conservateur, réuni à Oulu, a rejeté hier la proposition de Mme Guzenina-Richardson sur le caractère contraignant du nombre de personnes soignantes. La ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, Mme Paula Risikko, souligne que « la loi sur les soins aux personnes âgées ne doit pas devenir une loi sur les soins aux personnes âgées dans les hôpitaux ».
Selon la ministre, les conservateurs veulent développer les soins à domicile. Selon Mme Risikko, il faut encore travailler le projet de loi. « On ne peut pas augmenter les engagements financiers des communes par un ratio mécanique dans le nombre d’effectifs sans prévoir un financement suffisant. »
Selon le Premier ministre Jyrki Katainen, l’avis de Mme Risikko est aussi celui du Parti conservateur. HS note que cela la signifie que les négociations budgétaires du gouvernement seront tumultueuses.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé estime qu’on aurait besoin de 4 100 personnes supplémentaires au total pour pouvoir mettre en œuvre la proposition de Mme Guzenina-Richardson. « Je me demande où est-ce qu’on peut trouver rapidement un tel nombre de personnes soignantes », a dit Mme Risikko. Mme Guzenina-Richardson est plus confiante : « Nous avons 30 000 personnes soignantes qui ont changé de travail. Il faut rendre ce métier plus attractif, en coopération avec les organisations et les syndicats. »
HS/A4

Education

M. Katainen souhaite diminuer les salaires des apprentis
Selon Helsingin Sanomat, le Premier ministère Jyrki Katainen a déclaré, lors de la réunion des ministres conservateurs à Oulu, concernant les contrats d’apprentissage, que les apprentis ne devraient pas toucher autant que les effectifs permanents afin d’améliorer l’emploi des jeunes. M. Katainen rappelle qu’en Allemagne, l’apprentissage est un moyen important dans la formation professionnelle.
Le ministre social-démocrate du Travail, M. Lauri Ihalainen, n’a pas commenté cette proposition. Son secrétaire d’Etat, M. Janne Metsämäki, a rappelé que des mesures semblables n’avaient pas amélioré l’emploi des jeunes pendant la crise économique du début des années 1990.
HS/A4

Prisons

Les cellules de prison sans sanitaire devraient disparaître en 2017
Le ministère de la Justice relève que les 200 cellules de prison sans sanitaire devraient disparaître au plus tard en 2017.
Les travaux dans les prisons de Mikkeli, Hämeenlinna et Helsinki se termineront de 2014 à 2017 et le problème sera ainsi résolu.
Le comité européen de lutte contre la torture a fait plusieurs remarques en la matière à la Finlande.
HS/A4

Cinéma

Le maréchal Mannerheim peut-il être interprété par un noir ?
Keskisuomalainen rapporte que les médias ont annoncé récemment qu’un film sur la vie privée du maréchal Mannerheim, produit pour la radio-télédiffusion publique finlandaise Yle, a été tourné au Kenya, avec un metteur en scène et des acteurs kenyans. Cela a suscité de très fortes critiques en Finlande. Le producteur du film, M. Erkko Lyytinen, qui s’est étonné des réactions de haine sur internet, a déclaré à STT, agence de presse finlandaise, que le niveau de sécurité du groupe de production devra être élevé. « Mannerheim est apparemment encore un tabou pour les Finlandais », estime-t-il.
KS/24

Mercredi 15 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise de la dette

Visite de Philipp Rösler
Le ministre allemand de l’économie et vice-chancelier Philipp Rösler a effectué une visite en Finlande, hier. Il a rencontré le Premier ministre Jyrki Katainen et son homologue, M. Jyrki Häkämies, avec qui il s’est entretenu de la situation économique et de la politique énergétique.
Lors de la conférence de presse commune tenue avec M. Katainen, M. Rösler a du commenter la bonne résistance de l’économie allemande qui enregistre au second trimestre une croissance de 0,3% malgré la conjoncture européenne défavorable. Il a souligné que le ralentissement économique touchait toute l’Europe, y compris l’Allemagne. « Selon les prévisions actuelles, la croissance s’établira cette année à 0,7%. Le gouvernement s’en tient à ce chiffre jusqu’aux nouvelles prévisions de l’automne.
M. Rösler a commenté la proposition du premier ministre finlandais qui a déclaré dans la presse allemande que les pays en difficulté et notamment l’Italie et l’Espagne ait recours à des obligations sécurisées garanties par des actifs gouvernementaux ou des recettes fiscales. Le vice-chancelier allemand a exprimé son scepticisme : « Ce modèle a marché pour la Finlande dans les années 90, mais la possibilité qu’il fonctionne à un niveau européen dépend de nombreux facteurs et n’est pas assurée ».
M. Rösler a aussi critiqué l’opposition allemande, M. Gabriel, soutenu par M. Steinbrück, qui, selon lui, est favorable à la mise en commun des dettes au niveau européen alors que le gouvernement Merkel souhaite lui la mise en commun des responsabilités. Le désendettement et les responsabilités vont de pair en Europe selon M. Rösler qui estime que la Finlande partage cette ligne. Il a aussi fustigé l’opposition allemande qui refuserait de cautionner son prêt immobilier mais serait prête à utiliser l’argent des contribuables allemands pour rembourser les dettes des pays européens.
HS Yle STT Hbl

Pour l’inscription d’une règle d’or dans la législation finlandaise
Le député conservateur Lasse Mannistö et l’ancien vice-président du parti conservateur Sampsa Kataja publie un point de vue dans Helsingin Sanomat en faveur de l’inscription d’une règle d’or dans la législation finlandaise afin que « les générations actuelles ne vivent pas aux crochets des générations futures ».
HS

Un obstacle juridique en Finlande aussi ?
Aamulehti rapporte que la Cour constitutionnelle allemande n’est pas la seule à se pencher sur la conformité du traité européen avec la constitution. En Finlande aussi le Chancelier de la justice a été saisi : il s’agit d’une demande concernant à étudier si la décision du parlement d’approuver l’aide à l’Espagne pour son système bancaire est valide. Selon le plaignant, les députés ne disposaient pas d’informations suffisantes pour se prononcer.
AL

Etats-Unis

Visite de Mme Fang
Helsingin Sanomat rapporte que la ministre déléguée adjointe aux affaires européennes des Etats-Unis, Mme Bay Fang, est actuellement en Finlande Elle avait passé l’été 1990 en Finlande dans le cadre du programme d’échanges finno-américain (Youth fur Understanding) co-organisé par le Sénat américain et la Finlande.
Mme fang a rencontré hier, lors d’une réception à l’ambassade des Etats-Unis, des jeunes américains qui participent actuellement à ce même programme d’échanges qui permet à 14 jeunes américains méritants de passer l’été en Finlande.
HS/A6

Politique intérieure

Présidence de M. Niinistö

M. Niinistö estime que M. Poutine a durci sa poigne
M. Niinisto veut lutter contre l’exclusion
M. Niinistö n’habitera pas uniquement à Mäntyniemi
Helsingin Sanomat publie une longue interview du président de la République. Il déclare que l’atmosphère s’est, selon lui, tendue en Russie après l’élection de M. Poutine. « Il est encore un peu tôt pour se prononcer, mais il semble que la poigne s’est durcie et plus rapidement que ce que l’on prévoyait », estime M. Niinistö. Il souligne qu’il est trop tôt pour évaluer la pérennité de ce durcissement. Il fait surtout référence à un durcissement de la législation, notamment sur le droit de manifester. Il refuse néanmoins de commenter les manifestations comme celle de Pussy Riot. « Je ne me prononce pas non plus en Finlande sur des affaires en justice », relève-t-il. Il précise aussi avoir discuté, en juin dernier, des questions de droits de l’homme lors de sa visite au Président russe, à l’initiative de ce dernier. « Il a parlé de ses projets législatifs qu’il considérait d’ailleurs comme des avancées démocratiques », déclare M. Niinistö (qui suit actuellement des cours de russe) qui précise que M. Poutine a « étonnamment le sens de l’humour ».
M. Niinistö ne pense pas que la ligne d epolitique étrangère de la Finlande a changé depuis son accession à la présidence. « Je n’ai pas senti de pression en faveur du changement pour le changement. Je considère qu’il un assez bon consensus sur ce qui est important dans la politique étrangère finlandaise. J’ai peut-être un peu plus insisté sur la coopération nordique. J’insiste sur ce peut-être ». « Je n’ai d’ailleurs pas insisté lors de la campagne électorale sur un changement de politique étrangère. Si je l’avais fait c’est parce que j’aurais alors pensé qu’il fallait la modifier et je m’emploierais actuellement à le faire ».
M. Niinistö avait fait de la lutte contre l’exclusion des jeunes un de ses thèmes de campagne. Il a nommé en juin un groupe de travail présidé par le juriste Sakari Huovinen qui rendra ses premières conclusions à l’automne. Il s’agira moins de prendre des mesures par les pouvoirs publics que de donner des recommandations pratiques destinées aux particuliers. M. Niinistö souhaite lancer un débat public sur la lutte contre l’exclusion, qui ne fait pas directement partie de ses attributions. Durant l’été, il a rencontré des jeunes à de nombreuses reprises. Selon lui, il y a de nombreux facteurs menant à l’exclusion. « Un groupe est constitué par les immigrés dont les enfants sont plus victimes de l’exclusion. De ce point de vue, les associations sportives font un travail important », déclare le président. Il souligne aussi les effets des déchirements familiaux et de l’alcool dans l’exclusion.
Le Président déclare aussi que, contrairement à ses prédécesseurs, il n’habitera pas uniquement dans la résidence de Mäntyniemi, préférant continuer à habiter aussi dans sa maison d’Espoo.
HS

Défense

Des terrains et bâtiments de l’armée pourraient être proposés aux communes
La ministre de l’Administration publique et des collectivités locales, Mme Henna Virkkunen, envisage de proposer que des terrains et bâtiments de l’armée soient cédés aux communes classées « zones à transformation structurelle subite ».
Sur les six communes touchées par les fermetures de garnisons et d’unités, celles de Keuruu (47 biens immobiliers et 1234 hectares de terrain), Jämsä (46 biens immobiliers et 900 hectares de terrain) et Kauhava remplissent ces critères.
La ministre rappelle que ces terrains avaient été cédés à l’Etat gratuitement ou à un très faible prix.
KS/7

Economie

Le PIB finlandais a diminué en avril-juin
Helsingin Sanomat relève que l’économie finlandaise a décru d’un pourcent en avril-juin par rapport au trimestre précédent. Cette diminution est importante au niveau européen.
Mme Numminen, économiste à la banque Nordea, estime que les Finlandais n’ont pas à se soucier des chiffres sombres qui, pour la plupart des ménages, n’ont aucun effet.
Un licenciement et une mise à pied sont toutefois des menaces réelles, et selon elle, il serait raisonnable de garder l’équivalent deux à trois mois de salaire net en réserve, au cas où.
HS/B5

Fiscalité

Un projet de loi sur un allègement fiscal concernant les travaux domestiques effectués à l’étranger
Selon Helsingin Sanomat, le ministère des Finances est en train de préparer un projet de loi qui permettrait aux contribuables finlandais d’obtenir des allègements fiscaux sur les travaux domestiques effectués aussi à l’étranger, notamment dans les pays de l’EEE (les pays de l’Union européenne plus la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein).
En ce moment, l’allègement fiscal peut être accordé seulement si l’entreprise est mentionnée dans le registre de prélèvement à la source. Le ministère des Finances prépare un changement de loi parce qu’une personne privée a porté plainte auprès de la Commission européenne. La nouvelle loi devrait entrer en vigueur au début de l’année prochaine.
HS/A5

Agriculture

Des dizaines de fermes ont mis fin à leurs activités cet été
Depuis les dix dernières années, le nombre d’exploitations agricoles a diminué de 20 %. Selon la confédération des producteurs agricoles, les agriculteurs ne trouvent pas leur travail économiquement rentable. Les différentes aides et subventions qui diminuent, ainsi que la perspective de la suppression, fin 2013, de l’aide nationale dans le cadre de l’article 141 du traité d’adhésion de la Finlande à l’Union européenne, augmentent l’insécurité dans le domaine. Les agriculteurs relèvent que le coût de la production a également augmenté, notamment le prix de l’énergie et des engrais.
En 2011, il y avait 61 600 exploitations agricoles en Finlande, ce qui était 1200 de moins qu’en 2010.
KS/8

Santé

Mme Guzenina-Richardson veut 0,7 personnes soignantes par patient
Helsingin Sanomat relève que la ministre des Services de base, Mme Maria Guzenina-Richardson, propose que le ratio de personnes soignantes par patients dans les soins aux personnes âgées soit 0,7. Son ancienne proposition avait été de 0,5 soignants par patient.
Le ministère des Affaires sociales et de la Santé demande un crédit supplémentaire de 36,5 millions d’euros dans le budget de 2013. Un crédit de 23 millions a déjà été demandé.
Mme Guzenina-Richardson n’a pas précisé comment les soins seraient organisés.
Selon une estimation précédente, on aurait besoin de 700 personnels soignants de plus, mais maintenant le ministère des Affaires sociales et de la Sante estime qu’on aurait besoin de 3 400 personnes supplémentaires.
HS/A6

Remboursement des médicaments
Les organisations du domaine social et de la santé s’opposent ardemment au projet du gouvernement de diminuer les remboursements des médicaments de 113 millions d’euros. Pour ces organisations, le projet est en contradiction avec l’objectif de diminuer l’écart entre les Finlandais concernant les questions de santé et de lutter contre la pauvreté et l’exclusion.
Le coût de ce genre d’économies – qui résultera à ce que le tout le monde ne pourra pas se permettre de se soigner – reviendra cher à la société.
Le projet de loi devra être remis au Parlement courant septembre.
KS/8

Plans sociaux

10 000 licenciements en 2012
Selon les statistiques de la confédération des ouvriers, SAK, il y a eu autant de licenciements cette année que durant toute l’année 2011. A la fin juillet, 9590 personnes avaient été licenciées, contre 5626 à la même époque en 2011.
Les négociations en vue d’éventuels licenciements ont concerné 40 000 personnes jusqu’à fin juillet. En 2011, elles ont concerné 56 000 personnes.
KS/9

Jämsä envisage des mises à pied de l’ensemble de son personnel
La municipalité de Jämsä en Finlande centrale est en train de faire des calculs sur l’effet d’une mise à pied de l’ensemble de son personnel de 12 minutes par jour. Les organisations syndicales sont outrées.
Selon les esquisses de la municipalité, une telle mise à pied réalisée sur trois ans rapporterait des économies de plus d’un million d’euros par an. Les syndicats estiment que de telles mises à pied créeraient plus de bureaucratie que d’économies.
KS/4

Entreprises

Chiffres d’affaires en hausse – résultats en baisse
Kauppalehti relève que certaines entreprises finlandaises cotées en bourse sont en très bonne santé. Outre Koné, qui est un des premiers groupes finlandais, Neste Oil, Metso et Outotec ont publié des chiffres favorables ces derniers temps.
En moyenne, les groupes affichent une croissance de 7,5 % du chiffre d’affaires. Or, l’évolution du résultat ne suit pas cette tendance. Selon l’analyste de Kauppalehti, M. Rajala, les frais augmentent rapidement en ce moment, ce qui nuit à la compétitivité.
KL/4

Aviation

Aéroports des villes de province menacés
Le ministère des Transports et des Communications envisage de désigner un groupe de travail pour étudier les stratégies des transports aériens et le destin des petits aéroports de province qui accueillent peu de vols.
Le groupe de l’Etat Finavia s’occupe du maintien de 25 aéroports. Les recettes de Helsinki-Vantaa couvrent les pertes des autres aéroports. Parmi les aéroports de province, il y en a peu qui sont rentables.
Mme Kyllönen, ministre des Transports, relève que le groupe de travail est censé étudier la possibilité que se soit la région en question, et non pas l’Etat, qui se charge de l’entretien des aéroports régionaux.
KS/9

Transport maritime

La flotte de la marine marchande est en hausse
Depuis quelques années, la flotte de bateaux marchands est en augmentation en Finlande. La réforme de la législation sur la fiscalité du tonnage attire des armateurs pour enregistrer leurs navires sous le drapeau finlandais.
HS/B5

Voitures électriques

La ville de Helsinki projette une centaine de stations de plus
Helsingin Sanomat rapporte que d’ici un an, la ville de Helsinki compte construire 33 nouveaux parkings et chargeurs à poste fixe pour les voitures électriques. Une centaine de stations seraient construites ultérieurement.
La municipalité prendra la décision à ce sujet à l’automne.
HS/A8

France

Société

Des émeutes à Amiens
« Le président a promis de mettre fin aux émeutes » STT
Helsingin Sanomat et Turun Sanomat rapporte que des émeutes ont eu lieu depuis deux nuits à Amiens.
HS TS

Tourisme

Marseille – lieu de rencontre des cultures
Turun Sanomat présente Marseille qui sera capitale culturelle européenne en 2013.
TS

Mardi 14 août 2012

Politique étrangère et européenne

Sécurité

Point de vue : « Qui a le droit à l’arme nucléaire ? » HS
La présidente de l’Union pour la paix de Finlande et député européenne (où elle préside la délégation sur l’Iran) Tarja Cronberg (Verts) publie un point de vue consacré à la propagation des armes nucléaires. Elle estime que la victoire de M. Romney renforcerait la pression sur une attaque contre l’Iran. Ce qu’elle condamne car cela accélèrerait la propagation des armes nucléaires, au moment où des dizaines d’Etats l’envisagent.
Mme Cronberg regrette qu’en France on continue à considérer l’arme nucléaire comme une garantie de la souveraineté. Elle estime qu’il faut agir pour l’abandon de l’arme nucléaire.
HS

Crise de l’euro

Il faut que les pays en difficulté prennent exemple sur la Finlande
M. Soini n’influence pas le gouvernement finlandais
Dans une interview accordée au Spiegel, le Premier ministre finlandais a déclaré que les mesures prises par la Finlande pour sortir de la crise bancaire des années 90 pourraient aider les pays actuellement touchés par la crise de la dette, notamment l’Italie et l’Espagne. Selon lui, si ces pays qui mettent en place d’importantes réformes structurelles émettaient des obligations gagées sur des garanties concrètes, les marchés pourraient faire confiance dans ces réformes. M. Katainen a fait cette proposition à M. Monti lors de sa visite en Finlande début août.
M. Katainen réitère son opposition à une intervention sur le marché secondaire de la BCE car cela n’a qu’un effet de court terme. « Nous ne sommes pas eurosceptiques en nous opposant à cela. Il faut seulement trouver d’autres outils », souligne-t-il. Il rappelle aussi que la crise des années 90 est une expérience que les Finlandais n’oublieront jamais. Il déclare que la Finlande défend des règles budgétaires strictes et une commission forte pour empêcher que les Etats violent ces règles. « L’UE est comme une famille dont les membres ont promis de respecter certaines règles. La crise a montré que cela n’avait pas été le cas. En Finlande, on considère que cela n’est pas juste ».
Dans cette interview, M. Katainen souligne aussi que les Vrais Finlandais l’influencent pas la ligne du gouvernement sur la crise financière. « En Finlande, nous discutons au Parlement de manière ouverte de tous les sujets. C’est le fondement de la démocratie. Il n’y a pas de différence entre le gouvernement et la majorité parlementaire ».
HS SM

Russie

M. Lavrov effectuera une visite en Finlande
Le ministre russe des Affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, effectuera une visite en Finlande le lundi 20 août à l’invitation de son homologue finlandais, M. Erkki Tuomioja.
M. Lavrov aura également des entretiens avec le Président Niinistö et le Premier ministre Jyrki Katainen.
Les entretiens porteront sur les relations entre l’Union européenne et la Russie, les questions d’actualité de la politique étrangère et de sécurité, ainsi que les relations bilatérales fenno-russes.
HS/A8

Coopération de la mer Baltique

Les présidents des parlements nordiques et baltes se réuniront en Finlande
Turun Sanomat relève que le président du Parlement finlandais, M. Eero Heinäluoma, a invité les présidents des parlements nordiques et baltes à une réunion annuelle du 15 au 17 août aux îles Åland. Les présidents des parlements auront un entretien avec le Président Sauli Niinistö à Kultaranta, résidence secondaire présidentielle à Naantali, le vendredi 17 août, avant la visite à Forum Marinum à Turku.
Les participants sont M. Heinäluoma, M. Mogens Lykketoft (Danemark), Mmes Ene Ergma (Estonie), Asta R. Johannesdottir (Islande), Solvita Aboltina (Lettonie) et Irena Degutiene (Lituanie) et MM. Dag Terje Andersen (Norvège) et Per Westerberg (Suède).
TS/12

Mer Baltique

L’état de la mer Baltique s’améliore
Demokraatti relève que depuis l’inauguration de la centrale d’épuration des eaux usées de Saint-Pétersbourg, l’état de la mer Baltique s’est amélioré. De nouvelles analyses seront effectuées cette semaine.
Selon M. Knuuttila, chercheur du Centre environnemental de Finlande, les occurrences d’algue bleue devraient diminuer considérablement dans les cinq années qui viennent.
Les émissions de l’agriculture finlandaise restent à un niveau élevé. Selon Mme Porvari de la fondation John Nurminen, la politique agricole finlandaise n’est pas durable dans ce sens.
Dem/8-9

Politique intérieure

Budget

Arbitrages budgétaires
Les arbitrages budgétaires entre le ministère des Finances et les autres ministères ont lieu ces jours-ci (de lundi à mercredi).
Ils ne devraient pas avoir beaucoup d’influence sur le projet de budget présenté la semaine dernière par le ministère des Finances et qui s’élève à 54 milliards de dépenses (soit 1,4 milliard de plus qu’en 2012).
Le budget du ministère des Affaires étrangères devrait s’élever à 1,3 milliard d’euros dont 890 millions consacrés à laide au développement (soit 1% de plus qu’en 2012). Les aides aux régions proches sont en revanche supprimées. Le budget de la gestion de crise augmente de 19% pour atteindre 80 millions d’euros.
Dem

Présidence de M. Niinistö

Le Président s’exprime souvent sur l’économie
Hufvudstadsbladet rend compte des différents thèmes que M. Niinistö a évoqués, en tant que Président, par rapport à la Présidente précédente, Mme Halonen. La crise économique européenne a été très présente dans les interventions de M. Niinistö qui a moins évoqué que Mme Halonen les questions liées à la mondialisation.
Ancien ministre des Finances et vice-directeur de la Banque européenne d’investissements, M. Niinistö a un profil bien différent de celui de Mme Halonen, qui a été ministre des Affaires étrangères et a occupé des fonctions à l’ONU et à l’OMT.
HBL/2-3

M. Niinistö se rendra aux îles Åland
Helsingin Sanomat rapporte que le Président Sauli Niinistö et son épouse, Mme Jenni Haukio, effectueront une visite aux îles Åland le mercredi 15 août. M. Niinistö rencontrera des représentants de l’administration locale et effectuera une visite dans la commune de Hammarland et dans des entreprises locales.
HS/A8

Entreprises de l’Etat

Mme Hautala prépare une nouvelle réglementation sur la rémunération des directeurs des entreprises de l’Etat
Selon Helsingin Sanomat, le comité interministériel des affaires économiques a décidé de rendre plus transparents les bonus payés aux directeurs des entreprises de l’Etat.
Mme Heidi Hautala, ministre chargée de la gestion des entreprises de l’Etat, a souligné l’importance des principes de modération. « Les temps changent et l’atmosphère de la société est devenue plus critique à l’égard de la rémunération exagérée des directeurs. »
HS/A4

Construction navale

Nouvelles commandes au chantier naval de Helsinki
Helsingin Sanomat relève que le chantier naval de Helsinki, Arctech, qui est une filiale commune du groupe sud-coréen STX et des Russes, pourra obtenir de nouvelles commandes de construction de navires pour le marché russe. La production pétrolière et de gaz naturelle nécessite des navires compatibles avec les conditions arctiques.
La capacité du chantier naval pourrait être de quatre navires par an.
Il n’est pas exclu qu’Arctech participe à l’appel d’offres dès que la commande d’un nouveau brise-glace pour la Finlande sera d’actualité.
L’office national des transports propose au ministère des Transports et des Communications d’acheter un nouveau brise-glace traditionnel pour l’Etat afin de remplacer un des brise-glace qui arrivera en fin de sa vie en 2015.
Le chantier naval de Helsinki emploie 400 personnes, et entre 200 et 400 ouvriers des sous-traitants d’une façon ponctuelle.
HS/B4

Santé

La Carélie du Sud intensifie les tests de dépistage du sida
Helsingin Sanomat rapporte qu’en ce moment, le sida se transmet plus rapidement en Russie que par exemple en Afrique du Sud. La Carélie du Sud (province autour de la ville de Lappeenranta) a décidé d’augmenter le nombre de tests de dépistage du sida.
Depuis le début de l’année, 104 nouveaux cas de sida ont été annoncés en Finlande.
HS/A8

France – Finlande

Electricité

Installation de câble à l’aide de la technologie française
Aamulehti relève qu’à Vilppula, dans le Häme, l’installation du câble électrique sous-terre se fait par des Français qui manipulent un appareil du groupe Marais. « Leur rapidité nous a surpris », constate M. Kohtala du groupe de distribution de l’électricité, Elenia.
AL/A5

Institut finlandais à Paris

Nouvelle directrice
Mme Meena Kaunisto prendra la succession de Mme Sakari à la tête de l’Institut finlandais à Paris, à compter de demain. Mme Kaunisto a précédemment travaillé pour la maison d’édition WSOY.
HS/C3

Lundi 13 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

M. Katainen propose un mécanisme de surveillance et de sécurité pour les banques européennes
Le Premier ministre Jyrki Katainen a proposé vendredi, dans une interview accordée au magazine financier Talouselämä, la mise en place d’un fonds financé par le secteur bancaire pour recapitaliser les banques européennes en difficulté dans le cadre du projet d’union bancaire de l’Union européenne.
Selon M. Katainen, « nous devons être capable de construire un système où les banques ne peuvent pas provoquer des remous dans tous les pays. Une solution qui tend vers plus de surveillance pourrait être un fonds de crise européen des banques ».
Helsingin Sanomat note que selon le quotidien britannique Financial Times, le gouvernement italien serait intéressé par la proposition de M. Katainen.
M. Katainen estime que l’UE devrait mettre pleinement en œuvre les décisions prises sur une union budgétaire plus étroite et souhaite une coopération plus étroite entre la Banque centrale européenne et les dirigeants européens afin d’apaiser les marchés financiers.
« Nous avons déjà créé des règles. Maintenant il s’agit pour la zone euro de mettre pleinement en œuvre ces règles et de les suivre. »
M. Katainen a déclaré, lors d’une interview du journal télévisé d’Yle, « la Banque centrale européenne a été un acteur très déterminé et positif durant la crise, mais la BCE ne peut résoudre cette crise seule. Nous coopérons de façon très étroite avec nos collègues européens pour trouver un moyen de réduire la panique excessive sur les marchés ».
HS/sam/B5, Yle

Des investisseurs étrangers se précipitent vers les banques finlandaises
Kauppalehti, quotidien économique, rapporte que la crise de l’euro a des conséquences étonnantes et positives pour le secteur financier. Les banques finlandaises attirent aujourd’hui des dépôts record depuis l’étranger.
Les dépôts collectés par les banques finlandaises dans la zone euro et au-delà, ont atteint 30,9 milliards d’euros en juin dernier. Deux ans plus tôt, cette somme était inférieure à 23 milliards.
KL/lun/4-5

Politique intérieure

Nucléaire

Une manifestation à Olkiluoto
Turun Sanomat relève que moins de cent personnes ont participé samedi à une manifestation contre le nucléaire à Olkiluoto. Pendant la journée de samedi, la police a arrété 35 personnes qui ont toutes été libérées avant le soir.
L’objectif des manifestants était de susciter un débat sur le nucléaire en Finlande.
TS/dim/9

Sport

Editorial : Soutien à la proposition de M. Stubb
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat estime que la proposition du ministre du Commerce extérieur, M. Alexander Stubb, dans la perspective des jeux olympiques de Rio en 2016 de choisir une cinquantaine de sportifs qui seraient salariés par les grandes entreprises finlandaises pour leur permettre de s’entraîner dans de bonnes conditions est accueillie de manière prudemment positive dans les milieux sportifs.
HS estime que la partie la plus intéressante de la proposition de M. Stubb est l’idée du ministre d’intégrer des sportifs dans ses voyages de promotion des exportations finlandaises. Les sportifs seraient donc engagés dans le projet national de façon très étroite, même si les salaires étaient payés par les entreprises privées.
HS/dim/A2

Défense

Le ministre Haglund favorable à la dispense du service militaire pour les témoins de Jéhova
Contrairement à son prédécesseur, M. Stefan Wallin, le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, est plutôt favorable au maintien du privilège des témoins de Jéhova d’être dispensés du service militaire.
Par contre, il suggère le remplacement du service militaire par une forme de service civil bénéfique aux témoins de Jéhova.
HBL11.8/11

France

Histoire

« La France n’oublie pas son icône »
Kaleva publie un article sur les festivités des 600 ans de la naissance de Jeanne d’Arc.
Kaleva/ven/14

Vendredi 10 août 2012

Politique étrangère et européenne

Syrie

M. Ahtisaari ne souhaite pas de poste de médiation en Syrie
Interrogé à la télévision finlandaise, mercredi, M. Ahtisaari a déclaré qu’il n’avait pas reçu de demande pour assurer une médiation en Syrie. Il a admis qu’il étudiait la situation notamment en tant que membre du groupe Elders. « J’espère que ce travail de médiation échouera à quelqu’un d’autre. Et surtout que cette personne aura les possibilités de travailler ».
S’il était choisi, il s’entretiendrait avec les parties mais aussi avec tous les membres permanents du conseil de sécurité avant d’accepter. Selon lui, les autres membres du conseil de sécurité n’ont pas assez travaillé pour intégrer la Russie derrière une position commune.
Kaleva

Déclarations de M. Tuomioja
Dans une interview publiée par Suomen Kuvalehti, le ministre finlandais des Affaires étrangères, M. Tuomioja estime qu’il n’y a d’autre solution qu’une pression diplomatique sur toutes les parties car la communauté internationale ne doit pas s’engager comme partie à ce conflit.
Selon lui, la Chine et la Russie ne souhaitent plus apparaître comme des soutiens au régime actuel syrien, ce qui donne espoir d’une position commune au conseil de sécurité.
Pour lui, la Chine défend la souveraineté des Etats alors que la Russie réagit au précédent de la résolution sur la Libye.
Il estime aussi que M. Annan a raison d’accuser les pays occidentaux, l’Arabie saoudite et la Turquie de ne pas faire plus pression sur l’opposition syrienne.
M. Tuomioja pense aussi que le départ du chef d’Etat syrien est inéluctable.
Pour lui, la crise grève surtout la crédibilité du conseil de sécurité et de certains de ses membres. Candidate au conseil de sécurité, la Finlande doit être active et défendre ses points de vue. Elle peut essayer de rechercher un consensus dans des situations de crise.
M. Tuomioja s’est entretenu avec M. Ahtisaari et affirme qu’il n’a reçu, aucune demande. Il devrait bénéficier du soutien de tous les membres du conseil de sécurité pour accepter un poste de médiateur.
SK

Biélorussie

La politique de voisinage n’est pas un succès
Le jour où l’UE doit débattre de la Biélorussie, Helsingin Sanomat s’interroge sur la politique de voisinage de l’UE à l’Est. L’UE voulait s’entourer de pays amis partageant les mêmes conceptions de l’Etat de droit. Qu’en est-il ? « On ne peut pas parler d’un succès. Quand on regarde la développement de la région, il va dans la mauvaise direction », déclare Kirsti Raika, de l’institut finlandais des relations internationales.
La chercheuse à l’institut des relations internationales spécialiste de la Biélorussie, Anaïs Marin estime qu’il sera difficile aux pays européens de trouver un consensus sur la Biélorussie. En effet, si les ays membres décidaient de fermer leurs ambassades, toute information avec ce pays serait bloquée juste avant les élections législatives.
HS

Editorial
« Peut-on narguer un dictateur ? » HS
Helsingin Sanomat estime que l’ambassadeur de Suède à Minsk est l’un des principaux contacts entre l’opposition biélorusse et le monde extérieur, c’(est pourquoi son expulsion ne peut être imputée à la seule crise des nounours. Après la réaction suédoise consistant à expulser des diplomates biélorusses, il en faut pas s’étonner de la décision du régime de fermer l’ambassade de suède. L’attitude de la Suède témoigne de sa frustration face au durcissement du régime biélorusse, écrit HS.
« Puisque l’UE et le reste du ponde sont impuissants, on doit pouvoir avoir le droit de narguer un dictateur. Mais cela a des effets négatifs. Celui qui a ;lancé les nounours en est responsable même après les avoir lâchés au-dessus de la Biélorussie », conclut HS.
HS

Associations d’amitié

Financement menacé
Le ministère de l’Education et de Culture propose de diminuer les crédits des associations culturelles d’amitié entre la Finlande et d’autre pays de 1,4 millions d’euros. La somme de 709 000 euros qui serait maintenue représenterait un tiers des crédits actuels.
HS/C1

Demandeurs d’asile

Etude sur l’âge des demandeurs
Depuis 2010, la police, l’Office national de l’immigration et les gardes-frontières ont le droit de demander une enquête sur l’âge de demandeurs d’asile s’ils le jugent pertinent.
83 enquêtes ont été menées en 2010, 69 en 2011 et cette année, jusqu’à présent, il y en a eu 30.
En 2010, 62 % des demandeurs examinés qui s’étaient déclarés mineurs, se sont avérés majeurs.
Les autorités de l’Office national de l’immigration notent que, souvent, les demandeurs ne connaissent pas eux-mêmes leur vrai âge, mais que, parfois, les renseignements sont faussés volontairement.
Le nombre de demandeurs d’asile, mineurs inclus, est en baisse. En 2011, il y avait 3088 demandeurs d’asile, ce qui était 25 % de moins qu’en 2010.
En janvier-avril 2012, 795 demandeurs ont déposé un dossier, ce qui est 14 % de moins qu’à la même époque en 2011.
TS/6

Un Tchètchène renvoyé de Finlande
Un demandeur d’asile tchètchène a été expulsé de Finlande, hier. Un document du Comité de l’ONU pour la lutte contre la torture attestant que l’intéressé avait été torturé, est arrivé une heure après le départ du train pour St. Petersburg.
Une manifestation a été organisée, hier, à Helsinki, et une lettre critiquant la décision d’expulsion a été remise à l’Office national de l’immigration.
Selon les statistiques, parmi tous les demandeurs d’asile, les demandeurs russes voient le plus souvent leur demande refusée. En 2011, 88 sur 215 demandes ont été approuvés et 127 refusés, dont 35 des demandes déposées par des Russes.
TS/4

Etudiants étrangers

Les étudiants étrangers ne restent pas en Finlande
Si en dix ans le nombre d’étrangezrs faisant des études en Finlande a doublé, la société finlandaise n’arrive toujours pas à tirer profit de ces diplômés. Seulement la moitié d’entre eux a trouvé un emploi en Finlande un an après la fin de ses études.
Les principaux obstacles à l’emploi sont le faible niveau en finnois et un problème d’attitudes négatives. Le finnois n’étant pas nécessaire pendant les études, beaucoup, d’étudiants étrangers ne le maitrisent pas suffisamment.
KL

Crise financière

L’ambassadeur d’Italie défend M. Monti
Turun Sanomat rapporte que l’ambassadeur d’Italie en Finlande a envoyé une lettre aux rédactions pour expliquer que l’interview donnée par M. Monti à la presse allemande avait été faite avant sa visite en Finlande.
Il rapporte aussi que M. Monti a démenti vouloir minimiser le rôle des parlements et aurait souhaité renconter M. Soini lors de sa visite en Finlande.
TS

M. Sailas considère les attentes concernant l’entrée dans l’UEM comme naïves
Helsingin Sanomat relève que M. Sailas, secrétaire d’Etat du ministère des Finances, critique ardemment l’euro, l’UE et la solution de la crise de l’euro, dans un billet publié dans Kanava. Pour lui, l’entrée de la Finlande dans l’UEM était empreinte de naïveté et même d’attentes enfantines. La crédulité concerne par exemple le pacte de stabilité et de croissance, dont l’exigence de rigueur budgétaire « a été prise au sérieux par les Finlandais ». M. Sailas estime qu’il était une erreur d’accueillir l’Italie et la Grèce dans l’eurogroupe.
Pour ce qui est de la Finlande, M. Sailas estime toutefois qu’elle avait raison de rejoindre l’UE et l’UEM. Il se déclare déçu et désespéré de suivre les efforts de résoudre la crise financière.
Il estime que la Finlande aura, qu’elle l’admette ou pas, devant elle des choix aussi importants concernant sa souveraineté que ceux qui faits en période de guerre. Il regrette que les Finlandais se réjouissent d’un taux d’intérêt perversement bas qui selon lui, reflète avant tout la profondeur des problèmes économiques.
HS/A4

Politique intérieure

Budget

Un différend sur les effectifs du personnel de soins
Le PSD souhaite définir le nombre minimal des aides soignantes dans la loi
Le PSD soutient l’exigence da la ministre des Services sociaux, Mme Guzenina-Richardson, d’inscrire dans la législation sur les soins des personnes âgées une mention sur le nombre minimal d’aides soignantes.
M. Backman, président du groupe parlementaire du PSD, insiste pour que les crédits nécessaires soient alloués lors des négociations sur le budget. Le groupe parlementaire s’est réuni à, Savonlinna, hier, pour une réunion estivale.
Mme Virkkunen, ministre conservatrice des Collectivités locales, relève que son parti est réservé à l’égard de l’inscription dans la loi du nombre de personnel. Pour elle, cela ne permet pas de garantir la qualité des soins et il faut que le gouvernement trouve d’autres moyens pour gérer la question. Mme Risikko, ministre conservatrice des Affaires sociales et de la Santé, estime, elle aussi, que le nombre de personnel n’est pas le seul critère de la qualité des soins.
Plus généralement, les conservateurs considèrent cette exigence du PSD comme un lancement de la campagne en vue des municipales. Ils n’aiment pas l’idée de restreindre les possibilités des communes de prendre seules les décisions concernant l’organisation des services.
Les conservateurs se réuniront la semaine prochaine.
Parmi les partis de la coalition gouvernementale, l’Alliance des gauches et les Démocrates chrétiens soutiennent eux aussi l’inscription dans la loi du nombre de personnel.
HS/A4, TS/11

« Augmenter le nombre d’aides soignantes ne suffit pas » HS
Helsingin Sanomat a interrogé des professionnels du domaine des soins de personnes âgées qui relèvent qu’augmenter le nombre de personnel n’est pas la solution pour les problèmes du secteur. Par contre, il serait souhaitable d’augmenter le nombre de professionnels de différents domaines de services, comme la kinésithérapie, par exemple.
Ils relèvent également que la situation peut varier considérablement entre différentes maisons de retraite selon l’état et la condition des personnes accueillies.
HS/A4

Economie

Nokia vend sa branche de logiciels
Pour diminuer ses coûts, Nokia a décidé de vendre sa branche de développement de logiciels Qt au groupe finlandais Digia. Ce sont 125 employés principalement basées à Oslo et Berlin qui vont passer à Digia.
Cette cession témoigne du fait que Nokia se concentrer sur la production de téléphones sous Windows, rapporte HS.
HS

Sport

M. Stubb propose que les entreprises emploient des sportifs de haut niveau
Face aux piètres résultats de la Finlande aux Jeux Olympiques de Londres, le ministre du Commerce extérieur propose un programme pour les jeux de Rio en 2016 : il faudrait que l’on choisisse une cinquantaine de sportifs et que les grandes entreprises finlandaises les salarient pour leur permettre de s’entraîner dans de bonnes conditions.
M. Stubb estime que les entreprises pourraient aussi tirer profit des sportifs de haut niveau. Il rapporte que lors de son prochain voyage au Kazakhstan, il devrait lui-même se mesurer sur un vélodrome au champion cycliste local Alexander Vinokourov.
« Le ministre le plus sportif au monde », selon HS, envisage d’intégrer des sportifs dans ses voyages de promotion des exportations finlandaises.
HS

France

Politique

La France menacée par le chômage et la baisse du pouvoir d’achat
Le correspondant en France Mikko Ruotsalainen revient sur les menaces qui pèsent sur la conjoncture économique française.
Kaleva

L’Europe vue de l’Elysée
Le politologue Louis Clerc analyse les effets de l’alternance présidentielle sur la politique européenne de la France.
Kanava

Histoire

La France n’oublie pas ses icones
Le correspondant en France Patrick le Louarn revient sur le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc.
TS KS

Jeudi 9 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Selon Mme Urpilainen, les députés finlandais étaient suffisamment informés sur le MES
En juillet, les députés ont adopté le MES avant que le commissaire Olli Rehn ne souligne que les créances du MES ne seraient pas prioritaires. Cette mention de priorité figure dans le préambule du traité mais pas dans le texte proprement dit ;
Le président des Vrais Finlandais, M. Soini, jugeait que les députés avaient été conduits en erreur.
La ministre des Finances a réfuté hier cette interprétation, soulignant que les députés disposaient de toutes les informations au moment du vote.
Elle a ajouté : « je ne comprends pas cette politique. Si quelqu’un décide que les créances ne sont pas prioritaires, alors on demandera des garanties ».
HS

Diplomatie

Editorial
L’éditorialiste de Hufvudstadsbladet a rendu compte, le 2 août, du fait que le ministère des Affaires étrangères était en train de boucler son paquet d’économies. Outre celles d’Islamabad, de Manille et de Caracas fermées en 2012, quinze autres représentations à l’étranger sont menacées de fermeture.
Selon l’éditorialiste, même des ambassades en Europe sont menacées. Les 99 représentations dont la Finlande disposait en 2010 ont coûté 108 millions d’euros à l’Etat.
La liste des ambassades menacées est naturellement un secret d’Etat bien gardé afin de ne pas nuire aux relations bilatérales. Il est probable qu’aucune information sur les objectifs d’économies ne sera publiée avant le vote sur l’entrée de la Finlande au Conseil de sécurité.
HBL/2.8/15

Défense - Suède

Visite de M. Haglund en Suède
M. Haglund propose la surveillance aérienne de l’Islande
Le ministre de la défense Carl Haglund a effectué sa première visite à l’étranger en Suède, hier ; Il s’est entretenu avec son homologue suédois Karin Enström.
« Nous avons parlé notamment de la surveillance de l’espace aérien islandais. La Suède n’a pas encore décidé de sa participation. J’ai signifié que, du point de vue de la Finlande, il serait important que la Suède y participe. J’ai l’impression que la Suède a le même point de vue : s’ils y participent, ils le feront avec la Finlande », a déclaré M. Haglund.
Les ministres ont parlé de l’importance de la coopération nordique : « On est dans la situation où un pays nordique, l’Islande, a demandé de l’aide aux autres. J’espère que nous pourrons y répondre favorablement. Il serait bon de prendre la décision avant fin octobre. »
TS

Défense – Etats-Unis

Acquisition de missiles aux Etats-Unis
Le projet d’acquisition de missiles ATACMS aux Etats-Unis avance dans le sens où le congrès américain a adopté l’autorisation de vente. L’administration de la défense américaine devra encore étudier la question avant que les négociations sur l’acquisition entre les parties concernées puissent être entamées.
TS/mer/9

Biélorussie - Suède

Expulsions de diplomates
Les expulsions de diplomates suédois par la Biélorussie ont un effet direct sur la Finlande car le diplomate finlandais en poste à Minsk, le conseiller Ilkka Räisänen, travaille dans les locaux de l’ambassade de suède : « Cette expulsion est venue par surprise. Le chargé d’affaire suédois a été convoqué mercredi et on lui a signifié la décision d’expulsion ».
La Finlande ne réagira à cette expulsion qu’après la réunion européenne de vendredi.
Selon la directrice de l’unité Europe orientale du MAE finlandais, Mme Nina Vaskunlahti, la situation actuelle n’empêche pas la Finlande de promouvoir ses relations commerciales en Biélorussie, même si la poigne du régime s’est durcie depuis l’ouverture d el’anbtenne finlandaise à Minsk en 2010. « C’est une question éternelle. Comme en Chine, en Afrique ou dans les pays arabes, on peut se demander avec qui on peut commercer. Il faut trouver un équilibre entre le politique et l’économie ».
Le ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja n’a pu commenter le différend en raison de son arrêt maladie.
L’ambassadrice de Finlande accréditée en Biélorussie, Mme Marja-Liisa Kiljunen, qui était en visite à Minsk mercredi, estime que les expulsions de diplomates témoignent de la volonté du régime de raffermir sa politique avant les élections de septembre : « L’opposition et la société civile veulent des changements, ce qui provoque des tensions ».
HS

Politique intérieure

Budget

« Les communes s’inquiètent sur le budget » HBL
« La loi sur les soins des personnes âgées pourrait être diluée » HS
Le ministère des Finances propose un budget s’élevant à 53,9 milliards pour 2013. Les dépenses de l’Etat seront diminuées de 0,4 milliard d’euros. Les augmentations fiscales prévues rapporteraient des recettes supplémentaires de 1,3 milliards d’euros. La dette publique s’élèverait à 95 milliards d’euros.
Le financement du projet de législation sur les soins des personnes âgées est toujours en débat. La ministre des Services sociaux, Mme Guzenina-Richardson (PSD), souhaite inscrire dans la loi un nombre minimum d’effectifs pour un certain nombre de personnes âgées soignées dans des maisons de retraite. La ministre ne dispose toutefois pas de soutien explicite de son parti pour son exigence.
Mme Urpilainen, ministre des Finances (PSD), relève qu’il s’agira en premier lieu de prendre une décision sur le contenu de la loi et ensuite de voir s’il faut y allouer des crédits supplémentaires.
Selon les orientations du gouvernement, les crédits nécessaires pour la mise en œuvre du projet de loi ne seraient disponibles qu’en 2015, alors que la loi est censée entrer en vigueur à l’été 2013.
770 millions d’euros sont prévus pour améliorer les possibilités de croissance des entreprises et l’emploi des jeunes et des chômeurs de longue durée.
Un investissement de 263 millions d’euros est prévu pour la politique énergétique, dont 131 millions dans des mesures favorisant les énergies renouvelables.
3,3 millions d’euros sont prévus pour des mesures en faveur de l’amélioration de la qualité de l’eau dans la mer Baltique.
M. Kietäväinen, vice-directeur général de l’Union des communes, se soucie pour les crédits des soins aux personnes âgées.
M. Tiilikainen, président du groupe parlementaire du Centre, réclame plus de mesures pour favoriser l’entreprenariat.
HS/A4, HBL/2

Projets des ministères
Le ministère des Transports demande des crédits pour soutenir les acquisitions de matériel pour la mise en conformité des vieux navires avec la directive sur les émissions de soufre. L’Etat a prévu 28 millions d’euros à cette fin, mais seulement pour les nouveaux bateaux. Selon le ministère, inclure les anciens bateaux dans le cadre des subventions nécessiterait des crédits supplémentaires de 30 millions d’euros.
Le ministère de l’Intérieur souhaite recruter 80 nouveaux gardes-frontières sur sa frontière Est. Le ministère souhaite des crédits de cinq millions d’euros pour cette fin.
Le ministère insiste sur le fait que la circulation transfrontalière entre la Finlande et la Russie augmente tous les ans. En 2011, 10,6 millions de personnes ont traversé la frontière fenno-russe.
HS/A4

Economie

La Finlande, en route vers la récession
Le baromètre du patronat prévoit une dégradation de la conjoncture
L’économiste du patronat, M. Penna Urrila, estime que la Finlande est à la porte de la récession. Il relève que le baromètre publié par EK hier, fait état d’une dégradation de la conjoncture économique et d’attentes inférieures pour la fin de l’année. Toutefois la situation est « passable » eu égard à la situation internationale.
HS DEM

Mercredi 8 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Réactions aux critiques de M. Monti
Le Premier ministre Jyrki Katainen a déclaré qu’il ne perdrait pas de temps à commenter les propos de m. Monti. Il estime que les Finlandais ont suffisamment d’estime de soi pour supporter les critiques. « Le principal est que tout le monde évite d’avoir des propos qui détériorent l’atmosphère », souligne-t-il, ajoutant qu’il gardait un bon contact avec son collègue italien. « Je connais bien M. Monti et je l’apprécie comme premier ministre italien, mais il aurait pu éviter de tels propos. C’est un commentaire inutile dans une situation où il est nécessaire de renforcer la confiance mutuelle ».
La ministre des Finances Jutta Urpilainen ne se sent pas visée par les critiques. Elle s’oppose à M. Monti sur les relations entre un gouvernement et un parlement. « On a besoin de plus de démocratie en Europe. Chaque pays définit sa politique européenne. C’est ce qu’a fait la Finlande ».
Le président des Vrais Finlandais Timo Soini souligne que les critiques de M. Monti sont « incroyables » de la part de « quelqu’un qui n’a même pas mené son parti aux législatives ». « On crée des instruments de sauvetage et ensuite on vient se faire critiquer par des pays qui ont besoin d’aides », dit-il.
Le président du Centre, M. Sipilä estime pour sa part que M. Monti « devrait se concentrer sur la compétitivité de son pays ».
Le président du Parlement, M. Heinäluoma, considère que les propos de M. Monti sont malheureux.
La présidente de la grande commission du parlement, Mme Kumpula-Natri s’inquiète que les idées de M. Monti puissent diminuer l’influence du parlement.
La députée européenne Liisa Jaakonsaari estime qu’il n’est pas acceptable que les parlements nationaux soient considérés comme des fardeaux ou mis sur la touche dans la résolution de la crise européenne.
Le politologue Erkka Railo estime que les critiques du premier ministre italien Mario Monti contre la Finlande effritent la crédibilité du parti conservateur finlandais. « Les derniers sondages témoignent de l’effet de la crise financière », selon lui.
TS HS

Editoriaux
« Politique intérieure européenne » HS
« Le Premier ministre italien critique la Finlande » KS
« Les messages acides du signor Monti » AL
Helsingin Sanomat estime que les commentaires en Finlande sur les critiques de M. Monti sont une tempête dans un verre d’eau. Il souligne que, contrairement au temps de la guerre froide, il est désormais normal dans l’UE de commenter la politique des pays voisins. Le quotidien estime toutefois que les critiques de M. Monti sur les parlements nationaux manquent leur cible : le premier ministre d’un gouvernement de fonctionnaires prend en effet des risques en critiquant des élus.
Aamulehti considère que le gouvernement finlandais n’a pas à écouter M. Monti car la Finlande qui a respecté les règles européennes est une victime de la crise de l’euro et ne l’a pas causée.
Keskisuomalainen considère aussi que la Finlande est l’un des pays qui a le mieux respecté les règles de la monnaie commune et a participé au sauvetage de l’euro.
AL KS

« Selon M. Korkman, la Grèce va sortir de l’euro » KL
Le professeur Sixten Korkman estime que la Grèce devra sortir de la zone euro. Cela serait une catastrophe pour la Grèce mais pas pour la zone euro car le système bancaire européen n’y est plus aussi exposé qu’avant.
M. Korkman estime aussi que l’Espagne et l’Italie devaient se résoudre à demander de l’aide au FESF et accepter d’être surveillées par la troïka.
KL

PAC

La directive sur le poulet a fait disparaître 200 exploitations en Finlande
La directive européenne sur les exploitations aviaires a imposé de considérables investissements aux exploitations. En Finlande, cela a causé la fermeture d’environ 200 exploitations et une diminution de la production de 12% au premier trimestre.
KL

Politique intérieure

Budget

Mme Urpilainen souhaite que la demande intérieure puisse maintenir la croissance
L’économie finlandaise continuera à souffrir, en 2013 aussi, d’un déficit budgétaire considérable et d’une dette publique accrue. Mme Urpilainen, ministre des Finances, relève que la proposition budgétaire de son ministère comporte un déficit de 6,6 milliards d’euros. Pour couvrir ce déficit, l’Etat devra s’endetter d’avantage. Mme Urpilainen a donné une conférence de presse, hier, afin de présenter les grandes lignes de la proposition budgétaire de son ministère. Le ministère publiera la proposition dans sa totalité, aujourd’hui.
Selon Mme Urpilainen, l’incertitude qui pèse sur la situation économique mondiale est le problème le plus important. Au printemps prochain, le gouvernement évaluera ses objectifs et s’il semble que la Finlande n’arrive pas à les atteindre, il s’agira d’envisager de nouvelles économies. Le gouvernement s’est fixé l’objectif de faire diminuer la part de la dette publique dans la totalité de la production et faire passer le déficit en-dessous d’un pourcent d’ici 2015.
Le Premier ministre, M. Katainen, relève lui aussi qu’il s’agira de réévaluer l’effet des mesures prises au printemps.
Pour Mme Urpilainen, l’objectif principal du budget sera de favoriser l’emploi. « Il est clair qu’il n’y aura pas d’emplois sans une croissance économique », dit-elle. A compter de l’année prochaine, une « garantie sociale » concernant les jeunes entrera en vigueur : une occupation (emploi ou formation) sera proposée à chaque jeune chômeur au plus tard après une période de trois mois sans travail.
HS/A4

« L’opposition critique les augmentations fiscales » HS
M. Sipilä, président du Centre, estime que l’accent du budget semble être dans les augmentations de la fiscalité. Il craint qu’au fur et à mesure que la crise européenne s’aggrave, le budget actuel s’avère optimiste. Avec les restructurations actuelles de l’industrie en Finlande, M. Sipilä aurait souhaité que le gouvernement propose quelque chose de plus courageux. Pour lui, l’Etat pourrait s’endetter au niveau de deux à trois milliards d’euros de plus.
M. Soini, président des Vrais finlandais, se demande si on pourra véritablement favoriser la croissance avec une augmentation du taux de la TVA et d’autres durcissements fiscaux. Il s’agirait, pour lui, de favoriser l’emploi et la consommation.
HS/A4

Selon la proposition du ministère, le budget s’élève à 53,9 milliards
Avec le déficit de 6,6 milliards d’euros qu’elle représente, la dette publique s’élèverait à 95 milliards d’euros en 2013.
HS/A4

Fraude fiscale

Un groupe de travail désigné afin de lutter contre les pertes fiscales
Helsingin Sanomat relève que l’administration fiscale a mis en place un groupe de travail de 40 personnes pour lutter contre la fraude fiscale.
En effet, l’Etat finlandais perd entre 4 et 8 milliards d’euros en recettes fiscales. Les prix de transfert à l’intérieur des grandes entreprises internationales qui focntionnent dans plusieurs pays représentent la part de 1,6 milliards d’euros de cette somme.
Mme Brax (Verts) note que la Finlande est douée dans la lutte contre l’économie parallèle et la corruption, mais que concernant les problèmes liés aux prix de transfert, elle débute.
Les prix de transferts sont légaux tant qu’ils respectent les conditions des marchés. Il relève du fisc d’évaluer si cela se réalise.
HS/A4

Economie

M. Häkämies proposera des allègements fiscaux pour les véhicules électriques
Le ministre de l’économie fera sa proposition à l’automne sur un modèle norvégien consistant à supprimer la taxe sur les véhicules et sur la TVA pour les véhicules électriques. Des allègements fiscaux pourraient aussi toucher les modèles hybrides.
KS

France – Finlande

Cinéma

Espoo Ciné
Demokraatti rend compte du festival Espoo Ciné qui se déroulera du 17 au 26 août. Dans la programmation, notons Voyage dans la lune de Georges Méliès et Chicken with Plums de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud.
Dem/14

Mardi 7 août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

M. Monti critique la Finlande
Dans une interview accordée au journal allemand Der Spiegel, le premier ministre italien Mario Monti a critiqué la Finlande à mots couverts, rapporte Helsingin Sanomat. Selon M. Monti, « certains pays, situés au Nord de l’Allemagne, remettent en question à chaque fois les accords intervenus au conseil européen et font deux jours après des déclarations qui remettent en cause ces accord ». Il a reconnu qu’il visait la Finlande et ajouté : « Je peux comprendre qu’ils doivent prendre en compte leurs parlements nationaux. Mais il y a un parlement et une cour constitutionnelle dans chaque Etat membre. Et bien sûr chaque gouvernement doit suivre les décisions de son parlement ; Mais chaque gouvernement a aussi le devoir d’éduquer son parlement ».
"Si les gouvernements devaient se laisser complètement brider par les décisions de leurs parlements sans préserver leur espace de négociation, l’Europe risque davantage d’éclater que de renforcer son intégration", a-t-il averti.
HS

Finlande – Arabie Saoudite

Le système scolaire finlandais présenté au Proche-Orient
La Finlande a été choisie comme thème du salon et de la conférence internationaux du domaine de l’éducation organisés en Arabie Saoudite en février 2013.
Des participants de l’ensemble de la région seront attendus au salon.
HS/A4

Conventions internationales

La Finlande prudente dans la ratification
Turun Sanomat relève que la Finlande est lente à ratifier des conventions internationales. Celles concernant les droits des personnes handicapées et les peuples indigènes attendent leur ratification finlandaise depuis 2006 et 1989.
Mme Laukko de l’Union finlandaise de l’ONU relève que la Finlande s’efforce de modifier sa législation pour qu’elle soit conforme aux conventions avant de les ratifier. De plus, le processus de ratification prend du temps du fait qu’il faut un projet de loi du gouvernement qui est ensuite adopté par le Parlement avant de ratifier des traités internationaux.
TS/12

Politique intérieure

Budget

Le ministère des Finances promet une rigueur concernant les dépenses
Le ministère des Finances publiera, demain, sa proposition de loi sur les finances 2013. La semaine prochaine, de lundi à mercredi, les différents ministères mèneront des négociations bilatérales avec les Finances. Les arbitrages du gouvernement auront lieu les 29 et 30 août et la proposition sera remis au Parlement le 17 septembre.
Mme Urpilainen, ministre des Finances, insiste sur le fait que la situation économique est marquée par une grande incertitude et que la récession européenne jette une ombre sur les préparatifs budgétaires de la Finlande.
Elle estime toutefois que les économies et les durcissements fiscaux sur lesquels le gouvernement s’est mis d’accord dès le printemps dernier, seront suffisants. Pour le gouvernement, il s’agira, dans les négociations budgétaires, de mettre en œuvre les décisions déjà prises.
Le ministère prévoit une croissance économique de 0 à 1 % (par rapport à 1,5 % prévu au printemps). Le destin de l’économie finlandaise dépend en grande partie de l’évolution de l’économie mondiale, selon Mme Urpilainen. Elle n’a pas souhaité se prononcer sur l’endettement durant 2013, ni sur le déficit budgétaire. Le ministère poursuit ses négociations, aujourd’hui.
HS/A4

« Les ministères sembleraient arriver à rester dans le cadre défini » HS
Helsingin Sanomat relève que les différents ministères semblent avoir une approche plutôt calme à l’égard des négociations budgétaires. Les propositions des différentes administrations sembleraient conformes aux cadres prédéfinis.
Le ministère de l’Intérieur relève que son souci le plus important est lié à l’augmentation de la circulation entre la Finlande et la Russie. Il faudrait que la Finlande se prépare à une éventuelle exemption de visa entre la Russie et l’UE, selon le ministère.
Le ministère des Transports envisage plusieurs projets de maintien des voieries.
Le ministère de la Justice a des projets liés aux technologies informatiques.
Parmi les mesures pour mettre en œuvre les décisions prises au printemps, le gouvernement introduira une augmentation de la TVA qui passera ainsi de 23 à 24 %. La fiscalité sera resserrée, et un impôt de solidarité introduit concernant les revenus dépassant les 100 000 euros par an.
HS/A4

Des économistes considèrent les prévisions du ministère trop pessimistes
Turun Sanomat relève que, selon des économistes, il n’est pas exclu que la croissance économique prenne un tournant à la hausse et que les prévisions du ministère des Finances soient trop sombres.
La banque Sampo prévoit une croissance de 1,5 %, mais à la condition qu’une solution à la crise de l’euro parvienne avant la fin de l’année.
TS/12

Défense

Le ministre de la Défense en visite en Suède
Le ministre de la Défense, M. Carl Haglund, sera en visite en Suède le 8 août, où il rencontrera son homologue suédois, Mme Karin Enström.
Il y sera question de la coopération nordique en matière de défense, notamment de la surveillance aérienne en Islande, confirme le ministre.
La Suède ne s’est pas encore prononcée sur son éventuelle participation.
« Je verrai d’un bon œil que la Finlande et la Suède participent toutes deux à la surveillance de l’espace aérien islandais. Ce serait naturel, néanmoins, la participation de la Finlande dépendra, du moins en partie, de la décision suédoise. Il n’y aura pas de négociation officielle sur la question », affirme M. Haglund.
HS/A6

Le ministre de la Défense visite des casernes
Le nouveau ministre de la Défense, M. Carl Haglund, qui n’a pas effectué personnellement de service militaire en raison d’urticaire, poursuit une formation spéciale de quinze jours organisée par le ministère de la Défense.
« La semaine prochaine, ce sera le tour de la marine », explique le ministre.
Lorsqu’il a été nommé ministre de la Défense, M. Haglund a promis une connexion à haut débit dans toutes les casernes finlandaises. En visitant Santahamina lundi dernier, il a assuré que le projet sera réalisé d’ici la fin de l’année.
Par contre, il n’a pas promis d’augmentation de l’indemnité journalière du conscrit, qui est actuellement de 4,40 euros par jour durant les premiers mois du service.
HS/A6, AL/A6

Economie

Kemira va supprimer 260 emplois en Finlande
Kemari qui a lancé un plan social en juillet devrait supprimer au plus 260 emplois en Finlande et 600 au total dans le monde.
Kemira emploie 5 181 personnes dont 1259 en Finlande.
TS

TDF cède Digita à un groupe australien
TDF, qui avait acquis la société Digita auprès de Yle en 2005 a cédé cette société de radio-télédiffusion au groupe australien FSI. Cette cession nécessite toutefois l’agrément du guvernement finlandais.
TDF a l’intention de se concentrer sur les marchés français et allemand.
KS

France – Finlande

Exposition

Inspiré par la nature
Helsingin Sanomat présente l’exposition Inspired by nature, actuellement à Kaapelitehdas.
HS/D1

Musique

Festival Flow
Helsingin Sanomat relève que Yann Tiersen se produira à Helsinki, à l’occasion du festival Flow, le 10 août.
HS/C1

Lundi 6 août 2012

Politique étrangère et européenne

Syrie

Propos de M. Ahtisaari
Aamulehti relève que M. Ahtisaari, ancien président finlandais, ne considère pas la solution de la crise syrienne comme impossible, même si la situation empire tout le temps. Pour lui, il s’agirait de trouver un moyen démocratique, tel que des élections, par exemple, pour élire un nouveau Président et voir comment garantir le statut des minorités dans le pays. Selon M. Ahtisaari, des élections permettraient à M. al-Assad un moyen « respectable » de sortir de la situation.
Pour lui, il est secondaire de savoir qui va succéder à M. Annan. Il ne souhaite pas spéculer sur le fait de savoir s’il pourrait lui-même assumer ces tâches.
M. Ahtisaari déplore que le Conseil de sécurité de l’ONU n’ait pas assumé sa part de responsabilité dans la solution de la crise. D’ailleurs, il se déclare gêné par le fait que l’on ait parlé du plan de paix de M. Annan, alors que la responsabilité relevait du Conseil de sécurité et non pas à un représentant.
AL/sam/A4, HS/sam/B1

Politique étrangère

Selon M. Haukkala, l’économie est désormais privilégiée dans la politique étrangère de la Finlande
Hufvudstadsbladet et Keskisuomalainen rendent compte des propos de M. Haukkala, professeur à l’Université de Tampere, qui estime que l’économie est en train d’émerger dans le noyau dur de la politique étrangère.
Le Président Niinistö et le ministre de l’Economie, Jyri Häkämies, envisagent d’organiser, cet automne, une table ronde destinée à des entreprises étrangères établies en Finlande.
Les choix de destination du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, ne reflètent pas pour autant cette évolution. M. Salonius-Pasternak de l’Institut de relations internationales considère ces visites comme raisonnables et évoque les nombreux déplacements du ministre dans le cadre de réunions internationales sur la Syrie.
Selon M. Haukkala, la politique étrangère finlandaise a partiellement été remplacée par la politique européenne étrangère et de sécurité. Avec la crise financière, les ressources de l’UE vont dans la gestion de la crise. La Finlande a ainsi aiguisé ses positions, ces derniers temps.
HBL/dim/7, KS/dim/8

Crise de l’euro

MES
Selon la ministre des Finances, Mme Urpilainen, le mécanisme européen de stabilité sera mis en œuvre à la fin septembre, début octobre. Elle relève que tout dépend de la date à laquelle l’Allemagne sera prête à le ratifier.
Mme Urpilainen estime que dans l’effort de diminuer les taux d’intérêt, l’essentiel est que chaque Etat puisse s’engager à long terme dans l’amélioration de sa propre économie.
Elle souligne l’importance de décisions européennes telles que celles concernent les outils de crise et les aides européennes. Pour elle, il faut que la Finlande participe au travail en vue de renforcer la rigueur financière, à l’instar des autres.
« La Finlande a réussi au moyen d’augmentations fiscales, économies et en investissant dans la croissance économique. Si nous arriverons à arrêter l’endettement, la confiance en Finlande augmentera  », dit-elle.
Le Premier ministre, M. Katainen, souhaite lui aussi une solution européenne. « Les mesures de stabilisation des Etats membres ne semblent pas suffire à elles seules. »
Dem/7, HS/dim/A4

Politique intérieure

Budget

Le ministère des Finances envisage de revoir à la baisse ses prévisions économiques
Le M. Sailas, secrétaire d’Etat du ministère des Finances, a annoncé, vendredi, que le ministère allait revoir à la baisse ses prévisions du fait que les perspectives économiques s’étaient assombries durant l’été. En juin, le ministère avait prévu une croissance de 1 % pour l’année en cours, de 1,2 % pour 2013 et de 2,1 % pour 2014.
Le ministère entamera aujourd’hui ses pourparlers en vue du prochain projet de loi de finances. Il publiera sa proposition, mercredi.
Au printemps, le gouvernement avait annoncé des économies de 1,2 milliards d’euros et des augmentations fiscales s’élevant à 1,5 milliards d’euros d’ici 2015.
Le Premier ministre, M. Katainen, a affirmé qu’il ne s’agira pas de faire de nouvelles économies ni de durcir la fiscalité.
HS/sam/B6, lun/A5

Propos de Mme Urpilainen
La ministre des Finances, Mme Urpilainen, partage l’avis du Premier ministre sur le fait que la Finlande n’aura pas besoin de recourir à de nouvelles économies ou augmentations fiscales. Elle relève que l’on ne peut pas savoir s’il s’agit d’une longue période de croissance lente en Finlande, ou bien d’un fléchissement plus important et d’une récession telle qu’en 2008. C’est pour cela que l’on ne peut pas non plus prévoir d’allègements fiscaux ni de nouvelles dépenses.
La croissance finlandaise ne se porte pas bien en ce moment, la création de nouvelles entreprises stagne et les licenciements continuent. Pour la ministre, la situation finlandaise reste toutefois stable par rapport à beaucoup d’autres Etats européens.
« Nous pouvons nous féliciter du fait que les mesures prises ont été les bonnes », dit-elle en faisant référence aux appréciations de Moody’s sur la stabilité des perspectives économiques du pays.
Dem/6-7

Législation sur les armes

M. Katainen ne souhaite pas durcir la législation
Le Premier ministre, M. Katainen, rejette la proposition du ministre des Affaires étrangères de durcir la loi sur les armes. M. Tuomioja a dit à MTV3, que les domiciles n’étaient pas des lieux qui convenaient pour entreposer des armes.
M. Katainen ne voit pas de nécessité de réformer la législation en la matière.
HS/dim/A4

Audience des partis politiques

Les Vrais Finlandais en troisième position
Selon un sondage effectué pour le compte de Helsingin Sanomat, les Vrais Finlandais ont dépassé le Centre et arrivent en troisième position parmi les partis politiques. Les Conservateurs sont toujours en tête avec 20,8 % des intentions de vote, suivis du PSD qui obtient une audience de 20,3 %.
Les Vrais Finlandais obtiennent 17,8 % des intentions de vote (contre 15,9 % en juin), alors que le Centre a perdu un point de son audience qui est de 15,5 %.
L’audience des Verts est de 8,5 %, celle de l’Alliance des gauches de 8 %, du Parti suédois de 4,4 % et des Démocrates chrétiens de 3,6 %.
HS/dim/A6

Energie nucléaire

« Les problèmes d’Olkiluoto pourraient diminuer la demande de l’énergie nucléaire » KL
Kauppalehti relève que selon M. Immelt, directeur général de General Electrics, l’énergie nucléaire est difficilement justifiable avec les prix actuels.
KL/5

France – Finlande

Théâtre

Festival du théâtre de Tampere
Aamulehti rend compte des représentations du mime français Dynamime dans le cadre de la programmation du festival de Tampere.
AL/dim/B22

Littérature

Décès de Mme Suni, traductrice
Helsingin Sanomat publie le nécrologue de Mme Annikki Suni, traductrice d’une centaine de romans français en finnois, dont ceux de Proust, Le Clézio, de Beauvoir, Ben Jelloun, entre autres.
HS/dim/C10

Vendredi 3 août 2012

Politique étrangère et européenne

Visite du Premier ministre italien

« M. Monti met en garde contre un retour à de « vieilles hostilités » » HS
Le Premier ministre italien, M. Monti, qui a effectué une visite de deux jours en Finlande, a évoqué sa frustration à l’égard des réactions des marchés financiers dans le contexte de la crise de l’euro. Il a également défendu les réussites de son gouvernement et a averti l’Europe du retour de vieux stéréotypes nationalistes et hostiles. « Vu d’ici, l’Italie est presqu’en Afrique, à côté de la Grèce », a-t-il dit, en rappelant que son pays était néanmoins un des plus grands contributeurs dans la crise et non pas un pays qui recevait de l’aide.
Pour M. Monti, la croissance économique serait un remède indispensable dans la situation actuelle. Le renforcement du marché intérieur la permettrait, selon lui.
Il déplore l’éventualité que l’euro, qui devait être la pierre angulaire de l’intégration européenne, devienne le symbole de sa dissolution.
HS/A15

Crise financière

« Les promesses de la BCE ne remplissent pas les attentes du marché financier » HS
« M. Draghi a déçu les marchés » KL

Editoriaux
« La BCE a lancé la balle aux hommes politiques » HS
« La BCE poursuit la préparation » KL
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat relève que le message du directeur de la BCE, M. Draghi, porte sur le fait que les pays touchés par la crise financière devront assumer leur part de responsabilité en recherchant un soutien de la part des autres Etats membres avant que la BCE ne soit prête à prendre des mesures. Par contre, si la BCE décide d’agir, il ne lui manquera pas de moyens.
HS/A2

Energie nucléaire

Sosnovyi Bor
« Les quarte unités pourraient être arrêtées » www.hs.fi
Les problèmes liés au vieillissement du réacteur nucléaire de Sosnovyi Bor à Saint-Pétersbourg, à cent kilomètres de la frontière finlandaise, menacent de fermer les unités plus tôt que prévu. M. Reponen du centre national de radioprotection et de sûreté nucléaire, Stuk, se félicite de la décision responsable de la Russie de ne pas redémarrer la plus ancienne des quatre unités qui était déjà sous surveillance.
Le réacteur de Sosnovyi Bor est le même type de réacteur que celui de Tchernobyl.
HS/A4, HBL/jeu/1

Google renforce son établissement en Finlande

Les travaux d’élargissement donneront du travail à des centaines de personnes

Politique intérieure

Situation économique

La croissance du secteur de l’industrie technologique s’est arrêtée
Les perspectives de l’industrie technologique se sont détériorées ces derniers mois. Les acteurs du domaine s’inquiètent de la compétitivité de la Finlande, ainsi que du faible développement de la productivité.
Le nombre de nouvelles commandes diminue et on prévoit un chiffre d’affaire inférieur à celui de 2011. Selon l’industrie technologique, les problèmes de l’économie internationale ont une influence sur la Finlande. Le secteur souhaite des mesures de la part du gouvernement afin de soutenir l’industrie et de réformer la vie économique. Selon M. Turunen, directeur général de la confédération des industries technologiques, la croissance et la compétitivité des entreprises devraient être une priorité dans la prise de décision politique.
Le domaine des technologies informatiques évolue toutefois dans un sens positif.
HS/A15

Nokia supprime 700 emplois à Oulu
Nokia envisage de licencier plus de personnes à Oulu que prévu. Au total, le groupe supprimera 3700 emplois en Finlande.
HS/A15

Brise-glace

Une décision sur l’acquisition de nouveaux brise-glace devra parvenir prochainement
Le plus ancien des brise-glace finlandais arrivera en fin de vie en 2015 et une décision sur le type de brise-glace qui le remplacera devrait être prise bientôt. La Finlande dispose actuellement de neuf brise-glace. L’ensemble de l’équipement devra être remplacé dans les dix à quinze ans à venir.
La fabrication d’un brise-glace prend trois ans et coûte 120 millions d’euros.
M. Tervala, directeur de l’Agence nationale des transports, relève que 90 % des exportations finlandaises partaient par voie maritime, y compris en hiver. Selon lui, 60 % des brise-glace du monde entier étaient de la fabrication finlandaise.
La question à régler concernant l’acquisition porte sur le choix entre des brise-glace traditionnels et des appareils à multiples fonctions.
Dem/6

M. Katainen

Spéculations sur le devenir de M. Katainen
Helsingin Sanomat publie un billet de M. Junkkari, chef de la rédaction politique, qui relève qu’à la fin de son mandat actuel à la tête du parti, en juin 2014, M. Katainen aura dirigé les conservateurs pendant dix ans. C’est rare pour ce parti : à titre de comparaison, M. Niinistö l’a présidé pendant sept ans.
M. Katainen a également été ministre pendant la plupart de ce temps.
M. Junkkari rappelle qu’en juin 2014, outre le congrès du Parti conservateur, auront lieu les européennes et la Commission européenne arrivera à fin de son mandat. M. Stubb est bien vu au parti pour un poste de commissaire, mais selon M. Junkkari, il n’est pas exclu que M. Katainen lui-même s’y intéresse.
HS/A2

Défense

La réforme de l’armée aura des effets également sur les officiers
Selon le ministre de la Défense, M. Haglund, il n’est pas exclu que les effets des économies sur le personnel s’étendent également sur le nombre d’officiers.
HS/A4

Groupements extrémistes

Selon la Supo, les extrémistes en Finlande ne commettent que des délits mineurs
La sûreté nationale, Supo, relève que les groupements extrémistes en Finlande sont plutôt modérés et leur nombre relativement minime.
Selon M. Soikkanen, professeur en histoire politique, il est difficile de situer ces mouvements sur un axe politique droit-gauche. Pour lui, on parle trop facilement d’extrême-droite et d’extrême-gauche. Il rappelle que les mouvements parlementaires ne sont pas des mouvements extrémistes tant qu’ils agissent dans le respect de la loi.
TS/12, HS/A4

Jeudi 2 août 2012

Politique étrangère et européenne

Visite de M. Monti

« La Finlande et l’Italie ont assuré leur entente mutuelle » HS
« Le Premier ministre italien recherche une compréhension » TS
Le Premier ministre italien, M. Monti, a entamé, hier, une visite de deux jours en Finlande. Il a été reçu par son homologue, M. Katainen, qui relève qu’à l’instar de l’Italie, la Finlande considère nécessaires les mesures permettant d’équilibrer le marché des taux d’intérêt pratiqués sur les dettes publiques. « Nous aurions besoin d’une solution européenne pour calmer les marchés afin que ces pays aient plus de temps pour mettre en place des mesures », a-t-il dit.
Selon Helsingin Sanomat, MM. Katainen et Monti n’ont pas été plus précis concernant les moyens d’équilibrer ce marché de prêts. Selon M. Katainen, il s’agit d’évoquer des possibilités et d’identifier la plus efficace.
Outre M. Katainen, M. Monti a rencontré le président du Parlement, M. Heinäluoma (PSD), des représentants des commissions parlementaires. Il a dîné avec le président Niinistö à Mäntyniemi.
Aujourd’hui, M. Monti participera à un séminaire organisé par le patronat EK et l’Institut de relations internationales.
Selon Aamulehti, les Premiers ministres ont également évoqué l’état d’esprit des Finlandais et des Italiens : M. Monti s’inquiète d’une éventuelle division entre les populations des Etats membres liée au traitement de la situation actuelle.
HS/A5, AL/A4

Propos de M. Monti sur la Finlande
Kauppalehti relève que tout en insistant sur la longue histoire de son pays en matière de réussite industrielle et commerciale, M. Monti souligne que l’Italie pourrait suivre l’exemple finlandais en matière notamment de fiscalité. Il fait l’éloge du savoir-faire finlandais dans le domaine environnemental (clean-tech), ainsi que du système scolaire finlandais.
KL/A6

Crise financière

Titres :
« Des moyens de gestion de crise attendus de la BCE, aujourd’hui » HS
« Les attentes sont importantes à la veille de la rencontre du conseil de la BCE » Dem
« Deux Super-Marios pour sauver l’euro » AL

Finlande – Israël

Le ministère des Affaires étrangères étudie l’opportunité de signaler l’origine des produits venant d’Israël
Le ministère des Affaires étrangères souhaite étudier l’opportunité d’indiquer les produits venant des colonies palestiniennes. Mme Kantola, conseillère du ministre des Affaires étrangères, M. Tuomioja, relève que le ministère a été contacté en la matière par des personnes intéressées par la question. Le ministère souhaite étudier, en coopération avec d’autres autorités, s’il serait possible d’indiquer l’origine ainsi que le fait de savoir de quelle instance pourrait relever la surveillance.
Mme Hautala, ministre du Développement (Verts) a déjà proposé la mention de ces produits sur son blog.
La Finlande souhaite que l’UE établisse des instructions harmonisées en la matière, mais aucun projet dans ce sens n’est en cours.
Le ministère envisage d’organiser une réunion en la matière après la période des vacances et entendre les positions de la vie économique sur ce sujet.
HS/A6

Syrie

Dans la crise, il s’agit de l’ensemble du Proche-Orient
Turun Sanomat relève que selon des chercheurs du Collège de défense, M. Koivula, et de l’Institut de relations internationales, M. Behr, la crise syrienne est marquée par la question des influences dans toute la région. Si la crise se prolongait, elle aurait des effets de plus en plus importants sur les pays voisins de la Syrie.
Les chercheurs interviewés par TS ne considèrent pas la bataille d’Alep comme un tournant. Ils ne voient pas de solution militaire à la crise, au contraire, il s’agit de la résoudre sur le forum politique.
TS/16

Jeux olympiques

Propos de M. Ninistö
Le Président, M. Niinistö, ne pense pas que la Finlande accueille un jour les JO. Pour lui, il y a entre dix et douze pays dans le monde qui sont capables d’organiser un tel événement. Il estime que les Finlandais peuvent être d’autant plus fiers d’avoir accueilli les Jeux en 1952.
Demokraatti relève que M. Niinistö a rencontré le Premier ministre russe, M. Medvedev, à Londres, pour un long entretien constructif.
Dem/merc/24

Politique intérieure

Situation économique

Rétablissement des commandes
Selon Kauppalehti, les ateliers de construction mécanique annoncent une augmentation importantes concernant les commandes obtenues, principalement due à la diminution du taux de l’euro. Ce secteur industriel continue toutefois à licencier et à mettre au chômage technique des employés. Les perspectives sont divisées, l’optimisme ne concerne pas l’ensemble du domaine de la construction mécanique.
De plus, les secteurs de l’industrie bois-papier, chimique et de l’acier continuent à annoncer de mauvaises perspectives.
Dem/3

Crise financière

Propos du président centriste
Le président du Parti du centre, M. Sipilä, souhaite que l’UE puisse maintenir son caractère d’union d’Etats indépendants et que la stabilité de l’euro puisse se baser sur une rigueur budgétaire et sur le respect des pactes de stabilité.
Il estime que si cela n’était pas possible, il faudrait que les pays qui n’arrivent pas à respecter la règle du jeu commune quittent la monnaie unique.
M. Sipilä envisage de mettre en place un groupe de travail qui effectuera un rapport pour le parti concernant l’avenir de l’euro ainsi que les options de la Finlande. Le Centre estime qu’il manque au gouvernement la volonté de favoriser un débat sur les différentes options.
Outre M. Sipilä, participeront au groupe qui entamera ses travaux dès ce mois-ci, Mmes Jäätteenmäki, Kivimäki, MM. Kaikkonen et Pekkarinen. Des spécialistes finlandais et internationaux dans les questions économiques et de politique seront également entendus.
HS/A5

Editorial
L’éditorialiste de Helsingin Sanomat rend compte de la frustration et de la fatigue des députés devant les échéances européennes et le manque de transparence concernant la gestion de la crise financière. Les députés souhaitent que le gouvernement s’exprime explicitement sur ce que la Finlande souhaite au titre de sa participation dans l’UE et dans la monnaie unique, ainsi que sur les choses auxquelles elle est prête à s’engager.
HS/A2

Helsinki

Les 30 ans du métro
Le métro de Helsinki fête aujourd’hui ses 30 ans et attend sa prolongation vers Espoo d’ici 2015.
HS/A9

France

Tourisme

Saint-Raphaël
Turun Sanomat publie un article sur Saint-Raphaël.
TS/mer/24

Mercredi 1er août 2012

Politique étrangère et européenne

Crise financière

Visite en Finlande de M. Monti
Le Premier ministre italien, M. Monti, effectuera aujourd’hui et demain une visite en Finlande à l’invitation de son homologue, M. Katainen. Il rencontrera également le Président, M. Niinistö, des représentants du Parlement, ainsi que, « de manière informelle », le commissaire Olli Rehn.
Lors d’une interview accordée à Helsingin Sanomat, M. Monti se pose la question des conséquences pour les contribuables finlandais d’une politique stricte de la Finlande dans la gestion de la crise financière. Tout en faisant l’éloge de l’engagement de la Finlande dans la gestion de la crise, M. Monti estime qu’il peut parfois être rentable de « regarder plus loin ».
Aamulehti relève que lors de son déplacement, M. Monti aura l’occasion de se rendre au sauna, à la résidence du Premier ministre.
HS/A4, AL/A5

Propos de M. Katainen
Hufvudstadsbladet relève que le Premier ministre, M. Katainen, regrette le peu d’intérêt que les marchés financiers portent aux mesures d’économies des pays isolés. Pour lui, si le marché n’est pas prêt à prendre en compte les mesures prises, les pays de la zone euro n’arriveront pas à trouver une solution à la crise.
Ce qui rend la situation difficile, selon lui, est que rien ne semble suffisant pour que les taux d’intérêt sur les prêts des Etats de l’Europe du Sud puissent être baissés. Les attitudes à l’égard de la situation grecque jouent sur les attitudes envers les autres pays de l’Europe du Sud, ce qui n’est pas juste. Il faudrait au contraire prendre en compte les efforts de chaque pays, selon lui.
Avec son homologue italien, M. Katainen envisage d’évoquer le renforcement de la compétitivité des Etats membres afin de rétablir la confiance du marché.
Pour lui, l’Italie dispose des bonnes conditions nécessaires afin de sortir de la crise.
Concernant l’assouplissement quantitatif, M. Katainen souhaite que l’on n’ait pas besoin de recourir à ce dernier recours.
HBL/5

Le Président Niinistö doute l’opportunité de l’assouplissement quantitatif
Le Président, M. Niinistö, prévoit que la BCE introduise tôt ou tard l’assouplissement quantitatif afin de gérer la crise financière. Il encourage les Finlandais à réfléchir aux effets que cela aurait sur le pays.
HS/A4

Finlande – Russie

La Finlande refuse chaque année le visa à des milliers de Russes
L’année dernière, la Finlande a refusé à 8000 Russes le visa d’entrée. Ce chiffre représente 0,7 % des dossiers de demandes, le nombre de demandes déposées étant de 1,2 millions. Le nombre de demandes a augmenté de 25 % par rapport à 2011. A titre de comparaison, les ressortissants d’autres nationalités nécessitant un visa pour la Finlande ont ensemble déposé 70 000 demandes.
Selon M. Valo, chef de la section des visas de l’ambassade de Finlande à Moscou, le motif le plus courant d’un refus est le fait que l’objet du voyage n’est pas tout à fait clair.
160 000 Finlandais ont demandé un visa pour la Russie en 2011. 0,5 % de ces demandes ont été rejetées.
Helsingin Sanomat relève que le ministère des Affaires étrangères mettra en place, à Kouvola, un nouveau service de visas employant 60 personnes, afin d’étudier les demandes électroniques.
HS/A6

Coopération bilatérale
Aamulehti relève que la Finlande envisage de mettre fin à la coopération bilatérale limitrophe avec la Russie, à la fin de l’année en cours. Les crédits consacrés à cette coopération entamée en 2003 s’élèvent à 326 millions d’euros qui ont permis de réaliser 2000 projets, dont ceux de l’épuration des eaux usées de la région de Saint-Pétersbourg et d’autres projets environnementaux.
Désormais, les projets seront financés dans le cadre de coopérations aux niveaux européen ou baltique, au niveau de la mer de Barents ou de l’Arctique.
AL/A6

Politique intérieure

Elections municipales

Campagne pour encourager les immigrés à voter
En Finlande, seulement 20 % des immigrés votent aux municipales. Le chiffre est bien inférieur à celui dans les autres pays nordiques où 60 % des immigrés s’expriment. Lors des dernières municipales, les immigrés représentaient 3 % de tous les électeurs.
Une campagne co-financée par l’UE est en cours pour encourager les immigrés à utiliser leur droit de vote. 40 volontaires seront recrutés et formés pour informer les gens du fait qu’après avoir vécu pendant deux ans en Finlande, on dispose du droit de vote aux municipales.
HS/A6

Gouvernement

Pas de nouvelles économies envisagées
Le Premier ministre, M. Katainen, relève que le gouvernement n’envisage pas d’introduire de nouvelles mesures lors des pourparlers pour une nouvelle loi sur les finances. Il rappelle qu’il ne conviendra toutefois pas de faire des concessions sur le cadre budgétaire de rigueur. Si la situation économique se détériore plus que prévu, il sera possible de prendre de décisions sur de nouvelles mesures d’économie au printemps.
Le ministère des Finances publiera sa proposition pour une nouvelle loi sur les finances la semaine prochaine.
HS/A6

Olkiluoto – manifestation

Une manifestation fermera les routes autour du site le 11 août
Une manifestation intitulée Olkiluoto Blockade fermera les routes menant à Olkiluoto le samedi 11 août. Il est prévu que cette manifestation, organisée pour la troisième fois, rassemble environ 200 personnes. Les manifestants souhaitent l’abandon de l’énergie nucléaire conformément au modèle allemand.
HS/A8

publié le 03/09/2012

haut de page